Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

La mouvance antijuive en période de crise

L’antisémitisme dans la presse

Texte intégral

  • 1 Les sources de cette étude comprennent les périodiques rassemblés aux Archives nationales d’Outre-m (...)

1Avant les années 1920 et la création de la radio, la presse1 est le seul moyen d’atteindre en masse les populations d’Algérie ; celles-ci ne se disent cependant pas grandes lectrices, soit par incapacité avant que l’alphabétisation soit totale, soit par désintérêt pour les choses intellectuelles, comme on s’en félicite souvent entre Européens, qui s’affirment principalement intéressés aux choses de la vie concrète. Il n’en reste pas moins que les journaux sont présents dans les villes comme dans les villages, qu’ils sont affichés et visibles par tous à la devanture des kiosques ou des papeteries, qu’on peut les lire chez soi, voire entre amis dans les cafés. Et, pendant les périodes de troubles, ils jouent un rôle essentiel, aussi bien auprès des émeutiers qui y prennent leurs informations et leurs mots d’ordre qu’auprès de l’administration et des forces de l’ordre qui se tiennent par eux au courant de la situation du jour.

2Les périodiques de toutes tendances sont moins nombreux entre les deux guerres mais la presse reste vivante car les villes possèdent toujours au moins un organe politique. Ainsi la presse écrite continue-t-elle de jouer un rôle politique et social important. La presse antijuive proprement dite y prend son essor à la fin du xixe siècle et perdure de manière sporadique ou plus régulière jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Elle se caractérise par sa violence dirigée essentiellement, mais pas uniquement, contre les Juifs ; ses préoccupations électoralistes, ses divisions en factions et, en général, sa brièveté d’existence, sont d’autres caractéristiques essentielles. Avec la Seconde Guerre mondiale, la presse est censurée, les feuilles antijuives cessent d’exister et ne reparaissent pas après le débarquement allié.

La presse en Algérie, un aperçu

  • 2 (...)
  • 3 Certains sont restés en Algérie, d’autres ont été égarés au moment du transfert en France.

3Un assez grand nombre de périodiques2 écrits en français furent publiés entre 1830 et 1945 ; à côté de journaux d’information générale, on trouve souvent de simples feuilles éphémères et dont on a parfois aujourd’hui seulement connaissance par les mentions d’autres organes de presse ou par quelques coupures dans les rapports administratifs et les papiers déposés dans les archives. Plus précisément, environ 500 notices correspondant à un périodique paru en Algérie pendant cette période et parvenu3 en France pouvaient être consultées récemment aux Archives Nationales d’Outre-mer d’Aix-en-Provence ; leur étude indique que les parutions sont régulières dans le temps, y compris pendant les deux guerres mondiales, où elles sont le plus souvent réduites du fait des restrictions à une seule feuille recto-verso sans illustration.

Naissance et développement de la presse

  • 4 Hermann Fiori, Bibliographie des ouvrages imprimés à Alger de 1830 à 1850, Slatkine, 1938, p. 2. Di (...)
  • 5 Le baron Pichon était diplomate et avait effectué une grande partie de sa carrière aux États-Unis, (...)

4La parution du premier et fugace organe de presse suivit de peu le débarquement du 13 juin 1830. Cette feuille avait pour titre L’Estafette d’Alger et fut rédigée le 29 juin sur la presqu’île même de Sidi Ferruch par Jean-Toussaint Merle, secrétaire et historiographe du maréchal de Bourmont4. Le second et dernier numéro parut le 4 juillet, date de l’entrée du corps expéditionnaire à Alger. Les premiers périodiques prennent la tournure d’une presse officielle, administrative, civile ou militaire. De 1830 à 1858, les deux plus importants organes de presse furent le Bulletin officiel des actes du gouvernement de l’Algérie (1830-1858) et Le Moniteur Algérien (27 janvier 1832-30 septembre 1858), créé par le baron Louis André Pichon5 (1771-1854), intendant civil à Alger jusqu’en 1832.

  • 6 Sont apparus par exemple dans les années 1840 : Le Courrier de Bône, Le Brûlot de La Méditerranée ( (...)
  • 7 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 376-377.

5De nombreuses feuilles temporaires naissent dans les années 18406. Elles contiennent principalement les annonces légales, l’état civil, le mouvement des ports, la présentation de l’économie et les prix des marchandises puis des chroniques locales (vie des centres urbains, théâtre…) et des feuilletons. À partir de la Seconde République, le nombre de ces journaux augmente et le mouvement se renforce encore sous la IIIe République. Les petites villes et les localités possèdent un ou plusieurs périodiques d’information générale dont la durée de vie est parfois très courte et qui sont la plupart du temps commandités par des hommes ou des partis politiques. À la fin du siècle et comme en métropole à la même époque, se répandent des feuilles satirico-politiques et très souvent antijuives. En 1899, l’Algérie dispose de 149 quotidiens7 auxquels il faut ajouter le grand nombre d’organes sportifs, culturels ou cultuels, satiriques et humoristiques présents dans les trois départements.

  • 8 La Dépêche algérienne, L’Écho d’Alger, La Presse libre (1927-1938), L’Algérie, Alger républicain (1 (...)
  • 9 Le Républicain de Constantine, La Dépêche de Constantine, La Dépêche de l’Est algérien (1908-1961).

6De nouveaux journaux d’information continuent à paraître dans l’entre-deux-guerres où l’on comptabilise soixante-trois publications périodiques à Alger, une quinzaine dans les départements d’Oran et de Constantine. À cette époque, Alger et Oran disposent chacune de cinq quotidiens8 et Constantine de trois quotidiens9. De nombreuses villes plus petites en ont aussi plus d’un : trois à Tlemcen, deux à Mostaganem, Orléansville ou Bône, tandis que d’autres ont au moins un journal, souvent bihebdomadaire. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la presse d’Algérie, proche du régime de Vichy, est malgré tout censurée et on y trouve en priorité les déclarations officielles et les textes de loi. Si l’on ne tient pas compte de quelques grands journaux d’information qui tirent jusqu’à des dizaines de milliers d’exemplaires, le tirage des organes de presse est restreint (1 000 à 2 000, parfois jusqu’à 6 000 exemplaires tirés) et le contenu limité. Au xixe comme au xxe siècles, ils font toujours la part belle aux annonces légales ou locales et aux publications officielles, le peu de place restante est occupé par des articles concernant la vie locale (mondanités, spectacles, mise en lumière de personnages divers) et les questions politiques.

Les principaux titres

  • 10 Ont également paru pendant un certain temps El Eco español, La Arana, Carcajada. Alger a aussi sa p (...)
  • 11 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 241-243. Voir auss (...)

7Une presse en italien et en espagnol, elle-même parfois éphémère permet aux immigrants de conserver un lien formel avec le pays natal. Ces périodiques sont plutôt de langue italienne dans l’est du pays, avec l’organe de La Lega franco-italiana à Constantine et de langue espagnole10 à l’ouest avec, à partir de 1881, Le Correo español, qui est le plus important dans cette langue, et dans lequel s’exprime un important sentiment national ; ce journal est d’ailleurs proche du très nationaliste consulat espagnol dans l’entre-deux-guerres. Enfin, il y eut aussi, de 1888 à 1914 un hebdomadaire en anglais, The Algerian Advertiser, destiné aux hiverneurs de Mustapha11.

  • 12 Les indications de dates sont prises dans l’inventaire des ANOM.
  • 13 L’Akhbar est d’abord une simple feuille d’annonces puis élargit son contenu, Bourget en faisant un (...)
  • 14 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p. 17 (...)

8Quelques organes de presse, quotidiens ou non, ont fait une longue carrière12. Le plus ancien est l’hebdomadaire L’Akhbar, bulletin de l’Algérie politique et littéraire (1839-1934), journal bilingue arabe-français, créé par Auguste Bourget13. Parmi les quotidiens les plus importants et les plus lus dans la durée, il faut citer pour Alger L’Écho d’Alger (1912-1961) et La Dépêche algérienne (1885-1946) ; pour Constantine Le Républicain de Constantine (1878-1942) et La Dépêche de Constantine (1908-1962) ; pour Oran, L’Écho d’Oran (1844-1963), dont l’existence fut la plus longue. Si l’on excepte les grands quotidiens dont l’influence perdure à travers le temps, la presse algérienne reste, malgré sa diversité, d’un assez faible niveau d’information générale et beaucoup de périodiques de petits centres urbains continuent de privilégier essentiellement les affaires courantes et les abondantes querelles politiques locales. Pendant l’entre-deux-guerres paraissent plus de deux cents périodiques dont plus d’un tiers s’intéressent à la politique, neuf seulement étant de langue arabe. Les plus importants des quotidiens14 de l’époque relaient en général les positions de la droite algérienne, comme La Dépêche algérienne, qui prend au fil des ans une tournure de plus en plus réactionnaire et fascisante. À Oran, L’Écho d’Oran soutient le PSF de 1936 à 1938.

La presse antijuive

9On rencontre dès les années 1860 deux types de journaux d’information qui laissent transparaître une hostilité non encore violente envers les Juifs : d’une part de nombreuses feuilles locales, parfois très éphémères et le plus souvent à caractère électoral, d’autre part des périodiques de plus large diffusion et information. S’il reste difficile de mesurer leur influence exacte auprès du lectorat de toutes origines et formations politiques, les journaux constituent à l’époque un des moyens les plus populaires et les plus répandus d’expression et de diffusion d’une idéologie. De ce fait, les antijuifs ne pouvaient pas manquer de s’y exprimer et ils le firent largement dans la durée, les périodiques devenant dès la seconde moitié du xixe siècle, un de leurs lieux privilégiés de débat et de propagande et l’un de leurs attributs essentiels. Ceci, que ce soit pendant les périodes de crise ou pendant les périodes de rémission puisque l’idéologie antijuive ne disparaît alors pas totalement du paysage politique, social et culturel.

Un antisémitisme tenace

  • 15 Cf. Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p (...)

10Si l’on excepte quelques moments d’interruption dans les années qui précèdent la Première Guerre mondiale et vont jusqu’aux années 1920, les journaux imprégnés d’antisémitisme sont présents ici ou là depuis les années 1870 jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, et se multiplient en période de crise. Sont concernés les petites feuilles éphémères ou les journaux des grandes tendances politiques du moment : modérés, conservateurs et libéraux avant la Première Guerre mondiale, modérés, nationalistes, extrême droite entre les deux guerres. Divisés sur le plan politique, de nombreux partis et mouvements d’opinion se tiennent la main lorsqu’il s’agit de s’en prendre aux Juifs et à leurs soutiens « enjuivés ». Les journaux purement nationalistes ou réactionnaires et fascisants de l’entre-deux-guerres, contiennent en permanence un discours hostile aux Juifs qui prend place parmi leurs arguments de fond. Cette presse d’extrême droite regrouperait selon les années de 65 à 80 % du lectorat, essentiellement formé d’Européens, français et étrangers15.

  • 16 Des journaux très fragilisés sont périodiquement retirés de la consultation pour réfection. Beaucou (...)

11Un recensement indicatif des journaux d’Algérie conservés aux Archives nationales d’Outre-Mer et à la Bibliothèque nationale de France à Paris fait apparaître, entre 1898 et la Première Guerre mondiale, l’importance en nombre des journaux, d’influence le plus souvent locale, se définissant eux-mêmes comme « antijuifs ». Environ cent cinquante périodiques disponibles16 pour cette période sont des journaux d’information générale ou des périodiques humoristiques et, parmi eux, environ vingt-cinq se définissent comme antijuifs dans le titre ou le sous-titre et près d’une vingtaine sont antijuifs dans leur contenu sans que cela apparaisse dans le titre, ce qui représente près d’un tiers des publications. On compte parmi ce type de journaux : à Alger, L’Intransigeant algérien (antijuif-intransigeant) (1897-1912), Le Petit Colon (1888- ?) édité par Charles Marchal, Le Radical algérien (1888-1906) fondé par Fernand Grégoire, L’Antijuif (1897-1904), L’Union anti-juive, organe du parti antijuif algérien (1903-1904) fondés par Max Régis ; à Blida Le combat antijuif ; Oran Le Petit Africain (entre 1895 et 1898) avec le journaliste Paul Bidaine, et à Constantine Le Républicain de Constantine (1878-1942) d’Émile Morinaud où se prennent pendant certaines périodes les inscriptions à la Ligue antijuive.

  • 17 Le mot désigne le titre et les titres secondaires d’un journal : sous-titre, surtitre, intertitre e (...)

12Après la Première Guerre mondiale et sauf exception, le mot antijuif n’est plus employé à cette époque dans la titraille17 des journaux antijuifs, mais l’antisémitisme peut apparaître dans une formule de substitution lorsque le sous-titre du journal algérois L’Éclair algérien (1936-1938), le présente comme « organe national-socialiste français d’union contre la domination juive ». Et le contenu antijuif est encore répandu dans de nombreux journaux, dont :

    • 18 Le journal prend diverses appellations : Libre Parole d’Alger, Libre Parole Nord-africaine, Libre P (...)
    • 19 Fils du général Laquière, qui fut un adjoint de Lyautey, il est avocat à Alger. Conseiller général, (...)
    • 20 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 376-377. Ces chiffres var (...)

    À Alger La Libre Parole « hebdomadaire antijuif d’action latine18 » (1936-1938) d’Henry Coston (1936-1938), qui tire à 2 000 exemplaires, Dissous (1936), La Parole enchaînée (1936-1938), L’Éclair algérien et Le Talion, œil pour œil, dent pour dent hebdomadaire national de combat (1937), La Presse Libre de Raymond Laquière19 (1881-1973), périodique vendu dans les trois départements et qui tira jusqu’à 35 000 exemplaires, Croisade (1938), et les organes de presse des partis politiques tels que La Flamme (8 000 exemplaires) organe principal du PSF, Le Tricolore, Le Pionnier (1937-1942), organe hebdomadaire du PPF tirant de 2 000 à 3 000 exemplaires20.

    • 21 Deux hebdomadaires franquistes sont créés à Oran pendant cette période : Croisade (1938), La antena (...)

    À Oran21 Le Petit Oranais, journal républicain quotidien (1903-1938) du docteur Jules Molle et des Unions latines, très attiré par le nazisme, Oran-Matin (1931-1938 ?) de l’abbé Gabriel Lambert qui a été vendu jusqu’à 50 000 exemplaires, L’Oranie populaire hebdomadaire fédéral [puis de la Fédération] d’Oran du Parti populaire français, 1937 (dont le tirage allait de 5 000 à 10 000 exemplaires), Halte-là.

    • 22 Devenu conseiller général en 1935 sur un programme antisémite.
    • 23 La série conservée aux ANOM s’arrête en 1934.
    • 24 Les notables juifs de Constantine déplorent au moment des troubles de 1934 l’attitude des journaux (...)

    À Constantine L’Éclair, journal anti-juif de la ligue d’Action française (1936-1938), dirigé par Henri Lautier22, Le Tam Tam (1927-1938) hebdomadaire politique, satirique, éclectique et humoristique dirigé par Laxande, Tribune Libre républicain démocrate. Organe indépendant23, Le Républicain de Constantine (1878-1942) d’Émile Morinaud24.

  • 25 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Les Juifs en Palestine, Le Républicain de Constantine, le 1er mai 1936.
  • 26 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Le rêve du demi fou, Le Républicain de Constantine, le 30 avril 1936.
  • 27 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Solidarité Nécessaire, Le Républicain de Constantine, le 1er mai 1936.
  • 28 ANOM Alg. Const. B / 3/, Bloc contre Bloc, Le Républicain de Constantine, le 2 mai 1936.
  • 29 ANOM Alg. Const. B / 3/656. Anciens Combattants Français Israélites, Constantine, à Le Beau, gouver (...)

Le Républicain de Constantine pendant l’entre-deux-guerres
Émile Morinaud a fait du Républicain de Constantine dans la dernière décennie du xixe siècle un organe de presse périodiquement dédié à l’antisémitisme et qui maintient constamment ses lecteurs de tous horizons politiques et ethniques sous une pression violemment hostile aux Juifs.
Après une accalmie de quelques années, l’antisémitisme revient dans le journal à partir de 1923, date à laquelle Le Républicain s’adresse aux Musulmans25 en leur rappelant l’exemple du maire de Jérusalem, le docteur Hussein al-Khalidi, qui propose un boycott des Juifs dans tout le Levant. Dans les années 1930, le journal développe les mêmes propositions qu’à la fin du siècle précédent : il milite en permanence en faveur de l’abrogation du décret Crémieux, souligne les dangers du vote juif26, incite les « Français » à imiter les Juifs qui n’achètent qu’aux Juifs et n’aident que les Juifs, propose qu’on applique « la solidarité française, pour assurer la prédominance française27 » et demande que les Français se dressent contre les Juifs sur l’ensemble des fronts : politique, économique, social28 et luttent contre leur prétention à les dominer.
Cette action continue incite des Juifs de Constantine, notamment les anciens combattants, à demander à plusieurs reprises au gouverneur général de faire cesser ces campagnes29. Les mêmes demandes adressées à Paris aux ministres et à diverses personnalités politiques de premier plan, restent sans effet puisque le journal continue d’exister sur les mêmes bases jusqu’au débarquement allié de 1942.

Un outil au service d’une doctrine et d’une coterie

  • 30 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, Paris, Perrin, 2005.

13Les périodiques contribuent à l’élaboration, aux modifications et au maintien de la culture antijuive de leur lectorat30. Ils sont le produit d’une construction idéologique au service de la propagande, chaque lecteur s’approprie leur argumentation tout en l’interprétant comme il se doit en fonction de ses présupposés et de sa compréhension personnelle de l’antisémitisme.

14La presse est à elle seule un condensé complet d’antisémitisme et, grâce à elle, les lecteurs en ont une plus large connaissance des fondements et des formes, ce qui reste malgré tout assez circonscrit et répétitif. Le journal permet non seulement de déprécier et marginaliser les Juifs auprès du public, mais aussi d’informer les lecteurs sur « la Cause », appelée aussi « l’Idée » antijuive, et son évolution, à l’intérieur comme (beaucoup plus rarement cependant) à l’extérieur du territoire algérien. Ce qui concerne non seulement l’implantation de l’antisémitisme dans la colonie mais aussi la connaissance de ses chefs et de leurs idées, de ses diverses formations locales, de ses mots d’ordre. Il existe une certaine complémentarité et circularité entre ces organes de presse qui échangent des caricatures et des articles directement entre eux sur le sol algérien et parfois même avec les journaux de la métropole. Cette presse martèle les idées de base de l’idéologie, diffuse ses recommandations, fournit des idées et des encouragements pour les actions concrètes. Le journal antijuif est donc non seulement un organe de combat qui répond à des visées électorales manifestes mais aussi un important concepteur et révélateur de doctrine et de pratiques. C’est enfin un signe de connivence et d’appartenance qui permet de se reconnaître entre militants et sympathisants, un signe autour duquel tous se rassemblent, grâce auquel on vibre, on rit, on se met en colère et qui finit même par déclencher la haine.

  • 31 Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, op. cit., p. 161.
  • 32 Ou télégramme.

15L’impact des journaux antijuifs sur la société est très important car ils ne se limitent pas à donner des informations idéologiquement orientées, à multiplier les attaques violentes, mais ils appellent aussi au passage à l’acte. Pendant les troubles des années 1890, leurs articles virulents sont suivis par des pillages, des incendies, des destructions de magasins et de biens appartenant à des Juifs. Les femmes dénoncées par la presse sont obligées de cesser de se servir ou d’employer des Juifs de peur de représailles. Enfin, les journaux ne reculent pas devant le mensonge, le détournement de faits et la mauvaise foi, comme ce fut le cas en mai 1897 à propos du présumé « guet-apens » de Mostaganem qui avait réuni au fur et à mesure des éditions jusqu’à 10 000 Juifs assassinant cinq français31, alors même que la ville ne comptait qu’environ 1 000 Juifs. Ces mensonges, généralement très bien construits, laissaient, même éventés, des traces dans l’imaginaire de la population : Le Petit Africain du 6 octobre 1897 contenait un soi-disant « petit bleu32 », signé du préfet Henri de Malherbe, qui accordait une subvention de 25 000 francs pour la construction de la grande synagogue, laquelle engloutissait depuis des années des sommes énormes et défrayait la chronique. Malgré les dénégations du préfet, cette fausse nouvelle fut souvent évoquée et jusque devant la Commission de 1900. En somme, comme l’exprima Le Progrès de Mascara du 7 septembre 1900 : L’antisémitisme « ne s’embarrasse pas plus d’idées que de scrupules. Il procède à coups de mensonges et de calomnies dans ses polémiques, de voies de fait ou de chantage dans son action ».

  • 33 Commission de 1900, déposition Vinci, p. 275.
  • 34 « En Espagne, on pille, on brûle les églises. A-t-on entendu dire qu’on avait pillé, brûlé, une ban (...)

16Les journaux antijuifs sont en général au service d’une faction et d’un homme politique qui les subventionnent à l’approche des campagnes électorales, et le but qui leur est assigné en priorité est de permettre l’élection de leur commanditaire en faisant utilement appel aux sentiments antijuifs des électeurs33. Au xixe siècle, ces commanditaires sont des républicains et des « radicaux antijuifs » marqués par l’anticléricalisme et, dans l’entre-deux-guerres, ce sont des nationalistes et des fascisants, plus rarement des catholiques, bien qu’on en rencontre quelques-uns avant 1914, ce qui est le cas d’Hugolin, un journaliste qui d’ailleurs ne parle en général pas directement de religion dans ses articles. À la fin du xixe siècle, La Libre Parole d’Alger (1897-1904) soutient la campagne électorale du catholique Édouard Drumont mais rappelons que ni le journal ni le candidat ne font une campagne centrée sur la religion, ce qui est prudent en Algérie où l’indifférence et même l’anticléricalisme de nombreux électeurs sont chose admise. En 1936, La Libre parole d’Alger et du Nord de l’Afrique d’Henry Coston proposa sans trop insister, quelques caricatures ou sentences34 d’essence religieuse, accompagnant ou non de rares articles de même nature.

17Finalement, il existe peu de journaux antijuifs qui se déclarent nommément catholiques et affichent constamment ou non leurs opinions religieuses. C’est cependant le cas en 1896 avec L’Ami du peuple oranais, un bihebdomadaire qui se présente comme un Journal républicain catholique. Son numéro 1 du 1er novembre le situe comme antidreyfusard, opposé aux Francs-maçons et aux Juifs. En 1900 et 1901 Jeune France antijuive, journal féminin publié à Alger, se situe lui aussi ouvertement comme catholique mais ce positionnement ne lui porte pas plus bonheur qu’à la plupart des petits organes de presse antijuifs n’affichant aucune propagande religieuse et contraints, comme lui, de disparaître par manque d’argent après une courte existence. À part quelques saillies féministes et une coloration féminine qui prend les formes d’articles plutôt traditionnels sur le rôle des femmes dans la société, ce périodique est d’une grande violence antijuive ; il réclame « la disparition complète des juifs » du sol algérien et reprend les slogans habituels tels que « La France aux Français », « arrière les cosmopolites et les juifs »…

Un impact fort mais fragile

  • 35 Charles-Robert Ageron donne ces tirages de grands périodiques pour l’entre-deux-guerres : L’Écho d’ (...)
  • 36 Eugène Masson a fondé La Silhouette à Constantine pour compléter Le Républicain de Constantine. On (...)
  • 37 Jacques Bouveresse, Un parlement colonial : les Délégations financières, 1898-1945, 2 volumes, Mont (...)

18Les journaux antisémites circulent en général à l’intérieur d’un département, voire d’un canton ; quelques-uns, de plus grande audience, et pas seulement auprès des autres rédactions qui les citent fréquemment, débordent pour une période de quelques mois à quelques années les limites de ce territoire. C’est, entre autres, le cas du Petit Africain d’Oran entre 1895 et 1898 environ, du Petit Oranais (1903-1936), de La Libre Parole d’Alger et, en 1936-1938, de La Libre Parole d’Alger et du Nord de l’Afrique, qui tire jusqu’à 20 000 exemplaires. Quelques journaux se vendent en plus grand nombre dans l’entre-deux-guerres. C’est le cas du journal d’extrême droite antijuif et fascisant de l’abbé Lambert Oran-Matin (créé en 1931), qui atteint le chiffre de 40 000 exemplaires en 1936 avant d’atteindre le chiffre déjà cité de 50 000 en 193835. De son côté, Le Petit Oranais tire à 18 000 en 1936 et à 10 000 en 1938. Mais, de façon générale et quel que soit leur bord politique, ces journaux ont le plus souvent un faible tirage, si l’on se réfère aux statistiques officielles et aux rares évaluations des journaux eux-mêmes. Le Petit Africain déclare en 1897 vendre plusieurs milliers d’exemplaires au numéro (les détracteurs disent 1 500), l’Avenir de l’Oranie 4 000 exemplaires par jour en 1905, le journal humoristique d’Alger La Silhouette36 d’Eugène Masson 12 000 à ses plus beaux jours, avant 190037. Dans les années 1936-1938, La Libre parole d’Alger tire à 2 000 exemplaires.

19Même quand ils sont modestes, ces chiffres ne doivent pas laisser penser que l’influence des principaux journaux antijuifs est nulle, puisque chaque exemplaire est souvent lu par plusieurs personnes et que leurs positions, slogans et mots d’ordre circulent ensuite aisément dans la société. Cependant, dans son ensemble, la presse strictement antijuive est fragile, un certain nombre de journaux succombent après les premiers numéros, les autres se maintiennent en général pendant quelques mois, voire quelques années. Ils disparaissent le plus souvent après un échec électoral de leur commanditaire car leurs lecteurs sont peu nombreux et ils sont eux-mêmes très dépendants des annonceurs et des imprimeurs, ce qui fait que, quand les annonces légales, les petites annonces ou les publicités font défaut, ils ne peuvent que disparaître. De même, quand l’imprimeur se trouve en trop grand désaccord avec les articles parus ou quand les retards de paiement deviennent trop importants, il réclame son argent et le périodique est contraint de disparaître. C’est ce qui arrive lorsque l’imprimeur juif de Jeune France Antijuive, lassé des injures du journal, exige le règlement de ses dettes. Ce périodique est alors contraint de mettre la clef sous la porte en dépit de ses menaces non voilées et surtout inopérantes et dérisoires à l’égard de cet imprimeur. Un cas semblable survient en 1932 avec une revue, Le Cri Social, paraissant à Alger. Son imprimeur Tabet n’étant pas payé, décide de ne plus l’imprimer.

20Un journal comme L’Antijuif cesse de paraître après une faillite frauduleuse pour renaître sous le nom de Nouvel Antijuif, lequel disparait aussi et revient sous le nom d’Antijuif algérien, repris par Max Régis qui fait sortir symboliquement son premier numéro en date du 14 juillet 1897. Le journal parait deux puis trois fois par semaine, agrémenté bientôt d’un Supplément illustré et obtient un succès sans précédent et assez prolongé comparativement aux autres organes de presse antijuifs puisqu’il paraît pendant plusieurs années. La Libre Parole d’Alger et du Nord de l’Afrique parvint de son côté à survivre un an et demi à l’échec aux élections législatives de 1936 à Alger de Henry Coston qui mit la fermeture du journal uniquement sur le compte des perquisitions, des confiscations de documents et des inculpations diverses et non sur le peu d’intérêt, pourtant réel, des électeurs et, par ricochet, des lecteurs, pour un candidat venu d’ailleurs et dont on ne pensait pas pouvoir tirer concrètement grand avantage, le souvenir lointain de Drumont, dont Coston se faisait l’héritier, n’arrangeant sans doute rien.

21Certaines disparitions tiennent aussi à l’impossibilité des organes de presse concernés de devenir des journaux d’information générale, dépassant le seul cadre de l’antisémitisme et qui finissent par lasser les lecteurs qui ne lisaient dans ces journaux qu’insultes, menaces, appels au pillage et au meurtre. Ce fut le cas du Petit Africain qui périt, comme La Libre Parole d’Alger et du Nord de l’Afrique, de l’orientation exclusivement antijuive de son contenu et de la déconsidération de son rédacteur en chef, Paul Bidaine.

22Les journaux qui ne se limitent pas à l’antisémitisme ou pratiquent des allers et retours entre différentes politiques connaissent une durée de vie en général beaucoup plus longue. Le Petit Oranais, avatar du Petit Africain, devenu antijuif dans l’entre-deux-guerres sous la direction du docteur Molle, parut pendant plus de trente ans grâce à une information élargie. Quant au Républicain de Constantine, avec cinquante ans d’existence, il eut la plus longue durée de vie des journaux liés périodiquement à l’antisémitisme pour des raisons électorales. Sa propagande antijuive fut mise en veilleuse au début du xxe siècle à la suite d’une entente avec Émile Barkatz et Élie Narboni, président du consistoire israélite de Constantine, ce qui lui permit d’être réélu député en 1919. Par la suite, le journal reflète les jeux d’alliance du maire avec ou contre les Juifs, qui lui permirent d’être réélu à la mairie et à la députation de 1924 à 1942.

Les journalistes

  • 38 Le commandant Peffau, membre du conseil municipal antijuif et président de la Ligue antijuive d’Ora (...)

23L’idéologie antisémite des journalistes transparaît intentionnellement dans les journaux à travers certains indices. Les rédacteurs, les lecteurs qui envoient une lettre, un poème ou une chanson teintés d’antisémitisme, utilisent souvent des pseudonymes connotés idéologiquement. Certaines signatures indiquent nommément les liens de leur auteur à la mère-patrie : en plus de Lucien Chaze et de son pseudonyme significatif de Jacques Defrance, l’auteur d’une « Marseillaise anti-judéo-bolchevique » publiée dans la Libre Parole d’Alger du 16 avril 1936 signe François Pursang38.

  • 39 Il retourna en métropole en 1902 pour diriger un journal d’opposition. Le Turco, 9 août 1902.

24La carrière des journalistes et caricaturistes dans un journal antijuif ou humoristique est de durée très variable. Le dessinateur Sirat, lui-même juif, publia à Oran ses caricatures dans Le Charivari oranais et algérien de 1895 à 1899, ce qui est déjà une longévité respectable à l’époque. Le journaliste Hugolin39 écrivit de son côté dans plusieurs publications antijuives depuis la fin du xixe siècle jusqu’à 1902, telles que La Libre Parole, Le Réveil algérien, l’Avenir d’Oran. Mais le cas le plus remarquable est encore une fois celui d’Émile Morinaud qui mène de front pendant quarante ans sa carrière politique et la gestion de son journal.

  • 40 Complément illustré du Réveil algérien, organe anti juif du 14 juillet 1898 ; Geneviève Dermenjian, (...)

25Les condamnations judiciaires signent la mort des journaux, la faillite de leurs propriétaires et la mise à pied de leurs journalistes. Alexandre Ayribier, propriétaire du Petit Africain qui avait laissé publier le numéro de voiture des cochers juifs pour provoquer leur boycott, se trouva en 1898 dans l’impossibilité de les dédommager. Failli, il démissionna dans la foulée de son poste de conseiller municipal et fut considéré comme un martyr de la cause antijuive, une « victime des youpins40 ». Une fois les périodiques disparus, les journalistes se replient souvent sur des organes de presse de différents courants politiques, par exemple le courant républicain, puisque, comme certains hommes politiques, ils font au besoin ces allers-retours déjà rencontrés entre l’antisémitisme « pur » et d’autres formations de l’échiquier politique, elles-mêmes souvent de culture plus ou moins antijuive.

Le contenu

26La manifestation d’opinions antijuives dans les journaux est le plus souvent une pure question d’opportunité, d’intérêt ou de dépit. Un périodique tel que Le Cri d’Alger, dont le premier numéro paraît en mai 1932, ne devient antijuif qu’avec le numéro 33 du 11 décembre 1932 dans lequel la rédaction expliqua avec emphase que le journal avait été « sacrifié sur l’autel électoral par le glaive inexorable de l’ingratitude » ; comprenons que les Juifs ont changé d’alliance politique, après quoi les publicités antijuives s’installent dans ses pages.

27Par leur propagande violente et continue et par leurs analyses politiques, les journaux contribuent aussi bien à maintenir éveillé un puissant sentiment antisémite qu’à témoigner de l’attrait constant pour cette idéologie d’une partie au moins de la population européenne. En effet, le journal fait appel à la subjectivité et même à l’émotivité du lecteur, voire à ses pulsions, en le soumettant à une information partisane intense, qui fait très souvent passer au second plan les informations de type généraliste. Son parti pris fait à la fois sa force, puisqu’il draine une clientèle convaincue, mais aussi sa faiblesse car il ne parvient en général pas à élargir et fidéliser son audience, d’où sa disparition en cas de revers politique ou financier.

La présentation

  • 41 Lettre M. Ange au Président de l’Alliance israélite universelle, Constantine, le 19 mai 1935, l’AIU (...)

28Les journaux comprennent généralement quatre pages et suivent une disposition en un ordre fixé par les objectifs de propagande. Un certain nombre de moyens sont employés dans la titraille pour mettre constamment l’antisémitisme au premier plan, ce qui en fait de vrais journaux de combat. Le titre peut donner le ton, comme c’est le cas avec L’Antijuif Algérien, mais il est souvent plus neutre avec Le Petit Africain, La Libre Parole d’Alger et du Nord de l’Afrique, Le Petit Oranais, Le Républicain de Constantine ou La Silhouette, L’Éclair, ou encore l’hebdomadaire humoristique constantinois Le Tam Tam, responsable dans les années 1930 des attaques les plus passionnées contre les Juifs41. Le contenu de ces derniers organes de presse est suffisamment explicite et connu pour que chacun, après et même avant une première lecture, sache ce qu’il fait en l’achetant. De son côté, La Libre parole est précédée à la fin du xixe siècle de la réputation de l’organe de presse métropolitain du même nom.

29Sous le titre du journal ou l’encadrant, les phrases mises en exergue par les journaux réduisent de toutes façons le champ des possibles. Ainsi L’intransigeant Algérien (1897-1912) dispose de ce sous-titre : « (L’antijuif intransigeant) » avec, en dessous, cette phrase qui exclut non seulement les Juifs mais aussi ceux qui sont situés à la gauche de l’échiquier politique, soit les socialistes, les communistes et les anarchistes, que tout le monde reconnaît dans l’intitulé : « À la porte les Juifs et les sans-Patrie ; Pour la France ! Pour l’Algérie ! » Un autre journal, L’Union antijuive de 1903-1904 encadre son titre de deux phrases qui se complètent : « Pour toutes les libertés », « Contre toutes les tyrannies ». Quant au Petit Oranais qui s’adresse entre les deux guerres, à « tous les aryens de l’Europe et de l’Univers », il étale, inscrit sous le titre, cette sentence de Luther : « Il faut mettre le soufre, la poix et s’il le faut le feu, aux synagogues, aux écoles juives, détruire leurs maisons et les chasser dans la campagne comme des chiens enragés ». Contraint de retirer cette phrase à connotation antisémite à la suite d’une plainte du gouverneur général Maurice Viollette, le journal orna, quelques années plus tard, sa première page d’une croix gammée, elle aussi interdite à son tour. De son côté, La Libre Parole d’Alger et du Nord de L’Afrique, indique en encadré de part et d’autre du titre : « La Libre Parole est pour tout ce qui est dévoué à la France » et « La Libre Parole est contre tout ce qui est hostile à la France ». Les sous-entendus sont totalement clairs à l’époque et constamment employés, l’encadré souligne sans le dire que la France est contre tout ce qui est du côté des Juifs mais aussi des membres des partis socialiste et communiste, supposément vendus aux bolcheviques.

Les articles

  • 42 Exemple de fin d’article résumant les propos « Ces citations montrent que les Juifs ne sont pas seu (...)

30La première page des périodiques est généralement consacrée aux articles de fond : attaques des Juifs sur tous les plans – personnel, moral, économique, politique… –, attaques politiques contre les « enjuivés », exposé doctrinal, mots d’ordre. Le tout étalé sur deux ou trois colonnes avec un titre explicite barrant la page et souvent complété par une caricature en lien ou non avec l’actualité. Les dernières lignes des articles de fond sont destinées à marquer les esprits, elles résument le propos, présentent quelques idées ou propositions antisémites fortes. Un lecteur pressé peut se contenter de lire les titres et la fin de ces articles42, pour se faire une idée de ce qui est écrit, pour raffermir sa proximité avec le milieu antijuif et trouver des occasions d’agir, telles que la participation aux manifestations de rue ou au boycott des magasins appartenant à des Juifs ou à des « enjuivés ».

  • 43 « Algérois. Assistez nombreux à la réunion que notre ami Raoul Follereau donnera dimanche matin à l (...)
  • 44 « Françaises, n’allez pas acheter dans cette maison de tolérance », « n’allez pas chez le youtre Lé (...)

31Comme dans tous les journaux algériens de seconde importance, les informations générales des pages intérieures des journaux antijuifs sont relativement peu nombreuses. Outre les annonces et nouvelles locales, le journal contient des brèves intéressant un village, l’annonce et le déroulement d’une fête, d’une réunion tenue par un antijuif ou un sympathisant43, la présentation d’une tournée de « conférences antijuives », etc. Les articles sont plus courts qu’en première page et peuvent informer sur la question de l’antisémitisme dans les autres régions d’Algérie. Ils mettent en scène des antijuifs aux prises avec les Juifs ou les « enjuivés » et appellent à l’action contre eux. Ils répandent, sous forme de phrases encadrées, des rumeurs (par exemple les meurtres rituels d’enfants chrétiens par les rabbins) assaisonnées de faits vrais pour établir une vraisemblance et de toutes façons stigmatiser un adversaire ; ils pratiquent l’amalgame et le mensonge dans un langage souvent ordurier44.

  • 45 « Sous sa caresse de Judith… Mme Simpson, une juive… », La Libre Parole d’Alger, 14 et 17 décembre  (...)
  • 46 « Le juif Franck, notaire à Alger, échappe toujours à notre scalpel. Son habileté de dissimulation (...)
  • 47 Le 5 août 1897, L’Antijuif algérien donne des listes de « bouchers non juifs » et de tailleurs « fr (...)
  • 48 ANOM Oran 2531, 8 décembre 1936.

32De façon plus générale, la délation45 est pratiquée quotidiennement par tous ces journaux jusqu’à ce qu’une pluie de procès interrompe le processus. Jusqu’en 1899, il est fait régulièrement appel aux lecteurs pour qu’ils fournissent des listes de Juifs occupant n’importe quelle fonction dans n’importe quel domaine (économie, politique, administration, éducation, presse et radio) afin que les clients les évitent et certains journaux pratiquent même une sorte de chasse à l’homme en demandant aux lecteurs de les renseigner sur un personnage donné46. On fait également paraître des listes comportant le nom des commerçants qui emploient des Juifs ou celui des clientes qui se servent chez eux et L’antijuif annonce le 14 juillet 1899 la formation d’une équipe de photographes pour prendre en faute les femmes « qui achètent chez les juifs ». Les listes, ouvrant la voie à des suites judiciaires47, sont remplacées par des listes de commerçants « non juifs ». Les attaques contre le décret Crémieux restent les plus abondantes et obtenir son retrait, mesure idéale et obsessionnelle, paraît encore possible entre les deux guerres, lorsque les nazis enchaînent en Allemagne les mesures d’exclusion des Juifs, dont celle de l’armée, et que les caricatures et les discours48 des antijuifs en Algérie soulignent combien la France aurait intérêt à s’inspirer de cette législation pour faire enfin des Juifs de vrais « étrangers ».

  • 49 Le Petit africain, 25 mai 1897.
  • 50 L’Éclair algérien, organe officiel de la Ligue d’Action française, 7e année, 1934, août, numéro spé (...)

33Lorsque des troubles se déclenchent, les journaux les justifient. « Tout est bien, davantage eût été trop49 » : telle est la morale du Petit africain après les graves troubles de Mostaganem et d’Oran de mai 1897. En 1934, lors des émeutes de Constantine, le journal L’éclair algérien prend position en faveur des émeutiers : « Les juifs viennent de payer dans le sang leurs rapines et leurs vols ; c’était inéluctable […] entre 60 000 juifs inassimilables et 6 millions d’indigènes dévoués et auxiliaires de la nation française, l’heure est venue de faire son choix. Il faut chasser d’Algérie ces tristes parasites50. »

  • 51 Jules Cambon, GG d’Algérie au ministre de l’intérieur, « Troubles du département d’Oran poursuite à (...)
  • 52 La Question Juive en Algérie, Le Peuple Français, 4 juin 1897, AN F/19/11146.

34Le gouverneur général Jules Cambon analysa pour le ministre de l’Intérieur la forte influence de la presse dans l’incitation des populations à la violence en Algérie pendant les émeutes de mai et juin 1897. Il fit valoir dans son rapport, que les journaux antijuifs avaient été directement impliqués dans les émeutes d’Oran51 et demanda que la loi du 11 Août 1848 qui punissait en métropole l’incitation à la haine d’une classe de citoyens contre une autre soit appliquée aux événements antisémites en Algérie puisque le « parti antisémite52 », appelé à cette époque par ses adversaires le « parti du scandale », utilisait la presse pour diffuser des rumeurs et de fausses informations afin d’alimenter l’antisémitisme et d’appeler à la violence. Cambon alerta le procureur général sur le danger des appels au meurtre et au pillage contenus dans les pages des journaux antijuifs mais celui-ci refusa d’agir, avançant que les journalistes seraient acquittés par un jury.

De l’antisémitisme partout

  • 53 AIU Algérie IC1, no 926/4, 3 décembre 1935, article de La Dépêche algérienne montrant de nombreuses (...)
  • 54 « Allons commerçants d’Alger, ne vous laissez pas ruiner par les juifs qui emploient des moyens cra (...)
  • 55 « Un véritable NATIONAL ne peut admettre l’omnipotence juive. Il doit donc voter avant tout pour ce (...)
  • 56 « L’internationale du sang et l’internationale de l’or sont les « deux faces de l’internationale ju (...)
  • 57 « – Notre devise sera : l’Algérie à la France, Arrière les juifs, À la porte les juifs !
    – Notre but (...)

35Un ensemble de procédés permettent à la propagande antijuive de ne pas faiblir au fil de la lecture. Les journaux présentent en première page une ou deux caricatures s’étendant sur une ou deux colonnes dans le dernier tiers du xixe siècle, et davantage dans l’entre-deux-guerres. Dès la fin du xixe siècle, une ou deux photos viennent compléter ou varier les propos. Au xxe siècle et surtout pendant l’entre-deux-guerres, les photographies sont plus nombreuses et montrent entre autres les salles de réunion où le public vient écouter une conférence, participer à un « meeting antijuif » ou à une réunion des Ligues d’extrême droite53. À toute époque, des articles appellent à la mobilisation54 contre les Juifs, en particulier au moment des élections55 où l’antisémitisme est présenté comme un intérêt commun à toutes les fractions de la population, ainsi que le proclame la Libre Parole d’Alger du 2 mai 1936 : « Que tu sois de droite ou de gauche tes intérêts sont les mêmes et ce qui les menace est l’éternel youpin ». À moins qu’on ne rappelle l’opposition fondamentale entre droite et gauche, sur fond d’antisémitisme56 et la nécessité d’exclure57 et d’expulser les Juifs.

  • 58 Bulletin de la Fédération des Sociétés Juives d’Algérie, avril 1937.

36L’impact de ces journaux sur la société permit à la presse antijuive de jouer un grand rôle dans les émeutes de la fin du xixe siècle et pendant les troubles de l’entre-deux-guerres, où cette presse continuait ses attaques sans être sanctionnée, en l’absence d’une loi interdisant la haine raciale. Cette carence de la législation fut à nouveau relevée par le gouverneur général Georges Le Beau le 19 mars 1937. Il reçut ce jour-là le Comité juif algérien d’études sociale et l’assura de sa sympathie avant d’ajouter que « La presse odieuse jouit vraiment d’une impunité regrettable et elle en abuse58 ». Il annonça qu’une loi en préparation devait la contraindre au respect des croyances, des opinions et des honneurs, de la liberté de chacun. Toutefois, il fallut attendre le décret-loi Marchandeau du 21 avril 1939 pour qu’un texte officiel réprime l’incitation à la haine entre citoyens.

Le remplissage

37Les journaux d’information générale et les journaux humoristiques, comme Le Tam-Tam, contiennent, tant au xixe qu’au xxe siècle, des pamphlets, des nouvelles, des feuilletons, des textes de chansons adaptés à des airs connus, des poèmes, des histoires drôles, des caricatures, un courrier des lecteurs. Le tout agrémenté d’un florilège de propositions, d’arguments et de stéréotypes antisémites. Parfois à court d’arguments nouveaux, La Libre Parole d’Alger et du Nord de L’Afrique reprend en 1936 les photos de Drumont et de son entourage, ainsi que le contenu de La Libre Parole du siècle précédent.

  • 59 L’Antijuif, 30 septembre 1897.
  • 60 Jeune France antijuive, 15 mars 1900.

38Les journaux parsèment en permanence leurs pages d’encadrés appelant au boycott des magasins juifs. À côté d’un traditionnel « Françaises, européennes, non-juives, arabes, n’achetez rien chez les juifs ! »59, ou d’un « Achetez français », d’autres slogans peuvent creuser le sens d’un appel à toutes les « bonnes françaises » : « Françaises d’origine et anciennes naturalisées qui avez choisi librement la France pour patrie, soutenez les Français en n’achetant rien chez les Juifs60. » L’expression plutôt énigmatique à première vue « d’anciennes naturalisées » regroupe vraisemblablement dans l’esprit du rédacteur toutes les Européennes qui sont devenues Françaises avant la loi de naturalisation collective de 1898, par amour librement choisi de la patrie, alors que les Juifs et les Juives le sont devenus par un décret qui ne leur laissait pas le choix et n’informait pas sur leur degré de patriotisme.

39Le langage vulgaire et ordurier des journaux ne s’adresse pas qu’aux hommes mais il est aussi dirigé à l’occasion contre les femmes qu’il s’agit de convaincre avec des arguments susceptibles de les toucher :

  • 61 La Lutte antijuive, organe républicain absolument indépendant, no 1, vendredi 4 février 1898.

Françaises !
N‘oubliez pas que les juifs ont chouriné plusieurs des vôtres.
N’oubliez pas que vous avez été insultées par ces infectes [sic] individus. Qu’ils sont allés jusqu’à dire que toutes les Françaises étaient des p…
Et vous Européennes !
N’oubliez pas que les juifs ont aussi vomi sur vous !
N’oubliez pas qu’ils ont assassiné lâchement plusieurs des vôtres !
N’achetez rien chez les juifs !
Acheter chez eux, c’est leur donner raison et vous avilir61.

  • 62 1er août 1897.
  • 63 La Libre parole d’Alger, 3 décembre 1936.

40Les publicités, on disait à l’époque les réclames, sont généralement présentées en quatrième page des journaux, mais elles peuvent être aussi dispersées dans les pages intérieures. Ces publicités émanent de publications antijuives diverses (livres et brochures, périodiques) vantant leurs propres productions. On trouve aussi des publicités recommandant un commerçant « bien français », une « Maison française recommandée par l’Antijuif62 » ce qui peut se dire encore ainsi : « Voulez-vous une bonne montre française ? Adressez-vous en toute confiance à notre ami Gaillard, 14 rue Naudot, Alger. Convoquez-le63. » On remarquera dans cette réclame trois expressions qui forment un tout idéologique. L’expression « bonne montre française » signifie que la montre est fabriquée par des commerçants non juifs. L’expression « en toute confiance » indique que le commerçant est « français » et suggère qu’à l’inverse d’un Juif, un non juif vend des produits de bonne qualité tandis que l’expression « à notre ami » renforce l’être ensemble des antijuifs et la connivence idéologique entre le journal et le commerçant. Ainsi le langage des antijuifs est-il réellement et constamment fait de sous-entendus qui ne trompent personne, de mots innocents qui renvoient en fait à des positions bien connues, de clins d’œil aux lecteurs, de provocations envers ceux qui ne pensent pas comme eux. Cette souplesse d’expression permet aussi de ne pas tomber sous le coup éventuel de la loi en restant dans le non-dit.

  • 64 La Libre Parole d’Alger, 21 mai 1936.
  • 65 La libre parole d’Alger, 21 mai 1936.
  • 66 La Libre Parole d’Alger, 21 janvier 1937.
  • 67 « Quand les juifs se groupent dans les élections, c’est normal. Quand on adresse un appel pour se g (...)
  • 68 Le cri d’Alger, 17 décembre 1932.
  • 69 Le cri d’Alger, 24 décembre 1932.

41L’espace resté vacant par les articles, les images et les sentences idéologiques est comblé par des encadrés ou de petits articles. Des extraits supposés exacts du Talmud, de divers discours ou ouvrages écrits par des Juifs vivants ou non, généralement très connus, sont présentés d’une façon partisane, déformée ou tronquée. Certains encadrés sont occupés par des sentences, des apologues, ou des questions perverses telles que : « Qui pourra dire si Marcel Lambert Salomon dit Marcel Léon est Juif ou Normand64 ? » D’autres encadrés contiennent non seulement des attaques nominatives d’hommes politiques juifs : « Les échappés des ghettos et mellahs vont pouvoir franciser leurs noms : Blum, fleur ; Rosenfeld, champ de fleurs et Herzog André Maurois65 » ; « Bellaïche, tu n’es pas encore maire d’Alger66 ». On trouve également en abondance des vœux pour la réussite de l’antisémitisme, des rappels de doctrine, le refus réitéré dans n’importe quel contexte de considérer les Juifs comme des patriotes et comme des Français ; les phrases sont truffées de mauvaise foi67, de paradoxes ou d’arguties qui permettent de renvoyer les responsabilités sur ceux qui sont attaqués. Ce qui permet d’écrire : « Les juifs seuls provoquent l’antisémitisme68 » ; ou encore : « L’antisémitisme devient un levier pour les arrivistes juifs. Dès qu’on fait un procès à un arriviste juif, les juifs crient à l’antisémitisme et l’antisémitisme sert de levier quand on leur refuse quelque chose69. »

  • 70 « En achetant le timbre antituberculeux, vous contribuez à guérir les Français atteints par cette c (...)

42Des encadrés formulent des invitations à rejoindre les rangs des partis antijuifs, à financer les journaux, toujours à court de trésorerie, en achetant des timbres antijuifs70 ou des actions ou en envoyant une contribution financière. Sans oublier les nombreux extraits de lettres de lecteurs, ou supposées telles car les rédacteurs, selon une formule courante dans le journalisme, en composent eux-mêmes qu’ils font paraître sous un autre nom que le leur. Rares sont les lignes qui échappent à cette tension constante. Ce sont les annonces légales et, sans doute plus étonnant, les feuilletons, qui déploient en général un registre moins sectaire que le reste du journal, alors qu’ils sont au moins tout aussi propices que les autres textes à la mise en scène de situations fictives à vilipender.

43L’abondance et le retour périodique des journaux antijuifs témoignent de l’existence et de la persistance du sentiment antisémite dans une partie de la population européenne d’Algérie qu’on cherche constamment à toucher par ce point faible, même sans grand succès quand on ne dispose que de cet argument. Par la variété de ses moyens d’approche et la constance de ses attaques, le journal antijuif remplit parfaitement son rôle de séduction auprès des sympathisants et militants en divisant la population entre les bons (bons Français, voire bons Européens) et les mauvais (les Juifs et les judaïsants, ainsi que les Européens non français au xixe siècle). Il remplit au mieux son rôle de persuasion des lecteurs par la répétition massive des arguments idéologiques, variables sur la forme en fonction de l’époque mais intangibles sur le fond : on affirme que les Juifs d’Algérie ne seront jamais Français car ils sont intrinsèquement des étrangers dangereux, voleurs et assassins.

44D’où les conclusions habituelles : il faut les isoler, les ruiner, les faire partir. Toutefois, ce programme ne peut résister dans la durée, même quand les antijuifs sont au pouvoir local et régional, tant que les barrières démocratiques nationales fonctionnent.

Notes

1 Les sources de cette étude comprennent les périodiques rassemblés aux Archives nationales d’Outre-mer d’Aix-en-Provence (ANOM) et à la Bibliothèque nationale de France (BnF). Les séries sont lacunaires mais permettent une étude qualitative précise. cf. https://wwwanom. archivesnationales.culture.gouv.fr/Irel. Ce chapitre est la synthèse et le prolongement d’une étude antérieure : La presse antijuive 1870-1914, dans Joëlle Allouche-Benayoun et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., p. 135 151.

2 Image 100000000000011D000000B8D3366D00CC20EC83.jpg
anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/Irel, Consultation faite en avril 2013.

3 Certains sont restés en Algérie, d’autres ont été égarés au moment du transfert en France.

4 Hermann Fiori, Bibliographie des ouvrages imprimés à Alger de 1830 à 1850, Slatkine, 1938, p. 2. Disponible sur books.google.fr

5 Le baron Pichon était diplomate et avait effectué une grande partie de sa carrière aux États-Unis, où il fut consul général puis ambassadeur. Il fut nommé baron sous la Restauration. Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 105.

6 Sont apparus par exemple dans les années 1840 : Le Courrier de Bône, Le Brûlot de La Méditerranée (Alger), Le Démocrate de Blidah, La Seybouse (Alger), La Voix du peuple (Alger), Le Journal de Constantine, L’Écho d’Oran.

7 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 376-377.

8 La Dépêche algérienne, L’Écho d’Alger, La Presse libre (1927-1938), L’Algérie, Alger républicain (1892-1893 ; 1938-1965) pour Alger ; L’Écho d’Oran (1844-1963), Oran-Matin (1931-1938 ?), Le Petit Oranais (1903-1936), La Dépêche oranaise (1924-1931), Oran Républicain (1937-1961) pour Oran.

9 Le Républicain de Constantine, La Dépêche de Constantine, La Dépêche de l’Est algérien (1908-1961).

10 Ont également paru pendant un certain temps El Eco español, La Arana, Carcajada. Alger a aussi sa presse de langue espagnole avec Fraternidad obrera et El Patuet.

11 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 241-243. Voir aussi Peter Dunwoodie, Writing french africa, Oxford Uiversity Press, 1998, 2004, p. 50.

12 Les indications de dates sont prises dans l’inventaire des ANOM.

13 L’Akhbar est d’abord une simple feuille d’annonces puis élargit son contenu, Bourget en faisant un organe de presse favorable à la colonisation. Il cesse de paraitre entre 1897 et 1902, date à laquelle il est racheté par Victor Barrucand (1864-1934), qui en fait un hebdomadaire travaillant pour le rapprochement de la société française et des Indigènes. Dans Christine Drouet et Olivier Vergniot, Victor Barrucand, « Un indésirable à Alger », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, années 1984, vol. 37, no 1, p. 31-36.

14 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p. 178-180.

15 Cf. Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p. 177-194.

16 Des journaux très fragilisés sont périodiquement retirés de la consultation pour réfection. Beaucoup de journaux sont numérisés et consultables sur le site de Gallica.

17 Le mot désigne le titre et les titres secondaires d’un journal : sous-titre, surtitre, intertitre et parfois chapeau et légende.

18 Le journal prend diverses appellations : Libre Parole d’Alger, Libre Parole Nord-africaine, Libre Parole d’Alger et du nord de l’Afrique.

19 Fils du général Laquière, qui fut un adjoint de Lyautey, il est avocat à Alger. Conseiller général, maire de Saint Eugène il est député d’Alger de 1928 à 1932, inscrit au groupe de l’Action démocratique et sociale. Il siège à l’Assemblée algérienne de 1948 à 1954, au sein de l’intergroupe des libéraux. Voir la fiche internet de l’Assemblée nationale sur Raymond Laquière.

20 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 376-377. Ces chiffres varient d’un auteur à l’autre.

21 Deux hebdomadaires franquistes sont créés à Oran pendant cette période : Croisade (1938), La antena española.

22 Devenu conseiller général en 1935 sur un programme antisémite.

23 La série conservée aux ANOM s’arrête en 1934.

24 Les notables juifs de Constantine déplorent au moment des troubles de 1934 l’attitude des journaux antisémites qui s’étalent au grand jour et excitent les arabes à la haine des juifs. ACC, Algérie, IC 1 à 5, Alliance israélite Alger. Direction, Alger 5 octobre 1934, Confino à Président.

25 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Les Juifs en Palestine, Le Républicain de Constantine, le 1er mai 1936.

26 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Le rêve du demi fou, Le Républicain de Constantine, le 30 avril 1936.

27 ANOM Alg. Const. B / 3/656, Solidarité Nécessaire, Le Républicain de Constantine, le 1er mai 1936.

28 ANOM Alg. Const. B / 3/, Bloc contre Bloc, Le Républicain de Constantine, le 2 mai 1936.

29 ANOM Alg. Const. B / 3/656. Anciens Combattants Français Israélites, Constantine, à Le Beau, gouverneur général de l’Algérie ; Anciens Combattants Français Israélites à Sarraut, Herriot, Daladier, Blum, Thorez, Violette, Télégramme 8541 ; Anciens Combattants Français Israélites, Constantine, à Bernard Lecache, LICA Télégramme 8551 ; Anciens Combattants Français Israélites à Victor Brasch, président de la LDH, Télégramme 8531.

30 Dominique Kalifa, Crime et culture au xixe siècle, Paris, Perrin, 2005.

31 Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, op. cit., p. 161.

32 Ou télégramme.

33 Commission de 1900, déposition Vinci, p. 275.

34 « En Espagne, on pille, on brûle les églises. A-t-on entendu dire qu’on avait pillé, brûlé, une banque juive ou une synagogue ? », La Libre Parole d’Alger, 2 mai 1936.

35 Charles-Robert Ageron donne ces tirages de grands périodiques pour l’entre-deux-guerres : L’Écho d’Oran (fondé en 1844), maintenant modéré et qui était le plus important journal d’Algérie, tirait à 80 000 exemplaires en 1936 et 93 000 en 1938 ; La Dépêche algérienne (fondée en 1885) tirait entre 50 000 et 70 000 exemplaires, La Dépêche de Constantine, tirait de son côté à 40 000. Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 376-378.

36 Eugène Masson a fondé La Silhouette à Constantine pour compléter Le Républicain de Constantine. On s’arrache le journal pendant des mois, plusieurs centaines d’exemplaires sont expédiés à Oran, le tirage est énorme pour l’époque. La Silhouette multiplie les articles virulents contre les Juifs et les dirigeants juifs et le journaliste eut plusieurs procès pour injures proférées dans le journal et en ville et fit, selon Morinaud, environ 250 jours de prison en tout. Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 209-211.

37 Jacques Bouveresse, Un parlement colonial : les Délégations financières, 1898-1945, 2 volumes, Mont Saint Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 2008, 2010, vol. 1, « L’institution et les hommes », p. 968.

38 Le commandant Peffau, membre du conseil municipal antijuif et président de la Ligue antijuive d’Oran, envoie un commentaire au Petit Africain sous le pseudonyme de « 10 mai », en souvenir de la victoire des antijuifs aux élections législatives de 1898.

39 Il retourna en métropole en 1902 pour diriger un journal d’opposition. Le Turco, 9 août 1902.

40 Complément illustré du Réveil algérien, organe anti juif du 14 juillet 1898 ; Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 128.

41 Lettre M. Ange au Président de l’Alliance israélite universelle, Constantine, le 19 mai 1935, l’AIU Algérie ICI.

42 Exemple de fin d’article résumant les propos « Ces citations montrent que les Juifs ne sont pas seulement des étrangers mais qu’ils sont des étrangers dangereux, parce qu’ils poursuivent un plan d’hégémonie mondiale et forment au sein de la nation française UN ÉTAT DANS L’ÉTAT ». La Libre Parole d’Alger, 23 avril 1936. Plus classique est ce triptyque : « À bas les Juifs. La France aux Français. Vive l’Algérie française », Jeune France antijuive, 18 mars 1900.

43 « Algérois. Assistez nombreux à la réunion que notre ami Raoul Follereau donnera dimanche matin à l’Empire. Le succès considérable qu’il a obtenu en Oranie, pays du nationalisme et de l’antisémitisme est le plus sûr garant de son talent et de son courage », La Libre Parole d’Alger, 17 décembre 1936.

44 « Françaises, n’allez pas acheter dans cette maison de tolérance », « n’allez pas chez le youtre Lévy et sa concubine », La Trique antijuive, 1er novembre 1901.

45 « Sous sa caresse de Judith… Mme Simpson, une juive… », La Libre Parole d’Alger, 14 et 17 décembre 1936. Plusieurs articles sont édités sur cette dame au fil du temps.

46 « Le juif Franck, notaire à Alger, échappe toujours à notre scalpel. Son habileté de dissimulation est si grande qu’il nous est impossible de lui mettre la main au collet de son existence. Nous prions nos lecteurs compétents de nous procurer les renseignements nécessaires à un abattage en règle de cet individu, L’Antijuif algérien, 16 août 1898.

47 Le 5 août 1897, L’Antijuif algérien donne des listes de « bouchers non juifs » et de tailleurs « français ».

48 ANOM Oran 2531, 8 décembre 1936.

49 Le Petit africain, 25 mai 1897.

50 L’Éclair algérien, organe officiel de la Ligue d’Action française, 7e année, 1934, août, numéro spécial sur Constantine.

51 Jules Cambon, GG d’Algérie au ministre de l’intérieur, « Troubles du département d’Oran poursuite à exercer contre les journaux », 10 juin 1897, ANOM F/80/1685. Gouverneur Général à préfet d’Oran, « Télégramme 43254 », Paris, 13 juin 1897, ANOM F/80/1685.

52 La Question Juive en Algérie, Le Peuple Français, 4 juin 1897, AN F/19/11146.

53 AIU Algérie IC1, no 926/4, 3 décembre 1935, article de La Dépêche algérienne montrant de nombreuses femmes assistant à une conférence des Croix-de-feu.

54 « Allons commerçants d’Alger, ne vous laissez pas ruiner par les juifs qui emploient des moyens crapuleux pour vous faire concurrence et vous empêcher de vous livrer à vos honnêtes opérations. […] n’hésitez pas à écraser la pieuvre juive qui déshonore le commerce algérien et sème dans vos rangs la haine et la misère. Commerçants français, défendez-vous donc ! Nous vous aiderons de tout notre pouvoir. À bas les juifs ! » L’antijuif algérien, 1er février 1900.

55 « Un véritable NATIONAL ne peut admettre l’omnipotence juive. Il doit donc voter avant tout pour celui qui s’élève contre la dictature de la JUIVERIE. Voter anti-juif et pour tout électeur NATIONAL est un DEVOIR. », La Libre Parole d’Alger, 23 avril 1936.

56 « L’internationale du sang et l’internationale de l’or sont les « deux faces de l’internationale juive. Théoriquement, adversaires farouches, mais en fait alliés. », La Libre Parole d’Alger, 16 avril 1936.

57 « – Notre devise sera : l’Algérie à la France, Arrière les juifs, À la porte les juifs !
– Notre but : Nous voulons la France aux Français, c’est-à-dire débarrassée des Juifs et des Métèques.
– Nos vœux pour 1937 : renvoyer les juifs en Judée et Blum au diable », La Libre Parole d’Alger, 11 décembre 1936.

58 Bulletin de la Fédération des Sociétés Juives d’Algérie, avril 1937.

59 L’Antijuif, 30 septembre 1897.

60 Jeune France antijuive, 15 mars 1900.

61 La Lutte antijuive, organe républicain absolument indépendant, no 1, vendredi 4 février 1898.

62 1er août 1897.

63 La Libre parole d’Alger, 3 décembre 1936.

64 La Libre Parole d’Alger, 21 mai 1936.

65 La libre parole d’Alger, 21 mai 1936.

66 La Libre Parole d’Alger, 21 janvier 1937.

67 « Quand les juifs se groupent dans les élections, c’est normal. Quand on adresse un appel pour se grouper et contrebalancer la puissance d’Israël, c’est de l’antisémitisme. Pourquoi ? », Le Cri d’Alger, 31 décembre 1932.

68 Le cri d’Alger, 17 décembre 1932.

69 Le cri d’Alger, 24 décembre 1932.

70 « En achetant le timbre antituberculeux, vous contribuez à guérir les Français atteints par cette cruelle maladie. En achetant le timbre anti-juif vous contribuerez à guérir la France et l’Algérie du cancer juif et maç (on). », La Libre Parole d’Alger, 29 avril 1937.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search