Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

La mouvance antijuive en période de crise

Antisémitisme et langue française

Le poids des mots

Texte intégral

  • 1 Jules Michelet, Histoire de France, éd. Chamerot, 1861, t. 2, livre III.

L’histoire de France commence avec la langue française.
La langue est le signe principal d’une nationalité.
Jules Michelet1

  • 2 Voir Geneviève Dermenjian, « Langue française, identité nationale et antisémitisme chez les Europée (...)

1Divers composants de l’identité2 politique et sociale des antijuifs se révèlent à travers les stéréotypes, les mots, les tournures de phrases qui circulent au xixe et au xxe siècle dans les conversations privées, les discours officiels, les chansons et les écrits. Cet ensemble linguistique relie étroitement l’antisémitisme aux questions d’identité nationale et de patriotisme, ce qui se traduit par un discours double qui, d’un côté rend hommage à la Nation française et à ses citoyens, à leurs actions et à leurs valeurs pour, d’un autre côté, faire des « juifs-Crémieux » les artisans de tous les malheurs de la société, des êtres dont l’identité se montre incompatible avec l’identité des « bons français ».

2Ces images forgées idéologiquement transparaissent dans une langue française adaptée, qui révèle aussi bien les divers éléments de la doctrine antisémite que la façon dont elle se diversifie dans le temps. C’est donc la langue parlée et écrite comme moyen privilégié d’expression idéologique qui est approchée ici, d’abord en tant que signe primordial et indiscuté d’appartenance à la Nation française, puis, par ricochet, en tant qu’instrument d’exclusion aux mains des antijuifs.

Langue et identité nationale

Une seule langue

  • 3 Pierre Nora, dir., Les lieux de mémoire, t. 3, Paris, Gallimard, 1997.
  • 4 L’article 24 de ses statuts précisait que « La principale fonction de l’Académie sera de travailler (...)
  • 5 Aujourd’hui encore, le site internet « France.fr, le site officiel de la France », place la langue (...)
  • 6 La scolarisation des jeunes progresse régulièrement mais elle n’est pas totale, en particulier pour (...)

3La France entretient des liens forts et anciens avec sa langue3 parlée et écrite considérée comme l’expression par excellence du « génie » français, pour laquelle on a créé une institution, l’Académie française4, destinée à lui donner des règles5. Cette langue est pensée comme constitutive non seulement de l’être de chaque citoyen mais aussi de l’appartenance à l’État-nation, en tant que l’un des ferments premiers de « l’esprit français », de la « mentalité française » et donc, par glissements successifs, en tant que moyen incontournable de former nation. De ce fait, au xixe et au xxe siècle, en Algérie comme en métropole, chacun a l’obligation pour s’intégrer, de mieux en mieux suivie au fil des ans, de se plier à son usage, en particulier à l’école6 et à l’armée.

  • 7 Basil Bernstein, Class, Codes and Control, Londres, Routedge & Kegan Paul, 1971 ; édition française (...)
  • 8 En métropole même, les populations ayant une langue locale bien vivante comme les Bretons, sont éga (...)

4Au-delà de son aspect coercitif, la langue est non seulement un instrument politique mais aussi un instrument d’intégration et de promotion sociale7 puisqu’elle permet de communiquer avec les autres, d’occuper certains métiers nécessitant son emploi et qu’elle est très valorisée par la société dans son ensemble… Inversement, celui qui s’exprime mal dans la langue nationale est moqué et méprisé aussi bien en métropole8 qu’en Algérie, non seulement en raison de ses faiblesses grammaticales et lexicales mais aussi en raison de ce qui est considéré comme une inadaptation à la nation française. Toutes choses qui jouent un rôle capital dans un pays où le « français » au sens ethnique et linguistique tient la première place, une place qu’il faut absolument respecter quand on a intégré la sphère politique, économique et sociale à laquelle elle donne accès ou quand on veut l’intégrer. Cette place centrale de la langue en milieu français permet aux antijuifs de construire une image des Juifs en tant que saboteurs de cette langue qu’ils sont supposés dénaturer et avilir. En 1899, Max Régis estime ainsi que :

  • 9 Texte publié par la Revue algérienne de 1899, p. 342, cité par Pierre Hébey, Alger 1898, la grande (...)

Les juifs ont escroqué même notre langage ! Ils saccagent le vocabulaire, comme ils ont dévasté notre agriculture, pillé notre industrie, démoralisé le commerce. Sous les termes les plus précis, les idées les plus nettes, ils ont entassé l’équivoque, l’erreur, la piperie insidieuse qui aggravent les discussions, prolongent les malentendus, perpétuent parmi nous la confusion, la colère, la haine. À l’ombre du même drapeau, il semble que nous ne parlions presque plus la même langue9.

Une langue idéologiquement travaillée

5La langue française est l’objet de l’attention de tous les acteurs politiques qui la manient habilement dans leurs discours et leurs écrits ; dans le cas particulier des antijuifs, on assiste à une utilisation clairement partisane de la langue. Leur discours est truffé de mots et d’expressions, de tournures de phrases, de raisonnements, qui témoignent d’un travail idéologique et se répandent progressivement par imprégnation dans l’ensemble de la population. Il utilise de nombreuses approches dans le but de définir ce que sont les Juifs, ce qu’est l’antisémitisme et dans l’espoir de rallier le maximum de personnes.

  • 10 Cf. Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes, 19 (...)

6À travers les attaques contre les Juifs, et de façon souvent induite, se dévoile une conception globale de la nation et de la société, ce qui inclut aussi bien le présent que l’avenir, la sphère domestique que la sphère publique. On balaye ainsi l’économie, la politique, l’idée nationale et le patriotisme, la vie sociale, les mœurs et les rapports de genre10 à l’intérieur du monde colonial. Un monde où des populations diverses se côtoient plus qu’elles n’entrent en relation et où les femmes et les hommes disposent de statuts divers en fonction de facteurs politiques, ethniques et culturels propres.

  • 11 Sur cette question, voir Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, op. cit(...)

7Pour être immédiatement compris, les hommes politiques, les écrivains et journalistes, les manifestants antijuifs n’utilisent pas une langue savante mais une langue de tous les jours, connotée idéologiquement. Certains mots et expressions sont sans cesse employés et possèdent une force de persuasion qui ne faiblit apparemment pas avec le temps. Cette langue simple, énergique, de peu de profondeur intellectuelle, constitue une arme idéale de combat qui fait naître l’émotion autant qu’elle échauffe l’imagination ; elle reste concrète, tient son public en haleine et ne laisse pas de place au doute11. Elle se forge et se complète au fil des ans, le fond commun s’enrichissant progressivement des nouvelles expériences vécues.

  • 12 Marie-Anne Matard Bonucci, ANTISÉmythes, l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), (...)
  • 13 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 14.
  • 14 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 14. Colette Guillaumin L’I (...)

8Comme l’image12, cette langue synthétise et standardise le propos, elle facilite la mémorisation des stéréotypes et entre ainsi aisément dans les cerveaux. Elle peut devenir populiste, démagogique et ordurière quand elle fait disparaître la réflexion et se contente de ressasser des insultes ou de présenter des scènes équivoques. Elle veut aussi avilir, séparer, exclure et faite accepter l’idée que les antijuifs sont les seuls vrais Français. Pour y parvenir, la langue forgée par les antijuifs détaille la norme antijuive, l’écart à la norme et essentialise les êtres. Elle organise, expose, analyse la pensée et donc classe, juge, accepte et rejette. Elle construit ainsi une image de l’identité nationale comme contre-modèle positif de l’identité juive, supposée négative en tout. En ce sens, parler des Juifs et les caricaturer, c’est parvenir à se grandir soi-même en miroir. Les antijuifs créent ainsi progressivement en Algérie un « référentiel culturel » formé de représentations, de mots, de situations, en bref d’images idéologiquement constituées dans lequel on puise régulièrement. Et ce sont les mêmes accusations et dénonciations qui se formulent avec pratiquement toujours les mêmes mots et les mêmes formules. Le langage prend dès lors les formes d’un système clos13, stable et plastique, que Taguieff appelle une « langue de métier14 », centré sur la défense de l’idéologie et sur l’attaque des Juifs et des judaïsants.

  • 15 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 129 : « le (...)

9Dans la presse et les discours, le mot « antijuif » devient l’équivalent du mot « français », un passe-partout qu’on martèle à tout propos. Les députés, les conseils municipaux, les partis politiques15, les militants, les meetings, les banquets, les journaux, les agences de publicité, les imprimeries, les anisettes, les cigares, les cafés et les magasins se déclarent tous « antijuifs » ou « français ». Rien ne peut y échapper, y compris les cigarettes et les absinthes :

  • 16 Suivent le nom et l’adresse du fabricant pour les expéditions lointaines. Publicité parue à de nomb (...)
  • 17 Le Réveil algérien, 1897, 1898.

Fumeurs,
demandez dans tous les bureaux de tabac
L’Antijuive, cigarette havane essentiellement française
0f.10 le paquet16
Demandez l’absinthe antijuive,
le plus tonique, le plus rafraîchissant, le plus français des apéritifs.
Demandez-le de préférence à tous les produits similaires étrangers17.

  • 18 Une « absinthe anti-juive » est également fabriquée à Alger.

10Remarquons que le terme étranger signifie ici en premier lieu juif, en référence à la célèbre anisette Phénix produite à Oran par la famille Timsitt ou à Alger par Joseph Kanoui, donc un produit qui n’est pas considéré par les antijuifs comme « français », alors que l’« Absinthe anti-juive », fabriquée dans le Doubs, à Montbéliard18, est, elle, bien « française ». D’ailleurs, pour enfoncer le clou, l’étiquette présente en son milieu une photographie de Max Régis avec, en dessous la phrase « France aux Français ». Le terme étranger utilisé dans la publicité pourrait aussi désigner les produits fabriqués en Algérie par des Espagnols d’origine, comme l’anisette Galiana fabriquée à Oran, l’anisette Gras et l’anisette Cristal fabriquées à Alger. Toutes ces anisettes, très appréciées des amateurs, pouvaient à la rigueur être considérées par certains comme non strictement « françaises ». Ces considérations purement commerciales entraient peut-être peu dans le choix concret des consommateurs, mais elles indiquent bien la prégnance du discours idéologique et son utilisation commerciale dans la vie quotidienne.

Défendre les « bons Français »

  • 19 Le parti bolchevik fut créé par Lénine en 1903.

11La langue des antijuifs est une langue du politique et de la politique, qui se définit elle-même comme défendant le bon français, la nation, le patriotisme, l’ordre, le droit, l’honnêteté. Le Juif, qu’on oppose point par point à ces caractéristiques, est défini dès la fin du xixe siècle comme ploutocrate, cosmopolite, internationaliste, inassimilable. Le célèbre faux Les Protocoles des Sages de Sion est cité à partir de 1905 par les journalistes et les publicistes antisémites pour prouver la duplicité des Juifs dont on fait remarquer qu’ils participent à tous les complots : judéo-maçonnique, judéo-dreyfusard, judéo-bolchevique19. L’Algérie serait exclusivement entre leurs mains, elle est appelée pour cela, « terre juive » et Alger « Algérusalem ».

  • 20 Journal officiel, débats parlementaires, séances du 19 mai 1899 et du 24 mai 1899.
  • 21 Il parle de français et de juifs, d’enfants français et d’enfants juifs.

12Les 19 et 24 mai 189920, Gustave Rouanet qui dénonce l’action des antisémites en Algérie, se fait interrompre par un député de Paris représentant l’Union libérale, Laurent Prache, qui objecte : « nous ne pouvons pourtant pas laisser traiter les Français de la sorte » en parlant des réponses juives aux attaques dont ils sont l’objet. Ce qui lui vaut cette réponse du député : « mais ce sont des Français ces juifs, ce sont nos compatriotes ». On aurait aimé connaître le contenu des « interventions sur divers bancs à droite » soulignées par le compte rendu de séance mais tel quel, l’échange montre bien que, dans l’esprit de certains, les termes de Français et de Juif ne peuvent parvenir à se confondre. Rouanet lui-même, dans le feu de la discussion, utilise parfois le terme de « français » par opposition à « juifs21 », soit qu’il s’en serve par facilité pour les définir par rapport aux Français d’origine mais sans l’avoir précisé à l’avance, soit qu’il soit lui-même conduit à utiliser par obligation discursive le langage courant des antisémites et, au-delà, d’un grand nombre de compatriotes.

Langue et antisémitisme

Déprécier l’adversaire

  • 22 Expression de Victor Klemperer qui étudia dans le détail les liens entre langue et idéologie dans l (...)
  • 23 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 5, 25-26.

13Pour démontrer que les figures du Juif et de la Juive représentent des catégories opposées à celles du Français et de la Française et, en partie, à celles des autres Européens et des Indigènes des deux sexes, la langue des antijuifs devient prisonnière de l’idéologie22 et tourne indéfiniment autour de quelques éléments principaux : la barrière infranchissable du « eux » et du « nous » qui crée ou renforce l’identité du groupe, le patriotisme et ses mots dérivés, l’indignation et la colère qui montent chez les opprimés et les justes mis à mal par les Juifs, l’aspiration à la délivrance, l’appel au passage à l’acte. Les antijuifs cherchent enfin à discréditer les Juifs et les judaïsants par le biais d’un discours bourré de rumeurs, de délations, d’insultes, de portraits au vitriol. En désignant les Juifs comme seuls responsables de tous les problèmes de la société, ils simplifient les situations, stigmatisent tous les adversaires et proposent la solution simple et radicale traditionnelle : s’éloigner de « l’élément juif ». « Comme ça quand personne y fréquentera vec les juifs » lit-on dans Cagayous antijuif23, tout le monde y poudra manger le morceau de pain et boire le café. Challah ! »

  • 24 Jean-Paul Honoré, Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus, op. cit., (...)

14Pour justifier les émeutes, les pillages, les mesures vexatoires, il faut des mots très forts, ne reposant pas uniquement sur l’idéologie et les dénonciations, mais aussi sur les émotions qui permettent aux pulsions de s’extérioriser. Les mots des antijuifs débouchent alors sur l’instinct, la bestialité, l’indignation, la fureur et la révolte des populations européennes et indigènes, ce qui aboutit en fin de compte sur le terrain à une violence totalement justifiée, dit-on, par les actions des Juifs. De ce fait, pour Jacques Defrance, les Juifs doivent être expulsés sous les huit jours, les possesseurs juifs ou non de fortunes supérieures à un million de francs, incarcérés, jugés et leurs fortunes vérifiées. Ceux qui, Juifs ou judaïsants, seraient jugés coupables seraient exécutés publiquement24. S’agit-il d’une vue de l’esprit, d’une pure provocation, d’une inconscience ? Il est difficile de se prononcer.

  • 25 Écho d’Oran, 30 juillet et 3 août 1898.

15Dans cette langue de la mauvaise foi et de la dénonciation, les mots de Juif ou Juive et tous les surnoms et autres épithètes injurieux qui leur sont affectés, occupent une place de premier choix. Ils sont utilisés comme substantifs mais aussi comme adjectifs, ce qui permet de comprendre tous les adversaires dans la critique. Et ces mots changent progressivement de sens, passant d’une signification à caractère religieux ou sociologique (algérien de religion juive) à une mention méprisante puis à une injure. Être Juif devient condamnable en soi et le signe d’une tare indépassable ; traiter quelqu’un de Juif est alors une insulte. Le conseil municipal antijuif d’Oran déclencha le scandale des modérés en 1898 en disant d’Édouard Laferrière, nouvellement nommé gouverneur général : « S’il n’a pas nos idées, il ne restera pas longtemps. Si c’est un juif, il sera balayé25 ». Être Juif devient donc un état qui ne dépend plus de la naissance et de la religion mais s’applique à toute personne déconsidérée, dont la définition dégringole successivement de « français » à « mauvais français » ou « judaïsant » puis à « juif ».

Un large panel d’insultes

  • 26 Voir Marie Treps, Maudits mots La fabrique des insultes racistes, Paris, Tohu Bohu éd., 2017.
  • 27 Jean Paul Honoré, Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus, op. cit., (...)
  • 28 Fernand Grégoire, La juiverie algérienne, op. cit., p. 13.
  • 29 Gustave Rouanet, considéré comme judaïsant endurci est traité de « youtromane » dans La Révolte Ant (...)

16Il suffit de lire quelques pages de journaux des xixe et xxe siècles pour mesurer l’importance et la variété des insultes26 proférées. L’invective peut se dire avec des noms propres, ce qui fait que « c’est un juif » ou une « juifaille » devient « c’est un Dreyfus », « c’est un Lévy », « c’est un Blum ». On dira aussi, pour stigmatiser un électeur juif que c’est un « Français par surprise », un « Français de nom », un « Français de contrebande », un « citoyen Crémieux », un « échappé du ghetto ». Ces injures ont une base27 historique et religieuse (circoncis, Moïsard, bandits raccourcis, bénis bouts coupés, sécatorisés), économique et sociale (usurier, exploiteur, capitaliste, chevaliers du 100 %, marquis du 300 %, juiverie internationaliste, juifs-monde), nationaliste (cosmopolite, internationaliste opposé au bon français ou vrai français ou français de France). D’autres sont dérivées du mot « judaïsante » (utilisé autrefois par l’inquisition espagnole), de l’arabe (cachir, député cachir28, électeurs cachirs, youdi, ben youdi, youpin), de l’allemand (youtre29).

  • 30 Ces mots peuvent également être retournés à leur profit par les populations stigmatisées. C’est ce (...)
  • 31 ANOM Oran 3121, dossier antisémitisme, Pont de l’Isser, 26 juillet 1936.
  • 32 Cf. Gustave Rouanet, Chambre des députés, 24 mai 1899.

17Les formules de « sale youpin ! », « sale juif ! » expriment aussi bien le rejet de la personne, son être intrinsèquement répugnant que son appartenance à un groupe discrédité30. Évoquer la saleté supposée des Juifs permet au lecteur de prendre de la distance par rapport aux personnes réelles, de les rejeter en dehors de l’humanité, d’accepter éventuellement qu’on se dresse contre eux. C’est ce que propose une inscription accompagnée d’un drapeau tricolore, peinte en juillet 1936 sur un transformateur électrique de Pont de l’Isser en Oranie : « […] Toi juif qui par ton odeur infecte, a fait sauver le bouc de sa cabane, tu crois de nous avoir. Mais on aura ta tête avant que tu ne le penses31 ». Avoir recours à l’animalité dans le langage courant permet aussi de renforcer l’injure : La Silhouette32, journal de la Ligue antijuive de Constantine à la fin du xixe siècle, emploie les mots d’« éclosion » pour la naissance d’un enfant juif, d’« accouplement » pour un mariage et de « crevaison » pour un décès. Ailleurs, on compare les Juifs à des animaux comme les araignées ou les boucs, on évoque leurs mauvaises odeurs, lourdes de significations répulsives. On parle encore de « cochons de juifs » ou de « truies juives » donnant naissance à de petits « pourceaux ». Ces derniers mots ne font pas que ravaler un être humain au rang d’un animal traditionnellement classé parmi les plus sales et les plus méprisés, ils dénotent l’animalité supposée des Juives dont la sexualité débridée et incontrôlable serait universellement connue et ils mettent enfin l’accent sur le mépris de la religion juive et de ses codes alimentaires.

  • 33 « Les Juifs c’est la même chose les punaises », Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 28.
  • 34 Pierre-André Taguieff, La couleur et le sang. Doctrines racistes à la française, Paris, Mille et un (...)
  • 35 ANOM Oran 3121, 11 octobre 1937.

18D’autres animaux encore davantage associés à la notion de saleté, de risque sanitaire majeur, de vie passée aux dépens des autres, sont évoqués dans les dénonciations de Juifs comparés à des insectes destructeurs comme les criquets, les puces, les poux, les cafards ou les punaises33, ce qui les réduit à un bas niveau d’animalité, d’infra-animalité même si l’on ose dire. Comme ces parasites prolifèrent du fait d’une mauvaise hygiène et dans la saleté, ils sont proches non seulement du sale, mais de l’impur. Enfin, ces insectes agressent physiquement et directement les humains, attaquent leur chair et leur volent ce qu’ils ont de plus intime et de plus précieux à savoir leur sang34 qui symbolise en outre celui de la « race », une race qui est souillée par ce contact. Sont employées avec une charge proche les hydres, pieuvres, rats, araignées, corbeaux rameutés après la bataille. En 1937, on pouvait lire sur des papillons collés sur les devantures de magasins juifs dans diverses villes de l’ouest algérien : « Comme le rat répand le typhus, la peste et le choléra, le Juif provoque la ruine, la révolution et la guerre35 ».

Forger des mots et expressions emblématiques

  • 36 Paul Siblot, « “Cagayous antijuif”. Un discours colonial en proie à la racisation », Mots, 1987, vo (...)
  • 37 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 59.
  • 38 Klemperer parle de cette langue qui « ne se contente pas de penser à ma place » mais « dirige aussi (...)

19Les pages qui précèdent ont montré que les slogans de l’antisémitisme sont peu nombreux et constamment répétés dans le temps. « À la porte les juifs ! », « La France aux Français », « Vive la France », « Mort aux juifs ! » sont criés communément dans les manifestations ou s’inscrivent sur les murs. Les expressions les plus fréquemment employées restent « À mort les juifs ! » et « Mort aux juifs », que Louis Durieu définit comme « le cri rituel de la secte [qui] suffit à tout, [qui] ouvre tout et résout tout ». L’autre cri rituel « À bas les juifs ! » devient « En bas les juifs ! » sous la plume de Musette. Pour le linguiste Paul Siblot36, elle signifierait « À mort les juifs ! ». Non pas la mort d’un ou deux individus, mais bien la mort de tous comme le suggère Cagayous : « Qu’on se jette à la mer tous les juifs ensemble, bon ! Si on veut se les mettre dedans une caisse grande et qui reste qu’un trou pour qui respirent, moi je bouche le trou ! Mais escarminter deux juifs de misère, ça c’est pas bien37 ! » Ce ne sont que des mots et atténués par la tendresse envers les individus, laquelle laisse supposer plus de faconde méditerranéenne que de détermination dans les propos tenus. Toutefois, il reste que les mots ont une charge propre et résonnent dans les esprits de qui les entend ou les lit. Prononcés par temps calme, ils peuvent ne pas avoir de conséquence concrète, mais leur signification et leur efficacité profondes se révèlent pendant les conflits et les violences. Car la langue canalise les sentiments, l’« être moral38 » et libère les pulsions violentes, notamment quand on lui laisse toute liberté dans les écrits, les manifestations et les émeutes.

20Des expressions courantes naissent dans la langue des antijuifs d’une situation historique donnée et finissent par disparaître avec l’actualité qui les a fait naître ou par se transformer en s’intégrant dans la culture, témoignant après coup de cette circonstance passée et de l’adaptabilité du discours idéologique. « Le traître Dreyfus », expression paradigmatique des années 1898, devient sous la plume des journalistes, « les juifs sont tous des traîtres », ce qui condamne le groupe entier tout en laissant subsister le souvenir du traître absolu, Alfred Dreyfus. Ces expressions dévalorisantes sont longues à disparaître du vocabulaire car elles expriment non seulement des situations vraies ou fausses mais aussi des convictions ancrées dans les esprits. Ces expressions, les tournures qui les accompagnent, voire les formes syntaxiques, et, au-delà, les stéréotypes, s’enracinent au plus profond des consciences, leur emploi devient mécanique, suscite des comportements hostiles et permet à la culture antijuive de s’exprimer ouvertement, même en période calme. De même, les légendes des caricatures insérées dans les journaux se fixent dans les cerveaux, leurs mots et leurs images pénètrent l’inconscient et y font souche. Le martelage idéologique et linguistique permanent permet ainsi de faire passer à force ce qui est mensonger, l’abondance des répétitions finit par devenir une évidence, une preuve par accumulation. Dire tout cela, c’est dire aussi que cette culture est tolérée, acceptée, réutilisées dans le temps par la société européenne d’Algérie, donc bien au-delà des cercles antijuifs.

Quelques usages antisémites de la langue

Les méthodes

  • 39 En 1885, Fernand Grégoire parle aussi des Juifs comme n’étant « Ni charpentiers, ni maçons, ni arch (...)
  • 40 Henri Garrot, Les juifs algériens, leurs origines, op. cit., p. 8, 60.
  • 41 Jules Guérin, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont & Cie, op. cit., p. 129.

21La propagande antijuive met l’allusion, le mensonge et l’injure à son service39, elle définit le décret Crémieux comme un « faux40 », répand à coups d’insinuations et d’exemples mensongers l’idée que les Juifs et les Juives sont entièrement à rejeter. Ayant repris à la Chambre les allégations développées en Algérie d’usure, de faillites frauduleuses, d’accaparement des terres, d’envahissement de l’administration et des services publics par les Juifs, les « mousquetaires antijuifs » se voient opposer en mai 1899 à la Chambre des Députés le démenti cruel de Gustave Rouanet, reposant sur les chiffres officiels de l’économie algérienne et montrant la fausseté de leurs affirmations. Le député apporte même par surcroît la preuve de l’implication d’Émile Morinaud et de son père dans des malversations financières, qui firent surnommer le député de Constantine « quart de million » par ses collègues de la Chambre41.

22Des moyens détournés sont employés pour porter un jugement négatif concernant les Juifs. Un texte peut faire l’éloge d’une personne non juive, utiliser des mots et des situations, des connotations qui conduisent par comparaison mentale au déploiement d’une aura négative. Ainsi, La Libre Parole d’Alger du 16 avril 1936 annonce que de 1914 à 1918, « pendant que les Algériens se faisaient tuer dans les tranchées », on enregistra en Algérie 65 % de naissances juives et seulement 35 % de naissances françaises. Le discours s’arrête ici mais tout le monde comprend que les Juifs et les Juives se sont bien amusés au lit pendant que les « Algériens », c’est-à-dire les Français d’Algérie, mouraient au front par devoir patriotique ou bien que les femmes juives de militaires mobilisés n’ont pas attendu le retour de leur mari pour agrandir la famille. Par extension, le texte suggère aussi que les Juifs étaient des embusqués ne s’étant pas présentés au combat. Autre exemple, pour La Libre Parole d’Alger du 6 octobre 1936, le gouverneur général Le Beau, qui ne mène pas de politique hostile aux Juifs, s’appellerait en fait Lebhar, qui est un nom juif devant entraîner la méfiance des lecteurs. L’insinuation prend forme plus complète avec la caricature accompagnant cette légende qui révèle la figure d’un Juif hideux sous le masque du gouverneur.

  • 42 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Agora (...)
  • 43 ANOM F80 1687 Télégramme, 19 avril 1897.

23La critique peut également prendre les formes de la dérision, ce qui n’est pas réservé aux antisémites, par exemple par l’emploi de « guillemets ironiques42 », de points d’exclamation ou d’interrogation pour souligner un fait ou son contraire non-dit, pour bien préciser que la citation ou le fait rapportés doivent être mis en doute, qu’ils sont mensongers. Dès avant le déclenchement de la grande crise de la fin du xixe siècle, les histoires drôles ou les légendes des caricatures révèlent dans les journaux humoristiques, par exemple le Charivari oranais et algérien (1881-1896) ou Tam Tam (environ 1933-1936), le décalage entre la langue impeccable supposément parlée par les Français et le baragouin employé par les Juifs, qui écorchent le vocabulaire et la grammaire, ce qui les désigne d’office comme faussement francisés. Dans ces journaux, les Juifs peuvent parler d’une étude de « clair de notir » pour clerc de notaire, s’écrier « quel toupet vos en avi » quand on leur porte tort, mêler au français des expressions arabes, « nemchou », ou espagnoles, « carajo », etc. Avec, pour créer l’étonnement et le rire chez le lecteur, une seule phrase presque correcte : « oh, l’pauvre garçon ». Enfin, les antijuifs présentent toujours strictement leurs exactions à leur avantage, rejetant la faute sur leurs adversaires, pour faire sourire le lecteur et sans craindre le paradoxe, comme on peut le lire ici : « Hier Oran. Dans quartier juif militaires chantant refrains antijuifs grossièrement insultés par juifs. Soldats mirent sabre au clair, sang coula43 ». Pendant les émeutes de mai 1897, lors de la vente des feuilles de livres saints lacérés, on parle essentiellement de feuilles arrachées au Talmud, ce qui écarte l’idée de sacrilège. De même, on ne parle pas de pillage de la synagogue de Mostaganem mais bien de prise de la synagogue, ce qui donne un effet de bravoure : les émeutiers prennent la synagogue comme les soldats prennent un fortin ennemi.

  • 44 « Contre la dictature de l’or et des puissances occultes, contre le marxisme, pour la liberté, pour (...)
  • 45 Le Petit Africain, 20 juillet 1898.
  • 46 Le Petit Africain, 13 mars 1897.
  • 47 Le Petit Africain, janvier 1898.

24Chaque journal antijuif représente une tendance particulière, qui s’oppose en général politiquement aux autres tendances, si bien que les menaces par lettres de délation, articles, caricatures, encadrés ou photos ciblent non seulement les Juifs mais aussi les adversaires d’autres factions antijuives qu’il est toujours bon de déconsidérer. On en attaque les dirigeants ou les sympathisants dans leur vie personnelle, on les disqualifie en simples judaïsant qui se fournissent chez des Juifs. Avant les élections, les slogans électoraux rappellent aussi les griefs contre les Juifs44, puis des menaces vagues ou plus précises leur sont faites quand les élections sont perdues : on promet de les mettre au pas, on parle d’expulsion, de départ pour la Palestine, de « recourir à la guerre matérielle45 », de « couper les juifs en deux46 », de pratiquer « la reprise individuelle47 », qui est un autre nom du pillage.

La langue et la culture antisémite

  • 48 Extraits de lettres reprises dans Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936, L’agr (...)

25En essentialisant le Français et le Juif, la culture antijuive écarte toute complexité et forme un prêt à penser auquel les antijuifs ont régulièrement recours. Et, au xixe comme au xxe siècle, les textes expriment des situations et des idées associées, là aussi, à un non-dit qui renvoie à un stéréotype montrant les Juifs porteurs d’une culture étrangère immobile et néfaste, qui s’oppose point par point à travers les siècles à la culture des autres « nations » et, en premier, à celle de la nation française. C’est l’idée qui guide les 850 électeurs « nationaux » des grandes villes d’Algérie, quand ils félicitent en juin 1936 Xavier Vallat de s’être dressé à l’Assemblée nationale contre Léon Blum. Ils expriment leur colère de voir le « juif Blum » diriger le pays, ils se considèrent « diminués et atteints dans [leur] dignité de français », parlent de honte nationale, de malheur, de pays en danger et sont « outrés d’avoir un “JUIF” à la tête du pouvoir ». Toutefois, ils expriment leur satisfaction du comportement de Vallat en disant : « Il s’est trouvé au moins un Français pour crier l’injure que nous fait un juif en dirigeant nos affaires » et le supplient de continuer son « œuvre de redressement national en expulsant le sale juif […] et tous ses compatriotes48 ».

26Les femmes juives sont aussi l’objet de critiques et certains stéréotypes leur accordent une sexualité débridée et délétère qui les conduit éventuellement à la prostitution. Pour les rencontrer, il faut consulter les écrits (livres, poèmes, chansons, articles) qui sont très prolixes sur ce sujet. La Juive y développe un érotisme malsain, une sexualité débridée et insatisfaisante car :

  • 49 Raoul Bergot, L’Algérie telle qu’elle est, op. cit., 1890, p. 232 sq.

la pudeur chez elle n’existe pas, l’impudicité est sa parure, la débauche son moyen… Ce sont les basses sensations, les seules ivresses des sens que provoque et rassasie la juive ; elle n’est ni gaie ni joyeuse, ni affectueusement câline. Jamais elle n’éprouvera l’insouciance du plaisir vrai et indifférent à tout49.

  • 50 Voir Marina Allal, La caricature antisémite et la hiérarchie de genre, op. cit.
  • 51 L’Antijuif, 7 octobre 1897.

27En ce qui concerne les jeunes filles, les journaux utilisent le stéréotype sexuel de la belle juive désirable50, encore innocente dans sa jeunesse mais rapidement dépravée comme l’indique L’Antijuif du 6 septembre 1897, à propos d’un livre qui décrit les charmes de la jeune fille juive vite abimée à l’âge adulte. À moins que cette jeune fille ne se livre avec « un naturel renversant » à la prostitution, ce qui l’autorise, « lorsqu’elle s’est souillée à toute une multitude [à se croire] francisée, européanisée et digne alors de figurer dans les salons de notre société51. »

  • 52 L’Étendard antijuif, 3 novembre 1901.
  • 53 Raoul Bergot, L’Algérie telle qu’elle est, Paris, Albert Savine éditeur, 1890

28Ce sujet scabreux n’est guère traité par l’image, ce qui choquerait vraisemblablement le lecteur et, au-delà, l’opinion publique. Les textes des périodiques, tel L’Étendard antijuif, n’en sont pas moins suggestifs de « juifs immondes, mâles et femelles, prolifiques comme des lapins ou de juifs sans morale et […] absolument dépourvus de toute pudeur. La vie de ces monstres tient tout entière dans la luxure52 ». En 1890, L’Algérie telle qu’elle est de Raoul Bergot53 élargit la critique à la famille entière. Il met en scène un jeune homme qui organise une partie fine chez lui avec des amis de son âge. Survient le père, porteur des traditionnelles critiques faites aux juifs et qui, furieux :

l’accable aussitôt, en arabe, d’injures. Il lui reproche avec force anathème de venir avec des Nazaréens, dépenser son argent. Et, en réponse à l’argument que le jeune homme pouvait faire valoir en raison de ses vingt ans et de ses besoins d’amour, il lui cria : « mais, tu as ta sœur à la maison… et pour rien. » (p. 88).

29Toute la famille est donc ainsi condamnée, à l’exception de la mère dont on ne parle pas, ce qui ne l’innocente pas pour autant.

30Remarquons pour finir que la sexualité est encore utilisée dans les histoires amusantes, poèmes, chansons, bons mots, slogans, petites phrases, entrefilets qui permettent de présenter divers aspects primordiaux de la culture antijuive synthétisés :

Malaise
Mon Esther, voyons, réponds-moi
Quoi ! Tu fais toujours la verticale ?
Voyons, ma gazelle, tu en as après moi,
Non ! Alors ? Comme tu es pâle !
Tu as perdu dix sous ?
T’en fais pas, je volerai dix francs
Je comprendrais si c’était cent sous,
Faut pas pleurer pour de l’argent !!!
Alors ? Tu es malade ! Vite un docteur,
Cohen-Solal ou Tubiana, non, trop cher pour ça
Tu as mal au ventre, mal au foie, mal au cœur ?
Tu as mangé trop de merguesse, trop de z’labias ? T’as trop bouffé de raha-loukoum ?
Parle, qu’as-tu ?
 — J’ai le béguin pour Léon Blum !
André Marcé

Notes

1 Jules Michelet, Histoire de France, éd. Chamerot, 1861, t. 2, livre III.

2 Voir Geneviève Dermenjian, « Langue française, identité nationale et antisémitisme chez les Européens antijuifs d’Algérie (xixe siècle-1939) », dans Jacques Guilhaumou, Karine Lambert, Anne Montenach, Genre, Révolution, transgression, op. cit., p. 155-168.

3 Pierre Nora, dir., Les lieux de mémoire, t. 3, Paris, Gallimard, 1997.

4 L’article 24 de ses statuts précisait que « La principale fonction de l’Académie sera de travailler, avec tout le soin et toute la diligence possibles, à donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences. »

5 Aujourd’hui encore, le site internet « France.fr, le site officiel de la France », place la langue française comme un des quatre éléments composant la fiche d’identité du pays avec le drapeau, la monnaie, la fête nationale.

6 La scolarisation des jeunes progresse régulièrement mais elle n’est pas totale, en particulier pour les jeunes indigènes, très peu concernés. Les annuaires statistiques de France et d’Algérie donnent pour le xxe siècle les chiffres suivants de scolarisation :
Image

7 Basil Bernstein, Class, Codes and Control, Londres, Routedge & Kegan Paul, 1971 ; édition française : Langage et classes sociales. Codes sociolinguistiques et contrôle social, Paris, Éditions de Minuit, 1975.

8 En métropole même, les populations ayant une langue locale bien vivante comme les Bretons, sont également soumis à une francisation sévère à l’école. Pierre-Jaquez Hélias rappelle dans son livre, Le cheval d’orgueil publié chez Plon en 1975, que, dans son enfance, les jeunes bretons surpris à parler leur langue à l’école étaient punis par un écriteau placé dans leur dos et appelé « la vache », qui provoquait les quolibets et les méchancetés des autres élèves.

9 Texte publié par la Revue algérienne de 1899, p. 342, cité par Pierre Hébey, Alger 1898, la grande vague antijuive, op. cit., p. 42.

10 Cf. Colette Guillaumin, Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes, 1992.

11 Sur cette question, voir Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, op. cit.

12 Marie-Anne Matard Bonucci, ANTISÉmythes, l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), op. cit., p. 439-453.

13 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 14.

14 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 14. Colette Guillaumin L’Idéologie raciste, genèse et langage actuel, Paris/La Haye, Mouton, 1972. Nouvelle édition : Gallimard, coll. « Folio essais » (no 410), 2002.

15 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 129 : « le parti radical se muait peu à peu en parti français, plus communément qualifié “parti antijuif” ».

16 Suivent le nom et l’adresse du fabricant pour les expéditions lointaines. Publicité parue à de nombreuses reprises dans Le Réveil Algérien dans les années 1895-1898.

17 Le Réveil algérien, 1897, 1898.

18 Une « absinthe anti-juive » est également fabriquée à Alger.

19 Le parti bolchevik fut créé par Lénine en 1903.

20 Journal officiel, débats parlementaires, séances du 19 mai 1899 et du 24 mai 1899.

21 Il parle de français et de juifs, d’enfants français et d’enfants juifs.

22 Expression de Victor Klemperer qui étudia dans le détail les liens entre langue et idéologie dans l’Allemagne nazie dans LTI, la langue du IIIe Reich, carnets d’un philologue, traduit de l’allemand et annoté par Élisabeth Guillot, présenté par Sonia Combe et Alain Brossat, Paris, Albin Michel, coll. « Pocket », 1996, éd. 2015. Voir aussi Élisabeth Roudinesco, Retour sur la question juive, Albin Michel, 321 pages, 2009.

23 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 5, 25-26.

24 Jean-Paul Honoré, Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus, op. cit., p. 73 sq.

25 Écho d’Oran, 30 juillet et 3 août 1898.

26 Voir Marie Treps, Maudits mots La fabrique des insultes racistes, Paris, Tohu Bohu éd., 2017.

27 Jean Paul Honoré, Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus, op. cit., p. 75.

28 Fernand Grégoire, La juiverie algérienne, op. cit., p. 13.

29 Gustave Rouanet, considéré comme judaïsant endurci est traité de « youtromane » dans La Révolte Anti juive du lundi 15 mai 1899.

30 Ces mots peuvent également être retournés à leur profit par les populations stigmatisées. C’est ce qui est arrivé en Algérie avec le mot « néo » qui était employé avec mépris par les Français d’origine mais qui était devenu dans l’entre-deux-guerres pour les Européens naturalisés un signe positif.

31 ANOM Oran 3121, dossier antisémitisme, Pont de l’Isser, 26 juillet 1936.

32 Cf. Gustave Rouanet, Chambre des députés, 24 mai 1899.

33 « Les Juifs c’est la même chose les punaises », Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 28.

34 Pierre-André Taguieff, La couleur et le sang. Doctrines racistes à la française, Paris, Mille et une nuits, 1898.

35 ANOM Oran 3121, 11 octobre 1937.

36 Paul Siblot, « “Cagayous antijuif”. Un discours colonial en proie à la racisation », Mots, 1987, vol. 15, no 1, p. 53-75.

37 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 59.

38 Klemperer parle de cette langue qui « ne se contente pas de penser à ma place » mais « dirige aussi mes sentiments, régit tout mon être moral d’autant plus naturellement que je m’en remets inconsciemment à elle », 1996, 2003, Pocket, p. 40 ; Voir aussi Laurence Aubry, Béatrice Turpin, Victor Klemperer : repenser le langage totalitaire, CNRS éditions, 2012.

39 En 1885, Fernand Grégoire parle aussi des Juifs comme n’étant « Ni charpentiers, ni maçons, ni architectes, ni agriculteurs, ni artistes, ni producteurs de quoi que ce soit, parmi eux, tous commerçants et usuriers ; ils rôdent aux abords des agences louches où se préparent les basses œuvres de la cuisine judiciaire et conduisent les mouches dans la toile, moyennant une part de proie ; quand la première pelote est faite ils deviennent banquiers et s’appellent “israélites”. », Fernand Grégoire, La juiverie algérienne, op. cit., p. 8.

40 Henri Garrot, Les juifs algériens, leurs origines, op. cit., p. 8, 60.

41 Jules Guérin, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont & Cie, op. cit., p. 129.

42 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich. Carnets d’un philologue, Paris, Albin Michel, Agora, Pocket, 2003 (réed.), p. 107.

43 ANOM F80 1687 Télégramme, 19 avril 1897.

44 « Contre la dictature de l’or et des puissances occultes, contre le marxisme, pour la liberté, pour la paix, pour la France aux Français, Votez Antijuif », La Libre Parole d’Alger, 2 mai 1936.

45 Le Petit Africain, 20 juillet 1898.

46 Le Petit Africain, 13 mars 1897.

47 Le Petit Africain, janvier 1898.

48 Extraits de lettres reprises dans Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936, L’agression de Léon Blum à la Chambre des députés, op. cit., p. 169-183, 173-174.

49 Raoul Bergot, L’Algérie telle qu’elle est, op. cit., 1890, p. 232 sq.

50 Voir Marina Allal, La caricature antisémite et la hiérarchie de genre, op. cit.

51 L’Antijuif, 7 octobre 1897.

52 L’Étendard antijuif, 3 novembre 1901.

53 Raoul Bergot, L’Algérie telle qu’elle est, Paris, Albert Savine éditeur, 1890

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search