Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

La mouvance antijuive en période de crise

L’antisémitisme dans l’espace public (1870-1943)

Texte intégral

— Je me demande… en réunissant tout :
palais, peintures, jouets et tout ça, qu’est-ce qu’on trouve ?
— Charles Foster Kane.
Citizen Kane, inventaire du château de Kane.
Dernière scène du film (1941)

  • 1 Voir Dominique Kalifa, La Culture de masse en France, t. 1 : 1860-1930, La Découverte, Paris, 2001  (...)

1De la même façon que l’accumulation des objets personnels de Charles Foster Kane apprend beaucoup sur son propriétaire, les diverses formes d’expression de l’antisémitisme produites dans l’espace public sont révélatrices de l’idéologie et de l’être de ses militants et sympathisants1 de toutes origines. Étudier aujourd’hui aussi bien les faits et gestes des antijuifs que les lieux où ils se manifestent permet de restituer le concret des expériences et des conduites humaines dans leur cadre idéologique et aussi d’en retrouver l’usage symbolique et social.

  • 2 Cf. Olivier Fillieule et Danièle Tartakowski, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 2e é (...)
  • 3 Fillieule et Tartakovski, La manifestation, op. cit., p. 167 sq.
  • 4 Ibid.

2Une dimension collective importante de l’antisémitisme s’inscrit dans des associations, des réunions festives ou plus purement politiques, qui se donnent à voir en tant que telles sur l’espace public, le tout étant associé à un paraître spécifique des participants, qui partagent des sensibilités communes et une même idéologie chargée de représentations, de symboles et de pratiques culturelles2. Pendant les périodes de tension, qui sont souvent des moments de crise politique, sociale, morale et économique, les villes et les agglomérations sont le lieu d’une véritable appropriation3 des rues par les antijuifs, qui s’y donnent en spectacle selon des méthodes traditionnelles ou plus innovantes de propagande, lesquelles forment autant de signes de reconnaissance et d’identification4. Dans ces moments, l’antisémitisme envahit tout l’espace, depuis le décor urbain jusqu’aux kiosques à journaux, en passant par les vêtements des manifestants, les rumeurs, les slogans et les cris, les injures, les mots d’ordre, les chansons, la gestuelle… Ces divers chaînons idéologiques, considérés comme insignifiants quand ils sont pris isolément, forment réseau entre eux, se répondent l’un l’autre et composent les divers éléments d’une culture populaire pesante, truffée d’idées simples, formulée le plus souvent avec une certaine vulgarité de ton, de mots et d’idées qui imprègnent aisément les esprits. Cette culture se construit et s’étoffe au fil des ans, le fond commun étant progressivement enrichi et modifié par de nouvelles représentations ou de nouvelles expériences vécues. Toutefois, les formes d’expression en sont plus nombreuses et plus originales avant la Première Guerre mondiale qu’après, où l’on assiste le plus souvent à une réédition des comportements de l’époque précédente.

  • 5 Jürgen Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 6 Le mot « routine » est employé ici avec le sens que lui donne Judith Butler, dans un contexte total (...)

3Ces façons de faire composent sur l’espace public5 un tableau idéologique et humain très concret, qui matérialise une partie de l’identité et de la sensibilité collective et individuelle des antijuifs. Elles donnent naissance à une convivialité qui suscite et renforce l’identité personnelle et le sentiment d’appartenance à un même groupe où chacun est égal aux autres et en relation constante avec eux. Elles révèlent sur la place publique l’idéologie et les motivations profondes des militants et sympathisants tout en formant un bain doctrinal dans lequel ils sont plongés, dans lequel ils se reconnaissent, se fondent et se refondent en continu, jusqu’à atteindre une certaine « routine6 » intellectuelle et comportementale.

  • 7 Philippe Artières, La banderole, histoire d’un objet politique, Paris, Éditions Autrement, coll. «  (...)

4En période de crise, ce bain culturel omniprésent pèse lourdement sur l’ensemble de la population qui ne peut échapper dans la rue à cette propagande obsessionnelle devenue ouvertement dicible. Car le but de cette imprégnation impérieuse, de cette « rhétorique visuelle » pour reprendre les mots de l’historien Philippe Artières7, est non seulement de renforcer l’entre-soi mais bien de s’exposer et de s’imposer. En somme, il s’agit ici de faire voir et d’être vu, ce qui permet de se reconnaître entre soi, de s’imposer physiquement individuellement et collectivement sur l’espace public. Ajoutons que ces pratiques sociales ne sont exceptionnelles en Algérie que par leur fréquence, leur variété et parfois même leur violence, puisque les autres partis politiques utilisent en général les mêmes canaux d’expression identitaires et idéologiques, mais avec des nuances et des intentions différentes.

5Les crises violentes qui débordent sur la rue n’ont qu’un temps et l’ordre public finit par se rétablir, ce qui ne se traduit pourtant pas par l’extinction de l’antisémitisme qui continue de se manifester régulièrement chez beaucoup de Français et d’Européens, au moins en demi-teinte, par le mépris ou le non-dit, par la vie séparée des diverses populations selon leur origine sociale, ethnique et religieuse, par les fréquents comportements injurieux : insultes, jets de salive, préséances à respecter…, auxquels se rajoutent les différents écrits ou images qui paraissent régulièrement et s’affichent sur les murs et les portes ou dans les journaux. Ces divers comportements rendent visibles un sentiment récurrent qui ne demande qu’à s’exprimer ouvertement quand on lui en donne l’occasion.

Vivre ensemble

Le paraître

  • 8 Voir Daniel Roche, La culture des apparences, Fayard, 1989.

6Toute une culture matérielle populaire du paraître se déploie dans l’espace urbain car les vêtements ont, chez les antijuifs, un usage social8 qui permet de croiser apparence et idéologie. À la fin du xixe siècle, les leaders extériorisent volontiers leur appartenance à l’antisémitisme par le port d’un certain nombre de vêtements et accessoires particuliers qui les font reconnaître au premier regard. Les quatre députés élus en 1898 se rendent immédiatement célèbres à Paris en portant chacun, lors de leur première séance à la Chambre des députés, un même chapeau gris à larges bords, ou « chapeau antijuif », qui les fait surnommer les quatre « mousquetaires gris ». Ils arborent ce chapeau en l’honneur du marquis de Morès (1858-896) qui avait participé en 1894 à la fondation du Parti antisémite algérien, et s’était lui-même distingué un temps par le port d’une chemise rouge et d’un sombrero qui avait inspiré les députés.

7Jeune et réputé beau, Max Régis est pendant un temps l’idole des femmes d’Alger. Le jeune maire populiste est connu à Alger pour prendre grand soin de lui et de son image : moustaches bien relevées et redingote sombre, col glacé, chapeau gris à bords roulés et à ruban blanc, avec lesquels il est photographié ou dessiné en première page du Supplément illustré de L’Antijuif algérien. De son côté, Lucien Chaze, théoricien de l’antisémitisme qui écrit dans L’Antijuif algérien sous le pseudonyme de Jacques Defrance, est également connu pour la particularité et l’élégance de ses tenues, dont, à nouveau, le chapeau à larges bords, et le port des divers insignes mis sur le marché par les journaux et associations.

  • 9 Entretien avec Emmanuel Roblès dans les locaux des Éditions du Seuil, Paris, 14 octobre 1981.

8Cette mode du paraître refait surface à l’occasion pendant l’entre-deux-guerres. L’écrivain Emmanuel Roblès se souvenait que, dans les années 1930, les nervis de Gabriel Lambert, lui-même célèbre par le port de sa soutane et de son casque colonial, le suivaient de près pour assurer sa protection, habillés d’un bleu de chauffe ou d’un pantalon et d’une veste, avec en accessoires, des chaussures jaunes et un petit chapeau gris perlé sur l’oreille9.

La convivialité

9La convivialité, spontanée ou plus structurée, est forte dans l’Algérie coloniale, que ce soit à l’intérieur des familles, entre voisins, entre membres d’une association, d’un parti ou d’une même classe sociale. Et les hommes politiques qui en tiennent compte dans leurs relations avec les électeurs se créent une clientèle fidèle ; c’est ce que fait l’abbé Lambert à Oran, qui reste jusqu’à la fin « le señor cura », chéri du petit peuple.

  • 10 ANOM 7G18, « Lionne », Rapport au commissariat central, 13 mai 1901.
  • 11 ANOM F80 1691, rapports sur les clubs dits « comités antijuifs » et les groupes de la jeunesse anti (...)
  • 12 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 39-40.
  • 13 Le Joyeux Club Cycle Oranais, l’Association artistique, La Musique civile…
  • 14 ANOM F80 1685, mémoire sur les troubles de l’Oranie.
  • 15 L’Écho d’Oran, 8-10 mai 1937.

10La sociabilité antisémite s’incarne en particulier dans des associations sportives destinées à la jeunesse masculine qui voient le jour ici où là en Algérie à la fin du xixe siècle. Ces associations pratiquent la gymnastique, font la préparation militaire et sont très admirées par la population. Composées d’adolescents, elles sont aussi dans de nombreux cas le lieu de fermentation de l’antisémitisme : Le Patriote à Alger, les Francs-Tireurs à Constantine, Le Joyeux Club Cycle Oranais ou L’Oranaise à Oran en sont des exemples frappants parmi d’autres. En 1901, les jeunes antijuifs d’Alger se réunissent au sein des Jeunes antisémites nationalistes10 (JAN), sous la direction de Louis Lionne, qui appartient à la mouvance de Max Régis ; ils travaillent à agiter la ville à une époque où l’antisémitisme y est encore actif. Leur organisation en comités de quartier a pour but de fournir en permanence des troupes d’action pour les voies de fait11 organisées contre les Juifs. À Constantine, les Francs-Tireurs déclenchent aussi de fréquentes bagarres avec les jeunes sportifs juifs de la ville. Fondée en 1882, L’Oranaise, qui rassemble les principaux dirigeants de l’antisémitisme à Oran devient en 1895 un instrument de combat aux mains de son président Jean Pouzet12. Le premier regroupement antisémite de la ville est créé autour de L’Oranaise en février 1896 sous la forme de la Fédération des Sociétés françaises qui n’exclut que les Juifs. Quatorze sociétés13 de toute nature, parmi les plus importantes de la ville, y participent dès l’origine et le nombre des adhésions ne fait qu’augmenter par la suite. Toutefois dès 1898, les gymnastes se lassent des violences exercées contre les Juifs et ne veulent plus que L’Oranaise reste « le foyer de toutes les luttes politiques et religieuses14 » de la ville. Dans l’entre-deux-guerres, L’Oranaise reprit tout de même ses provocations contre La Concorde, ce qui conduisit parfois Lambert à devoir présenter ses excuses à l’organisation juive15.

  • 16 Un écriteau apposé sur la devanture d’un café annonce « Café français. Défense aux youpins d’entrer (...)
  • 17 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 136.
  • 18 Le Réveil algérien, 7 novembre 1897, La Libre parole d’Alger, 7 novembre 1898.
  • 19 ANOM Algérie, Oran 3268, 22 juillet, 30 juin 1896.
  • 20 ANOM Algérie, Oran 3268, conférences antijuives de juillet 1896.

11De façon générale, la convivialité participe pleinement à la culture politique de la Troisième République, ce qui incite les partis politiques à réunir régulièrement sympathisants ou militants dans des manifestations festives ou politiques. Ces diverses manifestations, coutumières aux différentes organisations politiques, fonctionnent comme des occasions voulues de socialisation politique, de consolidation, voire de renouvellement des idéologies. Elles extériorisent la symbolique de l’organisation et parlent de la société idéale à construire. Les états-majors des partis antijuifs se réunissent dans des lieux publics tels que les locaux d’associations, les salles de réunion, les cafés dont certains sont interdits aux Juifs, ainsi que le signalent des écriteaux16. En 1899, le café de la Bourse à Alger est le siège de leurs réunions alors que les républicains se réunissent au café de Bordeaux. À Oran, les antijuifs se rencontrent au Café de la Mosquée, à la Brasserie alsacienne et à la Brasserie Soulier ainsi qu’au Café antijuif du Bois de Boulogne17 ; à Constantine, ils fréquentent le Majestic. Militants et sympathisants se réunissent eux aussi régulièrement dans des « meetings antijuifs » pour entendre une conférence de leurs leaders ou d’une personnalité étrangère à la ville, pour prendre leurs mots d’ordre, donner leur avis et partager leur « haine du juif ». Ce type de réunion est une forme généralement calme du débat politique, mais qui peut tourner à la bagarre en période de crise. On y scande les slogans habituels, on participe avec conviction, émotion, et même passion car les esprits s’échauffent rapidement. Au moment de la crise des années 1898-1902, on trouve des Indigènes au bureau des présidents de séance18 et, au xxe siècle, leur présence dans la salle est toujours scrupuleusement notée dans les rapports de police. Ces réunions, regroupent jusqu’à 400 personnes19, et sont fréquentées par des participants de toutes origines sociales et ethniques, dont des « nègres, marocains, espagnols et jeunes gens de 15 à 20 ans20 » comme on le remarque dans les années 1930.

  • 21 Le Réveil algérien, 7 novembre 1897.
  • 22 Le Petit Africain, 13 décembre 1896.
  • 23 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 205-206, fait rema (...)
  • 24 Geneviève Dermenjian, La crise antijuive oranaise, op. cit., p. 189.

12Parmi les événements de la fin du xixe siècle ayant un très grand retentissement, on compte quelques déplacements conjoints ou non des leaders constantinois et oranais à Alger pour déposer une gerbe de fleurs sur la tombe de Fernand Grégoire, pour prononcer un discours21 ou encore célébrer leur élection à l’Assemblée nationale en 1898. Le député Firmin Faure, qui voulait se faire réélire en banlieue parisienne, prononça quelques discours à Alger à la fin de son mandat, sachant que cela aurait un certain retentissement en métropole et servirait sa candidature. Ce n’était pas le cas d’un discours prononcé à Oran, simple grande ville de province, dont il cesse de défendre les intérêts à un moment où il est d’ailleurs déconsidéré dans le département pour n’avoir pas su, lui et les autres députés antijuifs, faire avancer le programme sur lequel il avait été élu. Les conférences et les meetings se terminent par des vins d’honneur, des punchs, des « apéritifs antijuifs » encore appelés « apéritifs populaires » ou « apéritifs réunions » qui ont également lieu à d’autres occasions. Pendant ces réunions festives, les participants prennent plaisir à écouter les aubades des sociétés « françaises » de musique. Il est difficile de chiffrer les participants à ces réunions, bien qu’on ait parlé d’un millier de personnes participant au punch d’adieu offert à Morinaud au Café de la Mosquée lors d’un court séjour à Oran en 189622. Les articles et les photos publiés dans les journaux pendant l’entre-deux-guerres indiquent que le public tourne en général à cette époque autour d’une centaine de personnes pour les grandes villes d’Algérie, davantage pour Alger. Les banquets à caractère politique, qui représentent quant à eux au xixe siècle une forte tradition républicaine, sont très nombreux en Algérie23. On organise aussi des « banquets antijuifs » ou des « cassoulets antijuifs » lors des campagnes électorales ou au moment des visites des députés. C’est ainsi qu’on vit en 1899 Firmin Faure, attablé dans un de ces banquets à Mostaganem au moment où le budget de l’Algérie était en discussion à la Chambre des députés, ce qui ne fut pas unanimement apprécié des électeurs24.

13Les mouvements organisent dans l’entre-deux-guerres des fêtes et des bals et l’abbé Lambert fait en plus distribuer des vivres pour les miséreux des quartiers pauvres des villes d’Oranie afin de conforter son audience auprès des plus pauvres.

Les dérapages

  • 25 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 185.
  • 26 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, op. cit., p. 118, 134.

14Les oppositions les plus vives entre personnes se terminent à l’occasion par des duels à l’épée. Lors de la première crise antijuive, Émile Morinaud se battit plusieurs fois en duel, notamment avec le maire de Constantine de l’époque, Casanova, et avec le député Thomson qui le blessa à la main25. Les frères Régis croisèrent le fer le 20 juillet 1898 avec Hennequin, rédacteur du Combat Algérien et Nicaise, rédacteur de La Lanterne algérienne, qu’ils blessèrent légèrement et le préfet d’Oran Henri de Malherbe, ferrailla avec le commandant Peffau, conseiller municipal antijuif. En 1901, la fureur des années de crise étant passée, les oppositions entre adversaires politiques deviennent moins physiques. Toutefois, des rixes et des coups de feu éclatent à l’occasion dans l’entourage des antijuifs d’Alger. Entre les deux guerres, les duels sont plus rares mais, en 1934, Léopold Gomez, directeur de la revue hebdomadaire Oran-Spectacles, croisa deux fois le fer avec un médecin, le docteur Maraval, et avec un journaliste26.

15Au xixe comme au xxe siècle, les discours, réunions et défilés peuvent parfois prendre un caractère violent et en fin de compte propice aux antijuifs. En 1895, un jeune européen d’Alger ayant été tué au cours d’une manifestation sans qu’on ait pu préciser par qui, la Ligue anti-juive excite fortement la colère de ses troupes. C’est dans ce contexte que, venu en avril à Constantine, le député Gaston Thomson (1848-1932) est conspué par la foule qui lui reproche ses liens avec les électeurs juifs. On crie « démission », on acclame l’armée qui exécute mollement les ordres de dispersion. Le conseil municipal démissionne à l’issue de cette journée et, après l’élection d’un « conseil municipal antijuif », le préfet Humbert, radical, est déplacé. La ville, très hostile au préfet qui faisait régner l’ordre républicain, lui fait un charivari pour son départ.

L’occupation de la rue

Un espace privilégié des expressions politiques

  • 27 CDHA, entretien avec l’Algérois Jacques Assouly, 2013.

16Les diverses populations habitent dans des quartiers séparés mais tout le monde circule, stationne, se promène, s’informe dans les rues qui sont un espace commun de vie de première importance, même si les échanges verbaux et amicaux se font dans certaines limites, selon les origines ethniques ou selon le sexe, les femmes circulant avec moins de possibilités d’action que les hommes. La circulation se fait en général dans les rues de façon parallèle, les divers flux ethniques ou sexués marchant sans réellement se mêler, sans faire société entre eux27. Les échanges sont nombreux entre Indigènes ou entre Européens mais il y a peu d’interactions hommes-femmes et peu d’interactions entre Européens et Juifs, Européens et Indigènes, sauf à l’occasion pour des raisons professionnelles.

  • 28 Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris (...)
  • 29 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 44.
  • 30 « Que nous importe que quelques carreaux doivent être cassés pour que l’Algérie soit rendue aux vra (...)

17La liberté d’expression et de confrontation des idées coutumières aux Européens fait de la rue un espace privilégié de mise en valeur des opinions. De ce fait, la rue est le lieu idéal d’expression publique de l’antisémitisme en tant qu’espace de prédilection et de passage quotidien obligé pour l’ensemble de la population, un espace fondamental de la construction identitaire continue de chacun dans le sens où chacun s’y montre avec ses attitudes, son verbe, sa tenue, d’une façon qui contribue à le définir aux yeux des autres. En somme, la rue peut devenir un espace de pouvoir, un espace politique28 idéologiquement chargé, où les antijuifs tentent d’imposer un ordre fondé sur l’affirmation de soi, sur la violence29 revendiquée30 et sur la peur suscitée chez les adversaires. Elle est le lieu où les émotions peuvent s’exprimer avec un grand retentissement, ce qui conduit les hommes et les femmes à s’y produire pour manifester leur opinion, crier leur indignation, exiger une autre politique. Ce qui est ensuite rapporté dans les colonnes des journaux et, à partir de l’entre-deux-guerres, dans les émissions de radio qui ouvrent progressivement à l’immédiateté à partir de 1922-1923 et atteignent un nombre croissant d’auditeurs.

Les supports de la propagande

  • 31 Vincent Descombes, Le parler de soi, Paris, Gallimard, Coll. « Folio Essais », 2014.

18L’antisémitisme s’exprime encore dans les rues par la présence d’objets divers, de vêtements, d’insignes qui, même les plus infimes, sont à prendre en compte dans l’ensemble des supports idéologiques où ils tiennent une place non négligeable. Au plan politique, ils montrent le but à atteindre et, par ricochet, la politique à suivre ou suivie par les antijuifs. Ces objets chargés de sens diffusent un contenu qui est interprété positivement ou non par celui qui les regarde, selon ses présupposés, son imaginaire, sa compréhension de l’antisémitisme et selon la place qu’il est décidé à lui offrir dans le pays. Leur fonction est de délivrer un message, de forger un imaginaire symbolique et social, de le renforcer, de l’actualiser dans le temps puisqu’ils tiennent compte de l’évolution politique et sociale et des transformations idéologiques qui en découlent. Au fil du temps, le discours des antijuifs s’incarne dans des supports de plus en plus nombreux : vêtements, insignes, écrits et papiers, auxquels il faut ajouter la radio et le disque au xxe siècle. Ces supports sont autant d’expressions du « parler de soi31 », de signes de reconnaissance et d’appartenance à une identité collective forte et leur fonction dans le cadre de la propagande est de frapper les esprits des spectateurs en saturant le plus possible l’espace public, de les accoutumer à la violence des propos et des actes, ce qui conduit en fin de compte à une tolérance, une acceptation, voire une légitimation des propos tenus. Ils sont un excellent moyen de propagande et d’influence des foules, disposent de techniques et de codes bien rôdés avec une continuité des thèmes et une plasticité de la présentation en fonction des supports. Toutes choses qui complètent le message idéologique écrit et oral et permettent d’utiliser tous les créneaux, toutes les possibilités mentales, sensibles et intellectuelles disponibles afin d’arriver au même constat final et connu : le Juif est dangereux, il faut le neutraliser ou, mieux, l’expulser.

  • 32 Voir Affiche-Action, quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, Gallimard, 2012. Catalogue de l (...)
  • 33 AIU Algérie IC5, 5 octobre 934, Confino au président de l’AIU, Paris.

19Dès la fin du xixe siècle les ligues et partis, les mouvements antijuifs tels que les Unions latines ou les ligues d’extrême droite pendant l’entre-deux-guerres, utilisent pour diffuser leurs mots d’ordre des méthodes communes à tous les mouvements revendicatifs : ils recouvrent de slogans les murs32, les ponts, les jetées dans les ports et même les édifices publics. On retrouve des inscriptions en pleine campagne, par exemple sur les bornes kilométriques et les transformateurs d’énergie électrique. Ceci non seulement au moment des élections, des manifestations ou des troubles, mais aussi en temps plus ordinaire, lors d’une réunion politique ou d’un incident quelconque. Les sympathies en faveur du régime hitlérien s’expriment de cette façon dès 1933. Entre 1936 et 1942, la croix gammée se retrouve dessinée sur les murs, sur certaines pancartes dans les cortèges, sur des voitures dans toutes les villes, notamment les plus grandes, Alger, Oran et Constantine. En 1936 sur la route du port d’Oran est peinte une inscription d’un mètre de haut comportant deux fois la phrase « À bas les Juifs ! », séparées par une croix gammée. On retrouve dans tout le pays des croix gammées ou des symboles fascistes, par exemple sur les commerces ou sur la façade d’un Talmud Tora annexe à Alger33, tandis que les maisons où vivent des Juifs sont barbouillées d’inscriptions injurieuses et que des insultes sont même inscrites à la main sur des billets de banque.

  • 34 AIU Algérie ICI, A. Confino au Président de l’Alliance israélite universelle, Alger, 31 octobre 193 (...)
  • 35 Voir Robert Vincent, Les chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, coll. « Centre Pierre (...)
  • 36 AIU Algérie ICI, Sidi Bel Abbès, le 13 août 1935, Cohen à M. Confino, directeur-inspecteur des écol (...)

20Les papiers collés sur les murs et les affiches, composés dans un contexte particulier, n’ont pas été produits dans le but d‘être conservés ; ceux qui sont parvenus jusqu’à nous furent collectés par les agents de la force publique ou par des passants, le plus souvent Juifs mais pas uniquement, et transmis à l’administration, à la police ou aux consistoires. D’autres ont été photographiés ou décrits dans les journaux et les rapports administratifs qui en remarquent l’efficacité idéologique. Tous ces éléments de propagande destinés au plus large public possible forment un témoignage indirect de l’importance à certaines périodes de la « question juive » dans la société puisqu’ils supposent la mobilisation d’un réseau humain complexe qui assure d’un côté leur conception, fabrication, transport, distribution, et de l’autre leur recueil et leur examen détaillé donnant lieu à un rapport administratif avant conservation dans les archives. En 1935, A. Confino indique dans une correspondance adressée au président de l’AIU à Paris, qu’une affiche intitulée Le Juif Partout, a été collée sur les murs d’Alger à la veille de Rosh Hashana (le Nouvel an juif) ; elle accuse les Juifs de monopoliser le commerce, l’industrie, la politique, l’administration, les professions diverses, et cite Dreyfus et Blum pour indiquer que les Juifs comptent parmi « les traîtres les plus notoires34 ». Pendant le Front populaire, à Oran35, des slogans en partie écrits en espagnol proposent sur des pancartes ou des banderoles quelques maximes : « Hitler, más bien que Blum », « la muerte pour les juifs », « sans attendre, il faut pendre les juifs », « Vive Hitler ». La même année « une grande pancarte rouge » est affichée dans les rues de Sidi Bel Abbès « excitant les masses au meurtre des juifs » disant entre autres « mort aux juifs, c’est eux la cause de la crise, ils ont volé les travailleurs36 ».

  • 37 ANOM F 410 Alger, dossier questions israélites.
  • 38 ANOM 9h53.

21Des papillons collés sur les murs reprennent dans l’entre-deux-guerres les mots d’ordre de 1898 : « Acheter chez les juifs c’est ruiner le commerce français » ou « Ton ennemi c’est le juif, il t’exploite, il te vole ». D’autres mots d’ordre sont repris de 1919 : « Pactiser avec les juifs c’est trahir la France », « Les juifs font la vie chère ». Le 14 mai 1937, une cinquantaine de papillons sont apposés dans la nuit sur divers magasins d’Alger37 et proclament : « Si vous avez un ami juif, il vous trompera avec votre femme… ou avec sa parole d’honneur » ; « Un non juif fait faillite RUINE Un juif fait faillite RICHESSE » ; « Parents ! Mettez en garde vos filles si elles travaillent chez des juifs ». À Constantine, le 20 septembre 1934 un papillon propose : « Pour avoir les Juifs, pas un sou aux juifs38 ! ». Dès août 1940, les murs d’Alger sont constellés de papillons antisémites collés pendant la nuit puis distribués sur la place publique. Les mêmes slogans qu’avant la guerre recouvrent les murs de toute l’Algérie : « À bas les juifs ! Mort aux juifs ! Voleurs ! » lit-on sur les murs de Batna en 1940. « Vive la France ! Vive l’Algérie ! Vive la Patrie ! À bas les juifs » sont des slogans répandus partout. Tout ceci avec le laisser faire des autorités puisque l’amiral Abrial, alors gouverneur général de l’Algérie du 20 juillet 1940 au 6 juillet 1941, applique strictement la politique antisémite de Vichy qu’il approuve.

  • 39 ANOM 9h53 Police spéciale d’Alger, « Rapport no 8499, au sujet des affiches de Henri Lautier », Alg (...)

22Ces divers affichages sont le fait de tous les partis et groupements d’extrême droite : Parti populaire français, Parti social français, Rassemblement national de Lambert, Unions latines. En novembre 1938, à Constantine, Henri Lautier renforce dans L’Éclair ses attaques par la publication d’une affiche intitulée « L’échec juif » qui demande que, par tous les moyens, on chasse d’Algérie les Juifs, « cette pourriture hébraïque qui vient des quatre coins de l’univers » s’y installer. Pour cela, Lautier propose de les dénoncer, de les boycotter, de leur cracher au visage, de les faire rentrer dans leurs ghettos. « Les torches sont prêtes » dit-il en terminant, appelant ainsi directement à la violence39. Rentrés chez eux, les Juifs peuvent trouver dans leur courrier des lettres de menaces, souvent voilées, parfois non entièrement rédigées ou encore des balles de revolver, voire de petits cercueils, également très expressifs.

  • 40 « Patriotes, n’achetez ni juifs ni franc-maçon ». Des placards furent apposés sur les maisons juive (...)
  • 41 AIU Algérie IC2M. Cohen A. Confino, Sidi Bel Abbès, le 13 août 1935.
  • 42 ANOM Alg. Algérie 2i / 38. Commissaire Central au Secrétaire Général des Affaires Indigènes et Poli (...)

23Des tracts et des dépliants dont il reste peu d’exemplaires mais dont on possède les descriptions dans les archives, sont distribués dans les rues au xixe et au xxe siècle, où ils sont alors parfois largués par avion. Des placards40 écrits à la main et pouvant appeler à la mort des Juifs sont apposés sur les murs et aux portes de maisons ou de commerces occupés par des Juifs. Des papillons, dont le texte est souvent entouré de noir, sont imprimés anonymement pendant l’entre-deux-guerres, collés sur les murs des maisons et affirment « Le chancre ronge l’homme, le juif ronge la nation ». Après les émeutes de Constantine d’août 1934, des papillons apparaissent à nouveau dans les villes d’Algérie et proclament : « Vive la France A bas les juifs ! ». Enfin, en 1935, on relève cette phrase sur une affiche de Sidi Bel Abbès : « Mort aux juifs. Ils sont la cause de la crise, ils volent les travailleurs41 ». Et fin 1935 à Alger, des tracts distribués dans toute la ville et destinés aux Musulmans proclament : « Musulmans, le Français n’est pas votre oppresseur. Votre ennemi est le Juif qui vous vole et vous ruine42 ».

  • 43 Le Réveil algérien, 21 novembre 1897.
  • 44 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 214.
  • 45 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 135.

24Les organisations antijuives émettent elles-mêmes quelques images suggestives. Les tampons à encre des organisations antisémites ornent fréquemment les écrits avec une scène montrant des Juifs vaincus ; ainsi, le cachet de la ligue d’Alger comporte à la fin du xixe siècle un Gaulois tenant un Juif par l’oreille et celui de la ligue antijuive d’Oran représente un Juif terrassé sur lequel un colon et un Indigène43 mettent le pied. La carte de membre de la Ligue antijuive de Constantine est ornée de son côté d’un Gaulois tranchant la tête d’un juif44. Un « timbre antijuif » vendu dans les bureaux des journaux à la même époque montre un travailleur européen dont on brise les chaînes et porte cette phrase : « L’antisémitisme libérera les travailleurs » ; un second timbre reprend le thème du « Juif-monde » dans lequel un Juif enserre le monde de ses griffes avec cette phrase : « Le Monde deviendra-t-il sa proie ? ». Plus tard, les timbres vendus en 1936-1937 par La Libre Parole d’Alger pour renflouer ses caisses, montrent à nouveau, surmontés d’une légende explicative, un Juif enserrant le monde de ses griffes ou un travailleur brisant là aussi ses chaînes. En 1936, La Libre Parole d’Alger fit à nouveau fabriquer un insigne « sur broche et sur bouton » à porter selon la publicité lors des manifestations nationales ou à garder chez soi. La croix gammée du journal du docteur Molle à Oran, Le Petit Oranais, fut également portée en bijou et en épingle de cravate tricolore. Le papier à cigarettes de la manufacture Bastos orné de douze croix gammées faisait partie de l’équipement des fumeurs, tout comme la boîte d’« allumettes antijuives », ce qui renouvelait les pratiques de la fin du xixe siècle où l’on pouvait acheter les « cigarettes antijuives Louis Régis et du prisonnier » de la manufacture de tabac d’Oran l’Union ouvrière45.

  • 46 Le Talmud est la compilation de la loi orale, prolongation de la loi écrite. C’est un recueil d’int (...)
  • 47 De même, le 21 mai 1897 à Aïn-Témouchent, les vitraux sont cassés, les objets sacrés brisés, les li (...)
  • 48 Édouard Drumont, Les Juifs contre la France, une nouvelle Pologne, Paris, Librairie antisémite, 189 (...)
  • 49 Édouard Drumont, Les Juifs contre la France, une nouvelle Pologne, op. cit., p. 105.

25Pendant les émeutes de Mostaganem, le 17 mai 1897, les émeutiers fracturent la porte de la synagogue, dégradent le tabernacle, mettent en pièces les livres saints et les différents traités trouvés sur place, tous considérés comme appartenant au Talmud46 ; ils volent les bâtons en argent, brisent les chaises, les vitraux et les lampadaires, lacèrent les rideaux, jettent le matériel funéraire dans le ruisseau47. Avec le produit des pillages, on fait des bagues, des broches, des porte-cigarettes, des pipes, des bretelles, des caleçons, des portefeuilles, des porte-monnaie qu’on distribue avec l’inscription « Prise de la synagogue de Mostaganem par les antijuifs, 18 mai 1897 » accompagnée du timbre du Petit africain. Dans son ouvrage Les juifs contre la France48, Drumont se souvint de cet épisode et rappelle qu’il refusa qu’on lui confectionne une paire de babouches avec les rouleaux de la torah dérobés dans une synagogue49.

  • 50 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 134.
  • 51 Bernard Louis, Conséquences de l’antisémitisme. Troubles d’Algérie et de Nice, Paris, Charles libra (...)
  • 52 Plante ornementale au feuillage argenté.

26Un certain nombre de symboles touchent de plus près les emblèmes nationaux. Le « drapeau antisémite » est composé d’un drapeau tricolore comportant en son centre un bleuet encadré du slogan « La France aux Français ». Très utilisé en métropole, il l’est peu en Algérie où le patriotisme est très sourcilleux et les symboles nationaux très respectés, en particulier dans les départements d’Oran et de Constantine. Au xixe siècle, le journaliste Paul Bidaine expose le sentiment général en expliquant dans Le Petit Africain que le drapeau français était trop glorieux par lui-même pour être diminué par toute adjonction, fut-elle antisémite50. Toutefois, les trois couleurs sont maintes fois utilisées sous diverses formes. Pendant les visites de Drumont à Alger, en plus des admiratrices qui les arborent, les crieurs de L’Antijuif, qui lancent à haute voix dans les rues le nom de leur organe de presse, portent un ruban bleu-blanc-rouge en écharpe. Le ruban tricolore barrant la cravate se compte également parmi les accessoires utilisés par les militants et les sympathisants antijuifs. Ce symbole patriotique et valorisant met fortement l’accent sur le patriotisme des antijuifs, ce qui veut faire comprendre, par ricochet, que les Juifs contre lesquels ils luttent, ne sont que des « cosmopolites ». Enfin, les antisémites arborent fréquemment un « bleuet antijuif ». Venu de France, il est vendu par certains magasins et journaux et se porte à la boutonnière. Très répandu, ce bleuet, vaut à ceux qui le portent l’épithète ironique donnée par leurs adversaires de « chevaliers du bleuet51 ». Et, lutte politique oblige, en réponse à ce bleuet, les républicains prennent l’habitude de porter une immortelle52 rouge à la boutonnière.

Fêtes populaires et manifestations

Entre chaleur et véhémence

27De façon générale, la foule européenne est susceptible de se mobiliser rapidement et cette disponibilité reconnue par tous est bénéfique pour les mouvements politiques quand ils la canalisent à leur profit, car c’est un moyen pour eux de prouver leur force, d’infléchir les décisions politiques et dans le cas des antijuifs, de montrer que l’hostilité aux Juifs reste bien une constante de la population, avec laquelle il faut compter.

  • 53 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1992 (1re éd. (...)
  • 54 La Revue algérienne, t. XXXV, p. 578-580.
  • 55 Écho d’Oran, 27 janvier 1898.
  • 56 ANOM F80 1684, F 80 1685.
  • 57 ANOM Oran 3268, extrait du Colon Oranais du 5 février et 8 février 1899. Ces militaires vont parfoi (...)

28Une foule se presse ainsi avec enthousiasme dans le centre des villes, hommes et femmes confondus, lors des fêtes populaires suscitées par le passage de leaders antisémites à leur zénith et plus ordinairement lors des manifestations. L’antisémitisme et ses chefs sont alors acclamés selon la coutume avec des cris, des slogans, des chants, des applaudissements, tout ce qui fait appel à l’émotivité du manifestant et renforce son appartenance au groupe53. La fête est ainsi énorme dans les rues d’Alger en mai 1898 lorsque les magasins et les entreprises donnent congé à leurs employés en l’honneur de la victoire d’Édouard Drumont aux législatives. Les magasins collent à cette occasion sur leur vitrine des bandeaux portant les inscriptions : « fermé pour cause de drumontisme », « fermé pour cause de Vive Drumont », « Vive Drumont, le sauveur de l’Algérie », « Au grand ami du peuple », « Au grand Français54 ». Pendant les moments de troubles, des manifestants accompagnés de quelques membres des conseils municipaux55 antijuifs défilent en centre-ville et devant les magasins tenus par des Juifs, prudemment fermés pour l’occasion ; ils chantent et distribuent des tracts engageant les Européennes et les « Mauresques » à ne pas acheter chez les Juifs. Les rapports56 signalent la forte présence d’étrangers (surtout Espagnols dans l’ouest et la région d’Alger), de naturalisés excités par les discours, de militaires57, lieutenants, sous-lieutenants, hommes du rang en goguette dans les rues des villes. La même liesse accompagne à Alger les visites de Drumont et les voyages de Max Régis jusqu’à 1900-1901, alors que le retour au calme est pratiquement total ailleurs où les hommes au pouvoir comme Morinaud recherchent maintenant la paix avec les Juifs. Le 26 juin 1901, à une époque où l’antisémitisme et ses leaders sont déjà déconsidérés dans une partie de la population, Max Régis et ses fidèles débarquant à Alger du paquebot Général Chanzy, sont accueillis dans une allée bordée de palmes par un vol de pigeons voyageurs et acclamés par une foule de sympathisants dont les Dames du souvenir. Max Régis reçoit une coupe en argent offerte par les antijuifs de Tizi Ouzou et un « attelage à la Drumont » conduit son landau sous la pluie jusqu’à l’hôtel de ville où, entouré des conseillers municipaux, il paraît au balcon et répond aux acclamations de la foule.

  • 58 Cette rengaine enfantine lui avait été attribuée en métropole. Sans prétention artistique aucune, e (...)
  • 59 Rappelons pour mémoire la célèbre Journée des tomates du 6 février 1956, au cours de laquelle le pr (...)

29Inversement, cette foule conspue largement à toute époque les Juifs et les hauts fonctionnaires qui font régner l’ordre républicain dans les villes. Dès 1895, le député de Constantine Thomson et son cortège (dont Bertagna et le maire Casanova), sont très mal reçus par la population constantinoise et reçoivent des tomates, œufs plus ou moins frais, choux fleurs, salades et tous autres légumes de saison en provenance des fenêtres et de la rue même. À Alger, le gouverneur Lépine (1897-1898) connait aussi des mésaventures semblables. Quelques années après, le moment antisémite étant terminé et aucune réforme n’ayant été obtenue par les députés élus en 1898, Drumont ne fait plus recette et la rue se retourne contre lui. En 1902 il est reçu le 5 avril par Max et Louis Régis, les maires de l’agglomération sont présents mais la foule est peu nombreuse. Il est sifflé dans la rue, on lui chante Barbapoux58, on crie « À bas la calotte », « À bas Drumont », « Vive la République », on lui envoie des projectiles divers et il ne peut prononcer son discours. Échaudé par ce changement d’atmosphère et convaincu avec raison de ne pas être en mesure de se faire réélire, Drumont ne revint pas à Alger en 1902 animer la campagne de renouvellement de son mandat. Cette tradition59 tenace de manifestation bruyante n’appartient pas qu’aux antijuifs : en 1898, à Sétif, Morinaud est accueilli par des sifflets, par un charivari de boîtes de pétrole vides, quelques jets de pierre et le chant « Adieu pauvre carnaval, Adieu pauvre Morinaud ». A contrario, en 1902, réélu maire et sortant d’une réunion, Morinaud et ceux qui l’accompagnent bénéficient dans la rue à 4 heures du matin des acclamations et des chants qui descendent des fenêtres lors de leur passage.

30Dans les années 1930, c’est toujours depuis les balcons ou les rues qu’on lance partout en Algérie les slogans « Vive Hitler ! Vive Franco ! À bas les juifs ! », « La France aux français ! » et divers autres phrases hostiles aux Juifs et à Léon Blum. Lors du Congrès du PSF à Constantine en octobre 1938, les discours proclamant les raisons pour lesquelles il fallait porter la lutte contre les Juifs sur le terrain électoral sont amplifiés à destination de la ville par un haut-parleur tonitruant.

L’impact de la chanson

  • 60 Anne Claude Ambroise-Rendu, « Chanter », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson, Dictionnair (...)
  • 61 Les cahiers du journaliste Georges Moussat conservés au Centre de Documentation Historique sur l’Al (...)

31La chanson60 est au cœur de la culture politique populaire du xixe et du xxe siècle61 et la culture antijuive ne fait pas exception. Au cours des défilés ou des meetings, elle associe pour les manifestants le plaisir d’être ensemble et d’exprimer avec force la même opinion politique, au plaisir de lancer des chants, des slogans, des mots d’ordre qui informent, amusent les manifestants comme les passants, exaltent le militantisme et incitent à l’intransigeance idéologique. Toutes choses qui suscitent l’émotion, fabriquent du lien social, développent l’entre-soi et font date dans la vie des participants ou pour des raisons inverses, dans celle des Juifs et de leurs soutiens politiques contre qui la manifestation se déploie. La chanson peut aussi servir à montrer son attachement à une personnalité comme Max Régis, prisonnier à Barberousse après les émeutes de 1898, et qui entend chaque soir des admirateurs entonner des chansons en son honneur. Peu après, en 1900, le journal féminin d’Alger Jeune France Antijuive remercie à plusieurs reprises les familles d’avoir envoyé leurs enfants chanter « À bas les Juifs ! » devant ses bureaux.

  • 62 À Constantine, une chanson met en scène le gouverneur Tirman aux prises avec un criquet ayant pénét (...)
  • 63 Citons une Carmagnole antijuive, une chanson titrée « À Barberousse » chantée sur l’air de À la Vil (...)

32Le texte des chansons conservées dans les archives, les journaux et les livres est le plus souvent grossier, le parolier n’hésitant ni devant les insultes ni devant les situations scabreuses62. La population se sert de ces chansons pendant quelques temps dans le feu de l’actualité ou de façon plus continue quand elles correspondent à une idée forte, d’autant plus que les couplets et refrains, inventés ou repris au gré des événements, sont le plus souvent chantés sur des airs connus63. Dans l’entre-deux-guerres où la créativité fait davantage défaut, on revient fréquemment dans les cortèges, les réunions et les journaux, aux chansons et aux écrits produits à la fin du xixe siècle. L’hymne national La Marseillaise est fréquemment chantée dans les émeutes, notamment pendant les moments de forte émotion mais on rencontre aussi à la fin du xixe siècle et principalement à Alger, diverses Marseillaises antijuives et, après la Première Guerre mondiale, le docteur Molle proposa en 1925 à Oran une Marseillaise latine. Parfois très violentes, les Marseillaises de la fin du xixe siècle chantées sur des airs connus insistent sur le mauvais sort qu’on réserve au Juif, archétype de « l’étranger » et du capitaliste :

  • 64 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 65.

Couplet 1
À Paris, en France
On n’est plus chez soi.
Quelle est donc l’engeance
Qui nous fait la loi ?
Pendant que la vermine
Travaille pour rien
Chez nous la famine
Tue le citoyen. […]
Refrain
Ya trop longtemps qu’nous somm’s dans la misère Chassons l’étranger
Ça fra travailler.
Ce qu’il nous faut c’est un plus d’salaire
Chassons du pays
Tout’ cett’ band’ de youdis64 !

33La chanson la plus répandue depuis la fin du xixe siècle est très courte : c’est la création du journaliste d’Oran Paul Bidaine, qu’on chante lentement sur deux notes graves :

À bas les juifs ! (bis) Il faut les pendre
Sans plus attendre À bas les juifs (bis) Il faut les pendre
Par le pif.

  • 65 L’air et les paroles étaient encore bien connues à la fin du xxe siècle et me furent chantés à plus (...)

34Adopté début 1897, ce refrain fut bientôt de toutes les réunions et défilés et s’imposa définitivement, pourrait-on dire65, sur tout le territoire algérien où il fut repris à nouveau pendant l’entre-deux-guerres.

Notes

1 Voir Dominique Kalifa, La Culture de masse en France, t. 1 : 1860-1930, La Découverte, Paris, 2001 ; Imaginaire et sensibilités au xixe siècle (avec Anne-Emmanuelle Demartini), Creaphis, Paris, 2005 ; Dominique Kalifa et Alain Vaillant, « Pour une histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle », Le Temps des médias 1/2004 (no 2), p. 197-214, visible sur cairn.info ; Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant, dir., La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Nouveau Monde, 2011.

2 Cf. Olivier Fillieule et Danièle Tartakowski, La manifestation, Paris, Presses de Sciences Po, 2e édition 2013

3 Fillieule et Tartakovski, La manifestation, op. cit., p. 167 sq.

4 Ibid.

5 Jürgen Habermas, L’Espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1997.

6 Le mot « routine » est employé ici avec le sens que lui donne Judith Butler, dans un contexte totalement autre, de savoir-faire intériorisé, acquis par la pratique et l’expérience et qui laisse à chacun une part de libre arbitre. Séminaire « Genre et classes populaires » (2015-2016), https://gcp.hypotheses.org/1983

7 Philippe Artières, La banderole, histoire d’un objet politique, Paris, Éditions Autrement, coll. « leçon de choses », 2013, p. 25.

8 Voir Daniel Roche, La culture des apparences, Fayard, 1989.

9 Entretien avec Emmanuel Roblès dans les locaux des Éditions du Seuil, Paris, 14 octobre 1981.

10 ANOM 7G18, « Lionne », Rapport au commissariat central, 13 mai 1901.

11 ANOM F80 1691, rapports sur les clubs dits « comités antijuifs » et les groupes de la jeunesse antijuive nationaliste, commissaire spécial Detchessahar, Alger, mai 1901.

12 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 39-40.

13 Le Joyeux Club Cycle Oranais, l’Association artistique, La Musique civile…

14 ANOM F80 1685, mémoire sur les troubles de l’Oranie.

15 L’Écho d’Oran, 8-10 mai 1937.

16 Un écriteau apposé sur la devanture d’un café annonce « Café français. Défense aux youpins d’entrer ». Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 248-249.

17 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 136.

18 Le Réveil algérien, 7 novembre 1897, La Libre parole d’Alger, 7 novembre 1898.

19 ANOM Algérie, Oran 3268, 22 juillet, 30 juin 1896.

20 ANOM Algérie, Oran 3268, conférences antijuives de juillet 1896.

21 Le Réveil algérien, 7 novembre 1897.

22 Le Petit Africain, 13 décembre 1896.

23 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 205-206, fait remarquer que l’unité des races s’est le plus vite réalisée en Algérie par la cuisine. Le « syncrétisme gastronomique » qui en résulte associe le couscous au riz espagnol et aux pâtes italiennes, l’aïoli qui accompagne la morue dessalée à la soubressade (saucisson épicé des îles Baléares) et au pain mahonnais, les pâtisseries du ramadan terminant le tout.

24 Geneviève Dermenjian, La crise antijuive oranaise, op. cit., p. 189.

25 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 185.

26 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, op. cit., p. 118, 134.

27 CDHA, entretien avec l’Algérois Jacques Assouly, 2013.

28 Pierre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, Paris, Gallimard, Coll. « Folio histoire », 2000, p. 335.

29 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 44.

30 « Que nous importe que quelques carreaux doivent être cassés pour que l’Algérie soit rendue aux vrais Français », dans L’Avenir d’Oran le 22 mai 1904.

31 Vincent Descombes, Le parler de soi, Paris, Gallimard, Coll. « Folio Essais », 2014.

32 Voir Affiche-Action, quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, Gallimard, 2012. Catalogue de l’exposition présentée à la Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine, Hôtel des Invalides, Paris (14 novembre 2012-24 février 2013).

33 AIU Algérie IC5, 5 octobre 934, Confino au président de l’AIU, Paris.

34 AIU Algérie ICI, A. Confino au Président de l’Alliance israélite universelle, Alger, 31 octobre 1935.

35 Voir Robert Vincent, Les chemins de la manifestation (1848-1914), Lyon, PUL, coll. « Centre Pierre Léon », 1996 ; Pierrre Rosanvallon, La Démocratie inachevée. Histoire de la souveraineté du peuple en France, op. cit.

36 AIU Algérie ICI, Sidi Bel Abbès, le 13 août 1935, Cohen à M. Confino, directeur-inspecteur des écoles de l’Alliance israélite, Alger.

37 ANOM F 410 Alger, dossier questions israélites.

38 ANOM 9h53.

39 ANOM 9h53 Police spéciale d’Alger, « Rapport no 8499, au sujet des affiches de Henri Lautier », Alger, le 22 novembre 1938. Autres exemples dans AIU Algérie, IC1, 22 décembre 1935, Alger no 901, Rapport au président de l’AIU.

40 « Patriotes, n’achetez ni juifs ni franc-maçon ». Des placards furent apposés sur les maisons juives de Mostaganem disant par exemple : « MALADES ! Médecins, sages-femmes, Dentistes… les juifs Vous assassinent lentement. NE SOYEZ PAS LEURS CLIENTS », dans ANOM Oran 3121, 21 juillet 1936.

41 AIU Algérie IC2M. Cohen A. Confino, Sidi Bel Abbès, le 13 août 1935.

42 ANOM Alg. Algérie 2i / 38. Commissaire Central au Secrétaire Général des Affaires Indigènes et Police Générale, Alger, 24 décembre 1935.

43 Le Réveil algérien, 21 novembre 1897.

44 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 214.

45 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 135.

46 Le Talmud est la compilation de la loi orale, prolongation de la loi écrite. C’est un recueil d’interprétations et de commentaires anciens et traditionnels du judaïsme sur la Bible et en particulier sur la Thora (cinq premiers livres de la Bible).

47 De même, le 21 mai 1897 à Aïn-Témouchent, les vitraux sont cassés, les objets sacrés brisés, les livres lacérés.

48 Édouard Drumont, Les Juifs contre la France, une nouvelle Pologne, Paris, Librairie antisémite, 1899, p. 105. Disponible en ligne.

49 Édouard Drumont, Les Juifs contre la France, une nouvelle Pologne, op. cit., p. 105.

50 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 134.

51 Bernard Louis, Conséquences de l’antisémitisme. Troubles d’Algérie et de Nice, Paris, Charles librairie, 8 rue M. le Prince, 1899, p. 15.

52 Plante ornementale au feuillage argenté.

53 Serge Tchakhotine, Le viol des foules par la propagande politique, Paris, Gallimard, 1992 (1re éd. 1939).

54 La Revue algérienne, t. XXXV, p. 578-580.

55 Écho d’Oran, 27 janvier 1898.

56 ANOM F80 1684, F 80 1685.

57 ANOM Oran 3268, extrait du Colon Oranais du 5 février et 8 février 1899. Ces militaires vont parfois jusqu’à essayer d’enfoncer les portes des maisons juives.

58 Cette rengaine enfantine lui avait été attribuée en métropole. Sans prétention artistique aucune, elle disait simplement : « Il y avait dans mon village, un homme qui s’appelait Poux. Il avait une barbe on l’appelait Barbapoux (ou encore : Il avait une barbe qui était pleine de poux). Barbapoux, barbapoux, barbapoux… »

59 Rappelons pour mémoire la célèbre Journée des tomates du 6 février 1956, au cours de laquelle le président du Conseil Guy Mollet reçut à son tour à Alger son contingent d’œufs pourris, de tomates mûres, de boulons et de pierres en provenance des balcons ou lancés depuis la rue.

60 Anne Claude Ambroise-Rendu, « Chanter », dans Vincent Duclert et Christophe Prochasson, Dictionnaire critique de la République, Paris, Flammarion, 2007, p. 995-1002.

61 Les cahiers du journaliste Georges Moussat conservés au Centre de Documentation Historique sur l’Algérie (CDHA) contiennent des textes de chansons que l’auteur produisait hebdomadairement dans le journal L’événement sur des faits d’actualité dans les années 1900-1902.

62 À Constantine, une chanson met en scène le gouverneur Tirman aux prises avec un criquet ayant pénétré dans son pantalon. Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 96-97.

63 Citons une Carmagnole antijuive, une chanson titrée « À Barberousse » chantée sur l’air de À la Villette, La chanson des voyous sur l’air de Les cambrioleurs du papa de Francine et d’autres chansons comme Oh l’juif ! ou Laferrière à la révolution encore chantée sur l’air de la Marseillaise antijuive. Dans Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 65.

64 Musette, Cagayous antijuif, op. cit., p. 65.

65 L’air et les paroles étaient encore bien connues à la fin du xxe siècle et me furent chantés à plusieurs reprises par des personnes qui avaient vécu les troubles de l’entre-deux-guerres, en particuliert une juive d’Algérie (Sari Saïac) qui les avaient entendues dans son enfance et, dans les années 1990, par le politologue Bruno Étienne qui les tenaient de sa belle-famille.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search