Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

La mouvance antijuive en période de crise

Le mouvement antisémite

Texte intégral

La mentalité antijuive est la mentalité de neuf Algériens sur dix.
Vous voyez que je fais large mesure car ils se vantent là-bas, eux, qu’elle est celle de tous.
Jean Hess, La vérité sur l’Algérie, 1905, p. 227

1L’idéologie antisémite, construite sur l’inégalité des races et la défense des positions acquises par le colonisateur, disposait régulièrement en Algérie de troupes aux motivations diverses réunies dans des ligues antijuives qu’emmenaient des leaders guidés par l’intérêt et qui s’en éloignaient au gré des opportunités. De ce fait, le mouvement antisémite ne disposait pas d’un appareil très structuré mais pouvait mobiliser quand le besoin s’en faisait sentir un très large public composé d’hommes et de femmes, de Français d’origine et de néos, d’Européens non naturalisés et d’Indigènes, ce qui indiquait qu’il était bien en résonnance avec les différentes parties de la population. Mais en temps ordinaire, le mouvement antijuif comprenait essentiellement quelques responsables et, à l’occasion, les troupes que l’on mobilisait aisément.

Les fondements théoriques

  • 1 Edward Berenson « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain V (...)

2Au xixe comme au xxe siècle, l’idéologie antijuive repose en Algérie sur un certain nombre de représentations stables qu’elle partage, pour la plupart, avec l’idéologie coloniale dont elle est un des rameaux. Ces idées stéréotypées s’installent sur place et en métropole à la fin du xixe siècle, à une époque où le racisme s’installe dans la culture européenne et place l’homme blanc au-dessus des autres, et notamment au-dessus des différents peuples colonisés. Plus précisément, se trouve au fondement de cette idéologie la conviction que le « Français » mais aussi, à son échelon, le naturalisé, l’Européen, voire l’Indigène, sont supérieurs au Juif et doivent le rester afin que l’ordre colonial perdure inchangé. Pour triompher, ce discours prend diverses formes qui se fixent dans l’imaginaire tout en se diversifiant dans le temps : il peut être électoral et politique, racial, nationaliste, économique et social, religieux. Un tel programme est conçu pour s’imposer à tous ceux qui vivent en Algérie, d’où une critique forte de l’Autre, c’est-à-dire de celui qui n’entre pas dans les normes requises, le Juif étant le plus violemment, mais non le seul critiqué. Car, en Algérie comme en métropole, l’antisémitisme côtoie d’autres hostilités récurrentes, soit, en fonction des époques : l’anticléricalisme, l’antimaçonnisme et l’anticommunisme ou antibolchevisme, l’antigermanisme et l’antiféminisme… Ce socle culturel non discuté prend la forme d’un consensus et, pour beaucoup, d’un inconscient colonial1.

  • 2 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15-22.

3La modernisation et la francisation progressives des Juifs n’entraînent qu’un changement des angles sous lesquels l’antisémitisme les discrimine dans la durée. Concrètement, cette idéologie est à la fois témoin et actrice de son temps par le biais des idées qu’elle véhicule et par celui de leur influence sur la société, puisqu’elle imprime quotidiennement des sentiments et des certitudes chez les antijuifs dont elle synthétise la pensée et suscite le militantisme actif. Au-delà du cercle de ses militants et sympathisants2, elle concerne et influence également l’ensemble du public qui réagit jour après jour aux propos entendus.

  • 3 Jean Cohen, natif d’Oran, observe dans Chronique d’une Algérie révolue Comme l’ombre et le vent, Pa (...)
  • 4 Dans Revue des Deux Mondes « Voyages des capitaines Owen, Sturt et Morell - Voyages de MM. Rozet et (...)
  • 5 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 94.
  • 6 On retrouvait périodiquement et de façon plus crue cette revendication dans les journaux : « Notre (...)

4La question des races et de la suprématie du Français d’Algérie3 se pose dès les années de la conquête, alors que les colonisateurs sont confrontés à une pluralité de populations européennes et indigènes que tout différencie les unes des autres4. Le « Français », conquérant du sol, se considère en charge de la mission civilisatrice et fait reposer son identité et sa légitimité sur la hiérarchie des races dont il occupe le sommet. Plus précisément, son titre de conquérant l’autoriserait à ses yeux à bénéficier de tous les avantages et leviers de pouvoir dont dispose la colonisation, comme l’écrit dans ses Mémoires5 Émile Morinaud qui revendiquait « pour la majorité française le droit de gouverner », toute autre hypothèse correspondant à ses yeux à une usurpation de pouvoir6.

  • 7 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 87-137, Ma (...)
  • 8 Les images républicaines sont d’ailleurs largement diffusées par la famille, l’éducation, l’école, (...)
  • 9 Cf. Raoul Girardet, « Les trois couleurs, ni blanc ni rouge », dans Pierre Nora, dir., Les lieux de (...)
  • 10 La Cravache oranaise, 2 octobre 1892.
  • 11 Cf. Raoul Girardet, « Les trois couleurs », op. cit., p. 32.
  • 12 J. Hess, La vérité sur l’Algérie, Paris, 1905, p. 307.
  • 13 Voir Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen, Histoire du suffrage universel en France, Paris, NRF, (...)
  • 14 Y. Guyot, Lettres sur la politique coloniale, cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulma (...)

5Après 1870, en métropole comme en Algérie, les Droits de l’Homme, la République, le républicanisme entendu au sens large d’une culture de la chose publique, sont au cœur de l’idéologie nationale7 et fédèrent l’ensemble des « Français », antisémites ou non8, avec l’intime conviction que ces valeurs doivent être défendues9. Ils professent que l’idée républicaine s’enracine dans la Révolution française, événement unique et moment fondateur de la nation, une nation française réelle et fantasmée, « la plus glorieuse des nations10 », qui a sauvé et éclairé les peuples, dit-on, grâce à ses lois universelles11. La République en forme le bien le plus précieux12 et sa propagande diffuse sa conception de la nation : un corps social unique, une communauté culturellement homogène, réunie autour de quelques principes de base et d’une république qui appartient à chacun des citoyens13, où chacun est chez soi et que chacun défend contre les agressions internes et externes. Cette République se donne à voir en permanence avec la statuaire, les édifices publics tels que les mairies, les écoles de filles et de garçons qui portent sur leur murs les inscriptions « liberté, égalité, fraternité ». Les enfants apprennent à l’école la langue française, les règles de la démocratie, l’importance de la « mission civilisatrice » qui permet aux peuples soumis et peu « civilisés » de rejoindre le peuple français dans le futur. Toutefois, le réel amour de la France cohabite avec un intérêt plus terre-à-terre : le statut de « Français » donne en Algérie le maximum de facilités pour profiter des divers avantages politiques, économiques et sociaux auxquels le pouvoir politique donne accès14 ; et l’appartenance de l’Algérie à la France garantit le maintien de cette suprématie.

  • 15 AIU Algérie IC1, no 7122/5, 28 septembre 1919. « Note sur l’antisémitisme algérien ».
  • 16 AIU Algérie IC1, no 7092/3, 13 juillet 1919.
  • 17 Gisèle Berstein, Serge Berstein, La Troisième République, Paris, MA éditions, 1987.

6La nationalité française serait dans le discours des contemporains quelque chose d’exceptionnel, si bien qu’il existe au xixe et au xxe siècles une relation étroite entre les citoyens et la nation, qui prend les formes de la vénération et de l’amour filial. Les Juifs en particulier expriment fréquemment et malgré tout leur reconnaissance envers la France, considérée comme la digne héritière de la Révolution qui les a émancipés : « une France vers qui se tournent tous les opprimés de la terre15 », une « France généreuse que nous aimons [et qui verra] en nous des enfants dignes d’elle16 ». Dans l’entre-deux-guerres, les partis situés aux deux extrémités de l’échiquier politique se maintiennent sous un certain angle dans le cadre républicain17 : les partis d’extrême droite parce qu’ils veulent le pouvoir, le Parti communiste parce qu’il souhaite l’intégration de tous dans la République.

  • 18 Interventions à la Chambre des députés, séance du 23 décembre 1898, p. 2608, 2809.

7Appartenir à la France passe par le strict respect d’un certain nombre de symboles républicains : Marianne, l’hymne national La Marseillaise, la devise Liberté, égalité fraternité, l’armée, les manifestations patriotiques du 14 juillet et, après la Première Guerre mondiale, la commémoration du 11 novembre 1918. Le drapeau représente ces symboles, l’armée les défend, ce qui lui vaut l’affection de la population, même si on ne veut surtout pas qu’elle retrouve ses pouvoirs en Algérie après 1870. Le sentiment d’appartenance à la France prend donc, dans les rites et les pratiques, les chemins du patriotisme qui, pour Drumont, se confond tout simplement avec l’antisémitisme, ce qui lui permet de confondre les cris des antisémites avec un enthousiasmant « délire patriotique18 ». En 1936-1937, la vigoureuse campagne contre le Front populaire et les Juifs au pouvoir menée en Algérie aboutit à des retournements idéologiques qui prennent la forme de cris d’« Heil ! Hitler » pendant les manifestations et d’inscriptions d’« À bas la République » et même « À bas la raie publique » peintes sur les murs.

8Dès le xixe siècle, le discours idéologique prend les formes de la croyance en la supériorité de la nation française et de ses valeurs, en la légitimité du pouvoir et des façons de faire et d’être des « Français », ce qui engendre la volonté de les répandre. Il s’y ajoute une conscience de l’originalité de l’Algérie dans le monde colonial qui a permis le développement d’une population française appartenant individuellement et collectivement à l’Algérie comme à la mère-patrie. Tout ceci conduit in fine à la mise en discussion ou au rejet des groupes ethniques et sociaux différents du modèle attendu. L’idée de la nation se colore de xénophobie en Algérie car elle y est d’autant plus défendue que les « Français » sont installés sur une terre qu’il faut protéger à la fois de la masse des Indigènes ressentis comme potentiellement menaçants, des immigrants européens de diverses origines aux motivations patriotiques, politiques et sociales différentes des leurs, et enfin des Juifs considérés comme détestables en tout. À des degrés divers, tous sont considérés avec méfiance puisqu’ils continuent de pratiquer, avec des nuances selon les époques, leur propre culture, dans le temps même où ils se rapprochent globalement du modèle français.

  • 19 Xavier Vallat est un journaliste, homme de droite puis d’extrême droite. Il vote les pleins pouvoir (...)
  • 20 Journal Officiel de la République Française : compte-rendu des débats de la Chambre des députés, sé (...)
  • 21 Voir Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936. L’agression de Léon Blum à la Cham (...)

9Dans l’entre-deux-guerres, l’arrivée du Front populaire exacerbe les haines racistes et antisémites des deux côtés de la Méditerranée chez les opposants au nouveau pouvoir. En métropole, on s’attaque à ceux qui ne sont pas conformes à l’idée qu’on se fait du « bon Français », ce qui concerne entre autres les personnes qui ont des noms étrangers, une origine lointaine, un français écrit et oral insuffisant. Ce rejet vaut aussi pour les Juifs français lettrés, ainsi que le précise à la Chambre, le 6 juin 1936 le député Xavier Vallat19 (1891-1972), qui déclare que pour diriger la nation paysanne française, il vaut mieux « avoir quelqu’un dont les origines, si modestes soient-elles, se perdent dans les entrailles de notre sol, qu’un talmudiste subtil20 ». À la suite de ce discours, il reçut un abondant courrier de félicitations qui donne un éclairant témoignage de l’antisémitisme des années 1930 en métropole et en Algérie21.

  • 22 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), op. cit., p. 569 sq.
  • 23 Mot signifiant canard en espagnol.
  • 24 Français de France.
  • 25 Musette, Cagayous antijuif, op. cit. p. 25.

10Les Français d’Algérie entretiennent avec la métropole des sentiments faits à la fois de supériorité et d’infériorité. Ils se sentent mal compris, mal aimés des habitants de la mère patrie, qui leur reprocheraient l’argent qu’ils coûtent et qui plaignent les Juifs et les Arabes qui vivent sous leur férule : « Naturellement, vous êtes arabophile », déclare-t-on à la fin du xixe siècle au nouveau débarqué de métropole22 qu’on traite de patos23, qu’il faut dégrossir, à qui il faut apprendre les formes de vie locale, le code des hiérarchies et les bonnes manières locales, ce qui vient d’ailleurs assez vite. Après quoi ce Français ou francaoui24 est adopté. Chaque Européen d’Algérie, Français ou non, se voit donc plus viril, plus courageux, plus entreprenant, plus énergique que le métropolitain, selon ce que Jules Ferry appelait « l’esprit colon ». « Absurde sentiment de supériorité » qui venait, selon le gouverneur général Cambon, de l’ignorance dans laquelle se trouvent les jeunes Européens de la situation réelle de la France. Si bien qu’être plus patriote que les « Français de France », se montrer plus antisémite qu’eux pendant l’affaire Dreyfus, permet de se valoriser ouvertement par rapport aux métropolitains, comme l’exprime le héros de papier Cagayous : « Si les Algériens y z’avaient pas gueulé à la cause de l’affaire Dreyfus, les Français de France y s’arraient pensé que c’est tous des étrangers et des champoreaux, moitié italiens, moitié espagnols qui sont ici. Atso ! […] Le sang il est chaud plusse mieur qu’en France, qué coyons25. »

Être ou devenir Français

Le « Français » au cœur de l’idéologie

  • 26 Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936, L’agression de Léon Blum à la Chambre d (...)
  • 27 Écho d’Oran, 14 juin 1897, « Certes, le courage est vertu innée, il est chez nos fils de France, on (...)
  • 28 Écho d’Oran, 3 novembre 1897, « Pauvre petit moussaillon de moussaille, de rien du tout, dont l’hon (...)
  • 29 Au cours de sa déposition devant la Commission de 1900, le journaliste Vidal Chalom évoque « les no (...)
  • 30 Commission de 1900, p. 215, Déposition Gobert : « Nous sommes ici d’excellents Français et notre pa (...)
  • 31 En ce sens, les Européens non Français ne peuvent prétendre à s’imposer en Algérie. Cf. le Suppléme (...)
  • 32 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., Introduction.
  • 33 Il restait en plein xxe siècle des traces du sentiment de supériorité ressenti par les « Français » (...)

11Contrairement aux « cosmopolites » qui viennent s’installer en Algérie, les « vrais Français » s’estiment les seuls représentants légitimes de la nation. Certains courriers reçus par Xavier Vallat en juin 1936 sont signés par des Français qui se disent « gallo-romains26 » et dont le comportement « bien français » leur permet de se déclarer « bons français ». Ce qui se résume dans le « mythe gaulois », où toute vertu est « gauloise » et tout défaut « exotique ». Être Français est un honneur et une fierté qu’on mérite et qu’on entretient. Le Français se sent relié à la tradition qui fait de lui l’héritier des Lumières et de la période révolutionnaire et napoléonienne qui ont apporté la liberté et l’égalité entre les hommes, auxquelles il ajoute l’esprit des déportés de 1852. Au plan personnel, il se dépeint lui-même comme un homme courageux27, honnête28, « noble et généreux », « chevaleresque29 ». C’est un fils qui aime la mère patrie30 et l’honore, un citoyen qui devient soldat quand les circonstances l’exigent et défend son pays les armes à la main ; il est le légitime « conquérant31 » du sol algérien dont il assure jour après jour l’entretien et la modernisation. Ce républicain32 « par tempérament » respecte le suffrage universel, se mêle aux autres dans le creuset national, se conduit loyalement. La nation, la République, les droits civiques sont pour lui des notions sacrées qu’il ne faut pas galvauder entre les mains d’hommes qui en ignorent le sens ou s’en désintéressent, tels que les Juifs ou les Européens d’Algérie non naturalisés. On peut faire confiance à cet homme honnête quand il est candidat à une élection ou acheter dans son magasin quand il est commerçant ; les inscriptions « maison française », « bonne maison française » ornant les devantures de nombreux magasins indiquent qu’on peut s’y fournir en toute confiance, car les commerçants sont de « vrais Français33 ».

  • 34 Christelle Taraud, « Les femmes, le genre et les sexualités dans le Maghreb colonial (1830-1962) », (...)
  • 35 Edward Berenson, « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain (...)
  • 36 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 314.

12De son côté, la « Française » est dans la soumission à l’ordre masculin34 et ne sort pas de la réserve (on dit qu’elle « reste à sa place »), même quand elle se retrouve dans la sphère dite publique. Elle assure le bonheur du foyer, elle est digne, honnête, franche ; patriote, bonne épouse et mère, elle maintient les traditions35, apprend aux enfants la langue française, les bonnes manières, l’hygiène ; dévouée, on peut compter en tout sur elle. Elle est la vitrine de la société européenne en Algérie et doit donner une image valorisante de femme libre et cultivée, bien éloignée de la femme musulmane, inculte et maintenue chez elle36.

  • 37 « Ils ne l’auront pas, la Belle Algérie, ces étrangers infâmes, tant que devant eux se dresseront d (...)
  • 38 Le 25 avril 1900, Jeune France Antijuive s’adresse aux électeurs : « Ce que nous voulons […] depuis (...)

13Ces « Français » regardent avec méfiance les Européens qui sont venus s’installer en Algérie et qui n’ont pas combattu, risqué leur vie comme eux-mêmes ou leurs aînés sont supposés l’avoir fait et qui, de plus, conservent leurs particularités culturelles. Tels quels, ils représentent une intrusion, une contre-image et un danger pour la cohésion nationale, ce qui suppose qu’ils doivent rentrer dans le rang, disparaître en tant que tels, pour être acceptés ; ainsi l’homogénéité nationale recherchée peut-elle être restaurée. En conséquence de quoi, le Français d’origine tient à l’écart ceux qui n’entrent pas dans sa définition du citoyen, de son rôle et de sa place comme on le voit dans la presse qui regorge d’articles hostiles aux Européens37 naturalisés ou non, dont on craint qu’ils prennent trop d’importance en Algérie, ce qui constitue le « péril étranger38 ». Cette mise à l’écart ou ce mépris selon les cas est subi en grande partie par les néos de 1889 jusqu’à la fin de la première crise antijuive et même jusqu’à l’entre-deux-guerres où les populations européennes se rapprochent pourtant du modèle français grâce à la francisation opérée par l’école, le service militaire, la profession qui s’exerce de plus en plus souvent en langue française. Ils touchent en particulier les Espagnols, restés très proches de leurs origines nationales au xixe siècle et refait surface dans les années 1930 avec la question franquiste qui divise ces mêmes Espagnols et avec l’attitude très nationaliste du consul espagnol à Oran.

La figure politique du Français, de l’étranger et du Juif

14Une définition possible du « citoyen français » en Algérie se référerait à un patriotisme, à des comportements, à une langue, à une même sensibilité les démarquant des Juifs et des Européens ; elle passerait par une défense des privilèges ou des positions politiques, économiques et sociales acquis ou, au contraire, dans le cas des néos, par une volonté d’obtenir ces divers avantages… Le tout associé à la conviction d’appartenir à une culture politique supérieure, faite de l’amour et du respect de la nation et de ses œuvres, qui prend forme dans l’accomplissement des devoirs du citoyen.

  • 39 Article conservé dans AIU Algérie, IIC.

15À cette figure politique du « Français » s’oppose la figure politique de l’étranger, présenté comme le nomade qui se met de lui-même en dehors de la communauté nationale française, le traître qui manque à l’hospitalité qu’on lui a accordée, l’homme à la culture politique inférieure. Demeurent des « étrangers » à la nation française ceux et celles qui ne se conduisent pas selon l’éthique républicaine, ce qui les rend dangereux pour la nation et pour chaque citoyen. Ces « étrangers » sont ceux qui, même naturalisés, restent de culture étrangère en raison de leur langue parlée et de leur accent, de leurs vêtements, de leurs habitudes sociales et de leur volonté supposée de s’imposer en Algérie. On peut ainsi, en raison d’une tournure d’esprit et de comportements particuliers, être Français selon la loi et demeurer ontologiquement un étranger aux yeux de ses concitoyens. Dans l’entre-deux-guerres, les Juifs sont encore souvent définis en Algérie et en métropole comme des étrangers incrustés dans le tissu humain national, ce qui fait qu’on peut encore lire dans La Presse Libre du 18 juillet 1929 une phrase entendue au xixe siècle, disant que « les juifs dans leur ensemble forment un groupe ethnique et religieux distinct39 » du reste de la nation.

16Certains arguments antisémites se modifient avec le temps afin de tenir compte des changements opérés dans la société et de pouvoir continuer à définir les Juifs comme des étrangers à éliminer. En 1938, lors d’une réunion à Sidi Bel Abbès, le délégué à la propagande du Front français qui accompagne Henry Coston dans une tournée de « propagande antisémite, antimaçonnique et antimarxiste », donne son avis sur un point autrefois reproché aux Juifs, celui de n’avoir pas versé leur sang pour la France. Après la guerre de 1914-1918, le reproche ne tient plus ; un fonctionnaire qui assiste à la conférence donne au préfet un résumé de l’argumentation de Coston qui propose une solution radicale et définitive à la citoyenneté des Juifs :

  • 40 CAOM Oran 2531, chef de la sûreté départementale à préfet, 8 décembre 1936.

Certains nationaux vont peut-être lui faire remarquer que les Juifs ont fait la guerre comme les autres et qu’ils ont eu eux aussi des morts et des blessés. Il dit alors que c’est là chose normale puisque ces juifs vivaient en France. Mais il ajoute que pour sa part il est partisan d’une loi qui exempterait les juifs du Service militaire pour qu’il soit bien établi qu’il y a lieu de les considérer comme des étrangers dangereux40.

  • 41 Sandrine Sanos, The aesthetic of hate : far-right intellectuals, anti-Semitism and gender in France(...)

17Henry Coston avait repris dans La Libre Parole d’Alger du 24 avril 1936 le thème du Juif étranger qui détruit la civilisation française. Il réclamait l’abrogation du décret Crémieux et précisait qu’« il y a des juifs patriotes, ceux qui aiment la Judée. Qu’ils y aillent et nos chômeurs trouveront du travail. » À la même époque, Blum était critiqué en métropole en tant que juif, efféminé41, étranger et en tant que socialiste, démocrate, capitaliste, soit le contraire du Français idéal fantasmé par les antisémites.

  • 42 Commission de 1900, article de Lys du Pac, p. 110.
  • 43 ANOM Oran 95, 24 novembre 1920.
  • 44 Morinaud put affirmer que l’élimination de toute influence judaïsante allait permettre à elle seule (...)
  • 45 Cette inquiétude se retrouve en métropole où, en mars 1939, un avocat du nom de René Gontier publie (...)

18En somme, les Juifs sont bien ressentis dans le cadre colonial comme étant la menace par excellence qui pèse sur la présence française et l’esprit français en Algérie. La Dépêche algérienne rend compte de cette hostilité en rapportant le 12 janvier 1899 que Lys du Pac proclame : « les excès de l’antisémitisme, il n’est personne parmi nous qui les réprouve… Une clameur dominera tous les mots d’ordre, la clameur de l’Algérie qui veut rester française : À bas les Juifs42 ! ». Plus tard, lors d’un banquet offert au maire d’Oran Jules Molle en 1920, un conseiller municipal reprend la même idée en s’écriant : « quand je dis “À bas les Juifs !” Je crie en même temps “la France”43 ». Parler des Juifs et des Juives est donc bien, pour les antijuifs, parler de l’Autre en tant qu’ennemi public et c’est pourquoi la propagande met en scène un « nous » formé des figures du « Français » et de la « Française », qui sont conformes au modèle national valorisant44 et qui s’opposent au « eux » que forment les figures opposées du Juif et de la Juive45. Par leur propagande intense, les antisémites espèrent aussi faciliter une adhésion du cœur et de l’esprit, voire un embrigadement dans l’antisémitisme organisé ou simplement pratiqué.

Les dirigeants

Une voie royale d’accès au pouvoir

19Il existait plus d’une façon de prendre rang, de façon durable ou non, parmi les élites politiques des villes d’Algérie. Une première voie d’accès était prise par des hommes, inconnus au départ, qui occupaient la place publique avec brio et manipulaient au mieux l’antisémitisme du petit peuple européen à un moment favorable pour sortir de l’ombre. L’antisémitisme projetait alors avec efficacité sur le devant de la scène de simples personnes sorties du rang, des journalistes et des conférenciers, vite écoutés et estimés. Il offrait ainsi la victoire aux élections municipales et législatives à des individus et à de nouveaux partis en recherche d’un pouvoir qu’ils n’auraient pu obtenir par les voies ordinaires. Au xixe siècle à Alger, l’étudiant Max Régis trouva l’occasion de s’affirmer publiquement grâce à l’affaire Lévy. À Oran, Paul Bidaine, que rien ne prédisposait à devenir un homme politique, fut le chef de l’antisémitisme oranais entre 1895 et 1897, après avoir été employé par le consistoire israélite puis avoir ouvert un bureau de tabac avant de devenir journaliste au Petit africain. Gabriel Lambert, installé à Oran en 1932 provenait quant à lui d’une famille obscure de la petite bourgeoisie métropolitaine et n’avait, lui non plus, aucun passé politique.

20La seconde voie d’accès, beaucoup plus classique, était celle de notables appartenant à des milieux plus favorisés et qui se créaient de puissants réseaux de soutien. Ces élites urbaines, antisémites ou non, s’appuyaient sur l’administration, faisaient alliance avec tous ceux qui jouaient un rôle important dans leur circonscription électorale et pouvaient fournir des électeurs ; ils défendaient avec acharnement les intérêts coloniaux et établissaient de solides racines en métropole, ce qui permettait la mise en place d’une politique donnée sans se compromettre avec la rue. Gardons en mémoire que, parmi les leaders de cette catégorie, l’avocat Émile Morinaud était le fils d’un notable de Constantine, négociant en produits agricoles, propriétaire et maire, qui dirigeait son quotidien, Le républicain de Constantine. À Alger, Drumont bénéficiait de sa notoriété d’écrivain, Arthur Gobert, premier maire antijuif d’Oran, était quant à lui pharmacien et Jules Molle, maire (1925-1931) et député d’Oran (1928-1931), était médecin. Les jeunes chefs du parti antijuif lors de la première crise étaient étudiants en droit ou avocats, tels Daniel Saurin, les Frères Régis à Alger, Firmin Faure à Oran.

Des dirigeants proches du public

  • 46 Pierre Nora, Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1931, p. 18. Réédition revue et augmentée, Pa (...)
  • 47 Le 12 novembre 1898, La Dépêche algérienne parle de Max Régis s’avançant sur la scène d’une salle d (...)

21Le succès des hommes politiques résidait souvent non dans leur programme mais dans leur tempérament, leur capacité à plaire aux électeurs, comme le signale Charles-André Julien dans sa préface au livre de Pierre Nora Les Français d’Algérie : « le culte de l’individu triomphe de Max Régis à Lagaillarde. Plus il donne de la gueule et bombe le torse, plus il est populaire46 ». Les antijuifs profitèrent de cette disposition du petit peuple qui ne leur ménageait ni sa faveur ni ses applaudissements. Il s’ensuivit dans un grand nombre de cas une rencontre exceptionnelle entre eux et ce petit peuple car la popularité des politiciens antijuifs se traduisait par un fort et immédiat attachement, on peut même parler dans certains cas de ferveur et de dévotion47. Les exemples les plus manifestes furent, pour un temps assez bref, ceux de Max Régis et d’Édouard Drumont à la fin du xixe siècle ; au xxe, il faut citer le docteur Jules Molle, promoteur de « la défense latine » et surtout Gabriel Lambert, adulé de ce petit peuple en raison de ses méthodes directes, expéditives et bravaches qui lui plaisaient beaucoup. Les Européens de milieu populaire se sentaient reconnus, acceptés et valorisés par ces hommes politiques qui recherchaient le contact avec eux. Habituellement méprisés en raison de leur origine étrangère, de leur pauvreté ou de leur manque de formation et d’éducation, ils trouvaient chez les leaders de l’antisémitisme une attention qui les séduisait et les valorisait. Le docteur Molle, installé en 1903 dans les bas quartiers d’Oran à la Marine, exerçait un fort ascendant sur les populations espagnoles qu’il soignait avec un désintéressement tel qu’on l’appelait, outre « le médecin des pauvres », « le bon docteur Molle ». Il forgea la notion de « défense latine » qui plaçait les néos à égalité avec les Français d’origine, le terme de néo devenant valorisant et non plus péjoratif.

22C’est par sa proximité avec le tempérament algérois, mis en scène par Musette dans ses brochures de « Cagayous », que Max Régis devint l’idole des foules de 1897 à 1900 environ. Violemment antisémite, casseur, vantard, arrogant avec l’administration et la police, il s’exprimait grossièrement et avec panache, toutes choses qui suscitaient une forte adhésion de son public. Son honneur à fleur de peau le conduisait à provoquer en duel tous ceux qui lui portaient tort et, comme il sortait vainqueur de ces confrontations, son prestige en était rehaussé. Le Télégramme algérien du 12 février 1898 fournit un exemple de ses discours où se mêlent l’injure, le mensonge, les exigences, et dont la dernière phrase lui valut sa première incarcération :

Je proteste et tous les antisémites algériens avec moi contre l’envoi en Algérie du policier Lépine, le protecteur des juifs, que le Gouvernement, effrayé des menaces youtres, envoya remplacer M. Cambon, celui-ci étant accusé de soutenir – oh ! Combien peu ! – les antisémites […]. Ce que nous voulons, c’est que la France nous délivre de l’esclavage juif. Partout du Nord au Midi et de l’Est à l’Ouest, les fonctionnaires français sont remplacés par des fonctionnaires juifs.
Cris : À bas les juifs ! À la corde les juifs !
Nous avons demandé de toutes nos forces l’abrogation du décret Crémieux […]. Si on ne nous l’accorde pas, il faudra bien que nous en arrivions à nous faire justice nous-mêmes en les exterminant. Oui, citoyens, s’il le faut, si on nous y oblige, si on nous y force, nous arroserons avec le sang juif notre arbre de la Liberté !

23Max Régis plaçait ici son combat sur le plan de l’idéologie mais également sur un plan électoral et politique beaucoup plus général et proclamait l’appartenance des populations algériennes à une identité commune en formation. Il rejoignait ainsi le sentiment des Européens naturalisés ou non qui transformaient en patrie le lieu même où ils vivaient quotidiennement, qui se sentaient politiquement et socialement inférieurs aux Français d’origine mais égaux à eux dans un cadre uniquement algérien. Et il engageait ses troupes vers un séparatisme qui ne plaisait pas à tout le monde dans ses rangs, ce qui fait qu’assez vite, on eut là un point de discorde de première importance entre les antijuifs. Autre point de discorde, seuls les antijuifs qui s’appuyaient essentiellement sur la rue étaient favorables à la loi de naturalisation de 1889, les autres la redoutaient et faisaient même campagne pour sa suspension en Algérie. Morinaud, lui-même hostile à cette loi à cause de la présence de nombreux Italiens dans l’est algérien et notamment sur la côte, demandait son retrait et exacerbait les sentiments xénophobes de la population française d’origine. Il se rapprochait ainsi de l’ensemble des politiciens algériens qui craignaient le poids électoral des nouveaux citoyens de 1889.

  • 48 Entretien avec Alferd Bérenguer, 1992.
  • 49 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, éditions LGR, 1980, p. 5-38.
  • 50 Entretien avec l’épouse de Gabriel Lambert, mai 1985.

24De son côté, pendant l’entre-deux-guerres, Lambert flattait le tempérament populaire ; il se montrait simple, ouvert, direct, avait le sens de l’accueil et de l’amitié, pouvait vider son portefeuille pour payer une tournée générale dans les cafés des quartiers populaires d’Oran. On disait de lui avec considération, « c’est un homme48 ». Personnage truculent, il possédait un sens aigu de l’à-propos, plaisantait sans cesse, se moquait et roulait à sa guise deux notables que la ville trouvait ridicules : l’évêque Léon Durand et le maire Paul Ménudier, héritier en politique et pâle reflet du docteur Molle qu’il parvint à remplacer au bout de quelques mois. Tout un rituel s’organisait autour de l’abbé dont la soutane et le casque colonial frappaient l’imagination. Ses écarts de vie privée le rendaient sympathique à tous ceux qui appréciaient la virilité et la boisson. Les femmes l’appréciaient comme prêtre et comme homme et ne semblaient pas gênées par sa position délicate envers l’Église catholique. Il bénéficiait d’un ascendant oratoire immense et les foules oranaises lui rendaient un véritable culte49. Les marins emportaient son buste en plâtre sur les bateaux, on le posait sur le ventre des femmes enceintes ; lui-même vendait ces bustes ainsi que des fioles contenant un peu de l’eau que, sourcier, il avait cherchée et trouvée près d’Oran. Cette ardente dévotion des foules pour Lambert passa les années, elle se manifestait encore bien après la Seconde Guerre mondiale tant auprès de l’abbé désormais défroqué que de son épouse, « madame l’abbé Lambert », qui en recevait les miettes chaleureuses50.

  • 51 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, op. cit., p. 36-37.

25Un exemple montrera l’opportunisme cynique de Gabriel Lambert face à la question juive. Léopold Gomez qui fut un de ses amis proches lors de son arrivée à Oran explique comment celui-ci pensait prendre la mairie en jouant sur tous les tableaux51 : « Je connais les sentiments des Oranais » lui aurait dit Lambert. « Ils n’aiment pas les Juifs. Ma profession de foi est toute trouvée. Ne suis-je pas le représentant du Christ que les Juifs ont crucifié ? » Gomez ayant fait remarquer que le maire était lui aussi antisémite et qu’il faudrait l’être plus que lui, Lambert après réflexion aurait rétorqué :

Le Christ nous enseigne la tolérance. Nous devons donc laisser les Juifs en paix. Le Christ a dit aussi : « Aimez-vous les uns les autres. » Nous devons donc considérer les Juifs comme nos frères… Tu vois la force que va donner à ma croisade antiraciste la robe que je porte ?

L’appareil

Des institutions fragiles

  • 52 Peu de temps après, en 1894, le marquis de Morès, qui eut une certaine influence en Algérie auprès (...)
  • 53 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 274, Supplément à L’Antijuif, 10 octobre 1898

26Les institutions mises sur pied par le mouvement antisémite furent instables et de peu de consistance. Elles dépendaient d’une ou de quelques personnalités politiques et se manifestaient principalement sous la forme des ligues antijuives, encore appelées selon les époques partis français ou partis antijuifs. Ces organisations regroupaient des militants et sympathisants de la cause antijuive et disparaissaient de la scène publique quand la conjoncture politique changeait. La première ligue antijuive, créée à Miliana dès 1871 pour écarter les Juifs des urnes, montre la précocité de la réaction hostile aux Juifs suscitée par leur participation aux élections. D’autre ligues naquirent au gré des événements à Alger en 1885, 1892, à Constantine et Oran en 1896, puis dans un grand nombre de plus petites villes, rassemblant dans un parti « français » ceux qui étaient prêts à agir contre les Juifs. À Alger, la « ligue socialiste antijuive » de Fernand Grégoire (1862-1895) fondée en 189252 périclitait depuis la mort de son fondateur quand son président, Martin Saint Léon fit élire Max Régis à sa place53. Sous sa direction, la ligue devint un instrument performant de la lutte antijuive qui attira un nombre croissant de militants et de sympathisants. De façon générale, les ligues se manifestaient dans les moments de tension, comme ce fut le cas à Constantine au moment de la visite du député Thomson en avril 1895. Elles étaient soutenues par des journaux, comme L’antijuif, Le Petit Africain, La Silhouette et, épisodiquement, Le républicain de Constantine. Pour mobiliser les électeurs, elles distribuaient des tracts, organisaient des réunions avec les militants et des conférences ouvertes au public qui étaient généralement bien suivies. On pouvait mesurer concrètement l’influence des antisémites au nombre de journaux vendus dans les différentes villes où ils étaient distribués, à celui des présents aux réunions et, plus sûrement, au nombre de voix obtenues le jour des élections.

  • 54 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 370.

27Pendant l’entre-deux-guerres, les antisémites recréèrent des Ligues ou des associations destinées à soutenir leur candidature quand le résultat des élections était incertain. À Constantine, Émile Morinaud regroupa les « vrais français » dans ses « Amitiés françaises » mais n’obtint pas un score suffisant pour emporter la majorité lors des élections municipales de 1938 face à la liste du Rassemblement populaire. Les conseillers juifs et musulmans s’étaient entendus entre eux pour le choix du maire, ce qui montra l’inefficacité de la politique de Morinaud, qui voulait justement opposer les Juifs et les Musulmans54. De son côté, en 1936, le journaliste d’extrême droite Henry Coston se présenta sans succès aux législatives sous l’étiquette de « candidat antijuif d’Union latine » et retourna déconfit en métropole.

Le cas particuler d’Oran

  • 55 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 121-122.

28L’appareil antijuif de la ville d’Oran peut servir d’exemple car il fut l’un des plus diversifié ; il indique, malgré ses faiblesses, la persistance du phénomène antijuif et sa diffusion hors de la ville. Une Ligue antijuive – on parlait aussi de Parti antijuif – fut fondée à Oran en 1896 dans le contexte des élections municipales. Elle s’étendit au reste du département avec des sections locales, dirigées par des comités locaux membres de plein droit du comité central d’Oran. Mais son existence en tant que telle fut brève, le ministre de l’Intérieur ayant refusé son existence légale en mars 189755. Après cet échec, les antijuifs renoncèrent à regrouper les militants dans une nouvelle organisation disposant de statuts et de cartes d’adhésion mais on continua cependant à parler de Ligue ou de Parti pour désigner l’appareil, dirigé par quelques personnes, qui orchestrait les diverses actions militantes et permettait aux hommes politiques d’asseoir et de gérer leur carrière. Progressivement, le pouvoir au sein de la ligue passa des mains des plus anciennes personnalités, telles que Jean Pouzet et Paul Bidaine, à celles des conseillers municipaux regroupés autour d’Arthur Gobert.

  • 56 ANOM 7G9, Rapport Commissaire spécial à préfet, 31 mars 1901.
  • 57 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 35-36 ; ANOM 16G : rapport préfet de Constant (...)

29La ligue antijuive mit au point un fonctionnement original qui prit les formes de « meetings antijuifs » puis de « congrès antijuifs » pendant lesquels les responsables invitaient l’assistance à ratifier ou modifier le programme proposé et à désigner les candidats aux diverses élections, comme ce fut le cas en 1898 pour Firmin Faure qui se présentait aux législatives. Ces pratiques à caractère démocratique comptèrent pour beaucoup dans le mouvement d’enthousiasme que connut l’organisation à ses débuts. Divers comités coordonnaient les actions collectives et permettaient d’encadrer les actions individuelles. Se succédèrent un Comité électoral antijuif, un Comité de la Ligue antijuive créé après les troubles de mai 1897, un Comité antijuif permanent puis un Comité républicain radical antijuif qui fonctionnait encore en 190156. Entre les deux guerres, le renouveau de l’antisémitisme conduisit à de nouvelles formations politiques, dont la Ligue latine puis les Unions latines fondées par le docteur Molle ou les amitiés latines de Gabriel Lambert qui disposaient d’un Comité central, d’un Bureau politique, de sous-sections de quartier et de sections calquées sur les circonscriptions électorales. Trois sections départementales étaient dédiées aux femmes, aux Musulmans et aux jeunes (regroupés dans la section Jeunesse latine57) avec vingt-cinq sous-sections.

Pourquoi adhérer

  • 58 AIU ICI Alger 1919, Henri Aboulker, Note sur l’antisémitisme Algérien.

30Dans sa Note sur l’antisémitisme58 de 1919, Henri Aboulker considérait que l’antisémitisme relevait de trois causes contre lesquelles on pouvait lutter puisque l’antisémitisme n’était pas à ses yeux une « maladie incurable » : l’hostilité généralisée de la population, l’indifférence ou l’hostilité des représentants du gouvernement de la République et des élus, et enfin la passivité des Israélites eux-mêmes. Or, disait-il, « l’antisémitisme a réduit à un véritable servage moral cent mille citoyens », et il rappelait que les Juifs avaient moins de droits que des naturalisés espagnols ou italiens, le plus souvent moins assimilés qu’eux.

Entre convictions et opportunités

  • 59 Sophie-Beth Roberts, Jews, Citizenship, and Antisemitism in French Colonial Algeria, 1870-1943, Tor (...)
  • 60 Louis Durieu relève trois éléments dans l’antisémitisme algérien : la dissolution de l’esprit franç (...)
  • 61 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p 375.

31Lors de leur arrivée en Algérie, les Européens étaient porteurs d’une culture antijuive traditionnelle et chrétienne qui se confronta sur place à une pluralité de populations d’origines diverses, ce qui donna immédiatement une grande importance à la question des « races » au sens de populations chargées d’altérité et, pour les Juifs, d’altérité négative. Ce racisme d’opinion prit rapidement un aspect théorique et l’antisémitisme algérien connut au xixe siècle son essor avant l’antisémitisme métropolitain qui exerça cependant une influence en Algérie à partir de la fin du siècle59, du fait des nombreux contacts personnels entre les leaders antisémites métropolitains et algériens. Chez les Français d’origine, l’antisémitisme religieux dépassait peu le cercle restreint des pratiquants, en général catholiques ; mais les néos ou les Européens et en priorité les Espagnols, étaient imprégnés d’un antisémitisme religieux profond60 tandis que la culture religieuse restait globalement présente dans les esprits des uns et des autres, ce qui conduisait à des incidents et des injures. « Qu’ils crèvent tous » disait des Juifs un adjoint au maire d’Alger, Salières, que le grand rabbin Bloch présenta comme un « clérical et un fanatique enragé61 ». Toutefois, Drumont, ses amis et successeurs, notamment Henry Coston entre les deux guerres, essayèrent, mais sans trop réussir, d’utiliser la question religieuse comme ferment d’antisémitisme.

  • 62 Charles Maurras, Pages africaines, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 51.
  • 63 Cf. Christophe Régina, « L’Injure-culture. L’art de médire et d’instruire autrui à Marseille au xvi (...)
  • 64 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, Paris, Berg international Auditeu (...)
  • 65 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 132-133.

32En Algérie, on considérait chaque groupe humain comme étant prioritairement « racial » avant même d’être social, ce qui donnait naissance à toute une échelle de situations, en fonction de la place occupée par chacun selon son origine. Pour leur part, les Français méprisaient les Espagnols restés trop près de leurs racines, et ils étaient partagés entre le mépris des Indigènes et la crainte que leur nombre inspirait. Ils rejetaient aussi les Juifs en tant qu’« indigènes », anciens vaincus et « usurpateurs », après 1870, du titre de citoyen. Ils s’en méfiaient aussi car, nés dans le pays, les Juifs le comprenaient de l’intérieur, jouaient le rôle d’intermédiaire naturel avec les Musulmans, votaient en corps constitué dans les années qui suivirent la naturalisation. Riches, on les disait usuriers, accapareurs et affameurs d’Européens ou de Musulmans. Pauvres, on les trouvait obséquieux, voleurs, sales et vivant dans un taudis repoussant avec une hygiène épouvantable, portant des vêtements « couverts de tâches, noirs et luisants de saleté indurée » qui répandaient une odeur épouvantable. Tout dérangeait chez eux et suscitait, selon l’expression de Charles Maurras, cette « antijuiverie de peau62 » qui utilisait le stéréotype, l’injure orale63, écrite ou visuelle, la dénonciation, la diffamation. En s’attaquant dès les années 1830 à des juifs essentialisés, cette « antijuiverie » identifiait l’Autre, en faisait une catégorie à part64, ce qui représentait le symptôme, le signe qui précédait la crise future, l’accompagnait et lui survivait, par exemple sous la forme de la racialisation quand on l’intégrait dans la hiérarchie des races65.

  • 66 Il avait obtenu de l’émir une forte somme d’argent qu’il destinait entre autres aux chemins vicinau (...)
  • 67 Les intermédiaires juifs traitaient leurs affaires en même temps que celles des négociateurs. Charl (...)

33Le processus de rejet pouvait naître par contamination puisque les Juifs étant méprisés des Indigènes, les mépriser à son tour devenait naturel, justifié par l’antériorité du premier rejet, car on se disait, qu’après tout, les Indigènes avaient bien leurs raisons et mépriser les Juifs permettait aussi, pensait-on, de mettre les Indigènes dans son camp. Un autre niveau d’antisémitisme, qu’on pouvait dire de circonstance, répondait à des intérêts personnels ou collectifs. Dès les débuts de la colonisation, les responsables avaient fait endosser par les Juifs leurs erreurs et leurs arrangements intéressés. Le traité de la Tafna du 30 mai 1837, signé entre Bugeaud et Abd el-Kader étant décrié en France, Bugeaud, déjà très hostile aux Juifs dans ses écrits, chercha à nier sa responsabilité et ses irrégularités66 en se défaussant sur l’interprète juif Ben Duran67. Plus tard dans le siècle, les Européens et les naturalisés de 1889 trouvaient dans l’antisémitisme un élément d’intégration dans la société coloniale en participant aux manifestations et aux violences organisées par les Français et en criant à l’instar de ce Napolitain rencontré dans Cagayous antijuif : « En bas les Tchouifes ! », « la frantche aux Frantchaises ! »

  • 68 Voir Maurice Eisenbeth, Pages vécues, 1940-1943, Alger, imprimerie Harras, 1945.

34L’antisémitisme pouvait aussi recouvrir un désir de vengeance ou la volonté d’éliminer un concurrent ou encore de se créer une situation avantageuse. C’est ce que firent entre 1940 et fin 1942 les candidats à un poste d’administrateur provisoire des biens juifs, qui furent en tout selon Eisenbeth presque 6 00068. Plus concrètement, on se disait antijuif pour des raisons économiques quand il s’agissait de lutter contre un concurrent, si minime fût-il, et de le remplacer si possible. Politiquement, l’« antijudaïsme électoral » restait enfin, pour certains partis et candidats, l’opportunité qui permettait d’emporter les élections difficiles quand les Juifs se tournaient vers un adversaire ; on les attaquait alors sur un registre antisémite et on en récoltait aisément les fruits dans les urnes. La crise éclatait donc lorsqu’un homme politique mettait par intérêt l’accent sur la nécessité d’une lutte politique, économique et sociale contre les Juifs en reprenant les griefs d’usure, de concurrence déloyale, de comportements indignes. Cette volonté d’écarter les Juifs de la nationalité et de les limiter à un rôle strictement économique correspondant à leur nature profonde fut clairement exprimée par le journaliste Hugolin, qui affirma le 4 février 1898 dans Le Réveil algérien, que l’idéal serait de parvenir à se débarrasser de la race juive, ce qu’il tempéra en admettant que si les Juifs renonçaient à la citoyenneté et même au service militaire remplacé par un impôt, tout irait bien. selon lui, il revenait aux Juifs, de choisir entre un « modus vivendi qui leur laisse la liberté commerciale tout en les tenant éloignés des intrigues politiques ou tout revendiquer et ne récolter que l’irrémédiable et définitif écrasement ».

  • 69 Zeev Sternhell, « The roots of Popular anti-Semitism in the Third Republic », dans Frances Malino e (...)
  • 70 La Commune algérienne, 20 avril 1901.
  • 71 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 331.

35Un antisémitisme doctrinal prit son essor à la fin du xixe siècle sous des formes raciales, anticapitalistes et antisocialistes proches de l’antisémitisme métropolitain69. Et, dans ce cadre, les prolétaires juifs devenaient aussi dangereux que les ploutocrates car ils avaient la « même passion antisociale que leurs coreligionnaires de la finance, de l’agiotage et de l’exploitation sous toutes ses formes et ne chercha[ient] qu’à les rejoindre70 ». De plus, l’appartenance éventuelle des Juifs à une autre religion que le judaïsme n’effaçait pas pour ce courant idéologique l’appartenance à la « race » juive. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le docteur Costa, un médecin qui enseignait à la faculté de médecine d’Alger, s’acharna contre les Juifs de façon générale et spécifiquement contre un de ses collègues, Lucien Lévy, catholique pratiquant, en affirmant qu’il ne fallait pas confondre race et religion car « Un nègre baptisé n’en reste pas moins nègre71 ».

Un levier de circonstance

  • 72 Meynier et Montoy, 1984. Lâché par le parti Démocrate et Social, auquel appartenaient Jonnart, Poin (...)

36Le potentiel électoral de l’antisémitisme orientait le comportement des hommes politiques qui voulaient s’installer au pouvoir. Cet antisémitisme était bien un pur levier de circonstance pour ceux qui l’abandonnaient ou le contournaient avec opportunisme et cynisme quand le pouvoir semblait assuré, pour y revenir si les élections étaient sur le point de leur échapper. Rappelons que cette politique fut celle de la municipalité Gobert lors de l’élection de 1902, du docteur Molle72 en 1925 et de Morinaud en 1935 qui retournèrent à l’antisémitisme après avoir perdu le premier tour des élections et gagnèrent de ce fait aisément le second tour.

  • 73 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 113.

37La masse antisémite était versatile et bien des personnalités qui ne possédaient que cette corde à leur arc, en firent l’amère expérience, dès que leur image s’altérait. En 1898 à Oran, le journaliste Paul Bidaine, « champion de la cause française » de 1896, vit tout son ascendant sur la ville disparaître pour avoir imprudemment écrit un article contre Jean Pouzet, proche des jeunes sportifs de L’Oranaise73 et personnalité très aimée du grand public. Immédiatement déconsidéré, il ne joua plus qu’un rôle marginal dans les journaux républicains du département. Quant à Édouard Drumont, il avait été élu député d’Alger en 1898 sur la seule « idée antijuive », en dépit de ses attaches avec la droite et le cléricalisme, très mal portés en Algérie. Sans autre programme que la lutte contre les fortunes juives, il ne faisait plus recette en 1902 où l’on se moquait ouvertement de lui. Et Max Régis, qui avait construit à Alger sa popularité sur sa faconde, perdit sur ce même terrain « l’enthousiasme passionné » qu’il déchaînait dans le peuple par ses deux fuites honteuses, au moment de la Villa antijuive et de l’affaire Laberdesque. Au xxe siècle, Coston fut plutôt victime, semble-t-il, du peu de confiance de la population dans l’efficacité d’un homme politique venu d’ailleurs et dépourvu sur place d’assises locales efficaces, indispensables pour obtenir des prébendes et les reverser aux électeurs.

Hommes et femmes dans l’antisémitisme

Le poids du masculin

38À première vue, l’antisémitisme apparaissait comme une question d’essence politique puisque le reproche principal formulé contre les Juifs tournait autour de la question électorale, sanctionnée par le traditionnel « antijudaïsme électoral ». Or, cette question restait masculine par essence puisque les Françaises ne possédaient pas à l’époque le droit de vote et d’éligibilité. De ce fait, la propagande politique s’adressait prioritairement aux hommes et en particulier aux Français de souche, qui se considéraient pour la plupart comme les « seuls vrais français ».

  • 74 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., 2009.
  • 75 Marina Allal, « La caricature antisémite et la hiérarchie de genre : reproduction et réinterprétati (...)

39Au xixe comme au xxe siècle, la dimension nationale, politique et militaire de l’antisémitisme était encore plus importante en Algérie qu’en métropole. Le discours des antijuifs mais aussi plus largement de l’opinion publique européenne, prenait ses racines non seulement dans les notions de nationalisme, ou de « race », mais aussi de famille, de virilité et, en creux, de féminité74. Dans l’imaginaire social et dans la pratique, les hommes détenaient l’autorité, la puissance75 ; dans l’espace public, ils dirigeaient la politique, la société, l’économie ; dans l’espace privé, ils dominaient les femmes, les enfants, la famille. En tant que soldats, ils protégeaient et défendaient la patrie et l’ordre colonial et en tant que citoyens à part entière, ils constituaient la colonne vertébrale de la nation. Ils représentaient donc bien les cibles par excellence des images et des écrits, des discours électoraux et des différentes allocutions prononcées dans le cadre de l’antisémitisme.

  • 76 ANOM Alg., Mascara, 27 juin 1936, commissaire de police de la ville de Mascara à sous-préfet, 27 ju (...)

40La piétaille antisémite se composait en grande partie d’Européens naturalisés ou non car leur mise à distance sociale n’excluait pas le recours constant des antisémites à ces populations pour gonfler les effectifs lors des manifestations de rue, des réunions politiques ou encore à l’occasion de la venue d’une mission parlementaire. Toutefois, les Français d’origine participaient en nombre aux manifestations, et lors des saccages de synagogues en 1897 dans les villes d’Oranie et de 1898 à Alger, on trouva de « bons français » pour collectionner les morceaux déchirés des livres dérobés et les débris de tabernacles brisés. Ce recours à des militants et sympathisants de toutes origines permettait à nouveau de prouver, en Algérie comme en métropole et en premier lieu aux pouvoirs publics, que l’antisémitisme rassemblait bien tous les citoyens, ce qui était censé lui procurer une source appréciable de légitimité. De ce fait, les néos occupèrent aisément une bonne place dans les appareils des partis antisémites dès la crise de la fin du xixe siècle, comme le montre l’origine italienne des frères Régis et celle de nombreuses personnes interrogées lors de la Commission de 1900. De même, les municipalités antijuives de l’entre-deux-guerres, comme celle de Sidi Bel Abbès, en contenaient un nombre non négligeable. Les Espagnols y formaient une bonne partie des antisémites, raison pour laquelle ils étaient courtisés dans l’entre-deux-guerres. Ainsi, Paul Bellat (1904-2001), délégué financier et membre du PPF déclara en juin 1936 dans une réunion où Raoul Follereau, toujours très écouté en Algérie, venait faire une « conférence antijuive », que « les seuls qui doivent aux yeux des Unions latines constituer la population algérienne sont les Français, les Espagnols, épaulés des Arabes76 ». À cette époque, les rapports de police indiquent la présence massive d’Espagnols naturalisés dans les réunions, les manifestations, les bagarres. Les antijuifs veillaient en dernier lieu à recruter des Indigènes, qui pouvaient compléter le tableau des mécontents et grossir encore les rangs des manifestants. Mais les Français craignaient cette implication massive de la population sujette puisque, une fois lancés, les Indigènes – hommes, femmes, enfants – échappaient au contrôle. Ils la manipulaient avec précaution et de toutes façons dans certaines limites car, ils excluaient les Indigènes de l’accès à la citoyenneté et ne souhaitaient leur accorder aucune légitimité d’essence politique.

Des femmes tout de même

41Absentes des appareils et moins nombreuses que les hommes dans le cadre de l’antisémitisme vécu, les femmes n’en méritent pas moins une observation attentive car, en plus de leurs actions propres en faveur de cet antisémitisme, elles suscitaient chez les hommes un grand nombre de réactions qui éclairent le fonctionnement de la société en général et de l’antisémitisme en particulier aussi bien sur la scène publique que dans le domaine privé.

  • 77 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 87-137.
  • 78 Changer les relations entre les sexes semblait dangereux. Le mot de « féminisme », pris dans son se (...)

42Les nationalistes français qui vivaient en Algérie dans un cadre colonial à défendre considéraient les femmes comme étant dans l’obéissance et la soumission aux hommes ; n’étant pas électrices, elles étaient censées n’être pas a priori concernées par la propagande politique. Symboliquement, on les définissait comme dépositaires de l’identité nationale qu’elles personnifiaient : on les assignait à des fonctions de transmission de l’héritage biologique et culturel, elles procréaient et éduquaient les enfants des « vainqueurs » pour faire perdurer l’ordre colonial et les relations traditionnelles entre les sexes77. L’identité nationale se construisait donc, en métropole comme en Algérie, autour des valeurs masculines, ce qui conduisait de façon diffuse ou plus concrète à un antiféminisme très répandu dans la société sous diverses formes et qui répondait à la crainte des hommes de se voir dépossédés d’une partie de leur pouvoir. Il s’agissait principalement et presque instinctivement, pourrait-on dire, de refuser le renversement des codes qui régissaient les rapports sociaux de sexe78. On se posait aussi de façon récurrente des questions sur les capacités du monde féminin à occuper des métiers qualifiés, ce qui conduisait à légitimer le refus du travail des femmes qui, alors délaissaient le foyer et ne remplissaient pas ce qui était considéré comme leur part du contrat conjugal, à savoir l’éducation des enfants et l’entretien domestique de la famille.

  • 79 Les entretiens collectés par nous au fil des années allaient tous dans ce même sens, par exemple ce (...)

43Au xixe comme au xxe siècle, les femmes devinrent cependant en Algérie une cible de la propagande antisémite puisqu’elles pouvaient, en tant qu’épouses, renforcer le combat des maris et compléter la mise à distance sociale des Juifs, de toutes façons déjà largement mise en œuvre puisque les contacts étaient traditionnellement peu fréquents entre familles juives et non juives et, plus largement, entre femmes de différentes origines ethniques. Ainsi, dans les cercles bourgeois, on se recevait entre « Français » et seules les artistes juives étaient parfois admises dans les salons et seulement pour se produire79. Les femmes pouvaient aussi, en fonction de leur rang social, refuser les contacts économiques et sociaux avec les femmes d’une autre origine et notamment les Juives : ne pas les employer comme cuisinières, bonnes ou couturières, ne pas même ébaucher avec des mères juives des conversations sur les enfants, les études, la vie quotidienne… En les évitant, elles participaient à l’isolement de la population juive recherchée par les états-majors masculins, solidifiaient le combat antisémite, diversifiaient et renforçaient ses rangs.

  • 80 Cf. « Antijuives [N’achetez pas pour la Toussaint des objets funéraires chez des juifs] Vous réserv (...)
  • 81 ANOM F80 1688, rapport du procureur général Dubuc au garde des Sceaux, 11 février 1898.

44Promouvoir une propagande qui ne concernait pas que les hommes mais aussi les femmes permettait d’augmenter l’audience et les chances de réussite de cette propagande puisque le mouvement se proposait d’exclure les Juifs non seulement de la citoyenneté mais aussi plus largement de l’économie et si possible de la société. Et cela ne pouvait se faire sans le soutien actif des femmes qui étaient incontournables en tant que ménagères tenant les cordons de la bourse. Le slogan « mesdames, n’achetez rien chez les juifs80 ! » se retrouve, avant comme après 1914, dans la propagande des journaux et sur les papillons collés partout sur les murs. Les reproches, menaces et dénonciations de celles qui, pourtant, « achètent chez les juifs », sont très fréquents et montrent l’extrême sensibilité des antisémites à cette question. Des femmes s’engagèrent aussi directement dans l’action ; ainsi, le 28 janvier 1898, parut dans Le Télégramme un appel de femmes algéroises pour former une ligue féminine dont les membres s’engageaient, selon la célèbre formule, à ne rien acheter chez les Juifs81.

  • 82 Le Petit Africain du 26 novembre 1897 transmet un appel aux Françaises et aux Espagnoles de femmes (...)
  • 83 La Revue algérienne, 8 et 9 mai 1898.
  • 84 Dans Raphaël Viau, Vingt ans d’antisémitisme (1889-1909), Paris, Bibliothèque Charpentier, 1910, p. (...)
  • 85 T. XXXV, p. 578.
  • 86 « Le mardi, ce furent les Françaises d’El Kantara qui au milieu des bravos de la foule, remontèrent (...)

45Quelle était concrètement la place réelle des femmes dans un mouvement souvent considéré comme une « maladie masculine » ? Disons que le mouvement avait compris l’avantage d’intégrer les femmes au combat en leur ouvrant des possibilités d’action correspondant à leur sphère générique traditionnelle comme le précise en 1900, La Tribune de Mostaganem du 21 avril qui relaya un appel aux mères « françaises » en tant qu’éducatrices de leurs enfants : « C’est aux mères que revient le rôle de chasser les juifs de notre pays en [révélant à leurs enfants] que le juif est l’ennemi, qu’il amène la misère ». On rencontrait bien dans le mouvement antisémite des femmes concrètement actives, par exemple dans des activités de charité82, mais rarement au niveau des écrits. Toutefois, il exista au moins un journal antijuif féminin déjà cité, Jeune France antijuive83, qui parut pendant plusieurs mois à Alger en 1900-1901, ce qui est peu, mais de nombreux « journaux antijuifs » ne connaissaient pas un meilleur sort. À quoi il faut ajouter que des Européennes manifestèrent régulièrement dans la rue, et pas seulement à l’appel des organisations masculines, contre les Juifs et en faveur des antijuifs. Elles firent parler d’elles, à leur échelle, et pas forcément à leur honneur, comme l’affirma Gustave Rouanet dans son intervention à la Chambre des députés des 19 et 24 mai 1899 pendant laquelle il rappela un certain nombre de faits : des Européennes d’Alger traînant par les cheveux des femmes juives au cours de certains défilés de rue84 ; une petite fille juive de six ans fessée par trois « femmes antisémites » place Bresson ; d’autres « fesseuses » sévissant à plusieurs reprises dans la ville. Les journaux publièrent de leur côté des photos de femmes surprises par leurs amies en train d’acheter des marchandises chez des commerçants juifs et ensuite insultées et molestées. Des démonstrations d’enthousiasme conduisirent certaines femmes à tirer, à l’instar des hommes, la calèche d’Édouard Drumont à Alger les 8 et 9 mai 1898, après l’avoir accueilli avec des fleurs ; elles criaient « Vive Drumont », « À bas les juifs », « arboraient les couleurs nationales, se mêlaient à des citoyens notables et comme eux distribuaient des bulletins de vote au nom de Drumont85. » On peut également rappeler l’achat par « le Comité antijuif des femmes d’Alger » ou Dames du souvenir, de menottes en or offertes à Max Régis lors de sa sortie de prison en 1898. Les mêmes Dames du souvenir organisèrent des festivités, souscriptions et tombolas en son honneur. En 1900, elles demandèrent au sculpteur Cordier de couler en bronze le groupe des frères Régis et fêtèrent Drumont à de nombreuses reprises à son arrivée à Alger avec des gerbes de roses. En 1902, Émile Morinaud, battu aux législatives, reçut de nombreux témoignages de sympathie de la population féminine : fleurs, objets d’art, délégations86. Le même phénomène se reproduisit ailleurs à plusieurs reprises.

  • 87 Écho d’Oran, 5 et 6 mai 1925, Les cahiers de la semaine, 30 mai 1925.
  • 88 Elles avaient fabriqué un mannequin représentant un pamphlétaire très connu, Béranger, et dansaient (...)
  • 89 AIU Algérie IC1, La Dépêche algérienne, 25 mars 1936.
  • 90 ANOM Alg. Oran, 7 mars 1936, Le commissaire divisionnaire de la police spéciale départementale à M. (...)
  • 91 ANOM Algérie Oran// 424, no 94 C, Commissaire central à préfet d’Oran 12 février 1936, objet : conf (...)

46Un certain nombre de femmes manifestèrent à nouveau leur antisémitisme pendant l’entre-deux-guerres. À l’annonce de la victoire du docteur Molle aux élections municipales87 du 3 mai 1925 qui ravivait une nouvelle fois l’antisémitisme à Oran, les cigarières de l’entreprise de tabac Bastos lui offrirent une gerbe de fleurs sur les marches de l’Hôtel de ville88. Les rapports de police et les photos des conférences tenues dans les années 1930 montraient la présence dans les salles d’une minorité de femmes pouvant représenter environ 30 % de l’auditoire et parfois davantage, par exemple lors les réunions des Croix de Feu, où l’on traitait de l’antisémitisme89. Les rapports de police livraient le nombre de femmes présentes aux réunions : elles n’étaient qu’une vingtaine sur 300 personnes à Oran le 7 mars 1936 mais représentaient 70 à 80 personnes sur 290 à Mascara le 27 juin 193690. Cette participation des femmes aux réunions ne formait pas une spécificité du milieu antisémite puisque, lors d’une réunion de la Ligue internationale contre l’antisémitisme en février 1936 à Oran, les femmes constituaient une forte minorité de 300 personnes sur 1 500 participants venus écouter son fondateur et président, Bernard Lecache91.

47Les associations de femmes agirent directement au plan politique dans l‘entre-deux-guerres ; ainsi les Dames royalistes appartenant à l’Action française surent se montrer sensibles à l’antisémitisme du maire Lambert (1934-1940), qui regroupa les femmes dans une des trois branches de ses Amitiés latines, antisémites et pro-franquistes sur le territoire du département. Et, dans un contexte plus large que le seul antisémitisme, la Fédération algérienne de l’Union des Françaises pour le suffrage des femmes intervint publiquement en politique lors de la discussion du projet Blum-Viollette (1936-1937) qui proposait d’accorder la nationalité à environ 20 000 Indigènes qui auraient conservé leur statut personnel. Ainsi que le remarque l’historienne Claudine Robert-Guiard, cette possibilité paraissait inacceptable à des femmes françaises qui luttaient au plan politique pour obtenir le droit de vote dont elles étaient elles-mêmes exclues. La Fédération adressa le 1er mars 1937 au président du conseil une motion dans laquelle elle « attire l’attention du gouvernement sur la nécessité de leur accorder d’urgence et par priorité la totalité des droits civiques et politiques ». Elle fondait sa revendication par le rappel « de la part importante prise par les femmes françaises à la colonisation et à la prospérité de l’Algérie ». Tout en contestant l’ordre des sexes qui les minorait politiquement par rapport aux mâles Français, ces femmes entérinaient l’ordre colonial inégalitaire, en considérant qu’il leur donnait un droit prioritaire sur les Indigènes. En même temps, elles se revendiquaient colonisatrices à part entière, donc égales en cela aux hommes qui bénéficiaient, eux, d’une citoyenneté complète et faisaient passer à la trappe toute solidarité avec les femmes non-françaises.

Notes

1 Edward Berenson « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre, dir., L’histoire culturelle du contemporaine, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 384.

2 Pierre-André Taguieff, L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, op. cit., p. 15-22.

3 Jean Cohen, natif d’Oran, observe dans Chronique d’une Algérie révolue Comme l’ombre et le vent, Paris, L’Harmattan, 1997, que les « pieds-noirs » ne se désignaient pas par le nom de Français réservé aux métropolitains, et ne se donnaient pas de nom, se considérant comme les seuls dignes de considération, « les innommés, les hommes, les personnes ». À un juge qui demande : « Y avait-il d’autres témoins ? » on répond : « oui, deux hommes et trois Arabes ». À une domestique prévenant sa patronne qu’une femme veut la voir, la patronne demande : « une femme ou une mauresque ? » à quoi il lui est répondu : « une mauresque », p. 46-47.

4 Dans Revue des Deux Mondes « Voyages des capitaines Owen, Sturt et Morell - Voyages de MM. Rozet et Laplace », t. 1, 1834.

5 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 94.

6 On retrouvait périodiquement et de façon plus crue cette revendication dans les journaux : « Notre but : nous voulons la France aux Français, c’est-à-dire débarrassée des Juifs et des métèques. », Jeune France antijuive, 1900.

7 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 87-137, Marina Allal, La caricature antisémite et la hiérarchie de genre, op. cit. Disponible sur Cairn.info.

8 Les images républicaines sont d’ailleurs largement diffusées par la famille, l’éducation, l’école, les livres.

9 Cf. Raoul Girardet, « Les trois couleurs, ni blanc ni rouge », dans Pierre Nora, dir., Les lieux de mémoire, t. 1 : La République, Paris, Gallimard, 2000, p. 26.

10 La Cravache oranaise, 2 octobre 1892.

11 Cf. Raoul Girardet, « Les trois couleurs », op. cit., p. 32.

12 J. Hess, La vérité sur l’Algérie, Paris, 1905, p. 307.

13 Voir Pierre Rosanvallon, Le sacre du citoyen, Histoire du suffrage universel en France, Paris, NRF, Gallimard, 1992.

14 Y. Guyot, Lettres sur la politique coloniale, cité par Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 42. « Le colon est républicain, plus avancé que qui que ce soit. Il est partisan du suffrage universel, à la condition que lui et ses 194 000 citoyens accaparent tous les votes et que les 2 800 000 indigènes paient seuls l’impôt, soient soumis à des lois exceptionnelles, qu’il puisse les exproprier pour ses convenances personnelles […] Les spartiates aussi étaient républicains. Les ilotes avaient-ils à se féliciter de leur douceur ? ».

15 AIU Algérie IC1, no 7122/5, 28 septembre 1919. « Note sur l’antisémitisme algérien ».

16 AIU Algérie IC1, no 7092/3, 13 juillet 1919.

17 Gisèle Berstein, Serge Berstein, La Troisième République, Paris, MA éditions, 1987.

18 Interventions à la Chambre des députés, séance du 23 décembre 1898, p. 2608, 2809.

19 Xavier Vallat est un journaliste, homme de droite puis d’extrême droite. Il vote les pleins pouvoirs en 1940 à Pétain, prend la tête du Commissariat général aux questions juives, se charge du second statut des Juifs et de leur recensement qui prélude à l’aryanisation de leurs biens.

20 Journal Officiel de la République Française : compte-rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 6 juin 1936, p. 1326.

21 Voir Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936. L’agression de Léon Blum à la Chambre des Députés, Paris, éditions des Équateurs, 2006, p. 169-183.

22 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), op. cit., p. 569 sq.

23 Mot signifiant canard en espagnol.

24 Français de France.

25 Musette, Cagayous antijuif, op. cit. p. 25.

26 Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France antijuive de 1936, L’agression de Léon Blum à la Chambre des députés, Éditions les Équateurs, Paris, 2006, p. 171, 173-174.

27 Écho d’Oran, 14 juin 1897, « Certes, le courage est vertu innée, il est chez nos fils de France, on le possède en naissant comme un nom de famille ».

28 Écho d’Oran, 3 novembre 1897, « Pauvre petit moussaillon de moussaille, de rien du tout, dont l’honnêteté le faisait confondre avec n’importe quel Français, le premier venu ».

29 Au cours de sa déposition devant la Commission de 1900, le journaliste Vidal Chalom évoque « les nobles qualités, inhérentes au chevaleresque caractère français : loyauté, courage, amour de la vérité », p. 345.

30 Commission de 1900, p. 215, Déposition Gobert : « Nous sommes ici d’excellents Français et notre patriotisme confine au chauvinisme ».

31 En ce sens, les Européens non Français ne peuvent prétendre à s’imposer en Algérie. Cf. le Supplément illustré de l’Antijuif algérien, 30 juillet 1898 : « Que venez-vous élever la voix ici, vous n’y avez aucun droit ; ce se sont ni les Italiens, ni les Espagnols et autres, ce sont nos braves soldats français qui l’ont conquise au prix de leur sang, et tant qu’ils auront un souffle de vie, ils la défendront contre vos lâches agressions ». Des propos identiques sont encore tenus au xxe siècle.

32 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., Introduction.

33 Il restait en plein xxe siècle des traces du sentiment de supériorité ressenti par les « Français » ; l’abbé Jean Scotto, d’origine italienne et né à Hussein Dey dans la proche banlieue d’Alger, déclarait avoir été meurtri par les réflexions hautaines d’une « Française » surprise par lui en train de comparer ses mérites de soldat de la guerre de 1939-1945 avec ceux des « Français de souche », le refoulant ainsi dans un statut de petit blanc. Jean Scotto, Curé pied noir, évêque algérien, souvenirs recueillis par C. Ehlinger, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 10. Jean Scotto a pris la nationalité algérienne et est resté en Algérie jusqu’à sa mort.

34 Christelle Taraud, « Les femmes, le genre et les sexualités dans le Maghreb colonial (1830-1962) », Clio, Femmes, Genre, Histoire, 33, 2011, « Colonisations », Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, dir., Histoire de la virilité, t. 2, Le triomphe de la virilité, Le xixe siècle, Paris, Seuil, coll. « L’Univers historique », 2011. T. 3 : La virilité en crise ? xxe-xxie siècle Paris, Seuil, 2011.

35 Edward Berenson, « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre, dir., L’histoire culturelle du contemporaine, Nouveau Monde éditions, 2005, p. 387.

36 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 314.

37 « Ils ne l’auront pas, la Belle Algérie, ces étrangers infâmes, tant que devant eux se dresseront de véritables français prêts à donner leur sang et leur vie pour la conserver à la France, notre patrie. », L’Algérie Française, Supplément illustré à l’Antijuif algérien, 30 juillet 1898.

38 Le 25 avril 1900, Jeune France Antijuive s’adresse aux électeurs : « Ce que nous voulons […] depuis longtemps, c’est l’Algérie aux Français. Arrière les cosmopolites et les juifs ».

39 Article conservé dans AIU Algérie, IIC.

40 CAOM Oran 2531, chef de la sûreté départementale à préfet, 8 décembre 1936.

41 Sandrine Sanos, The aesthetic of hate : far-right intellectuals, anti-Semitism and gender in France. Stanford, Stanford University Press, 2013. Cf. aussi : Pierre Birnbaum, Léon Blum, un portrait, Paris, Seuil, 2016.

42 Commission de 1900, article de Lys du Pac, p. 110.

43 ANOM Oran 95, 24 novembre 1920.

44 Morinaud put affirmer que l’élimination de toute influence judaïsante allait permettre à elle seule d’établir au tournant du siècle à Constantine « un régime de probité ». Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 156.

45 Cette inquiétude se retrouve en métropole où, en mars 1939, un avocat du nom de René Gontier publie chez Denoël Vers un racisme français, qui vise à défendre « l’identité nationale » contre les deux dangers qui la menacent : les migrations coloniales qui donneraient à la France un visage métisse et les Juifs, qui sont des ennemis de l’intérieur, du fait de leurs caractéristiques raciales et non de leur religion. Gérard Noiriel, Qu’est-ce qu’une nation ?, Paris, Bayard, 2015.

46 Pierre Nora, Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1931, p. 18. Réédition revue et augmentée, Paris, Stock, 2012.

47 Le 12 novembre 1898, La Dépêche algérienne parle de Max Régis s’avançant sur la scène d’une salle de spectacles pour faire un discours : « La salle croule sous les applaudissements ; l’ovation qui lui est faite ne peut se décrire ».

48 Entretien avec Alferd Bérenguer, 1992.

49 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, éditions LGR, 1980, p. 5-38.

50 Entretien avec l’épouse de Gabriel Lambert, mai 1985.

51 Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, op. cit., p. 36-37.

52 Peu de temps après, en 1894, le marquis de Morès, qui eut une certaine influence en Algérie auprès des antijuifs, fonda en métropole la Ligue antisémitique de France.

53 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 274, Supplément à L’Antijuif, 10 octobre 1898.

54 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 370.

55 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 121-122.

56 ANOM 7G9, Rapport Commissaire spécial à préfet, 31 mars 1901.

57 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 35-36 ; ANOM 16G : rapport préfet de Constantine à gouverneur général de l’Algérie, 6 juin 1938.

58 AIU ICI Alger 1919, Henri Aboulker, Note sur l’antisémitisme Algérien.

59 Sophie-Beth Roberts, Jews, Citizenship, and Antisemitism in French Colonial Algeria, 1870-1943, Toronto, Dissertation Abstract Doctor of Philosophy, Department of History, University of Toronto, 2011.

60 Louis Durieu relève trois éléments dans l’antisémitisme algérien : la dissolution de l’esprit français, c’est-à-dire la négation des idées et des principes de la Révolution française, l’invasion étrangère dans le corps électoral (les néos) et enfin le cléricalisme qui découle de cette invasion. Ce qui lui fait conclure que l’antisémitisme en Algérie n’est pas une lutte sociale mais bien « une haine religieuse doublée d’un bas cléricalisme ». Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, op. cit., passim.

61 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p 375.

62 Charles Maurras, Pages africaines, Paris, Fernand Sorlot, 1940, p. 51.

63 Cf. Christophe Régina, « L’Injure-culture. L’art de médire et d’instruire autrui à Marseille au xviiie siècle », dans Jacques Guilhaumou, Karine Lambert et Anne Montenach, dir., Genre, Révolution, Transgression, Presses universitaires de Provence, 2016, p. 227-238.

64 Pierre-André Taguieff, dir., L’Antisémitisme de plume, 1940-1944, Paris, Berg international Auditeur, 1999, p. 32 sq. ; Marie-Anne Matard Bonucci, dir., ANTISÉmythes, l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Nouveau monde éditions, 2005, p. 395-414.

65 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 132-133.

66 Il avait obtenu de l’émir une forte somme d’argent qu’il destinait entre autres aux chemins vicinaux de la Dordogne dont il était le député et à ses officiers comme gratification. L’émir recevait de son côté des armes pour continuer le combat.

67 Les intermédiaires juifs traitaient leurs affaires en même temps que celles des négociateurs. Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Conquête et civilisation, op. cit., p. 136.

68 Voir Maurice Eisenbeth, Pages vécues, 1940-1943, Alger, imprimerie Harras, 1945.

69 Zeev Sternhell, « The roots of Popular anti-Semitism in the Third Republic », dans Frances Malino et Bernard Wasserstein, The Jews in Modern France, Hanover and London, University Press of New England, 1985.

70 La Commune algérienne, 20 avril 1901.

71 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 331.

72 Meynier et Montoy, 1984. Lâché par le parti Démocrate et Social, auquel appartenaient Jonnart, Poincaré et Colin, Jules Molle créa le parti Républicain et Indépendant sous le label duquel il remporta les municipales de 1925 avec deux mille voix de majorité et après une campagne antisémite parsemée de graves incidents.

73 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, op. cit., p. 113.

74 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., 2009.

75 Marina Allal, « La caricature antisémite et la hiérarchie de genre : reproduction et réinterprétation des rapports de pouvoir », Journée d’études Effigies, 12-13 mai 2005. Raisons politiques 2006/4 (no 24).

76 ANOM Alg., Mascara, 27 juin 1936, commissaire de police de la ville de Mascara à sous-préfet, 27 juin 1936.

77 Claudine Robert-Guiard, Des Européennes en situation coloniale (1830-1939), op. cit., p. 87-137.

78 Changer les relations entre les sexes semblait dangereux. Le mot de « féminisme », pris dans son sens premier, caractérisait les risques que courait un homme « efféminé » exerçant des fonctions féminines. Ce mâle aurait pu acquérir des caractères secondaires féminins, (absence de barbe, développement des seins), les risques pouvant aller jusqu’à la perversion de l’homosexualité. Sylvie Chaperon, Un siècle de féminisme en France : Recherche et bilan, conférence du 10 novembre 2004, APHG de Caen, disponible en ligne.

79 Les entretiens collectés par nous au fil des années allaient tous dans ce même sens, par exemple celui de Marie Louise Pasquier Bronde qui recevait des artistes et celui de Sari Saïac, chanteuse de mélodies traditionnelles juives et arabes sous le nom de Sarisa, très connue à Oran et dans la région dans le deuxième tiers du xxe siècle. Elle précisait qu’elle était la seule juive à être admises dans les cercles très fermés de la bourgeoisie oranaise et notamment à l’AAA ou Association des Artistes Associés d’une personnalité locale, madame Maraval Berthoin (Maraval tsoin tsoin pour ses détracteurs selon un autre témoignage).

80 Cf. « Antijuives [N’achetez pas pour la Toussaint des objets funéraires chez des juifs] Vous réserverez tous vos achats pour les commerçants français. Méfiez-vous aussi des magasins juifs qui, pour tromper leurs acheteurs, emploient un personnel non juif. N’achetez rien chez les juifs ».

81 ANOM F80 1688, rapport du procureur général Dubuc au garde des Sceaux, 11 février 1898.

82 Le Petit Africain du 26 novembre 1897 transmet un appel aux Françaises et aux Espagnoles de femmes qui œuvraient dans l’aide aux miséreux.

83 La Revue algérienne, 8 et 9 mai 1898.

84 Dans Raphaël Viau, Vingt ans d’antisémitisme (1889-1909), Paris, Bibliothèque Charpentier, 1910, p. 177, 350.

85 T. XXXV, p. 578.

86 « Le mardi, ce furent les Françaises d’El Kantara qui au milieu des bravos de la foule, remontèrent la rue nationale pour parvenir à la Mairie. Elles m’apportaient une belle “Minerv” en bronze avec cette inscription : “Les Françaises d’El Kantara à leur député E. Morinaud”. Elles eurent à l’Hôtel de Ville et dans toute la cité le plus enthousiaste des accueils », Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 316.

87 Écho d’Oran, 5 et 6 mai 1925, Les cahiers de la semaine, 30 mai 1925.

88 Elles avaient fabriqué un mannequin représentant un pamphlétaire très connu, Béranger, et dansaient autour de lui en criant « Vive Molle ».

89 AIU Algérie IC1, La Dépêche algérienne, 25 mars 1936.

90 ANOM Alg. Oran, 7 mars 1936, Le commissaire divisionnaire de la police spéciale départementale à M. Le préfet ; 27 juin 1936 Commissaire central de la police de la ville de Mascara à M. le sous-préfet.

91 ANOM Algérie Oran// 424, no 94 C, Commissaire central à préfet d’Oran 12 février 1936, objet : conférence par M. Bernard Lecache.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search