Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Les populations d’algérie et l’antisémitisme

Un moment d’extrême tension entre populations

Constantine, août 1934

Texte intégral

  • 1 Quatre boîtes des ANOM (Archives Nationales d’Outre-mer) d’Aix-en-Provence contiennent les rapports (...)
  • 2 Voir en particulier : Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit. ; Charles-Robert Ageron, «  (...)
  • 3 Geneviève Dermenjian, « Le malaise colonial de l’Algérie des années Trente au miroir du pogrom de C (...)
  • 4 Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit.(...)

1La ville de Constantine devint en août 1934 le théâtre des plus violentes émeutes1 de la période française ; les Musulmans, malgré leur réserve habituelle, en furent les acteurs principaux. Les faits rapportés par les journaux et les rapports officiels sont difficiles à classer et à interpréter en raison de la confusion qui a accompagné les troubles et du contenu souvent contradictoire des documents conservés. Si bien que les émeutes ont été considérées par la recherche2 soit comme un événement inattendu opposant deux communautés qui jusque-là se côtoyaient relativement paisiblement, soit comme un « pogrom classique » semblable à ceux de l’Europe de l’Est, soit encore comme un élément majeur des relations3 économiques, politiques et sociales entre Juifs, Musulmans et Européens dans le contexte créé par la situation coloniale. Quelques travaux4 sont ensuite revenus sur les causes politiques de ces émeutes et sur les réactions des antijuifs après cet épisode.

  • 5 ANOM 9H46, 9H 53, 11H 47. Voir AIU, carton Algérie 1C no 8966/2 avec un numéro de La Tribune du 19  (...)
  • 6 Pour les incidents entre Musulmans et Juifs à Constantine en 1929-1930, voir ANOM 93 6740.
  • 7 Cf. Mahfoud Kaddache, La Vie politique à Alger de 1919-1939, Alger, Société nationale d’édition et (...)
  • 8 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. (...)
  • 9 ANOM 9H52.

2L’Est algérien avait connu dès 1920-1921 plusieurs incidents violents entre Juifs et Musulmans, isolés mais qui inquiétaient l’administration, dont un épisode très violent en juin 1921 à Constantine, alors que le journal européen La Tribune multipliait les articles hostiles aux Juifs5. Les années qui précédèrent les émeutes furent également ponctuées dans le département et à Constantine6 même d’incidents à caractère racial opposant les Européens de toutes origines aux Juifs et qui étaient parfois suivis de périodes de tension, pendant lesquels la police fermait le quartier juif et en contrôlait la circulation. Ces faits, considérés chacun par l’administration comme mineurs mais globalement inquiétants, entraient dans le cadre de la reprise partielle de l’antisémitisme des années 1920 en Algérie7. Face aux provocations8 de plus en plus nombreuses, les Juifs de Constantine avaient formé des groupes d’autodéfense qui sillonnaient le quartier juif où résidait encore une grande partie de la population juive constantinoise. Ces groupes entraient en confrontation fréquente avec des Musulmans, ce qui se traduisait par des coups et des insultes et des arrestations de Juifs. Le 9 août 1930, une correspondance entre le préfet de Constantine et le gouverneur général Pierre-Louis Bordes recensait trente et un incidents déclenchés par des Juifs contre des Musulmans depuis le second trimestre 1928 et l’éventualité de troubles était ressentie comme fortement probable9 par l’administration.

  • 10 André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, t. 1, « L’exil au Maghreb », p. 153.

3Au-delà de la seule crise constantinoise, les émeutes de 1934 révélèrent un profond malaise dans la société algérienne10. L’émeute avait pris l’idéologie et la symbolique républicaines françaises en défaut, provoquant un vaste mouvement d’opinion, tant en Algérie qu’en métropole, qui connaissait elle-même à l’époque une période politique troublée. Les contradictions, les conflits et les débats principaux de l’époque apparurent clairement pendant ces journées sanglantes, ainsi que la complexité des relations entre les diverses populations d’Algérie. On observa notamment à cette occasion la distance entre le discours républicain et les pratiques, la place et le rôle de l’antisémitisme chez les Européens et les Musulmans ainsi que quelques manifestations du mouvement national algérien naissant.

Constantine, août 1934 : les émeutes

  • 11 Constantine comprenait 65 000 habitants en 1911 et 99 595 en 1931. Voir : Tableau général des commu (...)
  • 12 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 23-24, 425.
  • 13 Henry Coston cherche à s’approcher des Musulmans grâce aux émeutes de Constantine. L’Éclair algérie (...)

4Avec environ cent mille habitants en 193111, Constantine était la plus grande ville de l’est algérien où les Européens représentaient 36 % de la population. Les Israélites formaient environ 12 % de la population et les Indigènes 51 %. La ville, capitale administrative du département, était peu industrialisée et connue comme un marché de grains et de tissus. Au plan économique et social, la crise et la dépression des années 1930 l’avaient fortement touchée, une population flottante de chômeurs et de journaliers ne cessait d’y croître et vivait dans une précarité fragile et turbulente qui se traduisait par des heurts fréquents entre Musulmans et jeunes Juifs. La propagande antijuive était importante, la droite, les Croix de Feu cherchaient à détourner les rancœurs des Musulmans en les disant « exploités et expropriés par les Juifs12 ». Des feuilles antijuives et notamment l’une d’entre elle, Tam-Tam, étaient publiées en ville, tandis que certains journaux comme Tribune Libre, venaient de centres urbains voisins ou plus lointains et incitaient les Indigènes à se révolter contre les Juifs. Un numéro de l’hebdomadaire antijuif européen L’Éclair, d’Henri Lautier, semble avoir été distribué à 20 000 exemplaires à la population musulmane de Constantine dans les jours qui précédèrent les faits13.

Trois jours d’émeutes sanglantes

  • 14 Carol Iancu, « The jews of France and Algeria at the time of the Dryfus affair », Studies Hebraica, (...)
  • 15 AIU Algérie IC5 rapport Confino, Alger, 1er août 1934. Il précisa au cours de l’enquête qui suivit (...)
  • 16 AIU IC5, août 1934, rapports sur les troubles de Constantine.
  • 17 Médecin, président de la fédération des élus musulmans de Constantine (1932) ou FEC, Bendjeloul sou (...)
  • 18 AIU Algérie IC5 no 8203/23, 20 août 1934, rapports sur les troubles.

5En raison des congés annuels, étaient absents de leur poste au début du mois d’août 1934 : le gouverneur général de l’Algérie Jules Carde, le préfet de Constantine Jean-Marie Laban, le maire Émile Morinaud14 et le chef de la police de Constantine René Miquel. Le commissaire du 2e arrondissement Fusero avait pris le contrôle des forces de police de la ville, tandis que les décisions étaient prises dans la ville par un adjoint au maire, Émile Barkatz, et par le secrétaire général de la préfecture, Landel. Le vendredi 3 août 1934 au soir, un tailleur juif ivre, Eliaou Khalifa15, injuria par une fenêtre des Musulmans qu’il voyait procéder à leurs ablutions intimes dans la mosquée de Sidi Lakhdar, et une rumeur rapporta qu’il avait même uriné contre le mur du lieu saint. Ces faits ne pouvaient que faire bondir la population musulmane constantinoise connue pour sa grande piété et son penchant vers la tradition. La foule s’ameuta à plusieurs reprises, des injures, des projectiles et des coups furent échangés entre les manifestants et les habitants juifs des maisons avoisinantes, les notables juifs se répandirent dans les rues pour prêcher le calme16. Des coups de feu, dont l’existence fut par la suite contestée, seraient partis à un moment de maisons juives assiégées place des Galettes ; la police puis la troupe, peu nombreuses en raison des permissions, bloquèrent le quartier juif. Des appels au calme furent réitérés sur les lieux de rassemblement par quelques Musulmans, dont le mufti accompagné de Mohamed Salah Bendjelloul17, président de la Fédération des élus musulmans de Constantine et du président du consistoire et conseiller général Félix Lellouche18. Intervinrent aussi des membres présents de la municipalité, du Conseil général ainsi que des représentants des forces de l’ordre. Ensemble, ils rétablirent le calme à plusieurs reprises et difficilement. À l’issue des bagarres, six bijouteries juives avaient été dévastées, un Musulman blessé au ventre – il décéda peu après – et 15 Européens blessés dont trois policiers.

6La journée du samedi fut calme, ponctuée de réunions entre Musulmans à la mosquée et entre élus des deux communautés religieuses à la préfecture. Les notables des deux bords prêchèrent l’apaisement parmi leurs coreligionnaires et des proclamations en ce sens furent affichées en français et en arabe. Du fait du caractère religieux des affrontements, le maire adjoint Émile Barkatz, lui-même de religion juive, décida de remettre ses pouvoirs à Landel le temps que le calme revienne.

  • 19 Couvre-chef en forme de cylindre tronqué.

7Le lendemain, dimanche 5 août, de 200 à 600 Musulmans des alentours armés de couteaux, de haches et de gourdins, convergèrent au matin vers la ville en chemin de fer ou en camionnette. Ils se rendirent au bois des Pins où un discours de Bendjelloul avait été annoncé, sans savoir que le préfet avait interdit cette réunion par prudence. Puis, une rumeur ayant annoncé la mort de Bendjelloul, les esprits s’enflammèrent et l’émeute commença vers 9 heures place des Galettes. Selon les rapports administratifs contradictoires, des Juifs s’en prirent aux boutiques des Indigènes ou tirèrent des coups de feu alors que les boutiques des Israélites étaient pillées dans un petit périmètre du centre, la comptabilité déchirée, les tissus lacérés, jetés dans les rues pour être brûlés, comme on peut le voir sur les photos parues dans les journaux de l’époque. Vers dix heures et demi, les émeutiers s’en prirent brusquement à la vie des Juifs, là aussi du fait de rumeurs déformées et à la suite de quelques coups de feu tirés, dit-on, depuis des maisons juives. Les témoignages firent état d’équipes formées d’individus vêtus de chemises bleues et couverts d’un fez19 rouge qui agissaient de façon concertée contre des maisons dont la porte avait été marquée à la craie. Les uns ouvraient les rideaux métalliques et les coffres forts, les autres détruisaient les papiers, lacéraient les tissus, égorgeaient les Juifs.

  • 20 Suite au désordre consécutif aux émeutes, les chiffres des morts ont été révisés plusieurs fois.
  • 21 AIU Algérie IC5 no 8203/23, 20 août 1934, rapport sur les troubles.
  • 22 Le général Kieffer commandant la troupe aurait compris qu’Alger ne voulait pas de tirs et que le se (...)
  • 23 AIU Algérie, IC 1 à 5, no 8220/2, André Bakhouche à secrétaire général, 27 août 1934. Ce rapport, c (...)
  • 24 AIU Algérie IC5, no 3200/2, André Bakkouche à secrétaire général, 30 août 1937.

8On épargna systématiquement les Français non juifs mais vingt-quatre Juifs âgés de quatre à soixante-sept ans furent égorgés au fil des heures, dix-sept l’ayant été « dans un rayon d’une trentaine de mètres », un vingt-cinquième20 mourut après quelques jours des suites de ses blessures et trois Musulmans perdirent aussi la vie. Plus de soixante-dix personnes étaient blessées, dont vingt-sept Juifs et vingt-et-un Musulmans et plus de deux cents magasins juifs pillés devant une population européenne attentive et bienveillante. La mairie, la préfecture, les commissariats, répondaient aux personnes qui demandaient de l’aide par téléphone que « le nécessaire sera fait » mais rien ne bougeait21. L’armée, à qui l’on n’avait pas distribué de cartouches mais dont les fusils étaient armés de baïonnettes, attendait des ordres22 qui ne venaient pas et assistait aux pillages sans intervenir, et même là aussi avec bienveillance, dirent une nouvelle fois les témoins. Il avait fallu relever d’office les soldats de la garnison, qui ne voulaient pas marcher contre les manifestants23, des tirailleurs indigènes saccagèrent même un appartement et donnèrent des marchandises ou des matraques aux pillards24.

  • 25 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, o (...)
  • 26 Robert Attal devait lui-même la vie à un fellah de Bizot. Cf. Robert Attal, Les émeutes de Constant (...)

9Des Européens et des soldats qui outrepassèrent leurs ordres sauvèrent des Juifs du massacre et, au plus fort de l’émeute, de nombreux Juifs furent également sauvés par des Musulmans25 qui les raccompagnèrent chez eux, d’autres durent leur vie sauve à des « voisins arabes » qui les « avaient alertés26 ». De leur côté, du 3 au 5 août les élus musulmans suivirent les décisions prises entre notabilités de la ville pour que les troubles cessent et agirent beaucoup sur le terrain. Ils firent une proclamation demandant le calme le samedi 4 août, organisèrent une réunion le même jour pour apaiser les tensions et circulèrent dans les quartiers touchés par l’émeute le dimanche 5 août pour empêcher les débordements, sans y parvenir toutefois. Après les obsèques des victimes, ils déclarèrent prendre « leur part de la douleur et du deuil » tandis que les journalistes et hommes politiques s’associaient au deuil et à la douleur des familles. Un communiqué des élus musulmans paru dans La Dépêche algérienne demanda la réconciliation générale.

Le retour à l’ordre

10La confusion semble avoir été totale parmi le personnel politique chargé de maintenir l’ordre mais qui ne fit pas respecter l’ordre public en dépit du trouble, du sac des magasins et de la mort des assiégés. Dans le courant de l’après-midi du 5 août, le retour d’Émile Morinaud, qui se trouvait en villégiature sur la côte algérienne mais qui n’avait pas hésité à s’arrêter deux heures sur le chemin du retour dans un restaurant réputé bien qu’au courant des émeutes, changea les données du problème. Les cartouches furent distribuées aux militaires, on les fit charger et les troubles cessèrent rapidement. L’arrivée à l’aube du 6 août de tirailleurs sénégalais contribua à rétablir définitivement le calme.

11Dans les jours qui suivirent, 247 arrestations furent opérées dont 187 maintenues. Les victimes des troubles furent enterrées le 8 août en présence d’un grand renfort de personnalités de la communauté juive, des administrations municipales et préfectorales, de l’armée et de la police. Le 10 août, le gouverneur général Carde annonça la création d’une Commission d’enquête administrative chargée d’entendre les témoins des faits et les notables de la ville, ainsi que de synthétiser les rapports de l’administration. À la suite de ces événements et pendant plusieurs mois, l’ordre resta fragile à Constantine, tandis que plusieurs localités des environs enregistraient des troubles : Aïn Beida, Bizot, Hamma, Jemmapes, Kantara, Kenchela, Bougie… Les Musulmans de la région et notamment de Constantine exercèrent pendant six mois un important mouvement de boycott antijuif.

  • 27 Archives Nationales d’Outre-mer d’Aix-en-Provence (ANOM). Cartons H52 à H55. Cf. aussi les périodiq (...)
  • 28 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. (...)

12La Commission d’enquête27 rendit le 7 octobre 1934 un rapport qui ne fut jamais publié, bien qu’il ait pris le parti de minimiser le plus possible la responsabilité de la ville et de charger les Juifs, rendus responsables de l’émeute du fait de leur usure « coutumière » et de leur attitude présentée comme offensive pendant les troubles. Bendjelloul orchestra une campagnes d’affiches déplorant les violences et présenta à la commission un dossier28 composé de nombreux témoignages de Musulmans qui dépréciaient les Juifs et pesèrent par l’accumulation des faits dans la déconsidération d’Eliaou Khalifa et, plus largement, des Juifs de la ville. Les procès firent paraître 210 Indigènes accusés de pillage, vol, recel ou détention d’armes. Les adultes furent condamnés à deux ou trois ans de prison et les mineurs à trois ans de « maison de correction ».

  • 29 Qui était un maître-tailleur commissionné dans un régiment de zouaves. Dans C.-R. Ageron, « Les Jui (...)

13Après les faits, les témoignages et les opinions se multiplièrent, confus, péremptoires, divergents et contradictoires. On chercha les causes immédiates des émeutes dans la conduite supposée des Juifs et dans les rumeurs qui avaient précédé et accompagné les émeutes. On amplifia l’importance des coups de feu qui auraient été tirés par les Juifs et auraient exaspéré la foule, on revint sur le moment critique de l’annonce de l’assassinat par les Juifs du docteur Mohamed Bendjelloul, qui s’était pourtant montré dans les rues. Une autre rumeur, largement reprise, avait fait du civil Khalifa un caporal29, ce qui donnait un aspect encore plus inqualifiable à son attitude puisque, aux yeux de certains, elle engageait l’armée. Ces différentes rumeurs étaient considérées comme ayant déchaîné la folie meurtrière des émeutiers, déjà échauffés par les pillages.

14Au-delà des réponses factuelles, on s’interrogea sur les raisons profondes qui avaient pu déclencher les troubles. Cet accès de folie était-il une nouvelle bouffée du traditionnel rejet des Juifs par des Musulmans et qui avait déjà abouti dans le passé à des destructions matérielles, à des pillages et à des assassinats ? Marquait-il l’exaspération de ces mêmes Musulmans contre le colonialisme français, touchant ceux qui, parmi les Indigènes, avaient passé depuis 1830 toutes les barrières permettant l’accès à la vie politique, ce qui aurait fait d’eux en 1934 les boucs émissaires d’une crise qui les dépassait de beaucoup. Mais alors, pourquoi à ce moment précis et avec un tel assentiment de la population musulmane, ce qui était une nouveauté ? On chercha encore des éléments de réponse dans les mouvements politiques qui occupaient la scène constantinoise du côté des Français et des Européens, notamment chez les antijuifs. On évoqua enfin une provocation de nationalistes Indigènes « antifrançais » ou « cherchant à dominer l’élément français ». La question du nationalisme algérien et donc, par ricochet, de l’autorité française en Algérie, était clairement posée par les observateurs. Avec, en fil rouge plus ou moins sous-jacent, la crainte qu’en une occasion ultérieure, les Musulmans, qui avaient montré leur capacité de nuisance, ne se tournent contre les colonisateurs dont on ne remettait pas en cause la politique générale.

Un révélateur d’hostilités structurelles

15« Ce jour-là », de neuf heures à dix-sept heures, « la France était absente de Constantine ». Cette phrase du président du Consistoire israélite Félix Lellouche se répandit comme une traînée de poudre dans toute l’Algérie et suscita l’approbation consternée chez certains et le refus indigné chez les autres, donnant ainsi la preuve que les mots proférés atteignaient au cœur l’ensemble des consciences politiques.

L’antisémitisme des Européens30

  • 30 Edward Berenson, « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain (...)
  • 31 ANOM 9 H 53.
  • 32 ANOM 9H53, 9 août 1934, déposition inspecteur départemental du territoire.
  • 33 Lisa Leff, Sacred Bonds of Solidarity : The rise of Jewish Internationalism in Nineteenth Century F (...)

16À Constantine même et dans le département, les observateurs indiquaient un habituel et fort rejet des Juifs par la population européenne qui refusait par exemple de les employer, tandis que des altercations opposaient régulièrement les jeunes Juifs et les autres Français de leur âge. Depuis plus d’un an, les murs, les ponts, les remparts de la ville, surnommée « youpinville », se recouvraient de graffitis et de papillons hostiles aux Juifs. En mai 1933, à la suite d’un match de water-polo perdu par une équipe « israélite » contre une équipe « chrétienne », une cinquantaine de jeunes Juifs manifestèrent en criant « Vive la guerre ! À bas Hitler ! À bas l’Allemagne ! Vive la France !31 ». Il s’ensuivit pendant une semaine environ une série de bagarres, de lancers de pierres contre un cinéma appartenant à un Juif, de menaces de campagne antijuive et de représailles diverses. Cette hostilité s’exprimait ouvertement, aussi bien dans la population européenne de Constantine que dans une partie de l’administration, en des termes de mépris qui rappelaient ceux du xixe siècle. Or, la population juive était désormais bien scolarisée et généralement mieux que les autres fractions européennes de la population. Elle avait élargi progressivement sa composante socioprofessionnelle et accédait à une plus grande aisance économique, même s’il restait encore en 1939 à peu près 20 % d’israélites « oisifs », c’est-à-dire en fait des mendiants. Malgré cela, elle était présentée par certains fonctionnaires, comme formée « d’éléments peu évolués, peu ou pas instruits, attachés à leurs coutumes ancestrales » et constituant « un réel obstacle au développement du pays en général32 ». Et elle était toujours accusée, jusque devant la Commission d’enquête, de pratiquer le vote bloqué33.

  • 34 Selon l’historien Joshua Cole, c’est lui qui a supervisé le choix des archives fournies à l’adminis (...)
  • 35 Quelques jours plus tard, à Kantara, des Européens s’affrontent même avec des gendarmes qui cherche (...)
  • 36 Benjamin Stora, Les trois exils. Juifs d’Algérie, op. cit.

17Les Juifs ressentaient à l’époque comme une grande inertie, voire même une grande hostilité de la police à leur égard quand il fallait intervenir au moment des altercations. En juin 1932, ils envoyèrent même au maire une pétition qui n’obtint pas de réponse, demandant le remplacement du commissaire René Miquel, connu pour ses positions d’extrême droite hostiles aux Juifs et aux Musulmans34. Pendant les tueries, les « Français » s’interposèrent peu entre les bourreaux et les victimes35. Les journaux et les rapports les décrivent installés à leur fenêtre, regardant sans réagir les groupes d’émeutiers procéder au pillage puis aux assassinats. « Hou ! hou ! » S’écrièrent même quelques personnes ayant assisté au siège sans intervenir, lorsqu’une femme embrassa la main du commissaire qui venait de sauver sa famille. Un rapport de la sûreté départementale du 8 août 1934 releva l’antisémitisme ambiant et le cynisme de ces « Français » de Constantine qui déploraient la mise à mort des jeunes enfants et des femmes mais se réjouissaient du saccage des magasins israélites et rendaient les Juifs responsables de leur malheur. Après les événements, le journal Tam Tam écrivit que 90 % des Européens regrettaient le sang versé « mais ne le blâment pas et beaucoup d’entre nous » poursuit le rédacteur, « ne feront rien pour empêcher le retour de ces choses36 ».

  • 37 Tam Tam, 15 septembre 1934.
  • 38 Tam Tam, 1er septembre 1934.
  • 39 Tam Tam, 15 septembre 1934.
  • 40 L’Opinion Libre, 21 août 1934.

18Les émeutes rendaient compte des préoccupations politiques ordinaires des antijuifs qui, de façon coutumière, cherchaient à se rapprocher des Indigènes pour les flatter, les attirer vers eux et faire converger leur propre mouvement avec ce qu’ils ressentaient comme un antisémitisme latent des Indigènes. Dans les mois qui suivirent les émeutes, leurs journaux trouvèrent aux Arabes des vertus de courage et de noblesse qui répondaient aux qualités françaises de défense du droit et de la civilisation. Toutes choses qui n’étaient écrivaient-ils, jamais l’apanage des israélites37. Le journal Tam Tam affirma sans donner d’exemples que « certains élus juifs » étaient responsables du 5 août par leur comportement irresponsable envers les Musulmans et par leur « oubli total du respect d’autrui38 ». Afin d’empêcher le retour des troubles, les antijuifs proposaient le traditionnel retrait du décret Crémieux qui symbolisait, selon le même journal39, « notre déloyauté » à l’égard des Musulmans. « Ne serait-ce que pour cela, il doit disparaître ». Dès le lendemain des émeutes, une pétition en ce sens circula en ville. Une seconde proposition concerna la suppression des élections en Algérie, considérée comme susceptible de rendre pour longtemps le pouvoir aux « Français ». Les luttes politiques disparaîtraient et la « cohésion du bloc français » pourrait se reconstituer ; les Juifs seraient soustraits aux luttes électorales et les revendications politiques des Indigènes deviendraient sans objet. Selon cette proposition, la mesure serait maintenue « jusqu’au jour où l’évolution de l’indigène, arabe et juif, en aurait fait un être apte à prendre sa place dans la nation française40 ».

  • 41 L’Écho d’Alger, 22 septembre 1934.
  • 42 Bonjour, 19 août 1934.

19À l’époque des troubles, les antijuifs flirtaient avec le nazisme au pouvoir en Allemagne depuis 1933, ce qui confortait leur antisémitisme. Leurs papillons et leurs slogans associaient Hitler à la condamnation des Juifs, qualifiés de « race maudite ». La droite et surtout l’extrême droite étaient sensibles au nazisme comme à une espèce d’internationale contre-révolutionnaire autoritaire et raciste. Le cri de « Vive Hitler ! A bas les juifs ! », écrit sur les murs de Constantine ou prononcé lors des altercations, formait un excellent résumé elliptique de la question. En réponse à ces attaques, le Bulletin de la Fédération des sociétés juives d’Algérie d’octobre 1934, s’emporta contre les « français de race pure, à sang rouge vif » qui affichaient « youpins en folie » à la une des journaux, après le meurtre de vingt-cinq personnes. Le périodique rendait les antijuifs responsables de la crise et s’interrogeait en juillet 1935 sur la raison d’un tel comportement, alors même que la propagande hitlérienne agissait dans toute l’Afrique du Nord pour « détruire la prépondérance française ». Un grand nombre de journaux témoignaient de leur côté de fortes oppositions à l’antisémitisme. Pour ramener l’ordre et protéger les intérêts de la France, la grande presse algérienne demanda l’interdiction des feuilles antijuives qui allaient chercher les bulletins de vote « jusque dans la boue et le sang ». Parmi ces organes de presse, L’Écho d’Alger41 défendit énergiquement les Juifs d’Algérie et fit remarquer que la propagande antijuive ne concernait qu’une partie de l’opinion européenne, que les autres couches de la population refusaient le retrait du décret Crémieux. Pour cette grande presse, c’était bien sur les antijuifs que pesait la responsabilité des émeutes, en raison de leur attitude avant et pendant les troubles. De son côté, un hebdomadaire bônois, Bonjour, se faisait un honneur d’avoir réagi contre les massacres de Juifs puisque : « de la façon la plus ignoble on les a assassinés42. »

Les Musulmans entre antijudaïsme et antisémitisme

  • 43 Dans Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algrie contemporaine, op. cit., p. 426 et 427.

20En 1934, différents services administratifs et les milieux politiques français rendirent les Oulémas et la fédération des Élus responsables des émeutes et réclamèrent le rétablissement de l’ordre par des mesures policières. Le gouverneur général Carde parla d’« une explosion de fanatisme » qui apportait la « preuve d’une préparation morale faite par les élus et les oulémas » tandis que le président du conseil général de Constantine Deyron exigeait du gouvernement qu’il brise « l’effort de ces agitateurs antifrançais » qu’étaient les partis politiques extrémistes43.

  • 44 Cf. Rashid Zenati, « Le problème algérien vu par un Indigène », Renseignements coloniaux, mai-juin  (...)
  • 45 ANOM 9H52.
  • 46 ANOM 2I 38, Lettre de l’administrateur principal de la commune mixte du Haut-Sebaou au sous-préfet (...)

21Les rapports et les témoignages44 creusèrent les raisons qui expliquaient l’hostilité antijuive des Musulmans, même si on ne pensait pas possible d’arriver « au degré de sauvagerie atteint à Constantine45 ». Tous parlèrent « d’antipathie facilement exprimée », de « haine qui couve » contre les Juifs dont le comportement avait changé et qui étaient passés « de la qualité d’égal à celle de maître ». On parla également de haine contre les Juives qui volaient les marchands de légumes et étaient couvertes par la police, car, disaient les Musulmans, « il y a une injustice de la justice pour ceux qui ont combattu pour la France ». Les nombreux incidents violents répertoriés entre Juifs et Musulmans auraient créé un sentiment d’exaspération éclatant brusquement à l’occasion de l’incident de la mosquée. Parmi ces incidents, il faut retenir qu’en 1931 le cheikh Abdelhamid Ben Badis (1889-1940), fondateur en 1927 de l’Association réformiste des Oulémas, fut pris à partie par des Juifs, un soir à Constantine, avec un ami qui fut sérieusement molesté. Seule l’intervention des notables israélites auprès des personnes concernées permit l’arrêt des poursuites judiciaires contre les auteurs des coups. En juillet 1932 à Souk Ahras, ville de l’intérieur proche de la frontière tunisienne, 6 000 Indigènes attaquèrent un journal ayant critiqué des cafetiers maures et dont l’imprimerie, tenue par un Juif, fut mise à sac. Et en 1933 eut lieu le boycott de la fabrique Lellouche46.

22Parmi les causes extérieures qui agissaient sur l’ensemble du monde colonisé méditerranéen et contribuaient à accentuer les tensions, il faut citer la proximité de la Tunisie qui permettait à des propagandistes pro-palestiniens de s’infiltrer dans le département de Constantine et de prêcher le panislamisme et la lutte contre le Foyer juif en Palestine, causes auxquelles les Musulmans d’Algérie étaient très sensibles. Mais de nombreux observateurs Européens hésitaient à qualifier les faits : Y avait-il eu mouvement antisémite ? demanda L’Écho d’Alger du 10 août 1934. Le journal voyait plutôt dans les troubles « un réflexe instantané soulevant des gens qui sont antijuifs à l’état endémique. » Globalement, les Juifs ne croyaient pas non plus à cet antisémitisme qui n’était qu’un « gros mensonge » à leurs yeux. Ils partageaient même avec les Musulmans et d’autres observateurs l’idée que les relations étaient jusque-là excellentes entre les deux communautés, aussi bien dans le passé proche que lointain, ce qui d’ailleurs était faux. Le grand rabbin Eisenbeth, ancien grand rabbin de Constantine, donna son avis dans L’Univers israélite du 30 août 1934 : à ses yeux l’Arabe n’était pas antisémite mais il n’aimait pas les non-musulmans et n’avait pas oublié la conquête. De plus, ajoutait-il, « le mouvement pan-musulman réveille en lui des ressentiments et des espoirs qui sont après tout à son honneur. »

  • 47 Petit, pauvre.
  • 48 La Presse Libre, 10 août 1934.
  • 49 C’est le reproche fait par l’organe de la société des Oulémas de cheikh El Oqbi, Eth Thabet, le 14  (...)

23Les commerçants Juifs interrogés par les journaux voyaient la raison profonde de l’exaspération constatée chez les Musulmans dans l’évolution qui avait marqué le changement de statut des Juifs depuis 1830 alors même que « le dernier des illettrés ou des meskines47 du bled estime qu’il est encore à cent coudées au-dessus de n’importe quel israélite ». Ils signalaient également l’intérêt financier des Musulmans à éliminer le commerce juif puisque « les arabes empruntent, achètent et ne veulent pas rembourser48 ». Le décret Crémieux était indiqué par les Musulmans dans des textes écrits en arabe comme une des causes de leur mésentente avec les Juifs, non par jalousie comme le pensaient les Français, mais bien parce que les Juifs, depuis ce décret obtenaient tout de la France, détestaient leurs frères et voisins arabes devenus leurs esclaves et leurs domestiques49.

24Les journaux musulmans de langue française comme La Voix Indigène s’étonnèrent des débordements du 5 août, où un « vent de folie » avait soufflé sur la ville. Aucune raison tangible ne leur semblait expliquer a priori ce « divorce brutal entre les deux communautés », les Musulmans, selon ce journal, n’ayant « aucune raison d’en vouloir particulièrement aux israélites ». Le journal revint dans son numéro du 30 août 1934 sur les sympathies et les affinités indéniables des deux communautés et désigna la fatalité comme responsable des dommages faits pendant les troubles. Il proposa avec force aux uns et aux autres de se tendre la main, par respect de l’Autre et par nécessité car « ils sont contraints à des relations quotidiennes » et « ne peuvent pas se passer des uns des autres. » Et, le 16 août 1934, le journal tenta de stopper les suites des émeutes telles qu’elles commençaient à se dessiner dans la ville : « Ni bouderie ni boycottage, mettez-vous à la hauteur des événements ».

  • 50 En Nadjah, 26 août 1934.

25À première vue donc, la presse et les notabilités musulmanes regrettaient les événements et se montraient décidées à les surmonter. Toutefois, personne parmi les notables et les journalistes ne condamna nommément les troubles ou l’antisémitisme en général. Les journaux insistèrent fortement non seulement sur ce qu’ils nommaient les torts des Juifs dans le déclenchement des émeutes, mais aussi sur leur attitude antérieure, « on n’a pas toujours été très raisonnable du côté de nos amis israélites » et considérèrent enfin que leur rôle dans l’économie et la politique était abusif. On leur demandait d’avoir une meilleure appréciation des liens qui les unissaient aux Musulmans et de mieux se tenir. Mais la traduction des journaux écrits en arabe faisait état de reproches beaucoup plus vifs qui soulignaient l’antagonisme des deux éléments de la population algérienne, antagonisme qui ne souffrait ni amendement ni modération50. Début septembre, la parution des rapports Félix Lellouche et Abraham Sultan – qui était conseiller municipal et président de la Fédération locale des droits de l’homme –, accentua les divergences. Ces deux notables juifs étaient présents et actifs pendant les faits et stigmatisèrent l’attitude de la municipalité et des forces de l’ordre et portèrent un jugement négatif sur les élus musulmans en affirmant que parler devant eux du faible contingent militaire protégeant la ville avait été une « erreur fatale ». Ces derniers condamnèrent alors violemment les provocations religieuses des Juifs ainsi que l’absence des notables des quartiers au moment des troubles, notamment celle du grand rabbin, alors que le mufti s’interposait dans les rues…

  • 51 La Voix indigène, 20 septembre 1934.

26La lecture journalière des organes de presse parus après les faits révèle une progression de l’hostilité envers les Juifs. La Voix Indigène51, qui avait prêché la concorde et reconnu les liens entre Musulmans et Juifs « issus de la même souche », adopta rapidement un langage qui se rapprochait de celui de l’antisémitisme européen et rejeta la responsabilité des émeutes sur les Juifs en parlant de « problème juif se posant au monde entier » du fait de la « situation que les juifs se sont créée. » Le journal avança que l’antisémitisme indigène « était à l’origine une importation des terres chrétiennes » sur lesquels s’étaient greffés des « appendices locaux qui en [avaient] fait un tout » et opposa les Israélites, qui faisaient de leurs défauts vertu afin de dominer le monde, aux Indigènes qui s’efforçaient de surmonter ces mêmes défauts pour mériter le titre de citoyens français. Quant à Ferhat Abbas, il dénonça en mai 1935 dans La Dépêche algérienne la place des Juifs en Algérie.

De quoi les émeutes sont-elles le signe profond ?

  • 52 Cf. Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. (...)

27Si l’on s’en tient aux explications données par les journaux et par la Commission envoyée pour enquêter sur les troubles, il subsiste une certaine incertitude quant à la nature de la crise et au rôle joué par les différents acteurs. Une première option fait entrer les émeutes de Constantine dans la suite des épisodes algériens de l’antisémitisme, après ceux de Max Régis à Alger, du docteur Molle et de son successeur Ménudier à Oran. La carence des pouvoirs publics semble évidente : hésitations, manque de volonté clairement exprimée, refus d’intervenir fermement, et même le retrait d’Émile Barkatz, tout cela aurait retardé la fin des troubles jusqu’à l’arrivée du maire. Le personnel d’encadrement était-il complètement dépassé par les événements ou soucieux de « faire la part du feu » comme l’ont avancé certains témoins afin de ne pas dévier la colère des émeutiers sur le reste de la ville, donc sur les non juifs ? La Commission d’enquête n’a pas permis d’éclaircir ce fait ni bien d’autres, ce qui aurait permis un jugement plus circonstancié52. Par exemple, on ne sait pas réellement si les coups de feu tirés des maisons juives l’ont été avant ou après le début des pillages ni même s’ils ont été tous réellement tirés, on ignore de même si les manifestants qui ont annoncé la mort de Bendjelloul l’ont fait intentionnellement ou parce qu’ils croyaient que c’était la vérité. La position du leader politique musulman paraît elle-même ambiguë face aux émeutes. On ne peut pas définir exactement s’il les a encouragées ou contenues. Du côté européen, on peut s’interroger sur le rôle amplificateur des articles et des photos de presse, sur la position réelle des Croix de feu et l’inertie des spectateurs.

Coup de sonde ou débordement incontrôlé ?

  • 53 ANOM 9H52, 14 septembre 1934, déposition de Madame Nadaud.

28Les rapports formulés devant la Commission d’enquête et divers témoignages émanant de personnes condamnant les émeutes, indiquent bien l’action concertée contre les seuls israélites : les tissus volés dans les magasins juifs et accrochés aux portières ou au capot des voitures ne servaient aux militaires que de simples signes de connivence mais devenaient protection pour les civils « Français ». Un de ces « Français » dont la boutique avait été pillée par erreur reçut le lendemain les excuses de Musulmans et seuls les Juifs furent attaqués dans leurs biens et dans leur vie, les personnes reconnues comme non juives étant épargnées, voire raccompagnées chez elles. Un jeune homme se déshabilla sur le pont Sidi Rached pour prouver sa non-judéité et pouvoir continuer son chemin et il fut demandé à un automobiliste arrêté sur le pont s’il était roumi ou youdi. Ayant affirmé qu’il était Français, il obtint cette réponse : « Tu es Français, c’est bien, tu es donc des nôtres. Vive la France ! Vive les Français53 ».

  • 54 ANOM 9H53, 19 juillet 1934, Lettre d’un conseiller général au ministre.

29Les représentants des Indigènes et en particulier Ben Badis, insistent fortement, dès le 3 août et donc avant le gros des troubles, sur la crainte que suscite chez leurs coreligionnaires les armes récemment achetées en grand nombre par les Juifs. Après le 5 août, il revient continuellement sur le sentiment de légitime défense que les coups de feu tirés des maisons juives auraient fait naître chez eux et qui expliqueraient à son avis les débordements meurtriers. Toutefois, plusieurs accusations portées contre les Juifs ayant soi-disant tiré contre la foule furent déboutées. Enfin, le soir du 3 août, un Musulman porté sur les épaules, avait prononcé en arabe ce mot d’ordre qu’aucun Indigène ne voulut traduire sur le moment en français par crainte des réactions de la police et de l’administration : « Ne nous laissons pas faire ! Avant qu’ils ne nous volent, volons-les ! Avant qu’ils ne nous blessent, blessons-les ! Avant qu’ils ne nous tuent, tuons-les54 ! »

  • 55 En 1956, le Front de libération nationale (FLN) algérien rejeta la responsabilité du pogrom sur les (...)
  • 56 Pour Eisenbeth, les événements avaient été préparés longtemps à l’avance, raison pour laquelle le m (...)
  • 57 AIU IC 1 à 5, Le rapport Confino au président de l’AIU du 15 août 1934 fait état de nombreuses mais (...)

30Y avait-il eu mouvement politique, préméditation, laisser-faire ou encouragement55 ? Pour les Juifs de Constantine, le mouvement fut préparé à l’avance56, ce que prouveraient le nombre de Musulmans venus en ville par camionnettes la veille de l’émeute ainsi que l’achat d’un grand nombre de billets de train. Le pillage organisé des maisons juives57, l’existence d’équipes différentes pour défoncer les portes et les coffres forts, égorger les familles, rechercher et détruire les papiers de commerce, sont parmi les éléments indiquant cette préméditation qui entrerait dans le cadre de l’essor du mouvement national algérien, encore à ses débuts. Les élites musulmanes voulant prouver la nécessité des réformes auraient mis sur pied cette sinistre mise en scène. La répression, cependant, et contrairement à leurs espoirs, aurait fait prendre du retard à leur cause. Pour d’autres observateurs la préméditation fomentée par les élites algériennes n’est pas prouvée et les émeutes ne sont que le résultat de la misère et du sentiment religieux exacerbé au sein d‘une population toujours prête à se rebeller contre l’occupant.

  • 58 ANOM 9H52.

31Les renseignements provenant de l’intérieur du département firent valoir que le docteur Bendjelloul était responsable des troubles, mais sans seulement dire en quoi. À Constantine, un inspecteur indigène fournit une explication intéressante. Préméditation ? Non, on l’aurait su. Cette affirmation d’une personne qui sait comment les bruits courent parmi ses coreligionnaires et quel est le poids et l’efficacité de la surveillance qui pèse sur eux, paraît pertinente. Toutefois, une lettre d’un conseiller général au ministre de l’Intérieur, en date du 19 juillet [sic] 1934, rapporte une conversation dans laquelle le docteur Bendjelloul aurait dit à des coreligionnaires d’aller piller les Juifs sans toucher aux Français. Il aurait ajouté que c’était une opération sans crainte car les troupes n’avaient pas de cartouches et que l’administration elle-même voulait « donner une leçon aux juifs58 ».

32Plutôt que de coup de sonde contre l’autorité française, il faudrait selon nous plutôt parler d’encouragement au pillage, ce qui est déjà beaucoup. Bendjelloul aurait voulu, comme l’affirmait l’inspecteur indigène, prouver aux pouvoirs publics sa représentativité auprès des Musulmans. Il aurait tardé à calmer le jeu afin de se faire prier et, ensuite, débordé par les meurtres et les pillages, il n’aurait pu stopper l’émeute. L’impétuosité coutumière de l’un et l’excitation des autres auraient transformé cette tentative hasardeuse en un échec sanglant. Enfin, précisons que l’idée d’une manifestation de force dirigée contre la France semble totalement étrangère à l’idéologie du nationalisme naissant de Bendjelloul et de ses amis. Tous tentaient à l’époque de faire admettre leur parfait loyalisme envers la patrie et ses idéaux, comme l’indiquaient d’ailleurs leurs interventions pendant les émeutes. Mais cette idée du complot anti-français était largement répandue parmi les Européens qui ne voyaient dans la revendication politique des Indigènes, qu’une attaque dirigée par des nationalistes contre l’autorité française.

33Les Élus musulmans et La Voix Indigène dissertèrent largement dans les mois qui suivirent les troubles sur la nécessité de procéder à d’urgentes réformes pour faire oublier aux Indigènes leur « susceptibilité morbide ». Plus largement, l’ensemble des forces politiques essaya de tirer des émeutes le maximum pour son camp en développant ses conclusions personnelles. Ainsi, les communistes de L’Algérie ouvrière du 21 août 1934, n’hésitèrent pas à déclarer que le gouverneur général avait lui-même préparé et dirigé les troubles afin de pouvoir augmenter les forces de police et déclencher une répression féroce contre les masses ouvrières algériennes voulant se dégager de l’oppression impérialiste.

Croyances et comportements

  • 59 C’est à Constantine que Ben Badis fonde en 1927 l’Association des Oulémas réformistes dont il dépos (...)
  • 60 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. (...)

34Le phénomène religieux capital des années 1930 est le renouveau de l’islam, particulièrement vif dans le Constantinois59. Une affaire comme celle de la mosquée ne pouvait qu’impressionner fortement des populations religieusement très susceptibles, socialement humiliées et écrasées par les dettes et les mauvaises récoltes, objets de réformes génératrices de tensions60. Des populations, en somme, dont la colère pouvait éclater à n’importe quel moment.

35Poser la question de la signification des émeutes meurtrières d’août 1934 à Constantine conduit à s’interroger sur les idées politiques, les comportements, les affects non seulement des individus mais aussi des groupes sociaux. En détruisant systématiquement les biens des Israélites, les émeutiers, si l’on excepte ceux qui étaient uniquement venus pour se remplir les poches, cherchaient sans doute aussi à délivrer un message à la fois religieux, social et politique. Un message qui tournait autour de la sacralité de leur religion, de leur condition sociale et économique devenue insupportable, de leur refus en dernière analyse de la position politique et sociale occupée désormais par les Juifs d’Algérie. Mais en égorgeant des familles entières, étaient-ils les instruments d’une idéologie ou les hommes de leur époque et de leur milieu ? Pour résumer, il y a bien de l’idéologie dans le désir de vengeance d’une offense religieuse réelle ou supposée comme dans un mouvement de revendication tel que celui invoqué en dernière analyse par les commentateurs. Mais c’est autre chose qui se joue lorsque l’on assassine les petits enfants.

  • 61 Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, t. 1 : « Ethnologie et politique dans la France contemporaine  (...)
  • 62 Écho d’Alger, 12 août 1934.

36Comment rendre compte des facteurs les plus intimes qui poussent des hommes en groupe à en tuer d’autres, à agir contre leur intérêt à long terme si l’on songe à la répression prévisible à venir, et contre certains principes de leur religion qui dirige au plus haut point leur vie ? Pour l’historien Maurice Agulhon61 que nous suivons ici, les caractères mentaux communs à un groupe d’hommes prennent une partie de leurs racines dans un inconscient collectif différent des idées, des opinions, des programmes politiques établis et donc clairement exprimés. Ces caractères sont le résultat d’une imprégnation de l’être, qui structure les comportements et se forme plus ou moins consciemment à partir de l’expérience vécue et quotidienne et à partir des échanges entre éléments de la population, des préjugés de l’entourage… L’antisémitisme prend donc ainsi partiellement ses racines dans l’histoire des sensibilités et des représentations collectives. Le brusque passage du pillage systématique à l’assassinat aveugle montre l’existence de deux niveaux d’action à l’œuvre parmi les émeutiers, un niveau conscient et soumis à une volonté précise, oblitéré brutalement par un niveau inconscient qui laisse remonter les pulsions, les forces profondes62. La différence entre les émeutiers et leurs représentants qui sillonnent les quartiers pour apaiser les esprits est que la conscience politique et le sens du discernement sont une composante fragile des émeutiers.

Mouvement social et politique

  • 63 Sur le statut des Musulmans en Algérie et du Code de l’indigénat, voir Patrick Weil, Qu’est-ce qu’u (...)
  • 64 Les revenus des paysans avaient baissé de 25 à 30 % depuis 1930 alors que les impôts avaient dans l (...)

37Les troubles avaient fait ressortir chez les Musulmans une lassitude profonde du sort inégal qui leur était fait depuis les débuts de la colonisation et, plus précisément, une hostilité envers tous ceux qui profitaient de l’Algérie. Le journal communiste L’Algérie ouvrière martèla qu’ils étaient victimes de l’oppression coloniale depuis un siècle, exclus des décisions qui les concernaient, eux et leur patrie, soumis aux rigueurs du Code de l’indigénat63, contrôlés dans leur religion et aux prises avec une misère64 effroyable depuis plusieurs années.

  • 65 En 1934, on comptait à Constantine 36 agents de police juifs sur 114 (31,8 %), 37 agents des PTT ju (...)
  • 66 Frédéric Abécassis et Jean-François Fall, Les Juifs dans le monde musulman. De la naissance du juda (...)

38De plus, les Juifs étaient lancés dans une francisation de leur vie et de leurs activités65 et n’étaient plus aussi proches des Musulmans qu’autrefois où, malgré les crises, les deux communautés vivaient dans une grande compréhension mutuelle, comme l’avaient encore montré les troubles de la fin du xixe siècle. En trente-cinq ans environ, le fossé affectif et culturel s’était élargi ; désormais citoyens français, les Juifs possédaient tous les droits politiques en Algérie, alors que les Musulmans, seuls autochtones légitimes à leurs propres yeux, en étaient exclus. À l’éloignement affectif s’ajoutait la vision de la réussite professionnelle, sociale et économique, même minime, de beaucoup de Juifs, alors que la masse algérienne s’enfonçait dans la pauvreté et se recentrait sur une identité arabe et musulmane66. Cet ensemble de griefs, de rancœurs et d’amertume, très visible dans les dépositions de Musulmans devant la Commission d’enquête, ne demandait qu’une étincelle pour exploser en une violence démesurée.

  • 67 Cité dans le Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, février 1939.

39Étaient également mis en cause par les dépositions des Musulmans les gros colons et autres exploiteurs de l’Algérie, cette « vache à lait » intarissable dont les Européens ne voulaient pas partager les bénéfices. Le cas des néos, venus d’Espagne ou d’Italie pour prendre aux autochtones « le peu qu’il leur reste » fait bien comprendre la position de ces autochtones face à l’envahissement. Occupés depuis une centaine d’années, ils étaient tenus aux marges de la citoyenneté et des bénéfices créés par la société coloniale. Avec 51 445 personnes recensées en 1931, les Musulmans étaient à peine plus nombreux à Constantine que les Juifs (12 058) et les divers « Français » et Européens réunis (36 092). Ils avaient observé la place grandissante des néos dans l’espace public algérien alors qu’eux-mêmes étaient laissés en marge de la société. Selon La Vigie Indigène du 20 septembre 1934, « le musulman français d’Algérie a fait des comparaisons. Il a vu qu’on faisait toujours une différence entre lui et les éléments européens débarqués de la veille, différence qui s’est toujours manifestée à son désavantage » puisque ces nouveaux venus, mieux traités que les autochtones, occupaient des fonctions publiques et avaient souvent la charge administrative des Indigènes. Les Musulmans, qui supportaient déjà mal le poids des Français d’origine, ne toléraient pas que ces néos, fassent, chez eux, la loi qui les concernait. Ils ressentaient comme un complexe d’encerclement qui complétait le sentiment d’injustice. Et lorsque les néos, tel le maire Lucien Bellat à Sidi Bel Abbès et « gaulois via l’Espagne », rayèrent des listes électorales les Juifs naturalisés par le décret Crémieux, Ferhat Abbas s’emporta et donna son sentiment profond concernant la légitimité des néos à agir en Algérie contre les autochtones. Il estima que le racisme « devient incontestablement ridicule lorsqu’il est appliqué par les derniers venus sur un sol qui ne leur appartient pas et où ils ont été recueillis généreusement il y a à peine trois quarts de siècle » ; « faire du racisme en Algérie contre les Algériens, halte-là67. »

  • 68 Ibid.

40Les aspirations des Musulmans à l’égalité et à la reconnaissance de leur identité religieuse dans le cadre politique se dessinaient à Constantine comme dans le reste de l’Algérie depuis les années 1920. La contestation marquait les jeunes générations musulmanes dont l’attitude dite « d’arrogance, d’insolence et de revendication » tranchait selon les observateurs « français », « avec l’attitude toute de loyauté des plus anciennes68». Cette contestation était relayée par des hommes politiques jeunes, formés à l’école française et acquis aux idées d’émancipation et d’égalité apprises sur les bancs de l’école. Le mouvement réformiste des Oulémas de Ben Badis revendiquait pour les Musulmans l’application des principes de 1789 et réclamait pour eux l’égalité des droits puisqu’ils avaient les devoirs. Son slogan prémonitoire était « L’arabe est ma langue, l’Algérie est mon pays, l’islam est ma religion ». Quant à la Fédération des Élus musulmans, elle était née de l’éclatement de la Fédération des élus musulmans d’Algérie créée en 1924 et à laquelle avaient succédé des fédérations départementales. Ce courant regroupait les intellectuels et les bourgeois autour de Bendjelloul et de Ben Badis, il espérait obtenir l’égalité des droits dans le cadre de la souveraineté française sans abandon du statut personnel et se déclara un temps satisfait du projet Blum-Viollette de 1936. L’Étoile Nord-Africaine de Messali Hadj, fondée en 1926 et qui réclamait l’indépendance, était alors le seul mouvement réellement nationaliste. Il reprenait à son compte la lutte contre l’impérialisme et le capitalisme mais possédait encore relativement peu d’audience dans le Constantinois.

  • 69 ANOM 9H52 25 août 1934.

41Dans les années qui suivirent les émeutes, le champ idéologique constantinois se durcit. Les communistes, comprenant alors trente-trois « Français », vingt-deux Juifs et cinq Musulmans à Constantine, décidèrent de renforcer la lutte des classes et la lutte contre l’impérialisme. Mais, pour un grand nombre de « Français », il y avait là sans conteste une manœuvre « antifrançaise » ou encore « antinationale » fomentée par des meneurs qui voulaient jeter la France à la mer. Le 5 août 1934 révélait selon eux une crise d’autorité du régime colonial et pour la surmonter, ils affirmaient qu’il fallait empêcher les propagandes extérieures de se manifester, accentuer la répression et faire venir davantage de militaires dans la région pour maintenir l’ordre. Il fallait corrélativement, ajoutaient les antijuifs, se débarrasser des responsables politiques de la crise actuelle et relever le prestige de la France. D’autres pensaient encore qu’il fallait ménager une meilleure place aux Musulmans, leur proposer des « mesures économiques et politiques moins absurdes », qui auraient consisté à les faire entrer « dans la famille française, selon les propositions de l’ancien gouverneur général Viollette ». Sinon, disaient les uns et les autres, c’est la présence française en Algérie qui serait menacée alors que « l’Algérie terre française doit rester française69 ».

Une prise de conscience politique

42À la faveur des émeutes, les Juifs prirent brutalement conscience de la persistance de leur non-intégration dans la nation et des dangers toujours menaçants de l’antisémitisme. Leur inquiétude perçait et la rancœur contre les pouvoirs publics qui avaient laissé la situation dégénérer prit de l’ampleur chez les notables. La fusion n’était plus totale avec l’idéologie républicaine dont l’émeute avait montré les failles et les contradictions. Le Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie de juillet 1935 mit en balance les sacrifices faits pour la patrie par les Juifs et leur peu de valeur aux yeux des racistes invétérés : « pouvait-on penser qu’au lendemain de la tragédie mondiale on entendrait les mêmes cris de haine, appels à la violence, répudiant jusqu’à la fraternité des tranchées ? »

  • 70 Voir à ce sujet, J.-L. Miège, dir., Les relations entre juifs et musulmans en Afrique du Nord, xixe(...)
  • 71 Tam-Tam, 22 septembre 1934.
  • 72 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, octobre 1934.

43La crise des années 1895-1898 n’avait pas durablement entamé la confiance des Juifs envers la France mais en 1934, une distance s’établit, l’esprit critique s’installa. En 1936, les Juifs de Constantine et plus largement d’Algérie votèrent pour le Front populaire qui affirmait clairement son hostilité à l’antisémitisme. Déjà très sensibles à la question palestinienne, ils s’intéressèrent davantage après les événements d’août 193470 aux implantations de leurs coreligionnaires dans le « Foyer juif ». À Constantine, plusieurs déclarations de notables allèrent dans le sens d’un repli communautaire. « Nous pensons à nous, maintenant et rien qu’à nous, à nous avant les autres » écrivit Lellouche dans Le Réveil Bônois du 9 août 1934. Le conseiller municipal A. Sultan avoua à un officier français que « s’il était fier autrefois de marcher sous la bannière française, il n’avait plus les mêmes sentiments depuis les événements du 5 août ». Un autre Juif, Tobiana, déclara de son côté pendant une conférence en France : « Je raye de mon vocabulaire les mots célèbres, l’Algérie est le prolongement de la France.71 » Ces phrases, reprises par les organes de presse, furent utilisées contre les Juifs de Constantine comme preuve de leur manque de patriotisme. Toutefois, la coupure ne se fit pas entre les Juifs et la métropole. Les manifestations d’affection et de proximité continuèrent d’autant plus que les Juifs avaient la conviction de ne pas avoir été frappés par elle, leur « véritable mère ». Pour eux comme pour les Musulmans, les torts venaient des « Français » et de l’administration coloniale. La métropole elle-même resta au-dessus de tout soupçon et les Juifs continuèrent de proclamer un amour passionné pour cette terre de liberté. Amour « inscrit en lettres de sang sur les fronts de guerre et aussi dans la chair de nos mutilés72. »

  • 73 Rashid Zenati, « Le problème algérien vu par un Indigène », Renseignements coloniaux, mai-juin 1938

44À la lumière des émeutes, les Indigènes prirent encore mieux conscience de la réalité de la colonisation. L’égalité entre citoyens français semblait, pour eux aussi, un leurre, une comédie. Morinaud diminuant de moitié le nombre des policiers israélites et musulmans afin de franciser la police, La Voix Indigène du 27 septembre 1934 ironisa sur les : « ronflades de M. Morinaud à savoir qu’en Algérie il n’y a que des Français sans distinction de race et de religion ». D’ailleurs, l’ensemble des Musulmans « n’avaient aucun goût pour la citoyenneté » qu’on avait mise à leur portée depuis le sénatus consulte de 1865 comme l’indiqua en 1938 un Indigène, Zenati, pour qui seuls quelques intellectuels indigènes faisaient reproche à la France d’en avoir exclu les Musulmans73. Venant après la célébration du Centenaire de l’Algérie qui avait montré aux Indigènes leur statut inférieur de sujets au sein de la République française, la répression des troubles manifesta davantage encore la dureté du régime colonial et son incapacité à se réformer. Elle mit le doigt sur la distance entre les mots de la République, la représentation qu’on s’en était faite et la réalité du terrain. Cette prise de conscience conforta malgré tout les élus musulmans dans leur volonté de faire progresser les réformes à tout prix mais « en bons français », en suivant les chemins de la vie politique républicaine traditionnelle. Il n’y eut donc pas là non plus rupture entre la France et la Fédération des Élus musulmans qui souhaitait obtenir une représentation parlementaire, pouvoir travailler à égalité avec les Français et permettre aux Musulmans l’accession à la citoyenneté française sans perte du statut personnel. Elle proclamait : « Vive la France ! Vive l’Algérie musulmane ! ».

  • 74 El Ouma 20 août 1934.

45La rupture avec le système colonial était cependant déjà totale pour le mouvement de Messali Hadj pour qui le procès des Juifs était sans appel. « Antisémites, non et non ! Mais anti-impérialistes, oui !… ». Or, disait-il, les Juifs se sont détournés et dressés contre ceux qui les avaient accueillis quand toute l’Europe les chassait. Ils ont pris la nationalité française, sont devenus les meilleurs serviteurs de la France et se sont perdus eux-mêmes en entrant dans le jeu capitaliste du pouvoir français. Ce qui faisait que la lutte contre les Juifs, alliés du colonialisme, était bien la lutte contre l’impérialisme74.

  • 75 Voir « Ce que fut l’Union des croyants monothéistes », dans Raymond Bénichou, Écrits juifs, Alger, (...)

46Peut-on conclure à partir des émeutes à l’antisémitisme des Musulmans ? Il est certain que la question palestinienne faisait entrer une nouvelle dimension politique dans leur antijudaïsme séculaire. Mais plutôt que de l’expression d’un antisémitisme déjà totalement de type « moderne », les troubles de 1934 témoigneraient à notre avis d’un changement de paradigme. Les Musulmans, exclus de la citoyenneté et des bénéfices de la colonisation sur leur propre sol, irrités par la réussite des Juifs, attaqués dans leur sentiment panarabe par la question palestinienne, auraient été en train de passer d’un antijudaïsme traditionnel à un antisémitisme de type moderne. Les émeutes de 1934, nées brutalement dans un contexte local de tensions multiples, résumaient une grande partie de la situation coloniale de l’époque : le malaise et les ambiguïtés du régime colonial, la force de l’antisémitisme chez les Européens de toutes origines, l’exaspération montante chez les Musulmans, leur exigence du respect de l’islam, à leurs yeux primordiale. S’ils n’engendrèrent pas de rupture avec les valeurs républicaines et avec la France, les troubles de Constantine furent un jalon, une prise de conscience supplémentaire pour les Juifs et les Musulmans, tant en ce qui concernait l’idéologie nationale que la coexistence des religions. Ils permirent aussi aux différentes sensibilités nationalistes algériennes de s’exprimer. La répression, d’ailleurs, succéda au massacre et, en mars 1935, le ministère de l’Intérieur Régnier inaugura une politique de répression du nationalisme algérien balbutiant, souhaitée par une grande partie de l’opinion publique européenne, et notamment par des élus d’extrême droite. Au plan religieux, l’effroi et les réflexions inspirés par les troubles conduisirent les responsables de l’islam et du judaïsme à se réunir avec les chrétiens au sein de l’Union des croyants monothéistes75 pour renouer le dialogue et éviter ainsi la répétition du drame. Un pari qui semble avoir été au moins en partie tenu si l’on en juge par l’attitude des Musulmans envers les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale et qui fut, dans l’ensemble, empreinte de dignité et de fraternité envers une population bien malmenée.

Notes

1 Quatre boîtes des ANOM (Archives Nationales d’Outre-mer) d’Aix-en-Provence contiennent les rapports de la commission gouvernementale chargée de l’enquête sur ces émeutes : 9 H 52, 9 H 53, 9 H 54, 9 H 55.

2 Voir en particulier : Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit. ; Charles-Robert Ageron, « Une émeute antijuive à Constantine, août 1934 », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, p. 2-40, et Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., t. 2, 1871-1954. Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit. ; Robert Attal, Les émeutes de Constantine, Paris, Romillat, 2002. L’auteur, à l’époque âgé de huit ans, est lui-même un survivant de ce massacre dans lequel une partie de sa famille a été assassinée. Parallèlement à un travail d’historien fondé sur les sources, il se réfère à sa mémoire des faits, ce qui donne à ses propos un puissant et émouvant effet de réel. Yves-Claude Aouate, « Constantine 1934 : un pogrom “classique” », Nouveaux Cahiers, Alliance israélite universelle, 68, 1982, p. 49-56 ; Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit.

3 Geneviève Dermenjian, « Le malaise colonial de l’Algérie des années Trente au miroir du pogrom de Constantine (août 1934) », mémoire présenté à la conférence Juifs en terre d’islam et dans les Balkans, xixe-xxe siècle à l’École française d’Athènes, 2-4 avril 2000. Le travail présenté ici est le développement de ce premier article. Sur la situation politique dans l’est algérien depuis le dernier tiers du xixe siècle, voir David Prochaska, Making Algeria French : Colonialism in Bone, 1870-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

4 Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit., p. 3-23.

5 ANOM 9H46, 9H 53, 11H 47. Voir AIU, carton Algérie 1C no 8966/2 avec un numéro de La Tribune du 19 juillet 1921 disant : « Les élus Juifs et les gros Juifs sont seuls responsables des événements de ces jours derniers. Ne l’oublions pas ».

6 Pour les incidents entre Musulmans et Juifs à Constantine en 1929-1930, voir ANOM 93 6740.

7 Cf. Mahfoud Kaddache, La Vie politique à Alger de 1919-1939, Alger, Société nationale d’édition et diffusion, 1970 ; Emmanuel Sivan, Communisme et nationalisme en Algérie, 1920-1962, Paris, Presses de Sciences Po, 1976 ; Jean Leca, L’Algérie politique : institutions et régime, Paris, Presses de Sciences Po, 1975.

8 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit., p. 3 sq.

9 ANOM 9H52.

10 André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, t. 1, « L’exil au Maghreb », p. 153.

11 Constantine comprenait 65 000 habitants en 1911 et 99 595 en 1931. Voir : Tableau général des communes de l’Algérie : situation au 7 mars 1926, Alger, Émile Pfister, 1927 et Répertoire statistique des Communes de l’Algérie, mars 1932, Alger, Victor Heintz, 1932 Répertoire statistique des Communes de l’Algérie, décembre 1936, Alger, Victor Heintz, 1937.

12 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 23-24, 425.

13 Henry Coston cherche à s’approcher des Musulmans grâce aux émeutes de Constantine. L’Éclair algérien dans son numéro spécial d’août 1934 parla de provocations juives, de Juifs payant un siècle de « vols et de spoliations demeurés impunis ». « Entre 60 000 Juifs inassimilables et 6 millions d’indigènes dévoués ; entre 60 000 de trublions du ghetto et 6 millions d’auxiliaires de la nation française, l’heure est venue de faire son choix. Il faut chasser d’Algérie ces tristes parasites ».

14 Carol Iancu, « The jews of France and Algeria at the time of the Dryfus affair », Studies Hebraica, 2007, p. 51-66.

15 AIU Algérie IC5 rapport Confino, Alger, 1er août 1934. Il précisa au cours de l’enquête qui suivit les troubles avoir été scandalisé par la nudité sans complexe qui s’exposait depuis la salle des ablutions aux yeux de sa famille.

16 AIU IC5, août 1934, rapports sur les troubles de Constantine.

17 Médecin, président de la fédération des élus musulmans de Constantine (1932) ou FEC, Bendjeloul souhaite que les sujets musulmans obtiennent les droits de citoyenneté en conservant le statut personnel et n’a pas de position nationaliste avant 1934. En janvier 1935 il est élu aux Délégations financières.

18 AIU Algérie IC5 no 8203/23, 20 août 1934, rapports sur les troubles.

19 Couvre-chef en forme de cylindre tronqué.

20 Suite au désordre consécutif aux émeutes, les chiffres des morts ont été révisés plusieurs fois.

21 AIU Algérie IC5 no 8203/23, 20 août 1934, rapport sur les troubles.

22 Le général Kieffer commandant la troupe aurait compris qu’Alger ne voulait pas de tirs et que le secrétaire général de la mairie préférait créer un abcès de fixation sur le quartier juif plutôt que de voir les émeutes se développer dans le reste de la ville. Dans C.-R. Ageron, « Les Juifs d’Algérie, de l’abrogation du décret Crémieux à son rétablissement » dans De l’Algérie française à l’Algérie algérienne, op. cit., p. 27, 28.

23 AIU Algérie, IC 1 à 5, no 8220/2, André Bakhouche à secrétaire général, 27 août 1934. Ce rapport, comme celui de Henri Lellouche, fait état de tirailleurs indigènes ayant caché leurs armes pour rejoindre la nuit les émeutiers après avoir sauté le parapet de la caserne, raison pour laquelle les 400 tirailleurs avaient été consignés. D’autres exemples sont donnés : saccage d’appartements, aide aux émeutiers…

24 AIU Algérie IC5, no 3200/2, André Bakkouche à secrétaire général, 30 août 1937.

25 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 274.

26 Robert Attal devait lui-même la vie à un fellah de Bizot. Cf. Robert Attal, Les émeutes de Constantine, Paris, Romillat, 2002.

27 Archives Nationales d’Outre-mer d’Aix-en-Provence (ANOM). Cartons H52 à H55. Cf. aussi les périodiques : Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, 1933-1939 ; L’Algérie ouvrière, 1934 ; La Dépêche algérienne, extraits 1934 ; La dépêche de Constantine, extraits, 1934 ; L’Écho d’Alger 1934-1935 ; La Presse libre, extraits 1934 ; Le Rappel, extraits 1934 ; Le Républicain de Constantine, 1934 ; L’Univers israélite, 1934-1935 ; La Voix indigène 1934-1935.

28 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit.

29 Qui était un maître-tailleur commissionné dans un régiment de zouaves. Dans C.-R. Ageron, « Les Juifs d’Algérie, de l’abrogation du décret Crémieux à son rétablissement » dans De l’Algérie française à l’Algérie algérienne, op. cit., p. 25.

30 Edward Berenson, « L’histoire coloniale française vue d’Amérique », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre, dir., L’histoire culturelle du contemporaine, Nouveau Monde éditions, 2005.

31 ANOM 9 H 53.

32 ANOM 9H53, 9 août 1934, déposition inspecteur départemental du territoire.

33 Lisa Leff, Sacred Bonds of Solidarity : The rise of Jewish Internationalism in Nineteenth Century France, Stanford, Stanford University Press, 2006. ANOM 9 H53, Commission d’enquête administrative sur les événements qui se sont déroulés du 3 au 8 août 1934, rapport de la commission, p. 5.

34 Selon l’historien Joshua Cole, c’est lui qui a supervisé le choix des archives fournies à l’administration et il est probable qu’il a effectué un large tri en faveur de ses choix politiques.

35 Quelques jours plus tard, à Kantara, des Européens s’affrontent même avec des gendarmes qui cherchent à empêcher les Musulmans d’agresser les Juifs de la localité.

36 Benjamin Stora, Les trois exils. Juifs d’Algérie, op. cit.

37 Tam Tam, 15 septembre 1934.

38 Tam Tam, 1er septembre 1934.

39 Tam Tam, 15 septembre 1934.

40 L’Opinion Libre, 21 août 1934.

41 L’Écho d’Alger, 22 septembre 1934.

42 Bonjour, 19 août 1934.

43 Dans Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algrie contemporaine, op. cit., p. 426 et 427.

44 Cf. Rashid Zenati, « Le problème algérien vu par un Indigène », Renseignements coloniaux, mai-juin 1938.

45 ANOM 9H52.

46 ANOM 2I 38, Lettre de l’administrateur principal de la commune mixte du Haut-Sebaou au sous-préfet de Tizi-Ouzou, 10 septembre 1934.

47 Petit, pauvre.

48 La Presse Libre, 10 août 1934.

49 C’est le reproche fait par l’organe de la société des Oulémas de cheikh El Oqbi, Eth Thabet, le 14 août 1934.

50 En Nadjah, 26 août 1934.

51 La Voix indigène, 20 septembre 1934.

52 Cf. Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit., p. 18.

53 ANOM 9H52, 14 septembre 1934, déposition de Madame Nadaud.

54 ANOM 9H53, 19 juillet 1934, Lettre d’un conseiller général au ministre.

55 En 1956, le Front de libération nationale (FLN) algérien rejeta la responsabilité du pogrom sur les Français.

56 Pour Eisenbeth, les événements avaient été préparés longtemps à l’avance, raison pour laquelle le maire était absent de Constantine, AIU Algérie Alger, 6 novembre 1934, Confino à M. Halff secrétaire général de l’AIU.

57 AIU IC 1 à 5, Le rapport Confino au président de l’AIU du 15 août 1934 fait état de nombreuses maisons juives marquées à la craie avant le passage des émeutiers : un père de famille, Ichoua Zerbib, (no 8203/23 du 20 août 1934) rapporte que ses deux filles avaient entendu deux Indigènes désigner dans la rue à de futurs émeutiers les maisons appartenant à des Juifs et occupées par des Juifs.

58 ANOM 9H52.

59 C’est à Constantine que Ben Badis fonde en 1927 l’Association des Oulémas réformistes dont il dépose les statuts le 5 mai 1931 à Alger. Il souhaite restaurer un islam pur en luttant contre les marabouts et les confréries religieuses. Ce fils de grande famille dispose d’une très grande influence dans les milieux constantinois où il demeure la principale référence en matière de religion.

60 Voir Joshua Cole, Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie, op. cit.

61 Maurice Agulhon, Histoire vagabonde, t. 1 : « Ethnologie et politique dans la France contemporaine », Paris, Gallimard, 1998 ; Histoire vagabonde, t. 2 : « Idéologies et politique dans la France du xixe siècle », Paris, Gallimard, 1988.

62 Écho d’Alger, 12 août 1934.

63 Sur le statut des Musulmans en Algérie et du Code de l’indigénat, voir Patrick Weil, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Grasset, 2002.

64 Les revenus des paysans avaient baissé de 25 à 30 % depuis 1930 alors que les impôts avaient dans le même temps augmenté de 40 %.

65 En 1934, on comptait à Constantine 36 agents de police juifs sur 114 (31,8 %), 37 agents des PTT juifs sur 61, 41 juifs officiers ministériels sur 214 dans le département (22,8 % en 1934 contre 12,4 % en 1914). Pour Eisenbeth les Juifs représentaient 6,3 % des professions libérales, 8,41 % des employés administratifs ; des chemins de fer et des services publics, 17,44 % des emplois commerciaux et bancaires, 52,08 % des métiers artisanaux et 14,35 % des journaliers, manœuvres, bonnes. Dans Charles-Robert Ageron, « Une émeute anti-juive à Constantine (août 1934) », Revue de l’occident musulman et de la Méditerranée, op. cit., notes 40 et 41.

66 Frédéric Abécassis et Jean-François Fall, Les Juifs dans le monde musulman. De la naissance du judaïsme au monde contemporain, Paris, Champ Vallon, 2011.

67 Cité dans le Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, février 1939.

68 Ibid.

69 ANOM 9H52 25 août 1934.

70 Voir à ce sujet, J.-L. Miège, dir., Les relations entre juifs et musulmans en Afrique du Nord, xixe-xxe siècles, 1980. Actes du colloque de l’institut des pays d’outre-mer, octobre 1978. Université de Provence, CNRS.

71 Tam-Tam, 22 septembre 1934.

72 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, octobre 1934.

73 Rashid Zenati, « Le problème algérien vu par un Indigène », Renseignements coloniaux, mai-juin 1938.

74 El Ouma 20 août 1934.

75 Voir « Ce que fut l’Union des croyants monothéistes », dans Raymond Bénichou, Écrits juifs, Alger, 1957.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search