Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Les populations d’algérie et l’antisémitisme

Les Juifs d’Algérie

Entre francisation et antisémitisme

Texte intégral

Les chemins de la francisation

  • 1 AN F19 11144, 6 novembre 1839, ministre de la guerre à ministre des cultes.
  • 2 Voir Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités pluriell (...)

1Dans les années 1830, l’intérêt porté par les colonisateurs à la francisation des Juifs procédait de motivations variées allant de la pure philanthropie au simple intérêt pour une population qui leur permettait de progresser sur le terrain. Et puisque les Juifs représentaient environ un sixième de la population des villes, il paraissait urgent de s’en préoccuper pour en faire des alliés sûrs dans un monde hostile1. Émanciper, civiliser, moraliser, « régénérer » les Juifs d’Algérie furent donc les principes qui guidèrent les actions de francisation dès les débuts de la colonisation. Cette marche vers une nouvelle identité s’enracinait dans les idées qui avaient présidé à l’émancipation des Juifs de France pendant la Révolution française : la liberté et l’égalité héritées des idées des Lumières, une francisation qui passait par la sécularisation, par le statut de la personne qui acquérait une dimension citoyenne et individuelle extérieure à la religion, ce qui passait par la fin de la « Nation juive » et de ses particularités2.

Le rôle de l’école

  • 3 Nom donné aux habitants de la Régence dans les premiers temps de la colonisation.
  • 4 Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, p. 122.
  • 5 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 97.
  • 6 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 30.
  • 7 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 98.
  • 8 Les parents ne voulaient pas payer une scolarité pour les filles, qui jusque-là étaient tenues dans (...)
  • 9 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 99.

2Les premières initiatives allèrent dans le sens d’une assimilation culturelle en tant que facteur de mutation des jeunes générations à laquelle l’élite juive algérienne consentit rapidement, contrairement à la masse de ses coreligionnaires. Dès la fin 1832, une école spéciale s’ouvrit à Alger pour les enfants juifs, dont la direction fut confiée à un israélite français. Peu de temps après, une école de filles ouvrit ses portes dans les mêmes conditions et scolarisa 40 élèves dès la première année. En 1834, on recensait 90 élèves juifs et 5 élèves maures dans les écoles primaires françaises d’Alger et d’Oran. En 1837, 146 Juifs, 81 Juives et 90 Maures recevaient une instruction publique et en 1840, le nombre d’enfants juifs scolarisés s’élevait à 168 pour les garçons et 85 pour les filles, celui des Maures3 à 874. Enfin, en 1844, plus de 1 700 enfants juifs et maures recevaient une instruction primaire dans les différentes villes d’Algérie5. Les observateurs notaient que les élèves juifs des deux sexes adoptaient rapidement les habitudes françaises : vêtements, langage, mœurs… et que leurs résultats scolaires étaient excellents6. À partir de 1848, des écoles subventionnées par le ministère des Cultes, s’ouvrirent un peu partout en Algérie. Un premier établissement secondaire avait ouvert ses portes en 1833 avec une vingtaine de fils de militaires ou de fonctionnaires en poste à Alger. Devenu lycée en septembre 1848, il comptait à la fin de l’année 1864, 495 élèves dont 63 israélites et 11 Musulmans7. Dans les années 1850-1860, les fonctions de médecin, avocat, magistrat, haut fonctionnaire, s’ouvrirent aux enfants de l’élite juive. Les écoles de filles, tenues par des dames israélites, s’imposèrent après des débuts difficiles8 et en 1860, toutes les grandes villes comptaient un établissement à leur usage. Ces écoles eurent d’excellents résultats puisqu’en 1864, trois lauréates sur cinq aux fonctions d’institutrice ainsi que l’élève reçue première au concours général féminin d’Alger sortaient d‘une école juive9. Par ailleurs, la francisation progressive des hommes passait en plus de l’école par l’armée où des Juifs s’engagèrent dès 1865 avant qu’en 1875, le service militaire ne devienne obligatoire.

  • 10 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 97.

3À côté de ces succès partiels et qui touchaient les élites, l’assimilation au sens large du terme connut des réticences fréquentes et variées au sein de la population israélite. Mais la francisation par l’école touchait aussi peu à peu les milieux plus populaires par l’entrée progressive de la langue française dans les familles et par l’accès de ces familles à l’écrit, grâce aux enfants qui revenaient de l’école primaire en sachant « lire, écrire et compter », avant de bénéficier pour certains d’un emploi dans des métiers qui permettaient une ascension sociale, même faible. Malgré tout, au xixe siècle, la masse de la population resta souvent proche de la misère, occupant des activités traditionnelles d’artisanat, de boutique et de brocante10.

Une assimilation contestée

  • 11 En supprimant par exemples certaines particularités comme la possibilité de témoigner en pratiquant (...)
  • 12 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., chap. 4.
  • 13 Joshua Schreier, Du séfarade à l’indigène, op. cit., p. 247-254.

4La législation s’attaqua rapidement aux institutions juives. À la demande des Israélites français, les tribunaux rabbiniques furent limités en 1834 aux attributions religieuses et en 1836 le moqaddem ou chef de la nation juive, abandonna ses fonctions à l’adjoint israélite du conseil municipal d’Alger. Puis, en 1845, l’ordonnance qui organisait les cultes en Algérie et créait les consistoires israélites, permit l’envoi de rabbins métropolitains qui avaient à répondre à deux missions : assumer leur ministère auprès de leurs coreligionnaires et « civiliser » les Juifs d’Algérie11. La situation de ces rabbins n’était pas facile : l’éloignement, le climat, étaient déjà des éléments négatifs. De plus, ils étaient isolés dans le milieu algérien, fréquemment en butte à l’hostilité des consistoires et du rabbinat local. Celui-ci était soutenu par les Israélites qui ne faisaient confiance qu’à eux12 et se sentaient dépassés par la modernisation accélérée que la France et les rabbins métropolitains attendaient d’eux alors que leurs traditions culturelles étaient en contradiction avec certaines mesures proposées13.

  • 14 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 120-14 (...)
  • 15 On a des traces de cette indignation jusqu’à la fin du xxe siècle dans les entretiens menés par Joë (...)
  • 16 Simon Kanoui, président du consistoire de 1876 à sa mort en 1915, lutta victorieusement contre les (...)

5En conséquence, le processus de francisation des Juifs, qui restaient façonnés dans les premiers temps par leurs coutumes ancestrales, ne rencontra pas un acquiescement généralisé14 des intéressés qui se sentaient par ailleurs humiliés de la condescendance des Juifs venus de France pour leur imposer leurs idées15. Cela se traduisit en particulier par de fortes luttes au sein des consistoires. Les rabbins locaux voyaient fondre leurs prérogatives avec la disparition des tribunaux rabbiniques, avec l’utilisation du français dans les cours religieux que surveillaient les consistoires et avec l’arrivée de grands rabbins venus de métropole, trop occidentalisés à leurs yeux et ne répondant pas aux besoins locaux. Les difficultés rencontrées dans l’exercice de son ministère face à ces rabbins locaux et même au consistoire, aboutirent à la démission du grand rabbin d’Alger Michel Weill en 1863 après que plusieurs pétitions eurent demandé cette démission. Plus tard, en 1905, le grand rabbin d’Oran, Moïse Netter, démissionna aussi pour mettre fin à la lutte qui l’opposait à Simon Kanoui16, qui voulait diriger et « régénérer » à sa guise les Juifs de la ville.

  • 17 ANOM F80 1564, 9 mai 1843, sur les difficultés de faire venir les juifs à l’école française. Voir l (...)
  • 18 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 124.
  • 19 « Instructions du 5 novembre 1872 du Consistoire central aux consistoires algériens, au sujet des m (...)
  • 20 La lettre de get donnée par le mari à sa femme est l’acte qui effectue le divorce.
  • 21 Isaac Uhry, « Lettre du procureur général au gouverneur général d’Algérie (1873) », dans Isaac Uhry (...)
  • 22 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p. 420.

6Avant cette date, de nombreuses correspondances et rapports des années 1836-1843 indiquaient que les familles juives modestes ne recouraient pas aux écoles qui s’étaient ouvertes pour leurs enfants17 et il n’y eut par ailleurs que 152 Juifs natifs d’Algérie sur 33 000 à avoir obtenu sur leur demande la naturalisation offerte par le sénatus-consulte du 14 juillet 186518. Ceci non seulement à cause de la lenteur de la procédure mais aussi du petit nombre de demandes. L’alignement sur la loi française amputait largement les droits masculins tels que définis jusque-là avec l’interdiction de la polygamie19, qui n’était guère pratiquée mais était un acquis traditionnel, l’interdiction de la répudiation, le partage des fortunes entre les héritiers qui aboutissait à la dispersion des grandes fortunes. La naturalisation avec perte du statut personnel pouvait même passer aux yeux de certains pour une apostasie. L’historienne Valérie Assan signale que les rabbins « indigènes » continuèrent à marier « clandestinement » à la maison ou à la synagogue des Juifs dont l’union n’était pas toujours déclarée à l’état civil, ce qui permettait éventuellement de divorcer ultérieurement, puisque certaines dispositions comme la « lettre de get20 » remise par le mari à sa femme au moment de la répudiation restaient en vigueur, en dépit des interventions de la justice21 ou des consistoires. Une résistance passive perdura dans le dernier quart du siècle contre la « mission civilisatrice » de la France, du Consistoire central et des grands rabbins d’origine métropolitaine, tant de la part des rabbins locaux que de la part de certains notables de premier plan et d’une grande partie des Juifs qui n’acceptaient toujours pas qu’on vienne de l’extérieur critiquer et transformer leurs pratiques religieuses ancestrales. À la veille de la Première Guerre mondiale, malgré ses transformations, la société juive restait marquée par la tradition dont témoignait sa forte participation aux offices ainsi que le maintien des pratiques superstitieuses et le repli sur soi22.

  • 23 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 229.
  • 24 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 35.

7Plus largement, les Juifs eurent relativement peu de relations personnelles avec les Européens pendant toute cette période malgré leur francisation progressive. Les uns et les autres vivaient dans des mondes culturels différents, les barrières identitaires religieuses et sociales subsistaient, les mariages mixtes23 étaient très rares. En 1881 il y avait en Algérie 40 000 Juifs et 340 000 Européens. De 1878 à 1903, 275 mariages unirent des Juifs et des Chrétiennes24 tandis qu’entre 1884 et 1896, on compta 63 mariages entre Juifs et Européennes et 61 entre Européens et Juives. En somme, les peuples coexistaient côte à côte sans pratiquement se mélanger.

La francisation malgré tout

  • 25 En s’acquittant par exemple des demandes de réponse à des questionnaires destinés à mesurer leur fr (...)
  • 26 Jean Laloum, « Le patrimoine photographique des familles juives. Un révélateur de processus d’accul (...)
  • 27 Voir Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités pluriell (...)

8Les Juifs, qui étaient à l’origine spectateurs passifs des rapides transformations de leur statut et de leur mode de vie devinrent, dans un certain nombre de cas, les acteurs de leur propre acculturation progressive25. Dans son étude sur le patrimoine photographique des familles juives, Jean Laloum26 décèle les progrès de la francisation à travers l’adoption progressive du vêtement européen, notamment chez les hommes. Les transformations vestimentaires furent en effet moins rapides chez les femmes qui étaient dépositaires de la tradition et chez les personnes âgées dont les photos des années 1870 témoignent du maintien du vêtement traditionnel. La francisation se remarque également aux progrès de la langue française dans les mentions manuscrites, à l‘acquisition de métiers qualifiés et diversifiés après le passage par l’école. L’auteur montre qu’à la fin du xixe siècle et dans les générations suivantes, les signes de francisation continuent de s’affirmer. Les photographies et les livrets de famille permettent de les mesurer avec efficacité puisque l’identité et les prénoms de trois générations successives : parents, époux, enfants y prennent place. Le glissement générationnel indique la progression de la sécularisation et de l’acculturation : l’ordre d’attribution des prénoms traditionnels et européens change, les prénoms traditionnels régressent en nombre au profit des prénoms européens27. Les progrès de l’assimilation peuvent encore se mesurer à l’âge de plus en plus élevé de la femme au mariage, à la précocité et au nombre de naissances qui reculent, à la mortalité infantile qui baisse, toutes choses qui rapprochent progressivement les Juifs des « Français ». Les photographies mettent l’accent sur le costume des rabbins indigènes, lesquels conservent longtemps leur habit traditionnel, ce qui est un signe visible de leur résistance ou de leur non prise en compte du changement impulsé par les grands rabbins européens. Enfin, de nombreuses photographies témoignent de l’importance de la vie religieuse dans la seconde moitié du xixe siècle, sous la forme de fêtes communautaires très suivies, de mouvements de jeunesse ou de cours religieux, eux aussi très fréquentés.

9La conséquence de la progression de la francisation chez les Juifs fut l’éloignement relatif des deux populations autochtones, ce qui était souhaité par le colonisateur pour affaiblir le bloc indigène. Les Juifs étaient progressivement attirés par la nouvelle situation qui leur était faite et se modernisaient pour se fondre dans la nation dans laquelle ils entraient, tandis que les Musulmans, cantonnés dans leur position d’« Indigènes » étaient devenus amers envers les Juifs libérés de leur condition de dhimmis et de plus en plus socialement proches des autres Français quand ils avaient reçu une éducation scolaire.

  • 28 Il fut le professeur d’Albert Camus et les deux hommes restèrent proches l’un de l’autre.

10Depuis les débuts de la colonisation, les dirigeants juifs de métropole avaient considéré l’assimilation comme la meilleure défense contre l’antijuaïsme et l’antisémitisme qui s’étaient développés en Algérie. Après la Première Guerre mondiale, l’assimilation avait progressé de telle sorte que, à l’exception des plus vieux et d’un certain nombre de femmes, les Juifs avaient en général acquis une certaine pratique de la langue française et des usages européens. Ils étaient passés par l’école, avaient fait pour certains des études plus poussées et acquis des métiers enviables. Leur amour de la patrie française et leur désir de répondre aux espoirs mis en eux perduraient malgré les attaques antisémites et les conduisaient même parfois à plonger en entier dans la culture française et à rejeter l’héritage ancien, pour eux « passé trouble de préjugés et de superstitions ». Jean Grenier, professeur de philosophie au lycée d’Alger28, s’en ouvrit en janvier 1938 dans le Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie où sa « Lettre à un jeune israélite » fait état de cette rupture à ses yeux beaucoup trop forte : « je me demande, écrit-il, si n’avez pas eu à la fois raison de profiter du nouvel état de choses et tort de renoncer à tout ce qui était votre héritage ».

  • 29 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 245-246.

11Ce constat de Jean Grenier rendait bien compte de la façon dont les Juifs avaient construit leurs liens avec la France mais ne revenait pas sur les événements qui, à l’exemple des émeutes de Constantine d’août 1934, avaient commencé à bouleverser leur échiquier mental, lézardé leur confiance et leur amour de la patrie française et exposé au grand jour les failles de la francisation. Bien que Français, les Juifs avaient été attaqués par les Musulmans au nom même de la France tandis que la population « française » et européenne encourageait les émeutiers et protestait contre les soldats qui intervenaient pour sauver la vie des familles juives assiégées. Et, plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, ils eurent à affronter non seulement les exclusions mais aussi les dénonciations anonymes. Cette situation provoqua des mouvements de réaffirmation identitaire et religieuse dont témoignait l’intérêt récent dans la population juive pour l‘expérience sioniste et l’essor d’un mouvement de jeunesse tel que les Éclaireurs israélites de France dont les responsables voulaient « reconquérir » le judaïsme. Pour certains jeunes, l‘avenir se dessinait ailleurs : « nous on est ce qu’on est, Indigènes comme les Arabes, Juifs depuis toujours. […] Puisque nous sommes l’avenir […] notre avenir sera un avenir juif, dans un pays juif. Adieu la France29 ».

Réponses individuelles à l’antisémitisme : 1870-1943

12Face à un antisémitisme opiniâtre et de longue durée, les Juifs d’Algérie prirent en main non seulement leur propre défense et celle de leurs quartiers mais aussi celle de leur statut de citoyens français et optèrent au fil des ans pour des stratégies qui allaient de l’effacement au combat ouvert.

La réponse non violente

  • 30 AIU Algérie IC2.01, Alger, le 16 Septembre, 1919, E. Moatti au GG de l’Algérie. David Cohen, « Les (...)
  • 31 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, (1895-1905), op. cit., p. 169.

13Les Juifs se lancèrent parfois dans des actions en justice afin de faire rentrer leurs coreligionnaires dans la loi républicaine. Un ingénieur, E. Moatti, protesta en 1919 auprès du gouverneur général de l’Algérie contre le fait de ne pas pouvoir acheter de terres domaniales, puisque la loi de 1904 réservait ces achats aux Français d’origine européenne ou naturalisés. En tant qu’officier de l’armée française ayant combattu depuis le 2 août 1914, il s’insurgeait contre « l’injustice d’une telle législation » qui infériorisait les Juifs par rapport aux autres Français30 et travailla avec le Comité algérien d’études sociales pour faire changer la législation. Le recours direct à la loi fut encore utilisé pour obtenir le respect des droits des citoyens lors des radiations des listes électorales de Juifs à Sidi-Bel-Abbès en 1937. Les intéressés s’adressèrent à la Ligue des droits de l’homme qui donna de la publicité à cette affaire, se pourvoiyèrnt en cassation pour obtenir un nouveau procès et récupérer leur citoyenneté tandis que certains Juifs boycottaient les commerçants antijuifs31.

  • 32 Entretien avec Alfred Bérenguer, 1992.

14Les visites de leaders antijuifs furent parfois troublées par des Juifs, notamment à Oran où la presse antijuive les considérait comme les plus arrogants et violents de toute l’Algérie. Édouard Drumont fut ainsi renversé en mai 1898 par des jeunes gymnastes de La Concorde qui réussissaient pendant les autres manifestations à parvenir jusqu’en tête des cortèges, où ils passaient leur tête entre les jambes des leaders, les soulevaient avant de les faire tomber32. Dans un pays où l’allure comptait énormément, cette situation rendait ces derniers ridicules et consternait toute la manifestation. Reçus le 17 juillet 1901 à Oran à une époque où l’antisémitisme ne mobilisait plus les foules en ville, Max Régis et son frère subirent les assauts de ces jeunes gens de La Concorde. Effrayé et humilié par ces bagarres, blessé à la tête, entouré et écouté par peu de sympathisants, Régis quitta la ville avec son frère sans tintamarre le 19 juillet.

  • 33 Pierre Hébey, Alger 1898, la grande vague antijuive, op. cit., p. 10. L’auteur rappelle que son gra (...)
  • 34 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 203, 220.
  • 35 ANOM 16 H35, 16G, Oran, 19 juin 1937.

15À toute époque, le simple fait de marcher dans les rues pendant les troubles devenait difficile pour les Juifs qui étaient insultés et pourchassés, en particulier la nuit. De nombreux enfants craignaient d’être seuls dans les rues ou même d’aller à l’école où ils étaient malmenés par les autres élèves33. Effrayées ou menacées, voire maltraitées, des travailleuses juives, bonnes et femmes de ménage occasionnelles, abandonnèrent les quartiers centraux des villes comme ce fut le cas à Alger à la fin du xixe siècle et laissèrent, le plus souvent définitivement, leur place aux Espagnoles, alors que les crieurs de journaux et les cireurs de chaussures juifs étaient remplacés par des Indigènes34. Et, dans les campagnes, les voyageurs de commerce ne circulaient plus, de peur d’être attaqués par les habitants35.

  • 36 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 141.
  • 37 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 216.

16Pendant les émeutes, tous les Juifs ne restaient pas de marbre et, à partir des années 1880, certains lancèrent des slogans symétriques de ceux des antijuifs comme « mort aux Français », ce qui était le fait principalement des plus jeunes qui ne supportaient pas les injures à caractère racial ou le mépris affiché. Ils participaient, même en mode mineur, à la plupart des réunions électorales, apostrophaient les antijuifs36 et multipliaient les procès en injures publiques. Ils signalaient à la police les inscriptions peintes sur les murs et lui apportaient les affiches et les papillons collés dans les rues et décollés par leurs soins37. À Aïn Témouchent, ils louèrent une année toutes les salles de la ville pour empêcher la tenue d’une réunion menée par un leader antijuif oranais. En mai 1897, à Mostaganem, ils s’en prirent verbalement à leurs adversaires, des coups de feu furent tirés depuis une fenêtre sur des manifestants, des cris de « À bas la France, à bas les français » ponctuèrent les altercations. Certains Juifs empêchaient régulièrement les Espagnols, dont l’antisémitisme était connu, de venir vendre du poisson ou toute autre denrée alimentaire dans les rues des quartiers juifs. Ces réponses accentuaient la fureur de leurs adversaires lors des émeutes, et faisaient perdurer les troubles.

  • 38 Morinaud rappelle qu’en mai 1897 certains quartiers de Constantine étaient interdits aux Juifs calf (...)
  • 39 Charles-Robert Ageron Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 370.
  • 40 AIU Algérie IC1 à 6, Œuvres de Constantine, 30 septembre 1934, Angel à Président de l’AIU.

17Quand la pression antijuive devenait très forte, la plupart des Juifs évitaient par prudence de croiser le chemin des manifestants et de stationner à la sortie des réunions publiques. Ils restaient enfermés chez eux en attendant que l’orage passe, pendant que certains antijuifs exerçaient à leur égard des menaces humiliantes38 pour les contraindre à rester enfermés. Et, lorsque la menace se faisait intense, les Juifs pouvaient purement et simplement abandonner la place et partir vers d’autres cieux. C’est ce que firent en 1896 certains Juifs d’Oran lors de l’élection municipale qui donna le pouvoir aux antijuifs. Dans les années 1930 encore, la crainte engendrée par les menaces antijuives conduisirent certaines familles juives à rejoindre la métropole39 ; ainsi, après les émeutes de Constantine d’août 1934, le secrétaire de l’AIU à Constantine, Angel, fit état du départ de certaines familles juives, de la volonté de nombreux coreligionnaires de partir ailleurs en Algérie ou en France et de la demande faite par des petits fonctionnaires, comme les postiers, de mutation en métropole40.

La réponse par le poing

  • 41 ANOM Algérie, Oran 3268, 30 juillet 1896. Entretien avec A. Bérenguer, 1992.
  • 42 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit. p. 261.

18Hésitants sur la conduite à tenir au début des troubles, les Juifs répondaient ensuite aux provocations, soit individuellement soit avec un groupe d’amis, par des bagarres, des coups de feu, des duels. Dans les années 1895-1905, un habitant de Sidi Bel Abbès, Bedock, excellent et redouté sportif, ponctuait par une rencontre à l’épée toutes les altercations à caractère antisémite41. Un peu partout, les antijuifs se plaignaient de « l’arrogance » des Juifs qui tournaient sans cesse autour d’eux et se battaient si nécessaire. Ainsi, en 1896, un avocat et conseiller municipal antijuif de Constantine, Grasset, fut entouré par une bande de Juifs et resta alité pendant une quinzaine de jours après avoir été frappé42.

  • 43 Elles leur envoient selon Cagayous « de mauvaises paroles vec les doigts : khemsa » Cagayous antiju (...)
  • 44 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 163.
  • 45 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 127.
  • 46 Matières fécales.
  • 47 Auguste Robinet (1862-1930) dit Musette, né à Alger, orphelin élevé par son oncle, devient inspecte (...)

19Les familles elles-mêmes prirent l’habitude de l’auto-défense43. Bien longtemps après les faits, les nouvelles générations retrouvaient parfois à Alger dans les armoires de leurs grands-mères les traces des luttes d’autrefois, « des casse-têtes, des coups de poing américains, des revolvers à barillet44 », tout un arsenal qui avait servi pendant les émeutes de la fin du siècle précédent. Toutefois, dans la plupart des cas, les armes de défense avaient un caractère plus domestique. Outre les pierres qui jonchaient les rues et que l’on montait chez soi pour parer à toute éventualité, les familles envoyaient sur leurs assaillants tout ce qui leur tombait sous la main, bouteilles, pots de fleurs, chaises, ustensiles ménagers, boîtes à ordures et même le contenu tout chaud du repas en préparation45, voire celui du pot de chambre avec la « cagade46 ». Toutes choses qui avaient pris place dans la brochure Cagayous antijuif de l’écrivain Musette47, écrite au moment même des faits :

  • 48 Matières fécales.
  • 49 Musette, Cagayous antijuif, Alger, imprimerie Mallebay, 1898, p. 52, 53.

Par en haut les fenêtres des maisons, les juifs et les juives y se lançaient des pierres et des pots de fleurs dessur la tête du monde. Gasparette, le povre, y s’a reçu un morceau de tuile qi li fend l’oreille et qi li fait un trou dedans l’épaule. […]
Bacora, lui, y s’a reçu un pourpe de l’eau de la saloperie qu’on se croyait c’était du vitriol. Mais c’était de la gargaria48 de juif49.

  • 50 Laure Blévis, « Une citoyenneté française contestée. Réflexion à partir d’un incident antisémite en (...)
  • 51 ANOM Oran 613, 1er juin 1938. Le Réveil juif, 26 juin 1931.
  • 52 Voir Joshua Cole, « Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie. L (...)
  • 53 AIU Alg., Ic 1 à 6, no 9076/6, Alger le 14 août 1935.
  • 54 Voir à ce sujet AIU Algérie IC1, 21 juin 1921, Henri Aboulker à Président de l’AIU.

20La violence revient dans les années de l’entre-deux-guerres où, dès 1925, les altercations, les coups de feu, reviennent à Oran lors de l’élection du maire Molle. Dans les années 1930, l’Algérie, qui est en proie au chômage, à la montée des ligues d’extrême droite et à l’antisémitisme, est désormais davantage influencée par le courant métropolitain qu’avant la guerre. Dans les villes de l’intérieur50, les Juifs acceptent à l’occasion et « avec résignation les provocations et les flétrissures51 » mais cela ne dure pas et les rapports des préfets font état de la volonté de certains Juifs de former des groupes de vigilance. En 1935 à Constantine52, des groupes d’auto-défense surveillent le vieux quartier juif, répondent aux injures et aux agressions physiques. Ils entrent en confrontation fréquente avec des Musulmans, ce qui se traduit par des arrestations de Juifs après de petites bagarres de rue. La même année, des groupes d’auto-défense formés de Juifs s’attaquent à Sidi Bel Abbès aux forces de police qui leur sont hostiles, ce qui se termine par quelques jugements en flagrant délit53. Ces actions autonomes, décidées en dehors des responsables religieux ou politiques sont loin d’apaiser les tensions et préludent souvent à de nouvelles bagarres et à de nouveaux pillages54.

La réponse des notables

  • 55 Oran Républicain, 4 mai 1937. Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, (...)

21Pour répondre aux insultes, fréquentes au xixe comme au xxe siècle, les Juifs s’exprimaient selon la nécessité ou l’opportunut, dans le cadre même de leur fonction élective : Gabriel Lambert ayant déclaré en mai 1937 au Conseil général que les Juifs n’avaient pas de terre de France à la semelle de leurs souliers, le conseiller Alfred Ghighi lui rappela la mort de 496 Oranais de confession israélite pendant la guerre et souligna qu’ils étaient meilleurs patriotes que quelqu’un qui ne vivait que pour des intérêts particuliers55.

  • 56 Colette Zytnicki, Les juifs du Maghreb, op. cit. p. 333-337.
  • 57 Ethan Katz, The Burdens of Brotherhood : Jews and Muslims from North Africa to France, 2015, Harvar (...)
  • 58 Archives israélites, le centenaire de l’Algérie, 9 janvier 1930 ; la visite présidentielle en Algér (...)

22Avant comme après la Première Guerre mondiale56 et en dépit des attaques récurrentes lancées contre eux, les Juifs exprimèrent à de nombreuses reprises leur amour de la France. Cette tentative connut son point culminant dans les années 1930 ; parallèlement aux publications qui accompagnèrent le Centenaire de la conquête et glorifièrent l’action de la France en Algérie, les Juifs firent ériger de nombreux monuments aux morts et de nombreuses plaques en bronze rappelant l’effort de guerre réalisé par les Juifs au profit de la Nation57. La presse juive métropolitaine compléta cette action en reprenant à son compte les louanges de l’œuvre accomplie par la France en Algérie58.

23Après 1870, les notables juifs poussèrent leurs coreligionnaires à se définir, collectivement et individuellement, comme étant partie intégrante de la nation française et placés sous la protection de l’État. Parmi les notables qui jouèrent un rôle de premier plan auprès de leurs coreligionnaires comme dans la colonie, citons Simon Kanoui au xixe siècle et Henri Aboulker au xxe.

  • 59 Geneviève Dermenjian, « Simon Kanoui », Parcours, Paris, no 00, 1983. David Nadjari, Juifs en terre (...)

24Même très controversé et souvent à juste titre, Simon Kanoui59 (1842-1915) est pour le xixe siècle, l’une de ces personnalités ; issu d’une famille de riches propriétaires, négociants et banquiers appartenant au cercle restreint des grands notables de la communauté juive d’Oran, Kanoui fut élu en 1867 membre du consistoire israélite, dont il devint le président de 1873 à sa mort. Rappelons qu’il fit intervenir les Juifs en bloc dans les élections, méthode qui prit le nom de kanouisme, lequel suscita par opposition un antikanouisme virulent qui gagna tout le territoire. On ne lui reprochait pas seulement son électoralisme manœuvrier qu’on disait accompagné de trafic d’argent, mais aussi son ascension politique rapide doublée de la morgue et de l’arrogance du parvenu ainsi que son dédain des contraintes civiques collectives. Les membres du parti radical, régulièrement écartés ici et là du pouvoir en raison ou non de son influence accrurent l’antikanouisme qui réunit tous les opposants à la politique consistoriale, ce qui forma le terreau de la crise des années 1895-1902.

25Simon Kanoui agit face aux antijuifs avec constance, tant par ses déclarations que par ses actes. Toutefois, son action politique suscita l’hostilité même d’une partie des notables juifs de la ville et pas seulement, comme on pourrait le penser, pour des questions de clan ou de « çof » selon l’expression en vigueur. Un « parti des Jeunes » voulut ainsi, dès la fin des années 1870, émanciper les Juifs pour en finir avec le kanouisme et apaiser l’antisémitisme. La montée de la crise réconcilia les Juifs entre eux, mais au profit de Kanoui. En 1896, 1127 Juifs oranais furent rayés des listes électorales comme n’ayant pas fait la preuve de leur indigénat et Kanoui sortit de son coffre les copies des certificats d’indigénat rédigés en 1871. Il fut alors accusé par ses opposants « Français », y compris le gouverneur général Cambon, de retenir prisonniers ses coreligionnaires du département en conservant ces papiers par devers lui. Il répondit qu’au contraire cette disposition avait été destinée à préserver leurs droits en cas de besoin ; tirant la conclusion de la campagne qui tendait à exclure les Juifs du droit de vote, il se plaça sur le terrain de la nation et de l’amour de la patrie dans un langage recherché, toutes choses qui battaient en brèche le stéréotype du juif cosmopolite et celui du Juif demeuré indigène et illettré :

  • 60 Le Petit Fanal, 28 juin 1895.

L’épuration des listes électorales est de l’intérêt de tout le monde, car ceux qui sont appelés à être inscrits sur les listes doivent au moins voir l’honneur d’être français. Il arrive que les antisémites veulent profiter de cette circulaire, faite de bonne foi, pour jeter par-dessus bord, en s’abritant derrière elle, des milliers de Français qui ont cependant fait leur devoir en accomplissant le service militaire, ou en ayant satisfait à la loi sur le recrutement. De là de l’effroi et de la consternation parmi nos coreligionnaires. C’est que le juif a été frappé dans ce qu’il a de plus cher, sa patrie qui l’a adopté depuis plus d’un quart de siècle60.

26Pour le xxe siècle, il convient de parler à nouveau du docteur Aboulker (1876-1954), cet algérois qui se dévoua sans compter à la défense de ses coreligionnaires et commença son action militante en faisant le coup de poing contre les antijuifs en 1898 avec une équipe de jeunes juifs algérois. C’était un chirurgien issu d’une famille assimilée et très influente à Alger ; il fut médecin au front pendant la guerre de 1914-1918, en revint grièvement blessé et infirme. Très proche de ses malades, Aboulker était appelé « le médecin des pauvres » par les Musulmans d’Alger. De tendance radical-socialiste, doté d’une personnalité hors du commun, il joua un rôle considérable dans la lutte contre l’antisémitisme par ses diverses interventions dans le cadre du Comité juif algérien d’études sociales, dont il était un des fondateurs. Il mit aussi en valeur le fait que l’administration jouait le rôle principal dans le développement et le maintien de l’antisémitisme en Algérie et proposa un certain nombre de solutions pour sortir de cette situation. Comme Simon Kanoui au xixe siècle, il répondait sur le même terrain que ses adversaires : celui de l’appartenance à la Nation française, de l’amour de la République et du respect des lois. Accusé de n’être pas Français, il donnait une leçon de patriotisme et de républicanisme et demandait à ses coreligionnaires de s’assimiler le plus possible.

  • 61 AIU, Archives du Consistoire central, PV des séances, IB7, 22 juin 1897, 6 août 1898.
  • 62 Quelques mois après, Jeandet fut arrêté pour chantage. La Dépêche, 21 octobre 1921.

27Les notables juifs d’Algérie utilisèrent à la fin du xixe siècle toutes les procédures à leur disposition pour se faire rendre justice : protestation suivie d’effet auprès du préfet lors de l’éviction des Juifs des secours aux indigents, plaintes sanctionnées par des amendes lorsque les journaux dévoilèrent le numéro de voiture des cochers juifs, protestation envoyée au préfet, au gouverneur général, au ministre de l’Intérieur et des Cultes quand le conseil municipal d’Oran utilisa la phrase « À bas les juifs » dans un feu d’artifice61. Dans l’entre-deux-guerres, les notables n’hésitaient pas à rappeler aux autorités leur devoir en cas d’incidents ; ainsi, lorsque le journaliste Jeandet insulta les Juifs en 1921, Henri Aboulker, convoqué avec les autres notables de la communauté par le préfet pour calmer le jeu, fit remarquer que les Juifs ne pouvaient se laisser insulter et que c’était aux autorités de prendre des mesures nécessaires pour éviter les incidents et les manifestations. Toutefois, en l’absence d’une loi réprimant les appels à la haine, le préfet répondit qu’il avait peu de moyens d’action62.

Agir collectivement contre l’antisémitisme : 1915-1943

  • 63 AIU Algérie IC1, note sur l’antisémitisme, 28 septembre 1919.
  • 64 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p . 420.

28Devant l’urgence de la situation et puisque les consistoires ne pouvaient traiter eux-mêmes les questions politiques, de jeunes intellectuels juifs d’Algérie décidèrent de se grouper pour faire respecter le « libre exercice » des droits des citoyens juifs, bafoué par les diverses actions antisémites63. La lutte contre l’antisémitisme fut donc également l’œuvre d’organismes locaux non communautaires64.

Le Comité algérien d’études sociales (CAES) pendant la Première Guerre mondiale

29Les élites juives avaient tiré de la crise de la fin du xixe siècle la certitude qu’il fallait rapprocher leurs coreligionnaires au plus près de la France afin de faire cesser les critiques anti-juives et leur permettre de se défendre eux-mêmes. Cette volonté les conduisit à entrer dans les Conseils municipaux et à créer des associations de défense comme le Comité algérien d’études sociales, tandis qu’ils faisaient prendre à leurs enfants le chemin de l‘école française.

  • 65 AIU Algérie IC2, no 1722/5 21 septembre 1919 et AIU Algérie IC1-6, Note sur l’antisémitisme algérie (...)
  • 66 AIU Algérie IC1-6, Note sur l’antisémitisme algérien par Henri Aboulker.
  • 67 AIU Algérie IC2, no 5165/6, Alger, le 8 avril 1915, Rapport sur la fondation du Comité algérien d’é (...)
  • 68 AIU Algérie, Alger, 15 juillet 1919, CAES, Lettre publique.

30Le 8 mai 1915, Henri Aboulker, Albert Confino, qui fut directeur de l’AIU à Alger de 1912 à 1956 et le lieutenant Léon Mayer (mort sur le champ de bataille pendant la Première Guerre mondiale) déposèrent les statuts du Comité algérien d’études sociales65 (CAES) qui se donnait pour mission de « veiller à ce que le libre exercice des droits de citoyens français des Juifs ne soit ni violé ni méconnu66 » et de faire la preuve que les Israélites étaient dignes d’être assimilés au reste de la population française67. Pour cela, il fallait obtenir qu’ils soient « plus français que les français », qu’ils renoncent à voter en bloc pour montrer leur patriotisme et leur adhésion aux valeurs universelles de la République et montrer aussi que les actes d’hostilité dirigés contre les Juifs étaient antirépublicains puisqu’ils contrevenaient aux valeurs universalistes de la Révolution française68.

  • 69 AIU Algérie IC2. Confino écrivit à l’Alliance universelle israélite le 14 avril 1915, que quatre Ju (...)
  • 70 AIU Algérie IC2, Alger, le 8 Avril 1915, Rapport sur la fondation du Comité algérien d’études socia (...)
  • 71 AIU Algérie IC1, Alger, 4 avril 1915, CAES à M. Bigart, p. 2. David Cohen, « Les circonstances de l (...)
  • 72 AIU Algérie IC1, 615, Copie d’une lettre d’un soldat d’Orléansville, 4 mars 1915 jointe à une lettr (...)

31Cette création était une réponse concrète à plusieurs incidents ou réflexions désobligeantes émanant d’officiers d’active, qui s’étaient produits dans la rue ou à la caserne69 et alors même que les Juifs combattaient dans les rangs de l’armée70. Ainsi, en avril 1915, un Juif candidat à un poste d’interprète en arabe fut éconduit par le colonel chef de bataillon qui lui dit avoir pris le parti d’éliminer de ses compagnies « tout l’élément israélite71 ». À la même époque, un autre officier réunit à part dans la cour de la caserne les Juifs des compagnies qu’il commandait pour leur demander de « faire un effort » pour vaincre leur peur, afin de ne pas passer « plus tard pour des tireurs au flanc72 ».

  • 73 Les archives de l’AIU contiennent un grand nombre d’échanges entre le Comité central de l’AIU et le (...)
  • 74 AIU Algérie IC2, Paris, le 10 mars 1915, Comité central de l’Alliance israélite universelle à M. Co (...)
  • 75 AIU Algérie IC2, Alger le 15 juillet 1915.

32Le Comité ne suscita pas un grand élan dans la communauté juive et les membres du CAES se plaignirent plusieurs fois de l’inertie de leurs coreligionnaires et de leur refus d’ouvrir leur portefeuille pour financer ses actions. Le succès de l’organisation provenait en grande partie de ses relations étroites avec le Comité central de l’Alliance israélite universelle à Paris73, qui lui prodigua de nombreux conseils ; il l’enjoignit par exemple en 1915 de ne pas attaquer directement l’antisémitisme en cette période de guerre74 pour ne pas susciter des accusations d’antipatriotisme et de réunir de la documentation permettant une lutte efficace. Pendant la durée du conflit et en l’absence d’Aboulker qui était sous les drapeaux, le CAES procéda à des enquêtes internes au judaïsme, qui permirent en particulier la constitution de statistiques sur les Juifs mobilisés. Le retour d’Aboulker de l’armée se traduisit par un développement des actions d’assistance. Le CAES entreprit de soutenir et d’assister moralement les familles de mobilisés et d’aider celles qui connaissaient des difficultés économiques. Il engagea aussi la lutte contre l’antisémitisme dénommé par Aboulker « la plus odieuse des guerres civiles75 », qui demandait une réaction sans faiblesse.

Les actions d’après-guerre

  • 76 AIU Algérie IC2, CAES, Rapport I : Acquisition des Terres domaniales, 24 Septembre 1919. L’affaire (...)
  • 77 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 372.
  • 78 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 77. Michel Abitb (...)
  • 79 AIU Algérie IC2 : Alger, le 3 mai 1919, L’exclusion des Israélites de fonctions électives, Dr Henri (...)
  • 80 Une autre action collective fut menée dans l’entre-deux-guerres par des Juifs oranais au nom des pr (...)

33Après la Première Guerre mondiale, les Juifs d’Algérie restaient de grands admirateurs de la « vraie France » métropolitaine, qui leur paraissait hors de toute critique avec son idéal républicain, sa « mission civilisatrice », sa Révolution qui avait répandu dans le monde les idées de liberté et d’égalité dont ils étaient eux-mêmes les bénéficiaires. C’est pour faire coïncider la réalité avec cette vision qu’ils s’engagèrent dans une lutte pour l’égalité entre citoyens. Le CAES publia en septembre 1919 le premier fascicule du Livre d’or du judaïsme algérien de la guerre de 1914-1918 qui était destiné à montrer le patriotisme des Juifs, puis il s’attacha à obtenir la disparition des inégalités sociales qui les touchaient et leur donnaient moins de droits qu’aux naturalisés, qui ne subissaient, eux, aucune restriction de leurs droits de citoyens. Soit, selon Aboulker, l’impossibilité de participer aux adjudications et concessions de terres domaniales76, le non accès à la prime donnée aux instituteurs titulaires du certificat d’aptitude à l’enseignement de l’arabe parlé et du brevet de langue arabe ou kabyle77 et enfin l’exclusion des étudiants juifs de l’Association générale des étudiants d’Alger78 (AGEA) qui comptait 150 membres sur 800 étudiants. Les quatre professeurs juifs de l’université s’étaient d’ailleurs également vu refuser leur admission comme membre honoraires de l’Association79. D’autres inégalités étaient à faire cesser : la limitation du droit de vote aux délégations financières, le nombre limité de commerçants israélites inscrits sur les listes consulaires, ce qui signifiait concrètement qu’ils ne disposaient pas de juges, donc pas de soutien en cas de conflit commercial ; elle rappelait encore l’élimination des Juifs des listes de candidature aux fonctions électives municipales de la ville d’Oran et d’Alger notamment80.

  • 81 Notamment les étudiants serbes, présents en Algérie en raison de la guerre.
  • 82 AIU Algérie IC2, 593.
  • 83 Aboulker demanda à Clemenceau qu’une enquête soit diligentée contre le recteur Ardaillon et le préf (...)
  • 84 AIU Algérie IC1, 8 mai 1919, Lettre du CAES à M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie.
  • 85 AIU Algérie IC1, lettre de Confino à M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie, 8 mai 1919.
  • 86 AIU IC2, no 5902, Président AIU d’Alger à Président de l’AIU, Paris, 6 juillet 1919. Ils ne disposa (...)
  • 87 AIU Algérie IC2 06d, no 5902, Lettre d’A. Confino au président de l’AIU, Paris.

34L’ouverture de l’AGEA à tous les étudiants81 d’Alger fut rendue possible par une action commune des étudiants juifs et du CAES. Contrairement à ce qui se passait en métropole où les inscriptions se faisaient librement, l’admission à l’association des étudiants d’Alger était soumise à un vote qui écartait systématiquement les Juifs. Ce fut le cas le 18 mars 1919 où, sur 32 postulants, parmi lesquels on comptait des anciens combattants et des officiers, on en accepta seulement deux, l’un parce qu’il était d’origine étrangère, l’autre parce qu’il était déjà inscrit dans l’Association étudiante de Paris82. Après une série de rencontres décevantes du CAES et des représentants des étudiants juifs avec le recteur Ardaillon83, le préfet Lefébure, le gouverneur Jonnart84 et diverses autres personnalités, les étudiants juifs créèrent une association, L’Union Générale, qui compta une cinquantaine d’étudiants non juifs et un Musulman85. L’AIU fut contactée, une campagne de presse lancée en métropole et la situation se débloqua. Le 6 mai 1919, les deux associations fusionnèrent, les Juifs, les Indigènes, les étrangers86 et les Musulmans rejoignirent le gros des étudiants87.

  • 88 David Cohen, « Les circonstances de la fondation du Comité d’études sociales ou la prise de conscie (...)
  • 89 AIU Algérie IC2, Aflou, le 26 Décembre 1920 et Aflou, le 20 mars 1921, Élite juive d’Aflou à Henri (...)
  • 90 AIU Algérie IC6, 20 mai 1921, lettre de A. Ghighi au Président de l’Alliance israélite universelle  (...)

35Le Comité multiplia les délégations et les courriers auprès des administrations parisiennes pour en finir avec les autres discriminations. Le 20 août 1920 et après de nombreuses démarches du CAES auprès du gouverneur général, les instituteurs juifs eurent accès à la prime donnée aux titulaires de diplômes d’arabe et de kabyle. Le 18 septembre 1921, après avoir pris contact avec le président de la Ligue des droits de l’homme à Paris, le CAES obtint qu’il soit permis aux Juifs d’acquérir des terres domaniales mises à la vente. Toutefois, il n’y eut semble-t-il aucun résultat probant en ce qui concernait les autres inégalités telles que le droit de vote aux Délégations financières où les Juifs ne pouvaient voter qu’à partir de l’âge de 33 ans contre 25 ans pour les Français d’origine et les naturalisés. Il en était de même dans la question des listes de candidats aux fonctions électives municipales mises au point par les chefs de listes et qui faisaient appel aux divers groupements ethniques, professionnels et religieux à l’exclusion de ceux qui réunissaient les Juifs88. Toutefois, le Comité enregistra un succès contre un officier en charge de la région d’Aflou, le capitaine Cottenceau. Dans cette région conquise après 1870, les Juifs n’avaient pas la nationalité française et la région était sous contrôle militaire. Les Juifs, maltraités par ce capitaine et par les Musulmans qui étaient sous ses ordres, avaient fait appel au CAES en 1921 pour qu’il intervienne auprès de l’administration afin de faire cesser les mauvais traitements89. Après un certain nombre de difficultés, la situation fut réglée en mai 1921 par un arbitrage ; il fut entendu qu’après ses vacances Cottenceau ne reviendrait pas à Aflou, étant passé commandant à l’ancienneté90.

36Avec ces actions nombreuses, le CAES semblait prendre le rôle de porte-parole du judaïsme algérien et de défenseur de l’égalité dans la colonie mais il cessa presque totalement ses activités à partir de 1922, estimant que la période était devenue plus calme.

Les années 1930 et le CJAES91

  • 91 Voir Bruno Tschantre, Les Comités juifs d’Algérie entre 1915 et 1962, J.-M. Chouraqui et R. Ilbert, (...)
  • 92 Dont Raoul Follereau, qui prononça des conférences antisémites en Algérie jusque pendant la Seconde (...)
  • 93 BDIC-LDH F Delta Res 798/96, Sidi-Bel-Abbès, le 17 Août 1935, président Martaing de la LDH à Sidi B (...)
  • 94 Charles Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporain, op. cit., p. 372.

37En 1935, l’antisémitisme était à nouveau répandu dans les grandes villes d’Alger, de Constantine, d’Oran, et dans de moins grandes comme Sidi Bel Abbès92 où les antijuifs jouaient un rôle considérable93, avec l’appui le plus souvent de la police et du conseil municipal. Mais la défense des Juifs prit un tour plus systématique lorsque la Ligue des droits de l’homme et la Ligue internationale contre l’antisémitisme intervinrent dans le cas des discriminations ou des menaces pesant sur les individus et la collectivité ; de leur côté, les fédérations algériennes du parti socialiste alertèrent les autorités métropolitaines sur les dangers de la situation à partir de 1925 et surtout de 193394.

  • 95 Créé par Élie Gozlan en 1934. Il réussit à paraître pendant la Seconde Guerre mondiale en dépit des (...)
  • 96 AIU IC1, 24 juillet 1936, Lettre de A. Confino à M. Halff.

38Avant que l’antisémitisme ne refasse réellement surface, quelques rares signes d’ouverture avaient pu être observés dans certaines organisations politiques extrémistes ; on trouvait par exemple des Juifs de métropole et d’Algérie, dont le grand rabbin Eisenbeth, parmi les Croix de Feu. Toutefois, l’évolution de ce mouvement vers l’antisémitisme conduisit le 8 juin 1934, le Bulletin de la Fédération des Sociétés Juives d’Algérie95 à condamner le rassemblement de 12 000 membres des Croix de Feu, Volontaires nationaux et Regroupement national dont les Juifs avaient été écartés et demanda à La Rocque de prendre position face à ces mesures d’exclusion. En août 1934, des Croix de Feu intervinrent en faveur des émeutiers pendant les troubles de Constantine puis Albert Confino déclara le 24 juillet 1936 au président de l’AIU que, pour la première fois depuis la fin de la crise du xixe siècle, on avait entendu les cris de « mort aux juifs » rue Michelet à Alger lors du défilé du Rassemblement national96. La réinstallation de municipalités antijuives en Algérie autour de 1936 à Sidi Bel Abbès avec Lucien Bellat et à Constantine avec Émile Morinaud suscita, comme on l’a vu, la protestation des Juifs Anciens combattants auprès des ministres Blum et Daladier à Paris et auprès de Bernard Lecache et de Victor Basch.

  • 97 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 78. La LICA inte (...)
  • 98 AIU Algérie IC2, 370-371, 24 juillet 1936.
  • 99 Ernest Dadon et le docteur Fernand Morali sont vice-présidents, l’avocat André Narboni secrétaire g (...)

39En 1936, A. Confino dénonçait le retour offensif de l’antisémitisme avec, à Alger des affiches collées partout et intitulées « Juifs du monde entier », tandis qu’on enregistrait des tentatives pour limiter le nombre d’élèves juifs dans certains établissements. Confino fut avec Henri Aboulker l’artisan de la renaissance du CAES, appelé maintenant Comité juif algérien d’études sociales97 (CJAES), dont les nouveaux statuts furent approuvés par le préfet d’Alger le 17 juin 193698. L’organisation était présidée en 1937 par le docteur André Lévi Valensi et son secrétaire général était le journaliste Élie Gozlan99. Formé d’intellectuels voulant prendre position et rallier les Juifs, le Comité intervint sur tout le territoire algérien, en particulier pour resserrer les liens avec les Musulmans. Son action se concentra sur l’antisémitisme qui était ressenti comme le danger principal. Convoqué devant la Commission parlementaire venue en mars 1935 enquêter sur les troubles de Constantine d’août 1934, le Comité les présenta comme le résultat de la campagne de presse haineuse que les journaux européens déployaient en permanence. Le 19 mars 1937, le Comité fut reçu chaleureusement par le gouverneur général Le Beau (20 juillet 1940-16 juillet 1941) et envoya une délégation à Paris en mai 1938 pour obtenir de l’aide contre les menées antisémites en Algérie qui aboutit, rappelons-le, au décret Régnier qui sévissait contre la haine raciale.

  • 100 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 79.
  • 101 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie (BFSJA) Au sein des sociétés, CJAES, AG du  (...)
  • 102 En mai 1938 fut créé à Oran un Comité de vigilance pour la défense des intérêts moraux de la commun (...)
  • 103 Cité par Florence Renucci, « Le débat sur le statut politique des israélites de l’Algérie et ses ac (...)

40Le CJAES intervint encore contre les mesures destinées à écarter les Juifs du bénéfice de la citoyenneté100, par exemple lors des radiations des listes électorales à Sidi Bel Abbès et Sétif101 et ses interventions102 à Paris influencèrent la prise du décret du 16 janvier 1939 qui notifia dans quelles conditions les Juifs pouvaient bénéficier du droit électoral103. Pour l’administration, ainsi que le souligne l’historienne F. Renucci, ce texte avait le double avantage de restreindre le nombre possible de radiations tout en écartant les risques de voir les Musulmans s’emparer de la question pour réclamer la nationalité pour eux-mêmes. Mais le texte ne faisait pas cesser l’antisémitisme en Algérie et, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le Comité cessa de se manifester car la situation était ressentie désormais comme trop dangereuse pour agir au grand jour ; il resta en veilleuse jusqu’à la fin novembre 1942 et l’Association d’études, d’aide et d’assistance prit le relais sous d’autres formes.

Agir pendant la Seconde Guerre mondiale 1940-1943

  • 104 Pour le détail des faits, Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. (...)

41La résistance en Algérie fut le fait d’initiatives individuelles et prit la forme d’une lutte contre les lois de Vichy et celle d’une action de préparation à la lutte armée104.

La réponse aux besoins

  • 105 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 320.
  • 106 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 169.
  • 107 Le bureau de l’association comptait aussi le grand rabbin Eisenbeth, les conseillers généraux Marce (...)
  • 108 Le vice-président était Marcel Bellaïche, les membres le grand rabbin Eisenbeth, Raphaël Aboulker e (...)
  • 109 BFSJA, « L’application du Statut des Juifs en Algérie », no 74, novembre 1941 et no 77, février 194 (...)
  • 110 Benjamin Stora, Les trois exils, Juifs d’Algérie, op. cit., p. 88.
  • 111 À Alger et Constantine, l’enseignement religieux reste facultatif et les écoles sont fermées le sam (...)

42Les populations juives, engagées depuis soixante-dix ans dans un processus d’assimilation, n’avaient plus d’instances communautaires susceptibles de répondre aux besoins du moment105 et se trouvèrent dans l’obligation de recourir à des protestations réitérées de notables tels que le grand rabbin Eisenbeth, qui était le seul représentant des Juifs admis par les autorités de Vichy et qui était chargé par le CJAES de les protéger. Une aide en faveur des familles démunies fut instaurée dans le cadre de l’« Association d’études, d’aide et d’assistance » créée le l9 janvier 1941, qui fonctionna jusqu’en avril 1943, date de la réintégration des Juifs dans leur emploi106. En janvier 1941, le Comité de l’association était présidé par le docteur Levi Valensi107, universitaire renommé exclu de l’université d’Alger108 qui donnait des conseils juridiques et pratiques aux familles, recherchait des emplois, organisait des cours techniques pour des jeunes placés en apprentissage chez des artisans. Il s’occupa aussi des relations avec l’administration, et organisa ex nihilo pour les enfants exclus du système scolaire, un enseignement privé de haute qualité, conforme à la loi du 31 décembre 1941 et placé sous l’autorité du Recteur qui en assurait l’inspection. L’organisation du Comité était limitée à un fonctionnement local par décision des autorités de Vichy qui voulaient éviter tout regroupement important. D’autres associations furent créées à Constantine, Oran et dans un certain nombre d’autres villes. L’interdiction de dépasser l’échelon local fut contournée par deux mesures : la création d’une direction de l’enseignement juif privé et la centralisation des collectes pour les écoles109, ce qui permit de prendre les décisions nécessaires à l’échelle de la colonie. À la fin de l’année scolaire 1941-1942, il existait pour les professeurs et les élèves exclus de l’enseignement public 70 écoles primaires et 6 écoles secondaires110 qui fonctionnaient selon les programmes de l’enseignement public et scolarisaient 18 500 élèves en tout111.

  • 112 Islamologue réputé, qui avait récemment été exclu de sa chaire d’Histoire du Maghreb de l’universit (...)

43Une université privée fut fondée à Alger autour de quelques dirigeants : Henri Aboulker, Edmond Benhamou, André Lévi-Valensi et Robert Brunschvicg112 qui prit la fonction de directeur de l’enseignement privé tandis que des directions locales étaient fondées dans chaque grande ville. Le petit nombre de locaux disponibles entraîna un fonctionnement des classes par cinq demi- journées par semaine pour pouvoir scolariser tous les élèves, ce qui ne pénalisa pas la qualité de l’enseignement puisque les résultats de fin d’année furent équivalents à ceux de l’enseignement public. Une loi du 19 octobre 1942 interdit aux Juifs de se présenter aux diplômes supérieurs au brevet élémentaire mais ne fut pas mise en application du fait du débarquement allié de novembre 1942.

  • 113 BFSJA no 70, juin-juillet 1941, E. Gozlan, « L’heure du sacrifice », et « Cœurs blindés », no 46, j (...)
  • 114 Cité par Bruno Tschantre, Les Comités juifs d’Algérie entre 1915 et 1962, J.-M. Chouraqui et R. Ilb (...)

44Le fonctionnement des Comités était assuré par des dons ou des cotisations mensuelles et les secours fournis aux bénéficiaires étaient proportionnés aux salaires reçus avant-guerre et aux charges de famille. L’argent était très difficilement obtenu dans ces temps de pénurie où la vie était difficile pour toutes les classes sociales113, et où les appels de fond se faisaient de plus en plus pressants : « Hâtez-vous d’abandonner en faveur de vos frères malheureux non seulement votre superflu mais aussi le nécessaire » lit-on dans le Bulletin de la Fédération des Sociétés Juives d’Algérie de janvier 1942114. Les responsables reconnaissaient toutefois que le débarquement de novembre 1942 avait sauvé l’institution de la faillite financière.

Les Juifs et la guerre

  • 115 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 175-198.

45Le docteur Raphaël Aboulker (fils de Charles Aboulker) proposa en septembre 1940 à quelques personnes de s’organiser pour préparer une action de résistance éventuelle. Une salle de culture physique fut ouverte pour éviter les soupçons de regroupement politique, à laquelle on adjoignit des cours populaires et des cours pour les enfants d’âge scolaire. La salle fut confiée à un moniteur d’éducation physique, Léo Gras, lui-même non juif et proche des idées d’extrême droite, qui fut tenu dans l’ignorance de la situation. Les travaux d’aménagement et le matériel furent financés par les Juifs qui recrutèrent sur place des personnes de toutes origines et professions, dont des officiers d’active et de réserve qui constituèrent l’état-major du groupe. Les hommes, 250 en tout, reçurent au départ une formation militaire et en auto-défense. Ils étaient groupés par cinq, ne connaissaient que leur chef et les quatre autres, le chef connaissait son propre chef qui commandait quatre groupes de cinq personnes. L’organisation critiqua Vichy en utilisant des tracts, des inscriptions, en vandalisant les affiches du régime et en diffusant les informations de la radio de Londres. Elle procéda aussi, sur les quais du port, à des destructions de marchandises destinées à l’armée allemande de métropole115.

46Après avoir organisé des cercles de résistance et assuré le succès du débarquement allié lors de l’opération Torch, les Juifs sortirent de l’ombre. Le CJAES se réunit presque quotidiennement à partir de décembre 1942, des non algérois y entrèrent bientôt et il intervint dans toute l’Algérie. Il multiplia les interventions auprès du gouverneur général pour le rétablissement des droits et la fermeture des camps de prisonniers, toutefois sans succès car les nouveaux dirigeants, tel que Peyrouton, restaient hostiles à cette solution. Henri Aboulker et son fils José, ainsi qu’une quinzaine de personnalités du CJAES furent même arrêtés après l’assassinat de Darlan et maintenus en prison pendant cinq semaines.

  • 116 Voir pour le détail de cette période, Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit. ; Jacques C (...)

47Les Juifs d’Algérie participèrent aux opérations de la Seconde Guerre mondiale116 à partir de novembre 1942 aux côtés des Européens et des Indigènes mobilisés. Rappelons qu’après l’armistice, 60 000 combattants d’Algérie, dont près de 1 300 juifs, étaient prisonniers. Les notables s’adressèrent à Giraud pour obtenir le rétablissement complet des Juifs dans leurs droits de citoyens. Devant la mauvaise volonté qui leur était opposée, Henri Aboulker et le grand rabbin Maurice Eisenbeth se tournèrent vers le Congrès juif mondial qui prit contact avec Henri Morgenthau, secrétaire d’État au Trésor des États-Unis. Arrivé à Alger en octobre 1943, Morgenthau prit contact avec les Juifs puis avec le Comité français de libération nationale (CFLN), ce qui contribua au rétablissement de la citoyenneté complète des Juifs d’Algérie.

48Après la guerre, Jacques Lazarus devint président du CJAES en 1948 et le resta jusqu’au départ en masse de la population européenne.

Notes

1 AN F19 11144, 6 novembre 1839, ministre de la guerre à ministre des cultes.

2 Voir Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., et dans Joëlle Allouche-Benayoun et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., Introduction.

3 Nom donné aux habitants de la Régence dans les premiers temps de la colonisation.

4 Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, p. 122.

5 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 97.

6 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 30.

7 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 98.

8 Les parents ne voulaient pas payer une scolarité pour les filles, qui jusque-là étaient tenues dans l’illettrisme, par crainte de leur émancipation et parce que leur éducation ne rendrait service qu’aux familles des maris, puisqu’on mariait les filles de bonne heure.

9 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 99.

10 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 97.

11 En supprimant par exemples certaines particularités comme la possibilité de témoigner en pratiquant le serment more judaico que le grand rabbin d’Alger Abraham Cahen fit abolir en 1874.

12 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., chap. 4.

13 Joshua Schreier, Du séfarade à l’indigène, op. cit., p. 247-254.

14 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 120-148. Voir également Elisabeth Fridman, Colonialism and after. An Algérian Jewish Community, Massachusetts, Betgin and Carvey, 1988, p. 10.

15 On a des traces de cette indignation jusqu’à la fin du xxe siècle dans les entretiens menés par Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 98-100.

16 Simon Kanoui, président du consistoire de 1876 à sa mort en 1915, lutta victorieusement contre les quatre grands rabbins envoyés par le Consistoire central des israélites de France qui voulaient moderniser le judaïsme algérien sur le modèle français. Toutefois son action très personnelle en faveur de la francisation des Juifs justifie à nos yeux le terme de « passeur de civilisation ». Voir Geneviève Dermenjian, « Simon Kanoui (1842-1915), passeur de civilisation », Généalo-J, revue française de généalogie juive, no 113, printemps 2013, p. 7-15. Geneviève Dermenjian-Hannequart, « Les relations entre le consistoire central, les grands rabbins et les Juifs d’Algérie à la fin du xixe siècle : l’exemple d’Oran (1864-1905) », Jean-Louis Miège, dir., Les Relations intercommunautaires juives en Méditerranée occidentale, xiiie-xxe siècle, Paris, éditions du CNRS, 1984, p. 170-179.

17 ANOM F80 1564, 9 mai 1843, sur les difficultés de faire venir les juifs à l’école française. Voir les détails de cette question dans Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit.

18 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 124.

19 « Instructions du 5 novembre 1872 du Consistoire central aux consistoires algériens, au sujet des mesures prises pour assurer en Algérie le respect de la loi française en ce qui concerne les mariages civils », dans Isaac Uhry, Recueil des lois, décrets, ordonnances, avis du Conseil d’État, arrêtés et règlements concernant les israélites depuis 1850, Bordeaux, Imprimerie Crugy, 1878, p. 71.

20 La lettre de get donnée par le mari à sa femme est l’acte qui effectue le divorce.

21 Isaac Uhry, « Lettre du procureur général au gouverneur général d’Algérie (1873) », dans Isaac Uhry, Recueil des lois, décrets, ordonnances, avis du Conseil d’État, arrêtés et règlements concernant les israélites depuis 1850, Bordeaux, Imprimerie Crugy, 1878.1878, p. 87.

22 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p. 420.

23 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 229.

24 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 35.

25 En s’acquittant par exemple des demandes de réponse à des questionnaires destinés à mesurer leur francisation et concernant le rôle des rabbins, la polygamie, les mariage mixtes, la répudiation, l’usure, la fraternité avec les Français.

26 Jean Laloum, « Le patrimoine photographique des familles juives. Un révélateur de processus d’acculturation et de sécularisation », Questions de communication, 4/2003, Interculturalités. Disponible sur internet.

27 Voir Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., Chapitre sur l’évolution des prénoms.

28 Il fut le professeur d’Albert Camus et les deux hommes restèrent proches l’un de l’autre.

29 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 245-246.

30 AIU Algérie IC2.01, Alger, le 16 Septembre, 1919, E. Moatti au GG de l’Algérie. David Cohen, « Les circonstances de la fondation du Comité d’études sociales ou la prise de conscience d’une élite intellectuelle juive face au phénomène antisémite en Algérie (1915-1921) », Revue des études juives, 161 (1), janvier 2002, 179-225. Le dossier Algérie IC2.01 contient les pièces concernant le CAES du 11 juin 1919 au 18 septembre 1921.

31 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise, (1895-1905), op. cit., p. 169.

32 Entretien avec Alfred Bérenguer, 1992.

33 Pierre Hébey, Alger 1898, la grande vague antijuive, op. cit., p. 10. L’auteur rappelle que son grand-père et son grand-oncle avaient fait le coup de poing contre les jeunes antisémites de leur collège pendant deux ans.

34 Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie, 1830-1914, op. cit., p. 203, 220.

35 ANOM 16 H35, 16G, Oran, 19 juin 1937.

36 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 141.

37 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 216.

38 Morinaud rappelle qu’en mai 1897 certains quartiers de Constantine étaient interdits aux Juifs calfeutrés dans leur quartier : « ce qui n’empêchait pas Eugène Masson d’aller, sa grosse canne à la main, jusqu’à l’entrée de la rue de France et d’y tracer de temps à autre une sorte de barrière imaginaire que les Juifs ne devaient pas dépasser. » Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit. p. 261.

39 Charles-Robert Ageron Histoire de l’Algérie conemporaine, op. cit., p. 370.

40 AIU Algérie IC1 à 6, Œuvres de Constantine, 30 septembre 1934, Angel à Président de l’AIU.

41 ANOM Algérie, Oran 3268, 30 juillet 1896. Entretien avec A. Bérenguer, 1992.

42 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit. p. 261.

43 Elles leur envoient selon Cagayous « de mauvaises paroles vec les doigts : khemsa » Cagayous antijuif, p. 52. Le geste de jeter un sort avec les cinq doigts de la main et en disant « cinq dans ton œil » ou « khamsa » est traditionnel en Algérie.

44 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 163.

45 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue, op. cit., p. 127.

46 Matières fécales.

47 Auguste Robinet (1862-1930) dit Musette, né à Alger, orphelin élevé par son oncle, devient inspecteur des enfants assistés du département d’Alger et collabore de bonne heure à plusieurs revues dont L’Akhbar et la Revue algérienne où il s’illustre comme publiciste et chroniqueur avant de partir ensuite avec Ernest Mallebay au Turco. Il est en lien avec les intellectuels algérois de son époque tels que Lys du Pac, Ernest Mallebay (1857-1939), Charles de Galland (1851-1923) et publie de 1894 à 1920 en fascicules hebdomadaires puis en volumes les aventures de Cagayous. Petit blanc de milieu populaire, le néo Cagayous habite Bab-el-Oued comme son auteur, qui a construit les aventures de son personnage à partir des observations du petit peuple algérois qu’il rencontre dans son quartier et pendant ses heures de travail. Tout en racontant au jour le jour les événements importants de la colonie en particulier la crise de 1898 dans Cagayous antijuif, les héros de Musette synthétisent les attitudes et les propos des milieux européens populaires et font jaillir dans l’espace public les questions de fond, politiques, relationnelles, sociales, qui se posent à l’époque. François Pouillon, dir., Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Khartala, 2008, p. 715-716.

48 Matières fécales.

49 Musette, Cagayous antijuif, Alger, imprimerie Mallebay, 1898, p. 52, 53.

50 Laure Blévis, « Une citoyenneté française contestée. Réflexion à partir d’un incident antisémite en 1938 », dans La justice en Algérie (1830-1962), Paris, La documentation française, 2005, p. 119-120.

51 ANOM Oran 613, 1er juin 1938. Le Réveil juif, 26 juin 1931.

52 Voir Joshua Cole, « Antisémitisme et situation coloniale pendant l’entre-deux-guerres en Algérie. Les émeutes de Constantine (août 1934) ». Vingtième siècle. Revue d’histoire, 2010/4, no 108, p. 15.

53 AIU Alg., Ic 1 à 6, no 9076/6, Alger le 14 août 1935.

54 Voir à ce sujet AIU Algérie IC1, 21 juin 1921, Henri Aboulker à Président de l’AIU.

55 Oran Républicain, 4 mai 1937. Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 71-72.

56 Colette Zytnicki, Les juifs du Maghreb, op. cit. p. 333-337.

57 Ethan Katz, The Burdens of Brotherhood : Jews and Muslims from North Africa to France, 2015, Harvard University Press, co-editor de Secularism in Question : Jews and Judaism in Modern Time, University of Pennsylvania Press, 2015, p. 197-224.

58 Archives israélites, le centenaire de l’Algérie, 9 janvier 1930 ; la visite présidentielle en Algérie, 1er mai 1930. L’Univers israélite : Les Juifs et le centenaire de l’Algérie, 6 juin 1933.

59 Geneviève Dermenjian, « Simon Kanoui », Parcours, Paris, no 00, 1983. David Nadjari, Juifs en terre coloniale. Le culte israélite à Oran au début du xxe siècle, Nice, Éd. Gandini, 2000 ; L’émancipation à marche forcée, op. cit., http://labyrinthe.revues.org/2893

60 Le Petit Fanal, 28 juin 1895.

61 AIU, Archives du Consistoire central, PV des séances, IB7, 22 juin 1897, 6 août 1898.

62 Quelques mois après, Jeandet fut arrêté pour chantage. La Dépêche, 21 octobre 1921.

63 AIU Algérie IC1, note sur l’antisémitisme, 28 septembre 1919.

64 Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie, op. cit., p . 420.

65 AIU Algérie IC2, no 1722/5 21 septembre 1919 et AIU Algérie IC1-6, Note sur l’antisémitisme algérien par Henri Aboulker.

66 AIU Algérie IC1-6, Note sur l’antisémitisme algérien par Henri Aboulker.

67 AIU Algérie IC2, no 5165/6, Alger, le 8 avril 1915, Rapport sur la fondation du Comité algérien d’études sociales.

68 AIU Algérie, Alger, 15 juillet 1919, CAES, Lettre publique.

69 AIU Algérie IC2. Confino écrivit à l’Alliance universelle israélite le 14 avril 1915, que quatre Juifs avaient entendu dans un tramway un médecin militaire, le docteur Cange, s’écrier qu’il fallait « détruire les juifs », en tant que « race venimeuse ».

70 AIU Algérie IC2, Alger, le 8 Avril 1915, Rapport sur la fondation du Comité algérien d’études sociales.

71 AIU Algérie IC1, Alger, 4 avril 1915, CAES à M. Bigart, p. 2. David Cohen, « Les circonstances de la fondation du Comité algérien d’études sociales ou la prise de conscience d’une élite intellectuelle juive face au phénomène antisémite en Algérie (1915-1921) », op. cit., p. 182.

72 AIU Algérie IC1, 615, Copie d’une lettre d’un soldat d’Orléansville, 4 mars 1915 jointe à une lettre du CAES à Monsieur de Président de l’Alliance israélite universelle. Les archives contiennent encore d’autres exemples.

73 Les archives de l’AIU contiennent un grand nombre d’échanges entre le Comité central de l’AIU et le CAES. Voir par exemple les recommandations du Comité central au moment de la création du Comité en 1915 : AIU Algérie IC2, Comité central, Alliance israélite universelle à M. Confino, Paris, le 10 mars 1915 et la réponse de Stora au nom du comité le 6 avril 1915 (no 5165/6).

74 AIU Algérie IC2, Paris, le 10 mars 1915, Comité central de l’Alliance israélite universelle à M. Confino.

75 AIU Algérie IC2, Alger le 15 juillet 1915.

76 AIU Algérie IC2, CAES, Rapport I : Acquisition des Terres domaniales, 24 Septembre 1919. L’affaire avait été lancée par un ingénieur agricole, A. Moatti, à qui l’on avait opposé l’article II du décret gubernatorial du 18 septembre 1904 qui n’admettait comme acquéreurs que les Français d’origine et les Européens naturalisés. AIU Alg., Alger, le 10 septembre 1919, CAES à M. Le Gouverneur général de l’Algérie.

77 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 372.

78 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 77. Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 16 sq.

79 AIU Algérie IC2 : Alger, le 3 mai 1919, L’exclusion des Israélites de fonctions électives, Dr Henri Aboulker à M. Jonnart, Gouverneur Général de l’Algérie ; Alger 7 mai 1919, A. Confino au Président de l’Alliance israélite universelle.

80 Une autre action collective fut menée dans l’entre-deux-guerres par des Juifs oranais au nom des principes républicains dans le cadre du club civique oranais (1928-1933), créé pour lutter contre la politique du docteur Molle. Le club organisait des causeries, conférences, démarches, interventions, requêtes auprès des pouvoirs publics, administratifs et judiciaires et publiait des brochures et des articles pour faire respecter les droits de chacun. À plusieurs reprises, il porta plainte contre des personnes ayant crié contre les Juifs dans la rue. Plus tard, en 1938, un Comité de vigilance fut créé dans la ville avec 150 notables pour la défense des intérêts moraux de la communauté israélite et pour recueillir des fonds. ANOM Oran 95, novembre 1930 ; Éric Savarèse, L’acte électoral revisité en situation coloniale. Voter à Oran dans la première partie du xxe siècle, Congrès AFP 2015, Aix en Provence, www.congres-afsp.fr/st/ st4/st4savarese.pdf

81 Notamment les étudiants serbes, présents en Algérie en raison de la guerre.

82 AIU Algérie IC2, 593.

83 Aboulker demanda à Clemenceau qu’une enquête soit diligentée contre le recteur Ardaillon et le préfet Lefébure disant que « l’administration algérienne et monsieur le préfet Lefébure subventionnent et patronnent ouvertement une poignée de jeunes gens antisémites. » Voir AIU Algérie IC2, no 6948/4, Alger, le 28 mai 1919, Docteur Henri Aboulker à Monsieur Clemenceau, ministre de la Guerre, président du Conseil ; no 6948/4, 1er juin 1919, docteur Henri Aboulker à Monsieur le Secrétaire Général de l’Alliance, Paris.

84 AIU Algérie IC1, 8 mai 1919, Lettre du CAES à M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie.

85 AIU Algérie IC1, lettre de Confino à M. Jonnart, gouverneur général de l’Algérie, 8 mai 1919.

86 AIU IC2, no 5902, Président AIU d’Alger à Président de l’AIU, Paris, 6 juillet 1919. Ils ne disposaient pas du droit de vote et étaient représentés au bureau de l’AGEA par deux représentants ayant voix délibérative.

87 AIU Algérie IC2 06d, no 5902, Lettre d’A. Confino au président de l’AIU, Paris.

88 David Cohen, « Les circonstances de la fondation du Comité d’études sociales ou la prise de conscience d’une élite intellectuelle juive face au phénomène antisémite en Algérie (1915-1921) », op. cit., p. 212-215. Voir aussi AIU Algérie IC2, no 336A. Confino au Président de l’Alliance israélite universelle, Alger, 7 mai 1919.

89 AIU Algérie IC2, Aflou, le 26 Décembre 1920 et Aflou, le 20 mars 1921, Élite juive d’Aflou à Henri Aboulker. Autres lettres le 27 et le 28 avril 1921.

90 AIU Algérie IC6, 20 mai 1921, lettre de A. Ghighi au Président de l’Alliance israélite universelle ; AIU Alg. IC2, Oran, 29 mai 1921, lettre d’Alfred Ghighi à Henri Aboulker.

91 Voir Bruno Tschantre, Les Comités juifs d’Algérie entre 1915 et 1962, J.-M. Chouraqui et R. Ilbert, dir., maîtrise d’histoire, Université de Provence, 148 p., 1994.

92 Dont Raoul Follereau, qui prononça des conférences antisémites en Algérie jusque pendant la Seconde Guerre mondiale, était citoyen d’honneur.

93 BDIC-LDH F Delta Res 798/96, Sidi-Bel-Abbès, le 17 Août 1935, président Martaing de la LDH à Sidi Bel Abbès au Président de la LDH, Paris, Objet : Oran excitation antisémite. Cité par Sophie-Beth Roberts, Jews, Citizenship, and Antisemitism in French Colonial Algeria, 1870-1943, op. cit., 2011.

94 Charles Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporain, op. cit., p. 372.

95 Créé par Élie Gozlan en 1934. Il réussit à paraître pendant la Seconde Guerre mondiale en dépit des obstacles divers.

96 AIU IC1, 24 juillet 1936, Lettre de A. Confino à M. Halff.

97 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 78. La LICA intervient de son côté auprès des préfets lors de collages de papillons, des manifestations ou des conférences antisémites. ANOM Oran 613. Rapport du préfet au gouverneur général, 1er juin 1938.

98 AIU Algérie IC2, 370-371, 24 juillet 1936.

99 Ernest Dadon et le docteur Fernand Morali sont vice-présidents, l’avocat André Narboni secrétaire général.

100 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 79.

101 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie (BFSJA) Au sein des sociétés, CJAES, AG du 24 janvier 1939, no 5, p. 17-18.

102 En mai 1938 fut créé à Oran un Comité de vigilance pour la défense des intérêts moraux de la communauté israélite, qui comptait recueillir des fonds pour la défense de la République et les frais de la lutte contre l’antisémitisme. Ce comité comprenait environ 150 notables (négociants, journalistes, médecins, avocats).

103 Cité par Florence Renucci, « Le débat sur le statut politique des israélites de l’Algérie et ses acteurs (1870-1943) », Contributions du séminaire sur les administrations coloniales (2009-2010), 2010, France. IHTP, p. 31-49. 2011, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00599296

104 Pour le détail des faits, Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit. ; Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit.

105 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 320.

106 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 169.

107 Le bureau de l’association comptait aussi le grand rabbin Eisenbeth, les conseillers généraux Marcel Bellaïche, Raphaël Aboulker et le journaliste Élie Gozlan. Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 322.

108 Le vice-président était Marcel Bellaïche, les membres le grand rabbin Eisenbeth, Raphaël Aboulker et Élie Gozlan. Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 169.

109 BFSJA, « L’application du Statut des Juifs en Algérie », no 74, novembre 1941 et no 77, février 1942, compte rendu de l’activité devant l’assemblée générale du CEAA.

110 Benjamin Stora, Les trois exils, Juifs d’Algérie, op. cit., p. 88.

111 À Alger et Constantine, l’enseignement religieux reste facultatif et les écoles sont fermées le samedi, à Oran les écoles privées s’alignent sur le calendrier des écoles publiques et sont ouvertes le samedi. Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 326.

112 Islamologue réputé, qui avait récemment été exclu de sa chaire d’Histoire du Maghreb de l’université d’Alger. Voir son article, « Les mesures antijuives dans l’enseignement en Algérie sous Vichy », Revue d’Alger, no 2, 1944.

113 BFSJA no 70, juin-juillet 1941, E. Gozlan, « L’heure du sacrifice », et « Cœurs blindés », no 46, janvier 1942.

114 Cité par Bruno Tschantre, Les Comités juifs d’Algérie entre 1915 et 1962, J.-M. Chouraqui et R. Ilbert, dir., maîtrise d’histoire, Université de Provence, 148 p., 1994.

115 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 175-198.

116 Voir pour le détail de cette période, Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit. ; Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search