Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Une longue hostilité antijuive

De la Seconde Guerre mondiale à l’indépendance de l’Algérie (1942-1962)

Texte intégral

  • 1 L’Indochine est divisée en deux : au Nord une République démocratique du Viet-Nam, au sud une répub (...)
  • 2 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit. ; Jean Pierre Rioux, dir., La (...)

1Dans l’après-guerre, l’URSS et les États-Unis mettaient en avant le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, ce qui fragilisait l’ordre colonial au moment même où les colonies agissaient pour s’en libérer. Parmi les colonies françaises, le Laos et le Cambodge furent indépendants en 1949, l’Indochine où Ho Chi Minh déclara l’indépendance en 1945, l’acquit en 19541. Les colonies subsahariennes de la France reçurent un début d’autonomie en 1946 avec le droit d’élire leurs propres représentants dans les assemblées françaises. Et, en juillet 1954, Pierre Mendès France accorda l’autonomie à la Tunisie tandis que le Maroc obtint en 1955 « l’indépendance dans l’interdépendance » et le retour du roi Mohamed V destitué en 1952. C‘est dans ce contexte que les nationalistes algériens engagèrent un long conflit avec la France en vue de leur indépendance, ce qui fit passer les diverses populations dans une nouvelle dimension sociale, politique, idéologique et militante2.

Entre guerre et indépendance

  • 3 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p (...)
  • 4 ANOM Alg. Oran 51/50, Alger, 24 février 1943, Gouvernement général, CIE No 388. Renseignements. Ten (...)
  • 5 ANOM Alg. Oran 2539, Alger le 22 mai 1944, Gouverneur général à préfet d’Oran No 1104 IJ/3. Objet : (...)

2Au sortir de Vichy, le contexte économique et social de l’Algérie était préoccupant. Des épidémies de typhus touchèrent les campagnes en 1941 et 1942, et une grave crise économique se traduisit par des disettes et des famines chez les Musulmans pendant l’hiver et le printemps 1944. Politiquement, certains Juifs d’Algérie considéraient que la politique antisémite de Vichy avait irrémédiablement compromis leur attachement à la France. Pour d’autres, le retour à la normale que constituaient le « maintien » en vigueur du décret Crémieux du 22 octobre 1943 et le retour du régime républicain refermait le douloureux épisode de la guerre3 et montrait que l’on repartait désormais sur des bases plus saines qui rétablissaient la confiance. Mais le souvenir de la situation vécue sous Vichy ne disparut pas ; restés loyaux, les Juifs conservèrent généralement une certaine distance morale avec la Patrie française. À l’époque, le sionisme devenait de plus une option crédible qui prenait davantage de poids et intéressait un petit nombre de Juifs d’Algérie4. Pour tourner la page, l’administration entreprit de liquider les traces de Vichy. Le gouverneur général demanda aux préfets de détruire les fichiers de renseignements concernant les Juifs établis pendant le conflit. Ils furent détruits le 11 juillet 1944 à Oran en présence de notables juifs et ensuite à Alger mais Constantine conserva les siens5.

  • 6 Alfred Bérenguer, entretiens, 1992.

3Parallèlement, les réflexes des Français et des Européens hostiles aux Juifs ne disparurent pas de l’espace public des villes d’Algérie. Ainsi, après 1945, les Juifs à Oran ou Alger et dans bien d’autres villes, ne purent toujours pas, tout comme les Musulmans, entrer dans un certain nombre de clubs, comme les clubs de tennis ou d’aviron qui recrutaient leurs membres par le système de la cooptation6, et les rapports entre individus restèrent le plus souvent les mêmes qu’autrefois dans les rues des villes, toujours marqués par la distance ou la mésestime envers les Juifs, même si après plus d’un siècle de colonisation, les témoins notaient que les liens sociaux se faisaient parfois plus étoffés entre les diverses composantes de la population algérienne, ceci jusqu’au début de la guerre d’indépendance (1954-1962). Ajoutons que les témoignages présentés en annexe montrent que les rapports entre « Européens et « Juifs » restèrent marqués par la hiérarchie coloniale et que la condescendance ou même le mépris généralisé entre populations n’avait pas disparu des rapports sociaux.

L’essor du nationalisme algérien

4En 1943, le nationalisme algérien comprenait trois tendances : une branche modérée avec F. Abbas, une branche nationaliste avec Messali Hadj et une branche constituée autour des Oulemas, dirigée par Bachir Brahimi qui avait succédé à Abdelhamid Ben Badis. Le 10 février 1943, F. Abbas publia le Manifeste du peuple algérien, signé par trente notables musulmans et qui allait beaucoup plus loin que ses précédentes revendications. Présenté à la Commission des réformes économiques et sociales créée par Marcel Peyrouton, le projet fut bloqué par le général Catroux qui succéda à Peyrouton tandis qu’Abbas était assigné à résidence à In Salah par de Gaulle, chef du Comité français de Libération nationale. Les signataires demandaient la citoyenneté, une constitution qui leur offrirait plus de pouvoir et de liberté et la reconnaissance de la langue arabe comme langue officielle. Le document révisé en mai demandait la création d’un état démocratique éventuellement fédéré à la France à la fin de la guerre. Un an après, les décrets du 7 mars 1944 permettaient l’accession de dizaines de milliers de Musulmans à la citoyenneté française sans perte du statut personnel et mettaient sur pied des assemblées locales où les Musulmans formaient les deux cinquièmes des élus. Ces concessions furent jugées insuffisantes par F. Abbas et ses amis et le leader musulman créa le 14 mars 1944, les Amis du manifeste de la liberté (AML) qui eut un succès considérable, fut soutenu par Brahimi et Messali Hadj et se donna un journal, Égalité, Égalité des hommes, égalité des races, égalité des peuples. Les élections étant proches, PPA et AML se rapprochèrent l’un de l’autre.

  • 7 Voir entre autres, Robert Aron, Les origines de la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 1962.

5La nervosité grandit chez les Musulmans le 12 avril 1945 avec le transfert de Messali Hadj de sa prison vers l’oasis saharienne d’El Goléa puis, quelques jours après vers Brazzaville, ceci afin d’étouffer le nationalisme. Le 1er mai des manifestations arborant le drapeau algérien vert, blanc et rouge et demandant la libération du leader musulman réunirent des milliers de manifestants dans les grandes villes d’Algérie et firent 12 morts à Alger. Puis, le 8 mai 1945 à Sétif, un policier abattit un jeune algérien porteur du drapeau nationaliste, ce qui déclencha la fureur meurtrière des manifestants7. Des émeutes éclatèrent dans l’est algérien, notamment à Guelma et Kherrata. 102 européens perdirent la vie, 110 autres furent blessés, des viols commis et la répression, terrible, se solda jusqu’au 23 mai par la mort d’environ 20 000 à 25 000 Algériens, le nombre exact n’ayant jamais pu être fixé. La responsabilité du sous-préfet André Achiary qui avait laissé le chemin libre à la répression européenne fut engagée mais il y eut peu de poursuites judiciaires adressées contre lui et contre les auteurs des massacres. Cette répression féroce creusa un premier fossé infranchissable entre de nombreux Algériens et les Européens, lesquels furent peu nombreux à réagir à ces événements. Parmi ceux qui condamnèrent la répression, le docteur Henri Aboulker réclama dans Alger républicain des procès et des sanctions contre les meurtriers musulmans du 8 mai mais s’indigna des massacres aveugles de milliers d’innocents. Albert Camus revint également sur les faits dans Combat et demanda que la France se fasse connaître par « ses meilleures lois et ses hommes les plus justes ».

1954-1962 : une guerre longue et cruelle

  • 8 Dans les campagnes, 22 000 colons détenaient les meilleures terres.
  • 9 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, o (...)

6En 1954, soit neuf ans après la répression des émeutes de mai 1945, les Européens de toutes origines se comptaient au nombre de 940 000, soit environ 10 % de la population totale de l’Algérie. Les quatre cinquièmes de cette population, qui incluait les Juifs, étaient de nationalité française et composés en majorité d’urbains8. Professionnellement, ces urbains étaient des ouvriers, des commerçants, des cadres qui se savaient bien Français mais avec des particularités qui tenaient à l’histoire, au mode de vie et à la langue parlée9. Fermement attachés à l’Algérie, ces Européens la considéraient comme leur appartenant légitimement, à la fois par conquête et par filiation. Les Juifs, qui y étaient installés depuis plus de deux mille ans pour certains, en formaient la population la plus anciennement établie.

  • 10 Voir entre autres publications, Abderhamane Bouchène, et al., « IV-1945-1962, Vers l’indépendance d (...)
  • 11 Voir Ferhat Abbas, Autopsie d’une guerre, Garnier, 1980.
  • 12 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, o (...)
  • 13 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue : les Juifs d‘Algérie, Paris, Stavit, 1978, p. 325.
  • 14 Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954. Étoile n (...)

7Le 1er novembre 1954, le Front de Libération Nationale10 (FLN) algérien commit une série d’attentats contre les Européens dans les Aurès et en Kabylie11. Cette journée de la « Toussaint rouge » marqua le début de la guerre d’Algérie (1954-1962), une guerre qui n’a pas dit son nom puisqu’on parla en permanence des « événements d’Algérie » et de simple « maintien de l’ordre » alors qu’on envoyait le contingent sur place. Ces attentats surprirent beaucoup l’opinion européenne en Algérie, alors même que les Français et l’ensemble des Européens se figuraient vivre dans un îlot de paix, bien à l’écart des difficultés qui secouaient les pays voisins12. Henri Chemouilli, dont le livre de témoignage paru en 1978 embrasse toute la période française de l’Algérie ainsi que le cheminement de l’acculturation des Juifs vus par un des leurs, souligne la surprise des Européens qui pensaient marcher, dans une certaine concorde interethnique, vers un avenir assuré et toujours meilleur : « Le pays s’est embrasé et nous n’avons rien compris à l’incendie. Nous ignorions que la flamme couvait depuis 1830, que l’Algérie ne fut jamais soumise. Personne ne nous avait enseigné qu’il y éclatait une révolte en moyenne tous les cinq ans13 ». Cette ignorance venait en grande partie du fait que la colonisation européenne était centrée sur elle-même et sur ses bienfaits supposés, sur l’idée de supériorité de la civilisation française et de ses lois universelles qui étaient à l’origine de la « mission civilisatrice », de ses droits et devoirs. Les Juifs, comme les autres citoyens français, avaient intégré ces présupposés et négligé les spécificités du monde arabe, dont les ressortissants étaient traités en simple sujets, dépouillés de leurs terres, laissés en marge de la société et peu touchés par les progrès économiques, culturels et sociaux dont bénéficiaient progressivement les autres couches de la population14.

  • 15 Cette impuissance est accrue par la succession accélérée des gouvernements qui ont été au nombre de (...)

8Rapidement, la guerre s’enlisa et les massacres se multiplièrent. Ainsi, entre le 20 et le 25 août 1955, eurent lieu dans le Constantinois les « massacres de Philippeville » (aujourd’hui Skikda), qui constituèrent le point de non-retour entre les populations. Le chiffre des morts varie selon les estimations : environ 119 Européens et 42 Musulmans furent tués par les indépendantistes, la répression fit de 3 000 à 7 500 victimes chez les Musulmans. En 1957-1958, la guerre s’intensifia, ponctuée par la bataille d’Alger qui démantela le réseau FLN de la ville, et par la bataille des Frontières qui isola la résistance intérieure des combattants de l’ALN (Armée de libération nationale). Le 13 mai 1958, le putsch des généraux (Salan, Jouhaux) aboutit au retour de Charles de Gaulle au pouvoir et le 4 octobre 1958, la Cinquième République fut fondée. La crise suscitée par la guerre d’Algérie, l’impuissance du pouvoir15, avaient fait tomber la IVe République, née le 27 octobre 1946.

  • 16 Voir Martine Gozlan, Tunisie, Algérie, Maroc, la colère des peuples, Paris, Archipel, 2011.

9En 1959, le gouvernement mit en place le Plan de Constantine qui était un plan de développement économique et social qui prévoyait la construction de logements, la création d’emplois industriels, la scolarisation des enfants, le développement de l’irrigation, etc. La même année, le 16 septembre 1959, de Gaulle présenta l’autodétermination sous forme de choix entre trois options : l’indépendance de l’Algérie, l’association (la France gardant ses pouvoirs en matière d’économie, d’enseignement, de défense, des affaires étrangères), l’intégration dans le cadre de la République française. L’éventualité de l’indépendance de l’Algérie se rapprochant, les événements se précipitèrent. La « semaine des barricades » d’Alger du 24 janvier au 1er février 1960 eut lieu en réaction à l’autodétermination considérée par les Européens comme un prélude à la fin de l’Algérie française. Puis, en février 1961, était créée l’OAS (Organisation Armée Secrète) par les « ultras », qui voulaient conserver l’Algérie dans le giron de la France et multiplièrent les attentats qui auraient fait environ 1 600 morts en tout. Peu après eut lieu du 21 au 26 avril 1961, le « putsch des généraux » Challe, Jouhaud, Salan, Zeller, hostiles à la politique « d’abandon » suivie par de Gaulle en Algérie et qui échoua. Le 22 juin 1961 fut assassiné sur le marché de Constantine Raymond Leyris, dit « Cheikh Raymond », l’un des maîtres du « malouf », la musique arabo andalouse. L’assassinat, qui n’a jamais été revendiqué, fut douloureusement ressenti par la communauté juive et par tous les amateurs de cette musique, très nombreux en Algérie16. À cette date, la communauté juive constantinoise, qui avait reçu cet assassinat comme un avertissement, commença à partir. À la fin de l’année, 20 000 Européens avaient quitté l’Algérie.

  • 17 https://www.alternatives-economiques.fr/Histoire/1962-1965-comment-la-france-a-integre-un-million-d (...)

10Après ces années où la France était de plus en plus isolée sur la scène internationale, les accords d’Évian furent signés en mars 1962 entre le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et la France et le cessez-le-feu appliqué en Algérie dès le lendemain. Le 8 avril 1962, 91 % des votants (le vote se faisait en métropole) acceptent les décisions prises lors des accords d’Évian, ce que confirma le referendum d’autodétermination du 1er juillet en Algérie dont l’indépendance fut proclamée le 3 juillet 1962. Peu avant, la violence s’était intensifiée avec la fusillade de la rue d’Isly du 26 mars 1962 (plus de 50 manifestants européens furent tués par des soldats affolés), avec la multiplication des attentats et assassinats perpétrés par l’OAS qui voulait, par une politique de la « terre brûlée », rendre l’Algérie méconnaissable. Parallèlement, des groupes d’Algériens massacrèrent des Européens, ce qui culmina avec le massacre du 5 juillet 1962 à Oran (700 morts et disparus comptabilisés à l’époque) et les départs d’Européens s’accélérèrent. En quelques mois, la presque totalité de la population européenne et une faible partie de la population algérienne, celle qui avait combattu avec la France et qui était pourchassée pour cela, c’est-à-dire les Harkis (supplétifs musulmans) et leurs familles, fut « rapatriée » en France, soit environ 1 million de personnes17 qui arrivèrent dans des conditions politiques, sociales et psychologiques très difficiles.

Les Juifs et la guerre

  • 18 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 187.

11En 1954, la population juive d’Algérie, toujours très attachée à la souveraineté française, conservait ses particularités ethniques, religieuses et culturelles et restait traditionnellement concentrée dans les grandes villes, notamment Alger et Constantine. Elle continuait à témoigner de la modernisation accomplie au fil des ans puisque 30 % environ des femmes travaillaient en ville et qu’à côté d’une majorité d’hommes et de femmes de classe modeste, 21 % des médecins, 18 % des dentistes et des fonctionnaires, 16 % des avocats étaient Juifs et environ 500 d’entre eux étaient même colons, ce qui leur était interdit à l’époque ottomane. Parallèlement, les femmes s’étaient également modernisées, et 30 % environ travaillaient en ville18.

  • 19 Benjamin Stora, « L’impossible neutralité des juifs d’Algérie », dans La guerre d’Algérie, 1954-200 (...)
  • 20 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 450.
  • 21 Ce fut Mohamed Lebjaoui qui s’adressa aux Juifs par l’entremise du grand rabbin d’Algérie Eisenbeth (...)
  • 22 Lazarus répondit à cette proposition en mars 1960 dans Information juive en rappelant que les Juifs (...)
  • 23 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue : les Juifs d‘Algérie, op. cit., p. 294.
  • 24 Mohammed Harbi, Gilbert Meynier, Le FLN, Documents et histoire 1954-1962, Paris, Fayard, 2004, p. 5 (...)
  • 25 Profanation de la synagogue d’Alger et du cimetière juif d’Oran, incendie dans une synagogue d’Oran (...)
  • 26 Agression du rabbin de Batna en 1955, assassinat du rabbin de Médéa en 1956, du rabbin de Nédroma e (...)

12Pendant le conflit, la communauté choisit une attitude d’attentisme et de modération, refusant de prendre parti et déclarant son attachement aux droits de chacun comme à la souveraineté française19. Arguant du fait qu’ils formaient une minorité ethnique dont les membres n’étaient jamais devenus réellement français dans l’esprit de leurs concitoyens, le FLN, leur proposa dès 1954 de participer à ses côtés à la lutte pour l’indépendance. En novembre, il appela toutes les populations d’Algérie à le rejoindre20 et renouvela son appel en 1956, lors du Congrès de la Soummam21. Deux ans plus tard, en décembre 1959, il publia une brochure dans laquelle il condamnait l’entreprise coloniale française et appelait encore les Juifs (mais aussi les autres Européens) à le rejoindre22. Puis, en février 1961, il publia une lettre dans laquelle il revenait une nouvelle fois sur les malheurs des Juifs sous la domination française et demandait un soutien financier23. Un tract destiné aux enfants de l’Algérie de confession juive fut également distribué dans la Wilaya 424. Toutefois, parallèlement à ces appels, les Juifs étaient régulièrement victimes d’attentats ciblés : profanation des lieux de culte25, attentats dans les quartiers juifs et agressions depuis 1956 contre des rabbins et grands rabbins dont certains étaient brutalisés ou assassinés26. Enfin, rappelons que l’assassinat de Raymond Leyris marqua dans la région le début des départs vers la France des Juifs de la région de Constantine.

  • 27 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 190.

13En dépit des appels renouvelés du FLN, dès 1958 les responsables juifs d’Algérie étaient convaincus que l’avenir d’une Algérie indépendante se ferait sans eux27 et la majorité de la communauté, partagée et déchirée par les événements mais toujours attachée à la France qu’elle ressentait comme étant sa seule patrie, suivit le comportement des autres Français qui voulaient que l’Algérie reste française et continuaient à vouloir vivre sur place en échappant quotidiennement aux attentats. À la demande des Juifs, les accords d’Évian précisèrent que les Juifs d’Algérie seraient considérés comme Européens et la France donna en 1961 la citoyenneté aux Juifs habitant les territoires du Sud qui n’étaient pas naturalisés et conservaient leur statut personnel, ce qui leur permettait de venir en France avec l’ensemble des droits politiques français.

  • 28 Pierre-Jean Luciani, Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale, op. cit.
  • 29 L’Organisation armée secrète (OAS), est née le 11 février 1961 pour sauvegarder l’Algérie française (...)
  • 30 La participation très minoritaire des Juifs à l’OAS semble avoir été plus importante à Oran qu’aill (...)
  • 31 Voir Yves Courrière, Les feux du désespoir, La guerre d’Algérie t. 4, Fayard, 1969.

14Moyennant quoi la guerre d’indépendance algérienne divisa peu les Juifs d’Algérie. Cependant, quelques-uns prirent parti pour le FLN28 ou, en 1961-1962, pour l’OAS29 qui les avait également sollicités30. Un étudiant en médecine, Georges Smadja, soignait les blessés du FLN, tandis qu’un autre, Daniel Timsit, arrêté en 1956, fut à l’origine d’un réseau spécialisé dans la confection de bombes à retardement qui participa à la lutte armée. Enfin, Henri Alleg (1921-2013), d’origine russo-polonaise, installé en Algérie depuis 1939 devint directeur d’Alger républicain en 1951. Proche des indépendantistes, il fut arrêté en 1957, plusieurs fois torturé et écrivit en 1958 La Question, livre qui décrivait la torture dans les prisons françaises et qui eut un grand retentissement. Après la création de l’OAS en février 1961 à Madrid, Élie Azoulai et Ben Attar créèrent à Oran des groupes liés aux commandos Delta dirigés par le lieutenant Roger Degueldre, dont un ne comprenait que des Juifs. Ces commandos tuèrent au fil des jours des élus musulmans, tentèrent de mettre le feu à une prison où étaient enfermés des militants du FLN et abattirent des officiers français, dont le lieutenant-colonel Rançon31.

  • 32 Le petit village de Deir Yassin, situé à quelques kilomètres de Jérusalem fut attaqué par des Israé (...)
  • 33 Le Mossad est une des trois agences de renseignement israéliennes, qui s’occupe aussi de diverses a (...)
  • 34 Michaël Laskier, North African Jewry in the Twentirh Centure, The Jews of Morocco, Algeria and Tuni (...)

15Le sionisme fut la principale cause de l’éloignement des Musulmans et des Juifs qui avaient ébauché des rapprochements depuis peu, même si le sionisme trouva en fait peu de fidèles en Algérie malgré l’intérêt porté à cette expérience par les individus comme par les Associations. En octobre 1943 fut fondé le « Foyer intellectuel juif » où l’enseignait l’hébreu, organisait des conférences sur les grands personnages bibliques et informait sur les départs en Palestine. Deux autres organisations virent le jour : la « Fédération sionistes algérienne » et la « Nouvelle organisation sioniste d’Algérie à Alger ». La déclaration 181 des Nations Unies du 29 novembre 1947 qui recommandait la partition de la Palestine en un état arabe et un état juif, Jérusalem et sa proche balieue devenant zone internationale. La création de l’État d’Israël le 14 mars 1948 durcit les relations entre les deux populations, surtout après le massacre de Deir Yassin du 19 avril 194832. Avec le début des opérations de guerre, Israël s’intéressa de plus près à l’Afrique du Nord. Le Mossad33 organisa à partir de 1955-1956 des émigrations vers Israël pour les trois pays d’Afrique du Nord. Il disposait d’une force spéciale, la Misgeret, qui organisait des groupes d’auto-défense34.

Le « retour » en France

  • 35 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 192.
  • 36 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, o (...)

16Après les accords d’Évian du 18 mars 1962 qui reconnaissaient l’indépendance de l’Algérie et décrètent un cessez le feu immédiat, environ un million d’Européens rejoignirent la métropole entre 1962 et 1965 dont 650 000 en 1962 ; parmi eux environ 120 000 Juifs, 25 000 environ étaient restés sur place et ils ne furent plus que 3 000 en 196335. Ce petit nombre de Juifs restés en Algérie est en grande partie la conséquence de leur méfiance envers la puissance arabe restaurée. Les souvenirs hérités d’avant 1830 restaient chez eux très vifs, et ils avaient le sentiment que le nouveau régime politique rétablirait une société et une civilisation qu’on pensait tournées vers le passé et qui n’étaient pas propices à la laïcité ou à l’égalité entre individus de religions différentes36. Sans oublier la crainte de retombées violentes de la question israélienne qui mobilisait les Musulmans contre les Juifs depuis l’entre-deux-guerres.

  • 37 L’Agence juive était, « au sein de l’Organisation sioniste mondiale, l’office chargé du recrutement (...)

17Les Juifs furent seulement 10 000 à choisir Israël comme destination de repli ; ils étaient pourtant très intéressés par l’expérience sioniste, et des mouvements sionistes installés en Algérie organisaient même des départs pour Israël37. Mais en 1962 ils craignaient l’insécurité qui y régnait du fait de l’opposition à son existence des pays musulmans voisins. Joëlle Allouche et Doris Bensimon rappellent qu’Israël était de plus à l’époque en proie à un conflit entre Juifs européens et Juifs de Méditerranée qui se rebellaient contre l’establishment européen, ce qui ne rassurait pas ceux qui devaient choisir un lieu de repli. L’État d’Israël ressentit durement ce choix prioritaire des Juifs d’Algérie pour la France, alors que jusque-là, les Juifs qui quittaient leur pays avaient rejoint Israël en masse.

  • 38 L’historien Benjamin Stora se souvient d’avoir quitté l’Algérie en famille avec des valises pleines (...)

18Le choix de la presque totalité des Juifs pour la métropole allait pour eux de soi, il relevait de la confiance et de l’attrait envers une civilisation française à laquelle ils s’intégraient depuis plus d’un siècle, et qui était leur seul point de ralliement. Ils étaient toujours très attachés aux valeurs et aux symboles de la France, un pays qu’ils chérissaient depuis l’enfance. L’école, l’armée, les conflits, la vie culturelle et les voyages en métropole avaient progressivement fait d’eux des Français comme les autres. Citoyens français, ils rejoignaient tout naturellement la mère-patrie, comme le faisaient leurs compatriotes qui quittaient comme eux l’Algérie dans l’urgence, en abandonnant du jour au lendemain tout leur avoir : appartement, magasin, terres, biens, n’emportant avec eux que le faible reliquat qui pouvait être transporté avec soi38 ou à la rigueur dans un cadre.

Les relations entre populations : témoignages

  • 39 Jean Daniel, L’ère des ruptures, Paris, Grasset, 1979, p. 122.

19Quelques témoignages présentés dans les pages suivantes font état de relations proches avant 1954 entre jeunes « chrétiens », « juifs » et « musulmans » des deux sexes mais, de façon générale, les populations adultes de diverses origines continuaient comme auparavant à ne guère se mélanger entre elles. Toutefois, les Juifs conservaient une proximité avec les Musulmans, ils continuaient à partager avec eux le même parler imagé, la même musique, la même cuisine traditionnelle et une complicité certaine dans la vie quotidienne. Sans oublier, malgré tout, la distance qui naissait de la différence d’appartenance ethnique et religieuse, ce que Jean Daniel appelle « l’intimité distante, la proximité de l’étranger39 ».

  • 40 Entretiens avec Alfred Bérenguer, 1992.
  • 41 Entretien avec J. M., septembre 1991.

20Les Européens étaient toujours travaillés par la conviction de leur supériorité sur les autres « races » qui peuplaient l’Algérie et, de ce fait, les relations de voisinage avec les Juifs restaient parfois marquées par l’inégalité des rapports sociaux. Les bagarres à l’école entre jeunes Juifs et non Juifs existaient toujours et les injures traditionnelles de « sale juif », de « cochon de juif » restaient en vigueur, notamment de la part des « Espagnols40 » et les Juifs étaient tancés du regard lorsqu’ils croisaient certains Français ou Européens41, ce qui se terminait souvent par des bagarres.

  • 42 Entretien avec E. B., septembre 2016.
  • 43 La ville parvint à assurer un toit à environ 90 000 d’entre eux, les autres se débrouillant par eux (...)
  • 44 Sur le port de Marseille, les cadres qui contenaient les meubles des rapatriés furent assez souvent (...)
  • 45 Jean Jacques Jordi, 1962, L’arrivée des pieds-noirs, édition Autrement, Paris, 2000 ; De l’exode à (...)

21Ce constat doit être entendu avec celui émis par des Juifs, qui étaient souvent parmi les plus jeunes au moment de l’indépendance, et qui témoignent de contacts « normaux », c’est-à-dire inexistants et neutres, entre leur entourage et les autres Européens adultes pendant toute la période qui précéda leur départ vers la métropole, les enfants juifs n’étant aucunement maltraités. Ainsi, un Juif né en 1956 rapporte, qu’en ce qui le concerne, lui et les enfants d’âge divers qu’il côtoyait, n’avaient connu de réactions antisémites qu’une fois parvenus en métropole, à Marseille, il avait alors six ans. Ils avaient été immédiatement confrontés, eux et leur famille, à un antisémitisme virulent qui les avaient tous beaucoup marqués42. Il faut savoir à ce sujet que cette ville avait vu passer ou reçu dans l’urgence 450 000 rapatriés par bateau ou atterrissant à Marignane, alors que leur arrivée n’avait pas été anticipée et que rien n’était préparé pour les recevoir43. Ce débordement, qui comprit un certain nombre d’exactions telles que des vols commis par des rapatriés sans ressources perturba la population qui confondait souvent rapatriés et capitalistes profiteurs et racistes44. Le maire Gaston Defferre lui-même n’hésita pas à dire à leur propos en juillet 1962 : « Qu’ils aillent se réadapter ailleurs ». Toutefois, environ 120 000 de ces rapatriés restèrent sur place et s’intégrèrent rapidement45.

Notes

1 L’Indochine est divisée en deux : au Nord une République démocratique du Viet-Nam, au sud une république indépendante.

2 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit. ; Jean Pierre Rioux, dir., La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

3 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p. 487. Voir également Benjamin Stora, Les trois exils. Juifs d’Algérie, op. cit., et Les guerres sans fin, un historien entre la France et l’Algérie, Paris, Stock, 2008.

4 ANOM Alg. Oran 51/50, Alger, 24 février 1943, Gouvernement général, CIE No 388. Renseignements. Tendance actuelle des Juifs algérois. Voir infra.

5 ANOM Alg. Oran 2539, Alger le 22 mai 1944, Gouverneur général à préfet d’Oran No 1104 IJ/3. Objet : destruction des documents se rapportant aux déclarations des israélites.

6 Alfred Bérenguer, entretiens, 1992.

7 Voir entre autres, Robert Aron, Les origines de la guerre d’Algérie, Paris, Fayard, 1962.

8 Dans les campagnes, 22 000 colons détenaient les meilleures terres.

9 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 306.

10 Voir entre autres publications, Abderhamane Bouchène, et al., « IV-1945-1962, Vers l’indépendance de l’Algérie », dans 1830-1962, Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, Barzakh, 2012, 465-683 ; Mohamed Harbi, Le FLN : mirage et réalité, Jeune Afrique, 1980 ; Mahfoud Kaddache, Et l’Algérie se libéra, 1954-1962, Alger/Paris, 2003. EDIF 2000/ Paris Méditerranée ; Guy Pervillé, La guerre d’Algérie, Paris, PUF, 2007 ; Benjamin Stora et Mohamed Harbi, dir., La guerre d’Algérie, 1954-2004, la fin de l’amnésie, Laffont 2004. Sylvie Thénaut, Histoire de la guerre d’indépendance algérienne, Paris, Flammarion, 2005.

11 Voir Ferhat Abbas, Autopsie d’une guerre, Garnier, 1980.

12 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 305-320.

13 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue : les Juifs d‘Algérie, Paris, Stavit, 1978, p. 325.

14 Benjamin Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens, 1926-1954. Étoile nord-africaine. Parti du peuple algérien. Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques, 1926-1954, préface de Mohammed Harbi, Paris, L’Harmattan, 1er édition 1985, édition numérique 2017.

15 Cette impuissance est accrue par la succession accélérée des gouvernements qui ont été au nombre de 18 entre 1944 et 1958, ce qui empêchait une politique cohérente et continue de s’appliquer.

16 Voir Martine Gozlan, Tunisie, Algérie, Maroc, la colère des peuples, Paris, Archipel, 2011.

17 https://www.alternatives-economiques.fr/Histoire/1962-1965-comment-la-france-a-integre-un-million-de-rapatries-dalgerie et histoire coloniale.net

18 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 187.

19 Benjamin Stora, « L’impossible neutralité des juifs d’Algérie », dans La guerre d’Algérie, 1954-2004, la fin de l’amnésie, Laffont, 2004, p. 287-315.

20 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 450.

21 Ce fut Mohamed Lebjaoui qui s’adressa aux Juifs par l’entremise du grand rabbin d’Algérie Eisenbeth, malgré l’opposition de la plupart des nationalistes réunis au congrès de la Soummam pendant l’été 1956. Dans M. Lebjaoui, Vérités sur la révolution algérienne, Paris, Hors-série Connaissance, Gallimard, 1970.

22 Lazarus répondit à cette proposition en mars 1960 dans Information juive en rappelant que les Juifs ne formaient pas une entité politique susceptible de prendre une décision dans ce domaine et que les Juifs restaient de toutes façons patriotes.

23 Henri Chemouilli, Une diaspora méconnue : les Juifs d‘Algérie, op. cit., p. 294.

24 Mohammed Harbi, Gilbert Meynier, Le FLN, Documents et histoire 1954-1962, Paris, Fayard, 2004, p. 594-596.

25 Profanation de la synagogue d’Alger et du cimetière juif d’Oran, incendie dans une synagogue d’Oran, saccage de la synagogue de la Casbah d’Alger en 1961, projection d’une grenade dans les synagogues de Boghari, Bousaada.

26 Agression du rabbin de Batna en 1955, assassinat du rabbin de Médéa en 1956, du rabbin de Nédroma en 1957.

27 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 190.

28 Pierre-Jean Luciani, Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale, op. cit.

29 L’Organisation armée secrète (OAS), est née le 11 février 1961 pour sauvegarder l’Algérie française par tous les moyens, y compris le terrorisme qui se développa rapidement.

30 La participation très minoritaire des Juifs à l’OAS semble avoir été plus importante à Oran qu’ailleurs. Régine Goutalier, « Les Juifs et l’OAS en Oranie », dans J.-L. Miège, dir., Les relations entre Juifs et Musulmans en Afrique du Nord, xixe-xxe siècle, Paris, éditions du CNRS, 1980, p. 188-196.

31 Voir Yves Courrière, Les feux du désespoir, La guerre d’Algérie t. 4, Fayard, 1969.

32 Le petit village de Deir Yassin, situé à quelques kilomètres de Jérusalem fut attaqué par des Israéliens, en particulier de l’Irgoun et le massacre de 120 habitants environ un bruit considérable au plan international.

33 Le Mossad est une des trois agences de renseignement israéliennes, qui s’occupe aussi de diverses actions à l’extérieur du pays.

34 Michaël Laskier, North African Jewry in the Twentirh Centure, The Jews of Morocco, Algeria and Tunisia, New York and London, New York University Press, 1994.

35 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 192.

36 Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 327.

37 L’Agence juive était, « au sein de l’Organisation sioniste mondiale, l’office chargé du recrutement des candidats à l’immigration en Israël », Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, op. cit., p. 326.

38 L’historien Benjamin Stora se souvient d’avoir quitté l’Algérie en famille avec des valises pleines, chacun ayant en outre revêtu le plus possible de vêtements et portant un manteau en pleine saison chaude. Benjamin Stora, Les clés retrouvées, Paris, Stock, 2015, p. 116.

39 Jean Daniel, L’ère des ruptures, Paris, Grasset, 1979, p. 122.

40 Entretiens avec Alfred Bérenguer, 1992.

41 Entretien avec J. M., septembre 1991.

42 Entretien avec E. B., septembre 2016.

43 La ville parvint à assurer un toit à environ 90 000 d’entre eux, les autres se débrouillant par eux-mêmes.

44 Sur le port de Marseille, les cadres qui contenaient les meubles des rapatriés furent assez souvent éventrés sur les quais de Marseille par des militants syndicalistes.

45 Jean Jacques Jordi, 1962, L’arrivée des pieds-noirs, édition Autrement, Paris, 2000 ; De l’exode à l’exil : rapatriés et pieds-noirs en France : l’exemple marseillais 1954-1992, Paris, L’Harmattan, 2000.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search