Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Une longue hostilité antijuive

Les Juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1940-1943)

Texte intégral

Le soutien apporté à Vichy dans ses initiatives antisémites vint de nombreux horizons mais aucun ne fut plus déterminé que celui qui vint d’Algérie. M. Marrus, R. Paxton, Vichy et les juifs.

  • 1 L’aryanisation comprend « l’ensemble des mesures de spoliation visant à transférer la propriété d’e (...)
  • 2 Yves Claude Aouate, « La place de l’Algérie dans le projet antijuif de Vichy (octobre 1940- novembr (...)

1Ce que les antisémites avaient programmé et demandé avec force des décennies durant fut obtenu du régime de Vichy et de son antisémitisme d’État, et même au-delà, puisque la politique d’aryanisation1 alla parfois plus loin en Algérie qu’en métropole2. Après le débarquement allié de novembre 1942 qui mit fin à l’expérience vichyste en Algérie, il fallut compter encore un an pour que les Juifs retrouvent leurs droits complets de citoyens, ce qui indiquait que le décret Crémieux posait question non seulement à Vichy et aux Français d’Algérie mais aussi à certains métropolitains.

1940-1942 : Vichy et l’Algérie

2Pendant le conflit, les opérations armées mobilisèrent en Algérie 200 000 Européens et Indigènes. Après l’armistice, on compta plusieurs milliers de morts et 60 000 combattants d’Algérie étaient prisonniers dont près de 1 300 Juifs.

Sous administration vichyste

  • 3 Benjamin Stora, Les trois exils, Juifs d’Algérie, Paris, Stock, 2006 p. 81.
  • 4 Yves-Claude Aouate, « La place de l’Algérie dans le projet antijuif de Vichy (octobre 1940-novembre (...)

3Après la démission du président du Conseil Paul Reynaud (16 juin 1940), son successeur le maréchal Philippe Pétain (1856-1951) signa un armistice avec l’Allemagne le 22 juin 1940 qui laissa une zone non occupée au sud de la France et maintint l’autorité du gouvernement français sur l’Algérie et l’Empire colonial. Le 18 juin, le général Charles de Gaulle (1890-1970) annonça son intention de continuer la guerre à partir des possessions françaises d’outre-mer, ce qui le situa en adversaire du gouvernement de Vichy. Pétain et le gouvernement s’installèrent en zone libre le 2 juillet 1940 à Vichy et, le 10 juillet, l’Assemblée nationale vota les pleins pouvoirs constituants à Pétain, dont la volonté était de promouvoir une « Révolution Nationale » qui assurerait la promotion d’un « homme nouveau » luttant pour anéantir « l’Anti-France dont la figure du Juif était la grande incarnation3». La politique de Vichy s’inspirait de la pensée maurassienne, royaliste et antirépublicaine, favorable à un antisémitisme d’État non biologique ou religieux mais seulement politique, tandis que les partisans de « l’ordre nouveau » se divisaient entre adeptes de la Révolution nationale ou d’un national-socialisme à la française4.

4Trois gouverneurs généraux se succédèrent entre 1940 et 1943 : l’amiral Jean-Charles Abrial (1879-1962), le général Maxime Weygand (1867-1965), Yves Châtel (20 novembre 1941-20 janvier 1943).

  • 5 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 72.
  • 6 Jean-Pierre Cointet, La Légion française des combattants (1940-1944), la tentation du fascisme, Alb (...)
  • 7 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 198, 206, 299.

5Abrial (20 juillet 1940-16 juillet 1941), mit les institutions sous contrôle5 et les réforma ; il écarta les cadres ou les élus comme les Francs-maçons, jugés trop à gauche politiquement. Les préfets reçurent les pouvoirs des conseils généraux, un personnel nommé remplaça une partie des conseils municipaux et des conseils de notables, eux aussi nommés, furent créés. Afin d’être « régénérée », la jeunesse en âge de faire le service militaire fut encadrée pendant six, puis huit mois, dans les Chantiers de jeunesse (1940-1944), une organisation paramilitaire favorable au régime de Vichy, à la Révolution nationale et au culte du chef. La Légion française des combattants6, qui remplaçait les associations d’anciens combattants dissoutes, s’implanta en Afrique du nord dès l’automne 1940 ; elle constitua en Algérie comme en métropole un puissant relais d’opinion au service du nouveau régime et connut un afflux de membres avec, en juin 1941 plus de 64 000 Européens et 43 000 Indigènes7.

  • 8 Consul à Paris de 1930 à 1936, Robert Murphy est nommé par Roosevelt pendant le conflit représentan (...)

6Maxime Weygand (16 juillet 1941-20 novembre 1941), qui succéda à Abrial, était patriote, fidèle à Pétain et hostile à l’Allemagne comme à de Gaulle et à la France libre. Il appliqua la législation scolaire et universitaire de Vichy mais couvrit certaines actions de résistance de l’Armée d’Afrique. Sa politique était faite d’attentisme et de défense de l’Empire français dans sa totalité. Le 26 janvier 1941, il signa avec le diplomate américain Robert Murphy8 (1894-1978), les « accords Murphy-Weygand » qui assurèrent un ravitaillement à l’Afrique du Nord et permirent l’installation sur place de vice-consuls américains. Au plan des relations extérieures, l’Algérie fournit du ravitaillement à l’Afrika Korps, corps de guerre allemand stationné en Afrique, tandis que des travailleurs indigènes étaient envoyés en Allemagne.

  • 9 Partisan, sous le gouvernement de Vichy, d’une politique de collaboration active avec l’Allemagne.
  • 10 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 96.
  • 11 ANOM 11H51, Bulletin d’information no 347, 23 octobre 1940. La Kabylie envoie 10 000 volontaires en (...)

7Weygand fut remplacé par le gouverneur général Yves Châtel (20 novembre 1941-20 janvier 1943) qui suivit la même politique. Un tribunal permanent s’installa en 1941, la répression policière et judiciaire s’aggrava, dirigée en particulier contre les communistes et les anarchistes. En 1942, lors de la tournée de propagande de Pierre Pucheu (1899-1944), on remarqua la place croissante prise dans la presse ou la propagande sociale par les collaborationnistes9, en particulier les doriotistes. Quelques jours avant le débarquement allié, une importante commande de brassards jaunes comportant une étoile à six branches devant être portée par les Juifs avait été passée aux établissements Altairac à Alger par Yves Châtel, alors que cette mesure n’avait pas été appliquée en zone non occupée, où Darlan s’y montrait même opposé10. Le contexte de la guerre provoqua une grave pénurie de textiles et de produits alimentaires en Afrique du Nord, qu’aggravèrent les mauvaises conditions économiques, commerciales et climatiques de l’hiver 1941-1942 et du printemps 1942. En résultèrent des situations de disette et un mécontentement qui atteignit le prestige de Vichy et les relations entre communautés : environ 5 à 20 % de la population musulmane entretenait à l’époque un sentiment anti-français, selon les estimations de la préfecture d’Alger qui constatait que les altercations entre Européens et Musulmans s’accroissaient. Des travailleurs, principalement des Musulmans, partirent en Allemagne à partir de juin 1942, poussés par la misère et les pénuries11 et attirés non seulement par la propagande allemande mais par les salaires bien supérieurs à ceux pratiqués en Algérie.

Résistance et libération de l’Algérie

  • 12 ANOM 16G 7 novembre 1940, rapport du commissariat de Nemours au sous-préfet de Tlemcen.
  • 13 Journaliste, militant d’extrême droite avant la guerre, résistant dès 1940, rejoint Oran en septemb (...)
  • 14 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 109. Voir également André Lemas, Pi (...)

8Le régime de Vichy ne faisait pas l’unanimité en sa faveur en Algérie, où environ la moitié de la population de certaines villes lui était opposée12. Des groupes de résistants s’étaient formés dès 1940 en Afrique du Nord et spécialement en Algérie autour de quelques hommes comme l’ingénieur Jean L’Hostis et autour de jeunes Juifs, en particulier Roger Carcassonne (1911-1991) à Oran et José Aboulker (1920-2009) à Alger, qui recrutait parmi les étudiants. En mars 1941, Carcassonne fut mis en relation avec Henri d’Astier de la Vigerie13 (1899-1952), récemment arrivé de métropole ; devenu un des chefs de la résistance en Afrique du Nord, ce dernier prit contact avec le fils d’Henri Aboulker, José. Les deux hommes passèrent un accord avec le commandement allié à Cherchell le 23 octobre 1943 et mirent sur pied les opérations connues sous le nom d’« opération Torch », accompagnant le débarquement allié de l’escadre américaine à Casablanca, Oran et Alger du 8 novembre 1942. À Alger, 400 résistants dont les deux tiers étaient Juifs investirent les commissariats, les centraux téléphoniques, Radio-Alger14, les divers points stratégiques civils et militaires, ce qui permit le rapide succès de l’opération.

9Le 8 novembre 1942, l’amiral François Darlan (1881-1943), commandant en chef des armées de terre, de mer et de l’air était présent à Alger à l’occasion du décès de son fils. Il avait démissionné de son poste de vice-président du Conseil du gouvernement de Vichy lors du retour au gouvernement de Pierre Laval en avril 1942 et s’était rallié à une politique de résistance envers l’Allemagne. Il conclut des accords avec le commandement allié et devint le 9 novembre Haut-Commissaire dépositaire de la souveraineté française en Afrique du Nord « au nom du maréchal empêché ». Après son assassinat le 24 décembre 1942, le général Giraud fut nommé à la tête du Commandement civil et militaire de l’Afrique du Nord. L’arrivée du général Charles de Gaulle (1890-1970) le 30 mai 1943 marqua le début d’une longue opposition entre les deux hommes. Une assemblée consultative provisoire fut créée aux côtés du Comité Français de Libération Nationale le 3 novembre 1943, de Gaulle réussissant progressivement à éliminer Giraud et à rester seul au pouvoir en avril 1944.

La société européenne pendant la Seconde Guerre mondiale

Un régime bien accepté

  • 15 L’Écho d’Alger, 27 novembre 1940. Disponible en ligne sur Gallica.

10De même que la métropole, l’Algérie avait appris avec stupeur et crainte la défaite de la France et fut soulagée de voir que l’empire colonial était maintenu dans son intégrité. Elle accueillit favorablement le régime de Vichy qui agit rapidement sur place et la propagande s’installa dans les rues avec les innombrables images du « Maréchal » et les articles des journaux ouverts à la nouvelle politique ou soumis à la censure. Les journaux les plus importants d’Algérie, tels L’Écho d’Alger et L’Écho d’Oran ou encore La Dépêche Algérienne, étaient pétainistes ; ils acceptaient la politique de collaboration15 avec l’Allemagne et développaient des positions hostiles au gaullisme, à la Grande Bretagne, aux États-Unis, à la Russie soviétique.

  • 16 Voir Jacob Oliel, « Les camps d’internement en Algérie (1941-1944) », dans Joëlle Allouche-Benayoun (...)

11Une fois l’armistice signé, des centaines de combattants juifs étrangers furent dirigés de la métropole vers des camps d’Afrique du Nord où ils furent rejoints par des réfugiés juifs détenus dans les camps métropolitains de la zone sud, ainsi que par les internés politiques juifs français, dont certains originaires d’Algérie16. Les ressortissants juifs d’Algérie, mobilisés en 1939, furent quant à eux relégués à la condition de « prestataires étrangers », en raison des lois des 3 et 7 octobre 1940 qui leur retiraient les droits politiques. Les déportés, qui dépassaient le millier d’individus à la veille du débarquement allié, étaient divisés en deux catégories : les Groupements de travailleurs étrangers et les internés.

Un antisémitisme actif

  • 17 Ils rappelèrent entre autres le départ des Francs-maçons de France sur le Massilia, avec à leur têt (...)
  • 18 Michel Abitbol, Les juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 42-43.
  • 19 ANOM Alg. Cons. B/688, Préfet de Constantine, Centre départemental d’information, Constantine, 1 oc (...)

12L’hostilité à l’égard des Juifs s’exprima dès lors sans entraves. De grands quotidiens comme L’Écho d’Oran, L’Écho d’Alger, La Dépêche algérienne, les rendaient responsables de la défaite17. Les services de renseignements confidentiels des administrations remarquèrent à partir de juillet 1940 une progression de l’antisémitisme dans les milieux européens et, dans les milieux militaires, le loyalisme et la volonté de combattre des Juifs furent mis en question, on les accusa de diffuser des propos défaitistes18. Des rumeurs sur l’imminence d’émeutes sanglantes se répandirent dès la fin de l’été dans les centres urbains, des lettres de menaces et des tracts accusèrent ouvertement les Juifs d’être responsables de la défaite et appelèrent à leur expulsion : « Chassons-les comme en Europe » écrivait-on à Constantine19.

  • 20 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Paris, Publications de la Sorbon (...)

13Émile Morinaud présenta dans son livre Mes Mémoires, publié en 1941, une argumentation qui était partagée par une grande partie de la population française et reprenait sans nuance les griefs anciens contre les Juifs. Il y dénonçait ce qu’il appelait le retour pendant l’entre-deux-guerres du « bloc juif », qui avait entraîné en réponse l’essor du « parti français20 » et des discordes néfastes pour tous jusqu’à l’arrivée de Philippe Pétain :

  • 21 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 166.

Heureusement pour nous Français, un Gouvernement résolu, celui du Maréchal Pétain, est venu qui, par l’acte courageux et indiqué que fut de sa part, en octobre 1940, l’abrogation du fameux décret Crémieux, nous a délivrés à jamais de l’électorat juif !
Par-là, il a définitivement assuré la prédominance française dans notre chère Algérie !
C’en est donc fini de la domination juive dans notre pays !
Nous n’aurons pas lutté en vain contre elle.
É. Morinaud, 5 avril 194121.

  • 22 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 320.
  • 23 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 330-331.

14Les bulletins d’information administratifs indiquaient que les milieux européens22 voyaient en général les mesures antisémites de Vichy comme le couronnement de soixante-dix années de lutte contre la naturalisation des Juifs d’Algérie et contre la place qu’ils occupaient, indûment à leurs yeux, dans la société, puisqu’en tant qu’Indigènes, ils étaient faits pour être gouvernés et non pour participer à la vie politique et sociale de la colonie. On retrouve la même analyse dans les nombreuses correspondances envoyées par les services officiels ou par des individus, qui ajoutaient que la population était en proie à un désir plus terre à terre de profiter des événements pour acquérir des biens ou des situations23. Plus précisément, les soutiens les plus actifs des antijuifs se rencontraient chez certains membres éminents de la population locale (conseillers municipaux, conseillers généraux, avocats, médecins, gros colons, commerçants fortunés…) auxquels il faut ajouter les formations d’extrême droite (le Parti Populaire Français de Doriot dont la section algéroise était dirigée par Victor Arrighi), le Parti Social Français du colonel de la Rocque et son journal La Flamme (dirigé par deux professeurs de Constantine, Stanislas Devaud et Claude Martin), le Faisceau français du commandant Jean Renaud représenté à Alger par le directeur de La Libre Parole René Barthélémy ; ajoutons le Front de la Jeunesse dirigé par J.-C. Legrand venu à Alger en 1838, le journal L‘Éclair d’Alger proche du national-socialisme français dirigé par Henri Lautier, les Amitiés Jacques Bainville, les sections locales de l’Action française, les sections locales des Dames royalistes, le Centro cultural español d’Oran et celui de Sidi Bel Abbès.

  • 24 Rédacteur à La Presse Libre, chef des Volontaires Nationaux des Croix de feu d’Alger (1934-1935), s (...)
  • 25 Benjamin Stora, Les trois exils : Juifs d’Algérie, op. cit., p. 80.
  • 26 ANOM GGA 11 H58, Alger juillet 1942, Bulletin mensuel du CIE (Centre d’information et d’études).
  • 27 On leur interdit par exemple de tenir des dépôts de lait car ils étaient considérés comme en buvant (...)
  • 28 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), thèse de tr (...)
  • 29 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p (...)
  • 30 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 329-330.

15L’antisémitisme militant de l’entre-deux-guerres persista pendant les années de conflit. Le PPF se lança dans une violente campagne de presse contre les Juifs et tenta brièvement de passer à la violence physique en septembre 1940 lors de la visite du secrétaire du PPF, Jean Fossati24. Des tracts furent distribués dans plusieurs villes, des croix gammées peintes partout et des vitrines de magasins juifs brisés, avant que Vichy ne fasse cesser la violence25. Le journal du PPF Le Pionnier, injuriait les Juifs chaque semaine, réclamait des mesures d’exception contre cette population responsable à ses yeux des difficultés économiques du pays et qui diffusait une opposition sourde au régime de Vichy. De son côté, la Légion française des combattants, dont les responsables refusaient la violence physique, mais s’affirmait « Avec le maréchal Pétain contre la puissance des juifs26 », n’en acceptait pas dans ses rangs et veillait à l’application des lois les concernant27. La hiérarchie légionnaire offrit à plusieurs reprises au pouvoir de participer à la mise en œuvre de la politique antisémite et le général François, président du Directoire nord-africain de la Légion proposa à Xavier Vallat de réaliser « une enquête sur l’économie en Afrique du Nord visant à favoriser l’aryanisation économique28 ». En juillet 1942, une section légionnaire de Blida demanda à Pétain l’application du port de l’étoile jaune en Algérie et l’interdiction pour les Juifs de « paraitre dans les rues les dimanches et jours fériés29 ». Enfin, le Service d’Ordre Légionnaire (SOL) multipliait les provocations en agressant les Juifs aux terrasses de café ou sur les plages d’Oranie tandis que des particuliers inondaient les services officiels de lettres dénonçant des Juifs et demandant une sévère application des lois antisémites30.

  • 31 ANOM 9 H 27, CIE d’Alger, 5 et 8 août 1942.

16De plus, le racisme antimusulman ne diminua pas en milieu européen : en août 1942 le maire de Zéralda fit afficher à l’entrée de la plage publique et à côté de la pancarte « interdit aux chiens et aux chevaux », une seconde pancarte « interdit aux musulmans et aux juifs ». Une quarantaine d’Indigènes outrepassèrent cette interdiction, furent arrêtés et confinés dans une cellule de quelques mètres carrés où vingt-cinq d’entre eux périrent étouffés. Ce très grave incident, que les autorités locales avaient voulu passer sous silence, fit beaucoup de bruit dans la colonie et déclencha la colère de l’opinion musulmane31.

L’antisémitisme d’État

  • 32 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 315.
  • 33 Oran, Alger, Constantine, Tlemcen, Bône, Sidi-Bel-Abbès, Sétif, Mascara, Mostaganem, Tiaret.
  • 34 Maurice Eisenbeth, Les juifs de l’Afrique du Nord Démographie & onomastique, Imprimerie du Lycée, A (...)

17Les lois de Vichy s’appliquèrent à une minorité qui s’était beaucoup transformée depuis sa naturalisation collective mais restait encore marquée par le milieu populaire. Selon les chiffres du recensement de 1931, les Juifs représentaient 12 % de la population européenne, soit 110 127 personnes. C’était un groupe essentiellement urbain, dont plus de la moitié résidait dans les trois grandes villes d’Alger, Oran et Constantine et 92 % dans une localité d’au moins 500 habitants. Le recensement de septembre 1941 ordonné par Vichy concerna 117 646 Juifs32. Le nombre d’enfants de moins de quinze ans représentait environ 30 % du tout, 72 % des Juifs d’Algérie étaient regroupés dans dix villes33 et la densité allait en diminuant du département d’Oran vers celui de Constantine. La population juive était en voie d’assimilation sociale avec la naissance d’une classe moyenne et la diminution du nombre d’enfants par femme34. Environ 7 % des Juifs occupaient des professions libérales et environ 57 % de la population au travail était composée de commerçants, d’artisans, d’employés et d’ouvriers auxquels il fallait ajouter de nombreux ouvriers non spécialisés et précaires : journaliers, manœuvres, domestiques. Quant aux propriétés foncières des Juifs, elles représentaient en 1940 environ 1 % du tout, soit 0,97 % des superficies dans le département d’Alger, 1,18 % dans le département d’Oran et 0,87 % dans celui de Constantine. En somme, la population juive d’Algérie, bien que suivant une courbe sociale ascendante depuis le xixe siècle restait encore, contrairement à l’idée répandue dans la population, très largement de milieu populaire, avec des revenus modestes.

  • 35 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 394.
  • 36 Écho d’Oran, 11 janvier 1941.
  • 37 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 72.

18Dès le 27 août 1940, le décret Marchandeau qui interdisait la diffamation et l’injure raciale ou religieuse fut abrogé. Cette première mesure symbolique ouvrit la porte aux attaques dirigées contre les Juifs, qui étaient au centre des critiques, et permit l’expression de sentiments hostiles. Une législation antisémite propre à l’Algérie se mit rapidement en place et fut même parfois plus sévère qu’en métropole et dans le reste du Maghreb. Les lois de Vichy furent appliquées par l’administration, qui était favorable ou indifférente aux mesures antisémites avec, selon les mots de Jacques Cantier, un « acharnement tranquille [œuvrant] sans état d’âme35 » en faveur d’un travail bien fait qui témoignait d’une volonté d’agir « à la française, donc sans violence36 » contre les Juifs, notamment parce que les autorités françaises pensaient aller au-devant de la volonté de la majorité des Français d’Algérie37, connue pour son antisémitisme militant. Cette politique ne put aller à son terme, le débarquement allié de novembre 1942 ayant stoppé le processus.

Perte de la citoyenneté38

  • 38 En métropole, Vichy retire la naturalisation aux Juifs les plus récemment installés.

19Le 7 octobre 1940, le décret Crémieux fut abrogé en une série de sept articles publiés le 8 octobre 1940 au Journal Officiel de l’État français et, dix jours plus tard, au Journal officiel de l’Algérie. Cette disposition fut appliquée en Algérie dès le 3 novembre 1940.

Abrogation du décret Crémieux, 7 octobre 1940
Le décret du 24 octobre 1870 est abrogé en ce qu’il règle les droits politiques des juifs indigènes des départements de l’Algérie et les déclare citoyens français.
Art. 2 - Les droits politiques des Juifs indigènes des départements de l’Algérie sont réglés par les textes qui fixent les droits politiques des indigènes musulmans algériens.
Art. 3 - en ce qui concerne leurs droits civils, le statut réel et le statut personnel des Juifs indigènes des départements d’Algérie restent réglés par la loi française.
Art. 4 - Les Juifs indigènes des départements de l’Algérie qui ayant appartenu à une unité combattante pendant les guerres de 1914-1918 et 1939-1940 auront obtenu la Légion d’honneur à titre militaire, la Médaille militaire ou la Croix de Guerre, conserveront le statut politique des citoyens français.
Art. 5 - Ce statut pourra être conservé par décret signé par le Garde des Sceaux, Ministre Secrétaire d’État à la Justice, et par le Ministre Secrétaire d’État à l’Intérieur, aux Juifs indigènes des départements de l’Algérie qui se seront distingués par des services rendus au pays.
Art. 6 - La présente loi est applicable à tous les bénéficiaires du décret du 24 octobre 1870 et à leurs descendants.
Art. 7 - Le présent décret sera publié au « Journal Officiel » et exécuté comme loi d’État. Fait à Vichy, le 7 octobre1940
Par le maréchal de France, Chef de l’État français, Ph. Pétain.
Le Garde des Sceaux, Ministre secrétaire d’État à la Justice, Raphaël Alibert, Le Ministre Secrétaire d’État à l’Intérieur, Peyrouton.

  • 39 Une loi du 22 juillet 1940 déchut de leur nationalité les Français qui avaient quitté la France ent (...)
  • 40 Voir Pierre-Jean Le Foll Luciani, « Les juifs d’Algérie face aux nationalités française et algérien (...)

20L’abrogation du décret39 retirait la nationalité40 française, accordée soixante-dix ans plus tôt, à environ 110 000 Juifs d’Algérie qui redevenaient des Indigènes, des sujets français, et seules quelques très rares dérogations (autour de 1 300) répondant à l’article 4 furent accordées. Une loi du 11 octobre 1940 publiée dans le Journal Officiel de l’Algérie en date du 13 octobre 1940, suspendit les dispositions du sénatus-consulte de 1865 (précisées par une loi du 4 février 1919) qui permettaient la naturalisation individuelle des « Israélites indigènes », alors que les Musulmans pouvaient toujours y avoir accès.

  • 41 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, no 17, août 41, p. 6. Jacques Cantier, L’A (...)
  • 42 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 87.

21En prenant cette décision, Vichy pensait non seulement prendre une mesure salutaire contre une minorité non assimilée mais aussi répondre au vœu de l’administration et de la population française d’Algérie41. Et de fait, la mesure fut bien acceptée en Algérie par la majorité de la population européenne qui la réclamait depuis la fin du xixe siècle. Chez les Indigènes l’administration nota de nombreuses manifestations de joie dans les campagnes mais aussi de l’indifférence, en particulier dans les villes42.

Le statut des Juifs

22Le 3 octobre 1940 le régime de Vichy adopta, sans que l’Allemagne ait fait pression, le statut des Juifs, maintenant définis selon des critères raciaux. Était désormais considérée comme juive « toute personne issue de trois grands-parents de race juive ou de deux grands-parents de même race si le conjoint lui-même est juif ». Puis, le second statut des Juifs du 2 juin 1941 réintroduisit le critère confessionnel dans la définition des Juifs et considérait comme juif ou juive :

  • 43 Journal Officiel de l’Algérie, 27 juin 1941.

Celui ou celle qui appartient à la religion juive ou y appartenait le 25 juin 1940 et qui est issu de deux-grands parents de race juive. La non appartenance à la religion juive est établie par la preuve de l’adhésion à l’une des autres confessions reconnues par l’État avant la loi du 9 décembre 190543.

  • 44 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., . p. 107 sq.
  • 45 Par contre, pour les non marocains ou tunisiens résidant sur place, la mention d’appartenance à la (...)

23La loi du 3 octobre 1940 interdisait aux Juifs un certain nombre de professions comme l’armée et de nombreuses professions de la fonction publique (diplomatiques, consulaires, militaires…). Cette mesure frappa en Algérie tous les membres du corps enseignant sans distinction ; ils devaient avoir quitté leurs fonctions dans les deux mois suivant la promulgation de la loi dans le Journal officiel de l’Algérie du 18 octobre 1940 ; effectivement, le 19 décembre, il ne restait plus un seul Juif dans l’enseignement public en Algérie, ce qui chiffrait le nombre des exclus à 465, dont deux seulement furent réintégrés au bout d’un an44. Le second statut des Juifs leur interdit de nouvelles professions : négociant, agent immobilier, marchand de biens, éditeur… Puis, en novembre 1941, des quotas discriminatoires s’appliquèrent aux emplois. Les professions intellectuelles et libérales devinrent d’un accès difficile. Par la loi du 2 juillet 1942, les Juifs ne pouvaient gérer un café ou un débit de boissons, mesure limitée à l’Algérie et qui touchait même les anciens combattants, parfois épargnés par les lois raciales. Un numerus clausus fut fixé pour les professions libérales : 2 % pour les avocats et les médecins qui ne pouvaient même plus soigner des coreligionnaires, les notaires, avoués, huissiers, dentistes étant également touchés. La législation était plus sévère qu’en métropole, qu’en Tunisie et au Maroc, où la conversion comme mariage avec un non juif permettait d’effacer la judéité45.

  • 46 Pages vécues 1940-1-43, Alger, imprimerie Harras, 1945, p. 193.
  • 47 Jean Laloum, « En vue d’éliminer toute influence juive dans l’économie algérienne », Les Cahiers du (...)
  • 48 Cité par Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 156. La législatio (...)
  • 49 Il empêcha par exemple que 129 Juifs écartés de leur poste et autorisés à occuper des emplois subal (...)

24Le 14 août 1941 le service algérien des questions juives fut chargé de la spoliation économique des Juifs d’Algérie et le 21 novembre 1941 une loi priva les Juifs du droit de posséder des biens immobiliers, dont la gestion fut confiée à des administrateurs provisoires. Selon Eisenbeth environ 6 000 personnes se proposèrent comme administrateurs46. Entre le 23 décembre 1941 et le 26 octobre 1942, 2 900 administrateurs provisoires furent nommés et, au 1er novembre 1942, 20 % des immeubles juifs en avaient un47. La législation de 1941 qui accompagnait l’aryanisation était très complexe et ne comportait pas moins de dix-huit lois avec, en plus, treize décrets d’application pour la seule Algérie48. Son application fut scrupuleusement suivie par Xavier Vallat qui, après avoir visité l’Algérie en 1941, avait mis sur pied un service algérien dédié à cette aryanisation et en surveilla personnellement l’application49.

Mesures concernant l’enseignement50 et les Chantiers de jeunesse

  • 50 Ansky souligne le rôle capital du rabbin Eisenbeth dans la défense du système scolaire républicain (...)
  • 51 Marcel Peyrouton fut secrétaire général du Gouvernement général à Alger de 1931 à 1933 dans le cabi (...)
  • 52 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 252-253.

25Les mesures d’exclusion scolaire n’avaient pas été demandées par l’Allemagne comme le souligna Marcel Peyrouton51 (1887-1983), lors d’une réunion avec des notables juifs, le 9 février 1943 : « cette mesure, [dit-il], a été prise par le gouvernement français à la demande des étudiants français52 ». Ces étudiants, très turbulents et traditionnellement très antijuifs, ne cessaient depuis les débuts de la guerre de demander que des mesures antisémites, en particulier des quotas, soient prises à l’Université. Appuyées par Abrial et Weygand, les mesures imposées aux étudiants juifs furent ressenties en Algérie comme particulièrement stigmatisantes par les Juifs qui avaient fait de l’école un facteur de francisation, d’émancipation socioculturelle et économique particulièrement performant.

  • 53 Ibid., p. 110.
  • 54 CDHA, Entretien avec Jacques Assouly, 2013. L’auteur explique que les élèves juifs, qui remplissaie (...)
  • 55 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 101.

26Des lois successives limitèrent le nombre d’étudiants juifs à 14 % puis 7 % des inscrits (ils étaient 20 % des étudiants en 1940). Une campagne dirigée contre les étudiants et les écoliers juifs et dans laquelle les étudiants non juifs tinrent une place prépondérante demanda l’instauration d’un numerus clausus ; elle aboutit à la loi du 21 juin 1941, promulguée en Algérie le 23 août qui limitait le nombre d’étudiants juifs à 3 % de l’effectif des étudiants non juifs inscrits l’année précédente53. Seuls 110 étudiants juifs furent inscrits à la rentrée de 1941 à l’université d’Alger. Le numerus clausus concerna aussi les élèves de l’enseignement primaire et secondaire renvoyés des établissements scolaires à la fin de l’année 1941, ce qui n’était pas le cas en métropole, pourtant bien touchée par les lois raciales. Environ 19 000 élèves furent exclus des écoles publiques, 6 500 restant dans les classes. La loi interdit aux élèves juifs de l’enseignement privé de se présenter aux concours et examens d’un niveau supérieur au certificat d’études. Il n’exista que de très rares dérogations à ces restrictions drastiques54. Du fait du numerus clausus, n’entrèrent à l’Université lors de la rentrée 1942-1943 que 34 candidats en droit, 24 en médecine, 22 en sciences, 30 en lettres, soit 110 sur un total de 452 demandes. Ne furent acceptés en tout dans les autres enseignements que : 13 168 élèves à la rentrée scolaire 1941-1942 et 6 582 élèves à la rentrée 1942-194355. 616 fonctionnaires de l’Éducation nationales furent de leur côté révoqués en Algérie (et plus de 1100 en métropole), avec seulement une vingtaine d’exemptions.

  • 56 Cité par Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 185.
  • 57 Créée à la suite d’une demande allemande et après la dissolution des autres associations juives, l’ (...)
  • 58 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p (...)

27En 1942 les Juifs d’Algérie furent écartés des Chantiers de Jeunesse où ils accédaient depuis leur création, le commissaire général du mouvement, le général de la Porte du Theil (1884-1976) ayant jugé qu’en Algérie les Juifs étaient un « élément nuisible » et un « ferment de désagrégation » peu perméables à « l’éducation morale56 » ; la mesure fut ensuite appliquée en métropole. Peu avant le débarquement allié, l’administration se préparait à établir en Algérie un double de l’Union générale des israélites de France (UGIF) sous la forme d’une Union générale des israélites d’Algérie57 (UGIA). Instituée par un décret du 14 février 1942, elle devait comprendre quarante cinq personnalités que le grand rabbin Eisenbeth eut beaucoup de mal à réunir, car les Juifs étaient partagés entre la volonté de ne pas collaborer à leur propre marginalisation et la crainte de ne pouvoir défendre les intérêts de leurs coreligionnaires. Une représentation fut finalement mise sur pied et présidée par le Président du Consistoire d’Alger P. Stora puis par le président du Consistoire de Constantine, A. Bakouche. Finalement, le débarquement allié du 8 novembre 1942 intervint avant la première réunion de l’UGIA58 et stoppa les mesures de déportation des Juifs vers les camps d’extermination alors même que les rafles étaient programmées.

Aryanisation des biens

  • 59 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit.
  • 60 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 105.

28Une loi du 22 juillet 1941 appliquée en Algérie par décret du 21 novembre 1941 retirait leurs biens aux Juifs. À l’exception des habitations personnelles qui échappaient à la mesure, toutes les entreprises artisanales, commerciales, industrielles, immobilières étaient susceptibles de recevoir un administrateur provisoire. Les Juifs ne pouvaient plus exploiter ou céder leur licence d’exploitation d’un débit de boissons. Un service de l’aryanisation économique, disposant de trois sections à Alger, Oran, Constantine, fut chargé de l’application de la loi59. Cette législation fut par ailleurs strictement appliquée au Maroc où elle dépendait des responsables économiques et syndicaux mais beaucoup moins sévèrement en Tunisie où l’amiral Esteva limita au maximum les effets de cette législation60.

Mesures d’internement61

  • 61 Jacob Oliel, « Les camps d’internement en Algérie (1940-1944) », dans Joëlle Allouche-Benayoun, et (...)
  • 62 Jacob Oliel, Les camps d’internement en Algérie (1941-1944), op. cit., p. 160-164.
  • 63 Jacob Oliel recense plusieurs dizaines de camps en Algérie : camps de travail (Colomb-Béchar), camp (...)
  • 64 Jacob Oliel, Les camps d’internement en Algérie (1941-1944), op. cit., p. 156.
  • 65 Michel Ansky, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 280.

29Une fois l’armistice signé avec l’Allemagne (22 juin 1940), la France avait envoyé dans des camps en Afrique du Nord des membres des Brigades Internationales, des syndicalistes, des communistes, de simples opposants au régime de Vichy, des Juifs venus s’installer en France à partir de 1935 pour fuir le nazisme. En Algérie, ils furent dirigés de la métropole vers une quinzaine de camps, dont ceux de Bossuet, Maison Carrée, Boghari, Colomb-Béchar, Djelfa où ils furent astreints au travail forcé. Des camps disciplinaires destinés aux détenus politiques dangereux et où se retrouvaient également des Juifs d’Algérie, furent ouverts dans le sud Oranais à Djenien Bou Rezg et Hajrat M’Guil. Les conditions de vie y étaient extrêmement difficiles et les brimades quotidiennes62. Les différents camps63 ont contenu selon les moments jusqu’à 150 000 personnes, dont environ 10 % de Juifs. Et en novembre 1942, les anglo-américains y dénombrèrent 2 000 Juifs64. Le 27 mars 1941, les jeunes Juifs d’Algérie furent regroupés en unités de travailleurs dans des camps du sud algérien : Cheraga (département d’Alger), Bedeau (département d’Oran), Telegma (département de Constantine). Sous le nom de Pionniers israélites, ils devaient recevoir une formation militaire mais en fait ils furent simplement affectés en tant que Travailleurs israélites à des travaux agricoles ou de terrassement dans de très mauvaises conditions de nourriture et d’hygiène et soumis à de nombreuses humiliations. Ces camps regroupèrent au fil des mois les classes 1941, 1942, 1943, leur dissolution débutant en avril 194365.

  • 66 Mésaventure qui fut celle de la famille de Benjamin Stora dont le grand père mourut ruiné en 1945. (...)
  • 67 Un professeur de lettres exclu de son poste, Jacques Shapira, exprime ce besoin de retour sur soi-m (...)
  • 68 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

30Avec le 8 novembre 1942, la libération des camps algériens commença, sauf pour les Juifs qu’Henri Giraud fit affecter en 1943 sur le front syrien ; ils furent intégrés à l’arrivée du général de Gaulle dans l’armée régulière et participèrent aux opérations de guerre. Mais il fallut attendre mai 1945 et la fin du conflit pour que les camps soient définitivement vidés. La presque totalité des responsables européens de la répression dirigée contre les Juifs ne furent l’objet d’aucune poursuite. Les biens confisqués et gérés par des administrateurs provisoires furent rendus à leurs légitimes propriétaires, mais un certain nombre de ces administrateurs parvinrent à conserver la propriété d’une partie de ces biens66. Dans la situation qui leur était imposée, les Juifs d’Algérie subirent non seulement de considérables difficultés matérielles mais aussi un énorme traumatisme67, certains désiraient revenir aux pratiques communautaires ancestrales, d’autres s’attachaient au contraire viscéralement à la culture française68. Le président du comité d’entraide d’Oran, André Karsenty, qui ne voulait ni État national juif ni séparatisme ou particularisme proclama : « profondément, intensément français, nous conservons le même attachement à l’idée française, à la communauté française ». Mais pour les plus jeunes, l’humiliation et l’amertume se transformaient parfois en rejet.

La récupération des droits politiques

  • 69 1 007 Juifs natifs d’Algérie ont été déportés depuis la métropole. Joëlle Allouche-Benayoun et Dori (...)

31Le 8 novembre 1942 marqua en Algérie la fin des opérations destinées à permettre la déportation imminente des Juifs vers les camps d’extermination69.

Une lente progression

  • 70 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 205-221.
  • 71 14 000 à 15 000 Juifs y étaient internés en 1941.
  • 72 CDCJ LXXXXIV note no 40 MGP/CAB du 30 janvier 1943. Cité par André Kaspi, « Le général Giraud et le (...)

32Le débarquement des alliés ne se traduisit pas, contrairement aux attentes des intéressés, par la restauration immédiate de leurs droits et biens70, alors même que les pressions nazies ne pesaient plus sur les décisions prises en métropole. Henri Giraud, installé à Alger après le débarquement allié en tant que commandant en chef civil et militaire de l’Afrique française du 24 décembre 1942 au 1er octobre 1943, refusa, dans une note du 30 janvier 1943, d’incorporer les recrues juives issues en partie des camps d’Afrique du Nord71 dans l’armée qui partait pour l’Italie et la Provence, « Afin d’éviter que la situation d’ancien combattant ne puisse être acquise par l’ensemble de la population juive et pour ne pas engager l’avenir sur la question du statut qui leur sera donné après la guerre72. »

  • 73 ANOM Alg. GGA 6CAB/1, Constantine le 25 novembre 1942, André Bakouche, Président du consistoire de (...)
  • 74 Journal officiel du 18 mars 1943.
  • 75 Le gouverneur général Châtel l’avait exprimée devant le grand rabbin Eisenbeth : Michel Ansky, Les (...)
  • 76 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 283.
  • 77 Général Giraud, Un seul but : la victoire, Alger 1942-1944, Julliard, Paris, 1949, p. 122.

33Après le 8 novembre 1942, les Juifs avaient multiplié les demandes de réintégration dans leurs droits auprès de Châtel et Darlan mais sans succès73. Giraud supprima la législation antisémite le 14 mars 1943 mais, en accord avec le gouverneur général Marcel Peyrouton (20 janvier-3 juin 1943) nommé par lui et qui était déjà signataire de la première abrogation, il abrogea de nouveau le décret Crémieux en date du 14 mars74, créant stupéfaction et désarroi chez les Juifs. Le prétexte avancé était l’hostilité des Musulmans à la naturalisation des Juifs et la crainte de soulèvements en cas de rétablissement du décret, un prétexte souvent évoqué par les hommes au pouvoir à l’époque75, dont l’amiral Darlan. S’y ajoutait la conviction que les lois raciales étaient une des conditions essentielles de l’armistice76. Henri Giraud affirmait qu’en « Afrique du Nord, les Juifs ne doivent pas être considérés autrement que les musulmans. Ce sont des indigènes pratiquant une religion différente de leurs voisins, pas autre chose77 ». La seconde abrogation se fit en des termes qui montraient que Giraud ne tenait nul compte des transformations culturelles, économiques et sociales des Juifs et des Musulmans et se bornait à vouloir supprimer les différences de statut, mais « par le bas » :

  • 78 Discours de Giraud du 14 mars 1943, cité par Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à (...)

Les lois de discrimination raciale, imposées à la France par les nazis, n’existent plus. […] Dans la même volonté d’éliminer toute discrimination raciale, le décret Crémieux qui avait établi en 1870 une différence entre les Indigènes musulmans et israélites est abrogée. [Quant aux] rapports entre musulmans et israélites, ils doivent être ceux d’hommes appelés à se compléter économiquement, celui-ci travaillant à l’échoppe, celui-là dans le bled, sans que l’un ait le pas sur l’autre, la France assurant à l’un et à l’autre sa sécurité et sa tranquillité78.

  • 79 La France libre est le régime de résistance extérieure fondé à Londres par le général de Gaulle dan (...)
  • 80 Roosevelt eut des propos discutables au cours d’une entrevue à Casablanca avec le général Noguès le (...)
  • 81 Pour le rôle de Jean Monnet dans le cheminement « démocratique » de Giraud, voir André Kaspi, La Mi (...)
  • 82 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 285-286.

34Giraud justifia également sa décision par la volonté de ne pas susciter la colère musulmane en temps de guerre mais la réprobation nationale et internationale se manifesta. La seconde abrogation fut condamnée par les juifs de France et d’Algérie, dont le CJAES qui présenta un rapport en juin 1943 au Congrès juif mondial dans lequel il dénonçait l’illégalité de l’abrogation et en faisait une concession au fascisme et au nazisme. La mesure d’abrogation fut également condamnée par la France Libre79 et par le monde intellectuel. Jacques Maritain publia en avril 1943 dans le New Yorker un article déclarant l’abrogation contraire aux lois françaises et réclamant sa suppression. Le même mois, Hannah Arendt critiqua également l’abrogation dans Contemporary Jewish Record. La pression politique internationale qui commençait à se manifester en faveur des droits politiques des Juifs, principalement celle des États-Unis80 et de l’Angleterre informés par le Comité juif algérien d’études sociales, le Comité juif mondial (CJM), l’American Jewish Committee (AJC) et la presse américaine, aboutit partiellement. Le président Roosevelt envoya Jean Monnet81 auprès de Giraud comme représentant du Bureau de répartition des armements mais surtout pour le conseiller et faire valoir que la mauvaise image qui résultait du non rétablissement des Juifs dans leurs droits nuisait au réarmement de l’armée française. Et Robert Murphy envoya le colonel Harold Boies Huskins pour négocier la réinstallation des Juifs d’Algérie dans leurs droits. Giraud accepta sous la pression de rendre aux Juifs d’Afrique du Nord quelques-uns de ces droits. La cinquième ordonnance du 14 mars publiée le 18 mars au Journal officiel de l’Algérie stipula que « toute distinction fondée sur la qualité de Juif dans l’État civil, l’accès et l’exercice des professions, la fréquentation des établissements scolaires de tout ordre est abolie82. »

Le décret Crémieux « maintenu en vigueur »

  • 83 Ibid., p. 319.
  • 84 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 188.

35Il fallut attendre le 20 octobre 1943 pour que le décret Crémieux soit rétabli par le Comité Français de Libération Nationale (CFLN), suite aux vives réactions du Comité National français gaulliste, des autorités américaines et des Juifs français et américains. Il le fut par une simple déclaration selon laquelle l’ordonnance qui abrogeait une seconde fois le décret de 1870 n’ayant pas été suivie du texte d’application, le décret se trouvait « maintenu en vigueur ». Mais le texte laissait subsister une ambiguïté en précisant qu’il revenait aux pouvoirs publics de décider dans le futur du statut non seulement « des Israélites algériens, mais celui des autres catégories de la population algérienne83. » Ainsi, la question n’était pas définitivement réglée dans l’esprit des hommes politiques français, toujours hésitants à réinstaller définitivement les Juifs dans leur citoyenneté. Et, par ailleurs, ce n’est qu’en 1944 que le numerus clausus établi dans les établissements scolaires primaires et secondaires fut annulé par le Conseil d’État84.

36La législation antisémite et son abrogation définitive laissèrent des traces indélébiles chez les Juifs d’Algérie. Le philosophe Jacques Derrida (1930-2004) qui se souvenait qu’à dix ans il avait été expulsé de son école avec cette simple phrase : « tes parents t’expliqueront », souligna avec amertume :

  • 85 Jacques Derrida, « La contre-Allée », avec Catherine Malabou, Paris, La Quinzaine littéraire, 1999, (...)

Avec d’autres, j’ai perdu la citoyenneté française, je l’ai perdue pendant des années sans en avoir d’autre […]. Une citoyenneté, par essence, ça ne pousse pas comme ça, c’est pas naturel, mais son artifice et sa précarité apparaissent mieux [lorsqu’elle] s’inscrit dans la mémoire d’une acquisition récente : par exemple la citoyenneté française accordée aux Juifs d’Algérie par le décret Crémieux de 1870. Ou encore dans la mémoire traumatique d’une « dégradation », d’une perte de la citoyenneté85.

Tableau récapitulatif des principales mesures antijuives (1940-1943)

  • 86 Certaines familles, pour échapper à la spoliation, avaient cédé des biens « à l’amiable ». Jacques (...)
Dates Mesures
27 août 1940
Abrogation du décret Marchandeau
Ce décret-loi du 21 avril 1939 interdisait la diffamation ou l’injure pour raison raciale ou religieuse.
3 octobre 1940 « Loi portant statut des Juifs » Définis selon des critères raciaux, les Juifs sont exclus de l’armée, de nombreuses professions dans la fonction publique, en particulier dans l’enseignement secondaire et supérieur ; seules quelques dérogations sont accordées pour services exceptionnels rendus au pays.
3 septembre 1940
Internement en camp sur décision du préfet
4 octobre 1940
Les Juifs étrangers peuvent être internés
On évalue à 50 000 le nombre de personnes internées en Algérie à la fin de 1940, représentant plus des deux tiers de la population des camps français.
Seize camps, de vocations diverses, souvent gardés par d’anciens légionnaires ouvertement pronazis, furent ouverts en Algérie pour y enfermer les Juifs résistants, les prisonniers politiques, les Francs-maçons et communistes, puis conscrits juifs enrôlés « à part ».
7 octobre 1940
Abrogation du décret Crémieux ou « loi Peyrouton »
Promulgation immédiate en Algérie.
Retour au statut de Juifs indigènes.
Seules 1 300 personnes (souvent d’origine alsacienne) conserveront la nationalité française.
11 octobre 1940
Abrogation du Sénatus-Consulte de 1865
Impossibilité pour les Juifs de bénéficier de la naturalisation individuelle.
Les Juifs indigènes sont soumis aux devoirs de la
Loi française sans en avoir les droits.
2 juin 1941
Second statut des Juifs
Juifs exclus des principales fonctions publiques, de la presse, du théâtre, du cinéma, de la radiodiffusion.
Recensement des Juifs résidant en France, dont environ 117 000 résident en Algérie.
14 août 1941 Le Service algérien des questions juives (correspond au Commissariat Général aux Question juives (CGQA) métropolitain) est chargé d’entreprendre la spoliation économique.
Loi du 21 juin 1941, promulguée en Algérie le 23 août
Numerus clausus
dans l’enseignement
1941-1942 : le seuil fixé à 14 % des effectifs, touche les étudiants de l’Université mais aussi de très nombreux enfants du primaire et du secondaire, renvoyés des écoles dans le dernier trimestre de 1941.
La mesure concerne 12 000 enfants et jeunes juifs.
Le seuil tombe à 7 % pour l’année scolaire
1942-1943 dans le primaire et secondaire et à 3 % pour l’Université (18 000 exclus en tout).
Il existe de très rares dérogations.
19 octobre 1942 Interdiction faite aux élèves de l’enseignement privé juif de se présenter à tout diplôme supérieur au brevet.
21 novembre 1941
L’« aryanisation économique »
Extension par décret à l’Algérie de la loi du
22 juillet 1941 relative aux entreprises, biens et valeurs appartenant aux Juifs « en vue d’éliminer toute influence juive de l’économie nationale ».
Des administrateurs provisoires sont chargés de gérer les biens86.
La loi du 2 juillet 1942 (spécifique à l’Algérie) Les Juifs d’Algérie mêmes anciens combattants, ne peuvent gérer un café ou exploiter un débit de boisson.
novembre 1942 Les jeunes Juifs ne peuvent plus accéder aux
Chantiers de Jeunesse.
14 mars 1943 Giraud supprime la législation antisémite mais abroge une seconde fois le décret Crémieux.
Les Juifs sont incorporés dans des unités de
Pionniers, dites « Compagnies de travailleurs ».
22 octobre 1943 Rétablissement du décret Crémieux par le Comité
Français de Libération Nationale.

Notes

1 L’aryanisation comprend « l’ensemble des mesures de spoliation visant à transférer la propriété d’entreprises détenues par des personnes d’origine juive à des personnes réputées « aryennes », http://www.larousse.fr

2 Yves Claude Aouate, « La place de l’Algérie dans le projet antijuif de Vichy (octobre 1940- novembre 1943) », Revue Française d’histoire d’outre-mer, t. XXX (1993), no 101, p. 599-631, 2005, p. 417-418 ; Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 72-76, 315-336.

3 Benjamin Stora, Les trois exils, Juifs d’Algérie, Paris, Stock, 2006 p. 81.

4 Yves-Claude Aouate, « La place de l’Algérie dans le projet antijuif de Vichy (octobre 1940-novembre 1943) », op. cit., p. 600.

5 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 72.

6 Jean-Pierre Cointet, La Légion française des combattants (1940-1944), la tentation du fascisme, Albin Michel, Paris, 1995.

7 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 198, 206, 299.

8 Consul à Paris de 1930 à 1936, Robert Murphy est nommé par Roosevelt pendant le conflit représentant spécial en Afrique du Nord ; il prend contact en Algérie avec Giraud et Darlan et développe des liens avec les résistants pour préparer l’opération Torch.

9 Partisan, sous le gouvernement de Vichy, d’une politique de collaboration active avec l’Allemagne.

10 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 96.

11 ANOM 11H51, Bulletin d’information no 347, 23 octobre 1940. La Kabylie envoie 10 000 volontaires en Allemagne en quinze jours.

12 ANOM 16G 7 novembre 1940, rapport du commissariat de Nemours au sous-préfet de Tlemcen.

13 Journaliste, militant d’extrême droite avant la guerre, résistant dès 1940, rejoint Oran en septembre 1941.

14 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 109. Voir également André Lemas, Pierre Wiehn, « Éléments pour une histoire de la radio en Algérie (1922-1962) », Cahiers d’histoire de la radiodiffusion, no 99, 2009.

15 L’Écho d’Alger, 27 novembre 1940. Disponible en ligne sur Gallica.

16 Voir Jacob Oliel, « Les camps d’internement en Algérie (1941-1944) », dans Joëlle Allouche-Benayoun et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., p. 153-167.

17 Ils rappelèrent entre autres le départ des Francs-maçons de France sur le Massilia, avec à leur tête Georges Mandel, ancien ministre de l’Intérieur et d’origine israélite, ce qui fut considéré comme un abandon par les Français.

18 Michel Abitbol, Les juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 42-43.

19 ANOM Alg. Cons. B/688, Préfet de Constantine, Centre départemental d’information, Constantine, 1 octobre 1940.

20 André Kaspi, La mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, Paris, Publications de la Sorbonne, 1971, p. 10.

21 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 166.

22 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 320.

23 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 330-331.

24 Rédacteur à La Presse Libre, chef des Volontaires Nationaux des Croix de feu d’Alger (1934-1935), secrétaire du PPF d’Alger exclu du PPF en 1943 pour avoir rejoint le Front Révolutionnaire national (dont le but était de rassembler tous les partis collaborationnistes). Cf. Pascal Ory, Les Collaborateurs, Paris, Coll. « Points », Éditions du Seuil, 1980.

25 Benjamin Stora, Les trois exils : Juifs d’Algérie, op. cit., p. 80.

26 ANOM GGA 11 H58, Alger juillet 1942, Bulletin mensuel du CIE (Centre d’information et d’études).

27 On leur interdit par exemple de tenir des dépôts de lait car ils étaient considérés comme en buvant trop. Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 171-173.

28 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), thèse de troisième cycle sous la direction d’André Nouschi, Nice, Cmmc, 1984, p. 487.

29 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p. 148, 198, 407.

30 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 329-330.

31 ANOM 9 H 27, CIE d’Alger, 5 et 8 août 1942.

32 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 315.

33 Oran, Alger, Constantine, Tlemcen, Bône, Sidi-Bel-Abbès, Sétif, Mascara, Mostaganem, Tiaret.

34 Maurice Eisenbeth, Les juifs de l’Afrique du Nord Démographie & onomastique, Imprimerie du Lycée, Alger, 1936, éd. 2000, p. 59.

35 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 394.

36 Écho d’Oran, 11 janvier 1941.

37 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p. 72.

38 En métropole, Vichy retire la naturalisation aux Juifs les plus récemment installés.

39 Une loi du 22 juillet 1940 déchut de leur nationalité les Français qui avaient quitté la France entre le 20 mai et le 30 juin 1940 sans l’autorisation de Vichy. Le général Georges Catroux (1877-1969), René Cassin (1887-1976) et le général Charles de Gaulle perdirent ainsi leur nationalité. Plus tard, la loi s’est appliquée à l’amiral François Darlan et au général Henri Giraud qui s’étaient succédé à la tête de l’administration de l’Afrique du Nord, après le débarquement des Alliés en novembre 1942. L’ensemble des dénaturalisés de la loi du 22 juillet 1940 (plus de 15 000 personnes) ne furent rétablis dans leurs droits que le 24 mai 1944. Dans Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., p. 117 sq.

40 Voir Pierre-Jean Le Foll Luciani, « Les juifs d’Algérie face aux nationalités française et algérienne (1940-1963) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 137 | mai 2015 : http://journals.openedition.org/remmm/9057

41 Bulletin de la fédération des sociétés juives d’Algérie, no 17, août 41, p. 6. Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 72. Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 281.

42 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 87.

43 Journal Officiel de l’Algérie, 27 juin 1941.

44 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., . p. 107 sq.

45 Par contre, pour les non marocains ou tunisiens résidant sur place, la mention d’appartenance à la « race juive » est établie, ce qui les aligne sur le cas algérien.

46 Pages vécues 1940-1-43, Alger, imprimerie Harras, 1945, p. 193.

47 Jean Laloum, « En vue d’éliminer toute influence juive dans l’économie algérienne », Les Cahiers du judaïsme, no 27, 2009, p. 266-235.

48 Cité par Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 156. La législation comprit en tout pour la France et ses diverses possessions 67 textes réunissant 397 articles.

49 Il empêcha par exemple que 129 Juifs écartés de leur poste et autorisés à occuper des emplois subalternes dans les PTT d’Algérie puissent avoir accès aux services des télécommunications. Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 158.

50 Ansky souligne le rôle capital du rabbin Eisenbeth dans la défense du système scolaire républicain face à l’administration vichyste. Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 106-137.

51 Marcel Peyrouton fut secrétaire général du Gouvernement général à Alger de 1931 à 1933 dans le cabinet du gouverneur général Carde puis résident en Tunisie et au Maroc. Rallié à Giraud, il est nommé gouverneur général de l’Algérie du 20 janvier au 3 juin 1943, et procède à l’élimination des mesures de Vichy sauf en ce qui concerne le décret Crémieux. Interné après la Libération, il est libéré en juillet 1948 puis acquitté par la Haute Cour en décembre 1948.

52 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 252-253.

53 Ibid., p. 110.

54 CDHA, Entretien avec Jacques Assouly, 2013. L’auteur explique que les élèves juifs, qui remplissaient un tiers des classes, furent renvoyés de son lycée de Perrégaux. Deux élèves furent maintenus, dont lui parce que son père avait reçu la Croix de guerre.

55 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 101.

56 Cité par Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 185.

57 Créée à la suite d’une demande allemande et après la dissolution des autres associations juives, l’UGIA assurait la représentation des Juifs après des pouvoirs publics. Tous les Juifs étaient tenus d’y adhérer.

58 Yves-Claude Aouate, Les juifs d’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), op. cit., p. 187.

59 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit.

60 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, op. cit., p. 105.

61 Jacob Oliel, « Les camps d’internement en Algérie (1940-1944) », dans Joëlle Allouche-Benayoun, et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., p. 153-166.

62 Jacob Oliel, Les camps d’internement en Algérie (1941-1944), op. cit., p. 160-164.

63 Jacob Oliel recense plusieurs dizaines de camps en Algérie : camps de travail (Colomb-Béchar), camps d’éloignement (Méchéria, Géryville, Le Kreider, El Meridj), camps d’isolement (Méridja), camps pour internés politiques (Bossuet, Maison-Carrée, Djelfa, Bou-Dnib), camps disciplinaires (Bou-Rezg, Hajrat-M’Guil). Les jeunes gens furent envoyés à Bedeau, Chéragas, Télegma. Jacob Oliel, Les camps d’internement en Algérie (1941-1944), dans Joëlle Allouche-Benayoun et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., p. 156-160.

64 Jacob Oliel, Les camps d’internement en Algérie (1941-1944), op. cit., p. 156.

65 Michel Ansky, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 280.

66 Mésaventure qui fut celle de la famille de Benjamin Stora dont le grand père mourut ruiné en 1945. Voir Allouche-Benayoun, Joëlle et Dermenjian, Geneviève, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, op. cit., p. 290.

67 Un professeur de lettres exclu de son poste, Jacques Shapira, exprime ce besoin de retour sur soi-même : « Contraints par la nécessité, nous avons fait un retour sur nous-mêmes, nous nous sommes demandés s’il ne fallait pas partir à la recherche de sources perdues […] » Bulletin de la Fédération des sociétés juives d’Algérie, no 69, mai 1941, p. 56.

68 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002.

69 1 007 Juifs natifs d’Algérie ont été déportés depuis la métropole. Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie, Mémoires et identités plurielles, Paris, Stavit, 1998, p. 304.

70 Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, op. cit., p. 205-221.

71 14 000 à 15 000 Juifs y étaient internés en 1941.

72 CDCJ LXXXXIV note no 40 MGP/CAB du 30 janvier 1943. Cité par André Kaspi, « Le général Giraud et les Juifs de janvier à juin 1943 », www.jstor.org/stable/10.2307/23515509

73 ANOM Alg. GGA 6CAB/1, Constantine le 25 novembre 1942, André Bakouche, Président du consistoire de Constantine à Gouverneur général Châtel et à l’amiral Darlan. CDJC LXXXIV14, Henri Aboulker à l’amiral Darlan, Alger, 14 décembre 1942.

74 Journal officiel du 18 mars 1943.

75 Le gouverneur général Châtel l’avait exprimée devant le grand rabbin Eisenbeth : Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 225.

76 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 283.

77 Général Giraud, Un seul but : la victoire, Alger 1942-1944, Julliard, Paris, 1949, p. 122.

78 Discours de Giraud du 14 mars 1943, cité par Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 284-285.

79 La France libre est le régime de résistance extérieure fondé à Londres par le général de Gaulle dans la foulée de son appel du 18 juin 1940.

80 Roosevelt eut des propos discutables au cours d’une entrevue à Casablanca avec le général Noguès le 17 janvier 1943. Il proposa « que le nombre de Juifs engagés dans l’exercice des professions libérales (droit, médecine, etc.) soit limité de façon précise au pourcentage de la population juive par rapport à l’ensemble de la population d’Afrique du Nord. », Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 285.

81 Pour le rôle de Jean Monnet dans le cheminement « démocratique » de Giraud, voir André Kaspi, La Mission de Jean Monnet à Alger, mars-octobre 1943, vol. 2, Publications de la Sorbonne, Série internationale, éditions Richelieu, 1971.

82 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 285-286.

83 Ibid., p. 319.

84 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 188.

85 Jacques Derrida, « La contre-Allée », avec Catherine Malabou, Paris, La Quinzaine littéraire, 1999, p. 88. Dans le chapître L’identité dèssociée.

86 Certaines familles, pour échapper à la spoliation, avaient cédé des biens « à l’amiable ». Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, op. cit., p 320.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search