Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Une longue hostilité antijuive

De crise en crise (1902-1940)

Texte intégral

  • 1 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 166.

1Après 1900, l’économie s’améliora en Algérie, atteignant un point culminant entre 1909 et 1913, ce qui facilita, dès 1900-1902, l’apaisement des passions. À la période de crise succéda une longue période d’accalmie qui « ne dura pas moins de trente ans, apportant dans l’ensemble du pays, tranquillité, paix et prospérité1 ».

2Dès 1905, les Français se tournèrent vers l’application des décrets qui leur accordaient l’autonomie, ce qui semblait indiquer que le tréfonds de la crise était bien une Algérie maîtresse d’elle-même. Toutefois, malgré la conduite exemplaire des soldats juifs pendant la Première Guerre mondiale, l’antisémitisme se réveilla dans les années 1920 et redevint violent dans les années 1930 à la faveur de la crise économique, en réutilisant les méthodes anciennes tout en se complétant, du fait de la situation internationale, de nouveaux angles d’attaque. Pour faire face à cette situation, la Ligue des droits de l’homme (LDH) et la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA) multiplièrent les interventions aux côtés des Juifs d’Algérie et de leurs associations, en particulier le Comité Algérien d’Études Sociales (CAES).

1902-années 1920 : apaisement et renaissance de l’antisémitisme

Les Juifs pendant la Première Guerre mondiale

3Environ 14 000 Juifs d’Algérie furent mobilisés pendant le conflit aux côtés de 173 000 Musulmans et de près de 92 000 Français et naturalisés.

  • 2 Maurice Zimmermann, « Le recensement de 1911 en Algérie », Annales de Géographie, année 1912/116, p (...)
Population totale en 19112 Nombre de mobilisés Nombre de morts ou disparus
Juifs : 70 271 14 000 1 361 puis 1 800 morts comptabilisés
Indigènes - Algérie : 4 711 276 173 000 25 700
Français d’origine : 304 592
Néos : 188 068
92 000 10 000 à 12 000
  • 3 Le livre d’or du judaïsme algérien, 1er fascicule, septembre 1919, publication du Comité algérien d (...)
  • 4 Philippe Landau, « Les juifs algériens dans la Grande Guerre », Tsafon, no 6, hors-série 2013 ; Jui (...)
  • 5 Les chiffres varient selon les sources.
  • 6 Ces incidents sont signalés l’un après l’autre par les membres des consistoires algériens aux respo (...)
  • 7 Entretiens avec la chanteuse oranaise Sari Saïac, Sarisa de son nom de scène, mai 1974.

4Sur les 12 000 Français d’Algérie tombés pendant la guerre, le Livre d’or du judaïsme algérien3 publié en 1919 par le Comité Algérien d’Études Sociales dénombra 1 361 Juifs. De nouvelles recherches4 ont abouti en 2013 au chiffre de 1 700 morts auxquels il faut ajouter 100 anciens combattants gazés à Ypres en 1915 et qui en décédèrent postérieurement5. Les soldats juifs reçurent en récompense de leur conduite, un millier de citations à l’ordre du jour, 39 croix de la Légion d’honneur, 113 médailles militaires. Le patriotisme des Juifs d’Algérie impressionna jusqu’aux antijuifs. Mais on compta ici ou là, en plus d’incidents à caractère antisémite répertoriés pendant les années de guerre6, des manifestations de mépris et des mises à l’écart des Juifs par les Français et les Européens, accompagnées de chansons et de cris antijuifs7.

Le réveil de l’antisémitisme

  • 8 AIU Algérie, IC1 6. Comité algérien d’études sociales, Note sur l’antisémitisme algérien, 28 septem (...)
  • 9 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 65-66.
  • 10 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 32.
  • 11 Pillage de magasins juifs par des Musulmans à Sétif le 17 juillet 1920. ANOM 11 H 47, sous-préfectu (...)
  • 12 Notamment dans le journal La Tribune. AIU Alg. IC1, no 8878/2, Alger le 16 juin 1921 à M. le Présid (...)

5En 1919, dans une « Note sur l’antisémitisme algérien », un notable juif algérois, le docteur Henri Aboulker (1865-1957), présentait ses espoirs mêlés d’interrogation en ce qui concernait les années à venir. Il soulignait que le racisme était toujours présent mais que la guerre avait apaisé les tensions, et que les liens avec la population européenne se renforçaient. Avec une action appropriée, « la question juive disparaîtra de la politique » disait-il, et il fondait son optimisme mesuré sur l’extinction des organisations hostiles, sur l’accession des Israélites à des fonctions associatives d’où ils étaient exclus jusque-là, ainsi que sur la reconnaissance par toute la population de leur participation « glorieuse » à la guerre8. La population juive pensait aussi que la fraternité des tranchées et la conduite exemplaire des soldats juifs signaient la fin de l’antisémitisme en Algérie9. C’était compter sans la culture antijuive ambiante des Européens et sans les travers des hommes politiques locaux, toujours prompts à raviver les querelles politiquement payantes, les Indigènes apportant leur masse de manœuvre avec diligence. Et, contrairement à ce qui se passait en métropole où l’on assistait à un déclin de l’antisémitisme depuis l’avant-guerre10, des épisodes de tension et de violence se produisirent en Algérie dans les années 1920, tels que des pillages de magasins juifs par des Musulmans11 et une grande hostilité de la population française et européenne avec publication d’articles antisémites dans les journaux12.

6Après la Première Guerre mondiale, Juifs et Musulmans, conscients d’avoir rempli au mieux leur devoir de soldats et de citoyens pendant le conflit, s’affirmèrent davantage qu’autrefois sur l’espace public et dans les assemblées élues. Ce qui se traduisit, d’abord à Oran puis dans le reste du territoire, par une irritation croissante des Français et des divers Européens qui refusaient d’admettre des transformations sociales et politiques ressenties comme remettant en cause aussi bien l’identité politique de l’Algérie coloniale que la leur, notamment en ce qui concernait la hiérarchie des populations. Plus largement, l’antisémitisme renaissant trouvait ses raisons d’être dans les mêmes griefs économiques qu’au xixe siècle, renforcés dans les classes supérieures européennes par le fait que certains Juifs avaient fait des études et même des études supérieures en nombre plus important qu’autrefois et que les médecins, les avocats et autres membres des professions libérales trouvaient en eux des concurrents.

  • 13 ANOM : BIB AOM/30308, La Grande lessive. Journal des revendications du vrai prolétariat. AIU Alg. I (...)
  • 14 AIU Alg. No 8993/3, Alger le 27 juillet 1921, Confino à M. le Président de l’AIU.
  • 15 AIU 27 juillet 1921, lettre du CAES à M. Le président de l’AIU à Paris.

7Dès les lendemains de la guerre, La Tribune de Constantine reprenait les attaques antisémites de la crise des années 1895-1898 et parlait à nouveau de péril juif, de « juifs avant d’être français », de « porcs » juifs incapables de tenir un fusil, etc. Un article de La Grande lessive du journaliste J. Jeandet du 13 février 1921 parla d’une France livrée au grand capitalisme juif et dans laquelle « la Chambre, le Sénat, le ministère, la justice, l’enseignement, l’administration » étaient gangrenés par la race hébraïque. « Il faut être logique, conclut-il, et avoir le courage de dire haut et fort ce que beaucoup de Français pensent : le juif, voilà l’ennemi13 ». Ayant donné à son journal le nom de L’Antijuif, il reçut des menaces de la part de jeunes juifs démobilisés et la préfecture se contenta de convoquer les notables juifs pour leur conseiller le calme14. L’affaire s’apaisa en effet, grâce à l’intervention de proches du journaliste qui lui demandèrent de cesser la publication15.

8En 1924 les rumeurs anciennes renaissaient ouvertement, auxquelles s’ajoutaient désormais des critiques qui accusaient les Juifs d’être le cheval de Troie du bolchevisme. Ce contexte déboucha à nouveau sur des incidents mineurs et localisés entre Juifs, Français et Européens. Enfin, les développements de la question palestinienne se traduisirent à partir de 1929 par un durcissement des relations entre Juifs et Musulmans, à une époque où le mouvement national algérien prenait son essor.

  • 16 Il devint conseiller municipal en 1907 ; engagé volontaire en 1914, il fut battu aux municipales en (...)
  • 17 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 66.
  • 18 La croix gammée disparut du journal après mars 1933, comme étant devenu un symbole purement nationa (...)
  • 19 Fouad Soufi, Jules Molle, Recherches bibliographiques Algérie, 1830-1962, no 1 mars 1984.
  • 20 Sarah Catel, L’Union latine à Oran dans les années 20, Mémoire de maîtrise histoire, Daniel Rivet, (...)
  • 21 Parmi ces associations, se rencontraient des clubs sportifs (Fédération des boulomanes, Automobile (...)
  • 22 Voir Pierre Assouline, L’Histoire, no 148, octobre 1991 : « Henry Coston, itinéraire d’un antisémit (...)
  • 23 Après son mandat à Oran, Parès se présenta sans succès dans le quatrième arrondissement de Paris.

9L’importance du « vote juif » avait perdu beaucoup de sa réalité depuis les naturalisations de 1889 mais c’est encore sur le grief des électeurs juifs trafiquant les élections que le mouvement antijuif se réinstalla politiquement en 1924 à Oran qui redevint le bastion de l’antisémitisme algérien, qui disposait des organisations antijuives les plus variées. Le docteur Jules Molle (1868-1931) venu du radical-socialisme, s’était installé en ville en 190316. Connu comme le « médecin des pauvres » et très aimé dans les quartiers populaires peuplés de néos d’origine espagnole, il prit la direction politique du Petit Oranais en 1923 avant d’être battu aux législatives en 1924. Il mit ses échecs au compte des Juifs qui avaient voté pour un autre candidat et renoua avec un antijudaïsme électoral violent ; il entendait ainsi effrayer les quatre mille électeurs israélites d’Oran pour qu’ils ne votent pas et, inversement, attirer vers sa candidature les Oranais de milieu populaire, en particulier les huit mille électeurs d’origine espagnole vers qui sa propagande était particulièrement tournée. Molle s’appuya sur Le Petit Oranais dans lequel il publiait lui-même des articles et en fit un organe antijuif qui s’adressait avec démagogie au prolétariat européen pour l’inviter à « secouer le joug de l’oppression juive17 » et qui finit par arborer une croix gammée18. En mai 1924, il lança la ligue latine19 destinée à regrouper les Français, Italiens, Espagnols, Maltais, considérés comme des « latins », et à lutter contre les Juifs ; cette organisation devint peu après un « mouvement-parti », prit le nom d’Union latine20 et essaima en Oranie, l’ensemble formant les Unions latines, dont le mot d’ordre était « Débarrasser la France et l’Algérie des juifs » et dont la carte d’adhésion portait au dos la mention « Les juifs ne sont pas admis ». Ces Unions s’implantèrent dans les faubourgs populaires des villes du département par le biais d’un réseau très diversifié d’associations subventionnées par la municipalité et investies par les agents électoraux21. En mai 1925, Jules Molle gagna largement les élections municipales grâce à une violente campagne antisémite. Trois ans plus tard, en 1928, il fut élu député du Parti républicain démocrate indépendant et, soutenu par Le Petit Oranais, continua sa propagande antijuive jusqu’à sa mort, survenue en 1931 avant la fin de son mandat, et après qu’il eut fondé en 1930 avec le journaliste Henry Coston22 le Parti National Populaire (devenu par la suite Ligue Nationale Populaire) dont le journal fut La Libre parole d’Alger. Son seul programme avait été l’antisémitisme, qui passait concrètement par le boycott des magasins et des produits juifs, ce qui n’obtint pas un grand succès. Soutenu par la bourgeoisie, Paul Ménudier, son successeur à la mairie en 1931, était hostile aux Espagnols, aux Juifs et aux « Arabes ». Avec Michel Parès (1887-1966), député de 1931 à 193623, ils continuèrent la politique de Molle et les Unions latines dominèrent la vie politique oranaise entre 1926 et 1932.

La montée des hostilités

  • 24 Député d’Eure et Loir (1902 -1918, 1924-1930), sénateur (1930-1939). Franc-maçon, membre de la Ligu (...)
  • 25 Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la (...)

10Maurice Viollette24 (1870-1960) occupa le poste de gouverneur général de l’Algérie du 12 mai 1925 au 20 novembre 1927. Son passage au gouvernement général fut marqué par la lutte contre le développement du communisme et l’inquiétude quant aux premiers développements du fascisme italien. Viollette souhaitait « intégrer les Musulmans dans la Cité française », ce qu’il pensait être la seule garantie du maintien de la France en Algérie, ainsi qu’il l’expliqua avec préscience au ministre de l’Intérieur Camille Chautemps en février 1926. L’islam, dit-il, « est une religion, il n’est pas encore une patrie » et une majorité d’Indigènes « sont prêts à adopter la Patrie française sans arrière-pensée, mais si la Patrie française se refuse à eux, si elle se hausse tellement qu’ils ne puissent l’atteindre, ils se feront leur Patrie à eux et nous l’aurons voulu25. »

  • 26 Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la (...)

11Le gouverneur général devint dès lors l’objet de la très forte hostilité de la classe politique, des Délégations financières puis des députés26 ; une violente campagne de presse se déclencha, des déclarations diffamatoires et des attaques concernant sa politique d’ouverture furent lancées dans le public. Ne pouvant atteindre ses objectifs, il démissionna en 1927 et laissa la place au préfet d’Alger, Pierre-Louis Bordes.

  • 27 Dans cet ouvrage, le terme de « Français », entouré de guillemets signifie Français non-juif, d’ori (...)

12À l’aube des années 1930, les inquiétudes et les frustrations des uns et des autres s’accumulaient : beaucoup de « Français27 », c’est-à-dire de Français non-Juifs et beaucoup d’Européens se croyaient menacés de submersion à des titres divers par les Juifs qui redoutaient eux-mêmes l’antisémitisme renaissant et par les Musulmans qui supportaient de plus en plus mal d’être tenus à l’écart de tout dans leur pays natal.

Années 1930 : la crise se généralise

  • 28 Célèbre faux sans doute forgé à Paris vers 1905 par l’Okhrana, la police secrète russe, et qui se p (...)

13Le recours à l’antisémitisme dépassa largement dans les années 1930 le cadre de la seule Oranie. Alger, avec Augustin Rozis maire de 1936 à 1942 et surtout Constantine avec Émile Morinaud, en eurent leur part, ainsi que bien d’autres villes ; le tout résonna avec les événements qui troublaient la métropole à la même époque. Une presse antisémite proliféra, des pamphlets dénoncèrent Le Droit de la race supérieure, on réimprima Les Protocoles des sages de Sion28.

  • 29 Dominique Maison, « La population de l‘Algérie », Population, 1973, vol. 28, no 6, p. 1079-1107. Di (...)
  • 30 Les juifs de l’Afrique du Nord Démographie & onomastique, Imprimerie du Lycée, Alger, 1936. Réédité (...)
  • 31 Grand rabbin de Constantine de 1928 à 1932 puis grand rabbin d’Alger de 1932 à 1941, Maurice Eisenb (...)

14La crise des années 1930 toucha une population d’Algérie en augmentation constante depuis le xixe siècle. En 1881, cette population était aux environs de 3 272 000 habitants et en 1936 de 6 461 000 habitants ; la population musulmane était passée de 2 860 000 habitants à 5 588 000 habitants et la population d’origine européenne de 412 000 à 881 000 habitants29. De leur côté, en 1931, les Juifs d’Algérie étaient au nombre de 110 127. Dans son étude sur les Juifs d’Afrique du Nord30, Maurice Eisenbeth31 (1883-1958) recensait, à côté d’une faible proportion de familles riches, un certain nombre de Juifs de condition modeste qui travaillaient dans le commerce ou l’artisanat tandis que la grande majorité de la population était de condition précaire : journaliers, colporteurs, femmes de ménage. En 1936, pour dix Juifs ayant un emploi, 53 autres, pauvres ou indigents, vivaient de secours.

  • 32 Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, 2004 (1999).

15Cette crise était au moins aussi étendue et profonde que celle des années 1895-1902 mais elle était complexifiée par l’influence du nazisme, du fascisme et du franquisme32. Profondément républicains, les Juifs étaient attachés au régime qui leur avait accordé l’émancipation, ce qui en faisait d’autant plus des cibles privilégiées des mouvements d’extrême droite, qui s’attaquaient à la République. À l’époque, la propagande antisémite proprement dite de ces mouvements ajoutait au traditionnel grief de l’antijudaïsme électoral la proximité de nombreux Juifs avec les socialistes.

L’extrême droite en Algérie

  • 33 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, dans Nicolas Ba (...)

16Pendant ces années de crise, l’Algérie était donc sous l’influence de l’extrême droite, de son idéologie et de ses organisations qui cultivaient un rapport étroit avec l’antisémitisme. Cet engouement pour l’extrême droite, qui devait être une source d’inspiration pour la droite métropolitaine avec laquelle elle était toujours très en lien, touchait non seulement les Européens mais aussi un certain nombre de Musulmans. On peut voir la cristallisation de cette situation de type fasciste dans la rencontre d’intérêts communs jusqu’alors divergents et dans « la prise de conscience d’ennemis communs à abattre », soit selon les cas et les personnes les Juifs, les Musulmans, les bolcheviques, les Francs-maçons, Blum et Viollette33, etc.

  • 34 Mouvement nationaliste et monarchiste né en France au moment de l’affaire Dreyfus. Maurras l’orient (...)
  • 35 Charles Maurras était monarchiste, antidreyfusard, nationaliste, conservateur, germanophobe ; favor (...)
  • 36 Les Croix de Feu avaient été créées par Maurice d’Hartoy. De 2 000 adhérents en 1929, le mouvement (...)
  • 37 La Rocque créa un réseau d’associations diverses afin d’élargir sa base sociale. Parmi ces associat (...)
  • 38 Les anciens combattants de l’Action française étaient réunis dans l’association Marius Plateau fond (...)
  • 39 AIU IC1, dossier LICA.
  • 40 Jacques Doriot avait été exclu du Parti communiste français en 1934. On lui reprochait des divergen (...)

17Plusieurs organisations ou ligues d’extrême droite d’origine métropolitaine dominaient la scène politique ; parmi elles, l’Action française34 de Charles Maurras35 (1868-1952) et les Croix de Feu36 du colonel François de La Rocque37 (1885-1946) qui réunissaient les anciens combattants38. En 1935, Alger était, avant Paris, la première ville française pour le nombre d’adhérents au mouvement Croix de Feu39 ; l’Action française et le Parti Populaire Français (PPF), fondé en 1936 par Jacques Doriot40 (1898-1945), trouvaient aussi en Algérie leur plus grand nombre d’adhérents, en expansion depuis le début des années 1930. Les ligues (Action française, Croix de Feu, Jeunesse patriote, Solidarité française) qui excluaient les Juifs et en faisaient la cible de leur propagande, étaient sensibles au nazisme ressenti comme contre-révolutionnaire, autoritaire, raciste et hostile au régime républicain parlementaire qui paraissait incapable de faire face aux difficultés de l’époque. Entre 1933 et 1936, le nombre des Croix de Feu augmenta considérablement en Algérie et l’organisation devint antisémite, en dépit des efforts de La Rocque pour contrer cette tendance.

  • 41 Le PSF devint le premier parti de France en 1939 avec plus d’un million d’adhérents.

18Après la dissolution en 1936 des ligues d’extrême droite reconnues comme un danger pour le régime républicain et démocratique puisqu’elles souhaitaient établir un régime autoritaire, le colonel François de La Rocque créa le Parti Social Français41 (PSF) qui se teinta d’antisémitisme en Algérie. De son côté, le Parti Populaire Français, évolua rapidement vers le fascisme. Il voulait mettre la France au premier plan, la rapprocher de l’Allemagne et barrer la route au communisme, et rapprocher la France de l’Allemagne ; son antisémitisme reçut l’assentiment de nombreux Européens et d’une partie des Musulmans. Au total, les partis d’extrême droite trouvèrent en Algérie leurs partisans les plus ardents et l’antisémitisme fit le lien entre tous ceux qui, politiquement divergents, trouvaient intérêt à combattre les Juifs : nationaux, maurrassiens, Croix de Feu, Français et Européens des villes, colons, ainsi qu’une partie des élites musulmanes et des nationalistes indigènes.

L’antisémitisme se répand à nouveau

19Les années 1930 voient l’antisémitisme se développer à nouveau un peu partout en Algérie. Des mouvements violents eurent lieu à Tlemcen en 1933 après que les antijuifs eurent répandu le bruit que l’Algérie allait accueillir des milliers de Juifs allemands chassés par Adolf Hitler et qui viendraient prendre le travail des Musulmans, et ces derniers pillèrent en conséquence 50 magasins juifs en juillet. Et, en 1934, le président des Unions latines de Sidi-Bel-Abbès, Lucien Bellat, maire de la ville de 1929 à 1943, décida de relancer l’antisémitisme pour lutter contre la désaffection de ses électeurs.

  • 42 Pierre Hebey, Alger 1898, la grande vague antijuive, op. cit., p. 294-295.
  • 43 Cette journée d’action antiparlementaire de la droite, de l’extrême droite et des Ligues devant la (...)

20En octobre 1933, une rumeur répandue par des agents du nazisme fit courir dans la région de Constantine le bruit que le propriétaire de la maison JOB était un Juif et que les ouvriers musulmans de la fabrique de cigarettes seraient licenciés pour être remplacés par des Juifs allemands réfugiés, ce qui se traduisit par un boycott de la marque par les Musulmans, dont le journal El Oumma de l’Étoile Nord-africaine se félicita. En 1934, de nouvelles manifestations eurent lieu à Alger où l’extrême droite répandait un antisémitisme virulent et bien reçu de la part de nombreux Français et Européens. Les ligues attaquaient régulièrement les Juifs dans leur propagande, des insultes réapparaissaient sur les murs des villes, telles que : « Pactiser avec les Juifs, c’est trahir la France », « acheter chez les Juifs, c’est ruiner le commerce français », « Travailleur, ton ennemi c’est le Juif, il t’exploite, il te vole42 ». À l’occasion de la journée sanglante du 6 février 193443 qui mobilisa les foules à Paris, les mouvements d’extrême droite furent, de l’Action française aux Croix de Feu, très actifs dans les rues d’Algérie.

  • 44 Gabriel Lambert était suspens a divinis et non interdit comme on l’a souvent dit. Il ne pouvait cél (...)
  • 45 Un spectacle typique d’Oran à cette époque était fourni par les allées et venues des porteurs d’eau (...)
  • 46 Dépression à fond plat de régions désertique chaude, généralement inondable, parfois lacustre, où l (...)
  • 47 Geneviève Dermenjian, « L’élection de l’abbé Lambert à la mairie d’Oran (décembre 1932- mai 1934) » (...)

21En 1932, soit un an après la mort du docteur Molle, Oran élit à nouveau un député antijuif, Michel Parès et, en décembre de la même année, Gabriel Lambert (1900-1979), personnage atypique, opportuniste et démagogue, arrivait en ville. Ce prêtre suspens a divinis44 était considéré comme l’un des meilleurs sourciers de son époque et vint à Oran à la demande du conseil municipal pour trouver de l’eau dans une ville qui en était régulièrement privée par manque d’un approvisionnement régulier ; si bien qu’en été, il fallait parfois utiliser, même pour la cuisine et la boisson45, l’eau en provenance de la Sebkha46 d’Oran, un lac salé situé à 15 kilomètres au sud de la ville. Gabriel Lambert fit surgir de l’eau pure à Bredéa, situé à seize kilomètres au sud-ouest d’Oran, sur la commune de Misserghin. Mais cette eau ne donnait qu’un simple filet qui trouvait sa source dans le cercle interdit aux forages de la Sebkha d’Oran. Celui qu’on appelait communément « L’abbé Lambert » demanda malgré cela qu’on creuse des puits et exigea de l’argent pour le faire, ce que le conseil municipal refusa en s’appuyant sur des études scientifiques qui démontraient la nocivité des forages. Lambert s’installa en ville en guise de représailles et se transforma rapidement en homme politique de premier plan pour y prendre le pouvoir47.

  • 48 Venu à Oran comme directeur d’école, il se lança en politique et fonda une section SFIO. Conseiller (...)
  • 49 Des manifestants ayant bousculé Lambert, celui-ci feignit de s’évanouir selon son ami d’alors Léopo (...)

22Neuf conseillers municipaux ayant démissionné, Lambert présenta une liste de candidats qui dessinait en creux le retour de la question juive puisqu’elle comprenait des Français d’origine et des néos, des notables et des hommes de condition modeste, mais pas de Juifs pour ne pas froisser, dit-il, ses électeurs non juifs. Lambert et six colistiers furent élus le 27 décembre 1933 au Conseil municipal contre la liste socialiste de Marius Dubois48 (1890-1976) et celle de l’antijuif Paul Ménudier49 qui conserva la majorité. Lambert fit appel à la rue, s’en prit à Ménudier et à son antisémitisme. La première réunion du conseil municipal du 24 février 1934 fut troublée par des manifestants et le maire démissionna, ce qui permit à Lambert d’être élu maire en mai 1934. L’antisémitisme fit alors place à la paix intercommunautaire. Lambert bénéficia de l’appui des notables Juifs et de leur argent, réconcilia Juifs et néos et se créa un électorat dans les couches modestes ou méprisées de la population oranaise en devenant celui qui prêchait la « paix des races », « l’union des arabes, juifs, espagnols, français ou originaires d’Espagne ». Afin d’obtenir un soutien politique et financier, le nouveau maire d’Oran créa en janvier 1934 les « Amitiés Lambert » auxquelles adhérèrent toutes les fractions de la population oranaise : Juifs, Musulmans, Français d’origine, néos et Européens non naturalisés. La propagande était assurée par des tracts, des articles de presse du Petit Oranais, d’Oran-Matin et de L’Écho d’Oran.

Le sommet de la crise (1935-1938)

Une période troublée

  • 50 AIU Alg. IC6, Œuvres de Constantine, 25 mars 1935.
  • 51 Journal Officiel de la République Française du 5 avril 1935, p. 3868. L’administration se servit de (...)

23Du 3 au 5 août 1934, trois jours d’émeutes antijuives sanglantes commises par des Indigènes et sur lesquels on reviendra se déroulèrent à Constantine. Après ces émeutes, les pouvoirs publics s’intéressèrent de plus près à l’antisémitisme et à son évolution. Les services départementaux et municipaux furent chargés d’envoyer des rapports trimestriels, mensuels puis hebdomadaires qui laissaient clairement transparaître l’antisémitisme des milieux administratifs et policiers. Venu en Algérie à la suite des troubles de 1934 et 1935, le ministre de l’Intérieur Marcel Régnier (8 novembre 1934-1er juin 1935) reçut une délégation juive qui demanda au gouvernement de prendre des mesures contre les incitations à la haine raciale afin d’obtenir « la sécurité pour nous et pour les autres50 » et le 30 mars 1935, un décret fut promulgué réprimant « les manifestations antinationales et contre la souveraineté française en Algérie51 ».

  • 52 Né à Batna en 1904, Lautier était un repris de justice.
  • 53 Où la municipalité voulait installer un arc de triomphe dans le jardin central avec une inscription (...)
  • 54 AIU Alg. IC6, no 9076, 14 août 1935.
  • 55 AIU Alg. IC6, Œuvres de Constantine, Constantine, 17 mai 1935 rédigé par Angel. Il existe plusieurs (...)
  • 56 AIU Algérie IC1, no 8788/4, Lettre Toledano à Confino, Oran 8 mai 1935.
  • 57 AIU Algérie IC1, Alger, le 14 août 1935, A. Confino au Président de l’Alliance israélite universell (...)
  • 58 AIU Alg. no 9191/3, Alger le 28 octobre 1935, Confino à M. le Président de l’AIU, Paris.

24Les antijuifs se réclamèrent à l’époque ouvertement du fascisme et du nazisme et les élections se firent partout en Algérie sur l’antisémitisme : le directeur antijuif de L’Éclair, Henri Lautier52, devint conseiller général à Constantine, des listes d’Unions Latines se présentèrent à Alger avec le nouveau maire Augustin Rozis, membre du PSF, ainsi qu’à Oran et Sidi Bel Abbès53. L’atmosphère resta houleuse pendant plusieurs mois, ponctuée de bagarres entre Juifs et Européens dans plusieurs villes, dont Alger54 et Constantine, où la conjoncture était devenue « franchement mauvaise55 ». Toutefois, les élections municipales de mai 1935 se déroulèrent dans le calme à Oran où la liste de Lambert, qui prêchait en faveur de l’union des races56, arriva en tête. En août, des violences eurent lieu à Sidi Bel Abbès : dans la nuit du 6 août les groupes d’extrême droite dont les Unions latines et les Croix de Feu collèrent des affiches hostiles aux Juifs et aux Francs-maçons, réclamant « La France aux Français », d’autres proclamant « Mort aux juifs ». Le 7 août environ 150 personnes armées de bâtons firent irruption dans un café fréquenté par des Juifs, des inscriptions « mort aux juifs » furent écrites sur les murs et des tracts portant la mention « la France aux Français » furent distribués. Le nouveau sous-préfet Haze était connu pour ses tendances antisémites, ce qui expliquait peut-être, lit-on dans un rapport au président de l’Alliance israélite universelle (AIU), que les seules arrestations aient été dirigées contre des Juifs57. D’autres incidents eurent encore lieu pendant les mois suivants, par exemple à Alger où des placards intitulés « Les juifs partout » revinrent à nouveau sur le fantasme de l’accaparement par les Juifs de tous les postes dans le commerce, l’administration, l’industrie, les carrières libérales, la politique58.

1936 : l’apogée de la crise

  • 59 AIU Algérie IC1, Debay, « Mouvement Croix de Feu », La Dépêche algérienne, 25 mars 1936. Alger, 26  (...)
  • 60 AIU Algérie IC1, 10 avril 1936, A. Debay, Le mouvement Croix de Feu et l’antisémitisme, lettre daté (...)
  • 61 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, Paris, Riveneuve Éditions, 2008, rééd. 2012 (...)

25Gabriel Lambert se tenait à l’écart de l’antisémitisme, de l’agitation du Front paysan d’Oranie et des Croix de Feu. Il s’était montré efficace dans la gestion municipale d’Oran en ouvrant par exemple des cantines et des crèches et se présenta aux législatives d’avril-mai en faisant une campagne ordinaire. Mais ce fut le socialiste Marius Dubois qui fut élu avec l’aide des électeurs juifs et le maire devint alors brusquement antijuif. À la même époque, l’antisémitisme gagna d’autres sphères politiques. Le nombre des membres des Croix de Feu explosa et le délégué des Croix de Feu en Algérie A. Debay, qui affirmait jusque-là que le mouvement acceptait tous les patriotes français sans distinction de race ou de religion59, écrivit au printemps 1936 au gouverneur général que les Juifs agressaient les Croix de Feu et manipulaient les élections60. L’antisémitisme des mouvements-partis locaux se conjugua avec celui des partis d’extrême droite nationaux, PSF et PPF, dont l’inspiration idéologique et les moyens financiers provenaient des organisations métropolitaines du même nom61. Ces partis excluaient les Juifs, les attaquaient dans leur propagande et étaient sensibles au nazisme.

  • 62 ANOM Algérie, Oran//424 Oran, 3 juillet 1936, commissaire de police de Mostaganem au préfet d’Oran, (...)

26Des incidents antisémites à caractère électoral se produisirent de façon sporadique dans tout le département d’Oran qui resta jusqu’en 1939 le fief de l’antisémitisme. La plupart des villes et petits centres de colonisation du « creuset surchauffé de l’Oranie » furent touchés par ce mouvement. En 1935, les Croix de Feu de Tiaret, qui avaient essuyé un échec aux élections municipales du 5 mai, s’étaient lancés dans une campagne antijuive qui prit les formes traditionnelles de graffitis, papillons injurieux, licenciements, provocations, conférences. Tlemcen, Boukanéfis en 1936, Mostaganem62 et Relizane, Aïn Témouchent, Nemours, Remchi, Saïda ainsi qu’un grand nombre de petits villages dispersés connurent des mouvements semblables en 1937-1939 et Mascara se dota à la même époque de coopératives pour concurrencer les magasins juifs. Les services du préfet notaient que les buts affichés de la propagande restaient les deux objectifs traditionnels de l’antijudaïsme algérien : le boycottage des magasins juifs et les retombées électorales de la propagande.

  • 63 Il fut sous-secrétaire d’État chargé de l’éducation physique des gouvernements Tardieu (2 mars-4 dé (...)
  • 64 Le Républicain de Constantine, 2 mai 1936.
  • 65 ANOM Algérie Constantine B / 3/656 : Télégrammes 8541, 8551, 8531.
  • 66 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p. 18 (...)

27Des « municipalités antijuives » se réinstallèrent en Algérie autour de 1936 : à Sidi Bel Abbès avec à nouveau Lucien Bellat, à Constantine où le maire et député Émile Morinaud63 redevint antijuif militant en 1935 en réponse à la défection d’une grande partie de son électorat juif. Il lança Le Républicain de Constantine dans une intense propagande antisémite, appela à une lutte « Bloc contre bloc64 » qui fut suivie de nombreuses protestations des Anciens combattants juifs auprès des ministres à Paris, en particulier Léon Blum et Édouard Daladier, ainsi qu’auprès de Bernard Lecache (1895-1968), président de la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA) et de Victor Basch (1863-1944), président de la Ligue des droits de l’homme65 (LDH). En mai-juin 1936, Lambert fondait à Oran le Rassemblement populaire et national d’action sociale qui regroupait des organisations de droite et d’extrême droite, bénéficiait du soutien de la très grande majorité des maires du département d’Oran et de nombreuses autres municipalités, particulièrement celle d’Alger. Le Rassemblement contrôlait en 1936 « au sein de la Fédération des maires d’Algérie, plus de 90 % des élus municipaux, généraux et nationaux66 ». Dans le même temps, le bras droit de Henry Coston, Barthélémy, parcourait l’Algérie pour former les cadres de la prochaine révolution antisémite.

  • 67 CDJC CMXCVI-105.2 (Fonds LICA), 27 mars 1936, Bernard Lecache à Charles Aboulker.
  • 68 Emmanuel Debono, Aux origines de l’antiracisme, la LICA 1927-1940, Paris, CNRS éditions, 2012, p. 1 (...)
  • 69 Ibid., p. 77-180.
  • 70 ANOM Oran 613. Rapport du préfet au gouverneur général, 1er juin 1938.
  • 71 ANOM Alg. Alger, F410, Alger 16 mars 1937, Sécurité départementale d’Alger, rapport no 1623 Au suje (...)

28Cette offensive entraîna un surcroit d’attention de la LICA et de la LDH. En février 1936, Bernard Lecache, venu à Oran, critiquait la situation faite aux Juifs, devenus des citoyens de « seconde classe », dont les faits de guerre avaient été gommés et proposait, peu après, de présenter aux élections un candidat symbolique pour pouvoir répondre aux attaques des antijuifs67. Il agit également en faveur de la « défense des peuples opprimés » et de « l’union des races68 » au cours d’un voyage en Algérie de janvier à mars 1936 où il visita de nombreuses villes : Oran, Bône, Sétif, Affreville, Miliana, Alger, Mascara, Sidi-Bel-Abbès, Tlemcen. Le bilan de ce voyage fut jugé positif69, on parla de rapprochement entre les Juifs et les Indigènes dont les rapports de police signalèrent la présence en nombre dans les réunions de la LICA où les mesures réclamées contre l’antisémitisme étaient acclamées par l’assistance. Mais Morinaud, qui avait perdu les élections, parla de représailles à mener contre les Juifs, ce qui détermina la LDH et la LICA à demander aux pouvoirs publics d’agir pour éviter la répétition des émeutes de 1934. Puis les deux organisations réagirent en 1938 contre l’antisémitisme croissant. Dans le département d’Oran, la LICA intervint auprès des préfets lors de collages de papillons antisémites, de manifestations ou de conférences antijuives70, d’autres dirigeants appelèrent à une plus forte unité judéo-musulmane et à un ralliement au projet Blum-Viollette71.

  • 72 Homme politique, journaliste, fondateur de l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA) ; il t (...)
  • 73 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 453-455.

29Le régime hitlérien au pouvoir en Allemagne depuis 1933, puis l’arrivée au pouvoir à Paris en 1936 de personnalités socialistes d’origine juive autour de Léon Blum (avec les ministres Max Dormoy, Jean Zay et Jules Moch) libérèrent les instincts des antijuifs qui stigmatisèrent le vote des Juifs en faveur des partis de Front populaire. Parallèlement, le projet Blum-Viollette durcit la situation. Il proposait qu’environ 25 000 à 27 000 Musulmans obtiennent la citoyenneté française sans abandon du statut personnel, ce qui suscita l’adhésion de nombreux Musulmans comme Ferhat Abbas72 (1899-1985) mais aussi le scepticisme ou l’hostilité de certains nationalistes comme Messali Hadj et le PPA73. Plus largement et bien que portant sur peu d’intéressés, le projet suscita l’espoir au sein de la population musulmane et l’hostilité de la plus grande partie de la population française, qui parla « d’atteinte à la souveraineté française », pour des raisons tenant à la définition de la citoyenneté, à la défense de la suprématie de la population française et à la crainte de sa submersion progressive par l’élément « indigène ». La colère de l’opinion publique se dirigea contre les Musulmans dont on refusait l’émancipation politique, et contre les Juifs qu’on accusait d’avoir proposé ce projet menaçant les institutions.

  • 74 AIU Algérie IIC7-10, no 6096/3, rabbin Eskenazi à Secrétaire général. Le rabbin expliqua le sens du (...)
  • 75 ANOM 16 H 15, 25 mai 1937, Alger, rapport du Commissaire divisionnaire à préfet.
  • 76 ANOM 3CAB 95, 14 août 1936, Préfet de Constantine à Gouverneur général de l’Algérie ; Michel Abitbo (...)

30En 1936, les Juifs votèrent74 pour les socialistes qui ne les rejetaient pas et dont ils se sentaient politiquement proches, ce qui alimenta contre eux de nouvelles campagnes et de nouvelles violences. On assista à nouveau au boycott des magasins juifs, au retour des slogans et des chants antijuifs, à une épidémie de croix gammées75 peintes sur les magasins, tandis que les billets de banque étaient maculés d’inscriptions « mort aux juifs »… L’arrivée de Léon Blum au pouvoir redoubla les attaques : coups et menaces contre les Juifs à Constantine, violente campagne antisémite du Rassemblement National des partis d’extrême droite (Parti Social Français, Parti Populaire Français, Volontaires nationaux) créé par Lambert à Oran le 25 juin 1936 et qui reposait sur l’antimarxisme et l’antisémitisme. Le Rassemblement national enregistra des milliers d’adhésions venues de l’Oranie puis de l’Algérie tout entière. Lambert et l’ouest algérien étaient en pointe dans cet antisémitisme renouvelé : on y terminait les réunions politiques par « mort aux juifs » ou « Longue vie à Hitler », celles du Rassemblement national et des Unions latines finissaient en troubles et le maire d’Oran mobilisait les opposants aux Juifs et au Front Populaire. À Constantine, le député Républicain indépendant Stanislas Devaud (1936-1942) appelait les « Français de souche » et les Indigènes à s’unir contre la « juiverie » et contre « Blum, le juif76 ».

1936-1938 : un antisémitisme toujours croissant

  • 77 La Libre Parole d’Alger, 14 juillet 1936.
  • 78 ANOM 16H15, Alger, 25 mai 1937, rapport du Commissaire divisionnaire. En 1936, les services de poli (...)
  • 79 ANOM Algérie, GGA3CAB/25.

31Alger redevint à partir de 1936 un grand centre de l’antisémitisme. Henry Coston, héritier spirituel d’Édouard Drumont et soutenu par La Libre Parole d’Alger, se présenta en mai 1936 aux élections législatives dans la deuxième circonscription d’Alger sous l’étiquette de « candidat républicain antijuif d’action latine » et au nom de « l’anti-judéo-maçonnisme ». Il proposa de libérer « Alger de la dictature juive » et déclara vouloir agir « Contre la dictature de l’or et des puissances occultes, contre le marxisme, pour la liberté, pour la paix, pour la France aux Français77 ». Son net échec, il obtint un peu moins de 10 % des voix, ce qui indiquait tout de même la persistance dans l’électorat d’un noyau dur antisémite, le conduisit à revenir en métropole où il poursuivit sa carrière de journaliste antisémite et devint un collaborateur actif pendant la période de Vichy78. Le PPF, en progression constante, s’installa à la mairie d’Alger avec le maire Rozis. En 1936 les Croix de Feu, devenus PSF, comptaient désormais près de 30 000 adhérents, dont un millier de Musulmans dans le département d’Oran. Les journaux antijuifs étaient nombreux et virulents, des inscriptions hostiles aux Juifs, des croix gammées firent leur retour sur les murs et dans les écrits divers, on criait « Vive Hitler79 » dans les manifestations.

  • 80 ANOM Alg. Alger, F410, sécurité départementale d’Alger, 22 avril 1936. Rapport no 2427, réunion éle (...)
  • 81 ANOM Alg. Alger, F410, 27 mai 1936, rapport no 588AS, commissaire de police Spiteri à secrétaire gé (...)
  • 82 Charles-Robert Ageron, « Les Juifs d’Algérie, de l’abrogation du décret Crémieux à son rétablisseme (...)
  • 83 BDIC-LDH F Delta Res 798/171, Sidi-Bel-Abbès, 6 mars 1937, rapport du président de la LDH sur les é (...)

32La LICA et les Juifs d’Alger luttèrent ensemble contre la candidature de Coston, qui entraînait des réactions violentes et proches de l’illégalité de la part de jeunes Juifs : déclenchement de bagarres, intrusion dans les locaux du candidat80, coups de revolver échangés entre des membres de la LICA et des militants de l’Action Française81. Les violences furent condamnées le 14 janvier 1937 à la Chambre des députés par le sous-secrétaire d’État à l’Intérieur du gouvernement de Front populaire, Raoul Aubau82, ce qui eut peu d’effet sur les antijuifs d’Algérie. Le 25 février 1937, on criait « À bas les Rouges ! À bas les Juifs ! Vive Doriot ! » dans les rues de Sidi Bel Abbès, on agressait des Juifs vendeurs de journaux « sous l’œil complice » de la police qui ouvrit le feu sur la foule en compagnie d’un groupe de fascistes et l’on compta deux morts et plusieurs blessés83.

33En novembre 1937, au lendemain des élections cantonales d’octobre qui avaient permis l’élection au Conseil général de quelques membres du Front Populaire, Lambert constitua un nouveau « mouvement-parti », les Amitiés latines, avec une section musulmane dirigée par Taleb Ahmed (responsable du service de nettoyage de la mairie), qui fut le seul groupement à caractère nettement antisémite de la ville et qui prôna le rapprochement avec l’Italie et l’Espagne. En 1937 encore, les violences reprirent à Constantine. L’expression « À bas les juifs ! » et des croix gammées étaient à nouveau peintes sur les murs, des Juifs étaient retirés des listes électorales, une campagne était organisée contre le seul candidat juif aux élections.

L’avant-guerre

Vigueur de l’antisémitisme

  • 84 AIU Alg. IC6, no 6384/3, Alger, le 25 avril 1938, Confino à Monsieur le Président.
  • 85 Claire Marynower, L’Algérie à Gauche 1900-1962, Paris, PUF, 2018.
  • 86 BDIC-LDH F Delta Res 798/169D, Sidi-Bel-Abbès, le 28 Février 1938. Philippe Martinez, Copie de la l (...)
  • 87 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 74-75 ; AIU Alg. (...)
  • 88 Cité par Florence Renucci, Le débat sur le statut politique des israélites de l’Algérie et ses acte (...)
  • 89 ANOM Algérie Constantine B / 3/656 : Télégrammes 8541, 8551, 8531.
  • 90 ANOM FM 81F / 864, Paris 24 mai 1938, Décret de répression des atteintes à l’intégrité du territoir (...)

34L’ouest algérien resta dans l’avant-guerre la région la plus concernée par l’antisémitisme. Le 24 avril 1938, le conseil municipal de Sidi Bel Abbès dirigé par Lucien Bellat, désormais sympathisant du PPF, raya 384 citoyens juifs des listes électorales84, sous le prétexte que leurs ascendants n’avaient pas fait la déclaration d’indigénat prévue par le décret du 25 octobre 1871. Peu après, dans le département de Constantine, le conseil municipal de Sétif fit de même. Les organisations de gauche85, telles que le CJAES, la LICA et la LDH, réagirent et s’impliquèrent dans la défense des électeurs juifs86. Un décret du 6 janvier 1939 du ministère de l’Intérieur Sarraut finit par rétablir la légalité républicaine87, précisant que « […] si le père ou l’un des ascendants en ligne paternelle de l’intéressé a été inscrit sur les listes électorales, l’inscription sera faite ou maintenue à moins qu’il ne soit établi que le dit intéressé ne possède pas la qualité de citoyen88 ». En mai 1938, le CJAES envoya à Paris une délégation qui présenta aux ministres Albert Sarraut, Camille Chautemps et Édouard Daladier les dangers que faisaient courir à la société la campagne antisémite qui faisait rage en Algérie et l’inaction de l’administration, et demanda la prise immédiate de mesures destinées à apaiser le climat89. Suite à cette rencontre, le gouvernement Daladier promulgua le décret Régnier de mai 1938 qui punissait les activités encourageant la « haine raciale90 » et menaçant la sécurité.

  • 91 ANOM B3 635, Rapport de police du 15 janvier 1939. Emmanuel Debono, Aux origines de l’antiracisme, (...)

35Trois formations antijuives existaient à Sidi Bel Abbès : « la section d’Action française, la section des dames royalistes et la section des Unions latines ». Une section des Jeunesses latines était en formation et deux autres organisations pouvaient être rangées sous la même bannière : la section locale du PSF, dont la majorité des membres appartenait aux Unions latines et le « Centro cultural español » qui centrait son action sur l’antisémitisme. Le colonel de La Rocque céda en 1938 à l’insistance des antisémites d’Algérie et amorça un virage hostile aux Juifs en déclarant le 23 octobre 1938 au Congrès fédéral d’Afrique du Nord du PSF qu’il ne voulait pas de cris « À bas les juifs » ou de manifestations antisémites dans les rues mais qu’il demandait que dorénavant, les membres du PSF « s’abstiennent de tous rapports, aussi bien dans le domaine social, que dans le domaine commercial, que dans le domaine électoral, avec les membres de cette communauté91 ».

  • 92 Voir infra.
  • 93 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 72.
  • 94 Député de Constantine de 1938 à 1942. Agrégé de philosophie, mutilé de guerre, Croix de Feu.
  • 95 ANOM FM81F/864 ; gouverneur général au ministre de l’Intérieur, rapport 21253S, rapport sur l’antis (...)
  • 96 ANOM 16G, rapport du préfet à gouverneur général de l’Algérie, Constantine, 8 décembre 1938.

36En 1938 une section locale des Amitiés latines fut mise sur pied à Sidi Bel Abbès, à Constantine, Morinaud créa les Amitiés Françaises92 avec mission d’« organiser la défense contre les Israélites de Constantine ». Toujours en 1938, Doriot qui faisait, à l’automne, une tournée de conférences en Algérie demanda l’abrogation du décret Crémieux au congrès algérien du PPF ; Maurras, qui séjournait également en Algérie, faisait la même proposition, ainsi que le commandant Renaud, président du Parti du Faisceau français, lui aussi d’extrême droite, invité par Lambert et la Libre Parole d’Alger. Après Tlemcen et Boukanéfis en 1936, Mostaganem et Relizane, Aïn Témouchent, Nemours, Remchi, Saïda ainsi qu’un grand nombre de villages connurent en 1937-1939 des mouvements semblables. À Oran le maire conserva son animosité contre les Juifs, le Front Populaire et le projet Blum-Viollette jusqu’à ce que l’application du décret Marchandeau du 21 avril 1939 qui prévoyait des sanctions contre ceux qui « excitent à la haine entre les citoyens ou les habitants », le rende plus discret. Les antijuifs réutilisèrent la violence et les vieilles recettes de la fin du xixe siècle, en particulier l’exigence de retrait du décret Crémieux qui risquait toujours de « faire perdre la souveraineté politique aux Français de la colonie93 ». En décembre 1938, Stanislas Devaud94 dénonçait les « instincts grégaires » et le vote bloqué des Juifs tandis que Morinaud relançait à Constantine une campagne antijuive, demandant aux Européens de dénoncer la prétention des Juifs à les gouverner95. Ceci après n’avoir pas réussi à obtenir la promesse d’un vote en sa faveur lors des élections à venir car, lui répondit-on, la masse des électeurs juifs entendait depuis quelques années « affirmer, en matière politique, ses sentiments d’indépendance96 » et ne plus se laisser dicter ses choix.

L’antisémitisme et les totalitarismes européens

  • 97 Voir Herf Jeffrey, Hitler, la propagande et le monde arabe, Paris, Calmann Lévy, 2012.
  • 98 Des félicitations sont envoyées de divers pays à Hitler pour son élection, l’Égypte, la Syrie créen (...)
  • 99 Voir le chapitre Les Musulmans et l’antisémitisme.

37Pendant les années Trente, l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste agissaient directement en Afrique du Nord et la France redoutait leur efficacité. Des agents italiens étaient infiltrés dans le Constantinois où vivaient de nombreux Italiens naturalisés ou non. L’Italie leur demandait de conserver tous leurs liens avec leur pays d’origine, les dissuadait de se naturaliser, organisait des voyages en Italie et offrait sur place de nombreux produits italiens. Enfin, Mussolini était apprécié des Indigènes, qui craignaient malgré tout son expansionnisme. À cette époque, l’Allemagne cherchait à regrouper les Allemands vivant sur place autour du consul à Alger et des représentants consulaires installés dans les principales villes d’Algérie. Une propagande97 importante se développait en direction des Musulmans98 de tout le bassin méditerranéen, auprès de qui l’Allemagne était très populaire du fait de son armée prestigieuse et de son absence de colonies en terre d’islam99.

  • 100 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmùans et la France, op. cit., p. 368.
  • 101 G. Esquer dans 8 novembre 1942, jour premier de la Libération rappelle qu’il avait été impliqué dan (...)
  • 102 Angelo Tosca, Archives inédites, « La France de Vichy », Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, Milano (...)

38Le nazisme, le fascisme et le franquisme ne pouvaient manquer d’intéresser les antijuifs dont un grand nombre étaient liés à l’Italie ou à l’Espagne. Les leaders se rapprochèrent de ces populations et de leurs représentants : Michel Parès « se mit au service de Mussolini » et prononça devant la Chambre le 27 décembre 1935 un discours contre les sanctions qui avait été rédigé par un agent du gouvernement fasciste, Amedeo Landini100. Ce même agent téléguidait les manifestations des Unions latines de Sidi-Bel-Abbès où Bellat, attiré par le fascisme et le franquisme101, criait « Arriba España ». À Oran, le consul Barnabas Toca, arrivé en septembre 1939, agissait, disait-on, comme si l’Espagne était chez elle en Oranie ; il critiquait les autorités françaises et prédisait l’annexion de la région à l’Espagne102. Quant à Lambert, il n’hésitait pas à se rendre en Europe dans les pays de régime autoritaire. Il visita la Russie en 1935 et la jugea en échec complet sur le plan social alors qu’il considérait que Mussolini avait bien créé du progrès social en Italie. En 1938, il revint enchanté de son voyage en Allemagne nazie.

  • 103 ANOM Oran 2531, lettre du préfet au Gouverneur général, 15 juillet 1939 et lettre du préfet au géné (...)
  • 104 ANOM F81 864, 10 décembre 1938, secrétaire du gouvernement général de l’Algérie au ministre de l’In (...)
  • 105 Geneviève Dermenjian, Parcours, no 4, 2e trimestre, 1985, article Gabriel Lambert, p. 61-70.

39La rébellion franquiste de juillet 1936 trouva une audience élargie en Oranie où l’on voyait fréquemment dans le caudillo un modèle politique dont on pouvait s’inspirer pour lutter contre le Front populaire. Le pro-franquisme fit l’unité d’une grande partie des habitants de la région, notamment parmi les Espagnols et les néos naturalisés, dont le préfet pensait que la moitié d’entre eux étaient franquistes et s’en inquiétait. Lucien Bellat et Gabriel Lambert dirigèrent le mouvement et prirent contact avec Franco et ses épigones ; Lambert rencontra Franco en décembre 1937 à Burgos, proposa de pavoiser Oran aux couleurs sang et or pour célébrer la reconnaissance de l’Espagne franquiste par la France. Les services préfectoraux103 craignaient des manifestations d’irrédentisme chez les Espagnols et se demandaient si l’abbé Lambert avait conscience d’être l’instrument d’hommes politiques espagnols tels que le marquis de Valdecañas ou Queipo de Llano104 à Séville, ou s’il n’était pas devenu lui-même « fasciste ». Le maire, qui avait visité Berlin et Moscou, finit par susciter l’inquiétude parmi ses partisans et organisa une réunion en avril 1939 sur le thème « Avons-nous eu raison de soutenir Franco ? » Oui, répondit-il en substance mais sans convaincre totalement son auditoire, qui se divisa. Une partie, derrière le Parti populaire français se retrancha dans une position nationale ; l’autre partie, avec Lambert et le Parti social français, fit le lit de la phalange espagnole105. Quand la guerre vint, l’antisémitisme et la question espagnole restaient d’actualité.

Notes

1 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 166.

2 Maurice Zimmermann, « Le recensement de 1911 en Algérie », Annales de Géographie, année 1912/116, p. 184-185, disponible sur Persée.

3 Le livre d’or du judaïsme algérien, 1er fascicule, septembre 1919, publication du Comité algérien d’études sociales, 11 rue Bab el-Oued, Alger ; voir aussi Joëlle Allouche-Benayoun et Doris Bensimon, Les Juifs d’Algérie Mémoires et identités plurielles, Paris, Stavit, 1998, p. 272. Le livre d’or du judaïsme algérien fut complété plus tard par des listes de soldats des départements d’Oran et de Constantine. Réédité par le CGJ, Paris, 2000 ; dans Juifs d’Algérie, Musée d’Art et d’Histoire du judaïsme, Paris, 2013, p. 126-127 ; Les Juifs du Maghreb dans la Grande Guerre, Généalo-j, no 127, p. 10-17.

4 Philippe Landau, « Les juifs algériens dans la Grande Guerre », Tsafon, no 6, hors-série 2013 ; Juifs d’Algérie, Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Paris, 2013, p. 126-127.

5 Les chiffres varient selon les sources.

6 Ces incidents sont signalés l’un après l’autre par les membres des consistoires algériens aux responsables parisiens du judaïsme. Exemple : AIU Algérie IC1, no 3130/3, Alger le 16 février 1917. Le bulletin de la Chambre de Commerce du mois d’octobre 1916 accuse les Juifs d’avoir conservé leur or au lieu de l’apporter aux caisses publiques pour contribuer à l’effort de guerre. Le gouverneur général Lutaud, ayant reçu la plainte des organisations juives, minimise les faits devant eux (no 3335/2, 22 févier 1917).

7 Entretiens avec la chanteuse oranaise Sari Saïac, Sarisa de son nom de scène, mai 1974.

8 AIU Algérie, IC1 6. Comité algérien d’études sociales, Note sur l’antisémitisme algérien, 28 septembre 1919.

9 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 65-66.

10 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, op. cit., p. 32.

11 Pillage de magasins juifs par des Musulmans à Sétif le 17 juillet 1920. ANOM 11 H 47, sous-préfecture de Sétif, rapport mensuel de l’administrateur détaché à la sous-préfecture de Sétif sur la surveillance et l’administration des indigènes des communes de plein exercice de l’arrondissement, mois de juillet 1920 ; demande faite aux marchands juifs par l’administrateur de Perigotville, village situé à vingt kilomètres au nord de Sétif, de ne plus aller vendre leurs produits dans les villages alentour, à cause des sentiments hostiles aux Juifs exprimés par la population locale ANOM 11 H 47 ; département de Constantine, arrondissement de Sétif, commune mixte de Takitount, rapport mensuel sur les faits ou circonstances de nature à appeler l’attention de l’administration, mois d’août 1920 ; fausses rumeurs à Constantine, ANOM 9 H 53, extrait du rapport mensuel du commissariat central du mois de juillet 1920.

12 Notamment dans le journal La Tribune. AIU Alg. IC1, no 8878/2, Alger le 16 juin 1921 à M. le Président de l’Alliance israélite universelle.

13 ANOM : BIB AOM/30308, La Grande lessive. Journal des revendications du vrai prolétariat. AIU Alg. IC6, no 8503/2, 15 février 1921, A. Confino (président de l’AIU à Alger et directeur de l’école de l’Alliance israélite d’Alger) à M. le président de l’AIU.

14 AIU Alg. No 8993/3, Alger le 27 juillet 1921, Confino à M. le Président de l’AIU.

15 AIU 27 juillet 1921, lettre du CAES à M. Le président de l’AIU à Paris.

16 Il devint conseiller municipal en 1907 ; engagé volontaire en 1914, il fut battu aux municipales en 1919, ensuite élu au conseil municipal en 1921 à la tête d’une Liste républicaine et démocratique lors d’élections partielles et en 1922 au Conseil général.

17 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 66.

18 La croix gammée disparut du journal après mars 1933, comme étant devenu un symbole purement national et non plus le symbole universel de l’antisémitisme. « Nous restons antisémites » conclut le 13 avril 1933 Le Petit oranais.

19 Fouad Soufi, Jules Molle, Recherches bibliographiques Algérie, 1830-1962, no 1 mars 1984.

20 Sarah Catel, L’Union latine à Oran dans les années 20, Mémoire de maîtrise histoire, Daniel Rivet, dir., Paris Université Panthéon Sorbonne, 1995.

21 Parmi ces associations, se rencontraient des clubs sportifs (Fédération des boulomanes, Automobile club d’Oranie, ASMO, L’Oranaise), des associations d’« anciens » (Anciens combattants, Amicale des anciens marsouins d’Oran), des associations culturelles (Solidarité corse, Ardèche oranaise), des sociétés artistiques franco-espagnoles (Les Trompettes oranaises, El Recreo Les Cahiers de la semaine, 31 juin 1924, Le Petit Oranais, 2 avril, 31 mai, 30 juin, 2, 21 et 23 juillet, 8 décembre 1924.

22 Voir Pierre Assouline, L’Histoire, no 148, octobre 1991 : « Henry Coston, itinéraire d’un antisémite ».

23 Après son mandat à Oran, Parès se présenta sans succès dans le quatrième arrondissement de Paris.

24 Député d’Eure et Loir (1902 -1918, 1924-1930), sénateur (1930-1939). Franc-maçon, membre de la Ligue des droits de l’homme.

25 Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la fin des années vingt », Revue française d’outre-mer, 1997, vol. 84, no 314, p. 25-49, p. 29. Disponible en ligne.

26 Jacques Cantier, « Les gouverneurs Viollette et Bordes et la politique algérienne de la France à la fin des années vingt », op. cit., 1997, p. 31 sq.

27 Dans cet ouvrage, le terme de « Français », entouré de guillemets signifie Français non-juif, d’origine métropolitaine.

28 Célèbre faux sans doute forgé à Paris vers 1905 par l’Okhrana, la police secrète russe, et qui se présente comme un plan de conquête du monde élaboré dans les milieux juifs et Francs-maçons. Il n’en existe pas de manuscrit original ; selon Sergio Romano (I falsi protocolli) le premier éditeur français est Gohier en 1920, avec comme curateur Monseigneur Jouin, puis en 1921 le livre est édité chez Grasset.

29 Dominique Maison, « La population de l‘Algérie », Population, 1973, vol. 28, no 6, p. 1079-1107. Disponible en ligne.

30 Les juifs de l’Afrique du Nord Démographie & onomastique, Imprimerie du Lycée, Alger, 1936. Réédité par le CGJ, Paris, 2000. Disponible sur algerie-ancienne.com.

31 Grand rabbin de Constantine de 1928 à 1932 puis grand rabbin d’Alger de 1932 à 1941, Maurice Eisenbeth publia plusieurs ouvrages sur le judaïsme nord-africain.

32 Michel Winock, Nationalisme, antisémitisme et fascisme en France, Paris, Le Seuil, 2004 (1999).

33 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, dans Nicolas Bancel, Daniel Denis et Youssef Fates, De l’Indochine à l’Algérie, la jeunesse en mouvements des deux côtés du miroir colonial, 1940-1962. Paris, Éditions la Découverte, 2003, p. 177-194.

34 Mouvement nationaliste et monarchiste né en France au moment de l’affaire Dreyfus. Maurras l’orienta vers le nationalisme et la monarchie.

35 Charles Maurras était monarchiste, antidreyfusard, nationaliste, conservateur, germanophobe ; favorable à Mussolini et Franco, il soutint le gouvernement de Vichy. Il fut condamné en 1945 à la réclusion perpétuelle et gracié peu avant sa mort. Il a publié de très nombreux ouvrages politiques, philosophiques et littéraires.

36 Les Croix de Feu avaient été créées par Maurice d’Hartoy. De 2 000 adhérents en 1929, le mouvement passe à 15 000 en 1931, 80 000 fin 1932, 150 000 fin 1934 et à près de 300 000 début 1936, date de sa dissolution. Michel Winock Histoire de l’extrême droite en France, Paris, Points/Histoire, Paris, éd. Seuil, 1993, p. 166.

37 La Rocque créa un réseau d’associations diverses afin d’élargir sa base sociale. Parmi ces associations, il y avait Les Fils et filles de Croix de Feu (1932), Les Volontaires nationaux (1933), le Regroupement national (1933). Richard Millman, « Les Croix de feu et l’antisémitisme », Vingtième siècle, revue d’histoire, 1993, vol. 38, no 1, p. 47-61. Disponible en ligne.

38 Les anciens combattants de l’Action française étaient réunis dans l’association Marius Plateau fondée en 1930.

39 AIU IC1, dossier LICA.
Image

40 Jacques Doriot avait été exclu du Parti communiste français en 1934. On lui reprochait des divergences de vues et une recherche de pouvoir personnel. Maire de Saint Denis, Doriot fut réélu député de Seine Saint Denis en 1936, et glissa vers l’extrême droite. Dans J.-P. Brunet, Jacques Doriot, du communisme au fascisme, Paris, Ballard, 1986, p. 218-223.

41 Le PSF devint le premier parti de France en 1939 avec plus d’un million d’adhérents.

42 Pierre Hebey, Alger 1898, la grande vague antijuive, op. cit., p. 294-295.

43 Cette journée d’action antiparlementaire de la droite, de l’extrême droite et des Ligues devant la Chambre des députés avait été organisée pour protester contre le limogeage du préfet de police Jean Chiappe dans le cadre de l’affaire Stavisky. Elle tourna à l’émeute place de la Concorde, une fusillade policière fit une trentaine de morts et plus de 2 000 blessés, provoquant la chute du gouvernement Daladier.

44 Gabriel Lambert était suspens a divinis et non interdit comme on l’a souvent dit. Il ne pouvait célébrer la messe ni distribuer les sacrements jusqu’à ce que cette disposition soit levée mais il pouvait recevoir les sacrements. Cf. Semaine religieuse du diocèse d’Oran, 10 novembre 1934, p. 400, 16 février 1935, p. 290. Abbé Gabriel Lambert, articles de Khalil Lofti, André Caudron, Geneviève Dermenjian, Parcours, L’Algérie, les Hommes l’histoire, no 4, 2e trimestre 1985, p. 61-77.

45 Un spectacle typique d’Oran à cette époque était fourni par les allées et venues des porteurs d’eau qui amenaient par charrettes attelées de l’eau douce depuis la source du Ras el-Aïn et l’apportaient jusque dans les appartements.

46 Dépression à fond plat de régions désertique chaude, généralement inondable, parfois lacustre, où les sols salés après évaporation limitent la végétation.

47 Geneviève Dermenjian, « L’élection de l’abbé Lambert à la mairie d’Oran (décembre 1932- mai 1934) », Actes du colloque international Entre l’Orient et l’Occident. Minorités, échanges, population et l’individu. Antibes-Juan les Pins, publié dans L’Histoire à Nice, actes du colloque international, 1981, Université de Nice, p. 285-304.

48 Venu à Oran comme directeur d’école, il se lança en politique et fonda une section SFIO. Conseiller général d’Oran de 1931 à 1944, député SFIO en 1936. Il ne prit pas part au vote des pleins pouvoirs au maréchal Pétain le 10 juillet 1940.

49 Des manifestants ayant bousculé Lambert, celui-ci feignit de s’évanouir selon son ami d’alors Léopold Gomez, suite à quoi le maire démissionna. Cf. Léopold Gomez, Don Quichotte et l’abbé, éditions LGR, 1980, p. 79 sq.

50 AIU Alg. IC6, Œuvres de Constantine, 25 mars 1935.

51 Journal Officiel de la République Française du 5 avril 1935, p. 3868. L’administration se servit de ce décret contre les nationalistes algériens en interdisant L’Étoile Nord-Africaine, dissoute le 26 janvier 1937.

52 Né à Batna en 1904, Lautier était un repris de justice.

53 Où la municipalité voulait installer un arc de triomphe dans le jardin central avec une inscription invitant ceux qui le voulaient à venir s’installer dans la ville, que la population juive avait désertée. AIU Algérie ICI, Oran, le 8 mai 1935 Toledano à A. Confino, directeur de l’école de l’Alliance israélite d’Alger.

54 AIU Alg. IC6, no 9076, 14 août 1935.

55 AIU Alg. IC6, Œuvres de Constantine, Constantine, 17 mai 1935 rédigé par Angel. Il existe plusieurs rapports faisant état de bagarres dans les premiers mois de l’année 1935 à Constantine.

56 AIU Algérie IC1, no 8788/4, Lettre Toledano à Confino, Oran 8 mai 1935.

57 AIU Algérie IC1, Alger, le 14 août 1935, A. Confino au Président de l’Alliance israélite universelle.

58 AIU Alg. no 9191/3, Alger le 28 octobre 1935, Confino à M. le Président de l’AIU, Paris.

59 AIU Algérie IC1, Debay, « Mouvement Croix de Feu », La Dépêche algérienne, 25 mars 1936. Alger, 26 mars 1936, Confino à M. Halff, Alliance israélite universelle.

60 AIU Algérie IC1, 10 avril 1936, A. Debay, Le mouvement Croix de Feu et l’antisémitisme, lettre datée du 6 avril.

61 Michel Abitbol, Les Juifs d’Afrique du Nord sous Vichy, Paris, Riveneuve Éditions, 2008, rééd. 2012, p. 38.

62 ANOM Algérie, Oran//424 Oran, 3 juillet 1936, commissaire de police de Mostaganem au préfet d’Oran, rapport no 11966. En juillet 1936, Mostaganem reçut la visite de Raoul Follereau, proche des Unions latines, venu faire une conférence défendant l’organisation et prêchant l’unité autour du drapeau français. En mars et juin 1938, Follereau effectua une nouvelle tournée de conférences à Oran, Tlemcen, Mascara.

63 Il fut sous-secrétaire d’État chargé de l’éducation physique des gouvernements Tardieu (2 mars-4 décembre 1930) et des trois gouvernements Laval (27 janvier 1931-6 février 1932).

64 Le Républicain de Constantine, 2 mai 1936.

65 ANOM Algérie Constantine B / 3/656 : Télégrammes 8541, 8551, 8531.

66 Pascal Blanchard, La vocation fasciste de l’Algérie coloniale dans les années 1930, op. cit., p. 180.

67 CDJC CMXCVI-105.2 (Fonds LICA), 27 mars 1936, Bernard Lecache à Charles Aboulker.

68 Emmanuel Debono, Aux origines de l’antiracisme, la LICA 1927-1940, Paris, CNRS éditions, 2012, p. 174-175, 230.

69 Ibid., p. 77-180.

70 ANOM Oran 613. Rapport du préfet au gouverneur général, 1er juin 1938.

71 ANOM Alg. Alger, F410, Alger 16 mars 1937, Sécurité départementale d’Alger, rapport no 1623 Au sujet de l’assemblée générale de la LICA.

72 Homme politique, journaliste, fondateur de l’Union démocratique du manifeste algérien (UDMA) ; il tente à de nombreuses reprises d’obtenir des réformes en faveur des Indigènes et rejoint le FLN en 1955.

73 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 453-455.

74 AIU Algérie IIC7-10, no 6096/3, rabbin Eskenazi à Secrétaire général. Le rabbin expliqua le sens du vote des Juifs : « en l’occurrence, ils ne votent pas pour le Front Populaire ou le socialisme ou le communisme mais contre les idées raciales et la haine antijuive ».

75 ANOM 16 H 15, 25 mai 1937, Alger, rapport du Commissaire divisionnaire à préfet.

76 ANOM 3CAB 95, 14 août 1936, Préfet de Constantine à Gouverneur général de l’Algérie ; Michel Abitbol, Le passé d’une discorde, Paris, Tempus Perrin, 1999, réed. 2003, p. 72.

77 La Libre Parole d’Alger, 14 juillet 1936.

78 ANOM 16H15, Alger, 25 mai 1937, rapport du Commissaire divisionnaire. En 1936, les services de police d’Algérie soupçonnaient Coston de recevoir de l’argent du consulat allemand à Alger.

79 ANOM Algérie, GGA3CAB/25.

80 ANOM Alg. Alger, F410, sécurité départementale d’Alger, 22 avril 1936. Rapport no 2427, réunion électorale Fiori.

81 ANOM Alg. Alger, F410, 27 mai 1936, rapport no 588AS, commissaire de police Spiteri à secrétaire général (affaires indigènes et police générale).

82 Charles-Robert Ageron, « Les Juifs d’Algérie, de l’abrogation du décret Crémieux à son rétablissement » dans De l’Algérie française à l’Algérie algérienne, Bouchène, 2005, p. 418. BDIC-LDH, F Delta Res 7988/171, président de la LDH, rapport sur les sanglants événements du 25 février 1937 à Sidi-Bel-Abbès, 6 mars 1937. Cité par Sophie Beth Roberts, Jews, Citizenship, and Antisemitism in French Colonial Algeria, 1870-1943, op. cit., 2011. Les autres références de la BDIC-LDH sont également prises chez Roberts.

83 BDIC-LDH F Delta Res 798/171, Sidi-Bel-Abbès, 6 mars 1937, rapport du président de la LDH sur les événements sanglants du 25 février 1937 à Sidi Bel Abbès.

84 AIU Alg. IC6, no 6384/3, Alger, le 25 avril 1938, Confino à Monsieur le Président.

85 Claire Marynower, L’Algérie à Gauche 1900-1962, Paris, PUF, 2018.

86 BDIC-LDH F Delta Res 798/169D, Sidi-Bel-Abbès, le 28 Février 1938. Philippe Martinez, Copie de la lettre de M. Levi Pinto à M. le Président de la Commission de révision des listes électorales.

87 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 74-75 ; AIU Alg. IC6, AIU d’Oran, 2 mars 1938 ; GGA 16H115.

88 Cité par Florence Renucci, Le débat sur le statut politique des israélites de l’Algérie et ses acteurs (1870-1943), Contributions du séminaire sur les administrations coloniales (2009-2010), 2010, France. IHTP, p. 31-49. 2011. Disponible en ligne.

89 ANOM Algérie Constantine B / 3/656 : Télégrammes 8541, 8551, 8531.

90 ANOM FM 81F / 864, Paris 24 mai 1938, Décret de répression des atteintes à l’intégrité du territoire national ou à l’autorité de la France sur les territoires où son autorité s’exerce.

91 ANOM B3 635, Rapport de police du 15 janvier 1939. Emmanuel Debono, Aux origines de l’antiracisme, la LICA 1927-1940, op. cit., p. 230.

92 Voir infra.

93 Jacques Cantier, L’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 72.

94 Député de Constantine de 1938 à 1942. Agrégé de philosophie, mutilé de guerre, Croix de Feu.

95 ANOM FM81F/864 ; gouverneur général au ministre de l’Intérieur, rapport 21253S, rapport sur l’antisémitisme en Algérie, 10 décembre 1938.

96 ANOM 16G, rapport du préfet à gouverneur général de l’Algérie, Constantine, 8 décembre 1938.

97 Voir Herf Jeffrey, Hitler, la propagande et le monde arabe, Paris, Calmann Lévy, 2012.

98 Des félicitations sont envoyées de divers pays à Hitler pour son élection, l’Égypte, la Syrie créent des groupes calqués sur le nazisme : port de chemises vertes, bras tendu, pratique de l’antisémitisme.

99 Voir le chapitre Les Musulmans et l’antisémitisme.

100 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmùans et la France, op. cit., p. 368.

101 G. Esquer dans 8 novembre 1942, jour premier de la Libération rappelle qu’il avait été impliqué dans l’enlèvement d’un ancien consul républicain espagnol en Algérie, p. 44-45.

102 Angelo Tosca, Archives inédites, « La France de Vichy », Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, Milano, 1996, p. 304. Cité par S. Roberts, Sophie-Beth, Jews, Citizenship, and Antisemitism in French Colonial Algeria, 1870-1943, op. cit.

103 ANOM Oran 2531, lettre du préfet au Gouverneur général, 15 juillet 1939 et lettre du préfet au général Noguès, 18 juillet 1939.

104 ANOM F81 864, 10 décembre 1938, secrétaire du gouvernement général de l’Algérie au ministre de l’Intérieur. Queipo de Llano est l’un des généraux dressés contre le gouvernement républicain de Madrid le 18 juillet 1936.

105 Geneviève Dermenjian, Parcours, no 4, 2e trimestre, 1985, article Gabriel Lambert, p. 61-70.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search