Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Une longue hostilité antijuive

La « crise antijuive » (1895-1902)

Texte intégral

  • 1 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conremporaine, op. cit., p. 56-62.
  • 2 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, nouvelle édition 20 (...)

1La situation se tendit un peu partout en Algérie au cours de la dernière décennie du xixe siècle, en raison d’une crise économique qui prit notamment la forme d’une crise du crédit1, d’une crise morale et politique. Pendant ces années, l’antisémitisme prit une dimension révolutionnaire, teintée d’extrémisme et de populisme, alors qu’en métropole, du fait des cléricaux antisémites, il avait un caractère plus posé2.

1895-1898 : les antijuifs au pouvoir

Des tensions accrues

  • 3 René Viviani, avocat, a été député de la Seine (1893-1902 ; 1906-1910) puis de la Creuse (1910-1922 (...)
  • 4 Charles-Robert Ageron, « Jaurès et la question algérienne », Le mouvement social : bulletin trimest (...)
  • 5 Son argumentation reprenait les griefs classiques contre les Juifs : l’usure, l’abus des influences (...)

2Les tensions prenaient sur place la forme de luttes pour le pouvoir entre radicaux et opportunistes et celle d’un fort ressentiment envers la métropole jugée méprisante. On fit des Juifs les boucs émissaires de toutes les difficultés politiques et économiques et on les empêcha de voter lors de certaines élections. Les socialistes, alors hostiles aux Juifs, les critiquaient, tel René Viviani3 (1862-1925) qui affirma dans ses Conférences socialistes qu’« en Algérie, la meilleure forme de combat social, c’est l’antisémitisme4 ». Jean Jaurès, venu en Algérie en avril 1895, publia les 1er et 8 mai dans La Dépêche de Toulouse deux articles marqués par l’antisémitisme dans lesquels il justifiait les crises à venir par l’impact de la puissance juive et proposait pour le futur une civilisation marquée par l’alliance entre Européens et Musulmans5.

  • 6 Cf. François Aumerat, L’Anti-sémitisme à Alger, op. cit. ; Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Alg (...)
  • 7 François Gourgeot, La domination juive en Algérie, Alger, Fontana et Cie, 1894. Disponible en ligne

3Des journaux et des organisations antisémites virent le jour en nombre à la fin du siècle : une seconde Ligue anti-juive émergea en 1885 à Alger et une troisième en 1892, date à laquelle le journaliste socialiste anarchisant Fernand Grégoire créa la Ligue radicale antijuive destinée à lutter contre les « syndicats judéo-opportunistes6 ». Les tensions et les appétits politiques se firent plus vifs à partir de 1893 environ et les manifestations d’hostilité contre les Juifs se multiplièrent : insultes, lynchages, pillages, féroces articles de journaux. En 1894, François Gourgeot publia La domination juive en Algérie7 où il demanda l’expulsion des Juifs ; à Oran, le journal La Cravache oranaise utilisa un vocabulaire antisémite, tandis que des altercations se produisaient fréquemment dans la ville lors des matchs opposant deux sociétés de jeunes sportifs. L’une, l’Oranaise, refusait d’intégrer des Juifs dans ses rangs mais perdait régulièrement les compétitions contre la société sportive juive La Concorde, ce qui déclenchait la frustration et la fureur des supporters de l’Oranaise.

  • 8 Né dans une vieille famille noble originaire de Sardaigne, Morès était Saint-Cyrien. Antisémite, il (...)
  • 9 ANOM F 80 1684.

4L’année 1894 fut celle du gonflement de la crise ; on parla de parti français pour désigner ceux qui disaient vouloir rendre en tout la prépondérance aux Français « de race » sur la terre algérienne. En février, le marquis Charles de Morès8 (1858-1896) lança une violente campagne antijuive en Algérie, fonda la Ligue socialiste antijuive et multiplia les réunions, les conférences et les meetings. En mars eurent lieu les premières manifestations antisémites à Rélizane, suite à une rixe entre un Européen et un Juif9 et une Ligue socialiste anti-juive vit le jour à Sétif.

  • 10 « On a tenté d’en faire des Français, des compatriotes, on s’est trompé, on nous a trompés. Il faut (...)
  • 11 ANOM F80 1684, rapports du commissaire spécial de la police des chemins de fer et des ports, 11 jui (...)

5Le 29 octobre 1894, La Libre Parole de Drumont révéla l’existence de poursuites contre un capitaine d’artillerie pour raison d’espionnage en faveur de l’Allemagne. Ce fut le début de l’Affaire Dreyfus qui enflamma dans les années suivantes la métropole et l’Algérie où elle amplifia encore le mouvement antisémite à un moment où le gouverneur général Jules Cambon (1845-1935) menait une politique d’épuration des municipalités « opportunistes » qui s’étaient appuyées sur le vote juif. Cela accrédita l’idée dans l’opinion publique que les antisémites approchaient du pouvoir et que l’abrogation du décret Crémieux devenait possible et bienfaisante10. L’audience des radicaux antijuifs s’amplifia, leur mouvement devint plus violent qu’en métropole. Fernand Grégoire organisa plusieurs meetings antijuifs à Alger et dans le faubourg de Mustapha. Les orateurs tels que le royaliste J. Didier ou l’anarchiste Pellegrin en appelèrent à une « révolution sociale » et à l’abrogation du décret Crémieux11. Ils fustigèrent Dreyfus et la haute administration algérienne, c’est-à-dire les préfets et Jules Cambon, gouverneur général du 18 avril 1891 au 1er octobre 1897, qu’on accusa de collusion avec « le système judéo-opportuniste ».

  • 12 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 261-262.
  • 13 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 587.
  • 14 ANOM F80 1684, note pour le directeur de la Sûreté générale au sujet de l’assassinat d’un enfant eu (...)
  • 15 Archives israélites, 56, 1895, p. 130, 138.
  • 16 Gaston Thomson (29 janvier 1948-14 mai 1932) est resté célèbre pour avoir eu la plus longue carrièr (...)
  • 17 ANOM F80 1684, message télégraphique du gouverneur général au ministre de l’intérieur, 18 avril 189 (...)
  • 18 Émile Morinaud (1865-1952), avocat, est maire de Constantine de 1899 à 1902. Élu député en 1898, il (...)
  • 19 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 66-67.

6En février 1895, Cambon refusa de supprimer la clause du décret Lambrecht qui ratifiait la preuve de l’indigénat par témoignage, tout en promettant d’épurer les listes électorales12. Des commissions de radiation furent instituées localement, qui abusèrent souvent de leur pouvoir en radiant par exemple indûment 900 électeurs sur 1100 à Constantine, radiations sur lesquelles revint la cour de cassation. Au total, 1 024 juifs furent radiés en Algérie pour 2 313 maintenus13. De nombreux incidents se déroulèrent la même année. En avril 1895, le jeune fils d’un employé des postes reçut à Constantine des coups de couteau d’un Juif14 dans des conditions non éclaircies et des agressions antijuives eurent lieu à plusieurs reprises dans les jours suivants15. La venue à Constantine du député modéré Gaston Thomson16 (1848-1932) en avril 1895 fut précédée de la création d’une Ligue anti-juive et s’accompagna d’un meeting hostile au député, d’un accueil délirant au chef du Parti français et cadre de la Ligue anti-juive de Constantine, le colonel Corps et de violences contre des Juifs. Ainsi, le 17 avril des familles juives revenant en ville après une après-midi passée à la campagne furent assaillies à coups de pierre et même de revolver par une centaine de personnes, finalement dispersées par la police17. Réjou, le rédacteur du journal antisémite La Silhouette demanda la démission du député et, après quelques jours le conseil municipal composé de modérés démissionna, ce qui ouvrit la porte à un homme destiné à un long avenir politique, Émile Morinaud18. À Oran, l’année fut occupée par les querelles entre un journaliste d’occasion écrivant au Petit Africain, Paul Bidaine, et un de ses anciens amis juifs, Mardochée Chalom qui avait fondé L’Impartial oranais. La ville se passionna, prit position pour Bidaine contre le « juif Chalom » et, à la fin de l’année 1895, la ville était mobilisée contre les Juifs et n’attendait plus qu’un signal pour verser dans l’antisémitisme actif19.

Les troubles de 1897

  • 20 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 111-118.
  • 21 Voir le détail dans ANOM F80 1685, Rapport sur les troubles de l’Oranie, 1897.
  • 22 Lucien Sabah, La vie politique à Oran au début du xxe siècle : Henry de Malherbe, Préfet d’Oran (18 (...)

7Des municipalités élues sur un programme hostile aux Juifs s’installèrent à la suite de nouvelles élections en mai 1896 à Constantine avec Émile Morinaud pour maire, en mars 1897 à Oran20 où l’unité des antisémites se fit autour du pharmacien Arthur Gobert, ancien conseiller municipal et anti-kanouiste des années 1880 ; une troisième liste fut élue à Alger autour du jeune Max Régis (1873-1950). Les trois municipalités votèrent une demande d’abrogation du décret Crémieux, révoquèrent des employés et des policiers juifs, les rabbins ne purent plus entrer dans les abattoirs municipaux. À Alger, les séances du conseil municipal commençaient par le cri de « À bas les juifs ! » lancé fenêtre ouverte sur la rue, interdiction fut faite aux policiers de verbaliser ceux qui la prononçait publiquement. La municipalité d’Oran se caractérisa par un grand nombre de décisions antijuives, dont le refus des bourses d’études aux jeunes Juifs, l’interdiction de participer aux fêtes et réceptions municipales21 et la révocation de Messaoud Karoubi qui était un grand notable juif, ancien président du Consistoire et du conseil d’administration de la Caisse municipale d’épargne. Le lavage et le transfert des défunts furent interdits aux Juifs sous prétexte d’hygiène alors que les Musulmans pouvaient continuer leurs rites mortuaires sans entraves. Toutes les décisions illégales furent annulées par le préfet d’Oran Henri de Malherbe22 (1893-1909), qui concentra dès lors sur lui toutes les hostilités.

8Les antisémites définissaient leur lutte contre les Juifs non pas comme une guerre raciale ou religieuse mais comme une guerre politique et sociale puisqu’ils reprochaient aux Juifs leur vote en faveur des opportunistes et les dénonçaient comme des capitalistes opprimant le peuple. En 1896-1897, se multiplièrent les brimades à Constantine et Oran puis Alger avec la révocation ou la démission contrainte d’employés municipaux, l’exclusion des indigents des secours et les malades des hôpitaux, l’interdiction du recours au Mont de piété. La caisse des écoles ne distribua plus de fournitures scolaires et de vêtements aux élèves juifs. Un peu partout en Algérie, la presse antisémite amplifia ses critiques et, comme en 1895, certains Juifs renoncèrent à aller voter, par peur des représailles.

  • 23 Max Régis était le fils d’un entrepreneur milanais installé à Sétif. Il fit son service militaire à (...)
  • 24 ANOM F80 1685, rapports du gouverneur général au ministre de l’intérieur, Alger, 1, 5, 7 février 18 (...)
  • 25 ANOM 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.
  • 26 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 273-275.
  • 27 ANOM F80 1685, lettre du préfet d’Alger au ministre de l’intérieur, 17 octobre 1897
  • 28 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 273-275.

9En janvier 1897 à Alger, en pleine affaire Dreyfus, un éminent spécialiste du droit romain, le professeur Lévy, était nommé à l’École de droit, ce qui provoqua des réactions de la Ligue Anti-juive et des radicaux. Un étudiant du nom de Max Régis Milano23, secondé par son frère Louis, commença alors une fulgurante carrière d’agitateur. Fils d’un émigré italien, portant beau – on l’appelait « le beau Max » –, batailleur, charismatique et antisémite, il refusait, comme de nombreux condisciples, qu’un professeur juif reçoive selon la coutume, la carte d’étudiant honoraire de l’association des anciens élèves. Le 1er février, l’association des étudiants vota en assemblée générale une grève illimitée et exigea le rappel de Lévy en France. Des messages furent envoyés en métropole à des journaux, dont La Libre Parole, et dans les jours suivants de nombreux télégrammes de soutien arrivèrent depuis les universités métropolitaines24. Les étudiants réintégrèrent les cours au bout de huit jours de grève, ayant obtenu le rappel de Lévy à la fin de l’année. Désormais, à Alger, le pouvoir était à la rue dans une atmosphère de fête. Max Régis, évincé quelques temps de l’université, fut élu à la tête de la Ligue anti-juive, assoupie après la mort du marquis de Morès. Il relança L’Antijuif algérien25 le 14 juillet 1897, en fit un journal d’une violence inouïe qui tira, dès août 1897, à dix mille exemplaires et à plus de vingt mille en février 1898. À sa demande, une grande manifestation26 se tint le 26 septembre à Mustapha, sur la tombe de Fernand Grégoire décédé en 1895 et qui était considéré comme le « martyr » précurseur de l’antisémitisme à Alger ; cette manifestation connut d’importants débordements sous l’œil complaisant du maire de Mustapha, Pradelle, et de la police locale. Après ces événements, le préfet Granet (1847-1917), en poste à Alger du 6 avril 1895 au 3 août 1898, demanda au ministre de l’intérieur que la police municipale soit contrôlée par le gouverneur général27 et plus soigneusement recrutée. Et Max Régis, condamné plusieurs fois pour diffamation, fit un séjour en prison28.

  • 29 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 73-89.
  • 30 Cité par Didier Guignard, L’abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale, Nanterre, Presses universitai (...)
  • 31 C’est-à-dire interdite aux Juifs.

10De graves troubles agitèrent en mai 1897 les villes de Mostaganem, d’Oran et plus largement d’Oranie29. Drumont, qui s’était intéressé à l’Algérie dès les violences des années 1885 et 1886 contre les Juifs à Constantine et Alger pensait de son côté depuis quelques années à se faire élire député en Algérie. Il envoya son collaborateur, Jean Drault30, pour relancer les Ligues antijuives et préparer son élection. Arrivé en mars 1897 à Alger, Drault prit contact avec les antisémites et la violence se déchaîna peu après l’élection à la mairie de la Liste anti-juive. Le 16 mai 1897, une société cycliste « française31 » d’Oran, le JCCO (Joyeux club cycle oranais), venue participer à une course à Mostaganem sous la direction du conseiller municipal antijuif Paul Irr, descendit en fin de soirée dans les bas-quartiers où se trouvaient les maisons de tolérance. Une rixe éclata entre les cyclistes et des Juifs de la ville, Irr fut blessé d’un coup de couteau, son agresseur fut arrêté avec quelques autres Juifs. Le 17 mai, la presse répandit le bruit de l’assassinat de Paul Irr et, dans la soirée, des émeutiers français, espagnols, musulmans, attaquèrent le quartier juif de Mostaganem, vandalisèrent et pillèrent la synagogue. Les émeutes continuèrent le 18 et le 19 puis quelques pillages et lancers de pierre eurent encore lieu le 22, et le calme revint définitivement le 24 mai, après l’arrivée du préfet d’Oran, mis au courant par la lecture de L’Écho d’Oran. Les forces de l’ordre, peu nombreuses et relativement favorables aux émeutiers, avaient été vite débordées lorsque des Espagnols et des Indigènes s’étaient mêlés aux émeutiers, renforcés par la venue d’antisémites oranais. Hors de Mostaganem, de petites localités connurent des troubles : Aïn Tédelès, Bouiguirat, Inkermann, Perregaux.

  • 32 Les uns recrutaient les manifestants, les autres répertoriaient les magasins juifs et les désignaie (...)
  • 33 Le corps des officiers était connu pour son nationalisme et son antisémitisme. AN BB 18 206 3 et AN (...)
  • 34 Louis Lépine évoque « la répugnance du haut commandement » à intervenir pendant les troubles, « car (...)
  • 35 Dans ce département, à cette date, les 3/4 des effectifs militaires sont stationnés à la frontière (...)
  • 36 ANOM F/19/111. 175 Jules Cambon, GG d’Algérie au ministre de l’intérieur, « No 1946 Re : Échos des (...)

11Rentrés à Oran, Irr et son groupe d’amis furent acclamés, puis la ville dut faire face à trois jours d’émeutes préparées par le commandant Peffau, adjoint du maire chargé de la police municipale et président de la Ligue anti-juive, qui orchestra la distribution des rôles entre les organisateurs des troubles32. Ici aussi, les forces de l’ordre montrèrent leur peu d’ardeur à réprimer les émeutiers, soit par antisémitisme ou par prudence de la part des policiers de la ville en raison de l’attitude de l’adjoint au maire, soit par antisémitisme chez les officiers33 comme chez les militaires du rang34. Le quartier juif fut vandalisé le 20 mai par des « bandes compactes », les kiosques à journaux et les magasins pillés par des Espagnols et des Musulmans, le local de La Concorde détruit, son drapeau « lacéré et souillé ». Le 21 au soir les émeutiers terminèrent de saccager le quartier juif, un coup de feu blessa un jeune manifestant et redoubla la fureur des émeutiers, le préfet fit intervenir l’armée. Des troubles eurent encore lieu le 22, un escadron finalement dépêché d’Orléansville rétablit l’ordre après trois jours de violences35 et le calme revint totalement le 24. Reconnue coupable de négligence dans la prévention et la répression des troubles, la municipalité dut payer 14 000 francs de dommages et intérêts aux victimes des troubles. Pour les journalistes antisémites36 de métropole, les responsables de la crise étaient les Juifs, devenus trop audacieux ainsi que le décret Crémieux qui avait insufflé la haine et la discorde en Algérie, annonçant une désolation totale.

  • 37 Au sud-ouest : Er-Rahel, Rio-Salado, Aïn-Temouchent et les villages de Hammam-Bou-Hadjar et Aïn-el- (...)

12Des émeutes se produisirent jusqu’au 1er juin dans toute l’Oranie37, Paul Irr accompagné d’antisémites oranais avait sillonné la région pour mobiliser des casseurs indigènes dans les centres les mieux desservis du département par le train ou la route nationale depuis Oran ou Mostaganem. Des centres bien reliés mais ne comportant que très peu de familles juives (Er Rahel, Aïn el-Arba, Cassaigne, Lapasset) connurent des troubles alors que des centres ayant une forte population juive mais plus isolés comme Lamoricière, Nemours, Tiaret, Tlemcen restèrent calmes.

Apogée et déclin de la crise

  • 38 Voir Pierre Birnbaum, Le moment antisémite, un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998.
  • 39 ANOM F80 1688 Rapport Laferrière à Dupuy, 18 janvier 1898.

13L’année 1898 est, selon les termes de l’historien Pierre Birnbaum38, le « moment antisémite » par excellence, en métropole et en Algérie. Partout se rencontrent les mêmes agressions verbales et physiques, la même atmosphère de fête mêlée de révolte. Selon Lépine, l’ordre ne pouvait être réellement rétabli qu’en pratiquant une « politique antisémite et en abrogeant le décret Crémieux39 ».

Les troubles de 1898

  • 40 Expression formulée dans les rapports envoyés par les Juifs d’Alger à l’Alliance israélite universe (...)
  • 41 Pour le détail des événements à Alger, voir Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 2 (...)
  • 42 Cf. Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe république » (...)
  • 43 ANOM 7G10, rapport du 22. 01. 1898 ; note du commissaire central d’Alger du 01.02.1898.

14Des troubles, ou « activités drumontistes40 », attisés par le J’accuse de Zola se déclenchent à Alger41 en janvier et février 1898 ; Max Régis, qui disposait d’un énorme soutien populaire et qui était financé depuis la métropole par le directeur de L’Antijuif Jules Guérin, prit la tête des plus violentes émeutes qu’Alger ait connues jusque-là et qui alarmèrent durablement les pouvoirs parisiens42. Le 18 janvier, à l’annonce parue dans Le Radical algérien de l’assassinat du président de l’association des étudiants de Paris, une grande manifestation se déroula à Alger ; Dreyfus et Zola, qui venait de publier son « J’accuse » le 13 janvier en première page de L’Aurore, furent brûlés en effigie. Le 19, de nouvelles manifestations et des « vandalisations » de magasins juifs enflammèrent la ville. Du 20 au 25 janvier 1898, les émeutes prirent la forme de meetings antijuifs, d’irruptions dans le quartier juif, d’incendies, de pillages de boutiques, de personnes molestées, Lépine et Zola étant conspués. Max Régis donnait ses consignes aux « chefs de bande » chargés des pillages, Louis Régis et son lieutenant Filippi marchaient en tête des manifestations, et indiquaient de la main les magasins juifs à détruire43.

  • 44 Ce que Musette exprima dans la brochure Cagayous antijuif en faisant dire à son héros : « Y a pas à (...)
  • 45 AOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 03. 02.1898

15Max Régis demanda l’« expulsion des Juifs » d’Algérie le 22 janvier au Vélodrome devant une foule de près de 10 000 personnes ; puis, le 23, des Musulmans racolés par des Européens vinrent de la Casbah participer dans le quartier juif aux pillages et aux violences. Le 24 janvier, de nombreux Juifs armés de couteaux et de nerfs de bœufs attendaient en plein quartier juif, rue de la Lyre, les antisémites armés de gourdins et de couteaux. Les échanges furent sanglants, la police municipale44 et l’armée réagirent peu, empêchant seulement les troubles de se généraliser45. Un manifestant, Cayrol, mourut d’un coup de couteau porté dans le dos et attribué aux Juifs.

  • 46 ANOM F80 1688, rapport du procureur général au garde des Sceaux, 11 février 1898.
  • 47 ANOM F80 1688, rapport du procureur général au garde des Sceaux, 11 février 1898.

16Pour Max Régis, dès cet instant, l’heure de la révolution avait sonné. Entre le 24 et le 27 janvier, le département d’Alger (Blida, Boufarik, Maison Carrée, Marengo, Cherchell, Coléa, Ameur el Aïn) et de nombreuses villes d’Algérie (Affreville, Sétif, Oran, Mostaganem…), là aussi bien desservies par les transports, furent le siège d’émeutes46, de réunions publiques, de cortèges antisémites. Le 25 janvier, après l’enterrement de Cayrol, des groupes armés firent descendre les Juifs des tramways ; l’un d’eux, Schebat fut battu à mort et enterré dans la plus stricte intimité le lendemain pour ne pas créer de troubles supplémentaires. Deux autres Juifs avaient été laissés pour morts : Alphonse Azoulay, Adda Aaron. Le 27 janvier, l’intervention ferme de l’armée ramena définitivement le calme dans la ville47.

  • 48 Touriste venant en hiver à Alger.
  • 49 ANOM F80 1686, note du ministère de l’intérieur, 4e bureau, s.d. L’atmosphère était si pesante que (...)
  • 50 ANOM F80/1686, dépêches Havas 25 et 26 janvier 1898 ; gouverneur aux ministres de l’Intérieur de de (...)
  • 51 ANOM F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05.1900.

17Après ces jours d’émeutes, on comptait à Alger 138 attaques de magasins, les dégâts matériels se montaient à 50 000 francs et les hiverneurs48 quittaient la ville. Inquiet pour ses ressortissants juifs (environ une soixantaine de personnes), le consul de Grande Bretagne, avait même fait venir un bateau arrivé au port d’Alger le 24 janvier pour les mettre à l’abri49. Des condamnations à des peines de prison allant jusqu’à un an touchèrent 700 individus (580 citoyens français, 74 Arabes, 32 Espagnols, 11 Italiens, 2 Maltais, 1 Allemand). Les étrangers et les Indigènes furent beaucoup plus sévèrement punis que les citoyens Français : quelques mois à deux ans de prison pour les Français coupables de vols ou de bris de clôture quand les étrangers étaient expulsés et les Indigènes condamnés à des peines allant jusqu’à cinq ans de prison50. Les violences se limitèrent après cet épisode à l’agglomération algéroise, reprenant de la vigueur51 lors des campagnes électorales ou lorsque des leaders antisémites se rendaient en ville.

Les Législatives de mai 1898

  • 52 ANOM F80/7/16001/1 Paris 23 février 1898, commissaire de police M. Martin, au sujet d’une réunion d (...)
  • 53 Les frères Régis se battent encore le 20 juillet 1898 contre Hennequin rédacteur du Combat algérien(...)
  • 54 Deux brochures racontèrent les séjours de Régis en prison et connurent un grand succès : Les mémoir (...)
  • 55 Régis se rend à toutes les réunions avec ses menottes or et les emporte même à Paris AN F7, 6 juill (...)

18Régis vint à Paris en février 1898 avec Pradelle le maire de Mustapha et l’avocat Daniel Saurin pour une série de rencontres et de conférences ; il rencontra Drumont et il fut entendu que ce dernier se présenterait aux législatives du mois de mai 1898 à Alger. Le 20 février, au cours d’une réunion avec les nationalistes à La Villette, Régis lança sa célèbre phrase au parfum séparatiste : « nous arroserons, s’il le faut, de sang juif l’arbre de notre liberté52 » et fut arrêté à son retour de métropole pour propos séditieux, ce qui en fit un martyr de la « Cause » antijuive. Le 18 mars 1898, il était condamné à quatre mois de prison suite à un duel53 qui l’avait opposé à un certain capitaine Oger, insulté dans L’antijuif. La condamnation ayant été confirmée en appel, Max Régis fut emprisonné54 et reçut tous les jours la visite d’une foule d’Algérois venus chanter sous sa lucarne des chansons antisémites. Libéré dans un geste d’apaisement au bout de deux mois, il reçut de la ville un accueil triomphal et un groupe de femmes, les Dames du souvenir, lui offrit des menottes en or qui servirent beaucoup sa publicité au fil des mois55.

  • 56 Louis Lépine, Mes souvenirs, op. cit., p. 215.
  • 57 Charles Marchal (1849- ?). Fondateur et directeur du quotidien Le Petit colon algérien.
  • 58 Firmin Faure (1864-ca 1919), déclara vouloir remplacer grâce à différentes mesures la « république (...)
  • 59 Louis Barthou, député des Basses Pyrénées depuis 1889, proche de Jules Ferry, fut notamment ministr (...)
  • 60 Chiffres de la Chambre des Députés, séance du 19 février 1898. Cité dans L’œuvre des antijuifs d’Al (...)
  • 61 Bertrand Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », R (...)
  • 62 Vente avec possibilité de rachat par le vendeur dans un certain laps de temps.
  • 63 JO, Chambre, débats parlementaires, 1898-1899.

19Édouard Drumont, « candidat prédestiné » selon Louis Lépine56, fit à Alger en avril 1898 une campagne qui rencontra une ferveur populaire inouïe ; son landau fut tiré par des hommes selon une coutume répandue en Algérie, qu’on appela désormais un « attelage à la Drumont » et il fut élu triomphalement, en même temps que les trois autres candidats antijuifs en lice : Charles Marchal57 à Alger, Émile Morinaud à Constantine, Firmin Faure58 à Oran. Ceci d’autant plus facilement que beaucoup de Juifs, effrayés par les récentes émeutes, n’avaient pas voté, ce qui pour le ministre de l’intérieur Louis Barthou59 (1863-1934) était bien la finalité des émeutes, en dépit du petit nombre d’électeurs juifs60. À la Chambre, les quatre députés furent à l’origine d’un « groupe parlementaire antisémite » de 28 membres61 présidé par Drumont. En Algérie, parmi ceux qui n’avaient pas choisi une étiquette antisémite, seuls Eugène Étienne dans la deuxième circonscription d’Oran et Gaston Thomson à Constantine, conservèrent leurs sièges. Les quatre députés d’Algérie présentèrent dans les premiers mois de la législature à l’Assemblée d’assez nombreux projets communs concernant l’Algérie et principalement la question juive : abrogation du décret Crémieux, retrait de la naturalisation aux pêcheurs de la côte, réglementation de la vente à réméré62… En mai 1899, ils s’expliquèrent longuement sur la situation créée par la question juive en Algérie telle qu’il la percevaient63. En Algérie même, ils participèrent à plusieurs conférences et meetings antijuifs.

  • 64 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 129 et 299.

20Socialement parlant, les communes qui avaient le plus voté pour les antisémites comprenaient, comme en 1897, un grand nombre de fonctionnaires, d’employés, d’ouvriers (mineurs, cheminots, ouvriers agricoles, ouvriers des carrières et de l’industrie). En 1900 Morinaud remarquait encore qu’à Constantine, « les cheminots, les ouvriers, les petits commerçants et la plupart des fonctionnaires étaient toujours avec nous », ce qu’il avait déjà noté en 1898, remerciant les « vaillants faubourgs » de Constantine qui avaient assuré son élection à la députation64.

  • 65 ANOM F80 1687, télégramme du secrétaire général du gouvernement au ministre de l’Intérieur, préside (...)
  • 66 ANOM F80 1687, lettre du secrétaire général du gouvernement au ministre de l’Intérieur, 22 juillet  (...)
  • 67 ANOM F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10.05.1900.

21L’excitation et les violences s’étaient intensifiées pendant la campagne électorale et encore après, toujours avec la complaisance plus ou moins affirmée des forces de police et des autorités municipales65. Les Juifs subirent de nombreux dommages, tandis que le gouvernement général demandait vainement à Paris le contrôle de la police et de la municipalité66. Les Juifs d’Alger, déstabilisés par ce régime de pression et de violences, étaient partagés entre la volonté de riposte et la crainte de la répression, de telle sorte qu’ils furent nombreux à cesser de voter dès 1897. En 1900, le préfet Lutaud regretta qu’un parti « néo-juif » ait encore recommandé l’abstention à ses coreligionnaires et rapporta qu’on affirmait en ville « qu’un certain nombre d’israélites aurait voté pour la liste antijuive afin d’éviter les représailles sanglantes dont on les menaçait67 ».

  • 68 AN F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport d’un agent de la sûreté, 6 juillet 1898.
  • 69 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 332.
  • 70 ANOM F/80/1720, rapport Lutaud au ministre de l’intérieur, 10.05.1900.

22Arrivés au pouvoir, les antisémites avaient accès à de nombreuses ressources à partager avec leurs alliés : marchés publics, emplois, secours, caisses municipales ou départementales. Ils élargissaient leur clientèle par la promesse de futures prébendes, Max Régis disant par exemple : « je vais être maire d’Alger. Si vous voulez venir, il y aura de la place pour les amis68 ». Et Morinaud affirma de son côté recevoir après son élection en 1901 « jusqu’à cent personnes par jour69 ». Les antisémites se rapprochèrent des acteurs économiques, réussissant par exemple à contrôler les maisons de crédit et donc « tous les commerçants d’Alger70 ». Ils en profitèrent largement, ce qui sonna le début de la désaffection du public. La violence des événements fit que, dans la foulée des élections de 1898 en métropole et en Algérie, une réaction hostile se fit jour avec la création de la Ligue française des droits de l’Homme tandis que l’Affaire Dreyfus fit passer l’antisémitisme à la droite extrême des formations politiques, et le groupe des radicaux-socialistes exclut de ses membres les députés antijuifs, dont Émile Morinaud.

Le retour au calme

23Le ministère Brisson (28 juin-26 octobre 1898) prit des mesures qui apaisèrent largement les esprits. Il promulgua quatre décrets datés du 25 août 1898 qui accordaient l’autonomie financière à l’Algérie et créaient des Délégations financières élues au suffrage universel direct et chargées de discuter et de voter son budget. Paris avait pris soin de réserver le droit de vote dans ces nouvelles assemblées aux Français âgés de 25 ans et naturalisés depuis douze ans, ce qui écartait dans l’immédiat un nombre important d’antisémites et provoquait une division à l’intérieur du mouvement. Les consistoires départementaux étaient de leur côté remplacés par des consistoires d’arrondissement et les taxes payées par les israélites pour leurs indigents prenaient le chemin de l’Assistance publique. Le 19 décembre 1900, une loi prolongea le dispositif mis en place par les décrets de 1898 en dotant l’Algérie de la personnalité civile et de l’autonomie budgétaire.

  • 71 Édouard Laferrière (1841-1901), âgé de 57 ans, était vice-président du Conseil d’État et ami person (...)
  • 72 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit. p. 284.
  • 73 La Dépêche algérienne, 26 octobre 1898.
  • 74 ANOM F80 1689.

24Le ministère Brisson accepta la demande des antisémites de remplacer le gouverneur Lépine après seulement dix mois de fonction, de déplacer le préfet Paul Granet, le procureur général Dubuc et le commissaire central d’Alger qui avaient tous fait preuve de fermeté pendant les émeutes. Le nouveau gouverneur Édouard Laferrière71 (26 juillet 1898-30 octobre 1900), prit le parti de calmer le jeu en appliquant les nouvelles mesures économiques72. Par ailleurs, il déclara dans ses rapports au ministre de l’intérieur qu’il était favorable au retrait du décret Crémieux73, position qu’il reprit à plusieurs reprises et n’hésita pas à demander au grand rabbin d’Alger de faire preuve de modération dans ses rapports avec les antijuifs. Après son départ d’Algérie, il se prononça devant le Conseil supérieur du Gouvernement en janvier 1899, pour la fin de toutes les naturalisations automatiques74.

25La nouvelle politique, qui réformait les institutions juives et donnait le pouvoir économique à l’Algérie, laissait espérer des investissements dans les travaux, les emplois publics et augurait de grandes largesses financières. Elle détourna les autonomistes et les antisémites républicains des séparatistes, dont le mouvement s’était développé autour de Régis. À Paris, dès 1899, les députés antijuifs, qui n’avaient en commun que l’antisémitisme, s’éloignèrent politiquement les uns des autres, Drumont et Faure vers la droite réactionnaire du Parlement, Marchal et Morinaud vers les Radicaux. Morinaud resta antisémite mais refusa de participer aux attaques antigouvernementales de Firmin Faure et de Drumont.

  • 75 La Vigie algérienne, 7 avril 1899.
  • 76 Le député Rouanet en fit sévèrement la critique : « On a parqué comme dans un ghetto les cochers de (...)

26Laferrière reçut le contrôle des polices municipales alors même que la population européenne commençait, hors d’Alger et parfois dès le courant de l’année 1898, à prendre ses distances avec les antisémites de la capitale75. Mais à Alger Max Régis, élu à la mairie en novembre 1898, prit des mesures contre les Juifs exerçant de petits métiers : les colporteurs furent interdits de vente sur la voie publique, les cochers assignés à une certaine place de stationnement, le théâtre municipal et les concerts fermés aux Juifs tandis que les cafetiers recevant des Juifs ne pouvaient plus installer de terrasses76.

  • 77 Charles Lutaud fut préfet d’Alger du 12 décembre 1898 au 27 janvier 1901 puis, succédant à Charles (...)

27Lutaud77 en poste à Alger de décembre 1898 à juillet 1901 joua un rôle important dans le retour à l’ordre. Il endigua les manifestations, arrêta les casseurs, refusa les budgets, n’hésita pas à arrêter Max Régis ou Jean Drault, toujours très en lien avec les antisémites d’Alger. De leur côté, les préfets d’Oran et de Constantine s’élevaient aussi contre les antisémites, le préfet d’Oran Henri de Malherbe révoquant par exemple le maire Gobert pour avoir assisté à une réunion pendant laquelle le député Firmin Faure avait critiqué le gouvernement.

  • 78 JO, Séance du 19 février 1898, p. 793 (3e colonne).

28Les pouvoirs parisiens s’inquiétaient de la puissance de l’antisémitisme en Algérie. La participation des Indigènes aux manifestations était ressentie comme potentiellement dangereuse pour l’ordre colonial, de même que les velléités séparatistes de Max Régis et de ses partisans, souvent devenus français par la loi de naturalisation collective de 1889. Louis Barthou, Pierre Waldeck-Rousseau (1846-1904), le président du Conseil Charles Dupuy (1851-1923), repoussèrent fermement la demande d’abrogation du décret Crémieux et les mesures discriminatoires prises à l’encontre des Juifs. Présentée à l’Assemblée le 19 février 1898 sous la forme d’un projet de loi par le député « antijuif modéré » d’Alger Paul Samary, l’abrogation fut refusée par le président du Conseil Barthou, avec l’approbation de la Chambre, par ces mots : « Je ne suis pas pour la révision des fortunes juives, ni pour leur expulsion en masse. Je dis avec la même fermeté que je ne suis à aucun degré pour le retrait du décret de 187078. »

  • 79 Avec 3 965 voix contre 2 667, les Juifs ayant renoncé à voter.
  • 80 Didier Guignard cite le cas du capitaine Peybeyre, couvert de dettes qui fut nommé directeur du ser (...)
  • 81 ANOM 7G10, fiche de renseignement des services du GGA, s. d.
  • 82 AN F7 6 juillet 1898 et F7 /16001/, rapport du 09.01.1899. Le rapport signale que Régis mène une «  (...)
  • 83 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 599-600.
  • 84 Cf. l’article Lutaud de Gilbert Meynier dans Parcours, Recherches bibliographiques. Algérie 1830-19 (...)

29Le 22 octobre 1898, Max Régis fut condamné à huit jours de prison pour coups et blessures mais, aux municipales de novembre, la liste antijuive de trente-six candidats fut élue en entier et Régis, qui s’était présenté à Bab el-Oued, devint maire d’Alger79. Un mois plus tard, le 12 décembre 1898, il fut suspendu par Laferrière pour trois mois de ses fonctions de maire d’Alger puis révoqué le 9 janvier 1899 pour propos séditieux et troubles à l’ordre public, et enfin incarcéré à Sidi-Ferruch. Acquitté par la justice, il retrouva provisoirement son poste de maire mais se fit des ennemis chez les radicaux qu’il cherchait à remplacer dans leurs fonctions par des amis à lui, ce qui permettait des détournements d’argent public80 dont il profitait lui-même largement. Inversement, il ne procéda pas comme c’était l’habitude, à des distributions de places, de marchés publics, de concessions de terres bien au-delà de son cercle d’amis et ne chercha pas à garder de bonnes relations avec les bailleurs de fonds81 (gouvernement, parlement, grandes fortunes). Il délaissa sa charge de maire pour jouir de la vie82 que lui ouvraient ses nouveaux moyens financiers, se rapprocha politiquement d’une droite cléricale et teintée d’anti-républicanisme alors même qu’en métropole cette droite manifestait contre le président Loubet et semblait menacer la République83, tandis que ses amis métropolitains comme Rochefort, Guérin, la marquise de Morès, étaient également très marqués à droite. De plus, dans le contexte de crise que traversait la France, les tendances au séparatisme manifestées par Régis prenaient l’aspect d’une attaque contre l’intégrité de l’État, ce qui représentait un danger pour la République et la Patrie que le pouvoir politique en métropole, comme les patriotes très nombreux en Algérie, ne pouvaient accepter. En conséquence, le nombre de ses partisans diminua radicalement et les radicaux se rapprochèrent du préfet Lutaud84.

  • 85 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 338-339.
  • 86 ANOM F80/1720, dépêche au ministre de l’Intérieur, 08. 05.1900.
  • 87 Devant être arrêté avec ses amis au moment du procès de Dreyfus à Rennes, Guérin s’enferme à Paris (...)
  • 88 « Journaliste et agitateur, agitateur surtout, le directeur de L’Antijuif vient d’accomplir un nouv (...)

30À la suite des manifestations antijuives de 1898 et 1899, Régis fut traduit devant la Cour d’assises de Draguignan qui l’acquitta le 26 juillet 1900. Les antisémites remportèrent encore des victoires aux municipales de mai 1900 à Constantine, Mustapha, Saint-Eugène, Mascara, Oran et à Alger où Régis était de nouveau élu maire85. Mais, rapporte le gouverneur Laferrière, « les centres de colonisation, les petites villes et les chefs-lieux d’arrondissement [avaient] bien voté86 ». Régis fut à nouveau élu maire d’Alger en juillet 1901 et révoqué pour n’avoir pas purgé une peine de trois ans de prison infligée en date du 22 février 1899, car il avait fui en Espagne. Il acheva de perdre sa légitimité par ses faux-pas, par exemple lorsqu’il s’enferma avec grandiloquence en septembre 1899 dans la « Villa antijuive ». Inspiré par l’aventure de Jules Guérin qui avait résisté pendant plus d’un mois dans son « Fort Chabrol87 » aux forces de police parisiennes, Max Régis s’enferma dans sa villa avec vingt-cinq amis pour résister par les armes à une arrestation qu’il disait proche et pour réveiller la passion des Algérois en sa faveur. Mais ceux-ci bougèrent peu malgré des appels réitérés dans L’Antijuif et l’aventure se termina piteusement quand Régis quitta l’Algérie de nuit en balancelle juste avant l’arrivée des policiers et en abandonnant ses compagnons. Le ridicule n’était pas loin, ce que la presse souligna partout et même en métropole88. Un autre faux pas d’importance avait eu lieu quand Régis avait tenté d’échapper à un champion à l’arme blanche, le directeur du journal La Revanche et excellent bretteur, Laberdesque qui avait exigé en mai 1901 de se battre en duel avec lui. Régis s’enfuit en métropole, poursuivi par son adversaire, tergiversa, proposa un jury d’honneur, mais Laberdesque finit par l’obliger à se battre à Paris, où il le blessa le 7 juin 1901. Ridiculisé par son attitude, déconsidéré plus largement comme un homme d’extrême droite, un flambeur, un simple trublion, et jugé lâche dans un pays où la fierté comptait pour beaucoup, abandonné enfin par de nombreux fidèles, il lui restait à quitter la scène à la fin de l’année 1901, date à laquelle il lui arrivait d’être insulté dans les rues.

Une page se tourne

  • 89 Commission parlementaire […] Chambre des députés, 7e législature, 1900, Impressions t. 1, no 1840 à (...)
  • 90 Cité par Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 63.
  • 91 Le Figaro, 23 juin 1900.

31Hors d’Alger, le calme revint dans les rues dès 1898-1899 ; les journaux étaient ulcérés d’avoir à rapporter les violences et les criailleries séparatistes de la capitale et L’Écho d’Oran du 16 mai 1899 résuma l’opinion générale en déclarant que le décret Crémieux n’était « pas le sésame ouvre-toi de nos revendications » et que « la question juive [n’était] ni la seule ni la plus importante ». À partir des élections municipales de mars 1900, cette question redevint un peu partout un simple enjeu électoral qui permettait de remporter encore quelques succès, notamment dans les trois grandes villes d’Algérie. Le grand rabbin Bloch (1859-1914), en poste à Alger de 1897 à 1908 put affirmer devant la Commission parlementaire de 190089 qui vint enquêter sur les causes et le déroulement de la crise antijuive : « Nous n’entendons presque plus le cri de “À bas les Juifs” et les Israélites peuvent sortir et travailler librement90 ». À Paris, lors du célèbre et gigantesque banquet des maires du 22 septembre 1900, Max Régis, qui s’était levé pour parler, reçut des insultes de la part de confrères algériens et fut entraîné à l’écart par le service d’ordre. À la question du journaliste du Figaro : vous n’êtes donc pas séparatistes, la réponse des maires fusa : « Nous sommes de bons républicains et de bons Français [nous avons été quelques-uns à marcher avec lui [mais] nous nous sommes aperçus que nous faisions fausse route. […] Nous respectons avant tout le gouvernement91 ».

  • 92 Le Radical Algérien du 4 janvier 1901.
  • 93 Charles-Robert, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 606.

32À l’Assemblée Nationale, les quatre députés antijuifs n’étaient plus d’aucune efficacité pour leurs électeurs et Drumont se disqualifiait par ses violences verbales. Alger revint aux républicains92 aux élections de janvier 1901 ainsi que, en mai, 41 des 44 sièges de conseillers généraux à pourvoir. Enfin, le 26 avril 1901, à Margueritte-Aïn Turki, près de Miliana, une émeute menée par un groupe d’Indigènes se solda par la mort de cinq européens et la conversion forcée à l’islam des autres colons rencontrés, les femmes et enfants étant épargnés. Cette révolte, dont on chercha les causes selon les opinions chez les Juifs, dans l’anarchie provoquée par la crise antijuive ou dans le fanatisme musulman, fut noyée dans la répression (au moins 16 Indigènes tués) et fit brusquement changer d’époque. La presse et un grand nombre de citoyens français y virent une conséquence des troubles algérois et firent une sévère critique des antisémites et des événements survenus depuis 1897 ; le « péril arabe93 », toujours présent en sourdine dans les esprits, apparut brusquement plus important que le « péril juif ». Une page se tourna.

  • 94 Les antisémites restèrent majoritaires dans 58 communes de plein exercice sur 261. Ces communes éta (...)
  • 95 Édouard Drumont est battu par Maurice Colin (1859-1920), Charles Marchal par Émile Begey (1857-1924 (...)
  • 96 Les remous de l’affaire Dreyfus et les développements de l’antijudaïsme en Algérie furent à l’origi (...)
  • 97 ANOM Oran 5647-48, Oran le 6 octobre 1904, minutes du pourvoi Jalras et consort contre les élection (...)

33Aux législatives de 1902, les quatre députés antijuifs quittèrent la scène94. Drumont fut battu dès le premier tour à Alger, alors que les municipales de 1900 venaient d’être annulées ; Morinaud et Marchal, qui avaient pris soin de s’éloigner des deux autres députés antijuifs, partagèrent malgré tout la même déconfiture95, Faure étant allé prudemment se faire élire dans le département de la Seine. C’était la fin de la crise antijuive, bien que la municipalité d’Oran, assoupie, ait perduré jusqu’à octobre 1905 ; l’antisémitisme cessa alors et pour une vingtaine d’années d’être un levier politique. Cette chute était en grande partie le résultat de la politique de « défense républicaine96 » d’unité nationale suivie par le ministère Waldeck Rousseau de 1899 à 1902 et de la nécessité de rétablir l’ordre colonial menacé par les troubles. Avec la politique de conciliation, de largesses financières et de défense républicaine menée par Paris depuis 1898 et suivie du retour du calme, Alger et l’Algérie avaient repris confiance, le séparatisme s’était dissous dans le fiasco des amis de Max Régis, tombés avec lui dans le nationalisme outrancier, divisés par des querelles incessantes et essentiellement intéressés par les bénéfices à tirer de leurs fonctions. Les Indigènes semblaient redevenus dociles après la mise au pas des insurgés de Margueritte et l’on ne parlait plus de toucher au décret Crémieux. Les antisémites avaient fini par se modérer eux-mêmes, les plaintes déposées s’étant soldées par leur condamnation et le retour à la loi républicaine. Toutefois un nouvel épisode violent eut encore lieu à Oran en 1904. Le Comité antijuif favorable à l’équipe municipale antijuive du maire Gobert répandit en ville pendant une semaine des papillons mensongers de nature à enlever des voix à l’« antijuif modéré » Hippolyte Giraud97. Les tensions culminèrent avec une tentative d’assassinat sur le député radical socialiste César Trouin (1866-1919), tandis que des bagarres se soldèrent pour le parti républicain par un mort et plusieurs blessés.

  • 98 L’intransigeant Algérien (antijuif intransigeant).

34L’idéologie antijuive ne disparut pas avec avec le retour au calme et il y eut parfois, pendant quelques années, un maintien perlé des journaux antijuifs comme ce fut le cas de L’intransigeant Algérien (antijuif intransigeant) dont on trouve des numéros jusqu’à 1912. Et, malgré l’élan patriotique des Juifs au cours de la Première Guerre mondiale, la rumeur publique les accusa d’être des « profiteurs de guerre » et des « embusqués », on opposa « les pauvres tirailleurs qui combattent dans les tranchées aux riches commerçants juifs » ; des troubles éclatèrent en 1917 et 1918 dans plusieurs villes où des émeutiers musulmans s’en prirent physiquement aux Juifs98.

Tenants et aboutissants d’une crise

Des causes multiples

  • 99 Avocat, juge de paix, député de la Gauche radicale 1889 à 1889.
  • 100 Hugolin est le pseudonyme de P. Guilhon.

35Une des causes essentielles de la crise réside dans le traditionnel rejet de la personne même des Juifs. À la fin du xixe siècle, une partie d’entre eux avait pris, notamment dans les villes de moyenne et grande importance, un certain nombre de comportements européens qui leur permettaient de mieux se fondre dans le flot des passants, mais une autre partie maintenait des caractéristiques traditionnelles, dites « exotiques » telles que les vêtements traditionnels chez les femmes et les personnes âgées, l’accent particulier, les traditions religieuses comme l’endogamie, les interdits alimentaires, la vie séparée. Ces traits accentuaient leur visibilité ressentie comme « raciale » et déclenchaient le mécontentement des antisémites. Si bien que la Commission parlementaire de 1900 recueillit des avis très variés qui montrent une pluralité de positions concernant les Juifs. Camille Sabatier99 (1851-1919) les présenta positivement, un autre témoin du nom de Béranger (p. 903) affirma que le Juif « s’assimile rapidement bien que restant juif, il apprécie énormément le titre de français et n’en rougit pas comme l’espagnol. » Un autre témoin, Vinci, extériorisa ses craintes : « Nous voilà au nombre de 200 000 devant un monde musulman inquiétant, devant une population étrangère, devant une minorité israélite remuante et dangereuse, composée de gens actifs, intelligents, souverainement intrigants » Et pour le journaliste Hugolin100, tous les Juifs, riches ou pauvres, étaient semblables et voleurs.

  • 101 Louis Durieu Les Juifs algériens, 1870-1901, Paris, Librairie Cerf, 1902, p. 72 sq.
  • 102 Dans son ouvrage Les Juifs algériens (1902), Louis Durieu explique qu’il faut réunir plusieurs caus (...)
  • 103 Député de la Seine de 1893 à 1914, Gustave Rouanet est un militant et historien socialiste. Il a co (...)
  • 104 Louis Barthou lut à l’Assemblée nationale le 15 mai 1899 un article du journal La Croix qui se féli (...)
  • 105 J. Lenormand, Le péril étranger, Paris, Lib. Africaine et coloniale, 1899, p. 249.
  • 106 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 283.

36Le cléricalisme fut une des causes principales de la crise. En métropole, l’antisémitisme était marqué par le patriotisme et par le long héritage de la religion catholique. En Algérie, les antisémites proclamaient qu’ils ne faisaient pas aux Juifs une guerre de race ou de religion, mais Louis Durieu fit remarquer l’ambiguïté de cette affirmation. Si ce n’était pas une guerre de race, pourquoi s’en prendre aux gens dans la rue sur leur faciès et leurs vêtements, et si ce n’était pas une guerre de religion, pourquoi exiger qu’on se déshabille pour vérifier si l’on était circoncis et pourquoi détruire les synagogues et jeter les objets sacrés dans les rues101 ? L’antisémitisme disposait sur place d’un fond chrétien encore très vif chez les Espagnols et, à un moindre degré, chez les Italiens, les Maltais naturalisés, les catholiques français d’origine. Durieu102 soulignait en 1902 avec le député Gustave Rouanet103 (1855-1927) que les Espagnols, très catholiques, vivaient entre eux, allaient dans des institutions religieuses qui veillaient à leur conserver leur particularité culturelle, linguistique et religieuse. De ce fait, disaient-ils, « l’esprit français [s’était] altéré » en Algérie. Durieu voyait même l’antisémitisme aux mains du « parti clérical » dirigé par le clergé espagnol qui entraînait derrière lui les fonctionnaires, les petits employés et les militaires et rappelait que les journaux La Croix, Le Pèlerin et la Semaine religieuse d’Algérie étaient très antisémites104. Ce cléricalisme était instrumentalisé par les antijuifs comme Morinaud qui s’adressait aux néos en leur disant « Vous adorez le fils de Dieu, vous, vos femmes et vos enfants. Et vous marcheriez la main dans la main avec les infâmes bourreaux du Christ105 ! » Les journaux comme L’Antijuif reprenaient par tactique les vieilles accusations religieuses comme celle des sacrifices d’enfants non juifs le jour de Pourim106.

  • 107 Charles-Robert, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 56-57.

37Une autre cause des débordements réside dans le contexte généralisé de crise réelle ou ressentie qui existait à l’époque107. Au plan économique, on subissait l’effondrement du prix du blé et des exportations (1893 et 1897), la mévente des vins (1893 et 1894), et surtout la crise du crédit. Il y avait aussi une crise de la sécurité (1889-1891, 1893-1894, 1897-1898), car la disette, voire la famine, conduisaient les Indigènes à commettre un certain nombre de vols et de brigandages. Parallèlement, la métropole était accusée de paralyser le développement économique de l’Algérie par des mesures inappropriées. Les Juifs, qui excellaient sur place dans les métiers de la petite distribution comme l’alimentation, entraient en concurrence avec les autres commerçants, les « petits blancs » européens, qui trouvaient avantage à les éliminer grâce à un antisémitisme que Durieu appelait « de boutique » et qui touchait aussi les employés et ouvriers. À cet ensemble s’ajoutait l’anticapitalisme du mouvement socialiste né dans les années 1892-1895, puisque les Juifs étaient souvent accusés d’être des capitalistes invétérés.

  • 108 ANOM F 80 1886, Rapport du procureur général d’Alger au Garde des Sceaux, ministre de la justice ; (...)
  • 109 ANOM BB 18 2063 (F 80 1688), Rapport du procureur général Dubuc du 18 février 1898

38Politiquement, le lien entre élections et antisémitisme était fondamental depuis 1871. Le trafic des voix électorales que tout le monde critiquait mais dont les politiciens se seraient tous abondamment servi, est détaillé dans les journaux, les réunions politiques et dans les séances de la Commission de 1900 où les témoins décrivaient les réseaux, les méthodes des rabatteurs formés d’Espagnols et de naturalisés et donnaient le prix de chaque vote. Le rapport du procureur général Dubuc108 du 11 février 1898 donna de nombreuses précisions, dont une évaluation du prix des voix : de 5 à 10 francs pour un Juif, davantage pour un autre type d’électeur. Quelques jours plus tard, il expliqua que c’était l’intérêt pécuniaire qui expliquait la demande d’abrogation du décret Crémieux : « Ici les fonctions de maire sont rétribuées… ajoutez les divers emplois municipaux salariés que le maire distribue à ses partisans […], les profits illégitimes [ponctionnés] sur la masse indigène et vous connaîtrez le prix de la victoire109 ».

  • 110 ANOM F 8. 1689, Rapport du gouverneur général au président du Conseil, 15 juillet 1898.
  • 111 David Prochaska, Making Algeria French, Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, Cambridge Univer (...)

39D’autant, ajoutait de son côté le gouverneur général Lépine dans un rapport110 de juillet 1898, que cet argent n’était pas celui de l’Algérie mais celui de la France et qu’on pouvait donc y puiser sans ménagement. De cette façon, celui qui tenait la mairie ou la députation se créait une clientèle intéressée à son succès111, d’où la violence des campagnes et les manœuvres diverses auxquels les candidats comme l’administration participaient, pour s’attirer des électeurs ou favoriser leur parti.

  • 112 À Mostaganem « les conseillers municipaux ben Larbey et Boumardi sont allés de porte en porte exhor (...)
  • 113 Grégoire Kauffman, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 368.

40En 1897 les Musulmans ne prirent part aux manifestations que sollicités par les citoyens français : à Oran et Mostaganem, ils furent directement racolés et payés pour le faire112. À Alger, le succès de Max Régis s’expliquait en grande partie par son aura de naturalisé qui lui attirait les faveurs des Européens, naturalisés ou non qui se sentaient également mieux intégrés à la société dominante en manifestant en compagnie de « Français ». L’historien Grégoire Kauffmann rappelle qu’en métropole, L’Aurore s’en prenait à ces « aventuriers cosmopolites » d’Algérie et que Les Droits de l’Homme accusaient Drumont de « donner des gages à cette tourbe fanatisée d’exotiques, d’Arabes, Espagnols, Maltais et autres trimardeurs de nationalités étrangères113 ». Une tourbe souvent faite de désœuvrés qui emplissaient les rues tout au long des jours.

  • 114 Les Européens se donnaient à eux-mêmes le nom d‘Algériens.
  • 115 Au lendemain de son élection, Max Régis invité à Paris par la Ligue antisémitique brandit la menace (...)
  • 116 L’Antijuif, 23 décembre 1898.
  • 117 L’écho d’Oran, 27 janvier 1897.
  • 118 Jean-Paul Honoré, « Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus », Mots, (...)
  • 119 La Lanterne algérienne du 11 août 1898 proposa de limiter à 10 % le nombre d’ouvriers étrangers dan (...)

41À ces diverses causes de la crise, il faut ajouter la volonté d’autonomie et la prise de conscience de la formation d’un nouveau peuple algérien114 pluriethnique, à base de Français mais aussi et surtout d’Espagnols, d’Italiens, de Maltais. Ces nombreux Européens inquiétaient les Français d’origine pour qui ils formaient « le péril étranger ». La naissance du mouvement séparatiste autour de Max Régis115 qui s’appuyait sur les antisémites étrangers ou naturalisés français et avoua vouloir « se mettre à la tête du mouvement de l’indépendance de l’Algérie116 », acheva d’inquiéter sur place une grande partie de l’opinion publique européenne d’origine métropolitaine117, elle-même favorable à l’autonomie, mais dans certaines limites. Parallèlement, une campagne dénonçant l’« étranger118 », se développait en métropole et Drumont lui-même agitait à l’Assemblée la crainte du séparatisme. Dès 1898, des militants de gauche développèrent dans la colonie l’idée que les vrais ennemis du peuple étaient les ouvriers étrangers119.

42Dans le feu de l’action, la crise interféra avec la revendication autonomiste qui ralliait de nombreux suffrages, la population et ses représentants voulant que l’Algérie gère elle-même ses finances et sa fiscalité au plus près de la réalité vécue sur place et des intérêts des colonisateurs. Les Européens allaient jusqu’à menacer la métropole lorsqu’on envoyait en Algérie un homme à poigne susceptible de les contrer : « qu’ils prennent garde, il n’y a pas encore de séparatisme s’il y a des autonomistes en Algérie, mais il ne faudrait pas beaucoup de Lépine pour en faire pousser » lit-on dans Le Télégramme algérien du 3 juin 1898. L’avocat antisémite Daniel Saurin avait déjà écrit dans L’Écho d’Oran du 30 décembre 1894 que : « Dans cinquante ans, il y aura des Algériens en Algérie, toujours français mais quelque peu espagnols, italiens ou maltais, sinon légèrement teintés d’arabes » et « Puisqu’un jour l’Algérie ne doit plus être la France qu’au moins elle ne soit pas l’ennemie de la France ».

  • 120 Menacé d’être suspendu en 1900, il préfère démissionner de la Franc-maçonnerie.
  • 121 Henri Garrot, Les juifs algériens, leurs origines, Alger, Louis Relin, 1898, p. 9, gallica.bnf.fr/ (...)

43Les différents ressorts de l’antisémitisme facilitèrent le rejet des Juifs par une grande partie de la population. La franc-maçonnerie, très présente en Algérie, comprenait des antisémites notoires comme Morinaud qui dirigeait la loge Union et Progrès à Constantine et qui proposa l’expulsion des Juifs de la franc-maçonnerie en 1896120. Le socialiste Lucien Chaze affirma que l’antisémitisme était la meilleure forme du socialisme en Algérie ; des polémistes tel que Georges Meynié, qui écrivit en 1888 Les juifs en Algérie et François Gourgeot auteur de La domination juive en Algérie (1894), agitaient les mécontentements européens en pointant la nocivité historique et immuable des Juifs en dépit des bienfaits reçus. En 1898, Henri Garrot, antidreyfusard et admirateur de Drumont, publia Les juifs algériens, leurs origines121 où il rappelait que la venue des Français délivra les Juifs « de l’abjection dans laquelle ils vivaient en Afrique » mais que, en dépit des bienfaits reçus de la France, « le sentiment de reconnaissance n’avait jamais tenu chez eux une place encombrante. »

  • 122 Madeleine Rébérioux, La France radicale 1898-1914, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 42.

44La disparition en chapelet des élus antisémites entre 1900 et 1902 est à mettre au compte de la désaffection de l’opinion publique et de la politique de « défense républicaine » du ministère Waldeck Rousseau (1899-1902) qui rassembla une large part de l’éventail politique, soit selon Madeleine Rébérioux, « la Franc-maçonnerie, la Ligue des droits de l’homme, les sociétés laïques, les universités populaires et les premiers partis politiques (le Parti radical, l’Alliance républicaine démocratique122 ». Mais, si les réformes amorcèrent bien le retour au calme et à l’esprit républicain, l’inexpérience, l’arrivisme et le populisme des élus antisémites, leurs nombreux détournements financiers, leur incapacité à faire avancer les dossiers sensibles jouèrent aussi leur rôle dans la désaffection du public.

Était-on passé à côté d’une révolution ?

  • 123 ANOM 7 G 13, La Vigie algérienne, 7 avril 1899. Paul Leroy Beaulieu (1843-1916) était un économiste (...)

45C’est peu probable. Des menaces furent bien proférées à ce sujet, mais essentiellement à Alger et dans le cercle restreint des antisémites, des nouveaux naturalisés et de leurs amis. On trouva aussi quelques individus pour défendre les idées séparatistes dans les journaux locaux et devant la Commission parlementaire de 1900, mais l’opinion publique européenne avait dans son ensemble une vision trop réaliste de la question algérienne pour envisager une coupure radicale. Dès 1899 les journaux départementaux s’effaraient en prenant connaissance des débordements en tous genres de la capitale et les personnes interrogées par la Commission de 1900 notaient en général que si les Européens voulaient se maintenir en Algérie, il leur fallait l’appui de la France, de son armée, de sa diplomatie. L’économiste Paul Leroy Beaulieu123 soutenait que l’économie mettait l’Algérie dans une « dépendance absolue du marché français », dont elle profitait « au plus haut degré » sans pouvoir trouver l’équivalent ailleurs.

  • 124 Un conseiller municipal antijuif d’Oran, Régina, italien fraîchement naturalisé, suscita une grande (...)

46Dans le reflux des antisémites, il ne faut pas négliger l’importance du patriotisme, très vivant à l’époque ; tomber dans le séparatisme était considéré comme une trahison inacceptable par la plupart des Français d’Algérie124, d’autant que le séparatisme était en grande partie entre les mains de néos attachés à leurs origines nationales personnelles, ce qui jouait contre lui. Séparatistes non, autonomistes oui et selon l’ordre colonial en vigueur car une des raisons profondes de la crise fut la réaffirmation de cet ordre colonial qui se fondait sur la suprématie des « vainqueurs » et la soumission des « Indigènes vaincus ». La naturalisation collective de 1870 était ressentie comme dangereuse pour cette suprématie avec, en perspective lointaine et menaçante, la naturalisation éventuelle des Indigènes dont la vague menaçait de tout emporter sur son passage.

  • 125 Selon Gustave Rouanet, reprenant Le Télégramme algérien dans son discours du 24 mai 1899.
  • 126 Commission de 1900, p. 281.

47De leur côté, les Juifs n’apprécièrent sans doute pas à sa juste valeur la différence entre autonomistes et séparatistes puisque les uns et les autres voulaient le retrait du décret Crémieux, la révision des fortunes juives, et parfois même leur expulsion hors d’Algérie. Loin d’être un simple jeu cruel comme on le définissait souvent sur place, l’antisémitisme poursuivait bien des buts concrets d’exclusion et les conséquences économiques de la crise furent désastreuses pour les plus pauvres des Juifs. Furent exclus de leur emploi des colporteurs et de petits boutiquiers souvent réduits à la mendicité, les consistoires ayant perdu la gestion des fonds de secours passée aux bureaux de bienfaisance, souvent gérés par des antisémites. Les petits vendeurs de rue (vendeurs de boissons rafraîchissantes et de friandises dans les fêtes foraines, marchands de fil et d’aiguilles, crieurs de journaux) laissèrent définitivement la place à de jeunes Indigènes. Toutefois, dans les campagnes, leur métier étant harassant et mal payé, les colporteurs juifs purent reprendre assez vite leur travail et furent bien reçus par leurs clients, même hostiles aux Juifs, délaissés depuis leur départ. Dans les villes, les commerçants juifs furent en général indemnisés par les communes que la justice avait jugées responsables des troubles et les clients revinrent plus ou moins vite vers eux, leurs concurrents ayant voulu « imposer leurs traditions, écouler leurs rossignols et élever leurs prix125. » Devant la Commission de 1900, le président du tribunal civil de Tlemcen, Patrimonio, évoqua les perturbations économiques engendrées par les troubles sur l’économie européenne elle-même : les Indigènes ne pouvant plus emprunter de l’argent aux Juifs n’avaient plus pu acheter de moutons au Maroc. « Les négociants, les compagnies de chemin de fer, et les armateurs qui les expédiaient en France ont éprouvé de grande pertes126 ».

  • 127 Ces incidents sont signalés l’un après l’autre par les membres des consistoires algériens aux respo (...)
  • 128 Entretiens avec la chanteuse oranaise Sari Saïac, mai 1974.

48La crise avait nui à l’équilibre économique de l’Algérie, aussi chacun retourna à son travail avec soulagement. L’antisémitisme n’était cependant pas une question entièrement réglée puisqu’on compta ici ou là, en plus des incidents à caractère antisémite répertoriés jusque pendant les années de guerre127, des manifestations de mépris et des mises à l’écart des Juifs par les Français et les Européens, tandis qu’on reprenait régulièrement dans les cafés la chanson « À bas les Juifs » qui s’était répandue dans le pays, chantée avec une des « Marseillaises antijuives » qui avaient fleuri pendant la crise des années 1895-1902128. Ainsi, les rapports qu’entretenaient les Français avec les Juifs restèrent dominés par les opinions d’avant la crise, ce qu’exprime un journaliste, Georges Moussat, dans L’événement du 22 juin 1901 :

Le décret Crémieux a été une faute, en ce sens qu’il faisait électeurs, du jour au lendemain, des gens peu prêts à jouer de rôle et qui, la veille encore, étaient tenus par les Arabes eux-mêmes pour une race vile et inférieure.

  • 129 CDHA 1871 841 Mou, Cahier Georges Moussat, L’Événement, 22 juin 1901.

Les juifs n’ont pas notre modus vivendi, ils ont des procédés commerciaux élastiques, dans lesquels la conscience et l’honnêteté ne jouent parfois qu’un rôle secondaire et il faut bien reconnaître qu’en maintes circonstances, par leur morgue, leur insolence, leur vanité, ils ont attiré sur eux la colère populaire.[…] Ce n’est pas une question de religion, c’est une lutte de race, légitime à coup sûr, puisque le charbonnier a le droit d’être maître chez soi129.

Notes

1 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie conremporaine, op. cit., p. 56-62.

2 Michaël R. Marrus et Robert O. Paxton, Vichy et les juifs, Paris, Calmann-Lévy, nouvelle édition 2015, p. 279.

3 René Viviani, avocat, a été député de la Seine (1893-1902 ; 1906-1910) puis de la Creuse (1910-1922). Il est cofondateur du journal L’Humanité avec Jean Jaurès, a été ministre du Travail (1906-1910), ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (1913-1914) et président du Conseil de juin à août 1914.

4 Charles-Robert Ageron, « Jaurès et la question algérienne », Le mouvement social : bulletin trimestriel de l’Institut français d’histoire sociale, janvier-mars 1963, p. 14. Disponible en ligne.

5 Son argumentation reprenait les griefs classiques contre les Juifs : l’usure, l’abus des influences politiques, l’accaparement des emplois lucratifs, des fonctions administratives et des richesses, le vote en faveur des candidats opportunistes qui leur octroyaient de nombreuses faveurs gouvernementales et administratives…

6 Cf. François Aumerat, L’Anti-sémitisme à Alger, op. cit. ; Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 584-585.

7 François Gourgeot, La domination juive en Algérie, Alger, Fontana et Cie, 1894. Disponible en ligne.

8 Né dans une vieille famille noble originaire de Sardaigne, Morès était Saint-Cyrien. Antisémite, il écrivait dans La Libre Parole, et tua le capitaine Mayer qui l’avait provoqué en duel après un de ses articles. Acquitté mais éclaboussé dans le scandale de Panama, il partit à Alger où il fonda en 1894 le parti antisémite algérien. Il mourut en 1896 en Tunisie, tué par des Touaregs.

9 ANOM F 80 1684.

10 « On a tenté d’en faire des Français, des compatriotes, on s’est trompé, on nous a trompés. Il faut vite faire machine arrière et arriver à l’abolition du fatal décret Crémieux. », La Cravache oranaise, 3 novembre 1895.

11 ANOM F80 1684, rapports du commissaire spécial de la police des chemins de fer et des ports, 11 juillet et 8 novembre 1894.

12 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 261-262.

13 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 587.

14 ANOM F80 1684, note pour le directeur de la Sûreté générale au sujet de l’assassinat d’un enfant européen par un israélite, 17 avril 1895.

15 Archives israélites, 56, 1895, p. 130, 138.

16 Gaston Thomson (29 janvier 1948-14 mai 1932) est resté célèbre pour avoir eu la plus longue carrière de député puisqu’il fut élu sans interruption de 1877 à sa mort, soit pendant 55 ans et 15 législatures. Il appartint à des mouvements politiques modérés, l’Union progressiste, l’Alliance démocratique, la Gauche radicale. Il fut plusieurs fois ministre et, proche d‘Eugène Étienne, il était opposé aux antisémites.

17 ANOM F80 1684, message télégraphique du gouverneur général au ministre de l’intérieur, 18 avril 1895.

18 Émile Morinaud (1865-1952), avocat, est maire de Constantine de 1899 à 1902. Élu député en 1898, il devient secrétaire du groupe antisémite à la Chambre des députés (1898-1902) et est régulièrement réélu de 1919 à 1942, date à laquelle il est révoqué. L’historien Pierre Louis Montoy le présente en 1987 comme « plébéien démagogue, antijuif à éclipses, semi-libéral en matière indigène, Morinaud est la bourgeoisie coloniale faite homme. » Cf. entrée Émile Morinaud dans Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, 2000, p. 298 ; Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, Alger, Baconnier Frères, 1941 ; Gilbert Meynier, Émile Morinaud, Recherches bibliographiques Algérie, 1830-1962, no 1, mars 1984 ; Pierre Louis Montoy, Émile Morinaud, Parcours, l’Algérie, les hommes et l’histoire, no 9, 2e semestre 1988.

19 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 66-67.

20 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 111-118.

21 Voir le détail dans ANOM F80 1685, Rapport sur les troubles de l’Oranie, 1897.

22 Lucien Sabah, La vie politique à Oran au début du xxe siècle : Henry de Malherbe, Préfet d’Oran (1893-1909), Administration, no 144, Paris, déc. 1981, p. 168-169.

23 Max Régis était le fils d’un entrepreneur milanais installé à Sétif. Il fit son service militaire à Oran.

24 ANOM F80 1685, rapports du gouverneur général au ministre de l’intérieur, Alger, 1, 5, 7 février 1897.

25 ANOM 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

26 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 273-275.

27 ANOM F80 1685, lettre du préfet d’Alger au ministre de l’intérieur, 17 octobre 1897

28 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 273-275.

29 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 73-89.

30 Cité par Didier Guignard, L’abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale, Nanterre, Presses universitaires de Paris ouest, 2010, p. 396 sq.

31 C’est-à-dire interdite aux Juifs.

32 Les uns recrutaient les manifestants, les autres répertoriaient les magasins juifs et les désignaient aux casseurs. ANOM F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles de l’Oranie, 31.05.1897.

33 Le corps des officiers était connu pour son nationalisme et son antisémitisme. AN BB 18 206 3 et ANOM F80/1685, dépêche du 22 mai 1897.

34 Louis Lépine évoque « la répugnance du haut commandement » à intervenir pendant les troubles, « car les officiers, établis dans le pays sympathisaient avec la population, et cela se voyait à la mollesse, à la maladresse de l’exécution. Louis Lépine, Mes souvenirs, Paris, Payot, 1929, p. 212.

35 Dans ce département, à cette date, les 3/4 des effectifs militaires sont stationnés à la frontière marocaine. La garnison d’Oran ne compte que 2 bataillons de zouaves et un escadron de chasseurs. ANOM F80/1685, dépêche du préfet d’Oran au gouverneur, 25 mai 1897.

36 ANOM F/19/111. 175 Jules Cambon, GG d’Algérie au ministre de l’intérieur, « No 1946 Re : Échos des événements d’Orient en Algérie », Alger, 2 juillet 1897 ; ANOM FM F/80/1685, Administrateur de commune mixte de Mascara, sous-préfet de l’Arrondissement de Mascara, « No 2602 Re : Situation Politique ; au sujet d’un article du journal Le Petit Fanal Oranais », Mascara, 14 juin 1897 ; A. de Boisandré, « Solidarité Juive », La Libre Parole, 26 mai 1897, Jean Drault, « À Constantine », La Libre Parole, 1er juin 1897.

37 Au sud-ouest : Er-Rahel, Rio-Salado, Aïn-Temouchent et les villages de Hammam-Bou-Hadjar et Aïn-el-Arba ; vers le sud : Sidi-Bel-Abbès ; vers l’est à Saint-Denis-du-Sig, Perrégaux et Inkermann, Mascara et Bouguirat ; sur le littoral nord-est, villages de Noisy-les-Bains, Aïn-Tédelès, Bosquet, Cassaigne et Lapasset. ANOM F80/1685, mémoire des services du GGA sur les troubles en Oranie, 31 mai 1897. Dépêche du correspondant Montbrun au journal Le Temps du 24 mai 1897 et dépêches du procureur général d’Alger au garde des Sceaux des 25 mai et 8 juin 1897.

38 Voir Pierre Birnbaum, Le moment antisémite, un tour de la France en 1898, Paris, Fayard, 1998.

39 ANOM F80 1688 Rapport Laferrière à Dupuy, 18 janvier 1898.

40 Expression formulée dans les rapports envoyés par les Juifs d’Alger à l’Alliance israélite universelle. Dans AUI, Algérie, Dossier Alger H. Tubiana, antisémitisme 1898.

41 Pour le détail des événements à Alger, voir Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 295-300, Pierre Hebey, Alger 1898, la grande vague antijuive, Paris, Nil éditions, 1996 ; Didier Guignard, L’abus de pouvoir dans l’Algérie coloniale (1880-1914), op. cit., p. 396 sq.

42 Cf. Laurent Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe république », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2007/3 no 54-3, p. 63-90. Disponible en ligne sur Cairn.info. Voir aussi ANOM 7G10, « Notes sur les troubles antisémitiques d’Alger du 18 au 26 janv. 1898 », s. d.

43 ANOM 7G10, rapport du 22. 01. 1898 ; note du commissaire central d’Alger du 01.02.1898.

44 Ce que Musette exprima dans la brochure Cagayous antijuif en faisant dire à son héros : « Y a pas à dire, les gendarmes jamais y z’ont été pluss chouettes, plus taïbs que ce jour-là », p. 41.

45 AOM, F80/1685, rapport au ministre de l’Intérieur, 03. 02.1898

46 ANOM F80 1688, rapport du procureur général au garde des Sceaux, 11 février 1898.

47 ANOM F80 1688, rapport du procureur général au garde des Sceaux, 11 février 1898.

48 Touriste venant en hiver à Alger.

49 ANOM F80 1686, note du ministère de l’intérieur, 4e bureau, s.d. L’atmosphère était si pesante que les autorités ont fait courir le bruit d’une arrivée fortuite pour ne pas causer de troubles supplémentaires.

50 ANOM F80/1686, dépêches Havas 25 et 26 janvier 1898 ; gouverneur aux ministres de l’Intérieur de de la Justice, 12 juin 1898.

51 ANOM F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10. 05.1900.

52 ANOM F80/7/16001/1 Paris 23 février 1898, commissaire de police M. Martin, au sujet d’une réunion de la Ligue antisémitique à la salle Chaynes.

53 Les frères Régis se battent encore le 20 juillet 1898 contre Hennequin rédacteur du Combat algérien et Nicaise rédacteur de La Lanterne algérienne, qu’ils blessèrent légèrement.

54 Deux brochures racontèrent les séjours de Régis en prison et connurent un grand succès : Les mémoires du prisonnier recueillis par son ami Louis Gardais, Mustapha, éd. 1899 et Suite des mémoires du prisonnier Max Régis par un ami, Mustapha, éd. 1899, gallica.bnf.fr/ark:/12148/ bpt6k729936

55 Régis se rend à toutes les réunions avec ses menottes or et les emporte même à Paris AN F7, 6 juillet 1898.

56 Louis Lépine, Mes souvenirs, op. cit., p. 215.

57 Charles Marchal (1849- ?). Fondateur et directeur du quotidien Le Petit colon algérien.

58 Firmin Faure (1864-ca 1919), déclara vouloir remplacer grâce à différentes mesures la « république juive par la république française ». Revue algérienne, t. XXV, p. 762.

59 Louis Barthou, député des Basses Pyrénées depuis 1889, proche de Jules Ferry, fut notamment ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Méline (23 avril 1896-28 juin 1898).

60 Chiffres de la Chambre des Députés, séance du 19 février 1898. Cité dans L’œuvre des antijuifs d’Alger, p. 32.
Image

61 Bertrand Joly, « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2007/3 no 54-3, p. 73-74.

62 Vente avec possibilité de rachat par le vendeur dans un certain laps de temps.

63 JO, Chambre, débats parlementaires, 1898-1899.

64 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 129 et 299.

65 ANOM F80 1687, télégramme du secrétaire général du gouvernement au ministre de l’Intérieur, président du Conseil, 16 juillet 1898.

66 ANOM F80 1687, lettre du secrétaire général du gouvernement au ministre de l’Intérieur, 22 juillet 1898 et Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 304.

67 ANOM F80/1720, rapport au ministre de l’Intérieur, 10.05.1900.

68 AN F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport d’un agent de la sûreté, 6 juillet 1898.

69 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit., p. 332.

70 ANOM F/80/1720, rapport Lutaud au ministre de l’intérieur, 10.05.1900.

71 Édouard Laferrière (1841-1901), âgé de 57 ans, était vice-président du Conseil d’État et ami personnel de Brisson.

72 Émile Morinaud, Mes mémoires, Première campagne contre le décret Crémieux, op. cit. p. 284.

73 La Dépêche algérienne, 26 octobre 1898.

74 ANOM F80 1689.

75 La Vigie algérienne, 7 avril 1899.

76 Le député Rouanet en fit sévèrement la critique : « On a parqué comme dans un ghetto les cochers de fiacre de race juive ; c’est là votre anticapitalisme, messieurs les antisémites. On défend aux petits marchands, aux colporteurs, aux malheureux qui vivent du produit d’une balle de colportage, de déballer leur marchandise sur la voie publique, sur les marchés, parce que ce sont des juifs ! C’est là votre anticapitalisme ! », JO, séance du 23 décembre 1898, p. 2613.

77 Charles Lutaud fut préfet d’Alger du 12 décembre 1898 au 27 janvier 1901 puis, succédant à Charles Jonnart, gouverneur de l’Algérie de 1911 à 1918. Voir Gilbert Meynier Recherches biographiques. Algérie 1830-1962, Paris, Association de recherche pour un dictionnaire biographique de l’Algérie (1830-1962), Bulletin d’essai, 00, 1983.

78 JO, Séance du 19 février 1898, p. 793 (3e colonne).

79 Avec 3 965 voix contre 2 667, les Juifs ayant renoncé à voter.

80 Didier Guignard cite le cas du capitaine Peybeyre, couvert de dettes qui fut nommé directeur du service de nettoiement. Le service n’était « assuré que d’une façon dérisoire et les détournements furent évalués à 60 000 francs au bout de trois ans. »

81 ANOM 7G10, fiche de renseignement des services du GGA, s. d.

82 AN F7 6 juillet 1898 et F7 /16001/, rapport du 09.01.1899. Le rapport signale que Régis mène une « vraie vie de Pacha » et passe son temps chez sa maîtresse, ne se rendant pas à la mairie quand on vient le chercher. « Cette vie dissolue », signale le rapporteur, « fait tous les jours de nouveaux mécontents ».

83 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 599-600.

84 Cf. l’article Lutaud de Gilbert Meynier dans Parcours, Recherches bibliographiques. Algérie 1830-1962, bulletin 00, 1983.

85 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 338-339.

86 ANOM F80/1720, dépêche au ministre de l’Intérieur, 08. 05.1900.

87 Devant être arrêté avec ses amis au moment du procès de Dreyfus à Rennes, Guérin s’enferme à Paris rue de Chabrol au siège du Grand Occident de France et soutient pendant 38 jours un siège contre la police avant de se rendre, le 20 septembre 1899.

88 « Journaliste et agitateur, agitateur surtout, le directeur de L’Antijuif vient d’accomplir un nouvel exploit… il a pris la fuite », L’illustration, 30 septembre 1901.

89 Commission parlementaire […] Chambre des députés, 7e législature, 1900, Impressions t. 1, no 1840 à 1862.

90 Cité par Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 63.

91 Le Figaro, 23 juin 1900.

92 Le Radical Algérien du 4 janvier 1901.

93 Charles-Robert, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 606.

94 Les antisémites restèrent majoritaires dans 58 communes de plein exercice sur 261. Ces communes étaient situées dans le Constantinois et en périphérie de villes comme Alger, Oran, Blida, Bougie… AN C/7204.

95 Édouard Drumont est battu par Maurice Colin (1859-1920), Charles Marchal par Émile Begey (1857-1924), Émile Morinaud par Charles Aubry (1953-1939). Dans le département d’Oran le docteur Gieure, candidat antijuif, est battu par César Trouin (1866-1919), www.assemblee nationale.fr/1/deputes1.asp ; Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit., p. 187-194.

96 Les remous de l’affaire Dreyfus et les développements de l’antijudaïsme en Algérie furent à l’origine de cette politique qui fit appel à l’unité nationale dans le but de rétablir le calme. Dans Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 330-343.

97 ANOM Oran 5647-48, Oran le 6 octobre 1904, minutes du pourvoi Jalras et consort contre les élections du 12 mai 1904.

98 L’intransigeant Algérien (antijuif intransigeant).

99 Avocat, juge de paix, député de la Gauche radicale 1889 à 1889.

100 Hugolin est le pseudonyme de P. Guilhon.

101 Louis Durieu Les Juifs algériens, 1870-1901, Paris, Librairie Cerf, 1902, p. 72 sq.

102 Dans son ouvrage Les Juifs algériens (1902), Louis Durieu explique qu’il faut réunir plusieurs causes pour déclencher des troubles en Algérie : la mentalité étrangère, le cléricalisme, les politiciens arrivistes désireux de parvenir au pouvoir et à ses bénéfices substantiels, une presse « inqualifiable » qui fait tout exploser. Tout cela, avec la bienveillante présence de la police et de l’armée. Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, op. cit., p. 29, 59-69.

103 Député de la Seine de 1893 à 1914, Gustave Rouanet est un militant et historien socialiste. Il a collaboré au journal de Jules Vallès Le Cri du peuple et à L’Humanité. Il a également collaboré à La Revue socialiste dont il devint le directeur. Dans « Gustave Rouanet », Dictionnaire des parlementaires français notices biographiques sur les ministres, députés et sénateurs français de 1889 à 1940, sous la direction de Jean Jolly, Presses Universitaires de France, 1960.

104 Louis Barthou lut à l’Assemblée nationale le 15 mai 1899 un article du journal La Croix qui se félicitait en 1898 des événements d’Alger, dont le mouvement s’était : « mis spontanément sous la protection du Christ ; c’était tout indiqué : chrétien, antijuif, voilà deux mots inséparables ».

105 J. Lenormand, Le péril étranger, Paris, Lib. Africaine et coloniale, 1899, p. 249.

106 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 283.

107 Charles-Robert, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 56-57.

108 ANOM F 80 1886, Rapport du procureur général d’Alger au Garde des Sceaux, ministre de la justice ; Alger 11 février 1898. Ce rapport n’est pas actuellement consultable car il a été déplacé, selon les archivistes, pour une raison inconnue. Un autre exemplaire de ce rapport se trouve dans ANOM BB 18 2063, Rapport Dubuc, 11 février 1898

109 ANOM BB 18 2063 (F 80 1688), Rapport du procureur général Dubuc du 18 février 1898

110 ANOM F 8. 1689, Rapport du gouverneur général au président du Conseil, 15 juillet 1898.

111 David Prochaska, Making Algeria French, Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 1990 développe dans son chapitre 6 le contrôle du maire Jérôme Bertagna, le « boss », sur le conseil municipal et les électeurs de Bône.

112 À Mostaganem « les conseillers municipaux ben Larbey et Boumardi sont allés de porte en porte exhortant les Arabes au pillage. […] On leur fit même croire que l’administration […] attribuerait 6 000 frs de prime à qui tuerait un juif ANOM F80/1685, 31 mai 1897, mémoire des services du GGA.

113 Grégoire Kauffman, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008, p. 368.

114 Les Européens se donnaient à eux-mêmes le nom d‘Algériens.

115 Au lendemain de son élection, Max Régis invité à Paris par la Ligue antisémitique brandit la menace séparatiste, au grand dam de son auditoire métropolitain. Guérin et Drumont le firent taire. CHAN, F7/16001/1, dossier Max Régis, rapport de la Sûreté, 23 et 29 décembre 1898.

116 L’Antijuif, 23 décembre 1898.

117 L’écho d’Oran, 27 janvier 1897.

118 Jean-Paul Honoré, « Le vocabulaire de l’antisémitisme en France pendant l’affaire Dreyfus », Mots, 1981, vol. 2, no 2, p. 73-92, p. 80. Disponible en ligne en ligne.

119 La Lanterne algérienne du 11 août 1898 proposa de limiter à 10 % le nombre d’ouvriers étrangers dans les entreprises françaises.

120 Menacé d’être suspendu en 1900, il préfère démissionner de la Franc-maçonnerie.

121 Henri Garrot, Les juifs algériens, leurs origines, Alger, Louis Relin, 1898, p. 9, gallica.bnf.fr/ ark:/12148/bpt6k74412g

122 Madeleine Rébérioux, La France radicale 1898-1914, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 42.

123 ANOM 7 G 13, La Vigie algérienne, 7 avril 1899. Paul Leroy Beaulieu (1843-1916) était un économiste et un essayiste réputé. Il écrivit de nombreux ouvrages sur l’économie, la société, la colonisation.

124 Un conseiller municipal antijuif d’Oran, Régina, italien fraîchement naturalisé, suscita une grande opposition dans la ville, après avoir déclaré lors d’une fête : « On me reproche ma naturalisation récente, mais on oublie qu’ici il n’y a ni Italiens, ni Espagnols, ni Français. Il n’y a en Algérie que des Algériens ». Commission de 1900, p. 274.

125 Selon Gustave Rouanet, reprenant Le Télégramme algérien dans son discours du 24 mai 1899.

126 Commission de 1900, p. 281.

127 Ces incidents sont signalés l’un après l’autre par les membres des consistoires algériens aux responsables parisiens du judaïsme. Exemple : AIU Algérie IC1, no 3130/3, Alger le 16 février 1917. Le bulletin de la Chambre de Commerce du mois d’octobre 1916 accuse les Juifs d’avoir conservé leur or au lieu de l’apporter aux caisses publiques pour contribuer à l’effort de guerre. Le gouverneur général Lutaud, ayant reçu la plainte des organisations juives, minimise les faits devant eux (no 3335/2, 22 févier 1917).

128 Entretiens avec la chanteuse oranaise Sari Saïac, mai 1974.

129 CDHA 1871 841 Mou, Cahier Georges Moussat, L’Événement, 22 juin 1901.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search