Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Une longue hostilité antijuive

Les Juifs d’Algérie (1830-1895)

Entre francisation et hostilité

Texte intégral

1L’expédition d’Alger de 1830 trouve son origine factuelle dans une dette financière. En 1798-1799, deux grands négociants juifs d’Algérie, Jacob Bacri et Michel Busnach, avaient fourni du blé à Bonaparte lors de la campagne d’Égypte ; le dey avait avancé l’argent de l’opération et n’avait été qu’à moitié remboursé par la France en 1827. Intervint alors l’épisode fameux du coup d’éventail donné par le dey Hussein au consul Deval qui s’était montré insolent dans le traitement de cette dette ancienne. L’événement se solda par le débarquement des Français en 1830, officiellement pour répondre à cette offense alors que l’expédition avait en fait été organisée à des fins de politique intérieure pour restaurer le prestige de Charles X (1824-1830) qui était au plus bas ; l’incident d’Alger n’avait fourni qu’un prétexte.

2Dès l’époque du débarquement de Sidi Ferruch les Français employèrent les Juifs comme guides et intermédiaires avec la population locale tandis que les Juifs interprétèrent de leur côté la venue des Français comme une opportunité leur permettant d’accéder à l’émancipation. Toutefois, très rapidement, les avis des Français les concernant se firent négatifs : on les critiqua en tout, on en fit les boucs émissaires des erreurs et des malversations des colonisateurs. En dépit de quoi, les mesures d’émancipation prises en leur faveur conduisirent progressivement à leur naturalisation collective en 1870.

1830-1870 : L’occupation de l’Algérie

  • 1 Les janissaires forment, depuis le xive siècle, une infanterie d’élite composée d’esclaves chrétien (...)

3Lorsque les troupes françaises débarquent à Sidi Ferruch (Sidi Fredj) le 14 juin 1830, l’espace algérien est contrôlé depuis l’an 1515 par une administration ottomane dirigée par un dey à Alger, des beys à Oran et Constantine. Une sorte de garde prétorienne auprès du pouvoir en place est formée de fantassins, ce sont les janissaires1. Le 5 juillet 1830, le dey Hussein signe sa capitulation et la France s’installe à Alger.

  • 2 Nom dérivé de l’arabe Al Djazaïr ou « Les Îles ».
  • 3 Guy Pervillé, Politique algérienne de la France, de 1830 à 1962. Disponible en ligne.

4Parvenu au pouvoir après la révolution des Trois Glorieuses, Louis-Philippe (30 juillet 1830-24 février 1848) commença par hésiter entre l’évacuation et le maintien de la France dans l’ancienne Régence, appelée Afrique par les Français et qui prit le nom d’Algérie seulement en 18392. Finalement, le territoire fut annexé par l’ordonnance du 22 juillet 1834 qui institua une colonie militaire et l’Algérie devint, par la Constitution républicaine de 1848, partie intégrante du territoire français avec une administration civile et une représentation politique dans l’Assemblée nationale3.

Les opérations militaires4

  • 4 Voir le détail des opérations dans Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, (...)

5Les premières décennies furent marquées par la progression des occupants sur le terrain au cours de difficiles campagnes militaires auxquelles répondirent la résistance et les soulèvements des populations locales. À l’ouest, Oran tomba le 4 janvier 1831 ; à la fin de 1832, l’émir Abd el-Kader prêcha la résistance aux Français mais Blida tomba en 1833. En 1834, le général Desmichels signa un traité avec l’émir, puis après une reprise des opérations, un armistice fut conclu entre Bugeaud et Abd el-Kader le 7 mai 1837. L’émir reconnaissait la souveraineté de la France, abandonnait la province d’Oran et limitait sa domination à quelques villes.

  • 5 Maraboute : Personne pieuse, vénérée par les musulmans comme une sainte, de son vivant comme après (...)
  • 6 Lalla Fatma N’Soumeur (1830-1863), surnommée par les Français la Jeanne d’Arc du Djurdjura, rejoint (...)
  • 7 Abderrahmane Bouchène et al, 1830-1962 Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Déco (...)

6Jusqu’à 1837, l’avancée des troupes françaises se fit sur la bande côtière : à l’est, Bône fut occupée en 1832 et Bougie en 1833. Constantine, aux mains du bey Ahmed, fut occupée le 13 octobre 1837 ; le traité de la Tafna signé le 20 mai 1837 avec Abd el-Kader laissa à celui-ci l’intérieur et l’ouest du pays à l’exception de quelques villes. La France s’engagea à partir de 1841 dans une conquête totale du territoire : à l’ouest, Bugeaud prit Mascara en 1841, Tlemcen fut occupée en 1842 et une guerre de plusieurs années fut menée contre l’émir. Affaibli par la prise de sa smala le 16 mai 1843 par le duc d’Aumale, Abd el-Kader fit sa reddition le 24 décembre 1847. Les oasis furent occupées l’une après l’autre : Zaatcha (1849), Laghouat (1852), Touggourt (1854). Une fois Abd el-Kader vaincu, la France se tourna vers la conquête du dernier gros bastion de résistance, la Kabylie, où les opérations se terminèrent en juillet 1857 avec la reddition des tribus et la capture de la maraboute5 Lalla Fatma N’Soumeur6. Les résistances à l’occupation cessèrent avec la soumission définitive de la tribu des Ouled Sidi Cheikh au début des années 18807.

  • 8 Kamel Kateb : « La gestion administrative de l’émigration algérienne vers les pays musulmans au len (...)
  • 9 Ainsi, une demoiselle Kanoui vendit 3,4 hectares pour construire une partie du lycée d’Oran. Voir M (...)

7La Régence comprenait à l’arrivée des Français entre deux et trois millions de personnes selon les estimations européennes. Une émigration musulmane provenant de familles qui ne voulaient pas vivre sous domination chrétienne se produisit dès 1830, se poursuivit et s’intensifia à l’époque de l’insurrection d’Abd el-Kader. À l’ouest, des familles de Mascara, Mostaganem, Tlemcen, s’installèrent à Oujda, Taza, Tétouan, Tanger, Rabat, Salé. À l’est, après la prise de Bône, des familles partirent vers Bizerte tandis que d’autres familles et individus, dont les Turcs ottomans, s’en allaient vers la Syrie et le Moyen-Orient8. Avant leur départ, les émigrés avaient vendu à des Juifs leurs terrains, généralement steppiques et parsemés de palmiers nains. Ces terrains furent revendus avec une énorme plus-value après 1860, lorsqu’ils servirent de terrain à bâtir, ce qui donna naissance aux grandes fortunes juives du xixe siècle, par exemple celles des Lasry et des Kanoui à Oran9.

La population juive

  • 10 Simon Schwarzfuchs, Les Juifs d’Algérie et la France (1830-1855), Jérusalem, Institut Ben-Zvi, 1981 (...)
  • 11 La dhimma est un régime assurant la protection aux Chrétiens et aux Juifs moyennant un statut jurid (...)

8En 1830, les estimations chiffraient le nombre de Juifs d’Algérie autour de 15 000 : ce chiffre en faisait la seconde population juive d’Afrique du Nord avant la Tunisie et après le Maroc10. À l’exception des nomades agriculteurs et éleveurs de troupeaux, très proches de leurs voisins arabo-berbères, les Juifs vivaient en général dans les villes où ils occupaient des quartiers qui leur étaient réservés. Soit, à Alger, Bab Azzoun, El Biar, Bouzaréah, Bab el-Oued ; à Constantine, on les rencontrait dans les quartiers de Bab el-Djabia, Souk el-Asser et El-Kantara ; à Oran, ils habitaient les pentes est du ravin du Raz-el-Aïn, qui montaient à l’assaut du plateau (future place d’Armes). Dans chaque ville, la Nation juive disposait de son organisation juridique et administrative avec, au sommet, son chef et son préposé ou moqadem qui exécutait les jugements des tribunaux rabbiniques, percevait les impôts et les taxes et répondait de ses coreligionnaires devant les autorités musulmanes. Les Juifs francs, peu nombreux et directement placés sous la protection du consul de France, n’étaient pas soumis à la dhimma11, alors que les Chrétiens ne bénéficiaient le plus souvent que d’atténuations du statut de dhimmi grâce aux accords signés avec les pays européens.

  • 12 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, Paris, les éditions du Centre (...)
  • 13 Claude Martin, Les Israélites algériens de 1830 à 1902, Paris, Héraklès, 1936, p. 16.

9La population juive relevait de trois origines différentes dont les ressortissants s’étaient installés au fil du temps. L’historien Michel Ansky12 pense probable que les premiers Israélites soient arrivés avec le « flot colonisateur phénicien » vers la fin du IIe millénaire avant notre ère qui les fit s’installer dans les comptoirs créés par eux sur les côtes méditerranéennes : Carthage, Bougie, Bône, Alger, Cherchell… Pour Claude Martin13, les Israélites d’Algérie étaient pour la plupart des Berbères judaïsés avant l’invasion islamique et qui portaient des noms à consonance arabe comme Ben Sadoun, Ben Soussan, Benchétrit. Ces Juifs autochtones ou « porteurs de turbans » étaient répandus en 1830 dans tout le pays et proches par la langue et les mœurs de leurs voisins musulmans dont ils parlaient les langues : le berbère, le turc et l’arabe qu’ils écrivaient avec des caractères hébraïques.

  • 14 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 18.
  • 15 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 221.
  • 16 Claude-Antoine Rozet, Voyage dans la régence d’Alger ou, Description du pays occupé par l’armée fra (...)

10Des Juifs fuyant les persécutions s’implantèrent à la fin du Moyen Âge, en provenance d’Italie (1342), des Pays-Bas (1350), de France (1403) et d’Angleterre (1412). On leur donna le nom de « porteurs de bérets » ou « porteurs de capuche », en référence à leur bonnet dont une extrémité tombait en arrière de la nuque14. Le mouvement d’émigration s’amplifia avec l’édit d’expulsion de Ferdinand d’Aragon et d’Isabelle de Castille de 1492, un grand nombre de Juifs d’Espagne et du Portugal partirent vers l’Afrique du Nord15. Au xviie siècle s’installèrent les Juifs Livournais, qui dirigeaient le grand commerce et formaient, avec les Juifs de la péninsule ibérique antérieurement installés, une aristocratie d’argent appelée les « Juifs francs » dont les enfants mâles allaient souvent faire des études en France, Italie, Angleterre. Ils traitaient de « la banque et des affaires en grand », selon le capitaine du Génie Rozet, qui décrivit le pays en 1833 et qui ajoutait qu’ils étaient les seuls à s’occuper de l’argent dont ils connaissaient la valeur, au niveau de la frappe des monnaies comme à celui de la médiation constante qu’ils assuraient entre un acheteur et un vendeur16. Protégés par la France, ils étaient habillés à l’occidentale, ce qui les faisait appeler les « porteurs de perruque ».

L’arrivée des Français

1830-1870, de rapides changements de situation

  • 17 William Shaler, Sketches of Algiers, political, historical and civil […], Cummings, Hillard and com (...)

11Au-delà des différences sociales, les Juifs partageaient une même fraternité confessionnelle et aspiraient à un changement de statut social, inspiré à la très petite minorité des classes dirigeantes par les idées des Lumières et de la Révolution française. Les Juifs étaient traditionnellement soumis à de nombreuses exactions et au mépris des Musulmans, ce qui faisait dire en 1826 à un diplomate américain, William Shaler, que leur vie était faite d’un « mélange affreux de bassesse et d’outrages17 » et c’est dans ce climat de peur et de violence que les Français, débarqués en 1830, furent bien accueillis par la population juive.

12L’entrée des Français à Alger le 5 juillet 1830 s’accompagna de l’acte de capitulation signé par le dey Hussein (1765-1838), dans lequel le général Louis de Bourmont (1773-1846) mettait toutes les religions sur un même pied d’égalité, effaçant d’un trait la dhimma et trois siècles de domination ottomane par ces mots :

  • 18 Capitaines du Génie Rozet et Carette, Algérie, Paris, Firmin Didot Frères, éditeurs, 1850, p. 264.

5o L’exercice de la religion mahométane restera libre ; la liberté de toutes les classes d’habitants, leur religion, leurs propriétés et leur industrie ne recevront aucune atteinte ; leurs femmes seront respectées ; le général en chef en prend l’engagement sur l’honneur18.

  • 19 Geneviève Dermenjian, « Jews, Moors, Arabs and Kabyles of the Regency of Algiers Under European Gaz (...)
  • 20 Nom donné par les Français aux femmes musulmanes.
  • 21 Édouard Lapène, Vingt-six mois à Bougie, 1839, réédité par Bouchène, 2002.
  • 22 Capitaines du Génie Rozet et Carette, Algérie, op. cit., 1850, p. 107.

13Les Juifs devinrent alors une population moins discriminée parmi les diverses « races » qui peuplaient l’Algérie, le mot « race » signifiant à peu près dans le langage courant jusqu’à la fin du xixe siècle, groupe humain discernable à vue du fait de ses caractéristiques physiques et de ses coutumes. Ces races, hiérarchisées entre elles comprenaient, selon les auteurs de l’époque, les six ou sept races19 déjà dénombrées avant 1830 : Turcs, Maures, Arabes, Berbères ou Kabyles, Juifs, Nègres et Kouloughlis ou fils d’un Turc et d’une « Mauresque20 » et dont le nom se traduisait pour Lapène21 en 1839 par « fils de soldat » et, pour Rozet et Carette22 en 1850 par « fils d’esclave », définition qui s’imposa.

  • 23 Oran fut presidio (un presidio est un fort établi dans une zone d’influence pour la protéger ou pou (...)
  • 24 Les immigrés italiens étaient des travailleurs très appréciés et se regroupaient principalement dan (...)
  • 25 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 46-47.

14Dès les premières années de la conquête s’ajoutèrent progressivement à cet ensemble, les Français et les Européens de différentes origines, principalement Espagnols23, Italiens24, Maltais, mais aussi Suisses, Allemands du Sud, ces étrangers européens étant au total plus nombreux que les Français. Toutes ces populations se différenciaient par leur langue, leur éducation, leurs vêtements, leurs métiers, leur alimentation même, ce qui intensifiait l’impression de diversité humaine. En arrivant dans les villes conquises, les Français installaient leurs propres institutions. Un conseil municipal fut créé par arrêté à Alger le 9 janvier 1831 ; sept Maures et deux Israélites en faisaient partie. La mesure fut étendue par la suite aux autres villes conquises25. De même, une Chambre de commerce fut instituée par arrêté en date du 7 décembre 1830 avec sept négociants dont un Maure et un Juif. Un autre arrêté des 4-28 octobre 1844 créa des chambres de commerce comprenant neuf membres à Oran et Philippeville.

Les premières manifestations d’hostilité antijuive

  • 26 Geneviève Dermenjian et Benjamain Stora, « Les juifs d’Algérie dans le regard des militaires et des (...)
  • 27 Général P. Azan, Les armées françaises d’outremer, conquête et pacification de l’Algérie, Paris, 19 (...)

15Les premières manifestations d’hostilité des Français envers les Juifs surgirent dès les années 1830-184026 alors que se multipliaient les observations des Français sur les populations rencontrées au cours de leur progression sur le terrain et alors même qu’un grand nombre d’entre eux étaient arrivés sur place déjà porteurs de l’antijudaïsme traditionnel répandu en Europe. En quittant Alger, le dey Hussein avait lui-même fait une déclaration qui incitait les Français à la méfiance : « les Juifs sont ici comme ailleurs très corrompus mais fort intelligents en affaires ; employez les donc sans jamais les perdre de vue ; ils pourront vous rendre de grands services27. »

  • 28 Sur ce sujet, voir : Claude-Antoine Rozet, Relation de la guerre d’Afrique pendant les années 1830 (...)
  • 29 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, Paris, J.-C. Lattès (...)

16Les écrits des militaires, voyageurs, intellectuels de l’époque tels que Claude-Antoine Rozet (1798-1858), déjà cité, Thomas-Robert Bugeaud, Arnaud-Jacques Leroy de Saint Arnaud (1798-1854) ou Edmond Pellissier de Reynaud (1798-1858)28, exprimaient leur opinion négative à l’égard des Juifs qu’ils rencontraient dès leur arrivée et dont ils utilisaient quotidiennement les services comme interprètes ou intermédiaires au cours de leur exploration, mais dont ils dénonçaient l’amour de l’argent et la duplicité puisqu’ils servaient à la fois les Français et leurs interlocuteurs. Mais il faut remarquer que si les Israélites ne perdaient pas de vue leurs propres intérêts, ils n’étaient pas les seuls. Alors que l’interprète Ben Duran demandait et recevait de l’argent à la fois d’Abd el Kader et de Bugeaud pour servir leurs intérêts respectifs, Bugeaud recevait lui-même de l’argent d’Abd el-Kader29.

  • 30 Nous avons conservé par commodité le terme de Musulmans employé pendant la période française, la ma (...)

17Les militaires français étaient pris à cette époque entre deux attitudes opposées. D’une part, ils devaient travailler avec les Juifs d’Algérie, qui connaissaient parfaitement et de très longue date la terre africaine et les Musulmans30 et ils avaient aussi à les rapprocher de la France au moins par tactique politique, afin d’enfoncer un coin dans l’hostilité ambiante et d’affaiblir le bloc indigène. D’autre part, ils ressentaient et exprimaient le rejet de cette population appartenant aux vaincus, considérée comme inférieure, « dégénérée » et viscéralement étrangère à ce qui était pour eux l’essence de l’être français. Cette seconde attitude finit par l’emporter, préjugés et répugnance prenant la première place, et les Juifs souffrirent face aux Français d’une double altérité : en tant que Juifs et en tant qu’Indigènes.

  • 31 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), Paris, Presses Universitai (...)
  • 32 L’Écho d’Oran du 19 août 1882 rapporte que les joueurs de guitare espagnols chantaient dans les rue (...)

18Un antijudaïsme marqué par le mépris planta donc ses premières racines dès les débuts de la conquête ; il était tout à la fois social, économique, politique et, si l’on peut dire, instinctif. Après 1870, les liens entre les antijuifs locaux et ceux de métropole se renforcèrent progressivement, l’idéologie prit une forte connotation républicaine en référence aux idéaux de la Révolution française et tourna à l’antisémitisme politique, puis racial. Cette position s’intégrait, selon l’expression de l’historien Charles-Robert Ageron, dans la « cascade de mépris31 » durable mise rapidement en place par la société coloniale en fonction de l’origine ethnique des habitants32. Dans cette structure étagée venaient, après les « Français d’origine », les « Européens » (principalement Espagnols, Italiens, Maltais à qui l’on chantait « dehors les étrangers »), les « Juifs », les « Arabes » et enfin les « Nègres » (qui étaient méprisés mais pas détestés). Étaient aussi épinglés les Francs-maçons et encore plus les Anglais, ennemis de longue date, craints pour leur politique antifrançaise et leur volonté d’expansion coloniale concurrente de celle de la France.

La France et les Juifs33

Les premières mesures de rapprochement

  • 34 André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, vol. 2, Le retour en Orient, Paris, Édition (...)

19La déclaration du général de Bourmont du 5 juillet 1830, qui mettait Juifs, Musulmans et Chrétiens à égalité, constituait un premier pas dans l’émancipation des Juifs34. En novembre 1830, Bourmont prit Jacob Bacri comme conseiller et le nomma chef de la Nation hébraïque à Alger avec droit de police et de surveillance des Juifs de la ville, mission d’exécuter les jugements du tribunal rabbinique et de percevoir les impôts. Le 24 février 1834, Musulmans et Juifs furent déclarés sujets français, un statut qui ne leur donnait pas les droits et les devoirs de la pleine citoyenneté.

  • 35 Voir David Nadjari, « L’émancipation à marche forcée : les Juifs d’Algérie et le décret Crémieux », (...)
  • 36 Dont le titulaire était Mardochée Moïse Amran, anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/… / zh311b3z (...)

20Au cours des années, alors que les Musulmans conservaient leurs institutions, l’entité hébraïque allait être démantelée mesure par mesure ; ce fut le début d’un processus35 de sécularisation de la communauté juive et de rapprochement de son statut avec celui de la population française, qui fut encouragé par le roi Louis-Philippe. Le Conseil hébraïque fut restructuré dès juin 1831, les attributions des tribunaux rabbiniques réduits aux seuls cas religieux par une ordonnance du 10 août 1834, les autres cas relevant des tribunaux français. Un adjoint israélite au maire occupa les fonctions de la magistrature juive et du chef de la Nation hébraïque à Alger et Oran36 qui furent supprimées.

  • 37  Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 30-41.

21Suite à l’installation sur place des Églises catholique et protestante, le consistoire israélite de France entreprit des démarches pour aligner la communauté juive d’Algérie sur le modèle métropolitain. Puis, les ordonnances du 28 février 1841 et du 26 septembre 1842 ayant supprimé les tribunaux rabbiniques, leurs attributions furent transférées aux juridictions françaises. Des rabbins désignés par les pouvoirs français conservaient la possibilité d’être entendus par les tribunaux sur les questions d’état civil, les litiges concernant les mariages et les répudiations37.

L’installation des religions chrétiennes en Algérie
Les premières années passées en Algérie furent celles d’une extrême modestie pour les cultes chrétiens. D’une façon générale, les colons étaient d’une grande incrédulité, tant chez les protestants que chez les catholiques qui réduisaient leur pratique religieuse au minimum. Trois aumôniers catholiques l’un à Alger, les deux autres à Oran et Constantine assuraient les baptêmes et l’extrême onction, mais guère le mariage religieux auquel les couples préféraient en général le concubinage.
Une bulle du pape Grégoire xvi (qui aurait préféré que l’Église d’Algérie dépende directement de Rome) institua le 9 août 1838 un évêché à Alger dont Mgr Dupuch fut le premier titulaire ; près de 30 ans plus tard, en 1866, Alger fut transformé en archevêché, deux évêchés étant créés à Oran et Constantine. L’Algérie devint à cette occasion la 18e province ecclésiastique de France, la religion catholique suivant le sillage du schéma général de la colonisation qui voulait faire de l’Algérie un prolongement de la France.
Le premier pasteur protestant fut nommé en 1835-1836 et l’ordonnance du 31 octobre 1839 créa à Alger une « église consistoriale du culte protestant » pour les luthériens et les calvinistes. Puis, par un décret du 12 janvier 1867, furent créés trois consistoires, un à Alger, un à Oran, un à Constantine, présidés en alternance par un pasteur luthérien et un pasteur réformé.

  • 38 Évolution de la population juive d’Algérie dans la longue durée (1830-1954) :
    (...)
  • 39 Joshua Schreier, « Du séfarade à l’indigène : Jacob Lasry et les négociants juifs dans l’Algérie co (...)

22La population juive se développa rapidement après 183038, du fait de meilleures conditions de vie et d’une immigration importante en provenance des Régences de Tunis, de Tripolitaine et du Maroc, qui venait chercher en Algérie la sortie de la dhimma et une ascension économique et sociale plus facile que dans les pays musulmans. Toutefois, l’installation des Français se fit parfois sur le plan économique au détriment des Juifs qui avaient conclu, par exemple avec l’Angleterre, des accords de commerce que les Français refusèrent d’honorer39.

L’action des Juifs de France

  • 40 Pour l’attitude des Juifs français envers leurs coreligionnaires d’Algérie, voir Simon Schwarzfuchs (...)
  • 41 Voir David Nadjari, L’émancipation à marche forcée, op. cit., p. 77-89.
  • 42 Au sens d’émancipé.
  • 43 Ce terme, utilisé positivement depuis l’époque de la Révolution française doit beaucoup à l’abbé Gr (...)

23Les Juifs de France40 s’étaient félicités dès 1830 de l’entrée des Français à Alger41 qui permettait de libérer les Juifs d’Algérie de la dhimma. Ayant eux-mêmes été émancipés par la Révolution et devenus citoyens de plein droit « régénérés42 » par la France, ils entendaient faire profiter les Juifs d’Algérie de la même « régénération43 », ce qui passait à leurs yeux par l’instruction, la sécularisation, l’assimilation juridique. En juin 1833, ils demandèrent la création de consistoires en Algérie.

24Afin d’y voir de plus près, deux notables juifs métropolitains patronnés par le ministre de la Guerre vinrent en 1842 se renseigner sur le judaïsme algérien. Il s’agissait de Jacques Isaac Altaras (1786-1873), négociant originaire d’Alep en Syrie, installé à Marseille et membre du consistoire de cette ville et de Joseph Cohen (1817-1873), avocat à Aix-en-Provence. Ils effectuèrent un tour presque complet de la nouvelle possession française, visitèrent de nombreuses communautés juives indigènes et fournirent un rapport qui présentait les Juifs d’Algérie comme très susceptibles de se moderniser et désireux de se rapprocher de la France. Mais le rapport mettait aussi l’accent sur leurs défauts, leur déchéance morale et le poids des anciennes traditions. La conclusion, qui rejoignait l’avis de l’administration et de l’armée, était qu’il fallait les franciser, ce qui passait par la régénération qui relèverait leur « état moral » et par le recul de l’influence des rabbins locaux considérés comme le ferment du fanatisme, ce qui fut fait avec l’organisation des consistoires.

  • 44 Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 42-52.
  • 45 David Prochaska, Making Algeria French : Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, Cambridge Unive (...)
  • 46 Pour les difficultés de fonctionnement des nouvelles institutions, voir Valérie Assan, Les consisto (...)

25Le rapport Altaras-Cohen44 aboutit aux ordonnances royales des 9 novembre et 31 décembre 1845 qui entraient dans une politique élargie consistant, pour la France, à organiser les religions en Algérie sous le contrôle de l’État et, pour le Consistoire central, à ce que le judaïsme algérien soit organisé sur le modèle français. Ce processus de « colonisation interne45 », destiné à « élever et civiliser » les Juifs d’Algérie, aboutit à la création d’un consistoire central à Alger et de deux consistoires provinciaux à Oran et Constantine, avec des présidents laïcs qui entrèrent en fonction en 1848. Tout se fit sous le contrôle du Consistoire central métropolitain qui envoya des rabbins français avec la mission de faire évoluer leurs coreligionnaires et leurs institutions locales46.

  • 47 www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article438, article 11

26La loi du 28 juin 1851 soumit en Algérie toutes les transmissions de biens au droit français, sauf celles qui concernaient des Musulmans. Avec le temps, le judaïsme métropolitain dirigea de plus en plus le judaïsme algérien ; par décret du 29 août 1862, la haute surveillance du culte israélite en Algérie incomba au Consistoire central des israélites de France qui devenait l’intermédiaire entre le gouvernement français et les consistoires algériens47. Ces dispositions, qui lui donnaient une réelle autorité sur le judaïsme algérien furent complétées par l’entrée en nombre de membres laïques dans les consistoires.

Du sujet au citoyen : le décret Crémieux

  • 48 J.-E. Sartor, De la naturalisation en Algérie, Paris, Rétaux Frères, 1865.
  • 49 Ismaël Thomas Urbain était journaliste et interprète. Venu en Algérie en 1837, il participa à de no (...)
  • 50 ANOM 18MIOM/80. Lettre du Consistoire central des israélites de France au gouverneur général de l’A (...)
  • 51 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 37-38.
  • 52 Moniteur officiel, Compte rendu de la séance du 19 juillet 1870.

27Au début des années 1860, les Indigènes juifs et musulmans possédaient la nationalité française mais non la citoyenneté et conservaient certains droits traditionnels concernant par exemple la polygamie ou le partage des héritages. En mai 1860, Napoléon III en visite en Algérie reçut une pétition, relayée par les consistoires d’Algérie, de 10 000 signataires juifs sollicitant la naturalisation. Cinq ans plus tard, le sénatus-consulte du 14 juillet 1865 sur l’état des personnes et la naturalisation en Algérie48, inspiré par Ismaël Urbain49 (1812-1884), permettait aux Juifs et aux Musulmans d’acquérir tous les droits de la citoyenneté sur demande individuelle avec abandon du statut personnel, ce qui les mettait entièrement sous la juridiction française. La naturalisation des Juifs fut demandée régulièrement depuis cette date par les consistoires50 et les conseils généraux, tel celui d’Alger en 1869. Cette demande trouvait un certain écho chez les simples citoyens français et hommes politiques libéraux dont beaucoup étaient déportés ou fils de déportés de 1848 et 1852 et qui voyaient dans les Juifs un élément de stabilité à renforcer et dans le changement de leur statut politique, une mesure humanitaire à encourager. La plupart des journaux d’Algérie ainsi que de nombreux résidents ou hommes politiques étaient également favorables pour diverses raisons à ce renforcement du nombre des citoyens français51. Toutefois, l’armée et les radicaux étaient opposés à cette naturalisation. Un texte préparé par Émile Ollivier devait être accepté sous forme de loi ou de décret52 lorsque la guerre avec la Prusse porta la République au pouvoir et stoppa le processus.

  • 53 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 434. Le nombre de naturalis (...)
  • 54 Membres du Consistoire de Constantine, J. Stora, Abraham Cahen, Temime, Narboni, no 63, Constantine (...)
  • 55 AIU Icc 40, 17 mars 1870.
  • 56 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Conquête et civilisation, op. cit., p. 4 (...)
  • 57 À l’exception des Juifs du Mzab (annexé en 1882), dont le statut de sujets indigènes a perduré jusq (...)
  • 58 Adolphe Crémieux, cosignataire des décrets du 24 octobre 1870, était le fils de Juifs du pape négoc (...)

28Seuls 194 Musulmans et 398 Juifs furent naturalisés entre 1865 et 187053 ; les démarches émanèrent principalement de négociants, commerçants, interprètes, notables d’Algérie ainsi que de Marocains et Tunisiens. Mais l’idée de naturalisation perdurait chez les responsables. Le consistoire de Constantine présenta une pétition demandant la naturalisation54 et le consistoire d’Oran, réuni avec le préfet en mars 1870, accepta de son côté à l’unanimité la proposition de naturalisation55 que le Consistoire central, comme les consistoires algériens, voulait collective. Les notables juifs précisaient dans leurs rapports au Consistoire central que leurs coreligionnaires ne voudraient sans doute pas demander la naturalisation mais qu’ils l’accepteraient volontiers et qu’il fallait donc l’imposer56. Paris décida alors, avec l’assentiment de ces notables, de prendre un décret dont l’application, obligatoire, permettait seule la naturalisation générale d’une population attachée à ses racines57. Il revient au ministre de la Justice Adolphe Crémieux58 (1796-1880), lui-même membre éminent du judaïsme parisien, de faire aboutir cette réforme connue depuis cette époque sous le nom de décret Crémieux (24 octobre 1870).

Le décret Crémieux
B. no 8 p. 109 - République Française
No 136. - DÉCRET qui déclare citoyens français les Israélites indigènes de l’Algérie.
Du 24 Octobre 1870.
Le gouvernement de la Défense nationale décrète :
Les israélites indigènes des départements de l’Algérie sont déclarés citoyens français ; en conséquence, leur statut réel et leur statut personnel seront, à compter de la promulgation du présent décret, réglés par la loi française, tous droits acquis jusqu’à ce jour restant inviolables.
Toute disposition législative, tout sénatus-consulte, décret, règlement ou ordonnances contraires, sont abolis.
Fait à Tours, le 24 octobre 1870.
Signé Ad. Crémieux, L. Gambetta, A. Glais-Bizoin, L. Fourichon

  • 59 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Conquête et civilisation, op. cit., p. 4 (...)
  • 60 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit, . p. 38 et Patrick W (...)
  • 61 Fernand Grégoire, La juiverie algérienne, Alger, 1888, p. 120.

29Le décret de naturalisation des Juifs avait été pris, en même temps que cinq autres décrets et dans la situation particulièrement instable de l’époque, par le gouvernement de la Défense nationale qui succéda à Napoléon III. Les autres décrets, eux aussi d’une importance extrême59, instauraient le régime civil, dotaient l’Algérie d’un gouverneur général qui ne dépendait d’aucun ministère, de bureaux arabes placés sous la direction d’un commandant des forces de terre et de mer, d’un jury composé de civils dans les cours d’assises. Les six décrets furent votés dans l’urgence alors qu’après la chute du Second empire, des bruits faisaient craindre un soulèvement général des Musulmans en Algérie si des réformes constitutionnelles n’étaient pas votées60. Le décret entrait dans une politique générale et n’avait donc pas été imposé par Adolphe Crémieux qui aurait profité des circonstances comme l’ont avancé ses adversaires, par exemple Fernand Grégoire en 1888 dans La juiverie algérienne61.

  • 62 Voir les détails dans Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit(...)

30Le vote des Juifs, lors des premières élections, changea les bonnes dispositions des citoyens français d’Algérie car, selon les lieux, les nouveaux citoyens votèrent pour un parti ou pour un autre, ce qui mécontenta tout le monde. Dès 1871, le bruit et la fureur qui éclatèrent sur place à propos du décret de naturalisation62 firent oublier l’existence des autres décrets signés en même temps par Crémieux, Gambetta, Glais-Bizoin et Fourichon. Au final, décret Crémieux, naturalisation en bloc des Juifs algériens et volonté du seul Crémieux se confondirent dans l’esprit des contemporains.

  • 63 Général E. Daumas, Mœurs et coutumes de l’Algérie. Tell, Kabylie, Sahara, Paris, Librairie de L. Ha (...)

31La naturalisation éloigna progressivement les deux populations autochtones. La population juive était attirée par la nouvelle vie qui lui était faite alors que la population musulmane restait cantonnée dans sa position d’« Indigène » et devint amère envers les Juifs, acquis à la France, affranchis de leur condition de dhimmis, modernisés au fil des ans et devenus parfois « arrogants » aux yeux de leurs anciens maîtres. Cette amertume s’observait dès les années de la conquête française dans les chansons des Musulmans qui stigmatisaient les « infâmes juifs63 » à la botte des Français.

  • 64 Les Juifs interrogés par nous au fil des ans ont parlé d’un aspect pratiquement sacré de la relatio (...)
  • 65 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 115.
  • 66 Né en Espagne et formé par de grands maîtres espagnols, Ribach s’installa en Algérie et reçut la ch (...)
  • 67 Richard Ayoun, « Le verbe de Dieu vient de France », L’Arche, no 300, mars 1982, p. 128-137.
  • 68 Ethan Katz, « Entre émancipation et antijudaïsme. La mémoire collective des Juifs d’Algérie dans la (...)
  • 69 Dans Joshua Schreier, Du séfarade à l’indigène, op. cit., et Colette Zytnicky, Les juifs du Maghreb(...)
  • 70 Voir le chapitre Les Juifs d’Algérie.

32Pour comprendre le très précoce et très fort ascendant64 de la France sur une partie des Juifs d’Algérie, il faut tenir compte de leur « rencontre sentimentale65 » avec la métropole. Le profond mysticisme des Juifs leur avait fait interpréter la venue des Français à la lumière de la sentence prononcée par le Grand rabbin Ribach66 quatre siècles auparavant, qui disait que « le verbe de Dieu arrive de France67 », ce qui pouvait laisser croire que la venue des Français en Algérie était bien pour eux providentielle. En conséquence, pour ces Juifs, et notamment leurs notables, qui mesuraient la distance entre leur situation politique, économique et sociale d’avant 1830 et celle qui devenait la leur, la France représentait une nouvelle Terre promise68. Les avantages politiques, sociaux, moraux et matériels acquis depuis 1830 jouaient aussi un rôle primordial dans les sentiments des Juifs d’Algérie en faveur du rôle civilisateur de la France mais malgré tout, des études récentes69 ont montré que la majorité des Juifs répugnait à abandonner les particularités du statut personnel70 et que ses sentiments envers la France restaient encore très nuancés à la fin du xixe siècle.

  • 71 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 206.

33Restait aux Juifs d’Algérie collectivement naturalisés à être accueillis par les autres Français comme faisant pleinement partie de la communauté nationale, ce qui se révéla difficile puisque, en dépit du décret Crémieux, les questions de « race » y demeuraient prégnantes71. Et, à partir de 1871, les Juifs d’Algérie devinrent plus spécifiquement dans l’esprit des colonisateurs ce qu’on peut appeler une catégorie raciale au sens moderne du terme et à laquelle ils s’opposèrent, voyant dans ces nouveaux Français des personnes qu’ils jugèrent inassimilables.

1870-1895 : la montée des périls

  • 72 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), Paris, Presses universitai (...)
  • 73 Cette loi voulait généraliser la propriété individuelle et permettre aux Indigènes de conserver leu (...)
  • 74 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), op. cit., p. 41, 78-88.
  • 75 Paysan algérien.

34Avec la IIIe République et l’avènement du régime civil, les Européens eurent la satisfaction de se voir « débarrassés » des militaires à qui ils reprochaient d’ériger des barrières à la colonisation, de vouloir dresser les Musulmans contre eux pour conserver leur pouvoir et aussi de manquer d’esprit démocratique. Pendant cette période, la colonisation se déploya et se structura aussi bien dans les villes que dans les campagnes et l’ordre colonial s’imposa encore plus fortement aux populations indigènes72. La loi Warnier73 du 26 juillet 1873 destinée à établir la propriété individuelle des Indigènes aboutit en fait à la désorganisation de leur économie74 et à un endettement des fellahs75 obligés d’emprunter de l’argent à des Juifs qui, de leur côté, amélioraient progressivement leur position économique.

Un malaise persistant

  • 76 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 584-585.
  • 77 Les nouveaux citoyens avaient massivement voté. Le Consistoire d’Oran avait comptabilisé 1179 votan (...)
  • 78 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), op. cit., p. 584.
  • 79 Laure Blévis, « En marge du décret Crémieux. Les Juifs naturalisés français en Algérie (1865-1919)  (...)
  • 80 Procureur général Dubuc, ANOM BB18 2063 (et F80 1688), Rapport du procureur Dubuc au gouverneur gén (...)

35Aux lendemains du décret Crémieux, les nouveaux citoyens juifs formaient en moyenne 15 % du corps électoral en Oranie, soit plus de 20 % dans les petites villes des trois départements et jusqu’à plus de 50 % dans certaines villes comme Tlemcen ou Aflou76 ; ils étaient ainsi à même de décider dans certains cas du résultat des scrutins. La première élection du 9 juillet 1871 montra que ces nouveaux électeurs qui n’avaient aucune formation citoyenne, votaient en général pour les candidats recommandés par leurs notables, radicaux ou modérés selon les cas77. Une première Ligue anti-juive fut créée à Miliana en 1871 pour dénoncer dans ces nouveaux citoyens des personnes susceptibles de contrôler les élections en votant d’un seul côté78. En métropole, le décret Crémieux passa rapidement pour une erreur politique, un contre-modèle79. L’idée qui dominait dans l’opinion publique et les médias était celle du détournement du suffrage universel par les nouveaux citoyens juifs après entente avec les hommes politiques et moyennant des avantages divers. Puis, lors des naturalisations collectives de 1889, on reprocha aux nouveaux citoyens d’origine européenne, qu’on surnommait « néos », de vendre leur bulletin de vote, comme certains électeurs juifs, en passant par des courtiers qui les recrutaient directement en s’installant dans les cafés80. Il est à noter toutefois que des Français d’origine étaient cités par les journaux comme vendant également leurs voix aux courtiers mais on leur en tenait moins rigueur.

  • 81 AN BB18-2063. Rapport du Procureur général d’Alger au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Alg (...)
  • 82 ANOM F 80 1682.
  • 83 Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, études de démographie algérienne, Paris, Librairie Ce (...)
  • 84 Charles du Bouzet, Les israélites de l’Algérie, pétition à l’Assemblée nationale contre le décret C (...)
  • 85 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 41. De nombreux (...)
  • 86 Édouard Drumont (1844-1917), le « bouffeur de juifs », installe l’antisémitisme au cœur du débat ré (...)
  • 87 Paul Samary, installé à Alger en 1875 était ingénieur et architecte. Député d’Alger en 1893, lui-mê (...)
  • 88 Louis Rinn, L‘insurrection de 1870 en Algérie, Alger, Librairie Adolphe Jourdan, 1891. http://www.a (...)

36Dès 1870, l’antisémitisme plus ou moins larvé des Français d’Algérie se radicalisa, d’abord par républicanisme offensé, ensuite parce que le décret Crémieux remettait en cause le monopole européen sur la vie politique, et enfin par rejet d’une population toujours ressentie comme étrangère et inférieure. Raisons auxquelles il faut ajouter la frustration née d’un échec électoral qui entraînait la privation de toutes les retombées financières et économiques que l’on savait tirer du pouvoir en Algérie81. L’amiral de Gueydon, premier gouverneur général de la IIIe République (29 mars 1871-10 juin 1873) était hostile au décret Crémieux82 et demanda le retour aux naturalisations individuelles. Deux mois à peine après son arrivée en Algérie en tant que Commissaire extraordinaire de la République, Charles du Bouzet (1817-1883), qui avait réclamé la naturalisation des Israélites d’Algérie avant le vote du décret83, adressait une pétition aux députés de l’Assemblée nationale le 19 juin 1871 par laquelle il demandait l’abrogation du décret Crémieux accordé « à des indigènes, qui ne sont français ni par la langue, ni par les mœurs, ni par les traditions, ni par les intérêts84. » Par ailleurs, une idée reçue, agitée jusqu’à la veille de 1900, fit du décret Crémieux le déclencheur de la révolte de Mokrani85 (16 mars 1870-20 janvier 1872) qui opposa 200 000 indigènes à 22 000 soldats français. Le célèbre antisémite Édouard Drumont86 la reprit en 1886 dans La France Juive et, plus tard, le député Paul Samary87 (1848-1911) répéta que le décret avait entraîné « au moins en partie » la révolte de Kabylie, ce qui était aussi l’avis de Louis Rinn88 écrivant sur la révolte en 1871.

  • 89 Xavier Yacono, « Kabylie : L’insurrection de 1871 », Encyclopédie berbère. Disponible en ligne.
    Ric (...)
  • 90 Dans Louis Forest, La naturalisation des juifs algériens et l’insurrection de 1871, Paris, Société (...)
  • 91 Louis Forest, La naturalisation des juifs algériens et l’insurrection de 1871, op. cit., p. 47, la (...)
  • 92 Journal officiel 1898, chambre des députés, débats parlementaires, session ordinaire, Séance du 19  (...)

37Le mouvement insurrectionnel de 1871 avait en fait pour causes essentielles les craintes des grandes familles musulmanes concernant leurs biens moins protégés par un pouvoir civil que par le pouvoir militaire, auxquelles s’ajoutaient les craintes concernant l’avenir de leur pouvoir et de leurs mœurs dans un pays livré aux Européens89. Interrogés par le préfet de Constantine Lucet, les divers chefs révoltés affirmèrent que « la naturalisation des israélites indigènes n’avait été pour rien dans les causes de l’insurrection90 ». Directement consultés par le consistoire israélite de Constantine, vingt-et-un notables musulmans répondirent que la naturalisation du 24 octobre 1870 était « rationnelle », affirmant que « Tous les gens sensés l’apprécient et l’approuvent. Alors surtout que la porte est ouverte à tous les Arabes qui désirent eux-mêmes se faire naturaliser91. » À la fin du siècle, en février 1899, Louis Barthou rappela à l’Assemblée que les Musulmans qui avaient protesté contre le décret Crémieux l’avaient fait parce qu’ils estimaient que les Juifs subissaient une déchéance en acceptant le droit électoral français92.

  • 93 Adolphe Crémieux, Exposé des motifs du projet de loi déposé le 21 juillet 1870 et portant abrogatio (...)
  • 94 Journal officiel, 9 octobre 1871.

38Suite à la demande de Charles du Bouzet, le ministre de l’Intérieur Lambrecht déposa un projet de loi abrogeant le décret Crémieux considéré comme néfaste à la défense nationale, de nombreuses pétitions faisant la même demande. Face à cette menace, le Consistoire central des israélites de France écrivit une réfutation des arguments de Du Bouzet et Adolphe Crémieux une réfutation du projet de loi93. Il mobilisa les libéraux, plaida auprès des hommes politiques, alerta les financiers, grands commerçants et industriels juifs qui s’entremirent pour faire abandonner le projet. Le décret Crémieux fut maintenu mais encadré par le décret Lambrecht paru au Moniteur officiel en date du 9 octobre 1871 qui le limita, l’interpréta et constitua, jusqu’au 17 octobre 1940, le statut civique et politique des Juifs d’Algérie, précisant que : « Provisoirement et jusqu’à ce qu’il ait été statué par l’Assemblée nationale sur le maintien ou l’abrogation du décret du 24 octobre 1870, seront considérés comme indigènes et demeureront inscrits sur les listes électorales les israélites nés en Algérie avant l’occupation française ou nés, depuis cette occupation, de personnes établies en Algérie à l’époque où elle s’est produite94. »

Un terrain propice à l’antisémitisme (1870 à 1895)

  • 95 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 44 sq.

39Entre 1870 et 1895, trois faits contribuèrent à préparer la crise antijuive des années 1895-1902 : le poids des Juifs dans les élections, l’intervention en politique des naturalisés de 1889 et les étroites relations entre les antisémites d’Algérie et ceux de métropole. Jusqu’à 1870, les Européens étaient porteurs d’un antijudaïsme qu’on pourrait qualifier d’opinion, ou d’épidermique, en ce sens qu’il se manifestait à fleur de peau contre le costume, l’accent, les comportements, les mœurs des Juifs et contre la pauvreté et la saleté de leurs vieux quartiers. Mais après le décret Crémieux et la survenue d’un antisémitisme à caractère racial, ils reprochèrent collectivement aux Juifs leur incapacité intrinsèque à porter les armes, leur éloignement des mœurs françaises, leur manque de patriotisme, leur affairisme95. D’où l’exigence d’abroger la naturalisation de 1870 et d’obtenir préalablement à toute nouvelle naturalisation une « francisation » et une « moralisation » politique permettant aux Juifs de figurer honorablement parmi les « vrais français ». L’abrogation du décret Crémieux devint une exigence récurrente des milieux français, autant pour des raisons idéologiques que pour attirer les électeurs et contrebalancer le vote juif. Cette exigence donna naissance à un « antijudaïsme électoral » bientôt traditionnel, car considéré par certains partis et candidats comme une nécessité pour emporter des élections incertaines ou quand les Juifs se tournaient vers un autre candidat. Cet antijudaïsme éclatait lorsque l’emphase était mise par intérêt sur la nécessité d’une lutte politique, mais aussi économique et sociale, contre les Juifs ; il faisait retour avant chaque élection, les partis et les hommes politiques prenant toutefois garde à obtenir par négociation les précieuses voix juives, et s’apaisait après le second tour. Ce qui faisait dire qu’il n’était que la manifestation épisodique et sans conséquences d’une exaspération « légitime ».

  • 96 Dans Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révol (...)
  • 97 L’Algérie recevait aussi des immigrants venus d’Allemagne et de Malte.
  • 98 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., p. 225.
  • 99 Notamment grâce aux mariages qui unissaient le plus souvent des hommes français à des femmes d’orig (...)
  • 100 Le recensement de 1891 dénombre 267 672 Français (dont 26 995 naturalisés contre 215 793 étrangers  (...)
  • 101 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 547. 1897 : Français d’or (...)
  • 102 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., p. 225, 233. L’auteur remarque que, désormais, (...)

40La situation allait se compliquer avec la question de la naturalisation des Européens. De 1865 à 1881, il n’y en eut que 4 428 naturalisations, soit 276 par an96 alors que le flot d’immigration des étrangers européens, principalement Italiens et Espagnols dans l’Algérois, Italiens et Maltais dans le département de Constantine, Espagnols en Oranie97, ne cessait de croître. La population française devenait de ce fait de moins en moins nombreuse dans certaines municipalités que cette population étrangère. Comme la métropole ressentait de son côté le besoin d’augmenter le nombre de ses citoyens mobilisables en cas de guerre, elle eut recours à une loi du 6 juin 1889 qui imposa la nationalité française aux enfants d’immigrés nés en France et y résidant, sauf refus dans l’année qui suivait leur majorité. Les élus d’Algérie au Parlement en demandèrent98 l’application dans la colonie pour augmenter le nombre des citoyens, puisque les nombreux étrangers européens nés sur place ne se naturalisaient pas. Cette loi joua un rôle important dans la francisation des populations européennes et la construction mentale d’un « peuple neuf99 ». Elle produisit immédiatement des effets en gonflant les chiffres de Français100 et ramena la proportion de Juifs dans la population française à 12 % entre 1898 et 1900101. Les naturalisations peaufinaient l’édifice politique de l’Algérie en installant les néos-naturalisés à égalité de droits et de devoirs avec les Juifs avec, en dessous les Européens non naturalisés, le bas de l’édifice étant occupé par les Indigènes102. La mise à l’écart de la citoyenneté des Musulmans répondait à la crainte diffuse de la population française de se voir submergée, littéralement recouverte par ces Musulmans devenus citoyens ; elle correspondait aussi au sentiment de l’administration qui les pensait toujours inassimilables.

  • 103 Le procureur de la République Lantiéri rapporta devant la Commission de 1900 qu’après l’élection de (...)
  • 104 La série F80 dispose de dossiers de surveillance des ligues et des activités antisémites qui montre (...)
  • 105 Jules Guérin fonde en 1897 une Ligue antisémite qui succède à une autre Ligue créée l’année précéde (...)
  • 106 ANOM F80 1684 à 1688.
  • 107 Pierre Birnbaum, Le moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Pluriel, 2015, 1re éd. (...)

41Les nouveaux naturalisés étaient des gens d’origine modeste qui venaient gagner leur vie en Algérie, des gens frustes, souvent des antisémites prêts à se battre pour leurs idées. L’introduction de ces Européens dans la citoyenneté rendait désormais efficace une politique hostile aux Juifs du fait de l’antisémitisme répandu dans cette population, en particulier parmi les naturalisés espagnols, que leurs détracteurs appelaient les « Français de papiers » parce qu’ils restaient très proches de leur nationalité d’origine, tant par l’emploi de la langue maternelle que par un sentiment national toujours vif103. Disons enfin que les nombreuses connexions entre les antisémites de métropole et ceux d’Algérie prenaient la forme de correspondances104 entre, par exemple, le journaliste Jean Drault (1866-1951), l’industriel Jules Guérin105 (1860-1910) et les leaders antijuifs algérois comme Max Régis106 (1873-1950). Elles prirent également la forme de liens personnels entre le journaliste Henri Rochefort, la marquise de Morès et Max Régis. Des subsides furent versés aux antijuifs algérois par Jules Guérin, tandis que Jean Drault publiait des articles concernant l’Algérie dans La Libre Parole (1892-1924). En 1898-1899, Marseille, qui assurait les liaisons maritimes avec l’Algérie acclamait régulièrement les antisémites à leur passage. Ainsi, le 29 mai 1898, en pleine « affaire Dreyfus », 5 000 personnes accueillirent dans la ville les quatre députés antijuifs d’Algérie nouvellement élus, accompagnés de Jules Guérin et de Jean Drault. La visite fut ponctuée de cortèges, de cris et slogans d’enthousiasme tels que « Vive Drumont », de cris hostiles aux Juifs et à Alfred Dreyfus, et d’ovation des personnalités se montrant au balcon107.

La montée des tensions

  • 108 ACIP, Icc40 (1876-1879), Lettre non datée de Messaoud Karouby.

42En 1876 les Juifs traditionnalistes d’Oran, surnommés les « Vieux turbans », demandèrent que les jeunes desservants des petites communautés appelés sous les drapeaux puissent rester en poste au lieu de partir au régiment. Ces démarches furent interprétées comme un manque de patriotisme, y compris parmi les rabbins venus de métropole et parfois même dans les rangs des notables juifs autochtones. Le rabbin Charleville et un certain nombre de coreligionnaires luttèrent âprement pour obtenir le départ des conscrits alors que le président du consistoire Simon Kanoui défendait la position des Vieux Turbans, jusqu’à ce que les attaques de la presse et de l’opinion publique fassent taire les oppositions108.

  • 109 Inspecteur des chemin de Fer, Cély obtint 1 842 voix contre 2 240 à Eugène Étienne sur 4 463 votant (...)

43L’antijudaïsme européen se structura dans les années 1870-1890 comme un mouvement d’essence politique comprenant des partis, un programme, des sympathisants et militants, et qui ne reculait pas devant les voies de fait, comme on le vit en 1881 où de nombreuses villes furent le théâtre d’attaques de commerces juifs et même d’agressions physiques. Les Juifs étaient exclus de certains cafés, d’associations sportives (tir au pistolet, clubs de gymnastique) et même de celles qui regroupaient les libres penseurs et les Francs-maçons. Un déporté de 1852, Régis Cély109, mena en 1881 à Oran la première campagne législative fondée en Algérie sur une argumentation purement antisémite en tant que « candidat autonomiste et antijuif » hostile au « vote juif ». Il fut battu par un homme promis à un grand avenir politique, Eugène Étienne (1844-1921) dont c’était la première élection et qui assura dès lors le succès du parti de Gambetta.

  • 110 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 203.
  • 111 Pierre Waldeck-Rousseau donna au cours d’un discours à la Chambre en date du 16 novembre 1895, sa d (...)
  • 112 Cf. Joseph-François Aumerat, L’Antisémitisme à Alger, Alger, Pézé et Cie, 1885, p. 4 sq. Disponible (...)
  • 113 ACC, Algérie IC 2, 4 septembre 1885. Extrait du journal La Patrie.
  • 114 Émile Frogier, Nécessité de réviser le décret Crémieux, Oran, Imprimerie du Publieur Oranais, 1882, (...)

44Les nouvelles générations de Juifs entendaient prendre toute leur place au sein de la société qui leur avait été ouverte et se défendre en cas d’attaque110. De leur côté, les radicaux ne supportaient pas de ne pas parvenir à s’imposer dans les conseils municipaux ou à la députation dans les villes dont les élections étaient gagnées par les opportunistes111, en partie avec l’aide des Israélites, ce qui ouvrit la porte aux violences : trois jours d’émeutes à Tlemcen en 1881 après les législatives, et nouvelles émeutes en 1883 ; mouvements de rue et rixes à Oran et Sétif en 1884 ; émeutes et ostracisme à Alger112 entre 1882 et 1885 où les Juifs furent exclus des fêtes qui réunissaient les conscrits sous la présidence du maire113. En 1883, deux jours d’émeutes eurent lieu à Alger les 1er et 2 juillet, la municipalité n’agissant pas, le préfet non plus. Mais en 1885, les candidats antijuifs essuyèrent un échec, alors qu’on était à cette époque dans un contexte général de croissance de l’antisémitisme en métropole et en Algérie. Les pamphlets contre le décret Crémieux se multiplièrent à partir de 1880 et firent de la citoyenneté des Juifs l’élément central de l’antisémitisme algérien, dont les liens et les analyses communes devinrent nombreux avec l’antisémitisme métropolitain. En 1882 Émile Frogier présenta dans son opuscule, Nécessité de réviser le décret Crémieux, trois raisons pour effectuer cette révision : les Juifs vendent leur voix au plus offrant, ils pratiquent l’usure, ils ne sont ni assimilés, ni assimilables. Il proposa d’en revenir à la naturalisation volontaire en imposant aux Juifs « l’obligation individuelle d’opter ou non pour la nationalité française114 ».

  • 115 Meynié publia un second ouvrage, Les Juifs en Algérie, Paris, Albert Savine, 1888, qui reprend les (...)
  • 116 Jean Drault, Drumont, la France juive et la Libre-parole, Paris, Société française d’éditions litté (...)
  • 117 Il présenta les Juifs comme les éternels ennemis, plus dangereux que tous les autres et le plus sou (...)

45L’antisémitisme algérien trouva le représentant qui lui manquait en Édouard Drumont, qui publia en 1886 chez Flammarion à compte d’auteur son livre La France Juive, d’abord paru sous forme de cahiers, qui fut vendu à 60 000 exemplaires, et rendait les Juifs responsables de tous les malheurs du monde. Ce livre déchaîna les passions en Algérie, en particulier grâce aux pages du quatrième Livre concernant « Crémieux et l’Alliance israélite universelle ». Drumont y critiquait vertement tout à la fois Crémieux et le décret considéré comme une trahison et comme la cause unique de la révolte de Mokrani en 1871, le pouvoir des consistoires, l’Alliance israélite universelle, Simon Kanoui. Le publiciste métropolitain reprenait les idées développées de longue date en Algérie, qui lui semblait être le lieu de la renaissance proche de l’antisémitisme en France. Il reprochait aux Juifs d’Algérie d’envahir prétendument les grands services de l’État, alors qu’une enquête journalistique montra qu’il n’y avait en Algérie qu’un seul juge juif à Blida (Esnos), un seul juge de paix (Ben Icaou), un seul conseiller à la cour d’Alger (Honel) et pas un seul parmi les 78 notaires et greffiers. Malgré son catholicisme et ses critiques de la population européenne, Drumont rencontra en Algérie un accueil chaleureux de la part de nombreux hommes politiques et de journaux. Georges Meynié lui dédia son livre paru en 1887, L’Algérie juive115 et quelques-unes de ses idées furent reprises par Fernand Grégoire qui rassemblait dans La juiverie algérienne les stéréotypes en vigueur contre les Juifs en Algérie et demandait expressément l’abrogation du décret Crémieux. En 1892 Drumont lança son journal La Libre Parole qui trouva un impact et une audience à Alger116 et dans les grandes villes de la colonie. Son collaborateur Jean Drault, assigné à comparaître dans un procès se rendit à Constantine117 et, après son acquittement, visita Tebessa, Biskra, Alger, Oran où il noua des liens avec les antijuifs locaux qui se prolongèrent dans La Libre Parole sous la forme d’une « chronique algérienne » alimentée par ses notes de voyage. Le journal publia désormais régulièrement une information sur les événements d’Algérie.

Notes

1 Les janissaires forment, depuis le xive siècle, une infanterie d’élite composée d’esclaves chrétiens enlevés à leur famille quand ils avaient entre 10 à 15 ans. Ils jouent un rôle politique et militaire très important dans le monde ottoman. 1 300 furent expulsés à l’arrivée des Français.

2 Nom dérivé de l’arabe Al Djazaïr ou « Les Îles ».

3 Guy Pervillé, Politique algérienne de la France, de 1830 à 1962. Disponible en ligne.

4 Voir le détail des opérations dans Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, « Conquête et colonisation », Paris, PUF, 1964.

5 Maraboute : Personne pieuse, vénérée par les musulmans comme une sainte, de son vivant comme après sa mort.

6 Lalla Fatma N’Soumeur (1830-1863), surnommée par les Français la Jeanne d’Arc du Djurdjura, rejoint les rangs des résistants à l’occupation de la Kabylie en 1847 ; à la tête d’une armée composée d’hommes et de femmes ralliés à sa cause, elle parvient à vaincre les troupes françaises en 1854 à l’oued Sebaou, donnant naissance à une légende dorée la concernant. Elle est arrêtée le 27 juillet 1857 et emprisonnée puis placée en résidence surveillée. Dans Salem Chaker, Hommes et femmes de Kabylie, Aix-en-Provence, Édisud, 2001.

7 Abderrahmane Bouchène et al, 1830-1962 Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte Barzach, 2012, p. 13.

8 Kamel Kateb : « La gestion administrative de l’émigration algérienne vers les pays musulmans au lendemain de la conquête de l’Algérie (1830-1914) », Population, année 1997, vol. 52, p. 399-428. Disponible en ligne.

9 Ainsi, une demoiselle Kanoui vendit 3,4 hectares pour construire une partie du lycée d’Oran. Voir Mairie d’Oran, Délibérations du Conseil Municipal, 3 avril 1896 et 26 mars 1897 ; Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), L’antisémitisme dans l’Algérie coloniale, Paris, L’Harmattan, 1986, p. 28-30.

10 Simon Schwarzfuchs, Les Juifs d’Algérie et la France (1830-1855), Jérusalem, Institut Ben-Zvi, 1981, p. 26. Jacques Taieb, « Les Juifs du Maghreb au xixe siècle. Aperçus de démographie historique et répartition géographique », Population, Année 1992, vol. 47, p. 85-103. Disponible en ligne.

11 La dhimma est un régime assurant la protection aux Chrétiens et aux Juifs moyennant un statut juridique inférieur.

12 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, Paris, les éditions du Centre, 1950, p. 15 sq.

13 Claude Martin, Les Israélites algériens de 1830 à 1902, Paris, Héraklès, 1936, p. 16.

14 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 18.

15 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 221.

16 Claude-Antoine Rozet, Voyage dans la régence d’Alger ou, Description du pays occupé par l’armée française en Afrique ; contenant des observations sur la géographie physique, la géologie, la météorologie, l’histoire naturelle par M. Rozet, Paris, A. Bertrand, 1833.

17 William Shaler, Sketches of Algiers, political, historical and civil […], Cummings, Hillard and company, 1826.

18 Capitaines du Génie Rozet et Carette, Algérie, Paris, Firmin Didot Frères, éditeurs, 1850, p. 264.

19 Geneviève Dermenjian, « Jews, Moors, Arabs and Kabyles of the Regency of Algiers Under European Gaze (16th Century-1830) », Contemporary Jewry, vol. 37, no 2, 2017, disponible en ligne.

20 Nom donné par les Français aux femmes musulmanes.

21 Édouard Lapène, Vingt-six mois à Bougie, 1839, réédité par Bouchène, 2002.

22 Capitaines du Génie Rozet et Carette, Algérie, op. cit., 1850, p. 107.

23 Oran fut presidio (un presidio est un fort établi dans une zone d’influence pour la protéger ou pour lancer des expéditions) espagnol de 1509 à 1790. Les Espagnols, venus dès les premières années de la colonisation française dans l’ouest de l’Algérie étaient souvent, avant 1889, plus nombreux que les Français et pesaient fortement dans la région non seulement par leur nombre mais aussi par leur langue, leurs mœurs, leur amour de la patrie espagnole. Au plan économique, on les rencontrait dans les transports routiers (charretiers, hommes de peine), jardiniers et vendeurs de légumes, cueilleur d’alfa, petit commerce et artisanat. C.f. Émile Temime, « La migration européenne en Algérie au xixe siècle : migration organisée ou migration tolérée », Revue de l’occident musulman et de la Méditerranée, 1987, vol. 43, no 1, p. 31-145. Disponible en ligne sur Persée.

24 Les immigrés italiens étaient des travailleurs très appréciés et se regroupaient principalement dans l’Est de l’Algérie, notamment près des côtes parmi les pêcheurs, maçons, artisans, tailleurs de pierre, ouvriers, garçons de café mais aussi propriétaires et commerçants.

25 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 46-47.

26 Geneviève Dermenjian et Benjamain Stora, « Les juifs d’Algérie dans le regard des militaires et des juifs de France à l’époque de la conquête (1830-1855) », Revue Historique, no 576, oct.-déc. 1990, p. 334-339. Geneviève Dermenjian, « Jews, Moors, Arabs and Kabyles of the Regency of Algiers Under European Gaze (16th Century-1830) », op. cit.

27 Général P. Azan, Les armées françaises d’outremer, conquête et pacification de l’Algérie, Paris, 1931, p. 16.

28 Sur ce sujet, voir : Claude-Antoine Rozet, Relation de la guerre d’Afrique pendant les années 1830 et 1832, Paris, Firmin-Didot frères, 1832 ; Maréchal Bugeaud de la Piconnerie, duc d’Isly, De la colonisation de l’Algérie, Guyot, 1847, Arnaud-Jacques Leroy de Saint-Arnaud, Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud, M. Lévy Frères, 1858, Edmond Pellissier de Reynaud, Annales algériennes, Anselin, 1836-1839, 3 tomes.

29 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, Paris, J.-C. Lattès, 1982, p. 121.

30 Nous avons conservé par commodité le terme de Musulmans employé pendant la période française, la majuscule les désignant non seulement comme appartenant à une religion mais également, comme il a été dit, à un groupe ethnique et politique. La désignation des Algériens musulmans à l’époque coloniale présente des difficultés pour les historiens comme l’a montré Sylvie Thénaut qui utilise l’expression d’« Algériens colonisés » pour les différencier des Français d’Algérie qui se désignaient eux-mêmes comme « Algériens ». (Sylvie Thénaut, « L’histoire au musée : l’espace, le temps, les mots de l’Algérie coloniale », dans Éric Savarèse, dir., L’Algérie dépassionnée. Au-delà du tumulte des mémoires, Paris, Ellispses, 2008, p. 45-54).

31 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), Paris, Presses Universitaires de France, 1968, chapitre XXI.

32 L’Écho d’Oran du 19 août 1882 rapporte que les joueurs de guitare espagnols chantaient dans les rues des quatrains hostiles à la France, tels que « Me case con un francès, pensado que no lo era, mas vale un español que toda la Francia entera » : « Je me suis mariée avec un Français, pensant qu’il ne l’était pas. Un Espagnol vaut mieux que toute la France entière ».

33 Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 1.

34 André Chouraqui, Histoire des Juifs en Afrique du Nord, vol. 2, Le retour en Orient, Paris, Éditions du Rocher, 1998, p. 16.

35 Voir David Nadjari, « L’émancipation à marche forcée : les Juifs d’Algérie et le décret Crémieux », Labyrinthe, atelier interdisciplinaire, 2007 (3), p. 77-89. Disponible en ligne.

36 Dont le titulaire était Mardochée Moïse Amran, anom.archivesnationales.culture.gouv.fr/… / zh311b3zz…

37  Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 30-41.

38 Évolution de la population juive d’Algérie dans la longue durée (1830-1954) :
Image
Dans Jacques Taïeb, « Les juifs d’Algérie : démographie et société, Archives juives », Revue d’histoire des Juifs de France, 29/2, 1996, p. 100-112.

39 Joshua Schreier, « Du séfarade à l’indigène : Jacob Lasry et les négociants juifs dans l’Algérie coloniale », dans Karima Dirèche, Frédéric Abécassis, Rita Aouad, dir., La bienvenue et l’adieu 1 : Migrants juifs et musulmans au Maghreb (xve-xxe siècles), Casablanca, Centre Jacques Berque, La Croisée des chemins, 2012. Disponible en ligne.

40 Pour l’attitude des Juifs français envers leurs coreligionnaires d’Algérie, voir Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 30-61.

41 Voir David Nadjari, L’émancipation à marche forcée, op. cit., p. 77-89.

42 Au sens d’émancipé.

43 Ce terme, utilisé positivement depuis l’époque de la Révolution française doit beaucoup à l’abbé Grégoire qui avait publié en 1787 un Essai sur la régénération physique, morale et politique des Juifs qui aboutit à leur intégration dans la citoyenneté française.

44 Simon Schwarzfuchs, Les juifs d’Algérie et la France, 1830-1855, op. cit., p. 42-52.

45 David Prochaska, Making Algeria French : Colonialism in Bône, 1870-1920, Cambridge, Cambridge University Press, 1990, p. 138-139.

46 Pour les difficultés de fonctionnement des nouvelles institutions, voir Valérie Assan, Les consistoires israélites d’Algérie au xixe siècle, L’alliance de la civilisation et de religion, Paris, Armand Colin, 2012, p. 100 sq., www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article438, article 11

47 www.legirel.cnrs.fr/spip.php?article438, article 11

48 J.-E. Sartor, De la naturalisation en Algérie, Paris, Rétaux Frères, 1865.

49 Ismaël Thomas Urbain était journaliste et interprète. Venu en Algérie en 1837, il participa à de nombreuses expéditions militaires ; arabophile, il occupa des postes importants à la direction de l’Algérie au ministère de la guerre puis au ministère de l’Algérie de 1846 à 1860. Il inspira de nombreuses décisions en faveur des Musulmans, ainsi que la politique du « Royaume arabe » de Napoléon III. François Pouillon, dir., Dictionnaire des orientalistes français, Paris, Karthala, 2008, p. 945-946.

50 ANOM 18MIOM/80. Lettre du Consistoire central des israélites de France au gouverneur général de l’Algérie à Alger, Paris, 14 décembre 1871.

51 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 37-38.

52 Moniteur officiel, Compte rendu de la séance du 19 juillet 1870.

53 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 434. Le nombre de naturalisations des Musulmans varie ensuite de 20 à 70 par an avec une pointe à 137 en 1875.

54 Membres du Consistoire de Constantine, J. Stora, Abraham Cahen, Temime, Narboni, no 63, Constantine, 28 janvier 1870. ACC Icc, 39.

55 AIU Icc 40, 17 mars 1870.

56 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Conquête et civilisation, op. cit., p. 467.

57 À l’exception des Juifs du Mzab (annexé en 1882), dont le statut de sujets indigènes a perduré jusqu’en 1961, date à laquelle ils ont reçu la pleine citoyenneté française.

58 Adolphe Crémieux, cosignataire des décrets du 24 octobre 1870, était le fils de Juifs du pape négociants de soie à Carpentras. Au cours de sa longue et riche carrière, il fut avocat au barreau de Nîmes puis à la cour de cassation, président du Consistoire central israélite de France (1843), député de Chinon (1842-1848), ministre (1848 ; 1870-1871). Franc-maçon, il créa en 1860 avec Charles Netter l’Alliance israélite universelle dont il devient le président en 1864. Il fut également député d’Alger de 1872 à 1875 sous l’étiquette Union Républicaine et sénateur inamovible de 1875 à sa mort en 1880.

59 Charles-André Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Conquête et civilisation, op. cit., p. 464-469.

60 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit, . p. 38 et Patrick Weil Qu’est-ce qu’être français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Grasset, 2002, p. 28-29.

61 Fernand Grégoire, La juiverie algérienne, Alger, 1888, p. 120.

62 Voir les détails dans Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit. ; Henri Msellati, Les juifs d’Algérie sous le régime de Vichy, Paris, L’Harmattan, 1999 ; Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905), op. cit. ; Colette Zytnicki, Les juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale, Paris, Presses universitaires Paris-Sorbonne, 2011 ; Valérie Assan, Les Consistoires israélites d’Algérie au xixe siècle, op. cit.

63 Général E. Daumas, Mœurs et coutumes de l’Algérie. Tell, Kabylie, Sahara, Paris, Librairie de L. Hachette et Cie, 1858, p. 168. On trouve également des chansons créées par des Musulmans pendant la conquête dans le livre de Louis Veuillot, Les Français en Algérie, Tours, Mame 1847 ; édition l’Algérie heureuse, Robert Laffont, 1978, chapitre xv.

64 Les Juifs interrogés par nous au fil des ans ont parlé d’un aspect pratiquement sacré de la relation entre les Juifs et la France et ce sentiment de vénération survécut en grande partie aux divers aléas de l’histoire mais qui s’effrita pendant l’entre-deux-guerres.

65 Richard Ayoun et Bernard Cohen, Les Juifs d’Algérie, deux mille ans d’histoire, op. cit., p. 115.

66 Né en Espagne et formé par de grands maîtres espagnols, Ribach s’installa en Algérie et reçut la charge de Grand-Rabbin d’Alger en 1391. Avec le rabbin Rachbats il rénova et réorganisa la communauté juive et écrivit plusieurs traités religieux.

67 Richard Ayoun, « Le verbe de Dieu vient de France », L’Arche, no 300, mars 1982, p. 128-137.

68 Ethan Katz, « Entre émancipation et antijudaïsme. La mémoire collective des Juifs d’Algérie dans la longue durée (1930-1970) », Joëlle Allouche-Benayoun et Geneviève Dermenjian, Les Juifs d’Algérie, une histoire de ruptures, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2015, p. 197-224.

69 Dans Joshua Schreier, Du séfarade à l’indigène, op. cit., et Colette Zytnicky, Les juifs du Maghreb, op. cit., Pierre-Jean Luciani, Les juifs algériens dans la lutte anticoloniale. Trajectoires dissidentes (1934-1965), Rennes, PUR, 2015.

70 Voir le chapitre Les Juifs d’Algérie.

71 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 206.

72 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), Paris, Presses universitaires de France, 1968, p. 9 sq.

73 Cette loi voulait généraliser la propriété individuelle et permettre aux Indigènes de conserver leurs terres.

74 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), op. cit., p. 41, 78-88.

75 Paysan algérien.

76 Charles-Robert Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 584-585.

77 Les nouveaux citoyens avaient massivement voté. Le Consistoire d’Oran avait comptabilisé 1179 votants juifs dans le département sur 1 440 inscrits. AIU CC Icc 40, Consistoire d’Oran à Consistoire central, Oran, 12 décembre 1870.

78 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France (1879-1919), op. cit., p. 584.

79 Laure Blévis, « En marge du décret Crémieux. Les Juifs naturalisés français en Algérie (1865-1919) » ; dans Archives Juives 2012,/2, vol. 45, p. 47-67. Disposible en ligne.

80 Procureur général Dubuc, ANOM BB18 2063 (et F80 1688), Rapport du procureur Dubuc au gouverneur général Alger, 11 février 1898.

81 AN BB18-2063. Rapport du Procureur général d’Alger au Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Alger, 11.2.1898.

82 ANOM F 80 1682.

83 Louis Durieu, Les Juifs algériens, 1870-1901, études de démographie algérienne, Paris, Librairie Cerf, 1902, p. 29. Disponible en ligne sur Gallica.

84 Charles du Bouzet, Les israélites de l’Algérie, pétition à l’Assemblée nationale contre le décret Crémieux du 24 octobre 1870, Paris, 1871, p. 4-5.

85 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 41. De nombreux auteurs reprennent cette position à travers les années. Pour le maréchal de Mac Mahon, la révolte de Mokrani fut « un mouvement insurrectionnel causé en grande partie par les décrets » de novembre 1870 (p. 316-317). Dans Mémoires du maréchal de Mac-Mahon, duc de Magenta, Souvenirs d’Algérie, publiés par le duc de Miribel, Paris, Librairie Plon, 1932.

86 Édouard Drumont (1844-1917), le « bouffeur de juifs », installe l’antisémitisme au cœur du débat républicain en métropole et nourrit les populismes. Cf. Grégoire Kauffmann, Édouard Drumont, Paris, Perrin, 2008.

87 Paul Samary, installé à Alger en 1875 était ingénieur et architecte. Député d’Alger en 1893, lui-même antisémite, il fut battu par Drumont en mai 1898.

88 Louis Rinn, L‘insurrection de 1870 en Algérie, Alger, Librairie Adolphe Jourdan, 1891. http://www.algerie-ancienne.com

89 Xavier Yacono, « Kabylie : L’insurrection de 1871 », Encyclopédie berbère. Disponible en ligne.
Richard Ayoun, « Le décret Crémieux et l’insurrection de 1871 en Algérie », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1988/1, no 35-1, p. 61-87. Disponible en ligne.

90 Dans Louis Forest, La naturalisation des juifs algériens et l’insurrection de 1871, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1897, p. 37-38 et 46. Disponible en ligne sur Gallica.

91 Louis Forest, La naturalisation des juifs algériens et l’insurrection de 1871, op. cit., p. 47, la lettre du 20 juin 1871 avec le nom et les positions des signataires.

92 Journal officiel 1898, chambre des députés, débats parlementaires, session ordinaire, Séance du 19 février 1898, p. 792.

93 Adolphe Crémieux, Exposé des motifs du projet de loi déposé le 21 juillet 1870 et portant abrogation du décret de la délégation de Tours en date du 24 octobre 1870. Réfutation de l’exposition des motifs alinéa par alinéa. Disponible en ligne sur Gallica.

94 Journal officiel, 9 octobre 1871.

95 Michel Ansky, Les juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, op. cit., p. 44 sq.

96 Dans Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution, Paris, Grasset, 2002, réed. Augmentée, Paris, Gallimard, Folio, 2005, p. 231.

97 L’Algérie recevait aussi des immigrants venus d’Allemagne et de Malte.

98 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., p. 225.

99 Notamment grâce aux mariages qui unissaient le plus souvent des hommes français à des femmes d’origine espagnole ou italienne. Dans Marc Baroli, La vie quotidienne des français en Algérie 1830-1914, Paris, Hachette, 1967. Édition Famot, 1978 , p. 18, 200 sq.

100 Le recensement de 1891 dénombre 267 672 Français (dont 26 995 naturalisés contre 215 793 étrangers ; celui de 1896 dénombre 331 137 Français et 211 580 étrangers. En 1898, selon le gouverneur général Laferrière, les Français sont 387 000 dont 275 000 Français d’origine, 104 000 naturalisés européens, 53 000 naturalisés israélites. Dans Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 118-120.

101 Charles-Robert Ageron, Les Algériens musulmans et la France, op. cit., p. 547. 1897 : Français d’origine et naturalisés de 1889 : 318 137 ; Juifs naturalisés en 1870 et descendants : 48 763.

102 Patrick Weill, Qu’est-ce qu’un Français ?, op. cit., p. 225, 233. L’auteur remarque que, désormais, la nationalité des sujets musulmans est « vidée de ses droits », les « indigènes musulmans » étant irrémédiablement maintenus dans un statut d’infériorité.

103 Le procureur de la République Lantiéri rapporta devant la Commission de 1900 qu’après l’élection de Firmin Faure à la députation d’Oran en 1898, « un certain nombre d’espagnols naturalisés sont venus, avec le drapeau espagnol, crier sous les fenêtres de la préfecture “démission” », p. 312.

104 La série F80 dispose de dossiers de surveillance des ligues et des activités antisémites qui montrent ces nombreuses connexions entre les deux côtés de la Méditerranée entre les leaders métropolitains comme Jean Drault et algériens comme Max Régis.

105 Jules Guérin fonde en 1897 une Ligue antisémite qui succède à une autre Ligue créée l’année précédente. Il aurait envoyé environ 40 000 francs aux antisémites d’Algérie sous forme de « salaires, appointements, secours ou dons de diverse nature » entre 1898 et 1902. Dans Jules Guérin, Les Trafiquants de l’antisémitisme : la maison Drumont & Cie, Paris, Félix Juven, 1906, p. 129.

106 ANOM F80 1684 à 1688.

107 Pierre Birnbaum, Le moment antisémite : un tour de la France en 1898, Paris, Pluriel, 2015, 1re éd. 1998, Fayard, p. 182, 20.

108 ACIP, Icc40 (1876-1879), Lettre non datée de Messaoud Karouby.

109 Inspecteur des chemin de Fer, Cély obtint 1 842 voix contre 2 240 à Eugène Étienne sur 4 463 votants.

110 Claude Martin, Les israélites algériens, op. cit., p. 203.

111 Pierre Waldeck-Rousseau donna au cours d’un discours à la Chambre en date du 16 novembre 1895, sa définition du terme opportuniste, qui prit ensuite un sens péjoratif. « Être opportuniste, c’est agir avec opportunité, au moment opportun, c’est attendre que la récolte soit mûre, c’est ne point tenter d’imposer au pays une réforme qu’elle n’ait été déjà dans son esprit voulue ».

112 Cf. Joseph-François Aumerat, L’Antisémitisme à Alger, Alger, Pézé et Cie, 1885, p. 4 sq. Disponible en ligne sur Gallica.

113 ACC, Algérie IC 2, 4 septembre 1885. Extrait du journal La Patrie.

114 Émile Frogier, Nécessité de réviser le décret Crémieux, Oran, Imprimerie du Publieur Oranais, 1882, p. 13.

115 Meynié publia un second ouvrage, Les Juifs en Algérie, Paris, Albert Savine, 1888, qui reprend les mêmes accusations. Disponible en ligne sur Gallica.

116 Jean Drault, Drumont, la France juive et la Libre-parole, Paris, Société française d’éditions littéraires et techniques, 1935, p. 207.

117 Il présenta les Juifs comme les éternels ennemis, plus dangereux que tous les autres et le plus souvent prêts à vendre la France et les Français, AN F7/12842, Jean Drault à Constantine, La Libre Parole, 1er juin 1897.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search