Version classiqueVersion mobile

Antijudaïsme et antisémitisme en Algérie coloniale

 | 
Geneviève Dermenjian

Préface

Benjamin Stora

Texte intégral

  • 1 L’antisémitisme continue à notre époque d’alterner les périodes d’expansion et de recul. Depuis la (...)
  • 2 Enzo Traverso, « l’antisémitisme comme code culturel », dans Pour une critique de la barbarie moder (...)

1L’antisémitisme n’est pas la seule doctrine fondée sur la haine de l’autre1, mais ses formes particulières d’ancienneté, de récurrence, d’intensité, en font un phénomène paradigmatique qui renvoie par son idéologie, ses mots d’ordre, ses pratiques2, ses objectifs affirmés ou induits aux différents types de racisme. C’est pourquoi étudier l’antisémitisme en Algérie pendant la période coloniale française reste un sujet d’étude important.

  • 3 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive à Oran (1895-1905), L’antisémitisme dans l’Algérie coloni (...)

2Geneviève Dermenjian a publié autrefois avec La crise anti-juive à Oran3, une très belle synthèse concernant l’antisémitisme à la fin du xixe siècle en situation coloniale. Focalisé sur Oran, cet ouvrage ouvrait de nombreuses fenêtres sur les autres départements de la colonie et permettait de saisir diverses nuances du phénomène. Car l’antisémitisme en Algérie est complexe et développe de nombreuses racines : historiques, religieuses, sociales, « raciales », économiques, politiques. Il s’explique en grande partie par l’importance de la question électorale puisqu’un grand nombre de prébendes plus ou moins légales pouvaient être obtenues par les élus et redistribuées ensuite à leur clientèle. Ce qui, pour les juifs, a eu plusieurs conséquences, dont « l’antijudaïsme électoral » qui se manifestait au moment des élections, et donnait naissance au désir persistant d’éliminer les Juifs des élections en leur retirant le bénéfice du décret Crémieux du 24 octobre 1870 afin de laisser le droit de vote aux seuls « vrais français », les juifs étant toujours considérés par une grande partie de la population comme de simples « sujets de religion juive » à gérer et non comme des citoyens pleinement « acteurs ». Il se serait agi, disait-on, d’une simple méthode consistant à stigmatiser la partie juive de la population pour la persuader de renoncer à voter et pour s’attirer la faveur des électeurs non-juifs, tout en s’abritant derrière le respect des idées républicaines que les partis politiques disaient défendre avant tout en Algérie. Dire cela, c’était déjà dire qu’il y avait sous-jacent chez les électeurs de diverses origines, un antijudaïsme bien réel qui permettait, élection après élection, cette levée de boucliers.

  • 4 Sans volonté d’exhaustivité, citons : Michel Ansky et Claude Martin, Charles-Robert Ageron, Robert (...)
  • 5 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », dans Laurent Martin et Syl (...)

3Étudier les juifs d’Algérie et l’antisémitisme, on disait sur place l’antijudaïsme, des Européens pendant la période coloniale n’est pas une question totalement en friche. Un certain nombre d’historiens de langue française se sont attachés depuis deux ou trois générations à la présentation de cette communauté religieuse et à celle de l’antijudaïsme. Ils ont été suivi plus récemment par des historiens américains et algériens4. Ajouter une nouvelle pierre à cet édifice déjà bien constitué n’est malgré tout pas inutile, l’approche de l’antijudaïsme choisie ici privilégiant une histoire non seulement politique mais aussi socio-culturelle et anthropologique. Une histoire qui s’intéresse aux représentations, aux idées et aux valeurs, aux pratiques et aux identités, aux sensibilités, aux objets intermédiaires et culturels que sont la presse, l’image, l’écrit, les rituels, les symboles, les codes. Une histoire, en somme, qui s’intéresse à « l’ensemble des voies par lesquelles les individus et les groupes perçoivent, pensent et donnent sens au monde qui les entoure5. » Ce qui apparait dans le livre avec l’étude de l’évolution du vocabulaire ; ainsi les changements de sens du mot « algérien » au fil du temps rendent bien compte de l’établissement progressif des colonisateurs dans le pays et de leur volonté de s’imposer en recouvrant ce qui existait précédemment. Et ce mot qui signifiait, au xviiie siècle, habitant de la ville d’Alger, en vient au xixe siècle et après plusieurs mutations, à ne concerner que les Européens établis à demeure. Ainsi l’étude des mots donne-t-elle accès à l’imaginaire politique et social d’une société.

4Geneviève Dermenjian revient sur le fait que la société coloniale en Algérie attribuait à chacun une place et une reconnaissance sociale qui dépendaient de sa naissance d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée et aussi, pour certains, de leur religion, au moins autant que de leurs capacités ou de leur fortune. Une société qui donnait naissance à des formations politiques, comme le « parti antijuif », mobilisant des hommes et des femmes à différents échelons de responsabilité, formant des élites, s’imposant grâce à des programmes simplistes où la défense des privilèges acquis tenait la première place. Dans ce cadre, la question des juifs d’Algérie, de leur francisation comme on disait au xixe siècle, et de leur réception parmi les Européens ne pouvait être occultée puisqu’elle se pose régulièrement, tant au xixe qu’au xxe siècle. En Algérie, comme le dit l’auteure, l’antisémitisme est bien la seule idéologie de masse des Européens pendant la période française. Cette question a longtemps été considérée sur place comme une simple question électorale, un prurit occasionnel et répétitif s’apaisant après le second tour des élections. S’intéresser de près à ce phénomène montre que, bien loin d’être une simple question électorale à épisodes récurrents, l’antisémitisme possède dans l’Algérie coloniale de nombreuses facettes évolutives : politiques, idéologiques, sociales, ethniques, artistiques, littéraires… Il concerne dans le quotidien l’ensemble des habitudes coloniales, aussi bien dans les représentations que dans les pratiques des différentes couches sociales, et même s’il paraît entrer en sommeil à certaines périodes, il continue de régir pour beaucoup les rapports entre les individus.

5Avec ce nouvel ouvrage, l’auteure décrit les faits proprement dits, leurs continuités et leurs ruptures, la volonté de puissance et de domination du personnel antijuif, qui sont des éléments déjà connus mais fournissent un indispensable cadre d’ensemble.

6L’antijudaïsme est bien une question posée en Algérie avec obstination, jamais obsolète, même si elle paraît entrer en sommeil à certaines périodes. C’est aussi une question complexe, parce que constituant un phénomène feuilleté selon les diverses populations et les moments, chaque période ajoutant une nouvelle couche antijuive, reprenant et modifiant les couches précédentes. Ce phénomène européen dominant ne doit pas occulter par ailleurs l’antijudaïsme de moindre importance des Algériens qui occupe une place, elle aussi complexe et évolutive, à qui la colonisation impose de facto certaines limites qu’il faut considérer avec attention.

7L’ouvrage renouvelle les approches en s’intéressant à la formation et aux caractéristiques de ce qu’il est convenu d’appeler la « culture antijuive », une culture qui permet, compose et accompagne dans la durée l’antisémitisme des Européens tout au long de la période française. Et cette culture antijuive se montre quotidiennement prégnante, même en dehors des crises ouvertes proprement dites et forme en quelque sorte un lien entre les différentes populations européennes, autrement divisées en classes sociales, voire ethniques, aux intérêts divergents. Elle permet d’apprécier l’état de l’opinion publique tout en participant à son élaboration continue ; elle est approchée par l’auteure à l’aide de moyens variés et qui mettent parfois l’accent sur des éléments mineurs mais qui, associés les uns aux autres, composent un éclairant tableau d’ensemble, forment signe et débouchent sur l’histoire. On voit comment s’aiguise au fil du temps le regard des Européens sur le monde algérien qui les entoure et sur leur propre place à occuper et à défendre dans ce cadre colonial. On mesure l’importance de l’idéologie, de l’espace public, de la langue, des caricatures, des journaux antisémites, tout un ensemble qui se répète dans le temps, souvent de façon mimétique, et met en valeur la complexité et aussi la fermeture sur soi de ce phénomène persistant. Et cet ensemble porte le ferment passionnel du rejet de l’autre qui s’exprime ouvertement pendant les périodes de crises avec les défilés haineux, les destructions de biens et les agressions physiques et parfois mortelles, contre les individus. Le reste du temps, l’antijudaïsme des Européens s’exprime par de la condescendance, du mépris, des préséances à respecter.

8Certes, les choses changent en Algérie à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale et l’antisémitisme n’occupe plus le devant de l’actualité. Le travail remarquable de Geneviève Dermenjian permet de comprendre la période suivante, la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, en montrant la place de chacun. On verra, progressivement, la majorité des Algériens musulmans se diriger vers l’acceptation de l’indépendance, les juifs d’Algérie se réfugier dans un impossible attentisme. Et aussi, pendant cette séquence décisive, la masse des Européens, dix ans seulement après Vichy, basculer dans une radicalité en faveur de l’Algérie française.

9Geneviève Dermenjian remet en marche toute une machinerie de l’antijudaïsme que l’on croyait rouillée, disparue avec la fin de l’Algérie française. On voit dans les événements anciens décrits, des prolongations actuelles avec des attitudes et des mots, des représentations décidément jamais achevées. La figure du Juif, à la fois dominateur et dissimulé, celui que l’on veut protéger et soumettre : tous ces clichés et comportements archi-rebattus, venant d’un monde révolu, servent encore à la reproduction d’un imaginaire dans la France, et dans l’Algérie d’aujourd’hui. L’ouvrage ouvre également sur bien d’autres éléments de réflexion : la nature de la République coloniale, ses rapports avec les diverses populations d’Algérie, ses liens, oppositions et différences avec la République en métropole.

Notes

1 L’antisémitisme continue à notre époque d’alterner les périodes d’expansion et de recul. Depuis la dernière décennie du xxe siècle, cet antisémitisme a pris un nouvel et composite essor en France. Cf. Michel Wieviorka, La tentation antisémite. Haine des juifs dans la France d’aujourd’hui, Paris, Robert Laffont, 2005. Les développements du conflit israélo-palestinien à Gaza ont donné depuis 2008 une plus grande visibilité et une plus grande extension à ce phénomène. Dix ans auparavant, Michael Marrus remarquait au contraire, un certain recul de l’antisémitisme dans « Recul de l’antisémitisme, permanence de la xénophobie », dans Libération 14 octobre 1994.

2 Enzo Traverso, « l’antisémitisme comme code culturel », dans Pour une critique de la barbarie moderne. Écrits sur l’histoire des Juifs et de l’antisémitisme, Lausanne, édition Page Deux, 1997, réédition augmentée 2000.

3 Geneviève Dermenjian, La crise anti-juive à Oran (1895-1905), L’antisémitisme dans l’Algérie coloniale, Paris, L’Harmattan, 1986.

4 Sans volonté d’exhaustivité, citons : Michel Ansky et Claude Martin, Charles-Robert Ageron, Robert Attal, Michel Abitbol, Richard Ayoun et Bernard Cohen, Georges Bensoussan, Shmuel Trigano, André Chouraqui, et dernièrement Valérie Assan. La recherche de langue anglaise s’est aussi approchée de cette question autour d’historiens tels que Joshua Schreier, Ethan Katz, Joshua Cole… Et, depuis peu, les historiens algériens comme Kamel Kateb, Hassan Remaoun, Abdelmadjid Merdaci, Malek Chebel et le tunisien Abdelwahab Meddeb se sont eux aussi intéressés à l’histoire longue des juifs d’Algérie.

5 Dominique Kalifa, « L’histoire culturelle contre l’histoire sociale ? », dans Laurent Martin et Sylvain Venayre, dir., L’histoire culturelle du contemporain, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2005, p. 75-84.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search