Version classiqueVersion mobile

Les travailleurs chinois recrutés par la France pendant la Grande Guerre

 | 
Yves Tsao

Annexes

Texte intégral

Annexe 1.1 Le lieutenant-colonel Georges Truptil

1Georges Truptil, lieutenant-colonel de réserve d’infanterie coloniale, naquit le 30 avril 1865 dans l’Oise, se maria le 4 avril 1907 et décéda également dans l’Oise le 23 mars 1934.

2Il fut incorporé le 25 juillet 1883, en qualité de soldat, engagé volontaire. Nommé sergent le 14 février 1886, il entra à l’école militaire de Sainte Maixence en qualité d’élève-officier le 24 avril 1887, puis gravit différents échelons. Sous-lieutenant le 12 mars 1888, lieutenant le 30 mai 1891, capitaine le 8 avril 1898, chef de bataillon le 23 mars 1910, il obtint le grade de lieutenant-colonel le 1er décembre 1915.

3Il fit l’essentiel de sa carrière dans les troupes de marine, dénommées troupes coloniales à partir du 5 juillet 1900, et fut ainsi envoyé au Sénégal, au Tonkin à trois reprises, au Soudan où il reçut trois blessures de guerre le 1er mai 1898 et en Chine.

4Décoré de la médaille du Tonkin, de la médaille coloniale, il fut nommé Officier de l’Ordre royal du Cambodge, de l’Ordre impérial du dragon de l’Annam er Chevalier de la Légion d’Honneur le 30 novembre 1912.

5Admis à faire valoir ses droits à la retraite le 1er décembre 1912, il est rappelé à la direction des troupes coloniales le 2 août lorsque la mobilisation générale est décrétée. Désigné le 28 novembre 1915 pour conduire la mission de recrutement en Chine, il y parvint le 17 janvier 1916. Son retour en France fut retardé par le contentieux qui opposa le Syndicat Wei Min à la direction des troupes coloniales, le ministère des Affaires étrangères ayant considéré nécessaire son maintien en Chine jusqu’à la résolution de ce différent malgré la dégradation de son état de santé. Ce n’est qu’en décembre 1918 qu’il put regagner la France.

6Démobilisé le 8 mai 1919, il fut nommé lieutenant-colonel honoraire le 24 mai 1928.

7Source : SHD, 9 YF 129

Annexe 1.2 Li Yu Yin

8Li Shizeng (1881-1973) ou Li Yu Ying (qui était son nom social ; il était traditionnel dans les cultures asiatiques de se choisir « un nom social » ou de changer d’identité selon les circonstances de l’existence) était issu d’une famille de hauts fonctionnaires. Francophile convaincu (sa deuxième fille porte un prénom français), il poursuivit ses études en France, à l’École pratique d’agriculture de Montargis puis à l’Institut Pasteur. C’est au cours de ce séjour qu’il découvrit Bakounine, Kropotkine et Elisée Reclus et qu’il participa à la fondation du Groupe anarchiste chinois de Paris. Il créa en 1908 la Caséo-sojaine employant une trentaine d’étudiants peu fortunés qu’il avait recrutés en Chine du nord et qui recevaient une formation en français, en mathématiques et en sciences après les heures de travail. Étaient ainsi posés les principes du mouvement que les historiens appellent le mouvement travail-étude dont Li Yu Ying fut l’un des principaux promoteurs. Il s’agissait de permettre à des étudiants chinois issus de milieux modestes de poursuivre des études en France par le partage du temps entre travail et études et de développer les échanges culturels entre la France et la Chine. Dès 1912, avec le soutien de Cai Yuanpei, premier ministre de l’Éducation de la jeune république de Chine et ensuite recteur de l’université de Pékin, puis à partir de 1919 au travers de différentes associations et avec l’appui de personnalités politiques françaises telles que Marius Moutet, Paul Painlevé, ou Édouard Hérriot, il fit venir environ 1 500 étudiants, parmi lesquels de futurs hauts dignitaires du parti communiste chinois tels que Zhou Enlai, Den Xiaoping, Chen Yi… généralement issus des provinces pauvres de Chine. Le recours à la main d’œuvre chinoise pendant la guerre lui fournit l’occasion de faire valoir ses points de vue. Très critique à l’égard de l’action du syndicat Wei Min qui recrutait sans la moindre sélection au risque de provoquer ultérieurement des difficultés en France, il proposa au début de l’année 1916 de contribuer au recrutement d’ouvriers d’abord dans le Zhili puis dans le Yunnan. En avril de la même année, il mit en place une école destinée à former des interprètes dont la France était largement dépourvue et, afin d’apporter une assistance morale et éducative aux ouvriers, il lança un journal intitulé « Revue des travailleurs chinois ». Publié de façon régulière entre janvier 1917 et juin 1920, le journal avait pour objectif de participer à l’éducation des ouvriers en prodiguant divers conseils quant aux comportements à adopter et en fournissant diverses informations tant d’ordre général que d’ordre pratique.

9Source : Paul Bailey, « Le mouvement études et travail », in Lynn Pan, Encyclopédie de la diaspora chinoise, Paris, Les éditions du Pacifique, 2000, p. 318.

Annexe 1.3 Le général Famin

10Pierre Paul Famin est né le 14 décembre 1855 à Paris, et décéda à Paris également le 4 septembre 1922. Il entra à l’École militaire de Saint-Cyr le 15 octobre 1874.

11Affecté dans les troupes de marine, il passa la première partie de sa carrière au Sénégal, en Indochine puis en Crète où il obtint les grades de lieutenant le 18 octobre 1881, capitaine le 2 mai 1884 et chef de bataillon le 11 mai 1891.

12Nommé colonel le 22 décembre 1898, il fut affecté au ministère de la Marine puis au ministère de la Guerre où il fut rapidement nommé à la tête de la direction des troupes coloniales (huitième direction du ministère de la guerre). C’est à ce poste qu’il fut promu général de brigade le 22 mars 1902, puis général de division le 25 septembre 1905.

13Placé dans la 2e section (réserve) sur sa demande pour raison de santé le 16 août 1907, il retrouva son poste à la direction des troupes coloniales le 3 août 1914. À ce titre, il fut amené à jouer un rôle prépondérant dans la définition des conditions de recrutement, d’organisation et d’emploi des travailleurs coloniaux et chinois.

14Relevé de ses fonctions et replacé dans la 2e section le 20 septembre 1917, il fut remplacé par le général Mas.

15Source : SHD, 11 YD 38.

Annexe 1.4 Contrat

Annexe 1.4

Annexe 1.4

Source : Arch. départ. de Saône-et-Loire, U 1217

Annexe 1.5 Régions où furent recrutés les travailleurs, bases d’embarquement et effectifs embarqués

Source : Carte réalisée à partir de celle présentée dans l’ouvrage de Marianne Bastid, Marie-Claire Bergère et Jean Chesneaux, De la guerre franco-chinoise à la fondation du parti communiste chinois. 1885/1921, Paris, Hatier Université, 1972, p. 42. Elle est complétée avec les données présentées dans le tableau pages 59 à 61.

Annexe 1.6 Navires ayant participé au transport des ouvriers en France

Nom

Constructeur

Propriétaire

Amazone

Forges et Chantiers de Gironde

Compagnie des Messageries Maritimes

Armand Behic

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Athos

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes. Torpillé le 17 février 1917

Atlantique

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Australien

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Chili

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Cordillère

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Ct Dorise

Mitsubishi

Compagnie des Messageries Maritimes

Djibouti

Anglais

Compagnie Havraise Péninsulaire.

Dumbea

Forges et Chantiers de la Méditerranée, La Seyne/ mer

Compagnie des Messageries Maritimes

Empire

Navire anglais

nc

Harima Maru

Kawasaki

nc

Hong-Kheng

nc

Les Chargeurs réunis

Magellan

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes. Torpillé le 11 décembre 1916

Loire

Société des chantiers de Normandie

Compagnie nantaise de navigation à vapeur

Lotus

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Paul Lecat

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Polynesien

La Ciotat

Compagnie des Messageries Maritimes

Porthos

Forges et chantiers de la Gironde

Compagnie des Messageries Maritimes

Shigisan Maru

nc

nc

Ville De Paris

nc

Compagnie Havraises Péninsulaire

Warrimo

Anglais

Tan Kah Kee

Ne figurent pas dans ce tableau les navires qui n’ont effectué que les trajets Port-Saïd – Marseille.

Annexe 1.7 Trajet, dates, heures d’arrivée et de départ du Cordillère entre le 25 décembre 1916 et le 12 mai 1917

Source : CCIM, L19-8-152, Rapport de voyage n° 7

Annexe 2.1 Le général Mas

16Joseph Thomas Marie Louis Mas, né le 7 mars 1866 à Carcassonne, mourut le 30 juin 1936 à Aix-en-Provence. Entré à l’école militaire de Saint Cyr le 26 octobre 1886, il fut nommé sous-lieutenant le 16 septembre 1888, lieutenant le 11 juillet 1891, capitaine le 27 octobre 1898, chef de bataillon le 24 avril 1907, colonel le 1er novembre 1914, général de brigade le 16 janvier 1917, et enfin général de division le 19 décembre 1924.

17Affecté dans l’infanterie de marine dès le 16 septembre 1888, puis dans l’infanterie coloniale, il effectua la première partie de sa carrière dans les colonies au Tonkin, au Sénégal, à Madagascar, et en Nouvelle Calédonie.

18Blessé le 22 août 1914 à Neufchâteau en Belgique, où sa conduite au combat lui valut la croix de guerre, et déclaré inapte à faire campagne, il occupa alors un emploi sédentaire en assurant le commandement du camp du Larzac. Rétabli, il demanda à servir auprès du général Sarrail, commandant l’armée d’Orient au sein de laquelle il exerça différentes fonctions à partir du 1er octobre 1915 – il a notamment commandé la base de Salonique – puis il devint chef de la mission française auprès de l’armée serbe le 10 août 1917.

19Nommé directeur des troupes coloniales au ministère de la guerre le 20 septembre 1917, il s’employa à faire respecter les engagements pris à l’égard des travailleurs coloniaux et chinois en instituant des commandements régionaux et départementaux plus à mêmes d’effectuer les contrôles qui s’avéraient indispensables. Il insista particulièrement auprès du haut commandement pour que celui-ci se conforme aux dispositions statutaires et contractuelles régissant la situation des travailleurs chinois qui lui avaient été attribués, ce qui lui valut d’être démis de ses fonctions le 20 juin 1918. Ne pouvant assurer, pour des raisons de santé, le commandement de la 61e brigade d’infanterie qui lui avait été dévolu, il fut alors affecté à la direction de deux subdivisions territoriales du sud de la France, poste sans relief aux attributions limitées, puis, placé en section de réserve le 7 mars 1928.

20Outre la croix de guerre, il reçut de nombreuses décorations françaises (chevalier de la Légion d’honneur le 11 septembre 1903, officier de la Légion d’honneur le 25 novembre 1915, commandeur de la Légion d’honneur le 29 décembre 1922) et étrangères (Annam, Cambodge, Grèce, Serbie).

21Source : SHD, 13 YD 129

Annexe 2.2 Répartition par région militaire des travailleurs chinois au 1er mai 1918

Source : SHD, 7 N 2254. L’origine du document n’est pas indiquée.
Il s’agit de la reproduction du document pratiquement à l’identique (les sous-totaux par région militaire et le total ont été rajoutés) dans la mesure où l’original est très peu lisible. Ne figurent pas dans ce tableau les 3 566 Chinois mis à cette date à la disposition du grand quartier général ainsi que les 900 classés dans la rubrique divers du document utilisé page 87.

Annexe 2.3 Départements où ont séjourné les travailleurs chinois

Ain

Isère

Aisne

Loire

Allier

Loire Inférieure

Ardèche

Loiret

Ardennes

Loir-et-Cher

Aveyron

Lot-et-Garonne

Basses-Alpes

Maine-et-Loire

Bouches-du-Rhône

Manche

Calvados

Marne

Cantal

Meurthe-et-Moselle

Charente

Meuse

Charente-Inférieure

Morbihan

Cher

Nièvre

Corse

Nord

Côte d’or

Orne

Deux-Sèvres

Paris

Dordogne

Pas-de-Calais

Drome

Rhône

Finistère

Saône-et-Loire

Gironde

Sarthe

Haute-Garonne

Savoie

Haute-Saône

Seine Inférieure

Haute-Savoie

Seine-et-Marne

Haut-Rhin

Seine-et-Oise

Hérault

Somme

Ille-et-Vilaine

Var

Indre

Vienne

Indre-et-Loire

Vosges

Soit un total de 56 départements

Annexe 2.4 Affectation des ouvriers chinois dans les établissements d’État (Avril à décembre 1917)

Source : SHD, 10 N 153. Documents manquants : le mois de septembre pour l’ensemble des établissements et le mois de juillet pour les poudreries à l’exception de celle du Bouchet, classée poudrerie militaire. Le chiffre du haut correspond au nombre d’ouvriers chinois, celui du bas au nombre total d’ouvriers et d’ouvrières de toutes origines travaillant dans l’établissement.

Annexe 2.5 Salaires journaliers moyens perçus par les ouvriers chinois employés au Creusot en septembre 1920

Nombre d’ouvriers

Salaire compris entre

403

7 fr 25 et 8 francs

300

8 fr 01 et 8 fr 80

290

8 fr 81 et 9 fr 60

301

9 fr 61 et 10 fr 40

425

10 fr 41 et 11 fr 20

373

11 fr 21 et 12 fr 00

230

12 fr 01 et 12 fr 80

146

12 fr 81 et 13 fr 60

183

13 fr 61 et 14 fr 40

149

14 fr 41 et 15 fr 20

28

15 fr 21 et 16 francs

14

16 fr 01 et 16 fr 80

8

16 fr 81 et 17 fr 60

1

17 fr 61 et 18 fr 40

1

18 frv41 et 19 fr 20

1

19 fr 21 et 20 francs

Source : AFB, 01G0849, Lettre du service du personnel du 27 octobre 1920

Annexe 2.6 Menu du lundi 22 janvier au dimanche 28 janvier 1917 Groupement de travailleurs chinois de l’atelier de construction de La Mouche (Lyon)

Jours

Petit déjeuner 5h

Repas de 11 h

Repas de 19 h

Lundi

Riz, choux, pain

Soupe vermicelle, pomme de terre bœuf

Soupe de choux, macaronis, bœuf rôti

Mardi

Soupe, sardines, riz

Soupe vermicelle, raviolis, bœuf double ration, oranges

Soupe de choux, macaronis, bœuf rôti

Mercredi

Riz, choux, pain

Soupe vermicelle, pommes de terre, bœuf

idem

Jeudi

idem

idem

idem

Vendredi

idem

idem

idem

Samedi

idem

idem

idem

Dimanche

idem

idem

idem

Pain et thé à discrétion

Source : SHD, 10 N 63 : Rapport de M. Cazeneuve présenté à la commission de l’armée du sénat, adopté le 20 juin 1917

Annexe 2.7 Quelques missionnaires ayant servi d’interprètes

22Gaspais Gustave, infirmier colonial, a effectué un séjour de 9 ans en Mandchourie et a su se faire comprendre par les Chinois du Nord. Étudiant, puis après un an de service militaire, il partit en Chine comme missionnaire et y est resté jusqu’à la mobilisation. Il a été rappelé du front en qualité d’interprète au groupement de la manufacture de Châtellerault. Chargé spécialement de la discipline et de l’entretien du camp chinois, il fut désigné pour assurer la répartition des travailleurs, faire les enquêtes indispensables et exercer sur eux une surveillance soutenue. Il assura une partie de la comptabilité de la gestion de l’ordinaire, de la surveillance des cuisines, des réfectoires et des dortoirs.

23Meillier Michel, infirmier colonial, a séjourné en Chine pendant 20 ans. Parlant la langue chinoise, il maitrisait bien les dialectes du Sud. Comme son coreligionnaire, il est parti en Chine après avoir fait un an de service militaire et y est resté jusqu’à la mobilisation. Il a été rappelé du front en qualité d’interprète au groupement de la manufacture de Châtellerault où il eut pour mission de seconder le personnel de maîtrise dans les relations avec les ouvriers et de les surveiller dans les ateliers, magasins ou chantiers.

24Jantzen Louis a séjourné cinq ans en Chine. Nommé interprète au groupement de l’atelier de construction de Rennes, il arriva le 21 décembre 1916 au groupement de la manufacture de Châtellerault avec 96 travailleurs chinois de Rennes. Il apporta son concours dans la conduite des travailleurs et fut plus particulièrement chargé d’assister à la visite du médecin et de surveiller à l’infirmerie ou dans les chambres, l’infirmier chinois qui donnait les soins prescrits par ce dernier. Il secondait l’interprète Gaspais tant pour la surveillance que pour les travaux de comptabilité et devint chef de groupement par la suite.

25Sources : CAAP, AA 232 2H2 2442, État des notes des interprètes du 14 novembre 1916 ; État nominatif du personnel interprète du 27 décembre 1916 ; Compte rendu du chef du groupement du 28 décembre 1916.

Annexe 3.1 Vœux adoptés par la commission mixte du département de la Seine

Source : IHS-CGT, 97 CFD, 47

Annexe 3.2 Vœux adoptés par la commission administrative de l’office central de placement

Source : IHS-CGT, 97 CFD 47

Annexe 3.3 Article de Léon Jouhaux du 13 janvier 1918

Source : IHS-CGT, La Bataille du 13 janvier 1918

Annexe 3.4 Article d’Umberto Péroni du 25 mars 1918

Source : IHS-CGT, La Bataille du 25 mars 1918

Annexe 4.1 Bulletin de recherche d’un travailleur chinois en rupture de contrat

Source : Arch. départ. des Bouches-du-Rhône, 4 M 939

Annexe 4.2 Extrait du bulletin départemental de la reconstitution

Source : Arch. départ. de l’Aisne, folio P 41. 1, Bulletin départemental de la reconstitution des communes de l’Aisne du 15 octobre 1919, publié par la préfecture.

Annexe 4.3 Plaque commémorative apposée 16 rue Chrétien de Troyes Paris 12e

Collection personnelle

Annexe 4.4 Stèle commémorative square Beaudricourt Paris 13e

à la mémoire des travailleurs et combattants chinois morts pour la France pendant la Grande Guerre 1914-1918

Collection personnelle

Annexe 4.5 Tombe de Liou-Ten-Houi. Cimetière militaire de Dunkerque

Collection personnelle

Annexe 4.6 Tombe de Wang Bing. Cimetière municipal de Munster

Collection personnelle

Annexe 4.7 Cimetière chinois de Nolette (Somme)

Collection personnelle

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Annexe 1.4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Annexe 1.4
Crédits Source : Arch. départ. de Saône-et-Loire, U 1217
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Crédits Source : Carte réalisée à partir de celle présentée dans l’ouvrage de Marianne Bastid, Marie-Claire Bergère et Jean Chesneaux, De la guerre franco-chinoise à la fondation du parti communiste chinois. 1885/1921, Paris, Hatier Université, 1972, p. 42. Elle est complétée avec les données présentées dans le tableau pages 59 à 61.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Crédits Source : CCIM, L19-8-152, Rapport de voyage n° 7
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Source : SHD, 7 N 2254. L’origine du document n’est pas indiquée.Il s’agit de la reproduction du document pratiquement à l’identique (les sous-totaux par région militaire et le total ont été rajoutés) dans la mesure où l’original est très peu lisible. Ne figurent pas dans ce tableau les 3 566 Chinois mis à cette date à la disposition du grand quartier général ainsi que les 900 classés dans la rubrique divers du document utilisé page 87.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Crédits Source : SHD, 10 N 153. Documents manquants : le mois de septembre pour l’ensemble des établissements et le mois de juillet pour les poudreries à l’exception de celle du Bouchet, classée poudrerie militaire. Le chiffre du haut correspond au nombre d’ouvriers chinois, celui du bas au nombre total d’ouvriers et d’ouvrières de toutes origines travaillant dans l’établissement.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits Source : IHS-CGT, 97 CFD, 47
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Crédits Source : IHS-CGT, 97 CFD 47
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Crédits Source : IHS-CGT, La Bataille du 13 janvier 1918
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Crédits Source : IHS-CGT, La Bataille du 25 mars 1918
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Crédits Source : Arch. départ. des Bouches-du-Rhône, 4 M 939
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Crédits Source : Arch. départ. de l’Aisne, folio P 41. 1, Bulletin départemental de la reconstitution des communes de l’Aisne du 15 octobre 1919, publié par la préfecture.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Crédits Collection personnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende à la mémoire des travailleurs et combattants chinois morts pour la France pendant la Grande Guerre 1914-1918
Crédits Collection personnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Crédits Collection personnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Crédits Collection personnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Crédits Collection personnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46553/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search