Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Conclusion

Texte intégral

Retour sur un processus

1Cette étude s’achève avec la disparition de son objet. Le territoire s’est sans cesse redéfini, d’un état embryonnaire à une circonscription étendue jusqu’à sa totale déliquescence. L’observation de ce maillage a mis à jour une emprise croissante puis réduite de la commune mixte sur le territoire algérien, emprise sous-tendue par la conjonction de politiques générales et d’initiatives locales.

2La limite externe de la circonscription englobe jusqu’en 1909 une étendue toujours croissante. L’intégration progressive de nouvelles terres marque l’avancée du territoire civil et repousse vers le sud le commandement militaire. Cette poussée du territoire concrétise l’extension du peuplement européen, la défense des intérêts des colons et la fin des Bureaux arabes. Les tractations qui précèdent la création des centres de colonisation montrent néanmoins que l’opposition entre civils et militaires se prolonge au-delà d’une césure distinguant la politique du royaume arabe de Napoléon III et celle d’une IIIe République naissante. La création du centre du Tarf et la difficile mise à disposition des terres d’une smala de spahis a fait apparaître les luttes ultimes de l’armée pour conserver une part de ses prérogatives et ce jusqu’en 1901. L’administration militaire ne disparaît pourtant pas du territoire de la commune mixte et vient ponctuellement se superposer aux structures civiles. La position frontalière et les relations conflictuelles avec les populations du protectorat tunisien sous l’emprise de l’Italie mussolinienne conditionnent des pratiques de surveillance et d’exclusion relevant en partie des forces armées. Dans une logique de défense du territoire, celles-ci s’intensifient au cours de la seconde guerre mondiale et s’imposent dans le paysage. La guerre d’Algérie, mêlant les objectifs de sûreté et de préservation d’un territoire français, est un temps de remise en cause de l’équilibre entre militaires et civils. L’installation de postes de commandement dans les villages, la surveillance puis la fermeture de la frontière, recouvre l’ensemble de la commune mixte d’un quadrillage nouveau. Il se double du réseau de Sections Administratives Spécialisées qui prend appui sur les centres de colonisation.

3Durant ces divers épisodes, de nouveaux acteurs interviennent dans l’administration du territoire. Leurs missions s’articulent à celles des personnels en place dont les fonctions évoluent au gré des nécessités de défense.

4L’extension progressive de la commune mixte répond à la mise en œuvre d’un projet comprenant plusieurs paramètres. L’application du sénatus-consulte de 1863 constitue un premier temps de la territorialisation des populations algériennes. D’abord menée hors du contexte de la nouvelle circonscription, elle est ensuite conduite en même temps que la création des villages destinés à l’accueil des futurs colons, selon les principes de la colonisation officielle. Cette organisation très réglementée du territoire, qualifiée de territorialisation autoritaire, est une singularité du contexte colonial algérien. Elle suppose de diriger les modalités du peuplement en imposant aux habitants présents et futurs les limites de leur lieu de vie. Mais elle implique d’abord de disposer de la terre pour ériger ces centres : la dépossession foncière des populations colonisées est un préalable à la réussite du projet colonial. Elle instaure une asymétrie définitive entre les groupes, dans une circonscription où l’installation et la subsistance des uns repose sur l’expropriation des autres, même lorsqu’elle est qualifiée d’amiable. L’enjeu de la terre devient alors une constante de la vie de ce territoire rural. Les rythmes et les pratiques d’acquisition et de vente disent le succès où la faillite de la colonisation de la commune mixte, même si leur visibilité est décalée. Les départs massifs des colons de La Calle, et de la plupart des villages de la colonie, sont soigneusement éludés par les discours glorifiant le Centenaire de la présence française. À l’inverse, le phénomène des achats de terres par les Algériens, certes bien réel, crée des peurs et des fantasmes, alors qu’il ne concerne bien souvent que de petites propriétés.

  • 1 M. Sellès-Lefranc, 2007 p.17.

5Une fois les douars et les centres mis en place, la commune mixte de La Calle connaît une période de stabilisation dans son maillage. Cette forme d’équilibre est en fait un immobilisme au regard de la charge attribuée à ce territoire. Aucune commune de plein exercice n’est issue de la circonscription avant 1948, et la création des centres municipaux à partir des douars ne connaît pas d’aboutissement. La plupart des communes mixtes se maintiennent sur le territoire algérien, et contredisent en ce sens le projet initial. Certaines ont cependant engendré des communes de plein exercice. La Calle, qui ne connaît quasiment aucune modification, incarne avec acuité la difficile mise en œuvre du projet. Cet espace semble figé au regard des réflexions menées par le pouvoir central, variations « qui témoignent d’une insatisfaction permanente de l’administration dans la recherche d’une définition idéale des unités administratives1. »

6Par-delà les volontés étatiques d’organiser un territoire et son peuplement, la commune mixte évolue néanmoins en fonction de réalités locales. Elles n’ont pas de conséquences visibles sur les limites de la circonscription mais se caractérisent par une mutation du rapport à l’espace et à la terre pour l’ensemble des groupes. Les enjeux fonciers et les mobilités des populations sont ainsi les facteurs principaux des dynamiques propres à la commune mixte de La Calle. Ils témoignent de formes d’appropriation imprévues du territoire.

7La colonisation dite officielle orchestrée par l’État vise à maintenir le peuplement européen dans la colonie grâce à la création de villages à la française et à l’attribution de concessions gratuites sous conditions. Le service de la colonisation procède également à la sélection des futurs concessionnaires, selon des logiques diverses qui changent au gré des gouverneurs généraux, privilégiant d’abord les nouveaux venus en Algérie, puis finalement les « Algériens », plus accoutumés au pays. Ces dispositifs échouent à garantir une population stable dans les centres. Très vite, les colons nouvellement installés s’emploient à déjouer les contraintes imposées par l’État et adoptent des comportements inattendus, soutenus par les politiques locaux. Les aménagements insuffisants de certains centres et la tentation des terres tunisiennes aux conditions d’acquisition plus attractives conduisent au dépeuplement de certains villages. Locations, ventes, les transactions se multiplient et génèrent des mouvements de populations qui remettent en cause l’organisation du territoire à différentes échelles. La population européenne de plusieurs villages décroît, tandis que les Algériens s’y installent. Les frontières internes entre centres et douars deviennent alors de plus en plus perméables ; certains colons et adjoints spéciaux tentent néanmoins de préserver ces limites, par refus d’une trop grande promiscuité avec les Algériens. Ainsi, l’échec du maintien du peuplement européen, et qui plus est, de sa croissance, s’expliquent par des mécanismes communs à d’autres centres européens, mais aussi par la situation frontalière de La Calle.

8La quête de la terre, pour permettre la subsistance d’une famille ou pour accroître un patrimoine foncier n’est pas le propre des colons. Le phénomène des rachats de terres par les Algériens, amorcé après la Grande guerre, témoigne de comportements comparables. Néanmoins, dans notre espace, le développement de la grande propriété au bénéfice des populations colonisées n’est pas observé. Lorsqu’elles détiennent plusieurs parcelles, celles-ci sont de dimension très modeste. Les acquisitions de lots urbains dans les centres européens sont néanmoins fréquentes et achèvent de détourner la fonction initiale de ces espaces. Désormais, les Algériens, jusqu’alors présents sur les lots de culture à proximité des exploitations où ils travaillent, intègrent le cœur des villages pour investir parfois les maisons vendues par les colons ou construire les leurs sur le modèle européen.

9Les douars ne connaissent pas de tels bouleversements. Rassemblant une ou plusieurs tribus, ils restent les espaces des Algériens. Les incursions européennes y sont plurielles, mais ponctuelles : installation de quelques colons, exploitation de la forêt, développement de centres de formations. Elles demeurent pourtant limitées : les colons sont peu nombreux et ces espaces peu accessibles. Ils ont aussi beaucoup moins d’intérêt pour eux que les centres ne peuvent en avoir pour les populations colonisées, à moins que la perspective d’un agrandissement de lot ou d’une acquisition soit possible. Les douars ne sont pourtant pas des espaces homogènes et figés. La variété des pratiques culturales, la proximité de certains avec des centres dynamiques ou d’autres circonscriptions génèrent des évolutions contrastées. Les douars sont par ailleurs traversés par des circulations de plus en plus fréquentes et diverses, liées généralement à des mobilités de travail qui mettent en relation des espaces avec les villages européens de la commune mixte, mais aussi avec la plaine de Bône ou la commune littorale de La Calle.

10L’ensemble de ces dynamiques s’affirment jusqu’au début de la guerre d’indépendance. Les Européens qui demeurent dans la commune mixte n’ont pas quitté les villages tandis que les Algériens, de plus en plus nombreux, ont progressivement investi l’ensemble de la circonscription selon des modalités diverses. Entre temps, les événements de la seconde guerre mondiale ont généré un afflux de populations nouvelles : les populations bônoises sont évacuées vers la commune mixte. Au sortir de la guerre, elle connaît néanmoins l’unique modification territoriale donnant naissance à une commune de plein exercice. La création de la commune de Lamy intégrant le douar Bou-Hadjar réduit la circonscription au sud. Les tractations laborieuses qui ont conduit à cette recomposition du territoire mettent en évidence la transformation difficile d’un centre de colonisation en entité autonome, alors que cette évolution est la finalité même de la commune mixte. Les colons du centre sont à l’initiative de cette mutation de la structure administrative, montrant, à l’instar des colons de Lacroix, leur attachement à leur village et une certaine défiance à l’égard de l’administrateur.

11La guerre d’Algérie bouleverse le territoire de la circonscription. Prenant appui sur le maillage existant, les forces du FLN instaurent progressivement une structure clandestine visant à assurer leur survie et à empêcher le fonctionnement économique et administratif d’un système qui incarne l’ordre colonial. Les faits de violence concernent de façon marquée les biens et la vie de ceux que cet ordre a rendus visible. Des circulations nouvelles modifient l’organisation du territoire de la commune prise dans la guerre. Elles mettent en lumière des espaces jusque-là en retrait, émergeant du fait de leur proximité avec la Tunisie désormais indépendante. Elles intègrent la commune mixte de La Calle aux régions alentours, découpées selon les normes fixées par le Congrès de la Soummam, dans des circuits de ravitaillement et de transferts de troupes. Jusque-là en marge orientale de l’Algérie, la commune mixte devient un lieu stratégique au cœur du conflit. Ce maillage interdit, officieux, se double d’initiatives conduites par l’État qui allie maintien de l’ordre et tentatives de modernisation. Dans cette double logique, elles sont particulièrement destinées à épaissir la frontière algéro-tunisienne que les forces du FLN s’emploient à franchir, avec l’édification de la ligne Morice. Elles s’attachent également à mettre en œuvre la disparition des communes mixtes au profit de communes autonomes. La guerre infléchit néanmoins les principes originels de la réforme et autorise des aménagements transitoires qui repoussent encore le temps de la majorité politique des Algériens. Les délégués spéciaux, ex adjoints spéciaux des centres ou officiers SAS, se voient confier la charge de gérer ces nouvelles unités. Le territoire de la commune mixte fait de centres et de douars éclate alors en communes de statuts identiques, dans une logique d’homogénéisation administrative du territoire.

Les appropriations contrastées du territoire

12Les logiques locales et les événements de portée internationale n’ont pas remis en cause les dynamiques du territoire de la commune mixte.

13Des projections portées sur un territoire militaire régi par les Bureaux arabes, aux ultimes rapports des administrateurs dans les années Cinquante, tous mettent en avant la partie nord du territoire. C’est sur la région du caïdat de l’Oued el Kebir, dans le cercle de La Calle, que la commune mixte s’est d’abord concrétisée. Le réseau hydrographique, les voies de communication, la proximité de la commune littorale de La Calle où siège l’administrateur ont favorisé le développement de cette zone qui a accueilli les villages les plus prospères, là où le peuplement européen s’est maintenu. Le Tarf, Blandan, Yusuf, constituent le cœur de la circonscription, les marqueurs d’une colonisation aboutie. Ils concentrent également les formes de contact les plus divers, dominés cependant par les pratiques agricoles, entre ouvriers algériens et exploitants européens. Les transferts de pratiques, le partage du quotidien, mais aussi les tensions et les rejets caractérisent ces relations de voisinage, notamment sur des segments étroits, limites entre douars et centres. Ces situations englobent douars et centres dans des relations duales, tels Blandan et les douars Beni Amar et Ouled Dieb, frontaliers. Elles dessinent à l’intérieur de la commune mixte des sortes de sous-ensembles, de portions de communes, dont le lien se concrétise parfois dans un changement administratif : Lamy-Bou Hadjar en commune de plein exercice, Toustain-Meradia ou Munier-Chiebna en centres municipaux. L’existence de liens spécifiques au sein de ces couples centres-douars n’est pas un critère mis en avant par l’administrateur pour élaborer ces nouvelles entités, dans la même logique qui préside toute la politique communale et selon laquelle les structures érigées ne prennent pas appui sur des unités humaines.

14Ce centre de la commune mixte se déplace quelque peu vers l’ouest sous l’impulsion de politiques de modernisation au milieu des années Quarante. La région du Lac des Oiseaux bénéficie de la mise en place d’un S.A.R. et de nouveaux aménagements qui en font un lieu emblématique de la modernisation de la commune mixte, et de ce fait, la cible principale des actions du FLN.

15La partie sud de la circonscription nous apparaît en retrait, à moins qu’elle ne soit moins connue des administrateurs, du fait notamment du déclin du peuplement français. Néanmoins, des évolutions spécifiques caractérisent les centres de Toustain et Munier : les Européens y sont peu nombreux, mais ceux qui y demeurent sont souvent issus des familles des colons de la première heure. D’origine corse, liés par les mariages mais aussi par la distance qui les sépare du centre de la commune mixte, ils sont repliés sur leur village, rétifs aux intrusions extérieures surtout lorsqu’elles émanent de l’administration. Dans ces espaces en marge de l’autorité administrative, l’évolution de la propriété foncière est spécifique : les départs nombreux des Français ont libéré de nombreux lots qui sont rachetés par quelques nouveaux propriétaires, formant de grandes parcelles.

16Les villages frontaliers de l’Est, Lacroix et Roum-El-Souk, sont également touchés par le déclin du peuplement européen, du fait de l’attrait de la Tunisie toute proche. Selon une logique comparable à celle des deux villages précédemment évoqués, ils se caractérisent – et Lacroix en particulier –, par un regroupement des parcelles au profit de quelques-uns, telle la famille El Haïk.

17Ainsi, plus on s’éloigne du cœur de la commune mixte, plus la matérialité de la colonisation semble s’atténuer, à l’exception toutefois du centre de Lamy situé à l’extrême sud de la circonscription. La présence française s’exerce pourtant sous d’autres formes : la propriété foncière reste majoritairement entre leurs mains dans les centres. Les administrateurs adjoints et les adjoints spéciaux relaient l’administrateur, selon des pratiques différentes mais néanmoins au service de la défense des colons.

18Les douars, bien qu’ils couvrent la majeure partie du territoire et rassemblent plus de 90 % de la population, ne peuvent faire l’objet d’une typologie aussi affinée. Ils se différencient en fonction des productions agricoles, distinguant notamment ceux qui vivaient en partie de la culture de l’arachide. L’enrichissement lié à cette culture, comme les mobilités occasionnées par la pluriactivité ont entraîné une ouverture de ces espaces vers les centres mais aussi les régions alentours. Les Algériens cumulent bien souvent les statuts : khaddars dans une ferme européenne cultivant le tabac, exploitant leurs petites parcelles, saisonniers dans la plaine de Bône. Actifs et mobiles, la diversité des leurs activités est également source de contacts et d’influences. Les liens sont forts entre les pratiques agricoles et l’évolution des mentalités, la constitution d’une opinion politique, la diffusion des idées nationalistes, sans pouvoir néanmoins les identifier ou les quantifier. Néanmoins, le rejet des adjoints indigènes devenus caïds à partir de 1919, l’empressement des djemaa à vouloir détacher leur douar de la commune mixte et l’expression timide d’une prise de conscience des membres de l’assemblée témoignent d’une prise de distance souhaitée par rapport à a tutelle du caïd et de l’administrateur.

19Selon des logiques diverses, une grande partie du territoire de la commune mixte est liée à l’évolution de la Tunisie voisine, de façon parfois plus déterminante qu’à celle de l’Algérie. La construction de la commune, le dépeuplement des centres, la surveillance de la frontière et les circulations d’armes et d’hommes pendant la guerre d’Algérie sont autant de moments qui intègrent la circonscription au sort de cet État voisin, et à la nature de sa frontière. Surveillée, renforcée, stratégique au début et au terme de notre étude, elle est aussi perméable, franchissable pour ces frontaliers qui vont agrandir leur patrimoine dans le protectorat ou scolariser leurs enfants dans les lycées plus proches que ceux de Constantine.

20La frontière conduit à un recentrage de la commune mixte dans cette partie du Maghreb. Marge, confins de l’Est algérien, elle concentre l’attention et les moyens lorsque la situation tunisienne la met en tension.

Perspectives

  • 2 ANOM 93/1827, Monographie de la commune de La Calle, Février 1960, par le sous-préfet H. Bain.

21En 1960, une monographie rédigée par le sous-préfet H. Bain décrit la commune de La Calle, anciennement désignée commune de plein exercice2. Il évoque l’évolution du port, la mise en sommeil des activités du fait de la guerre et la situation des habitants de l’ancienne commune mixte, retranchés à proximité de la ville portuaire offrant plus de possibilités d’emplois que l’ancienne circonscription, sans emplois, misérables, « en retard sur les citadins ». L’administration doit parvenir à les intégrer afin d’éviter la formation de bidonvilles aux abords de la commune.

  • 3 H. Michel, 1968.
  • 4 Ibid., p. 96.

22Deux ans avant l’indépendance de l’Algérie, la commune mixte a disparu. La construction de la nouvelle nation passe par des réformes communales qui ne rompent pas totalement avec les modalités de découpage du territoire français. La commune reste la référence, « la collectivité territoriale, économique, sociale et culturelle de base3 ». Un nouveau découpage réorganise le jeune territoire algérien ; il conduit à réduire le nombre d’entités de 1578 à 632, dans une logique de rassemblement des moyens de gestion, considérés comme trop épars. Cette recomposition ne pas plus compte des unités humaines que ne le faisait l’administration française, et « on est ainsi revenu, en quelque sorte, aux immenses communes mixtes de jadis que l’on avait démultipliées pour réduire la sous-administration des campagnes4 ». Le lien du découpage territorial au développement est ici l’argument majeur qui préside à la nouvelle configuration du pays. Il met en évidence un autre point commun entre les deux perceptions du territoire dans le temps de l’Algérie française et la période post-coloniale : les aménageurs envisagent le territoire dans sa globalité et le réforment dans une logique de modernisation. L’administration française a conçu la morphologie de la commune comme un vecteur d’assimilation politique. L’évolution des attributions des djemaa, l’élection de leurs membres, la création des centres municipaux étaient considérés comme des avancées des droits politiques, décalées cependant par rapports aux attentes des Algériens. La commune algérienne est élaborée dans une logique de développement selon le modèle socialiste, qui constitue une autre forme de modernisation, selon d’autres normes.

Notes

1 M. Sellès-Lefranc, 2007 p.17.

2 ANOM 93/1827, Monographie de la commune de La Calle, Février 1960, par le sous-préfet H. Bain.

3 H. Michel, 1968.

4 Ibid., p. 96.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search