Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Le territoire se délite 1946-1957

Chapitre 8. Guerre, réformes et recomposition du territoire

Texte intégral

1À partir de l’été 1955, la commune mixte de La Calle est prise dans l’embrasement de la guerre d’indépendance qui a débuté six mois plus tôt dans la région de l’Aurès. Le conflit met en évidence une nouvelle perception de cet espace administratif, ou plutôt une perception existant jusqu’alors, mais latente, inexprimée. La commune mixte, territoire institué pour faire transition, a été l’objet de critiques venues de tous les horizons et ce depuis le début de son histoire. Elles contribuent à engager sa disparition et la circonscription s’étiole en une mort lente, annoncée par l’article 53 du statut de 1947, mais réalisée dans notre cas au début de l’année 1957.

2Une tentative de destruction organisée par les forces du FLN précède cette fin institutionnelle. Elle est portée par la volonté de briser un territoire qui incarne l’ordre colonial, et d’empêcher son fonctionnement. Ainsi, avant que douars et centres ne disparaissent dans la création de communes orchestrée par les autorités, ils deviennent les enjeux de deux processus d’appropriation antagonistes. Les autorités françaises s’emploient à développer des moyens de défense destinés à préserver lieux et populations tandis que le FLN instaure une structure clandestine qui privilégie les douars. L’étude du territoire de la commune mixte de La Calle dans la guerre permet de saisir les modalités du développement des stratégies indépendantistes à l’échelle locale et d’identifier leurs conséquences spatiales et humaines.

La commune mixte, un territoire pris dans la guerre

Inscrire le conflit dans le temps long du territoire

3Un an et demi après les premières insurrections dans l’Aurès, le territoire de la commune mixte est à son tour pris dans la guerre. Après quelques signes au printemps 1955, c’est surtout pendant l’été, comme dans l’ensemble de l’Algérie, que la commune mixte s’embrase.

  • 1 ANOM 93302/82, dossier 2, crimes et délits.

4L’administrateur des services civils en rapporte les faits, mais la mise en place de structures complexes et spécifiques liées au développement des « événements » introduit d’autres acteurs, auteurs de multiples comptes-rendus. La vie du territoire en guerre a généré la production de multiples sources dont l’analyse fait apparaître une chronologie locale, des rythmes spécifiques au territoire de la commune mixte. Trois fonds sont particulièrement riches de renseignements concrets. Les archives de la commune mixte proposent des dossiers mensuels dans lesquels correspondances et procès-verbaux font état des exactions des « rebelles » de 1955 à 19571. L’administrateur des services civils y déclare à partir du mois d’avril des faits de violence qui vont en s’accroissant dans les derniers temps de vie de la commune mixte. Chaque fait recensé fait l’objet d’un dossier où se mêlent compte rendu de l’administrateur et enquête de gendarmerie et plus rarement, témoignages qui corroborent les comptes-rendus officiels.

  • 2 ANOM 93/1822,1827, 190, comité de liaison. Dossiers communaux.
  • 3 ANOM 9334/34, administration générale, police. ANOM 9334 /44 et 45, Sections Administratives Spécia (...)

5D’autres sources permettent d’étayer ces contenus et de les prolonger : les archives du Centre de Liaison et d’Exploitation (CLE) de la préfecture de Constantine, proposent un inventaire au quotidien des événements2. Instauré au début de la guerre, le 15 novembre 1955, et placé sous l’autorité du directeur de cabinet du préfet, le centre favorise la centralisation et la diffusion de renseignements. Les sources du comité de liaison, rassemblées notamment dans des dossiers communaux, contiennent un recensement des faits par les brigades de gendarmerie installées dans les centres de la commune mixte. Trois dossiers relatifs à la commune mixte de La Calle renferment des rapports de gendarmerie qui couvrent une période allant au-delà de l’existence de la circonscription, jusqu’en avril 1958. Le fonds de la sous-préfecture de La Calle contient les correspondances entre le préfet et l’administrateur des services civils, mais aussi quelques lettres émanant des anciens adjoints spéciaux devenus chefs de défense du centre ; l’ensemble concerne particulièrement les années 1955-19563. Par ailleurs, dans ce même fonds, les rapports mensuels établis par les chefs de SAS permettent d’inscrire les faits décrits dans le contexte de chaque section. Correspondances de l’administrateur, du préfet ou rapports de gendarmes, c’est donc de l’unique point de vue des autorités françaises que le conflit est perçu.

6La commune mixte de La Calle est apparue pendant plus d’un demi-siècle comme un espace presque sans histoires. Des tensions locales ont bien entendu émaillé ces décennies, mais les habitants de cette circonscription sont restés en marge de plusieurs troubles graves qui ont agité les régions pourtant voisines. De l’insurrection de 1871 au soulèvement de Constantine en 1955, en passant par les événements survenus à Guelma en 1945, toutes les crises fortes qui ont marqué la région du Constantinois semblent avoir peu concerné cet espace.

7Au milieu des années Cinquante, la guerre est bien là. Si dans d’autres lieux voisins elle trouve ses filiations en 1945, son développement à La Calle apparaît comme une irruption, une rupture forte, un basculement. Dans cet espace administratif qui vit ses dernières heures, la population atteint 38 294 habitants en 1954. La guerre va mettre certains d’entre eux en pleine lumière, d’une manière nouvelle, souvent parce qu’ils sont victimes de violence. L’ordre établi jusque-là est remis en cause par le FLN qui trie ses cibles et retient particulièrement celles qui ont pris part au fonctionnement d’un système. Les fonctions qui conféraient alors pouvoir et prestige, les signes de richesse qui montraient la réussite matérielle, autant de manifestations perçues comme positives dans l’ordre colonial sont désormais stigmatisées et culpabilisées par les défenseurs d’une Algérie indépendante. L’espace est également impliqué dans la guerre de façon inégale : certaines zones connaissent une visibilité nouvelle.

  • 4 L’administration française et les autorités militaires utilisent ces termes pour désigner les force (...)

8La guerre d’indépendance gagne cet espace rural par des faits de violence de degrés divers qui constituent autant de manifestations d’opposition à la présence française. Les actions menées par le FLN, que l’administration nomme « rebelles » ou « hors-la-loi (HLL)4», viennent enrayer, interrompre, le cours ordinaire de la vie des habitants. Dans un espace où l’activité agricole domine, les atteintes aux biens – fermes, récoltes, équipements – précèdent les violences faites aux personnes tandis que l’incitation à cesser le travail se répand.

9Les rapports des divers administrateurs ont inlassablement décrit les douars de La Calle comme des espaces d’atonie politique. Au contraire, le développement des actes qualifiés de « terroristes » par les autorités met en évidence un contraste fort entre le désintérêt général décrit dans la plupart de ces rapports pendant toute l’histoire de la circonscription, et le soutien d’une partie de la population algérienne aux « HLL ».

Les mutations officielles d’un espace administratif en guerre

  • 5 ANOM 9334/3, lettre de l’administrateur eu préfet le 20 novembre 1956.
  • 6 ANOM 9334/34, lettre de Gélas à l’administrateur le 15 février 1956.

10Le développement toujours croissant de la population algérienne dans les centres a remis en cause le caractère exclusivement européen de lieux crées et aménagés pour les colons. La guerre infléchit cette situation même si l’évolution de la démographie se poursuit à la faveur des Algériens. En effet, la délimitation d’une zone interdite conduit les habitants des douars à se déplacer vers les centres tandis que plusieurs familles européennes quittent la commune mixte. Ainsi, en novembre 1956, l’administrateur indique que le projet de créations de 18 communes risque d’être ajourné du fait des nombreux déplacements de populations5. Quelques mois plus tôt, l’adjoint spécial du centre de Yusuf avait informé le chef de la commune, dans des propos inquiets, que le centre dont il est responsable se vidait d’une partie de ses familles. Celles-ci quittent le village pour se réfugier dans la commune littorale de La Calle ou encore à Bône, et même en métropole6.

  • 7 J. Frémeaux, J.-C. Jauffret et M. Vaïsse (dir.), 2001.
  • 8 Ibid. p. 78.

11Dans ce contexte, et malgré les départs de certains colons, le centre reste l’espace des Français, et plus précisément des autorités françaises, et de la défense de leurs intérêts. Ce ne sont plus les équipements dédiés aux familles de colons qui lui confèrent cette identité, mais plutôt la mise en place et l’affirmation de structures qui en font un espace de défense et de sécurité. Ainsi, en 1956, le village de Blandan situé dans l’épicentre du conflit regroupe plus de soixante hommes relevant soit du 47ème B.T.A. (Bataillon de Tirailleurs Algériens), soit de l’UT (Unité Territoriale). La brigade de gendarmerie dont l’activité est très intense, est un élément majeur des dispositifs mis en place. Certains villages disposaient de brigades de gendarmeries avant la guerre, mais le recours à leurs hommes est systématique et croissant pendant le conflit. Selon Jacques Frémeaux, les effectifs des gendarmes ont quadruplé entre 1954 et 1962, tandis que le nombre des brigades a presque doublé, passant de 254 à 4347. Installés dans les centres, leur activité est surtout dédiée au recueil de renseignements grâce aux nombreuses patrouilles. Mais au-delà de ces pratiques de terrain, « la participation de la gendarmerie s’est avérée précieuse pour donner aux opérations le caractère légal exigé par l’absence officielle d’état de guerre8 ».

  • 9 ANOM 9334/34, ces faits sont rapportés par l’administrateur au préfet le 31 janvier 1956.

12Les forces déployées sont néanmoins perçues comme insuffisantes par la population de Blandan qui recours à des pétitions, mais aussi par les adjoints spéciaux qui, las de réclamer des mesures de sécurité plus importantes, menacent l’administrateur de démissionner9. Les centres situés au Nord de la commune mixte ne connaissent pas tous, à ce moment-là, ce déploiement de moyens, mais les peurs des populations relayées par l’administrateur au préfet finissent parfois par aboutir à une plus grande militarisation de l’espace, avec la mise en place des PC (postes de commandement).

  • 10 ANOM 9334 /45, rapport du lieutenant Francoville, 30 juillet 1956.
  • 11 Ibid. 28 août 1956.

13À ces structures s’ajoutent les SAS qui se superposent, pour la plupart, aux villages européens. Jusqu’en 1957, les rapports des officiers qui en sont responsables dénoncent un important manque de moyens. Ces sections, ne sont pas exclusivement destinées à la défense des sites qu’elles occupent. Néanmoins les comptes-rendus mensuels de leurs responsables proposent un autre regard sur l’efficacité des autorités militaires. Au début de l’année 1956, la commune mixte compte six sections, qui sont d’ouest en est, Righia, Blandan, Le Tarf, Yusuf, Munier, Roum El Souk. Les officiers SAS de l’ensemble de ces sites sont unanimes pour dénoncer la réactivité insuffisante des forces militaires. La SAS de Righia qui regroupe 1160 personnes, est située au nord-ouest de la commune mixte et inclut des portions des douars Seba et Ouled Dieb, particulièrement agités par le conflit. Le lieutenant Francoville qui en a la charge fait état d’une dégradation des conditions de sécurité attribuées à l’inertie de l’armée, lorsque « soixante rebelles se promènent en toute impunité entre les postes militaires10 ». Le mois suivant, alors que l’armement des rebelles paraît plus perfectionné, l’officier déplore le manque d’action, l’absence de patrouilles nocturnes : « entre les postes illuminés, toutes les pistes sont ouvertes aux infiltrations rebelles et à l’effroi des populations11 ». Ces rapports sont donc autant l’occasion de faire état de l’avancée des activistes du FLN que de se plaindre d’une défense insuffisante du territoire.

  • 12 ANOM 9334/34, lettre du colonel Delarue au préfet, le 9 septembre 1955.
  • 13 ANOM 9334/7, instruction du gouvernement général, 24 janvier 1956.
  • 14 Tous les Européens vivant dans les centres ne semblent pas pourtant être dans le camp de ceux qui s (...)

14Ainsi, avec la guerre, les centres se militarisent. Ce processus concerne des équipements qui modifient le paysage mais aussi l’identité des hommes : les adjoints spéciaux prennent le titre de chefs de défense du centre. Les colons sont également concernés par le processus. Faute de moyens pour garantir la sécurité du centre de Lacroix, certains d’entre eux sont équipés de fusils, comme l’atteste le colonel Delarue en septembre 195512. Cette démarche s’inscrit dans le DRS, Dispositif Restreint de Sécurité, appliqué ici à la défense des centres de colonisation, qui vient pallier l’insuffisance de moyens des autorités militaires. Celles-ci compensent le manque d’hommes susceptibles d’assurer la sécurité des centres par le prêt d’armes attribuées de façon nominatives aux personnes désignées dans chaque village13. Ainsi, en février 1956, le village de Blandan compte 30 défenseurs équipés de fusils, cartouches, et grenades Dans les centres, seule la sécurité des colons est une préoccupation des autorités14.

15Dans le contexte de la guerre, les missions des caids évoluent de façon officieuse : la surveillance des populations et la contribution au renseignement deviennent leurs attributions majeures. Les rapports adressés à l’administrateur témoignent de leur conduite. Par ailleurs, avec la mise en place progressive des SAS dans la commune mixte, les caïds assistent les officiers nouvellement installés dans la mesure où l’administrateur les a choisis.

16Ces auxiliaires, qui constituent des interfaces entre le responsable de la circonscription et les populations algériennes, adoptent alors des postures diverses et parfois évolutives dans le contexte de la guerre. Le conflit met à l’épreuve l’authenticité de leur engagement auprès de l’administration française et l’entre-deux est difficilement possible.

17Le travail conjoint de l’administration civile et des autorités militaires pendant le conflit conduit parfois à mettre en évidence les manquements d’un caïd. Ainsi, en décembre 1955, l’administrateur reproche au caïd du douar Chiebna, devenu bachaga, d’avoir rédigé un rapport qui sous-estime la gravité de la situation dans le douar. « Le moral et l’état d’esprit de ma population est excellent », déclare-t-il dans un rapport du 27 novembre 1955. Ce constat laconique et optimiste contraste avec la multiplication des faits de violence dans le douar : assassinats, sabotage, incendie de gourbis se sont succédés en quelques semaines et ont fait l’objet de procès-verbaux établis par la brigade de gendarmerie de Munier. Mais le caïd ne veut pas attirer l’attention sur ce territoire qui est en passe de devenir un lieu stratégique pour l’implantation du FLN et le passage vers la Tunisie. Crainte ou complicité, cette posture constitue une rupture dans les relations de relative confiance entre l’administrateur et le caïd, à moins qu’elle ne mette à jour une opposition larvée qui devient explicite avec le développement du conflit.

  • 15 ANOM 9334/19, dossiers de personnels.
  • 16 ANOM 9334/34, renseignement de la brigade de gendarmerie de Yusuf, le 6 septembre 1957.

18En 1957, une enquête émanant de la gendarmerie de Yusuf met en cause un ancien caïd, Khodja Omar, devenu depuis conseiller technique à la sous-préfecture de La Calle. Né en 1898, il entre dans le corps des caïds des services civils en 1947. Il a d’abord la charge du douar Ouled Youb et c’est dans ce même douar qu’il finit sa carrière après avoir exercé dans les douars Meradia et Beni Amar15. C’est depuis le douar Ouled Youb qu’il aurait fait envoyer à un chef rebelle des médicaments et du matériel de soin médical. Deux ans plus tard, il est soupçonné de mener des actions, non plus au plan local, mais de « fournir une aide efficace au FLN dans un échelon plus élevé ». Comme le fait remarquer la gendarmerie de Yusuf, « de par ses fonctions, [il] a ses entrées un peu partout16 ». Pourtant, l’auteur du rapport insiste sur les convictions pro-françaises qui animaient le caïd Khodja au début de la guerre et explique ce changement par l’influence d’un cousin, Sbahi Mohamed Ali, instituteur à Yusuf, qui vit sous son toit. Le dossier administratif de ce caïd montre en effet la satisfaction donnée à l’administration française pendant toute sa carrière. En novembre 1955, il est félicité par le préfet Dupuch pour avoir signalé un groupe d’activistes.

19Ces deux exemples suggèrent que ces caïds, qui ont réalisé toute leur carrière en tant qu’auxiliaires de l’administration française, semblent finalement choisir le camp de l’indépendance. La peur d’être considéré comme un traître par les forces du FLN ou le souhait de prendre part au combat pour une Algérie libre peuvent expliquer ces revirements. Comme le suggère le cas du caïd Khodja, l’influence d’un lettré acquis aux idées du nationalisme peut être déterminante. L’engagement de ces caïds auprès de l’administration française n’était peut-être qu’un pis-aller dans un contexte qui semblait alors inextricable. Pour ces hommes âgés, qui n’avaient toujours connu que l’Algérie française, le développement des forces nationalistes ouvrait la voie à des espoirs inattendus.

Défendre la commune mixte : le recours aux supplétifs

  • 17 C.-R. Ageron, 1995.

20Le contexte de la guerre justifie le retour de l’administration militaire dont certains rouages sont hérités des premiers temps de la présence française sur le territoire. La mise en place des SAS, dont les missions et l’organisation ressemblent à celles des anciens Bureaux arabes, et le recours aux supplétifs rappellent en effet des fonctionnements antérieurs. Selon C.-R. Ageron, « la tradition militaire coloniale, l’expérience des anciens officiers d’affaires Indigènes, l’initiative de certains chefs algériens expliquent ce retour un peu surprenant au passé17 ».

  • 18 F.-X. Hautreux, 2010 ; G. Fabbiano, 2008.

21Ces auxiliaires algériens sont bien souvent assimilés aux seuls harkis. En réalité, on dénombre cinq formations supplétives distinctes aux missions et aux statuts bien différents. Cette catégorie de combattants, et notamment le groupe des harkis, fait l’objet de travaux récents portés notamment par François-Xavier Hautreux, et Giulia Fabbiano, qui s’intéressent autant aux modalités de recrutement et à l’expérience combattante de ces hommes, qu’à leur place dans la société française dans un contexte postcolonial18. Dans l’espace vaste et sous-administré qu’est la commune mixte, le recours à ces supplétifs revêt différentes réalités. Les goumiers, les moghaznis, les harkis, ou encore les Unités Territoriales (UT) font l’objet de mentions ponctuelles. Ils ont en commun d’être armés par les autorités militaires qui prêtent fusils et grenades.

  • 19 C.-R. Ageron, 1995.
  • 20 ANOM 93302/63, cabinet du préfet, directives pour l’emploi des goums, 23 décembre 1954.
  • 21 ANOM 93302/63, circulaire de l’administrateur des services civils aux sous-officiers chargés du com (...)
  • 22 C.-R. Ageron, 1995.
  • 23 ANOM 93302/63, lettre du sous-préfet de Bône aux maires et administrateurs, 8 janvier 1955.

22L’emploi des goumiers également appelés gardes ruraux, est effectif dès novembre 1954, les premiers recrutements ayant lieu dans la commune mixte de Biskra ; il s’officialise et se diffuse avec l’arrêté du gouverneur général du 29 janvier 1955 qui crée les GMPR (groupes mobiles de police rurale)19. Selon les directives préfectorales, la gestion de « ces petites unités légères et mobiles mises sur pied pour répondre à des nécessités locales » et la définition de leurs tâches relève de l’administrateur des services civils20 ». Les goumiers de La Calle mais aussi de Lamy, commune de plein exercice depuis six ans, sont sous la responsabilité d’un même agent. L’administrateur instruit ces sous-officiers des conditions de vie de ces supplétifs qui doivent être « maintenus dans les conditions de rusticité de leur existence habituelle […] il n’est pas question de les habituer au confort21 ». Les hommes recrutés, trente par site, sont des volontaires et les plus jeunes d’entre eux sont âgés de 23 ans. Tous sont journaliers, à l’exception d’un artisan sur le site de Munier, et originaires des lieux. La précarité de leur situation initiale, améliorée ici par une prime d’engagement et une solde mensuelle, explique en grande partie leur enrôlement. Selon C.-R. Ageron, « une petite minorité seulement d’entre eux agirent par patriotisme français […] au témoignage même des officiers français, la majorité des supplétifs se recrutèrent parmi de pauvres gens sans travail ou sans ressources22 ». Leur mission surtout dédiée au renseignement se traduit par diverses mobilités au sein de patrouilles sur le territoire, de jour comme de nuit. Le statut ambigu de ces supplétifs recrutés parmi les civils et sous l’autorité de l’administrateur, non pourvus d’un uniforme, alerte le sous-préfet, qui exhorte l’administrateur à la vigilance vis à vis « des contrôles de la circulation nocturne effectués par des Français musulmans dans certains centres23 ». Ce haut fonctionnaire contribue néanmoins à institutionnaliser le transfert des pratiques policières aux civils. Les colons dans les centres, les Algériens volontaires recrutés dans les goums, sont habilités à exercer une violence légitimée par délégation des autorités militaires qui fournissent en armes une population qu’ils n’ont pas les moyens de défendre autrement.

  • 24 C.-R. Ageron, 1995.

23Les moghaznis affectés à la protection des SAS constituent un second corps de supplétifs. Les conditions de leur recrutement manquent de transparence : des cas de désertion entre janvier 1956 et février 1957 ou de retention d’armes peuvent être aussi le signe d’engagements parfois forcés, liés à « l’usage de divers procédés de pression du côté français et le désir de vengeance contre les exactions du FLN24 ». Les moghaznis emportent dans la plupart des cas les armes prêtées par les autorités militaires. Ces départs constituent une perte de forces mais surtout un moyen d’approvisionnement en fusils pour les rebelles.

Le FLN s’approprie le territoire

La mise en place progressive d’un réseau organisé

  • 25 G. Meynier, 2002.
  • 26 M. Harbi, 1980.

24C’est dans les douars que le FLN déploie progressivement une structure organisée. Dans les premiers temps, la coordination fait défaut et les zones définies par le FLN vivent « recluses, sans nouvelles des autres zones et sans directives nationales25 ». Il ne faut donc pas, au début du conflit, surestimer les forces de ces hommes, dont « les moyens financiers sont dérisoires. Les armes font défaut26 ». Ce faible ancrage social explique la nécessité de s’appuyer fortement sur les populations locales pour mettre en place progressivement des cellules politico-administratives. Si l’appui et la participation active des Algériens est indispensable à la réussite du projet, le mouvement est porté par des cadres extérieurs à la région, comme le suggèrent quelques mentions issues des procès-verbaux des rapports de gendarmerie en février 1957. Même rares, ces indications laissent entrevoir l’intégration de la région de La Calle et de certains douars dans un ensemble bien plus vaste, du fait notamment de la proximité de la Tunisie. Cette localisation fait de la région un espace stratégique pour les zones situées plus à l’ouest dans une double logique. Elle est touchée par des bouleversements internes à la commune mixte, similaires à d’autres espaces ruraux. Mais la mise en place de structures étendues place la circonscription au cœur de la zone de ravitaillement entre la Tunisie et les wilayas de l’ouest.

  • 27 SHAT 1H1600, carte des circonscriptions FLN/ALN, proposée en annexe par G. Meynier, op. cit.
  • 28 R. Le Doussal, 2011.

25Les premières traces de la mise en place de réseaux au sein des douars sont liées à la perception d’impôts réclamés par les forces du FLN ainsi qu’à la réorganisation de l’ensemble du pays lors du Congrès de la Soummam du 20 août 1956. Les six zones sont remplacées par six wilayas, elles mêmes divisées en zones (mintaqa) et en régions (nahia). Le secteur de la Calle se situe dans la base de l’Est qui comprend quatre mintaqa. La commune mixte correspond à celle située le plus au nord, divisée en trois nahia27. Au début de l’année 1956, dans l’Est algérien, les multiples « bandes » de l’ALN, bras armé du FLN, se structurent selon deux zones séparées par le fleuve Seybouse. La partie la plus orientale est sous l’autorité de Laskri Amara dit « Bouglez » qui fonde la base de l’Est au début de l’année 1957, véritable plateforme logistique dédiée au ravitaillement de l’Algérie depuis la Tunisie28.

26À l’échelle des douars, la perception d’un impôt patriotique, l’ichtirâk s’organise progressivement. La collecte de l’impôt révolutionnaire est rationalisée et s’appuie sur le recrutement des populations locales qui exigent une participation de chaque famille.

  • 29 « Meshoul » signifie responsable.

27Le 8 février 1958, Zeribi Mohamed Ben Amar est arrêté et interrogé par les gendarmes de la brigade de La Calle. L’homme âgé de 47 ans est originaire du douar Seba et vit à Ouled Dieb. Il déclare exercer et assumer la fonction de « secrétaire meshoul » depuis mars 195729. Il a en sa possession deux cahiers où sont consignées les différentes collectes, soit le détail des sommes versées individuellement par les habitants de la mechta Righia. Après cet interrogatoire, il est incarcéré pour atteinte à la sûreté extérieure de l’État avant d’être conduit devant le Juge de Paix de la Calle. Le récit rapporté dans le procès-verbal ne permet pas véritablement de savoir pourquoi cet homme a été choisi. En revanche, si la participation à ces opérations répond d’abord à un ordre, il semble que Zeribi s’en soit acquitté sans résistance. Sa fonction participe d’une organisation plus étendue, la cellule politico-administrative de Ouled Dieb, région au cœur du conflit depuis ses premières manifestations, très peuplée et qui nécessite le recrutement de deux personnes pour gérer la perception de l’impôt ; Zeribi est donc engagé pour seconder Tiri Ali ben Brahim, meshoul de la mechta. Les documents relatifs aux collectes, joints au procès-verbal, font état des cotisations données par les habitants de la mechta au mois de janvier 1958. 136 foyers ont versé des cotisations dont la somme varie entre 100 et 1 600 francs. L’écart des sommes peut s’expliquer par le nombre de personnes composant foyer, mais aussi par leur situation sociale, le montant de l’impôt étant fixé au pro rata des ressources des familles, selon un barème déterminé.

  • 30 ANOM 9334/40, 20 septembre 1957.

28Ces 136 foyers, qui peuvent rassembler jusqu’à 8 à 10 personnes, constituent une part significative de la population du douar Ouled Dieb et la mechta Righia qui regroupe un peu plus de 1 000 habitants. Selon Gilbert Meynier, le poids que pouvait représenter ces prélèvements fiscaux n’a pas empêché la grande majorité des Algériens de s’y soustraire. S’ils proviennent de fonds récoltés auprès des Algériens, ils sont également issus de l’imposition des Européens qui n’est cependant pas évoquée dans nos sources. Au total, d’après une note co-signée par le préfet de Bône Andrieu et le Général Vanuxem, commandant de la ZEC (Zone de l’Est-Constantinois), les revenus mensuels du FLN sont évalués à 500 millions de francs30.

  • 31 ANOM93302/82, « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle de 1955 à  (...)
  • 32 G. Mathias, 2012.
  • 33 ANOM 9334/34, lettre de l’administrateur au préfet, 29 mars 1957.

29D’autres formes de soutien de la population sont remarquables. Outre la nourriture, ou les soins médicaux, l’attribution de cartes d’identité des habitants des douars aux « rebelles » est récurrente, particulièrement dans le douar Chiebna en mai et juin 195631. Le développement des SAS entraîne la multiplication des documents d’identité car la mise en place de l’état civil est l’une des missions majeures de l’officier32. Déclarés comme des vols dans les rapports, ils apparaissent de plus en plus comme des dons par les autorités qui envisagent en mars 1957 de les sanctionner par des « prestations en nature sur les chantiers de travail ou privations momentanées de secours en céréales33 ». Ces propositions rappellent l’application du régime de l’Indigénat et montrent qu’en contexte de guerre l’administrateur songe à des solutions devenues illégales.

30Par la contribution à l’impôt ou la transmission de documents d’identité,

  • 34 G. Meynier, 2002.

l’ensemble du peuple fut, à un degré ou à un autre et selon toutes les voies possibles, mobilisé pour le combat émancipateur […] tant il est vrai que les formules de compromis qui avaient toutes échoué avant même que d’être tentées, appartenaient à un passé révolu34.

  • 35 ANOM 9334/45, rapport de synthèse du chef de bataillon Verdan, avril 1957.

31La mise en place d’une structure politico-administrative constitue progressivement une trame clandestine qui intègre une partie des populations des douars de gré ou de force. En avril 1957, le rapport de synthèse du commandant SAS de la zone de La Calle affirme que « les HLL ont installé dans chaque mechta des OPA copiées sur l’organisation des anciennes communes mixtes35 ». En quoi les structures se ressemblent-elles ? Est-ce dans l’organisation administrative ou dans la stimulation d’un éveil politique ? Bien que trop générale, cette analogie est intéressante et montre que les structures dénoncées par le FLN peuvent néanmoins servir de modèles pour la mise en place d’une nouvelle administration.

  • 36 C.-R. Ageron, 1999, p. 348.
  • 37 Ibid.
  • 38 G. Meynier, 2002.

32Dans les faits, l’organisation se matérialise non seulement par le développement d’un réseau de perception de l’impôt révolutionnaire, mais aussi par la définition de trajectoires et de points de passages qui font d’une partie de la commune mixte une zone de transit vers la Tunisie. Cette position stratégique inclut la partie frontalière de la circonscription dans des enjeux majeurs qui dépassent totalement la seule maîtrise de l’espace local : la Tunisie indépendante constitue en effet un espace d’appui pour le F.L.N. dont les besoins en armes s’accroissent avec l’augmentation de ses effectifs. Dès 1956, le haut commandement français s’aperçoit que « des armes anglaises livrées par le gouvernement égyptien tendaient (sic) à remplacer les armes de récupération qui équipaient les maquis algériens36 ». Ces armes transitent par la Tunisie, et les flux s’intensifient et passent de 400 entrées par mois en octobre 1956 à 1000 en mai 195737. Elles sont portées par des convois de mulets et d’ânes mais aussi à dos d’hommes. L’espace tunisien est également un lieu de formation pour des convois de recrues envoyés par l’ALN. Les pertes de la moitié des hommes au passage de la frontière s’expliquent par l’efficacité du barrage : la construction de la « ligne Morice », du nom du ministre de la guerre, commence en juillet 1957. Jusqu’en mai 1958, le barrage s’étend sur 460 km entre Bône et Tebessa, densifié ensuite par la ligne Challe, plus proche de la frontière. La région de La Calle se situe donc dans la partie nord du barrage. Inscrite dans la « Base de l’Est », cette zone participe d’une base de ravitaillement qui dessert l’ensemble du territoire et dont le développement génère, de l’autre côté de la frontière, la constitution d’un premier édifice bureaucratique de l’armée des frontières, installé par le colonel Amara Bouglez en 195738.

  • 39 Ibid.

33Ces axes de communication sont identifiés et décrits par les fiches de renseignement de la gendarmerie à partir du début de l’année 195739. Hommes et ravitaillement empruntent un itinéraire qualifié par le lieutenant Denis d’« habituel », qui relie la mechta Hanachir du douar Chiebna au douar Ouachtata en Tunisie. La trajectoire utilisée privilégie l’extrême sud de la commune mixte, le douar Chiebna étant devenu une limite de la circonscription depuis la mutation de Lamy et Bou Hadjar en commune de plein exercice. Ce choix peut s’expliquer selon diverses hypothèses, mais le positionnement du douar est la plus plausible. L’itinéraire choisi est en effet éloigné des centres du nord pourvus de postes de surveillance mais aussi de la partir de la zone frontalière particulièrement surveillée, dans un douar qui possède une frontière directe avec la Tunisie. En décembre 1957, un groupe de 700 hommes en provenance de l’intérieur de l’Algérie serait passée par le douar Chiebna avant de traverser la frontière. Les origines de ces activistes montrent que la commune mixte, du fait de sa position frontalière, est insérée dans un vaste réseau d’acheminement d’hommes et de munitions, venus en grande partie de Kabylie, mais aussi de Souk Ahras plus au sud

  • 40 ANOM 9334/40, fiche de renseignements section de gendarmerie de La Calle, 22 septembre 1957.
  • 41 Ibid. p. 308.

34Une fiche de renseignements l’atteste : « Les douars Ouled Youb, Bougous, Chiebna, Meradia sont considérés par le FLN comme bases de départ d’une action politique vers le centre de l’Algérie40 ». Ce circuit participe d’un réseau beaucoup plus vaste qui est pratiqué de façon particulièrement intense jusqu’au début de l’année 1958, avant la mise en place du barrage en continu. Il s’inscrit dans « une incessante noria de gros convois de marcheurs surchargés [faisant] interminablement la navette entre la frontière et leur wilaya de destination41 ».

35La guerre génère ici de nouvelles formes de mobilités : tandis que les habitants de la commune mixte quittent leur lieu de vie du fait de la mise en place d’une zone interdite ou bien de l’augmentation des actes terroristes, d’autres individus, étrangers à la région, s’y installent de façon plus ou moins prolongée. Passages uniques ou répétés, stationnement dans des mechtas le temps du ravitaillement ou de la réception de munitions, ces mouvements nouveaux de populations sont liés à la densification de l’action du FLN. Au début de l’année 1958, la formation des hommes, la spécialisation des activités sur le terrain, mais aussi la qualité de l’armement attestent d’une implantation affirmée et rôdée dans la région qui inquiète les autorités militaires.

  • 42 ANOM 93302 93/190, Fiche de renseignement établie par le lieutenant Blanc, section de gendarme de L (...)

36Celles-ci évoquent des « les groupes de choc ALN », composés de 12 hommes, formés dans des centres d’instruction tunisiens42. Ils sont éclaireurs dans les déplacements des « bandes » entre l’Algérie et la Tunisie. Sur place et tout au long du parcours, ils sont assistés par des guides. La collaboration entre des habitants des douars, connaissant le terrain, et les hommes venus de Kabylie ou du sud de l’Algérie permet la mise en œuvre de ce dispositif.

  • 43 ANOM 9334/40, Général commandant la 2e DIM et la ZEC, 23 octobre 1957.

37La description du lieutenant Blanc montre la connaissance affinée qu’ont les autorités militaires des modalités de ces déplacements par l’usage fait de la nomenclature du FLN : wilayas, nahias témoignent d’une approche plus précise des forces ennemies d’abord exclusivement désignés par les expressions « HLL » ou « rebelles ». Les informations collectées sont bien souvent issues de documents prélevés sur des cadavres ou saisis au moment des interrogatoires. Le CLE constitue l’organe majeur de transmission à l’ensemble du département de ces documents qui permettent d’anticiper certaines actions et conduisent parfois à la conduite de stratégies conjointes entre administration civile et militaire. La volonté de maîtriser les techniques de financement du FLN et « les ramifications locales d’un système extrêmement vaste et complexe » conduit ainsi à l’élaboration d’un questionnaire destinés à évaluer l’imposition clandestine de l’ensemble des populations européennes et algériennes43.

La destruction d’un territoire qui incarne l’ordre colonial

  • 44 G. Meynier, 2002.

38L’entreprise coloniale ne fonctionne qu’avec la participation des populations algériennes. Afin de la rendre inopérante, le FLN les dissuade de prendre part aux activités habituelles, d’utiliser les services à disposition. Selon G. Meynier, ces mesures visant à boycotter les institutions coloniales se diversifient et se diffusent en même temps que l’emprise coloniale se desserre44.

  • 45 Ibid.
  • 46 M. Harbi, op. cit., p. 124.

39Il est certain que les forces employées à contrer et à maîtriser les « rebelles » détournent les responsables de l’administration des tâches du fonctionnement ordinaire. Cela a pour effet de faciliter la mutation d’un groupuscule en véritable État : « partout, contre le pouvoir colonial, le FLN veut encadrer et contrôler : il se pose en contre-État45 ». Selon Mohammed Harbi, cette évolution basée sur l’action militaire prévoit trois étapes. Il s’agit d’abord de mettre en place un « dispositif militaire et politique de préparation et d’extension de l’insurrection » qui porte atteinte aux agents de l’autorité coloniale tout en donnant confiance aux masses. La seconde étape « consiste à généraliser l’insécurité, mener des luttes de masses et créer un contre-pouvoir ». Les masses doivent s’y substituer autant que possible à l’administration, gérer le ravitaillement et la logistique. Cette prise d’autonomie et de distance par rapport à l’ordre colonial se concrétise dans un troisième temps, la « fusion […] entre aspect militaire et aspect politique, afin de dégager les différents organes du pouvoir révolutionnaire, préfiguration de celui qui dirigerait le pays après l’indépendance46 ».

40Le prélèvement de l’impôt patriotique constitue une première remise en cause de l’ordre colonial de la circonscription. Des actes visant à désorganiser la vie ordinaire accentuent le processus.

41La liste récapitulative des actes terroristes de 1955 à 1957, rédigée à partir des rapports de l’administrateur des services civils rassemble la totalité des faits signalés au préfet et observés dans la commune mixte. Chacun de ces faits donne lieu à un dossier plus ou moins conséquent selon sa portée et inclut parfois les procès-verbaux des enquêtes de gendarmerie. Ces documents permettent d’établir une cartographie des conséquences de la guerre sur le territoire, en différenciant centres et douars. Les victimes sont identifiées avec précision et l’indication de leur statut montre que certains groupes sont plus ciblés que d’autres. La nature des actes commis met en évidence les atteintes spécifiques aux biens et aux populations dans un espace rural. Face à des victimes identifiées, les auteurs présumés des troubles restent souvent anonymes, simplement désignés par les termes « rebelles » ou « HLL ». Le croisement de ces comptes-rendus avec les rapports de gendarmerie du CLE permet cependant de connaître l’identité de quelques individus. Le premier tableau permet de spatialiser les faits et d’en mesurer l’intensité ; le second d’envisager l’évolution des faits selon leur nature ; le troisième met en relation faits précis et lieux.

Tableau 16. Décompte des faits de violence dans la commune mixte de 1955 à 1957

(Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957, ANOM93302/82)

Tableau 17. Type de faits commis entre 1955 et 1957

(Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957, ANOM93302/82)

Légende : AA : assassinat d’Algériens, AE : assassinat d’Européens, AR : assassinat de « rebelles », ATF : attaque de fermes, attaque de chantiers, ATM : attaque de militaires (convois), EA : enlèvement d’Algériens, ECI : enlèvement de cartes d’identité, H : harcèlement de village, IBP : incendies de biens publics, IBA : incendies de biens appartenant à des Algériens, IBE : incendies de biens appartenant à des Européens, VE : vols de biens appartenant à des Européens, VA : vols de biens appartenant à des Algériens.
Tableau 18. Type de faits par centres et douars de violence dans la commune mixte de 1955 à 1957

(Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957 ANOM93302/82)

42C’est entre octobre 1955 et le printemps 1956 que la commune mixte connaît les troubles les plus nombreux. Ils gagnent progressivement l’ensemble du territoire, mais c’est d’abord par les douars que la guerre arrive dans la commune mixte, les douars du nord-ouest de la circonscription et plus précisément Beni Amar et Ouled Dieb où les actes de violences sont les plus nombreux. Le douar Beni Amar, limitrophe du centre de Blandan, a connu un développement récent autour de la zone dite du « Lac des Oiseaux ». La constitution d’un S.A.R. et la mise en œuvre de mesures d’équipement spécifiques en font un site privilégié de la commune mixte, ciblé par l’administrateur dix ans auparavant. Situé à proximité de Bône, il est traversé par les axes majeurs de communications : route nationale, voie de chemin de fer. La propriété européenne s’y est développée, suite aux transactions permises par les enquêtes partielles. Le douar Ouled Dieb présente des caractéristiques proches du précédent et connaît, dans une moindre mesure tout de même, des troubles incessants de 1955 à 1957. Cette zone développée et peuplée située au nord-ouest de la commune mixte constitue ainsi le foyer principal des tensions. Pour le FLN, cet espace, dans son ensemble, parce qu’il est le cœur de la commune mixte, est à déconstruire pour se l’approprier.

  • 1 ANOM 9334 /34, lettre ASC au préfet 9 janvier 1956.

43La déconstruction passe d’abord par les atteintes aux biens et aux personnes qui prennent des formes diverses. Dans cette zone comme dans la commune mixte toute entière, les Algériens sont les premières victimes du FLN, et plus précisément ceux qui ont manifesté une collaboration avec l’administration française. Les ouakafs sont les plus concernés par les assassinats, tandis que les caïds, assassinés parfois, sont la plupart du temps menacés et atteints dans leurs biens (incendies de gourbis et de fermes) pour les contraindre à abandonner leur charge. Les élus des djemaa sont poussés à la démission et des pratiques d’intimidation précèdent l’assassinat en cas de refus1.

  • 2 Voir annexe 3, p. 428.

44À côté des cadavres, des tracts sont parfois laissés à terre, fichés dans le sol par un piquet de bois. Signés « ALN », certains sont manuscrits, illustrés par une sorte de blason portant croissant et étoile2. Les plus anciens s’adressent à la victime ; ils justifient l’acte commis ou formulent des menaces. L’incendie d’une ferme peut être ainsi une première étape avant des représailles mortelles :

  • 3 ANOM 93302 /82, lettre retrouvée le 30 décembre 1955 près d’un gourbi incendié dans le douar Ouled (...)

vous êtes un des responsables du régime de répression qui s’est abattu sur nos compatriotes de la misère du malheur de l’ignorance dans lesquels se met la majorité de la population […] en incendiant votre propriété nous voulons freiner les moyens qu’on applique3.

  • 4 ANOM 9334 /19, documents destinés au caïd Ouchène et au garde champêtre Messai Lakhdar rassemblés p (...)
  • 5 R. Le Doussal, 2011.
  • 6 Ibid., p. 364 et 430.

45Ils attestent plus rarement de l’existence de formations locales. En février 1956, un ensemble de documents sont expédiées au caïd Ouchène, agent des douars Ouled Dieb et Brabtia, et au garde champêtre du douar Ouled Youb, Messai Lakhdar, par une organisation que l’administrateur découvre : « L’Epée Noire4 ». Le travail récent de Roger Le Doussal évoque ce groupe affilié au FLN, opérant dans le secteur de Bône et particulièrement connu pour ses implications dans des attentats à l’encontre de policiers et du colonel Bigeard. Selon l’auteur, cette organisation, dont il a été lui-même la cible, est constituée en janvier 1956 et prend appui sur six unités de trois hommes qui visent surtout « les ennemis et les traîtres à l’Islam5 ». Son démantèlement par les forces de police s’achève en octobre 19566. Qualifiée d’urbaine et de djihadiste par Le Doussal, son action s’étend ici dans les douars du nord-ouest de la commune et s’appuie sur des revendications peu liées à celles décrites par le commissaire, d’après le contenu des lettres. Deux documents sont en effet adressés au caïd : un texte dactylographié de portée générale, papillon de l’organisation, et une lettre manuscrite plus personnelle. Son contenu rappelle certaines plaintes rédigées à l’encontre de caïds par les habitants du douar, et les reproches liés à sa mauvaise gestion (« Vous exercez des injures, mots grossiers, méchancetés haine vis-à-vis de ta (sic) population »), se mêlent à la revendication de l’impôt (la somme de 200 000 francs est réclamée au caïd). Ces éléments montrent que des activistes recrutés localement profitent de leur statut dans l’organisation pour régler des comptes plus personnels avec les caïds. Aux motifs indépendantistes se mêlent ainsi des conflits locaux qui influencent le choix des personnes à prendre pour cible.

46Des écrits plus tardifs et dactylographiés inscrivent le combat politique du FLN dans un contexte plus vaste, légitimé par la reconnaissance d’autres nations :

  • 7 ANOM 93302/81, tract intitulé « peuple algérien », date non précisée.

un Front de libération nationale avait porté haut le drapeau de la nation algérienne rouge de sang des Martyrs devant tous les peuples du monde qui reconnaissent l’existence de l’Algérie en tant que nation mettant en fuite les véritables hors la loi7.

  • 8 G. Meynier, 2002.

47Le contenu de ces sources renvoie exclusivement à des condamnations. Les mentions de pardon, d’issues permettant de garder la vie sauve, sont plus tardives, à partir de 1958, et s’adressent souvent aux harkis8. L’enlèvement, moins pratiqué, connaît un développement ponctuel à partir du début de l’année 1956 et concerne par exemple deux présidents de djemaa des douars Brabtia et Ouled Dieb.

  • 9 ANOM 9334 /34, lettre de l’administrateur au préfet, 18 mai 1956.
  • 10 Ibid.

48Les assassinats et les menaces ne sont pas les seuls moyens utilisés pour mettre fin à toute forme de collaboration avec les autorités françaises. L’ingérence dans les pratiques du travail agricole ou forestier a pour but de faire dysfonctionner les exploitations dans lesquels les travailleurs algériens sont engagés. Plus globalement, l’exhortation à l’arrêt du travail va de pair avec les incendies des propriétés et des récoltes appartenant aux Européens ou des dépôts de liège, les attaques de chantier qui touchent particulièrement les exploitations forestières, mais aussi les travaux engagés dans le cadre des SAS. L’officier SAS a parmi ses missions celle de réduire le chômage dans sa section en ouvrant divers chantiers de réparations ; les Algériens qui y participent sont régulièrement attaqués. Il s’agit de rompre toutes les formes de contacts établies jusque-là dans le cadre du travail agricole et de faire en sorte que la circonscription connaisse une désorganisation totale : la commune mixte ne doit plus fonctionner. Cela touche particulièrement le tabac, culture dominante pratiquée dans la commune à cette époque. Le 18 mai 1956, l’administrateur informe le préfet qu’une campagne de propagande contre la culture du tabac est en cours et se manifeste par des pressions exercées sur les khaddars9. Selon ses dires, les réactions de ces ouvriers sont diverses : au Tarf et à Yusuf, ceux qui le souhaitent sont regroupés à proximité des villages, sous protection militaire, et procèdent aux travaux de plantation. À Blandan, ils refusent de poursuivre le travail. La proximité de ce centre avec des douars connaissant de nombreux troubles -Beni Amar et Ouled Dieb- peut expliquer cette posture. Néanmoins le chef de la commune exagère l’implication des autorités dans la protection des Algériens. Quelques semaines plus tôt, André Pellet, agriculteur à Yusuf employant 12 khaddars et leurs familles (soit 70 personnes), le sollicite pour l’installation de ces familles sur des terrains communaux. L’administrateur, pour des questions de salubrité, demande à l’exploitant de les recaser sur ses propres terres10. L’administration délègue dans ce cas la sécurité des ouvriers dans les centres à l’exploitant agricole qui les emploie. Le transfert de responsabilités, pratiqué avec la mise en place des DRS, prend ici une autre forme.

49Les aménagements et équipements publics issus des projets du milieu des années Quarante ou des chantiers des SAS sont les premières cibles des destructions. Les écoles neuves construites dans les douars (Ouled Youb le 24 octobre 1955, Tarf le 31octobre, Bougous le 2 novembre) sont particulièrement visées, mais aussi les installations destinées à la modernisation des pratiques agricoles. Ainsi, le 29 décembre 1955, la pépinière d’Oum el Agareb située dans le douar Ouled Dieb est-elle incendiée. Les personnes qui sont engagées dans ces structures sont parfois victimes d’attentats : M. Moulins, chef de culture du S.A.R. Oued El Hout (douar Nehed), est l’un des rares européens assassinés, le 26 février 1956. Les actes de sabotage des routes, des lignes télégraphiques, des conduites d’eau sont également réguliers, surtout au début de la période, contribuant à entraver les communications de toutes sortes au sein de la commune mixte, et à nuire aux approvisionnements.

  • 11 ANOM 93302 /82. D’après les rapports, les incendies auraient eu lieu le 21 octobre 1955.

50Les Européens sont davantage touchés dans leurs possessions que dans leurs vies dans ces premières années de la guerre. Les quelques fermes de colons présentes dans les douars sont l’objet de plusieurs actions qui montrent un véritable acharnement à l’encontre de ceux qui sont sortis des centres. Dans le douar Ouled Dieb, les mêmes fermes sont incendiées à plusieurs reprises11. Les Algériens qui ont travaillé pour eux sont parfois assassinés : en janvier 1956, des membres du FLN tuent l’employé de l’adjoint spécial de Yusuf et deux mois plus tard, un ouvrier de la ferme Arnaud dans le douar Nehed. Ainsi, pendant une année, les destructions ponctuelles de biens privés – incendies de fermes importantes, de matériel agricole – mais aussi de biens publics – les écoles neuves en particuliers – constituent les principaux faits de violence dans la partie située au nord-ouest de la commune mixte. À partir de mai 1956, les attaques de villages, dites « harcèlement » dans les rapports, se multiplient et englobent progressivement l’Est en direction de Lacroix et surtout du centre de Roum el Souk qui connaît en moins de 6 mois le plus grand nombre de faits de violence de tous les centres.

51L’emprise spatiale de la guerre évolue donc en se diffusant d’Ouest en Est, et avec elle, la nature des actes qui la caractérisent. Après une phase d’attaques ciblées sur des individus ou des biens choisis, les assauts collectifs visant surtout les villages européens se multiplient. Les cibles de la guerre sont parmi les individus les plus nantis ou acteurs des rouages de l’administration française. Les règlements de compte locaux contre un caïd malhonnête ou un colon arrogant se mêlent néanmoins aux finalités indépendantistes, et le contexte de la guerre favorise le surgissement de rancœurs jusque-là contenues, et le passage à l’acte.

52Au niveau local, dans le détail des actes de violence perpétrés, la volonté nationaliste de briser le système colonial s’incarne. Elle prend appui sur des tensions concrètes, des voisinages difficiles, des humiliations refoulées. La ferme des Brat, colons nantis de Blandan dont les possessions pénètrent les douars, brûle. Le caïd Ouchène, au dossier lourd des plaintes de ses administrés, vit sous la menace. Nombreux sont les actes qui touchent ceux que l’asymétrie jusque-là évidente avait favorisé. Ainsi, avant même que le FLN ne substitue au système existant d’autres cadres, les premiers actes locaux contribuent à inverser l’ordre en place en touchant les meneurs de tous ordres dans leurs biens et leur chair. Ces faits ne peuvent exister sans l’appui de la population et dès octobre 1955, l’administrateur ne s’y trompe pas. Faisant le récit de l’incendie de la ferme Brat dans le douar Beni Amar, il dénonce la complicité des habitants des gourbis voisins rassemblant près de 70 personnes, dont aucune n’a donné l’alerte.

  • 12 ANOM 93302 /82, lettre de l’ASC au sous-préfet, le 21 octobre 1955.

On est légitimement amenés à penser que les terroristes n’auraient pas tenté un coup de main si près d’un village, où stationne un détachement militaire, s’ils n’étaient pas assurés à l’avance du silence complice de la population de la mechta voisine de la ferme12.

53On se souvient alors des tensions qui animaient les colons de Blandan voisins de ces mechtas, de l’opposition formelle de l’adjoint spécial à accorder un lot urbain à des Algériens. Il semble que les frictions touchant particulièrement ces zones de contact entre centres et douars, ces frontières internes à la commune mixte où les groupes se croisent et se repoussent, sont au moment de la guerre de véritables poudrières. L’observation se fait ici à l’échelle la plus fine, celle qui met en lumière le contact entre une propriété européenne et le communal d’un douar, où l’on imagine une barrière, une haie, un cours d’eau et des regards hostiles, de part et d’autre.

  • 13 ANOM 9334/34, lettre de l’administrateur des services civils au préfet.
  • 14 G. Meynier, 2002.
  • 15 Ibid.

54La diffusion des actions du FLN est ensuite plus générale et, en mars 1956, l’administrateur indique au préfet que « le territoire entier de La Calle a été contaminé à un moment ou à un autre par les rebelles13 ». Nous soulignons ici le terme qui assimile le FLN « à une maladie venue frapper un corps sain14 ». Il s’inscrit dans un champ lexical très usité par les auteurs des rapports, dans l’ensemble de l’Algérie en guerre, évoquant ainsi le développement de la rébellion à l’image d’un pourrissement du territoire15. Si les attaques individuelles deviennent collectives, elles se démarquent également par les moyens employés. Les premiers incendies et assassinats nécessitaient peu de forces ; l’attaque d’un village pendant plusieurs jours mobilise davantage de moyens.

55La guerre génère dans la commune mixte des dynamiques territoriales nouvelles. Le Nord-Ouest, cœur économique de la circonscription est l’épicentre des affrontements. Les douars Ouled Dieb et Beni Amar, la SAS de Righia et le centre de Blandan le composent. Particulièrement investi par les forces du FLN qui y trouvent le soutien d’une partie des habitants, il abrite également le village de Blandan, rare bastion de la présence européenne. Le maintien de l’ensemble des groupes explique la vivacité des tensions et les moyens mis en œuvre pour les contenir.

56La région du sud de la commune est l’autre espace majeur qui émerge dans le conflit. Quasiment vide de toute présence européenne, à l’exception des tenants de fonctions administratives et militaires, il est fait de douars jusque-là peu visibles dans l’histoire de la commune mixte. Mais par sa position frontalière, et son éloignement des points névralgiques du nord, le douar Chiebna devient un centre stratégique de passage et de ravitaillement entre la Tunisie et l’Est algérien.

Notes

1 ANOM 93302/82, dossier 2, crimes et délits.

2 ANOM 93/1822,1827, 190, comité de liaison. Dossiers communaux.

3 ANOM 9334/34, administration générale, police. ANOM 9334 /44 et 45, Sections Administratives Spécialisées.

4 L’administration française et les autorités militaires utilisent ces termes pour désigner les forces du FLN.

5 ANOM 9334/3, lettre de l’administrateur eu préfet le 20 novembre 1956.

6 ANOM 9334/34, lettre de Gélas à l’administrateur le 15 février 1956.

7 J. Frémeaux, J.-C. Jauffret et M. Vaïsse (dir.), 2001.

8 Ibid. p. 78.

9 ANOM 9334/34, ces faits sont rapportés par l’administrateur au préfet le 31 janvier 1956.

10 ANOM 9334 /45, rapport du lieutenant Francoville, 30 juillet 1956.

11 Ibid. 28 août 1956.

12 ANOM 9334/34, lettre du colonel Delarue au préfet, le 9 septembre 1955.

13 ANOM 9334/7, instruction du gouvernement général, 24 janvier 1956.

14 Tous les Européens vivant dans les centres ne semblent pas pourtant être dans le camp de ceux qui se défendent contre les activistes du FLN. En mai 1956, Albert Fiorentino, boulanger à Blandan est arrêté par la police car soupçonné de complicité avec les rebelles. Il reconnaît, selon les dires de l’administrateur, aider à la livraison de colis en provenance de Bône avec son véhicule personnel ; il aurait avoué par ailleurs « avoir ainsi acheté, transporté et remis une machine à écrire ». Cette affaire lui vaut d’être écroué à la prison civile de Bône (ANOM 9334/34, lettre de l’administrateur au préfet le 17 novembre 1956).

15 ANOM 9334/19, dossiers de personnels.

16 ANOM 9334/34, renseignement de la brigade de gendarmerie de Yusuf, le 6 septembre 1957.

17 C.-R. Ageron, 1995.

18 F.-X. Hautreux, 2010 ; G. Fabbiano, 2008.

19 C.-R. Ageron, 1995.

20 ANOM 93302/63, cabinet du préfet, directives pour l’emploi des goums, 23 décembre 1954.

21 ANOM 93302/63, circulaire de l’administrateur des services civils aux sous-officiers chargés du commandement des goums de La Calle et de Lamy, 8 décembre 1954.

22 C.-R. Ageron, 1995.

23 ANOM 93302/63, lettre du sous-préfet de Bône aux maires et administrateurs, 8 janvier 1955.

24 C.-R. Ageron, 1995.

25 G. Meynier, 2002.

26 M. Harbi, 1980.

27 SHAT 1H1600, carte des circonscriptions FLN/ALN, proposée en annexe par G. Meynier, op. cit.

28 R. Le Doussal, 2011.

29 « Meshoul » signifie responsable.

30 ANOM 9334/40, 20 septembre 1957.

31 ANOM93302/82, « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle de 1955 à 1957 ».

32 G. Mathias, 2012.

33 ANOM 9334/34, lettre de l’administrateur au préfet, 29 mars 1957.

34 G. Meynier, 2002.

35 ANOM 9334/45, rapport de synthèse du chef de bataillon Verdan, avril 1957.

36 C.-R. Ageron, 1999, p. 348.

37 Ibid.

38 G. Meynier, 2002.

39 Ibid.

40 ANOM 9334/40, fiche de renseignements section de gendarmerie de La Calle, 22 septembre 1957.

41 Ibid. p. 308.

42 ANOM 93302 93/190, Fiche de renseignement établie par le lieutenant Blanc, section de gendarme de La Calle, 18 février 1958.

43 ANOM 9334/40, Général commandant la 2e DIM et la ZEC, 23 octobre 1957.

44 G. Meynier, 2002.

45 Ibid.

46 M. Harbi, op. cit., p. 124.

Notes de fin

1 ANOM 9334 /34, lettre ASC au préfet 9 janvier 1956.

2 Voir annexe 3, p. 428.

3 ANOM 93302 /82, lettre retrouvée le 30 décembre 1955 près d’un gourbi incendié dans le douar Ouled Dieb.

4 ANOM 9334 /19, documents destinés au caïd Ouchène et au garde champêtre Messai Lakhdar rassemblés par l’administrateur et transmis au préfet le 28 février 1956. Voir annexe 3, p. 429.

5 R. Le Doussal, 2011.

6 Ibid., p. 364 et 430.

7 ANOM 93302/81, tract intitulé « peuple algérien », date non précisée.

8 G. Meynier, 2002.

9 ANOM 9334 /34, lettre de l’administrateur au préfet, 18 mai 1956.

10 Ibid.

11 ANOM 93302 /82. D’après les rapports, les incendies auraient eu lieu le 21 octobre 1955.

12 ANOM 93302 /82, lettre de l’ASC au sous-préfet, le 21 octobre 1955.

13 ANOM 9334/34, lettre de l’administrateur des services civils au préfet.

14 G. Meynier, 2002.

15 Ibid.

Table des illustrations

Légende Tableau 16. Décompte des faits de violence dans la commune mixte de 1955 à 1957
Crédits (Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957, ANOM93302/82)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Tableau 17. Type de faits commis entre 1955 et 1957
Crédits (Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957, ANOM93302/82)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Légende : AA : assassinat d’Algériens, AE : assassinat d’Européens, AR : assassinat de « rebelles », ATF : attaque de fermes, attaque de chantiers, ATM : attaque de militaires (convois), EA : enlèvement d’Algériens, ECI : enlèvement de cartes d’identité, H : harcèlement de village, IBP : incendies de biens publics, IBA : incendies de biens appartenant à des Algériens, IBE : incendies de biens appartenant à des Européens, VE : vols de biens appartenant à des Européens, VA : vols de biens appartenant à des Algériens.Tableau 18. Type de faits par centres et douars de violence dans la commune mixte de 1955 à 1957
Crédits (Source : « liste des attentats terroristes commis dans la commune mixte de La Calle », de 1955 à 1957 ANOM93302/82)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search