Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Le territoire se délite 1946-1957

Le territoire se délite 1946-1957

Texte intégral

« À mesure que le système gagne en logique il perd en existence ; à mesure qu’il tend à se réaliser pleinement, il tend à préparer, dans la réalité des faits, sa propre disparition. »
Pierre Bourdieu, Sociologie de l’Algérie, Paris, PUF, p. 118.

1La commune mixte, territoire de la transition, spécificité algérienne par sa configuration inédite, appartient désormais au passé. Critiquée dès son avènement mais maintenue faute de mieux, elle fait l’objet d’un rejet croissant qui conduit à institutionnaliser sa disparition. Celle-ci, inscrite dans l’article 53 du statut de 1947, prend place dans une série de réformes qui touchent particulièrement au statut des Algériens. Douars et centres, espaces segmentés sous tutelle de l’administration, sont alors amenés à disparaître, car l’émancipation politique des populations colonisées doit s’affirmer dans des circonscriptions fonctionnant au plus près de la commune métropolitaine. La charte communale de 1884 reste le point d’aboutissement des évolutions envisagées.

2D’une certaine façon, les mécanismes qui jalonnent le processus de création sont comparables à ceux observés dans la première partie de l’étude. Les tâtonnements, les projections, les écarts entre l’injonction de l’administration centrale et les contraintes locales qui infléchissent le projet initial ne sont pas dépassés, car constitutifs de la production du territoire. Bien évidemment, en 1948, à l’heure où la commune mixte de La Calle connaît une première modification territoriale, de nombreux changements confèrent aux desseins territoriaux de nouveaux enjeux. La remise en cause de la puissance française après la seconde guerre mondiale et la cristallisation des revendications algériennes caractérisent le contexte national. Au niveau local, l’inégal développement de la commune mixte du fait des départs des colons génère des contraintes spécifiques qui vont peser sur la recomposition effective du territoire.

3Dans la commune mixte de La Calle, l’évolution attendue n’a pas eu lieu : aucun centre de colonisation n’est devenu commune de plein exercice. Pris dans la frénésie de réformes administratives plurielles, qui doivent être appliquées à la hâte, comment ce territoire est-il amené à se modifier ? L’administrateur reste l’instigateur des transformations à engager. Il a initié les créations de centre, proposé les sites favorables au développement de la colonisation. Comment va-t-il participer à cette désagrégation du territoire qui à terme conduit à amoindrir la tutelle qu’il exerce sur ses administrés ? Comment réagissent les acteurs de l’équipe administrative, adjoints spéciaux et caïds, face à la disparition d’une structure qui a permis leur participation au pouvoir ? Et surtout, comment les populations de la commune mixte envisagent-elles des recompositions territoriales qui sont censées remettre en cause la hiérarchie colons/colonisés ?

4La réforme communale ne s’arrête pas avec le début de la guerre d’indépendance, mais elle se heurte à de nouvelles contraintes, accrues dans la zone frontière algéro-tunisienne. Celles-ci font de l’année 1954 une rupture spécifique.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search