Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Dynamiques de l’espace social et évolution du territoire 1909-1946

Chapitre 6. La commune mixte, entre contacts et exclusion

Texte intégral

1La mobilité des hommes, fortement liée à la question foncière, remet profondément en cause le projet initial du territoire de la commune mixte. Départs des colons pour la Tunisie et dépeuplement des centres, installation des Algériens dans ces mêmes villages sont les dynamiques majeures qui recomposent le peuplement des sections de La Calle. Ces mouvements produisent diverses occasions de face à face. Le centre de colonisation, où Européens et Algériens se côtoient au quotidien, semble être le lieu privilégié de multiples contacts. Les tensions se développent entre douars et centres, et plus précisément dans des espace-frontières où le voisinage entre le village français et les mechtas est conflictuel, car l’extension du territoire de l’un se fait au détriment de l’autre. Ces relations quotidiennes sont largement marquées par le rapport à la terre, qu’elle soit un espace et un objet de travail, ou un bien convoité. Les transactions foncières font également intervenir les personnels administratifs qui arbitrent, ratifient ou rejettent les demandes. L’administrateur et les adjoints spéciaux sont au cœur de ces procédures : comment envisagent-ils la mobilité de la terre et l’appétit foncier des colons ? Avec la crise des années Trente et la marche à la guerre, la commune mixte de La Calle, à l’épreuve des tensions extérieures, devient un espace où les contacts se diversifient. Zone de passage, région de frontière ou de repli, elle met en lumière de nouveaux acteurs surveillés, accueillis ou refoulés.

Diversité des formes de contact dans les centres

Spécificités du contact dans les centres

  • 1 G. Fabbiano, 2011 p. 9. L’anthropologue montre que l’absence physique des Européens dans le douar d (...)

2Dans des villages où la part des Européens s’amenuise alors que celle des Algériens augmente, les situations de contact entre les groupes se multiplient et le centre devient le lieu privilégié du face à face entre colons et colonisés. Prévus pour être cantonnés dans des espaces distincts, les groupes évoluent ici dans un même univers, aménagé et envisagé au départ pour les colons. Le contact est pluriel dans les villages les plus peuplés, les plus dynamiques. Dans les centres abandonnés par les colons, la matérialité et les effets de la colonisation sont bien présents mais le contact se raréfie1. Dans ces centres, perçus et conçus comme les espaces majeurs et emblématiques de la colonisation, l’absence physique des Européens qui les ont quittés laisse le champ libre aux Algériens qui s’y installent. Ainsi, cette absence est consécutive d’un départ, contrairement au douar étudié par G. Fabbiano, et ce départ laisse des traces.

3À priori, l’idée même du contact en contexte colonial prend appui sur une perception binaire de la société qui rend presque suspectes les relations amicales ou celles tout simplement déchargées d’un postulat asymétrique colons/colonisés. Comme l’indiquent S. Thénault et E. Blanchard,

  • 2 E. Blanchard, S. Thénault, 2011, p. 3.

cet arrimage est symptomatique d’une historiographie guidée par la guerre d’indépendance et la violence, au détriment d’une attention davantage tournée vers les moments ordinaires de la longue durée coloniale et ses acteurs les plus anonymes2.

4Il est donc nécessaire, et néanmoins complexe, de se détacher de cette posture téléologique pour envisager avec la plus grande objectivité la nature du lien social qui unit les populations dans l’ordinaire du centre de colonisation.

5Le contact est ici étudié au prisme de l’apprentissage, dans une relation d’emblée fondée sur l’inégalité entre l’apprenant et celui qui détient le savoir, l’expertise, et ce hors de tout contexte colonial. Il concerne les hommes engagés dans le travail de la terre, employés par les colons sur les lots inclus dans les centres, situés cependant en périphérie du périmètre de colonisation. Les enfants, ou plutôt les élèves, sont également pris dans un face à face colons/colonisés dans le cadre scolaire. Les enjeux fonciers qui cristallisent les tensions entre colons et colonisés seront envisagés ensuite.

Apprentissage et transfert de pratiques

6Dans ces centres de formation abordés précédemment, les méthodes se transmettent par le biais d’intervenants professionnels, académiques, institutionnalisés. Dans les villages, cet apprentissage s’effectue « sur le tas ». Il résulte, dès les premières heures du peuplement de la commune mixte, de l’appel aux habitants des douars pour servir de main d’œuvre aux colons. Cet appel est spontané, organisé de façon locale par les familles qui en éprouvent le besoin. Dans un premier temps, le contact des groupes est à l’initiative des concessionnaires à la recherche de main-d’œuvre. Tous les Algériens qui vont travailler dans les centres n’ont pourtant pas un rapport direct et régulier avec l’exploitant qui les sollicite. Lorsqu’ils sont locataires des lots que les propriétaires délaissent pour se rendre en Tunisie, ils n’ont pas de relation quotidienne avec eux. Ils peuvent néanmoins avoir des liens avec les colons voisins qui viendraient exploiter les parcelles mitoyennes. Le contact est alors intermittent et indirect, voire exclusivement visuel.

  • 3 BOGGA n° 267 « Rapport à l’Empereur par le ministre secrétaire d’État au département de la Guerre N (...)

7La proximité est perçue comme un gage de progrès par les penseurs de la commune mixte, et ce dès la mise en place d’une administration municipale en territoire militaire. Les termes du rapport que le ministre de la Guerre Niel adressait à l’Empereur en 1868 allait dans ce sens, évoquant « l’introduction de l’Européen au milieu du douar […], l’initiation des indigènes à nos méthodes agricoles et industrielles3 ». Plus tard, le premier administrateur de La Calle, F.-E. Dieudonné envisage les conséquences de l’application de sénatus-consulte de 1863

  • 4 ANOM 93302/144, « Résultats à attendre du contact de la colonisation provoquée par la constitution (...)

qui fera pénétrer progressivement l’élément européen dans un territoire jusqu’alors presque inaccessible pour lui, amènera forcément des relations permanentes […] Ces derniers [les indigènes], témoins journellement de nos usages, de nos mœurs, du perfectionnement de notre outillage agricole et des résultats avantageux qu’ils nous procurent se verront obligés de nous imiter4.

  • 5 ANOM GGA 8X386
  • 6 J. H. Meuleman, 1984.

8Dans le chapitre précédent, le rapport de l’administrateur Zevaco faisait état en 1937 d’un relatif succès du transfert de techniques plus modernes dans les pratiques des populations colonisées et les ouvriers « dressés au travail5 ». Ce terme laisse entendre que la contrainte et peut-être même la sanction caractérisent une relation de domination du propriétaire sur l’ouvrier. À moins que les ressentis des Algériens qui travaillent sur les terres des centres de colonisation soient plus divers, comme le sont les relations de hiérarchie et d’autorité. Il n’est pas certain que le contexte colonial accentue ces rapports asymétriques, et que la différenciation ethnique prenne toujours le pas sur la différenciation sociale, faisant que les colons se montrent plus intransigeants ou injustes à l’égard d’un ouvrier parce qu’il est Algérien. Selon le rapport de l’administrateur Zevaco, les ouvriers algériens vivent leur relation avec les colons dans le contexte du travail agricole, dans l’acceptation de la négociation. Selon J. H. Meuleman, ces pratiques amiables revêtent pourtant un caractère exceptionnel dans le Constantinois. Il les observe à Chateaudun-du-Rumel, dans la commune mixte d’Oum-el-Bouaghi, ou dans celle de Fedj-M’zala, où « il existait une influence de l’exemple des colons6 ». Selon lui, la difficulté des Algériens à imiter les colons s’expliquerait, non par une sorte de complexe d’infériorité, mais par des conditions d’exploitation objectivement défavorables : les terres exploitées par les populations colonisées sont de moindre qualité, les sols moins fertiles. Les institutions mises en place pour remédier à ces difficultés, telles les S.I.P., sont par ailleurs insuffisantes

  • 7 C.-R. Ageron signale que l’hectare de terre se vendait en moyenne 436 francs en 1925 (Ageron, op. c (...)
  • 8 ANOM 93302/163.

9Cette opposition entre des communes où les pratiques évoluent et d’autres pas manquent de précisions. Il serait plus pertinent d’opposer les situations en fonction du rapport que les Algériens entretiennent aux parcelles cultivées : en sont-ils locataires ? Propriétaires ? Les terres achetées ou louées à des Européens ont déjà été exploitées, travaillées, ce qui justifie d’ailleurs que les Algériens les paient au prix fort7. Sur ces parcelles, l’argument de la mauvaise qualité ne vaut pas. Par contre il est recevable pour les terres cultivées dans les douars. Les terres qui y ont été distraites pour ériger les villages européens étaient les meilleures, et les parcelles cédées en compensation aux tribus sont connues pour être de rendement médiocre. La qualité des sites des villages, héritée de la naissance des sections de la commune mixte, se confirme dans le temps. L’administrateur l’indique dans un rapport adressé au sous-préfet en 1927 dans lequel il décrit les centres : « le centre de Yusuf comme celui de Blandan est particulièrement favorisé par l’excellence de ses terres8 ». Il faut également signaler que les parcelles situées à proximité des centres sont certainement plus onéreuses que les terres sises à l’intérieur des douars, du fait de la proximité des services ou de voies de communication.

  • 9 ANOM 93302/68, lettre de Joseph Barris du Penher à l’administrateur, le 23 octobre 1939.
  • 10 ANOM 93302/68, note de l’administrateur à l’adjoint spécial du centre de Lamy à propos de la requêt (...)

10Le développement d’un savoir-faire parmi les ouvriers agricoles conduit parfois leurs employeurs à entreprendre des démarches pour les maintenir sur leurs terres. La mobilisation des Algériens pendant la seconde guerre mondiale crée une carence de main-d’œuvre que certains colons cherchent à éviter au début du conflit. Joseph Barris du Penher sollicite le soutien de l’administrateur pour l’obtention d’une permission agricole de vingt et un jours en faveur de l’un des khaddars qu’il emploie sur ses champs de tabac près de Blandan. Son absence occasionnerait la perte de la récolte car l’ouvrier prend en charge la production mais aussi son acheminement jusqu’aux docks de la Tabacoop de Bône9. Dans ce cas, ce grand possédant très investi en politique s’en remet aux ouvriers algériens pour faire fonctionner son domaine. Leur maîtrise des pratiques culturales les rend indispensables à son fonctionnement. Ils sont également réclamés par des veuves dont les fils sont appelés au front. Les requêtes mettent en évidence la solitude de ces femmes qu’aucun colon voisin ne vient aider ; au-delà d’un manque de solidarité, il semble d’après les correspondances entre l’administrateur et l’adjoint spécial du centre de Lamy, que « ce n’est peut-être pas dans leurs possibilités10. » Indisponibilité ou incompétence ? Il est possible que la délégation des activités agricoles aux ouvriers algériens ait finalement exclu certains colons de l’exploitation concrète des terres, au moins pour les propriétés les plus grandes.

Le développement d’une scolarisation mixte

  • 11 ANOM 93302/12, rapport semestriel de l’administrateur Michel Grech, 19 juin 1926

11Les hommes ne sont pas les seuls à vivre ce contact entre les groupes. Lorsque les familles sont toutes entières installées dans les villages, femmes et enfants, toutes générations se rencontrent, se confrontent. Si les femmes sont quasi absentes de nos sources, nous pouvons évoquer les enfants dans le cadre de l’institution scolaire primaire. Les centres de colonisation sont équipés d’écoles à partir de 190211. Ces écoles, d’abord destinées à accueillir les enfants des colons, reçoivent également les enfants algériens. Cette évolution est décrite dans le rapport rédigé par Michel Grech en 1926, dans une rubrique intitulée « instruction publique ».

  • 12 Ibid.

Les classes des écoles françaises sont très suivies par les habitants de nos populations rurales auxquels se sont joints un certain nombre d’indigènes habitant les centres de colonisation notamment les enfants des ouvriers agricoles au service des colons12.

12L’arrivée des enfants algériens dans les écoles des centres est un indicateur supplémentaire de la fixation d’une partie des ouvriers agricoles dans ces espaces. Ils ont fait le choix de quitter le douar. À la fin des années Vingt, ils l’ont peut-être à peine connu si leurs propres parents se sont installés dans les centres au début du siècle.

  • 13 K. Kateb, 2006.
  • 14 Ibid.

13Les travaux au sujet de la question scolaire en Algérie analysent pour la plupart de façon disjointe les écoles destinées aux Français de celles dévolues aux Algériens. Peu d’études s’intéressent à l’inscription des Algériens dans les écoles françaises dans le cycle primaire. Kamel Kateb apporte quelques données statistiques qui montrent que le phénomène observé dans les centres de La Calle n’est pas isolé : en 1927, 10,7 % des Algériens fréquentent ces écoles et représentent 24 % des enfants algériens scolarisés. En 1937, ils sont 17,8 %, soit 27,3 % des enfants algériens scolarisés13. Ces données générales montrent à la fois le développement d’une mixité dans les écoles françaises, mais aussi son caractère relativement limité. Il est tout de même suffisamment significatif pour donner lieu en 1927 à la diffusion d’une circulaire rectorale qui facilite l’inscription des élèves algériens dans les écoles européennes. D’après K. Kateb, elle « accroît la proportion des Algériens fréquentant ces écoles », ce qui explique les chiffres ci-dessus14.

  • 15 J. Bouveresse, 2008.
  • 16 A. Kadri, 2006.

14Cette circulaire s’inscrit dans le cadre d’une politique scolaire d’assimilation influencée par les revendications de la Délégation indigène. Ses membres, bien souvent instituteurs, médecins ou avocats, sont profondément attachés au modèle de l’école républicaine. Plus que des écoles pour les Algériens, les plus virulents d’entre eux réclament une école unique associant l’ensemble des enfants dans les mêmes espaces, avec des programmes et des certifications communes, une hiérarchie identique. Les services du rectorat rejettent la plupart de ces demandes, mais proposent l’ouverture des écoles européennes aux enfants algériens en fonction des places disponibles et sous condition d’une pratique de la langue française15. Ainsi, avant la première guerre mondiale, l’échec d’une politique de scolarisation des Algériens s’explique en partie par le refus des parents d’envoyer leurs enfants dans des écoles instaurées par la France, mais surtout par le manque de moyens accordés à la scolarisation des Algériens. La politique scolaire coloniale « a été très tôt et jusqu’à une certaine date tardive prise au piège dans une contradiction insurmontable : scolariser, c’est acculturer mais c’est aussi éveiller les consciences et courir le risque de mettre en cause le rapport colonial16 ». Dans les années Trente, et malgré le lobby des colons, l’accueil des enfants algériens amorce une timide ouverture.

  • 17 F. Colonna, 1975.

15Ces éléments de contexte montrent la traduction de cette ouverture dans la commune mixte de La Calle et la manifestation d’un changement de regard dans les années Vingt : selon Fanny Colonna, « la résistance passive de la société algérienne se transforme en demande puis en revendication de l’instruction française17 ». Il convient de s’interroger sur le processus de scolarisation de ces enfants et sur ses conséquences à long terme sur les relations entre les groupes. Les sources sont particulièrement lacunaires, mais quelques hypothèses viennent enrichir cette question des modalités du contact dans les centres de colonisation.

16L’inscription des enfants algériens dans les écoles françaises se développe avec les installations croissantes des populations colonisées dans les centres. Ces mouvements, amorcés très tôt, se multiplient après la première guerre mondiale du fait du besoin de main-d’œuvre. Nous pouvons supposer que comme l’arrivée des Algériens dans les villages, celle de leurs enfants dans les écoles est progressive. Dans cet espace rural, leur présence dans les écoles françaises témoigne-t-elle d’une évolution des mentalités ? La scolarité obligatoire donne à ce mouvement un caractère mécanique : les enfants sont scolarisés comme tous les enfants du village, car il le faut. La vie de la famille dans le centre a généré un mimétisme par rapport aux pratiques éducatives des colons, dans un espace ou contrairement au douar, le manquement à la règle est visible. Ce schéma est le plus vraisemblable, notamment pour les familles algériennes qui vivent dans le même domaine que les propriétaires de l’exploitation. Mais l’inscription d’enfants algériens dans une école primaire française peut revêtir un caractère plus idéologique. La volonté de voir ses enfants instruits, acculturés selon le modèle français peut être manifeste chez des Algériens qui vivent dans les centres et qui ont adopté un mode de vie occidental, vivant dans des maisons rachetées à des colons. Le centre de colonisation est alors l’espace de l’assimilation possible, effective. Il est l’endroit choisi pour l’ensemble de ses fonctionnalités et non plus seulement le lieu du travail par défaut qui permet de faire vivre une famille. Ce choix signifie-t-il un rejet du douar ? Là encore, cela est bien difficile à démontrer. Il est néanmoins probable qu’au fil des générations, les Algériens nés et scolarisés dans les centres n’ont pas de connaissance du douar dont leurs ancêtres étaient originaires.

Des contacts hiérarchisés vus de la « ferme » de la famille Gasnier18

  • 18 C’est par le terme « ferme » que Norbert Gasnier désigne l’exploitation familiale. Ce terme ne dési (...)
  • 19 Le témoignage écrit par Norbert Gasnier, ainsi que quelques documents iconographiques représentant (...)

17Un portrait de l’exploitation Gasnier, située au Tarf, permet de mettre en évidence et en lien la question du contact dans le contexte du travail agricole et les conditions de l’exploitation du tabac mêlant familles européennes et algériennes19.

18L’installation de la famille Gasnier dans la région de La Calle est ancienne. C’est d’abord dans la commune littorale (CPE) que René Gasnier s’installe en 1835, mais c’est Edouard, arrière petit-fils de René, qui devient propriétaire dans la commune mixte

19Edouard Gasnier, né en 1878 à La Calle (CPE) fait partie de ces colons nés dans la colonie qui acquièrent une concession dans le cadre de la colonisation officielle. Il dispose d’un titre définitif de propriété en 1905, pour une concession de 33 hectares dans le centre du Tarf. Son père René Gasnier est secrétaire de la mairie de La Calle (CPE), mais il possède aussi des terres. Ces fonctions permettent certainement au fils de savoir, dès 1900, que les terrains qui avaient été donnés en jouissance à la smala de spahis, allaient être mis à disposition du service de la colonisation. Ces terres fertiles et déjà exploitées par les spahis sont de qualité. En 1905, Edouard Gasnier est célibataire, mais le soutien du député Gaston Thomson lui permet d’acquérir une concession, donnée généralement en priorité aux chefs de famille, sans avoir satisfait cette condition pourtant requise selon les décrets de 1878 et 1904. Il se marie néanmoins en 1906. Alors âgé de 27 ans, il possède l’expérience du travail agricole, car il a cultivé les terres de son père, propriétaire dans la commune littorale. Riche d’un avoir de 5 300 francs et disposant d’un matériel agricole évalué à 2 000 francs, natif des lieux, il s’installe dans le village dans de bonnes conditions. Il n’est pas de ces exploitants qui vont s’installer en Tunisie ; il demeure dans le village et exploite ses terres. En avril 1937, comme dix autres colons du centre, il réclame un lot d’agrandissement et l’obtient l’année suivante ; il possède en plus de ses terres un cheptel de 30 bovins.

20De ses 4 enfants, 2 meurent à la naissance. Les autres, René et Louis, sont à leur tour cultivateur sur l’exploitation familiale ; au moment où ils sont mobilisés en novembre 1939, ils sont aussi respectivement locataires de 112 et 70 hectares. Le témoignage de Norbert Gasnier, fils de René et né en 1941, apporte quelques données concrètes sur la vie de cette famille au Tarf. Il évoque les lieux : une ferme de plain-pied, un peu à l’écart du village, couvert de tuiles, comprenant 4 pièces, une cuisine, un débarras. Une écurie et un hangar complètent la propriété. Les lots exploités représentent 60 hectares de terres. Cette surface correspond à la concession initiale d’Edouard Gasnier agrandie à la fin des années Trente, mais comme dans la plupart des concessions, les lots sont épars et destinés à des usages agricoles variés : tabac, primeurs, vigne mais aussi céréales et plus rarement coton et lin. Ces cultures sont représentatives des productions de la plaine du Tarf, avec une part majoritaire consacrée à la culture du blé, du tabac et à la viticulture. Le type de culture implique le mode d’exploitation par plusieurs ouvriers agricoles : les khaddars, khammès employés à la culture du tabac, percevaient en salaire la moitié du produit de la récolte ; en revanche, l’exploitation des céréales ou des primeurs donnaient lieu à un salaire journalier.

21Une douzaine de familles d’Algériens étaient employées dans cette ferme ; leur lieu d’habitation et leurs fonctions font apparaître une hiérarchie entre celles qui vivent sur l’exploitation et d’autres qui logent dans les mechtas du douar. La ferme nous est indiquée près de l’hôpital, au nord du village ; les Algériens vivent vraisemblablement dans le douar Ain Khiar. Deux familles vivent sur l’exploitation même et regroupent deux à trois générations, dans les mêmes gourbis construits à proximité de la ferme, faits de bois et couverts de bruyères. Le confort y est particulièrement sommaire : une pièce unique meublée de deux grands lits, de billots pour s’asseoir, de coffres à linge ; un kanoun au centre de la pièce sert à la cuisson du repas. Cette proximité des lieux va de pair avec l’engagement des ouvriers algériens et de toute leur famille dans la vie de la maison Gasnier. Deux hommes, Sadek et Madjid, travaillent au quotidien avec celui qu’ils appellent « le patron », et le remplacent lorsqu’il est absent dans l’ensemble des travaux de la ferme : plantation, récolte, entretien du matériel. Ils sont également amenés à gérer le reste du personnel et sont désignés comme « ouvriers de confiance ». Les femmes, qui participent à la cueillette du tabac, sont régulièrement employées dans la maison au ménage et à la garde des enfants. Ceux-ci fréquentent, avec les Algériens, l’école du village.

Photographie 1. Les familles de l’exploitation Gasnier
Cette photographie a été prise devant les gourbis, à une centaine de mètres de la ferme. De gauche à droite, on distingue, debout, Mme Marie Gasnier, née Marie Barbara, épouse de Louis Gasnier et mère de Norbert, notre témoin. À côté d’elle, Mahdoub, Madjid, Sadek, Yamina et son enfant. Norbert est au premier plan, à gauche, puis Aridi et Ahbeche.

22Le travail conjoint des ouvriers et des colons se poursuit au-delà de la ferme. Ils se rendent ensemble à « La Tabacoop » pour vendre le tabac récolté et à l’issue de la vente, les ouvriers perçoivent leur part du bénéfice. Une bonne vente était conclue par un repas collectif sous le hangar de la ferme, seul temps de sociabilité commune.

23La famille Gasnier, par la taille de son exploitation, les cultures qu’elle pratique, est représentative des exploitations des colons qui sont restés dans la commune mixte. Diversité des cultures, propriété de taille moyenne, loin cependant des grands domaines agricoles peu présents à La Calle. Le contact entre les familles algérienne et française y est quotidien, dans divers moments de vie. Il n’y a rien de véritablement nouveau dans ces relations, présentes par ailleurs dans le même type d’exploitation en métropole.

24Ce qui est plus spécifique en revanche, c’est la relation différenciée avec les familles, en fonction de leur lieu de résidence et le fait que le chef d’exploitation délègue une partie de son autorité à son ouvrier de confiance. Comment cette hiérarchisation a-t-elle été introduite ? Pourquoi certaines familles vivent-elles sur l’exploitation et d’autres pas ? Qui en décide ? Ces questions restent ouvertes, mais elles renvoient aux relations entre des familles algériennes que l’activité agricole distingue à l’intérieur de la même exploitation. Il y a les familiers des exploitants, ceux qui entrent dans l’intimité du logis, montent en voiture avec « le patron » pour aller à Bône vendre le tabac récolté ou à Tunis pour aller chercher le fils de la famille qui étudie au lycée. Cette promiscuité contraste avec les relations plus ponctuelles qui lient la famille Gasnier aux Algériens des mechtas, ceux qui sont restés dans le monde du douar, même limitrophe.

Un contact relâché dans les centres dépeuplés ?

25Les thématiques précédemment évoquées concernent les centres où le peuplement européen s’est maintenu. Dans les villages situés au sud de la commune mixte, soit en particulier Toustain et Munier, mais aussi Lacroix, la quasi absence physique des colons réduit considérablement les relations entre les groupes. Dans ces centres, le constat d’échec et précoce et récurrent dans les rapports des divers administrateurs : ils ont « périclité », selon un terme très usité dans leurs comptes-rendus. Les départs des colons s’accompagnent d’achats de terres par ceux qui restent, mais aussi par les Algériens qui en ont les moyens, comme cela a été vu précédemment. Ces derniers peuvent aussi louer ces lots.

  • 20 D. Lefeuvre, 1997.

26Dans la plupart des centres, le nombre des colons a chuté ; dans les villages les plus dynamiques du nord de la commune mixte, cette diminution se tarit, alors que dans les autres, Toustain, Munier et Lacroix, elle se poursuit. En 1936, Lacroix rassemble 52 Européens et 812 Algériens, à Toustain, ces deux groupes sont de 39 et 277 habitants, à Munier 18 et 639. À l’échelle de ces centres, la situation de « submersion démographique » évoquée par D. Lefeuvre est effective20. Elle se double d’un éloignement du cœur économique et du siège administratif de la commune mixte. À la fin des années Trente, dans ces centres isolés, comment l’Algérie française se matérialise-t-elle ? Dans le cas de ces villages de la commune mixte de La Calle, que reste-t-il de la colonisation ? Les bâtiments tels que la mairie-école ou le lavoir sont-ils utilisés par les Algériens ou laissés quasi à l’abandon ? L’école est certainement désertée et les locaux administratifs conservent vraisemblablement leur usage antérieur.

  • 21 ANOM 93302/172, lettre de l’adjoint spécial Cipriani à l’administrateur le 11 décembre 1933.

27Face aux départs des colons, les Algériens ont-ils pu nourrir l’espoir d’une fin généralisée de la présence française ? Cela est peu probable car les terres ont été vendues, à plusieurs propriétaires européens successifs, dans un mouvement de concentration de plus en plus marqué. Les propriétaires sont moins nombreux, mais bien présents, leurs possessions s’étendent au regard de la superficie du centre de colonisation au milieu des années Trente. En 1933, des correspondances entre l’adjoint spécial du centre et l’administrateur montrent que les lots des premiers colons ont ainsi été vendus trois à quatre fois, pour se concentrer progressivement entre les mains des mêmes acheteurs21. Finalement, à cette date, six colons sont présents dans le centre, dont trois de la première heure, issus notamment des familles Cipriani et Pila qui ont obtenus leurs lots dans le cadre de la colonisation officielle. Trois autres sont arrivés plus tardivement tandis que Marcel Borgeaud est l’acquéreur le plus récent.

  • 22 ANOM 93302/172, feuille de renseignements de l’adjoint spécial Cipriani à l’administrateur le 24 ma (...)

28L’étendue de leurs propriétés peut être estimée à 1120 ha, soit la presque totalité des terres sises dans le centre qui couvre une superficie de 1196 ha. Ainsi, dans le centre de Toustain, le départ des colons n’entraîne pas d’acquisition de terres par les Algériens. Leur nombre croît, mais la terre reste française22. La propriété foncière maintenue est donc la marque de la colonisation dans ce village où le nombre de colons a fortement diminué. Les propriétés constituées au milieu des années Trente, vastes, telle celle de Marcel Borgeaud qui atteint les 900 ha, sont travaillées par des ouvriers algériens. Le contact entre colons et Algériens, dilué, est néanmoins bien présent. Il se concrétise davantage par le lien contractuel de l’embauche que par une rencontre quotidienne autour de pratiques culturales partagées.

  • 23 ANOM 93302/90, liste du jury criminel de 1855.

29Les propriétaires terriens de ces villages, parce qu’ils ont augmenté leurs possessions et amélioré leur situation (le rapport de Cipriani fait état de situations « aisées » ou « très bonnes »), acquièrent du pouvoir. Leur faible nombre n’a pas pour conséquence leur isolement, ou éventuellement leur mise en danger face à la grande majorité des Algériens qui vivent ou du moins travaillent dans le village. Elle les rend plus visibles et leur puissance foncière se double souvent de fonctions administratives. Ainsi, à Toustain, Jean Pila, de 1916 à 1925 puis Joseph Cipriani, de 1925 à 1955, ont été successivement adjoints spéciaux du centre. Ce dernier est membre du jury criminel en cours d’assise à partir de 195523. Ce n’est qu’à cette date qu’il quitte la commune mixte pour se réfugier à Bône. Les colons qui restent sont donc des propriétaires aisés et des décideurs.

  • 24 Selon l’État-civil, Marcel Borgeaud est né en 1897 à Mustapha (Alger), fils d’Alfred Borgeaud d’ori (...)
  • 25 ANOM 93302/172, lettre de Marcel Borgeaud à l’administrateur, le 11 décembre 1930.
  • 26 Plus précisément, le rapport de l’administrateur pour le premier semestre 1926 fait état de frais i (...)
  • 27 ANOM 93302/172, ibid. 7 mai 1930.
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.

30Dans le cas de Toustain, la possession d’un large domaine et d’une fortune conséquente conduit aussi à participer aux dépenses de la commune. Marcel Borgeaud, membre de la célèbre famille de viticulteurs fondateurs du domaine de La Trappe, est le plus grand possédant du centre24. Vivant à Bône, il laisse son domaine en gestion, mais semble néanmoins attaché aux intérêts du village. Il met gracieusement un local à la disposition de l’Inspection académique pour la création d’une école mixte dans le centre en 1930 ; il participe également, au tiers de la dépense, à la construction d’un pont dans le village. L’action de cet homme est une aubaine pour ce village isolé et négligé par l’administration du fait du peu de colons qui l’habitent. Borgeaud regrette néanmoins que la commune ne puisse faire face à toutes ces dépenses et considère qu’« affecter les impositions payées par les habitants de Toustain aux seules dépenses que nécessite le village […] ce ne serait que justice25 ». Entre les lignes, ce grand propriétaire regrette vraisemblablement que des frais soient engagés au bénéfice des douars, comme le traitement des khodjas par exemple, qui relève de la commune depuis 192626. Le maintien de la colonisation dans centre le conduit également à inciter les familles à s’y installer : en 1930, il indique à l’administrateur qu’il « vient d’installer depuis hier à Toustain une nouvelle famille européenne, la famille Camilleri, composée du père, de la mère et de deux jeunes enfants27 ». Face au manque de moyens financiers de la commune et à l’arrêt de la colonisation officielle, ces initiatives privées sont tout à fait intégrées et acceptées par les différentes instances. Néanmoins Borgeaud les présente, dans une correspondance régulière avec l’administrateur, comme des palliatifs à une gestion inefficace de la commune, visant à la fois l’administrateur et l’adjoint spécial. Evoquant la nécessité d’encourager la colonisation dans le village, il affirme : « je suis prêt à faire tout mon possible dans ce but […] encore faut-il que vous m’y encouragiez et que vous m’aidiez28 ». Ce colon n’utilise pas sa notoriété au seul profit du village. Sa fortune et ses largesses semblent légitimer des pratiques abusives, avec l’accord attendu de l’administrateur. Comme beaucoup de colons, il est confronté à la question du pacage des bestiaux des Algériens sur ses propres terres. Il alerte l’administrateur, dénonce l’inefficacité du garde champêtre (« si nous avions un autre garde champêtre à Toustain et notamment un Européen, nos droits seraient mieux respectés »), puis en vient à s’octroyer un garde armé pour veiller sur ses champs et ne contacte l’administrateur que pour l’octroi d’un certificat de bonne vie et mœurs29. Outre la démarche originale de Marcel Borgeaud en faveur du maintien du centre, ce cas montre également que l’absence physique du colon n’est pas systématiquement corrélée au désintérêt ou à la méconnaissance des lieux. Cet exploitant du domaine Zitouna domicilié à Bône est en effet bien plus investi dans l’intérêt de la collectivité que plusieurs résidents permanents du centre. Pourtant, Marcel Borgeaud n’est pas originaire de cette région. Quelles relations entretient-il avec les Pila ou les Cipriani, ces colons plus modestes de la première heure ? L’entregent et l’implication de ce membre d’une des plus riches familles d’Algérie sont certainement vus d’un mauvais œil par des colons, malgré leur statut d’adjoints spéciaux, tenus à l’écart.

  • 30 ANOM 93302/166.

31Dans le centre de Lacroix, le regroupement des terres est encore plus net : près de 240 hectares sont entre les mains de la famille El Haïk en 193730. Le chef de famille est également l’adjoint spécial du centre.

32Dans les villages les moins nantis de la commune mixte, les contacts avec les colons sont plus rares, mais ils font apparaître des individualités fortes. Leur présence limitée mais marquée dans des lieux reculés de la commune nous conduit à nous demander dans quelle mesure ces villages ne sont pas des marges administratives où une poignée de colons grands propriétaires imposent leur loi, forts de leur emprise foncière dans des villages qui se dépeuplent. Dans le cas présent, l’administration est dépendante de la participation financière d’un colon nanti.

Besoin de terres et tension entre les groupes

33Nous avons précédemment envisagé le déclin des populations dans les centres et mis en évidence une évolution différenciée du peuplement à la faveur des villages du nord de la commune mixte. Alors que Munier, Toustain ou encore Lacroix connaissent une véritable saignée des centres et un déclin inéluctable, le peuplement européen connaît une stabilité relative dans les villages du Nord, Blandan, Le Tarf et Yusuf. Les rapports administratifs témoignent d’une vitalité maintenue de ces centres, ce qui creuse encore l’écart avec la partie sud de la commune mixte.

  • 31 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet, 25 septembre 1941.
  • 32 Ibid.

34En 1941, une correspondance entre l’administrateur et les sous-préfets propose une vision apaisée des enjeux fonciers31. Les centres sont anciens et le mécontentement des Algériens lié à leur création s’est tari. Ils ont acheté les terres des colons partis et « le colon fait souvent vivre sur sa concession de nombreuses familles indigènes avec lesquelles il vit en bonne intelligence32 ». Ces arguments masquent les tensions perceptibles à l’échelle des centres. En effet, durant toute la période étudiée, les colons qui se sont maintenus dans ces villages manifestent la volonté d’étendre leur propriété. Les Algériens qui travaillent dans les centres cherchent de leur côté à acquérir des lots à bâtir et à se fixer ainsi totalement dans les limites du village. Le besoin de terres dans cet espace rural de l’Algérie est alors source de tensions et fait resurgir de manière récurrente l’inéluctable divergence des intérêts entre les groupes.

  • 33 Cf. C.-R Ageron., 1979.

35Dans toute l’Algérie de 1920 aux années Cinquante, la colonisation se poursuit, non par le développement de nouveaux villages dans le cadre de la colonisation officielle, mais du fait de l’expansion de la propriété européenne concentrée entre les mains de peu d’exploitants. C.-R. Ageron évoque une « évaporation de la population agricole européenne » : il estime que de 1926 à 1936, la population rurale européenne aurait baissé de 6 000 personnes alors que la population totale européenne augmentait de 11 0000. En revanche, de 1920 à 1936, il évalue l’accroissement de la propriété européenne à 125 000 hectares. Ces changements structurels s’accompagnent d’une diffusion de cultures destinées à l’exportation : si le tabac, les cultures maraîchères et les agrumes gagnent en importance, c’est la viticulture qui connaît les progrès les plus remarquables, au détriment des cultures céréalières33.

  • 34 Gouvernement général de l’Algérie, Cartes de la répartition de la propriété foncière en Algérie pub (...)

36Dans la commune mixte de La Calle, la concentration de la propriété est relative. En 1951, le gouverneur général Roger Léonard sollicite la production de cartes de la répartition de la propriété foncière européenne en Algérie. Les documents réalisés permettent de constater qu’au début des années Cinquante, les exploitations de 10 à 50 hectares représentent 75 à 100 % des propriétés34. Le fait que les exploitations inférieures à 50 hectares dominent montre que les concessions initiales accordées par la colonisation officielle, d’une superficie maximale de 40 ha, n’ont que rarement été agrandies. Les colons Arnaud, El Haïk ou encore Joussen ont développé leur domaine et possèdent plusieurs centaines d’hectares, grâce notamment à l’acquisition de lots appartenant aux colons partis, mais aussi par la location. Ces cas restent néanmoins minoritaires à l’échelle de la circonscription. Les colons qui n’ont pas obtenu d’agrandissement dans leur village acquièrent parfois des lots dans d’autres centres, ou plusieurs parcelles ont été délaissées. Les situations sont diverses, et un colon peut être à la fois propriétaire dans un centre, et propriétaire ou locataire dans un autre.

  • 35 ANOM 93302/ 163, rachat Lettre du préfet à l’administrateur de la commune mixte de La Calle, le 15  (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 E. Larcher, 1923.
  • 38 Cité par J. H. Meuleman, 1984.

37Dès 1920, l’État se préoccupe de trouver des issues pour obtenir de nouvelles terres aux colons, et le préfet relaie aux administrateurs de commune mixte le vœu du gouverneur général de « rechercher les centres à proximité desquels se trouvent des terrains domaniaux en quantité suffisante35 ». Si les terrains domaniaux ne sont pas en quantité suffisante, il recommande de « réaliser les agrandissements au moyen de terrains achetés à des Algériens36 ». Outre cette injonction, l’État a étoffé la législation foncière afin de faciliter les transactions et rendre ainsi la terre disponible pour la colonisation. La commune mixte se trouve en zone de terre dite arch, terres « collectives de culture » dont l’application incomplète du sénatus-consulte de 1863 n’avait pas permis l’établissement de la propriété individuelle de droit français. La loi Warnier de 1873 et ses correctifs de 1887 et 1897 permettent de contourner cet obstacle au développement de la colonisation. Après enquête, elle prévoit de délivrer aux Algériens des titres de propriétés, et des franciser ainsi les immeubles concernés. Cette procédure défait le bien des règles du droit musulman et facilite les transactions entre Algériens et Européens37. Dans les années 1920, deux lois permettent d’assouplir encore les démarches. La circulaire du 9 juin 1921 autorise, dans les terres arch non soumises à enquête, le transfert de jouissance du sol à un étranger à la tribu : la location de terres collectives dans les douars par les colons sur des terres non francisées est légale38. La loi du 4 août 1926 permet au gouverneur général d’ordonner des « enquêtes d’ensemble dans des douars ou des parties de douars, là où « les intérêts de la colonisation l’exigeront » (art. 3). Ces outils législatifs concernent les terres des douars, mais ils visent à étendre la propriété européenne et l’extension des centres de colonisation.

  • 39 Ibid.

38D’après J. H. Meuleman, le département de Constantine est peu concerné par la pratique des enquêtes d’ensemble (5 réalisées sur 73 ordonnées) alors que les enquêtes partielles sont très nombreuses39. La mise en œuvre de ces procédures est connue pour deux douars de la commune mixte : Ain Khiar et Beni Amar.

  • 40 ANOM 93303/149.
  • 41 ANOM 93302/136.

39Le douar Beni Amar est soumis à neuf enquêtes partielles entre 1924 et 1932, exécutées à la demande d’Algériens et homologuées entre 1927 et 193940. Le détail de la procédure indique la superficie des parcelles homologuées, parfois composées de plusieurs lots. La plus étendue occupe 7 hectares, et 4 parcelles sur les 8 restantes sont inférieures à 2 hectares. Ces possessions particulièrement modestes peuvent ne constituer qu’une partie du patrimoine. Les dossiers proposés ne mentionnent pas les causes de la demande : les Algériens qui sollicitent l’enquête ont-ils un projet de vente et à qui ? La demande d’enquête n’est-elle pas le moyen de voir sa propriété reconnue afin d’éviter de la perdre ? Il apparaît que les habitants du centre de Blandan achètent ces terres aux Algériens du douar. Une source plus tardive indique que 13 colons y possèdent des terres41.

40Le douar Ain Khiar donne lieu à une documentation conséquente qui comprend le détail d’une enquête d’ensemble ordonnée en 1935 et réalisée en 1953. Comme dans le douar Beni Amar, les possédants sont de modestes cultivateurs qui peuvent néanmoins détenir d’autres parcelles ; dans ces deux douars, la propriété algérienne est morcelée. Les parcelles dont la propriété est attestée sont-elles vendues ? À qui ? Le rapport laisse entendre que les transactions entre Algériens sont fréquentes.

41Selon J. H. Meuleman, les enquêtes partielles ont particulièrement servi l’intérêt de gros propriétaires, et plus particulièrement des populations colonisées. Aucun indice ne permet de confirmer cette thèse dans la commune mixte de La Calle. Quelques domaines ont bien été agrandis, mais la propriété européenne reste inférieure à 50 hectares en majorité tandis que les possessions des Algériens sont très modestes. La dispersion et le morcellement sont donc les spécificités de la propriété foncière à l’intérieur de la commune mais aussi au-delà de la frontière tunisienne, où les colons ont acquis des terres sans pour autant vendre systématiquement celles qu’ils possèdent en Algérie.

  • 42 Il précise que cette superficie s’organise de la manière suivante : 5000 hectares de forêts communa (...)

42En 1921, puis en 1924, l’administrateur de la commune mixte de La Calle répond par la négative à la requête du préfet au sujet de la recherche de nouvelles terres. Il refuse de « déposséder les Algériens d’une partie de leurs terres collectives » et explique l’absence de terres disponibles du fait de l’important couvert forestier qui représente 119 602 hectares sur les 168 650 hectares qui constituent la commune mixte42. Par ailleurs, il n’examine pas la possibilité proposée par le gouverneur d’acheter des terres aux Algériens. Il semble vouloir éviter toute tractation relative à la question foncière. Pourtant, les demandes d’agrandissements s’expriment parmi les colons de la commune mixte. Dès le début du xxe siècle, les demandes ont afflué de la part de concessionnaires installés depuis peu sur leurs terres qui ont finalement quitté la commune, faute d’accord pour obtenir l’agrandissement demandé. Après la première guerre mondiale, les requêtes se multiplient, mais la pénurie de terres associée à la présence croissante des Algériens dans les centres entraîne parfois des conflits.

43Ces questions foncières produisent plus généralement diverses formes de contacts, conflits et alliances qui mettent en lumière la complexité des relations entre les groupes.

Le cas de Blandan

  • 43 Les recensements sont rassemblés dans ANOM 93302/25.

44À l’échelle du centre de colonisation, l’enjeu foncier devient concret et met en lumière la réalité des voisinages, autant que les divergences au sein de l’administration locale. Blandan est l’un centre de colonisation situé au nord-ouest de la commune mixte. Il est frontalier de trois douars : Ouled Dieb au nord et à l’est, Beni Amar à l’ouest et Tarf au sud. La totalité des rapports des administrateurs atteste de sa vitalité et ce depuis sa création. Elle se manifeste notamment par le maintien de la population européenne : 198 personnes en 1926, 228 en 1931, mais 162 en 1936. Par ailleurs, le croît de la population algérienne est continu : 605 habitants en 1926, 705 en 1931 et 954 en 193643.

  • 44 ANOM 93302/164, lettres de l’adjoint spécial Porterie à l’administrateur : 20 juillet 1920, 17 janv (...)
  • 45 ANOM 93302/164, lettre du directeur de l’enregistrement et du timbre au préfet, 28 juillet 1934.

45Le 20 juillet 1920, l’adjoint spécial du centre s’adresse à l’administrateur pour évoquer la question de lots à bâtir dans le centre. Il propose la création de dix ou onze lots de ce type, afin de satisfaire les fils de colons. Cette missive marque le début d’une correspondance entre le responsable du centre – M. Porterie – et l’administrateur de la commune mixte (successivement Messieurs Grech, Poulard et Zevaco) qui nous conduit jusqu’en 193544. Au cœur de ces échanges, la requête de Mohamed Bouzini, cafetier à Blandan, fait office de déclencheur à une opposition farouche de l’adjoint spécial du centre aux décisions de sa hiérarchie. Mohamed Bouzini souhaite acquérir un lot urbain de 8 ares « réservé pour les besoins du service de la colonisation », appartenant au domaine et non à un particulier, sur lequel il doit bâtir une maison d’au moins 10 000 francs45. Le traitement de cette demande met en évidence la position de l’État – gouvernement général et administrateur – face à l’installation des Algériens dans les centres européens. Le gouvernement général, suite à une enquête de terrain et sous réserves de satisfaire les conditions d’acquisition, accède à la demande de M. Bouzini et en informe l’adjoint spécial par l’intermédiaire de l’administrateur. L’administration centrale ne constitue donc pas un frein à l’installation des Algériens dans les centres mais elle rencontre l’opposition des adjoints spéciaux qui relaient l’administrateur dans la gestion des villages européens.

46L’adjoint manifeste sa désapprobation dans deux lettres qui révèlent l’enjeu de la question foncière, sa perception du contact entre les groupes au sein du centre, mais aussi l’organisation fine de l’occupation du village. M. Porterie s’oppose à l’attribution du lot au cafetier algérien car il veut donner la priorité sur ces parcelles aux fils de colons et aux employés retraités :

  • 46 ANOM 93302/164, lettre de l’adjoint spécial à l’administrateur, avril 1935.

Je ne donnerai jamais un avis favorable pour ce cas à un indigène, pendant que je serai élu dans le centre, quand bien même remplirait-il plus de titres administratifs qu’un français colonisateur […] Il serait permis de comprendre qu’il serait tout à fait désagréable à certains habitants de vivre porte à porte avec ces gens-là, question d’hygiène, vols de volailles, etc.… Ils devraient être à leur place, c’est-à-dire à la mechta Blandan et là alors seulement on pourrait envisager de leur donner des lots à bâtir, parce qu’ils seraient groupés ensemble46.

  • 47 ANOM 93302/164, lettre d l’adjoint spécial à l’administrateur, 20 juillet 1920.
  • 48 ANOM 93302 /164, Ibid. 17 janvier 1930.

47M. Porterie, en sa qualité d’adjoint spécial, est élu par les habitants du centre ; son propos relaie donc non seulement ses propres convictions, mais aussi celles de ses électeurs qu’il s’agit de satisfaire, s’il veut garder sa place. Sa perception de la présence des Algériens dans les centres lui a peut-être valu d’être choisi, puisqu’il la diffuse régulièrement, dès les années Vingt, dans la correspondance qu’il entretient avec l’administrateur. La défense de l’intérêt de la petite propriété, la crainte d’un « exode » vers la Tunisie, d’une « dépopulation du centre » le conduisent à promouvoir la création de nouveaux lots à bâtir47. En janvier 1930, au souci du maintien des colons dans le centre s’ajoute la volonté d’exclure les Algériens de ce type de lots : « Je suis d’avis à partir de maintenant de refuser toute demande de lots à bâtir pour les indigènes48 ». Cinq ans plus tard, la requête de Mohamed Bouzini le place en désaccord avec sa hiérarchie.

  • 49 ANOM 93302/164, lettre de Georges Morin à l’administrateur, 16 novembre 1934.
  • 50 Ibid. Cette allusion – rare dans nos sources – renvoie aux pouvoirs disciplinaires de l’administrat (...)

48Le rejet de la proximité avec les Algériens est également exprimé par les colons. Georges Morin, détenteur d’un lot dans le centre mitoyen de la mechta Tioufa (Douar Ouled Dieb), se plaint ainsi à l’administrateur du pacage des bestiaux de Gerdani Abed dans son propre champ49. Ne parvenant pas à dissuader le propriétaire des mulets errants de les éloigner de ses terres, il s’adresse à l’administrateur pour réclamer des sanctions, « la déportation si possible, comme vous avez fait pour Cabloti de Bou Redim (douar Beni Amar)50 ».

49Ce colon et l’adjoint spécial ont en commun le rejet raciste des Algériens du centre. Il se traduit par une volonté de territorialiser ces populations dans un espace qui leur est destiné, la mechta, hameaux où sont regroupés les gourbis. L’acharnement de l’adjoint spécial contre l’installation de Mohamed Bouzini sur un lot à bâtir ou lot urbain précise la place que ces hommes attribuent aux populations colonisées. L’installation permanente de ce cafetier dans le centre est insupportable pour l’adjoint spécial.

  • 51 ANOM 93302/164, lettre de l’adjoint spécial à l’administrateur, 16 novembre 1934.
  • 52 Ibid.

50Quelle est sa marge de manœuvre dans cette affaire ? Il n’a pas le pouvoir de s’opposer à l’attribution d’un lot si la décision émane du gouverneur général et de l’administrateur. Ces moyens limités l’ont conduit à participer à un mouvement de démission temporaire qui concerne d’autres adjoints spéciaux réunis à Bône51. Il y met un terme, comme ses collègues, « pour ne pas contrarier plus longtemps les intérêts de nos communes et centres52 ». Cette action n’est d’aucun effet sur l’attribution du lot. Mais elle montre que le phénomène de rejet des populations colonisées par les adjoints spéciaux, relais probables de tout ou partie de leurs électeurs, est répandu dans plusieurs centres de l’arrondissement de Bône. Le cas de Blandan est alors plus représentatif des autres centres de la région, notamment du point de vue de la posture des adjoints spéciaux – qui sont aussi des colons – et qui apparaissent comme les véritables gardiens de la présence française dans les centres, alors que les autorités sont perçues comme complices du recul de la colonisation française.

  • 53 ANOM 93302/4.

51Outre la question des terres, toute manifestation de la présence algérienne non voulue par les Européens pose régulièrement problème, bien plus que ne le laissent entendre les rapports édulcorés des administrateurs. Le rejet des gourbis dans ou aux abords des centres témoigne, pour certains colons, d’un refus de la présence des Algériens ou du moins de leur habitat dont les formes contrastent avec celle des maisons européennes53. Si l’entente peut exister au sein même d’une exploitation, les tensions sont fréquentes entre les groupes au sein des villages. Ces situations locales s’inscrivent dans un contexte plus général marqué par la montée de la contestation de la présence française, mais aussi par la mise en œuvre d’une série de réformes en faveur des populations colonisées.

  • 54 R. Bertrand, 2008, p. 10.

52Dans ces confins de l’Algérie, loin des centres de décision, la commune mixte de La Calle n’est pas un espace épargné par des rapports sociaux duals. La partition colons/colonisés ne fait pas moins sens dans cette marge du Constantinois. Loin d’une « prise partielle et intermittente du pouvoir colonial sur les terroirs locaux54 », ce cas met en exergue la détermination des adjoints spéciaux des centres, soutiens et relais des colons, dans leur volonté de tenir à distance les populations algériennes. Ces postures compensent, en quelque sorte, la sous-administration si couramment évoquée au sujet des communes mixtes et favorise dans les centres évoqués, une ubiquité du pouvoir colonial.

La commune mixte dans la guerre, surveillance et exclusion des populations

Une superposition d’enjeux

53Plusieurs études montrent que la guerre cristallise les tensions, mêmes dans les espaces les plus reculés, et décrivent de nouvelles formes de violence qui radicalisent les rapports entre les groupes. Jean-Louis Planche, à partir des romans de Stéphane Chaseray, montre qu’elle est précoce et s’immisce très tôt dans le quotidien des habitants des villages, qu’elle est constitutive du rapport colonial, dès sa mise en place :

  • 55 J.-L. Planche, 2006.

on se connaît, on se coudoie malgré le tabou de la mixité […] cependant, la loi coloniale est inflexible […] quand une affaire tourne mal, le garde champêtre applique aux Arabes la responsabilité collective55.

  • 56 Pour appréhender le monde du contact dans la guerre, en particulier l’évolution des relations et la (...)

54La seconde guerre mondiale accuse cette violence, en diversifie les formes et les manifestations56. À partir de la fin des années Trente, l’évolution des contextes politiques nationaux et internationaux place l’Algérie au cœur de nouveaux enjeux. Ceux-ci s’entrechoquent dans la conjonction des tensions internationales et des problématiques propres à la colonie pour faire de la seconde guerre mondiale une matrice de la guerre d’indépendance. L’imbrication de ces temps forts, et la mise en lumière de l’année 1945, autour des événements de Sétif et de Guelma conduit à repenser, pour l’élargir, la chronologie de la guerre d’Algérie. Plusieurs travaux témoignent de ce tournant historiographique : les ouvrages de Jean-Pierre Peyroulou sur Guelma, de Jean-Louis Planche sur Sétif, mais aussi l’ouvrage d’Annie Rey-Goldzeiguer relatif aux origines de la guerre d’Algérie envisagent dans une même temporalité seconde guerre mondiale et guerre d’indépendance. La prise en considération de ces analyses aurait pu nous conduire à un ajustement chronologique qui transcende les césures traditionnelles de 1945 et 1954.

55Mais le territoire de la commune mixte n’est pas directement concerné par cette logique bien que situé dans l’Est algérien.

56Les caractères de la commune mixte de La Calle ont été jusque là envisagés à la croisée des territoires métropolitain et algérien, selon l’unique paradigme colonial. Avec la montée de tensions internationales, toute la colonie est soumise à de nouvelles règles de fonctionnement fondées non plus seulement sur la gestion de la colonie, mais sur des logiques de défense et de sécurité par rapport à des puissances extérieures. Un cadre législatif nouveau, dans un contexte exceptionnel, vient se superposer à l’existant. La situation frontalière de la région explique l’anticipation des processus de surveillance des populations et singularise le territoire de la commune mixte de La Calle. Les douars et centres limitrophes du protectorat sont particulièrement soumis à des contrôles qui créent des continuités entre ces deux possessions françaises voisines. Les personnels administratifs, fonctionnaires et auxiliaires, français et algériens, sont pris dans des démarches qui leurs confèrent des attributions nouvelles, inconnues des populations qui échappent aux surveillances. Dans cette marge de l’Algérie, les enjeux s’enchevêtrent, mêlant les tensions générales de la seconde guerre mondiale et la question plus spécifique des relations franco-italiennes à propos de la Tunisie.

Situation frontalière et antériorité de la militarisation du territoire

57D’abord lieu de tensions avant la mise en place du protectorat français en Tunisie, la frontière est ensuite apparue telle une limite franchissable, du fait des nombreux départs de colons et des circulations associées. Dès le milieu des années Vingt, elle est pourtant un espace de surveillance pour des populations choisies. Avec le début du second conflit mondial, puis la guerre d’indépendance, la frontière se ferme radicalement.

58Quinze ans avant le conflit, trois dispositifs distincts de surveillance de la zone frontalière sont mis en place et ils affectent particulièrement les fonctions des personnels autant que les rapports aux administrés.

  • 57 ANOM 93302/70, contre-espionnage, dispositions générale, du préfet aux administrateurs des communes (...)

59En 1925, dans une correspondance secrète, le préfet de Constantine transmet, en référence à la dépêche gouvernementale du 9 avril de la même année, les dispositions de surveillance de la frontière algéro-tunisienne qui visent à anticiper ou à déclarer les faits de trahison ou d’espionnage57. Il s’adresse aux administrateurs des quatre communes mixtes frontalières de la Tunisie : La Calle, Souk Arhas, Morsott et Tebessa qui sont désignés chefs de secteur et doivent coordonner leurs actions, avec le concours des forces de police et de gendarmerie, mais aussi des agents auxiliaires. Parmi eux sont nommés les gardes-champêtres, les cantonniers, les gardes forestiers. Ensemble, ils doivent signaler « les individus dont les allures leur paraitraient suspectes ou qu’ils auraient surpris se livrant à des manœuvres tombant sous la loi du 18 avril 1886 sur l’espionnage ». Dans ces cas, les auxiliaires sont autorisés à arrêter le ou les auteurs du délit. Il leur est également demander de signaler à l’administrateur tout individu d’allure suspecte, mais aussi postes de télégraphie, dépôt d’explosifs. Ces attributions intensifient la fonction de surveillance des personnels ; les auxiliaires, déjà autorisés à procéder à des arrestations parmi les administrés de la commune mixte, voient cette prérogative étendue à toute personne se trouvant sur le territoire.

  • 58 ANOM 93302/70, Préfecture de Constantine, Bureau militaire, circulaire secrète du préfet aux maires (...)
  • 59 ANOM 93302/70, plan de mobilisation, 12 juin 1930.
  • 60 Dans le détail, la protection de la voie ferrée est assurée par les caïds des douars Seba, Beni Ama (...)
  • 61 ANOM 93302/70, plan de mobilisation, 12 juin 1930.

60Le second dispositif émane du bureau militaire de la préfecture et relève de la protection du littoral et des voies de communication. Le 25 mai 1930, dans une circulaire secrète adressée aux maires et aux administrateurs du département, le préfet définit les modalités de surveillance des voies de communication et des étrangers58. L’administrateur de La Calle ne tarde pas à prendre en compte les préconisations préfectorales en organisant personnels et territoire dans un plan de mobilisation59. Les différents points de ce plan mettent en évidence la place éminente des caïds dans le dispositif ; c’est sur eux que repose l’ensemble de la procédure de surveillance du territoire, et plus précisément des voies de communication et des portions de littoral comprises dans leur section. Dans ce sens, le territoire est scindé en deux parties, entre les douars situés sur le littoral et ceux traversés par des axes routiers, ferrés ou télégraphiques60. D’après cette partition, une partie du territoire est exclue de ces mesures : les douars du sud-Chiebna, Meradia et BouHadjar ainsi que ceux de l’est, Ouled Youb et Bougous. Les caïds de la commune mixte n’ont donc pas tous les mêmes prérogatives. Pour les centres de colonisation, les adjoints spéciaux « assureront les mêmes services que les caïds dans les douars61 ».

  • 62 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.
  • 63 Cf. S. El Mechat, 2002.
  • 64 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.

61L’ultime dispositif mis en œuvre avant la seconde guerre mondiale, en juillet 1938, émane d’une note de service du commandement supérieur des troupes de Tunisie, le général Hanote62. Sa compréhension nécessite un rappel du contexte tunisien. Le protectorat a connu une importante période de troubles quelques mois plus tôt : suite à l’arrestation du néo-destourien Ali Belhaouane, des émeutes ont éclaté le 9 avril, particulièrement à Tunis. Les autorités françaises ont répliqué fermement en déclarant l’état de siège. C’est le général Hanote qui remplace alors le résident général. Sa prise de pouvoir est marquée par la mise en œuvre d’une série de décrets qui conduisent notamment à la censure de la presse, ainsi qu’à des restrictions de circulation sur la voie publique63. Cette situation d’urgence implique la commune mixte de La Calle dans une politique de surveillance transfrontalière spécifique qui concerne Italiens et Algériens, « ou d’autres nationalités susceptibles de travailler au profit du service de renseignements italien64 ».

  • 65 Le 7 janvier 1935, un traité franco-italien conclu entre Mussolini et Pierre Laval, alors président (...)
  • 66 J. Bessis, 2000.
  • 67 Ibid., p. 66.
  • 68 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.

62Ce sont autant les événements du 9 avril que l’instrumentalisation du nationalisme tunisien par le fascisme italien qui génèrent cette intensification de la surveillance à la frontière. Les convoitises italiennes sur la Tunisie sont anciennes et placent les sœurs latines dans une concurrence permanente depuis l’avènement du Protectorat. L’arrivée de Mussolini au pouvoir aggrave les tensions d’une politique expansionniste axée sur le contrôle de la Méditerranée et le différend avec la France. D’abord défensive, la stratégie du Duce se fait plus agressive après la polémique consécutive au traité franco-italien du 7 janvier 1935 : la crise éthiopienne de 1936, puis l’aide à Franco en constituent les actions essentielles65. En Tunisie, la France est visée et fragilisée à la fois par le développement du fascisme parmi les colons tunisiens et son soutien au néo-destour. De mars à mai 1928, Cornelio di Marzio, secrétaire général des faisceaux à l’étranger séjourne en Tunisie pour une « étude très précise des moyens à accorder à chacune des organisations désormais bien en mains pour en liquider les restes de divergence et pour renforcer leur impact dans les masses populaires66 ». Dans les années suivantes, l’adhésion des masses, comme dans la péninsule italienne, passe en Tunisie par le développement d’une politique de l’assistance, qu’elle soit sanitaire, sociale ou scolaire, et par la mise en place des programmes culturels et de loisirs du Dopolavoro. Le succès de la politique fasciste se concrétise par l’émergence d’une « nouvelle italianité, […] gallophobe avant tout, de ce fait complètement dépendante du fascisme […] Cette italianité est porteuse d’un espoir nouveau. Cet espoir porte un nom : la Tunisie italienne67 ». Les « indigènes » d’Algérie et de Tunisie comme les Italiens sont donc visés par les enquêtes de surveillance commandées par le général Hanote, qui préconise le recours aux populations colonisées, « dont les déplacements peuvent passer plus facilement inaperçus que ceux des Européens68 ». Les caïds participent activement à ces investigations.

63Ainsi, bien avant le début du conflit, les missions de l’administration en lien avec la conjoncture tunisienne placent la commune mixte dans des enjeux transfrontaliers. Moins cantonnée à sa situation de marge de l’Est algérien, elle apparaît comme un lieu stratégique, où douars et centres sont reliés à d’autres territoires.

Surveillances et exclusion pendant la guerre

  • 69 Le texte intégral est consultable dans ANOM 93302/83.
  • 70 P. Weil, 1995, p. 81.
  • 71 ANOM 93302/83, décret sur la police des étrangers, 2 mai 1938.

64En 1938, l’arrivée au pouvoir d’Edouard Daladier et le décret du 2 mai sur la police des étrangers accélèrent encore les procédures de surveillance dans la commune mixte69. Ce texte s’inscrit dans la mise en place d’une politique d’immigration, alors que jusque-là, « les pouvoirs publics soumis à différentes pressions ou intérêts économiques, démographiques, politiques, réagissent (sic) justement au coup par coup70 ». Dans un rapport adressé au Président de la République Albert Lebrun, Daladier justifie, du fait d’une population clandestine qu’il estime croissante en métropole, du durcissement de la politique à l’égard des populations étrangères par la facilitation des expulsions et le contrôle des individus. Le décret vise tout d’abord à identifier les étrangers, au moyen des documents d’identité, et définit les sanctions – amendes et emprisonnement – en cas de non possession ou incapacité de présentation (articles 1, 2, 5). Une deuxième série d’articles vise à décourager les complicités en obligeant tout logeur d’un individu étranger à le déclarer sous peine de poursuites, et en punissant toute facilitation de séjour irrégulier sur le sol français (articles 4, 6). Dans un rapport introductif à l’attention du Président de la République, Daladier évoque l’« étranger frappé d’expulsion [qui] se trouve hors d’état d’obtenir le visa étranger qui lui permettrait de quitter notre pays et d’aller ailleurs ». Cette situation le place en état de délit permanent, ce qui constitue, selon l’auteur, une situation inadmissible. En conséquence, l’article 11 du décret permet l’assignation à résidence, « dans des lieux qu’il [le ministre de l’Intérieur] fixera71 ».

65En métropole, la crise explique particulièrement ce raidissement des pratiques et le rejet de l’étranger est lié à la montée du chômage. En Algérie, l’étranger est celui dont l’influence auprès des Algériens risque de mettre en péril l’équilibre d’un édifice colonial déjà fissuré par la montée des contestations nationalistes des années Trente.

66Ainsi, au moment où la France entre en guerre, le territoire de la commune mixte est depuis plusieurs années concerné par des opérations militaires dans le cadre de procédures de surveillances diverses et juxtaposées.

  • 72 ANOM 93302/83, lettre du préfet de Constantine aux administrateurs de communes mixtes, le 16 novemb (...)

67À partir du 1er septembre 1939, l’état de siège est déclaré en Algérie et sur tout le territoire français. Cette juridiction exceptionnelle se concrétise par la mise en place officielle et générale de l’autorité militaire en territoire civil. Les compétences régulières qui lui sont attribuées sont le droit permanent de perquisition de jour et de nuit, les questions de détention d’armes et de munitions de guerre, le contrôle de la presse et des correspondances, la lutte contre les menées antinationales72. Cette tutelle ne se manifeste pas ou peu par la présence, dans les centres et les douars, de nouveaux personnels rattachés aux instances militaires, mais plutôt par une redéfinition de fait des fonctions de l’administrateur et des caïds dont l’activité quotidienne est plus que jamais tournée vers la surveillance des populations. La conduite de ces missions entraîne une correspondance suivie avec de nouveaux acteurs : si le rapport hiérarchique à la préfecture et à la sous-préfecture est très présent, la subordination aux forces de police de Bône constitue une constante nouvelle. Cette démultiplication des destinataires auxquels l’administration de la commune mixte rend des comptes, inscrit également le territoire dans un espace aux contours élargis qui s’étendent aux pôles urbains alentours, à La Calle (CPE) et Bône, à la Tunisie, mais aussi et de façon plus indirecte à l’Italie.

Surveiller, exclure

68Qui est l’étranger dans la commune mixte ? Dans l’Est algérien et dans les confins de l’arrondissement de Bône en particulier, les étrangers sont italiens. D’autres communautés présentes dans la colonie – Espagnols, Maltais – ne se sont pas installées dans la région de La Calle.

  • 73 G. Loth, 1905.

69Les Italiens se sont installés dans le Constantinois dès les premières années qui ont suivi la conquête. Venus du sud de la péninsule, ces Napolitains, Calabrais ou Siciliens, souvent très pauvres, se regroupent dans les communes littorales, où ils exercent des activités liées au port (pêche, conserverie) ou au bâtiment. Ils sont en revanche peu présents dans l’intérieur : Gaston Loth signale néanmoins leur présence dans les communes mixtes de l’Edough et de La Calle, où ils vivent de l’exploitation forestière73. Les premiers Italiens installés dans la commune mixte et détenteurs de concessions étaient français naturalisés, l’accès à un titre provisoire de propriété étant conditionné par la nationalité française. Ces colons français d’origine italienne, peu nombreux, n’attirent donc pas l’attention des autorités à la fin des années Trente.

70D’après le recensement de 1936, la commune mixte rassemble 918 Européens sur une population totale de 36 537 habitants, dont 33 sont désignés comme étant étrangers, sans autres précision d’origine. La forte présence de la communauté italienne dans la région nous autorise à penser que la majorité d’entre eux sont italiens. Il est toutefois nécessaire d’affiner ce constat. Les Italiens « étrangers » ne sont pas tous recensés dans la commune mixte. Souvent travailleurs forestiers dans les douars de la commune, ils peuvent néanmoins résider dans la commune littorale, qui a pour particularité de regrouper plus d’Italiens que de Français, ou en Tunisie.

  • 74 S. Thénault, 2012.

71Les mesures de surveillance à l’encontre des étrangers concernent particulièrement les personnes soupçonnées d’avoir une attitude qualifiée d’« anti-française ». Les étrangers italiens font office de suspects dans la mesure où ils sont susceptibles de soutenir le régime fasciste. Les relations entre la France et l’Italie n’ont cessé de se dégrader, du fait notamment des ambitions de Mussolini sur le protectorat tunisien mais cela ne date pas du régime du Duce : les intérêts français et italiens s’opposent dès la signature du traité du Bardo en 1881. Avec l’entrée de la France dans la seconde guerre mondiale, les étrangers suspects en raison de leurs engagements politiques peuvent être éloignés et internés74. Deux affaires aux issues opposées mettent en lumière des processus démesurés de surveillance et éventuellement de sanction de ces populations, dans lequel sont engagés les tenants de l’administration locale et les représentants de l’autorité militaire.

72La première affaire concerne la surveillance d’Auguste Calgari, domicilié à La Calle depuis plus de dix ans au moment des faits. L’enquête dont il fait l’objet commence en mars 1939, à la demande du chef de brigade de surveillance du territoire. Cet homme est contremaître et exerce son activité dans diverses sociétés d’exploitations forestières où travaillent conjointement Italiens et Algériens. Sa situation le rend suspect à plusieurs égards : il n’est pas naturalisé et travaille dans des exploitations proches de la frontière algéro-tunisienne ; il est susceptible de diffuser une propagande anti-française auprès de ses ouvriers algériens. Calgari fait l’objet d’une enquête où se coordonnent le commissaire de la police spéciale départementale, l’administrateur de la commune mixte, mais aussi le caïd du douar Chiebna où se situe l’une des exploitations. La procédure est minutieuse et aboutit à la vérification de l’identité, des contrats d’embauche, et des visas de l’ensemble des employés des exploitations concernées. Ces démarches conduisent finalement à innocenter Calgari et l’ensemble des ouvriers forestiers. Le commissaire dénonce à demi-mot l’initiative du chef de brigade de défense du territoire, finalement peu fondée. Cette première affaire fait état de la polarisation excessive qui marque la communauté italienne, et surtout les non naturalisés du fait d’une conjonction de problématiques mêlant la surveillance des étrangers, l’opposition au fascisme, et la crainte d’éventuelles accointances entre des Italiens anti-Français et des Algériens. La surveillance concerne des personnes anciennement installées sur le territoire, qui n’avaient pas fait l’objet de soupçons particuliers jusqu’à la fin des années Trente. Les tensions internationales les stigmatisent.

  • 75 ANOM 93302/83.
  • 76 Ce camp, comme Mecheria et Géryville, se situe dans les Territoires du Sud, sur le territoire milit (...)

73La seconde affaire concerne un groupe d’hommes italiens soupçonnés, pour des propos tenus dans un café, d’être « fascistes et anti-Français […] sujets à suspicion au point de vue national ». Ces suspicions suffisent à justifier une enquête dont le commissaire de la police spéciale relate le contenu au sous-préfet le 16 août 193975. Joseph Casa est au cœur de l’enquête. Cet entrepreneur arrivé en Algérie en 1920 est réputé pour être un « partisan acharné du régime fasciste » ; il est néanmoins soutenu par le maire de La Calle (CPE) Joseph Barris du Penher. Mis sur écoutes, puis soumis à une perquisition, il est arrêté le 10 juin 1940 pour détention d’explosifs et d’affiches de Mussolini, pus interné dans le centre de Berrouaghia, camp situé en territoire civil dans le département d’Alger. Deux de ses camarades, Mellis et Scanapieco, sont astreints à résider au centre de séjour surveillé de Djenien-bou-Rezg, par arrêté du préfet du 28 juin 194076. Leur âge avancé entraîne un raccourcissement de la peine. Dans ce cas, la procédure d’enquête, menée conjointement par l’administrateur et le commissaire de la police spéciale départementale, se solde par une condamnation qui met en évidence des pratiques spécifiques : l’enquête puis l’internement. Ces procédures s’appliquent à des individus simplement soupçonnés de propos « antinational ».

  • 77 ANOM 93302/83, lettre du préfet délégué à la sécurité générale de la Tunisie au directeur de la séc (...)

74La surveillance des populations ne concerne pas uniquement des habitants permanents des lieux : la commune mixte, frontalière de la Tunisie, est également une région possible de passage pour des populations venues de Tunisie ou des colonies italiennes. Mohamed Tabag, tripolitain ayant demeuré à Bône, est soupçonné de vouloir franchir en fraude la frontière algérienne77.

  • 78 ANOM93302 /70, plan de mobilisation rédigé par l’administrateur, 12 juin 1930.
  • 79 ANOM 93302/83, lettre du caïd du douar Chiebna à l’administrateur, 24 février 1939.
  • 80 ANOM 93302/83, rapport n° 809 du commissaire de la police spéciale départementale au sous-préfet, 1 (...)

75L’administration locale vient ici prêter son concours aux services de la police spéciale départementale, et le caïd voit ses fonctions de surveillance s’appliquer non seulement aux Algériens, mais aussi aux Italiens. Jusque-là interface entre populations colonisées des douars et administration française, il prend place, par une extension de ses prérogatives, dans des procédures d’exception, du fait de la connaissance du terrain – le douar – qu’il administre. Cette évolution de fait de la fonction caïdale dans le contexte de la guerre, trouve ses racines dans des mesures plus anciennes, datant de juin 1930, qui étendent les missions de surveillance aux lignes télégraphiques, aux voies ferrées et déjà, aux étrangers. Les caïds sont autorisés à procéder à des arrestations et sont assistés dans ces tâches par les gardes-champêtres, les khodjas ou encore les cavaliers de douars78. Comment investissent-ils ces fonctions ? Les sources révèlent l’implication volontaire, voire zélée des adjoints dans ces missions étendues : « Vous me dites d’exercer une active surveillance […] J’ai l’honneur de vous faire connaître qu’aujourd’hui même j’ai effectué une tournée dans ce chantier italien79. » Valorisés peut-être par cette nouvelle charge, les caïds sont ainsi associés à des enquêtes secrètes qui appuient le travail du commissaire de la police spéciale départementale80.

  • 81 A. Rey-Glodzeiguer, 2003.

76La superposition des administrations militaire et civile place encore davantage le caïd du côté des autorités françaises. Si la commune mixte de La Calle est particulièrement concernée par des procédures de surveillance qui mettent en avant les caïds, leur implication et leur loyalisme se retrouve dans toute la colonie sous le régime de Vichy. Annie Rey-Goldzeiguer évoque à leur sujet les « égards » du général Maxime Weygand, qui encourage les administrateurs à les associer au mieux à leurs décisions. Flattés et pris en considération, ils font preuve d’un certain loyalisme envers le régime de Vichy81. Si leur ralliement peut être un gage de cohésion pour le régime, il s’avère indispensable dans les vastes territoires des communes mixtes. Leur connaissance du terrain, mais aussi la difficulté à solliciter de nouvelles forces en temps de guerre explique la multiplication des missions qui leur sont confiées.

  • 82 ANOM 93302/72.

77Jusqu’en 1943, la surveillance des voies de communication et des lignes électriques constitue l’essentiel de leurs missions ; l’administrateur a recours à leurs services pour limiter les actes de malveillance qui se multiplient au sein du douar Beni Amar ou encore sur la ligne qui mène de La Calle à Lamy. Mais l’insuffisance des forces locales et la multiplication des méfaits le conduisent à désigner des Algériens pour exercer cette fonction : 337 hommes de 20 à 50 ans sont concernés à Beni Amar. Après le débarquement anglo-saxon, l’activité des caïds hors de leurs missions traditionnelles dans les douars se poursuit. Leur zèle contraste avec l’attitude des Algériens qu’ils continuent d’administrer dans les douars. Ainsi, un avion anglais tombé à Souarakh est pillé par une dizaine d’habitants du douar. Le caïd dénonce ce laxisme et ses administrés sont inculpés82.

  • 83 Ibid.
  • 84 J.-L. Planche, 2006.
  • 85 S. Thénault, 2012.

78L’attention portée aux Italiens semble néanmoins atténuer la surveillance des populations algériennes dans la commune mixte. Celles-ci sont concernées par les enquêtes et contrôles, mais de façon indirecte. Elles ne sont pas considérées comme initiatrices d’une action anti-française, mais plutôt réceptrices potentielles d’une propagande venue de l’extérieur. Très souvent illettrées, en contact avec des ouvriers ne parlant pas l’arabe, elles sont plutôt mises hors de cause dans les enquêtes engagées à l’encontre des Italiens83. Le faible engagement politique des Algériens de la région peut expliquer qu’ils soient relativement épargnés, et selon les rapports périodiques sur la situation politique des Algériens datés d’août 1944, aucun d’entre eux n’a fait l’objet d’un internement administratif. La commune mixte est-elle, à ce moment du conflit, un espace préservé de l’Est algérien ? L’étude de J.-P. Peyroulou sur Guelma ou encore le travail de J.-L. Planche sur Sétif évoquent, en 1945, suite aux événements survenus dans ces villes, une contagion de la violence aux espaces alentours. Dans les communes où la sous-administration s’accroît, avec l’engagement de fonctionnaires dans le conflit, les tensions entre les groupes sont vives. L’impunité est alors possible, légitimée par exemple par l’autorisation de Darlan qui autorise les colons à s’armer dès 194284. Par ailleurs, dans l’ensemble de la colonie, les Algériens sont soumis à ces nouvelles dispositions juridiques et à l’internement dans des camps, « au nom de la défense de la sécurité et de l’ordre publics85 ».

  • 86 ANOM 93302/83.

79La commune mixte, dans la totalité de ses sections, est soumise à des enquêtes qui conduisent à envisager son territoire et son peuplement d’une façon nouvelle. Les personnes surveillées ne sont pas les exploitants agricoles qui vivent dans la circonscription, mais des individus de passage, dont la résidence est temporaire du fait d’une activité salariée saisonnière liée ici à l’exploitation de la forêt. La forte visibilité de ces populations surveillées dans ce contexte de la guerre met en creux le peuplement permanent de la commune autant que les problématiques quotidiennes envisagées jusque-là. Les habitants apparaissent néanmoins, en toile de fond des enquêtes, témoins anonymes qui apportent leur concours aux autorités. À propos de Joseph Casa, le rapport évoque « l’avis même des personnes qui le croient anti-français », « les personnes qui au contraire le tiennent pour un homme sérieux86 ». Les procédures de surveillance et d’exclusion dépassent l’échelle communale pour mettre en évidence une commune mixte sous tensions, à la croisée de logiques territoriales multiples associant métropole, Algérie et Tunisie.

L’antisémitisme dans la commune mixte

  • 87 En 1870, le décret Crémieux accorde la nationalité française aux Juifs d’Algérie.
  • 88 J. Cantier, 2002.
  • 89 Ibid. La famille El Haïk de Lacroix en est la seule représentante parmi les concessionnaires instal (...)
  • 90 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet le 31 octobre 1940.

80Dans l’ensemble de l’Algérie, l’avènement du régime de Vichy se concrétise par la mise en œuvre d’un antisémitisme d’État dont la première mesure emblématique est l’abrogation du décret Crémieux87. Le 8 octobre 1940, la publication de cette loi au Journal Officiel, avant l’instauration de statut des juifs, définit le statut de l’israélite indigène d’Algérie, dont les droits équivalent à ceux des Algériens, à l’exception de la demande de naturalisation qui ne leur est pas permise. Jacques Cantier explique que cette mesure précoce du gouvernement français répond à une demande locale française88. Dans la commune mixte de La Calle, la communauté juive est quasi absente, mais le régime de Vichy cherche à rallier les Algériens à sa politique antisémite, s’appuyant sur « l’existence d’un antisémitisme musulman ne demandant qu’à s’exprimer de façon active89 ». Une circulaire datée du 31 octobre 1940 portant sur les « réactions des populations musulmanes sur le statut des israélite » permet néanmoins d’identifier le point de vue de la population algérienne par catégories sociales90. Élus musulmans, commerçants et employés, fellahs, salariés sont interrogés. Si ces deux dernières catégories sont indifférentes à l’abrogation du décret Crémieux, la satisfaction est unanime pour les autres personnes interrogées. Selon l’administrateur, « la nouvelle que les Israélites ne participeront plus à l’avenir aux destinées du pays a provoqué une satisfaction sincère chez les élus de la région ». Les commerçants et employés vont même jusqu’à anticiper la mise en place du statut des juifs, indiquant que le

  • 91 Ibid.

Maréchal Pétain ne s’arrêtera pas en si bonne voie et que par des mesures appropriées, il saura interdire aux juifs certains commerces ou pratiques dont les musulmans en relation d’affaires avec les israélites sont toujours les victimes91.

La Calle, un abri

  • 92 ANOM 93302/83, circulaire de l’administrateur aux adjoints spéciaux des centres, le 4 novembre 1939

81La guerre marque le territoire de la commune mixte par divers mouvements de populations. Les mobilisés génèrent des départs, notamment parmi les colons vivant dans les centres, ceux du nord en particulier. Quatorze agriculteurs quittent leurs terres à Lamy, treize à Blandan, dix à Yusuf et huit Au Tarf. La mobilisation ne concerne qu’un exploitant à Toustain et à Lacroix, deux à Roum El Souk92. Ces départs génèrent un manque de main-d’œuvre qui s’accuse avec la mobilisation des ouvriers agricoles algériens.

  • 93 ANOM 93302/67, dossier « dispersion ».
  • 94 ANOM 93302/67, arrêté du 5 décembre 1942, art.1 : « Tout chef de famille logeant en appartement ou (...)

82La circonscription constitue par ailleurs un lieu d’accueil pour des troupes étrangères, mais aussi pour les réfugiés bônois qui quittent leur ville bombardée le 13 novembre 1942, quelques jours après le débarquement anglo-saxon. L’installation de ces exilés entraîne la réquisition de logements, de locaux dans les centres de colonisation selon les instructions données en février et mars 1940, dans le cadre de la défense passive93. Les centres de Blandan, le Tarf et Yusuf sont particulièrement désignés. Sont d’abord réquisitionnées les salles ou maisons non occupées, mais en fonction des besoins, les habitants de la commune sont appelés à accueillir soldats ou populations civiles au sein même de leur foyer. Une déclaration du nombre de personnes vivant au domicile et des pièces qui le composent permet de définir la capacité d’accueil de chaque maisonnée. Seuls les centres de colonisation participent à ces réquisitions, mais dans ces villages, les Algériens sont concernés dans la mesure où ils sont propriétaires de leur habitat94. Ainsi, à la fin de l’année 1942, le centre du Tarf accueille cent vingt réfugiés, tandis que Lamy en compte quatre-vingt dix. On en dénombre dix-neuf à Roum-El-Souk, dix à Lacroix ou encore sept à Munier. Dans ces deux derniers centres où les colons sont en petit nombre, les réfugiés représentent une part conséquente du peuplement. Les propriétaires de grands domaines ou encore les veuves qui logent seules dans leur domicile accueillent un nombre important de personnes. Les locaux inutilisés changent d’usage pour répondre à la demande : épiceries, cafés maures, écoles accueillent des populations.

  • 95 ANOM 93302/69, lettre du docteur Gallet au préfet du département de Constantine, le 18 août 1948.

83L’adjoint spécial de Lamy signale que les habitants du centre « n’hésitèrent pas à répondre à l’appel de M. l’administrateur », d’autant que l’accueil donne droit à indemnités95. Celles – ci sont fixées par l’arrêté du 15 juillet 1943 et les prix varient en fonction de la date de construction du logement (avant et après 1914) et de son niveau d’équipement. En temps de restriction, ces loyers peuvent constituer un complément de revenus non négligeable pour les colons de la commune mixte et tout particulièrement pour les propriétaires absentéistes qui hébergent de nombreux réfugiés dans leurs locaux totalement vacants : à Lamy, Innocent Mannoni accueille douze personnes dans un immeuble de trois pièces.

  • 96 Ibid.

84Dans un cas extrême, la vénalité de certains comportements conduit d’ailleurs les loueurs devant les tribunaux. Le Docteur Gallet, adjoint spécial de Lamy, est cité par le colon Colonna Ceccaldi devant le juge de paix de La Calle, puis devant le Tribunal civil de Bône. Le colon réclame à l’adjoint le paiement d’un loyer de cinq cents francs par mois pour « une petite maison de quatre pièces inhabitée et ruinée […] pour trois familles de réfugiés musulmans », au motif que le préfet ne peut déléguer son pouvoir de réquisition à un adjoint spécial96. Les occupants de la maison n’ayant certainement pas pu s’acquitter du loyer, Colonna tente d’obtenir la somme par tous les moyens. Estimant que les réfugiés y ont commis des dégâts, il réclame en plus soixante-dix mille francs de dommages et intérêts. En 1948, l’affaire n’est toujours pas close et l’ex-adjoint s’en remet à la bienveillance de l’administrateur.

  • 97 ANOM 93302/68, lettre de l’adjoint spécial de Blandan à l’administrateur, le 27 mai 1943.

85L’avantage financier tiré des hébergements profite également aux recettes de la commune. L’adjoint spécial du centre de Blandan, où ont été accueillies des troupes britanniques, s’en félicite, considérant que la commune qui a profité de l’indemnisation « y aura trouvé un bénéfice appréciable, loin d’être négligeable97 ».

Notes

1 G. Fabbiano, 2011 p. 9. L’anthropologue montre que l’absence physique des Européens dans le douar des Beni Boudouane n’exclut pas pour autantl’intrusion coloniale « insinuée dans le tissu local jusqu’à atteindre l’intimité des habitants, dont elle a façonné, même indirectement, les relations sociales ».

2 E. Blanchard, S. Thénault, 2011, p. 3.

3 BOGGA n° 267 « Rapport à l’Empereur par le ministre secrétaire d’État au département de la Guerre Niel », année 1868, p. 216.

4 ANOM 93302/144, « Résultats à attendre du contact de la colonisation provoquée par la constitution de la propriété individuelle », F.-E. Dieudonné, 1894.

5 ANOM GGA 8X386

6 J. H. Meuleman, 1984.

7 C.-R. Ageron signale que l’hectare de terre se vendait en moyenne 436 francs en 1925 (Ageron, op. cit., p. 480). En 1919, des Algériens achètent des lots à des Européens jusqu’à 700 francs l’hectare (93302/163). Les lots urbains, comportant une maison, sont plus onéreux. Cela n’atteint pas cependant les montants très élevés proposés par l’historien (1687 francs l’ha en 1925, 1680 en 1930).

8 ANOM 93302/163.

9 ANOM 93302/68, lettre de Joseph Barris du Penher à l’administrateur, le 23 octobre 1939.

10 ANOM 93302/68, note de l’administrateur à l’adjoint spécial du centre de Lamy à propos de la requête de Mme Veuve Thivolet le 6 juillet 1940.

11 ANOM 93302/12, rapport semestriel de l’administrateur Michel Grech, 19 juin 1926

12 Ibid.

13 K. Kateb, 2006.

14 Ibid.

15 J. Bouveresse, 2008.

16 A. Kadri, 2006.

17 F. Colonna, 1975.

18 C’est par le terme « ferme » que Norbert Gasnier désigne l’exploitation familiale. Ce terme ne désigne pas ici les lots de fermes qui étaient proposés aux colons en marge des centres de colonisation.

19 Le témoignage écrit par Norbert Gasnier, ainsi que quelques documents iconographiques représentant les familles françaises et algériennes en situation de travail, sont mises en relations avec divers documents issus des fonds de la commune mixte de La Calle ou de la préfecture de Constantine : ANOM 93 2M/103, ANOM 93302 /163 et 93302/83.

20 D. Lefeuvre, 1997.

21 ANOM 93302/172, lettre de l’adjoint spécial Cipriani à l’administrateur le 11 décembre 1933.

22 ANOM 93302/172, feuille de renseignements de l’adjoint spécial Cipriani à l’administrateur le 24 mars 1931 : « En ce moment, tous les lots appartiennent encore à des Européens. Il n’y a aucun de ces lots qui soit en possession d’indigènes ».

23 ANOM 93302/90, liste du jury criminel de 1855.

24 Selon l’État-civil, Marcel Borgeaud est né en 1897 à Mustapha (Alger), fils d’Alfred Borgeaud d’origine suisse et viticulteur. Ces éléments nous conduisent à faire le lien entre ce colon et Henri Borgeaud, propriétaire du célèbre domaine de La Trappe. Pourtant, l’ouvrage consacré à cette famille par Michèle Barbier ne fait pas référence à un Marcel Borgeaud ; elle cite néanmoins l’existence d’un « grand domaine agricole dans l’Est algérien ». Cf. M. Barbier, 1995.

25 ANOM 93302/172, lettre de Marcel Borgeaud à l’administrateur, le 11 décembre 1930.

26 Plus précisément, le rapport de l’administrateur pour le premier semestre 1926 fait état de frais inhérents à la commune pour indemnités de monture aux gardes-champêtres des douars, ainsi que pour indemnités de cherté de vie aux khodjas. Ces dépenses s’élèvent à 12000 francs tandis que le budget de la commune est excédentaire de 3715 francs.

27 ANOM 93302/172, ibid. 7 mai 1930.

28 Ibid.

29 Ibid.

30 ANOM 93302/166.

31 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet, 25 septembre 1941.

32 Ibid.

33 Cf. C.-R Ageron., 1979.

34 Gouvernement général de l’Algérie, Cartes de la répartition de la propriété foncière en Algérie publiées par ordre de M. Roger Léonard, Alger, Imprimerie Baconnier Frères, 1951.

35 ANOM 93302/ 163, rachat Lettre du préfet à l’administrateur de la commune mixte de La Calle, le 15 septembre 1920.

36 Ibid.

37 E. Larcher, 1923.

38 Cité par J. H. Meuleman, 1984.

39 Ibid.

40 ANOM 93303/149.

41 ANOM 93302/136.

42 Il précise que cette superficie s’organise de la manière suivante : 5000 hectares de forêts communales, 15400 hectares de forêts particulières (Sociétés des forêts de La Calle, Gasquet, Edough), 31050 hectares de terres de parcours.

43 Les recensements sont rassemblés dans ANOM 93302/25.

44 ANOM 93302/164, lettres de l’adjoint spécial Porterie à l’administrateur : 20 juillet 1920, 17 janvier 1930, 18 janvier 1930, 16 novembre 1934.

45 ANOM 93302/164, lettre du directeur de l’enregistrement et du timbre au préfet, 28 juillet 1934.

46 ANOM 93302/164, lettre de l’adjoint spécial à l’administrateur, avril 1935.

47 ANOM 93302/164, lettre d l’adjoint spécial à l’administrateur, 20 juillet 1920.

48 ANOM 93302 /164, Ibid. 17 janvier 1930.

49 ANOM 93302/164, lettre de Georges Morin à l’administrateur, 16 novembre 1934.

50 Ibid. Cette allusion – rare dans nos sources – renvoie aux pouvoirs disciplinaires de l’administrateur et à l’application de l’indigénat. Le colon G. Morin s’en remet à lui après avoir échoué à faire condamner Gerdani par le juge de paix de la Calle (CPE) qu’il qualifie d’« arabophile ».

51 ANOM 93302/164, lettre de l’adjoint spécial à l’administrateur, 16 novembre 1934.

52 Ibid.

53 ANOM 93302/4.

54 R. Bertrand, 2008, p. 10.

55 J.-L. Planche, 2006.

56 Pour appréhender le monde du contact dans la guerre, en particulier l’évolution des relations et la politisation des campagnes, nous devons beaucoup à l’ouvrage de A. Rey-Goldzeiguer, 2003.

57 ANOM 93302/70, contre-espionnage, dispositions générale, du préfet aux administrateurs des communes mixtes de La Calle, Souk Arhas, Morsott, Tebessa, 1925.

58 ANOM 93302/70, Préfecture de Constantine, Bureau militaire, circulaire secrète du préfet aux maires et administrateurs du département, 25 mai 1930.

59 ANOM 93302/70, plan de mobilisation, 12 juin 1930.

60 Dans le détail, la protection de la voie ferrée est assurée par les caïds des douars Seba, Beni Amar, Ouled Dieb, Tarf, Khanguet Aoun et Nehed. La surveillance du littoral concerne les douars du nord de la commune mixte : Seba, Ouled Dieb, Brabtia et Souarakh.

61 ANOM 93302/70, plan de mobilisation, 12 juin 1930.

62 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.

63 Cf. S. El Mechat, 2002.

64 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.

65 Le 7 janvier 1935, un traité franco-italien conclu entre Mussolini et Pierre Laval, alors président du Conseil, devait adoucir les relations entre les deux États, notamment grâce à l’octroi conditionnel de la nationalité française pour les ressortissants italiens. Cet accord génère une polémique : Laval est accusé de procéder à des engagements secrets en faveur de l’Italie. Cf. C. Levisse-Touzé, 1998, p. 16. et aussi H. de Montety, 1937, pages 409-425.

66 J. Bessis, 2000.

67 Ibid., p. 66.

68 ANOM 93302/70, note de service de général Hanote, Tunis, 19 juillet 1938.

69 Le texte intégral est consultable dans ANOM 93302/83.

70 P. Weil, 1995, p. 81.

71 ANOM 93302/83, décret sur la police des étrangers, 2 mai 1938.

72 ANOM 93302/83, lettre du préfet de Constantine aux administrateurs de communes mixtes, le 16 novembre 1940, en référence aux circulaires des 26 novembre 1939, 6 juin 1940, 30 juillet 1940, 17 octobre 1940.

73 G. Loth, 1905.

74 S. Thénault, 2012.

75 ANOM 93302/83.

76 Ce camp, comme Mecheria et Géryville, se situe dans les Territoires du Sud, sur le territoire militaire d’Aîn Sefra. Il rassemble les suspects du point de vue politique. Cf. S. Thénault, 2012.

77 ANOM 93302/83, lettre du préfet délégué à la sécurité générale de la Tunisie au directeur de la sécurité générale d’Alger, 26 novembre 1941.

78 ANOM93302 /70, plan de mobilisation rédigé par l’administrateur, 12 juin 1930.

79 ANOM 93302/83, lettre du caïd du douar Chiebna à l’administrateur, 24 février 1939.

80 ANOM 93302/83, rapport n° 809 du commissaire de la police spéciale départementale au sous-préfet, 13 mars 1939.

81 A. Rey-Glodzeiguer, 2003.

82 ANOM 93302/72.

83 Ibid.

84 J.-L. Planche, 2006.

85 S. Thénault, 2012.

86 ANOM 93302/83.

87 En 1870, le décret Crémieux accorde la nationalité française aux Juifs d’Algérie.

88 J. Cantier, 2002.

89 Ibid. La famille El Haïk de Lacroix en est la seule représentante parmi les concessionnaires installés dans les centres. Ces propriétaires ont été soumis aux lois d’aryanisation des biens juifs. En 1948, leur situation n’a toujours pas été rétablie (ANOM 93302/165).

90 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet le 31 octobre 1940.

91 Ibid.

92 ANOM 93302/83, circulaire de l’administrateur aux adjoints spéciaux des centres, le 4 novembre 1939.

93 ANOM 93302/67, dossier « dispersion ».

94 ANOM 93302/67, arrêté du 5 décembre 1942, art.1 : « Tout chef de famille logeant en appartement ou occupant un immeuble personnel devra héberger un nombre de réfugiés ou de militaires qui sera fonction du nombre des membres présents de sa famille et des pièces qu’il occupe », art. 5 : les entreprises industrielles, commerciales ou agricoles non requises pourront avoir également à libérer 30 % au moins de leurs locaux. »

95 ANOM 93302/69, lettre du docteur Gallet au préfet du département de Constantine, le 18 août 1948.

96 Ibid.

97 ANOM 93302/68, lettre de l’adjoint spécial de Blandan à l’administrateur, le 27 mai 1943.

Table des illustrations

Légende Photographie 1. Les familles de l’exploitation GasnierCette photographie a été prise devant les gourbis, à une centaine de mètres de la ferme. De gauche à droite, on distingue, debout, Mme Marie Gasnier, née Marie Barbara, épouse de Louis Gasnier et mère de Norbert, notre témoin. À côté d’elle, Mahdoub, Madjid, Sadek, Yamina et son enfant. Norbert est au premier plan, à gauche, puis Aridi et Ahbeche.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46130/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search