Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Dynamiques de l’espace social et évolution du territoire 1909-1946

Chapitre 5. Le douar, un espace homogène ?

Texte intégral

1À la fin des années Quarante, les douars sont des entités majeures du territoire de la colonie, tant par la population qu’ils regroupent que par la superficie qu’ils couvrent. Ainsi, l’Algérie du Nord compte 78 communes mixtes dont 97 % de la superficie est constituée par 1054 douars. Mais ces entités, dans une moindre mesure, sont aussi intégrées aux communes de plein exercice : 232 douars couvrent 90 % de leur superficie et rassemblent 45 % de la population des dites communes. Etudier les douars de la commune mixte signifie donc appréhender un territoire dont la nature juridique et administrative évolue, mais aussi s’intéresser à leur population dans ses relations à son espace de vie.

Dans les faits, des espaces exploités jusqu’en 1919

2Jusqu’à la réforme des djemaa en 1919, les douars sont considérés par les maires et les administrateurs comme autant d’espaces de ressources : très peuplés, ils augmentent les recettes fiscales des communes qui les englobent.

« La commune de plein exercice, c’est l’exploitation de l’indigène à ciel ouvert »

  • 1 Cette phrase est consignée dans un rapport au Sénat le 8 février 1892.
  • 2 Exposé du gouverneur général, 1882, p. 15.
  • 3 Cité par C.-R. Ageron, 1970, p. 82. Il précise les impôts dus par les populations algériennes : pat (...)
  • 4 Ibid., p. 29.
  • 5 Ibid.

3Cette célèbre citation de Jules Ferry illustre bien la place des douars et de leurs habitants en commune de plein exercice1. Ces circonscriptions, dévolues à la population européenne, comprennent néanmoins des douars, comme le stipule le décret de 1874. Les annexions s’effectuent au gré des demandes du conseil municipal après accord du gouverneur général. Elles pourraient trouver leur légitimité dans une citation extraite des délibérations du Conseil supérieur du gouvernement : « il est généralement impossible de constituer, sans l’adjonction de douars, des communes offrant des conditions de prospérité2. » Les douars fournissent en effet des ressources financières importantes, notamment du fait du cumul, jusqu’en 1918, de l’impôt arabe et de l’impôt français direct et indirect imposé aux populations algériennes. Le cumul des deux systèmes fiscaux, imposé aux seuls Algériens, est profitable aux finances de la commune de plein exercice : selon Burdeau, en 1889, les recettes communales évaluées à 11 769 016 francs, étaient à 75 % acquittées par les Algériens3. Ageron rappelle, selon l’expression locale, que les communes françaises « vivaient en mangeant l’indigène4 ». Elles vivaient mieux que les circonscriptions métropolitaines, dotées d’un budget privilégiant les indemnités des maires ou encore les commodités tels les squares ou les rues plantées d’arbres5.

  • 6 A. Bernard, 1921.
  • 7 J. Cambon, 1918.
  • 8 Ibid.

4L’effort fiscal consenti par les Algériens n’est pas compensé par une intégration de ces contribuables à la vie politique de la commune, comme le souligne Augustin Bernard ; les douars ne constituent alors qu’« un supplément appréciable de ressources6 ». Cette évolution dans l’organisation communale est une dérive, un abus, dénoncé à plusieurs reprises par les politiques et les populations colonisées. L’annexion des douars par les communes de plein exercice est soumise à l’accord du gouvernement général, et Jules Cambon, qui occupe ce poste de 1891 à 1897, « a pris pour règle de rejeter ou d’ajourner les demandes qui n’ont pour toute justification que le désir d’accroître les recettes des communes7 ». Il dit se féliciter d’avoir, en cinq ans d’exercice, autorisé seulement deux annexions qui étaient justifiées8.

5Mais l’action du gouverneur ne parvient pas à limiter l’ensemble de ces pratiques abusives que les habitants des douars les dénoncent. En 1896, les Algériens de la commune de Tablat, dans l’Algérois, adressent une pétition au Parlement dès 1891, et fustigent le manque de considération dont ils sont victimes :

  • 9 Journal Officiel, 7 novembre 1896, p. 430.

Dans les communes de plein exercice, nos douars n’ont d’autre rôle à jouer que celui de troupeaux gardés uniquement en vue du produit. Partout, sous prétexte de fusion et de solidarité, on a organisé, entre les colons et nous, un ingénieux système de bourse commune, où notre main a pour fonction unique de verser sans relâche, et la leur de puiser librement9.

  • 10 A. Burdeau, 1892.

6Dans le même ordre d’idée, Auguste Burdeau craint « qu’une idée généreuse serve de prétexte à une sorte d’exploitation de l’indigène et que, sous couleur de l’émanciper, on fît du douar un domaine de rapport pour la commune10 ».

7À cette exploitation financière s’ajoute en effet un semblant de prise en compte des intérêts des Algériens. L’expression de leurs requêtes et la défense de leurs préoccupations s’effectue au sein de la djemaa ou du conseil municipal mais aussi par la participation au choix du maire. Mais le cadre législatif qui réglemente le fonctionnement de ces instances restreint considérablement la place des populations colonisées.

  • 11 Cf. C. Collot, 1987.
  • 12 Cette affaire est évoquée dans C. Collot, 1987, G. Meynier, 1981, D. Guignard, 2004, p. 101-122.

8Si la djemaa existe en commune de plein exercice, elle n’est absolument pas reconnue dans les faits. La loi municipale de 1884 réduit les prérogatives des Algériens car elle ne reconnaît pas les djemaa. Ces populations n’ont donc aucun moyen de se défendre car seul le conseil municipal représente les intérêts des sections de commune ; le maire n’a pas à consulter la djemaa11. Plusieurs affaires relevant d’enjeux fonciers mettent ainsi en évidence l’absence de toute marge de manœuvre des Algériens qui veulent défendre leurs intérêts, telle celle des Beni Urjin12. Au sein du conseil municipal, ils ne sont pas davantage représentés, au regard de leur poids démographique. D’après le décret du 7 avril 1884, le nombre de conseillers algériens dans le conseil municipal ne peut jamais dépasser 6 personnes ni excéder le quart de l’effectif total du conseil. Par ailleurs, dans ces limites, la population des douars a droit à un conseiller municipal par tranche de 1 000 habitants. Enfin, le même décret remet en cause leur participation à l’élection du maire. Dès 1892, Charles Jonnart dénonce dans son rapport ce semblant de vie démocratique laissée aux populations colonisées :

  • 13 J. Cambon.

dans les conseils municipaux, la majorité ne tient généralement son mandat que d’une petite minorité de la population qu’elle est censée représenter. Sauf de rares exceptions, les indigènes de communes de plein exercice ne sont ni administrés, ni surveillés. Ils fournissent à bon nombre de budgets communaux le plus clair de leurs ressources et ne reçoivent en retour que de maigres allocations dans la répartition des crédits13.

9Les douars annexés par les communes de plein exercice et leurs habitants sembleraient donc moins bien lotis que ceux qui sont intégrés dans une commune mixte. Considérés comme des pièces rapportées dans un intérêt exclusivement financier, ces entités et leurs populations ne participent pas d’un projet émancipateur tel que le définissent le publiciste Augustin Bernard et avant lui Auguste Burdeau.

Dans les communes mixtes

10Par opposition, la commune mixte apparaît alors comme la structure propice à la mise en œuvre de ce projet. Les douars sont constitutifs de cette structure et la mise en contact des colons et des populations colonisées est pensée a priori comme une condition essentielle à son efficience.

  • 14 A. Bernard, 1921.

11Augustin Bernard met en évidence les prérogatives plus étendues de la djemaa, depuis l’arrêté du gouverneur général du 11 septembre 1895 : la gestion des biens du douar, mais aussi des mesures d’administration générale et la gérance des fonds de sociétés de prévoyance en font un organe plus indépendant14. Cette perception est quelque peu optimiste car la tutelle de l’administration limite systématiquement toute initiative de l’assemblée. Les délibérations de la djemaa sont soumises à l’approbation de la commission municipale. Par ailleurs, les Sociétés de prévoyance, gérées par ces assemblées, sont présidées par l’administrateur qui limite une fois de plus les prérogatives de la djemaa, comme nous allons l’étudier dans de plus amples détails. Ainsi, dans les faits, le rôle de la djemaa reste faible et l’autonomie des populations colonisées n’est pas beaucoup plus effective en commune mixte qu’en commune de plein exercice. En 1916 l’affaire des Ouled Dieb et la victoire de Barris du Penher montrent que, jusqu’en 1919, les djemaa se font et se défont au gré de la volonté administrative.

  • 15 A. de Peyre, 1884.

12Sur le plan financier et fiscal, la situation des Algériens en commune mixte est-elle plus avantageuse ? En 1897, Peyre dénonçait, dans un inventaire exhaustif, la lourde participation des Algériens aux ressources de la commune mixte – octroi de mer, centimes additionnels, taxes diverses – prélèvements qui bénéficient davantage aux centres de colonisation ou à des frais de fonctionnement de l’administration15. Les postes de dépense dans les communes de la colonie privilégient les travaux publics à l’instruction ou l’assistance.

  • 16 D. Guignard, 2010.
  • 17 ANOM 93302/12, rapport semestriel de Michel Grech, administrateur de la commune mixte de La Calle, (...)
  • 18 ANOM 93302/12, Ibid., janvier 1926.
  • 19 C.-R. Ageron, 1979.
  • 20 J. Bouveresse, 2008.

13Cette gestion des priorités contraste alors avec les choix opérés en métropole, et ce jusqu’en 1914, où le développement de structures scolaires est une priorité. « Ces différences résultent, là encore, de règlements spéciaux à la colonie : après 1882, l’obligation scolaire n’est pas étendue aux enfants d’Algériens ». En effet, un arrêté du 16 janvier 1885 n’impose le respect de l’obligation scolaire pour les garçons algériens qu’à huit douars de Fort-National16. Dans la commune mixte de La Calle, les rapports des administrateurs de l’entre-deux guerres montrent que la scolarisation de ces enfants n’est pas devenue une priorité. En 1919, l’administrateur indique que la circonscription rassemble douze écoles françaises réparties dans les centres de colonisation tandis que les douars viennent d’accueillir cinq écoles17. Il a donc fallu plus de trente ans pour que les enfants des habitants des douars puissent être scolarisés. Le nombre d’écoles est bien évidemment dérisoire au regard du poids démographique des populations. Sept ans plus tard, aucune construction supplémentaire n’a vu le jour, comme l’atteste un nouveau rapport semestriel18. C.-R. Ageron n’attribue pas le faible développement d’écoles dans les douars au seul manque d’effort financier. Il l’explique aussi par « le refus scolaire des musulmans et l’hostilité de la population coloniale19 ». Malgré les revendications de la Délégation indigène, l’insuffisance des structures scolaires pour les Algériens est générale, et ce en dépit d’un programme quinquennal pour les années 1925-1930 au terme duquel seules 95 écoles sont construites sur les 255 prévues20.

14Ainsi jusqu’en 1919, la situation des populations vivant dans les douars n’est pas plus favorable dans l’une ou l’autre des circonscriptions qui organisent le territoire algérien. L’après-guerre marque une rupture et une évolution en leur faveur.

Le douar, un espace qui change de sens

15Le douar est un espace convoité pour les maires et les conseillers municipaux qui souhaitent accroître le budget de leur commune. Il est également un objet de réflexion pour les juristes et les intellectuels qui manifestent un intérêt croissant pour cette entité qui devient première dans le devenir des communes mixtes.

Quel sens donner à ce territoire ?

16Que doit être le douar ? C’est la question que se posent politiques, historiens ou juristes qui interrogent le sens de cette entité née en contexte colonial. Car rappelons-le, si le douar renvoie à une réalité traditionnelle, le douar-commune est bien une création qui contribue à organiser le territoire conquis. Cette entité, comme la commune mixte, est porteuse d’un sens, d’une charge. Le centre de colonisation ne fait pas l’objet d’une telle réflexion, c’est un territoire à l’enjeu plus limité, si ce n’est celui du maintien du peuplement. Les caractères qui définissent le douar sont mouvants. Ils évoluent au gré des décrets et arrêtés selon une ligne directrice : l’acquisition d’une plus grande autonomie pour les populations colonisées qui y vivent.

  • 21 A. Burdeau, 1892. C. Jonnart, 1893.
  • 22 A. Bernard, 1918, et E. Larcher, 1923, op. cit. Nous retiendrons également les travaux de : F. Céci (...)

17Les analyses récurrentes, qui intéressent aussi bien les communes de plein exercice que les communes mixtes, concernent le statut du douar et plus généralement la « question indigène ». Elles trouvent leurs origines dans une période bien antérieure à celle qui nous intéresse ici ; nous avons néanmoins choisi de les mentionner. Ainsi les rapports parlementaires d’Auguste Burdeau en 1891 et de Charles Jonnart en 1892, envisagent cet espace dans son intégration au sein des communes mixtes, mais aussi, et cela est moins exploré, dans les limites des communes de plein exercice21. Les travaux concernant le douar connaissent ensuite une acuité particulière à partir des années 1910 puis à la fin des années 1930 avec l’étude du juriste Henri Brénot. En 1918, les écrits d’Augustin Bernard ou d’Emile Larcher montrent l’intérêt porté à cette entité et les bibliographies de ces auteurs font état de plusieurs thèses de droit consacrées au sujet22. Les savoirs relatifs à la vie des douars se construisent mais la réflexion relative à leur devenir juridique s’appuie encore beaucoup sur leur fonctionnement administratif. Peu d’exemples concrets éclairent ou incarnent les analyses ; la vie ordinaire du douar reste relativement méconnue de ces auteurs.

18En 1918, Augustin Bernard s’intéresse particulièrement à la relation entre la condition « indigène » et la structure communale dans laquelle s’inscrit le douar :

  • 23 A. Bernard, 1918.

Si nous voulons faire l’éducation politique des indigènes de l’Algérie […] c’est évidemment par le régime municipal qu’il faut commencer […] La commune, en créant des besoins et des intérêts collectifs, fait naître par cela même, parmi ses membres actifs, les concerts des volontés et la solidarité des efforts en vue du bien général23.

19Son étude permet de faire un état des lieux de l’organisation municipale de l’Algérie du Nord et de montrer sa complexité, du fait notamment de l’annexion des douars.

  • 24 E. Brénot, 1938.

20Par ailleurs, ces études prennent en compte ces espaces comme les lieux d’expression d’une vie municipale, d’un intérêt collectif. La djemaa est souvent au cœur des réflexions car elle symbolise la structure démocratique qui anime le douar. L’évolution du douar est donc liée à celle des prérogatives et attributions de la djemaa. E. Brenot caractérise ainsi cet espace : « il n’est qu’une pure création française sur la terre algérienne, conçue seulement par nécessité politique et commodité administrative, mais organisé dans le cadre démocratique inhérent à notre peuple24 ».

Le douar devient un centre

  • 25 Ibid., p. 24-38.
  • 26 F. Cécile, 1913 et E. Larcher, 1923.
  • 27 R. Parant, 1955.
  • 28 A. Bernard, 1918.

21Soumis à une forte pression fiscale et tenus à l’écart des aménagements par l’ensemble de l’administration, les douars sont néanmoins perçus comme des espaces perfectibles, dont le potentiel politique reste à exploiter. Au sein des communes mixtes, ils participent du projet général attribué à ce territoire de la transition. Ils sont alors sous observation. Le douar doit-il être considéré comme une section de commune mixte et dans ce cas cet affranchissement est peu envisageable, ou bien est-il une entité, une unité à part entière dont l’aboutissement est l’autonomie25 ? Pour les juristes Fernand Cécile et Emile Larcher, le douar est une véritable unité26. Leur principal argument renvoie à ses attributs et en premier lieu à l’existence de l’assemblée délibérante – la djemaa – qui élit alors elle-même son président à partir de 1919. En commune mixte, cette assemblée délibère sur tout ce qui intéresse la gestion du patrimoine du douar et cette mesure concerne tous les douars à partir de 1870. L’administrateur des Services Civils d’Algérie Roger Parant va également dans ce sens et affirme que les douars – communes sont dotés d’un statut juridique bien plus « avancé » que celui des centres de colonisation : ceux-ci sont simplement représentés au sein de la commission municipale par l’adjoint spécial et les membres élus, mais ils ne sont pas dotés d’une assemblée délibérante27. De ce fait, comme l’affirme Augustin Bernard, « c’est dans les douars dont est formée la commune mixte qu’il faut chercher les embryons de vie communale28 ». Le juriste Emile Larcher rejoint ce point de vue :

  • 29 E. Larcher, 1923.

Il ne faut pas hésiter à affirmer que, dans les communes mixtes, les douars constituent une véritable unité administrative. Ils sont les véritables centres de vie locale et le nom de douar-commune, qui leur est souvent donné, est à ce point de vue bien trouvé. On y trouve un agent administratif, l’adjoint indigène, et une assemblée délibérante, la djemaa, comprenant les chefs de fraction nommés par le préfet sur la proposition de l’administrateur et l’avis du sous-préfet29.

22Ces arguments tendent peut-être à modifier la dynamique qui devrait conduire toute commune mixte à l’éclatement en communes de plein exercice. En effet, cette accession à une forme municipale plus aboutie était envisagée sous l’impulsion des centres de colonisation peuplés d’Européens ; ce sont ces centres qui dans un premier temps devaient s’affranchir de la commune mixte, et cela s’est produit à plusieurs reprises, ailleurs qu’à La Calle où cette évolution n’est concrète qu’en 1948. L’accession de centres au statut de commune de plein exercice implique le rattachement de un ou plusieurs douars à la nouvelle commune créée. Selon ce processus, le douar-commune est considéré comme un territoire sous tutelle, de seconde zone : son évolution dépend de celle du centre de colonisation le plus proche.

23Or, la perception des douars-communes que nous évoquons et qui est exprimée à partir des années 1910 infléchit le projet initial : c’est d’abord de l’émancipation des douars que peut naître l’aboutissement communal attendu. Cette perspective fait son chemin et se concrétise à la fin des années Trente par l’émergence d’une réforme communale : la création des centres municipaux en 1937, qui sont de nouvelles unités administratives issues des douars.

24La difficile mutation des communes mixtes en commune de plein exercice à partir des centres de colonisation peut donc expliquer l’intérêt croissant qui est porté aux douars. Ils apparaissent progressivement comme la clé de voute de l’évolution communale. Espaces d’abord périphériques dans le projet initial, ils deviennent en quelque sorte les nouveaux « centres » de la commune mixte. Alors que les villages européens perdent une partie de leur population, les douars à l’inverse, connaissent un poids démographique croissant. La prise en compte des intérêts de leurs habitants et la recherche de leur adhésion au modèle communal français peuvent constituer des barrages contre d’éventuelles résistances, dans un contexte de montée de la contestation.

De la réforme de la djemaa aux centres municipaux : le douar au cœur des préoccupations politiques

  • 30 C.-R. Ageron, 1979.

25La période de l’après-guerre est marquée par un ensemble de réformes à la faveur des populations algériennes. Le statut du douar est l’une des priorités de la politique amorcée avant la grande guerre et mise en œuvre à partir d’août 1918. Porté par des parlementaires arabophiles et par Jonnart, gouverneur général remplaçant Lutaud, il se heurte aux résistances des colons qui se concrétisent notamment par la création d’une « Confédération des Agriculteurs » en avril 191930. Election des djemaa et modification du statut des caïds en constituent les points majeurs en commune mixte.

Le tournant de 1919

  • 31 R. Parant, 1955.

26Roger Parant, administrateur des services civils, revient sur les grandes lignes du cadre juridique de cette assemblée, qui selon lui a donné les moyens au douar de s’émanciper31. Nous retenons avec lui quatre dates : le sénatus-consulte de 1863, le décret du 6 février 1919, l’arrêté du 5 mars 1919 et le décret du 29 août 1945.

  • 32 Ibid., p. 95.

27La première date marque la création du douar-commune et la territorialisation des tribus. Elle définit cette entité comme « une parcelle de territoire sur laquelle a été fixée une fraction de tribu, une tribu ou plusieurs tribus32 ». La création de chaque douar s’accompagne de la mise en place d’une assemblée délibérante ; son territoire a été délimité puis classé en terrains domaniaux et communaux selon les modalités définies par le sénatus-consulte. Il bénéficie d’un budget propre et les ressources issues des produits de ses biens doivent être utilisées à des dépenses d’utilité commune à tous les habitants. En réalité, la djemaa, structure préexistante à la présence française, est sous l’effet de l’accommodation coloniale, une coquille vide : la nomination de ses membres par l’administration constitue un moyen de pression efficace.

  • 33 Le texte du décret est proposé en annexe 2, p. 422.
  • 34 C. Collot, 1987.
  • 35 Extrait du JOA en annexe 2 p. 425.

28Le décret du 6 février 1919 ainsi que l’arrêté du 5 mars modifient surtout les modes de désignation des membres des djemaa33. Ceux-ci sont désormais élus pour quatre ans, puis pour six ans à partir de 1933, par les habitants des douars. Les djemaa doivent compter 6 à 20 membres en commune mixte, 6 à 16 en commune de plein exercice. En commune mixte, le président de djemaa siège à la commission municipale. L’autonomie de la djemaa est cependant limitée par les modalités de son fonctionnement : elle est convoquée par l’administrateur, et ce jusqu’ au décret 1945. Ses délibérations ne sont exécutoires qu’après ratification par la commission municipale34. Les attributions des assemblées connaissent des changements significatifs avec le décret du 19 août 194535.

  • 36 Le texte du décret d’août 1919 est en annexe 2, p. 421.
  • 37 Ibid., p. 129.

29Les adjoints indigènes deviennent des caïds, à la suite des décrets de janvier et août 191936. Leur recrutement est défini en théorie selon des critères objectifs (être âgé de 25 ans, pratiquer la langue française à l’écrit et à l’oral, avoir accompli un stage) et prévoit même un concours à partir de mars 193937. Dans les faits, pour la commune mixte de La Calle, l’origine familiale, les intérêts du caïd dans le douar d’affectation sont les traits saillants qui émergent des dossiers de personnels. Néanmoins, la connaissance de la langue française est un point commun à la plupart des auxiliaires recrutés après la réforme. Les mentions « instruction primaire, lettré en français » est systématique ; certains sont titulaires du certificat d’études. La rémunération des caïds constitue l’autre volet de la réforme : ils sont désormais fonctionnarisés, classés en catégories qui peuvent les conduire aux dignités d’aghas et de bachagas. Cette rétribution fixe n’améliore pas, selon C. Collot le sort de ces auxiliaires et ne règle pas la question de la prévarication déjà observée et dénoncée.

Les djemaa dans la commune mixte de La Calle

30Dans la pratique, comment la mutation du cadre législatif a-t-elle pris corps sur le terrain ? Comment les populations colonisées de la commune mixte de La Calle se sont-elles emparées de prérogatives jugées croissantes par le législateur ?

  • 38 R. Parant, 1956.

31Roger Parant se pose cette question pour l’ensemble des assemblées. Il s’appuie pour y répondre sur sa « pratique du bled » pour affirmer que le douar, au travers de la djemaa n’est pas parvenu à s’émanciper. Ses arguments pointent la responsabilité coloniale qui a dès l’origine brisé des logiques ethniques puis intégré ces espaces au sein de communes pour lesquelles ils ne sont que des réservoirs financiers38. Mais ils dénoncent aussi l’incapacité des djemaa à gérer les intérêts du douar.

  • 39 ANOM 93302/92, rapport de l’administrateur, 1952.
  • 40 Ibid.

32Qu’en est-il à La Calle ? Les sources témoignent d’une activité limitée de l’assemblée qui ne se saisirait pas de ses prérogatives. Par ailleurs, il semble que l’administration s’emploie à vouloir connaître les travaux de l’assemblée en envoyant le caïd assister aux délibérations, comme cela est prévu par le texte. Pourtant, dans la plupart des douars, les présidents de djemaa écartent les caïds de ces réunions, « par ignorance de ce texte ou par mauvaise volonté39 ». Cette posture est dénoncée par l’administrateur alors que nous sommes en 1952, et que la dernière réforme de 1945 est censée accroître l’autonomie de la djemaa. Ce rejet du caïd rend visible la perception que les habitants des douars ont de lui. Dans la commune mixte de La Calle, ces auxiliaires de l’administration font l’objet d’oppositions de diverses natures dès leur prise de fonction dans les douars. La mise en place d’un président de djemaa élu les place de façon encore plus radicale du côté de l’administration française. En 1919, l’élection d’un président de djemaa membre de la commission municipale ôte au caïd une partie de ses prérogatives au sein du douar et place ces deux hommes en concurrence. Le premier représente les habitants du douar et le second l’administration française. Face à celle-ci, le caïd reste le référent, y compris pour rendre compte des activités de la djemaa et en particulier de ses défaillances : le caïd du douar Beni Amar écrit à l’administrateur le 26 février 1948 et dénonce des délibérations non homologuées ou encore un non-respect du caïd lui-même40.

33La faible activité des djemaa peut s’expliquer par la place encore importante laissée aux autorités françaises qui constituent une véritable tutelle pour l’assemblée car toutes les décisions exprimées par les délibérations de djemaa doivent être ratifiées par le préfet ; l’administration préfère y voir un désengagement pour la chose publique ou une incapacité à prendre en charge des questions relevant de l’intérêt collectif. Ce point de vue conduit d’ailleurs l’administrateur Petit à s’opposer en 1943 à la création de centres municipaux dans la commune mixte :

  • 41 ANOM 93302/17, lettre de l’administrateur au préfet, 10 septembre 1943.

les populations de la commune mixte ne me paraissent en aucune façon être arrivées à un stade d’évolution telle que l’expérience puisse être tentée avec profit pour elles. Il m’apparaît qu’on ne saurait songer actuellement à les familiariser avec le fonctionnement des rouages dont elles ne soupçonnent même pas l’existence. La notion de l’intérêt général n’existe chez les indigènes de la région – à l’encontre de ce qu’il est constaté ailleurs en pays arabe – qu’à l’état tout à fait embryonnaire. Dans ces conditions il semble qu’il convient d’ajourner toute expérience à une époque où une évolution aura pu être constatée pouvant laisser supposer qu’un profit pourra en être retiré pour la collectivité41.

34Ces déclarations appellent plusieurs commentaires. Intérêt général, collectivité, ces termes nous renvoient au sens premier de la commune mixte et aux critiques de Peyre qui dénonçait un intérêt commun improbable, ou à celles de Marchal qui désignait cette circonscription comme une fiction. Au milieu des années Quarante, les mots de l’administrateur Petit semblent donner raison à ces détracteurs de la commune mixte. La conscience collective, l’émergence d’un intérêt général seraient inexistants dans la commune mixte, non seulement entre Européens et populations colonisées mais surtout au sein même de ce groupe. La commune mixte de La Calle semble connaître toutefois certaines spécificités d’après l’administrateur : ce constat la caractérise car les populations colonisées y seraient moins politisées qu’en d’autres lieux de la colonie, au sens générique du terme.

  • 42 ANOM 93302 /12, rapport semestriel de l’administrateur Michel Grech au préfet janvier 1919.

35Pourtant, l’administrateur Michel Grech fait état de la mobilisation des habitants du douar pour l’élection de l’assemblée. Il décrit des opérations qui se sont passées dans le calme, des habitants du douar Meradia frustrés de ne pas avoir pu se rendre sur les lieux du vote à cause des intempéries42. Ce tableau idyllique mérite d’être questionné. L’administrateur a certainement tout intérêt à mettre en avant l’implication des populations colonisées dans le fonctionnement des djemaa et ainsi, une mise en œuvre réussie des réformes dont il est le garant. Pourtant, comment peut-il être aussi sûr de la participation des habitants des douars à cette élection ? L’insuffisance des aménagements en voies de communication doit dissuader une partie de la population de se rendre sur les lieux de vote.

36La djemaa est l’espace institutionnel prévu par l’administration coloniale pour une expression politique des Algériens. Elle constitue la référence unique qui leur permet de jauger l’existence d’une conscience collective. Au milieu des années Trente, l’autonomie politique des Algériens est toujours en question et fait l’objet de nouvelles expérimentations. L’existence même de la commune mixte est remise en cause.

Vers l’autonomie des douars et la suppression des communes mixtes

  • 43 En fait, la suppression des communes mixtes est effective par l’article 53 du Statut Organique de l (...)

37Dans cette perspective, de nouvelles analyses voient le jour, particulièrement lorsqu’il est question de supprimer, dès 1937, les communes mixtes et d’accorder aux douars une totale franchise municipale en en faisant des centres municipaux43. Le rejet de la circonscription devient progressivement une revendication portée par le Congrès musulman.

  • 44 Cf. C. Marynower, 2011, p. 112-124 ; C. Collot, 1974, p. 71-161.

38À l’issue de sa première réunion à Alger le 7 juin 1936, le « Comité exécutif du Congrès » publie une Charte revendicative du Congrès qui présente une série de requêtes rassemblant les vœux des divers groupes : l’association des Oulémas, la Fédération des élus musulmans algériens et l’Etoile nord-africaine. La présentation exhaustive de ces revendications n’est pas notre propos ; nous mentionnons donc particulièrement celles qui concernent le rattachement de l’Algérie à la France, la suppression des institutions particulières à la colonie telles que le gouvernement général, les Délégations financières et les communes mixtes. Ces demandes s’inspirent des revendications adoptées par le congrès national de la SFIO dans un « Cahier de revendications algérien » qui réclame le « rattachement pur et simple à la France avec suppression des rouages spéciaux44 ». Ces revendications ont pesé sur la création des centres municipaux. Pour la première fois dans l’histoire des réformes communales, la voix algérienne contribue à modifier la structure administrative du territoire.

Les centres municipaux

39Ce n’est que le 3 janvier 1949 qu’un projet de création de centres municipaux est proposé pour une partie des sections de la commune mixte de La Calle.

  • 45 E.-P. Viard, 1939.
  • 46 Si la suppression des communes mixtes est annoncée en 1947, elle n’est mise en œuvre qu’à partir de (...)

40Plusieurs travaux portent sur cette question dans les années Trente. Les études théoriques et critiques du début du siècle font place à des productions souvent plus concrètes qui mettent en évidence les changements effectifs qui caractérisent le douar dans le cadre de réformes communales. En 1938 Henri Brénot consacre sa thèse de droit à l’évolution juridique du douar, et un an plus tard, E.-P. Viard se penche plus précisément sur les centres municipaux dans un ouvrage où il propose une analyse critique du texte du décret d’août 1937, et de sa mise en œuvre ; quatre centres ont en effet été créés à la date de rédaction de l’ouvrage45. Les travaux plus tardifs de Roger Parant, administrateur des services civils proposent un travail rétrospectif sur les centres et les douars des communes mixtes, un an avant leur suppression effective46.

  • 47 Texte paru au Journal Officiel de la République Française, 27 août 1937.
  • 48 M. Sellès-Lefranc, 2007, p. 16-30.

41À partir de 1937, la création de centres municipaux annonce la mutation des douars en unités autonomes. Le choix du nom est révélateur : l’espace colonisé ne s’organise plus désormais autour des seuls centres de colonisation et la centralité n’est plus l’apanage des sites dévolus aux Européens. La question de la participation des Algériens à la vie municipale est toujours au premier plan de la question communale. L’article 1 du décret du 25 août 1937 l’atteste : « Il peut être crée, sur le territoire des communes mixtes de l’Algérie du Nord des centres municipaux qui ont pour but d’exercer les Algériens à la pratique de la vie municipale47. » Les mêmes vœux se répètent depuis la création même des communes mixtes et leur réitération atteste de l’échec des dispositifs qui se succèdent. M. Sellès-Lefranc évoque à ce sujet « une stratégie [administrative] de l’entre-deux, soumise à des variations conjoncturelles mais toujours pilotée par la fiction d’une assimilation48 ». La mise en œuvre de ce projet s’effectue de façon progressive, et privilégie quatre sites choisis par le gouverneur général Jules Carde : El-Bordj (Commune mixte de Cacherou, département d’Oran), Aioun-el-Adjaiz (Commune mixte de Chateaudun-du Rumel, département de Constantine), Seriet (Commune mixte de Tablat) et enfin Oumalou (Commune mixte de Fort-National), en Kabylie. La Kabylie est souvent considérée par les maîtres d’œuvre de la colonisation comme une terre où les pratiques politiques sont plus avancées, préservées des influences et intrusions extérieures par un relief montagneux sur lesquels se fixe une population dense, organisée en villages, les taddart. Mais ce sont surtout les djemaa mises en place dans cette région qui lui confèrent une tradition démocratique remarquée par de multiples publications. En 1886, Emile Masqueray la décrivait avec emphase :

  • 49 E. Masqueray, 1886. Bien d’autres travaux sont consacrés à la Kabylie, notamment la somme écrite pa (...)

que l’hôtel de ville soit un plateau du Djurdjura entouré de frênes, une pelouse ombragée de noyers dans le Haut-Abdi […], peu importe en vérité ; on y vient avec empressement des hauteurs ou des vallées voisines ; les décisions prises, ou du moins acceptées par tous, sont exécutées49.

  • 50 ANOM GGA 4L212, cité par M. Sellès-Lefranc, 2007, p. 19.

42Dans ces centres municipaux kabyles, les présidents de djemaa sont de véritables maires, dotés de pouvoirs à l’exception de celui de police. La visibilité de ces nouvelles fonctions est assurée par l’attribution de symboles nationaux : les responsables se voient attribuer l’écharpe tricolore par le ministre de l’Intérieur, M. Depreux au cours de cérémonies inauguratrices50.

  • 51 Décret du 25 août 1937. Titre II, « Des djemaa communales », chapitre 1er, « formation des djemaa c (...)
  • 52 Voir Titre II, chapitre 1er.

43La création des centres municipaux vient accélérer cette mutation des douars et prépare la fin, au moins juridique, des communes mixtes. Là encore, la définition d’une nouvelle circonscription administrative précède l’évolution de la vie communale dans la mesure où elle va en redéfinir les limites. L’examen du texte du décret révèle l’attention portée sur la djemaa, dite désormais « djemaa communale51 ». Le texte du décret ne prévoit pas d’adéquation systématique entre un douar-commune et un centre municipal : celui-ci peut correspondre à une fraction de douar-commune ou bien comprendre plusieurs douars52. Cette absence de superposition systématique paraît contredire l’intention d’une plus grande émancipation politique des populations colonisées car elle a des conséquences sur le fonctionnement et la cohésion de la djemaa. Ainsi, si le centre coïncide avec une fraction de douar, l’élection d’une nouvelle assemblée communale est nécessaire. Elle peut introduire une rupture au sein des habitants d’un même douar jusque-là représentés par une même djemaa. À l’inverse, si le centre comprend plusieurs douars-communes, la djemaa communale rassemble des membres aux intérêts qui peuvent être distincts, voire divergents. Dans tous les cas, le centre municipal n’est pas adossé à un groupe constitué dans sa totalité et cela contredit la volonté de prendre en compte un intérêt commun préexistant.

  • 53 Documents algériens, série politique musulmane n° 2, 15 septembre 1945, “réforme des djemaa”.

44La définition des centres municipaux et des djemaa qui leur correspondent entraîne donc une modification du maillage de la commune mixte à grande échelle : les frontières extérieures ne sont pas modifiées mais les limites internes peuvent être recomposées. Les prérogatives des djemaa s’étendent : « elle est investie de la quasi-totalité des attributions exercées, en vertu de la loi du 5 avril 1884 par les Conseils municipaux, et son président de prérogatives qui l’apparente au maire53 ».

  • 54 E.-P. Viard, 1939.

45Les travaux d’E.-P. Viard permettent d’envisager au concret l’implantation de ces nouveaux centres ; il s’est en effet rendu à Oumalou et à Seriet. Ses constats opposent les deux lieux. Il affirme que « l’esprit municipal existe en Kabylie », visible dans l’édification de locaux destinés aux délibérations, dans la fréquentation des écoles, et les propos qu’auraient tenus le président et les membres de la djemaa, « fiers de se diriger eux-mêmes54 ». À l’inverse, le centre de Seriet lui apparaît comme moins prospère, mais surtout moins conforme aux objectifs du projet : on n’y trouve ni maison commune, ni école ; les gourbis sont éloignés les uns des autres. Les critères utilisés ici pour rendre compte de l’efficience des centres municipaux renvoient aux représentations françaises de la vie communale : regroupement de l’habitat en villages, édification de bâtiments qui inscrivent des pratiques politiques dans le paysage. Viard y cherche des signes familiers dans un espace qui doit dire, livrer des preuves. Le douar devenu centre doit donner à voir des éléments de centralité, et plus largement, cela renvoie au fait, comme le dit Raoul Weexsteen que

  • 55 R. Weexsteen, 1980, p. 216.

la colonisation est une entreprise qui traite totalement l’espace colonisé comme un espace de représentation, c’est-à-dire un lieu, une dimension concrète sur laquelle seront délibérément investis et accumulés tous les signes et autant de signes possibles, de l’ethnocentrisme européen et de la francité55.

  • 56 Décret du 25 Août 1935, article 1, Journal Officiel de la République Française, 27 août 1937.
  • 57 R. Parant, 1956.

46Ces signes ne suffisent pas cependant à rendre compte de la réussite du projet des centres municipaux. D’autres critères sont à prendre en considération en regard de la vocation assignée à ces structures : « exercer les indigènes à la pratique de la vie municipale56 ». Roger Parant les envisage en 1950, alors que les centres se sont multipliés : l’Algérie en compte alors 25557. Après les quatre centres expérimentés en 1938, six nouveaux centres ont été érigés en 1944 dans l’arrondissement de Tizi-Ouzou, en Kabylie. Il évoque la tutelle exercée par l’administration sur les centres municipaux. D’abord confiée au préfet, elle est ensuite transférée par le décret du 29 août 1945 à l’administrateur qui entérine le règlement du budget et rend exécutoire les délibérations de la djemaa communale. La mise en place de cette nouvelle structure n’entraîne pas de véritable « majorité » municipale pour les Algériens, et le pouvoir décisionnel de la djemaa est fortement encadré par l’autorité administrative, d’autant que le centre municipal reste inscrit dans la circonscription de la commune mixte.

  • 58 Çoff signifie “ligues”.

47Par ailleurs les chances de succès des centres sont compromises car ils restent des entités communales de second plan : le décret du 29 août 1945 institue que les membres de la djemaa y sont élus par les électeurs du second collège tandis que ceux du premier sont admis à élire les conseillers de la commission municipale de la commune mixte. La valorisation du centre municipal, ex-douar-commune connaît donc de sérieuses limites. Une autre difficulté inhérente au fonctionnement des centres relève au contraire d’une résurgence possible de fonctionnements traditionnels et d’un l’éventuel retour de l’esprit de çoff58. Viard rend compte ainsi des regrets de la population des centres :

  • 59 E.-P. Viard, 1939.

Toute la population ne voit pas s’effacer l’administration de la commune mixte sans regrets et à plusieurs reprises, nous avons constaté le désir de garder un administrateur d’origine française. La crainte d’une administration partisane est réelle ; la crainte de voir réapparaître le çoffs et les luttes de villages ne l’est pas moins59.

48Ces points de vue semblent contredire le rejet d’une tutelle administrative trop présente. L’ensemble met en évidence la difficulté de conjuguer un modèle occidental avec une structure traditionnelle qui a connu d’importants bouleversements.

Quels espaces d’expression pour les populations algériennes des douars ?

  • 60 J. H. Meuleman, 1984.

49La djemaa est le cadre institutionnel emblématique de l’expression des populations algériennes. Néanmoins, existe-t-il d’autres espaces d’expression d’un intérêt collectif, qu’ils soient prévus par l’administration coloniale ou bien moins institutionnels, non pré-définis. Les habitants des douars se regroupent-ils pour défendre leurs intérêts dans d’autres structures, ou mieux, par des moyens qui leur sont propres et qui échappent aux cadres ? Dans l’Algérie précoloniale, le regroupement des hommes en associations agricoles était fréquent d’après J. H. Meuleman qui cite quelques structures traditionnelles parmi lesquelles la « touiza », association en principe égalitaire et au profit de chaque participant à tour de rôle, pour, par exemple, les moissons ou la construction des maisons60. Les Algériens conservent-ils ces habitudes associatives dans des cadres qui leur sont propres ou bien s’insèrent-ils dans des structures instaurées par les colons ?

Les Sociétés Indigènes de Prévoyance

  • 61 Journal Officiel de la République française du 15 avril 1893, p. 1921.
  • 62 J. H. Meuleman, 1984.

50Envisageons dans un premier temps la participation des Algériens aux Sociétés Indigènes de Prévoyance (SIP). Ces sociétés sont des organismes de secours créées après la grande famine de 1867. L’aide qu’elles dispensent consiste en dons de grains aux plus nécessiteux, grâce à la constitution d’un silo de réserve, et à partir de 1882 d’une caisse de crédit. Les statuts de ces sociétés évoluent progressivement et elles deviennent en 1893 Établissements d’utilité publique61. Les articles 1 et 2 de la loi du 14 avril 1893 leurs donnent pour buts de venir en aide par des secours temporaires, aux ouvriers agricoles et cultivateurs pauvres, de permettre par des prêts en nature ou en argent aux fellahs et khammès de développer leurs cultures et de moderniser leur outillage, de consentir des prêts à d’autres SIP et de contracter des assurances collectives contre les incendies des récoltes ou encore la grêle. Les SIP évoluent donc pour devenir des organismes de crédit, de prêt, à taux d’intérêt certes réduit (5 %), mais réservés aux sociétaires, qui selon J.H. Meuleman, sont les contribuables de l’impôt sur les bénéfices de l’exploitation agricole62.

  • 63 L. Milliot, 1911, R. Richardot, 1935.
  • 64 Cette approche est contextualisée dans F. Leimdorfer, 1982, p. 288-289.
  • 65 C.-R. Ageron, 1979.
  • 66 J. Bouveresse, 2008.
  • 67 Voir la circulaire du 29 janvier 1895.

51Les SIP ont fait l’objet de thèses qui s’intéressaient plus généralement à l’association agricole. Louis Milliot ouvre ce champ de recherche en 1911 ; en 1935, Roger Richardot publie à son tour sur une thématique voisine63. Ces travaux pionniers ont en commun de percevoir les SIP dans une perspective évolutionniste selon le modèle proposé par la colonisation française : l’administration coloniale est au centre de ces études en tant que catalyseur de nouvelles formes de coopération algérienne64. Dans des études plus récentes, ces organismes sont bien souvent abordés selon une approche économique ou juridique. Ageron évoque la création et la réforme des SIP dans le cadre d’un plan de modernisation du paysannat65. Jacques Bouveresse étudie leur évolution juridique en lien avec les revendications des Délégations financières et plus précisément de la délégation indigène66. Dans l’ensemble, aucune étude n’envisage les SIP comme un espace d’expression des populations colonisées. Nous savons que chaque SIP est administrée par un conseil composé d’au moins six membres algériens et qu’il est présidé par l’administrateur de la commune mixte, selon la recommandation du gouverneur général67.

  • 68 J. H. Meuleman, 1984.
  • 69 P. Arripe, 1930.
  • 70 Ibid., p. 129.

52Quelles sont les relations entre les membres du Conseil et l’administrateur ? Comment les membres investissent-ils leurs fonctions ? Ces sociétés connaissent un nombre limité de sociétaires en rapport du nombre des ouvriers agricoles et des fellahs. Quels motifs expliquent ce nombre limité et le recours fréquents à des prêts aux particuliers plutôt qu’à la SIP ? J.H. Meuleman indique que le recrutement des sociétaires s’effectue après admission par le conseil d’administration68. Il privilégie les membres propriétaires et exclut les ouvriers agricoles pourtant plus nécessiteux, alors que d’après les statuts, tous les agriculteurs algériens doivent être admis. L’historien reprend ici la critique émise en 1930 par Pierre Arripe69. Celui-ci dénonce en effet les dysfonctionnements des sociétés et notamment le fait d’écarter les ouvrier agricoles « alors que les Sociétés ont été créés à leur intention, et d’y inscrire, par contre, de nombreux cultivateurs aisés et même riches, qui devraient, à raison de leur solvabilité, recourir, le cas échéant, à d’autres institutions de crédit70 ».

  • 71 Gouvernement général de l’Algérie, Rapports sur les opérations des sociétés indigènes de prévoyance (...)

53Pour la commune mixte de La Calle, quelques recensements du nombre des sociétaires permettent d’envisager le nombre de propriétaires, les plus aisés peut-être, et leur ratio par rapport au peuplement des douars. Ce nombre va croissant et cela suit l’évolution générale des SIP, passant de 265 en 1893 à 1297 en 190871. Cette augmentation peut signifier une volonté affirmée de défense des intérêts collectifs dans la mesure où les SIP sont divisées en fractions et possèdent leur conseil de sociétaires formé des membres de la djemaa. Cependant, la part reste faible au regard de la population colonisée tandis que les emprunts contractés par les habitants des douars auprès de particuliers évoqués précédemment, qu’ils soient Européens ou Algériens, sont en augmentation. Les rapports des administrateurs pour l’année 1926 constatent à regret que ceux-ci préfèrent emprunter à des particuliers pratiquant des taux usuraires plutôt qu’à la société.

54J. H. Meuleman explique ce manque d’intérêt et d’investissement par la mainmise de l’administrateur qui assure la gestion de l’organisme. Les faibles sommes prêtées, inférieures à 20 00 francs, peuvent expliquer aussi cette faible implication. À partir de 1933, le gouverneur général Lebeau instaure une politique du paysannat afin de prendre en charge les difficultés des fellahs suite à la crise des années Trente. Une réforme des SIP conduit à la création d’un Fonds commun des Sociétés Indigènes de prévoyance, puis la réorganisation des SIP en Sociétés Agricoles de Prévoyance (SAP).

Coopératives et syndicats agricoles

  • 72 Union agricole de l’Est algérien, La coopération agricole dans la région de Bône, Imprimerie centra (...)

55Dans la commune mixte de La Calle, à l’instar de la métropole, les organisations coopératives et syndicales se multiplient. Dans une région où l’activité industrielle est inexistante, elles regroupent exclusivement des agriculteurs. L’essor de ces regroupements est particulièrement significatif après la première guerre mondiale, et lié aux difficultés rencontrées par les exploitants : la demande métropolitaine chute après avoir été conséquente du fait des besoins en ravitaillement pendant le conflit. C’est cette raison qui est mise en avant par l’Union agricole de l’Est algérien dans une publication qui retrace l’histoire de la coopération agricole dans la région bônoise72.

  • 73 R.-M. Lagrave, R. Hubscher, 1993, p. 109-134.
  • 74 Ibid., p. 111.

56Les organisations qui les rassemblent portent-elles des intérêts communs ? Sont-elles significatives de l’existence de groupes ? Cette question posée au syndicalisme agricole de l’entre-deux guerres est envisagée par Rose-Marie Lagrave et Ronald Hubscher en 1993 pour la France métropolitaine73. Leur réflexion interroge notamment les critères de l’unité du syndicalisme agricole : « de quelle unité s’agit-il : unité par le nombre, unité doctrinale, idéologique sociale, géographique ? […] Le concept d’unité devient plus pertinent si l’on considère le syndicalisme agricole comme l’expression de couches sociales différentes dont la représentation professionnelle, dès lors, sera forcément inégale74 ».

57Dans la commune mixte de La Calle, les premières organisations se forment dès le début du Vingtième siècle et rassemblent des colons et se multiplient à partir des années Vingt. Le développement de l’activité syndicale correspond à la prise en charge collective d’aménagements spécifiques ou à une activité agricole particulièrement développée. Il s’explique ensuite par les effets de la crise, perceptibles en Algérie au milieu des années Trente, qui génèrent une volonté de mutualiser les forces pour affronter des problèmes communs.

  • 75 ANOM 93302/34.

58Le syndicat du dessèchement de la plaine du Tarf crée en 1905 est le plus ancien75. Une autre association voit le jour dans la même zone en 1923 : l’Association pour la défense des terres de la vallée de l’Oued El Kébir, présidée par J. Barris du Penher. S’y ajoutent des syndicats communaux de producteurs agricoles constitués par centre de colonisation. En 1945, les agriculteurs de Blandan et de Yusuf sont regroupés dans ce type d’association ; ceux de Lamy, Munier et Toustain ont fondé un syndicat inter-centres de producteurs agricoles. Par ailleurs, le développement de la viticulture génère la création de caves coopératives à Blandan en 1914 et au Tarf en 1925. Toutes ces formations sont davantage associées à un territoire – le centre de colonisation – qu’à une activité spécifique. Il existe un seul syndicat inter-centres qui regroupe un village peuplé et dynamique – Lamy – et deux autres en dépérissement : Munier et Toustain. Au moment de leur création, la plupart des organisations syndicales se pensent donc à l’échelle des villages, et excluent les douars limitrophes, mais l’augmentation croissante du peuplement algérien dans les villages européens entraîne par la suite leur participation croissante.

  • 76 ANOM 93302/34, statuts du syndicat communal des producteurs agricoles de Yusuf en 1943, syndicat co (...)
  • 77 ANOM 93302/34.
  • 78 Dans les villes, il existe bien un syndicalisme ouvrier comme l’évoque C.-R. Ageron en 1972. Il se (...)

59Elle est particulièrement remarquable après la seconde guerre mondiale76. Ce ratio s’accroît lorsqu’il concerne les syndicats des ouvriers agricoles : à Blandan, un seul membre est français et sa ferme – la ferme Pierron – est le siège de ce syndicat77. L’éventuelle participation des Algériens les rattache ici aux intérêts des agriculteurs européens et non à ceux des habitants des douars. Plus généralement, la question de l’expression d’engagements syndicaux parmi les Algériens renvoie au changement d’état d’esprit qui caractérise la période de l’après-guerre. Les travaux relatifs à la syndicalisation des Algériens en milieu rural sont peu nombreux ; si le syndicalisme ouvrier a fait l’objet de productions scientifiques, le syndicalisme agricole reste un champ peu exploré78.

  • 79 ANOM 93302/42, « liste d’Algériens des douars sociétaires à la ‘Tabacoop’ », proposée par l’adminis (...)

60Le développement de la culture du tabac dans toute la région bônoise, notamment après la première guerre mondiale, génère une activité syndicale particulière, à l’échelle de toute la circonscription. Cette culture, largement dominée par la population algérienne qui forme 90 % de ses planteurs, est soutenue par l’organisation en coopératives et notamment par « La Tabacoop » crée à Bône en 1921. La grande majorité des adhérents sont des cultivateurs algériens venus de toute la région et notamment de la commune mixte de La Calle. D’après la liste des sociétaires à la Tabacoop cultivant dans les douars de la commune mixte en 1942, huit douars sont concernés – Ain Khiar, Brabtia, Bougous, Khanguet Aoun, Meradia, Nehed, Ouled Youb et Souarakh – avec de fortes disparités cependant. Les sections qui rassemblent le plus grand nombre de sociétaires sont : Kanguet Aoun (115), Ain Khiar (76) et Souarakh (45). Seul 8 planteurs sont concernés à Bougous79.

  • 80 L’Union agricole de l’Est algérien, op.cit. L’ouvrage propose plusieurs cartes permettant de montre (...)
  • 81 Voir le témoignage de N. Gasnier développé ultérieurement.

61Globalement, ces douars sont situés au nord et à l’est de la commune mixte. L’intégration de ces agriculteurs dans une structure qui inclut l’ensemble de la région bônoise montre les liens multiples existants entre la commune mixte et le chef-lieu d’arrondissement. La plaine bônoise est alors attractive et d’autres actions coopératives le montrent à l’échelle de l’ensemble de l’arrondissement : la culture des tomates, du coton ou encore de la vigne génèrent comme le tabac des structures coopératives associant les populations colonisées80. Ce lien à une structure qui dépasse les frontières de la commune génère des déplacements : les agriculteurs concernés doivent se rendre sur place pour percevoir les subsides liés à leur production. Ces démarches s’effectuent à la demande du secrétaire général de la coopérative qui sollicite l’administrateur pour des autorisations de déplacement, à moins que les ouvriers agricoles ne se rendent à la coopérative avec l’exploitant qui les embauche81.

  • 82 C.-R. Ageron, 1970, p. 89.

62Les populations colonisées participent donc à des actions associatives, coopératives, sans lien toutefois avec la défense des intérêts des habitants d’un douar. L’unité n’est pas adossée à un territoire mais à une production agricole dont les enjeux dépassent le cadre de la commune mixte et l’inscrivent dans une dynamique régionale dominée par la ville de Bône. Nous n’avons pas trace de semblables formations qui mettent en relation la commune mixte de La Calle et la commune de plein exercice éponyme. Néanmoins, à l’écart de notre circonscription, il existe des regroupements isolés dont l’activité reste inconnue : en avril 1933, dans le contexte de crise qui touche les paysans algériens, le président de la djemaa de Pasteur est à l’origine d’un Comité de défense des agricultures indigènes82.

  • 83 ANOM 93302/52, dossier « chênes lièges et coupes de bois ».

63Hors de toute structure identifiée, les ouvriers des douars de la commune mixte agissent parfois en s’opposant à leurs conditions de travail. À partir de la fin des années Trente, les administrateurs ou les caïds signalent plusieurs cas de refus de travail parmi les salariés forestiers. Le mouvement est amorcé en 1938, au motif d’un salaire insuffisant. En 1941, le caïd du douar Bougous fait part à sa hiérarchie de ses difficultés à être entendu par la population du douar. En 1942, le phénomène prend de l’ampleur et plusieurs cas de refus de travail sont signalés sur les chantiers de récolte de liège du fait d’une pénurie de vêtements de travail, ou encore du trop grand éloignement des chantiers83. Il est remarquable que ces faits fassent l’objet de communications internes mais qu’ils ne figurent pas sur les rapports que l’administrateur adresse au préfet ; aux yeux de la hiérarchie, il est certainement préférable que la commune ne présente pas de problèmes de gestion. Néanmoins, si l’administrateur avait souhaité les consigner, comment les aurait-il classés ? Ces refus de travail ne relèvent apparemment d’aucun mouvement de grève organisé. Sont-ils des formes d’opposition aux conditions de travail imposées par l’employeur ou constituent-ils des remises en cause plus profondes de l’autorité coloniale ? Le développement du mouvement dans un contexte croissant de montée des nationalismes encourage certainement ces refus de travail qui peuvent prendre appui sur des prétextes pour se justifier. Dans tous ces cas, le caïd est amené à intercéder auprès des ouvriers pour les convaincre de cesser le mouvement. Ce phénomène est-il isolé ou bien présent en d’autres lieux de la colonie ? Ces refus de travail ponctuels mais croissants sont-ils des modes d’expression politiques propres à des espaces ruraux isolés ? Il est bien complexe de saisir des phénomènes identiques dans d’autres communes de l’arrondissement de Bône.

L’engagement politique

64L’expression d’un intérêt commun peut prendre également appui sur la politisation et la percée du nationalisme dans les douars. À cet égard, après la première guerre mondiale, le douar devient l’espace du soupçon, objet d’une surveillance constante de l’administration. Ainsi, le développement d’une conscience collective, tantôt perçu comme insuffisant pour conduire le douar à plus d’autonomie, est ici craint par les autorités car il peut menacer la stabilité de la colonie. L’évolution des rubriques des rapports des administrateurs marque le changement de regard porté sur ces espaces, et sur les populations colonisées en général, qu’elles vivent dans les douars ou dans les centres de colonisation. Mais plus globalement, c’est l’ensemble des individus non français, à savoir les populations de statut local mais aussi des Européens non naturalisés qui font l’objet d’une surveillance accrue. Cette catégorie sera envisagée ultérieurement.

  • 84 ANOM 93302/12.

65Le développement d’une contestation de la présence française dans l’entre-deux guerres fait donc évoluer les missions de l’administrateur. En 1919, la deuxième partie des rapports qu’il adresse au préfet s’intitule « situation politique et religieuse des indigènes84. » Cet intitulé met en évidence les domaines dans lesquels une éventuelle contestation des Algériens pourrait s’exprimer, mais aussi la façon dont ils s’emparent de leurs droits politiques.

66Concernant le premier point, la situation au premier semestre 1919 est jugée satisfaisante dans la mesure où

  • 85 Un mokkadem est un représentant du pouvoir religieux à l’échelon d’un douar
  • 86 ANOM 93302/12.

les mokkadems85 sont en général illettrés et sans fortune ; ils n’ont aucune influence, ils se sont jusqu’à ce jour complètement désintéressés des réformes politiques et des droits électoraux qui ont été conférés aux indigènes86.

67Cette remarque est représentative de nombreux rapports dans lesquels les douars de la commune mixte se caractérisent, selon les administrateurs successifs, par leur atonie politique. L’absence de meneurs est ici l’argument majeur. Ce constat renvoie plus globalement au faible engagement politique des populations colonisées dans les espaces ruraux.

  • 87 B. Stora, 1986, p. 59-72.
  • 88 93302/84, Affaires Indigènes Réservées.

68Le processus de politisation des campagnes en France métropolitaine et en Europe a fait l’objet de multiples travaux, mais il est peu abordé comme tel pour l’Algérie coloniale. Dans un article intitulé « Faiblesse paysanne du mouvement nationaliste algérien avant 1954 », Benjamin Stora analyse les formes et les limites d’une résistance de la paysannerie algérienne à la colonisation française87. Il la qualifie d’insurrection voilée, latente, dont l’expression est limitée par le développement de l’individualisme, mais surtout par le ralliement des élites à l’administration française et notamment des caïds. Les leaders de la contestation parviennent néanmoins jusqu’à la commune mixte de La Calle. Le 3 novembre 1948, Ferhat Abbas se rend à Blandan, au Tarf et à Yusuf88.

Le partage de l’information : presse et lieux de sociabilité

  • 89 Id.
  • 90 Id.
  • 91 P. Zessin, 2011, p. 35-46.
  • 92 Promulgué le 30 mars 1935, il prévoit de punir de deux ans d’emprisonnement « quiconque aura provoq (...)

69Ce dernier point nous renvoie à la diffusion des idées au sein des douars. La connaissance et l’adhésion à des idées politiques supposent la venue de leaders dans les douars, mais aussi la lecture d’une presse spécifique dont le rôle peut être essentiel dans ces espaces à l’accessibilité difficile. Ils sont néanmoins l’objet de surveillance et de comptes-rendus dans les rapports de l’administrateur qui recense la presse jugée subversive89. Ainsi, la diffusion du journal El Hayatt (La Renaissance) est interdite. L’administration s’emploie également à diffuser une presse qui devient ici un véritable instrument de propagande auprès de populations étrangères au contact politique. La surveillance consiste à évaluer la portée de cette diffusion, notamment auprès des personnes considérées comme des élites influentes. La grande majorité de la population des douars étant illettrée, c’est vers cette élite que l’administration se tourne pour asseoir sa légitimité. Elle publie ainsi un bulletin de documentation Eddalil adressé en priorité aux caïds et aux représentants de djemaa90. La presse algérienne en dévelopement dans l’entre-deux guerre fait plus généralement face à une politique de fermeté qui culmine en 1935, avec le décret Régnier91. Après les espoirs suscité par le projet du sénateur Maurice Viollette, envisageant « l’incorporation progressive de tous les indigènes d’Algérie dans le corps électoral français au fur et à mesure que leur évolution les amènerait à penser français et sans qu’il y ait lieu de s’inquiéter du statut personnel », le décret Régnier constitue un important recul92.

70Dans le monde rural, où les populations des douars, peu scolarisées, sont rarement lettrées, l’oral reste néanmoins le vecteur d’information principal. Le marché, la mosquée, le café maure sont autant de lieux où les passages réguliers favorisent des échanges d’informations ou la lecture de la presse par un individu plus lettré que les autres.

  • 93 O. Carlier, 1990.
  • 94 Ibid., p. 988.
  • 95 Ibid., p. 995.
  • 96 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet, 5 juillet 1939.

71D’abord hauts-lieux de la sociabilité citadine, les cafés maures se multiplient, suivant le tracé des routes et progressivement, « les cafés des champs dépassent en nombre les cafés des villes93 ». Ils participent « à la logistique de l’échange et du transfert94 ». Le café maure, espace de toutes les conversations, recueille particulièrement les préoccupations politiques, surtout lorsqu’elles sont liées à la guerre : « en 1914, comme en 1940, bien des lettres transitent par lui. Le café est désormais la caisse de résonnance de la guerre mondiale95 ». Il est enfin l’espace d’une pratique politique naissante que l’administrateur surveille et dont il règlemente, au besoin, les heures de fermeture. Dans la commune mixte de La Calle, les cafés maures mentionnés sont établis dans les centres de colonisation et dans les douars, vraisemblablement près des marchés. Espaces surveillés, ils sont aussi des lieux de rencontre entre les habitants et les étrangers. En 1939, le caïd du douar Bougous arrête un individu « sans profession ni domicile fixe qui aurait tenu au café maure du marché d’Ain Kebir en présence d’indigènes des propos subversifs et anti-français96 ». L’homme est originaire de Collo.

Le douar, un territoire de la résistance ?

  • 97 ANOM 93302/10.
  • 98 Id.

72Si les leaders politiques se déplacent peu dans les douars des communes mixtes, les habitants de ces mêmes douars peuvent avoir des liens avec les mouvements nationalistes qui se développent. Les migrations saisonnières de travail, dans la ville de Bône notamment, peuvent être un facteur de politisation. Ce processus est en tous cas observé par l’administration comme dans le cas du douar Seba et des agriculteurs qui cultivent l’arachide. L’administrateur Paul Houllier les décrit tel un groupe qui s’urbanise et se politise, « extrêmement perméables aux idées nationalistes […] extrêmement tournés vers le MTLD97 ». Aucun autre douar ne fait l’objet d’une telle analyse et la généralisation de ce phénomène serait donc peu pertinente. Il témoigne néanmoins d’une potentielle circulation des idées originale, puisque les habitants du douar Seba désignés par l’administrateur « ont presque tous deux domiciles et deux foyers98 ». Nous ne sommes pas ici en présence d’un groupe qui quitte son territoire d’origine dans le cadre d’une migration longue, mais plutôt de populations colonisées de condition aisée, qui par leurs allers et venues entres Bône et la commune mixte de La Calle peuvent diffuser de façon perlée des éléments de politisation.

Habiter le douar

Les douars, des espaces méconnus

73Villages européens et douars-communes sont mitoyens au sein de la commune mixte ; leurs paysages et leur morphologie les opposent totalement. Les centres de colonisation, dont l’organisation originelle est fabriquée de toutes pièces en amont du peuplement, sont des lieux sans surprise : leurs plans sont connus, leurs espaces sont ouverts et aménagés, familiers, lisibles. Les douars à l’inverse apparaissent fermés, difficiles d’accès, vastes, méconnus. Ils forment de larges étendues sillonnées de quelques pistes, couvertes surtout pour la partie Sud de la commune d’une forêt dense de chênes lièges. Les descriptions de ces espaces sont inexistantes et les seuls éléments paysagers sont ceux des procès-verbaux rédigés à l’occasion du sénatus-consulte de 1863. Pistes, cours d’eaux, éléments du relief, les comptes-rendus sont répétitifs et laissent l’impression d’espaces homogènes, au peuplement épars mais sans individualités. Les colons n’y vont pas, ou rarement. Ils en connaissent la part visible depuis leur centre, ou par le biais des relations entretenues avec les ouvriers agricoles qui viennent travailler sur ses terres. Il apparaît aussi comme l’espace du soupçon, à tort ou à raison, l’espace où la contestation est latente, se cache, insaisissable.

74L’enjeu est alors de dépasser cette vision uniforme pour se saisir de la vie dans les douars, et parvenir à différencier ces quatorze unités comme cela peut être fait pour les centres de colonisation.

  • 99 Sur l’habiter, voir notamment T. Paquot, M. Lussault, C. Younès, 2007.

75Comment les populations colonisées habitent-elles les douars ? Habiter le douar signifie ici y demeurer mais aussi s’y déplacer, y exercer des activités, envisager la co-habitation, habiter avec l’autre99. Cette dimension de l’altérité justifie la pertinence de l’utilisation de ce concept en contexte colonial et plus encore en commune mixte. Dans cette circonscription où colons et colonisés vivent en voisinage organisé, les modes d’habiter les lieux rendent de la façon dont les groupes s’approprient les différentes parties du territoire et de la manière dont ils s’y rencontrent.

76En 1934, l’administrateur Zevaco rédige un rapport au préfet en réponse à une enquête sur l’enseignement professionnel. Le contenu de sa lettre va bien au-delà des attentes de sa hiérarchie et constitue une source à caractère monographique. Il constitue un document pivot pour notre propos.

  • 100 ANOM GGA 8X/386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

77Quelques lignes de description des douars permettent de visualiser l’organisation de l’habitat et des activités. « Il n’y a pas à proprement parler de grosses agglomérations indigènes. Les mechtas comprennent un ensemble de gourbis plus ou moins importants quant au nombre, mais presque toujours assez misérables d’aspect et de construction100. » Cette source est l’unique descriptif de l’organisation de l’habitat pour les douars de La Calle. Les gourbis sont à plusieurs reprises mentionnés dans diverses correspondances et rapports, mais dans un souci de mise à l’écart par rapport aux centres alors qu’ils sont ici inscrits dans leur espace. Composés de hameaux épars, sans véritable centre, ils n’ont pas la physionomie d’un village à la française.

  • 101 ANOM GGA 8X/386.
  • 102 A. Berque, 1936, p. 43-100.
  • 103 ANOM 93302/136 à 149. Pour chaque tribu, un état statistique des populations mentionne les gourbis (...)
  • 104 J. H. Meuleman, 1984.

78Les gourbis constituent la forme la plus répandue de l’habitat des populations colonisées dans les douars. Semi-sédentaires, ils se composent d’une structure en branchages qui permet de le démonter et de le déplacer. Dans les douars de La Calle, les gourbis en pierre sèche et couverts de diss étaient les plus répandus dans les années Trente ; d’autres constructions en dur, pouvaient servir d’habitation : les bordjs, qui peuvent être assimilés à des maisons101. Dans l’ensemble du Constantinois, J. H. Meuleman, s’appuyant sur les travaux d’A. Berque, caractérise les douars du Constantinois comme des espaces où les formes d’habitat ont évolué avec la sédentarisation102. L’habitat fixe sous la forme de gourbis a remplacé la tente, et cette transformation progressive a commencé avec la définition des douars-communes103. Le passage du gourbi à la maison est progressif et ponctuel, et les deux formes d’habitat coexistent, les maisons étant édifiées près des centres. Les modifications de l’habitat concernent également la couverture, les matériaux utilisés pour le toit : les maisons des populations les plus aisées sont couvertes de tuiles. Le type d’habitat rend ainsi compte du niveau de richesse mais surtout de l’adoption d’un mode d’habiter à l’occidentale qui se diffuse de façon privilégiée à proximité des centres, dans une sorte d’espace frontière entre douars et villages européens, où la visibilité de l’autre favorise le mimétisme104.

  • 105 Ibid.

79Ces réalités décrites pour un ensemble de communes ne sont pas toutes identifiées dans la circonscription étudiée. Si les gourbis construits trop près des centres sont mentionnés à plusieurs reprises, les maisons édifiées par les Algériens dans les douars sont tardives dans les sources. Le développement du salariat agricole, mais aussi le rejet progressif d’une vie collective à l’épreuve de situations nouvelles – « l’ouvrier revenu de la Métropole, le soldat libéré, le fellah enrichi » – expliquent les mutations des lieux habités et des modes de vie105. La courte description de l’administrateur Zevaco renvoie également au niveau de vie des habitants du douar : en 1934, les gourbis « misérables d’aspect et de constructions » occuperaient invariablement les paysages de ces espaces, et conduisent à qualifier les douars de territoires de la pauvreté.

Diversité des pratiques agricoles

80Quelles sont les activités des hommes ? L’évolution de pratiques culturales entre dans une sorte de programme éducatif mis en place par l’administration de façon plus ou moins accentuée. Si la configuration de la commune mixte doit favoriser une éducation civique et politique, elle est également conçue comme un espace d’apprentissage de techniques considérées comme plus modernes. En 1934, l’administrateur constate les effets de la proximité des Européens sur le travail agricole :

  • 106 Ibid.

les techniques actuelles ne représentent déjà plus, comme dans certaines autres communes, la vieille routine ancestrale. L’empreinte de l’exemple de l’Européen, mêmes dans les parties où les centres dépérissent. C’est ainsi que tous les ouvriers agricoles sont dressés au travail du tabac, de la vigne, des engins modernes de culture. La seule amélioration possible vise celle que l’on peut apporter, dans le même ordre d’idées, parmi les cultivateurs qui travaillent pour eux106.

81Les termes de l’administrateur évoquent le dressage, qui renvoie ici au fait d’instruire, de former.

  • 107 Au milieu des années trente les diverses productions font émerger deux zones séparées par la route (...)

82La transmission de nouvelles pratiques s’effectue dans une relation unilatérale, et les méthodes utilisées par les Algériens paraissent tout à fait abandonnées au seul profit des techniques européennes. Il ne semble pas y avoir, d’après Zevaco, d’échanges de pratiques modernes et traditionnelles dans un processus que l’on pourrait qualifier d’hybridation. Le développement de cultures nouvelles telles que le tabac ou bien l’exploitation du liège vont dans le sens d’une transformation radicale de l’activité agricole, sans appui sur des usages plus anciens. La proximité, considérée comme une condition essentielle d’un transfert de pratiques, privilégie les centres de colonisation où les Algériens sont souvent employés comme salariés agricoles. Elle concerne très certainement les douars, en fonction des productions qui s’y développent107.

  • 108 ANOM 93302/42, listes nominatives des Algériens sociétaires par douar en 1942.
  • 109 ANOM 93302 /42. Les douars représentés et leur nombre d’adhérent : Brabtia (10), Nehed (31), Meradi (...)

83La diffusion de productions nouvelles dans ces espaces implique que les techniques utilisées jusque-là aient subi de profondes modifications. La culture de l’arachide est présente dans plusieurs douars situés au nord de la commune où d’autres productions ne peuvent se développer. Par ailleurs, le développement de la culture du tabac à l’intérieur des douars génère sans doute une évolution des pratiques, de l’outillage et une transformation des paysages. La liste des Algériens qui adhèrent à la coopérative « Tabacoop » de Bône permet d’identifier les lieux de production du tabac108. Sept douars sont représentés, mais de façon très inégale : les douars Khanguet Aoun et Ain Khiar, situés au cœur de la région de plaines au Nord de la commune rassemblent plus de la moitié des adhérents109.

  • 110 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

84Ce critère de l’adhésion à la coopérative bônoise n’est cependant pas suffisant pour rendre compte de l’étendue précise de la culture du tabac dans les douars. Il exclut vraisemblablement de petits producteurs qui pratiquent cette activité en complément d’autres. Le rapport de l’administrateur Zevaco confirme cette hypothèse : dans une rubrique intitulée « déplacement de travailleurs à l’intérieur de l’Algérie », il évoque les migrations saisonnières des ouvriers agricoles dans la plaine de Bône, dont le but « est de rapporter quelque argent, soit pour le paiement de leurs dettes et des impôts, soit pour la mise en marche de leur petite exploitation de tabac, ou encore pour l’achat de bestiaux110 ». Ces précisions suggèrent qu’à l’intérieur des douars, tous les producteurs ne se sont pas appropriés de manière identique les nouvelles cultures : activité principale pour les principaux adhérents, elle constitue une activité d’appoint pour les ouvriers agricoles plus modestes.

Des dynamiques nouvelles

  • 111 ANOM 93/2311.

85Le rapport des populations colonisées à leur espace et notamment le développement des mobilités mérite d’être développé davantage. L’introduction de la culture du tabac et de l’arachide intensifie les déplacements pour les Algériens qui la pratiquent et les conduisent à quitter le douar de façon régulière pour se rendre dans les centres à proximité, ou pour aller à Bône dans le cas des adhérents à la coopérative. Ces dynamiques étaient déjà importantes dans les usages traditionnels, notamment pour vendre les productions sur les marchés, tel celui de Roum El Souk111. Elles prennent au fil du temps et des générations une dimension autre, tout en changeant de nature : elles ouvrent ponctuellement les populations concernées au monde de la ville, pas uniquement dans une recherche d’emploi ou une logique de travail saisonnier, mais selon des liens nouveaux, moins asymétriques. Par ailleurs, l’exploitation ponctuelle de ces cultures nouvelles pour des ouvriers agricoles qui pratiquent la pluriactivité et le travail saisonnier contribue à fractionner leurs activités quotidiennes. Le douar, dans lequel ils reviennent périodiquement, n’est plus alors seulement le lieu où ils demeurent et où ils retrouvent leur famille, mais une terre de ressources autres que l’élevage pratiqué traditionnellement dans cette région. Par l’introduction de ces productions, cet espace apparaît moins marginal, plus intégré à la commune mixte. Les circulations des personnes vers les centres de la circonscription, mais aussi les villes alentours, en atténuent les frontières. Le caractère homogène, voire opaque, qui émerge de descriptions – certes rares – est donc à nuancer du fait de la mobilité et du dynamisme d’une partie de la population.

  • 112 J. H. Meuleman, 1984 et ANOM GGA 8X/386, rapport de l’administrateur de la commune mixte de Khenche (...)

86Les hommes ne sont pas les seuls concernés par cette capacité d’adaptation qui tranche de façon radicale avec l’image bien souvent monolithique et attentiste que certains colons ou représentants de l’administration attribuent aux populations colonisées. C’est aussi le point de vue de J. H. Meuleman qui dénonce les propos de l’administrateur de Khenchela qui évoque l’« indolence » et le « fatalisme » des populations dites indigènes, comme autant de freins à des progrès techniques significatifs112. L’administrateur Zevaco évoque – et c’est extrêmement rare dans les sources consultées – la place des femmes dans ces activités :

  • 113 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

Dans les différentes régions, la part des femmes, au point de vue de l’activité économique, est la même et assez grande : elles s’emploient très facilement comme vendangeuses, comme ouvrières pour le tabac : leur main-d’œuvre est un appoint assez précieux aux époques des grands travaux ; elles touchent d’ailleurs un salaire inférieur de moitié à celui des hommes113.

  • 114 Id.

87Ainsi, au milieu des années Trente, les populations des douars, hommes et femmes en quête de ressources, multiplient les activités mêlant travail saisonnier, exploitation de cultures introduites par les colons et élevage pour subvenir aux besoins de la famille. Cette adaptabilité des populations ne suffit manifestement pas à les préserver de la pauvreté : d’après Zevaco, « l’indigène moyen représente une bien petite partie de l’ensemble des indigènes de la commune où l’on peut dire qu’il n’y a à peu près que des indigents114 ».

  • 115 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

88L’évolution de l’activité des populations colonisées ne résulte pas uniquement de la diffusion progressive et empirique des techniques agricoles. Elle peut aussi dépendre – et c’est le projet de l’administration coloniale – d’un enseignement professionnel organisé. Le contact éventuel entre colons et colonisés, voire la simple observation du travail de l’autre constituent en soit un mode de transmission pour les tenants de l’autorité. Mais ces changements par mimétisme, qui s’appuient sur des pratiques européennes posées en exemple, ne donnent pas toujours les résultats attendus. S’ils sont courants dans les centres de colonisation ils se font rares au sein des douars. La commune mixte est dotée de structures d’apprentissage -une ferme école et un centre professionnel- dans un contexte de politique du paysannat amorcée à partir de 1935, suite aux recommandations de la conférence économique impériale de la même année. La ferme école est « de création assez récente, elle ne peut encore prétendre à des résultats économiques ou sociaux importants, mais avec le temps, elle les obtiendra » écrit l’administrateur Zevaco115.

  • 116 N. A. El Maaty, 2007.

89Située au sud du douar Nehed, non loin des centres de Roum El Souk et de Lacroix la ferme école de l’Oued-El-Hout s’inscrit dans un programme plus vaste à mettre en relation avec la politique de formation à destination des populations colonisées et ce pour l’ensemble de l’outre-mer. L’Algérie constitue en ce domaine un espace pionnier avec la création de plusieurs fermes-écoles dans les années 1920-1930. Dans le Constantinois, la structure de formation la plus réputée est celle de Guelma crée en 1922 ; en1929, une structure similaire est fondée à Ain Temouchent, dans l’Oranais. Le développement de ces établissements fait écho à une politique menée en métropole dès le xixe siècle qui associe des activités formatives et productives en proposant un modèle d’agriculture. C’est ce que montre Nagwa Abou El Maaty dans sa thèse en envisageant ces structures dans une démarche comparatiste à l’échelle de l’ensemble du territoire français116. Dans la commune mixte de La Calle, la ferme-école de l’Oued El Hout mentionnée dans le rapport de l’administrateur comporte deux sections : l’agriculture et la forge. Elle est appelée selon lui à se développer : augmentation du nombre d’élèves, création de cours de maçonnerie, menuiserie, arboriculture.

  • 117 J. H. Meuleman, 1984.
  • 118 Ibid.

90Elle se distingue du centre professionnel de la commune mixte dont les activités de formation ne sont pas dédiées aux métiers de l’agriculture mais plutôt à l’artisanat. Comme les fermes-écoles, ces centres participent d’une réforme paysanne. Spécifiques aux communes mixtes et rattachés à la direction des Affaires Indigènes, ils ont pour objectif d’organiser « des milieux et des foyers de vulgarisation appelés à produire des résultats pratiques immédiats117 ». Associés aux S.I.P, ils comptent en 1938 263 élèves pour le Constantinois répartis sur 11 sites. Leur fonctionnement s’appuie sur des stages de quelques jours ou semaines, mais aussi sur l’envoi de formateurs appelés chefs de culture qui sillonnent les douars en donnant des conseils pratiques118. La mise en place de ces centres est donc l’occasion d’une ouverture des douars à d’autres espaces de la commune mixte, du fait des déplacements des habitants vers ce centre ou de la venue de personnels qualifiés. Ainsi, alors que le contact entre colonisés et Européens s’effectue dans les centres de façon spontanée, il est ici organisé. Dans ce contexte, l’apprentissage ne s’effectue pas au côté d’un voisin ou d’un employeur observé au quotidien mais d’un intervenant probablement étranger à la commune mixte.

91Dans le contexte de la crise certains colons considèrent ces structures d’apprentissage avec perplexité et s’inquiètent de

l’envahissement de certains corps de métiers par des ouvriers autochtones au détriment d’Européens immigrants ou nés dans le pays […] une concurrence contre laquelle il serait difficile de lutter […] dans une époque où il est si difficile de trouver du travail, pourquoi multiplier encore, parmi nos indigènes, l’élément ouvrier ?

92Les activités des habitants des douars sont presque exclusivement tournées vers l’agriculture. Cela apparaît clairement en 1929, dans le cadre d’un programme d’investigation statistique. Le gouvernement général lance une vaste enquête qui vise à identifier la part des divers secteurs de l’activité économique Pour ce faire, les maires et administrateurs des communes doivent procéder à un recensement des populations selon leur activité. Nous disposons d’un recensement par douar (à l’exception d’Ouled Youb et Beni Amar) qui distingue les différentes catégories d’ouvriers :

*Cette catégorie rassemble surtout les ouvriers forestiers.
Tableau 9. Les différentes catégories d’ouvriers dans les douars de la commune mixte de La Calle

  • 119 Tableau renseigné à partir d’une vaste enquête initiée par le gouvernement général. Les douars Oule (...)

(Source : ANOM 93302/28, statistiques commerciales et industrielles119)

93La catégorie « ouvrier et industrie », qui rassemble les métiers de la forge, de la ferronnerie est peu représentée, à l’exception de trois douars situés au Nord de la commune mixte. Le chiffre élevé pour le douar Khanguet Aoun peut s’expliquer par l’emploi d’une partie des habitants du douar dans une entreprise située dans l’un des centres alentours, Yusuf par exemple. Les ouvriers maçons sont également peu présents. La catégorie « divers » est plus fournie et regroupe d’après une note les ouvriers forestiers. Ils exploitent le chêne liège et sont employés par des sociétés privées ou par l’État. L’activité est remarquable dans le Sud de la commune mixte, dans le vaste douar Bou Hadjar mais aussi à Meradia et au Tarf, plus au centre.

94Les douars de la commune mixte de La Calle sont divers et s’organisent selon les dynamiques qui caractérisent l’ensemble de la circonscription. Au nord d’une ligne qui suit la route de Bône à Tunis les douars proches de Bône et de La Calle, articulés avec les centres de colonisation qui se sont développés (Blandan, Le Tarf, Yusuf) sont les plus développés. Les cultures pratiquées y ont été modifiées par la colonisation : l’arachide à Seba, le tabac au Tarf, et la formation agricole s’y développe avec la ferme-école située dans le douar Nehed. La participation à des coopératives agricoles y est particulièrement développée.

95Au Sud de la ligne, les autres douars évoluent de façon moins marquée, à l’image des centres de Munier ou Toustain qui ont perdu une grande partie de leur population. Meradia, Bougous ou Chiebna ont connu moins de transformations que les douars du Nord. Le vaste douar Bou Hadjar fait exception, comme Lamy, le centre qui le jouxte, situé à l’extrême sud et pourtant développé.

Notes

1 Cette phrase est consignée dans un rapport au Sénat le 8 février 1892.

2 Exposé du gouverneur général, 1882, p. 15.

3 Cité par C.-R. Ageron, 1970, p. 82. Il précise les impôts dus par les populations algériennes : patente, journées de prestation et centimes additionnels aux impôts arabes, mais aussi taxes municipales sur les chiens, les bœufs de labour, l’impôt sur les loyers, les droits d’abattage, de stationnement de marché.

4 Ibid., p. 29.

5 Ibid.

6 A. Bernard, 1921.

7 J. Cambon, 1918.

8 Ibid.

9 Journal Officiel, 7 novembre 1896, p. 430.

10 A. Burdeau, 1892.

11 Cf. C. Collot, 1987.

12 Cette affaire est évoquée dans C. Collot, 1987, G. Meynier, 1981, D. Guignard, 2004, p. 101-122.

13 J. Cambon.

14 A. Bernard, 1921.

15 A. de Peyre, 1884.

16 D. Guignard, 2010.

17 ANOM 93302/12, rapport semestriel de Michel Grech, administrateur de la commune mixte de La Calle, janvier 1920. Les douars concernés sont : Khanguet Aoun, Ain Khiar, Bougous, Ouled Youb et Tarf.

18 ANOM 93302/12, Ibid., janvier 1926.

19 C.-R. Ageron, 1979.

20 J. Bouveresse, 2008.

21 A. Burdeau, 1892. C. Jonnart, 1893.

22 A. Bernard, 1918, et E. Larcher, 1923, op. cit. Nous retiendrons également les travaux de : F. Cécile, 1913, G. de Lysniewsky, 1919, M. Pouyanne, 1900.

23 A. Bernard, 1918.

24 E. Brénot, 1938.

25 Ibid., p. 24-38.

26 F. Cécile, 1913 et E. Larcher, 1923.

27 R. Parant, 1955.

28 A. Bernard, 1918.

29 E. Larcher, 1923.

30 C.-R. Ageron, 1979.

31 R. Parant, 1955.

32 Ibid., p. 95.

33 Le texte du décret est proposé en annexe 2, p. 422.

34 C. Collot, 1987.

35 Extrait du JOA en annexe 2 p. 425.

36 Le texte du décret d’août 1919 est en annexe 2, p. 421.

37 Ibid., p. 129.

38 R. Parant, 1956.

39 ANOM 93302/92, rapport de l’administrateur, 1952.

40 Ibid.

41 ANOM 93302/17, lettre de l’administrateur au préfet, 10 septembre 1943.

42 ANOM 93302 /12, rapport semestriel de l’administrateur Michel Grech au préfet janvier 1919.

43 En fait, la suppression des communes mixtes est effective par l’article 53 du Statut Organique de l’Algérie en 1947 : « les collectivités locales algériennes sont : les communes et les départements ; en conséquence, les communes mixtes sont supprimées. L’application progressive de cette disposition fera l’objet de décisions de l’Assemblée algérienne, rendues exécutoires selon la procédure instituée par les articles 15 et 16 du présent statut ».

44 Cf. C. Marynower, 2011, p. 112-124 ; C. Collot, 1974, p. 71-161.

45 E.-P. Viard, 1939.

46 Si la suppression des communes mixtes est annoncée en 1947, elle n’est mise en œuvre qu’à partir de 1956.

47 Texte paru au Journal Officiel de la République Française, 27 août 1937.

48 M. Sellès-Lefranc, 2007, p. 16-30.

49 E. Masqueray, 1886. Bien d’autres travaux sont consacrés à la Kabylie, notamment la somme écrite par A. Hanoteau et A. Letourneux, 1873 et M. Rémond, 1926, p. 213-253.

50 ANOM GGA 4L212, cité par M. Sellès-Lefranc, 2007, p. 19.

51 Décret du 25 août 1937. Titre II, « Des djemaa communales », chapitre 1er, « formation des djemaa communales ».

52 Voir Titre II, chapitre 1er.

53 Documents algériens, série politique musulmane n° 2, 15 septembre 1945, “réforme des djemaa”.

54 E.-P. Viard, 1939.

55 R. Weexsteen, 1980, p. 216.

56 Décret du 25 Août 1935, article 1, Journal Officiel de la République Française, 27 août 1937.

57 R. Parant, 1956.

58 Çoff signifie “ligues”.

59 E.-P. Viard, 1939.

60 J. H. Meuleman, 1984.

61 Journal Officiel de la République française du 15 avril 1893, p. 1921.

62 J. H. Meuleman, 1984.

63 L. Milliot, 1911, R. Richardot, 1935.

64 Cette approche est contextualisée dans F. Leimdorfer, 1982, p. 288-289.

65 C.-R. Ageron, 1979.

66 J. Bouveresse, 2008.

67 Voir la circulaire du 29 janvier 1895.

68 J. H. Meuleman, 1984.

69 P. Arripe, 1930.

70 Ibid., p. 129.

71 Gouvernement général de l’Algérie, Rapports sur les opérations des sociétés indigènes de prévoyance et de prêts mutuels, exercices 1895 à 1914.

72 Union agricole de l’Est algérien, La coopération agricole dans la région de Bône, Imprimerie centrale, 1956, p. 15.

73 R.-M. Lagrave, R. Hubscher, 1993, p. 109-134.

74 Ibid., p. 111.

75 ANOM 93302/34.

76 ANOM 93302/34, statuts du syndicat communal des producteurs agricoles de Yusuf en 1943, syndicat communal des producteurs agricoles du Tarf en 1943.

77 ANOM 93302/34.

78 Dans les villes, il existe bien un syndicalisme ouvrier comme l’évoque C.-R. Ageron en 1972. Il se développe à partir de 1919, dans un contexte renouvelé : la participation des Algériens à l’effort de guerre français, la montée ddu mouvement des Jeunes Algériens et les premières réformes en faveurs des populations colonisées génèrent un état d’esprit nouveau. L’historien évoque ainsi l’engagement des dockers à Oran en 1920, tout en le nuançant : si les foules se pressent dans une manifestation le 1er mai 1920, les syndiqués sont finalement peu nombreux. En 1937, l’Algérie n’en compterait pas plus de 2000 parmi les populations algériennes. Cette émergence même timide s’effectue là où se trouvent les leaders et où la presse se diffuse, selon des mécanismes bien distincts de ceux des espaces ruraux.

79 ANOM 93302/42, « liste d’Algériens des douars sociétaires à la ‘Tabacoop’ », proposée par l’administrateur de la commune mixte de La Calle à la Société coopérative des planteurs de tabac de Bône, « La Tabacoop », le 7 juillet 1942.

80 L’Union agricole de l’Est algérien, op.cit. L’ouvrage propose plusieurs cartes permettant de montrer la répartition des différentes cultures. Le tabac est la plus représentée dans la commune mixte de La Calle.

81 Voir le témoignage de N. Gasnier développé ultérieurement.

82 C.-R. Ageron, 1970, p. 89.

83 ANOM 93302/52, dossier « chênes lièges et coupes de bois ».

84 ANOM 93302/12.

85 Un mokkadem est un représentant du pouvoir religieux à l’échelon d’un douar

86 ANOM 93302/12.

87 B. Stora, 1986, p. 59-72.

88 93302/84, Affaires Indigènes Réservées.

89 Id.

90 Id.

91 P. Zessin, 2011, p. 35-46.

92 Promulgué le 30 mars 1935, il prévoit de punir de deux ans d’emprisonnement « quiconque aura provoqué à des désordres ou à des manifestations contre la souveraineté française, ou à la résistance d’application des lois, règlements ou ordres de l’Autorité ».

93 O. Carlier, 1990.

94 Ibid., p. 988.

95 Ibid., p. 995.

96 ANOM 93302/83, lettre de l’administrateur au sous-préfet, 5 juillet 1939.

97 ANOM 93302/10.

98 Id.

99 Sur l’habiter, voir notamment T. Paquot, M. Lussault, C. Younès, 2007.

100 ANOM GGA 8X/386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

101 ANOM GGA 8X/386.

102 A. Berque, 1936, p. 43-100.

103 ANOM 93302/136 à 149. Pour chaque tribu, un état statistique des populations mentionne les gourbis et les tentes, sans toutefois les distinguer systématiquement. Pour la tribu des Brabtia, les familles se répartissent entre 36 gourbis et 37 tentes, pour les Ouled Arid, entre 77 gourbis et 29 tentes, pour les Ouled Ali Achicha entre 7 gourbis et 203 tentes.

104 J. H. Meuleman, 1984.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 Au milieu des années trente les diverses productions font émerger deux zones séparées par la route Bône-Tunis. Au nord de cette ligne s’étendent les plaines dévolues à la culture du blé, de l’orge de la vigne, le tabac, dans de vastes étendues. Les terres du sud sont davantage destinées au labour de gros bétail, mais aussi à l’exploitation du chêne-liège qui fournit liège, tanin et charbon. À cette répartition des cultures correspondent des situations de travail diverses : « ceux de la région du nord sont khammès, khaddars (pour le tabac), ouvriers agricoles (pour les vignes et les céréales). Ceux de la région sud exploitent la forêt : ils s’emploient comme démascleurs de liège et éleveurs. » La culture du tabac est importante et se développe ; même dans les parties forestières, les moindres clairières sont utilisées pour cette culture. La culture de l’arachide s’étend dans les douars du nord comme celle de l’olivier greffé.

108 ANOM 93302/42, listes nominatives des Algériens sociétaires par douar en 1942.

109 ANOM 93302 /42. Les douars représentés et leur nombre d’adhérent : Brabtia (10), Nehed (31), Meradia (10), Bougous (6), Khanguet Aoun (115), Souarakh (45), Ain Khiar (76), et Ouled Youb (35).

110 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

111 ANOM 93/2311.

112 J. H. Meuleman, 1984 et ANOM GGA 8X/386, rapport de l’administrateur de la commune mixte de Khenchela.

113 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

114 Id.

115 ANOM GGA 8X386, lettre de l’administrateur au préfet, 8 octobre 1934.

116 N. A. El Maaty, 2007.

117 J. H. Meuleman, 1984.

118 Ibid.

119 Tableau renseigné à partir d’une vaste enquête initiée par le gouvernement général. Les douars Ouled Youb et Beni Amar ne figurent pas dans l’étude.

Table des illustrations

Légende *Cette catégorie rassemble surtout les ouvriers forestiers.Tableau 9. Les différentes catégories d’ouvriers dans les douars de la commune mixte de La Calle
Crédits (Source : ANOM 93302/28, statistiques commerciales et industrielles119)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search