Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Dynamiques de l’espace social et évolution du territoire 1909-1946

Chapitre 4. Mobilité de la terre et recomposition sociale de la commune mixte

Texte intégral

1Les mouvements de départ de familles de colons attirées par le protectorat tunisien prennent de l’ampleur et deviennent une préoccupation de l’administration centrale. Le « dépérissement des centres », comme disent les circulaires préfectorales, concerne de nombreux villages. Il est une atteinte à la colonisation de peuplement qui contrarie le bilan emphatique du centenaire de la présence française en Algérie.

  • 1 C.-R. Ageron, 1979.
  • 2 Ibid.
  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid., p. 481. L’auteur évoque un recul de la colonisation momentané et indique « on parla même de (...)

2Charles-Robert Ageron évoque cette désaffection des centres1. Ce phénomène, étouffé à l’époque, remet en cause de façon inéluctable le projet de peuplement de la colonie : « L’histoire de l’Algérie ne pourrait plus reposer, comme on l’avait cru depuis un siècle, sur l’enracinement d’une population paysanne européenne toujours plus nombreuse2 ». Le Constantinois est particulièrement concerné par ces mouvements migratoires, dont la conséquence est une asymétrie encore accrue entre la part des Européens et celle des Français musulmans. Elle concerne tout particulièrement les populations rurales issues de la colonisation officielle, dont les effectifs ont diminué de 18 % entre 1926 et 1954 ; cette baisse s’accompagne de flux migratoires des campagnes vers les villes, accusant encore le déséquilibre démographique entre ces deux espaces3. Elle introduit une différenciation régionale au sein de la colonie : alors que dans l’Algérois, on compte un Européen pour 6 Algériens, la proportion est de 1 pour 17 dans le département de Constantine. Ageron en vient ainsi à évoquer un mouvement de décolonisation4.

3Cet usage du terme, qui qualifie un processus porté d’ordinaire par la volonté politique des populations colonisées qui souhaitent accéder à l’indépendance, mérite l’attention. Il désignerait ici le mouvement de départ des familles de colons, sans concertation ni préméditation, qui pourrait être qualifié de décolonisation spontanée, ou par défaut. Ce phénomène met en question la matérialité de la colonisation. Il faut toutefois l’employer avec prudence et s’interroger notamment le lien entre départs et recul de la propriété européenne. En effet, ces migrations ne s’accompagnent pas systématiquement de la vente de parcelles, et la terre reste bien souvent propriété des Français. L’étude de ces mouvements présente alors une double utilité : envisager ces mobilités inter-coloniales mais aussi des déplacements de population qu’elles induisent dans les centres désertés par les Européens. L’observation des phénomènes migratoires permet de saisir les modalités des départs, d’envisager leurs causes, mais surtout les stratégies mises en œuvre pour les endiguer, autant que la multiplicité des acteurs en présence. Les flux migratoires de colons sont ici spécifiques, car ils privilégient non pas les entités urbaines de la région (La Calle commune de plein exercice, Bône, etc.) mais le protectorat tunisien.

Le cas de Lacroix, une « décolonisation » spontanée ?

Un centre à l’abandon

4Parmi les villages concernés, le cas de Lacroix est remarquable. Frontalier de la Tunisie dans sa partie sud, nommé auparavant El Aïoun, il a été créé en 1890, six ans après la naissance de la commune mixte à partir des terres du douar limitrophe Nehed. Après un agrandissement en 1909, le centre occupe une superficie de 2632 hectares, soit le deuxième de la commune par son étendue. Au moment de sa création, dans le cadre de la colonisation officielle, quarante-cinq familles s’y installent et occupent des concessions de 26 à 30 hectares. Elles viennent plus particulièrement du sud de la Corse, de l’Aveyron, de l’Ardèche et dans une moindre mesure, de la Drôme. Les « Algériens » sont originaires de communes environnantes : Morris, Sidi Merouane et plus rarement d’autres centres de colonisation de La Calle (Blandan). Rapidement, plusieurs colons se plaignent de la mauvaise qualité des terres qui leur sont proposées et tentent de changer de lots et de centre. Les nombreux départs entraînent une mobilisation de l’administration qui envisage une reconquête du centre.

  • 5 ANOM 93302/165, 93 3M54, 93 2M271, 93/2306, 93/2307. Les archives de la commune mixte renferment vi (...)
  • 6 La délégation de colons est l’un des trois organes des Délégations financières algériennes créées p (...)

5La question de la reconstitution du périmètre de colonisation de ce centre a généré une importante correspondance5. Toutes les strates de l’administration centrale et locale interviennent : gouverneur général, préfet, administrateur de la commune. Des lettres impliquent d’autres acteurs : les colons habitant Lacroix, mais aussi M. Joseph Barris du Penher, colon lui-même, grand possédant, délégué colon de La Calle (CPE) de 1909 à 1945 et président de la délégation des colons en 1934 ; le conseiller agricole du département, M. Escoffier, intervient aussi à partir de 19336. Colons, fonctionnaires et techniciens sont donc ensemble confrontés au cas d’un village en voie de dépérissement. Une pétition des colons vivant dans le centre apparaît comme une pièce particulièrement remarquable ; elle n’est pas première dans le corpus des sources relatives à cette affaire, mais elle en constitue le pivot pour l’année 1929 : c’est à partir des doléances qu’elle exprime que la question d’une stratégie de reconquête se met véritablement en place.

  • 7 ANOM 93 302 / 165.

Nous soussignés habitants et colons du centre de Lacroix venons offrir au gouvernement général de l’Algérie le rachat de nos terres pour un prix équitable qu’il fixera lui-même […] Ce centre qui était composé de 42 familles françaises est réduit à néant par suite d’insuffisance de terre. […] Il y a deux ou trois concessions qui ont été achetées par des Algériens ainsi que quelques parcelles isolée7.

  • 8 ANOM 93 C/6234. L’administrateur René Poulard a pris ces fonctions dans la commune mixte de La Call (...)
  • 9 Les arrivants de la période 1900-1905 obtiennent souvent des terres à Lacroix faute d’avoir pu disp (...)

6Rédigée le 2 avril 1929, cette pétition signée par douze colons s’adresse au gouverneur général. La population européenne interpelle les instances supérieures ; elle ne s’adresse pas à l’administrateur, René Poulard, mais directement au gouverneur général Pierre-Louis Bordes8. Son contenu donne à voir la perception des habitants du centre quant aux causes de son dépérissement. Il fait état du rachat de quelques terres par les populations algériennes. Mais le texte montre avant tout un groupement de familles qui accepte l’expropriation et la reprise de ses lots, selon le prix proposé par l’administration, dans la perspective d’un remembrement des parcelles. Cette situation de crise nécessite une réaction urgente que les autorités locales ne semblent pas susceptibles de mettre en œuvre. La proposition du rachat des terres s’adresse en effet au gouverneur général, comme un aveu de défiance vis-à-vis de l’administrateur de la commune mixte ; les colons prennent l’initiative de sauver leur village. Les signataires de la pétition ne sont pas tous des colons de la première heure à Lacroix : trois familles (Bastianelli, Mathieu et Moretti) font partie des premiers concessionnaires, les autres sont arrivées plus tardivement9.

Les causes des départs

7Les différents rapports établis notamment par l’administrateur rendent compte des mutations du peuplement et des modalités d’exploitation de Lacroix à la fin des années Vingt.

  • 10 C.-R. Ageron, 1979.
  • 11 Voir D. Guignard, 2010.
  • 12 ANOM 93 302 / 165. Joseph Barris du Penher est représentatif des délégués financiers les plus riche (...)

8Il apparaît que la très grande majorité des propriétaires ne vit plus dans le centre de Lacroix et laisse l’exploitation du domaine en location à des Algériens. La plupart d’entre eux a quitté l’Algérie pour la Tunisie, ou pour des contrées plus lointaines, tel Georges Richard, demeurant à Hanoi. Parmi ceux qui peuplent encore le centre, l’un très âgé, a vu ses enfants partir pour la Tunisie ; l’autre est veuf et sans héritiers. Cela laisse présager un déclin à venir plus important encore. Les départs de cette deuxième génération montrent l’absence d’attachement à la terre exploitée par les aînés ; le comportement spéculatif l’emporte sur la volonté d’une exploitation directe des parcelles. La population algérienne n’est pas uniquement locataire des terres, et l’ensemble des parcelles détenues par les propriétaires forme une superficie de 223 hectares. Ce phénomène n’est pas spécifique au centre de Lacroix mais concerne l’ensemble du Constantinois, notamment dans la période 1918-1926 ; pendant ces années, les fellahs rachètent plus de terres qu’ils n’en cèdent, près de 60 000 ha de plus d’après C.-R. Ageron10. À cette période, ils sont autorisés à acquérir des concessions qui ne relèvent plus des contraintes du décret de 1904. Cependant, dès 1902, 6,4 % des Algériens sont concessionnaires à la suite de « services rendus à la France11 ». Ainsi, locataire ou propriétaire, la population algérienne est fortement représentée dans le village, et cette pénétration dans un espace originellement dévolu aux Européens est source d’inquiétude pour les colons, mais aussi pour Joseph Barris du Penher qui alerte ainsi le gouverneur général : « Ce village s’est dépeuplé entièrement par suite de la dispersion et de l’exiguïté des terres concédées et il finira par être racheté complètement par les indigènes12 ».

9Le départ des colons trouverait son explication dans l’exiguïté des lots attribués en concession quarante ans plus tôt. Ils n’excédaient pas les 26 hectares, alors que ceux de Lamy, en comptaient 40, et étaient souvent constitués de terres de mauvaise qualité. Les diverses enquêtes menées par les administrateurs à partir de 1929 montrent qu’une grande partie des familles originellement installées à Lacroix ont quitté le village pour la Tunisie. Les quelques familles restées sur place profitent de ces départs : les El Haïk détiennent 403 hectares, obtenus par le rachat de diverses propriétés.

  • 13 J. Poncet, 1962.

10Outre sa très grande proximité, l’attrait de la Tunisie peut s’expliquer par les conditions favorables faites aux colons français. En effet, une première phase de colonisation officielle amorcée en 1890 propose de vastes parcelles au prix de 50 à 100 francs l’hectare13 ; ces terres sont particulièrement fertiles et rapporteraient 10 à 15 francs par hectare et par an. La mise en place du protectorat génère ici un préjudice pour le maintien de la colonisation de peuplement en Algérie.

La reconstitution du périmètre de colonisation

11Afin de mettre fin aux départs et stabiliser la population française dans le centre, la stratégie envisagée par l’administration va consister au rachat de 953 hectares de terres pour les regrouper et constituer des lots d’une centaine d’hectares. La procédure est complexe puisqu’elle suppose de retrouver des familles parfois parties très loin afin de les inciter à vendre les parcelles mises en location. La tâche incombe à l’administrateur de la commune mixte. En juillet 1929, soit trois mois après la rédaction de la pétition, M. Poulard rend compte au préfet des conclusions de son enquête. Elles vont à l’encontre de la proposition faite par les colons du centre dont la résolution s’est atténuée à l’épreuve des faits : bien peu de signataires sont finalement enclins à vendre leur propriété ; s’ils le sont, c’est en posant un certain nombre de conditions dont un prix à l’hectare qui peut aller jusqu’à 4 000 francs. Quant aux familles algériennes, elles rechignent à vendre leurs terres pour servir l’intérêt de la colonisation française. Selon le fonctionnaire, le peu de terres proposées au rachat ne permet pas la reconstitution du périmètre : son constat est corroboré par la décision du gouverneur général dans une lettre adressée au préfet le 19 décembre 1930. À cette date, il n’est plus question de reconstituer le périmètre du centre. La procédure est pourtant relancée, du fait notamment de la détermination de Joseph Barris du Penher. Ce délégué financier s’attache à la mise en œuvre d’une solution au dépérissement du centre de Lacroix pendant près de vingt ans, et ce malgré les changements d’administrateurs de la commune mixte et de gouverneurs généraux.

12Après diverses négociations portant notamment sur le prix de la terre rachetée, les colons se soustraient finalement au projet de reconstitution, mais il faut attendre le mois de mai 1935 pour que le gouverneur général Jules Carde affirme avec force sa volonté de procéder au rachat des terres. Les démarches de terrain sont alors entreprises par le service de l’agriculture : le conseiller agricole, M. Escoffier, rencontre les propriétaires. Les lots à racheter sont ensuite évalués en fonction de leur nature (culture, jardin, urbain).

13Pourtant, le 25 mai 1936, les stratégies envisagées ne sont toujours pas mises en œuvre ; le remembrement du centre est encore à l’état de projet, et un rapport supplémentaire, écrit par le géomètre principal Michelier, reprend l’argument utilisé par Joseph Barris quelques années auparavant :

  • 14 ANOM 93/2208, rapport sur le projet de remembrement du territoire de Lacroix rédigé par le géomètre (...)

La haute administration se trouve donc en présence de circonstances exceptionnelles pour réaliser une opération de colonisation peut-être unique en son genre, qui reprise sur de nouvelles bases est assurée d’une réussite à peu près certaine. Elle redonnerait de la vie à un village en pleine décadence par suite de l’éloignement dans lequel il s’est trouvé au début de sa création et par suite de l’insuffisance des concessions primitives et de leur morcellement14.

14Finalement, la reconstitution du périmètre ne peut se faire : en 1939, seules huit propriétés ont pu être acquises par la Colonie ; ceux qui ont perçu leur argent ont quitté la région et les autres ont renoncé à vendre, laissant leurs terres en location aux Algériens.

15L’échec de cette stratégie peut s’expliquer par une procédure qui a duré près de trente ans et qui voit se succéder les points de vue des gouverneurs généraux successifs. Pourquoi une telle lenteur ? L’administration centrale s’intéresse peu au dépeuplement de ces centres ruraux, à moins qu’elle ne soit dépassée par un trop grand nombre de centres dans ce cas. Les demandes d’enquête se succèdent, mais tardent à donner lieu à des réalisations concrètes.

16Ce phénomène est à replacer dans un contexte général d’émigration qui alerte les autorités et conduit à un classement de tous les centres de communes mixtes en fonction de la gravité de l’abandon. L’événement est ainsi à la fois banal et particulier. Banal car les départs ne sont pas rares dans l’Algérie coloniale des années Vingt, au point d’ailleurs qu’une enquête départementale est initiée à la demande du gouverneur général. Ainsi, le 17 août 1929, le préfet du département de Constantine envoie aux administrateurs une dépêche du gouvernement général ; il leur est demandé de renseigner un questionnaire pour étudier les causes de dépérissement de certains centres de colonisation. Chaque fonctionnaire est invité à choisir un ou plusieurs exemples typiques de centres en régression. L’administrateur Poulard choisit le centre de Lacroix. Le cas du centre de Lacroix n’est pas isolé dans la commune mixte et l’ensemble du Constantinois. Deux circulaires préfectorales font également état de ce problème à l’échelle de l’ensemble de l’Algérie, en insistant sur le rachat des terres par les Algériens. Elles élargissent le champ des causalités liant cette évolution au départ des colons, mais aussi à un éventuel enrichissement des populations autochtones, qui acquièrent des terres appartenant jusque-là aux Européens sans se défaire des leurs.

17Néanmoins, cette situation est singulière par les solutions envisagées, les auteurs des propositions. D’après les correspondances de Messieurs Escoffier et Barris du Penher, la mise en place de la stratégie de Lacroix semble originale et pourrait constituer une sorte de modèle dans un contexte d’expérimentation.

18L’histoire de Lacroix permet également d’observer au plus près l’intérêt des différents acteurs dans la sauvegarde de ce centre de colonisation. Le regard du colon installé dans la concession paternelle depuis 1890 n’est pas celui du préfet qui méconnaît cette marge rurale de l’Algérie, difficile d’accès, et de faible peuplement. Les rapports de force entre les différentes strates administratives sont également apparents dans les correspondances. Face à cette déprise, quels sont le rôle et le poids de l’administrateur de la commune mixte ? Est-il force de proposition ou se contente-t-il d’un rôle consultatif ? L’intrusion fréquente de Joseph Barris du Penher, président de la délégation des colons, fait intervenir un autre organe : les Délégations financières. L’influence de M. Barris dans cette affaire atteste du rayonnement croissant de cette assemblée, mais aussi du pouvoir des notables politiques, présents à La Calle ou à Bône, et défenseurs des intérêts des colons à l’échelle régionale. Ils tiennent l’administrateur à l’écart. D’abord sollicité et entendu, il perd ensuite toute crédibilité pour devenir un simple exécutant. C’est pourtant lui qui, en janvier 1925, avait proposé une issue pour le relèvement du centre : « le rachat des terres abandonnées par les colons primitifs et leur lotissement en propriétés ou concessions d’une superficie d’au moins soixante-dix hectares. ». Cette perspective saluée par le gouverneur général avait été cependant reportée à plus tard. Il faudra attendre quatre ans pour que la question ressurgisse, éclairée par la pétition des colons de Lacroix.

19Une première lecture de ce document porte à croire que ces Européens en ont eu l’initiative. Pourtant, les diverses missives de J. Barris du Penher attestent qu’il a lui-même exhorté les habitants du centre à l’écrire. S’adressant au préfet Carles le 4 juin 1929, il indique : « cette pétition s’est produite à la suite d’une proposition que j’ai faite au Conseil Général et aux Délégations financières en vue de racheter les terres des anciens centres abandonnés ». Cette démarche atteste la détermination d’un grand propriétaire à maintenir la colonisation, mais aussi l’écoute et l’aura dont il bénéficie auprès des familles de petits colons et le pouvoir croissant des Délégations financières.

20Le cas de Lacroix met en lumière, dans un moment colonial, les difficultés partagées entre colons, différents représentants de l’administration, et les Délégations financières dans la recherche d’une solution face à une colonisation inéluctablement en recul. L’impossibilité d’atteindre les objectifs chimériques de l’entreprise coloniale en Algérie est une évidence dans le cas de ce centre de colonisation. Cent ans après la conquête, il ne semble pas y avoir de moyens de garantir le maintien du peuplement européen, du moins celui qui avait été mis en place par la colonisation officielle. Une fois l’obligation de résidence satisfaite, la plupart des propriétaires installés dans cette zone rurale et périphérique du pays pratiquent la spéculation et multiplient l’achat de parcelles de part et d’autre de la frontière algéro – tunisienne ; ces terres sont louées et parfois vendues aux populations algériennes qui paient au prix fort des parcelles déjà exploitées. Y voient-elles l’espoir d’une reconquête ? Le rachat de la terre est-il un acte de résistance à la colonisation ? Ce n’est probablement pas ainsi que le projet colonial a été perçu au moment de l’application du sénatus-consulte de 1863, et le nombre limité de contestations dans la commune mixte toute entière va dans ce sens. À la fin des années Vingt, sa perception est certainement bien différente et cela peut autoriser à envisager ces rachats non comme des actes ponctuels et distincts, mais comme un dessein collectif.

Peut-on parler de « décolonisation » ?

21Qu’en est-il maintenant de l’usage de ce terme, rapidement évoqué par C.-R. Ageron. Est-il pertinent pour qualifier la situation du centre de Lacroix ? On peut s’interroger sur ce qu’est une colonie de peuplement où les colons seraient quasi absents. Qu’en est-il de la société coloniale lorsque les Européens quittent la terre et les Algériens rachètent certaines parcelles ? Quelle est la matérialité du pouvoir colonial là où la présence physique de la communauté française s’amenuise ? Que dire de l’efficience de la commune mixte ? Finalement, et de façon plus générale, qu’est-ce que la colonisation dans des espaces périphériques où un seul administrateur entouré de quelques adjoints gère un territoire qui couvre, dans le cas de La Calle, plus de 160 000 hectares ?

22Si les colons quittent le centre de Lacroix, ils n’en restent pas moins propriétaires de la terre dans la plupart des cas. Il convient donc de qualifier ce mouvement de déprise plutôt que de décolonisation, l’absence physique ne signifiant pas la fin de la mainmise sur la terre, qui constitue ici le mode ultime de domination. On observe toutefois une évolution du rapport à la terre. En effet, les premiers colons, et plus particulièrement ceux que l’on désigne comme les immigrés, venus de métropole, sont avant tout des exploitants, des agriculteurs, qui vivent du travail de la terre concédée. Les pratiques se diversifient ensuite dans la commune mixte : la location de terres aux Algériens se diffuse et avec elle la spéculation. Ces mutations s’opèrent bien souvent lorsque les obligations de résidence et d’exploitation faites aux concessionnaires de lots gratuits prennent fin. Cela signifie que quelques années après leur création, à l’image du village de Lacroix, le peuplement des centres de colonisation peut connaître de profonds bouleversements qui modifient profondément la réalité de la société coloniale.

23Quels sont alors les moyens mis en œuvre par les autorités métropolitaines pour endiguer ou tout au moins limiter les départs des colons ? L’exemple de la recomposition du périmètre de Lacroix laisse à penser que l’État privilégie la préservation de la propriété plutôt que la présence massive des colons. Ce n’est pas véritablement la déprise qui pose problème mais la mobilité de la terre qui risque de passer aux mains des populations algériennes. En effet, si l’opération de reconstitution du périmètre de Lacroix avait été menée à son terme, cela aurait conduit à étendre la superficie des concessions, mais pas à repeupler le centre. Ainsi, pour un millier d’hectares recomposés en parcelles de 120 hectares, seuls huit colons et leurs familles auraient peuplé Lacroix, ce qui ne constitue en aucun cas une reconquête démographique du centre. Toutefois, ces colons auraient eu obligation de résidence et d’exploitation, ce qui n’était plus le cas pour la majorité des Français habitant le village.

Le dépérissement des centres : un fait qui caractérise toute la colonie

24Le recul du peuplement européen dans les centres de colonisation n’est propre ni à Lacroix, ni à la commune mixte de La Calle. Il connaît ses premières manifestations à la fin du xixe siècle, comme nous l’avons déjà évoqué.

Un phénomène connu

25La colonisation officielle, dès le début de sa mise en œuvre, se heurte à la difficulté de maintenir les colons sur leurs concessions. Afin de limiter ces abandons, des contraintes de résidence et de constructions sont imposées aux agriculteurs européens. Le temps passant, les acquéreurs se libèrent de ces obligations et beaucoup d’entre eux choisissent de se défaire de leurs terres.

  • 15 H. de Peyerimhoff, 1904, p. 301 à 307 pour les centres de La Calle.

26Ce phénomène est connu, estimé notamment par les travaux de H. de Peyerimhoff en 1904 : dans une mise au point consacrée à chaque centre, il propose un décompte des colons primitifs qui ont quitté le village au terme de quelques années15.

  • 16 M. Viollette, 1931.

27Dès lors ce mouvement est continu mais n’attire pas l’attention de l’administration. Il faut attendre 1927 pour que l’évaluation de la colonisation officielle se mue en véritable alerte. Maurice Viollette, alors gouverneur général, a l’initiative d’une enquête destinée à prendre la mesure du phénomène. Il en expose ensuite le détail en 1931 dans l’ouvrage L’Algérie vivra-t-elle ?16. Il souhaite évaluer la portée de cette déperdition de peuplement des centres et mettre en évidence que le développement des grandes exploitations européennes, fierté des commémorations du Centenaire, ne doit pas occulter l’échec de la petite et la moyenne colonisation. Cette enquête n’est totalement achevée que pour le département d’Alger, et reste très partielle pour l’Oranais et le Constantinois. Les statistiques établies, mettent en regard l’importance de la colonisation à l’origine et la situation en 1927, en nombre de colons. La lecture de ces statistiques fait apparaitre trois constantes.

28Dans le département d’Alger pour lequel l’enquête est précise, le dépeuplement des centres est général, et ce quelle que soit la date de création du village. Ainsi, à Chasseriau (Commune mixte de Ténès), il ne reste plus aucun des 16 colons installés en 1878. À Dra-El-Mizan, 96 colons avaient peuplé le centre à sa création ; 17 y demeurent en 1927. Les données relatives au département de Constantine sont moins précises, mais elles laissent entrevoir une situation plus nuancée ; les commentaires remplacent parfois les chiffres et les mentions « satisfaisant », « prospère », montrent un maintien relatif de la présence européenne dans les centres.

29On assiste par ailleurs au groupement des propriétés . Par exemple, dans la commune de Dellys (département d’Alger), deux centres ont évolué de façon analogue : à Ben M’Chourd, il reste 4 colons qui se partagent 200 ha tandis qu’à Oulade Keddache, deux colons détiennent 160 ha.

30Le troisième point saillant est la mention des Algériens dans les centres et leur appropriation de parcelles détenues auparavant par des colons. Sur 139 communes du département d’Alger, 26 sont concernées par des rachats algériens.

  • 17 Cette superficie peut paraître élevée. Mais comme nous l’avons déjà envisagé, la concession d’un co (...)

31Pour le gouverneur général Maurice Viollette, le déclin du peuplement rural européen s’explique par l’exiguïté des lots, dont la superficie ne devrait pas s’étendre en deçà de 100 hectares pour permettre de faire vivre le colon et sa famille17.Cette affirmation est une critique des procédés de la colonisation officielle, dont Viollette fustige la mise en œuvre. La « territorialisation autoritaire » conduite de façon rigide dans toute la colonie, en conformité avec les décrets de 1878 puis de 1904, n’a fait selon lui que condamner à terme la pérennité du peuplement européen. Il regrette notamment l’application sans discernement de la procédure de déchéance qui conduit à évincer des colons implantés pour les remplacer par des immigrés :

  • 18 M. Viollette, 1931.

Chasser ces familles du lot sur lequel elles ont douloureusement peiné, pour y installer un transplanté d’Europe, c’est à mes yeux, contraire au bon sens, puisque ce transplanté d’Europe sera obligé de vendre au bout de quelques années pour être remplacé lui-même par un grand propriétaire qui habitera la ville et qui se fera représenter par un simple gérant18.

32Une application trop systématique des textes par le Service de la Colonisation favorise le développement de la grande propriété, la pluriactivité, la spéculation et nuit considérablement à la colonisation de peuplement.

33La politique des agrandissements doit également favoriser les colons déjà implantés dans la colonie et permettre à des familles de vivre de leur exploitation. Les difficultés qu’elles rencontrent pour obtenir ces lots supplémentaires, comme nous avons pu l’observer précédemment dans le village de Toustain par exemple, entraînent des départs massifs ou des situations de grande détresse. Maurice Viollette condamne également les conditions dans lesquelles certains centres ont été érigés : à vouloir peupler trop rapidement les villages, plusieurs d’entre eux sont dépourvus de voies de communication, d’école ou d’eau potable. L’absence des aménagements les plus rudimentaires décourage les colons.

34Pour étayer son propos, le gouverneur général s’appuie sur des correspondances adressées par des colons ou des maires de communes. Elles montrent que la pétition des colons de Lacroix n’est pas un cas isolé mais qu’elle est représentative d’une situation désastreuse vécue par plusieurs familles. Tel colon de Faidherbe s’adresse ainsi au gouverneur général en 1930 et se plaint de l’absence de route jusqu’à sa concession. Le maire de El Kseur en 1927 écrit au préfet pour faire état de la désaffection de sa commune. L’exode des colons d’Oued-Nini porte à son paroxysme cette situation : installés dans un village érigé sur des terres incultes, du fait de la présence d’un lac salé, ces paysans qui ont tout perdu ne peuvent quitter leur concession car ils ne sont pas libérés de leur obligation de résidence.

35Les missives des colons en difficulté se distinguent néanmoins de la pétition des colons de Lacroix qui suggère une stratégie de reconquête originale, sous l’influence vraisemblable du délégué des colons Joseph Barris du Penher.

Le rôle d’un délégué de colons : Joseph Barris du Penher

36L’intervention permanente de ce délégué de colons de La Calle au cœur des débats sur les questions foncières mérite que l’on précise son rôle et celui de cette délégation. Jacques Bouveresse a consacré sa thèse à cette institution. Le délégué Barris est très souvent évoqué dans ses travaux.

  • 19 J. Bouveresse, 2008.

37Les Délégations financières algériennes sont nées dans un contexte de remise en cause de la politique d’assimilation. Les revendications d’autonomie portées par les colons à partir de 1882 conduisent à une décentralisation des pouvoirs et des institutions. Le 23 août 1898, la création des Délégation financières va dans ce sens. Cette institution a pour objet de gérer le budget de la colonie ; elle vise à prendre en compte les divers intérêts présents grâce à la mise en place de trois assemblées : la Délégation des colons, composée de 24 délégués français (huit par département) élus par les colons, la Délégation des non-colons, organisée de la même manière et élue par les français non colons, La Délégation indigène comprenant 21 membres nommés ou élus. Deux points caractérisent l’organisation de cette institution. D’une part, quelle que soit la délégation, la question foncière est d’un intérêt majeur pour tous les élus : ceux de la délégation des non-colons ainsi que leurs électeurs sont bien souvent des propriétaires terriens même s’ils exercent une profession libérale ou s’ils sont négociants. Quant aux délégués indigènes, ils sont souvent des propriétaires fonciers19. D’autre part l’organisation des trois assemblées met en évidence la forte asymétrie entre Algériens et Européens.

  • 20 Ibid.

38La terre est donc au centre des préoccupations et des rapports de force de cette institution. Son étude permet de prendre la mesure du rayonnement de Joseph Barris du Penher. L’ascension politique de cet homme, depuis son élection comme délégué de colon en remplacement de Ferdinand Marchis, maire de Bône, en 1909, jusqu’à la présidence de la délégation de colons en 1939, en font un personnage clé du Constantinois. Appartenant à ce que J. Bouveresse appelle la « dynastie des terriens », Barris hérite du patrimoine de son père Manuel, maire de La Calle (CPE) de 1880 à 189020. Sa fortune foncière, qui prend appui à la fois sur l’exploitation forestière, la viticulture et la céréaliculture, fait de lui un grand possédant. Il n’en défend pas moins la petite et moyenne propriété. À l’instar d’Emile Morinaud, délégué et maire de Constantine, il refuse de privilégier le seul développement de la grande colonisation terrienne et déclare : « nos colons sont dignes de toute la sollicitude des Pouvoirs publics car ce sont les véritables pionniers de la civilisation française dans un pays où l’élément français est malheureusement trop rare » Cette prise de position explique sa réélection à l’unanimité par 426 électeurs en tant que délégué colon en 1928, mais aussi la confiance que lui accordent les colons de Lacroix signataires de la pétition

  • 21 Délégations des Colons, séance du 7 juin 1911, p. 759-772.

39C’est dès 1910, lors de la séance du 30 mai, soit un an après son élection comme délégué des colons, que Barris développe un argumentaire nourri destiné à endiguer l’exode des colons. N’ayant pas été entendu par l’administration, il propose de nouveau ce vœu lors de la séance du 7 juin 191121. Selon lui, si les colons sont à l’étroit dans leurs concessions de 40 ha, l’administration doit se donner les moyens de rendre disponibles de nouvelles terres. Pour Barris, l’écueil principal à une plus grande mobilité de la terre est lié à l’application inachevée du sénatus-consulte de 1863 qui prévoyait, après délimitation et constitution des douars-communes, de procéder à la constitution de la propriété individuelle. La nature arch supposée des terres- notamment dans cette partie Est du Constantinois qui constitue la circonscription du délégué-contribue à freiner les transactions foncières dans l’intérêt de la colonisation mais aussi des Algériens. Pour les faciliter et accroître le domaine de l’État, Barris propose trois actions.

40Afin d’attribuer à l’État comme biens vacants les terres que les Algériens ne cultivent pas, l’administration devrait, selon le délégué, recourir aux enquêtes partielles et aux enquêtes d’ensemble. Là où le sénatus-consulte n’a pas établi la propriété privée (c’est-à-dire quasiment partout), ces procédures permettent, à la demande de l’État ou d’un particulier, de la délimiter partiellement. Dans son argumentaire, Barris fait ainsi référence à la loi du 28 juillet 1873 dite « loi Warnier », modifiée ensuite par la loi du 26 avril 1887, qui devait permettre

  • 22 E. Larcher, 1923.

à un Européen qui a acquis un immeuble dans un territoire où la propriété n’a pas encore été constatée ou constituée […] d’obtenir un titre définitif, opérant purge de tous les droits antérieurs, et formant le point de départ de la propriété22.

  • 23 A. Burdeau, 1891.

41Le rapport Burdeau rédigé en 1891 mettait déjà en évidence que ces lois n’avaient pas eu les effets escomptés, ni pour les Européens, ni pour les Algériens. Elles ne sont donc plus appliquées et la loi de 1897 s’y substitue23. Enfin, selon Barris, l’administration ne devrait pas s’interdire de procéder à des expropriations.

  • 24 Délégation des Colons 1910, p. 340-344, in J. Bouveresse, 2008.

42Barris n’est pas entendu par l’administration qui s’oppose à l’expropriation24. Le vœu du délégué de La Calle est ainsi sans effet et explique peut-être que cette stratégie n’ait pas été envisagée dans le cas du centre de Lacroix, ni par l’administration, ni par les colons pétitionnaires. Le recours à des terres appartenant aux Algériens n’est aucunement mentionné et la stratégie de reconquête du centre s’appuie essentiellement sur la mobilisation des colons et la constitution de grandes parcelles par regroupement des lots. Le point de vue de l’administration prévaut sur celui de Barris dans sa circonscription.

Les centres de La Calle en dépérissement ?

  • 25 ANOM 93302 /163, lettre de l’administrateur au sous-préfet, le 7 octobre 1927.

43Hormis le village de Lacroix, les autres centres de La Calle sont-ils en voie de dépérissement ? Ce village a connu la désaffection la plus marquée, du fait de son site défavorisé et de la grande proximité du protectorat. Les autres centres connaissent une évolution plus nuancée. Les relevés effectués par l’administrateur et transmis au sous-préfet en 1927, en réponse à la demande de Maurice Viollette permettent de mettre en perspective le cas de Lacroix au regard des autres centres de la commune mixte, mais aussi de comparer les villages de La Calle aux autres communes de la colonie25.

44Globalement, si la diminution concerne chaque centre, elle est moins marquée que dans les villages du département d’Alger. Les centres dynamiques de Blandan, Yusuf ou encore Le Tarf ont certes perdu la moitié de leurs habitants mais conservent une population européenne de quelques centaines de personnes. Par ailleurs, les commentaires de l’administrateur sur la situation des colons encore présents dans les centres met en évidence leur situation aisée, qui là encore contraste avec les mentions présentes dans les statistiques de l’Algérois. Près de cinquante ans après leur création, ces centres regroupent donc des colons stabilisés, impliqués dans les rouages économiques et parfois politiques de la commune.

Tableau 4. La population des centres de colonisation de 1926 à 1931 (ANOM 93302/21 à 26).

45À l’exception de Lacroix mais aussi de Munier, les centres de la commune mixte sont moins dépeuplés que les villages algérois décrits dans l’enquête commandée par Maurice Viollette en 1927. La comparaison des situations de peuplement de ces centres montre une relative vitalité des villages situés au Nord de la commune mixte, selon la hiérarchie des centres de colonisation apparue selon d’autres critères. Le Tarf, Blandan, Yusuf se maintiennent, malgré une diminution du peuplement. Le dynamisme de ces villages dès leur création, leur proximité de la Calle (CPE) et de Bône ainsi que la desserte de cette zone par la route menant de Bône à La Calle expliquent la permanence du peuplement.

46La situation du centre de Lamy est plus surprenante. Ce centre, érigé plus tardivement – en 1904 – conserve une population européenne supérieure à 170 personnes, et ce malgré son éloignement du siège administratif. Le peuplement de la commune mixte est donc relativement préservé. Pour Lacroix et Munier, la déprise est plus nette. Si les colons de Lacroix se manifestent auprès du gouverneur général, ceux de Munier n’ont laissé aucune trace d’une éventuelle mobilisation, à moins que la situation du centre frontalier de Lacroix ait ému davantage Joseph Barris.

Ceux qui restent

47Les Bastianelli de Lacroix, Cipriani de Toustain, Thivolet de Lamy, ces colons de la première heure passent leur vie à La Calle et tout ou partie de leurs descendants sont restés dans les villages de la commune mixte. Ils ont parfois agrandi leur patrimoine foncier et occupent quelques responsabilités administratives.

  • 26 ANOM 93302/163, lettre de Joseph Barris du Penher au Gouverneur général Pierre-Louis Bordes, 2 nove (...)
  • 27 La plupart des données sont issues de ANOM 93302/163.
  • 28 ANOM 93/2307, Hacène Benzara s’adresse au gouverneur général le 14 septembre 1948 et dénonce les pr (...)

48Pierre Cipriani est un colon de la première heure, immigrant arrivé d’un hameau du sud de la Corse, et soutenu par Joseph Barris. En 1928, le délégué de colons relate son histoire, qui témoigne une fois encore des difficultés des petits propriétaires à la fin des années 192026. Quelques éléments de biographie retiennent notre attention27. Pierre Cipriani est veuf en 1928. Il est père de 8 enfants ; 3 sont décédés et parmi ses deux fils, l’un est exploitant en Tunisie tandis que l’autre – Joseph – est cantonnier à Toustain. Ses filles ont épousé des agriculteurs dont nous ne connaissons pas le lieu de vie. Au début des années Trente, Joseph Cipriani devient adjoint spécial du centre, un centre abandonné par ses premiers habitants selon Barris. En effet, une enquête conduite dans le village en 1933 nous permet de retracer l’évolution de la propriété des colons de Toustain depuis sa création. Dix-sept colons sont cités ici et chacun dispose d’une concession de 30 à 50 ha constituée d’une terre de qualité plutôt médiocre. Le document précise ensuite les diverses opérations de vente qui ont concerné chaque concession. Les propriétés du centre ont souvent fait l’objet de trois à quatre ventes successives. Ces changements de mains sont identifiés et les mêmes acheteurs se sont tour à tour partagé les terres du centre de Toustain. Les noms de Mimar, Taillefer, Vergez apparaissent systématiquement dans l’achat des concessions. Enfin le nom de Marcel Borgeaud, dernier acquéreur cité, nous renvoie à l’une des plus riches familles de colons algériens, détentrice de propriétés dans la région bônoise. Au début des années Trente, il possède 900 hectares dans le centre de Toustain. Cipriani a lui aussi agrandi son domaine et il possède 92 hectares. Mimar appartient à une famille d’Algériens dont l’un des membres – Zidane Mimar – acquiert également des terres dans le centre de Lacroix en 1948, pour les louer à des prix très élevés28.

La constitution de grandes propriétés

  • 29 C.-R. Ageron, 1979.

49Le constat du rachat des propriétés par quelques grands possédants est un fait observé dans l’ensemble de la colonie. Ainsi, dans les années Vingt et Trente, la diminution du nombre des colons va de pair avec une concentration de la possession foncière. C.-R. Ageron précise que cette double évolution touche particulièrement le Constantinois, où les ruraux ne représentaient plus le quart de la population européenne. Les chiffres de la répartition par type de propriétés sont plus éloquents encore : en 1930, la superficie moyenne de la propriété européenne est de 90 ha, mais dans le détail, les petites propriétés ne couvrent que 11 % de la superficie totale de la propriété rurale européenne alors que 73,4 % de cette superficie est constituée d’exploitations de plus de 100 hectares29.

  • 30 ANOM 93/2208, historique de la constitution du domaine El Haïk.

50Dans la commune mixte de La Calle, le centre de Toustain évoqué précédemment, mais aussi le village de Lacroix présentent des évolutions de ce type. Nous avons mentionné le cas de la famille El Haïk qui a progressivement acquis un grand nombre de lots du village. Au total, 39 lots ont été rachetés par cette famille, sur deux générations30. Ils se répartissent de la façon suivante : 7 lots ruraux, 17 lots de jardins, 13 lots de vigne et un lot urbain. Cette classification des lots permet d’envisager l’usage initial des terres : cultures céréalières et maraîchères étaient pratiquées sur les lots ruraux et de jardins, tandis que le lot urbain était réservé à l’habitation. La grande majorité des acquisitions a été effectuée par la deuxième génération de colons : deux frères, René et Gabriel El Haïk, ont poursuivi l’agrandissement de la propriété amorcé par leurs parents. L’historique des lots rachetés montre la grande mobilité de la terre dans ce village, avant le rachat par les frères El Haïk : la plupart a fait l’objet de trois à cinq ventes successives en l’espace de trente ans. En 1930, la famille possède 395 hectares. Ces terres sont en partie exploitées par des Algériens, et en partie par les propriétaires.

Les Algériens dans les centres et la remise en cause du projet de la commune mixte

Des mobilités liées à l’appel des colons

51Dans le centre de Lacroix, les terres des colons partis en Tunisie sont souvent laissées en location aux populations algériennes. Ce phénomène était déjà mentionné dans les dossiers de colons et pouvait conduire les propriétaires à être déchus de leur concession. Cette menace n’empêche pas les habitants des centres d’acquérir des terres en Tunisie et de s’y installer une fois leur obligation de résidence satisfaite. Entre temps, la gestion de ces différentes parcelles s’effectue par des allers-retours, des circulations régulières de part et d’autre de la frontière. Ces mouvements expliquent les nombreuses mises en demeure de déchéance présentes dans les dossiers des colons, et le peu de déchéances effectives prononcées. Les absences des colons sont en effet ponctuelles, et leur simple retour sur la concession atteste le plus souvent de leur engagement à l’exploiter.

52Selon le décret de 1878, les premiers acquéreurs se voient ainsi libres de quitter Lacroix dix ans après la prise de possession des lots, soit à partir de 1900. À partir de cette date, le mouvement prend de l’ampleur et s’intensifie ; il concerne au début des années Vingt les acquéreurs qui ont accédé à une concession à partir de 1904, du fait des nouvelles dispositions relatives à l’obligation de résidence de ce décret. Ainsi, en 1929, année de la pétition des colons de Lacroix, l’ensemble des habitants du centre qui ont accédé à des concessions gratuites par le biais de la colonisation officielle n’ont plus d’engagement vis-à-vis de l’État.

53Alors que la population européenne des villages stagne ou diminue, celles des Algériens croît considérablement. Dans les centres où les colons sont présents, les Algériens sont 3 à 5 fois plus nombreux. Ainsi, le centre du Tarf en 1931 compte 210 Européens et 1104 Algériens. À Yusuf, en 1926, le village rassemble 210 colons et 761 Algériens. Ces écarts sont encore plus marqués dans les centres où la population européenne a fortement chuté : à Munier en 1931, les Algériens sont 15 fois plus nombreux que les Européens.

Le croît démographique

  • 31 C.-R. Ageron, 1979.
  • 32 Les recensements sont rassemblés dans ANOM 93302/21-23.

54Si cette évolution du peuplement des centres est liée au départ des colons, elle est indissociable de la situation démographique globale que connaît la colonie : croît démographique des Algériens du fait de l’essor de la natalité et creusement de l’écart avec les Européens. Ce contexte général explique dans ses grandes lignes les mouvements de population qui caractérisent la commune mixte. C.-R. Ageron s’appuie sur le croît annuel entre les années de recensement pour signifier une augmentation accélérée de la population. Le taux annuel moyen d’accroissement était évalué à 1,4 % entre 1886 et 1911. Il atteint 1,6 % de 1926 à 1931 puis 2,2 % de 1931 à 193631. Quelle est l’évolution démographique dans la commune mixte de La Calle ? Il est permis de l’envisager en confrontant des recensements par groupes et par sections (douars et centres), ainsi que des dénombrements intermédiaires proposés dans les rapports de l’administrateur32. Compter les populations algériennes renvoie à la mise en place de l’État civil et au système d’identification des Algériens. Les opérations de comptage sont effectuées par les adjoints indigènes dans les douars, et menées par les adjoints spéciaux dans les villages européens ; dans les douars, les opérations de recensement menées par les adjoints indigènes des douars ne bénéficient pas du concours des populations qui fuient devant le recensement pour échapper à l’impôt.

55La mise en œuvre de ces démarches est précédée d’une campagne d’affichage visant à prévenir les habitants des douars. La diffusion dans l’ensemble de la commune mixte de supports identiques destinés à organiser les opérations de recensement constituent dans les lieux les plus reculés de la circonscription un moyen de réaffirmer l’autorité de l’administration coloniale. Ces affiches sont un des signes – certes modeste – de la matérialité de la colonisation là où les Européens sont quasi absents.

56Les populations respectives selon les différents recensements se répartissent de la manière suivante :

Algériens Européens* Total
1926 29601 1059 30660
1931 32776 1073 33849
1936 35619 918 36537

*Nous intégrons ici les étrangers d’origine européenne.
Tableau 5. Évolution de la population de la commune mixte d’après les recensements de 1926, 1931, 1936. (ANOM 93302/22)

57La population algérienne de la commune mixte connaît un développement bien supérieur à celui proposé par C.-R. Ageron à l’échelle de l’Algérie : elle augmente de 11,6 % entre 1926 et 1931, puis de 8,6 % entre 1931 et 1936. Cette évolution contraste avec celle du peuplement européen : bien inférieur en valeur absolu, il connaît une faible augmentation entre les deux premiers recensements (1,3 %), pour diminuer de 14,4 % entre 1931 et 1936.

Tableau 6. Évolution de la population par douar d’après les recensements de 1926, 1931, 1936 (ANOM 93302/22)

58L’évolution démographique des Algériens par douars permet de montrer l’inégal poids démographique des douars dans la commune mixte. Bou Hadjar et Chiebna rassemble près du quart de l’ensemble de la population de la commune. En revanche, les douars Brabtia et Ain Khiar, plus exigus, rassemblent un nombre d’habitants bien inférieur.

Comment les Algériens peuplent-ils les centres ?

  • 33 Le terme diss signifie joncs.
  • 34 J. H. Meuleman, 1984.

59Dans la commune mixte, les modes d’habiter sont variés, et les gourbis en pierre sèche couverts de diss constituent les formes d’habitat les plus répandues33. Ils ont progressivement remplacé les constructions en branchage et attestent d’une sédentarisation des hommes34. Ils se multiplient dans les centres et font l’objet d’arrêtés de l’administrateur destinés à les maintenir à distance.

  • 35 ANOM 93302/163, lettre de l’administrateur au préfet, 15 septembre 1919.

60Au regard des paysages, ces pratiques tendent à brouiller les limites entres les deux types des sections de la commune, notamment en périphérie des villages où les Algériens qui travaillent sur les exploitations des Européens construisent ces habitats sommaires à proximité des parcelles à exploiter. Les colonisés plus fortunés acquièrent parfois les maisons des colons ayant quitté le centre. Une enquête sur les achats effectués par les habitants des douars fait état de quelques acquisitions qui concernent presque exclusivement des lots urbains, à savoir des lots bâtis ou à bâtir, sur lesquels les propriétaires avaient construit une maison d’habitation35.

61Ces diverses façons de peupler les centres permettent d’émettre des hypothèses au sujet des activités menées par ces populations. C’est donc d’abord l’activité agricole qui génère les déplacements des colonisés dans les centres, mais de façon privilégiée dans les lots ruraux ou de vigne périphériques, à l’écart des lots urbains. Le besoin de main d’œuvre pour l’exploitation des parcelles conduit les colons, surtout ceux qui ont également acquis des terres en Tunisie, à faire appel aux Algériens. Ces pratiques contribuent à développer le salariat agricole parmi les populations colonisées. Ceux – ci ont alors différents statuts en fonction des emplois occupés et les modalités de résidence ou d’hébergement des Algériens dans les centres en dépendent étroitement. Dans la commune mixte de La Calle, la mention du khamessat est fréquente, les khammès étant des métayers qui perçoivent un cinquième de la récolte en échange de leur travail. Ce statut revêt dans la région une spécificité, liée à la forte diffusion de la culture du tabac : ces khammès sont alors appelés khaddars.

  • 36 ANOM 93302/28, statistique commerciale et industrielle, 1929.

62D’après les dénombrements successifs, les habitants des douars ne se sont pas d’emblée installés dans les centres ; leur sédentarisation dans ces espaces s’est faite progressivement. Au début des années Vingt, les acquéreurs de lots urbains peuvent être locataires de lots ruraux ; ils exercent également des activités artisanales au cœur du village et vivent ainsi de la pluriactivité. En septembre 1929, le gouvernement général organise un recensement commercial qui conduit les adjoints spéciaux des centres à établir un décompte de ces activités en précisant l’identité de ceux qui les exercent36.

Centre de colonisation Nombre de personnes pratiquant une activité commerciale Nombre d’Algériens
blandan 26 11
lacroix 3 3
lamy 20 6
le tarf 16 11
munier 15 4
roum el souk 5 4
toustain 2 1
yusuf 26 14

Tableau 7. Recensement commercial par centre en 1929 (ANOM 9332/28)

63Les Algériens exerçant des activités commerciales sont particulièrement représentés dans les centres les moins peuplés et délaissés par les colon, à l’exception de Munier. Ils exercent les activités commerciales les plus rudimentaires, et présentes dans les huit centres de colonisation. La tenue d’une épicerie est la plus fréquente, d’un café maure, voire d’une cordonnerie. Dans les centres les plus développés et les plus accessibles, mais aussi les plus peuplés d’Européens, les professions se diversifient, mais elles sont exercées par des Européens. Ce sont les colons qui pratiquent de modestes activités d’hôtellerie et de restauration dans les centres du Tarf et de Yusuf. L’artisanat représenté dans quelques centres – forge, maréchalerie, sellerie – relève également des Européens.

64L’attrait des centres pour les Algériens est une réponse à des situations diverses. Les plus aisés, en mesure d’acquérir un lot d’habitation et de vivre dans le centre, sont en quête d’un plus grand confort et d’une activité professionnelle plus lucrative ou complémentaire.

65La grande masse des habitants des douars qui va vers les centres constitue un important salariat agricole. L’embauche à la journée ou au mois conditionne très certainement le lieu du domicile. La variété des cas conduit à adopter la plus grande prudence à l’égard des chiffres proposés par les adjoints spéciaux à l’administrateur. Les populations colonisées, et en premiers lieux les hommes, font preuve d’une très grande mobilité entre douars et centres, ce qui conduit à reconsidérer le caractère quasi étanche des frontières internes de la commune mixte.

  • 37 J. Bouveresse, 2008.
  • 38 ANOM 93302/12, rapport semestriel, 1er semestre 1919.

66L’investissement progressif des centres témoigne d’un changement de regard sur le territoire de l’autre, à savoir du colon, qui devient attractif car pourvoyeur d’emplois mais aussi d’équipements et de services : les mécanismes d’appel de la ville se retrouvent au sein de la commune mixte. Les villages européens sont souvent peu équipés-il faut attendre des années pour la construction d’une gendarmerie à Lamy ou pour renouveler l’empierrement des rues-mais ils restent bien mieux dotés que les douars qui souffrent d’un véritable délaissement. Les doléances récurrentes de l’assemblée algérienne des Délégations financières sont exprimées par les délégués arabes et kabyles au sujet de l’insuffisance des aménagements et des travaux d’utilité publique dans les douars37. La desserte de ces vastes espaces s’effectue généralement par de simples pistes ; l’absence de voies carrossables constitue un obstacle sérieux à l’acheminement des productions dans les marchés et les lieux d’écoulement. Les aménagements hydrauliques sont également réclamés et leur carence contraste avec la politique de l’eau au profit de la grande colonisation. La mise en place d’un service régulier des PTT est une autre revendication forte des délégués algériens. Le développement de mobilités de travail accroît la nécessité des aménagements, mais il est aussi la conséquence de leur insuffisance. La réticence des communes mixtes à employer les impôts acquittés par les habitants des douars au bénéfice de ces espaces accuse l’écart entre des douars peu accessibles et des centres qui bénéficient de ces fonds. Dans la commune mixte de La Calle, néanmoins, les rapports faisant état du budget de la commune suggèrent que les fonds spéciaux des douars, excédentaires, sont peu utilisés de façon générale. En 1919 par exemple, ils financent peu l’amélioration de ces espaces, mais ne sont pas pour autant utilisés pour les centres38.

67Ainsi, les frontières entre les sections de la commune mixte, atténuées par les circulations des populations colonisées des douars vers les centres, se maintiennent du fait les disparités de développement, d’équipement et d’accessibilité qui s’accusent. Elles expliquent par exemple les tentatives fréquentes des Algériens d’utiliser les fontaines et les abreuvoirs situés dans les villages de colonisation, et les arrêtés qui en réservent l’usage aux Européens.

68C.-R. Ageron associe l’afflux des populations algériennes vers les centres aux conséquences de la Grande guerre :

  • 39 C.-R. Ageron, 1979.

l’effort de guerre eut aussi pour conséquence en Algérie même de permettre aux Musulmans d’affluer dans les villes européennes et les centres de colonisation. C’est pendant la première guerre mondiale qu’a débuté le mouvement d’arabisation des villages de colonisation39.

69Cette « arabisation » se traduit par un investissement résidentiel aux formes très différenciées, depuis les gourbis jusqu’à l’usage des maisons acquises aux Européens. Cette variété renvoie aux disparités de niveaux de richesse qui caractérisent les populations colonisées.

70Comment leur présence est-elle appréhendée par les Européens ? Plusieurs mesures visent à tenir les Algériens à distance : l’interdiction de construire des gourbis à proximité des centres, l’établissement d’un couvre-feu pour les Algériens à Lamy et à Blandan, justifié par une augmentation des vols et de l’insécurité dans ces centres. Cette mesure, prise par le sous-préfet Lovichi le 26 octobre 1923, leur interdit de circuler dans les rues dès 19h, et ce jusqu’au 1er avril 1924.

71L’installation des Algériens peut par ailleurs expliquer l’accélération du départ des colons. Cette hypothèse qui est celle aussi de l’administrateur Michel Grech, conduit à envisager la façon dont les habitants de la commune mixte, et les colons en particulier, perçoivent leur espace de vie, le centre de colonisation. Si l’explication de ce fonctionnaire est juste – aucun témoignage ne permet de corroborer son analyse – elle implique que quarante ans après la création de la commune mixte, les colons, contrairement aux habitants des douars, ont une perception toujours très segmentée de la commune mixte : leur espace de vie est le centre de colonisation ou village, conçu pour eux, avec une morphologie et des équipements spécifiques.

  • 40 ANOM 93303/24.

72À l’inverse, les Européens s’installent-ils dans les douars ? À partir de 1926, quelques cas très isolés peuvent être liés à l’activité professionnelle du colon ; c’est ainsi la fonction qui expliquerait partiellement cette présence rare ; les instituteurs qui enseignent dans les écoles des douars sont dans ce cas. En 1936, quelques colons sont recensés dans les douars les plus proches des centres dynamiques, situés au Nord de la commune mixte : 13 Européens dans le douar Beni Amar, 14 dans le douar Tarf40. S’ils sont exploitants, ils louent vraisemblablement la terre aux populations algériennes, tel Lucien Guérin, colon à Yusuf, qui loue pour un an une parcelle de terrain dans le douar des Ouled Youb et s’acquitte d’une redevance de 100 francs. Il souhaite renouveler le bail mais se heurte à l’opposition de la djemaa, elle-même soutenue par l’administrateur et le préfet.

73Les mouvements massifs de ces populations vers les centres et les départs des colons vers la Tunisie et les centres urbains remettent tout à fait en cause l’organisation fragmentée en centres et douars de la commune mixte. L’évolution du rapport à la terre et les conditions d’acquisition avantageuses proposées au sein du protectorat infléchissent le projet d’une circonscription vouée à l’origine à développer la colonisation.

Les rachats de terres, un phénomène de grande ampleur ?

  • 41 H. de Peyerimhoff, 1906.

74Très tôt, les Algériens acquièrent des terres appartenant aux colons. Ce fait est identifié, évalué dès l’enquête de Peyerimhoff41.

75Le lien étroit entre la colonisation de peuplement et la possession de la terre confère à ces achats une résonance parfois disproportionnée, du moins avant la première guerre mondiale. Ils sont perçus comme des menaces à la réussite du projet colonial et conduisent colons et politiques à adopter une posture défensive et souvent fermée à toute réforme en faveur des populations algériennes.

  • 42 A. Nouschi, 1961.
  • 43 D. Lefeuvre, 1997.
  • 44 Ibid.

76L’historien André Nouschi a montré dans sa thèse que ces acquisitions ne constituent pas les dangers que craignent les membres de la chambre d’agriculture et du conseil général, qui exagèrent le phénomène, en le présentant tel une sorte de complot : « les indigènes sont décidés à supporter toutes privations pour conquérir le sol, s’associent, se syndiquent pour l’acquisition des plus vastes comme des moindres terrains42 ». Le journal l’Indépendant titre même son éditorial du 23 juillet 1908 « La reconquête de l’Algérie par les Indigènes ». Ces inquiétudes des colons face à ce que, pour une période plus tardive, Daniel Lefeuvre appelle « l’angoisse de la submersion », sont en réalité très précoces43. Il situe « la prise de conscience de cette explosion démographique et de ses conséquences politiques, sociales et politiques » dans les années 1936-193744. Mais les peurs générées par l’asymétrie démographique croissante, alors même que la situation n’a pas atteint son paroxysme, s’expriment près de trente ans plus tôt.

  • 45 Ibid., p. 585.

77L’étude systématique des Exposés de la situation de l’Algérie de 1899 à 1909 fait apparaître que les ventes consenties par les Algériens aux Européens sont presque toujours supérieures à celles consenties par les Européens aux Algériens. Mais après la guerre, le mouvement évolue en faveur des fellahs : en 1919, dans le Constantinois, ils auraient vendu 4 659 ha aux Européens, mais auraient acheté 22 908 hectares. Notons que les terres vendues aux Européens couvrent une somme de 1 980 423 f, soit 425 f l’hectare, alors que les terres acquises par les Algériens valent au total 15 227 536 f, soit 664 f l’hectare45.

78Si les départs massifs de colons ont alerté l’administration coloniale à la fin des années Vingt, la question des achats de terres par les populations algériennes fait l’objet d’une circulaire préfectorale dès 1919 :

  • 46 ANOM 93302/163, circulaire du préfet de Constantine aux maires et administrateurs, 12 août 1919.

Mon attention a été attirée sur la fréquence et l’importance des acquisitions qui seraient faites par les indigènes des immeubles possédés par les Européens, terres de colonisation, terres de propriété privée, immeubles ruraux et urbains46.

79Le préfet de Constantine Duvernoy invite les maires et administrateurs à estimer ces mouvements de propriétés dans les centres et les communes, et à proposer éventuellement des mesures destinées à préserver l’intérêt français.

80Cette demande atteste d’un phénomène identifié, mais non quantifié, pour lequel le préfet propose quelques explications : les Européens, après la Grande guerre, seraient souvent enclins à vendre leurs propriétés suite aux deuils qui emportent les pères de famille et les fils. Ils peuvent vendre leurs terres au prix fort aux Algériens. Ceux-ci

  • 47 Ibid.

n’ont jamais été aussi riches que maintenant en raison des prix excessivement rémunérateurs moyennant lesquels ils ont vendu leurs récoltes et leur bétail à des sommes considérables qui leur ont été payés à titre d’allocations ou d’indemnités diverses recherchant exclusivement les placements immobiliers et commencent à porter leurs vues sur les propriétés européennes en pleine exploitation47.

81Cet argumentaire très catégorique renvoie aux conséquences sociales de la Grande guerre sur la colonisation. J.-B. Abel propose les mêmes explications dans l’Exposé de la situation de l’Algérie de 1919.

82Quel crédit accorder aux mécanismes proposés par le préfet ? L’effort de guerre selon Ageron implique le départ au front d’une partie des colons. Le besoin de main d’œuvre généré par ces départs entraîne le recours massif aux Algériens, à la demande des épouses ou des hommes qui ne sont plus en âge d’être mobilisés. Après le conflit, ceux qui ont participé au combat, blessés ou morts au front, ne reviennent pas systématiquement sur leurs terres : la main d’œuvre appelée ponctuellement à travailler sur les lots du centre est amenée à s’y installer définitivement.

  • 48 R. Dobrenn, 1925.

83En 1925, René Dobrenn évoque dans sa thèse le lien entre les diverses rémunérations liées à la guerre et la constitution d’un capital permettant l’achat de parcelles48. Il évoque

  • 49 Ibid., p. 82

l’aisance, relative, dans laquelle vivent certaines familles entretenues par l’épargne des travailleurs employés dans la métropole […] Ces économies servent aussi au rachat des terres de colonisation49.

84Deux sources de revenus perçus pendant le premier conflit mondial peuvent être évoquées : les allocations octroyées aux combattants et les salaires et primes versés aux travailleurs émigrés. Cette prime est de 120 francs par an. Ageron évoque avec prudence l’enrichissement des familles de mobilisés du fait des primes d’engagement, comme celui des fellahs qui vendent leurs productions à des prix près de quatre fois supérieurs à ceux de l’avant-guerre. Ces liquidités compensent-elles en effet la hausse des prix ? Cette mise en doute ne l’empêche pas d’affirmer l’existence d’achat aux colons de terres au prix fort :

  • 50 C.-R. Ageron, 1979.

en 1918, les musulmans achetèrent pour plus de 15 millions de terres appartenant à des Européens, en 1919 pour 30,5 millions de francs. Si l’on ajoute à ces achats de propriétés rurales les acquisitions d’immeubles urbains, on aboutit à une somme totale de 22 335 000 francs en 1918 et 48 205 000 francs en 191950.

  • 51 A. Nouschi, 1961.

85Dans son étude régionale, André Nouschi est plus affirmatif : si l’argent perçu du fait de l’engagement militaire est source d’enrichissement, la hausse des prix et les mauvaises récoltes baissent les revenus des fellahs ; selon lui, « malgré les apparences, ils sont en réalité plus pauvres en 1918 qu’en 191451 ».

  • 52 J. H. Meuleman, 1984.
  • 53 C.-R. Ageron, 1970, p. 79-95.
  • 54 Ibid., p. 80.
  • 55 Ibid., p. 85.

86Si les hausses de revenus peuvent être liées à des subsides perçus pendant le Grande Guerre, elles peuvent également s’expliquer par la suppression de l’impôt arabe. Les décrets des 30 novembre et 1er décembre 1918 marquent en effet un tournant dans le système fiscal algérien en uniformisant l’imposition en métropole et dans la colonie. Si les sources ne permettent pas de proposer une évaluation précise des conséquences de ces mesures dans la commune mixte de La Calle, les travaux de J. H. Meuleman pour l’ensemble du Constantinois donnent quelques éléments52. Selon l’historien, la suppression des impôts arabes a immédiatement généré un supplément de recettes dans le département, ce qui peut constituer un élément d’explication au phénomène des achats. Cette analyse contredit celle menée par Ageron en 197053. Selon lui, pour l’ensemble de l’Algérie, la suppression des impôts arabes en 1918 a indéniablement diminué la part des rentrées fiscales algériennes. Ainsi, elles représentaient 75 % des impôts directs avant la guerre, mais 36,7 % en 191954. Néanmoins ces chiffres ne concernent que les impôts directs qui représentent la part la plus faible de prélèvement fiscal. Il faut y ajouter les lourdes taxes indirectes prélevées sur les produits de consommation – et qui, du fait de la prépondérance numérique des Algériens sont surtout acquittée par eux – ainsi que de nouveaux impôts, telle que la taxe sur le bétail qui frappe particulièrement les éleveurs algériens. Par ailleurs, jusqu’au milieu des années Trente, la pression fiscale augmente, et particulièrement le poids des taxes municipales. Les journées de prestation, devenues exigibles en argent, constituent la part la plus importante de ces prélèvements. Selon Ageron, dans les communes mixtes, elles augmentent et représentent près de 85 % des impôts versés à la commune entre 1927 et 193055. Si on ajoute à ces charges les impôts départementaux et les impôts d’État, la charge fiscale est lourde pour les Algériens, dans un contexte de crise multiforme.

  • 56 Ibid., p. 92.

87Les difficultés de paiement entraînent la multiplication des saisies immobilières et des ventes de terres. Cette aggravation de la situation économique et sociale des populations colonisées se traduit pas une inversion de tendance au regard des transactions foncières. Les ventes de terres des Européens aux Algériens sont majoritaires jusqu’en 1928, mais les années Trente voient le mouvement s’inverser56. Ainsi, d’après Ageron, l’amélioration éventuelle de la situation des populations colonisées dans le Constantinois est marginale et le mouvement de reconquête foncière tant craint par l’administration et les colons surestimé. Dans la commune mixte de La Calle, d’autres indices nous conduisent à nuancer ce constat général.

  • 57 J. H. Meuleman, 1984.
  • 58 ANOM 93 302 /34.

88Les prêts de désendettement effectués par des populations algériennes peuvent constituer une explication à l’augmentation de leurs ressources. Cette pratique est courante d’après J.H. Meuleman, qui affirme que « jusqu’à la grande crise économique, stimulée par une relative aisance, la population indigène multipliait ses emprunts, notamment pour acheter d’anciennes terres de colonisation et des immeubles urbains57 ». En 1926, dans le douar Souarakh, les Algériens ont contracté des prêts de désendettement58. Six dossiers mettent en évidence leur situation financière : ils sont propriétaires de plusieurs hectares (jusqu’à 28), presque toujours d’une maison (5 cas sur 6) et détiennent du bétail (bovins et chevaux). Ces contractants connaissent une situation personnelle plutôt aisée et ils empruntent pour la plupart à des Européens vivant dans la commune de plein exercice. La proximité de ce douar et de la commune littorale peut expliquer ces liens financiers, mais plus généralement, ils attestent là encore des mobilités et des relations entre les deux communes . Les créanciers sont parfois multiples pour un même prêt qui varie de 500 à 5100 francs, mais des noms sont récurrents, en particulier celui de Mme Veuve Fiorillo demeurant à La Calle (CPE). Si cinq demandes de prêts sur six sont contractées auprès d’Européens, l’une d’entre elle fait appel à deux Algériens se partageant la créance et demeurant également à La Calle (CPE). Ces pratiques mettent encore en évidence la grande diversité des niveaux de fortune des populations colonisées.

89De façon plus spécifique, la culture de l’arachide dans cette partie de l’Algérie peut constituer une explication locale à l’enrichissement de certains Algériens. En 1925, l’administrateur Michel Grech rassemble les renseignements concernant cette culture à la demande du gouvernement général. Quatre douars situés au Nord de la commune mixte – Souarakh, Beni Amar, Ouled Dieb et Brabtia – sont concernés.

*S : surface en hectares ** P : production en quintaux ***NR : Non Renseigné
Tableau 8. Production de l’arachide par douar 1909-1913 / 1921-1925

(d’après ANOM 93 302/44).

90La production est quantifiée à partir de 1909. Jusqu’en 1913, elle est constante dans l’ensemble de ces douars à l’exception de Beni Amar où elle n’est pas encore pratiquée. L’exploitation est très différenciée selon les sections : de 1909 à 1913, les surfaces consacrées à cette culture varient de 4 ha à Ouled Dieb à près de 2 500 ha à Brabtia. Les rendements à l’hectare varient de 5 quintaux à l’hectare à Souarakh à 18 à Brabtia. À partir de 1921, cette culture spéculative est introduite dans le douar Beni Amar sur une superficie de 7 ha ; dans le douar Ouled Dieb, les surfaces consacrées à l’arachide passent de 4 à 7 ha. Ces développements ne compensent pas toutefois la chute vertigineuse de la production à Brabtia, où les surfaces cultivées décroissent considérablement pour se réduire à 5 ha en 1925. Cette évolution, amorcée en 1913, conduit à diminuer considérablement la production globale d’arachides dans la commune mixte.

91Cette baisse de la production ne doit pas occulter que la culture de l’arachide en Algérie reste marginale, les cultures industrielles les plus pratiquées étant le tabac et le coton. Pourquoi et à quel moment cette culture a-t-elle été introduite dans la colonie ? Les douars situés au nord de la commune mixte, et Brabtia en particulier, ont en commun des sols pauvres et sableux permettant difficilement la culture céréalière. Le Nord de la commune se caractérise par la présence de lacs, de zones marécageuses et de cordons dunaires, peu compatibles avec l’exploitation agricole. Ces contraintes géomorphologiques n’interdisent pas la culture de l’arachide qui nécessite beaucoup d’eau. Les terres du douar Brabtia sont très largement consacrées à cette culture jusqu’en 1913. Il est par ailleurs peu peuplé, l’un des moins habité de l’ensemble des douars de la commune mixte : les différents recensements indiquent qu’il ne regroupe pas plus de 500 habitants quand d’autres douars de superficie similaire rassemblent plus de 2 000 personnes. Pour l’ensemble des douars concernés, la culture de l’arachide aurait enrichi ses exploitants et facilité, à long terme l’acquisition de nouvelles terres.

92Bien plus tardivement, en 1948, l’administrateur des services civils Paul Houllier considère les bénéfices tirés des ventes de ces productions comme l’explication majeure au phénomène d’achats de terre. Il évoque notamment les « gens du douar Seba qui, devenus très riches depuis la guerre, par suite de la culture des arachides qu’ils pratiquent sur les communaux ont presque tous deux domiciles et deux foyers, l’un à Bône, l’autre au douar ». Cet enrichissement ne concerne qu’une partie de la population habitant les douars. Le douar Seba, comme ceux évoqués précédemment à propos de la culture de l’arachide, se situe au nord de la commune mixte et connaît les mêmes sols sableux et dunaires. Sa proximité avec la commune de Bône favorise les mobilités entre les deux espaces.

93Qu’en est-il dans l’ensemble de la commune mixte de La Calle ? Peut-on y quantifier les achats de façon précise ? En 1919, elle est administrée par Michel Grech, qui marque l’histoire de la circonscription par la durée de son mandat, de 1912 à 1929. Dans sa réponse au préfet Duvernoy, il s’appuie sur les huit centres de colonisation de la commune. Son compte rendu résulte des rapports réalisés par les adjoints spéciaux de chaque centre. Les documents établis proposent le nom des vendeurs, la nature du bien, sa superficie, le nom de l’acquéreur et le prix d’achat. Le rapport de synthèse effectué par l’administrateur ne restitue pas la totalité de ces renseignements : « la situation n’existe pas dans ma commune » écrit-il sèchement. Les quelques détails proposés pour développer cette affirmation omettent une partie des données collectées par les adjoints spéciaux. Leurs rapports sont en effet riches d’enseignement : les cas d’achats par des Algériens sont plus nombreux que l’administrateur ne l’affirme, ils concernent en 1919 quelques lots de très petite taille (1,5 ha), dans les centres de Yusuf, de Blandan et de Roum El Souk. Ils sont parfois acquis par la même personne, et constituent de très modestes parcelles. En revanche, les prix d’achat paraissent élevés, ce qui conforte l’idée que les Européens vendeurs libérés de leurs obligations de résidence cèdent au prix fort leurs terres aux Algériens ; ils bénéficient ainsi de fonds leur permettant d’acquérir de nouvelles parcelles en Tunisie.

94Néanmoins, en 1919, la commune mixte de La Calle ne connaît pas de mouvement de rachat de grande ampleur. Ce constat n’exclue pas, selon Grech, une évolution moins favorable à la colonisation : les Algériens convoitent les terres des Européens et s’en empareront à la première occasion.

  • 59 ANOM 93302/163, lettre de l’administrateur Michel Grech au préfet Duvernoy, le 15 septembre 1919.

95Il se permet ensuite de proposer des explications aux départs des colons. Elles renvoient à des causes multiples qui ne relèvent pas seulement de l’exiguïté des lots ou de l’attrait du protectorat, mais des évolutions récentes de la politique coloniale. Il évoque ainsi « l’application du régime de droit commun en matière de délit et de contravention » et « les pouvoirs disciplinaires des administrateurs devenus désormais de la compétence seule des juges de paix59 ». La remise en cause du régime de l’Indigénat participe des premières mesures en faveur des Algériens prises en 1914. Suite à la proposition de loi du député Albin Rozet, l’administrateur est défait d’une partie de ses prérogatives en matière d’application des peines ; cela ne signifie pas l’abolition de ce régime qui est appliqué jusqu’en 1944. Mais cette mesure ampute l’administrateur d’une partie de ses pouvoirs. Si Michel Grech semble regretter cette évolution, elle peut difficilement expliquer les départs des colons ; en revanche, la disparition de certaines infractions spéciales pourrait augmenter le sentiment d’insécurité des colons dans les centres. Ainsi, les départs des colons s’expliqueraient davantage par l’évolution de la condition des Algériens que par les considérations matérielles qui sont habituellement avancées. Cette analyse implique que ces mesures aient des conséquences concrètes sur le quotidien des colons. Hausse de l’insécurité, perte d’autorité de l’administrateur, remise en cause d’une domination de fait des colons sur les Algériens jusque-là considérés comme des sujets : les colons, quelques mois à peine après ces mesures connaissent-ils ces ressentis ? Par ces explications, l’administrateur explique peut-être ses propres états d’âme face à la tournure que prend la politique coloniale :

  • 60 Ibid.

Peut-on remédier à cette situation ? Et par des mesures appropriées modifier cet état des choses ? Cela me paraît bien difficile car il faudrait modifier notre législation dans le sens contraire à l’esprit des réformes réalisées60.

  • 61 G. Meynier, 1981.

96Les idées de réformes évoquées ont pris naissance en métropole dès les années 1910, portées par le député Albin Rozet, puis par le Groupe d’étude des questions indigènes. Leurs propositions relatives notamment aux droits politiques des Algériens sont portées à la connaissance de l’opinion publique par une presse de plus en plus fournie : Le Temps, puis Le Petit Parisien, ou encore Les Débats véhiculent ces idées. Cette volonté d’une plus grande prise en compte de la question dite « indigène » rencontre alors l’opposition vive de l’administration en Algérie, notamment celle du gouverneur général Lutaud. En 1919, l’administrateur de La Calle représente, au travers des propos évoqués précédemment, cette rigidité. Pourtant, l’action des libéraux n’a conduit qu’à de timides réformes. Comme l’indique G. Meynier, « le code de l’Indigénat est adouci, non supprimé ; l’arbitraire des administrateurs court encore pour cinq ans61 ».

97L’évolution du peuplement dans la commune mixte est particulièrement marquée par une grande diversité de mobilités. Les circulations des colons mettent en relation le territoire de la circonscription avec la Tunisie voisine et atténuent l’effet de frontière entre les deux possessions françaises. Les mouvements qui caractérisent les Algériens, internes à la commune mixte, remettent en cause l’organisation du territoire et le regard que les colons et l’administration portent sur eux.

Notes

1 C.-R. Ageron, 1979.

2 Ibid.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 481. L’auteur évoque un recul de la colonisation momentané et indique « on parla même de « décolonisation », sans toutefois être plus précis.

5 ANOM 93302/165, 93 3M54, 93 2M271, 93/2306, 93/2307. Les archives de la commune mixte renferment vingt-neuf lettres écrites par l’un ou l’autre de ces acteurs : ces sources sont complétées par le fonds du service de la colonisation de la préfecture de Constantine ; les dernières correspondances relatives à cette affaire nous mènent jusqu’en 1950.

6 La délégation de colons est l’un des trois organes des Délégations financières algériennes créées par décret du 23 août 1898. Le rôle de ces délégations s’accroît avec la création d’un budget spécifique, de l’Algérie par la loi du 19 décembre 1900. Pour de plus amples développements, voir J. Bouveresse, 2008.

7 ANOM 93 302 / 165.

8 ANOM 93 C/6234. L’administrateur René Poulard a pris ces fonctions dans la commune mixte de La Calle le 28 janvier 1929, après avoir occupé un poste similaire dans diverses communes mixtes (Aïn M’lila, Maadid, Khenchela).

9 Les arrivants de la période 1900-1905 obtiennent souvent des terres à Lacroix faute d’avoir pu disposer de lots dans d’autres centres.

10 C.-R. Ageron, 1979.

11 Voir D. Guignard, 2010.

12 ANOM 93 302 / 165. Joseph Barris du Penher est représentatif des délégués financiers les plus riches de l’Est algérien. Fils de Manuel Barris qui fut le fondateur en 1889 de la Société des forêts de La Calle, il siège au conseil d’administration des principales sociétés algériennes dans lesquelles il possède d’importantes participations. Fondateur et principal actionnaire de la Banque franco-algérienne, également vice-président de la chambre de commerce de Bône, il fut un acteur majeur des Délégations financières, que Jacques Bouveresse qualifie de véritable petit parlement colonial, « forteresse des intérêts de l’agriculture européenne capable de défier l’autorité du Gouvernement Général ».

13 J. Poncet, 1962.

14 ANOM 93/2208, rapport sur le projet de remembrement du territoire de Lacroix rédigé par le géomètre principal Michelier, 25 mai 1936.

15 H. de Peyerimhoff, 1904, p. 301 à 307 pour les centres de La Calle.

16 M. Viollette, 1931.

17 Cette superficie peut paraître élevée. Mais comme nous l’avons déjà envisagé, la concession d’un colon de compose de lots de diverses natures (urbain, rural, de jardin, de vigne éventuellement). La totalité de la surface n’est donc pas consacrée aux activités agricoles.

18 M. Viollette, 1931.

19 J. Bouveresse, 2008.

20 Ibid.

21 Délégations des Colons, séance du 7 juin 1911, p. 759-772.

22 E. Larcher, 1923.

23 A. Burdeau, 1891.

24 Délégation des Colons 1910, p. 340-344, in J. Bouveresse, 2008.

25 ANOM 93302 /163, lettre de l’administrateur au sous-préfet, le 7 octobre 1927.

26 ANOM 93302/163, lettre de Joseph Barris du Penher au Gouverneur général Pierre-Louis Bordes, 2 novembre 1928. Cette lettre est intégralement proposée en annexe 3, p. 426.

27 La plupart des données sont issues de ANOM 93302/163.

28 ANOM 93/2307, Hacène Benzara s’adresse au gouverneur général le 14 septembre 1948 et dénonce les pratiques de location à prix exorbitant de M. Mimar dans le centre de Lacroix.

29 C.-R. Ageron, 1979.

30 ANOM 93/2208, historique de la constitution du domaine El Haïk.

31 C.-R. Ageron, 1979.

32 Les recensements sont rassemblés dans ANOM 93302/21-23.

33 Le terme diss signifie joncs.

34 J. H. Meuleman, 1984.

35 ANOM 93302/163, lettre de l’administrateur au préfet, 15 septembre 1919.

36 ANOM 93302/28, statistique commerciale et industrielle, 1929.

37 J. Bouveresse, 2008.

38 ANOM 93302/12, rapport semestriel, 1er semestre 1919.

39 C.-R. Ageron, 1979.

40 ANOM 93303/24.

41 H. de Peyerimhoff, 1906.

42 A. Nouschi, 1961.

43 D. Lefeuvre, 1997.

44 Ibid.

45 Ibid., p. 585.

46 ANOM 93302/163, circulaire du préfet de Constantine aux maires et administrateurs, 12 août 1919.

47 Ibid.

48 R. Dobrenn, 1925.

49 Ibid., p. 82

50 C.-R. Ageron, 1979.

51 A. Nouschi, 1961.

52 J. H. Meuleman, 1984.

53 C.-R. Ageron, 1970, p. 79-95.

54 Ibid., p. 80.

55 Ibid., p. 85.

56 Ibid., p. 92.

57 J. H. Meuleman, 1984.

58 ANOM 93 302 /34.

59 ANOM 93302/163, lettre de l’administrateur Michel Grech au préfet Duvernoy, le 15 septembre 1919.

60 Ibid.

61 G. Meynier, 1981.

Table des illustrations

Légende Tableau 4. La population des centres de colonisation de 1926 à 1931 (ANOM 93302/21 à 26).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Tableau 6. Évolution de la population par douar d’après les recensements de 1926, 1931, 1936 (ANOM 93302/22)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende *S : surface en hectares ** P : production en quintaux ***NR : Non RenseignéTableau 8. Production de l’arachide par douar 1909-1913 / 1921-1925
Crédits (d’après ANOM 93 302/44).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search