Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Dynamiques de l’espace social et évolution du territoire 1909-1946

Dynamiques de l’espace social et évolution du territoire 1909-1946

Texte intégral

1 En 1932, à Blida, sous la présidence de Jules Cardes, les administrateurs des communes mixtes célèbrent le cinquantenaire de la création de cette circonscription. Cinquante ans à peine ? Cet anniversaire nous renvoie en effet au début des années 1880, et non en 1875, et encore moins en 1868, acte de naissance de la commune mixte en territoire militaire. La lecture du discours de Marcel Gerbié, administrateur de la commune mixte de Cherchell, nous l’indique : les administrateurs sont en réalité réunis pour fêter la création de leur service. C’est aussi l’occasion pour les intervenants de revenir sur l’histoire de cette circonscription. Quelle est cette commune mixte qu’ils célèbrent ici ? Assurément celle du territoire civil. Dans la lignée du centenaire de la colonisation de l’Algérie qui glorifie l’œuvre française dans la colonie, les intervenants se félicitent du chemin parcouru et de l’évolution de cette entité originale.

2Au terme de cinquante ans d’existence, qu’en est-il de ce territoire de la transition ? 78 communes mixtes regroupent sur plus de 18 millions d’hectares une population totale de 3 543 745 habitants, dont 45 958 français. Combien de centres de colonisation sont devenus des communes de plein exercice ? Dans quelle mesure cette entité administrative a-t-elle joué le rôle qui lui était assigné ?

3À La Calle comme dans la plupart des communes mixtes, les villages n’ont pas connu le développement attendu, bien au contraire. Mais la situation n’est pas présentée avec tant de pessimisme par les gestionnaires de ces circonscriptions. Comme le suggère Marcel Gerbié, président de l’Association Amicale des Administrateurs et des Administrateurs-adjoints, force est de constater que la trajectoire assignée à ces communes a été déviée :

  • 1 M. Gerbié, 1932.

Il a souvent été dit que les communes mixtes sont une forme transitoire d’administration dont la mission, consistant à préparer l’accession du territoire au statut municipal intégral, doit normalement prendre fin lorsque cette accession, aboutissement normal du développement de la civilisation aura été entièrement réalisé. Certes, cette construction de l’esprit satisfait notre désir bien français de logique et d’assimilation […] Si cette splendide possibilité doit se réaliser un jour, c’est à dire si l’Algérie entière doit se couvrir d’un réseau serré de villages français ou si, hypothèse encore plus hardie, la franchise municipale doit être accordée à des groupements non français d’origine cela ne pourra être que dans un avenir bien lointain, tellement lointain qu’il échappe à toute tentative d’anticipation. Jusque-là, la commune mixte restera une institution empirique si l’on veut, mais qui, au cours d’une expérience d’un demi-siècle s’est avérée comme la plus apte à administrer les populations françaises clairsemées au milieu des populations algériennes peu évoluées1.

4 Le projet ambitieux élaboré à partir de 1868 est donc remis à un avenir lointain. La commune mixte n’est plus un outil de colonisation mais une structure de gestion dénuée de toute dimension prospective. Entre les lignes du discours, nous devinons une révision des objectifs à la baisse : l’administration de ces vastes espaces est désormais son unique visée.

5Après le temps de la construction de l’espace administratif, la commune mixte de La Calle est en fonctionnement dans son étendue maximale, et ce jusqu’en 1946. À cette date, le centre de colonisation de Lamy s’apprête à devenir une commune de plein exercice, la première depuis la naissance de la commune. Pendant une période de plus de trente années, la France métropolitaine et l’Algérie sont touchées par des événements de portée internationale, dont les deux guerres mondiales et la crise des années Trente. Ces faits ont des retentissements forts sur l’éveil des nationalismes, les politiques coloniales et ils pèsent sur les dynamiques propres de la circonscription.

Notes

1 M. Gerbié, 1932.

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search