Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

La fabrique d’un territoire de colonisation 1848-1909

Chapitre 2. Les centres de colonisation

Texte intégral

1Pendant les premières années de sa mise en œuvre, la commune mixte est un territoire subi par l’ensemble de ses populations. Algériens et colons s’y inscrivent selon ce que la main des concepteurs de la commune a tracé. Les populations colonisées sont en effet rattachées aux douars-communes. Les colons peuplent les centres au terme d’un processus qui les choisit et leur assigne des lots de terre. L’ensemble de la population de la commune mixte est disposé et organisé selon les choix de l’administration centrale.

2Si la territorialisation s’impose à tous, il n’est pas pour autant question de mettre sur un même plan l’application du sénatus-consulte de 1863 subi par les populations algériennes et les contraintes qu’imposent les règles de la colonisation officielle aux colons. Dans un premier cas, la procédure conduit à la dépossession foncière tandis que dans l’autre, il s’agit de donner la terre. La création d’un centre de colonisation est ainsi au croisement de ces deux processus : elle suppose de prélever une parcelle aux douars pour la lotir et la redistribuer aux colons. En cela, et compte tenu des nuances et des modalités complexes qui régissent ces opérations, la création d’un centre est l’acte officiel fondateur de la domination coloniale, et il l’inscrit dans la durée.

3L’étude du processus de création des centres permet de saisir les étapes d’une appropriation du territoire fondée sur des modifications qui aboutissent à dénaturer totalement l’espace initial. Les populations colonisées assistent au bouleversement de ces lieux qui leur sont familiers. Lorsque leur voix est audible, au travers des diverses délibérations de djemaa, il s’agira de jauger leur marge de manœuvre et de mettre en question les consensus apparents. Face au silence des sources, il faudrait traquer les indices qui disent leur ressenti à la vue de ces villages sortis de terres, où plusieurs dizaines de colons s’installent et apportent avec eux leur mode de vie et leur culture. De façon plus générale, il est enfin essentiel de passer outre cette posture autoritaire et systématique de l’État pour se saisir de toutes les initiatives spontanées : les propositions de colons, souvent par le biais de pétitions, mais aussi les résistances, les contestations des populations algériennes au travers du refus de cession de terres ou des modalités de transaction.

Créer les centres, matérialiser la colonisation

Un territoire singulier

4Centre, centre de colonisation, village, ces termes sont employés de façon parfois indifférente pour désigner les espaces dévolus aux Européens. Nous les emploierons également de manière indifférenciée par commodité de langage. Ils méritent d’être précisés.

  • 1 R. Hubscher, 1983.
  • 2 N. Petiteau, 2005.

5Le village ne désigne pas un espace spécifique au contexte colonial. À la fin du xixe siècle, il est de façon générique un lieu en milieu rural, peuplé d’habitants qui vivent de l’activité agricole ou de l’artisanat. Les trois-quarts de la population française y vivent. Le village français s’organise le plus souvent autour de son église, selon un habitat resserré, et des formes variées. Il se définit également par ce qu’il n’est pas, en opposition, à la ville plus peuplée et offrant une plus grande diversité de fonctions. Espace social, il s’identifie, selon Ronald Hubscher à partir du « chez-soi1 ». Natalie Petiteau caractérise cet espace où « les individus se connaissent personnellement, et que l’on parcourt en un temps point trop long. Il est aussi l’espace sonore des cloches identifiables et familières2 ». Ce village est celui que les paysans quittent pour peupler un centre de colonisation, terme qui désigne un espace singulier, en situation coloniale.

6Le centre de colonisation est indissociable de la colonisation officielle. À l’image de toutes les organisations communales mises en œuvre dans la colonie, il précède l’arrivée de ses habitants. Dans le cas de la commune mixte de La Calle, il ne naît pas d’un embryon de peuplement, qui croît par la suite et entraîne des modifications du paysage. À priori, il ne laisse pas de place à l’improvisation, il est d’emblée circonscrit, équipé (sommairement), compartimenté, prêt à l’emploi. Il est peuplé selon une procédure administrative qui établit la liste des colons retenus par le gouverneur général. Ceux – ci sont aussi appelés concessionnaires, attributaires. Leur identité d’habitant de la colonie est d’abord liée aux lots de terres qui leur sont donnés. Immigrants ou « Algériens », associés à quelques numéros de lots, ces paysans qui traversent la Méditerranée endossent un nouveau statut intimement lié à la terre.

  • 3 H. de Peyerimhoff, 1906.

7L’histoire de la commune mixte commence véritablement avec celle de ses centres. Si la constitution des douars-communes a marqué une étape essentielle dans la recomposition du territoire, elle s’effectue partiellement hors du projet de cette circonscription administrative. Les douars définis avant 1870 ne sont pas envisagés comme les futures sections d’une circonscription. En revanche, la création des centres de colonisation matérialise l’existence de la commune mixte et de façon plus générale, de la colonisation. Avant l’arrivée des colons, la transformation des paysages par les aménagements effectués sur des périmètres déterminés constitue une étape essentielle dans le processus de domination. D’une certaine manière, elle met à jour que l’essentiel est fait : la terre est prise. Ainsi, les premières opérations de délimitation des lots et de la voirie, les prémices d’aménagements qui précèdent l’installation des familles peuvent apparaître comme les premières manifestations de la présence coloniale. En réalité, ils succèdent à une phase majeure qui est celle de la prise de possession foncière. Henri de Peyerimhoff envisage le centre de colonisation comme l’élément emblématique d’une domination effective : « la colonisation officielle est aux yeux de l’indigène la forme définitive, la manifestation la plus tangible de la conquête. Le soldat peut s’en aller, le colon reste ; le village est bâti pour toujours ; le fait est accompli3 ».

La création du centre du Tarf

8Pour ériger un centre, l’administration a d’abord besoin de terres. Cette nécessité l’engage dans toutes ses strates, du gouvernement général à l’administrateur de la commune mixte et la met en contact avec les tribus concernées, représentées par les membres de la djemaa. L’analyse des étapes qui conduisent à la dépossession foncière de ces tribus est étudiée à partir d’un cas – le village du Tarf – afin de proposer une approche fine de la création de centre, puis de la mettre en perspective en faisant apparaître les régularités et les nuances au regard des autres centres.

9La région du Tarf a été désignée comme un espace propice à la colonisation alors que la région de La Calle n’était encore qu’un cercle militaire. Cette zone de plaine bien irriguée, proche de la commune littorale constitue donc un site de choix pour l’administrateur Eugène Dieudonné qui envisage d’y développer l’un des premiers centres de la commune mixte en 1890.

10L’expropriation amiable est le moyen systématique d’acquérir les terres pour les huit centres qui sont inscrits dans la commune mixte de La Calle. Elle consiste en une dépossession donnant droit à compensation en argent ou en terres, dont les modalités sont définies par l’administrateur et entérinées par le conseil municipal de la commune mixte et de la djemaa. Les tractations et les transactions foncières qui en résultent rendent visibles les populations algériennes au travers des assemblées qui les représentent, mais aussi les autorités civiles et militaires qui s’opposent dans cette zone aux enjeux frontaliers. La genèse du centre du Tarf met en évidence ce double rapport de force.

11Sa création s’inscrit dans un espace qui n’a pas encore été érigé en douar-commune, conformément au sénatus-consulte de 1863. Il a néanmoins subi une première transformation : des terres prélevées à la tribu des Ouled Amor ben Ali ont été concédées à une smala de spahis et à leurs familles, en jouissance. Leur présence dans un espace voué à la colonisation de peuplement rappelle la priorité donnée à la défense du territoire.

12Ce prélèvement constitue une première étape dans le processus de la dépossession de la tribu et conduit à une transaction qui l’indemnise en argent. Elle se voit ainsi privée de terres de qualité dans un environnement où la terre arable, fragmentée en petites enclaves, est cernée de toutes parts par le couvert forestier constitué de chênes-lièges.

  • 4 ANOM GGA 11L2, rapport du général Lacroix sur la suppression des smalas et la réorganisation des sp (...)

13La pertinence du maintien de spahis sédentaires regroupés en smalas est finalement remise en question sur l’ensemble du territoire à partir de 1872, comme l’indique un rapport du général de Lacroix, commandant la division de Constantine. Il conteste la nécessité de leur présence car les résultats attendus par leur installation n’ont pas été obtenus. Les terres ainsi libérées « pourront être avantageusement affectées au service de la colonisation4 ».

14Cette perspective se concrétise avec le décret du 6 janvier 1874 qui autorise la mise à disposition de la colonisation de terrains affectés aux smalas. Il est appliqué partiellement : dans le département de Constantine, cinq smalas sont maintenues dont trois le long de la frontière tunisienne ; celle du Tarf est dans ce cas. Dix ans plus tard, c’est le conseil municipal de la commune de plein exercice qui relance avec force la question de la cession des terres de la smala à la colonisation. Ces requêtes sont également portées devant la Chambre des députés, par Gaston Thomson notamment, le représentant du département de Constantine. Elles se concrétisent avec la création de la commune mixte en 1884.

15Dans ce nouveau contexte, la création du centre acquiert une légitimité nouvelle et la question de la mise en disponibilité des terres par les autorités militaires s’en trouve relancée. Le gouverneur général Tirman s’engage alors dans un véritable bras de fer avec le général en chef du 19e corps d’armée. Le gouverneur général met en évidence l’inutilité de la présence de la smala et l’urgence du peuplement européen. Son discours est relayé au niveau local par le conseil municipal qui n’a de cesse de mettre la question à l’ordre du jour et vote l’urgence de l’aliénation des terres.

  • 5 ANOM GGA 11L2.

16Malgré l’incertitude de la situation, des études sont menées pour envisager la création du centre sur ce site. Outre les qualités naturelles du lieu, le choix de ces terres s’explique par le faible coût qu’engendrerait leur occupation, comme le suppose l’administrateur de la commune mixte Eugène Dieudonné dans son rapport du 15 octobre 18855.

17Dans la mesure où elles appartiennent déjà à l’État après « préemption » sur les terres des Ouled Amor ben Ali, il suffirait que le service de la Guerre soit d’accord pour une cession et l’opération ne serait pas onéreuse. L’administrateur n’envisage absolument pas de proposer une quelconque compensation aux spahis délogés de ces terres, estimant qu’elle doit être à la charge des autorités militaires. Mais le ministère de la Guerre désapprouve Dieudonné et impose au gouverneur général d’indemniser les spahis. La proposition de l’administrateur est de ce fait jugée irrecevable.

  • 6 Ce projet, conçu notamment par le député Thomson et soutenu par Tirman, avait été accepté en avril (...)
  • 7 Ces données correspondent à une révision du projet initial qui prévoyait la création de 300 village (...)

18Ce point de blocage financier et politique est à mettre en relation avec une baisse des moyens de la colonisation officielle à la suite du rejet par le Parlement le 28 décembre 1883 du projet dit des Cinquante millions6. La création de 175 villages par la pratique de l’expropriation de 300 000 ha constituait le cœur de ce programme7. Mais la méfiance à l’égard de l’efficacité d’une colonisation officielle coûteuse et le refus de la dépossession institutionnalisée des populations algériennes conduisent à son ajournement. Au niveau local, les nombreux centres projetés par un gouvernement général alors optimiste quant à l’acceptation du projet doivent être envisagés selon de nouvelles conditions, et la recherche de créations à moindre coût constitue le critère prioritaire de tout projet. Cela justifie au moins en partie le choix des terres de la smala dont la mise en disponibilité pour la colonisation n’engendrerait aucune dépense, puisqu’elles appartiennent déjà à l’État. L’argument du faible coût justifie donc le refus d’indemnisation des spahis par le gouvernement général. En 1887, il décide de laisser la situation en l’état.

19L’urgence de la création d’un centre demeure cependant, exprimée de façon récurrente par les habitants de la commune de plein exercice, mais aussi par les colons candidats à l’obtention d’une concession gratuite. Ce projet a ceci de singulier qu’il ouvre toute une région à la colonisation. Les colons « algériens » avertis de la perspective de cette création envisagent certainement le potentiel spéculatif de l’acquisition de terres dans le village du Tarf. Pour pouvoir l’ériger, il s’agit de choisir un autre site. C’est l’administrateur qui propose une solution pour créer le centre, tout en remettant à plus tard la question des terres de la smala.

  • 8 Dans ce projet, chaque village aurait coûté à l’État plus de 250000 francs : 175 villages étaient e (...)

20La solution de l’administrateur n’a rien d’original. Elles’appuie sur les conclusions de l’ancien projet soumis en 1872, qui consiste à déplacer le site vers l’ouest, sur les terres de la tribu des Ouled Amor ben Ali. Ce fonctionnaire zélé, administrateur d’une commune mixte naissante est certainement soucieux de la réception positive de son initiative. Il argumente son choix selon les mêmes critères que pour le premier site : les terres y sont de première qualité, et la région est desservie par les voies de communication en direction de Bône à l’ouest et de Tebessa au sud. Il tente de minimiser le coût des transactions foncières : l’acquisition des terres n’excèderait pas 40 000 francs ; l’ajout à cette somme des dépenses liées aux divers travaux d’aménagement porte le budget de création du village à 130 000 francs au plus. Ce coût est effectivement moindre que celui envisagé par le projet des Cinquante millions8. Eugène Dieudonné le relativise : il permet la création d’« un village important dont l’avenir est absolument certain ». Par ailleurs, le territoire occupé par la smala n’est pas mis à l’écart : il devra faire l’objet d’une colonisation ultérieure, après le départ des spahis. Le projet global envisage un village important, soit un peuplement de cent feux sur un périmètre total de 3 628 ha.

  • 9 ANOM GGA 27L/123, ANOM GGA 11L/1-2.

21Cette proposition émise est accueillie très favorablement par le gouverneur général, qui la reçoit du préfet. Elle est essentielle dans le processus de la création du centre car elle en définit la chronologie. En octobre 1888, celui-ci décide de proposer le centre du Tarf au programme de colonisation de 1889. Dès lors, il doit être érigé dans les plus brefs délais et c’est l’urgence qui caractérise la conduite de son élaboration. Elle est palpable dans les procès-verbaux de séances du Conseil Général, ou encore dans les correspondances adressées par le député Thomson au gouverneur général9.

Carte 5. Création d’un centre au Tarf, plan d’ensemble, service des Ponts et Chaussées, 3 avril 1886 (ANOM GGA 27L123.).
Ce plan fait apparaître les deux parties du site. À l’est, la création du centre sur les terres de la smala est finalement reportée. Le centre projeté (rectangle rouge) est situé dans la partie ouest, à la croisée de deux axes de communication. Il désigne le cœur du futur village, et non la totalité du périmètre de colonisation représenté par un tracé numéroté.

22La transaction avait été envisagée par l’administrateur et sa mise en œuvre se concrétise au cours de la délibération de la djemaa le 4 janvier 1888. Cette procédure renvoie aux prescriptions données par le gouverneur général dans les correspondances préparatoires au programme de colonisation.

23À partir de 1884, les documents fournis par l’administration centrale comportent des modèles de délibération à destination des djemaa et des commissions municipales afin de consigner les éléments de la transaction foncière. Cette multiplication croissante de documents référents reflète une codification de plus en plus élaborée du processus de colonisation, qui se veut maîtrisé et uniforme sur l’ensemble du territoire algérien. Elle génère également un alourdissement des formalités administratives qui ralentit un processus de création déjà bien laborieux. Mais elle révèle surtout le caractère tout à fait factice de la consultation de la djemaa.

24Le douar Tarf est représenté par la djemaa de la tribu des Ouled Amor ben Ali. Cette assemblée de dix notables, présidée par Sidi Abdallah ben Amar, a été nommée à la suite de l’application du sénatus-consulte. Sa consultation constitue dans cette affaire, comme dans la plupart des transactions menées lors de la constitution des centres, le seul temps de visibilité de la population algérienne.

  • 10 Cette question de l’expropriation nous renvoie de nouveau au projet des Cinquante millions qui prév (...)

25Selon les consignes préétablies par l’administration centrale, l’acquisition des terres s’effectue selon une procédure qui exige que la délibération de la djemaa soit ratifiée par la commission municipale. L’assemblée se réunit le 10 octobre 1887 ; ses conclusions sont adoptées par la commission municipale de La Calle le 21 octobre. La lecture des procès-verbaux ne laisse échapper aucune opposition ni écart au projet présenté par l’administrateur. Ce consensus apparent, assorti à la volonté affichée d’une reconnaissance de la djemaa dont la décision est formalisée, fait peut-être écho au rejet des procédures d’expropriation forcée dont il était question en 188310. L’administration centrale se veut par conséquent prudente et se montre préoccupée du sort des tribus, comme l’administrateur de la commune mixte.

  • 11 L’administration française désigne par « arch », qui signifie tribu, les terres de propriété collec (...)
  • 12 Les « communaux » désignent les « terres collectives de parcours » du douar (délimitées lors de l’a (...)

26Les terres de cette tribu ont été soumises aux opérations du sénatus-consulte de 1863, mais la chute du Second Empire les a interrompues. Pourtant, les procès-verbaux de l’application du sénatus-consultemenée en 1892, donnent quelques indications sur ces premières opérations : « le périmètre de la tribu des Ouled Amor ben Ali englobait autrefois une surface de 16 175 ha sur laquelle ont été prélevés 1 708 ha pour les terres de la smala des spahis puis 1 880 ha pour le centre de colonisation. » Ce sont des terres dites « arch11 ». La djemaa consent la cession de terres d’une superficie de 1 400 ha, dont 1 071 ha à titre gratuit de terrains communaux. Elle cède par ailleurs 514 ha de terres collectives de cultures et de prairies qui donnent lieu à compensation, à savoir, par la cession de 33 ha de terrains « maghzen » et par une indemnisation pécuniaire à raison de 100 F par hectare de terre cultivée et 50 F par hectare de prairie12. Le coût de l’opération est de 46 115 F et correspond approximativement à l’estimation de l’administrateur. Cette nouvelle ponction faite à la tribu des Ouled Amor ben Ali limite désormais ses terres à 12 584 ha constitués principalement de forêts. Elle a pour effet de déplacer les populations vers le sud. Si la tribu n’a pas été désagrégée au moment des premières opérations du sénatus-consulte, elle est démantelée du fait de la création du centre.

27Le détail de la transaction fait apparaître une délimitation des terres en fonction de leurs usages, ceux-ci définissant la valeur foncière. Le prix à l’hectare envisagé renvoie à une estimation bien imprécise que l’administrateur avait formulée dans un rapport en 1887 :

  • 13 ANOM GGA 11L/2.

Aucune transaction ne permet de rendre un compte exact de la valeur de ces terres, mais il semble qu’en raison de la proximité de la ville de La Calle et de la situation du territoire sur deux chemins de grande communication, on ne peut évaluer les terres au Tarf à moins de 100 à 120 francs l’hectare en moyenne13.

28Après la mise en disponibilité de la terre vient le temps des aménagements. La constitution du centre a pris du retard du fait de l’indisponibilité des terres du premier site. Les candidats à l’obtention d’une concession s’impatientent et le député Gaston Thomson ou encore le maire de Bône pressent le gouverneur général de d’organiser le peuplement du centre.

29Il s’agit maintenant d’élaborer un lieu de vie à la française. Le caractère attractif du village est un élément essentiel pour la réussite de son peuplement et, de façon plus générale, pour la commune mixte. Il n’est en effet pas rare que les colons découvrant une concession qui ne correspond pas à leurs attentes renoncent à s’y installer. Dans le cas du Tarf, la demande d’obtention de concession est forte, portée notamment par les habitants de la commune littorale qui attendent depuis plusieurs années la création du village.

  • 14 Cité par T. Bellahsène, 2008.

30La réalisation d’un centre fonctionnel fait intervenir de nouveaux acteurs : les géomètres du service topographique et les ingénieurs des Ponts et Chaussées. Ces techniciens ont pour tâche de définir, au sein des terres disponibles, le site qui accueillera le centre du village, puis de procéder à la délimitation des lots qui sont ensuite regroupés en concessions pour être distribués aux colons par tirage au sort. Le site choisi donne au cœur du village une position de carrefour, à la croisée de la route qui mène à Oum Theboul (est) et celle qui conduit à Tebessa (sud). La référence aux voies de communication dans le choix du site est récurrente. Elle renvoie à la préoccupation des autorités de créer des villages en réseau et de limiter ainsi le déclin des centres du fait de l’isolement par rapport aux centres urbains les plus proches ; le territoire est ici pris en compte dans sa globalité. Cette perception n’est pas nouvelle et rappelle les préoccupations du gouverneur général Bugeaud qui considérait la colonie comme « une armature à confectionner et graduer méthodiquement14 ». Les expérimentations passées de la colonisation officielle influencent ainsi les programmes de colonisation : à partir de 1877, ils révèlent une réflexion mûrie que l’on peut qualifier de stratégie spatiale de colonisation

31Les opérations de planification des lots sont menées conjointement par les services des Ponts et Chaussées et ceux de la Topographie. Le bornage et les premiers travaux (essentiellement les terrassements) sont effectifs en avril 1889. L’avancée des opérations techniques s’effectue sous la responsabilité du préfet qui rédige un rapport mensuel à l’attention du gouvernement général, établi par le géomètre en chef. Les concessions sont ensuite définies selon les directives de l’administrateur.

32Chaque concession est composée de plusieurs lots de périmètres distincts en fonction de l’usage prévu. Le lot urbain est destiné à l’habitation et se situe au cœur du village ; le lot de jardin est destiné aux cultures maraîchères ; le lot de prairie est le plus étendu et peut accueillir la culture de la vigne ou du blé. Il faut préciser que ces lots sont disjoints ; la distance qui sépare parfois le lot urbain du lot de prairie ou l’absence de pistes praticables peut constituer un argument de rejet pour le colon qui découvre sa concession.

Carte 6. Projet de lotissement urbain, construction de l’école (en rose), Service des Ponts et Chaussées, 11 janvier 1894 (ANOM GGA 27L/123). Ce plan correspond au rectangle rouge représenté sur la carte précédente.
Le village est divisé en lots urbains, de dimensions identiques et numérotés, qui vont être attribués aux concessionnaires par tirage au sort. Ils sont réservés à l’habitat. Des rues séparent les groupes de lots. Le lot en rose désigne le site de la future école.

33Afin d’obtenir ces lots, les parcelles distraites du périmètre de la tribu sont découpées selon un plan géométrique constitué de rectangles de même surface pour les lots urbains. Ces lots d’une superficie de 8 ha environ servent à l’habitation ; ils sont séparés par des rues et places. Aux transformations du statut foncier succède celles des paysages : l’empierrement des rues, la viabilisation et le projet de site de la future mairie, de l’école, de l’église et de son presbytère.

34À partir de 1890, le centre du Tarf est officiellement ouvert à la colonisation. Les « Algériens », qui vivent déjà dans la colonie, et les immigrants, qui arrivent de métropole, prennent possession des concessions qui leur ont été attribuées par tirage au sort. La question de l’agrandissement du centre et de la mise en disponibilité des terres de la smala ne tarde pas à resurgir.

35Les bienfaits qui en résulteraient sont constamment soulignés dans les diverses correspondances et plus précisément dans les rapports de l’administrateur qui décrit l’évolution du centre : « cette prospérité n’atteindra son développement tout entier que lorsque la suppression de la smala du Tarf deviendra un fait accompli ».

36En effet ces terres de qualité constitueraient une aubaine pour les colons car elles ont déjà été exploitées depuis plusieurs années. Cet avantage n’est pas négligeable dans une région où le relief est parfois accidenté et le couvert forestier étendu. Les colons doivent procéder à des travaux importants avant de pouvoir mettre leurs terres en culture et cette contrainte a souvent raison de leur détermination à rester dans le village. La qualité de la terre des smalas constitue donc une garantie contre les abandons éventuels de concessions. En ce sens, les défenseurs de la colonisation ont totalement écarté la finalité sécuritaire de la présence de la smala. En termes d’usage, ils ne considèrent plus le passage de ces terres à la colonisation comme une rupture, une transformation, et cette continuité des pratiques agricoles est bien envisagée comme un point positif. Le centre du Tarf devient d’ailleurs rapidement un espace particulièrement prospère de la commune mixte, ce qui se manifeste notamment par le dynamisme de son marché alimenté à la fois par les productions agricoles des concessions et des douars. Ces arguments avaient déjà été mis en avant par le gouverneur général, sans succès. Dix ans plus tard, avec le passage de la région en territoire civil, ils acquièrent toute leur force.

37La présence des colons en contact direct avec les spahis appuie la démarche de l’administrateur. Elle génère une situation spécifique qui contredit les principes fondateurs de la commune mixte : Européens et Algériens se côtoient dans un village dont l’agrandissement est en attente. Les terres occupées par les spahis ne sont pas inscrites dans un douar ; elles constituent une enclave insolite au sein d’une commune qui ne rassemble que centres de colonisation et douars-communes. Elles doivent être intégrées au village. Ce contexte territorial est favorable à la prise en compte des plaintes et témoignages des colons (attisés par les politiques locaux ?). La question d’une contestation de l’usage défensif de la terre a désormais disparu de l’argumentaire ; les spahis ne sont plus considérés comme les représentants de l’administration militaire, mais exclusivement comme des populations « indigènes » dont la présence n’est pas souhaitée dans ce lieu dévolu aux colons.

  • 15 ANOM GGA 30L24, pétition des habitants du Tarf, 24 décembre 1891.

38Leurs plaintes répétées, alors qu’ils sont désormais voisins des spahis, relancent la polémique. En décembre 1891, les colons du Tarf expédient une pétition en trois exemplaires au gouverneur général Jules Cambon, au sénateur Forcioli et au ministre de l’Intérieur15. Ils exposent dix-huit plaintes contre les spahis et en réclament le départ. Qu’elle soit spontanée ou rédigée à la demande des autorités locales, cette lettre ravive les tensions entre civils et militaires, mais ici à l’échelle locale. Finalement, en juillet 1901, un compromis est entériné entre le général Caze, commandant le 19e Corps d’Armée, et le gouvernement général : l’évacuation des terrains des smalas est fixée au 15 novembre contre un versement de 165 000 F à la caisse du troisième régiment de spahis pour indemnités de dépossession. Ces terres sont livrées au peuplement en 1903 et sont soumises à des opérations de lotissement selon les mêmes procédés que ceux utilisés pour la première partie du village.

39Cette ultime étape marque la fin d’un processus d’homogénéisation constitutif de l’appropriation du territoire. Homogénéisation des normes foncières avec l’attribution d’usages et de valeurs aux parcelles. Homogénéisation des paysages en référence aux repères de la commune métropolitaine. Homogénéisation du peuplement avec l’arrivée des familles de colons et le départ de la smala de spahis.

40Comme Le Tarf, tous les centres de colonisation résultent d’un processus conduit sur plusieurs années qui prend appui sur un projet conduit par l’administrateur. Il est marqué par une série d’étapes qu’il convient maintenant d’envisager pour l’ensemble des centres, en mettant en évidence les régularités de cette appropriation et la naissance d’un territoire de colonisation. L’analyse des rapports entre la prescription théorique et les réalités locales sera transversale à l’étude.

Carte 7. Agrandissement du Tarf, 1/10 000ème, Services topographiques, 20 avril 1905. (ANOM GGA 32L/30).
Ce plan met en évidence les modalités de lotissement de la partie est du site. Les terres de la smala sont désormais destinées à la colonisation et à la création d’une deuxième partie du village. Le « Bordj » désigne un bâtiment jusque-là utilisé par les spahis. Les lots sont de tailles irrégulières, destinés à la culture.

Les centres de la commune mixte de La Calle

41La création d’un centre de colonisation nécessite au préalable de disposer d’un périmètre de terres disponibles, dont les modalités (superficie, nombre de personnes à installer selon un nombre de feux, coût prévisionnel des travaux) sont définies dans les programmes de colonisation et affinées par les propositions de l’administrateur. Les huit centres qui voient le jour dans la commune mixte de La Calle font l’objet de propositions entérinées par le gouverneur général à partir du programme de colonisation de 1885. Il est élaboré dans un contexte spécifique qu’il s’agit ici de préciser car il détermine les conditions dans lesquelles les centres sont érigés.

  • 16 C.-R. Ageron, 1979.

42Entre les années 1880 et 1885, l’accroissement et le maintien d’un peuplement en Algérie sont toujours la priorité de la politique coloniale tant en métropole que dans la colonie. Mais la décennie précédente a été marquée par une ponction foncière conséquente, grandement facilitée par le séquestre consécutif à l’insurrection de 1871. 501 793 hectares de terres ont été livrés à la colonisation, ne permettant pourtant de fixer dans les campagnes que 32 976 personnes16. Au début des années 1880, il paraît donc difficile de poursuivre le peuplement de la colonie sans changer de stratégie. Albert Grévy l’annonce au Conseil Supérieur du gouvernement dès 1879 :

  • 17 H. de Peyerimhoff, 1906.

Plus des trois cinquièmes des terres qui doivent constituer les centres projetés n’appartiennent point à l’État. Il faudra les acheter. Les terres domaniales vont manquer à la colonisation ; celles qui restent, par leur dissémination et leur infériorité, ne peuvent former que de faibles appoints17.

43Les réserves domaniales sont donc réduites au moment où se développent les centres de la commune mixte de La Calle.

44Le budget à allouer à la création de centres, mais aussi les moyens d’acquérir de nouvelles terres font donc l’objet de débats, cristallisés autour d’une nouvelle stratégie : le projet des Cinquante millions, décrit précédemment. Ce projet, conçu par Gaston Thomson, député de Constantine, prévoit dans sa première version la création de 300 villages sur une période de trois ans, permettant l’installation de 15 000 familles françaises ; il est ensuite moins ambitieux et propose la création de 175 centres à partir de l’expropriation de 300 000 ha, pour un coût de 23 millions.

  • 18 P. Leroy-Beaulieu, 1887.
  • 19 M. Loitron, 2000, pages 177- 200. Il mentionne les titres suivants : xixe Siècle, Le Constitutionne (...)

45D’abord accepté par le gouvernement en avril 1881, ce projet est finalement rejeté par le Parlement le 28 décembre 1883 pour deux raisons principales. Il rencontre d’une part l’opposition des détracteurs de l’expropriation, en métropole mais aussi en Algérie. Parmi eux, Paul Leroy-Beaulieu, pourtant farouche partisan de l’expansion coloniale et promoteur d’une colonisation portée par des sociétés privées critique avec virulence la dépossession des populations envisagée par le projet. En 1887, il reprend d’ailleurs les principaux arguments de ce rejet et conclut : « le gouvernement aurait le plus grand tort d’exproprier les propriétaires indigènes : ce serait un crime. Le droit de propriété s’en trouverait pour toujours ébranlé18 ». Cette prise de position est relayée par les députés Guichard, Ballue, Lebaudy, tous républicains et partisans de la politique coloniale. En décembre 1883, le débat dépasse le cadre parlementaire et occupe une large place dans la presse parisienne19. Il gagne une opinion publique sensibilisée par ailleurs à l’engagement des tirailleurs algériens dans la campagne du Tonkin. La grande dépression mondiale qui touche particulièrement la France entre 1882 et 1884 contraint également le budget consacré aux dépenses coloniales.

46Le programme de colonisation de 1885 porte ces restrictions qui conduisent à l’échelle de la commune mixte à une hiérarchisation des villages projetés par ordre d’urgence.

Centre Année de création Tribu / Douar prélevé
Blandan 1884 Commune mixte des Beni Salah.
Roum El Souk 1887 Nehed
Yusuf 1887 Kanguet Aoun et Ain Khiar
Lacroix 1890 Nehed
Tarf 1891 Ouled Amor ben Ali
Munier 1896 Chiebna
Toustain 1896 Meradia
Lamy 1905 Bou Hadjar

Tableau 3. Chronologie de la constitution des centres de colonisation (d’après ANOM 3M23, 3M54, 3M56, 3M67, 3M83, 3M88, 3M90, 3M91).

Le choix du site

  • 20 Il faut préciser cependant que le centre de Blandan est créé au sein de la commune mixte des Beni S (...)

47Comme Le Tarf, les centres de colonisation de la commune mixte de La Calle se développent en premier lieu dans la partie nord du territoire, plus favorable à la colonisation du fait des conditions orographiques, de la proximité de la commune de plein exercice qui devient le chef-lieu de la commune mixte, mais surtout de la constitution d’une frontière avec la Tunisie. La création des centres s’effectue donc dans la continuité des évolutions territoriales antérieures et privilégie la zone passée le plus tôt au régime civil. Ainsi, Blandan, Yusuf ou encore Roum El Souk sont érigés entre 1885 et 1891, alors que les centres de Toustain, Munier et Lamy se développent entre 1891 et 190520.

48Pour ces villages, l’argument sécuritaire est encore très présent dans le choix des sites. Le 27 juin 1889, le sous-préfet précise au préfet que

  • 21 ANOM 93 3M/90.

les centres projetés sur la route de Bou Hadjar doivent en effet être assez rapprochés les uns des autres pour assurer d’une manière effective la sécurité de leurs habitants et des voyageurs21.

49Le développement de ces villages situés au sud, loin des centres urbains de Bône et de La Calle est particulièrement décisif pour la progression de la colonisation dans les territoires les plus reculés du Tell. Dans cette région rurale, l’activité industrielle se limite à l’exploitation des forêts de chêne-liège dans quelques concessions autour de La Calle (CPE) et à l’exploitation minière dans le village de Kef Oum Theboul, commune incluse dans les limites de La Calle (CPE).

  • 22 ANOM 93/1913, lettre du gouverneur général eu préfet, 4 mai 1885.

50L’enracinement de populations européennes est donc particulièrement conditionné par la définition d’un site attractif et propice aux activités agricoles. La qualité des terres et la possibilité d’une mise en culture rapide dans des espaces peu accidentés constituent des critères de choix. Par ailleurs, à la suite du rejet du projet des Cinquante millions, la nécessaire réduction des coûts doit conduire les administrateurs à privilégier la création de centres dans des espaces accessibles. Le 4 mai 1885, le gouverneur général Joseph Tirman l’indique au préfet : « il en est [des centres de colonisation] qui par leur situation isolée et leur manque absolu de voies de communication ne pourront de longtemps encore être utilisés pour la colonisation22 ».

  • 23 ANOM 93/1913, circulaire du gouverneur général Albert Grévy, 8 mai 1881.

51Cette tâche relève des prérogatives de l’administrateur et dans le cas de la Calle, c’est à Eugène Dieudonné, en fonction de 1884 à 1893 que va revenir le choix des sites pour sept centres sur huit. Le rôle de l’administrateur de la commune mixte dans le développement de la colonisation est précisé dans les documents préparatoires aux programmes annuels de colonisation de mai 188123. Il est l’instigateur des centres de sa commune, l’explorateur à grande échelle des sites potentiellement favorables à la colonisation. La pratique physique du terrain est une démarche essentielle, première, qui le conduit à « reconnaître douar par douar, toute l’étendue de leur circonscription » et qui participe à sa légitimation par la connaissance du territoire qu’il gère. Elle s’affine avec sa capacité à choisir « les territoires qui pourront se prêter à la création des centres et s’assurer qu’ils remplissent les conditions désirables. » La connaissance précise de la commune au service de la colonisation se pérennise par le développement de la cartographie. Le gouverneur général exige en effet de l’administrateur qu’il représente le territoire dont il a la charge, en s’appuyant sur les productions des topographes, auxquels il impose la thématique de la carte mettant en évidence l’étendue des douars, les périmètres des centres projetés, ainsi que les superficies déjà affectées à la colonisation.

  • 24 Eugène Dieudonné administre la commune mixte de 1884 jusqu’en 1894. Il a donc élaboré le projet de (...)

52Ces préalables généraux ne peuvent rendre compte de la diversité des contraintes et spécificités locales qui s’imposent à l’administrateur de la commune mixte. Le cas du Tarf a montré la nécessité d’un changement de site car l’obtention des terres nécessaires s’avérait impossible ; ce cas est unique parmi les centres étudiés. L’implantation des autres centres a plutôt posé problème a posteriori, à l’épreuve du peuplement. Dans un contexte marqué par une véritable course au peuplement, la nécessité de répondre à la demande s’accorde mal avec une étude approfondie de lieux dont la desserte n’est pas toujours assurée, en dépit des recommandations du gouverneur général. En 1886, Eugène Dieudonné établit un rapport détaillé de sept centres dans sa circonscription24.

  • 25 ANOM 93 3M/53.

53Ce texte met en évidence une vision globale de la région, une approche de l’ensemble de la commune mixte qui contraste avec les autres sources relatives aux créations de centres où la vision du territoire à peupler est particulièrement fragmentée. Les villages envisagés s’inscrivent dans une logique territoriale dominée par la question de l’accessibilité ; évoquant le site d’Ain Assel, il indique : « Il y aurait pour les voyageurs un intérêt immense à peupler cette route par la création de centres assez rapprochés les uns des autres25 ».

54Par ailleurs, ce rapport rend compte des critères qui président au choix d’un site. Globalement les potentialités de la zone envisagée s’appuient sur la nature des reliefs, les conditions orographiques et l’accessibilité. Le choix du site du Tarf n’a pas posé de problème de ce point de vue : c’est davantage le statut foncier que les contraintes naturelles qui ont entravé la concrétisation du projet. Elles n’ont pas gêné la création de la plupart des villages, situés en plaine ; Blandan, Yusuf, Munier, Toustain et Lamy, comme Le Tarf, se sont développés dans des régions accessibles, au relief peu tourmenté. La forêt très présente entraîne la pratique systématique du défrichement, mais elle ne suscite pas de complications particulières pour les colons qui s’installent dans ces centres. Les difficultés rencontrées à l’usage sont davantage liées aux inondations : le bassin hydrographique important, autour de l’Oued El Kébir, connaît des crues régulières qui conduisent les riverains à demander des fonds – des « secours » – pour procéder à des travaux.

  • 26 ANOM 93 3M/53

55D’autres motivations peuvent cependant expliquer le choix du site du futur centre. Ainsi, le site d’Ain Assel – futur centre de Yusuf – est explicitement envisagé en lien avec les requêtes répétées des habitants de la commune de plein exercice de La Calle : « Depuis longtemps les habitants de La Calle réclament cette création et le moment semble venu de leur donner enfin satisfaction26 ». Curieusement, le périmètre de colonisation défini à la suite du projet s’inscrit sur deux communes mixtes, ce qui ne facilite pas la création du village dans la mesure où elle nécessite la collaboration des administrateurs des deux communes. L’étendue du douar Kanguet Aoun est considérée comme insuffisante pour supporter la totalité de la distraction des terres ; le prélèvement concerne alors le douar contigu d’Ain Khiar, inclus dans la commune mixte de Zerizer. La totalité du village est ensuite rattaché à La Calle. Cette création met en évidence une fois encore le lien étroit entre la commune mixte et la commune littorale ; d’une certaine façon, aux yeux des Européens vivant dans la commune de plein exercice, la partie nord de la première constitue un prolongement de la seconde.

  • 27 ANOM 93 2M 271, 93 2306.
  • 28 ANOM 93/2307.

56Roum El Souk et Lacroix, situés à la frontière algéro-tunisienne ont connu une mise en peuplement moins sereine du fait notamment des contraintes liées à leurs sites. Cette situation est décrite dans les lettres des colons qui disent leur déception après la prise de possession de leurs lots, et qui en demandent l’échange. Les seize dossiers de colons du centre de Lacroix montrent que cette affectation est un second choix : quatre candidats retenus n’ont pas obtenu leur affectation dans des centres réputés plus faciles et donc plus demandés. Ils se retrouvent à Lacroix par défaut. Quatre autres dossiers font état d’une demande de changement de centre27. Ces quelques cas sont représentatifs d’un rejet plus global de ce centre situé à la frontière algéro-tunisienne qui génère à partir de mars 1890 une correspondance importante entre le gouverneur général, le préfet, l’administrateur et les élus locaux28. Le refus d’attribution des lots dépasse très largement les quatre dossiers étudiés et décrit un espace bien peu propice à l’exploitation agricole. Une lettre de Louis Tirman au préfet le 18 mars 1890 l’atteste :

  • 29 Ibid.

D’après les dires de ces attributaires, le territoire de Lacroix ne serait composé que de montagnes à pic, couvertes de broussailles et rochers ; il serait inaccessible aux voitures et enfin le peu de terre cultivable qui existe ne pourrait pas être labouré à la charrue française tant le sol est accidenté […] si elles étaient exactes elles [ces informations] démontreraient que l’étude de la création du centre de Lacroix et celle du projet de lotissement rural auraient été faites avec une légèreté regrettable29.

57Ces derniers termes remettent en cause l’administrateur et le préfet, qui, à la demande du gouverneur général mais aussi du conseil général de Constantine, sont priés de vérifier la procédure de choix du site.

  • 30 H. de Peyerimhoff, 1906.

58Cinq ans plus tard, c’est à lui de proposer des solutions pour enrayer ces départs et refus d’attribution précoces : sur 45 concessions, 8 sont vacantes, et 11 colons sont absents. Ce village va donc faire l’objet d’une opération de débroussaillage par la main d’œuvre pénitentiaire du centre de Lambèse, dont le coût est élevé : 360 francs par hectare30. La position frontalière du village confère à Lacroix une dimension stratégique que n’ont pas les autres centres et qui peut expliquer cet effort financier. Le programme général de colonisation de 1885 met ainsi en évidence le changement de regard porté sur cette région : autrefois dangereuse et répulsive, il s’agit là, selon l’administrateur, de la développer.

  • 31 ANOM 93 3M/54.

Jusqu’alors, en raison du voisinage de la Tunisie, toute la commune mixte de La Calle a été fermée à l’élément européen, aucun colon ne s’est établi dans le pays. Il semble qu’au point de vue politique, dans l’intérêt des Algériens qui n’ont aucune idée de la civilisation européenne, et aussi pour augmenter les relations déjà étendues qui existent avec la Tunisie, la création de plusieurs villages dans la commune mixte et notamment de celui d’El Aioun, aurait les meilleurs résultats31.

59Le cas du centre de Lacroix met néanmoins en évidence la fragilité de l’entreprise de peuplement. L’obligation d’un niveau de fortune attire des hommes plus exigeants qui ont les moyens de renoncer à la concession qu’on leur attribue. Leur situation personnelle, même délicate, reste acceptable, contrairement à des périodes plus anciennes où les colons n’avaient pas grand-chose à perdre.

60Les centres de colonisation sont créés à partir de terres « distraites aux douars » selon l’expression récurrente utilisée dans les correspondances entre le gouverneur général, le préfet et l’administrateur. Cette distraction est en fait un processus de dépossession qui prend appui sur les délimitations des parcelles effectuées lors de l’application du sénatus-consulte de 1863. Ces travaux ont permis de catégoriser les surfaces et de mieux connaître leurs potentialités ; ils constituent, avec la connaissance du terrain par l’administrateur, la source essentielle pour le choix du site du centre.

61Le processus de création d’un centre de colonisation met en évidence le lien, la dépendance entre cet espace et le douar dans lequel il va s’inscrire. Cette imbrication effective contraste avec la façon dont le projet de la commune mixte est pensé et présenté, par ses concepteurs ou ses détracteurs. Alors que cette entité est envisagée comme un ensemble de sections distinctes, disjointes, sa construction renvoie au contraire à une réalité plus complexe qui concerne à la fois la nature et la délimitation des espaces mais aussi la confrontation des acteurs. L’histoire de la commune mixte commence ainsi par la préhension de la terre aux populations locales, par un acte de dépossession qui accuse le caractère asymétrique des relations entre les groupes et marque durablement le lien social. Le projet du ministre Niel qui dotait cette entité alors en germe d’une portée quasi « humaniste » apparaît, à l’épreuve des faits, une utopie, et ce dès les prémices de son élaboration.

  • 32 H. de Peyerimhoff, 1906.

62Les dossiers relatifs à la création des centres font état des modalités de transaction entre l’administration et les douars ou tribus, représentés par leur djemaa. Avant de les aborder, il est nécessaire de rappeler que ces djemaa de douars sont nommées au moment de l’application du sénatus-consulte et que leurs prérogatives sont limitées. Pour le centre du Tarf comme pour la plupart des autres villages de la commune mixte, elles entérinent une expropriation dite « amiable » : les terres prélevées pour la création du centre donnent lieu à compensation en terres et en argent. Les détails des montants à verser et des parcelles sont, là encore, fixés par l’administrateur. Les documents relatifs aux créations de centres, corroborés par l’analyse de Henri de Peyerimhoff en 1906 permettent d’identifier la nature des terres concédées et le mode de cession32. Ainsi, dans une région où, pour l’administration, la terre est arch, il n’est pas défini de propriété privée algérienne. Les terres concédées sont donc considérées comme collectives et c’est leur nature qui définit le mode de cession.

  • 33 ANOM 93 3M91, rapport de la commission des centres de l’arrondissement de Bône, 3 juin 1886.
  • 34 L’Indigénat considère comme une infraction le départ du territoire de la commune sans permis de voy (...)
  • 35 ANOM GGA 9H99 et 9H100. Ces dossiers traitent des migrations algériennes depuis l’Algérie vers la T (...)

63Selon les termes de l’échange et pour chaque centre de la commune mixte de La Calle, les terrains communaux sont cédés gratuitement par la djemaa tandis que les terres de culture sont échangées contre d’autres parcelles et une somme d’argent. Le choix du dédommagement est laissé aux populations dépossédées. La compensation en nature, c’est-à-dire en terres, peut sembler l’issue la plus favorable à des tribus dont l’activité agricole constitue la ressource essentielle. Pourtant, la compensation financière est préférée à plusieurs reprises car elle leur permet de quitter le territoire ; les membres de la commission d’arrondissement de Bône privilégient cette explication à propos de la création du centre de Yusuf, et de la tribu des Ouled Dieb : « Ce sont pour la plupart des indigènes originaires de la Tunisie qui ont des propriétés dans leur pays d’origine et qui trouveront les ressources qui leur sont nécessaires33. » Peut-on en déduire que la dépossession foncière s’accompagne d’un départ des populations indigènes vers la Tunisie ? Au milieu des années 1870, toute la colonie est concernée par ces mouvements qu’explique une imposition plus favorable mais aussi par l’origine tunisienne de nombreux Algériens de l’est de la colonie. Dès 1874, les départs de l’Algérie vers la Tunisie alertent les autorités françaises, car ils s’effectuent sans autorisation et constituent un délit au regard du régime de l’Indigénat, mais aussi parce qu’ils génèrent une perte financière34. Si ces migrations ont concerné le cercle de La Calle (elles concernent précisément 747 personnes, soit 663 pour le caïdat de l’Oued El Kébir et 84 pour celui de l’Oued Bou Hadljar.), elles ne sont pas significatives lorsque le territoire est constitué en commune mixte, contrairement à d’autres circonscriptions de ce type proches de la Tunisie, telles que la commune mixte de l’Oued Zenati ou de Tebessa. À l’inverse, en septembre 1881, dix chefs de famille originaires de la tribu des Ouled Arid résidant en Tunisie sollicitent la faveur d’être rapatriés dans la commune mixte. Ils ont quitté le pays 15 ans auparavant, au moment de la grande famine de 186635. Les compensations financières versées après la création des centres sont donc certainement utilisées pour des achats de terre, à l’intérieur même de la circonscription.

  • 36 Emile Larcher définit ainsi le cantonnement : « L’État, nu propriétaire du sol arch, impose le part (...)

64Ces modalités d’expropriation montrent une évolution dans les pratiques de dépossession foncière. Au cantonnement succèdent des méthodes de prime abord plus respectueuses des desiderata des populations algériennes36. Toutefois, la lecture des délibérations de djemaa qui attestent de ces tractations nous conduisent à nuancer cette évolution. Vides de toute contestation, elles ne semblent pas porter la voix des colonisés. Pour H. de Peyerimhoff, ces consensus ne sont pourtant pas artificiels et son analyse va de le sens d’une acceptation sincère des tractations par les djemaa, du fait de l’évolution des modalités d’expropriation après 1883 et le rejet du projet des Cinquante millions :

  • 37 H. de Peyerimhoff, 1906.

les créations de centres le plus souvent entreprises en territoire militaire, étaient réalisées sans que l’adhésion des populations indigènes ait été réalisée expressément […] La distinction s’est faite plus clairement à partir du moment où l’opinion commença à discuter le procédé de l’expropriation forcée. Depuis les débats parlementaires de décembre 1883, celui-ci ne fut plus employé, au moins à l’égard des collectivités, qu’à titre exceptionnel […] Le prix des terres expropriées une fois fixée par le Tribunal, un nombre assez considérable d’indigènes ont accepté des compensations territoriales37.

65Ainsi, pour 38.000 ha sur 90.628 qui furent expropriés de 1871 à 1895, la procédure fut précédée d’entente amiable. Les centres érigés dans la commune mixte de la Calle relèvent de ces cas.

66Une création de centre fait pourtant exception : en 1887, la djemaa de la tribu des Ouled Messaoud s’oppose à la création d’un village dans la région de Bou Hadjar. Cet acte de résistance est de courte durée : un an plus tard, une djemaa recomposée accepte la transaction, comme l’espérait le préfet.

67Le peu d’oppositions faites aux transactions foncières laissent également supposer que la perspective de valorisation du prix de la terre du fait de la création d’un centre à proximité incite les membres de la djemaa à céder des parcelles. Cette hypothèse confirmerait le point de vue de l’administrateur de la commune mixte :

  • 38 ANOM 93 302/144

L’expérience a démontré que la constitution de la propriété individuelle chez les indigènes avait pour effet de faciliter les transactions entre ceux-ci et les Européens, en faisant disparaître les entraves que les mutations d’immeubles rencontraient en terre « arch » ou collective. En effet, l’indigène mis en possession d’un titre définitif de propriété c’est-à-dire débarrassé de ces entraves ne voit d’abord dans sa nouvelle situation de propriétaire effectif, que les avantages pécuniaires qu’il en peut tirer, et il ne cesse, soit pour sortir de l’état de gêne dans lequel il a trop longtemps vécu, soit pour satisfaire la cupidité excitée par le miroitement fascinateur des sommes qui lui sont offertes, de chercher à troquer sa terre pour de l’argent, et sa propriété resté improductive entre ses mains, ne tarde pas à passer ainsi en des mains plus habiles à la faire valoir, celles de l’Européen qui se trouve par ce moyen substitué tout à coup à l’élément indigène. Cette conséquence naturelle de la constitution de la propriété individuelle a de plus l’avantage de ne point revêtir ce caractère vexatoire en apparence des prises de possession par l’administration française pour les besoins de la colonisation puisqu’elle est le fait d’une volonté réciproque des parties. Ce résultat inévitable qui fera pénétrer progressivement l’élément européen dans un territoire jusqu’alors presque inaccessible pour lui, amènera forcément des relations permanentes et ceux parmi les indigènes leurs voisins, qui plus attachés au sol tiendront à conserver leurs terres. Ces derniers, témoins alors journellement de nos usages, de nos mœurs, du perfectionnement de notre outillage agricole et des résultats avantageux qu’ils nous procurent se verront obligés de nous imiter s’ils ne préfèrent se refouler eux-mêmes dans leur fatale misère où ils ont l’habitude de végéter. Telles sont à notre avis les conséquences infaillibles de la constitution de la propriété individuelle38.

  • 39 D. Guignard, 2012, p. 81.

68Cette analyse met en évidence, dans les faits et l’avancée de la colonisation, la finalité du sénatus-consulte de 1863. « Il était moins un rempart contre la colonisation foncière que son préalable indispensable, selon un processus différé et planifié par l’État39.

69Le cas du Tarf a permis de mettre en évidence les caractères techniques de la création du centre. Avant l’installation des colons, la matérialisation de la présence coloniale se concrétise par la transformation des paysages. Une fois les transactions foncières faites, le processus de la création de centre se poursuit par l’aménagement du village. Avant d’envisager ces transformations, il convient de s’intéresser au sens que les concepteurs des centres de colonisations donnent à ces espaces.

  • 40 T. Bellashène, 2008.

70La morphologie des centres de colonisation en commune mixte est celle d’un lieu destiné à la vie quotidienne des colons. Quel espace social aperçoit-on sous la trame d’un centre ? T. Bellashène propose de l’assimiler à la ville planifiée, à la cité ouvrière du xixe siècle40. Selon lui, le parallèle se justifie par un même plan quadrillé, qui ne relève pas de préoccupations défensives, mais plutôt de « la volonté de maîtrise de l’étude du coût […] et ce dans les délais les plus courts possibles ». À cette exigence de coût s’ajoute la nécessité d’un usage facile pour des populations transplantées.

71Le centre est en effet pensé comme une pluralité de lots de différentes natures (urbain, jardin, rural, vignes) qui s’organisent à l’intérieur du périmètre de colonisation. Les lots urbains sont destinés à l’hébergement du colon et de sa famille, tandis que les autres sont tournés vers l’exploitation agricole. Ensemble, ils forment des espaces aux formes droites, régulières, géométriques. Aux lots et chemins rectilignes s’ajoutent quelques plantations. L’organisation de l’espace dit le quotidien des familles : les hommes quittent leur domicile édifié dans le lot urbain pour exploiter leurs terres, tandis que le reste de la famille demeure au cœur du village où une école accueille les enfants. Plusieurs témoignages font état des difficultés des colons dont les lots sont très éloignés ou mal desservis. Elles expliquent souvent un souhait d’échange de lots, mais elles témoignent aussi des erreurs commises au moment de l’élaboration du centre.

  • 41 ANOM 93/ 3M53

72Les éléments du bâti à la charge du service de la colonisation sont la mairie et l’école (qui forment souvent une même bâtisse), ainsi que l’église et son presbytère ; les habitations sont assumées par les attributaires. Dans leurs premiers contours, ces espaces sont donc destinés à demeurer et à travailler la terre, ils excluent tout lieu de sociabilité. Les raisons économiques expliquent évidemment cela et les projets de créations de centres envisagent dans leurs coûts les installations de « première urgence » et de « seconde urgence41 ». Pour chaque centre, il s’agit d’abord de procéder aux aménagements nécessaires à l’adduction d’eau (réalisation de fontaines, lavoirs, abreuvoirs) et à la voirie. La construction du bâti n’est envisagée que dans un deuxième temps et les retards sont fréquents alors que les colons sont déjà installés. Dans la logique d’une colonisation de nature agricole, l’essentiel est de permettre l’exploitation des terres.

73Ces centres sont-ils construits ex nihilo ? Les premières entités coloniales se sont développées en milieu urbain, à partir de villes existantes et les quartiers coloniaux se juxtaposent aux espaces traditionnels. Dans la commune mixte de La Calle comme dans d’autres espaces ruraux, les marqueurs d’une occupation antérieure sont plus discrets. Dans les centres étudiés, ils renvoient au temps de l’administration militaire. Plusieurs bordjs font en effet partie du paysage de ces nouveaux villages. Ils ont été édifiés par des caïds ou des cheiks qui ont mis en culture les terres alentours. Ces constructions s’inscrivent donc dans des espaces fertiles, qui ont été défrichés et cultivés. Inclus dans les limites du centre, ces terres sont désormais la propriété des services de la colonisation. Leur positionnement à l’intérieur du périmètre rappelle que le choix du site privilégie la plupart du temps les meilleures terres. Le centre de Roum El Souk inclut un bordj ; le projet de création prévoit de l’utiliser pour accueillir la mairie et l’école, permettant une économie dans le budget de construction. Le territoire ainsi créé génère une redéfinition des usages du bâti existant au profit de fonctions uniquement destinées aux Européens.

  • 42 M. Côte, 1988.

74Pour désigner ces centres, le géographe Marc Côte évoque « l’ordre nouveau colonial […] marqué par la géométrie des parcellaires agraires, par la rigidité du bâti du village de colonisation42 ». Guy di Méo met en relation ce caractère géométrique, la nature de la politique menée et la question de l’identité :

  • 43 G. Di Méo, 1998.

Les aménagements très volontaristes de l’espace, réalisés par des autorités détentrices d’un pouvoir fort et rationaliste, parfois coercitif, parfois porteur d’utopie, privilégient volontiers la logique géographique des formes carrées. Cette règle vaut autant pour la délimitation des lieux appropriés et habités que pour la production des formes territoriales, celles de l’architecture, de l’urbanisme, voire du tracé des frontières, symbolisant l’identité collective43.

  • 44 M. Côte, 1988.
  • 45 T. Bellashène, 2008.

75Ces analyses permettent d’enrichir l’approche du centre de colonisation en lui attribuant une charge identitaire. Cette identité qui s’impose dans le paysage local en substituant la ligne droite à la courbe, s’est construite depuis le début de la période coloniale44. Dès 1832, le maréchal Clauzel propose un premier village type, Kouba, édifié selon un plan en damier. Les créations successives, portées par les auteurs de différents systèmes de colonisation-Bugeaud, Lamoricière, Bedeau- sont organisées selon ce même modèle, avec quelques variantes. Les premiers centres algériens s’inspirent des colonies outre-Atlantique et plus précisément des villages de la Louisiane où Clauzel s’est exilé en 1816. T. Bellashène établit des filiations entres ces villages et met en évidence les ressemblances entre le plan de Boufarik, premier village de la Mitidja et La Mobile, établissement français fondé en 1702 et considéré comme première capitale de la Louisiane45. L’observation des plans de lotissement de centres de La Calle met en évidence ces formes rectilignes, ces lots identiques, notamment pour la partie du village destinée à l’hébergement. Les lots de culture, plus éloignés, enclavés parfois entres parcelles de forêts et cours d’eau forment un tissu plus lâche et moins régulier. Dans les centres algériens, le cadre militaire domine car la préoccupation sécuritaire est première dans ces villages qui s’érigent au milieu de régions mal pacifiées. À cette empreinte militaire s’ajoute une volonté d’expérimenter dans cette colonie naissante des formes d’organisation sociales nouvelles.

76L’influence du Saint-simonisme marque également la création des centres, notamment dans la fondation de colonies agricoles d’après le plan Enfantin en 1848. Ces caractères qui participent de l’identité des centres et qui expliquent leurs formes et leur organisation ne sont donc pas issus d’une volonté de transférer l’organisation des villes ou villages métropolitains. Certes, la mairie, l’église, l’école, sont des lieux emblématiques de l’espace habité en métropole. Avant d’en faire usage, les colons « immigrants » reconnaissent ces constructions comme autant de marques de continuité entre leur lieu de vie initial et le centre de colonisation. Si cette reconnaissance participe de l’intégration des nouveaux arrivants en Algérie, elle n’apparaît pas comme un critère premier dans la conception des villages. L’identité qu’ils véhiculent est davantage portée par les théoriciens de la colonisation et de leurs envies d’expérimentations que par le transfert de constructions métropolitaines. Les villages érigés forment alors des territoires singuliers, propres au contexte colonial. En cela, ils constituent une limite à l’idée d’un prolongement à l’identique du territoire français au-delà de la Méditerranée.

  • 46 Les liens entre toponymie et géopolitique constituent la thématique privilégiée de L’espace Géograp (...)
  • 47 P. Carter, 1987.
  • 48 H. Blais, 2009, p. 148.

77La création d’un territoire colonial passe par le choix d’une dénomination. Cette étape marque un pas de plus dans l’imposition d’une identité. C’est un acte éminemment politique qui marque le passage à une autre forme de pouvoir et qui n’est pas spécifique au contexte colonial46. Hélène Blais, à l’appui des travaux de Paul Carter47, indique que « l’acte de nommer les lieux est une manière d’amener le paysage à une présence textuelle et de le rendre familier aux Européens et, du même coup, étranger aux aborigènes48. » Il s’agit d’une « dépossession par la saisie de l’espace ».

78La phase de projection des centres utilise la toponymie vernaculaire pour désigner les sites puis une fois la création avérée, la commission municipale procède au changement de toponyme qui est enfin entériné par décret. Dans le cas du centre de Lacroix, la délibération de la commission municipale indique très précisément les motifs qui conduisent au choix du général éponyme :

  • 49 ANOM 93302/165, extrait du registre des délibérations de la commission municipale. Séance du 25 fév (...)

Sur la proposition de son Président la Commission Municipale considérant que le général « Le Poitevin de la Croix » a pris une part très active à la répression de l’insurrection kabyle ; qu’il a été successivement colonel du 3ème Régiment de Tirailleurs algériens, Général commandant de la subdivision de Bône et Commandant de la division de Constantine. Considérant qu’à ces divers titres il a rendu de grands services à l’Algérie ; voulant honorer et perpétuer la mémoire de cet Officier Général ; Emet le vœu que le nom de « Lacroix » soit donné au centre projeté à El Aïoun49.

79Le nom attribué indique les référents des auteurs du choix ; ceux-ci peuvent être multiples. Ils peuvent également suggérer des lacunes en termes de connaissance de l’espace. Dans la commune mixte de La Calle, la toponymie dédicatoire ou commémorative domine. Tandis que deux centres – Roum El Souk et Le Tarf – conservent le nom du site antérieur, cinq portent le nom d’un officier, un celui d’un préfet. Les officiers supérieurs qui donnent leur nom à des villages sont restés célèbres pour leurs faits d’armes pendant la conquête, mais ils n’ont pas forcément participé à la soumission de l’Est algérien. Le Général Yusuf s’illustre en 1842 aux côtés du Bugeaud lors de la prise de la smala d’Abd-El- Kader. Poittevin de Lacroix contribue à mater l’insurrection kabyle de 1871. L’utilisation de leur patronyme met en évidence une volonté de lier le temps de la conquête et de la pacification avec celui de l’administration civile. Ces noms propres remplacent des toponymes empruntés aux éléments naturels, tels El aioun signifiant « les sources », et désignent les centres de colonisation comme les points d’aboutissement d’un processus de conquête.

80Les populations algériennes voient dans ces villages qui sortent de terre la preuve intangible d’une domination accomplie. Heinrichs l’affirme :

  • 50 M.-P. Henrichs, 1843, p. 7.

Jamais victoire remportée en Afrique n’y aura ajouté à notre puissance morale et matérielle autant que l’établissement d’un village européen. Le système de représailles et de terreur ne nous rendra jamais plus redoutables que le défrichement de quelques vastes étendues de terres, que le dessèchement d’un marais, l’ouverture d’une route, la construction d’un pont : c’est que le village, le défrichement, le dessèchement, la route et le pont, sont des indices certains de notre ferme résolution de nous maintenir en Afrique et d’y fonder un État européen entièrement soumis à notre puissance50.

  • 51 ANOM 93 3M53

81Cette pratique de la toponymie dédicatoire est très courante dans la colonie : tous les grands généraux ont donné leurs noms à des villes ou villages. En revanche, comment expliquer que certains centres conservent le nom d’origine ? Ils sont établis sur des sites d’occupation plus ancienne dont les formes sont connues. Le Tarf était en partie habité par une smala de spahis, établie depuis la fin des années 1850. Roum-El Souk est connu de l’administrateur pour son marché ancien et important51.

Le centre de colonisation, territoire de l’Européen

« Algériens » et immigrants, de nouvelles catégories

  • 52 Dans cette partie, nous utiliserons ces termes par commodité de langage.

82Qui sont les colons primitifs, ceux qui ont été les premiers habitants des centres de colonisation de La Calle ? Le Service de la colonisation a inventé des catégories pour les distinguer : les « Algériens » rassemblent les colons déjà présents dans la colonie, dont ils sont parfois natifs. Les immigrants désignent les nouveaux venus de la métropole. L’usage de cette partition est diffusé dans l’ensemble de l’administration pour penser le peuplement des villages ; elle constitue néanmoins une singularité en contexte colonial. Tribus et douars sont les entités que les Européens utilisent pour penser le peuplement algérien. « Algériens » et immigrants sont les termes utilisés pour désigner les Européens. Ces dénominations mises en place par le service de la colonisation renvoient à une nouvelle catégorisation concernant cette fois les Européens, dont il faut interroger la pertinence52. À quoi correspond-elle dans la pratique, au regard des dossiers de candidature et des premières installations ? Au-delà d’une différenciation d’origine, cette catégorisation rend-elle véritablement compte de deux groupes distincts selon d’autres critères, comme le rapport à la terre ou le niveau de richesse ?

  • 53 Ces dossiers sont présents dans ANOM, 93/1942, 1943, 2207, 2209, 2298 à 2303, 2311, 2336, 2337.

83L’étude de 119 dossiers se rapportant à des colons de cinq centres met en lumière un certain nombre de traits saillants qui caractérisent la future population des villages de La Calle53. Elle permet de saisir des portraits de colons que nous allons retrouver, pour certains, tout au long de cette étude. Ces dossiers concernent des colons choisis ; ils ne permettent donc pas d’identifier les causes majeures des rejets de candidatures, ni d’ailleurs le nombre de refus. La totalité du peuplement originel de la commune mixte de La Calle n’a toutefois pu être établie car les dossiers ne sont pas présents en totalité : les premiers habitants des centres de Munier ou de Roum El Souk ne sont pas référencés.

84Les dossiers de colonisation sont aussi les témoignages d’une transition, notamment pour ceux qui concernent les « immigrants ». Ils livrent des renseignements sur la vie du « pétitionnaire » dans sa région d’origine, sa situation de famille, sa fortune, autant d’éléments retenus et vérifiés, attestés par le maire de la commune de départ. Il homologue en quelques lignes le candidat. « Bon colon », « fera un excellent colon » peut-on lire au terme des feuillets de renseignement. L’avis de cet élu côtoie en bas de page celui du préfet. Ensemble, ils font endosser, au moins administrativement, un nouvel habit à l’agriculteur corse ou drômois : celui du colon algérien.

85Les colons ne postulent pas pour vivre dans la commune mixte, dont la dénomination est quasi absente des dossiers. Seule l’instance administrative qui les gère en fait mention. Les futurs colons proposent leur candidature pour un village ou plusieurs, en indiquant dans ce cas leur préférence. Il n’est pas plus question des douars ni même des populations algériennes voisines des villages nouvellement construits. Les futurs centres sont envisagés de façon disjointe, par les candidats à une concession comme par l’administration, à l’exception de l’administrateur. Cette perception très segmentée du peuplement des centres contredit une approche plus globale et réticulaire de la colonisation qui forme un premier obstacle à la constitution d’un espace social au sein de la commune mixte. Le colon admis pour s’installer dans un centre, s’il y reste, se dit de ce village et non de la commune.

86L’installation des colons dans les villages nouvellement créés relève de la colonisation dite officielle. Des concessions gratuites sont proposées à titre provisoire aux candidats retenus et l’acquisition d’un titre définitif de propriété est conditionnée par le respect de plusieurs clauses. Les modalités précises de cette procédure sont définies dans deux décrets, celui du 30 septembre 1878, puis celui du 13 septembre 1904. Les créations de centres de la commune mixte de La Calle s’étendent de 1885 à 1905. Les sept centres érigés les premiers relèvent de la première législation, tandis que le peuplement de Lamy dépend exclusivement de la seconde. Ces deux textes, dans une logique de pérennisation du peuplement européen dans la colonie, s’appuie sur deux principes : choisir et contenir.

  • 54 Discours prononcé par M. E. Laferrière, gouverneur général de l’Algérie à l’ouverture des Délégatio (...)

87Il convient, avant de développer ces principes, de préciser le contexte de production de chacun de ces décrets. Le texte de 1878 s’inscrit dans une période de développement des centres (197 centres nouveaux de 1871 à 1878 et 264 villages crées ou agrandis de 1871 à 1880). Celui de 1904 témoigne d’un plus grand souci de rentabilité et d’une volonté de tirer les leçons des décennies précédentes en procédant à certaines modifications. Le gouverneur général Edouard Laferrière l’explicite aux Délégations financières : l’élargissement des lots mais aussi « l’élévation du tiers à la moitié de la proportion des Français d’Algérie admis dans les nouveaux centres » constitue les chanegements majeurs apportés par ce nouveau texte54. Les années précédentes ont en effet montré que les aléas climatiques et les difficultés économiques avaient eu plus souvent raison des immigrants que des « Algériens ». Ainsi, la concession gratuite limitée à 40 ha n’est plus la seule possibilité offerte aux candidats : la vente de lots, à prix fixe ou aux enchères est proposée et les parcelles peuvent atteindre jusqu’à 200 ha sur décision du gouverneur général.

  • 55 Décret du 13 septembre 1904, article 13.

88En 1878 comme en 1904, l’accès à une concession n’est pas ouvert à tous. De ce point de vue, les deux décrets présentent les mêmes règles : il faut être Français d’origine européenne ou Européen naturalisé pour prétendre à être admis parmi le peuplement du centre. Cette condition exclue les populations algériennes à une exception près : « les indigènes naturalisés ou non peuvent être admis comme concessionnaires ». Les lots ne doivent pas dépasser 30 ha, contre 40 ha pour les Européens. Dans les dossiers étudiés, un seul cas est relevé dans le centre de Lamy : il s’agit de Brahim Bouahoua, spahi retraité et naturalisé. En dehors de cette clause, les Algériens sont indésirables dans les concessions, que ce soit par attribution ou par cession. Là encore, les deux textes définissent les mêmes exigences : la cession par le concessionnaire ne peut être effectuée qu’au profit d’un Européen et ce pendant une période de dix ans. Au-delà, la location est possible selon le décret de 190455. Ces barrières imposées aux populations algériennes les excluent des centres de colonisation pour une durée importante ; elles confirment le caractère ségrégé de la commune mixte qui se définit dans les premières années de sa création comme un territoire constitué de sections cloisonnées.

  • 56 ANOM 93/2303

89Toutefois, si les frontières sont étanches entre douars et centres, elles sont plus poreuses entre les centres eux-mêmes. Les dossiers de colons montrent en effet une mobilité possible d’un centre à l’autre, même si les cas sont peu nombreux. Dans le centre de Lamy, deux prétendants à des concessions vivaient jusque-là dans le centre de Munier, centre érigé en 1896 : Joseph Henriot et Pierre Lecouls y étaient locataires56. Cela nous conduit à envisager une autre condition à l’obtention de concessions : elles sont réservées à ceux qui n’ont jamais été acquéreurs de terres, comme l’indique l’article 4 du décret du 13 septembre 1904. Il s’agit de privilégier les locataires, les ouvriers agricoles, mais aussi les négociants ou commerçants jusque-là installés dans les villes afin de limiter les comportements spéculatifs et d’attacher ces nouveaux possédants à la colonie.

  • 57 C.-R. Ageron, 1976..
  • 58 Ibid.

90Cette procédure de sélection est suivie d’une phase de surveillance destinée à prévenir les départs des concessionnaires. L’acquisition de la concession est en effet soumise au respect d’obligations qui se rapportent dans les deux textes à la résidence. Dans le détail, cette contrainte est plus forte en 1904 qu’en 1878. En effet, le premier décret définit dans l’article 3 une obligation de résidence de cinq ans, mais l’article 10 l’assouplit, permettant à ceux qui ont résidé pendant au moins un an dans le respect des conditions de céder leur concession. En 1904, l’obligation de résidence est portée à 10 ans et la cession possible peut se faire au bout de trois années. Ce durcissement s’explique par les départs prématurés des colons qui vendent ou mettent leurs terres en location aux Européens et aux Algériens. Le phénomène de « reconquête de la paysannerie indigène » constitue pour l’administration centrale le fléau majeur à combattre57. Selon C.-R. Ageron, ce phénomène concerne toute l’Algérie et particulièrement le Constantinois où « 10 % des terres de colonisation concédées entre 1871 et 1895 avaient été déjà rachetées58 ». Le respect de ces contraintes fait l’objet d’une surveillance régulière dont la tâche incombe aux gardes forestiers qui relaient ensuite l’information à l’administrateur. Les colons défaillants se voient mis en demeure de déchéance, mais la concrétisation de cette sanction est finalement rare. Ainsi, dans le centre de Lamy, sur 14 cas de mise en demeure, 3 seulement conduisent à une déchéance effective. Ils concernent des colons qui ne bénéficient pas de l’appui de l’administrateur ou d’un homme politique local. L’administration hésite en effet à rendre une concession vacante car il n’est pas garanti qu’elle trouve un repreneur dans le cadre d’une vente aux enchères.

  • 59 C.-R. Ageron, 1976.

91L’ensemble des mesures qui définissent le droit à la concession et les conditions qui lui sont associées attestent du caractère autoritaire, très intrusif de l’État dans la mise en œuvre de la colonisation officielle. Ageron la définit comme « une entreprise d’économie dirigée dans une époque de libéralisme59 ».

92Les renseignements proposés dans les dossiers de colons permettentt de définir des indicateurs pour étudier les colons « algériens » et immigrants.

93Nous avons d’abord retenu l’origine géographique du candidat. Pour les « Algériens », elle permet de définir la commune de résidence initiale dans la colonie, mais aussi le lieu de naissance qui informe sur l’ancienneté de cette résidence. La détermination de l’origine conduit aussi à constituer une sorte de sous-catégorie qui distingue les « Algériens » nés en dans la colonie de ceux nés en métropole. L’origine géographique des immigrants permet de définir les foyers de départs pour dresser une carte des lieux émetteurs, mais surtout pour interroger les mécanismes qui expliquent les mouvements et les motivations vers une région de l’Algérie rurale et périphérique.

94Le second indicateur retenu est le niveau de richesse des futurs concessionnaires. Le texte du décret impose de pouvoir justifier d’une fortune de 3 000 francs. L’évaluation de cette fortune s’appuie sur le montant d’une réserve d’argent, mais aussi sur la détention d’un patrimoine foncier, et de matériel agricole.

95Un troisième critère concerne l’historique des demandes du futur colon : le centre dans lequel il va s’installer est-il conforme à son souhait ou s’agit-il d’un second choix ? A-t-il bénéficié d’appuis politiques dans sa démarche et ont-ils été efficaces ? Cet indicateur est essentiel pour saisir l’état d’esprit dans lequel les concessionnaires et leurs familles prennent possession de leurs lots ; celui-ci peut expliquer un renoncement ou un départ prématuré du village.

96Les colons « algériens » représentent 68 familles parmi les 119 étudiées. Sur l’échantillon étudié, ils comptent ainsi pour plus de la moitié des colons. Cette proportion est peut-être trop grande pour être représentative de l’ensemble du peuplement européen à l’échelle de la commune mixte, à moins qu’elle ne reflète une application éloignée des principes généraux de la colonisation officielle. En effet, pour les premiers centres, la règle des 2/3 d’immigrants 1/3 d’« Algériens » préconisée en 1878 fait référence : l’administration centrale préfère favoriser les nouveaux arrivants. Cette proportion est néanmoins revue en 1904 à la faveur des « Algériens » car le peuplement des centres par des colons déjà sur place a montré une plus grande stabilité.

97Parmi ces 68 « Algériens », 13 sont nés dans la colonie. L’ancienneté de leur présence, qui n’est pas systématiquement indiquée, est variable. 23 d’entre eux vivent en Algérie depuis plus de dix ans. Les arrivées récentes (inférieures à un an) sont peu nombreuses. Globalement, les colons « algériens » qui souhaitent obtenir une concession sont donc rompus aux spécificités de la région. Habitant depuis plusieurs années dans une même commune, on pourrait supposer que leur démarche n’a pas pour but une installation définitive dans un des centres de la commune mixte, mais plutôt la spéculation foncière et dans la pratique, une présence ponctuelle dans leur nouvelle acquisition. Il faut toutefois nuancer ce point. Afin de barrer la route à ces appétits spéculatifs, l’accès à une concession gratuite exige du candidat qu’il ne soit pas déjà propriétaire dans la colonie. Ces terres gratuites sont donc plutôt convoitées par des journaliers européens relativement modestes qui sont parfois déjà locataires dans un centre de la commune mixte et parviennent à acquérir une concession dans un autre.

  • 60 ANOM 93/2301.

98Toutefois, bon nombre de futurs concessionnaires « algériens » sont des commerçants, des négociants plus fortunés qui investissent une partie de leur capital dans l’exploitation agricole. Bien souvent, ils comptent parmi ceux qui ne respectent pas l’obligation de résidence : pris dans leurs activités urbaines, ils louent leurs terres à des ouvriers agricoles algériens, plus rarement à des Européens. Leurs appuis politiques ou le soutien de l’administration locale leur permettent de passer outre les menaces de déchéances. Ainsi, Barthélemy Gianolla, entrepreneur à Herbillon, se voit reprocher ses absences sur des terres concédées à Lamy ; il est soutenu par l’administrateur adjoint60.

99Ces pratiques sont avérées dans bien des dossiers. Régulièrement rappelés à l’ordre, menacés de déchéance, leurs auteurs obtiennent souvent des passe-droits, des délais répétés, grâce au soutien des politiques locaux attachés à leur électorat. Le député Gaston Thomson ou encore le maire de Bône, Jérôme Bertagna, sont souvent cités dans les correspondances. De la même manière, les colons sont recommandés dans leur candidature pour obtenir tel ou tel centre. Ainsi, pour ceux qui sont enracinés dans la colonie, parfois négociants ou commerçants, les nouveaux centres de la commune mixte de La Calle sont perçus comme des lieux d’investissement et non des lieux de vie.

100Ces comportements sont connus et craints par les autorités métropolitaines. Ils constituent un frein majeur à la pérennisation du peuplement européen dans la colonie, et ce dès le début des années 1870. Ainsi, dans l’ensemble de l’Algérie, de 1871 à 1874, 2079 concessions sont données aux immigrants contre 2835 aux « Algériens ». Cet avantage donné aux colons déjà installés favorise des pratiques auxquelles le gouverneur général Chanzy souhaite mettre un terme. Dès 1874, il réaffirme la nécessité de l’obligation de résidence et souhaite que les trois-quarts des concessions soient attribués à des immigrants. Pour le gouverneur général, cette conception d’une colonisation très encadrée s’appuie sur une connaissance du terrain et la crainte d’un retour des terres aux Algériens, libérées par des propriétaires absentéistes :

  • 61 Exposé de la situation générale de l’Algérie par le gouverneur général A. Chanzy, 12 janvier 1875, (...)

J’ai constaté moi-même ce fait en visitant en détail la province de Constantine […]. J’ai été partout assailli de demandes tendant à l’agrandissement des lots déjà obtenus, et, quand j’ai voulu vérifier sur place les besoins que l’on m’exposait, j’ai trouvé, trop souvent, des concessions non habitées par leurs attributaires ou cultivées exclusivement par des indigènes […]. Il n’est pas difficile de prévoir que, dans un avenir peu éloigné, une grande partie des terres livrées à la colonisation redeviendrait la propriété des Algériens61.

  • 62 H. de Peyerimhoff, 1906.
  • 63 ANOM 93/1913, circulaire du gouverneur général Albert Grévy, 8 mai 1881.

101En 1880, les documents relatifs aux programmes de colonisation mettent en évidence d’autres stratégies visant limiter le contournement du décret de 1878 par les colons « algériens ». La limitation de la publicité relative aux centres en construction constitue un nouveau dispositif qui contraste avec celui de 1874. À ce moment-là, le programme annuel était envoyé dans toutes les préfectures de France permettant ainsi au demandeur immigrant de se renseigner d’avance et de faire son choix. Henri de Peyerimhoff considère d’ailleurs que cette publicité est insuffisante62. En 1880, au contraire, le gouverneur général Albert Grévy est formel : « pour paralyser la spéculation, il est nécessaire que tous les agents qui doivent concourir aux travaux dont il s’agit apportent dans leur exécution la plus grande célérité et la plus grande discrétion63 ». Cette mesure tend à limiter l’accès à l’information pour les « Algériens ».

  • 64 Pour l’ensemble des correspondances, consulter ANOM 93/1953.
  • 65 G. Meynier, 1981, p. 296.

102Mais les diverses mesures mises en place pour limiter la spéculation des colons « algériens » sont peu efficaces. On constate qu’ils constituent près de la moitié des concessionnaires primitifs des centres de la commune mixte et qu’un grand nombre d’entre eux ne réside pas sur les lots concédés. Cette difficulté à limiter le nombre des colons « algériens » et à enrayer leur appétit spéculatif peut s’expliquer de diverses manières. La cause première concerne l’action des politiques locaux et les appuis systématiques qu’ils proposent à ces colons qui sont aussi leurs électeurs. Si ces soutiens permettent d’obtenir des lots dans le centre souhaité, ils peuvent aussi rendre caduques les avis d’échéance. Parmi les dossiers de colons étudiés, vingt-cinq témoignent d’un soutien politique pour une demande de concession dans un centre précis, ou pour un report de l’avis de déchéance prononcé à la suite d’un constat de non résidence ; seuls trois dossiers concernent des « immigrants ». Ainsi, une lettre glissée dans le dossier de candidature suffit parfois à outrepasser des obligations qui constituent pour les « immigrants » des obstacles insurmontables. Parmi les faveurs les plus grossières, celles qui contredisent le cœur de la politique coloniale portée par les décrets de 1878 et 1904, on relève le droit à concession accordé à un célibataire. Ainsi, Edouard Gasnier, fils d’un secrétaire de la mairie de La Calle (CPE) se voit accorder en 1900 une concession de 33 ha. Son soutien, le député Gaston Thomson, met en difficulté le gouverneur général qui s’inquiète des réactions des pères de famille qui attendent des lots64. Monsieur Gasnier finit par se marier et cet exemple, finalement assez peu répandu, met néanmoins en évidence les conflits qui peuvent opposer les politiques locaux à l’administration centrale. Il permet aussi de saisir la marge de manœuvre étendue dont disposent des décideurs régionaux éloignés de Paris. Dominique Bertagna est souvent le signataire de ces faveurs. Il appartient à ce que Gilbert Meynier appelle « le potentat bônois65 ». Fils de colons niçois de la première heure, il est le frère de Jérôme Bertagna, maire de Bône de 1888 à sa mort en 1903. Ensemble, ils se lancent dans les affaires et constituent l’une des plus grosses fortunes de la région bônoise, contrôlent le parti républicain opportuniste et cumulent les mandats. Leurs actions régulières en direction des colons « algériens » nourrissent le clientélisme ambiant et constituent des obstacles essentiels à la politique coloniale préconisée par l’administration centrale.

  • 66 V. Profizi, 2011, p. 21-31. L’auteure a soutenu, en septembre 2011, une thèse intitulée : De l’île (...)

103Les colons venus de métropole constituent un peu plus de la moitié des dossiers étudiés. Ils viennent souvent du sud de la Corse, du Jura, des Hautes Alpes. Les études concernant ces groupes régionaux sont nombreuses, et celles concernant les Corses en particulier. Vanina Profizi s’est intéressée aux Corses en AOF. Elle aborde la question de la présence corse en colonie sous l’angle de l’identité régionale et sa mise en question dans le contexte colonial. Elle rappelle notamment « le caractère éminemment colonial de l’île, premier département métropolitain par le nombre de coloniaux rapporté au nombre d’habitants66 ».

  • 67 Les communes qui forment ce canton sont Azilone-Ampaza, Frasseto, Grosseto-Prugna, Pietrosella.
  • 68 ANOM 93/2307.

104Dans notre cas, il est remarquable que la totalité des dossiers renseignés pour les colons originaires de l’île proviennent du canton de Sainte Marie-Siché, dans l’arrondissement d’Ajaccio67. Ne connaissant pas l’Algérie, ces insulaires viennent parfois en deux temps : les hommes d’abord, pour prendre possession de leurs lots et procéder aux premiers travaux d’installation. Le reste de la famille -épouse, enfants, parfois grands parents- les rejoignent ensuite. Dans ce cas de figure, les colons s’engagent souvent dans l’aventure par fratries. C’est le cas par exemple des frères Jean-Dominique et Nicolas Bastianelli, qui font une demande de concession pour le centre de Lacroix en 1895 ; ils sont alors respectivement âgés de 49 et 46 ans68. Des lots leur sont accordés en 1899. Ils sont d’abord déçus par la concession obtenue : seuls 4 à 5 hectares pourront être réellement exploités, le reste des lots étant livré aux broussailles et aux rocailles. Leur demande de changement de centre n’est pas entendue, et ils s’installent définitivement à Lacroix avec leurs familles. Ces difficultés initiales ne remettent pas en cause l’enracinement des Bastianelli à Lacroix. Elles comptent en effet parmi les rares familles métropolitaines, concessionnaires de la première heure, à s’être installées durablement dans le même village.

105D’autres familles de profils similaires émergent des dossiers. La même origine régionale peut nourrir des solidarités qui jouent de part et d’autre de la Méditerranée. Ainsi, certains colons émettent des vœux d’affectation très précis, ce qui suggère des correspondances entre ceux qui sont en métropole et ceux qui sont déjà installés en Algérie.

  • 69 ANOM 93/1955, 93/1950, 93/1954.
  • 70 En 1872, l’amiral de Gueydon avait installé par exemple plusieurs familles corses venues du village (...)

106Plusieurs familles originaires de la commune de Broquiès dans l’Aveyron se retrouvent ainsi au centre du Tarf. Quatre dossiers montrent les liens entre colons qui rejoignent le centre au début des années 189069. Fortuné Landes, Denis Audouard et Sylvain Bouilloc viennent de leur Haut Rouergue natal, guidés en Algérie par Joseph Matet, déjà présent dans le centre où il occupe la fonction d’adjoint spécial. Dans le cas de ce groupe, les liens sont explicites : les futurs colons demandent à disposer de lots à proximité de la famille Matet. Issues de villages et totalement ignorantes des réalités de l’Algérie, ces familles constituent un recrutement régional qui, à l’inverse de celui mené en 1872, prend un caractère spontané70.

107Quelles motivations les conduisent à choisir ces centres isolés des villes où tout est à faire ? La crise qui concerne l’ensemble du monde agricole, dont les formes sont diverses selon les régions, explique globalement ces mouvements de population, même si traditionnellement, elle les conduit vers les villes. Ainsi, la crise du phylloxera est clairement évoquée dans les dossiers de colonisation : elle explique le départ simultané de plusieurs colons aveyronnais attirés par le succès de l’activité viticole dans la colonie.

  • 71 F. Pomponi, 1976, p. 75-114.
  • 72 Voir notamment J.-P. Pellegrinetti, 2011, p. 115 -129.

108En revanche, quelle volonté anime ces agriculteurs corses qui partent de leur village natal pour s’installer dans une région rurale, finalement très comparable au hameau de Sainte Marie Siché ? Comme la plupart des insulaires en partance à la fin du xixe siècle, les départs peuvent s’expliquer par une dégradation de la situation économique et sociale de l’île, marquée notamment par le déclin de l’agro-pastoralisme. Cette thématique nous renvoie aux analyses de Francis Pomponi71, et plus récemment à des travaux de recherche qui privilégient aussi le lien entre ces départs et la quête de de nouveaux emplois dans la fonction publique et l’armée, dans l’ensemble du territoire national et les colonies72.

  • 73 A., Albitreccia 1937.

109Si cette perspective d’un emploi sécurisé peut être observée au fil de l’expérience coloniale, notamment parmi les générations postérieures aux premiers migrants, elle ne constitue pas ici le motif premier de ces pères de famille qui jouissent d’une situation financière correcte bien que menacée dans leur région de départ. Les dossiers de ces colons, répartis sur divers centres de la commune mixte, mais provenant d’un même canton de l’île laissent envisager des migrations concertées à l’intérieur des fratries et entre les familles. Ils quittent la Corse afin de poursuivre l’activité agricole telle qu’ils la pratiquaient jusque-là, en faire-valoir direct. Ils sont rompus au climat sec et aux sols pauvres, permanences qui caractérisent la situation orographique et climatique de la Corse telle que la décrit Antoine Albitreccia73. Cela est de bon augure pour leur acclimatation dans la colonie.

  • 74 Décret du 13 septembre 1904, titre III, article 12, §3.

110Cette question nous conduit à aborder un autre critère retenu pour l’analyse des dossiers : le niveau de fortune des futurs colons. Les exigences des décrets expliquent la présence dans les dossiers de données relatives au niveau de fortune des futurs colons. Rappelons que le minimum requis est en 1878 de 150 francs par hectare concédé ; si on considère que la concession atteint généralement 25 à 30 ha, le capital disponible attendu avoisine les 4000 francs. Une telle exigence se justifie par l’obligation de construction et d’exploitation imposée aux nouveaux colons. Le texte de 1904 est plus flou : il n’est pas question d’un seuil de fortune imposé, mais de la nécessité de posséder fonds et matériel agricole est induite par l’obligation de construction est d’exploitation : « obligation pour le concessionnaire de construire sur son lot des bâtiments d’habitation et d’exploitation, d’y installer le bétail et l’outillage en rapport avec l’étendue de la concession et le mode de culture74 ». Deux éléments sont renseignés : la fortune en espèces, désignée sous le terme d’« avoirs » autrement dit le capital disponible ; le patrimoine foncier et immobilier indiqué en valeur ou en hectares. Les dossiers ne contiennent pas les pièces justificatives permettant de prouver ces acquis. Seul le témoignage du maire de la commune de départ atteste de la véracité des déclarations. Il ne suffit pas toujours à convaincre le préfet et le gouverneur général, qui requièrent parfois des investigations complémentaires, notamment lorsque le montant de l’avoir est inférieur à 3 000 francs. Ces deux indicateurs ne seront pas retenus de façon identique dans la mesure où certains sont trop rarement renseignés. Nous avons privilégié le dernier pour appréhender le niveau de fortune des colons primitifs de La Calle. Il est en effet le plus fréquemment proposé et rend compte des fonds immédiatement disponibles pour le colon qui s’installe et s’est engagé à procéder à de coûteux aménagements. La fortune foncière constitue un élément de pondération.

111Nous disposons de 69 dossiers renseignés sur 119, dont 41 concernent des colons « algériens ». Si l’on considère que chaque centre est prévu pour accueillir au plus 45 familles européennes, cette estimation vaut pour l’équivalent d’un village et demi. Nous avons également différencié les « Algériens » des « immigrants », afin de définir un éventuel critère de distinction entre ces groupes prédéfinis. La réalisation d’un graphique met en évidence que le capital le plus fréquemment possédé est de 5 000 francs, suivi de 3 000 puis de 2 000 francs. Il est remarquable qu’en-deçà de 3 000 francs, les dossiers sont retenus dans la mesure où le colon justifie également d’un patrimoine foncier. Sur ces valeurs, les colons « algériens » sont nettement plus représentés que les immigrants : ils sont trois fois plus nombreux à détenir un avoir égal à 5 000 francs et presque trois fois plus pour un avoir de 3 000 francs. Le capital disponible compris entre 5 000 et 10 000 francs constitue une seconde catégorie. La répartition selon les deux groupes se fait plutôt à l’avantage des immigrants. Un troisième groupe, peu représenté, rassemble des situations très ponctuelles, isolées, où la disparité entre les groupes est moins nette.

Fig. 1. Le capital des colons candidats à une concession gratuite

(sources : dossiers de colons, références, p. 109.)

  • 75 C.-R. Ageron, 1979.

112Globalement, la catégorie 3 000-5 000 francs domine. Quelques dossiers mettent en évidence, en plus de ce capital, une richesse foncière, qui distingue les colons d’origine corse, qu’ils soient « algériens » ou « immigrants ». Par ailleurs, l’addition des catégories 6 000 à 20 000 francs montre que la commune mixte regroupe dans ses centres bien plus de colons fortunés, que modestes (moins de 3 000 francs). On peut donc en déduire que les premiers Européens qui s’installent dans les centres de colonisation de la commune mixte ont un niveau de vie aisé, voire très confortable. Comment évaluer ce niveau de richesse ? Si on considère que le salaire moyen d’un ouvrier est à l’époque de 5 francs par jour, un avoir de 5 000 francs correspond à plus de 3 années de travail. Ce niveau de richesse confirme l’idée de C.R. Ageron selon laquelle « les colons français étaient pour la plupart venus pour s’enrichir, non pour subsister » mais contredit le fait que « les colons algériens n’avaient point de réserves et ne furent jamais des épargnants75 ».

113La commune mixte de La Calle rassemble donc dans ses centres des populations aux origines très variées. Les regroupements régionaux ponctuels sont du fait des colons. Ils peuvent être perçus comme des facteurs d’intégration pour des familles venues de métropole qui retrouvent dans le centre des solidarités prenant des formes diverses (association, entraide financière, etc.) qu’il s’agira d’identifier sur la durée. Mais ils peuvent également apparaître comme de nouveaux freins à la constitution d’une commune et d’un intérêt collectif. Si les détracteurs de la commune mixte insistaient sur l’impossible cohésion entre colons et populations indigènes, ils étaient peu sensibles à la diversité géographique et sociale des colons.

  • 76 Les centres renseignés sont Lacroix, Le Tarf et Blandan.
  • 77 ANOM 93/2307, lettre du gouverneur général au préfet, 18 mars 1890.

114La question des choix de centres par les candidats a mis en évidence que le village de Lacroix était souvent un second choix, et même une attribution par défaut. De façon plus générale, les villages de la commune mixte de La Calle font rarement l’objet d’un premier vœu. Si l’on considère les 119 dossiers de colons, 84 nous renseignent sur ce point, et 25 indiquent de façon explicite que le centre n’était pas un premier choix76. Cela concerne surtout les colons « algériens » qui sont informés des caractères des centres à peupler. Ainsi, le centre de Lacroix est fui par une partie d’entre eux du fait de la mauvaise réputation qui est connue depuis Morris, situé à 60 km, d’après une lettre du gouverneur général au préfet en mars 189077. Cette « mauvaise publicité » évoquée par Louis Tirman contrarie le projet de peuplement des nouveaux centres et les hiérarchise. Ainsi, les colons affectés à Lacroix ou à Roum El Souk demandent un échange de lots pour Le Tarf. Ce phénomène se retrouve pour les villages situés plus au sud tels que Toustain et Munier qui sont moins attractifs du fait de leur éloignement par rapport aux centres urbains de La Calle (CPE) et Bône.

115Une fois encore, nous constatons que l’élaboration et la mise en peuplement de la commune mixte sont largement dépendantes des attentes et revendications des Européens vivant à l’extérieur de ses limites. Les conseillers municipaux européens de La Calle (CPE) ont influencé la création des centres, et les colons vivant dans l’arrondissement de Bône, de façon moins officielle, contribuent au peuplement ou à la mise à l’écart de certains villages. Ces faits montrent que des comportements locaux pourraient détourner le projet initial de peuplement envisagé par l’administrateur. Toutefois, il ne faudrait pas surestimer cette influence : le manque de concessions disponibles dans des centres plus anciens mais très demandés, tels que Randon ou Zerizer, conduit les candidats à accepter finalement les lots attribués, par les « Algériens », comme par les immigrants.

116Les données proposées par H. de Peyerimhoff permettent de compléter les lacunes des dossiers de colons. Dans un premier temps, pour les cinq centres renseignés, les concessions ont été attribuées, et même au-delà des projets envisagés par l’administrateur en 1886. Ainsi, alors que l’ensemble des centres, à l’exception de Le Tarf, devaient accueillir au plus 35 familles, ils rassemblent entre 44 et 46 foyers. De plus, les villages réputés moins attractifs sont composés pour plus de la moitié de colons « algériens », qui se seraient résolus à accepter les concessions attribuées. Ces données concernent les premières attributions et montrent dans un premier temps une réussite du projet initial. Elles attestent également de la part importante des colons locaux, en dépit d’une volonté de l’administration centrale de privilégier les candidatures des « immigrants ».

117La hiérarchisation des centres mise en évidence par les préférences des colons perdure tout au long de l’histoire de la commune mixte. Les villages situés au Nord de la commune (Blandan, Le Tarf, Yusuf) connaissent l’évolution la plus prospère, caractérisée par le développement d’une population européenne aisée et la fréquentation de marchés importants. Les centres plus au sud, tels Toustain et Munier, moins accessibles, attirent davantage des « immigrants » moins riches, peu informés des potentialités locales.

Les premières limites d’une territorialisation autoritaire

  • 78 C.-R. Ageron, 1979.

118Peu après la création des centres, la question du maintien des familles se pose. Ce fait n’est pas spécifique aux communes mixtes ni à celle de La Calle. Dès la fin des années 1870, les autorités avaient été alertées sur le départ de colons à peine installés dans leur concession. C.-R. Ageron met en évidence les résultats médiocres de l’implantation européenne au regard du coût important de la colonisation officielle : de 1871 à 1885, 501 793 ha furent livrés à la colonisation, mais seulement 32 976 personnes se fixèrent dans les campagnes algériennes78. Le phénomène est donc récurrent et conduit l’administration à s’interroger sur les moyens à mettre en œuvre pour parvenir à l’endiguer. La surveillance et la sanction participent des stratégies mise en place. La procédure de déchéance est ainsi introduite dans le décret du 30 septembre 1878 afin de limiter ces abandons prématurés qui laissent les lots vacants et freinent l’exploitation agricole. Pourtant, la saignée se poursuit, parfois importante. Les contraintes imposées par la colonisation officielle n’empêchent pas les hommes de quitter leur concession et de remettre en cause la planification de l’État.

119Le village de Lacroix érigé dans un cadre relativement hostile a généré quelques découragements et demandes d’échanges de lots. Mais les dossiers de colons, ainsi que l’enquête de H. de Peyerimhoff font apparaître un phénomène plus général. Il convient ici de l’étudier car ce dépeuplement relatif mais précoce des centres est l’une des premières failles avérées de la commune mixte naissante. Comment ces départs s’expliquent-ils ? Quelles en sont les conséquences dans la composition d’un espace social en formation ?

120L’émigration des familles de colons est signalée dans les dossiers de colonisation. Si elle caractérise l’ensemble des centres, son importance mérite toutefois d’être nuancée selon les villages. La destination privilégiée par ces mouvements est la Tunisie. De ce fait, les centres les plus proches du protectorat, qui sont aussi les plus défavorables à l’exploitation agricole, connaissent les départs les plus importants. Ces circulations se développent alors que le protectorat français est établi depuis peu. Le changement de statut de cette région conduit à un nouveau rapport des populations environnantes. D’abord fuie, évitée du fait de son instabilité politique au temps de la Régence, elle devient un espace attractif et concurrentiel pour l’Algérie. La chronologie de la colonie et du protectorat sont donc étroitement liées : si la fin de la Régence a accéléré le développement de la commune mixte, la politique coloniale menée en Tunisie infléchit l’évolution de son peuplement. Comment expliquer ces mobilités ?

  • 79 J. Poncet, 1962.
  • 80 « Paul Potin », Dictionnaire biographique des grands commerçants et industriels, t. 1, sous la dire (...)

121La conduite de la colonisation en Tunisie se fonde sur une chronologie inversée par rapports aux choix opérés en Algérie. Si la colonisation officielle prend une place prépondérante dans la colonie de peuplement, elle n’est mise en place en Tunisie qu’à partir de 1892, car la colonisation par capitaux privés a été jusque-là prioritaire. Dès la mise en place du Protectorat, de larges domaines sont acquis par de puissantes sociétés financières ou des hommes politiques issus de la haute bourgeoisie. Jean Poncet cite particulièrement la Société Marseillaise de Crédit ou encore la Banque de Tunisie et sa filiale, la Société Foncière de Tunisie. Parmi les particuliers, notons Paul Leroy Beaulieu ou encore Paul Potin79. Ce dernier a acquis en 1884 2800 hectares de terres à une vingtaine de km de Tunis. Ce domaine connu sous le nom de Potinville, constitue l’un des vignobles les plus importants de la Tunisie80. Selon Jean Poncet,

  • 81 J. Poncet, 1962.

cette colonisation par les capitaux allant de pair avec le refus de concéder ou d’allotir, suivant l’exemple algérien, les terres domaniales notamment, n’est donc pas seulement le fruit d’un concours de circonstances ; elle est à la base d’une politique81.

  • 82 G. Loth, 1905.

122Aux côtés de ces investisseurs, une autre population vient tenter sa chance en Tunisie : il s’agit de l’émigration italienne. Gaston Loth a montré comment ces populations, pauvres à l’origine, se sont développées en Algérie et en Tunisie82. Si Napolitains et Calabrais dominent en nombre dans la colonie de peuplement, le protectorat accueille plus particulièrement les Siciliens. Cette émigration, par son importance numérique, est progressivement perçue comme une forme d’invasion, une concurrence faite à la colonisation française. Elle justifie la mise en œuvre de la colonisation de peuplement à partir de 1892, selon des modalités bien différentes de celles pratiquées en Algérie : dans un premier temps, l’interventionnisme de l’État y est nettement moins marqué.

  • 83 J. Saurin, 1910.

123Jules Saurin, défenseur du peuplement français en Tunisie contre le « péril » italien définit les limites de son action : « le rôle de l’État, malgré son importance, sera secondaire dans la grande œuvre du peuplement français. C’est surtout à l’initiative privée qu’il appartient de l’accomplir83 ». Selon le maître d’œuvre de la Société des Fermes Françaises, il n’est pas question d’attendre de l’État concession gratuite ou expropriation des Algériens. Le rôle qui lui incombe porte sur la construction de voies de communication, la garantie de la sécurité et de la justice. L’installation des colons nécessite donc l’achat de terres dans le cadre de fermes et non au sein de centres en rupture avec les populations algériennes. Cette politique souple, particulièrement développée à partir de 1892 séduit vraisemblablement les colons nouvellement installés en Algérie, surtout s’ils connaissent des difficultés. N’imposant aucune contrainte de résidence, elle offre la possibilité d’acquérir des parcelles de 50 ha, à des prix attractifs.

  • 84 Direction de l’agriculture et du commerce, Notice sur la Tunisie à l’usage des émigrants. Tunis, Im (...)
  • 85 H. de Peyerimhoff, 1906.

124L’accompagnement des colons peut également favoriser et pérenniser leur installation, même s’il intervient tardivement. La Direction de l’agriculture et du commerce n’est en effet créée qu’en 1890. Elle propose dans ce sens une notice à l’usage des émigrants qui met en évidence une volonté de faciliter leur tâche afin de limiter les abandons de concessions si fréquents en Algérie. Ainsi, alors que c’est un fait rare en Algérie, le débroussement des domaines par une main d’œuvre pénitentiaire est systématiquement pratiqué. Les lots sont « désormais cédés nets de toute végétation adventice et susceptibles par suite d’être mis immédiatement en valeur84 ». Par ailleurs, la notice montre que les potentialités des terres proposées peuvent être identifiées au préalable grâce à la mise à disposition gratuite d’un laboratoire de chimie destiné à analyser les terres. La conduite de la colonisation dans le Protectorat apparaît donc plus moderne, plus prudente aussi, anticipant les difficultés des colons afin de prévenir les échecs et les abandons. Dans l’enquête publiée en 1906, alors que la colonisation officielle est en œuvre depuis le début des années 1870, H. de Peyerimhoff préconise de mener en Algérie des mesures d’accompagnement à l’installation des colons : « bien renseigner les nouveaux colons, leur épargner la sensation démoralisante de l’isolement, diminuer les épreuves, les frais et les tâtonnements inséparables d’une création, veiller sur leur situation sanitaire, développer chez eux l’esprit d’initiative et de solidarité, telle peut être la tâche de l’administration85 ». Cette forme de colonisation officielle menée en Tunisie semble donc avoir tiré des leçons de l’expérience algérienne. Ainsi, de part et d’autres de la frontière, des politiques coloniales en opposition, mettent en concurrence ces deux espaces selon une logique inattendue : le protectorat se peuple de colons alors engagés dans la colonie de peuplement.

  • 86 « Etude sur la colonisation officielle en Tunisie », Tunis, 1919, chapitre IV.

125La stratégie tunisienne connaît toutefois quelques accommodations à partir de 1900. À cette date, et jusqu’en 1914, 14 villages de colonisation sont créés sur le même principe que les centres érigés en Algérie. L’État prend en charge la plupart des dépenses relatives à la voirie, l’adduction d’eau et l’édification de bâtiments publics. Jean Poncet, à l’appui d’une étude sur la colonisation officielle en Tunisie, propose une liste de ces centres tous situés fans le Tell oriental. Trois seulement parviennent plus particulièrement à se développer : Bou Arada, El Aroussa et Smidjia86. Ces migrations, ou les circulations de colons entre les deux territoires, n’ont pas fait l’objet de travaux de recherche.

126Peut-on localiser les destinations des colons qui quittent la commune mixte pour se rendre dans le Protectorat ? Quelles pratiques de la terre dominent ? Les colons quittent-ils définitivement l’Algérie ou pratiquent-ils des allées et venues entre leur concession initiale et les terres acquises de l’autre côté de la frontière ?

127Les destinations tunisiennes sont très rarement précisées et ne permettent pas de définir des flux migratoires vers un site en particulier. Les dossiers de colonisation mais aussi l’ensemble des correspondances qui signalent des mouvements de départ vers le protectorat n’apportent que peu de précisions. On relève de façon ponctuelle les destinations suivantes : Massicault, El Aroussa, El Dekhila ou Attar. Toutefois, il se trouve que les trois premiers lieux correspondent aux centres de colonisation développés à partir de 1900. La mise en relation de ces données issues de dossiers de colons avec la chronologie de la colonisation officielle en Tunisie permet d’affirmer deux points. Les migrations des centres de la commune mixte vers la Tunisie se multiplient à l’aube du xxe siècle, plutôt qu’au début de la colonisation officielle dans le Protectorat (en 1892, les centres de la commune mixte viennent tout juste d’être érigés). Elles concernent, au moins pour partie (même si l’estimation est bien floue) des centres de colonisation conçus sur le modèle algérien. Les colons ont déjà investi une partie de leur capital dans l’exploitation de la concession obtenue en Algérie. Qu’ils soient déçus par les lots attribués ou attirés par la spéculation foncière, ils préfèrent limiter les dépenses en privilégiant l’acquisition de terres dans un centre déjà aménagé en Tunisie.

  • 87 T. Bellashène, 2008.

128À partir des années 1900, les départs des colons menacent la survie des centres naissants. Pourtant, quelques années après leur mise en peuplement, il est question d’agrandir les villages. À l’origine, les centres projetés par l’administration ne prévoient pas d’agrandissement, comme l’indique T. Bellahsène87. Cette étape se situe donc en dehors du processus, du cadre d’appropriation autoritaire organisé par l’État. Elle est particulièrement remarquable car elle constitue, au travers de plusieurs exemples, un temps d’expression, une initiative des colons comme des populations colonisées. Jusque-là cantonnés dans les espaces prévus, ces acteurs proposent, s’opposent, et dévoilent ainsi leur perception du territoire dans des intérêts contraires. L’administration est plus en creux : jusque-là initiatrice, elle est ici interpellée, sollicitée. L’agrandissement des centres est donc l’occasion d’observer un nouveau jeu des acteurs qui façonne le territoire selon des rythmes imprévus. Il est l’occasion d’exprimer des intérêts contraires, premières entraves explicites à la constitution d’un intérêt communal. Tous les centres de la commune mixte, à l’exception de Munier pour lequel la documentation est manquante, sont concernés par la question de l’agrandissement. Le cas du Tarf est toutefois à l’écart : cette phase avait été envisagée dès l’origine par l’administrateur, sous condition de la disponibilité des terres de la smala de spahis.

129L’agrandissement d’un centre consiste à repousser les limites du périmètre de colonisation afin qu’il intègre de nouvelles terres destinées à la création de nouveaux lots. Cette opération modifie donc le tracé des frontières internes qui séparent les centres et les douars au détriment de ces dernières sections. Contrairement aux premiers lots concédés, les terres octroyées aux colons dans le cadre d’un agrandissement ne sont pas gratuites. Ainsi, quelques années après la création des centres se pose de nouveau la question de la terre, alors que le peuplement est effectif : colons et Algériens sont désormais face à face. Les diverses tractations relatives aux agrandissements renvoient alors à l’efficience de la commune mixte, selon deux enjeux majeurs.

130Le premier enjeu relève de la cohésion de la commune mixte, et plus précisément de la relation entre les colons et les populations algériennes vivant dans les douars. En effet, la mise à disposition de nouvelles terres nécessite de mener des négociations avec ces habitants, dans un contexte modifié. Les prélèvements antérieurs, liés à la création des villages, étaient destinés à des aménagements futurs, imperceptibles pour les djemaa signataires des délibérations, car encore absents des paysages au moment des tractations. Cela pourrait expliquer les accords conclus dans un climat apparemment consensuel. La perspective d’une nouvelle ponction foncière remet en cause pour les populations algériennes les termes de ces transactions, alors qu’elles expérimentent le voisinage des familles qui ont pris possession de leurs concessions : la colonisation de peuplement est désormais en marche.

  • 88 ANOM 93 3M23, lettre du gouverneur général Charles Jonnart, 8 juillet 1910.

131À plusieurs reprises, les djemaa s’opposent à de nouveaux prélèvements. À Blandan, leur refus conduit à un véritable bras de fer qui débute en 1904 pour s’achever en 1910 par un ajournement prononcé par le gouverneur général88. Les causes du refus sont explicites, dans une lettre adressée à l’administrateur :

  • 89 Ibid.

les pétitionnaires rappellent qu’ils subirent déjà le prélèvement de leurs meilleures terres pour la création de Blandan et ils estiment que c’est pour l’administrateur un devoir élémentaire de justice de se contenter de ce premier et lourd sacrifice89.

  • 90 ANOM 93/ 3M83.

132On rencontre des revendications similaires, durables, lorsqu’il est question d’agrandir le centre de Roum El Souk, selon la même chronologie qu’à Blandan. Les rencontres entre l’administrateur, chargé de conduire les négociations, et les membres de la djemaa font apparaître des prises de position individuelles90. Comment se positionnent les différents représentants de l’administration par rapport à ces refus ?

  • 91 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et indigènes des trois provinces (territoire (...)

133Pour l’administrateur, la question met en jeu sa légitimité auprès des colons, et son autorité face aux populations algériennes. Mais elle peut menacer la cohésion et la sécurité d’une circonscription toute entière, peuplée en très grande majorité par les Algériens des douars : en 1902, la commune mixte de La Calle rassemble 22 997 habitants, dont 21 641 Algériens91. Il appartient donc à l’administrateur d’argumenter son choix auprès de toutes les parties. De 1884 à 1910, cinq administrateurs se succèdent à la tête de la commune. L’administrateur Elie est particulièrement sollicité par ces questions. Sa posture n’est pas unilatérale en fonction des centres et des situations particulières. Comparons ses approches dans les centres de Toustain et de Roum El Souk. Dans le centre de Toustain, les colons obtiennent des agrandissements de lots dès 1899 alors que le centre a été érigé en 1896 ; leurs concessions atteignent alors 40 ha, après un réaménagement, un redécoupage du périmètre de colonisation. Cette phase d’extension n’a pas nécessité de nouveaux prélèvements dans les douars voisins ; on peut supposer que le remembrement s’est appuyé sur l’intégration d’une partie du communal. En 1904, l’administrateur estime que ces extensions sont insuffisantes :

  • 92 ANOM 93/ 2311.

j’estime que malgré ces agrandissements, les superficies réellement cultivables qu’ils possèdent ne leur permettent pas, non seulement de faire de l’assolement, mais encore d’employer toute l’activité et toute l’énergie dont ils sont capables, car ce sont contrairement à beaucoup de leurs voisins des cultivateurs sérieux, des travailleurs qui font valoir par eux-mêmes les concessions qui leur ont été attribuées92.

134Ce soutien aux colons de Toustain peut s’expliquer par la situation moins favorable de ce centre, plus éloigné des axes de communication et des villes que ne le sont Blandan ou Le Tarf. Le maintien de son peuplement constitue une avancée de la colonisation vers le sud du territoire, et il s’agit donc de la privilégier. Par ailleurs, les correspondances relatives à un agrandissement de ce centre ne font pas mention d’une opposition des populations algériennes.

  • 93 ANOM 93/ 3M83.

135À l’inverse, le même administrateur s’oppose deux ans plus tard à l’extension du périmètre de Roum El Souk et soutient de façon catégorique la cause des Algériens : « J’estime qu’on ne peut songer à donner satisfaction aux colons de Roum El Souk sans porter un préjudice réel aux Algériens voisins dont le recasement est impossible93. » Le manque de terres nécessaire aux compensations est ici mis en évidence. Mais cet argument peut aussi masquer le refus d’accéder aux demandes de colons dont les motivations sont douteuses.

136Dans ce centre, les revendications des colons, relayées par le Conseil Général, ne se contentent pas d’émettre un vœu d’extension de leurs lots. Les habitants du village sont forces de proposition auprès du gouverneur général lui-même, et de l’administrateur :

un certain nombre d’indigènes détenteurs de terres arch du douar Kanghet Aoun et contiguës au territoire de colonisation ne résident pas dans leur section et ne cultivent pas eux-mêmes leurs terres, pourraient en être dépossédés de façon à permettre l’attribution de ces parcelles comme lots d’agrandissement.

137Ils mentionnent également une propriété privée détenue par des Algériens « et qui pourrait être expropriée toujours dans le même but. » Ces affirmations mettent en évidence le regard porté par les colons du village sur leurs voisins algériens. La surveillance des colons précède une démarche de dénonciation. Le fait d’observer une non-résidence, une non-exploitation des terres, légitime, pour les colons, une dépossession foncière. Il semblerait que ces pétitionnaires considèrent leurs voisins comme eux-mêmes, soumis à des obligations de résidence et d’exploitation qui justifient ou pas la détention de la terre. Ils ne prennent pas en compte l’ancienneté du peuplement des espaces voisins ni les spécificités des modes de vie et d’exploitation. Cette posture rappelle la stratégie du cantonnement. Elle montre que l’évolution des pratiques d’expropriation mises en œuvre par les cadres de la colonisation ne fait pas écho auprès des colons de ce centre uniquement préoccupés par l’extension de leurs parcelles.

138Mais ces comportements ne sont peut-être pas uniquement destinés aux habitants des douars. On peut supposer qu’à l’intérieur du village, des lots laissés en déshérence par des colons occupés dans les villes alentours puissent susciter les mêmes réactions.

139Ces agissements à l’encontre des populations algériennes ne sont pas soutenus par l’administrateur car ils préconisent une dépossession pure et simple et relèvent davantage de la spéculation foncière que d’une réelle nécessité de subsistance dans le cadre d’une exploitation directe. L’évolution du peuplement des centres montre en effet que dans bien des cas, et surtout dans les centres situés au nord de la commune mixte, les colons n’ont pas mis en valeur les lots obtenus mais les ont loués à d’autres Européens ou à des Algériens. D’après ces exemples, l’administrateur Elie n’a pas de prise de position de principe. Il tente cependant d’éviter un soulèvement dans les douars.

  • 94 ANOM 93/3M83.

140Néanmoins, le refus d’agrandir les possessions des colons risque de précipiter les départs vers la Tunisie, deuxième enjeu majeur lié aux agrandissements de centres. L’administration reste vigilante dans l’attribution de lots d’agrandissement et pose des principes de sélection aux attributaires : être un colon méritant, avoir au moins quatre enfants, telles sont les exigences fixées. À Toustain par exemple, en 1904, dix colons sont retenus pour bénéficier de lots supplémentaires ; en quoi sont-ils méritants ? Présents depuis la création du village, ils n’ont pas failli aux obligations de résidence et d’exploitation. Par tirage au sort, un lot supplémentaire de 8 ha est attribué à chacun d’entre eux ; chaque lot est loué au prix de 1 franc l’hectare pendant cinq ans ; au terme de ce délai, ils peuvent acheter ces lots pour 50 francs l’hectare s’ils ont respecté l’obligation de mise en valeur et l’interdiction de location. Mais la crainte de nouveaux départs vers la Tunisie prime, comme l’affirme Gélas dans une séance du Conseil Général en 1905 : « on voit tous les jours les colons de ces régions quitter le pays pour aller se fixer en Tunisie où des terres leur sont offertes à des conditions avantageuses de prix et de durée de paiement94 ». Elle entraîne de la part des autorités un recul de vigilance à l’écart des colons dont les déclarations d’intentions sont souvent démenties par la non-résidence sur le nouveau lot et la mise en location des terres aux Algériens.

141La création des centres de colonisation et leur peuplement relèvent de dispositifs définis et réglementés par l’État. La législation vise à garantir le succès de la colonisation de peuplement par le biais de contraintes imposées aux futurs colons. Dans la pratique, l’évaluation trop rapide des potentialités d’un site, les appuis politiques dont peuvent bénéficier certains attributaires, puis la contestation limité mais réelle face à de nouvelles dépossessions foncières constituent de fortes limites locales au projet théorique.

142Dès l’origine, ces spécificités, auxquelles il faut ajouter la proximité d’un protectorat attractif, contredisent le développement d’un espace administratif conforme aux programmes généraux. Les composantes d’un espace social se mettent en place progressivement : colons et Algériens se découvrent, voisins étrangers les uns aux autres, dans une circonscription qui se dote d’une armature administrative naissante.

Notes

1 R. Hubscher, 1983.

2 N. Petiteau, 2005.

3 H. de Peyerimhoff, 1906.

4 ANOM GGA 11L2, rapport du général Lacroix sur la suppression des smalas et la réorganisation des spahis, 17 janvier 1872.

5 ANOM GGA 11L2.

6 Ce projet, conçu notamment par le député Thomson et soutenu par Tirman, avait été accepté en avril 1881 par le gouvernement.

7 Ces données correspondent à une révision du projet initial qui prévoyait la création de 300 villages et l’installation de 15000 familles françaises.

8 Dans ce projet, chaque village aurait coûté à l’État plus de 250000 francs : 175 villages étaient envisagés avec un budget global de 44 millions dans la mesure où 6 millions constituait un fonds de réserve pour les dépenses imprévues.

9 ANOM GGA 27L/123, ANOM GGA 11L/1-2.

10 Cette question de l’expropriation nous renvoie de nouveau au projet des Cinquante millions qui prévoyait d’exproprier 300000 ha pour la création de nouveaux villages. Cette proposition a rencontré une forte opposition parmi des personnalités telles que Paul Leroy-Beaulieu ou encore le comte d’Haussonville et cela a contribué au rejet du plan. Le contexte économique général explique également le refus de cette dépense.

11 L’administration française désigne par « arch », qui signifie tribu, les terres de propriété collective, par opposition aux terres « melk » qui relève d’un droit de propriété individuelle.

12 Les « communaux » désignent les « terres collectives de parcours » du douar (délimitées lors de l’application du sénatus-consulte et qui sont une invention française) ; il en est de même des « terres collectives de culture » du douar. Les terrains maghzen remontent à la période précoloniale quand le beylik concédait ces biens en échange d’un service militaire. Elles furent ensuite annexées par le Domaine, l’État français se présentant comme l’héritier du beylik, avec des exceptions toutefois lors de l’application du sénatus-consulte si les autorités françaises jugeaient insuffisante la part laissée au douar, comme ça semble être le cas ici.

13 ANOM GGA 11L/2.

14 Cité par T. Bellahsène, 2008.

15 ANOM GGA 30L24, pétition des habitants du Tarf, 24 décembre 1891.

16 C.-R. Ageron, 1979.

17 H. de Peyerimhoff, 1906.

18 P. Leroy-Beaulieu, 1887.

19 M. Loitron, 2000, pages 177- 200. Il mentionne les titres suivants : xixe Siècle, Le Constitutionnel, Le Figaro, Le Gaulois, Le Journal des débats, Le National, Le Siècle, Le Temps, pour le mois de décembre 1883.

20 Il faut préciser cependant que le centre de Blandan est créé au sein de la commune mixte des Beni Salah.

21 ANOM 93 3M/90.

22 ANOM 93/1913, lettre du gouverneur général eu préfet, 4 mai 1885.

23 ANOM 93/1913, circulaire du gouverneur général Albert Grévy, 8 mai 1881.

24 Eugène Dieudonné administre la commune mixte de 1884 jusqu’en 1894. Il a donc élaboré le projet de création des centres et participé au processus de mise en œuvre de quatre d’entre eux (Lacroix, Roum El Souk, Le Tarf et Yusuf), ANOM 93 3M/53, lettre du sous-préfet au préfet datée du 13 mars 1886 faisant état d’un rapport de l’administrateur Eugène Dieudonné au sujet de des sept centres projetés.

25 ANOM 93 3M/53.

26 ANOM 93 3M/53

27 ANOM 93 2M 271, 93 2306.

28 ANOM 93/2307.

29 Ibid.

30 H. de Peyerimhoff, 1906.

31 ANOM 93 3M/54.

32 H. de Peyerimhoff, 1906.

33 ANOM 93 3M91, rapport de la commission des centres de l’arrondissement de Bône, 3 juin 1886.

34 L’Indigénat considère comme une infraction le départ du territoire de la commune sans permis de voyage.

35 ANOM GGA 9H99 et 9H100. Ces dossiers traitent des migrations algériennes depuis l’Algérie vers la Tunisie.

36 Emile Larcher définit ainsi le cantonnement : « L’État, nu propriétaire du sol arch, impose le partage entre lui, nu propriétaire, et le détenteur du sol, usufruitier. Le partage a pour conséquence le prélèvement d’une partie du sol en pleine propriété au profit de l’État ; et le reste est laissé au détenteur qui obtient, en retour de la jouissance qu’il a perdue sur la portion prise par l’État, la pleine propriété du sol sur lequel il est cantonné », Emile Larcher, 1923.

37 H. de Peyerimhoff, 1906.

38 ANOM 93 302/144

39 D. Guignard, 2012, p. 81.

40 T. Bellashène, 2008.

41 ANOM 93/ 3M53

42 M. Côte, 1988.

43 G. Di Méo, 1998.

44 M. Côte, 1988.

45 T. Bellashène, 2008.

46 Les liens entre toponymie et géopolitique constituent la thématique privilégiée de L’espace Géographique, 2008/2, Tome 37 intitulé : « Au nom des territoires : enjeux géographiques de la toponymie ».

47 P. Carter, 1987.

48 H. Blais, 2009, p. 148.

49 ANOM 93302/165, extrait du registre des délibérations de la commission municipale. Séance du 25 février 1889.

50 M.-P. Henrichs, 1843, p. 7.

51 ANOM 93 3M53

52 Dans cette partie, nous utiliserons ces termes par commodité de langage.

53 Ces dossiers sont présents dans ANOM, 93/1942, 1943, 2207, 2209, 2298 à 2303, 2311, 2336, 2337.

54 Discours prononcé par M. E. Laferrière, gouverneur général de l’Algérie à l’ouverture des Délégations financières le 6 novembre 1899 et à l’ouverture du conseil supérieur de gouvernement le 11 décembre 1899. Impr. de P. Fontana (Alger), 1899, pages 14 -17.

55 Décret du 13 septembre 1904, article 13.

56 ANOM 93/2303

57 C.-R. Ageron, 1976..

58 Ibid.

59 C.-R. Ageron, 1976.

60 ANOM 93/2301.

61 Exposé de la situation générale de l’Algérie par le gouverneur général A. Chanzy, 12 janvier 1875, imprimerie administrative Gojosso et Cie, Alger, pages 19-20.

62 H. de Peyerimhoff, 1906.

63 ANOM 93/1913, circulaire du gouverneur général Albert Grévy, 8 mai 1881.

64 Pour l’ensemble des correspondances, consulter ANOM 93/1953.

65 G. Meynier, 1981, p. 296.

66 V. Profizi, 2011, p. 21-31. L’auteure a soutenu, en septembre 2011, une thèse intitulée : De l’île à l’Empire. Colonisation et construction de l’identité nationale : les Corses, la nation et l’empire colonial français, xixe-xxe siècle.

67 Les communes qui forment ce canton sont Azilone-Ampaza, Frasseto, Grosseto-Prugna, Pietrosella.

68 ANOM 93/2307.

69 ANOM 93/1955, 93/1950, 93/1954.

70 En 1872, l’amiral de Gueydon avait installé par exemple plusieurs familles corses venues du village de Cargèse à Sidi-Merouane. Cette opération rencontra un succès relatif, contrairement au village d’Herbillon, peuplés de Bretons qui repartirent rapidement vers la métropole du fait de difficultés d’adaptation.

71 F. Pomponi, 1976, p. 75-114.

72 Voir notamment J.-P. Pellegrinetti, 2011, p. 115 -129.

73 A., Albitreccia 1937.

74 Décret du 13 septembre 1904, titre III, article 12, §3.

75 C.-R. Ageron, 1979.

76 Les centres renseignés sont Lacroix, Le Tarf et Blandan.

77 ANOM 93/2307, lettre du gouverneur général au préfet, 18 mars 1890.

78 C.-R. Ageron, 1979.

79 J. Poncet, 1962.

80 « Paul Potin », Dictionnaire biographique des grands commerçants et industriels, t. 1, sous la direction de Henry Junger, Paris, Henry Carnoy, 1895, p. 226.

81 J. Poncet, 1962.

82 G. Loth, 1905.

83 J. Saurin, 1910.

84 Direction de l’agriculture et du commerce, Notice sur la Tunisie à l’usage des émigrants. Tunis, Imprimerie générale, 1897, p. 8

85 H. de Peyerimhoff, 1906.

86 « Etude sur la colonisation officielle en Tunisie », Tunis, 1919, chapitre IV.

87 T. Bellashène, 2008.

88 ANOM 93 3M23, lettre du gouverneur général Charles Jonnart, 8 juillet 1910.

89 Ibid.

90 ANOM 93/ 3M83.

91 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et indigènes des trois provinces (territoire civil et territoire militaire) : avec indication du chiffre de la population et de la superficie, Gouvernement général de l’Algérie, Direction générale des affaires civiles et financières, Alger, année 1902.

92 ANOM 93/ 2311.

93 ANOM 93/ 3M83.

94 ANOM 93/3M83.

Table des illustrations

Légende Carte 5. Création d’un centre au Tarf, plan d’ensemble, service des Ponts et Chaussées, 3 avril 1886 (ANOM GGA 27L123.).Ce plan fait apparaître les deux parties du site. À l’est, la création du centre sur les terres de la smala est finalement reportée. Le centre projeté (rectangle rouge) est situé dans la partie ouest, à la croisée de deux axes de communication. Il désigne le cœur du futur village, et non la totalité du périmètre de colonisation représenté par un tracé numéroté.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46100/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende Carte 6. Projet de lotissement urbain, construction de l’école (en rose), Service des Ponts et Chaussées, 11 janvier 1894 (ANOM GGA 27L/123). Ce plan correspond au rectangle rouge représenté sur la carte précédente.Le village est divisé en lots urbains, de dimensions identiques et numérotés, qui vont être attribués aux concessionnaires par tirage au sort. Ils sont réservés à l’habitat. Des rues séparent les groupes de lots. Le lot en rose désigne le site de la future école.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46100/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Carte 7. Agrandissement du Tarf, 1/10 000ème, Services topographiques, 20 avril 1905. (ANOM GGA 32L/30).Ce plan met en évidence les modalités de lotissement de la partie est du site. Les terres de la smala sont désormais destinées à la colonisation et à la création d’une deuxième partie du village. Le « Bordj » désigne un bâtiment jusque-là utilisé par les spahis. Les lots sont de tailles irrégulières, destinés à la culture.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46100/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Fig. 1. Le capital des colons candidats à une concession gratuite
Crédits (sources : dossiers de colons, références, p. 109.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46100/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search