Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

La fabrique d’un territoire de colonisation 1848-1909

Chapitre 1. Naissance d’une commune mixte à la frontière algéro-tunisienne

Texte intégral

« Comment vous entendriez-vous sans une raison commune, sans sens commun, une croyance commune, un. dieu commun, une base territoriale, intellectuelle, sensible, commune ? Sans cela, je ne conçois pas l’assimilation humaine », Sieyès, « Notes sur l’éthocratie ».
Cité par Rosanvallon P., La société des Égaux, Paris, Seuil, 2011, p. 71.

1À la fin des années 1840, le régime militaire domine l’Algérie du Nord et les officiers administrent les régions et les hommes dans le cadre des Bureaux arabes. Le territoire de commandement est partout, mais le poids des colons s’affirme et avec lui la volonté de promouvoir le peuplement européen. La création de la commune mixte est à la croisée de ces intérêts, de ces perceptions divergentes de l’espace conquis et de sa population, entre la fin du Second Empire et le début de la IIIe République.

2Cette institution est une nouvelle forme de commune parmi toutes celles qui voient le jour dans un contexte d’expérimentation. Sa nature doit répondre aux exigences du terrain, mais elle renvoie surtout aux repères culturels de ses penseurs, qui articulent la référence au modèle communal et les savoirs sur l’Algérie précoloniale.

3La commune mixte de La Calle s’inscrit dans un espace qu’officiers, colons et administration convoitent. Tous évoquent les sites d’une colonisation prometteuse, rêvent leurs usages, cartographient des villages hypothétiques bien avant que la circonscription n’existe. Son développement ultérieur, par étapes, se pose sur alors sur un territoire plusieurs fois remanié par les autorités françaises.

La commune mixte, une institution

4Militaires puis civils ont projeté de coloniser les confins de l’Est algérien selon différents scenari. Parmi les structures existantes, la commune mixte qui va finalement se développer, est une forme possible de territoire, une déclinaison, dont la création s’inscrit dans le contexte de l’expérimentation coloniale, indissociable de la remise en cause de l’administration militaire et la marche vers l’agrandissement du territoire civil. Elle constitue un territoire inédit à plus d’un titre.

Une déclinaison de communes

5Que le régime politique en place soit impérial ou républicain, l’organisation administrative en territoire militaire puis civil se rapporte à une référence unique : la commune. Commune indigène, subdivisionnaire, commune mixte et commune de plein exercice : toutes ces variantes de la commune qui organisent l’Algérie coloniale y renvoient, rappelant qu’au xixe siècle, la commune est considérée comme le cadre administratif le plus abouti, hérité de la commune rurale médiévale. Autrefois née des chartes de franchises qui libéraient les habitants du joug seigneurial, elle est alors perçue comme l’espace de l’émancipation, de l’autonomie d’un groupe partageant un intérêt commun. C’est à partir de ces repères historiques que le maréchal Mac-Mahon, désigné gouverneur général de l’Algérie par l’Empereur Napoléon III, justifie l’organisation communale de la colonie en 1868 :

  • 1 SHAT 1H208, « Rapport à Sa Majesté l’empereur sur les travaux entrepris en Algérie en exécution du (...)

Si on veut se reporter à notre histoire, on voit que le gouvernement général de l’Algérie s’inspire de ce qui s’est fait à l’époque où Louis le Gros organisait en France les communes et réunissait, en un même faisceau, les intérêts des paysans afin de les mettre en présence de ceux des Seigneurs1.

  • 2 J.-F. Tanguy, 2009, p. 10.
  • 3 BOGGA, année 1884. Loi du 5 avril 1884, « Dispositions relatives à l’Algérie et aux colonies », p.  (...)

6La question communale fait alors débat de part et d’autre de la Méditerranée : alors que le gouverneur général Mac Mahon et le ministre de la guerre Niel travaillent à l’organisation municipale de l’Algérie, la loi municipale connaît en France métropolitaine de nouvelles modifications. L’autonomie de la commune face à la prééminence de l’État a donné lieu à de nombreux épisodes législatifs qui aboutissent à la promulgation de la loi municipale du 5 avril 1884, à l’origine d’un régime juridique uniforme pour toutes les communes de France2. Cette loi est partiellement étendue au territoire algérien, et plus particulièrement aux communes de plein exercice, par l’article 164 qui propose des dispositions relatives à l’Algérie et aux colonies3.

7Décideurs politiques, juristes ou publicistes pensent l’organisation du territoire conquis selon ce prisme occidental, fait d’héritages médiévaux et de cadres législatifs contemporains. Faisant peu de cas de l’organisation du territoire avant la présence française, ils tentent néanmoins d’identifier dans ce qu’ils connaissent de l’Algérie précoloniale les marques de structures comparables : une organisation communale existait-elle alors ? La tribu et le douar sont les deux entités de référence.

  • 4 B.-P. Enfantin, 1843.
  • 5 Ibid.
  • 6 I. Urbain, 1861. À propos des Saint-simoniens et la Méditerranée, voir E. Temime, 2002.

8En 1843, la tribu est au cœur des écrits du saint-simonien B.-P. Enfantin, alors en mission officielle en Algérie : « le beau nom de commune convient infiniment mieux à une tribu arabe qu’à un village français4 ». Il la perçoit telle une continuité de la tribu, bâtie sur un « sentiment communal » que l’administration française doit préserver, car « la France n’a pas tout à enseigner en Algérie, elle a quelque chose à apprendre des Arabes5. » Cette perception Saint-simonienne de la Méditerranée que l’on retrouve en 1860 dans les écrits d’Ismaÿl Urbain, puis dans la politique du Royaume arabe de Napoléon III véhicule cette même approche qui s’évanouit avec la chute de l’Empire6.

  • 7 E. Larcher et G. Rectenwald, 1923.
  • 8 Ibid.

9Près de 80 ans plus tard, en 1923, dans un chapitre de son Traité élémentaire de législation algérienne le juriste Emile Larcher nourrit à son tour la comparaison et affirme qu’« en pays arabe, l’unité était la tribu ou mieux le douar dont on méconnaîtrait singulièrement la nature à la vouloir comparer à nos communes françaises7 ». Le douar pris dans son sens originel, avant d’être une unité administrative, est en effet une agglomération vivante faite de tentes et de gourbis. Dans ce sens premier il n’est pas comparable à la commune, définie par Larcher comme une circonscription territoriale, une personne administrative, dotée d’un budget propre, et d’un organe de gestion, et par-dessus tout par son origine liée « non à la volonté du législateur, mais à la nature des choses8. » Il n’y a pas de commune au sens métropolitain du terme dans l’Algérie précoloniale et les entités mises en place dans la colonie, qu’elles soient mixtes ou de plein exercice, ne sont pas constituées à partir du regroupement des hommes, mais d’après la volonté du législateur. L’artificialité leur est constitutive, et l’espace administratif y précède l’espace social.

10Au-delà des principes qui justifient sa transposition en situation coloniale, les tenants de l’autorité doivent imaginer les formes communales qui leur paraissent les plus adaptées au contrôle du territoire et des populations. La réussite du projet colonial est alors conditionnée par le choix d’un cadre administratif approprié et la mise en relation du rapport des sociétés au territoire est perçue comme une exigence première et indispensable.

  • 9 M.-V. Ozouf-Le Marignier, 1986. p. 1194.

11Cette forte charge attribuée au territoire et à son anticipation rappelle le processus de création des départements français en 1790 étudié par Marie-Vic Ozouf-Le Marignier. La relation entre le choix d’une structure administrative et la constitution d’une polis stable est au cœur de la réflexion qui préside à ce découpage territorial : « dès cette époque est posé le postulat suivant lequel un découpage adéquat du royaume est la condition de l’avènement du régime politique idéal, uniforme en même temps qu’éclairé9. » La définition de diverses formes de communes en Algérie relève d’une stratégie comparable, sous-tendue ici par la volonté de maîtrise d’un territoire vaste et peuplé.

  • 10 E. Larcher, 1923.

12Les différentes structures communales sont créées au fil des besoins et des formes de la colonisation. La commune de plein exercice, première forme communale développée en Algérie selon l’ordonnance du 28 septembre 1847, est particulièrement présente sur le littoral et rassemble la population européenne. Son fonctionnement repose sur un conseil municipal dont le maire et les adjoints sont nommés par le roi ou le gouverneur général selon l’importance de la commune10. Jusqu’en 1870, les communes de plein exercice constituent des enclaves dans un territoire principalement encadré par les autorités militaires. Dans ces vastes espaces où la colonisation de peuplement est quasi absente, quinze communes subdivisionnaires, créées en 1868 organisent le territoire en se superposant aux subdivisions militaires. Elles rassemblent les douars – communes constitués par l’application du sénatus – consulte de 1863 et les tribus qui n’ont encore été concernées par la mise en œuvre de cette législation.

  • 11 E. Larcher, 1923.

13En 1874, ces vastes circonscriptions sont scindées en communes indigènes de taille plus réduite, érigées par arrêtés du gouverneur général. Elles peuvent englober un ou plusieurs cercles et sont administrées par le commandant de cercle assisté d’un chef de bureau des affaires indigènes mais aussi de chefs d’annexes si la commune en comprend. Le commandant préside une commission municipale qui constitue l’assemblée délibérante de la commune. Ses adjoints y participent de même que les caïds des tribus choisis par le commandant11.

14Avec la fin de l’Empire, le territoire civil s’étend et réduit les espaces sous autorité militaire au sud du pays et aux zones frontalières ; en 1869, le régime civil s’exerce dans 96 communes de plein exercice, sur une superficie de 12 343 km2 peuplés de 478 342 habitants. C’est dans ce contexte de basculement progressif vers l’administration civile, ponctué par les choix contrastés du régime impérial puis des tenants de la IIIe République, que s’inscrivent la création et le développement des communes mixtes. Cette institution en porte d’ailleurs les marques, élaborée en deux temps, en 1868 puis en 1874-1875.

Du contrôle en territoire militaire à l’outil de colonisation

15La configuration qui définit la commune mixte dans les années 1880 résulte d’un long processus qui débute en 1868. Elle émerge plus globalement des tâtonnements multiples qui caractérisent une politique coloniale particulièrement soucieuse de l’organisation administrative à promouvoir. La diversité et la complexité des propositions de maillage territorial jalonnent l’ensemble de la période coloniale mais elle se pose avec une acuité particulière dans les années 1860-1880.

16Créée en même temps que les « communes subdivisionnaires », la commune mixte relève d’abord de l’administration municipale en territoire militaire en 1868. Elle est ensuite supprimée au profit des circonscriptions cantonales, puis réintroduite en régime civil et développée à partir de juillet 1874 ; il y en a 44 en 1879. Ce n’est qu’à cette date, alors que la charge de gouverneur général est attribuée pour la première fois à un civil – Albert Grévy –, que cette institution n’est plus remise en cause dans les débats parlementaires.

17La commune mixte en contexte militaire est avant tout une structure visant à administrer les populations algériennes. Les maréchaux Niel et Mac Mahon en sont les instigateurs, dans un contexte impérial marqué par la politique dite du « royaume arabe », mais aussi par la famine de 1866 et ses conséquences en matière d’insécurité. Contre les partisans de l’extension du régime civil, cette crise conduit le gouverneur général à justitier le maintien d’un encadrement militaire. La création de la commune mixte est alors conjoncturelle.

18Les caractères qui définissent la commune mixte en territoire militaire sont proposés par les arrêtés des 9 et 20 mai 1868. Ils sont les textes fondateurs de cette institution et leur contenu organisera en majeure partie son fonctionnement en territoire civil. La circonscription y est définie comme :

  • 12 BOGGA année 1868 n° 267, Administration municipale en territoire militaire, p. 214-217

les territoires où la population européenne est assez dense pour qu’il y ait lieu de la préparer, elle et les Algériens qui sont en contact avec elle, à la vie municipale, formeront les communes mixtes, ayant leur domaine propre et administrées par des commissions municipales composées de fonctionnaires et d’habitants européens, musulmans et israélites, suivant les localités. Ces commissions auront les attributions des conseils municipaux des communes de plein exercice. Les fonctions de maire seront confiées au commandant du territoire, celles d’officier de l’état-civil au commandant de place ou à l’adjoint civil. La comptabilité sera remise au receveur des contributions locales ou, à défaut, à un agent spécial. En un mot, la commune mixte, telle que le Gouvernement Général de l’Algérie propose de la constituer, ne diffère de la commune française que parce qu’elle a pour maire le commandant du territoire et pour conseil municipal une commission spéciale12.

  • 13 BOGGA année 1868 n° 106, Organisation municipale du territoire militaire, p. 218-234. Voir texte An (...)
  • 14 Ibid.

19L’arrêté du 20 mai 1868 définit le fonctionnement de cette institution en référence à la commune de plein exercice, mais aussi à la commune métropolitaine. Il différencie néanmoins la nouvelle entité par la composition de son peuplement : le texte amorce ainsi la division des communes mixtes en douars-communes et centres de colonisation, effective en territoire civil13. Il précise ainsi : « l’introduction de l’Européen au milieu du douar », sans évoquer encore les futurs villages européens14. Cette partition interne met en évidence une première originalité : le regroupement, dans une même circonscription, d’entités distinctes et destinés à des peuplements séparés, les douars pour les Algériens, les centres pour les Européens.

  • 15 M.-O. lliano, 1995.
  • 16 F. Lapasset, 1850.
  • 17 C.-R. Ageron, 1979.

20Ce texte est élaboré dans un contexte particulièrement marqué par la question de la place à accorder aux populations algériennes et à la question du choix entre autonomie et assimilation15. Dès 1850, le capitaine d’État-major Ferdinand Lapasset, chef du bureau arabe de Ténès, préconisait « une administration particulière qui leur fut propre, qui fut conforme à leurs mœurs, à leurs usages16 ». Cette perception, partagée par les Saint-simoniens, trouve quelques continuités dans l’organisation territoriale proposée par l’amiral de Gueydon, premier gouverneur général de la IIIe République. Il crée la circonscription cantonale et confie son administration à des officiers de bureaux arabes, rebaptisés administrateurs civils ou militaires, selon la nature juridique du territoire. Grâce à cette nouvelle circonscription, il souhaite limiter l’annexion des douars par les communes de plein exercice qui se multiplient avec l’avancée du territoire civil, et éviter ainsi que les Algériens ne soient administrés « par de petites oligarchies d’électeurs et des maires qu’il considère comme incapables17 ».

  • 18 A. de Peyre, 1897.

21Mais l’arrivée de son successeur Alfred Chanzy interrompt cette politique favorable aux Algériens pour satisfaire la pression coloniale. Il permet la multiplication des communes de plein exercice qui se constituent en intégrant les douars ; quant aux circonscriptions cantonales, elles disparaissent. « La commune mixte subsista seule […]. C’était de tous les rouages, celui qui avait paru le plus commode ; et quand tous les autres devenaient caducs, il se substituait à eux par la force des choses, en fait avant que de nom18 ». En 1879, le territoire compte 44 communes mixtes en territoire civil. Cette circonscription est particulièrement vaste et sa superficie atteint parfois la taille d’un département métropolitain, avec une superficie moyenne de 140000 hectares. Elle est envisagée comme un véritable outil de colonisation dans la mesure où elle s’étend vers l’intérieur du pays, là où les communes de plein exercice sont peu développées.

22Progressivement, les centres de colonisation destinés à la population européenne viennent s’insérer entre les douars et les tribus et entraîner une mixité du peuplement. Ainsi, la commune mixte de La Calle, dans ses limites originelles, ne compte pas de centre de colonisation : le peuplement initial est donc uniquement composé par les membres des tribus. Mais les premiers villages européens voient rapidement le jour car le développement de la colonisation est la préoccupation majeure des autorités civiles.

23Dès 1868, la composition du peuplement constitue un critère essentiel dans la définition de la circonscription. Ainsi, le rapport du maréchal Niel indique que les communes mixtes devraient se développer là où

  • 19 BOGGA, Rapport du ministre Niel à l’Empereur, 9 mai1868.

la population européenne n’est pas assez agglomérée, assez compacte, assez dense, pour former une commune de plein exercice, mais cependant assez nombreuse pour qu’il y ait lieu de l’admettre à prendre une part à la gestion des intérêts communs, et de la préparer, ainsi que les indigènes qui vivent à côté d’elle, à notre organisation communale19.

24Le caractère intermédiaire de la commune mixte s’explique par une densité de population européenne peu importante mais suffisante pour servir de tremplin au développement de la colonisation, qui s’appuie avec force sur le peuplement autant que sur l’organisation politique. Dans les faits, avant la création des centres de colonisation, la présence européenne est peu significative dans l’intérieur des terres. Quelques rares familles sont parfois installées dans les douars, mais c’est surtout la proximité d’autres centres, ou de communes de plein exercice qui permet de considérer un vivier potentiel de colons.

25En lien avec ce maillage territorial spécifique, la question de la frontière paraît essentielle dans l’appréhension de la commune mixte, où elle revêt un sens particulier qui la distingue une fois encore des autres communes. Le caractère composite de cette entité implique que ses limites externes ne marquent pas une rupture entre les populations algériennes et européennes. Elle définit un territoire qui par essence ne présente pas d’unité de peuplement. Ce n’est pas une faille, un défaut. C’est un élément constitutif essentiel, qui confère à ce territoire toute son originalité. La commune mixte est pensée comme évolutive. Pour ses concepteurs, c’est un territoire de la transition, du progrès. À l’intérieur même de la circonscription, des frontières internes découpent le territoire. Elles séparent douars et centres de colonisation, qui sont également appelés sections de la commune. Sont-elles conçues pour discriminer ? Rien de tel n’est écrit mais la genèse même de ce territoire renvoie à l’élaboration d’entités distinctes. Des paysages contrastés différencient les douars des centres. Les centres de colonisation constituent des lieux de vie à la française, identifiables à l’empierrement des rues, l’habitat, les édifices publics même s’ils sont limités dans cet espace rural. Ils jouxtent les terres des tribus voisines et constituent des isolats.

26Alors que la commune de plein exercice est régie par un maire et un conseil municipal, la commune mixte en revanche est sous la responsabilité d’un administrateur qui préside une commission municipale. Cette différenciation est fondamentale dans la mesure où elle révèle les spécificités d’un territoire issu d’une mutation du régime militaire dont il porte les stigmates, mais aussi d’un projet dans lequel l’intégration politique des populations algériennes est particulière.

  • 20 Voir par exemple M. Champ, 1928. Réed. en 1933 ; A. de Peyre, 1893.
  • 21 C.-R. Ageron, 1979.

27Le rôle et les pouvoirs de l’administrateur de la commune mixte ont fait l’objet de nombreuses études à caractère juridique où les auteurs s’attachent à décrire les modalités de la fonction mais aussi à l’interroger à l’épreuve des faits20. La fonction d’administrateur de commune mixte en territoire civil est créée en 1875. Ce fonctionnaire, « civil à épaulettes » et nommé par le gouverneur général, a la charge de territoires immenses et mal desservis21. Il est assisté dans ses tâches par des administrateurs adjoints, des personnels de bureaux. Son autorité est relayée dans les douars par des adjoints indigènes – appelés ultérieurement les caïds – qui ont la charge de représenter l’autorité française dans les douars. Il préside la commission municipale qui rassemble les adjoints français et algériens mais aussi des conseillers municipaux au pro rata du nombre d’habitants. Outre ses nombreuses fonctions, il se singularise par rapport aux maires par la détention de pouvoirs disciplinaires. La critique régulière de cette omnipotence n’a pas empêché son maintien jusqu’en 1927.

28Au-delà des nombreux pouvoirs et prérogatives qui lui sont conférés, l’administrateur de ce territoire pour le moins hétérogène est le garant de son unité. La configuration de la commune mixte dans la pluralité de ses composantes et de ses populations met en effet l’administrateur au défi. Défi de voir, connaître et reconnaître un vaste espace où les axes de communication sont rares et les marges nombreuses. Défi d’être reconnu, légitime, même s’il n’est pas élu, par ses administrés aux intérêts souvent contraires. Défi de contenir colons et colonisés dans un même ensemble où l’idéal communal vise l’intérêt commun. Défi encore de convaincre sa hiérarchie de la force de l’intuition de l’homme de terrain.

29Les multiples propositions qui s’enchaînent depuis le rapport du maréchal Niel à l’Empereur Napoléon III jusqu’aux ultimes textes définissant la commune mixte en territoire civil ont en commun d’inscrire celle-ci dans une évolution administrative.

30Le rapport de Niel à l’Empereur place en effet la commune mixte dans un ensemble hiérarchisé d’entités dont la strate ultime est constituée par la commune de plein exercice :

  • 22 BOGGA, année 1868 n° 267, p. 214-217.

Ainsi organisée, [la commune mixte], qui offre toutes les garanties désirables au point de vue administratif, pourra être sans aucune difficulté, érigée en commune de plein exercice, le jour où l’élément européen sera suffisamment développé et où, de son côté, l’élément indigène se sera faonné à nos idées et aura fait un nouveau pas en avant22.

  • 23 A. de Peyre, 1893.

31La commune mixte revêt alors le statut d’une institution intermédiaire entre la commune subdivisionnaire et la commune de plein exercice. Elle s’inscrit dans un projet au cours duquel les différentes entités administratives sont amenées à se succéder. Une circonscription chasse l’autre selon le critère de l’avancée vers la forme la plus aboutie. Comme l’écrit Peyre, « la commune de plein exercice, c’est le point d’arrivée, l’œuvre achevée […] l’œuvre même d’organisation, de peuplement et de colonisation23 ». Depuis sa création jusqu’à sa disparition attendue en communes autonomes, elle est donc un processus de colonisation.

  • 24 Dans ce rapport, on la retrouve en effet dans chaque entité communale à l’exception de la commune d (...)

32Cette approche prospective de la circonscription, proposée dans le contexte de l’organisation du territoire militaire met en évidence une dimension transitoire qui ne lui est pas totalement spécifique24. Ce qui l’est, en revanche, c’est l’attente, l’espoir, que porte ce territoire, du fait de la rencontre, du contact programmé entre ce que le ministre Niel qualifie d’« éléments » européens et indigènes. Car c’est bien sous le jour de la rencontre que l’auteur présente cette mise en contact des populations. Toutes deux sont désignées tels des « éléments », et ce choix tempère l’asymétrie évidente qui distingue les colons des colonisés. Est-ce le regard de l’officier à l’Empereur défendant un royaume arabe qui explique cette posture ? Il faut la nuancer cependant par l’intention du façonnement de l’Algérien, qui rappelle la perception des promoteurs d’une mission civilisatrice de la France. Cette projection renvoie également à la satisfaction d’un caractère essentiel du modèle communal : le regroupement d’une population unie par des intérêts communs ; la commune mixte est donc pensée comme le lieu d’une homogénéisation des groupes, à la faveur toutefois du modèle français.

La commune mixte, une commune ?

  • 25 BOGGA, Arrêté du 20 mai 1868.

33La morphologie de la circonscription regroupant dans une même limite douars et centres de colonisation constitue pour ses concepteurs une condition essentielle de la rencontre attendue entre les populations. Il faut toutefois préciser que la mise en place du peuplement n’est pas tout à fait identique dans le projet en territoire militaire et en territoire civil. L’arrêté du 20 mai 1868 indique en effet, dans son article 2 : « les communes mixtes comprennent les centres de population habités à la fois par des Algériens et par des Européens25 ». En réalité, dans sa phase civile, la mise en peuplement de la commune mixte privilégie un peuplement européen dans les centres de colonisation.

34L’implication politique des populations algériennes est présentée comme un rouage essentiel de la réussite du projet. Elle s’exerce de deux manières : par la représentation au sein de la commission municipale ; par leur participation à la djemaa, l’assemblée. Son président et ses membres sont dans un premier temps nommés. Pour chaque douar défini conformément au sénatus-consulte de 1863, elle constitue l’organe de représentation et de participation politique des populations européennes vivant dans les douars. L’« éducation » des populations colonisées est censée passer également par le contact quotidien avec les Européens. Dans ces espaces ruraux, la proximité avec les colons et l’observation de leurs pratiques culturales seraient propices à la diffusion de modes d’exploitation modernes mais aussi de la propriété privée. Ces attentes, déjà définies dès 1868 par le ministre de la guerre Niel dans son rapport à l’Empereur, sont identiques en contexte civil et formulées régulièrement par les membres de l’administration.

35Pourtant, elles sont aussi à l’origine de vives critiques qui remettent en question la pertinence de cette organisation. Les principaux détracteurs fustigent la crédibilité d’un dispositif qui mêle théoriquement tous les administrés, sans tenir compte de la profonde asymétrie qui caractérise le peuplement de la commune.

  • 26 A. de Peyre, 1884.

36En 1897, alors que la plupart des communes mixtes ont été érigées, Alexandre de Peyre en propose une réforme26. Sa critique très appuyée de l’institution se fonde sur l’impossibilité de parvenir à l’harmonie communale tant recherchée du fait des groupes aux intérêts opposés qui la composent :

  • 27 Ibid., p. 49

Qu’est-ce qu’une commune, si ce n’est une agglomération d’intérêts communs ? Organiser et réunir dans une seule commune des territoires Algériens et des centres de colonisation, c’est associer, au mépris du fait et du droit, des intérêts contraires27.

37Selon l’auteur, son développement est incompatible avec les contraintes imposées aux seules populations colonisées. Le budget de la commune mixte, alimenté en grande partie par les Algériens, mais utilisé aux fins des centres de colonisation est selon lui en totale contradiction avec la constitution d’un intérêt collectif. D’autres antagonismes entravent selui lui ce projet communal :

  • 28 Ibid., p. 75.

Il n’y a souvent pas beaucoup plus de communauté d’intérêts, dans une même commune mixte, entre deux douars éloignés l’un de l’autre, ou entre deux villages européens, qu’il y en a entre ces villages et ces douars. La commune mixte est plusieurs communes. Il faut donc séparer ces communes les unes des autres et rendre à chacune d’elle son individualité et son autonomie28.

  • 29 Ibid., p. 49.

38Si les principes de la commune mixte semblent nier les antagonismes qui peuvent séparer les groupes, ils négligent aussi l’identité de chaque section à l’intérieur même de la circonscription. Chaque douar-commune investit d’une djemaa rassemble des habitants qui ont leurs intérêts propres, liés aux spécificités de leur cadre de vie, et il est de même pour chaque centre. Peyre nous apparaît ici comme un visionnaire car au sein de la commune mixte de La Calle, les habitants seront bien plus concernés par leur village, leur douar, que par l’intérêt de la commune toute entière. Ainsi, après avoir critiqué le caractère asymétrique du peuplement, il remet en cause la pertinence du maillage territorial du fait de sa mixité mais aussi de son étendue. La commune mixte est pour lui « une fiction29 ».

39Ce point de vue est relayé la même année par Charles Marchal, député d’Alger de 1898 à 1902, et farouche défenseur des intérêts des colons algériens. Dans un rapport au Conseil Général d’Alger, citant Tocqueville, il défend lui aussi l’idéal communal et affirme son attachement à cet organe qui mène le peuple à son émancipation :

  • 30 C. Marchal, 1897.

C’est dans la commune que réside la force des peuples libres. Les institutions communales sont à la liberté ce que les écoles primaires sont à la science ; elles la mettent à la portée du peuple, elles lui en font goûter l’usage paisible et l’habituent à s’en servir30.

40Il fustige la commune mixte et, comme Peyre, considère qu’elle « est une fiction. La fiction est dans les mots comme dans les idées qu’on serait tenté de placer sous ce vocable. […] elle est la parodie d’une municipalité ». Nous sommes alors en 1897 et Marchal dénonce également le caractère prétendument transitoire de cette institution : « c’était un procédé transitoire qui a pris une fixité dangereuse ».

41Le maintien de la commune mixte s’explique selon lui par les résistances du gouvernement général à accorder aux centres de colonisation le statut de commune de plein exercice. Celles-ci sont anciennes – il cite l’intervention de Camille Sabatier lors de la séance du 18 avril 1883 – et perdurent du fait des réticences à adjoindre à ces centres un ou plusieurs douars qui étendraient leur territoire et leur assiette fiscale. Cet argument récurrent expliquera en partie l’immobilisme des communes mixtes.

42Quelle que soit la famille politique de ces détracteurs, leurs points de vue convergent devant une construction administrative qui apparaît incompatible avec l’idéal communal. Ces critiques seront récurrentes tout au long de l’histoire de cette institution.

Projets de colonisation

Les usages rêvés des officiers

  • 31 J. Frémeaux, 1993, X. Yacono, 1953.

43Depuis 1848, le cercle de La Calle est une subdivision militaire régie par les officiers des bureaux arabes. Ces structures, étudiées par Xavier Yacono et Jacques Frémeaux, sont aux mains d’un personnel militaire qui commande et organise les populations algériennes dans une partie du territoire encore fermé à la colonisation de peuplement31. Dans les confins de l’Est algérien, la proximité de la Régence de Tunis est en effet l’une des causes d’un passage à l’administration civil tardif. Cette préoccupation sécuritaire n’empêche pas les projets de colonisation de se développer.

  • 32 ANOM9330/15, ANOM GGA 10H15, ANOM GGA 26L5.
  • 33 ANOM GGA 26L5, rapport du général Randon au ministre de la guerre, 2 août 1842.
  • 34 ANOM GGA 30L24, extrait du rapport du bureau arabe du cercle de La Calle, deuxième quinzaine de mai (...)

44Plusieurs rapports font état de la façon dont le commandant de cercle ou le chef de bureau appréhendent le territoire dont ils ont la charge32. Leur attention se porte particulièrement sur les potentialités agricoles d’une région pourvue de plusieurs lacs et d’un réseau hydrographique dense, dominé par l’Oued El Kebir. Le plus ancien émane du général Randon en 1842, avant même la création du cercle, dans un rapport rédigé à l’attention du ministre de la Guerre33. En 1849, alors que le cercle est à peine constitué, le chef du bureau Lavigny évoque à son tour ces avantages et désigne la plaine d’Ain Khiar comme un lieu propice à la mise en valeur. L’attractivité du site repose sur la qualité de ses terres, son accessibilité. Les enjeux sont multiples : « cet établissement serait utile au point de vue politique, militaire et colonisateur34 ». L’officier n’envisage pas la forme administrative de cette occupation, mais sa description désigne un lieu qui constituera le cœur d’un peuplement européen futur. Elle doit être précédée de l’installation d’une smala de spahis chargée de tenir en respect les tribus venues de Tunisie et de protéger « les villages industriels que doit entraîner l’exploitation des forêts et des mines ». Cette projection précoce de la colonisation dans le contexte de l’administration militaire n’exclut pas le développement d’activités civiles liées aux ressources locales. La région se caractérise en effet par un dense couvert de forêts de chêne liège ; elle est riche des ressources minières de la région de Kef Oum Teboul, au sud-ouest de la commune de plein exercice.

  • 35 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble de l’Inspection générale des bureaux arabes rédigé par le Comman (...)
  • 36 Ibid.
  • 37 ANOM GGA 26L5.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.

45Dix ans plus tard, le commandant supérieur Léonard-Léopold Forgemol de Bostquenard propose une analyse du cercle de La Calle dont il a la charge depuis deux ans35. Il insiste sur l’obéissance des populations et l’atmosphère pacifiée de la région ; « la sécurité y est complète » et elle « n’attend plus que des bras pour offrir des terres à la colonisation et le bon esprit des populations doit y rendre facile la réussite de toute entreprise36 ». Ce milieu si favorable est pourtant encore presque vide de toute présence européenne civile, réduite à deux sociétés d’exploitation forestière, les compagnies Boissimon et Rouard, qui ont exploité quelques temps les forêts de chêne – liège avant de péricliter37. L’officier tempère son enthousiasme dans les dernières lignes du rapport : « une cause vient paralyser ces circonstances favorables. Cette cause, c’est le voisinage de la Régence de Tunis38 ». Ces considérations conduisent l’officier à recommander l’installation des populations algériennes sur cette zone frontalière, « où jamais les Européens ne songeront certainement à se fixer39 », et d’en condamner ainsi la colonisation.

  • 40 Affaires de Tunisie, Ministère des Affaires Etrangères. Imprimerie nationale, Paris, 1881, 345 page (...)

46La zone frontalière est donc peu ou pas envisagée comme site de peuplement européen, mais plutôt comme un espace tampon entre la Régence de Tunis instable et l’Algérie peuplée de colons. Les mentions de tribus belliqueuses, initiatrices de vols et de violences, ou poussant les Algériens à l’insoumission, sont nombreuses dans les correspondances plus tardives entre les officiers ; elles font également l’objet d’un document émanant des affaires étrangères consacré à ces questions de 1870 à 188140.

47En janvier 1872, la commission des centres propose au gouverneur général civil la création de deux villages : Rokaba et Sidi Amar ben Nouara.

Carte 3. Croquis visuel du territoire des centres projetés sur le parcours de la route provinciale de Bône à La Calle, 2 mai 1872 (ANOM 93302/15)
Ce croquis réalisé en 1872 représente la partie du territoire au sud-ouest de la commune littorale de La Calle. Les parties colorées en rose désignent l’emplacement de futurs villages : Sidi Amar ben Nouara à l’ouest et à l’est, Rokaba. La zone comprenant Rokaba est scindée en deux, comprenant au sud la mention de la smala de spahis. Cette espace pourrait accueillir un troisième village européen : Le Tarf.

48Ces projets consistent en deux centres dont les terres sont à distraire respectivement des douars Ain Khiar et Beni Amar ; ils sont prévus pour accueillir cinquante à soixante familles. La zone de plaine qu’avaient retenue les officiers dans leurs projets devient ainsi espace de colonisation potentielle. Mais les terres domaniales sont insuffisantes, et l’aboutissement du projet nécessite une expropriation à l’amiable des Algériens accompagnée de compensations en argent ou en terres. Dans le premier cas, la dépense occasionnée pour la création de ces centres est trop importante. Dans le second, elle conduirait selon le gouverneur général à octroyer aux populations algériennes des parcelles de forêts et il s’oppose à leur livrer cette ressource. Le projet est écarté.

Une revendication d’élus en quête de terres

  • 41 ANOMGGA 32L/30, délibération du Conseil municipal de la commune de La Calle, session ordinaire du 2 (...)

Renouvellement d’un vœu pour création de villages. M Montagnié renouvelle le vœu relatif à la création de villages. Tous les membres du Conseil s’associent à ce vœu41.

49Cet extrait de délibération du conseil municipal nous conduit au port de La Calle, le 25 mai 1879. Cette commune littorale, l’une des plus anciennes implantations françaises sur la côte algérienne détient le statut de commune de plein exercice. Ce n’est pas la première fois que le conseil municipal discute de la création de villages et ce vœu se renouvellera à plusieurs reprises. Il précède la création des premiers centres de colonisation de la commune mixte.

50La justification principale des élus renvoie à la situation économique de la commune de plein exercice et plus précisément au déclin des activités portuaires. Le port de La Calle, « Bastion de France », doit son développement à la pêche et à l’exploitation du corail en particulier depuis le xvie siècle.

  • 42 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et Algériens des trois provinces (territoire (...)
  • 43 M. Emerit, 1951.
  • 44 Ibid.

51Au début des années 1880, cette commune rassemble 6200 habitants sur une surface de 9245 hectares42. Jusque-là, son économie s’appuie sur des fonctions variées, « chacune ayant tour à tour la prépondérance et remédiant ainsi aux défaillances des autres43 ». La pêche du corail, l’exploitation du chêne liège et l’exportation des minerais de cuivre et de plomb argentifère des mines de Kef Oum Theboul assurent les ressources ; il faut ajouter à cela l’activité générée par la proximité du poste militaire, avant la mise en place du Protectorat. Progressivement, ces sources de revenus déclinent : les bancs de corail se raréfient, tout comme les ressources minières. L’activité viticole, présente également, ne suffit pas à contrebalancer ces pertes, d’autant qu’elle est anéantie, mais beaucoup plus tard, en 1898, par la crise du phylloxéra. Cette dégradation importante ne fait aucun doute parmi les signataires de la délibération, ni pour les autorités qui réaffirment la mauvaise santé financière de la commune. Pour Marcel Emerit, elle est plus tardive de dix ans44. Cet argument n’est-il donc qu’un prétexte, ou un mobile exagéré pour favoriser la spéculation foncière qu’autorise le recul généralisé des territoires militaires ? Le contexte d’ouverture au peuplement de l’Est algérien et la perspective de nouveaux villages dans une région jusque-là fermée à la colonisation attise les convoitises des spéculateurs.

52Cette requête du conseil municipal est formulée de nouveau en 1882, alors que la commune mixte n’est pas encore inscrite dans un programme de colonisation. La mise en relation de nouveaux centres avec la situation dégradée du port de La Calle est explicite, puisqu’il est question

  • 45 ANOM GGA 32L/30, délibération du Conseil municipal de la commune de La Calle, session ordinaire du  (...)

d’implanter l’élément européen dans des régions où il n’a pas encore pénétré et d’augmenter les chances de prospérité de centres actuellement en décadence […] donner satisfaction aux instances légitimes de la ville de La Calle, introduire la colonisation dans une contrée fermée jusqu’à ce jour à l’élément européen45.

  • 46 La smala de spahis rassemble des cavaliers indigènes intégrés dans le corps expéditionnaire françai (...)

53Dans ce premier projet, un seul village est envisagé : il s’agit du centre de El Biar, qui deviendra par la suite le village de Blandan. Cette unique proposition est justifiée par les limites imposées par l’administration militaire : à cette date, la stabilisation de la Tunisie est récente et le territoire civil n’a pas encore gagné toute l’extrémité est de la région : une smala de spahis occupe des terres dans une zone convoitée par les membres de la commission des centres, qui ne peuvent y projeter un village46.

54À partir de 1884, les requêtes se multiplient. Forcioli, sénateur du département de Constantine, insiste sur la nécessité de créer la commune mixte pour palier la situation problématique de la commune littorale. Le 22 avril 1886, le gouverneur général Louis Tirman présente la création de centres de colonisation comme une solution au dépérissement du port. La nécessité économique explique l’urgence dans laquelle vont être érigés la plupart des villages. L’exiguïté de la commune littorale constitue également un argument en faveur de l’extension, mais c’est le recours à l’exploitation agricole, envisagée comme une activité de substitution ou plutôt un complément d’activité, qui constitue l’argument majeur.

55La procédure de créations des centres trouve ici son impulsion dans les propositions locales, envisagées par les différentes strates des autorités administratives, depuis le sous-préfet jusqu’au gouverneur général.

56Il n’est pas fait mention des populations algériennes et des douars dans les délibérations du conseil municipal. Plus globalement, il est d’ailleurs remarquable que deux ans après la création officielle de la commune mixte, les projets de développement de la colonisation ne fassent pas allusion à cette circonscription administrative : centre de colonisation, village, tels sont les termes utilisés sans que ces entités soient perçues comme parties prenantes d’un maillage territorial nouveau et étendu. La perception du territoire à créer privilégie des îlots de peuplement européen dont le développement n’est justifié que par les difficultés qui caractérisent la commune de plein exercice. Il n’est pas encore question ici de commune mixte. Le maire et ses adjoints ne la mentionnent pas car ce n’est pas la nature de la commune à venir qui les préoccupe mais bien le développement de nouveaux centres de vie européens. De ce point de vue, la création de la commune mixte prend appui sur un espace qui connaît déjà des formes d’occupation française par le biais de villages, en application des premiers textes qui ont défini cette entité administrative en 1868. Ces premiers villages situés aux confins de l’Algérie forment une sorte de front pionnier qui ouvre l’extrême Est du pays à la colonisation. Elle met en lumière un décalage très net entre la création administrative de la commune mixte par les autorités centrales et son appropriation par les acteurs locaux qui ne conçoivent pas les futurs centres comme les embryons d’une nouvelle commune.

  • 47 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et Algériens des trois provinces (territoire (...)
  • 48 H. de Peyerimhoff, 1906.

57Au milieu des années 1880, le développement de la colonisation et la diffusion du régime civil dans l’extrémité Est du Constantinois est partielle. Quelques mois avant la création de la commune mixte de La Calle, les statistiques montrent une avancée du peuplement européen très réduite dans cette région47. Autour de Bône qui est désormais un chef-lieu d’arrondissement en territoire civil, douze communes de plein exercice se sont développées, principalement selon un axe Nord-Sud qui suit le cours de la rivière Seybouse. L’arrondissement compte également quelques centres de ce type à l’Ouest mais une seule commune de plein exercice à l’Est : Randon. Le développement du territoire civil dans cette partie de l’Algérie est donc tardif et contraste avec le rythme d’avancée de la colonisation à l’échelle du pays tout entier. En effet, après une décennie qu’Henri de Peyerimhoff qualifie de moderne du point de vue de la colonisation, les années 1880 sont marquées par un ralentissement : 107 villages sont agrandis ou créés pendant cette période contre 264 pendant la décennie précédente48. En 1884, la commune mixte de La Calle est l’une des créations les plus tardives.

Du cercle de La Calle aux douars communes

58L’Est algérien, comme l’ensemble de la colonie, a connu une période d’administration militaire qui a généré un premier découpage du territoire en subdivisions. La région qui nous intéresse fait partie de la subdivision de Bône, elle-même organisée en cercles. Globalement, le territoire qui verra se développer la commune mixte de La Calle se superpose au cercle de La Calle puis à la commune indigène dans sa partie orientale, tandis que l’ouest de la circonscription absorbe ultérieurement tout ou partie d’une autre commune mixte – Zerizer – qui porte plus tard le nom de commune mixte des Beni-Salah.

Le cercle de La Calle

  • 49 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble du commandant supérieur Forgemol, Inspection générale des Bureau (...)

59La région dans laquelle la commune mixte va se développer est initialement constituée par le cercle de La Calle, créé en 1848 dans la subdivision de Bône. et constitué de 28 fractions, chacune étant placée sous les ordres d’un cheikh49.

  • 50 ANOM GGA 10H/15, Hugonnet (F.), Inspection générale, Notice sur les Nehed, 1850.

60La région est maintes fois décrite par le commandant de Cercle ou encore le chef de bureau arabe F. Hugonnet50. Les récits proposés l’envisagent sous l’angle du contrôle : contrôle de l’espace et des populations dans une marge de l’Algérie où la soumission des hommes est fragile. Ils convergent sur le caractère accidenté de cet espace, son accès difficile du fait de massifs montagneux et d’un important couvert forestier ; l’étendue du cercle depuis le littoral méditerranéen au Nord vers l’intérieur du pays sur près de 120 km est également remarquable.

Carte 4. Subdivision de Bône, plan du cercle de La Calle, 1849. (ANOM 10H15)
Ce plan représente l’ensemble du cercle de La Calle. Le découpage du territoire est ici formé par les limites des tribus qui constitueront la base de la définition des futurs douars-communes. Sa forme triangulaire est très proche à celle de la commune mixte aboutie en 1909. Celle-ci s’étendra néanmoins plus au sud, au-delà des Chiebna.

61Ces caractères morphologiques constituent une première explication aux difficultés rencontrées par les officiers pour contrôler cette région plutôt hostile.

62Les auteurs des rapports d’inspection et autres notices s’accordent toutefois à distinguer une zone privilégiée située dans la partie méridionale de la commune littorale, plus favorable à l’installation des hommes que les contreforts des régions montagneuses situées plus à l’Est et au Sud. Il s’agit de la plaine d’Ain Khiar, traversée par l’Oued El Kebir. Plus largement, l’espace développé entre deux lacs – Oubeira et Tonga – constituera l’un des pôles dynamiques de la future commune mixte. Les rapports des officiers témoignent d’une perception positive de ce milieu naturel dont les caractères hydrographiques et morphologiques constituent les gages d’une colonisation future réussie.

  • 51 Ibid.
  • 52 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble du commandant supérieur Forgemol, Inspection générale des Bureau (...)

63Ces mêmes rapports mettent aussi en évidence des savoirs très lacunaires sur cette partie du cercle, qui peuvent y compromettre le développement de la colonisation. « C’est à peine si l’on possède une carte du territoire civil », écrit le commandant Forgemol51. Cette carence reflète la phase transitoire dans laquelle se trouve la région. Au regard de la nature du cadre administratif qui l’organise, elle se compose à la fois d’éléments civils, tels que la commune littorale de La Calle qui est aussi le chef-lieu du cercle, et de territoires de commandement, situés plus au Sud et à l’Est. Mais le développement de concessions forestières semble brouiller les limites entre ces territoires. Par ailleurs, le rapport fait également mention des progrès sensibles de la colonisation. Ces progrès se matérialisent par le développement de cultures qualifiées de « nouvelles », d’« européennes », telles que le coton. Elles sont pratiquées non par des colons mais par des caïds qui ont « planté des vignes et arbres fruitiers d’Europe, ou « construit un bordj vaste et complet quant aux dépendances et aux matériaux employés52 ». Ces éléments de modernité constituent pour le commandant les marqueurs de la colonisation, ce qui nous rappelle que le développement d’un peuplement européen n’est pas encore de mise sur ces espaces, et notamment sur la zone frontalière avec la Régence, comme cela a été abordé ultérieurement. La matérialité de la colonisation ne relève pas encore d’un peuplement européen mais plutôt de la diffusion de pratiques agricoles ou de techniques de construction.

64Le peuplement du cercle s’organise en tribus, elles-mêmes divisées en fractions. L’ensemble de ces groupements est précisément cartographié et décrit dans des notices qui mentionnent activités de brigandages, influences néfastes de tribus voisines ou encore données démographiques. La tribu des Nehed, appelée aussi « confédération », englobe la plupart des autres tribus qui en constituent les fractions. L’origine tunisienne d’une partie de ces tribus est également une mention récurrente de ces descriptifs, dans la mesure où elle est un élément d’explication à l’insoumission d’une partie de la population.

Caïdat de l’Oued-El-Kébir

Beni Amar
Seba
Ouled Dieb
Ain Khiar
Brabtia
Brabtia
Souarakh
Souarakh
Le reste des tribus de l’organisation militaire actuelle

Territoire civil




Territoire militaire
Territoire civil
Territoire militaire

Caïdat de l’Oued Bou Hadjar

Même organisation

Territoire militaire de La Calle

Tableau 1. Les caïdats du cercle de La Calle
(d’après Périgot, Général de division commandant la province, 18 mai 1865, ANOM 93302/15)

  • 53 Un caïdat est un territoire placé sous l’autorité d’un caïd, chef de tribu nommé par les autorités (...)

65En 1865, le cercle de La Calle est morcelée en deux caïdats : celui de l’Oued El Kebir, au Nord et celui de l’Oued Bou Hadjar plus au Sud et proche de la Régence de Tunis53. Ce premier fractionnement du territoire requis par le commandant Forgemol vise à améliorer la surveillance des populations, notamment des tribus tunisiennes, mais aussi d’envisager une meilleure exploitation des ressources locales, minières et forestières.

66Le caïdat de l’Oued El Kebir est progressivement intégré au territoire civil, qui englobe les tribus situées les plus au Nord, près du littoral et du chef-lieu du cercle, mais aussi à proximité des axes de communication telle la route départementale carrossable menant de Bône à La Calle. La commune mixte se développera d’abord sur cette partie. Son développement vers le Sud, au-delà de l’Oued El Kébir, est postérieur, en lien avec la formation de nouveaux douars et la signature du traité du Bardo en 1881 qui instaure le début du protectorat français et d’une sécurisation de la Tunisie limitrophe.

67Au sud, le caïdat de l’Oued Bou Hadjar ne connaît pas d’évolution de cette sorte. Situé dans l’intérieur des terres et proche de zones de tensions à proximité de la Régence de Tunis, il conserve une administration militaire

68D’après l’arrêté fondateur de la commune mixte de La Calle, la commune indigène sert de base à la définition de l’assiette territoriale de la commune mixte. Elle est constituée de neuf tribus ou douars ; ces groupes de population formeront les sections de la future commune mixte, telle qu’elle est définie par l’arrêté du 29 décembre 1884.

La territorialisation des tribus

69Si l’organisation territoriale de l’Algérie française trouve souvent ses filiations dans l’administration métropolitaine, elle s’appuie également sur une législation nouvelle. Le sénatus-consulte de 1863 relatif à l’organisation de la propriété foncière doit ici être évoqué car sa mise en œuvre participe de la constitution des communes mixtes : il est à l’origine de la définition de douars-communes qui y constitueront les futures sections. Les centres de colonisation qui la composent sont définis à partir de terres distraites de ces douars et l’identification de la nature des parcelles est déterminante dans les transactions qui président à la création des centres. Par ailleurs, ces douars regroupent les tribus qui constituent la future population de la commune mixte.

70Il faut cependant éviter tout anachronisme puisque le vote du texte du sénatus-consulte de 1863 est bien antérieur à la création de ces nouvelles circonscriptions administratives ; l’application de ses principes n’est donc pas corrélée à la création des communes mixtes.

  • 54 H. Brenot, 1938.

71Dans l’organisation sociale traditionnelle, le terme douar désigne « une réunion de familles formée en raison de leur communauté d’origine ou d’après leurs sympathies ou leurs intérêts particuliers54 ». Il est la base de la constitution sociale arabe, l’unité de peuplement originelle. L’application du sénatus-consulte va consister à définir des douars-communes, c’est-à-dire des entités nouvelles qui regroupent tout ou partie des populations appartenant à une même tribu. Ces créations artificielles sont considérées, dans l’esprit du sénatus-consulte, comme des germes de la commune arabe. À terme, la définition de ces nouvelles entités doit permettre de favoriser la propriété individuelle dans une société dominée par la possession collective et accélérer ainsi le transfert de terres aux Européens. Entre les principes voulus par Napoléon III et l’application du texte sous la IIIe République, l’objectif du sénatus-consulte a donc changé pour favoriser l’expansion de la propriété européenne au gré de la dépossession foncière algérienne.

  • 55 C.-R. Ageron, 1979.
  • 56 Y. Ben Hounet, 2007.
  • 57 A. Berque, 1986, p. 28.
  • 58 Y. Ben Hounet, 2007.

72Selon C.-R. Ageron, entre 1871 et 1919, près d’un million d’hectares ont été livrés aux colons55, Yazid Ben Hounet analyse les diverses conséquences de l’application du texte sur l’organisation tribale en prenant en compte la diversité des situations en Algérie56. Il évoque notamment la diminution du nomadisme qui concernait dans les années 1860 près des deux-tiers de la population locale, et avec elle, la fin de l’économie agro-pastorale. Ce constat vaut surtout pour l’Algérie du Nord car les territoires du Sud en grande partie sous administration militaire, étaient constitués de terres arides. Par ailleurs, la constitution des douars-communes est souvent perçue comme la cause du démantèlement des tribus : Augustin Berque considère ainsi que le sénatus-consulte de 1863 a pour but « l’amoindrissement des grandes familles indigènes et la dislocation de la tribu57 ». Y. Ben Younet montre que ce phénomène ne doit pas être généralisé et que certaines tribus se sont trouvées renforcées par l’organisation française, qui souhaitait « garder cette organisation en tribus, qui leur semblait plus contrôlable58 ». Qu’en est-il dans la région de La Calle ?

Période

Tribu

Douar-commune

1865-1870

Brabtia

Brabtia

1865-1867

Ain Khiar

Ain Khiar

1865-1868

Ouled Dieb

Ouled Dieb

1866-1867

Beni Amar

Beni Amar

1866-1868

Seba

Seba

1867-1868

Ouled Arid et Sbeta

Kanguet Aoun

1868-1869

Aouaoucha et Lakhdar

Nehed

1868-1869

Souarakh

Souarakh

1869-1870

Ouled Youb

Ouled Youb

1891-1894

Ouled Amor ben Ali

Tarf

1891-1894

Ouled Ali Achicha

Bougous

1891-1895

Ouled Nacer

Meradia

1892-1894

Chiebna

Chiebna

Tableau 2. Chronologie de la constitution des douars-communes (d’après ANOM 93302/135 à 142.)

  • 59 L’étude de l’application du sénatus-consulte dans ces douars a été effectuée à partir des cartons d (...)

73Les quatorze douars-communes y ont été délimités en deux temps, sur une période de près de 30 ans, entre 1865 et 1894. De 1865 à 1870, a lieu la première phase de l’application du texte, qui prend fin après qu’une circulaire du commissaire extraordinaire de la République, datée du 19 décembre 1970, notifie un ordre de suspension des opérations. La reprise des opérations de délimitation et de répartition en groupes de propriétés est effective pour l’ensemble de l’Algérie en 1873, mais elle n’a lieu sur le territoire devenu commune mixte qu’à partir de 189159.

74La première phase d’application du sénatus-consulte conduit à délimiter neuf douars-communes à partir des tribus intégrées dans le caïdat de l’Oued El Kebir. Après le passage de certaines tribus au régime civil, la délimitation de douars-communes constitue donc un nouveau remaniement.

75L’analyse suivante s’appuie sur l’ensemble des dossiers du sénatus-consulte de 1863 qui comportent, pour chaque tribu concernée, des documents relatifs notamment au bornage de la tribu, à la délimitation de groupes de parcelles, au bornage des douars. Ils font état d’un dénombrement précis des populations de chaque tribu mais aussi des indicateurs de leur niveau de richesse. Certaines notices historiques font la part belle au merveilleux et rendent compte du regard porté par les officiers sur leurs administrés algériens. L’origine mythique de certaines tribus révèle une représentation quasi romantique de « l’Arabe » qui contraste fortement avec un regard plus indifférencié porté ultérieurement sur l’« indigène ». Ainsi, nous apprenons que la tribu des Ouled Dieb, constituée en douar en 1866 aurait été jadis dirigé par un chef élevé par les animaux ; cette histoire explique son nom, « les enfants du chacal », et l’auteur de cette notice historique établit un parallèle entre le passé de ces hommes et le célèbre mythe de la louve romaine. Les descriptifs des tribus rappellent également que celles-ci rassemblent des familles qui peuvent être regroupées en sous sections : les fractions (ou ferkhas). Par ailleurs, plusieurs tribus peuvent appartenir à une même confédération, telle les Nehed. Cette organisation du peuplement se retrouve sur l’ensemble du territoire.

76Les spécificités de l’Est algérien sont liées à la proximité de la Tunisie : la plupart des tribus sont d’origine tunisienne. Ces sources insistent sur une ancienneté du peuplement de la région par des confédérations rassemblant plusieurs tribus. Ainsi, la confédération des Nehed, originaire de Tunisie, regroupe plusieurs tribus telles que les Souarakh, Aouaoucha, Lakhdar. La création de douars-communes conduit à les territorialiser dans un maillage spécifique qui fixe les hommes dans des périmètres dont la délimitation est désormais écrite. La définition de ces limites est déterminée par les connaissances que les membres des commissions de délimitation ont acquises auprès des membres des tribus. La coïncidence entre tribu et douar n’est pas systématique : la décision de regrouper plusieurs tribus dans un même douar ou au contraire de les fractionner revient à la commission, quelle que soit la période de mise en œuvre du sénatus-consulte.

77Dans le cas des neuf douars-communes constitués avant 1870, la comparaison des procès-verbaux relatifs à leur création révèle deux cas de figure : soit le douar créé correspond à la tribu (quatre douars sur neuf sont dans ce cas), soit il regroupe plusieurs tribus. Le critère de l’intérêt commun est récurrent et premier dans la définition du maillage du douar. Il n’est donc pas envisagé de fractionner des tribus qui le satisfont. Comment est-il évalué ? Comment les commissions de délimitations prennent-elles la mesure de l’intérêt collectif au sein d’une tribu ?

78Leurs justifications sont bien minces et font état par exemple d’un même genre de vie. Elles suffiront à établir une coïncidence entre douar et tribu pour Ain Khiar, Ouled Dieb ou encore Beni Amar. Le même argument est utilisé pour rassembler deux tribus dans un même douar. Loin de considérer ce regroupement comme un problème, leurs auteurs y voient même le rétablissement d’une filiation passée :

  • 60 ANOM 93302/140.

L’adjonction de ces deux tribus – Sbeta et Ouled Arid – et leur réunion dans une même circonscription administrative ne pourrait donc porter aucun préjudice à leurs habitudes et aurait pour résultat de rassembler sur un même territoire les membres épars d’une même famille60.

79Ainsi, le douar Khanguet Aoun créé en 1868 regroupe ces deux tribus.

  • 61 ANOM 93 302/141.

80D’autres critères entrent en considération : le faible nombre d’habitants, un territoire exigu ou encore la proximité de la frontière tunisienne. Ce dernier point est l’une des explications avancées pour justifier la constitution du douar Nehed défini en 1869, et qui rassemble lui aussi deux tribus, les Aouaoucha et les Lakhdars. Le regroupement de populations au sein d’un même douar constitue une sorte d’espace tampon, défini comme « un élément de résistance au voisinage des tribus tunisiennes » entre le territoire de l’Algérie en cours d’organisation administrative et la Régence de Tunis61.

81Le critère du poids démographique est également saillant, mais peu précis : pour qu’elle coïncide avec le douar, la tribu doit regrouper un peuplement suffisant. Qu’est-ce qu’une tribu « trop petite » ou insuffisamment peuplé ? Les rapports ne proposent pas de seuil.

82La question des ressources constitue un dernier élément qui préside à la définition des douars. Les tribus sont ainsi regroupées en une même unité lorsque les activités agricoles et d’élevage sont insuffisants. Ce critère s’applique au douar Souarakh, qui correspond à la tribu du même nom un cas particulier. Les limites du territoire de la tribu englobent en effet une partie des mines de Kef Oum Theboul. Ce site qui abrite la seule activité industrielle de la région emploie la moitié des hommes algériens qui vivent dans le douar, soit166 sur 329. Cette main-d’œuvre côtoie les ouvriers européens et perçoit un revenu complémentaire à celui qui provient de l’activité agricole. Le niveau de vie de ces populations ainsi que leurs contacts fréquents avec les Européens leur confèrent un statut spécifique et justifie l’adéquation entre la tribu et le douar délimité.

83La définition de chaque douar s’accompagne de la reconnaissance d’une assemblée qui représente ses habitants : la djemaa. Héritée d’un fonctionnement traditionnel, la djemaa du douar-commune, comme le territoire auquel elle se rapporte, n’a d’emprunté à la coutume que son nom. Elle est en réalité une construction artificielle dont les membres sont nommés par la commission chargée de l’application du sénatus-consulte, et choisis généralement parmi les familles de notables. Les attributions et l’organisation de la djemaa sont définies dans l’arrêté du 20 mai 1868 (articles 55 à 67). Les djemaa nommées ne contestent aucune décision prise par les maîtres d’œuvre de la délimitation des douars.

84Les neuf douars ainsi formés en territoire de commandement sont adjoints en 1884 à la commune mixte de La Calle. Jusque-là, et en application du décret du 24 novembre 1870, ils sont constitués en commune indigène parce qu’ils n’appartiennent ni à une commune mixte ni à une commune de plein exercice. Les tribus situées au Sud de l’Oued Bougous ne seront soumises à ces délimitations qu’à partir de 1870.

85Les douars délimités ensuite territorialisent des tribus déjà englobées dans la commune mixte. L’administrateur Dieudonné participe donc aux procédures qui envisagent les tribus, comme précédemment. Ainsi, aucune d’entre elles n’est fractionnée. Les Ouled Ali Achicha, divisés en six fractions, sont maintenus ensemble malgré leur lente soumission aux autorités.

Vers la création des centres

86Contrairement aux communes mixtes de Souk Ahras et de Tébessa qui sont produites à partir de sections parfois distraites d’autres communes mixtes, la commune mixte de la Calle est parfaitement superposée à la commune indigène jusque-là formée en territoire de commandement. Neuf sections la composent. Elle n’intègre pas de centre de population européen dans un premier temps et forme donc un territoire homogène. La commune de plein exercice en constitue provisoirement le chef-lieu, mais est exclue de son périmètre. L’arrêté du 29 décembre 1884 propose donc une commune mixte à l’état embryonnaire.

87Jusque-là, les projets de villages n’avaient pas été retenus et les requêtes répétées du conseil municipal de la commune de plein exercice n’avaient pas été entendues. Le programme de colonisation de 1885 amorce la création de centres et malgré la lenteur des avancées, huit villages verront le jour à partir de 1887.

  • 62 Voir notamment les lieutenants généraux Lamoricière et Bedeau, Projets de colonisation pour les pro (...)

88Quel que soit le régime en place en métropole, c’est à l’État que revient la prise en charge des choix de stratégie. Cette implication est ancienne : elle se manifeste dès les premiers desseins d’une colonisation de peuplement au travers de projets et parfois de leur mise en œuvre, qui sont émis par la plupart des lieutenants généraux62. Cette question de la façon dont l’État doit impulser et réglementer la venue et la mise en place d’un peuplement européen est récurrente pendant les quarante années qui succèdent à la conquête ; la création de la commune mixte, du fait des centres de colonisation qui en constituent des sections, en est une nouvelle manifestation.

89L’expansion du territoire civil s’accompagne alors d’une transformation des paysages au rythme de l’élaboration de villages à la française, projetés, allotis et peuplés selon des normes de plus en plus maîtrisées. En Algérie, l’État est donc l’initiateur des choix territoriaux selon une logique programmatique de plus en plus sophistiquée, qui vise, théoriquement, à écarter ou limiter les impondérables financiers ; elle caractérise l’organisation de la colonisation dite officielle.

90Auguste Burdeau la définit ainsi dans le chapitre VII de son rapport :

  • 63 A. Burdeau, 1892.

l’État prend une partie des terres de son domaine, ou il en acquiert des indigènes, de façon à constituer un territoire suffisant pour nourrir de 40 à 400 familles françaises ; il divise ces terres en lots d’une trentaine d’hectares ; il trace le plan d’un village comprenant les emplacements à bâtir et les jardins ; il construit les rues et les chemins d’accès, il amène les eaux potables, il bâtit les édifices publics nécessaires à la vie municipale : une mairie, une école, une église, un lavoir ; cela fait, il concède gratuitement à des pères de familles, français ou algériens ces lots de terre, sous la condition ou d’y résider pendant cinq ans ou du moins de bâtir et de mettre le sol en valeur ; après quoi le concessionnaire devient propriétaire63.

  • 64 Nous pensons notamment aux différents rapports et enquêtes à destination du gouvernement général : (...)
  • 65 Le comte d’Haussonville, 1883. H. de Peyerimhoff, 1906.

91Cette description fait état des modalités d’un processus dans lequel l’État intervient systématiquement : l’acquisition des terres, leur allotissement, les divers aménagements, relatifs notamment à la voirie ou aux bâtiments publics, et enfin l’attribution des concessions gratuites aux colons. Il a donné lieu à des dispositifs très divers dont plusieurs travaux rappellent l’historique64, parmi lesquels on retiendra particulièrement l’analyse proposée par le comte d’Haussonville en 1883 et surtout la précieuse enquête de Henri de Peyerimhoff65. Ces documents montrent l’évolution des enjeux les plus saillants ; ils portent sur l’origine des colons à privilégier, sur les conditions d’acquisition d’une concession. Ces questionnements portés par les gouverneurs généraux successifs et les tenants du pouvoir politique de tous bords redéfinissent les critères de la colonisation à la lumière des expériences de leurs prédécesseurs.

92Le début de la IIIe République est marqué par le choix ferme d’une colonisation officielle efficace, à la satisfaction des colons. L’administration militaire doit désormais faire exception et limiter son action aux territoires situés au sud du pays, comme l’affirme Alfred Chanzy, gouverneur général de 1873 à 1879. Son exposé est résolument tourné vers le développement du peuplement et l’assimilation, terme récurrent de son discours et de son programme :

  • 66 A. Chanzy, 1875.

il se résume en quelques mots : assimilation de l’Algérie à la métropole, en tenant compte transitoirement des conditions exceptionnelles que crée ici la différence dans les origines et dans les coutumes des diverses populations qu’il s’agit maintenant de transformer et agréger66.

  • 67 Cette conception plus globale de la création des centres de colonisation a été étudiée par Tarik Be (...)

93Il revêt surtout un sens administratif dans cette phase de mutation conséquente du territoire militaire en territoire civil. Mais la politique coloniale envisagée se caractérise par une réflexion sur ce que l’on pourrait appeler une stratégie spatiale de colonisation ; cette préoccupation est nouvelle et résulte des expérimentations passées de la colonisation officielle67.

  • 68 Le terme réseau est employé à plusieurs reprises par Le Myre de Vilers dans son rapport au gouverne (...)
  • 69 ANOM, GGA 5L28, rapport au gouverneur général civil, n° 4508, écrit par M. Le Myre de Vilers, Conse (...)
  • 70 A. Guynemer, 1873.

94Largement inspiré par les propositions de Le Myre de Vilers, conseiller général et directeur de la colonisation, ce programme met en évidence des filiations plutôt que des ruptures avec d’autres penseurs de la création de villages, mais aussi une appréhension plus fine et plus systématique du territoire à peupler. Il est question de procéder à des créations de villages plus cohérentes en privilégiant leur inscription dans un réseau constitué d’un ensemble de centres mais aussi des voies d’accès les reliant entre eux, et ce afin de favoriser le peuplement et la promotion de régions toutes entières, plutôt que des centres isolés68. Le directeur de la colonisation précise : « portons successivement nos efforts de région en région, de telle sorte que les différents villages à installer se soutiennent toujours les uns les autres69 ». Ce souci de cohérence peut apparaître comme une leçon tirée des difficultés de la colonisation par les Alsaciens-Lorrains. Le Comte d’Haussonville rapporte que cette opération, dont le coût est évalué à six millions de francs, a en partie échoué du fait de la dispersion des villages. Faisant référence au voyage de M. Guynemer en 1872, il indique que celui-ci « avait été frappé des inconvénients de l’éparpillement infini de ces familles réparties un peu partout, dans des villages éloignés les uns des autres, et noyées pour ainsi dire, au milieu de populations de provenances très différentes70 ».

  • 71 Ernest Mercier rappelle les difficultés d’adaptation de ces populations et le résultat décevant de (...)

95L’appréhension plus globale de l’espace à peupler n’est pas la seule évolution remarquable de la colonisation officielle au début de la IIIe République. La volonté acharnée du maintien du peuplement sur les terres conduit à sélectionner avec plus d’exigence les candidats à l’obtention d’une concession. Les dossiers de colons révèlent notamment le poids du critère financier et de l’expérience en matière d’agriculture : il n’est plus question d’admettre en Algérie une population nécessiteuse et peu préparée au travail de la terre. Les expériences malheureuses telles que les colonies agricoles de 1848 ou encore la concession massive de terres aux Alsaciens-Lorrains conduisent à envisager la mise en peuplement des terres avec prudence71.

96Ce projet ambitieux nécessite des moyens. L’analyse du comte d’Haussonville fait état des débats engagés et met en évidence les préoccupations relatives à la gestion financière d’un projet de création de multiples centres. La création d’une caisse de colonisation, ainsi que le projet des Cinquante millions constituent les propositions essentielles. Cette dernière est finalement écartée.

  • 72 On peut penser notamment, dans le cadre de la création d’un centre de colonisation, à la crainte d’ (...)
  • 73 G. Di Méo, 1998.

97La création et l’élaboration des communes mixtes en territoire civil prennent donc place dans une perception très codifiée du territoire colonial, qui peut s’expliquer par diverses causes, parmi lesquelles on peut envisager en premier lieu des considérations matérielles et financières72. Elles sont particulièrement sous-tendues par une volonté de réduire la contestation, favoriser la légitimation du projet colonial et renforcer ainsi la prise de pouvoir, selon un processus de territorialisation autoritaire de l’espace73. Ce caractère autoritaire ne concerne pas uniquement les populations algériennes : les conditions suspensives à l’obtention d’un titre de propriété constituent une contrainte imposée aux colons.

98La commune mixte dans son maillage territorial abouti relève donc d’un processus qui se caractérise par des découpages successifs du territoire militaire. Il s’accompagne de la mise en œuvre du sénatus-consulte de 1863 qui contribue à ces découpages en limitant les douars-communes mais participe aussi à une réorganisation du peuplement algérien.

99La commune de plein exercice qui donnera son nom à la future commune mixte et en sera le chef-lieu constitue le point de départ d’une ouverture de la colonisation vers le sud du territoire civil. La frontière tunisienne incertaine se pose comme une barrière au développement de la colonisation jusqu’en 1881. Avec la mise en place du Protectorat, elle constitue un mobile d’accélération de la mise en peuplement par les Européens.

100Celui-ci est organisé selon les principes de la colonisation officielle, au sein de huit centres de colonisation qui se développent de 1885 à 1905 selon un mouvement Nord-Sud. Ainsi, c’est l’ancien caïdat de l’Oued El Kebir, premier espace remanié ensuite par le sénatus-consulte de 1863, qui reçoit d’abord les premiers centres de colonisation dédiés au peuplement européen. Dans cette même logique, en 1905, le centre de Lamy érigé le plus tardivement se situe dans la partie méridionale de la commune, longtemps soumise aux turbulences de la zone frontalière et éloignée des villes et des axes de communication proches du littoral méditerranéen.

101La création de la commune mixte suscite de vives critiques. Toutes condamnent la nature d’un espace administratif qui semble d’emblée inadéquat pour favoriser la construction de l’espace social attendu. Les Algériens vivant dans les douars-communes constitués ou futurs en forment la population majoritaire. Les colons arrivent ensuite.

Notes

1 SHAT 1H208, « Rapport à Sa Majesté l’empereur sur les travaux entrepris en Algérie en exécution du sénatus-consulte du 22 avril 1863 », 25 avril 1868, p. 9-10. Cité par M. O. Illiano, op. cit. p. 84. Les pouvoirs de police avaient été retirés aux maires et remis aux préfets par l’article 40 de la loi du 5 mai 1855.

2 J.-F. Tanguy, 2009, p. 10.

3 BOGGA, année 1884. Loi du 5 avril 1884, « Dispositions relatives à l’Algérie et aux colonies », p. 172. Texte en annexe 2, p. 416.

4 B.-P. Enfantin, 1843.

5 Ibid.

6 I. Urbain, 1861. À propos des Saint-simoniens et la Méditerranée, voir E. Temime, 2002.

7 E. Larcher et G. Rectenwald, 1923.

8 Ibid.

9 M.-V. Ozouf-Le Marignier, 1986. p. 1194.

10 E. Larcher, 1923.

11 E. Larcher, 1923.

12 BOGGA année 1868 n° 267, Administration municipale en territoire militaire, p. 214-217

13 BOGGA année 1868 n° 106, Organisation municipale du territoire militaire, p. 218-234. Voir texte Annexe 2, p. 416.

14 Ibid.

15 M.-O. lliano, 1995.

16 F. Lapasset, 1850.

17 C.-R. Ageron, 1979.

18 A. de Peyre, 1897.

19 BOGGA, Rapport du ministre Niel à l’Empereur, 9 mai1868.

20 Voir par exemple M. Champ, 1928. Réed. en 1933 ; A. de Peyre, 1893.

21 C.-R. Ageron, 1979.

22 BOGGA, année 1868 n° 267, p. 214-217.

23 A. de Peyre, 1893.

24 Dans ce rapport, on la retrouve en effet dans chaque entité communale à l’exception de la commune de plein exercice qui constitue le point d’aboutissement du processus.

25 BOGGA, Arrêté du 20 mai 1868.

26 A. de Peyre, 1884.

27 Ibid., p. 49

28 Ibid., p. 75.

29 Ibid., p. 49.

30 C. Marchal, 1897.

31 J. Frémeaux, 1993, X. Yacono, 1953.

32 ANOM9330/15, ANOM GGA 10H15, ANOM GGA 26L5.

33 ANOM GGA 26L5, rapport du général Randon au ministre de la guerre, 2 août 1842.

34 ANOM GGA 30L24, extrait du rapport du bureau arabe du cercle de La Calle, deuxième quinzaine de mai11849.

35 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble de l’Inspection générale des bureaux arabes rédigé par le Commandant supérieur Forgemol, 1859.

36 Ibid.

37 ANOM GGA 26L5.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Affaires de Tunisie, Ministère des Affaires Etrangères. Imprimerie nationale, Paris, 1881, 345 pages.

41 ANOMGGA 32L/30, délibération du Conseil municipal de la commune de La Calle, session ordinaire du 25 mai 1879.

42 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et Algériens des trois provinces (territoire civil et territoire militaire) : avec indication du chiffre de la population et de la superficie, Gouvernement général de l’Algérie, Direction générale des affaires civiles et financières, Alger Année 1884.

43 M. Emerit, 1951.

44 Ibid.

45 ANOM GGA 32L/30, délibération du Conseil municipal de la commune de La Calle, session ordinaire du 22 juin 1882.

46 La smala de spahis rassemble des cavaliers indigènes intégrés dans le corps expéditionnaire français en Algérie. Elles sont installées dans la région pour la protéger des incursions tunisiennes.

47 Tableau général des communes de plein exercice, mixtes et Algériens des trois provinces (territoire civil et territoire militaire) : avec indication du chiffre de la population et de la superficie, Gouvernement général de l’Algérie, Direction générale des affaires civiles et financières, Alger. Année 1884.

48 H. de Peyerimhoff, 1906.

49 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble du commandant supérieur Forgemol, Inspection générale des Bureaux arabe, 1859.

50 ANOM GGA 10H/15, Hugonnet (F.), Inspection générale, Notice sur les Nehed, 1850.

51 Ibid.

52 ANOM 93 302/15, rapport d’ensemble du commandant supérieur Forgemol, Inspection générale des Bureaux arabe, 1859.

53 Un caïdat est un territoire placé sous l’autorité d’un caïd, chef de tribu nommé par les autorités militaires.

54 H. Brenot, 1938.

55 C.-R. Ageron, 1979.

56 Y. Ben Hounet, 2007.

57 A. Berque, 1986, p. 28.

58 Y. Ben Hounet, 2007.

59 L’étude de l’application du sénatus-consulte dans ces douars a été effectuée à partir des cartons du fonds de la commune mixte de La Calle ANOM 92302/ 135 à 142.

60 ANOM 93302/140.

61 ANOM 93 302/141.

62 Voir notamment les lieutenants généraux Lamoricière et Bedeau, Projets de colonisation pour les provinces d’Oran et de Constantine, Paris, Imprimerie royale, 235 p.

63 A. Burdeau, 1892.

64 Nous pensons notamment aux différents rapports et enquêtes à destination du gouvernement général : l’étude de Peyerimhoff, le rapport Burdeau, mais aussi aux travaux plus de Le Myre de Vilers.

65 Le comte d’Haussonville, 1883. H. de Peyerimhoff, 1906.

66 A. Chanzy, 1875.

67 Cette conception plus globale de la création des centres de colonisation a été étudiée par Tarik Bellahsène dans une thèse pour le doctorat d’architecture (T. Bellahsène, 2006, 619 pages) Il l’envisage comme une façon « d’industrialiser le processus de création de centres ». L’expression traduit à la fois la spécificité de la démarche et surtout l’ambition d’une colonisation de grande envergure. Cette réflexion sur l’organisation spatiale de la colonisation aboutit à envisager les centres projetés dans leur espace, en lien avec d’autres villages, existants ou à créer

68 Le terme réseau est employé à plusieurs reprises par Le Myre de Vilers dans son rapport au gouverneur général Chanzy.

69 ANOM, GGA 5L28, rapport au gouverneur général civil, n° 4508, écrit par M. Le Myre de Vilers, Conseiller Général et Directeur des Affaires civiles et financières, Alger le 6 octobre 1877.

70 A. Guynemer, 1873.

71 Ernest Mercier rappelle les difficultés d’adaptation de ces populations et le résultat décevant de cette opération coûteuse pour l’intérêt de la colonisation : « quand on cessa de distribuer de l’agent et des vivres, un certain nombre d’Alsaciens rentrèrent chez eux ou se dispersèrent ; d’autres attendirent l’expiration des cinq années du bail, vendirent leur concession depuis longtemps grevée et disparurent ». E. Mercier, 1883.

72 On peut penser notamment, dans le cadre de la création d’un centre de colonisation, à la crainte d’un rejet par les colons potentiels des lots envisagés, dans la mesure où ceux-ci ne correspondent pas à leurs attentes (localisation, qualité des sols, accessibilité…).

73 G. Di Méo, 1998.

Table des illustrations

Légende Carte 3. Croquis visuel du territoire des centres projetés sur le parcours de la route provinciale de Bône à La Calle, 2 mai 1872 (ANOM 93302/15)Ce croquis réalisé en 1872 représente la partie du territoire au sud-ouest de la commune littorale de La Calle. Les parties colorées en rose désignent l’emplacement de futurs villages : Sidi Amar ben Nouara à l’ouest et à l’est, Rokaba. La zone comprenant Rokaba est scindée en deux, comprenant au sud la mention de la smala de spahis. Cette espace pourrait accueillir un troisième village européen : Le Tarf.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Carte 4. Subdivision de Bône, plan du cercle de La Calle, 1849. (ANOM 10H15)Ce plan représente l’ensemble du cercle de La Calle. Le découpage du territoire est ici formé par les limites des tribus qui constitueront la base de la définition des futurs douars-communes. Sa forme triangulaire est très proche à celle de la commune mixte aboutie en 1909. Celle-ci s’étendra néanmoins plus au sud, au-delà des Chiebna.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search