Version classiqueVersion mobile

L’obsession communale

 | 
Christine Mussard

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cette association est basée à La Ciotat.

120 mai 2010. L’avion se pose à Annaba à 13h30, 12h30 heure locale. Cet aéroport est le plus proche de la ville d’El Kala, point de départ d’une visite qui va me permettre de découvrir in situ mon objet d’étude. Je fais mes premiers pas sur le sol algérien, auquel aucune attache particulière ne me lie, au sein d’un groupe de Français originaires de la ville qui y reviennent régulièrement. Ils ont accepté ma présence et m’ont aidée à préparer ces journées de visite et de travail. Alexandre Berthot, membre de « L’Amicale des Callois et Amis de La Calle » est mon guide dans ce périple1. Au moment où je découvre les lieux, je suis au milieu du gué : deux années d’engagement dans la recherche m’ont permis de me familiariser à distance avec l’espace local. La manipulation de cartes, l’analyse des modalités de la colonisation de cette région m’ont amenée à définir les traits saillants d’une représentation mentale : toponymie des lieux, réseau hydrographique, lacs, formes du relief. Tous ces éléments permettent de se situer et de contextualiser le séjour.

  • 2 La wilaya est une division administrative équivalente au département. Elle est composée de plusieur (...)

2À la sortie de l’aéroport, des Algériens et parmi eux, Zohir Abdelmoumène, nous accueillent, amis d’enfance de mes compagnons de voyage. Ils nous accompagneront dans la plupart des visites et n’auront de cesse de répondre à toutes mes questions. Un car nous conduit jusqu’à El Kala, ville portuaire de la daïra du même nom, dans la wilaya du Tarf, et située à une vingtaine de kilomètres de la Tunisie2 . Pour rejoindre ce port, une heure de route est nécessaire, par une voie littorale reliant l’ancienne Bône à notre point d’arrivée, puis à Tunis. Les paysages défilent, jalonnés de constructions inachevées, de champs. L’oued Seybouse traversant la plaine rompt la monotonie du trajet.

  • 3 Cité par L. Martini, 2002, p. 21.

3Le port d’El Kala apparaît au détour d’un virage, d’une exceptionnelle beauté. Les liens de ce site à la France sont anciens. Avant d’abriter, en 1623, l’établissement de la Compagnie d’Afrique, le port est investi à l’ouest, dès 1550, par Thomas Lencio qui fonde le site Bastion de France, dont la renommée est liée à la pêche et à la vente du corail, servant de monnaie d’échange avec les épices du Levant. Cet épisode est un temps fort de la mémoire coloniale qui a nourri les discours du centenaire de la présence française en Algérie. Le 29 mars 1929, Louis Filippi, adjoint au maire d’Alger, présentait alors la région telle la porte d’entrée de la présence française, évoquant « les premiers pionniers de notre civilisation en pays barbaresque [qui ont fondé] un premier village de colonisation qui fut l’héroïque ancêtre de tous nos villages d’Algérie3 ».

4Une promenade sur le port et ses environs me permet de découvrir les vestiges de la présence française, notamment le cimetière marin et l’église Saint Cyprien, partiellement délabrée. Vers l’intérieur, à la croisée de deux rues, les anciens locaux du siège de l’administrateur de la commune mixte accueillent les services municipaux actuels. Ils sont le seul lien concret avec la circonscription que j’étudie. Le territoire de l’ancienne commune mixte s’étirait au sud du port. Il s’étendait sur 160 000 ha selon une forme triangulaire, dont la base au nord épousait la commune de plein exercice et la côte méditerranéenne. Limité à l’est par la frontière avec la Tunisie, et jouxtant à l’ouest la commune mixte de l’Edough, il pointait vers le sud jusqu’à Souk Ahras. La circonscription englobait alors huit villages et quatorze douars.

5Les jours suivants, je découvre à bord d’un taxi certains de ces anciens villages qui furent de petits centres destinés à l’installation des Européens. La plupart ont retrouvé leur toponymie originelle. El-Aioun, anciennement Lacroix, jouxte la frontière tunisienne. Le centre partiellement abandonné par les colons est aujourd’hui une ville moyenne. Plus à l’est, l’ancien village du Tarf, qui a conservé ce nom, est le chef-lieu de la wilaya. Les locaux de la préfecture et de l’université, rutilants, témoignent d’une ville en croissance. Pour y parvenir, il faut traverser la plaine d’Ain Khiar, cultivée et irriguée. J’emprunte ensuite des pistes en terre qui percent un épais maquis. L’ensemble de cette région est néanmoins humide et marécageux, partiellement inscrit aujourd’hui dans un parc naturel protégé. Plusieurs lacs marquent les paysages au nord : lac des Oiseaux au nord-est ; lacs Tonga, Mellah et Oubeïra plus à l’ouest. Le sud et ses forêts de chêne-liège, qui couvrent un relief plus élevé où se sont développés les anciens centres de Toustain, Munier ou encore Lamy, ne me sont pas accessibles.

Carte 1. Limites administratives du département de Constantine, 1935 (GGA, Service cartographique)

  • 4 Cette carte constituera pour l’ensemble de cette étude un document de référence permettant de visua (...)

Carte 2. La Calle, commune de plein exercice et commune mixte4

6Ce court séjour a permis une visualisation partielle des lieux. Il fut aussi l’occasion d’échanges avec les Algériens et les Français natifs de la région. L’intérêt de la découverte du terrain de recherche n’est alors pas toujours là où on l’attend. Et il ne se pose pas d’emblée avec évidence. Pour ces anciens habitants du port de La Calle – Algériens ou Français – la commune mixte n’existe pas même s’ils m’indiquent les bâtiments qui abritaient les services administratifs de la circonscription. Ils connaissent les villages et les douars qui en constituaient les sections, mais ignorent qu’ils faisaient partie d’un même ensemble.

7Cette méconnaissance de l’existence de la commune mixte par des personnes qui y ont vécu ne m’ont pas surprise outre mesure pendant le séjour à El Kala. Au moment où la circonscription administrative disparaît, en janvier 1957, la plupart de mes interlocuteurs étaient adolescents et vivaient dans la commune de plein exercice. Pourtant, ce fait mérite que l’on y prête attention. Était-il courant d’ignorer l’organisation administrative de sa propre région ? Comment l’expliquer ? Cette commune était-elle trop vaste pour être connue ? Les quelques témoignages recueillis mettent en évidence une absence de représentation de ce territoire, et laissent entrevoir une sorte d’espace non-vécu.

8Cette analyse rapide relève de l’intuition, mais elle prend corps au regard des sources, et confère un relief nouveau aux correspondances des habitants de la commune mixte. Ils ne la nomment pas, ils se disent de leur douar ou de leur village. « Commune mixte » est un terme de l’administration dont l’étendue géographique et le caractère composite n’est pas appréhendé par les habitants. Il est employé par le fonctionnaire qui la dirige et par ses personnels, par le gouverneur général et l’ensemble des autorités. Il figure sur les délibérations des commissions municipales, sous le tampon des secrétaires, mais il est absent des nombreuses pétitions rédigées par les colons, de toute correspondance spontanée qui ne relève pas du rapport officiel ou du compte rendu. Ainsi, de prime abord, ce territoire ne revêt pas de réalité pour ceux qui sont censés le vivre de l’intérieur.

  • 5 BOGGA année 1868 n° 267, Administration municipale en territoire militaire, p. 214-217.
  • 6 Arrêté du 20 mai 1868.

9La commune mixte existe pourtant aux yeux de multiples regards externes. Ce sont ceux des agents de l’État, des politiques locaux issus du conseil municipal, du conseil général ou de responsables plus haut placés, députés et sénateurs. Ils ont en commun de jauger l’efficience de cette création au regard de son objectif premier : poursuivre l’avancée de la colonisation vers l’intérieur de la région du Tell. La morphologie et l’organisation de cette entité administrative sont définies par l’arrêté du 20 mai 1868 alors que l’Algérie est principalement gérée par l’administration militaire. Elle est une « agrégation de territoires (centres de colonisation, douars et tribus), formant une circonscription politique et administrative5 ». Avec l’avènement de la IIIe République et le recul des territoires militaires, sa vocation essentielle est de permettre une avancée de la colonisation par le peuplement des terres situées dans l’intérieur du pays. Cette attribution lui confère un caractère transitoire : « la commune mixte pourra être sans aucune difficulté, érigée en commune de plein exercice, le jour où l’élément européen sera suffisamment développé, et où, de son côté, l’élément indigène se sera façonné à nos idées6 ». La commune mixte dans son maillage, sa structure, les modalités de son administration, se présente ainsi comme une structure inédite. Elle est à l’origine un territoire de l’entre-deux, qui finalement s’éternise. Certes, quelques centres de colonisation sont bien érigés en commune de plein exercice, mais au moment où leur suppression, annoncée en 1947, puis effective en 1956, l’Algérie en compte encore 97.

10 De ces éléments de définition, je retiens d’abord le caractère « mixte » : à quelle mixité cet adjectif renvoie-t-il ? Celle du peuplement ? Du territoire ? De la gouvernance ? Ces questions orientent le regard vers son sens originel, sa création, afin d’en cerner les contours. Cette production élaborée depuis la métropole dit le contexte de sa création, les objectifs assignés à ce territoire.

11Le terme « commune » s’avère essentiel. Le juriste Hubert Michel définit la commune selon un double aspect :

  • 7 H. Michel, 1968, p. 99.

elle est une circonscription territoriale d’un État unitaire, ce qui implique un contrôle et une tutelle exercés par ce dernier ; elle est un démembrement de la puissance publique et dispose, en conséquence, de la personnalité morale de droit public avec toutes les prérogatives afférentes7.

12Cette nature duale met la circonscription en tension : elle résulte d’une délégation de pouvoir qui s’exerce avec des contraintes locales ; celles-ci ne doivent pas entraver les principes de gestion qui commandent l’État dans lequel elle s’inscrit. Dans l’Algérie des années 1860, espace conquis mais lointain et encore peu peuplé d’Européens, la recherche de structures satisfaisant cet équilibre est complexe. La diversité des formes administratives élaborées dans un contexte d’expérimentation témoigne de cette difficulté. En commune mixte, les caractères qui définissent l’entité sont éloignés de ceux du modèle métropolitain. La circonscription rassemble dans une même limite des populations aux intérêts contraires, ce qui est aussi le cas dans une moindre mesure de la commune de plein exercice. Mais en commune mixte, cette mise en contact doit être productrice d’une forme de maturité politique dénommée « éducation civique » par les concepteurs de l’entité. Le projet est singulier, la commune mixte de La Calle en est une production parmi les 78 autres qui sont érigées avant 1881.

13Ces perceptions contrastées du territoire entre ceux qui le conçoivent et l’administrent et ceux qui le vivent, guident le choix de ma démonstration. La construction d’un territoire de colonisation dans son processus et ses multiples facettes en constitue le cœur. La démarche choisie conduira d’une part à reconstruire une entité administrative particulière en mettant à jour son processus d’élaboration dans sa complexité, avec une attention particulière portée sur le rapport du central au local. Elle vise aussi à le déconstruire pour saisir les dynamiques saillantes qui commandent les rapports des composantes de la société coloniale à ce territoire.

  • 8 O. Siari Tengour, 1981.
  • 9 M.-O. Illiano, 1995.
  • 10 Ce travail a donné lieu à un mémoire de DEA.

14La commune mixte est une expression austère et abstraite, quasi inconnue des historiens et peu étudiée par les spécialistes de l’Algérie. Elle laisse perplexe ceux qui m’ont interrogée sur ce sujet de recherche. Peu de travaux en font cas : Ouanassa Siari Tengour a consacré sa thèse aux populations rurales de cette entité8. Marie-Odile Iliano, plus récente s’intéresse davantage à la création de l’institution qu’à sa mise en œuvre9. Akihito Kudo a étudié la commune mixte d’Ain Temouchent, située dans l’Oranais10.

  • 11 M. Champ, 1928.

15Cette circonscription ne m’est pas non plus très familière lorsqu’André Brochier, conservateur du patrimoine aux ANOM, évoque le riche fonds de la commune mixte de La Calle qui vient d’être classé. Après le sondage de quelques cartons, j’ai choisi mon sujet11. La perspective d’envisager concrètement la colonisation de l’Algérie, à très grande échelle est le premier attrait de ce thème que je découvre. D’emblée, le sujet d’étude présente une double dimension. Il renvoie à une entité administrative, sa conception, son évolution au cœur des réformes communales. Par ailleurs, il porte sur un cas, une commune mixte particulière, avec ses rythmes et ses dynamiques propres. L’articulation de ces deux échelles se pose comme une nécessité dans la conduite de ma réflexion.

16Le sujet de cette étude est alors a priori circonscrit : la commune mixte de La Calle, un territoire délimité, cartographié, identifié. Des paysages, une pratique possible des lieux, un objet qui se visite. Une inscription dans le temps, depuis les origines jusqu’aux diverses extensions. Faire de cette commune mixte un objet de recherche en histoire suppose néanmoins de parvenir à s’en saisir, l’appréhender, l’apprivoiser. Comment y entrer ? Par quelles portes se saisir de ce que ce territoire peut nous apprendre sur l’histoire de l’Algérie coloniale ? L’approche qui guidera finalement la réflexion est pressentie très tôt : l’intuition du territoire voit le jour dès l’ouverture des premiers cartons. L’élaboration d’une démarche centrée sur cette notion a nécessité un large recours à la géographie.

  • 12 N. Lyon-Caen, 2005, p. 17. L’auteur propose dans cette définition une synthèse des citations respec (...)

17La colonisation est productrice de territoires, et ce de manières diverses. Qu’elle renvoie à la création de fronts pionniers ou à des colonies de peuplement organisées par l’État, elle est intimement liée à la mise sous contrôle de l’espace conquis. Ce contexte spécifique de production accuse ou modifie certains traits de l’appropriation de l’espace telle qu’ils sont envisagés plus généralement par les géographes, pour lesquels « le territoire n’est pas synonyme d’espace, mais le produit de sa prise de possession12 ». Le territoire suppose donc une construction, un processus, qui conduit à l’appropriation selon diverses modalités.

18Dans sa fabrique, le territoire engage deux groupes d’acteurs, les aménageurs et les usagers, constituant un

  • 13 B. Debarbieux, in J. Lévy et M. Lussault (dir.), 2003.

agencement de ressources matérielles et symboliques capable de structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité13.

  • 14 G. Di Méo, 1998.

19Dans le contexte du territoire de la commune mixte, les aménageurs regroupent politiques, juristes, publicistes, soient les décideurs et les penseurs d’un territoire à réaliser. Ils appréhendent cet objet en fonction d’un projet spécifique au contexte colonial qui vise à maîtriser l’espace conquis mais aussi les populations qui s’y trouvent et qui sont amenées à subir cette création. Algériens et colons se voient assignés à des portions de territoire prédéfinies, dans un processus de territorialisation autoritaire que Guy Di Méo attribue à « des autorités détentrices d’un pouvoir fort et rationaliste, parfois coercitif, parfois porteur d’utopie14. » Le territoire est pour eux inscrit dans un projet plus global et répond davantage à des visées politiques qu’à des pratiques finement définies. Les usagers, colons et Algériens, pris dans une nouvelle circonscription administrative, n’ont pas cette lecture du territoire. Le vivant de l’intérieur, ils en ont une perception quotidienne, concrète, réelle, largement conditionnée par les ressources qu’il procure.

20Pour les premiers, le territoire à bâtir s’inscrit dans un temps long, le temps de la prospection. Pour les seconds, il est vécu dans le temps court des usages quotidiens mais aussi des tensions inhérentes au peuplement mêlant colons et colonisés dans une même entité. En contexte colonial, l’appropriation va au-delà de cette distinction binaire : parmi les usagers, elle revêt des formes plurielles et parfois concurrentes, relatives en particulier aux enjeux fonciers. Dans cet espace rural, la possession de la terre est en effet le marqueur ultime de l’ascendant d’un groupe sur l’autre, car elle signifie l’avancée ou le recul de la colonisation de peuplement.

  • 15 G. Di Méo, in J.-M. Fournier, 2001, p. 71-72.

21Par ailleurs, tous les acteurs qui s’approprient le territoire ne l’envisagent pas selon la même échelle. Les penseurs l’approchent a priori, dans son entier, sa globalité – la commune mixte – et définissent son organisation générale, sa composition interne. Ceux qui l’habitent l’appréhendent au concret, dans les limites plus étroites, mais aussi plus mouvantes, d’un espace vécu. Ils vivent davantage les lieux quotidiens et familiers que le territoire intégral, lieux qui sont « des formes de grande échelle, étroitement circonscrites. C’est que le lieu, à la différence du territoire, abolit la distance15. »

22Dans ce territoire de colonisation, l’enjeu de pouvoir est déterminant et l’appropriation du territoire est une démarche volontaire, préméditée, qui vise la mainmise sur un espace qui est aussi territoire de l’autre. Chaque village, chaque centre de colonisation constituent des marqueurs visibles de l’entreprise coloniale et d’une certaine manière, de son succès. Le territoire donne à voir la matérialité du pouvoir colonial. Il est à la fois projet et produit du pouvoir. Son efficience dit la concrétisation de l’entreprise coloniale, mais pas seulement. Dans le temps long de l’Algérie coloniale, les caractères de l’appropriation du territoire évoluent selon un entrelacs complexe, un tissage serré, mêlant les surimpositions coloniales de toutes natures et le substrat local. Le degré d’intensité des contacts, des échanges, des conflits, des mobilités, la multiplicité des acteurs façonnent le territoire et le recompose selon des modalités plus ou moins visibles. Ces mutations successives le redéfinissent en l’éloignant toujours davantage du projet initial. La question des modalités de la domination et des dynamiques de l’appropriation est par conséquent sans cesse à reconsidérer.

23Dans cette perspective, le territoire ne sera donc pas appréhendé comme un cadre, un théâtre d’actions, mais comme un objet, un produit. L’évolution de sa morphologie, de sa nature juridique et administrative, de son extension et de ses rétractions constitue dès lors la structure de la réflexion, car la composition et les recompositions territoriales résultent tant de politiques coloniales menées dans l’ensemble de la colonie que d’initiatives locales et particulières. Le lien entre structures spatiales et structures sociales s’affirme comme une clé de ma démarche.

  • 16 M.-V. Ozouf-Marignier, 1986, p. 1193-1213
  • 17 Ibid., p. 1193.

24Hors du contexte colonial mais aussi du cadre chronologique de cette étude, les travaux de Marie-Vic Ozouf-Marignier envisagent le territoire en tant que circonscription administrative16. Etudiant la formation des départements en France au cœur de la période révolutionnaire, l’historienne les inscrit dans le champ plus global du rapport de la société à son espace et au « postulat selon lequel l’agencement de celui-ci détermine le fonctionnement de celle-là17 ». Le découpage du territoire fixe une norme et dans ce contexte, il est objet de débats où se rencontrent le pouvoir central et les instances locales. Les conceptions générales du territoire se heurtent aux intérêts particuliers et locaux. Ces deux lignes de force de l’analyse renvoient à la perception duale d’un territoire à créer, telle qu’évoquée par le géographe B. Debarbieux. Elles mettent en évidence les décalages entre les principes et les contraintes de mise en œuvre. Ce lien du projet à son application est une dimension importante de l’étude de la commune mixte, avec une singularité déterminante : les acteurs locaux ne débattent pas avec les instances dirigeantes d’un projet de découpage car le projet de la commune mixte précède son peuplement intégral : les Algériens sont bien présents, mais l’arrivée des colons succède à la conception des centres de colonisation où ils vont vivre.

  • 18 R. Weexsteen, 1980, p. 203-248.
  • 19 Ibid., p. 204

25Raoul Weexsteen aborde le territoire en situation coloniale et examine le lien entre imposition d’une nouvelle organisation spatiale et mutations des structures sociales18. Son propos, corrélé aux problématiques d’appropriation, décrit le processus suivi par les populations colonisées prises dans une organisation spatiale nouvelle, distinguant celles qui « ont rompu de gré ou de force avec les structures spatiales de la société antérieure et qui ont suivi et intériorisé le modèle et les règles du système occidental de l’organisation de l’espace19 ». Au sein de la commune mixte, cette réflexion conduit à porter une attention particulière aux Algériens qui quittent les douars pour s’installer dans les centres, temporairement ou définitivement. Outrepassant le projet qui les territorialise, ils investissent des espaces organisés selon d’autres formes, d’autres codes. Les modalités de leur insertion dans cet espace, les usages et les pratiques développés, les modes d’investissement des villages européens constituent un volet majeur des modes d’appropriation du territoire de la commune mixte.

  • 20 J.-C. Waquet, O. Goerg, R. Rogers, 1997, B. Cursente, M. Mousnier (dir.), 2005.
  • 21 Elles étudient cette thématique dans les œuvres suivantes : La Société féodale (1939-1940), Les Car (...)
  • 22 J.-C. Waquet, 1997.
  • 23 D. Nordman, J. Revel, 1989.
  • 24 M.-N. Bourguet, 1998.
  • 25 H. Blais, in P. Singaravélou (dir.), 2008. L’ensemble des travaux du groupe « Géographie et colonis (...)
  • 26 C. Lefebvre, 2015.

26Le territoire est un objet de l’histoire et de l’historien. De multiples publications témoignent de ce fait : les travaux issus du groupe de recherche « L’espace dans la pratique des historiens », formé en 1997 à l’Université Marc Bloch de Strasbourg, qui a donné lieu à publication, mais aussi l’ouvrage collectif dirigé par Benoît Cursente et Michel Mousnier, Les territoires du médiéviste20. Dans cet ouvrage, Anne Mailloux et Laure Verdon nous rappellent que Marc Bloch fut un précurseur en matière d’usage de l’espace et du territoire dans plusieurs de ses travaux. Elles analysent notamment les occurrences sémantiques du vocable lié à l’espace dans plusieurs de ses ouvrages21. Décrire l’espace et son organisation occupent ainsi une large place dans son œuvre. Selon J.-C. Waquet, globalement, le territoire revêt deux types de statuts dans l’approche historique : il est figure ou cadre. Dans le premier cas, il est « la surface sur laquelle se projettent et deviennent lisibles, les processus sociaux culturels ou politique à l’œuvre dans la société globale22 ». Dans le second cas, il est le cadre à l’intérieur duquel la recherche s’inscrit. Dans les deux cas, le territoire est second. Pourtant sa construction, sa production, qui le placent au cœur de l’analyse, occupent des chercheurs investis dans des champs très divers. Dans Histoire de la France, co-signé notamment par Daniel Nordman et Jacques Revel, la France s’y définit comme « un espace constamment déformé et recomposé par des pratiques collectives […] le produit d’un jeu de représentations qui l’ont fait exister23 ». Le travail collectif intitulé L’invention scientifique de la Méditerranée « interroge la Méditerranée en tant qu’objet d’étude, tel qu’il fut historiquement construit par les voyageurs, les géographes, les naturalistes et les savants24 ». Cette étude mêlant explorations et construction des savoirs coloniaux ouvre un champ qui s’est enrichi de nombreux travaux ces dernières années. Le territoire en contexte colonial en est le principal objet. La représentation cartographique des espaces explorés en constitue un axe majeur, étudié par le groupe de travail « Géographie et colonisation ». Il a donné lieu à plusieurs publications sous la plume d’Hélène Blais ou encore d’Isabelle Avila. Elles s’intéressent notamment aux modes de représentations cartographiques des territoires colonisés et aux limites d’un transfert des normes métropolitaines sur des régions méconnues25. Au cœur de la construction territoriale, Camille Lefebvre a consacré sa thèse aux frontières du Niger et questionne « les liens entre les pouvoirs qui fixent les frontières, l’espace qui est la matière dans laquelle elles s’impriment, et les sociétés qui sont à la fois actives et cibles de cette production26 ». L’ensemble de ces travaux place les spécificités des territoires coloniaux au centre d’une géohistoire, inscrivant la construction territoriale dans la longue durée.

27La présente étude, proche de ces problématiques, est néanmoins plus attachée à décrypter les processus d’appropriation d’un territoire colonisé, dans un projet d’extension de la souveraineté nationale. Cette appropriation est multiforme, complexifiée par la quête de pouvoir dont le territoire constitue un vecteur essentiel. Superposer un nouveau maillage, de nouvelles formes de gouvernance et d’administration sur un territoire conquis c’est installer un mode de domination durable dont l’élaboration a besoin de temps. Son analyse croise divers champs de l’histoire. L’étude des institutions est une assise indispensable à la compréhension des diverses réformes communales dans lesquelles la commune mixte prend place, de sa naissance à sa disparition. L’histoire sociale est essentielle, dans un contexte local, où les choix des divers acteurs mettent à distance de façon progressive le projet initial dédié à la commune mixte. L’appropriation du territoire par les usagers est effective, mais elle se distingue de celle des penseurs de la commune mixte.

28La variété des thématiques représentées dans les sources, l’étendue du champ chronologique et la difficulté de saisir avec pertinence et sens l’objet commune mixte interrogent le cadre d’étude à définir.

29Faut-il n’aborder que partiellement la chronologie, en privilégiant la phase de mise en place, ou encore de ne traiter qu’un thème particulier ? L’inégalité des sources, plus denses sur une période allant de la création de la commune mixte aux années 1910, peut influencer la réflexion dans ce sens. Ces choix auraient finalement dénaturé l’intérêt du sujet. La commune mixte est une entité administrative originale dont la création a une visée singulière. C’est le caractère expérimental et provisoire de ce cadre qui confère à cette étude tout son intérêt. Il est donc essentiel, dans un objectif premier, de tenter de saisir les dynamiques de ce territoire par l’observation et l’analyse dans la durée, de l’évolution du peuplement, des relations entre les groupes en présence, des recompositions éventuelles des frontières de la commune mixte en fonction de l’évolution ou non de ses composantes vers la commune de plein exercice.

  • 27 La commune mixte de La Calle est créée le 29 décembre 1884 par arrêté constitutif du Gouverneur Gén (...)

30L’approche chronologique nécessite de définir des césures spécifiques à l’étude de ce territoire, axées sur les phases de la composition. Au-delà du tracé d’un contour et d’un maillage, elles infléchissent un processus de colonisation. La première partie, partiellement consacrée à la définition de la commune mixte et à l’histoire de sa création, s’inscrit dans un cadre temporel qui englobe le temps du cercle de La Calle (1848) jusqu’à la complète constitution du territoire de la commune mixte en 1909, dans ses centres de colonisation et ses douars. À partir de 1884, la nouvelle circonscription administrative civile se superpose à un territoire initialement administré par les instances militaires et notamment les Bureaux arabes27. Cette première phase correspond à la mise en place de la commune mixte et de son peuplement, selon le projet initial.

31La seconde partie s’achève avec la première phase de rétractation du territoire : sa partie sud change de statut et devient commune de plein exercice, selon une évolution amorcée en 1946 et aboutie en 1948. Dans un territoire dont la construction est achevée, le peuplement évolue selon des comportements imprévus qui déjouent les perspectives initiales.

32L’ultime temps porte sur un cadre chronologique court, une décennie, qui se clôt avec la fin de la commune mixte de La Calle, supprimée par décret le 12 janvier 1957. Cette phase réduite dans le temps n’en est pas moins porteuse de bouleversements profonds : la circonscription disparaît dans un contexte de réformes, après avoir été prise dans les tourments de la guerre d’indépendance.

33L’étude de la commune mixte de La Calle est celle d’un cas. Contextualisée dans les grandes orientations des réformes communales menées en Algérie, elle n’en est pas moins une forme particulière de la circonscription, singularisée par sa position frontalière. Néanmoins, l’analyse des mécanismes qui commandent la formation, l’évolution puis le délitement de cette entité pourront constituer une grille de lecture, un ensemble de clés pour saisir les temps forts de la construction d’un territoire de colonisation de ce type.

34Cet objectif de généralisation est néanmoins secondaire, et l’étude de ce cas reste première pour ce qu’elle nous livre d’informations concrètes sur les modalités de mise en œuvre d’un territoire, sur les relations humaines qui s’y nouent. Le quotidien, l’ordinaire, l’appréhension de la régularité sont au cœur de cette approche du fait colonial. L’administration coloniale, la guerre d’indépendance, sont autant de thèmes abordés au prisme de cette commune, et envisagés sous l’angle privilégié du contact. Les scènes de vie où interviennent colons, Algériens, membres de l’administration, mais aussi acteurs extérieurs à la commune mixte constituent autant de points d’appui pour mettre en évidence des postures et des relations qui peuvent dépasser les schémas et les catégorisations traditionnels. Ainsi, que disent ces rencontres et ces témoignages sur la validité des groupes admis que forment distinctement les colons et les colonisés ? Le partage du quotidien dans des moments spécifiques, au sein d’une structure administrative qui les rassemble atténue-t-il le cloisonnement qui les distingue communément ? L’espace administratif inédit qu’est la commune mixte génère-t-il un espace social où l’hybridation supplanterait la séparation ? Ces questions constituent un axe fort de l’analyse. Il participe d’une réflexion plus large sur les manifestations concrètes d’un intérêt commun au sein de la circonscription, dans la logique de l’intention des concepteurs de la commune mixte.

35L’observation de ces relations nécessite de fréquents changements d’échelle. Au sein même de la commune mixte, l’étude d’un phénomène à partir d’un centre ou d’un douar présente plusieurs intérêts et justifie un recours fréquent à cette démarche. Une sortie géographique de l’objet d’étude est néanmoins une nécessité absolue au regard des nombreuses mobilités des hommes qui façonnent le territoire de la circonscription et son évolution, dans ses liens à l’ensemble de l’Algérie, à la Tunisie ou encore à la métropole, dans ses relations avec les communes frontalières et les centres urbains les plus proches.

36D’abord cloisonnées dans les espaces prédéfinis par le projet générique, les populations évoluent et leurs circulations échappent à toutes les prévisions. La mobilité de la terre, accélérée par le développement de la spéculation et le rachat de parcelles par les populations algériennes, brouille les frontières qui séparent les centres et les douars, la commune mixte de la commune de plein exercice, mais aussi l’Algérie du protectorat tunisien. L’observation de cette société coloniale en mouvement donne un éclairage particulier à ce que l’on nomme communément la colonisation de peuplement : que reste-t-il alors de la matérialité du pouvoir lorsque les artisans de la colonisation quittent la commune mixte à la recherche de nouvelles terres ? Comment est-elle perçue par les populations colonisées qui semblent parfois reconquérir des espaces, les centres de colonisation, jusque-là dévolus aux Européens ?

37L’étude est centrée sur l’exploitation des fonds proposés aux ANOM, dont les séries les plus utilisées sont évoquées ci-après.

38Le fonds consacré à la commune mixte de La Calle couvre la période 1848-1958, et offre une richesse et une diversité documentaire remarquable. Le fonds de la préfecture de Constantine permet l’appréhension du début de la colonisation, la création des centres. La période de la guerre d’indépendance a été étudiée en partie à l’appui des sources de la préfecture, notamment grâce à la documentation du BSDN (Bureau Spécialisé de la Défense Nationale), et celle du CLE (Centre de Liaison et d’Exploitation). Le fonds du Gouvernement Général de l’Algérie (GGA) a apporté des données essentilles relatives aux adjoints indigènes (série H), mais aussi au peuplement algérien de la commune dès ses origines. Les séries M et L ont été utilisées pour le début du processus de colonisation. La série X rassemble les riches monographies de quelques communes mixtes écrites par leurs administrateurs au milieu des années Trente. Le fonds de la sous-préfecture de La Calle, partiellement consulté, a permis d’envisager la fin de la commune mixte de La Calle, et la formation des nouvelles communes qui s’y substituent.

39Les rapports et monographies des administrateurs constituent une source récurrente. Les rapports, rédigés à la demande du gouvernement général proposent des états ponctuels de la situation de la commune selon le regard de celui qui en a la charge. Leur contenu est précieux pour appréhender l’évolution de la circonscription et de son peuplement, à condition de l’aborder avec vigilance : l’administrateur aurait tendance à amoindrir les dysfonctionnements éventuels qui se produisent sur le territoire afin de préserver son image auprès de sa hiérarchie. Par ailleurs les rapports produits constituent un véritable genre qui évolue au fil du temps : d’abord construits de façon linéaire, ils sont ensuite organisés selon des rubriques qui suggèrent l’évolution des préoccupations de l’administration. Leur fréquence est également révélatrice de moments de tensions en pleine guerre d’indépendance, ces rapports sont mensuels. Les monographies, moins nombreuses, nous éclairent également sur la situation de la commune. Nous entendons par monographies les descriptifs ponctuels rédigés par l’administrateur de la commune mixte, qui proposent une vue d’ensemble sur la circonscription à un moment donné. Ces sources peuvent être produites à la demande du gouvernement général : en 1904, en vue de l’Exposition coloniale de Marseille prévue en 1906, ces monographies sont destinées à faire connaître l’ensemble du territoire de l’Algérie aux habitants de la métropole.

40Le contenu de l’ensemble de ces fonds est ainsi dominé par l’archive administrative locale ou plus générale, à l’échelle de la colonie. Les rapports et correspondances des administrateurs côtoient les circulaires du gouvernement général, permettant un premier travail de mise en relation d’une requête à l’échelle de l’Algérie avec son application concrète, dans sa conformité et ses limites.

41Néanmoins, au cœur de ces archives administratives, entre rapports de l’administrateur au préfet et délibérations de la commission municipale, les voix des colons ou des Algériens se font parfois entendre au travers de correspondances que les destinataires qualifient de pétitions. Ces traces apparaissent telles des temps de rupture dans le traitement ordinaire dela documentation. Elles conduisent à considérer la façon dont les acteurs signataires de ces missives se pensent dans la multiplicité des échelles, depuis les sections – douars et centres – qui composent la commune mixte, jusqu’à l’échelle de la colonie et de la métropole elle-même.

42 Quelques pétitions, des correspondances administratives, des rapports discontinus, quelques témoignages inattendus au détour d’un dossier. Pas de séries, pas de comptes rendus systématiques. Des fragments, des indices. Cette histoire locale, une micro-histoire, s’appuie sur ce type de source. C’est à partir d’un événement, d’un récit, que nous approchons les pratiques administratives, les relations de voisinage, la perception de l’autre. Cette approche impressionniste trouve ses limites dans la perspective d’une généralisation. Elle est néanmoins indispensable à la connaissance concrète d’un territoire.

Notes

1 Cette association est basée à La Ciotat.

2 La wilaya est une division administrative équivalente au département. Elle est composée de plusieurs daïra qui regroupent un ensemble de communes.

3 Cité par L. Martini, 2002, p. 21.

4 Cette carte constituera pour l’ensemble de cette étude un document de référence permettant de visualiser les modifications territoriales de la commune mixte et de localiser les documents sources. Elle représente les deux communes ; la commune mixte y est proposée dans son extension maximale, en 1909.

5 BOGGA année 1868 n° 267, Administration municipale en territoire militaire, p. 214-217.

6 Arrêté du 20 mai 1868.

7 H. Michel, 1968, p. 99.

8 O. Siari Tengour, 1981.

9 M.-O. Illiano, 1995.

10 Ce travail a donné lieu à un mémoire de DEA.

11 M. Champ, 1928.

12 N. Lyon-Caen, 2005, p. 17. L’auteur propose dans cette définition une synthèse des citations respectives dans P. Baud, C. Bras et S. Bourgeat, 1995 ; M. Le Berre, in A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.), 1992.

13 B. Debarbieux, in J. Lévy et M. Lussault (dir.), 2003.

14 G. Di Méo, 1998.

15 G. Di Méo, in J.-M. Fournier, 2001, p. 71-72.

16 M.-V. Ozouf-Marignier, 1986, p. 1193-1213

17 Ibid., p. 1193.

18 R. Weexsteen, 1980, p. 203-248.

19 Ibid., p. 204

20 J.-C. Waquet, O. Goerg, R. Rogers, 1997, B. Cursente, M. Mousnier (dir.), 2005.

21 Elles étudient cette thématique dans les œuvres suivantes : La Société féodale (1939-1940), Les Caractères originaux de l’histoire rurale française (1931), Seigneurie française et manoir anglais (1936).

22 J.-C. Waquet, 1997.

23 D. Nordman, J. Revel, 1989.

24 M.-N. Bourguet, 1998.

25 H. Blais, in P. Singaravélou (dir.), 2008. L’ensemble des travaux du groupe « Géographie et colonisation » a donné lieu en 2011 à la publication de l’ouvrage collectif Territoires Impériaux, une histoire spatiale du fait colonial, dirigé par H. Blais, F. Deprest et P. Singaravélou, Publications de la Sorbonne, 336 p.

26 C. Lefebvre, 2015.

27 La commune mixte de La Calle est créée le 29 décembre 1884 par arrêté constitutif du Gouverneur Général d’Algérie. Le texte intégral est en annexe 2, p. 417.

Table des illustrations

Légende Carte 1. Limites administratives du département de Constantine, 1935 (GGA, Service cartographique)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Carte 2. La Calle, commune de plein exercice et commune mixte4
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/46085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k

© Presses universitaires de Provence, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search