Version classiqueVersion mobile

Érudits, collectionneurs et amateurs

 | 
Isabelle Luciani
, 
Guy Le Thiec
, 
Emmanuelle Chapron

Prologue

Érudits, collectionneurs, amateurs (xvie-xixe siècle)

Daniel Roche

Texte intégral

1Aller à la rencontre des érudits, des collectionneurs, des amateurs, du xvie au xixe siècle, nous oriente dans l’histoire d’un rapport à l’art et à la culture, d’une attitude intellectuelle, d’une passion, d’une médiation.

2Un premier trait saillant du volume relève de l’ambition chronologique, en ouvrant largement l’interrogation de la Renaissance à notre temps. Le choix bouscule nos habitudes académiques, en général plus étroitement cloisonnées. Il implique que nous soyons attentifs à la signification des mots et des comportements dans des contextes divers, avec des témoins et des témoignages variés sur les pratiques ici confrontées. Des traits de permanence sont présents à l’évidence, mais la signification sociale et culturelle des catégories analysées, relevant de hiérarchies symboliques et scientifiques construites dans des sociétés différentes, ainsi que de références intellectuelles différentes, exige une attention particulière au changement comme à ses moteurs. Il est certain que la nature même des activités intervient pour définir leur reconnaissance et leur développement dans des milieux multiples et multiformes, par rapport à une hiérarchie implicite à l’œuvre dans la classification des savoirs et de leurs moyens d’organisation, et de leur force de conquête pour l’intelligence comme pour la sensibilité. C’est par rapport à une définition du travail intellectuel ou artistique, et d’un engagement en accord et en plus ou moins forte harmonie avec des réalisations plurielles, pas forcément cohérentes – songeons à l’opposition classique artiste-créateur, critique-interprète –, que les sociétés ont accordé un statut aux acteurs et aux activités.

3Ainsi, l’amateur, honoraire ou correspondant, des grandes académies des beaux-arts du xviiie siècle, jouissait d’une position déterminante et attractive dans le système des institutions artistiques, qui n’a pas la même signification chez son homologue de l’Institut et chez le personnage qualifié de façon identique qui intervient aujourd’hui sur le marché de l’art. Ce dernier, on s’en félicite, on s’en méfie, on peut le mépriser, on ne peut s’en passer, c’est un intermédiaire nécessaire, au rôle capital dans la formation des goûts et des modes, que n’avait pas au même titre l’académicien honoré et honorant du moment académique triomphant. De même, l’érudit d’aujourd’hui n’occupe plus dans le champ des recherches historiques la place essentielle qu’il a tenue entre la Renaissance, l’humanisme et les Lumières. Le collectionneur, qui peut être érudit et amateur, surtout à l’âge des collections de curiosités, propriétaire d’une collection privée d’étendue et de contenu variables, n’a pas la même capacité savante et esthétique au temps des musées nationaux qu’à l’époque de la république des lettrés, des amateurs et des curieux. Dans le rassemblement d’objets d’art ou de raretés, le choix érudit, la passion académique ou conforme aux normes d’un prestige culturel maximum coexistent depuis longtemps, à des degrés divers, avec le goût de l’aventure esthétique et sélective, qui encourage la nouveauté ou mêle les époques.

4Cette addition de différences temporelles et d’écarts dans les motivations peut sûrement interroger la nature universelle et anthropologique des phénomènes culturels étudiés ici, et ceux-ci peuvent nous permettre de comprendre en quoi, à tout moment, mais sous des aspects différents, ils interviennent comme moyen, comme véhicule privilégié des transformations de la culture. De la collection privée à la collection publique, de l’amateur à l’érudit, de l’érudit à l’historien, du docte au savant, du curieux au professionnel, c’est une série de glissements qui se manifestent dans l’univers culturel qui forme le contexte global de ce volume, mais c’est aussi sa difficulté principale.

5Ainsi, l’érudit se distingue du curieux, quatrième terme nécessaire, car il caractérise longtemps une culture générale dont les intérêts mobilisent les autres rôles. Dans le temps, à chaque étape, le cheminement n’est pas linéaire entre l’affirmation de tel ou tel par l’érudition et la construction d’une identité spécifique, souvent symbolique, voire politique, à une reconnaissance collective indiscutée. Une inflexion principale se joue quand on a tenté de définir des champs d’action à l’un ou l’autre. L’érudition s’identifie proprement et à la lettre, pour parler comme l’Encyclopédie, avec « le genre de savoir qui consiste dans la connaissance des faits, leur accumulation, et qui est le fruit d’une grande lecture ; elle se distingue de la science que l’on réserve aux connaissances qui ont plus immédiatement besoin du raisonnement, de la réflexion » – on peut ajouter de l’expérience. Les belles-lettres, elles, se distinguent comme discipline et activités « des productions agréables de l’esprit dans lesquelles l’imagination a plus de part », telles que l’éloquence, la poésie, etc., même si ces dernières ont toujours une prétention utilitaire et éducative proclamée depuis l’Antiquité. Très tôt la personnalisation locale a pu de surcroît incarner un destin public, et le grand érudit, le grand collectionneur reconnu, savant, ont gagné leur place dans la République des Lettres, incarnant le destin de la cité, celui d’un corps, voire celui du pays. Les panthéons nationaux, comme Westminster et plus tardivement Sainte-Geneviève laïcisée, ont d’abord été des catalogues de gloires locales, rassemblant les grands noms ayant illustré les sciences, l’érudition, les lettres. L’Encyclopédie en donne un à lire, mais qu’il faut reconstituer à travers les notices géographiques, puisque Diderot et d’Alembert avaient refusé le principe des rubriques biographiques. Comparé à d’autres, il révélerait l’interprétation doxologique à l’œuvre dans la confrontation des rôles.

6Un second trait permet de mettre l’accent moins sur l’histoire des idées que sur l’histoire intellectuelle, dont l’originalité est de confronter les premières, concepts et principes, à leur diffusion, à leur moyen de transformation et aux pratiques. Érudits, collectionneurs, amateurs découpent, dans un univers de savoirs et de conduites, de goûts et de méthodes d’action, des démarches individuelles ou collectives, des manières de mobiliser les objets et les notions opératoires dans chaque champ, qui ne sont pas identiques. On peut à cette fin se reporter aux dictionnaires, au moment où les déplacements se précisent entre xviie et xviiie siècle. Furetière, témoin de la culture lexicographique classique, mais aussi de l’érudition juridique et littéraire parisienne du temps de Louis XIV, de surcroît sensible aux états, aux conditions et ouvert bien au-delà de l’univers des académies de l’absolutisme, va préciser ce qu’il entend. Pour lui, l’amateur est celui qui aime quelque chose, et cela ne se dit point ni de l’amitié, ni des personnes – à l’aube du xviiie siècle, on ne saurait parler d’amateur de jolies femmes : « On est amateur de l’étude des curiosités, des tableaux, des coquilles, de la musique, des beaux-arts. Le peuple est amateur de nouveautés. » Du particulier au général, ce premier exemple marque l’extension des caractères qui font les amateurs, acteurs d’un geste désintéressé mobilisant des objets divers et des activités multiples, reposant sur le goût, l’amour des objets et des choses, celui des muses matérielles – les beaux-arts – ou spirituelles – la musique. On est là devant un éventail largement ouvert de curiosités, mais toutes susceptibles de relier une sensibilité à un travail cognitif, par l’étude et l’entraînement.

7Soixante ans plus tard, l’Encyclopédie va présenter un texte plus resserré. L’amateur y voit son rôle restreint aux beaux-arts, et particulièrement à la peinture. Le terme « se dit de tous ceux qui aiment cet art et qui ont un goût décidé pour les tableaux… Nous avons nos amateurs et les Italiens ont leurs virtuoses », précise en conclusion l’auteur de l’article, maître Landois, avocat parisien peu reconnu, mais aussi auteur dramatique loué en son temps et renommé parmi les historiens de la littérature parce qu’il a anticipé le drame bourgeois. Il n’a pas démérité pour la manufacture encyclopédique, ayant rédigé plus de cent dix articles sur les arts visuels, avant de disparaître des volumes. On aimerait en savoir plus sur l’itinéraire d’un authentique Rousseau du ruisseau, disparu dans la pauvreté, et dont les notices tirent le monde des connaisseurs et des amateurs vers le bas, vers l’ouverture au choix sensible et possessif. Sa définition, en tout cas, enregistre une évolution sémantique qui a perduré, même si, par extension, l’amateurisme peut survivre dans toutes les activités humaines et se charger de nuances péjoratives. L’univers des professionnels et celui des amateurs se séparent en tous domaines dans le monde moderne, l’amour du faire ou de la chose ne fait rien à l’affaire.

8 Pour le mot collection, Furetière n’a retenu que deux sens : l’un relève de la pédagogie du collège – une collection identifie un recueil de textes, d’extraits, c’est un instrument pédagogique utilitaire ; l’autre est le travail de compilation, de rassemblement autour d’un sujet, d’un thème, de l’œuvre d’un individu. La collection n’a pas encore la portée générale que lui prête la culture des virtuoses et des curieux, c’est-à-dire de tous ceux qui ont le désir d’apprendre, de voir, d’apprécier les belles et bonnes choses de la nature, les Merveilles du monde. Ce sont ceux aussi qui, pour collectionner, ont feuilleté les bons livres, fait de belles expériences, procédé à d’intéressantes découvertes. Le collectionneur n’a pas droit de cité dans le Dictionnaire universel, c’est le curieux qui en tient lieu. En 1753, dans le dictionnaire de Diderot et d’Alembert, le mot collection a disparu, collectionneur n’apparaît pas, ni dans les premiers volumes, ni dans le supplément : l’on se reporte donc à curieux, qui renvoie aux réalités de la pratique collectionneuse des objets d’art de toutes sortes. Landois, encore, prête au personnage, au-delà de la libido sciendi, une très forte implication possessive. Le curieux, dans son désir et son envie sans limite, peut déranger sa fortune, être menacé par la ruine de ses affaires et souvent sans profit, car tous ceux qui s’occupent de curiosités ne sont pas connaisseurs. C’est ce qui les rend souvent ridicules, à l’instar des personnages des Caractères. Le curieux prend place dans la lignée des types, dont on sait qu’ils rendent compte de l’anthropologie universelle morale depuis Aristote, Théophraste et jusqu’à La Bruyère. Son activité, la curiosité, relève des arts, des sciences, de la philosophie éthique. Elle s’inscrit dans le désir de savoir, sage ou fou, excessif ou modéré. C’est l’apanage des oisifs et des hommes fortunés. C’est aussi une manière d’agir, un comportement, une incitation à la connaissance, le résultat d’un travail et de sensations, qui font passer de la perception à la compréhension du monde. Cette fois cependant, ce n’est plus l’avocat Landois qui parle, mais l’infatigable Chevalier de Jaucourt, polygraphe, protestant, médecin, savant, voyageur, philosophe : il place la curiosité du côté de l’activité scientifique et de la connaissance raisonnée, expérimentale du monde. Sans le proclamer, sans le savoir, il y a longtemps que le curieux et l’amateur ont mis un pied dans le champ de la Science, que rien ne séparait de la Culture de la curiosité. Quand celle-ci se distingue de la science nouvelle, elle y trouve une place quant au rôle dévolu aux collections, centrales pour les Sciences de la Nature, l’Histoire naturelle, les Sciences de la vie, mais elle recherche d’autres principes, d’autres méthodes en matérialisant les classifications explicatives et raisonnées et en se détachant des lectures analogiques.

9Furetière ne retient pas le substantif érudit, mais il explique l’érudition. C’est la science ou la doctrine qu’ont illustrées les Scaliger et les livres de tels ou tels grands lettrés des âges humanistes ou classiques. C’est une activité et une manière d’interroger le monde à partir des textes, et surtout une façon d’apprendre à lire le passé. L’érudit n’existe que comme savant, mais l’on sent dans son évocation la nuance du regret d’un temps déjà enfui où régnaient les grands ténors d’une culture universelle, non spécialisée.

  • 1 Anne Goldgar, Impolite Learning. Conduct and Community in the Republic of Letters, 1680-1750, New H (...)

10En 1755, c’est d’Alembert lui-même qui a signé l’article « Érudit » et l’entrée « Érudition », le premier bref, la seconde longue de cinq pages serrées. L’érudit est un professionnel de la Littérature dont le mariage avec la Science est en train de se disloquer. Il s’inscrit encore pleinement dans le monde des Sciences humaines dont parle encore Furetière et dont se réclame la première génération des académies de province, c’est-à-dire dans le système d’organisation des savoirs hérités de la pédagogie des collèges, poètes, orateurs, langue, grammaire, poésie, histoire et autres sciences générales de l’espace, du temps, de la nature. L’érudition reste toutefois sur place avec le triomphe des Sciences et des Arts. D’Alembert évoque comme exemple Saumaize, maître des études anciennes, mais souligne l’inflexion qui fait basculer la République des Lettres du côté des nouveaux horizons, ceux des belles-lettres de divertissement et d’utilité, ceux des sciences, de la physique et des histoires de la nature, et qui la fait s’éloigner des pratiques de curiosité et de pure connaissance des faits attestée par lecture. C’est cette frontière que fait atteindre l’article « Érudition » et dont les travaux récents sur la sociabilité intellectuelle rendent compte, comme le fait Anne Goldgar dans Impolite Learning1.

11D’Alembert oppose les matières de raisonnement et d’expérimentation – les mathématiques, la physique – des productions de l’esprit, de l’imagination, de la mémoire et de l’érudition où l’histoire trouve place, ancienne ou moderne, profane ou ecclésiastique, étrangère ou française, s’intéressant aux antiquités ou aux médailles. Il y met aussi la connaissance des langues, savantes ou contemporaines, mortes ou vivantes, et enfin celle des livres, des auteurs et des matières qu’ils traitent. Le véritable érudit devrait être capable de dominer ces trois branches du savoir et son activité doit intégrer la critique, la capacité à démêler le sens des textes, le pouvoir de restituer un degré d’autorité par rapport aux faits relatés.

12D’Alembert trace à grands traits les développements historiques de l’érudition telle que l’admet la science de son temps, mais la modernité s’en détache et elle est caractérisée par trois constats importants. D’abord, le nombre de faits accumulés en tout domaine s’accroît parce que le monde vieillit ; ensuite, la quantité correspondante d’érudits n’a fait que suivre une demande accrue ; enfin, on donne aujourd’hui, dans l’arbre de la connaissance, priorité aux branches scientifiques de savoir, car deux raisons ont contribué à faire reculer la primauté de l’érudition et des érudits. Les objets de leur recherche sont comme épuisés par la multiplication des gens de lettres, il n’y reste plus grand-chose à glaner, sinon des objets minuscules. Le champ des sciences est désormais plus vaste et plus glorieux, comme celui des belles-lettres, dont le destin social est animé par le plaisir, par un nombre accru de juges qualifiés – doit-on entendre d’amateurs instruits ? –, par la variété de leur approche. En second lieu, pour le philosophe, l’érudition est une maîtrise des textes originaux et une connaissance des interprétations qui leur sont consacrées, ce qui est une tâche immense. Les Belles Lettres et les œuvres du bel esprit n’exigent presque aucune lecture, le génie, quelques grands modèles suffisent ; on pourrait ajouter la capacité à la variation par rapport à la tradition imposée. Les sciences de la nature, de la vie, demandent surtout de méditer à partir de quelques grands auteurs, mais les problèmes sont dans le réel et non dans les livres. Les limites sont ici tracées entre les activités de mémoire et de sédimentations amassées, et celles d’invention, d’imagination, d’interprétation. Si l’épistémologie moderne a montré la porosité de ces oppositions, les normes d’interprétation et de vérité ne sont pas exactement les mêmes de part et d’autre. D’Alembert, dont on voit les préférences philosophiques, n’en conclut pas moins à la nécessité de l’érudition, et son plaidoyer ne manque pas d’actualité pour spécifier les sciences humaines et sociales.

13L’érudition reste nécessaire au projet encyclopédique parce qu’elle permet de comprendre le monde, son passé et son présent, par la maîtrise des langues, par le déchiffrement des manuscrits, par l’invention des trésors et des monuments, par l’expérience de la géographie. C’est ainsi une nécessité utile pour former et nourrir l’esprit scientifique ; l’histoire des sciences doit être une part du bagage des savants et des philosophes. À l’inverse, l’Histoire maîtresse de critique doit à son tour être éclairée par l’esprit philosophique et scientifique. Au total, aucune forme de savoir ne doit être méprisée, car toutes les connaissances se soutiennent réciproquement. Les sciences du passé sont placées au service de la novation et contribuent au grand mouvement qui renverse la hiérarchie des activités savantes.

  • 2 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

14Au tournant du siècle des Lumières, les pratiques des érudits, des collectionneurs, des amateurs relèvent moins de leur qualification professionnelle que de leur disposition psychologique, de leur place par rapport à une définition intellectuelle, de leur statut en fonction d’une hiérarchie des classifications du savoir. C’est pourquoi certainement l’intérêt de ce volume ne relève pas d’une définition unitaire, il ne se situe pas dans l’histoire de l’histoire, ni dans celle des arts, ni dans celle des sciences ; il s’inscrit au carrefour d’une histoire intellectuelle et sociale de la production des savoirs et de leur consommation. Cette définition peut très bien correspondre à une manière de comprendre la formation des champs culturels sans mécanisme, mais comme construction sociale. Il s’agit, on s’en convaincra aisément, de l’économie des biens symboliques, ce monde économique à l’envers comme le qualifie Roger Chartier, lecteur de Bourdieu, dont les caractères servent à comprendre la production intellectuelle ou artistique, parce qu’elle en saisit ceux qui ont le pouvoir de création et de consécration, les créateurs des créateurs, princes, grands, pairs ou experts, professeurs, éditeurs, marchands de tableaux, critiques, amateurs. Parce qu’en même temps elle en définit les valeurs selon les publics, selon les institutions, la cour, les académies, les universités, les laboratoires, la critique, l’école. C’est ce processus de façonnement des goûts, des connaissances qui fonde l’homologie entre les espaces de production et ceux de distribution et de hiérarchisation qui classent amateurs, érudits, connaisseurs, les uns par rapport aux autres et par rapport aux savants, aux critiques qualifiés, aux historiens experts2.

  • 3 Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France (...)
  • 4 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise : xvie-xviiie siècles, Paris, (...)

15Deux directions se recoupent dans cet univers des symboles et des pratiques : celle de l’organisation des savoirs par rapport à des fins qui éloignent peu à peu le monde des curieux et des virtuoses du monde des savants et des professionnels, et vont de l’esthétique de la rareté à la science et à l’utilitarisme. Incarnée dans le monde de la Renaissance et du baroque (et pour une part encore aux temps classiques) dans le cabinet des merveilles, compendium du monde, rêve du macrocosme à la portée du regard, la première finalité mêle la volonté du secret, la capacité du loisir, le sens de l’objet étrange et banal, le goût du rare et du beau. Les collections s’imposent par l’accumulation, le rapprochement, l’amas qui n’est pas dépourvu de rationalité. Règne alors le plaisir intellectuel et l’analogie, l’inclination pour les listes et le besoin de rassembler les phénomènes de tous les règnes de la nature et des activités humaines. Des objets exotiques aux œuvres d’art, les collectionneurs, les érudits, les connaisseurs disposaient d’une réelle imagination matérielle et d’une première sensibilité au rationnel dont la vérité, comme l’a montré Christian Licoppe, concerne un public restreint au sommet de la société, entre l’Académie et la cour3. L’institutionnalisation de la science, le développement des règles de l’expérience, la quantification, le retour des sciences naturelles sur le monde des collections et la mise en place des grands musées mettent l’accent sur l’organisation des savoirs et le besoin d’une discipline rationnelle des classements. Le marché de l’art, le monde des collections, le travail de catégorisation, comme l’ont montré Krzysztof Pomian pour les amateurs et les collectionneurs, Guillaume Glorieux pour les marchands d’art à l’instar de Gersaint, Thierry Sarmant pour la République des médailles, n’échappent pas à ces remises en cause évoquées par d’Alembert4.

16La seconde voie interroge les mêmes phénomènes par le biais du fonctionnement, celui des réseaux, des échanges de tous ordres, des circulations et de la mobilité. Le Grand Tour, qui n’est pas réservé aux aristocrates anglais mais est, de la Renaissance aux Lumières, le grand rite d’initiation de la jeunesse européenne fortunée, incarne cet apprentissage simultané du monde et de la société, de la nature et des hommes. Ils forment les amateurs, les connaisseurs, les érudits et aussi les artistes, qui sont souvent les clients des premiers et les témoins du voyage. Celui-ci trouve ses points d’ancrage dans la visite des monuments, des collections célèbres, des cabinets renommés, mais aussi dans la rencontre des hommes et celle des livres. Ces déplacements sont le moyen d’accroître les cabinets et les échanges et de créer les correspondances. Les spécimens circulent et les raretés se communiquent. Aucun récit de voyage ne manque de décrire les choses à voir et à raconter, tous les guides signalent les cabinets à visiter, à décrire. C’est un marché des biens symboliques où les hommes et les choses ont une cote qui peut se déprécier ou se relever. Il fonctionne par la connivence, une certaine égalité admise après qu’on a payé le ticket d’entrée dans les circuits d’échange.

17Le monde des grandes institutions, la montée des musées, la hiérarchie nouvelle de l’univers des savoirs changent la donne de ce marché des idées et des œuvres. La glorification de l’art suit alors le chemin inverse de la dépréciation des disciplines érudites, mais une certaine communauté survit entre les différents acteurs, celle d’un monde clos qui a ses secrets, ses codes, ses réseaux. Comme le font les ethnologues pour des sociétés plus sauvages, c’est une exploration qui reste à mener jusqu’à notre temps pour comprendre les héritages, pour souligner les ruptures qui marquent le mouvement des valeurs intellectuelles ou artistiques, le lien entre la pensée plastique et les créations intellectuelles.

Notes

1 Anne Goldgar, Impolite Learning. Conduct and Community in the Republic of Letters, 1680-1750, New Haven / Londres, Yale University Press, 1995.

2 Pierre Bourdieu, Les règles de l’art : genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

3 Christian Licoppe, La formation de la pratique scientifique : le discours de l’expérience en France et en Angleterre, 1630-1820, Paris, La Découverte, 1996.

4 Krzysztof Pomian, Collectionneurs, amateurs et curieux. Paris-Venise : xvie-xviiie siècles, Paris, Gallimard, 1987 ; Guillaume Glorieux, À l’enseigne de Gersaint. Edme-François Gersaint, marchand d’art sur le pont Notre-Dame (1694-1750), Seyssel, Champ Vallon, 2002 ; Thierry Sarmant, La République des médailles. Numismates et collections numismatiques à Paris du Grand Siècle au siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2003.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search