Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

L’échelle locale, ou la mer offerte à la consommation

Conclusion générale

Texte intégral

1Soumise à de constantes évolutions entre la fin du Moyen Âge et les débuts de la période industrielle, l’économie halieutique méditerranéenne apparaît comme le contraire d’un monde immobile. Ses frontière débordent largement la ligne des hautes eaux, et les changements en œuvre au sein des flottilles de pêche se font sentir loin à l’intérieur des terres, jusqu’à l’ombre épaisse des halles des poissonneries continentales. La réalité de ce mouvement a pu être masquée par l’importance des invariants qui marquent les techniques et les produits exploités en Méditerranée sur le temps long. Ceux-ci forment une toile de fonds toujours perceptible. Parmi les couleurs figurant sur l’éventail extraordinairement ouvert des ressources exploitées, dont nous n’avons présenté qu’un bilan incomplet, ne disparaît après le xvie siècle que le violet de la pourpre, détrôné par les nouvelles substances colorantes importées du Nouveau Monde. La diversité des poissons consommés, comme le recours à l’éponge marine, à la soie de mer ou au reflet irisé de la nacre perpétuent à l’époque moderne dans tout le bassin de la Méditerranée des pratiques héritées de l’Antiquité. Ces dernières ne reculeront progressivement qu’aux xixe et xxe siècles, battues en brèche par les progrès de la communication et l’invention des nouveaux matériaux synthétiques.

2Le même constat de permanence vaut aussi pour cette relation privilégiée et quotidienne de l’homme méditerranéen à la mer, tissée de savoir-faire et d’habitudes pluriséculaires, hérités et imités de générations en générations, monde immobile et souvent invisible de la pêche à pied et des menues quêtes de protéines. Le vocabulaire ancien du poisson et de la pêche, maintenu sur nos littoraux jusqu’à une époque très récente parce qu’il ne pouvait trouver aucune traduction satisfaisante dans les langues nationales, et parce qu’il répondait précisément aux impératifs d’une pratique professionnelle, a sans doute représenté la dernière manifestation de cette résistance millénaire. La persistance des mots est cependant trompeuse, et les mutations qui touchent les pêches méditerranéennes à l’époque moderne s’apparentent assurément à de véritables ruptures.

3La première de celles-ci concerne l’appropriation de la mer ouverte par les communautés. La conjonction du sardinal, du filet traînant et de la tartane, puis l’apparition tardive du « filet bœuf », renforcent partout le poids de l’équipement dans l’effort de pêche. Ces techniques inédites, dont les premières mentions nous ramènent à la fin du Moyen Âge, sont un facteur puissant de dissolution des solidarités communautaires anciennes. La mise en place parallèle, dans tout le bassin occidental de la Méditerranée, de ces structures à forte intensité capitalistique que sont les madragues, mais aussi le développement d’une activité de transformation et de conditionnement du poisson, ouvrent l’économie halieutique sur une dimension nouvelle, celle de l’intervention croissante de groupes d’investisseurs qui se subordonnent l’activité des patrons. Ces changements modifient en profondeur le visage des communautés. Au sein de celles-ci, apparaissent dès le xvie siècle des groupes de pêcheurs entreprenants. Prompts à adopter les techniques les plus rémunératrices, ces derniers disputent parfois les arrentements des madragues au monde de la marchandise et de l’artisanat. Ils savent aussi tirer parti des difficultés de leur groupe d’origine, s’emparant des postes clefs qui leurs assurent au sein des prud’homies ou des confréries une place dominante. Cette dynamique de désagrégation d’un contrôle collectif et partagé de la profession, alors que se multiplient des initiatives individuelles, est bien lisible dans les actes de sociétés madragaires. On la perçoit aussi à l’occasion d’investissements ponctuels, destinés à financer des opérations de conditionnements des produits de la pêche en direction des grands marchés urbains. Elle se traduit concrètement par l’ascension sociale d’une partie réduite des membres de la communauté, phénomène qui pourrait être éclairé précisément par un travail prosopographique sur les prud’hommes marseillais, pour ne citer qu’un des groupes les mieux identifiés dans les sources recensées. Ce mouvement de fragmentation ruine deux idées généralement véhiculées à propos des pêches sous l’Ancien Régime. Il réduit d’une part à néant l’affirmation d’une gestion « traditionnelle » et harmonieuse des pêches méditerranéennes à l’époque moderne, découlant d’un fonctionnement supposé égalitaire des communautés. Cette croyance en un âge d’or révolu, récurrente dans les cultures méditerranéennes, réinitialisée par les tensions intra-communautaires du xviiie siècle, reçoit son apogée au lors du xixe siècle, lorsque les changements socio-économiques en cours accélèrent la marginalisation des petits métiers de la pêche côtière. Affirmer le caractère infondé de ce qui s’apparente à une reconstruction imaginaire de la pêche moderne n’est pas simplement affaire d’érudition. Derrière les nombreux conflits qui scindent les groupes de pêcheurs d’Ancien Régime, se profile en effet l’absence de toute démarche d’autorégulation dans le prélèvement des richesses de la mer. Le discours de protection du milieu parfois exprimé par les patrons au xviiie siècle, relève plus en ce sens d’une instrumentalisation de la ressource, conçue comme un moyen de défense contre des activités de pêches allochtones, que d’une volonté réelle de rationaliser les prélèvements sur les écosystèmes marins. L’adoption très rapide à l’échelle du bassin occidental de techniques de plus en plus sélectives, et de plus en plus agressives pour le milieu, en apporte la meilleure preuve.

4 De fait, l’assimilation des patrons pêcheurs à de redoutables prédateurs, parfois véhiculée par les madragaires se rencontrent fréquemment à la fin de la période étudiée. Face à cette condamnation morale, l’historien se trouve apparemment démuni. L’analyse des effets réels sur les écosystèmes de l’intensification des prélèvements apparaît donc comme une démarche nécessaire. La reconstitution, même approximative, des tonnages réalisés en Méditerranée, comme le constat de la disparition, dès la fin du xviiie siècle, de certains représentants de la macrofaune et de la mégafaune littorale, parfois entrevue grâce aux traités et aux collections naturalistes, inclinent à prendre au sérieux les premières affirmations d’un déclin de la ressource. Un croisement des références et des états de bases anciens, réalisé à l’échelle du bassin, pourrait dans ce domaine constituer un chantier de recherche novateur au cours des prochaines années.

5Parallèlement aux mutations évoquées, et alors que s’affirment au sein des communautés de la rive nord occidentale de la Méditerranée les structures et les pratiques du capitalisme marchand, la captation par les États chrétiens d’une partie du produit des pêches barbaresques et ottomanes constitue le deuxième fait marquant de la période étudiée. L’importance et la régularité de l’acheminement jusqu’à Livourne, Gênes ou Marseille, des ressources de la mer provenant de la rive sud et du bassin oriental de la Méditerranée, obligent à reconsidérer la situation des communautés de pêche de ces deux derniers espaces durant les siècles considérés. Loin d’être figée, l’économie halieutique des rivages placés sous la dépendance politique de l’Empire ottoman connaît localement un dynamisme réel. Ce dernier, tributaire des connexions maritimes contrôlées par les flottilles européennes, repose sur l’existence de milliers de familles de pêcheurs, exploitant les éponges de la Petite Syrte ou de Caramanie, les chrafi des Kerkennah, les grandes bordigues de Bizerte ou du lac Menzaleh.

6Qu’elle concerne les côtes de Barbarie, celles du bassin oriental ou encore les rives chrétiennes, notre connaissance des économies halieutiques du passé ne pourra progresser sans des approches croisées, rassemblant des chercheurs de ces disciplines complémentaires que sont l’histoire, l’archéologie, la biologie marine et l’halieutique. Les historiens de la mer trouveraient à ce propos de précieuses informations dans l’émergence d’une ichtyo archéologie de la Méditerranée moderne, encore à inventer, sur le modèle de celle qui existe déjà pour les périodes antiques ou médiévales. L’interdisciplinarité, comme la constitution d’équipes internationales, n’implique en rien une dilution du rôle de l’historien dans les avancées de la recherche. Les chercheurs de cette discipline doivent cependant s’attacher à appréhender l’histoire des sociétés maritimes comme une histoire intégrée, articulant solidement les relations réciproques d’interdépendance tissées entre l’homme et le milieu marin. Ils doivent aussi ne pas appréhender de tourner provisoirement le dos au rivage, pour mieux appréhender ces fenêtres sur mer que constituent les lieux de distribution du poisson. La mer conditionne à l’époque moderne une partie des marchés urbains et des politiques édilitaires de vastes régions intérieures. La prise en compte de ces projections de l’onde dans le domaine continental offre un terrain d’investigation immense aux chercheurs, encore peu exploré, mais pourtant très prometteur. Les réseaux de conditionnement, de transport et de distribution du poisson depuis le littoral restent à ce propos pour l’essentiel encore à découvrir, associant l’échelle internationale du négoce à la dimension très locale du petit commerce ou de la droguerie d’Ancien Régime. Cette dernière strate, située à l’interface du trafic interrégional et du marché de proximité, revêt une importance particulière. Sa compréhension doit permettre de mieux appréhender la pénétration des ressources méditerranéennes dans le quotidien des populations modernes. L’étude du monde de la petite marchandise constitue aujourd’hui un angle mort de notre connaissance de la globalité des systèmes d’approvisionnement, depuis les activités de pêche jusqu’aux usages domestiques. Elle offre l’opportunité de construire un objet d’étude alliant histoire des techniques, histoire sociale, histoire des écosystèmes marins, histoire des pratiques économiques et des représentations. Elle invite donc à une histoire plurielle. C’est à la construction de celle-ci que s’est attaché cet ouvrage, comme à la volonté d’offrir à la communauté scientifique une synthèse provisoire, en partie exploratoire et donc nécessairement imparfaite, des changements intervenus dans le mode de l’économie halieutique méditerranéenne à l’époque moderne. Que certaines de ses analyses, ou de ses conclusions, soient remises en question au cours des prochaines années serait la meilleure preuve de son utilité.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search