Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Mutations techniques, acteurs et marchés régionaux

Entre ruptures et dynamisme. Contrastes halieutiques du XVIIIe siècle

Texte intégral

1Profondément transformé au cours des trois siècles précédents, le monde de la pêche méditerranéenne nord-occidentale présente au xviiie siècle une apparence contrastée. La généralisation d’une nouvelle forme de traîne, la « pêche au bœuf », confère aux flottilles côtières un instrument dont l’efficacité ne sera jamais dépassée avant la révolution mécanique du xxe siècle. Dans le même temps, la mise en concurrence des communautés le long du littoral, les tensions qui se produisent au sein même de ces communautés, et l’émergence dans la pensée européenne du thème du déclin des ressources de la mer, ne sont-elles pas les révélateurs d’une crise de l’économie des pêches lors du dernier siècle de l’Ancien Régime ? L’analyse des marchés régionaux de distribution permet-elle de confirmer ou non l’hypothèse de cette crise ? À trop se polariser sur les mutations des sociétés littorales de l’Europe méditerranéenne, ne risque-t-on pas enfin d’ignorer les dynamiques en œuvre sur les autres côtes de la mer intérieure, y compris le bassin oriental ?

La révolution de la « pêche aux bœufs »

Une adaptation des usages du gangui

  • 161 Henri- Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II (...)

2Toujours évoquée dans les études relatives à l’histoire des pêches modernes, l’apparition de la « pêche au bœuf » ou « aux bœufs » ouvre, après le sardinal et la tartane, le troisième acte des changements radicaux qui affectent les communautés littorales méditerranéennes avant la Révolution française. Ce bouleversement ne réside pas dans la découverte d’un engin de pêche nouveau. Ceux qui s’adonnent au filet « bœuf » au crépuscule du xviie siècle réutilisent de fait un matériel existant, déjà en fonction dans le cadre des pêches traînantes en mer depuis le xve siècle. Le gangui provençal ou ganguil catalan, que nous avons déjà évoqué, se présente comme un filet de grande dimension, constitué d’une manche, aussi appelée « nasse » ou « coup », vaste poche pouvant atteindre 12 mètres de longueur, encadrée de deux bandes de filets rabatteurs, les « bras », développés sur près de 20 mètres de part et d’autre de la poche. Ce corps principal du filet est lui-même relié à des « halins » ou « libans » latéraux de plus de 300 brasses (540 mètres), qui le relient aux embarcations. La maille de la poche finale est de dimension relativement moyenne, n’excédant pas « 5 à 6 lignes d’ouverture161 » (13 mm). La section des fils utilisés pour la confection du filet « bœuf », légèrement supérieure à celle utilisée dans l’élaboration du gangui, permet seule au final de différencier les deux types d’engins. Des flotteurs, disposés sur la partie supérieure de la poche, complètent le dispositif tandis que des baudes (pierres), ou parfois une lame métallique, maintiennent la limite inférieure de la « nasse » plaquée au fond. Le grand changement qui marque la fin du xviie siècle ne réside donc pas dans la forme d’un matériel considéré comme classique à la même époque du golfe de Venise aux côtes andalouses, mais bien dans ses nouveaux usages.

Fig. 52 : Pêche « au bœuf » (Duhamel du Monceau, 1769)

3Duhamel du Monceau nous les décrit très précisément :

  • 162 Idem.

On emploie pour cette pêche deux bateaux, qui sont quelquefois du port de 8 à 10 tonneaux. Chacun des deux bateaux prend un des deux halins, et s’écartant ordinairement l’un de l’autre de 50 à 60 brasses [environ 100 mètres], chemin faisant ils jettent à la mer les halins et le filet, qui moyennant l’éloignement des bateaux, a à son embouchure 4, 5, ou 6 brasses d’ouverture [entre 7 et 9 mètres]. Le filet étant tendu, les deux bateaux courent à toutes voiles vent arrière, et tirent le filet avec une rapidité qui équivaut à un fort courant qui s’entonnerait dans le filet. Ce courant porte dans la manche, non seulement tout le poisson qui se trouve sur son chemin, mais encore ceux qui sont à quelque distance sur les côtés162.

4Les avantages du nouveau procédé sont manifestes. Navigant vent arrière, les bâtiments qui tirent le filet « bœuf » avancent rapidement, et peuvent ainsi multiplier les traits de chalut dans une même journée. Plus maniables que les bâtiments habituellement utilisés pour la traîne, ils échappent aussi aux vents de travers qui limitaient la pratique du tartanon à la seule bonne saison, et permettent ainsi un approvisionnement régulier des marchés durant toute l’année. La taille réduite des deux bateaux utilisés par la « pêche au bœuf » présente elle-même deux intérêts. Elle évite d’une part aux patrons les lourds investissements qu’imposait la construction ou l’achat d’une tartane. Elle permet d’autre part aux communautés, sur les grands cordons dunaires du Languedoc, du delta de l’Ebre, des côtes tyrrhéniennes ou adriatiques, de s’affranchir de la présence de ports aménagés, les embarcations pouvant être tirées facilement sur la plage par de simples attelages au retour de la pêche.

5L’efficacité du procédé nouveau explique la rapidité de sa diffusion. Parce qu’elle déstabilise les communautés, et qu’elle suscite partout des craintes de disparition de la ressource, la propagation de la « pêche au bœuf » entraîne dans son sillage une épaisse traîne de textes législatifs, de mémoires et de doléances.

Une rapide diffusion

6La chronologie et les modalités de la diffusion du filet « bœuf » demeurent jusqu’à aujourd’hui imprécises. Elles sont cependant inséparables de l’existence au cours du xviiie siècle de courants de migrations temporaires au sein des flottilles de pêche, réalisés à l’échelle du bassin. Deux d’entre eux apparaissent comme majeurs, constitués par les pêcheurs de la province catalane, et par ceux du royaume de Naples. Ces opérations saisonnières de pêche, qui conduisent les équipages à s’affranchir régulièrement des limites de leurs États, constituent un fait remarquable au sein des sociétés halieutiques de la Méditerranée du Nord-Ouest. Ce phénomène s’inscrit dans la durée. Présents sur les côtes romaines et ligures au début du siècle, les pêcheurs « napolitains » parviennent à la fin de la période à pénétrer ces espaces pourtant strictement réservées que sont les mers de Marseille. Ils y effectuent dans la deuxième moitié du xviiie siècle leur jonction avec le flux des équipages catalans, comme si le premier port provençal marquait une ligne de partage des eaux halieutiques dans le bassin nord-occidental. Plus à l’Est, sur l’Adria – tique, un troisième pôle de transfert, alimenté par les pêcheurs de Chioggia, assure à la même période la diffusion progressive du filet « bœuf » dans tous les ports des Marches, tandis que les patrons de Bari l’utilisent massivement sur le rivage des Pouilles. L’origine du procédé est incertaine. L’implication de patrons catalans dans la propagation de cette technique nouvelle vers le Languedoc après 1725, comme la précocité de son interdiction en Catalogne même, militent de fait pour une origine espagnole du procédé. La Catalogne présentant le procédé comme provençal, il faut, pour donner un juste aperçu de la complexité de ce dossier, essayer de synthétiser en quelques dates ce que nous apprennent les sources et les études dispersées.

Fig. 53 : Diffusion de la palangre catalane et du filet « bœuf » (xviiie s.)

  • 163 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)
  • 164 CARAN, C5-1 mar. (1726-1727), Lettre du S. Demoy au secrétariat d’État à la marine, 22 juillet 1727
  • 165 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Fage (...)
  • 166 CARAN, C 5-31, Mémoire sur la continuation de la pêche faite avec des filets connus sous le nom de (...)
  • 167 Gilbert Larguier, « Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au xviiie siè (...)
  • 168 Christopher Denis Delacour, « La pêche “alla gaetana” et le marché romain. Les conditions socio-éco (...)

7La première mention de l’existence de la « pêche au bœuf » en Catalogne date de 1722, date à laquelle elle est mentionnée dans le manuscrit de Joan Salvador163. L’année suivante, tous les corregidores de la principauté reçoivent un ordre royal de défendre « la pratique de la pêche avec des filets appelés Parejas ou Bou164 ». Cette interdiction semble ne guère avoir été suivie d’effet, puisque à l’occasion de son renouvellement en 1725, une cinquantaine de patrons barcelonais sollicitent du roi la permission de poursuivre leur activité165. L’hostilité du pouvoir central à la pratique nouvelle explique peut-être toutefois le déplacement vers les eaux françaises de certains pêcheurs catalans. Deux d’entre eux introduisent la technique nouvelle sur la côte de Roussillon en février 1725, puis le mois suivant à Gruissan166, où elle est rapidement adoptée par les propriétaires locaux d’une douzaine de bateaux167. Sa présence avérée en 1701 sur les rives romaines, puis en 1716 sur les côtes du grand-duché de Toscane brouille cependant le schéma logique d’une propagation linéaire, gagnant de proche en proche tous les ports du littoral. À cette date, ce ne sont pas les patrons catalans qui exercent la « pêche au bœuf » dans le golfe ligure ou les rivages du Latium, mais ceux que les textes désignent comme des « Napolitains », c’est-à-dire les pêcheurs de Gaète. Ce petit port de la mer tyrrhénienne, situé à l’extrémité occidentale du royaume de Naples, bénéficie très tôt de la primauté du procédé traînant dans la péninsule, localement désigné sous les diverses appellations de pesca a coppia, paranze, gaetane, ou coccie. La présence de pêcheurs de Gaète le long des côtes romaines n’est pas un phénomène nouveau au début du xviiie siècle, cette cité constituant depuis le xve siècle l’un des centres de pêche les plus actifs du littoral tyrrhénien. Ce dynamisme de Gaète explique peut-être la précocité de l’usage du filet « bœuf » par ces pêcheurs, portés vers les États pontificaux par les besoins des poissonneries de Rome168. Dans un édit publié en juin 1701, le cardinal camerlingue Giovan Battista Spinola tente d’ailleurs de réglementer l’activité de leurs bateaux et de leurs tartanes, au motif que

  • 169 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)

ces bâtiments naviguent de conserve avec tant de vitesse que le filet, touchant le fond de la mer et le labourant avec tant de véhémence, rompt les œufs des poissons et porte préjudice aux alevins169.

  • 170 CARAN, C 5-28, Mémoire sur la pêche qui se fait aux côtes de Catalogne, 8 janvier 1717.
  • 171 CARAN, C 5-1, lettre de Garnier de Ricard au secrétariat d’État à la marine, 8 juillet 1727.

8La maîtrise dès le début du siècle de la « pêche au bœuf » par des pêcheurs du Regno suscite des interrogations. Elle trahit peut-être l’existence de contacts réguliers entre pêcheurs espagnols et pêcheurs napolitains, sans doute renforcée par la proximité politique des deux royaumes. Le fait, s’il était avéré, permettrait d’envisager un deuxième axe de propagation de cette technique catalane, qui en effectuant une jonction directe des côtes levantines aux rivages de la mer tyrrhénienne, doublerait d’une certaine façon le front de diffusion roussillonnais et languedocien. À proximité immédiate des côtes du Latium, les littoraux du grand-duché présentent dans les premières décen – nies du siècle des caractéristiques communes à celles des eaux pontificales. À l’instar des grèves romaines, la faiblesse des communautés de pêche toscanes presque entièrement tournées vers l’exploitation des eaux lagunaires ou continentales hypothèque l’approvisionnement des marchés de Livourne et de Florence. L’introduction de la pesca a coppia par les « Napolitains » soulève cependant l’hostilité immédiate d’autres communautés de pêche étrangères. Les eaux du grand-duché sont en effet parcourues au début des années 1720 par de nombreux bâtiments martégaux qui y pratiquent la pêche « à la tartane », comme ils le font au même moment entre Barcelone et Tortosa170. C’est en leur nom que Demoy, consul de France à Livourne, demande à la cour de Florence la fin « des abus que les Napolitains commettent sur les côtes de Toscane en tirant les filets avec deux tartanes171 ».

  • 172 Alain Cabantous, « L’État et les communautés maritimes. Autour de la déclaration royale de 1726 », (...)
  • 173 ASF, Segreteria du Finanze. Affari prima del 1788, « Dipartimento du caccia e pesca », pezzo 419, D (...)
  • 174 Idem.
  • 175 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », op. cit., p (...)
  • 176 CARAN, C 5-31, Mémoire sur la continuation de la pêche faite avec des filets connus sous le nom de (...)

9La rapidité de la diffusion du procédé est bien analysée par les autorités des États riverains de la Méditerranée nord-occidentale. Le point de vue de ces dernières est partout similaire. L’efficacité du « bœuf », au regard des techniques plus anciennes, est évidemment perçue comme un danger. Outre un possible dépeuplement des fonds, le risque apparaît bien réel de déstabiliser des communautés de pêche désormais divisées entre tenants et opposants des nouvelles pratiques. La « pêche au bœuf » assure cependant un approvisionnement régulier des marchés, ce qui ne peut laisser indifférents tous ceux qui ont à charge d’éloigner le spectre des pénuries alimentaires. Face aux doléances d’une partie des communautés de pêche, une riposte réglementaire est mise en œuvre contre le « bœuf ». Préfiguration des politiques de pêche actuelles, cette réglementation est définie par le moyen d’une intense correspondance diplomatique à l’échelle européenne172. Ces échanges aboutissent à la promulgation de textes similaires en Espagne, en France et sur la péninsule italienne. L’interdiction de la « pêche au bœuf » prononcée en 1725 en Espagne est imitée en France par un arrêt du conseil du roi promulgué le 25 septembre de la même année, soit 8 mois à peine après l’introduction du filet traînant dans les eaux du Roussillon. Déjà prohibée sur les côtes romaines par l’Editto sopra la pesca de 1701, la gaetana est par ailleurs interdite également par le grand-duché de Toscane en avril 1716173, et par la République de Gênes en 1727. La fermeté de l’ensemble de ces puissances s’appuie sur des peines sévères. En France, les propriétaires de bateaux s’adonnant au « bœuf » sont ainsi menacés d’une amende de 1 000 livres par l’arrêt royal de 1725. Cette sévérité n’est cependant qu’apparente, tant les marchés trouvent satisfaction dans les tonnages importants engendrés par le nouveau procédé de traîne. La répétition des textes d’interdiction tout au long du siècle disent assez leur inefficacité, à l’image des six décrets promulgués en Toscane entre 1716 et 1767174. Parfois même, le pouvoir royal ne se cache pas de vouloir préserver une partie des flottilles délictueuses, en leur accordant des délais de reconversion ou des licences limitées. C’est le cas à Barcelone, où dès 1726, seize paires de bateaux « bœufs » bénéficient par cédule royale d’une autorisation exceptionnelle d’exercice, afin d’approvisionner la ville en poisson frais. Les ambiguïtés du prince, et la faiblesse des moyens de contrôle réel des activités de pêche menées sur les côtes espagnoles expliquent que vingt parejas sillonnent les eaux de Barcelone en 1732. Moins de dix ans plus tard, on les repère également à Sanlúcar de Barrameda, puis jusqu’à Cadix en 1755175. À Gruissan, sur la côte languedocienne, ce sont seize bateaux, « joints deux à deux de société », qui balayent quotidiennement les fonds sablonneux du littoral en 1731, tandis qu’une dix-septième barque « n’ayant pu s’associer en ce lieu [a gagné] la coste de la paroisse de Sérignan176 ».

  • 177 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei… op. cit., p. 151.
  • 178 Carmen Fernández Casanova, Historia da pesca en Galicia, Santiago de Compostela, Publicacións da Un (...)
  • 179 Dimitri Dimitropoulos, « La pesca nell’Egeo : aspetti relativi alle attività di pesca tra il xvii e (...)
  • 180 Evdokia Olympitou, « La pesca nell’Egeo nel xix secolo », Ruthy Gertwagen, Saša Raicevich, Tomaso F (...)

10Au milieu du siècle, le « bœuf » est désormais partout présent dans le bassin nord-occidental, puisqu’en 1750, la gaetana a gagné les ports de l’Adriatique et le port vénitien de Chioggia177. La technique catalane n’a pourtant pas achevé son périple. Transférée dès 1750 par les communautés du Levant espagnol jusqu’aux rias de Galice et à la côte cantabrique178, on la retrouve aussi, selon un cheminement qui demeure encore obscur, jusqu’au bassin oriental de la Méditerranée. Elle est ainsi présente en 1804 dans l’île de Syros, où les sources différencient désormais clairement les tratarides (pêcheurs avec des filets traînants) des adiktarides (pêcheurs au filet fixe179). Quelques décennies plus tard, elle est considérée comme banale dans les îles de l’Egée, lorsqu’un texte de loi tente de l’interdire en 1869180.

Communautés halieutiques en mouvement : ruptures et adaptations

11Plus encore que la diffusion du sardinal ou la mise au point de la tartane, le triomphe de la « pêche au bœuf » marque un véritable tournant dans l’histoire des pêches méditerranéennes. Les pratiques collectives qui assuraient depuis l’Antiquité la survie des pêcheurs les plus pauvres, intégrés au maniement de ces grandes sennes de plage qu’étaient le boulier et l’eissaugue, sont irrémédiablement condamnées par l’essor du chalut « bœuf ». La physionomie des places littorales, l’identité culturelle des populations de pêcheurs, mais aussi la représentativité sociale de ces derniers dans la cité connaissent alors un bouleversement sans précédent, qui peut expliquer la montée en puissance au xviiie siècle du thème d’un âge d’or révolu. Un mémoire de l’intendant de Languedoc Saint Priest, daté de 1757, permet une mesure précise de ces ruptures dans les petites places portuaires de la province :

  • 181 CARAN C 5-37, Mémoire concernant les observations et l’avis de M. de Saint Priest Intendant de Lang (...)

Avant que la pesche du Bœuf fut connue, il y avait à Gruissan douze gros Bouliers, cinq à Bages et deux à Fleury, en tout dix-neuf. Ces Bouliers n’avaient pas tous de la même force, mais ils donnaient tous ensemble à vivre à environ cinq cents personnes, indépendamment des ouvriers et de revendeuses de poisson. Chaque bateau qui fait la pesche du Bœuf n’a au contraire besoin que de quatre hommes d’équipage et les quarante-deux bateaux qui pratiquent cette pesche à Gruissan n’occupent par conséquent que cent soixante-huit personnes. Depuis que la pêche du Bœuf a pris faveur, les Bouliers sont anéantis, il n’en reste plus à Bages, il n’y en a que deux à Gruissan, qui n’occupent même que dix hommes chacun, et un seul à Fleury qui n’occupe que sept à huit personnes181.

  • 182 Gilbert Larguier, « Pêche et société en Languedoc au xviiie siècle. La pêche aux bœufs », L’Histoir (...)
  • 183 Idem., p. 61.
  • 184 Ibid., p. 62.

12La diffusion de cette pêche nouvelle, inégale selon les localités, doit être analysée en fonction des potentialités de développement offertes aux communautés littorales. Gilbert Larguier a montré comment la conversion au « bœuf » de la plupart des pêcheurs de Gruissan devait être mise en relation avec la rareté des terres cultivables disponibles dans cette paroisse. Alors que la population gruissanaise est multipliée par trois au cours du xviiie siècle, passant de 500 à 1 500 habitants, l’absence de pluriactivité interdit tout autre échappatoire que la mer182. L’adaptation des techniques de traîne intéresse donc directement ou indirectement de larges couches de la population locale, patrons, matelots, chasse-marée ou quirataires. L’utilisation de bâtiments de mer de moins de dix tonneaux, capables de gagner facilement l’abri des étangs par l’intermédiaire des passes peu profondes, fait sauter le verrou technique que représentait l’usage des lourdes tartanes pour les communautés dénuées de ports aménagés. Ces dernières peuvent alors investir le segment intermédiaire des pêches côtières en mer, qui l’emportent désormais sur la senne de plage, la pêche en étang ou encore sur la « grande pêche, à l’échelle de la Méditerranée du Nord-Ouest, de la tartane183 ». L’évolution du nombre de matelots employés à Gruissan témoigne de l’engouement pour la pratique nouvelle. Il oblige à nuancer les écrits de l’intendant Saint Priest. Ces inscrits au registre des classes, au nombre de 143 en 1725, ne sont pas moins de 173 en 1770184. À une vingtaine de kilomètres plus au sud, le village de Leucate, mieux pourvu en vignes, pâtures et terres arables, et où au surplus chaque famille dispose annuellement d’une parcelle de lagune tirée au sort, échappe à cette nécessaire reconversion de ses activités de pêche.

13Dès le milieu du xviiie siècle une ligne de césure partage donc nettement les partisans des pêches anciennes, patrons de Leucate, de Sète, de Martigues ou de Marseille, aux tenants des nouvelles techniques, qu’ils soient issus de Catalogne, des petits ports languedociens compris entre Gruissan et Marseillan, ou des rives plus lointaines de Gaète. La confrontation entre les deux modèles d’exploitation de la mer se traduit localement par des tensions et des poussées de fièvre dans lesquels les intérêts des acteurs extérieurs non directement issus du monde de la pêche, puissances seigneuriales, représentants de l’administration centrale, de la marine ou de l’amirauté pèsent d’un grand poids.

  • 185 Ibid. p. 64-65.

14Le conflit qui oppose au milieu du xviiie siècle les pêcheurs au chalut de Gruissan aux représentants des communautés languedociennes opposées au « bœuf » est ainsi représentatif de cette complexité des points de vue. Soutenus par Monseigneur de la Roche-Aymon, leur seigneur évêque, les pêcheurs de Gruissan bénéficient également en 1755 de la bienveillance du lieutenant de l’Amirauté, qui doit l’essentiel de son ascension à l’influence du prélat. Ils se heurtent cependant à l’hostilité de l’intendance, sentiment longtemps étouffé de crainte de voir déguerpir les pêcheurs de Gruissan pour le service de flottes étrangères, et aux intérêts de la marine, pour qui les tartanes, plus que les « bateaux-bœuf » sont susceptibles de fournir une pépinière abondante de marins et d’assurer aisément le transport des troupes et des munitions entre les places fortes du littoral. L’imbrication de ces points de vue contradictoires explique seule la durée des procédures conduites contre les patrons de Gruissan, de Sérignan, d’Agde ou de Marseillan, qui aboutissent finalement à la destruction des bâtiments incriminés en septembre 1770185.

  • 186 Biaggio Salvemini, « Comunità separate e trasformazioni strutturali. I pescatori pugliesi fra metà (...)
  • 187 Idem.
  • 188 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes/ Aix-e (...)
  • 189 Victor Hurtado, Jesús Mestre, Toni Miserachs, dir., Atles d’història de Catalunya, Barcelona, Edici (...)

15À une échelle plus importante, les déplacements des pêcheurs de Gaète doivent être eux aussi interprétés à la lumière des conditions socio-économiques du temps, et des textes qui réglementent la pêche dans le royaume de Naples. Sur les côtes campaniennes, comme sur celles du Latium, l’émergence de la pesca a copia est d’abord une réponse à l’incapacité des techniques anciennes de fournir ces immenses marchés de consommation que sont Naples et Rome. Elle se heurte pourtant localement à l’opposition des nombreux représentants des petits métiers de la pêche, qui limite la pratique de la gaetana au sein même de son noyau initial de diffusion186. Après de longues procédures, les pêcheurs de la côte napolitaine parviennent ainsi à obtenir en 1784 une réglementation sévère du gouvernement des Bourbons, fixant strictement la taille des mailles de ces filets, mais interdisant aussi leur usage entre le Jeudi Saint et le 4 novembre187. Le déplacement des pêcheurs de Gaète vers l’Ouest, en direction des côtes provençales, et vers le sud, pour contourner la péninsule et pratiquer plus librement sur les côtes des Pouilles, trouve en partie sa justification dans cet encadrement réglementaire. En réalité, la montée en puissance de la « pêche au bœuf » a des conséquences multiples. Elle explique peut-être la migration des palangriers catalans qui à partir de 1725 quittent les eaux de la Costa Brava, puis celle du Maresme et des environs de Barcelone pour gagner le port de Marseille188. La présence catalane à Marseille, autant que celle du nouveau procédé de chalutage le long du Latium, en Ligurie, en Languedoc ou sur les côtes espagnoles, vise ici comme ailleurs à répondre à la lancinante question de l’alimentation de populations de plus en plus nombreuses dans ces différents États. Elle représente aussi une stratégie d’adaptation au trop plein des populations portuaires qui se fait sentir dans une Catalogne qui passe de 500 000 à 1 million d’habitants au cours du siècle189.

16À évoquer ces mouvements principaux, c’est bien le sentiment d’une transgression croissante des juridictions traditionnelles qui domine, comme si le corset réglementaire des confraternite italiennes, des cofradias espagnoles ou des prud’homies et confréries françaises cédait progressivement aux impératifs du marché. Les « terroirs maritimes », ces petites mers juxtaposées qui constituaient l’espace légal du contrôle communautaire, subissent alors les multiples intrusions de petites flottilles étrangères, souvent modestes dont le dénombrement apparaît aujourd’hui comme une gageure.

  • 190 ASF, Ufficiali di sanità, filza 394, janvier-décembre 1756, f. 684, f. 764.

17Le hasard des archives nous les fait parfois rencontrer. Entre le 19 mai 1756 et le 24 du même mois, ce sont ainsi 14 bâtiments de pêche génois, montés par 70 hommes d’équipage, qui relâchent au port de Livourne. Venus des petits ports de Recco et de Camogli, ces pêcheurs sont soigneusement contrôlés par les officiers de santé du port, qui précisent que chacun de ces bateaux est muni de ses engins de pêche190.

  • 191 AD BDR, C 4029, arrêt du 20 mars 1786 portant règlement entre les pêcheurs français et les pêcheurs (...)
  • 192 AD BDR, 250 E 130, lettre du curé Daumas aux prud’hommes de Marseille, 21 mai1780.
  • 193 Idem, témoignage du sieur Armand, 6 juin 1780.
  • 194 AD BDR, 250 E 131, Correspondance reçue (1790-an VI), Lettre des commissaires du Bureau central du (...)
  • 195 AD BDR, 250 E 132, Correspondance reçue (an VI-an X), Lettre de démission de Jean-Pierre Pons, trés (...)
  • 196 Idem, Lettre des prud’hommes de Martigues à ceux de Marseille, 22 fructidor an VII (9 septembre 180 (...)

18Ferments de la modernisation de pêches, les communautés étrangères parviennent à fissurer les forteresses corporatives qui semblaient les plus inexpugnables, en gagnant à leurs pratiques professionnelles certains des membres de ces dernières. L’examen de la situation des pêches dans le golfe de Marseille à la veille de la Révolution dit assez le désordre, ou plutôt la profusion, qui règne désormais au-devant du port. Le combat séculaire conduit par la prud’homie contre la présence palangrière catalane a échoué. L’arrêt royal de 1776, préparé par la venue à Marseille du commissaire départi Antoine Chardon, marque la reconnaissance officielle de la légitimité de la communauté étrangère dans la ville191. Mais l’examen des sources de la corporation, comme de la littérature imprimée, montre qu’à la même époque, le débat sur l’usage de la palangre dans le golfe est déjà dépassé. Dans la décennie 1780, des patrons « napolitains » n’hésitent plus à pratiquer les arts traînants prohibés, bravant une autorité prud’homale qui n’ignore pas cette pratique et ne semble plus en mesure d’imposer ses règlements aux pêcheurs étrangers. Ceux-ci pêchent le dimanche, comme le rapporte aux prud’hommes avec indignation le curé de La Couronne, Daumas, en mai 1780192. Ils n’hésitent pas à menacer les pêcheurs de Marseille, à l’exemple de ces deux matelots de la ville, réfugiés en juin de la même année « tout épouvantés et la larme à l’œil » dans la cabane de la madrague de Sausset pour échapper aux violences de trois patrons italiens193. La confusion qui semble s’être emparée du golfe de Marseille n’est finalement que la conclusion d’une affirmation constante, par des voies diverses, de l’initiative individuelle contre le droit corporatif. Les années révolutionnaires, en autorisant de Collioure à Cannes l’usage du filet « bœuf » révèleront dans ces mêmes espaces l’ampleur des mutations accomplies. Dès 1797, les patrons marseillais Audibert, Clastrier, Colombon et le trésorier de la prud’homie Pons, reconnaissent publiquement qu’ils pratiquent la « pêche au bœuf194 ». Le dernier de ces hommes n’hésitera d’ailleurs pas à démissionner de manière fracassante de ses fonctions en 1799, signifiant de manière écrite le mépris dans lequel il tient la corporation195. Ces tensions, qui sont la marque de rivalités internes complexes au sein du groupe, nécessiteraient une étude sociale approfondie. Au même moment dans le port voisin de Martigues, citadelle tout au long du xviiie siècle des partisans de la tartane, des patrons catalans pratiquent eux aussi cette pêche longtemps prohibée196. La diffusion du nouvel art traînant, qui s’est pour l’essentiel effectuée en dehors des cadres corporatistes fixés depuis la fin du Moyen Âge, apparaît bel et bien comme le symbole du basculement des pêches méditerranéennes dans l’ère contemporaine.

19II accompagne dans tous les cas l’émergence d’une idée qui ne quittera plus la pensée littorale dans les siècles suivants, celle du dépeuplement des mers.

Un déclin séculaire de la ressource ?

Une hantise européenne

20Le recours aux témoignages du temps, qu’ils émanent de mémoires d’offi – ciers, des lettres de doléances des pêcheurs ou d’acteurs extérieurs au monde de la pêche ramène invariablement à l’affirmation d’un déclin de la ressource. À lire ces sources convergentes, le naufrage des pêches françaises semble consommé dans le dernier quart du xviiie siècle. Un mémoire conservé dans les fonds du secrétariat d’État à la Marine l’exprime clairement :

  • 197 CARAN, C 5-52, Lettres, mémoires, états, 1785, Aperçu de la situation des pêches françaises ».

Si […] on porte la vue sur les pêches françaises, on n’aperçoit qu’une machine abandonnée à elle-même, et à ses ressorts affaiblis ; sans secours, sans protecteurs, sans surveillants particuliers, sans organes enfin par lesquels le gouvernement puisse connaître sa véritable situation et ses besoins. Au lieu d’encouragements, on voit des droits considérables, des lois sans vigueur et sans exécution ; le mal, la déprédation impunis […]. Des pêcheurs livrés à leurs caprices et à leur ignorance, assez ennemis d’eux-mêmes pour détruire le fray du poisson dès l’instant de sa naissance, nos côtes dévastées […]. Les Génois vendre dans nos ports de la Méditerranée le thon, la sardine, l’anchois, etc. Les Catalans faire la pêche jusque dans les ports de Cette et de Marseille197.

  • 198 Marc Pavé, La pêche côtière en France (1715-1850). Approche sociale et environnementale, Paris, L’H (...)
  • 199 Daniel Faget, « Une cité sous les cendres : les territoires de la pollution savonnière à Marseille (...)

21Cette « universelle rhétorique de la surexploitation », comme la qualifie Marc Pavé198, se retrouve aussi dans l’œuvre d’érudits locaux. Le mémoire du père dominicain Antoine Menc, sans doute le premier document à apporter une analyse précise des effets de la pollution industrielle sur les écosystèmes marins méditerranéens199, nous apporte par ailleurs un tableau catastrophique de la situation des ressources halieutiques sur les côtes provençales en 1769 :

  • 200 Antoine Menc, « Quelles sont les causes de la diminution de la pêche sur les côtes de la Provence ? (...)

Hé ! d’où vient que depuis plusieurs années ces sources précieuses tarissent sur les Côtes de la France, au point que la disette actuelle du poisson semble nous menacer d’une privation totale de cet aliment ? D’où vient aujourd’hui cette funeste stérilité dans un fonds autrefois si riche, sinon de la liberté de la pêche, qui avait été resserrée dans des justes bornes par une prudente police, a dégénéré en une coupable licence, qui viole toutes les règles, et qui les méconnaît par ignorance, ou les méprise par cupidité200 ?.

  • 201 CARAN, C 5-28, Mémoire sur la pêche de la dreige ou grande traîne à la mer, 26 février 1725.

22Majoritairement partagée au xviiie siècle, la croyance en un dépeuplement de la mer trouve au sein du royaume un point de départ précis. En autorisant l’usage de la dreige, terme atlantique englobant pour la Méditerranée, à l’exception du « bœuf », l’ensemble des filets traînés depuis une tartane, l’ordonnance sur les pêches de 1681 aurait ouvert la porte à une exploitation immodérée de la ressource, et donc à son rapide épuisement. Un mémoire adressé au duc de Pontchartrain en 1725 l’affirme clairement, « la permission générale que l’ordonnance de 1681 a donné [de la dreige] a achevé de ruiner les fonds de la mer et causé la disette de poisson de mer201 ».

  • 202 Antonio Sáñez Reguart, Diccionario histórico de los artes de la pesca nacional, Madrid, Ibarra, 179 (...)

23La hantise de la stérilité, répétons-le, déborde largement les seules côtes languedociennes ou provençales. Elle a une dimension nationale, puisque l’auteur de ce dernier texte propose de limiter à quatre les bâtiments de traîne autorisés sur l’Atlantique, qui depuis Rouen, permettraient d’assurer la fourniture de la table royale. Elle a enfin une dimension européenne, puisqu’à la même époque, elle est parfois évoquée sous la plume des illuministi italiens, et plus encore développée par les représentants des thèses conservacionistas en Espagne. L’un des plus illustres de ceux-ci est sans équivoque le commissaire royal de la Marine Antonio Sáñez Reguart202.

  • 203 Martín Sarmiento, « De los atunes y de sus transmigraciones », José-Luis Pensado, Testos autógrafos (...)
  • 204 José Cornide y Saavedra, Ensayo de una historia de los pesces y otras producciones marinas de la co (...)

24En publiant à partir de 1791 le premier volume de son Diccionario histórico de las artes de la pesca nacional, Sáñez Reguart revendique clairement une double paternité. La première de ses ascendances est constituée par tous ceux qui, en Espagne même, se sont intéressés à la gestion de la ressource halieutique. Le conservacionisma, ce courant de pensée qui s’efforce de démontrer la rationalité d’une exploitation modérée de la ressource, a trouvé dans l’Espagne du xviiie siècle deux porte-paroles principaux. L’un est le père bénédictin Martín Sarmiento (1695-1772), qui publie en 1757, à la demande du duc de Medinacelli, Los atunes y sus transmigraciones, une réflexion sur les causes de la diminution de l’activité des madragues après 1750203. L’autre est le galicien José Cornide y Saavedra (1734-1803), auteur en 1788 d’une des premières études ichtyologiques de type descriptif publiées en Espagne, sous le titre Ensayo de una historia de los pesces y otras producciones marinas de la costa de Galicia204. Dépassant largement la seule démarche taxinomique, Cornide s’applique, comme ses homologues ilustrados, à définir les meilleures conditions économiques susceptibles d’aboutir au bien public.

  • 205 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. vi, Neuchâ (...)

25Sáñez Reguart, en dénonçant dans son dictionnaire le caractère pernicieux de la « pêche au bœuf », se range indubitablement dans le sillage de ses illustres prédécesseurs nationaux. Mais il s’inspire aussi lors de la rédaction de son dictionnaire, comme en témoigne à de multiples reprises la similitude des deux textes, au monumental Traité des pêches et histoire des poissons de Duhamel du Monceau. Ce dernier a dénoncé dès 1769 les méfaits de la nouvelle pêche, « la plus préjudiciable de toutes celles qu’on fait à la traîne205 ».

26Idée partout présente en Méditerranée, la hantise du déclin des ressources marines croise donc régulièrement les traits des chaluts. On la retrouve à ce propos dans les grands ouvrages d’économie politique qui fleurissent dans l’Italie du xviiie siècle. Le napolitain Giuseppe Palmieri (1721-1794) se demande ainsi en 1788, à propos de ces pêcheurs de Bari,

  • 206 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla publica felicità relativamente al Regno di Napoli, 2e éd., Nap (...)

qui parcourent l’Adriatique en pêchant à la voile comme le font ceux de Gaète dans la mer tyrrhénienne, s’il faut les qualifier de pêcheurs ou de dévastateurs de la pêche206.

  • 207 On désigne par infralittoral un espace compris entre le zéro biologique et une profondeur d’environ (...)

27Il semble nécessaire, pour interpréter ce discours commun, de le confronter d’une part aux rares certitudes statistiques qui marquent le dernier siècle de l’Ancien Régime, mais aussi aux études actuelles relatives aux effets du chalutage sur les étages infralittoraux et circalittoraux207. L’affirmation du déclin doit enfin être replacée dans un contexte social, celui de la mutation que connaissent les communautés de pêche durant la période considérée.

Surpêche et mutations sociales

  • 208 Gilbert Larguier, « Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au xviiie siè (...)

28L’inquiétude qui étreint les populations littorales méditerranéennes au xviiie siècle trouve d’abord son explication dans des raisons conjoncturelles. Les fluctuations de la fréquentation de la zone côtière par les poissons pélagiques ont une origine naturelle à l’époque moderne. Elles sont pour l’essentiel liées à l’irrégularité des blooms phytoplanctoniques. L’absence ou le déplacement des zones dans lesquelles se produisent ces efflorescences algales rapides et soudaines conditionnent, par un effet en cascade, la rareté près des zones côtières des différents éléments de la chaîne alimentaire qui dépendent in fine de ce processus initial. La raréfaction des bancs de sardines et de leurs prédateurs principaux, les thons, peut ainsi survenir brutalement, créant le sentiment chez les pêcheurs d’une dégradation sensible de la ressource. La simultanéité des témoignages de « stérilités » relevés pour le Languedoc et la Provence militent de fait pour la validité de cette thèse. Toujours liées aux hivers rigoureux du petit âge glaciaire, les « stérilités » frappent le littoral méditerranéen français en 1709, 1729, 1749, 1789208. De Collioure à Antibes, tous ceux qui manient le sardinal ou la grande senne de plage se persuadent ainsi tout au long du siècle que la mer s’est en partie vidée de ses richesses.

  • 209 Daniel Faget, Marseille et la mer… op. cit., p. 208.
  • 210 Jean-Yves Jouvenel, Frédéric Bachet, Éric Charbonnel et alii, « Suivi des peuplements de poissons d (...)

29Ce constat angoissant, né de causes indépendantes de l’action des sociétés humaines sur les littoraux, est cependant renforcé par l’effet des activités de traîne. Les conséquences du chalutage sont aujourd’hui bien analysées par les océanologues, et il n’est pas imprudent d’affirmer que l’intensification de la traîne sur des fonds compris entre 10 et 40 mètres a dû accélérer la ruine des petits métiers les plus anciens. La « pêche au bœuf », plus encore que le tartanon, a inauguré dans l’histoire des pêches mondiales une réalité qui caractérise encore aujourd’hui l’activité des flottilles de chalutage, celle des captures accessoires. Les chiffres mentionnés pour le premier tiers du xixe siècle, concernant le rejet en mer des juvéniles par les équipages prati – quant la « pêche au bœuf » dans le golfe de Marseille, peuvent sans hésitation être transposés au début du xviiie siècle. À Marseille en 1835, ce sont 10 % des prises qui sont rejetées par les chaluts à chaque remontée du filet, chiffre très vraisemblable si on le compare au tiers des tonnages actuellement rejetés dans le cadre des pêches mondiales209. L’enregistrement très contemporain par télédétection des parcours de chalutiers pratiquant leur art traînant au droit du sémaphore provençal du cap Couronne en 1995, formant une pelote compacte n’épargnant au final aucun point de ce petit espace côtier, peut donner une idée des dégâts causés par la pratique du « bœuf » au xviiie siècle, dans des fonds plus réduits encore210. On notera avec intérêt que la vitesse des navires utilisés pour le chalutage à la voile à la fin de l’époque moderne était approximativement la même que celle qui est observée aujourd’hui par les chalutiers benthiques de la pêche côtière, soit deux nœuds de moyenne.

30En l’état, rien ne nous permet de penser que les dégâts actuels du chalutage n’aient pas connu leur équivalent au xviiie siècle. Certaines sources laissent entrevoir à ce propos un déplacement progressif des profondeurs de pêche afin de pallier la disparition de la ressource. L’intendant de Languedoc Saint Priest y trouve en 1757 la preuve d’une surexploitation des zones côtières :

  • 211 CARAN, C 5-37, Mémoire concernant les observations et l’avis de M. de Saint Priest Intendant de Lan (...)

Et en effet, si les pêcheurs du Bœuf étaient de bonne foi, ne conviendraient-ils pas qu’à mesure qu’ils ont pratiqué cette pesche, ils ont été successivement obligés de la pratiquer à une plus grande hauteur, et que plus ils la pratiquent, plus ils vont avant dans la mer, toujours exposés à un danger évident. Quelle peut être la cause de ce changement ? Si la mer fournissait toujours du poisson en abondance, ces pescheurs ne seraient sans doute pas obligés de pratiquer successivement leur pesche à différentes hauteurs, et puisqu’ils sont assujettis à ces changements, ne doit-on pas en conclure que la côte n’est plus aussi poissonneuse qu’elle l’était auparavant, et par conséquent que l’augmentation que l’on éprouve sur le prix du poisson est une preuve de sa disette211 ?.

31Aux disparitions soudaines des petits pélagiques, plongeant dans le désarroi une partie des patrons de pêche, ont pu ainsi s’ajouter les effets d’un chalu – tage intensif, particulièrement sensible sur le poisson benthique, le même qui assurait sa subsistance aux équipes attachées à la manipulation de l’eissaugue provençale, du boulier languedocien ou catalan. Cette convergence d’effets, qui forme la matrice d’un discours sur le déclin, emprunte donc autant à l’affirmation d’un déclassement social qu’à la manifestation de facteurs naturels ou à une pression anthropique accrue sur le milieu. La réalité de ce déclin a pu être exagérée.

32Plus qu’un ensemble homogène, le monde de la barque présente au xviiie siècle de violents contrastes spatiaux, des zones de relative atonie s’intercalant entre des littoraux plus actifs. L’analyse des marchés de distribution régionaux et des initiatives d’encouragement de la pêche permettent de reconstituer les espaces de polarité de l’économie halieutique méditerranéenne au xviiie siècle.

Contrastes littoraux, marchés de distribution et politiques publiques

Mers inégales

33Le développement des activités halieutiques n’est pas égal le long des littoraux nord-occidentaux de la Méditerranée à la fin de l’époque moderne. Les variations d’intensité des pêches recoupent pour l’essentiel la répartition des espaces déjà évoqués à propos du xviie siècle. Elles semblent cependant s’être accentuées, et il est intéressant de relever que la faiblesse des flottilles locales n’est pas toujours mise en lien par les chroniqueurs avec une disparition de la ressource. Il en va ainsi du royaume de Naples, dans les écrits de Giuseppe Palmieri. Si ce dernier accuse les patrons de Gaète ou de Bari de pratiques dévastatrices, il s’interroge aussi sur les causes de la médiocrité des pêches sur les côtes du royaume :

  • 212 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla publica felicitàop. cit., p. 124.
    « La mer dont ce royaume e (...)

Il mare, di cui è circondato questo regno, non somministra specie alcuna di pesce in abbondanza che formar possa un grosso ramo di commercio, come quello delle aringhe e del bacalà; e quelle specie che somministra appena bastano, nè sempre, nè dappertutto, a’bisogni ed all’uso giornaliero della nazione. Non so se tali effeti debbano attribuirsi alla povertà del mare o alla mancaza de’pescatori. Non vi son quasi altri che i Napolitani ed i Tarantani. Vi sono alcuni pochi pescatori nelle provincie, ma non si meritano il nome perche senz’arte e senza ordigni212.

34Conscient de la pauvreté générale des eaux méditerranéennes, Giuseppe Palmieri considère cependant que celles-ci recèlent des ressources qui pourraient alimenter une activité commerciale. Il fait ainsi allusion au thon, à la sardine, aux anchois, sur lesquels pourraient reposer plusieurs petits secteurs d’exportations. Certaines espèces qui fréquentent les eaux du royaume en abondance ne sont pas mises à profit. Ainsi, cette variété d’orphies appelée par l’auteur castaudelle :

  • 213 Idem., p. 126-127.
    « Près de Reggio, il y a une espèce de poisson qui ressemble aux orphies, bien q (...)

Presso Reggio vi è una specie di pesce che somiglia alle aguglie, sebbene inferiore di mole e di gusto, volgarmente chiamato castaudelle. Il alcune stagioni dell’anno il mare ne fornica come l’Oceano delle aringhe. Tant’abbondanza rende vilissimo il prezzo, e non trova compratori. Se ne sal, ma senz’arte e senza disegno di commercio. Potrebbe introduirsi l’una et l’altro213.

  • 214 ASF, Segreteria di Finanze. Affari prima del 1788, Filza 418, disposizioni generali e particolari 1 (...)
  • 215 Andrea Zagli, « La pesca nelle acque interne della Toscana », Giuseppe Doneddu, Maurizio Gangemi (a (...)

35Pour le réformateur Palmieri, la pauvreté de la pêche napolitaine s’explique donc plus par un manque d’esprit d’entreprise que par un dépeuplement des mers. Pour autant, on perçoit clairement que l’auteur ne parvient pas à se résoudre au développement des pratiques de traîne des pêcheurs de Bari, de Naples, de Gaète ou de Tarente. Mêlant approche économique rationnelle et nostalgie d’un âge d’or des pêches marqué par un ancrage local et communau – taire des équipages, Palmieri appelle de ses vœux le renouveau d’une petite pêche ancienne, sans analyser rigoureusement les changements en cours dans les techniques utilisées en Méditerranée. Les mouvements des Napolitains mentionnés dans son œuvre tracent d’une certaine façon la carte des zones de pêche déprimées en Méditerranée. Nous avons déjà croisé ces marins au xviie siècle sur les côtes du Latium, et avons évoqué les tensions suscitées par leur arrivée dans les eaux du grand-duché de Toscane autour de 1720. La présence de ces pêcheurs étrangers dit assez la modestie de l’économie halieutique livournaise au xviiie siècle, qui constitue indéniablement une des zones déprimées de la pêche méditerranéenne à la même époque. Mais la situation de Livourne diffère quelque peu de celle de Rome ou de Naples. Dans ces deux derniers cas, la vitalité de grandes capitales d’États semble avoir aspiré les actifs de la pêche vers d’autres secteurs plus lucratifs. Tel n’est pas le cas de Livourne, cité greffée sur un rivage très peu peuplé et pour partie insalubre, alors même que pour l’essentiel, les activités halieutiques exercées par les patrons Toscans sont dédiées à l’époque moderne aux eaux fluviales, lacustres, ou encore portuaires214. Comme dans les deux premières décennies du siècle, et malgré les multiples règlements tentant de l’interdire, la pêche « a copia » est ouvertement pratiquée par des équipages étrangers dans les mers du grand-duché après 1750. L’interdiction de 1767 ne change rien à cette situation, tant les flottilles ligures ou campaniennes, venues de Ponza, d’Ischia, de Capri ou encore de la côte amalfitaine apparaissent indispensables pour fournir aux villes de Toscane du poisson frais du littoral215.

  • 216 ASF, Segretaria di Finanze, affari prima del 1788, pezzo 419, décret du 2 mai 1772 en faveur de Pie (...)
  • 217 Idem., nota delle famiglie chi abitano al subborgo di San Jacopo, e quali professioni esercitano, 9 (...)

36On mesure la déshérence des pêches locales à l’état du faubourg de Sant Jacopo à Livourne en 1772. À cette date, ce quartier situé au sud de la ville, traditionnellement dédié aux pêcheurs, est en partie inhabité216. Sur les 172 chefs de famille qui le peuplent, seuls 32 occupent une profession de marin ou de pêcheur217. Ces données expliquent d’une certaine façon l’importance des importations de poisson de l’Atlantique à Livourne au xviiie siècle, la saline étrangère, ajoutée au poisson d’eau douce, venant compenser la faiblesse des pêches maritimes autochtones. Cette situation préoccupe les autorités du grand-duché durant toutes ces décennies. L’interventionnisme politique prend parfois les traits d’une initiative individuelle, puissamment soutenue par les souverains de la maison de Habsbourg-Lorraine.

  • 218 Leonardo Ginori Lisci, La prima colonizzazione del Cecinese (1738-1754), Borgo Santa Croce, Cantini (...)

37C’est ainsi avec le soutien du grand-duc François II que le sénateur et conseiller du prince Carlo Ginori édifie à partir de 1739, dans le Cecinese, un palais destiné à favoriser le développement des activités maritimes. Entreprise à l’est de Livourne, au débouché d’un fleuve côtier encadré de zones humides infestées de moustiques, la construction de la Colonia de Cecina associe une vaste opération de bonification foncière à la création d’une flottille destinée à développer la pêche nationale du corail et du poisson. Celle-ci commence à se constituer dès l’achèvement du palais, en 1742 grâce à un maître d’hache attaché au domaine. En 1747, 14 felouques sont à la disposition de la Colonia. Avec le soutien des fabricants livournais, elles sont le support en 1748 de la création d’une compagnie d’exploitation du corail, dont la zone d’activité rayonne dans des zones de pêche de Corse et de Sardaigne. Conçues pour être polyvalentes et adaptables aussi aux activités de pêche du poisson, ces felouques ne parviendront pas de fait à initier une activité halieutique de grande ampleur sur le littoral. Les rares sources conservées à ce sujet ne mentionnent en effet que l’achat d’un filet traînant en 1742, et le maniement très ponctuel d’une senne de plage218.

38Sans effets durables sur l’état des pêches livournaises, l’initiative de Carlo Ginori est relayée quelques décennies plus tard par les autorités du grand-duché. En 1777, Léopold Ier, soucieux d’encourager l’industrie des salaisons toscanes, possède un instrument efficace pour encourager l’initiative privée. À cette date, le pouvoir grand-ducal détient sur l’île de Gorgona toutes les terres et ateliers du monastère de Santa Maria e di San Gorgonio, qui appartenaient à la Chartreuse de Pise depuis 1425. Selon Duhamel du Monceau, l’île, quasiment dépeuplée et dépourvue de toute réserve d’eau potable, n’est exploitée à cette date que par des Génois :

  • 219 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. v, Neuchât (...)

La Gorgone est une petite île à 30 milles de Livourne, dans la mer de Toscane, dans laquelle il n’y a point d’habitants hors les temps de pêche ; alors il s’y rend 60 à 70 bateaux, la plupart Génois. Les Génois sont de Camogli, village de la rivière de Gênes, car les Livournois ne se sont point adonnés à cette pêche.[…] Je crois que les pêcheurs s’obligent d’aller vendre leur poisson à Livourne219.

  • 220 « l’obligation de porter à Livourne tous les anchois qu’ils auraient salés »
    ASF, Segretaria di Fin (...)

39Afin d’y relancer la pêche autochtone et le conditionnement des anchois, Léopold Ier décide d’exonérer de toutes contributions et tailles les pêcheurs qui accepteront de s’installer dans cette île. Il leur accorde par ailleurs un tarif préférentiel sur le sel apporté depuis les salines de Portoferraio, puisque ce dernier sera distribué sur l’île Gorgona au prix de 10 lires les 1 000 livres, soit le tiers de son coût habituel. Le pouvoir fixe cependant une contrepartie à ces avantages financiers, « […] l’obligo di portare a Livorno tutte les acciughe che averranno salate220 ».

  • 221 Andrea Zagli A., « La pesca nelle acque interne della Toscana », Doneddu G., Gangemi M. (a cura di) (...)
  • 222 ASF, Segretaria di Finanze. Affari prima del 1788, filza 429, Tonnare di Portoferraio e dell’isola (...)

40La mesure révèle bien la dépendance des marchés toscans vis-à-vis des pêches étrangères. Elle s’inscrit clairement aussi dans les politiques de réforme qui touchent certains États de la péninsule au xviiie siècle. Ces initiatives privées ou publiques, aussi significatives soient-elles, ne sauraient cependant être sur interprétées. Comme le remarque l’historien Andrea Zagli, l’affirmation d’une insignifiance des pêches toscanes au xviiie siècle doit être soumise à une approche critique, à l’aide de sources encore insuffisamment exploitées221. Un regard encore partiel sur ces dernières révèle en effet le dynamisme de certains investissements halieutiques dans cet État, obligeant à nuancer un propos par trop négatif. La ferme des Fossi de Livourne, qui bordent les murailles de la ville et abritent tout au long des xviie et xviiie siècles d’exceptionnelles entreprises d’élevage de coquillages, offre ainsi, nous l’avons vu dans la première partie de cette étude, une preuve remarquable de l’intérêt des milieux d’affaires toscans pour l’économie halieutique. L’arrentement de la grande madrague de Portoferraio témoigne du même engouement. Le montant de cette ferme atteint ainsi la somme importante de 5 100 lires annuelles durant le contrat d’exploitation emporté par l’entrepreneur Giuseppe Casini entre 1776 et 1785222.

  • 223 Paolo Massa, « Governo centrale e pescatori delle Riviere liguri : controllo e fiscalità (secolo xv (...)

41Au-delà de ces activités très localisées, de réelles disparités demeurent entre les différentes communautés halieutiques au xviiie siècle. Sur le seul littoral de la péninsule italienne, le contraste est vif entre la situation toscane et celle des pêcheurs de la « superbe république ». L’établissement par le gouvernement génois de la Giunta Eccellentissima deputata agli affari delle Pesche apparaît à ce titre comme un révélateur de l’importance numérique des communautés de pêche installées sur la Rivière ligure au début du siècle. À partir de 1708, l’institution de la Giunta est chargée de recouvrer les taxes levées sur la distribution du poisson. Elle soulève immédiatement l’hostilité des pêcheurs. Refusant une assiette fiscale portée par les autorités à 30 000 lires en 1713, les patrons de Recco, Rapallo, Chiavari, Santa Margherita et de treize autres ports ligures tentent ainsi, par l’envoi de doléances et d’observations, de réduire les montants attribués à leurs communautés223. On mesure à cette occasion la vitalité de ces multiples ports de pêche, ancrés dans une économie halieutique qui a des origines anciennes. Les qualités particulières de ce littoral expliquent sans doute le fort développement de cette activité. Elles légitiment aussi la polyvalence des patrons de Ligurie, qui a facilité leur essaimage depuis la fin du Moyen Âge de la Toscane jusqu’aux confins des côtes provençales.

  • 224 AD BDR, C 3509, rapport d’inspection du commissaire Chardon au maréchal de Castries, 28 juin 1785.

42On pourrait faire la même observation à propos de ces ressortissants de la couronne de Savoie que sont les pêcheurs de Villefranche, sur qui reposent dans les années 1780 l’essentiel des activités halieutiques du port d’Antibes224. On se rend compte cependant que la vitalité des communautés halieutiques, plus qu’à un type particulier de littoral, semble confortée par de multiples facteurs. Le premier est la maîtrise d’un créneau de pêche très spécialisé, qui assure à ceux qui le mettent en œuvre un contrôle privilégié de la ressource et des revenus qu’ils peuvent en escompter. La pêche du corail assure ainsi à de rares communautés qui la pratiquent une lisibilité très grande dans les sources, comme dans le cas de la flottille génoise attachée à l’île de Tabarka jusqu’au dernier tiers du xviiie siècle. La communauté catalane de Marseille, qui fournit grâce à ses palangres l’essentiel du poisson de qualité aux poissonneries de la ville relève aussi de cette catégorie. Elle occupe une position stratégique dans la cité, que lui confère la qualité de ses bateaux et sa remarquable connaissance de la pratique palangrière. Ce caractère indispensable des Espagnols est reconnu par la société marseillaise, à l’image des supérieurs des maisons religieuses et des négociants, qui n’hésitent pas à déclarer en 1775 que :

  • 225 CARAN, C 5-46, observations du ministre de la Marine de Sartine sur la requête de la communauté des (...)

[…] les pêcheurs catalans étaient de la plus grande utilité à cette ville pour lui procurer du poisson, surtout dans les temps orageux, que s’ils cessaient de faire la pêche, le poisson déjà très rare deviendrait à un prix excessif [… ]225.

  • 226 CARAN, C 4-176, inspections de M. Chardon. Visite des ports et amirautés. 2e partie : Méditerranée, (...)

43Le conditionnement du thon participe de la même logique, qu’ils provienne des madragues sardes alimentant le marché de Barcelone ou de celles d’une petite communauté provençale comme Saint-Tropez, qui n’aurait pu, de par son éloignement des grands centres urbains, tirer de profits substantiels de la seule vente du poisson frais. La grande enquête du commissaire départi Antoine Chardon, qui parcourt le littoral provençal durant l’été 1785, indique ainsi pour ce dernier port un revenu tiré des seules pêches du thon s’élevant à 50 000 livres, pour un rapport global des pêches d’un montant de 90 000 livres226.

44Deux autres facteurs semblent donc décisifs dans l’affirmation du dynamisme communautaire, bien perceptibles dans le cas du golfe ligure ou de la Catalogne. Ce sont ceux de la capacité de conditionnement du produit, et de l’existence de réseaux de distribution organisés. Les pêcheurs génois, nous l’avons mentionné à propos de la foire de Beaucaire, figurent toujours parmi les premiers fournisseurs d’anchois de conserve au xviiie siècle. Cette coexistence d’une grande maîtrise professionnelle des techniques de pêches, d’une tradition du saumurage, d’un grand centre urbain de proximité ou de réseaux ouvrant vers un marché régional, apparaît bien comme la condition indispensable permettant un développement optimal de l’économie halieutique. La représentation de la vitalité des communautés de pêche méditerranéennes passe donc obligatoirement par un examen de leur capacité à s’insérer dans des axes de diffusion locaux, mais aussi régionaux et nationaux.

Dynamique des marchés de distribution

45La réalisation d’une carte des réseaux de distribution du poisson dans la Méditerranée du xviiie siècle n’est pas chose aisée. Une même grande ville portuaire peut ainsi conjuguer forte capacité d’attraction des flux régionaux de poisson destinés à sa propre consommation, et réexpédition partielle de ce type de marchandises en direction des espaces continentaux. L’aire d’influence des principales zones de pêche est de plus variable en fonction de la nature du produit, selon que l’on échange du poisson frais ou du poisson conditionné. Le croisement de trois sources principales permet cependant de visualiser quelques centres de distribution principaux qui polarisent le commerce ou la consommation du poisson durant la période.

  • 227 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722… op. cit., p. 112.

46Le manuscrit de Joan Salvador pour la Catalogne des années 1720, le rapport du commissaire départi Antoine Chardon pour la Provence (1785), et le Traité des pêches de Duhamel du Monceau pour le dernier tiers du xviiie siècle, sont autant de pièces qui complètent heureusement notre connaissance très parcellaire du commerce régional ou interrégional des produits halieutiques méditerranéens durant cette période. Celui-ci s’organise autour d’espaces structurants, qui recoupent pour l’essentiel la localisation des principales flottilles de pêche dans le bassin nord-occidental. L’influence de Barcelone à l’ouest est sans doute celle qui apparaît le plus clairement. L’importance des pêches sardinières et des ateliers de salaisons disséminés dans toutes les localités qui se succèdent de Barcelone au cap de Creu explique que le pôle catalan redistribue les produits de la mer loin vers l’intérieur des terres. Les sardines préparées en arrancades ou légèrement salées sont ainsi, selon Joan Salvador, transportées « dans les terres de Catalogne, en Aragon et Valence, où il s’en fait une grande consommation, comme aussi dans toute la côte maritime de Catalogne227 ».

  • 228 Roberto Cubillo de la Puente, El pescado en la alimentación de Castilla y León durante los siglos x (...)

47Il arrive que certains produits spécifiques soit d’ailleurs expédiés jusqu’à Madrid, faisant ainsi la jonction avec l’aire de distribution galicienne et asturienne228. C’est le cas de l’esturgeon atlantique (Acipencer sturio Linné, 1758), poisson autrefois courant en Méditerranée et fréquemment représenté dans la statuaire moderne, à l’exemple de la grande fontaine de Piazza à Florence (B. Ammannati, 1563-1575).

48L’esturgeon fait l’objet d’une pêche spécifique sur la côte catalane, et en particulier dans le delta de l’Ebre :

  • 229 Il s’agit du trémail, filet de fond à trois aumées.
  • 230 Nom catalan du « bœuf ».
  • 231 L’Art désigne une grande senne de plage, utilisant un filet de type ganguil (le gangui provençal). (...)
  • 232 Tortosa, dans l’estuaire de l’Ebre.
  • 233 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722… op. cit., p. 119-120.

On prend Esturgeon dans l’Ebre du côté de Tortose mettant un filet avec armaill229, d’un côté et autre de la rivière, et quand l’Esturgeon veut monter ou descendre de la rivière se prend dans ce filet. On en prend aussi quelquefois devant Barcelone avec le Bou230 et L’Art231. On porte de Tortose232 des Estugeons à Barcelone, et comme ils se conservent long tems en vie hors de l’eau pour les mieux conserver on leur met dessous les ouyés un morceau de pain trempé dans du vin rouge de Malvoisie ; d’autre fois allant nuit, et jour on en porte jusques a Madrid de bien frais233.

Fig. 54 : Représentaiton d’un esturgeon sur la fontaine de Piazza à Florence

(Cliché D. Faget, 2012)

49Comparable par son influence continentale au marché catalan, ceux organisés autour des ports roussillonnais et du port languedocien de Sète diffèrent quelque peu du modèle barcelonais, en étant polarisés par ces deux pôles de consommation ou de redistribution que sont Montpellier et Beaucaire. Selon Duhamel du Monceau :

  • 234 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. v, Neuchât (...)

[…] les barils de sardines du Languedoc se portent presque tous à la foire de Beaucaire, d’où ils passent dans les Cévennes, le Vivarais, et même en Provence. De plus, beaucoup de salines qu’on envoie à Beaucaire se distribuent dans tous le royaume pour Lyon et Paris234.

50Lieu de captation saisonnier du trafic, Beaucaire s’efface en dehors de la période de la foire de juillet pour céder sa fonction à Montpellier, d’où rayonnent les muletiers qui alimentent le sud et l’Est du massif Central :

  • 235 Idem.

Il y a dans les départements d’Agde, de Marsillan, Bouzigue et Cette, aux environs de 100 bateaux occupés à cette pêche [de la sardine] […] ; plusieurs marchands, qu’on appelle poissonniers, y viennent acheter le poisson sur les bateaux pour les transporter à toutes les villes de la province, particulièrement à Montpellier, où il se trouve des muletiers des Cévennes qui en achètent pour le distribuer dans leurs provinces235.

  • 236 AD Ardèche, 21 H 2, Oratoriens de Joyeuse, 1702, f. 52.
  • 237 Anne Montenach, « Le marché du poisson à Lyon au xviie siècle : contrôle et enjeux d’une filière et (...)
  • 238 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, op. cit., p. 308-407.
  • 239 Charles Carrière, « Y a-t-il eu un xviiie siècle à Martigues ? », Provence historique, fasc. 55, t. (...)
  • 240 Michel Darluc, op. cit., p. 88.
  • 241 CARAN, C 4-176, inspections de M. Chardon. Visite des ports et amirautés. 2e partie : Méditerranée, (...)
  • 242 Michel Darluc, op. cit., p. 278.
  • 243 On désigne par sciabica une senne de plage, destinée à la capture de la sardine ou de l’anchois, en (...)
  • 244 GiorgioTosco, « Le commerce du poisson de conserve à Gênes au xviiie siècle, d’après une source dou (...)
  • 245 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches, op. cit., p. 245.

51Cette importance de la redistribution intérieure du poisson méditerranéen par des convois de muletiers, bien perceptible dans les deux études de cas qui seront développées au sein de la troisième partie de cet ouvrage, se retrouve parfaitement dans le modèle de distribution caractérisant la Provence occidentale. L’étang de Berre et Marseille cependant, plus que Montpellier ou Beaucaire, ont d’abord pour vocation de nourrir un marché strictement provincial. Sauf envois spéciaux – les présents de la prud’homie à de puissants protecteurs demeurant à Paris relèvent de cette catégorie –, le poisson marseillais est entièrement consommé dans la ville. Lorsque en mars 1702 les oratoriens de Marseille font parvenir un peu de poisson à leur frères de Joyeuse, en Ardèche, celui-ci a été pêché et conditionné à Martigues, comme les anguilles, ou est enfin constitué de salaisons de l’Atlantique236. Proches de la place marseillaise, les places portuaires de Martigues, Saint-Chamas et Berre sont les grandes pourvoyeuses des principales villes intérieures de Provence, comme Aix ou Salon. Ce n’est qu’exceptionnellement qu’elles expédient leur poisson frais jusqu’à Lyon237. Faute de sources suffisantes, on se perd d’ailleurs encore en conjectures sur la façon dont ce produit pouvait rallier la capitale des Gaules avant complète corruption. Ce poids finalement limité de l’étang de Berre dans la diffusion interrégionale des ressources de la mer se lit claire – ment sur la carte des acheminements des barils de poisson salé à Beaucaire durant la dernière décennie du xviie siècle, peu représentative de l’importance réelle des patrons de ce même espace dans le petit cabotage méditerranéen. Cette éclipse martégale, alors que la cité nous l’avons évoqué a joué un rôle essentiel dans les mutations des techniques de pêche en Méditerranée dès le xvie siècle, n’avait pas échappé à la fin du xviiie siècle au naturaliste provençal Michel Darluc238. Réaffirmée sous la plume de Charles Carrière il y a plus de 50 ans, elle semble une réalité lors du dernier siècle de l’Ancien Régime239. La situation de Martigues contraste à la même époque avec l’importante activité de distribution du poisson exercée par les ports de la Provence orien – tale. Rappelant le modèle catalan ou languedocien, le chapelet des places portuaires qui s’égrène de Saint-Tropez à Antibes apparaît bien connecté aux grands pôles de redistribution. Cette activité s’appuie parfois sur une catégorie particulière de produits. Si Saint-Tropez alimente régulièrement la place de Beaucaire en sardines et anchois, c’est bien l’excellence de ses barils de tonine qui assied sa réputation. Le produit des madragues, conditionné par des familles corses installées dans la cité, est frit dans l’huile, avant d’être placé dans des barils et couvert de vinaigre. Réputés dans tout le bassin à l’instar des thons exportés de Sardaigne, les poissons tropéziens sont transportés « sur toute la côte d’Italie240 », mais aussi à « Nice, à Aix et à Marseille241 », et jusque « aux villes les plus éloignées du royaume242 ». La coupure des frontières ne marque de fait aucune discontinuité entre cette portion du littoral et la Rivière ligure, qui forment une région homogène caractérisée par des communautés de pêche très dynamiques. À Gênes, comme à Nice, Cannes, ou Antibes, le sardinal à petite maille, la sciabica tirée depuis la plage243, occupent une part déterminante dans les activités de pêche, assurant un approvisionnement en anchois qui alimente une importante activité de conditionnement. L’étude récemment réalisée par Giorgio Tosco sur le commerce du poisson à Gênes au xviiie siècle, en s’appuyant sur les trois années 1734, 1758 et 1782, démontre la variabilité saisonnière des types de produits vendus localement ou expédiés en direction de Milan, de Rome ou du proche port de Nice244. De manière assez attendue, on observe pour chacune de ces trois années une augmentation de la représentation du poisson local, thons et anchois entre le printemps et l’automne. Le fait que les produits atlantiques représentent toujours, même en période estivale, une valeur d’échange supérieure à celle des productions locales rappelle toutefois que partout en Méditerranée, le poisson de l’Océan demeure sous l’Ancien Régime le garant essentiel du bon approvisionnement des tables méridionales. La baisse cyclique des échanges de morues et de harengs durant la même saison, bien marquée, témoigne au demeurant autant de l’effort de pêche exprimé par les communautés halieutiques de Ligurie que de courants d’importations alimentés par les communautés corses, calabraises ou siciliennes245.

  • 246 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », D. Faget, d (...)
  • 247 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches, op. cit., p. 258.

52Après la faiblesse relative des activités de pêche qui caractérise le littoral de la mer tyrrhénienne depuis les côtes du grand-duché de Toscane jusqu’à celles des États de l’Église, le sud de la péninsule et les grandes îles italiennes marquent leurs différences. La production des madragues de Sardaigne, évaluée à 135 000 écus par Francesco Cetti en 1778, approvisionne durant tout le xviiie siècle les marchés de Rome et de Barcelone, même durant l’année 1721, lorsque la Catalogne décide de prohiber les importations de poisson en raison de la peste qui a sévi à Marseille246. Plus encore que la Sardaigne, dont les exportations se réduisent essentiellement au thon et à de faibles quantités de boutargue, la Sicile apparaît bien comme la pointe méridionale avancée des centres de redistribution du poisson qui alimentent les États chrétiens. On y fait, nous dit Duhamel du Monceau, « des salaisons considérables » de sardines et d’anchois, « à Xacca, Marsale, Trapani, Ceffala, Melazzo et Messine ». Outre l’abondance de ce poisson bleu le long des côtes siciliennes, la grande île bénéficie de la proximité et de la qualité du sel de Trapani, « plus sec et plus solide que celui d’Agosta [Augusta]247». Le caractère stratégique du sel pour le développement de l’économie halieutique se vérifie ici parfaitement :

  • 248 Idem., p. 259.

Cette salaison se fait encore mieux et à meilleur marché [en Sicile], à cause qu’ils ont du sel à beaucoup meilleur compte qu’en Calabre, où l’on est obligé sous des peines très rigoureuses de le prendre dans les magasins publics à 6 grains le rotolo, ce qui est à peu près 3 sols de France la livre de 16 onces248.

  • 249 Ibid., p. 258

53La partie des anchois et sardines non consommée en Sicile même est expédiée « à Malthe, Naples, Rome, Gênes et autres endroits249 ».

54La géographie des flux de poissons qui structurent l’espace maritime ligure et tyrrhénien se dessine donc clairement au xviiie siècle. Bornée au nord et au sud par les deux grands pôles génois et siciliens, elle intègre des points secondaires de transformation plus réduits, tournés pour l’essentiel vers les marchés romains, génois, toscans, lombards ou même catalans. La Corse, la Sardaigne et les petites îles de l’archipel toscan constituent ainsi une constellation de centres périphériques, n’écoulant que des tonnages réduits, mais néanmoins indispensables au bon fonctionnement des marchés modernes.

Entre corporatisme et tentation du modèle atlantique

  • 250 AD Pyrénées-Orientales, 1 J 477, Registre de pesée Joseph Bosch, 1771-1772.
  • 251 AD BDR, 360 E 190, Minutes Jean-Pierre Estubi, quittance de Marie Carantène, 1778.
  • 252 Daniel Faget, « Maîtres de l’onde, maîtres des marchés et des techniques : les migrants catalans à (...)

55Au-delà de leurs différences de rayonnement, un certain nombre de points communs caractérisent les places principales qui organisent la distribution des produits des pêches méditerranéennes au xviiie siècle. Le premier de ces caractères réside dans le rapport de sujétion entretenu par le monde de la barque vis-à-vis de celui de l’étal ou de la conserve. Le schéma de la poissonnerie d’Ancien Régime ne semble réserver qu’une place infime au patron de pêche dans la distribution de ses prises. Occupant dans la cité une place stratégique, au même titre que les bouchers ou encore les boulangers, les poissonniers sont toujours fortement organisés, leurs corporations formant un groupe de pression suffisamment influent pour agir sur les prix d’achat du poisson auprès des pêcheurs, et négocier pied à pied avec les autorités les conditions de sa vente. De la Catalogne aux côtes d’Italie, les figures de puissants grossistes apparaissent régulièrement à proximité des plages ou des quais. Le Roussillonnais Pau Esteve concentre ainsi entre ses mains et celles de son épouse une partie des arrivages de poisson frais à destination des habitants de Perpignan entre 1771 et 1772250, tandis qu’en 1767, le mareyeur de Martigues André Gallon menace les consuls de la ville de Salon de détourner de leur commune les flux de produits de la mer provenant de l’étang de Berre. La présence de patrons pêcheurs dans l’univers de la halle n’est qu’exceptionnelle. Lorsqu’elle se produit, comme à Marseille avec le patron Pierre Carantène, l’un des membres les plus aisés de la prud’homie, elle intervient dans le cadre d’un processus d’ascension sociale qui transforme progressivement le pêcheur en marchand. En 1778, le patron Carantène est ainsi le dernier maillon d’une chaine de la distribution du thon reliant les madragues ciotadennes des Rohan Guéménée à la débite du thon sur les tables marseillaises de la Poissonnerie-Vieille251. La réussite de l’installation à Marseille de la communauté des pêcheurs catalans au xviiie siècle démontre par ailleurs une absence de contrôle réel des poissonneries par la prud’homie, et sans doute aussi les clivages que créent au sein de la corporation de Saint-Jean la salarisation progressive d’une partie des patrons marseillais transformés en simples pourvoyeurs d’appâts au service des palangriers espagnols252.

  • 253 Jean – Pierre Filippini, « La mer et le ravitaillement de Livourne au xviiie siècle », Micheline Ga (...)
  • 254 Christopher Denis Delacour, « La pêche « alla gaetana » et le marché romain. Les conditions socio-é (...)

56Comme dans les villes catalanes ou provençales, la double sujétion des pêcheurs au poids de la finance marchande et à la pression des politiques édilitaires est aussi une réalité à Livourne au xviiie siècle. Il faut nous l’avons dit, attendre 1777 pour qu’une partie des eaux portuaires de la ville se libèrent de la toute-puissance des fermiers des fossi. Mais les patrons n’en sont pas pour autant quittes de leur sujétion au monde du commerce. La Grascia, cette institution urbaine chargée de contrôler les prix et la qualité du poisson offert dans le port toscan, impose aux pêcheurs, d’origine souvent étrangère, de vendre leurs prises par l’intermédiaire des poissonniers, en prohibant toute vente directe au môle. Par leurs investissements, ces derniers intègrent les activités de pêche dans une organisation relevant des formes les plus élémentaires du capitalisme commercial. À la fin du xviiie siècle, les dix-sept poissonniers de Livourne passent ainsi des contrats d’approvisionnement avec les patrons des tartanes, qui trouvent dans ce système un financement indispensable pour l’achat de leurs filets de traîne253. En étudiant les actes rendus par le tribunal du port fluvial de Ripa Grande, Christopher Denis-Delacour a démontré que la situation des poissonneries de la ville pontificale n’échappait pas elle aussi, à une échelle infiniment supérieure, à ce modèle général254. Les Gaetani qui exploitent a copia les littoraux romains doivent composer en effet durant tout le xviiie siècle non seulement avec la puissante corporation des pescidenvoli, mais aussi à partir de 1728 avec celle des cottiatori, qui organisent la vente aux enchères du poisson sur ce marché de la vente en gros qu’est le cottio. Dans la chaîne de dépendance qui unit les plages romaines aux marchés de la ville, les vetturali et leurs cortèges de mules jouent enfin un rôle déterminant, formant un monde de fraude et de dissimulation, échappant largement au regard des patrons de barque.

  • 255 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)

57De cette description sommaire des cadres généraux qui président à la distribution du poisson, on pourrait ne retenir que le constat d’un monde immobile, figé dans une organisation marchande héritée de la fin de l’époque médiévale. L’aiguillon de la demande croissante des marchés et celui de techniques de plus en plus productives, intervenant en pleine affirmation d’une pensée économique nouvelle, obligent cependant les hommes du temps à imaginer des modèles de transport et de commercialisation plus efficaces. Absent des littoraux espagnols et français, l’usage de la glace pour la conservation du poisson annonce ainsi en Italie, dès le milieu du xviiie siècle, le recours à la conservation par le froid qui révolutionnera les transports alimentaires des temps industriels255.

  • 256 Wanda Rupolo, Voyage court, agréable et utile fait par M. Eyrard, prêtre de la congrégation de la m (...)

58De passage à Cattolica en 1787, le prêtre français François Eyrard s’émerveille ainsi de voir les habitants du cru conserver le produit de leurs pêches toute l’année, grâce à des glacières savamment élaborées qui permettent de stocker sous forme de glace les neiges hivernales256. Le modèle de distribution du poisson méditerranéen est marqué sous l’Ancien Régime par deux réalités conjointes. Concernant un espace maritime homogène, limité par les côtes levantines espagnoles et la dorsale italienne, il est traversé par les flux d’un petit cabotage intensif, qui répond en partie aux besoins des échanges interrégionaux. Acteur aussi important que la tartane, la mule assure le transport des marées fraîches ou transformées dans les espaces continentaux. Le petit cabotage va conserver sa fonction jusqu’à l’installation, au xixe siècle, d’un réseau de chemin de fer qui le rend progressivement non compétitif. L’efficacité de la mule en revanche, qu’elle se range sous la conduite d’une multiplicité de petits voituriers indépendants comme en Provence, où qu’elle intègre les cohortes de grande dimension des vetturali romains, est sujette à critique dès le dernier tiers du siècle étudié. Le modèle des chasse-marées du nord de la France apparaît alors comme un idéal de rationalité. Cette puissance d’attraction de l’Europe du Nord-Ouest est bien perceptible dans le privilège concédé à Pierre d’Hancarville (1729-1805) par le grand-duc Léopold Ier en 1772. Ce privilège, qui vise à dynamiser les pêches toscanes, participe des réformes mises en place durant toute cette décennie dans ce même État.

  • 257 Justin Lamoureux, « Hancarville (Pierre-François Hugues, dit d’ », Barbier, dir., Examen critique e (...)

59Le parcours de Pierre d’Hancarville, passablement obscur, n’est pas aisé à reconstituer. Fils d’un marchand de drap de Nancy, d’Hancarville appartient à cette catégorie d’aventuriers qui usurpent leur condition de noblesse en se jouant des frontières de l’Europe moderne. Ancien capitaine d’artillerie au service du duc de Wurtemberg, celui qui se prévaut d’un titre de baron au début de la décennie 1770 trouve dans les différents États de la péninsule un terrain à la mesure de ses ambitions257. Ses mouvements incessants d’un État à un autre s’y justifient d’ailleurs autant par sa passion des Antiquités que par le sillage de dettes qu’il laisse invariablement derrière lui après chacune de ses résidences.

  • 258 ASF, Segreteria di Finanze. Affari prima del 1788, « Dipartimento di caccia e pesca », pezzo 419, D (...)

60Figure classique de l’escroc polyglotte et roué, d’Hancarville ne saurait être cependant réduit à cette seule condition, comme en témoigne son initiative en Toscane. Bon observateur de la société de son temps, il propose cette même année au grand-duc Léopold d’organiser la distribution du poisson frais débarqué à Livourne jusqu’aux contrées les plus reculées de l’État, par un système associant flottille de pêche particulière, et service de messagerie imité du modèle parisien. La proposition a de quoi séduire le grand-duc, à un moment, nous l’avons évoqué, où l’économie halieutique toscane souffre d’une grande faiblesse. Les droits confiés pour 21 ans à Pierre d’Hancarville, « à sa femme et à ses associés » par le décret du 2 mai 1772, sont particulièrement avantageux pour l’entrepreneur258. Le pouvoir princier lui attribue en effet « l’usage et le logement gratuit du faubourg de San Jacopo de Livourne pour y loger les pêcheurs qu’il fera venir ». Ces étrangers s’adonnant à la pêche « et aux métiers qui lui sont liés » bénéficieront au sein de ce quartier littoral d’une exemption fiscale », mais seront tenus de respecter strictement les règlements stipulés dans le décret sur les pêches du 5 mars 1767, notamment l’interdiction dans les eaux de Toscane de la pratique de la « pesca a coppia ». D’Hancarville ne bénéficie pas d’un monopole des pêches à Livourne, ni même d’un privilège exclusif sur le transport du poisson. Mais des conditions propres à développer ce dernier aspect de l’entreprise sont longuement abordées dans le décret de mai 1772, notamment la dispense, pour les chevaux utilisés, de toute réquisition militaire ou princière. Le projet est donc ambitieux. Il s’inspire fortement du modèle des chasse-marées nord européens ou de ceux installées au départ des côtes galiciennes ou cantabriques. Dans le mémoire qu’il adresse au grand-duc, d’Hancarville présente tous les avantages de ce système de « poste du poisson ». Celle-ci, explique-t-il, repose sur l’emploi :

  • 259 Idem., Lettre de Pierre d’Hancarville au conseiller du grand-duc, non datée.

[de] postillons particuliers qui conduisent ordinairement 9 chevaux débridés mais couverts d’un bât léger et fait exprès pour le transport de la marée. Les clochettes attachées au col de ces chevaux servent à les tenir éveillés, à avertir leur passage, à préparer longtemps avant qu’elle arrivât les chevaux qu’on doit leur substituer, enfin à empêcher par le bruit qu’elles font leur guide de s’endormir ». La modernité de ce fonctionnement ne saurait être rentable toutefois sans des pêches abondantes et régulières : « Avec une pêche telle que celle qui se fait à présent en Toscane, il est manifeste que l’incertitude du temps où l’on y apporte le poisson laisserait quelquefois pendant un espace de temps les chevaux inutiles259.

  • 260 Ibid.

61Mais l’association d’une pêche active et d’une messagerie efficace doit permettre de transformer en profondeur la distribution du poisson en Toscane. Ce dernier n’est-il pas distribué en France « jusqu’à 240 milles de la mer, et en Espagne, pays aussi chaud que l’Italie, jusqu’à 135 milles260 » ?

  • 261 Ibid., lettre de Pierre d’Hancarville au tribunal de l’annone de Florence, 4 janvier 1773.

62L’abandon de ce projet de chasse-marée en janvier 1773, par défaut de financement de son auteur, ne permet pas une réelle modernisation de la distribution du poisson en Toscane261. À l’exemple des autres espaces méditerranéens, l’État italien demeure à la fin du xviiie siècle tributaire des lents convois de mules. La comparaison de la situation méridionale avec celle de l’Europe du Nord-Ouest permet dans ce domaine spécifique de mieux appréhender le retard désormais manifeste qui sépare ces deux ensembles économiques. En élargissant ce point de vue comparatif, on trouve à ce propos quelques similitudes entre les deux rives de la Méditerranée.

Une rive sud immobile ?

  • 262 Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lacs tunisiens. Le lac de Bizerte : Tunisie septentrionale. La (...)

63Déjà évoqué à propos de l’importante activité de distribution de l’éponge ou de la boutargue, l’état des pêches côtières au sein des régences barbaresques demeure peu étudié pour la période moderne. Abordée le plus souvent en quelques lignes dans les divers travaux des océanologues262, cette thématique reste à explorer à propos de la rive sud de la Méditerranée. Elle pose des difficultés particulières au chercheur non arabophone, qui doit pour l’heure se satisfaire de publications anciennes, thèses datant de la période coloniale ou récits des voyageurs des xviiie et xixe siècles.

64Le régime des pêches côtières pratiquées sur les côtes de la régence de Tunis rappelle pour partie celui qui a déjà été rencontré sur les rives septentrionales. S’y trouvent en effet juxtaposés, en fonction des différents types de pratiques, la concession procédant du monopole, et les droits d’usages anciens attachés aux communautés littorales. Qu’elle s’inscrive dans le cadre de grandes pêcheries fixes lagunaires ou dans celui d’activités communautaires plus diffuses, la pêche barbaresque connaît à la fin de l’époque moderne un regain d’activité, reposant pour l’essentiel sur une intensification de techniques déjà existantes.

Bizerte, ou le dynamisme des bordigues tunisiennes à la fin de l’époque moderne

  • 263 Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lagunes du Nord de la Tunisie : Lac de Bizerte et lac Ichkeul » (...)
  • 264 Gustave Hannezo (commandant), « Bizerte », Revue tunisienne, t. 12, 1905, p. 146.
  • 265 Georges-Frédéric Espitallier, Travaux du port de Bizerte et de l’arsenal de Sidi-Abdallah, Paris, P (...)
  • 266 Charles Maumemé, « Bizerte et son nouveau port », Annales de Géographie, 1895, t. 4, p. 464-479.

65Zone humide majeure du littoral nord de la Tunisie, le lac de Bizerte constitue au xviiie siècle un ensemble lagunaire complexe, divisé en trois ensembles bien individualisés. Le lac de Bizerte à proprement parler, d’une superficie de plus de 30 000 hectares et d’une profondeur qui n’excède pas 13 mètres, se présente à l’époque moderne comme une importante étendue d’eau salée reliée à la mer par un chenal de plus de sept kilomètres. Dans sa partie est, à proximité immédiate de la mer et au cœur d’une cité médiévale dont il structure la topographie urbaine, le chenal de Bizerte se divise en deux canaux principaux. Ces derniers, étroits, sinueux et d’une profondeur inférieure à deux mètres, interdisent aux navires à fort tirant d’eau tout accès à la zone lagunaire. Ils suffisent pourtant à justifier le qualificatif de « Venise africaine » accolé à la ville corsaire. Ces canaux ont une existence très ancienne. Ils sont déjà présents à l’époque phénicienne263, et les fragments d’inscriptions romaines qui en ont été retirés en 1890 lors de travaux de dragage démontrent la permanence de ces jonctions de la lagune avec la mer à la fin de l’Antiquité264. S’élargissant fortement lors des deux derniers tiers de son cours, ce chenal dessine à l’ouest de la ville une vaste crique qui porte le nom de Sebra265. Cette baie qui abrite au xviiie siècle la principale bordigue de Bizerte, est elle-même séparée du lac principal par un poulier qui en ferme partiellement l’accès266.

Fig. 55 : Plan de Bizerte, 1880 (1/50 000e)

  • 267 Taoufik Mansouri, Application de la télédétection et des systèmes d’information géographiques à l’é (...)
  • 268 Al-Idrîssî, Nuzhat al- muštāq fī ihtirāq al-āfāq, troisième climat, seconde section, traduction fra (...)
  • 269 Jean-Michel Venture de Paradis, Observations sur le gouvernement de Tunis, 1788, Ms français de la (...)
  • 270 Soit l’équivalent, pour la même période, de 165 000 piastres, monnaie en vigueur dans la Régence.
  • 271 Jeanne Zaouali et Solange Baeten, 1984. Étude historique et évaluation actuelle de l’impact de l’eu (...)
  • 272 Daniel Panzac, La République de Venise et les régences barbaresques au xviiie siècle. Un exemple de (...)

66Alimenté en eaux de mer par le chenal, le grand bassin intérieur reçoit aussi d’importantes quantités d’eaux douces déversées par différents oueds. Il est relié à l’est par le chenal de Tinja à ce qui constitue le troisième élément du complexe lagunaire bizertin, le lac Ichkeul267. La complexité de ce milieu naturel, où se mêlent influence continentale et maritime, explique l’extrême richesse des eaux de Bizerte à l’époque moderne. Cette richesse est ancienne. Elle est soulignée dès le xiie siècle par le géographe arabe Al-Idrîsî, qui énumère les 12 espèces de poissons qui peuplent la lagune et qui, par leurs migrations successives, occupent les pêcheurs tout au long de l’année268. À la fin du xviiie siècle, le diplomate français Venture de Paradis (1739-1799), fin connaisseur de la partie septentrionale de la Tunisie, puisqu’il y a exercé le métier de chancelier interprète entre 1780 et 1786, insiste lui aussi sur la richesse des lacs de Bizerte, « qui communiquent avec la mer et qui fournissent à Tunis tout le poisson qui s’y vend sur les marchés publics269 ». Donnant un indice précieux sur l’importance de ces activités halieutiques, Venture de Paradis estime à 100 000 livres le montant de l’affermage des lacs par le Bey270. Outre la richesse naturelle des eaux du lac, plusieurs facteurs permettent d’expliquer la prospérité des pêcheries de Bizerte à la fin de l’époque moderne. La cité tire d’une part avantage de la marginalisation des activités de pêche pratiquées dans le lac de Tunis, soumis à un envasement progressif depuis l’Antiquité271. Bizerte répond donc à la demande importante suscitée par les marchés de consommation de la capitale, approvisionnés en moins de 10 heures grâce à des convois de mules. La prospérité des pêcheries bizertines à la fin du xviiie siècle, qui ne se dément pas durant tout le siècle suivant, peut aussi être mise en relation avec le déclin de la course méditerranéenne272. La diminution des armements corsaires réoriente en effet l’économie de la cité barbaresque vers une exploitation plus soutenue des richesses locales. Fournisseur presque exclusif du marché tunisois, le lac de Bizerte alimente enfin, nous l’avons évoqué, un commerce actif de boutargue dans toute la Méditerranée. La fréquence de ce produit dans les cargaisons, à l’instar de celle des éponges du golfe de Gabès, permet de remettre en perspective le dynamisme des pêches indigènes de la Régence avant la période coloniale. Loin d’être cantonnée à une activité résiduelle et archaïque, la pêche tunisienne apparaît bien durant les dernières décennies du xviiie siècle comme intégrée à des réseaux de distri – bution structurés et efficaces.

  • 273 Jacob-Émile Hartmayer, « De la réforme des mahsoulats », Revue tunisienne, vol. 3, 1895, p. 95-104.

67Sur le modèle de la pêche des poulpes et des éponges pratiquées sur les rivages orientaux du pays, les bordigues de Bizerte font l’objet sous la Régence d’une adjudication par l’État beylical. Les fermiers du lac de Bizerte, disposant d’un monopole d’exploitation des eaux intérieures, jouissent de plus d’un droit exclusif sur la pêche en mer dans les eaux de la cité et dans celles de Porto-Farina. Bizerte et ses environs n’obéissent donc pas au sein de la régence au principe général de l’impôt indirect pesant sur la vente du poisson (mahsoulats)273.

  • 274 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 (...)

68La position approximative des anciennes bordigues nous est connue par les cartes du xixe siècle. Celle de Sebra, située à l’emplacement de la future extension urbaine coloniale, est calée au xviiie siècle sur des fonds de 1 à 2 mètres et se développe à la même époque sur plus de 3000 mètres. Ses représentations iconographiques manquent pourtant pour l’époque moderne, et les descriptions qu’en font les voyageurs sont souvent imprécises. Jean André Peyssonnel, visitant la régence de Tunis en 1724, constate à propos du lac qu’il est « fort poissonneux et profond », et que l’« on a dressé deux bourdigues ou pesquières au commencement des deux canaux […] où les cannes et les pierres […] forment une digue274 ». Moins d’un siècle plus tard, Frank et Jean-Joseph Marcel, dans l’ouvrage qu’ils consacrent en 1816 à l’histoire de la Régence, décrivent ainsi cette bordigue :

  • 275 Louis Franck, Jean-Joseph Marcel, Histoire et description de la Régence de Tunis », cité par Jeanne (...)

Le poisson se prend facilement au moyen d’une sorte de batardeau en joncs formant une enceinte de laquelle il ne peut plus sortir une fois qu’on le force à y entrer275.

  • 276 Edmond Pellissier de Reynaud, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, (...)

69Un autre de ces voyageurs, Pellissier de Reynaud, en observateur trop pressé, présente la bordigue comme constituée de « grandes chambres d’osier où le poisson s’entasse par l’effet des courants du canal, et où il est retenu par des nasses276 ».

  • 277 Michel Darluc, Histoire Naturelle de la Provence, t. I, Avignon, 1786, p. 403.
    Henri-Louis Duhamel (...)

70Ces deux évocations, qui évoquent l’existence de nasses et de claies guidant le poisson vers les chambres de capture, suffisent à identifier au moins l’un des matériaux employés. Il s’agit du roseau Arundo donax Linné, 1753, qu’on retrouve au xviiie et au début du siècle suivant dans la confection d’une autre grande bordigue de Méditerranée, celle de Martigues277.

  • 278 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908, t. 1, Paris, Co (...)
  • 279 Idem.
  • 280 Jeanne Zaouali, « La Mer des Bibans (Tunisie méridionale), aperçu général et problèmes de la pêche  (...)

71Arundo donax, parfois appelée « canne de Provence », n’a qu’une durée de vie limitée une fois immergé. Comme dans les bordigues provençales à la même époque, les parois végétales des pêcheries doivent être renouvelées tous les ans278. Les travaux durent habituellement d’avril à fin mai, sous la conduite du fermier qui achète directement la matière première aux populations installées sur les pourtours de la lagune279. La paroi confectionnée est renforcée et arrimée au fond de la lagune par des pieux de bois en provenance du cap Negre. Le caractère massif de la migration saisonnière des poissons explique que les nasses, disposées en aval de ces clayonnages ne jouent qu’un rôle second dans l’utilisation des bordigues bizertines, contrairement aux pratiques décrites à propos des pêcheries similaires de Sète, Martigues ou Giens, et encore aujourd’hui observables dans la grande bordigue de Bahiret el Bibane au sud de la Tunisie280. L’emploi de filets maillants de type trémails présente en effet une plus grande capacité de capture. Nous possédons une description contemporaine des gestes mis en œuvre à Bizerte autour de pêcherie de Sebra, qui peut nous donner une idée de l’efficacité des pêches modernes autour de ce type d’installation. Dans le rapport qu’ils remettent au ministre de la marine en 1891, Bouchon-Brandély et Berthoule décrivent de manière précise le mouvement tournant opéré par les barques de pêcheurs en amont de la bordigue, afin de cerner les bancs qui s’y sont accumulés :

  • 281 Germain Bouchon-Brandely, Amédée Berthoule, Les pêches maritimes en Algérie et en Tunisie : rapport (...)

En quelques minutes, le branle-bas est donné ; les hommes au repos s’éveillent vivement ; on court aux embarcations : ceux-ci apportent les lourds filets, ceux-là les gréements et les paniers. On crie, on se presse, on se heurte dans un apparent désordre ; mais bientôt le calme est rétabli ; le silence se fait, et, chacun penché sur les longues rames, le pilote à la barre, les barques défilent, et rapidement vont se déployer en ordre de bataille, en amont des bordigues. Les filets sont mis à l’eau, étendus en une interminable nappe, reliés les uns aux autres et formés en une muraille sans issue d’un bord à l’autre, du fond à la surface. Puis le banc de poisson vient se heurter à cet obstacle. C’est pendant quelques instants, un tourbillonnement, une agitation fiévreuse, un fol étouffement […] De ce moment, l’une des ailes de la ligne des bateliers a décrit vigoureusement un arc, tirant à sa suite l’extrémité des filets ; lorsque dans ce mouvement rapide, elle a gagné la rive opposée, l’enceinte est fermée ; il n’y a plus qu’à haler à terre la masse grouillante281.

  • 282 Idem, et Archives du ministère des affaires étrangères, série Tunisie 1917-1941, dossier 243 (1919- (...)
  • 283 Archives du ministère des affaires étrangères, série Tunisie 1917-1941, dossier 267 (1883-1889), le (...)
  • 284 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord… p. 457.

72Rappelant la structure d’exploitation des madragues, la bordigue moderne est elle aussi dirigée par un raïs, directement nommé par décret beylical dans le cas de Bizerte. Ces raïs sont toujours recrutés au sein d’une seule famille de pêcheurs, la famille Chakroune, dont la tradition fixe l’ancienneté à Bizerte aux premiers temps de l’occupation arabe282. La grande bordigue de Bizerte, peut-être avec les pêcheries du delta du Nil à la même période, est sans doute l’exemple le plus accompli d’une économie halieutique associant la totalité des habitants d’une cité portuaire. Autour de celle-ci se développent en effet des pratiques multiples, parfois menées à une grande échelle, qui débordent largement les seules équipes dirigées par les raïs. Alors que des gardiens salariés par le fermier, placés le long de la berge du lac, veillent à empêcher toute nuisance sonore risquant d’effrayer le déplacement des bancs de poissons vers les pêcheries fixes283, le signal de leur arrivée près des claies déclenche dans toute la ville une fièvre qui gagne de proche en proche toutes les communautés. Parallèlement à la pose des filets déjà mentionnés, la population se presse près des rives du goulet, en amont de la bordigue. Les hommes les plus hardis se déshabillent, munis d’une corde terminée par une longue aiguille. Ces plongeurs occasionnels ou ghattas piquent à l’aide de cet instrument les daurades et marbrés réfugiés à proximité du fond, alimentant une consommation domestique ou une distribution de proximité indispensable pour nourrir les familles les plus modestes de la cité284.

73Cette description sommaire de la bordigue de Bizerte, s’appuyant pour l’essentiel sur des sources tardives, souligne notre méconnaissance des mécanismes de financement des fermes dans la Régence moderne. Leur reconstitution serait évidemment d’un grand intérêt. Face à cet état très provisoire de la recherche, les chiffres d’exportation de la boutargue de mulet, présentées en première partie de cette étude, démontrent une activité continue tout au long du xviiie siècle. Ces données, hélas lacunaires, suffisent à démontrer la connexion des pêches barbaresques avec un grand marché méditerranéen.

  • 285 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêch (...)

74Détruite par la construction des infrastructures coloniales dans la dernière décennie du xixe siècle, et alors que le lac de Bizerte figure aujourd’hui parmi les zones les plus polluées de la Méditerranée, les travaux sur les pratiques halieutiques anciennes dans cet espace revêtent une urgence dépassant de beaucoup la simple curiosité historique285.

75Le même constat peut être dressé à propos des activités de pêche côtière développées de manière continue à l’époque moderne sur les rivages orientaux de la Tunisie.

La diffusion de la technique des chrafi, ou l’intensification de la pêche littorale en Tunisie

76À la différence de l’exploitation des lagunes, ou de celle d’une ressource spécifique comme l’éponge, la pêche côtière tunisienne échappe au xviiie siècle au régime des fermages, des concessions ou de la comptabilité liée à l’exportation. Elle est de ce fait difficile à quantifier, très mal documentée, et l’établissement d’une chronologie fine des changements qui ont pu modifier sa physionomie semble encore hasardeux. Le recours à des enquêtes de terrain ne saurait remplacer le dépouillement exigeant des sources du passé. S’inscrivant dans une démarche analogue à celle utilisée par les anthropologues, il permet toutefois à l’historien des techniques de reconstituer avec précision les procédés qui étaient mis en œuvre au xviiie siècle. Alors que ce nouveau terrain de la recherche n’est encore que balbutiant, quelques premiers résultats peuvent d’ores et déjà être avancés, qu’il faudra affiner au cours des prochaines années. En tout état de cause, les points de vue affirmant la marginalité des pêches modernes du Maghreb, ou encore l’immobilisme des techniques qu’elles ont pu mettre en œuvre, ne semblent plus aujourd’hui recevables. L’exemple des changements intervenus au xviiie siècle sur la côte orientale de la Régence de Tunis le démontre pleinement.

  • 286 Wassim Boughedir, Mouna Rifi, Raouia Ghanem et alii, « Les pêcheries fixes artisanales. Étude de ca (...)

77Connue probablement depuis l’Antiquité, la technique de la charfia n’est pas une invention du xviiie siècle286. Sa diffusion s’accélère cependant au cours de cette dernière période, sous l’impulsion des décrets beylicaux d’Ali Bacha Bey (1735-1756) et de son successeur Ali II Bey (1759-1782). Ces deux dirigeants décident en effet d’entériner la présence des chrafi dans les îles Kerkennah, sous la forme de donations aumônières qui permettent aux familles les plus pauvres de devenir propriétaires d’un espace maritime :

  • 287 Administration centrale du trésor de la régence.
  • 288 Louis André, Les îles Kerkena. Étude d’ethnographie tunisienne et de géographie humaine, Tunis, Imp (...)

Les pauvres et les nécessiteux des Kerkena ont comparu devant nous et nous ont exposé que le notaire Ahmed Ech Cherif et son frère Ali, demeurant à Sfax, ont acheté du Bit el Mal287, certains lieux propres à la pêche du poisson situé dans leur mer. Nous décidons de déclarer nul l’achat dont il s’agit et déclarons le retour des dits lieux aux pauvres et nécessiteux dont il s’agit288.

78La présence de deux représentants de la notabilité sfaxienne dans la première des opérations mentionnées par le texte montre que l’économie halieutique de la régence a pu susciter au xviiie siècle des investissements analogues à ceux qui ont été évoqués à propos de la rive nord ou de zone bizertine. Dans les faits, l’intervention beylicale se traduit par une décision sans équivalent dans l’ensemble du bassin méditerranéen : l’établissement d’actes de propriété reposant sur l’attribution de parcelles infralittorales. Ces actes qui pour la plupart d’entre eux ont été détruits par les autorités coloniales en 1940, indiquaient soigneusement des superficies et des bornages, et comportaient un schéma de la parcelle concernée, sur le modèle d’actes de propriétés classiques.

  • 289 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord Tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908- Compte-rendu de (...)

79La prolifération des palmiers sur l’île des Kerkennah à partir de la fin du xviie siècle, indispensables à la confection des chrafi, peut être considérée comme un marqueur de l’essor des pêcheries fixes sur ces littoraux. Cet essor ne se limite pas aux îles de ce petit archipel, puisque au début de la période du Protectorat, la succession des pêcheries à palmes forme une suite ininterrompue du cap Caboudia à Jerba et jusqu’au port de Zarzis, à la limite de la frontière tuniso-libyenne289.

Des pièges de grande dimension alimentant les marchés locaux et régionaux

80Entretenues et exploitées par une communauté de plusieurs familles, les chrafi de la régence sont placées sous l’autorité d’un patron, le raïs ou rayes errmou. C’est sous la conduite de ce raïs que chaque année, en juin et juillet, les installations sont collectivement remises en état. Des milliers de feuilles de palmiers sont nécessaires au xviiie siècle pour confectionner les différentes rampes des chrafi. Ces dernières sont traditionnellement constituées de palmes (jrida, pl. jrayed) débarrassées de leurs folioles épineuses et appointées pour faciliter leur enfoncement dans la vase. Selon leur localisation, près de la grève aux Kerkennah, ou sur les bancs sablo-vaseux qui se développent à plus de six milles au large au droit du cap Caboudia, la forme des chrafi peut varier quelque peu. Leur organisation nous est connue par les rares pêcheries encore actives dans les eaux tunisiennes, qui n’ont pas changé depuis l’époque moderne, si l’on excepte l’apparition de la maille de nylon ou d’acier qui remplace de plus en plus souvent les matériaux locaux dans la confection des nasses et des chambres de capture. L’observation des installations toujours existantes, réalisées en trois missions successives entre 2012 et 2014 sur les bancs de La Chebba (cap Caboudia), pallie partiellement le silence des sources européennes du xviiie siècle, aucun des nombreux voyageurs ayant visité la régence ne nous ayant livré le moindre témoignage sur ces formes de pêches spécifiques. Au-delà de variations somme toute minimes, toutes les chrafi comportaient des éléments communs.

81Une rampe principale (rjel ou pied de la pêcherie) pouvant dépasser 150 mètres structurait la pêcherie. Cette muraille axiale, installée sur des fonds n’excédant pas 1 mètre, portait à l’une ou à ses deux extrémités des rampes secondaires (kharraj) d’environ 40 mètres, formant avec la rampe principale des angles de 50°. À l’extrémité de chacune de ces rampes secondaires se trouvait un retour (raddad) ou rabatteur supplémentaire d’une longueur plus réduite, formant avec le kharraj un angle de 30° Les quatre angles formés par les rampes secondaires et les retours dirigeaient le poisson vers des chambres de captures, ouvertes à leurs extrémités sur des nasses qui constituaient l’ultime étape du processus de capture. Sur le modèle des différents obstacles immergés que nous venons de décrire, ces nasses étaient élaborées à partir des rachis refendus de feuilles de palmiers, liés par les pédoncules (arjoun) prélevés sur les régimes de dattes.

Fig. 56 : Dessin d’une charfia type

(W. Boughedir, 2014)

Fig. 57 : Rampes et chambre de capture d’une charfia de la Chebba.

(Cliché D. Faget, 2013)

  • 290 Jacob Émile Hartmayer, « De la réforme des mahsoulats », Revue tunisienne, vol. 3, 1895, p. 95-104.
  • 291 Edmond Pellissier de Reynaud, Description de la Régence de Tunis, Paris, Imprimerie Impériale, 1853 (...)
  • 292 Manuscrits de la BnF, Mss.fr. n.a 9134, Papiers de l’abbé Guillaume-Thomas Raynal, Mémoires de Jean (...)

82Les espèces capturées par ce dispositif étaient très variées. Elles comprenaient des poissons benthiques ou démersaux (mérous, loups, sars, dorades, labres et serrans) mais aussi un grand nombre de mollusques. Deux saisons principales de pêche ou missra se déroulaient habituellement d’octobre à janvier et de mars à juin. L’insertion de ces productions dans des réseaux de distribution locaux ou régionaux, certaine au xviiie siècle, nous est fort mal connue. Contrairement aux bordigues de Bizerte ou à la pêche des éponges, soumises pour les premières à des fermages et pour la seconde à un contrôle fiscal direct du caïd de Jerba, les pêcheries fixes du golfe de Gabès sont intégrées au xviiie siècle au principe général des mahsoulats, ces taxes prélevées sur la totalité des ventes pratiquées au sein de la Régence, et qui représentent 25 % de la valeur distribuée dans les poissonneries du pays290. Indépendamment de la portion des pêches immédiatement destinée à la consommation des communautés de pêcheurs, la production des chrafi est écoulée sur le marché de Sfax, et probablement transportée par mules, comme cela était pratiqué au départ du lac de Bizerte, jusqu’aux villes de l’intérieur du pays. Un témoignage tardif, daté de 1853, nous indique enfin qu’une partie des prises des îles Kerkennah était salée et expédiée vers les tribus nomades du Djerid, cette grande dépression faisant frontière au sud avec l’Algérie et la Libye291. Les pêcheries fixes de la côte orientale de la Tunisie alimentent enfin un commerce international, le poulpe séché, chargé à Sfax, étant expédié au xviiie siècle jusqu’en Grèce, afin de répondre, aux côtés de la boutargue bizertine, aux obligations alimentaires de la période de Carême292.

83Nourrissant une activité importante à la fin de l’époque moderne, l’histoire de la pêche côtière tunisienne reste pour l’essentiel à explorer. Son inscription dans les marchés locaux et régionaux nous demeure pour l’essentiel inconnue et nécessiterait un programme de recherche international et interdisciplinaire. À cette seule condition pourra être écrite une histoire partagée des pêches méditerranéennes, encore trop envisagée aujourd’hui sous le seul regard des rives chrétiennes.

  • 293 Daniel Faget, « Une grande peur méditerranéenne : la crainte du dépeuplement des mers (xviiexxie s (...)

84Dans le grand mouvement de transformation qui a abouti à la naissance de la pêche mécanisée contemporaine, il faut aujourd’hui réévaluer l’importance des siècles de la modernité, trop longtemps considérés comme des temps d’immobilité ou de stabilité. L’invention du sardinal au xve siècle, la diffusion rapide du chalutage dès la fin du siècle suivant et le développement simultané sur tous les rivages nord-occidentaux de la Méditerranée de grandes pêcheries fixes révolutionnent de fait les communautés bien avant l’invention du chalut à vapeur. Partout, les techniques nouvelles encouragent l’initiative individuelle contre la logique communautaire. Sur tous les rivages, la commercialisation croissante des marées et les profits, même irréguliers, qu’elle engendre, intègrent au monde de la pêche un groupe de plus en plus nombreux d’acteurs extérieurs au monde des confréries. Constater ces changements revient à ruiner l’hypothèse d’une fonction de régulation efficace des communautés de pêche sous l’Ancien Régime. S’ils ont parfois suscité des résistances au sein des corporations, les changements techniques ont toujours fini par l’emporter, au service d’une pêche toujours plus productive, dans une logique de prédation dont on commence à sentir les premiers effets sur les écosystèmes méditerranéens dès le xviiie siècle. Le discours des prud’hommes marseillais, toujours prompts à instrumentaliser dès les années 1720 le thème de la protection de la ressource pour mieux combattre la présence dans leurs mers des palangriers catalans, ne modifie en rien ce constat général. La vision d’un âge d’or, aujourd’hui réactivée par nos angoisses collectives, est un piège qui hante la mémoire méditerranéenne depuis ses origines293. Dans les représentations que les sociétés contemporaines se font des pêcheurs d’autrefois, elle revêt parfois le masque de pratiques immuables, pour l’essentiel introuvables durant les siècles étudiés. En ce sens, le monde de la pêche ne diffère en rien des autres secteurs économiques et sociaux sous l’Ancien Régime, également sujets à des adaptations constantes au cours de la période moderne. Pour analyser plus finement les ressorts de ces changements, il ne faut pas hésiter à quitter l’univers du bateau pour suivre ses prolongements jusqu’à l’intérieur des terres, au plus près de la demande du poisson, sur les bancs des poissonneries.

Notes

161 Henri- Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, chap. vi, p. 154.

162 Idem.

163 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 120.

164 CARAN, C5-1 mar. (1726-1727), Lettre du S. Demoy au secrétariat d’État à la marine, 22 juillet 1727.

165 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Faget, dir., Marché du poisson, marché aux poissons. Circulation et contrôle des produits de l’onde dans l’espace méditerranéen à l’époque moderne, Rives Méditerranéennes, 43, 2012, p. 36-37.

166 CARAN, C 5-31, Mémoire sur la continuation de la pêche faite avec des filets connus sous le nom de bœuf…, 1731, p. 147-165.

167 Gilbert Larguier, « Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au xviiie siècle », Gilbert Larguier, dir., Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion (xvie-xviiie siècle), Perpignan, PUP, 2012, p. 89.

168 Christopher Denis Delacour, « La pêche “alla gaetana” et le marché romain. Les conditions socio-économiques d’une insertion professionnelle (xviiie siècle) », Aix-en-Provence, Rives, n° 43, octobre 2012, p. 44.

169 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, p. 143.

170 CARAN, C 5-28, Mémoire sur la pêche qui se fait aux côtes de Catalogne, 8 janvier 1717.

171 CARAN, C 5-1, lettre de Garnier de Ricard au secrétariat d’État à la marine, 8 juillet 1727.

172 Alain Cabantous, « L’État et les communautés maritimes. Autour de la déclaration royale de 1726 », Simonetta Cavaciocchi (a cura di), Ricchezza del mare, ricchezza dal mare (secc. xiii-xviii), Istituto Internazionale di Storia Economica "F. Datini", Prato, Serie II-Atti delle "Settimane di Studi" e altri Convegni, Atti della "Trentasettesima Settimana di Studi", 11-15 aprile 2005, Le Monnier, Firenze, 2006.

173 ASF, Segreteria du Finanze. Affari prima del 1788, « Dipartimento du caccia e pesca », pezzo 419, Décret sur les pêches du 5 mars 1767.

174 Idem.

175 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », op. cit., p. 37.

176 CARAN, C 5-31, Mémoire sur la continuation de la pêche faite avec des filets connus sous le nom de bœuf…, 1731, p. 147-165.

177 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei… op. cit., p. 151.

178 Carmen Fernández Casanova, Historia da pesca en Galicia, Santiago de Compostela, Publicacións da Universidade de santiago de Compostela, 1998, p. 95.

179 Dimitri Dimitropoulos, « La pesca nell’Egeo : aspetti relativi alle attività di pesca tra il xvii e il xviii secolo », Ruthy Gertwagen, Saša Raicevich, Tomaso Fortibuoni, Otello Giovanardi, dir., Il mare. Com’era, Atti del II Workshop Internationale HMAP del Mediterraneo e Mar Nero, Chioggia, 27-29 settembre 2006, ISPRA, Chioggia, 2008, p. 53-64.

180 Evdokia Olympitou, « La pesca nell’Egeo nel xix secolo », Ruthy Gertwagen, Saša Raicevich, Tomaso Fortibuoni, Otello Giovanardi, dir., Il mare. Com’era, op. cit., p. 65-76.

181 CARAN C 5-37, Mémoire concernant les observations et l’avis de M. de Saint Priest Intendant de Languedoc, au sujet des différentes représentations qui ont été faites au Conseil en faveur ou contre les pesches du Bœuf et du Ganguy, 8 novembre 1757.

182 Gilbert Larguier, « Pêche et société en Languedoc au xviiie siècle. La pêche aux bœufs », L’Histoire grande ouverte. Hommages à E. Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 61.

183 Idem., p. 61.

184 Ibid., p. 62.

185 Ibid. p. 64-65.

186 Biaggio Salvemini, « Comunità separate e trasformazioni strutturali. I pescatori pugliesi fra metà Settecento e gli anni Trenta del Novecento », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, Temps modernes, t. 97, n° 1, 1985, p. 445.

187 Idem.

188 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes/ Aix-en-Provence, PUR/PUP, 2011, p. 42-63.

189 Victor Hurtado, Jesús Mestre, Toni Miserachs, dir., Atles d’història de Catalunya, Barcelona, Edicions 62, 1995, p. 168-169.

190 ASF, Ufficiali di sanità, filza 394, janvier-décembre 1756, f. 684, f. 764.

191 AD BDR, C 4029, arrêt du 20 mars 1786 portant règlement entre les pêcheurs français et les pêcheurs étrangers de Marseille.

192 AD BDR, 250 E 130, lettre du curé Daumas aux prud’hommes de Marseille, 21 mai1780.

193 Idem, témoignage du sieur Armand, 6 juin 1780.

194 AD BDR, 250 E 131, Correspondance reçue (1790-an VI), Lettre des commissaires du Bureau central du canton de Marseille, 22 vendémiaire an VI (14 octobre 1797).

195 AD BDR, 250 E 132, Correspondance reçue (an VI-an X), Lettre de démission de Jean-Pierre Pons, trésorier de la prud’homie, 17 nivôse an VII (7 janvier 1799).

196 Idem, Lettre des prud’hommes de Martigues à ceux de Marseille, 22 fructidor an VII (9 septembre 1800).

197 CARAN, C 5-52, Lettres, mémoires, états, 1785, Aperçu de la situation des pêches françaises ».

198 Marc Pavé, La pêche côtière en France (1715-1850). Approche sociale et environnementale, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 211.

199 Daniel Faget, « Une cité sous les cendres : les territoires de la pollution savonnière à Marseille (1750-1850), Thomas Le Roux, Michel Letté, Débordements industriels. Environnement, territoire et conflits, xviiie-xxie siècle, Rennes, PUR, 2013, p. 301-316.

200 Antoine Menc, « Quelles sont les causes de la diminution de la pêche sur les côtes de la Provence ? Et quels sont les moyens de la rendre plus abondante ? », Mémoire publié dans les Recueils des pièces de poésie et d’éloquence présentées à l’Académie des Belles lettres, Sciences et Arts de Marseille pour les prix des années 1768 et 1769, Marseille, chez Sibié, 1769, p. 22.

201 CARAN, C 5-28, Mémoire sur la pêche de la dreige ou grande traîne à la mer, 26 février 1725.

202 Antonio Sáñez Reguart, Diccionario histórico de los artes de la pesca nacional, Madrid, Ibarra, 1791 (vol. I)-1795 (vol. V).

203 Martín Sarmiento, « De los atunes y de sus transmigraciones », José-Luis Pensado, Testos autógrafos de fray Martin Sarmiento, Salamanca, Universidad de Salamanca, 1992, 166 p.

204 José Cornide y Saavedra, Ensayo de una historia de los pesces y otras producciones marinas de la costa de Galicia, A Coruña, Benito Cano, 1788, 264 p.

205 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. vi, Neuchâtel, 1769, p. 155.

206 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla publica felicità relativamente al Regno di Napoli, 2e éd., Naples, 1788, p. 124.

207 On désigne par infralittoral un espace compris entre le zéro biologique et une profondeur d’environ 35 mètres, qui marque le début de l’étage circalittoral à partir duquel disparaissent les végétaux photosynthétiques (les posidonies, Posidonia oceanica, en sont les meilleurs représentants en Méditerranée).

208 Gilbert Larguier, « Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au xviiie siècle », op. cit., p. 94.
Daniel Faget, Marseille et la mer… op. cit., p. 185-189.

209 Daniel Faget, Marseille et la mer… op. cit., p. 208.

210 Jean-Yves Jouvenel, Frédéric Bachet, Éric Charbonnel et alii, « Suivi des peuplements de poissons de la réserve marine du Cap Couronne : bilan 1995-2004 », Frédéric Bachet, Denise Bellan Santini, Éric Charbonel, dir., Parc Marin de la Côte Bleue. Rapport sur les travaux scientifiques. Vol. 4, Années 2004-2005, p. 8-17.

211 CARAN, C 5-37, Mémoire concernant les observations et l’avis de M. de Saint Priest Intendant de Languedoc, au sujet des différentes représentations qui ont été faites au Conseil en faveur ou contre les pesches du Bœuf et du Ganguy, 8 novembre 1757.

212 Giuseppe Palmieri, Riflessioni sulla publica felicitàop. cit., p. 124.
« La mer dont ce royaume est entouré n’apporte aucune espèce de poisson en abondance qui puisse former une branche importante du commerce, comme avec le hareng ou la morue ; et les espèces qu’elle apporte suffisent à peine, ni toujours ni partout, aux besoins et à la consommation journalière de la nation. Je ne sais si de tels effets doivent être attribués à la pauvreté de la mer ou au manque de pêcheurs. Il n’y en a guère d’autres que les Napolitains et les Tarentains. On compte quelques pêcheurs dans les provinces, mais ils ne méritent pas ce nom parce sans compétences et sans matériels ».

213 Idem., p. 126-127.
« Près de Reggio, il y a une espèce de poisson qui ressemble aux orphies, bien qu’inférieure en texture et en goût, appelé castaudelle. Pendant quelques saisons de l’année, la mer en produit comme l’Océan des harengs. Tant d’abondance fait chuter les prix, et il ne trouve pas d’acheteurs. On en sale, mais sans compétence et sans volonté d’en faire commerce. On pourrait introduire l’une et l’autre ».

214 ASF, Segreteria di Finanze. Affari prima del 1788, Filza 418, disposizioni generali e particolari 1765. On trouve, sous cette cote, une très riche liasse de règlements divers concernant les fermes des pêches en eau douce dans les régions de S. Marcello, Pistoia et Pietrasanta, qui témoignent de la vitalité du commerce des truites et des écrevisses au sein du grand-duché. Andrea Zagli, Il lago e la comunità. Storia di Bientina un « Castello » di pescatori nella Toscana moderna, Firenze, Polistampa, 2001, 495 p.

215 Andrea Zagli, « La pesca nelle acque interne della Toscana », Giuseppe Doneddu, Maurizio Gangemi (a cura di), La pesca nel Mediterraneo occidentale (secc. xvi-xviii), Atti del Convegno di Studi Bosa, settembre 1994, Bari, Puglia Grafica Sud, 2000, p. 181.

216 ASF, Segretaria di Finanze, affari prima del 1788, pezzo 419, décret du 2 mai 1772 en faveur de Pierre Victor d’Hancarville.

217 Idem., nota delle famiglie chi abitano al subborgo di San Jacopo, e quali professioni esercitano, 9 avril 1772.

218 Leonardo Ginori Lisci, La prima colonizzazione del Cecinese (1738-1754), Borgo Santa Croce, Cantini Edizioni, 1987, p. 58-60.

219 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. v, Neuchâtel, 1769, p. 258.

220 « l’obligation de porter à Livourne tous les anchois qu’ils auraient salés »
ASF, Segretaria di Finanze. Affari prima del 1788, filza 420, Disposizioni generali e particolare (1775-1781), décret du 24 mars 1777.

221 Andrea Zagli A., « La pesca nelle acque interne della Toscana », Doneddu G., Gangemi M. (a cura di), La pesca nel Mediterraneo occidentale (secc. xvi-xviii), Atti del Convegno di Studi Bosa, settembre 1994, Bari, Puglia Grafica Sud, 2000, p. 179.

222 ASF, Segretaria di Finanze. Affari prima del 1788, filza 429, Tonnare di Portoferraio e dell’isola del Giglio, 1786.

223 Paolo Massa, « Governo centrale e pescatori delle Riviere liguri : controllo e fiscalità (secolo xviii) », Giuseppe Doneddu, Maurizio Gangemi (a cura di), La pesca nel Mediterraneo occidentale, op. cit. p. 15-41.

224 AD BDR, C 3509, rapport d’inspection du commissaire Chardon au maréchal de Castries, 28 juin 1785.

225 CARAN, C 5-46, observations du ministre de la Marine de Sartine sur la requête de la communauté des patrons pêcheurs de Marseille, 21 février 1775.

226 CARAN, C 4-176, inspections de M. Chardon. Visite des ports et amirautés. 2e partie : Méditerranée, Provence, Languedoc, Corse, Roussillon, 1785, p. 1559.

227 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722… op. cit., p. 112.

228 Roberto Cubillo de la Puente, El pescado en la alimentación de Castilla y León durante los siglos xviii y xix, Ponferrada, Universidad de León, 1998, p. 24-37.

229 Il s’agit du trémail, filet de fond à trois aumées.

230 Nom catalan du « bœuf ».

231 L’Art désigne une grande senne de plage, utilisant un filet de type ganguil (le gangui provençal). Elle se différencie du bolitg ou bolix (le boulier languedocien) par sa taille supérieure.

232 Tortosa, dans l’estuaire de l’Ebre.

233 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722… op. cit., p. 119-120.

234 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, t. II, chap. v, Neuchâtel, 1769, p. 237.

235 Idem.

236 AD Ardèche, 21 H 2, Oratoriens de Joyeuse, 1702, f. 52.

237 Anne Montenach, « Le marché du poisson à Lyon au xviie siècle : contrôle et enjeux d’une filière et d’un espace marchand », Daniel Faget, dir., Marché du poisson, marché aux poissons. Circulation et contrôle des produits de l’onde dans l’espace méditerranéen à l’époque moderne, Rives, Aix-en-Provence, n° 43, octobre 2012, p. 15.

238 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, op. cit., p. 308-407.

239 Charles Carrière, « Y a-t-il eu un xviiie siècle à Martigues ? », Provence historique, fasc. 55, t. 14, 1964, p. 53-68.

240 Michel Darluc, op. cit., p. 88.

241 CARAN, C 4-176, inspections de M. Chardon. Visite des ports et amirautés. 2e partie : Méditerranée, Provence, Languedoc, Corse, Roussillon, 1785, p. 1558

242 Michel Darluc, op. cit., p. 278.

243 On désigne par sciabica une senne de plage, destinée à la capture de la sardine ou de l’anchois, en fonction de la grosseur de ses mailles.

244 GiorgioTosco, « Le commerce du poisson de conserve à Gênes au xviiie siècle, d’après une source douanière », Faget D., dir., Marché du poisson, marché aux poissons, op. cit., p. 59-71.

245 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches, op. cit., p. 245.

246 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », D. Faget, dir., Marché du poisson, op. cit., p. 39.

247 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches, op. cit., p. 258.

248 Idem., p. 259.

249 Ibid., p. 258

250 AD Pyrénées-Orientales, 1 J 477, Registre de pesée Joseph Bosch, 1771-1772.

251 AD BDR, 360 E 190, Minutes Jean-Pierre Estubi, quittance de Marie Carantène, 1778.

252 Daniel Faget, « Maîtres de l’onde, maîtres des marchés et des techniques : les migrants catalans à Marseille au xviiie siècle (1720-1793) », Gilbert Buti, Olivier Raveux, Arnaud Bartolomei (dir.), Cahiers de la Méditerranée, n° 84 juin 2012, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC), Université de Nice-Sophia Antipolis, Nice, 2012, p. 165.

253 Jean – Pierre Filippini, « La mer et le ravitaillement de Livourne au xviiie siècle », Micheline Galley, Leïla Ladjimi Sebai, L’homme méditerranéen et la mer, Actes du Troisième Congrès International d’études des cultures de la Méditerranée Occidentale (Jerba, avril 1981), Tunis, Éditions Salammbô, 1985, p. 300.

254 Christopher Denis Delacour, « La pêche « alla gaetana » et le marché romain. Les conditions socio-économiques d’une insertion professionnelle (xviiie siècle) », Rives, Aix-en-Provence, n° 43, octobre 2012, p. 43-57.

255 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, p. 235-245.

256 Wanda Rupolo, Voyage court, agréable et utile fait par M. Eyrard, prêtre de la congrégation de la mission (1787), Rome, 1988, p. 158.

257 Justin Lamoureux, « Hancarville (Pierre-François Hugues, dit d’ », Barbier, dir., Examen critique et complément des dictionnaires historiques les plus répandus : depuis le dictionnaire de Moreri jusqu’à la biographie universelle, vol. I, Paris, Rey et Gravier, 1920.

258 ASF, Segreteria di Finanze. Affari prima del 1788, « Dipartimento di caccia e pesca », pezzo 419, Décret du 2 mai 1772 en faveur de Pierre d’Hancarville.

259 Idem., Lettre de Pierre d’Hancarville au conseiller du grand-duc, non datée.

260 Ibid.

261 Ibid., lettre de Pierre d’Hancarville au tribunal de l’annone de Florence, 4 janvier 1773.

262 Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lacs tunisiens. Le lac de Bizerte : Tunisie septentrionale. La mer de Bou Grara : Tunisie méridionale. Données écologiques sommaires. Historique et méthodes actuelles de la pêche. Perspectives de développement », in Management of coastal lagoon fisheries. Papers, studies and Reviews. General Fisheries Council for the Mediterranean (FAO), no 61, 1984, p. 297-346.
Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lagunes du Nord de la Tunisie : Lac de Bizerte et lac Ichkeul », La pêche en Tunisie : pêche côtière et environnement. Actes des séminaires 1992-1993, Cahier du CERES-Série géographie, n° 9, Tunis, 1993, p. 227-233.

263 Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lagunes du Nord de la Tunisie : Lac de Bizerte et lac Ichkeul », op. cit. p. 227.

264 Gustave Hannezo (commandant), « Bizerte », Revue tunisienne, t. 12, 1905, p. 146.

265 Georges-Frédéric Espitallier, Travaux du port de Bizerte et de l’arsenal de Sidi-Abdallah, Paris, Publications du journal Le Génie civil, 1902, p. 11.

266 Charles Maumemé, « Bizerte et son nouveau port », Annales de Géographie, 1895, t. 4, p. 464-479.

267 Taoufik Mansouri, Application de la télédétection et des systèmes d’information géographiques à l’étude du fonctionnement hydrologique du lac de Bizerte et de son bassin versant. Mémoire DEA, Faculté des sciences de Tunis II, 1996, 101 p.

268 Al-Idrîssî, Nuzhat al- muštāq fī ihtirāq al-āfāq, troisième climat, seconde section, traduction française de Reinhart Dozy et Michael Jan de Goege, Leyde, J. Brill, 1866, p. 133-134.

269 Jean-Michel Venture de Paradis, Observations sur le gouvernement de Tunis, 1788, Ms français de la Bibliothèque nationale n. a. N. 9134. fol. 178 r° à 181 v° et fol. 196 r° à 213 v°.

270 Soit l’équivalent, pour la même période, de 165 000 piastres, monnaie en vigueur dans la Régence.

271 Jeanne Zaouali et Solange Baeten, 1984. Étude historique et évaluation actuelle de l’impact de l’eutrophisation sur l’écosystème de la lagune de Tunis. VIIe journées d’études sur les pollutions, Lucerne, CIESM (1984) : p. 671- 678

272 Daniel Panzac, La République de Venise et les régences barbaresques au xviiie siècle. Un exemple des relations Nord-Sud en Méditerranée occidentale, Paris, Publisud, 2015.

273 Jacob-Émile Hartmayer, « De la réforme des mahsoulats », Revue tunisienne, vol. 3, 1895, p. 95-104.

274 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 et 1725, Paris, Librairie de Gide, t. I, 1838, p. 242.

275 Louis Franck, Jean-Joseph Marcel, Histoire et description de la Régence de Tunis », cité par Jeanne Zaouali, « La pêche dans les lacs tunisiens. Le lac de Bizerte… », op. cit. p. 306.

276 Edmond Pellissier de Reynaud, Exploration scientifique de l’Algérie pendant les années 1840, 1841, 1842. Description de la Régence de Tunis, Paris, Imprimerie impériale, 1853, p. 40.

277 Michel Darluc, Histoire Naturelle de la Provence, t. I, Avignon, 1786, p. 403.
Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, section II, chap. iii, Art. V, Neuchâtel, 1769, p. 58.
Aubin-Louis Millin, Voyage dans les départements du Midi de la France, Paris, Tourneisen et Fils, 1807, p. 490.

278 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908, t. 1, Paris, Comité d’organisation du congrès, 1909, p. 458.

279 Idem.

280 Jeanne Zaouali, « La Mer des Bibans (Tunisie méridionale), aperçu général et problèmes de la pêche », Actes du 3e Congrès International d’Étude des Cultures de la Méditerranée Occidentale (Jerba, 1981), Tunis, 1985, p. 301-313.

281 Germain Bouchon-Brandely, Amédée Berthoule, Les pêches maritimes en Algérie et en Tunisie : rapport au ministre de la Marine, Paris, L. Baudoin, 1891, p. 72-74.

282 Idem, et Archives du ministère des affaires étrangères, série Tunisie 1917-1941, dossier 243 (1919-1927), lettre de Mohamed Chakroun au ministre de la justice, 4 octobre 1919.

283 Archives du ministère des affaires étrangères, série Tunisie 1917-1941, dossier 267 (1883-1889), lettre du fermier des pêcheries au directeur des douanes du gouvernement beylical, 28 novembre 1887.

284 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord… p. 457.

285 Daniel Faget, Wassim Boughedir, Jamila Ben Souissi, « Contribution à l’étude de l’histoire des pêches en Tunisie. Les pêcheries de Bizerte face aux mutations coloniales (1880-1920) », Daniel Faget, Myriam Sternberg, dir., Pêches méditerranéennes, Origines et mutations, Aix-en-Provence, MMSH L’Atelier Méditerranéen, 2015, p. 69-89.

286 Wassim Boughedir, Mouna Rifi, Raouia Ghanem et alii, « Les pêcheries fixes artisanales. Étude de cas : les chrafi de La Chebba », Daniel Faget, Myriam Sternberg, dir., Pêches méditerranéennes, Origines et mutations, Aix-en-Provence, MMSH L’Atelier Méditerranéen, 2015, p. 203-222.

287 Administration centrale du trésor de la régence.

288 Louis André, Les îles Kerkena. Étude d’ethnographie tunisienne et de géographie humaine, Tunis, Imprimerie Bascone et Muscat, t. I, 1961, p. 159.

289 Charles Depincé, Congrès de l’Afrique du Nord Tenu à Paris du 6 au 10 octobre 1908- Compte-rendu des travaux, t. I, Paris, 1909.

290 Jacob Émile Hartmayer, « De la réforme des mahsoulats », Revue tunisienne, vol. 3, 1895, p. 95-104.

291 Edmond Pellissier de Reynaud, Description de la Régence de Tunis, Paris, Imprimerie Impériale, 1853, p. 107.

292 Manuscrits de la BnF, Mss.fr. n.a 9134, Papiers de l’abbé Guillaume-Thomas Raynal, Mémoires de Jean-Michel Venture de Paradis, Mémoire sur Tunis, p. 47.

293 Daniel Faget, « Une grande peur méditerranéenne : la crainte du dépeuplement des mers (xviiexxie siècle) », Régis Bertrand, Maryline Crivello, Jean-Marie Guillon, Les historiens et l’avenir. Comment les hommes du passé imaginaient leur futur, Aix-en-Provence, PUP, 2014, p. 193-199.

Table des illustrations

Légende Fig. 52 : Pêche « au bœuf » (Duhamel du Monceau, 1769)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 53 : Diffusion de la palangre catalane et du filet « bœuf » (xviiie s.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 54 : Représentaiton d’un esturgeon sur la fontaine de Piazza à Florence
Crédits (Cliché D. Faget, 2012)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 55 : Plan de Bizerte, 1880 (1/50 000e)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Fig. 56 : Dessin d’une charfia type
Crédits (W. Boughedir, 2014)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 57 : Rampes et chambre de capture d’une charfia de la Chebba.
Crédits (Cliché D. Faget, 2013)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45378/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search