Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Mutations techniques, acteurs et marchés régionaux

Le siècle des entrepreneurs de pêche (XVIIe siècle)

Texte intégral

  • 63 Joseph Billioud, Gaston Rambert, dir., Histoire du commerce de Marseille, Paris, Plon, t. III, 1951
  • 64 Víctor Hurtado, Jesús Mestre, Toni Miserachs, dir., Atles d’història de Catalunya, Barcelona, Edici (...)
  • 65 Lucia Frattarelli Fischer, « Livorno città nuova », Società e Storia, Milano, Franco Angeli, n° 46, (...)

1Nuançant le tableau d’une Europe déchirée par les temps difficiles du « siècle de fer », le dynamisme des activités de pêche au xviie siècle semble rejoindre celui de la plupart des sites portuaires du littoral occidental de la Méditerranée à la même époque. L’augmentation de la population de Marseille, qui passe de 40 000 habitants en 1610 à 75 000 habitants en 169663, fait ici écho à la croissance démographique de Barcelone à la même période64, à l’affirmation du port de Livourne65 ou à l’importance de la ville de Naples au début de ce siècle. La fébrilité apparente qui touche le monde de la pêche au xviie siècle nous renvoie à deux interrogations essentielles.

2Comment les activités halieutiques se sont-elles nourries du dévelop – pement des économies marchandes, et plus largement de l’ascension des notabilités urbaines, dans des opérations halieutiques désormais perçues comme sources de placements rémunérateurs ? Par quels mécanismes une sujétion croissante des communautés de pêche s’est-elle opérée, pendant que ces dernières se trouvaient progressivement dépossédées du contrôle de leurs espaces maritimes ou lagunaires ?

L’achèvement de la diffusion des techniques nouvelles

  • 66 Ordonnance royale sur les eaux et forêts, Livre V, De la pêche qui se fait en mer, Titre II, Articl (...)
  • 67 Enric Prat, Èrika Serna, Pep Vila, Les ordinacions de la pesquera de Cadaqués (s. xvi-xviii), Palam (...)
  • 68 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)
  • 69 ACCIM, H 86 Foire de Beaucaire-État des bâtiments s’y rendant (1654-1708).
  • 70 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)
  • 71 Idem., p. 119.

3L’efficacité des procédés de pêches apparus au cours des deux siècles précédents explique leur adoption généralisée, en fonction des conditions naturelles, à l’ensemble du bassin occidental de la Méditerranée au xviie siècle. Ces techniques reçoivent progressivement l’agrément des autorités nationales et des communautés de pêche. La France reconnait ainsi officiellement l’usage du filet sardinal en 1681. Cette même année, l’ordonnance royale sur les eaux et forêts autorise en effet « de faire la pêche de la sardine avec des rets ayant des mailles de 4 lignes en carré et au-dessus66 ». En Catalogne, les Ordinacions de la pesquera de la vila de Cadaqués, qui organisent l’activité des patrons, intègre pour la première fois le sardinal à une date un peu plus tardive, par une délibération de la semaine de Pâques 170867. Quelques années plus tard, ce sont plus de 150 chaloupes sardinières, montées de trois mariniers chacune, qui pratiquent leur activité devant le port de Barcelone68. Les approvisionnements en anchois de la foire de Beaucaire lors de la dernière décennie du xviie siècle, marqués par l’importance des pôles émetteurs de Ligurie, signale pour leur part l’utilisation massive du filet sardinal à petites mailles sur les littoraux de la rivière de Gênes durant la même période69. Parallèlement à la diffusion du sardinal, celle des filets traînants en mer, déjà bien entamée au xvie siècle, se poursuit au cours du siècle suivant, parfois avec l’appui des autorités politiques. Dans les États pontificaux, un édit du cardinal camerlingue daté du 12 février 1604 autorise ainsi les pêcheurs provençaux à pratiquer la pêche à la tartane sur les côtes du Latium, en les exemptant des taxes douanières prélevées sur le marché des poissonneries romaines70. Durant la même décennie, en avril 1610, la communauté d’Ancône accorde aux pêcheurs de Martigues le droit d’exercer le même procédé. Ces derniers sont réellement présents en octobre 1611 sur cette portion du rivage adriatique, avec onze de leurs bâtiments. Au printemps 1612, l’apport des pêcheurs français est suffisamment important pour produire une amélioration de l’approvisionnement des poissonneries de la cité, mais aussi de l’ensemble de la province des Marches71.

  • 72 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », Maria Lucia De Nicoló (a cura di), Tartane, Rerum M (...)

4Ce qui se passe dans le port de Pesaro à partir de 1614 n’apparaît pas comme une simple répétition de la présence des Martégaux à Ancône dans les années précédentes, prématurément interrompue par une décision d’expulsion commanditée par la République de Venise. Souhaitée par Francesco Maria II Della Rovere, l’arrivée dans le duché des Marches de deux tartanes provençales, manœuvrées par douze hommes d’équipage, dont le martégal Alexandre Gauthier72 et peut-être le patron toulonnais Louis Bernard, participe en 1614 d’un plan soigneusement établi de formation des communautés de pêche locales, qui a nécessité de la part du duc d’Urbino une habile tractation diplomatique avec les représentants de la Sérénissime. Les conséquences ultérieures de cet apport étranger sont considérables.

  • 73 Précurseur de la « pêche au bœuf », le « bragoccio » était un art traînant pratiqué par deux petite (...)
  • 74 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », op. cit., p. 27.

5À l’imitation des rivages tyrrhéniens, la « pesca a tartana », dite aussi « a strascico » ou « pesca alla francese » ne tarde pas à se diffuser dans les premières décennies du xviie siècle sur les rivages de l’Adriatique, allant jusqu’à remplacer définitivement la pratique locale ancienne de la pêche « a bragoccio73 » dans le port de Pesaro dès 163574.

  • 75 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei… op. cit., p. 126.

6Adoptée par les pêcheurs vénitiens de Chioggia, qui s’orientent de plus en plus à partir de ces décennies vers la pêche en haute mer au détriment de la pêche lagunaire, la tartane change partiellement de visage au cours du xviie siècle. Les nombreux marins de Chioggia présents dans les ports pontificaux de l’Adriatique, comme à Rimini, adaptent le bâtiment provençal aux traditions navales locales, elles-mêmes inspirées des maîtres d’hache dalmates75. Si la coque et la capacité du navire ne change guère, le gréement des trabaccoli de l’Adriatique adopte alors la voile trapézoïdale en remplacement de la voile latine.

7En gagnant de proche en proche l’ensemble des littoraux qui s’égrènent du Levant espagnol au golfe de Venise, les nouveaux procédés de pêche ont transformé de façon radicale les gestes professionnels et l’organisation sociale des communautés de pêche. Les résistances signalées lors de l’introduction des nouvelles techniques ont finalement pesé peu de poids face à la pression de marchés qui augmentent les potentialités de distribution du poisson et accélèrent l’intégration de l’activité halieutique dans le réseau des échanges monétaires. La multiplication au début du xviie siècle de ces grandes pêcheries fixes que sont les madragues souligne au même moment la montée en puissance, aux côtés des patrons, de nouveaux acteurs majeurs de l’économie halieutique.

Madragues et pratiques d’investissement au XVIIe siècle

8Parallèlement aux grandes bordigues qui équipent les graus des complexes lagunaires, les madragues à thons apparaissent au début de l’époque moderne comme les segments les plus ouverts de l’économie halieutique. Agissant pour l’essentiel dans le cadre de privilèges seigneuriaux, les « compagnies madraguaïres » du xviie siècle n’ont-elles pas paradoxalement constitué l’une des voies initiales de la pénétration du capitalisme marchand dans le monde de la pêche méditerranéenne ? Avant d’analyser les réseaux de participation liés au fonctionnement de la madrague moderne, il semble dans un premier temps indispensable de revenir sur les origines de cette technique, sur la chronologie de son extension en Méditerranée, et sur l’organisation de cette pêche spécifique.

Origines et diffusion

  • 76 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, Dionigi Albera, Maryline Crivello, dir., Dictionnaire de la M (...)

9L’affirmation de l’origine très ancienne des madragues trouve habituellement ses références chez Oppien d’Anazarbe, l’auteur des Halieutiques, qui nous donne pour le iie siècle une description d’une pêche aux thons dans l’embouchure du Rhône76 :

  • 77 Oppien, Halieutiques, traduction J.M Limes, Paris, Lebègue, 1817, p. 159.

Quand arrivent au printemps l’armée de thons, c’est pour les pêcheurs [dont les ancêtres ont habité autrefois la ville de Phocée] le signal des captures les plus riches et les plus abondantes. Tout d’abord, ils choisissent dans la mer, au pied de rivages escarpés, une anse qui ne soit pas trop resserrée, ni trop ouverte non plus au souffle des vents […] Alors, sur la cime élevée d’une colline monte un homme expérimenté, chargé de guetter l’arrivée des thons : il doit signaler l’approche des diverses bandes, leur nature et leur force, et prévenir ses camarades. Aussitôt, on déploie au sein des eaux tous les filets dont la disposition ressemble à celle d’une ville… On fait ainsi une pêche excellente et vraiment merveilleuse77.

10Cette source, précieuse mais isolée, suscite aujourd’hui encore les réticences de certains historiens et archéologues, qui relèvent justement que la scène relatée semble s’appliquer, plus qu’à une madrague, à la mise en œuvre d’une « seinche aux thons », telle qu’elle pouvait être observée jusqu’au milieu du xxe siècle devant le petit port de Carro à proximité de Marseille.

  • 78 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, op. cit.

11Le débat sur l’ancienneté plurimillénaire des madragues n’est donc pas tranché. L’étymologie de ce mot nous ramène en revanche invariablement vers une technique largement diffusée en Méditerranée, puisque le terme français, dérivé du provençal mandrago, semble emprunté à l’espagnol mâtiné d’arabe almadraga/almazraba, et peut-être au latin ou au grec par l’association de mandra et d’aqua78.

  • 79 Henri Bresc, « La pêche et les madragues dans la Sicile médiévale », Micheline Galley, Leïla Ladjim (...)
  • 80 Idem. p. 173.

12La chronologie de l’installation de ces grandes pêcheries fixes à la fin du Moyen Âge demeure tout aussi incertaine. En l’état des connaissances actuelles, la Sicile des xive et xve siècles apparaît comme la pointe avancée de ce procédé. Henri Bresc relève ainsi pour ces deux siècles une trentaine de « cruchiati » dans l’île, ces points d’ancrage côtiers soigneusement sélectionnés à partir desquels les queues des madragues se développent vers le large79. Au xve siècle, la présence de madragues en Tunisie semble également avérée. En 1402, le responsable d’une des madragues siciliennes, le Raysi Machameth Bindira est ainsi originaire d’Outre-mer, tandis qu’en 1476, face à la concurrence exercée par la madrague de Nubia Sidi-Daoud, à la pointe du cap Bon, les autorités de l’île interdisent à tous les Siciliens d’aller se mettre au service des pêcheries Hafsides80.

  • 81 Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l’Océan, Paris, Challamel, (...)
  • 82 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme du thon rouge : validité, origines et conséqu (...)
  • 83 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Fage (...)
  • 84 Idem., p. 30.

13L’existence de madragues fixes sur les côtes espagnoles à la même époque doit être examinée avec prudence. Le privilège de pouvoir établir des « madragues depuis le Guadiana jusqu’à la côte de Grenade conquise ou à conquérir », accordé en 1376 par Henri II à la puissante famille des Niebla, et par la suite transmis en héritage aux ducs d’Albe et de Medina Sidonia, permet de fait à une seule lignée de bénéficier d’une jouissance exclusive de la pêche au thon en Andalousie pendant plus de 5 siècles81. Il n’est pas certain en revanche que ce privilège se soit appuyé au cours de l’époque moderne sur un usage dominant des madragues. Les impressionnantes séries de comptes conservées dans les archives des ducs de Medina Sidonia, qui ont permis en 2003 à la biologiste Christelle Ravier-Mailly de reconstituer les captures de thons rouges réalisées en Andalousie depuis le xvie siècle, reposent à ce propos exclusivement sur la mise en œuvre de sennes de plages82. Des mentions de madragues fixes existent toutefois pour d’autres portions du littoral ibérique dès le xvie siècle. En 1575, un privilège royal est ainsi concédé au Valencien Jeroni Salvador, pour qu’il cale des madragues sur les littoraux de Catalogne et du Roussillon83. Un privilège de même nature est octroyé un siècle plus tard, en 1673, à deux habitants de Mataró, Martí Tarascó, membre d’une famille de la noblesse marchande barcelonaise, et Jeroni Ferrer, qui obtiennent « les pleins pouvoirs de pêcher le thon tant d’arrivée que de retour depuis la limite de Tossa, dans l’évêché de Gerone sur la côte de la Catalogne jusqu’à la limite de Torradembarra dans l’archevêché de Tarragone84 ».

  • 85 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)
  • 86 Eloy Martín Corrales, « La pesca española en el Magreb (ss. xvi – xviii) », Giuseppe Doneddu, Mauri (...)

14Ces privilèges ont donné lieu à la mise en place effective de pêcheries fixes, Joan Salvador, dans son mémoire de 1722, relevant l’existence de 4 madragues sur les côtes catalanes85. Les présides espagnols ne sont pas en reste enfin, puisque la grande madrague de Ceuta, en sommeil durant les deux premiers tiers du xviie siècle, retrouve une forte activité après 1680, lorsque la cité est réintégrée à la couronne d’Espagne86.

  • 87 Paul Gourret, Les pêcheries et les poissons de la Méditerranée (Provence), Paris, J. B. Baillière e (...)
  • 88 Francis Pomponi, « La pêche maritime en Provence au xviiie siècle : vue synoptique », Giuseppe Done (...)
  • 89 Jean-Scholastique Pitton, Histoire de la ville d’Aix capitale de la Provence, Aix, Charles David, 1 (...)
  • 90 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, (...)

15Arrêter précisément la date de l’apparition des madragues sur le littoral provençal soulève des difficultés identiques. Les sources convergentes permettent cependant de situer l’épanouissement de ce type de pêche au début du xviie siècle. Les mentions antérieures sont rares. Paul Gourret, à la fin du xixe siècle, évoque il est vrai l’existence d’une madrague à Gignac, autorisée en 1475 au profit du marquis de Marignane87. Celle de Morgiou propriété de la prud’homie de Marseille, parfois présentée comme active dès le xve siècle88, ne voit en revanche réellement le jour qu’en juillet 1619. Sa reconnaissance officielle par des lettres patentes de Louis XIII en 1622, qui autorisent de plus les prud’hommes à exploiter une deuxième madrague à l’Estaque, au lieu-dit « Mourroupiane », apparaît comme un témoignage de la gratitude du souverain envers la bonne volonté de la communauté du quartier Saint-Jean. Vingt ans plus tôt en effet, en décembre 1602, Henri VI, désireux de récompenser Antoine de Boyer, seigneur de Bandol, pour son soutien actif au duc d’Epernon durant les troubles de la Ligue, formule le souhait de lui confier un privilège d’exploitation de madragues sur une portion du littoral étendue d’Antibes à La Ciotat. Saisie de cette question, la chambre des trésoriers généraux de Provence, attachée au chef-lieu de la généralité depuis 1552 et dont la fonction est de statuer sur les contentieux liés à la gestion du Domaine, délègue alors son doyen, Antoine de Serre89, pour « recevoir le dire des prud’hommes90 ». Ces derniers démontrent à cette occasion un sens réel de l’opportunisme politique, tout en sous estimant sans doute l’ampleur des changements qui se préparent sur le littoral provençal. Leur déclaration au doyen des trésoriers ne peut dans l’immédiat que satisfaire les desseins du pouvoir royal. Les prud’hommes avancent en effet

qu’ils n’ont aucun intérêt à empêcher cet établissement pourvu que les madragaires se comportent modestement et ne callent pas leurs madragues plus haut que la Ciotat et qu’ils ne brechent aux beaux et anciens privilèges de Marseille.

  • 91 Idem.

16Les pêcheurs de Marseille affirment à ce propos ne redouter aucune concur – rence dangereuse liée au privilège d’Antoine de Boyer, attendu « qu’il n’est pas à craindre que ces filets dépeuplent la mer parce que les tons sont des poissons de passage91 ».

17L’assentiment de la communauté de Marseille en 1602, qui lui permettra en 1622 de légitimer sa demande de reconnaissance de la légalité de ses deux madragues, marque dans tous les cas l’ouverture d’une longue série d’instal – lations de pêcheries fixes, qui vont progressivement équiper l’ensemble du littoral provençal. Il faut en rappeler brièvement la configuration.

  • 92 Gilbert Buti, « Madragues et pêcheurs provençaux dans les mailles des pouvoirs (xviiexixe siècles) (...)

18La famille Boyer nous venons de l’évoquer, possède à partir de 1602 le privilège de madrague entre Antibes et La Ciotat. De fait, sept de ces installations demeureront sous le contrôle des différents représentants de cette lignée jusqu’en 1765, date à laquelle Boyer de Foresta cède ses privilèges à la famille Rohan Guéménée. D’autres représentants de la noblesse ne tardent pas à obtenir des droits similaires. Jean-Vincent de Roux, seigneur d’Agay, obtient en 1633 le privilège de caler une madrague à l’embouchure de Port-Miou près du port de Cassis, privilège qu’il cède en 1641 à la communauté des pêcheurs du lieu pour la somme de 3 600 livres. Avec ceux de Marseille, les pêcheurs provençaux sont donc en possession à cette date de trois grands pièges fixes à thons. L’installation de Cassis ne vient toutefois pas mettre un terme à l’intérêt que semble susciter cette catégorie de la pêche côtière au xviie siècle en Provence. François de Seytres devient ainsi en 1643 concessionnaire de la madrague de Sausset, sur la terre de Carri, tandis qu’à la même époque, Louis de Rohan obtient la jouissance de celle des Beaumelles, près de La Ciotat92. Au tournant du siècle enfin, en 1701, les seigneurs de Vintimille, comtes du Luc, prennent le contrôle des madragues marseillaises de Montredon, Podestat, Sainte-Croix et de celle de la Pointe-Rouge, désormais objets de litiges durables entre ces représentants de la grande noblesse et les responsables de la prud’homie de Marseille.

  • 93 Idem.
  • 94 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme… », op. cit, p. 21.
  • 95 François Doumenge, « Grandeur et decadence de l’halieutique industrielle méditerranéenne », Manuel (...)
  • 96 Francesco Cetti, Historia Naturale della Sardegna, t. III, Anfibi e pesci di Sardegna, Sassari, G. (...)

19Autant que celui de la tartane ou du sardinal, le xviie siècle apparaît donc bien en Méditerranée comme le siècle de la madrague. Ce constat ne vaut pas que pour les côtes provençales, ces grandes structures de pêche maillant désormais des portions importantes du littoral entre la Sicile et Gibraltar, le cap Bon et Tanger. Le nombre total de ces installations ne nous est pas connu précisément pour l’époque étudiée. Tout au plus peut-on affirmer qu’elles n’ont jamais été plus de 200, maximum qui correspond à la totalité des sites favorables ayant été historiquement occupés par des madragues sur le pourtour du bassin méditerranéen occidental et dans ses approches atlantiques. Les travaux de Gilbert Buti permettent d’indiquer pour le littoral provençal 18 madragues à la fin de l’époque moderne93, chiffre que l’on retrouve dans les premières décennies du xixe siècle. Un maximum de ces installations semble donc avoir été atteint durant les deux derniers siècles de l’Ancien Régime, avant une rapide réduction après 1850. Aussi peut-on avancer, en s’appuyant sur les études de Christelle Ravier-Mailly94 et de François Doumenge95, l’ordre de grandeur suivant. Celui-ci fait apparaître une répartition inégale des madragues en Méditerranée occidentale, quelques espaces concentrant ces grandes pêcheries fixes. La Sicile, avec 85 installations, constitue vraisemblablement à la fin de l’époque moderne le lieu de plus forte densité des madragues. D’autres points de la péninsule italienne n’en sont pas dépourvus au même moment. La Sardaigne en compte 12 en 177896, la Ligurie et le Grand-Duché de Toscane 10, soit le même nombre que la Corse, tandis que la situation de la Provence, avec 18 madragues, peut-être assimilée à celle des côtes espagnoles, ou Sañez-Reguart en comptabilise 14 en 1791. Certaines de ces localisations revêtent une importance particulière dans l’approvisionnement des marchés modernes, comme les madragues siciliennes de Favignana, Formica, Bonagia, Marzamemi, Scopello, les sites sardes de Caloforte (Porto Paglia, Porto Scuso, Isola Piana) et de Saline, ou les grands sites espagnols de Rosas, Benidorm, Almazaron ou encore San Juan de los Terreros.

Caractéristiques et mise en œuvre

  • 97 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme… », op. cit, p. 18.
  • 98 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, op. cit.
  • 99 Pietro Pavesi, L’industria del tonno, Relazione alla commissione reale per le tonnare, Ministero di (...)

20L’interception du poisson et sa concentration dans une zone restreinte sont les deux principes qui caractérisent le fonctionnement de ces installations de pêche fixe97. L’engin de pêche se compose lui-même d’une vaste enceinte de filets (l’île) de taille variable, divisée en plusieurs compartiments ou chambres. Les parois ou murailles du filet sont maintenues à flottaison par des morceaux de liège, arrachés aux chênes des forêts littorales (Quercus suber) – comme celles du massif des Maures en Provence orientale –, et en position verticale par des pierres (baudes) ou des ancres métalliques. Le parc sous-marin, long de 200 à 800 m et large de 35 à 50 m, couvre une surface de 2 à 4 ha, superficie qui peut atteindre parfois, comme à Ventilegni, à l’ouest de Bonifacio en Corse, 1 km2 voire davantage. Le parc, placé par 15 à 20 m, voire 45 m de fond, est relié à la côte par un filet ou queue, long de 150 à 1500 m, pour faire barrage au poisson et le guider vers l’entrée du labyrinthe de mailles. La disposition de cette queue de la madrague peut varier, selon que le piège est destiné à capturer le thon « de course » (quand il rentre en Méditerranée), ou « de retour » (quand il en sort). Guidé par cette grande muraille de mailles, le poisson pénètre ainsi dans une succession de poches : le grandou, le gardy, le pitchou et enfin la fosse ou chambre de la mort subdivisée en trois pièces plus petites : le plan, le gravicelli et le corpou aux mailles serrées98. La similitude des noms locaux désignant les différentes parties de la madrague signale une technique et des procédés communs à l’ensemble de la Méditerranée. Dans les sources, le corpou provençal fait ainsi écho au corpo sicilien, ou au copo espagnol99.

  • 100 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section (...)

21La taille de ces dispositifs varie cependant en fonction de la qualité de leur localisation. Jusqu’au xixe siècle, la vingtaine de madragues en activité sur les côtes provençales étaient en général plus simples et de dimensions plus réduites que celles installées le long des littoraux italiens ou espagnols. Certaines faisaient cependant exception par leur taille, comme celles de l’Estaque, de Morgiou ou de Bandol. Cette dernière s’étendait ainsi sur une longueur de près de 1800 m pour une largeur d’environ 450 m, et était dotée d’une queue de près de 2 kilomètres100.

  • 101 Jacques Sacchi, Henri Farrugio, Christian Decugis, « Renaissance de la thonaire de poste en Provenc (...)

22Les petites madragues, que l’on rencontre encore aujourd’hui dans le golfe ligure, étaient habituellement désignées sous les noms de thonaires, ou tonnarelle. Un schéma de madrague, conservé dans le recueil des règlements de la prud’homie de Marseille, daté de 1727, illustre par sa simplicité l’existence dans le golfe de ces installations réduites. Il rappelle les relevés précis des plans de tonnarelle récemment effectués près du port italien de Camogli par Jacques Sacchi101.

Fig. 42 : Plan d’une madrague marseillaise (AD BDR, 1 Fi 3398)

Fig. 43 : Plan d’une thonaire marseillaise (AD BDR, 250 E 2, 1727)

Fig. 44 : Tonnarella italienne. Camogli, 2012

(Croquis J. Sacchi, 2015)

  • 102 Idem, Henri Farrugio, « Données historiques sur les anciennes madragues françaises de Méditerranée  (...)

23Ces tonnarelle, à l’exemple des grandes madragues, étaient évidemment destinées à la capture du thon rouge de la fin du printemps au début de l’automne, mais ciblaient aussi d’autres espèces pélagiques, comme les bonites, les pélamides et les maquereaux. Elles fonctionnaient donc pratiquement toute l’année, en fonction des fluctuations des passages de ces poissons102.

  • 103 Antonio Sañez Reguart, Diccionario Historic de las Artes de la pesca nacional, t. 1, Madrid, Ibarra (...)
  • 104 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section (...)
  • 105 La madrague ou la pêche du thon vue du golfe de Bandol (1755)

24Les opérations de pêche se déroulaient sous la responsabilité d’un capitaine de madrague, le raïs, reys, reis, arraiz ou reysi. Détenteur de savoirs anciens et d’expérience, le raïs recrute les pêcheurs employés à la pêcherie. Leur nombre varie en fonction de l’importance de la madrague. Dans les installations les plus imposantes, comme dans la madrague de Benidorm en Espagne, il peut atteindre 38 à 40 hommes103. Dans les madragues de la région toulonnaise visitées par Duhamel du Monceau au xviiie siècle, ce nombre est limité à une quinzaine de marins104. La main-d’œuvre employée dans la madrague varie en fonction de la saison, et connaît un maximum au moment de la calaison. Durant les phases de surveillance, une dizaine de marins demeurent sur des embarcations ou à terre, afin de donner l’alerte lors de l’arrivée d’un banc de scombridés. Celle-ci déclenche aussitôt le mouvement de marins restés en attente, qui à bord de petites embarcations, s’efforcent de diriger les poissons vers la queue du dispositif, qui les guidera alors jusqu’aux chambres de l’île. Une certaine concentration de poissons dans les chambres de capture, évaluée par le seul raïs, détermine alors le signal de la levata ou levée, le fond mobile du corpou, permettant de remonter les prises jusqu’à une faible profondeur. Le spectacle de la matance ou mattanza des thons, c’est-à-dire de leur tuerie, toujours spectaculaire, magnifiquement illustré par le célèbre tableau de Joseph Vernet (1714-1789)105 attire régulièrement sous l’Ancien Régime populations littorales, voyageurs ou hôtes de marque. Duhamel du Monceau nous en a laissé une description très imagée :

  • 106 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité général des pêches, vol. II, chap. vi, p. 170.

Les voyageurs qui vont en Provence [sont] très curieux de voir une madrague, et s’ils sont assez heureux pour se trouver dans la circonstance d’une pêche abondante, c’est un spectacle admirable de voir quelquefois 700 à 800 poissons, dont quelques-uns pèsent 150 livres, rassemblés dans un compartiment qu’on nomme le corpou ou la mort. […] On voit encore à cette pêche nombre de pêcheurs qui se jettent dans le même filet où sont les poissons, pour les harponner, les assommer, ou les saisir à force de bras lorsqu’ils ne sont pas fort gros[…]. Le combat qui se fait entre les pêcheurs et les poissons, les clameurs des spectateurs, où se mêlent souvent l’harmonie de plusieurs cors de chasse, joint à la légèreté et l’activité des pêcheurs provençaux font un spectacle très amusant et qui ne sort point de la mémoire des voyageurs qui l’ont vu106.

  • 107 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes/ Aix-e (...)

25Mémorable, la tuerie des thons participe parfois d’une stratégie de communication des communautés de pêcheurs envers le pouvoir politique. En 1622, la présence de Louis XIII lors d’une matance organisée à la madrague de Morgiou constitue ainsi un moment fort dans l’histoire des relations entretenues par la prud’homie de Marseille avec la royauté107.

Fig. 45 : Détail de la levée d’une madrague

(Duhamel du Monceau, 1769)

Fig. 46 : Levata d’une tonnarella. Camogli, 2012.

(Cliché J. Sacchi, 2015)

Droits seigneuriaux et pratiques d’investissement

26À l’exemple des autres pêches qui se développent à la même période, le développement des madragues au xviie siècle répond à une forte stimulation des marchés. À la différence des pêches pratiquées par les confréries et prud’homies, et à l’exception de quelques situations minoritaires et dans tous les cas éphémères, les madragues sont cependant du ressort d’une juridiction seigneuriale. L’origine princière de leur attribution, mais plus encore les capitaux importants indispensables à leur déploiement annuel les mettent pour l’essentiel hors de contrôle des communautés de pêche littorale. Cette apparente captation de la jouissance d’une partie de l’espace maritime par un monopole privé, loin d’appauvrir l’économie halieutique moderne, représente au contraire un espace d’investissement et de concurrence, libéré des contraintes corporatives qui normalisent l’activité de la pêche côtière.

  • 108 Le terme baude (prononcer « baoude », avec accent tonique sur la première syllabe), désigne dans le (...)
  • 109 AD BDR, 406 E 89, Minutes notariales Louis Eydin (1680-1681), Cassis, fol 224 v°, « Enregistration (...)
  • 110 C’est le cas à propos de l’article « Rey », contenu dans l’Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de (...)

27Propriétés de membres de la grande noblesse, les madragues méditerranéennes ne sont pas directement exploitées par leurs détenteurs, qui les considèrent comme une source de rentes supplémentaires dans leur patrimoine. Elles font donc l’objet d’affermages réguliers. Ces « arrentements » pour reprendre une terminologie du xviie siècle, sont concédés par enchères, et prennent habituellement la forme d’un bail de de 6 ans, officiellement enregistré devant un notaire. Plus que les actes d’enchères, qui ne nous renseignent souvent que sur le nom des enchérisseurs, leur appartenance sociale et le montant des offres, les contrats passés devant notaires sont riches d’enseignements. Ils précisent en effet la nature des associés du fermier, l’existence éventuelle de sous-arrentements, l’organisation de l’exploitation de la madrague, la répartition des pertes et des profits. Dans tous les cas, l’arrentement d’une madrague suppose une association d’investisseurs organisée sur le modèle du commerce maritime. Une « compagnie de madragaïres, à l’exemple d’une « colonne » génoise, se répartit un certain nombre de quirats, qui détermine les pertes ou les profits proportionnels de chacun. Le fonctionnement des madragues modernes exige un investissement important, qui ne se limite pas à la valeur de l’arrentement annuel. Le matériel attaché à ces pêcheries, filets, ancres ou baudes108, libans, flotteurs, barques, mais aussi la location de magasins où remiser le matériel l’hiver, et éventuellement conditionner le poisson l’été, exige des capacités d’investissement qui échappent aux confréries ou prud’homie en tant que telles. Celles-ci, qui nous l’avons vu possèdent trois madragues en Provence avant 1650, ne parviennent pas à maintenir leur mise en valeur directe et sont obligées d’en céder la jouissance à des fermiers. François Granier, créancier des pêcheurs de Cassis, détient ainsi la madrague de la communauté dès 1678, année durant laquelle il organise une société pour sa mise en valeur, devenant ainsi bénéficiaire d’une rente annuelle de 500 livres, et d’un revenu fixe de 300 livres au titre de sa charge de capitaine de la madrague, sommes auxquelles s’ajoutent la répartition des profits éventuels qu’il réalisera avec ses associés109. Dans le cas de Cassis comme dans celui d’autres compagnies madragaïres, la distribution de postes de responsabilités supplémentaires à celui du raïs, vrai responsable technique de l’exploitation, apparaît le plus souvent comme un moyen pour les associés de consolider leurs revenus, un salaire fixe étant attaché aux charges de capitaine, de trésorier et d’écrivain. Le capitaine, dont la fonction est parfois confondue avec celle de raïs110, apparaît comme le représentant du fermier dans la pêcherie, quotidiennement présent sur le site. À propos des madragues catalanes, Duhamel du Monceau relève précisément la présence de ces deux hommes. Il note qu’au cours de la campagne de pêche,

  • 111 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section (...)

[les] pêcheurs n’ont autre chose à faire que d’aller deux ou trois fois par jour, avec deux chaloupes armées chacune de 8 hommes ; dans une est le Maître de la madrague, qu’on nomme en Provence le Rey, et dans l’autre le Capitaine des pêcheurs : leur fonction est de s’assurer si depuis la dernière pêche il y est entré des thons111.

28À Marseille comme à Cassis, les communautés des pêcheurs délèguent rapidement à des fermiers l’exploitation de leurs madragues au cours du xviie siècle. L’organisation mise en place par la prud’homie en 1619 explique en partie l’incapacité de la communauté à dégager des profits de l’exploitation des deux pêcheries fixes de Morgiou et de l’Estaque. Les sociétés madragaïres classiques reposaient durant toute l’époque moderne sur une séparation du capital et du travail. À l’instar du capitalisme marchand, les quirataires s’y subordonnaient une masse de salariés temporaires, qui ne disposaient en rien d’un contrôle de l’outil de pêche.

  • 112 AD BDR, 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille(...)
  • 113 Idem, délibération du 5 janvier 1620, p. 147.
  • 114 AD BDR, 250 E 4, ordonnance de la prud’homie contre les patrons qui iront contre la volonté des pru (...)

29L’organisation des prud’homies, assise sur un discours égalitaire entre les patrons, oblige les communautés à choisir un modèle d’exploitation différent. Son principe en est établi dès 1619. Il précise que les madragues devront être calées « pour le profit être régalé à tous les patrons pêcheurs112 ». Face aux plus riches d’entre eux, qui prétendent percevoir un bénéfice proportionnel au nombre de barques qu’ils possèdent, la prud’homie ajoute en 1620 qu’on n’accorderait « qu’une part per fue et une part par ostau113 ». Les pêcheurs les plus modestes enfin, ne possédant en propre ni filet ni bateau sont écartés de tout intéressement à l’activité de la madrague. On pressent immédiatement le type de difficultés qu’une telle organisation pouvait poser. Elle obligeait la prud’homie à fournir les milliers de livres nécessaires à l’achat du matériel indispensable à la calaison initiale des pêcheries fixes. Elle écartait de plus de la trésorerie communautaire les revenus d’une activité partagée entre les plus influents des patrons, qui profitaient ainsi à peu de frais de l’investissement de départ. Elle privait enfin les madragaires de l’aide des pêcheurs les plus pauvres, qui se détournaient de cette entreprise du fait de leur exclusion du système. L’affaire apparaît en revanche très rentable pour les ayant-droits, comme en témoigne une ordonnance prud’homale de 1629, punissant les patrons les moins obéissants d’une interdiction de fréquenter les madragues114.

  • 115 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme du thon rouge : validité, origines et conséqu (...)
  • 116 AD BDR, 250 E 4, Livre Rouge, ordonnances des prud’hommes pêcheurs, procès-verbaux d’assemblées, ar (...)
  • 117 Idem, 15 janvier 1676.
  • 118 Ibid., 366 E 214, Minutes Gaspard Carfueil (1680), (f. 132 v°) acte du 29 janvier 1680.
  • 119 Ibid., 250 E 4, 1er avril 1682.

30Les conséquences de ce fonctionnement ne tardent pas à se faire sentir pour une communauté endettée à hauteur de plus de 80 000 livres au milieu du siècle, qui se résout finalement à mettre ses madragues en fermage dès la fin de la décennie 1650. Il est difficile de mesurer la part des facteurs extérieurs dans cet échec de mise en valeur communautaire. Après une fréquentation optimale du littoral à la fin du xvie siècle, la fréquence des bancs de thonidés semble se tasser au cours du xviie siècle, connaître une chute marquée après 1670, pour remonter avec vigueur entre 1710 et 1750, tout en présentant de sérieuses irrégularités durant cette dernière période. Ce constat, bien mis en évidence dans les pêcheries andalouses de Conil et de Zahara115, se retrouve aussi en Provence, la baisse régulière après 1675 du montant des fermages des deux madragues de Morgiou et de l’Estaque signalant un désintérêt des investisseurs potentiels. Ce facteur, tardif dans le siècle, n’a sans doute pas été cependant déterminant pour rendre compte des difficultés de la prud’homie. En l’état, l’arrentement des madragues communautaires à partir de 1657 se traduit par des participations similaires à celles que l’on retrouve dans les autres pêcheries contrôlées par les grandes familles de la noblesse sur d’autres portions du littoral méditerranéen. Le bref échantillonnage des enchérisseurs qui se disputent le contrôle de Morgiou et de l’Estaque en 1667, 1675 et 1682 fait la part belle à tout ce que la ville compte d’artisans et de marchands influents. En 1667, le maître « corroyeur » Jean-Baptiste Jourdan emporte ainsi les deux madragues pour 11 600 livres par an116. Celles-ci passent en 1676 sous le contrôle du « maître tailleur d’habit » Pierre Giboin, pour la somme largement inférieure de 8 600 livres117. Un acte notarié nous apprend que ce dernier a pour associé le marchand marseillais Jean-Baptiste Delavigne, qui agit aussi au titre de « caissier » de la madrague de l’Estaque118. En 1682, c’est enfin le maître chaudronnier marseillais Antoine Allamand qui emporte l’enchère des deux pêcheries, pour une somme annuelle de 6 035 livres119. Ces trois exemples illustrent bien l’influence du monde de la maîtrise lors de ces arrentements. L’examen des différentes étapes de ces mises aux enchères souligne également l’initiative individuelle de patrons pêcheurs agissant en dehors des instances de décision prud’homales. En 1667, le patron Melchior Julien ne rate ainsi l’arrentement des deux madragues que de 400 livres, tandis qu’en 1675, Le patron Majousse ne cède la main qu’à 8 400 livres.

  • 120 AD BDR, 362 E 124, minutes Louis Bezaudin, Marseille, 1671, p. 2670-2671.

31Il faut, pour prendre la mesure du réel dynamisme de ces investisse – ments halieutiques, mais aussi de leur connexion à l’ensemble du littoral méditerranéen, s’appuyer sur les enseignements que nous apportent les fonds souvent inédits des registres notariés. Ces derniers permettent dans un premier temps de bien reconstituer la structure des sociétés madragaires. Celle qui est créée en 1671 afin d’exploiter les droits de pêches attachés au site de Sainte-Croix, près de La Couronne, dans le golfe de Marseille, est significative de l’ouverture de l’économie des pêches au monde du placement spéculatif120. Appartenant à la catégorie des petites madragues (tonnarelle), la pêcherie de Sainte-Croix relève en 1671 d’un privilège de l’abbé commendataire de Saint-Pierre à « Montmajor-lès-Arles ». Détenteur des seigneuries ecclésiastiques de Jonquières, La Couronne et leurs dépendances, Charles Bichi (Sienne 1638-Rome 1718), abbé de Montmajour et futur cardinal d’Alexandre VIII, fait délivrer cette même année à Lombard, patron pêcheur de Marseille, « l’autorisation de faire une madrague de tons du costé de la dite Couronne ou de Jonquières au quartier appelé Sainte-Croix ». Couvrant une période de 5 ans, l’arrentement de cette pêcherie est officiellement enregistré le 28 novembre 1671 devant le notaire aixois Raynaud. Il prévoit le paiement annuel à l’abbé d’une somme de 300 livres, à laquelle doivent être ajoutés 8 quintaux de thon. Afin de réunir un capital suffisant, Lombard décide alors de constituer une compagnie. Les 24 quirats constituant la totalité des parts de la société sont répartis entre 5 particuliers. Deux sont des officiers des galères. Henri Lhermitte et Georges Marin, comite et sous comite sur ces bâtiments royaux, investissent respectivement dans l’entreprise à hauteur de 10 et 2 quirats. Un « faiseur d’indiennes » de Marseille, André Leydet, s’engage pour sa part pour deux quirats. Les patrons pêcheurs marseillais Lombard et André Gassin contrôlent enfin 6 et 4 parts de la compagnie. Ces deux hommes, dont les noms apparaissent avec régularité parmi ceux des prud’hommes de Marseille, appartiennent au groupe des pêcheurs les plus influents de la ville. La famille du deuxième a ainsi donné son nom à l’une des rues situées à proximité immédiate des bâtiments communs de la corporation, près de l’église Saint-Laurent. La répartition des responsabilités au sein de la madrague reflète les compétences de chacun des membres de la compagnie, mais aussi le nombre de quirats effectivement possédés par ces derniers. Les pêcheurs endossent ainsi les doubles responsabilités de raïs et de capitaine.

32Le raïs Lombard, maître d’œuvre de l’opération, s’octroie une somme de 9 livres par mois de présence sur la pêcherie. Cette somme, modique, est largement compensée par les 200 livres annuelles que lui verse la société pour son « travail de calassement » (calaison), et par les 4 % de thons qui lui reviennent personnellement sur la totalité des prises.

33André Gassin, capitaine de la madrague, reçoit pour sa part un salaire fixe de 150 livres par an, tandis que le comite Lhermitte fait office de trésorier contre un salaire annuel de 150 livres, et que l’indienneur Leydet, préposé aux écritures, gagne 30 livres par mois d’activité. Le sous comite Georges Marin doit de son côté se contenter des profits attendus de ses deux quirats. L’acte de 1671 ne précise pas combien de personnes seront employés sur la dite madrague, tout en mentionnant sans les chiffrer les futures dépenses qui seront occasionnées par ce groupe de matelots. Le recours à un vendeur particulier, chargé d’écouler à Marseille les thons capturés à Sainte-Croix est enfin clairement indiqué, ce poissonnier recevant une rétribution de 150 livres par an.

  • 121 Gilbert Buti, Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (xviie-xviiie siècl (...)
  • 122 AD BDR, 359 E 120, minutes Pierre Rampal, Marseille, 1671, procuration Henry Hermitte, f. 170, 2 ma (...)
  • 123 AD BDR, 366 E 210, minutes Gaspard Carfueil, Marseille, 1676, sous-arrentement des madragues de Mor (...)
  • 124 Idem, prix fait Jean Claude Perrache / Blanchet, f. 139 v°, 6 février 1676.

34La madrague constituée à Sainte-Croix en 1671 ne représente pas une opération financière d’un montant considérable. Elle n’offre rien de compa – rable avec la valeur des madragues de grande taille, à l’exemple de celles de la prud’homie de Marseille, ou des grandes pêcheries fixes développées à la même époque dans le golfe de Saint-Tropez. Les arrentements annuels groupés des madragues de Morgiou ou de l’Estaque pouvaient nous l’avons vu, dépasser dans la deuxième moitié du xviie siècle la somme considérable de 12 000 livres. Pour une période légèrement plus tardive, sur une autre portion du littoral provençal et en s’appuyant sur ces documents exceptionnels que sont les « carnets de matance » du Tropézien Jean Martin, Gilbert Buti a pu évaluer à 7 500 livres le montant annuel des fermages des trois madragues possédées dans le golfe de Saint-Tropez par François Boyer de Foresta en 1730121. Aussi modeste soit-elle, l’opération de mise en valeur de la pêcherie de Sainte-Croix ne doit toutefois pas être considérée comme dérisoire, et ce pour de multiples raisons. Elle ne constitue en effet qu’un des maillons d’une chaine de participations croisées et d’intéressements divers, qui irriguent de proche en proche l’ensemble des économies littorales modernes. Le recours à d’autres actes notariés donne la mesure exacte de l’épaisseur de ces activités. On y découvre un monde d’interconnaissances, habile à saisir la moindre opportunité de profit, capable d’adapter ses engagements finan – ciers en fonction de la conjoncture. Le comite Henri Lhermitte rencontré à Sainte-Croix en 1671, officier à bord de la galère La Croix de Malte, est ainsi mandaté la même année par le marchand marseillais Jean Granier pour recevoir en son nom le fruit des 4 quirats que ce dernier possède dans la société constituée autour de l’exploitation de la madrague roussillonnaise de Collioure122. La possibilité de revendre en totalité ou en partie ses quirats à des tiers ou à des sous quirataires implique l’existence d’un marché spéculatif de l’intéressement madragaire, analogue à celui qu’on peut observer dans le monde du commerce maritime. Ce marché est caractérisé par la souplesse de son fonctionnement, et sur le modèle des poupées gigogne, présente des structures à emboîtement. Le tailleur d’habit Pierre Giboin, qui apparaît dans les registres de la prud’homie comme le seul détenteur de la ferme des madragues de l’Estaque et de Morgiou en 1676, opère ainsi en réalité avec le soutien de deux autres représentants du commerce marseillais, Elzéar Fabre, Pierre Bourgarel. Les deux hommes sous-arrentent ces deux pêcheries quelques jours après que le premier en ait emporté les enchères123. Ils rejoignent ainsi dans cette opération une autre des relations de Pierre Giboin, le marchand Jean-Claude Perrache124.

  • 125 AD BDR, 394 E 19, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1668-1669, f. 846 v°, 28 janvier 1669.
  • 126 C’est-à-dire d’un prix convenu entre les parties, qui n’a pas vocation à être modifié.
  • 127 AD BDR, 366 E 210, minutes Gaspard Carfueil, Marseille, 1676, prix fait Jean Claude Perrache / Blan (...)

35L’intérêt pour le monde de la madrague dépasse largement le monde diversifié des détenteurs de parts de sociétés. Les madragues méditerranéennes sont une source de profit pour de très larges secteurs des sociétés littorales. Les contrats passés entre les sociétés madragaïres et les fournisseurs des nombreux matériels indispensables pour les pêcheries doublent ceux des arrentements. Le marchand auffier marseillais Antoine Espinas s’engage ainsi à fournir en 1669 et pour 6 années « tous les filets nécessaires pour les deux madragues de Morgiou et de l’Estaque » à Clavet Durand et Jean-Baptiste de la Vigne, les deux hommes ayant racheté les quirats du maître corroyeur Jean – Baptiste Jourdan125. La pratique du prix fait126 semble la règle, à l’exemple du contrat liant en 1676, pour une période équivalente, le maître cordier de Marseille Antoine Blanchet au marchand quirataire Jean-Claude Perrache pour l’exploitation du site de l’Estaque127.

  • 128 AD BDR, 359 E 117, minutes Pierre Rampal, 1669, reconnaissance de dette Jacques Raymond, f. 374, 17 (...)

36À cette dilatation verticale du monde de la madrague, qui agrège dans un intérêt commun de larges couches des sociétés littorales, s’ajoute une dilatation spatiale de ces entreprises, dont le rayonnement se développe des côtes provençales aux rivages catalans. Certains actes notariés permettent à ce propos d’entrevoir l’existence d’un marché du matériel d’occasion interprovincial, voire international. C’est le cas d’un contrat signé à Marseille devant le notaire Pierre Rampal, en 1669128.

37Le 17 mai 1669, Jacques Senglat, un marchand de Bormes résidant à Marseille, cède au patron pêcheurs Jacques Raymond

tous les atraicts et équipages de madrague qu’il a au lieu de saint troupes et dans son maguezin de la maison du sieur Pilles et dont le sieur Joseph Martin est muni de la clef.

38L’achat est important, puisque d’un montant de 1 100 livres, il consiste en une madrague complète en pièces détachées, soit :

[…] 12 encres avec les fers, plus en trente rets dauphes, plus 5 douzaines libans, plus 18 pièces de corpo de chanvre, plus les esclaux en liège pour la madrague, plus quelques filets dauphes pour la dite madrague et autres petits atraicts qui se trouveront au dit maguezin.

39Le texte ne précise pas si ce matériel a été retiré des madragues tropéziennes des Canebiers, de la Moutte ou de Pampelonne, toutes trois en activités durant cette décennie. L’indication sur l’utilisation future de ce matériel est très précieuse. Il doit en effet servir « pour la madrague et pesche des tons qu’il a faict [Jacques Raymond] dessein de faire dans les mers de Collioure ». Très certainement transporté par l’un de ces nombreux bâtiments de petit cabotage qui sillonnent les rivages occidentaux de la Méditerranée, le matériel d’occasion acheté par le patron Raymond met donc en évidence un espace d’entreprise halieutique étendu, qui dépasse largement le seul horizon des mers provençales. Comme toujours en pareil cas, l’opération conduite par cet homme s’inscrit dans un projet collectif. Deux marchands marseillais, Jean Granier, qui se présente nous l’avons vu quelques années plus tard comme exploitant de la madrague de Collioure, et Charles Aurrane, versent au vendeur Senglat la somme de 600 livres « en réalles et autres espèces », au nom de Jacques Raymond. Les deux marchands se portent par ailleurs caution de ce dernier pour le versement des 500 livres restantes.

  • 129 AD BDR, 372 E 88, minutes Antoine Roquemaure, 1686, constitution d’un procureur spécial par Jean Ro (...)

40Dans le registre similaire du marché des équipements de madragues, une autre source nous permet d’élargir plus encore notre point de vue. En 1686, Jean Roman, un bourgeois de Marseille constitue devant notaire Jean Mayme « marchand de la ville de Barcellone », comme son procureur spécial129. La mission assignée à ce dernier est précise : il doit

  • 130 Mataró.

exiger et recevoir du sieur Lapeira, marchand dudit Barcelone, et de tout autre qu’il appartiendra, la somme de 200 pistoles pour le prix des ancres pour la madrague de Mataron130 que ledit Lapeira a vendues et appartenant audit Roman.

41Se mêlent donc dans ce dernier exemple les milieux de la marchandise marseillaise et barcelonaise, unis dans leur participation au monde de la madrague. Si elles concentrent une partie importante des flux d’investissements échappant au contrôle des prud’homies et des confréries, les madragues ne forment cependant pas le seul théâtre d’intervention de tous ceux qui s’intéressent aux pêches commerciales à l’époque moderne. L’entreprise halieutique adopte des formes variées au xviie siècle, que l’on peut décliner à travers quelques exemples particuliers.

Fig. 47 : Les madragues : des équipements intégrés au jeu de l’économie marchande. Transaction du 17 mai 1669 : Jacques Senglat - Jacques Raymond

Jean-Vincent de Roux, acteur des pêches maritimes au XVIIe siècle

42Déjà abordée lors de l’évocation des madragues, l’implication de représentants du deuxième ordre se retrouve aussi à propos d’entreprises de pêches moins spectaculaires. L’analyse des droits exclusifs octroyés au noble provençal Jean-Vincent de Roux offre à ce titre un double intérêt. Elle permet d’une part d’illustrer la diversité des privilèges qui peuvent être accordés aux serviteurs du prince. Elle oblige d’autre part, par un croisement des sources, à dépasser les faux semblants constitués par la seule lecture de ces documents officiels que sont les lettres patentes.

  • 131 Frédéric D’Agay, « La construction du château d’Agay et la fortification des côtes provençales sous (...)
  • 132 Idem., p. 183.
  • 133 Ibidem, p. 194-195.
  • 134 AD BDR, B 3360 Fonds du Parlement de Provence, « Lettre patente autorisant Jean-Vincent Roux, capit (...)

43Fils aîné de Mathieu Roux, Jean-Vincent de Roux appartient au début du xviie siècle à une famille influente de l’aristocratie aixoise. Les importants revenus de son père, qui a occupé la charge de receveur des droits de franc-fief et nouveaux acquêts en Provence, explique sans doute la solide fortune attachée à cette famille à la même époque. Proche du seigneur de Bouc Henri de Seguiran, que Richelieu nomme en 1633 premier président de la cour des comptes d’Aix, Jean-Vincent de Roux dispose dès cette décennie de l’oreille attentive du cardinal131. Il obtient ainsi le 22 juillet 1632 le titre de lieutenant de l’artillerie de la Marine du Levant, puis est nommé consul du roi à Dénia (royaume de Valence) en juin 1633, poste qu’il met à profit pour espionner les mouvements de la flotte espagnole. Homme de pouvoir, Jean-Vincent de Roux ne répugne pas à croiser le fer. Avec le soutien de Richelieu, il arme dès 1632 un brigantin pour pourchasser les navires corsaires menaçant les côtes provençales. Il réitère ce type d’armement en décembre 1633, en entretenant « une patache armée pour les gardes côtes de Provence et du Languedoc132 ». Ces engagements militaires lui valent un certain nombre de grâces royales, qui confèrent progressivement aux multiples activités de cet officier de la marine une nette coloration halieutique. Un premier privilège de pêche lui est en effet accordé dès 1633 par Louis XIII . Nous l’avons déjà mentionné. À cette date, Jean-Vincent de Roux reçoit l’autorisation de caler deux madragues, à Gignac et à Cassis. Devenu seigneur d’Agay en 1636, il se trouve de plus nanti d’un domaine répondant aux caractéristiques d’une seigneurie maritime. Les fermiers travaillant les terres de cet arrière-fief de la seigneurie de Fréjus se voient ainsi remettre un bateau au début de leur bail, qui leur permet d’honorer les obligations de leurs contrats sous la forme de versements annuels en langoustes, poissons frais et pots d’anchois. À cette seigneurie est par ailleurs attachée un privilège de madrague, ancré au droit d’un proche îlot rocheux dénommé « Vieilles d’Agay133 ». À ces privilèges somme toute classiques, celui que les textes vont désormais désigner sous le double patronyme de Roux d’Agay ajoute en 1648 un droit moins habituel pour un membre de la noblesse provençale, celui de « de pêcher des anchois aux feux et filets vulgairement appelés la rissole en nos mers et côtes de Provence depuis Saint-Tropez jusque à l’embouchure de la rivière du Var134 ».

  • 135 Atherina hepsetus Linné, 1758.

44Le procédé mentionné par cette lettre-patente est connu, et bien décrit par Duhamel du Monceau pour le xviiie siècle. Il a pour finalité la capture des petits pélagiques, anchois ou sauclets135, et utilise donc des filets à mailles étroites afin d’alimenter un artisanat de la salaison fort prospère au xviie siècle dans cette partie du littoral provençal. La mise en œuvre de cette pêche obéit à des gestes précis et singuliers :

  • 136 Duhamel du Monceau fait ici référence aux buchettes taillées dans les fibres les plus résineuses du (...)
  • 137 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, (...)

Pour faire cette pêche, les pêcheurs rassemblent 4 bateaux, un qui porte le filet est monté par 4 ou 5 hommes, et ils ne sont sur les autres que 2 ou 3. Ceux-ci ont à leur extrémité un farillon ou réchaud : on fait dans ce réchaud un feu clair, de pin gras et fort sec136. On pratique ordinairement cette pêche depuis le mois d’avril jusqu’à celui de juillet, seulement lorsqu’il n’y a point de lune, et que les nuits sont obscures. Les bateaux qui portent le feu sortent au commencement de la nuit, et vont se placer sur les fonds où ils croient trouver plus de poisson à une ou deux lieues de la côte, et se tiennent à portée de fusil les uns des autres. Les anchois, attirés par la lumière des phastiers, s’approchent des bateaux qui portent le feu, et quand les pêcheurs s’aperçoivent qu’il s’en est rassemblé en nombre, ils en avertissent par un signal le bateau qui porte le filet, que les Provençaux nomment rissole ; il s’en approche, et mettant le filet à l’eau, il entoure le mieux qu’il est possible le bateau […]. Quand l’enceinte du filet est formé, le bateau qui porte le feu plonge son phastier ou réchaud dans l’eau pour éteindre le feu ; alors les poissons […] étant effarouchés se jettent dans le filet et se maillent137.

45Cette technique, qui est une adaptation à la pleine mer de l’encesa catalane, pratiquée en association à la senne de plage, apparaît en Méditerranée comme à l’origine de la lampara ou lamparo, abondamment diffusée au début du xxe siècle au sein de toutes les flottilles de la pêche côtière méditerranéenne.

46Le privilège octroyé par le roi au nouveau seigneur d’Agay apparaît fort exclusif pour l’ensemble des communautés de pêche des espaces considérées, puisque ces dernières se voient imposer une stricte défense « de s’ingérer dans la dite pêche sans le consentement du dit Roux ou de ses héritiers et ayant cause à peine de quinze cent livres demandé pour chacune contravention applicable au dit Roux ou à ses héritiers ».

Fig. 48 : Sáñez Reguart, encesa catalane (1791-1795)

47Maître d’une part non négligeable des activités halieutiques en Provence orientale, Roux d’Agay ne limite pas l’horizon de ses entreprises aux seuls littoraux du royaume. Dès 1633, Louis XIII accorde en effet le privilège :

  • 138 AD BDR, B 3360 Fonds du Parlement de Provence, « Lettres patentes permettant à Jean-Vincent Roux, s (...)

[…] au Sieur Roux lieutenant de l’artillerie de la marine du Levant à ses associés ou autres qui de lui auront charge ou consentement de faire la pêche pendant quinze années consécutives avec engins rets filets et tartanes conformes à la pêche ordinaire sur l’Océan et mers en deçà le détroit de Gibraltar en pêchant quatre lieues loin des terres de notre obéissance aux mers de Saint-Luc de Baramede des côtes d’Andalousie138.

  • 139 AD BDR, C 2103 Fonds des États de Provence, Consultation faite par Messires Boniface et Décomis en (...)

48Si l’on songe au poste de consul du roi à Denia obtenu par le même homme en juin 1633, on mesure l’extrême soin apporté par ce dernier au développement de ses affaires financières. La présence de Roux d’Agay à Denia trouve évidemment son origine dans le service du roi. Mais ce service de l’État s’accompagne ici de manière fort opportuniste de la liberté d’armer des navires de pêche dans les mers andalouses, afin d’alimenter de possibles réseaux de distribution de poisson conditionné en direction de la proche Catalogne, de Marseille ou des foires de Beaucaire. L’armement de ces bâtiments revêt une forme officielle. Roux et ses associés éventuels doivent « déclarer avant que de partir aux greffes de l’amirauté plus proche du lieu dont ils partiront en quel lieu ils voudront faire la pêche et avec combien de tartanes ». Les lettres patentes du 1er mars 1660, qui renouvellent le privilège octroyé par Louis XIII, reviennent brièvement sur l’organisation de campagnes de pêches au cours de cette décennie initiale. Roux d’Agay semble effectivement avoir armé des tartanes. Le texte de 1660 nous dit à ce propos que « le dit Sieur Roux […] avait fait de grands frais et préparatifs », et que la guerre survenue entre les deux royaumes peu de temps après, l’avait fait « souffrir d’une perte très notable ». C’est d’ailleurs en faisant valoir cet argument que le seigneur d’Agay obtient au début du règne de Louis XIV le renouvellement de ses privilèges de pêche en Espagne. Nous ignorons si ces campagnes halieutiques furent effectivement relancées par Roux d’Agay. Les investissements de ce dernier et de ses héritiers sur les littoraux provençaux semblent dans tous les cas avoir été très limités. Dans un rapport rédigé en septembre 1680 pour le compte des États de Provence, à la suite de doléances exprimées par les pêcheurs de Fréjus et de Saint-Tropez, les représentants des communautés de la province dénoncent le monopole des seigneurs d’Agay139. Parmi les arguments avancés par les rédacteurs, le fait que les bénéficiaires de ce monopole ne l’ont jamais vraiment exercé figure en bonne place :

Il y a mesme apparence que ce don là ayant esté accordé en l’année 1648 et renouvelé en l’année 1660, il ne fut point mis en exécution et fut comme abandonné, à cause des obstacles et des difficultés et contradictions que le feu seigneur de Roux donataire du dit don perçut et pressentit dans l’exécution d’iceluy.

49Au-delà de la déshérence attachée à des pratiques absentéistes, c’est bien une conception de la mer comme lieu de liberté publique, inspirée du Mare Liberum d’Hugo Grotius (1609), qui s’oppose à l’existence du monopole :

L’exercice de la liberté publique sur une chose libre comme la mer paraît d’un prix infini, et ne pouvoir estre passé sous silence du corps de la province, mais qu’un chacun en doit estre jaloux.

50La rationalité économique du privilège des Roux d’Agay est enfin mise en cause, au nom des finances du roi, puisque

l’opposition principale aux dites lettres a esté formée par le fermier des gabelles de Sa Majesté qui prétend avec raison que si ce don avait lieu, il serait fait préjudice à la ferme du sel et que le débit serait moindre, parce que moins de gens pêcheraient.

  • 140 AD BDR, B 3398, Lettres patentes portant confirmation du droit de pêcher les anchois depuis Saint-T (...)

51L’opposition des représentants des communautés de la province, comme celle des pêcheurs concernés, n’empêchent pas Jean Giraud d’Agay, héritier de Jean Vincent de Roux d’obtenir en décembre 1719 le renouvellement du droit de pêche attaché à sa famille140. L’examen des sources relatives à la transformation et à la distribution des poissons capturés par les pêches provençales démontre cependant que les monopoles de pêche, qu’ils appartiennent à la famille d’Agay ou à celle d’autres membres de la noblesse, n’ont nullement empêché une activité florissante de salaison au xviie siècle.

Pêches locales, conditionnement et distribution régionale du poisson dans la Méditerranée occidentale du XVIIe siècle

Produits et techniques de conditionnement

52La généralisation au xviie siècle de l’usage du sardinal, du tartanon ou des madragues produit les mêmes effets sur tous les littoraux nord-occidentaux de la Méditerranée. Des tonnages inédits sont alors mis à la disposition des marchés ; leur saisonnalité oblige cependant partout à développer une activité de conditionnement, seule à même de permettre la conservation à moyenne échéance des produits disponibles. Cette activité de conditionnement se décline en quelques opérations qui présentent pour l’essentiel un caractère similaire sur la plupart des points du littoral. Ces gestes de préparation peuvent changer, pour une même espèce de poisson, en fonction du moment de sa pêche. Les sardines dites « grasses » du printemps ne subissent pas ainsi le même conditionnement que celles plus « maigres » de la fin de l’été.

53La méthode la plus répandue est celle de la salaison simple. Les madragues alimentent ainsi un artisanat important de la « conserve ». Les poissons non destinés à la débite locale sont ainsi éviscérés à même le rivage, puis apportés dans le magasin des madragaires comme à Blanes en Catalogne :

  • 141 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)

[…] on les pend par la queue, on en sépare l’épine, la quelle se jette comme inutile, après quoy on les coupe en morceaux, séparant le plus gras, qui s’appelle sorra, et la tête, quant au reste on le sale, le mettant sur de grandes planches les laissant jusqu’au lendemain, après on le ressale, et on l’enserre dans des tonneaux y mettant de la saumure141.

  • 142 AD BDR, 250 E 117, lettre des prud’hommes à Bouchaud, avocat, 2 mars 1713.
  • 143 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, Avignon, t. III, 1786, p. 278-279.

54Ce témoignage de Joan Salvador, daté de 1722, indique par ailleurs le caractère très minoritaire du recours au bouillon ou à la friture pour la conservation du thon, cette préparation, connue à la même époque en Provence sous le nom de tonine jouissant pourtant d’une grande réputation. En l’état, la durée de conservation de ce thon à la saumure devait être limitée, mais cependant suffisante pour que les prud’hommes de Marseille puissent faire parvenir en mars 1713 à Bouchard, leur avocat à Paris, « un tonneau contenant un culot de thon mariné142 », pourtant pêché l’année précédente. La teneur de la saumure semble en fait seule décider de la durée de la conservation. À propos de Saint-Tropez et pour une période plus tardive, le naturaliste provençal Michel Darluc précise ainsi que le thon « mariné à demi-sel doit être mangé plus tôt et il ne passe pas l’été143 ».

55Comme le thon, les sardines subissent des préparations qui peuvent varier. Les sardines pêchées d’avril à juin en Catalogne se préparent à la manière des anchois, en les mettant dans des petits barils. Elles portent alors le nom de « sardines confites » :

  • 144 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)

[…] on les accommode dans les barils en les mettant rangées les unes sur les autres, le ventre en bas sans tirer les entrailles, avec le sel et quelques herbes odoriférantes et aromatiques comme le Thym, le Laurier, l’Origan, la Sariette et aiant soin d’y mettre de la saumure jusqu’à ce qu’elles soient bien confites, et elles sont en cet état au mois de novembre144.

  • 145 Amédée Imbert, Notice sur les Services Maritimes de l’Algérie, Alger, Giralt, 1900, p. 38.

56Cette saumure reçoit parfois l’adjonction d’ocre rouge en poudre fine. Ce procédé rappelle celui qui sera utilisé plus tard dans l’industrie sardinière de l’Algérie coloniale, par l’utilisation du cinabre, et ce malgré la toxicité du mercure contenu dans ce minerai145. Dans ce dernier cas, comme à l’époque moderne, l’objectif des apports de colorants ne vise qu’à teinter de rose le poisson conditionné, aspect apparemment apprécié par les consommateurs. C’est lorsqu’elles sont ainsi confites que les sardines, de la même manière que les anchois, peuvent être placées dans des « pots ». Ces derniers sont régulièrement mentionnés dans les actes des fermes des poissonneries provençales au xviie siècle. Duhamel du Monceau, dans la deuxième moitié du siècle suivant, nous en donne une description précise, qui confirme les délais de préparation évoqués par Joan Salvador à propos de la Catalogne :

  • 146 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, (...)

Pour qu’ils [les poissons] se confisent bien dans cette sauce, on les laisse reposer 5 ou 6 mois ; ensuite on en emplit de petits pots de terre de différentes grandeurs, larges d’ouverture ; on met sur les poissons un rondeau de terre cuite qui produit une pression suffisante pour que la sauce surnage les poissons ; puis on bouche exactement l’ouverture de ces pots avec du liège, que l’on scelle encore avec du plâtre, de crainte que le poisson et la sauce ne s’éventent ; on met aussi dans de petits barils qui pèsent 20 à 25 livres, pour les transporter par toute l’Europe et au Levant146.

  • 147 AD BDR, 250 E 127, lettre des prud’hommes à M. de Beringhen, 8 janvier 1711.

57Au vrai, le croisement de diverses sources suffit à démontrer que la gamme des poissons pouvant être conservés à la saumure dépassent largement celle des gros ou des petits pélagiques. En 1711, Jacques Louis de Beringhen, gouverneur de la citadelle de Marseille et protecteur des prud’hommes pêcheurs, reçoit ainsi « 4 barils de soles marinées » que les représentants de la corporation font parvenir dans son hôtel particulier parisien147. Outre les poissons plats, les anguilles à la saumure apparaissent parfois dans les contrats de nolisement, à l’exemple de celui que le patron François Boyer, de Marseille, conclut en 1673 avec le marchand italien Jean Angelo Monfrediny :

  • 148 AD BDR, 362 E 127, contrat de nolisement du patron François Boyer, fol. 2357 v°, 12 décembre 1673.

François Boyer, fils de Gaspard de cette ville de Marseille, a nollizé par ces présentes au sieur Jean Angelo Monfrediny marchand de la ville de Gênes habitant en cette ville de Marseille sa tartane appelée Saint-Joseph bonnaventure par le dit Boyer patronisé pour s’en aller a droicture a lanbouchure du Rosne, pour charger du poisson anguilles sallées [… ]148.

  • 149 Henri Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, (...)

58Parallèlement à ces produits préservés par la voie du conditionnement humide, les sardines partiellement séchées, « à la manière de Belle-isle149 », forment l’un des produits les plus classiques des marchés méditerranéens d’Ancien Régime. Appelées arengades ou arrencades, celles-ci proviennent toujours des pêches réalisées à la fin de l’été, lorsque ces poissons sont plus maigres. Après avoir été vidées, salées et conservées quelque temps dans la saumure, les sardines sont alors lavées avec de l’eau de mer, puis :

  • 150 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)

[…] on les accommode dans des grands barils […] et les pressant bien là-dedans, c’est-à-dire qu’on y met de gros poids dessus, pour les tenir bien plates, et l’humidité qu’elles ont se coule en bas, [elles] restent sèches et se gardent long temps150.

  • 151 Idem.

59Contrairement aux techniques mises en œuvre en Angleterre pour les harengs de la Baltique ou les sardines de l’Atlantique, le saurage semble n’avoir été que très peu développé en Catalogne, en Languedoc et en Provence. Joan Salvador est catégorique : « on ne fait pas dessécher dans la fumée les sardines en Catalogne151 ».

60Le procédé n’est cependant pas absent du bassin occidental de la Méditerranée. Il est précisément mentionné par le naturaliste italien Francesco Cetti (1728-1778) pour le xviiie siècle, mais il est probable que sa description vaut aussi pour le siècle précédent. Dans son Historia Naturale della Sardegna, Cetti souligne à propos du muge qu’outre

  • 152 Francesco Cetti, Historia Naturale della Sardegna, t. III, Anfibi e pesci di Sardegna, Sassari, G. (...)

la grandissima quantità del muggine che in Sardegna si consuma fresco, il muggine si secca […]. La preparazione per ciò usata è quella medesima, che gli Inglesi di Yarmout pratticono colla vera aringa152.

61De fait, la description inattendue du saurage des muges rappelle précisément les descriptions de ce type d’industries habituelles sur l’Atlantique :

  • 153 Idem. : « Le mulet est d’abord laissé dans le sel ; puis on le suspend dans une baraque fermée, où (...)

Il muggine si lascia prima in sale; poi sospesolo in barrache chiuse, vi si fa gran fumo per più giorni; e allora il muggine seccandosi cangia comme l’aringa il suo colore d’argento in oro. Non sogliono però i Sardi nè sventrare il muggine, nè strapparli le branchie, come coll’ aringa costumano gli Inglesi. La Yarmout della Sardegna è santa Giusta; e da santa Giusta escono le gran provisioni del muggine secco che i Sardi chiamano Mugheddu153.

62À la saumure, séché ou fumé, l’élaboration du « poisson de conserve » alimente au xviie siècle une activité soutenue sur les littoraux méditerranéens. Ce domaine de l’activité économique n’est que partiellement contrôlé par les communautés de pêche. À l’image des compagnies de madragues, la fabrication et le commerce des « salines » croisent une grande diversité d’acteurs, repoussant plus encore les contours mal fixés du monde des « gens de mer ».

Une poussière d’initiatives

63Moins connues que les compagnies madragaires, les sociétés de taille modeste constituées au xviie siècle afin de conditionner le poisson ont sans doute joué un rôle essentiel dans l’approvisionnement local des centres urbains et des espaces régionaux. Une analyse très partielle des fonds notariés provençaux laisse entrevoir à ce propos la diversité des compagnies qui se constituent sur le littoral, d’une durée de vie limitée, souvent créées à l’occasion d’une seule campagne de pêche. La prééminence des capitaux d’origine urbaine semble l’emporter, comme la sujétion de communautés de pêche finalement réduites au seul rang de fournisseurs de la matière première.

  • 154 AD BDR, 394 E 21, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1671, société Lombardon, Margan, Blanc, 24 avr (...)

64Les registres d’un notaire marseillais, dépouillés pour la décennie 1670, permettent ainsi de retracer les activités de quelques individus, localisés dans la région marseillaise, et de restituer les espaces littoraux sur lesquels portent leurs entreprises de salaison. L’activité des frères Lombardon est la mieux documentée. Jean et Jacques Lombardon sont des « maîtres barillats » de Marseille. Leur nom apparaît pour la première fois au cours de la décennie en avril 1671, lorsque Jacques Lombardon décide de créer une société avec Léonard Margan et Michel Blanc, qui exercent la même activité à Allauch. Les trois hommes ont pour objectif la transformation des « sardeignes et enchois », qu’ils projettent d’acheter et de saler à Fréjus « et lieux circonvoisins154 ». L’existence de « maîtres barillats » dans le monde du conditionnement n’est pas surprenante. Le tonneau et la barrique sont, nous l’avons dit les contenants les plus couramment utilisés pour la conservation du poisson transformé. L’existence de contrats ultérieurs autour des mêmes hommes démontre toutefois le poids du monde de l’artisanat urbain dans ce domaine d’investissement. On retrouve en effet Jacques Lombardon, désormais assisté de son frère Jean, en 1675, au sein d’une société créée avec un certain Jean Viguier, de Sanary, qui

  • 155 AD BDR, 394 E 25, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1675, société Jacques et Jean Lombardon, Jean (...)

ont fait associétté ensamble pour raison de touttes les sardines et enchouis que le dit Viguier acheptera audit Sanary et envoyra en cette ville au dit Lombardon155.

65Alors que les frères Lombardon se concentrent en 1675 sur le produit des communautés de pêche situées dans l’immédiate proximité de Marseille, leurs associés d’hier, Michel Blanc et Léonard Margan, décident la même année de passer contrat pour fonder une compagnie séparée. Celle-ci, qui doit concentrer ses achats à Cannes et à Fréjus, prévoit un partage des tâches entre les deux associés,

  • 156 AD BDR, 394 E 25, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1675, société Michel Blanc, Léonard Margan, 14 (...)

pour raison que tout le poisson soit enchoyes sardines et autres que le dit Blanc trouvera bon pour saller et qu’il acheptera à Canes Frejus et autres endroits au plus grand avantage de la Compaignie […] pour les envoyer en ceste ville audit Margan156.

  • 157 AD BDR, 394 E 27, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1677, société Jacques Lombardon/ Pierre Delest (...)

66À ce stade de l’analyse, deux premiers constats peuvent être dressés. Le premier tient au calendrier de ces opérations, toutes calées sur le printemps, lorsque débute la campagne de pêche des poissons bleus. Le second est évidemment relatif à l’impression éprouvée de la modestie de ces entreprises, qui se réduisent finalement à des opérations ponctuelles, centrées sur des opportunités saisonnières ou conjoncturelles. À étudier ces petites compagnies, le sentiment prévaut que nous cernons ici une strate inférieure de l’investissement halieutique, contrôlée par des capitaux qui par leur petitesse, ne trouvent pas à s’employer dans ces grandes sociétés que constituent les madragues. Ce segment peu visible de l’économie des pêches a cependant dû jouer à l’époque moderne un rôle essentiel dans l’économie du poisson bleu, produit qui occupe une place importante dans l’approvisionnement des poissonneries d’Ancien Régime. Les contrats suivants suffisent par ailleurs à démontrer que l’horizon de ces petits entrepreneurs de la salaison ne se limite pas aux rivages provençaux. En 1677, une société passée entre les Marseillais Jacques Lombardon, Pierre Delestrade et Jean Jourdan ouvre ainsi la porte d’une ambition plus large, puisque les trois Provençaux intègrent à leur opération un catalan, Narsis Allies, « pour l’achept de poissons et autres marchandises sur la coste de Catalloigne157 ».

67Deux années plus tard, les frères Lombardon décident enfin de créer une société avec le patron pêcheur Jean Fillet, pour transformer « tous les poissons et sardines que le dit Fuillet peschera en la coste de Languedoc ». Ils démontrent ainsi leur capacité d’intégration d’espaces côtiers correspondant peu ou prou à ceux du petit cabotage nord occidental, étendu de la Catalogne aux confins de la Provence.

  • 158 AD BDR, 394 E 40, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1691-1692, société Antoine Mouren/ Antoine Cug (...)

68Dans cette activité de conditionnement et de distribution de la saline, les Lombardon s’allient de manière privilégiée avec leurs pairs. Exceptionnellement, ils associent à leur projet un patron pêcheur. D’autres actes, moins nombreux, montrent cependant que le monde de la barrique n’est pas le seul à investir ce type d’entreprise, qui attire parfois des acteurs du commerce, à l’exemple des marchands marseillais Antoine Mouren et Antoine Cuge en 1692, « pour raison de la salaison qui pretandent faire des poissons, anchois et sardines au lieu de Cannes158 ».

Poissons méditerranéen « de conserve » et marchés régionaux : l’exemple de la foire de Beaucaire

  • 159 ACCIM, H 86 Foire de Beaucaire-État des bâtiments s’y rendant (1654-1708).

69L’importance du poisson océanique sur les marchés méditerranéens a été évoquée lors de la première partie de cet ouvrage. Nous la retrouverons à propos de la distribution locale, les produits de l’Atlantique palliant souvent dans les villes étudiées la rareté du poisson de la Méditerranée, ou l’irrégularité saisonnière de ses arrivages. Ce constat cependant ne doit pas conduire à sous-estimer l’importance réelle de la conserve méditerranéenne dans le commerce et l’alimentation méridionale. L’examen des produits enregistrés lors de la foire de Beaucaire pendant les quinze dernières années du xviie siècle permet d’évaluer les quantités, la nature et l’origine du poisson local dans le négoce de la place languedocienne. Les données qui nous renseignent sur ces aspects sont conservées dans une source déposée dans les fonds de la Chambre de commerce de Marseille159. Il s’agit de relevés effectués entre 1685 et 1700 par les commis François Garnier, Sallade et Robert. Ces trois hommes sont successivement « commis au 20 % ». Présents sur les quais du port de Beaucaire tous les mois de juillet, ils sont chargés par les échevins et députés de la Chambre de commerce de Marseille de prélever une taxe « sur les marchandises provenant du Grand Seigneur ayant touché aux pays étrangers et n’ayant point entré par le port de Marseille ». Enregistrée par le parlement d’Aix en 1671, cette taxe oblige les commis à soigneusement vérifier le contenu des dizaines de bâtiments avant leur déchargement. Un compte des barils et des pots de sardines et d’anchois nous est ainsi restitué pour cette courte période. Au cours des mois de juillet 1685 à juillet 1700, 362 navires contenant du poisson sont enregistrés par les représentants de la Chambre de commerce de Marseille. Ces navires constitués à parts égales de barques et de tartanes livrent dans ce dernier port plus de 350 000 barils de poisson conditionné, exclusivement des sardines et des anchois. Si une partie de cette marchandise est assurément destinée à alimenter le marché lyonnais et languedocien, nombre de ces barils se retrouvent dans les poissonneries de la Provence intérieure.

Fig. 49 : Origines et nombre des bails approvisionnant en poisson la foire de Beaucaire (1685-1700)

  • 160 Dominique Robin, « La querelle entre Bretons et Languedociens à propos du commerce de la sardine pr (...)

70On les retrouve précisément taxés dans le cadre des fermes des poissonneries. L’origine de ces produits est essentiellement méditerranéenne, avec un partage très net des zones de production. Les sardines sont pêchées et conditionnées en Languedoc et Catalogne, l’exploitation de l’anchois concernant plutôt la côte provençale et les ports de la rivière italienne, ce que confirment l’analyse des techniques de pêche utilisées sur ces littoraux, mais aussi les écrits de Joan Salvador ou de Duhamel du Monceau. Les ports de Saint-Tropez, de Fréjus, de Cannes ou d’Antibes, centres actifs de la salaison, apparaissent comme des places intermédiaires, dans lesquelles le conditionnement des sardines et celui des anchois font jeu égal. Dans cette géographie de la conserve nord-méditerranéenne, les flux en provenance de Sète doivent être examinés à part. Une partie des sardines embarquées dans ce port proviennent en effet de l’Océan, par la voie du canal des Deux-Mers achevé en 1681. En arrivant à Sète, ces sardines sont en principe reconditionnées dans des barils plus petits que ceux utilisés sur les côtes atlantiques, pratique regardée avec suspicion par certains négociants et consommateurs du Levant160.

Fig. 50 : Origines des cargaisons en poissons salées, sardines et anchois de la foire de Beaucaire (1685-1700)

71Le marché de Beaucaire fait la démonstration du dynamisme de la salaison en Méditerranée occidentale au xviie siècle. Cette foire est intégrée au flux du petit cabotage, sous la responsabilité de patrons de barques familiers de cette destination. Ces derniers sont originaires de tous les ports du littoral. Quatre origines principales se dégagent à la lecture de la carte relative aux ports de rattachement de ces navigants. Un premier pôle, à l’Ouest, est constitué par les ports d’Agde et de Sète. À proximité de Marseille, les patrons de Saint-Chamas, de Berre et de Martigues sont également bien représentés. Originaires d’un quartier maritime qui n’alimente que marginalement la foire de Beaucaire en poisson salé, les patrons du pourtour de l’étang de Berre démontrent par leur présence, l’adaptabilité d’équipages prompts à saisir dans tous les ports du littoral l’ensemble des marchandises nourrissant les flux du petit cabotage. Le dynamisme des patrons tropéziens, auxquels on peut rattacher la place de Fréjus, reflète de la même façon l’importance des flottilles marchandes de ces deux places portuaires.

Fig. 51 : Origines des capitaines des navires assurant l’approvisionnement en poisson de la foire de Beaucaire (1685-1700)

72Il se justifie aussi par le poids des activités de pêche dans ces deux endroits. Plus à l’Est, Nice, Antibes et Cannes constituent enfin des ports de rattachement privilégiés pour les patrons fréquentant Beaucaire. Certains d’entre eux sont d’ailleurs des habitués de la foire languedocienne, à l’image du patron Jean Daumas, de Cannes, qui entre 1685 et 1695 effectue 7 voyages vers cette destination à bord de sa barque, le Saint-Antoine de Padoue. Dans cette répartition régionale des patrons livrant du poisson à Beaucaire, on note la faiblesse d’un espace littoral provençal médian. Marseille, La Ciotat et Toulon sont ainsi sous représentés, peut-être en raison d’une consommation locale importante. Aux confins orientaux de l’espace représenté, la rivière de Gênes apparaît pour sa part bien connectée au marché provençal et languedocien par l’intermédiaire de patrons de San Remo, Oneglia, Gênes, et de manière plus minoritaire Savone. Des maîtres d’équipages espagnols se retrouvent enfin dans nos relevés. Leur regroupement dans le port de Barcelone est fictif. Il découle de l’imprécision des sources, qui n’accolent souvent qu’une étiquette de « catalan » à des patrons souvent originaires des ports de Palamós, de Rosas ou de La Escala.

73Échappant partiellement à la compétence juridique des prud’homies ou des confréries, l’économie des pêches méditerranéennes s’inscrit au xviie siècle dans un système marqué par la multiplicité de ses intervenants. Traversée en amont par des flux financiers auxquels s’agrègent parfois à titre individuel les membres les plus aisés des communautés, l’activité halieutique tisse aussi des liens avec de nombreuses microsociétés extérieures au monde des patrons de pêche. Ces dernières, souvent de courte durée, obéissent à des rythmes conjoncturels et des calendriers d’opportunités qui apparaissent peu dans les sources habituellement prises en compte dans l’écriture d’une histoire des pêches modernes en Méditerranée. Ce triple constat d’une extériorité grandissante des acteurs de la pêche, d’une imprégnation de l’économie halieutique par des pratiques entrepreneuriales, et de la tentation croissante chez certains patrons aisés de s’affranchir au moins en partie du corset communautaire, annonce d’une certaine façon la poursuite au siècle suivant d’une logique d’amélioration de la productivité des engins de pêche. Ce processus porte aussi en son sein les germes des clivages et des divisions qui minent la cohésion des structures corporatives traditionnelles au xviiie siècle.

Notes

63 Joseph Billioud, Gaston Rambert, dir., Histoire du commerce de Marseille, Paris, Plon, t. III, 1951.

64 Víctor Hurtado, Jesús Mestre, Toni Miserachs, dir., Atles d’història de Catalunya, Barcelona, Edicions 62, 1995, p. 140.
Le nombre de feux passe de 6400 à 9000 à Barcelone au cours du xviie s.

65 Lucia Frattarelli Fischer, « Livorno città nuova », Società e Storia, Milano, Franco Angeli, n° 46, 1989, p. 890.
Livourne compte 570 habitants en 1590, 12 000 en 1642.

66 Ordonnance royale sur les eaux et forêts, Livre V, De la pêche qui se fait en mer, Titre II, Article XI.

67 Enric Prat, Èrika Serna, Pep Vila, Les ordinacions de la pesquera de Cadaqués (s. xvi-xviii), Palamós, Museu de la pesca, 2006, p. 152.

68 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 111.

69 ACCIM, H 86 Foire de Beaucaire-État des bâtiments s’y rendant (1654-1708).

70 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, p. 117.

71 Idem., p. 119.

72 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », Maria Lucia De Nicoló (a cura di), Tartane, Rerum Maritimarum, n° 9, Pesaro, Museo della marineria, 2013, p. 28.

73 Précurseur de la « pêche au bœuf », le « bragoccio » était un art traînant pratiqué par deux petites embarcations peu éloignées des côtes, d’un rendement médiocre.
Maria Lucia De Nicoló, « Recherches sur l’histoire de la pêche en Méditerranée : Tartanes de Provence, tartanes de Vénétie, trabacs, modèles adriatiques pour la pêche à la traîne et le petit cabotage (xviiexviiie siècles) », Gilbert Buti, Olivier Raveux, Arnaud Bartolomei, dir., Cahiers de la Méditerranée, Travailler chez l’Autre en Méditerranée/Les constructions navales en Méditerranée, 84/2012, p. 313.

74 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », op. cit., p. 27.

75 Maria Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei… op. cit., p. 126.

76 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, Dionigi Albera, Maryline Crivello, dir., Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Acte Sud, 2016.

77 Oppien, Halieutiques, traduction J.M Limes, Paris, Lebègue, 1817, p. 159.

78 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, op. cit.

79 Henri Bresc, « La pêche et les madragues dans la Sicile médiévale », Micheline Galley, Leïla Ladjimi Sebai, L’homme méditerranéen et la mer, Actes du Troisième Congrès International d’études des cultures de la Méditerranée Occidentale (Jerba, avril 1981), Tunis, Éditions Salammbô, 1985, p. 172.

80 Idem. p. 173.

81 Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l’Océan, Paris, Challamel, 1868, p. 335.

82 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme du thon rouge : validité, origines et conséquences », thèse soutenue à l’École nationale supérieure d’Agronomie de Rennes, dactyl., 2003, p. 31.

83 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Faget, dir., Marché du poisson, marché aux poissons. Circulation et contrôle des produits de l’onde dans l’espace méditerranéen à l’époque moderne, Rives Méditerranéennes, 43, 2012, p. 29.

84 Idem., p. 30.

85 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 109.

86 Eloy Martín Corrales, « La pesca española en el Magreb (ss. xvi – xviii) », Giuseppe Doneddu, Maurizio Gangemi (a cura di), La pesca nel Mediterraneo occidentale (secc. xvi-xviii), Atti del Convegno di Studi Bosa, settembre 1994, Bari, Puglia Grafica Sud, 2000, p. 23.

87 Paul Gourret, Les pêcheries et les poissons de la Méditerranée (Provence), Paris, J. B. Baillière et Fils, 1894, p. 247.

88 Francis Pomponi, « La pêche maritime en Provence au xviiie siècle : vue synoptique », Giuseppe Doneddu, Maurizio Gangemi (a cura di), La pesca nel Mediterraneo occidentale (secc. xvi-xviii), Atti del Convegno di Studi Bosa, settembre 1994, Bari, Puglia Grafica Sud, 2000, p. 69.

89 Jean-Scholastique Pitton, Histoire de la ville d’Aix capitale de la Provence, Aix, Charles David, 1666, p. 580.

90 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, p. 145-146.

91 Idem.

92 Gilbert Buti, « Madragues et pêcheurs provençaux dans les mailles des pouvoirs (xviiexixe siècles) », in Pouvoirs et Littoraux du xve au xxe siècle, Actes du Colloque international de Lorient (24, 25, 26 septembre 1998), PUR, 1998, p. 60.

93 Idem.

94 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme… », op. cit, p. 21.

95 François Doumenge, « Grandeur et decadence de l’halieutique industrielle méditerranéenne », Manuel Biscoito, Armando Ameida, Pedro Ré, Éd., A tribute to Luiz Saldanha, Boletim do Museu Municipal do Funchal (História natural), suplemento n° 6, dezembro de 2001, Funchal-Madeira, p. 387-399.

96 Francesco Cetti, Historia Naturale della Sardegna, t. III, Anfibi e pesci di Sardegna, Sassari, G. Pattoli, 1777, p. 189.

97 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme… », op. cit, p. 18.

98 Gilbert Buti, Daniel Faget, Madrague, op. cit.

99 Pietro Pavesi, L’industria del tonno, Relazione alla commissione reale per le tonnare, Ministero di Agricultura, Industria e Commercio, Rome, 1889.

100 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section II, chap. iii, Neuchâtel, 1769, p. 173.

101 Jacques Sacchi, Henri Farrugio, Christian Decugis, « Renaissance de la thonaire de poste en Provence ou une opportunité ancienne pour la petite pêche côtière », Daniel Faget, Myriam Sternberg, dir., Pêches méditerranéennes, Origines et mutations, Aix-en-Provence, MMSH L’Atelier Méditerranéen, 2015, p. 223-240.

102 Idem, Henri Farrugio, « Données historiques sur les anciennes madragues françaises de Méditerranée », Collective Volume of Scientific Papers-ICCAT, 67 (I), 2012, p. 112-123.

103 Antonio Sañez Reguart, Diccionario Historic de las Artes de la pesca nacional, t. 1, Madrid, Ibarra, 1799, p. 6-70.

104 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section VII, Neuchâtel, 1769, p. 198.

105 La madrague ou la pêche du thon vue du golfe de Bandol (1755)

106 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité général des pêches, vol. II, chap. vi, p. 170.

107 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes/ Aix-en-Provence, PUR/PUP, 2011, p. 113-118.

108 Le terme baude (prononcer « baoude », avec accent tonique sur la première syllabe), désigne dans le langage maritime provençal une pierre qui fait office d’ancre. Ce terme désigne donc les poids qui fixaient les différents éléments de la madrague, mais aussi les pierres parfois utilisées par les pêcheurs pour arrêter la dérive de leur embarcation (« jeter la baoude »).

109 AD BDR, 406 E 89, Minutes notariales Louis Eydin (1680-1681), Cassis, fol 224 v°, « Enregistration descripte da société entre sieur François Granier, Pons et Antoine Bremond », 1er janvier 1678

110 C’est le cas à propos de l’article « Rey », contenu dans l’Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de pêche », Paris, Agasse, an IV, p. 243 : « Rey : Nom qu’on donne à Toulon au capitaine de la madrague »

111 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, section VII, chap. ii, Neuchâtel, 1769, p. 202.

112 AD BDR, 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, délibération du 28 juillet 1619, p. 147.

113 Idem, délibération du 5 janvier 1620, p. 147.

114 AD BDR, 250 E 4, ordonnance de la prud’homie contre les patrons qui iront contre la volonté des prud’hommes, 3 mars 1629.

115 Christelle Ravier-Mailly, « Fluctuations à long terme du thon rouge : validité, origines et conséquences », thèse soutenue à l’École nationale supérieure d’Agronomie de Rennes, dactyl., 2003, p. 41.

116 AD BDR, 250 E 4, Livre Rouge, ordonnances des prud’hommes pêcheurs, procès-verbaux d’assemblées, arrentement des deux madragues de Morgiou et de l’Estaque, 7 décembre 1668.

117 Idem, 15 janvier 1676.

118 Ibid., 366 E 214, Minutes Gaspard Carfueil (1680), (f. 132 v°) acte du 29 janvier 1680.

119 Ibid., 250 E 4, 1er avril 1682.

120 AD BDR, 362 E 124, minutes Louis Bezaudin, Marseille, 1671, p. 2670-2671.

121 Gilbert Buti, Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (xviie-xviiie siècles), Rennes, PUR, 2010, p. 289.

122 AD BDR, 359 E 120, minutes Pierre Rampal, Marseille, 1671, procuration Henry Hermitte, f. 170, 2 mars 1671.

123 AD BDR, 366 E 210, minutes Gaspard Carfueil, Marseille, 1676, sous-arrentement des madragues de Morgiou et de l’Estaque f. 104, 25 janvier 1676

124 Idem, prix fait Jean Claude Perrache / Blanchet, f. 139 v°, 6 février 1676.

125 AD BDR, 394 E 19, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1668-1669, f. 846 v°, 28 janvier 1669.

126 C’est-à-dire d’un prix convenu entre les parties, qui n’a pas vocation à être modifié.

127 AD BDR, 366 E 210, minutes Gaspard Carfueil, Marseille, 1676, prix fait Jean Claude Perrache / Blanchet, f. 139 v°, 6 février 1676.

128 AD BDR, 359 E 117, minutes Pierre Rampal, 1669, reconnaissance de dette Jacques Raymond, f. 374, 17 mai 1669.

129 AD BDR, 372 E 88, minutes Antoine Roquemaure, 1686, constitution d’un procureur spécial par Jean Roman, f. 116, 29 janvier 1686.

130 Mataró.

131 Frédéric D’Agay, « La construction du château d’Agay et la fortification des côtes provençales sous Richelieu », Provence Historique, fasc. 126, 1994, p. 173-197.

132 Idem., p. 183.

133 Ibidem, p. 194-195.

134 AD BDR, B 3360 Fonds du Parlement de Provence, « Lettre patente autorisant Jean-Vincent Roux, capitaine et gouverneur pour le Roi dans les tours d’Agay, à faire pêcher les anchois, aux feux et filets dits “Rissoles”, de Saint-Tropez à l’embouchure du var », 6 juillet 1648, f. 46 v°.

135 Atherina hepsetus Linné, 1758.

136 Duhamel du Monceau fait ici référence aux buchettes taillées dans les fibres les plus résineuses du pin maritime (Pinus pinaster Aiton, 1789), aussi appelées en Provence « bois gras ».

137 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, part. III, p. 459.

138 AD BDR, B 3360 Fonds du Parlement de Provence, « Lettres patentes permettant à Jean-Vincent Roux, sieur d’Agay, lieutenant de l’artillerie en la marine du Levant, et à ses associés, de pratiquer la pêche avec tartanes, filets et autres engins, pendant quinze ans, sur des points déterminés de la mer et océan », 1er mars 1660, f. 60 v°. Il s’agit de Lucar de Barameda, port d’Andalousie situé à l’embouchure du Guadalquivir.

139 AD BDR, C 2103 Fonds des États de Provence, Consultation faite par Messires Boniface et Décomis en faveur des communautés de Fréjus et de Saint-Tropez, qui s’étaient pourvues contre le privilège exclusif de la pêche des anchois, concédé à M. de Roux d’Agay, 20 septembre 1680.

140 AD BDR, B 3398, Lettres patentes portant confirmation du droit de pêcher les anchois depuis Saint-Tropez jusqu’à l’embouchure de la rivière du Var pour Jean Giraud d’Agay, décembre 1719, f. 204 v°.

141 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 110.

142 AD BDR, 250 E 117, lettre des prud’hommes à Bouchaud, avocat, 2 mars 1713.

143 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, Avignon, t. III, 1786, p. 278-279.

144 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 112.

145 Amédée Imbert, Notice sur les Services Maritimes de l’Algérie, Alger, Giralt, 1900, p. 38.

146 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, part. III, p. 237.

147 AD BDR, 250 E 127, lettre des prud’hommes à M. de Beringhen, 8 janvier 1711.

148 AD BDR, 362 E 127, contrat de nolisement du patron François Boyer, fol. 2357 v°, 12 décembre 1673.

149 Henri Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, Neuchâtel, 1769, t. II, part. III, p. 237.

150 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 112.

151 Idem.

152 Francesco Cetti, Historia Naturale della Sardegna, t. III, Anfibi e pesci di Sardegna, Sassari, G. Pattoli, 1777, p. 83-84 :
Outre « la grande quantité de muge qui se consomme frais en Sardaigne, le muge se sèche. La préparation utilisée pour cela est la même que celle que les Anglais de Yarmouth pratiquent avec le vrai hareng ».

153 Idem. : « Le mulet est d’abord laissé dans le sel ; puis on le suspend dans une baraque fermée, où on fait beaucoup de fumée pendant plusieurs jours ; en séchant, le mulet change alors comme le hareng sa couleur argentée en dorée. Les Sardes n’ont cependant pas l’habitude d’éviscérer le mulet, ni de lui arracher les branchies comme les Anglais ont coutume de le faire avec le hareng. La Yarmouth de la Sardaigne est Santa Giusta ; et de Santa Giusta sortent de grandes provisions de mulet sec que les Sardes appellent Mugheddu. »

154 AD BDR, 394 E 21, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1671, société Lombardon, Margan, Blanc, 24 avril 1671, f. 379 v°.

155 AD BDR, 394 E 25, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1675, société Jacques et Jean Lombardon, Jean Viguier, 18 mars 1675, f. 268.

156 AD BDR, 394 E 25, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1675, société Michel Blanc, Léonard Margan, 14 mai 1675, f. 404.

157 AD BDR, 394 E 27, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1677, société Jacques Lombardon/ Pierre Delestrade/Jean Jourdan/ Narsis Allies, 3 avril 1677, f. 305.

158 AD BDR, 394 E 40, minutes Pierre Maillet, Marseille, 1691-1692, société Antoine Mouren/ Antoine Cuge, f. 895 v°, 17 avril 1692.

159 ACCIM, H 86 Foire de Beaucaire-État des bâtiments s’y rendant (1654-1708).

160 Dominique Robin, « La querelle entre Bretons et Languedociens à propos du commerce de la sardine pressée au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, tome 112, n° 3, 2005, p. 25.

Table des illustrations

Légende Fig. 42 : Plan d’une madrague marseillaise (AD BDR, 1 Fi 3398)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 43 : Plan d’une thonaire marseillaise (AD BDR, 250 E 2, 1727)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 44 : Tonnarella italienne. Camogli, 2012
Crédits (Croquis J. Sacchi, 2015)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 45 : Détail de la levée d’une madrague
Crédits (Duhamel du Monceau, 1769)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Fig. 46 : Levata d’une tonnarella. Camogli, 2012.
Crédits (Cliché J. Sacchi, 2015)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende Fig. 47 : Les madragues : des équipements intégrés au jeu de l’économie marchande. Transaction du 17 mai 1669 : Jacques Senglat - Jacques Raymond
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 48 : Sáñez Reguart, encesa catalane (1791-1795)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Fig. 49 : Origines et nombre des bails approvisionnant en poisson la foire de Beaucaire (1685-1700)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Fig. 50 : Origines des cargaisons en poissons salées, sardines et anchois de la foire de Beaucaire (1685-1700)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende Fig. 51 : Origines des capitaines des navires assurant l’approvisionnement en poisson de la foire de Beaucaire (1685-1700)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45373/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search