Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Mutations techniques, acteurs et marchés régionaux

Le temps des innovations (XVe-XVIe siècle)

Texte intégral

  • 5 Maria Lucia De Nicolo, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)

1Dans la longue histoire des pratiques halieutiques en Méditerranée, la fin du Moyen Âge et le premier siècle de l’époque moderne apparaissent à bien des égards comme les périodes durant lesquelles un fonds de pratiques anciennes, héritées de l’Antiquité et de la période médiévale, s’enrichit d’un ensemble de gestes et de savoirs nouveaux qui vont marquer le fonctionnement des communautés de pêche jusqu’à la révolution de la mécanisation. L’essor de ces techniques pour la plupart inédites, initiées parfois dès le milieu du xve siècle, marquent à n’en point douter une rupture avec le processus de repli continental ou lagunaire qui a caractérisé les communautés halieutiques durant les siècles précédents5.

2Parti à la conquête du littoral nord-occidental de la Méditerranée dès le milieu du xvie siècle, le sardinal occupe une place déterminante dans le développement des communautés de pêches modernes.

Le sardinal, ou la conquête de la mer ouverte

Un procédé complexe

  • 6 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et o (...)
  • 7 Trouvé Cl.-J., Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 1 (...)
  • 8 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització (...)

3Armer un sardinal représente pour les patrons du xvie siècle une tâche techniquement exigeante, tant dans la réalisation de l’engin de pêche que dans son utilisation. Le sardinal se présente comme un filet de grande dimension, nécessitant une préparation très précise. Il procède de la ligature de plusieurs pièces de mailles identiques, appelées barcadas en Catalogne, spens dans la Provence moderne6 et spions en Languedoc7. Les barcadas ou spens prennent la forme de nappes rectangulaires dont les dimensions sont variables d’un point à l’autre du littoral. Sur les seules côtes catalanes, les relevés effectués par les auteurs à partir de sources anciennes mentionnent ainsi des dimensions de barcadas fort différentes, pouvant évoluer de 28 mètres à 100 mètres de long sur 2 à 20 mètres de hauteur8. Réunies en nombre variable pour la réalisation du sardinal, ces unités de base forment par leur jonction un ensemble solidaire, pouvant atteindre dans les cas extrêmes cinq cents mètres de longueur.

  • 9 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, partie II, chap. v, art (...)
  • 10 Idem.

4À Marseille, le sardinal, habituellement composé de dix spens assemblés en deux rangées superposées de cinq pièces, mesure au xvie siècle environ 130 mètres de long sur 20 mètres de tombée. Cette nappe centrale, constituée de mailles carrées de lin ou de chanvre de moins de 12 mm de côté, est elle-même bordée sur ses quatre bordures, d’une « lisière ou petite bande de filet qui est fait avec du fil plus fort [qui] sert à fortifier le filet9 ». Duhamel du Monceau, qui évoque cette partie spécifique du sardinal, qu’il désigne sous le vocable provençal de sardon, précise que « c’est au sardon de la tête du filet qu’on attache la corde qui porte les lièges, et au sardon de pied [que l’on] met de distance en distance des bagues de plomb10 ».

  • 11 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Gilbert La (...)

5Filet aux dimensions variables, le sardinal est calé en mer, à distance variable du rivage en fonction de la configuration de la côte. Il peut arriver que la présence d’un estuaire, aux eaux riches en substances nutritives attire les bancs de sardines à proximité du rivage. L’embouchure d’un petit fleuve côtier de la Costa Brava, le Ter, dépendant de la communauté de Pals, est ainsi à la fin du xvie siècle l’un des lieux de prédilection de cette pratique de pêche sur cette partie du littoral11. La multiplication des conflits qui accompagnent l’essor du sardinal en Provence et en Catalogne, provoqués par l’hostilité des patrons pratiquant la senne de plage, semble indiquer dans bien des cas une calaison relativement proche de la grève.

  • 12 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et o (...)

6Filet spécialisé dans la capture des petits pélagiques, sardines et anchois, le sardinal était utilisé de trois manières différentes à l’époque moderne. Dans sa forme la plus classique, il est un engin dérivant, dont la partie supérieure flotte en surface. Le registre des « loix et ordonnances » de la prud’homie de Marseille, rédigé en 1727 par le juriste Charles Peyssonnel, qui compile tous les jugements relatifs aux pêches marseillaises depuis le xve siècle, nous apprend cependant que cet engin de pêche peut également être utilisé comme un filet de fond, mais aussi comme un piège positionné sous la surface, entre deux eaux12. Lorsqu’il est utilisé comme engin dérivant, l’une des deux extrémités du sardinal est reliée au navire, tandis que la totalité du filet, positionné perpendiculairement à l’embarcation, se déplace avec cette dernière au gré des courants.

Fig. 32 : Détail d’un filet Sardinal

(Gourret, 1894)

Fig. 33 : Pose d’un sardinal de surface, dérivant avec le bateau

(Sáñez Reguart, 1791)

  • 13 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador (...)
  • 14 Paul Gourret, Les pêcheries et les poissons de la Méditerranée (Provence), Paris, J. B. Baillière e (...)
  • 15 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, partie II, chap. v, art (...)
  • 16 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et o (...)

7Dans la plupart des flottilles de pêche, ces matériels sont transportés sur de modestes embarcations de moins de 7 mètres, propulsées par des voiles latines, à l’exemple des sardinalers catalanes13 ou des mourre de pouar provençaux14. L’usage du sardinal suppose de la part des équipages une maîtrise rigoureuse des conditions de navigation, mais aussi une connaissance empirique des comportements de l’espèce à capturer. La pêche des sardines se déroule en Méditerranée de mars à octobre. Elle commence ordinairement au coucher du soleil. Cette première calaison, de « prime », habituellement terminée au bout de deux heures, peut se prolonger les nuits de pleine lune, les sardines étant particulièrement attirées en surface par la lumière. Le « courir de lune15 », ainsi nommé par les pêcheurs provençaux, n’empêche pas le sardinal d’être toujours mouillé une deuxième fois en fin de nuit, pour profiter de la lumière de l’aube qui point, et qui produit un comportement de remontée similaire chez le poisson. Les prises réalisées lors de cette dernière calaison, dite d’« aube », suscitent nettement la préférence des consommateurs, les sardines de matinade présentant l’avantage d’une plus grande fraîcheur16.

De la Provence à la Costa Brava : origine et première diffusion du filet sardinal

  • 17 Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l’Océan, Paris, Challamel, (...)
  • 18 L’eissaugue et le bregin provençal, comme le boulier languedocien ou le bolitx catalan, sont des se (...)
  • 19 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Gilbert La (...)

8Afin de mieux comprendre les conditions de la diffusion rapide du sardinal à partir du dernier tiers du xvie siècle, il convient de s’interroger sur le degré d’autonomie de cette évolution technique dans la société de son temps. La plupart des auteurs s’accordent aujourd’hui pour reconnaître l’origine provençale de cet engin de pêche. S’appuyant sur les travaux anciens de Sabin Berthelot17, l’historienne catalane Laia Solé i Valls décrit ainsi dans un article récent les affrontements qui opposent dès le xve siècle les pêcheurs ciotadens aux patrons marseillais, ces derniers calant leurs sardinaux au droit des postes à eissaugue18 de l’île Verte19. Les Ciotadens, qui accusent les Marseillais d’empêcher le poisson de s’approcher de la côte, parviennent à les faire condamner par trois fois en 1459, 1510 et 1524. Sur un procès-verbal dressé en 1546 sur ordre de François Ier, ils obtiennent confirmation de leurs droits sur la baie de la Ciotat, sous peine de mille florins d’amende pour les contrevenants. La mention de l’utilisation du sardinal par les Marseillais dès le xve siècle leur confère un rôle pionnier dans l’expérimentation de cette technique en Méditerranée. Cette primauté marseillaise est confirmée par les archives de la communauté des patrons de Saint-Jean, puisqu’une première mention du sardinal apparaît dans les sources de la prud’homie à propos d’une délibération du 13 octobre 1431, qui interdit aux pêcheurs d’enduire de rogue ce type de filet :

  • 20 AD BDR, 250 E 2, délibération du 13 octobre 1431.

Comme il arrive quelque fois que les pescheurs de sardines pour attirer les poissons jettent devant leurs filets des petits poissons ou autres choses propre pour attirer les sardines c’est ce qu’ils appellent esque ou esca il leur est défendu de se servir et de jeter desca avant que les pêcheurs de tonaire ou autres pêcheurs de sardinal ou d’anguillard ayent tiré leurs filets afin de ne point se porter du préjudice les uns aux autres20.

  • 21 AD BDR, 250 E 2, délibération du 22 juin 1458, p. 175-176.

9Dans un deuxième document, daté du 22 juin 1458, les prud’hommes ordonnent aux patrons utilisant le nouveau procédé de retirer leurs filets « dès que le soleil est levé », afin de ne porter « aucun dommage aux pêcheurs des eissaugues21 ».

  • 22 Idem, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sardinaux de f (...)

10Que ces premières mentions du sardinal apparaissent au moment où les activités de pêche à Marseille se structurent dans un cadre juridique nouveau doit inciter à une certaine prudence. Il n’est pas certain en effet que cette technique n’ait pas été plus ancienne encore, l’absence de sources expliquant seule dans ce cas son apparente inexistence avant 1431. Les témoignages ultérieurs des patrons marseillais semblent d’ailleurs contradictoires à ce propos. Dans un texte de 1567, les détracteurs du sardinal condamnent ce filet au motif que « cet engin était nouveau et préjudiciable [et] qu’il n’y avait que cent ans qu’on s’en servait22 », tandis que ses défenseurs font valoir que « de tout temps on avait usé des sardinaux sur eau ». La même source précise par ailleurs qu’au moment où ces lignes sont écrites, « ces engins sont en usage à Antibes et ville franche et à toute la côte du Levant ». Au-delà de cette incertitude chronologique, l’antériorité provençale de l’usage du sardinal semble donc avérée, ce littoral ayant joué un rôle de noyau initial d’expérimentation, puis de pôle de diffusion de cette technique en direction des côtes catalanes.

  • 23 Régis Bertrand, Le Vieux-Port de Marseille, Marseille, J. Laffitte, 1998, p. 50-51, Zysberg A., Mar (...)
  • 24 Régis Bertrand, La Provence des rois de France (1481-1789), Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 167.
  • 25 Yvette Barbaza, El paisatge humà de la Costa Brava, Barcelona, Edicions 62, 1988 [1966], p. 285-287
  • 26 Alfons Garrido Escobar, Montse Pérez, Joan Lluís Alegret, Montserrat Darnaculleta, Les ordinacions (...)
  • 27 Maria Lucia De Nicoló, « Recherches sur l’histoire de la pêche en Méditerranée : Tartanes de Proven (...)

11L’interprétation de cette innovation, vraisemblablement intervenue dans le sillage de la crise démographique du xive siècle, soulève une deuxième interrogation. La puissance de la communauté des pêcheurs marseillais au xve siècle n’est pas contestable. Reconnue par des statuts officiels dès 1431, la prud’homie n’hésite pas à financer en 1452 une partie de la construction de la tour Saint-Jean, en lieu et place de la tour Maubert détruite par les Catalans en 142323. La pêche marseillaise ne semble donc pas avoir été durablement désorganisée par les malheurs du siècle précédent, ni avoir souffert outre mesure d’une atonie démographique dont la Provence ne se relèvera pas avant la décennie 146024. Par son dynamisme, elle semble même en mesure d’apporter une réponse littorale à la déprise rurale et aux nécessités alimentaires de l’extrême fin du Moyen Âge. La thèse d’une embellie des pêches méditerranéennes se nourrissant des crises démographiques, politiques et sanitaires n’est à vrai dire pas nouvelle. Elle a été formulée dès 1966 par la géographe Yvette Barbaza, à propos de la Costa Brava25. On la retrouve aujourd’hui réaffirmée dans les travaux les plus récents des historiens catalans Alfons Garrido Escobar et Joan Lluis Alegret26, qui constatent que les crises alimentaires du xive siècle ont poussé les communautés halieutiques à se structurer, en Catalogne mais aussi sur les côtes provençales. Les deux auteurs en veulent pour preuve la simultanéité de l’apparition des règlements de pêche à Blanes en 1401, Roses en 1410, Barcelone en 1390 et 1499, Marseille en 1431, La Ciotat en 1459. Partout, ces premiers textes serviront de base aux réactualisations successives des droits de pêche communautaires que l’on observe aux xviie et xviiie siècles. Le lien entre la mise en forme juridique des communautés littorales, et les transformations qu’elles opèrent au même moment dans leurs procédés de capture, lien vérifié dans le cas provençal, conduit à une révision de la chronologie habituellement avancée à propos des mutations halieutiques en Méditerranée27. Les difficultés de la fin du Moyen Âge, plus que les effets tardifs du concile de Trente ou d’une embellie démographique d’ailleurs absente dans la Catalogne de la deuxième moitié du xvie siècle comme dans la Provence des années 1570, auraient joué priori – tairement un rôle de déclencheur de la métamorphose des pêches dans le bassin nord-occidental de la Méditerranée.

  • 28 Sabin Berthelot, Études sur les… op. cit. p. 127.
  • 29 AD BDR 250 E 2, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sard (...)
  • 30 Alfons Garrido Escobar, Joan Lluís Alegret, « Evoluzione delle tecniche di pesca… », op. cit., p. 1 (...)

12En Provence comme en Catalogne, le sardinal, par son extraordinaire productivité, permet la mise en exploitation de stocks de sardines encore vierges de tout prélèvement significatif d’origine anthropique. Son adoption s’inscrit assurément dans ce mouvement de structuration des activités de la pêche côtière. Ses premiers résultats impressionnent dans tous les cas les sociétés du temps. Lors de l’enquête relative au procès de 1546 intenté par les Ciotadens aux Marseillais, le juge commissaire député par le roi n’estime-t-il pas les prises marseillaises à plus de six mille barils de sardines28 ? Vingt ans plus tard, portant témoignage en faveur de la pêche à la sardine, un patron marseillais n’affirme-t-il pas que « c’est abuser de croire qu’on puisse dépeupler la mer en les prenant, qu’il en est de ces poissons en mer comme des cailles et des bequefigues en terre29 » ? Le caractère exceptionnel de ces pêches se retrouve aussi en Catalogne. Il encourage sur ce dernier littoral de nombreux paysans à vendre leurs terres pour acheter un sardinal et se faire pêcheurs30.

13Si tout semble ici concorder pour justifier l’adoption rapide du sardinal par une partie des communautés provençales et catalanes, les conditions du transfert de cette technique dans ce dernier espace doivent être réexaminées à l’aune d’une chronologie comparative fine des situations marseillaises et espagnoles.

  • 31 Maria Mercè Costa, « Conflictes de pesca a les mars de Palamós (1571-1576), Estudis del Baix Empord (...)
  • 32 Idem.
  • 33 Alfons Garrido Escobar A., Joan Lluís Alegret, « Evoluzione delle tecniche di pesca e dell’uso del (...)
  • 34 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Larguier G (...)
  • 35 AD BDR 250 E 2, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sard (...)

14Dans un article paru en 1995, régulièrement mentionné depuis par les historiens des pêches, l’historienne catalane Maria Merce Costa interprète l’arrivée de pêcheurs provençaux sur la Costa Brava lors de la décennie 1570 comme une conséquence de l’interdiction du sardinal sur les côtes provençales31. La première mention d’un conflit mettant en cause l’usage du sardinal apparaît effectivement à Palamós en 157132. Elle met aux prises les partisans de l’art dels pobres33, de la xàvega et du bolitx, ces grandes sennes de plage associant dans leur maniement le petit peuple des communautés, aux détenteurs des filets nouveaux. Durant l’été 1571, le procédé provençal est mis en œuvre par deux barques seulement, dont l’une appartient à un pêcheur de Villefranche. Rapidement interdit par les autorités au motif qu’il dépeuple le littoral, le sardinal réapparaît dès 1573 dans le même port, désormais utilisé par 15 patrons locaux rejoints par des pêcheurs de Begur, Pals, Calonge, mais aussi par les patrons Rolland, Tolón et Michel, venus de Provence34. À cette date pourtant, l’usage du sardinal a été autorisé dans le golfe de Marseille, par une décision du parlement s’appuyant sur un procès-verbal rédigé en 1567 sous la conduite du Président à Mortier François de Pérussis de Lauris35. L’interdiction de pratiquer leur art dans leur région de départ ne semble donc pas être à l’origine de la présence de ces patrons de la France méridionale en Catalogne, présence qu’il faut replacer dans les échanges incessants d’hommes et de barques qui se produisent le long d’un littoral que ne fragmente encore aucune frontière réelle au xvie siècle.

  • 36 Archives Historiques de Gérone (AHG), Notaria de Roses, n° 39, f° 53 v°, 24-II-1617, cité par Laia (...)
  • 37 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal… », op. cit. p. 68.
  • 38 Damià Martínez Latorre, Giovan Battista Calvi, ingeniero de las fortificaciones de Carlos V y Felip (...)

15En 1573, on note parmi les propriétaires des filets incriminés le batlle de Palamós, la présence d’un notable étant bien révélatrice de la rentabilité de l’usage nouveau, et des perspectives de profit que ce dernier peut offrir. La mention lors du même procès de Pierre Colas, « marchand de Marseille, maintenant à Roses, [qui] a vendu deux bandes de sardinaux de dix espeons chacune à un marchand » dit assez la fluidité des communications au sein des économies halieutiques de l’époque moderne36, mais aussi l’implication de milieux marchands dans ce qui s’apparente à un marché du matériel de pêche intégrant le littoral du golfe de Gênes au delta de l’Ebre. Plus qu’une hypothétique interdiction de la pratique sardinale, qui aurait initié un déplacement humain le long du littoral, la motivation de pêches optimales était suffisante pour attirer dans les mers catalanes nombre de patrons provençaux. À partir de ces décennies, le sardinal s’installe durablement dans le paysage des pêches catalanes, comme en témoignent les taxes de vente sur la sardine décrétées à Torroela en 1583, la vente de licences de pêche à Pals en 1607 et l’ajustement du taux de la dîme sur le poisson à Roses en 162437. Ce mouvement a sans doute été conforté par la conjoncture politique. Les importants travaux de fortification de la côte par le pouvoir des Habsbourg, qui entendent ainsi se préserver d’éventuelles attaques de la France, ont à n’en point douter contribué à encourager le mouvement de diffusion de cette nouvelle activité halieutique. Pressées par les autorités de contribuer au financement des fortifications, les communautés littorales trouvent des financements dans la vente de licences de pêche, tandis que la forte demande alimentaire des garnisons stationnées le long de la côte stimule l’activité de conditionnement de la sardine et de l’anchois38.

16L’accentuation de l’effort de pêche sur les petits pélagiques, indissocia – blement lié au début de l’époque moderne à la diffusion du sardinal, ne représente pourtant qu’une des facettes des mutations qui bouleversent les populations côtières à la même période. L’essor de la traîne en mer, en accélérant le prélèvement des ressources benthiques, contribue au moins à part égale à changer la physionomie des communautés de pêche, et à faciliter leur intégration dans les marchés intérieurs de distribution du poisson.

Filets traînants et exploitation des ressources benthiques

L’adaptation de la senne de plage à la pêche au large

17Ancêtres des chaluts actuels et marqués par une grande diversité, les filets traînants utilisés au xvie siècle sont des adaptations à la pêche en mer des sennes de plage employées depuis l’Antiquité, à l’exemple de l’eissaugue et du bregin provençal, du boulier languedocien, des bolitx et xàvegues catalanes ou de la sciabica ligure.

Fig. 34 : Senne de plage

(Duhamel du Monceau, 1769)

Fig. 35 : Eissaugue

(P. Gourret 1894)

18Comme pour le sardinal, leur mise en œuvre, souvent désignée sur les côtes de la France méridionale sous le terme générique de « pêche à la tartane », de pesca a strascico en Italie, de tartana et de ganguil en Catalogne obéit à une chronologie qui nous ramène invariablement au dernier siècle du Moyen Âge. Le xve siècle provençal apparaît bien ainsi comme le laboratoire des mutations halieutiques qui vont se diffuser dans les périodes ultérieures à l’ensemble du bassin nord-occidental.

19Sur le modèle des sennes de plage, la plupart des filets traînants de pleine mer présentent deux ailes de longueur variable, encadrant une poche centrale aux mailles toujours plus réduites que celle des deux ailes latérales. Les variations des mailles, la dimension de l’engin de pêche, comme la façon dont il est assujetti au navire suffisent à caractériser différents types d’arts traînants. La pêche au tartanon consiste ainsi à traîner une variante du bregin, solidarisée au navire par deux libans frappés à l’extrémité de deux bout-dehors, appelés paus ou ostes en Provence, forts madriers fixés à la poupe et à la proue du navire.

Fig. 36 : Pêche au « tartanon »

(AN Mar. C5-35, 1764)

20Ce dernier dérive alors à la voile par vent de travers, ce qui limite évidemment les campagnes de pêche à la bonne saison, le bâtiment risquant d’embarquer de l’eau en cas de houle trop forte. La pêche « au moulinet » n’est qu’une variante de ce procédé, ainsi décrite par les prud’hommes de Marseille en 1727 :

  • 39 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, (...)

Pour faire cette pesche, le bateau jette son ancre à la mer puis il attache son bregin a boüé ou le signal de son ancre, il va ensuite faire un grans circuit et jetant son bregin, et revient au même endroit ou il avait laissé son ancre, il lie le bateau a l’ancre et par le moyen d’un petit cabestan ou tourniquet appliqué au bateau il tire le bregin à bord (c’est le tourniquet qui lui a fait donner le nom de gangui a moulinet). On réitère souvent cette pêche qui est pernicieuse39.

  • 40 Idem.

21Plus que sur le principe de la traîne, les critiques de la prud’homie, bien perceptibles dans la dernière phrase de ce texte, se focalisent on le voit sur un type particulier d’engin, appelé gangui en Provence. Ce dernier est constitué d’un bregin de petite dimension, doté de mailles plus serrées, n’excédant pas « trois lignes en carré » (soit moins de 7 mm40). Manipulé depuis un bateau à l’ancre dans le cas du « gangui à moulinet », il peut aussi être mis en mouvement depuis un bâtiment avançant vent de trois quarts arrière, le liban attaché à la proue étant alors de plus grande longueur que celui attaché à la poupe.

Fig. 37 : Pêche au « moulinet »

(Duhamel du Monceau, 1769)

Fig. 38 : Pêche au « gangui »

(Duhamel du Monceau, 1769)

  • 41 Le carambot désigne en provençal une petite crevette. Mary-Lafon J.-B.., Tableau historique et litt (...)
  • 42 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, (...)

22Lorsque ses mailles sont plus fines encore, on le désigne dans les mers provençales sous le nom de « gangui à carambot41 » ou « gangui à nonat », cette dernière appellation découlant, selon Charles Peyssonnel, de l’abréviation de la formule latine quasi non natus, significative de la petitesse des individus capturés42. Au-delà de ces différences de tailles ou de mailles, l’apparition, puis la diffusion de ces techniques de pêche sont indissociables de la construction de bâtiments solides, capables de tracter ces filets et d’affronter la pleine mer. L’apparition de la tartane semble répondre à ces besoins.

La tartane, un bâtiment nouveau au service des pêches

  • 43 Henri-Louis Duhamel du Monceau, op. cit., partie II, chap. vi, p. 155.

23Duhamel du Monceau décrit ce type de navire au xviiie siècle comme « un bâtiment ponté et léger, très commun sur la Méditerranée […] qu’on emploie à divers usages tant à Marseille qu’au Martigues, ainsi qu’aux environs et sur plusieurs côtes de Languedoc, et même d’Espagne et d’Italie43 ».

  • 44 Henri Bresc, « Pesca litorale, pesca di laguna e pesca di fiume nella Provenza dei secoli xii – xv  (...)
  • 45 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, (...)
  • 46 Idem., p. 99-100

24De fait, tous les historiens travaillant sur les espaces maritimes méditerranéens à l’époque moderne sont familiers de ce bâtiment dont les capacités oscillent entre 30 et 50 tonneaux, et qui représente la véritable clef de voûte du cabotage et des échanges méditerranéen durant cette période. L’apparition de la tartane, et celle de la pêche à la traîne dont elle est souvent éponyme, se rattachent comme celle du sardinal à l’espace provençal. Sans que l’on sache précisément quel type de navire est utilisé dans ce cas précis, Henri Bresc repère ainsi une première référence à la pêche à la tartane dès 1337, à propos d’une interdiction énoncée à l’encontre de pêcheurs de Beaucaire44. À Marseille plus d’un siècle plus tard, une ordonnance du roi René datée du 4 mai 1452 limite l’usage du gangui au seul espace situé depuis « l’entrée du port jusqu’à porto gallica45 ». Cette restriction ne tient d’ailleurs pas longtemps, puisqu’une deuxième ordonnance du 18 mars 1462, confirmée le 12 février 1575 autorise désormais cette pêche du Pharo au cap Pinède, preuve des tonnages désormais irremplaçables réalisés grâce à cette technique46.

  • 47 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », Maria Lucia De Nicoló (a cura di), Tartane, Rerum M (...)
  • 48 Maria Sirago, Storia della pesca sulle coste campane, Napoli, Intra Moenio, 2014, p. 22.
  • 49 Carlos Martínez Shaw, Roberto Fernández Díaz, « Els sistemas de pesca a la Catalunya de l’Antic Rég (...)

25La diffusion de la traîne en mer gagne rapidement d’autres littoraux au xvie siècle. Elle est ainsi citée expressément dans les statuts des pêcheurs de Gaeta en 155347, simultanément encouragée par les prieurs du monastère bénédictin de San Pietro dei Padri di San Basilio à Naples48, et sa présence est avérée sur les côtes catalanes à la même période49. Son émergence obéit donc à une chronologie tout-à-fait comparable à celle du sardinal. Sa diffusion au milieu du xvie siècle, alors que le plus grand concile réformateur de l’époque moderne vient à peine d’être convoqué (1545), démontre une nouvelle fois le rôle marginal de ce dernier dans les mutations qui se produisent au début de l’époque moderne.

  • 50 Henri Bresc, « La pêche et les madragues dans la Sicile médiévale », Galley M., Ladjimi Sebai L., L (...)

26Rappelons à ce propos deux éléments. Le premier est que la Sicile médiévale du xive siècle, étudiée par Henri Bresc, n’a pas attendu la Contre-Réforme pour manifester d’impérieux appétits pour les produits de la mer50. Le second découle d’une simple analyse de la chronologie. Même après son achèvement en 1563, ce moment essentiel de la réactivation des interdits alimentaires dans la pratique chrétienne qu’a représenté le concile de Trente pouvait-il avoir des effets immédiats sur les modèles de consommation de la communauté catholique, ultra-majoritaire sur les littoraux de l’Europe méditerranéenne ? L’augmentation de l’effort de pêche, qui se produit simultanément dans tout le bassin nord occidental de la Méditerranée, ne peut s’expliquer par les seuls effets des réformes religieuses.

  • 51 Georges Pichard, « Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789 », thèse, Univer (...)
  • 52 Régis Bertrand, La Provence des rois de France (1481-1789), Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 194.

27L’exemple provençal peut nous aider à mieux interpréter les mutations que connaissent les communautés halieutiques au début de l’époque moderne. Marquées par une véritable « crise environnementale51 », les années 1564-1603 inaugurent dans cet espace une série de calamités en partie liées à l’avènement en Europe du Petit Âge glaciaire. Alors que le gel détruit avec régularités orangers et oliviers, les récoltes de blé diminuent fortement, comme à Arles entre 1573 et 1598, où elles sont réduites de moitié, tandis que partout dans la province, les cours des céréales s’envolent52. Dans ce contexte difficile, l’essor des activités de pêche revêt donc une donc une importance particulière, et peut offrir une alternative à la désorganisation des marchés agricoles et à la quête de produits protéinés.

Fig. 39 : Diffusion du sardinal et de la tartane provençale (xve-xviie s.)

Effets cumulatifs et réorganisation sociale

  • 53 Appelée pendis par les Marseillais lors de son introduction en Provence au début du xviiie siècle.
  • 54 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització (...)

28À la fin du xvie siècle, les communautés de pêches présentent une diversité de techniques qui n’a jamais été égalée au cours des époques antérieures dans l’histoire des économies halieutiques en Méditerranée. La conjugaison de la tartane et du sardinal, qui coexistent désormais avec toutes les catégories d’engins plus anciens, permet de renouer avec un régime d’excédent. L’offre en poissons frais dépasse alors, pour la première fois depuis l’Antiquité, les capacités de consommation immédiate des marchés de proximité. Cette réalité a un effet d’entraînement sur les capacités de pêche. Jusque-là limitée par l’usage des « appâts blancs », seiche, poulpes ou crevettes, l’activité palangrière peut désormais compter sur un appât abondant et bon marché. Le détournement d’une partie des sardines fraîches vers les milliers d’hame – çons qui équipent les lignes dormantes des palangres offre la garantie d’un arrivage régulier de poissons benthiques ou démersaux, les plus appréciés des consommateurs. La palangre en penjat ou penjar53, spécialité catalane qui apparaît comme une « forme hybride entre la palangre de fond et de surface54 », présente à ce propos une productivité bien supérieure à celles des engins traditionnellement utilisés sur les autres rivages de la Méditerranée, ce qui justifie sa diffusion ultérieure.

  • 55 Mario Zucchitello, El comerç maritim de Tossa a través del port barceloni (1351-1553), Tossa de Mar (...)
  • 56 Mario Zucchitello, Homes, vaixells i mercaderies de Tossa al Grau de València (1459-1703), Tossa, A (...)

29Partout, des procédés de conditionnement hérités du Moyen Âge se généralisent, permettant de répondre aux besoins des marchés lors des périodes creuses de l’hiver ou de du début du printemps. Les travaux de Mario Zucchitello ont ainsi démontré le rôle des ports de Tossa, Blanes et Lloret dans l’approvisionnement en poissons des marchés de Barcelone entre 1512 et 155355. Le même auteur comptabilisant le nombre des sardines séchées exportées de Catalogne vers Valence, indique des chiffres en forte augmentation lors des dernières décennies du siècle, passant de moins de 100 000 unités entre 1576 et 1580, à plus de 16 millions entre 1591 et 160056. Ce contexte nouveau induit deux effets principaux sur les communautés de pêche au début de l’époque moderne.

Fig. 40 : Palangre en « penjar »

(Gourret, 1894)

30Le premier relève de la relation nouvelle et asymétrique qui se met en place entre les patrons et des acteurs ne pratiquant pas directement la pêche. La nature plus ou moins inégalitaire de celle-ci se mesure à l’aune de la puissance des communautés littorales. La prud’homie de Marseille, par une série d’ordonnances émanant du viguier, parvient ainsi entre 1496 et 1616 à garantir son contrôle sur la distribution du poisson dans la ville. Sur le chemin de la halle, la loi protège les patrons de toute atteinte à l’intégrité de leurs corbeilles. Ils traitent directement avec les marchands et muletiers et bénéficient d’un droit de jouissance des tables de la poissonnerie, qu’ils peuvent confier à leur épouse ou un membre de leur famille. Leurs affaires sont cependant strictement encadrées. Conscients de l’importance des pêches pour l’approvisionnement de la ville, les consuls obligent les membres de la prud’homie à déposer sur les bancs de la halle au moins un tiers de leurs prises :

  • 57 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, (...)

Ne pourront les dits patrons vendre ou aliéner le dit poisson porté comme est dit la ladite pescarie en gros soit à un muletier, poissonnier ou autres que au préalable ne laissent fassere laisser la tierce part de leur dit poisson […] pour la provision de la dite ville, manans et habitants d’icelle57.

  • 58 Idem.

31Afin de garantir plus encore tout risque de pénurie pour les habitants de la cité, les grossistes ne peuvent conclure aucun achat avant « que ne soient 10 heures frappées avant midy58 ».

32Le rapport de force semble moins favorable à propos d’autres communautés de pêche. C’est le cas à Cadaques en 1597, lorsque les patrons se plaignent des fraudes des voituriers, qui exagèrent le poids de leurs semals avant remplissage, afin de diminuer leurs charges nettes :

  • 59 Enric Prat, Èrika Serna, Pep Vila, Ordonnance du 8 avril 1597, Les ordinacions de la pesquera de Ca (...)

Per los grans abusos que fan los traginers que còmpran peix, de voler passar las samals que ells apórtan per una roba cada una, que n’i ha moltes que non pésan sinó tretze lliures…59.

  • 60 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599, Paris, Fayard, 2000, p. 197.

33À la perte d’autonomie du monde de la pêche, résultant de son intégration au sein de l’économie marchande, les changements techniques que connaissent les communautés ajoutent une seconde conséquence. Les procédés nouveaux du sardinal et de la traîne en mer ne se sont pas imposés sans que de vrais résistances se fassent jour au sein des communautés. Le refus du sardinal par les pêcheurs de La Ciotat annonce d’une certaine manière celui des détracteurs de ce filet qui se manifestent durant toute la fin du xvie siècle en Catalogne et en Languedoc. Perçu comme dangereux pour le maintien des opérations de pêche menées depuis la plage, le sardinal échappait de plus par son prix élevé aux possibilités d’acquisition des patrons les plus modestes. Le maniement collectif des grandes sennes de plages impliquait l’existence d’une organisation sociale qui, à défaut d’être égalitaire, conférait aux plus pauvres un statut au sein des communautés. Cette dernière est bien décrite par les voyageurs qui parcourent la Languedoc de la fin du xvie siècle. Thomas Platter dénombre ainsi 40 personnes mobilisées pour tirer un boulier à Pérols en 159660, tandis qu’une opération identique frappe, sur les plages de Gruissan, les écoliers de Narbonne mis en scène par Bénigne Poissenot quelques années plus tôt :

  • 61 Bénigne Poissenot, L’Esté, (1583), Gabriel Perouse, Michel Simonin, Denis Baril, éd., Genève, Droz, (...)

Le jour commençait à poindre, son avant couriere l’aurore apparoissant rougeastre, lorsqu’ils adviserent environ trente ou quarante hommes tirans sur l’arene de grands filets, et une barque assez avant en mer, qui remoit à bord : s’approchans d’eux, ils virent que, tout le filet tiré hors d’eau, se trouva au dernier bout grande quantité de toutes sortes de poissons, lesquels renversez sur le sablon, fretilloient, sautelans en hault et sur la terre, au grand plaisir de nos Escoliers : qui, s’enchercheans curieusement des pescheurs de la diversité des poissons, en recognoissoient jusques à soixante et quatre vingts de differente façon qui leur estoient montrez. Entre autres y en avoit qui sentoient les épices, et d’autres de si estrange regard qu’ils confessoient que les monstres que la terre produit ne sont en rien approchans de ceux de la mer61.

34La suite de ce texte, précieuse pour une bonne compréhension des tensions qui ont pu accompagner les mutations halieutiques en œuvre sur ce littoral, vaut d’être ici retranscrite :

Ils appellent ce filet qu’ils tirent ainsi le boulesche, et est celui tenu des plus riches entre eux qui a moien d’en entretenir un ou deux, car le mondre vaut mille francs, et sont coustumierement plus de cent après un, à la solde et aux despens du maistre, qui ne les nourrit que de poisson et leur donne quelque peu d’argent pour nourrir leur mesnage, et envoie vendre sa marée aux villes circonvoisines, comme Tholose, Carcassonne et Beziers : ne vivant cinq ou six villages situez en ceste coste sur la mer que de ce revenu.

  • 62 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Fage (...)

35De manière paradoxale toutefois, et sans que les bénéfices cités ne profitent peut-être à tous les membres de la communauté, l’émergence du sardinal a vraisemblablement soudé une partie des patrons autour de fonctionnements collectifs. Ceux-ci sont indispensables, nous l’avons dit, pour faire pièce aux marchands et aux muletiers, toujours désireux d’acquérir leur poisson au moindre coût. Mais la solidarité des possesseurs de barques est aussi nécessaire pour un accès équitable à l’usage de certains outils possédés en commun. Le chaudron de teinture en fait partie. Pièce indispensable pour la bonne conservation du sardinal, il est entreposé dans les locaux de la communauté. On y prépare les décoctions à base d’écorce de pin maritime (Pinus pinaster), appelée rusque par les pêcheurs provençaux, qui donne une couleur rose aux mailles de chanvre ou de lin après trempage, et confère aux engins de pêche une plus grande résistance à la moisissure. Au vrai, un danger plus évident peut réunir dans un même intérêt détenteurs de filets à sardines, palangriers ou partisans de la senne de plage. Manipulés par des bateaux puissants, capables d’arracher sans efforts les engins de pêche fragiles disposés souvent à l’aube, les filets traînants en mer présentent un réel péril pour l’entente des communautés. Si celui-ci n’est pas perçu sur les rivages de la Costa Brava à la fin du xvie siècle, ce n’est qu’en raison de l’existence de fonds souvent rocheux de cette partie du littoral, qui ne permettent pas aux tartanes d’opérer sans dommages62. La situation diffère dans le golfe de Marseille, où la multiplication des règlements et ordonnances, comme la stricte limitation des espaces de pêche autorisés, démontrent une inquiétude réelle parmi beaucoup de patrons.

Fig. 41 : Chaudron prud’homal communautaire. Saint-Tropez xixe siècle

(Cliché D. Faget, 2014)

Notes

5 Maria Lucia De Nicolo, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, p. 25-35.
Henri Bresc, « Pêche et habitat en Méditerranée occidentale », Jean-Marie Martin, dir., Castrum 7. Zones côtières littorales dans le monde méditerranéen au Moyen Âge : défense, peuplement, mise en valeur, Rome, Madrid, École française de Rome, Casa de Velázquez, « Collection de l’École française de Rome- 105/7, Collection de la Casa de Velázquez-76 », 2001, p. 533.
Maria Lucia De Nicoló, « Il pesce nell’alimentazione mediterranea tra il xvi e il xix secolo », Ruthy Gertwagen, Saša Raicevich, Tomaso Fortibuoni, Otello Giovanardi, dir., Il mare. Com’era, Atti del II Workshop Internationale HMAP del Mediterraneo e Mar Nero, Chioggia, 27-29 settembre 2006, ISPRA, Chioggia, 2008, p. 35-44.

6 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, Dans le vocabulaire des pêcheurs provençaux du xvie siècle, la réunion de plusieurs spens permet la réalisation d’une barcade, c’est-à-dire d’un sardinal complet.

7 Trouvé Cl.-J., Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 1818, p. 642.

8 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització, gestió i conflictes per l’accés als recursos pesquers, thèse de doctorat soutenue à l’université de Gérone sous la direction de Joan Lluís Alegret Tejero, 2012, p. 267.
Enric Prat, Èrika Serna, Pep Vila, dir., Les ordinacions de la pesquera de Cadaqués (s. xvi-xviii), Palamós, Museu de la pesca, 2006, p. 84.

9 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, partie II, chap. v, art. XV, Neuchâtel, 1769, p. 231.

10 Idem.

11 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Gilbert Larguier, dir., Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion (xvie-xviiie siècle), Perpignan, PUP, 2012, p. 66.

12 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, p. 171.

13 Jordi Lleonart, Josep Camaresa, La pesca a Catalunya el 1722, segons un manuscript de Joan Salvador I Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1997, p. 111.

14 Paul Gourret, Les pêcheries et les poissons de la Méditerranée (Provence), Paris, J. B. Baillière et Fils, 1894, p. 204-205.

15 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, partie II, chap. v, art. XV, Neuchâtel, 1769, p. 233.

16 AD BDR, 250 E 2, Archives de la prud’homie des patrons pêcheurs, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, p. 172.

17 Sabin Berthelot, Études sur les pêches maritimes dans la Méditerranée et l’Océan, Paris, Challamel, 1868, p. 123-127.

18 L’eissaugue et le bregin provençal, comme le boulier languedocien ou le bolitx catalan, sont des sennes de plage, c’est-à-dire des filets traînants mouillés à l’aide d’une barque à proximité de la plage, et dont les deux extrémités sont tirées à partir de la terre pour ramener le poisson sur la grève.

19 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Gilbert Larguier, dir., Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion (xvie-xviiie siècle), Perpignan, PUP, 2012, p. 60-61.

20 AD BDR, 250 E 2, délibération du 13 octobre 1431.

21 AD BDR, 250 E 2, délibération du 22 juin 1458, p. 175-176.

22 Idem, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sardinaux de fond et entre deux eaux, 12 mars 1567, p. 172-173

23 Régis Bertrand, Le Vieux-Port de Marseille, Marseille, J. Laffitte, 1998, p. 50-51, Zysberg A., Marseille au temps du Roi-Soleil, la ville, les galères, l’arsenal, 1660 à 1715, J. Laffitte, 2007, p. 265.

24 Régis Bertrand, La Provence des rois de France (1481-1789), Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 167.

25 Yvette Barbaza, El paisatge humà de la Costa Brava, Barcelona, Edicions 62, 1988 [1966], p. 285-287.

26 Alfons Garrido Escobar, Montse Pérez, Joan Lluís Alegret, Montserrat Darnaculleta, Les ordinacions de la pesquera de Calonge (segles xv-xvii), Palamós, Museu de la pesca, 2010, p. 17-18.

27 Maria Lucia De Nicoló, « Recherches sur l’histoire de la pêche en Méditerranée : Tartanes de Provence, tartanes de Vénétie, trabacs, modèles adriatiques pour la pêche à la traîne et le petit cabotage (xviiexviiie siècles) », Cahiers de la Méditerranée, Travailler chez l’Autre en Méditerranée/ Les constructions navales en Méditerranée, 84/2012, p. 311.

28 Sabin Berthelot, Études sur les… op. cit. p. 127.

29 AD BDR 250 E 2, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sardinaux de fond et entre deux eaux, 12 mars 1567, p. 173. Le témoin fait ici référence à la fauvette des jardins (Sylvia borin), autrefois très abondante en Provence.

30 Alfons Garrido Escobar, Joan Lluís Alegret, « Evoluzione delle tecniche di pesca… », op. cit., p. 122.

31 Maria Mercè Costa, « Conflictes de pesca a les mars de Palamós (1571-1576), Estudis del Baix Empordà, 14, 1995, p. 157-162.

32 Idem.

33 Alfons Garrido Escobar A., Joan Lluís Alegret, « Evoluzione delle tecniche di pesca e dell’uso del territorio : una panoramica a lungo termine », Ruthy Gertwagen, Saša Raicevich, Tomaso Fortibuoni, Otello Giovanardi, dir., Il mare. Com’era, Atti del II Workshop Internationale HMAP del Mediterraneo e Mar Nero, Chioggia, 27-29 settembre 2006, ISPRA, Chioggia, 2008, p. 119.

34 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal au sud du cap de Creus (1571-1620) », Larguier G., dir., Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion (xvie-xviiie siècle), Perpignan, PUP, 2012, p. 55-69.

35 AD BDR 250 E 2, Procès-verbal de M. le Président de Lauris sur la commodité et incommodité des sardinaux de fond et entre deux eaux, 12 mars 1567, p. 172-173.

36 Archives Historiques de Gérone (AHG), Notaria de Roses, n° 39, f° 53 v°, 24-II-1617, cité par Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal… », op. cit. p. 63.

37 Laia Solé I Valls, « Conflits de pêche au sardinal… », op. cit. p. 68.

38 Damià Martínez Latorre, Giovan Battista Calvi, ingeniero de las fortificaciones de Carlos V y Felippe II (1552-1565), thèse de l’Université Autonome de Barcelone, dir., Carbonell Buades M., 2002, p. 154.

39 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, p. 97.

40 Idem.

41 Le carambot désigne en provençal une petite crevette. Mary-Lafon J.-B.., Tableau historique et littéraire de la langue parlée dans le Midi de la France et connue sous le nom de langue romano-provençale, Paris, Maffre-Capin, 1842, p. 43.

42 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, p. 97.

43 Henri-Louis Duhamel du Monceau, op. cit., partie II, chap. vi, p. 155.

44 Henri Bresc, « Pesca litorale, pesca di laguna e pesca di fiume nella Provenza dei secoli xii – xv », Valdo D’Arienzo, Biagio Di Salvia (a cura di), Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal Medioevo all’età contemporanea. Atti del 4° Convegno internazionale (Fisciano-Vietri sul Mare-Cetara, 2007), Milano, Franco Angeli, 2007, p. 93-94.

45 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, ordonnance du 4 mai 1452, p. 98. Le rocher de Porto Gallica, situé sur le promontoire qui domine l’extrémité nord de l’actuelle plage des Catalans, est appelé au xviiie siècle « rocher de la Portugale », toponyme qui apparaît comme une déformation du « Porto Gallica » médiéval.

46 Idem., p. 99-100

47 Maria Lucia De Nicoló, « L’età delle tartane », Maria Lucia De Nicoló (a cura di), Tartane, Rerum Maritimarum, n° 9, Pesaro, Museo della marineria, 2013, p. 14

48 Maria Sirago, Storia della pesca sulle coste campane, Napoli, Intra Moenio, 2014, p. 22.

49 Carlos Martínez Shaw, Roberto Fernández Díaz, « Els sistemas de pesca a la Catalunya de l’Antic Régim », L’Avenç, 33 (1980), p. 42-53.

50 Henri Bresc, « La pêche et les madragues dans la Sicile médiévale », Galley M., Ladjimi Sebai L., L’homme méditerranéen et la mer, Actes du Troisième Congrès International d’études des cultures de la Méditerranée Occidentale (Djerba, avril 1981), Tunis, Editions Salammbô, 1985, p. 167.

51 Georges Pichard, « Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789 », thèse, Université de Provence, dactyl.

52 Régis Bertrand, La Provence des rois de France (1481-1789), Aix-en-Provence, PUP, 2012, p. 194.

53 Appelée pendis par les Marseillais lors de son introduction en Provence au début du xviiie siècle.

54 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització, gestió i conflictes per l’accés als recursos pesquers, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Gérone sous la direction de Joan Lluís Alegret Tejero, 2012, p. 273.
À son arrivée à Marseille en 1725, le penjar est appelé pengeat ou pendi.

55 Mario Zucchitello, El comerç maritim de Tossa a través del port barceloni (1351-1553), Tossa de Mar, Ajuntament, Centre d’Estudis Tossencs, 1982, p. 106-115.

56 Mario Zucchitello, Homes, vaixells i mercaderies de Tossa al Grau de València (1459-1703), Tossa, Ajuntament, 1991, p. 251.

57 AD BDR 250 E 2, Description des pesches, loix et ordonnances des pêcheurs de la ville de Marseille, 1727, ordonnances sur la vente du poisson du 21 février 1515, du 15 janvier 1564, du 30 janvier 1588, du 28 février 1616, p. 31-33.

58 Idem.

59 Enric Prat, Èrika Serna, Pep Vila, Ordonnance du 8 avril 1597, Les ordinacions de la pesquera de Cadaqués (s. xvi-xviii), Palamós, Museu de la pesca, 2006, p. 125 :
« Sur les grands abus que font les voituriers qui achètent du poisson, de présenter les semals qu’ils apportent comme pesant une robe chacun [26 livres], alors que beaucoup ne pèsent pas 13 livres… ».

60 Emmanuel Le Roy Ladurie, Le voyage de Thomas Platter, 1595-1599, Paris, Fayard, 2000, p. 197.

61 Bénigne Poissenot, L’Esté, (1583), Gabriel Perouse, Michel Simonin, Denis Baril, éd., Genève, Droz, 1987, p. 105-106.

62 Eloy Martín Corrales, « L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne », Daniel Faget, dir., Marché du poisson, marché aux poissons. Circulation et contrôle des produits de l’onde dans l’espace méditerranéen à l’époque moderne, Rives Méditerranéennes, 43, 2012, p. 33.

Table des illustrations

Légende Fig. 32 : Détail d’un filet Sardinal
Crédits (Gourret, 1894)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 33 : Pose d’un sardinal de surface, dérivant avec le bateau
Crédits (Sáñez Reguart, 1791)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Fig. 34 : Senne de plage
Crédits (Duhamel du Monceau, 1769)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 35 : Eissaugue
Crédits (P. Gourret 1894)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende Fig. 36 : Pêche au « tartanon »
Crédits (AN Mar. C5-35, 1764)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende Fig. 37 : Pêche au « moulinet »
Crédits (Duhamel du Monceau, 1769)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Fig. 38 : Pêche au « gangui »
Crédits (Duhamel du Monceau, 1769)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Fig. 39 : Diffusion du sardinal et de la tartane provençale (xve-xviie s.)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 40 : Palangre en « penjar »
Crédits (Gourret, 1894)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Fig. 41 : Chaudron prud’homal communautaire. Saint-Tropez xixe siècle
Crédits (Cliché D. Faget, 2014)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45368/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search