Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Mutations techniques, acteurs et marchés régionaux

Mutations techniques, acteurs et marchés régionaux

Texte intégral

  • 1 René Baehrel, Une croissance, la Basse-Provence rurale (fin xvie siècle-1789), Paris, SEVPEN, 1961, (...)
  • 2 Georges Pichard, « Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789 », thèse, Univer (...)

1Bien identifiables dans les cales des navires fréquentant les ports du bassin, les produits de la mer issus du grand cabotage ou des flux atlantiques jouent un rôle important dans le dynamisme des places portuaires méditerranéennes modernes. Le rôle des activités halieutiques dans le développement du trafic maritime ne saurait cependant être réduit aux seuls fruits des pêches lointaines. Livourne, Gênes, Marseille ou Barcelone ont certes bâti leur fortune sur le déploiement progressif d’une économie-monde, ajoutant aux richesses de la Méditerranée les ressources des océans. Mais leurs activités commerciales n’auraient jamais été possibles sans une amélioration de l’approvisionnement de leurs marchés alimentaires, dans laquelle les flottilles de pêches méditerranéennes nord-occidentales ont joué un rôle important et cumulatif. Redistribuant à l’échelle régionale les produits frais ou transformés issus de leurs activités halieutiques, les équipages de bâtiments de pêche sont polyvalents. Ce sont eux qui nourrissent les activités du petit cabotage, en permettant l’émergence des réseaux d’approvisionnements régionaux qui régularisent les marchés de distribution. Intégré aux flux commerciaux, stimulé par la demande croissante des marchés urbains, le monde de la pêche connaît d’importantes mutations entre le xve et le xviiie siècle. Celles-ci, longtemps passées inaperçues, sont d’une ampleur supérieures à celles qu’ont connu à la même époque les campagnes méditerranéennes des rives chrétiennes. Ces dernières ne sont pas immobiles durant la période étudiée. Pour ne citer que l’exemple provençal, les travaux de Georges Pichard, à la suite de la thèse de René Baehrel1, s’appuyant sur une analyse des dîmes des régions de Camargue ou de Carpentras, ont bien démontré la croissance de ces espaces ruraux au xviie siècle, fondée sur des travaux de drainage des zones humides ou la confiscation progressive des communaux2. Si l’histoire des campagnes du pourtour méditerranéen n’est pas celle d’une longue phase de perma – nence à l’époque moderne, on constate cependant que la lente amélioration des productions agricoles s’est avant tout appuyée sur une augmentation des terres mises en cultures, même si la diffusion du complant signale un peu partout un progrès de la productivité à l’hectare. Les changements intervenus dans le monde de la pêche sont d’une toute autre ampleur. À la différence des sociétés agraires qui n’adoptent les principes nouveaux de l’agronomie que dans des cas ponctuels, ne recouvrant que des espaces limités, sous l’impulsion du prince ou de grands propriétaires éclairés, les innovations en œuvre dans le monde halieutique présentent deux caractéristiques particulières.

2Marqués par la rapidité de leur diffusion, les changements techniques qui interviennent dès le milieu du xve siècle modifient d’une part radicalement l’organisation des communautés, comme la qualité de l’offre mise à la disposition des marchés urbains. La mise en valeur de ces mutations profondes, qui par leur ampleur rappellent celles qui se produiront au temps de l’industrialisation, doit conduire à bannir toute référence à des pêches « traditionnelles » en Méditerranée, la persistance de gestes millénaires masquant parfois dans les sources l’importance des ruptures qui se produisent sur ces littoraux avant le xixe siècle.

3La diffusion de ces procédés nouveaux, qui ne découle que de manière exceptionnelle d’une volonté politique, apparaît d’autre part comme le produit d’une multitude d’initiatives diffuses, parfois attachées à des stratégies individuelles, aboutissant dès le xviie siècle à l’apparition de pratiques standardisées depuis les côtes levantines espagnoles jusqu’à l’Adriatique.

  • 3 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, Neuchât (...)

4Accompagnant l’émergence d’une économie marchande, ces mutations demeurent mal connues et leur interprétation soulève encore aujourd’hui de réelles difficultés. Celles-ci sont de deux ordres. Elles relèvent d’abord de l’apprentissage toujours difficile pour l’historien d’une culture professionnelle des pêches, indispensable pour une bonne compréhension des gestes et des matériels évoqués par les sources. L’extrême diversité des outils et des pratiques, dont l’approche est rendue plus complexe encore par le large éventail des vocables qui servaient à les désigner, peut se révéler à ce titre rédhibitoire pour le chercheur désireux de rendre compte de l’activité ancienne des llaüts de Catalogne ou des trabaccoli de l’Adriatique. L’absence de tout référentiel historique des pêches en Méditerranée pèse ici lourdement, les grands traités de la fin du xviiie siècle s’avérant parfois lacunaires ou imprécis3.

  • 4 Sur le modèle des séminaires internationaux dédiés à l’histoire des pêches en Méditerranée, organis (...)

5Démuni dans son approche technique, le chercheur doit par ailleurs faire face à l’ordre dispersé de l’historiographie européenne sur le sujet, tout comme à la rareté des recherches disponibles relatives à l’exploitation des ressources littorales de l’Afrique du nord et du Machrek avant la colonisation. Caractérisés par des approches nationales ou régionales, les travaux utilisables apparaissent le plus souvent segmentés. Ils peinent dans tous les cas à restituer une cartographie générale et une chronologie ordonnée des transferts d’hommes et de techniques qui sont la marque de l’économie halieutique moderne. Une approche exhaustive de l’histoire des pêches en Méditerranée ne peut résulter que d’un travail de coopération mené à une échelle internationale. Cette tâche est à peine esquissée4. Il reste cependant possible, en s’appuyant sur les travaux existants, d’apporter un éclairage aux principales mutations halieutiques du temps, en essayant de les replacer dans une périodisation, et en tentant, autant que faire se peut, de leur donner du sens.

Notes

1 René Baehrel, Une croissance, la Basse-Provence rurale (fin xvie siècle-1789), Paris, SEVPEN, 1961, 800 p.

2 Georges Pichard, « Espaces et nature en Provence. L’environnement rural, 1540-1789 », thèse, Université de Provence, 1999, dactyl.

3 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité des pêches et histoire des poissons, seconde partie, Neuchâtel, 1769, 789 p.
Antonio Sañez Reguart, Diccionario histórico de los artes de la pesca nacional, Madrid, Ibarra, 1791 (vol. I)-1795 (vol. V).

4 Sur le modèle des séminaires internationaux dédiés à l’histoire des pêches en Méditerranée, organisés à Aix-en-Provence en 2011-2012 sous la direction de Daniel Faget et Myriam Sternberg, dans le cadre des Ateliers de Recherches Interdisciplinaires (ATRI) du LabexMed « Les sciences sociales au cœur de l’interdisciplinarité » : Daniel Faget, Myriam Sternberg, dir., Pêches méditerranéennes, Origines et mutations, Aix-en-Provence, MMSH L’Atelier Méditerranéen, 2015, 243 p.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search