Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Échanges internationaux des ressources de la mer en Méditerranée

Poussières de cales

Texte intégral

Exploiter la soie de mer

1La soie de mer est sans doute la moins connue des ressources vivantes de nature non comestible extraites de la Méditerranée au cours des siècles. La grande nacre marine Pinna nobilis Linné, 1758, dont elle est tirée, appartient à l’embranchement des mollusques et à la classe des bivalves. Elle présente un corps comprimé latéralement, dont le manteau sécrète une coquille formée de deux parties (valves) articulées par une charnière dorsale. La nacre de mer constitue l’un des plus grands bivalves existant dans les océans, puisque à sa maturité, ce coquillage peut atteindre une taille d’un mètre.

Fig. 24 : Pinna nobilis Linné, 1758. Gravure extraite de René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage appellé Pinne Marine, ou Nacre de Perle ; à l’occasion duquel on explique la formation des Perles », Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1717, Paris, Imprimerie royale, 1719

2Cet animal se nourrit comme la moule ou l’huître par filtration du plancton. Il se développait autrefois en abondance dans toute la Méditerranée dès deux mètres de profondeur, particulièrement sur les substrats sablo-vaseux colonisés par ces plantes à fleurs que sont les posidonies ou les cymodocées. L’espèce présente la particularité de confectionner des fibres de byssus grâce auxquelles elle peut s’ancrer solidement à son substrat.

  • 160 Ancien Testament, Deuxième livre des Chroniques, 2-12.

3L’utilisation de cet animal pour la production textile est attestée dès l’Antiquité. On en trouve des références dans l’Ancien Testament, sous le nom de Lin de Judée160, lorsque Salomon demande à Huron, roi de Tyr, de lui envoyer un artisan habile au travail du byssus. Dans la Palestine préromaine, la filature des fibres du byssus de la grande nacre est pratiquée pour la confection de vêtements luxueux, destinés aux prêtres ou aux familles princières. La connaissance de cet animal à l’époque moderne, comme de son utilisation artisanale, sont mentionnées par de nombreuses sources.

Connaître la grande nacre à l’époque moderne

4Le caractère spectaculaire de Pinna nobilis et la singularité de son utilisation explique qu’on la retrouve dans un grand nombre d’ouvrages. Les premiers de ceux-ci relèvent de la littérature savante. Dès le xvie siècle, Pierre Belon (1517-1564) et Guillaume Rondelet (1507-1566) lui consacrent une description et une gravure. Bellon affirme le caractère abondant de ce mollusque :

  • 161 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus (...)

[Ces coquillages] sont si communs en plusieurs rivages de la mer du Levant que les habitants les vèdent [vident] par barques es villes et villaiges voisins. Lon en voit souvent apporter à Corfou a pleines barques, venant du rivage d’Albanie161.

5Si Pierre Bellon ne mentionne à propos du byssus que sa fonction d’attache, Rondelet précise que ce dernier

  • 162 Guillaume Rondelet, L’Histoire entière des poissons, Lyon, 1558, Meunier F., D’Hondt J.-L. (préf.), (...)

[…] est comme une sorte de laine ou plutost soie delicate é molle comme une sorte de Byssus de terre, duquel on faisoit aux riches de tres precieux acoustremens, côme on lit en l’Évangile de l’home riche qui estoit vestu de pourpre é de Byssus162.

  • 163 Filippo Buonanni, Ricreatione dell’occhio e della mente nell’osservation’delle chiocciole, Roma, Pe (...)

6Au début du siècle suivant, le jésuite romain Filippo Buonanni (1638-1725) se fait plus précis. Il compare le byssus de la grande nacre à « una quasi ciocca di capelli delicatissimi al tatto163 ». Il est selon lui,

  • 164 Idem., « une quasi mèche de cheveux très délicats au toucher », « Il est de couleur marron foncé, e (...)

di colore castagno scuro, e nelle maggiori pinne si stende alla longhezza d’un palmo al più. Tessuto serve mirabilmente a difender il corpo humano della humidità dell inverno, e giova a chi patisce di sordaggine164.

7Peu précise quant à la localisation de ces activités textiles, l’allusion à la fabri – cation de vêtements à partir du byssus de Pinna nobilis reste aussi allusive chez l’académicien français Ferchault de Réaumur (1683-1757) dans l’article qu’il rédige en 1717 pour l’Académie royale des sciences :

  • 165 René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage appellé Pinne Marine, ou Nacre (...)

La mer a aussi des coquillages à soye ; […] celui qui est nommé par les Auteurs Pinne marine, et sur nos côtes de Provence et sur celles d’Italie Nacre de Perle, est attaché comme les Moules par des fils soyeux qui ont été mis en œuvre par les Anciens, et dont on fait encore aujourd’hui des ouvrages165.

8La connaissance précise de l’organisation professionnelle et des réseaux de financement et de distribution du byssus à l’époque moderne supposerait un travail de longue durée sur les sources notariales conservées dans les seules localités d’Italie méridionale ou de Sardaigne. Celui-ci reste à conduire. Sans proposer ici une reconstitution rigoureuse de l’économie moderne de la soie de mer, nous pouvons, grâce à de rares sources commerciales, et aux témoignages des voyageurs, dégager une idée relativement précise sur les principaux lieux de cette activité, et sur la nature des productions liées à ce coquillage.

Géographie et produits de la soie de mer au XVIIIe siècle

9Les espaces de production de la soie de mer se retrouvent dans les deux bassins de la Méditerranée. S’ajoutant aux propos de Pierre Bellon sur l’exploitation des nacres en mer Ionienne au xvie siècle, un rare document, daté de 1787, prouve l’existence de pratiques similaires sur les littoraux proches de Smyrne. Cailhol, résidant dans cette échelle du Levant, fait office à cette date de régisseur de la compagnie marseillaise Roux. Dans une lettre du 16 mars 1787 adressée à ses correspondants provençaux, il explique que :

  • 166 ACCIM, L. IX. 729. Lettres de Cailhol et Cie (1785-1787), lettre du 16 mars 1787.

10Depuis que le Carême des Grecs a commencé nous faisons travailler et ramasser le plus possible de soye de Pine marine, mais quoyque nous ayons trois personnes et le plus souvent quatre employés pour cela, ce qu’elles ont pu trouver ensemble n’est encore presque rien à cause du manque de ce coquillage166.

11L’extrême densité des peuplements infralittoraux de Pinna nobilis sur les côtes ottomanes ne doit pas nous surprendre. Elle est encore une réalité au début des années 1950, lorsque Yachar Kemal, effectuant un reportage sur les pêcheurs d’éponges opérant sur la côte de Bodrum constate que :

  • 167 Yachar Kemal, Pêcheurs d’éponges. Reportages, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2009, p. 33.

[…] des moules énormes sont fixées sur le sable. Elles sont innombrables. On dirait un champ couvert de pierres aiguës… Quand on ouvre ces moules, elles jettent un éclat aveuglant. C’est à cause de la nacre. Il paraît qu’il n’y en a pas de plus pure167.

12Exceptionnels pour le Levant moderne, les témoignages relatifs au travail du byssus de Pinna nobilis sont nombreux pour l’Italie méridionale et la Sardaigne à la même époque. Effectuant leur « Grand Tour », les voyageurs de l’Europe occidentale ne manquent pas de mentionner l’existence d’un artisanat de la soie marine, qui provoque l’étonnement de ces visiteurs, comme Jean Georges Keyssler dans la décennie 1730 :

  • 168 Jean Georges Keyssler, Voyages à travers l’Allemagne, la Bohême, la Hongrie, la Suisse, l’Italie et (...)

Je ne peux omettre de citer une fabrication particulière essentiellement produite à Tarante et Reggio de Calabre, où les gilets, bérets, bas et gants sont élaborés avec une espèce de filament laineux qui pousse sur une espèce de poisson-coquillage. Pour sa douceur et sa finesse, cette étoffe est en vérité inférieure à la soie, mais elle reste particulièrement luisante quand elle a été utilisée. La couleur naturelle de ce filament est vert-olive et le coquillage sur lequel il pousse se trouve communément au voisinage de Malte, de la Corse, de la Sardaigne. J’ai vu ces coquillages aussi dans l’Adriatique où se trouvent ces filaments qui offrent un bon moyen de subsistance à ceux qui les travaillent168.

13Parcourant Tarente en 1778, Richard de Saint-Non (1727-1791) ne peut à son tour passer sous silence cette activité :

  • 169 L’auteur la différencie de la « petite mer » de Tarente, c’est-à-dire l’espace lagunaire.
  • 170 C’est-à-dire à l’état brut.
  • 171 Richard de Saint-Non, Voyage pittoresque à Naples et en Sicile, t. III, Paris, Dufour, 1829, p. 44.

On ne teint plus de laine à Tarente ; mais on y travaille avec beaucoup d’adresse de la soie de la Pinne marine, dont nous allâmes voir les manufactures. Les pêcheurs prennent ce coquillage dans la grande mer169. On sait que de chacun de ces espèces de bivalves, du genre des moules, sort une petite houppette d’une soie fauve et luisante ; ces pêcheurs vendent la livre de cette soie 18 carlins, toute verte170. Elle est réduite à 3 onces lorsqu’elle est lavée, peignée et cardée, ce qui rend toutes les productions de cette matière d’une cherté qui l’empêchera d’être jamais autre chose qu’un objet de curiosité. On en fait des bas et des camisoles. Mais, dans le pays, il n’y a que les gens les plus opulents qui puissent acquérir cette marchandise171.

  • 172 Christophe Élisabeth Favart d’Herbigny, Dictionnaire d’histoire naturelle, t. I, Paris, Bleuet, 177 (...)
  • 173 Antonella Galiuto, « Il bisso : analisi storica e prospettive di recupero di un’antica tradizione » (...)
  • 174 Christophe Élisabeth Favart d’Herbigny, op. cit., p. 147.

14De fait, le produit est considéré au xviiie siècle comme participant de l’indus – trie du luxe. Il s’inscrit dans les échanges internationaux et constitue parfois un présent de prix, offert à des grands personnages. En 1754, on présente au pape Benoît XIV « de ces bas qui garantissaient la jambe du froid et du chaud malgré leur extrême finesse172 ». Catherine de Russie reçoit de la même façon en 1780 des vêtements tissés de seta di mare, qui lui sont envoyés par l’archevêque de Tarente Giuseppe Capecelatro173. On peut, grâce à quelques objets conservés dans les fonds des musées, avoir quelque aperçu de la qualité des textiles obtenus. On y retrouve la particularité de cette fibre naturelle, de couleur brun-vert, ne pouvant être teintée174. Les objets présentés à notre curiosité, à l’éclat altéré par le temps, ne donnent cependant qu’une idée imparfaite de la splendeur et des reflets d’un vert quasi lumineux de la soie de mer, relevés par la plupart des témoignages.

Fig. 25 : Gants et ceintures en soie de mer, musée de la Specola, Florence

(Cliché D. Faget, 2013)

15Il est possible que dans certains espaces limités, les objets élaborés à partir de cette ressource aient été diffusés dans les catégories relativement modestes de la population. Visitant la Sardaigne au début du xixe siècle, le chevalier de la Marmora constate que :

  • 175 Albert de La Marmora, Voyage en Sardaigne de 1819 à 1825, Paris, Delaforest, 1826, p. 452.

[…]les bas-fonds de la Sardaigne, surtout depuis l’île d’Asinara jusqu’à la Madeleine, et ceux de Saint-Pierre et de Sant’Antiocho, fournissent la pinne marine en assez grande quantité. La gnacara qu’on en tire est filée à Cagliari, où j’en ai vu une quantité suffisante pour en fabriquer des châles et des chapeaux ; des gants, faits de cette substance, sont assez communs dans l’île175.

  • 176 AN F 12, Expositions publiques des produits de l’industrie avant 1850, F 12 985, Catalogue de la se (...)

16L’abondance de ce coquillage le long des littoraux de l’Italie méridionale explique dans tous les cas l’intérêt qu’ont pu porter à cette ressource les grands industriels français du textile. Décretot et les frères Ternaux, manufacturiers à Louviers, font ainsi exposer à Paris, à l’occasion de l’Exposition des produits de l’industrie française tenue en vendémiaire An X, « des draps et des gilets de pinne marine176 ».

17La mention récurrente de la pêche de Pinna nobilis sur les côtes provençales oblige à se demander si un artisanat de la soie de mer n’a pas existé sur les côtes du Midi provençal sous l’Ancien Régime.

De la soie de mer en Provence ?

18La présence et l’exploitation des grandes nacres sont avérées dans la Provence moderne. Réaumur, déjà évoqué, nous apprend en 1717 :

  • 177 Entre 4,5 et 9 mètres.
  • 178 René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage… », op. cit.

[qu’] on les pêche à Toulon à 15, 20, 30 pieds d’eau177, et plus quelquefois, avec un instrument appelé Crampe. C’est une espèce de fourche de fer dont les fourchons ne sont pas disposés à l’ordinaire, ils sont perpendiculaires au manche, ils ont chacun environ 8 pouces de longueur, et laissent entre eux une ouverture de 6 pouces (3 cm) dans l’endroit où ils sont le plus écartés178.

  • 179 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, Avignon, t. III, 1786, p. 176.
  • 180 Antoine-Joseph Dessalier d’Argenville, Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties princi (...)

19Cette information est relayée quelques décennies plus tard par le naturaliste grimaudois Michel Darluc. Selon lui, les nacres pêchées en Provence « pèsent jusqu’à 15 livres », et « on en pêche beaucoup dans les mers de Toulon179 ». Le golfe de Saint-Tropez abrite aussi au xviiie siècle d’importantes colonies de cet animal180. Des enquêtes orales menées sur le littoral provençal révèlent que ce coquillage était pêché dans la région de Saint-Tropez à l’aide d’une corde formant un nœud coulant, qu’on laissait descendre autour de l’animal. Nous ne possédons cependant aucune référence à un travail du byssus de Pinna nobilis en Provence au cours des siècles modernes. Sa chair n’étant pas consommée par les habitants de ces littoraux, il faut donc trouver d’autres justifications à sa pêche. Les perles parfois contenues dans le manteau de l’animal, d’une couleur rouge et de forme irrégulière, n’ont que peu de valeur. L’exploitation de la nacre trouve son explication la plus probable dans l’approvisionnement des cabinets de curiosité qui se multiplient en Europe au xviiie siècle, le monde des collectionneurs prisant l’ampleur spectaculaire des deux valves de ce coquillage.

Des flux modestes mais réguliers : nacre, « peau de chagrin » et colle de poisson

Le commerce de la nacre en Méditerranée

  • 181 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, 401 (...)
  • 182 ACCIM, I 26-I 27-I 28, statistiques, états estimatifs des marchandises venant du Levant et de Barba (...)
  • 183 « Orient » : non donné au jeu des couleurs brillantes de la nacre. Encyclopédie méthodique ou par o (...)

20La circulation de la nacre en Méditerranée au xviiie présente peu de relations avec la pêche et l’exploitation du grand bivalve que nous venons d’évoquer. Celui-ci en produit il est vrai en abondance, comme le confirme le caractère éponyme de sa désignation en Provence. Les manifestes des navires entrés dans le port de Marseille témoignent toutefois de l’origine essentiellement extra-méditerranéenne de cette ressource durant tout le xviiie siècle. La consommation de la nacre est stimulée à la même période dans l’espace européen par une demande croissante de petits accessoires et d’objets de luxe ou de demi-luxe élargie aux classes moyennes181. Les montures d’éventails, de peignes, les manches de couverts, les bijoux, boutons et autres éléments de passementerie, mais aussi les pièces de jeux, la marqueterie, l’art religieux ou la lutherie réclament à la fin de l’Ancien Régime des quantités croissantes de ce produit. La valeur des plaques de nacre qui transitent en Méditerranée, chargées dans des caisses, est toujours fixée pour un millier de pièces. Elle apparaît très irrégulière, variant au cours des dix mentions relevées à l’arrivée à Marseille sur l’ensemble du xviiie siècle, de 30 à 200 livres le mille182. Ces variations, peut-être liées à une demande fluctuante, sont peut-être à rattacher aussi à la qualité des objets échangés, l’orient183 de la nacre déterminant son prix.

Année Nombre de plaques Livres poids de Marseille Valeur en livres tournois (livres constantes, base
100 Franc-or 1803)
1702 10840 851
1704 27210 1351
1705 36400 1397
1711 6600 506
1724 800 163
1726 585 29
1738 2113 1034
1740 1130 13034
1742 4960 2430
1748 11720 4594
1787 3240 3810
  • 184 ACCIM, I 26-27-28, Tableau des marchandises venant du Levant et de Barbarie (1700-1789).

Nacre en provenance d’Alexandrie débarquée à Marseille entre 1702 et 1787 (Daniel Faget, 2004184)

  • 185 Base Histospongia (Marseille-Livourne-Tunis, 380 navires, 1700-1789).
  • 186 Sabiha Tlig Zouari, Jeanne Zaouali, « Reproduction of Pinctada radiata (Leach 1814) in Kerkennah Is (...)

21D’une importance modeste dans le commerce maritime méditerranéen, la valeur et le tonnage des nacres comptabilisées dans le port provençal n’en sont pas pour autant négligeables. En 1740, ce sont ainsi 13 034 livres tournois de ce produit qui sont enregistrées sur les quais du port, tandis qu’en 1748, 4,5 tonnes de plaques sont déchargées dans la place provençale, reflétant peut être l’engouement de cette décennie pour le style Louis XV . L’incapacité d’aller plus avant dans une approche statistique de cette marchandise ne saurait masquer ce qui apparaît au xviiie siècle comme une route dominante de la nacre en Méditerranée. Celle-ci provient dans tous les cas d’Alexandrie, à la seule destination de Marseille185. Comme la plupart des marchandises aperçues dans cette échelle, la voie terrestre à travers l’isthme de Suez assure donc l’approvisionnement du bassin méditerranéen. L’exploitation de Pinna nobilis n’intervient donc en rien dans ce commerce, mais plutôt celle Pinctada radiata Leach, 1814, espèce très commune en mer Rouge et dans l’océan Indien, réputée pour le blanc profond de sa nacre « franche », et aujourd’hui considérée comme une espèce invasive sur toute la rive sud de la Méditerranée par le moyen des migrations les sepsiennes186.

Fig. 26 : Huître perlière Pinctada radiata

(cliché J. Ben Souissi, 2013)

Peaux de chagrin, peaux de chats et de chiens de mer

  • 187 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus (...)

22Les cuirs issus des poissons sélaciens figurent indéniablement parmi les ressources de la mer les plus insaisissables pour l’historien. Ces derniers circulent pourtant en Méditerranée, et apparaissent dans nos sources sous les trois noms de « peaux de chat de mer », de « peau de chien de mer », et de « peaux de chagrin de mer ». Le recours aux traités d’ichtyologie de la première modernité est ici indispensable pour interpréter ces diverses appellations. L’appellation vulgaire « chien de mer » désigne dans les ouvrages naturalistes du xvie siècle les poissons appartenant à la famille des roussettes, qu’il s’agisse de la grande roussette Scyliorhinus stellaris Linné, 1758, ou de la petite roussette Scyliorhinus canicula Linné, 1758, toutes deux abondamment représentées en Méditerranée. Dans le paragraphe qu’il consacre à la première, Pierre Belon nous dit que « les Vénitiens, pour ce qu’elle est tachetée comme un chat, l’ont mieux aimé nommer Gathe, comme aussi les marseillais l’appellent Gat au guer187 ».

Fig. 27 : Petite roussette Scyliorhinus canicula Linné, 1758

(P. Bellon, 1555)

  • 188 Honoré de Balzac, La peau de chagrin, Paris, Delloye et Lecou, 1838.
  • 189 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons…, op. cit. p. 65.
  • 190 Ibid.

23De fait, dans le vocabulaire provençal littoral, la petite roussette est désignée par les pêcheurs jusqu’au xxe siècle par le mot gatoulin, formé sur la même racine, le gat désignant en provençal le chat. Là réside sans aucun doute l’explication des variations observées lors de la rencontre de ce type de produit. Sa désignation comme « peau de chagrin de mer » appelle cependant d’autres explications. Aux deux premières espèces de cartilagineux utilisées pour la qualité de leur tégument, s’ajoute une troisième espèce très commune, qui est la raie pastenague commune Dasyatis pastinaca Linné, 1758. Les peaux de ces trois espèces, recouvertes de perles de silice de différentes grosseurs, présentent la particularité de pouvoir être tannées, après un salage et un trempage dans l’eau de mer qui en facilite l’écharnage. Le cuir de poisson à gros grains provient de la raie pastenague. Celui dit « à petits grains » a pour origine la peau de la roussette. Au moment du tannage, la peau de ce dernier poisson subit un important rétrécissement. Parce qu’elles appartiennent à la famille des requins, les roussettes ont parfois été assimilées dans le vocabulaire au plus commun des requins de la Méditerranée, le requin chagrin Centrophorus granulosus Bloch et Schneider, 1801, dont la peau n’est pourtant pas exploitée. Dans cette confusion des espèces, et dans la propriété singulière du cuir de la roussette, réside sans doute l’origine de l’expression « se réduire comme peau de chagrin », parvenue jusqu’à nos jours et popularisée dans le domaine littéraire par le roman d’Honoré de Balzac188. Si la propriété de rétrécissement affecte également les deux espèces de roussettes que nous venons de mentionner, les textes modernes établissent cependant une stricte différence entre la « peau de chagrin » et la « peau de chien de mer », la première, issue de la petite roussette, ne s’échangeant pas à moins de deux livres à Marseille au milieu du xviiie siècle, tandis que la seconde se vend ordinairement moins de vingt sous. Cette valeur inégale s’explique par les usages spécifiques attachés à ces différents produits. On attribue souvent à tort la première maîtrise de l’utilisation de la peau de ces espèces au maître gainier de Louis XV Jean-Claude Galuchat. Ce dernier, dont le patronyme, légèrement modifié, est passé dans le langage commun pour désigner ce matériau de luxe, parvient il est vrai à sublimer son utilisation, en améliorant à partir de 1744 son polissage et surtout sa teinture. L’utilisation de ce qui sera désormais appelé « Galluchat » est cependant bien antérieure à la création du produit précieux fort prisé de la marquise de Pompadour. Dès 1555, Pierre Belon nous apprend que « la peau aspre et rude [du chien de mer] sert aux menuisiers, artillers et charpétiers à polir leur boys et ouvraiges189 ». Mais il précise aussi un peu plus loin qu’elle est également utilisée pour « couvrir les poignées des dagues et épées, pour les tenir plus seurement a la main190 ».

  • 191 ACCIM, I 29-32, État des marchandises venant des pays étrangers (1725-1779).

24L’examen des manifestes des navires, des actes notariés et des registres portuaires, permet de croiser, bien que de façon assez marginale, cette marchandise en Méditerranée. La statistique des marchandises entrées dans le port de Marseille au xviiie siècle autorise ainsi une reconstitution des quantités de peau de chagrin qui arrivent dans le port provençal191.

25Il faut une année d’arrivage exceptionnelle comme 1749 pour que le nombre des peaux réceptionnées dépasse 6 500 pièces. Ordinairement, le port n’en reçoit qu’un millier. Cette marchandise présente cependant un intérêt pour les capitaines. D’un faible encombrement, elle apparaît adaptée aux produits de la pacotille. Elle peut se négocier un bon prix, et son écoulement est assuré par la demande soutenue de l’artisanat de luxe. D’une utilisation plus polyvalente, la peau de chien de mer est elle aussi recherchée dès le xviie siècle.

Fig. 28 : Peaux de chagrin débarquées à Marseille (1726-1755)

(D. Faget, 2004) Source : ACCIM I 29-30-31 Statistiques du port de Marseille (1725-1779)

26Quelle qu’en soit la qualité, ces peaux de poisson proviennent pour l’essentiel du bassin oriental de la Méditerranée. Sur les 27 000 peaux recensées entre 1725 et 1765 sur les quais de Marseille, plus de 80 % sont originaires du Levant. Les mers les plus proches en fournissent toutefois une faible proportion, puisque 9 % des peaux arrivent d’Espagne, et de manière plus modeste du Piémont par le port de Gênes

  • 192 AD BDR, 63 J 199, Papiers de commerce, Jean Rimbaud, négociant marseillais (janvier-avril 1685).

27Ces produits quittent souvent le port provençal pour être distribués dans d’autres villes du royaume. Les papiers de Jean Rimbaud, un négociant marseillais de la fin du xviie siècle, contiennent une statistique des marchandises du Levant envoyées de Marseille à Lyon entre janvier et avril 1685. On y apprend que le 3 janvier 1685, le muletier marseillais Jean Alliez a déchargé au bureau des douanes de Lyon « un ballot peaux de chiens de mer pour Massé ». Le 7 avril de la même année, la même opération est renouvelée192.

  • 193 AD P.O., 1 J 456/1 : Journal des achats de marchandises (1748-1760) de Jeanne Rey, droguiste à Perp (...)

28Il serait nécessaire, pour en savoir plus sur l’organisation de ce commerce, d’étudier précisément les registres des négociants de Marseille ou de Lyon, ou encore des livres de comptes de maîtres ébénistes ou de maîtres gainiers. Un acte, retrouvé dans la comptabilité de la droguiste perpignanaise Jeanne Rey, nous renseigne sur le prix demi-gros de la peau de chien de mer en 1753 sur le marché marseillais. Les sept peaux achetées par la commerçante à Siau cadet, son contact habituel en Provence, lui sont cédées pour six livres, sans que nous ne puissions retrouver sur les registres de ventes de la marchande, conservés pour cette décennie, trace de la cession de cette marchandise193.

Fig. 29 : Origine des peaux de chagrin débarquées à Marseille (1726-1765, 26794 peaux)
(D. Faget, 2004)

Source : ACCIM I 29-30-31 Statistiques du port de Marseille (1725-1779)

Constantinople, escale méditerranéenne de la colle de poisson

  • 194 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts e (...)

C’est une colle qui est presque toute apportée de Moscovie, où les Hollandais et Anglois de qui les François la reçoivent, la vont quérir à Archangel194.

  • 195 Jacques-Christophe Valmont-Bomare, Dictionnaire raisonné universel d’Histoire naturelle, t. III, Ly (...)

29À lire ces lignes de Savary des Bruslons, la cause semble définitivement entendue. Le négoce de la colle de poisson, contrôlé par les Anglais et les Hollandais, a ignoré au xviiie siècle la route de la Méditerranée. Le recours à d’autres traités spécialisés ne peut à ce titre que nous renforcer dans cette certitude. Le naturaliste français Jacques Christophe Valmont-Bomare (1731-1807), copiant largement les propos de Savary des Bruslons, n’affirme-t-il pas dans son Dictionnaire raisonné universel d’Histoire naturelle que « toute la colle de poisson qui voyage en France nous est fournie par les Hollandais qui vont la chercher au port d’Archangel195 » ?

30Produit présentant de multiples usages sous l’Ancien Régime, la colle de poisson il est vrai est principalement élaborée en Russie au xviiie siècle. Elle repose sur la récupération des collagènes contenus dans certains poissons, l’esturgeon se prêtant admirablement à cette opération :

  • 196 Idem.

La chair du grand esturgeon est douceâtre, gluante, et ne devient supportable à manger que lorsqu’elle a été salée. Ce qu’il fournit de plus utile soit pour la médecine, soit pour les arts, c’est une colle appelée ichtyocolle, autrement nommée colle de poisson, qui n’est à proprement parler qu’une gelée sèche de poisson196.

31Valmont-Bomare, qui ne dit mot du caviar, pourtant présent à la même période dans la plupart des villes européennes, met donc un nom précis sur l’espèce exploitée, tandis que Savary nous décrit de manière synthétique le procédé de fabrication de la colle :

  • 197 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit.

La colle de poisson est faite des parties mucilagineuses d’un gros poisson qui se rencontre plus communément dans les mers de Moscovie que dans un aucune autre. […] Pour faire la colle, les Moscovites prennent les parties nerveuses et mucilagineuses de ce poisson, qui après avoir été bouillies, sont semblables à cette viscosité que l’on voit sur la peau des morues : qu’après les avoir fait cuire en consistance de gelée, ils l’étendent de l’épaisseur d’une feuille de papier, et en forment des pains ou des cordons tels qu’on les envoie de Hollande197.

  • 198 Jacques-Christophe Valmont-Bomare, Dictionnaire raisonné… op. cit. p. 172.
  • 199 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit.

32Une fois conditionné, la colle, vendue ordinairement en livres-poids, peut être utilisée de diverses manières. Dans la médecine, elle est un remède contre les ulcérations de la gorge et des poumons. Auprès des ouvriers en soie et des rubaniers, elle apparaît comme un substitut de l’amidon et « donne de la consistance à leurs ouvrages198 ». Les cabaretiers, après l’avoir dissoute à chaud dans un peu d’eau de vie, la mélangent au vin blanc pour le « coller », c’est-à-dire pour le clarifier. Elle est enfin mise à profit dans la marqueterie, ou encore pour coller le papier. Selon Savary des Bruslons, « on fait encore avec la même colle des médailles, et c’est peut-être une des jolies manières d’en avoir une collection facilement199 ».

33Produit polyvalent, la colle de poisson est donc partout chez elle sous l’Ancien Régime. Y compris en Méditerranée. Comme pour la nacre ou la peau de chien de mer, l’étude des cargaisons des navires permet d’évaluer la place de ce dernier produit dans les échanges interrégionaux qui structurent l’économie de cet espace. Les quantités de colle échangées, sans doute sans commune mesure avec celle provenant de la mer Blanche, y apparaissent fort médiocres, ne dépassant pas 1 600 livres poids par an. On les retrouve cependant régulièrement sur le siècle, toutes en provenance de Constantinople, la mer Noire constituant bien l’une des routes secondaires de la colle de poisson vers l’Europe. La proximité du Don, de la Volga et cette mer très poissonneuse que constitue à l’époque le bassin de la Caspienne justifient la présence, comme au nord du continent, de pêches très actives de l’esturgeon, déjà relevées à propos des routes commerciales du caviar. Les quelques livres annuelles vendues par Jeanne Rey dans sa boutique perpignanaise, à un prix d’ailleurs élevé, proviennent bien dans ces conditions d’un flux commercial Est/Ouest, via Marseille, et non d’un approvisionnement atlantique par l’intermédiaire des bateliers du canal des Deux-Mers.

34Destinés au marché du luxe ou à l’atelier des maîtres artisans, les quatre derniers produits que nous venons d’évoquer mériteraient une approche plus approfondie, avec des sources plus variées, qui démontreraient à n’en point douter leur arrivée simultanée dans les ports de Gênes, de Venise ou de Livourne. Les séries statistiques présentées dans ce chapitre, partielles et lacunaires, n’ont évidemment pas pour vocation de fournir une estimation, même provisoire, des tonnages globaux échangées en Méditerranée au xviiie siècle. Tout au plus se fixent-elles comme objectif d’illustrer la présence dans le commerce maritime moderne de ressources de la mer moins prestigieuses que le corail. La soie de mer, la nacre, la peau de chien de mer, la colle de poisson, au-delà de leur valeur et de leur origine différente, présentent un point commun, celui d’être destinée à un processus de fabrication ou d’élaboration d’un produit fini, dont elles ne sont qu’une composante.

35La Méditerranée dispense néanmoins à la même période des produits dont la valeur ne suppose aucune transformation, et qui sont donnés à voir dans toute l’Europe. Les cabinets de curiosités peuvent à cet égard être considérés comme l’une des finalités de l’exploitation des richesses marines de la mer intérieure.

La mer en vitrine, ou l’importance des échanges méditerranéens dans la collection naturaliste européenne

36Par l’intermédiaire de la collection, l’espace méditerranéen est partout présent en Europe à l’époque moderne. La richesse de ses écosystèmes marins est alors considérée comme une manne par le monde très cosmopolite de naturalistes, organisés en réseaux, à l’affût de ce qui arrive sur les quais, et toujours disposés à commander aux capitaines les produits de l’onde considérés comme indispensables pour le rayonnement de leurs cabinets de curiosités. Tenter de dresser un inventaire exhaustif des représentations naturalistes de la Méditerranée dans toutes les places européennes déborderait le cadre de cette étude. Ce travail reste à conduire. Il pourrait d’ailleurs donner d’intéressants résultats sous l’angle exclusif d’une approche de la biodiversité marine moderne, tant la précision de certains catalogues de collectionneurs offre de réelles perspectives. Il faudrait, pour le mener à bien, croiser les très nombreuses sources publiées ou manuscrites liées aux milliers de cabinets de curiosités européens, que ces derniers aient bénéficié d’une réputation internationale ou d’une attractivité plus réduite, et opérer un travail rigoureux d’identification des espèces mentionnées, par un programme de recherche interdisciplinaire. La tâche est immense, sans doute prometteuse, mais excède assurément les objectifs de cet ouvrage. À défaut de l’entreprendre, nous n’en sillonnerons que les marges, en essayant toutefois de dégager quelques thématiques de recherche.

Le poids de la Méditerranée dans le monde naturaliste

37Qu’elle garnisse de ses richesses propres les armoires naturalistes, ou véhicule jusqu’aux ports du bassin nord-occidental les splendeurs de la mer Rouge ou de l’océan Indien, le rôle de la Méditerranée apparaît comme incontournable dans la culture naturaliste moderne. Les savants du temps en sont bien conscients. Leurs ouvrages dressent une géographie idéale de la prospection scientifique en Méditerranée, organisant une répartition des zones de collecte.

38Conseillant ses lecteurs, Antoine Joseph Dezallier d’Argenville (1680-1765) leur explique ainsi que :

  • 200 Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties princi (...)

La Méditerranée est plus abondante que l’Océan. Le golfe de Tarente donne des Pourpres, des Porcelaines, des Nautiles, des Murex, des Manches de couteaux et de belles huîtres. Naples et les côtes voisines en sont remplies, ainsi que la Sardaigne. La Sicile, près des villes de Palerme, de Messine, de Trapani, et sur toutes ses côtes, fournit des huîtres très blanches, des Peignes, des Hirondelles […]. La mer Adriatique ou le golfe de Venise n’est pas si abondant en ces sortes de produits ; elle donne cependant de même que les côtes de l’Italie, des Moules, des Tellines et des Patelles qui s’attachent sur les rochers de Dalmatie. Le Pholas, encastré dans les pierres de Marne, est fréquent dans le port d’Ancône [… ]200.

  • 201 Idem, p. 230.

39De fait, on retrouve beaucoup de ces produits à des latitudes bien éloignées de celles qui les ont vus naître. Sur les belles planches que nous donne Dezallier d’Argenville, relatives au contenu du cabinet parisien de Léopold Pignatelli, comte d’Egmond, mais aussi à la collection de son propre gendre, le conseiller au Parlement Jacques de Beze de Lys, on repère en bonne place Pinna nobilis avec son byssus, ou des pholades venues d’Ancône201. Le constat est également bien perceptible à la lecture des récits de voyages de natura – listes européens, qui, passant d’un cabinet de curiosités à un autre selon un savant cabotage, se retrouvent invariablement au bord de la Méditerranée. Le professeur d’astronomie de l’Université de Berlin Jean Bernouilli (1744-1807), traversant l’Europe du nord au sud, nous donne ainsi un aperçu des projections intérieures des rivages méridionaux. Lorsque les collections sont trop éloignées de sa route, il en dresse un rapide inventaire s’appuyant sur le témoignage d’autres voyageurs. Du cabinet du citoyen Frey, de Bâle, il vante :

  • 202 Jean Bernouilli, Lettres sur différents sujets écrites pendant le cours d’un voyage par l’Allemagne (...)

[…] la belle collection de coraux […], de pinnes marines de toutes grandeur,
[…] et les morceaux d’une pierre fort dure dans lesquels se voient des pholades et qu’on trouve dans les fondements des fortifications de Toulon202.

Les chemins de la collection

  • 203 Idem, p. 191.
  • 204 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes, PUR/ (...)
  • 205 Filippo Cavolini, Memorie per servire alla storia de’polipi marini, Napoli, 1785, p. 35.
  • 206 AD BDR, 250 E 127, Lettre de Chevallier aux prud’hommes de Marseille, 1727.

40Comment ces différents collectionneurs se sont-ils procuré ces différentes pièces, et quel rôle le grand cabotage méditerranéen a-t-il joué dans la constitution de ces collections ? Si les dessous de la mer peuvent être aperçus partout en Europe, force est de constater que l’on peine à reconstituer les chemins qui ont pu les conduire jusqu’à leur mise en vitrine. Le recours direct aux pêcheurs du littoral a parfois été privilégié par les savants et les amateurs. Frey, « qui a longtemps été en Corse avec son régiment203 », a sans doute mis à profit sa présence sur cette île pour faire l’acquisition de ses objets. Luigi Ferdinando Marsigli a pu, de la même façon, bénéficier de l’aide des patrons pêcheurs provençaux pour collecter d’importantes quantités de corail dans le golfe de Marseille durant l’hiver 1706204, tandis qu’à la fin du siècle, Filippo Cavolini s’appuie pour ses prospections sous-marines dans le golfe de Naples sur deux pêcheurs de Torre del Greco, Michele et Mattia d’Orso205. À l’initiative des pêcheurs, les coquillages de la Méditerranée sont parfois expédiés jusqu’aux ports des rivages atlantiques à bord de navires de retour. C’est le cas en 1727, lorsque les prud’hommes de Marseille expédient au Havre une caisse de coquillages, pour répondre à la demande d’un amateur qu’on ne saurait mécontenter, le duc de Bourbon Henri de Condé (1692-1740206). Il arrive cependant que les communautés halieutiques ne prêtent qu’une oreille bien distraite aux désirs des collectionneurs, comme le déplore le naturaliste Antoine Gouan en 1770 :

  • 207 Antoine Gouan, Histoire des poissons, Strasbourg, Armand König, 1770, préface (V).

Ajoutez à ces difficultés qu’il faut presque toujours que des hasards heureux nous offrent ces espèces rares et peu multipliées, ces espèces passagères, que l’on voit à peine une fois l’an, et que les pêcheurs, moins empressés à étendre les connaissances humaines sur les poissons qu’à choisir les plus gros et les plus délicats, rejettent dans l’eau lorsqu’ils ne peuvent en espérer aucun profit207.

41Qu’elles répondent à des stratégies de clientèle, d’intérêt commercial ou parfois même d’amitié, la participation des pêcheurs du littoral au travail de collecte, toujours incertaine, ne nous renseigne en rien sur la nature des réseaux permettant à des objets plus lointains de se retrouver dans les coquilliers des naturalistes. Ces réseaux pourtant existent.

  • 208 Claire Boër, Entre terre et mer. Cadre de vie et culture matérielle des marins provençaux au siècle (...)

42Si l’on examine le catalogue de la collection d’histoire naturelle constituée dans la deuxième moitié du xviiie par le négociant marseillais Antoine Villet, on prend toute la mesure de leur importance. Cette collection, dispersée sous la Révolution française, était exceptionnelle, à l’image de la plupart de celles qui attiraient les visiteurs dans le port provençal. Comptant 2 532 pièces, le cabinet d’Antoine Villet était pour l’essentiel dédié à la conchyliologie, un domaine qui totalisait à lui seul 2 277 objets. Parmi les 600 curiosités issues de l’étage infralittoral méditerranéen, 133 provenaient d’espaces extérieurs à la Provence et au Languedoc. Le corail rouge d’Afrique disputait ainsi l’attention des visiteurs aux « arches de Noë » de l’Archipel, aux « souris porcelaine » et aux « petites tonnes » de Syrie, à la « pourpre » de Tyr, aux « buccins » et aux « hirondelles » de Naples, aux « cames » de l’Adriatique, aux « peignes » de Constantinople ou aux « cœurs » de Mahon. Mer de proximité, la mer Rouge était également bien présente dans la collection, avec 41 pièces cataloguées. Le rôle joué par les capitaines et les marins dans le processus d’acquisition de toutes ces pièces est très probable. Les études en cours sur les inventaires après décès des navigants permettront peut-être d’en apporter la preuve, qui pour l’heure, fait toujours défaut, ou presque. Il arrive en effet que l’on retrouve dans les affaires d’un capitaine des objets précieux provenant de la mer, comme chez le capitaine marseillais François Marin, qui a sa mort en 1705 possédait dans ses biens personnels « deux granis de perles fines, contenant soixante-cinq perles208 ».

  • 209 Daniel Faget, « La mer en vitrine. Les chemins de la collection naturaliste provençale aux xviiie e (...)

43Point d’arrivée du commerce du Levant, Marseille enrichit les cabinets de curiosité des commandes passées aux capitaines en partance pour les échelles. Ce recours est facilité par la profession d’un nombre élevé des naturalistes marseillais au xviiie siècle. Sur les trente-deux cabinets recensés dans la ville au cours de la période – chiffre sans doute provisoire – le groupe des négociants y est majoritaire209. Certains d’entre eux alimentent un commerce en lien avec leur passion, à l’image de celui organisé par le négociant Bellon :

  • 210 Jean Bernouilli, op. cit., t. II, p. 76.

On peut s’adresser à M. Bellon pour des emplettes : il vous fournira pour 3 ou 4 louis neufs un assortiment d’huîtres et d’autres coquillages de Marseille ; il vous cèdera son Amiral pour 20 écus de 3 livres, une Hirondelle pour 6 livres. Le prix de son Marteau me paraît un peu fort, il l’estime à 100 écus, et il y en a de plus grands210.

  • 211 Yves Laissus, « Les cabinets d’histoire naturelle », René Taton, dir., Enseignement et diffusion de (...)
  • 212 AD BDR, Intendance sanitaire, 200 E 965, correspondance des capitaines avec le lazaret de Marseille (...)

44Si le port de Marseille ne compte pas au xviiie siècle de marchands spécialisés dans la collection naturaliste, semblables à ceux étudiés par Yves Laissus pour la place parisienne211, il faut imaginer l’existence d’initiatives multiples, initiées par les missions confiées à des capitaines en partance pour des rivages réputés pour leurs richesses naturelles, et se poursuivant au gré des débarquements par des échanges d’objets et de correspondances épistolaires. Le voyage d’exploration constitue enfin le dernier moyen de rapporter des rivages éloignés de la Méditerranée des pièces destinées à l’étude naturaliste. Au cours de son voyage en Barbarie en 1785-1786, l’abbé Jean-Louis Poiret (1755-1834) fait ainsi parvenir à Marseille, par la tartane du capitaine Simon fils « quatre caisses d’histoire naturelle ». Rentré en Provence en mai 1786, et contraint à un séjour de quarantaine à Pomègues sur La Marie en compagnie du capitaine Grassière, il s’inquiète auprès des autorités du Lazaret de faire dispenser le produit de ses dernières collectes d’une longue immobilisation. On trouve là, parmi « plusieurs boëtes de sapin avec des d’insectes desséchés », les nombreuses pages de son herbier, et une caisse « contenant des productions marines, lithophytes, faux corail, etc.212 ».

  • 213 Antoine Gouan, Histoire des poissons, Strasbourg, Armand König, 1770, p. 299.
  • 214 Idem, p. 292.

45Quelles que soient leurs voies d’acheminement, les ressources de la Méditerranée contribuent à l’élaboration d’un réseau très dense de naturalistes, unis par le partage de valeurs communes forgées au sein des académies de province. Antoine Gouan, dans son Histoire des poissons, nous laisse entrevoir l’extrême diversité des hommes qui le composent, comme l’importance de leurs collections marines. Celle que « M. Huart, ci-devant Directeur des Fermes, possédait à Montpellier, a passé à M. de Viché, Trésorier de France, refermait une suite de coquillages et un nombre considérable de poissons et d’autres sujets contenus dans des bocaux213 ». Non loin de là, à Béziers, le cabinet de Bertholan, « prêtre de Saint-Lazare, des Académies royales de Montpellier », présente « une suite de coquilles et un certain nombre de polypiers », tandis qu’on trouve à la même époque, à Uzès, chez « M. de Bargeton, capitaine de grenadiers au régiment royal, des coquillages de Minorque214 ». Ces trois derniers exemples, puisés parmi beaucoup d’autres, démontrent la nature pour ainsi dire consubstantielle du monde de la collection moderne à celui des ressources marines méditerranéennes. Une ultime catégorie de ces dernières, exploitées dans une finalité marchande se prévalant parfois de l’intérêt de la science, doit être abordée dans le cadre de cette première partie. Il s’agit des animaux vivants.

Exploiter le vivant

Ménageries et montreurs de foire d’Ancien Régime

  • 215 Renaro Ghezzi, Livorno e il mondo islamico nel xvii secolo. Naviglio e commercio di importazione, B (...)
  • 216 Des mentions régulières se retrouvent ainsi dans la série ASF Ufficiali di Sanità, filze 393 (1756) (...)
  • 217 ASF, Ufficiali di sanità, filza 450, 3 avril 1775, f. 286.
  • 218 ASF, Ufficiali di sanità, filza 449, 26 décembre 1774, f. 299.
  • 219 ASF, Segretaria di Finanze, affari prima del 1788, Osservazioni sul’senaglio delle fiere di San Mar (...)
  • 220 Joseph Billioud, « Une baronnie de grands négociants marseillais : La Tour d’Aigues », Provence his (...)

46La place de l’animal vivant dans les échanges maritimes modernes en Méditerranée reste un domaine de la recherche encore peu investi par les chercheurs. Ces échanges concernent pour l’essentiel des animaux terrestres, qu’ils soient domestiques ou sauvages. Le seul trafic des chevaux, repéré entre Tunis et Livourne par Renato Ghezzi pour le milieu du xviie siècle215, mériterait à lui seul une étude. La présence de ces équidés est récurrente au siècle suivant, sur des navires en provenance du même port216, mais aussi de Tripoli de Barbarie ou de Constantinople. Une remarque identique peut d’ailleurs s’appliquer au commerce organisé par la Compagnie Royale d’Afrique au xviiie siècle. Souvent destinés à des cadeaux princiers ou à l’usage de puissants personnages, ces animaux domestiques côtoient dans les cales des animaux sauvages capturés dans les espaces subsahariens ou les zones lagunaires d’Afrique du Nord. Des gazelles, des flamands roses, ou des félins transitent régulièrement d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Arrivant à Livourne en avril 1775 à bord du vaisseau hollandais le Sarah, l’ambassadeur turc de Tripoli de Barbarie Haggi Abderahman Agà, entouré de huit serviteurs et de son secrétaire, emmène ainsi avec lui « 18 chevaux, 2 lions, un tigre et deux chameaux217 », qui s’ajoutent aux onze chevaux déjà expédiés quelques semaines auparavant à bord du brigantin anglais Mosca218. L’étude de ces trafics d’animaux sauvages, si elle était menée de front avec celle des milliers de « dents d’éléphants », de « plumes d’autruches » et de « peaux de chacals », régulièrement mentionnés dans les manifestes de navires, obligerait sans doute à porter un nouveau regard sur l’importance des prélèvements anthropiques réalisés au sein des écosystèmes désertiques ou sahéliens modernes. Ces animaux sauvages ont pour destination au xviiie siècle les ménageries privées ou princières, comme celle de San Marco et du jardin royal de Boboli à Florence219, ou celle installée dans le château de la Tour d’Aigues en Provence par son nouveau propriétaire après 1719, le riche négociant marseillais Jean-Baptiste Bruny220.

47Les animaux marins n’échappent pas à ces trafics durant la même période. Leur exploitation relève cependant d’un registre différent, celui des montreurs de foire. Le phoque moine Monachus monachus Hermann, 1779, en constitue la cible principale. Autrefois répandues dans toute la Méditerranée, les colonies de ce pinnipède étaient particulièrement nombreuses en Adriatique et sur les côtes de Dalmatie. Ce sont ces espaces qui alimentent les besoins des dresseurs modernes, au point que l’on pourrait parler pour le xviiie siècle de route adriatique du trafic du phoque moine. Les références puisées dans le Traité des pêches de Duhamel du Monceau suffisent à le démontrer. Les mentions d’individus exposés à la foule dans toute l’Europe révèlent l’ampleur d’un trafic de dimension continentale. La première évocation de Duhamel du Monceau, nous amène à Venise :

  • 221 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité général des pêches, t. IV, 10e section, chap. iii, art. I, P (...)

En 1772, on faisait voir au public à Venise pendant la foire de l’Ascension, un animal amphibie qu’on avait pris en Istrie dans une vigne où il était entré pour manger du raisin. Il pesait 600 livres. Sa tête ressemblait à celle d’un veau. Il avait sur le devant des pattes qui lui servaient de nageoires : celles de derrière dit-on, formaient une large queue ; on le tenait le jour dans une baille pleine d’eau, et il restait à sec pendant la nuit. On le nourrissait des poissons qu’on pouvait avoir à bon marché ; car il dévorait avec avidité tous ceux qu’on lui présentait. Entre ses repas, il dormait et ronflait comme un gros chien. Il vécut peu de temps. On dit que les chaleurs l’avaient fait périr221.

  • 222 Il existe ainsi à l’extrémité de la presqu’île de Saint-Tropez (Var) un écueil émergé, situé à prox (...)

48Le fait que le phoque doive sa capture à sa gourmandise confirme des enquêtes orales conduites en Corse, mais aussi dans la presqu’île de Saint-Tropez entre 2012 et 2014. Des témoignages montrent en effet que dans la région des Bouches-de-Bonifacio, comme sur la vaste plage de Pampelonne qui borde la partie orientale de la commune varoise de Ramatuelle, les phoques moines menaient jusqu’au xixe siècle des incursions dans les vignes à la fin de l’été, afin de s’y nourrir de grappes arrivées à maturité. L’allusion à la tête de « veau » du phoque exposé à Venise est elle aussi recevable, la mâchoire carrée de Monachus monachus, très caractéristique de l’espèce, expliquant qu’il ait été aussi désigné par l’appellation de « chien de mer », toponyme d’ailleurs toujours inscrit dans l’espace littoral méditerranéen222.

Fig. 30 : Phoque moine Monachus monachus (Muséum d’histoire naturelle de Marseille)

Fig. 31 : Phoque moine de Méditerranée. Gravure extraite de : Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, t. III, 1re partie, depuis 1666 jusqu’à 1699, Paris, Imprimerie royale, 1733

49La deuxième mention de l’auteur relative à cet amphibie est tout aussi intéressante. Elle confirme la filière vénitienne du phoque moine, mais aussi l’étendue de son espace de déportation, par le biais probablement de navires en partance pour l’Atlantique :

  • 223 Henri-Louis Duhamel du Monceau, idem.

[…] en 1780, dans le mois d’avril, on avait apporté à Nantes un grand phoque vivant. Celui qui le faisait voir disait qu’il avait été pêché deux ans auparavant dans la mer Adriatique. Le matin, on le faisait voir à sec, et pendant le jour, dans une cuve pleine d’eau de mer. Cette eau ayant manqué, on y substitua de l’eau douce, où il parut se porter bien pendant 18 mois. Dans le commencement que ce poisson avait été pris, il était farouche, même méchant, car il blessa considérablement au bras celui qui le soignait ; mais peu de temps après il s’était tellement apprivoisé que tout le monde le touchait sans crainte223.

  • 224 Bulletin de la station d’aquiculture et de pêche de Castiglione, Société d’éditions géographiques, (...)

50La « méchanceté » de l’animal sauvage ne doit pas surprendre. On la trouve relevée dans des textes plus récents relatifs à des captures réalisées sur les littoraux d’Algérie à l’époque coloniale224. Si l’animal survit au stress important des premiers jours de capture, son état alterne entre phases d’abattement et pulsions agressives. Son dressage est alors réalisé à coup de privations, habilement entrecoupées de récompenses sous forme de nourriture. L’intelligence du phoque moine explique qu’à l’instar de l’ours, il ait été considéré comme un animal utilisable par les montreurs de foire de l’époque moderne. Coupé de son milieu de vie, il est cependant rapidement affaibli, et la durée de captivité relatée à propos de l’individu exposé à Nantes peut être considérée comme exceptionnelle.

  • 225 Henri-Louis Duhamel du Monceau, ibid.

51Présent à Venise et à Nantes, le phoque de Méditerranée est aussi exposé à Paris durant la même décennie. Celui que le sieur Brune, négociant de Venise, avait ramené dans la capitale, fut montré pendant plusieurs années à la foire Saint-Germain et sur les boulevards. « Ce grand phoque avait été pris dans la mer Adriatique, sur la côte de Dalmatie. Il lui fallait 25 livres de poissons par jour [soit 12 kg]225 ». Les sciences naturelles n’ont que peu à voir avec cette démonstration publique, puisque Duhamel du Monceau nous révèle que le propriétaire de l’animal ne consentait au même moment à ne le laisser croquer par les naturalistes que « moyennant gratification ».

52Victime de sociétés littorales qui répondent à une demande continentale, le phoque moine commence à la fin de l’époque moderne le chemin qui va le conduire à sa disparition contemporaine, le dernier sanctuaire de l’animal se réduisant aujourd’hui aux îlots du parc marin d’Alonissos, dans les îles Sporades du Nord.

53Spectaculaire lorsqu’il est dédié au trafic de sujets de la mégafaune littorale, le commerce du vivant est aussi nourri durant les siècles modernes par des représentants plus modestes du monde animal. Le transport des coquillages révèle alors l’ancienneté des entreprises d’élevage aquacole dans l’espace méditerranéen.

Importer et élever des coquillages : les fermiers des fossi de Livourne (XVIIe-XVIIIe siècle)

  • 226 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche del Granduca, Ghezzano, Felici Editore, 2006, p. 23.
  • 227 Idem., p. 24.
  • 228 Idem, p. 18-19.

54Riche en coquillages, le littoral de Toscane est réputé dès les débuts de l’époque moderne pour la qualité de ses huîtres. La dégustation de celles-ci est d’ailleurs intégrée dans l’étiquette qui préside à la réception d’illustres personnages dans le grand-duché. Commandant les galères de la flotte napolitaine, Don Petro di Lena et le marquis de Santa Croce se voient ainsi remettre à leur arrivée à Livourne en mai 1615 un présent de trois cents huîtres. De retour dans la cité en novembre 1619, Santa Croce, se souvenant de la qualité des bivalves qui lui avaient été présentés quelques années plus tôt, ne peut résister au désir d’en consommer de nouveau. Le grand-duc lui fait alors immédiatement envoyer 1 500 de ces coquillages en guise de présent de bienvenue226. L’huître des mers livournaises, appréciée du prince particulièrement dans les nombreux jours maigres qui se succèdent entre l’Avent et la Résurrection, se retrouve ainsi régulièrement intégrée dans le jeu des relations diplomatiques, qui explique qu’elle soit parfois envoyée par mer jusqu’à Rome, où elle est redistribuée auprès des cardinaux de la curie227. Les fossi de Livourne, c’est-à-dire les douves qui encerclent les murailles de la ville et qui communiquent avec la mer, constituent dès l’aménagement du port des espaces privilégiés pour la pêche de ces coquillages. Durant la seule année 1619, 200 000 huîtres sont ainsi distribuées depuis Livourne. L’importance de ces prélèvements explique que très tôt, la ville ait été obligée de faire venir d’espaces maritimes proches des coquillages supplémentaires. Ceux-ci arrivent de l’étang de Biguglia sur le littoral oriental de la Corse dès 1586, des expéditions depuis l’étang de Diane (Aleria) et la Sardaigne étant aussi mentionnées à partir de 1603228.

  • 229 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, Dimostrazione dell’annuo canone che la (...)

55La nécessité de fournir la table princière, mais aussi la volonté de la communauté de Livourne de renforcer ses revenus financiers, expliquent que les fossi aient été affermés à partir de 1641. Le premier des proventuari, Antonio Petrini, originaire de Florence, emporte cette ferme cette même année pour une durée de 5 ans, à raison de 400 ducats par an229. En échange de ce montant, Petrini jouit d’un monopole exclusif de la pêche dans les fossi, mais est tenu aussi de conserver, « et de faire multiplier » les huîtres transportées depuis la Corse pour la seule table du grand-duc de Toscane. Il faut attendre 1653 pour que les contrats de fermage des fossés de Livourne autorisent les entrepreneurs à se faire expédier, de leur propre initiative, du naissain des lagunes corses, afin de pouvoir vendre librement les huîtres adultes auprès du public, après avoir évidemment réservé une partie de leur production pour la table grand-ducale. Le montant de cette provision obligatoire n’est d’ailleurs pas négligeable, puisque dans l’acte délivré en faveur de Francesco Tozzi en 1653, ce dernier s’engage :

  • 230 Idem, Sfoglio di recapiti relativi all’appalto della pesca de’Fossi in Livorno, 1771.
    « à faire ven (...)

a far venire a sue spese l’Ostriche di Corsica, e metterle in detti fossi per venderle a suo vantagio dandone però cento oggni giorno di magro a disposizione di S.A. cominciarando la prossima domenica dell’Avanti fino a Pasqua di la Resurrezione230.

  • 231 Ibid.

56Les fluctuations du montant des fermes, comme le caractère continu de leur passation jusqu’à la fin du xviiie siècle, révèlent les réelles difficultés rencontrées dans la culture des huîtres à Livourne, mais aussi la rentabilité potentielle de cette opération. Les actes de fermage conservés à l’Archivio di Stato de Florence montrent d’importantes variations de la valeur de ces monopoles temporaires. Après avoir régulièrement augmenté jusqu’en 1671, pour atteindre 800 ducats annuels, la ferme des fossi retombe à 650 ducats sous les entrepreneurs bientini Francesco Grandoni et Domenico Chiavecci, connaissant même un étiage à 250 ducats entre 1717 et 1726 sous la gestion de Luca Sanini. Puis le montant de cette ferme remonte au-dessus de 600 ducats dans les décennies suivantes et jusqu’au milieu du siècle231.

  • 232 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche… op. cit., p. 30 et 37.

57Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces fluctuations. Le premier s’explique par les crises de mortalité qui affectent avec régularité les colonies huîtrières, comme lors de l’année 1609, à cause d’un envasement des douves, ou au début de la décennie 1730, lorsque des travaux conduits sur les murailles augmentent de manière critique la turbidité de l’eau232. L’augmentation de la population de la ville et de ses activités induisent par ailleurs une pollution croissante, qui oblige au cours de la période étudiée à déplacer les zones de parcage et les viviers successivement du fosso Reale, près de la porte de Pise, à celui jouxtant la porte des Capucins en 1681, puis jusqu’au nouveau fosso du lazaret de S. Jacopo, en 1715. Ce glissement progressif vers la mer ne suffit pourtant pas à garantir les ostréiculteurs d’autres difficultés de gestion. Le déplacement des espaces d’activités ne s’est pas traduit en effet par la rétrocession à l’usage commun des anciennes zones d’élevage. Contre 1 500 ducats par an, le fermier Giovani Fenzi bénéficie ainsi en 1753 du privilège de pêche sur les :

  • 233 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, Pesca de Fossi, del Molo e di una part (...)

[…] fossi nuovi e vecchi della città di Livorno, siccome nel molo, e fuori del Molo, fino al Fanale e dietro al Lazzaretto di San Rocco, mediante il quale appalto, gode solo del comodo exclusivo di depositare e custodine ne fossi l’Ostriche, ed altri pesci testacci et di fare andare a suo vantaggio une specie d’osteria detta il Casino dell’Ostriche, ove si vende vino, e viveri, e ove nel corso dell’anno, vi spaccia alla minuta gran quantità d’Ostriche233.

  • 234 Idem, « … trois petites barques de deux ou trois personnes, entre les hommes et les garçons, qui pê (...)

58Ce dernier, qui a développé des activités de distribution autour des fossi, s’occupe directement de l’élevage des coquillages. Il ne pratique cependant pas personnellement la pêche d’autres espèces dans les limites qui lui sont octroyées. Il autorise les patrons pêcheurs à exploiter ces espaces, contre paiement de taxes journalières, hebdomadaires ou annuelles. Lorsque les pêcheurs ne peuvent payer cette taxe, ils s’engagent à vendre en exclusivité au fermier le produit de leurs pêches. En 1753, la concession de Giovani Fenzi est ainsi exploitée par quatre felouques napolitaines, qui versent une redevance hebdomadaire de cinq lires au fermier, tandis que deux équipes de pêcheurs maniant la rezzuola, c’est-à-dire une senne de terre, payent un abonnement annuel de 1 350 lires, et qu’une cinquantaine de pêcheurs à la canne ne peuvent pratiquer leur art qu’à raison de cinq lires par mois. S’ajoutent à ces pêcheurs déjà nombreux « tre barchettini, di due, o tre, tra uomini, e ragazzi, chez pescano le telline, [e] gli ragazzi che pescano pure le telline senza barchetto234 ».

  • 235 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche… op. cit., p. 41.
  • 236 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, arrêt sur les pêches pratiquées à Livo (...)

59De proche en proche, tous ceux qui pratiquent la pêche dans les eaux intérieures de Livourne sont donc sous la coupe du fermier, qui fait peser la menace de punitions sévères sur les patrons et les pêcheurs à pied qui ne s’acquitteraient pas de ces droits. Un mémoire non signé de novembre 1753, dont sont issus les informations mentionnées au cours des lignes précé – dentes, dénonce cette situation, cause selon l’auteur de la rareté du poisson à Livourne, de la misère de la communauté des pêcheurs, mais aussi de la pénurie constante de matelots au service de la marine du grand-duché. Au reste, des infractions se produisent. En 1766, un patron corse décide ainsi d’introduire à Livourne des huîtres pour les vendre librement, en conservant illégalement ses produits dans les eaux du môle235. La dénonciation croissante du monopole des pêches rejoint, à Livourne, un courant général favorable aux réformes au sein de l’État toscan. Elle explique les tentatives de rationalisation du marché de la distribution du poisson dans le grand-duché durant l’année 1772, que nous aborderons dans la suite de cet ouvrage, mais aboutit aussi en 1777 à la réduction de l’emprise de la ferme des fossi sur les espaces de pêche livournais236.

60La mise en œuvre d’un transport international régulier de coquillages vivants, comme de leur élevage dans des bassins intérieurs, constitue un cas exceptionnel dans l’histoire des transports maritimes méditerranéens à l’époque moderne. Même isolée, la pratique ostréicole développée à Livourne dès le début du xvie siècle témoigne de la capacité des communautés littorales à l’innovation et au changement. C’est cette dimension régionale des mutations de la pratique halieutique moderne, comme l’analyse des acteurs qui les ont initiées des côtes espagnoles à celles de l’Adriatique, que nous devons désormais examiner.

Notes

160 Ancien Testament, Deuxième livre des Chroniques, 2-12.

161 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus pres du naturel, Paris, Charles Estienne, 1555, p. 403-406.

162 Guillaume Rondelet, L’Histoire entière des poissons, Lyon, 1558, Meunier F., D’Hondt J.-L. (préf.), Paris, CTHS, 2002, p. 35-39.

163 Filippo Buonanni, Ricreatione dell’occhio e della mente nell’osservation’delle chiocciole, Roma, Per il Varese, 1631, p. 156-157.

164 Idem., « une quasi mèche de cheveux très délicats au toucher », « Il est de couleur marron foncé, et dans la plupart des pinnes est de la longueur maximum d’une palme. Son tissu sert admirablement à protéger le corps humain de l’humidité de l’hiver, et sert à qui souffre de surdité ».

165 René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage appellé Pinne Marine, ou Nacre de Perle ; à l’occasion duquel on explique la formation des Perles », Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1717, Paris, Imprimerie royale, 1719, p. 177-195.

166 ACCIM, L. IX. 729. Lettres de Cailhol et Cie (1785-1787), lettre du 16 mars 1787.

167 Yachar Kemal, Pêcheurs d’éponges. Reportages, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, 2009, p. 33.

168 Jean Georges Keyssler, Voyages à travers l’Allemagne, la Bohême, la Hongrie, la Suisse, l’Italie et la Lorraine, Hanovre, 1740, cité dans McKinley, D.- L. 1988. “Pinna and Her Silken Beard : A Foray Into Historical Misappropriations”. Ars Textrina : A Journal of Textiles and Costumes, vol. Twenty-nine, June, 1998, Winnipeg, Canada. p. 9-223

169 L’auteur la différencie de la « petite mer » de Tarente, c’est-à-dire l’espace lagunaire.

170 C’est-à-dire à l’état brut.

171 Richard de Saint-Non, Voyage pittoresque à Naples et en Sicile, t. III, Paris, Dufour, 1829, p. 44.

172 Christophe Élisabeth Favart d’Herbigny, Dictionnaire d’histoire naturelle, t. I, Paris, Bleuet, 1775, p. 143.

173 Antonella Galiuto, « Il bisso : analisi storica e prospettive di recupero di un’antica tradizione », Campi E., dir., La seta del mare, il bisso, Taranto, Scorpione Editrice, 2004, p. 37- 69.

174 Christophe Élisabeth Favart d’Herbigny, op. cit., p. 147.

175 Albert de La Marmora, Voyage en Sardaigne de 1819 à 1825, Paris, Delaforest, 1826, p. 452.

176 AN F 12, Expositions publiques des produits de l’industrie avant 1850, F 12 985, Catalogue de la seconde exposition publique des produits de l’industrie française, vendémiaire An X.

177 Entre 4,5 et 9 mètres.

178 René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage… », op. cit.

179 Michel Darluc, Histoire naturelle de la Provence, Avignon, t. III, 1786, p. 176.

180 Antoine-Joseph Dessalier d’Argenville, Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales, la lithologie et la conchyliologie, Paris, De Bure, 1742, p. 170.

181 Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle. Luxe et demi-luxe, Paris, CTHS, 2011, 401 p.

182 ACCIM, I 26-I 27-I 28, statistiques, états estimatifs des marchandises venant du Levant et de Barbarie (1700-1789).

183 « Orient » : non donné au jeu des couleurs brillantes de la nacre. Encyclopédie méthodique ou par ordre des matières. Arts et métiers mécaniques, t. II, Paris, Panckouke, 1788, p. 339.

184 ACCIM, I 26-27-28, Tableau des marchandises venant du Levant et de Barbarie (1700-1789).

185 Base Histospongia (Marseille-Livourne-Tunis, 380 navires, 1700-1789).

186 Sabiha Tlig Zouari, Jeanne Zaouali, « Reproduction of Pinctada radiata (Leach 1814) in Kerkennah Islands », Marine life, 1994, vol. 4, n° 1, p. 41-45.

187 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons, avec leurs pourtraicts, representez au plus pres du naturel, Paris, Charles Estienne, 1555, p. 64.

188 Honoré de Balzac, La peau de chagrin, Paris, Delloye et Lecou, 1838.

189 Pierre Bellon, La nature et la diversité des poissons…, op. cit. p. 65.

190 Ibid.

191 ACCIM, I 29-32, État des marchandises venant des pays étrangers (1725-1779).

192 AD BDR, 63 J 199, Papiers de commerce, Jean Rimbaud, négociant marseillais (janvier-avril 1685).

193 AD P.O., 1 J 456/1 : Journal des achats de marchandises (1748-1760) de Jeanne Rey, droguiste à Perpignan.

194 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, d’histoire naturelle et des arts et métiers, t. I, 6e éd., Paris, veuve Estienne, 1750, p. 1029.

195 Jacques-Christophe Valmont-Bomare, Dictionnaire raisonné universel d’Histoire naturelle, t. III, Lyon, Bruyset, 1791, p. 171.

196 Idem.

197 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit.

198 Jacques-Christophe Valmont-Bomare, Dictionnaire raisonné… op. cit. p. 172.

199 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel de commerce, op. cit.

200 Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville, Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales, la lithologie et la conchyliologie, Paris, De Bure, 1742, p. 170.

201 Idem, p. 230.

202 Jean Bernouilli, Lettres sur différents sujets écrites pendant le cours d’un voyage par l’Allemagne, la Suisse, la France méridionale et l’Italie en 1774 et 1775, t. I., Berlin, Jean Decker, 1777, p. 192.

203 Idem, p. 191.

204 Daniel Faget, Marseille et la mer. Hommes et environnement marin (xviiie-xxe siècle), Rennes, PUR/ Aix-en-Provence, PUP, 2011, p. 151.

205 Filippo Cavolini, Memorie per servire alla storia de’polipi marini, Napoli, 1785, p. 35.

206 AD BDR, 250 E 127, Lettre de Chevallier aux prud’hommes de Marseille, 1727.

207 Antoine Gouan, Histoire des poissons, Strasbourg, Armand König, 1770, préface (V).

208 Claire Boër, Entre terre et mer. Cadre de vie et culture matérielle des marins provençaux au siècle des Lumières, mémoire de Master 2 préparé sous la direction de Gilbert Buti, Aix-Marseille Université, 2012-2013, p. 220.

209 Daniel Faget, « La mer en vitrine. Les chemins de la collection naturaliste provençale aux xviiie et xixe siècles », Provence historique, t. LXIII-fasc. 254, octobre-novembre-décembre 2013.

210 Jean Bernouilli, op. cit., t. II, p. 76.

211 Yves Laissus, « Les cabinets d’histoire naturelle », René Taton, dir., Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, Paris, Hermann, 1964, p. 667.

212 AD BDR, Intendance sanitaire, 200 E 965, correspondance des capitaines avec le lazaret de Marseille, 1785/1786, lettre de l’abbé Poiret, 13 mai 1786.

213 Antoine Gouan, Histoire des poissons, Strasbourg, Armand König, 1770, p. 299.

214 Idem, p. 292.

215 Renaro Ghezzi, Livorno e il mondo islamico nel xvii secolo. Naviglio e commercio di importazione, Bari, Cacucci, 2007, p. 207.

216 Des mentions régulières se retrouvent ainsi dans la série ASF Ufficiali di Sanità, filze 393 (1756) à 457 (1778).

217 ASF, Ufficiali di sanità, filza 450, 3 avril 1775, f. 286.

218 ASF, Ufficiali di sanità, filza 449, 26 décembre 1774, f. 299.

219 ASF, Segretaria di Finanze, affari prima del 1788, Osservazioni sul’senaglio delle fiere di San Marco, filza 427 (1771-1778).

220 Joseph Billioud, « Une baronnie de grands négociants marseillais : La Tour d’Aigues », Provence historique, t. 19, fasc. 76, 1969, p. 118-132.

221 Henri-Louis Duhamel du Monceau, Traité général des pêches, t. IV, 10e section, chap. iii, art. I, Paris, 1782.

222 Il existe ainsi à l’extrémité de la presqu’île de Saint-Tropez (Var) un écueil émergé, situé à proximité du rivage, désigné par les cartes sous le nom de « tête de chien ». Des phoques moines y étaient installés jusqu’à la fin du xixe siècle. Le Petit Var, 24 mars 1892.

223 Henri-Louis Duhamel du Monceau, idem.

224 Bulletin de la station d’aquiculture et de pêche de Castiglione, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, fasc. 1, Paris, 1927, lettre de M. Lacoste, directeur de l’Inscription maritime, 27 février 1926.

225 Henri-Louis Duhamel du Monceau, ibid.

226 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche del Granduca, Ghezzano, Felici Editore, 2006, p. 23.

227 Idem., p. 24.

228 Idem, p. 18-19.

229 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, Dimostrazione dell’annuo canone che la dogana di Livorno ha ritirato dal provento della pesca dei fossi di quella cità del anno 1641 in poi.

230 Idem, Sfoglio di recapiti relativi all’appalto della pesca de’Fossi in Livorno, 1771.
« à faire venir à ses frais les huîtres de Corse, à les mettre dans les fossés pour les vendre à son profit et à en donner cent chaque jour maigre à la disposition de S.A à partir du prochain dimanche de l’Avent jusqu’à la Résurrection ».

231 Ibid.

232 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche… op. cit., p. 30 et 37.

233 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, Pesca de Fossi, del Molo e di una parte della spiaggia di Livorno nel 1753. « … du privilège de pêche sur les fossés neufs et anciens de la cité de Livourne, comme sur le môle, et à l’extérieur du môle, jusqu’au fanal et à l’arrière du lazaret de saint Roch, au moyen de quoi il bénéficie seul du privilège exclusif de dépôt et de garde des huîtres et autres coquillages dans les fossés, et d’exploiter à son avantage une espèce d’auberge appelée « le Casino des huîtres », où se vend du vin, de la nourriture, et où au cours de l’année, on vous fournit dans la minute une grande quantité d’huîtres ».

234 Idem, « … trois petites barques de deux ou trois personnes, entre les hommes et les garçons, qui pêchent les tellines, [et] les garçons qui pêchent aussi les telline sans petite barque ».

235 Clara Errico, Michele Montanelli, Le ostriche… op. cit., p. 41.

236 ASF Segretaria di finanze, affari prima del 1788, filza 420, arrêt sur les pêches pratiquées à Livourne, 13 janvier 1777.

Table des illustrations

Légende Fig. 24 : Pinna nobilis Linné, 1758. Gravure extraite de René-Antoine Ferchault de Reaumur, « Observations sur le coquillage appellé Pinne Marine, ou Nacre de Perle ; à l’occasion duquel on explique la formation des Perles », Histoire de l’Académie royale des sciences, année 1717, Paris, Imprimerie royale, 1719
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Fig. 25 : Gants et ceintures en soie de mer, musée de la Specola, Florence
Crédits (Cliché D. Faget, 2013)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 26 : Huître perlière Pinctada radiata
Crédits (cliché J. Ben Souissi, 2013)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 27 : Petite roussette Scyliorhinus canicula Linné, 1758
Crédits (P. Bellon, 1555)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Fig. 28 : Peaux de chagrin débarquées à Marseille (1726-1755)
Crédits (D. Faget, 2004) Source : ACCIM I 29-30-31 Statistiques du port de Marseille (1725-1779)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 29 : Origine des peaux de chagrin débarquées à Marseille (1726-1765, 26794 peaux)(D. Faget, 2004)
Crédits Source : ACCIM I 29-30-31 Statistiques du port de Marseille (1725-1779)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende Fig. 30 : Phoque moine Monachus monachus (Muséum d’histoire naturelle de Marseille)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 31 : Phoque moine de Méditerranée. Gravure extraite de : Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, t. III, 1re partie, depuis 1666 jusqu’à 1699, Paris, Imprimerie royale, 1733
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45353/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 49k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search