Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Échanges internationaux des ressources de la mer en Méditerranée

Un produit non alimentaire dominant : l’éponge de Méditerranée

Texte intégral

1À la différence des poissons de conserve, qui dans le cadre des échanges de grand cabotage proviennent essentiellement des espaces océaniques, les ressources originaires de la Méditerranée occupent une place non négligeable au sein du trafic des produits non alimentaires. L’éponge, avec le corail rouge, figurent parmi les produits locaux les plus souvent rencontrés dans les cales des navires venus du Levant ou de Barbarie. L’approche de la première de ces ressources pose des difficultés particulières, liées à la dispersion de sources souvent ponctuelles, mais aussi à la difficulté d’appréhension d’un organisme vivant rangé dans un grand nombre d’espèces et dont la taxinomie, aujourd’hui encore, est loin d’être achevée.

État des sources et de la recherche

Le constat d’un vide historiographique

  • 91 Paul Masson, Histoire du commerce français dans le Levant, Paris, Hachette, 1911.
  • 92 Jean – Pierre Filippini, Il porto di Livorno e la Toscana, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, (...)
  • 93 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de (...)
  • 94 Paul Sebag, Tunis au xviie siècle : une cité barbaresque au temps de la course, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 95 Nikos Svoronos, Le commerce de Salonique au xviiie siècle, Paris, PUF, 1956, 430 p.
  • 96 Maria Efthymiou-Chatzilacou, Rhodes et sa region élargie au xviiie siècle : les activités portuaire (...)
  • 97 Jean-Louis Miège, Pêcheurs d’éponges méditerranéens au xixe siècle, Navigation et gens de mer en Mé (...)

2L’éponge de Méditerranée appartient à cette catégorie de produits orphelins, qui avec d’autres ressources de la mer, n’ont pas trouvé d’historiens pour l’époque moderne. Un bref tour d’horizon des ouvrages consacrés aux échanges maritimes en Méditerranée suffit pour s’en convaincre. L’éponge est totalement ignorée dans les travaux déjà anciens de Paul Masson sur le commerce français dans le Levant91, alors que cet auteur consacre d’importantes recherches à l’économie du corail, en s’appuyant pour cela sur l’analyse des activités de la Compagnie Royale d’Afrique au xviiie siècle. Les productions plus récentes ne marquent à ce titre aucune rupture. Jean Pierre Filippini, dans son travail sur le port de Livourne, n’oublie pas de mentionner les éponges dans la liste des produits arrivant dans le grand port toscan. Il nous renseigne ainsi sur la nature de leur conditionnement en balles92, mais ne nous en dit guère plus. On attendra en vain d’autres précisions de la part d’historiens ayant travaillé sur l’histoire de la Régence de Tunis. Ces derniers n’ignorent pas cette ressource, mais ne lui accordent qu’une infime partie de leurs analyses. Sadok Boubaker, qui propose pourtant une reconstitution des relations commerciales du port de Barbarie avec les États chrétiens de la Méditerranée, ne réserve aux spongiaires que six lignes et deux petits tableaux, au demeurant précieux, puisque nous renseignant sur les tonnages d’éponges embarquées à Tunis entre 1692 et 169993. Cet autre spécialiste des économies barbaresques qu’est Paul Sebag est plus économe encore de sa plume, ne concédant que deux lignes sur 267 pages au produit qui nous intéresse94. La somme des connaissances accumulées à propos des rivages orientaux ne sustente pas davantage la curiosité des lecteurs, puisque Nikos Svoronos n’évoque les éponges qu’en huit lignes sur 430 pages95, tandis qu’en 1984, Maria Efthimiou-Chatzilacou, à peine plus prolixe que ses devanciers, ne leur consent que dix-huit lignes96. Ce peu d’intérêt des modernistes pour un produit pourtant lié au passé le plus ancien des sociétés méditerranéennes n’est pas compensé par l’activité éditoriale des historiens contemporanéistes, la maigreur des publications sur le sujet étant patente dans la recherche française97. Ce vide historiographique contraste avec le foisonnement des publications accumulées entre 1860 et 1914, qu’elles émanent des milieux d’affaires liés à l’édification du protectorat en Tunisie, ou des nouveaux laboratoires de biologie marine qui équipent progressivement l’ensemble des littoraux du bassin occidental avant la Première Guerre mondiale, à l’exemple de celui installé à Sfax en 1905 par le physiologiste lyonnais Raphaël Dubois. Comment interpréter ce désintérêt séculaire pour un produit qui, à l’égal des indiennes du Levant ou des blés de mer, a pourtant alimenté une partie du négoce des ports méditerranéens avant la Révolution française ? Objet aux limites indécises, aux contours malléables et à la couleur sépia, l’éponge n’a pas trouvé, dans l’imaginaire des générations d’historiens, une place aussi forte que l’incarnat du corail ou le violet puissant de la pourpre. Plus sûrement, la modestie des sources modernes la mentionnant, comme leur caractère dispersé, expliquent le retard de la recherche à son endroit.

Réévaluer les sources

3La connaissance des éponges exploitées sous l’Ancien Régime peut s’appuyer sur plusieurs types de sources.

  • 98 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I, Paris, Jacques Estienne, 172 (...)
  • 99 Aristote, Histoire des animaux, t. I, chap. v, Paris, Tricot J. (trad.), 1957, p. 319-323.
  • 100 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national Mémoire dans lequel (...)
  • 101 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 (...)

4Les premières, d’une localisation aisée, concernent l’ensemble des publications d’Ancien Régime, auxquelles s’ajoutent des écrits restés à l’état de manuscrits. Ces ouvrages se rangent en plusieurs catégories. Le recours aux traités et dictionnaires du commerce est un préalable indispensable. La plus connue de ces publications, celle de l’inspecteur général des douanes Jacques Savary des Bruslons (1657-1716), plusieurs fois rééditée entre 1723 et la fin du xviiie siècle, contient ainsi un long article relatif aux éponges, riche d’une foule d’informations sur les zones de pêche, la qualité et les prix des produits, et les tonnages entrés dans le port de Marseille pour des périodes limitées98. À ces ouvrages spécialisés dans l’art du négoce, le chercheur doit ajouter des sources imprimées tout aussi spécifiques, les traités de médecine ou de chirurgie, les manuels des sciences vétérinaires, ceux relatifs aux soins du corps dans sa plus large acception (parfumeurs, barbiers, perruquiers), mais aussi les manuels d’imprimerie ou de décoration. La rareté des traités naturalistes présentant les connaissances du temps sur les spongiaires, qui, pour la plupart d’entre eux, répètent invariablement quelques passages de l’Histoire des Animaux d’Aristote99, doit conduire à accorder une grande attention au seul mémoire écrit dans ce domaine sous l’Ancien Régime, resté sous une forme manuscrite, celui du médecin marseillais Jean-André Peyssonnel100. Par ailleurs auteur d’une Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 et 1725101, Peyssonnel attire également notre intérêt sur les récits de voyages, particulièrement nombreux en direction du Levant et des côtes de Barbarie durant toute l’époque moderne, qui peuvent nous apporter quelques renseignements isolés sur le commerce ancien des éponges.

  • 102 ACCIM, I 26 (1700-1747), I 27 (1725-1759), I 28 (1776-1779 et 1786-1789). Statistiques du port de M (...)
  • 103 ACCIM, J 1902 (1730-1745), J 1903 (1746-1755), J 1904 (1756-1769), J 1905 (1772-1776), Manifestes d (...)

5Nous informant prioritairement sur les usages de ce produit, parfois aussi sur la nature des espèces échangées, ces sources publiées ou manuscrites ne permettent de restituer que de façon ponctuelle les tonnages d’éponges exploités sous l’Ancien Régime. La connaissance de la géographie précise des pêcheries d’éponges, mais aussi celle des prélèvements effectués sur les écosystèmes marins, représentent à ce titre l’un des enjeux majeurs de la recherche actuelle. Cet objectif s’inscrit résolument dans la volonté de construire une science interdisciplinaire de la mer, accordant aux sciences humaines et sociales une fonction essentielle, celle de la reconstitution, à propos de diverses espèces, de leurs états de base pour les siècles passés. De quelles sources l’historien peut-il se servir pour redonner vie aux écosystèmes disparus ? Qualifiée souvent de période pré-statistique, l’époque moderne a parfois produit des séries quantitatives relativement homogènes, aujourd’hui encore sous-exploitées dans le domaine des ressources marines. La documentation relative aux activités portuaires relève indéniablement de ce registre. Trois séries de sources liées au commerce international ont été mises à profit pour préparer cet ouvrage. L’une est purement statistique, et consiste dans un bilan annuel de l’ensemble des marchandises entrées dans le port de Marseille durant près d’un siècle depuis le Levant et la Barbarie102. Les éponges y sont rangées par lieux d’embarquement et par catégorie, les prix et les tonnages globaux de ces importations étant systématiquement indiqués. S’ajoutant à ce premier fonds, celui constitué par les manifestes de chargement des navires ayant quitté le port de Tunis entre 1730 et 1776 offre un intérêt équivalent103. Il permet en effet de mieux appréhender le classement des ports chrétiens importateurs d’éponges, et éventuellement leur fonction de pôle de redistribution à l’échelle régionale ou internationale. Chaque manifeste conservé dans la série J de la Chambre de commerce de Marseille comporte le nom d’un capitaine, celui d’un bâtiment, et d’un ou plusieurs expéditeurs et destinataires de la marchandise. L’ensemble de ces documents permet d’entrevoir les réseaux en œuvre dans le négoce de ce produit. Les tonnages portés sur les manifestes autorisent par ailleurs une vérification de la validité des informa – tions contenues dans la première série statistique mentionnée.

  • 104 ASF, Ufficiali di sanità, filza 393 (janvier 1755)-filza 457 (mars 1778).

6Un troisième fonds offre enfin des informations chiffrées, précieuses, et continues, même si la nature de la source utilisée n’est pas à proprement parler directement liée à la fiscalité portuaire. Il s’agit des rapports des officiers de santé du port de Livourne au xviiie siècle, qui dans le cadre de l’application de la quarantaine, nous livrent une carte d’identité précise des navires, de leurs provenance, des différentes escales marquant les voyages, mais aussi du contenu des cales des bâtiments, les éponges étant ici comptabilisées en balles104.

  • 105 ADP.O., 1 J 456/2 : Journal des ventes (1754-1757), 1 J 456/3 : Ventes (décembre 1754-février1756).

7Des sources locales, plus difficiles à repérer, et donc pour l’heure encore trop peu nombreuses, permettent enfin de suivre le cycle de commercialisation de l’éponge jusqu’à sa destination finale, l’achat par des particuliers pour différents usages. Les livres de compte de Jeanne Rey, une droguiste de Perpignan, ont ainsi partiellement éclairé la dernière étape d’une organisation de la distribution, mais aussi les variations des prix de cette marchandise, depuis son point de départ, le golfe de Gabès, jusqu’à son point d’arrivée, la province de Roussillon105.

Un nécessaire traitement informatique

  • 106 A Relational Model of Data for Large Shared Data Banks, CACM 13, n° 6, june 1970.

8Afin d’analyser au mieux les informations recueillies dans des sources différentes, une base de données relationnelles a utilisée dans le cadre de cette étude. Le simple tableur ne pouvant rendre justice à la complexité et à la profusion des chargements d’éponges enregistrés, cette dernière s’est appuyée sur les travaux d’Edgar Frank Codd qui fonda le modèle relationnel, conçu l’algèbre relationnel en 1970106, et reçu pour cela en 1981 le prix Turing, équivalent du prix Nobel pour les informaticiens. Frank Codd a littéralement révolutionné les systèmes d’informations, en permettant de modéliser ainsi n’importe quelle problématique.

9Le cœur de cette base de données relationnelle repose sur la réalité du commerce maritime, et sur son expression centrale, le voyage. Un voyage mobilise un navire, un ou plusieurs capitaines successifs et un équipage. Il est composé d’escales multiples au cours desquelles des marchands échangent, chargent et déchargent un certain nombre de produits à l’intention d’autres marchands. Chaque étape, datée, voit la composition du fret évoluer. De chacune de ces marchandises nous connaissons la nature, la quantité, le poids total et unitaire, le prix total et unitaire, dans des unités de poids et monétaires variables. L’analyse détaillée de tous ces paramètres a ainsi permis de construire un véritable système d’information géographique du commerce maritime de l’éponge au xviiie siècle.

  • 107 Structured Query Language (Langage d’interrogation structuré).

10Une fois la base de données suffisamment renseignée, les différents ports mentionnés ont été positionnés dans l’espace, l’ensemble étant couplé à un logiciel d’analyse spatiale. Une quarantaine de requêtes SQL107 ont été rendues nécessaires pour obtenir les graphiques et les cartes présentés au cours de ces pages.

11La reconstitution des tonnages échangés, comme des principaux lieux d’exploitation ou de distribution des éponges pose évidemment en filigrane la question des usages attachés à cette marchandise. L’utilisation de l’éponge commerciale apparaît comme croissante au cours des trois siècles étudiés

Des usages variés à l’époque moderne

12Le marché de l’éponge à l’époque moderne est soutenu par les usages très variés de ce produit. Ces derniers évoluent à partir du xvie siècle, en lien avec la redécouverte du corps, les progrès de la médecine, mais aussi la diffusion rapide du livre et le triomphe de la culture équestre.

13Figurée dans l’art occidental dès la fin du Moyen Âge, l’éponge a longtemps été attachée à une seule symbolique religieuse. Sa représentation dans la peinture rappelle alors l’un des gestes principaux de la crucifixion, la présentation au Christ par un soldat romain d’une éponge imbibée d’eau vinaigrée. On retrouve cette image déduite des textes néotestamentaires dans de très nombreuses œuvres. Il serait hors de propos de tenter de les recenser dans le cadre de cette étude. On remarquera cependant qu’une étude systématique de la représentation des éponges dans les œuvres médiévales et modernes donnerait sans doute quelques résultats dignes d’intérêt, la précision des tableaux nous renseignant parfois sur la nature des espèces inspirant les artistes. La belle peinture conservée dans l’église paroissiale Sainte-Marie de l’Assomption de Palau del Vidre (Pyrénées-Orientales) nous en offre une démonstration. Provenant des éléments d’un retable du xve siècle, cette huile attribuée à Raphael Tamaro illustre une scène de la crucifixion du Christ.

Fig. 8 : Rafael Tamarro, Tableau de la crucifixion (décennie 1490), église Sainte Marie de l’Assomption, Palau del Vidre Pyrénées-Orientales.

(Cliché Philippe Benoist Association du trésor de l’église de Palau del Vider)

14L’éponge, bien visible à gauche de la composition, se rattache indéniablement par son apparence à ces éponges fines du Levant, dite « fines de Venise », parce qu’elles arrivaient ordinairement par la voie de l’Adriatique au xve siècle. Si la représentation de l’éponge christique ne disparaît pas dans l’expression artistique de l’époque moderne, l’évocation de cette ressource marine se diversifie progressivement en pénétrant le quotidien des sociétés modernes. Les soins du corps constituent l’un de ses domaines de diffusion. Avant même la redécouverte du bain et du lavage régulier, qui n’intervient pas réellement avant le xviiie siècle, le monde du parfum et de la poudre cosmétique en fait un usage régulier dès le xviie siècle. Le parfumeur parisien Simon Barbe propose ainsi dans le manuel qu’il édite en 1693 une préparation précise pour les éponges destinées aux soins du visage :

  • 108 Simon Barbe, Le parfumeur français qui enseigne toutes les manières de tirer les odeurs des fleurs  (...)

Vous choisirez des éponges toutes les plus belles et les plus fines, et vous couperez ce qui peut être autour qui n’y convient pas. Vous les mettrez ensuite tremper dans de l’eau pendant quelques heures, puis vous les laverez et frotterez bien en les changeant d’eau tant de fois que l’eau demeure claire. Puis vous les mettrez seicher, et étant seiches vous les mettrez tremper dans de l’eau d’ange, ou bien dans l’eau de fleur d’Orange dans laquelle vous aurez aussi versé un filet d’essence d’ambre, et après y avoir trempé du jour au lendemain vous les retirerez de l’eau sans trop les exprimer et les mettrez seicher, et seront faites108.

  • 109 Idem., p. 196.

15Entrant dans la catégorie des accessoires vendus par les professionnels, les éponges des parfumeurs subissent ordinairement une préparation qui varie en fonction des officines. Leur utilisation n’est pas réservée aux femmes, puisque Simon Barbe les recommande aussi pour les hommes après rasage109.

  • 110 Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, (...)
  • 111 Idem., p. 270.
  • 112 Recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leur explicati (...)

16Les soins de bouche entrent également dans les attributions du zoophyte, l’éponge venant ici en complément d’autres produits destinés à polir l’émail, comme la poudre de corail110. Le duc Henri III de La Trémoïlle en fait au xviie siècle une acquisition régulière, avec des brosses et des cure-dents111. Débordant au siècle suivant le cercle étroit des représentants de la grande noblesse, l’éponge est un des attributs habituels des barbiers et perruquiers. Le Recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques publié à Paris en 1771 la présente en bonne place dans son chapitre consacré à ces professions, désormais couplée avec une boîte de savon à barbe112.

Fig. 9 : Éponge de barbier (fig. 7), planche extraite du Recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leur explication, Paris, Briasson, 1771

  • 113 Joseph-Adrien Le Roi, Curiosités historiques sur Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Paris, Plon, 1864
  • 114 AD P.O., 1 J 649, Journal des ventes de la veuve Rey (1749-1754), p. 223.

17D’une présence familière à la fin de l’Ancien Régime dans les franges supérieures de la société, l’éponge est aussi associée à des moments parti – culiers comme les naissances ou les décès. Elle intègre dans ce cadre une pratique thérapeutique ou rituelle. Lors de l’accouchement de la dauphine en 1682, le futur duc de Bourgogne, dès qu’il voit le jour, est ainsi lavé « avec une éponge trempée dans du vin légèrement chauffé, dans lequel on avait fait fondre une certaine quantité de beurre113 ». Dans une catégorie sociale plus modeste, Boute, un bourgeois de Perpignan, fait l’acquisition en 1754 « d’une éponge, avec deux cierges, une croix, de l’encens […] livré pour l’enterrement de Mlle sa fille, nécessaire du culte et de la toilette du cadavre114 ».

  • 115 Étienne Van de Walle, « Comment prévenait-on les naissances avant la contraception moderne ? », Pop (...)
  • 116 L’Escole des Filles, ou la philosophe des Dames divisée en deux dialogues, Cythère, Imprimerie Vénu (...)
  • 117 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt, Aubert de Vitry (trad.), t. XI, Paris, Tournachon-Mol (...)
  • 118 Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau, Le Rideau levé, ou l’éducation de Laure, L’Enfer de la Bibliot (...)
  • 119 ASF, Ufficiali di sanità, filza 426, Inventario di tutto il medicinale cattivo della spezieria di S (...)
  • 120 Étienne Gourmelen, Le Sommaire de toute la chirurgie, Paris, Olivier de Varennes, 1607, p. 41.

18Le recours à l’éponge pour des usages condamnés par l’Église, qualifiés par les prédicateurs du temps de « funestes secrets », expression qui désigne ici les pratiques de contraception mais aussi les gestes abortifs, semble exceptionnel, et relativement tardif. Son évocation, parfois évoquée dans les publications des biologistes contemporains consacrant quelques lignes introductives aux fonctions anciennes de ce produit, nécessite une brève mise au point historiographique. La mention d’une éponge vaginale n’apparaît jamais dans les ouvrages du xviie siècle115. Elle est absente de l’Escole des filles, ouvrage libertin attribué à l’entourage du poète Scarron publié et diffusé illégalement à partir de 1655116. Elle n’est pas mentionnée non plus dans les mémoires du vénitien Casanova de Seingalt à propos des visites qu’il effectue dans les bordels marseillais au milieu du xviiie siècle117. Il faut attendre la publication en 1788 du Rideau levé, texte érotique attribué à Mirabeau, pour trouver une référence à l’éponge fine comme contraceptif, fixée à un cordon et additionnée d’eau de vie118. On conviendra du caractère somme toute marginal de cette utilisation. Ce produit entre en revanche massivement dans les pratiques médicales et chirurgicales à la même époque. On le retrouve d’ailleurs mentionné sur les étagères des apothicaireries monastiques ou hospitalières, à l’exemple de celle du couvent de San Francesco del Borgo, à Florence en 1767119. La plupart des traités de soins des xviie et xviiie siècles consacrent ainsi de longs paragraphes aux vertus des spongiaires. De manière commune, l’éponge sert en premier lieu à étancher le sang lors des opérations120. Elle permet aussi, habilement employée, d’ôter un obstacle encombrant l’œsophage :

  • 121 Guillaume Buchan, Médecine domestique ou traité complet des moyens de se conserver en santé, Paris, (...)

Lorsqu’un corps est arrêté dans le gosier, mais de manière à ne pas remplir tout le passage, on introduit un morceau d’éponge dans le vuide que laisse le corps dans le passage, et on le fait descendre par-delà le corps : l’éponge se gonfle bientôt, et acquiert du volume dans cet endroit humide […] Alors on la retire par le manche auquel elle est attachée, et comme elle est devenue trop volumineuse pour le petit endroit par lequel elle a été introduite, elle entraîne avec elle le corps qui lui fait obstacle121.

  • 122 Daniel de La Roche, Philippe Petit-Radel, Encyclopédie méthodique, Chirurgie, Paris, Panckouke, 179 (...)
  • 123 Idem.
  • 124 Pierre-Joseph Buc’hoz, Médecine moderne ou remèdes nouveaux et autres, Paris, Lacombe, 1777, p. 150

19Soumise à une compression avant imprégnation par de la cire fondue, l’éponge est utilisée par les chirurgiens pour dilater les plaies. Son introduction dans la blessure, en faisant fondre la cire, libère le volume initial de l’objet, qui sert alors de drain pour les humeurs122. Elle est parfois ingérée. À l’état calciné, sa forte concentration en iode est réputée soigner jusqu’au xixe siècle les « gonflements glanduleux123 », c’est-à-dire des déséquilibres thyroïdiens. Les praticiens d’Ancien Régime préconisent enfin son recours contre les affections gynécologiques. Placée dans le vagin, elle garantit une diffusion lente des décoctions à base de vin rouge et de noix de cyprès destinées à resserrer la matrice124.

  • 125 Didier François d’Arclais de Montamy, Traité des couleurs pour la peinture, Paris, 1765, p. 203
  • 126 Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire portatif de peinture, sculpture et gravure, avec un traité pra (...)
  • 127 Daniel Roche, La culture équestre de l’Occident, xvie-xixe siècle : l’ombre du cheval, t. I, Paris, (...)

20Plus encore que leurs usages médicaux ou hygiéniques, l’emploi des éponges dans l’artisanat explique la demande croissante de ce produit au cours de l’Ancien Régime. Leurs propriétés absorbantes les rendent indispensables dans la plupart des métiers de l’artisanat. Chez les créateurs de stucs, elles participent des opérations de ponçage et de lissage des volumes après durcissement125. Chez les peintres et les graveurs, elles facilitent l’imprégnation des feuilles de papier avant impression126, l’élimination des surplus d’encre sur les plaques de gravure ou le « tamponnage » des surfaces de fresques. L’épanouissement de la culture équestre a enfin, de manière certaine, contribué à affermir la demande de ce produit aux xviie et xviiie siècles127. Dans son manuel d’hippiatrique, Philippe-Étienne Lafosse recommande son usage par les propriétaires de chevaux :

  • 128 Philippe-Étienne Lafosse, Cours d’hippiatrique ou traité complet de la médecine des chevaux, Paris, (...)

La propreté du corps des animaux est aussi nécessaire que celle des écuries ; on l’entretient à l’aide d’un bon pansement de la main qui, en enlevant la crasse de dessus la peau, favorise la transpiration cutanée et entretient l’équilibre des fonctions. On se sert à cet effet d’étrilles, d’époussettes en étoffe ou en crin, de brosses, de bouchons de paille d’éponges et de peignes128.

21Aisément perceptible dans la littérature moderne, la place de l’éponge dans la culture matérielle du temps alimente un commerce actif depuis plusieurs espaces de la Méditerranée. L’analyse des flux qui alimentent ces échanges rend possible non seulement une géographie des zones de pêche, mais aussi une reconstitution des volumes prélevés dans les écosystèmes marins.

Volumes et lieux de provenance sous l’Ancien Régime

Espaces de pêche et de négoce

  • 129 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienn (...)

Les Français tirent les éponges du Levant ; les plus petites, qui sont les plus fines et les plus estimées, viennent de Constantinople, et les plus grosses sont envoyées de Barbarie, particulièrement de Tunis et d’Alger : elles viennent en France ordinairement par la voye de Marseille129.

22Ces quelques lignes, extraites du Dictionnaire universel du commerce de Jacques Savary des Bruslons, résument l’état des connaissances qui étaient les nôtres avant le début de ce travail. Elles identifient clairement deux zones de production, le Levant et la Barbarie, et des ports d’embarquement dont l’auteur nous laissent penser qu’ils jouent le rôle de marchés de gros pour l’achat de cette marchandise, Constantinople, Tunis et Alger. À dire vrai, l’ouvrage de l’inspecteur général des douanes montre dès l’abord une contradiction. L’État général du commerce dressé pour Marseille en 1688 par le négociant Gaspard Carfueil, placé au début de l’ouvrage de Savary, ne mentionne en effet ni Alger ni Constantinople parmi les ports principaux d’embarquement des éponges. Face à cette incohérence apparente, il était donc indispensable de s’appuyer sur des sources plus substantielles. Un premier croisement des sources permet de vérifier la validité des propos de Savary et de Carfueil.

Fig. 10 : Changements d’éponges en Méditerranée (1730-1777) 241 appareillages, 307 chargements, 3544 balles

23Un total de 241 appareillages enregistrés en Méditerranée entre 1730 et 1777 rend possible l’analyse de 307 chargements distincts, contenant un total de 3 544 balles d’éponges. Que constate-t-on ? Les deux origines de ce produit énoncées par Savary des Bruslons sont bien présentes dans les résultats. On relève cependant un extrême déséquilibre entre l’espace du Maghreb oriental, de Tunis à Tripoli de Barbarie, et celui des côtes levantines, appréhendées dans leur plus large acception, d’Alexandrie à la Morée. Les seuls embarquements au départ de Tunis, de Sousse, de Sfax ou des îles Kerkennah, et de la grande île de Djerba, totalisent à eux-seuls 2 972 balles, portées à 3 088 si on y ajoute les départs depuis le port de Tripoli. Tunis joue indéniablement une fonction de lieu de stockage et de convergence des pêches du golfe de Gabès. Alors que l’éponge n’y est pas exploitée, la capitale de la Régence cumule 1 574 balles. On remarque à ce propos la quasi inexistence du port d’Alger, fait qui n’est pas en adéquation avec les propos de Savary des Bruslons, mais qui confirme les affirmations du négociant Carfueil, et apparaît pleinement justifié par la rareté et la médiocre qualité des bancs spongifères sur ce littoral.

24La réalité levantine est tout aussi surprenante. Constantinople n’y figure pas comme un lieu majeur du négoce des éponges, celles-ci provenant d’abord des deux échelles de Smyrne et de Salonique, qui font presque jeu égal, avec 60 balles embarquées. L’extrême dispersion des ports d’embarque – ment orientaux est notable, à la mesure de la dispersion des zones de pêche, étendues depuis le golfe de Saronique et ses environs (Égine, Hydra, Spetses) jusqu’au Dodécanèse (Symi, Kalymnos), au littoraux de la Crète et aux côtes de Caramanie et de Syrie (Tripoli de Syrie, Saïda, Beyrouth). Le Levant arrive dans tous les cas loin derrière les rives de la Cyrénaïque et du golfe de Gabès, puisqu’il ne totalise que 262 balles dans les chargements de navires. Certains ports chrétiens jouent enfin un rôle de redistribution. Marseille, présentée par Gaspard Carfueil en 1688 comme une place de la redistribution vers l’Espagne, le Portugal, le Piemont, la Hollande et Hambourg, semble ne plus occuper cette fonction entre 1730 et 1770 Durant ces décennies, Gênes, La Valette, Mahon, Venise, et très marginalement le port provençal, réexpédient un nombre réduit d’éponges importées, tandis que Livourne, avec 100 balles embarquées, apparaît comme le premier port chrétien de redistribution de ce produit en Méditerranée.

25Si l’on change les requêtes formulées auprès de la base informatique, en l’interrogeant sur les quintaux d’éponges enregistrés, convertis en tonnes, et en abandonnant cette unité de poids variable qu’est la balle, il devient possible d’obtenir une évolution en valeur absolue des quantités d’éponges arrivées à Marseille, ou embarquées dans la Régence de Tunis.

26L’étude des séries marseillaises, plus étendues dans le temps que celle de Livourne, apparaît comme pertinente à la lumière des tonnages embarqués à Tunis. Premier port d’embarquement des éponges en Méditerranée, Tunis expédie l’essentiel de sa production dans le port provençal au cours du xviiie siècle. Ce dernier est donc bien représentatif de l’évolution de la production méditerranéenne, et peut légitimement être privilégié dans les analyses.

Estimation des tonnages distribués au XVIIIe siècle

  • 130 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 (...)
  • 131 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienn (...)

27« Il sort de ce pays environ 400 quintaux d’éponges » [16,1 tonnes]130. Ce propos du médecin Jean-André Peyssonnel, appliqué à la Régence de Tunis en 1725, constitue une base préliminaire pour évaluer l’impact de cette pêche spécifique sur les écosystèmes marins à l’époque moderne. Sa portée est surprenante, le chiffre avancé par le naturaliste apparaissant comme singulièrement élevé. Il semble toutefois recevable au miroir de l’État général du commerce de Gaspard Carfueil. Le négociant estime en effet en 1688 que 500 ou 600 quintaux d’éponges entrent annuellement à Marseille, soit 20 à 24 tonnes131. Dans les faits, l’exploitation des éponges de la Régence a revêtu un caractère massif à la fin de l’époque moderne, bien que marqué par de fortes irrégularités.

28Un premier graphique, présentant les tonnages d’éponges débarquées à Marseille donne une idée de l’importance de cette pêche pour l’ensemble de la Méditerranée.

  • 132 Livres constantes base 100 Franc-or 1803.

Fig. 11 : Volumes et valeurs des éponges débarquées à Marseille au xviiie s.132

Source : ACCIM I 26-27-28, Tableau des marchandises venant du Levant et de Barbarie (1700-1789) Base Histospongia (E. Carroll & D. Faget, 2014)

29Totalisant régulièrement des bilans annuels de plus de 15 tonnes, le négoce marseillais apparaît cependant très fluctuant. Les creux visibles sur l’histogramme ne s’expliquent qu’imparfaitement par les tensions géopolitiques qui affectent la Méditerranée au xviiie siècle. Si la guerre de Succession d’Espagne se traduit par des années creuses, elle est aussi marquée par de brusques reprises en 1708 et 1714. Le même constat peut être dressé des conséquences de la guerre de Succession d’Autriche, un pic séculaire de plus de 61 tonnes d’éponges débarquées bénéficiant à l’année 1745, avant qu’un nouvel effondrement ne caractérise les années 1746 et 1747. La médiocrité seule des années 1756-1763 semble en adéquation avec les troubles qui perturbent le commerce maritime. D’autres facteurs semblent donc intervenir dans l’irrégularité générale du négoce des éponges arrivant à Marseille. L’explication d’une saturation régulière des marchés de distribution ne peut ici être retenue, puisque la courbe, en livres constantes, des valeurs de cette marchandise au quintal forme un reflet inversé ce celle des tonnages, témoignant d’une demande qui ne tarit pas sur la place provençale. La rivalité des places de Livourne et de Marseille explique peut-être la disparition régulière des flux d’éponges dans les entrepôts du premier port méditerranéen français.

30La reconstitution séculaire des tonnages déclarés de ce produit à Livourne permettrait seule une comparaison fine entre l’activité des deux places. Le dépouillement des sources livournaises n’a pour l’heure pu être effectué que sur une vingtaine d’année (1756-1778). Outre les difficultés posées par l’étude d’une vaste série aujourd’hui partiellement inaccessible pour des raisons de restauration, les archives toscanes présentent une difficulté supplémentaire. Comme ceux de Marseille, les officiers de santé du port de Livourne, qui n’ont pas pour fonction de prélever une taxe sur les marchandises, mais bien de prévenir la cité de tout risque de contagion, n’indiquent jamais le poids des balles qu’ils relèvent dans leurs manifestes. Le graphique marseillais, même s’il ne prend en compte qu’une partie des flux circulant en Méditerranée, démontre cependant le caractère non négligeable des tonnages d’éponges échangés pendant le dernier siècle de l’époque moderne.

31La représentation graphique de l’enregistrement des cargaisons au départ des ports de Barbarie, confirme l’importance de cette pêche sur la rive sud de la Méditerranée. Mordant sur la dernière décennie du xviie siècle, ce graphique rappelle la désorganisation opérée par la guerre dans le commerce méditerranéen. La guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697 a), puis la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714, b) marquent ainsi, bien que de manière irrégulière, un creux du négoce des éponges embarquées dans la Régence. Cette baisse des exportations se retrouve également lors des deux dernières années de la guerre de Succesion d’Autriche (1744-1748, c) et pendant la guerre de Sept Ans (1756-1763, d).

Fig. 12 : Enregistrement des cargaisons d’éponges au départ des ports de Tunisie (1690-2000)

32Les niveaux de pêche y apparaissent, pour l’ensemble de la période moderne, supérieurs à ceux déjà entrevus lors des arrivées à Marseille, en raison d’une distribution qui se fait aussi en direction du port toscan. Le pic de 1745 est donc accentué, avec un maximum d’éponges exploitées de près de 66 tonnes. Pour évaluer à sa juste valeur cette dernière donnée, il semble indispensable de changer d’échelle d’analyse, en examinant les tonnages modernes à la lumière des prélèvements de la fin du xixe siècle, qui marque en Méditerranée l’apogée de l’exploitation de l’éponge.

33La mise en perspective de cette thématique sur la longue durée est révéla – trice d’une pression anthropique sur le milieu marin très précoce. Elle doit nous conduire à réévaluer l’effet des pêches modernes sur les écosystèmes, en faisant reculer la date des premiers impacts mesurables de l’exploitation humaine sur la biomasse marine. Elle attire aussi notre attention sur le caractère massif des pêches barbaresques au xviiie siècle, souvent qualifiées de marginales au prisme d’une littérature coloniale. Pour réaliser un tonnage annuel de plusieurs dizaines de tonnes d’éponges, pesées il faut le rappeler après séchage, ce sont sans doute des milliers de pêcheurs tunisiens qui furent employés dans le golfe de Gabès à l’époque moderne, tandis qu’un petit cabotage actif reliait les espaces maritimes méridionaux de la Régence à la grande ville de Tunis.

Un commerce contrôlé par le négoce de la rive Nord

Des négociants de Marseille et de Livourne

34Le commerce des éponges de Barbarie au xviiie siècle est contrôlé pour l’essentiel par les marchands juifs de Livourne et les marchands chrétiens de Marseille. À la différence des premiers, les négociants provençaux bénéficient depuis 1685 de droits de douanes réduits à 3 % à l’entrée et à la sortie de Tunis et des ports de la Régence. Ils profitent aussi depuis 1655 d’un fondouk idéalement situé, à quelques pas de Bab al-Bhar, la Porte de la Mer, au plus près possible des opérations de douane.

Fig. 13 : Le fondouk des Français à Tunis (1660), état actuel.

(Cliché D. Faget, 2014)

  • 133 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de (...)
  • 134 Renato Ghezzi, Livorno e il mondo islamico nel xvii secolo. Naviglio e commercio di importazione, B (...)
  • 135 Jean-Pierre Filippini, Les négociants juifs de Livourne et la mer au xviiie siècle, Revue française (...)

35La nation juive de Livourne installée à Tunis, estimée par Sadok Boubaker à une quarantaine de marchands à la fin du xviie siècle133, apparaît de son côté puissamment structurée au cours du siècle suivant. Elle profite de réseaux bien organisés entre les deux rives de la Méditerranée. Les manifestes conservés dans les archives de Florence, comme ceux consultables aux archives de la Chambre de commerce de Marseille, permettent de mieux comprendre la complémentarité qui existe de fait entre des nations différentes dans le commerce des éponges d’Afrique du Nord. Abrités dans le quartier de la Grana au sein de la médina de Tunis, les marchands livournais de Tunis ont toujours pour consignataires des membres de leurs familles ou des associés, qui apparaissent clairement dans les documents italiens sous la mention « raccomandata a ». Ces consignataires ont pour fonction de réceptionner, moyennant un pourcentage de 2 % de sa valeur, la marchandise à son arrivée dans le port toscan. Ne disposant pas de flotte particulière, les juifs de Livourne utilisent toutefois les services de bâtiments étrangers. Ceux-ci sont souvent des bâtiments battant pavillon français. On retrouve là une particularité déjà mentionnée par Renato Ghezzi à propos des trente premières années du xviie siècle134, et par Jean – Pierre Filippini pour le xviiie siècle135. Grâce aux relevés réalisés, il est possible de restituer partiellement les provenances des patrons ou capitaines français nolisés par les marchands de Livourne, et de déterminer le type de navire qu’ils utilisent. Sur soixante-huit capitaines recensés entre 1730 et 1777, toutes séries confondues, sur le seul segment de navigation Tunis-Livourne, trente-deux sont ainsi originaires des ports languedociens ou provençaux, Martigues (4), Toulon (5), Marseille (3) et Agde (3) étant les mieux représentés.

36Navigant essentiellement sur des tartanes, plus rarement sur des barques ou des pinques, ces capitaines inscrivent clairement leur activité dans la caravane méditerranéenne, Tunis étant bien souvent la dernière étape d’une longue navigation en Méditerranée. Ils côtoient près des quais de la grande ville barbaresque d’autres patrons chargeant des éponges pour le compte des mêmes marchands de Livourne, Toscans (6), Ragusains (5), Vénitiens (5). L’implication de nombreux capitaines du nord de l’Europe dans le charge – ment des balles d’éponges, comme celles des autres capitaines que nous venons de mentionner, ne se limite pas à ce seul produit. Dans le cas des navigants danois (4), anglais (3) ou hollandais (1), elle répond à la volonté des armateurs de charger leurs navires de produits méditerranéens, après avoir livré à Livourne, Gênes, Marseille ou Barcelone, leurs bottes de saumons ou leurs cantares de morue. Dans tous les cas, le commerce des marchands de Livourne ne fonctionne qu’avec ces prestataires de services que sont les capitaines des flottes européennes. Il s’appuie aussi sur l’utilisation de prête-noms, régulièrement dénoncés par les autorités beylicales, qui permettent aux négociants juifs d’échapper à un régime d’imposition plus défavorable que celui consenti aux chrétiens. La présence à Livourne des représentants des grandes maisons marseillaises, comme les Fabre, facilite ce genre d’opérations illégales difficiles à reconstituer finement dans les sources utilisées.

Rentabilité du commerce de l’éponge méditerranéenne

  • 136 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienn (...)

37Les prix des éponges échangées en Méditerranée, ordinairement définis au quintal, sont marqués par de fortes inégalités qui recoupent des zones de pêche et des qualités différentes. Les trois catégories de marchandise présentées par Gaspard Carfueil en 1688 (« fines, moyennes, petites ») varient ainsi de 80 à 18 livres le quintal136. Les mêmes disparités de retrouvent dans sources du xviiie siècle.

  • 137 ACCIM, J 1902, Manifestes de chargements de navires dans les ports du royaume de Tunis, (1730-1745) (...)

38Entre 1700 et 1780, la valeur du quintal de Marseille peut ainsi osciller, selon que l’on se trouve dans les zones de pêche de Barbarie ou du Levant, entre 35 et 300 livres tournois. Le coût en principe plus modéré de l’éponge de Gabès, à relativiser cependant, est compensé par l’importance de certaines cargaisons, qui dépassent régulièrement cinq tonnes pour un seul navire. Dans les cas extrêmes, les éponges occupent à elles seules toute la capacité de charge du bâtiment, compte tenu de l’encombrement des balles dans lesquelles elles sont conditionnées. Ce fut sans doute le cas en 1745 à propos du voyage effectué entre Tunis et Marseille par la tartane Saint-Michel du capitaine Antoine Laurent d’Agde. Parti de Tunis le 14 avril, le bâtiment transporte en effet 18,5 tonnes d’éponges, chargées en Barbarie par le marchand Jean Lezan, pour le compte de Rouquaute et Desfiguere137.

  • 138 ASF, Ufficiali du sanità, filza 441 (janvier-mai 1772), correspondance des officiers de santé de Li (...)

39Si elle ne peut rivaliser avec le prix de la plume d’autruche, de l’ivoire ou de la graine de cumin, l’éponge nord-africaine, même de qualité médiocre, ne présente pas un intérêt négligeable pour ceux qui en font commerce. Comme les fèves, les pois chiches ou le « couscoussou », elle figure donc parmi les marchandises ordinaires qui arrivent régulièrement des mêmes espaces. La récupération des éponges comme produits de naufrage ou d’échouage n’est de ce fait pas négligée par les autorités. Lorsque la polacre anglaise La Paix, arrivant de Tunis à proximité de Livourne, perd accidentellement plusieurs balles d’éponges en juillet 1771, tous les ports dépendant du bureau sanitaire de Pise sont immédiatement équipés de filets permettant de ramener jusqu’à la plage ces produits, après que les officiers de santé se soient assurés du futur placement en quarantaine de cette marchandise sauvée des eaux138.

  • 139 ACCIM, I 27, Statistiques. État des marchandises venant du Levant et de Barbarie.
  • 140 AD PO, 1 J 426, Livre d’achat de la Veuve Rey (1748-1760), f. 38.
  • 141 AD PO, 1 J 649, Livre des ventes de la Veuve Rey (1749-1754), f. 103.

40La reconstitution de l’évolution des prix de l’éponge, de son achat en gros jusqu’à sa distribution au détail, suffit à démontrer qu’elle doit être assimilée à une marchandise présentant un réel intérêt commercial sous l’Ancien Régime. Au cours de l’année 1751, un peu plus de 12 tonnes d’éponges « mêlées » arrivent de Barbarie à Marseille, à un prix moyen de 40 livres tournois le quintal139. Le 21 août 1751, Siaud, négociant de Marseille, expédie à la droguiste de Perpignan Jeanne Rey, 27 livres de ce produit. Celles-ci lui sont livrées par le patron Cauvet, habitué des trajets Marseille-Canet. Le prix de la transaction est fixé à 12 sols la livre, soit 60 livres le quintal140. Le lendemain, la marchande catalane vend à un de ses clients réguliers, le marquis de Saint-Marçal, une éponge d’une demi-livre, à trois livres tournois la livre, soit une transaction d’un montant d’une livre et 10 sols141. Le quintal d’éponge grossière de Gabès vaut donc au détail 300 livres, ce qui représente une belle plus-value sur l’achat de départ, même en tenant compte des frais d’ancrage, de douane, de nolis et des risques d’avaries ou de naufrage. Par le biais de ces divers intermédiaires, l’éponge de Barbarie est donc devenue un produit de demi-luxe. La droguiste Jeanne Rey le réserve d’ailleurs à ses meilleurs clients, le marquis de Saint-Marçal en achetant régulièrement dans sa boutique. On imagine dans ces conditions la valeur représentée par les « fines de Syrie » ou « de Venise », destinée aux parfumeries et à la médecine. Le Levant ne semble pas jouir à ce titre d’un monopole de la qualité. La présence d’éponges fines venues du golfe de Gabès est l’une des surprises apportées par le croisement de nos sources.

Espèces exploitée et techniques de pêche

41Le flou qui accompagne aujourd’hui encore la systématique de l’éponge rend parfois difficile l’identification des produits mentionnés dans les textes anciens. Les entretiens avec les éco biologistes marins, mais aussi la lecture attentive des publications du xixe siècle permettent cependant d’avoir une idée relativement précise des espèces les plus exploitées au xviiie siècle. Il faut dans un premier temps éclairer quelque peu le sujet en présentant les principales espèces commerciales en Méditerranée.

Espèces commerciales et variation des qualités

42La classification des éponges a longtemps été une source de difficulté pour les naturalistes et biologistes, qui ignorent jusqu’au xviiie siècle son appartenance au monde animal. Dans son Dictionnaire œconomique, publié en 1741, Noël Chomel ne doute pas de sa nature végétale :

  • 142 Noël Chomel, Dictionnaire œconomique, contenant divers moyens d’augmenter son bien et de conserver (...)

Éponge : C’est une plante marine qui ressemble beaucoup au champignon, et qui naît dans la mer attachée aux rochers. Les Anciens ont dit qu’elle était zoophite, c’est-à-dire qu’elle n’était ni animal ni plante, mais qu’elle tenait de l’un et de l’autre. Il y a deux sortes d’éponges, savoir, le mâle qui a de petits trous blancs et d’ances, et la femelle en a de grands et de ronds. Il y en a qui ajoutent une troisième espèce, dans laquelle on trouve des pierres et quelquefois des noïaux142.

  • 143 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national Mémoire dans lequel (...)
  • 144 Jean-André Peyssonnel, Dissertation sur le corail, où l’on expose que ce corps marin, qu’on a cru j (...)

43Ces propos, qui s’inspirent directement d’Aristote et du médecin romain Dioscoride, se retrouvent aussi en partie dans ce qui demeure la seule tentative de synthèse scientifique sur l’éponge au xviiie siècle, le mémoire de Jean-André Peyssonnel (1694-1759), vraisemblablement rédigé au cours de la décennie 1730143. À dire vrai, ce mémoire resté à l’état de manuscrit ne constitue pas une révolution pour la connaissance des spongiaires. Le naturaliste, comme l’avait fait ses devanciers de l’Antiquité, y pressent cependant ce qui constitue la particularité de cet organisme métazoaire sessile, sa composition de cellules fixées sur un support étranger. S’il hésite sur la catégorie d’appartenance de l’éponge, végétale ou animale, l’auteur de la remarquable Dissertation sur le corail…144 nous en donne une présentation qui annonce l’identification contemporaine des choanocytes, ces cellules qui tapissent l’endoderme de l’animal, et qui en étant munies de flagelles, créent un courant d’eau chargé de substances nutritives :

Je crois que les anciens et les modernes se sont également trompés, lors que les premiers ont dit que les éponges étaient des animaux ou des poissons marins participant de la nature des plantes, et lors que les derniers ou les modernes ont cru qu’elles étaient de véritables plantes. Pour moy je ne crois pas qu’elles soient ni l’un ny l’autre, mais que c’est un corps formé par […] le travail de plusieurs espèces de vers, qui comme les guêpes, les abeilles, les pous des bois de ces îles, forment une ruche ou des loges.

44Dans un développement relativement confus, sans doute dû à l’état de brouillon de ce mémoire, Peyssonnel classe les éponges en neuf espèces différentes. On sent, à lire sa définition générale de cet organisme, toute la difficulté que pose au naturaliste la compréhension d’un être vivant aux formes variées :

  • 145 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national. Mémoire dans leque (...)

Définition des éponges :
Tout corps marin de quelques figures qu’il soit qui est composé de fibres molasses ressemblant en quelque sorte à la laine, les fibres entrelacées les unes dans les autres, flexibles, élastiques, laissant entre elles des intervalles ou vuides, et quelquefois des cavités considérables qui n’ont aucune forme sont appelés éponges145.

45Le grand nombre de dénominations rencontrées dans les sources modernes apparaît comme la conséquence de ces formes changeantes. Ces différentes appellations recouvrent dans les faits 4 espèces exploitées aujourd’hui encore en Méditerranée.

46L’éponge de Barbarie se décline dans les sources en plusieurs appellations, qui se rattachent à ces deux taxons particuliers que sont Spongia zimocca Schmidt, 1862, et Hippospongia communis Lamarck, 1814. La première espèce est ainsi parfois désignée sous le nom de chimoussi ou hajemi, tandis que la deuxième se range en fonction de ses lieux de pêche dans les catégories, kerkeni ou jerbi.

47Les rivages de Turquie, de Syrie et du Dodécanèse présentent la même diversité d’appelations, qui renvoient toutefois pour l’essentiel à une même espèce, Spongia officinalis, Linnaeus, 1759, dite « fine », et dans laquelle se rangent aussi les « fines de Syrie ». Plus qu’à une appartenance à des espèces différentes, ce sont bien ici les variations des conditions naturelles de croissance qui explique la multiplicité des variétés relevées par les textes.

48On trouve aussi dans les deux zones de pêche une quatrième espèce facilement identifiable bien que moins souvent évoquée, Spongia lamella Schulze, 1879, dite « oreille d’éléphant » en raison de sa forme particulière. Se présentant sous la forme d’une vaste coupe, au grain très fin, cette éponge était très recherchée pour les activités de polissage. Pêchée généralement dans la région de Madhia en Tunisie, occasionnellement sur les fonds des îles Kerkennah, Spongia lamella était relativement rare dans les eaux de la Régence de Tunis, mais présente au sein des mers du Levant.

49Il reste cependant bien difficile de ranger de façon certaine les spongiaires rencontrés au gré des sources dans les catégories scientifiques actuelles. Tout au plus peut-on relever une spatialisation des occurrences, l’éponge commune ou grossière, sous ses nombreuses appellations, étant en principe rattachée par la littérature au golfe de Gabès, tandis que l’éponge fine provient des côtes levantines et de l’Adriatique.

Éponges « grossières » Éponges fines
« Brune de Barbarie »
« Grossière »
« Grosses »
« Commune »
« Ronde »
« Chimoussi »
« Brune de Marseille »
« Hajemi »
« Jerbi »
« Kerkeni »
« Blonde »
« Fine »
« Fine douce »
« Venise »
« Fine de Syrie »

Liste des occurrences attachées aux spongiaires rencontrées dans les sources historiques

Liste des occurrences attachées aux spongiaires rencontrées dans les sources historiques

Fig. 14 : Une éponge commune : Hippospongia communis Lamarck, 1814

(Cliché D. Faget)

Fig. 15 : Une éponge fine : l’éponge de toilette Spongia officinalis Linné, 1759

(Cliché D. Faget)

Fig. 16 : Une éponge à usage artisanal, « L’oreille d’éléphant » Spongia lamella Schulze, 1879

(Cliché D. Faget)

50Qu’elle provienne à l’époque moderne de l’île croate de Krapanj ou des côtes de Syrie ou de Camaranie, l’éponge fine, ou « éponge de toilette » est dans tous les cas considérée comme la plus précieuse par les négociants, en raison de la souplesse de sa spongine et de la très petite taille de ses oscules.

51On pourrait, à la lecture des lignes qui précèdent, opposer un golfe de Syrte dévolu à la pêche des éponges grossières à des rivages orientaux pourvoyeurs de produits de qualité supérieure. Cette répartition trop rapide ne donnerait qu’une idée très imparfaite de la complexité du marché de l’éponge à l’époque moderne.

Appréhender le marché des éponges modernes

52De fait, l’examen des éponges débarquées à Marseille entre 1700 et 1789 boule – verse radicalement les idées véhiculées depuis le xviiie siècle sur la répartition géographique des qualités pêchées en Méditerranée. Si la zone levantine dispose effectivement à la fin de l’époque moderne d’un quasi-monopole de la production des éponges extra-fines, qui ne se négocient jamais durant toute la période étudiée à moins de 100 livres le quintal, l’importance de la Barbarie dans la distribution des éponges fines, dont les prix au quintal varient de 50 à 100 livres, force à nuancer l’image d’une région réputée ne délivrer que de la qualité grossière, destinée aux usages artisanaux ou domestiques. De la même façon, la présence au départ des échelles levantines d’éponges grossières, s’échangeant à moins de 50 livres, remet quelque peu en cause l’idée d’une spécialisation des côtes syriennes et des îles du Dodécanèse dans l’exploitation exclusive de la « fine de Syrie ».

Fig. 17 : Qualités et tonnages des éponges embarquées en Méditerranée à destination de Marseille (1700-1789)

53Ce constat ne remet pas en cause la répartition naturelle des espèces en Méditerranée. L’éponge fine de Barbarie est bien prélevée sur les gisements d’Hippospongia communis ou de Spongia zimocca, et il faut, pour expliquer cette anomalie apparente, revenir brièvement sur la biologie de l’éponge. La qualité des éponges se mesure à la souplesse de leur spongine, mais aussi à la taille réduite et au petit nombre des oscules qui traversent leurs tissus. Ces derniers permettent à l’éponge de rejeter l’eau qu’elle vient de filtrer par le canal de ses pores inhalants. Les travaux des biologistes contemporains ont montré que la configuration de l’éponge et la qualité de sa structure interne dépendaient étroitement, pour une même espèce, de la courantologie, de la nature des substrats d’accueil, et de paramètres liés à la profondeur, à la température de l’eau et à l’importance de la charge nutritive transportée par cette dernière. Dès le xviiie siècle, les éponges tunisiennes « kerkeni », pêchées autour des îles Kerkenah, mais aussi les « zarzis à racines blanches » exploités à proximité de la lagune des Bibans, sont ainsi considérées comme d’une qualité remarquable, qui explique qu’elles puissent en partie rivaliser avec celle du Levant.

Le peuple invisible des pêcheurs d’éponges : hommes et techniques

  • 146 Chiavara D., « Le spugne e i loro pescatori dai tempi antichi ad ora », Reale Comitato Talassografi (...)
  • 147 Drague à éponge, d’une apparence similaire à celle des dragues à huîtres, introduite par les pêcheu (...)
  • 148 D. Chiavara, « Le spugne e i loro pescatori…, op. cit. p. 26.

54Le peuple des pêcheurs d’éponges à l’époque moderne, toujours ignoré de la documentation marchande, reste pour l’essentiel inconnu. En l’absence de travaux sur ce sujet conduits sur des sources arabes ou turques, nous en sommes réduits à nous contenter de brèves mentions de voyageurs, souvent peu explicites, et à utiliser pour la connaissance des techniques de pêches des sources ultérieures datant des dernières décennies de la période précoloniale. Le recours aux sources du xixe n’est pas envisageable pour estimer l’impor – tance des communautés occupées à la pêche des éponges au xviiie siècle. Le gonflement des flottilles après 1840, tant sur les côtes de la Méditerranée orientale que dans les eaux des régences de Tunis et de Tripoli, marque une rupture importante dans l’histoire de cette activité halieutique146. Il ne saurait être considéré comme représentatif du siècle qui précède. La connaissance des techniques de pêche moderne peut en revanche s’appuyer sans trop de risques sur des sources du début de l’époque contemporaine. De nombreux mémoires, ouvrages et articles publiés entre 1850 et 1914, opposent ainsi les pêches anciennes ou « indigènes », qu’ils décrivent précisément, aux nouvelles pratiques initiées par l’introduction du scaphandre « pieds-lourds » ou de la gangava147. Qu’ils émanent d’auteurs grecs ou français, ces témoignages apparaissent comme convergents et rattachent les pêches d’Ancien Régime à trois techniques précisément définies. La première est celle de la plongée à nu. Les Grecs de Kalymnos et de Symi excellent dans cet exercice, et sont considérés à l’époque moderne comme des plongeurs exceptionnels148.

Fig. 18 : Pêcheurs d’éponges de Syrie, L’univers illustré, 13 septembre 1865

  • 149 Gilbert-Urbain Guillaumin, Encyclopédie du commerçant. Dictionnaire du commerce et des marchandises (...)
  • 150 Georges Weil, « La pêche des éponges », Pérard J., Maire M., Congrès international d’aquaculture et (...)
  • 151 Georges Sandys, A Relation of Journey Begun An. Dom. 1610 : Foure books containing a description of (...)
  • 152 Eugène de Fages, Crucien Ponzevera, Pêches maritimes de la Tunisie, Tunis, Picard, 1908, p. 214.
  • 153 Idem, p. 211.

55Régulièrement mentionnés par tous ceux qui au xixe siècle s’intéressent au monde de l’éponge, ces apnéistes étaient capables de descendre, nous dit-on, jusqu’à 25 brasses149 (soit 45 mètres), et de demeurer en immersion plus de deux minutes150. Sans doute exagérées par les contemporains, ces performances physiques auréolent leurs auteurs d’un certain prestige social. Voyageant de Smyrne à Constantinople sur le navire chargé d’éponges d’un Symiote, Georges Sandys note en 1610 que les meilleurs plongeurs de cette île sont choisis comme futurs époux par les parents des filles de la communauté les plus belles et les mieux dotées151. La plongée à nu ne peut se pratiquer dans le bassin oriental que de la fin du printemps au début de l’automne, lorsque les eaux sont les plus chaudes. On la retrouve aux mêmes saisons, dans une moindre mesure, sur les côtes de la Régence de Tunis. L’exceptionnelle richesse du golfe de Gabès, dont les immenses prairies de zoostères consti – tuent un écosystème idéal pour la croissance des éponges, explique que cette technique n’ait pas revêtu dans cet espace le caractère spectaculaire qu’on lui trouve dans les îles du Dodécanèse et les littoraux de Syrie ou de Caramanie. Si « quelques Kerkenni pêchent également à la plongée mais par des fonds rarement supérieurs à quatre ou cinq mètres152 », c’est parce que dans les eaux de la Petite Syrte, « les éponges commencent à apparaître dans les fonds de 1 à 2 mètres à marée basse153 ».

  • 154 Ibid., p. 214.

56Le grand développement de la partie supérieure de l’étage infralittoral explique l’importance de la pêche à pied dans la Tunisie moderne, qu’on ne retrouve pas dans le bassin oriental. Aux îles Kerkennah, les pêcheurs d’éponges se déplacent immergés jusqu’aux épaules, « en tâtant le fond avec leurs pieds. Lorsqu’ils sentent une éponge, ils la détachent adroitement avec le pied et la font remonter à la surface à la portée de main154 ».

57Dans les deux régions historiques de la pêche des éponges, l’usage de la foëne est enfin bien partagé. Appelé kamaki par les Grecs, elle est couramment utilisée dans le golfe de Saronique par les pêcheurs d’Égine, et par ceux des îles proches d’Hydra et de Spetses. La pleine activité du kamaki se déroule en hiver, lorsque la chute des feuilles de posidonies laisse apparaître les spongiaires. En Tunisie, cette pêche est mise en œuvre à la même saison à partir d’un petit bateau :

  • 155 Teugue : superstructure peu élevée sur un bateau. Par extension, ce terme désigne une surélévation (...)
  • 156 Ibid.

La barquette indigène est une embarcation d’environ 4,5 mètres de longueur, à arrière cassé, plus relevé que l’avant, bien assise sur l’eau et relativement haute de bord. À l’avant se trouve une petite teugue155 percée d’un trou d’homme dans lequel se place le pêcheur. La barquette indigène est montée par un harponneur et un ou deux rameurs. La position du harponneur est des plus pénibles ; couché à plat ventre dans la teugue, d’où émergent par un trou d’homme sa tête et ses bras, il doit avoir les genoux et les hanches protégées par des chiffons et des débris d’éponges, afin d’empêcher la formation d’escharres156.

Fig. 19 : Pêche au “kamaki” (in F. Whymper, The Sea : Its Stirring Story of Adventure, Peril, & Heroism. Volume 4, 1880)

58Quelle qu’en soit la technique, la pêche des éponges apparaît à l’époque moderne comme une pêche saisonnière. Dès lors, la pluriactivité des hommes qui la pratiquent est sans doute la règle. Décrivant l’archipel des Kerkennah au début des années 1780, Jean-Michel Venture de Paradis évoque une activité de pêche diversifiée :

  • 157 Le terme « pourpre » désigne ici le poulpe Octopus vularis, et non le murex.
  • 158 Jean-Michel Venture de Paradis, « Mémoire sur Tunis », Papiers de l’abbé Guillaume-Thomas Raynal Bn (...)

Non loin de la rade [de Sfax] sont les îles Kercani, lieu d’exil pour les malfaiteurs qui n’ont pas mérité la mort, pour les filles publiques qui ont occasionné quelque désordre. Les habitants s’occupent tous de la pêche des anguilles, d’éponge et de pourpre157. Les anguilles salées avec soin sont expédiées pour divers endroits. Les éponges passent à Livourne ou à Marseille158.

59Comme les Kerkenniens, les pêcheurs grecs ne pratiquent leur activité sur les côtes asiatiques qu’en été. Ils quittent leurs îles au printemps à bord de sacolèves, ces bâtiments polyvalents équivalents aux barques du bassin occidental, avec lesquels les capitaines symiotes pratiquent également la caravane au xviiie siècle.

Fig. 20 : Exploitation et commerce des éponges en Méditerranée (xviiie siècle)

Fig. 21 : Éponges « noires » au moment de leur pêche, îles Kerkennah

(cliché D. Faget, 2016)

  • 159 Nicolas Svoronos, Le commerce de Salonique au xviiie siècle, Paris, PUF, 1956,

60Ce sont ces mêmes navires qui permettront aux Grecs, après 1840 d’investir de manière saisonnière les eaux du golfe de Gabès. Montés de 20 à 25 hommes, ces bâtiments sont désarmés à leur arrivée à Beyrouth, Saïda, Tripoli, Lattaquié, ou Tartous. Les marins peuvent alors commencer à exploiter des éponges qui sont, à la fin de la saison, apportées par les mêmes navires à Smyrne ou à Salonique, parfois après avoir subi un premier regroupement à Rhodes159.

61De quelle que mer qu’elles proviennent, et sauf si elles sont vendues fraîches localement sous l’appellation d’« éponges noires », les éponges nécessitent une préparation préalable à leur commercialisation.

62Leur squelette de spongine doit être débarrassé de sa muqueuse, par un temps de putréfaction de quelques jours dans de l’eau de mer, puis par un foulage énergique avec les pieds.

Fig. 22 : Foulage des éponges, L’Illustration, 29 novembre 1856

63Après séchage, l’éponge est saupoudrée de sable très fin, réputé conserver à celle-ci sa souplesse, mais garantissant aussi un bon poids à la pesée de ces « éponges blanches ». La représentation graphique des embarquements d’éponges tunisiennes entre 1730 et 1775 révèle les différents temps qui rythment le calendrier de cette pêche particulière. Le creux important des mois d’été correspond à la phase de pleine activité de pêche, pendant laquelle les éponges sont conditionnées par les hommes restés à terre. Ces dernières prennent le chemin de l’Europe en hiver et au printemps, avec un pic au mois de mai, au moment où les conditions de navigation redeviennent optimales. Le creux observable en avril, qui ne peut être imputé à un accident conjoncturel en raison de la durée de la période étudiée, demeure pour l’heure non expliqué. Au-delà de cette interrogation, le printemps apparaît bien comme le temps des négociations auprès des grossistes de Djerba, de Sfax ou de Tunis, qui stockent sans difficultés durant de longues périodes ces produits de bonne conservation.

Fig. 23 : Saisonnalité des embarquements d’éponges dans le golfe de Gabes (1730-1775)

(D. Faget 2014)

64Constitutive d’une identité méditerranéenne, la pêche des éponges demeure1 aujourd’hui encore une référence obligatoire dans la littérature ou les études érudites consacrées au passé des pratiques halieutiques de cet espace maritime. Avec le corail, ce produit a cependant contribué à masquer l’existence d’autres ressources de la mer jadis exploitées et échangées dans tout le bassin, aujourd’hui pour la plupart tombées dans l’oubli.

Notes

91 Paul Masson, Histoire du commerce français dans le Levant, Paris, Hachette, 1911.

92 Jean – Pierre Filippini, Il porto di Livorno e la Toscana, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 3 vol., 1998.

93 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, Ceroma, 1987, p. 128-129.

94 Paul Sebag, Tunis au xviie siècle : une cité barbaresque au temps de la course, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 188.

95 Nikos Svoronos, Le commerce de Salonique au xviiie siècle, Paris, PUF, 1956, 430 p.

96 Maria Efthymiou-Chatzilacou, Rhodes et sa region élargie au xviiie siècle : les activités portuaires, thèse de doctorat de troisième cycle, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 1984, dactyl., p. 289-291.

97 Jean-Louis Miège, Pêcheurs d’éponges méditerranéens au xixe siècle, Navigation et gens de mer en Méditerranée de la Préhistoire à nos jours, Maison de la Méditerranée, Éditions du CNRS, cahier n° 3, 1980, p. 106-116.

98 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I, Paris, Jacques Estienne, 1723, p. 1887.

99 Aristote, Histoire des animaux, t. I, chap. v, Paris, Tricot J. (trad.), 1957, p. 319-323.

100 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national Mémoire dans lequel on range toutes les productions marines formées par des animaux sous des classes, des genres et des espèces particulières. Mémoire 6. Sur les éponges », p. 109-120. Non daté.

101 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 et 1725, Paris, Librairie de Gide, t. I, 1838.

102 ACCIM, I 26 (1700-1747), I 27 (1725-1759), I 28 (1776-1779 et 1786-1789). Statistiques du port de Marseille. Tableaux des marchandises venant du Levant et de Barbarie.

103 ACCIM, J 1902 (1730-1745), J 1903 (1746-1755), J 1904 (1756-1769), J 1905 (1772-1776), Manifestes de chargements de navires dans les ports du royaume de Tunis.

104 ASF, Ufficiali di sanità, filza 393 (janvier 1755)-filza 457 (mars 1778).

105 ADP.O., 1 J 456/2 : Journal des ventes (1754-1757), 1 J 456/3 : Ventes (décembre 1754-février1756).

106 A Relational Model of Data for Large Shared Data Banks, CACM 13, n° 6, june 1970.

107 Structured Query Language (Langage d’interrogation structuré).

108 Simon Barbe, Le parfumeur français qui enseigne toutes les manières de tirer les odeurs des fleurs ; et à faire toutes sortes de compositions de parfums, Paris, chez Michel Brunet, 1693, p. 26.

109 Idem., p. 196.

110 Catherine Lanoë, La poudre et le fard. Une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 161.

111 Idem., p. 270.

112 Recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leur explication, Paris, Briasson, 1771.

113 Joseph-Adrien Le Roi, Curiosités historiques sur Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Paris, Plon, 1864.

114 AD P.O., 1 J 649, Journal des ventes de la veuve Rey (1749-1754), p. 223.

115 Étienne Van de Walle, « Comment prévenait-on les naissances avant la contraception moderne ? », Population et Sociétés, n° 418, décembre 2005.

116 L’Escole des Filles, ou la philosophe des Dames divisée en deux dialogues, Cythère, Imprimerie Vénus, 1775, 136 pages.

117 Mémoires du Vénitien J. Casanova de Seingalt, Aubert de Vitry (trad.), t. XI, Paris, Tournachon-Molin, 1828.

118 Honoré Gabriel Riquetti de Mirabeau, Le Rideau levé, ou l’éducation de Laure, L’Enfer de la Bibliothèque nationale, vol. 1, Œuvres érotiques de Mirabeau, Paris, Fayard, 1984.

119 ASF, Ufficiali di sanità, filza 426, Inventario di tutto il medicinale cattivo della spezieria di San Francesco del Borgo, 21 juillet 1767, f. 818.

120 Étienne Gourmelen, Le Sommaire de toute la chirurgie, Paris, Olivier de Varennes, 1607, p. 41.

121 Guillaume Buchan, Médecine domestique ou traité complet des moyens de se conserver en santé, Paris, Desprez, 1778, p. 286.

122 Daniel de La Roche, Philippe Petit-Radel, Encyclopédie méthodique, Chirurgie, Paris, Panckouke, 1790, p. 474.

123 Idem.

124 Pierre-Joseph Buc’hoz, Médecine moderne ou remèdes nouveaux et autres, Paris, Lacombe, 1777, p. 150.

125 Didier François d’Arclais de Montamy, Traité des couleurs pour la peinture, Paris, 1765, p. 203

126 Antoine-Joseph Pernety, Dictionnaire portatif de peinture, sculpture et gravure, avec un traité pratique des différentes manières de peindre, Paris, Bauche, 1757, p. 352.

127 Daniel Roche, La culture équestre de l’Occident, xvie-xixe siècle : l’ombre du cheval, t. I, Paris, Fayard, 2008, 484 p.

128 Philippe-Étienne Lafosse, Cours d’hippiatrique ou traité complet de la médecine des chevaux, Paris, Edme, 1772.

129 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienne, 1723, article « Éponge ».

130 Jean-André Peyssonnel, Relation d’un voyage sur les côtes de Barbarie fait par ordre du roi en 1724 et 1725, Paris, Librairie de Gide, t. I, 1838, p. 78. Le quintal de Marseille équivaut au xviiie siècle à 40,3 kg.

131 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienne, 1723.

132 Livres constantes base 100 Franc-or 1803.

133 Sadok Boubaker, La Régence de Tunis au xviie siècle : ses relations commerciales avec les ports de l’Europe méditerranéenne, Marseille et Livourne, Zaghouan, Ceroma, 1987, p. 141.

134 Renato Ghezzi, Livorno e il mondo islamico nel xvii secolo. Naviglio e commercio di importazione, Bari, Cacucci, 2007, p. 202.

135 Jean-Pierre Filippini, Les négociants juifs de Livourne et la mer au xviiie siècle, Revue française d’histoire d’outre-mer, t. 87, n° 326-327, 1er septembre 2000, p. 83-108.

136 Jacques Savary des Bruslons, Dictionnaire universel du commerce, t. I (A-E), Paris, Jacques Estienne, 1723.

137 ACCIM, J 1902, Manifestes de chargements de navires dans les ports du royaume de Tunis, (1730-1745), 14 janvier 1745.

138 ASF, Ufficiali du sanità, filza 441 (janvier-mai 1772), correspondance des officiers de santé de Livourne, lettre du 31 juillet 1771, f. 150.

139 ACCIM, I 27, Statistiques. État des marchandises venant du Levant et de Barbarie.

140 AD PO, 1 J 426, Livre d’achat de la Veuve Rey (1748-1760), f. 38.

141 AD PO, 1 J 649, Livre des ventes de la Veuve Rey (1749-1754), f. 103.

142 Noël Chomel, Dictionnaire œconomique, contenant divers moyens d’augmenter son bien et de conserver sa santé, Commercy, Henri Thomas et Cie, 1741, p. 252.

143 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national Mémoire dans lequel on range toutes les productions marines formées par des animaux sous des classes, des genres et des espèces particulières. Mémoire 6. Sur les éponges », p. 109-120. On remarque que la mention faite dans le texte de Peyssonnel de « pous vivant dans ces îles », signifie peut-être que ce mémoire a été rédigé pendant le séjour de ce médecin aux Antilles, donc après 1730.

144 Jean-André Peyssonnel, Dissertation sur le corail, où l’on expose que ce corps marin, qu’on a cru jusque aujourd’hui plante pierreuse, est formé par une quantité de petits poissons, espèces d’orties nichées dans la croûte qui l’environne, manuscrit du Muséum d’histoire naturelle, Ms 1260.

145 MS 1035, Jean-André Peyssonnel, Manuscrit de la bibliothèque du Muséum national. Mémoire dans lequel on range toutes les productions marines… op. cit., p. 109.

146 Chiavara D., « Le spugne e i loro pescatori dai tempi antichi ad ora », Reale Comitato Talassografico Italiano, memoria LXXIV, Venezia, 1920, p. 25.

147 Drague à éponge, d’une apparence similaire à celle des dragues à huîtres, introduite par les pêcheurs grecs dans le golfe de Gabès en 1875.

148 D. Chiavara, « Le spugne e i loro pescatori…, op. cit. p. 26.

149 Gilbert-Urbain Guillaumin, Encyclopédie du commerçant. Dictionnaire du commerce et des marchandises contenant tout ce qui concerne le commerce de terre et de mer, t. I, Paris, Guillaumin et Cie, 1839, p. 886.

150 Georges Weil, « La pêche des éponges », Pérard J., Maire M., Congrès international d’aquaculture et de pêche. Mémoires et comptes rendus des séances, Paris, Challamel, 1901, p. 183-195.

151 Georges Sandys, A Relation of Journey Begun An. Dom. 1610 : Foure books containing a description of the Turkish Empire, of AEgypt, of the Holy Land, of the Remote parts of Italy and Ilands ad : joyning, London, John William Junior, 1673, p. 17-18.

152 Eugène de Fages, Crucien Ponzevera, Pêches maritimes de la Tunisie, Tunis, Picard, 1908, p. 214.

153 Idem, p. 211.

154 Ibid., p. 214.

155 Teugue : superstructure peu élevée sur un bateau. Par extension, ce terme désigne une surélévation à l’avant d’un bateau ou l’abri à l’avant d’une chaloupe.

156 Ibid.

157 Le terme « pourpre » désigne ici le poulpe Octopus vularis, et non le murex.

158 Jean-Michel Venture de Paradis, « Mémoire sur Tunis », Papiers de l’abbé Guillaume-Thomas Raynal BnF, mss.fr.n.a. 9134, p. 47.

159 Nicolas Svoronos, Le commerce de Salonique au xviiie siècle, Paris, PUF, 1956,

Table des illustrations

Légende Fig. 8 : Rafael Tamarro, Tableau de la crucifixion (décennie 1490), église Sainte Marie de l’Assomption, Palau del Vidre Pyrénées-Orientales.
Crédits (Cliché Philippe Benoist Association du trésor de l’église de Palau del Vider)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9 : Éponge de barbier (fig. 7), planche extraite du Recueil des planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques avec leur explication, Paris, Briasson, 1771
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Fig. 10 : Changements d’éponges en Méditerranée (1730-1777) 241 appareillages, 307 chargements, 3544 balles
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende Fig. 11 : Volumes et valeurs des éponges débarquées à Marseille au xviiie s.132
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende Fig. 12 : Enregistrement des cargaisons d’éponges au départ des ports de Tunisie (1690-2000)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 13 : Le fondouk des Français à Tunis (1660), état actuel.
Crédits (Cliché D. Faget, 2014)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Liste des occurrences attachées aux spongiaires rencontrées dans les sources historiques
Légende Fig. 14 : Une éponge commune : Hippospongia communis Lamarck, 1814
Crédits (Cliché D. Faget)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende Fig. 15 : Une éponge fine : l’éponge de toilette Spongia officinalis Linné, 1759
Crédits (Cliché D. Faget)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 16 : Une éponge à usage artisanal, « L’oreille d’éléphant » Spongia lamella Schulze, 1879
Crédits (Cliché D. Faget)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Fig. 17 : Qualités et tonnages des éponges embarquées en Méditerranée à destination de Marseille (1700-1789)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 18 : Pêcheurs d’éponges de Syrie, L’univers illustré, 13 septembre 1865
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Fig. 19 : Pêche au “kamaki” (in F. Whymper, The Sea : Its Stirring Story of Adventure, Peril, & Heroism. Volume 4, 1880)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 20 : Exploitation et commerce des éponges en Méditerranée (xviiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Fig. 21 : Éponges « noires » au moment de leur pêche, îles Kerkennah
Crédits (cliché D. Faget, 2016)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 22 : Foulage des éponges, L’Illustration, 29 novembre 1856
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 23 : Saisonnalité des embarquements d’éponges dans le golfe de Gabes (1730-1775)
Crédits (D. Faget 2014)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/45348/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search