Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Échanges internationaux des ressources de la mer en Méditerranée

Échanges internationaux des ressources de la mer en Méditerranée

Texte intégral

  • 1 Daniel Panzac, La République de Venise et les régences barbaresques au xviiie siècle. Un exemple de (...)

1La dilatation de l’espace monde qui se produit à l’extrême fin du Moyen Âge, en faisant basculer le centre de gravité économique de l’Europe occidentale vers les États maritimes de l’Atlantique, entraîne une réorganisation des échanges maritimes en Méditerranée. Elle n’altère cependant en rien leur importance. Le recul très relatif de Venise après le xvie siècle1, désormais partiellement dépossédée de sa fonction traditionnelle de point de redistribution des richesses du Levant, est largement compensé par le dynamisme de places portuaires plus occidentales, Marseille et Livourne constituant à ce titre les agents les plus actifs du commerce maritime méditerranéen aux xviie et xviiie siècles. La capacité de ces deux places marchandes à attirer vers elles les principaux fruits du grand cabotage, mais aussi la qualité de leurs connexions avec les flux maritimes atlantiques et les flottilles du nord de l’Europe, suffisent à démontrer la réelle vitalité de l’espace méditerranéen au cours des deux derniers siècles de l’époque moderne. Plus que d’un état de subordination, les relations entretenues à la même époque entre la Méditerranée et l’Océan relèvent d’un rapport de complémentarité, qui peut se mesurer à deux niveaux. La Méditerranée constitue d’une part l’un des principaux marchés de distribution des pêches océanes, la vente du poisson de conserve aux populations de la mer intérieure formant l’une des conditions nécessaires à la rentabilité des trafics atlantiques. Bordant des écosystèmes ne délivrant leurs richesses marines qu’avec une grande parcimonie, les sociétés littorales méditerranéennes doivent d’ailleurs une partie de leurs subsistances à ces produits lointains, transportés parfois jusqu’aux Échelles du Levant, et qui permettent, à l’instar des blés de mer, d’assurer l’approvisionnement régulier de leurs populations.

  • 2 Gilbert Buti, Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (xviie-xviiie siècl (...)
  • 3 Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du roi, t. I, Amsterdam, (...)

2Le caractère spécifique de certaines de ses ressources, distribuées à une échelle internationale, explique d’autre part que la Méditerranée demeure durant toute la période un espace très actif de navigation, polarisé par de grandes cités portuaires, et porté par une intense activité de grand et de petit cabotage. Les témoignages des voyageurs modernes permettent de saisir l’extraordinaire densité des flux parcourant une mer que l’on pourrait qualifier de pleine, tant les rencontres et les réseaux d’interconnaissances y sont la règle. Pierre Aubert, ce patron tropézien tiré de l’oubli par Gilbert Buti, reconnaît dans le corsaire qui le moleste le 9 avril 1723 au large du cap d’Anzio l’homme avec qui il a fumé plusieurs fois la pipe à Tunis2, tandis que le botaniste aixois Pitton de Tournefort, menacé par des pirates près de Santorin vingt ans plus tôt, se réconforte de ses frayeurs grâce aux vertus d’un petit vin de la Cadière surgit fort à propos de la tartane d’un patron de Martigues croisant non loin de là3. En quête du blé de Morée ou du tabac de Salonique, toujours à l’affut du safran d’Alexandrie ou des caisses d’iris de Tripoli, le monde des maîtres de barques, de bateaux ou de tartanes, ne répugnent pas à charger dans ses cales l’éponge de Caramanie, la botargue de Bizerte, ou à redistribuer en direction de ports secondaires la morue de Terre-Neuve. La Méditerranée constitue ainsi un lieu de convergence mondialisée des ressources de la mer, mais aussi noyau initial d’exportation de richesses marines endémiques vers l’Atlantique et l’océan Indien. À ce titre, elle est peut-être dès le xvie siècle le seul espace maritime moderne parvenant à concentrer dans ses frets une telle densité de produits issus de l’onde.

Notes

1 Daniel Panzac, La République de Venise et les régences barbaresques au xviiie siècle. Un exemple des relations Nord-Sud en Méditerranée occidentale, Paris, Publisud, 2015.

2 Gilbert Buti, Les chemins de la mer. Un petit port méditerranéen : Saint-Tropez (xviie-xviiie siècles), Rennes, PUR, 2010, p. 456.

3 Joseph Pitton de Tournefort, Relation d’un voyage du Levant fait par ordre du roi, t. I, Amsterdam, 1748, lettre VI.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search