Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Introduction

Texte intégral

  • 1 Carlos Martínez Shaw, Roberto Fernández Díaz, Els sistemas de pesca a la Catalunya de l’Antic Régim (...)
  • 2 Eloy Martín Corrales, El commercio catalano-andaluz en la primera mitad del siglo xviii, Primer Con (...)
  • 3 Joan-Lluís Alegret, Miquel Martí, La pesca a Catalunya, Barcelona, Angle Editorial, 2003, 237 p.
  • 4 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització (...)

1Inscrites dans une histoire plurimillénaire, l’exploitation, la transformation et la distribution des ressources de la mer et des lagunes contribuent à l’époque moderne au dynamisme des espaces méditerranéens littoraux et portuaires. Ces activités demeurent imparfaitement connues. Les travaux dédiés au passé des activités halieutiques en Méditerranée, et plus largement au commerce et aux usages des richesses de l’onde, n’ont pas bénéficié depuis un demi-siècle de l’engouement suscité au sein de la recherche européenne par les études consacrées au commerce maritime envisagé dans sa plus large acception. La recension attentive des publications universitaires françaises relatives à l’économie des pêches méditerranéennes sous l’Ancien Régime donne la mesure du faible intérêt des chercheurs pour ce sujet. Notre historiographie témoigne dans ce domaine d’un retard certain, bien perceptible au regard de la production scientifique accumulée dans les deux grandes péninsules occidentales de la Méditerranée. En Espagne, les recherches entreprises dès le début des années 1980 par Carlos Martínez Shaw et Roberto Fernández Díaz1 ont ouvert la voie à de nombreux travaux ultérieurs. Ceux d’Eloy Martín Corrales2, de Joan Lluís Alegret et Miquel Martí3 ou d’Alfons Garrido Escobar4, tout en s’appuyant pour l’essentiel sur le cas de la Catalogne, ont représenté deux apports majeurs à nos connaissances de l’histoire des pêches dans la péninsule Ibérique. En élargissant l’approche de cette thématique à la fin du Moyen Âge et au premier siècle de l’époque moderne, ils ont démontré d’une part que la rupture représentée par la diffusion de la « pêche au bœuf » au xviiie siècle avait été précédée de phases de transformation actives, initiées dès le xve siècle par une demande accrue des populations en produits de la mer. En s’interrogeant sur l’organisation des approvisionnements du grand port de Barcelone, ils ont ensuite éclairé l’importance des dynamiques régionales de pêche, les flux de poissons d’Andalousie jouant un rôle essentiel dans l’approvisionnement des populations urbaines de Catalogne aux xviie et xviiie siècles.

  • 5 Sont ainsi désormais disponibles pour les chercheurs ces sources essentielles : Alfons Garrido Esco (...)
  • 6 Juan-Manuel Santana Pérez, Germán Santana Pérez, La pesca en el banco sahariano. Siglos xvii y xvii (...)
  • 7 Carmen Fernández Casanova, Historia da pesca en Galicia, Santiago de Compostela, Publicacións da Un (...)

2Multiples, ces recherches se sont de plus accompagnées d’une politique de publication active et audacieuse, facilitée en Catalogne par le soutien des autorités régionales5. Ouvrant la possibilité d’une approche comparative fructueuse, les historiens de la péninsule n’ont pas négligé les côtes océanes, autour des recherches de Juan Manuel Santana Pérez pour les îles Canaries6, ou de Carmen Fernández Casanova pour les littoraux de Galice7. Dans ce panorama sommaire de l’état de la recherche sur les pêches modernes, l’apport des chercheurs italiens apparaît également non négligeable. Il a d’ailleurs acquis une réelle lisibilité grâce à l’organisation régulière de rencontres internationales sur cette thématique.

  • 8 Giuseppe Doneddu, Alessandro Fiori, La pesca in Italia tra età moderna e contemporanea. Produzione, (...)
  • 9 Valdo D’arienzo, Biagio Di Salvia, Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all (...)
  • 10 Simoneta Cavaciocchi (a cura di), Ricchezza del mare, ricchezza dal mare (secc. xiii-xviii), Istitu (...)
  • 11 Maria Sirago, Storia della pesca sulle coste campane, Napoli, Intra Moenio, 2014, 232 p.
  • 12 Maria-Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)
  • 13 Luciano Palermo, Pesca, peschiere e conflitti economici nell’aera Pontina, D’Arienzo V., Di Salvia (...)
  • 14 Andrea Fara, La pesca di mare nei centri costieri del litorale bassotirrenico dello Stato Pontifici (...)

3En structurant leur propre recherche nationale, puis en réunissant des historiens originaires de l’ensemble de la Méditerranée, Giuseppe Doneddu et Alessandro Fiori8, Valdo d’Arienzo et Biagio Di Salvia9, ou encore Simonetta Cavaciocchi10, ont clairement positionné la péninsule italienne comme l’un des espaces européens privilégiés de l’histoire des économies halieutiques. Certaines zones littorales semblent à ce propos avoir concentré les approches des chercheurs italiens. Les pêches sur les côtes de Campanie ou du golfe de Naples sont ainsi désormais les mieux étudiées, grâce à l’apport des travaux de Maria Sirago11, de Maria Lucia de Nicoló12, de Luciano Palermo13 ou d’Andrea Fara14.

  • 15 Marc Pavé, La pêche côtière en France (1715-1850). Approche sociale et environnementale, Paris, L’H (...)
  • 16 Michel Mollat, dir., Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987, 392 p.

4Éloignés de l’apparent foisonnement qui caractérise l’histoire halieutique de l’Espagne ou de l’Italie, les travaux consacrés aux pêches modernes n’ont que très rarement fait l’objet d’une approche exclusive de la part des historiens français. Ces apports se sont la plupart du temps limités à de simples articles écrits par des chercheurs isolés, ou à un nombre réduit de chapitres dans une publication portant sur une thématique plus large. La publication récente de l’ouvrage de Marc Pavé fait à ce titre figure d’exception15. Encore celui-ci, sur le modèle de l’ouvrage collectif déjà ancien, mais toujours précieux, réalisé sous la direction de Michel Mollat en 198716, englobe-t-il l’approche de la Méditerranée française dans une analyse générale des activités halieutiques envisagées à l’échelle du royaume.

  • 17 Gilbert Larguier, Pêche et société en Languedoc au xviiie siècle. La pêche aux bœufs, L’Histoire gr (...)
  • 18 Gilbert Buti, « Madragues et pêcheurs provençaux dans les mailles des pouvoirs (xviiexixe siècles) (...)
  • 19 Jean Monot, Les pêches méditerranéennes. Voyage dans les traditions, Versailles, Quae, 2011, 255 p.

5Ce constat, qui ne vise qu’à mettre en évidence l’importance du chantier encore à conduire, n’altère en rien la qualité des rares enquêtes mises à la disposition de la communauté scientifique depuis trois décennies. Dans le paysage historiographique national, les recherches de Gilbert Larguier sur les communautés de pêche du golfe du Lion17, celles de Gilbert Buti sur les flottilles de pêche et les compagnies madragaires en Provence18, ont ainsi profondément renouvelé nos connaissances de ces domaines, en posant les bases indispensables d’approches plus systématiques. La tâche il faut le dire est immense, à la mesure de notre méconnaissance des grands mécanismes qui ont transformé la physionomie des pêches méditerranéennes à l’époque moderne. Que nos interrogations concernent la modification des techniques et les modalités de leurs transferts à l’échelle des deux bassins, qu’elles se cristallisent sur les tensions provoquées sur les écosystèmes par l’efficacité croissante des procédés nouveaux, ou encore sur l’organisation des marchés de distribution des ressources marines dans les sociétés du temps, elles ne trouvent pour l’heure que des réponses partielles, qui nous convainquent que beaucoup reste encore à écrire. Et que dire de notre ignorance de la situation des communautés halieutiques des rivages Sud et Est de la Méditerranée durant l’époque moderne, trop souvent réduites, au prisme d’une lecture coloniale contemporaine, à des états d’archaïsme ou de marginalité ? Que penser aussi de cette reconstruction idéale, croisée avec régularité au contact des associations patrimoniales installées sur nos propres littoraux, présentant le passé des pêches « traditionnelles » comme marqué d’un sceau d’immuabilité avant les grands bouleversements de l’ère industrielle19 ?

  • 20 http://www.bouzigues.fr/musee/francais/musee-etang-thau.html
  • 21 http://www.museudelapesca.org
  • 22 fb.com/patrimoinedecarro

6À dire vrai, la pauvreté des institutions muséales françaises dans le domaine de l’histoire des pêches méditerranéennes accompagne autant qu’elle révèle le retard de la recherche sur le sujet. À l’exception du Musée de l’étang de Thau20, qui depuis 1991, offre aux visiteurs un panorama de l’histoire et des techniques ostréicoles développées dans ce complexe lagunaire, on chercherait en vain sur les côtes provençales ou languedociennes un lieu entièrement dédié à la connaissance de la pêche côtière, analogue au riche Musée de la pêche de Palamos, en Catalogne21. Signe d’une époque inquiète de la finitude de ses ressources naturelles, mais aussi conséquence de la fédération progressive de recherches en cours, la volonté de mettre en valeur les activités halieutiques du passé trouve cependant depuis peu de temps une concrétisation dans un certain nombre de lieux culturels, d’audience nationale ou inscrits dans des initiatives locales. Le nouveau Musée d’Histoire Maritime de Saint-Tropez présente ainsi au public, depuis son ouverture en 2013, une salle thématique sur les pêches côtières, tandis que les conservateurs du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, actuellement totalement dépourvus de fonds sur les pêches, ont d’ores et déjà programmé des missions de collecte auprès des communautés halieutiques. Localement, d’anciens pêcheurs professionnels tentent enfin de préserver la mémoire de leur savoir-faire disparu, en ouvrant de petits musées locaux, réduits souvent à une seule salle, mais riches de la diversité de leur collection et des savoir-faire de leurs administrateurs, à l’exemple de celui de Carro dans les Bouches-du-Rhône22.

7 Le présent ouvrage s’inscrit assurément dans cet intérêt émergent. Relative à l’histoire des pêches, cette publication a choisi à dessein de se présenter sous un titre plus général, l’expression « ressources de la mer » appelant quelques commentaires. Sont rangés sous cette appellation les produits du vivant, provenant de l’exploitation des écosystèmes marins, qu’ils soient d’origine méditerranéenne ou océanique. Ces ressources ont au premier chef une finalité alimentaire. Elles sont alors consommées fraiches ou après transformation. Mais elles entrent aussi souvent dans les circuits d’une transformation artisanale ou manufacturière. Elles desservent dans ce dernier cas de très nombreuses corporations de métiers, ceux du textile, de la passementerie, de la production d’objets de luxe, de la décoration, de l’édition et de l’imprimerie, ceux des praticiens de la médecine ou de la chirurgie. Les richesses de la mer subviennent également aux besoins d’une demande croissante en objets de toilette du corps, liée à la redécouverte de la notion d’hygiène qui marque le dernier siècle de l’Ancien Régime. Elles peuvent toutefois aussi, de manière moins attendue, alimenter un marché méconnu, celui des ménageries. Dans ce dernier cas, plus que d’une pêche à proprement parler, la démarche de prédation perpétrée par l’homme sur le milieu marin s’apparentera à une chasse ou à une activité de capture.

  • 23 Joan-Manuel Santana Pérez, « La historia de la pesca y los estudios integrales de Carlos Martínez S (...)

8À la lecture de cet inventaire laissé volontairement incomplet, on comprendra aisément que le but poursuivi à travers cette étude échappe pour partie à une approche classique de l’industrie halieutique. Réduit à ce seul périmètre, cette recherche manquerait son objectif. En tentant de donner corps à la complexité des relations d’interdépendance tissées entre l’homme et le milieu marin, cette réflexion se fixe comme objectif de replacer l’histoire des pêches dans une dimension globale, celle que l’historien espagnol Carlos Martínez Shaw avait défini dès les années 1980 comme une « historia integral23 ». Le pont des navires, depuis lequel les stratégies d’exploitation des écosystèmes émergés se mettent en œuvre, n’est pas sous l’Ancien Régime un monde clos. Il représente à cette époque, comme aujourd’hui, un lieu de tension constante entre les capacités d’exploitation d’un milieu ou d’une ressource et les attentes fluctuantes des marchés. La connaissance des pêches d’autrefois doit nécessairement intégrer une dimension technique et sociale. Mais elle passe aussi impérativement par une réflexion environnementale, et par un détour prolongé de l’historien devant les bancs des poissonnières et l’assiette des consommateurs de jadis.

  • 24 Gilbert Buti, Vigne et cabotage en Méditerranée nord-occidentale au xviiie siècle, Antoine Casanova (...)
  • 25 Patrick Boulanger, « Cabotage et commerce de l’huile dans le golfe du Lion au xviiie siècle », Jean (...)
  • 26 Katsumi Fukasawa, Toilerie et commerce du Levant. D’Alep à Marseille, Paris, CNRS, 1986.
  • 27 Nicole Bardiot, Du sale au propre : Marseille et la soude au siècle des Lumières, Paris, Associatio (...)
  • 28 Jean-Claude Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, vol. 1 : Production et monopole. vol. 2 : Voil (...)

9Rangés avec les blés dans le fascinant catalogue constitué par les manifestes des navires accostant à Marseille, à Gênes ou encore à Livourne, les tonneaux de vin24, d’huile25, les rouleaux de drap26 ou les barils de soude27 ont tous, à leur manière, permis à des générations de chercheurs de reconstituer patiemment ce que furent les principaux traits du passé des échanges maritimes dans la mer intérieure. Dans le foisonnement qui caractérise aujourd’hui l’étude du fait maritime méditerranéen, largement ouvert sur la compréhension des correspondances interocéaniques, sur les dynamiques portuaires régionales ou l’analyse des réseaux marchands, la faiblesse des travaux relatifs aux échanges et à l’exploitation des ressources marines n’en apparaît que plus remarquable. Ce désintérêt relatif des chercheurs pour le trafic des produits issus de la mer ne souffre finalement que trois exceptions, le corail, le poisson destiné à la salaison ou au saurage, et le sel28.

  • 29 Paul Masson, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1 (...)
  • 30 Pour une bibliographie sommaire de l’histoire de l’exploitation du corail en Méditerranée, se repor (...)
  • 31 Olivier Raveux, Gilbert Buti, Une intégration marseillaise dans la filière du corail : la manufactu (...)
  • 32 On peut citer à ce propos la thèse en cours d’Olivier Lopez, « S’établir et travailler chez l’autre (...)

10L’« or rouge » de la Méditerranée, dans le sillage du travail pionnier mais ancien de Paul Masson29, a donné lieu au cours des trente dernières années à des études qui bien que dispersées, ont ouvert la voie à une approche synthétique et générale, prenant en compte non seulement les techniques et les lieux d’exploitation du corail, ses centres de négoce et de transformation, mais aussi son rôle de monnaie d’échange dans l’économie monde qui émerge à partir du xvie siècle30. Un programme d’enquêtes ambitieux, consacré à ce seul projet, aurait suffi à justifier la rédaction de cet ouvrage. Ce produit précieux n’a cependant pas été abordé dans ce travail. Étendue à l’ensemble de la Méditerranée, connectée au monde asiatique et à l’océan Indien, l’économie du corail a constitué un univers complexe durant les siècles de la modernité31. Les sources très nombreuses qui y sont attachées, parmi lesquelles les fonds extrêmement riches de la Compagnie Royale d’Afrique conservés à la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, comme d’importants travaux actuellement en cours d’achèvement32, invalidaient une approche partielle ou secondaire de cette thématique, quitte à laisser le lecteur de cette publication sur un sentiment d’inachèvement.

  • 33 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, (...)

11Les salaisons atlantiques constituent la deuxième ressource marine régulièrement mentionnée dans les analyses des historiens anciens ou contemporains. La chose se comprend aisément. Liée au grand commerce atlantique, la morue apparaît comme un trait d’union essentiel entre Océan et Méditerranée. Elle constitue la pièce maîtresse d’une économie de l’échange, reposant sur l’organisation de flux maritimes réguliers entre les eaux de Terre-Neuve ou du Grand Banc, Cadix et les grandes places portuaires méditerranéennes33. Occupant un rôle déterminant dans l’alimentation des populations méridionales, les salaisons de l’Atlantique irriguent depuis le littoral les réseaux de distribution régionaux ou locaux encore peu étudiés, aboutissements ultimes d’une économie halieutique mondialisée. L’analyse des tonnages partiels de salaisons débarqués à Livourne durant vingt années et l’étude des réseaux de redistribution de la place marseillaise en direction de la province de Roussillon, trouvent donc toute leur place dans les pages de cet ouvrage.

  • 34 http://www.agropolis.fr/pdf/gestion-projets/mermed-rapport-final-septembre-2014.
    Rapport final de l (...)
  • 35 Une base de données relationnelle, Histospongia, conçue en collaboration avec l’informaticien Éric (...)

12S’il prend en compte l’importance du poisson océanique dans l’approvisionnement de l’espace méditerranéen, ce travail se fixe néanmoins un objectif plus ambitieux. Celui de mettre en lumière une gamme de produits oubliés, qui à leur manière, ont pourtant participé de façon non marginale au commerce maritime moderne, au point d’endosser aujourd’hui encore une forte valeur identitaire. L’éponge de Méditerranée, la soie de mer, la peau de chagrin ou la boutargue de thon ou de muge, méritent à ce titre une approche spécifique. La reconstitution des volumes d’échanges de ces produits, lorsqu’elle est possible, offre au moins trois avantages. Elle permet d’une part de réévaluer la présence des ressources de la mer dans le commerce moderne. En redessinant la carte des espaces halieutiques en Méditerranée, elle oblige d’autre part à une relecture de l’importance des pêches pratiquées dans les régences barbaresques et le long des rivages de l’Empire ottoman. Elle ouvre enfin, dans un cas précis, la possibilité d’une mesure de l’impact des activités anthropiques sur les écosystèmes marins anciens. L’exploitation et le négoce des éponges barbaresques, assez bien renseignés pour le xviiie siècle et essentiellement étudiés depuis le golfe de Gabès, offrent ainsi l’occasion d’une approche comparative avec les tonnages de pêche contemporains, et peut-être la possibilité de modifier les états de bases habituellement utilisées par les biologistes à propos de ces espèces spécifiques. La relance parfois évoquée d’une exploitation des éponges marines, mais aussi la valorisation actuelle de la botargue de muge ou de thon, s’inscrivent dans une réflexion en cours sur la définition des activités de pêches durables en Méditerranée34. Dans ce contexte, la connaissance des volumes exploités dans le passé et l’analyse historique des capacités de résilience des écosystèmes marins sont autant de réponses aux attentes formulées depuis une dizaine d’années par les éco biologistes, mais aussi par tous ceux qui sont en charge d’imaginer de nouveaux scénarios de développement au sein de cet espace disputé. Les historiens travaillant sur les mondes maritimes se trouvent donc chargés depuis peu d’une responsabilité particulière. Ils sont, pour l’essentiel, les seuls à savoir repérer et manier l’archive. Ils disposent pour cela d’instruments statistiques bien plus performants que ceux qui avaient été utilisés il y a quelques décennies dans le cadre de travaux d’histoire quantitative35.

  • 36 Maria-Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna (...)
  • 37 Eloy Martín Corrales, L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne, Daniel Faget, d (...)
  • 38 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització (...)

13L’analyse des productions de naguère n’aurait cependant aucun sens si elle n’était couplée à celle des techniques utilisées et des communautés qui les mettent en œuvre. Autant que la reconstitution des tonnages de pêche, cette approche des engins et des stratégies de capture ou de cueillette éclaire la mutation de grande ampleur opérée par les communautés halieutiques au cours de l’époque moderne. En ruinant cette certitude récurrente, mais sans doute aussi ancienne que les sociétés méditerranéennes, d’un âge d’or perdu, elle oblige l’historien à s’interroger sur les effets très précoces du progrès technique sur les équilibres environnementaux. La mutation des gestes professionnels qui se produit au sein des communautés halieutiques à partir de la fin du xve siècle n’a pas échappé aux historiens européens. Ces changements ont fait l’objet d’un certain nombre de publications depuis une trentaine d’années, en France, et dans les deux grandes péninsules de la Méditerranée occidentale. En Italie, les recherches conduites par Maria de Nicolò36, ont ainsi bien mis en évidence la rupture qu’a constitué pour les communautés de pêche des côtes du Latium ou d’Adriatique la montée en puissance des arts traînants aux xviie et xviiie siècles. En Espagne, les travaux d’Eloy Martín Corrales37 et d’Alfons Garrido Escobar38 ont mis en valeur une problématique similaire.

14Une chronologie fine du déplacement des techniques halieutiques en Méditerranée à l’époque moderne n’existe pas encore. À partir des publications existantes, il devient toutefois possible de proposer une synthèse générale de ces transferts, accompagnée de projections cartographiques. Derrière l’adaptation des communautés de pêche à des pratiques professionnelles nouvelles se profilent deux éléments déterminants.

15Le premier tient dans la demande croissante des marchés, qui à partir de la fin du xve siècle, oblige les pêcheurs à concevoir des matériels plus performants, ou à adapter à la pleine mer des engins déjà existants. L’organisation de ces marchés, en faisant intervenir la puissance publique, intègre pleinement la problématique des pêches dans la définition des politiques édilitaires. Les conditions de la distribution des produits de la mer, encore peu explorées pour l’espace méditerranéen, offrent un angle de vision sur l’activité des pêches côtières précieux et relativement inédit. L’étude des marchés intérieurs du poisson permet en outre de prendre en compte des sources habituellement négligées par les historiens de la mer, parce que souvent conservées dans les fonds municipaux de localités intérieures, à l’exemple des registres de comptes des poissonneries, des contrats d’arrentements des fermes du poisson ou des procès-verbaux de police.

16Un deuxième élément important se rattache aux mutations techniques observables dans les pêches méditerranéennes à l’époque moderne. Ces dernières sont la conséquence de l’émergence, au sein des sociétés littorales, d’une catégorie nouvelle d’entrepreneurs, groupe hétérogène, mal connu et souvent extérieur au monde des confréries. En mobilisant les capitaux indispensables aux campagnes de pêche, en constituant des compagnies pour la mise en œuvre des grandes pêcheries fixes, en multipliant des investissements ponctuels visant à conditionner le poisson pour mieux le distribuer vers les marchés intérieurs, le monde de la notabilité urbaine a stimulé l’activité halieutique et apporté une réponse à une demande des marchés. Sur le modèle des autres secteurs de l’économie moderne, cette montée en puissance de pratiques précapitalistes a renforcé la dépendance croissante des communautés, accentué les clivages au sein de ces dernières, et au final, favorisé la remise en cause d’une réglementation corporatiste de plus en plus contestée au début de l’ère industrielle.

17 Produits, hommes et techniques, marchés de consommation. Ces trois entrées, en formant le filigrane de l’ensemble de la réflexion proposée, s’entre – lacent étroitement à toutes les époques et dans tous les espaces considérés. Construite sur un jeu de focales, cette étude tente de les prendre en compte à travers une approche multi scalaire.

18La première partie de cet ouvrage propose de replacer les ressources de mer dans le contexte des échanges maritimes internationaux, qu’ils s’inscrivent dans l’espace spécifiquement méditerranéen, ou qu’ils soient nourris par des flux d’origine océanique. Au sein du bassin méditerranéen, cette étude propose d’identifier des espaces d’exploitation et de consommation, d’en affiner la hiérarchie, de reconstituer les routes maritimes qui leur sont liées, tout en ne négligeant pas une description des techniques de pêche ou de cueillette utilisées, ou encore des usages appliqués aux ressources exploitées.

19Parallèlement aux produits et aux espaces mis en valeur par le commerce international ou le grand cabotage, l’exploitation des ressources de la mer est structurée dans la Méditerranée moderne par des réseaux de pêche, de transformation et de distribution obéissant à des logiques régionales, qui seront présentés dans la deuxième partie de cette publication.

20Qu’elles soient originaires des espaces océaniques ou méditerranéens, les richesses de la mer aboutissent enfin au terme de leur cheminement au monde de la halle, de l’échoppe et de la boutique. Deux cas d’études, abordés dans une troisième partie, celui de la Provence intérieure et celui de la province de Roussillon amèneront le lecteur à la découverte des nombreux acteurs du monde de la poissonnerie à l’époque moderne.

21La recherche qui est présentée ici ne vise évidemment pas à l’exhaustivité. Se proposant d’explorer des voies nouvelles, elle n’en ébauche souvent que le tracé. Elle aura atteint son objectif si elle suscite l’envie, auprès du lecteur averti, du chercheur débutant ou de l’historien aguerri, d’ajouter par de nouvelles recherches une pierre supplémentaire au chantier toujours ouvert de l’histoire de l’économie halieutique en Méditerranée.

Notes

1 Carlos Martínez Shaw, Roberto Fernández Díaz, Els sistemas de pesca a la Catalunya de l’Antic Régim, L’Avenç, 33, 1980, p. 42-53.

2 Eloy Martín Corrales, El commercio catalano-andaluz en la primera mitad del siglo xviii, Primer Congreso de Historia Catalano-andaluz, L’Hospitalet del Llobregat, Fundació Gresol, 1995, p. 127-166.

3 Joan-Lluís Alegret, Miquel Martí, La pesca a Catalunya, Barcelona, Angle Editorial, 2003, 237 p.

4 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització, gestió i conflictes per l’accés als recursos pesquers, thèse de doctorat soutenue à l’Université de Gérone sous la direction de Juan Luís Alegret Tejero, 2012, 500 p.

5 Sont ainsi désormais disponibles pour les chercheurs ces sources essentielles : Alfons Garrido Escobar, Montse Pérez, Joan-Lluis Alegret, Montserrat Darnaculleta (a cura de), Les ordinacions de la pesquera de Calonge (segles xv-xvii), Palamós, Museu de la Pesca, 2010, 139 p.
Enric Prat, Erika Serna, Pep Vila. (a cura de), Les ordinacions de la pesquera de Cadaqués, Palamós, Museu de la Pesca, 2006, 219 p.
Jordi Lleonart, Josep-Maria Camarasa, La pesca a Catalunya el 1722 segons un manuscrit de Joan Salvador i Riera, Barcelona, Museu Marítim-Diputació de Barcelona, 1987, 12 p.

6 Juan-Manuel Santana Pérez, Germán Santana Pérez, La pesca en el banco sahariano. Siglos xvii y xviii, Madrid, Catarata, 2014, 321 p.

7 Carmen Fernández Casanova, Historia da pesca en Galicia, Santiago de Compostela, Publicacións da Universidade de Santiago de Compostela, 1998, 280 p.

8 Giuseppe Doneddu, Alessandro Fiori, La pesca in Italia tra età moderna e contemporanea. Produzione, mercato, consumo, Sassari, EDES, 2003.

9 Valdo D’arienzo, Biagio Di Salvia, Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all’età contemporanea, Milano, Franco Angeli, 2010.

10 Simoneta Cavaciocchi (a cura di), Ricchezza del mare, ricchezza dal mare (secc. xiii-xviii), Istituto Internazionale di Storia Economica « F. Datini », Prato, Serie II-Atti delle « Settimane di Studi » e altri Convegni, Atti della « Trentasettesima Settimana di Studi », 11-15 aprile 2005, Le Monnier, Firenze, 2006.

11 Maria Sirago, Storia della pesca sulle coste campane, Napoli, Intra Moenio, 2014, 232 p.

12 Maria-Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, 350 p.

13 Luciano Palermo, Pesca, peschiere e conflitti economici nell’aera Pontina, D’Arienzo V., Di Salvia B., Pesci, barche, op. cit. p. 333-354.

14 Andrea Fara, La pesca di mare nei centri costieri del litorale bassotirrenico dello Stato Pontificio : l’esempio di Anzio e Nettuno nel xviii secolo, D’Arienzo V., Di Salvia B., Pesci, barche... op. cit. p. 367-403.

15 Marc Pavé, La pêche côtière en France (1715-1850). Approche sociale et environnementale, Paris, L’Harmattan, 2013, 293 p.

16 Michel Mollat, dir., Histoire des pêches maritimes en France, Toulouse, Privat, 1987, 392 p.

17 Gilbert Larguier, Pêche et société en Languedoc au xviiie siècle. La pêche aux bœufs, L’Histoire grande ouverte. Hommages à E. Le Roy Ladurie, Paris, Fayard, 1997, p. 59-67, et « Pêche, environnement et société littorale autour du golfe du Lion au xviiie siècle », Larguier G., dir., Les hommes et le littoral autour du golfe du Lion (xvie-xviiie siècle), Perpignan, PUP, 2012, p. 71-101.

18 Gilbert Buti, « Madragues et pêcheurs provençaux dans les mailles des pouvoirs (xviiexixe siècles) », in Pouvoirs et Littoraux du xve au xxe siècle, Actes du Colloque international de Lorient (24, 25, 26 septembre 1998), PUR, 1998, p. 48-73.
Gilbert Buti, Résonances urbaines des conflits de pêche en Provence (xviiexixe siècles), Provence historique, t. L-fasc. 202, octobre-novembre 2000, et Techniques de pêche et protection des ressources halieutiques en France méditerranéenne (xviiexixe siècle), Valdo D’Arienzo, Biagio Di Salvia, dir., Pesci, barche, pescatori nell’area mediterranea dal medioevo all’età contemporanea, Milan, Franco Angeli, 2010, p. 105-122.

19 Jean Monot, Les pêches méditerranéennes. Voyage dans les traditions, Versailles, Quae, 2011, 255 p.

20 http://www.bouzigues.fr/musee/francais/musee-etang-thau.html

21 http://www.museudelapesca.org

22 fb.com/patrimoinedecarro

23 Joan-Manuel Santana Pérez, « La historia de la pesca y los estudios integrales de Carlos Martínez Shaw », Roberto Fernández, Carlos Martínez Shaw. Historiador modernista, Lleida, Edicions de la Universitat de Lleida, 2010, p. 123-135.

24 Gilbert Buti, Vigne et cabotage en Méditerranée nord-occidentale au xviiie siècle, Antoine Casanova, dir., La vigne en Méditerranée occidentale, 128e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Bastia, avril 2003, CTHS, juin 2008, p. 9-25.

25 Patrick Boulanger, « Cabotage et commerce de l’huile dans le golfe du Lion au xviiie siècle », Jean-Louis Miège, dir., Navigations et migrations en Méditerranée de la Préhistoire à nos jours, Paris, CNRS, 1990, p. 285-301.

26 Katsumi Fukasawa, Toilerie et commerce du Levant. D’Alep à Marseille, Paris, CNRS, 1986.

27 Nicole Bardiot, Du sale au propre : Marseille et la soude au siècle des Lumières, Paris, Association pour le développement de l’histoire économique, 2001, 294 p.

28 Jean-Claude Hocquet, Le sel et la fortune de Venise, vol. 1 : Production et monopole. vol. 2 : Voiliers et commerce en Méditerranée (1200-1650), Lille, PUL, 1982.

29 Paul Masson, Histoire des établissements et du commerce français dans l’Afrique barbaresque (1560-1793), Paris, 1903.

30 Pour une bibliographie sommaire de l’histoire de l’exploitation du corail en Méditerranée, se reporter à :
Gilbert Buti, Olivier Raveux, Corail, Dionigi Albera, Maryline Crivello, dir., Dictionnaire de la Méditerranée, Arles, Actes Sud, 2016.

31 Olivier Raveux, Gilbert Buti, Une intégration marseillaise dans la filière du corail : la manufacture royale Miraillet, Rémuzat & Cie (1781-1792), in Revue d’Histoire Martime, n° 23, 2017.

32 On peut citer à ce propos la thèse en cours d’Olivier Lopez, « S’établir et travailler chez l’autre. Les hommes de la Compagnie Royale d’Afrique en Barbarie au xviiie siècle », sous la direction de Gilbert Buti (AMU-UMR 7303 TELEMME)

33 André Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, PUR, 2011, 868 p.
Jean-François Brière, L’état et le commerce de la morue de Terre-Neuve en France au xviiie siècle, Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 36, n° 3, décembre 1982, p. 323-338.

34 http://www.agropolis.fr/pdf/gestion-projets/mermed-rapport-final-septembre-2014.
Rapport final de l’ARP MERMED, Adaptation aux changements globaux en Méditerranée, Bernard Hubert, Mélanie Broin (coord.), ANR-Agropolis International, septembre 2014, p. 48-53.

35 Une base de données relationnelle, Histospongia, conçue en collaboration avec l’informaticien Éric Carroll (AMU CNRS/UMR 7303 TELEMME-MMSH Aix-en-Provence) a ainsi permis d’exploiter plus de 125 000 informations distinctes). Cette base s’inspire du modèle du Système de Gestion de Base de Données Relationnelle (SGDBR) imaginé par Edgar Frank Codd au début de la décennie 1980.

36 Maria-Lucia De Nicoló, Microcosmi mediterranei. Le comunità dei pescatori nell’étà moderna, Bologna, CLUEB, 2004, 350 p.

37 Eloy Martín Corrales, L’expansion de la pêche en Catalogne durant l’époque moderne, Daniel Faget, dir., Marché du poisson, marché aux poissons. Circulation et contrôle des produits de l’onde dans l’espace méditerranéen à l’époque moderne, Rives Méditerranéennes, 43, 2012, p. 27-41.

38 Alfons Garrido Escobar, La pesca al cap de Creux a l’època moderna (segles xvi-xviii), organització, gestió i conflictes per l’accés als recursos pesquers, thèse de doctorat soutenue à l’université de Gérone sous la direction de Juan Luís Alegret Tejero, 2012, 500 p.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search