Version classiqueVersion mobile

L’écaille et le banc

 | 
Daniel Faget

Préface

Thierry Sauzeau

Texte intégral

1Les travaux de Fernand Braudel ont fait entrer l’environnement – la « part du milieu » – au cœur de l’histoire d’un xvie siècle méditerranéen produit, à parts égales, des frictions des empires et des conditions naturelles qui animaient ses rivages. Aujourd’hui encore, les milliers de femmes et d’hommes qui s’en remettent à la mer, embarqués sur de frêles esquifs, à la merci des colères du temps, sont chassés par la guerre certes, mais aussi par les désordres climatiques, facteurs de chaos économiques, sociaux et pour finir géopolitiques. Sous l’œil de l’historien, la mer Méditerranée semble rebattre les cartes des rapports entretenus par ses communautés riveraines et leurs ressources naturelles, en premier lieu l’eau douce, sous l’œil de pouvoirs souvent dépassés.

2Entre grande histoire et actualité dramatique, la Méditerranée a finalement conforté ses statuts d’espace de passage, de frontière et de champ de bataille. Son histoire s’est focalisée sur ses rivages. Il revient aujourd’hui à Daniel Faget de l’ancrer dans une histoire naturelle inédite. Son ouvrage intéresse l’époque moderne qui voit l’Europe s’affronter, se confronter et s’intégrer à des espaces qui sont pour elle autant de « nouveaux mondes ». C’est le temps de l’immersion des rivages, des marins et des produits méditerranéens, dans ce qu’il est convenu d’appeler la première mondialisation. Historien, Daniel Faget a mené l’enquête dans les archives en France, en Italie et au Maghreb. Spécialiste des sciences naturelles, il nous donne à comprendre un écosystème riche, peuplé d’espèces diverses, évoluant au rythme de saisons et de cycles environnementaux aux fréquences irrégulières. Historien des techniques halieutiques, des économies et des sociétés maritimes, l’auteur analyse finement une Méditerranée exploitée par des communautés industrieuses et entreprenantes, au profit de consommateurs parfois éloignés de ses rivages.

3Daniel Faget nous propose finalement l’histoire globale d’un espace maritime, une étude appuyée sur l’histoire naturelle, dont il s’applique aussi à recenser les traces, les vestiges et la mémoire. Cette recherche présente d’évidents caractères novateurs. Courbé sur son clavier (il faut bien vivre avec son temps), entouré de ses livres, expert de ses archives, alliant à l’érudition l’analyse de phénomènes anciens, maître du vocabulaire de l’époque étudiée, Daniel Faget reste fidèle à l’image que le lecteur se fait de l’Historien. Ce qu’il montre avec ce livre, c’est qu’une pratique de l’histoire vivante peut amener le chercheur à vivre son histoire. C’est pourquoi cet ouvrage est aussi celui d’un homme de terrain. On suit Daniel Faget dans les musées et les bibliothèques, sur les traces patrimoniales des produits, des objets, des œuvres d’art conservés dans les collections. On comprend surtout combien ce livre puise à la richesse d’échanges nés de la fréquentation des professionnels de la mer, à la connaissance des espèces et des techniques halieutiques, à la collaboration avec des scientifiques au sein de programmes de recherches en biologie marine.

4 L’écaille et le banc est une histoire pluridisciplinaire de terrain, dont l’appré – hension globale s’étend à l’interconnexion des espaces maritimes du Levant et du Ponant (sociétés, marchés, techniques, productions) qui va croissante au fil les trois siècles de l’époque moderne.

5 Les ressources de la mer dans la Méditerranée moderne sont d’abord alimentaires. Mais l’époque pré industrielle fait preuve d’une imagination presque sans borne, et utilise les matières vivantes, à l’instar de nos matériaux de synthèse actuels, pour toute une série d’usages remarquablement documentés (textile, ustensiles, colle). D’autre part, l’homme moderne, dès que son rang le lui permet, est un esprit curieux, un collectionneur, un consommateur de nouveautés. On comprend que la « frontière de mer », que l’obsession géopolitique des xviie et xviiie siècles vise à repousser sans cesse, admet une déclinaison encyclopédique. L’époque moderne est par ailleurs celle de l’évolution graduelle des goûts d’un public consommateur. La « marée » est un enjeu de société majeur, dans le cadre permanent des interdits alimentaires chrétiens. C’est pour répondre à cette demande que se mettent au point, et se diffusent, des techniques de pêche plus productives, notamment autour du bassin occidental de la Méditerranée. Les apports halieutiques, par le piégeage du poisson symbolisé par les célèbres madragues, le cèdent peu à peu aux pêches en mer, de plus en plus techniques et de moins en moins côtières. Daniel Faget montre comment, à l’instar de leurs voisines du Ponant (les côtes atlantiques), les sociétés côtières du Levant connaissent des déclassements et des reclassements socio-professionnels, dans le sillage d’une concentration accélérée du capital et du pouvoir économique.

6Les ressources méditerranéennes sont bel et bien au cœur d’enjeux multiples qui dilatent les espaces maritimes, et posent les bases de la fameuse « maritimisation du monde », concept de géographes heureusement adopté les historiens maritimistes. Ainsi voit-on le marché du poisson, frais et conditionné, s’organiser et se structurer durant l’époque moderne. De la Provence à la vallée du Rhône, du Roussillon jusqu’en Catalogne, c’est l’analyse complexe du jeu des acteurs privés, publics et même informels, qui nous est livrée par Daniel Faget. La mise en évidence des dimensions politiques, économiques et sociales de cette filière pêche qui s’impose n’est pas le seul résultat de ce travail approfondi. Par ses dimensions pluridisciplinaire et internationale, L’écaille et le banc propose des éclairages inédits sur des questions cruciales et actuelles. Le rapport entre l’état des ressources et le niveau de prélèvement, croissant, est ainsi finement présenté. La mainmise sur la filière pêche, acquise par les riverains du nord au détriment de la rive sud du bassin occidental de la Méditerranée, se construit aussi sous nos yeux. À celles et ceux qui pouvaient en douter, l’histoire des ressources marines, de leur exploitation et de leur commercialisation, s’inscrit donc bel et bien dans cette grande histoire de la Méditerranée, à laquelle Daniel Faget apporte ici une contribution inédite et essentielle.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search