Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Conclusion

Texte intégral

1Le couvent des Hospitaliers a été appréhendé comme un objet d’étude en soi, c’est-à-dire comme un acteur intégré à une histoire générale et pris en compte dans sa singularité. Loin d’être l’observateur d’événements qui lui échappent, ce qu’il aurait pu devenir après l’échec de Rhodes qui le chasse du Levant en 1522 et le contraint à s’établir à Malte en 1530, il s’en est très vite révélé l’un des protagonistes, accompagnant les transformations qui bouleversent la Méditerranée et l’Europe occidentales de la première modernité.

  • 1 Y.-M. Bercé, « Réflexions préliminaires sur la diversité des noblesses », art. cit., p. 13..

2Lieu où la redéfinition identitaire du second ordre fait écho aux diverses conceptions nobiliaires européennes, le couvent s’érige rapidement comme un modèle et un spécialiste de la constitution des écritures et des généalogies, ainsi que de la définition des preuves de la pureté du sang et de la race. Reflet de théories sur la noblesse qui sont publiées particulièrement en Europe méditerranéenne, les Hospitaliers œuvrent au niveau central (dans le couvent) comme au niveau régional (dans les prieurés), à une homogénéisation progressive des critères de définition d’une noblesse dominante en son sein, par le biais de preuves d’admissions reconnues à l’échelle européenne. Cette œuvre théorique et pratique à la fois, au travers des procès de noblesse, fait de l’Ordre de Malte une instance non pas supérieure, mais indépendante et indiscutée, de la reconnaissance nobiliaire, capable de sentences plus respectées encore que celles des princes1.

3Confronté en même temps à la diffusion de la Réforme protestante, qui a pour conséquence une amputation de sa puissance foncière et humaine, par la perte totale des commanderies anglaises et partielles des terres allemandes, et par l’adhésion de plusieurs frères au protestantisme, l’Hôpital voit se développer en son sein des querelles religieuses. Comme tout ordre monastique de l’époque, il aspire à une rénovation, dont il se fait l’acteur et l’écho en Méditerranée, son couvent devenant après la clôture du Concile de Trente en 1563, le lieu où s’érige un modèle d’expérimentation de la Réforme catholique. Souffrant en définitive assez peu de la suppression de la Langue anglaise, car il conserve après 1540 ses commanderies les plus riches, presque toutes situées en Europe du sud, il devient au xviie siècle un espace où la violence guerrière se trouve canalisée par une guerre de course qui, bien que menacée à brève échéance par la condamnation de princes soucieux de développer le commerce avec la rive musulmane, comble le dernier vœu de croisade. De même, le couvent et la cité maltaise de La Valette (les deux se confondant depuis que l’Ordre a abandonné le principe du collachium) deviennent les lieux d’expression d’un catholicisme dynamique, marqué par l’édification de nouveaux monastères, notamment féminins, et par l’essor d’une hospitalité mettant en pratique les plus récentes conceptions charitables et médicales de l’Europe moderne, fondées sur l’aménagement et la gestion d’un hôpital où travaille un personnel spécialisé, et sur une prophylaxie indissociable des quarantaines et lazarets.

4Ce raffermissement après la crise du premier xvie siècle a pour conséquence de renforcer la position de l’Hôpital en tant qu’ordre religieux, aussi bien vis-à-vis du pape, son chef spirituel, que des princes catholiques, et particulièrement du roi d’Espagne, dont il est vassal, et de celui de France, auquel il est très lié par la domination numérique des Français en son sein à partir de la fin du xvie siècle. Déjà modèle social, l’Ordre de Malte sert également de modèle religieux, grâce à la maîtrise remarquable d’une image de soi mêlant savamment les deux vœux qui ne soulèvent pas la difficulté de la double identité monastique et guerrière : la guerre sainte, magnifiée par la guerre de course, et l’hospitalité. Croisés parfaits, les chevaliers de Malte peuvent dès lors se revendiquer à la fois comme des religieux modèles et comme la quintessence de la noblesse européenne.

5Perméables enfin aux théories politiques qui se développent à la Renaissance, centrées sur les idées de prince et d’État, les Hospitaliers sont confrontés à une ultime interrogation, concernant leur identité d’ordre religieux-militaire et l’organisation politique de leur couvent. Fonctionnant selon des statuts médiévaux aménagés au fil des siècles, mais paraissant inadaptés en un temps où émergent les velléités de puissance de grands-maîtres désireux d’instituer de nouvelles formes de gouvernement, l’Ordre est au cœur de contestations violentes, de conjurations, et de revendications politiques exprimée par des frères aspirant au maintien du couvent en tant que « république aristocratique ». S’observe un progressif triomphe des grands-maîtres, qui se revendiquent comme des princes ecclésiastiques, des souverains religieux proches des pontifes romains. Cette puissance politique et religieuse s’exprime par une pratique et une mise en scène modernes de leur autorité, indissociable d’une nouvelle ritualisation du pouvoir et d’une vie de cour qui plait aux chevaliers tout en reflétant le désir princier des grands-maîtres. Les ambitions politiques de ces derniers se heurtent néanmoins aux rivalités des États européens qui, s’affrontant sur terre en Europe et sur mer en Méditerranée, en appellent à la soumission du couvent, le sommant de prendre leur parti, et opposant leur autorité à celle d’un Hôpital sans cesse ramené à sa nature d’ordre religieux-militaire dépendant des princes.

6Victorieux dans la maîtrise d’une publicité d’eux-mêmes, fondée sur la production abondante à l’époque moderne d’images et de récits, les Hospitaliers ont conscience à la fin du xviie siècle de compter parmi les acteurs incontournables de l’Europe occidentale. Ils jouissent d’un apparat splendide, indissociable du prestige d’une histoire ancienne et glorifiée, des sévères critères de définition de noblesse, de la rénovation catholique et hospitalière du couvent, de Malte enfin, cette île qui, depuis le siège de 1565 et l’envergure corsaire, puis commerciale, que lui a donnée l’Ordre dès la fin du xvie siècle, appartient désormais aux lieux émergents de la Méditerranée. Pour le couvent, Malte constitue à la fois sa réussite et son échec les plus évidents : foyer méditerranéen d’une noblesse uniquement européenne, territoire dont la richesse maritime provenant de la course et du commerce assure une base financière utile au fonctionnement du couvent, quoique nettement inférieure à celle qui provient des commanderies, il est également le lieu où l’Ordre refuse jusqu’au bout d’admettre en son sein la noblesse insulaire, par la création d’une Langue maltaise. Ordre de Malte, mais jamais maltais, embarrassé par une vassalité à l’égard de l’Espagne qui devient encombrante quand les royaumes français et espagnols se font la guerre, l’Hôpital ne parvient pas à devenir le souverain d’un lieu dont il n’est que suzerain et dont il néglige l’élite sociale. Les Hospitaliers, cette noblesse en Méditerranée, achoppent finalement sur la maîtrise complète de Malte, lieu stratégique méditerranéen, qu’ils abandonnent aux Français en 1798, qui le perdent eux-mêmes au profit de non-Méditerranéens et de non-catholiques, les Anglais, qui s’en emparent à l’aube du xixe siècle.

7Et si les États d’Europe acceptent à l’époque moderne que les grands-maîtres se parent, localement, de la pompe d’un chef politique en une petite île qui leur a été concédée, ils n’omettent jamais de les rappeler à leur nature de simples chefs religieux soumis aux papes, dont la principale richesse, provenant de biens fonciers tous situés en Europe, ne dépend que du bon-vouloir des princes qui acceptent de les leur conserver. Car, à l’inverse des souverains pontifes qu’ils aspirent à imiter, le territoire sur lequel s’exprime l’autorité politique des grands-maîtres n’est pas celui qui rassemble les propriétés terriennes, source essentielle des revenus de leur ordre. Dès le second xviie siècle, l’impasse politique à laquelle se confronte le couvent ne fait que ramener l’Hôpital à ce qu’il est et à ce que les puissances européennes veulent qu’il soit : un ordre nobiliaire au service des princes et un ordre religieux soumis au pape, dont le vœu premier est, et doit demeurer, l’hospitalité.

Notes

1 Y.-M. Bercé, « Réflexions préliminaires sur la diversité des noblesses », art. cit., p. 13..

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search