Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Troubles et convulsions politiques. L’identité ambiguë du couvent

Au nom du Bien Commun

Texte intégral

  • 1 Elena Bonora, Roma 1564. La congiura contro il papa, Laterza, Rome, 2011.
  • 2 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1575), Parme (1611) et Gênes (1628) », ar (...)

1Si Malte n’est pas hermétique aux diverses influences italiennes, ibériques, françaises en faveur d’un pouvoir personnel du chef politique, ce que les grands-maîtres du second xvie siècle ambitionnent d’être, l’île est également perméable au contexte des contestations politiques qui se développent en Europe, et particulièrement dans une péninsule italienne ponctuée de conjurations qui se produisent, de manière irrégulière, entre la Renaissance et l’âge baroque. À Florence, les contestations sont indissociables de l’essor du pouvoir médicéen entre le second xve siècle et la fin du siècle suivant ; à Rome, une conjuration, finalement éventée, menace la vie du pape en 15641 ; Parme est le théâtre d’une conjuration en 1611 ; la République de Gênes en subit plusieurs au cours des années 1530, 1540, 1550, 1570 et 1628. L’Italie de la première modernité est un espace où la diversité des systèmes politiques favorise ce genre de contestations violentes, conduites par des représentants de la noblesse locale et des familles du patriciat urbain2.

  • 3 Elena Fasano Guarini, « Congiure “contro alla patria” e congiure “contro ad uno principe” nell’oper (...)
  • 4 Yves-Marie Bercé, « Introduction », dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conju (...)
  • 5 Gianfranco Borrelli, « La necessità della congiura nelle scritture italiane della ragion di stato » (...)

2Définies par les théoriciens politiques italiens de la première modernité, dont Machiavel, les conjurations se distinguent des révoltes dans le sens où elles ne sont pas des contestations populaires, mais prennent corps dans l’espace circonscrit des cours, c’est-à-dire à proximité de la personne du prince, et sont constamment liées aux conflits qui opposent le détenteur du pouvoir politique à ses sujets les plus influents ou puissants3. Cette action politique est menée par un petit nombre d’acteurs, d’abord en secret, avant de déboucher soudain sur un coup de force destiné à modifier certains aspects du pouvoir en place4. Toujours selon les théoriciens politiques italiens, la conjuration diffère également de la faction, qui vise à l’élimination du prince au profit d’un autre personnage, qui prend alors le pouvoir, comme cela se produisait par exemple au temps de la Rome antique5.

  • 6 Monique Cottret, Tuer le tyran ? Le tyrannicide dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2009, p. 26-3 (...)
  • 7 Arlette Jouanna, « L’honneur politique du sujet », dans Hervé Drévillon et Diego Venturino (dir.), (...)

3Factions et conjurations sont en général perçues négativement par les traités politiques, sauf dans certains cas particuliers, quand un groupe de conjurés agit dans le but « juste » d’éliminer un « tyran ». De nombreux traités centrés sur les questions de la tyrannie et du tyrannicide sont publiés dans la péninsule italienne des xive-xve siècles, dont le fameux De tyranno de Salutati publié en 1400, qui consacre un chapitre entier au tyrannicide, et le couple César-Brutus alimente les débats en Italie tandis que d’autres espaces d’Europe (Angleterre, empire germanique) pratiquent la déposition de princes à la fin du Moyen Âge, où l’emporte l’idée que la loi est supérieure au prince6. Dans la lignée de ces traités et du courant de pensée monarchomaque français, plusieurs théoriciens politiques, dont Girolamo Frachetta, considèrent, en de rares occasions, la conjuration de manière positive et le tyrannicide comme un acte nécessaire (Il seminario de’ governi di Stato et di guerra, Evangelista Deuchino, Venise, 1613) pour éliminer un prince devenu tyran et œuvrer par conséquent à la sauvegarde de l’État menacé. Une réflexion inspirée de La Boétie (Discours sur la servitude volontaire, 1546) s’interroge sur l’existence possible de deux obéissances : l’une déshonorante et aliénante, que les « gens d’honneur » doivent refuser ; l’autre honorable, parce qu’elle n’aliène pas la liberté et que le sujet obéit en fait à lui-même, en étant à la fois gouverné et gouvernant7. Un tel consentement raisonné rend le sujet digne et lui fait haïr la tyrannie et le tyran.

  • 8 Armand Jamme, notice « Foulques de Villaret », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et com (...)

4Les chevaliers de Malte ne peuvent qu’être sensibles à l’idée qu’un refus d’obéissance puisse être honorable et légitime et qu’un sujet puisse être à la fois gouverné et gouvernant, principes qui s’accordent bien avec celui de république aristocratique. Phénomène rarissime dans le couvent, la conjuration qui se produit à Malte en 1581 n’est toutefois pas une nouveauté : l’acte de résistance à un grand-maître abusant de son autorité, acte défendu et légitimé par les statuts de l’Hôpital, s’est déjà manifesté au Moyen Âge. En 1317, le grand-maître Foulques de Villaret (1305-1317) est destitué par le couvent, qui lui reproche un endettement excessif de l’Ordre (consécutif notamment à la conquête de Rhodes), ainsi qu’un autoritarisme insupportable et une extrême brutalité de comportement. L’Hôpital se choisit alors un autre chef en la personne de Maurice de Pagnac et en informe le pape Jean XXII, qui, tout en rétablissant l’ancien grand-maître, tranche finalement en faveur d’un troisième homme, le chevalier Hélion de Villeneuve8.

5Forte d’une expérience passée qui a déjà abouti au renversement d’un grand-maître, l’opposition au pouvoir magistral ne peut que se cristalliser dans le couvent au fil du xvie siècle et du magistère critiqué de Jean de La Cassière. Deux conjurations se produisent à Malte en quinze ans, entre 1581 et 1595. Elles appartiennent à un contexte européen général de réflexions politiques, où se pose, en Europe comme dans le couvent des Hospitaliers, la question de la source même de l’autorité politique et du choix crucial entre un pouvoir individuel et un pouvoir au fonctionnement oligarchique. Objet d’étude en soi, les conjurations ne peuvent échapper à une approche narrative, surtout en ce qui concerne celle de 1581, qui dure plusieurs mois et qui, à l’instar de celle de 1317, aboutit à la destitution d’un grand-maître par le Conseil, à l’élection d’un nouveau chef à sa place et à un arbitrage du souverain pontife qui, de nouveau, et sans surprise, tranche en faveur du supérieur déchu. Plus longue et surtout plus violente que la contestation de 1594-1595, qui se contente d’une violence symbolique contre le grand-maître et qui se limite au domaine de l’écrit, la conjuration de 1581 peut même être considérée comme appartenant aux factions définies par les théoriciens politiques italiens de la première modernité. Le meneur de la contestation politique, le chevalier gascon Mathurin d’Aux de Lescout Romegas, acquiert en effet le pouvoir, à la suite d’une élection qui le désigne à la majorité des votants, avant de gouverner plus de deux mois durant, en lieu et place de celui qui a été renversé.

La conjuration de 1581

Des paroles à l’acte : l’insurrection et la déposition du grand-maître

  • 9 ASV, SS Malta 103, f. 78v-79v, 9 juin 1581.

6Au début de l’été 1581, le contexte est défavorable au grand-maître. L’« affaire » de la garde de nuit, provoquée par les Italiens, suit de peu la publication d’un ban magistral, par lequel La Cassière manifeste son désir de rénovation religieuse et d’expulsion de La Valette des prostituées, et des « femmes honnêtes qui sont tentées par le péché de chair et la fréquentation des frères » ; qu’elles soient locataires ou propriétaires de leur maison, toutes reçoivent l’ordre de s’établir, dans un délai d’un mois, dans les trois autres villes portuaires de Vittoriosa, Senglea et Bormula9. Pratiquement contemporaine de l’affaire de la garde de nuit, la décision met le feu aux poudres.

7Une fronde de nombreux très hauts dignitaires du couvent, pour la plupart d’un certain âge, se constitue contre La Cassière. En font partie les quatre piliers d’Italie, de Castille, d’Aragon et de Provence, tous membres du Conseil de l’Ordre ; leurs Lieutenants, également membres du Conseil ; certains procureurs des Langues, comme Frà Gio Battista Calderari, de la Langue d’Italie ; plusieurs grands-prieurs, dont Romegas, le prieur de l’église conventuelle Frà Antonio Cressino ; des baillis, des commandeurs et toute leur clientèle. Il est très difficile de connaître le nombre exact de conjurés, car après l’échec de l’entreprise politique, les témoignages de ceux qui y ont participé tendent évidemment à minimiser, voire à nier leur implication.

  • 10 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1575), Parme (1611), Gênes (1628) », art. (...)
  • 11 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date.
  • 12 ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, sans date.
  • 13 ASV, SS Malta 103, f. 167v.
  • 14 ASV, SS Malta 103, f. 167r.
  • 15 Jean-Marie Constant, « L’amitié : le moteur de la mobilisation politique dans la noblesse de la pre (...)

8Deux enquêtes conduites par le Saint-Siège font néanmoins état d’un minimum de 26 chevaliers parmi les plus en vue dans le couvent, qui ont tous été physiquement présents le jour où a éclaté la conjuration, aussi bien dans le Conseil qu’au-dehors, jouant le rôle d’agitateurs. Mais il est fort probable que ces chevaliers étaient soutenus et entourés d’une clientèle plus large ; le nombre de 26 conjurés est donc une évaluation minimale. Les conjurations allient souvent entre eux des nobles de parentèle commune ; c’est le cas à Florence, lorsque la conjuration de 1575 contre le grand-duc associe plusieurs membres de la famille des Caponi10. À Malte aussi, les parentèles, clientèles et amitiés transparaissent dans les sources : le pilier de Provence est « de la famille de Romegas11 » ; le chevalier Cagnolo est « familier » du prieur de Naples ; le chevalier Sacquenville est « débiteur » de Romegas12 ; le jeune Frà de Gozon Melac est sa « créature13 » et le bailli de Sacconetti son « grand ami14 ». Tout autant que la parentèle ou le clientélisme, l’amitié, forme de compagnonnage chevaleresque mythifié, joue également un rôle important dans l’engagement politique des nobles et dans la fidélité qu’ils peuvent vouer à la cause d’un « ami15» insurgé.

  • 16 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date ; ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, sans date.

9Sur les 26 conjurés, 12 sont Italiens (le prieur de l’église conventuelle, le bailli de Sacconetti, les prieurs de Naples et d’Aquila, le Pilier de la Langue d’Italie et son Lieutenant, puis les chevaliers Fantone, Sigi, Strozzi, Cagnolo, Podio et Turniglia) ; 8 appartiennent aux Langues ibériques (le chevalier Pomar, le bailli Duero, les deux Piliers de Castille et d’Aragon, leur Lieutenant et le procureur Gasparo de Spers, le commandeur Frà Gonzalvo Perseña) ; 5 sont Français, mais majoritairement membres de la Langue de Provence (le pilier de Provence Frà Puget et son Lieutenant, le grand-prieur de Toulouse Romegas, les chevaliers Mailloc de Sacquenville et de Gozon Melac) ; le dernier est Allemand (le pilier de la Langue16).

  • 17 ASV, SS Malta 105, ff. 37r-37v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antoine d’Auger.
  • 18 ASV, SS Malta 105, f. 10v, 2 octobre 1581, témoignage de Jacobo di Santa Maura, employé au Trésor d (...)

10Les témoignages recueillis après la révolte sont formels : tous ces conjurés se réunissent régulièrement en secret, dans la résidence personnelle des piliers, chez le prieur de Naples ou chez le prieur de l’église conventuelle, Frà Antonio Cressino. Ils sont également soutenus par l’Inquisiteur, qui « les reçoit chez lui », en son palais de Vittoriosa17. Début juillet, peu avant que n’expire le délai fixé par le ban, ils témoignent d’une assurance grandissante. Le temps n’est plus aux réunions secrètes ; le mépris pour le grand-maître est affiché publiquement, tant par certains membres du couvent que par les laïcs qui les côtoient. Dans les rues, « les plus importantes prostituées de la ville disent publiquement que le grand-maître se rendra à Vittoriosa avant elles », tandis que plusieurs chevaliers accusent désormais ouvertement La Cassière de « tyrannie », prédisant en public que non seulement il ne sera pas obéi, mais que le jour où le ban sera appliqué, la Religion en son entier prendra les armes contre son maître18.

  • 19 ASV, SS Malta 105, f. 37v.
  • 20 ASV, SS Malta 105, f.160v, témoignage du servant d’armes Frà Rocco Pelletta.

11Longuement préparé et mûri, le coup de force éclate brutalement le 5 juillet, lors de la réunion d’un Conseil auquel le grand-maître, indisposé, ne peut participer. L’absence physique de La Cassière, préfiguration symbolique de la vacance future de son magistère, enflamme les conjurés, nombreux à être membres du Conseil ; ils réclament la réunion d’un Conseil d’État, afin d’y débattre des problèmes de gouvernement. Selon les témoignages et les récits, deux d’entre eux – peut-être le procureur d’Italie, Frà Fantone, et le procureur d’Aragon, Frà Gasparo de Spers19 – vont plus loin encore, émettant la proposition d’élire un Lieutenant du Magistère, destiné à assister le grand-maître dans l’exercice de son pouvoir. Devant cette éventualité, qui suppose la remise en cause et la modification en profondeur de l’exercice du pouvoir magistral, les piliers des Langues françaises réclament la réunion et la consultation de chaque Langue. Le Conseil vote alors que les Langues puissent se réunir pour débattre et décider de ce qu’elles désirent pour l’avenir politique de leur couvent. Le 6 juillet, à l’aube, chaque Langue se concerte et s’accorde pour la tenue, dans l’après-midi même, d’un Conseil d’État, qui se réunit dans la maison de l’un des principaux conjurés, le prieur de l’église conventuelle, attendu que le palais du grand-maître est fermé, pour cause d’alitement de La Cassière20.

  • 21 ASV, SS Malta 105, ff. 55r-55v, 6 juillet 1581.
  • 22 ASV, SS Malta 105, f. 57r, 6 juillet 1581.
  • 23 ASV, SS Malta 105, ff. 62r-62v, 6 juillet 1581.
  • 24 ASV, SS Malta 105, f. 63r, 6 juillet 1581.

12Les archives vaticanes possèdent encore les délibérations que les Langues françaises et allemande ont tenues ce jour-là. Celle de Provence réclame des éclaircissements sur la querelle qui oppose, depuis l’affaire de la garde de nuit, le grand-maître aux Italiens, avant de faire savoir que ses critiques du magistère visent « au bien public de toute la Religion et de ladite Langue21 ». La Langue de France est plus divisée ; si elle choisit comme messager le chevalier Louis de Mailloc Sacquenville, à qui elle donne « plein pouvoirs et autorité pour tout ce qu’il verra être à la justice et utilité et bien public de cette Religion », elle lui adjoint prudemment les procureurs de la Langue et surtout le pilier, qui est hostile à toute idée de porter atteinte à l’autorité magistrale22. Une prudence plus grande encore se lit dans les délibérations de la Langue d’Auvergne, qui recommande de ne pas permettre que soit « traité de choses au préjudice de la Langue et spécialement sur les autorité et prééminence de Monseigneur Illustrissime Grand Maître23 ». Quant à la Langue d’Allemagne, elle choisit unanimement de soutenir les Italiens dans leur opposition au grand-maître et de faire porter la faute sur le grand-maître, qui n’a pas respecté les statuts24.

  • 25 ASV, SS Malta 105, ff. 22r-24v, 4 octobre 1581, témoignage de Frà Giorgio de Carretta.
  • 26 ASV, SS Malta 105, ff. 23r-23v.
  • 27 ASV, SS Malta 105, ff. 24r-24v.

13Durant le Conseil d’État, les Provençaux réclament de « remédier au mauvais fonctionnement du couvent et au mauvais état actuel de la Religion25 ». Le Maréchal (pilier de la Langue d’Auvergne) parle peu, ne désirant guère s’opposer à un maître issu de sa propre Langue : s’il déclare qu’il faut « remédier au problème », il exprime le désir de ne pas attenter à l’autorité magistrale. S’exprimant ensuite au nom de la Langue de France, le chevalier Sacquenville prononce une allocution qui galvanise l’assemblée, durant laquelle il liste les griefs que les chevaliers ont contre leur maître, s’étonnant de ce que les conseillers « puissent lui laisser tant d’autorité et se laissent ainsi maltraiter aussi bien en paroles qu’en actes », avant de proposer de le déposer, pour élire à sa place un Lieutenant du Magistère26. Le prieur de la Langue d’Italie intervient ensuite avec passion, brandissant une supplique écrite, prétendant que celle-ci a été votée par sa Langue et qu’elle réclame la même chose que ce que propose la Langue de France, c’est-à-dire la destitution de La Cassière. Après lui, les piliers d’Aragon, de Castille et d’Allemagne, enthousiastes, s’unissent à la fronde et expriment leur soutien à Frà Sacquenville et au prieur d’Italie27.

14Une fois que tous ont parlé, ceux qui ne sont pas membres du Conseil ordinaire sortent, tandis que demeurent dans la salle ceux qui vont prendre la décision suprême. Des chevaliers surexcités, membres de la conjuration ou favorables à celle-ci, sont décrits comme ayant écouté aux portes, cherchant à saisir les débats qui opposent les piliers d’Auvergne et de France, hostiles au renversement du maître, aux autres piliers, qui y sont favorables. Hormis la Langue d’Allemagne, qui soutient les insurgés mais ne représente pas beaucoup d’individus, une brisure nette s’exprime à ce moment-là dans le Conseil et le couvent : d’une manière générale, et malgré la participation active de chevaliers isolés, comme celle de Sacquenville de la Langue de France, les Langues méditerranéennes (Italie, Castille, Aragon et Provence) s’opposent à celles situées plus au nord (Auvergne et France), qui se placent plutôt du côté du grand-maître. Devant la longueur des débats, les opposants à La Cassière qui sont à l’extérieur de la salle du Conseil commencent à s’échauffer, criant que

  • 28 ASV, SS Malta 105, ff. 39r-39v.

si le Conseil n’élit pas un Lieutenant, ils empêcheront par la force les conseillers de sortir, voire les tueront, et que la cloche de la Langue d’Italie est prête à sonner l’alarme pour faire venir tous les chevaliers en armes, et bien d’autres bravades, de sorte que fut déposé le grand-maître28.

15Divisé, le Conseil délègue trois chevaliers auprès de La Cassière pour l’informer que les conseillers sont sur le point d’élire un Lieutenant et pour lui demander son approbation. La fureur des chevaliers qui ne siègent pas au Conseil est à son comble et le chevalier italien, Frà Fantone, membre actif de la conjuration, crie que

  • 29 ASV, SS Malta 105, ff. 69r-69v, 13 novembre 1581, témoignage de Frà Antonio Cenero.

nul ne veut d’un Lieutenant élu avec le consentement du grand-maître, mais bien un Lieutenant en remplacement du grand-maître29.

  • 30 AOM 95, f. 262v, 6 juillet 1581 ; ASV, SS Malta 105, f. 7v, 2 octobre 1581 (témoignage de Don Paulo (...)
  • 31 AOM 95, f. 264r, 12 juillet 1581 ; f. 267r, 21 juillet 1581 ; f. 271r, 7 août 1581.
  • 32 ASV, SS Malta 105, f. 106v, sans date.

16Hors de lui, il parvient par de violents coups de pieds à forcer la porte du Conseil, suivi de plusieurs chevaliers tout aussi nerveux, et menace les conseillers d’une action armée. Partagé entre inquiétudes et conviction d’agir pour le mieux, le Conseil finit par déposer La Cassière et par élire à la majorité, par 23 voix contre 13, le chevalier Romegas comme Lieutenant du Magistère30. À peine élu, Romegas grâcie dix chevaliers qui avaient été condamnés par le grand-maître et leur restitue l’habit31, puis, désireux de rétablir le calme dans la capitale, fait publier le 7 juillet un ban pour ordonner que tous les religieux et laïcs lui obéissent sans contester32.

  • 33 AOM 95, f. 263r, 8 juillet 1581.
  • 34 ASV, SS Malta 105, f. 105v, sans date.
  • 35 ASV, SS Malta 105, ff. 30r-30v, 6 octobre, témoignage de Frà Gabriele de Saluti.
  • 36 ASV, SS Malta 105, f. 34v, 6 octobre 1581, témoignage de Frà Roderico de Britta.
  • 37 ASV, SS Malta 105, ff. 40r-40v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antonio d’Auger.

17Durant ces événements, le grand-maître est demeuré alité dans son palais ; mais sa présence physique alimente les tensions et provoque d’inévitables querelles entre ses partisans et ses détracteurs, au point que le 8 juillet, le Conseil se résout à le déposer officiellement, puis à le faire emprisonner à Vittoriosa, dans le fort Saint-Ange33. Le transport du grand-maître a fortement marqué les témoins. En fin d’après-midi, des coups de tambour sonnent le rassemblement des religieux qui se rendent, pour la plupart en armes, à la porte du palais magistral. Les témoignages diffèrent en ce qui concerne l’empressement des frères : certains soulignent que Romegas les a menacés d’une privation de l’habit s’ils ne s’y rendaient pas34, d’autres que les religieux y sont allés de leur plein gré. Le grand-maître quitte son palais escorté de soldats, de chevaliers et de Romegas en personne, puis sort sur la place, au milieu d’une foule de chevaliers pour la plupart en armes, se tenant « avec grande furie35 », dont certains crient « des paroles inconvenantes et irrespectueuses36 ». La Cassière est placé sans violence dans une chaise à porteurs et conduit jusqu’à une barque, qui lui fait traverser le port pour gagner Vittoriosa. Enfermé dans le fort Saint-Ange, il est autorisé à disposer d’encre, de papier et d’une plume, mais ne peut recevoir de visite sans une autorisation particulière du Lieutenant du Magistère37.

  • 38 AOM 95, f. 262v, 7 juillet 1581.
  • 39 AOM 95, f. 262v, 8 juillet 1581.

18Dans le même temps, le Conseil et le Lieutenant du Magistère se soucient de justifier leurs actes auprès du pape et envoient une délégation à Rome, composée des trois chevaliers, Louis de Mailloc Sacquenville, Cosimo de Luna et Bernardo Capece38. Par souci d’équité et aussi par respect pour le grand-maître déchu, Romegas autorise ce dernier à plaider également sa cause, à écrire au pape et à lui dépêcher à son tour une délégation de quatre chevaliers pour le soutenir dans sa reconquête du magistère39. Le tourbillon de la révolte s’achève ; désormais, c’est un combat de plume acharné que vont se livrer les deux camps, dans l’espoir de s’attirer le soutien du souverain pontife et de justifier leur action sur la place publique.

Querelles de plumes par gens d’épée

  • 40 Jean-Pascal Gay, « Lettres de controverse. Religion, publication et espace public en France au xvii(...)
  • 41 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la so (...)

19Le second xvie siècle, et plus encore le xviie siècle, correspondent à une période d’expression de campagnes d’opinion fondées sur la maîtrise conjointe de l’image et de l’écriture par des camps adverses, religieux ou politiques, qui s’affrontent à travers elles40. Ces propagandes sciemment orchestrées visent à la maîtrise d’une « opinion publique » romaine. On doit à Jürgen Habermas la définition en 1962 de l’opinion publique, qu’il conçoit comme un public composé de personnes privées faisant un usage critique de la raison. Lié aux Lumières, ce public est lecteur des différentes conceptions politiques de l’époque, véhiculées par des imprimés, des ouvrages, et fréquente les divers lieux (cafés, salons) où se tissent les sociabilités bourgeoises anglaises, françaises et allemandes de cette époque. Autonome et critique par rapport aux pouvoirs en place, cette opinion publique exprime une rationalité supérieure, qui la rend dépositaire des véritables intérêts de la société civile41.

  • 42 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas » (exposé de 1972 paru dans Les temps modernes, (...)
  • 43 Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? », L’opinion publique en Europe (1600-18 (...)
  • 44 Sandro Landi, « La construction épistolaire de la réalité politique. Remarques sur la phénoménologi (...)
  • 45 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de (...)

20Au-delà de l’interrogation sur la validité même du concept42, une telle définition soulève la question de savoir si l’on peut envisager l’existence d’une « opinion publique » dans les Temps Modernes, qui serait antérieure au xviiie siècle43. Car la voix du peuple existe et se fait déjà bien entendre dans les cités italiennes du premier xvie siècle : Machiavel lui-même la prend en compte et, tout en la considérant comme une sorte d’oracle sans capacité politique et culturelle, estime qu’un prince doit savoir l’écouter44. Appelée à cette époque opinion universelle ou opinion des hommes (car les termes d’opinion publique n’apparaissent dans le vocabulaire italien qu’en 1768), elle inquiète les gouvernants au point que ceux-ci s’efforcent d’encadrer les sujets, qui deviennent ainsi objets de savoir et de surveillance, quand l’action du prince devient pour sa part toujours plus secrète. Gouverner les opinions est une nécessité qui passe notamment par une censure, que le prince Cosme Ier de Médicis, soutenu par l’œuvre du Saint-Office romain, impose en Toscane en se présentant comme le garant non seulement de la politique, mais aussi de la religion45.

  • 46 Annie Duprat, « La caricature arme au poing : l’assassinat d’Henri III », Sociétés et Représentatio (...)
  • 47 Myriam Yardéni, « Guerre de propagande et signes de Dieu à l’époque de la Ligue », dans Myriam Yard (...)
  • 48 Hélène Duccini, « L’opinion publique sous Louis XIII », dans L’opinion publique en Europe, op. cit.(...)
  • 49 Bernardo García García, « La sátira política a la privanza del duque de Lerma », dans Javier Guilla (...)
  • 50 Héloïse Hermant, « Guerre de plumes et contestation politique : un espace public dans l’Espagne du (...)

21Outre l’Italie de la Renaissance, plusieurs autres pays d’Europe sont concernés par le phénomène : en France, les campagnes d’opinion paraissent inextricablement liées aux guerres de religion, avec la contestation du roi Henri III46, et à la guerre de la Ligue contre Henri IV47, puis aux temps de la Fronde et des premiers cercles littéraires du début du xviie siècle48. En Espagne, sous le règne de Philippe III, nombre de personnages politiques se trouvent victimes de violentes attaques pamphlétaires49. L’enjeu du combat de plumes consiste généralement à conquérir le pouvoir, à justifier une révolte, à discréditer un camp adverse en revêtant officiellement le rôle de défenseur du Bien Commun50, grâce à l’émission de lettres ouvertes qui diffusent l’affaire et prennent à témoin une opinion publique balbutiante. Durant l’été 1581, aussi bien le grand-maître déchu La Cassière que les insurgés écrivent pour exposer publiquement leurs arguments et leurs motivations, et réclamer en quelque sorte l’arbitrage, non seulement du pape, mais de toute une opinion publique romaine d’abord, puis plus largement catholique.

  • 51 BnF, Ms Français 16 043, Lettres originales adressées à la Cour par divers ambassadeurs et agents à (...)

22Pour sa défense, le grand-maître bénéficie d’un atout dont il va jouer à merveille : le thème de la persécution et de l’injuste rébellion contre une autorité qui n’a de supérieure que celle du pape. La première missive qu’il rédige le 8 juillet depuis sa prison informe le roi de France des événements, par l’intermédiaire de son ambassadeur à la Curie, l’archevêque de Toulouse Paul de Foix, que La Cassière « supplie de le vouloir aider de sa faveur et autorité » pour obtenir le soutien du pape51. La deuxième lettre, adressée directement à la Secrétairerie du Vatican, déplore

l’extraordinaire ingratitude dont ses ennemis ont témoigné, en n’écoutant pas ses suppliques et en élisant, sans qu’il ait démérité, le Vénérable prieur de Toulouse, Frà Mathurin de Lescout de Romegas comme Lieutenant du Magistère.

  • 52 ASV, SS Malta 1, ff. 62r-63v, 9 juillet 1581.

23Par ce forfait, les insurgés ont, en toute conscience, « usurpé l’autorité de Votre Béatitude, attendu que le grand-maître ne connaît nulle autre supérieure qu’Elle52 ».

  • 53 ASV, SS Malta 1, f. 63r.

24En omettant délibérément la mention du Chapitre-général, défini par les statuts de l’Hôpital comme étant supérieur au grand-maître, en ignorant son Conseil, qui est censé partager avec lui l’autorité, La Cassière ôte toute dimension politique à la révolte et la présente comme un injuste irrespect de sa vieillesse, les séditieux l’ayant jugé « décrépit et inapte au gouvernement, laquelle sentence est totalement fausse ». Le grand-maître joue habilement aussi des divisions du couvent, précisant que « les Langues ne furent pas toutes d’accord pour réclamer cette élection », ce qui constitue bien une réalité. Enfin, il souligne l’affront dont il a été victime : il a non seulement été privé de son autorité politique, mais également de sa résidence dans le palais puisqu’il a été conduit en prison, « comme un malfaiteur53 ».

  • 54 ASV, SS Malta 1, ff. 80r-80v, 12 juillet 1581.

25Quelques jours plus tard, le 12 juillet, le grand-maître écrit de nouveau au pape. Cette fois, il narre par le menu son arrestation, racontant que les insurgés lui ont donné quatre jours pour rassembler ses affaires, puis l’ont emmené en prison « sans pitié pour sa vieillesse, son infirmité et son innocence ». Romegas était présent, escorté de ses fidèles tous en armes, alors que lui-même « se trouvait seul avec deux de ses pages », car il avait refusé que ses partisans ne fassent du tort à ses ennemis, par affection pour tous les frères qu’il commandait auparavant. Il s’est donc soumis avec la plus grande humilité à « ceux qui l’ont traité avec ignominie, opposant la patience à la superbe violente de ses détracteurs ». La lettre se conclut par la supplication de La Cassière de le défendre et de le réintégrer dans son honneur de chevalier et dans ses fonctions de grand-maître54.

26Dans l’autre camp, l’enjeu est plus délicat : il faut démontrer que la révolte n’a pas servi des intérêts individuels, mais a bien été conduite au nom seul du « Bien Commun », afin de mettre un terme à un mauvais gouvernement et de sauver ainsi tout l’Hôpital. Le 12 juillet, les révoltés envoient une lettre au pape, soulignant qu’

aucun bien ne naît jamais d’un mauvais gouvernement, qui est la cause de calamités et de ruines, et il n’est aucun venin plus âpre, ni peste plus cruelle dont dérivent les discordes.

  • 55 ASV, SS Malta 1, ff. 82r-83r, 12 juillet 1581.

27Du mauvais gouvernement du grand-maître ont surgi des dommages infinis et graves au sein de l’Ordre et qui en menacent sa survie. Les insurgés ont d’ailleurs été soutenus par Dieu, « qui leur a révélé les erreurs du grand-maître et les moyens de restaurer le bon gouvernement ». Jean de La Cassière a été prévenu maintes fois par le Conseil, aussi bien en privé qu’en public, mais également par des proches, par l’Inquisiteur lui-même, par les « rolles » des Langues, mais jamais il n’a tenu compte des avis, ni n’a changé de politique. C’est pourquoi le Conseil a élu à sa place le chevalier Romegas, « personne de grande valeur, d’expérience et de bonté, à la satisfaction et au plaisir de tous ». Tout ce qui s’est passé au mois de juillet 1581 a été fait « pour le service de Dieu, avec amour sincère et pour le Bien public, et non pas pour satisfaire des appétits personnels55 ».

  • 56 ASV, SS Malta 1, f. 84r, 12 juillet 1581.

28Le même jour, Romegas estime nécessaire d’écrire à son tour au Saint-Siège, mais il se contente d’une courte missive, qu’il signe en toute humilité D.V.S. Humilissimo et obedientissimo servitore Priore di Tolosa e Hibernia, Frà Mathurin de Lescout Romegas. Il y précise n’avoir été élu que « pour gouverner en parfaite union avec le Vénérable Conseil », avant de supplier le pape d’accorder audience aux messagers qui viennent plaider la cause des insurgés. Le message est limpide : à l’inverse de La Cassière, accusé de gouverner seul et sans prendre l’avis du Conseil qu’il considère comme lui étant inférieur, Romegas se place pour sa part dans la situation d’un élu respectant complètement les statuts de l’Hôpital et son fonctionnement originel de « république » aristocratique56.

29En même temps que ces lettres, les révoltés rédigent un Mémoire de 42 chefs d’accusation à l’encontre du grand-maître déchu et placent leur contestation sur un plan strictement politique et juridique. Le grand-maître est ainsi considéré comme coupable d’avoir exercé une autorité tyrannique, en empêchant par menaces, prison et « toutes sortes d’actes de terreur » les frères qui souhaitaient en appeler au pape pour obtenir meilleur gouvernement et plus de justice. De même, il a multiplié les « procès criminels imaginaires et calomnieux », condamnant sans raison à la prison tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec sa politique. Il aurait également épuré progressivement son Conseil, poussant ses adversaires à quitter le couvent, afin d’y placer ses favoris. Il est condamnable pour avoir « persécuté l’évêque Royas et ensuite l’évêque Gargallo, de sorte qu’en huit ans de magistère, les évêques n’ont résidé chacun que huit mois à Malte ».

30Le grand-maître multipliait également les bans à l’encontre de personnes qui ne lui plaisaient pas : contre un notaire, sous prétexte que ce dernier travaille pour l’évêque, contre un chevalier espagnol parce qu’il est ami de l’Inquisiteur. Le tableau que le Mémoire dresse est édifiant : La Cassière y est présenté comme

un homme de nature colérique, brutale et violente, vindicative et cruelle, au parler injurieux, d’éducation rustique, suspect d’hérésie, ne parlant que sa propre langue dans son couvent, et de manière fort incorrecte qui plus est, ami des ignorants et des flagorneurs, ennemi et persécuteur des hommes vertueux et valeureux, d’âge décrépit et devenant en vieillissant toujours plus insolent.

31Surtout, il n’accomplit plus ses devoirs de grand-maître et n’œuvre plus au Bien Commun :

  • 57 ASV, SS Malta 103, ff. 318r-325r, sans date.

il néglige les provisions de guerre, ne se fie à personne sinon à ses familiers et domestiques, et n’étant capable d’aucune bonne décision, il chasse de son entourage tous ceux qui lui rappellent d’agir pour le Bien Public… il prend des décrets et des mesures sans consulter personne, est le grand ami des espions et des ministres infâmes et plein de malice57.

  • 58 ASV, SS Malta 103, f. 325r.

32Au sein d’une « déliquescence si manifeste de la Religion », le Conseil n’a pu qu’agir pour contrer ce qui lui est apparu comme une usurpation pure et simple de son autorité, car « le grand-maître s’est proclamé Prince et Monarque absolu de Malte et patron de la Religion58 ». Les véritables raisons de l’insurrection sont bien là : en rupture avec leur maître, les nobles brandissent à Malte, comme ailleurs en Europe, l’étendard du Bien Commun. Il s’agit pour les conseillers, et plus généralement pour les frères, de revenir à un fonctionnement plus oligarchique de leur couvent, défini du reste à l’origine par leurs statuts, et qui passe par la limitation d’une autorité magistrale, dont ils prennent peu à peu conscience qu’elle se structure indépendamment du Chapitre-général et de leur personne.

33Un autre Mémoire, strictement ciblé sur la répartition des autorités au sein du couvent, est adressé au Saint-Siège dans le courant de l’été et constitue un magnifique exemple de revendication politique en faveur d’un gouvernement « par consentement ». Il souligne en premier lieu que le grand-maître est un homme élu, qui ne doit être que « ministre et gardien des choses qui relèvent de la Religion » ; élu par ses pairs, il gouverne ensuite avec eux, c’est-à-dire avec le Conseil, conformément à ce que prévoient les statuts. Car « c’est le couvent qui donne son autorité au grand-maître, une autorité limitée par le serment qu’il prête d’observer les statuts et le fonctionnement de la Religion ».

  • 59 BAV, Barb. Lat. 5333, ff. 126r-126v, Richiesta di tutte le Lingue di Francia, Italia e di Spagna al (...)
  • 60 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127r.
  • 61 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127v.

34Parmi les éléments qui garantissent le maintien de l’Hôpital, se trouve justement la réunion régulière du Chapitre-général, qui permet le bon gouvernement du couvent59. Le Mémoire rappelle enfin que l’article 10 du De Capitulo des statuts de l’Hôpital est formel : ce sont les seize capitulants qui possèdent la « suprême autorité » sur tout ce qui touche à l’Ordre. « C’est cela qui fait de la Religion le corps d’une République de membres égaux de diverses nations ». Ne pas respecter ce principe fondamental va à l’encontre de l’Ordre lui-même et reflète la « soif inaltérable de pouvoir de La Cassière », ce grand-maître qui, durant tout son magistère, a « abusé en permanence de son autorité60 ». Le pouvoir magistral étant limité par les statuts, et notamment l’article X du chapitre De Magistro, le grand-maître, en tant qu’élu, ne peut revendiquer d’être supérieur à ses électeurs, et le Chapitre-général l’emporte sur lui. Comme les statuts l’ont déterminé depuis l’origine ou presque de l’Hôpital : « le grand-maître est le ministre d’un couvent qui lui est supérieur61 ».

Le dénouement

  • 62 Les lettres de Messire Paul de Foix, archevêque de Toulouse et ambassadeur pour le roi auprès du pa (...)
  • 63 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte, contre le GM de (...)
  • 64 ASV, SS Malta 1, f. 26r, 18 février 1583.
  • 65 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la Croisade…, op. cit., p. 437.

35La réception de ces écrits à Rome et l’arrivée de Frà Sacquenville, envoyé en ambassade par le Conseil pour informer le Saint-Siège des événements de Malte, provoquent une vive émotion. Le 24 juillet, apprenant la nouvelle, l’archevêque Paul de Foix fait savoir à Henri III que « Sa Sainteté avertie en a conçu une grande indignation contre lesdits chevaliers62 ». L’émoi déborde rapidement du cadre restreint de la Curie. La ville de Rome se passionne pour l’événement et la présence dans la cité de nombreux Hospitaliers contribue à diffuser les informations et à exporter les querelles sur le territoire italien. Comme à Malte, les religieux se divisent à Rome entre ceux qui soutiennent le grand-maître et ceux qui adhèrent à la révolte. Le 30 juillet, Giacomo Bosio (futur auteur de la célèbre Histoire de la Sacrée Religion de Saint-Jean de Jérusalem), partisan résolu de La Cassière, participe à une rixe très violente aux portes du Vatican, qui oppose une dizaine d’Hospitaliers, et se rend coupable du meurtre en duel d’un chevalier appartenant au clan adverse63. Condamné par le Saint-Siège et par le couvent, interdit de séjour à Malte, il est finalement grâcié par le pape et par le grand-maître Hugues de Loubens Verdalle en 158364, avant d’être chargé, à partir de 1588, de rédiger une histoire complète de son ordre65.

  • 66 Alain Blondy, « Une illustration des relations entre Philippe II et l’Église catholique : Malte et (...)
  • 67 AOM 95, f. 275r, 29 août 1581.
  • 68 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière, Gr (...)

36Devant une telle agitation urbaine, le pape comprend la nécessité d’intervenir rapidement, d’autant plus que la révolte ne tarde pas à susciter l’intérêt des monarques français et espagnol qui, s’appuyant sur les rivalités entre les Langues, espèrent chacun jouer un rôle dans l’affaire et conforter leur influence sur le couvent. Premier averti du tumulte, le vice-roi de Sicile Marc Antonio Colonna prend la décision d’envoyer à Malte, sous le commandement de Pompeo Colonna, trois galères, bientôt suivies de cinq autres, et plus d’un millier de soldats pour rétablir l’ordre66. Les troupes débarquent dans un port extrêmement divisé entre les deux clans ; des querelles éclatent si régulièrement que le Conseil vote une ordonnance le 29 août pour interdire tout port d’armes hormis l’épée, et la circulation de nuit dans les rues de la capitale67. Quittant une apparente neutralité, Pompeo Colonna affiche rapidement son soutien à Romegas et à ses partisans68, ce qui provoque des réactions françaises inévitables.

  • 69 Les lettres de Messire Paul de Foix, op. cit., p. 87, 5 août 1581.

37Abondant dans le sens de l’ambassadeur Paul de Foix, qui « croit qu’il y a eu de la ruse et de l’artifice des chevaliers italiens et espagnols69 », les auteurs français contemporains des faits ou légèrement postérieurs dénoncent l’intervention du vice-roi comme une tentative délibérée d’utiliser le mécontentement des Langues ibériques contre le grand-maître français, afin de contrer l’influence de la France à Malte et de rappeler la vassalité de l’Ordre à la Monarchie Catholique. Jacques-Auguste de Thou assimile ainsi les troubles qui se déroulent à Malte aux convulsions du royaume de France :

  • 70 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, Tome 8 (1578-1582), rééd. (...)

Je dois mettre au rang des affaires de France les troubles arrivés cette année à Malte par la faction des Espagnols, car les étincelles de la Ligue, qui a ruiné la tranquillité publique chez nous, commençaient à s’allumer au loin70.

38Témoignant d’une hispanophobie caractéristique de certains Français au temps de la guerre contre la Ligue à la fin du xvie siècle, l’auteur interprète un peu hâtivement les événements à l’aune de ceux qui se sont déroulés ultérieurement en France même. Néanmoins, il est vraisemblable de penser que les Espagnols ont tenté de renforcer leur influence dans l’île au détriment des Français, plus importants en nombre que les religieux ibériques. Au dernier tiers du xvie siècle, l’île de Malte et le couvent de l’Ordre apparaissent bien comme la caisse de résonance et le théâtre de la rivalité durable qui oppose les royaumes de France et d’Espagne.

39Dans ce contexte, le roi de France ne demeure pas sans réaction ; pour contrer l’Espagne, et Colonna qui s’est placé du côté de Romegas, il affiche son soutien officiel au grand-maître déchu, par l’intermédiaire de son ambassadeur à la Curie. Paul de Foix est chargé de faire savoir au pape qu’Henri III désire la

  • 71 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 132-133, 18 septembre 1581.

conservation d’un ordre si important à toute la chrétienté et qui a été premièrement fondé par les rois de France ses prédécesseurs et qui tire plus de bien de son royaume que de nul autre de la chrétienté71.

  • 72 De Thou, Histoire universelle…, op. cit., p. 561.
  • 73 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 134, 18 septembre 1581.
  • 74 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 145, 2 octobre 1581.

40Menaçant de confisquer les biens de l’Hôpital pour les donner à l’ordre du Saint-Esprit si le Saint-Siège n’agit pas, il demande au pape de restaurer la discipline au sein de l’Hôpital, de ne pas céder à la pression espagnole72 et de restaurer le grand-maître français dans sa charge73. Pour donner plus de poids à ses requêtes et inciter le souverain pontife à l’action, Henri III dépêche en ambassade le commandeur de Chattes, qui est reçu par la Curie le 19 septembre74.

  • 75 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 93, 7 août 1581.
  • 76 AOM 95, f. 277v, 11 septembre 1581.

41Le pape finit par agir. Reproduisant ce qu’avait fait son prédécesseur au début du xive siècle, après la destitution du grand-maître Foulques de Villaret par le couvent de Rhodes, Grégoire XIII choisit prudemment de ne pas trancher entre La Cassière et Romegas, mais de s’en remettre à un nonce apostolique, Monseigneur Visconti, qu’il dépêche à Malte pour y enquêter sur les événements produits. Dans le même temps, le pontife réclame la venue à Rome des deux adversaires, afin de prendre une décision définitive75. Le nonce parvient dans l’île le 8 septembre et trois jours plus tard, est reçu officiellement par le Conseil, où il lit les brefs du pape lui conférant toute autorité d’enquêter et de donner des ordres au couvent, et réclamant la venue à Rome des principaux protagonistes de l’affaire76.

  • 77 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…, non folioté.
  • 78 AOM 95, f. 280v, 15 septembre 1581 ; Dal Pozzo, I, p. 197-198.

42Se soumettant aux volontés pontificales, Romegas remet entre les mains du nonce la lieutenance du magistère, « disant qu’il ne l’a acceptée que par obéissance à ceux qui l’ont élu77 ». Visconti ordonne alors la libération de La Cassière puis, sans le restituer dans son autorité, lui demande de gagner Rome. Le 15 septembre, trois galères quittent Malte en emmenant le grand-maître ; huit jours plus tard, Romegas quitte l’île à son tour en compagnie de ses plus proches fidèles, pour aller à Rome plaider sa cause en personne78. Visconti négocie enfin le départ de Pompeo Colonna et des troupes espagnoles, qui rechignent à quitter Malte, arguant que

l’île est au roi d’Espagne ». Le nonce aurait répondu que « l’île n’est pas à l’Espagne, ains à l’Ordre et à la Religion, pour la garder pour le bien commun de toute la chrétienté, comme aussi les chevaliers sont de tous les endroits de la chrétienté.

  • 79 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 168-169, 16 octobre 1581.

43Selon Visconti, le roi d’Espagne ne possède pas plus de droits que les autres princes sur Malte et l’Ordre79. Les Espagnols partis, le nonce peut assurer seul le gouvernement du couvent, mener son enquête et procéder à l’interrogatoire des nombreux témoins.

  • 80 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 183-184, 29 octobre 1581.
  • 81 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…, non folioté.

44À cette date, la Curie a désormais basculé en faveur du grand-maître déchu. Ce dernier, voyage lentement, mais reçoit à chaque étape de son périple italien les marques de la faveur pontificale. Parti plus tard, Romegas voyage plus vite et les deux hommes pénètrent presque en même temps dans Rome, le 16 octobre pour Romegas et le 18 pour La Cassière. Si Romegas reçoit un accueil froid et indifférent, La Cassière est accueilli avec tous les honneurs de la cité pontificale80. Le pape a donc tranché en faveur de l’ancien grand-maître. Aspirant néanmoins à une réconciliation des deux hommes et des deux camps, il vit comme un affront l’absence de Romegas et de ses partisans à l’entrée triomphale de La Cassière dans Rome. Au début du mois de novembre, Grégoire XIII convoque les insurgés au Vatican et les condamne à faire acte de contrition publique, en demandant pardon au grand-maître devant toute la Curie. Parmi les révoltés qui se présentent à contrecœur, le chevalier de Sacquenville provoque le scandale en refusant de demander pardon et en se contentant de baiser froidement la main de l’ancien grand-maître81.

45Mais Romegas ne se trouve pas parmi eux : pris de langueur subite et de fièvre, il agonise et décède au matin du 4 novembre, avec une rapidité sinon suspecte, du moins surprenante pour un homme jusqu’alors en pleine santé. Ses détracteurs attribuent son décès au remord et au chagrin :

  • 82 De Thou, Histoire universelle…, op. cit., p. 564. D’autres récits reprennent peu ou prou ces phrase (...)

il se trouva abandonné de tout le monde. Cette solitude lui fit sentir toute l’énormité de son crime… il en mourut de chagrin peu de temps après82.

  • 83 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière… », (...)
  • 84 AOM 96, f. 32v, 20 mars 1582.

46Dès l’annonce de sa mort cependant, des rumeurs d’empoisonnement circulent à Rome et à Malte, relayées par ses proches en ébullition ; pour apaiser les esprits, le pape est contraint d’ordonner une autopsie, qui ne révèle rien de particulier83. À Malte, et malgré l’autopsie romaine, le doute demeure si fort que le 20 mars 1582, des commissaires sont délégués par le Conseil pour enquêter de nouveau sur le décès de Romegas, « suspecté d’avoir été empoisonné par des médecins84 ». Brantôme lui-même défend la thèse de l’élimination volontaire :

  • 85 Brantôme, V, p. 131.

on dit qu’il se trouva empoisonné, dont il mourut. Toutefois, son enterrement fut fort honorable et pompeux et tel que le grand-maître n’en eût su avoir de pareil. Ce fut grand dommage de ce grand capitaine, car après M. le grand-maître Parisot, ça a été le premier de tous les siens ; et que s’il fût été grand-maître, il eût fait de grandes choses85.

  • 86 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière… », (...)

47Les funérailles de Romegas sont en effet somptueuses, ce qui ne surprend pas compte tenu de la carrière du chevalier, mais peut étonner au regard des circonstances de sa présence et de son décès à Rome. De même, le pardon immédiat que le grand-maître et le pape accordent au défunt peut paraître suspect. Dans la journée du 4 novembre, sa dépouille est portée en procession jusqu’à l’église de la Trinité des Monts, tandis que le peuple l’acclame et le pleure. Une inscription funéraire est gravée sur la pierre tombale de marbre blanc, encastrée dans le pavé de la nef centrale, à la hauteur de la sixième chapelle de l’église. Faisant silence sur l’affaire de 1581, elle rend hommage au chevalier-corsaire, dont elle rappelle l’origine gasconne, la puissance qu’il a acquise sur les mers et qui se mesure à la peur que suscite son nom aux ennemis de la chrétienté, qu’il a défait en grand nombre et au cours de batailles célèbres qui ont assuré sa renommée86.

  • 87 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 206, 13 novembre 1581.
  • 88 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 212, 27 novembre 1581.
  • 89 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 207, 13 novembre 1581.
  • 90 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 241-242, 25 décembre 1581.

48Il est impossible de définir si Romegas a réellement été empoisonné ; il n’en demeure pas moins que les causes de son décès sont douteuses et que sa disparition arrive fort à propos pour mettre un terme aux querelles entre les deux camps et affaiblir définitivement les conjurés. Dédaignés par le pape et privés de leur chef prestigieux, il devient pour eux difficile de continuer à opposer un front uni à La Cassière87. Après la disparition de Romegas, la cause de La Cassière ne connaît plus d’obstacle. Philippe II lui-même finit par lui envoyer une missive pour l’assurer de son soutien et de son désir de le voir rétabli en son autorité88. Le pape attend néanmoins les conclusions de l’enquête du nonce Visconti, qui tardent à parvenir à Rome89. Mais le 21 décembre, déjà malade depuis plusieurs mois et affaibli par les récents événements, le grand-maître décède à son tour ; le corps est porté en grande pompe à l’église Saint-Louis-des-Français, avant d’être conduit en bateau à La Valette, pour y être solennellement déposé en janvier 1582 en l’église conventuelle de l’Hôpital90.

  • 91 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…

49Les choses ne sont pas terminées pour autant. En 1582, le pape remet au Patriarche de Jérusalem l’intégralité des témoignages recueillis par le nonce Viconti. Le 23 juillet 1582, celui-ci fait son rapport à une Congrégation de la Juridiction, désignée par le pape et composée de cinq cardinaux chargés de se prononcer sur l’affaire. Au mois d’août, la Congrégation déclare « toutes les procédures faites contre La Cassière nulles et iniques », réclame « de punir, mais modérément, les plus coupables de ceux qui avaient eu part à la révolte » et déclare « par un décret, que le droit de juger et de déposer les grands-maîtres n’appartient point aux chevaliers mais est réservé au pape91 ».

50Le 3 septembre, le pape ratifie la décision et ordonne que soient annulés tous les actes du Conseil contraires à l’autorité de l’ancien grand-maître (raison pour laquelle les actes sont biffés dans les archives), avant de déclarer que les grands-maîtres relèvent désormais uniquement de la juridiction du Saint-Siège.

  • 92 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice…, op. cit.

51Bien que décédé avant la conclusion de l’affaire, le grand-maître sort incontestablement victorieux de la rivalité qui l’a opposé aux insurgés. Soutenant à Malte une évolution politique proche de celle qui se produit à la même époque au sein de la Curie, où le pouvoir pontifical domine désormais largement un Sacré Collège au rôle politique toujours plus réduit92, le pape Grégoire XIII entérine et défend en 1581, puis en 1582 avec la ratification du 3 septembre, toutes les tentatives de La Cassière et des grands-maîtres qui l’ont précédé, de réduire l’autorité des organes traditionnels de gouvernement du couvent de l’Hôpital. À l’encontre du Chapitre-général, normalement garant du maintien de l’Ordre comme « république », à l’encontre également du Conseil, censé partager le pouvoir avec le maître, c’est bien la puissance individuelle du grand-maître qui, à l’exemple de celle du pontife, émerge plus affirmée et consolidée que jamais.

Les derniers feux de la contestation (1594-1595)

La permanence des tensions

  • 93 AOM 95, f. 136r, 13 mars 1579.
  • 94 ASV, SS Malta 1, f. 101r, 8 janvier 1582.
  • 95 ASV, SS Malta 1, ff. 116r-116v, 22 janvier 1582.
  • 96 ASV, SS Malta 1, ff. 121r-121v, 18 janvier 1582.

52Le triomphe du pouvoir magistral passe par l’élection d’un nouveau grand-maître, désigné par le pape et proche de Rome. Légat de l’Ordre auprès du Saint-Siège depuis 157993, Frà Hugues de Loubens de Verdalle (1582-1595) est élu en janvier 1582 par le Conseil de l’Ordre. Le pape a été très explicite : dans une lettre qu’il fait parvenir à Malte, il insiste sur la nécessité de choisir un chevalier français « qui se fera craindre de la Langue de Castille », et particulièrement un chevalier provençal proche de la Curie94. Le message pontifical est clair : nul autre que Verdalle ne remplit ces conditions. Le nonce Visconti, toujours présent à Malte et qui œuvre en sous-main pour faire triompher la volonté de Grégoire XIII, relate que le Conseil, se soumettant aux désirs romains, a élu grand-maître « Verdalle, homme de valeur qui n’a passion ni pour un camp, ni pour l’autre95 ». À peine investi, le nouveau maître écrit à Rome pour promettre d’œuvrer « à la rénovation du couvent et au maintien de la Religion96 ».

  • 97 ASV, SS Malta 1, f. 126r, 12 novembre 1582 ; f. 133r, 16 novembre 1582.
  • 98 ASV, SS Malta 1, f. 138r, 3 février 1583.
  • 99 ASV, SS Malta 1, ff. 139r-139v, 3 février 1583.
  • 100 ASV, SS Malta 1, f. 140r, 17 juin 1582.

53Autoritaire mais mesuré, Verdalle tire les leçons de la révolte de 1581. De sorte que lorsque le pape exige la condamnation de quatre conjurés parmi les plus actifs (les chevaliers Centorio Cagnolo, Pietro Fantone, Gio Battista Calderari et le prieur de l’église conventuelle Antonio Cressino), le grand-maître plaide en faveur du pardon. En novembre 1582, il leur obtient un délai de trois mois pour se présenter auprès du pape ; puis à l’échéance du délai, il les soutient dans leur refus de se rendre à Rome97. Par une lettre adressée à la Curie en février 1583, le prieur de l’église prend prétexte de son « âge décrépi de 75 ans » pour supplier de demeurer à Malte, où il souhaite mourir98. De même, Frà Centorio Cagnolo conjure le pape de ne plus poursuivre les conjurés de sa colère, arguant que les Hospitaliers sont désormais tous soumis à leur nouveau grand-maître qu’ils ne contestent nullement, et que jamais la révolte de 1581 n’a été motivée par des intérêts individuels, mais bien « dans un consensus général, pour le seul bénéfice public99 ». La Langue d’Italie elle-même soutient son chevalier et députe à Rome un ambassadeur pour le protéger du courroux pontifical et pour régler définitivement l’ancien différend qui avait opposé les Italiens au grand-maître La Cassière100.

  • 101 ASV, SS Malta 1, f. 147r, 7 février 1583.
  • 102 ASV, SS Malta 1, f. 155r, 15 décembre 1583.
  • 103 ASV, SS Malta 1, f. 156r, 22 septembre 1583.

54Dans un tel contexte, Verdalle choisit de transiger et de ne pas imiter son prédécesseur, accusé de rigidité excessive. Il obtient d’abord du pape un nouveau délai de quatre mois, puis ose réclamer la grâce totale des insurgés, au nom du fait « qu’il aime cordialement tous ses religieux » et qu’il est désormais nécessaire que le couvent retrouve son ancienne unité et que « chacun se dévoue à ce qui convient au bien public101 ». Stratège habile, le grand-maître cherche à se rallier la fidélité du chevalier italien Centorio Cagnolo en le faisant élire Amiral, c’est-à-dire pilier de sa Langue. En décembre 1583, le chevalier nouvellement investi écrit au pape pour le supplier de lui pardonner ses erreurs passées et l’assurer que « cette nouvelle fonction lui permettra de servir au mieux » le Saint-Siège102. Ultime volonté de manifester sa mansuétude, Verdalle autorise Giacomo Bosio, coupable d’un duel à Rome en 1581, à revêtir de nouveau son habit d’Hospitalier, à rentrer au couvent et à recouvrer toute son ancienneté perdue depuis presque deux ans103.

  • 104 AOM 96, f. 14v, 12 janvier 1582.

55Pour autant, les velléités de résistance des religieux au pouvoir magistral ne sont pas éteintes, loin de là. En janvier 1582 déjà, le Conseil s’est prononcé en faveur d’une ordonnance rappelant les limites de l’autorité du grand-maître. Celui-ci ne peut créer aucun officier de justice sans avis du Conseil, ni faire publier de bans sans le soutien de ses conseillers ; il ne peut pas prélever de gabelle sur les marchandises, ne peut pas attribuer de commanderie à des Hospitaliers qui n’auraient pas dix ans d’ancienneté et cinq années de résidence à Malte, ne peut pas posséder plus de huit pages à son service, et ne peut enfin pas donner la corde aux frères, hormis aux cas les plus graves que sont les hérétiques, les sodomites et les traîtres rebelles à l’Ordre104. Cette ordonnance n’est que le préambule d’un magistère certes moins ingrat que celui de La Cassière, mais délicat par les nombreuses controverses qui opposent régulièrement les chevaliers à un grand-maître qui se conçoit comme un souverain et aspire à détenir seul la plénitude du pouvoir.

  • 105 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 75-76.

56Dans cette perspective, et peut-être aussi pour contrer Centorio Cagnolo, nouveau pilier de la Langue d’Italie qui lui est aussi défavorable qu’il était autrefois opposé à La Cassière, Verdalle s’arroge en 1585 tous les droits et privilèges des piliers, ôtant par conséquent à l’Amiral sa prééminence sur les activités maritimes qui prennent une nouvelle envergure à Malte avec le développement de la course, et lui enlève notamment le privilège de nommer les capitaines de galères. La Langue d’Italie conteste unanimement, mais les autres Langues acceptent sans rechigner la manifestation d’autorité du grand-maître : si tous les chevaliers peuvent espérer prétendre à la magistrature, ils savent en effet qu’ils ne peuvent espérer devenir Amiral, puisque la charge est réservée aux Italiens105.

  • 106 AOM 97, f. 13r, 23 décembre 1585.
  • 107 AOM 97, f. 17v, 6 février 1586.
  • 108 Alain Blondy, « Une illustration des relations entre Philippe II et l’Église catholique… », art. ci (...)
  • 109 AOM 97, f. 118r, 1er janvier 1588 ; f. 119r, 29 janvier 1588.

57Peu à peu néanmoins, le mécontentement, qui n’a jamais réellement disparu dans le couvent depuis 1581, gagne les autres Langues : en décembre 1585, un chevalier allemand tient des « propos violents, injurieux et séditieux contre le grand-maître106 », tandis qu’en février 1586, ce sont deux chevaliers ibériques qui sont condamnés pour des propos insultants mettant en cause le pouvoir de Verdalle107. L’accession du grand-maître au cardinalat en 1587 n’apaise pas les tensions, bien au contraire. Les motivations du pape Sixte Quint semblent assez floues. Le pape a pu désirer soutenir un grand-maître contre un couvent où fermentent les germes d’une nouvelle contestation ; il a sans doute également souhaité récompenser en Verdalle un acteur estimable de la Réforme catholique à Malte ; peut-être aussi le pape a-t-il estimé que le cardinalat lierait plus indissolublement encore le grand-maître au Saint-Siège, contrant ainsi les tentatives d’intrusion françaises et espagnoles dans l’île et le couvent108. La nouvelle est accueillie avec un enthousiasme modéré à Malte. Si des processions sont organisées pour fêter l’événement en l’absence du grand-maître, et si celui-ci bénéficie d’une réception solennelle à son retour de Rome109, les critiques de Verdalle et de ses tentatives d’exercer le pouvoir de manière exclusive, s’exacerbent après l’obtention du chapeau de cardinal, qui fait craindre que le grand-maître n’abuse toujours plus de son autorité.

  • 110 ASV, SS Malta 2, ff. 95r-96v, 20 janvier 1590.
  • 111 ASV, SS Malta 2, f. 49r, 2 février 1589.
  • 112 ASV, SS Malta 2, f. 93r, 14 janvier 1590 ; ff. 95r-96v, 20 janvier 1590.
  • 113 ASV, SS Malta 2, f. 99v, 10 février 1590.

58En 1589, plusieurs chevaliers portugais s’insurgent contre le maître, qui « gouverne âprement110 ». La révolte ibérique est soutenue par plusieurs frères d’autres Langues, qui régulièrement « se battent en duel, se provoquent, s’énervent des injustices commises contre eux, s’insurgent contre tout111 ». Les chevaliers en appellent à la justice pontificale et Verdalle supplie le pape de ne pas donner foi aux médisances qui le présentent comme « un être dur, alors qu’il fait profession d’user en tout avec douceur », soulignant qu’il est plutôt enclin au pardon et qu’il répugne toujours à punir ses religieux, n’exécutant jamais les châtiments avec l’âpreté et la rigueur de son prédécesseur Jean de La Cassière112. Néanmoins, l’arrestation des rebelles et leur détention en prison alimentent la contestation. Furieuses, les Langues ibériques informent le roi d’Espagne qui, par deux lettres adressées l’une au pape et l’autre au grand-maître, ordonne leur libération immédiate113. De nouveau, comme en 1581, l’Espagne entend soutenir toute protestation de ses Langues contre un grand-maître français.

  • 114 ASV, SS Malta 2, ff. 99r-99v, 10 février 1590.
  • 115 ASV, SS Malta 2, ff. 129r-129v, 4 juin 1591.

59Verdalle est contraint d’obtempérer, mais écrit au pape en février 1590 pour se disculper de toutes les « rumeurs d’infamie qui concerne son mauvais gouvernement », arguant que sa fermeté envers les chevaliers portugais reflète uniquement sa volonté de mettre un terme à « l’indécence qui consiste à diffamer à tort un supérieur quand on est un simple inférieur ». Le grand-maître rappelle au pape qu’il a été porté au magistère pour restaurer la paix au sein du couvent, ce qu’il est parvenu à faire, mais qu’actuellement, il ne peut plus maintenir son autorité qu’au prix de la crainte des rigoureux châtiments qu’il peut imposer à ses religieux séditieux114. Libérés, les chevaliers portugais sont envoyés à Gozo et à Mdina, ancienne capitale intérieure de Malte, mais la contestation se poursuit dans les deux Langues ibériques, plusieurs chevaliers faisant paraître un Mémoire en 1591, accusant le grand-maître de mauvais gouvernement et d’abus d’autorité, et réclamant l’absolution du pape en faveur des Portugais châtiés à tort115.

Une violence littéraire

  • 116 ASV, SS Malta 3, ff. 41r-41v, 23 juin 1594.
  • 117 ASV, SS Malta 3, ff. 43r-43v, 6 juillet 1594.

60Grandissante, la contestation finit par se concrétiser en 1594-1595. Certains membres du couvent accusent ouvertement le grand-maître de ne pas se préoccuper des ravitaillements de l’île en un temps de pénurie alimentaire (depuis 1590, la Sicile connaît une grave crise frumentaire, qui tarit les exportations à destination de Malte), de n’avoir pas pris les mesures de sécurité sanitaire lors de la peste de 1592 dans le port, de ne pas se soucier de l’armement des navires de l’Ordre et d’avoir dérobé près de 500 000 écus à la Religion pour son profit personnel116. Le pape est de nouveau contraint d’intervenir : il envoie deux brefs exhortant les religieux à l’union fraternelle, à la paix et à la charité117.

  • 118 ASV, SS Malta 3, f. 53r, 16 août 1594.
  • 119 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 184-185.
  • 120 ASV, SS Malta 3, f. 78r, 10 février 1595.

61Pour autant, la grogne ne cesse pas et s’exprime par une nouvelle publication, au mois d’août 1594, de Mémoires anonymes, rédigés et imprimés en secret dans le port, placardés sur les murs, diffusés dans les rues du port, et qui dénoncent le gouvernement du grand-maître118. À la fin de l’année, l’un de ces Mémoires est expédié à Rome et adressé au pape Clément VIII, sans doute moins favorable à Verdalle et plus disposé à écouter les Langues insurgées que ne l’étaient ses prédécesseurs119. Les chevaliers ne se limitent d’ailleurs pas au pape, mais font parvenir les Mémoires à « tous les princes et cours d’Europe120 ».

  • 121 ASV, SS Malta 3, f. 78r, 10 février 1595.

62Bien différente de 1581 apparaît la contestation de 1594-1595. Quand elle finit par s’exprimer, la violence se cantonne désormais à l’écrit et ne passe plus par une action éclatante conduisant à l’éviction physique du grand-maître. La contestation se contente d’attaquer par écrit Verdalle, l’accusant de mauvais gouvernement et le dénonçant aussi bien aux frères qu’aux princes de l’Europe catholique. Il s’agit moins alors d’une conjuration que d’un combat de plume, et du désir de mobilisation d’une « opinion publique » maltaise et européenne qui est recherchée d’emblée, car considérée comme un outil nécessaire à leur résistance au pouvoir. Le pape n’est plus seul à être appelé en arbitre ; différents princes sont interpellés par le couvent, tels que le roi de France, celui d’Espagne, et certains princes italiens non précisés par la missive que le grand-maître expédie au Saint-Siège121. Désormais, l’intervention des puissances est recherchée, preuve de leur interférence de plus en plus grande dans le quotidien de Malte et de l’opposition de plus en plus forte entre les nations au sein de l’Hôpital. Quand les religieux se soulevaient en 1581 au nom d’un bien public commun à tous les frères, les protestations paraissent plus troubles en 1594-1595 ; si la défense du Bien Commun est toujours brandie, elle se trouve mâtinée de revendications et de contestations propres à leur nation, tandis que la mésentente entre Français et Espagnols ne cesse de s’accuser.

  • 122 BAV, Ott. Lat. 2691, Accuse date al Gran Maestro di Malta Cardinale dei Cavalieri l’anno 1595, ff. (...)

63Pour autant, le Mémoire adressé au pape se place prudemment au niveau de l’intérêt collectif et propose d’apporter les remèdes aux graves dommages dont souffre la Religion, depuis le magistère d’Hugues de Loubens de Verdalle. Car le bon gouvernement de l’Hôpital se fonde sur l’observation de quatre grands principes qui, s’ils ne sont pas respectés, causent « une grande offense à Dieu et une certaine hardiesse chez les religieux d’y remédier » : le strict respect de la Règle, la bonne administration du Trésor de l’Ordre, l’observation des statuts dans les condamnations civiles et criminelles, la bonne gestion des affaires militaires122. Fait étonnant quand on songe à toutes les ordonnances prises au temps de Verdalle pour réformer son couvent, le Mémoire accuse le grand-maître de ne pas suivre les obligations religieuses qu’il impose à ses frères. Verdalle est incriminé pour avoir donné l’habit à des chevaliers sans leur faire passer l’année de noviciat ; pour ne pas contrôler que les religieux se rendent bien à la messe et aux processions solennelles ; pour les « inciter à jouer aux cartes » ces jours-là, de sorte que

les chevaliers mangent et jouent les jours de jeûne et de fête religieuse, pour contenter le grand-maître qui joue indifféremment avec des religieux et des laïcs.

  • 123 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 143r-148v.

64Pire encore, le grand-maître ne veillerait pas à ce que les médecins de l’Infirmerie disposent de médicaments nécessaires aux soins des malades, ni que les confessions soient bien recueillies avant les décès dans la Sacrée Infirmerie ; enfin, le grand-maître ne chercherait pas à lutter contre l’habitude généralisée des Hospitaliers de « vivre parmi les femmes du monde et de mauvaise réputation », au lieu de vivre comme les moines qu’ils doivent être123.

  • 124 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 149r-165v.

65La deuxième accusation touche à la gestion du Trésor de l’Ordre : les chevaliers reprochent au grand-maître une opacité financière nouvelle, qui se fait au bénéfice de Verdalle. Le couvent est en déficit, ayant doublé les dépenses pour le maintien de sa flotte (sans pour autant avoir doublé ses navires) et l’entretien de ses chiourmes, et surtout le grand-maître puise pour son propre service dans les réserves financières du couvent. On l’accuse de détourner l’argent des « tables » des chevaliers, de dérober le froment et d’assécher le Trésor124.

66La troisième remontrance tient à l’autoritarisme de Verdalle, qui ne souffre aucune contestation de la part de ses conseillers : quand les statuts de la Religion permettent à chaque membre du Conseil de « s’exprimer librement, sans répréhension », le grand-maître ne le permet pas ou chasse du Conseil ceux qui osent s’opposer à lui pour les remplacer par des fidèles. Les statuts prévoient que les procurateurs des pauvres soient des frères ; or,

le grand-maître a de sa propre volonté, sans avis de son Conseil, en tant que seigneur absolu et au mépris des statuts, donné cet office à un laïc.

67On lui reproche surtout de faire pression sur les juges, voire d’en soudoyer certains, de sorte que

ceux qui sont favorables au grand-maître ne sont jamais châtiés de rien, même de délits pernicieux, quand ceux qui ne lui sont pas favorables sont persécutés et maltraités pour des délits mineurs.

  • 125 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 166r-170v.

68Enfin, le grand-maître a prélevé des gabelles sur le peuple de Malte et même sur des membres du couvent, au mépris des statuts et de l’ordonnance votée par le Conseil en 1582, qui rappelait déjà les limites de l’autorité magistrale125.

  • 126 AOM 96, f. 68v, 24 août 1582.

69Une ultime critique concerne la défense militaire de Malte et de la chrétienté, dont Verdalle ne se serait pas assez soucié. La principale réprobation touche aux deux galères magistrales : il est vrai que l’année même de son élection, en 1582, le grand-maître a fait prendre un décret par lequel il accorde à sa galère une préséance sur toutes celles de l’Ordre, en lui concédant le privilège d’aller, sur mer, juste après la Capitane. Mieux encore, les chevaliers qui navigueraient à bord de la galère magistrale engrangeraient autant de mois d’ancienneté, si ce n’est plus, que s’ils avaient embarqué sur les bâtiments de l’Ordre126. En conférant la prééminence de ses propres galères sur celles du couvent, et en leur réservant les meilleurs armements, Verdalle assure non seulement son enrichissement par la course publique, mais aussi la fidélité de frères désireux d’achever au plus vite leur service maritime ou de s’attirer les faveurs de leur maître. C’est bien ce que dénoncent les auteurs du Mémoire ; non seulement le grand-maître s’enrichit ainsi de manière illégale, mais

les chevaliers sont désormais très soucieux de servir sur la galère magistrale, puisqu’une caravane à son bord en vaut dix à bord de celles de l’Ordre.

70Le grand-maître est ainsi accusé d’être parvenu à faire des chevaliers « des esclaves à son service ». Verdalle n’est pourtant pas le premier grand-maître à avoir armé en course des galères personnelles. Le Mémoire le reconnaît, c’est Jean de La Valette le premier qui avait institué cette pratique ; mais

il n’avait jamais désarmé les galères de la Religion pour armer en priorité les siennes et a toujours œuvré au maintien de la flotte.

71Le Mémoire s’achève par une incitation au pape de considérer que

les actions du grand-maître contredisent totalement la Réforme qu’il entendait mener,

72puisqu’il est un homme peu respectueux des statuts et de la règle, qui provoque, par sa volonté d’omnipotence, de nouveaux troubles et désordres au sein du couvent. Les insurgés supplient donc le pape qu’il

  • 127 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 171v-180v.

contraigne le grand-maître à rendre compte de tous ses excès, tant dans son attitude que dans sa gestion de la Religion et du Trésor127.

  • 128 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 187-190.

73La réception d’un tel texte suscite des inquiétudes à Rome ; la Curie appréhende qu’une nouvelle révolte n’ébranle le couvent comme en 1581 et redoute une nouvelle intervention des États français et espagnol dans les affaires maltaises. Le contexte est cependant différent et si le Mémoire est offensif, la contestation reste circonscrite à des écrits et à des paroles injurieuses ou contestataires. En 1595, le couvent ne semble plus guère disposé à prendre les armes contre son grand-maître. Du reste, Verdalle rédige à son tour une lettre à la Curie, par laquelle il se défend des accusations prononcées à son encontre et, à l’instar de La Cassière avant lui, les vide habilement de leur portée politique en les présentant comme le simple produit de méchantes querelles d’ambitieux, désireux de voir disparaître un grand-maître vieillissant. Par le biais de l’Inquisiteur de Malte, qui lit ses brefs au Conseil de l’Ordre, le pape fait savoir aux chevaliers que la conservation de l’Hôpital et la paix dans le couvent constituent les priorités du Saint-Siège. Pour ce faire, le pontife ordonne aux cinq grands-croix qui sont les chefs de la contestation (les prieurs d’Angleterre, de Pise et de Capoue, ainsi que les baillis de Naples et de Sainte-Euphémie) de se rendre à Rome et ordonne à Verdalle d’envoyer également cinq de ses fidèles128.

  • 129 Alain Blondy, op. cit., p. 198-199.

74Mais à cette date, le grand-maître est déjà très affaibli ; achevant un magistère dans des circonstances identiques à celles qui l’avaient conduit au pouvoir, il décède à la fin du mois d’avril 1595. Au cœur des rivalités entre les Langues, et pour contrer les ambitions françaises, les Espagnols parviennent enfin à faire élire l’un des leurs, le Châtelain d’Emposte Frà Martín Garzés de la Langue de Castille (1595-1601). Il disparaît néanmoins trop vite, et à l’aube du xviie siècle, la rivalité entre Français et Ibériques est à son comble. Contre l’Italien Frà Centorio Cagnolo, qui dispose pourtant de solides soutiens dans le Conseil, les Français réussissent à placer à la tête du couvent le Grand Hospitalier, pilier de la Langue de France, Frà Alof de Wignacourt (1601-1622). Non seulement celui-ci inaugure presque un siècle de domination de la France dans les affaires conventuelles, mais il renoue avec toutes les tentatives de ses prédécesseurs français, depuis Jean de La Valette jusqu’à Hugues de Loubens de Verdalle, de faire du magistère la clef de voûte du gouvernement de l’Hôpital, où la réunion des Chapitres-généraux apparaît désormais au mieux inutile, et au pire, comme une véritable entrave à l’autorité du grand-maître129.

75La conception par les insurgés de 1581 et de 1595 d’un Bien Commun fondé sur un partage idéalisé des pouvoirs est donc en passe de s’effacer devant la nouvelle définition d’un bien public garanti par un chef détenteur d’une autorité progressivement incontestée. Les feux de la contestation politique de 1595 n’ont déjà plus l’intensité de ceux qui les ont précédés et c’est moins la disparition du grand-maître Verdalle que la désunion des intérêts des insurgés qui met un terme à la révolte. Les rebelles du temps de La Cassière, partisans d’une noblesse chevaleresque dévouée au Bien Commun, ont presque tous disparu, tandis que les chevaliers de 1595 se montre plus sensible aux revendications de chaque Langue, écho des prérogatives des États européens, et semblent accepter moins douloureusement que leurs prédécesseurs une autre forme de gouvernance dans le couvent. Dès lors, dans les ultimes convulsions des revendications nobiliaires, surgit, plus assuré que jamais, le pouvoir des grands-maîtres aux ambitions princières.

Notes

1 Elena Bonora, Roma 1564. La congiura contro il papa, Laterza, Rome, 2011.

2 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1575), Parme (1611) et Gênes (1628) », art. cit., p. 320-323 ; Arturo Pacini, « El ladron de dentro casa : congiure e lotta politica a Genova dalla riforma di 1528 al tradimento di Gian Luigi Fieschi », dans Yves-Marie Bercé et Elena Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, Rome, École française de Rome, 1996, p. 617-652.

3 Elena Fasano Guarini, « Congiure “contro alla patria” e congiure “contro ad uno principe” nell’opera di Niccolo Machiavelli », dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, op. cit., p. 9-53 ; Gianfranco Borrelli, « La necessità della congiura nelle scritture italiane della ragion di stato », dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, op. cit., p. 83-84.

4 Yves-Marie Bercé, « Introduction », dans Y.-M. Bercé et E. Fasano Guarini (dir.), Complots et conjurations dans l’Europe moderne, op. cit., p. 1-5.

5 Gianfranco Borrelli, « La necessità della congiura nelle scritture italiane della ragion di stato », art. cit., p. 83-84.

6 Monique Cottret, Tuer le tyran ? Le tyrannicide dans l’Europe moderne, Paris, Fayard, 2009, p. 26-31.

7 Arlette Jouanna, « L’honneur politique du sujet », dans Hervé Drévillon et Diego Venturino (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, PUR, 2011, p. 26-27.

8 Armand Jamme, notice « Foulques de Villaret », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et combattre…, op. cit., p. 364-365.

9 ASV, SS Malta 103, f. 78v-79v, 9 juin 1581.

10 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1575), Parme (1611), Gênes (1628) », art. cit., p. 341.

11 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date.

12 ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, sans date.

13 ASV, SS Malta 103, f. 167v.

14 ASV, SS Malta 103, f. 167r.

15 Jean-Marie Constant, « L’amitié : le moteur de la mobilisation politique dans la noblesse de la première moitié du xviie siècle », dans J.-M. Constant, La Noblesse en liberté…, op. cit., p. 173-175 et p. 185-189 (réédition de l’article paru dans xviie siècle, n° 205, 51e année, « L’amitié », n° 4-1999, p. 593-608).

16 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date ; ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, sans date.

17 ASV, SS Malta 105, ff. 37r-37v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antoine d’Auger.

18 ASV, SS Malta 105, f. 10v, 2 octobre 1581, témoignage de Jacobo di Santa Maura, employé au Trésor de l’Ordre.

19 ASV, SS Malta 105, f. 37v.

20 ASV, SS Malta 105, f.160v, témoignage du servant d’armes Frà Rocco Pelletta.

21 ASV, SS Malta 105, ff. 55r-55v, 6 juillet 1581.

22 ASV, SS Malta 105, f. 57r, 6 juillet 1581.

23 ASV, SS Malta 105, ff. 62r-62v, 6 juillet 1581.

24 ASV, SS Malta 105, f. 63r, 6 juillet 1581.

25 ASV, SS Malta 105, ff. 22r-24v, 4 octobre 1581, témoignage de Frà Giorgio de Carretta.

26 ASV, SS Malta 105, ff. 23r-23v.

27 ASV, SS Malta 105, ff. 24r-24v.

28 ASV, SS Malta 105, ff. 39r-39v.

29 ASV, SS Malta 105, ff. 69r-69v, 13 novembre 1581, témoignage de Frà Antonio Cenero.

30 AOM 95, f. 262v, 6 juillet 1581 ; ASV, SS Malta 105, f. 7v, 2 octobre 1581 (témoignage de Don Paulo Bruno) et ff. 44r-44v, 8 octobre 1581 (témoignage de Frà Agostino Gersano).

31 AOM 95, f. 264r, 12 juillet 1581 ; f. 267r, 21 juillet 1581 ; f. 271r, 7 août 1581.

32 ASV, SS Malta 105, f. 106v, sans date.

33 AOM 95, f. 263r, 8 juillet 1581.

34 ASV, SS Malta 105, f. 105v, sans date.

35 ASV, SS Malta 105, ff. 30r-30v, 6 octobre, témoignage de Frà Gabriele de Saluti.

36 ASV, SS Malta 105, f. 34v, 6 octobre 1581, témoignage de Frà Roderico de Britta.

37 ASV, SS Malta 105, ff. 40r-40v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antonio d’Auger.

38 AOM 95, f. 262v, 7 juillet 1581.

39 AOM 95, f. 262v, 8 juillet 1581.

40 Jean-Pascal Gay, « Lettres de controverse. Religion, publication et espace public en France au xviie siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2013/1, 68e année, p. 7-41.

41 Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise (1962), rééd. Paris, Payot, 1988.

42 Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas » (exposé de 1972 paru dans Les temps modernes, 318, janvier 1973, p. 1292-1309), Questions de sociologie, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, p. 222-235.

43 Daniel Roche, « L’opinion publique a-t-elle une histoire ? », L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, PUPS, 2011, p. 9-36.

44 Sandro Landi, « La construction épistolaire de la réalité politique. Remarques sur la phénoménologie machiavélienne de la doxa », dans Jean Boutier, Sandro Landi et Olivier Rouchon (dir.), La politique par correspondance. Les usages politiques de la lettre en Italie (xive-xviiie siècle), Rennes, PUR, 2009, p. 182-186 ; S. Landi, « Le statut de l’opinion dans le discours politique italien au xvie siècle », dans L’opinion publique en Europe, op. cit., p. 69-85.

45 Sandro Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne. Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, PUR, 2006, p. 65-85.

46 Annie Duprat, « La caricature arme au poing : l’assassinat d’Henri III », Sociétés et Représentations, 2000/2, n° 10, p. 103-110 ; A. Duprat, Les rois de papier. La caricature de Henri III à Louis XVI, Paris, Belin, 2002.

47 Myriam Yardéni, « Guerre de propagande et signes de Dieu à l’époque de la Ligue », dans Myriam Yardéni, Enquêtes sur l’identité de la “nation France”. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Champ Vallon, 2004, p. 290-297.

48 Hélène Duccini, « L’opinion publique sous Louis XIII », dans L’opinion publique en Europe, op. cit., p. 89-118.

49 Bernardo García García, « La sátira política a la privanza del duque de Lerma », dans Javier Guillamón Álvarez, José Javier Ruiz Ibañez (dir.), Lo conflictivo y lo consensual en Castilla. Sociedad y poder político (1521-1715), Murcía, Universidad de Murcía, 2001, p. 263-295.

50 Héloïse Hermant, « Guerre de plumes et contestation politique : un espace public dans l’Espagne du xviie siècle ? », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2011/4, n° 58-4, p. 8-9.

51 BnF, Ms Français 16 043, Lettres originales adressées à la Cour par divers ambassadeurs et agents à Rome, et autres personnages (1560-1595), ff. 204r-205r, 8 juillet 1581.

52 ASV, SS Malta 1, ff. 62r-63v, 9 juillet 1581.

53 ASV, SS Malta 1, f. 63r.

54 ASV, SS Malta 1, ff. 80r-80v, 12 juillet 1581.

55 ASV, SS Malta 1, ff. 82r-83r, 12 juillet 1581.

56 ASV, SS Malta 1, f. 84r, 12 juillet 1581.

57 ASV, SS Malta 103, ff. 318r-325r, sans date.

58 ASV, SS Malta 103, f. 325r.

59 BAV, Barb. Lat. 5333, ff. 126r-126v, Richiesta di tutte le Lingue di Francia, Italia e di Spagna al Venerando Consiglio di Stato, Copia data a Sua Beatitudine approvando il fatto.

60 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127r.

61 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127v.

62 Les lettres de Messire Paul de Foix, archevêque de Toulouse et ambassadeur pour le roi auprès du pape Grégoire XIII écrites à Henri III, Paris, éd. Charles Chapellain, 1628, p. 85, 24 juillet 1581.

63 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte, contre le GM de La Cassière par Monsieur Secousse, non folioté ; Les lettres de Messire Paul de Foix, op. cit., p. 91, 5 août 1581.

64 ASV, SS Malta 1, f. 26r, 18 février 1583.

65 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la Croisade…, op. cit., p. 437.

66 Alain Blondy, « Une illustration des relations entre Philippe II et l’Église catholique : Malte et l’Espagne à l’époque du cardinal grand-maître Hugues de Verdalle (1581-1595) », dans A. Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, Paris, PUPS, 2013, p. 381-382.

67 AOM 95, f. 275r, 29 août 1581.

68 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière, Grand Maître de l’Ordre de Malte », Mélanges d’archéologie et d’histoire, tome 31, 1911, p. 94.

69 Les lettres de Messire Paul de Foix, op. cit., p. 87, 5 août 1581.

70 Jacques-Auguste de Thou, Histoire universelle depuis 1543 jusqu’en 1607, Tome 8 (1578-1582), rééd. Londres, 1734, p. 560.

71 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 132-133, 18 septembre 1581.

72 De Thou, Histoire universelle…, op. cit., p. 561.

73 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 134, 18 septembre 1581.

74 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 145, 2 octobre 1581.

75 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 93, 7 août 1581.

76 AOM 95, f. 277v, 11 septembre 1581.

77 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…, non folioté.

78 AOM 95, f. 280v, 15 septembre 1581 ; Dal Pozzo, I, p. 197-198.

79 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 168-169, 16 octobre 1581.

80 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 183-184, 29 octobre 1581.

81 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…, non folioté.

82 De Thou, Histoire universelle…, op. cit., p. 564. D’autres récits reprennent peu ou prou ces phrases (BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte… ; François Bruys, Histoire des papes depuis saint Pierre jusqu’à Benoît XIII, tome V, chez Henri Scheurleer, 1734, p. 38).

83 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière… », art. cit., p. 106.

84 AOM 96, f. 32v, 20 mars 1582.

85 Brantôme, V, p. 131.

86 Christian Hirschauer, « Recherches sur la déposition et la mort de Jean Levesque de La Cassière… », art. cit., p. 137.

87 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 206, 13 novembre 1581.

88 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 212, 27 novembre 1581.

89 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 207, 13 novembre 1581.

90 Les lettres de Paul de Foix…, op. cit., p. 241-242, 25 décembre 1581.

91 BMA, Ms 1095, Mémoire sur l’attentat commis par une partie des chevaliers de Malte…

92 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice…, op. cit.

93 AOM 95, f. 136r, 13 mars 1579.

94 ASV, SS Malta 1, f. 101r, 8 janvier 1582.

95 ASV, SS Malta 1, ff. 116r-116v, 22 janvier 1582.

96 ASV, SS Malta 1, ff. 121r-121v, 18 janvier 1582.

97 ASV, SS Malta 1, f. 126r, 12 novembre 1582 ; f. 133r, 16 novembre 1582.

98 ASV, SS Malta 1, f. 138r, 3 février 1583.

99 ASV, SS Malta 1, ff. 139r-139v, 3 février 1583.

100 ASV, SS Malta 1, f. 140r, 17 juin 1582.

101 ASV, SS Malta 1, f. 147r, 7 février 1583.

102 ASV, SS Malta 1, f. 155r, 15 décembre 1583.

103 ASV, SS Malta 1, f. 156r, 22 septembre 1583.

104 AOM 96, f. 14v, 12 janvier 1582.

105 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 75-76.

106 AOM 97, f. 13r, 23 décembre 1585.

107 AOM 97, f. 17v, 6 février 1586.

108 Alain Blondy, « Une illustration des relations entre Philippe II et l’Église catholique… », art. cit., p. 387-389.

109 AOM 97, f. 118r, 1er janvier 1588 ; f. 119r, 29 janvier 1588.

110 ASV, SS Malta 2, ff. 95r-96v, 20 janvier 1590.

111 ASV, SS Malta 2, f. 49r, 2 février 1589.

112 ASV, SS Malta 2, f. 93r, 14 janvier 1590 ; ff. 95r-96v, 20 janvier 1590.

113 ASV, SS Malta 2, f. 99v, 10 février 1590.

114 ASV, SS Malta 2, ff. 99r-99v, 10 février 1590.

115 ASV, SS Malta 2, ff. 129r-129v, 4 juin 1591.

116 ASV, SS Malta 3, ff. 41r-41v, 23 juin 1594.

117 ASV, SS Malta 3, ff. 43r-43v, 6 juillet 1594.

118 ASV, SS Malta 3, f. 53r, 16 août 1594.

119 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 184-185.

120 ASV, SS Malta 3, f. 78r, 10 février 1595.

121 ASV, SS Malta 3, f. 78r, 10 février 1595.

122 BAV, Ott. Lat. 2691, Accuse date al Gran Maestro di Malta Cardinale dei Cavalieri l’anno 1595, ff. 141r-181v.

123 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 143r-148v.

124 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 149r-165v.

125 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 166r-170v.

126 AOM 96, f. 68v, 24 août 1582.

127 BAV, Ott. Lat. 2691, ff. 171v-180v.

128 Alain Blondy, Hugues de Loubens de Verdalle…, op. cit., p. 187-190.

129 Alain Blondy, op. cit., p. 198-199.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search