Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Troubles et convulsions politiques. L’identité ambiguë du couvent

Le déclin de la république aristocratique

Texte intégral

  • 1 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », dans Ayala Martínez Carlos (de) et (...)
  • 2 Jürgen Sarnowsky, « Rhodes », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et combattre…, op. cit.(...)

1Entre 1309 et 1522, l’Ordre a eu tout pouvoir sur l’île de Rhodes, conquise en son nom propre et qui lui appartient. Il en fait un État, une principauté ecclésiastique indépendante, très proche dans son fonctionnement de l’Ordenstaadt que les Teutoniques ont institué aux xive-xve siècles en Prusse. L’étatisation sous l’égide de l’ordre teutonique est si forte que le grand-maître Albert de Brandebourg, sensibilisé aux idées luthériennes et adhérant à la Réforme en 1523, finit par séculariser la Prusse, qui est transformée sans contestation en duché laïc reconnu officiellement par la Pologne en 15251. Comme les Teutoniques en Prusse, les Hospitaliers jouissaient à Rhodes d’une suprême autorité qui n’était soumise à nulle autre, et étaient devenus un corps « souverain » exclusivement soumis à son chef spirituel, le pape. Le couvent dirigeait non seulement l’Ordre, mais aussi l’île et les insulaires, qui juraient fidélité et hommage au grand-maître. Celui-ci décidait de toute la politique, donnait les terres aux laïcs, concédait éventuellement aux étrangers les droits civiques, déléguait son autorité sur la population à des officiers de l’Ordre nommés par lui-même et le Conseil, et exerçant un pouvoir administratif et judiciaire2.

  • 3 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle…, op. cit., p. 8-9.

2Le processus se poursuit à l’époque moderne, même si la cession de Malte en 1530 par Charles Quint inféode désormais l’Ordre à la Monarchie Catholique. Placé sur une zone de front face à la rive musulmane, l’archipel de Malte est soumis à l’entier pouvoir et à la juridiction de l’Ordre, qui y possède haute et basse justice, le droit de battre monnaie et tous les droits de propriété et de seigneurie. En contrepartie néanmoins, les îles sont reconnues par l’Ordre comme fief de la couronne de Sicile – fief dont le couvent rend annuellement hommage au roi d’Espagne par l’envoi d’un faucon – et il en demande en théorie l’investiture à chaque nouveau règne sicilien. L’Hôpital se trouve également contraint de défendre les entreprises espagnoles en Méditerranée et de refuser l’entrée de ses ports aux puissances ennemies des Rois Catholiques. Il s’engage à confier la fonction d’Amiral uniquement à un chevalier italien et à présenter à la nomination du roi d’Espagne trois candidats au siège épiscopal de Malte, dont obligatoirement un sujet sicilien. Enfin, en cas de transfert du chef-lieu de l’Ordre en un autre endroit, Malte doit revenir dans le giron du royaume de Sicile, dont elle dépendait avant 15303. En dépit de cette vassalité inédite dans son histoire, l’Hôpital demeure le propriétaire immédiat de Malte et son usufruitier, sans beaucoup d’obligations vis-à-vis de la monarchie espagnole.

Les statuts de l’Ordre, un équilibre des pouvoirs

  • 4 Alain Blondy, op. cit., p. 29.

3Dans une Europe qui se passionne à la Renaissance pour l’idée de prince et pour son dérivé négatif (le tyran), le couvent ne peut demeurer hermétique aux débats politiques qui accompagnent les guerres religieuses et la construction d’États structurés et renforcés par la revendication d’une religion unique et d’un pouvoir princier progressivement absolu. « De l’Ordre souverain au grand-maître souverain, il n’y a qu’un pas que quelques uns franchirent parfois4 ». Séduits par le pouvoir extrêmement large qu’ils exercent sur leur ordre et sur leur fief, dont les insulaires sont leurs vassaux, où les nobles maltais ne peuvent entrer dans l’Ordre et où les roturiers doivent, pour y être admis, changer d’identité « nationale » (en devenant italien ou français par exemple, afin d’entrer dans les Langues correspondantes), certains grands-maîtres tentent de présenter, à partir du second xvie siècle, leur autorité comme étant celle d’un prince de Malte.

  • 5 BAV, Barb. Lat. 5333, Copia data a Sua Beatitudine approvando il fatto, f. 127r.

4Échos des évolutions sociales et politiques qui se produisent en Europe, ces tentations de pouvoir portent en germe un souci de définition identitaire : nombre d’Hospitaliers se considèrent encore au xvie siècle comme le « corps d’une république » (corpo di una repubblica)5, dont le fonctionnement est régi par des statuts qui instituent un pouvoir magistral électif, partagé au quotidien avec le Chapitre-général réuni régulièrement et avec le Conseil. Ce sont la Règle et les statuts définis au Moyen Âge, puis régulièrement aménagés au fil du temps, qui définissent de manière précise le fonctionnement du couvent de l’Hôpital, la stricte hiérarchie qui l’organise et le vœu d’obéissance qui lie de manière quasi-indissoluble les frères à leur chef, appelé maître. Propre aux ordres militaires, le titre de magister est remplacé dans l’Hôpital à partir du xiiie siècle par celui de « grand-maître ».

  • 6 Pour rappel, les Langues de Castille et d’Aragon sont instituées en 1462.
  • 7 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 113-114.
  • 8 Bosio, II, p. 471.

5Obligatoirement choisi parmi les chevaliers, de naissance noble et légitime, le grand-maître est élu selon une cérémonie qui n’a cessé d’évoluer au fil du Moyen Âge, jusqu’à une procédure complexe, à laquelle prennent part tous les religieux. Au début du xiiie siècle, un commandeur de l’élection avait la responsabilité de désigner un triumvirat (un chevalier, un servant d’armes et un chapelain), qui cooptait treize frères chargés d’élire le maître. À partir de 1302, c’est aux Piliers, responsables des sept Langues6, qu’échoit le rôle de désigner le triumvirat chargé d’élire les treize frères7. Au début du xvie siècle, la procédure change encore : Bosio rapporte qu’à Rhodes en 1503, les huit Langues ont élu chacune un représentant ; puis les huit religieux ont élu le triumvirat qui a institué seize capitulants (et non plus treize) qui ont élu le grand-maître8. Ces capitulants ne peuvent être choisis parmi les grands-croix et le triumvirat ne peut évidemment pas s’élire lui-même.

  • 9 Cirni Antonfrancesco, Comentarii d’Antonfrancesco Cirni, Corso, ne’ quali si descrive la guerra ult (...)
  • 10 ADBR, 56 H 83, L’institution de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, anonyme, non paginé.
  • 11 Cirni, p. 38.

6Cette procédure demeure inchangée au xvie siècle9, puis connait une dernière modification au second xviie siècle. Lors de l’élection du grand-maître Gregorio Carafa (1680-1690), chaque Langue assemblée dans sa chapelle de l’église conventuelle, élit cette fois trois représentants et non plus un seul. Les 24 frères ainsi choisis procèdent à l’élection d’un président, puis à celle du triumvirat qui élit les seize, qui élisent enfin le maître10. Enfermés dans une pièce sans aucun contact avec l’extérieur, les seize peuvent prendre librement la parole pour s’exprimer, débattre et faire connaître les mérites et démérites des candidats proposés. Tant que le choix n’est pas fixé, et quelle que soit la durée des débats, ils n’ont droit qu’à un seul repas ; dans ces conditions, le vote est bien souvent exprimé en une journée. Le nom de l’élu est proclamé par trois fois dans l’église par le président de l’élection, devant l’assemblée des frères. Si le nouveau grand-maître est présent au couvent au moment de son élection, il se rend à l’autel pour prêter serment, entre les mains du prieur de l’église conventuelle, d’observer inviolablement les statuts et les coutumes de l’Ordre, de gouverner avec l’appui et l’accord de son Conseil11, avant d’être conduit à son siège réservé, tandis que le prieur entame le Te Deum au son des cloches. S’il est absent, un Lieutenant est élu, qui fait office de grand-maître jusqu’à l’arrivée de celui-ci à Malte.

  • 12 Les ordonnances du chapitre-général…, 1643, année 1603, p. 235.
  • 13 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 87-88.

7Le maître nouvellement élu possède d’importants pouvoirs. Les statuts lui permettent de récupérer dans la dépouille de son prédécesseur la quantité de grains et de vins qui lui est nécessaire jusqu’au Noël suivant son élection. Sa nouvelle dignité lui permet de posséder de la vaisselle en argent et en or, ainsi qu’une aiguière. Il perçoit une pension annuelle, versée par le Trésor de l’Ordre, de 6 000 écus de 12 tarins versés en numéraire ou en nature12. Au sein de chaque prieuré de l’Ordre, une commanderie lui est assignée : au nombre de 22, portant le nom de « commanderies magistrales », elles peuvent être confiées à des frères qui lui sont proches et qui lui servent de conseillers13. Le grand-maître peut se faire représenter par un Lieutenant, à qui il délègue une partie de son autorité s’il le souhaite. Il commande à ses frères et peut leur autoriser ou leur interdire maintes choses au quotidien (se rendre en pèlerinage, quitter le couvent, prendre les repas hors des Auberges, s’assembler en Langue pour discuter). C’est également lui qui pardonne à ceux qui ont été privés de l’habit ou qui commue les peines. Il peut faire battre monnaie et possède une bulle de plomb portant son portrait, ainsi qu’un cachet d’argent servant à authentifier et officialiser les actes, les lettres, les sauf-conduits qu’il fait écrire ou délivrer.

  • 14 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 115. La règle du Temple citée par Alain Demurge (...)
  • 15 Les statuts de l’Ordre…, p. 83.
  • 16 Ibid., p. 86.

8Pour autant, il n’est pas tout-puissant : si l’ensemble des frères doit obéissance au maître, celui-ci doit en retour obéissance à son couvent14. Le grand-maître ne peut jamais imposer à ses frères d’accomplir des choses qui seraient contraires à leurs vœux ou « aux statuts et usages reçus dans la religion ». En cas d’abus de l’autorité magistrale, les Hospitaliers peuvent en appeler à l’Égard, c’est-à-dire à la délibération et au jugement des frères contre un autre frère, même si ce dernier fait partie des plus hauts dignitaires du couvent. L’Égard est composé de 8 religieux (un de chaque Langue), plus un neuvième qui est président du tribunal ; en cas de litige important, on peut recourir au renfort de l’Égard (on étend le pouvoir de jugement à deux représentants des Langues), voire au renfort du renfort (trois religieux par Langue). Le tribunal entend les plaintes exprimées oralement par les deux parties, délibère en secret et s’exprime par vote. Tout chevalier peut ainsi recourir à l’Égard contre un grand-maître qui ne respecterait pas les statuts et abuserait de son autorité. Si le grand-maître refuse au plaignant la réunion de l’Égard, ce dernier peut le réclamer inlassablement et « n’est pas tenu d’obéir au grand-maître, jusqu’à ce que l’Égard en ait décidé15 ». Les statuts précisent même que lorsque le grand-maître ne respecte pas la Règle, les religieux ne sont plus tenus de lui devoir obéissance16.

9Le couvent fonctionne donc comme une sorte de « république » religieuse et aristocratique dont les membres ont une conscience aiguë. Les statuts le soulignent de manière explicite (« le Chapitre général est le dernier et souverain siège de notre Ordre ») et le Mémoire que des chevaliers révoltés rédigent et adressent au pape en 1581 en reprend l’idée :

  • 17 BAV, Barb. Lat. 5333, ff. 127r-127v.

Ce sont les seize capitulants qui possèdent la suprême autorité avec le grand-maître, mais à lui est seulement concédé, par élection, le rôle de ministre et de gardien de la Religion… Cette suprême autorité du Chapitre général en tout ce qui concerne la Religion fait véritablement d’elle le corps d’une République de membres égaux de diverses nations17.

10C’est le Chapitre général, et surtout son maintien et son bon fonctionnement, qui garantissent à l’Hôpital de demeurer une « république » indépendante de la volonté unique d’un chef dont le pouvoir provient du vote même des capitulants.

  • 18 Les statuts…, op. cit., p. 58-61.

11En Orient, la périodicité de réunion des Chapitres généraux est de cinq ans environ ; l’habitude se poursuit à Rhodes, où 22 chapitres sont réunis entre 1421 et 1522, mais l’époque moderne voit la diminution progressive du nombre de réunions (16 chapitres entre 1533 et 1631), puis leur cessation pure et simple à partir de 1631. Il faut attendre 1776 pour qu’un nouveau Chapitre général soit réuni à Malte. Cet organe suprême, seul habilité à modifier les statuts, à réformer les commanderies et l’assiette des prélèvements financiers (responsions) est également le tribunal supérieur de l’Ordre. Supérieur au grand-maître qu’il élit, il possède une autorité législative, disciplinaire et financière puisqu’il détient seul le pouvoir de modifier les impositions de l’Hôpital sur ses propriétés. Aucune de ses décisions ne peut être contestée par les frères, ni par ceux qui y siègent, ni par les autres. Outre le grand-maître, le Conseil ordinaire, un procureur de chaque Langue et un autre de chaque grand prieuré, siègent au Chapitre seize capitulants élus à raison de deux par Langue ; et quand une Langue en manque, on peut élire des frères d’une autre nation, à condition qu’ils comptabilisent au moins huit années de résidence au couvent18.

  • 19 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127v.
  • 20 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle…, op. cit., p. 18.

12La source de l’autorité « politique » du couvent réside donc bien dans le Chapitre général, détenteur d’une « souveraineté », selon la définition qui se précise au xvie siècle sous l’influence du juriste Jean Bodin (Les six livres de la République, 1576), qui la désigne comme étant le pouvoir indivisible de faire et de casser la loi. Quant au grand-maître, « ministre et gardien de la Religion19 », il administre, dirige, commande et préside les deux Conseils du couvent. Le premier d’entre eux est le Conseil ordinaire, ou Conseil de l’Ordre, comprenant tous les dignitaires grands-croix (l’évêque de Malte, le prieur de l’église conventuelle, les baillis conventuels et capitulaires, les grands-prieurs) ; le second est le Conseil Complet, ou Conseil d’État, comprenant les membres du Conseil ordinaire, plus deux des plus anciens chevaliers de chaque Langue désignés par élection. Ce dernier Conseil est une sorte de cour qui investit le grand-maître de son autorité sur l’archipel, après son élection par le Chapitre général, qui pourvoit à la vacance du magistère en nommant un Lieutenant, et qui agit comme une cour d’appel des décisions du Conseil ordinaire – qui peuvent ensuite être évoquées au futur Chapitre général20.

  • 21 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moder (...)
  • 22 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice…, op. cit., p. 169-180 ; Marco Pellegrini, « A turning-point in t (...)

13Ainsi définies par les statuts, l’organisation politique de l’Hôpital et la répartition des pouvoirs entre le grand-maître et le Chapitre-général, ne sont pas sans rappeler la collaboration entre le Sacré Collège et les papes, qui, dès après leur élection par le conclave, se trouvent détenteurs d’une souveraineté caractérisée par une double nature, temporelle et spirituelle. Les pontifes sont en effet des souverains élus, à vocation universelle, qui travaillent depuis le second xve siècle, et notamment à partir du pontificat de Pie II (1458-1464), à un renforcement de leur autorité face à celle des cardinaux du Sacré Collège, de moins en moins consultés pour tout ce qui touche aux « affaires publiques ». Au xvie siècle, dans le contexte des guerres de religion et d’une domination ibérique en Europe, le Saint-Siège œuvre consciemment à une redéfinition de son rôle, de sa fonction et du sens même de son universalisme. Car la fracture chrétienne née de la Réforme rend obsolète l’ancien modèle théocratique associant papauté et monarchie universelle, tandis que la diversité des États souverains porte ombrage à la suprématie pontificale. S’édifie alors un modèle politico-religieux alternatif, où le pape, monarque spirituel et temporel, l’emporte non seulement sur les princes temporels, mais également sur ceux qui l’élisent, cependant que l’institution pontificale apparaît dans son ensemble assimilable à partir du xvie siècle à un organisme étatique21. Les prétentions des cardinaux du Sacré Collège aux responsabilités politiques, au partage du pouvoir, aussi bien au niveau du gouvernement de l’Église qu’à celui de l’administration des États pontificaux sont progressivement ignorées, puis niées dès la fin du xve siècle22.

  • 23 Romain Descendre, « Géopolitique et théologie. Suprématie pontificale et équilibre des puissances c (...)

14Au sein de cette entreprise de propagande politique collective, le penseur Giovanni Botero, brillant rhétoricien de la Réforme Catholique, ancien membre de la Compagnie de Jésus (1560-1580), entré comme familier dans la congrégation de l’Index en 1587, distingue trois monarchies universelles : celles du roi d’Espagne et du sultan ottoman, dont les frontières transcendent les continents, et celle du souverain pontife, qui leur est supérieure, puisqu’elle n’a pas de frontière. Seul le pontife reçoit une autorité directement de Dieu et n’a d’autre supérieur que Dieu ; quant à l’origine élective du pouvoir, elle marque plus durablement les princes temporels, dont l’élection ne se transforme qu’en second temps en droit héréditaire, que les papes eux-mêmes, pourtant toujours élus. De fait, seule la monarchie pontificale est vraiment absolue, tant dans l’administration de l’Église universelle, que dans celle de l’État pontifical. À l’inverse des simples monarchies, la souveraineté du pape n’est pas limitée par des lois fondamentales, elle est de droit divin, ce qui permet à Botero d’affirmer la primauté absolue du Saint-Siège dans les affaires internationales et la sujétion de tous les princes temporels au pape23.

  • 24 Elena Fasano Guarini, « Factions in the Sacred College in the Sixteenth and Seventeenth centuries » (...)

15Un peu comme Rome, mais à un niveau bien moindre, le couvent de Malte est le siège d’un pouvoir politique et religieux supranational, qui s’impose à tous ses membres répartis en Europe. Et à l’instar de la Curie pontificale, le couvent apparaît à la fin du xvie siècle comme le théâtre de rivalités de pouvoir entre différentes factions, évidemment toutes catholiques24 et préoccupées par un pouvoir croissant du grand-maître, qui musèle progressivement les revendications de partage d’autorité chez ceux qui élisent et entourent le chef de l’Hôpital. Membres du Chapitre-général et du Conseil de l’Ordre perdent ainsi leur rôle d’auxiliaires pour revêtir celui de subalternes, ce que d’aucuns, s’offusquant et nourrissant le rêve d’un retour à un pouvoir oligarchique, refusent avec violence. L’évolution du couvent à partir du second xvie siècle semble ainsi refléter celle qui se produit un peu plus précocement au Vatican et qui triomphe après le concile de Trente, quand le temps n’est plus au partage du pouvoir politique, mais à une délégation temporaire et contrôlée par le pontife. En échange, la conservation, voire l’accroissement, d’un certain pouvoir économique et social (faveurs, prestige, bénéfices, pensions, gratifications diverses) accompagne la progressive acceptation des cardinaux de participer à un nouveau mode de gouvernement, qui contribue à l’affaiblissement de leur autorité au profit du souverain pontife.

  • 25 Olivier Rouchon, « L’invention du principat médicéén (1512-1609) », dans J. Boutier, S. Landi et O. (...)
  • 26 Sandro Landi, « Opinions et conflits. Une relecture des Histoires de Florence de Machiavel », Revue (...)

16Cette évolution vers le renforcement du pouvoir princier ne caractérise pas seulement la Rome du premier xvie siècle. À Florence, l’élection de Côme Ier de Médicis au trône ducal de Toscane en 1537, a pour conséquences plusieurs métamorphoses de l’État qui, de République devient principat, des gouvernés qui, de citoyens deviennent sujets, et enfin du gouvernant, qui passe du statut de citoyen à celui de prince, tout en conservant l’idée d’une continuité de la République que les Médicis continuent d’incarner, afin de mieux imposer leur autorité aux anciennes élites patriciennes25. Un peu plus tôt, Machiavel s’éloignait déjà des héritages républicains pour aspirer à une autorité « absolue », où le pouvoir du prince puise en partie sa source dans la maîtrise à la fois de sa réputation et d’une opinion publique très marquée encore par l’oralité26.

  • 27 Renaud Villard, « Le tyran et son double. La captation du tyrannique par le prince italien au xvie  (...)
  • 28 Renaud Villard, « Du bon usage de l’échec. Les souverains italiens du xvie siècle face aux conjurat (...)

17Un nouvel art de gouverner se met ainsi en place en péninsule italienne au cours du xvie siècle, qui définit la politique non plus seulement comme une science du Bien Commun, mais comme une technique de conservation du pouvoir, où le tyran peut se manifester ouvertement comme tel, participant au discours de l’inégalable puissance princière et de la tyrannie finalement nécessaire27. Au temps des conjurations et de leurs échecs répétés, il apparaît que si certains souverains italiens périssent assassinés, le pouvoir qu’ils incarnent est rarement renversé, ou de façon temporaire, voire sort renforcé par l’exploitation de l’échec de leur mise à bas, étayant l’idée d’une souveraineté qui assume le devoir de violence pour survivre et qui puise sa légitimé de sa capacité à résister28.

  • 29 Marie-Luce Demonet, « Quelques avatars du mot “politique” (xive-xviie siècles) », Langage et sociét (...)
  • 30 Romain Descendre, L’état du monde. Giovanni Botero entre Raison d’État et géopolitique, Genève, Dro (...)
  • 31 Stéphane Bonnet, « Botero machiavélien, ou l’invention de la raison d’État », Les études philosophi (...)
  • 32 Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Yves-Ch (...)

18En France, le fort courant monarchomaque, protestant puis catholique, qui conduit à l’assassinat d’Henri III par la Ligue en 1589, finit par être emporté par les théories en faveur d’un pouvoir royal puissant, perçu comme une nécessité à la survie de l’État. La finalité politique s’infléchit désormais vers l’intérêt seul de l’État « moderne », aux dépens de la morale et du pouvoir spirituel, favorisant l’émergence d’une autre sorte de morale, civique, collective et sociale, sacralisée dans la personne même du roi29. Toujours en 1589, Giovanni Botero théorise une raison d’État que certains conçoivent comme une réponse catholique au double défi du machiavélisme et de l’« absolutisme laïc » de Jean Bodin30, et qui étouffe progressivement toute velléité de résistance. Si les hommes ne sont pas naturellement disposés à obéir au prince, il faut désormais, par raison d’État, les y conduire de gré ou de force31. C’est l’objectif auquel s’attellent certains pays au siècle suivant : l’accommodation à une entité nouvelle, l’État, qui bouleverse à la fois la religion, les formes établies de la vie collective et l’idée du lien entre les hommes32.

Le progressif renforcement de l’autorité magistrale

Jean de La Valette, sublimation du magistère

  • 33 Jean-Claude Waquet, La conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérités de la politique da (...)

19Sous la double influence des transformations qui caractérisent la Curie de la première modernité, et des courants de pensée qui exaltent, en péninsule italienne, puis en Espagne et en France, un prince fort et indépendant de ce qui pourrait porter ombrage à son autorité, le couvent connaît à la fin du xvie siècle une histoire agitée, marquée à la fois par un renforcement de l’autorité de grand-maîtres majoritairement français et par une résistance parfois vive à celle-ci, qui se manifeste par la fomentation, puis l’éclatement de conjurations, c’est-à-dire d’entreprises politiques violentes visant la personne du maître33.

  • 34 Robert Descimon, « Notes sur le théologico-politique », Cahiers du Centre de Recherches Historiques(...)

20En effet, la distorsion entre des pouvoirs définis par des statuts datés de plusieurs siècles – même s’ils sont régulièrement aménagés par les Chapitres-généraux – et les théories politiques modernes affecte le fonctionnement de l’Ordre. À des chevaliers soucieux du respect de la Règle et d’une forme de gouvernement « par consentement », où ils se considèrent comme les artisans des magistères et les conseillers nécessaires de leur maître, répondent les ambitions de grands-maîtres désireux, dès après la victoire du siège de 1565, d’affermir leur autorité et de se concevoir bientôt comme des « princes ». Les frères auxquels ils commandent doivent leur manifester une obéissance désormais moins religieuse que « politique », selon le sens inédit que ce mot revêt à partir du xvie siècle en Europe. Comme le juriste Pierre de Belloy le formule en 1585 dans son Apologie catholique : « la République n’est pas dans l’Église, mais l’Église est dans la République ». Bien qu’indissociable du théologique, le politique n’est plus envisagé comme lui étant subordonné. À l’inverse des siècles précédents, c’est le théologique qui se trouve dorénavant inclus dans le politique, cependant qu’un transfert de religiosité s’effectue vers l’État, qui devient une fin religieuse en lui-même au xviie siècle34. Les tentatives de renforcement de l’autorité magistrale vont dans ce même sens et bien que l’essence même de leur pouvoir soit religieuse, c’est à une puissance politique, confortée par la religion, qu’aspirent les grands-maîtres à partir du second xvie siècle.

  • 35 Brantôme, V, p. 230.

21C’est au temps de Jean de La Valette qu’émerge véritablement ce frémissement politique, indissociable d’une sublimation du magistère consécutive à la victoire acquise lors du siège de 1565. Seul à résister durant quatre longs mois, secouru par la flotte espagnole à la toute fin du siège, quand les musulmans ont déjà presque cessé les combats, l’Hôpital est apparu en 1565 comme le grand vainqueur de l’affrontement, et le grand-maître La Valette comme l’âme de la résistance chrétienne. Selon Brantôme qui l’admire en tant que représentant de la pure chevalerie, quand le pape Pie V a souhaité l’honorer du chapeau de cardinal, le grand-maître a refusé avec superbe, arguant que la croix blanche s’accorde mieux avec le simple habit noir des Hospitaliers, et que seules lui suffisent les armes qui ont toujours été les siennes jusqu’à présent35. Se posant comme le symbole de la parfaite noblesse, tant par son sang que par ses vertus et sa bravoure, jouant avec habileté de la culpabilité latente d’une chrétienté qui ne s’est guère émue du sort de son île et du devenir de son ordre au moment du siège, La Valette apparaît comme un maître résolu à redresser son couvent et à camper fermement l’Hôpital face aux princes d’Europe. Le temps est loin où l’Ordre avait dû mendier le secours de l’empereur et où les grands-maîtres devaient se montrer soumis ; fortifié par une victoire qui est non seulement la sienne, mais celle de tous ses frères, La Valette peut donner libre cours à son autorité de noble et de chef.

22Grand-maître de la victoire, il orchestre la victoire des grands-maîtres à la face des princes médusés, à qui il rappelle régulièrement, par une correspondance nourrie, l’infamie de leur attitude passée. Il se fait ainsi octroyer par le Saint-Siège et par divers chefs d’États, les subsides nécessaires à l’édification d’une ville nouvelle, La Valette, orgueilleuse synthèse des utopies urbanistiques de la Renaissance, réputée imprenable, et devant incarner non seulement le souvenir du martyre des chevaliers tombés pour la défense de la chrétienté mais celui également de la victoire définitive, à Malte, de l’Ordre sur les Infidèles. De sorte que malgré son qualificatif d’Humilissima, octroyé par l’Ordre en 1566, cette cité, destinée à devenir la capitale de Malte et la résidence du couvent, porte avec superbe le nom de son héros, modeste en apparence mais fort assuré en réalité, qui en a commandé la construction et en devient le saint-patron.

23Sous les traits d’une bienveillante aménité transparait chez La Valette, et encore plus à partir de 1565, une inflexibilité redoutable dans la gestion du couvent. Sous son magistère, plusieurs ordonnances à but religieux sont prises pour lutter contre la résistance des frères envers la règle et les statuts : il contraint les Hospitaliers à assister sérieusement à la messe et à ne plus s’en distraire en jouant à la balle, aux cartes ou aux dés dans l’église. C’est également lui qui commence à limiter le port des armes dans le couvent en 1562, afin d’éviter les désordres et les querelles ; lui enfin, qui prend les premières mesures destinées à limiter les fastes vestimentaires des chevaliers et à leur rappeler leur état monastique. Les grands-maîtres suivants ne feront que poursuivre et achever une œuvre débutée au temps de La Valette.

  • 36 AOM 91, f. 186r, 14 mai 1567.
  • 37 AOM 91, f. 184v, 26 avril 1567.
  • 38 AOM 92, f. 36r, 8 octobre 1567 ; f. 49r, 19 décembre 1567 ; f. 55r, 21 janvier 1568.

24Quant aux revendications d’autorité, elles percent également chez un maître qui s’avère moins désintéressé et plus politique que les récits hagiographiques ne le suggèrent : en 1567, la fermeté avec laquelle il tient son couvent suscite de telles critiques, que des libelles mettant en cause son excessive autorité sont placardés sur les murs des cités portuaires36. Furieux, La Valette interdit à tout religieux de parler ou d’écrire contre sa personne, sous peine de privation immédiate de l’habit sans espoir de rémission37, et ordonne qu’une enquête soit menée pour trouver les coupables qui attentent ainsi à son image et à son autorité. Rapidement découverts et arrêtés, les auteurs des pamphlets sont condamnés à la perte publique de l’habit et à la prison ferme38. Loin d’apaiser le climat au sein du couvent, leur condamnation provoque au contraire la colère de plusieurs religieux, qui murmurent contre l’intransigeance d’un grand-maître qui se comporte, sur la fin de sa vie, plutôt en homme d’État qu’en chevalier simplement soucieux de victoires et de bravoure militaire.

25La mort de La Valette l’année suivante, en 1568, vient fort à propos soulager les inquiétudes des chevaliers mais ni la volonté d’une rénovation religieuse et d’une réforme des mœurs, ni les tentations politiques ne s’effacent. Reprises et appliquées par les grands-maîtres qui suivent, elles cristallisent une contestation toujours plus vive au sein du couvent, qui finit par éclater sous le magistère de La Cassière.

Jean de La Cassière et la politisation du magistère

  • 39 Jean-Marie Le Gall, « Réformer l’Église catholique aux xve-xviie siècles : restaurer, rénover, inno (...)

26Héritier de La Valette, qui avait amorcé l’évolution vers un pouvoir magistral plus fort, Jean de La Cassière (1572-1581) est un artisan résolu de l’observance, c’est-à-dire de l’injonction à revenir à un état originel et à respecter scrupuleusement une règle39, celle qui définit son ordre. Le rappel constant de la règle et l’imposition du respect de celle-ci, particulièrement du vœu d’obéissance, constituent donc pour La Cassière à la fois le moyen et le fondement essentiels de sa conception du magistère et de sa nouvelle structuration politique.

27Il commence donc par rappeler au couvent la définition même du moine-soldat. Avant d’être des guerriers, les Hospitaliers sont des frères. Leur reformatio, réclamée et garantie par l’institution, est essentielle puisqu’elle est source à la fois de leur salut et de celui de leur Ordre, au sein d’une chrétienté dont la redéfinition, débutée avant la Réforme protestante, est accélérée par celle-ci. Mais la rénovation religieuse sous le magistère de La Cassière est source d’insatisfactions multiples, particulièrement chez les anciens chevaliers habitués à une vie militaire et aux exploits chevaleresques. En un temps où les grandes batailles méditerranéennes semblent révolues depuis 1577, date de la trêve entre les empires espagnol et ottoman, et où la course commence à peine à servir d’exutoire aux passions guerrières d’Hospitaliers en mal de croisade, le désœuvrement au sein du couvent alimente le mécontentement inhérent au sévère rappel de la règle monastique par un grand-maître dont le caractère inflexible et hautain froisse les susceptibilités nobiliaires.

Une conception politique du magistère

28Dans tous les domaines, le grand-maître se présente comme un dirigeant politique qui se veut incontestable. Sous son magistère, les punitions contre les infractions à la règle se sont répétées, témoignant aussi bien de manquements plus nombreux que d’une rigueur nouvelle de l’autorité à l’égard de délits qui auraient sans doute été jugées moins sévèrement en une époque antérieure. Le chevalier Frà Centorio Cagnolo raconte que

  • 40 ASV, SS Malta 105, ff. 127r-127v, 16 octobre 1581.

les chevaliers ont durant ces années été sévèrement punis et condamnés… privés de l’habit, remis au bras séculier, condamnés à être jetés à la mer et certains étouffés à terre puis jetés à la mer40.

29Si ce témoignage émane d’un adversaire résolu du grand-maître, il n’en demeure pas moins vrai que le magistère de La Cassière a été le plus dur en ce qui concerne la punition des manquements à la règle. Aussi bien ses détracteurs que certains de ses alliés rapportent l’intransigeance du grand-maître dans les domaines religieux et politique. Un médecin de la Sacrée Infirmerie témoigne de que le grand-maître

  • 41 ASV, SS Malta 105, ff. 13r-13v, 3 octobre 1581, témoignage de Don Francesco Satalla.

parlait fort mal aux gens, sans tenir compte de la qualité des personnes qui l’entouraient… il était une personne odieuse, qui suscitait la rancune chez ceux qui avaient bien servi la Religion et le grand-maître lui-même41.

30Un autre médecin confirme :

  • 42 ASV, SS Malta 105, ff. 15r-15v, 3 octobre 1581, témoignage d’Antonino Tramontana.

le grand-maître n’avait respect pour personne, quel que soit son grade ou sa condition… il était très sévère, de grande rigueur, très obstiné et faisait naître partout contre lui l’antipathie42.

  • 43 ASV, SS Malta 105, f. 303v, 9 novembre 1581, témoignage de Frà Jorge Joasperi.

31Un chapelain du prieuré de Navarre rapporte, quant à lui, que La Cassière « est coléreux, vindicatif, jamais enclin au pardon ni à la grâce envers quiconque, hormis ses amis43 ».

  • 44 ASV, SS Malta 105, f. 384v, 25 octobre 1581, témoignage de Frà Charles de Gaillarbois.

32Ses partisans eux-mêmes conviennent que s’il est bon catholique, bon dirigeant et d’un esprit sage, il vit « en conflit avec beaucoup de personnes, et notamment avec l’évêque de Malte44 ». Un servant d’armes au service de La Cassière atteste que celui-ci est un homme

  • 45 ASV, SS Malta 105, ff. 169r-174v, 21 octobre 1581, témoignage de Frà Ottavio Saccanello.

de bon et sain jugement, de bonne mémoire, probe et prudent, pieux et exerçant une droite justice… . mais effectivement, des discordes profondes existent entre le grand-maître et plusieurs, comme l’évêque et le prieur de l’église conventuelle45.

33De profondes tensions existent en effet entre La Cassière et toutes les autres personnalités importantes de Malte. Dépassant le cadre du couvent, le grand-maître se conçoit déjà comme un chef d’État dans son île, cherchant à imposer son autorité sur l’ensemble du clergé et des laïcs. C’est la raison pour laquelle il revendique sa prééminence sur le prieur de l’église conventuelle, mais également sur les évêques Royas et Gargallo, tous deux anciens chapelains de l’Ordre, et sur l’Inquisiteur.

34La rivalité entre les grands-maîtres et les évêques est antérieure à La Cassière. Elle s’était avivée dans les années 1560, quand les évêques furent investis de la charge d’inquisiteur : en 1561, le pape choisit en effet Domenico Cubbelles, ancien chapelain de l’Ordre, et non pas Jean de La Valette, qui désirait que le pape investît le grand-maître de la fonction d’inquisiteur plutôt qu’un subalterne de l’Ordre devenu évêque. L’époque n’étant guère propice aux querelles de pouvoir interne, l’Hôpital fait contre mauvaise fortune bon cœur ; mais après le décès de Cubbelles en 1566, La Valette ne propose aucun nom au roi d’Espagne et au pape pour la succession de l’évêché. Le contexte est alors favorable au grand-maître : les dernières affaires militaires (bataille de Lépante en 1571, prise de Tunis en 1573) et la construction de la ville de La Valette occupent tant l’Hôpital et le roi d’Espagne, que Malte reste privée de pouvoir épiscopal. La situation dure jusqu’à la nomination en 1573 par le pape, de Martino Royas, ancien chapelain de la Langue d’Aragon, qui, comme son prédécesseur, est investi à la fois comme évêque et comme inquisiteur.

  • 46 ASV, SS Malta 105, f. 319r, sans date.

35La mésentente entre Royas et La Cassière est immédiate. Au-delà de la rivalité entre Langues, qui joue certainement en un temps où Français et Espagnols s’affrontent sur le territoire français par le biais des guerres civiles, l’inimitié s’explique par les revendications de pouvoir de l’évêque, qui profite de sa charge d’inquisiteur pour affirmer son indépendance à l’égard du grand-maître, tandis que le grand-maître en appelle à sa dépendance envers lui en tant qu’ancien frère et en tant qu’évêque. Telle est la raison des « maintes humiliations de la part du grand-maître46 » que subit l’évêque Royas, selon les témoignages de l’époque : il s’agit pour La Cassière de rabaisser la superbe de l’évêque et de contrer ses velléités d’autorité politique et religieuse, non seulement sur les insulaires laïcs et clercs, que sur les frères du couvent que Royas connaît parfaitement, puisqu’il était l’un d’entre eux.

36Les rapports entre l’évêché et le magistère s’enveniment encore au temps du nouvel évêque Tommaso Gargallo (1578-1614), ancien chapelain de la Langue d’Italie. À toute occasion, et en public, La Cassière manifeste son autorité de suzerain et de maître du couvent : contre l’irrespect supposé du vœu de chasteté par l’évêque, La Cassière déclare publiquement

qu’en France, on donnait la bastonnade aux prêtres et aux moines qui ne respectaient pas leurs vœux, et que lui-même ferait volontiers subir cela à l’évêque et aux chevaliers désobéissants.

  • 47 ASV, SS Malta 105, ff. 175r-175v, 21 octobre 1581, témoignage de Frà Mario Ceva.
  • 48 ASV, SS Malta 103, f. 319r, sans date.
  • 49 ASV, SS Malta 105, ff. 299r-299v, 9 novembre 1581, témoignage du chapelain Frà Jorge Joasperi.

37Il ajoute qu’au temps où il était commandeur en France, il avait fait « châtier un prêtre vivant en concubinage, en le condamnant à être châtré et à danser nu en public47 ». L’évêque Gargallo n’est pas en reste dans ce conflit d’autorité, au point de s’adresser un jour publiquement au grand-maître sans se découvrir, ce que La Cassière vit comme une atteinte à son statut. Furieux, il se serait exclamé en français « Regardez avec quelle irrévérence me parle ce vilain ! », cependant qu’un chevalier de ses favoris aurait apostrophé l’évêque par le titre de « Maître Babouin48 ». Une scène du même genre se produit avec l’Inquisiteur, qui ose parler au grand-maître d’égal à égal, sans ôter sa coiffe, ce qui lui vaut la rancune de La Cassière, qui ne le traite plus que de « vilain bougre49 ».

  • 50 ASV, SS Malta 105, ff. 221r-221v, 4 novembre 1581, témoignage du chevalier Frà Pascual Sanchez.

38Outre les évêques et les inquisiteurs, La Cassière est en querelle avec le prieur de l’église conventuelle, Frà Antonio Cressino, qu’il accuse de mauvaises mœurs. Haut dignitaire du couvent, ce dernier affiche en effet avec ostentation son dédain de l’autorité magistrale, que La Cassière ne lui pardonne pas. Depuis 1579, le grand-maître refuse de communier de la main du prieur, voire d’assister à la messe quand celui-ci la dit, ce qui provoque le scandale50. De telles attitudes enflamment évidemment les Hospitaliers et sèment la discorde dans le couvent, une discorde qui tient à la fois à l’attitude du grand-maître et à son désir politique de tenir fermement le couvent, en exerçant une autorité incontestée.

39Diviser pour mieux régner, tel est bien l’objectif que La Cassière s’efforce d’atteindre et le reproche que certains frères adressent à leur maître. Ce qu’ils pouvaient supporter du temps de La Valette, ce grand-maître auréolé de gloire et à la personnalité hors du commun, est jugé intolérable à l’époque de La Cassière, et l’on blâme sa manie du secret et de l’espionnage. Le grand-maître veut en effet tout savoir et être informé de ce que font ceux qui sont sous ses ordres, depuis le personnel de son palais jusqu’aux chevaliers vivant dans les Auberges ou les hôtels particuliers :

  • 51 ASV, SS Malta 105, f. 14r, 3 octobre 1581, témoignage de Don Francesco Saltalla, médecin de la Sacr (...)

Il entretient de nombreux espions recrutés parmi les personnes les plus viles et infâmes de la terre, qui lui rapportent tout ce qu’il désire savoir51.

  • 52 ASV, SS Malta 105, ff. 196r-196v, 2 novembre 1581, témoignage de Frà Pedro Ustado de Mendoza.

40La hauteur nobiliaire se trouve blessée par le recours du dirigeant à des gens qui leur paraissent doublement ignobles – par leur naissance et par leur non appartenance à l’Hôpital –, donc indignes d’entourer et de conseiller le premier d’entre ses pairs. La colère s’exprime aussi bien en privé qu’en public contre La Cassière, contre ses espions honnis et ses favoris, dont il assure la carrière au mépris de ceux qui se sont dévoués pour leur ordre et se sentent lésés. De sorte que si certains reconnaissent que « le grand-maître fut un homme valeureux dans sa jeunesse », ils soulignent dans le même temps « qu’il a mal gouverné le couvent dans sa vieillesse, semant les graines de la discorde et de la sédition52 ».

  • 53 Benjamin Deruelle, « Pour Dieu, le roi et l’honneur. Ethos chevaleresque, mérite et récompense au x (...)
  • 54 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 155 (...)

41Non seulement Jean de La Cassière s’entoure de privilégiés, religieux ou laïcs, à qui il réserve les honneurs, mais il se montre très soucieux d’empêcher tout autre frère que lui-même de prendre l’ascendant sur le couvent. Pour ce faire, il écarte délibérément ceux qui pourraient représenter un danger. Dans le monde militaire du xvie siècle, deux sortes de récompenses sont théoriquement attendues par les nobles et allouées par leur supérieur : les récompenses matérielles (pensions, offices, cadeaux et pour l’Hôpital, commanderies rentables ou responsabilités importantes dans le couvent) et les récompenses symboliques, qui permettent de distinguer le mérite sans forcément accorder un avancement. La noblesse adhère à ce principe de substituer une forme symbolique de récompense à une forme matérielle, car l’honneur rétribue tout autant les services, si ce n’est plus, que les pensions53. Attestation de l’excellence humaine, la récompense affiche, aux yeux de tous, la reconnaissance du grand-maître et celle du couvent ; elle est source de distinction et accorde à celui qui la reçoit une nouvelle place dans la hiérarchie de l’honneur et des dignités de l’Hôpital. Avec certains chevaliers dont il mesure le prestige dont ils jouissent dans le couvent, La Cassière refuse de se plier à la règle tacite de la reconnaissance, ce qui provoque la rancune et la colère de ceux qui s’en estiment dignes et s’en trouvent lésés, donc « malcontents54 ».

  • 55 AOM 94, f. 109v, 25 avril 1576 ; Dal Pozzo, I, p. 121-123.
  • 56 ASV, SS Malta 1, f. 34r, 8 mars 1573.
  • 57 ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, non daté.
  • 58 ASV, SS Malta 105, ff. 134r-134v, 17 octobre 1581, témoignage de Frà Antonio Paci.

42Le chevalier Romegas fait partie de ces nobles insatisfaits. Corsaire auréolé de gloire, admiré par ses frères et par des individus extérieurs à l’Ordre, récompensé par le pape à Rome pour sa bravoure à Lépante, grand-croix depuis 1571, commissaire des caravanes depuis 1573, général des galères en 1575, sa carrière culmine dans les années 1570, au point que le grand-maître est contraint de le soutenir dans son accession à la charge de grand-prieur de Toulouse en 157655. Il est opposé à l’octroi de cette nouvelle rente foncière car Romegas la cumule à celle du prieuré d’Hibernie, entre ses mains depuis 157356. Afin de limiter sa puissance, La Cassière décide donc de ne pas renouveler Romegas dans sa charge de général des galères, charge qu’il confie à un autre frère, ennemi de Romegas, ce qui suscite la fureur de ce dernier et l’indignation de nombreux frères57. Le grand-maître aurait même laissé entendre qu’il ferait tout pour ôter à Romegas la charge de prieur d’Hibernie, afin de la confier à un autre, car il est contraire aux habitudes de l’Hôpital qu’un chevalier ait la responsabilité de deux prieurés58.

  • 59 ASV, SS Malta 105, ff. 224r-224v, 4 novembre 1581, témoignage de Frà Pascual Sanchez, châtelain d’E (...)

43La Cassière agit de manière identique avec un autre chevalier, l’Espagnol Frà Duero, à qui il promet de le soutenir pour l’obtention de la grand-croix en récompense de ses mérites militaires, avant de changer brusquement d’avis et de proposer publiquement, en plein Conseil, d’offrir la grand-croix au fils du vice-roi de Naples, provoquant un tollé général dans la Langue de Castille, qui s’insurge contre la décision magistrale et affiche son soutien entier au chevalier abusé. Furieux d’être contesté, le grand-maître en appelle à la justice, ce à quoi les chevaliers castillans du Conseil rétorquent « que l’honneur de la grand-croix revient à Duero et que si quelqu’un a le droit d’en appeler à l’égard, c’est justement Frà Duero et que tous ici le soutiendront59 ».

  • 60 ASV, SS Malta 105, f. 7r, 2 octobre 1581, témoignage de Don Paulo Bruno, notaire.
  • 61 ASV, SS Malta 105, f. 299r, 9 novembre 1581.

44Cet acte, peut-être imposé par une requête du vice-roi lui-même, auquel il est difficile de ne pas accéder quand on est grand-maître de l’Hôpital, trahit surtout la volonté de La Cassière d’afficher au grand jour son autorité. Car, comme le soulignent les témoignages de ceux qui lui sont opposés, le grand-maître « exerce un gouvernement très rigoureux, selon son propre caprice, et n’écoute pas les conseils de ceux qui l’entourent60 ». Il ne prêterait attention qu’à ses familiers et aux espions à son service, dédaignant les religieux « qui servent bien l’Ordre61 ».

  • 62 Fanny Cosandey, « Instituer la toute-puissance ? Les rapports d’autorité dans la France d’Ancien Ré (...)
  • 63 ASV, SS Malta 103, f. 220v, Rollo del gran-maestro La Cassière, 30 novembre 1578.

45Une telle non-reconnaissance publique de leurs mérites et des services qu’ils ont rendus en tant que guerriers, constitue évidemment, pour ceux qui la subissent, un affront à leur noblesse et à leurs vertus. Mais pour Jean de La Cassière, le mérite n’est désormais plus tant de servir l’Ordre, que d’être fidèle au maître qui incarne l’Ordre. La nuance est de taille, et à l’instar d’un prince qui, en France, s’érige à la même époque en juge absolu, source de toute dignité et de tout honneur62, le grand-maître se perçoit comme l’ordonnateur suprême de son couvent et des carrières de ses chevaliers, comme l’unique juge de ceux qui méritent ou déméritent. Il l’avait déjà exprimé lui-même dans un « rolle » en 1578 : l’obéissance au grand-maître et aux supérieurs constitue « l’obligation la plus suave qui lie les chevaliers à leur ordre » et l’Hôpital doit se montrer inflexible devant tout acte d’insoumission ou de contestation du grand-maître63. Du reste, les chevaliers ne s’y trompent pas ; ils n’interprètent pas ces revirements et ces reconnaissances aléatoires du mérite chevaleresque comme l’indice d’un caractère changeant, mais bien comme l’expression d’une volonté explicite de

  • 64 ASV, SS Malta 105, f. 29r, sans date.

gouverner de manière absolue, sans conseil, en se considérant comme un monarque et en disant qu’il ne possède aucun supérieur, pas même les conseillers64.

46Un tel choix politique lui aliène la fidélité de quelques grands chevaliers et de toute leur clientèle.

L’essor du mécontentement nobiliaire

  • 65 Mark Greengrass, « Noble affinities in Early Modern France : the case of Henri I of Montmorency-Dam (...)
  • 66 Jean-Marie Constant, « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié d (...)

47Un réel pouvoir nobiliaire repose sur la maîtrise d’un clientélisme, défini par la capacité du grand noble à capter les faveurs du maître et à en redistribuer les avantages aux membres de sa clientèle, liés à son patron autant par intérêt que par fidélité affective65. Cette forme de sociabilité nobiliaire peut servir de base à des actions militaires ou politiques, soutenues par les nobles « seconds66 » par fidélité et lien d’homme à homme. Nombre de révoltés de 1581 le sont d’ailleurs par adhésion aux querelles de leur patron : le pilier de la Langue d’Allemagne est « lié » au prieur de Naples et à Romegas, tous deux plus âgés et plus importants que lui ; pareillement, le jeune Frà de Gozon Melac est « créature » de Romegas, c’est-à-dire son client ; enfin, le chevalier Sigi est « créature » du chevalier de Sacquenville

  • 67 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date.

lequel chevalier de Sacquenville a fait jurer à tous ceux de sa Langue qui dépendent de lui d’être contre le grand-maître67.

  • 68 Arlette Jouanna, « La noblesse française et les valeurs guerrières au xvie siècle », dans G.- A. Pé (...)

48Ces patrons, généralement hauts placés dans le couvent, s’offusquent d’être cantonnés à de simples activités guerrières ou à un rôle de conseillers inutiles et spectateurs du pouvoir, quand leur naissance et leur rang éminent au sein de l’Hôpital devraient leur permettre d’assister seuls le grand-maître et de partager avec lui le gouvernement68.

  • 69 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la première mo (...)
  • 70 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1578), Parme (1611), Gênes (1628) », MEFR (...)

49Aux résistances à la redéfinition religieuse du chevalier hospitalier durant la Réforme catholique, aux divers mécontentements nobiliaires qui se cristallisent contre un pouvoir magistral qui cherche à s’émanciper des Conseils et des Chapitres-généraux, s’ajoutent les antagonismes inévitables les Langues, reflet des conflits qui opposent alors en Europe les États dont elles dépendent. Tant pour l’Ordre que pour le grand-maître, la tradition de neutralité, issue d’une vision médiévale de l’universalisme chrétien, semble toujours plus difficile à observer69. Français d’origine, auvergnat de naissance, Jean de La Cassière soutient plutôt ceux qui sont issus des mêmes lieux que lui et témoigne d’une méfiance envers les Espagnols – alors en rivalité avec la France – comme envers les Italiens, alors majoritaires dans le couvent. La défiance envers les chevaliers italiens tient peut-être à deux causes : d’une part aux liens qu’ils ont avec les Langues ibériques, du fait de la domination espagnole sur l’Italie du xvie siècle, et d’autre part à l’habitude de conjuration qui rythme l’histoire de certains États et cités de la péninsule à la même époque70.

  • 71 ASV, SS Malta 105, f. 102v, non daté, rapport du nonce apostolique au pape concernant l’affaire La (...)

50Une anecdote est révélatrice de la suspicion que La Cassière nourrit à l’encontre des Langues ibériques et italienne : invité par un membre de son Conseil, le chevalier Pomar, dans sa résidence particulière, le grand-maître aurait reproché à son hôte le fait que « les Espagnols et les Italiens ont tendance à avoir le monopole de tout dans le couvent » et qu’ils font ombre à son gouvernement71. L’inféodation de l’Ordre aux rois d’Espagne et sa mise au service de la Monarchie Catholique peuvent déplaire au roi de France et aux chevaliers français, qui sont dans le couvent plus nombreux que les Espagnols. Une telle rivalité se trouve aiguisée par le contexte des guerres de religion en France et du soutien que l’Espagne apporte aux catholiques, puis, à partir de 1584, à la Sainte-Ligue en révolte contre la monarchie.

  • 72 AOM 95, f. 9r, 23 juillet 1577 ; f. 15r, 17 août 1577 ; Dal Pozzo, I, p. 129-130.

51Il est vrai que depuis 1577, La Cassière lutte dans le couvent contre une contestation ibérique de plus en plus vive. Cette année-là, une affaire fait grand bruit, qui dévoile le caractère inflexible du grand-maître : cinq jeunes chevaliers portugais impliqués dans une rixe, qui conduit au meurtre d’un sixième Portugais dans sa propre maison, sont condamnés à la privation de l’habit, jugés par la Chancellerie et condamnés à mort. Étranglés en public, ils sont jetés à la mer attachés les uns aux autres et lestés d’un boulet72. Les affaires criminelles ne sont pas rares en ce temps-là dans le couvent et les conseillers, émus par la jeunesse des coupables, leur repentir et leurs supplications, se déclarent favorables à des sentences moins lourdes. Mais le grand-maître, déterminé à lutter contre les actes de violence qui se multiplient dans le couvent, demeure intraitable.

  • 73 AOM 95, f. 83v, 28 mai 1578.
  • 74 AOM 95, f. 163v, 7 septembre 1579.
  • 75 AOM 95, f. 224r, 22 octobre 1580 et f. 234r, 26 décembre 1580.

52Cette exécution cristallise les mécontentements ibériques déjà existants et exacerbe la violence au sein des Langues. L’année suivante, en 1578, huit chevaliers portugais et espagnols se révoltent contre le grand-maître, l’accusant d’abuser de son autorité. Pressentant que l’intransigeance peut envenimer la situation, La Cassière les condamne simplement à une humiliation publique73. L’agitation ne cesse pas pour autant, et en 1579, huit chevaliers ibériques, dont deux étaient déjà de la première révolte, s’insurgent de nouveau et sont condamnés à la prison ferme, sans privation de l’habit74. La contestation s’étend et en 1580, le Conseil observe que des actes d’insubordinations graves et de contestation du grand-maître se produisent non seulement dans les Langues d’Aragon et de Castille, mais désormais aussi dans celle d’Italie75. L’union entre chevaliers ibériques et italiens ne surprend guère, la péninsule italienne étant pour moitié sous autorité espagnole, et au début des années 1580, le couvent se caractérise par les tensions fortes entre les Langues méditerranéennes et les autres, et par l’opposition radicale des Langues dans la mouvance espagnole à un grand-maître français.

  • 76 ASV, SS Malta 105, f. 27r-30r, 6 octobre 1581, témoignage de Frà Gabriele Saluti.

53Un ultime événement, qui survient en 1581, porte le mécontentement à son comble et rallie cette fois certains Français aux Italiens et aux Espagnols en révolte ouverte. Les informateurs de l’Ordre ayant annoncé le passage imminent, au large de Malte, d’une flotte ottomane (en réalité une flottille corsaire d’Alger76), le Conseil établit des tours de garde nocturnes pour chaque Langue. Les trois Langues françaises assurent les premières nuits, mais quand vient le tour de la Langue d’Italie, les choses se gâtent. Réclamant, en vertu des statuts de l’Hôpital, de recevoir du grand-maître en personne le nom du responsable du guet, le pilier de la Langue, Frà Avogadro, se rend en armes et accompagné de plusieurs chevaliers, au palais de La Cassière. Celui-ci aurait refusé de le recevoir et lui aurait fait répondre de s’informer auprès du Maréchal, c’est-à-dire le pilier de la Langue d’Auvergne. Furieux, le lieutenant du pilier, Frà Pietro Fantone, rétorque

  • 77 ASV, SS Malta 105, ff. 36r-36v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antoine d’Auger.

qu’en vertu des statuts, c’est le grand-maître qui doit donner le nom du guet, et le chevalier parlait la main sur le livre des statuts de la Religion, qu’il brandissait77.

54Puisque le grand-maître ne leur donne pas le nom du responsable, les Italiens font savoir qu’ils ne surveilleront pas les remparts. Apprenant le fait, le pilier d’Auvergne dépêche en toute hâte des chevaliers de sa Langue, pour assurer la surveillance nocturne. Par-delà la mutinerie, l’action soudaine des Italiens en armes revêt ce jour-là déjà, l’apparence d’un semblant de conjuration. Les chevaliers en révolte se sont de toute évidence concertés avant de se rendre au palais magistral, se saisissant dans leur Auberge de la Règle et des statuts imprimés de l’Hôpital, afin de pouvoir les brandir en cas de conflit. La contestation ne relève pas d’une simple conjoncture ; le fait d’agiter le livre des statuts révèle une dimension politique profonde, qui vise directement le grand-maître et sa pratique du pouvoir.

55La Cassière ne s’y trompe pas, qui annonce le lendemain qu’il assigne les coupables à comparaître à Rome, afin d’y être jugés pour manquement grave aux devoirs militaires. Réuni en urgence, le Conseil conteste pourtant la décision magistrale. Tandis que le pilier de la Langue d’Italie s’emporte, « criant que le grand-maître ne dispose pas de cette autorité », la plupart des conseillers, y compris français, affichent leur soutien aux Italiens. Le Conseil est suspendu et les piliers d’Italie et d’Aragon sollicitent du grand-maître l’autorisation de réunir leur Langue.

  • 78 ASV, SS Malta 105, f. 36v.

Le grand-maître leur fait répondre qu’ils peuvent bien tenir Langue, attendu qu’ils l’ont déjà fait souvent par le passé sans son autorisation, ce à quoi les responsables en colère répondent qu’ils n’ont jamais tenu Langue sans l’autorisation du grand-maître78.

  • 79 ASV, SS Malta 105, ff. 51v-56v, 17 juin 1581.

56Les deux Langues réunies élisent chacune un ambassadeur auprès du Saint-Siège, afin d’expliquer au pape la cause du nouveau différend qui oppose désormais le grand-maître à toutes les Langues latines79. Le couvent est au bord de l’insurrection.

Notes

1 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », dans Ayala Martínez Carlos (de) et Novoa Portela Feliciano (dir.), Le glaive et la croix. Templiers, Hospitaliers, chevaliers Teutoniques et autres ordres militaires du Moyen Âge, Paris, Mengès, 2005, p. 180-183. L’ordre teutonique survit pourtant en Livonie et en Allemagne mais en 1559, le nouveau grand-maître finit par imiter Albert de Brandebourg et par adhérer à son tour au protestantisme en 1559.

2 Jürgen Sarnowsky, « Rhodes », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et combattre…, op. cit., p. 791-793.

3 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle…, op. cit., p. 8-9.

4 Alain Blondy, op. cit., p. 29.

5 BAV, Barb. Lat. 5333, Copia data a Sua Beatitudine approvando il fatto, f. 127r.

6 Pour rappel, les Langues de Castille et d’Aragon sont instituées en 1462.

7 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 113-114.

8 Bosio, II, p. 471.

9 Cirni Antonfrancesco, Comentarii d’Antonfrancesco Cirni, Corso, ne’ quali si descrive la guerra ultima di Francia, la celebratione del concilio Tridentino, il soccorso d’Orano, l’impresa del Pignone e l’historia dell’assedio di Malta, Rome, 1567, p. 37.

10 ADBR, 56 H 83, L’institution de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, anonyme, non paginé.

11 Cirni, p. 38.

12 Les ordonnances du chapitre-général…, 1643, année 1603, p. 235.

13 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 87-88.

14 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 115. La règle du Temple citée par Alain Demurger vaut pour tous les ordres militaires de l’époque.

15 Les statuts de l’Ordre…, p. 83.

16 Ibid., p. 86.

17 BAV, Barb. Lat. 5333, ff. 127r-127v.

18 Les statuts…, op. cit., p. 58-61.

19 BAV, Barb. Lat. 5333, f. 127v.

20 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle…, op. cit., p. 18.

21 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice. Un corpo e due anime : la monarchia papale nella prima età moderna, Il Mulino, Bologne, 1982 ; Aurelio Musi, « Disciplina, diritto, società : la lunga via della politica moderna », Scienza e politica, vol. 14, n° 27, 2002, p. 99-111.

22 Paolo Prodi, Il sovrano pontefice…, op. cit., p. 169-180 ; Marco Pellegrini, « A turning-point in the History of the Factional system in the Sacred College : the Power of Pope and Cardinals in the Age of Alexander VI », dans Gian-Vittorio Signorotto and Maria-Antonietta Visceglia (dir.), Court and Politics in Papal Rome (1492-1700), Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 8-30.

23 Romain Descendre, « Géopolitique et théologie. Suprématie pontificale et équilibre des puissances chez Botero », Il Pensiero politico, XXXIII, n° 1 (gennaio-aprile), 2000, Olschki, Florence, p. 1-37.

24 Elena Fasano Guarini, « Factions in the Sacred College in the Sixteenth and Seventeenth centuries », dans Gian-Vittorio Signorotto and Maria-Antonietta Visceglia (dir.), Court and Politics in Papal Rome (1492-1700), op. cit., p. 103-108.

25 Olivier Rouchon, « L’invention du principat médicéén (1512-1609) », dans J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon (dir.), Florence et la Toscane, xive-xixe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, PUR, 2004, p. 72-89 ; Caroline Gallard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au xviie siècle, Paris, PUPS, 2007, p. 23.

26 Sandro Landi, « Opinions et conflits. Une relecture des Histoires de Florence de Machiavel », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2011/1, n° 33, p. 151-153.

27 Renaud Villard, « Le tyran et son double. La captation du tyrannique par le prince italien au xvie siècle », Cahiers de la Méditerranée, n° 66, 2003, p. 15-36.

28 Renaud Villard, « Du bon usage de l’échec. Les souverains italiens du xvie siècle face aux conjurations avortées », dans Fabienne Bock, Geneviève Bührer-Thierry, Stéphanie Alexandre (dir.), L’échec en politique, objet d’histoire, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 227-241

29 Marie-Luce Demonet, « Quelques avatars du mot “politique” (xive-xviie siècles) », Langage et société, 2005/3, n° 113, p. 33.

30 Romain Descendre, L’état du monde. Giovanni Botero entre Raison d’État et géopolitique, Genève, Droz, 2009, p. 29-35.

31 Stéphane Bonnet, « Botero machiavélien, ou l’invention de la raison d’État », Les études philosophiques, 2003/3, n° 66, p. 329.

32 Marcel Gauchet, « L’État au miroir de la raison d’État : la France et la chrétienté », dans Yves-Charles Zarka (dir.), Raison et déraison d’État, Paris, PUF, 1994, p. 193-244 ; M. Gauchet, « État, monarchie, public », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 20, avril 1998, p. 11.

33 Jean-Claude Waquet, La conjuration des dictionnaires. Vérité des mots et vérités de la politique dans la France moderne, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2000, p. 83.

34 Robert Descimon, « Notes sur le théologico-politique », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 20, avril 1998, p. 101-102 ; F. Cosandey, « L’absolutisme, un concept irremplacé », dans Lothar Schilling (dir.), L’absolutisme, un concept irremplaçable ? Une mise au point franco-allemande, Munich, Oldenbourg, 2008, p. 41-42.

35 Brantôme, V, p. 230.

36 AOM 91, f. 186r, 14 mai 1567.

37 AOM 91, f. 184v, 26 avril 1567.

38 AOM 92, f. 36r, 8 octobre 1567 ; f. 49r, 19 décembre 1567 ; f. 55r, 21 janvier 1568.

39 Jean-Marie Le Gall, « Réformer l’Église catholique aux xve-xviie siècles : restaurer, rénover, innover ? », Bulletin de l’Association d’Étude sur l’Humanisme, la Réforme et la Renaissance, n° 56, 2003, p. 62 ; I. Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme…, op. cit., p. 523-524.

40 ASV, SS Malta 105, ff. 127r-127v, 16 octobre 1581.

41 ASV, SS Malta 105, ff. 13r-13v, 3 octobre 1581, témoignage de Don Francesco Satalla.

42 ASV, SS Malta 105, ff. 15r-15v, 3 octobre 1581, témoignage d’Antonino Tramontana.

43 ASV, SS Malta 105, f. 303v, 9 novembre 1581, témoignage de Frà Jorge Joasperi.

44 ASV, SS Malta 105, f. 384v, 25 octobre 1581, témoignage de Frà Charles de Gaillarbois.

45 ASV, SS Malta 105, ff. 169r-174v, 21 octobre 1581, témoignage de Frà Ottavio Saccanello.

46 ASV, SS Malta 105, f. 319r, sans date.

47 ASV, SS Malta 105, ff. 175r-175v, 21 octobre 1581, témoignage de Frà Mario Ceva.

48 ASV, SS Malta 103, f. 319r, sans date.

49 ASV, SS Malta 105, ff. 299r-299v, 9 novembre 1581, témoignage du chapelain Frà Jorge Joasperi.

50 ASV, SS Malta 105, ff. 221r-221v, 4 novembre 1581, témoignage du chevalier Frà Pascual Sanchez.

51 ASV, SS Malta 105, f. 14r, 3 octobre 1581, témoignage de Don Francesco Saltalla, médecin de la Sacrée Infirmerie.

52 ASV, SS Malta 105, ff. 196r-196v, 2 novembre 1581, témoignage de Frà Pedro Ustado de Mendoza.

53 Benjamin Deruelle, « Pour Dieu, le roi et l’honneur. Ethos chevaleresque, mérite et récompense au xvie siècle », Hypothèses, 2008/1, p. 211-212.

54 Arlette Jouanna, Le devoir de révolte. La noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559- 1661, Paris, Fayard, 1989, p. 102-103.

55 AOM 94, f. 109v, 25 avril 1576 ; Dal Pozzo, I, p. 121-123.

56 ASV, SS Malta 1, f. 34r, 8 mars 1573.

57 ASV, SS Malta 105, ff. 101r-101v, non daté.

58 ASV, SS Malta 105, ff. 134r-134v, 17 octobre 1581, témoignage de Frà Antonio Paci.

59 ASV, SS Malta 105, ff. 224r-224v, 4 novembre 1581, témoignage de Frà Pascual Sanchez, châtelain d’Emposte.

60 ASV, SS Malta 105, f. 7r, 2 octobre 1581, témoignage de Don Paulo Bruno, notaire.

61 ASV, SS Malta 105, f. 299r, 9 novembre 1581.

62 Fanny Cosandey, « Instituer la toute-puissance ? Les rapports d’autorité dans la France d’Ancien Régime », Tracés, n° 17, 2009/2, p. 44.

63 ASV, SS Malta 103, f. 220v, Rollo del gran-maestro La Cassière, 30 novembre 1578.

64 ASV, SS Malta 105, f. 29r, sans date.

65 Mark Greengrass, « Noble affinities in Early Modern France : the case of Henri I of Montmorency-Damville, Constable of France », European History Quaterly, t. XVI, 1986, p. 275-311 ; Christophe Piel, « Les clientèles, entre sciences sociales et histoire. En guise d’introduction », Hypothèses, 1998/1, p. 126 ; A. Boltanski, « Clientélisme et construction monarchique. La clientèle du duc de Nevers dans la seconde moitié du xvie siècle », Hypothèses, 1999/1 (2), p. 145-146 et p. 149-150.

66 Jean-Marie Constant, « Un groupe socio-politique stratégique dans la France de la première moitié du xviie siècle : la noblesse seconde », dans J.-M. Constant, La Noblesse en liberté…, op. cit., p. 85-87 (réédition de l’article paru dans Philippe Contamine (dir.), Les Aristocraties et la genèse de l’État moderne (xiiie-xviie siècles). France, Angleterre, Écosse, Paris, 1989, p. 279-304).

67 ASV, SS Malta 103, ff. 167r-168r, sans date.

68 Arlette Jouanna, « La noblesse française et les valeurs guerrières au xvie siècle », dans G.- A. Pérouse, A. Thierry, A. Tournon (éds.), L’homme de guerre au xvie siècle, Actes du colloque de l’association RHR (Cannes, 1989), Saint-Étienne, Presses de l’Université de Saint-Étienne, 1992, p. 206.

69 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la première moitié du xviiie siècle », dans A. Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, op. cit., p. 135.

70 Jean Boutier, « Trois conjurations italiennes : Florence (1578), Parme (1611), Gênes (1628) », MEFRIM, 108, n° 1, 1996, p. 319-375.

71 ASV, SS Malta 105, f. 102v, non daté, rapport du nonce apostolique au pape concernant l’affaire La Cassière.

72 AOM 95, f. 9r, 23 juillet 1577 ; f. 15r, 17 août 1577 ; Dal Pozzo, I, p. 129-130.

73 AOM 95, f. 83v, 28 mai 1578.

74 AOM 95, f. 163v, 7 septembre 1579.

75 AOM 95, f. 224r, 22 octobre 1580 et f. 234r, 26 décembre 1580.

76 ASV, SS Malta 105, f. 27r-30r, 6 octobre 1581, témoignage de Frà Gabriele Saluti.

77 ASV, SS Malta 105, ff. 36r-36v, 7 octobre 1581, témoignage de Frà Antoine d’Auger.

78 ASV, SS Malta 105, f. 36v.

79 ASV, SS Malta 105, ff. 51v-56v, 17 juin 1581.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search