Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Crise et renouveau. Le temps des Réformes religieuses

Le vœu d’hospitalité revivifié

Texte intégral

  • 1 Alain Demurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 107-116.

1Premier de ses vœux, élément de sa fondation originelle, l’hospitalité n’a jamais été abandonnée par l’Ordre, malgré tous les aléas d’une longue histoire méditerranéenne. Il faut dire qu’à l’inverse du Temple, l’Hôpital n’a jamais été considéré au Moyen Âge comme un ordre purement militaire, mais plutôt comme un ordre hospitalier devenu militaire à la faveur du contexte des croisades. Le secours à la Terre Sainte (in subsidium Terrae sancte) est donc toujours demeuré pour lui indissociablement lié à l’assistance aux pauvres (ad sustentionem pauperum Christi). Éprouvant des difficultés à trouver des repères identitaires dans le domaine militaire strict, les Hospitaliers ont donc fait le choix dès le xiie siècle de demeurer fidèles à leur vocation originelle, n’ont jamais éliminé de leur vocabulaire les mots et formules qui définissent leur identité : ad sustentationem pauperum Christi1. Les statuts sont formels :

  • 2 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 27.

l’Hospitalité tient le premier rang entre les œuvres de piété et d’humanité, comme elle embrasse toutes les autres. Que s’il est ainsi qu’elle doive être observée et révérée de tous les gens de bien avec un merveilleux soin, à combien plus forte raison la doivent exercer ceux qui s’honorent du nom de Chevaliers Hospitaliers et qui veulent qu’on les connaisse pour tels2.

  • 3 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., notamment chapitre III.

2De sorte que durant tout le Moyen Âge, et à l’époque moderne également, plus l’Hôpital développe ses activités militaires, glorifiant la guerre sainte, et plus il met l’accent, de manière concrète et symbolique, sur son identité hospitalière, reliant en permanence l’une à l’autre dans ses représentations. Les xvie et xviie siècles constituent pour lui un temps de renaissance au sens propre du terme. L’établissement à Malte coïncide avec un renouveau médical perceptible depuis la Renaissance en péninsule italienne, particulièrement dans les années 1520-15303, qui incite les Hospitaliers à investir dans ce qui est la source de leur identité : l’hôpital, nommé Sacrée Infirmerie.

  • 4 AOM 310, ff. 41v-42r, 2 mai 1612.
  • 5 AOM 310, f. 105v, 2 mai 1612.
  • 6 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.
  • 7 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 290-291. C’est la présence d’apothicairerie (...)
  • 8 AOM 310, ff. 74r-74v, 2 mai 1612.
  • 9 AOM 310, f. 134r, 2 mai 1612.
  • 10 AOM 310, ff. 90v-91r, 2 mai 1612.

3Comme le renouveau catholique était désiré par un certain nombre de frères, le respect et la rénovation du vœu d’hospitalité résulte d’une adhésion générale du couvent. Les « rolles » reflètent cette aspiration profonde. En 1612, la Langue de Provence souhaite que les médecins soient désormais logés dans la Sacrée Infirmerie, afin d’être plus disponibles en cas de soins urgents : en effet, le changement de médecins tous les mois et leur absence ont été la cause de la mortalité de plusieurs patients. La Langue réclame que l’Infirmerie ait désormais des chirurgiens de qualité, dont on aura pu mesurer l’art avant de les embaucher, afin qu’ils puissent opérer et soigner les blessures guerrières des religieux4. La Langue d’Italie entérine, soulignant que la présence permanente d’un médecin permet de mieux accueillir les malades qui se présenteraient à l’improviste5. C’est chose faite en 1629, puisqu’une ordonnance magistrale rappelle qu’au moins un médecin et tous les chirurgiens doivent dormir sur place pour assurer un service de nuit et d’urgence6. Soucieux de faire de leur Infirmerie un hôpital au sens véritable du terme, c’est-à-dire un lieu où sont dispensés les soins et non pas un simple établissement charitable7, les chevaliers expriment plusieurs fois le souhait de bâtir de nouvelles apothicaireries, pour y confectionner onguents et médecines. En 1612, la Langue d’Auvergne réclame l’ouverture dans la Sacrée Infirmerie d’une deuxième apothicairerie8, et les Langues d’Aragon et de Castille la construction d’une troisième, cette fois située dans la cité de La Valette, afin de relayer le travail de celles de l’Infirmerie, et de permettre aux malades de se fournir en médecines sans forcément encombrer l’hôpital9. La Langue de France réclame que l’Infirmerie soit pourvue des meilleurs médicaments possibles, même si cela coûte cher au Trésor de l’Ordre, et que les malades reçoivent des robes de chambre et des pantoufles personnelles, pour garantir un meilleur confort lors de leur séjour à l’Infirmerie10.

  • 11 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 33.
  • 12 AOM 108, f. 226r, 23 janvier 1627.
  • 13 AOM 104, f. 44r, 4 novembre 1611.

4Les Langues ibériques paraissent plus au fait que les autres des récentes innovations en matière d’assistance médicale et charitable. La question de l’hospitalité occupe de longs paragraphes dans les « rolles » des Castillans et des Aragonais. Ce souci plus spécifiquement ibérique puise sans doute ses racines dans les réflexions sur l’assistance charitable et médicale conduites par les humanistes de la péninsule, comme Vivès ou Pérez de Herrera. Ainsi, au milieu du xvie siècle, le châtelain d’Emposte Frà Juan de Villeragut offre la somme de 400 florins pour le bénéfice de l’Infirmerie et pour l’amélioration des soins aux malades ; le grand-maître Claude de la Sengle (1553-1557) le fait inscrire dans les statuts, afin d’en garder la mémoire et de servir d’exemple à tous les religieux qui souhaiteraient soutenir financièrement la pratique de l’hospitalité11. Au siècle suivant, c’est encore à l’instigation des chevaliers espagnols que sont créées deux Fondations en faveur de la Sacrée Infirmerie. En 1610, le chevalier de Veri, de la Langue d’Aragon, obtient l’aval du Conseil de l’Ordre pour instituer une Fondation de l’Infirmerie destinée à subvenir aux besoins ordinaires ou extraordinaires de l’hôpital ; cette Fondation offre 7 800 écus la première année, puis de régulières sommes d’argent les années suivantes12. Puis en 1611, le chevalier Frà Gasparo de Monreal, du prieuré de Catalogne (Langue d’Aragon) crée à son tour une Fondation lui permettant d’offrir de fortes sommes d’argent à l’Infirmerie13.

5Il est à noter cependant que la perte ou la destruction des archives propres à l’Infirmerie (registres des malades, recettes médicinales, gestion de l’hôpital…), qui devaient être tenues au moins aussi scrupuleusement, si ce n’est plus, que tous les autres fonds concernant le quotidien du couvent, rend délicate l’appréhension de la réalité d’une hospitalité en mutation, par une assistance charitable bouleversée par la Renaissance et l’humanisme, et par une fréquentation plus accrue des bâtiments de l’Infirmerie par les malades chrétiens venus de toute l’Europe et par les pèlerins gagnant la Terre Sainte. Dès lors, tout ce qui peut être écrit sur l’hospitalité ne découle que du recoupement de données éparses, glanées dans les nombreux fonds de l’Ordre de Malte. Et la richesse de ces éléments clairsemés ne peut que rendre plus regrettable encore la perte d’archives certainement extraordinaires, qui auraient permis de prendre la pleine mesure de l’intérêt que les Hospitaliers ont toujours porté à la médecine et à la pharmacopée, intérêt qui les place aux xvie et xviie siècles à la pointe des découvertes scientifiques et anatomiques, faisant de la Sacrée Infirmerie et du port de Malte le cœur en Méditerranée de modernités médicales et hospitalières.

L’essor médical

La Sacrée Infirmerie

  • 14 Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione..., III, p. 118.
  • 15 AOM 85, f. 117r, 3 juillet 1533.
  • 16 AOM 286, f. 88v, Chapitre-Général de 1539.
  • 17 Charles Savona-Ventura, Knight Hospitaller Medicine in Malta (1530-1798), Publishers Enterprises Gr (...)
  • 18 Peste ou typhus, il est difficile de trancher, faute d’archives fiables.
  • 19 AOM 738, Libro dei contratti del tesoro, f. 45r, 6 octobre 1650.

6Il y eut deux Sacrées Infirmeries à Malte, l’une à Birgù-Vittoriosa, première cité portuaire que l’Ordre choisit comme résidence, et la seconde à La Valette quand les Hospitaliers élisent la nouvelle cité comme capitale de l’île et résidence de leur couvent en 1571. Les travaux de construction de l’Infirmerie de Vittoriosa débutent à peine un an après l’installation des chevaliers, en 1531, le grand-maître Villiers de l’Isle-Adam posant solennellement la première pierre du bâtiment14. En 1533, le Conseil se préoccupe du bon avancement des travaux15, et il semble qu’en 1539, l’Infirmerie soit déjà édifiée ou en fin de construction16. La première Infirmerie s’avère vite exiguë. Cerné par les huit Auberges de l’Ordre, les remparts de la cité et les habitations voisines, le bâtiment ne peut guère être agrandi et souffre d’un manque de place en cas d’épidémie17. De sorte qu’après l’édification de la seconde Infirmerie, celle de Vittoriosa est utilisée d’abord comme infirmerie pour les esclaves, puis comme lazaret du port ; mais après l’épidémie meurtrière de peste18 qui débute dans l’Infirmerie et ravage le port durant l’hiver 1592-1593, les locaux restent longtemps désaffectés, avant d’être rénovés et donnés en 1650 aux religieuses de Sainte Scolastique qui en font un monastère19.

  • 20 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 98-99.
  • 21 AOM 291, ff. 46r-46v, Chapitre-général de 1583.
  • 22 AOM 99, f. 74r, 28 mars 1596.
  • 23 AOM 109, ff. 195v-197r, 1er juin 1629.
  • 24 AOM 121, f. 158v, 31 décembre 1660 ; AOM 121, f. 164r, 4 février 1661.
  • 25 Paul Cassar, Medical History of Malta, op. cit., p. 46-47 ; Edgar Erskine Hume, Medical Work of the (...)
  • 26 Michael Ellul, « The Holy Infirmery. The Hospitaller Vocation of the Knights of St John », dans Mel (...)
  • 27 Prosper Jardin, Les chevaliers de Malte, Paris, Perrin, 2002, p. 193.

7Édifiée à partir de 1574, la Sacrée Infirmerie de La Valette est un bâtiment plus moderne, agrandi plusieurs fois entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle. S’inspirant des villes comme Florence, Naples et Rome, où des hôpitaux sont dédiés aux incurables séparés des autres malades20, le Chapitre-général ordonne en 1583 d’ajouter une salle pour accueillir les malades incurables et leur réserver des soins particuliers (ce qui n’existait pas dans l’Infirmerie de Vittoriosa). Une chapelle et un cimetière sont également construits, pour enterrer les pauvres décédés dans l’Infirmerie21. En 1596, une nouvelle salle est bâtie pour loger ceux qui sont atteints de maladies vénériennes22. En 1629, une petite salle est désormais réservée aux femmes infirmes et malades23. En 1660, le Conseil réclame un nouvel agrandissement du bâtiment24, puis en 1679, une autre salle est construite pour accueillir exclusivement les malades et les blessés légers, tandis que la Grande Salle est encore allongée25 ; enfin en 1712, une ultime extension est réalisée26. Le bâtiment final, encore existant aujourd’hui, a l’apparence d’un grand rectangle flanqué d’une longue salle d’une centaine de mètres (la Grande Salle), dans laquelle s’alignent des lits individuels. Au rez-de-chaussée du bâtiment, se trouvent une herboristerie, une bibliothèque médicale fondée en 168727 et les habitations du personnel soignant, tandis que les sous-sols contiennent les cuisines, les latrines, les salles de chirurgie et d’anatomie.

  • 28 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.

8La Sacrée Infirmerie est placée sous l’autorité du Grand Hospitalier, Pilier de la Langue de France, qui détient le sceau par lequel est marqué tout ce qui appartient à l’Infirmerie. Il nomme l’Infirmier, également membre de la Langue de France, et surtout l’écrivain qui tient le registre des Testaments, le compte des entrées et sorties des malades, celui des soins dispensés et des médicaments prescrits : sur une table haute placée au centre de la Grande Salle, il inscrit les noms, prénoms et nationalités des malades, le jour et l’heure de leur arrivée, le jour et l’heure de leur départ ou décès. Le registre est régulièrement lu par l’Hospitalier et complété par les médecins, qui ajoutent les soins et remèdes distribués aux personnes concernées28.

  • 29 Jean Des Cilleuls, « L’apothicairerie du Grand Hôpital des chevaliers de Malte », Revue d’Histoire (...)
  • 30 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.
  • 31 ADBR, 56 H 83, Institution de l’Ordre de Malte, manuscrit anonyme, xviiie siècle, non folioté.

9Le Grand Hospitalier supervise l’ensemble du personnel administratif et médical. Il visite régulièrement les malades et contrôle les apothicaireries en compagnie de l’Infirmier, des médecins et, depuis le magistère de Jean de Lastic (1437-1454), de deux prudhommes, choisis par le Conseil parmi les commandeurs ou les plus anciens chevaliers du couvent29, qui sont garants des dépenses en matière de drogues, onguents et plantes médicinales, et responsables de la bonne conservation du matériel (vaisselle, couverts, draps de lits, linceuls, charpie pour les pansements). À partir du début du xviie siècle, deux prudhommes supplémentaires sont nommés, qui portent le nom de commissaires visiteurs ; ils sont chargés d’effectuer les visites des malades hors de la Sacrée Infirmerie et de vérifier que ces derniers sont bien soignés par les médecins de l’établissement30. Aux ordres du Grand Hospitalier, l’Infirmier veille également à la gestion quotidienne de l’établissement ; il réside dans l’Infirmerie, inspecte le travail du personnel subalterne, vérifie que la nourriture est correctement distribuée aux malades et que ces derniers reçoivent les soins appropriés à leur état31.

  • 32 Léon Le Grand, « La prière des malades dans les hôpitaux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », B (...)
  • 33 Vertot, Tome 6, p. 45.

10Un chapelain et un prieur sont assignés aux services religieux à l’intérieur de l’hôpital : désigné par le Grand Hospitalier, puis confirmé par le prieur de l’église conventuelle, le chapelain fait dire quatre messes par semaine dans l’Infirmerie, tandis que le prieur assure les trois autres, pour que les malades puissent entendre une messe par jour. Les deux religieux font dire chaque soir la « prière des malades », qui consiste en un recueillement collectif des patients en faveur de la paix chrétienne, de la guerre menée contre l’Infidèle, du pape et des princes chrétiens, du grand-maître et des religieux, du maintien de l’Ordre de Malte en Méditerranée et en Europe32. Le chapelain et le prieur reçoivent les confessions, enregistrent les testaments, administrent les derniers sacrements, bénissent les défunts et surveillent leur mise en terre dans le petit cimetière situé à l’intérieur du bâtiment33.

  • 34 AOM 288, ff. 29r-29v, Chapitre-général de 1555.
  • 35 AOM 292, ff. 63r-64r, Chapitre-général de 1588.
  • 36 Charles Savona-Ventura, Knight Hospitaller Medicine in Malta..., op. cit., p. 97.

11Enfin, les tâches les plus ingrates sont accomplies par des esclaves : au nombre de deux en 155534, ils sont une dizaine en 158835, puis 39 en 164836. La plupart d’entre eux sont affectés aux cuisines et au nettoyage des salles, mais certains sont également placés au service des apothicaires, recevant alors l’interdiction formelle, renouvelée lors de chaque Chapitre-général, de toucher aux potions et aux médicaments. Le Conseil craint évidemment que les esclaves juifs et musulmans ne tentent d’empoisonner les chrétiens malades, et particulièrement les membres de l’Ordre soignés à l’Infirmerie.

  • 37 Susan Edgington, « Medical Care in the Hospital of St John in Jerusalem », dans H. Nicholson (dir.) (...)
  • 38 Vertot, Tome 6, p. 46.
  • 39 Christopher Toll, « Arabic Medicine and Hospitals in the Middle Ages : a Probable Model for the Mil (...)
  • 40 AOM 293, ff. 63r-65v, Chapitre-général de 1597 ; Luigi de Rosa, « The “protomedicato” in southern I (...)
  • 41 AOM 293, f. 64r, Chapitre-général de 1597.
  • 42 Edgar Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 147.

12Selon une habitude ancienne et déjà observable en Terre Sainte37, les soins sont dispensés par des médecins et des chirurgiens rémunérés par l’Ordre : à la fin du xvie siècle, trois médecins et deux chirurgiens officient dans la Sacrée Infirmerie38. Les soins pratiqués par les Hospitaliers apparaissent, au moins jusqu’au milieu de l’époque moderne, très influencés par les médecines arabe et byzantine, voire juive au temps de Rhodes39, et privilégient par exemple depuis bien avant le xvie siècle l’utilisation d’onguents plutôt que la cautérisation au fer rouge en cas de blessure. Depuis le Chapitre-général de 1597, ce personnel médical est placé sous l’autorité et le contrôle d’un protomédecin40 ; il est constamment secondé par un barbier et par certains membres de l’Ordre (frères servants et chapelains) chargés de l’assistance aux blessés et aux malades, des distributions de nourriture et du nettoyage des corps et des lits41. Un jour par semaine, frères servants et chapelains de chaque Langue se succèdent à l’Infirmerie : dimanche pour la Langue de Provence, lundi pour celle d’Auvergne, mardi pour celle de France, mercredi pour celle d’Italie, jeudi pour celle d’Aragon, vendredi pour celle d’Allemagne et enfin samedi pour la Langue de Castille et du Portugal42.

  • 43 AOM 291, f. 45r, Chapitre-général de 1583.
  • 44 AOM 297, ff. 163r-163v, Chapitre-général de 1548.
  • 45 AOM 299, ff. 12r-12v, Chapitre-général de 1555.
  • 46 Vertot, Tome 6, p. 50.
  • 47 AOM 95, f. 96r, 9 août 1578.

13Les jours d’affluence, quatre laïcs peuvent être embauchés temporairement, pour assister le personnel dans sa tâche43. Le personnel médical est également assisté par des apothicaires recrutés et payés par l’Ordre, qui sont au nombre de trois depuis 154844 ; ils officient dans leur propre boutique, jusqu’à ce que le Chapitre-général de 1555 exige la construction d’une herboristerie au sein de l’Infirmerie45. Depuis le grand-maître Jean de Lastic, qui codifie véritablement le fonctionnement de l’hospitalité dans les statuts de l’Ordre (les grands-maîtres qui suivent apportent surtout des aménagements), les potions préparées par les apothicaires doivent être vérifiées par les médecins avant d’être administrées aux malades46. Ce sont d’ailleurs les médecins qui adressent aux apothicaires les commandes de produits nécessaires à la constitution des emplâtres, onguents et médicaments (musc, ambre, plantes aromatiques…). Tout abus est sévèrement puni : une ordonnance de 1578 confie aux prudhommes la surveillance étroite des livraisons des produits, des prescriptions des médecins et de la distribution aux malades des médicaments47.

  • 48 NAM, Banca Giuratale, Magna Curia Castellania, Registro Revelationis Mancipiorum, Vol. unico 133 (1 (...)
  • 49 Bartolomeo Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione di San Giovanni Gerosolimitano detta di Malta, (...)
  • 50 ACM, Archiva Parœcialia La Valette, Porto Salvo, Liber Matrimoniorum I, f. 75v, 7 juin 1615.
  • 51 AOM 1185, f. 121r, 8 mai 1657.

14Si au xviie siècle, le personnel médical semble être essentiellement maltais, il est plutôt d’origine italienne au siècle précédent. Foyer de découvertes scientifiques et anatomiques, de progrès médicaux notables, la péninsule garantit en effet au couvent la venue de médecins performants. Car quoique placée dans le giron de l’Aragon, puis de l’Espagne, Malte appartient bien à la Sicile et au monde italien, cependant que l’Ordre tourne plutôt ses regards vers l’Italie, où siège le souverain pontife son supérieur hiérarchique, que vers l’Espagne à laquelle il est lié par un lien vassalique depuis l’acceptation de la cession de Malte en fief. Si les suppliques aux Rois Catholiques concernent le manque alimentaire et la nécessité d’un ravitaillement militaire, celles adressées au pape et à la péninsule italienne relèvent plutôt des domaines religieux et médical, bien que l’Espagne soit également le foyer d’une modernité hospitalière portée par les humanistes. En 1588, c’est bien un chirurgien sicilien qui entre au service de la Sacrée Infirmerie48 ; en 1592, le meilleur médecin du royaume, Pietro Parisi, est même dépêché à Malte par le vice-roi, pour aider un personnel médical débordé par l’épidémie de peste49 ; en 1615, un médecin italien résidant à La Valette, est employé dans l’Infirmerie50 ; et en 1657 encore, un médecin de Palerme, Baldassare Dani, demande au grand-maître l’autorisation de venir s’établir à Malte pour travailler à l’Infirmerie51.

  • 52 AOM 1185, f. 98r, 15 janvier 1656.
  • 53 AOM 1185, f. 281r, 3 juin 1667.
  • 54 AOM 262, f. 65r, 19 décembre 1676.

15Au xviie siècle, médecins et chirurgiens italiens sont toujours présents à Malte, mais désormais concurrencés par des praticiens maltais, comme Gio Domenico Xuereb qui demande en 1656 à être embauché comme chirurgien52. De même, Giuseppe Calleya, fils d’un chirurgien maltais au service de l’Ordre, postule en 1667 sur une charge vacante de l’Infirmerie en tant médecin des pauvres à Vittoriosa53. À partir de la fin du siècle et durant tout le xviiie siècle, le personnel soignant de l’Infirmerie, majoritairement maltais, bénéficie d’une formation plus élaborée : en 1676, afin d’apporter à l’hospitalité une « nécessaire et importante innovation », le grand-maître Nicolás Cotoner ordonne la fondation dans l’Infirmerie d’une école d’anatomie et de chirurgie, destinée à mieux former les praticiens au service de l’Ordre54.

  • 55 Paul Cassar, Medical History of Malta..., op. cit., p. 437.
  • 56 Christelle Rabier, « La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation professionnelle a (...)
  • 57 Charles Savona-Ventura, Outlines of Maltese Medical History, Malte, Midsea Books Ltd, 1997, p. 102.
  • 58 Paul Cassar, op. cit., p 438.
  • 59 Edgar Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 151.
  • 60 Paul Cassar, op. cit., p. 441-442.

16L’école est placée dès sa création sous l’autorité de Fra Giuseppe Zammit, religieux, protomédecin de l’Infirmerie et médecin personnel du grand-maître Cotoner, qui y exerce ses fonctions jusqu’en 172255. Les élèves de l’école sont tous apprentis médecins, barbiers ou chirurgiens (la distinction entre ces deux derniers corps de métier qui opèrent les corps n’existe pas avant le xviiie siècle56) ; ils suivent une formation théorique et pratique, qui est portée à dix années en 168257. À partir de 1716, une salle de dissection est aménagée dans le cimetière de l’Infirmerie et il semble qu’à partir de 1720, les corps des malades morts à l’hôpital soient soigneusement disséqués58, peut-être même ceux des chevaliers59. Les Hospitaliers se spécialisent même à l’époque moderne dans certaines branches de la médecine et de la chirurgie : citons entre autres les opérations des calculs rénaux – que le célèbre chirurgien maltais Michelangelo Grima, né à La Valette en 1731 et formé à l’école d’anatomie et de chirurgie, parvient à extraire en deux minutes en demie60 –, celles des tumeurs bénignes et de la cataracte, ou tous les soins contre les maladies vénériennes.

Les soins aux malades

17La Sacrée Infirmerie est ouverte à tout chrétien, riche ou pauvre, exception faite des mauvais sujets, qui sont définis, à partir du magistère de Claude de la Sengle (1553-1557), comme étant

  • 61 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 33.

les assassins, ceux qui vont pillant et ravageant la campagne de nuit, les incendiaires, les sodomites, les voleurs et ceux qui ont fait des conspirations61.

  • 62 Paul Cassar, Medical Malta History, op. cit., p. 69.
  • 63 AOM 109, f. 195v, 1er juin 1629.
  • 64 Paul Cassar, op. cit., p. 70.

18À l’origine, seuls les hommes sont accueillis. Puis, au début du xviie siècle, sous l’influence de la Réforme catholique et en raison du développement de la misère populaire et du nombre croissant de femmes seules et malades, un hôpital pour femmes pauvres et infirmes est ouvert à La Valette, à l’initiative sans doute d’une dame siennoise établie à Malte, Cattarina Scappi62. En 1625, cette dernière fait l’acquisition d’une demeure située dans le voisinage immédiat de la Sacrée Infirmerie, qu’elle établit comme hôpital réservé aux femmes. À cette époque, les Hospitaliers se montrent également soucieux d’offrir aux femmes la même assistance médicale qu’aux hommes : jusqu’alors soignées hors des murs de l’Infirmerie par les médecins et deux prudhommes qui leur font distribuer pitances et potions, les femmes sont enfin acceptées dans l’enceinte de l’Infirmerie en 1629, quand le Conseil propose de réserver une petite salle pour y soigner les femmes les plus gravement atteintes par la maladie63. Il apparaît bientôt plus simple de prendre en charge l’hôpital de Cattarina Scappi, et en 1631, le petit hôpital féminin passe sous l’autorité directe de l’Ordre, qui prend alors en charge son financement et l’assistance aux patientes64. L’Hôpital renoue ainsi avec son histoire primitive, du temps où coexistaient à Jérusalem deux xenodochia pour les hommes et les femmes.

  • 65 AOM 95, f. 96r, 9 août 1578.
  • 66 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 31 ; AOM 109, f. 195v, 1er juin 1629.
  • 67 AOM 290, f. 29r, Chapitre-général de 1574.

19Chaque matin, les médecins observent et soignent les malades, en commençant par les lits des Hospitaliers, qui sont depuis 1578 prioritaires pour la délivrance des médicaments65. Quand la tournée au sein de l’Infirmerie est achevée, les praticiens entament les visites à l’extérieur, se rendant d’abord au chevet des frères malades qui sont demeurés dans leur Auberge ou dans leur résidence personnelle. Ces derniers peuvent demeurer trois jours dans leur cellule ou habitation pour y bénéficier des soins, mais passé ce délai, ils sont tenus de se faire soigner à l’Infirmerie, sous peine de ne plus recevoir de soins gratuits et de payer eux-mêmes leur médecine66. Les médecins visitent ensuite les religieuses de Sainte-Ursule, qui bénéficient de la gratuité des soins en tant qu’Hospitalières67 ; ils se rendent ensuite au chevet des membres du clergé portuaire, et enfin à celui des laïcs qui n’ont pas été admis dans l’Infirmerie faute de place, mais qui ont droit à des soins.

  • 68 Daniel Le Blévec, La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du xiie au milieu du x (...)
  • 69 AOM 296, ff. 96r-100r, Chapitre Général de 1631.
  • 70 Egard Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 144.
  • 71 Prosper Jardin, Les chevaliers de Malte..., op. cit., p. 196.

20Les malades de la Sacrée Infirmerie bénéficient d’un régime alimentaire particulier. Depuis le xiie siècle, les statuts spécifient qu’ils ont droit, trois jours par semaine, à de la viande de poulet, ou à défaut à du porc ou du mouton68. En 1631, le Chapitre-général rappelle cette obligation, soulignant la nécessité de donner aux personnes alitées du poulet et des œufs frais, pour aider à leur prompt rétablissement69. Les patients consomment également du vin, servi dans de la vaisselle en argent, dans le but, non pas d’étaler inutilement la richesse, comme cela fut reproché maintes fois aux Hospitaliers, mais bien d’éviter toute contagion, l’argent étant considéré comme plus sain que les autres métaux70. La fonction d’argentier, toujours confiée à un servant d’armes, est d’ailleurs importante et l’argentier a pour rôle de veiller au bon entretien et à la propreté de la vaisselle71.

21À l’époque moderne, se diffusent les images du grand-maître en personne visitant chaque dimanche, après la messe, les malades de l’Infirmerie

  • 72 BMA, Ms 1094, Relatione dell’isola di Malta, non folioté.

leur faisant lire l’Évangile, puis goûtant le pain et le vin qu’on leur donne pour vérifier qu’on leur donne bien les meilleurs qui se puissent trouver72.

22Présenté comme un nouveau Christ, le grand-maître communie chaque dimanche avec les malades, partageant avec eux le pain, le vin et la lecture des textes saints. Cependant le grand-maître n’est pas seul à se dévouer aux malades, et les religieux se trouvent tous emportés par une même exaltation littéraire, dont Giacomo Bosio, auteur de la première Histoire moderne de l’Hôpital, se fait l’écho. L’auteur rapporte qu’en 1560, année où de nombreux soldats ont été malades dans le port, le grand-maître et tous ses seigneurs

  • 73 Bosio, III, p. 415 ; Boissat, II, p. 760.

usèrent constamment d’une prévoyance, d’une libéralité et d’une assiduité incroyable, consolant et servant la plupart du temps de leurs mains les malades, selon leur profession et charité ancienne73.

  • 74 John Gash, « Painting and Sculpture in Early Modern Malta », dans Victor Mallia Milanes (dir.), Hos (...)

23Le dévouement des frères est également mis en scène dans les représentations picturales, et notamment dans la fresque réalisée par le peintre italien Mattia Preti pour la rénovation de l’église conventuelle de La Valette. En 1660, au temps du grand-maître Rafael Cotoner (1660-1663), le Conseil décide d’embellir l’église conventuelle, dont l’intérieur, décoré à la fin du xvie siècle, est jugé trop austère et ne s’accorde plus avec l’opulence d’un Ordre triomphant dans la guerre de course, ni avec l’essor de l’art baroque, outil et vecteur de la Réforme catholique dans les pays de l’Europe méditerranéenne. L’Hôpital fait donc appel au peintre Mattia Preti (1613-1699), qui s’établit en 1661 à La Valette et y demeure jusqu’à son décès en 1699. Né en Calabre, il vit à Rome à partir de 1630 et s’est illustré dans la décoration murale de l’église San Andrea della Valle entre 1650 et 1653. Servant d’armes de l’Hôpital depuis 1642, il est fait chevalier de grâce par le grand-maître, en remerciement de l’œuvre qu’il a menée en tant que peintre officiel de l’Hôpital de 1661 à sa mort74. Outre les nombreuses fresques de la voûte, dans lesquelles il retrace la vie de saint Jean-Baptiste, depuis sa naissance miraculeuse jusqu’à sa décollation, le peintre ajoute une fresque au-dessus de la porte d’entrée de l’église qui exalte les deux vœux de guerre sainte et d’hospitalité. Mattia Preti y représente simultanément le grand-maître Cotoner en habit religieux, c’est-à-dire vêtu de la robe noire à croix blanche, en train de donner à manger à un malade, et désignant de son bâton de puissance le tableau d’une galère, symbole de la croisade maritime.

  • 75 AOM 290, ff. 29r-29v, Chapitre-général de 1574.
  • 76 AOM 293, ff. 63r-65v, Chapitre-général de 1597.
  • 77 AOM 294, ff. 79v-82v, Chapitre-général de 1603.
  • 78 AOM 296, ff. 96r-100r, Chapitre-général de 1631.

24Mais à partir de la fin du xvie siècle, et durant tout le siècle suivant, l’Infirmerie est confrontée au problème d’une paupérisation importante de la société maltaise. Trop nombreux pour être tous admis et soignés dans l’hôpital, les pauvres s’agglutinent devant les portes de l’Infirmerie. À partir de 1574, les médecins et chirurgiens qui ne sont pas de garde sont donc chargés de visiter une fois par jour et de soigner gratuitement tous les malades et infirmes restés au-dehors75. L’obligation est rappelée lors des Chapitres-généraux de 159776 et de 160377. Cependant, en 1631, devant l’accroissement du nombre de pauvres et d’infirmes, soupçonnés parfois à juste titre de simuler leur mal, les Hospitaliers décident de ne réserver les soins gratuits qu’aux femmes, particulièrement à celles qui sont pauvres, malades ou enceintes. Toute femme pauvre et seule ressentant les douleurs de l’enfantement peut d’ailleurs sonner à la porte de l’Infirmerie et réclamer l’assistance d’un médecin ou d’une sage-femme78. Cette année-là, l’Ordre saisit l’opportunité d’intégrer le petit hôpital féminin de La Valette à son vaste ensemble hospitalier et de contrôler désormais les soins destinés aux femmes chrétiennes.

La prévention et la gestion du risque épidémique

  • 79 AOM 257, ff. 148v-149r, 18 novembre 1643.

25Ultime modernité, et non la moindre, la gestion sanitaire du port en cas d’épidémie passe à la fois par une prévention moderne, indissociable de la construction d’un lazaret, puis d’une gestion strictement codifiée du risque épidémique. C’est en 1643 que le grand-maître Jean-Paul de Lascaris Castellar (1636-1657) exprime le désir d’ériger sur l’île de Marsamxett, en face de La Valette, un lazaret en pierre et de dimensions imposantes, permettant aux navires d’effectuer correctement leur quarantaine79. Jusqu’alors, de simples cabanes de bois, construites à la hâte durant l’épidémie de peste de 1592-1593, puis aménagées et consolidées régulièrement durant le premier xviie siècle, faisaient office de lazaret.

  • 80 Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets. L’Europe et la peste d’Orient (xviie-xxe siècles), Aix-en- (...)

26L’intérêt de l’Hôpital pour la construction d’un lazaret moderne apparaît relativement tardif par rapport aux ports italiens : le premier d’entre eux, placé sous le patronage de saint Roch, a été édifié à la fin du xvie siècle à Livourne ; celui de Naples est bâti en 1626 et celui de Raguse largement achevé en 164280. Il peut sembler étonnant que les Hospitaliers, originaires du Levant, où la peste fait régulièrement des ravages, ne se soient guère souciés avant 1592, de doter Malte d’un lazaret, et avant 1643, d’en entreprendre une construction définitive. La raison tient à la faiblesse des échanges qui caractérise le port avant le début du xviie siècle : pendant presque tout le xvie siècle, l’histoire maltaise a été dominée par la guerre et la nécessité de se défendre. Plutôt refermée sur elle-même, l’île n’a pas connu d’importantes épidémies pesteuses, dont le déclenchement résulte fréquemment du débarquement de marchandises levantines infectées. De sorte que la date de 1643 n’est « tardive » qu’au regard des autres ports italiens, et s’insère bien en réalité dans les premiers temps de l’essor portuaire maltais.

27Le lazaret de Marsamxett est bâti de façon rationnelle, pour permettre des agrandissements ultérieurs, et se présente sous la forme de trois longs rectangles réguliers. Le bâtiment présente le long de la côte une longue muraille presque aveugle, dotée de tours de guet et d’arcanes servant à la fois de débarcadères et d’entrepôt des cargaisons. Au centre, se trouve une cour pourvue d’une fontaine d’eau douce. L’un des bâtiments comprend le logement du capitaine du lazaret, disposé de telle manière qu’il puisse toujours surveiller l’établissement placé sous son autorité. En 1662, l’établissement est pourvu de cinq barques : trois sont de garde à la proue des navires mouillés devant l’île de Marsamxett, et deux effectuent des rondes de surveillance diurnes et nocturnes autour des bâtiments, pour éviter que des marchandises ou des hommes ne puissent passer d’un navire à l’autre ou ne soient débarqués en secret. Pour renforcer la sécurité, quatre soldats supplémentaires sont assignés à la garde des tours du lazaret. Le personnel se compose également de cinq commissaires de santé, treize gardiens chargés d’enregistrer les arrivées et d’organiser le déchargement et le nettoyage des cargaisons, et de tous ceux qui dispensent les soins aux malades.

  • 81 AOM 6526, Arrivi dei bastimenti posti in quarantena (1654-1694), ff. 88r-91v, 24 mai 1662, règlemen (...)

28À leur arrivée, les navires jettent l’ancre au large de l’île de Marsamxett ; les cargaisons sont acheminées jusqu’au lazaret par des barques à bord desquelles un commissaire de santé vérifie l’état des marchandises, avant d’ordonner leur transport jusqu’au lazaret. Les denrées comestibles sont déchargées en premier ; les tissus divers (tapis, ballots de lin, laine, coton…) sont ouverts et rincés à l’eau de mer. Durant toute la quarantaine, les tissus sont ensuite lavés quotidiennement à l’eau de mer, puis étendus sur des cordes pour être séchés au vent et purifiés des germes éventuels. Les équipages passent la quarantaine à bord et sont approvisionnés en nourriture et en eau douce par les barques du lazaret. Aucun membre d’équipage ne peut approcher des magasins sanitaires et nul résident du lazaret ne peut monter à bord des navires en quarantaine. Si les signes d’une maladie se manifestent à bord, le capitaine doit informer les commissaires de santé, qui prennent en charge le transport des malades dans le lazaret. Matin et soir, les commissaires tiennent du reste le compte du nombre de malades et de morts à bord des navires comme au sein du lazaret81.

  • 82 Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets..., op. cit., p. 41-46.

29La durée de la quarantaine dépend de la patente de santé, devenue obligatoire au fil du xviie siècle, et que le capitaine présente à l’arrivée au port. Délivrées par les autorités sanitaires du dernier port quitté par le navire, et par les consuls pour les ports des Échelles ou de Barbarie, les patentes de santé sont de trois sortes : « nettes », lorsque le navire a quitté un port sain ; « soupçonnées » ou « touchées » lorsque des rumeurs d’épidémies courent dans le port et sont parvenues au consul ; « brutes » lorsque le navire a laissé un port touché par la maladie. Pour une patente nette, le lazaret de Malte impose et facture une quarantaine de 25 jours pour l’équipage, les marchandises et le navire ; pour une patente soupçonnée, la durée s’élève à 30 jours pour les hommes et le bâtiment et à 45 jours pour les cargaisons ; enfin, dans le cas d’une patente brute, la quarantaine est de 40 jours pour l’équipage et le navire, de 55 jours pour les produits82. Une fois effectuée la quarantaine, les commissaires de santé donnent au capitaine un billet de pratique, certifiant que rien, ni personne à bord n’est contaminé. Ce billet sera présenté à toutes les autorités sanitaires des autres ports chrétiens dans lesquels le navire se rend. Le sérieux de la quarantaine est tel, la réputation de la qualité des services sanitaires et hospitaliers de l’Ordre est si bonne, que les billets de pratique maltais ont valeur dans tous les ports de Méditerranée occidentale dès le xviie siècle.

  • 83 AOM 259, f. 132v, 11 octobre 1655.
  • 84 Maurice Aymard, « Épidémies et médecins en Sicile à l’époque moderne », Annales Cisalpines d’Histoi (...)
  • 85 AOM 255, f. 19v, 15 juillet 1623.
  • 86 AOM 259, f. 133r, 11 octobre 1655.

30En dépit de toutes ces précautions, le port n’est pas complètement à l’abri d’une épidémie pesteuse. À l’exemple des autres dirigeants des cités européennes, les Hospitaliers déploient alors une assistance médicale qui suit toujours la même procédure. Celle-ci débute à l’annonce de morts suspectes et après la découverte des symptômes de maladie par un barbier ou par un médecin alerté par un membre de la famille. En 1655, quand une famille entière de Bormula est emportée par un mal mystérieux en moins de huit jours, l’alerte est donnée par un barbier qui a examiné les enfants malades et a découvert sur le bras d’un des enfants un bubon au niveau de l’aisselle, symptôme par excellence de la peste83. Après le signalement des premiers cas, la prudence exige la confirmation du diagnostic par l’envoi sur place du personnel de l’Infirmerie ; nombre de fièvres et de maladies, comme les fièvres tierces et quartes ou comme le typhus, sont souvent recouvertes par le vocable « peste » sans réellement y appartenir84. En 1623, tous les médecins de l’Infirmerie se rendent à la maison d’un Maltais de La Valette, dont six membres de la famille viennent de périr de « fièvre pestifère85 ». Pareillement, en 1655, les médecins viennent observer par eux-mêmes la présence de bubons sur les corps des malades de Bormula86. L’établissement définitif du diagnostic s’accompagne généralement d’une inspection des habitations situées dans le voisinage de la maison infectée et de toutes les personnes ayant pu être en contact avec les malades.

  • 87 Fleur Beauvieux, « Épidémies, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de  (...)
  • 88 AOM 255, f. 21v.

31L’identification de la maladie permet de passer à la deuxième phase de la procédure, qui suppose un fort accroissement du contrôle des individus. C’est le moment où les ordonnances concernant la police et le contrôle de la population sont les plus élevées (surveillance accrue des circulations individuelles et collectives dans la ville, isolement des maisons touchées, premiers soins d’assistance et de prévention87). Les malades sont isolés des personnes saines : en 1623, les personnes contaminées sont emmenées sur l’île de Marsamxett, où se trouvent des cabanes en bois édifiées en 1593 et qui servent de lazaret rudimentaire. Deux médecins de l’Infirmerie sont chargés à tour de rôle de leur apporter les soins nécessaires et de les nourrir le mieux possible. Quant aux proches des malades, ils sont consignés dans leur habitation, dont les portes sont fermées à clef par les soldats de l’Ordre. Les voisins de la famille, les parents et les amis (même ceux vivant dans des quartiers plus éloignés) sont également consignés pour éviter toute propagation d’épidémie88. Le personnel de l’Infirmerie se charge du ravitaillement des personnes cloîtrées ; eau douce et nourriture sont distribuées chaque jour et transmises aux habitants par les fenêtres.

  • 89 AOM 259, f. 133r.
  • 90 Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione..., op. cit., p. 340.
  • 91 Jean-Noël. Biraben, « Conséquences économiques des mesures sanitaires contre la peste du Moyen Âge (...)

32Outre l’isolement des malades et la claustration des proches, l’Ordre prend des mesures plus générales de prévention contre la diffusion éventuelle de l’épidémie. Ces mesures s’appliquent à toute la société portuaire et appartiennent à la troisième phase de protection sanitaire. Il s’agit d’assainir les lieux contaminés : les tissus, tapis et vêtements utilisés par les malades sont rincés à l’eau de mer (au lazaret) ou détruits par le feu. De fait, en 1655, les médecins de l’Infirmerie ont découvert dans une maison suspecte des tissus de lin et des tapis, provenant d’une cargaison venue du Levant, qu’ils soupçonnent avoir été débarqués en fraude et être à l’origine de la contagion. Dès après le transport des malades au lazaret, les tissus et tapis sont tous brûlés, afin qu’ils ne puissent pas être récupérés par d’autres personnes89. Les médecins font également des fumigations sur le seuil des maisons touchées par la maladie90, pour purifier l’air qui, en vertu de la théorie aériste, est souvent considéré comme l’un des vecteurs de la maladie91.

  • 92 AOM 258, f. 130v, 25 avril 1648.
  • 93 Maurice Aymard, « Épidémies et médecins de Sicile à l’époque moderne », art. cit., p. 24.

33Un autre moyen de prévenir l’épidémie consiste en des distributions de nourriture gratuite à une population portuaire affaiblie vivant dans la misère et la promiscuité. Au xviie siècle, Hospitaliers et médecins ont bien conscience que la malnutrition favorise la transmission de la maladie et la mortalité. En 1648, quand les autorités sanitaires déplorent plus d’une cinquantaine de morts dans les quartiers pauvres de Bormula, et que les médecins n’ont pu déterminer avec certitude s’il s’agit ou non de la peste, l’Ordre prend la décision d’isoler les malades et d’organiser une distribution gratuite de pain à la population, afin de la rendre « plus résistante à la maladie92 ». Les descriptions font en effet état de symptômes (fièvre, état de stupeur des malades, yeux brillants, langue gonflée...) qui peuvent aussi bien s’appliquer à la peste qu’au typhus, maladie toujours difficile à isoler en raison de ses symptômes proches de la peste. Or le typhus se développe très souvent au sein d’une population pauvre et sous-alimentée, ayant souffert de disette, ce qui est le cas de Malte en 1648 : l’archipel subit le contrecoup de la disette catastrophique qui a affecté le royaume de Sicile l’année précédente93. Il semble que l’Ordre a eu raison cette fois là, de chercher à circonscrire l’épidémie par des distributions de nourriture.

  • 94 AOM 259, f. 136r, 29 octobre 1655.
  • 95 AOM 262, f.46r, 28 janvier 1676.
  • 96 AOM 262, f. 46r, 28 janvier 1676 (première relation au Conseil) ; AOM 262, f. 46v, 31 janvier 1676  (...)
  • 97 AOM 262, f. 55v, 28 avril 1676.
  • 98 AOM 262, f. 60r, 9 juillet 1676 (levée de l’interdit de quitter le couvent) ; AOM 262, f. 61r, 31 a (...)

34L’ultime phase de prévention de la maladie consiste en une fermeture du port aux navires. Comme toutes les autorités municipales ou étatiques, l’Ordre répugne à prendre le fameux interdit qui isole pour un temps indéterminé son fief de tout contact avec l’extérieur et qui suppose l’arrêt des échanges, l’interruption du ravitaillement, la paralysie du commerce extérieur. C’est la raison pour laquelle, en 1655, l’Ordre ne se résigne à instaurer les barrières sanitaires et à informer le vice-roi de Sicile de la présence d’un risque épidémique à Malte qu’après le recensement d’une centaine de malades94. Pire encore, durant la peste de 1675-1676, les Hospitaliers attendent trois mois entiers avant de fermer le port. Les premiers morts ont été recensés à La Valette à la fin du mois de janvier 167695 et le diagnostic est établi à la même période, mais ce n’est qu’à la fin du mois d’avril, après cinq relations des médecins de l’Infirmerie et des commissaires de la santé96, que le Conseil accepte enfin de suspendre, « à cause de la peste », toute relation entre Malte et les autres ports de Méditerranée occidentale97. Le trafic ne reprend qu’à la fin de l’épidémie, dans le courant du mois de juillet98.

  • 99 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté..., op. cit., p. 620-621.
  • 100 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside to 1798 », da (...)
  • 101 AOM 255, f. 21v ; AOM 259, f. 138v, 30 novembre 1655.

35Il est certain que la lenteur éventuelle de la procédure sanitaire facilite parfois la contagion, ou du moins ne lui fait guère obstacle. En 1676, la peste emporte près de 11 000 personnes, soit 24,4 % de la population qui, depuis 1662, s’élève à 45 000 âmes environ99. Le milieu portuaire est le plus cruellement touché par l’épidémie : on y dénombre quelque 9 000 morts sur un total de 22 000 habitants environ, soit une proportion effrayante de 40,9 % de la population100. En dépit de cet accident, le bon fonctionnement de la protection sanitaire instauré par l’Ordre à partir du xviie siècle s’observe dans le nombre relativement faible de morts et dans la progressive disparition des épidémies pesteuses tout au long du siècle. La rapidité des soins déployés, le prompt isolement des malades et des familles, l’assistance aux franges les plus misérables de la population et la fermeture préventive du port aux navires, permet presque toujours de circonscrire les épidémies. De fait, en 1623, sur les 41 personnes qui ont été en contact direct avec les premiers malades, 17 seulement sont contaminées et onze périssent. Pareillement, durant les mois de septembre à novembre 1655, sur la centaine de personnes qui contracte la peste, seule la moitié décède101.

  • 102 François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladie et épidémies au Mo (...)

36Au milieu de l’époque moderne, l’activité sanitaire et médicale de l’Ordre a donc contribué à une amélioration sensible des conditions d’existence d’une population insulaire fortement touchée, comme ailleurs en Europe, par une vague de poussées épidémiques diverses, apparues à partir des xive-xve siècles, et qui relèguent presque la peste au second plan (dysenterie, coqueluche, typhoïde, suette, variole, syphilis102). Aux soins quotidiens que les chevaliers dispensent dans les bâtiments modernes de la Sacrée Infirmerie, et que tout habitant, quels que soient sa condition sociale et son sexe, est en droit de réclamer à ses suzerains, s’ajoutent, pour les plus démunis, un encadrement charitable qui va de la simple aumône à la volonté de les aider à se réinsérer dans une conformité religieuse et sociale.

L’assistance aux « pauvres du Christ »

  • 103 Benjamin Z. Kedar, « A Twelfth-Century Description of the Jerusalem Hospital », dans Helen Nicholso (...)

37L’hospitalité recouvre l’assistance aux indigents et aux marginaux. Déjà en 1182, les statuts précisent que l’Hôpital doit recevoir et nourrir tous les enfants abandonnés103. Cette assistance charitable connaît un essor spectaculaire au temps de la Réforme catholique. La raison tient en partie au développement économique de Malte, du fait de la course et du commerce, qui attire dans le port un nombre toujours plus important de migrants pauvres venus des campagnes et d’étrangers en quête de fortune. L’arrivée massive de ces pauvres en quête d’emploi favorise dans le milieu portuaire un accroissement de la marginalité et de la délinquance.

  • 104 AOM 87, f. 36r, 27 mars 1543 ; AOM 87, f. 81r, 16 avril 1546 ; AOM 88, f. 107v, 3 février 1552 ; AO (...)
  • 105 AOM 257, ff. 205r-205v, 19 mars 1645.
  • 106 AOM 257, f. 207r, 26 mars 1645.
  • 107 AOM 261, f. 14v, 31 janvier 1665.
  • 108 BMA, Ms 1097, Dépenses principales du Trésor, 1742, non folioté.

38À peine établis en 1530, les Hospitaliers mettent en place le versement régulier d’aumônes pour le secours aux nécessiteux, que des commissaires désignés par le Conseil sont chargés de faire distribuer104. En 1645, la somme annuelle prévue par le Trésor de l’Ordre se monte à 1 070 écus105, somme si peu élevée que le Conseil de l’Ordre décide de la compléter par des distributions gratuites de pain et que le Grand Maître exige que des chapelains supplémentaires soient désignés pour aider les médecins de l’Infirmerie à dispenser des soins gratuits aux pauvres, aussi bien dans le port que dans les campagnes maltaises106. Puis en 1665, le Conseil vote le versement d’une somme extraordinaire à distribuer aux mendiants du port, toutes les fois que des religieux, en provenance de Rome ou des royaumes de Naples et de Sicile, viennent à Malte prêcher pour le Carême. Ces aumônes se montent à 200 écus pour un religieux de Sicile, 300 écus pour un prêtre de Naples, et 350 écus pour un religieux de Rome107. Au milieu du xviiie siècle, la somme allouée aux œuvres pieuses, dont fait partie l’assistance aux pauvres, s’élève désormais à 8 120 écus, ce qui nettement plus important qu’au siècle précédent108.

  • 109 AOM 89, f. 59r, 5 novembre 1554.
  • 110 AOM 290, Chapitre-général de 1574, f. 29v ; AOM 293, Chapitre-général de 1597, f. 64r.
  • 111 AOM 296, Chapitre-général de 1631, f. 98r.
  • 112 AOM 102, f. 42r, 2 avril 1606.
  • 113 AOM 256, f. 29v, 14 juillet 1625.

39Ce sont les personnes considérées comme les plus démunies (femmes, enfants, vieillards) qui jouissent du meilleur soutien. Déjà en 1554, le Conseil a décidé de prendre en charge les veuves et orphelines du port, et de les soutenir par des distributions supplémentaires d’aumônes qui leur sont réservées109. En 1574 et 1597110, les Chapitres-généraux ordonnent de réserver les soins gratuits aux femmes veuves ou enceintes. Puis en 1631, l’assistance médicale est généralisée à toutes les femmes chrétiennes pauvres111. L’Ordre porte particulièrement assistance aux veuves et filles de marins et de soldats disparus en mer ou réduits en esclavage : grandes consommatrices d’hommes jeunes et valides, les activités maritimes privent de nombreuses femmes d’un soutien masculin affectif et matériel. La solitude étant souvent à l’origine d’une précarisation de leur existence et d’une marginalité, plusieurs d’entre elles recourent à la prostitution pour assurer leur subsistance. Pour remédier à ce danger, l’Ordre prend la décision au début du xviie siècle d’offrir un soutien financier aux veuves dont l’époux est décédé au service de l’Ordre112. En 1625, s’ajoutent aux aumônes des distributions de nourriture (riz et froment) pour toutes les familles dont un homme a été tué ou fait prisonnier lors d’expéditions corsaires en Barbarie113.

  • 114 Agnès Gerhards, Dictionnaire historique des ordres religieux, article « Ordre de Saint-Jean de Jéru (...)
  • 115 Paul Cassar, « Malta’s Medical and Social Services under the Knights Hospitallers », dans Victor Ma (...)
  • 116 Giovanna Cappelletto, « Gli affidamenti a balia dei bambini abbandonati in una communità del territ (...)
  • 117 Flores Reggiani et Elisa Paradisi, « L’esposizione infantile a Milano fra Seicento e Settecento : i (...)
  • 118 AOM 290, f. 29v, Chapitre-général de 1574.
  • 119 AOM 107, f. 115v, 10 août 1622.

40Le soutien aux femmes s’étend à leur progéniture, que l’Ordre espère éduquer et former, pour la soustraire à une existence marginale. Conformément aux statuts de 1182 qui imposent d’accueillir tous les « enfants rejetés par leurs parents », les Hospitaliers prennent soin des orphelins et des enfants abandonnés114. Une ouverture, aménagée dans un mur de la Sacrée Infirmerie, permet aux femmes démunies de déposer leur enfant : en faisant pivoter l’ouverture, les mères font entrer le nourrisson dans l’une des salles de l’Infirmerie, où il est recueilli et pris en charge115. Quand ils survivent, car beaucoup meurent avant trois ans116, les garçons demeurent au sein de l’Ordre jusqu’à l’âge de sept ans, puis sont placés en apprentissage pour apprendre un métier. La Sacrée Infirmerie continue néanmoins de surveiller les jeunes garçons jusque vers 15 ans, comme cela se pratique dans l’Hôpital de Milan aux xviie et xviiie siècles117, afin de vérifier qu’ils travaillent correctement et que leur maître ne les maltraite pas. Quant aux filles, elles sont confiées, jusqu’à l’âge de trois ans, aux bons soins des religieuses de l’Ordre qui officient dans l’hôpital pour femmes, avant d’être placées dans un couvent pour y être éduquées dans l’attente de leur mariage118. Une tradition de dotation des filles pauvres existe également. À leur mort, les grands-maîtres lèguent souvent une somme à des couvents, pour aider au financement de mariages de jeunes filles pauvres ; en 1622, le grand-maître Alof de Wignacourt réserve 650 écus pour la célébration des noces de treize jeunes filles pauvres de Malte et de Gozo119.

  • 120 Je renvoie à l’intégralité du colloque Enfance abandonnée et société en Europe, xive-xxe siècles, R (...)

41Mais plus que la simple assistance charitable, l’Ordre témoigne au xviie siècle d’un désir nouveau de resocialiser les miséreux et les marginaux. De par leur nature même, les Hospitaliers ne peuvent qu’être sensibilisés aux récentes aspirations de soutien aux nécessiteux, ainsi qu’à la pensée humaniste qui, tout en valorisant le travail, se soucie des pauvres et de leur possible réinsertion dans la conformité sociale. Les débats sur les pauvres et sur la pauvreté ont en effet traversé les xvie et premier xviie siècles, touchant toute l’Europe, et surtout les pays méditerranéens acteurs de la Réforme catholique. Un vaste élan d’assistance aux pauvres, aux malades, aux enfants orphelins ou abandonnés s’exprime dans l’Espagne, l’Italie et la France de la première modernité120. À Grenade, en 1539, le Portugais Joao Ciudad (1495-1550), renonçant à une vie aventureuse, fonde un hôpital pour les pauvres, les vagabonds, les malades physiques et mentaux et les prostituées, dans le but de leur offrir des soins et une assistance quotidienne, s’acquérant une réputation de sainteté et le nom de « Jean de Dieu ». Après sa mort en 1550, ses compagnons créent l’ordre hospitalier des Frères de saint Jean de Dieu, et se font reconnaître en tant qu’ordre religieux par le pape en 1586.

  • 121 Mayeur Jean-Marie, Pietri Charles, Vauchez André, Venard Marc (dir.), Histoire du christianisme, to (...)
  • 122 Philippe Aragon, « Saint Vincent de Paul et l’abandon », dans Enfance abandonnée et société en Euro (...)

42En péninsule italienne, le Napolitain Camille de Lellis (1550-1614) se fait embaucher dans les hôpitaux de Rome pour se dévouer aux pauvres malades, notamment aux pestiférés, qu’il accompagne dans leur fin de vie. Auteur des Règles pour bien servir les malades (1584), il fonde la congrégation des Camiliens ou Serviteurs des Malades, que le pape reconnaît officiellement en 1586 et qui essaime rapidement dans toute l’Italie121. En France enfin, saint Vincent de Paul (1576-1660) fonde en 1617 la Confrérie de la Charité, créant en 1634 les Filles de la Charité qui offrent assistance aux femmes démunies et aux prostituées et se dévouent également aux malades, l’Hôpital des Enfants trouvés en 1648 qui recueille et éduque orphelins et enfants abandonnés, et enfin l’Hospice Général en 1655 destiné à accueillir les pauvres pour leur enseigner un métier qui prépare leur réinsertion dans la société dont ils étaient exclus122. La modernité de Saint Vincent de Paul, qui s’approche de celle que mettent en place les Hospitaliers à Malte au début du xviie siècle, puise son inspiration dans les nombreux débats qui ont agité la péninsule ibérique au siècle précédent.

43Penseurs, médecins et théologiens réfléchissent en effet à une charité nouvelle, non plus simplement fondée sur l’assistance et l’aumône, mais articulée autour du concept de police, qui doit être entendu dans le double sens de civisme (soumission aux lois) et de civilité (bonne éducation), et de celui de travail régénérateur, considéré comme un antidote de l’oisiveté perverse. Les publications se succèdent, depuis Juan Luis Vivès (De subventione pauperum sive de humanis necessitatibus, Bruges, 1526) jusqu’à Cristóbal Pérez de Herrera (Discurso del amparo de los legítimos pobres y reducción de los fingidos, Madrid, 1598), en passant par Juan de Robles (De la orden que en algunos pueblos de España se ha puesto en la limosna para remedio de los verdaderos pobres, Salamanque, 1545), Domingo de Soto (Deliberación en la causa de los pobres, Salamanque, 1545), Miguel Giginta (Atalaya de Caridad, Saragosse, 1587) ou Bernaldino Riberol (Alabanza de la Pobreza, Madrid, 1556).

  • 123 Ricardo Marín Ibañez, « Juan Luis Vivès (1492-1540) », Perspectives : revue trimestrielle d’éducati (...)
  • 124 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, (...)
  • 125 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 110.
  • 126 Brian Pullan, « Support and Redeem : Charity and Poor Relief in Italian Cities from the Fourteenth (...)

44Le dominicain Juan Luis Vivès (1492-1540) professeur à l’Université de Louvain en 1519, sensibilisé à un « humanisme nordique » considéré comme plus théologique, politique et social que l’humanisme italien littéraire et esthétique123, recommande dans son De subventione pauperum de trouver aux mendiants des métiers utiles et de ne plus les condamner seulement à des travaux publics trop rudes, qui ne peuvent leur donner le goût du travail. Les paresseux, les débauchés et les escrocs doivent en revanche être condamnés aux plus lourds travaux, afin de servir d’exemple aux autres124. Sur le modèle préconisé pour Ypres et les autres villes flamandes en 1524, plusieurs grandes villes telles que Nuremberg, Lyon, Genève, réorganisent leurs œuvres d’assistance. À Florence en 1574, les nouveaux statuts de l’hôpital de la Sainte-Trinité, qui prend en charge les Incurables, imposent aux médecins de vérifier que les malades sont réellement ce qu’ils prétendent être, à la fois dans un but de restriction budgétaire et dans une volonté de distinguer les « vrais » malades, qui doivent bénéficier de tous les soins, de ceux qui simulent douleurs et handicaps125, et doivent donc être secourus dans le cadre d’une « rédemption charitable126 » d’un nouveau genre.

  • 127 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié..., op. cit., p. 258-260.

45Car plus encore que Vivès, ce sont sans doute les conceptions de Pérez de Herrera qui orientent les œuvres hospitalières en Europe du sud au xviie siècle, et à Malte en particulier. Natif de Salamanque, Pérez de Herrera est d’abord protomédecin sur les galères espagnoles, avant de devenir médecin de la cour en 1592. Philippe II lui ayant ordonné de réfléchir au problème de la lutte contre la mendicité et le vagabondage en une époque, la fin du xvie siècle, où le royaume subit une forte récession économique, accompagnée d’une crise sociale et d’épidémies, Herrera propose un recensement national des pauvres du royaume. Les « pauvres malhonnêtes », c’est-à-dire tous ceux qui préfèrent demeurer oisifs plutôt que de travailler, doivent être mis en demeure dans des asiles, où un métier leur est enseigné ; en cas de refus, ils sont sévèrement punis. Quant aux pauvres réellement malades ou infirmes, ils sont placés dans des hôpitaux pour y être soignés, avant de recevoir un droit de mendier sous condition (port d’une autorisation royale ou urbaine). Herrera s’intéresse également aux enfants, qui doivent être soustraits à la misère par l’apprentissage d’un métier, afin qu’ils puissent, à l’âge adulte, être réinsérés facilement dans la société127.

  • 128 AOM 105, f. 38r, 31 janvier 1614.

46Les ordonnances magistrales prises à Malte durant le premier xviie siècle reflètent assez fidèlement l’évolution espagnole et européenne du comportement des autorités et des contemporains envers les pauvres et les marginaux. En 1614, la première ordonnance du grand-maître insiste avant tout sur une mise au travail des « pauvres malhonnêtes » qui relève plus du châtiment que d’un désir d’éducation. L’Ordre exige le recensement de tous les mendiants valides de l’île, des deux sexes et de tout âge, afin qu’ils soient immédiatement employés aux grands travaux de réfection de la route qui longe les remparts de La Valette et de curetage du Grand Fossé séparant la cité du reste de l’île128.

  • 129 AOM 257, ff. 179v-180r, 25 septembre 1644.

47Trente ans plus tard, en 1644, une nouvelle ordonnance témoigne d’un changement radical des ambitions de l’Ordre et d’une attitude différente envers les pauvres : l’ordonnance introduit une distinction nouvelle entre mendiants « honnêtes » (invalides ou trop âgés pour travailler) et « malhonnêtes » (valides). Les mendiants honnêtes reçoivent une bulle magistrale les autorisant à mendier dans le port ; ils doivent porter en permanence cette bulle autour du cou. Des contrôles de police sont régulièrement menés et toute personne mendiant sans bulle est condamnée au bâton. À cette institutionnalisation de la mendicité, qui accompagne l’émergence nouvelle d’une tolérance, voire d’une acceptation de la pauvreté, s’ajoute le souci de resocialiser les pauvres valides. Ceux-ci sont mis au travail, mais pas seulement assignés à des grands travaux d’utilité publique : l’Ordre décide de privilégier la mise en apprentissage individuelle. Les pauvres sont contraints de suivre une formation professionnelle destinée à leur apprendre un métier pouvant assurer leur subsistance dans un proche avenir. En cas de refus de travailler, ils sont condamnés très sévèrement au bâton, aux galères ou au bannissement définitif. En ce qui concerne les pauvres malades, ils sont d’abord soignés par l’Ordre, avant d’être placés en apprentissage129.

  • 130 AOM 259, ff. 71v-72v, 28 juin 1653.

48Une dernière ordonnance, publiée en 1653, reprend presque intégralement le programme de Herrera concernant les enfants de mendiants. Le grand-maître exige le recensement de tous les enfants âgés de sept à huit ans, qui sont enlevés à leurs parents et mis en service ou en apprentissage, afin d’être soustraits au danger de la pauvreté et de la marginalité. Les filles sont placées comme domestiques dans des maisons de réputation honnête ; les familles qui se sont engagées à les accueillir doivent les garder à leur service plusieurs années durant, avant de leur verser une somme qui constitue à la fois leur salaire pour ces années de labeur et leur dot en perspective d’un mariage. Quant aux garçons, ils sont mis en apprentissage auprès d’artisans du port. Si aucun artisan n’accepte de les prendre en charge, ils sont employés à divers travaux au service de l’Ordre, pour gagner leur vie. Un contrôle soigneux de ces enfants est mené régulièrement par des commissaires qui, une fois par mois, visitent les enfants pour contrôler leur travail et les traitements qu’ils reçoivent de leurs employeurs130.

  • 131 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes…, op. cit., p. 30-31.
  • 132 ASV, SS Malta 5, f. 120r, 3 septembre 1596.

49Enfin, en ce qui concerne les femmes déviantes, mères ou non de ces enfants pris en charge, l’Hôpital a eu à cœur de fonder, avec l’assistance du Saint-Office romain, un couvent des Repenties groupant les anciennes prostituées du port. Inspiré de la communauté des Filles-Repenties fondée en France en 1469131, le couvent de Malte est créé par le grand-maître en 1595 et placé dans la dépendance directe de l’Ordre, adoptant la règle des sœurs hospitalières. En 1596, une lettre de l’Inquisiteur au pape informe que le monastère est en construction et que sa règle prévoit que toutes les prostituées doivent contribuer aux besoins du couvent : à leur décès, une part de leurs biens est donnée au couvent, tandis que celles qui sont en activité doivent verser chaque mois une somme destinée à l’entretien du couvent et à la vie quotidienne des religieuses. Devenues trop âgées pour exercer, les prostituées qui ont contribué au financement du couvent voient alors leur avenir assuré : elles peuvent prendre le voile et vivre au couvent jusqu’à leur trépas132.

  • 133 AIM, Corr. 2, f. 263r, 29 décembre 1612.
  • 134 AIM, Corr. 3, f. 111r, 8 avril 1615.
  • 135 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié…, op. cit., p. 260.

50En 1602, le pape reconnaît par bulle l’existence officielle du Couvent des Repenties, dépendant de l’Ordre de Malte133. Puis en 1615, le Saint-Office de Rome fixe de manière définitive la « cotisation » imposée aux prostituées. Désormais, si elles ont rédigé un testament, un cinquième de leurs biens est versé au couvent ; dans le cas où elles sont décédées sans testament, la totalité de leurs biens revient au couvent des Repenties134. Cependant, en 1609, peut-être en raison de l’immixtion du Saint-Office dans la gestion du nouveau monastère, les Hospitaliers détachent le couvent de leur ordre, le plaçant sous l’autorité des moniales franciscaines, auprès du couvent de Sainte Marie-Madeleine de Malte. Fondé par l’Ordre, le couvent des Repenties relève donc très rapidement du clergé insulaire et de Rome, par l’intermédiaire de l’Inquisiteur de Malte. L’évolution sensible de toutes ces ordonnances témoigne du basculement progressif de la simple hospitalité médiévale aux tentatives modernes de réinsertion sociale des pauvres135.

Notes

1 Alain Demurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 107-116.

2 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 27.

3 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., notamment chapitre III.

4 AOM 310, ff. 41v-42r, 2 mai 1612.

5 AOM 310, f. 105v, 2 mai 1612.

6 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.

7 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 290-291. C’est la présence d’apothicaireries qui distingue véritablement l’hospice de l’hôpital.

8 AOM 310, ff. 74r-74v, 2 mai 1612.

9 AOM 310, f. 134r, 2 mai 1612.

10 AOM 310, ff. 90v-91r, 2 mai 1612.

11 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 33.

12 AOM 108, f. 226r, 23 janvier 1627.

13 AOM 104, f. 44r, 4 novembre 1611.

14 Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione..., III, p. 118.

15 AOM 85, f. 117r, 3 juillet 1533.

16 AOM 286, f. 88v, Chapitre-Général de 1539.

17 Charles Savona-Ventura, Knight Hospitaller Medicine in Malta (1530-1798), Publishers Enterprises Group Ltd, Malte, 2004, p. 87.

18 Peste ou typhus, il est difficile de trancher, faute d’archives fiables.

19 AOM 738, Libro dei contratti del tesoro, f. 45r, 6 octobre 1650.

20 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 98-99.

21 AOM 291, ff. 46r-46v, Chapitre-général de 1583.

22 AOM 99, f. 74r, 28 mars 1596.

23 AOM 109, ff. 195v-197r, 1er juin 1629.

24 AOM 121, f. 158v, 31 décembre 1660 ; AOM 121, f. 164r, 4 février 1661.

25 Paul Cassar, Medical History of Malta, op. cit., p. 46-47 ; Edgar Erskine Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers of Saint John of Jerusalem, The John Hopkins Press, Baltimore, 1940, p. 94.

26 Michael Ellul, « The Holy Infirmery. The Hospitaller Vocation of the Knights of St John », dans Melitensium Amor. Festscrift in honour of Dun Gwann Azzopardi, Malte, 2002, p. 149-162.

27 Prosper Jardin, Les chevaliers de Malte, Paris, Perrin, 2002, p. 193.

28 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.

29 Jean Des Cilleuls, « L’apothicairerie du Grand Hôpital des chevaliers de Malte », Revue d’Histoire de la pharmacie, 46e année, n° 156, 1958, p. 216.

30 AOM 109, f. 196r, 1er juin 1629.

31 ADBR, 56 H 83, Institution de l’Ordre de Malte, manuscrit anonyme, xviiie siècle, non folioté.

32 Léon Le Grand, « La prière des malades dans les hôpitaux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem », Bibliothèque de l’École des Chartes, 1896, tome 57, p. 329.

33 Vertot, Tome 6, p. 45.

34 AOM 288, ff. 29r-29v, Chapitre-général de 1555.

35 AOM 292, ff. 63r-64r, Chapitre-général de 1588.

36 Charles Savona-Ventura, Knight Hospitaller Medicine in Malta..., op. cit., p. 97.

37 Susan Edgington, « Medical Care in the Hospital of St John in Jerusalem », dans H. Nicholson (dir.), The Military Orders. Welfare and Warfare, op. cit., p. 29.

38 Vertot, Tome 6, p. 46.

39 Christopher Toll, « Arabic Medicine and Hospitals in the Middle Ages : a Probable Model for the Military Orders’ Care of the Sick », dans Helen Nicholson (dir.), The Military Orders. Welfare and Warfare, Ashgate, Northampton, 1998, p. 35-41 ; A. Luttrell, « The Hospitallers’ Medical Tradition : 1291-1530 », dans Malcolm Barber (dir.), The Military Orders. Fighting for the Faith and Caring for the Sick, Cambridge, Variorum Reprints, 1994, p. 65 et p. 72.

40 AOM 293, ff. 63r-65v, Chapitre-général de 1597 ; Luigi de Rosa, « The “protomedicato” in southern Italy, XVI-XIX centuries », Annales Cisalpines d’Histoire Sociale, Série 1, n° 4, 1973, p. 103.

41 AOM 293, f. 64r, Chapitre-général de 1597.

42 Edgar Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 147.

43 AOM 291, f. 45r, Chapitre-général de 1583.

44 AOM 297, ff. 163r-163v, Chapitre-général de 1548.

45 AOM 299, ff. 12r-12v, Chapitre-général de 1555.

46 Vertot, Tome 6, p. 50.

47 AOM 95, f. 96r, 9 août 1578.

48 NAM, Banca Giuratale, Magna Curia Castellania, Registro Revelationis Mancipiorum, Vol. unico 133 (1588-1617), f. 34v, 14 décembre 1588.

49 Bartolomeo Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione di San Giovanni Gerosolimitano detta di Malta, 2 volumes, Vérone, ed. Giovanni Berno, 1713, tome I, p. 338-340.

50 ACM, Archiva Parœcialia La Valette, Porto Salvo, Liber Matrimoniorum I, f. 75v, 7 juin 1615.

51 AOM 1185, f. 121r, 8 mai 1657.

52 AOM 1185, f. 98r, 15 janvier 1656.

53 AOM 1185, f. 281r, 3 juin 1667.

54 AOM 262, f. 65r, 19 décembre 1676.

55 Paul Cassar, Medical History of Malta..., op. cit., p. 437.

56 Christelle Rabier, « La disparition du barbier chirurgien. Analyse d’une mutation professionnelle au xviiie siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2010/3, 65e année, p. 682.

57 Charles Savona-Ventura, Outlines of Maltese Medical History, Malte, Midsea Books Ltd, 1997, p. 102.

58 Paul Cassar, op. cit., p 438.

59 Edgar Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 151.

60 Paul Cassar, op. cit., p. 441-442.

61 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 33.

62 Paul Cassar, Medical Malta History, op. cit., p. 69.

63 AOM 109, f. 195v, 1er juin 1629.

64 Paul Cassar, op. cit., p. 70.

65 AOM 95, f. 96r, 9 août 1578.

66 Statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 31 ; AOM 109, f. 195v, 1er juin 1629.

67 AOM 290, f. 29r, Chapitre-général de 1574.

68 Daniel Le Blévec, La part du pauvre. L’assistance dans les pays du Bas-Rhône du xiie au milieu du xve siècle, Rome, Collection de l’École française de Rome, 265, 2000, Vol. 1, p. 90.

69 AOM 296, ff. 96r-100r, Chapitre Général de 1631.

70 Egard Hume, Medical Work of the Knights Hospitallers..., op. cit., p. 144.

71 Prosper Jardin, Les chevaliers de Malte..., op. cit., p. 196.

72 BMA, Ms 1094, Relatione dell’isola di Malta, non folioté.

73 Bosio, III, p. 415 ; Boissat, II, p. 760.

74 John Gash, « Painting and Sculpture in Early Modern Malta », dans Victor Mallia Milanes (dir.), Hospitaller Malta, op. cit., p. 557.

75 AOM 290, ff. 29r-29v, Chapitre-général de 1574.

76 AOM 293, ff. 63r-65v, Chapitre-général de 1597.

77 AOM 294, ff. 79v-82v, Chapitre-général de 1603.

78 AOM 296, ff. 96r-100r, Chapitre-général de 1631.

79 AOM 257, ff. 148v-149r, 18 novembre 1643.

80 Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets. L’Europe et la peste d’Orient (xviie-xxe siècles), Aix-en-Provence, Edisud, 1986, p. 34.

81 AOM 6526, Arrivi dei bastimenti posti in quarantena (1654-1694), ff. 88r-91v, 24 mai 1662, règlement du lazaret.

82 Daniel Panzac, Quarantaines et lazarets..., op. cit., p. 41-46.

83 AOM 259, f. 132v, 11 octobre 1655.

84 Maurice Aymard, « Épidémies et médecins en Sicile à l’époque moderne », Annales Cisalpines d’Histoire Sociale, série 1, n° 4, 1973, p. 20-22 ; Carlo Cipolla, Contro un nemico invisibile. Epidemie e strutture sanitarie nell’Italia del Rinascimento, Bologne, Società Editrice Il Mulino, 2007.

85 AOM 255, f. 19v, 15 juillet 1623.

86 AOM 259, f. 133r, 11 octobre 1655.

87 Fleur Beauvieux, « Épidémies, pouvoir municipal et transformation de l’espace urbain : la peste de 1720-1722 à Marseille », Rives méditerranéennes, 2012/2, n° 42, p. 33-34.

88 AOM 255, f. 21v.

89 AOM 259, f. 133r.

90 Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione..., op. cit., p. 340.

91 Jean-Noël. Biraben, « Conséquences économiques des mesures sanitaires contre la peste du Moyen Âge au xviiie siècle », Annales Cisalpines d’Histoire Sociale, série 1, n° 4, 1973, p. 49.

92 AOM 258, f. 130v, 25 avril 1648.

93 Maurice Aymard, « Épidémies et médecins de Sicile à l’époque moderne », art. cit., p. 24.

94 AOM 259, f. 136r, 29 octobre 1655.

95 AOM 262, f.46r, 28 janvier 1676.

96 AOM 262, f. 46r, 28 janvier 1676 (première relation au Conseil) ; AOM 262, f. 46v, 31 janvier 1676 ; AOM 262, f. 47r, 3 février 1676 ; AOM 262, f. 48r, 4 février 1676 ; AOM 262, f. 49r-51r, 2 mars 1676.

97 AOM 262, f. 55v, 28 avril 1676.

98 AOM 262, f. 60r, 9 juillet 1676 (levée de l’interdit de quitter le couvent) ; AOM 262, f. 61r, 31 août 1676 (retour de l’escadre des galères de Calabre).

99 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté..., op. cit., p. 620-621.

100 Stanley Fiorini, « Demographic growth and the Urbanization of the Maltese Countryside to 1798 », dans Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta (1530-1798). Studies on Early Modern Malta and the Order of St John of Jerusalem, Malte, Mireva Publications, 1993, p. 305.

101 AOM 255, f. 21v ; AOM 259, f. 138v, 30 novembre 1655.

102 François-Olivier Touati, « Un mal qui répand la terreur ? Espace urbain, maladie et épidémies au Moyen Âge », Histoire urbaine, 2000/2, n° 2, p. 27.

103 Benjamin Z. Kedar, « A Twelfth-Century Description of the Jerusalem Hospital », dans Helen Nicholson (dir.), The Military Orders. Welfare and Warfare, Northampton, Ashgate, 1998, p. 6.

104 AOM 87, f. 36r, 27 mars 1543 ; AOM 87, f. 81r, 16 avril 1546 ; AOM 88, f. 107v, 3 février 1552 ; AOM 89, f. 59r, 23 décembre 1555.

105 AOM 257, ff. 205r-205v, 19 mars 1645.

106 AOM 257, f. 207r, 26 mars 1645.

107 AOM 261, f. 14v, 31 janvier 1665.

108 BMA, Ms 1097, Dépenses principales du Trésor, 1742, non folioté.

109 AOM 89, f. 59r, 5 novembre 1554.

110 AOM 290, Chapitre-général de 1574, f. 29v ; AOM 293, Chapitre-général de 1597, f. 64r.

111 AOM 296, Chapitre-général de 1631, f. 98r.

112 AOM 102, f. 42r, 2 avril 1606.

113 AOM 256, f. 29v, 14 juillet 1625.

114 Agnès Gerhards, Dictionnaire historique des ordres religieux, article « Ordre de Saint-Jean de Jérusalem », Paris, Fayard, 1998, p. 309.

115 Paul Cassar, « Malta’s Medical and Social Services under the Knights Hospitallers », dans Victor Mallia-Milanes (dir.), Hospitaller Malta (1530-1798), op. cit., p. 480-481.

116 Giovanna Cappelletto, « Gli affidamenti a balia dei bambini abbandonati in una communità del territorio veronese nel Settecento », dans Enfance abandonnée et société en Europe, xive-xxe siècles, Actes du colloque international de Rome (30-31 janvier 1987), Rome, Publications de l’École française de Rome, 140, 1991, p. 332.

117 Flores Reggiani et Elisa Paradisi, « L’esposizione infantile a Milano fra Seicento e Settecento : il ruolo dell’istituzione », dans Enfance abandonnée et société en Europe, xive-xxe siècles, op. cit., p. 940.

118 AOM 290, f. 29v, Chapitre-général de 1574.

119 AOM 107, f. 115v, 10 août 1622.

120 Je renvoie à l’intégralité du colloque Enfance abandonnée et société en Europe, xive-xxe siècles, Rome, Collections de l’École française de Rome, 140, 1991.

121 Mayeur Jean-Marie, Pietri Charles, Vauchez André, Venard Marc (dir.), Histoire du christianisme, tome 8 : Le temps des confessions (1530-1620), Paris, Desclée, 1992, p. 1023-1024.

122 Philippe Aragon, « Saint Vincent de Paul et l’abandon », dans Enfance abandonnée et société en Europe, xive-xxe siècles, op. cit., p. 151-165 ; Matthieu Brejon de Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité, Paris, Fayard, 2011.

123 Ricardo Marín Ibañez, « Juan Luis Vivès (1492-1540) », Perspectives : revue trimestrielle d’éducation comparée, vol. XXIV, n° 3/4, 1994 (91/92), p. 775-792.

124 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours, Paris, Bibliothèque des Histoires, NRF Gallimard, 1986, p. 240-241.

125 John Henderson, The Renaissance Hospital…, op. cit., p. 110.

126 Brian Pullan, « Support and Redeem : Charity and Poor Relief in Italian Cities from the Fourteenth to the Seventeenth Century », dans J. Henderson (ed.), Charity and the Poor in Medieval and Renaissance Europe, Continuity and Change, Londres, 1988, p. 177-208.

127 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié..., op. cit., p. 258-260.

128 AOM 105, f. 38r, 31 janvier 1614.

129 AOM 257, ff. 179v-180r, 25 septembre 1644.

130 AOM 259, ff. 71v-72v, 28 juin 1653.

131 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes…, op. cit., p. 30-31.

132 ASV, SS Malta 5, f. 120r, 3 septembre 1596.

133 AIM, Corr. 2, f. 263r, 29 décembre 1612.

134 AIM, Corr. 3, f. 111r, 8 avril 1615.

135 Bronislaw Geremek, La potence ou la pitié…, op. cit., p. 260.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search