Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Crise et renouveau. Le temps des Réformes religieuses

Le couvent, résonance des troubles européens

Texte intégral

  • 1 Jean-Marie Le Gall, « Réformer l’Église catholique aux xve-xviie siècles : restaurer, rénover, inno (...)
  • 2 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes. France (1480-1560), Paris, Époques Champ Vall (...)

1La première modernité correspond à un temps de crise et de rénovation religieuses visant à revenir à un état originel du christianisme1. On sait aujourd’hui que les sarcasmes formulés par les humanistes, en premier lieu Érasme dans son Éloge de la Folie paru en 1511, ne correspondent pas complètement à la réalité : en plusieurs territoires européens, on n’observe pas plus de manquements aux règles et aux vœux monastiques au début du xvie siècle qu’au début du xive siècle2. Les abus ne sont plus la cause même de l’aspiration à la réforme religieuse, mais en sont une conséquence, en devenant la cible privilégiée d’un idéal de reformatio qui aspire à transformer en profondeur les comportements religieux. C’est l’idéal de réforme, ancien et profond, qui cible désormais des pratiques définies comme abusives et qui exprime le souhait de les éradiquer.

  • 3 Paolo Prodi, « La crise religieuse au xvie siècle. Réforme catholique et Contre-Réforme », dans Pao (...)
  • 4 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes…, op. cit., p. 20-26 et p. 82-85.

2Si les manquements sont une réalité incontestable, ils apparaissent, notamment en France, généralement liés à une conjoncture matérielle défavorable aux ordres monastiques à partir du xve siècle : le rendement du patrimoine foncier de plusieurs ordres s’est en effet trouvé affecté par une époque de guerre et de crise. La situation ne s’améliore pas avant les années 1480, mais la vie des moines, modifiée par les impératifs économiques antérieurs, a évolué à cette époque vers une forme de sécularisation : la vie communautaire s’atrophie, les communautés se réduisent en nombre, dortoirs et réfectoires sont moins fréquentés. Quand le bas clergé, surtout des campagnes, se trouve réduit à la misère, des fortunes apparaissent concentrées entre quelques mains (concession de l’épiscopat à des laïcs qui ne reçoivent pas forcément les ordres sacrés, une seule et même personne recevant plusieurs évêchés et bénéfices, ce qui limite son action à l’accumulation des rentes et l’empêche de remplir les offices qui y sont inhérents…). Les riches abbayes sont données en commende à des personnes étrangères à la vie monastique, et qui les considèrent seulement du point de vue des rentes annuelles qu’elles peuvent en tirer3. Dans une telle situation, les appels à la réforme se font plus insistants, et les moines en deviennent les acteurs importants, incriminant les séculiers et les laïcs, considérés comme les principaux bénéficiaires d’un contexte économique délicat, réclamant par conséquent le retour à une vie meilleure, qui ne peut que passer par une rénovation religieuse4. De sorte qu’à la veille de la Réforme protestante, la vie monastique semble plus marquée par un élan réformateur que par l’assoupissement dans les « abus » tant décriés par les humanistes.

3En tant que moines, bien que vivant dans le siècle, les Hospitaliers n’échappent ni aux idéaux de réforme, ni à l’angoisse du salut qui taraude les réformateurs. Leur réintégration brutale à une histoire européenne, dont ils étaient géographiquement éloignés du temps de Rhodes, les rapproche de préoccupations religieuses auxquelles ils ne sont pas insensibles, mais qui ne peuvent que heurter leurs habitudes de comportement, propres aux soldats et aux nobles. Car en ce début du xvie siècle où la guerre contre l’Islam reprend toute son acuité, où leur rôle de milice chrétienne semble plus crucial que jamais et l’installation à Malte occupent l’essentiel de leur temps et de leurs finances, les frères vivent plutôt comme des guerriers que comme des moines. Si en Europe, le contexte économique a modifié les comportements monastiques du xve siècle, pour l’Hôpital, c’est bien le contexte militaire méditerranéen de la fin du xve et du début du xvie siècle, qui joue un rôle dans la transformation des attitudes des religieux. Partagés entre leur nature de moine et celle de soldat, toutes deux revalorisées à cette époque, leurs attitudes oscillent entre inobservance de la règle et adhésion sans réserve à la Réforme catholique.

Un respect inconstant de la règle

  • 5 AOM 85, 86, 87, 88 et 89, passim.
  • 6 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 12.
  • 7 Robert Muchembled, Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008, p. 310-331 ; Michel Nassiet, La (...)
  • 8 On ne dénombre plus que dix condamnations de novices pour violences, sur un total de 57 condamnatio (...)

4Si chaque état est concerné par l’irrespect de la règle, les chevaliers sont incontestablement les plus nombreux. La raison tient à leur condition noble, qui leur confère l’assurance nécessaire à la contestation de règles qu’ils jugent souvent contraires à leurs habitudes et à leur train de vie. Ils sont donc les auteurs de 89 % des infractions commises entre 1530 et 1560, contre 8,8 % pour les servants d’armes et 1,8 % pour les chapelains5. Entre 1590 et 1620, les chevaliers restent majoritaires avec 67,4 % des délits, contre 11,4 % pour les servants d’armes et 7 % pour les chapelains. À cette époque, les novices – l’Ordre impose une année de noviciat à partir du magistère de Loubens de Verdalle (1582-1595)6 – représentent 14,2 % des délits. Futurs chevaliers dans la grande majorité des cas (les futurs servants d’armes sont plus rares), ils sont condamnés pour des actes d’insubordination ou de violences : rien que pour les années 1600-1620, ils représentent plus du tiers des violences punies par le Conseil de l’Ordre (36,5 %). Mais avec le temps, et sous l’influence d’ordonnances qui établissent un encadrement plus strict des jeunes hommes, les novices s’assagissent ; et dans un contexte favorable à une diminution sensible de la violence masculine à Malte comme ailleurs en Europe7, ils ne représentent plus vers 1640 que 17,5 % des condamnations8.

5La progressive diminution de la part des chevaliers dans les manquements commis entre la fin du xvie et le milieu du xviie siècle ne résulte pas seulement d’un apaisement des tensions au sein du couvent. Elle s’explique en grande partie par une indulgence criante à l’égard des nobles : non seulement les chevaliers sont punis moins sévèrement que les autres, mais en cas de châtiment extrême (condamnation à la perte de l’habit), ils sont plus aisément et rapidement pardonnés dans les mois ou les années qui suivent la sentence (restitution courante de l’habit). Une autre raison permet d’expliquer la baisse des condamnations de chevaliers à partir de la fin du xvie siècle : c’est leur indépendance de plus en évidente vis-à-vis de la vie conventuelle. L’habitude progressivement généralisée de résider dans des hôtels particuliers construits à La Valette, de ne plus dormir en dortoir et de ne pas manger chaque jour au réfectoire des Auberges, leur assure non seulement une nouvelle liberté de mouvement et de comportement, mais les soustrait à la surveillance qui s’imposait jusqu’alors à eux. Dès lors, il est vraisemblable de penser que nombre d’infractions à la règle commises par les chevaliers à partir du xviie siècle (particulièrement les fautes de mœurs, comme le concubinage) n’ont jamais été ni relevées, ni sanctionnées, et peuvent dans une certaine mesure fausser les statistiques.

Les différents manquements à la règle

6Au sein du couvent, les entorses à la règle sont nombreuses et variées entre 1530 et 1650, atteignant un total de 4 196 infractions. Le nombre total est en réalité plus élevé, mais les transgressions qui se sont déroulées hors de Malte, par des religieux placés à la tête de commanderies européennes, ne concernent pas la vie conventuelle proprement dite. Ces religieux sont physiquement absents et, bien que leur indiscipline soit examinée, jugée et punie par le Conseil de l’Ordre à Malte même, ils commettent des infractions dans un contexte très différent de celui, clos et insulaire, du couvent. En revanche, ont été considérées comme des infractions commises au sein du couvent celles qui ont eu lieu au cours de caravanes maritimes ou d’expéditions corsaires, car les religieux qui s’en sont rendus coupables résidaient physiquement dans l’île de Malte avant de prendre la mer et ne l’ont quittée que pour un délai court (le temps d’un voyage), avant d’y revenir.

  • 9 AOM 86, f. 43v, 11 août 1536.
  • 10 AOM 88, f. 62r, 28 mars 1550.
  • 11 Anne Brogini et Maria Ghazali, « Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de (...)
  • 12 Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers…, op. cit., tome VI, p. 219.

7En ce qui concerne le préside de Tripoli, second fief des Hospitaliers entre 1530 et 1551, les infractions qui s’y sont commises n’ont pas été comptabilisées non plus. D’une part, elles sont exceptionnelles : deux en vingt ans, l’une en 1536 (un chevalier refuse de gagner Tripoli pour « motifs frivoles », c’est-à-dire injustifiés9) et l’autre en 1550 (un chevalier agresse sexuellement une femme musulmane mariée10). Sans doute le contexte militaire empêche-t-il le gouverneur de Tripoli de réellement se soucier du fonctionnement interne du fort ; de même, les autorités de Malte ont pu se montrer plus tolérantes envers les éventuels excès commis à Tripoli, afin de ne pas détourner les Hospitaliers de leurs actions guerrières. D’autre part, bien qu’en 1548 l’Ordre ait sérieusement envisagé un transfert entier et définitif de son couvent à Tripoli11, c’est à Malte que sont groupés les organes politiques décisionnels (le grand-maître, le Conseil, les Chapitres-généraux, la Chancellerie) et que sont situés les établissements qui fondent véritablement l’identité de l’Hôpital (l’église conventuelle dédiée à saint Jean-Baptiste et la Sacrée Infirmerie). Comme le définissent les statuts à partir de Claude de la Sengle (1553-1557), « le couvent est le lieu où sont le Maître ou son Lieutenant, l’église, l’Infirmerie et les Auberges ou les Langues12 ». Au regard d’une telle définition, Tripoli entre 1530 et 1551 doit être considéré simplement comme un prolongement stratégique et militaire du couvent, qui est pour sa part établi uniquement à Malte.

Tableau 13 : Nombre d’irrespects à la règle commis par les frères (1530-1650)

Tableau 13 : Nombre d’irrespects à la règle commis par les frères (1530-1650)

Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116

Graphiques 8 : L’évolution des infractions commises entre 1530 et 1650

Graphiques 8 : L’évolution des infractions commises entre 1530 et 1650

8Gobalement, la courbe des infractions connaît une forte augmentation entre 1530 et 1650, et se caractérise par un pic remarquable entre 1570 et 1620. La montée est d’abord progressive, les délits passant de 90 dans la décennie 1530-1540 à 315 pour les années 1560-1570 ; une deuxième phase correspond à une véritable explosion du nombre de délits entre 1570 et 1620 ; enfin, de 1620-1650, s’observe une stabilisation progressive des entorses à la règle autour de 300 par décennie, soit un niveau qui rejoint celui des années 1550-1570. Ces phases coïncident avec les trois grands moments que traverse le couvent de l’Hôpital aux xvie et xviie siècles : des querelles religieuses indissociables de la Réforme protestante jusque vers 1560 ; un temps d’explosion des violences à partir de 1570, puis de diminution progressive ; et enfin, une stabilisation des délits au milieu du xviie siècle à un niveau plus faible qu’au siècle précédent, mais caractérisé par un nombre croissant d’affaires de mœurs.

Tableau 14 Les catégories d’entorses à la règle (1530-1650)

Tableau 14 Les catégories d’entorses à la règle (1530-1650)

Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116

Tableau 15 Les différents manquements à la règle (1530-1650)

Tableau 15 Les différents manquements à la règle (1530-1650)

Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116

Les transgressions se partagent en quatre catégories

Les déviances religieuses

9Elles caractérisent presque exclusivement les années 1530-1550. Sur un total de 21 sentences, 15 privations de l’habit se font pour hérésie entre 1530 et 1550, soit une proportion de 71,4 % des ruptures religieuses. La question protestante étant résolue dans l’Ordre durant le second xvie siècle, après la suppression de la Langue d’Angleterre en 1540, avec la condamnation pour hérésie de quelques frères français dans les années 1550, puis l’établissement d’un tribunal du Saint-Office romain dans l’île en 1574, les condamnations suivantes ne sont plus que le fait exceptionnel d’apostasies de la part d’Hospitaliers capturés en course et détenus en captivité en terre d’Islam.

Les violences verbales et physiques

  • 13 Soient 820 rixes et agressions meurtrières sur 1 814 (AOM 85 à 116, passim).
  • 14 AOM 98, f. 15r, 27 janvier 1590.
  • 15 AOM 92, f. 125r, 12 février 1569.

10Ces dernières représentent 43,3 % des délits sur toute la période. Les rixes, suivies de blessures, voire du décès de l’un des religieux, ainsi que les agressions brutales et les meurtres représentent près de la moitié des infractions13. Distingués des rixes par les archives et les sentences, les duels se définissent par une provocation publique, suivie de la fixation d’un rendez-vous en un lieu défini où les adversaires s’affrontent à l’épée et devant témoins. Totalisant 10 % des infractions à la règle, ils sont toujours plus sévèrement sanctionnés que toute autre forme de conflit. Viennent enfin les violences verbales telles que mensonges, injures et provocations insolentes (15 % des condamnations), qui sont bien souvent le prélude à l’agression physique. Les altercations se produisent en tous lieux, dans les rues de La Valette ou des autres cités portuaires, dans les résidences de laïcs ou de religieux, dans les églises, au Palais magistral, voire au Conseil en présence même du Grand Maître. En 1590, deux chevaliers italiens s’insultent et tirent l’épée durant le Conseil de l’Ordre, devant leurs frères et supérieurs14. La promiscuité contrainte exacerbe souvent les comportements excessifs : les Auberges, qui rassemblent les religieux pour les repas, les forteresses ou les prisons constituent des cadres propices aux provocations et aux éclats. En 1569, une rixe entre quatre chevaliers éclate dans l’Auberge d’Aragon, durant laquelle les hommes se battent d’abord à mains nues, avant de tirer l’épée15.

  • 16 AOM 94, f. 32v, 25 octobre 1574.
  • 17 AOM 95, f. 249v, 22 avril 1581.
  • 18 AOM 96, f. 200v, 12 septembre 1584.
  • 19 AOM 96, f. 98v, 28 février 1583.
  • 20 AOM 95, f. 249v, 22 avril 1581.
  • 21 AOM 95, f. 267v, 24 juillet 1581.

11Les Espagnols se montrent souvent les plus prompts à chercher querelle, mais les autres nations s’illustrent aussi dans la violence : en 1573, trois chevaliers de l’Auberge d’Auvergne s’en prennent à leur supérieur hiérarchique, le Pilier16 ; en 1581, deux chevaliers italiens attablés se disputent avant de se battre à mains nues, puis en armes17 ; en 1584, deux chevaliers de la Langue de France s’affrontent dans leur Auberge et font couler le sang18. Des scènes du même genre se produisent dans les forteresses portuaires de Saint-Elme, Saint-Ange et Saint-Michel : en 1583, un chevalier italien chargé de la garde de Saint-Elme frappe l’un de ses frères avec fureur, avant de s’en prendre au gardien de prison après son arrestation et sa mise en détention dans l’une des cellules du fort19. Les attaques sont souvent caractérisées par une férocité saisissante : en 1581, un chevalier espagnol arrache d’un coup de dent la moitié de l’oreille de son adversaire20, cependant qu’un chevalier italien brise d’un unique coup de poing plusieurs dents de la mâchoire supérieure de son adversaire21.

  • 22 AOM 2237, ff. 289v-290v, 27 mai 1558.
  • 23 AOM 88, f. 113r, 28 mars 1552.
  • 24 AOM 99, f. 136r, 21 février 1597.
  • 25 AOM 102, f. 126r, 19 août 1608.
  • 26 AOM 87, f. 38r, 10 juin 1544.
  • 27 ASV, SS Malta 5, f. 147r, 1er mai 1597.

12Les chevaliers brutalisent également les individus qui leur sont socialement inférieurs, comme les laïcs, le personnel du couvent (serviteurs, esclaves), et même des représentants du clergé insulaire. Les violences contre les inférieurs représentent près du tiers des délits (29,3 %) et leurs causes varient selon le contexte, le sexe et le statut des individus. Envers les femmes qu’ils côtoient dans les rues avoisinant leur couvent, les Hospitaliers oscillent entre plusieurs sentiments (protection, désir charnel, mépris, dégoût) qui peuvent tous conduire à des comportements délictueux. En 1558, c’est par souci de porter secours à une jeune fille battue, que deux jeunes chevaliers de la Langue de France s’en prennent physiquement à son père, le saisissant au collet et lui administrant au visage de violents coups avec le plat de l’épée22. Le désir inassouvi est cependant la cause du plus grand nombre de violences envers les femmes : en 1552, des chevaliers agressent sexuellement plusieurs femmes du port pendant la nuit23 ; en 1597, un chevalier bat une femme qui se refuse à lui24 ; en 1608, deux servants d’armes de la Langue de France pénètrent sans autorisation dans la maison d’un laïc pour y violer sa fille25. La condition religieuse ne protège pas nécessairement les femmes : en 1544, deux chevaliers enlèvent une jeune religieuse dans l’un des couvents du port26, tandis qu’en 1597, l’Inquisiteur s’émeut de ce que les murs du couvent des Ursulines de La Valette ne sont pas assez hauts pour empêcher les jeunes chevaliers de les franchir, et de ce que plusieurs religieuses ont été violées27.

  • 28 Maurice Aymard, Espaces, dans Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Pari (...)
  • 29 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Pa (...)
  • 30 Ottavia Niccoli, Storie di ogni giorno in una città del Seicento, Roma-Bari, Editori Laterza, 2000, (...)
  • 31 AOM 96, f. 7r, 2 décembre 1581.
  • 32 AOM 96, f. 186r, 12 juin 1584.

13Une autre cause des violences contre les femmes du peuple tient à un mépris masculin et aristocratique, indissociable d’un rejet lié à la condition monastique des frères et de la perception, commune aux sociétés méditerranéennes, de l’infériorité naturelle des femmes et de leur entière irresponsabilité sur les plans politique et civique28. En tant que moines, les chevaliers peuvent manifester une répugnance certaine pour le sexe féminin et le mariage, dont Jean-Bertrand de Luppé du Garrané fait écho dans ses Mémoires : lorsque, après le décès de son frère aîné en 1608, son père lui propose d’abandonner l’Ordre, il refuse avec obstination, arguant son « extrême aversion pour le mariage29 » et pour les femmes en général. Quant au dédain envers les personnes vulgaires, surtout de sexe féminin30, il se confond souvent avec un souhait de moraliser les mœurs, qui justifie les violences commises envers les « femmes malhonnêtes » que sont les épouses adultères ou les prostituées. En 1581, des chevaliers châtient des prostituées du port en leur jetant des pierres par les fenêtres de leur maison31 et en 1584, ce sont des pierres et des immondices à la fois qui sont jetées contre la porte de la demeure d’une prostituée de La Valette32.

  • 33 AOM 91, f. 151r, 13 avril 1565.
  • 34 AOM 96, f. 177v, 23 mars 1584.
  • 35 AOM 87, f. 70v, 28 novembre 1545.
  • 36 AOM 2237, ff. 332r-332v, 24 janvier 1558.

14Envers les hommes, les violences diffèrent en fonction du statut social : les hommes du peuple sont simplement battus à coup de poing, d’épée ou de bâton. En 1565, un laïc d’origine rhodienne Giorgio de Lindos reçoit pour son « attitude insolente » un si violent coup de poing de la part d’un chevalier italien qu’il en perd toutes les dents de sa mâchoire inférieure33. Les sévices choisis sont volontairement dégradants, comme pour rappeler au laïc sa condition immuable de vassal : un chevalier français punit ainsi un Maltais en 1584 en lui tranchant le nez d’un seul coup d’épée34. Les nobles sont en revanche combattus les armes à la main : en 1545, un chevalier français blesse mortellement un noble maltais en combat singulier35, tandis qu’en 1558, un chevalier de la Langue de France et un gentilhomme s’emportent dans une taverne, échangent des insultes avant de se défier à l’épée dans la rue36.

  • 37 AOM 2237, ff. 432r-432v, 6 novembre 1558.
  • 38 AOM 94, f. 125r, 6 juillet 1576.
  • 39 AOM 94, f. 17v, 7 août 1574.
  • 40 AOM 95, f. 23v, 13 septembre 1577.

15Quant aux serviteurs du couvent, ils subissent toutes sortes d’agressions verbales ou physiques de la part des Hospitaliers, et particulièrement des chevaliers et des servants d’armes. L’ampleur des châtiments n’est guère proportionnelle aux fautes commises : en 1558, un chevalier bat son serviteur sous le simple prétexte que « ses chaussures sentent mauvais37 » et en 1576, un chevalier italien assène un coup brutal à un serviteur du Palais magistral qui ne lui a pas cédé assez rapidement le passage38. Les esclaves sont les plus exposés aux violences : en 1574, un chevalier français fouette avec tant d’acharnement l’un d’entre eux, que celui-ci expire avant la fin de sa punition39, et en 1577, un chevalier espagnol châtie immodérément un esclave de l’Auberge de Provence, au point de le laisser estropié40.

Les désobéissances

  • 41 AOM 85, f. 132v, 8 octobre 1534.
  • 42 AOM 89, f. 92v, 1er décembre 1556.
  • 43 AOM 106, f. 30r, 20 mai 1617.
  • 44 AOM 88, f. 132v, 22 octobre 1552.
  • 45 AOM 89, f. 20r, 15 septembre 1554.
  • 46 AOM 98, f. 106r, 13 février 1593.

16Les désobéissances constituent le troisième cas d’infractions à la règle. Elles vont des cas légers (irrévérences, incorrections) aux manquements les plus graves (insubordinations, tumultes, désertions du couvent) et représentent 29,7 % des délits. Ce que le couvent qualifie d’« irrévérences » est constitué de toutes les formes d’insolences verbales ou d’inélégances du comportement, dont certaines trahissent plutôt un esprit indocile que véritablement séditieux : en 1534, deux chevaliers sont jugés pour « incorrection » car ils ont quitté en catimini leur cellule de nuit pour aller boire du vin dans les réserves de leur Auberge41 ; en 1556, un chevalier perturbe sciemment le Conseil de l’Ordre en s’y rendant dépourvu de son habit religieux42 ; tel autre en 1617 se rend à l’Auberge sans son habit et s’assoit n’importe où, avant de renverser sans raison le vin posé sur la table, puis de donner sa ration de pain à des chiens43. Les irrévérences langagières sont les plus courantes et généralement l’apanage des chevaliers, trahissant la morgue inhérente à leur condition sociale et la difficulté qu’ils éprouvent à se soumettre à la hiérarchie du couvent : un chevalier répond impudemment à son supérieur en 155244, un autre s’adresse avec arrogance au Grand Maître en 155445, un autre encore éclate en imprécations en 1593 contre le Prieur de l’église conventuelle qui lui a intimé d’obéir à ses ordres46.

  • 47 AOM 86, f. 30v, 11 février 1536.
  • 48 AOM 92, f. 125r, 12 février 1569.
  • 49 AOM 93, f. 175v, 9 décembre 1573.
  • 50 AOM 94, f. 32v, 25 octobre 1574.

17Toutefois, les insoumissions de caractère plus violent, voire factieux, l’emportent largement sur les autres. En font partie les « tumultes » qui se déroulent le plus souvent dans les Auberges, où plusieurs religieux font front contre leur Pilier. Ces tumultes se produisent de façon récurrente tout au long de la période : en 1536, plusieurs chevaliers anglais sont dénoncés par le Pilier pour s’être rebellés violemment contre lui, l’avoir menacé, et avoir incité leurs frères à les suivre47 ; en 1569, un tumulte éclate dans l’Auberge d’Aragon, où une quinzaine de chevaliers et de servants d’armes s’insurgent contre leurs supérieurs, les provoquent et les combattent48 ; en 1573, c’est l’Auberge d’Italie qui est le théâtre d’une insubordination générale, où des chevaliers mettent en cause la hiérarchie conventuelle et prononcent des paroles séditieuses contre les autorités de l’Ordre49, tandis que l’année suivante, en 1574, c’est dans l’Auberge d’Auvergne que les esprits s’échauffent50. Il est à noter qu’à l’inverse de toutes les autres formes de désobéissances, ces agitations se produisent presque exclusivement en automne et en hiver, c’est-à-dire en des saisons où les galères hivernent et où les Hospitaliers sont confinés dans le port, sans autre activité que la vie religieuse.

  • 51 AOM 110, f. 128v-129r, 6 novembre 1631.
  • 52 AOM 111, f. 60r, 11 mai 1634.

18Au xviie siècle, les tumultes se raréfient au sein de l’espace conventuel et se produisent plutôt à bord des galères : encore une fois, la raison est à chercher du côté d’une promiscuité contrainte, à laquelle les frères (et surtout les chevaliers) sont de moins en moins habitués, de par l’habitude, généralisée dès la fin du xvie siècle, de résider dans des hôtels particuliers, quand les moyens financiers le leur permettent. En 1631, sept frères (six chevaliers et un servant d’armes) causent un tumulte général à bord d’une des galères de l’Ordre, au retour d’une course au Levant : insultant violemment leurs supérieurs, refusant d’obéir et d’attaquer, ils commettent des violences physiques et poussent religieux et membres d’équipage à la révolte51. Quelques années plus tard, en 1634, une autre rébellion se produit durant une course au Ponant, lorsque plusieurs religieux, tant chevaliers que servants d’armes, refusent le combat contre un navire barbaresque et tentent de renverser leurs supérieurs pour prendre la direction de la galère52.

Les affaires de mœurs

19Dernière catégorie d’entorses à la règle, les affaires de mœurs représentent près de 25 % des délits. Elles vont de la fréquentation de femmes ou de marginaux à des pratiques sévèrement condamnées, comme le vol, le pillage et les dettes.

  • 53 AOM 98, f. 126r, 12 octobre 1593.

20La fréquentation des femmes l’emporte largement sur celles des hommes (les cas d’homosexualité sont très rares) et des personnes jugées peu recommandables (esclaves, marginaux, criminels). Les chiffres doivent cependant être maniés avec prudence, car non seulement le concubinage est relativement peu sanctionné par l’Ordre, exception faite des années 1580-1600 qui correspondent à une rénovation de la vie conventuelle liée à l’application de la Réforme catholique, mais il est de plus en plus ignoré des autorités, dès lors que les chevaliers résident dans leurs hôtels particuliers. Le progressif abandon du dortoir entrave le contrôle des agissements nocturnes des nobles par les autorités et empêche de prendre la juste mesure du relâchement des mœurs au xviie siècle. Mais même sous-estimée par les archives, la fréquentation des femmes et le concubinage sont une réalité incontestable du couvent de la première modernité. Le concubinage revendiqué ou affiché sans honte coûte plus cher aux religieux que la simple agression sexuelle d’une femme ou la fréquentation occasionnelle de courtisanes : ils sont alors condamnés à la perte de l’habit, mais bénéficient en général d’une commutation de leur peine en quelques mois ou années de prison, exception faite (et rare !) des cas les plus graves. Ainsi, le chevalier français Frà Gaspard d’Acton Limon n’a pas hésité à se déclarer libre de tout lien monastique pour tenter de contracter mariage avec une femme de La Valette ; dénoncé, il est condamné à la privation officielle de son habit sans rémission possible53.

  • 54 Denis Crouzet, « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de (...)

21Quant aux cas de vols, pillages et endettements, ils se multiplient à partir de la fin du xvie siècle, pour devenir réguliers au siècle suivant et représenter la majeure partie des affaires de mœurs (79,4 %). Leur accroissement dans les dernières décennies du xvie siècle et durant le premier xviie siècle, reflet d’un processus d’endettement de la noblesse observable en France dès le milieu du xviesiècle54, s’explique par un désir du paraître chez les Hospitaliers fortunés, et particulièrement chez les chevaliers. Le goût du luxe (bijoux, habits à la mode, arts de la table), la construction de maisons individuelles, l’entretien d’un personnel permanent, voire d’une maîtresse, la parution à la cour du grand-maître, la participation à la vie sociale et culturelle d’une capitale, La Valette, qui devient à partir du xviie siècle le lieu de résidence des élites maltaises et étrangères fortunées, tant commerçantes que nobles, incitent non seulement les chevaliers qui en ont les moyens à mener un train de vie qui s’apparente plus à celui des nobles européens qu’à celui de moines-soldats, mais exaspèrent les mécontentements chez tous ceux – chevaliers sans commanderie ni revenu, chapelains, servants d’armes – qui sont dans l’incapacité financière de les imiter.

Les sanctions et les peines

  • 55 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 256-262 ; Vertot, VI, p. 213 et p. 218.
  • 56 AOM 87, f. 52r, 19 janvier 1545.
  • 57 AOM 90, f. 108v, 5 juillet 1560.
  • 58 AOM 96, f. 247r, 2 août 1585.
  • 59 Vertot, VI, p. 214.

22Les statuts de l’Ordre prévoient diverses sanctions en fonction des délits commis. La première d’entre elle est la septaine, qui s’applique à ceux qui ne siègent pas aux assemblées auxquelles ils sont convoqués, ceux qui sont inattentifs à l’office divin ou ne s’y rendent pas (sauf empêchement légitime), ceux qui interrompent les conseillers durant le Conseil, ceux qui viennent manger à l’Auberge sans revêtir leur habit et tous ceux qui se querellent55. Un chevalier provençal qui s’est disputé en 1545 avec un autre frère est ainsi condamné à la septaine56, de même qu’un chevalier français qui injurie l’un de ses frères en 156057 ; en 1585, un chevalier de France subit la septaine pour avoir jeté violemment à terre le plat porté par un serviteur de son Auberge58. Cette condamnation exige du fautif un jeûne de sept jours, interrompu le mercredi et le vendredi par la consommation de pain et d’eau. Outre l’épreuve du jeûne, le condamné reçoit, quotidiennement et à genoux devant l’autel, la discipline, c’est-à-dire des coups de verges appliqués par un prêtre de l’Ordre sur les épaules, et en présence d’un supérieur hiérarchique. Tandis que les coups pleuvent, le coupable récite le psaume Miserere mei Deus, et à la fin de la punition, doit se relever, se revêtir de son manteau et baiser humblement son supérieur59.

  • 60 AOM 96, f. 222v, 15 février 1585.
  • 61 AOM 98, f. 74r, 24 avril 1592.
  • 62 Vertot, VI, p. 214.

23La quarantaine s’applique à ceux qui commettent des insubordinations plus graves, telles que le refus assumé d’assister aux offices divins, d’obéir en cas d’exercice militaire, la pratique des jeux de hasard (cartes, dés) et le fait de gagner ou perdre de l’argent par le jeu, et enfin la fréquentation des tavernes et des maisons de mauvaise réputation. Un chevalier espagnol qui a jeté en 1585 des immondices contre les habitations de trois prostituées de La Valette est bien condamné à la quarantaine, pour avoir fréquenté ces maisons et non pas pour son acte délictueux en soi60. La violence à l’encontre des laïcs peut également valoir aux Hospitaliers une simple condamnation à la quarantaine plutôt que la prison, comme c’est le cas pour un chevalier espagnol qui agresse physiquement un individu dans la rue en 159261. La quarantaine impose un jeûne de quarante jours, avec les ruptures habituelles du mercredi et du vendredi, où le condamné peut manger du pain et boire de l’eau ; il est contraint de consommer sa nourriture à terre avant de recevoir la discipline pieds nus et dépouillé de tous ses vêtements. Comme pour la septaine, les coups de verges s’accompagnent de la récitation du psaume Miserere mei Deus et de plusieurs oraisons. Durant la quarantaine et la septaine, le condamné ne peut sortir de sa cellule ou de sa résidence, hormis pour se rendre aux offices divins, sans porter l’habit, ni ses armes personnelles62.

  • 63 AOM 99, f. 28v, 14 juin 1595.
  • 64 AOM 101, f. 12r, 13 novembre 1603.
  • 65 AOM 103, f. 122v, 29 janvier 1610.

24Outre ces deux sanctions qui sont les plus courantes, les fautifs peuvent être condamnés à la prison, et perdre des années d’ancienneté dans l’Ordre. La violence contre des laïcs qui travaillent au service de l’Ordre (soldats, personnel de l’Infirmerie), comme celle à l’encontre des membres du clergé est en général jugée avec plus de sévérité que celle qui touche les anonymes, et la condamnation à la prison constitue la peine ordinaire : en 1595, un chevalier qui a battu un soldat est emprisonné pour deux mois consécutifs63 ; en 1603, un autre, coupable du meurtre d’un prêtre maltais, est condamné à six mois de prison ferme64. Hormis en cas d’effusions de sang (qui sont punies par un séjour en prison), les agressions entre frères sont plutôt sanctionnées par la perte de l’ancienneté : en 1610, deux chapelains se battant et s’étant blessés mutuellement sont condamnés chacun à la perte d’un an entier de leur ancienneté65.

  • 66 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 14-15.
  • 67 AOM 86, f. 51r, 13 décembre 1536.
  • 68 AOM 94, f. 47r, 22 mars 1575.
  • 69 AOM 97, f. 142v, 9 septembre 1588.
  • 70 AOM 101, f. 156r, 6 juin 1605.

25La condamnation suprême est la privation de l’habit, dont la cérémonie extrêmement codifiée et humiliante reflète la déchéance du religieux publiquement exclu de la vie conventuelle66. L’hérésie ou l’apostasie, le meurtre prémédité, le concubinage assumé, la sédition contre le grand-maître, le détournement des biens de l’Ordre ou le pillage des butins de course, la désertion ou la fuite du couvent constituent les principaux comportements déviants punis de la privation de l’habit. En 1536, un chevalier français est privé de son habit pour avoir adhéré au protestantisme67 ; en 1575, c’est pour un meurtre commis de sang-froid contre un laïc qu’un chevalier est condamné à la même peine68 ; en 1588, un chevalier, qui abandonne sa galère durant une caravane, perd également l’habit69 ; enfin, en 1605, deux chevaliers perdent l’habit pour trafic de fausse monnaie70.

26C’est le grand-maître qui informe le Conseil de la faute commise et de la nécessité de priver un frère de son habit ; l’accusé, tenu en prison sous bonne garde, est conduit devant le Conseil, qui entend les accusations du grand-maître (exposées par son procureur). L’accusé a droit de parole et de défense ; il a le choix entre confesser humblement son crime ou le nier résolument. S’il avoue et demande publiquement pardon au Conseil et au grand-maître, celui-ci peut abandonner les poursuites et lui pardonner. S’il nie, des preuves sont produites contre lui et des témoins sont invités à s’exprimer devant le Conseil ; c’est ensuite à l’Égard, sorte de tribunal composé de neuf individus (huit chevaliers nommés par les baillis et un président nommé par le grand-maître), qu’échoit le rôle de prononcer la sentence contre l’accusé. Le procureur du grand-maître incite alors le coupable à demander pardon à l’assistance et au grand-maître et s’il s’exécute, celui-ci peut encore une fois surseoir au châtiment ; mais si le chef de l’Hôpital désire faire appliquer la sentence, il n’existe plus aucun recours possible en faveur de l’accusé.

27La sentence est lue publiquement au condamné agenouillé devant le grand-maître, auprès de qui se tient le maître écuyer, qui attend ses ordres du grand-maître ou de son lieutenant. Le grand-maître s’adresse au condamné en prononçant les paroles définies par la règle, censées lui remontrer la gravité de sa faute :

Pour ce que par tes méchancetés et tes démérites, tu t’es rendu indigne du signe de la Croix vivifiante et de l’habit de notre Ordre, à la profession duquel nous t’avions ci-devant reçu, y étant induit par tes bonnes actions, qui sont maintenant toutes perverties ; c’est pour cela que suivant nos statuts et nos coutumes, à la plus grande joie des gens de bien et à l’effroi des méchants, comme aussi pour te faire servir d’exemple aux autres, nous te privons et séparons, tant de l’habit de notre Ordre que de la compagnie de nos Frères, dont nous te rejetons et chassons, t’en retranchant comme un membre puant et pourri.

28Sur ordre du grand-maître ou de son lieutenant, le maître écuyer ôte alors le long habit noir à croix blanche en trois étapes symboliques, plaçant d’abord une main sur le manteau, dénouant ensuite le cordon qui le retient, et enfin le retirant des épaules du condamné, en prononçant ces ultimes paroles :

  • 71 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 15-16.

Par l’autorité de mon Supérieur, je t’ôte et t’arrache ce lien qui est le joug vraiment doux de Notre Seigneur, et te prive de l’habit de notre Ordre pour t’en être rendu indigne71.

  • 72 AOM 94, f. 53r, 24 mai 1575.
  • 73 AOM 101, f. 4v, 24 octobre 1603 et f. 20r, 23 janvier 1604.

29Le condamné est ensuite conduit en prison, où il attend l’application de sa future peine physique. Dans le cas (courant) où le prévenu est absent du couvent, la cérémonie se déroule de même, mais un manteau est posé sur un bois qui représente le coupable. La privation de l’habit représente une sentence et une cérémonie si graves que le Conseil cherche souvent à l’éviter, surtout pour les chevaliers : il ne faudrait pas que la sévérité de la règle et de la vie conventuelle constituât un trop fort repoussoir pour ceux qui sont l’essence même de l’Ordre, à savoir les jeunes nobles d’Europe. C’est bien pour cette raison qu’en 1575, un chevalier condamné pour meurtre à perdre l’habit voit, le mois suivant le crime, sa peine commuée en quelques années de prison, sans perte d’ancienneté72. Et lorsque le Conseil ne peut effectuer de commutation de peine, il lui reste la possibilité de restituer l’habit aux repentis, ce qui se produit assez fréquemment : rien qu’en trois mois, entre octobre 1603 et janvier 1604, quatre religieux (trois chevaliers et un servant d’armes) en bénéficient73.

30Là encore, la cérémonie est ritualisée et symbolique. Il faut que le frère témoigne d’un repentir sincère et d’un réel désir de changer de comportement et de vie ; au son de la cloche de l’église conventuelle, qui informe tout le couvent que l’assemblée publique est réunie pour une affaire importante, le repenti est présenté à ses anciens frères, debout, vêtu d’habits ordinaires ou d’une chemise de toile, portant une corde autour du cou et une autre autour de ses mains jointes, qui tiennent un cierge allumé. Il se prosterne aux pieds du grand-maître et le supplie de lui pardonner et de lui rendre son habit, promettant de s’amender. Le grand-maître répond qu’il avait perdu l’habit par justice et qu’il le recouvre par grâce ; sur un signe de son supérieur, le maître écuyer se saisit d’un manteau et le lui pose sur les épaules, avant de nouer les cordons qui le retiennent et de prononcer les paroles rituelles :

Recevez pour la seconde fois le joug du Seigneur, qui est doux et léger ; qu’il puisse contribuer au salut de votre âme.

  • 74 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 16.

31Le réconcilié rend alors publiquement grâces à Dieu, avant de se dédier au service de l’Ordre. Une réserve est toutefois introduite sous le magistère de Claude de la Sengle (1553-1557), afin que les religieux ne considèrent pas avec légèreté la solennité du moment et du pardon accordé par le couvent : celui qui se voit restituer l’habit ne pourra plus jamais recouvrer toute son ancienneté74.

32À l’instar des autres ordres monastiques d’Europe, le couvent de Malte n’échappe donc pas à divers abus durant la première modernité. Ce ne sont pas simplement eux qui créent la réforme, mais celle-ci qui les désigne rétrospectivement et justifie ainsi sa raison d’être. Car chez la plupart des réformateurs monastiques,

  • 75 C’est ainsi que l’on désigne les ordres religieux, et donc l’Ordre de Malte.
  • 76 Jean-Marie Le Gall, « Rénover l’Église catholique aux xve-xviie siècles… », art. cit., p. 66.

la réforme des Religions75 est même devenue une religion de la réforme. Peu importe l’ordre, pourvu qu’il soit réformé. Tout le monde est favorable à la réforme religieuse, même si personne n’est d’accord sur ce qu’il faut réformer et comment il faut opérer76.

33Tel est bien le dilemme du couvent maltais en ce début du xvie siècle ; sensibles à la pensée humaniste et aux aspirations religieuses nouvelles, les frères sont globalement favorables à une réforme, mais n’en mesurent vraiment les conséquences (durcissement de la vie conventuelle, augmentation des sanctions) qu’au lendemain du Concile de Trente, qui conduit à une hausse spectaculaire de la répression des délits durant la décennie 1570.

Graphique 9 L’évolution de la répression des délits (1530-1650)

Graphique 9 L’évolution de la répression des délits (1530-1650)

Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116

  • 77 AOM 88, f. 192v, 12 mars 1554.

34Le graphique 12 reflète une première période, qui couvre les années 1530-1580, caractérisée par l’apparition de condamnations pour hérésie (16 cas entre 1530 et 1560) concernant majoritairement des chevaliers anglais et français ; de manière exceptionnelle, un chevalier italien Frà Luigi Rengiffo se trouve également mis en cause pour avoir tenu des propos hérétiques, en 155477. La période 1530-1580 est également marquée par une explosion soudaine des violences et des désobéissances, qui résultent de querelles religieuses entre frères mêlée à une contestation nobiliaire du fonctionnement du couvent, qui culmine lors d’une révolte en 1581 contre le grand-maître.

35La deuxième période qui correspond à l’application dans le couvent de la Réforme catholique à Malte (1575-1620) est définie par une diminution tout aussi radicale des actes de violence et de désobéissances, en liaison avec un rappel impitoyable de la discipline religieuse ; il est à noter toutefois que si la courbe de la violence baisse régulièrement, celle des désobéissances connaît une légère hausse entre 1590 et 1620 qui s’explique en partie par le refus du rappel de la discipline conventuelle. Enfin, la dernière période (1620-1650) annonce pour l’Hôpital l’établissement d’un équilibre nouveau et pacifié : les violences s’éteignent (leur nombre en 1650 est inférieur à celui de 1530), les actes de désobéissance demeurent suffisamment stables pour ne pas entraver le bon fonctionnement du couvent, tandis que progressent des modes de vie propres à l’état militaire et aux milieux portuaires (jeux de hasard, endettements, fréquentation de tavernes et de femmes), certes contraires aux vœux monastiques, mais difficiles à endiguer.

Les dangers de la Réforme protestante

Humanisme et idées nouvelles

36L’Hôpital du début du xvie siècle n’est pas demeuré hermétique aux idées nouvelles. Malgré les inquiétudes qu’ils éprouvent concernant la survie de leur ordre et le maintien de leur couvent en Méditerranée, certains frères des années 1520-1540 se montrent sensibles à la pensée humaniste et réformée. Les plus grands auteurs de leur époque ne leur sont pas étrangers, de même que les événements qui se produisent en Europe, comme la sécularisation en 1523-25 de la plupart des biens des Teutoniques par un grand-maître qui adhère au luthéranisme et qui affaiblit considérablement le deuxième ordre militaire-religieux né en Terre Sainte au xiie siècle et qui avait survécu, avec l’Hôpital, à la suppression du Temple en 1312.

  • 78 Antonino Giuffrida, La Sicilia e l’Ordine di Malta (1529-1550). La centralità della periferia medit (...)
  • 79 Marie-Ange Boitel-Souriac, « Quand vertu vient de l’étude des bonnes lettres. L’éducation humaniste (...)
  • 80 Giovanni della Casa, Trattato nel quale sotto persona d’un vecchio idiota ammaestrante un suo giova (...)
  • 81 Antonino Giuffrida, La Sicilia e l’Ordine di Malta (1529-1550), op. cit., p. 53.

37Les archives locales des prieurés et des commanderies permettent, mieux que celles du couvent, de saisir l’atmosphère culturelle, intellectuelle et religieuse dans laquelle baignent les Hospitaliers, et particulièrement les chevaliers de cette époque. Les inventaires des dépouilles mortuaires des commandeurs reflètent les goûts et le savoir littéraire de religieux sensibles aux idéaux de la Renaissance, aux critiques émises à l’encontre du clergé catholique et aux tentatives de réformes proposées par les penseurs de l’époque. La dépouille du chevalier sicilien Frà Pietro Baylin constitue en 1542 un exemple de choix. Ancien servant d’armes devenu chevalier de grâce, commandeur de San Giovanni La Guilla, titulaire d’une fortune amassée patiemment, il vit, dès qu’il accède au gouvernement d’une commanderie, à la manière d’un mécène lettré et avide de connaissances78. Conformément aux critères de la civilité vantée par les humanistes, destinés à humaniser les princes, les courtisans79 et plus largement tous les individus, exigeant l’acquisition de nouvelles manières gracieuses et plaisantes, qui se distinguent de celles de contemporains mangeant « comme des porcs, avec le menton dans la nourriture et tout avachis80 » ou qui font un mauvais usage des serviettes de table et des mouchoirs, le chevalier Baylin se montre raffiné dans ses mœurs, dans son quotidien et dans ses relations à autrui. Il dote sa table des nouveautés en vogue dans la péninsule italienne : serviettes en tissu, candélabres en argent, couteaux, cuillères et fourchettes, dont l’usage, attesté dans la Palerme du premier xvie siècle, se répand beaucoup plus tard dans le reste de l’Europe81.

  • 82 Marc Durand, « De la scolastique à l’humanisme. Généalogie d’une révolution idéologique : l’éducati (...)
  • 83 Anne-Marie Cheny, « Humanisme, esprit scientifique et études byzantines : la bibliothèque de Nicola (...)

38À la splendeur d’une table à laquelle il convie régulièrement des proches, s’ajoute celle d’une garde-robe élégante et des outils nécessaires au soin de la personne (deux alambics destinés à la production de l’eau de rose nécessaire à la toilette, un crachoir de voyage, un nécessaire pour entretenir cheveux et barbe, et surtout – fait exceptionnel à l’époque – quatre mouchoirs en tissu pour éviter de se moucher dans les doigts, comme c’est l’usage ordinaire82). Il dispose d’une collection d’armes à feu et d’armes blanches, entretient quatre chevaux de race, dont un akhal téké, pur-sang turc qui séduit alors les cours européennes. Il possède surtout un cabinet « scientifique » contenant des boussoles et des cartes de navigation qui reflètent non seulement son statut de religieux au service d’un ordre devenu marin depuis Rhodes, mais le goût d’un homme de la Renaissance pour les connaissances géographiques et maritimes83.

  • 84 L’inventaire des ouvrages de la bibliothèque de Baylin a été publié par A. Giuffrida, La Sicilia e (...)
  • 85 Jean-Bernard de Vaivre, Laurent Vissière, « Essai sur le manuscrit de dédicace des œuvres de Guilla (...)
  • 86 Corinne Ferradou, « La réflexion sur le pouvoir du langage dans plusieurs colloques d’Érasme, le “L (...)
  • 87 Silvana Seidel Menchi, Érasme hérétique. Réforme et Inquisition dans l’Italie du xvie siècle, Haute (...)

39Sa bibliothèque est celle d’un homme de culture, en phase avec les idées de son temps. Riche de 74 volumes84, elle est située dans une pièce qui lui sert de cabinet d’étude, d’écriture et de réflexion. La plupart des ouvrages sont classiques pour un religieux (des textes de saint Thomas, saint Jérôme, saint Augustin, plusieurs exemplaires de la Bible en latin et en italien) et pour un frère de l’Hôpital (une édition en latin, publiée à Venise en 1495, de la réorganisation des statuts de l’Ordre confiée par le Conseil au vice-chancelier et chroniqueur Guillaume Caoursin en 1482 et achevée par celui-ci en 148985). D’autres œuvres reflètent des interrogations spirituelles récentes : les Psaumes de David, des éditions nouvelles de l’Ancien Testament, le De simplicate vite christiane de Savonarole dans une édition de 1512. On trouve également des auteurs antiques (Cicéron, Juvénal, Sénèque, Boèce, la Guerre des Gaules de César), un ouvrage de Pétrarque, et des œuvres humanistes d’importance : un exemplaire des Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel, édité en 1540 à Venise par les héritiers du célèbre imprimeur Aldo Manuce ; un exemplaire en italien du Courtisan de Baldassare Castiglione, daté de 1544 ; neufs ouvrages d’Érasme, dont deux exemplaires d’un libretto qui peut faire penser à l’Éloge de la folie, un exemplaire des Colloques, œuvre littéraire à vocation pédagogique, visant à à l’enseignement d’une langue latine élégante et à l’incitation à la piété86, trois copies en latin du célèbre Enchiridion militis christiani publié en 1503 et qui, en théorisant une rénovation de l’Église par une pratique fondée sur la charité héritée du Christ, sur la supériorité absolue de la religion intérieure sur les œuvres et les cérémonies extérieures, ainsi que sur les oraisons et la lecture du texte saint pour lui-même, ouvre en partie le chemin de la Réforme en péninsule italienne et plus largement en Europe87.

  • 88 Daniel Nordman, Tempête sur Alger. L’expédition de Charles Quint en 1541, Paris, Bouchène, 2011, p. (...)

40Plus connu que Frà Baylin, le chevalier Nicolas Durand de Villegagnon (1510-1572) porte lui-aussi témoignage, par ses convictions personnelles et par son parcours littéraire et aventurier, de la diffusion dans l’Hôpital des idées réformatrices et des aspirations religieuses profondes des hommes du premier xvie siècle. Natif de Provins, il est élève dans les prestigieux et sévères collèges parisiens de La Marche et de Montaigu ; à Montaigu, que son directeur le Flamand Jean Standonck a tenté de réformer entre 1483 et 1504, pour y rétablir une discipline rigoureuse visant à contribuer à la rénovation de l’Église catholique, il côtoie Calvin, avec qui il demeure longtemps lié88. Féru de belles-lettres et maîtrisant plusieurs langues (latin, grec, espagnol, italien), Villegagnon poursuit ses études de droit à Orléans, avant d’entrer dans l’Ordre de Malte en 1531 ; à partir de cette date, bien des événements de sa vie expriment la complexité de sa nature chevaleresque et humaniste.

  • 89 Caroli V imperatoris expeditio in Africam ad Argieram, per Nicolaum Villagagnonem, equitem Rhodium (...)
  • 90 Le Voyage et expédition de Charles le Quint, empereur, en Africque contre la ville de Argiere. La d (...)
  • 91 Vertot, Histoire des chevaliers… ., V, p. 211.
  • 92 L’ouvrage est traduit la même année en français sous le titre Le discours de la guerre de Malte, co (...)

41En tant qu’Hospitalier, il se trouve placé au cœur des grands affrontements méditerranéens, participant à la désastreuse expédition de Charles Quint contre Alger en 1541, dont il laisse un récit rédigé en latin et publié à Paris en 154289, qui est immédiatement traduit en français90. Plus tard, en 1551, il vit avec douleur, mais de loin, la perte du préside de Tripoli par l’Ordre : il se trouve à cette date à Malte où, en tant que gouverneur de la cité intérieure de Mdina91, il organise une défense si opiniâtre que les Turcs rebroussent chemin et se replient sur l’île de Gozo voisine, dont ils réduisent en esclavage la quasi-totalité de la population. Furieux de voir accuser le gouverneur français de Tripoli Frà Gaspard de Valliers et ses deux subordonnés d’avoir abandonné sans combattre le préside aux musulmans, il se fait leur avocat dans un plaidoyer publié à Paris en 1553 et dédié encore une fois à Charles Quint, De Bello melitensi et ejus eventu Francis imposito, ad Carolum caesarem V, Nicolai Villagagnonis commentarius92.

  • 93 Daniel Nordman, Tempête sur Alger…, op. cit., p. 111-112.

42Il est à cette date au faîte de sa gloire et reconnu aussi bien par son ordre que par le pouvoir royal : il est nommé vice-amiral de Bretagne en 1553, et reçoit de Coligny en 1555 le commandement d’une flotte pour établir une colonie protestante au Brésil. Dans la baie de Rio de Janeiro, il fait bâtir le Fort-Coligny et s’installe sur la côte brésilienne, qu’il nomme « France antarctique » ; il semble qu’il ait adhéré au protestantisme à cette époque. Très proche de Calvin, il entretient en effet une correspondance suivie avec son ancien camarade de collège et lui réclame des renforts en hommes et armes pour faire survivre la colonie qu’il a fondée. Emporté par une utopie humaniste, il rêve de créer un monde d’harmonie et de relations pacifiques entre le Nouveau et l’Ancien Monde, entre les hommes et la nature, entre les Indiens Tupinambas et les colons catholiques et protestants dont il encourage les unions mixtes93.

  • 94 Franck Lestringant, Le huguenot et le Sauvage. L’Amérique et la controverse coloniale en France au (...)

43Cette parenthèse enchantée prend fin en 1557, sans doute à la suite d’une dispute théologique entre Villegagnon et de nouveaux arrivants calvinistes, dispute qui se termine dans le sang et dont il tente de se justifier auprès de Calvin le 31 mars 1557. La concorde tant désirée entre les chrétiens a été de courte durée et les tensions entre les colons entretiennent un climat si délétère que la colonie se scinde entre protestants et catholiques. Déçu et revenu au catholicisme, Villegagnon rentre en France en 1559, rapportant du Brésil du bois précieux, des fruits exotiques, des plantes nouvelles et plusieurs Indiens Tupinambas qui attisent la curiosité de la cour de France et des intellectuels de l’époque, nourrissant à la fois les peurs profondes indissociables du sentiment d’altérité et le mythe humaniste du bon sauvage94.

  • 95 De Coenae controversiae Philippi Melanchthonis judicio per Nicolaum Villagagnonem, Paris, A. Wechel (...)
  • 96 De Consecratione, mystico sacrificio et duplici Christi oblatione adversus Vannium lutherologiae pr (...)
  • 97 Themata quae Villagagno in suis adversus Calvinum libris propugnanda suscepit, Paris, A. Wechel éd. (...)
  • 98 La réfutation des folles resveries, exécrables blasphèmes, erreurs et mensonges de Nicolas Durand q (...)

44Devenu commandeur en France au service de l’Hôpital, Villegagnon rompt avec Calvin et s’engage dans plusieurs polémiques théologiques avec les protestants, ne rédigeant pas moins de cinq ouvrages entre 1561 et 1569, sur des sujets tels que la Cène95 ou les fêtes religieuses96, et s’en prenant à la doctrine de Calvin97. La querelle enfle au point que le pasteur Pierre Richer, qui se trouvait également au Brésil l’accuse en 1561 de comportement tyrannique et violent, d’intolérance et d’impiété98. Infatigable, Villegagnon réplique par une Response aux libelles d’injures, publiez contre le chevalier de Villegaignon au lecteur chrestien (éd. A. Wechel, Paris, 1561). Puis, lorsqu’éclate la première guerre de religion en 1562, le chevalier se place sans hésiter dans le camp catholique, se rapprochant de la famille des Guise et participant aux combats, devenant gouverneur de Sens en 1567, avant de périr en janvier 1571 dans sa commanderie de Beauvais-en-Gâtinais, près de Nemours. Parcours significatif donc, que celui de Frà Nicolas Durand de Villegagnon, religieux intellectuel gorgé d’idées nouvelles, de lectures savantes et de désirs assumés de réforme religieuse, qui non seulement tente de faire naître outremer un monde colonial utopique, mais adhère peut-être un temps à la Réforme, avant de basculer insensiblement vers un catholicisme intransigeant.

Conversions et querelles

  • 99 Gregory O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue, 1460-1565, Oxford, Oxford Universit (...)
  • 100 AOM 85, f. 140v, 13 novembre 1534.
  • 101 AOM 86, f. 12v, 7 décembre 1535.
  • 102 AOM 86, f. 88v, 5 juillet 1539.
  • 103 AOM 86, f. 93v, 26 septembre 1539 et f. 95r, 16 octobre 1539.
  • 104 G. O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue…, op. cit., p. 215-216.
  • 105 AOM 86, f. 82v, 1er mars 1539 ; Pierre de Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusal (...)

45Le chevalier de Villegagnon n’est pas le seul chevalier à se montrer sensible au protestantisme. Dans le couvent, les débats religieux sont rapidement aiguisés par les tensions qui apparaissent dans la Langue d’Angleterre, lorsque le roi Henri VIII s’oppose aux chevaliers anglais. Les querelles entre Anglais se multiplient : en 1534, le chevalier Oswald Massingberd (l’un des rares chevaliers restant catholiques et présents au couvent après 154299) se bat violemment avec Frà John Babington100. L’année suivante, en 1535, trois chevaliers anglais échangent des injures et des coups, avant de tirer l’épée dans une rixe générale101. En 1539, Frà Oswald Massingberd se dispute encore une fois âprement avec l’un de ses frères, et les deux hommes en viennent aux mains102 ; en septembre, puis en octobre de la même année, des rixes générales et des violences physiques se produisent dans l’Auberge et dégradent toujours plus les relations entre les religieux anglais103. Le Conseil de l’Ordre est également le théâtre de troubles, lorsque le Turcopilier (chef de la Langue d’Angleterre) Frà Clement West multiplie les provocations contre le grand-maître et les attaques contre l’Hôpital entre 1537 et 1539104, au point que la Langue se choisit un nouveau chef, en la personne du chevalier Frà Giles Russel, catholique résolu et farouche adversaire de la politique d’Henri VIII105.

  • 106 AOM 86, f. 112r, 12 janvier 1541 ; Giacomo Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustriss (...)
  • 107 Gregory O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue…, op. cit., p. 321-323.
  • 108 AOM 87, f. 61r, 3 juillet 1545.
  • 109 AOM 89, f. 127r, 12 octobre 1557.
  • 110 AOM 90, f. 22r, 3 juillet 1558.
  • 111 AOM 90, f. 130v, 10 janvier 1560.

46Mais l’élection du nouveau Turcopilier ne change rien aux événements et en 1540, le roi confisque les biens de l’Ordre dans le royaume et supprime la Langue d’Angleterre. À cette date, résident à Malte 27 chevaliers et peut-être quatre chapelains. Conditionnés par les idées nouvelles, favorables au même titre qu’une grande partie de la noblesse allemande et anglaise à la sécularisation des territoires de l’Église, les frères anglais regagnent sans hésitation leur pays, au lendemain de la suppression de la Langue, et en dépit d’une interdiction émise officiellement par le Conseil en 1541106. En 1542, ne demeurent plus au couvent que trois chevaliers anglais qui poursuivent leur carrière au service de l’Hôpital : Frà Oswald Massingberd, prieur d’Irlande de 1547 à sa mort ; Frà Giles Russel, titulaire de la charge de Turcopilier jusqu’à son décès précoce en 1543 ; et Frà Nicholas Upton, devenu à son tour Turcopilier en 1548, qui meurt durant le raid de Malte par la flotte turque en 1551107. En 1545 toutefois, un chevalier anglais, Frà George Dudley, est reçu dans l’Ordre et se rend au couvent108, mais il le quitte en 1547 pour retourner en Angleterre, où il adhère à l’anglicanisme et se marie ; dix ans plus tard cependant, il finit par demander sa réintégration dans l’Ordre109. Le contexte anglais y est favorable, puisque la très catholique reine Marie Tudor est sur le trône depuis la mort de son frère Édouard VI en 1553. L’année suivante, en 1558, un autre chevalier anglais, Frà Henry Gerard, supplie le Conseil de lui permettre d’être réconcilié avec l’Église catholique et de redevenir un Hospitalier110. Toutefois, cette même année, le contexte change encore une fois en Angleterre, avec l’avènement d’Élisabeth Ire, et en 1560, échoue l’ultime tentative de négociation auprès de la reine111. L’Ordre ne parviendra pas à récupérer, comme il l’a longtemps espéré, les commanderies anglaises sécularisées sous le règne d’Henri VIII.

  • 112 AOM 86, f. 51r, 13 décembre 1536.
  • 113 AOM 86, f. 124r, 3 mars 1542.
  • 114 L’ancienne résidence du couvent dans le port, que les Hospitaliers abandonnent au profit de La Vale (...)
  • 115 AOM 87, f. 43r, 1er septembre 1544.

47Au milieu du xvie siècle, la Langue d’Angleterre a vécu, mais le violent traumatisme ne met pas un terme aux problèmes religieux. Le protestantisme continue de se diffuser dans la société insulaire et dans le couvent, touchant faiblement des religieux allemands peu nombreux et plus fortement les Français. C’est à la fin de l’année 1536 que le premier Hospitalier français est privé de son habit, en la personne d’un servant d’armes, convaincu d’avoir adhéré aux idées de Luther112. La suppression de la Langue anglaise accélère la diffusion des idées réformées : en 1542113, des placards sont affichés sur la porte de l’église conventuelle de Birgù114 et l’Espagnol Frà Domenico Cubbelles, ancien prieur de l’église de l’Ordre devenu évêque en 1541, fait conduire une enquête au sein de la population portuaire pour trouver les coupables, dont plusieurs sont condamnés à l’excommunication pour hérésie en 1544115.

  • 116 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori che furono delegati nell’isola di Malta, non folioté, non (...)
  • 117 AOM 88, f. 52v, 28 mars 1550.
  • 118 AOM 89, f. 25r, 5 novembre 1554.
  • 119 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori..., op. cit.

48Les choses s’enveniment en 1546, quand un chapelain français, Frà François Gesuald, prêche les idées réformées116. Il noue rapidement des amitiés dans la population portuaire, essentiellement parmi les prêtres, dont le prêtre Andrea Axiac qui le seconde, et des laïcs d’un certain niveau socioculturel comme le juriste Pietro Cumbo et un capitaine de la garde, Matteo Falson. En 1550, Frà Gesuald est dénoncé et condamné par le Conseil à deux ans de prison pour avoir fréquenté une femme et désiré contracter mariage117. Dès sa sortie de prison, en 1552, il reprend ses prédications mais il est dénoncé, et en 1554, le Conseil le condamne à la perte de l’habit pour hérésie118, avant de le remettre aux mains de l’évêque Cubbelles. Les Maltais qui l’entourent, dont le prêtre Axiac, acceptent d’abjurer leurs erreurs, mais Frà Gesuald s’obstine au point d’être envoyé au bûcher. Sur le chemin qui le conduit à son supplice, le religieux français aurait poursuivi ses harangues jusqu’à ce qu’on le bâillonne119.

  • 120 AOM 88, f. 154v, 4 mai 1553.
  • 121 AOM 91, f. 64v, 16 mars 1562.

49Très inquiet, le grand-maître constate au milieu du xvie siècle l’ampleur de la diffusion du protestantisme dans son couvent (15 religieux sont condamnés entre 1530 et 1550) et dans le port de Malte, où il devient nécessaire de déterminer précisément le nombre de clercs et de laïcs qui ont adhéré à la Réforme120. Dans ce contexte, le Conseil n’hésite pas à réclamer un sévère contrôle des entrées des galères dans l’espace portuaire et en 1562, des commissaires sont envoyés pour inspecter soigneusement les quatre galères de l’Hôpital de retour de Marseille afin de brûler les éventuels ouvrages luthériens et calvinistes qui peuvent se trouver à bord121.

  • 122 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori… op. cit.

50À cette date, l’Ordre a déjà informé le Saint-Siège du danger que représentent les conversions au protestantisme dans le couvent et dans la société portuaire. En toute vraisemblance, le grand-maître de l’époque, Jean de La Valette (1557-1568), espère être investi par le pape d’un pouvoir inquisitorial dans le couvent, voire au sein de la population ; mais c’est à l’évêque de Malte, Domenico Cubbelles, que la tâche est finalement confiée en 1561122. Même si dans la hiérarchie religieuse maltaise, les évêques sont soumis au grand-maître, La Valette est déçu ; néamoins, il ne peut émettre de réserve quant à la décision pontificale : non seulement, c’est lui qui a réclamé l’assistance du Saint-Siège, préférant s’adresser au chef spirituel de l’Hôpital plutôt qu’au roi d’Espagne dont il est vassal depuis 1530, mais l’époque n’est guère propice aux querelles de pouvoir interne. L’Ordre vient de participer en 1560 au désastre de Jerba, où la flotte espagnole a été presque entièrement détruite par les musulmans, tandis que la menace turque sur Malte, qui finit par se concrétiser en 1565, pèse de plus en plus lourdement et exige des efforts de guerre et de fortification réguliers.

  • 123 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta (1563-1575), ff. 1r-53r.
  • 124 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff. 48v-49r, 16 janvier 1564.
  • 125 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff. 55r-114v.

51L’investiture de l’évêque Cubbelles accélère les condamnations pour hérésie à l’encontre de ceux qui n’appartiennent pas à l’Hôpital (seul le grand-maître peut condamner ses frères) et en deux ans, entre 1563 et 1564, l’évêque-inquisiteur préside 18 procès, condamnant trois prêtres maltais, un franciscain et 14 laïcs123. Parmi ces derniers, plusieurs sont des anciens compagnons de Frà François Gesuald, comme Matteo Falson, absous en 1546, et qui, jugé de nouveau en 1563, est brûlé vif comme relaps en janvier 1564124. À la mort de Domenico Cubbelles en 1565, le protestantisme paraît circonscrit, mais ne s’efface pas pour autant du monde portuaire, protégé temporairement par la disparition prématurée de Cubbelles, et surtout par le fait que l’Ordre, investi dans la guerre méditerranéenne, a d’autres préoccupations que celle de faire élire un nouvel évêque maltais. Jusqu’en 1573, Malte demeure privée d’évêque, et quand les procès inquisitoriaux reprennent à partir de 1574, ce sont 14 Maltais, dont un prêtre, un moine et des laïcs majoritairement issus de la bourgeoisie insulaire (notaires, juristes, médecins), qui sont encore condamnés pour hérésie en l’espace d’une année125.

52Toutefois, la réunion entre les mains d’une seule personne des fonctions d’inquisiteur et d’évêque soulève d’inévitables problèmes : l’évêque étant en effet un Hospitalier, le grand-maître attend de sa part une soumission à laquelle ce dernier revendique d’échapper de par son statut d’inquisiteur. C’est bien le problème qui se pose quand le chapelain de la Langue d’Aragon Frà Martino Royas est nommé évêque par le pape en 1573 et investi, comme Domenico Cubbelles avant lui, de la fonction d’inquisiteur : en tant qu’inquisiteur, Royas manifeste des velléités d’autonomie vis-à-vis du couvent, cependant que le grand-maître Jean de la Cassière (1572-1581) en appelle à sa dépendance envers l’Ordre en tant qu’évêque.

  • 126 ASV, Segretaria di Stato, Malta 1, f. 52r, 5 août 1574, lettre du grand-maître au pape sur l’arrivé (...)
  • 127 Anne Brogini, « Une société frontalière et des institutions en conflit. Malte à l’époque moderne (x (...)
  • 128 AOM 91, f. 120v, 18 février 1564 ; Bosio, III, p. 786.

53Sur demande du grand-maître qui espère mettre un frein aux agissements de l’évêque et être investi de la fonction inquisitoriale à sa place, le pape Grégoire XIII tranche la question en nommant en 1574 Pietro Dusina premier Inquisiteur de Malte et délégué apostolique126. Dès ce moment, la définition de la limite d’autorité de chacun des acteurs – évêques, inquisiteurs, grands-maîtres – empoisonne régulièrement les relations entre les pouvoirs de Malte au cours du xviie siècle127. Mais dans ses querelles avec le Saint-Office, l’Ordre bénéficie la plupart du temps d’un soutien sans faille de la part du Saint-Siège, surtout après que le Concile de Trente a rappelé son importance et le rôle essentiel qu’il joue en Méditerranée et en Europe128. De sorte qu’en dépit de ses tentatives répétées, l’Inquisition romaine, indépendante à la fois de l’Espagne et de l’Ordre de Malte, n’a jamais pu intervenir dans les affaires du couvent en matière de foi, ni juger ou punir ses membres, qui relèvent exclusivement de la juridiction de leur grand-maître, de celle du Conseil et, au niveau le plus haut, de celle du pape.

54Au début du second xvie siècle, le couvent et l’île de Malte sont déjà pratiquement purgés d’un péril protestant qui, s’il a conduit à la disparition d’une Langue et de ses commanderies, s’avère moins dangereusement implanté que les réactions des autorités ne peuvent le laisser croire. Deux pouvoirs se partagent néanmoins la tâche de la lutte contre le protestantisme : l’Inquisition romaine est chargée d’éliminer toutes les tentations hérétiques dans la société insulaire, tandis que l’Hôpital s’efforce d’œuvrer à ses propres épuration et redéfinition en tant qu’ordre catholique et militaire.

55La disparition de la Langue d’Angleterre et de la quasi-totalité de ses membres, les enquêtes conduites au sein de l’Hôpital et les exclusions sans rémission du couvent, prononcées à l’encontre de certains religieux français séduits par la Réforme jusqu’aux années 1560, ont sur l’Ordre deux conséquences essentielles. D’abord, sa réunification autour d’une identité catholique assumée, qui s’appuie sur une revivification, dans le sillage de l’Espagne, de la guerre sainte contre l’Islam ; ensuite, le renforcement de son ancrage méditerranéen par la prépondérance incontestable des nations de l’Europe du sud. Car des deux Langues « nordiques », déjà minoritaires avant le xvie siècle, l’une est supprimée en 1540 et l’autre, la Langue d’Allemagne, pèse d’un poids très réduit dans le couvent. À partir du second xvie siècle, la domination des Langues italienne, espagnoles (Castille et Aragon) et françaises (surtout provençale) devient considérable. Cette hégémonie se fonde en grande partie sur une Réforme catholique à laquelle, dans l’ensemble, leur pays et leurs membres adhèrent – bien que le contexte français soit plus ambigu –, et qu’elles vont s’efforcer d’appliquer au sein du couvent par un désir de rénovation religieuse et par une volonté affichée d’enraciner définitivement l’Hôpital dans l’histoire de la chrétienté méditerranéenne.

Notes

1 Jean-Marie Le Gall, « Réformer l’Église catholique aux xve-xviie siècles : restaurer, rénover, innover ? », Bulletin de l’Association d’études sur l’Humanisme, la Réforme, la Renaissance, n° 56, 2003, p. 62-63.

2 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes. France (1480-1560), Paris, Époques Champ Vallon, 2001, p. 18.

3 Paolo Prodi, « La crise religieuse au xvie siècle. Réforme catholique et Contre-Réforme », dans Paolo Prodi, Christianisme et monde moderne. Cinquante ans de recherches, Paris, Hautes Études, Gallimard, Seuil, 2006, p. 30-31.

4 Jean-Marie Le Gall, Les moines au temps des Réformes…, op. cit., p. 20-26 et p. 82-85.

5 AOM 85, 86, 87, 88 et 89, passim.

6 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 12.

7 Robert Muchembled, Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008, p. 310-331 ; Michel Nassiet, La violence, une histoire sociale (France, xvie-xviiie siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2011, p. 289-299.

8 On ne dénombre plus que dix condamnations de novices pour violences, sur un total de 57 condamnations entre 1630 et 1640.

9 AOM 86, f. 43v, 11 août 1536.

10 AOM 88, f. 62r, 28 mars 1550.

11 Anne Brogini et Maria Ghazali, « Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de La Goulette au xvie siècle », Cahiers de la Méditerranée, 70, 2005, p. 9-43.

12 Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers…, op. cit., tome VI, p. 219.

13 Soient 820 rixes et agressions meurtrières sur 1 814 (AOM 85 à 116, passim).

14 AOM 98, f. 15r, 27 janvier 1590.

15 AOM 92, f. 125r, 12 février 1569.

16 AOM 94, f. 32v, 25 octobre 1574.

17 AOM 95, f. 249v, 22 avril 1581.

18 AOM 96, f. 200v, 12 septembre 1584.

19 AOM 96, f. 98v, 28 février 1583.

20 AOM 95, f. 249v, 22 avril 1581.

21 AOM 95, f. 267v, 24 juillet 1581.

22 AOM 2237, ff. 289v-290v, 27 mai 1558.

23 AOM 88, f. 113r, 28 mars 1552.

24 AOM 99, f. 136r, 21 février 1597.

25 AOM 102, f. 126r, 19 août 1608.

26 AOM 87, f. 38r, 10 juin 1544.

27 ASV, SS Malta 5, f. 147r, 1er mai 1597.

28 Maurice Aymard, Espaces, dans Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. L’espace et l’histoire, Paris, Champs Flammarion, 1985, p. 209.

29 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Paris, Paris Méditerranée, 2001, p. 96.

30 Ottavia Niccoli, Storie di ogni giorno in una città del Seicento, Roma-Bari, Editori Laterza, 2000, p. 125.

31 AOM 96, f. 7r, 2 décembre 1581.

32 AOM 96, f. 186r, 12 juin 1584.

33 AOM 91, f. 151r, 13 avril 1565.

34 AOM 96, f. 177v, 23 mars 1584.

35 AOM 87, f. 70v, 28 novembre 1545.

36 AOM 2237, ff. 332r-332v, 24 janvier 1558.

37 AOM 2237, ff. 432r-432v, 6 novembre 1558.

38 AOM 94, f. 125r, 6 juillet 1576.

39 AOM 94, f. 17v, 7 août 1574.

40 AOM 95, f. 23v, 13 septembre 1577.

41 AOM 85, f. 132v, 8 octobre 1534.

42 AOM 89, f. 92v, 1er décembre 1556.

43 AOM 106, f. 30r, 20 mai 1617.

44 AOM 88, f. 132v, 22 octobre 1552.

45 AOM 89, f. 20r, 15 septembre 1554.

46 AOM 98, f. 106r, 13 février 1593.

47 AOM 86, f. 30v, 11 février 1536.

48 AOM 92, f. 125r, 12 février 1569.

49 AOM 93, f. 175v, 9 décembre 1573.

50 AOM 94, f. 32v, 25 octobre 1574.

51 AOM 110, f. 128v-129r, 6 novembre 1631.

52 AOM 111, f. 60r, 11 mai 1634.

53 AOM 98, f. 126r, 12 octobre 1593.

54 Denis Crouzet, « Recherches sur la crise de l’aristocratie en France au xvie siècle : les dettes de la Maison de Nevers », Histoire, économie et société, 1982, 1re année, n° 1, p. 9 et p. 18.

55 Les statuts de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, 1643, p. 256-262 ; Vertot, VI, p. 213 et p. 218.

56 AOM 87, f. 52r, 19 janvier 1545.

57 AOM 90, f. 108v, 5 juillet 1560.

58 AOM 96, f. 247r, 2 août 1585.

59 Vertot, VI, p. 214.

60 AOM 96, f. 222v, 15 février 1585.

61 AOM 98, f. 74r, 24 avril 1592.

62 Vertot, VI, p. 214.

63 AOM 99, f. 28v, 14 juin 1595.

64 AOM 101, f. 12r, 13 novembre 1603.

65 AOM 103, f. 122v, 29 janvier 1610.

66 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 14-15.

67 AOM 86, f. 51r, 13 décembre 1536.

68 AOM 94, f. 47r, 22 mars 1575.

69 AOM 97, f. 142v, 9 septembre 1588.

70 AOM 101, f. 156r, 6 juin 1605.

71 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 15-16.

72 AOM 94, f. 53r, 24 mai 1575.

73 AOM 101, f. 4v, 24 octobre 1603 et f. 20r, 23 janvier 1604.

74 Les statuts de l’Ordre…, op. cit., p. 16.

75 C’est ainsi que l’on désigne les ordres religieux, et donc l’Ordre de Malte.

76 Jean-Marie Le Gall, « Rénover l’Église catholique aux xve-xviie siècles… », art. cit., p. 66.

77 AOM 88, f. 192v, 12 mars 1554.

78 Antonino Giuffrida, La Sicilia e l’Ordine di Malta (1529-1550). La centralità della periferia mediterranea, Palerme, Quaderni Mediterranea 2, 2006, p. 52-53.

79 Marie-Ange Boitel-Souriac, « Quand vertu vient de l’étude des bonnes lettres. L’éducation humaniste des Enfants de France, de François Ier aux derniers Valois », Revue Historique, 2008/1, n° 645, p. 33-59.

80 Giovanni della Casa, Trattato nel quale sotto persona d’un vecchio idiota ammaestrante un suo giovanetto, si ragiona de’modi che si debbono o tenere o schifare nella comune conversazione, cognominato galateo ovvero de’ costumi, 1558, réédition par Carlo Cordié, Giovanni Della Casa : Galateo ovvero de’costumi, dans Opere di Baldassare Castiglione, Giovanni della Casa, Benvenuto Cellini, Milan-Naples, Ricciardi editore, 1960, p. 374-375 (cité par Théa Picquet, « Un manuel de savoir-vivre : Giovanni della Casa, Galateo ovvero de’ costumi », Italies. Littérature, civilisation, société, n° 11, 2007, p. 419-435) ; Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Champ Essais, rééd. 1982.

81 Antonino Giuffrida, La Sicilia e l’Ordine di Malta (1529-1550), op. cit., p. 53.

82 Marc Durand, « De la scolastique à l’humanisme. Généalogie d’une révolution idéologique : l’éducation corporelle de Gargantua », Staps, 2004/3, n° 65, p. 49-50.

83 Anne-Marie Cheny, « Humanisme, esprit scientifique et études byzantines : la bibliothèque de Nicolas-Claude Fabri de Peiresc », Dix-septième siècle, 2010/4, n° 249, p. 693.

84 L’inventaire des ouvrages de la bibliothèque de Baylin a été publié par A. Giuffrida, La Sicilia e l’Ordine di Malta…, op. cit., p. 203-208.

85 Jean-Bernard de Vaivre, Laurent Vissière, « Essai sur le manuscrit de dédicace des œuvres de Guillaume Caoursin à Pierre d’Aubusson (v. 1483) », Société de l’Histoire et du Patrimoine de l’Ordre de Malte, n° 27, 2012, p. 6 ; Nicolas Vatin, « Guillaume Caoursin », dans N. Bériou et Ph. Josserand, Prier et combattre…, op. cit., p. 412-413.

86 Corinne Ferradou, « La réflexion sur le pouvoir du langage dans plusieurs colloques d’Érasme, le “Lucien Batave” », Bulletin de l’Association d’études sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, 2004, n° 58, p. 59-60.

87 Silvana Seidel Menchi, Érasme hérétique. Réforme et Inquisition dans l’Italie du xvie siècle, Hautes Études, Paris, Gallimard Le Seuil, 1996 (Erasmo in Italia, 1520-1580, Turin, Bollati Bolinghieri, 1987).

88 Daniel Nordman, Tempête sur Alger. L’expédition de Charles Quint en 1541, Paris, Bouchène, 2011, p. 101-102.

89 Caroli V imperatoris expeditio in Africam ad Argieram, per Nicolaum Villagagnonem, equitem Rhodium gallum, ad D. G. Bellaium Langaeum, Subalpinarum gentium proregem, Paris, éd. J.-L. Tiletan, 1542.

90 Le Voyage et expédition de Charles le Quint, empereur, en Africque contre la ville de Argiere. La description de l’armée, voyage de l’empereur en Africque contre la ville de Argiere, envoyée à monsieur de Langest, par messire Nicole Vilagon, traduicte de latin en françois, Paris, éd. B. de Gourmont, 1542.

91 Vertot, Histoire des chevaliers… ., V, p. 211.

92 L’ouvrage est traduit la même année en français sous le titre Le discours de la guerre de Malte, contenant la perte de Tripolis & autres forteresses, faussement imposée aux François, écrit en latin à Charles Quint, par le seigneur Nicolas de Villegagnon, Lyon, Jean Temporal éd., 1553.

93 Daniel Nordman, Tempête sur Alger…, op. cit., p. 111-112.

94 Franck Lestringant, Le huguenot et le Sauvage. L’Amérique et la controverse coloniale en France au temps des guerres de religion (1555-1589), Paris, Droz, 2004 (1re édition Klincksieck, Paris, 1990), p. 58-61 ; Grégroy Wallerick, « La guerre par l’image dans l’Europe du xvie siècle. Comment un protestant défie les pouvoirs catholiques », Archives des Sciences Sociales des Religions, n° 149, janvier-mars 2010, p. 40.

95 De Coenae controversiae Philippi Melanchthonis judicio per Nicolaum Villagagnonem, Paris, A. Wechel éd., 1561.

96 De Consecratione, mystico sacrificio et duplici Christi oblatione adversus Vannium lutherologiae professorem ; de Judaici paschatis implemento adversus Calvinologos ; de Poculo sanguinis Christi et introitu in sancta sanctorum interiora velaminis, adversus Bezam, cum refutationibus quarundam propositionum calvinologiae propugnatoris ; Pronuntiata quae ad confirmationem superiorum pertinent, Paris, S. Nivelle, 1569.

97 Themata quae Villagagno in suis adversus Calvinum libris propugnanda suscepit, Paris, A. Wechel éd., 1561 ; De Venerandissimo Ecclesiae sacrificio, ad Ludovicum Herquivillerum, regium in senatu parisiensi consiliarum, per Nicolaum Villagagnonem, adversus Calviniani evangelii sectatores, Paris, A. Wechel, 1562.

98 La réfutation des folles resveries, exécrables blasphèmes, erreurs et mensonges de Nicolas Durand qui se nomme Villegaignon, divisée en deux livres, Paris, 1561.

99 Gregory O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue, 1460-1565, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 320.

100 AOM 85, f. 140v, 13 novembre 1534.

101 AOM 86, f. 12v, 7 décembre 1535.

102 AOM 86, f. 88v, 5 juillet 1539.

103 AOM 86, f. 93v, 26 septembre 1539 et f. 95r, 16 octobre 1539.

104 G. O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue…, op. cit., p. 215-216.

105 AOM 86, f. 82v, 1er mars 1539 ; Pierre de Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, II, Lyon, 1612, p. 582.

106 AOM 86, f. 112r, 12 janvier 1541 ; Giacomo Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustrissima Militia di San Giovanni Gierosolimitano, Tome III, Rome, 1596, p. 197.

107 Gregory O’Malley, The Knigts Hospitaller of the English Langue…, op. cit., p. 321-323.

108 AOM 87, f. 61r, 3 juillet 1545.

109 AOM 89, f. 127r, 12 octobre 1557.

110 AOM 90, f. 22r, 3 juillet 1558.

111 AOM 90, f. 130v, 10 janvier 1560.

112 AOM 86, f. 51r, 13 décembre 1536.

113 AOM 86, f. 124r, 3 mars 1542.

114 L’ancienne résidence du couvent dans le port, que les Hospitaliers abandonnent au profit de La Valette en 1571.

115 AOM 87, f. 43r, 1er septembre 1544.

116 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori che furono delegati nell’isola di Malta, non folioté, non daté.

117 AOM 88, f. 52v, 28 mars 1550.

118 AOM 89, f. 25r, 5 novembre 1554.

119 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori..., op. cit.

120 AOM 88, f. 154v, 4 mai 1553.

121 AOM 91, f. 64v, 16 mars 1562.

122 BMA, Ms 1094, Relazione degl’Inquisitori… op. cit.

123 ACDF, St. St. II 1-e bis, Registrum Sententiarum Sancti Officii di Malta (1563-1575), ff. 1r-53r.

124 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff. 48v-49r, 16 janvier 1564.

125 ACDF, St. St. II 1-e bis, ff. 55r-114v.

126 ASV, Segretaria di Stato, Malta 1, f. 52r, 5 août 1574, lettre du grand-maître au pape sur l’arrivée à Malte de Pietro Dusina.

127 Anne Brogini, « Une société frontalière et des institutions en conflit. Malte à l’époque moderne (xvie-xviie siècles) », dans Michel Bertrand et Natividad Planas (dir.), Les sociétés de frontière de la Méditerranée à l’Atlantique (xvie-xviiie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 2011, p. 91-106.

128 AOM 91, f. 120v, 18 février 1564 ; Bosio, III, p. 786.

Table des illustrations

Titre Tableau 13 : Nombre d’irrespects à la règle commis par les frères (1530-1650)
Crédits Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44825/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Graphiques 8 : L’évolution des infractions commises entre 1530 et 1650
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44825/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Tableau 14 Les catégories d’entorses à la règle (1530-1650)
Crédits Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44825/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Tableau 15 Les différents manquements à la règle (1530-1650)
Crédits Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44825/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique 9 L’évolution de la répression des délits (1530-1650)
Crédits Source : AOM, Libri Conciliorum 85 à 116
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44825/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search