Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Race et vertus. Les chevaliers de Malte, une parfaite noblesse

La noblesse mise en scène

Les Hospitaliers, chevaliers parfaits des Temps Modernes

Texte intégral

  • 1 Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustrissima Militia di San Giovanni Gierosolimitano(...)
  • 2 Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione di San Giovanni Gerosolimitano detta di Malta, 1713, 2 vo (...)
  • 3 Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depuis Chevaliers d (...)
  • 4 Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Paris, 1612.
  • 5 Goussancourt, Le martyrologue des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits de Malte, contenant l (...)
  • 6 Éric Suire, La sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviie siècles) d’après les textes (...)

1Une floraison d’œuvres littéraires hagiographiques, signées ou anonymes, trace et fige à partir de la fin du xvie siècle la légende des nobles parfaits que sont les Hospitaliers, chevaliers du Christ depuis les Croisades, accomplissant la geste moderne de la guerre sainte en Méditerranée. Héritières des romans de chevaleries, qui connaissent un renouveau en Europe à la fin du xve siècle, les Histoires de l’Ordre de Malte sont au nombre de trois à l’époque moderne : celle de Giacomo Bosio, publiée en 1596, qui couvre l’histoire de l’Hôpital de ses origines à 15711, celle de Bartolomeo dal Pozzo, qui entend poursuivre l’œuvre de son prédécesseur en étudiant les années 1571-16882 et celle de l’abbé de Vertot publiée en 17263 qui retrace l’histoire de l’Ordre depuis ses origines jusqu’au xviiie siècle. À ces trois ouvrages, il faut ajouter celui de Pierre de Boissat, daté de 16124, qui consiste en une traduction française souvent arrangée de l’Histoire de Bosio. Une dernière œuvre enfin contribue à l’édification de la tradition hagiographie des Hospitaliers aux xvie-xviie siècles : le Martyrologue des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem rédigé et publié par Mathieu de Goussancourt en 16435. Cette œuvre s’inscrit dans une tradition des biographies-témoignages qui constitue une large part de la production littéraire religieuse française à partir des années 16206, retrace les Vies de chevaliers considérés comme des modèles héroïques, des nobles parfaits ou des saints ayant marqué l’histoire de leur ordre.

2D’autres textes, anonymes et manuscrits, régulièrement copiés, aussi bien conservés dans des archives locales que dans les bibliothèques des chevaliers ou de leur famille, contribuent plus modestement mais tout aussi efficacement à l’édification du mythe chevaleresque de l’Hôpital. Enfin, nombre d’ouvrages et de récits sont écrits puis publiés au lendemain de la victoire obtenue par l’Ordre sur les Turcs et les Barbaresques, durant le siège de Malte en 1565. Moins nombreuses, quoique revêtues elles-aussi d’une haute valeur symbolique, certaines représentations picturales des Hospitaliers sont effectuées par trois peintres italiens célèbres des xvie et xviie siècles (Matteo Perez d’Aleccio, Le Caravage et Mattia Preti) qui mettent en scène la nature de chevaliers parés de vertus nobiliaires, dotés d’un sang supérieur qu’ils n’hésitent pas à verser au nom du Christ, et dont les actions héroïques transfigurent l’histoire en épopée.

Le sang et les vertus

3Cette glorification moderne, entièrement postérieure à la victoire obtenue à Malte sur les Turcs en 1565, renoue, après un temps difficile, avec une image positive que les ordres militaires-religieux avaient acquise au Moyen Âge et qui, pour l’Hôpital, avait été un peu ternie par le contexte du premier xvie siècle.

  • 7 Nicole Bériou, « Les ordres militaires sous le regard des prédicateurs au xiiie siècle », dans Isab (...)
  • 8 Helen Nicholson, « Représentations », dans N. Bériou et P. Josserand, Prier et combattre…, op. cit.(...)

4Même si les chroniques médiévales offraient une image plutôt négative des ordres, les contes moralisants et la littérature épique en avaient fait, pour les autorités politiques comme dans l’imagerie populaire, des institutions religieuses très estimables, composées de guerriers pouvant véritablement se mettre au service de Dieu. C’est surtout le Temple qui jouit d’une réputation de milice honorable : au xiiie siècle, il est considéré par bien des auteurs, comme Humbert de Romans, comme le « vrai » modèle guerrier et chevaleresque, tandis que l’Hôpital doit plutôt s’efforcer de remplir sa vocation première, qui est l’hospitalité, et n’est finalement devenu militaire qu’à la faveur du contexte particulier des croisades7. La chute du Temple en 1312 va considérablement servir les intérêts de l’Hôpital et enjoliver l’image que les contemporains ont de lui : associé au Temple après qu’il a hérité de la plupart des commanderies templières européennes, l’Hôpital se voit soudain attribuer dans les récits les anciens faits glorieux des Templiers et un nouveau rôle dans la croisade, bien plus important que ce que retenaient les auteurs antérieurs8.

  • 9 Laurent Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481) », (...)
  • 10 Anne Brogini, « Milice de Dieu, milice du Prince. L’Ordre de Malte en Méditerranée au début de l’ép (...)

5Cette nouvelle bonne réputation acquise au xive siècle ne peut que croître au fil du temps et après la victoire sur les Turcs lors du siège de Rhodes de 14809, jusqu’aux échecs de 1522 (la perte de Rhodes, conquise par Soliman le Magnifique) et de 1551 (la perte de Tripoli qui fonde la deuxième Régence barbaresque inféodée aux Ottomans). Dramatiques, ces pertes révèlent à la chrétienté et au monde musulman que l’Hôpital peine désormais à remplir son rôle de milice10. Indissociable de la victoire militaire et de la bonne réputation (fama), la noblesse des Hospitaliers se trouve souillée durant le premier xvie siècle. Car bien que leur résistance acharnée lors du siège de Rhodes leur ait valu les honneurs de la guerre et leur ait garanti le droit de quitter librement l’île avec trésor, flotte, archives et vassaux désireux de les suivre, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’une défaite qui a pour double conséquence de les priver de leur réputation et de les éloigner physiquement de la Terre Sainte.

  • 11 AOM 88, f. 101r, 4 novembre 1551.

6Quant à la perte de Tripoli, elle est vécue comme un écho douloureux de celle de Rhodes ; le préside espagnol leur avait été cédé en fief en même temps que Malte en 1530 par l’Empereur, avec pour responsabilité de l’entretenir et de le défendre contre les attaques musulmanes. L’investissement symbolique que les chevaliers avaient placé en Tripoli, perçu comme la base d’un État latin en Afrique du Nord, explique la sévérité avec laquelle sont jugés et condamnés les « coupables » de la défaite de 1551, que sont le Gouverneur, le Trésorier et le Lieutenant du préside : ils sont condamnés à la perte publique de leur habit et de leur dignité de chevalier11. Outre la perte du préside, c’est la « lâcheté » des chevaliers qui est en cause : le couvent estima que les responsables auraient dû mourir à Tripoli plutôt que de se rendre et que leur désir de survie avait reflété une attitude indigne d’un chevalier de Saint-Jean, car ignoble au sens propre du terme.

  • 12 Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris, 1997, Tome 1, (...)
  • 13 Anne Brogini, « Le siège de Malte (1565), coup d’arrêt de la conquête ottomane en Méditerranée occi (...)

7Les échecs de Rhodes et de Tripoli ne représentent pas seulement pour l’Hôpital la perte de sa noblesse, mais également la perte de sa dimension de croisé. Les Hospitaliers du premier xvie siècle subissent en réalité la rétraction de l’espace de croisade chrétien dans le bassin méditerranéen, qui témoigne du passage entre un temps de croisade encore offensive à celui d’une croisade simplement défensive12. La « conquête de l’ouest » ottomane, qui suppose à la fois l’unification du Levant sous autorité turque et l’inféodation de l’Afrique du Nord à la Porte, signifie l’éviction progressive des Latins des eaux musulmanes et celle, définitive, des Hospitaliers des terres et des mers infidèles13. Au milieu du xvie siècle, les Hospitaliers ne sont plus en position de bastion chrétien au cœur de l’Islam, mais se trouvent repoussés à la frange même de la chrétienté, à Malte, sur la frontière insulaire entre les rives nord et sud. Dépouillés par deux défaites successives d’une identité de croisés qui est leur raison d’être depuis des siècles, même si elle s’est un peu amoindrie à la fin de l’époque rhodienne, les Hospitaliers trouvent refuge dans leur possession maltaise et dans l’obligation, exigée d’eux par Charles Quint, de soutenir l’Espagne et les puissances chrétiennes en lutte contre les musulmans.

  • 14 AOM 416, ff. 193v-194r, 23 mai 1535 ; Sylvie Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis (1535) : images (...)
  • 15 AOM 418, f. 186v, 24 août 1541.
  • 16 Daniel Nordman, Tempête sur Alger…, op. cit., p. 232-235.
  • 17 Giacomo Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustrissima Militia di San Giovanni Gieroso (...)
  • 18 AOM 428, f. 275r, 30 août 1560.
  • 19 AOM 417, ff. 251r-251v, 16 juillet 1538.
  • 20 AOM 433, f. 262r, 4 mai 1571.

8Durant tout le xvie siècle, la flotte de l’Hôpital est ainsi sollicitée par Charles Quint ou Philippe II, et par les puissances chrétiennes telles que Venise, le Saint-Siège ou les vice-rois de Naples et de Sicile. Les chevaliers participent aux principaux affrontements méditerranéens : l’expédition de Tunis en 1535, où se trouvent trois galères et une caraque de Malte14, celle d’Alger qui mobilise en 1541 quatre galères de Malte15 qui, à en croire les hagiographes de l’Ordre, suscitent l’admiration de Charles Quint en parvenant à se maintenir à flot malgré la tempête16. « Seules les galères de Saint-Jean pouvaient ainsi naviguer par un temps pareil », aurait confié l’Empereur à Doria17, tandis que les vents déchaînés et la mer démontée emportent par le fond une grande partie de la flotte espagnole. Les Hospitaliers sont également présents, avec cinq galères et deux galions, lors de la désastreuse entreprise de Jerba conduite par les Espagnols en 156018. Surtout, l’Ordre tient son rang durant les fameuses batailles navales de Prévéza et de Lépante, en 153819 et 157120, où les galères maltaises sont placées à la droite de la Capitane du pape et où deux galères sur trois sont détruites à Lépante, ce qui cause la perte d’une bonne partie des chevaliers et des équipages.

  • 21 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente. Le Grand Siège de l’île par les Turcs, Paris, Bouchène (...)

9Consécutive à la vassalité nouvelle de l’Ordre, cette présence militaire dans tout le bassin méditerranéen offre aux Hospitaliers l’opportunité d’une renaissance concrète et symbolique, qui trouve son point d’orgue dans la défaite qu’ils infligent pratiquement seuls en 1565 à une armée turque et barbaresque trois fois supérieure aux forces chrétiennes. Élément de la résurrection de l’Ordre en Méditerranée, le siège de Malte, qui dure de mai à septembre 1565, atteste de la résistance acharnée qu’opposent les chevaliers, qui luttèrent à Malte pour la sauvegarde même de leur ordre et de l’existence d’un couvent outremer. Leur bravoure incontestable s’est traduite par un nombre élevé de morts : en quatre mois, 294 religieux sont tués, sur un total de 582 Hospitaliers qui étaient présents à Malte au début du siège21. Le sommet de l’héroïsme est atteint lors de la chute du fort Saint-Elme le 23 juin 1565, où les chevaliers choisissent de mourir plutôt que d’abandonner la forteresse qui ne peut plus être ni défendue ni secourue.

  • 22 Francisco Balbi de Correggio, La verdadera relacion de todo lo que el anno MDLXV ha succedido en la (...)
  • 23 Balbi de Corregio, La Verdadera relacion…, Barcelone, 1568, p. 54v.

10La Relación de Balbi de Correggio, soldat espagnol au service de l’Ordre au moment du siège, reflète la naissance du mythe moderne de l’Hôpital, édifié dans les mois et les années qui suivent la victoire. L’auteur rédige deux versions sensiblement différentes, en 1567 et en 1568, de la dernière nuit que passèrent au fort Saint-Elme les chevaliers assiégés. Si la première version décrit des hommes épuisés, qui s’efforcent désespérément de colmater les brèches les plus larges et qui, toute la nuit durant, se relaient pour organiser la résistance ultime contre l’assaut du lendemain22, la version de 1568, largement réécrite, met en scène des chevaliers exaltés, s’exhortant à mourir pour leur foi, s’embrassant et se félicitant mutuellement de donner leur vie pour la gloire du Christ23.

  • 24 BMA, Ms 1095, Lettera del Valletta Gran Maestro di Malta a Papa Pio V, p. 7.

11Le sacrifice de Saint-Elme, puis l’éclatante victoire de septembre 1565, saluée par les autorités chrétiennes au cours des mois qui suivent, rachètent définitivement les souillures de 1522 et de 1551. Les vertus guerrières sont brusquement reconquises par les Hospitaliers, leur réputation restaurée et leur noblesse affichée publiquement à la face de princes chrétiens qui, soit ne sont pas venus à l’aide de Malte, soit ont tellement tardé à arriver, que leur participation n’a fait que hâter le départ des troupes musulmanes vaincues par l’Ordre et les insulaires. Les Hospitaliers ont renoué avec l’esprit de sacrifice propre à la noblesse. Vecteur de l’information, les lettres du grand-maître Jean de La Valette œuvrent à la mise en scène de la victoire. En 1568, La Valette écrit avec l’assurance de son honneur retrouvé, et de celui de tout son ordre : « Mais quelle joie pour nous tous… que ce sang qui a baigné en abondance ces murailles et ces rues24 » !

12Sans esprit de sacrifice, la guerre est simple lutte ; c’est la joie de mourir pour sa foi et pour son honneur qui lui confère sa dimension de croisade. Jusqu’alors en souffrance de noblesse et de croisade, les Hospitaliers sont érigés par eux-mêmes et par les récits qui sont tous publiés après 1565 en bouclier humain de la chrétienté, en une élite par excellence de la noblesse chrétienne.

  • 25 Gio Battista Abela, Della descrittione di Malta, isola del mare siciliano con le sue antichità ed a (...)
  • 26 Discorso di Malta di Pietro Dusina, Parte Prima : Della Religione di San Giovanni Hierosolomitano, (...)
  • 27 BMA, Ms 1090, Relazione della diffesa di Malta attacata da Turchi, p. 9.

13Cette noblesse est décrite comme indissociable du sang glorieusement versé durant les batailles, mais également de celui qui coule dans leurs veines et qui atteste de leur haute naissance et de leur prestigieuse lignée. « La Religion de Saint-Jean de Jérusalem représente le plus noble sang de la chrétienté » affirme en 1643 le Maltais Gio Battista Abela, dans un ouvrage qui ne traite pas de l’Ordre mais presque exclusivement de Malte25. Reflet du processus de définition du second ordre européen entre le xvie et le milieu du xviie siècle, les ouvrages vantent la supériorité d’un sang qui, de la naissance à la mort, révèle les vertus des chevaliers. Constamment employés, les adjectifs de « noble », de « très noble »26 accompagnent la bravoure et l’excellence guerrière. Une anonyme Relazione della diffesa di Malta attacata da Turchi, raconte que lors d’un assaut mené au mois de juin 1565, « les ennemis furent battus et eurent beaucoup de morts [tandis que] parmi les chrétiens ne moururent qu’un chevalier et sept ou huit soldats27 ». De même, Boissat relate la prise de Tunis par Charles Quint en 1535 en soulignant qu’un

  • 28 Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Lyon, Tome II, 1612, p. 554.

chevalier se jeta le premier à l’eau avec son enseigne et fut incontinent suivi de tous les chevaliers qui passèrent dans l’eau jusques à la ceinture et se mirent à monter sur la brèche à travers les arquebusades et coups de flèches et de pierres et artifices à feu […] et firent tant qu’ils vinrent aux mains avec les Turcs et dans peu de temps les forcèrent et repoussèrent28.

  • 29 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs a (...)

14Les extraits reflètent à la fois la très nette supériorité chrétienne – un chrétien mort équivaut à plusieurs musulmans décédés – et surtout l’incontestable grandeur des chevaliers, leur bravoure inégalée et leur maîtrise absolue de l’art de la guerre29.

  • 30 Laurent Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481) », (...)
  • 31 Balbi, 1568, p. 91v.

15La noblesse n’est pas seulement narrée, elle est illustrée en images. Les représentations artistiques se multiplient entre la fin du xvie et le second xviie siècle, commandées par l’Ordre lui-même, soucieux de sa propre mise en scène. Comme cela avait déjà été expérimenté au lendemain du siège de 1480 – tant dans les lettres, que dans les récits et les images30 –, un remarquable travail de publicité est accompli après 1565, dans lequel rien n’est laissé au hasard. La noblesse et les prouesses guerrières sont ainsi indissociables de l’appui céleste : la théophanie et la certitude du soutien divin constituent les thèmes récurrents des récits de la seconde moitié du xvie siècle et des premières histoires de l’Ordre. Déjà, Balbi de Correggio, qui participe au siège de 1565, écrit dans son journal que toutes les victoires obtenues l’ont été « plus du fait du secours divin que des forces humaines31 ».

16Deux autres théophanies sont décrites dans les récits de contemporains, toutes datées du mois d’août, mois extrêmement symbolique puisque le 15 août est l’Assomption de la Vierge. Dans l’une, un capucin maltais voit apparaître devant lui le Christ et la Vierge, accompagnés de saint Jean-Baptiste, saint Paul (patron de Malte) et saint François (patron des Capucins, branche de l’ordre des Franciscains) ; dans la seconde, seul Jean-Baptiste, saint patron de l’Ordre, se trouve aux côtés du Christ et de la Vierge. Mais les messages délivrés par les personnages divins sont identiques et rassurent le religieux en lui annonçant que

  • 32 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente..., op. cit., p. 205-206.

Malte ne sera pas perdue et après que les chevaliers auront purgé leurs erreurs et seront revenus aux vertus passées, il ne leur arriverait plus rien de pire désormais32.

  • 33 Caroline Chaplain, « Le cycle peint du Grand Siège de Malte au château de La Cassagne ou l’émergenc (...)

17Les Hospitaliers adhèrent eux-aussi au principe de la théophanie, preuve définitive de leur identité de croisés, au point de désirer en conserver la trace et la mémoire, à Malte d’abord, mais également en Europe : ainsi, la salle d’honneur du château de La Cassagne, de la famille du chevalier Frà Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, de la Langue de Provence, abrite des fresques sur le siège de 1565, qui sont des copies, exécutées à la demande du chevalier entre 1635 et 1646, de celles qui ont été réalisées au siècle précédent par Matteo Perez d’Aleccio, dans le palais magistral de Malte, et qui ont été diffusées par le peintre italien lui-même dans une œuvre qu’il publie en 1582 à Rome (I veri ritratti della guerra e dell’assedio e assalti dati all’isola di Malta33). Pour décorer la salle du Conseil du palais du grand-maître, dans la nouvelle cité de La Valette, les Hospitaliers ont en effet commandé à Matteo Perez d’Aleccio une série de douze fresques représentant les épisodes marquants du siège, et dont l’une d’entre elles (la deuxième) représente le moment de l’apparition divine.

  • 34 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grande Assedio di Malta, Alezio, Lupo (...)
  • 35 AOM 439, f. 273r.
  • 36 Thomas Jäger, « The Art of the Orthogonal Planning : Laparelli’s Trigonometric Design of Valletta » (...)

18Né à Alezio en 1547, Matteo Perez s’est établi à Rome en 1566 et travaille au service du Saint-Siège depuis 157334. Lorsque l’Ordre demande au pape un peintre pour décorer le Palais magistral, Grégoire XIII leur recommande et leur dépêche Matteo Perez d’Aleccio, qui débarque à Malte en 1576 et y demeure jusqu’en 158135. Assistant aux travaux d’édification de la cité de La Valette, il en dressera l’un des premiers plans (après ceux de son architecte, Francesco Laparelli), peu après son départ de Malte36. Durant les cinq années de résidence dans l’île, il est chargé de la décoration de trois salles du palais magistral : la salle des Pages, celle des Ambassadeurs, ornées de fresques rappelant divers épisodes de la vie des Hospitaliers en Terre Sainte et à Rhodes, et enfin celle du Conseil, dont les fresques illustrent les étapes du siège, encadrées de plusieurs figures allégoriques féminines représentant les vertus des chevaliers (la Religion, l’Espérance, la Foi, la Tempérance, la Fortune, la Justice, la Prudence, la Gloire, la Victoire, la Vertu, la Patience, la Noblesse).

Document 9. Palais du grand-maître, Salle du Conseil de l’Ordre, La Valette, Malte

(Ph. de A. Brogini)

19La deuxième fresque, qui illustre l’arrivée des troupes musulmanes dans le port, le 20 mai 1565 et l’attaque que subit le casal Zejtun (Sainte-Catherine) montre l’ouverture du ciel dans le coin supérieur gauche et dévoile la présence de six personnages. Au centre, Dieu ; à sa droite, le Christ tenant un globe surmonté d’une croix ; autour du couple divin, agenouillés, se tiennent les quatre intercesseurs en faveur des chrétiens. Aux pieds du Christ, éplorées, se trouvent la Vierge, qui intercède en faveur de tous les chrétiens menacés, et sainte Catherine symbolisant le martyre subi par les habitants du casal Zejtun massacrés par les Turcs. Aux pieds de Dieu, se trouvent les deux saints patrons de l’Ordre et de l’île : saint Jean-Baptiste, qui désigne du gauche la mauvaise fortune de ses chevaliers, et saint Paul, qui se tient les bras en croix en signe de prière et qui intercède en faveur des Maltais.

  • 37 Emmanuelle Sabouret, « La disjonction du Caravage », Adolescence, 2008/2, n° 64, p. 427.

20Le lien avec la divinité se retrouve dans le célèbre tableau que le Caravage peint à Malte en 1608 pour l’Ordre, la Décollation de saint Jean-Baptiste. L’Ordre accueille en effet à Malte le jeune Michelangelo Merisi, précédé d’une réputation sulfureuse ; durant son séjour romain (1590-1606), le peintre s’est régulièrement fait remarquer pour son comportement belliqueux et son caractère prompt à la moquerie, à l’insulte et à la violence. En 1606, il tue en duel un jeune homme pour une affaire de dette de jeu ; quittant Rome clandestinement, il est condamné à mort par contumace, peine qu’il tente sans relâche de commuer, durant les quatre années qu’il lui reste à vivre37. Il se réfugie d’abord à Naples, puis à Malte, où il débarque en juillet 1607.

  • 38 Keith Sciberras and David M. Stone, Caravaggio : Art, Knighthood and Malta, Midsea Book Ltd, Malte, (...)
  • 39 Keith Sciberras, « Caravaggio, the Confraternità della Misericordia and the original context of the (...)
  • 40 David M. Stone, « The context of Caravaggio “Beheading of St John” in Malta », The Burlington Magaz (...)

21Fait chevalier de grâce en 1608 par volonté du grand-maître Alof de Wignacourt (1601-1622)38, considéré comme le peintre officiel de l’Hôpital, il réalise plusieurs œuvres sur commande officielle des chevaliers, dont la célèbre Décollation destinée à orner l’oratoire de saint Jean le Décapité, que les frères ont souhaité ajouter à l’église conventuelle et ont fait bâtir dans les années 1602-160539. Outre qu’il est un espace de prière et de recueillement, l’oratoire devient l’endroit privilégié où se déroulent les cérémonies importantes de l’Ordre (telles que la tenue, à partir du xviie siècle, des Conseils d’État, la lecture publique des statuts, la privation de l’habit…) et est élu comme lieu de réunion d’une confrérie maltaise de la Miséricorde, à laquelle appartiennent nombre de chevaliers40.

Document 10. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte

(Ph. de A. Brogini)

  • 41 Maurizio Marini, « L’alfa e l’omega di Michelangelo Merisi da Caravaggio, pittore : qualche precisa (...)
  • 42 AOM 103, f. 34r, 1er décembre 1608 ; Keith Sciberras, « Frater Michael Angelus in tumultu : The Cau (...)

22Dans ce tableau saisissant, la décapitation se déroule de manière étonnamment paisible ; seule la vieille servante, portant ses mains au visage, exprime l’horreur de la scène à laquelle elle assiste. Le rouge vif de la cape enveloppant le corps du saint attire le regard, symbolise le sang qui coule de la gorge tranchée et rappelle la couleur du vêtement de guerre des Hospitaliers. Au sacrifice du saint, dévoué au Christ son cousin, qu’il a baptisé avant d’être mis à mort par Hérode Antipas, répond celui de l’Ordre de Malte, dévoué à la chrétienté et subissant avec joie le martyre pour sa défense, dans la lutte qu’il mène contre tous ceux qui ne suivent pas la foi catholique. Avec le sang jaillissant de la gorge ouverte, le Caravage a signé l’œuvre de son nom, précédé de la lettre « F », qui désigne son nouveau statut de frère hospitalier et souligne peut-être le désir du peintre d’une vie nouvelle, dévouée à l’Ordre41. Coupable néanmoins de nouveaux désordres, il est emprisonné dans le fort Saint-Ange, à Vittoriosa, le 6 octobre 1608, dont il parvient à s’échapper – sans doute grâce à la complicité de certains religieux – pour se réfugier en Sicile. Privé de son habit de chevalier, il est exclu de l’Ordre comme « membre pourri » en décembre de la même année42.

  • 43 John T. Spike, « Mattia Preti’s Passage to Malta », The Burlington Magazine, vol. 120, n° 905, augu (...)

23Le parallèle entre l’histoire de l’Ordre et celle de son saint-patron se poursuit dans l’église conventuelle, lors de sa réfection de 1661 à 1666, et des fresques qu’y peint Mattia Preti (1613-1699)43. Le peintre Mattia Preti retrace le long de la voûte, en six doubles registres, le cycle entier de la vie de Jean le Baptiste, de sa naissance miraculeuse à sa décollation. Deux fresques dépassent la simple représentation de la vie du saint pour représenter l’œuvre de l’Hôpital. La première, dont nous avons déjà parlé, encadre la fenêtre située au-dessus de l’entrée dans l’église. Elle se partage en trois scènes qui illustrent les activités qui fondent l’identité des chevaliers de Malte et qui mettent en scène les deux grands-maîtres Cotoner (Rafael, 1660-1663, et Nicolás, 1663-1680). À gauche, l’hospitalité, incarnée par un grand-maître en habit de prière noir à croix blanche, donnant du pain à un homme souffrant ; à droite, l’œuvre militaire, symbolisée par le tableau d’une galère que nous désigne d’une main l’autre grand-maître. La dimension guerrière est dominante dans la fresque et l’on discerne en arrière-plan des remparts, une échauguette et plusieurs corps de chevaliers en habit de guerre (rouge à croix blanche) gisant au sol. Encore une fois, le sang versé par les religieux fait écho à celui de leur saint patron décapité.

24Au-dessus du champ de bataille, surplombant la fenêtre, s’avance une Victoire en armure, brandissant dans sa main droite une épée et dans sa main gauche l’étendard de l’Ordre rouge à croix blanche. La divinité piétine ses ennemis vaincus : un Barbaresque reconnaissable à son turban et à sa longue barbe, un Turc identifiable à son crâne rasé orné d’une touffe de cheveux, et un Noir portant le turban. Un angelot, voletant à la droite de la Victoire, tient entre ses mains les chaînes qui enserrent les chevilles des trois Infidèles vaincus, futurs esclaves de l’Ordre.

Document 11. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte

(Ph. de A. Brogini)

Document 12. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte

(Ph. de A. Brogini)

25La première fresque se lit par celle qui orne le chœur et lui fait pendant. Elle porte aux nues, au sens propre, le triomphe militaire de l’Ordre : symbolisé par saint Jean-Baptiste, l’Hôpital est accueilli par Dieu. Au centre de la scène, dans la trouée dorée du ciel au cœur de nuages moutonnants, la Trinité est représentée. À la droite du Christ, qui étend la main dans un geste protecteur et accueillant, Jean le Baptiste, portant dans sa main droite l’étendard de l’Ordre, est en pleine ascension. Conclusion de la première fresque et de toutes celles de la nef qui retracent la vie du saint, la scène du chœur reflète une double reconnaissance divine : celle de Jean-Baptiste, pour la vie sainte qu’il a menée et pour le martyre qu’il a subi ; celle de l’Ordre, pour l’œuvre sainte que ses nobles mènent en Méditerranée, en pratiquant la course et en menant une guerre perpétuelle aux Infidèles.

Des « soldats chrétiens » héroïques

  • 44 Benjamin Deruelle, De papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve du xvie siècl (...)
  • 45 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”. L’encadrement catholique des troupes pontificales (...)
  • 46 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 67.
  • 47 Ariane Boltanski, « Une langue religieuse de la guerre : de quelques manuels jésuites à l’intention (...)

26Les faits d’armes et la conformité à la pure « noblesse » manifestent la nature du héros chrétien, dont la Renaissance d’abord et la Réforme catholique ensuite, font resurgir la mémoire et le culte44. Les années 1560 apparaissent particulièrement marquées par un renouveau d’idéal de croisade chrétienne, en Méditerranée et en Europe catholique. En 1568, le jésuite Edmond Auger rédige une sorte de manuel du miles christianus (Le Pédagogue d’armes, pour instruire un prince chrétien à bien entreprendre et heureusement achever une bonne guerre), qu’il dédie à Charles IX et dans lequel il défend l’idée que le guerrier noble a le devoir de prendre les armes pour s’illustrer dans une guerre juste, celle de la défense de l’Église contre l’hérésie protestante45. Un an plus tard, en 1569, un autre jésuite italien Antonio Possevino rédige à son tour un manuel sur le « soldat chrétien » (Il soldato cristiano), qui associe sous le concept de « guerre juste » la lutte contre les Turcs à celle contre les protestants46, sert bientôt de modèle à nombre d’ouvrages du même genre et à l’élaboration d’une véritable littérature religieuse de la guerre, spécifique à la Réforme catholique47. S’inspirant de saint Bernard de Clairvaux, Possevino définit ainsi le soldat chrétien :

  • 48 Antonio Possevino, Il soldato cristiano, 1569, cité par A. Boltanski dans « Forger le “soldat chrét (...)

Le soldat du Christ… est vaillant pour lui-même quand il meurt, pour le Christ quand il tue… Certainement, quand il tue le malfaiteur, il ne commet pas d’homicide (mais pour ainsi dire), il « malicide » et il est clairement le vengeur du Christ contre eux48.

  • 49 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 71-72.

27Possevino se situe bien loin de l’Enchiridion militis christiani d’Erasme, qui dénonçait en 1503 la guerre et imaginait un chevalier chrétien calquant son comportement sur celui, pacifique, du Christ. Non seulement l’Église de la Réforme catholique ne critique pas les valeurs guerrières, mais elle souhaite s’attacher des individus ou des groupes aptes à la défendre les armes à la main, cherchant à convertir la chevalerie en une « chevalerie du Christ49 ». C’est vers la même période, après 1565 et jusqu’au second xviie siècle, que l’Ordre de Malte est progressivement présenté par les textes comme le creuset de chevaliers chrétiens héroïques.

  • 50 Goussancourt, Le Martyrologue des chevaliers de Saint Jehan de Hierusalem…, op. cit., sonnet de l’a (...)

[…] Ces Guerriers ont bravé les injures du sort
Et pour l’honneur de Dieu, ne craignans point la mort
Ils s’y sont exposez d’une volonté franche ;
Chacun d’eux essayant q elque dessein nouveau
Dedans son propre sang a rougy sa croix blanche
Pour mieux blanchir son Ame en celuy de l’Agneau50 »

28La croix blanche du poème désigne celle que les chevaliers arborent sur leur soubreveste rouge et sur leur étendard de guerre. Éminemment symbolique est le parallèle établi entre le blanc de la croix et celui de l’âme des soldats chrétiens blessés ou mourant au combat ; le rougissement de leur habit de guerre ne peut d’ailleurs que purifier encore leur âme de croisés. Parmi ces nombreux héros, deux se distinguent particulièrement et sont perçus par de nombreux auteurs comme ayant incarné une facette de la croisade : Jean Parisot de La Valette, sorte de nouveau Bayard sans peur et sans reproche, symbole de la victoire terrestre ; et Mathurin d’Aux de Lescout de Romegas, symbole de la guerre sainte corsaire et maritime. Brantôme ne s’y est pas trompé, qui leur réserve une place de choix dans sa galerie des grands capitaines.

  • 51 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté…, op. cit., p. 197-199.
  • 52 Hélène Germa-Roman, Du « bel mourir » au « bien mourir ». Le sentiment de la mort chez les gentilsh (...)

29Né dans le Sud Ouest à la fin du xve siècle, le grand-maître Jean Parisot de La Valette entre dans l’Ordre de Rhodes en 1515 et y fait une carrière brillante : élu gouverneur de Tripoli en 1546 pour trois ans, il devint capitaine général des galères en 1554, avant d’être élu grand-maître en 155751. Les écrits contemporains et postérieurs abondent en descriptions élogieuses de La Valette, présenté comme le noble parfait, paré de toutes les vertus de noblesse telles que le courage, la piété, la morale, la vigueur physique et intellectuelle. Il est décrit comme un chef de guerre inné, guidant et galvanisant ses hommes, et comme un chevalier emporté par la quête spirituelle du « bel morir52 » et de la croisade.

  • 53 Brantôme, Tome 4, p. 113.

Un si grand capitaine qui ait été de notre temps, et qui se peut parangoner aux plus grands que j’ai mis en ce livre, qui est M. Parisot, dit frère Jean de Valette, grand-maître de Malte, français en tout de nation et gascon… qui a tant répandu le sang des Infidèles et ennemis de Dieu et de notre loi, et a beaucoup vengé celui chrétien vilainement écoulé par eux53.

  • 54 Hipolito Sans, La Malthea, en que se trata la famosa defensa de la Religion de San Juan en la Isla (...)

30« Prince de valeur, grave et prudent / Et belliqueux en toute action guerrière » selon un autre auteur54, il fait preuve durant le siège d’une force peu commune soulignée par tous les récits :

  • 55 BMA, Ms 1094, p. 5.

âgé de soixande-dix ans environ, prospère, bon catholique…, il courait, marchait et mangeait aussi bien qu’un jeune homme… il était de haute stature, de belle apparence, doté de membres bien proportionnés55.

  • 56 Balbi de Correggio, 1568, p. 17r.
  • 57 BMA, Ms 1094, p. 5.

31À ces aptitudes physiques s’ajoutent des qualités intellectuelles et morales qui le font apparaître comme un homme « robuste, sincère croyant et pratiquant, de bonne mémoire, de grand savoir et d’intelligence56 », mais également « affable dans les conversations, grave en public, aimé non seulement des chevaliers mais de toute personne qui le rencontrait57 ».

  • 58 Vertot, V, p. 4.

32Ces dons peu communs tendent à faire du grand-maître un homme différent des autres, presque mystérieux, supérieur au commun des mortels, comme en témoigne son courage durant les batailles, ses prouesses guerrières, son mépris du danger, sa foi en Dieu et son désir de mourir pour le Christ, indices par excellence du parfait croisé. La Valette manifeste toute sa grandeur au cours du siège, soutenant sans relâche ses hommes et les exhortant à la défense, « parcourant tous les postes de combat et leur adressant la parole avec une douce familiarité58 », recherchant la gloire sans vanité, au nom de la pure noblesse et revendiquant, selon Bosio qui l’admire autant que Brantôme, l’honneur de

  • 59 Bosio, III, p. 578.

mourir dans une sainte et juste guerre, pour la gloire du nom du Christ, en témoignage de sa Sainte Foi, pour le bénéfice de la République Chrétienne et pour la défense de la Religion59.

33Dans la lignée de Bosio qu’il traduit, Boissat va plus loin encore : en 1536, La Valette, alors capitaine d’une galère, se bat avec acharnement contre les musulmans,

  • 60 Boissat, II, p. 565.

méprisant longuement, en l’ardeur du combat, deux coups de flèches qu’il reçut avec grande perte de sang, mais enfin fut atteint d’une arquebusade à un pied, qui lui donna si grande douleur que, ne pouvant plus se soutenir, fut contraint de cesser pour se faire panser60.

34Blessé au pied, pour tout dire au talon, comme Achille ! L’assimilation est entière : La Valette est l’équivalent du héros antique, invaincu jusqu’à ce qu’il soit touché à son point faible par l’ennemi.

  • 61 BMA, Ms 1094, p. 5.
  • 62 Hélène Germa-Roman, Du « bel mourir » au « bien mourir »…, op. cit., p. 25.

35De telles vertus ne peuvent demeurer sans récompense ; et les récits de la fin du xvie siècle sont unanimes dans la narration de la fin glorieuse du grand-maître. Bien que décédé chrétiennement dans son lit en 1568, il fait « une mort de saint61 », ce qui, aux yeux des contemporains, sous-entend une mort noble, trouvée sur le champ de bataille, et particulièrement au cours d’une lutte menée au nom de Dieu62. Le récit de Bosio est le plus révélateur : à l’en croire,

le Ciel ne manqua pas de donner présage d’une telle perte. Peu de temps avant qu’il ne mourût, on entendit dans l’air un affreux vacarme, presque semblable à un grand tir d’arquebuses… .

  • 63 Bosio, III, p. 819.

36Comme le grand-maître à l’agonie s’inquiète de ce bruit et pense qu’il provient de la nouvelle cité de La Valette, en construction, il mande un chevalier pour se renseigner, mais il apparaît en réalité que « ce n’était pas sur terre, mais bien dans l’air que cette rumeur s’était produite63 ». La mort de La Valette se trouve ainsi transfigurée par les textes en belle mort, puisqu’il entend un « tir d’arquebuses » avant de succomber : Dieu ne peut que reconnaître son croisé, son noble parfait, et lui offrir la mort au combat dont rêve chaque chevalier.

37L’héroïsation de Jean de La Valette est définitivement entérinée par l’adéquation entre sa personne et la nouvelle cité fortifiée, réputée imprenable, dont il ordonne la construction au lendemain du siège, qui porte son nom et est destinée à devenir la nouvelle capitale de Malte. Un manuscrit anonyme rapporte que

  • 64 BMA, Ms 1094, Relazione di Malta, p. 25.

l’on fabrique une nouvelle cité appelée La Valette, du nom de famille de ce très valeureux grand-maître et prince, qui lui donna naissance… qu’il garde la cité et que la cité le garde64.

38Semblable aux héros fondateurs de l’époque antique, La Valette a fondé une ville, en a posé symboliquement en 1566 la première pierre, la place sous sa protection semi-divine et la cité conserve à jamais sa mémoire de son saint-patron.

  • 65 AOM 432, f. 66v, 20 septembre 1568.
  • 66 Boissat, II, p. 718-719.

39À la figure de Jean de La Valette fait écho au même moment celle de Frà Mathurin d’Aux de Lescout de Romegas, qui symbolise, en tant que héros, la branche plus spécifiquement maritime de l’activité militaire des chevaliers. Né en 1529, Romegas est admis comme chevalier de la Langue de Provence en 154765. Bon navigateur, possédant le goût des voyages en mer, il réchappe en 1554 à une tempête qui détruit la flotte de l’Ordre arrimée dans le port : coincé sous une galère renversée, il demeure une nuit entière plongé dans l’eau jusqu’au menton, accroché à la coque, luttant pour ne pas couler. « Dieu le préserva de ce danger pour le rendre illustre et fameux comme il le fut depuis66 ». Après cette aventure, il devient sans conteste le plus grand chevalier corsaire de l’Hôpital : rien qu’entre 1550 et 1570, sur 30 départs de la flotte maltaise au Levant et au Ponant, la moitié est le fait de Romegas, sans compter les courses qu’il conduit en son nom propre et qui lui permettent d’amasser une fortune considérable.

  • 67 Vertot, IV, p. 344.

40Corsaire brillant, souvent victorieux, il se rend célèbre pour des faits de guerre rapportés par des récits qui leur confèrent une dimension symbolique : en 1562, il aurait libéré cent cinquante captives chrétiennes destinées au sérail du sultan, s’attirant les foudres des Turcs et la gloire immédiate dans tous les ports chrétiens67. Brantôme, qui l’accompagne en course en 1566, est séduit par sa vaillance :

  • 68 Brantôme, V, p. 129-130.

M. de Romegas, avec ses deux galères, a battu et rebattu les Turcs plus ordinairement que n’a jamais fait capitaine chrétien depuis nos temps ; il ne faisait jamais difficulté d’attaquer cinq à six galiotes turquesques d’Alger, et toujours les battait. Avec ce qu’il était fort vaillant, il était fort sage et rusé capitaine68.

41D’un tempérament brave et enjoué, prenant la tête des combats, proche des soldats avec qui il n’hésite pas à partager les butins, il est aimé et respecté des gens de mer. L’affection que ces derniers lui portent explique qu’en 1565, lors du siège de Malte par les Turcs, c’est à lui seul que le grand-maître confie le commandement d’une troupe de marins et de soldats de galères, qui refusent d’obéir à tout autre que lui.

  • 69 Blaise de Monluc, Commentaires et lettres, publiés par M. Alphonse de Ruble, Jules Renouard, Paris, (...)
  • 70 Carmel Testa, Romegas, Malte, Midsea Books Ltd, 2002, p. 4.
  • 71 Anton Francesco Cirmi, Commentarii, Rome, 1567, p. 38.

42Guerrier intrépide, il rêve de croisade permanente, tant sur mer contre les Turcs, que dans le royaume de France contre les protestants. Commandeur de Douzains, Saint-Félix et Puysubran, il s’illustre en 1567 dans la défense de la cité de Lectoure, qu’il tient contre les protestants ; sa vaillance lui vaut l’admiration de Monluc, qui s’en souvient dans ses Mémoires et le qualifie d’« homme plein de cœur et de courage69 ». En 1571, il est aux commandes d’une galère de l’Ordre à la bataille de Lépante. Sa valeur lui vaut de recevoir des mains du pape en décembre 1571, la grand-croix de l’Ordre et la dignité de Turcopilier. Il est ensuite élu Commissaire des caravanes en 1573, Général des galères de l’Ordre en 1575, Grand Commandeur et grand-prieur de Toulouse en 157670. Les récits exaltent les vertus de Romegas, et le présentent comme étant « parmi tous les braves capitaines de son temps le plus renommé71 » et celui qui réalise le plus

  • 72 Vertot, IV, p. 344.

de prises et tellement considérables », parce que « nul mieux que lui ne connaissait aussi bien les côtes, les ports, et toutes les petites criques de la Méditerranée72.

  • 73 Boissat, II, p. 382.

43Boissat souligne d’ailleurs que le nom de Romegas fut rendu si célèbre que, quand il entrait dans quelque bourg du Royaume de Naples et Sicile, le peuple accourait en foule de tous côtés pour le voir passer et le connaître, et haussait leur voix au Ciel de ses louanges73.

  • 74 Ellery Schalk, L’épée et le sang…, op. cit., p. 76-77.
  • 75 Vertot, IV, p. 522.

44Comme pour La Valette, le héros est fêté, reconnu par le peuple qui accourt pour le toucher, le voir, et chanter sa gloire sur terre et au ciel. Plus que ces figures de héros entrés dans la légende de la rédemption de l’Ordre à partir du second xvie siècle, les récits exaltent l’ensemble des chevaliers qui bénéficient de ces héroïsations individuelles. L’Ordre de Malte suit ainsi l’évolution commune au second ordre en Europe moderne : les hagiographies de quelques nobles parfaits constituent l’assise de l’héroïsation de tout un groupe social74. Plus que des individus, c’est l’Ordre en son entier qui incarne la quintessence de la noblesse catholique d’Europe. Les textes évoquent dès lors les prouesses de toute la « Religion », qui fait vivre la croisade moderne. Comme Vertot l’écrit avec ferveur, ce sont tous les chevaliers qui deviennent « plus que des hommes, par un généreux mépris de la mort75 ». Ils sont les nouveaux héros des chansons de geste, ceux sur lesquels ont prend modèle et dont on ne peut que souhaiter

  • 76 BMA, Ms 1094, Relazione dell’isola di Malta, p. 12.

que Dieu fasse qu’ils poursuivent éternellement, comme ils l’ont fait par le passé, leurs magnifiques prouesses, semblables à celles que l’on peut voir chez ceux qui racontent les histoires76.

  • 77 Benjamin Deruelle, De papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la moderni (...)

45Au-delà de la simple histoire, les Hospitaliers – aussi bien ceux qui agissent que ceux qui écrivent – édifient une légende digne des gestes médiévales, caractérisée par une hypertrophie de l’honneur77, transmise de génération en génération, vecteur d’une identité nobiliaire qui cherche à se distinguer du reste de la société et garante de sa survie mémorielle. C’est bien elle qui garantit à l’Ordre de Malte, héritier du Temple et le dépassant désormais, l’éternité de sa gloire et de sa reconnaissance collective :

  • 78 Goussancourt, Le Martyrologue des chevaliers de Saint Jehan de Hierusalem…, op. cit., préambule.

Quoique l’Ordre du Temple ait souffert autrefois
La suppression de ses loix,
Celuy de Malte ne sçaurait se destruire :
Il tient de Goussancourt un droit d’éternité
Et tant de braves morts qu’il vient de nous décrire
Asseureront toujours son immortalité78

Histoire, récits, mythes : une écriture de soi

  • 79 Benjamin Deruelle, « Enjeux politiques et sociaux de la culture chevaleresque au xvie siècle : les (...)

46La littérature chevaleresque de l’Hôpital participe donc consciemment à l’édification d’un système de représentations et de croyances nobiliaires qui contribuent à garantir sa cohésion. Elle en fige les légendes et constitue une mémoire collective79. Au même titre que les traités juridiques, les récits mettant en scène un Ordre magnifié par la victoire de 1565 posent la question de la nature et de l’utilité de la noblesse, notamment d’une noblesse particulière, présente en Méditerranée, actrice de premier plan dans le bassin maritime et qui se conçoit comme un groupe social original, à la fois « république » et ordre religieux.

  • 80 Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, op. cit., p. 681.

[L’Hôpital] est l’image de la croisade vivante, nostalgie et espérance quand même, et il a gardé à la fin du monde moderne la puissance, que nulle autre « société » n’a pu garder comme lui, d’une communication de tradition vivante80.

  • 81 Philippe Josserand, notice « Melchiore Bandini », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et (...)
  • 82 L’abbé de Vertot devient historiographe de l’Ordre en 1715 et est autorisé à en porter la croix.
  • 83 Philippe Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León. Bilan et pers (...)

47Au fil des siècles, l’Hôpital est incontestablement passé maître dans l’art de sa propre « publicité ». Hormis une première Histoire, dont Bosio déplore la perte, et qui fut peut-être écrite à la fin du xve siècle par le chevalier de Rhodes Frà Melchiore Bandini81, les histoires générales de l’Ordre datent toutes de l’époque moderne et sont pour la plupart l’œuvre de membres de l’Hôpital (Bosio, Dal Pozzo, Vertot82). Ces auteurs renouvellent en leur temps ce que les Hospitaliers ont mis sur pied dans les siècles précédents, à savoir l’édification d’une légende qui se confond avec l’histoire et la supplante dans la mémoire des contemporains. Les plus récents travaux en histoire médiévale traitent du mythe des origines comme source identitaire des ordres militaires, qui s’« inventent » tous des racines légendaires destinées à les légitimer et à les glorifier83.

  • 84 Alain Demurger, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes (1050-1317), Paris, Tallandier, 2013, p. 39 (...)
  • 85 Alain Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte…, op. cit., p. 43-44.
  • 86 AlainDemurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 65-67.

48L’Hôpital s’illustre particulièrement bien dans cette savante réécriture de soi. Les légendes font remonter la fondation d’une « maison de saint Jean-Baptiste des pauvres de Jérusalem » au temps de la Rome de Jules César84. Aux légendes remontant à l’Antiquité et qui font naître l’Hôpital, s’ajoute le miracle du Bienheureux Gérard qui se serait trouvé dans Jérusalem au temps de son siège par les croisés, et leur aurait jeté des pains du haut des murailles pour les soutenir dans leur combat : surpris, arrêté et conduit devant le sultan, les pains qu’il jetait sont transformés en pierres ; n’y voyant pas malice, le sultan renvoie Gérard à son poste afin qu’il continue à lapider les chrétiens, tandis que les pierres redeviennent pains dès qu’elles atteignent leur cible85. Ces constructions légendaires servent à une légitimation des Hospitaliers vis-à-vis des Templiers, considérés par leurs contemporains comme étant les vrais représentants de la chevalerie et de la croisade, parce que nés pour cela, quand l’Hôpital avait pour vocation première l’assistance aux malades et aux pèlerins chrétiens. Miracles et légendes favorisent donc la sacralisation de leur hôpital en enracinant ses origines dans un temps plus reculé et prestigieux que celui des marchands d’Amalfi du xie siècle86.

  • 87 Anthony Luttrell, « Rhodes and Jerusalem, 1291-1411 », dans A. Luttrell, The Hospitallers of Rhodes (...)
  • 88 Alain Demurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 482-483.

49Après l’abandon de la Terre Sainte en 1291, les Hospitaliers sont contraints de trouver refuge à Chypre, avant de conquérir Rhodes en 1309. Rhodes, si loin de la Terre Sainte ! Certes, l’emplacement est bon pour harceler les côtes syro-palestiniennes et le delta égyptien, pour se transformer en ordre maritime et conduire désormais une guerre – destinée à durer – contre les Turcs, qui deviennent leurs principaux adversaires. Mais Rhodes n’est pas le lieu rêvé pour reconquérir Jérusalem, d’autant plus que les Hospitaliers se heurtent alors à un désintérêt progressif de la chrétienté pour la croisade, malgré la survivance de l’idée de guerre sainte dans une partie de l’opinion. À défaut d’agir pour la croisade, l’Hôpital va donc agir sur le plan symbolique du pèlerinage, œuvrant à s’insérer dans une « industrie du pèlerinage87 » vers la Terre Sainte : l’établissement à Rhodes d’une Infirmerie ne suffit pas, ils intègrent la conquête de l’île aux chemins de Jérusalem, inventant l’idée que le voyage vers le Saint-Sépulcre passe par Rhodes. Ils utilisent les tribulations des reliques de saint Jean-Baptiste : le corps du saint avait été inhumé en Samarie, mais sa tête fut transférée à Constantinople au temps de l’empereur Théodose 1er, via Alexandrie et, selon les légendes, l’île de Rhodes. Le lien est d’autant plus évident que les Hospitaliers possèdent à Rhodes le bras de leur saint-patron : les pèlerins chrétiens se rendant à Jérusalem ne peuvent plus éviter Rhodes, détentrice des reliques de celui qui baptisa le Christ88.

  • 89 Guy Le Thiec, « Et il y aura un seul troupeau ». L’imaginaire et la confrontation entre Turcs et Ch (...)

50Tout autant que Rhodes, si ce n’est plus, Malte, dernière possession des Hospitaliers en Méditerranée, incarne la renaissance matérielle et symbolique de l’Hôpital. Avec Malte, c’est une nouvelle histoire qui s’écrit89, qui s’inspire des précédentes. Rédigeant tous leurs récits après le siège de 1565, cet événement indispensable à l’édification de la légende hospitalière moderne, les auteurs des xvie-xviiie siècles se font les porte-parole de cette histoire en marche :

  • 90 Boissat, II, p. 511.

s’est ensuivi l’établissement nouveau de leur résidence en l’île de Malte, duquel comme d’une autre fondation, d’un nouveau règne, j’ai pensé être à propos de marquer le commencement de ce deuxième volume90.

51Malte, ou le nouveau commencement, le nouveau règne, la nouvelle chronique des Hospitaliers. L’île n’est pas une simple suite, mais bien une rupture, une origine, la source même d’une histoire légendaire, à la fois identique et très différente, que les Hospitaliers vont écrire à l’époque moderne par le sang et la plume.

  • 91 BAV, Barb. Lat. 5699, Vintitre lettere del gran maestro dell’Ordine di Malta, ff. 111r-139r.
  • 92 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente…, op. cit., p. 205-207.

52Ce sont la victoire de 1565, et surtout la construction de la ville-souvenir La Valette à partir de 1566, qui constituent le mythe d’origine de l’Ordre « de Malte ». Si l’Hôpital a longtemps vécu au xvie siècle dans la nostalgie de Rhodes et l’espoir constamment déçu de reconquérir son ancienne île, se faisant appeler officiellement entre 1522 et 1565 « Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem », ou encore « Ordre de Rhodes », c’est peu après le siège qu’il prend le nom officiel d’Ordre de Malte91. Après 1565, il n’y a plus rien de honteux à occuper Malte, support du renouveau : la victoire finale, la bravoure des chevaliers et la fidélité des insulaires qui ne les ont pas trahis, représentent un honneur que les Hospitaliers revendiquent au point d’accoler leur nom à celui de l’île. S’ils avaient hérité d’un archipel par donation en 1530, ils l’ont véritablement conquis en 1565 par le triomphe obtenu de concert avec les habitants contre les Turcs92. Et Vertot d’enfoncer le clou : le grand-maître Jean de La Valette, devant la menace d’un nouvel assaut musulman et les conseils qu’on lui donne de quitter l’île,

  • 93 Vertot, Tome V, p. 115.

excité par la gloire qu’il venait d’acquérir dans Malte, résolut de s’ensevelir sous ses ruines plutôt que de l’abandonner93.

  • 94 Thomas Jäger, « The Art of the Orthogonal Planning… », art. cit., p. 6.
  • 95 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 11.

53Mais en dépit de la victoire, il demeure que Malte apparaît, bien plus encore que Rhodes en 1309, particulièrement éloignée de la Terre Sainte. De sorte que, comme avec son ancienne possession, l’Hôpital s’efforce depuis Malte de tisser le lien qui va désormais réunir l’île à la Terre Sainte : dans le processus de recréation d’un mythe des origines, la cité de La Valette représente un élément-clé. Synthèse des utopies urbanistiques de la Renaissance, incarnation des plus récentes techniques de fortifications de l’époque94, la ville réputée imprenable porte le souvenir du sang chrétien versé, de la victoire sur l’Islam et matérialise la frontière désormais infranchissable entre les rives musulmane et chrétienne de la Méditerranée occidentale. Référence urbaine, La Valette devient le « rempart du christianisme95 » et constitue, à partir de la fin du xvie siècle, une référence pour tous les chrétiens et non plus seulement pour les Hospitaliers et les Maltais. Ainsi sanctifiée, elle attise la curiosité des visiteurs, séduits par sa beauté, attirés par la nouvelle Sacrée Infirmerie de l’Ordre, et devient l’objet de cette profonde affection populaire qui caractérise les villes de pèlerinage.

  • 96 Jean-Paul Bonnin, « L’escale urbaine. Les villes vues par les pèlerins de Jérusalem aux xvie et xvi (...)
  • 97 John Azzopardi, Alain Blondy, Marc’Antonio Haxac and Malta’s devotion to Saint Paul, Fondation de M (...)
  • 98 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 352.
  • 99 Alain Blondy, « Culte paulinien et Contre-Réforme », dans Alain Blondy, Chrétiens et Ottomans de Ma (...)

54Reflet et vecteur de la croisade, elle acquiert surtout la dimension d’escale nécessaire sur le chemin menant à la Terre Sainte. De sorte que comme Rhodes avant elle, Malte devient dès la fin du xvie siècle une étape sur la route empruntée par les pèlerins embarquant à Marseille96. Cette sacralisation de la capitale précède de peu celle de l’île. Ne pouvant réutiliser la légende des tribulations des reliques de saint Jean-Baptiste, comme il l’avait fait au temps de Rhodes, l’Hôpital doit s’approprier un autre saint, celui de l’île à laquelle il est indissociablement lié depuis 1565 : saint Paul, que l’Ordre a déjà incorporé à sa geste en 1574, en le faisant représenter aux côtés de saint Jean-Baptiste dans la fresque de la théophanie peinte par Matteo Perez d’Aleccio en 1574. Une ultime étape est franchie dans les premières années du xviie siècle, sous le magistère du grand-maître Alof de Wignacourt (1601-1622), quand le culte maltais de saint Paul est mis à l’honneur97 et que le Saint-Siège entérine le choix stratégique de l’Ordre, en faisant savoir à la chrétienté en 1608, qu’une visite à la grotte de saint Paul (qui aurait accueilli le saint lors de son séjour dans l’île) située dans la ville de Rabat, offre désormais l’indulgence plénière à tout pèlerin98. Le culte paulinien sert les intérêts religieux et politiques de l’Hôpital : non seulement il lui permet de posséder en propre une paroisse à Rabat, sur la juridiction de l’évêque, voire d’espérer obtenir la transformation de Malte en évêché rattaché directement à Rome99, mais il lui offre l’opportunité de fonder sa « publicité » sur le culte d’un saint indissociablement lié à la terre maltaise qu’il domine et avec laquelle il se confond désormais.

55Comme Rhodes avant elle, Malte est devenue au xviie siècle, par la volonté des Hospitaliers qui y puisent leur gloire renouvelée de croisés, l’ultime escale chrétienne du Ponant, le symbole du passage vers l’Orient, la matérialisation du fil invisible, mais toujours solide, qui relie l’Europe aux Lieux Saints. Malte inaugure le temps d’une véritable perfection pour les chevaliers, qui surpassent, tant par les actes que par la naissance, ce qu’ils étaient auparavant. Anne de Naberat, prieur de la Langue d’Auvergne, peut ainsi écrire que

  • 100 Anne de Naberat, Malte suppliante aux pieds du roi contre un mémoire pour la réunion de la grande-m (...)

ledit Ordre n’a jamais été en Syrie ni à Rhodes en si grand lustre qu’il est aujourd’hui à Malte… ce sont les mêmes constitutions et coutumes, mais encore plus parfaites. Les chevaliers sont d’aussi illustres familles… et plus qu’ils n’étaient à Rhodes et en la Terre Sainte. Ce sont les mêmes vœux, le même courage de nos généreux chevaliers et encore plus de notre temps qu’au passé100.

  • 101 Luciani Isabelle et Piétri Valérie (dir.), Écriture, récit et trouble(s) de soi. Perspectives histo (...)

56De leur longue histoire, de leurs expériences passées, les Hospitaliers puisent une remarquable maîtrise de la réputation, de la fama, qu’ils parachèvent avec Malte. Pratique qui se développe à l’époque moderne, notamment parmi les membres de la noblesse, l’écriture de soi participe d’une vaste entreprise de reconnaissance identitaire et collective101, dont les Hospitaliers sont passés maîtres. À des lieux parfaits, ou sur le chemin de la perfection par leur triple dimension guerrière, religieuse et hospitalière (Jérusalem, Rhodes, Malte) correspondent des chevaliers parfaits, qui ont contribué à les façonner. Tous, hommes et lieux, conduisent toujours au Saint-Sépulcre, élément essentiel de la pure noblesse, indissociable de la croisade. Chevaliers de Malte et récits hagiographiques travaillent de concert à créer l’idée que l’Hôpital, l’emportant sur tous les autres ordres militaires européens, incarne, même en un temps où ce n’est plus la réalité, une noblesse supérieure, ancienne, vraie et glorieuse. De Jérusalem à Malte, les Hospitaliers n’ont donc jamais vraiment quitté la Terre Sainte, source d’un idéal nobiliaire dont ils sont parvenus à se présenter durablement comme la quintessence.

Notes

1 Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustrissima Militia di San Giovanni Gierosolimitano, Rome, 1596, 2 volumes.

2 Dal Pozzo, Historia della Sacra Religione di San Giovanni Gerosolimitano detta di Malta, 1713, 2 volumes.

3 Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depuis Chevaliers de Rhodes et aujourd’hui Chevaliers de Malthe, op. cit.

4 Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Paris, 1612.

5 Goussancourt, Le martyrologue des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits de Malte, contenant leurs éloges, armes, blasons, preuves de chevalerie et descente généalogique de la plupart des Maisons illustres de l’Europe, Paris, 1643.

6 Éric Suire, La sainteté française de la Réforme catholique (xvie-xviie siècles) d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2001.

7 Nicole Bériou, « Les ordres militaires sous le regard des prédicateurs au xiiie siècle », dans Isabel Cristina Fernandes (dir.), As Ordens Militares. Freires, guerrieros, cavaleiros, Colecção Ordens Militares 7, Município de Palmela / GEsOS, 2012, p. 290-291.

8 Helen Nicholson, « Représentations », dans N. Bériou et P. Josserand, Prier et combattre…, op. cit., p. 784.

9 Laurent Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481) », dans Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Pierre Karila-Cohen et Cédric Michon (dir.), S’exprimer en temps de troubles. Conflits, opinion(s) et politisation de la fin du Moyen Âge au début du xxe siècle, Rennes, PUR, 2011, p. 159-178.

10 Anne Brogini, « Milice de Dieu, milice du Prince. L’Ordre de Malte en Méditerranée au début de l’époque moderne », dans Serge Brunet et José Javier Ruiz Ibáñes (dir.), Les milices dans la première modernité, Rennes, PUR, 2015, p. 43-56.

11 AOM 88, f. 101r, 4 novembre 1551.

12 Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, Bibliothèque des Histoires, Gallimard, Paris, 1997, Tome 1, p. 126 ; A. Brogini, « L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem au Ponant durant le premier xvie siècle. D’une frontière offensive à une frontière défensive », dans Albrecht Fuess et Bernard Heyberger (dir.), La frontière méditerranéenne du xve au xviie siècle. Échanges, circulations et affrontements, Actes du colloque de Tours (17-19 juin 2009), Turnhout (Belgique), Brepols Publishers, 2013, p. 163-180.

13 Anne Brogini, « Le siège de Malte (1565), coup d’arrêt de la conquête ottomane en Méditerranée occidentale », dans Alessandro Buono et Gianclaudio Civale (dir.), Battaglie. L’evento, l’individuo, la memoria, Palerme, Quaderni Mediterranea 6, 2014, p. 19-37.

14 AOM 416, ff. 193v-194r, 23 mai 1535 ; Sylvie Deswarte-Rosa, « L’expédition de Tunis (1535) : images, interprétations, répercussions culturelles », Bartolomé Bennassar et Robert Sauzet (sous dir.), Chrétiens et musulmans à la Renaissance, Paris, 1998, p. 76.

15 AOM 418, f. 186v, 24 août 1541.

16 Daniel Nordman, Tempête sur Alger…, op. cit., p. 232-235.

17 Giacomo Bosio, Dell’Historia della Sacra Religione et Illustrissima Militia di San Giovanni Gierosolimitano, III, Rome, 1596, p. 199.

18 AOM 428, f. 275r, 30 août 1560.

19 AOM 417, ff. 251r-251v, 16 juillet 1538.

20 AOM 433, f. 262r, 4 mai 1571.

21 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente. Le Grand Siège de l’île par les Turcs, Paris, Bouchène, 2011, p. 186.

22 Francisco Balbi de Correggio, La verdadera relacion de todo lo que el anno MDLXV ha succedido en la isla de Malta, de antes que llegasse l’armada sobre ella de Soliman Gran Turco, Barcelone, Pedro Reigner, 1567, p. 46v.

23 Balbi de Corregio, La Verdadera relacion…, Barcelone, 1568, p. 54v.

24 BMA, Ms 1095, Lettera del Valletta Gran Maestro di Malta a Papa Pio V, p. 7.

25 Gio Battista Abela, Della descrittione di Malta, isola del mare siciliano con le sue antichità ed altre notitie, Paolo Bonacota, Malte, 1647, Avertissement au lecteur.

26 Discorso di Malta di Pietro Dusina, Parte Prima : Della Religione di San Giovanni Hierosolomitano, édition d’Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574, con la trascrizione del Ms Vat. Lat. 13 411 », Melita Historica, Vol. V, n° 2, Malta, Malta Historical Society, 1969, p. 174.

27 BMA, Ms 1090, Relazione della diffesa di Malta attacata da Turchi, p. 9.

28 Boissat, Histoire des chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Lyon, Tome II, 1612, p. 554.

29 Géraud Poumarède, Pour en finir avec la Croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux xvie et xviie siècles, Paris, PUF, 2004, p. 442-451.

30 Laurent Vissière, « Le siège de Rhodes par les Turcs et sa médiatisation européenne (1480-1481) », art. cit., p. 164-170.

31 Balbi, 1568, p. 91v.

32 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente..., op. cit., p. 205-206.

33 Caroline Chaplain, « Le cycle peint du Grand Siège de Malte au château de La Cassagne ou l’émergence d’un modèle iconographique », Cahiers de la Méditerranée, 83, 2011, p. 51-60.

34 Lucio Maiorano, Matteo Perez d’Aleccio, pittore ufficiale del Grande Assedio di Malta, Alezio, Lupo Edizioni, 2000, p. 15.

35 AOM 439, f. 273r.

36 Thomas Jäger, « The Art of the Orthogonal Planning : Laparelli’s Trigonometric Design of Valletta », Journal of the Society of Architectural Historians, vol. 63, n° 1, march 2004, p. 15-16.

37 Emmanuelle Sabouret, « La disjonction du Caravage », Adolescence, 2008/2, n° 64, p. 427.

38 Keith Sciberras and David M. Stone, Caravaggio : Art, Knighthood and Malta, Midsea Book Ltd, Malte, 2006.

39 Keith Sciberras, « Caravaggio, the Confraternità della Misericordia and the original context of the Oratory of the Decollato in Valletta », The Burlington Magazine, vol. 149, n° 1256, nov. 2007, p. 759, p. 762-763 et p. 766.

40 David M. Stone, « The context of Caravaggio “Beheading of St John” in Malta », The Burlington Magazine, vol. 139, n° 1128, march 1997, p. 161.

41 Maurizio Marini, « L’alfa e l’omega di Michelangelo Merisi da Caravaggio, pittore : qualche precisazione documentaria sulla nascità e sulla morte », Artibus et Historiae, vol. 20, n° 40, 1999, p. 139.

42 AOM 103, f. 34r, 1er décembre 1608 ; Keith Sciberras, « Frater Michael Angelus in tumultu : The Cause of Caravaggio’s Imprisonment in Malta », The Burlington Magazine, vol. 144, n° 1189, april 2002, p. 229-232.

43 John T. Spike, « Mattia Preti’s Passage to Malta », The Burlington Magazine, vol. 120, n° 905, august 1978, p. 497-507 ; Adriano Aymonino, Alessandro Cosma, « Gran Maestri committenti di Mattia Preti : devozione, celebrazione dell’Ordine e glorificazione personale », dans dans Nicoletta Marconi (dir.), Valletta. Città, architettura e costruzione sotto il segno della fede e della guerra, Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 2011, p. 222-223.

44 Benjamin Deruelle, De papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve du xvie siècle (ca 1460-ca 1620), Paris, PUPS, 2015.

45 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”. L’encadrement catholique des troupes pontificales et royales en France en 1568-1569 », Revue historique, 2014/1, n° 669, p. 51-85.

46 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 67.

47 Ariane Boltanski, « Une langue religieuse de la guerre : de quelques manuels jésuites à l’intention des soldats dans la seconde moitié du xvie siècle », dans Marie-Madeleine Fontaine et Jean-Louis Fournel (dir.), Langues des pratiques militaires et langues de la guerre (xve-xvie siècles), Droz, Genève, 2015, p. 169-196.

48 Antonio Possevino, Il soldato cristiano, 1569, cité par A. Boltanski dans « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 68.

49 Ariane Boltanski, « Forger le “soldat chrétien”… », art. cit., p. 71-72.

50 Goussancourt, Le Martyrologue des chevaliers de Saint Jehan de Hierusalem…, op. cit., sonnet de l’auteur (préambule).

51 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté…, op. cit., p. 197-199.

52 Hélène Germa-Roman, Du « bel mourir » au « bien mourir ». Le sentiment de la mort chez les gentilshommes français (1515-1643), Louvain, Droz, 2001.

53 Brantôme, Tome 4, p. 113.

54 Hipolito Sans, La Malthea, en que se trata la famosa defensa de la Religion de San Juan en la Isla de Malta, Casa de Joan Navarro, Valence, 1582, édition critique par Arnold Cassola, The 1565 Great Siege of Malta and Hipolito Sans’s La Maltea, Malte, Publishers Enterprises Group Ltd, 1999, p. 101.

55 BMA, Ms 1094, p. 5.

56 Balbi de Correggio, 1568, p. 17r.

57 BMA, Ms 1094, p. 5.

58 Vertot, V, p. 4.

59 Bosio, III, p. 578.

60 Boissat, II, p. 565.

61 BMA, Ms 1094, p. 5.

62 Hélène Germa-Roman, Du « bel mourir » au « bien mourir »…, op. cit., p. 25.

63 Bosio, III, p. 819.

64 BMA, Ms 1094, Relazione di Malta, p. 25.

65 AOM 432, f. 66v, 20 septembre 1568.

66 Boissat, II, p. 718-719.

67 Vertot, IV, p. 344.

68 Brantôme, V, p. 129-130.

69 Blaise de Monluc, Commentaires et lettres, publiés par M. Alphonse de Ruble, Jules Renouard, Paris, 1867, Tome 3, p. 349.

70 Carmel Testa, Romegas, Malte, Midsea Books Ltd, 2002, p. 4.

71 Anton Francesco Cirmi, Commentarii, Rome, 1567, p. 38.

72 Vertot, IV, p. 344.

73 Boissat, II, p. 382.

74 Ellery Schalk, L’épée et le sang…, op. cit., p. 76-77.

75 Vertot, IV, p. 522.

76 BMA, Ms 1094, Relazione dell’isola di Malta, p. 12.

77 Benjamin Deruelle, De papier, de fer et de sang. Chevaliers et chevalerie à l’épreuve de la modernité (ca 1460 – ca 1620), Paris, PUPS, 2015, p. 265-268.

78 Goussancourt, Le Martyrologue des chevaliers de Saint Jehan de Hierusalem…, op. cit., préambule.

79 Benjamin Deruelle, « Enjeux politiques et sociaux de la culture chevaleresque au xvie siècle : les prologues de chansons de geste imprimés », Revue Historique, 2010/3, n° 655, p. 560.

80 Alphonse Dupront, Le mythe de croisade, op. cit., p. 681.

81 Philippe Josserand, notice « Melchiore Bandini », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et combattre…, op. cit., p. 601.

82 L’abbé de Vertot devient historiographe de l’Ordre en 1715 et est autorisé à en porter la croix.

83 Philippe Josserand, « Les ordres militaires dans les royaumes de Castille et de León. Bilan et perspectives de la recherche en histoire médiévale », Atalaya, Revue Française d’Études Médiévales Hispaniques, 9, 1998, p. 5-44 ; A. Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres militaires-religieux de 1500 à nos jours », dans N. Bériou et Ph. Josserand (dir.), Prier et combattre…, op. cit., p. 22-46 ; une journée d’étude s’est tenue également sur le sujet : Philippe Josserand et Mathieu Olivier (coord.), La mémoire des origines propres dans les ordres religieux-militaires au Moyen Âge, Mission Historique Française en Allemagne, Göttingen, 25-26 juin 2009, tout récemment publiée dans Ph. Josserand et M. Olivier (éds), La mémoire des origines dans les ordres religieux-militaires au Moyen Âge (Actes des journées d’études de Göttingen, 25-26 juin 2009), Vita Regularis, Abhandlungen 51, Münster, Lit Verlag, 2012.

84 Alain Demurger, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes (1050-1317), Paris, Tallandier, 2013, p. 39 (extrait d’un manuscrit médiéval de la BnF Richelieu).

85 Alain Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte…, op. cit., p. 43-44.

86 AlainDemurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 65-67.

87 Anthony Luttrell, « Rhodes and Jerusalem, 1291-1411 », dans A. Luttrell, The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean world, Ashgate, Aldershot, 1999, p. 189-207.

88 Alain Demurger, Les Hospitaliers…, op. cit., p. 482-483.

89 Guy Le Thiec, « Et il y aura un seul troupeau ». L’imaginaire et la confrontation entre Turcs et Chrétiens dans l’art figuratif en France et en Italie de 1453 aux années 1620, Thèse de doctorat d’histoire, Montpellier III, 1994, p. 475.

90 Boissat, II, p. 511.

91 BAV, Barb. Lat. 5699, Vintitre lettere del gran maestro dell’Ordine di Malta, ff. 111r-139r.

92 Anne Brogini, 1565, Malte dans la tourmente…, op. cit., p. 205-207.

93 Vertot, Tome V, p. 115.

94 Thomas Jäger, « The Art of the Orthogonal Planning… », art. cit., p. 6.

95 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 11.

96 Jean-Paul Bonnin, « L’escale urbaine. Les villes vues par les pèlerins de Jérusalem aux xvie et xviie siècles », Les Cahiers de la Méditerranée, n° 59, décembre 1999, p. 13-47.

97 John Azzopardi, Alain Blondy, Marc’Antonio Haxac and Malta’s devotion to Saint Paul, Fondation de Malte, 2012 ; John Azzopardi, « Les chevaliers de St Jean à Malte (1530-1798) : promoteurs du culte de saint Paul », Société de l’Histoire et du Patrimoine de l’Ordre de Malte, n° 25, 2011, p. 58-63.

98 Abela, Della descrittione di Malta..., p. 352.

99 Alain Blondy, « Culte paulinien et Contre-Réforme », dans Alain Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, Paris, PUPS, 2013, p. 91-92.

100 Anne de Naberat, Malte suppliante aux pieds du roi contre un mémoire pour la réunion de la grande-maîtrise à la couronne, Aix-en-Provence, chez Etienne David, 1627, p. 32-33.

101 Luciani Isabelle et Piétri Valérie (dir.), Écriture, récit et trouble(s) de soi. Perspectives historiques, France xvie-xxe siècles, Aix-en-Provence, PUP, 2012, Introduction.

Table des illustrations

Légende Document 9. Palais du grand-maître, Salle du Conseil de l’Ordre, La Valette, Malte
Crédits (Ph. de A. Brogini)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Document 10. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte
Crédits (Ph. de A. Brogini)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Document 11. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte
Crédits (Ph. de A. Brogini)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Document 12. Cathédrale de Saint-Jean, La Valette, Malte
Crédits (Ph. de A. Brogini)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44815/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search