Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Race et vertus. Les chevaliers de Malte, une parfaite noblesse

La composante humaine

Texte intégral

L’insaisissable réalité des chiffres

1Déterminer précisément combien l’Hôpital compte de membres en général et de nobles en particulier, combien résident en permanence au couvent et combien sont admis chaque année dans l’Ordre, voilà bien trois choses délicates. Soit les fonds manquent, soit ils se complètent mal ou ne ciblent qu’une Langue sur toutes les autres, soit enfin ils ne prennent en compte que les chevaliers, et non pas les frères jugés moins intéressants car moins prestigieux de nom et de famille (chapelains et servants d’armes). La confrontation des sources, quand elles existent, est rendue d’autant plus difficile que celles-ci ne sont pas de même nature ; dès lors, force est de s’en remettre à des estimations qui ne permettent que d’approcher une vérité qui échappe.

  • 1 Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574, con la trascrizione del Ms Vat. (...)
  • 2 Carlo Antonio Vianello, « Una Relazione inedita di Malta nel 1582 », Archivio Storico di Malta, Ann (...)
  • 3 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 109.
  • 4 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », Revue d’Histoire Moderne et Contempor (...)

2Plusieurs relations de la fin du xvie siècle s’accordent sur un effectif moyen de 1 400 à 1 500 chevaliers1, dont 500 à 600 résident à Malte en compagnie d’une cinquantaine de chapelains et d’une quarantaine de servants d’armes2. Ce sont des effectifs nettement supérieurs à ceux de l’époque rhodienne, où l’Hôpital comptait environ dans le couvent 300 chevaliers, 20 servants et 30 chapelains au milieu du xve siècle3. En 1574, un décompte enfin précis avance le chiffre global de 3 398 religieux, dont 1 398 chevaliers répartis à raison de 550 Français, 356 Espagnols, 455 Italiens, 35 Allemands et 2 Anglais4. Incontestablement à l’époque moderne, surtout après la suppression de la Langue d’Angleterre en 1540 et l’adhésion de nombreux territoires allemands à la Réforme, l’Ordre de Malte est dominé par les nationalités de l’Europe du sud, qui représentent 97,3 % des chevaliers, et plus largement de tous les frères. Les nobles français sont alors majoritaires, représentant 39,4 % des chevaliers, suivis des Italiens (32,5 %) et des Langues ibériques (25,4 %). Pour autant, cette prépondérance française ne signifie pas que les religieux français soient majoritaires au sein même du couvent, du moins au xvie siècle : au contraire, selon les deux estimations effectuées en 1565 et en 1590, les Italiens présents à Malte l’emportent assez largement en nombre sur les Français. Mais les données sont à manier avec prudence, car la domination à Malte d’une nation ne suppose nullement que celle-ci soit également prépondérante dans l’Ordre, la Langue pouvant très bien posséder un effectif global égal aux autres, voire moins élevé, malgré une présence dominante dans le couvent.

Tableau 1 Les frères présents dans le couvent en 1565 et en 1590

Tableau 1 Les frères présents dans le couvent en 1565 et en 1590

Sources : Balbi de Correggio, La Verdadera Relacion de todo lo que el anno MDLXV ha succedido en la isla de Malta de antes que llegasse l’armada sobre ella de Soliman Gran turco, Pedro Reigner éd., Barcelone, 1567 ; M. Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2003-4, n° 50-4, p. 28 (données extraites par l’auteur de la correspondance de Sicile pour l’année 1590, Archivo General de Simancas).

  • 5 Brantôme, Œuvres complètes, Paris, Ed. Jules Renard, 1866, Tome V, p. 230-231.
  • 6 Fabrizio d’Avenia, Nobiltà allo specchio. Ordine di Malta e mobilità sociale nella Sicilia moderna, (...)
  • 7 Jean Boutier, Construction et anatomie d’une noblesse urbaine. Florence à l’époque moderne (xvie-xv (...)

3La Langue d’Italie paraît très fortement représentée à Malte, la part de ses religieux augmentant de 29,5 % à 37,8 % entre 1565 et 1590 ; le nombre de ses chevaliers croît lui-aussi, atteignant la proportion élevée de 44,7 % des nobles du couvent en 1590. C’est que l’attrait pour les ordres de chevalerie est fort dans l’Italie du second xvie siècle, résultant sans doute de plusieurs phénomènes conjoints : une facilité encore réelle d’entrée dans l’Ordre de Malte (avant les grandes décisions politiques qui figent la procédure d’amission à la fin du siècle) ; un nouvel élan de guerre sainte sous les règnes de Charles Quint et Philippe II, qui confère à l’Hôpital, dernier ordre militaire-religieux héritier des croisades, une certaine séduction sur la noblesse catholique d’Europe, surtout après la glorieuse victoire de 1565 (le Français Brantôme envisage de devenir chevalier en 15665) ; un moyen enfin, pour les anciennes familles qui possèdent jusqu’à deux siècles de noblesse, de se distinguer des noblesses plus récentes, parfois créées par un pouvoir politique6. Les recherches sur la noblesse toscane de cette époque révèlent d’ailleurs une nette attirance pour l’Ordre de Malte dans les années 1550-1570, puis une stagnation haute jusqu’aux années 1590, avant que ne se manifeste une décrue irrémédiable à partir de 1600, tandis que l’ordre de Saint-Étienne, fondé en 1562 par le grand-duc de Toscane, continue au même moment de séduire largement la noblesse florentine7.

  • 8 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », (...)

4La présence française à Malte est, quant à elle, remarquablement stable, la proportion des religieux et des chevaliers des trois Langues ne variant pratiquement pas durant un demi-siècle et représentant 35 à 36 % des frères. À l’opposé, la diminution des religieux des deux Langues de Castille et d’Aragon apparaît nettement au fil du second xvie siècle : leur proportion dans le couvent passe de 31,4 % en 1565 à seulement 23 % en 1590, et la baisse est identique en ce qui concerne les chevaliers, dont la part tombe à 20,3 % des nobles en 1590. Contrairement à ce que pourraient faire croire les fortes rivalités qui les opposent en cette époque, les Français et les Espagnols ne sont pas présents à Malte de manière égale et les Ibériques demeurent numériquement inférieurs aux Français, eux-mêmes plutôt concurrencés par les Italiens. Pour autant, l’influence de la Monarchie Catholique est incontestable dans le couvent du xvie siècle, du fait de l’ancienne domination catalane du couvent au siècle précédent (1420-1480)8, et surtout de la vassalité qui lie l’Ordre au roi d’Espagne depuis la donation de Malte par Charles Quint et l’établissement des Hospitaliers dans l’île en 1530.

  • 9 Carlos Barquero Goñi, « La provincia castellana del Hospital y el Oriente en la época de Rodas », d (...)
  • 10 Martine Lambert-Georges, « Le bréviaire du bon enquêteur ou trois siècles d’information sur les can (...)

5La diminution de la présence des religieux espagnols dans le couvent tient-elle à une plus grande facilité de regagner leur pays pour y diriger une commanderie, ou bien à un progressif désintérêt des familles nobles pour l’Ordre de Malte, au profit d’ordres chevaleresques nationaux ? La seconde solution paraît plus plausible, touchant la noblesse espagnole plus tôt que celle d’Italie. Déjà, aux xive et xve siècles, les chevaliers ibériques, notamment castillans, se montraient moins prompts à rejoindre le couvent que d’autres nationalités : la présence en péninsule d’une frontière avec l’Islam et la poursuite active de la Reconquista expliquent que les Hospitaliers castillans proposent souvent leurs services plutôt aux souverains des royaumes de Castille et d’Aragon qu’au couvent de Rhodes9. Une telle habitude, ainsi que l’attrait pour des ordres militaires nationaux, font qu’entre le début du xvie siècle et la fin du xviiie siècle, les ordres militaires représentent dans toute la péninsule ibérique l’un des plus considérables rassemblements sociaux de l’époque, drainant plus de 16 000 personnes10.

  • 11 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, « Les ordres militaires hispaniques au Moyen Âge », dans Felicia (...)

6S’inspirant des rois de Castille qui avaient déjà usé auparavant de la possibilité de contrôler les ordres militaires par personnes interposées, les Rois Catholiques sont parvenus à devenir administrateurs des ordres, par une bulle du pape en 1485. Ce qui ne doit être que temporaire pour le Saint-Siège devient définitif lorsque Ferdinand d’Aragon et Isabelle de Castille obtiennent en 1487 que l’ordre de Calatrava n’élise pas de maître pour succéder à celui qui vient de décéder, et que l’administration de l’ordre soit tenue désormais par le pouvoir monarchique ; il est uni à la couronne plus tardivement, en 1523. Le processus de rattachement des ordres médiévaux à la couronne se poursuit alors inexorablement tout au long du xvie siècle : en 1493 pour l’ordre de Santiago, en 1501 pour celui d’Alcántara, en 1523 pour celui d’Alacántara, enfin en 1592, celui de Montesa11.

  • 12 Isabel Cristina Ferreira Fernandes et Luís Filipe Oliveira, « Les ordres militaires au royaume du P (...)
  • 13 José Ignacio Ruiz Rodrigues, « Las órdenes militares en la superestrutura del estado moderno », dan (...)

7Pour administrer les ordres, les Rois Catholiques établissent d’abord deux conseils, l’un traitant des affaires spirituelles et administratives, l’autre étant chargé des affaires judiciaires ; puis en 1507, ces deux conseils sont réunis en un seul. La décision est entérinée officiellement par le Saint-Siège en 1523, qui attribue au roi d’Espagne l’administration des ordres ibériques dans un Conseil des ordres. Au Portugal, l’évolution est la même, et en 1551, le pape réunit officiellement les ordres de San Benito Avís, de Santiago et de Jesús Cristo à la couronne, réunion qui existait en réalité déjà dans les faits12. Privés de leur ancienne dimension politique, dont ils avaient usé, voire abusé durant les conflits inter-ibériques du bas Moyen Âge, les ordres militaires de la péninsule deviennent au xvie siècle des instruments honorifiques et économiques au service de l’État moderne, servant ainsi d’outil au renforcement et à la centralisation du pouvoir monarchique espagnol13.

  • 14 Carlos de Ayala Martínez, « La monarquia y los Ordenes Militares durante el reino de Alfonso X », H (...)

8Seul semble faire exception l’Hôpital, qui demeure encore indépendant du pouvoir. Cette indépendance, mal vécue par la monarchie castillane au temps de Rhodes14, n’est cependant pas destinée à durer, puisque l’acceptation de Malte et l’installation dans l’île en 1530 supposent une nouvelle vassalité des Hospitaliers aux rois d’Espagne. La Monarchie Catholique est ainsi parvenue à contrôler le dernier ordre militaire qui lui échappait ; cette vassalité contrainte, cumulée au fait que l’Hôpital n’est pas devenu un ordre royal – ce qui lui ôte d’une certaine manière le prestige du service du prince – constitue sans doute l’une des raisons de la désaffection progressive de l’Ordre par la noblesse espagnole et portugaise. Il peut paraître en effet plus profitable de servir son prince (la proximité physique du souverain structure des réseaux de clientèles et de fidélités qui favorisent des carrières plus rémunératrices et attractives) plutôt qu’un grand-maître à la tête d’un ordre multinational établi loin de l’Espagne et qui, bien qu’inféodé à la couronne, apparaît dominé par les Français à l’époque moderne.

  • 15 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », p. 28 (selon un manuscrit de la Bibli (...)

Tableau 2 Les effectifs de l’Hôpital en 163015

Langues Effectifs Part(%)
Provence 359
Auvergne 181
France 455
3 Langues françaises 995 48,5
Aragon 134
Castille 280
2 Langues ibériques 414 20,2
Italie 584 28,5
Allemagne 55 2,7
Angleterre 2 0,1
Total 2 050 100
  • 16 Elena Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de terc (...)

9La diminution du nombre de frères dans l’Hôpital n’est pas qu’espagnole : en 1630, un manuscrit romain ne dénombre plus que 2 050 Hospitaliers dans toute l’Europe, soit une perte de 1 348 religieux en un demi-siècle (ils étaient 3 398 en 1574). Comme en Espagne, on peut y lire la concurrence des nouveaux ordres militaires fondés un peu partout en Europe par les princes et les papes, entre les années 1520 et le milieu du xviie siècle. Citons à titre d’exemples l’ordre du Christ, créé par Léon X en 1522, ceux de Saint-Georges de Ravenne, de Saint-Paul ou des Saints Pierre et Paul fondés par le pape Paul III respectivement en 1534 et 1539, les deux ordres des Chevaliers Pieux et de Saint-Jean de Latran créés par Pie IV en 1559 et 1560, ou encore celui de Notre-Dame de Loreto par Sixte Quint en 1587 ; à ces ordres pontificaux s’ajoutent ceux des princes laïcs, tels que celui de la Croix de Bourgogne fondé par Charles Quint en 1535, puis celui du Tusin par Maximilien II en 1562, tandis qu’en Italie, le grand-duc de Toscane fonde l’ordre de Saint-Étienne en 1561, en Savoie, le duc Emmanuel-Philibert crée celui de Saint-Maurice et Lazare en 1573 et en France, Henri III fonde celui du Saint-Esprit en 157816.

10À l’intérêt des nobles pour d’autres ordres de chevalerie, à la nécessité du service des États en guerre et des princes, dont nombre de nobles pensent tirer plus de prestige et de meilleures rétributions, aux difficultés que traverse l’Ordre pour protéger son patrimoine foncier des appétits de conquête des puissants, s’ajoutent une crise de vocation religieuse et une certaine répugnance des cadets de noblesse à entrer dans un ordre monastique fortement rénové par la Réforme catholique ; toutes ces raisons confondues expliquent donc vraisemblablement la baisse du nombre d’Hospitaliers au premier xviie siècle.

11La désaffection ne touche cependant pas les Langues de manière égale. Très peu nombreux, les Allemands demeurent stables avec une quarantaine ou une cinquantaine de religieux, soit environ 2,5 % de l’effectif global. Les Langues italienne et ibériques attestent pour leur part d’un véritable effondrement numérique. Avec 414 religieux, celles de Castille et du Portugal ne représentent plus que 20 % du total en 1630 ; la Langue d’Italie connaît elle-aussi une forte diminution de ses membres par rapport à 1574 et une baisse notable du recrutement de ses nobles au fil du xviie siècle.

Les chevaliers

  • 17 Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie-xviie siècles (...)
  • 18 Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta nell’Italia moderna, Rome, École fr (...)
  • 19 Fabrizio d’Avenia, Nobiltà allo specchio. Ordine di Malta e mobilità sociale nella Sicilia moderna,(...)

12La catégorie des chevaliers est assurément mieux lotie que les autres : les archives les concernant sont plus nombreuses et plus causantes, grâce aux processi di nobiltà conservés au couvent (et dont un double peut exister, s’il n’a pas disparu, dans les fonds régionaux des prieurés) et grâce à des manuscrits ou à des publications, qui ont dressé à l’époque moderne des listes d’entrées de nobles dans certaines Langues de l’Ordre. Constituer une série fiable des entrées dans l’Hôpital pour définir le nombre le plus exact possible de chevaliers constitue un vrai défi pour la recherche historique et pour les spécialistes à la fois de la noblesse et des ordres militaires17. Il est impossible à un chercheur seul de dresser ce compte pour la totalité de l’Ordre, mais le travail a déjà été initié par certains historiens, qui sont parvenus à cibler une Langue (celles d’Italie et d’Angleterre18), voire un Prieuré (celui de Messine19).

Tableau 3 Nombre de procès de noblesse dans les Archives de Malte (1500-1798)

Tableau 3 Nombre de procès de noblesse dans les Archives de Malte (1500-1798)

Source : AOM, Processi di nobiltà

13Les seuls fonds maltais ne suffisent pas à déterminer le nombre de chevaliers : les procès de noblesse conservés dans la National Library de Malte, qui examinent les preuves nobiliaires et constituent au xvie siècle une obligation pour les familles, sont lacunaires selon les Langues et les époques. Ainsi, les archives des Langues allemande et ibériques sont très disparates. Pour la Langue d’Allemagne, seuls 17 procès sont conservés, dont 11 au xviiie siècle et aucun au xvie siècle. Pire est l’état du fonds espagnol, puisque les procès castillans ont intégralement disparu à Malte, à l’exception d’un unique procès de chevalier au xviiie siècle. Quant à la Langue d’Aragon, elle compte seulement 134 procès, dont la grande majorité au xviiie siècle. Ce sont les trois Langues françaises et celle d’Italie qui possèdent le plus de procès, dont certains remontent aux premières décennies du xvie siècle, au temps de l’Ordre de Rhodes. Parmi les Langues françaises, celle d’Auvergne est la moins bien dotée, avec seulement 181 procès, nombre qu’il faut rapporter aux faibles effectifs d’une Langue qui ne possède qu’un seul prieuré et peu de membres. À l’inverse, la Langue de Provence est incontestablement la plus riche en archives et en nombre d’hommes durant toute l’époque moderne, raison pour laquelle elle nous intéressera plus particulièrement.

Tableau 4 Les entrées des chevaliers dans la Langue d’Italie, selon Lodovico Araldi et le manuscrit Ms Chigiano R.I. 22 (1530-1719)

Décennies L. Araldi M s Chigiano R.I. 22
1530-1539 45 -
1540-1549 57 -
1550-1559 142 -
1560-1569 244 214
1570-1579 234 405
1580-1589 381 374
1590-1599 326 298
1600-1609 221 252
1610-1619 252 256
1620-1629 167 150
1630-1639 176 163
1640-1649 154 152
1650-1659 153 158
1660-1669 128 137
1670-1679 97 96
1680-1689 137 145
1690-1699 152 143
1700-1709 176 103
1710-1719 175 -
Total 3 417 3 046

Sources : L. Araldi, L’Italia nobile…, p. 31-299 ; BAV, Ms Chigiano R. I. 22, ff. 3r-53v.

  • 20 BAV, Chigiano R. I. 22, Rollo di tutti i Cavalieri Hospitalieri che sono stati ricevuti nella Vener (...)
  • 21 Lodovico Araldi, L’Italia nobile nelle sue città e ne’ cavalieri figli delle medeme, Venise, éd. An (...)
  • 22 NLM, LIBR 101, Essai d’une histoire généalogique des chevaliers reçus dans la Langue de Provence de (...)
  • 23 René Aubert de Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depu (...)

14Il faut donc confronter les fonds maltais à d’éventuelles archives locales – quand elles existent –, ou à des listes des entrées de nobles, qui ont été établies entre la fin du xviie et le début du xviiie siècle. Pour la Langue d’Italie, deux séries permettent d’affiner les données : un manuscrit romain du début du xviiie siècle faisant le compte des entrées dans la Langue entre 1565 et 170520 et l’ouvrage de Lodovico Araldi21 publié en 1722. Pour les Langues françaises, deux nobiliaires anonymes, conservés à Malte, dressent le compte des entrées dans la Langue de Provence depuis 150022 et permettent de compléter la liste constituée par l’abbé de Vertot et publiée en 172623.

15Les chiffres du manuscrit romain et de la liste dressée par Araldi s’avèrent très proches. En dépit d’un léger décalage d’une décennie (la courbe du manuscrit Chigiano fait état d’un pic d’entrées antérieur de dix ans à celui d’Araldi), les deux listes attestent du grand essor d’entrées de chevaliers dans la Langue d’Italie durant le second xvie siècle, entre 1550 et 1590, puis de leur irréversible décrue au cours du xviie siècle et leur stabilisation durant presque un siècle (1630-1720) autour de 150 entrées par décennie.

Graphique 1 L’évolution du nombre d’entrées de chevaliers dans la Langue d’Italie (1530-1719)

Graphique 1 L’évolution du nombre d’entrées de chevaliers dans la Langue d’Italie (1530-1719)
  • 24 AOM 262, f. 46r, 28 janvier 1676.
  • 25 AOM 262, f. 60r, 9 juillet 1676.

16L’évolution des entrées italiennes se fait en trois temps. D’abord, un très fort accroissement du nombre d’entrées durant le second xvie siècle, ces dernières étant multipliées par 7 et passant d’une cinquantaine vers 1530-1550 à près de 370 durant les années 1570-1590. Le pic est immédiatement suivi d’une décrue tout aussi spectaculaire, qui caractérise les années 1590-1629, où le nombre d’entrées est divisé par 3 et chute à 160 environ à la fin de la période. La dernière période (1630-1720) est marquée par une stabilisation du nombre d’entrées à 150 par décennie environ. On observe une légère baisse durant la décennie 1670, que le manuscrit romain attribue à l’absence d’entrée dans l’Ordre en 1676, pour cause de peste à Malte. Le port est en effet victime cette année-là d’une épidémie qui décime la population : entre les premiers décès enregistrés en janvier 167624 et la reprise du trafic portuaire au mois de juillet25, ce sont près de 11 000 personnes qui meurent dans toute l’île, dont plus de 9 000 dans le port, qui compte à l’époque 22 000 habitants environ, ce qui fait une proportion importante de 40,9 % de décès. L’explication semble plausible, puisqu’à la décennie suivante (1680-89), les entrées remontent à près de 150.

  • 26 BAV, Chigiano R. I. 24, Diverse scritture sull’Ordine di Malta, ff. 218r-218v, sans date.
  • 27 AOM 256, ff. 3v-6v, 6 août 1624.
  • 28 BAV, Chigiano R. I. 24, f. 218r.

17L’effacement des Italiens dans l’Ordre au xviie siècle ne passe pas inaperçu et suscite à l’époque de vives critiques à Malte et dans la péninsule. Un rapport adressé au pape Urbain VIII, vraisemblablement daté des années 1630, déplore que « les jeunes nobles ont commencé depuis plusieurs années à se retirer de l’Ordre, de sorte que la Langue d’Italie, qui devrait compter plus de 300 chevaliers ne parvient plus aujourd’hui à en fournir le tiers26 ». L’auteur anonyme y voit la conséquence de la spoliation par le Saint-Siège de nombreuses commanderies italiennes dans les années 1620, parmi lesquelles celles de Milan et de Bologne qui sont très riches27. À cette époque, la Langue d’Italie ne dispose plus que de 17 commanderies et du prieuré de Pise : cette dépossession des terres représente non seulement un manque financier pour l’Ordre, mais pose avec acuité le problème des carrières pour les chevaliers italiens, « qui n’ont même plus l’espoir de devenir un jour commandeurs, alors qu’ils sont vieux et en mauvaise santé, pour avoir servi en bons esclaves de la Religion durant 45 années, voire plus encore28 ».

  • 29 AOM 256, f. 4v.
  • 30 BAV, Chigiano R. I. 24, f. 218v.

18Le rapport romain fait écho à un autre Mémoire, que le couvent fait parvenir au pape en 1624 et dans lequel les Hospitaliers insistent sur la privation de carrière qu’engendrent les spoliations foncières : les chevaliers italiens se trouvent désormais « sans espoir de toucher quelque honnête récompense, et après avoir sacrifié leur jeunesse à la défense de la chrétienté, n’ont plus qu’à mourir pauvres dans le même hôpital que celui où ils étaient auparavant toujours soignés de leurs blessures de guerre29 ». Le rapport souligne qu’il ne faut pas s’étonner que les jeunes nobles italiens envisagent d’autres carrières et que la Langue d’Italie perde ainsi son importance au sein du couvent et de l’Hôpital30.

  • 31 Elena Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de terc (...)
  • 32 Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta…, op. cit., p. 79.
  • 33 Angelantonio Spagnoletti, op. cit., p. 86-87.

19L’Ordre de Malte pâtit incontestablement de la concurrence que représentent les autres ordres militaires créés au milieu du xvie siècle par les pontifes et les princes31, et tout particulièrement celui de Saint-Étienne, en Toscane d’abord, mais aussi dans d’autres régions de la péninsule, comme celles Milan, Parme, Piacenza ou Mantoue, voire – mais c’est plus rare – dans les royaumes de Naples et de Sicile32. La rivalité entre les deux ordres ne suffit pas à expliquer la décrue italienne dans l’Hôpital ; la diminution sensible de la menace turque contre l’Italie du xviie siècle et l’adhésion moins puissante des pays d’Europe du sud à la croisade en Méditerranée contribuent à un progressif désintérêt pour l’Ordre33. Néanmoins, par ses exigences nobiliaires extrêmement strictes, l’Ordre de Malte représente toujours une légitimation de noblesse objective, sûre et extérieure aux États, au point qu’il continue d’exercer, entre 1630 et 1720, une séduction stable sur un second ordre désireux de se définir et de se vivre en tant que groupe social particulier. Indubitablement, l’entrée d’un de leurs membres dans l’Ordre de Malte constitue pour les familles, et dans un temps long, la preuve enviée et perpétuelle de leur pure et vraie noblesse.

Le poids des Langues françaises

  • 34 Olivier Poncet, « Cercles savants et pratique généalogique en France (fin xvie-milieu du xviie sièc (...)

20Le maintien à un niveau faible des Allemands, la décrue sensible des Espagnols à partir du second xvie siècle, puis celle des Italiens à partir des années 1580-1590 favorisent la domination de plus en plus forte des Français au sein de l’Ordre et du couvent de Malte. Les années 1580-1640 correspondent en effet à une époque en France de légitimation nobiliaire importante, bien que le contrôle de la monarchie soit moindre qu’au siècle suivant. La raison tient en partie au renouvellement important de la noblesse française entre le second xve siècle et le premier xvie siècle, notamment par des processus d’autoanoblissement par usurpation ou par agrégation progressive des élites marchandes à la noblesse de robe, puis d’épée34. Ces récents nobles éprouvent alors souvent le besoin, pour valider définitivement leur assimilation à la noblesse, de placer des cadets dans les ordres militaires, quitte à falsifier les preuves et à produire des généalogies améliorées. De sorte qu’entre les années 1580 et le milieu du xviie siècle, les entrées françaises dans l’Hôpital ont connu une augmentation générale, l’Ordre servant à la fois de moyen (légitimation sociale) et de but (débouché pour les cadets) à la noblesse.

  • 35 Pierre Bonneaud, « A Culture of Consensus. The Hospitallers at Rhodes in the fifteenth century (142 (...)

21En 1630, les trois Langues de France, d’Auvergne et de Provence représentent donc, avec 995 Hospitaliers, près de la moitié des frères (48,5 %) ; c’est une part nettement supérieure à celle de 1574, où les Français ne groupaient que 550 religieux, soit une proportion de 39,4 % des effectifs. Comme au temps de la Palestine, puis de Rhodes au xive siècle35, les Français sont au xviie siècle majoritaires et très influents au sein du couvent. Entre 1601 et 1697, sur dix grands-maîtres, cinq sont français et dirigent le couvent durant 62 années (Alof de Wignacourt, Antoine de Paule, Jean-Paul de Lascaris Castellar, Annet de Clermont de Chattes Gessan et Adrien de Wignacourt), contre quatre Espagnols qui exercent le pouvoir 24 ans (Luis Mendes de Vasconcellos, Martín de Redín y Cruzat, Rafael Cotoner et Nicolás Cotoner) et un seul Italien (Gregorio Carafa) qui détient l’autorité magistrale de 1680 à 1690. Une telle domination française, voire provençale, est même quasi-absolue au cours du premier xviie siècle, puisqu’entre 1601 et 1657, ce sont trois grands-maîtres français, dont deux provençaux (Frà Antoine de Paule et Jean-Paul de Lascaris Castellar) qui commandent l’Ordre durant 56 ans. L’influence politique française sur le couvent, indissociable d’une rivalité grandissante avec les Langues ibériques, contemporaine des guerres qui opposent alors les royaumes de France et d’Espagne, contribue à expliquer la forte poussée des entrées de jeunes nobles au sein de l’Ordre de Malte.

22Sur l’ensemble de la période (Tab. 5), la Langue d’Auvergne a représenté un peu moins de 17 % des entrées, celle de France 37,5 % des admissions et celle de Provence l’emporte largement avec 45,6 % des entrées totales dans l’Ordre en deux siècles.

Tableau 5 Les entrées de chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)

Tableau 5 Les entrées de chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)

Sources : AOM, Processi di nobiltà ; NLM, LIBR 101 et LIBR 102 ; Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, tome VII.

Graphique 2 L’évolution des entrées des chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)

Graphique 2 L’évolution des entrées des chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)

23À l’inverse de la courbe des entrées des chevaliers italiens, celles des trois Langues françaises ne connaissent pas de diminution régulière au xviie siècle. La courbe de la Langue d’Auvergne apparaît globalement stable entre 1530 et 1730, avec une moyenne d’une centaine d’admissions tous les vingt ans. On observe une augmentation importante à la fin du xvie siècle, reflet sans doute d’une exposition moindre de ses territoires à la Réforme protestante, puis une baisse légère, mais nette, à partir de l’extrême fin du xviie siècle. La Langue de France, largement dominante en nombre d’entrées durant le premier xvie siècle, connaît un effondrement remarquable entre 1530 et 1550 ; la raison tient peut-être à la pénétration des idées protestantes dans ses territoires, dont beaucoup sont voisins de ceux de l’empire germanique. Surtout, la proximité avec Paris a pu également orienter les familles vers le choix, pour leurs cadets, d’une carrière politique à la cour florissante de François Ier, ou d’un service militaire du roi, engagé à cette époque dans les guerres d’Italie ; enfin, l’attrait pour les ordres chevaleresques impériaux, et notamment celui de la Croix de Bourgogne que Charles Quint institue en 1535, a pu également séduire la noblesse septentrionale au détriment de l’Ordre de Malte.

24À partir des années 1550, la Langue de France est nettement distancée par celle de Provence, tandis que les entrées provençales demeurent supérieures à celles des deux autres Langues durant toute la période, malgré la chute spectaculaire des années 1670-1689. Dès la fin du xvie siècle, les courbes française et provençale sont caractérisées par une augmentation importante et régulière tout au long du xviie siècle. Entre 1600 et 1669, la Langue de Provence ne compte jamais moins de 150 entrées nobles par décennie. Le pic des années 1660 est cependant suivi d’un affaissement remarquable durant la période 1660-1680, puis d’une stabilisation du nombre d’entrées voisin de celui du second xvie siècle, c’est-à-dire d’une centaine d’admissions par décennie pour les deux Langues de France et de Provence.

La supériorité des entrées provençales

25Tout cela atteste d’un irrésistible et massif investissement de l’Ordre de Malte par la noblesse de Provence, à partir du second xvie siècle, et surtout au siècle suivant. La progression est très rapide : si la Langue de France représente 50,7 % des admissions françaises en 1530-1550, elle se trouve vite limitée à une part voisine de 36 % en moyenne pour le reste de la période, exception faite des décennies 1690-1709, où la diminution des entrées provençales et auvergnates fait remonter temporairement à 42 % la part des admissions de la Langue de France. Pendant presque un siècle, entre 1590 et 1670, près de 50 % des entrées dans l’Ordre sont donc provençales, avec un pic à 55 % des admissions entre 1630 et 1649, époque faste de la course maltaise en Méditerranée, où les chevaliers provençaux sont dominants.

  • 36 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », art. cit., p. 28.

26La décrue du nombre d’entrées provençales apparaît d’autant plus manifeste à partir de 1680. Les admissions sont pratiquement divisées par deux durant la période 1670-1689, avec seulement 254 admissions, contre 438 à la période précédente (1650-1669). Cette baisse est toutefois compensée par une reprise durant la décennie 1690-1699, puis une stabilisation au début du xviiie siècle à un seuil identique à celui du second xvie siècle, c’est-à-dire une centaine par décennie entre 1700 et 1720. Un tel investissement de l’Ordre par la Langue de Provence au xviie siècle ne signifie pas pour autant que les Provençaux soient majoritaires à cette époque : en effet, le décompte de 163036 révèle que sur 995 religieux français, les Provençaux représentent 36 % des effectifs quand les frères de la Langue de France en représentent 46 % et ceux d’Auvergne seulement 18 %. Mais si les nobles provençaux ne sont pas forcément supérieurs en nombre à ceux de la Langue de France, il est incontestable qu’ils considèrent au xviie siècle l’Ordre comme un débouché important pour les cadets de leurs familles.

27L’intérêt des Provençaux pour l’Hôpital apparaît antérieur aux années 1590, comme en témoigne la part élevée des entrées provençales (48,7 %) pendant la période 1550-1569. Mais cette part ne représente qu’une hausse exceptionnelle au cours d’un xvie siècle plutôt caractérisé par une proportion d’entrées voisine de 35 %, c’est-à-dire au niveau le plus faible sur deux siècles (1530-1730). Trois facteurs peuvent expliquer les moindres flux d’entrées dans la Langue de Provence au xvie siècle.

  • 37 Le manuscrit NLM 102 mentionne les prieurés pour 2 403 chevaliers (sur un total de 2 817 entrées da (...)

28La prédominance des Italiens dans l’Ordre et dans le couvent jusqu’à la fin du xvie siècle peut avoir représenté un frein pour les Français. Forcément proches des Espagnols pour une bonne partie de ceux qui sont originaires des royaumes de Naples et de Sicile, même si la Langue d’Italie est indépendante et demeure souvent à l’écart des éventuelles querelles qui opposent Français et Espagnols dans le couvent, les Italiens dans l’Ordre apparaissent à cette époque très liés à la guerre maritime menée par l’Espagne contre l’empire ottoman. Il est vrai que la France se sent alors plus faiblement concernée que l’Espagne ou la péninsule italienne par la lutte méditerranéenne contre les musulmans : outre les accords diplomatiques conclus avec la Porte en 1536, puis renouvelés officiellement sous forme de capitulations en 1569, le royaume ne rallie pas la Sainte-Ligue en 1538, ni en 1571, n’envoie aucun secours à Malte en 1565, et ne fait qu’observer de loin les conflits qui opposent l’Espagne aux Barbaresques et aux Turcs pour la conservation des présides africains. Eût-elle souhaité s’illustrer plus en Méditerranée que la France en aurait été empêchée par les guerres de religion qui mobilisent catholiques et protestants sur son sol entre 1562 et 1598, et surtout par la grave crise politique et dynastique qui ébranle la monarchie dans les années 1580-1590. La conversion d’une partie de la noblesse au protestantisme et les conflits religieux constituent en effet deux autres raisons qui expliquent un plus faible nombre d’entrées dans l’Hôpital au xvie siècle. Cela est particulièrement visible à partir des entrées dans les deux prieurés de Provence37.

Tableau 6 Les entrées de chevaliers dans les deux prieurés de la Langue de Provence (1530-1729)

Tableau 6 Les entrées de chevaliers dans les deux prieurés de la Langue de Provence (1530-1729)

Sources : AOM, Processi di nobiltà ; NLM, LIBR 101 et LIBR 102 ; Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, tome VII.

Graphique 3 L’évolution des entrées dans les prieurés de Toulouse et de Saint-Gilles (1530-1729)

Graphique 3 L’évolution des entrées dans les prieurés de Toulouse et de Saint-Gilles (1530-1729)
  • 38 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! ». Les catholiques du Sud-Ouest de la France face (...)

29Les entrées dans le prieuré de Toulouse apparaissent globalement stables durant les deux siècles et sont caractérisées par quatre grandes périodes : une augmentation sensible entre 1530 et 1569 (hausse qui caractérise également le prieuré de Saint-Gilles) ; une très forte décrue dans les années 1560-1580, liée aux conversions nobiliaires au protestantisme et aux guerres de religion ; une phase de stabilisation des admissions autour d’une trentaine par décennie en moyenne ; enfin, une diminution régulière et inéluctable à partir des années 1680 et jusqu’en 1730. Le net affaissement des années 1565-1585 environ atteste d’un territoire extrêmement touché par la diffusion de la Réforme. Sous l’influence de la cour de Nérac, de la conversion de la reine de Navarre au protestantisme en 1560, puis de sa politique de « calvinisation », la grande vague de conversion de la noblesse du Sud en 1550-1565 définit en effet un espace géographique (le « croissant protestant ») qui correspond en grande partie aux limites de la Langue de Provence, depuis la Guyenne jusqu’au comté de Nice. Dans tout le Sud-Ouest de la France, des églises protestantes se dressent après le synode national qui a adopté officiellement le calvinisme en 1559, et déjà en 1560, les calvinistes de Toulouse, Lectoure, Mauvezin, Condom entreprennent d’exercer publiquement leur religion38. La tradition protestante de certaines familles du Sud-Ouest, et le maintien des conflits religieux avec la couronne jusqu’à l’édit de grâce d’Alès en 1629, a contribué à limiter en nombre les admissions de nobles dans le prieuré de Toulouse au moment même où celui de Saint-Gilles connait une explosion des entrées.

  • 39 AOM 310, f. 107r, 2 mai 1612.
  • 40 Frédérique Leferme-Falguières, « La noblesse de cour aux xviie et xviiie siècles. De la définition (...)
  • 41 AOM 2256, Modèle pour servir à la réception de Messieurs les chevaliers, p. 41.

30Après une diminution des entrées en 1560-1580, liée aux conversions et aux décès dûs aux guerres de religion, la courbe des admissions dans le prieuré de Saint-Gilles connaît une très forte accélération, reflet peut-être du Concile de Trente, de la Réforme catholique et du réinvestissement de l’Hôpital par une noblesse catholique soucieuse de se démarquer des protestants, quand le décès du duc d’Alençon, frère d’Henri III, fait d’Henri de Navarre l’héritier présomptif du trône, ce qui a pour conséquence la constitution de la Sainte-Ligue en 1584. Le nombre toujours plus élevé d’admissions dans le prieuré de Saint-Gilles par rapport à celui de Toulouse tient d’abord à la grandeur du territoire : le prieuré de Saint-Gilles recouvre en effet quatre régions (comté de Nice, Provence, Dauphiné et une partie du Languedoc) alors que celui de Toulouse n’est divisé qu’en deux régions (l’autre partie du Languedoc, à laquelle s’ajoute la Guyenne), plus petites et moins peuplées en nobles39. Il tient aussi à une densité nobiliaire très forte dans le prieuré de Saint-Gilles, liée à la ramification très poussée des grandes familles et à l’émiettement des fiefs dès la fin du Moyen Âge, qui engendre à partir du xvie siècle l’impératif de trouver des débouchés aux cadets. Dans cette quête, l’Hôpital a représenté une solution adéquate, au point qu’un véritable « placement de masse » caractérise les familles de Provence de la première modernité : aux filles mises au couvent font écho les cadets admis comme chevaliers de Malte. La domination provençale inédite tient aussi peut-être aux preuves de l’ancienneté de noblesse que l’Ordre exige : en effet, quand il faut attester d’une ancienneté de presque deux siècles pour paraître à la cour de Louis XIV40, l’Ordre exige à la même époque une ascendance d’une centaine d’années, fixée à 116 ans au milieu du xviiie siècle41. Éprouvant la difficulté d’attester une race pure au-delà d’un siècle, plusieurs familles provençales ont pu préférer investir un ordre religieux-militaire prestigieux et à la portée de leur noblesse, plutôt que de tenter en vain de se rapprocher de Paris, puis de Versailles.

  • 42 AOM 2980, ff. 1r-21r, 27-28 mai 1597, procès de noblesse de Jean-Bertrand de Luppé du Garrané.
  • 43 Michel Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso m (...)
  • 44 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Co (...)

31L’apaisement des conflits religieux en 1598, puis l’essor à Malte de la course, qui prend le relais de la guerre d’escadres dans l’affrontement à la fois concret et fantasmé que conduisent les chevaliers contre la rive musulmane, ont également pu représenter un contexte plus favorable à la présence accrue des Provençaux dans l’Hôpital. Ces derniers s’illustrent en effet particulièrement dans la course maltaise, témoignant d’un goût pour la mer souvent plus prononcé que chez leurs coreligionnaires des autres Langues. Les exemples sont nombreux entre la fin du xvie et la fin du xviie siècle : outre Frà Mathurin d’Aux de Lescout, dit Romegas (prieuré de Toulouse), qui officie dans les années 1555-1575, on peut évoquer les chevaliers Alexandre de Benque (Saint-Gilles) et Jean-Bertrand de Luppé du Garrané (prieuré de Toulouse), reçus tous deux dans la Langue de Provence en 159742. En 1616, Frà de Benque reçoit sa première patente et continue régulièrement à prendre la mer douze années plus tard, après avoir reçu sept patentes43. De même, Frà Luppé du Garrané laisse dans ses Mémoires la preuve de son goût certain pour la course, en s’embarquant volontairement pour huit voyages maritimes, en plus de ses caravanes obligatoires, entre 1611 et 161544.

  • 45 François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronolog (...)
  • 46 AOM 454, f. 325r, 21 novembre 1603.
  • 47 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tome III (1611-1620), Tunis, Imprimerie générale Barlier, (...)

32Quant aux chevaliers Jacques de Vincheguerre et son fils, Philandre de Vincheguerre, ils représentent eux-aussi deux des gloires corsaires de la Langue de Provence au xviie siècle. Grand capitaine, le premier est célèbre pour ses combats en mer contre les musulmans ; sa valeur est reconnue par l’Ordre qui l’accepte comme chevalier à la fin du xvie siècle, bien qu’il soit marié et déjà père de famille45. Sous le règne d’Henri IV, il s’illustre dans plusieurs courses conduites depuis Malte, comme en 160346, ou bien au service de la cité de Marseille. En 1616, à la demande des autorités municipales de Marseille, qui font armer aux frais de la ville sept navires, il conduit contre Tunis une course punitive, pour sanctionner les corsaires barbaresques qui ont fait subir des dommages à des navires de commerce marseillais, et il réalise lors de ce voyage de nombreuses prises au large de la Goulette47.

  • 48 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté…, op. cit., p. 320.
  • 49 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Avignon, ed. Girard, 1762 ( (...)
  • 50 Michel Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375.

33L’un de ses fils, Philandre, devient également chevalier de la Langue de Provence (prieuré de Saint-Gilles) et s’illustre à son tour, au début du xviie siècle, dans la course maltaise dans les années 1614-1620, où il fait à la fois office de corsaire et d’intermédiaire de rachat d’esclaves48. Il fait une carrière maritime dans l’Ordre et au service du roi de France, finissant lieutenant-général des galères de France49. Et lorsque les chevaliers provençaux ne prennent pas en personne la mer, ils font office d’armateurs de navires de course. Les nobles français, et tout particulièrement les provençaux, dominent complètement la course maltaise du xviie siècle : entre 1600 et 1679, ils représentent 90 % des chevaliers investis dans l’activité maritime et corsaire de l’Hôpital contre seulement 7 % pour les Italiens et 3 % pour les Ibériques. Les Provençaux sont également les plus nombreux des Français, totalisant 41,8 % des voyages en course au xviie siècle tandis que les chevaliers de la Langue de France représentent 36,1 % et ceux d’Auvergne 22,1 %50.

34De sorte que lorsque Louis XIV, pressé par les plaintes de marchands marseillais désireux de sécuriser les mers, interdit officiellement la course aux nobles français en 1679, l’activité maritime de l’Ordre s’effondre et la course maltaise ne repose pratiquement plus que sur des corsaires privés laïcs. C’est là une des raisons qui peuvent expliquer l’effondrement brutal des admissions dans la Langue de Provence durant la décennie 1680, et particulièrement dans le prieuré de Saint-Gilles, alors que les Langues d’Auvergne et de France sont moins concernées par le phénomène.

  • 51 Jean-Marie Constant, « L’enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », dans Jean-Marie (...)
  • 52 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale de la fin du xviie siècle à la veille de (...)
  • 53 André Burguière, « L’État monarchique et la famille (xvie-xviiie siècle) », Annales. Histoire, Scie (...)

35Une autre raison tient surtout aux enquêtes de noblesse conduites sous le règne de Louis XIV, qui affectent la Langue de France et, beaucoup plus encore, celle de Provence. Jean-Marie Constant a montré que l’enquête conduite en Beauce en 1667 a déchu de leur noblesse plusieurs familles, dont certaines ont tardé à remettre les preuves et d’autres n’ont pu attester de plus de cent années de noblesse51. Le fait s’observe également en Provence, et de manière encore plus spectaculaire. Deux Réformations de noblesse y sont conduites en 1665-1669 et en 1696-1718. La première est dirigée par une commission souveraine composée de commissaires aux comptes, tandis que la seconde se déroule sous l’autorité de l’intendant et premier président du Parlement Lebret. La Provence est la première province du royaume à être soumise aux vérifications de noblesse, selon des modalités qui sont ensuite appliquées partout, d’abord par des officiers locaux, puis par l’intendant, commissaire du roi. Ces réformations doivent permettre de définir juridiquement la noblesse. Deux critères servent à classer les gentilshommes dont les preuves sont examinées : d’une part, la capacité à prouver la noblesse par la production de titres, ou d’une filiation reconnue portant les qualificatifs nobles depuis les temps prescrits par les ordonnances, et d’autre part, l’ancienneté même de la noblesse. L’objectif de la monarchie est de réduire les agrégations au second ordre et d’établir des critères d’appartenance nobiliaire homogène, où le rôle du souverain est déterminant52. Le pouvoir royal y trouve doublement son compte : non seulement il apparaît comme la source de légitimation d’une qualité nobiliaire jusqu’alors définie par la renommée, l’attestation des pairs et la mémoire locale, mais, par la vérification des familles nobles, il obtient la confirmation ou non de certains privilèges qui, comme celui d’exemption de la taille, ont une incidence financière non négligeable53.

  • 54 AOM 2255, Traité pour faire ses preuves, 1727.

36La Provence s’insurge violemment contre ces réformations qui prétendent redéfinir, par la vérification des preuves de noblesse, qui est noble et qui ne l’est pas ou plus. Les édits royaux, soigneusement rappelés et énumérés dans les manuscrits de l’Ordre de Malte, restreignent considérablement l’accès à la noblesse. En 1664, un édit de Louis XIV révoque les lettres d’anoblissement accordées par son prédécesseur et par lui-même depuis 1634 ; en 1667, un arrêt du Conseil d’État souligne que tout individu qui ne peut pas attester d’une noblesse antérieure à 1560 doit être déclaré roturier ; en 1668, un nouvel arrêt précise que les charges de juge royal, de médecin et d’avocat ne peuvent pas faire tige de noblesse, sauf si elles sont accompagnées des qualificatifs de « noble » et « écuyer » (encore que ces termes ne constituent pas en soi des preuves suffisantes de noblesse). Enfin, en 1696, un édit du roi informe que tous ceux qui ne sont pas parvenus à prouver leur noblesse en vertu des décisions précédentes, et notamment des arrêts de 1667 et 1668, sont dorénavant considérés comme des usurpateurs de noblesse54.

  • 55 Monique Cubells, « Noblesse des Cours souveraines et noblesse militaire en Provence du xviie au xvi (...)
  • 56 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée : les “nobles marchands” de Ma (...)
  • 57 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale…, op. cit., p. 35.
  • 58 Valérie Piétri, « Vraie et fausse noblesse : l’identité nobiliaire provençale à l’épreuve des réfor (...)

37Les nobles provençaux multiplient les remontrances au roi dès 1667, soulignant l’inutilité, voire le danger que représente la vérification des titres de noblesse, opposant à celle du royaume la tradition provençale de définition nobiliaire, où robe et épée sont souvent placées sur le même plan aux xvie et xviie siècles, et où un magistrat noble et seigneur de fief peut accéder au corps nobiliaire au même titre qu’un gentilhomme militaire55. L’idée d’une « noblesse dormante », qui existe en Bretagne, n’étant pas reconnue en Provence, la question des « nobles marchands » marseillais, auxquels sont apparentés au xviie siècle nombre de représentants de l’ancienne noblesse chevaleresque, fait débat : défendant la possibilité dont ils disposent de pratiquer le grand commerce sans déroger, en vertu de l’exemption de l’ordonnance d’Orléans (1561) qu’ils ont acquise en 156656, les nobles provençaux d’épée et de robe s’unissent pour défendre leur identité et leurs privilèges d’ordre57. Bien des familles parlementaires aixoises ont un riche marchand, souvent marseillais, pour ancêtre, à l’instar des Forbin, issus d’un marchand peaussier venu s’établir à Marseille. La présence dans le commerce maritime donne en effet accès, aux xvie et xviie siècles, à des offices judiciaires et financiers qui ouvrent la voie aux carrières militaires et permet de s’allier à la noblesse provençale. De sorte que défendre la noblesse commerçante revient presque à défendre une bonne partie de la noblesse provençale58.

  • 59 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit. p. 267-268.
  • 60 AOM 2744 ; Vertot, VII, p. 32-33.
  • 61 Vertot, VII, p. 33 et AOM 2810 pour Jean-Baptiste admis en 1672.
  • 62 AOM 2754 ; Vertot, VII, p. 33.

38Le cas de la famille Félix, qui compte douze admissions de chevaliers de Malte au xviie siècle constitue à ce sujet un exemple éclairant : originaire d’Avignon, un certain Claude Félix s’établit à Marseille au xve siècle, où il s’illustre dans le commerce. Pendant que la branche marseillaise de la famille s’enrichit grâce au commerce maritime avec le Levant, la branche aixoise prend pied dans le monde juridique. En 1580, Louis Félix de Marseille est désormais une personnalité, qualifié de « gentilhomme » ; son neveu Philippe Félix hérite alors de sa mère la seigneurie de la Reynarde et entame une carrière militaire, avant d’être élu premier consul de Marseille en 162859. La réussite des Félix de la Reynarde est totale lorsqu’ils s’allient au puissant clan provençal des Valbelle, et qu’ils font admettre, à partir du milieu du xviie siècle, sept de leurs rejetons dans l’Ordre de Malte : les frères Jean-Baptiste et Joseph en 164160 (Joseph de Félix de la Reynarde accèdera même à la charge élevée de grand-prieur de Saint-Gilles) ; à la génération suivante, ce sont Pierre, Jean-Baptiste, Scipion et un autre Jean-Baptiste qui deviennent chevaliers respectivement en 1668, 1670, 1671 et 167261 ; enfin, à la troisième génération, Philippe et Louis-Nicolas-Victor entrent dans l’Ordre en 1688 et 171262.

  • 63 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale…, op. cit., p. 37.
  • 64 AOM 3597B ; AOM 3598C.
  • 65 AOM 3629I et AOM 3629J.
  • 66 AOM 3634E.
  • 67 AOM 3455.
  • 68 AOM 3440.

39Malgré les vives contestations provençales, il n’en reste pas moins que les réformations imposent de nouveaux critères de définition nobiliaire. Mises en demeure par la monarchie de fournir des preuves nouvelles ou différentes, vivant la difficulté de prouver leur ancienneté, ou se voyant contester leur statut, nombre de familles ont pu renoncer à présenter des fils dans l’Ordre de Malte. Plusieurs lignages sont d’ailleurs déclarés usurpateurs, avant d’être finalement maintenus dans leur état par l’intendant Lebret lors de la deuxième réformation, au début du xviiie siècle. C’est le cas de certains noms que l’on retrouve dans la Langue de Provence, comme les Clapiers, les Loques, les Laurens, les Rousset, les Suffren63. Ces familles ont, pour la plupart d’entre elles, placé un ou plusieurs cadets dans l’Ordre au xviie siècle ou au siècle suivant, comme les Suffren qui font admettre sept de leurs cadets entre 1699 et 1778 : les frères François et Joseph Jean-Baptiste de Suffren en 1699 et 170064, les frères Julien et Pierre-André de Suffren de Saint-Tropez, admis la même année en 175265, Toussaint de Suffren d’Esinard en 176166, Louis-Victor de Suffren de Saint-Tropez en 177867 et Emmanuel de Suffren en 178468.

  • 69 Vertot, VII, p. 24.
  • 70 Vertot, VII, p. 24.
  • 71 AOM 3640D ; Vertot, VII, p. 24.
  • 72 AOM 2544 ; Vertot, VII, p. 24.
  • 73 Vertot, VII, p. 24.
  • 74 AOM 3291 et Vertot, VII, p. 77.
  • 75 AOM 2991 ; Vertot, VII, p. 53.
  • 76 AOM 3815.

40La famille des Clapiers a également placé plusieurs cadets issus de branches différentes, entre 1616 et 1680 : Melchior de Clapiers Puget (1616)69, les deux frères Gaspard et Antoine de Clapiers Seguiran en 1633 et 163470, Charles de Clapiers Colongue en 164071, Joseph de Clapiers en 1658, François de Clapiers Gréoulx en 167372, puis Louis-Lazare de Clapiers et Alphonse de Clapiers Jouques Gréoulx dans les années 168073. Les autres familles citées ne peuvent se prévaloir d’autant de chevaliers : les Rousset en totalisent trois (André, Charles et Joseph Rousset d’Auron, respectivement admis en 1640, 1641 et 167874), tandis que les Loques n’en ont qu’un (Pierre de Loques Puymichel en 162675), de même que les Laurens (Honoré, entré en 164276).

  • 77 André Burguière, « L’État monarchique et la famille (xvie-xviiie siècle) », art. cit., p. 327 ; Ger (...)
  • 78 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit., p. 272.

41La parade des nobles provençaux consiste alors en un recours aux falsifications de preuves, réalisées par des experts en généalogies qui cultivent l’art du faux77 et rehaussent l’éclat des origines familiales. Ainsi, les preuves du chevalier Jean-Baptiste de Félix de la Reynarde, admis en 1672 dans l’Ordre, sont falsifiées et enrichies, mais reconnues comme valables car son dossier rapporte l’accueil glorieux, digne d’un ambassadeur, que son père, Antoine de Félix, député de Marseille, a reçu à Gênes en 1658, témoignage de son haut rang social78. Cumulées au coup d’arrêt donné à la course maltaise en 1679, les réformations de la fin du xviie siècle ont donc contribué à un repli soudain des familles relevant du prieuré de Saint-Gilles. Néanmoins, la chute est compensée par une reprise en 1710-1720, quand le nombre d’entrées provençales se rapproche de celui des années 1590 (une centaine par décennie) et qu’il représente de nouveau la part la plus forte des admissions françaises (46 %).

Le placement des cadets, une pratique familiale en Provence

  • 79 Claude Bazin de Bezons, Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France avec des notes historiq (...)
  • 80 Vertot, VII, p. 75.
  • 81 NLM, LIBR 101, p. 996-1000 ; Vertot, VII, p. 75-76.

42Entre 1530 et 1730, ce sont plus de 700 familles qui comptent en leur sein au moins un chevalier de Malte ; sur ce total, une très grosse majorité d’entre elles (616, soit 81,5 %) ont entre 1 et 4 admissions de chevaliers en deux siècles. D’autres, au nom prestigieux et réputé surtout au Moyen Âge, parviennent à neuf entrées sur deux siècles ; ce faible nombre d’admissions à l’époque moderne révèle pour certaines une perte progressive de leur fortune ou de leur influence, parfois même la disparition du lignage, progressivement greffé sur une nouvelle branche, voire usurpé. Ainsi, les Romieu, dont la présence dans l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem est attestée entre la fin du xiiie siècle (Bernard de Romieu, reçu à Acre en 128079) et le début du xive siècle (Bertrand de Romieu admis en 133780), ne compte pas plus de 9 chevaliers entre 1550 et 1714, dont deux sont admis durant le second xvie siècle (Joachim en 1550 et Aymon en 1592), cinq entrent au xviie siècle, entre 1625 et 1693, et un dernier, Paul-Antoine de Romieu, est admis en 171481.

Tableau 7 : Familles provençales comptant dix entrées et plus dans l’Ordre de Malte (1530-1729)

Tableau 7 : Familles provençales comptant dix entrées et plus dans l’Ordre de Malte (1530-1729)

43Les familles possédant plus de dix entrées dans la Langue de Provence entre 1530 et 1730 sont au nombre de 57 et ne représentent pas plus de 7,8 % des familles. Pour autant, elles pèsent d’un poids considérable dans la Langue, puisqu’elles totalisent 1 256 admissions (44,4 % des entrées provençales), c’est-à-dire presque autant que les 699 familles de moins de 10 chevaliers, qui représentent 1 575 chevaliers et 55,6 % du total. Incontestable aussi est la domination des lignages provençaux dans la Langue : sur les 57 familles comptant plus de dix admissions en deux siècles, seules 4 familles dépendent du prieuré de Toulouse (Roquefeuil, Deparvez Lussan, Montagut et La Valette), tandis que 93 % des Maisons fournissant le plus de chevaliers à la Langue sont géographiquement situées dans les limites du prieuré de Saint-Gilles et dominent les territoires du Comtat-Venaissin, de la Provence, des Bouches-du-Rhône et du comté de Nice

Tableau 8 : Les entrées de chevaliers dans la Langue de Provence (1530-1729)

Entrées par famille Nombre
de familles
% Nombre
de chevaliers
%
1 387 51,2 387 13,7
2à4 229 30,3 655 23,2
5à9 83 11 533 18,8
10 à 19 39 5,1 477 16,8
20 à 49 13 1,6 399 12,8
50 et plus 5 0,6 366 14,7
Total 756 100 2 817 100

Sources : AOM, Processi di nobiltà ; NLM, LIBR 101 et LIBR 102 ; Vertot, VII, p. 92-94.

44Évidemment, plus le nombre d’entrées s’élève, et moins nombreuses sont les familles nobles : 39 familles comptent entre 10 et 19 admissions, 13 familles en ont entre 20 et 49, et seulement cinq lignages peuvent se prévaloir chacun de posséder plus de 50 chevaliers de Malte en deux siècles (les Villeneuve, les Castellane, les Glandevez, les Pontevès et les Barras). Révélatrice est la faible différence qui existe entre le nombre de chevaliers pour les familles totalisant de 10 à 19 entrées (477) et celui des familles qui comptent plus de 50 admissions (366 individus). Tout en ne représentant que 0,6 % des familles de la Langue de Provence, les cinq lignages des Villeneuve, des Castellane, des Glandevez, des Pontevès et des Barras totalisent les entrées de 366 chevaliers, soit une proportion élevée de 13 % de tous les cadets de la Langue de Provence admis dans l’Ordre entre 1530 et 1730.

Graphique 4 Le nombre de chevaliers rapporté à celui des familles (1530-1729)

Graphique 4 Le nombre de chevaliers rapporté à celui des familles (1530-1729)
  • 82 André Borel d’Hauterive (dir.), Revue Historique de la noblesse, Paris, 1843, volume 3, p. 222 ; Ar (...)
  • 83 NLM, LIBR 101, p. 3045-3046 ; Vertot, VII, p. 92-93.
  • 84 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle…, op. cit., tome 1, p. 401.
  • 85 Artefeuil, op. cit., tome 1, p. 401-403.
  • 86 Artefeuil, op. cit., tome 1, p. 226-239.
  • 87 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit., p. 268.

45L’influence dans la Langue de ces quelques familles est encore renforcée par l’homogamie et par les unions qui les lient évidemment les unes aux autres. Ainsi, les Glandevez sont rattachés à des lignages82 qui comptent tous plus de dix entrées dans la Langue : les Riquetie (10 admissions), les Albertas (12), les d’Agoult (26), les Berre (24), les Blacas (40), les Castellane (90), les Forbin (43), les Pontevès (51) et les Villeneuve (93), notamment la branche des Villeneuve-Trans (qui compte cinq entrées entre 1534 et 1699)83. Pareillement, les Forbin sont apparentés aux lignages comptant le plus grand nombre de chevaliers de Malte : les Glandevez, les Castellane, les Villeneuve, les Pontevès, mais également les Simiane (22 entrées), les Astouaud (16 entrées)84 ou encore les Foresta (12) et les Vento (10)85. Les Castellane sont eux-aussi liés par mariages aux familles les plus présentes dans l’Ordre, soit les Villeneuve, les Simiane, les Pontevès, les Glandevez, les Blacas, les Vintimille (33 admissions), les Grimaldi (24 entrées) et les Valbelle (14 admissions)86. Quant aux Valbelle, alliés des Castellane, ils sont également liés depuis le xviie siècle aux Félix de la Reynarde (12 entrées)87.

46Les plus prestigieux d’entre tous sont incontestablement les Villeneuve, qui constituent à l’époque moderne la plus importante famille de la Langue de Provence. Artefeuil lui-même renonce, dans son nobiliaire, à remonter toutes leurs alliances, soulignant que « la multiplicité des branches ne permet pas d’entrer dans un grand détail » mais que

  • 88 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle…, op. cit., tome 2, p. 507-526.

leur ancienneté en Provence, leurs alliances avec plusieurs Maisons souveraines, les grands hommes qu’il y a eu parmi eux, la possession d’une quantité considérable de grands fiefs constituent en leur Maison ce qui caractérise les plus grandes du royaume88.

47Lignage distinct des Villeneuve de Languedoc malgré l’homonymie du patronyme, les Villeneuve comptent, avec les Castellane, un minimum de 90 admissions de chevaliers en deux siècles. La lignée de Raymond de Provence s’est divisée en trois branches au xiiie siècle, dont on retrouve les lignages toujours vivaces à l’époque moderne : les Villeneuve-Trans, qui comptent au Moyen Âge un grand-maître de Rhodes, Hélion de Villeneuve (1319-1346), ainsi que sa sœur, la célèbre sainte Roseline ; les Villeneuve-Tourrettes et les Villeneuve de Vence. Entre 1530 et 1729, ces trois lignages représentent encore à eux seuls près du tiers des admissions de la Maison (32 entrées) : les Villeneuve-Tourrettes sont les plus nombreux, avec 17 admissions, dont 15 au xviie siècle, suivis des Villeneuve de Vence (7 entrées) et des Villeneuve-Trans (5 entrées). D’autres branches de la Maison, toutes issues de ces trois lignages originels, sont également présentes dans la Langue, parmi lesquelles les Villeneuve-Thorenc, branche cadette de ceux de Vence (10 entrées), les Villeneuve-Beauregard (10 admissions) ou les Villeneuve-Barrèmes (4 entrées), qui ont compté le plus de chevaliers à l’époque moderne.

Tableau 9 et Graphique 5 Les entrées des Villeneuve dans la Langue de Provence (1530-1729)

Tableau 9 et Graphique 5 Les entrées des Villeneuve dans la Langue de Provence (1530-1729)

48Bien que régulièrement présents dans l’Ordre depuis le Moyen Âge, c’est au xviie siècle que les Villeneuve sont les plus nombreux : à partir de 1590, le nombre des entrées progresse très fortement, atteignant le nombre record d’une vingtaine d’admissions jusqu’en 1650 (25 chevaliers en 1590-1609 ; 19 chevaliers entre 1610 et 1629 ; 18 chevaliers entre 1630 et 1649). Comme la plupart des familles provençales, la Maison des Villeneuve participe à l’explosion des entrées, qui caractérise la fin du xvie et la première moitié du xviie siècle.

Tableau 10 et Graphique 6 Les entrées des Castellane dans la Langue de Provence (1530-1729)

Tableau 10 et Graphique 6 Les entrées des Castellane dans la Langue de Provence (1530-1729)

Tableau 11 et Graphique 7 Les entrées des Glandevez dans la Langue de Provence (1530-1729)

Tableau 11 et Graphique 7 Les entrées des Glandevez dans la Langue de Provence (1530-1729)

49On observe à peu près les mêmes évolutions dans les autres grandes familles provençales, qui connaissent toutes une hausse du nombre de placements de cadets dans l’Ordre de Malte au xviie siècle. Ainsi, après une certaine décrue du nombre d’admissions dans les années 1590-1630, les Castellane font entrer une série de cadets entre 1630 et 1670. De même, les Glandevez, dernière famille à s’illustrer par un grand nombre d’admissions à l’époque moderne (supérieur à 50 entrées), sont caractérisés par une forte hausse du nombre d’entrées entre 1630 et 1690, suivie comme pour les Villeneuve et les Castellane d’une forte diminution à la fin du xviie siècle.

Des générations de chevaliers

  • 89 NLM, LIBR 101, p. 3046-3047.

50L’investissement de la Langue de Provence par les lignages se fait selon un double choix familial, fondé d’une part sur le placement, sensiblement aux mêmes dates, de cadets appartenant à des branches différentes de la Maison, et d’autre part, sur le placement de cadets d’une même branche, mais sur deux ou trois générations. Par exemple, à la fin du xvie siècle, les Villeneuve placent dans l’Ordre trois jeunes chevaliers à des dates voisines : ce sont deux frères Jules César et Arnaud de Villeneuve-Trans, entrés l’un en 1584 et l’autre en 1593, ainsi que leur cousin germain, Claude de Villeneuve-Barrèmes, qui devient chevalier en 1599. Leurs pères sont respectivement le marquis Claude de Villeneuve-Trans et le baron Hours de Villeneuve-Barrèmes, tous deux frères et fils du marquis de Trans, Claude de Villeneuve, qui a offert à son cadet, Hours, l’opportunité d’entrer en possession d’une seigneurie, quand l’aîné, Claude, héritait évidemment de la majeure partie des possessions89.

Document 1 Le placement des cadets chez les Villeneuve-Trans (1584-1599)

  • 90 NLM, LIBR 101, p. 3054-3056.

51Autre exemple, même Maison : en 1604, les Villeneuve de Vence placent dans l’Ordre un cadet, Gaspard de Villeneuve-Vence, qui est fils du baron de Vence Claude de Villeneuve et de Françoise de Grimaldi. Une trentaine d’années plus tard, ce chevalier voit entrer dans sa Langue trois de ses neveux, qui ne sont autres que les fils cadets de son frère aîné César de Villeneuve, héritier de la baronnie de Vence : les trois jeunes hommes sont César, Alexandre et Christophle, admis en 1634, 1640 et 1643. La stratégie se renouvelle à la génération suivante et en 1655, 1662 et 1671, les trois chevaliers précédents voient entrer dans l’Ordre trois de leurs neveux, Claude, Gaspard et Jean, qui sont les fils de leur frère aîné, le baron Claude de Villeneuve-Vence90.

52Le choix de placer plusieurs cadets sur trois générations n’est évidemment pas l’apanage des Villeneuve et se retrouve dans toutes les grandes familles provençales, à l’instar de celle des Castellane. En un demi-siècle à peine, de 1573 à 1647, ce ne sont pas moins de huit chevaliers de Malte en trois générations que les Castellane de Chaudon, Tournon et Majastre font entrer dans la Langue de Provence.

Document 2 Le placement des cadets chez les Villeneuve de Vence (1604-1671

  • 91 NLM LIBR 101, p. 1452-1454.
  • 92 NLM LIBR 101, p. 1473.

53Seigneur de trois fiefs, Claude de Castellane divise son bien en trois parts pour ses fils aînés, Honoré, Scipion et Claude, qui fondent trois nouvelles branches de Castellane, et fait entrer ses derniers fils dans l’Ordre en 1573 (Annibal) puis en 1575 (Ascagne et Horace). Le placement des cadets se poursuit sur les générations suivantes et dans chacune des nouvelles branches des Castellane : Honoré de Castellane-Chaudon place son fils Jean-Gaspard en 1612, tandis que son frère Scipion de Castellane-Majastre fait également entrer l’un de ses fils, Jean, en 162291. Le dernier frère, Claude de Castellane-Tournon s’abstient quant à lui, mais le placement des cadets dans l’Ordre de Malte se fait à la génération suivante : le fils aîné de Claude, François de Castellane-Tournon, destine trois de ses fils à l’Hôpital en 1634 (Henri), en 1642 (André) et en 1647 (Scipion)92.

Document 3 Le placement des cadets chez les Castellane de Chaudon, Majastre et Tournon (1573-1647)

54De ces quelques cas émergent des caractéristiques communes, telles que la répétition sur plusieurs générations de pratiques propres à la famille : ainsi, donner le même patronyme qu’un oncle ou un ancêtre, souvent lui-même chevalier de Malte, fait partie des traditions. Chez les Villeneuve de Vence, deux Hospitaliers portent le prénom identique de « Gaspard », en 1604 et en 1662, en une époque où ce prénom n’est plus aussi à la mode qu’au siècle précédent ; quant au prénom « Hélion », très prisé dans la famille, en référence au grand-maître de Rhodes, il n’apparaît pas donné aux cadets aux xvie et xviie siècles, mais plutôt aux aînés.

  • 93 NLM, LIBR 101, p. 1441 ; Vertot, VII, p. 19.
  • 94 AOM 2595 ; NLM LIBR 101, p. 1476 ; Vertot, VII, p. 20.
  • 95 NLM, LIBR 101, p. 1473.

55En ce qui concerne les Castellane, le prénom original de « Scipion », constitue un élément essentiel et incontestable de l’identité familiale : puîné de Claude de Castellane, Scipion de Majastre transmet son prénom au fils aîné, héritier de la seigneurie, afin de marquer sa descendance et d’inscrire dans la tradition familiale une possession foncière récente qui aurait pu ne pas lui échoir, du fait de son rang de naissance. Le prénom n’est pas oublié non plus par le troisième frère, François de Tournon, qui le donne à l’un de ses fils cadets, futur chevalier de Malte. Il apparaît même que le prénom Scipion, que l’on retrouve dans plusieurs des branches de la Maison Castellane, est particulièrement donné aux cadets destinés à entrer dans l’Hôpital : deux Castellane d’Alluis deviennent chevaliers sous le nom de Scipion en 1574 et en 158293, deux Scipion de Castellane Sparron entrent dans l’Ordre en 1637 et en 164294 et enfin le jeune Castellane-Tournon en 164795.

  • 96 André Burguière, « Un nom pour soi. Le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie(...)
  • 97 Jean Boutier, « Prénoms et identité urbaine en Toscane au xvie siècle », dans J. Boutier, M. Cassan (...)
  • 98 Louis Pérouas, Bernadette Barrière, Jean Boutier, Jean-Claude Peyronnet, Jean Tricard, Léonard, Mar (...)

56Hommage rendu à un grand-oncle ou à un ancêtre, dont l’admission dans l’Ordre de Malte était la preuve de l’excellence de sa piété et de sa fidélité pour Dieu, ainsi que le préconise le catéchisme du concile de Trente96, mais aussi de l’ancienne et pure noblesse dont il était issu et dont peut s’enorgueillir le lignage, le prénom constitue bien un marquage identitaire religieux et familial97. Dès lors que le nom de famille est établi à la fin du Moyen Âge, le prénom acquiert en effet une triple fonction d’intégration religieuse (le lien avec le saint patron), familiale (par la transmission lignagère du prénom et la parenté spirituelle qui unit l’enfant à son parrain ou à sa marraine) et régionale. Car contrairement à l’époque contemporaine, où le prénom commence à caractériser l’individu qui le porte, il est sous l’Ancien Régime la marque d’intégration à une famille98, reflet d’une volonté revendiquée de s’inscrire dans une histoire familiale glorieuse et d’aider à conférer au nouveau-né les vertus dont était paré son ascendant.

  • 99 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », (...)
  • 100 Anne Brogini, « Une Méditerranée marseillaise ? L’élan des marchands provençaux en Méditerranée occ (...)

57Les cadets placés dans l’Ordre peuvent donc être cousins germains, mais sont le plus souvent neveux d’un ou plusieurs oncles, qui étaient déjà chevaliers de Malte. On est Hospitalier d’oncle à neveu chez les Villeneuve de Vence, comme chez les Castellane de Chaudon, Tournon et Majastre. En toute vraisemblance, plusieurs des membres de ces grandes familles, toutes ou presque apparentées et qui dominent la Langue de Provence, doivent se retrouver ensemble au couvent le temps de leur noviciat, puis au cours des cinq années obligatoires de résidence à Malte, avant de se soutenir mutuellement pour l’obtention et la direction de commanderies. Dominé par les chevaliers provençaux, peuplé de marchands de Marseille et de Provence qui assurent des liaisons régulières avec la France, le port de Malte au xviie siècle rappelle un peu celui de Rhodes au xve siècle, quand les Catalans étaient prédominants et que la présence de nombreux marchands catalans donnait aux frères l’impression de ne pas réellement partir en terre étrangère99. Le lien entre Malte et Marseille (port d’exportation des responsions provençales, mais également françaises et auvergnates) est non seulement essentiel pour le ravitaillement du couvent, mais il favorise dès la fin du xvie siècle, la constitution de réseaux commerciaux entre le couvent et plusieurs marchands provençaux au service des Hospitaliers100. De sorte que l’on parle couramment français à La Valette au xviie siècle et qu’au siècle suivant, le français remplace l’italien comme langue officielle du couvent.

  • 101 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », (...)

58Le placement des cadets dans l’Hôpital constitue surtout un investissement lucratif pour les individus et les familles, sur le plan de la réputation comme sur celui des finances. Pour les familles – les plus nombreuses – qui ne placent qu’un ou deux cadets, l’Ordre offre une belle légitimation, au temps où les Réformations nobiliaires redéfinissent ce qui est noble et peuvent soudain expulser du corps idéalement homogène de la noblesse, des familles entières qui en faisaient jusqu’alors partie sans contestation. Sur le plan financier, malgré la rude concurrence qui fait que nombre de chevaliers doivent se contenter d’une vie de garnison au couvent, l’Hôpital peut rapporter beaucoup, quand un cadet parvient à conduire idéalement son cursus honorum et à diriger des commanderies avantageuses. Certaines rentes rapportent plus aux cadets que le patrimoine familial aux aînés101 et les commandeurs se montrent souvent généreux avec leur famille ; bien que tenus par les statuts de l’Ordre de ne pas faire de donations, ils s’arrangent pour réserver à leurs neveux de l’argent et des biens.

  • 102 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, op. cit., p. 213 et p. 222-223

59La gestion de commanderies rentables et l’activité corsaire constituent bien au xviie siècle deux facteurs d’enrichissement pour des frères. Le couvent peut apparaître moins « ingrat » que la monarchie et la carrière dans l’Hôpital plus assurée pour les Provençaux que celle au service du roi. C’est le cas du chevalier Frà Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, entré dans le prieuré de Saint-Gilles en 1597, et qui après plusieurs années en tant que chevalier corsaire au service de l’Ordre, fait le choix de servir le roi de France en tant que lieutenant de la galère Réale, entre 1615 et 1635. Après vingt années de bons et loyaux services, il espère en vain une promotion, une charge supérieure qui ne vient jamais. Profondément déçu, il abandonne le service royal peu reconnaissant, pour revenir à l’Ordre qu’il regrette d’avoir si longuement quitté. Sachant récompenser les chevaliers de ses grandes familles, l’Hôpital lui offre toutes les opportunités de carrière que le roi de France n’avait pas daigné lui octroyer. En 1642, Luppé du Garrané est nommé prieur de Saint-Gilles par le Conseil et par le grand-maître Jean-Paul de Lascaris Castellar (1636-1657) ; après quelques années de gestion du prieuré, il réclame de revenir à Malte pour y conduire deux nouveaux voyages corsaires, et finit par entrer au Conseil de l’Ordre en 1655, puis par devenir Grand Commandeur (c’est-à-dire chef) de la Langue de Provence en 1656102.

60Épuisé et malade, il rentre en France en 1660, avant de redevenir prieur de Saint-Gilles en 1661, responsabilité qu’il endosse jusqu’à sa mort en 1664. Ses Mémoires s’achèvent sur ces mots :

  • 103 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, op. cit., p. 234.

Dieu me fasse cette grâce… que je serve ma Religion avec l’amour et l’affection que je suis obligé, et avec les mêmes tendresses que j’ai toujours eues pour elle depuis soixante-trois ans qu’il y a que je la professe103.

61Si le roi de France au xviie siècle en appelle souvent, pour l’encadrement de sa Marine, aux chevaliers de Malte qui ont une certaine expérience de la mer, du fait de leur obligation de caravanes, ce n’est pas forcément aux chevaliers provençaux que l’on réserve les meilleurs postes. En ce qui concerne Frà Luppé du Garrané, l’Ordre l’a en effet bien mieux récompensé de son service que le roi.

62Géographiquement éloignés du centre du pouvoir (la Provence est bien loin de Paris et de Versailles), les nobles provençaux peuvent ainsi souffrir d’être moins employés que d’autres par les autorités politiques de leur temps, risquant de faire une carrière moins avantageuse que celle qu’ils peuvent mener en demeurant plusieurs années au couvent de Malte, au service de l’Ordre, ou bien en devenant responsable d’une commanderie. Lieu de placement de cadets auxquels la famille n’accorde pas de terres, l’Hôpital constitue particulièrement pour les grands noms provençaux une perspective de carrière honorable, qui peut expliquer l’investissement des familles sur plusieurs générations.

  • 104 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècles, Paris, Éditions de l’EHES (...)
  • 105 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie(...)

63Enfin, la présence dans l’Ordre semble relever d’habitudes familiales, similaires au fait de donner un prénom particulier, qui se transmet au fil du temps et qui désigne d’emblée la nature supérieure de celui qui le porte. L’existence et la perpétuation d’un lignage exigent en effet des stratégies matérielles et symboliques, telles que la revendication de coutumes qui expriment et témoignent de cette continuité lignagère104 et qui contribuent à implanter les familles dans un cadre spatial rural ou urbain, aidant à la formation d’une conscience de soi individuelle et collective105. Pour ces familles, placer des cadets dans l’Hôpital fait donc partie de pratiques constitutives de leur identité ; il s’agit d’un critère qui leur est propre, qui les distingue et qu’ils revendiquent, en le perpétuant au fil des générations. Et cette revendication semble d’autant plus importante aux xvie et xviie siècles, que la noblesse européenne en général, et l’Ordre de Malte en particulier, se trouvent confrontées au même moment à des questionnements visant à définir ce que peut être la noblesse.

Notes

1 Andrew Paul Vella, « La missione di Pietro Dusina a Malta nel 1574, con la trascrizione del Ms Vat. Lat. 134 111 », Melita Historica, Vol. V, n° 2, 1969, p. 179 ; Paolo Collura, « Le due missioni di Monsignore Ludovico I de Torres in Malta (1578-1579) », Archivio Storico di Malta, Anno VIII, 1938, p. 40.

2 Carlo Antonio Vianello, « Una Relazione inedita di Malta nel 1582 », Archivio Storico di Malta, Anno VII, 1936, p. 296 ; NLM, LIBR 23, Relazione dello stato dell’isola di Malta fatta nel 1572 a Gregorio XIII da Monsignore Visconti, inquisitore, f. 274v.

3 Alain Demurger, Chevaliers du Christ…, op. cit., p. 109.

4 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2003-2004, n° 50-4, p. 28 (selon un manuscrit de la Bibliothèque Apostolique Vaticane).

5 Brantôme, Œuvres complètes, Paris, Ed. Jules Renard, 1866, Tome V, p. 230-231.

6 Fabrizio d’Avenia, Nobiltà allo specchio. Ordine di Malta e mobilità sociale nella Sicilia moderna, op. cit., p. 38-39.

7 Jean Boutier, Construction et anatomie d’une noblesse urbaine. Florence à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Thèse de doctorat d’histoire moderne, Paris, EHESS, 1988, p. 65 ; Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta nell’Italia moderna, Rome, École française de Rome, 1988, p. 77-78.

8 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », dans Philippe Josserand, Luís F. Oliveira et Damien Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velazquez, 2015, p. 361-363.

9 Carlos Barquero Goñi, « La provincia castellana del Hospital y el Oriente en la época de Rodas », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, Collecção Ordens Militares 7, Município de Palmela, GEsOS, 2012, p. 741.

10 Martine Lambert-Georges, « Le bréviaire du bon enquêteur ou trois siècles d’information sur les candidats à l’habit des ordres militaires », Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 18-1, 1982, p. 165.

11 Enrique Rodríguez-Picavea Matilla, « Les ordres militaires hispaniques au Moyen Âge », dans Feliciano Novoa Portela et Carlos de Ayala Martínez (dir.), Le glaive et la croix. Templiers, Hospitaliers, chevaliers Teutoniques et autres ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Mengès, 2005, p. 118-119 ; Elena Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de tercera generación (1520-1660) », dans Manuel Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana. La Orden de San Juan, Madrid, Ediciones Polifemo, 2009, p. 1301.

12 Isabel Cristina Ferreira Fernandes et Luís Filipe Oliveira, « Les ordres militaires au royaume du Portugal », dans F. Novoa Portela et C. de Ayala Martínez (dir.), Le glaive et la croix…, op. cit., p. 137-166 ; E. Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de tercera generación (1520-1660) », art. cit., p. 1300-1302.

13 José Ignacio Ruiz Rodrigues, « Las órdenes militares en la superestrutura del estado moderno », dans Isabel Cristina Fernandes et Paulo Pacheco (dir.), As Ordens Militares em Portugal e no Sul da Europa, Actas do II Encontro sobre Ordens Militares, Edições Colibri, Camara Municipal de Palmela, 1997, p. 319-322 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ…, op.cit., p. 283-291.

14 Carlos de Ayala Martínez, « La monarquia y los Ordenes Militares durante el reino de Alfonso X », Hispania, 51, 1991, p. 456-465 ; Ph. Josserand, « À l’épreuve d’une logique nationale : le prieuré castillan de l’Hôpital et Rhodes au xive siècle », Revue Mabillon, 14, 2003, p. 115-138.

15 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », p. 28 (selon un manuscrit de la Bibliothèque Apostolique Vaticane étudié par l’auteur).

16 Elena Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de tercera generación (1520-1660) », art. cit., p. 1317.

17 Jean-Marie Constant, « Une voie nouvelle pour connaître le nombre des nobles aux xvie-xviie siècles : les notions de « densité et d’espace » nobiliaires », dans Jean-Marie Constant, La Noblesse en liberté, xvie-xviie siècles, Rennes, PUR, 2004, p. 13-20 (réédition de l’article paru dans La France d’Ancien Régime. Études réunies en l’honneur de Pierre Goubert, Toulouse, 1984, p. 149-155).

18 Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta nell’Italia moderna, Rome, École française de Rome, 1988 ; Gregory O’Malley, The Knights Hospitaller of the English Langue, 1460-1565, Oxford, Oxford University Press, 2005.

19 Fabrizio d’Avenia, Nobiltà allo specchio. Ordine di Malta e mobilità sociale nella Sicilia moderna, Palerme, Quaderni Mediterranea, 8, 2009.

20 BAV, Chigiano R. I. 22, Rollo di tutti i Cavalieri Hospitalieri che sono stati ricevuti nella Veneranda Lingua d’Italia dell’anno 1565, ff. 3r-53v.

21 Lodovico Araldi, L’Italia nobile nelle sue città e ne’ cavalieri figli delle medeme, Venise, éd. Andrea Poleti, 1722.

22 NLM, LIBR 101, Essai d’une histoire généalogique des chevaliers reçus dans la Langue de Provence depuis 1500 ; NLM, LIBR 102, Recueil des Maisons et familles qui ont donné des chevaliers à l’Ordre pour la Langue de Provence depuis 1513.

23 René Aubert de Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem appelés depuis Chevaliers de Rhodes et aujourd’hui Chevaliers de Malthe, Paris, éd. Rollin Quillau Desaint, 1726.

24 AOM 262, f. 46r, 28 janvier 1676.

25 AOM 262, f. 60r, 9 juillet 1676.

26 BAV, Chigiano R. I. 24, Diverse scritture sull’Ordine di Malta, ff. 218r-218v, sans date.

27 AOM 256, ff. 3v-6v, 6 août 1624.

28 BAV, Chigiano R. I. 24, f. 218r.

29 AOM 256, f. 4v.

30 BAV, Chigiano R. I. 24, f. 218v.

31 Elena Postigo Castellanos, « “Flores en el jardín de los reinos”. Las Órdenes de Caballería de tercera generación (1520-1660) », art. cit., p. 1317.

32 Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta…, op. cit., p. 79.

33 Angelantonio Spagnoletti, op. cit., p. 86-87.

34 Olivier Poncet, « Cercles savants et pratique généalogique en France (fin xvie-milieu du xviie siècle) », dans O. Rouchon (dir.), L’opération généalogique…, op. cit., p. 104-106.

35 Pierre Bonneaud, « A Culture of Consensus. The Hospitallers at Rhodes in the fifteenth century (1420-1480) », art. cit., p. 139. Cette domination française est contrebalancée dès la fin du xive siècle par les quatre Langues dites « mineures (Espagne, Italie, Angleterre et Allemagne).

36 Michel Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », art. cit., p. 28.

37 Le manuscrit NLM 102 mentionne les prieurés pour 2 403 chevaliers (sur un total de 2 817 entrées dans la Langue de Provence entre 1530 et 1730).

38 Serge Brunet, « De l’Espagnol dedans le ventre ! ». Les catholiques du Sud-Ouest de la France face à la Réforme (vers 1540-1589), Paris, Honoré Champion, 2007, p. 37-39 ; p. 76-82.

39 AOM 310, f. 107r, 2 mai 1612.

40 Frédérique Leferme-Falguières, « La noblesse de cour aux xviie et xviiie siècles. De la définition à l’autoreprésentation d’une élite », Hypothèses, 2000/1, p. 88.

41 AOM 2256, Modèle pour servir à la réception de Messieurs les chevaliers, p. 41.

42 AOM 2980, ff. 1r-21r, 27-28 mai 1597, procès de noblesse de Jean-Bertrand de Luppé du Garrané.

43 Michel Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ? Les chevaliers de Malte dans le corso méditerranéen au xviie siècle », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, Tome XXXV, juillet-septembre 1988, p. 374.

44 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, présenté par Claude Petiet, Coll. Mare Nostrum, Paris, Paris-Méditerranée, 2001, p. 127-150.

45 François-Alexandre Aubert de La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire généalogique, héraldique, chronologique et historique contenant l’origine et l’état actuel des premières Maisons de France, des Maisons souveraines et principales de l’Europe, Paris, éd. Duchesne, 1765, tome VI, p. 592-593.

46 AOM 454, f. 325r, 21 novembre 1603.

47 Pierre Grandchamp, La France en Tunisie, Tome III (1611-1620), Tunis, Imprimerie générale Barlier, 1925, p. 196, 25 août 1616 et p. 400-402.

48 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté…, op. cit., p. 320.

49 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle de la noblesse de Provence, Avignon, ed. Girard, 1762 (Marseille, Lafitte Reprints, 1970), volume 1, p. 247.

50 Michel Fontenay, « Corsaires de la foi ou rentiers du sol ?... », art. cit., p. 375.

51 Jean-Marie Constant, « L’enquête de noblesse de 1667 et les seigneurs de Beauce », dans Jean-Marie Constant, La Noblesse en liberté…, op. cit., p. 21-41 (réédition de l’article paru dans la Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, t. XXI, octobre-décembre 1974, p. 548-566).

52 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale de la fin du xviie siècle à la veille de la Révolution, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Nice Sophia Antipolis, 2001, p. 30-31.

53 André Burguière, « L’État monarchique et la famille (xvie-xviiie siècle) », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2001/2, 56e année, p. 326.

54 AOM 2255, Traité pour faire ses preuves, 1727.

55 Monique Cubells, « Noblesse des Cours souveraines et noblesse militaire en Provence du xviie au xviiie siècle. Évolution, rapports et image de deux groupes nobiliaires », dans J. Pontet, M. Figeac, M. Boisson (dir.), La noblesse de la fin du xvie au début du xxe siècle…, op. cit., p. 22.

56 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée : les “nobles marchands” de Marseille, xvie-xviie siècles », dans Chantal Grell et Arnaud Ramière de Fortanier (éd.), Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, PUPS, 1999, p. 264-273.

57 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale…, op. cit., p. 35.

58 Valérie Piétri, « Vraie et fausse noblesse : l’identité nobiliaire provençale à l’épreuve des réformations (1656-1718) », Cahiers de la Méditerranée, L’Autre et l’image de soi, n° 66, 2003, p. 79-91.

59 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit. p. 267-268.

60 AOM 2744 ; Vertot, VII, p. 32-33.

61 Vertot, VII, p. 33 et AOM 2810 pour Jean-Baptiste admis en 1672.

62 AOM 2754 ; Vertot, VII, p. 33.

63 Valérie Piétri, Famille et noblesse en Provence orientale…, op. cit., p. 37.

64 AOM 3597B ; AOM 3598C.

65 AOM 3629I et AOM 3629J.

66 AOM 3634E.

67 AOM 3455.

68 AOM 3440.

69 Vertot, VII, p. 24.

70 Vertot, VII, p. 24.

71 AOM 3640D ; Vertot, VII, p. 24.

72 AOM 2544 ; Vertot, VII, p. 24.

73 Vertot, VII, p. 24.

74 AOM 3291 et Vertot, VII, p. 77.

75 AOM 2991 ; Vertot, VII, p. 53.

76 AOM 3815.

77 André Burguière, « L’État monarchique et la famille (xvie-xviiie siècle) », art. cit., p. 327 ; Germain Butaud et Valérie Piétri, Les enjeux de la généalogie (xiie-xviiie siècles), Collection « Mémoires », 125, Paris, Autrement, 2006, p. 221-224 et p. 264-269.

78 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit., p. 272.

79 Claude Bazin de Bezons, Pièces fugitives pour servir à l’histoire de France avec des notes historiques et géographiques, Paris, éd. Hugues Daniel Chaubert, rééd. 1759, p. 336.

80 Vertot, VII, p. 75.

81 NLM, LIBR 101, p. 996-1000 ; Vertot, VII, p. 75-76.

82 André Borel d’Hauterive (dir.), Revue Historique de la noblesse, Paris, 1843, volume 3, p. 222 ; Artefeuil, Histoire héroïque et universelle…, op. cit., tome 1, p. 138-139.

83 NLM, LIBR 101, p. 3045-3046 ; Vertot, VII, p. 92-93.

84 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle…, op. cit., tome 1, p. 401.

85 Artefeuil, op. cit., tome 1, p. 401-403.

86 Artefeuil, op. cit., tome 1, p. 226-239.

87 Wolfgang Kaiser, « Une aristocratie urbaine entre la plume et l’épée… », art. cit., p. 268.

88 Artefeuil, Histoire héroïque et universelle…, op. cit., tome 2, p. 507-526.

89 NLM, LIBR 101, p. 3046-3047.

90 NLM, LIBR 101, p. 3054-3056.

91 NLM LIBR 101, p. 1452-1454.

92 NLM LIBR 101, p. 1473.

93 NLM, LIBR 101, p. 1441 ; Vertot, VII, p. 19.

94 AOM 2595 ; NLM LIBR 101, p. 1476 ; Vertot, VII, p. 20.

95 NLM, LIBR 101, p. 1473.

96 André Burguière, « Un nom pour soi. Le choix du nom de baptême en France sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècle) », L’Homme, octobre-décembre 1980, tome XX, n° 4, p. 39 ; Jean-Claude Sangoï, « La transmission d’un bien symbolique : le prénom en Bas-Quercy (1750-1872 », Terrain, numéro spécial Famille et parenté, n° 4, mars 1985, p. 70.

97 Jean Boutier, « Prénoms et identité urbaine en Toscane au xvie siècle », dans J. Boutier, M. Cassan et N. Lemaître (dir.), Croyances, pouvoirs et société. Études offertes à Louis Pérouas, Les Treignac, Monédières, 1988, p. 143-163.

98 Louis Pérouas, Bernadette Barrière, Jean Boutier, Jean-Claude Peyronnet, Jean Tricard, Léonard, Marie, Jean et les autres : les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1984.

99 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », dans Ph. Josserand, L. F. Oliveira et D. Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge, op. cit., p. 356.

100 Anne Brogini, « Une Méditerranée marseillaise ? L’élan des marchands provençaux en Méditerranée occidentale (env. 1590-env. 1660) », dans Xavier Daumalin, Daniel Faget, Olivier Raveux (dir.), La mer en partage. Sociétés littorales et économies maritimes (xvie-xxe siècles), Aix-en-Provence, PUP, Aix-Marseille Université, 2016, p. 153-163.

101 Pierre Bonneaud, « Les Hospitaliers catalans entre Rhodes, l’Italie et la Catalogne (1420-1480) », art. cit. p. 347-348.

102 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, Mémoires d’un chevalier de Malte, op. cit., p. 213 et p. 222-223.

103 Jean-Bertrand de Luppé du Garrané, op. cit., p. 234.

104 Michel Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècles, Paris, Éditions de l’EHESS, 2000, p. 30.

105 Martine Bennini, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (xvie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2007/3, n° 54-3, p. 7 et p. 13.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 Les frères présents dans le couvent en 1565 et en 1590
Crédits Sources : Balbi de Correggio, La Verdadera Relacion de todo lo que el anno MDLXV ha succedido en la isla de Malta de antes que llegasse l’armada sobre ella de Soliman Gran turco, Pedro Reigner éd., Barcelone, 1567 ; M. Fontenay, « Charles Quint, Malte et la Méditerranée », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2003-4, n° 50-4, p. 28 (données extraites par l’auteur de la correspondance de Sicile pour l’année 1590, Archivo General de Simancas).
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 3 Nombre de procès de noblesse dans les Archives de Malte (1500-1798)
Crédits Source : AOM, Processi di nobiltà
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Titre Graphique 1 L’évolution du nombre d’entrées de chevaliers dans la Langue d’Italie (1530-1719)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Tableau 5 Les entrées de chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)
Crédits Sources : AOM, Processi di nobiltà ; NLM, LIBR 101 et LIBR 102 ; Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, tome VII.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 2 L’évolution des entrées des chevaliers dans les Langues françaises (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Tableau 6 Les entrées de chevaliers dans les deux prieurés de la Langue de Provence (1530-1729)
Crédits Sources : AOM, Processi di nobiltà ; NLM, LIBR 101 et LIBR 102 ; Vertot, Histoire des Chevaliers Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, tome VII.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Graphique 3 L’évolution des entrées dans les prieurés de Toulouse et de Saint-Gilles (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Tableau 7 : Familles provençales comptant dix entrées et plus dans l’Ordre de Malte (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Graphique 4 Le nombre de chevaliers rapporté à celui des familles (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 9 et Graphique 5 Les entrées des Villeneuve dans la Langue de Provence (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Tableau 10 et Graphique 6 Les entrées des Castellane dans la Langue de Provence (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tableau 11 et Graphique 7 Les entrées des Glandevez dans la Langue de Provence (1530-1729)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende Document 1 Le placement des cadets chez les Villeneuve-Trans (1584-1599)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende Document 2 Le placement des cadets chez les Villeneuve de Vence (1604-1671
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Document 3 Le placement des cadets chez les Castellane de Chaudon, Majastre et Tournon (1573-1647)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/44805/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 68k

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search