Version classiqueVersion mobile

Une noblesse en Méditerranée

 | 
Anne Brogini

Introduction

Texte intégral

  • 1 François Ménestrier, De la chevalerie ancienne et moderne, avec la manière d’en faire les preuves p (...)

De l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, communément dit de Malte : l’Ordre militaire le plus célèbre dans l’Église est celui-ci, parce qu’ayant été enrichi des dépouilles des Templiers, et ayant subsisté jusqu’à présent avec beaucoup d’éclat, il s’est étendu et accru dans la plupart des royaumes de la chrétienté, et a reçu la fleur de la noblesse de France, d’Italie, d’Angleterre, d’Espagne, des Pays-Bas et d’Allemagne, n’ayant eu vers le Nord que les chevaliers Teutoniques qui aient partagé avec lui ce grand éclat…1.

1Dans son ouvrage De la chevalerie ancienne et moderne, avec la manière d’en faire les preuves pour tous les ordres de chevalerie, c’est ainsi que François Ménestrier décrit les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem – mieux connus à l’époque moderne sous le nom de chevaliers de Malte –, qu’il présente à la fois comme les héritiers des Templiers et comme la quintessence de la noblesse européenne.

L’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem

  • 2 Alain Demurger, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Points Seuil, 2005, ( (...)
  • 3 Philippe Josserand, « Élites et ordres militaires : quelques pistes pour une rencontre », dans Phil (...)
  • 4 Damien Carraz, « Le monachisme militaire, un laboratoire de la sociogénèse des élites laïques dans (...)
  • 5 Jean Flori, Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l’Islam, (...)

2Nés en Terre Sainte avant les croisades, mais devenus un ordre religieux puis militaire dans le contexte de celles-ci, les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem appartiennent à ceux que saint Bernard de Clairvaux désigne au xiie siècle comme les « moines-soldats ». Si l’expression est employée au Moyen Âge pour caractériser les frères du Temple, de Sainte-Marie des Teutoniques et de l’Hôpital, elle pose néanmoins la question de sa pertinence. La précision du vocabulaire invite en effet à distinguer le moine, menant une vie retirée et contemplative, des autres religieux qui, tout en suivant une règle et en prononçant des vœux semblables à ceux des moines, agissent en réalité dans le monde2. Les membres des ordres religieux-militaires comme l’Hôpital appartiennent à cette catégorie de religieux acteurs de leur siècle. Ils sont liés à la tradition du monachisme occidental tout en lui étant distincts3. La dimension guerrière, et bientôt sociale des frères, puisque l’Hôpital exige dès le milieu du xiiie siècle que les chevaliers apportent la preuve de leur ascendance chevaleresque4, ne peut qu’être en rivalité avec une dimension religieuse, a fortiori considérée comme « monastique ». L’union dans un même institut religieux de deux éthiques aussi différentes a représenté une innovation radicale de la spiritualité chrétienne autour de l’An Mil5. Elle devient problématique à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, quand la conciliation des deux identités est plus difficile à vivre pour des frères impliqués dans la vie de leur siècle, qui ne peuvent demeurer indifférents aux questionnements religieux qui ébranlent la chrétienté de la première modernité.

  • 6 Jonathan Riley-Smith, The Knights Hospitaller in the Levant (c. 1050-1309), Londres, Palgrave Macmi (...)
  • 7 Alain Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte. De la fondation de l’Hôpital de Jérusalem à sa tr (...)

3Selon les plus récents travaux de Jonathan Riley-Smith6, c’est au cours du second xie siècle, vers 1070 plutôt que vers 1048, qu’il faut placer la fondation de l’Hôpital. Celle-ci fut vraisemblablement entreprise à la demande de marchands amalfitains faisant commerce avec le Levant, et qui obtiennent du Calife d’Égypte l’autorisation de construire dans la Ville Sainte une église (Sainte-Marie Latine), un monastère et un hôpital pour les accueillir, édifié à l’emplacement où un ange serait venu annoncer la conception de saint Jean le Baptiste, choisi comme patron des Hospitaliers au début du xiie siècle7.

  • 8 Il était peut-être natif de la cité de Scala (voir A. Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte…, (...)
  • 9 Helen Nicholson, The Knights Hospitaller, Oxford, The Boydell Press, 2001, p. 5 ; Alain Blondy, L’O (...)

4Devant l’afflux croissant de pèlerins en Terre Sainte, surtout après la conquête de Jérusalem par les croisés en 1099, et sous l’influence d’un laïc au service du monastère, le célèbre Gérard l’Hospitalier, qu’une tradition légendaire de l’Ordre considère comme natif de Martigues mais qui était plus vraisemblablement d’origine amalfitaine8, l’hôpital des premiers temps se transforme en une organisation importante. En 1113, le pape la reconnait comme ordre religieux indépendant de tout pouvoir extérieur et sujet de l’autorité pontificale. La bulle Pio postulatio voluntatis fonde officiellement la naissance de l’ordre de l’Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem. Puis son évolution arrive à terme quand il devient religieux-militaire, à l’instar des ordres du Temple et des chevaliers Teutoniques. En plus des trois vœux monastiques (obéissance, pauvreté, chasteté) et de celui d’assistance aux pèlerins, les Hospitaliers sont désormais voués à la protection militaire des États Latins d’Orient. En 1130, ils adoptent l’étendard rouge à croix blanche de saint Georges, pourvue de huit pointes, que l’on trouve déjà en république amalfitaine9 ; leur habit se compose alors d’un vêtement noir de prière, orné d’une croix blanche, et d’un vêtement de guerre rouge à croix blanche.

  • 10 Philippe Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les Ordres Militaires du royaume de Castille (...)

5Dès l’origine, le nouvel ordre est doté de plusieurs biens fonciers, appelés commanderies, qui sont l’unité territoriale la plus réduite et correspondent à des propriétés constituées à partir d’églises, de terres, de bois, de vignes, de fermes, de villages et de divers biens immeubles. Puis, l’Hôpital héritant en Europe de la quasi-totalité des biens du Temple au début du xive siècle (péninsule ibérique exceptée), ses commanderies atteignent le nombre de 700 environ au début de l’époque moderne. Le commandeur, responsable de la commanderie, prélève sur l’ensemble des revenus de celle-ci les montants nécessaires à son entretien comme à celui du personnel, et fait parvenir le surplus, désigné sous le nom de responsion, au supérieur dont il dépend (prieur). Ces responsions servent au financement des activités du couvent situé outremer, et dès lors que l’ordre devient militaire, à la guerre menée contre les Infidèles. Versées en nature ou en liquidités, elles constituent le lien vital entre un arrière nourricier et un front situé en Terre Sainte, où les ordres militaires exercent leur mission spécifique, celle de défendre la chrétienté latine les armes à la main10.

  • 11 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, Mac M (...)
  • 12 Alan J. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, Londres, Oxford University Press, 1973, p. 323
  • 13 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté (1530-1670), Rome, BEFAR, 326, 2006, p. 78.
  • 14 Carlos Barquero Goñi, « La provincia castellana del Hospital y el Oriente en la época de Rodas », d (...)

6Correspondant théoriquement au tiers des excédents des commanderies au milieu du Moyen Âge11, les responsions sont en réalité souvent inférieures : pour le Temple, Alan Forey les estime seulement au dixième12. En ce qui concerne l’Hôpital, c’est en 1543 que le Chapitre-général fixe officiellement le montant des responsions au tiers du revenu de chaque commanderie, estimé dix années auparavant13. Leur prélèvement annuel est placé sous la responsabilité d’un Receveur, chevalier chargé de se rendre dans les ports des prieurés pour y récupérer les richesses : Londres pour la Langue d’Angleterre (jusqu’à sa suppression en 1540), Marseille pour la Langue de Provence, Lyon pour celle d’Auvergne, Palerme, Messine, Naples ou Venise pour y récupérer les biens de la Langue d’Italie, Palamós, Barcelone, Majorque pour les commanderies d’Aragon, Carthagène pour celles de Castille. Ces possessions territoriales nombreuses constituent la principale source de revenus d’un couvent situé depuis toujours hors d’Europe : en Terre Sainte (env. 1070-1291), à Chypre (1291-1309), à Rhodes (1309-1522) et enfin à Malte (1530-1798). L’implantation insulaire du couvent à partir de Rhodes et l’exposition nouvelle au danger maritime arabe et tur, justifient l’essor d’un processus de centralisation et de contrôle strict des prieurés d’Europe, des commandeurs et prieurs14.

7En acquérant le statut d’ordre militaire, l’Hôpital a surtout connu des bouleversements dans son fonctionnement interne. Sous le magistère de Raymond du Puy, successeur du Bienheureux Gérard, les Hospitaliers sont désormais répartis en trois groupes, qui ne vont pas varier au fil des siècles : les chevaliers, les chapelains (ou prêtres conventuels) et les servants d’armes. Seuls à exercer le métier des armes, les chevaliers se partagent en deux catégories : les chevaliers de justice, issus de la fine fleur de la noblesse européenne, et les chevaliers de grâce, roturiers élevés à la dignité de chevaliers par le grand-maître, avec l’assentiment du pape et en remerciement de services rendus. Les chapelains sont rattachés aux églises et chapelles ; nommés par le grand-maître, ils sont chargés de l’aumônerie des galères, des soins aux malades, de l’administration des sacrements et parfois des charges administratives de secrétariat. Enfin, les servants d’armes sont des roturiers qui doivent, à leur recrutement, apporter la preuve de l’honorabilité de leur famille ; ils servent à la guerre ou à l’Infirmerie, sous les ordres des frères nobles.

  • 15 Pierre Bonneaud, « A Culture of Consensus. The Hospitallers at Rhodes in the fifteenth century (142 (...)
  • 16 Simonetta Cerrini, « Rangs et dignités dans l’ordre du Temple au regard de la Règle », dans Philipp (...)
  • 17 Ann Williams, « The constitutional development of the Order of Saint John in Malta (1530-1798) », d (...)

8Au début de l’époque moderne, les frères sont au nombre d’environ 3 000 en Europe, dont près de 600 résident en permanence dans le couvent, terme désignant à la fois la communauté multinationale des frères présents outremer et le centre du gouvernement de l’ordre tout entier15. Les Hospitaliers sont dirigés par un grand-maître élu à vie. Le titre de magister, réservé au responsable de la fraternité, appartient au monde des bellatores plutôt qu’à celui des ordres religieux, où un supérieur est appelé « prieur » ou « abbé » ; c’est un titre laïc, qui caractérise le chef des Hospitaliers plus tardivement que celui des Templiers, la règle de l’Hôpital n’étant pas à l’origine celle d’un ordre militaire et la militarisation de l’Hôpital ayant été progressive16. Les seules limites à son autorité sont les décisions du pape et celles du Chapitre-général, sorte de tribunal supérieur de l’Ordre qui décide des modifications des statuts et qui fixe les contributions fiscales versées par les commanderies au couvent17. Le grand-maître partage le pouvoir exécutif avec deux conseils réunis plusieurs fois par semaine : le Conseil Ordinaire ou Conseil de l’Ordre, composé des plus hauts dignitaires de l’Ordre (les grands croix) et traitant des affaires intérieures du couvent ; le Conseil Complet ou Conseil d’État, qui comprend les membres du premier conseil, plus deux chevaliers élus de chaque Langue.

  • 18 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte, entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la dernière m (...)
  • 19 ADBR, 56 H 83, Institution de l’Ordre de Malte ; A. Blondy, « L’Ordre de Malte, entre universalisme (...)

9Depuis le début du xive siècle, l’Ordre a en effet éclaté en sept nations ou Langues (Provence, Auvergne, France, Italie, Espagne, Angleterre et Allemagne), puis en huit en 1462, du fait de la division de la Langue d’Espagne en deux, celles de Castille et d’Aragon. Chaque Langue rassemble ses « nationaux » autour d’une Auberge, c’est-à-dire d’un bâtiment où les frères vivent, mangent, dorment. Les Langues participent en corps, avec voix particulière, aux grands moments de la vie de l’Ordre, et notamment à l’élection du grand-maître. Cette division en Langues, qui met fin à une ancienne forme d’unité internationale, tient compte du poids de l’origine géographique des religieux18 : les Français, plus nombreux, sont ainsi répartis en trois Langues, ce qui représente trois suffrages lors des votes. Chaque Langue élit un responsable, nommé Pilier ou bailli conventuel, qui remplit une charge officielle dans le couvent. Le Pilier de la Langue de Provence porte le titre de Grand Commandeur, préside le Trésor et joue le rôle de responsable des finances ; le Pilier d’Auvergne est le Maréchal, chef des armées de terre et de la police ; le Pilier de France est le Grand Hospitalier de l’hôpital (Sacrée Infirmerie), c’est-à-dire responsable des activités hospitalières ; celui d’Italie est l’Amiral, chef de la flotte ; celui d’Aragon est le Grand Conservateur, responsable de l’intendance ; celui de Castille porte le nom de Grand Chancelier et dirige l’administration du couvent ; celui d’Angleterre est le Turcopilier, chargé de la défense côtière ; enfin, le Pilier d’Allemagne porte le titre de Grand Bailli, chargé de la justice19.

  • 20 Au temps de Rhodes, les chevaliers n’accomplissent que trois caravanes.
  • 21 Jochen Burgtorf et Helen Nicholson (eds.), International Mobility in the Military Orders (12th to 1 (...)
  • 22 Roberto Greci, « L’ordine di San Giovanni di Gerusalemme tra centro e periferia », dans Anna Esposi (...)
  • 23 Alain Demurger, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 2005, p. 14 (...)

10Avant de prétendre à toute responsabilité au sein du couvent ou à la direction d’une commanderie en Europe, l’Hôpital impose à ses membres une ancienneté de dix ans, dont un devoir de résidence de cinq années au couvent, et la pratique de quatre caravanes (voyages maritimes corsaires ou militaires20). Une telle mobilité des frères, qui voyagent régulièrement de l’arrière au front ou du front vers l’arrière et qui ont une obligation de caravanes, de même que les flux financiers et de marchandises qui assurent le ravitaillement du couvent par voie maritime, témoignent de l’originalité du fonctionnement des ordres militaires-religieux21. La circulation des biens et des hommes exige en effet une organisation administrative et spatiale efficace, permettant d’unir au mieux le front à l’arrière et de répondre aux besoins nécessaires à la défense de la frontière de la chrétienté latine22. De cette organisation, émane une hiérarchie articulée autour de trois niveaux : au centre, le couvent ; à l’échelon régional, la Langue ou le prieuré, qui examine le recrutement des nouveaux frères et qui réunit les subsides avant d’organiser leur envoi vers le front23 ; puis, à l’échelon local, la commanderie.

  • 24 Philippe Josserand, « De l’arrière au front : perspectives croisées, perspectives comparées. Regard (...)
  • 25 Sophia Menache, « The Crusades and their Impact on the Development of Medieval Communication », dan (...)

11Cette liberté de mouvement des frères accompagne et favorise une circulation des idées. Elle ne signifie pas pour autant une absence de contrôle. Nul ne peut quitter le couvent pour accomplir une caravane ou pour gagner l’arrière sans un sauf-conduit magistral ; nul ne peut non plus abandonner sa commanderie pour se rendre au couvent, sans une autorisation du grand-maître ou du chapitre-provincial du prieuré dont il dépend. Néanmoins, l’existence de cette mobilité suppose une bonne gestion de l’espace et de la communication, dont témoigne la mise en place par les Teutoniques au Moyen Âge, d’une poste servant à diffuser des informations touchant à la fois au fonctionnement de l’ordre lui-même et aux événements se produisant en Europe24. Si l’Hôpital ne dispose pas d’un tel instrument à la même époque, il représente tout de même un des vecteurs essentiels de la communication au temps des Croisades25, et plus tard à l’époque moderne.

  • 26 Joan Fuguet Sans, « De Miravet (1153) a Peñiscola (1294) : novedad y persistencia de un modelo de f (...)
  • 27 João Gouveia Monteiro, « Entre Lisbonne et Jérusalem : la poliorcétique au cours des quatre premièr (...)
  • 28 Anne Brogini, « Sous le signe de la croisade. La Valette, ville-frontière du xvie siècle », dans Ni (...)

12En effet, la pratique de la mobilité ne peut que se renforcer aux xvie et xviie siècles, quand l’essor de l’imprimerie et l’accélération progressive de la circulation des informations accompagnent les profonds bouleversements que vit la chrétienté. Les fortifications constituent un exemple frappant de cette diffusion de l’information, dont les frères sont les agents : le modèle d’une architecture templière se retrouve dans les provinces ibériques de l’ordre26, une même poliorcétique est employée à Lisbonne et à Jérusalem aux xie-xiie siècles27, tandis qu’à Malte au xvie siècle, la ville de La Valette, édifiée entre 1566 et 1575, proclamée en 1571 nouvelle capitale du couvent et de l’île, synthétise les plus récentes réflexions des architectes de la Renaissance italienne et de l’Europe du sud sur l’art de la défense et de l’aménagement urbain28. Outre l’art militaire, les nouvelles conceptions sociales, religieuses et politiques concernant la définition des ordres militaires constituent un autre exemple de la circulation de l’information, dont les Hospitaliers sont acteurs en tant que membres du clergé et en tant qu’élite sociale pour une large majorité d’entre eux. Leur double nature de frères et de nobles les prédispose à être sensibles aux définitions de la noblesse, aux déchirures qui font éclater la chrétienté latine en quatre espaces confessionnels catholique, luthérien, calviniste et anglican, et aux conceptions politiques qui opposent, en Europe méditerranéenne, une autorité princière et étatique forte à des formes plus oligarchiques du pouvoir.

Le couvent et les défis de la première modernité

  • 29 Alain Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires de 1500 à nos jours (...)
  • 30 Carlos de Ayala Martínez et Carlos Barquero Goñi, « Historiografía Hispánica y Órdenes Militares en (...)
  • 31 Anne-Marie Legras, Les commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en (...)
  • 32 Nicolas Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale en (...)
  • 33 Franco Angiolini, I cavalieri e il principe. L’Ordine di Santo Stefano e la società toscana in età (...)
  • 34 Franco Angiolini, Jean Boutier, « Noblesses de capitales, noblesses périphériques. Les dynamiques d (...)
  • 35 Damien Carraz, « Les ordres militaires et la ville (xiie-début du xive siècle). L’exemple des comma (...)
  • 36 Claudio Donati, L’idea di nobiltà in Italia, secoli XIV-XVII, Laterza, Bari, 1988 ; Angelantonio Sp (...)
  • 37 Elena Postigo Castellanos, Honor y privilegio en la Corona de Castilla : el Consejo de las Órdenes (...)

13Le contexte de la première modernité explique que le couvent soit l’objet exclusif de cet ouvrage. Son analyse permet en effet de conduire une histoire décloisonnée de l’Hôpital et de rompre avec une tradition d’étude des ordres militaires, souvent conduite dans un cadre national29. En Espagne, cette tendance historiographique a été exacerbée par l’abondance d’ordres « nationaux », par l’existence de plusieurs États jusqu’à l’unification officielle du royaume en 1469, et par la mise sous tutelle par la monarchie des ordres militaires entre la fin du Moyen Âge et le début de l’époque moderne30. En France, les historiens ont aussi privilégié l’ancrage « rural » des ordres et leur fonctionnement foncier31 ; les études conduites au niveau local, voire provincial, sont plus nombreuses que celles, très rares, qui se sont attachées à une histoire de l’échelon supérieur qu’est le couvent32. En Italie, la naissance d’ordres nationaux à l’époque moderne, créés par les papes ou par des princes33, a orienté les études vers l’implantation urbaine de la noblesse et des ordres militaires34, ce qui inspire récemment certains chercheurs français35. Les Italiens ont beaucoup analysé l’impact social des ordres dans les processus d’aristocratisation des élites à l’époque moderne36. Une telle réflexion sur la définition de la noblesse, dont les ordres se font à la fois les garants et les spécialistes, a également fait l’objet d’un renouveau historiographique en péninsule ibérique37.

  • 38 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Mac Millan, Lo (...)
  • 39 Philippe Josserand, Luís Filipe Oliveira, D. Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âg (...)
  • 40 Michel Balard, « Bilan de la recherche française sur les ordres militaires », dans Isabel Cristina (...)
  • 41 Ann Williams, « Crusaders as Frontiersmen : The Case of St John in the Mediterranean », dans Daniel (...)
  • 42 Pascal Buresi, « Nommer, penser les frontières en Espagne aux xie-xiiie siècles », dans Carlos de A (...)
  • 43 Philippe Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les Ordres Militaires du royaume de Castille (...)

14Depuis la fin du xxe siècle, les ordres militaires ont été intégrés à une histoire générale, tout en étant pris en compte dans leur singularité38. Les historiens privilégient aujourd’hui les travaux sur la mise en relation des ordres entre eux, sur les réseaux qui lient les couvents à leurs assises territoriales, et sur la question du rapport des ordres à la société de leur temps, ceux-ci étant à la fois perçus comme des modèles attractifs et comme des reflets des bouleversements qui affectent les groupes sociaux dont ils sont issus39. La domination compréhensible des historiens du Moyen Âge, époque phare des ordres militaires, explique que des lacunes puissent persister : la période moderne a été relativement délaissée, hormis dans les travaux des chercheurs italiens et ibériques. Le domaine militaire est désormais bien cerné, grâce à l’étude des effectifs, des recrutements, des techniques de combat40, de la notion de guerre sainte contre l’Infidèle en Terre Sainte et en péninsule ibérique41, pour faire avancer le front contre l’Islam, par une politique de peuplement, de construction de forteresses, et par un ravitaillement économique des zones frontières42. Cette progressive soumission des ordres à des logiques territoriales et à des pouvoirs monarchiques engendre à la fois un processus d’aristocratisation des frères, et une rupture avec la politique séculaire du Saint-Siège attachée au principe d’universalité des ordres militaires43.

  • 44 Jonathan Riley-Smith, « New approaches to the Hospitallers and the Templars in the Central Middle A (...)
  • 45 Anthony Luttrell (dir.), Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades (1291-1440), Londres, Vari (...)
  • 46 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », art. cit., p. 167-183.

15Par conséquent, les spécialistes réclament aujourd’hui une approche religieuse et politique des ordres44, qui se prête particulièrement bien à l’Hôpital de la première modernité. L’éclatement de la chrétienté après la Réforme protestante permet de saisir l’identité des Hospitaliers et leur aptitude à réagir à une crise qui les touche au cœur. La dimension politique, défrichée par les médiévistes, prend également une acuité nouvelle à partir de la Renaissance, quand les théories sur les pouvoirs princiers ou aristocratiques intéressent les frères. C’est que les ordres militaires ont été confrontés à plusieurs expériences politiques : une intégration aux États monarchiques (Angleterre, péninsule ibérique) ; une autonomie, voire une souveraineté (l’Hôpital au temps de Rhodes45, les Teutoniques à l’époque de l’Ordenstaadt46) ; une vassalité et des revendications d’indépendance d’action et de gouvernement (l’Hôpital à l’époque moderne).

  • 47 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, Mac M (...)
  • 48 Anthony Luttrell (dir.), Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades (1291-1440), Londres, Vari (...)
  • 49 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchè (...)

16Incontestablement, la première modernité constitue un moment pertinent dans l’histoire du couvent des Hospitaliers. Cette histoire apparaît déjà bien défrichée pour l’époque de la Terre Sainte47, de Rhodes (1309-1522)48 et des xviiie-xixe siècles49. En revanche, deux temps avaient été délaissés par l’historiographie : l’époque chypriote de l’Ordre (1291-1309), quand le couvent est accueilli par les Lusignan après la chute d’Acre ; et surtout l’époque des xvie et xviie siècles traitée ici, lorsque l’Ordre se trouve confronté aux trois défis nobiliaire, religieux et politique de la première modernité.

  • 50 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », dans Carlos de Ayala Martínez et F (...)
  • 51 Carlos de Ayala Martínez, « La monarquia y los Ordenes Militares durante el reino de Alfonso X », H (...)

17Quand ils s’établissent en Méditerranée occidentale en 1530, après avoir été chassés de Rhodes par le sultan Soliman le Magnifique en 1522, les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem sont le dernier des trois ordres internationaux de Terre Sainte. Après la disparition du Temple en 1312, l’ordre des Teutoniques est menacé, puis largement amputé de son territoire, par l’adhésion en 1525 de son grand-maître à la Réforme protestante et par la sécularisation d’une grande partie de ses biens50. Malgré sa défaite en 1522, l’Hôpital voit toutes ses possessions foncières conservées ; en échange cependant de la concession en fief de l’archipel maltais et du préside de Tripoli, Charles Quint impose aux Hospitaliers leur inféodation à la Monarchie Catholique. Une telle vassalité résonne comme un écho tardif de la territorialisation des ordres militaires en péninsule ibérique aux xiiie-xive siècles, puis de leur rattachement à la couronne entre la fin du xve et le xvie siècle. Elle reflète la victoire in fine de la monarchie, qui n’était pas parvenue, en Castille, à contrôler vraiment l’Hôpital au temps de sa souveraineté rhodienne, alors même que la mission maritime de celui-ci, soutenue par le Saint-Siège, exigeait de diriger une large part de ses revenus fonciers vers le Levant, ce qui provoquait des tensions régulières avec la couronne51.

18Malgré sa perte de souveraineté, l’implantation du couvent à Malte, au sud de la Sicile, conforte au xvie siècle l’assise méditerranéenne de l’Ordre. Stratégiquement située au cœur du bassin maritime, à la confluence entre Levant et Ponant, Malte lie les Hospitaliers au destin de l’empire espagnol. Au service de l’Espagne, et plus largement des puissances catholiques, ils deviennent des acteurs incontournables de la guerre maritime entre l’empire des Habsbourg et celui des Osmanlis. La dimension méditerranéenne de l’Ordre est même encore accrue par la domination que prennent les « nations » de l’Europe du sud. Déjà majoritaires à la fin du Moyen Âge, elles deviennent prépondérantes après la disparition en 1540 de la Langue d’Angleterre, tandis que la Langue d’Allemagne, touchée par des conversions au protestantisme, pèse d’un poids réduit dans le couvent de l’époque moderne, tant en nombre de frères qu’en terme de rôle politique. Si les frères présents dans le couvent ne sont pas exclusivement des Méditerranéens (on compte des Portugais, des Allemands et des Français originaires du nord et du centre du royaume), ces derniers y sont largement majoritaires, contribuant à la maîtrise par l’Hôpital d’un environnement maritime qui leur est familier. Enfin, la migration du couvent vers l’ouest et son installation à proximité de la rive européenne, le confrontent et l’associent aux mutations qui agitent la chrétienté, auxquelles les Hospitaliers sont sensibles par leur appartenance aux deux ordres privilégiés de la société d’Ancien Régime.

  • 52 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte, miroir brisé de la noblesse française des xviie et xviiie siècles (...)
  • 53 Yves-Marie Bercé, « Réflexions préliminaires sur la diversité des noblesses », dans Jeanne Pontet, (...)

19Lieu en apparence loitain, étroit et isolé (un monastère sur une île au cœur de la mer), le couvent n’est en fait nullement à l’écart de l’histoire européenne à laquelle il prend part. En relation permanente avec la rive chrétienne, et grâce à la mobilité physique des frères, agents d’une médiation nécessaire à l’adaptation de leur ordre aux changements de l’époque, le couvent des Hospitaliers apparaît au contraire comme une caisse de résonance des troubles qui affectent les sociétés européennes. Foyer où s’expriment toutes les tensions, le couvent est également le laboratoire où sont trouvées et expérimentées les « solutions » sociales, religieuses et politiques qui permettent à l’Ordre de surmonter les crises. Chaque fois, l’Hôpital s’efforce de fonder son raffermissement sur ce qui unit ses membres par-delà ce qui les oppose. Réunissant plusieurs composantes « nationales », le couvent synthétise aux xvie et premier xviie siècles leurs différentes conceptions et aspirations nobiliaires, jusqu’à l’établissement d’une définition sociale commune, la « noblesse », fondée sur la présentation d’un système de preuves codifiées et reconnues à l’échelle européenne. Véritable « brevet d’authenticité nobiliaire52 » qui vaut jusqu’à la fin du xviiie siècle, l’Ordre de Malte est en passe de devenir une référence en ce qui concerne l’identité et la reconnaissance d’une noblesse, qui possède un sens y compris en dehors des différents territoires politiques où elle se trouve, et par-delà les éventuelles tutelles de monarques53.

20Sur le plan religieux, la Réforme protestante fait éclater la chrétienté et ampute l’Hôpital d’une partie de ses biens fonciers, quand la Langue d’Angleterre est officiellement supprimée en 1540 et que la quasi-totalité de ses membres abandonnent le couvent. Mais du fait de la présence importante de nobles originaires d’une Europe du sud, moins touchée par le protestantisme et bientôt foyer de la Réforme catholique, le péril réformé parait moins grand pour les Hospitaliers qu’il a pu l’être pour les Teutoniques. Par-delà les forces centrifuges incarnées par le départ de frères allemands et anglais, le catholicisme qui unit les Hospitaliers l’emporte aux xvie et xviie siècles. Malgré la difficulté pour les frères de se plier à des obligations monastiques rappelées par le Concile de Trente et qui paraissent difficilement conciliables avec un état de noblesse supposant un mode de vie toujours plus éclatant, l’observance et la rénovation religieuses rassemblent le couvent dans une même exaltation des vœux de guerre sainte et d’hospitalité – ceux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté étant prudemment moins mis en valeur et en images par la publicité de l’Ordre de Malte.

  • 54 Alain Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires… », art. cit., p. 4 (...)
  • 55 Paolo Prodi, Storia moderna o genesi della modernità ?, Bologne, Il Mulino, 2012, p. 54.

21Sur le plan politique enfin, les frères du couvent se montrent sensibles aux réflexions conduites en Europe méditerranéenne sur les concepts de prince et d’État, indissociables des velléités d’autorité de grands-maîtres qui se rêvent indépendants des pouvoirs d’Europe et souverains d’un État insulaire comme ils l’avaient été à Rhodes54, mais comme les États catholiques modernes ne désirent le leur permettre. Au nom d’une autorité fondée sur une puissance militaire qui leur permet d’envisager des stratégies territoriales55, les États, surtout la France et l’Espagne, rappellent les Hospitaliers à l’obéissance et exigent d’eux qu’ils prennent leur parti dans les conflits qui les opposent, les menaçant, en cas de refus, de confisquer les commanderies. Suzerain d’une île qu’il occupe mais ne possède pas, dont il puise une certaine richesse grâce aux butins corsaires qui ne peuvent être comparés aux revenus annuels des commanderies d’Europe, l’Hôpital est au début de l’époque moderne divisé entre ses Langues, dont les représentants au couvent se querellent chaque fois que leurs pays respectifs se font la guerre. Ses prétentions politiques vont dès lors se heurter à sa nature même d’ordre international et à une double faiblesse territoriale, liée à l’éloignement géographique des commanderies, menacées par les ambitions de puissance des princes européens, et à son absence de souveraineté sur l’île de Malte.

Notes

1 François Ménestrier, De la chevalerie ancienne et moderne, avec la manière d’en faire les preuves pour tous les ordres de chevalerie, Paris, imprimeur Robert de La Caille, 1683, chapitre XI, p. 361.

2 Alain Demurger, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Points Seuil, 2005, (1re édition en 1985), p. 32.

3 Philippe Josserand, « Élites et ordres militaires : quelques pistes pour une rencontre », dans Philippe Josserand, Luís F. Oliveira et Damien Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velazquez, 2015, p. 4.

4 Damien Carraz, « Le monachisme militaire, un laboratoire de la sociogénèse des élites laïques dans l’Occident médiéval ? », dans Ph. Josserand, L. F. Oliveira et D. Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge, op. cit., p. 47 ; Pierre Bonneaud, notice « Noblesse », dans Nicole Bériou et Philippe Josserand (dir.), Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Fayard, 2009, p. 651-653.

5 Jean Flori, Guerre sainte, jihad, croisade. Violence et religion dans le christianisme et l’Islam, Paris, Points Seuil, 2002, p. 7.

6 Jonathan Riley-Smith, The Knights Hospitaller in the Levant (c. 1050-1309), Londres, Palgrave Macmillan, 2012.

7 Alain Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte. De la fondation de l’Hôpital de Jérusalem à sa transformation en ordre militaire, Bruxelles, Alain Beltjens éd., 1995, p. 50-51 et p. 94 ; H. J. A. Sire, The Knights of Malta, Yale U.P., 1994, p. 3.

8 Il était peut-être natif de la cité de Scala (voir A. Beltjens, Aux origines de l’Ordre de Malte…, op. cit., p. 110 et p. 169 ; Alain Demurger, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes, 1050-1317, Paris, Tallandier, 2013, p. 55).

9 Helen Nicholson, The Knights Hospitaller, Oxford, The Boydell Press, 2001, p. 5 ; Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchène, 2002, p. 7-8.

10 Philippe Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les Ordres Militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine : frontières et enjeux de pouvoir (xiie-xive siècles) », dans Carlos de Ayala Martínez, Pascal Buresi et Philippe Josserand (dir.), Identidad y representacion de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), Madrid, Casa de Velázquez, Universidad Autónoma de Madrid, 2001, p. 94 ; Ph. Josserand, « De l’arrière au front : perspectives croisées, perspectives comparées. Regards sur la logistique des ordres militaires au Moyen Âge », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, Collecção Ordens Militares 7, Município de Palmela, GEsOS, 2012, p. 683-703.

11 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, Mac Millan, 1967, p. 344-346 ; J. Riley-Smith, The Knights Hospitaller in the Levant (c. 1050-1309), Londres, Palgrave Macmillan, 2012, p. 187-201.

12 Alan J. Forey, The Templars in the Corona de Aragón, Londres, Oxford University Press, 1973, p. 323.

13 Anne Brogini, Malte, frontière de chrétienté (1530-1670), Rome, BEFAR, 326, 2006, p. 78.

14 Carlos Barquero Goñi, « La provincia castellana del Hospital y el Oriente en la época de Rodas », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, op. cit., p. 737-738.

15 Pierre Bonneaud, « A Culture of Consensus. The Hospitallers at Rhodes in the fifteenth century (1420-1480) », dans Jochen Schenk and Mike Carr (eds), The Military Orders, Volume 6.1 : Culture and conflicts in the Mediterranean World, Londres-New York, Routledge, 2016, p. 137-146.

16 Simonetta Cerrini, « Rangs et dignités dans l’ordre du Temple au regard de la Règle », dans Philippe Josserand, Luís Filipe Oliveira, Damien Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge. Rencontres autour d’Alain Demurger, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 145, 2015, p. 173-175.

17 Ann Williams, « The constitutional development of the Order of Saint John in Malta (1530-1798) », dans Victor Mallia Millanes (dir.), Hospitaller Malta (1530-1798). Studies on Early Modern Malta and the Order of St John of Jerusalem, Malte, Mireva Publications, 1993, p. 286-287.

18 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte, entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la dernière moitié du xviiie siècle », dans Alain Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, Paris, PUPS, Centre Roland Mousnier, 2013, p. 135-155.

19 ADBR, 56 H 83, Institution de l’Ordre de Malte ; A. Blondy, « L’Ordre de Malte, entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la dernière moitié du xviiie siècle », art. cit., p. 138-139.

20 Au temps de Rhodes, les chevaliers n’accomplissent que trois caravanes.

21 Jochen Burgtorf et Helen Nicholson (eds.), International Mobility in the Military Orders (12th to 15th centuries) : Travelling on Christ’s Business, Cardiff, University of Wales Press, 2006 ; Jonathan Riley-Smith, « New Approaches to the Hospitallers and the Templars in the central Middle Ages », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, op. cit., p. 37-48 ; Klaus Militzer, « Administrative organisations of the three main Military Orders in the Holy Land », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, op. cit., p. 705-714 ; Alain Demurger, « Subsidium Terræ Sancte et Ordres religieux-militaires », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, op. cit., p. 745-760 ; Damien Carraz, « Les Templiers de la Provence à la Terre Sainte : mobilités et carrières (xiie-début xive siècle) », dans Isabel Cristina F. Fernandes (coord.), As ordens militares. Freires, guerreiros, cavaleiros, op. cit., p. 779-797.

22 Roberto Greci, « L’ordine di San Giovanni di Gerusalemme tra centro e periferia », dans Anna Esposito, Andreas Rehberg (dir.), Gli ordini ospedalieri tra centro e periferia, Viella, Rome, 2007, p. 73-99 ; Giuliana Albini, « La richezza dell’Ordine di San Giovanni (secoli XII-XIV) », dans Anna Esposito, Andreas Rehberg (dir.), Gli ordini ospedalieri tra centro e periferia, op. cit., p. 101-136.

23 Alain Demurger, Les Templiers. Une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 2005, p. 142.

24 Philippe Josserand, « De l’arrière au front : perspectives croisées, perspectives comparées. Regards sur la logistique des ordres militaires au Moyen Âge », art. cit., p. 689-701.

25 Sophia Menache, « The Crusades and their Impact on the Development of Medieval Communication », dans Harry Kühnel (dir.), Kommunikation zwischen Orient und Okzident. Alltag und Sachkultur, Vienne, 1994, p. 69-90.

26 Joan Fuguet Sans, « De Miravet (1153) a Peñiscola (1294) : novedad y persistencia de un modelo de fortaleza templaria en la provincia catalano-aragonesa de la orden », Castillos de España, 101, 1993, p. 17-31.

27 João Gouveia Monteiro, « Entre Lisbonne et Jérusalem : la poliorcétique au cours des quatre premières croisades (1095-1204) », Revista de História da Sociedade e da Cultura, 5, 2005, p. 9-79.

28 Anne Brogini, « Sous le signe de la croisade. La Valette, ville-frontière du xvie siècle », dans Nicoletta Marconi (dir.), Valletta. Città, architettura e costruzione sotto il segno della fede e della guerra, Rome, Istituto Poligrafico dello Stato, 2011, p. 59-69.

29 Alain Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires de 1500 à nos jours », dans Nicole Bériou et Philippe Josserand (dir.), Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, Fayard, 2009, p. 32.

30 Carlos de Ayala Martínez et Carlos Barquero Goñi, « Historiografía Hispánica y Órdenes Militares en la Edad Media, 1993-2003 », Medievalismo, Boletín de la Sociedad Española de Estudios Medievales, 12, 2002, p. 105-106.

31 Anne-Marie Legras, Les commanderies des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Saintonge et en Aunis, Paris, éditions du CNTS, 1983 ; Laure Verdon, La terre et les hommes en Roussillon. Structures seigneuriales, rente et société d’après les sources templières, Aix-en-Provence, PUP, 2001 ; Jean-Bernard de Vaivre, La commanderie d’Epailly et sa chapelle templière durant la période médiévale, Mémoires de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 33, Paris, 2005 ; Michel Miguet, Templiers et Hospitaliers de Bure : histoire et rayonnement d’une commanderie bourguignonne, éd. Dominique Guéniot, Langres, 2012 ; Christophe Blanquie, « L’histoire en procès. Une commanderie hospitalière au xviie siècle », Histoire & Sociétés rurales, 2006/1, Volume 25, p. 69-114.

32 Nicolas Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Louvain-Paris, Peeters, 1994 ; Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchène, 2002 ; Grégory Woimbée, Le Prince et l’Inquisiteur. Le rôle politique du Saint-Office à Malte (1722-1798), thèse de doctorat d’histoire, Paris-IV Sorbonne, 2010.

33 Franco Angiolini, I cavalieri e il principe. L’Ordine di Santo Stefano e la società toscana in età moderna, Edifir, Florence, 1996 ; Elena Postigo Castellanos, « Flores en el jardín de los reinos. Las Órdenes de Caballería de tercera generación (1520-1660) », dans Manuel Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana. La Orden de San Juan, Madrid, Ediciones Polifemo, 2009, p. 1275-1320.

34 Franco Angiolini, Jean Boutier, « Noblesses de capitales, noblesses périphériques. Les dynamiques des élites urbaines dans le Grand Duché de Toscane (xvie-xviiie siècles) », dans Martine Boiteux, Catherine Brice et Carlo Travaglini (éds), Le nobiltà delle città capitali, Rome, Roma Tre-CROMA, 2009, p. 51-75.

35 Damien Carraz, « Les ordres militaires et la ville (xiie-début du xive siècle). L’exemple des commanderies urbaines de la basse vallée du Rhône », Annales du Midi, 114, 2002, p. 275-292 ; D. Carraz, L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312). Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2005.

36 Claudio Donati, L’idea di nobiltà in Italia, secoli XIV-XVII, Laterza, Bari, 1988 ; Angelantonio Spagnoletti, Stato, aristocrazie e Ordine di Malta nell’Italia moderna, École française de Rome, Rome 1988 ; Emilia Irace, La nobiltà bifronte. Identità e coscienza aristocratica a Perugia tra XVI e XVII secolo, Unicopli, Milan 1995 ; Franco Angiolini, I cavalieri e il principe. L’Ordine di Santo Stefano e la società toscana in età moderna, Edifir, Florence, 1996 ; Fabrizio d’Avenia, Nobiltà allo specchio. Ordine di Malta e mobilità sociale nella Sicilia moderna, Palerme, Quaderni Mediterranea, 8, 2009.

37 Elena Postigo Castellanos, Honor y privilegio en la Corona de Castilla : el Consejo de las Órdenes y los Caballeros de Hábito en el siglo XVII, Consejería de Cultura y Bienestar Social, Valladolid, 1988 ; Manuel Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, Nobleza cristiana. La Orden de San Juan, Madrid, Ediciones Polifemo, 2009, 2 volumes ; Fernanda Olival, « As ordens militares portuguesas (séculos XVI-XVIII) : historiografia e perspectivas de estudo », dans Isabel Cristina F. Fernandes, Paulo Pacheco (coord.), As Ordens Militares em Portugal e no Sul da Europa, Lisboa, Edições Colibri, Câmara Municipal de Palmela, 1997, p. 25-28 ; Olival F. e Versos Inês, « Modelos de Nobreza : A Ordem de Malta e as três Ordens Militares portuguesas. Uma perspectiva comparada (séc. XVII-XVIII) », Manuel Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana. La Orden de San Juan, Madrid, Ediciones Polifemo, 2009, p. 1127-1157 ; Luís Filipe Oliveira, « La sociologie des ordres militaires. Une enquête à poursuivre », dans Philippe Josserand, Luís Filipe Oliveira et Damien Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velazquez, 2015, p. 155-168.

38 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Mac Millan, Londres, 1967 et The Knights Hospitaller in the Levant (c. 1050-1309), Palgrave Macmillan, Londres, 2012 ; H. Nicholson, The Knights Hospitaller, Oxford, The Boydell Press, 2001 ; Jochen Burgtore, The Central Convent of Hospitallers and Templars : History, Organization and Personnel (1099/1120-1310), Leyde-Boston, Brill, 2008.

39 Philippe Josserand, Luís Filipe Oliveira, D. Carraz (dir.), Élites et ordres militaires au Moyen Âge. Rencontres autour d’Alain Demurger, Madrid, Collection de la Casa de Velázquez, 145, 2015.

40 Michel Balard, « Bilan de la recherche française sur les ordres militaires », dans Isabel Cristina F. Fernandez (coord.), As Ordens Militares e as Ordens de cavalaria entre o Occidente e o Oriente, Actas do V Encontro sobre Ordens Militares, Palmela, GEsOS, 2009, p. 45 ; Christian Roccati, Gli Ospedalieri e la guerra nel Medioevo. I monaci guerrieri : la storia, le tecniche di combattimento, la leggenda (XII-XV sec.), Rimini, Il Cerchio, 2007.

41 Ann Williams, « Crusaders as Frontiersmen : The Case of St John in the Mediterranean », dans Daniel Power, Naomi Standen (dir.), Frontiers in question. Eurasian Borderlands (700-1700), London, Macmillan Press Ltd, 1999, p. 209-227 ; Ph. Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique. Les ordres militaires dans le royaume de Castille (1252-1369), Madrid, Casa de Velázquez, 2004 ; Daniel Baloup et Ph. Josserand (dir.), Regards croisés sur la guerre sainte. Guerre, religion et idéologie dans l’espace méditerranéen latin (xie-xiiie siècles), Études Médiévales Ibériques, Collection « Méridiennes », Toulouse, CNRS, Université Toulouse-Le Mirail, 2006.

42 Pascal Buresi, « Nommer, penser les frontières en Espagne aux xie-xiiie siècles », dans Carlos de Ayala Martínez, Pascal Buresi et Philippe Josserand (dir.), Identidad y representacion de la frontera en la España medieval (siglos XI-XIV), op. cit., (p. 51-74), p. 67-68.

43 Philippe Josserand, « In servitio Dei et domini regis. Les Ordres Militaires du royaume de Castille et la défense de la Chrétienté latine... », art. cit., p. 100-102 ; A. Blondy, « L’Ordre de Malte, entre universalisme chrétien et nationalismes, dans la dernière moitié du xviiie siècle », dans A. Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, op. cit., p. 135-155.

44 Jonathan Riley-Smith, « New approaches to the Hospitallers and the Templars in the Central Middle Ages », art. cit., p. 60 ; A. Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires… », art. cit., p. 42.

45 Anthony Luttrell (dir.), Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades (1291-1440), Londres, Variorum Reprints, 1982 ; A. Luttrell, The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean world, Aldershot, Ashgate, 1999 ; N. Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Louvain-Paris, Peeters, 1994.

46 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », art. cit., p. 167-183.

47 Jonathan Riley-Smith, The Knights of St John in Jerusalem and Cyprus (c. 1050-1310), Londres, Mac Millan, 1967 ; J. Riley-Smith, The Knights Hospitaller in the Levant (c. 1070-1309), Londres, Palgrave Macmillan, 2012 ; Helen Nicholson, The Knigths Hospitaller, Woodbridge, The Boydell Press, 2001 ; A. Demurger, Chevaliers du Christ. Les ordres religieux-militaires au Moyen Âge (xie-xvie siècle), Paris, Seuil, 2002 ; A. Demurger, Les Hospitaliers. De Jérusalem à Rhodes, 1050-1307, Paris, Tallandier, 2013.

48 Anthony Luttrell (dir.), Latin Greece, the Hospitallers and the Crusades (1291-1440), Londres, Variorum Reprints, 1982 ; A. Luttrell, The Hospitallers of Rhodes and their Mediterranean world, Aldershot, Ashgate, 1999 ; Nicolas Vatin, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, l’Empire ottoman et la Méditerranée orientale entre les deux sièges de Rhodes (1480-1522), Louvain-Paris, Peeters, 1994 ; A. Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires… », art. cit., p. 44.

49 Alain Blondy, L’Ordre de Malte au xviiie siècle. Des dernières splendeurs à la ruine, Paris, Bouchène, 2002 ; A. Blondy, Usages et éthiquettes observées à Malte, à la Cour du Grand Maître, au Conseil, à l’Église (1762), Paris, Honoré Champion, 2011 ; A. Blondy, Chrétiens et Ottomans de Malte et d’ailleurs, Paris, PUPS, Centre Roland Mousnier, 2013.

50 Philippe Josserand, « L’ordre de Sainte-Marie des Teutoniques », dans Carlos de Ayala Martínez et Feliciano Novoa Portela (dir.), Le glaive et la croix. Templiers, Hospitaliers, chevaliers Teutoniques et autres ordres militaires du Moyen Âge, Paris, Mengès, 2005, p. 167-183.

51 Carlos de Ayala Martínez, « La monarquia y los Ordenes Militares durante el reino de Alfonso X », Hispania, 51, 1991, p. 456-465 ; Ph. Josserand, « À l’épreuve d’une logique nationale : le prieuré castillan de l’Hôpital et Rhodes au xive siècle », Revue Mabillon, 14, 2003, p. 115-138.

52 Alain Blondy, « L’Ordre de Malte, miroir brisé de la noblesse française des xviie et xviiie siècles », dans Jean-Pierre Bardet (dir.), État et société. Mélanges offerts au Recteur Yves Durand, Paris, PUPS, 2000, p. 105.

53 Yves-Marie Bercé, « Réflexions préliminaires sur la diversité des noblesses », dans Jeanne Pontet, Michel Figeac, Marie Boisson (dir.), La noblesse de la fin du xvie siècle au début du xxe siècle. Un modèle social ?, Biarritz, Atlantica, Anglet, 2002, p. 9-14.

54 Alain Demurger, « Histoire de l’historiographie des ordres religieux-militaires… », art. cit., p. 44.

55 Paolo Prodi, Storia moderna o genesi della modernità ?, Bologne, Il Mulino, 2012, p. 54.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search