Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Ierarchia : un concept dans la polémique universitaire parisienne du xiiième siècle

Miscellanea Mediaevalia, Band 12/1 Soziale ordnungen im selbstverständnis des Mittelalters Walter de Gruyter, Berlin, 1979

Texte intégral

I- Guillaume de Saint-Amour et la thèse "traditionaliste"

A.- Champ sémique

1. Tradition

  • 1 R, surtout 241. S.
  • 2 T.
  • 3 P. Chaunu, L'Expansion, Européenne, Paris 1968, pp. 5, 76.
  • 4 M.D. Chenu, La Théologie au xiième siècle, Paris 1957, p. 395. Guillaume restreint la tradition : (...)

1Maître Guillaume. Il est, on le sait1, un passéiste comme tout nanti et ceci constitue l'aspect fondamental de la lutte de classes2 quand naissait la dernière des grandes civilisations, l'Europe3. Un passéiste organise évidemment son système à partir d'éléments venus de la tradition ; mais il serait facile et faux de le considérer comme un dépositaire de cette tradition. Car une tradition - livraison de leurs acquis et acquêts à leurs descendants, par des générations antérieures - est ou au moins peut être dynamique, inclure noua et uetera4. Elle est ordinairement le résultat plus ou moins établi d'un ou plusieurs affrontements dialectiques. Le traditionaliste comme on dit n'est donc pas le représentant du système traditionnel puisqu'il n'en délivre que l'aspect clos, sans les palpitations vivantes qui construisirent ses Aufhebungen et demeurent aptes à les prolonger vers de nouveaux dépassements.

  • 5 B, 237 = in ii Sent. d. 9a un. prenotata. Th. Ia q 108 resp.
  • 6 DP, 24-25. Exod. 25, 40 "fac secundum exemplar quod ubi in monte …" (s'agit de candélabre).

2Guillaume expose simplement que la tradition pseudo-diony-sienne procure aux théologiens de son temps un concept de ierarchia. Il saute les trois définitions que véhicule ce courant mental et que ses adversaires se feront le malin plaisir de répéter intégralement5. Il préfère courir immédiatement à la conclusion qu'il en veut tirer : le caractère immuable puisque sacré du système ecclésiastique qu'il connaît, défend et illustre. En effet ce système est ad instar de l'exemplar montré à Moïse sur le Sinaï comme l'expose le ch.2 du de Periculis6.

2. Le conflit étouffa la thèse

  • 7 CCS, 171-73. Trop longues pour être ici reproduites, ces pages sont exactement le délayage du DP c (...)
  • 8 P, 39-45, 358-62. H. Lippens ofm, Le droit nouveau des Mendiants, "A.F.H. " 17 (1954) pp. 241-92.
  • 9 P, 174-96, 219 etc. P, 201, 228, 287.
  • 10 Ce mot apparaît souvent.
  • 11 DP, 25 lignes 10-11, éd. 1632 Op. Om. Congar, 36, 39, 41, 43, 53, 56-57, 68.
  • 12 CUP 288 ; P, 260 sv. Congar, 121.
  • 13 CUP 440. P, 330. Nicolas de Lisieux et Gérard d'Abbeville. Mgr Glorieux. "RTAM", 6 (1934) pp. 5-41 (...)

3Tout Guillaume est dans ce texte : argent, uite necessaria, et identité continue apôtres-évêques, ciel et Église, à quoi le pape même ne saurait toucher. Ce tout qu'écrivit Guillaume, ce bloc bref et entier qu'il répète sans le raffiner7 ni le détailler, représente une position globale et peut-être rudimentaire. Maître Guillaume était sans nul doute apte à distinguer divers linéaments doctrinaux dans ses propres dires. Mais le caractère oral, urgent, amer de la querelle l'emporta. Sa fougue l'y avait lancé contre les Mendiants sur le triple terrain de leur enseignement qui gêne les maîtres séculiers en menaçant de tarir les gras profits de leurs chaires ; de leur ministère qui soutire les procurationes aux desservants, recteurs et chanoines décimateurs, qui éponge les oblationes et elemosinas des fidèles peu enclins ensuite à donner encore ; de leur existence qui institue un droit nouveau autour de la pauvreté commune mendiante, face aux avoirs accumulés du clergé installé8. D'où les harassements même du conflit - les rebondissements des lectiones, questiones, sermones9 des jours de la polémique - ne lui laissèrent jamais le temps, ne lui donnèrent jamais la liberté, de s'analyser plus finement. La vitupération monocorde qui nous reste de lui sur ce point, ierarchia, comme sur d'autres aspects du sujet, apparaît simpliste, ce qui révèle un homme dépourvu de recul pour n'en avoir pas pris le loisir, tout occupé qu'il était de son coléreux combat. Ira10… Mais il avait d'un seul regard parfaitement détecté le caractère axial de ce concept dirimant et par lequel tout fut dirimé : de potestate domini pape aut episcoporum nolumus disputare11, mais par un terrible jeu de mots réels, la fin de la disputatio fut la bulle Romanus Pontifex12. La dernière œuvre qui nous soit parvenue du vieux lutteur, avant le codicille ultime à son testament "jadis fait", une lettre répondant à celle d'un disciple, est précisément moulée sur ce même thème13.

B.- Teneur

1. La hiérarchie ecclésiastique est immuable

  • 14 Cf Congar 59 ; P, 223. Mais la tradition était beaucoup plus ductile à la variation, presque varia (...)

4Si l'on veut systématiser la teneur de la position de Saint-Amour - et c'est aisé vu le peu de textes et peu complexes qu'il nous a laissé - il y a lieu de marquer deux aspects majeurs : immutare14, facultates.

  • 15 Matth. 13, 52.
  • 16 Thème essentiel aux xii-xiiième siècles : Chenu, cit. supra n. 4, 395 sv. Nicolas de Lisieux, disc (...)
  • 17 R. Roques, L'univers dionysien, structure hiérarchique du monde selon le pseudo-Denys, Aubier 1954 (...)
  • 18 PG iii Celestis Hierarchia Ouranias Hierarchias, 119-370 ; Eccles. Hier. 369-84. Cf GSA, Op., 496. (...)
  • 19 Tobie 12, 15.
  • 20 GSA, Op., 172-73 (CCS) : 1ère solution, 108 mots ; 2e, 80. Th la q 112 a 2 ad 2, 35 mots à la 1ère (...)
  • 21 GSA, Op., 24-27 (DP), 171-75, 191, 195, 403, 411, 436-37, 439 (CCS), 500 (sermo) etc. GSA, C n° 24 (...)

5Le décalque ecclésiastique de la hiérarchie céleste est immuable puisque sacré. Ici les uetera deviennent eterna15 et ne laissent aucune faille possible pour une nouitas16. Guillaume n'a aucun doute sur ce Denys tel qu'il le lit ; son Denys, disciple de Paul et martyre éponyme de notre célèbre abbaye royale est le brumeux mythe traditionnel même, différent de l'écrivain réel, ce pseudo-Denys qu'Abélard et Thomas avaient au moins soupçonné17. Dans ce Denys au dessus de tout soupçon, tout est mystiquement vrai et quasi inspiré, revêtu en tout cas d'une éclatante autorité patristique. Tout ce qu'écrit le disciple de l'Apôtre est vrai jusqu'au détail et le détail crucial est la distinction fondamentale entre ceux qui gouvernent et perfectionnent les autres : évêques, prêtres et diacres ; et ceux qui sont gouvernés, agis, perfectionnés : moines, chrétiens et catéchumènes. Cette structure, schéma conceptuel d'époque patristique18, est décalquée dit-il sur la hiérarchie céleste où l'on repère pourtant trois triades au lieu de deux. Guillaume se donne aussi un certain mal pour prouver qu'aucun inférieur n'exerce jamais l'office d'un supérieur et que selon sa lecture de Denys, l'ange qui purge les lèvres d'Isaïe était appelé seraphim c'est-à-dire brûlant par équivocité car en contact avec l'humanité, il n'est pas de la hiérarchie suprême des seraphim contemplatifs toujours en présence de Dieu19 et qu'il n'exerce pas non plus une fonction suprême. Guillaume relève pourtant lui-même dans la tradition une seconde solution non d'équivocité mais de médiation. Plus scolastique, plus dionysien et plus ample, Thomas d'Aquin envisage les deux et conclut en dix fois moins de mots à la participation analogique20. Par ailleurs, l'idée que les hiérarchies angéliques supérieures de séraphins et chérubins en perpétuelle contemplation de Dieu se compareraient aux religieux contemplatifs supérieurs dans l'Église, ne semble pas avoir effleuré Guillaume. Ou se fait-il plus bête qu'il n'est ? Ainsi aucun moine - Guillaume englobe allègrement tout religieux sous ce vocable - ne saurait être chargé des officia ecclesiastica21, prêcher ou confesser, qui relèvent des trois grades du premier ordre, celui des perficients.

  • 22 GSA, Op., 27-28, 171-77, 181, 189, 195, 401, 436-39 etc. "supere ac temere usurpabat", 171. Mgr Gl (...)
  • 23 P., 326, 328-30.
  • 24 GSA, Op., 20, 123, 127, 491. C. 360-61.

6Le grand écrit final de notre auteur, les Collectiones, a pour usage de décalquer et délayer le de Periculis. On y trouve cependant quelque réserve dans la position permanente de Guillaume : mais pas à l'endroit correspondant au décalque où s'étale la même doctrine, l'instillation se rencontre aléatoirement en un autre lieu du plan. Cela ne vient probablement pas de la polémique car on n'y a jamais vu Guillaume écouter ses adversaires ou infléchir sa position. Cela ne vient pas non plus d'un doute ou d'un repentir car il maintient que les (falsos) fratres sont in infimo gradu22 et que leur superbe à usurper est outrecuidance. Mais désireux de se concilier les nouveaux papes français, Urbain et surtout Clément ancien confrère23, Guillaume cherche à arrondir les angles de ses apparences. Coutumier n'est-il pas d'ailleurs de la formule de modestie24 : corrigendi supponimus humiliter. Stylus clericalis a-t-on envie d'écrire en parodiant les artes dictaminis et leurs degrés d'écriture. Celle de Guillaume serait d'ailleurs le modèle de la modestie qui mord, litote de guet-apens.

  • 25 Ibid., 500 ("sermo", 178, 180 (CCS).
  • 26 Ibid., 25 (DP), "sed licet quis" ; 177 (CCS), "sed forte dicet aliquis". Gy (P. M. op), Le statut (...)
  • 27 GSA, Op., 27, 158, 170.
  • 28 GSA, Op., 155.

7Ainsi reconnaît-il qu'un moine devenu évêque, qu'un religieux chargé d'âmes, peuvent canoniquement exercer ; mais il s'agit alors pour lui d'un biais : si religio habet sibi curam animarun connexam25 nisi sublimati extiterint ad regimen ecclesie plebem habentis26. Mais il ne s'agit jamais de tolérer le ministère nouveau des Mendiants, ni leur enseignement, ni leur mendicité, ni leur existence. Ces nouveaux prédicateurs sont des faux, des pseudo, des fourriers d'antéchrist puisqu'ils se mêlent quoique religieux d'enseigner, prêcher, confesser. Certes, c'est la pétition de principe toute nue, toute crue ; Guillaume ne démontre jamais, il affirme et répète sa position de base. Certainement dans son camp même des voix plus nuancées avaient proposé un doute méthodique, lié à l'écrasante série d'actes pontificaux qui légitimaient les Mendiants et leurs activités27. Guillaume balaie tout28 au nom de sa conception :

"non est uerisimile quod per predictam generalem licentiam datam personis predictis intendat dominus papa quod ille persone tanquam generales opitulationes habeant liberam facultatem exercendi regimen animarum in omni ecclesia christianorum irrequisitis prelatis ecclesiasticis uel inuitis".

  • 29 GSA, Op. 53 C. 12 = X 5 iii C 3, F ii, 750. Vilain (Noël), Prescription et bonne foi du Décret de (...)
  • 30 P, 156-57, 202 n. 20 ; C, 344 haut, 347, 16 ; 356.
  • 31 GSA, Op. 174.
  • 32 P, 290.
  • 33 P, 255, 260. CI, 161, ligne 176 ; 162, ligne 238.
  • 34 CI, 162, ligne 292 ; 166 lignes 18-19.
  • 35 P, 305. GSA, Etsi animarum CUP 231, fin ; Op., 43-44 = DP c. 12 et Concl. p. 72.
  • 36 16 q 1 c 25 = F, 1, 767 ; cite 2 Tim. 2, 4, CCS, 179, CI, 4. Leclercq (J.), On monastic priesthood (...)

8Tout ce qu'on lui oppose démontrant d'aveuglante manière et sans appel la volonté papale de changer le droit, la nature et les procédés de l'évangélisation de façon solennelle, répétée, expliquée depuis quarante (en 1256) et cinquante ans (en 1265), il le refuse. Il veut même certainement réfuter le nouveau droit et éviter la prescription : diuturnitas temporis non minuit peccatum sed auget29, mais l'affliction le rendit plus prudent d'expression. Guillaume donne ici envie de le pasticher ; il abuse parfois du coup de pouce dans l'explication de texte et remplace l'expression du texte par une autre qu'il choisit et introduit d'un quasi diceret30. De même son non uerisimile appelle un quasi diceret : ce n'est pas possible que le pape dise ainsi, contre l'apôtre et le canon31, le contraire entier et obvie de ce que je pose en base ; ce n'est pas possible que le pape lise apôtre et canon en sens inverse de moi-même. De là à l'insinuer hérétique… Il serait erroné de tout expliquer par une mauvaise foi de Guillaume. En fait il n'a pas multiplié les astuces et roueries au delà du niveau procédurier d'un juriste en colère et d'un polémiste au combat. Il biaise à Rome en 1257 mais est alors en position d'accusé32. De temps à autre, il ment effrontément, plane mentiuntur33 ; cela ne lui a d'ailleurs guère réussi : tombé dans la fosse qu'il avait creusée34, il a été puni comme il l'avait souhaité à ses adversaires gradus sui periculo35. Même quand il soutient l'inverse du canon qu'il frôle et évite ordinairement de citer, affirmant malgré Sunt Nonnulli36 que les moines prêtres n'ont pas le pouvoir de lier ni de délier, il veut seulement dire qu'ils n'ont pas ce pouvoir dans les églises des autres. En bon juriste il eut dû distinguer validité et licéité. Mais bast, la querelle était dure, l'attention tiraillée de tous côtés et donc tous les coups permis. Non, Guillaume ne se résume pas à ses attitudes les plus discutables dont l'explication est aisée et que l'historien aurait mauvaise grâce à juger du haut de son calme. Il faut alors, puisqu'on renonce à prendre l'homme à son pire, trouver l'explication de son attitude de base, de sa pétition de principe : pour se défendre si drastiquement, que défendait-il ?

2. Et doit être riche

  • 37 P, 45 ; Etsi = P 127 sv, CUP 235.

9Si on examine la forteresse de Guillaume, il y a donc cette invraisemblable herse de pont-levis : il n'est pas vraisemblable que le pape ne soit pas d'accord avec moi, Guillaume. En faisant le tour de sa grosse muraille mal munie, on ne voit guère en effet d'arguments et la plupart mal élaborés sont même assez mous. Or sa position est forte ; car il est perché sur un rocher réel : les intérêts du clergé, ses intérêts matériels de classe. Guillaume défend les curés, les chanoines, les professeurs contre la ponction opérée sur leurs rentrées de numéraire et de prestations par l'activité des Mendiants37 :

"consuetis oblationibus defraudatur… sepulturam… testa-menta… defraudantur ecclesie… uestris ecclesiis recipere uos contingat… non deducenda canonica portione (Etsi animarum).

  • 38 GSA, Op., 12, 78, 152-59, 359-78. C, 340. Debetis subuenire, Op., 504.
  • 39 P, 99 ; R. 241-42. 12 q 1 c 13 = F, 1, 681. "Uel presidenti uel pascendi". 7 q 1 c Precepit = Op., (...)

10Il n'y a aucune peine à multiplier les textes où Guillaume parle ainsi d'argent38 ; ce qui importe est de découvrir leur logique39. Guillaume affirme d'abord la simplicité hiérarchique de l'Église : seuls sont chargés de la régir les évêques, successeurs des apôtres et sous eux les successeurs des 72 disciples soit prêtres et desservants paroissiaux ou leurs mandataires, opitulationes :

  • 40 GSA, Op., 24-25 ; C, 355.

"Nec plures in ecclesia gradus ad regendum… in una ecclesia non sit esse rector nisi unus alioquin ecclesia non esset sponsa sed scortum q 2 c sicut in unaquaque… non est uerisimile quod dominus papa contra doctrinam apostoli pauli infinitis uel
pluribus licentiam predicandi plebibus alienis nisi a plebanis fuerint inuitati cum dicat c sunt quidam 25 q 1"40.

  • 41 Pseudo-Damase : P, 191 (43), 272 (99). Congar. 60-63 (n. 64). Peuchmaurd, 251 sv, 252 (111).
  • 42 P, 259. H, 472-74, Cf Gérard d'Abbeville = Ph. Grand, " "AHDLMA" 31 (1964) pp. 207-69 ; 226-35 (23 (...)

11Naturellement Guillaume cite le pseudo-Damase pour affirmer qu'il n'y a pas d'autres membres de la hiérarchie que les évêques successeurs des 12 et les recteurs paroissiaux issus des 7241. Il prétend ignorer toute l'histoire du monachisme, du sacerdoce, de l'exemption et en sus toute l'histoire de la réforme grégorienne, du souverain pontificat et de ses légats, comme des ordres pastoraux du 12ème siècle : chanoines divers et Prémontrés ou activité prédicante de saint Bernard. Pour pouvoir réfuter les Mendiants, il faut vraiment remonter bien haut dans l'histoire de l'Église et pour l'essentiel refuser beaucoup du souffle de l'Esprit dans son histoire. Guillaume le juriste ne pouvait ignorer Due sunt leges qui ruinea priori et totalement son ancrage forcené dans l'inévoluable juridisme littéral42.

  • 43 GSA, Op., 25. C, 355. Cf supra n. 40.

Item si una persona uel infinite persone habeant potestatem predicandi ubique non inuitati… erunt infinite episcopi uniuersales quod est contra iura43,

  • 44 GSA, Op., 26.

12car si l'on multiplie les prédicateurs universels, on multiplie leur droit de vivre de l'autel c'est-à-dire de pomper l'argent des fidèles et il ne restera rien aux curés moins aimés44 :

"item constat quod omnibus illis qui predicant ex potestate debetur procuratio siue sumptus 1 Cor. 9 (14). Ordinauit deus eis qui euangelium annunciant de euangelio uiuere. Ergo si infinite persone habeant potestatem predicandi in qualibet ecclesia, quelibet ecclesia debebit infinitas procurationes quod est absurdum dictu… presbiteri enim parochiales… quibus uisitantibus eis debent impendere procurationes… et fideles laici… quibus habent stipendia debita… ulterius grauari non debent 10 q 3 c cauendum".

  • 45 GSA, Op., 26-28 (DP).
  • 46 Ibid, 144-52, 152-55, 159-69, 171-80.
  • 47 Ibid, 43 c 10. Car "sumptus" et "potestas" sont liés à la "missio" : Peuchmaurd, 261.

13La suite du texte est précisément l'appel susdit à la hiérarchie sacrée selon le pseudo-Denys45. On affirme donc la hiérarchie ecclésiale pour y installer l'aspect financier et enfin on justifie le tout par le sacré. Cet ordre du texte n'a rien d'aléatoire ni de contingent ; il est probatoire et structurel, il profile la thèse même de Guillaume. On le retrouve exactement aux Collectiones46 : l'unité de direction ecclésiale, épiscopale, précède uiuere de euangelio, financement du corps ecclésiastique, le sumptus se mêlant intimement aux officia ; puis on assène le caractère sacré, céleste, dionysien, de cette hiérarchie. Cette logique interne, cohérente et qui se veut inexorable, est exposée d'ailleurs ex professo au chapitre 10 du de Periculis47 :

"quam penam incurrunt prelati ecclesie si circa predicta extiterint negligentes… et preter hanc penam que erit in futuro punientur et in presenti".

  • 48 Ibid, 72. Ezech 3, 18-20 et 33, 6-8 ; 13 q 1 c unic. Ecclesia § 1 = F, I, 718-20. Ce très long can (...)

14Surtout la conclusion du de Periculis la répète solennellement, sur la même base48, c'est la punition financière qui pend au nez des prélats :

"que ipsis prelatis lucrosa existit necnon et possessio bonorum ecclesie temporalium apud ipsos prelatos non diutius remanebunt".

15Cette conclusion est immédiatement expliquée :

  • 49 GSA, Op. 72 : derniers mots du DP ; cf CCS, concl 482. 1 q 3 c 7 = F, I, 413.

"cur enim habebunt carnalia bona ecclesie qui spiritualia non ministrant ? cur presertim dicatur 1 Cor. 9. Nescitis quoniam qui in sacrario operantur que de sacrario sunt edunt ? et qui altari deseruiat cum altari participant ? igitur sicut corpus sine anima non uiuit ita nec bona ecclesie corporalia sine spiritualibus non stabunt 1 q 1 si quis obiecerit"49.

  • 50 C, 343-44, 347-48 (n° 17, 19, 20, 21, 22). Sermo Pentecostes, KGS, 90. Cf P, 229.

16Ces derniers mots du de Periculis, incarnation selon Guillaume lisant le canon, affirment sa doctrine : les ecclésiastiques doivent posséder, cela fait partie de leur perfection et disparaît avec elle. Le pape a coutume de se richement habiller50 et l'Église d'aujourd'hui est heureusement en bon état grâce à sa richesse :

  • 51 GSA, Op., 53 (DP c 12 fin) et 377 (CCS). Cf CI c 5, p. 93 n° 17 lignes 142 sv.

"Expedit facultates ecclesie possideri… sine impedimento perfectionis posse ecclesie facultate possideri"51.

  • 52 Ibid., 504 in sermone apostolorum lacobi et Philippi, 1er mai 1256.

17"Dieu soit béni, l'Église contemporaine n'est pas dans un tel état qu'elle exige subside et pitié"52, car richesse est perfection.

3. Passéisme

  • 53 Exégèse médiévale, 301.
  • 54 On souligne en ce paragraphe les termes caractéristiques d'un style roman en littérature selon H. (...)
  • 55 Doctrine commune, Th la q 1 a 2.
  • 56 C, 342. Cf Du Cange. Glossarium, vi, 689, GSA, Op., 57, 72, 273, etc. cf P, index.
  • 57 C, 353. Cf P, index, et p. 290.
  • 58 P, 336 (n. 50), et 119-27. Cf infra n. 146.
  • 59 exemple : Apoc 4, 6 in CCS, 472 sv, 49e signe. DP, 31 oues, uipere, uulpes ; scorpiones et c 11, p (...)
  • 60 P. Zumthor, Roman et gothique deux aspects de la poésie médiévale, Studi in onore Ital Siciliano, (...)
  • 61 DP, 18 : "Nos igitur" P, 213 ; toute l'atmosphère du "consortium" : P, 97, 107, 164, 170.
  • 62 C, 346, 354.
  • 63 DP, 18. C, 359-60 Hyperbole de l'insulte aussi : P, 296 Cf CUP 295.
  • 64 Guillaume prétend souvent avoir l'université avec lui ; or il s'agit d'un groupuscule P, 249. En f (...)
  • 65 Toute l'œuvre de Guillaume est emphatique, plate et boursouflée. Voir DP c 2, pp. 22 ; et p. 23, l (...)
  • 66 Ce rebelle impénitent, cet orgueilleux qui juge le pape, proteste souvent de sa modestie et de sa (...)
  • 67 DP c. 14, signe 13, p. 61 ; CCS, signe 14, 392.
  • 68 Zumthor, Roman, cit. n. 60, p. 1232. Église et églises : P, 38 n.33. CI, c 4, 82 1. 1235.

18Porche roman, cathédrale gothique écrivit en allusion à Chartres, de Lubac à propos de Bonaventure53 ; toute cette tradition victorine et augustinienne du 12° siècle, garde en effet jusque chez les adversaires de Guillaume, la sève d'un long passé pour faire verdir les rameaux de neuves solutions aux problèmes récents de l'histoire de l'Église, de l'évolution du sens de ierarchia. Mais face aux Mineurs, Guillaume incarne, lui, le roman le plus retardataire au sens de Hatzfeld54. Vitupérant comme un poème héroïque, il porte d'énormes coups d'épée dans l'eau pure de la théologie, subalternée au vin de la science céleste55. Il incarne le hiératique car il fige le décalque de toute ierarchia. Les pauvres arguments simplets qu'il manœuvre sont parfaitement le condensé antithétique d'un naïf manichéisme. Leur répétition sur de longues distances de texte, identique des premières œuvres de 1252 aux Collectiones de 1264, est volontairement corrigée par une dissymétrie systématique : aux truands, trublions, trutannos56, pseudo-prédicateurs Mendiants fourriers d'Antéchrist, ne répond aucun portrait positif. Au fond Guillaume se campe seul en face, et vers la fin en martyr57, revêtu de quelques canons vieillis. Cette asymétrie rudimentaire accorde à son œuvre fixiste et figée son seul mouvement, celui d'un assènement monocorde et amer. La métonymie apocalyptique que seule l'incompréhension58 a pu faire prendre pour une métaphore, est ressort essentiel de son action et de son style ; à quoi ne manque même pas tout à fait la symbolique animale59. Les mouvements de style couvrent ainsi une immutabilité des structures - plus traditionnalistes que traditionnelles - euphoriquement conçues comme seules pensables, à l'exclusion du vrai mouvement de l'histoire vers des structures nouvelles60. Une certaine alternance du structurel et de l'épisodique fait succéder des scènes individuelles et des scènes de masse avec le même relief : Nos…61 mihi62 etc. Enfin l'hyperbole de l'éloge63, du nombre64, du verbe65 à quoi il faut ajouter l'hyperbole de l'humilité stéréotypée66, caractérise le style rugueux, épique, de notre auteur qui reproche bien sûr à ses adversaires de baigner dans l'humanisme du précédent siècle avec leurs phrases fluides et ornata uerborum67. Le 13ème siècle en son temps vit reculer le conformisme et le juridisme que défendait et illustrait Guillaume, tout ce registre de motifs figés68. Quant au fond, l'immutabilité des paroisses, des diocèses et de leurs droits… des "églises de papa" avec leurs richesses à quoi tient le parti de Guillaume ; il est pour le moins bizarre et dépassé. Bizarre car allant droit contre le sermon sur la montagne, désuet car les autonomies des vieilles cités mortes sont, dans la naissance des communications modernes, devenues de simples diocèses de l'Église intégrée par la monarchie papale. La vitalité débutante reclasse et regroupe ce stock d'isolats dépassés ; et la richesse n'est pas perfection.

19Pour Guillaume, les Cordeliers, systématiquement amalgamés aux Jacobins, sont des mendigots et des traînards de douteuse espèce et quand ils s'enflent jusqu'à pousser quelqu'un des leurs en une chaire universitaire, c'est pour répandre le détestable euangelium eternum, renverser l'Église et prêcher l'Antéchrist. Leurs habits de pauvreté ne sont, comme leurs hauts docteurs, que la peau de l'agneau sur leur appétit de loups ravageurs. L'Église grâce à Dieu est installée, et il croit - sa bonne foi fondamentale est évidente et continue à travers ses mensonges de polémiste - que la désinstaller c'est la détruire. Son église est en somme l'institution charnelle et il n'a rien compris aux Béatitudes. Qui lui jettera la première pierre ?

II- Bonaventure : l'antithèse, le renouvellement

  • 69 Bougerol. Tavard, en particulier, p. 444 : la querelle des Mendiants met en cause la hiérarchie. P (...)

20Il est hors de cause de procéder pour Bonaventure comme pour Guillaume, en survolant tout pour décrire la thèse. De nombreux textes et un riche système mental nous haussent en effet à une autre ampleur et à une toute autre complexité. Le regard doit devenir panoramique ; heureusement, ce panorama a déjà été dessiné69.

A.- Thèse

  • 70 Cf supra n. 4, Chenu. Bougerol, p. 157 n. 88, 134.
  • 71 P, 4-5, n. 30 et 40. hors-texte 2 : succession des chaires, Gallus-Hales. Tavard, 72. Bougerol, 16 (...)
  • 72 Tavard oppose le type histoire-institution et le type beauté-ordre, cf supra n. 69, comme jamais f (...)

21Chez Guillaume, la tradition est une immuable carrière à matériau, un arsenal d'où l'on tire des boulets ; chez saint Bonaventure, elle se présente comme un courant mental riche et varié. L'augustinisme qui en est le sol multiforme comme pour toute la théologie latine y a rencontré en Saint Victor, la mystique dionysienne70. C'est par Thomas Gallus que les universitaires parisiens, Guillaume d'Auxerre, Alexander of Haies et par lui tout l'Ordre franciscain, en ont été puissamment imprégnés71. Ce mouvement d'idées est ainsi dès son origine la confluence du système juridique concret de l'ordo augustinien, dans toute la platitude rustique dont est capable la mentalité dans le vieil Occident, avec l'esthétique inspirée, la poésie mystique gréco-orientale que charrie le pseudo-Denys. Une tension permanente entre ces deux pôles est parfaitement sensible dans l'œuvre de saint Bonaventure72. Mais reste sa connivence profonde avec Denys, liée au mouvement mystique qui passe les deux pôles. Proche d'un système exitus-reditus, Bonaventure envisage la hiérarchie dans une atmosphère ontologisante et exemplariste, comme une participation venue de Dieu (actio deiforme, similans) et comme un itinerarium vers lui (illuminationes, ascendens) :

  • 73 B, Op., II, 237 = ad ii Sent. d 9, prenotata sur Denys, Ang. Hierar. c 3 § 1. On trouve "egrediens (...)

"scientia et actio deiforme quantum possibile similans et ad inditas diuinitus illiminationes proportionnaliter similitu-dinem ascendens"73.

22C'est dire combien pour le saint docteur parisien des Mineurs, la hiérarchie est d'abord un concept tourné vers Dieu. Parfois seulement Bonaventure focalise certains concepts sur notre querelle mais cela demeure un simple "flash" occasionnel et bref, vers 1255-57 ; ordinairement, tout ce qu'il écrit et prononce couvre tout un champ théologique et est supérieur à tout événement :

  • 74 Issu de Prévostin selon n. 4 des "Quarracchisti", t. II, ad ii sent. d 19 a 3 q 1.
  • 75 B, Op., II, 283 b = ibid. ad ii Sent. d 9 prenotata Cf IX, 622 b.

"definitio magistralis que competit omni hierarchie licet non univoce74. Generaliter definitur rerum sacrarum et rationa-bilium ordinata potestas in subditis retinens principatum"75.

  • 76 V, 205a = Breuiloquium, prologus n° 3 ; 342 a et 434 (In Hexa. c 11.21, n° 17-18). L'analyse suit (...)
  • 77 "Tenebrarum radium", In Hexa. ii, 32 = V, 342a. Docta ignorancia, ii Sent. d 23 q 3 ad 6 = II, 546 (...)

23Aussi son intelligence de la ierarchia est-elle d'abord contemplation de l'increata en elle-même ; et la sublimitas de cette pulchritudo précède l'analyse et la doctrine pseudo-dionysienne même76. La ténèbre irradiée d'une docte ignorance préside évidemment à l'influx septiforme, sacramentel, d'où s'ensuit l'ordre de l'Église, visible dans les sensibilia symbola77. Un tel intérêt pour la contemplation détourne pratiquement de l'histoire. On peut noter l'absence du concept de ierarchia dans les Commentaires scripturaires selon l'index des Quaracchisti au t. VII Aucun développement n'est là esquissé d'un vaste comparatisme avec le sacerdoce de l'Ancien Testament : Bonaventure n'a pas une démarche structuraliste. Il voit par ailleurs à la suite d'Augustin, l'histoire loin de la raison :

  • 78 Ad iii Sent, d 25 = III, 530 b dubium 3. Cf Augustin 83 q., q 48. Bougerol : Eglise militante, 155

"quedam sunt que creduntur et nunquam intelliguntur quia non possunt ratione probari sicut in historia humana gesta percurrens. Nemo enim probare potest per rationem quod Abraham genuit Isaac sed solum per auctoritatem"78.

  • 79 Expos, c 1 = VIII, 392 a, 2.
  • 80 Congar, 86 ; "officia" dépendent donc des "status", 101 n. 196 (pour les séculiers).

24En ses expressions de contemplatif anhistorique se découvre cependant rhétoriquement l'amour : in eloquiis ierarchicis optime sonat nomen dilectionis79. C'est la grande différence entre séculiers et Mendiants : la ierarchia pour les uns n'est que status donc immuable, et pour les autres actiones donc vivante et les officia alors ne dépendent pas des status80.

  • 81 Apol. 3 = VIII, 251, 23 "sacrorum ordinatus". Operatio : In Hexa. coll. 21, V 435b. Ft à propos du (...)
  • 82 Apol. c 9 = VIII, 428, 4. Mise en Ordre : Apol., prol. et c 1 = VIII, 391, I.
  • 83 i Sent. d 15 part. 1 q 1 = 1, 259. Cf II, "prenotata", 240a-241 b, 254 ; q 8 = 257a. Cf IX, 689b.
  • 84 De triplici, Apol., prol. c 1, 2 = VIII, 319a. Expos. 3 = VIII, 408, 5.
  • 85 Expos, c 9 = VIII, 428, 4. Gradation entre anges : ii Sent. d 9 =II, 235, 57. Gradation fine entre (...)
  • 86 B, Op., VIII, 618.
  • 87 B, In Hexa. coll. 21 et 22 = V, 438. Tavard, 425. Bougerol, 135, 158 n. 81. Congar, 39, 41, 43.
  • 88 P, 61 n. 5 ; puis 2, 3. J. Ratzinger, Der Einfluss des Bettelordensstreites auf die Entwicklung de (...)
  • 89 R, 248. P, 180-85, 208. Thomas d'York et son Manus, P, 239-46. Peuchmaurd, 266. Manus, 152.
  • 90 Ed. Bierbaum cf ici abréviations.
  • 91 nous apprend CUP 368, lettre adverse ; cf P, 277 (167).
  • 92 Ed. Bierbaum, après le Manus, 169-207, 177 n. 20. Glorieux, Contra Geraldinos, "RTAM" 6 (j 1934) p (...)
  • 93 DP, 27. CCS, 151, 159, 170, 193.

25Car ce sacrorum ordinatus n'est pas seulement ordo et scientia, il est aussi operatio81 : potestas ordinata ad disponendum sacri potestati subiecta82 et consiste par exemple dans la mise en ordre des à-parfaire par les perficients. La triple ierarchia part donc de la supra-céleste ou divine dans laquelle ne se trouve ni séparation ni subordination ni subauctoritas comme dans les missions des ordres inférieurs83. Les deux hiérarchies participées, céleste angélique et ecclésiale humaine, ont pour courant vital premier de louer Dieu intellectualiter c'est-à-dire dans leur structure conceptuelle même qui est participation à l'incréé84. Naturellement, par sa nature même d'influx, cette sacra potestas peut être commise à un inférieur ce qui contredit directement Guillaume85. De toutes façons Bonaventure ne voit rien d'immuable et ne constitue pas les hiérarchies inférieures comme un décalque mais comme une participation vivante dans le lien intime d'un flux permanent. Guillaume, comme Thomas, ne connaît que deux hiérarchies, l'angélique et l'ecclésiale, et surtout pour lui cette dernière est seulement projection de l'autre. Ces structures fondamentales immobiles rattachent euphoriquement l'éphémère à l'éternel et interdisent tout mouvement de l'histoire. Saint Bonaventure quant à lui centre tout sur la hiérarchie incréée, sur l'Un. Uite beatificanti et monarchie hierarchizanti86, le rôle de Dieu est alors analogiquement tenu dans l'Église par un hierarcha, un monarcha qui en son ordre, lumière reçue et donnée, est source de toute lumière terrestre. Non détaillé ce rôle est fortement défini ; ce n'est pas une fonction mais un barreau de l'échelle87. Comme aucun historien n'en a jamais douté, la querelle des Mendiants a servi à développer le papalisme, précisément celui des Mineurs qui n'était pas donné en 121588. Ainsi le choc de décembre 1255 place "de facto" les dominicains en position d'arbitre intellectuel89. Quelque peu remué et gêné par la violence de cette disputatio en face à face, Bonaventure a laissé la plume à un confrère. Le de Periculis à peine sorti des mains de Guillaume, ce même printemps 1256, l'Ordre lança ainsi ce Manus que contra omnipotentem tenditur90. Homogène à toute l'œuvre de Bonaventure, le Manus est par lui offert au pape et caché aux adversaires91. Le successeur de Guillaume à la tête du dernier carré anti-Mendiants, Gérard d'Abbeville, ne s'y est pas trompé : il a tout de suite écrit des Exceptiones contre le Manus92. Plus tard encore, au sermon chez les franciscains même de décembre 1268 qui inaugure la dernière grande polémique, Gérard d'ordinaire plus réservé fait porter ouvertement son effort sur le droit des prélats, supérieur à celui des religieux ; fidèle à Guillaume il insiste aussi sur le canon Expedit facultates. Car les maîtres séculiers s'intéressent essentiellement à la richesse, en parfaite cohérence avec leur concept social de hiérarchie. Au fond pour eux, l'Église terrestre est déjà triomphante et l'honneur des prélats supérieurs doit en briller matériellement. Reste alors en cette position un seul problème, celui du prélat suprême, le pontife romain. Ce n'est pas un hasard ou une fantaisie d''insister sur la monarchie pontificale comme le fait l'Ordre, et pertinemment comme l'écrit le Manus. Bonaventure et Thomas d'York aboutissent donc logiquement en 1256 à la proclamation passionnée du primat pontifical dont Guillaume, prudent en son genre, eût voulu éviter la formulation : de potestate domini pape et episcoporum nolumus disputare93.

B.- Thèmes

  • 94 Manus c 17, 151-52 ; c 16 aussi et c 13 et 14 (commission générale). Peuchmaurd, 266.
  • 95 Congar, 126. Manus c 15.
  • 96 P, 264.
  • 97 Congar, 74-75, 135, 138-39 (Gilles de Rome). Cf supra n. 86. Voir aussi L et P, index.
  • 98 P, 223 et n. 100 (272).
  • 99 Manus 139. Matth. 16, 11-20. Manus c 16, 148. D 21 c Querit ; 19 c Ita dominus ; Causa 17 q 4 c Ne (...)
  • 100 Decima Douïe, The Conflict Mendicants-Seculars, "Aquinas Papers" 23, 15.
  • 101 Manus c 14, 138. Congar, 73, 87, 107-08.
  • 102 B, Op., IV, 482 a, 617 = iv Sent. d 24 p 1 a 2 q 2.
  • 103 B, Op., II, 240 ab, 241 b = ii Sent. prenotata ad d 9.
  • 104 B, Op., II, 256 et IV, 635.
  • 105 B, Op., IV, 481 a = iv Sent. d 18 p 1 a 3 q 2. Cf IV, 568.
  • 106 B, Op., II, 240 a et b.
  • 107 Eccl. Hier. 1 ; Exod. 25, 4 = PG 3, 369.
  • 108 Celestis Hierarchia, c 4 = PG 3, 177.
  • 109 B, Op., IX, 614 b, 635 a, 612 b, 634 a.
  • 110 B, Op., IX, 598a.
  • 111 B, Op., IX, 624a.

26Pour les Mineurs, la plenitudo potestatis donne au pape le droit d'accorder un office général de prédication94 à qui bon lui semble, à des non-prélats et même à des religieux, réponse globale mais radicale95. Tous les ordres confluent au pontife : summus pontifex potest committere predicationem cui uoluerit ; le ierarcha résume la ierarchia et peut changer les anciens décrets en nouveaux ; en 1256 aucun Ordre Mendiant n'est encore traditionnaliste96. Derrière cette stratégie, devint insistant le goût de la monarchie, non originel pourtant chez les franciscains, et place fut même faite au roi97. Seule la fréquence de la commission papale peut être à discuter98. L'auctoritas plena du pontife a nemine iudicandus99 est ainsi le refuge et la force de l'Ordre. Le pseudo-Denys cette fois sert contre les canonistes100 conservateurs comme d'usage des particularismes traditionnels des églises locales, pour remodeler la hiérarchie sur l'"ordinatio diuina" au travers des anges. Contre Guillaume et son entourage, Bonaventure a de surcroît toujours étudié et surtout après la querelle - car lui continue de travailler, gouverner, étudier - ces hiérarchies angéliques qui sont alors par tout le monde admises comme source et modèle du plan de l'Église101. La ierarchia ecclesie maxime consista penes sacramentum ordinis102. Cependant se développe la diversité des pouvoirs spirituels103, en offices d'autorité104, en statuts ramifiés et transformables. Les trois actes majeurs de l'autorité sacerdotale tiennent dans le même pouvoir la scientia et la confession par exemple105. Ainsi les sept ordres mineurs et majeurs ne sont pas un décalque des neuf chœurs des anges, inexistant et insane106, ni des 12 pierreries. La découpe se fait quantum possibile107, iuxta exemplar108. Tout est centré sur le Christ mais la grâce pénitentielle du sacrement de la confession, essentielle à la ierarchia ecclésiale et sans correspondant angélique, est aussi liée à la purification de la Vierge Marie109. Dans la ierarchia angélique, l'influx sacramentel a pour homologue inégal, la sanctitas per comprehensionem gloriosam110. Plus loin encore de Guillaume et de son décalque naïf, et à un moment où il n'est nullement en cause, notre maître précise que le ciel ignore l'équivalent des pertes de la hiérarchie humaine de l'Église : quandoque hostis plures rapit et interfecit sed non sic celesti111.

  • 112 B, Op., IX, 354b, 599a, 610-19, 622-26.
  • 113 B, Op., IX, 613a, 614a, 623a (négligence à contempler).
  • 114 B, Op., IX, 610a, 615a.
  • 115 R, 271 (surtout n. 21). P, 183, 144 (205) et 272 (102) cf supra n. 58.

27Bonaventure en fait développa, surtout en ses sermons, une écriture et une rhétorique poétique de la ierarchia. Un carrefour de mythes et comparaisons utilise un complexe mental dont l'orient méditerranéen fut porteur par une certaine lecture emphatique de la Bible. Symbolisés par les quatre propriétés du ciel visible, les neuf chœurs aboutissent dans leur action aux sept sacrements, correspondance plus complexe que celle soi-disant déchiffrée par Guillaume chez Denys112. Les propriétés de la terre par ailleurs symbolisent l'Église à qui l'ange donne des charismes pour assurer la fertilité de l'herbe des vertus113, malgré la négligence humaine à contempler. Mais la stabilité est assurée par les patriarches dans la loi de la nature, par les prophètes dans celle de l'Écriture et par les apôtres sous la loi de la grâce, ce qui caractérise les trois temps de l'Église114 : primitive, progressante et dilatatam. Peu ou pas de structures peuvent ainsi échapper au mystère des figures testamentaires : Bonaventure évacue l'histoire dans un ternarisme sacré proche d'un relan joachimite115.

III. Thomas d'Aquin et le dépassement

  • 116 P, 234 sv, L 287.

28La thèse de la fixité de la ierarchia et l'antithèse de sa rénovation s'étaient trouvées face à face, séculiers et Mineurs, à l'école de Bonaventure en décembre 1255 ; l'entrée à Paris des reliques du martyr dominicain Pierre servit d'arbitrage puisque le conflit se trouva désormais dirimé par l'opinion116. L'aspect juridique efficace de ce dépassement fut cueilli à l'automne avec Romanus Pontifex, mais l'été 1256 avait déjà vu mûrir la Aufhebung d'une doctrine équilibrée, universitaire : le Contra Impugnantes de Thomas d'Aquin.

A.- Réplique de 1256

  • 117 H. Lippens, Le droit nouveau des Mendiants, "AFH" 47 (1954) pp. 241 92. CI p. 70 1. 122 1110 avec (...)

29A la réplique de 1256 au chapitre 4 du Contra Impugnantes, Thomas traite à première vue de la capacité des religieux, pertinemment des nouveaux Ordres Mendiants, à exercer le ministère, la cura animarum et surtout dans les églises des autres, dans les églises paroissiales. Mais en réalité, en réponse à Guillaume qui voulut interdire ce ministère de prêcher et confesser, au nom de la ierarchia, c'est bien une étude de cette notion, avec les mêmes textes du pseudo-Denys ; c'est la riposte au c. 2 du de Periculis où Guillaume avançait ses idées en cette matière. Avec son regard large et structuré, Thomas couvre un champ plus vaste que celui de l'attaque et c'est peut-être une des raisons qui le fait apparaître trop sévère. L'offensive adverse, plus hargneuse n'avait ni l'ampleur ni la pertinence écrasante de la réaction. Après avoir envisagé le sujet général de l'existence des Ordres, de leur définition, de leur droit de pratiquer la théologie et de l'enseigner, on parvient en ce chapitre à leur droit pastoral : prêcher et confesser. Aucun Ordre auparavant n'avait ainsi tenu du pape le pouvoir général de prêcher et confesser dans les églises des autres, super alienum fundamentum aboie Guillaume. Cette centralisation extraordinaire parut exorbitante et beaucoup trouvèrent cela contraire à l'ordre de la hiérarchie117. Ierarchia faite de prêtres et d'évêques était en place et ces nouveaux prédicateurs-quêteurs-confesseurs en la doublant semblaient condamner son inefficacité voire ses vices, en tous cas son installation. Et lui prendre des biens.

  • 118 D. Prümmer, op, Fontes Vite sancti Th, II Guil. de Tocco, 115.

30Thomas est en ce chapitre aux prises avec tous les aspects concrets de la ierarchia et aborde là le concept par les faits. C'est d'ailleurs exactement sa manière et il est surprenant qu'on écrive encore parfois le contraire. Beaucoup de commentateurs, d'historiens, de théologiens, de chercheurs et d'écrivains ecclésiastiques enseignent pour l'en blâmer ou pour l'en louer que Thomas est un théoricien ce qui est exact, mais ils impliquent naïvement que ses vérités sont des vérités théoriques. Thomas est à l'évidence pour qui connaît les conditions historiques de ses œuvres, ici la dure polémique, un théoricien de vérités pratiques rencontrées dans l'histoire réelle. Chaque article de la Somme manifeste un souci pédagogique immédiat et une connaissance active de la double finalité indéchirable de notre métier : l'idée, l'étudiant. Adapter clairement aux étudiants une science aussi complète que le jour le permet est proprement professer. Combien davantage la clarification cohérente d'un chapitre soigné de polémique exige-t-elle de science, d'intelligence et de souci des destinataires. La récolte des arguments jetés par l'adversaire, la connaissance de leur portée est ici étrangement plus complète que chez tous les autres auteurs du siècle, que chez les autres participants de la polémique et même que chez les meneurs génétiques de l'attaque. Davantage de textes, mieux rangés et étudiés à fond, systématiquement, selon une démarche structurée. Thomas qui se promenait avec ses étudiants118 était un vrai professeur, réaliste, au double contact de l'homme et de l'idée. Professeur modèle, sapientissime sanctorum et sanctissime sapientorum.

  • 119 "ecclesiastica ierarchia imitatur celestem quantum potest sed non in omnibus" CI 80, 1062.
  • 120 CI, 81, 1. 1120 sv.

31Un premier paragraphe résume 12 objections de Guillaume et des siens : moines et religieux ne sont pas du clergé chargé de fidèles et ne peuvent prêcher ni confesser, n'en ont pas mission canonique ; les Ordres autres que les évêques, successeurs des 12, et les prêtres successeurs des 72, sont contraires au pseudo-Denys, à la tradition de Grégoire et Bernard, au Decretum qui a supprimé les chorévêques. Les évêques eux-mêmes n'ont pas à prêcher, réglementer ou intervenir hors de leurs diocèses, encore moins ceux qui ne le sont pas. Lisant le résumé de leurs positions dans le texte net et honnête de saint Thomas, les maîtres séculiers ont pu faire une jaunisse car jamais ils n'avaient réussi à aussi bien cristalliser leurs textes. Le paragraphe 12 reprend une à une ces objections, les discute et les résoud en à peine plus de mots : 215 1. contre 135, 50% de plus. Les religieux pourvus d'une mission pontificale peuvent évidemment prêcher et vivre de l'autel. L'Église a le droit de créer ainsi un nouveau corps de prédicateurs, extérieur à la ierarchia traditionnelle du clergé paroissial et diocésain. Aucun décalque mécanique et immuable de la ierarchia angélique ne saurait être tenu. Il y a entre ces deux ierarchie des différences119. Ces nouveaux prédicateurs ne sont pas une création, un renversement de la ierarchia ; ils ne sont pas supérieurs aux évêques mais simples dépositaires d'une commission nouvelle. Ils ne travaillent pas aux dépens des autres mais en soutien de l'effort pastoral toujours insuffisant ; et Thomas d'en donner divers exemples empruntés à saint Paul qu'on prétendait lui opposer120.

  • 121 CI c 4 § 13 ad 8, 82, 1235 sv.

32Au deuxième paragraphe de 75 lignes, balancé par les 82 1. du § 13, on répond encore plus sobrement en huit numéros sur le droit d'entendre les confessions des fidèles contre la lettre du Droit qui l'interdit aux moines et l'exige des curés ; et sur le scandale de ces nouveaux prédicateurs universels déroutants. Il ne s'agissait alors que de moines d'autrefois, de moines de papa et non des nouveaux religieux dûment mandatés sans être pour autant évêques universels, déploie la riposte121. Au n° 6, éviter les apparences du mal est un thème dont on peut noter dans la querelle huit occurrences avant 1256 et trois après. Thomas puise dans l'histoire réelle de ces années de dispute.

  • 122 Ibid. 82-83, non translation mais dérivation, "qui dat potestatem non amittit eam".
  • 123 CI c 3, 217 sv, pp. 65-66.
  • 124 Ibid. c 4 ; p. 83, 1. 1327-28. Congar, 72.

33Le § 3 expose en quatre numéros et 45 1. comment la commission épiscopale invoquée est irrégulière car elle viole les droits des recteurs paroissiaux. En 102 1. le § 14 contre sans peine mais non sans vigueur : patet esse falsum ! Là Thomas exprime le plus nettement comment le pouvoir épiscopal n'est pas un objet juridique perdu par le donateur du fait de la donation, mais un phénomène de communication122. Ceci constitue pour le mot ierarchia un sens non pas diamétralement opposé à celui prêté par Guillaume mais une signification sans rapport, assise sur un autre plan. Thomas s'était déjà moqué des simplifications naïves et univoques que son adversaire mettait sous le vocable de societas lui délivrant sans ménagement ni pitié un cours magistral de logique lexicologique et de dialectique de l'analogie ; jeune collègue sans déférence pour le vieux maître123. La même attitude, mystique au sens exact, permet à Thomas de renverser l'idée124 que le curé soit époux de sa paroisse, car l'époux de l'Église c'est le Christ. Ierarchia n'est pas une pyramide à degrés fixes mais un courant, un flux vital dont la logique profonde est l'analogie et non l'univocité.

  • 125 76, 663-68 ; Congar, 88, 97-98, 108. Peuchmaurd 263, 266.

34Le quatrième paragraphe en six numéros et 65 lignes attaque les privilèges venus du pape, sujet de fond. Le § 15 emploie 131 1. à démolir le refus de Guillaume, démontrant que le pape a le droit et le devoir de faire face à des situations nouvelles par des décisions neuves125 et que cela ne lèse personne hormis dans des structures périmées ; que cela ne détruit nullement la tradition apostolique mais la reproduit ; que cela ne sort pas du Droit car c'est le pouvoir pontifical même. Au sujet de la monarchie romaine, par opposition aux Mineurs, Thomas introduit l'histoire, le sens du passé vivant dans le présent pour construire l'avenir face à toute sorte de fixisme ; Thomas d'Aquin proclame le droit d'évoluer. Le paragraphe 5 où l'on reproche de demander la permission de prêcher comme acte d'ambition n'a qu'un seul numéro et ses 14 lignes sont renversées d'une seule réflexion en 27 L : il est bon d'avoir le goût de l'action surtout quand on a la charge sans les dignités et facilités. Ailleurs notre auteur montre la contradiction à reprocher des lettres de recommandation tout en prétendant non commis ces recommandés.

  • 126 D 50 c 27 = F, 188 ; issu de saint Cyprien, Sermo de lapsis, PL 4, 481. R, 258 ; DP c 2, 24. CUP 2 (...)
  • 127 "ex communi consuetudine orientalis ecclesia", CI, 77, 753-55.

35Nous voilà au cœur du chapitre, organisé en six paragraphes de 614 1., véritable traité de la question entre les 334 1. d'objections des cinq premiers paragraphes et les 562 1. de répliques délivrées aux § 12-16. Ce corps de l'essai est centré sur l'idée de juste vérité entre deux erreurs (§ 6). La sainteté du religieux n'implique pas sa mission de cura animarum, mais ne l'interdit pas non plus ; c'est le mandat de la ierarchia qui est le critère. Les dires de Guillaume appuyés sur le canon Mandant martyres126 et la tradition postérieure fixée autour du refus de l'ex opere operantis sont la même doctrine, celle de l'Église. Le § 7 ensuite démontre en 16 item et 205 1. la plénitude du pouvoir de l'évêque dans la paroisse et le § 8 (58 L, 6 item), qu'il peut déléguer à la cura animarum. Le § 9 montre l'idonéité des religieux à recevoir cette délégation (97 L, 11 item). Ces trois paragraphes centraux répondent, avant les solutions du § 14 aux objections et surtout aux doctrines fondamentales des § 1 et 3. Sans suivre péricope à péricope comme dans la règle scolastique de la disputatio, il déploie une doctrine, originalité typique de saint Thomas à l'encontre de la réputation scolaire controuvée, à lui faite. Le § 9 qui est au centre matériel du chapitre porte ainsi sur deux thèmes (§ 1 et 3) et à la ligne médiane on évoque par un heureux aléa le pneumatisme de l'Église grecque127. Les procédés structuralistes de l'analyse distributionnelle permettent donc de lire correctement Thomas. Pour lui ierarchia est souffle de l'Esprit.

  • 128 P, xxix, 99.
  • 129 CI c 4 § 11, p. 78-79. In § 9, p. 771. 722 : "maxime competit perfectis".
  • 130 Tableau.
  • 131 C 4 § 7 + 12, 410 1. 1510 ; § 1 = 135 ; § 3 = 45 1 ; en tout du tiers aux deux tiers.
  • 132 § 4 + § 15 = 196 1. ; § 10 sur les prédicateurs généraux = 305 1.

36Certains religieux, expose le § 10 (huit item, 1091.), sont plus aptes que les recteurs paroissiaux. Ceux-ci en effet étaient parfois ignorants, absents, voire pécheurs publics128. Le § 11 désigne la "religion" convenable pour cette mission (sept item, 74 1.)129. Si bien que la composition du chapitre prend une forme complexe et structurée où objections, doctrine et solution dessinent un jeu logique équilibré130. Si rudimentaire que soit cette analyse, elle souligne l'importance de la structure de composition. Guillaume se contente, lui, d'aligner les péricopes dont les solutions décalquent la hiérarchie désordonnée qui suit seulement l'ordre des florilèges du Décret. L'essai philosophique que saint Thomas met au centre de sa composition est évidemment plein d'avenir. Il dépasse les exercices scolastiques du sic et non vers l'exposé doctrinal moderne et présage le développement futur de la pensée et des systèmes d'exposition. Ensuite on constate que le tiers du chapitre131 est consacré à prouver l'idonéité des religieux au ministère et la plénitude du pouvoir épiscopal sur les paroisses. C'est-à-dire à renverser le dessin de la ierarchia selon Guillaume et sa lecture mot à mot du pseudo-Denys où les monachi laïcs sont bloqués dans un passé périmé et ne couvrent nullement les religieux du xiiième siècle, surtout pas les nouveaux Ordres. Plus près du texte du pseudo-Denys et de Maxime le scoliaste, Thomas en fait les homologues des évêques, conformément aux parallélismes des textes grecs. Le pape, si important chez les Mineurs et que fuit Guillaume tout en le contrant, n'est pas présent au texte pseudo-dionysien d'où sa place apparemment plus faible ici, quoique radicale132.

B.- Thèmes

1. Histoire

37L'attitude de saint Thomas d'Aquin apparaît à l'évidence comme historique. Sens critique, sens du passé, sens du présent, sens de l'avenir proche, lointain, éternel, sens général du mouvement temporel et de son explication structurelle globale, tous les aspects de l'histoire sont ici éclatants. Leur niveau techniquement inférieur à celui atteint par notre siècle est largement en avance sur le 13ème et les âges suivants. Leur niveau philosophique de réflexion sur le temps est d'ailleurs largement supérieur à nos habitudes actuelles et peut encore nous éclairer.

  • 133 P, 258 ; R, 244 (Bl). Cf supra 1.
  • 134 CI, 85, 1472. 61, 561.
  • 135 16 q 1 c 25 cf supra n. 36 ; CI c 4 lignes, 369, 685, 708, 1173. CCS 179. Congar, 123. Peuchmaurd, (...)
  • 136 2a 2e 187 a 3 ad 2. CI c 3, 53 405 ; c 5, 1. 245 à 450 où autres renvois ; DP, 47. 2 Thess. 3, 6.

38La connaissance du passé et le souci critique devant les textes que livre la tradition sont chez Thomas supérieurs à tout ce que montrait le progrès aux 12ème et 13ème siècles depuis la critique abélardienne. Ils écrasent l'adversaire, fixiste par choix et qui refusait exprès toute évolution. Guillaume semble bien par ailleurs avoir été dépourvu du souci de l'exactitude ou de la critique textuelle ; son sacralisme naïf voulait obliger devant eux à un agenouillement révérentiel pour couvrir les conséquences concrètes qu'il en voulait tirer133. Thomas explique le pseudo-Denys par l'époque et l'environnement de cette production : loquitur de monachis qui clerici non erant tempore ecclesie primitiue134 et montre, arrachant le Décret de la plume de Guillaume le juriste, ce que signifie le canon Sunt Nonnulli135. Il démonte l'anachronisme qui consiste à employer le mot frère, tiré du contexte paulinien où il signifie chrétien, pour l'utiliser en calembour contre les "frères", religieux Mendiants du 13ème siècle : subtrahate uos ab omni fratre ambulante inordinate136.

  • 137 CI c 19, p. 152 1. 50-75.
  • 138 H, 466-67. S, 102 bas.
  • 139 2a 2e q 181 a 1 sed contra cf. Isidore.
  • 140 Ibid. q 184 a 3.
  • 141 Ibid. q 189 où réapparaît le canon Due sunt = 19 q 2 c 2, in a 7 contra.
  • 142 CCS ; ici 2a 2a q 188 a 5 resp. dic. ; Eccles. 39, 1.

39Quand il s'agit du présent de la polémique, on rencontre la fréquentation des cours royales de cette époque courtoise, que réprouve Guillaume et que Thomas soutient et conforte par les exemples de Joseph, Daniel, Mardochée, Sébastien etc.137, Plus au fond, la dialectique des deux vies, contemplative et active, fournit une attitude proprement historique. Reprenant une expression gréco-patristique classique au point d'être éculée, la combinaison spirale des mouvements circulaire et rectiligne, Thomas lui fait signifier le passage dialectique à des dépassements sériels dans le temps138. Il convient d'équilibrer les deux vies, sauf à extirper d'abord les vices de la vie active139. Toutefois c'est dès le premier précepte qu'il y a à aimer Dieu de toutes ses forces. Dans la seconde querelle parisienne de la vie de Thomas d'Aquin, la troisième du siècle, en effet Nicolas de Lisieux et Gérard d'Abbeville, disciples de GSA, avaient prétendu qu'il y avait un ordre temporel entre les préceptes dont il fallait d'abord assurer la parfaite observance et les conseils vers la perfection contemplative à n'aborder qu'ensuite, le premier programme rempli. Pour les Mendiants, il convient au contraire de concilier les deux vies140 - contemplata aliis tradere - mais on peut entrer en religion dès son adolescence141. On invoque à cette fin la sapientiam antiquorum qui est l'exergue même de la dernière œuvre de Guillaume142. Cela écarte toute idée d'une ierarchia néolithique suivant les classes d'âge et fait circuler dans notre concept une autre liberté, celle de l'amour. Guillaume et les siens étaient cohérents en proposant à la fois la défense des avoirs de leurs rentes et redevances, dîmes et droits de type seigneurial rural contre la mendicité urbaine des piécettes "bourgeoises", commerçantes et une ierarchia fixiste reposant sur un mode de production lignager.

  • 143 CI, 80, 1061 = c 4 § 12 ad 8.
  • 144 D 21 c 2 et 3 = F, 1, 69. DP c 2, 24. CI c 4 = 83, 1324. CCS 145, 148, 163 (Lc 10, 1 etc.).
  • 145 BN nv. acq. lat. 2508 f° 18 "romane ecclesie a Christo primatum accepit".
  • 146 P, 119-127, 144 (n. 205), 336 (n. 50), cf supra n. 58.
  • 147 CI c 24. P, 123, 260.
  • 148 P 231-33, 258 (n 255) Isidore de Varenne Convenationes "Archivum lat Medii Aeui" 34 (1964) pp 99-1 (...)

40Saint Thomas d'Aquin affirme par ailleurs son sens de l'histoire quand il expose que non est ne signifie pas non possit143. Surtout il assène avec une tranquille densité le pouvoir ecclésial, papal, d'innovation avec par exemple les canons In nouo et Quamuis144 ; la glose classique au 13ème siècle y impliquait bel et bien ce pouvoir145. Enfin vers l'avenir, Guillaume en impasse n'attend, ne peut plus attendre selon sa théorie, que la lutte finale contre l'Antéchrist, la fin du monde146. Pour Thomas, l'histoire de l'Église se poursuit147. Il convient aussi de lire dans l'ensemble comment la querelle s'inscrit dans une longue tradition où les faux prédicateurs étaient pourchassés à coups de péricopes, celles-là justement de notre polémique. Manquait un certain ton, une certaine hargne, apportée par Guillaume et qui constitue sa nouveauté. Ensuite on peut voir avec quelle sobre perfection Thomas résume honnêtement la position adverse et, sur plusieurs passages des discussions, précédentes ou en cours, rend limpide la logique adverse. De l'autre versant du temps, on retiendra que la discussion continue et qu'elle est désormais infléchie par la réponse de Thomas. Enfin, revenant au texte de cette riposte, on y aperçoit une plus riche attention au texte, tout en donnant à l'auctoritas une dimension moins contraignante et plus réfléchie148 ; l'attention se déplace maintenant vers les intentions et non vers un mot-à-mot ânonné. Les significations en sont senties dans un mouvement historique concret :

"missi possunt alios mittere, intelliguntur, per modum exempli,… unde non sequitur aliquis ex commissione episcopi… episcopus hoc facere, ut patet ex auctoritate…"

41Enfin l'histoire est expressément évoquée comme productrice opérationnelle de nouveau : posset ecclesia statuere… postea ecclesia… sibi constitult. En un sens tout est là.

  • 149 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, Foulques de Neuilly.

42En fait nous sommes en présence d'un mouvement temporel du sens ; c'est peut-être le métier même d'historien des "idées" que de le détecter. Avant le 12ème siècle, ces péricopes étaient employées, par saint Grégoire entre autres, contre de rustiques gyrovagues, contre les mouvements de pauvreté plus ou moins hérétiques, contre tous ceux qui sans la commission épiscopale de prédication agitaient néanmoins les foules. Depuis le phénomène urbain, on peut voir les foules nouvelles secréter de nouveaux entraîneurs comme Foulques de Neuilly, curé en bonne et due forme, et de nouveaux mouvements149. C'est en définitive l'apostolat même des Mendiants, aboutissement topique de cet âge, de cette structure de civilisation. Il dure jusqu'à la révolution industrielle où vont surgir de nouveaux apôtres. Avant le 12ème siècle, du 13ème au 18ème, depuis : ce sont les trois temps majeurs de l'histoire de l'Europe.

2. Mystique

  • 150 "… in suprema felicitate locandus" ; in ii Sent. d9ql a 2 ad 6, a 3 ad 5, obj. 2 ad 3 et ad 7, a 6 (...)
  • 151 P, 69, 193 (n. 88-89). 1a q 20 a 3 = iii Sent. d 3i q 2 a 3 qua 3 et d 32 a 5. 2a 2e q 45 a 3 ad 4 (...)
  • 152 CI, 55 et 60 = c 2 obj. 2 et ad 2. 16 q 1 c 4 = PL. 23, 351, Jérôme, aduersus Uigilantium cf Rom 1 (...)
  • 153 Cf n. 218. 2a 2e q 182 a 1 ad 12, 188 a 6.
  • 154 Ibid. 180 a 5.
  • 155 Ibid. 179 a 2 contra, 180 a 1 obj. 2, a 2 ad 3 = Sap. 8, 2 ; a 3 obj. 4. Rachel, vision du princip (...)

43Les textes de Thomas exigent ainsi constamment d'élargir le regard jusqu'aux plus vastes ampleurs de la philosophie de l'histoire et de la théologie vécue. C'est bien la même attitude, mystique au sens exact, qui permet à notre saint de définir ierarchia comme un flux vital dont la logique profonde n'est pas l'univocité mais l'analogie ; tout est dans la connexion et non dans le décalque. Une exemplarité non mécanique laisse mutatis mutandis à chaque type, à chaque ordo, ou status sa consistance propre en multiple proportionnalité. Le cœur du sujet est là, fort loin des perspectives sur les degrés ecclésiaux recopiés du ciel avec dosage en échelle des avoirs statutaires à gogo, que soutenait Guillaume de Saint-Amour. En cohérence avec cette vision d'une communion dans la ierarchia, Thomas déclare que les hommes ne forment pas un dixième ordre au paradis mais s'insèrent dans les neuf hiérarchies angéliques en remplacement des anges déchus : iste tertia solutio plus mihi placet… solus scit cui cognitus est numerus electorum150. Tout à fait dans le même sens, il rencontre la dialectique de Pierre et Jean c'est-à-dire dans le jargon d'époque, de la charge pastorale face à la vocation contemplative151. Guillaume prétendait exclure les "moines" confondus naïvement exprès avec tous religieux, de toute charge pastorale au nom de leur fonction laïque pénitentielle152. Thomas préfère utiliser ce thème pour marquer la précellence de l'amour sur le pouvoir153. Ailleurs il glisse la même attitude sous des dires proches ou semblables à propos d'équilibres différents entre Lia et Rachel, Marthe et Marie qui a la meilleure part car contempler passe le faire et l'agir. Bien que n'atteignant pas en cette vie l'essence divine de façon actuelle154 et sans être pour le moment un décalque du monde céleste, la contemplation est joie durable et sera notre future vie ; cette vision du principe en connaissance matutinale constitue en amoureux de la Beauté155. On saisit à la fois combien chez notre saint l'aspect mystique l'emporte sur le juridique et comment ce souffle mystique s'ordonne dans le temps de l'histoire.

  • 156 In ii Sent. d 91 3 obj. 5 = ps.-Denys, Cel. Hier, c 1 § 3 col 123 ; ad 3 = Eccle. Hier. c 5 § 3, c (...)

44Toujours en cohérence avec cette explicitation de ierarchia comme communion, Thomas précise que l'on peut conclure des trois ordres de l'Église à trois ordres angéliques156 ; cette hardiesse inductive passant de l'exemplatus à l'exemplar n'avait pas été osée ni imaginée par ses adversaires qui se contentent d'affirmer farouchement la dépendance inverse déductive et mécanique au lieu d'une communication vitale des deux mondes. La missio elle-même est au cœur de la polémique sur la ierarchia affaire de communion et tout acte attribué au supérieur se déroule en influx à travers son exécutant. Cesar pontem…fecit… :

  • 157 1 a q 112 a 2 ad 2.

"seraphim purgans incendio labia prophete non qui hoc ipse immediate fecerit sed quia inferior angelus uirtutem eius hoc fecit sicut papa dicitur absoluere aliquem etiam si per alium officium absolutionis impendat"157.

  • 158 1 a q 106 a 1 ; de Creatione d 9 q unic a 1-2-3-4, de Ueritate q 9 a 1 et 2 : un ange en illumine (...)
  • 159 2a 2e q 184 a 5, a 7 ad 8 ; 185 a 2. Eccles. Hier. c 6. Congar, 84-86.
  • 160 2a 2e q 184 a 6 ad 1 (Denys), ad 2 = 1 Cor. 12, 28 = 16 q 1 c 1 Omnibus = FI, 761.
  • 161 2a 2e q 185 a 4 ;]88 a 4 ad 5 ; Quodlibet 3 a 17 sed contra. Due = 19 q 2 c 2 = F 839.

45Afin de montrer comment un ange en illumine un autre, Thomas d'Aquin cite d'ailleurs le pseudo-Denys qui déclare les évêques ordonnés à l'amour du prochain et les religieux à l'amour de Dieu d'où il tire une certaine inversion de supériorité provenant de la superabundans amor dei158. Certes la supériorité formelle est inverse et l'on passe normalement de l'état religieux à l'épiscopat qu'on ne saurait absolument refuser159. Mais cela n'inclut pas les archidiacres, simples adjoints de l'évêque, ni les curés160 ; et il demeure toujours possible de passer de l'épiscopat à la vie religieuse et non d'en régresser aux grades inférieurs d'archidiacre ou de curé. Les 72 disciples ne figurent pas les curés mais en général les aides de l'évêque-apôtre161. Pour ce passage de l'épiscopat à la vie religieuse, saint Thomas d'Aquin cite encore ce fameux canon où le droit de la mystique est proclamé légalement supérieur au Droit :

"Due sunt leges… afflatu spiritu sancto… lege priuata ducitur nulla ratio exigit ut publica constrigatur"

  • 162 1 a q 113 a 8 contra = Dan 10, 13. corps mystique : Lécuyer, 29-32.

46Et ce courant mystique porte le pouvoir sous une véritable analogie avec l'illumination ; ceci règle, on s'en rend compte, le problème même de la querelle parisienne, à savoir la délégation papale aux Mendiants. Un arbitrage de Dieu en cas de conflit de fonction entre anges ressemble même à s'y méprendre à la dirimation pontificale du conflit séculiers-Mendiants en 1256162. Pour Thomas, le droit est en dépendance de l'Eucharistie et c'est bien par l'Esprit-Saint qu'il règle les problèmes de la polémique, ecclésiaux, historiques et mystiques.

Conclusion

  • 163 Matth. 26, 27 ; Mc 14, 65 ; 1 Cor 4, 11 ; 2 Cor 12, 17 ; 1 Petr 2, 20 ; 2 Cor 11, 13-15.

47Guillaume en somme garde les yeux fixés sur un décalque "paradisiaque" pour défendre des intérêts au nom d'un traditionalisme médiocrement baigné de Tradition et tend sans le vouloir à se découvrir comme un colaphizator mal transfigurants163. Antithétique, le seraficus Bonaventure résume et magnifie l'élan "céleste" nouveau, l'euangelion en son temps. Diuus Thomas enfin englobe puissamment dans une prise de sens de toute l'histoire, tradition, action et avenir vers la "parousie éternelle".

  • 164 Zumthor, entre deux esthétiques, p. 1170 ; cf supra n. 60.

48Faut-il après ce résumé, tenter d'exprimer pourquoi Thomas, cependant polémiste à dire le vrai excessivement sévère, tout en démolissant radicalement Guillaume, représente ainsi au plus haut degré d'intelligence la Aufhebung de toutes les tensions du siècle ? Rapiens fulgor, cet éclair jaillit de la tension même et en est l'actualisation de tous les potentiels : doctor communis. Deux concepts s'opposaient depuis que l'homme occidental avait pris la mesure de ses nouvelles possibilités164. Thomas d'Aquin les dépasse en inaugurant le parcours de ces nouveaux possibles en son domaine : la théologie conceptuelle et appliquée. Ierarchia cesse alors d'être un décalque à étages rappelant la pyramide féodale - homologie naïve tout juste bonne pour Guillaume - et devient l'ordonnancement des status du corps mystique. Ce que, préparé par Bonaventure, Thomas saisit n'est plus l'étagement des degrés mais les courants qui les parcourent, leur communion vivante.

49Un usage invétéré chez les historiens de ces idées, et qui date de la décadence baroque de la scolastique du 16ème au 18ème siècle, leur fait écrire que Thomas n'a pas le sens de l'histoire : il est selon eux un philosophe de l'Être fixe ; ni le sens mystique : il serait écrivent-ils un scolastique scolaire. Nul doute que Thomas ait exprimé en manuels structurés une doctrine limpide, cohérente et ferme ; l'inverse serait une infériorité et penser vague n'a jamais classé son auteur. Nul doute que Thomas ne soit un théologien de l'Être, de Dieu immuable et n'avoir aucun point fixe ne faciliterait aucun voyage. Mais son génie n'écarte pas ainsi la vue dialectique des avers et des retours et implique dans Dieu immuable, le mouvement temporel des puissances dont tout le procès actualisant mène à l'Acte pur.

  • 165 P, cf Histoire à l'index et pp. 263-64. H, 472, L, 283. R, 247. G, 217. S, 102. D, 704. A paraitre (...)

50Il va falloir désormais admettre, écrire, proclamer, enseigner que Thomas est aussi un maître du sens de l'histoire165 et de la mystique. Sur ce concept de ierarchia ici pris en exemple, sa solution personnelle n'est pas seulement originale et dirimante, elle est histoire et poésie méditée. Doctrine totale, elle inclut et la scolastique et le temps et la contemplation, et la rigueur scolastique et le flux du temps et le mystère de la contemplation. L'ordre n'est pas un rangement pyramidal mais une participation vitale, ierarchia est affaire de communion. Cette connaissance matutinale se vit dans le concret du soir parfois troublé. Scolastique parce que mystique, limpide parce que lumineux, Thomas fait procéder dans une sorte de spiration, sa théologie de sa méditation eucharistique : construere corpus mysticum vient de conficere Christum ; l'acte premier de la ierarchia ecclesie n'est-il pas chaque matin à la messe de consacrer et de consommer Dieu ? Ainsi nourrie, la longue marche du cosmos et de l'homme constitue l'Église, et cette construction temporelle est l'histoire même.

51Ainsi saint Thomas d'Aquin accomplit sa lecture du devenir dans la contemplation de l'être, déchiffre le fieri de l'histoire dans la lumière éternelle de l'Exister.

Annexes

ABREVIATIONS

A M.M. Dufeil, Afrique, Taxinomie, Histoire, à paraître (Présence Africaine)

AHD Archives d'Histoire doctrinale et littéraire du Moyen-Age

AFH Archivum franciscanum historicum

AFP Archivum fratrum predicatorum B saint Bonaventure

BN Bibliothèque Nationale, Paris

Bougerol (Guy ofm), B et la hiérarchie dionysienne, "AHD" + 44 (1969) pp. 131-67 Casus et Articuli, défense de GSA, Rome 1257, éd. Faral, "AHD"18 (1951) pp. 340-61

c canon ou chapitre

CCS Collectiones Canonice et Catholice Scripture, dernière œuvre GSA, Op., 111-490

CG Contra Gentiles (Summa), preuve de saint Thomas d'Aquin

Ch M.D. Chenu op, La Théologie au xiième siècle, Vrin 1957 250/150 414p.

CI Contra Impugnantes, de Th, éd. H. Fr. Dondaine, nv léonine, 1971

Congar (Y. op), Aspects ecclésiologiques querelle Mendiants- séculiers "AHD" 28 (1961) pp. 35-151

D M.M. Dufeil, Regards d'historien sur la métaphysique du devenir d'un théologien, "Atti del Congreso internazionale Tommaso d'Aquino", Roma-Napoli 1974, VI pp. 699-705

DP de Periculis, œuvre axiale de GSA, citée selon Op.

ed édition, éditeur, editor, etc.

F Friedberg, éd. Gratianus, Corpus iuris canonici I et II

fr français

G M.M. Dufeil, GSA Opera omnia, "Miscellanea mediaevalia" 10 (1976) pp. 213-19

GSA Guillaume de Saint-Amour

H M.M. Dufeil, Evolution ou fixité des structures ecclésiales, "RSPT" 55 (1971) pp. 465=79

KGS Kirchengeschichtliche Studien, Colmar 1941 = ed GSA Sermo pentecostes

L M.M. Dufeil, Le roi Louis dans la querelle, "7ème centenaire st. Louis 1970", 1281-89

1. ligne (dans les citations)

lat latin

Lécuyer (J.), Les étapes de l'enseignement thomiste sur l'épiscopat, "Revue Thomiste" 57 (1957) pp. 29-52

Manus Manus que contra omnipotentem tenditur, de Th. d'York, ed. Bierbaum, Bettelorden und Weltgeistlichkeit, Munster in Westfalen 1920

M éd. Dufeil du de Mendicitate in R, 248-74

Mgr Monseigneur

Ms mss manuscrit, manuscrits

nv neuf, nouveau, nouvelle, new etc.

ofm ex ordine fratrum minorum, franciscain, cordelier

op ex ordine fratrum predicatorum, dominicain, jacobin

Op Opera omnia,

P M.M. Dufeil, GSA et la polémique universitaire parisienne 1250-59, Paris 1972

p. pp page, pages

ps pseudo

Peuchmaurd Mission canonique et prédication, "RTAM" 19 (1962) pp. 52-76+20 (1963) pp. 122-44, 251-76

PG, PL Migne, Patrologie grecque, Patrologie latine

R M.M. Dufeil, Un universitaire réactionnaire GSA, "Congrès Sociétés Savantes", Reims 1970, Actes, pp. 239-45

RTAM Revue de Théologie ancienne et médiévale

RSPT Revue des Sciences philosophiques et théologiques

S M.M. Dufeil, Signification historique de la querelle des Mendiants, "Miscellanea mediaevalia", Thomas Institut Köln, 10 (1976) pp. 95-105

s ss siècle, siècles

sv suivant, suivante etc

T M.M. Dufeil, Trois sens de l'histoire affrontés, Congrès 1274, Lyon 1974, à paraître

Tavard (G.), Succession et ordre dans la structure de l'Église, st B, Grottaferrata 1274-1974 vi, pp. 421-26

Th Thomas ; ordinairement saint Thomas d'Aquin ; parfois Thomas d'York

Plus diverses autres abréviations évidentes, courantes ou classiques par exemple les références : Bible, Droit, Scolastique.

Notes

1 R, surtout 241. S.

2 T.

3 P. Chaunu, L'Expansion, Européenne, Paris 1968, pp. 5, 76.

4 M.D. Chenu, La Théologie au xiième siècle, Paris 1957, p. 395. Guillaume restreint la tradition : Peuchmaurd, 254 bas.

5 B, 237 = in ii Sent. d. 9a un. prenotata. Th. Ia q 108 resp.

6 DP, 24-25. Exod. 25, 40 "fac secundum exemplar quod ubi in monte …" (s'agit de candélabre).

7 CCS, 171-73. Trop longues pour être ici reproduites, ces pages sont exactement le délayage du DP ci-dessus cité. Cf. infra, les renvois de la n. 21 sv. Congar, n. 34, pp. 54-55 = CCS 145.

8 P, 39-45, 358-62. H. Lippens ofm, Le droit nouveau des Mendiants, "A.F.H. " 17 (1954) pp. 241-92.

9 P, 174-96, 219 etc. P, 201, 228, 287.

10 Ce mot apparaît souvent.

11 DP, 25 lignes 10-11, éd. 1632 Op. Om. Congar, 36, 39, 41, 43, 53, 56-57, 68.

12 CUP 288 ; P, 260 sv. Congar, 121.

13 CUP 440. P, 330. Nicolas de Lisieux et Gérard d'Abbeville. Mgr Glorieux. "RTAM", 6 (1934) pp. 5-41 ; et 7 (1935) pp. 129-55 ; 140, 150.

14 Cf Congar 59 ; P, 223. Mais la tradition était beaucoup plus ductile à la variation, presque variantiste si l'on veut un néologisme, Congar 117 (270, 271), sv.

15 Matth. 13, 52.

16 Thème essentiel aux xii-xiiième siècles : Chenu, cit. supra n. 4, 395 sv. Nicolas de Lisieux, disciple de GSA dans sa lettre (CUP 439, pp. 495-98) au maître déchu, exprime parfaitement le point de vue passéiste : "si instituta apostolica… a sanctis apostolis tradita… radia inter catholicos dubietas, nulla uarietas, nulla prophana nouitas oriretur". La nouveauté se présente comme une bilharziose : "inimicus per suos testiculos in medio tritici non desinit zizania seminare".

17 R. Roques, L'univers dionysien, structure hiérarchique du monde selon le pseudo-Denys, Aubier 1954 in-8° 383 p.
R. Roques, éd. Denys, La Hiérarchie ecclésiastique, Cerf 1958 (2e 1970) 200/130 xcvi + 229 p.
R. Roques, La notion de hiérarchie selon le pseudo-Denys, "AHDLMA" 17(1949) pp. 183-222 ; AHD, 18 (1950) pp. 5-44.

18 PG iii Celestis Hierarchia Ouranias Hierarchias, 119-370 ; Eccles. Hier. 369-84. Cf GSA, Op., 496. Peuchmaurd, 139 sv., Congar, 58-64.

19 Tobie 12, 15.

20 GSA, Op., 172-73 (CCS) : 1ère solution, 108 mots ; 2e, 80. Th la q 112 a 2 ad 2, 35 mots à la 1ère solution, 51 à la seconde. Au DP de 1256 GSA n'en soufflait mot et c'est Th, CI c. 4 qui en 198 mots lève ce séraphin d'Isaïe (67 mots ou signes, obj 9 p. 69-70) + (131 mots ad 9 p. 80). CCS riposte seulement.

21 GSA, Op., 24-27 (DP), 171-75, 191, 195, 403, 411, 436-37, 439 (CCS), 500 (sermo) etc. GSA, C n° 24, 341-44, 348-49 (éd. Faral).

22 GSA, Op., 27-28, 171-77, 181, 189, 195, 401, 436-39 etc. "supere ac temere usurpabat", 171. Mgr Glorieux, Nic. Lisieux, "Bull. Litt. ecclés. " 3 (1938) p 124 : 8°, 10°, 11°, 12°, 14°.

23 P., 326, 328-30.

24 GSA, Op., 20, 123, 127, 491. C. 360-61.

25 Ibid., 500 ("sermo", 178, 180 (CCS).

26 Ibid., 25 (DP), "sed licet quis" ; 177 (CCS), "sed forte dicet aliquis". Gy (P. M. op), Le statut ecclésiologique de l'apostolat des Prêcheurs et des Mineurs dans la querelle des Mendiants, "RSPT"59-1 (j 1975) pp. 79-88. P., 37.

27 GSA, Op., 27, 158, 170.

28 GSA, Op., 155.

29 GSA, Op. 53 C. 12 = X 5 iii C 3, F ii, 750. Vilain (Noël), Prescription et bonne foi du Décret de Gratien à Jean d'André (+1348), "Traditio"14 (1958) pp. 121 89.

30 P, 156-57, 202 n. 20 ; C, 344 haut, 347, 16 ; 356.

31 GSA, Op. 174.

32 P, 290.

33 P, 255, 260. CI, 161, ligne 176 ; 162, ligne 238.

34 CI, 162, ligne 292 ; 166 lignes 18-19.

35 P, 305. GSA, Etsi animarum CUP 231, fin ; Op., 43-44 = DP c. 12 et Concl. p. 72.

36 16 q 1 c 25 = F, 1, 767 ; cite 2 Tim. 2, 4, CCS, 179, CI, 4. Leclercq (J.), On monastic priesthood, "Studia monastica" 3, i (1961) pp. 137-55. Glorieux, Offensive Nic Lis., "Bull. Litt. ecclés. " 3 (jt-sept. 1938) pp. 121-29 ; p. 129 9°, 10°.

37 P, 45 ; Etsi = P 127 sv, CUP 235.

38 GSA, Op., 12, 78, 152-59, 359-78. C, 340. Debetis subuenire, Op., 504.

39 P, 99 ; R. 241-42. 12 q 1 c 13 = F, 1, 681. "Uel presidenti uel pascendi". 7 q 1 c Precepit = Op., 174.

40 GSA, Op., 24-25 ; C, 355.

41 Pseudo-Damase : P, 191 (43), 272 (99). Congar. 60-63 (n. 64). Peuchmaurd, 251 sv, 252 (111).

42 P, 259. H, 472-74, Cf Gérard d'Abbeville = Ph. Grand, " "AHDLMA" 31 (1964) pp. 207-69 ; 226-35 (232). Cela dure 1 P, 323 (236) ; 358 (86). Congar. 64, 65, 93.

43 GSA, Op., 25. C, 355. Cf supra n. 40.

44 GSA, Op., 26.

45 GSA, Op., 26-28 (DP).

46 Ibid, 144-52, 152-55, 159-69, 171-80.

47 Ibid, 43 c 10. Car "sumptus" et "potestas" sont liés à la "missio" : Peuchmaurd, 261.

48 Ibid, 72. Ezech 3, 18-20 et 33, 6-8 ; 13 q 1 c unic. Ecclesia § 1 = F, I, 718-20. Ce très long canon cite Ps. 103, 14 ; Deut. 2s, 4 ; 1 Cor. 9, 7 et 13-14 ; 2 Tim. 2, 6 ; Gal. 6, 6 ; Lc 9, 4 proche de Mc 6, 10 et Matth. 10, 11. Il est fort célèbre et contient le passage allusif à la fable : "frustratim enim lupus comedit agnum".

49 GSA, Op. 72 : derniers mots du DP ; cf CCS, concl 482. 1 q 3 c 7 = F, I, 413.

50 C, 343-44, 347-48 (n° 17, 19, 20, 21, 22). Sermo Pentecostes, KGS, 90. Cf P, 229.

51 GSA, Op., 53 (DP c 12 fin) et 377 (CCS). Cf CI c 5, p. 93 n° 17 lignes 142 sv.

52 Ibid., 504 in sermone apostolorum lacobi et Philippi, 1er mai 1256.

53 Exégèse médiévale, 301.

54 On souligne en ce paragraphe les termes caractéristiques d'un style roman en littérature selon H. Hatzfeld, Style "roman" en littératures, Studi I. Siciliano, I, pp. 526-40.

55 Doctrine commune, Th la q 1 a 2.

56 C, 342. Cf Du Cange. Glossarium, vi, 689, GSA, Op., 57, 72, 273, etc. cf P, index.

57 C, 353. Cf P, index, et p. 290.

58 P, 336 (n. 50), et 119-27. Cf infra n. 146.

59 exemple : Apoc 4, 6 in CCS, 472 sv, 49e signe. DP, 31 oues, uipere, uulpes ; scorpiones et c 11, p. 44-45, perdrix.

60 P. Zumthor, Roman et gothique deux aspects de la poésie médiévale, Studi in onore Ital Siciliano, Firenze 1966, II, pp. 1223-34, p. 1232 ; corrigé en poésie fermée et poésie ouverte in Mélanges Frappier, II, pp. 1155-71 (Entre deux esthétiques : Adam de la Halle), p. 1170.

61 DP, 18 : "Nos igitur" P, 213 ; toute l'atmosphère du "consortium" : P, 97, 107, 164, 170.

62 C, 346, 354.

63 DP, 18. C, 359-60 Hyperbole de l'insulte aussi : P, 296 Cf CUP 295.

64 Guillaume prétend souvent avoir l'université avec lui ; or il s'agit d'un groupuscule P, 249. En face, il trouve une "multitudo infinita", C, 342.

65 Toute l'œuvre de Guillaume est emphatique, plate et boursouflée. Voir DP c 2, pp. 22 ; et p. 23, la répétition du terme "seducere".

66 Ce rebelle impénitent, cet orgueilleux qui juge le pape, proteste souvent de sa modestie et de sa soumission : "nos igitur christiane fidei professores, licet indigni, parisius studentes, qui ex assumpto gignasio scripturas sacras quamuis exiliter secundum tenuitatem ingenii", prol. DP, 18 donne le ton.

67 DP c. 14, signe 13, p. 61 ; CCS, signe 14, 392.

68 Zumthor, Roman, cit. n. 60, p. 1232. Église et églises : P, 38 n.33. CI, c 4, 82 1. 1235.

69 Bougerol. Tavard, en particulier, p. 444 : la querelle des Mendiants met en cause la hiérarchie. P, 194 et 196 (n. 140).

70 Cf supra n. 4, Chenu. Bougerol, p. 157 n. 88, 134.

71 P, 4-5, n. 30 et 40. hors-texte 2 : succession des chaires, Gallus-Hales. Tavard, 72. Bougerol, 167. Graver Zinn, The Victorine Background of Bonaventura's Use of Symbols in St. B., Grottaferrata, II, pp. 143-69.

72 Tavard oppose le type histoire-institution et le type beauté-ordre, cf supra n. 69, comme jamais fondus dans l'œuvre de notre docteur, 424-26.

73 B, Op., II, 237 = ad ii Sent. d 9, prenotata sur Denys, Ang. Hierar. c 3 § 1. On trouve "egrediens-regrediens", II, 23X. Congar. 109-12, 125.

74 Issu de Prévostin selon n. 4 des "Quarracchisti", t. II, ad ii sent. d 19 a 3 q 1.

75 B, Op., II, 283 b = ibid. ad ii Sent. d 9 prenotata Cf IX, 622 b.

76 V, 205a = Breuiloquium, prologus n° 3 ; 342 a et 434 (In Hexa. c 11.21, n° 17-18). L'analyse suit "ad eius integritatem requiritur sacra potestas, scientia, operatio", V, 435. Puis vient "doctrina Dionysii circa eam", 436 b (N° 29-31). "Pulchritudo" encore ad ii Sent. d 9 prenotata, II, 238a ; 254a ; IV, 481a. Bougerol. 137.

77 "Tenebrarum radium", In Hexa. ii, 32 = V, 342a. Docta ignorancia, ii Sent. d 23 q 3 ad 6 = II, 546a. Sensibilia symbola, Expos., c 3 = VIII, 408 n° 5. Supériorité de l'occulte sur le patent : W. H. Principe, St B, Grottaferrata, I, pp. 243-—69. "Septiformis" : Apologia, c 12 = VIII, 317, 3 sv.

78 Ad iii Sent, d 25 = III, 530 b dubium 3. Cf Augustin 83 q., q 48. Bougerol : Eglise militante, 155.

79 Expos, c 1 = VIII, 392 a, 2.

80 Congar, 86 ; "officia" dépendent donc des "status", 101 n. 196 (pour les séculiers).

81 Apol. 3 = VIII, 251, 23 "sacrorum ordinatus". Operatio : In Hexa. coll. 21, V 435b. Ft à propos du sacrement de l'Ordre IV, 481a, 61e, 5 haut = 4 Sent. d 24 p 1 a 2 q 2. 237b-238a, 240a.

82 Apol. c 9 = VIII, 428, 4. Mise en Ordre : Apol., prol. et c 1 = VIII, 391, I.

83 i Sent. d 15 part. 1 q 1 = 1, 259. Cf II, "prenotata", 240a-241 b, 254 ; q 8 = 257a. Cf IX, 689b.

84 De triplici, Apol., prol. c 1, 2 = VIII, 319a. Expos. 3 = VIII, 408, 5.

85 Expos, c 9 = VIII, 428, 4. Gradation entre anges : ii Sent. d 9 =II, 235, 57. Gradation fine entre anges d'un même ordre, d 9 q 8 = II, 255. Entre ange et homme : ii Sent d 1p 2 a 3 q l et 2 = II, 47-49. Mission : d 10 a 1 = II, 251. Imperfection et instabilité des gradations humaines, d 9 = II, 257.

86 B, Op., VIII, 618.

87 B, In Hexa. coll. 21 et 22 = V, 438. Tavard, 425. Bougerol, 135, 158 n. 81. Congar, 39, 41, 43.

88 P, 61 n. 5 ; puis 2, 3. J. Ratzinger, Der Einfluss des Bettelordensstreites auf die Entwicklung der Lehre vom päpstlichen Universalprimat unter besonderer Berucksichtigung des heiligen Bonaventura, pp. 697 724,
"Theologie in Geschichte und Gegenwart, Festgabe M. Schmaus", München 1957. P, 3 n. 20 = B, V, 118, 194b.

89 R, 248. P, 180-85, 208. Thomas d'York et son Manus, P, 239-46. Peuchmaurd, 266. Manus, 152.

90 Ed. Bierbaum cf ici abréviations.

91 nous apprend CUP 368, lettre adverse ; cf P, 277 (167).

92 Ed. Bierbaum, après le Manus, 169-207, 177 n. 20. Glorieux, Contra Geraldinos, "RTAM" 6 (j 1934) pp. 5-41 + 7 (av 1935) pp. 129-155. Sermo de Gérard, Postquam consummati sunt, éd. Bierbaum, 208-19.

93 DP, 27. CCS, 151, 159, 170, 193.

94 Manus c 17, 151-52 ; c 16 aussi et c 13 et 14 (commission générale). Peuchmaurd, 266.

95 Congar, 126. Manus c 15.

96 P, 264.

97 Congar, 74-75, 135, 138-39 (Gilles de Rome). Cf supra n. 86. Voir aussi L et P, index.

98 P, 223 et n. 100 (272).

99 Manus 139. Matth. 16, 11-20. Manus c 16, 148. D 21 c Querit ; 19 c Ita dominus ; Causa 17 q 4 c Nemo.

100 Decima Douïe, The Conflict Mendicants-Seculars, "Aquinas Papers" 23, 15.

101 Manus c 14, 138. Congar, 73, 87, 107-08.

102 B, Op., IV, 482 a, 617 = iv Sent. d 24 p 1 a 2 q 2.

103 B, Op., II, 240 ab, 241 b = ii Sent. prenotata ad d 9.

104 B, Op., II, 256 et IV, 635.

105 B, Op., IV, 481 a = iv Sent. d 18 p 1 a 3 q 2. Cf IV, 568.

106 B, Op., II, 240 a et b.

107 Eccl. Hier. 1 ; Exod. 25, 4 = PG 3, 369.

108 Celestis Hierarchia, c 4 = PG 3, 177.

109 B, Op., IX, 614 b, 635 a, 612 b, 634 a.

110 B, Op., IX, 598a.

111 B, Op., IX, 624a.

112 B, Op., IX, 354b, 599a, 610-19, 622-26.

113 B, Op., IX, 613a, 614a, 623a (négligence à contempler).

114 B, Op., IX, 610a, 615a.

115 R, 271 (surtout n. 21). P, 183, 144 (205) et 272 (102) cf supra n. 58.

116 P, 234 sv, L 287.

117 H. Lippens, Le droit nouveau des Mendiants, "AFH" 47 (1954) pp. 241 92. CI p. 70 1. 122 1110 avec notes renvoyant aux parallèles in GSA. Peuchmaurd, 274-75.

118 D. Prümmer, op, Fontes Vite sancti Th, II Guil. de Tocco, 115.

119 "ecclesiastica ierarchia imitatur celestem quantum potest sed non in omnibus" CI 80, 1062.

120 CI, 81, 1. 1120 sv.

121 CI c 4 § 13 ad 8, 82, 1235 sv.

122 Ibid. 82-83, non translation mais dérivation, "qui dat potestatem non amittit eam".

123 CI c 3, 217 sv, pp. 65-66.

124 Ibid. c 4 ; p. 83, 1. 1327-28. Congar, 72.

125 76, 663-68 ; Congar, 88, 97-98, 108. Peuchmaurd 263, 266.

126 D 50 c 27 = F, 188 ; issu de saint Cyprien, Sermo de lapsis, PL 4, 481. R, 258 ; DP c 2, 24. CUP 279, p. 319 : Humbert général o.p. sur l'accueil enthousiaste de Paris aux reliques de Pierre martyr, cf supra n. 116. Th, Quodlibet 9q 16. CCS, 265. La glose du canon si importante à l'université de Paris au milieu du 13ème siècle : BN nv Acq. lat. 2508, f° 42 rb.

127 "ex communi consuetudine orientalis ecclesia", CI, 77, 753-55.

128 P, xxix, 99.

129 CI c 4 § 11, p. 78-79. In § 9, p. 771. 722 : "maxime competit perfectis".

130 Tableau.

131 C 4 § 7 + 12, 410 1. 1510 ; § 1 = 135 ; § 3 = 45 1 ; en tout du tiers aux deux tiers.

132 § 4 + § 15 = 196 1. ; § 10 sur les prédicateurs généraux = 305 1.

133 P, 258 ; R, 244 (Bl). Cf supra 1.

134 CI, 85, 1472. 61, 561.

135 16 q 1 c 25 cf supra n. 36 ; CI c 4 lignes, 369, 685, 708, 1173. CCS 179. Congar, 123. Peuchmaurd, 122-23.

136 2a 2e 187 a 3 ad 2. CI c 3, 53 405 ; c 5, 1. 245 à 450 où autres renvois ; DP, 47. 2 Thess. 3, 6.

137 CI c 19, p. 152 1. 50-75.

138 H, 466-67. S, 102 bas.

139 2a 2e q 181 a 1 sed contra cf. Isidore.

140 Ibid. q 184 a 3.

141 Ibid. q 189 où réapparaît le canon Due sunt = 19 q 2 c 2, in a 7 contra.

142 CCS ; ici 2a 2a q 188 a 5 resp. dic. ; Eccles. 39, 1.

143 CI, 80, 1061 = c 4 § 12 ad 8.

144 D 21 c 2 et 3 = F, 1, 69. DP c 2, 24. CI c 4 = 83, 1324. CCS 145, 148, 163 (Lc 10, 1 etc.).

145 BN nv. acq. lat. 2508 f° 18 "romane ecclesie a Christo primatum accepit".

146 P, 119-127, 144 (n. 205), 336 (n. 50), cf supra n. 58.

147 CI c 24. P, 123, 260.

148 P 231-33, 258 (n 255) Isidore de Varenne Convenationes "Archivum lat Medii Aeui" 34 (1964) pp 99-124 + 117-22.

149 Jacques de Vitry, Historia occidentalis, Foulques de Neuilly.

150 "… in suprema felicitate locandus" ; in ii Sent. d9ql a 2 ad 6, a 3 ad 5, obj. 2 ad 3 et ad 7, a 6 contra, a 8 ad corp. 1a q 108 a 1 obj. 3, contra ; a 2 obj. 3, contra ; a 8 obj. 1. Congar, 129. Multiple Proportionnalité ; P, 160.

151 P, 69, 193 (n. 88-89). 1a q 20 a 3 = iii Sent. d 3i q 2 a 3 qua 3 et d 32 a 5. 2a 2e q 45 a 3 ad 4 ; q 185 a 3 ad 1 et 184 a 7 ad 2.

152 CI, 55 et 60 = c 2 obj. 2 et ad 2. 16 q 1 c 4 = PL. 23, 351, Jérôme, aduersus Uigilantium cf Rom 10, 15 (Alexander of Hales, quest, disput, antequam esset frater).

153 Cf n. 218. 2a 2e q 182 a 1 ad 12, 188 a 6.

154 Ibid. 180 a 5.

155 Ibid. 179 a 2 contra, 180 a 1 obj. 2, a 2 ad 3 = Sap. 8, 2 ; a 3 obj. 4. Rachel, vision du principe.

156 In ii Sent. d 91 3 obj. 5 = ps.-Denys, Cel. Hier, c 1 § 3 col 123 ; ad 3 = Eccle. Hier. c 5 § 3, col. 1503.

157 1 a q 112 a 2 ad 2.

158 1 a q 106 a 1 ; de Creatione d 9 q unic a 1-2-3-4, de Ueritate q 9 a 1 et 2 : un ange en illumine un autre. Superabundans : 1 a q 106 a 1 obj. 2 ad 2. Eccles. Hier. c 6 § 3.1

159 2a 2e q 184 a 5, a 7 ad 8 ; 185 a 2. Eccles. Hier. c 6. Congar, 84-86.

160 2a 2e q 184 a 6 ad 1 (Denys), ad 2 = 1 Cor. 12, 28 = 16 q 1 c 1 Omnibus = FI, 761.

161 2a 2e q 185 a 4 ;]88 a 4 ad 5 ; Quodlibet 3 a 17 sed contra. Due = 19 q 2 c 2 = F 839.

162 1 a q 113 a 8 contra = Dan 10, 13. corps mystique : Lécuyer, 29-32.

163 Matth. 26, 27 ; Mc 14, 65 ; 1 Cor 4, 11 ; 2 Cor 12, 17 ; 1 Petr 2, 20 ; 2 Cor 11, 13-15.

164 Zumthor, entre deux esthétiques, p. 1170 ; cf supra n. 60.

165 P, cf Histoire à l'index et pp. 263-64. H, 472, L, 283. R, 247. G, 217. S, 102. D, 704. A paraitre : T et A.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/4476/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter