Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

Le Muḫtaṣar

Le Muḫtaṣar 1

Texte intégral

  • 1 L’Epitomé, L’Abrégé, le Mukhtaṣar, cf. l’introduction rédigée par Herbert W. Duda.

1Au nom du Dieu le Miséricordieux !

2Seigneur, aide-moi à aller jusqu’au bout [de mon œuvre] !

  • 2 Celui qui aide la communauté et la religion.
  • 3 In Muḫtaṣar on lit : Yaḥyâ. Mais cf. aussi l’introduction.
  • 4 MB : Selon Duda, il s’agit d’un « public intéressé et cultivé » et non pas d’une « assemblée de Aḫî (...)

Après les louanges adressées au Créateur et après d’innombrables souhaits de bénédiction adressés à l’excellent seigneur – paix soit avec lui et avec sa parfaite famille – puissent ces pages ne pas demeurer cachées au lecteur, car le livre Seldjuknâmeh, l’un des rares textes écrits et manifestant la plus grande érudition concernant les époques du détenteur du dîvân, de la tughra, du nâṣir al-millah wa’d-dîn2 al-Ḥusayn3 b. Muḥammad, connu sous le nom d’Ibn al-Bîbî – puissent ses parfaites qualités durer – est un livre qui n’a pas son pareil. Et aucun artiste ne serait à même, quant à la méthode suivie et quant à la manière par laquelle le mot a été offert, de rivaliser avec Ibn Bîbî et de se mesurer à lui. Cependant, comme l’assemblée des frères4 s’est plainte à cause de la densité de l’ouvrage et était exclue de la lecture et de son utilisation. L’humble auteur que je suis s’est engagé, dans ce livre comportant plusieurs paragraphes, à présenter sans ambages les évènements et les faits de guerre, sans me perdre dans des métaphores, afin que chacun puisse étudier ce livre, étancher sa soif de connaissances et afin que l’utilité de ce livre soit offerte à l’ensemble du peuple. Et Dieu est son guide ! La préface : Le rédacteur du texte original présente en introduction ses excuses, précisant que la manière de gouverner du sultan Sulaymân b. Qutlumush b. Isra ҅il, que les conditions de vie de ses grands émirs (l’émir Mengüček, l’émir Artuq et l’émir Dânishmend) n’étaient pas connues précisément, que l’on manquait totalement d’ouvrages historiques concernant cette époque et que l’on ne pouvait faire confiance ni aux paroles transmises, ni aux récits des narrateurs professionnels qui n’avaient pas connu cette époque, leurs récits étant contradictoires dans leur transmission. Voilà pourquoi je commence mon ouvrage par l’époque du gouvernement du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier, le père du puissant sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier.

Le sultan ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân II intronise son successeur Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier

3Lorsque le vêtement pourpre de la jeunesse du sultan Qilidj-Arslân II se transforma en un manteau gris, que la belle silhouette du sultan eut trouvé son accomplissement, que le temps des adieux et de la séparation d’avec la communauté fut venu, il appela Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw qui était le plus jeune de ses enfants et celui qui se distinguait le plus parmi ses onze frères en servant son père. Et il dit : « Ô mon fils, sache que je quitte ce monde éphémère et que je me suis préparé à passer dans l’autre monde. Mais toi, – Dieu soit loué – tu es le fruit délicieux du jardin royal. Comme il n’y a pas pour le trône meilleur successeur que toi et que je ne vois pas d’autres que toi parmi tes frères pour porter la couronne, je t’ai choisi. Car tu es digne de la royauté. Je te place à la tête du peuple qui est sujet de Dieu et je te transmets les biens terrestres et confie ton âme au Paradis (Coran, XXXI, 13, 17, 18) : « Ô mon fils ! N’associe rien à Dieu. Le polythéisme est une injustice. Ô mon fils, acquitte-toi de la prière ; ordonne ce qui est convenable ; interdis ce qui est blâmable ; supporte patiemment ce qui t’arrive : tout cela fait partie des bonnes résolutions. Ne détourne pas ton visage des hommes ; ne marche pas sur la terre avec arrogance. – Dieu n’aime pas l’insolent plein de gloriole. »

4« Ô mon fils, on a demandé aux sultans d’être justes ». (Coran, XVI, 90) : « Oui, Dieu ordonne l’équité, la bienfaisance et la libéralité envers les proches parents. Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte. Peut-être réfléchirez-vous. » Ce monde éphémère ne reste fidèle à personne. Son rire est pareil aux brefs pleurs du nuage et ses pleurs sont pareils au rire du violent éclair.

  • 5 Charles Schefer (1820-1898) est un orientaliste, écrivain, traducteur, historien et géographe franç (...)
  • 6 Jeu de mots : šahr – šahriyâr.

5« Si pendant une heure le monde te fait rire, alors il te fera pleurer pendant un an et si le monde apporte quelque malheur, il en fera son principe. » Après lui avoir transmis cet héritage par un discours, le sultan ordonna que les dignitaires de la cour et les notables du sultanat se rassemblassent. Lorsqu’il vit que la salle, où les dignitaires et les petites gens s’étaient rassemblés, était pleine5, il dit : « Le soleil de mon bonheur a décliné. Mais il va de soi que la royauté ne peut rester sans roi et la ville sans gouverneur6.

« L’un part ; un autre prend sa place,
On ne laisse pas le monde sans souverain. »

  • 7 HLP : adjectif minûčihr : paradisiaque, céleste. [C. Schefer indique : « Mon fils Keykhosrau, dont (...)
  • 8 Cf. Coran, XIII, 3 : « Il y a placé des montagnes… » ; Coran, XVI, 15 : « Il a jeté sur la terre de (...)

6Et Kay-Khusraw, mon fils, au visage de Minûčihr7 est paré de la bienséance royale et dans cette course il domine par son éclat ses frères et les rois d’autres pays. Je l’ai choisi comme mon successeur ; je lui ai ainsi octroyé le pouvoir et j’ai avalisé l’ordre [qu’il donnera] au pays et à ses sujets, alors que je suis encore en vie. Je l’ai fait héritier de la couronne et de l’anneau portant le sceau et je me suis mis en retrait. Il est nécessaire que vous lui rendiez maintenant hommage et que, dans l’amour et l’amitié que vous lui portez, vous demeuriez inébranlables, telle la falaise de marbre8. Après avoir longuement pleuré et s’être lamentés, les notables de l’état considérèrent qu’il fallait se ranger aux ordres du sultan. Ils dirent : « Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier est notre héros. En sa présence et lors de son absence, nous lui serons tous fidèles et combattrons par l’épée et le javelot tous ceux qui s’opposeront à sa souveraineté. » Puis ils prêtèrent serment, après avoir prononcé les paroles rassurantes qui seraient inexcusables si elles devaient être trahies par des gens de la vraie foi. Après que les notables eurent hissé la bannière de l’approbation et posé les principes d’aide et d’assistance, ils intronisèrent Ghiyâth al-Dîn.

Le roi, dont le pas est béni,
Le roi qui commence à gouverner sous d’heureux auspices
Prit place sur le trône de la dignité dans le vaste pays de Rûm.

  • 9 Coran, LVI, 8-9 : « Les compagnons de la droite ! – Qui sont donc les compagnons de la droite ? – L (...)

7Les seigneurs des pays se tenaient à droite et à gauche du trône9 et distribuaient à la foule dirhams et dinars.

8De précieux vêtements et présents retirés du trésor du sultan furent distribués aux émirs et aux grands dignitaires, ce qui conforta leur attachement au sultan. Dix jours durant, on fit de joyeuses libations, ne laissant pour l’échanson que peu de vin au fond des tonneaux.

  • 10 Ce chapitre se termine in AS p. 21 par une bénédiction adressée à ‘Ala’uddin ‘Atâ Malik Ǧuwainî, qu (...)

9Puis le sultan entreprit de s’occuper de ses pays et de ses villes et l’on informa les différents territoires du pays de l’intronisation de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier10. Ceci se passa en 588 de l’Hégire (qui débute le 18.01.1192).

Les frères se rassemblent auprès du malik Rukn al-Dîn Sulaymânshâh et le poussent au conflit

10Lorsque les frères de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier apprirent son intronisation, l’envie dévora leur cœur et chacun d’eux était assis sur le feu, bien qu’ils fussent chacun souverain d’un territoire. Ainsi :

  • Rukn al-Dîn Sulaymânshâh possédait Tokat (Dokeia) et les territoires rattachés à cette ville
  • Nâsir al-Dîn Barkyâruqshâh possédait Niksar (Nekîsâr, Néocésarée)
  • Mughîth al-Dîn Tughrilshâh possédait Elbistan (Âbilistân, Ablastha)
  • Nûr al-Dîn Sultanshâh11 possédait Kayseri (Qaiṣarîya, Kaisareia)
  • Quṭb al-Dîn Malikshâh possédait Sivas (Sîwâs, Sebasteia) et Aksaray (Âqsarâ, Colonia Archelais, Garsaura)
  • Mu ҅izz al-Dîn Qayṣarshâh possédait Malatya (Malaṭiya, Melitene)
  • Sandjarshâh12 possédait Ereǧli (Erâklîya, Herakleia Kybistra)
  • Arslânshâh possédait Niǧde (Negîde, Antigu)
  • Nizâm al-Dîn Arghûnshâh possédait Amasya (Amâsîya, Amaseia)
  • Muhyî al-Dîn Mas ҅ûdshâh possédait Ankara (Enkûrîye, Ankyra) et Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw possédait Burghlu13.
  • 14 MB : Dans les coutumes turco-mongoles, le chef, même lorsqu’il donne en apanage une partie de son t (...)

11Le dîvân de Qilidj-Arslân n’était en aucune manière compétant dans l’administration de ces territoires. Une fois par an les fils venaient auprès de leur père, puis s’en revenaient dans leur territoire, après avoir atteint leur but14.

12Bref, lorsque les princes ambitionnèrent de ceindre la dignité royale et que le conflit se fit jour pour obtenir la souveraineté, ils se rassemblèrent tous auprès de leur frère aîné Rukn al-Dîn Sulaymânshâh. Ils condamnèrent l’avis et la réflexion de leur père qui, bien qu’il possédât la force du léopard, avait cherché de l’aide dans la ruse du renard boiteux :

« Nous ne sommes pas satisfaits de la décision de notre père,
Où porter notre honte et comment supporter cette ignominie ? »

13Perturbés qu’ils étaient, les princes tinrent cette sorte de langage embrouillé, telle la laine sur la quenouille. Comme le malik Rukn al-Dîn Sulaymânshâh était mesuré et sage, il fit cette réponse : « Le seigneur du monde – que Dieu lui accorde l’éternité ! – est un souverain avisé. Quoi qu’il ordonne ou puisse dire, devant lui le ciel, par crainte, courbe sa nuque. Et comme son illustre personne fit de la glaise notre existence, notre désobéissance envers ses ordres et le refus d’appliquer ses décrets signifieraient que nous désobéirions irrespectueusement et que nous aurions pour devoir de respecter le droit. »

« Je ne vendrai pas son contentement pour posséder la surface de la terre Car la poussière de ce tas éphémère (la terre) n’a pas ce prix. »

14Parce que son cher visage s’est transformé et que sa vie, qui jusqu’à présent fut agréable, vient de connaître le chagrin, loin de moi la pensée de vous inciter à ne pas répondre à ses ordres.

15Bien que Ghiyâth al-Dîn fût jeune, il avait fait sienne l’éducation royale, comme le dit ce verset (Coran, XVIII, 65) : « Ils trouvèrent un serviteur... à qui nous avions conféré une Science émanant de nous. » et en avait mis la théorie en pratique (Coran III, 13) : « Dieu assiste, de Son secours, qui il veut. »

16Lorsque les frères de Rukn al-Dîn entendirent ces conseils, le fiel qui avait nourri leur esprit se dissipa et chacun retourna déçu dans son apanage.

  • 15 C. Schefer indique : Kilidj Arslan mourut le 15 du mois de chaban 588 h. (26 août 1192) à Qoniah. I (...)

17Entre-temps on apprit que le sultan Qylidj-Arslân II avait rejoint les jardins du paradis15 et que Ghiyâth al-Dîn, indépendamment de tout avis de ses frères, avait pris place sur le siège royal et sur le trône.

Le sultan Rukn al-Dîn Sulaymânshâh apprend la mort de son père et s’efforce d’arracher la souveraineté que son frère Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier avait en sa possession

  • 16 Ruknuddin Sulaimânšâh, AS p. 31.
  • 17 Cette date in Muḫtaṣar ne figure pas in AS p. 31.
  • 18 C. Schefer indique : « Melik Roukn Eddin expédia en toute hâte des courriers pour rassembler ses tr (...)
  • 19 C. Schefer indique : Toqat, dans l’elayet actuel de Sivas, est l’ancienne Comana Pontica.
  • 20 Pour éviter des difficultés à l’empire, Ruknuddîn passa à l’acte et quelques uns de ses frères, pri (...)
  • 21 Les Iḫwân se trouvant à Konya et les jeunes hommes (barnapîsegân), donc les Fityân, étaient décidés (...)

18Lorsque le malik Rukn al-Dîn16 eut appris dans les mois de l’an 588 de l’Hégire (qui débute le 18/01/1192)17 la mort de son père, il alluma dans son cœur le feu de la douleur de la séparation. Après qu’il eut pleuré son père et se fut lamenté comme il sied, il envoya des émissaires à toutes les troupes stationnées dans les vallées et dans les plaines et aux troupes d’appui18 et lui-même se mit en route pour Tokat19 sans sa suite. Arrivé à Aksaray20, une formidable armée l’avait rejoint et tous, suivant le baldaquin du sultan, arrivèrent en vue de Konya dont les habitants avaient dressé l’écu de la défense. Quatre mois durant 60 000 archers combattirent âprement contre les troupes du malik Rukn al-Dîn21. Finalement les assiégés envoyèrent des messagers auprès du malik et signèrent un traité spécifiant que le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier pourrait se rendre en toute quiétude où bon lui semblait avec ses fils, ses serviteurs et sa suite, puis que le malik Rukn al-Dîn pourrait entrer dans Konya où on lui rendrait hommage. Rukn al-Dîn fit rédiger des contrats qu’il fit apporter à Ghiyâth al-Dîn. Celui-ci approuva et ordonna que deux hommes parmi les habitants, versés en affaires, allassent auprès de Rukn al-Dîn afin qu’il réaffirmât son serment par le biais d’un contrat, ce qui fut fait. Après avoir lu le contrat, Ghiyâth al-Dîn, le cœur et l’âme apaisés, se plia au fait de devoir quitter le pays.

L’exil de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier et ce qu’il vécut en pays étranger

  • 22 Cette date ne figure pas in AS p. 36.

19En l’an 596 de l’Hégire (qui débute le 23/10/1199)22, à l’heure de la prière, alors que les étoiles scintillaient comme de fraîches fleurs sur le gazon azuré de la voûte céleste bleue, Ghiyât al-Dîn Kay-Khusraw Ier et sa suite quittèrent Konya, ayant l’intention de se rendre à Constantinople par la route d’Akşehir.

20Dans leur hâte et dans le désordre régnant, les princes ҅Izz al-Dîn Kay-Kâȗs et ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh perdirent de vue leur père qui, ne pouvant s’occuper d’eux, se hâta de quitter la ville.

  • 23 Laodikeia, nommée Combusta dans l’Antiquité, se trouve à 40 km au nord de Konya. MB : Curieusement, (...)

21Lorsque Ghiyâth al-Dîn arriva à la localité de Ladik qui faisait partie du district de Konya, les habitants de la ville de Ladik23 réservèrent un mauvais accueil aux serviteurs et aux dignitaires de Ghiyâth al-Dîn, dont certains furent dépouillés de leurs effets et blessés. Le sultan en fut contrarié et poursuivit sa route vers Laranda d’où il écrivit en toute hâte une lettre à son frère Rukn al-Dîn Sulaymânshâh, exprimant le mépris et le déshonneur que la lignée royale venait de subir à Ladik.

22Deux jours plus tard, Rukn al-Dîn qui avait été intronisé, reçut cette lettre apportée par un messager. Bien qu’il bouillonnât de colère, il attendit le moment propice et s’écria à l’encontre des habitants de Ladik : « J’agirai toujours comme il se doit envers tous ceux qui résisteront à l’état et envers leurs partisans. » Secrètement il joignit l’un des dignitaires afin qu’il apaisât les opposants de Ladik, proposant à ceux qui avaient dépouillé son frère de se présenter afin qu’ils fussent traités avec attention. Ceux-ci ne se doutèrent pas de la tromperie et l’un d’entre eux se hâta plus que les autres de venir à la cour où finalement tous se rassemblèrent. Chacun d’eux rapportait tout ce qu’il avait volé afin d’obtenir mille faveurs. Le sultan Rukn al-Dîn les confia à la garde des habitants et, assis sur le trône, il fit venir à lui les deux princes qu’il prit sur ses genoux, les cajola et leur proposa de rester à sa cour ou de partir. Ils dirent préférer rejoindre leur père et des larmes coulèrent à flot sur leurs joues pareilles à des fleurs de grenade. Rukn al-Dîn en fut ému, leur offrit des ceintures parées de pierres précieuses et autres objets précieux et les laissa rejoindre leur père, accompagnés par ses gens. Puis Rukn al-Dîn ordonna de pendre ces criminels indignes sur les créneaux de la muraille, de leur ôter le vêtement de la vie et de mettre feu à la localité que l’on nomme depuis lors : « Ladik-la-Brûlée ». Puis il dit que ceux qui se comporteraient mal envers la Maison Seldjoukide, subiraient le même sort.

  • 24 C’est-à-dire le Rupenide Léon II, roi d’Arménie (1187-1199). Cf. Dédéyan, Histoire du peuple arméni (...)

23Le sultan Ghiyâth al-Dîn avaient fait une halte pour attendre ses fils. Lorsqu’ils le rejoignirent, ils lui contèrent l’amabilité de leur oncle et les messagers du sultan Rukn al-Dîn lui présentèrent des excuses réfléchies. Ghiyâth al-Dîn les écouta avec bienveillance et les laissa partir. Lui-même se rendit dans les pays d’Arménie qui appartenaient alors au roi Lîfôn (Léon)24.

L’arrivée du sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier] en Arménie

  • 25 C. Schefer indique : Léon II succéda en 1185 à son frère Rupen, qui s’était retiré dans le couvent (...)

24Lorsque Lîfôn25 fut averti de l’approche du sultan, il se hâta, tel l’homme assoiffé recherchant l’eau claire, afin d’accueillir son hôte avec honneur. Jetant un regard sur le baldaquin béni, il fit quelques pas et tout son corps devint langue pour dire au sultan tout l’honneur que celui-ci lui faisait. Le sultan séjourna un mois là-bas, d’où il se dirigea vers Elbistan.

  • 26 Seigneur d’Elbistan, AS p. 40.

25Le malik Mughîth al-Dîn Tughrilshâh26, fils de Qylidj-Arslân, considérait qu’être le serviteur du sultan était la condition pour que leur fraternité fût respectée. Il fit donc venir le cadi et les imams de la ville en audience privée et déclara : « Moi, Tughrilshâh, je déclare que le royaume d’Elbistan et tout ce qui lui appartient, tel que me l’a légué mon père, est propriété de mon seigneur et frère, le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw ». Sur ce, il présenta au sultan, devant le peuple assemblé, l’acte officiel. Le sultan dit : « Nous avons accepté ce don et te l’avons rendu en présence des témoins ».

  • 27 Le malik Mu‘izzudîn Qayṣaršâh a reçu Malatya de son père, Qylyǧ-Arslân II. C. Schefer indique : Ima (...)
  • 28 Nuuwâb we ḫuġġâb.

26Après quelques jours Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw se mit en route pour Malatya. Lorsqu’on le fit savoir au malik Mu ҅izz al-Dîn Qayṣarshâh27, celui-ci se préoccupa de l’accueil à réserver, du repas de fête et vint avec toute sa famille et sa suite à la rencontre de Ghiyâth al-Dîn. Lorsqu’il aperçut de loin le sultan, il descendit de cheval, se hâta pour baiser la main du sultan et lui demanda pardon pour la trahison commise par son frère [Rukn al-Dîn Sulaymânshâh] qui l’obligeait à quitter l’empire. Il ajouta que le trône du sultan ne portait plus l’empreinte de la magnificence et de l’éclat du sultan. Se désolant et faisant preuve de grande compassion, il conduisit avec déférence le sultan en la ville et mit le palais du sultan avec tout son aménagement à la disposition des gardes et des chambellans28 du sultan. Et chaque jour qui passait, il imaginait une nouvelle attention à porter au sultan.

  • 29 Malik ‘Adil, Ayyoubide, émir d’Alep.

27Une nuit, pendant le festin, il se présenta au sultan, s’agenouilla et déclara : « Avec la permission du sultan, je songe à rejoindre le malik ҅Âdil29, qui est mon beau-père. Le sultan (c’est à dire Ghiyât al-Dîn) voudra bien se satisfaire de ce territoire de Malatya en attendant la fin des mauvais jours qui portent malheurs. Puis, si le sultan le souhaitait, je reviendrais en ce pays lorsque le sultan, comme c’est souhaitable, aura retrouvé le trône du sultanat ». Le sultan, entendant ce discours, sourit aimablement et dit : « Le malik ҅Âdil est un souverain avisé. À cause de ta parenté avec lui, la première chose que je devrais faire, serait d’aller lui rendre visite et de débattre avec lui. En attendant qu’il me fasse signe, que le prince conserve sa place et attende de voir quelle image le jongleur des étoiles fera apparaître sur le rideau du mystère ».

  • 30 Ḥizânedârân.

28Sur ce, il se mit en route pour Alep. Mu ҅izz al-Dîn fit prélever de son harem une parure de tête d’une valeur de 50 000 dinars qu’il confia aux trésoriers30 du sultan et fit préparer aussi une foule incommensurable d’équipements.

Le sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier] arrive au royaume de Syrie

29Lorsque les princes de Syrie apprirent que l’aube du ciel d’un roi était apparue au-dessus de leurs territoires, ils lui envoyèrent un grand nombre de présents pour l’accueillir. Et tous les princes, avec leur suite ainsi que l’armée, vinrent à la rencontre du sultan et descendirent de cheval pour aller lui baiser la main.

« Alors que la pleine lune entre dans la maison de son bonheur, te voici arrivé ».

30En chantant ils dirent : « Le sultan du monde est arrivé en sa propre maison. Tant que l’heure de la mort sera repoussée et qu’il y aura des flèches dans le carquois garant de notre vie, nous lui offrirons tout ce que nous possédons, afin de chasser le chagrin de son noble esprit. Puisse Dieu accorder qu’il respire sans être oppressé par des pensées chagrines qui l’accablent.

  • 31 Le rédacteur de l’épitomé fait ici preuve de confusion. La forme adoptée ici s’appuie sur AS p. 44
  • 32 ҅Alî, AS p. 44
  • 33 Le Ziyaride Šams al- Ma ‘alî Abu’l-Ḥasan Qâbûs b. Wašmgîr. Cf. EI : Ḳâbûs.

31Et puisse31 la parole de l’émir des croyants32 – que Dieu honore son visage – “Il y a des limites à la souffrance et la voie que le sage doit suivre est qu’il ne doit pas se soucier de sa souffrance jusqu’à ce qu’il l’ait surmontée”, et puisse le poème, que Qâbûs33 a écrit à l’époque où l’étendard de la puissance avait été replié, l’aider à apaiser le chagrin de son cœur :

« Et dans le ciel il y a des étoiles, des étoiles innombrables,
Mais seuls le soleil et la lune sont soumis aux ténèbres. »

32En ce temps-là, un prince offrait chaque jour au sultan un festin digne de sa personne.

  • 34 Amîd / Diyarbakır.

33Soudain le sultan eut l’idée de se rendre à Amîd34. Les princes le servirent dans la mesure de leurs possibilités et l’accompagnèrent à pied sur son chemin pendant plusieurs jours. Puis ils s’en retournèrent, ayant reçu de précieux présents qui leur faisaient honneur.

  • 35 L’Artukide Nâṣiraddîn Maḥmûd b. Muḥammad, al-Malik aṣ-Ṣâliḥ (597-619 de l’Hégire / 1200-1222). Cf. (...)
  • 36 Plus tard elle sera l’épouse du calife abbasside Nâṣir, AS p. 45.

34Lorsque le sultan arriva à la frontière d’Amîd, le malik Ṣâliḥ35 – qui, par alliance avec une fille36 des enfants de Qilidj-Arslân, était gendre du sultan – envoya ses fils et toute sa suite pour l’accueillir. Et il aménagea le palais du sultan avec tous les trésors et le mobilier et mit à la disposition du sultan des pages et des jeunes filles esclaves. Deux jours plus tard, il se mit en route avec sa suite de dignitaires pour accueillir le sultan.

35Lorsqu’il aperçut le baldaquin béni, le malik Ṣâliḥ descendit de cheval. Mais les chambellans du sultan coururent au-devant de lui et de ses dignitaires, leur ordonnant de remonter en selle. Lorsque le malik Ṣâliḥ s’approcha du sultan, il voulut à nouveau descendre de cheval, mais le sultan l’implora de n’en rien faire. Alors le malik Ṣâliḥ lui baisa la main en se courbant depuis le dos de son cheval. Arrivés à la lisière de la ville, le malik Ṣâliḥ mit pied à terre et, tenant les rênes du coursier du sultan, il le conduisit, marchant à côté de l’illustre étrier. Lorsqu’ils arrivèrent à la porte du palais, les fils du malik Ṣâliḥ répandirent sur le sol des pièces d’or. Après que le sultan eut pris place sur le trône, le malik Ṣâliḥ déposa les clefs des forteresses et des châteaux de son empire aux pieds du sultan. La magnanimité du malik Ṣâliḥ était telle que le sultan, déconcerté, lui prodigua de nombreux louanges, lui disant : « Nous acceptons cela, nous y répondons avec bienveillance et ainsi te l’avons rendu. Puisse Dieu te le rendre doublement ! » Puis on dressa la table, puis on la débarrassa, puis le sultan se rendit au harem royal pour voir sa sœur.

36Lorsque le regard de la princesse se porta sur la beauté du sultan, elle posa son visage sur le pied de son frère et dit : « Toutes mes servantes, je les livre devant l’étrier de notre souverain. Qu’il séjourne en cette ville, qu’il attende la faveur du Tout-Puissant et qu’il règne dans la concorde. Peut-être que s’éloigner est une bonne chose. Il se peut que vous ayez de l’aversion pour une chose, et elle est un bien pour vous. C’est ainsi que frère et sœur s’exprimèrent et s’entretinrent pendant un certain temps.

37Puis, le sultan se retira dans un petit palais. Les paons faisant la roue se mirent au service du faucon royal et se réjouirent du regard satisfait que leur portait le sultan. Sur le coussin du divertissement il se reposa un instant en compagnie de ces jeunes femmes bien gardées. Puis il exigea que l’on bût et mangeât à satiété et il chassa la poussière du chagrin de son existence en donnant libre cours à la gaité par un chant, alternant les sons graves et aigus.

  • 37 Sur le lac de Van, sur la côte nord-ouest ; province de Bitlis.

38Après quelque temps, il eut envie de se rendre à Ahlat37 et se mit en route vers la vaste plaine de ce pays.

  • 38 Il s’agit de ‘Izz al-Dîn Balabân (603-604/ 1206-1207). Cf. Zambaur p. 229. [‘Izzaddîn Balabân gouve (...)
  • 39 Allusion à la futuwwa qui constitue un idéal d’homme libre, fidèle, vertueux, courageux et protégea (...)
  • 40 Le Coran, LXXXIX, 6-8 : « N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a traité les ‘Ad et ‘Iram, la ville à (...)

39Lorsque le malik Balabân38 apprit l’heureuse arrivée du sultan, il envoya ses fils et sa suite qui marchèrent cinq jours pour aller au-devant du sultan. Le malik Balabân marcha sur leurs pas – et, descendu de cheval, marcha à côté de l’étrier du sultan jusqu’au seuil de sa maison. Il déposa aux pieds de son roi toutes les choses précieuses, jusqu’à sa propre âme, et aussi les clefs des forteresses et la liste précise des trésors de ses palais. Il lui prêta serment, disant qu’il n’avait pas pris part à sa chute. Le sultan dit : « La grandeur chevaleresque39 du malik vaut plus que de s’associer à une telle entreprise. Tout ce qu’il dit, vaut mille fois plus. Nous espérons en la bonté du Créateur afin que les rivières de la félicité coulent dans le jardin-Iram40 de nos vœux, que nos jours malheureux trouvent une fin et qu’on L’implore pour obtenir réparation pour les bonnes actions du malik ».

  • 41 Ǧânît ou Gânîk, sur la côte sud de la Mer Noire. Cf. Ǧuwainî III p. 490 sqq et EI : Djânîk. Pour Ib (...)

40Après avoir séjourné un certain temps à Ahlat, le sultan se dirigea vers Ǧânît41, où il séjourna et où il s’embarqua, ayant l’intention de se rendre à Istanbul.

  • 42 MB et HLP indiquent que C. Schefer et W. Duda ont compris à tort qu’il s’agit du Maghreb et des Ber (...)
  • 43 MB : Le sultan n’entra donc pas en contact avec les princes des Berbères (AS, p. 51), mais avec les (...)
  • 44 Amîr al-Mu’minîn ‘Abd al-Mu’min cf. AS p. 51 et Houtsma, Recueil III p. 37,18. Il s’agit de l’Almoh (...)

41Soudain un vent se leva « Les vents soufflent tel que les bateaux ne le veulent » et ce verset (Coran (X, 22), une fois de plus, se justifia : « Des vagues surgirent de tous côtés, ils se voyaient encerclés. » Et le vent jeta le bateau sur les côtes des régions de la Mer Noire Occidentale42. Qu’on le voulût, ou non, les yeux noyés de larmes et les lèvres desséchées, on jeta l’ancre et on mit le mobilier au sec. Pendant un certain temps le sultan parcourut cette région et, pour répondre à l’accueil qui lui fut réservé43, il souligna la douceur du bien vivre des Orientaux, contrairement à la rudesse des us et coutumes des Occidentaux. Mais protégé par l’attention que lui portait le chef des croyants ‘Abd al-Mu’min44 – que Dieu trouve satisfaction en sa personne – il était à l’abri de la ruse funeste des jours. Ainsi cette grande personnalité lui prêta-t-elle sans cesse attention. Finalement, avec l’accord du calife, le sultan prit les rênes pour se rendre à Istanbul.

Le sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier], venu de l’Ouest de la mer [Mer Noire occidentale], arrive à Istanbul

  • 45 Alexis III Ange, empereur byzantin (1195-1203).

42Le basileus qui régnait à cette époque45 considéra que la venue du sultan était une aubaine, considérant qu’il devait être son associé, et même plus que cela encore, lui offrant : l’indépendance en son propre royaume. Lors de leur rencontre ils étaient tous deux assis sur le trône et faisaient preuve l’un envers l’autre d’amitié et de bienveillance.

  • 46 Aṣḥâb-i-dîvân.
  • 47 Ǧamegi. MB : de game : habit, vêtement, pièce d’étoffe.
  • 48 Schefer indique : en langue franque.
  • 49 Ahl-i-dîvân.
  • 50 Cf. « Khosrow et Chîrîn », in Les cinq poèmes de Nezâmî, folio 58v, édition Anthèse, Bibliothèque (...)
  • 51 Qilidj- Arslân II (1156-1192). En 1186 / 87, Qilidj- Arslân, âgé et fatigué, partage son royaume e (...)
  • 52 Alp-Arslân (1063-1072) ; Malik-Shâh Ier (1107-1116).
  • 53 MB : les mots traduits par lice (meydan) et tournoi (djang) sont plus généraux en persan, signifia (...)

43Par hasard un Franc était là. Il était connu pour sa virilité et sa bravoure, il était célèbre par son courage et sa témérité. Tout seul il avait affronté et vaincu mille guerriers. Sa solde s’élevait à 10 000 dinars l’an. Il arriva qu’un beau jour il eut un différend avec les gens du dîvân46 à cause de son salaire en nature47. Il se rendit auprès du basileus, se plaignit longuement et se mit à faire un tapage inutile. Le basileus dit au Franc : « Le sultan est aujourd’hui ici présent. Arrête tes récriminations. Demain on trouvera une solution pour te satisfaire. » Le Franc ne respecta pas ces paroles, ne se départit pas de son entêtement et de sa présomption. Le sultan se mit en colère et demanda à l’empereur : « Que dit cet émir ? » L’empereur répondit48 : « Les gens du dîvân49 ont mis quelque négligence à lui payer ce qui lui est dû ». Le sultan dit : « Une telle prétention est-elle de mise de la part d’un serviteur ? » Sur ce, le Franc se montra aussi inconvenant envers le sultan. Le sultan se mit en grande colère, enveloppa sa main d’un linge et donna un coup de poing sur l’oreille du Franc50 qui tomba inconscient de son siège. Les Francs et les Romains s’emportèrent, bondirent sur le sultan et tentèrent de lui ôter la vie. Le basileus leur cloua le bec et arrêta cette émeute. Puis il chassa tout ce monde hors du palais. Le basileus et le sultan demeurèrent seuls. Le basileus se mit à prodiguer des paroles de consolation au sultan, apaisant ainsi sa colère. Par excès du sens de l’honneur, la tête du sultan était en feu, ses yeux s’emplirent d’eau, et à chaque respiration il émettait un soupir pour exprimer le chagrin et l’humiliation que son destin lui réservait. Il dit au basileus : « Tu n’ignores pas que je suis le fils de Qilidj-Arslân51 et que je descends de Alp-Arslân et de Malik-Shâh52. Mes grands-parents et mes oncles ont conquis le monde depuis l’Orient jusqu’à l’Occident et tes ancêtres ont toujours versé à leur trésor tributs et impôts. Et toi tu as suivi avec moi le même chemin. Si tu permets que l’on me méprise ainsi qu’on l’a fait, alors que le ciel m’a jeté sur ta terre, mes frères, dont chacun d’eux règne sur un pays, lorsqu’ils apprendront ma mésaventure, chanteront : « Il a mangé la chair de mon frère et je ne le permettrai à aucun autre qu’à moi, et sous ce prétexte ils se mettront en guerre et feront de tes campagnes un camp pour les armées de lions et de hyènes. » Le basileus ne se hâta pas de répondre, devant tout d’abord apaiser la grande colère du sultan. Alors entrant par la porte du pardon et de la rédemption, il dit : « Tout ordre que donne le sultan vaut pour mon armée et pour mon pays. » Le sultan dit : « Si, quoi que je dise, le basileus ne rejette pas mes paroles, on verra bien s’il confirme ces dires. » Le basileus renouvela son serment, affirmant qu’il ne mésestimera pas les ordres du sultan. Le sultan ordonna : « Que l’on me procure un grand nombre d’armes que je choisirai, ainsi qu’un cheval qui sied aux hommes et convienne à la lice, qu’on les mette à ma disposition, afin que ce Franc se mesure à moi lors d’un tournoi53. Si ce Franc sort vainqueur du tournoi, je serai libéré des désagréments et du chagrin que me procure l’éloignement de mon pays. Et si je sors vainqueur, le basileus sera libéré de la prétention et des injures que ce Franc lui a infligées. ». Le basileus dit : « Dieu garde que je permette ceci ! Si le roi subissait lors du combat un désagrément sous les coups de ce Franc – que Dieu nous en garde ! –, on me traiterait de sot d’avoir engagé dans une joute un sultan contre un simple guerrier, et pour ma part, par peur de la vengeance de tes frères, je ne pourrais plus rester en ce lieu. » Le sultan prêta serment avec conviction et dit : « Si le basileus persiste dans sa décision, je me tue sur le champ ! »

44Comme le sultan insistait, on alla chercher, dans le dépôt, des armes et une armure royale. Le sultan choisit de nombreuses armes. On informa le Franc que le tournoi aurait lieu le lendemain. Le Franc qui, toute la nuit avait apprêté son armure, se cala sur la selle et sur le dos de son cheval, et se présenta sur la lice, prêt à combattre.

  • 54 MB : sunb-i har-Isa (le sabot de l’âne de Jésus). Dans la littérature turque et persane du Moyen  (...)

45Les habitants de ce pays, dignitaires et petites gens, cultivés et incultes, musulmans et hommes d’autres religions, étaient divisés en deux clans. Ils regardaient le combat. Un grand nombre d’entre eux penchait pour le sultan, et une foule d’autres pour le Franc. L’Esprit fidèle (l’Ange Gabriel) soufflait à tout instant à l’oreille du sultan cet appel du Coran (XLVIII, 3) : « et afin que Dieu te prête un puissant secours. » Telle une montagne d’airain, le sultan se tenait à côté du basileus au centre de la lice, récitant ce verset (Coran, LXV, 3) : « Dieu suffit à quiconque se confie en Lui. » Tel le soleil dans la constellation de l’honneur, le sultan allait et venait. Telle la pleine lune rayonnante, il chevauchait, faisant le tour des troupes. Ce fut le Franc qui, tout d’abord, attaqua avec son javelot. Le sultan para le coup avec son écu. Le Franc attaqua une seconde fois de la même manière. Le sultan para le coup une deuxième fois. Lors de la troisième joute, ce fut le sultan qui attaqua et fit chuter le Franc d’un coup meurtrier en le frappant d’une massue ornée d’une tête de boeuf, et s’écriant : « Ce coup que j’ai asséné volontairement, non pas par peur ni crainte, précipita dans la poussière l’adorateur du sabot de l’âne de Jésus54, de telle manière que ses gémissements parvinrent aux habitants du plus profond des enfers. » Sous le coup de massue porté, il ne resta plus au cheval du Franc qu’à détaler, et le corps du Franc, solidement attaché sur la selle, pendait sur le flanc du cheval, inconscient.

  • 55 MB et HLP : C’est probablement une allusion à la consommation du vin, liée au sang chez les chréti (...)

46Les cris de joie des musulmans, du basileus, des marchands et des dignitaires présents se firent entendre jusqu’aux plus hauts cieux. Les Francs très déçus voulurent passer à l’action. Mais le basileus ordonna à son armée de les en empêcher et fit exécuter certains d’entre eux. C’est ainsi que cette émeute s’apaisa, comme s’apaisent les vagues de la mer. Le basileus conduisit le sultan depuis la lice en sa demeure et lui offrit de nombreux présents. Ils passèrent cette nuit à écouter le luth et à boire du vin jusqu’au petit matin, tissant la robe du vin du crépuscule jusqu’à l’aube. Le lendemain le basileus se présenta au palais du sultan avec tout ce qui sied pour le festin qu’il tenait de ses ancêtres. Et ce même jour, en faisant couler du gobelet le sang qui donne la vie55, ils redonnèrent vie à ceux qui, pour vivre une vie agréable, étaient déjà morts.

  • 56 Après que Constantinople fut passée aux mains des Francs, des mouvements d’indépendance eurent lie (...)
  • 57 MB : comprendre ici César comme un titre de Cour. Cf. J.C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byz (...)

47Au bord de l’ivresse, le basileus dit : « L’amour que je porte au Khosraw de l’islam a tissé dans mon cœur et mon âme une telle relation que cet amour ne pourrait s’en détacher, quoi qu’il arrive. Et bien que je considère qu’il m’est dommageable de devoir vivre un instant sans la beauté bénie du sultan, j’admets que l’intérêt du roi du monde doit passer avant mon propre souhait. En attendant que la haine et l’envie qui brûlent le coeur des Francs s’apaisent, si le sultan se rendait dans quelques jours chez le prince Maurozome56, qui est l’un des grands césars de Byzance57, je veillerais à ce que rien ne soit refusé à votre majesté et j’enverrais donc toutes choses qu’il me serait possible d’offrir et, de même, Maurozome ferait ce qui se doit avec déférence. » (Coran, LXV, 3) : « Dieu a fixé un décret pour chaque chose. »

  • 58 MB : La localisation de cette « île » (jazire) doit se trouver dans les territoires que contrôlait (...)
  • 59 Les fils de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier.

48Ces paroles trouvèrent chez le plus distingué des souverains un écho favorable et il ordonna que l’on se préparât. Quelques jours plus tard, accompagné par ses serviteurs et sa suite, il se mit en route pour cette île58. Autour d’une coupe remplie de vin couleur de rose, il ne se souvenait pas de l’accablement que lui avait réservé la roue céleste. Et, dès que l’école était terminée, les princes ҅Izz al-Dîn et ҅Ala al-Dîn59 passaient leurs journées à la chasse et à la pêche.

49Mais il est temps maintenant de relater la souveraineté du sultan Rukn al-Dîn.

Les jours de la souveraineté de Rukn al-Dîn Sulaymânshâh II et quelques-uns de ses actes louables

  • 60 C. Schefer indique : le titre de sultan qahir (le sultan victorieux) avait été conféré à Roukn Edd (...)
  • 61 C. Schefer indique : Ibn el-Athir prétend, au contraire, que Roukn Eddin professait des opinions e (...)

50Le puissant sultan Rukn al-Dîn Sulaymânshâh II60 était un souverain que l’on peut qualifier ainsi : il avait la taille d’un arbre qui n’avait encore jamais poussé dans le jardin de la dynastie des fils de Qilidj-Arslân et des descendants de Seldjuq. Il possédait une ferme massue et faisait preuve de clémence envers ses sujets. Grandes étaient ses vertus et infinis sa piété et son respect de la tradition61. Sa patience était telle la montagne majestueuse. Les ordres qu’il donnait étaient tel le destin irrésistible de la roue céleste qui tourne.

La douceur de l’amabilité, l’amertume du caractère sérieux se sont mêlées en lui
Derrière l’âpreté du mauvais destin se cache en lui la douceur de la gazelle.

51Dans les diverses sciences il était éblouissant et était toujours avide d’apprendre. Et son trait de caractère se retrouve dans ce quatrain qu’il avait prononcé [lors des démêlés avec son frère] Quṭb al-Dîn malikshâh, seigneur de Sivas, en raison de l’hostilité qui les opposait :

Ô Quṭb (Ô Pôle), je ne détournerai pas mon visage de toi
Tant que je n’aurai point entouré d’un cercle le point où tu te trouves.
Que l’on tende ma peau sur le tambour,
Si de ton crâne je n’arrache pas une touffe de cheveux.

52Lorsque le sultan Ghiyâth al-Dîn eut quitté Konya, les notables et les dignitaires se préparèrent à accueillir le sultan Rukn al-Dîn. Ils lui demandèrent pardon pour le manque de respect qu’ils avaient eu envers lui. Fermant les yeux il leur récita ces versets du Coran (XII, 91) : « Qu’aucun reproche ne vous soit fait aujourd’hui », tira un trait sur le passé et, sous l’ombre du baldaquin impérial et sous d’heureux auspices, entra dans la ville. Par son éclat il conféra au trône royal, dont il s’approchait, une majesté digne de Chosroe.

  • 62 Théodore Lascaris Ier, 1204-1222, n’était pas du tout empereur à l’époque de Ruknuddin Sulaimânšâh
  • 63 Imām al-Kalām.
  • 64 Célèbre poète de cour, mort en 1201. Cf. Browne LHP II, A Literary History of Persia, p. 412 sqq L (...)

53Sa générosité était telle qu’il distribua au peuple – en présence des émissaires et avec une batte de polo creuse – le tribut (kharâdj) de cinq ans payé par Lascaris62. Il promut les érudits, les poètes et les artistes qu’il conduisit dans les jardins du bien-être. Le prince de l’éloquence63, Żahîr al-Dîn Fâryabî64 lui envoya ce Qaṣîde célèbre dont le premier vers (Maṭla‘) est le suivant :

Si lors du festin, la bien-aimée déroule la boucle de ses cheveux qui provoque l’ivresse,
Le cœur, s’il ne vient point à succomber, est insensible.

54En guise de récompense le sultan fit remettre aux émissaires [de Żahîr al-Dîn] deux cents dinars, dix chevaux, cinq mulets, dix serviteurs, hommes et femmes, et cinquante vêtements de toutes sortes. Son impartialité et son esprit de justice étaient extraordinaires. Il avait un page, nommé Ayas, dont le mode de vie était louable. De plus profond de son âme et même de tout son cœur le sultan brûlait d’amour pour ce garçon beau comme la lune et farouche. Un jour, ce garçon revenant de la chasse, un faucon sur le poing, rencontra par hasard une vieille femme qui portait un plat de yaourt. Le garçon avait si chaud sous le soleil brûlant et était si assoiffé qu’il s’empara du plat et dévora le yaourt.

  • 65 Allusion à un célèbre poème persan dans lequel l’aigle touché par une flèche ornée de plumes se pl (...)
  • 66 Cf. AS p. 65 : « Le Sultan ordonna que l’on donnât à la vieille femme 1000 dirhams comme récompens (...)

55La vieille femme le poursuivit jusqu’en la ville, s’en vint à la porte du palais du sultan et se lamenta ainsi : « Un garçon m’a volé le plat de yaourt destiné à mes enfants orphelins et ne me l’a pas payé ! » Le sultan ordonna d’éclaircir cette affaire. Et voilà que le garçon arriva. La vieille femme dit : « C’est lui, le malfaiteur ! ». Par crainte du sultan le garçon nia. Le sultan dit : « Si l’on ouvre le ventre de ce garçon et que l’on s’aperçoit qu’il n’a pas mangé le yaourt, tu seras condamnée à mort ». La vieille femme acquiesça. Aussitôt l’ordre fut donné au chirurgien d’ouvrir le ventre du garçon dont il examina les intestins. Comme ils étaient remplis de yaourt, le sultan donna l’ordre d’exécuter le garçon. Le chagrin du sultan, qui s’était séparé de son bien-aimé, fut immense et cette maxime65 fut sienne : « Tout ce qui est contre nous, émane de nous ». Malgré son chagrin, il fit donner à la vieille femme mille dinars66. C’est de cette façon qu’il exerça le pouvoir pendant un certain temps.

  • 67 Cf. AS p. 67.
  • 68 Cf. AS p. 68 et p. 69.

56Puis son cœur l’incita à conquérir le monde et il décida de faire la guerre à la Géorgie, car Tâmâr/Thamar, reine de Géorgie, qui régnait sur le pays d’Abkhazie et sur sa capitale Tiflis, et qui comme Bilqis avait la souveraineté et le pouvoir de donner ordres et interdits, avait ouï que le sultan ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân II avait douze fils et que chacun d’eux était une lune dans le ciel de la grâce et un roi dans le monde du charme. Partout où elle trouvait trace d’un prince au beau discours et aux belles joues, elle entonnait ces maximes : « Les femmes ont un penchant pour la passion » et « Parfois l’oreille tombe amoureuse avant l’œil ». Par l’or ou la parole elle prenait au collet de son désir le gibier convoité. Elle avait envoyé un peintre67 dans le pays de Rûm afin qu’il fît le portrait de chacun des princes. Sa préférence se porta sur le malik Rukn al-Dîn Sulaymânshâh dont elle tomba amoureuse [en admirant] ce portrait. Elle fit alors parvenir une lettre au sultan Qilidj-Arslân afin de demander la main de Rukn al-Dîn Sulaymanshâh68 qui, informé par son père dans sa chambre privée, répondit, rouge de colère et de reproches : « Comment le roi du monde peut-il m’envoyer dans l’antre de l’infidèle et du vice pour prendre le pays d’Abkhazie, ce qui ne pourrait servir qu’à assouvir de bas desseins terrestres et une vie confortable ?!... Pour conquérir l’Abkhazie il vaut mieux espérer voir se réaliser la promesse du Coran (XLVIII, 20) : « Dieu vous promet un butin abondant dont vous vous emparerez. » Je veux mener une campagne, réduire ce pays en poussière et en cendres et ramener cette putain prisonnière au palais (Coran LV, 41) : « comme les pécheurs qui seront reconnus à leurs marques et que l’on saisira par les cheveux et les pieds ». Le sultan se réjouit d’entendre ces sages paroles, loua son fils et lui demanda pardon.

Rukn al-Dîn Sulaymânshâh II entreprend une campagne contre la Géorgie, d’où il se retire malgré lui. Un récit sur le malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh

  • 69 Seigneur d’Erzincan (563 ?- 622 /1168-1225). Cf. Ḫalîl Edhem, DI p. 224 sqq et EI (Enzyklopaedie d (...)

57Profonde et ancienne était la haine dans le cœur du sultan Rukn al-Dîn. Lorsque ce fut son tour de régner, il se mit en route avec une puissante armée vers ce pays et envoya tout d’abord des émissaires auprès des rois de la région alentour et à ses frères, afin qu’ils prissent les armes. Ce fut d’abord son frère, Mughîth al-Dîn Tughrilshâh, prince d’Elbistan, qui le rejoignit. Il fit venir aussi Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh69, gendre du sultan et descendant de Mengüček Ghâzî, qui était unique dans le monde par son mode de vie exemplaire, par la pureté de son cœur et par sa clémence. À l’époque de sa souveraineté il n’y avait pas à Erzindjân de fêtes de mariage ou de cérémonie de deuil auxquelles il ne faisait l’honneur de sa présence et auxquelles il n’offrait les mets de sa cuisine et le couvert. Et en hiver, lorsque les montagnes et la steppe avaient revêtu leur plastron de neige, il ordonnait que l’on y amenât des charrettes de céréales qu’il faisait répandre pour nourrir les oiseaux et les animaux sauvages.

  • 70 Il s’agit du célèbre poète qui écrivait en persan. Il a passé la majeure partie de sa vie à Genge, (...)

58Nizâmî de Genǧe70 lui a dédié et offert son livre Maḫzan al-Asrâr [Le trésor des Secrets]. En récompense Rukn al-Dîn lui accorda cinq mille dinars et cinq mulets aux pieds agiles – Mais revenons à notre sujet ! –

59Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh allait aussi ici et là, comme bon lui semblait pour rassembler des troupes et, à Erzindjân il rendait hommage au sultan.

  • 71 Ca. 590-598 / 1194-1201/02. Cf. Zambaur p. 145.
  • 72 C. Schefer indique : La dynastie des Saliqy qui posséda la seigneurie d’Erzen-Erroum ou Erzeroum, n (...)
  • 73 C. Schefer indique : Le traducteur turc nous apprend que l’armée de Roukn Eddin Suleyman Chah était (...)

60҅Alâ al-Dîn, de la dynastie des Salduk Oġullari71 et prince d’Erzurum, refusant de lever des troupes et d’obéir, fut démis par Rukn al-Dîn qui attribua le territoire d’Erzurum à Mughîth al-Dîn Tughrilshâh72. D’Erzurum, le sultan pénétra en Abkhazie avec ses soldats aussi nombreux que les étoiles73 et montés sur de nobles chevaux aux sabots qui ne craignaient pas d’escalader la montagne.

  • 74 C. Schefer indique : on peut consulter sur l’expédition de Roukn Eddin en Géorgie L’histoire de la (...)

61Les perfides infidèles répondirent en levant une puissante armée. Il y eut entre les deux armées tant de combats que les morts s’amoncelèrent sur le champ de bataille. Le signe de la victoire apparaissait sur le rideau du mystère, lorsque les infidèles furent sur le point d’entonner ce verset (Coran XVII, 49) : « Ils tournent le dos avec répulsion. » Cependant cette maxime de la foi (Coran, XXXIII, 38) : « L’ordre de Dieu doit être exécuté » échappa aux mains des gens de l’islam, car pendant la bataille le sabot du cheval tirant le baldaquin du sultan Rukn al-Dîn se prit dans un terrier de muscardin et se renversa. La suite du sultan, les émirs et les soldats crurent à une ruse de l’ennemi et pensèrent qu’un malheur était arrivé au sultan. Ils jetèrent alors leurs javelots et leurs épées yéménites et l’attaque se transforma en une fuite. L’armée qui voulait frapper fut vaincue, les guerriers qui voulaient tuer furent tués, « Le vaincu devint émir et l’émir prisonnier. » Les infidèles jetèrent à terre le malik Fakhr al-Dîn et quelques hommes de sa suite. Le malik Fakhr al-Dîn fut fait prisonnier, tandis que le sultan et Mughîth al-Dîn se frayèrent un passage avec une partie de l’armée et rejoignirent Erzurum74. Après que le sultan se fut reposé et eut soigné ses blessures, il se mit en route pour le pays de Rûm et se rendit à Konya.

  • 75 La date manque in AS p. 74.

62Là, il eut encore l’idée de reprendre les armes et de rassembler de nouvelles troupes. Mais entre-temps, la maladie s’étant emparée de la substance de son être, il rejoignit le Tout-Puissant dans l’un des mois de l’an 601 (qui débute le 29/08/1204)75.

  • 76 Le chapitre se termine par des bénédictions adressées à Uluġ Înânǧ Ṣâḥib Dîvân (‘Ala’uddin ‘Aṭâ Mal (...)

Il fut parfait, porta la couronne de la grandeur et nous l’avons perdu ;
Alors, dans sa grande perfection, la pleine lune revêtit son voile sombre.
En définitive la terre n’est rien d’autre que poussière,
Et ce qu’elle octroie à chacun est poison et non pas contrepoison76.

Les jours de la souveraineté de ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân III, fils de Rukn al-Dîn Sulaymânshâh II

  • 77 MB : Il s’agit probablement d’un membre de la célèbre famille arménienne des Tornik passé aux Seldj (...)
  • 78 Dans l’Ouest de l’Asie Mineure. [C. Schefer indique : Isparta dépendait au XIII° siècle de la provi (...)
  • 79 AS, p. 76 ‘Ermen’.

63Lorsque le sultan Rukn al-Dîn Sulaymânshâh II reposa en paix, les émirs, comme par exemple Nûr Alp, l’émir Mende et Tôrnîk77 – qui étaient venus à Tokat servir les étendards du sultan, qui avaient obtenu de hautes fonctions et qui étaient porteurs des secrets du sultan – intronisèrent ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân, qui était encore très jeune et prirent sur eux d’exercer leur devoir de père et de veiller aux affaires du fils du défunt sultan. La prise de la province d’Isparta78, ville qui faisait partie des forteresses les plus puissantes sur la côte de la mer occidentale, eut lieu lors de la souveraineté de cet enfant innocent. Les rois de l’islam, les empereurs de Rûm et le tekfur d’Arménie79 reconnurent sa souveraineté, à laquelle ils rendirent hommage. Et , selon des accords antérieurs, des tributs et des présents destinés au trésor parvinrent des régions voisines. – Cependant on parlera plus tard de la fin de cette souveraineté.

  • 80 Le Dânišmend Niẓâmuddîn Yaġybasân, ca 550-562 / 1155-1166, cf. Zambaur p. 146 (selon Ḫalîl Edhem, D (...)
  • 81 C. Schefer indique : Ces trois frères étaient les chefs et commandants des guerriers de la tribu de (...)

64Comme Muzaffar al-Dîn Maḥmûd, Żahîr al-Dîn Ilî et Badr al-Dîn Yûsuf, fils de Yâghî-Basân80 étaient partisans de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier, ils suivirent le chemin de l’hypocrisie et quittèrent le chemin de la loyauté. Ces trois frères étaient les chefs et commandants des troupes des Marches frontières81. Les émirs d’alentour assurèrent le sultan Ghiyâth al-Dîn de leur amitié par un serment, conclurent des accords avec lui et chargèrent le chambellan Zaccharia, très avisé et connu pour son intelligence et pour sa connaissance des idiomes et des langues, de ramener le sultan Ghiyâth al-Dîn. Dans le creux d’une canne ils cachèrent les documents portant les accords qu’ils confièrent à Zaccharia et déguisèrent celui-ci en moine chrétien. Puis ils le laissèrent aller, après qu’ils lui eurent fait de belles promesses.

65Une fois arrivé dans le royaume du prince Maurozome et qu’il eut appris où se trouvait la maison du sultan, Zaccharia en fit mille fois le tour et attendit que l’occasion se présentât. Un après-midi, il vit les princes qui promenaient en compagnie de nombreux pages. À la lisière d’une prairie, où l’herbe poussait telles les bouclettes des cheveux tombant sur les joues des jeunes enfants, ils avaient commencé à construire un moulin à la façon des enfants. Zaccharia s’approcha du malik ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs dont la beauté n’avait pas son pareil, et le peintre qui prononça cette maxime (Coran XL, 64) : « Dieu vous a modelés selon une forme harmonieuse » n’a pas peint d’image plus belle dans son atelier de la vie.

Tout bien considéré, le temps lui a conféré toute la beauté qui lui sied.

66Et Zaccharia lui déroba un baiser qui aurait pu servir à rendre belle la vie éternelle. Très en colère et indigné, le prince s’en alla conter l’incident au sultan qui fit mander Zaccharia. Lorsque ce dernier se présenta, Maurozome dit : « Condamnez le à mort ! » Le chambellan, craignant la disgrâce, releva le bonnet qui cachait son front et fit au sultan un clin d’œil pour se faire reconnaître. Le sultan le reconnut, demanda que l’on repoussât l’enquête concernant l’incident et prit congé de Maurozome, car la situation l’exigeait. En persan il ordonna à l’un de ses courtisans, de cacher le chambellan en quelque lieu.

67Lorsqu’il n’y eut plus d’oreilles indiscrètes dans le palais, le sultan fit mander Zaccharia qui, tout heureux, se dépêcha de passer la porte et dit : « Mon audace avait pour seul but de m’approcher de toi. » Le sultan dit : « Comment va mon frère ? » Il répondit : « Dans sa magnificence il s’est emparé du territoire d’Abkhazie et a contraint la Géorgie à se rendre. » Comme, disant cela, il souriait, le sultan lui dit : « Pourquoi ris-tu ? » Le chambellan s’approcha du sultan, lui relata la situation et lui présenta les lettres et les accords contenus dans le creux de la canne. Après les avoir lus, des larmes jaillirent des yeux du sultan, bien que son cœur fût en feu à cause des actes de violence perpétrés par son frère et de l’immense accablement qu’il lui causait. Des larmes dans les yeux, il déplora sa mort. Puis il fit appeler le prince Maurozome et lui relata la situation.

  • 82 Bagues : ancien français = paquets, bagages.
  • 83 Théodore I Lascaris. C. Schefer indique : Théodore Lascaris passa en Asie Mineure après la prise de (...)
  • 84 C. Schefer indique : Khonas ou Khonaz, patrie de l’historien Nicétas Acominatus, est l’ancienne vil (...)

68Pendant trois jours le sultan pratiqua le rite du deuil. Le quatrième jour, il dit : « J’ai décidé de me rendre dans l’empire dont j’ai hérité ». Maurozome dit : « Je sacrifierai tout ce que je possède. Apprêtez les bagues82 et je marcherai, moi aussi, auprès de l’étrier du sultan pour le servir ». Auparavant, il fit de telle sorte que sa fille entrât en contact avec le sultan en vue de la marier et fit octroyer à son fils une fonction à la cour du sultan. Le sultan promit de réaliser toutes les promesses données et se mit en route. Lorsqu’il arriva à Iznik, le basileus83 le retint pour lui signifier ceci : « Sous serment j’ai passé un contrat avec Rukn al-Dîn [Sulaymâshâh II], fils du sultan [Qilidj-Arslân II]. Aussi, je ne peux permettre que le sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier] continue sa route pour se rendre dans son empire. » Pendant plusieurs jours ils négocièrent le départ du sultan. Finalement on tomba d’accord : les Seldjoukides devaient céder aux gouverneurs du basileus tout ce qu’ils avaient conquis sur le territoire de Rûm jusqu’au territoire de Konya, comme par exemple Honas84 et Ladik et aussi d’autres districts ; le sultan devait aussi laisser ses fils ainsi que Zaccharia retenus en otage à Iznik, et lui-même devait poursuivre sa route et, dès qu’il aurait été intronisé et qu’il aurait cédé aux gens de confiance du basileus les territoires mentionnés, ses fils pourraient être libérés.

69Les deux parties étant tombées d’accord, le sultan, Maurozome et toute la cour partirent et arrivèrent dans la région des Marches frontières.

  • 85 En fait, Zakarîjâ’ avait trouvé parmi les dignitaires du basileus des gens qui ne toléraient pas qu (...)

70Après quelques jours, Zaccharia se rendit auprès du basileus et lui dit : « Les princes sont de nature délicate et s’affaiblissent à force de rester enfermés dans la maison. » Le basileus permit qu’ils fissent deux fois par jour une promenade à cheval et des randonnées dans la douce campagne d’Iznik. Mais Zaccharia couvrit plusieurs membres de la cour du basileus de faveurs et de signes d’amitié, les faisant entrer dans son jeu par des allusions déguisées. Il les fit jurer sur l’Évangile et sur la Croix85.

71Un jour, à l’heure de la prière de l’après-midi, les princes se rendirent à cheval dans la campagne pour y chasser. Soudain un sanglier surgit, qui, effrayé par le poignard, par l’épée et par la flèche, courut se réfugier vers les pays d’islam. Les princes y virent un signe et dirent :

« Aujourd’hui le monde a répondu à notre souhait.
Le ciel qui tourne [au-dessus de nos têtes] est devenu notre serviteur.
Notre nom fut inscrit par le Seigneur sur le diplôme
Stipulant notre souveraineté sur les pays
Et nous ne sommes les obligés de qui que ce soit. »

Les princes luttèrent contre la tempête et le vent et firent la course pour traverser le désert et les contrées sauvages. Lorsque la sombre pénombre revêtit l’habit de lumière, ils étaient arrivés à la frontière des pays d’islam.

  • 86 Le sultan ne s’était pas encore rendu à Konya, AS p. 83.

72Le sultan était encore occupé à remettre en ordre les affaires importantes concernant la frontière (ûdj) et à répondre aux souhaits des émirs de cette région86. Zaccharia dépêcha auprès du sultan un messager afin qu’il ne cédât pas les châteaux et provinces [au basileus], car cela n’était plus de mise, les princes-bien-gardés comme des étoiles ayant franchi les Marches de l’empire et atteint les frontières du royaume de leurs ancêtres. Apprenant cette nouvelle, le sultan, de joie, jeta son bonnet au ciel et, après avoir pris les principales mesures concernant les Marches frontières (ûdj), se hâta vivement de venir dans le territoire de Konya.

  • 87 Cette date n’est pas mentionnée in AS p. 84.

73Cela se passa en rajab de l’an 60287 (qui commence le 11 février 1206 de l’ère chrétienne).

Le siège de Konya par Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier b. Qilidj-Arslân II

  • 88 C. Schefer indique : Littéralement : « Les habitants de Qoniah, apprenant l’arrivée du Sultan, acco (...)

74Lorsque les habitants de Konya apprirent l’arrivée du sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier], ils pincèrent les cordes de la harpe de guerre, jouant la mélodie de fidélité à leur sultan [҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân III], fils de Rukn al-Dîn Sulaymanshâh II, et ne chantèrent plus les psaumes de la paix88.

  • 89 C. Schefer indique : Ghyas Eddin Keykhosrau essuya d’abord un échec devant Qoniah et fut obligé de (...)

75Le diable de l’arrogance incita le sultan à ordonner de dévaster tous les jardins, de détruire les châteaux et les maisons proches ou éloignées de la ville et d’y mettre le feu89. Le sultan (҅Izz al-Dîn) Qilidj-Arslân III dit aux habitants : « J’avoue que mon oncle a l’intention de se venger, qu’il ne nous fera pas preuve d’amitié et qu’il ne nous épargnera pas. S’il m’épargnait, ce serait là une grande faveur. Quant à vous, ne laissez pas échapper inutilement votre bien-être ! ». Voulant toquer à la porte de la paix, les habitants [de Konya] envoyèrent un message au sultan : s’il agissait envers son neveu – comme le sultan Rukn al-Dîn avait agi envers les princes – et s’il lui attribuait un pays, après avoir fait preuve de mansuétude à son égard et avoir tenu ses promesses, ils viendraient chercher le sultan afin de l’honorer par le baisemain et il pourrait entrer dans la ville sous d’heureux auspices. Cet avis convint au sultan et il destina à son neveu la province de Tokat, qui avait été propriété du sultan Rukn al-Dîn à l’époque où il régnait. Ceci fut aussitôt proclamé et confirmé par une lettre.

  • 90 Geste de soumission et d’humilité.
  • 91 Au Nord-Ouest de Konya. Cf. Ramsey, p. 171 et p. 359 et Tomaschek, p. 103. Cf. aussi Wittek, Topony (...)
  • 92 C. Schefer indique : Izz Eddin Kilidj Arslan fut gardé prisonnier dans le château de Cavaleh jusqu’ (...)

76Lorsque les notables de Konya virent les accords et les documents, ils conduisirent en toute tranquillité d’esprit le prince auprès de son oncle. Le sultan dépêcha ses fils ҅Izz al-Dîn et ҅Ala al-Dîn pour l’accueillir. Lorsque le fils du sultan Rukn al-Dîn aperçut le visage de son oncle, il se prosterna pour baiser le sol et voulut rester là, les mains croisées sur la poitrine90. Mais le sultan ne le permit pas, le fit s’asseoir auprès de lui, lui baisa les joues, le prit sur ses genoux, le cajola beaucoup, lui rendit les honneurs royaux et ordonna qu’il séjournât quelques jours dans la forteresse de Kavala91 et puis qu’il rejoignît Tokat-La-Bien-Gardée92.

L’entrée du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier b. Qilidj-Arslân à Konya et son intronisation [son second règne]

77Le lendemain, alors que le roi des planètes montait dans le ciel, le sultan, tel le soleil sous le baldaquin noir offrant protection et refuge aux hommes, entra dans la ville de Konya. On disait qu’une heure de sa vie passée dans cette ville valait plus que mille mois passés en d’autres pays. Il entra suivi de ses troupes qui bouillonnaient, telle la Mer Verte [Mer d’Oman], et de sa suite qui donnait l’image d’averses créant un flot infini. Puis, de l’étrier, faisant glisser son pied, auquel la terre rend obéissance, il le posa sur le trône de ses très nobles pères. Le cœur des notables et des petites gens se remplit d’allégresse et les vœux que les soldats et le peuple adressaient au sultan exprimaient dans un même élan leur amour et leur amitié.

Lorsqu’il posa sur sa tête la couronne majestueuse,
La couronne, grâce à lui, resplendit de joie et lui aussi se réjouit.
Des contrées sauvages il fit partout des terres de culture,
Il délivra de leurs chagrins les gens accablés de chagrin.

78Il fit de ce Maurozome un dignitaire de haut rang. Il attribua la ville de Malatya-La-Bien-Gardée au malik ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs et le pays de Dânishmend avec ses Marches au malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh. Il envoya aux rois et aux sultans des pays d’alentour des lettres et des émissaires, les informant que le destin lui était opportun et lui accordait la fortune.

79Il invita à revenir auprès de lui le cheikh Madjd al-Dîn Isḥâq, qui avait émigré en Syrie lors du bannissement du sultan hors des territoires de Rûm, en lui écrivant ces vers explicites :

  • 93 C. Schefer indique : Il s’agit dans ce passage des associations religieuses dont les membres prenai (...)
  • 94 Rukn al-Dîn Sulaymân II Shâh (1197-1204), puis ‘Izz al-Dîn Qilidj-Arslân Arslan III (1204-1205), é (...)
  • 95 Cf. note 42.
  • 96 Je traduis d’après AS p. 92. HLP : La lecture de « pays des Allemands » par H.W. Duda, qui traduit (...)
  • 97 Uluburlu / Burghlu, fief de Mavrozome dans la région d’Isparta.
  • 98 Cf. AS p. 92.
  • 99 Cf. AS p. 92 (sic !). Kılıslı Rıf’at fait allusion aux étincelles produites par le lancer des pion (...)
  • 100 HLP : C’est-à-dire « vient tout affaire cessante ».

« Ô Toi au nom pur, Être immaculé, pur et céleste,
Couronne des compagnons de la confrérie Ahi93,
Toi qui excelles parmi tes contemporains, Toi, Chef unique des pays,
Toi, Madjd al-Dîn Isḥâq, Premier de l’Islam,
Lui, cher à notre cœur, Lui, notre Compagnon, Lui, l’Inestimable,
Puisse-t-Il rester immaculé, telle l’aile de l’ange,
Jusqu’au Jour du Jugement Dernier.
Puisse le respect, qu’on Lui doit, grandir encore, puisse Son rang s’élever.
Puisse la main du malheur, qui se présente, être détournée,
Puisse l’œil du chagrin être aveuglé par Sa personnalité !
Ô Toi, Saint dans cette vie changeante, Ô, Toi, Messager de l’acte qui plaît à Dieu,
Si je [Te] disais l’accablement que j’ai supporté ces derniers temps,
La roue céleste m’ayant été défavorable,
La goutte d’encre à la pointe du calame deviendrait sang.
Tu as vu cette assemblée de dignitaires distingués,
Tu as vu comment, avec le temps, ils ont agi injustement,
Par la tyrannie ils nous avaient dépossédés de notre souveraineté
Qu’ils avaient confiée à un être impétueux94.
Moi, pareil à Djem, le cœur attristé,
J’errais par le monde,
Tantôt en Syrie, tantôt en Arménie,
Tantôt je séjournais dans le champ de ruines, tantôt sur le tas de fumier,
Tantôt j’errais tel le crocodile dans la mer,
Tantôt telle la panthère dans la steppe,
Tantôt je séjournais à Istanbul, tantôt sur le campement des troupes,
Tantôt à l’Ouest, tantôt en pays barbare95,
Un temps, lors de ces périodes si changeantes, je maniais l’épée,
Je chevauchais mon coursier et faisais la guerre aux Francs.
J’ai vécu des combats, j’ai participé aux guerres,
J’ai donné et reçu des coups,
Je me nourrissais de temps en temps de remords et de chagrins.
J’étais maussade en songeant à mes amis,
Mes amis, comme moi, dispersés dans le monde, tels les grains de la grenade éclatée.
Lorsque Dieu m’accorda à nouveau la beauté de Sa faveur,
Et que la roue céleste m’accorda sa fidélité,
Je vis s’annoncer des rêves emplis d’espoir,
Dont je vis en songe le sillon.
Je me mis en route vers les pays où régnait la paix96,
Alors qu’un messager m’apportait la paix,
M’annonçant la mort de mon rival et de l’interrègne dans le royaume.
Il me dit : ‘Eh bien, soit heureux, le royaume va être tien’.
Les lettres des souverains des pays
Et une ambassade envoyée par les plus nobles seigneurs
Disaient : ‘Nous prions tous pour toi, Ô, toi qui es juste, et nous agissons pour toi’.
À chaque instant la voix surnaturelle qui m’inspirait me disait :
‘Hâte toi, presse le pas !’.
Je revins sur le rivage de la mer,
La mer et l’hiver y étaient terribles !
Bref, je sillonnai la mer.
Puisses-Tu ne pas vivre ce que j’ai vécu !
Comme je le souhaitais, j’arrivai à Burghlu97.
Je comparai le royaume98 à la partie de nerd du jeu ziyâd99.
Il y avait même certains êtres malfaisants qui nourrissaient de mauvaises pensées,
Ils avaient enfourché le cheval de la tyrannie et de l’accablement.
Lorsque Dieu se montra ami, protecteur et soutien,
Ils furent mis en pièces par un grand coup porté.
Finalement Notre bonheur triompha,
Je pus à nouveau reprendre tout le pays.
Aujourd’hui le pays Nous obéit, Vous obéit,
Dans le monde règnent maintenant Notre gloire et Votre volonté.
Les gens bienveillants sont tous nos amis, grâce à la faveur divine,
Et nous soutiennent.
Oui, le temps est venu, cherche ici Ta place,
Même si Tu as de la boue sur la tête, viens la laver ici100 ! »

  • 101 Chaque jour le sultan recevait les plaignants en son château en présence des cadis et des imams et (...)

80Lorsque ces paroles agréables arrivèrent aux oreilles du cheikh, modèle parfait pour les peuples, il se hâta de venir. Il voyagea nuit et jour et multiplia dans ses litanies prières et louanges. Lorsqu’il s’annonça, apportant le bonheur, le sultan, en l’accueillant, perdit haleine tant il lui rendait grand hommage, se hâtant de lui montrer combien il l’estimait. Il envoya à Malatya-La-Bien-Gardée le malik ҅Izzuddin, accompagné du cheikh et permit à ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh de se rendre à Tokat avec un grand nombre de gens choisis pour leur mérite101.

  • 102 Abu’l-Laiṭ Naṣr b. Muḥammad b. Aḥmad b. Ibrâhîm as-Samarqandî, juriste et théologien hanéfite du 1 (...)
  • 103 MB : Ghiyâth al-Dîn avait participé à Constantinople aux cérémonies chrétiennes, ce qui faisait di (...)

81Alors qu’il entrait dans la ville, le sultan fut envahi par un accès de colère qui ne plut à personne et qui signa la mort du cadi Tirmiḏî, que les gens avaient élevé au même rang que l’imam Abû’l-Laiṯ-i-Samarkandî102. La raison de l’exécution de cet homme fut que l’on attribua la résistance des citadins lors du siège [de Konya] à la fatwa qu’il avait émise et qu’on lui prêta les paroles suivantes : « Le sultan Ghiyâth al-Dîn Ier, ayant noué des relations amicales avec les infidèles et ayant contrevenu aux lois religieuses dans leurs contrées103, n’est pas digne d’être sultan. »

82À cause de ce sang funeste versé à tort, les habitants des terres et territoires aux alentours de Konya ne récoltèrent pendant trois ans aucun fruit dans leurs champs et jardins. Finalement, le sultan regretta son geste et donna des preuves d’amitié et de pardon aux descendants du cadi.

L’expédition du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier afin de conquérir Antalya

83Un jour, selon la coutume bien établie, le sultan, assis sur son trône, rendait justice. Soudain un groupe de marchands, dont les vêtements étaient déchirés et la tête saupoudrée de poussière, entrèrent dans la salle du tribunal et dirent : « Ô, roi, dont l’étoile-porte-bonheur est à son firmament, nous sommes une caravane de marchands. Dans notre louable quête du bien-être de notre famille, nous avons été exposés au pire des dangers et avons fait un pénible voyage. À cause de notre profession, nos enfants n’ont point de cesse que de porter leur doigt à leurs lèvres, de tendre l’oreille derrière la porte, de scruter le chemin, se demandant quand leur père apercevra le visage de son fils ou quand un frère pourra recevoir une lettre de son frère.

  • 104 Alexandrie.
  • 105 Après le sac de Constantinople (4° Croisade, 1204), Antalya est gouvernée par le condottiere itali (...)

84Venant des contrées d’Égypte, nous nous étions mis en route pour Iskenderîye104 et, de là, étions venus par bateau à la ville frontière d’Antalya. Les gouverneurs des Francs105 nous firent des difficultés et s’emparèrent avec violence et hostilité de toutes nos marchandises, de nos animaux sur pattes ou morts, bien que nous n’ayons commis un quelconque délit. Et pour se moquer de nous ils dirent : « Allez donc vous plaindre de votre accablement auprès de ce sultan de justice qui se bat pour la foi, qui s’est établi à Konya et qui a déployé le tapis de la justice, afin qu’il se mette en campagne et qu’il trouve un remède à votre cœur blessé ».

85Le sultan eut pitié de leur humiliation et de leur dénuement et fut saisi par le feu de la colère. Il jura par le Dieu Tout-Puissant : « Je n’aurai de repos tant que je ne vous aurai pas restitué vos biens et votre marchandise. J’ai moi-même connu l’amertume de l’éloignement ainsi que les vexations de ceux qui m’accablaient ».

Pauvres gens, je connais votre situation
Car ma coiffe était faite du même feutre.

  • 106 ‘Ayyârmerdi. Cf. Hartmann, As-Sulamî, p. 191 et Köprülü, Origines, p. 102, 104, 108, 110.

86Sur ce, il donna dans tous les territoires l’ordre d’incorporer les soldats et, en peu de temps, une armée considérable fut réunie. Il implora la faveur du Créateur et se mit en marche avec son armée bien équipée vers les terres des infidèles. Après avoir marché quelques jours et parcouru une certaine distance, il arriva dans ces terres. Une armée brave et puissante qui, cherchant le danger, n’hésite pas à se jeter dans la gueule du lion, encercla Antalya tel un bracelet et dressa des engins de siège. Elle combattit et fit le siège deux mois durant, du matin au soir. Mais comme les défenseurs de la muraille ne cédaient pas, le sultan ordonna que l’on commençât à se battre avec arcs et flèches au lieu d’utiliser massues et javelots. Il dit de n’accorder aucun pardon aux Francs, jusqu’à ce qu’ils ne pussent plus voir les héros de la bataille par-dessus les créneaux de leur muraille. Il dit aux puissants héros, prêts au combat, de dresser des échelles contre la muraille et de prouver leur vraie nature d’hommes106 au cœur de basalte.

  • 107 Cf. AS, p. 98. Homonyme de l’Artukide de Mardin, Ḥusammudîn Yûlûq Arslân b. Îl-Gâzî (1184- ca.1200 (...)
  • 108 Ou goupillon, ou masse d’armes.

87Entendant ces ordres, les guerriers se mirent alors en marche telles les sauterelles et les fourmis. En moins d’une heure toutes les échelles qu’ils dressèrent purent nouer par leur extraordinaire longueur un vrai lien d’amitié avec le plus haut point du ciel. Le premier guerrier qui fit preuve de bravoure et qui fut victorieux fut un certain Ḥusâm al-Dîn Yûluk Arslân107, l’un des vieux sipahis de Konya, qui, casqué, revêtu d’une armure et l’épée à la main, escalada la muraille de pierre, telle une panthère. Il se rua parmi les Francs et en envoya un grand nombre en enfer. Les survivants cessèrent de résister et prirent la fuite. Les héros de l’armée, l’épée d’acier à la main, se ruèrent sur la muraille, tel le vent qui souffle à travers la montagne et dressèrent la bannière du sultan sur les créneaux de la muraille. Puis ils descendirent dans la ville et, se ruant avec leurs massues et leurs fléaux d’armes108, brandissant l’étendard inscrit du verset (Coran LXXIII, 14) : « Le Jour où la terre et les montagnes trembleront », ils firent sauter les verrous de la porte de la ville qu’ils ouvrirent. Les autres guerriers pénétrèrent alors dans la ville, tels des aigles fondant sur leur proie. Comme les Francs, lors du siège de la ville, avaient prononcé des paroles diffamatoires et inconvenantes, le sultan ordonna que l’on massacrât tout ce monde pendant trois jours. Un tapis rouge du sang des infidèles se déploya alors sur la surface de la mer émeraude.

88Les oiseaux de proie et les poissons se délectèrent des membres déchiquetés et des côtes de ces Francs malfaisants.

  • 109 Muḫtaṣar (sic !). Cf. Houtsma, Recueil III, p. 85, 10 et AS, p. 99 (sic !). Cf. Konya I, 12, p. 72 (...)
  • 110 Cette date mentionnée in Muḫtaṣar p. 35 n’est pas indiquée in AS p. 99. [C. Schefer indique : Selo (...)

89Puis l’ordre fut donné de rengainer les épées pointées sur la nuque des Francs qui avaient échappé à l’épée meurtrière et qui, saisis d’effroi, furent considérés comme prisonniers et butin. Pendant cinq autres jours les vagues de pillages et de prises de butin déferlèrent, se brisant les unes contre les autres. Le sixième jour, le sultan confia l’émirat d’Antalya à Mubâriz al-Dîn Ertöküsh109, de la garde du corps du sultan qui, dans de lointaines contrées, avait apporté son service à l’étrier du sultan. Et ce que je relate ici, ainsi que la prise d’Antalya, eurent lieu en chaabane de l’an 603 (qui commence le 03/03/1207 après J.-C.)110.

90Puis, le sultan ordonna que Mubâriz al-Dîn entrât dans la ville avec sa suite et accordât le pardon. Le sultan séjourna aussi quelque temps dans la ville, jusqu’à ce que les brèches ouvertes dans la muraille lors du siège fussent réparées et consolidées. Il nomma les juges, les cadis, les imams et les muezzins. Il érigea les minbars et les mihrabs. Après que tout fut bien organisé, le sultan chevaucha jusqu’à Konya, sa résidence.

  • 111 On songe évidemment à Düden Başı sur la route d’Antalya à Isparta. Je remercie Franz Taeschner pou (...)
  • 112 Aḫmaş-i-ḫâṣṣ.

91Après avoir chevauché toute une journée depuis la côte, il ordonna au nuwwâb-idîvân du sultanat de faire halte à Dudan111, d’y séjourner et de récolter le cinquième du butin112 qui lui revenait. Il fit venir à lui les marchands qui avaient été détroussés, qui avaient été à son service lors de la prise d’Antalya, qui avaient obtenu chevaux et harnachements, qui avait été nourris et leur demanda d’établir la liste de leurs biens, afin qu’ils récupérassent toutes leurs marchandises qu’ils pourraient trouver parmi le butin et au sein de l’armée. Même l’émir Mubâriz al-Dîn reçut par lettre l’ordre de comptabiliser le reste des biens et marchandises perdus et volés à Antalya, de les prélever sur les biens de l’état et de les restituer aux marchands. La raison de la prise d’Antalya avait été en effet de libérer les marchands de leur accablement. Ce coup fut en effet asséné à l’ennemi car il avait harcelé les marchands. Comme il le souhaitait, le sultan entra à Konya.

  • 113 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au ṣâḥib dîvân. AS, p. 101.

92Les grands hommes de ce monde agissent comme les affaires l’exigent113.

Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier part se battre pour la foi contre les pays de Rûm. Il y est élevé au rang de Martyr

  • 114 Théodore I Lascaris, empereur de Nicée, 1204-1222. [Après le sac de Constantinople (4° Croisade, 1 (...)
  • 115 Cf. chapitre : Les jours de la souveraineté de ‘Izz al-Dîn Qilidj-Arslân, fils de Rukn al-Dîn Sula (...)

93Après que le sultan eut livré combat au nom de la foi contre la place-frontière d’Antalya, et [fut revenu à Konya], après qu’il eut placé ce nouveau territoire sous l’administration de vieux serviteurs, les insurgés et les rebellles de l’époque faisant allégeance, se prosternèrent sur le firman impérial, en signe de consentement. Il ne vint à l’esprit de personne que le nœud de cet empire pût se défaire et que l’éclat de ce nouveau bonheur pût pâlir. Cependant la providence qui tire les ficelles du jeu d’ombres fit apparaître sur le rideau des jeux tout à fait étranges, faisant naître des images bizarres, afin que le sultan pût assouvir son rêve de prendre par la guerre les territoires qui appartenaient à Lascaris114. La raison en était que Lascaris, comme il a été dit115, avait empêché le sultan de sortir de ses territoires pour passer dans le royaume musulman. De plus, après que le sultan eut retrouvé son trône, Lascaris tarda à lui envoyer le tribut, à observer les ordres et à rendre les services dûs.

  • 116 Proverbe, Cf. Freytag, Proverbia II, p. 932, n° 105.

94Un jour, alors que le sultan tenait confidentiellement conseil avec les grands dignitaires de l’empire, il se prononça sur les mesures que prenaient Lascaris : « Si l’on ne porte pas un coup contre son arrogance et sa suffisance, il se pourrait qu’il parvienne à obtenir de trop grands pouvoirs ». Les dignitaires de l’empire lui dirent : « Il n’est pas bon de violer un traité et ceci conduirait au malheur, et le parjure commis délibérément ne laisse que des terres désertiques116. Ce dessein ne peut qu’aboutir à la destruction du pays et au désordre dans l’état. Il y a encore la possibilité d’organiser une rencontre et de faire des promesses. Il faut envoyer des messagers qui exprimeront nos reproches et exigeront des réparations. Si Lascaris consent à présenter ses excuses et à faire amende honorable, il nous faudra, pour acquiescer, dire ce verset (Coran, XII, 92) : “Qu’aucun reproche ne vous soit fait aujourd’hui”. S’il persiste dans son hypocrisie et dans sa résistance, il nous faudra lui dire ce proverbe “Le dernier remède est de tout brûler”. »

  • 117 Vers de Mutanabbî, Cf. Mutannabî p. 533. Voir aussi le commentaire de Jazyǧy, Beyrouth 1305, celui (...)

95Le sultan dit : « Et faire l’aumône généreusement là où l’épée est brandie, nuit à l’honneur, Tout comme brandir l’épée, là où il est bon de faire l’aumône généreusement117.

96Là où le fer de la lance indienne frappe par nécessité, le sekanjebin [sirop à base de vinaigre, menthe et sucre] aux doux jujubes ne sert à rien. (Coran, II, 6) : « Quant aux incrédules : il leur est vraiment indifférent que tu les avertisses ou que tu ne les avertisses pas ; ils ne croient pas. »

97Le sultan fit porter des ordres dans les différents territoires de l’empire et appela les émirs des armées, ceux de haut rang et les subalternes, à se battre pour la foi et à se préparer à la guerre sainte. Répondant aux ordres du sultan, tous les commandants et les chefs avec leurs combattants volontaires et leurs troupes d’appui se préparèrent de la plus parfaite manière qui se fût être. Ils se mirent en marche si vivement pour servir le sultanat que, d’effroi, le lion de la terre en perdrait ses griffes et l’aigle du ciel ses ailes et ses plumes.

  • 118 Philadelphie en Lydie. [C. Schefer indique : Alacheher, l’ancienne Philadelphia, non loin du Qouzo (...)
  • 119 Parmi les diverses troupes de Lascaris on dénombre les Rûmî, les Almân, les Qyfǧâq, et les Alains.
  • 120 Šaddâd est, selon la tradition musulmane, un roi de ce peuple yéménite, préislamique, célèbre par (...)

98Lorsqu’ils arrivèrent dans le territoire d’Alaşehir118 qui fait partie des métropoles des territoires de Rûm, les espions avaient déjà renseigné Lascaris sur le mouvement des étendards du sultanat. Lascaris envoya des lettres aux chefs des unités, aux gouverneurs des pays et des îles, suppliant qu’on lui vînt en aide et leva une armée (en arabe) : « nombreuse comme les grains de sable, comme les fourmis, comme les gouttes de pluie et comme les galets du fleuve que l’on ne peut compter ni dénombrer »119 (en persan) : et il se mit en ordre de bataille pour affronter les armées de l’islam. Les troupes du sultan, telles les vagues de la mer déferlèrent. Le sultan, tel le soleil resplendissant, se trouvait au centre de l’armée. Il était vêtu d’un caftan de guerre rouge comme les rubis de Badakhchân. Il avait à l’épaule un arc dur comme le cœur des jeunes beautés aux seins d’argent, il portait à la ceinture une épée scintillante comme les larmes de l’amoureux, il montait un cheval puissant comme l’éléphant et capable de traverser un fleuve large comme le Nil et, d’une ruade, son cheval ouvrit une brèche dans les sept arches de Šaddâd120 et galopant, créa sur le ciel, par la poussière soulevée par ses sabots, une seconde terre.

  • 121 MB : Il s’agirait de la transcription en caractères persans /K/, /n/, /d/, /o/, /s/, du grec κνυώδ (...)

99Lorsque le sultan vit l’arrogance des lances, la violence des flèches décochées, l’insolence des écus, la brutalité des javelots, le déchaînement des lourdes massues, il tira l’épée de la désapprobation pour répondre aux plaintes et décider de la conduite à tenir. Dans un assaut, il fendit les rangs des combattants, se trouva au milieu du champ de bataille entouré des ennemis. Il vit Lascaris, évita son coup d’épée, se saisit de sa lance et, dès le premier coup porté, lui fit voir le visage du Jugement Dernier. Lascaris désarçonné tomba à terre. Le sultan lui dit en guise d’injures : « Ô konodos121 », c’est-à-dire « Ô, toi, le teigneux ! » Les gardes du corps du sultan voulurent trancher la tête de Lascaris. Le sultan ne le permit pas et donna l’ordre de le remettre en selle et de le laisser aller. Lorsque l’armée de Lascaris apprit le malheur de son roi, elle prit la fuite. Ecoutant le conseil divin, tous les gardes du corps s’étaient éloignés du sultan et s’empressaient de rassembler le butin.

100Soudain, un Franc inconnu s’approcha du sultan qui ne lui prêta pas attention, pensant qu’il faisait partie de la cour victorieuse. Lorsque ce Franc passa près du sultan, il fit volte-face et, d’un coup de lance ouvrit la porte du Paradis à la douce âme du sultan. Puis ce Franc rassembla les effets, les armes et les vêtements du sultan et se présenta en grande pompe à Lascaris. Lorsque Lascaris aperçut ces vêtements, il comprit aussitôt et demanda : « D’où provient ce vêtement ? » Le Franc répondit : « J’ai envoyé le propriétaire de ce vêtement au Paradis. » Lascaris dit : « Peux-tu maintenant retrouver le chemin conduisant à ce mort et ramener son corps ? » Le Franc dit : « Oui, je le peux ! » Sur ce, Lascaris lui adjoint quelques preux de l’armée afin qu’ils lui ramenassent l’illustre dépouille. Lorsque Lascaris vit le cadavre, il le reconnut aussitôt, fondit en larmes, se lamenta et ordonna que l’on écorchât vif le Franc pour son méfait.

101Lorsque les émirs et les chefs de l’armée apprirent que le sultan avait rejoint le champ des martyrs, consternés et accablés ils trouvèrent leur salut dans la fuite.

  • 122 C. Schefer indique : Selon l’auteur d’une histoire des Seldjoukides que j’ai déjà citée, la batail (...)
  • 123 Goutteur, préposé aux cuisines. Cf. Björkman, Staatskanzlei, p. 99, 111.
  • 124 Cf. Konya I, 12 p. 732 : Aybe. [C. Schefer indique : l’écuyer Inèh.]

102L’armée de Lascaris se ressaisit et, retrouvant ses forces, poursuivit les musulmans. Lors de ces combats beaucoup perdirent la vie, certains sous les coups, d’autres se noyant et beaucoup d’autres encore s’enlisant dans les marécages et les gués122. On amena à Lascaris le tshashnegîr123 Aybe124, qui avait été fait prisonnier. Lorsque Aybe aperçut la sainte dépouille du sultan, il poussa des gémissements et se roula dans la poussière aux pieds du sultan. Lascaris ordonna que l’on défît les liens [d’Aybe], puis le consola. On parfuma le corps du sultan d’eau de rose et de musc, bien qu’il reposât dans le champ des martyrs et on le déposa dans un premier temps dans une sépulture destinée aux musulmans. Après que les chagrins causés par la guerre se furent dissipés, on apporta la dépouille du sultan à Konya, où on la déposa dans le mausolée de ses pères et ancêtres et on le confia au Paradis.

La souveraineté du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier B. Kay-Khusraw Ier et les conquêtes qui eurent lieu au temps de sa puissance

  • 125 La date portée in Muḫtaṣar ne figure pas in AS p. 99.
  • 126 Nuṣratuddîn al-Ḥasan b. Ibrâhîm, AS p. 112.
  • 127 Hatem ibn Abdellah ibn Sa’ad at-Ta’i. Ce poète arabe est le père de Odai ibn Hatem et de Safana bi (...)
  • 128 Feridun (ou Feraydun), dans la mythologie de l’ancien Iran, était le héros destiné à renverser Zoh (...)
  • 129 Se référant à al-Sahrastânî (467-548 h. /1074-1153), les Mazdakites pensaient que Dieu dans le cie (...)

103En l’an 608 (qui débute le 15 juin 1211 ap. J.-C.)125, après que le livre du destin du sultan se fut refermé sur son martyre et qu’il se fut rendu sur les champs de l’au-delà et qui après avoir fait la guerre pour la foi, (Coran 57, 19) : « Les justes sont ceux qui croient en Dieu », les conseillers du palais et les gardiens de l’honneur du trône et de la couronne firent tourner les vases de l’augure et mirent le feu aux brindilles divinatoires afin de savoir à qui, parmi les trois princes, ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs, ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh et Djalâl al-Dîn Kay-Fâridûn, ils attribueraient les quatre coussins du trône ainsi que la couronne. L’émir Nuṣrat al-Dîn126, seigneur de Maraş, si généreux qu’on n’eut pas besoin de comparer sa liste des générosités à celles attribuées à Ḥâtim Ṭâ’î127 et qui était paré de la beauté d’un Fâridûn128 et de la majesté d’un Khosraw129, porta son choix sur ҅Izz al-Dîn Kay-kâûs, l’aîné des fils et le plus noble des princes. Tous donnèrent leur accord, puis se dirigèrent aussi rapidement que possible de Konya à Kayseri. En moins de cinq jours ils conduisirent le prince de Malatya à Kayseri.

  • 130 Sur la route de Kayseri – Sivas, près de Šarkiṣla, Cf. Taeschner, Wegenetz I, p. 182, tableau 23.

104Les grands hommes de l’empire vinrent en vêtements de deuil jusqu’à Gedük130 pour accueillir ҅Izz al-Dîn qu’ils conduisirent en grande pompe en la ville et qu’ils intronisèrent. Trois jours plus tard, ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier attribua à tous des vêtements honorifiques et leur permit de baiser sa main. Les titres de nomination furent renouvelés et les fonctions attribuées. Alors qu’ils avaient l’intention de se rendre à Konya, ils apprirent soudain que le malik ҅Alâ al-Dîn [Kay-Qubâdh, frère du sultan] avait quitté Tokat et s’était mis en route avec une nombreuse suite pour se rendre dans cette région [de Kayseri]. Tous furent consternés et ne surent que faire.

҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh assiège ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier à Kayseri

  • 131 Cf. note (24). Cf. Morgan, Histoire du peuple arménien, Paris-Nancy, 1919.
  • 132 Pour pervâneh Vullers, I, donne la signification suivante : Decretum sive mandatum regium... et ap (...)

105Après que le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh eut appris la mort de son père, il joignit Mughîth al-Dîn Tughrilshâh, malik d’Erzurum, qui était son oncle et avec lequel il entretenait de bonnes relations. Il envoya des ambassadeurs auprès du tekfur Lîfôn (Léon)131, lui faisant miroiter la ville de Kayseri. Il accueillit le pervâneh132 Żahîr al-Dîn Îlî dans le cercle de ses partisans, lui promettant mille bonnes choses. Il rassembla une puissante armée, marcha sur Kayseri et commença à assiéger son frère. Le siège dura longtemps et, dans les deux camps des émirs de renom perdirent la vie. Dans la forteresse les assiégés étaient désemparés et la tristesse s’était emparée de l’âme du sultan. Comme des promesses réciproques avaient été faites entre le sultan et Żahîr al-Dîn, comme le sultan lui avait accordé une infinie faveur et comme le sultan se rendait compte maintenant que le pervane ne tenait pas ses promesses, que son cœur était dur et non plus fidèle, le sultan, pour se plaindre, rédigea sur une page ce quatrain inspiré par sa nature pondérée qu’il envoya au pervâneh :

Je suis la bougie, car mon corps s’est consumé autour de mon cœur.
Aucune nuit ne se passait sans que le rire de ma bouche ne devînt larmes.
Le pervâneh, qui avait dit : « Je suis ton ami intime »
À donné lui aussi son assentiment pour que l’on me décapite.

  • 133 Cf. AS p. 115 ; Houtsma, Recueil III, p. 100, 12.
  • 134 Aussi in AS p. 115, Houtsma, Recueil III p. 100, 13 ‘grand maître des écuries’. Cf. Björkman, Staa (...)
  • 135 Aussi in AS p. 115 ; Houtsma, Recueil III p. 110, 12.
  • 136 Échanson. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 90. Selon Björkman, Staatskanzlei p. 99 ‘superviseur des méde (...)

106҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs fit appeler le tshashnegîr Mubâriz al-Dîn Čavly133, l’âmirakhûr134 Zayn al-Dîn Bashârâ135 et l’âmir-madjlis136 Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh qui avaient été à son service à Malatya et leur dit : « J’ai l’intention d’ouvrir la porte de la ville à minuit, de me ruer avec toute l’armée équipée pour le combat hors de la ville, de nous jeter sur Konya et avec l’aide des émirs et des troupes des Marches frontières (ûdj) de prendre au collet le gibier que je convoite. »

  • 137 Hâkim et Šiḥne, Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 277.
  • 138 Destârče.
  • 139 Dizdâr.

107Djalâl al-Dîn Qayṣâr, gouverneur et prévôt137 de Kayseri avait été au service du sultan martyr. On lui accordait une confiance particulière et la plus haute estime grâce à son extraordinaire sagacité et à son extraordinaire raison. Lorsqu’il prit connaissance du plan conçu par le sultan, il se rendit, la nuit, sous un quelconque prétexte chez ce dernier et demanda une audience confidentielle. Il dit : « Votre serviteur a entendu dire que le roi du monde a eu une pensée très funeste. Vous ne devez pas l’exprimer une seconde fois, car elle entraînerait le malheur et notre défaite. J’ai une idée, qui, si on l’appliquait aussitôt, cette situation embrouillée trouverait une solution. » Le sultan dit : « Quelle est cette idée ? » Il dit : « Que le sultan se rende dans son harem, qu’il prenne parmi les joyaux des femmes une précieuse parure qu’il confiera à son humble serviteur que je suis, afin que je puisse l’utiliser ce soir même à mes fins et répondre ainsi à notre désir ». Le sultan se rendit au harem et en ramena une parure de tête138 appartenant à sa sœur et estimée à 12 000 dinars-or qu’il donna à Djalâl al-Dîn Qayṣâr. Celui-ci, profitant du voile obscur de la nuit, sortit de la ville accompagné d’un page, après avoir dit au commandant de la forteresse139 : « Fais bien attention ! Lorsque je reviendrai et que tu entendras ma voix, ouvre la porte ! » Il se dirigea lui-même vers le camp de l’armée de Lîfôn avec lequel il avait jadis entretenu de sincères relations.

  • 140 Unité de poids qui varie, selon les dires, de ca. 386 à ca. 694g.

108Arrivé aux avant-postes, il dit : « Faites savoir au tekfur que Djalâl al-Dîn Qayṣâr, prévôt de Kayseri, souhaite le rencontrer. » On l’annonça aussitôt. Le tekfur l’accueillit avec tous les honneurs. Djalâl al-Dîn dit : « J’ai une délicate affaire à te faire partager. Si nous étions entre nous, je te la dirais. » Le tekfur ordonna que tous les serviteurs quittassent la tente. Alors Djalâl al-Dîn dit : « Le tekfur sait bien qu’il n’a aucune possession dans l’empire des Seldjoukides. Pourquoi donc faut-il qu’il s’inflige du chagrin et devienne le collet qui sert à prendre le gibier des autres ? Si le malik Mughîth al-Dîn veut l’empire de son frère et si le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier exige de prendre la place de son père, je ne sais pas ce que cela pourrait signifier pour le tekfur. Par sympathie [pour le tekfur], je crois que le mieux est qu’il ne s’expose pas à ce danger inutile et qu’il fasse tout pour conserver son empire et sa dignité de roi. » Il présenta la parure au tekfur et dit : « Elle a une valeur de 12 000 dinars égyptiens. Acceptez-la comme gage. Quand l’armée se mettra en marche demain, je m’engage à ce que le sultan ҅Izz al-Dîn, lorsqu’il se sera définitivement emparé du pays, envoie 12000 mudd140 de blé aux forteresses d’Arménie et qu’il scelle un traité stipulant que, pendant sa souveraineté, il ne portera en aucune façon atteinte à l’empire du tekfur, aussi longtemps que le tekfur restera fidèle aux traités. Ainsi notre amitié se renforcera-t-elle jour après jour. »

109Le tekfur, ayant entendu ce discours et vu cette parure, accepta ces sages conseils et dit : « Mon cœur ne sera apaisé que si mon homme de confiance peut se rendre chez le sultan afin qu’il obtienne par serment l’assurance de tout cela ». Djalâl al-Dîn dit : « Que le tekfur établisse d’abord le contrat, qu’il prête serment par écrit et que son ambassadeur, que j’accompagnerai, l’apporte [au sultan ҅Izz al-Dîn] ». Ainsi fit le tekfur. Djalâl al-Dîn se mit en route pour Kayseri, accompagné par l’ambassadeur. Arrivé à la cour, il annonça au sultan l’heureuse nouvelle, disant qu’il avait atteint son but. Il dit à l’ambassadeur du tekfur que l’honneur du baisemain lui était accordé et relata tout ce qui s’était passé. Le sultan rédigea de son illustre main le document par lequel il prêta serment et le fit porter la nuit même par l’ambassadeur.

  • 141 Develi Karahisar, ca. 65 km au Sud de Kayseri, AS, p. 118.

110Lorsque le tekfur eut vu ce document et que l’ambassadeur lui eut rapporté le discours du sultan, il ordonna aux chefs de sa suite qu’ils se préparassent secrètement et sans bruit à se mettre en marche, si bien que le matin on aurait déjà franchi le territoire de Develi141. Ils chargèrent les chameaux et tous se mirent en marche. Dès le matin ils atteignirent les frontières d’Arménie.

111Ce matin-là, on informa Mughîth al-Dîn Tugrilshâh et ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh que le camp du tekfur « était comme une maison sans ses habitants » et que les tentes avaient disparu du camp. Tous deux s’en étonnèrent et pensèrent que quelque chose se tramait. Et connaissant les intrigues de ce vieux renard Qaiṣâr, ils se méfièrent et se dispersèrent comme le font les loups. Le malik ҅Alâ al-Dîn pensait que ces gens étaient de mèche avec son frère et que, par ruse, ils voulaient le faire prisonnier. Mughîth al-Dîn ajouta : « Mes frères ont l’intention de s’en prendre à moi à cause d’Erzurum ». Aussi, la nuit venue, profitant de l’obscurité, il prit la fuite. Depuis la ville on entendit le son joyeux des tambours et des timbales car l’armée des assiégeants avait levé le camp. Les héros de la ville se jetèrent sur l’armée du malik ҅Alâ al-Dîn qui, n’ayant pas la force de résister, se mit en route pour Ankara dont il s’empara et compta sur l’inaccessibilité et sur la force de résistance de cette ville.

  • 142 Partisans de l’organisation des sociétés héréditaires citadines, les ҅Ayyâr, Fityân et Aḫi qui pra (...)
  • 143 Forteresse en Cilicie, près de Tarse. Cf. Houtsma, Recueil III p. 106, 17.
  • 144 L’ancienne capitale du Royaume de Cilicie-Arménie, 65 km au Nord-est d’Adana.
  • 145 Forteresse dans le Nord de la Syrie, sur le Nahr Sâgûr, au Nord d’Alep (Tell Bâshir).

112Le sultan ҅Izz al-Dîn accorda à Qaysâr la fonction de pervâneh et à chacun de ses fidèles serviteurs une ville. Il accorda ainsi Niǧde à Zayn al-Dîn Bashârâ, Malatya à Ḥusâm Yûsuf et Elbistan à Mubâriz al-Dîn Čavly. Mais le pervâneh Żahîr al-Dîn Îlî se sépara du malik ҅Alâ al-Dîn et se rendit à Niǧde, où les runûd142 l’importunèrent et où il ne put rester. Il se réfugia alors dans la forteresse de Lu’lu’a143. Là non plus il ne put rester. Passant par Sis144, il se rendit en Syrie. Arrivé à Tell-Bâshir145, il tomba malade et mourut quelques jours plus tard. C’est là qu’on l’enterra aussi.

113Puis Zayn al-Dîn Bashârâ, grand maître des écuries, se rendit à Niǧde où il flatta les habitants et les notables par de perfides faveurs. Il envoya des ambassadeurs à Lîfôn et fit dire que la souveraineté était bien désormais dans les mains du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier. Lîfôn lui répondit par des présents. Puis le sultan se rendit à Aksaray, et, de là, à la capitale Konya.

  • 146 Les Ḫôǧa (Ḫvâǧe), les personnalités de haut rang, les notables (a ‘yân) et les Aḫi. AS p. 120.
  • 147 Entre Sultanhan et Konya.

114Les personnalités de haut rang146 vinrent jusqu’au lieu de la halte d’Obruq147 pour accueillir le sultan qu’ils conduisirent dans la ville avec tous les honneurs dûs et l’intronisèrent. Comme présents d’intronisation ils lui apportèrent 100 000 dirhams et 5 000 dinars-or. Tous jurèrent fidélité au sultan. Le sultan renouvela leurs documents concernant la liberté de lever l’impôt sur leurs propriétés et leurs fiefs. Puis il libéra les prisonniers. Libéré de tout souci, le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier était arrivé au sommet de la grandeur.

Le noble caractère du puissant sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier

  • 148 Sâlâr.
  • 149 Dînâr-i-surḫ.
  • 150 AS p. 126 fait suivre le nom par : Raḥimahu’llâh.
  • 151 Il s’agit du titre donné autrefois à un haut fonctionnaire de justice ou à un juriste, comme ce se (...)
  • 152 « Trésorier général ». In Houtsma, Recueil III, p. 109 se trouve une indication sur cette fonction (...)
  • 153 Dans le texte : « der ǧawâb », ce qui devrait être plutôt : « der naẓira ». Sur ces deux concepts (...)
  • 154 Poète persan de Herat, du cercle de Niẓâm ul-Mulk (1018-1092 ap. J.C.), Cf. Daulatšâh p. 161 sqq.
  • 155 Le calife abbasside an-Nâṣir lidîni’Ilâh Abu’l-‘Abbâs Aḥmad (1180-1225 ap. J.C.), célèbre par ses (...)
  • 156 Sur le concept de la muruwwa voir Taeschner, Sufismus, p. 47 sqq. [« La futuwwa ou « pacte d’honne (...)

115Le sultan ҅Izz al-Dîn était un souverain dont la générosité était pareille aux gouttes de pluie et dont l’intelligence rayonnait comme le visage de la planète Jupiter dans la nuit sombre. Sa taille était telle qu’elle suscitait la jalousie du cyprès au bord du ruisseau et son visage suscitait la jalousie de la magnifique parure du printemps. Il possédait un arc pareil aux sourcils de la belle qui vole les cœurs et fait perdre la vie. Sa flèche était pareille à la prière des hommes tourmentés qui traverse le ciel et apporte le malheur. Sa raison était parfaite, comme l’est la religion de l’islam et son esprit de justice était comme l’ombre du nuage blanc qui déverse des torrents de pluie sur les nobles et sur les petites gens. Il disait que donner une récompense pour les poésies faisait partie des règles divines et il offrait aux poètes de riches cadeaux. La fille du chef de guerre148 Ḥusâm al-Dîn lui ayant fait parvenir, depuis Mossoul, un qaṣîde de 72 bait, il lui fit don en contrepartie de 100 dinars-or149 pour chaque bait. Et il donna au défunt150 Ṣadr151 Nizâm al-Dîn Aḥmad Erzindjânî, ancien inshâ, le titre d’amîr-‘ârid de l’empire de Rûm152 car, pour louer le sultan, il avait ajouté un qaṣîde au qaṣîde153 de Shams al-Ṭabasî154. Ce fut une promotion au sein de la chancellerie de l’état. Il avait reçu le vêtement de la futuwwa des mains du calife al-Nâṣir lidîni’Ilâh155 et avait bu l’eau de la muruwwa156 puisée dans la sharâbkhâne [la taverne] du Coran (III, 31) : « Suivez-moi, si vous aimez Dieu ; Dieu vous aimera. »

  • 157 Théodore Ier Lascaris.
  • 158 Fonctionnaire de la cour, préside la cuisine.
  • 159 Cf. AS p. 130 et Houtsma, Recueil III, p. 111, 1.

116Lorsque Lascaris157 apprit l’intronisation du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier, il réfléchit avec ses conseillers sur la manière dont il pourrait nouer des relations diplomatiques avec le sultan ҅Izz al-Dîn et comment il pourrait lui demander pardon pour le comportement hostile que lui-même n’avait alors pas approuvé. Ses conseillers dirent : « Relâchez le tshashnegîr158 Aybe159 et envoyez le à la cour du sultanat, accompagné par vos émissaires qui lui apporteront des présents bien choisis, afin qu’il intercède pour dissiper la poussière du chagrin et apaiser l’hostilité régnante. Comme il fait partie des amis intimes et des hautes personnalités de la cour, ses mots d’excuses sans fioritures atteindront leur but, comme la flèche sa cible. Il faut cependant que nous rassemblions des troupes et que nous préparions du matériel de guerre. Car si notre intervention ouvre la voie de la satisfaction, nous aurons atteint notre but. Mais si notre intervention ouvre la voie de la haine et d’un comportement vulgaire et devient le motif de nouveaux combats, alors nous serions au moins prêts ». Le basileus se rallia à cet avis, dépêcha un émissaire chargé de nombreux présents. Cet émissaire jouissait d’une excellente manière de négocier et de s’exprimer qui était connue dans les régions de Rûm. Mais, à ses yeux, il était nécessaire d’obtenir autant que possible l’approbation de Sayf al-dîn Aybe qui, après que l’amertume eut quitté son cœur, accepta de mener à bien la réconciliation et se rendit avec l’émissaire auprès du sultan.

  • 160 Ghiyâth al-Dîn mort lors de la bataille contre Théodore Ier Lascaris à Antioche du Méandre et élev (...)

117Lorsqu’ils arrivèrent à la frontière de l’empire, l’émir Sayf al-Dîn précéda ses accompagnateurs. Il eut l’honneur de baiser la main du sultan, annonça l’arrivée des émissaires, donna quelques détails sur l’ambassade, délivra le sultan de la poussière qui embrumait sa pensée et chercha ce qui pourrait amener le roi des rois à pardonner les anciens délits. Le sultan tira un trait sur l’hostilité et la haine, imputant le malheur de son père à une décision divine et au destin, puis ordonna que l’on organisât une audience publique pour les émissaires qui exposèrent le motif de l’ambassade et les accords verbaux et offrirent les présents et les objets précieux. L’ambassade fut approuvée et louée, après quoi on organisa un festin. Le lendemain les émissaires renouvelèrent leur confiance et prêtèrent serment au sultan au nom de l’amitié que lui portait le roi de Rûm. On tira du trésor le double de ce qui avait été apporté en guise de présents. Le sultan confia à nouveau à l’émir Sayf al-Dîn le soin de conduire l’ambassade auprès du basileus, afin de conclure avec lui les affaires et de ramener dans la capitale la dépouille du sultan martyr160.

118L’émir Sayf al-Dîn, chargé de présents, se mit en route, accompagné par les émissaires. Le roi de Rûm vint à leur rencontre et honora Sayf al-Dîn. Puis il prêta serment, comme il avait été dit et rédigé selon l’ordre du sultanat, présenta le double des présents qu’il avait envoyés auparavant, y ajouta 20 000 dinars pour faire l’aumône que l’on devrait distribuer lors de l’inhumation du sultan. Il fit porter la dépouille du sultan, accompagné par une nombreuse troupe, jusqu’à la frontière de son empire.

  • 161 Cf. le chapitre : « Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw part se battre pour la foi en pays de Rûm (...)

119L’émir Sayf al-Dîn Aybe et les émissaires revinrent au palais et relatèrent ce qui avait été conclu. Les deux parties qui avaient scellé le contrat se réjouirent et furent satisfaits. Après que la dépouille du sultan fut amenée à Konya161 et inhumée aux côtés de ses grand-père, père et frère, le sultan se rendit sur les sépultures des défunts sultans. Et, aux présents du roi des Rûm, il ajouta 30 000 dinars dont une partie fut aussitôt distribuée aux nécessiteux, une autre partie aux monastères et aux ordres religieux. Le reste fut attribué à diverses régions de l’empire.

L’expédition du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier à Ankara et comment il y assiège son frère, le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh

  • 162 Zaradâane. Cf. Björkman, Staatskanzlei, p. 99 et Uzunçarşılı, Medhal, p. 37 et 89.

120Le tapis de la bienveillance ayant été déployé pendant un certain temps dans l’iwan du sultanat de ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier, les affaires importantes ayant été réglées et les ordres passés, le sultan eut l’idée suivante : « Tant que mon frère séjournera à Ankara et se retranchera en ce lieu qui est bien fortifié, nous ne serons jamais tout-à-fait en sécurité et jamais tranquilles. Afin d’éviter que cette mauvaise situation n’empire, il faut prendre les mesures nécessaires. » Sur ce, il fit porter des ordres aux émirs et aux chefs des troupes du territoire, afin qu’ils se missent à son service avec un contingent considérable. En peu de jours les troupes furent toutes rassemblées aux environs de Konya-La-Bien-Gardée. Après que le sultan eut fait amener de l’arsenal162 les engins et les outils prévus pour le siège, il entra avec son armée dans le territoire d’Ankara, conduit par une bonne étoile.

  • 163 Amîr-djândâr. Cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 88.
  • 164 Cf. Houtsma, Recueil, p. 116, 9.
  • 165 Čauš, cf. Uzunçaršılı, Medhal p. 92.

121Lorsque l’on informa le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh de cette manœuvre, il se hâta de consolider les murailles, d’inspecter l’armée et de renouveler le contrat de fidélité et d’amitié qu’il avait scellé avec les habitants de la ville. Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn arriva devant Ankara, l’armée se mit splendidement, dès le premier jour, en ordre de bataille jusqu’à étonner l’œil du plus sagace des hommes. L’armée mit le siège tout autour de la ville. Mubâriz al-Dîn ҅Îsâ, le chef de la garde du corps163 et ses frères sortirent de la ville pour venir sur la lice164. Comme Mubâriz al-Dîn, depuis le temps de l’école, à Sivas, avait de l’animosité envers Nadjm al-Dîn Bahrâmshâh Djandâr, ils éprouvaient l’un envers l’autre aversion et hostilité. Mubâriz al-Dîn cria et défia Nadjm al-Dîn qui demanda au sultan ҅Izz al-Dîn la permission d’entrer sur le champ de bataille. Tel le lion et telle la panthère ils se précipitèrent l’un vers l’autre, pointant leur javelot. Les éclats du bois des javelots étaient plus nombreux que les grains de sable. Aucun des coups de lance ne fit mouche. Décontenancés, ils tendirent la main vers le troussequin de leur selle pour saisir leur massue. Mais ils joutaient en vain et on ne savait pas qui était le vainqueur et qui le vaincu, qui le vaincu et qui le vainqueur. Alors, du fourreau, ils allaient tirer l’épée, et par le tranchant de l’épée, qui offrirait la preuve concluante, ils allaient décider de l’issue du combat, lorsque depuis la ville le malik ҅Alâ al-Dîn ordonna que l’on rappelât Mubâriz al-Dîn. Celui-ci, entendant l’appel des hérauts165, se retira. Sur ce, Nadjm al-Dîn Bahrâmshâh se rendit aussi chez le sultan qui loua sa constance et lui offrit un vêtement honorifique. Du début du printemps jusqu’au début du printemps de l’année suivante des heurts de ce genre eurent lieu quotidiennement.

122Au cas où le sultan parviendrait à conquérir la ville, il posa devant celle-ci la première pierre d’une medersa afin de créer des fondations pieuses et offrir aux boqara une vie paisible. Et, si la prise de la ville devait durer encore quelque temps, le bâtiment servirait d’abri à la cour. Lorsqu’Ankara fut libérée, le sultan tint sa promesse et créa les fondations pieuses. Mais lorsque ҅Alâ al-Dîn [Kay-Qubâdh] vint à régner, il ordonna que l’on démolît ce qui avait été déjà construit et que l’on supprimât les fondations pieuses. Cependant les ruines de cette medersa existent encore aujourd’hui.

  • 166 Enterré à Ankara, Cf. Konya 2 (1937) p. 838, note 1.
  • 167 Ces émirs sont particulièrement appréciés comme chefs des gardes-frontières. On souligne leur géné (...)

123Mais revenons à notre sujet : Chaque émir bâtit une maison et tous y passèrent cet hiver. Lorsque les étendards du Khosraw des planètes (du soleil) eurent atteint le point équinoxial du printemps, que le zéphyr souleva les voiles des femmes et que la fiancée de la prairie révéla sa grâce, la détresse frappa les occupants de la forteresse, tant étaient grands le manque de nourriture et la misère. Les habitants de la ville, tenus sous la contrainte, acceptaient le cadeau du destin en buvant le poison du calice. Avec l’approbation du malik ҅Alâ al-Dîn, ils se mirent à négocier la paix. Ils envoyèrent donc un messager auprès de l’émir Sayf al-Dîn Aybe afin de demander pardon. L’émir Sayf al-Dîn permit à ce messager d’aller baiser la main du sultan ҅Izz al-Dîn. Lorsque le messager eut présenté les requêtes, les lettres, la demande d’aide et les prières d’intercession que les habitants avaient adressées au nom du malik ҅Alâ al-Dîn, le front béni du sultan ҅Izz al-Dîn se plissa sous le plaisir. Il fit venir les grands émirs, le malik al-҅Umarâ Ḥusâm al-Dîn Amîr Tshoban ainsi que le malik al-҅Umarâ Sayf al-Dîn Amîr Qyzyl166 qui faisaient partie des puissants personnages qui l’avaient aidé dans son pays167, et devant eux il prêta serment, demandant qu’aucun mal ne fût fait au malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh, qu’on le conduisît dans l’un des châteaux où il pourrait séjourner et qu’on ne lui refusât ni les vêtements nécessaires, ni le mobilier, ni la nourriture, ni les épouses. Même les habitants, qui avaient résisté, n’auraient pas à rendre des comptes. Après que le serment fut prononcé, le contrat fut scellé sur des documents où fut inscrit le serment béni du sultan. Ces documents furent confiés au messager.

  • 168 Ikdîshhân. – Ikdîsh désigne un eunuque ou un animal castré, mais désigne aussi l’enfant né de pare (...)
  • 169 La distribution publique de pièces de monnaie lancées dans la foule.
  • 170 Konya, AS, p. 140.

124Lorsque ce messager revint à la ville et eut relaté la situation, les habitants demandèrent que l’on amenât les étendards du sultan ҅Izz al-Dîn et que l’émir Sayf al-Dîn Aybe vînt. Sur l’ordre du grand sultanat, l’émir Sayf al-Dîn, en armure, se porta à la tête des troupes et entra dans la ville avec les étendards et la bannière du padischah d’alors qu’il fixa en grande pompe sur la tour du château. Et il traita aimablement tous les habitants, notables ou de petite condition. On conduisit le malik ҅Alâ al-Dîn depuis le sérail du sultanat jusque dans la maison de l’un des ikdîsh168 où on lui attribua des gardes. Puis l’émir Sayf al-Dîn conduisit les notables et les personnages en vue de la ville jusqu’au palais où on leur accorda de baiser la main du sultan et ils purent présenter leur demande de pardon et leurs excuses. Puis, accompagnés par l’émir Sayf al-Dîn, ils s’en retournèrent dans la ville où ils préparèrent le niṯâr169 pour fêter l’entrée du souverain dans la ville. Alors le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier entra dans la ville sous d’heureux auspices et prit place sur le trône. Il réjouit le cœur des divers groupes de la population en leur offrant toutes sortes de faveurs. Puis il confia le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh à Sayf al-Dîn Aybe afin de le conduire à la ville de Malatya-La-Bien-Gardée où il fut emprisonné dans la forteresse Minshâr. Sayf al-Dîn Aybe fixa le montant des frais d’entretien du malik pour la vie courante, les vêtements, la cuisine et la cave. Puis il se fit confirmer par les émirs locaux qu’il leur avait bien confié le malik en bonne santé et s’en revint. Le sultan daigna aussi revenir dans la capitale170.

La révolte de la population d’Antalya et la reconquête de cette forteresse frontière par la main des serviteurs

  • 171 Bataille de Khaybar ou de la Tranchée, ou du Fossé, ou des Coalisés. La Bataille de Khaybar ou Kha (...)
  • 172 Cerceau et couronne, termes de fauconnerie.
  • 173 Ḥakimî.

125Peu après, les esprits des infidèles d’Antalya s’embrumèrent. Brisant le calice du contrat et du pacte sur le rocher de la désobéissance et de la tromperie, ces infidèles rompirent le calme et le plaisir dont jouissait la population. Tels les juifs de Khaybar171, ils avaient sorti leur tête du cerceau de l’obéissance et leur pied de la couronne172 de l’honnêteté et méprisé les droits du sultanat. Lors d’une nuit noire, par groupes armés ces infidèles attaquèrent perfidement les membres de la force d’occupation173, blessèrent et tuèrent avec leur épée de la vengeance les nobles, les gens de petite condition, les adultes et les enfants. Jusqu’à ce que l’aube eût conquis l’obscurité de la nuit, ils s’employèrent à faire couler jusque dans la mer des torrents de sang jaillissant du corps des membres de la force d’occupation, si bien que, dès le matin, les âmes des martyrs connurent les jardins du Paradis.

  • 174 Rûzbeh, [la plaine fortunée].

126Le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier apprit cette nouvelle trois jours plus tard. Son cœur béni s’emplit d’une violente mauvaise humeur. Aussitôt des ordres furent donnés en toute hâte dans tout l’empire pour lever des troupes, réunir les émirs et dépêcher des émissaires dans tout l’empire. En peu de temps, des soldats aussi nombreux que les grains de sable sur le rivage de la mer rejoignirent le camp dans la plaine de Konya. Sous le signe de la chance et d’heureux ascendants, on dressa la tente bénie du sultan dans la plaine de Rûzbeh174 car on avait l’intention de conquérir Antalya. Le lendemain, tous se mirent en route.

  • 175 Les Byzantins.
  • 176 MB et HLP précisent que Houtsma indique in Recueil IV : « ... préoccupés à cause de la présence de (...)
  • 177 MB indique : « Probablement les Lusignan de Chypre ».

127Ce verset du Coran (X, 54) s’appliquait vraiment aux Romains175 d’Antalya : « Ils dissimuleront leurs regrets, quand ils verront le châtiment. » Se trouvant en difficulté et préoccupés176, les Romains se recommandèrent à la bienveillance des Francs177 qui armèrent en toute hâte des bateaux pour leur venir en aide. Lorsque les habitants d’Antalya aperçurent du haut des créneaux de la muraille l’aurore leur apportant l’appui attendu sur le visage de la mer, ils poussèrent des cris de joie et, lorsque sur l’océan, les coques de bois apportant le feu de l’enfer apparurent, ils pincèrent les cordes du bonheur, faisant résonner les notes graves et aigues. Ils conduisirent les Francs dans la forteresse, leur prodiguant tous les honneurs. Maintenant, ces malheureux Romains qui s’étaient lamentés s’apprêtaient à combattre et construisaient dans la ville des catapultes.

  • 178 Cf. AS p. 143.

128Lorsque l’ombre du baldaquin du roi des rois enveloppa ces ruines, le sultan ordonna aussitôt à l’armée assiégeante de prendre pour cible le centre de ce territoire. Et tel le frémissement de la flèche, que les violents (mois d’hiver) Day et Bahman font trembler, l’armée attaqua178. D’effroi, personne ne regardait par-dessus la muraille. Le lendemain, lorsque les lourdes armes, les engins de siège et les troupes à pied furent arrivés sur place, le sultan ordonna que cette même nuit on liât des gerbes de bois mort, que l’on apprêtât des échelles et que l’on actionnât les catapultes. Il ne restait plus à ces maudits Romains que de jeter des pierres par-dessus la muraille, car à cause des flèches décochées ils ne pouvaient y accéder.

129Cette affaire traînant en longueur, le sultan ordonna finalement de construire des échelles d’une largeur telle que 10 soldats pourraient y monter de front, que les héros de l’armée pourraient escalader le haut de la muraille et pourraient régler par la violence du sabre bien effilé ce combat pour le droit. Il va de soi que l’on s’en tînt à cet ordre et que l’on construisît les échelles demandées. Le groupe de soldats qui devait amener les échelles sous la muraille, celui qui devait escalader les échelles et celui qui devait procéder aux jets de flèches furent formés et désignés. Le lendemain, l’armée prit les armes. Les plumes et les ailes de l’aigle du baldaquin-conquérant-du-monde se déployèrent et l’étendard-coutumier-des-victoires s’avança. Le sultan ordonna que les héros de sa suite vinssent auprès de lui et leur fit de belles promesses, afin qu’ils prissent part à l’attaque qui surprendrait l’ennemi et qui pourrait, dans l’océan, s’avérer meurtrière pour eux-mêmes, et afin qu’ils fissent couler des torrents de sang jaillissant des veines, sources trop pleines de ces infidèles.

  • 179 Jets, terme de fauconnerie.
  • 180 Ellibâšiyân. AS p. 145. Houtsma, Recueil, III p. 128, 1. Cf. aussi Uzunçaršılı, Medhal p. 111.
  • 181 AS p. 146.
  • 182 Gouverneur militaire. Cf. Houtsma, Recueil III, p. 128, 9 sübašylyġy.
  • 183 Ḥâṣṣ.
  • 184 Dîvân-i-a‘lâ.
  • 185 Iqṭâ‘ât.
  • 186 Fatḥnâme.

130Ce verset (Coran LII, 9-10) s’appliquait vraiment à l’attaque : « Le Jour où le ciel sera agité d’un tourbillonnement, tandis que les montagnes se mettront en marche. » Les échelles furent dressées et les héros, tel le soleil apparaissant parmi les planètes, les escaladaient par dix, vêtus d’une légère armure, équipés de lourdes armes de taille et brandissant l’épée. À chaque assaut les héros précipitaient les Francs postés sur la muraille qu’ils franchirent pour aller ouvrir la porte de la forteresse. Les troupes se ruèrent alors dans la forteresse et un bain de sang coula. On considéra qu’épargner les puissants et les faibles, ou leur faire grâce, était interdit par la loi. Comme butin on s’empara des biens et des membres des familles de ces infidèles et on fit des prisonniers. Le lendemain, le sultan entra dans la ville et prit place sur le trône du pays. Ainsi tenait-il à nouveau par les jets179 le faucon qui s’était envolé pour la chasse. Il fit apprêter un festin et offrit des présents aux émirs, aux chefs des armées, aux chefs des sections180 et aux courageux qui bravèrent la mort avec les troupes, qui, cette fois encore, avaient été victorieuses. Il les couvrit de faveurs dont tous se réjouirent. Une semaine après le combat, il leur offrit le festin. Puis il porta son regard sur tous les magasins de provisions. Il fit apporter ce qui manquait et compléter ce qui était en trop petit nombre, si bien qu’après l’extrême pénurie, rien ne manqua. Il fit réparer, surélever la muraille et colmater les brèches. Il nomma à nouveau l’émir Mubâriz al-Dîn Ertöküsh181 à la fonction de serlešker182, afin que, grâce aux connaissances qu’il avait sur la situation dans les régions côtières, il apaisât les esprits et ramenât sur leurs propres terres ceux qui avaient résisté ou s’étaient enfuis. Le sultan s’empara de la fortune et des affaires des traîtres, les destina aux biens de la couronne183 et les fit porter sur les livres de la haute cour des comptes184. Il en attribua une partie aux fiefs militaires185. Alors le sultan s’en retourna à Konya et fit écrire des lettres, destinées au monde entier, annonçant la victoire186 et envoya aux princes des pays voisins de nombreux présents prélevés sur le butin.

L’expédition du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier à Sinope et la conquête de cette ville à l’époque de son règne béni

  • 187 Cf. le roman de Khosrow et Chîrîn in Les cinq poèmes de Nezâmî, folio 58v, éd. Anthèse, Bibliothèq (...)
  • 188 AS p. 147. Il s’agit d’Alexis Ier Comnène, empereur de Trébizonde (1204-1222). Cf. Lehmann, Nachri (...)

131Lorsque le visage du printemps apparut à nouveau derrière le voile du nuage incitant à la guerre et que la main de la nature eut déployé le tapis multicolore sur le visage des montagnes et des plaines, le sultan, selon ce verset (Coran, X, 24) : « Quand la terre revêt sa parure et s’embellit », eut l’idée d’entreprendre une expédition à Sivas et enfourcha son cheval-qui-embellit-le-monde pour se rendre dans cette région. Un jour, où il était assis à la table d’un festin digne de Chosroe187, arrivèrent soudainement des émissaires de la garde des territoires frontières venant de Sinope. Ils tendirent au sultan une lettre scellée signifiant que Kîr Aleks188, tekfur de Ǧânît, avait commis un extraordinaire crime en entrant sur les terres du padischah, où il commit des ravages. Le sultan, apprenant cette nouvelle, ne laissa rien deviner de son trouble, afin que les plaisirs de ses commensaux ne fussent gâchés. Le lendemain il fit venir à lui les émirs et leur fit part de la situation. Tous furent pris d’un torrent de colère, tous tombèrent dans le marécage de la rage et dirent : « Si le roi du monde l’ordonne, le sabre des serviteurs de l’état, avide du sang de ce gredin, se baignera dans la plaie béante du crâne maudit de ce coquin. Et les armées-toujours-victorieuses, maniant la faucille de la violence, moissonneront les champs de ses territoires. » Le sultan interrogea les gens qui connaissaient Sinope. Ils répondirent : « On ne peut prendre Sinope en combattant. Assiégez-la peut-être assez longtemps, afin que ses habitants connaissent la détresse par manque de provisions et d’aliments. Si aucune aide ne leur parvient par terre ou par mer, cette ville pourra être prise. À notre avis, l’armée doit entreprendre, cette année, une expédition contre ce territoire, ramener les membres des familles comme esclaves, dévaster champs et campagnes et procéder ainsi pendant quelques années envers eux. » Les émirs au service du sultanat suivirent cet avis à la lettre.

  • 189 Zaradḥane-i-ḥâṣṣ. Cf. Uzunçarsili, Medhal, p. 89.
  • 190 Ûlâq.
  • 191 « Capella n’est pas seulement l’étoile la plus brillante de la constellation du cocher (d’où son a (...)

132Le lendemain, ils se mirent en grand nombre en route pour Sinope. Les espions les informèrent que Kîr Aleks, accompagné de cinq cents cavaliers, se déplaçait dans cette région pour chasser et ne se doutait de rien. Lorsque les chefs des troupes entendirent cette nouvelle, ils accélèrent la marche à la vitesse de l’éclair qui fend le ciel. Ils surprirent le tekfur à son camp de chasse et saisirent sa vie au col comme la mort s’annonce subitement dans une partie de plaisirs. Bien qu’il se débattît violemment, ils le firent prisonnier et l’emmenèrent au campement des troupes-toujours-victorieuses. Une petite partie de l’armée du tekfur avait été tuée et les survivants, enchaînés les uns aux autres, servirent dans l’arsenal189 du sultan, où des gardes attentifs les surveillaient. Puis, on dépêcha aussitôt un cavalier de liaison190 auprès du sultan pour lui relater l’assistance divine dont avait joui son armée et aussi cette victoire inattendue. Lorsque le sultan eut pris connaissance de ce message, il fit suspendre la bannière de la félicité au-dessus de la pointe de l’étoile Capella191 et au-dessus de la constellation de l’étoile Sirius et ordonna que l’on surveillât bien ce gredin de tekfur enchaîné, car la suite impériale se rendrait à Sinope, où l’on discuterait de tout ce que la raison considèrerait comme nécessaire.

  • 192 Murruwwa.

133Le lendemain, le sultan se rendit dans la région de Sinope et lorsqu’il arriva dans cette région toutes les troupes sous les armes réservèrent aux étendards du sultanat l’accueil mérité et, à distance, baisèrent la terre du dévouement. Lorsque le sultan fut dans sa tente bénie, il ordonna d’amener ce Kîr Aleks enchaîné par les pieds. Lorsque celui-ci se fut approché du trône, il baisa le sol de l’humiliation et de la soumission. Le sultan, dans sa noblesse d’âme192, le traita aimablement et lui dit qu’il ne devait pas se sentir abattu. Et, comme sa personne était en sécurité, le sultan ajouta qu’il pourrait répondre à ses autres souhaits. Un temps, Kîr Aleks fut retenu là, puis on lui permit, toujours enchaîné, de regagner ses quartiers.

134Le lendemain, le sultan ordonna à tous ses soldats en armes de se mettre en selle et d’encercler la ville fortifiée jusque loin dans les terres. Il fit dire à Kîr Aleks ceci : « Comme notre armée impériale a pénétré dans cette région, il est impossible qu’elle se retire sans avoir atteint son but ». Et il fallait que le tekfur dépêchât un de ses gens dans la ville pour s’adresser aimablement aux assiégés. Le tekfur choisit, parmi les émirs prisonniers et survivants, l’un de ses grands émirs qui, sur ordre du sultan fut délivré de ses chaînes et conduit auprès du tekfur. Celui-ci signifia au grand émir que les assiégés devraient livrer la ville. Mais ces assiégés à la courte vue donnèrent cette réponse folle : « Si Kîr Aleks a été fait prisonnier, il a cependant des fils bien nés. Nous allons désigner comme notre souverain l’un d’entre eux et nous ne cèderons pas ce pays aux musulmans ». Le sultan ordonna que l’on rassurât les habitants cette fois encore, mais ce fut en vain. Le lendemain, il donna l’ordre d’amener le tekfur lourdement enchaîné à la lisière de la ville et de le torturer jusqu’à ce que la ville se livrât, sinon on tuerait ce Kîr Aleks. Les bourreaux le soumirent alors à la torture. Il fit entendre des gémissements et des cris de douleur :

  • 193 Sanǧaq-i-Sulṭânrâ ḥvâstend.

135« Ô, impies que vous êtes, ne voyez-vous pas que l’on va me tuer et que l’on va vous jeter avec cruauté et violence dans la cohorte des prisonniers de guerre ? Pour qui donc tenez-vous encore la ville ? »« Et cet appel que je vous ai adressé est comme le murmure du vent sur la montagne sourde. » Ce jour se passa ainsi jusqu’à la nuit. Le lendemain, le sultan ordonna de pendre Kîr Aleks par les pieds et de le supplicier jusqu’à l’épilepsie. Lorsque les habitants de la ville virent que la condition de leur souverain avait atteint un degré insupportable, ils crièrent : « Que l’envoyé du tekfur revienne en la ville car nous avons quelque chose à lui dire. » Lorsque le messager fut revenu dans la ville, ils dirent : « Si le sultan jure qu’il ne tuera pas le tekfur, qu’il lui permettra de revenir en son pays sain et sauf, qu’il nous accordera le pardon pour notre vie, notre maison, nos biens et nos enfants et qu’il permettra de nous rendre là où nous le voudrons, alors nous lui livrerons la ville. » Le sultan affirma en présence du tekfur et du messager son bon vouloir par un serment. Lorsque le messager eut apporté en la ville le document portant le serment, les habitants, apaisés et satisfaits, demandèrent que l’on amenât les étendards du sultan193.

  • 194 D’après l’époque, le 15 juillet. Houtsma, Recueil III p. 136. Cette date est la même in AS p. 152.
  • 195 Nôṭârân. Vraisemblablement les rédacteurs du département grec de la chancellerie d’état.
  • 196 Les mamelouks avaient encore pour habitude que, lors de festivités, les porte-étriers (rikâbdâr) f (...)

136Ce 26 djumada II de l’an 611 (01 novembre 1214 apr. J.-C.)194, une partie des gens du tekfur et une section de l’armée-toujours-victorieuse apportèrent en la ville, avec tous les honneurs dus, les étendards du sultan que l’on dressa sur la muraille. Le lendemain, sur ordre du sultan, les troupes se mirent à cheval et se positionnèrent sur une seule rangée face à la ville. Les notables et les personnages connus de la ville, accompagnés des émirs qui, la nuit précédente, étaient revenus en la ville, vinrent jusqu’à la porte de la ville et baisèrent le sol. Ils virent que le tekfur se tenait debout à côté de l’étrier du sultan. En présence du tekfur, ils donnèrent les clefs de la ville aux serviteurs du sultan, offrirent des vêtements honorifiques à quelques gens, firent demi-tour et distribuèrent à la ronde l’argent prévu (nitar). Comme il l’avait souhaité, le sultan entra dans la ville, prit place sur le trône et organisa un festin. Il libéra le tekfur qu’il retint un temps debout, afin que celui-ci lui rendît l’honneur dû, puis lui ordonna de prendre place sur un siège qui (dans la hiérarchie) était placé plus haut que les sièges de tous les émirs de l’état. Il le traita ainsi tout à fait selon sa distinction. Puis, le sultan laissa cette journée se dérouler sous le signe du bien-être et des plaisirs. Le lendemain, avant d’aller faire une promenade à cheval, il fit venir le tekfur et exigea de sa part qu’il prêtât serment et qu’il scellât un contrat. Le tekfur prêta serment selon le texte que les notaires195 du dîvân du sultanat avaient rédigé : « Dès que le sultan m’aura accordé le pardon pour ma vie et promis à moi-même et à mes enfants de posséder le Ǧânît, en excluant Sinope et ses dépendances, moi, Kîr Aleks, je lui ferai parvenir chaque année 10 000 dinars, 500 chevaux, 2 000 vaches, 10 000 moutons et 50 charges de divers présents et, comme le sultan me demande aujourd’hui de l’aide, je ne refuserai pas de lui prêter main-forte dans la mesure de mes moyens. » Tous les grands dignitaires représentant les deux parties étaient présents pour témoigner que l’acte avait été scellé. Lorsque le document portant le serment fut déposé aux archives de l’état, le sultan attribua au tekfur un précieux vêtement honorifique et ordonna qu’on lui apprêtât aussi un cheval. Le tekfur était un homme ingénieux. Aussi, dès que le sultan eut mis pied à l’étrier, il prit des mains du porte-étriers la chabraque196, la mit sur son épaule et s’en alla tout simplement. Après qu’il s’en fut allé quelques instants, le sultan ordonna qu’il rendît la chabraque au porte-étriers et qu’il se mît lui-même en selle. L’un à côté de l’autre ils chevauchèrent ainsi ça et là, faisant la conversation. Le sultan chevaucha pendant une heure près de la côte, puis revint en la ville, demanda que l’on dressât la table et fit apprêter le festin. Le vin faisant effet, il fit preuve envers le tekfur de beaucoup d’honneur et lui permit de rentrer en son pays et d’emmener qui il voudrait parmi ses gens et ses partisans. On arma des bateaux pour lui et ses partisans et le tekfur, après avoir pris congé et baisé la main du sultan, monta à bord et vogua vers le Ǧânît.

  • 197 In AS p. 154 on apprend qu’il s’agit de marchands (ḥvâǧeǧân) qui possédaient « biens et richesses  (...)
  • 198 Ḫaṣṣ. Cf. Houtsma, Recueil III, p. 138, 13.
  • 199 MB : Cuma cami est un nom donné aux églises transformées en mosquées jusqu’à l’époque ottomane, cf (...)
  • 200 La chaire prévue pour le prêche (ḫuṭba).
  • 201 Serlešker. Cf. Houtsma, Recueil, p. 139, 1 sübašylyǧy.

137Puis le sultan ordonna de sélectionner, dans chaque ville, un marchand possédant un bon capital197 et d’envoyer tous ces marchands à Sinope. Avec leur accord, on leur achèterait leurs biens mobiliers et immobiliers destinés à la cassette privée198 et on les dédommagerait à la juste valeur de leurs biens. Suite à l’ordre donné, on envoya à Sinope les marchands de renom, venus des pays d’alentour. Les nâ’ib convoquèrent toutes les familles qui s’étaient dispersées et les ramenèrent dans leurs foyers. On transforma les églises en mosquées du vendredi199, on nomma des cadis, des prédicateurs (ḫaṭîb) et des muezzins et on créa des minbars200. On désigna les commandants des forteresses et des garnisons. On colmata les brèches de la muraille. L’un des émirs fut nommé gouverneur militaire201 et le sultan lui attacha une vraie armée pour défendre cette région. Puis le sultan se rendit de Sinope à Sivas et accorda aux émirs la permission de rentrer dans leur pays.

Le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier envoie le Cheikh Madj al-Dîn Ishâq à Bagdad pour faire part de la conquête de Sinope

  • 202 Malik Ashraf Muẓaffaraddîn Mûsâ. Ayyoubide de Majjâfâriqîn, 607-617 / 1210-1220. Cf. Ḫalîl Edhem, (...)
  • 203 Šarwâl-i-futuwwa. Cf. AS p. 155 (sic !).

138Le malik Ashraf202 avait abattu avec le carreau de son arbalète une grue qui volait au zénith dans le ciel et qui était ainsi tombée sur le nadir de la terre. Cette grue étant destinée au grand calife, elle lui fut envoyée avec de riches présents portés par un messager. Le califat répondit au malik Ashraf par de très nombreuses marques de faveur. Comme le sultan apprit cela et qu’il venait de conquérir Sinope, il dépêcha auprès du calife, Madjd al-Dîn Ishâq, cheikh du monde et exemple de la terre, porteur de présents (joyaux, sofas recouverts de brocarts, soieries brochées), de croix d’or serties de joyaux et de vases d’argent. Il lui demanda aussi de livrer au calife la nouvelle bénie concernant la formidable conquête de Sinope qui était un plaisir pour les yeux des rois et qui conférait à l’islam plus de force. Le sultan sollicitait aussi l’investiture par l’habit de la futuwwa203.

  • 204 Šarwâl. Cf. AS p. 156.
  • 205 Kitâb-i-futuwwa. In AS p. 156-158 se trouve la lettre d’investiture du calife Aḥmad an-Nâṣir lidîn (...)
  • 206 Cf. AS p. 158 (sic !). Pour mailâ’, Cf. Steingass : mailâ’ « a mode of rolling the sash round the (...)
  • 207 Durrâ’a. Cette robe fendue jusqu’à la région du cœur, avec boutons et boutonnières, était tout d’a (...)
  • 208 Mešfû‘ bemiqra‘a. Monsieur Necati Lugal m’a éclairé sur l’usage du mešfû ‘be selon Ibn Bîbî, et je (...)
  • 209 Le chapitre se termine par des louanges adressées au Šâḥib Dîvân (‘Aṭa Malik Ǧuwainî) et par le so (...)

139Lorsque le cheikh Madjd al-Dîn arriva au siège du califat et à la résidence de l’imamat, le calife lui réserva d’extraordinaires honneurs. Et, lorsque le temps vint de lui permettre de partir, on le renvoya porter au sultan le vêtement204 de la chasteté et de la pureté et aussi le manteau de la muruwwa qui couvrit le corps béni du souverain des croyants, puis encore la lettre d’investiture de la futuwwa205, puis encore le turban noir comme le nuage206, et puis encore la robe207 avec le fouet208, et puis encore le diplôme du sultanat qui inclut le rappel de l’application dans le pays des règles de la charia concernant les punitions, puis encore cinq mulets aux sabots légers ferrés d’or avec tout leur harnachement, puis encore cinq chevaux arabes parés de couvertures de soie noire brodées de fils d’or, puis encore cinq chameaux du Hedjaz, et puis enfin d’autres présents et témoignages de faveur. L’âme du sultan se réjouit beaucoup de ces marques de faveur et d’honneur et, le cœur empli de fierté, il s’accorda des louanges qui montèrent au-delà du ciel209.

L’expédition du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier à Tarse

  • 210 HLP : Difficulté de lecture entre Khanjar band et Khanjar-e bid.
  • 211 C’est-à-dire le soleil.
  • 212 Khotan (ou Hotan) est une ville de la région autonome du Xinjiang en Chine. C’est une ville-oasis s (...)
  • 213 Weinhumpen von zehn Men Inhalt. Inhalt = contenance. Or, Duda note en annexe p. 348 in Muḫtaṣar : m (...)

140L’armée des mois d’hiver Day et Bahman faisait son entrée, lorsque le sultan, après avoir conquis Sinope, s’en revenait le cœur joyeux [à Sivas]. Et le glaive du saule210 se décomposait dans la poussière de la bassesse, comme les vertueux se décomposeront un jour. Lorsque le poisson d’argent Sîm eut revêtu sous l’armure du lac (ġadîr) son plastron par crainte des aiguilles du froid, le sultan, tel le Khosraw du quatrième climat211, s’assit les jambes croisées sur les quatre coussins du bonheur et mit l’encens dans le brûleur de la gaieté. Le sultan passa ainsi les journées d’hiver auprès de ses favorites originaires de Khotan212 en buvant le vin dans des gobelets de dix men213.

  • 214 Sortant des signes du zodiaque sagittaire et poissons.
  • 215 Cf. AS p. 162 (sic !). Houtsma, Recueil III p. 142, 5. Selon Hasan Fehmi Turgal, Yabanlı Pazar, tel (...)
  • 216 Umarâ’-i-halwat.
  • 217 AS p. 162 Muḥaṣṣilân-i-wuǧûh-i-ḫarâǧ.
  • 218 Léon II, 1187- 1196, puis roi Léon I (1196-1219), roi de Petite-Arménie. Cf. notes 24 et 131. Cf. a (...)

141Lorsque le soleil d’Orient sortant de la Maison de Jupiter214 parvint dans la constellation du bélier, le sultan se rendit à Kayseri-La-Bien-Gardée. Avec les plus éminents émirs et les hommes de confiance du plus noble palais, il remplissait ses journées à propager les lois de la justice. Il donna l’ordre aux émirs de l’empire de se rendre en urgence avec toutes les troupes à la prairie de Benli Bazar215, tandis que les grands émirs devaient rejoindre la cour. Tous les chefs des troupes et tous les guerriers se rassemblèrent donc au marché de Benli et les émirs, confidents du sultan216, se hâtèrent de rejoindre ce dernier, lui apportant des présents. Entre-temps, les hommes chargés de récolter le tribut217 revinrent de Sis, rapportant de lourdes plaintes émises à l’encontre du tekfur Lîfôn218. Lorsque le sultan eut entendu ces plaintes, la colère et la fierté se mirent à gronder dans toutes ses veines. Il appela aussi les émirs absents et leur présenta la situation. Tous furent d’avis de dire que l’on devait châtier cet insolent, que cela était nécessaire et de la plus grande importance. Ils ajoutèrent cependant que l’invasion du pays de Lîfôn était tout-à-fait impossible en cette saison à cause de la grande chaleur. Si le sultan portait son armée-toujours-victorieuse dans son cœur, il devait la laisser camper dans la grasse prairie de Benli jusqu’à l’automne, afin que les animaux pussent être bien nourris. Puis, aussitôt la grande chaleur de l’après-midi évanouie, guidés par le bonheur de l’aide divine et par l’éclat de la puissance du sultan, on entreprendrait l’expédition guerrière. Et on châtierait cet homme comme il le fallait. Le sultan approuva cet avis. Et au début de l’automne

Plutôt que poussière, les vents dispersaient parfums de musc et d’œillets,
Plutôt que des fruits, les branches portaient rubis et émeraudes,

  • 219 CF. AS p. 163. Houtsma, Recueil III p. 143, 10. Cf. aussi Konya 2 (1938) p. 940 Kuşi Dere et Gökeri(...)

142les troupes-toujours-victorieuses, tels les serviteurs des idoles se rendant au temple, se mirent en marche et se hâtèrent vers le très noble palais. Puis, le baldaquin du sultan, passant par Kûsî Dere, se rendit à Kûkrin219, là où se trouvait le campement.

143Lorsque le tekfur eut appris que le sultan était entré avec sa puissante armée dans le pays de Sis, il s’agita tel le mercure dans sa fiole et fut consterné d’avoir oublié son devoir. Il comprit donc, qu’à cause de son mauvais comportement, il s’était fourvoyé vers un destin funeste et qu’il pataugeait dans la région dangereuse conduisant à la mort. Se trouvant dans l’impasse pleine de dangers, il ne trouva pas la force de chercher conseil. Bon gré mal gré, il rassembla des troupes venues de tous côtés et se prépara au combat « comme quelqu’un qui cherche à creuser sa propre tombe ».

Le siège de la forteresse de Ǧinǧîn220 et sa prise par les serviteurs du sultan

  • 220 Cf. Houtsma, Recueil III p. 143, 20 et AS p. 164 (sic !). Konya 2 (1938) p. 940 Čincin.
  • 221 Cf. AS p. 164 (sic !). – Houtsma, Recueil III p. 143, 20.
  • 222 Bien que dans la suite du texte on cite la forteresse de Kânǧîn, le do (deux) surprend dans ce pass (...)
  • 223 Nuwwâb-i-Dîvân.

144La suite du sultan arriva devant la forteresse221 de Ǧinǧîn avec une armée telle que ni la plaine ni la montagne ne pouvaient la concevoir. De cette forteresse on disait que le tekfur Lîfôn n’en avait pas de plus puissante. Le sultan eut l’idée de s’emparer de ces deux forteresses222. Il ordonna de positionner les catapultes. Rien que le sifflement du vent, produit par les catapultes, déconcerta les occupants de la forteresse et, trois jours et trois nuits durant, la mort, telle la grêle, enveloppa leur vie. Subissant cette situation, les occupants de la forteresse se lamentaient, demandant pardon. Ils demandèrent trois jours de délai et, si au bout de ce délai aucune aide ne leur était apportée par le tekfur, ils livreraient la forteresse. Lorsque leur messager se présenta au tekfur, celui-ci répondit : « Je ne peux pas me secourir moi-même. Je n’ai donc pas la force de vous assister. » Lorsque les occupants de la forteresse entendirent ces propos, ils demandèrent pardon pour leur vie, leur maison, leurs biens et leur famille. Pour répondre à leur prière, on rédigea un firman. Puis on dressa la bannière sur la forteresse et les nâ’ib223 du dîvân entrèrent dans la forteresse et mirent sous leur bonne garde les greniers à provisions. On nomma un commandant de la forteresse ainsi que la garnison.

  • 224 Cf. AS p. 165 (sic !). Houtsma, Recueil III, p. 144, 21.

145Puis, le sultan se rendit à la forteresse de Kânǧin224 que les occupants aménagèrent pour se défendre et résister. Le sultan ordonna de mettre en service les catapultes, de percer des brèches dans la muraille et d’en finir avec ces infidèles. Les soldats amenèrent les échelles pour l’assaut et, pour l’honneur du sultan, engagèrent le combat. Répondant à l’ordre qui arrivait du palais du sultan, ils livrèrent une bataille sanglante et, surgissant de tous côtés, se ruèrent sur la forteresse. Grâce aux flèches décochées, les archers masquèrent leur armée à la vue des occupants de la forteresse. Dans un assaut, les héros se ruèrent dans la forteresse et il s’en suivit une telle mêlée et un tel bain de sang que le sang coulait des crânes des morts comme le sang coule à flot dans les veines. Puis, les soldats ouvrirent la porte de la forteresse, si bien que le reste de la troupe put y entrer. Les occupants de la forteresse subirent vols et saccages. On les fit prisonniers et on les exécuta. Après que l’on eut accompli cette affaire importante, les nâ’ib du dîvân entrèrent dans la forteresse et firent l’inventaire des provisions et des armes.

  • 225 Amîr-madjlis : maître des cérémonies. Cf. Cahen, p. 183, 200 : Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh.
  • 226 Cf. Houtsma, Recueil III p. 145, 16.
  • 227 Umarâ-ṭalâya.
  • 228 Basilios.
  • 229 D’après la communication du Prof. Dr. Nerses Akinian, Ôshîn était jadis un nom arménien très couran (...)
  • 230 Selon Dr. Akinian, ḳondeṣṭabl signifiait à l’époque : général en chef.

146Puis, on se prépara à combattre ce maudit Lîfôn. Mais lui aussi venait au combat, même s’il se montrait hésitant et craintif. L’amîr-madjlis225, qui avait été jadis l’émir de l’avant-garde, et qui avait sous ses ordres 3 000 cavaliers fidèles, s’avança avant l’aube avec deux hommes de son proche entourage [vers les infidèles] et, tous trois déguisés, s’approchèrent des troupes de ces infidèles pour s’informer sur l’état de leur avant-garde. Soudain ils furent encerclés par les infidèles qui abattirent leurs chevaux par des jets de flèches. Ils prirent la fuite à pied, se réfugièrent sur une colline226 et, brandissant l’épée et la massue et tirant des flèches, ils repoussèrent le mal que leur infligeaient les infidèles. Lorsque le soleil se leva, les émirs de l’avant-garde227 se rendirent auprès de l’amîr-madjlis, mais virent qu’il s’était éloigné de la position dont ils avaient convenu. Lorsqu’ils constatèrent ce qui s’était passé, ils s’approchèrent du camp de l’armée du tekfur. Cent hommes de la garde du corps de l’amîr-madjlis se mirent à cheval. Ils étaient ces héros que l’amîr-madjlis pouvait engager contre mille guerriers aguerris et auxquels il avait attribué des fiefs militaires et des privilèges particuliers. Ces héros se rendirent sur une colline surplombant l’armée des infidèles et aperçurent soudain un homme qui s’était réfugié sur une colline et qui était encerclé par les infidèles. Tous les héros filèrent à bride abattue, dispersèrent et mirent en fuite les infidèles qui avaient encerclé l’amîr-madjlis. Ils amenèrent un cheval et y firent monter l’amîr-madjlis qui, une fois arrivé devant son armée alignée en rangs serrés, informa le sultan sur l’état d’esprit et la situation des infidèles qu’il avait pu constater : « Moi, ton serviteur, je sais parfaitement quelle est la force de l’armée arménienne et quel est le nombre de ses soldats. Si le sultan du monde en donne l’ordre, les troupes à cheval peuvent, telles quelles, engager la bataille. » Le sultan en donna l’ordre. Aussitôt toutes les troupes produisirent un grondement de tonnerre et un bruissement de vagues. Chaque section était pareille à une montagne d’airain et à une mer de flammes. Bien alignées, ces sections, qui avaient la rage de combattre, se lancèrent tel le destin funeste sur l’ennemi. Même Lîfôn se positionna avec ses hommes, cavaliers et troupes à pied, face aux héros du sultan et il fit se positionner sur le front le baron Fâsîl228, le baron Ôshîn229 ainsi que le kondestabl230, qui formaient l’âme de son armée et représentaient l’espoir pour ses troupes.

  • 231 Pâlheng.

147Dès la première attaque, l’amîr-madjlis désarçonna d’un coup de lance le kondestabl, qui était connu pour sa bravoure, et ordonna que l’on mît sur sa nuque le carcan231. Puis, il le confia à un chevalier et lui dit : « Va auprès du sultan et dis-lui que je l’ai terrassé. » Et il en fut ainsi avec les barons Ôshîn et Nôshîn qu’il confia à deux chevaliers, afin qu’ils fussent conduits devant le gros de l’armée et devant le sultan. Le sultan attribua à ces trois chevaliers des vêtements honorifiques de grande valeur. C’est ainsi que le destin funeste se glissa dans l’ourlet du vêtement de leur espoir et ils prirent le chemin de la fuite. (Coran VI, 45) : « Tout ce qui restait de ce peuple injuste fut alors retranché. Louange à Dieu, le Maître des mondes ! »

  • 232 A cette époque la considération portée à un amîr-madjlis était plus grande que celle portée à un am (...)

148Grâce aux trois mille cavaliers de l’amîr-madjlis, l’affaire fut vite tranchée et il n’avait pas été nécessaire d’engager les troupes d’appui. L’amîr-madjlis entonna ce verset (Coran (XXXIII, 25) : « Dieu a épargné aux croyants le combat » et revint auprès du sultan qui lui conféra la distinction suprême et lui remit un vêtement pareil à celui que lui-même portait232.

  • 233 Au Moyen Âge la relation vivant – mort fut intensifiée. Par la proximité des cimetières, l’incorpor (...)
  • 234 Le chapitre se termine à nouveau par une bénédiction adressée au ṣâḫib dîvân Înânǧ Uluǧ Uġurlu, AS (...)

149Cette nuit-là, l’armée se reposa pour oublier la fatigue du combat, fatiguée qu’elle était d’avoir asséné des coups de massue et donné des coups d’épée. Le lendemain matin, toute l’armée – à l’instar du « pressentiment de la mort »233 – parcourut la montagne et la plaine pour chercher ce Lîfôn. Les soldats allaient à gauche, puis à droite et tuaient tous ceux qu’ils trouvaient sur leur chemin ou les faisaient prisonniers et les châtiaient. Cette incursion dans le pays d’Arménie dura une semaine. Le huitième jour les troupes quittèrent les diverses régions d’Arménie et ramenèrent un nombreux butin : chevaux, mulets et prisonniers. On apprit que Lîfôn avait regagné son château. Lorsque l’armée eut vaincu l’ennemi, dont une partie, qui résistait encore, était assiégée, le sultan revint en son pays-bien-gardé avec un butin dont le poids ne pouvait être porté par le dos de la terre. La conséquence fut donc, qu’à Kayseri, un bœuf ou un morceau de viande d’un autre bestiau s’achetait pour deux dirhems, cinq ou six moutons pour un dirhem et un jeune garçon arménien au beau visage ou une jeune fille pour seulement cinquante dirhems. Pour répondre à leur souhait, le sultan libéra les émirs et les sections de l’armée et il séjourna à Kayseri234.

Les émissaires de Lîfôn venus demander humblement la faveur du sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier] par le doublement du tribut et présenter ses excuses pour les oublis que l’on s’était permis dans le service à rendre [au sultan]

  • 235 Sis / Kozan, province d’Adana, dans l’ancienne Cilicie.
  • 236 Cf. le passage in AS p. 169-170.

150Lorsque le sultan fut revenu dans son royaume-bien-gardé, Lîfôn, qui était sorti de son refuge, apparut, devisant avec le reste des nobles pour trouver le moyen de remédier à leur mauvais sort. Tous ne voyaient qu’un moyen : suivre la voie de la soumission. Lîfôn fit donc préparer des présents de toutes sortes qu’il fit porter au sultan par des hommes choisis. Et le contenu de l’ambassade était celui-ci : « Quels que soient les désagréments qui ont pu être commis envers le roi du monde, j’ai subi la peine que je méritais, car mes émirs ont été tués, mon royaume détruit et toute mon armée balayée. Moi, ton serviteur, je mets mon espoir en l’auguste miséricorde afin que le sultan me pardonne mes péchés et m’accorde sa faveur. En vérité je devine qu’il en sera ainsi : dès que le roi du monde m’aura enlevé le pays de Sis235, il le donnera à un autre serviteur de l’état. Puisse-t-il alors me considérer d’ores et déjà comme le moindre de ses serviteurs et des fils de ses serviteurs236. Alors je mettrai à mon oreille l’anneau de la servitude, je doublerai mon tribut et chaque année, en plus de ce que je lui dois, je mettrai à sa disposition 500 cavaliers avec leur équipement, prêts à partir là où il l’ordonnera. »

151Il recueillit la faveur de plusieurs grands émirs qui se firent ses porte-paroles pour régler cette importante affaire. Tous s’exprimèrent d’une seule voix au pied du très haut trône et chassèrent le courroux hors de l’illustre cœur du juste sultan.

  • 237 Amîr-dawât.

152Il fut ainsi convenu que Lîfôn enverrait chaque année, pour la cassette du sultan, 20 000 dinars comme tribut ainsi que des présents et des dons, qu’il paierait le tribut de l’année précédente et que, dès ce jour, Lîfôn ne pouvait manquer de verser la moindre parcelle de ce qui avait été convenu lors de l’ambassade des grands émirs. Dans ces conditions, le sultan promit à Lîfôn de lui rendre le royaume de Sis et prêta donc serment. Il confia à Ḍiyâ al-Dîn Qara Arslân, alors émir de la chancellerie237, la tâche d’apporter sa réponse à Lîfôn, celle d’encaisser le reste du tribut et celle de lui transmettre le nouveau document concernant le titre de souveraineté sur ce pays. Lorsqu’on apprit à Lîfôn la venue de l’émir, il vint lui-même l’accueillir, le logea en son propre château et, pour l’honorer, lui offrit tout ce qu’il pouvait. Le lendemain, en présence des plus dignes témoins, on lut le firman du sultan ainsi que le document confirmant la souveraineté de Lîfôn sur le pays de Sis. Lîfôn se prosterna, front à terre, prononça des souhaits de bénédiction et fit distribuer de l’argent à la ronde. Le lendemain, le sahib Ḍiyâ al-Dîn composa un écrit afin que le tekfur prêtât serment sur tout ce qui avait été convenu. Puis, on rédigea le contrat. Puis, le tekfur envoya à la trésorerie du sultan les 10 000 dinars qu’il devait ainsi que la somme semestrielle de 10 000 dinars comme avance sur le tribut ainsi que d’autres présents.

  • 238 Le sultan passa l’hiver à Antalya qu’il quitta au printemps pour se rendre à Kayseri. Ce chapitre s (...)

153Lorsque Ḍiyâ al-Dîn fut arrivé à Kayseri, qu’il eut présenté le reliquat du tribut, les présents, les dons et le document portant le serment du tekfur, le sultan rendit un extraordinaire hommage aux émissaires et libéra les émirs qui étaient emprisonnés. Dans les diverses régions de l’empire, on fit porter des firmans, dont le contenu était le suivant : « À ce jour, les obstacles dus aux querelles fomentées par nos ennemis sont levés. Ouvrez les routes aux voyageurs et aux marchands des pays et n’importunez personne ». Et le sultan, le cœur joyeux, renvoya les émissaires238.

Le mariage du sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier] avec l’une des filles des enfants du malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh b. Dâûd, prince d’Erzindjân

  • 239 Formule tirée de deux hadith. Cf. Sujûṭî, al-Ǧâmi‘ I p. 324 et Ibn al-Athîr II p. 22.

154Le sultan se sentit obligé de suivre les commandements divins, de se conformer à toutes les questions juridiques et religieuses et de suivre les préceptes du Prophète conformément au texte : « Faites bien votre choix pour donner votre semence, car les dons naturels se donnent en héritage »239. Il voulut avoir une perle dans sa couche, afin de réjouir son illustre harem par ce joyau illuminant la nuit qui est le produit de l’huître perlière porteuse de la dignité des parents et de la générosité de ceux-ci. Il envoya le messager porter sa pensée dans toutes les contrées du monde où il ne trouva pas de dynastie plus honorable que la famille du malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh. Car cette huître perlière, cette perle trouvée par le plongeur, cette perle du siècle, était sortie de la mer d’Oman qui offre perfection et bienfait. Elle était sortie des reins purs de la brillante descendance du sultan Qilidj-Arslân et avait jailli des racines de la dynastie seldjoukide. Après avoir longuement consulté l’oracle et avoir reçu d’heureux conseils, le messager n’avait rien trouvé qui ait pu surpasser ce choix. Le sultan fit apprêter de précieux présents et des dons de grande valeur, pris dans son trésor. Il confia le soin de solliciter la main de sa fiancée à l’un de ses hommes avisés, chargé d’apporter les présents et les dons. Lorsque le prince apprit cela, il vint accueillir le messager avec tous les honneurs dus et le logea dans son illustre maison, considérant qu’il était de mise de lui porter la plus grande attention.

  • 240 Die Schar = la bande, du germanique bandwa, étendard.
  • 241 Cf. Harems, mythe et réalité, p. 97-105, Altan Gokalp, Ouest France, 2008.

155Le lendemain, le prince fit organiser une audience publique et appela le messager qui, après avoir baisé la lettre du sultan, la donna au prince, exposa la demande, répondit aux questions et offrit ensuite, dans l’ordre des choses, les présents aux trésoriers. Le prince s’écria en présence du peuple : « Par quels mots pourrait-on remercier le sultan pour cette générosité ?! Si l’ordre avait été donné de faire entrer mon enfant sous l’étendard240 des concubines241 et des esclaves, il y aurait eu assez de motifs à se féliciter d’avoir une telle descendance. Mais, voyez quel hommage courtois nous rend le sultan ! Et c’est avec obéissance que j’accepte cette demande en mariage. Mais, il serait juste que vous accordiez à ma fille un délai de trois mois afin que l’on puisse effectuer les préparatifs nécessaires et apprêter son trousseau. »

  • 242 Ṣadr Qâḍî.

156Le prince fit apporter au messager divers présents et rédiger la lettre-réponse dont le contenu exprimait son dévouement, son obéissance et ses remerciements. Il confia cette lettre au messager. Puis il s’occupa du trousseau, des préparatifs, manda des artisans habiles et d’excellents orfèvres qu’il fit travailler pendant trois mois, nuit et jour, afin de façonner des diadèmes sertis de pierres précieuses, des bracelets de cheville parfumés aux extraits d’ambre gris, des précieuses bagues ornées de sceaux, des bracelets et des vêtements précieux sertis de divers joyaux. Il fit parer les sabots des mulets de fers dorés, fit préparer des chevaux aux sabots légers comme le zéphyr et toutes sortes de dromadaires pareils à des montagnes et capables de porter d’énormes et incommensurables charges. Il fit apprêter de l’argent et des biens. Puis, il dépêcha auprès du sultan le grand cadi242 Sharaf al-Dîn, le plus titré parmi les cadis, qui faisait partie des grands Ouléma. Sharaf al-Dîn était chargé d’apporter les présents, de dire que le trousseau était prêt comme il le fallait et que l’on pouvait sceller le contrat de mariage.

  • 243 Gedük, sur la route Kayseri – Sivas, près de Ṣarkiṣla. Cf. AS p. 175.
  • 244 L’émir Saifuddin Ajbe, le čâšnîgîr, Zainuddîn Bišara, Bahâ’uddin Qutluǧa et Mubârizuddîn Čavly, AS (...)

157Lorsque le cadi fut arrivé à Sivas, l’âmir-madjlis Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh lui rendit hommage par diverses faveurs afin de lui rendre les honneurs dus. Puis tous deux se rendirent chez le sultan. Depuis Gedik243, l’âmir-madjlis précéda le cadi pour présenter toute cette affaire au sultan. Le sultan envoya les dignitaires de l’empire244 pour accueillir le cadi et tous, dans leur magnificence, entrèrent dans la ville.

158Le lendemain, le cadi Sharaf al-Dîn se rendit chez le sultan et reçut mille faveurs. Le sultan lui demanda avec empressement comment se portait le prince. Le cadi Sharaf al-Dîn rendit hommage au grand seigneur et présenta avec force détails et belles phrases dignes de son prince les voeux de bénédiction et le dévouement de son prince. Par des paroles fleuries, il offrit les présents et les gages d’acceptation du mariage. Ses paroles et ses actes trouvèrent approbation et applaudissements. Puis, le cadi se retira en grandes pompes dans ses appartements et on lui apporta tout ce qui était nécessaire à un hôte ainsi que des présents.

  • 245 Amṣâr, HLP : Pluriel de mesr (grande ville).
  • 246 HLP : Manifestement, Ibn Bîbî s’inspire de la qaṣîde numéro 184, Anvari, qui loue Nasseredin Taher, (...)
  • 247 Originaire de Lahore en Inde.
  • 248 Calife abbasside, fils de Hârûn ar-Rašid (règne 813-833 ap. J-C.)
  • 249 Hadit. Cf. Sujûṭî, al-Ǧami ҅ I p. 333.

159Le lendemain, les cadis des villes245 et les grands imams, qui avaient été réunis pour cette importante affaire, pénétrèrent dans le sérail du sultan. Le sultan avait ordonné que l’on mît, dans des plats d’argent et d’or, des pièces d’or de mille, cinq cents, deux cents, cent et cinquante mitqal nappées de sucre blanc. Au lieu d’eau, d’eau de rose le bassin, fait d’une terre imprégnée de parfum, avait été rempli et décoré de mosaïques au motif de coraux246. Il fit placer devant chaque hôte un plat, selon son rang. Les représentants et les témoins des deux parties étaient présents. Le cadi Saḍr al-Dîn Lahâvarî247, que l’on avait désigné pour sceller le contrat de mariage, prononça devant les serviteurs du harem, avec simplicité et pour le bonheur des futurs époux, la formule de demande en mariage du souverain des croyants Ma’mûn248 qu’il avait jadis dite lors du mariage avec l’une des ses parentes : « C’est Dieu qu’on loue et celui qui a été élu est Son envoyé. Et la meilleure voie à suivre est celle du Livre de Dieu. Dieu, le Sublime, a dit (Coran, XXIV, 32) : “Mariez les célibataires...” et qu’il n’y ait dans cette union ni verset qui nous était dicté ni sunna, auxquels nous devrions nous conformer249, mais qu’il n’y ait que ce que Dieu a fait pour réunir ces deux êtres éloignés et pour leur offrir Sa faveur une fois réunis. Alors, que ceux qui ont reçu Sa faveur et Sa justice se hâtent de s’unir, et l’homme avisé et celui qui a reçu un don devraient prendre modèle. Et le puissant sultan ҅Izz al-Dîn abu’l-fatḥ Kay-kâûs b. Kay-Khusraw b. Qilidj-Arslân, celui que vous connaissez déjà et dont vous ne pouvez ignorer l’ascendance, vous a demandé pour épouse votre fille vierge Seldjouki Khâtûn, fille du malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh b. Dâûd, dont la dot représente 100 000 rouges dinars, cinquante mille ayant été versés par avance et cinquante mille étant à valoir. Et maintenant écoutez la parole de notre intercesseur, mariez notre prétendant et dites : ‘Qu’il en soit ainsi !’, afin que vous soyez loués et récompensés. Et Dieu soit loué, Lui, le Seigneur du monde et que Ses prières bénissent Mahomet et toute sa famille ! ». Ceux-ci dirent : « Le prétendant nous plaît et lui donnons celle qu’il convoite. Puissent les nuages ne jamais s’arrêter de verser des pluies de faveur pour eux deux. » Lorsque le fil du contrat et de l’union fut solidement noué, on entendit ce cri qui s’éleva au plus haut des cieux : « Vivez en harmonie avec de nombreux fils ! » Et une pluie d’or et de joyaux commença à tomber dans la cour et dans la salle du palais, comme les pétales de roses fraîchement écloses que le zéphyr du matin, au printemps, fait trembler et tomber en voletant. La table fut dressée pour les dignitaires et il fut même permis au bas peuple d’entrer. Et lorsque la file des hôtes commença à se disloquer, et que l’on eut récité ce verset (Coran, XXXIII, 53) : « Et retirez-vous après avoir mangé », que le cadi Sharaf al-Dîn se fut retiré dans ses quartiers, le sultan fit parvenir au cadi de l’or, des présents honorifiques et des mulets bien chargés.

160Le lendemain le sultan ordonna au préfet de la chambre du trésor que l’on préparât les présents qui devaient être remis aux hommes devant amener le baldaquin de la fiancée. Mais le sultan chargea l’émir Mubâriz al-Dîn d’amener le baldaquin. On ordonna aussi aux dames des émirs de se rendre à Erzindjân-La-Bien-Gardée pour se mettre au service de la princesse. Lorsque tout fut prêt, l’amîr-madjlis, le cadi Sharaf al-Dîn, ainsi que les dames d’honneur, se mirent en route. Lorsqu’ils arrivèrent dans le territoire d’Erzindjân, le cadi les précéda afin d’annoncer l’arrivée de la suite conduite par l’amîr-madjlis et les dames d’honneur. Le prince fit apprêter des présents, destinés à chacun de ses hôtes selon son rang, et les fit apporter par des servantes du harem, par des eunuques du sérail, par les plus nobles de ses émirs et ses gens de la cour.

161Lorsque l’amîr-madjlis arriva en vue de la ville, le malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh vint l’accueillir au son des tambours avec ses étendards et ses bannières. Lorsque les deux cortèges se rencontrèrent et que l’amîr-madjlis aperçut les étendards du prince, il descendit de cheval. Dès que le prince aperçut l’amîr-madjlis, il descendit aussi de cheval. Tous deux se donnèrent l’accolade, s’embrassèrent, restèrent quelque temps assis et remontèrent à cheval. L’amîr-madjlis fit part du salut envoyé par le sultan de l’islam. Le prince se prosterna, front à terre, et dit : « Je suis le serviteur du roi du monde ». Et ils se rendirent en la ville en bavardant. Le prince logea dans son propre palais l’amîr-madjlis ainsi que les émirs du sultan et fit apprêter le festin. On festoya et on vida de fort profonds gobelets.

  • 250 Les hommes chargés d’apporter les présents.

162Le lendemain l’amîr-madjlis fit parvenir au prince les présents et les trésors envoyés par le sultan et dont on avait fait l’inventaire. Le prince loua la faveur que le sultan lui témoignait et offrit aux boġčadâre250 des présents.

163Les préparatifs durèrent dix jours et les deux parties baignèrent dans la joie et le bonheur. Lorsque tout fut prêt, le prince fit parvenir à l’amîr-madjlis trois cents vêtements honorifiques correspondant aux diverses qualités de ses hôtes, 300 000 dirhams et des chevaux de bât destinés aux émirs, aux serviteurs et à la suite du sultan. On transporta de nuit hors de la ville tous les présents, les trésors composant le trousseau et le merveilleux baldaquin de la fiancée. Le lendemain matin, on fit résonner le tambour pour annoncer que l’on se mettait en route.

  • 251 Cf. AS p. 180. Armaxa entre Sivas et Kayseri ? Cf. Houtsma, Recueil III p. 160, 5. Franz Taeschner (...)
  • 252 Traduction selon AS p. 180. Cf. aussi Houtsma, Recueil III p. 161, 6 : « Elles trouvèrent soudainem (...)

164Lorsque l’amîr-madjlis et sa suite arrivèrent au lieu de la halte, à Ermeksu251, l’amîr-madjlis précéda le cortège pour se rendre auprès du sultan auquel il relata les évènements. Le sultan ordonna alors que l’on décorât la ville et que l’on préparât les chambres du palais. Puis, on apprêta le festin et on dressa la table. Les dames des émirs, qui étaient présentes, sortirent de la ville pour aller accueillir le baldaquin de la fiancée. Lorsque la nuit s’enfuit, toutes les dames d’honneur des deux parties, attachées au service du merveilleux baldaquin de la fiancée, entrèrent en la ville, se rendirent dans la chambre du sultan et firent asseoir la princesse sur le trône du bonheur réservé à la fiancée. Le roi illustre se rendit alors dans la chambre de la fiancée. Les dames d’honneur aux joues blanches, telle Zohre [la planète Vénus], se placèrent derrière le rideau des chambres. Le soleil des sultans plaça son pied sur la couche. Les servantes de la princesse, agenouillées, firent glisser les bas-de-chausses des pieds de leur seigneur. Sans avoir à demander la permission, elles trouvèrent alors un trésor inestimable252. Le sultan enleva sa coiffe et ouvrit la boucle de sa ceinture royale. Et suivant la toute puissance que lui conférait la charia, il brisa le sceau délicat de cette illustre lettre.

165Le lendemain, le sultan, après avoir pris un bain, se rendit dans la salle d’audiences et passa une semaine à boire et à combler de faveurs les dignes émirs. Puis, sous la garde de l’amîr-madjlis, il envoya au cadi Sharaf al-Dîn cinq-cents vêtements honorifiques, sept cent mille dirhams, cent chevaux, cent mulets portant des charges, deux cents chevaux et des mulets dont la selle était ornée d’étoffes multicolores. Le cadi distribua aux émirs, selon leur rang, des vêtements honorifiques, de l’argent et des animaux et, tous, vêtus de leur vêtement honorifique, se rendirent chez le sultan dont ils prirent humblement congé après avoir fait le baisemain.

L’expédition du sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier] afin d’attaquer le pays de Syrie

  • 253 Malik Żâhir Ġâzî b. Ṣalâḥaddîn, Ayyoubide, mort en 1216.
  • 254 Malik Ašraf Muẓaraffaraddîn Mûsâ, Ayyoubide de Mayyâfâriqîn, 607-617 H. / 1210-1220 ap. J-C.). Cf. (...)

166Lorsque le malik Żahîr253, seigneur de Ḥalab (Alep) eut rejoint Dieu, les émirs de l’empire, répondant à la situation d’urgence, intronisèrent son fils ҅Azîz, qui était à peine sorti du berceau et lui rendirent hommage. Et sa mère, la sœur du malik Ashraf254 assura la régence.

  • 255 Ṣâḥib Maǧduddîn Âni, Malik al-Umarâ’ Saifuddîn Ajbe, Zainuddin Bišâra et Mubârizuddîn Čavly, AS p.  (...)

167Le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier ressentait dans ses artères la grande envie de s’emparer du royaume d’Alep, dont ses oncles paternels avaient été jadis les souverains. C’est pourquoi il dit aux dignitaires255 de son pays : « Nous avons eu l’idée suivante : comme le royaume du malik Żahîr est visiblement dans une situation de faiblesse et qu’un enfant mineur et une femme gouvernent ces territoires, nous devrions attaquer le pays de Syrie avec toute notre force armée, avant que la Syrie ne puisse rassembler une armée et ne puisse réfléchir à une quelconque mesure. Il serait possible, avec l’aide de Dieu, de voir flotter notre bannière sur les plus hauts créneaux de ce pays et nous pourrions agrandir nos pays. »

  • 256 Cf. AS p. 183 où le passage est quelque peu différent. Cf. aussi Houtsma, Recueil III, p. 164 sqq.

168Les émirs dirent : « La nature des rois est de vaincre les ennemis et de conquérir des empires. Comme le sultan a accordé à ses serviteurs le rôle de conseillers, il ne va pas se priver d’écouter leur avis. Bien que cet enfant en bas-âge [҅Azîz] soit devenu le souverain de l’empire de son père, ses ancêtres avaient toujours montré amour et sympathie envers notre dynastie, à laquelle ils avaient envoyé des présents et même, quand il le fallait, des troupes en renfort. Si ҅Azîz, qui est aujourd’hui orphelin, vient à être menacé par une quelconque puissance, il suppliera qu’on lui vienne en aide et cherchera protection auprès de nous. De plus, les rois des pays voisins lui firent parvenir, après la mort de son père, et lors de son intronisation, un message de condoléances ainsi que des vœux de bonheur pour son intronisation et cette sentence : « “La vraie amitié entre les pères signifie que les fils sont liés par le lien de parenté”, et ces mots furent érigés en principe. Si votre grandeur aiguisait maintenant la faucille funeste pour aller faucher les domaines de ce successeur légitime256, cela déplairait aux grands et puissants rois et aux sultans de ce temps. »

  • 257 La traduction du texte se base sur AS p. 184.

169Le sultan réfléchit longuement et dit : « Il n’y a pas de doute que le devoir des rois est, selon la vertu humaine (la muruwwa) pratiquée par les plus nobles et puissants souverains, de protéger leur parenté et leurs amis257. Cependant, dès qu’un sultan a revêtu l’habit du pouvoir et qu’il fouette son coursier pour conquérir le monde, il s’écarte du chemin de l’amitié. »

  • 258 Vers de Sa’d b. Našib ; cf. Ḥamâsa p. 32 et Ẓakarîjâ’, Šarḥ, 1° partie, p. 37. [In Hamâsa, recueil (...)
  • 259 « Celui qui, entre ses yeux, scelle sa résolution,
    Ne considère pas les conséquences de son acte ».(...)

Der zwischen seine Augen fest seinen Vorsatz stellt258,
Den Sinn nicht auf die Folgen der Tat gerichtet hält259
(Rückert).

  • 260 Cf. AS p. 185.

170Et aucun homme de raison ne se ferme à cette maxime : « Il n’y a pas de liens de sang entre les rois ». Si les rois des pays ont envoyé des messages de condoléances et de félicitations, ils n’ont été complaisants que par faiblesse. On devrait qualifier de faste inutile260 cette vertu humaine (la muruwwa) qui a été alors détournée de son sens ».

  • 261 Lešker-i-qadîm.
  • 262 Umarâ’-i-ûǧ.
  • 263 Cf. AS p. 185 (sic !) et note 215.

171Le sultan envoya ensuite un firman à l’émir Nuṣrat al-Dîn, seigneur de Maraş, stipulant que la suite du sultan et les nombreuses troupes allaient entrer en Syrie, qu’il devait lever sa vieille armée261 et les troupes d’appui – troupes à pied et cavaliers aussi nombreux que possible – et préparer les engins de siège. Un autre firman semblable fut envoyé aux émirs de Malatya et de Sivas, puis un autre firman aux émirs des Marches frontières262 précisant qu’ils devaient lever les troupes tel qu’il avait été convenu et qu’ils devaient se mettre en marche sans tarder. Un dernier firman fut adressé aux émirs et aux chefs des armées qui prenaient leur campement d’été à Benli263, leur demandant d’être prêts à se diriger vers la plaine d’Elbistan.

  • 264 Cf. p. 186. Houtsma, Recueil III, p. 167, 6.
  • 265 Sur la route Kayseri-Alep on tombe sur le Merziman çayı ou Merziman suyu. Merziman est sans doute u (...)
  • 266 Franz Taeschner m’indique que l’Araban čayi se trouve sur la route Kayseri-Alep. Cf. Taeschner, Weg (...)
  • 267 Forteresse au nord de la Syrie près de Nahr Sâgûr, au Nord d’Alep. Cf. Tell Bâshir. MB : le Turbes (...)
  • 268 L’amîr-‘ârid s’occupa de l’ordre de marche et donc de l’ordre de bataille, AS p. 186.
  • 269 Iqṭâ‘î.
  • 270 Cf. AS p. 188 et Houtsma, Recueil III p. 170, 10. Jadis ville dans la partie Nord-Est de la plaine (...)
  • 271 Le sultan ordonna au nuwwâb d’Elbistan et Malatya d’envoyer aussitôt des vivres et des équipements (...)

172Les armées et les troupes d’appui, venues de toutes les régions de l’empire, si nombreuses que l’on ne pouvait les concevoir, furent réunies en vingt jours. Le sultan et sa suite264 vinrent dans la région d’Elbistan où le sultan fit apprêter un festin pour tous et attribua par avance aux émirs des faveurs et à chacun d’entre eux une ville de Syrie. Le lendemain, après sa promenade à cheval, le sultan convoqua tous les émirs et prit conseil sur la route à suivre. Ils lui dirent : « Il n’y a pas de route plus facile que celle passant par Marzbân265, Ra ҅bân266 et Tell- Bâshir267. Puis, de là, ce sera en grande partie la plaine jusqu’à Alep. » Les armées268 suivirent cette route et atteignirent tout d’abord la forteresse de Marzbân qu’elles prirent en trois jours. En ces jours, l’émir Nuṣrat al-Dîn, seigneur de Maraş, rejoignit le sultan avec une puissante armée et se rendit à la forteresse de Ra ҅bân dont il s’empara. Le sultan nomma le gendre de Nuṣrat al-Dîn commandant de la forteresse. Puis, il se rendit vers la forteresse de Tell-Bâshir dont on fit le siège dix jours durant sans succès. Le sultan ordonna alors d’abattre avec la hache de la vengeance les arbres et d’arracher les vignes autour du château. Lorsque les occupants de la forteresse virent ceci, ils se rassemblèrent auprès du malik de la forteresse et dirent : « Notre subsistance provient du fruit de ces arbres. Qu’allons-nous devenir si l’armée de Rûm arrache nos vignes avec la hache de la vengeance ? Si, dans ces circonstances, nous livrons aussitôt la forteresse, le malik devra nous pardonner ». Le malik demanda un délai de réflexion et envoya un messager porteur de cette missive au sultan : « Ma subsistance et celle de mes partisans dépend de cette forteresse. Si celle-ci m’était enlevée par les serviteurs du sultan, je ne saurais où trouver de quoi vivre. Mais, si un fief269 m’était attribué dans l’empire-bien-gardé et si les serviteurs du sultan, en compensation, voulaient prendre la forteresse sans employer la force, alors je pourrais la leur livrer. » Le sultan ordonna que l’on préparât un document au nom du malik, stipulant qu’on lui attribuait le fief de la province de Hûnî270. Le document portant le serment fut rédigé et le messager s’en revint auprès du malik. Puis, la bannière du sultan fut hissée sur la forteresse de Tell-Bâshir et on prononça la hotba en son nom. Le commandement de la forteresse fut confié au frère de l’émir Nuṣrat al-Dîn271. Après la prise de la forteresse, on apprit au sultan que Żahîr al-Dîn Ilî Pervâneh, qui avait détourné son visage de l’obéissance, qui était venu en cette région où il avait trouvé la mort, était enterré ici. Le sultan ordonna que la terre de sa tombe fût retournée, ses ossements jetés au feu et ses cendres dispersées au vent. Le sultan apaisa ainsi sa mauvaise humeur.

La mère du malik ҅Azîz apprend que le sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier] a l’intention de s’emparer des régions de Syrie

  • 272 Les souverains de Syrie entretenaient un vaste réseau d’informateurs, particulièrement dans le pay (...)
  • 273 Cf. AS p. 189.

173Les étendards du sultanat ayant rejoint Elbistan, les espions qui se trouvaient dans le campement272 en informèrent la malika et aussi Djamal al-Dîn Lu’lu’, qui était le ḥâkim-i-mulk273 et nâ’ib de la malika. Ces derniers, consternés, envoyèrent de nombreux présents au malik Ashraf, frère de la malika et l’informèrent ainsi : « Le sultan de Rûm s’apprête à attaquer les régions de notre pays avec une armée aussi nombreuse que les étoiles. Et il est certain qu’il n’épargnera pas non plus votre vie après s’être emparé de ces pays. »

  • 274 Cf. Freytag, Proverbia III, 248.

174Ils ajoutèrent qu’il était nécessaire d’apaiser par l’eau de la miséricorde et de la tolérance le cœur d’Ashraf, qui avait jadis été blessé par le malik Żahîr, et de prononcer cette maxime274 : « Quand des malheurs se produisent, les haines se dissipent. »

175Lorsque le malik Ashraf prit connaissance de la situation, son cœur approuva ces propos réfléchis. Il réunit des troupes et se rendit en toute hâte à Alep. Là, il vit sa sœur et lui dit : « Les biens des rois sont bien destinés à répondre à la situation d’un tel jour. Si les rois dépensent les provisions amassées pour cent ans afin de protéger un pauvre village, cela ne coûtera pas cher. » La malika offrit donc ces provisions et leva une armée. Mais, entre-temps, elle inventa une ruse qui devait dissiper la confiance que portait le sultan envers ses propres troupes. Voici comment elle agit : elle fit saisir un homme parmi les habitants des pays de Rûm qui connaissait bien les noms et prénoms de tous les émirs de cet état et dont il était lui-même connu par la plupart d’entre eux. Elle lui donna beaucoup d’argent et lui promit, si l’affaire tournait bien et si l’armée de Rûm commençait à se retirer, de lui faire parvenir le double de la somme. On écrivit alors à tous les émirs de Rûm des fausses-lettres-réponses dans lesquelles on louait la circonspection et la fidélité dont avaient témoigné les émirs envers le sultan ainsi que la promesse qu’ils lui avaient donnée de l’entraîner par ruse en Syrie. Puis, encore dans ces lettres : « Voyez ! Nous aussi avons décidé de faire semblant de ne rien faire pour nous défendre. Il est nécessaire d’être très prudents par rapport au sultan afin qu’il ne sache rien de cette affaire, sinon tous nos efforts auraient été vains. Et nous avons fait porter par un messager à chacun des émirs cette lettre, de l’or égyptien et des chevaux arabes pour les remercier de leur attention. »

176Ces présents leur furent envoyés. À cet homme, la malika dit : « Rends-toi le premier au camp de l’armée du sultan et fais en sorte d’entrer dans la tente d’un des proches courtisans du sultan. Raconte-lui cette affaire pour l’avertir en quelque sorte et dis-lui : “J’étais au cœur de l’armée de Syrie lorsque des lettres arrivèrent aux mains des émirs. À chacun d’entre eux, on indiquait que beaucoup d’argent et de biens leur étaient envoyés depuis la Syrie et déposés en un lieu où ils seraient mis à leur disposition lorsque l’occasion se présenterait. Et si vous ne me croyez pas, allez-y voir de vos propres yeux”. »

177Par magie, cet homme entra dans le piège de la ruse, se glissa auprès d’un officier du sultan et lui relata la situation. Celui-ci avertit aussitôt le sultan qui dépêcha, sur le lieu en question, des hauts fonctionnaires accompagnés par cet homme qui avait conté l’affaire. Ils s’emparèrent des présents et de l’or qu’ils ramenèrent au sultan. Ils trouvèrent aussi les fameuses lettres enfermées dans un étui scellé. Après avoir lu ces lettres, le sultan s’emporta et fit preuve de méfiance envers ces émirs innocents. Il ordonna de détenir cet homme, afin que cette affaire ne s’ébruitât pas.

  • 275 Émir Mubârizuddîn Bahrâmshâh, AS p. 19.
  • 276 Cf. AS p. 191 et Houtsma, Recueil III p. 174, 17.
  • 277 Cf. AS p. 191 et Houtsma, Recueil III p. 174, 21. MB : Troupe de cinquante hommes.

178Le lendemain, le sultan ordonna à l’âmir-madjlis275 de mettre en mouvement son avant-garde de 4 000 hommes, tandis que 4 000 autres hommes le suivraient sous le commandement du malik al-҅Umarî, le tshashnegîr Sayf al-Dîn Aybe276. Le sultan les rejoignit ensuite avec 14 000 hommes représentant la force principale de l’armée. Lorsque l’âmir-madjlis fut arrivé en vue de l’armée syrienne, il ordonna à Maḥmûd Alp, l’un des chefs des elli başyân277 de Sivas, âgé de près quatre-vingts ans et qui avait vécu maints combats, reçu et donné des coups, de se rendre sur une colline pour estimer la force de l’armée syrienne. Après avoir bien examiné cette armée, Maḥmûd Alp se rendit auprès de l’âmir-madjlis et lui dit : « Nos 4 000 hommes ne suffisent pas pour marcher sur les troupes syriennes. Si l’on informait le tshashnegîr de nous venir en aide le plus tôt possible, si l’on avertissait la force principale de l’armée et si la suite du sultan se mettait le plus tôt possible en marche et se joignait à nous, la situation pourrait nous être favorable. » Au lieu d’écouter cet avis et de rejeter le souffle d’envie de gloire hors de ses naseaux de subalterne, l’âmir-madjlis, qui croyait soumettre [ses adversaires], n’accorda aucune attention aux paroles de Maḥmûd Alp, et engagea le combat. Maḥmûd se lamenta : « Ô Dieu, la précipitation est mauvaise ! » L’âmir-madjlis n’écouta pas ces paroles et répondit brutalement. Alors que, lors du premier assaut, il mit en fuite l’armée ennemie et fit apporter au tshashnegîr un message exprimant sa joie, un cavalier des gens de Rûm fut fait prisonnier par hasard par l’un des émirs du malik Ashraf. On le conduisit auprès du malik Ashraf qui lui demanda : « Le sultan est-il présent dans cette armée ? » Il répondit : « Le sultan est loin d’ici et ces 4 000 cavaliers représentant l’avant-garde sont sous le commandement de l’âmir-madjlis. Et l’amîr-tshashnegîr s’approche avec 4 000 autres hommes de l’arrière-garde ». Le malik Ashraf cria alors haut et fort : « Par ici les Musulmans ! Ne fuyez pas car votre arrière-garde est encore loin ! » L’attaque qui s’en suivit fut violente et les hommes de ҅Âdil et de Zahîr se ruèrent à l’assaut. Il y eut de toutes parts de nombreux morts. L’âmir-madjlis fit dépêcher en toute hâte un cavalier auprès de l’amîr-tshashnegîr afin de l’informer que l’ennemi syrien avait pris le dessus et demander qu’il vienne à la rescousse le plus vite possible, afin d’éviter un malheur. Le tshashnegîr répondit : « Jusqu’à présent il a fait le fanfaron. Mais il est temps de nous mettre en route pour battre l’armée syrienne et pour que notre gloire soit encore plus grande. » Mais, manifestant sa désapprobation envers l’âmir-madjlis, il ne bougea pas et n’informa pas le sultan, attendant que la providence céleste fît son œuvre. Et c’est ainsi que l’âmir-madjlis fut fait prisonnier avec un grand nombre d’émirs.

179L’âmir-madjlis fut conduit devant le malik Ashraf qui l’accueillit aimablement, fit soigner ses blessures par les médecins, lui offrit un vêtement honorifique et le fit conduire avec d’autres prisonniers à Alep. Plus tard, il envoya des mandataires à la malika pour lui donner le conseil suivant : « Accordez toute votre considération et tous les honneurs à l’âmir-madjlis. »

180Lorsque le sultan apprit tout ceci, il se mit en grande colère. Il ordonna au tshashnegîr d’armer toutes les troupes qui, cette nuit-là, devaient rester éveillées.

  • 278 La supposition de Houtsma – cf. Muḫtaṣar p. 79, 19 – n’est pas confirmée in AS. Il vaut mieux lire (...)

181Le lendemain le malik Ashraf envoya vers l’avant 2 000 arabes [bédouins] qui devraient relater si le sultan avançait ou se retirait. Arrivés sur les premières lignes, ils virent que la tente du sultan était dressée et que les troupes étaient en armes. Lorsque les bédouins furent aperçus sur le flanc [de l’armée du sultan]278, celui-ci en grande colère dit à ses émirs : « Ô ingrats que vous êtes ! Même si un émir a été pris, le reste de l’armée, le sultan, les étendards du sultan ainsi que le commandant en chef sont encore là ! » Entendant ces reproches empreints de poison, les émirs se ruèrent à cheval sur les bédouins dont le sang transforma la steppe en un champ de tulipes et recouvrit la terre émeraude d’un flot de rubis.

182Le malik Ashraf ordonna à ses troupes de se remettre en ordre de bataille, remonta le moral de ses troupes, ne chancela ni n’esquiva et dit : « S’ils reviennent, nous nous battrons du mieux possible et s’ils se retirent, c’est ce que nous pouvons au mieux espérer. »

183Le sultan ordonna de dresser la tente d’audiences plus loin en avant. À nouveau, on aperçut l’avant-garde de l’armée arabe qui subit aussitôt des coups mortels et s’enfuit. Et les Arabes dirent au malik Ashraf : « Aujourd’hui, par deux fois, la tente d’audiences du sultan fut démontée et à nouveau dressée. » Le malik Ashraf répliqua : « Peut-être a-t-il l’intention de combattre et ce ne sont que ses émirs qui l’en empêchent. »

  • 279 Cf. AS p. 195.
  • 280 Tell Bâshir, Merzbân et Ru ҅bân, AS p. 191.

184La nuit venue, le sultan se retira quelque peu vers l’arrière, les émirs et l’armée devant rester sur place. Le lendemain, le sultan se mit en route pour Elbistan279. Lorsque le malik Ashraf eut appris la retraite du sultan, il se rendit aussi à Alep. Lorsqu’il eut la certitude que le sultan était à Elbistan, il fit remonter ses troupes en selle, se rendit à Marzbân et à Ra ҅bân280, assiégea les commandants des forteresses qu’il vainquit. Son devoir accompli, il libéra les émirs et les commandants des forteresses qu’il honora et revint à Alep où il offrit, à l’âmir-madjlis et aux autres émirs, des vêtements honorifiques ainsi que des présents et les renvoya chez le sultan avec tous les honneurs dus. Puis, il se rendit à Damas.

  • 281 Cf. AS p. 195.
  • 282 Umara’-i-Mâfarida (Cf. Dozy II p. 251b, donc pas : « Müfârede » comme l’indique Uzunçarşılı, Medha (...)

185Le sultan avait fait halte pendant quelques jours à Elbistan où il fut rejoint par le frère et le gendre de Nuṣrat al-Dîn qui avaient cédé281au malik Ashraf les châteaux de Ra ҅bân et de Tell-Bâshir. Le sultan était fort en colère à cause des vraies-fausses-lettres-réponses et préoccupé par la défaite de son avant-garde. Aussi ordonna-t-il que l’on pendît ces deux hommes. Le lendemain il ordonna à tous les émirs de le rejoindre dans la salle d’audiences. Tout d’abord il demanda aux fonctionnaires de la cour de veiller à ce que les émirs de la garde rapprochée du palais282 s’armassent secrètement et attendissent l’ordre qui leur serait donné.

186Tous les émirs entrèrent dans la salle d’audiences et prirent place. Le sultan demanda aux secrétaires de lui remettre les fameuses lettres-réponses qu’il jeta aux pieds de chacun des émirs concernés. Après avoir lu leur lettre, ces hommes innocents demeurèrent perplexes et, consternés, murmurèrent dans un soupir ce verset (Coran, XXIV, 16) : « Gloire à toi ! C’est une infamie incommensurable ! »

  • 283 « Les magiciens, ou bien un rêve, révélèrent au roi despote Nemrod la naissance d’un enfant qui al (...)

187Ils nièrent cette affaire et dirent : « Il n’est pas de mise pour le souverain de prendre en considération la ruse de gens sournois, de nous accuser sans preuve de n’avoir pas obéi, de nous être enfuis avec les étendards et d’ordonner que l’on nous punisse, car la conséquence de tout ceci ne serait que remords. » Quels que furent leurs gémissements et leurs lamentations, ils ne produisirent pas grande impression sur le sultan qui ordonna, au contraire, qu’on les enfermât dans une maison, les mains liées et la nuque couverte d’un turban, puis que l’on allumât tout autour de cette maison un feu digne de Nemrod283, afin de brûler ces innocents. La fumée noire s’éleva au-dessus de la voûte céleste et les gémissements atteignirent le ciel. Lorsque l’un des émirs tentait de s’enfuir par une brèche, les féroces chauffeurs le repoussaient violemment dans le feu à l’aide de tiges de fer.

188Pendant la nuit, où les sens ne perçoivent pas la réalité, le sultan fut assailli dans ses rêves par beaucoup de reproches. Il se réveilla brusquement, horrifié comme (Coran, II, 275) : « celui que le Démon a violemment frappé ». Il se rappela ce qu’il avait fait, en fut consterné et eut des remords. Cependant :

Quand le verre a glissé de la main, quand la carafe s’est brisée,
À quoi sert-il de se mordre la lèvre et de se frotter la main ?!

189Aux autres émirs il fit le reproche suivant : « Pourquoi, dans cette affaire, n’avez-vous pas cherché conseil ? » Ces émirs demandèrent pardon et attribuèrent tout cela à la providence céleste.

190À cause de la faute qu’il avait commise, le sultan fut saisi d’une forte fièvre qui le fit souffrir. Les émirs dirent : « Le sultan ne supporte pas l’eau de Sivas. » Ils l’amenèrent donc à Viranşehir et firent apporter depuis Malatya de l’eau de l’Euphrate dans des seaux que les hommes se faisaient passer de main en main. Mais le sultan ne guérit pas et composa en son âme ce quatrain :

Nous avons abandonné ce monde et Nous Nous en sommes allé.
Dans les cœurs, Nous avons semé la souffrance et Nous Nous en sommes allé.
Bientôt ce sera à votre tour
Car voici Notre tour et Nous Nous en sommes allé.

  • 284 Dâr aš-šifâ’.
  • 285 HLP : « Il [le sultan] ordonna que l’on inscrivît [le quatrain] sur la porte du mausolée dont il a (...)
  • 286 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au souverain (dont le nom ne figure pas), AS p (...)

191Puis, il ordonna que l’on gravât ce quatrain sur le mausolée que l’on avait érigé sur son ordre dans l’hôpital de Sivas284 pendant sa souveraineté285. Puis, il quitta ce monde éphémère pour celui de la constance et choisit en ses jours de jeunesse « bon gré mal gré » de quitter la vie. On espère que les grands œuvres de sa vie effaceront les péchés de ses derniers temps. « Et Dieu pardonne les péchés. » Après que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier fut intronisé, on offrit au sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier le repos éternel dans sa sépulture de l’hôpital de Sivas286.

Les émirs délibérèrent pour choisir un sultan parmi les princes

  • 287 La date n’est pas indiquée in AS p. 200, mais est authentifiée grâce à une inscription. Cf. Siwas (...)
  • 288 Selon AS p. 200.
  • 289 Ṣâḥib est le titre donné à un vizir, à un grand vizir dont le titre Ṣâḥib-i-a ҅ẓam est souvent exp (...)
  • 290 Cf. AS p. 200 et Houtsma, Recueil III p. 184, 19.

192Après que le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier eut rejoint l’éternité le 4 chawwal de l’an 617 (mercredi 2 décembre 1220 ap. J.-C.)287, les émirs de l’empire (l’émir Sayf al-Dîn Aybe288, Sharaf al-Dîn Muḥammad Pervâneh, Mubâriz al-Dîn Čavly, Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh et Zayn al-Dîn Bashârâ) turent sa mort et, pour savoir qui introniser, délibérèrent avec le sahib289 Madjd al-Dîn Âni [Bakr]290, qui n’aurait pu trouver dans ce monde terrestre celui qui annoncerait ses préférences. Et voici l’un de ses célèbres quatrains :

La tradition, qui veut que l’on soit fidèle, est une règle injuste ;
Qui peut atteindre la liberté quand on est un valet ?
Ou bien comment la joie peut-elle persister lorsque l’on te pleure ?
Cette joie fut enlevée depuis que ton visage apparut.

  • 291 Le ṭuġrâ’i préside la chancellerie appelée dîvân-i-ṭuġrâ. Il lui incombait de rédiger les document (...)
  • 292 Mercure a été un messager des Dieux. Il est aussi, un dieu psychopompe, qui conduit les âmes récem (...)
  • 293 MB : Roshdi Rashed (dir.), Histoire des sciences arabes. Astronomie, théorique et appliquée, vol. (...)
  • 294 Ceci n’est confirmé ni in AS p. 202 ni chez Houtsma, Recueil III, p. 186.

193Ils délibérèrent aussi avec Shams al-Dîn Ḥamza b. al-Mu ҅ayyad aṭ-Ṭughrâi291 qui était le fils aîné de Mercure292 et la perle rare de cette époque, qui savait écrire des poèmes lui ayant permis d’atteindre des horizons lointains et qui, pour ainsi dire, avait voyagé au-delà de la neuvième sphère293. Parmi ses œuvres relatées et dignes d’éloges, ce quatrain est la preuve de son talent délicat294 :

  • 295 Allemand : Basilienkraut = basilic, du grec basilikos = royal. Le basilic sacré, ou tulsi, était r (...)

La rose a ouvert aujourd’hui le coffret émeraude,
Elle a déposé un plat doré au reflet grenat,
Et si la rose ne s’était déjà emparée de la souveraineté sur le basilic295,
Comment donc la centifolia se serait-elle épanouie ?

  • 296 Intendant de l’armée, Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 105.

194Puis, ils délibérèrent encore avec le roi des nobles seigneurs, Niẓâm al-Dîn Aḥmad, l’amîr-҅ârid296, connu sous le nom de fils du vizir Maḥmûd qui, en rédigeant des mesnevi, était devenu un deuxième Firdûsî. Et ces vers sont le résultat de son don :

Je dis : Je ne peux plus supporter le chagrin que ta boucle de cheveux me cause
Et le trouble qui m’envahit à cause de ton musc ne m’est plus supportable.
Elle dit : Ne regrette pas plus longtemps le chagrin que te cause mon œil en amande et ma lèvre sucrée,
Car on ne peut pas goûter à toutes les amandes et à tout le sucre !

  • 297 Munšî-i-ḥâṣṣ.

195Puis ils délibérèrent encore avec le sahib Shams al-Dîn al-Isfahânî, qui à cette époque était secrétaire particulier297 et qui, à la demande du sultan, improvisa ce quatrain :

  • 298 Sünnetlü.
  • 299 Sûrâḫân, AS p. 202.

Puisse-ton m’accorder une nuit avec toi, toi qui réjouis mon cœur,
Puisse cette nuit qui m’accorde mille faveurs ne pas être décrite,
Lèvre contre lèvre et joue contre joue
Et désormais Sünnetlü298 rejoignit Sûrâḫân299.

  • 300 Lorsque, sur le chemin conduisant à Aksaray, accompagnés par le sultan ‘Izzuddîn, on parvint depui (...)

196Ils délibéraient, alors que sur le chemin conduisant à Aksaray tous arrivaient dans les environs de ces deux lieux de la halte300 où ils obtinrent l’honneur d’utiliser la cuisine de la cour et de se voir confier le secrétariat particulier.

  • 301 À l’Ouest de Şebin Karahisar, au Nord du Kelkit Irmak. Aujourd’hui appelé aussi Koyul Hisar. Cf. I (...)
  • 302 Ce qui correspond à amîr al-umarâ, c’est-à-dire à beglerbeg. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 108.
  • 303 Mulâzimân.
  • 304 L’amîr-madjlis Mubârizuddîn Bahrâmshâh et le malik al-Umarâ’ Saifuddîn Ajbe, le čâsnîgîr, cf. AS p (...)

197Un grand nombre désigna Mughît al-Dîn Tughrilshâh b. Qilidj-Arslân, seigneur d’Erzurum, qui possédait des biens et était pour ses sujets un doux souverain – et un grand nombre se prononça pour Kay-Farîdûn, le plus jeune frère du sultan retenu à Koylu Hisar301. L’émir Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh, l’amîr-madjlis et Sayf al-Dîn Aybe, qui était le malik al-҅Umarâ302 dirent : « Comme il y a un ҅Alâ al-Dîn [Kay-Qubâdh] qui est le plus digne de porter la couronne ainsi que l’anneau paré du sceau, il n’y a pas lieu de mentionner un autre nom. » Le sahib Madjd al-Dîn et Sharaf al-Dîn Muḥammad Pervâneh dirent : « Nous étions à son service303 à Tokat. Il est méchant, hautain, envieux et vulgaire. Il blessera à l’avenir tous les gens qui ne sauront trouver d’onguent pour leur guérison. » Mais les émirs304 ne furent pas d’accord avec eux deux et dirent : « On ne trouvera pas meilleur sultan que le malik ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh. » Les autres émirs approuvèrent bon gré mal gré et signèrent un accord réciproque concernant le sultanat du malik ҅Alâ al-Dîn.

  • 305 Cf. Houtsma, Recueil III p. 189, 16 et AS p. 205 (sic !).

198Puis, Sayf al-Dîn Aybe dit : « Lorsque j’ai conduit le malik de l’époque d’Ankara à Malatya, la mauvaise humeur s’était installée dans son cœur contre moi. C’est pourquoi je veux personnellement demander grâce au malik de Rûm pour ma vie. » Il serra symboliquement sur son coeur l’anneau paré du sceau ainsi que le turban du défunt sultan et choisit une importante suite de cavaliers qui parcouraient le pays. Accompagnés par un grand nombre de serviteurs du palais et d’amis proches du sultan, ils se mirent en route pour rejoindre dans le territoire de Malatya la forteresse de Güḏerpirt305 qui était le deuxième lieu de détention du sultan. Après la prière de l’après-midi, ils quittèrent la ville et chevauchèrent toute la nuit. Au petit matin, ils atteignirent la forteresse.

  • 306 Himma. Cf. Jacob, Bektaschi p. 94, note 2.
  • 307 Maḥabba.
  • 308 Il est fait allusion au célèbre mystique et théologien musulman Šihâbuddîn abû Ḥafṣ ‘Omar b. ‘Abda (...)

199Le sultan avait déjà fait sa prière du matin et était assis là. Pendant la nuit, il avait vu en songe un homme au regard miséricordieux, entouré d’un halo de lumière qui s’était approché de lui, avait libéré son pied de la chaîne et avait ordonné qu’on lui présentât un mulet vigoureux. Alors cet homme prit le sultan sous le bras, l’assit sur le dos du mulet et dit : « L’influence surnaturelle306 de l’amour divin307 que dispense ҅Omar Muḥammad Suhrawardî308 imprègne toujours ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh. »

  • 309 Ġusl et wuḍû’.

200Bien que le sultan eût fait ce songe et l’eût interprété en son âme, il fut saisi de crainte en voyant ces hommes approcher. Il s’écria : « Malheur ! Malheur ! », appela le commandant de la forteresse et lui dit : « Retiens ces hommes, afin que je fasse mes ablutions rituelles309, que je m’occupe un instant de moi et qu’en priant je me prosterne deux fois pour me préparer à quitter ce monde. »

201Lorsque le commandant arriva à la porte de la forteresse, le tshashnegîr était déjà là. Le commandant lui demanda : « Quel bon vent amène le malik al-҅Umarâ ? » Celui-ci répondit :

« La promesse faite par la providence s’est réalisée,
Et s’est accompli ce que les temps d’aujourd’hui souhaitaient. »

  • 310 Le malik al-Umarâ’ Saifuddîn, AS p. 206.
  • 311 Cf. AS p. 206.

202Puis, il montra le turban et l’anneau paré du sceau du sultan qui étaient enveloppés dans une étoffe noire. Alors, le commandant ouvrit la porte et permit d’entrer au tshashnegîr, qui était accompagné d’un page. Le tshashnegîr310 prit des mains du page l’épée qu’il confia avec le fourreau au commandant de la forteresse. Puis tous deux se rendirent dans la chambre qui était le cachot du sultan311. C’est tout d’abord le commandant qui pénétra dans le cachot, présenta ses condoléances et demanda que le sultan permît à Sayf al-Dîn de pénétrer aussi.

203Lorsque Sayf al-Dîn aperçut le visage béni du sultan, il se prosterna, le front à terre, pleura, et sortit de dessous son bras un linceul qu’il noua à son cou. Il prit des mains du commandant l’épée qu’il déposa devant le sultan et dit : « Que le padischah applique à mon égard, moi qui suis son serviteur, toute décision qui lui vient à l’esprit. » La crainte du malik avait totalement quitté son cœur. Entendant ces paroles, le sultan se rassura un peu, engagea la conversation avec amabilité et fit d’heureuses promesses. L’émir Sayf al-Dîn dit : « Si l’avis du padischah est sincère, puisse sa langue bénie nous donner des assurances afin que nous rédigions un document. » Répondant à cette demande, le sultan donna des assurances, prononça le serment et un document promulguant l’amnistie fut rédigé par sa main bénie. L’émir Sayf al-Dîn n’en resta pas là, tira son Coran de voyage de l’étui, le plaça a portée de main du sultan et dit : « Bien que le manuscrit illustre accorde protection et sécurité aux habitants de ce monde, le sultan ne doit pas refuser de sceller sa décision sur ces paroles sacrées. » Le malik jura encore une fois (sur le Coran). Lorsque le tshashnegîr eut vu dans cet accord une marque de confiance, il prononça ces mots : « Longue vie au padischah ! L’âme de ton frère a quitté cette terre et s’est envolée au plus haut point des sphères. C’est pourquoi nous t’attribuons le pays, la souveraineté, le trône et l’anneau paré du sceau et récitons ce verset (Coran, XII, 54) : “Dès aujourd’hui, te voilà, auprès de nous, placé à un poste d’autorité et de confiance”. Nous attendons des éminentes qualités et de la générosité du puissant souverain qu’il mette au plus vite le pied à l’étrier qui apaise la terre, et qu’il pare de sa dignité le trône. » La présomption étant devenue certitude, le sultan, pour remercier Dieu, récita en se prosternant deux fois ce verset (Coran, XII, 101) : « Ô mon Seigneur, Tu m’as conféré un certain pouvoir ». Puis, telle la lune qui sort des nuages et telle l’épée qui sort de son fourreau, il quitta son cachot et se dirigea vers l’iwan et vers la grande salle.

  • 312 Grand palefrenier.

204Puis un certain Oġul Bey, l’amîr-akhûr312 de l’amîr-madjlis amena un mulet au pied rapide qui ressemblait à celui que le sultan avait vu en rêve et le sultan l’enfourcha. On récita ce verset (Coran, XI, 42) : « Monte avec nous... » Le sultan chevaucha à la vitesse du zéphyr, ne s’arrêtant pas pour se reposer. À l’aube, n’ayant pas dormi, ils atteignirent la porte de la ville [de Sivas].

  • 313 Cf. note 284.

205Toute la nuit, l’amîr-madjlis avait chevauché dans [la cour] du château, réconfortant les gens quant à l’état de santé du sultan. Il avait posté cinquante soldats à la porte de la ville, afin qu’ils l’avertissent de l’arrivée d’Oġul Bey. Oġul Bey poussa le cri convenu et l’amîr-madjlis vint en toute hâte ouvrir la porte de la ville. Apercevant le sultan, il baisa la terre et l’étrier du sultan. L’amîr-madjlis et le tshashnegîr accompagnèrent le sultan auprès du cercueil de son frère313 qu’ils ouvrirent, si bien qu’il put voir le visage de son frère. Puis ils intronisèrent le sultan et firent venir à la cour le cadi, les imams et les dignitaires. Cependant tous ne connaissaient pas précisément la situation.

  • 314 Le Coran, II, 248, La Pléiade, traduc. D. Masson, note 248, 1 p. 798-799 : « ce mot qui marque une (...)
  • 315 Les émirs se coiffèrent de la Kulâh (bonnet) portée de travers et se vêtirent d’un surcot blanc, A (...)
  • 316 On envoya des dignitaires de la cour dans chaque ville où l’on organisa des cérémonies pour rendre (...)

206Après que le sultan ‘Alâ al-Dîn Kay-Qubadh eut pris place sur le trône, que les chefs de l’armée et les gardes du corps eurent pris (respectueusement) leur place respective, Sayf al-Dîn quitta le sultan pour se rendre dans l’antichambre et dit : « J’informe les imams et les nobles que l’âme du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs Ier a plongé dans l’océan de la miséricorde de Dieu et qu’elle repose dans son cercueil (Coran, II, 248) : “La sakina314 de votre seigneur est dans son âme (Dieu lui apparaît pour le consoler et le réconforter = paix de l’âme).” Son frère, le puissant sultan ҅Alâ al-Dîn Kay- Qubâdh a paré le monde de l’éclat de son bonheur et a fait du trône de notre pays un trône sublime. » Alors, on souleva le rideau et tous les imams et tous les dignitaires entrèrent et baisèrent le sol en guise de dévouement. L’amîr-tshashnegîr les prit chacun par la main, les conduisit au pied du trône afin qu’ils reçussent leur distinction lors du baisemain. Puis, ils se rendirent à la mosquée et prêtèrent serment sur le nom du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier en présence du cadi. Puis, le sultan revêtit le vêtement de deuil en soie blanche315. Pendant trois jours, on observa la tradition des pleurs et lamentations. Le quatrième jour, le sultan changea son vêtement de deuil pour un vêtement bleu, dota les émirs de vêtements honorifiques, distribua des diplômes portant les titres des émirs, leurs fonctions ainsi que [l’attribution] des fiefs316. Puis il se mit en route pour rejoindre la capitale, Konya.

Le sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] se rend à Konya

  • 317 Où il devait s’occuper des affaires des Marches frontières, dépêcher des émissaires en Syrie et ra (...)
  • 318 Ce passage manque in AS p. 213 et in Houtsma, Recueil III p. 198.
  • 319 Ribâṭ.
  • 320 A ҅yân, Igdišân et Iḫwân, AS p. 214.
  • 321 Niṭâr.
  • 322 Un caravanserail se trouve dans le village d’Obruk, à 74 km de Konya, sur la route Aksaray – Konya

207Après que les bases des affaires furent réglées, le sultan, sous d’heureux ascendants, se mit en route pour Konya, la ville où se trouvait le trône de l’état. L’amîr-madjlis, toujours proche de l’étrier du sultan, servit ce dernier jusqu’à Gedük, et offrit en cette ville un festin royal. Le sultan honora ce festin. Du matin jusqu’à minuit, l’on fut submergé par la joie et l’allégresse. Le lendemain, le sultan honora l’amîr-madjlis en lui attribuant un vêtement honorifique et l’envoya ensuite à Sivas317, tandis que lui-même partit pour Kayseri. Sayf al-Dîn Abû Bakr, fils du Ḥoqqabâz [le magicien], qui était le subâshî de Kayseri avait informé les notables et les dignitaires de la ville et de la province de la venue du sultan, afin qu’ils préparassent des kiosques amovibles et fixes et qu’ils allassent accueillir le sultan à Čibuq. Lorsqu’ils virent la bannière bénie, ils descendirent de cheval, baisèrent le sol et eurent l’honneur de baiser la main du sultan. Entourant l’étrier du sultan « semblables à des papillons dispersés » (Coran, CI, 4), ils entrèrent dans la ville. Puis, le roi Kay-Qubâdh Ier entre Kay-Khusraw et Qubâdh318 se rendit à Kayseri, prit place sur le trône des nobles faits et gestes de ses prédécesseurs et fit sienne la souveraineté. Il reçut des dirhams, des dinars et même des perles royales qui tombèrent telle la pluie printanière [aux pieds] du souverain. Et Sayf al-Dîn Abû Bakr sacrifia des perles de générosité qu’il avait dans son trésor et que sa main put saisir pour les distribuer lors de l’arrivée du souverain. Le sultan séjourna quelques jours à Kayseri. Puis, assis sur la selle du bonheur et sur les épaules de la majesté, il se rendit à Aksaray. Lorsqu’il arriva au lieu de la halte du pervâneh319, les habitants d’Aksaray étaient aussi heureux de l’accueillir que l’amoureux qui retrouve sa belle et aussi impatients que le malade assoiffé qui a besoin d’eau limpide. Après avoir baisé la terre et le bras qui dirige le monde pour parvenir à l’honneur de la félicité, ils se rendirent avec la suite du sultan à Aksaray. Le sultan prit deux à trois jours de repos dans cette ville. Puis, il se mit en route pour la capitale. Lorsque le messager du zéphyr apporta aux habitants320 de Konya le parfum des bannières de l’avant-garde du roi du monde, tous voulurent se placer dans le souffle du bonheur que procurait la rencontre avec le sultan des pays d’Orient et d’Occident. Ils firent don321 de tout ce qui avait été amassé au cours des siècles : cinq cents kiosques amovibles et trois cents fixes qu’ils parèrent d’armes extraordinaires et de charmantes personnes. Puis ils vinrent accueillir le sultan à la halte d’Obruq322.

  • 323 Coran, XXXV, 34, D. Masson, note 34 - 1 : « D’après l’Apocalypse (VII, 17, XXI, 4) les élus seront (...)

208Lorsque l’on eut redonné au monde l’éclat du regard grâce à la poussière levée par les sabots des pur-sang des seigneurs, ce verset lui convint (Coran, XIX, 59) : « Ils tombaient prosternés en pleurant ». Et le grondement de ce verset fit trembler les fondations du puissant château (Coran, XXXV, 34) : « Louange à Dieu qui a écarté de nous la tristesse323. »

  • 324 Cf. AS p. 215 (sic !) et Houtsma, Recueil III p. 200, 20. Passage incertain, peut-être s’agit-il d (...)

209Le subâshî Ḥusâm al-Dîn, l’amîr-arîf324 et d’autres dignitaires reçurent des distinctions, prirent part au festin du roi des rois et passèrent la journée dans la plaine de Rûzbeh, le cœur empli de bonheur.

  • 325 Romains et Russes (Rûmî we Rûs), AS p. 212.
  • 326 Gurgîn, en ancien persan : verkâ signifie loup.
  • 327 Héros du Shâhnâme.

210Le lendemain le soleil du baldaquin du sultan se leva à l’horizon du palais du conquérant du monde et le son des flûtes et des cymbales fit trembler le cœur et l’âme de la terre. L’aigle du baldaquin du sultan avait déployé ses ailes du bonheur sur le soleil des sultans, dessinant l’ombre de la puissance. Cinq cents chefs de l’armée, des Qazwînîtes, des Daylamites et des Francs325, plus impitoyables que la colère du ciel et que la mort soudaine, marchaient à côté de l’étrier du seigneur des esclaves. Cent vingt hommes de la garde du corps, forts comme des lions, ayant comme Gurgîn326 soif de vengeance, solides comme Giv327 et ceints de l’épée d’or, à l’image d’Orion, tenaient les sangles de la selle du sultan.

211S’approchant de la ville, tous les émirs descendirent de cheval. Et l’amîr-tshashnegîr, tenant les rênes du cheval, entra dans la ville, récitant ce verset (Coran, XV, 46) : « Entrez ici en paix et sécurité ». De magnifiques jeunes filles vierges récitèrent depuis une galerie céleste ce verset (Coran, XIX, 6) : « Mon Seigneur ! Fais qu’il te soit agréable ! ». Le sultan, récitant ce verset (Coran, XXIII, 30) : « Mon Seigneur ! Fais-moi débarquer dans un lieu béni ! », posa alors le pied dans la main de la félicité et dit encore ces deux versets (Coran, XXXIX, 74) : « Louange à Dieu ! Il a réalisé sa promesse en notre faveur », (Coran, XII, 102) : « Ô mon Seigneur ! Tu m’as conféré un certain pouvoir » et considéra qu’il devait dire cette prière : « Mon Seigneur ! Permets-moi de Te remercier pour les bienfaits dont Tu m’as comblé », (Coran, XXVII, 19). Comme la lumière dans l’œil et comme un bijou précieux, le sultan prit place, corps et âme, sur son trône.

Par son nom la pièce de monnaie devint sourire,
Par son nom le cœur de la chaire (minbar) se mit à vivre.
Par lui, l’éclat de la religion se répandit,
La terre au ciel montra sa fierté.

212Puis on servit le festin. Le son des flûtes, des grelots et du tambourin se mêla à la ronde des soufis de la sphère céleste. Le sultan promettait à tout instant à chacun des commensaux une nouvelle vie et prononçait à l’encontre des nobles et des petites gens des paroles pareilles à des perles.

213Lorsque le souffle du vin capiteux eut dissipé la crainte du visage des commensaux, les émirs et les dignitaires de Konya se levèrent et chacun selon son rang et sa puissance offrit un présent au sultan qui leur accorda un regard d’approbation. Puis, les luminaires d’argent apparaissant sous la plus haute coupole, le sultan quitta la table et se retira dans ses quartiers.

214Le lendemain le sultan permit au vizir Rashîd al-Dîn, au malik al-҅Umarî, au tshashnegîr Aybe, au nâ’ib Sayf al-Dîn Abû Bakr, fils du ḥoqqabâz et au pervâneh Djalâl al-Dîn Qaysâr de venir en sa chambre privée et leur dit : « Il est nécessaire de faire parvenir aux émirs des territoires des Marches frontières des ordres écrits, leur faisant part de l’entrée à Konya des étendards de notre souveraineté et de l’intronisation de la dignité royale et de leur demander aimablement de se présenter rapidement devant le trône du sultanat. »

  • 328 Les dignitaires de l’empire, tels Malik al-Umarâ’ Husâmuddîn Amîr Čoban et Malik al-Umarâ’ Saifudd (...)

215Cet ordre fut transmis aux secrétaires qui l’écrivirent et le distribuèrent aux messagers qui le portèrent dans toutes les directions328.

Quelques hauts faits et brillants traits de caractère du puissant souverain [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]

  • 329 Alexandre le Grand. [Celui qui possède deux cornes, c’est-à-dire : Alexandre Le Grand (Iskandar).  (...)
  • 330 Dans les louanges faites au sultan ‘Ala’uddîn Kaiqobâd Ier, le rédacteur ajoute des louanges pour (...)
  • 331 Ibn Bîbî précise que ce paragraphe est de al-‘Utbî (mort en1036 ou 1040) dans son œuvre Ṭa’rîḫ-i-Y (...)
  • 332 Turcs de Russie, cousins des Tatars.
  • 333 « L’itinéraire dans le Fars... De Ma’oun à Welasgherd, ville dont le nom s’écrit aussi Welaskerd, (...)
  • 334 MB : Probablement le pays des Turcs Kiptchak, au Nord de la Mer Noire.

216(Coran, XVIII, 83) : « Ils t’interrogeront au sujet de Dhou al-Qarnaïn329. Dis : “Je vais vous raconter une histoire qui le concerne”. » On dit que les habitants du monde savent que le texte de la création a été écrit sur le front des créatures et, que les rênes de la soumission et le licou qui assouvissent les hommes ont été mis dans la main compétente des souverains qui ordonnent, auxquels ces paroles conviennent : « et ceux qui ordonnent sont parmi vous » et, dont les bannières de l’islam n’ont jusqu’alors, de l’Orient le plus lointain jusqu’à l’Occident, autant porté leur ombre sur un prince qu’elles ne le portent sur ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier b. Kay-Khusraw b. Qilidj-Arslân b. Mas ҅ûd b. Qilidj-Arslân b. Sulaymân b. Qutlumush b. Isrâ’îl b. Seldjuq330. De fait, la bannière de l’islam ne porta mieux son ombre sur aucun autre sultan que sur lui, car il connaissait mieux la religion, car dans sa foi il mettait plus de sincérité, car sa science était plus grande, car sa richesse et sa puissance étaient plus grandes encore, car il était plus honoré lorsque l’on prononçait son nom, car il était d’un plus haut rang, plus fort dans l’abstinence, plus illustre dans la majesté, car l’équipement de son armée et les engins de guerre étaient plus perfectionnés, car il était sublime dans la royauté et dans la souveraineté, car on craignait plus son épée et sa lance. Il n’y eut aucun sultan qui ne fût plus grand protecteur de l’islam et de ses partisans, qui ne fût meilleur adversaire du polythéisme et de ses adeptes331. Il était de si haut rang que les rois des pays, les croyants et les infidèles – d’Abkhazie la plus lointaine jusqu’à la frontière de l’Hedjaz, des régions d’origine des Bachkirs332 et des régions les plus lointaines de Welasgherd333 et des steppes de Qifdjâq334 jusqu’aux régions désertiques d’Iraq – et tout particulièrement les rois de Syrie se considéraient comme une pièce de son jeu d’échecs et prononçaient son nom dans la khotba et gravaient son nom sur les pièces de monnaie.

« Pour eux, obéissance au sultan signifiait que nécessité fait loi et commandement,
Et envers lui la pure conviction dans la religion et dans le pouvoir était un devoir. »

217Son âme était pure et son esprit de justice était comme la lumière qui apparaissait soudain sur l’horizon. Il vérifiait consciencieusement les caisses de l’état. Il distribuait avec la plus grande générosité des trésors d’amabilité et, lorsqu’il recevait des hôtes et des émissaires, il était telle la mer ondoyante et tels les nuages tempétueux. Il faisait des reproches à ses chefs de l’armée ou punissait les erreurs qu’ils pouvaient faire. Il arriva qu’il coupât l’arbre de leur vie « comme l’on coupe la dernière feuille de la palme cassée » et qu’on le détachât de sa racine avec la hache de la sévérité et de la punition. Il arriva qu’il appliquât envers eux cet ordre donné par le Coran (XXXII, 21) : « Oui, nous leur ferons goûter le châtiment immédiat, avant le grand châtiment. » C’est sans doute, parce qu’il exigeait que les gouverneurs des territoires et les fonctionnaires des finances fussent loyaux, que ceux-ci étaient devenus consciencieux et fiables.

218L’émir Djalâl al-Dîn Qaratây, savant homme, le pôle des dignitaires religieux et exemple pour les hommes pieux relate ceci : « J’ai été dix huit ans durant au service de la plus grande majesté, j’ai connu la guerre et la paix et on ne m’eut jamais rapporté que le sultan, fut-il sobre ou ivre, n’eût dormi la nuit plus longtemps qu’un tour de garde ne durait. Il veillait à appliquer ce verset (Coran, LXXII, 2) : “Tiens-toi debout, en prière, une partie de la nuit, la moitié ou un peu moins ou davantage”. Il avait ainsi atteint la plus haute marche de la perfection. Quand bien même il respectait les institutions de l’école juridique de l’imam Abû Ḥanîfa – Dieu soit satisfait de lui – dans leurs principes et dans leurs formes, considérant qu’elles étaient un commandement et donc nécessaires, il suivait cependant lors de la prière du matin les principes de l’école juridique du puissant imam Shâfi ҅î – Dieu soit satisfait de lui. Il s’adonnait le jour et la nuit aux affaires de l’état selon des horaires déterminés. Avec ses intimes il trouvait absurde de s’adonner à la distraction ; il préférait se plonger dans les ouvrages historiques sur les rois et dans la description des modes de vie exemplaires des souverains de jadis. De temps en temps, il écrivait un quatrain. Voici l’un d’entre eux :

Quand je suis sobre, je sais ce qu’est le péché,
Quand je suis ivre, la raison m’échappe.
Bois le vin, car entre sobriété et ivresse,
Il y a ce temps qui est précisément la vie.

  • 335 Maḥmûd de Ġazna qui régna de 999 à 1030 après JC.
  • 336 Qâbûs b. Vašmgîr, Šams al- Ma ҅âlî Abu’l-Ḥasan, Ziyaride, prince de Ǧurǧân et de Ṭabaristân qui ré (...)
  • 337 Kim iyâ-ye saâdat, un épitomé persan de l’œuvre Iḥyâ ‘ulûm ad-dîn du célèbre penseur musulman et t (...)
  • 338 Le célèbre ministre (mort en 1092) des sultans seldjoukides Alp-Arslân et Malikshâh. Cf. EI.
  • 339 Cf. note 99.
  • 340 À raison, le rédacteur de l’épitomé ne semble considérer que comme figure de rhétorique le fait qu (...)

219Lorsque l’un de ses commensaux ou un compagnon de beuverie prononçait une parole ou se comportait comme il ne le fallait, il ne l’invitait plus. Il évoquait les anciens sultans avec respect et, parmi les sultans de l’islam, il avait une prédilection pour Maḥmûd b. Sebuktekin335 et pour Qâbûs b. Vashnegîr336 et imitait leurs qualités. Il ne prononçait un décret sans avoir fait les ablutions rituelles. Il lisait constamment le livre : L’élixir de la Félicité337 ainsi que le livre : La vie des rois, de Niẓâm ul-Mulk338. Il jouait au nerd339 et aux échecs il n’avait pas son pareil. Il savait bien jouer à la balle et maniait bien l’épée. Il avait acquis habileté et adresse dans tous les arts : en construction, artisanat, coutellerie, sculpture, charpenterie, peinture et sellerie. Il savait apprécier les joyaux340.

Lorsque dans le sceau de la Loi religieuse (dans le Prophète Mohammed) la prophétie a été scellée,
En son âme la souveraineté est scellée car il fait partie des souverains ».

Envoyé par l’illustre califat, le cheikh des cheikhs, Shihâb al-Dîn al-Suhrawardî, arrive auprès du sultan

  • 341 Le célèbre mystique musulman Bâyazîd al-Bisṭâmî (mort en 875 ou 877/878 ap. J.-C.), cf. EI.
  • 342 Célèbre mystique musulman (mort en 910 ap. J.-C.), cf. EI.
  • 343 En allemand, Lotosblume (fleur de lotus) : dans l’Orient ancien, symbole de la pureté et de la bea (...)
  • 344 Cf. Ritter, Philologika IX p. 37.

220Lorsque l’on eut prévenu l’illustre califat et le palais de l’imamat de ’an-Nâsir lidîni’Ilâh de l’apparition de l’avant-garde du pouvoir et du bonheur de l’intronisation du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier, on fit parvenir au sultan le diplôme concernant la dignité de sultan et son intercession pendant son gouvernement sur les pays de Rûm, ainsi que le vêtement honorifique de la souveraineté, l’épée et l’anneau paré du sceau de la dignité royale du sultanat. Tout ceci lui fut envoyé par le savant de son temps, l’imam, Abû Yazid341 et par le deuxième Ǧunaid342, qui occupait la chaire honorifique dans la salle à la coupole des saints et des hommes pieux, qui était l’héritier du savoir des Prophètes, la quintessence du pouvoir divin, la fleur de lotus343, qui était celui qui détient la vérité et qui vainc les obstacles du savoir subtil, qui était le Šihâbulmillawa’ddin, le cheikh de l’islam et des musulmans, le guide des rois et des sultans, qui était celui qui interpelle Abû ҅Abdallah ҅Omar b. Muḥammad al-Suhrawardî344, le sublime “Seigneur du Jugement Dernier” – que Dieu soit satisfait de lui !

  • 345 Iḫwân we fityân-i-Qônya, AS p. 230.

221Lorsque le sultan apprit la sublime arrivée du cheikh à Aksaray, il dépêcha, pour l’accueillir, les émirs qui lui apportèrent mille provisions pour son voyage ainsi que des présents. Lorsqu’il arriva au lieu de la halte de Zincirli, les cadis, les imams, les cheikhs soufis, les notables et les akhi345 vinrent à sa rencontre, chargés de présents. Alors, s’étant entouré de toutes les fleurs de son armée, le sultan arriva aussi pour accueillir le cheikh.

  • 346 Cf. note 308.

222Lorsque le regard du sultan se porta sur la beauté bénie du cheikh, il dit : « Ton visage est pareil à cette silhouette qui a délivré mes pieds de leurs chaînes lors de cette nuit où je fus libéré de ma prison, qui Nous a mis en selle et Nous a dit que l’influence surnaturelle de « ҅Omar, fils de Muḥammad, Suhrawardî, Nous viendrait toujours en aide. »346

  • 347 Cf. Dozy II, p. 149 b.
  • 348 MB : sur ce personnage cf. Encyclopédie de l’islam, 2° éd., III, p. 1010-1011. Ibrâhîm b. Adham (m (...)
  • 349 AS p. 231 complète cette phrase : donc renoncer à la vie terrestre.
  • 350 Cf. Le Coran VII, 172.
  • 351 Le Coran, La Pléiade, D. Masson, XXXVII, 164, note 1 : litt. : ‘connue’. Ce sont les anges qui par (...)
  • 352 Allusion au hadith, d’après Ibn ‘Adî, cf. al-Manawî p. 68.

223Le sultan s’approcha du cheikh. Ils s’embrassèrent et tous deux, joignant leurs mains, firent claquer leur paume. Le cheikh dit : « Depuis cette nuit passée dans ton cachot, l’esprit de ҅Omar, fils de Muḥammad, al-Suhrawardî a toujours porté son regard sur le sultan de l’islam. Et le mérite revient à Dieu que tu aies pu heureusement échapper à la mort (Coran, XXXV, 34) : “Louange à Dieu qui a écarté de nous la tristesse !” » Après les salutations, le sultan, tout heureux, se hâta de baiser la paume de la main bénie du cheikh, réclama qu’on lui rendît encore hommage347 et lui témoigna de nombreuses marques d’honneur. À l’instar d’Ibrâhîm Adham348, le sultan voulait suivre la voie de Jésus, fils de Marie349. D’un regard vif, le cheikh lut dans les pensées secrètes du sultan, répondit à chacune de ses pensées, apaisa la crainte qui avait été causée par cette demande faite lors « du jour du pacte scellé avec Dieu »350, commenta ce verset (Coran, XXXVII, 164) : « Il n’y a personne parmi nous qui n’ait une place désignée »351 et cita ce proverbe : « Il y a pour chaque tâche les personnalités compétentes »352. Le cheikh encouragea le sultan à agir justement et à s’en tenir à la religiosité. Lorsque, devisant, ils arrivèrent en la ville, le sultan était complètement délivré de son vêtement d’arrogance, de fierté, de vanité, d’irréflexion et était devenu pur telle l’âme d’un ange.

  • 353 Cf. note 208.
  • 354 Miqraḍkârî : H. Ritter attire mon attention sur un ouvrage qui est en mesure de nous éclairer sur (...)
  • 355 L’émir Ǧalâluddîn Qaraṭay et Maliku’z-Zu ҅amâ’ Naǧmuddîn Abu’l-Qâsim-i-Ṭûsî, AS p. 133.
  • 356 ‘Adad.
  • 357 Dînâr-i-zer-i-sulṭânî.
  • 358 Unité de poids. Cf. Encyclopédie de l’Islam : mithḳâl, et Hinz, MaBe, p. 1 sq..

224Le lendemain, on fit venir le cheikh au palais du sultan, afin que celui-ci revêtît le vêtement honorifique de calife et coiffât de sa tête le turban que l’on avait tissé à Bagdad. Devant le peuple assemblé, on infligea au sultan la bastonnade qui est une coutume imposée par le califat353 et qui prévoit quarante coups de bâton donnés sur le dos du sultan. Puis on amena le cheval de la cour du calife, dont les sabots sont ferrés d’or. En présence de tout le monde, le sultan baisa les fers du cheval de l’imam, se mit en selle avec l’illustre cheikh et tout le peuple observa l’allure du sultan. Puis, revenus au palais, on apprêta le festin et, le repas terminé, les musiciens de la garde du sultan commencèrent le sema. S’étant détachés du monde d’ici-bas, les disciples au service du cheikh entrèrent en extase et tous les hommes présents, subjugués par ce sema, aspirèrent aussi à l’extase. Puis on procéda sur le sultan et sur les autres émirs, particulièrement sur Djalâl al-Dîn Qaratây, à la coupe initiatique des cheveux354. Lorsque le cheikh regagna ses quartiers bénis, qui étaient le lieu où il reçut en son âme l’inspiration, le sultan lui apporta mille attentions particulières. Le cœur du sultan se réjouissait lorsqu’il se rendait en pèlerinage auprès du cheikh qui séjournait à Konya. Après le départ du cheikh et son retour [à Bagdad] le sultan lui fit apporter par Qaratây et par Nadjm al-Dîn b. Ṭûsî355 des pièces de 100 000 dirhems356 et 5 000 dinars-sultanor frappés du sceau ҅alâidique357 d’un poids de 500 et 150 miṭqal358 prélevés sur le produit de l’impôt kharâdj payé par les chrétiens et les Arméniens et aussi toutes sortes de présents, afin de subvenir à ses besoins. Pour prendre congé du cheikh, le sultan l’accompagna jusqu’à Zincirli qui se trouve à un parasange de Konya. Le sultan, invoquant les merveilleuses et surnaturelles forces du cheikh, implora son soutien. Lorsque vint l’heure de se séparer, le cheikh murmura ce quatrain :

« Je n’ai rien connu de plus horrible que de prendre congé,
Bien que l’usage soit d’embrasser ses hôtes.
Il est vraiment plus facile de glisser sa main sur une épée indienne tranchante
Que de serrer la main de mille personnes que l’on quitte. »

  • 359 Lors du séjour à Malatya du šaiḥ Šihâbuddîn as-Suhravardî, arriva, venu de Bagdad, ‘Abdallâh b. Mu (...)

225Le sultan ordonna à quelques grands émirs et aux mehmândârân de remplir leurs obligations jusqu’à Malatya qui est la ville-frontière du pays359.

Le début de la conquête du monde par le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier. La première conquête fut la prise de la forteresse d’҅Alâ’îya [Alanya]

  • 360 Les relations entre la bouteille et la coupe se faisaient de plus en plus fréquentes. On disait ha (...)
  • 361 In AS p. 235 : mot à mot : « bien que le vin ne fût pas la condition préalable à... »

226Lorsque la bannière du sultan eut connu les sommets du bonheur et de la puissance accordés par le sublime Seigneur et par la faveur du Palais de la Majesté (Dieu), et que la bénédiction du Ciel se fit connaître sur les champs de l’humilité par la bonté de son cœur et l’excellence de son caractère, il advint que des relations amicales se nouèrent de plus en plus360 entre la coupe et la bouteille, bien que le vin ne fît naître la violence dans le sang361. Lors du festin royal, le sultan, tout joyeux, accordait des faveurs aux ménestrels qui jouaient sans discontinuer sur leur instrument et chantaient.

  • 362 Il s’agit, sous le surnom de Âyâs-i-Maǧnûn, du célèbre kondestabl Asaduddîn qui avait déjà été au (...)
  • 363 Cf. AS p. 236, Houtsma, Recueil III p. 227 note (a) et Is.A. : Alâiye. [En 1221, `Alâ’ uddin Kaiqo (...)
  • 364 « La ville d’Al- Alaya que nous avons citée est importante, elle est située sur le bord de la mer (...)
  • 365 La constellation.

227Un jour, il dit à ses commensaux qui avaient le rang de vizir et de conseiller : « Nous devons nous détourner du festin qui réjouit le cœur et nous consacrer à préparer la guerre afin d’appliquer les lois du sultanat, comme il se doit et comme il est juste ». Les grands émirs362 se prosternèrent au pied du trône et dirent : « La souveraineté sur les pays grecs a été attribuée au roi du monde et nous avons pu conquérir une Marche frontière, telle celle d’Antalya. Cependant, la forteresse de Kalonoros363, telle une montagne impitoyable qui se dresse sur la plaine du ciel et qui a pour fossé la mer et pour muraille une falaise de marbre, a la prétention de régner depuis la côte sur votre territoire de Sis. Depuis la côte, elle impose un lourd tribut aux Égyptiens364. Eh bien, une telle place, digne du trône, ne mérite que soutien et protection du roi du monde. Si l’ordre de prendre la forteresse est donné à notre armée-toujours-victorieuse, chaque fourmi deviendra dragon et aigle royal chaque moineau. Alors nous attraperons dans les rets des serviteurs de l’empire cette forteresse qui se compare aux poissons365 et qui prétend être l’égale des sphères et replacerons cette perle maritime dans le collier de perles du sultan. »

  • 366 Le sultan quitta Kayseri passa par Aksaray et vint à Konya, AS p. 237.
  • 367 Les monts de l’Elburz (4 000m) forment une ligne entre la plaine iranienne et les régions côtières (...)
  • 368 Cf. Houtsma, Recueil III p. 234. Un autre exemple, selon lequel les guerriers, lors du combat, ont (...)

228Cet avis plut au sultan366 qui ordonna que l’on rassemblât les troupes des Marches frontières. Les secrétaires de la cour rédigèrent aussitôt avec l’encre de musc noir les firmans du sultan sur le papier de camphre blanc et ornèrent ce visage blanc par des lignes bien ordonnées, aussi belles que les boucles gracieuses des jeunes gens au visage de soleil, beaux comme la lune, à la silhouette de la planète Jupiter, qui volent les cœurs. Les secrétaires firent porter ces firmans par des estafettes. En moins de dix jours une armée, dont les sabots des coursiers enveloppèrent de poussière la face du soleil et de la lune, fut rassemblée. Le sultan ordonna de scinder cette armée, qui faisait du monde sa proie, en trois sections. Une section, telle la panthère, devait se lancer sans hésiter à l’assaut de la falaise ; une autre section, tel le crocodile, devait monter au combat depuis la mer et une armée embarquée devait déferler telle la vague au pied de la forteresse. Et sur l’arête de la montagne, dont le flanc abrupt étonne le ciel et qui est sans cesse plongée dans des nuages noirs, les guerriers devaient positionner des catapultes hautes comme des montagnes et dont les boulets de pierre auraient pu effrayer les montagnes de l’Elburz367. Et les guerriers qui, pendant le combat considéraient la pierre dure comme de la douce soie368, devaient amener ces catapultes sur l’arête de la montagne.

  • 369 Kîr / Kyr = seigneur. MB et HLP : On pourrait supposer qu’il y a ici un jeu de mot dépréciatif con (...)

229Lorsque les catapultes furent placées selon l’ordre du sultan, Kîr Farîd369, seigneur de cette forteresse, apprit que le sultan était venu avec sa puissante armée par ces eaux assoiffées de sang et que ni le sultan ni son armée n’avaient subi sur ces eaux de maux venant ni d’en haut, ni d’en bas, il dit : « Cet évènement me fera perdre ma possession et je n’ai aucun moyen pour défaire cet étau. Jadis, seul le soleil héroïque avec ses mille chefs passait sur cette montagne escarpée et aujourd’hui c’est le roi Kay-Qubâdh Ier qui la franchit telle une bourrasque. Il lui est facile de combattre le ciel et d’affronter la roue céleste, car le Créateur lui prête main forte. Il ne nous reste plus qu’à endosser l’armure de la patience et nous asseoir devant la porte de l’attente pour voir (quel jeu) le ciel fera apparaître sur le rideau. »

230Le lendemain, lorsque les étendards jaunes du Khosraw, qui, traversant le monde se hâtait de venir, furent hissés sur la coupole bleue du ciel, le monde s’assombrit sous la poussière levée par l’armée. Bien que le temps qui passe ne pût exercer son courroux sur cette terrible place forte, que l’oreille du ciel ne fût pas prête à entendre que l’on pourrait s’emparer de cette place en combattant et que l’on ne sût pas quelle incidence aurait la flèche de la voûte céleste sur cette forteresse, où les troupes d’occupation dialoguaient sans cesse avec la flèche de la voûte céleste,

« Le mauvais sort, dès qu’il se met en colère,
Transforme la falaise de marbre en cire. »

231Le sultan ordonna à des soldats de se ruer en groupes parsemés sur cette montagne. Tel l’aigle en vol et telle la panthère féroce ils gravirent cette falaise de marbre comme un seul homme. L’armée se positionna sur cette montagne, dont elle n’avait pas imaginé jusqu’alors le chemin y conduisant, et se prépara au combat. Les soldats postèrent cent puissantes catapultes tout autour de la forteresse. Le combat dura deux mois et : « Deux mois passèrent comme un seul jour. »

232Une nuit, le sultan vit un personnage au beau visage qui lui dit ces mots :

« Ce puissant château n’a plus aucun ami,
(Mais) personne ne peut s’en emparer par sa (propre) main.
Le Créateur du monde est cependant ton ami.
Tu réussiras à prendre un tel château.
Si ton armée se rue vers le ciel,
Et si de la tête du soleil elle arrache le cerveau.
Et si ton intention est de combattre du côté de la mer,
Le crocodile la quittera pour se réfugier sur la rive.
Même si ce château est une magnifique résidence,
Tu peux t’en emparer par la force du Tout-Puissant. »

233Cette heureuse ambassade réjouit le cœur du sultan qui sortit de son sommeil et fit porter ces vers sur un parchemin. Le lendemain, alors que l’armée de l’obscurité eut pris le chemin de la fuite, il permit aux grands émirs qui faisaient antichambre, d’entrer, leur raconta son rêve, récita ces vers et fit distribuer des aumônes (des vaches, des moutons, ainsi que de l’argent) destinées aux pauvres et aux combattants bénévoles pour la foi.

  • 370 Cf. AS p. 243 sq. Les mots précédents cette phrase in Muḫtaṣar sont un ajout du rédacteur de l’épi (...)
  • 371 Cf. AS p. 244 (sic !) et Houtsma, Recueil III p. 239, 6.

234Lors de cette même nuit, une voix déconseilla au seigneur du château de résister et de se barricader plus longtemps370. Il convoqua ses notables et ses dignitaires et dit : « Nous ne pourrons pas résister à la puissance du sultan. Bien que notre château touche les étoiles et qu’il soit sous la protection de l’aigle, il me semble impossible d’échapper à l’ordre du Conseiller divin. Face à un sultan qui possède le pouvoir divin, il faut faire de l’hostilité amitié. » Il choisit aussitôt un ambassadeur, en qui il avait confiance, pour porter le message qu’il devrait transmettre et le dépêcha auprès du subâshî d’Antalya, l’émir Mubâriz al-Dîn Ertöküsh371, car les relations amicales qu’entretenaient ces deux hommes s’étaient renforcées grâce au voisinage et aux visites fréquentes qu’ils se rendaient. Le seigneur pria le subâshî d’être l’intermédiaire entre lui-même et le sultan et lui dit : « Puisses-tu ôter de notre pied l’épine de notre sombre destin avec la pincette qui nous apportera la faveur du roi et prendre langue pour nous avec lui car nous avons commis une faute déraisonnable. » L’émir Mubâriz al-Dîn fit part de tout cela au sultan dont le front se plissa de contentement et dit : « Comme le seigneur recherche la paix, nous devons aussi exprimer notre approbation ». L’émir Mubâriz al-Dîn dit au messager que le souhait de son seigneur Kîr Farîd était exaucé et le renvoya auprès de lui, ayant pour mission de lui dire que son âme était délivrée de tout souci, qu’il devait obéir aux ordres du roi qu’il devait connaître le déchirement du cœur en se séparant de sa forteresse et puis qu’il devait chercher refuge dans l’ombre bénie du roi.

235Lorsque l’émissaire fut de retour, la joue de Kîr Farîd se fit riante comme le printemps et il dépêcha auprès du sultan un émissaire à la langue agile, porteur de la lettre suivante :

« Le roi du monde a bien entendu dire que cette puissante falaise a été à l’époque de Darius, de Hošeng, d’Alexandre et de César la place forte de mes pères et grands-pères et a suscité l’envie de mes ennemis et des adversaires de votre humble serviteur. Et aucun puissant souverain n’a cherché à s’emparer d’elle en combattant. Et le Créateur du monde n’a donné à la terre un tel ciel. Les provisions et les pièces d’armement sont prévues de telle façon qu’elles puissent suffire jusqu’au Jour du Jugement dernier. Mais lorsque j’aperçus de loin le baldaquin victorieux, tantôt mes membres commencèrent à se paralyser, tantôt la lumière n’éclaira plus mes yeux et le courage me fuit. Devant la majesté du roi, la raison me fit penser que mon trône merveilleux ressemblait à la plus profonde citerne. Alors je me dis ceci : “Se battre contre les montagnes et en venir aux mains avec l’éclair signifierait offrir ma tête au vent”. C’est pourquoi il devint nécessaire de chercher dans l’ombre du soleil des rois une place et un refuge. Si la faveur royale est grande et qu’elle m’accorde la sécurité, et me procure aussi ma subsistance dans les pays du sultan, je considèrerai cela comme une extraordinaire faveur et une accession à un haut rang. »

  • 372 Selon le droit musulman (ber wafq-i-amr-i-muḥammadî) il donna au sultan l’une de ses filles (fâra’ (...)

236Ce discours plut au sultan qui dit : « Si vous consolidiez les piliers de la tente de la sincérité par ceux de la parenté, afin que notre confiance se renforce, cela vaudrait mieux ». Ayant entendu ce point de vue, Kîr Farîd fit ajouter aux joyaux des servantes du harem du sultan une jeune vierge372 et ses affaires furent ainsi remises en ordre. Le sultan fit rédiger un document portant nomination d’un émir à Akşehir, ville proche de Konya, avec attribution de plusieurs villages. Il fit porter ce document à Kîr Farîd par un émissaire.

  • 373 Astronomie : Point de la sphère céleste vers lequel semble se diriger un ensemble d’étoiles.

237Le lendemain, Kîr Farîd descendit du haut de la forteresse pour venir jusqu’au pied de la tente royale qui formait le point de rencontre avec le vertex373 de Saturne et par un discours demanda pardon. Le sultan lui porta un regard de clémence et lui accorda sa faveur. Kîr Farîd souhaita la présence du sultan dans la forteresse. Alors le sultan se dirigea vers la forteresse avec son baldaquin et sa bannière. Les occupants de la forteresse vinrent à sa rencontre pour l’accueillir, dispensant argent, dirhems et dinars. Arrivé en haut de la montagne, le sultan vit qu’il y avait des céréales à foison, des citernes gigantesques et des provisions en grande abondance. Parce que la prise de la forteresse avait été facile, le sultan remercia le Créateur pour la faveur qu’Il lui avait accordée en récitant ce verset (Coran, XXXIX, 74) : « Louange à Dieu ! Il a réalisé Sa promesse en notre faveur » et Il a aidé Son serviteur. Il ordonna de construire sur cette falaise de marbre une muraille. Puis il établit avec cette place forte une relation honorifique en lui donnant son propre nom, c’est-à-dire son surnom.

La conquête de la forteresse d’Alara par la main des serviteurs du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier

  • 374 Franz Taeschner m’indique : Alara çayı, à l’ouest d’Alanya. Ce cours d’eau coupe la route menant à (...)
  • 375 C’est, selon la cosmologie musulmane, le nom des montagnes entourant le monde terrestre. Cf. EI : (...)
  • 376 Kîr Farîd était seigneur de la forteresse de Kalonoros (Alanya).

238Ayant terminé l’aménagement de la forteresse d’҅Alâ’îya [Alanya], le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier dirigea son coursier-conquérant-du-monde vers Antalya. Sur le chemin, il aperçut au centre d’un vallon, perchée sur une falaise de marbre, la forteresse d’Alara374. À ses pieds, coule un fleuve aux eaux d’un bleu foncé, qui bruisse comme le Nil. Tout en haut de la forteresse les soldats de garde semblaient tout courbés à cause de la proximité du ciel. Face à la forteresse et tout en bas, la montagne Qâf375 paraissait plus petite qu’une vallée. Le frère de Kîr Farîd376, qui avait choisi d’exercer la religion du renoncement et s’était retiré des plaisirs du monde, avait élu domicile dans cette forteresse et avait préféré la bure du moine plutôt que l’habit de soie. Le sultan ordonna à l’un des émirs de l’empire de se rendre à Alara, accompagné par un groupe de soldats-des-troupes-toujours-victorieuses et de dire au maître de ce monastère ceci : « Ton frère, connu pour sa raison et sa bravoure, n’a pas pu, voici un mois, nous résister dans sa forteresse de Kalonoros. Il est certain que la faiblesse et l’impuissance de ta forteresse te condamneront encore plus vite à ton destin. Mais tu es un homme avisé qui se soucie de la cruauté des évènements. Si donc tu veux prendre la voie du salut, cette solution te conviendrait mieux : si tu suis le chemin de la raison que ton frère a suivi et que tu livres la forteresse à mes serviteurs, tes souhaits et tes projets seront exaucés. Mais si tu fais un pas contre nos ordres, tu trouveras l’épine de ton acte de résistance dans l’œil de ton entêtement. »

239Après qu’on lui eut transmis l’ordre du sultan, il fut pris de crampes dues à la peur que lui procurait le sultanat, aux gémissements qu’il poussait et aux plaintes qu’il exprimait. Il décida de payer de sa vie et de son corps la facture et de rejoindre le Seigneur de l’enfer. Les hauts dignitaires de cette place forte, effrayés par cet évènement et tout à fait abattus, livrèrent la forteresse par empressement ou par crainte. C’est ainsi que cette place forte tomba dans l’addition des autres pays et forteresses de l’empire par une simple ambassade et sans ferrailler.

  • 377 Après un certain temps le sultan quitta Antalya pour se rendre dans sa résidence (Konya), AS p. 25 (...)

240Le sultan ayant appris cette deuxième conquête fit apprêter un festin pour tous et but le vin, dissipant de son esprit le fumet du combat au son du rabâb et de la harpe. Après qu’il eut atteint Antalya, il distingua l’ensemble des émirs en leur attribuant des vêtements honorifiques et des faveurs et leur permit de retourner dans leur campement d’été et d’hiver. Avec sa garde du corps il prit ses quartiers d’hiver à Antalya377.

La construction du mur d’enceinte de Konya et de Sivas et l’attribution de ces villes aux émirs de l’empire en l’an 618 (qui débute le 25 février 1221 apr. J.-C.)

241Ce jour là, comme le Khosraw de l’Orient faisait apparaître sa joue prometteuse de bonheur sur le ciel d’un bleu foncé, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier entraînait son coursier avant de partir promener dans la campagne et dans les jardins de Konya en compagnie des émirs de la cour et des chefs de l’armée. Soudain son regard se porta sur la ville et vit une ville pleine de richesses et de gens affairés. Cette ville, avait une longueur et une largeur que l’on pouvait parcourir en un jour de voyage. Elle était plantée d’arbres assurant l’approvisionnement en fruits,

  • 378 AS p. 253 ajoute :
    [Cependant elle n’avait pas d’enceinte digne d’elle,
    Même si de sa tête elle av (...)

De l’Euphrate, elle a puisé son eau,
Son vent a effleuré l’eau.
De tous les pays les hommes étaient accourus,
Et avaient trouvé une patrie dans cette ville du bonheur ;
Elle n’était pas une ville, mais un monde entier ;
Elle était une mer profonde et était la ville de la célébrité378.

242Cependant, comme une lame sortie de son fourreau, elle était dépourvue du manteau du mur d’enceinte. C’est pourquoi le sultan dit à ses émirs de l’empire : « Laisser une ville tant réputée et pareille à une charmante fiancée sans le manteau d’un mur d’enceinte, serait une faute. Même s’il existe une muraille que nous avons dressée autour du monde grâce à tous nos combats victorieux et à notre javelot qui transperce les cœurs, je suis persuadé que les hommes raisonnables doivent sans cesse se protéger de la convoitise et de la lubricité des autres, car le destin changeant ne se contente pas d’une opinion. Le temps crée des événements et le miroir céleste reflète toutes sortes d’événements.

Le temps apporte mille images
Et il n’y en a pas une semblable à celle qui se reflète dans le miroir de notre imaginaire.

  • 379 Nuwwâb-i-ḫâṣṣ.
  • 380 Ḫâṣṣe.

243Nous avons l’intention d’ériger tout autour de cette ville et autour de Sivas un mur d’enceinte, de telle façon que le coup porté par le fer funeste du temps, qui nous trompe ne puisse le blesser, et que celui, qui au cours du temps recherchera la haine, s’en détournera déçu. » Puis, le sultan ordonna que les maîtres d’œuvre et les dessinateurs compétents se présentassent. Puis, le sultan et les émirs montèrent à cheval et firent le tour de la ville afin de définir l’emplacement des tours, des courtines et des portes. Puis il donna aux fonctionnaires de la cour379 des instructions afin qu’ils fissent construire quatre portes avec courtines et plusieurs tours financées sur son trésor privé380, le reste étant payé par chacun des émirs des pays. Il ordonna que l’on se hâtât de construire ce mur et de saisir l’occasion. Puis, il envoya un firman à l’amîr-madjlis qui se trouvait à Sivas afin qu’il posât dans cette ville, avec l’approbation du malik et des émirs de ces régions, la première pierre d’un mur d’enceinte haut comme une montagne.

244Ainsi, les maçons se mirent-ils à poser à Konya et à Sivas les fondations du mur d’enceinte, s’empressant, nuit et jour, d’achever sa construction. C’était à celui qui travaillerait le plus vite et, par jalousie, ils travaillaient toujours plus vite pour renforcer les fondations, élever les courtines et faire surgir les tours. Puis, on fit savoir au sultan que la construction était achevée. Le sultan enfourcha son cheval, fit le tour des fossés, porta sur le mur d’enceinte un regard de satisfaction et de plaisir. Il ordonna que chaque maçon fît graver dans la pierre son nom couvert d’or afin qu’à travers les siècles témoignage de leur oeuvre leur fût rendu et que leur renommée fût perpétuée. Puis, il fit apprêter le festin et s’adonna à la douce vie.

L’arrivée de Muḥyî al-Dîn ibn al-Djawzî, envoyé par l’illustre califat, apportant une lettre et demandant l’appui des troupes. Comment Bahâ al-Dîn Qutlughshâh381 eut pour mission d’exécuter cet ordre

  • 381 Cf. AS p. 256.
  • 382 Mihmândârân-i- ḫâṣṣ.

245Lorsque la construction [du mur d’enceinte] de Konya fut achevée, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier se mit en selle et se rendit à Kayseri afin d’inspecter les affaires des provinces. Lorsque le sultan fut arrivé à Kayseri, les émirs de Malatya lui dirent que Muḥyî al-Dîn ibn al-Djawzî, envoyé par l’illustre califat était arrivé, apportant une lettre. Le sultan ordonna que les hommes chargés d’accueillir ses hôtes382 se rendissent à Sivas-La-Bien-Gardée pour l’accueillir et pour lui rendre les honneurs avec le plus grand soin. Lorsque Muḥyî al-Dîn fut arrivé près du caravansérail du Lâlâ, le sultan vint l’accueillir dans son baldaquin avec son escorte au son des timbales, ce qui aurait fait pâlir de jalousie l’âme des rois de jadis. Après l’embrassade, Ibn al-Djawzî transmit au sultan le salut du protecteur des croyants. Puis, le sultan lui rendit hommage par des faveurs et de longs entretiens. Lorsqu’ils atteignirent la porte de la ville de Konya, Ibn al-Djawzî se retira dans ses quartiers après avoir pris congé du sultan.

  • 383 Umarâ-i-Kîbâr.
  • 384 Cf. AS p. 257.
  • 385 Ṣofya.
  • 386 Farrâšân.
  • 387 Le sultan se coiffa aussi du turban noir, AS p. 258.
  • 388 Le Prophète Muḥammad.
  • 389 Pour le calife an-Nâṣir lidîni’illâh, AS p. 258.

246Le lendemain, on avait orné de fleurs le palais du maître des esclaves ainsi que le jardin des habitants du Paradis car, comme le destin le voulait, on avait fait se courber le lion de la prairie émeraude sous la selle de la puissance du Khosraw des planètes et le sultan, qui occupe le trône du ciel, avait enfourché son blanc coursier rapide comme le vent. Tandis que les grands émirs383 se tenaient en rang, à droite et à gauche du sultan, l’imam Muḥyî al-Dîn se rendit au palais pour offrir au sultan des vêtements honorifiques, des objets enluminés, des ustensiles dorés et des chevaux384. Le pervâneh Djalâl Qaiṣâr et Żahîr al-Dîn Mansûr, fils du drogman, prirent Muḥyî al-Dîn Ibn al-Djawzî par la main droite et la main gauche pour lui rendre hommage et le firent asseoir au pied du trône sur un siège qu’ils avaient apprêté. Les porteurs des présents venus de la capitale du califat déposèrent les ballots de présents au bord de la tribune385, puis, des chevaux d’attelage aux harnais couverts de joyaux les transportèrent sur la tribune. Les serviteurs386 fermèrent le rideau aux couleurs chatoyantes qu’ils avaient installé sur l’ordre du sultan. Le sultan quitta son trône et, en signe d’hommage, baisa humblement l’étrier du cheval de l’illustre calife et revêtit le vêtement honorifique de calife387. Muḥyî al-Dîn prit le sultan par la main et le reconduisit sur son trône. Les serviteurs ouvrirent le rideau. Les serviteurs et les chefs de l’armée distribuèrent des présents en or. Puis, on apprêta le festin et, après que l’on eut apprécié les mets et les boissons, Muḥyî al-Dîn demanda au sultan un entretien privé et délia sa langue. Après les louanges adressées au Créateur et les prières faites pour le Jardin de l’Élu388, après le souhait de bénédiction prononcé pour l’illustre imam389 et après les louanges adressées au palais du sultanat, Muḥyî al-Dîn dit :

« Le protecteur des croyants adresse son salut au roi de l’islam et daigne lui dire ceci : Comme l’armée des Tatares en a fini avec le combat contre Muḥammad Khwârizmshâh, elle en a tiré sa force et sa puissance. Et on nous rapporte que cette armée se jette sur ces territoires. Si, par précaution et pour maintenir la considération que nous portons aux pays de Rûm, deux mille cavaliers pénétraient dans ces territoires pour leur porter secours, cet état et ce peuple (les croyants) connaîtraient le salut. »

  • 390 Cf. AS p. 260.
  • 391 Cf. AS p. 260.

247Le sultan dit : « J’entends et j’obéis. Les cavaliers se mettront en selle et seront envoyés au plus vite ». L’émissaire Muḥyî al-Dîn se retira alors dans ses quartiers, le cœur réjoui. Puis, le sultan se retira dans ses appartements privés, fit venir ses grands émirs et dit : « Nous avons retenu encore beaucoup plus des dires du protecteur des croyants. Il ne faut pas parler obséquieusement d’une armée dont la puissance est toute récente, qui bouillonne d’enthousiasme et flamboie et qui est telle une digue qui brise le torrent tumultueux. Il serait juste que le protecteur des croyants donne des instructions afin que l’on dépêche en un lieu déterminé un émissaire venu de chaque pays, apportant des dons et des présents et puis que tous se rassemblent en ce lieu, telles les étoiles dans la constellation du bonheur. De ce lieu, ils se rendront avec le protecteur des croyants auprès du Khân des Mongols auquel ils présenteront les excuses des souverains des pays pour ne pas être venus en personne, car s’ils étaient venus, il se serait produit des troubles dans leurs pays. Les émissaires devraient faire preuve d’obéissance et, comme le bien de tous l’exige390, ils devraient faire preuve d’unité391 dans leurs points de vue et dans les sages mesures à prendre. Pour le bien être de tous, ils devraient ériger un solide bâtiment reposant sur de solides fondations. Si, dès lors, nous faisions parvenir ces conditions à l’illustre protecteur des croyants pour l’envoi d’une aide, il prendrait cela pour de la faiblesse et de l’impuissance et croirait que nous refuserions d’envoyer des troupes. Eh bien, comme il nous demandait deux mille cavaliers, nous lui en enverrons cinq mille avec des provisions pour un an. »

248Aussitôt, des ordres concernant cette importante affaire furent donnés et exécutés. Il fut ordonné d’envoyer aussitôt des troupes à Malatya. Sous le haut-commandement du malik al-҅Umara Bahâ al-Dîn Qutlughshâh ces troupes devraient ensuite entrer dans le territoire de Bagdad. Le lendemain, lors de sa promenade à cheval, le sultan fit appeler l’émissaire Muḥyî al-Dîn et lui dit que tout se déroulait comme il avait été décidé et lui permit de retourner [à Bagdad].

  • 392 ‘Adad.
  • 393 Cf. AS p. 261.
  • 394 Cf. AS p. 261.

249Lorsque Muḥyî al-Dîn fut revenu dans ses quartiers, les trésoriers lui firent parvenir 50 000 sultanis, 100 vêtements de valeur, cinq mulets aux sabots rapides, dix chevaux, cinq pages romains et 20 000 dirhams392 destinés aux dignitaires qui faisaient partie de sa suite. Lorsqu’il eut quitté la ville, toute l’armée avait atteint Malatya en moins d’un mois et attendait l’arrivée des étendards du sultan. Le sultan envoya ses étendards portés par Żahîr al-Dîn l’Interprète, fils du kâfî de Malatya, dépêcha les chefs de guerre, des gardes du corps393, des écuyers et toute une troupe de puissants soldats394. Il envoya des chevaux d’attelage. Même l’émir Bahâ al-Dîn avait pris des dispositions pour entrer en campagne.

  • 395 Ellibaşı : officier à la tête de cinquante hommes.
  • 396 Cf. AS p. 261.

250Lorsque Żahîr al-Dîn fut arrivé avec les étendards, apportant le firman, il désigna l’aile droite et l’aile gauche, l’avant-garde et l’arrière-garde, les commandants des troupes et les ellibashı395. Puis tous se mirent en un tel ordre de marche qu’on n’avait jamais vu cela396.

  • 397 Ḫartburt.
  • 398 Badr ad-dîn Lu’Lu’, atabeg de al-Mauṣil, mort en 1259 ap.J.-C.

251Lorsque les malik des territoires de Harput397, d’Amîd, de Mardin et de Mossoul virent cette magnificence, la grandeur du sultan leur inspira le plus grand respect et ils lui offrirent des présents. Ils lui offrirent de mille manières l’hospitalité. Même l’émir Bahâ al-Dîn prodigua mille faveurs et attentions aux maliks et leur fit parvenir, de la part de l’illustre sultan, des vêtements honorifiques, des présents et des salutations respectueuses398.

  • 399 Muẓaffaruddîn Abû Sa ҅îd Kökbûrî b. ‘Ali, atabeg d’Erbil, régna jusqu’en 630 h. (qui débute le 18 (...)

252Lorsque l’émir Bahâ al-Dîn arriva à Mossoul, Badr al-Dîn Lu’Lu’ le retint trois jours durant et fit preuve d’un tel empressement pour se mettre à son service, qu’on ne peut le décrire. Le quatrième jour, l’émir Bahâ al-Dîn l’invita dans sa tente et offrit un festin tel que Badr al-Dîn Lu’lu’ en fut fort étonné et pourtant il était lui-même très généreux. Il loua le sultan et écrivit une lettre au malik Mużaffar al-Dîn399 pour lui signifier qu’une puissante armée du sultan s’approchait pour venir en aide au Seuil de l’imamat. Si l’armée devait y faire halte, cela signifierait des dépenses considérables pour le dîvân du calife. C’est pourquoi il fallait avant tout veiller à ce que les troupes du sultan de Rûm pussent retourner rapidement à leurs camps de base. Le malik Mużaffar al-Dîn fit préparer des présents et alla lui-même accueillir l’armée. Lorsqu’il vit comment était l’armée et quel était son état d’esprit, il fut de l’avis de Badr al-Dîn et fit porter par des pigeons voyageurs une lettre au dîvân onéreux du calife. Du dîvân la réponse arriva, précisant que le malik Mużaffar al-Dîn devait retenir les troupes de Rûm, jusqu’à l’arrivée des mehmândârân, en leur offrant toutes sortes de présents et de marques honorifiques. Comme le malik Mużaffar al-Dîn faisait preuve de générosité et de finesse d’esprit, il fit en sorte que rien ne manquât à l’armée.

  • 400 Mot à mot : j’ai permis.
  • 401 MB : ḫafîf : léger, donc dinars dévalués, monnaie de singe.

253Après plusieurs jours, arriva un grand émir de l’illustre dîvân pour présenter ses excuses à l’émir Bahâ al-Dîn. Il vint tout d’abord auprès de l’émir Mużaffar al-Dîn, puis tous deux se rendirent auprès de l’émir Bahâ al-Dîn et lui firent part de la lettre de l’illustre dîvân (du califat) et des salutations adressées par le Seuil sacré. L’émir Bahâ al-Dîn se prosterna aussitôt, front contre terre, et posa la lettre sur sa tête. Dans cette lettre était écrit : « Il y a quelque temps, le bruit courait selon lequel l’armée des Mongols avait l’intention de venir en cette région, après en avoir fini avec le (sultan Muḥammad) Khwârizmshâh. Par précaution, nous avons demandé l’aide du sultan. Mais voilà que nous apprenons que les Mongols ont renoncé et donc nous pouvons permettre aux princes des pays, qui sont venus de lointaines contrées, de se retirer400. Il est donc tout indiqué que l’émir Bahâ al-Dîn, sain et sauf, commence à se retirer avec son armée. » Puis on apporta 50 000 dinars ḫafîf401, cent chameaux, cent chevaux, cinquante mulets, 10 000 moutons, trois cents vêtements honorifiques et deux cents mulets chargés de divers aliments et de douceurs, destinés à l’émir Bahâ al-Dîn et à son armée considérés comme hôtes. L’émir Bahâ al-Dîn bénit et loua le calife pour les présents et les dons, se prosterna, front à terre et offrit aux mehmândârân des vêtements honorifiques. Il fit répertorier tous les présents qu’il fit ensuite distribuer à son armée. Puis, il ordonna que toute l’armée dans toute sa force s’apprêtât à monter en selle le lendemain, qu’elle montrât son courage et son adresse à lancer le javelot, à tirer à l’arc et à atteindre la cible.

  • 402 Dâr as-Salâm = Bagdad.

254Le lendemain, toutes les troupes en armes se mirent à cheval. Les émirs avaient revêtu leur vêtement honorifique. Lorsque les troupes venues de Bagdad et d’Erbil (Arbela) furent en vue, les émirs, vêtus de leur vêtement honorifique, tournèrent leur visage vers « le lieu du salut402 », mirent pied à terre et se prosternèrent, front contre terre. Les tschausche forcèrent la voix pour adresser la bénédiction au protecteur des croyants et au roi du monde. Lorsque les émissaires du protecteur des croyants et le malik Mużaffar al-Dîn furent témoins de cette modestie, qu’ils virent le gros de l’armée, qu’ils admirèrent les tours d’adresse des cavaliers et la profusion d’or et d’armes parfaites, ils dirent : « Lorsqu’un sultan a un grand et noble sens de la répartie et aspire à obtenir quelque chose, aucun mortel ne peut éviter d’être écrasé par lui. » Ils applaudirent vivement l’émir Bahâ a-Dîn et vantèrent l’ordre de bataille qu’il avait donné. Après que tous eurent pris congé les uns des autres, les troupes de Bahâ al-Dîn commencèrent à se retirer pour rejoindre le pays de Rûm.

255Lorsque tous furent arrivés à Malatya, l’émir Bahâ al-Dîn, qui avait rejoint sa maison, offrit un festin et donna la permission de dissoudre l’armée. Il dépêcha auprès du sultan un grand émir porteur des étendards du sultan ainsi que son propre aide de camp et s’octroya un temps de repos. Un mois plus tard il se hâta de rejoindre la cour royale où le sultan lui fit l’honneur du baisemain.

À Kayseri le sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] s’empare des grands émirs et les punit

  • 403 Cf. AS p. 265 et Houtsma, Recueil III p. 272, 5.
  • 404 Cf. AS p. 265.
  • 405 Cf. AS p. 266 et Houtsma, Recueil III p. 273, 11. Cf. Wittek, Épitaphe p. 505 sqq. et Wittek, Épit (...)
  • 406 Allusion à l’épisode de la fuite de Moḥammad de La Mecque à Médine (Hiǧra). Le Prophète et Abû Bak (...)
  • 407 L’émir Mubârizuddîn Ertoquš, AS p. 266. Cf. Houtsma, Recueil III, p. 273, 15.
  • 408 Amîr-i-perdedârân correspond au grand chambellan. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 86 sq.
  • 409 Sermûzedâr. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 87, 91.
  • 410 Ġulâmân-i-ḫaṣṣ.
  • 411 Perdedârân. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 86.

256Lorsque un certain temps de la souveraineté et du sultanat du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier se fut écoulé et que le sultan fut bien installé sur le trône de la fierté et sur le siège de la vénération, les grands émirs – l’émir Sayf al-Dîn Aybe, le tshashnegîr (l’écuyer tranchant), Zayn al-Dîn Bashârâ, l’amîr-akhûr, Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh, l’amîr-madjlis et Bahâ al-Dîn Qutlughshâh – qui avaient été longtemps au service du sultan, disposaient d’une richesse considérable, avaient de nombreux sujets et une suite. Ils s’étaient alors engagés sur la voie de la prétention et de l’arrogance, faisant comme s’ils étaient des souverains face au sultan. Cela prenait tant d’importance que l’émir Sayf al-Dîn Aybe, par exemple, dépensait chaque jour en nature pour sa cuisine quatre vingt moutons, tandis que dans la cuisine du sultan on ne dépensait en nature que trente moutons pour [nourrir] les dignitaires et les gens de modeste condition. L’émir Sayf al-Dîn, avait totalement pris en main les rênes qui lui conféraient le pouvoir de donner des ordres et, dès qu’il avait pris congé du sultan et s’était retiré dans ses appartements, il était impossible à qui que ce fût dans l’enceinte du palais du sultan de s’opposer à son instruction qui était de maintenir le sultan à l’écart403. C’est pourquoi des sentiments de haine et d’hostilité grondaient dans le cœur béni du sultan. Tant que l’occasion ne se présentait pas, le sultan ne disait mot, mais avec le temps il prononça des paroles amères contre ses grands émirs lors de discussions avec les courtisans de son cercle rapproché. Ces courtisans firent part aux émirs des propos du sultan, car eux aussi s’étaient égarés de la voie de la modestie et avaient ourdi secrètement l’intention de couper à la racine ce jeune rejeton royal404 Mais ils étaient encore craintifs et peureux. Cependant, une nuit, au bord de l’ivresse, ils avaient ensemble décidé d’inviter le sultan à venir partager des agapes dans la maison de l’émir Sayf al-Dîn Aybe, de lui passer de lourdes chaînes au pied et de faire venir Kay-Farîdûn, qui se trouvait à la forteresse de Qoylu, afin de l’introniser. Un page au bord de l’ivresse et qui fut témoin de cet accord secret, quitta le festin. L’esprit embrumé, il se rendit dans la maison de Sayf al-Dîn, fils du ḥoqqabâz et trahit malgré lui l’intention des émirs. Cette même nuit l’émir Sayf al-Dîn se rendit auprès de l’illustre sultan et lui conta cette affaire. Le lendemain le tshashnegîr invita le sultan au festin, mais celui-ci trouva des prétextes pour ne pas y participer et passa ses journées à se méfier de ces émirs. Lorsque leur folie et leur présomption eurent atteint le sommet de la vague, le sultan, qui alors avait pris ses quartiers d’hiver à Antalya, conta toute cette histoire au fils du ḥoqqabâz et à l’émir Komnînôs405 qui occupaient dans l’amitié et la fidélité la place de second « des deux dans la grotte »406. Ils répondirent qu’il serait facile de prendre des mesures envers ces jeunes personnes, mais il serait difficile de s’en emparer à Antalya où l’émir Mubâriz al-Dîn407 était depuis vingt ans seigneur et commandant de cette place. Si le sultan ordonnait que l’on menât à bien ce plan à Kayseri, ce serait plus judicieux. Le sultan approuva cet avis. Lorsque vint la saison de quitter Antalya, le sultan se rendit à Kayseri où il prit les premières mesures afin de faire vaciller la position des émirs. Il ordonna de faire donner cinquante coups de bâton à Shams al-Dîn Qazwînî, grand chambellan408, car celui-ci permettait aux gens de sa suite d’entrer en armes dans la cour royale. Il fut ordonné que, dorénavant, un seul serviteur de la chambre privée, entrât [dans la cour royale] à la suite de chaque émir409. Cette règle fut désormais suivie. Dans le coeur du sultan l’habileté à tromper et la ruse dans la guerre à mener s’amplifiaient. Le sultan convint avec Komnînôs et Sayf al-Dîn, fils du ḥoqqabâz, et aussi avec Mubâriz al-Dîn ҅Îsâ, l’amîr-djândâr, que, le jour où les émirs avaient l’habitude de venir au palais, Komnînôs devrait patrouiller secrètement avec ses gens en armes sur le mur d’enceinte du jardin du château du sultan, tandis que les troupes du corps de garde410 se mettraient en armes et formeraient la réserve. Lorsque les émirs seraient entrés dans le palais, les gardiens de la porte411 devraient verrouiller la porte et ne devraient permettre à quiconque de s’échapper. L’émir Mubâriz al-Dîn (҅Isâ), l’amîr-djandâr et ses frères devraient se tenir en armes à la porte de la salle où le festin aurait lieu. Ils devraient s’emparer de chaque émir qui, au bord de l’ivresse, voudrait retourner en sa maison, jusqu’à ce qu’un nouvel ordre fût donné, précisant ce qu’il devrait advenir des émirs.

257Lorsqu’arriva le jour convenu, les émirs agirent selon les résolutions prises. C’est l’émir Sayf al-Dîn, le tshashnegîr, qui se présenta le premier. Mubâriz al-Dîn ҅Îsâ et ses frères vinrent à sa rencontre et lui dirent : « L’ordre a été donné que l’émir se rende dans cette salle. » Il répondit : « C’est une erreur ! » Ils dirent : « Non, c’est bien cela ! » Alors l’émir jeta sa kulah (sa coiffe) sur le sol et dit : « En ce jour où le sultan ordonne de déraciner les vieux arbres et de les remplacer par des jeunes, je constate qu’il a l’intention d’agir envers moi avec perfidie. Si aujourd’hui j’avais fait acte de prudence, je ne serais pas désemparé. Mais je me fie à ce conseil divin :

“J’ai arraché le cœur de mon corps et de mon âme et de ma maison et de ma cour.
Qu’y a-t-il de pire que la mort ? Je m’en satisfais”. »

258Puis Zayn al-Dîn Bashârâ, l’amîr-akhûr, se présenta à la porte. On le mit en sûreté dans une autre salle. On traita de même Bahâ al-Dîn Qutlughshâh. Puis arriva l’amîr-madjlis et on lui ordonna de suivre le même chemin. Lorsque tous furent retenus prisonniers, le fils du ḥoqqabâz (Sayf al-Dîn) vint auprès du sultan et dit : « Que la souveraineté apporte le bonheur au roi ! »

  • 412 Le plus haut dignitaire de la juridiction. Cf. Uzunçarsılı, Medhal p. 106.
  • 413 Cf. Houtsma, Recueil III, p. 276, 8.
  • 414 Cf. depuis le chapitre : « L’exil de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier et ce qu’il vécut en pays étra (...)
  • 415 Cf. AS p. 269.
  • 416 Cf. chapitre : « Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier part se battre pour la foi contre les pa (...)
  • 417 Cf. chapitre : « Les émirs délibèrent pour choisir un sultan parmi les princes ».

259Les pages du sultan et ceux de l’amîr-dâd412 conduisirent à la prison les pages des émirs qui étaient retenus dans l’antichambre413. Alors on rouvrit les portes du château et les nâ’ib se rendirent dans les maisons des émirs, enregistrèrent tous leurs biens, mirent les scellés sur toutes les pièces de leur maison et nommèrent les administrateurs. Toutes les maisons de leur parenté, de leur famille, de leurs serviteurs et de leurs partisans furent pillées. L’extrême ressentiment, que nourrissait le sultan envers le tshashnegîr, le tourmentait. Il lui dépêcha Madjd al-Dîn Ismâ ҅il, wali de Kayseri, pour lui demander la raison pour laquelle il s’était montré insolent et présomptueux. Celui-ci répondit : « À l’époque, où nous étions à l’étranger414, je vous avais pris sur mes genoux et vous avais serrés sur ma poitrine, toi et ton frère. Pour vous témoigner ma fidélité415, j’avais coupé mes cheveux et je les avais vendus à des femmes de Rûm, afin de vous procurer un peu de pain que je vous donnai. J’ai aussi conduit la dépouille de ton père du pays de Rûm en pays d’islam416 et, contre l’avis des émirs et des vizirs, je suis venu te tirer de ta prison pour te placer sur le trône417. Parmi les serviteurs de ton père personne d’autre que moi ne jouissait d’autant de considération. Et c’est pourquoi j’avais le cœur empli de joie et que j’avais confiance au contrat que tu avais accepté de sceller avec moi au temps de ta captivité. Il est certain que le sultan n’aura jamais plus de serviteurs aussi tendrement dévoué que moi. Et si un jour tu te trouves dans une situation désespérée, ton remords ne servira à rien.

De remords, assurément, tu grinceras des dents
Quand tu te souviendras un jour de quelques uns de mes traits de caractère. »

  • 418 Cf. AS p. 269. La lecture qu’en fait Houtsma est pour moi incompréhensible.
  • 419 Tsamandos, Cf. Ramsey. – A l’est de Kayseri, sur le Samantı çayı qui coule du Nord au Sud. Cf. Ind (...)

260Lorsque le sultan entendit ces paroles de finaud, les traits de son visage se durcirent d’autant plus418. Il ordonna que l’on conduisît l’émir dans une tour et que l’on séparât sa tête de son tronc. On enferma Zayn al-Dîn Bashârâ dans une pièce et on bloqua la porte afin que la faim le dévorât et qu’il mangeât ses propres membres. L’amîr-madjlis (Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh) fut conduit avec Rûzbeh Khâdim dans la forteresse de Tsaman419 et Bahâ al-Dîn Qutlughshâh fut attaché sur un mulet et, pleurant et se lamentant, fut conduit à Tokat.

261Lorsque le sultan en eut terminé avec ces affaires, il appela les émirs qui avaient montré de l’ardeur pour mener à bien ces condamnations. Komnînôs, l’amîr-djândâr (Mubâriz al-Dîn ҅Isâ) et ses frères proposèrent leur service au sultan qui leur attribua une place dans son conseil. Lors de cette même nuit il confia à Komnînôs la charge de beglerbeg qu’il enleva à Sayf al-Dîn Aybe.

  • 420 Ṣahrâ-i-Mašhad, à Kayseri que l’on peut identifier à la namâzgâh Mesîresi, d’après d’Ewliyâ, Seyâḥ (...)
  • 421 Ausâṭ-i-umarâ’.
  • 422 Le polo serait né à Babylone en Mésopotamie vers 2500 avant J-C. Les rois et reines d’Asie et d’As (...)
  • 423 Nûruddîn Puser-i-Šešṭalâqî-i-Aḫlâṭî, AS p. 272.
  • 424 Taršîf-i-ḫaṣṣ.
  • 425 Kamâluddîn Kâmjâr fut constamment employé pour des missions en Syrie et ce fut lui qui, selon Ibn (...)
  • 426 Zara, à l’Est de Sivas, sur le Kızıl Irmak. Cf. AS p. 273.

262Le lendemain, contrairement à son habitude, le sultan entra sur la lice au son des tambours et des trompettes, précédé de ses étendards et alla faire une promenade à cheval dans la plaine de Mashhad420. Puis, il revint sur la lice, fit galoper son cheval jusqu’à l’heure de la prière de midi, joua à la balle et au (polo). Mais, il remarqua que l’émir Kamâl al-Dîn Kâmyâr, Żahir al-Dîn Mansûr, fils du kâfî, l’interprète, et Shams al-Dîn, fils de Mâh-e Khorassan, qui faisaient partie des émirs de moyenne condition421, murmuraient pour partager un secret. Le sultan dit : « Ce groupe de petits émirs n’a toujours pas évacué de sa tête le vent de la présomption. » Il donna l’ordre à l’amîr-dâd de les chasser de la lice à coups de batte de polo422, de faire briser tous les biens contenus dans leur maison et de les bannir hors du pays de Rûm. Ils se hâtèrent de rejoindre Harput où le malik les traita aimablement. De là, ils partirent pour Ahlat où le malik Ashraf pourvut à leur subsistance pendant deux ans. Finalement, grâce à l’intervention du malik Ashraf, ils revinrent en pays de Rûm où ils vécurent malheureux et indigents. Tout ce que possédait Kamâl al-Dîn Kâmyâr s’était évaporé à cause de la misère qui le frappa. Il ne possédait plus qu’un cheval. Un jour, le sultan quitta la forteresse d’҅Alâya [Alanya] pour se rendre à son pavillon de chasse. Kamâl al-Dîn faisait partie de sa suite. Sur le chemin du retour, son cheval s’effondra alors qu’il gravissait la montagne conduisant au château. Kamâl al-Dîn Kâmyâr, dépourvu, mit la selle sur son dos et prit le chemin de sa maison. Le sultan s’approcha [du lieu de l’incident] et demanda : « À qui appartient ce cheval ? » Nûr al-Dîn, fils de Ṭalaqî-i-Aḥlaṭî423 qui était l’un des commensaux du sultan, se mit à rire. Le sultan dit : « Pourquoi ris-tu ? » Il répondit : « Je ris en pensant à la sagesse cachée de ce verset (Coran, III, 26) : “Tu honores qui tu veux et tu abaisses qui tu veux” et à la sagesse de ce proverbe “Personne n’offre un présent après que tu l’as interdit et personne n’interdit de recevoir ce présent après que tu l’as offert”. Kamâl al-Dîn Kâmyâr n’avait en ce monde que ce cheval et ce vieil animal s’est effondré. » Sur le coup, le sultan ne répondit pas. Mais, après qu’il fut descendu de cheval, il fit venir à lui Kamâl al-Dîn Kâmyâr et lui offrit un vêtement honorifique particulier424, mille dinars-or, cinq mulets de bât, dix chevaux avec leur selle et leur harnachement et cinq pages. Il ordonna que les émirs s’occupassent de lui. Puis il accorda encore à Kamâl al-Dîn Kâmyâr comme fief425 le territoire de Zara426, dont le rapport s’élevait à 100 000 dirhams, et aussi soixante hommes pour composer sa suite.

  • 427 A l’instigation du fils du Ḥoqqabâz, AS p. 273.
  • 428 Les partisans des émirs estimés par le sultan furent conduits dans des châteaux. Les pages plus âg (...)

263Revenons maintenant à notre sujet. Lorsque le sultan quitta la lice et fut dans l’iwan, il ordonna427 que l’on exécutât tous les hommes de la suite des émirs qu’il avait fait déjà exécuter, et aussi leurs pages et tous leurs partisans. Pour ce faire, le fils du ḥoqqabâz prit l’anneau paré du sceau du sultan, afin d’avaliser son ordre et de pouvoir, à la nuit tombante, signer l’ordre d’exécution. Aussitôt, Komnînôs enfourcha son cheval, accompagné par un page et un palefrenier, se rendit à la cour, demanda audience, mit front à terre et dit : « Moi, ton serviteur, après avoir quitté le château du sultanat, je me suis rendu dans mes appartements et une foule de partisans, de gens de ma suite et de guerriers me suivirent. Et, à cette heure, il ne me reste plus qu’un page et un palefrenier. » Le sultan dit : « Quelle en est la raison ? » Il répondit : « Le nâ’ib Sayf al-Dîn a bien obtenu la permission d’exterminer les partisans et les pages des émirs. Lorsque mes gens eurent vent de cela, ils se sentirent concernés et dirent : “Si demain tu as connaissance d’une quelconque faute pouvant donner motif à exécution, le même jugement pourrait être prononcé envers nous. Il est donc préférable que nous nous prémunissions contre un tel malheur”. » Le sultan dit : « Ils ont raison. » Puis, il accorda sa grâce et reconnut qu’un tel ordre était insensé428. Lorsque les émirs furent mis à l’écart et que les coffres du trésor furent remplis de pièces de monnaie et de pierres précieuses, le sultan se mit à conquérir les pays et les châteaux se trouvant à la frontière de l’empire.

La prise de la forteresse de Kâkhta lors du règne du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]

  • 429 Dâr ar-rif҅a.
  • 430 Čemiškezâk, AS p. 275 (sic !).
  • 431 Cf. AS p. 275 (sic !).
  • 432 Cf. AS p. 275.

264Des messagers firent savoir à l’illustre souverain que le malik Mas ҅ûd, seigneur d’Amîd, avait par une extrême ignorance glissé sa tête hors de l’anneau de l’obéissance au sultan et s’était rallié au malik Kâmil. Ces messagers dirent qu’il avait frappé monnaie à son nom et qu’il avait fait citer son nom lors de la khoṭba. Le sultan se mit alors en grande colère et ordonna que les chefs de l’armée de tous les territoires se rendissent aussi vite que possible avec tout le matériel de guerre à Malatya-La-Bien-Gardée, où ils devraient attendre les ordres. En peu de temps, toutes les troupes se rassemblèrent sur la place d’armes429 de Malatya. L’ordre qui arriva fut celui-ci : L’émir Mubâriz al-Dîn Čavly se rendra avec une section de l’armée à Kâkhta qui faisait partie de l’empire d’Amîd et prendra les mesures nécessaires pour s’emparer de la forteresse. L’émir Asad al-Dîn, le kondestabl, se rendra avec son importante armée à Tshimishkezek430 et à Kerefrâk431, qui font aussi partie du territoire d’Amîd432.

  • 433 Manǧanîqî ġarbî.
  • 434 Cf. AS p. 277.
  • 435 Cf. AS p. 277.
  • 436 Za ҅im.

265L’émir Mubâriz al-Dîn (Čavly) se rendit à Kâkhta avec ses troupes et ses engins de siège et posta un mangonneau de facture occidentale433 face à la porte de la forteresse. Il fit placer deux autres catapultes à droite et à gauche de la muraille de la forteresse. Lorsque le seigneur d’Amîd apprit cela, il demanda de l’aide au Malik Ashraf qui dépêcha à Kâkhta ҅Izz al-Dîn ibn al-Badr avec 10 000 cavaliers d’origine kurde et arabe. Lorsque l’émir Mubâriz al-Dîn apprit que les Syriens s’apprêtaient à combattre, il leva une section pour manoeuvrer les mangonneaux, s’apprêta à combattre avec ses émirs et ses troupes et affronta les ennemis dans la plaine. Le lendemain, les deux armées s’affrontèrent. Alors, venus d’Amîd, 6 000 cavaliers arrivèrent à la rescousse et se joignirent aux ennemis. L’émir Mubâriz al-Dîn dépêcha une partie de l’armée vers la forteresse et affronta lui-même les Syriens, rejoint par cinq frères434 connus en tant que awlâd-i-farḏakhlâ435 et qui venaient d’arriver du pays de Lascaris. Les Syriens attaquèrent plusieurs fois et firent preuve de courage, telles des montagnes rivées au sol. Soudain, les armées de l’émir Mubâriz al-Dîn attaquèrent, tuèrent de nombreux guerriers de l’armée ennemie et s’emparèrent de ҅Izz al-Dîn ibn al-Badr, chef de l’armée ennemie436. Déconcertés, les autres guerriers s’enfuirent, courant de tous côtés. Lorsque l’on conduisit Ibn al-Badr dans la tente de l’émir Mubâriz al-Dîn, celui-ci lui montra le plus profond respect.

266D’un élan comparable à l’attaque menée contre les ennemis, Mubâriz al-Dîn prit d’assaut la forteresse dont les occupants, qui mesuraient la situation, faisaient entendre des lamentations jusqu’au ciel pour demander pardon. Plusieurs occupants descendirent de la forteresse et demandèrent qu’on leur accordât le pardon par un document écrit. Alors, ils livreraient la forteresse. L’émir Mubâriz al-Dîn fit preuve de mansuétude, ôta de leur cœur la rouille du chagrin avec la fine pierre de la faveur et prononça le serment suivant : « Moi, Čalvy, et cette armée, nous ne ferons aucun mal aux occupants de la forteresse aussi longtemps qu’ils suivront la voie de la soumission et de l’obéissance et s’ils livrent la forteresse aux serviteurs du roi du monde. Et je ferai en sorte que le sultan exauce tous leurs souhaits. S’ils désirent partir avec leurs avoirs et leurs biens, je ne les empêcherai pas. Le sultan ne convoite que la forteresse et rien d’autre. »

267Lorsque les notables apprirent cela, tous louèrent l’émir Mubâriz al-Dîn et s’en retournèrent dans la forteresse. Puis, ils conduisirent hors de la forteresse les femmes et les enfants, transportèrent leurs meubles et livrèrent le lendemain la forteresse de Kâkhta en parfait état aux serviteurs du sultan qui purent dresser sur les créneaux la bannière du roi du monde. L’émir Mubâriz al-Dîn pénétra dans la forteresse et, en cette nuit, fit apprêter le festin à l’intérieur de la forteresse. Il passa la nuit jusqu’au petit matin dans le plaisir et la joie.

  • 437 Cf. AS p. 282.

268Le lendemain, il fit conduire ҅Izz al-Dîn ibn al-Badr ainsi que d’autres prisonniers surveillés par cent cavaliers auprès du sultan. Il relata aux gens de la cour le déroulement des évènements ainsi que le combat contre les Syriens et leur défaite. Il leur parla de l’émir ҅Izz al-Dîn et de la demande des occupants de la forteresse. Le sultan écouta tout cela avec satisfaction et envoya à l’émir Mubâriz al-Dîn un vêtement honorifique royal ainsi que des preuves incommensurables de faveur et des présents. Il confia le commandement de la forteresse à un homme de la garde du corps437 qu’il dépêcha, muni d’une lettre destinée aux héros [qui s’étaient emparés de la forteresse].

La prise de la forteresse de Tshimishkezek par les serviteurs du sultanat

  • 438 Serlešker.

269L’émir Asad al-Dîn, le kondestabl, qui était gouverneur militaire438 de Malatya, répondant à l’ordre donné, s’était rendu avec 5000 cavaliers et des engins de siège à la forteresse de Tshimishkezek. Il vit une falaise qui levait sa tête jusque dans une grotte créée dans le ciel. À ses pieds, coulait un fleuve qui n’aurait rien à envier au Nil et qui aurait pris un éléphant pour une mouche. Sur la rive, se trouvait une ville moins accessible qu’une forteresse et dont les fondations étaient d’une extraordinaire solidité. Asad al-Dîn dit : « On ne peut s’attaquer à une telle place car, même l’aigle, n’ayant pas assez de force, refuse de la survoler et le mineur ne pourrait découvrir un point faible [dans sa muraille]. Si cette place nous promet et accepte de se faire prendre au collet de notre souhait, c’est là ce que nous pouvons espérer. Néanmoins nous ferons tout notre possible. Il se peut que le Créateur nous donne la force et que nous réussissions pour notre grand bonheur. » Puis il envoya un émissaire aux occupants de la forteresse afin de relater comment Kâkhta était tombée, comment les occupants furent contraints de la quitter et comment l’armée syrienne de renfort avait été anéantie. Lorsque l’émissaire s’approcha de la forteresse, une pluie de flèches et de boulets s’abattit autour de lui. Il dit : « Je suis un émissaire et je viens pour votre bien-être. » Mais, les occupants de la forteresse ne lui prêtèrent pas attention. Il fut donc contraint de se retirer. L’émir dit : « Comme ils ont fermé la porte du dialogue, nous devons ouvrir la voie du combat. » Puis, il ordonna de positionner les catapultes. Les soldats se mirent en armes et attaquèrent violemment la porte de la forteresse. De l’aube au crépuscule les catapultes tirèrent leurs boulets, les flèches jaillirent et le corps à corps fit rage. Finalement, les assaillants, qui n’avaient rien pu obtenir, se retirèrent contraints et forcés dans leur campement.

  • 439 Ce stratagème est aussi décrit par le chroniqueur Ousâma ibn Mounqidh : « Il [Tancrède] campait al (...)
  • 440 Sur le cycle de légendes autour de Ḫosrau et Šîrîn, c’est-à-dire de Farhâd et Chîrîn et de son inc (...)
  • 441 Héros du Shâh Nâmeh, fils de Gev et neveu de Rustam.

270Pendant une semaine les deux camps se combattirent nuit et jour. Le huitième jour, les assaillants virent que les assiégés faisaient descendre depuis la grotte de la falaise dix coffres de fer439 si vastes que dix guerriers pouvaient tenir sans peine dans chacun. Sur la paroi de ces coffres il y avait des ouvertures et des meurtrières, et aussitôt une pluie de flèches fut tirée sur l’armée depuis l’arc des nuages. Le kondestabl se tordait les mains devant son impuissance et ne trouvait pas de remèdes à ce tourment. Soudain arriva un jeune homme au beau visage qui dit : « Cette nuit, j’ai fait le tour de cette montagne. J’ai découvert une faille près de la grotte de la forteresse. Si les mineurs entrent en action, on pourra s’emparer de la forteresse en peu de temps. » L’émir ordonna alors que l’armée continuât à assiéger la forteresse comme elle en avait l’habitude. Lui-même se hâta de s’approcher de cette falaise de marbre pour prendre les mesures nécessaires. Lorsqu’il aperçut la faille, il ordonna à cinquante mineurs zélés de se mettre au travail et de fissurer la falaise par des coups de pioches assénés par leurs bras. L’émir, rendant hommage au Khosraw, prononça de si douces paroles, telles celles murmurées par Chîrîn, que le chef des mineurs devint un Farhâd440. En peu de temps ils firent une brèche dans le château bien fortifié et dans la puissante forteresse, et aménagèrent une large galerie. Alors, Asad al-Dîn ordonna à l’armée de faire tomber une pluie de flèches sur la forteresse et à un groupe de guerriers forts comme Bizhan441 d’entrer dans la galerie et de montrer leur soif de combat, tel le crocodile.

  • 442 Asauddîn et Mubârizuddîn Čavly revinrent ce même jour. Le sultan se rendit à Kayseri, AS p. 289.

271Alors ces puissants guerriers, faisant peu cas de leur vie, firent couler dans la grotte un fleuve chargé du sang des occupants du château. À l’extérieur, l’armée qui tirait des flèches à l’intérieur du château fit du jour une nuit qui oppressait le cœur des occupants du château. Après de nombreux combats il devint évident aux yeux des occupants du château qu’ils étaient impuissants et furent assaillis par la crainte et l’angoisse. C’est pourquoi ils dépêchèrent un émissaire pour demander pardon. Le kondestabl répondit à leur souhait et le combat se transforma en une période de calme et en un festin. Le lendemain, les occupants descendirent de la forteresse avec leurs biens. Même le commandant de la forteresse vint, le cœur affligé. Il était misérable, ses ailes et ses plumes étaient brisées et il demanda pardon pour son insolence. Puis les vainqueurs dressèrent la bannière sur les créneaux de la forteresse et après avoir loué le Créateur et fait des prières destinées au jardin du Seigneur élu (Muḥammad), ils adressèrent au ciel inébranlable et bien enraciné sur la terre une prière pour le souverain et pour ses serviteurs. Puis, le kondestabl fit rédiger une lettre contenant les détails de la prise de la forteresse ainsi que les félicitations pour la conquête de cette deuxième forteresse qui avait pu se faire grâce à la faveur accordée par le Créateur. Cette lettre fut envoyée au sultan. Le sultan remercia Dieu, nomma le commandant de la forteresse et doubla la garnison442.

Le malik Mas ҅ûd déclare qu’il se soumet à l’illustre sultanat

  • 443 Cf. AS p. 289 et Houtsma, Recueil III p. 301, 18.

272Lorsque le malik Mas ҅ûd eut appris que les forteresses – où il se retirait pour son bonheur et qui étaient la plume et les ailes de l’oiseau de son destin – avaient revêtu la parure du sultan, lorsque la bannière de la victoire et les étendards de la souveraineté furent dressés sur les créneaux, il pleura sur son mauvais destin443 et regretta les évènements qu’il avait cru bon d’approuver. Il considéra que le meilleur moyen pour ne pas perdre la moitié des possessions qui lui restait, était de poser sa main sur la bordure du manteau de la souveraineté, de louer la magnanimité du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier et de suivre la voie du service à rendre. Alors, il choisit un émissaire parmi les dignitaires des familles de notables, qui avait le propos habile, et fit porter au sultan une lettre de demandes et de lamentations ainsi que des présents dignes du sultan : des perles, des pierres précieuses étincelantes, des chevaux, des pages, des vêtements colorés et des corbeilles d’ambre et de camphre. Il demandait aussi pardon pour ses erreurs. Il s’engageait à faire parvenir chaque année des richesses à la chambre du trésor ainsi que des [mulets] bien chargés et à ceindre l’obéissance autour de son âme.

  • 444 À Antalya, AS p. 292.

273L’émissaire arriva au palais où il fut aimablement accueilli. Le sultan dit : « Le trouble que vous avez perçu dans les voies de nos marques de faveur était dû à l’inconscience et au peu de raison du malik Mas ҅ûd. Mais comme le malik est venu frapper à la porte du pardon, nous voulons suivre aussi la voie du pardon et oublier ses mauvaises actions. Mais, s’il relève la tête de la révolte et s’il sème dans la terre de la confiance la graine de l’ingratitude, il subira le châtiment et la punition, comme il les a déjà subis et même de façon plus violente encore, car, pour sûr, ce qu’il adviendra alors lui procurera de plus violents tourments et de plus âpres châtiments. » Puis, le sultan permit à l’émissaire de s’en retourner. Le sultan prit alors ses quartiers d’hiver sur la côte, dans la campagne aux couleurs émeraude444.

Le sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] scelle un lien de parenté avec les fils du malik ҅Âdil

274Lorsque le printemps fut arrivé et que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier eut quitté ses quartiers d’hiver et fut venu à Kayseri, il libéra ҅Izz al-Dîn ibn al-Badr qui avait été blessé, avait été fait prisonnier lors de la bataille pour la prise de la forteresse de Kâkhta et avait été ensuite enfermé dans la forteresse de Kayseri. Il lui offrit un vêtement honorifique royal. Il libéra aussi les gens de sa suite et ses serviteurs. Puis, ҅Izz al-Dîn reçut des marques de faveur et d’honneur et eut la permission de se rendre en Syrie.

275Un jour, alors qu’il s’occupait des affaires du gouvernement, le sultan dit à Sayf al-Dîn, le nâ’ib, fils du ḥoqqabâz : « Nous pensons qu’un lien de parenté avec les fils de ҅Âdil devrait être scellé. Ainsi, les piliers d’une relation fructueuse pourraient être renforcés et l’éclat du sultanat serait plus grand encore. » Ayant approuvé le souverain, Sayf al-Dîn fut chargé de mener à bien cette affaire. Il partit, chargé d’un riche trésor, dans les pays de Syrie. Lorsqu’il arriva à Malatya, il fut appelé dans l’au-delà à cause d’une maladie qui s’était emparée de son corps. Pour le remplacer, le sultan nomma le tshashnegîr Shams al-Dîn Altunabeh. Arrivé à Malatya, Shams al-Dîn Altunabeh fit transporter le trésor dans sa propre maison et, après s’être préparé et pris toutes les précautions, il se mit en route.

  • 445 Cf. AS p. 295.

276Lorsque ҅Izz al-Dîn ibn al-Badr eut averti les rois de Syrie de l’arrivée de l’émissaire du sultan et qu’il leur eut demandé de le traiter aimablement445, le chagrin quitta le cœur des fils de ҅Âdil. Ils considérèrent qu’ils devaient préparer l’arrivée de l’émissaire et lui réserver les plus grandes marques d’honneur. Ils lui réservèrent les plus grandes marques d’honneur en lui faisant parvenir des présents dignes de leur hôte.

277Le lendemain, les fils de ҅Âdil, qui étaient rois de Syrie et des territoires d’Arménie et de Diyarbakır, c’est-à-dire le malik Mu’aẓẓam, le malik Ashraf, le malik Ghâzî et le malik Fakhr al-Dîn, convoquèrent le cadi qui était à Damas, « lieu du bonheur ». Puis ils mandèrent l’émir Shams al-Dîn. Ce dernier fit apprêter les présents qu’il avait apportés. Il fit déposer les joyaux dans des coupes d’or et d’argent. Il offrit les nombreux présents ainsi que les esclaves, hommes et femmes. Puis le contrat de mariage fut scellé. Les rois retinrent Shams al-Dîn Altunabeh jusqu’à ce que les préparatifs nécessaires au voyage du baldaquin de la fiancée fussent terminés. Shams al-Dîn Altunabeh écrivit une lettre au sultan pour lui relater l’exécution de cette affaire et fit remarquer que le ciel du destin avait tourné selon le souhait du souverain. Il proposa que la suite du sultan se rendît à Malatya, car cela témoignerait d’une sorte de distinction honorifique rendue aux rois.

  • 446 Ṣadr Farîduddîn Muḥammad Ǧaǧermî, Badruddîn b. Ḥarîrî, ‘Izzuddîn b. Hubal Mauṣilî, Taqîuddîn Ṭabîb (...)
  • 447 Au šarâbsâlâr Faḫruddîn Âyâz, AS p. 297.

278À la lecture de la lettre, les traits du visage du sultan se ridèrent de joie et il ordonna par écrit à tous les émirs que sa suite se rendît à Malatya. Les émirs s’y rendirent sans tarder et le sultan se mit en route sous une bonne étoile. Pendant le voyage des boutons et des abcès apparurent sur le cou du sultan qui souffrait beaucoup et se plaignait. Lorsqu’il arriva à Malatya, le baldaquin de la fiancée était là depuis trois jours et les émirs et les dignitaires de Syrie étaient là aussi. L’émir kondestabl et Shams al-Dîn Altunabeh vinrent les accueillir et relatèrent les évènements et tout ce qu’il fallait savoir. Le sultan les loua car ils accomplissaient bien leur fonction. Le sultan ressentait encore des douleurs et se sentait fort mal. Les médecins446 perspicaces qui étaient présents dirent : « Si l’on incise [les plaies] avec le bout de la lancette, on fera courir au sultan un grand danger. On peut espérer que les boutons disparaîtront par l’application de compresses et d’onguents. » Le sultan souffrait tellement qu’il en perdait l’esprit. Il ordonna447 que l’on fît venir le chirurgien Fâsîl (Basilios). Lorsque celui-ci arriva, il constata que les boutons étaient pleins de pus. Il affronta le danger couru par le sultan et incisa les plaies avec la lancette. Aussitôt, du pus et de la lymphe jaillirent et (l’émir Djalâl al-Dîn) Qaratây apporta un bassinet. Plus le pus jaillissait, plus le sultan se sentait soulagé. Lorsque la plaie fut complètement nettoyée, le sommeil s’empara du sultan qui se reposa tout un jour et toute une nuit. Cette situation paraissait étrange aux yeux des gens qui pensaient déjà que quelque chose d’horrible s’était produit.

  • 448 Un homme extrêmement riche de l’époque pré-islamique, cité dans le Coran. Cf. EI : Ḳârûn.

279Lorsque le souverain se réveilla, il fit venir le chirurgien afin qu’il pensât ses plaies avec du coton. Le sultan se sentit ainsi beaucoup mieux et dit : « Que celui qui se réjouit de voir ma personne sauvée, veuille bien aller chercher Fâsîl. » Fâsîl était, ce matin là, soucieux à cause de l’argent qu’il avait dépensé pour une journée. Cependant, le soir il rivalisait par sa richesse avec Kârûn448. Il était par sa richesse telle la mer et telle la mine de la montagne grâce aux nombreux dons que lui faisaient les émirs de Syrie et du pays de Rûm et grâce à l’attention que lui portaient les femmes distinguées.

280Environ une semaine plus tard, ses plaies étant guéries, le sultan fit une promenade à cheval. Il donna des instructions pour préparer les festivités. La ville fut décorée. Les émirs et les chefs de guerre firent ériger sept pavillons en or et en argent en guise de baldaquin pour la fiancée, qu’ils firent parer de joyaux et solidement attacher sur le dos des mulets. De gracieux danseurs et des acrobates, exécutant des sauts agiles, montrèrent leur art. Au nom du sultan, le seigneur de Harput demanda de conduire le baldaquin de la fiancée, et, lors de cette fête, il fit preuve de la plus grande générosité en dispensant dinars et dirhams. Tout le monde vécut ainsi dans l’opulence pendant une semaine. Le huitième jour, le sultan fit apprêter le festin et fit venir les émirs de Syrie auxquels il présenta ses excuses pour le séjour qu’on leur imposait en ce pays étranger à cause de son malaise. Tous se prosternèrent, front à terre, louèrent le merveilleux Créateur pour avoir sauvé le sultan et lui avoir redonné la joie de vivre.

  • 449 Le verset est complété in AS p. 298.
  • 450 Cf. AS p. 299.
  • 451 Grand roi persan, préislamique, héros du Šâhnâme. Cf. aussi Pauly-Wissowa, tome 39 : Phraortes.

281Lorsque la mère du monde arriva dans la tente bleue, que les filles au visage de jasmin et au corps d’argent descendirent de la terrasse du château azuré et commencèrent leurs jeux pétillants et que les serviteurs de la chambre firent glisser le voile bleu foncé sur la fiancée des planètes, comme le veut le Coran (LXVII, 5) : « Nous avons orné le ciel le plus proche de luminaires449 », les commensaux montraient déjà des signes d’ébriété450. Puis, le sultan se rendit dans l’illustre chambre de la fiancée, entra dans le harem, où devait avoir lieu l’union matrimoniale, et considéra que le temps était venu de briser le sceau et de percer le vase d’albâtre. Son acte lui ayant procuré grande joie, le sultan fit don d’un trésor incommensurable aux servantes qui étaient venues de Syrie avec l’espoir de sentir le parfum des marques de faveur que leur procurerait un heureux Khosraw. Et il fit de la princesse la femme qui possède les trésors d’un Kârûn et la souveraine sur l’empire d’un Ferîdûn451.

  • 452 Cf. AS p. 300.
  • 453 Le sultan se rendit à Konya et les troupes prirent leur campement dans la plaine de Mašhad (beṣaḥr (...)

282Le lendemain, le sultan honora les émirs de Syrie en leur attribuant de précieux présents et les invita au festin. Il passa ainsi une semaine à boire avec ses commensaux. Le huitième jour, il fut permis aux émirs de Syrie de s’en retourner, après qu’ils eurent reçu d’autres marques de faveur. Puis, le sultan se rendit à Kayseri. Jusqu’à Antalya, on décorait chaque ville où il passait et où l’on mêlait joie au bien-être. Il passa l’hiver et les jours de neige dans les jardins et dans la campagne d’Alanya452. Lorsque le vent du printemps se leva, que la neige fondit tels les corps des amoureux fatigués qui s’abandonnent, et que les veines de la terre se mirent à battre et à gronder tel le cœur des amoureux inassouvis, le sultan donna l’ordre aux émirs et aux troupes de se rassembler à Kayseri-La-Bien-Gardée453.

Les raisons qui manifestent l’intention du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] de conquérir la steppe des Kifdjak et la prise de Soghdâq par Ḥusâm al-Dîn amîr Tshoban

  • 454 MB : Il s’agit ici de la Russie de Kiev et du territoire des Kiptchaks, lesquels s’étendaient de l (...)
  • 455 MB : Ibn al-Athîr signale que beaucoup de marchants russes, fuyant les Tatars, traversèrent la mer (...)
  • 456 MB : Le « pays de Léon/Lîfôn » désigne la Petite-Arménie de Cilicie : à cette époque, c’est Philip (...)
  • 457 HLP : Le persan joue ici sur le double sens du mot tarsâ, dérivé du verbe tarsidan « craindre », q (...)
  • 458 MB : Farangi est l’appellation usuelle pour les chrétiens d’Occident « les Francs », installés dan (...)
  • 459 MB : Ce titre militaire de « roi des émirs » ou beğlerbeğ est particulièrement important à l’époqu (...)
  • 460 MB : Sur Čavly, qui occupe en 1225 dans le massif du Taurus, la région d’Ermenek et de Mut, voir c (...)
  • 461 MB : Un prince byzantin de la famille impériale des Comnène qui était passé au service des Seldjou (...)
  • 462 HLP : Terme d’origine avestique qui signifie « Dieu ».
  • 463 MB : Sur Ertöküš, qui s’empare, en 1225, de la région d’Anamur, entre Antalya et Silifke, cf. Cahe (...)
  • 464 MB : C’est-à-dire la côte de la Méditerranée dans sa portion citée dans la note ci-dessus.

283Lorsque le baldaquin du sultanat conquérant du monde, venant de la capitale, arriva à Konya, soudain, un commerçant surgit devant la porte du tribunal. Errant comme un corps circulaire autour du monde à la recherche de ses gains et de ses pertes, il traversait sans cesse les mers. Désirant de l’or, il avait jeté son bouclier sur l’eau, tel un nénuphar. Comme un lys, il délia sa langue pour faire des louanges et il leva les mains à l’image d’un platane pour faire des invocations et dire : Moi, pauvre créature, j’ai choisi la souffrance pour assurer ma subsistance, et, chaque jour, recherchant mon pain quotidien, je parcours la terre et je sillonne la mer, ce que je ne souhaite à personne. Pour assouvir ma faim, j’avais rabaissé en vain ma précieuse vie, à la recherche de tout et de rien et j’avais mis de côté quelques dirhams en souffrant mille maux. Dans le pays de Kifdjak et de Russie454, j’entendais parler de la réputation de justice et d’honneur de cette cour. Rempli de joie, je me suis empressé vers ce palais. Quand je suis arrivé à l’embarcadère de la Mer Khazare [Mer Noire] pour traverser la mer455, on m’a volé tous mes biens pour lesquels j’avais usé ma vie. Le marchand n’avait pas encore fini son discours qu’un autre se mit à se plaindre : Je suis parti d’Alep pour venir ici ; arrivé au pays de Lîfôn456, on m’a dépouillé de tout ce que je possédais. Et, comme les chrétiens ne craignent457 pas cette cour, à quel autre sultan doit-on s’adresser pour demander réparation de l’injustice subie. Dès qu’il eut fini de parler, un autre s’écria : Moi je suis d’Antalya. Tout ce que j’ai acquis au cours de ma vie, je l’ai chargé sur un bateau et j’ai pris la mer. Les Francs458 nous ont attaqués, ont pris tout ce que j’avais et nous ont fait prisonniers. Lorsque ces actes de brigandages arrivèrent à l’oreille du sultan, celui-ci fulmina, tel un lion dans les bois, et ordonna que l’on réparât sur le champ les préjudices des commerçants. Il s’adressa aux émirs et aux dignitaires de la cour et dit : Selon le proverbe : « Si les Rûms ne sont pas envahis, ce sont eux qui vont vous envahir. » Nous avons laissé ces peuplades en paix et en sécurité par notre extrême miséricorde. Si, par comble de sottise, ils ne sont pas reconnaissants et molestent les commerçants qui ont mis en jeu leur vie pour gagner leur pain et qui errent, apeurés, dans les contrées en question, non seulement c’est de notre devoir de punir ces hommes égarés, et, en outre, on fera notre louange pour cela. Alors, il donna l’ordre au malik al-҅Umarâ459 Ḥusâm al-Dîn Amîr Tshoban, un ancien parmi les émirs et les chefs de guerre, de partir pour Soghdâq avec une armée bien équipée. Il ordonna aussi à l’émir Mubâriz al-Dîn Čavly460, le tshashnegîr et à l’émir Komnînôs461 de se rendre en Arménie avec une puissante armée. Il dit : Détruisez toutes les forteresses se trouvant à l’entrée des défilés, à l’image du destin des malfaisants. Écrasez les ennemis de la religion de Yazdân462, afin que cette souffrance demeure jusqu’au Jugement Dernier dans le cœur et l’âme des mécréants. Il dépêcha Mubâriz al-Dîn Ertöküsh463, avec une forte armée, vers la côte464. Il va être relaté, l’une après l’autre, les œuvres de bravoure et de courage de chacun d’eux.

Le passage de l’armée du sultan par la Mer Khazare, sous le commandement de Ḥusâm al-Dîn amîr Tshoban

  • 465 HLP : Ce titre, Chah-e Djahân se rapporte au Sultan Kay-Qubâdh. Il sera une des titulatures habitu (...)
  • 466 MB : À propos de l’identité des deux souverains, s’agit-il des vaincus de la bataille de la Kalka (...)
  • 467 HLP et MB : Terme persan désignant le général en chef, en l’occurrence l’Émir Husâmeddîn.
  • 468 MB : Habitants d’une région proche des Bulgares de la Volga et du pays Kifdjak. Al-‘Umarī, en défi (...)
  • 469 HLP : C’est-à-dire tout simplement : « lorsque le soleil se leva » !
  • 470 HLP : Autant dire : « lorsque le soleil se coucha ».
  • 471 HLP : Ce vocable qui désigne le cheval du héros mythique perse Rostam, signifie à la fois l’éclair (...)
  • 472 HLP : Cette image désigne, dans la cosmologie musulmane, le huitième ciel dans lequel se trouve fa (...)
  • 473 MB : Mention tardive de ce peuple dont l’apogée politique se situe entre le VIe et le XIe siècle, (...)
  • 474 MB : L’aigle à deux têtes est, rappelons-le l’emblème des souverains seldjoukides.

284Le sultan séjourna un certain temps à Kayqubâdhiya, dans la région de Kayseri, dans l’attente de la réalisation de ses conquêtes. Quand l’armée du chah traversa la mer en direction du pays des Khazars, les habitants de Soghdâq, voyant la chouette du désespoir et le hibou du malheur s’installer sur les créneaux du palais de leur existence, aperçurent une forêt de bateaux et de voiles qui courait sur la mer. On envoya un messager à la rencontre du malik al-҅Umarâ pour lui dire : Nous sommes les esclaves du roi du monde465 et nous sommes à ses ordres. Nous ne savons pas pourquoi cette grande expédition arrive sur notre littoral. S’il y a eu un manquement dans le paiement du tribut et des taxes, on peut réparer la chose. Et, si vous avez l’intention d’aller affronter les Russes, nous avons choisi des jeunes gens élancés tels des cyprés, qui n’épargneront pas leur vie et que nous mettons à votre disposition pour combattre les ennemis par l’épée. Ils dépêchèrent à la hâte un coursier à travers la steppe, vers le malik des Kifdjak, pour dire que les étendards des troupes du sultan, tels des « vaisseaux, hauts sur la mer comme des montagnes » (Coran, LV, 24), ont fait voile vers ici, et on ne peut pas discerner la mer sous l’agitation de l’armée. Aussitôt, le malik des Kifdjak avertit le malik des Russes466 et on rassembla dix mille cavaliers parmi les tribus et les troupes russes et kifdjak. Puis, ils attendirent la réponse de l’émir Ḥusâm al-Dîn, que ramènerait le messager des gens de Soghdâq. Quand le messager se présenta devant le malik al-҅Umara, il proféra une parole aussi inconsistante qu’une toile d’araignée et dit : Nous sollicitons la grâce du malik al-҅Umara, afin qu’il fasse demi-tour et, dans la mesure du possible, nous réparerons notre manquement. Et, nous mettrons aussitôt à votre disposition la somme de cinquante mille dinars pour le retrait de votre armée. Au milieu de la mer, le malik al-҅Umara s’emporta en entendant les paroles de l’émissaire et dit : Je n’ai pas conduit l’armée jusqu’ici pour déprécier la valeur de la guerre contre de l’or et pour me transformer en vaincu, suite aux paroles corrompues d’un quelconque messager qui demande d’annuler la campagne militaire. Dès que j’ai reçu l’ordre du roi du monde, j’ai fendu le cœur des eaux avec mes vaisseaux. Celui qui désobéira à l’ordre du sultan, je lui passerai autour du cou le joug de l’abandon mais, celui qui metttra sa tête dans le cercle de l’obéissance, recevra de moi pour toute sa vie de la caille rôtie et du miel. L’émissaire rentra consterné et le [malik al-҅Umara] fit traverser la mer à toute l’armée, joyeuse et prospère, et ils passèrent de l’eau à la terre ferme. L’émir Ḥusâm al-Dîn organisa un festin et, jusqu’à minuit, il s’adonna au plaisir avec les émirs de l’armée. À l’aube, un cavalier de l’avant-garde se présenta et dit : L’armée perfide des Turcs est apparue. Lorsque le sepahdâr467 l’entendit, il mit l’armée en état d’alerte et fit résonner les tambours de guerre jusqu’aux oreilles de l’Ange Gabriel. Ensuite, il s’adressa aux dignitaires : Avant que du pays des Russes et des Saksin468 une armée ne leur vienne en aide sur le champ de bataille, il faut que nous enfilions la cuirasse au lieu du linceul et que nous combattions le mieux possible contre eux. Mais, à une condition : au moment où l’armée se mettra en ligne de combat et que les âmes se lamenteront à l’idée d’être séparées de leur corps, laissons les Turcs attaquer promptement, afin que le souffle de leur colère s’apaise. Et ainsi, ayant compris leur tactique guerrière, nous les attaquerons d’un seul coup, en espérant acquérir une bonne réputation De l’autre côté, dans l’armée turque, on disait : une troupe, à l’image du feu attisé par le vent, a traversé l’eau pour arriver sur cette terre. Il faudra que notre corps bouillonne et que nous mettions du cœur au combat. Lorsque le paon oriental émergea du rideau de couleur pistache469, les deux parties acceptèrent le combat. Et, du matin jusqu’au soir, les âmes se séparèrent de leurs corps et les épées et les javelots élancés couvraient les Russes du sang de leur veine. Quand les fleurs jaunes se fondirent dans l’étendue de la couleur du lapis-lazuli470, les soldats des deux armées rejoignirent leur campement. Et l’émir Ḥusâm al-Dîn prépara un festin, appela les émirs et les courageux dignitaires et, en plein milieu de la beuverie, leur dit : Chacun d’entre vous a, beaucoup plus que moi, mérité du trône du sultanat mais, puisque nous sommes en temps de guerre, il nous faut rester soudés et en harmonie. Aujourd’hui, l’âpreté du combat a fait ressortir la faiblesse de nos ennemis. Si, demain, nous nous sacrifions de la même manière, puisse leur nom et leur réputation disparaître de ce monde. Les grands dignitaires l’applaudirent et dirent : Bien que nous soyons, avant tout, les esclaves du roi du monde, si tu le dis, nous ferons bondir comme l’éclair le Rakhsh471 de tes ordres par-dessus le palais des douze portes472 de la voûte à la couleur du nénuphar, et nous nous plierons à toutes tes injonctions. Par ailleurs, les Turcs qui avaient subi des blessures profondes sous les coups de l’armée de Rûm, se noyèrent tous, corps et âmes, dans un fleuve de sang et dirent : Les habitants de Soghdâq et les Khazars473 commettent un péché et c’est pourquoi il nous faudrait réagir avec sagacité et circonspection. Mais, puisque la situation se dégrade, il ne faut pas risquer notre tête à la légère. À l’aube, lorsque le soleil lança son disque doré sur cette mer azurée, le porte-étendard de l’armée victorieuse hissa le drapeau et les armées se mirent en marche. Un nuage, fait d’une pluie de lames d’épées et de lances acérées, se déversa. L’émir Ḥusâm al-Dîn, tel un lion, mena l’attaque et l’armée toute entière le suivit, éperonnant ses chevaux. Et, comme un vent de victoire, ils accrochèrent l’armée turque, tel le liseré cousu sur un étendard. Par les coups des épées tranchantes ils mêlèrent à la poussière le sang des rebelles infidèles. Les Turcs lâchèrent pied et pouvoir fuir à temps fut pour eux une grande victoire. Par cette attaque virile le malik al-҅Umarâ Ḥusâm al-Dîn Tshoban débarrassa les cœurs du flux et du reflux de la tristesse et hissa, jusqu’au plus haut des cieux, l’étendard de la joie. Ayant atteint son but et exhaussé ses souhaits, il retourna heureux dans son campement, là où se pose l’aigle474 victorieux.

Par flagornerie, le malik des Russes cherche à se réconcilier avec le malik al-҅Umarâ Ḥusâmuddin amîr Tshoban – Que Dieu lui fasse miséricorde !

  • 475 MB : Jeu probablement d’origine persane (grec : tavli, turc : tavla, arabe : tawla, persan : nard, (...)
  • 476 HLP : C’est une expression toute faite en persan, signifiant ce que le vaincu doit verser au vainq (...)

285Quand le malik des Russes eut vent de la situation déplorable des guerriers Kifdjak, il dit : il serait déraisonnable d’attirer sur soi le malheur en combattant contre cette troupe de soldats aguerris. Là où l’on peut résoudre une affaire avec de bonnes paroles et par un traité, il serait malhabile et inconsidéré de faire appel à l’épée et à la lance. Il désigna un émissaire agile et éclairé et lui confia une missive : À l’attention du malik al-҅Umarâ – que le Sultan Alâeddîn Kay-Qubâdh vive mille ans ! Il faut que le malik al-҅Umarâ sache que, dès que j’ai entendu que les étendards du conquérant de l’univers et l’armée du roi du monde sont venus par ici, mon âme s’est mise à trembler dans mon corps. Je ne sais pas quel est le décret royal et j’ignore qui sont les ennemis et les adversaires. Si, par bêtise, l’armée des Kifdjak s’est égarée et a fait couler en vain tout ce précieux sang, moi, par contre, je suis sincèrement l’esclave du sultan. Il est certain que, dès que vous aurez conquis ces pays par le tranchant de l’épée, leur souveraineté et leur reconstruction seront impossibles sans gouverneur. Considérez-moi comme votre esclave tout désigné. J’implore le malik al-҅Umarâ de plaider ma cause auprès du sultan et de lui montrer l’humilité et la déférence de ce misérable esclave que je suis. Ainsi écrivit-il la lettre et la fit porter au malik al-҅Umarâ, avec beaucoup de présents dont un jeu de table475, du lin russe et vingt mille dinars. Lorsque l’émissaire s’approcha de la troupe et vit l’armée, l’ordonnance du campement et la magnificence du pavillon, stupéfait, il se tut et se mit à psalmodier par devers lui, cette invocation yâ Rab. Lorsqu’on fit part au malik al-҅Umarâ de la venue de l’émissaire du malik des Russes, il ordonna que les chambellans se portassent à sa rencontre et ils l’installèrent avec déférence dans la tente de réception. Le lendemain, le malik ordonna qu’on allât quérir l’émissaire. Mais, auparavant, il enjoignit que l’on apprêtât majestueusement la cour et le pavillon par la présence de jeunes hommes distingués et alignés avec leurs armes, que l’on plaçât des chevaux de parade avec leurs torques et leurs brides et que le reste des troupes, section par section, couvert d’armures incrustées d’or de la tête jusqu’aux sabots de leurs chevaux, lance à l’épaule, se tinssent au garde-à-vous. L’émissaire des Russes fit une pause devant l’entrée du pavillon, puis se présenta au malik al-҅Umarâ et, avec une totale humilité, se prosterna. Il lui remit le message et les présents, et le malik al-҅Umarâ les accepta tous. Aussitôt, il les distribua à l’armée et retint l’émissaire pendant trois jours. Le quatrième jour, il appela les émirs et dit : « Puisque le Russe s’est engagé dans la voie de la flatterie et a accepté de payer bâj o kharâj476, il est bon que nous préservions l’honneur du sultanat, en lui relatant la situation. Quel est votre avis ? » Tous dirent : « Il n’y a pas meilleur avis que celui-ci. » Ensuite, il convoqua l’émissaire et dit : « Le sultan ne jette pas un innocent dans l’enfer du dédain. Par contre, il n’épargne pas le châtiment dû aux rebelles, en faisant preuve de négligence. Si tu le subjugues, tu seras prince. Si, de lui, tu quémandes une faveur, tu seras exaucé. »

  • 477 MB : Sinope, on le sait, est le port d’entrée principal en Anatolie septentrionale et Kastamonu es (...)

286Tel est ce que l’on peut espérer : tout ce que désire le malik des Russes sera possible et les bases de l’amitié qu’il instaure lui seront bénéfiques. Ensuite, il le congédia, lui offrant des robes d’honneur, des présents, un vêtement de cérémonie spécial, une coiffe royale incrustée d’or et d’argent ainsi qu’une lettre portant mille termes de réconfort. Puis, il envoya l’innombrable butin de guerre à Sinope et à Kastamonu477.

La conquête de Soghdâq par Ḥusâm al-Dîn amîr Tshoban sous le règne du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] – Que Dieu lui fasse miséricorde !

  • 478 HLP : Expression toute-faite « khosrow-ye sayâre » désignant le soleil.
  • 479 MB : L’auteur fait un jeu de mot à partir du terme husâm « épée » qui entre en composition dans le (...)

287Dès que les gens de Soghdâq eurent appris la défaite de l’armée de Kifdjak, le cœur affligé, ils perdirent espoir. Ils s’occupèrent de l’approvisionnement, de l’aiguisage des épées et de l’affûtage des lances et se préparèrent au combat. Au bout d’une semaine, le sepahdâr se campa devant la porte de la ville avec une armée considérable et, le lendemain, quand, de dessous le baldaquin de la nuit, la face du Khosraw des planètes478 brilla, l’armée, telle une montagne de fer, régiment par régiment, se mit en marche. Jusqu’à la disparition des signes de lumière dans les ténèbres et jusqu’au lever des étoiles de la roue azurée, de jeunes guerriers, venus de la ville, avec armes et munitions, affrontèrent l’armée, en bataillant à coups d’épées et de lances. Même si un grand nombre de soldats de l’armée victorieuse furent blessés et que leur sang fut versé sur le champ de bataille, l’image de l’existence des habitants de Soghdâq disparut du tableau de la création par l’éclat de l’épée479 assoiffée de vie. Le jour suivant, quand le disque d’or du soleil illumina l’étendue du firmament turquoise et que s’évanouit la pénombre de la nuit noire dans le rayon de lumière, l’armée se mit en marche encore une fois. Des fantassins sortirent de la ville, bouclier contre bouclier, et des cavaliers, soulevant un nuage de poussière, se joignirent à eux et combattirent avec naphte, arcs, flèches et pierres. L’armée de l’islam, selon une feinte convenue à l’avance, prit la fuite et tourna le dos. De joie, les gens de Soghdâq, tels des lions, reprirent courage et poursuivirent cette armée. Lorsqu’ils s’éloignèrent de la ville, l’armée toujours victorieuse de l’islam se retourna et joua de la lame sans limites, et un torrent, fait du sang des vieux et des jeunes, coula par monts et par vaux. À la tombée de la nuit, quand le souverain au vêtement doré s’installa sur la couche de soie noire, l’aigle splendide du règne du pâdeshâh brilla, et la puissante armée du malik al-҅Umarâ se reposa. Après le repas, le malik décida de boire du vin et dit : Puisque la terre est ivre du sang des ennemis, même si le sang du tonneau est illicite, pour le bien-être du corps il faut le considérer comme licite, puisqu’il ne reste ni la lie ni le marc du sang des ennemis. Comme les anciens de la ville virent qu’il ne subsistait des jeunes guerriers qu’un nom et que le tranchant de l’épée avait fait couler du nuage de leurs corps des torrents, ils dirent : Puisque des milliers de jeunes gens vertueux et experts en l’art de la guerre ont été emportés, tels des fétus de paille, dans le pays du néant par le vent de cette puissante armée et qu’ils n’ont pas pu résister à une seule attaque, dès lors, nous n’avons plus comme solution que de pleurer et de nous humilier. Ceci nous est arrivé par notre mollesse, et par notre irréflexion. Il ne sert à rien de s’inquiéter quand la nouvelle est déjà répandue.

  • 480 HLP : Littéralement nâteq « tout être doué de parole » ; ici probablement, il s’agit d’esclaves ou (...)
  • 481 HLP : Toujours une image pour le lever du soleil.

288Ensuite, les anciens dépêchèrent auprès du malik al-҅Umarâ quelques hommes connus comme gens d’expérience. Si tôt reçus, ils baisèrent le sol et dirent : Même si nos crimes et nos fautes ont atteint leur comble, notre démarche sera plus facile en prenant le malik al-҅Umarâ comme intercesseur. Il faut que, dans la puissance où il se trouve, il prenne l’exemple du détenteur de Zolfaghâr, selon lequel : Si tu es vainqueur, gracier ton ennemi sera le remerciement de ta victoire. Nous paierons le bâj o kharâj qui nous sera fixé, nous paierons tout ce qu’il veut et nous restituerons tous les biens des commerçants perdus sur cette côte. Nous nous soumettrons à celui qui nous sera désigné comme gouverneur et on le servira avec sincérité. Lorsque le malik al-҅Umarâ comprit ce rabaissement, il dit : La cause de cet événement fut votre esprit obscurci et l’arrogance de vos jeunes gens qui sont tombés sur le champ de bataille, telle la viande sur le billot. Maintenant, je vais dépêcher un de mes notables à la cour du sultan et je vais intercéder pour qu’il vous pardonne. Ainsi serez-vous à l’abri de la violence de cette période hostile et vous ne tomberez plus dans une telle misère et vous ne subirez plus de préjudice. Lorsqu’ils perçurent la magnanimité dans les propos du malik al-҅Umarâ, ils allèrent tout joyeux dans la ville et répétèrent ce qu’ils avaient vu et entendu. Pendant toute la nuit, ils rassemblèrent des trésors de tout genre, les biens, les chevaux et les esclaves480. Le lendemain, lorsque le candélabre de la lune fut amené et que l’on eut allumé la bougie dans le jardin bleu nénuphar481 le malik al-҅Umarâ ordonna que les troupes se missent en armes, puis il s’assit avec les dignitaires devant sa tente. Les notables et les petites gens sortirent de la ville et, grâce à la bienveillance du malik, ils se côtoyèrent, tel le mouton avec le loup. Ils échangèrent des présents et les hérauts crièrent haut et fort que, dorénavant, l’ensemble de l’armée ne les importunerait plus. Le malik al-҅Umarâ enjoignit que l’on armât un bateau rapide qui dépasserait la lune dans sa course et il envoya, par l’intermédiaire d’un émissaire qui connaissait bien le protocole aulique, un cinquième du butin avec d’autres présents ainsi qu’une lettre expliquant la situation. Lorsque l’émissaire parvint à la cour et annonça la bonne nouvelle concernant la conquête de Soghdâq, la défaite de l’armée de Kifdjak et la paix conclue avec le malik des Russes, le sultan, comblé de joie, ordonna qu’on libérât les prisonniers. Il fit accompagner l’honorable commerçant par des émissaires porteurs d’un firman qui louait les beaux exploits accomplis par le malik et ses troupes dans cette guerre. Il prit aussi, dans la garde-robe du palais, des robes d’honneur destinées au malik al-҅Umarâ et aux autres dignitaires. Il dit : En raison de l’intercession du malik al-҅Umarâ nous avons oublié la folie des gens de Soghdâq et avons pardonné leur faute, à condition que les idoles et le son de la cloche soient remplacés par le mehrâb, le menbar et par la charia du Prophète – que le salut soit sur Lui – et à condition aussi qu’ils rendent ce qu’ils ont pris aux commerçants des pays. Et quand toutes ces mesures importantes auront été prises, que le malik al-҅Umarâ revienne avec revienne sous la protection de Dieu. Aussitôt que l’émissaire fut arrivé, on lut le firman devant témoins et le commerçant reçut un dinar pour un dirham et toute l’armée s’en alla avec ornements et parures. On mit sur un plateau doré un menbar décoré de précieux tissus, tel un renouveau printanier, ainsi qu’un Saint Coran que le malik al-҅Umarâ posa sur sa tête, saisissant dans sa main le drapeau du sultan. Ils entrèrent dans la ville somptueusement et le muezzin, depuis une hauteur, fit l’appel à la prière. La cloche de la religion des chrétiens fut totalement brisée. En moins de deux semaines, l’on érigea une mosquée qui, trois, quatre ou cinq fois, dans les six directions des sept climats, rappelait les huit paradis et les neuf cieux. On nomma un muezzin, un prédicateur et un cadi. On prit comme otages plusieurs fils issus de la noblesse et l’on installa un subašı choisi parmi les dignitaires ainsi qu’une garnison. Dès que les bateaux furent armés, ils retournèrent vers les pays et les territoires du sultan, en toute sécurité.

L’entrée de Mubâriz al-Dîn Čavly et de Komnînôs482 dans le pays d’Arménie et la conquête des forteresses

  • 482 Komnînôs Mafrozôm, AS p. 334.

289Lorsque l’émir Mubâriz al-Dîn, le tshashnegîr et Komnînôs, ayant reçu l’ordre du sultan, se rendirent en Arménie, ils suivirent une route étroite et montagneuse. Aux falaises succédait la forêt. Partout ils virent des forteresses, des bâtiments, des endroits et des lieux d’habitation. Ils convinrent qu’il fallait d’abord prendre chaque forteresse avant de continuer leur route. Ils arrivèrent tout d’abord à Djandjîn qui était une forteresse inaccessible. Le tshashnegîr ordonna aux soldats de l’armée de monter par groupes sur la montagne où ils devraient planter les étendards et les pieux des tentes et se positionner tout autour de la forteresse.

  • 483 Il s’agit ici, et sans doute plus loin dans le texe, de Hetum I (1226-1270 ap. J.-C.), Roi de Nouv (...)
  • 484 Aux Francs de…, AS p. 337 et Houtsma, Recueil III p. 363 (aucune mention de lieux !).

290Le lendemain, ils étouffèrent les occupants de la forteresse sous une pluie de flèches. Ceux-ci, désemparés et conscients de leur faiblesse, écrivirent une lettre à Lîfôn483, lui exposant les conditions de leur impuissance. Lîfôn chercha de l’aide auprès des Francs484, leur écrivant une lettre porteuse de lamentations. Par fanatisme et par zélotisme, les Francs se rassemblèrent et rejoignirent Lîfôn.

291Tandis que l’armée du souverain avait érigé son campement sur la montagne, les troupes des adversaires s’étaient établies dans la plaine. La nuit tombée, et après que l’on eut apprêté le festin, l’émir Mubâriz al-Dîn dit, pendant que l’on buvait le vin et que l’on festoyait : « On ne peut apercevoir cette armée, venue de toutes parts et que Lîfôn a rassemblée. Demain, dès que le jour et le soleil apparaîtront sur le ciel, nous encerclerons ces infidèles avec tous nos valeureux héros et ferons tout notre possible. Nous espérons que la promesse de Dieu se réalisera et qu’elle aidera les adeptes de Sa religion à obtenir la victoire. »

292Le lendemain, lorsque le matin survint avec l’envol du paon de la prairie azurée et avec le chant de la perdrix, l’armée commença à se mouvoir tel le lion déchaîné, et les étendards colorés formèrent tout un jardin de roses. Les lances entrèrent en action et, des corps, elles pendaient telles des manches. Les javelots, telle l’insomnie, cherchaient à atteindre les yeux et les flèches, tels les chagrins et les reproches faits à soi-même, se plantaient au fin fond des cœurs. Et les cous ne portaient plus les têtes mais l’épée étincelante. Lors de l’assaut l’armée de Dieu arracha du cœur de l’ennemi le vêtement de leur être grâce au bonheur rayonnant du souverain. Les âmes des infidèles faisaient entendre des gémissements et des lamentations. Ce fut la confusion. Cependant, les infidèles attaquèrent à nouveau les troupes du souverain. Le général en chef ordonna que l’on restât bien campé sur les étriers. Les héros, telle la montagne Ṯahlân, prirent alors position en rangs serrés, si bien que le vent de la faiblesse s’abattit sur l’armée de Lîfôn. Telle la flamme qui poursuit les démons, ils se précipitèrent alors sur ces idolâtres pour qui la vaste plaine devint trop étroite, écrasés qu’ils étaient sous les coups des massues et transpercés par les flèches décochées. Ils les assaillirent dans la plaine et tuèrent tous ceux qu’ils trouvaient. Lîfôn, la tête basse, tel un malfaisant, se réfugia dans la montagne avec quelques uns de ses cruels compagnons. Grâce à la faveur que lui avait accordée le Créateur, l’armée quitta le champ de bataille, emportant un nombreux butin et d’innombrables prisonniers et alla se positionner devant la forteresse.

  • 485 Pîšrev.
  • 486 Selon la mélodie râst

293Lorsque les occupants mesurèrent, depuis le haut du château, leur situation accablante, ils furent consternés et déconcertés. L’émir Mubâriz al-Dîn fit apprêter le festin. Les ménestrels firent entendre leurs préludes485 qui réjouissaient les cœurs et qui annonçaient la fin de l’empire des infidèles. Ils louaient dans leurs chants486 parfaits et dans leurs plus belles mélodies la bravoure des héros de la bataille.

  • 487 Cf. AS p. 340.

294Le lendemain, un moine dont la bure et les yeux étaient couverts de sang, descendit du château, baisa le sol devant le chef des armées du souverain et dit : « Nous n’avons plus de forces et, à cause du tourment que nous procure le siège, nous avons dispersé dans l’air de la déception l’argent de notre vie présente. Je viens de m’exposer au danger et je suis venu auprès du général en chef qui a percé les rangs des combattants487 pour apprendre ce qu’il a l’intention de faire. » L’émir Mubâriz al-Dîn daigna répondre : « Ce n’est pas votre faute. Si vous souhaitez connaître le bien-être, il faut que vous déposiez les armes, que vous laissiez les provisions de la forteresse là où elles se trouvent, que vous preniez vos biens personnels et que vous partiez où bon vous semble. Notre armée ne vous importunera pas. »

295Le moine demanda que l’on rédigeât un document opportun. Aussitôt, ce document précisant que l’on faisait grâce fut rédigé. La forteresse fut aussitôt évacuée. Sous une bonne étoile, la bannière du triomphe du sultanat fut alors hissée sur les créneaux de la forteresse. On rédigea sans tarder la lettre de la victoire qui relatait que les ennemis avaient été exterminés, que les troupes restantes étaient saines et sauves, que la bannière de la joie avait été hissée et que cette forteresse devait être ajoutée aux autres possessions du sultanat. Mubâriz al-Dîn ajouta encore qu’il y avait dans cette région beaucoup d’endroits où l’on pouvait se réfugier et beaucoup de châteaux et que l’on devait lui faire parvenir d’autres équipements pris dans l’arsenal.

  • 488 Laqab.

296Lorsque le messager s’en fut allé, des émissaires de Lîfôn arrivèrent soudainement et, s’humiliant, délièrent leur langue ainsi : « S’il ne s’agit que de recevoir une punition pour avoir fauté, le châtiment et la réprimande qui ont été jusqu’à présent infligés à ce pécheur, votre serviteur, suffisent. Bref, je vous ferai parvenir chaque année 1 000 cavaliers et 500 sections d’archers, des armes, des pièces de monnaie frappée du surnom488 de roi vainqueur et je doublerai l’impôt kharâdj. »

  • 489 Le chapitre se termine ici aussi par le souhait que les serviteurs de l’empire du souverain, qui n (...)

297Le malik al-҅Umarâ laissa les émissaires de Lîfôn se rendre chez le sultan auquel il adressa une lettre. Et, jusqu’au retour des émissaires, il conquit encore trente châteaux de ce pays. Il y nomma des commandants et envoya une autre lettre au sultan dans laquelle il annonçait qu’à présent il avait conquis toute cette région et qu’à l’avenir il n’y aurait ici aucune forteresse étrangère. Le sultan pardonna les méfaits de Lîfôn et fit parvenir un contrat ainsi qu’un firman. Ce firman louait les parfaites qualités et l’action du malik al-҅Umarâ et aussi celles de Komnînôs. Le sultan donnait aussi l’ordre de dédommager les marchands avec l’argent du butin pris lors de la conquête de la forteresse et d’attribuer le pays à l’émir Qamar al-Dîn. Les armées devraient retourner dans leur pays et seuls le malik al-҅Umarâ et Komnînôs devraient se rendre auprès du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier afin de lui relater les évènements et, lors de cette heureuse rencontre avec le sultan, ils seraient récompensés489.

La conquête des châteaux des régions côtières par la main de Mubâriz al-Dîn Ertöküsh

  • 490 Serlešker du Taġr d’Antalya, AS p. 343.
  • 491 Maghva, au Nord du Kalykadnos, au Sud-Sud-Est de Karaman. Cf. Alishan, Karte, « Sissouan ». Cf. AS(...)
  • 492 Cf. AS p. 343 (sic !) et Houtsma, Recueil III p. 370. Cf. Alishan, Sissouan p. 65, où l’on indique (...)
  • 493 Cf. AS p. 343 et Houtsma, Recueil III p. 370, note b : ’Aνεμὠριον. Houtsma indique que la lecture (...)
  • 494 Cf. Houtsma, Recueil III p. 370.

298En ces jours, où le malik al-҅Umarâ Ḥusâm al-Dîn Amîr Tshoban et Mubâriz al-Dîn Čavly eurent rejoint Soghdâq et l’Arménie, l’atabeg490 Mubâriz al-Dîn Ertöküsh, qui était un vieux serviteur du sultanat, s’était rendu dans les régions côtières et s’était emparé de quarante châteaux célèbres tels ceux de Mâfgâ491, d’Andûshig492 et d’Anamur493. Même, si dans un premier temps, les Francs, ayant eu l’intention de combattre, avaient aiguisé leurs dents de crocodiles sous les coups que les combattants leur assénaient sans cesse sur le crâne, ils se virent contraints de prendre les rênes de la fuite et abandonnèrent châteaux et forteresses. Et, profitant du voile de la pénombre nocturne, ils s’embarquèrent et voguèrent vers leurs cités. Lorsque les occupants des forteresses virent que les châteaux494 et les casemates avaient été abandonnés par leurs défenseurs, par les lanciers et par les porteurs des boucliers, tout décontenancés qu’ils étaient, ils cherchèrent protection et se livrèrent aux serviteurs du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier.

299L’émir Mubâriz al-Dîn présenta le déroulement des conquêtes et dit : « Selon les serviteurs du sultan, les affaires concernant les territoires côtiers sont réglées comme vous le souhaitiez. Si cela nous est permis, nous nous dirigerons vers les îles des Francs ». Le sultan ordonna que l’on remplaçât et que l’on compensât les biens que les marchands avaient perdus. Il ordonna que l’on donnât aux soldats de l’armée la permission de rentrer dans leurs foyers et que Mubâriz al-Dîn se présentât vite à la cour après avoir réglé les grandes et les petites affaires. Obéissant à l’ordre du sultan, Mubâriz al-Dîn s’empressa alors de venir baiser la main du sultan et arriva à Kayseri-La-Bien-Gardée pour connaître ce bonheur.

  • 495 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au ṣâḥib dîvân Uluġ Qutluġ Înânǧ, AS p. 344 sq (...)

300Lorsque tous les émirs eurent terminé ces conquêtes importantes et qu’ils s’empressèrent de rejoindre la cour à Kayseri, l’automne avait fait son entrée. Les arbres, au lieu de dispenser leur argent, se mirent à répandre de l’or. Le sultan se rendit alors à Antalya où il passa tout l’hiver, heureux et de bonne humeur495.

Le malik ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh, seigneur d’Erzindjân, se présente auprès du sultan. Description d’Erzindjân et de ses environs

  • 496 Ici, faute manifeste d’impression.
  • 497 Cf. AS p. 345 (miṣrâ’).

301Le malik ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh ayant succédé sur le siège honorifique à son père, le malik Fakhr al-Dîn Bahrâmshâh, et ayant obtenu le pouvoir de donner des ordres, la souveraineté sur la ville et la province d’Erzindjân lui revint496. Ce pays fait partie des plus beaux pays, des régions et des contrées les plus agréables. Il est arrosé par l’Euphrate497 et le zéphyr souffle sur les pâturages d’été qui sont couverts de violettes et de roses des montagnes.

  • 498 Cf. AS p. 346.

302Bien que le malik connût partiellement les sciences de toutes sortes, il ne manquait pas de commettre des péchés et de s’adonner à des divertissements interdits. Il était prétentieux, écoutait les discours suffisants des compagnons du mal et ne prêtait l’oreille ni aux conseils des Anciens ni à ceux de ses amis qui avaient de l’expérience et faisaient preuve de raison. Il était enclin à persécuter les émirs de son propre pays et à les tuer. Il en tua quelques uns et en jeta un grand nombre en prison. Nombre d’émirs se départirent de leurs biens498 par peur d’être tués et choisirent d’émigrer. Ils s’adressèrent au sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier, lui relatèrent les méfaits du malik ainsi que ses actes offensants. Le sultan leur témoigna sa faveur et rédigea une lettre destinée au malik ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh, précisant qu’il devait libérer les émirs emprisonnés, qu’il devait leur rendre ce qu’il leur avait pris, qu’il devait les traiter aimablement, soigner les malades et qu’il devait les laisser venir. Pour présenter ses excuses, le malik avança les arguments suivants : « Cette bande a pris le chemin de l’injustice et de l’insolence et a conclu un pacte avec mes adversaires. Lorsque j’ai appris ces faits, je les ai punis et châtiés. » L’émissaire du sultan commença par présenter l’attitude blâmable du malik qui promit et accepta finalement de libérer les émirs emprisonnés, d’ouvrir sa main qui détenait leurs biens et de renvoyer l’émissaire muni de tout ce qu’il lui fallait.

  • 499 Iqṭâ ҅ât. AS p. 348 précise le procédé : « Le lendemain il (le sultan) donna l’ordre à l’émir Kamâ (...)

303Lorsque ces émirs arrivèrent à la cour du sultan, ils y furent extrêmement bien traités. Sur l’ordre de Kamâl al-Dîn Kâmyâr on attribua à chacun d’entre eux des fiefs499, ce qui les combla et leur fit retrouver leur fortune.

304Lorsque le malik ҅Alâ al-Dîn apprit que les grands émirs de son pays avaient été ajoutés au collier de perles des serviteurs de l’empire du sultan, et que ceux qui avaient été abandonnés par ces émirs se montraient maintenant hautains et sûrs d’eux-mêmes et s’arrogeaient le droit de donner des ordres aux fonctionnaires d’Erzindjân, de jalousie il se mit en colère. Soucieux et le cœur empli de sentiments mêlés de crainte et d’espoir, il fit apprêter un équipement de voyage qui devait être digne des cours des sultans. Il fit aussi apprêter des présents et des dons qui devaient apaiser le cœur des émirs. Puis, il se rendit au palais du sultan.

305Lorsqu’il eut atteint le territoire de Kayseri, les hommes chargés de le conduire à la cour vinrent à sa rencontre, apportant des présents incommensurables destinés à leur hôte.

  • 500 HLP : Il s’agit ici d’un assaut de compliments typiques dans les relations sociales, en persan : t (...)
  • 501 Cf. note 355. Abu’l-Qâsim b. ‘Alâ aṭ-Ṭûsî. Un émir célèbre dans l’empire des Seldjoukides de Rûm. (...)
  • 502 Cf. note (420). Cf. AS p. 350.

306Le lendemain, le sultan vint l’accueillir. Lorsque le malik aperçut le baldaquin500 du souverain, il descendit de cheval. Sur l’ordre du sultan, les émirs le firent remonter à cheval. S’étant approché du sultan, le malik voulut à nouveau descendre de cheval, mais le sultan l’en empêcha, et du haut de son cheval le malik baisa la main du sultan. Le souverain le fit approcher à son côté et lui demanda si le chemin avait été pénible. Mais le malik présenta ses excuses, employant des expressions agréables et charmantes à entendre. Le sultan fit avec lui un bout de chemin, racontant quelques histoires et le questionnant sur les évènements passés. Lorsqu’ils furent devant la ville, le sultan tourna bride pour se rendre à Qubâdîya, tandis que le malik, accompagné par les émirs et les mehmândârân, se rendit dans les quartiers qui lui avait été destinés et où l’on avait dressé sa tente faite de toile de lin et de soie, qu’il avait apportée d’Erzindjân. Trois jours durant, les plats aux mets divers se succédèrent. Le quatrième jour l’émir Nadjm al-Dîn, fils de Ṭûsî501, apporta au malik, au nom du sultan, 10 000 dinars, une ceinture sertie de pierres précieuses, une coiffe qui disparaissait sous les joyaux, un manteau royal brodé d’or et un coursier arabe de la garde [du sultan] et lui souhaita la bienvenue. Puis, les mehmândârân lui apportèrent la liste des présents en nature offerts pour la cuisine : 2 000 ballots de blé et 5 000 ballots d’orge que portaient les ânes, 200 outres de vin et 20 000 dirhams pour son foyer. Le malik loua les bienfaits du sultan du trône et de l’épée et passa avec ses gens une journée agréable. Le lendemain il mit le vêtement honorifique digne du sultan et monta à cheval. Lorsqu’il arriva auprès du sultan, il lui baisa à nouveau la main. Le sultan dit : « Assurément, le malik s’est bien remis de la fatigue du voyage et s’est reposé sur la couche du repos. » Le malik ҅Alâ al-Dîn loua le souverain de ce temps et de la terre. Puis ils promenèrent à cheval quelque temps dans la plaine de Mashhad502. Lorsque le sultan tourna bride pour rejoindre son palais, le malik déclara qu’il mettait tout son zèle à servir le sultan et se retira dans sa tente.

307Une demi-journée se passa et l’on apporta de la part du sultan à Nadjm al-Dîn, fils de Ṭûsî, un deuxième vêtement honorifique, plus précieux que le premier. Et les palefreniers présentèrent au malik des chevaux arabes parés d’un licou et d’un harnais dorés. Ils lui transmirent le salut du sultan, lui signifiant qu’aujourd’hui il veuille bien se rendre quelque temps chez le sultan,

« Pour qu’ensemble, aujourd’hui, nous buvions le vin,
Et vivions selon le plaisir de notre cœur. »

308Le malik mit son vêtement honorifique et monta sur le coursier qui lui avait été offert. Lorsqu’il arriva au palais et aperçut le sultan, il se prosterna, front à terre. Le sultan se leva et se répandit en marques de faveurs et d’honneur. Lorsque la coupe [de vin] eut passé de main en main, le malik s’emporta à cause de son exubérance de jeune homme et de la joie que procurait le vin à la robe pourpre. Il donna à sa langue les rênes de la parole, ce qui peut conduire à beaucoup de contrariétés dans la vie. De sa bouche sortirent des paroles que l’on ne doit pas prononcer et il se comporta comme on ne doit pas se comporter. Par bonté, le sultan tint la traîne du pardon. Dix jours durant le roi du monde honora de sa présence le festin-qui-éclaire-le-monde. Le onzième jour l’émir Nadjm al-Dîn apporta, au nom du sultan, un trésor aussi riche que peuvent le récolter mille percepteurs et présenta encore des excuses. Un autre jour le sultan fit parvenir au malik, par la main du terdjuman Sa ҅d al-Dîn Köpek, un contrat digne de confiance, car portant la royale écriture à l’encre ambrée dont voici le contenu :

« Tant que Dâûdshâh, en son cœur, s’en tiendra à ce contrat, comme nous le ferons, et ne se liera pas d’amitié avec nos ennemis et n’enverra pas de lettres dans tous les pays où gronde la rancune, nous lui accorderons richesse, bien-être et honneurs. Mais, s’il agit contre ce qui a été écrit et contre ce que nous attendons de lui, nous le punirons et le châtierons. »

  • 503 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au ṣâḥib dîvân Uluġ Qutluġ Înânǧ, AS p. 352.

309Puis, le sultan ordonna que le malik pût se rendre dans son foyer, si son cœur le désirait. Le lendemain, le malik rendit visite au sultan pour prendre congé et se mit en route pour rejoindre sa résidence. Le sultan séjourna encore quelque temps à Kayseri. Puis il se rendit sur la côte503.

Le site de Qubâdhabâd et l’ordre du sultan d’y construire un palais504

  • 504 Le savant turc M. Zeki Oral a pu localiser le château du sultan ‘Alâ’uddîn Kaiqobâd Ier, dit châte (...)
  • 505 Cf. Houtsma, Recueil III p. 383 et AS p. 352.
  • 506 Le gardien de la porte ou jardinier du Paradis.

310Lorsque le sultan, à la manière de Salomon, eut voyagé pendant des jours sur le dos de rapides pur-sang et qu’il eut traversé la capitale, il arriva dans les délicieuses campagnes d’Akrînâs505. Il aperçut un si beau site que Ridwân506 lui-même, s’il était venu en ce lieu, aurait voulu quitter les jardins du Paradis et se serait mordu le doigt de l’étonnement.

  • 507 Cf. AS p. 353.
  • 508 Cf. AS p. 353

Son sol, par la verdure, se pare de la couleur de la turquoise,
Il est jonché de tulipes, telles des taches de sang507,
Dans chaque recoin coule une source, telle l’eau de rose,
Tu dirais : c’est une larme brillante, ce n’est pas de l’eau !
L’air a des effluves de musc et le sol est tout paré de fleurs,
Et là, on chasse toutes sortes de gibiers.
C’est une mer verte, douce comme le potage508
Qui roule ses vagues, pareille à la soie de Chine,
Ses îles se dérobent à la vue
Et laissent pressentir que c’est un lieu luxuriant
Il y a là une source qui coule vers la mer,
Et le vieillard qui la regarde devient jeune homme.

  • 509 Amîr-išikâr u mi’mâr.
  • 510 Deux châteaux construits par Nu ҅mân b. Munzir pour le roi Behrâm. [Cf. Journal Asiatique ou Recue (...)
  • 511 Cf. AS p. 353.
  • 512 Cf. AS p. 353.
  • 513 Cf. EI, suppl. : Muḳarnas.

311Le sultan ordonna alors à Sa ҅d al-Dîn Köpek, qui était à cette époque garde-chasse et maître d’œuvre509, de commencer la construction d’un palais qui, par ses délices, devrait obliger le Paradis à faire la moisson et par sa douce beauté devrait surpasser les palais de Sedîr et Khawernaq510. Le sultan dessina ce palais d’après sa propre idée et en toute liberté, et détermina la place de chaque salle. Sa ҅d al-Dîn Köpek, selon la décision prise, créa en peu de temps de jolis points de vue511 qui réjouissaient le cœur, ainsi que les bâtiments du palais qui étaient plus beaux encore que les âmes des gens chastes et plus vastes que la plaine de la modestie. Ces salles étaient extrêmement belles et un courant d’air bienfaisant y soufflait sans cesse. Ses voûtes rivalisaient512 avec les muqarnas513 du plus haut ciel. Jaloux de son décor aux couleurs turquoise et azur, le visage du ciel couleur turquoise vira au bleu indigo et au jaune safran. Après que l’on eut peint rapidement le palais et qu’on l’eut orné de calligraphies, le sultan tourna bride pour se rendre à Antalya et à Alanya.

Les raisons qui firent resurgir dans l’esprit du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] le souhait d’arracher Erzindjân du poing de ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh514

  • 514 Fils de Behrâmšâh. AS p. 354.
  • 515 Cf. AS p. 354.

312Lorsque le malik d’Erzindjân eut quitté le sultan et fut arrivé dans ses domaines, son exubérance de jeune homme le poussa à écrire une lettre au malik Rukn al-Dîn Djahânshâh, fils de Mughît al-Dîn Tughrilshâh b. Qilidj-Arslân, seigneur d’Erzurum, dont voici le contenu : « Même si cette fois j’ai trouvé au palais du sultanat l’or et si j’ai été salué à mon départ avec grande bienveillance515, je ne suis pas certain de mes émirs qui sont là-bas au service du sultanat. Je suis sûr qu’ils inciteront le sultan à m’éloigner de ce pays. Et, s’ils y parviennent, le sultan, qui est pourtant du côté paternel cousin du malik, ne lui permettra pas de gouverner plus longtemps et ne le traitera pas aimablement. En secret, je vais faire distribuer les fontes des chevaux aux troupes et ce sera là toute ma préoccupation pour cet hiver. Si tu as envie de conserver ta tête et ton territoire, sois d’accord avec moi et agis avec moi. »

313En ce temps-là le malik avait une harpiste qui était la perle du temps et l’unique miracle du siècle grâce à sa beauté, à son adresse, aux plaisanteries qu’elle faisait, à son chant, à la richesse de ses mélodies, à la beauté de sa voix et aux histoires qu’elle racontait. Le malik l’envoya avec beaucoup de présents auprès du malik Ashraf. Voici la quintessence du message du malik adressé à ce dernier :

  • 516 Cf. Taeschner, Wegenetz II p. 11, 18, planche 37.

« Je renonce à la forteresse de Kamâḫ516 et je l’offre aux serviteurs du malik Ashraf si ce dernier, en compensation, m’attribue un château afin que je jouisse en toute quiétude de ma vie, car aucun fils d’Adam ne sait combien de temps il me reste à vivre. »

314Dans le même esprit, il fit parvenir une lettre et beaucoup de présents au sultan Ghâzî Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh et aussi une autre à ҅Alâ al-Dîn Naw-Musulmân, dans lesquelles il exposait que, s’ils allaient [combattre] le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier et s’ils envoyaient sa douce âme dans le plus haut ciel, il leur attribuerait la forteresse de Kamâḫ avec toutes ses provisions et il leur offrirait chaleureusement la magnifique maison de ses ancêtres à Erzindjân. »

315Lorsque ceci arriva aux oreilles du sultan, il rit et dit : « Le pauvre a perdu la tête et son trône s’est renversé et

Comme avec lui l’or n’a pas pu faire avancer les choses,
Je lui montrerai mon épée étincelante. »

316Lorsque les parfumeuses de l’Invisible déposèrent sur la manche de la mariée du printemps le musc et parèrent son cou de la rose, le sultan quitta la côte et se dirigea vers le territoire de Qubâdhabâd où il séjourna un mois. Puis il partit pour Kayseri sans faire de halte.

  • 517 Cf. AS p. 356.
  • 518 Cf. AS p. 357.

317Le malik Ahsraf était tout envoûté par le charme de la harpiste et envoya au malik ҅Alâ al-Dîn son chambellan ҅Alî517 pour lui prêter assistance. Le chambellan arriva et séjourna quelque temps à Erzidjân, mais s’en retourna bredouille, car les grands émirs de ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh (Salâh al-Dîn, Sharaf al-Dîn et Ġars al-Dîn -i-Buzurg518) l’avaient mis en garde, lui signifiant de ne pas donner ni avis funestes ni vanter des marchandises qui n’ont pas de valeur. Ils lui avaient dit : « Ce qu’il nous faut faire, c’est que nous conduisions auprès du sultan les fils du malik comme otages, que nous lui demandions pardon pour ce qui s’était passé et que nous balayions hors de ce monde certaines choses en les niant et en les démentant. » Ceci plut au malik qui envoya au sultan ses fils, accompagnés par les grands émirs. Le sultan avait déjà eu vent de tout cela. Il ordonna aux émirs de l’empire de se rendre les uns après les autres dans le territoire d’Erzindjân et de Kamâḫ avec les troupes qu’ils commanderaient. En fait, ils devraient agir de telle sorte que les troupes-toujours-victorieuses, tout d’abord sans se faire remarquer, fussent présentes sur les lieux pour surveiller les chemins d’accès aux forteresses, afin que ҅Alâ al-Dîn ne se réfugiât pas soudainement dans le château et que cette affaire ne s’éternisât pas. Conformément à l’ordre du sultan, des troupes se rassemblèrent près de la porte de chaque forteresse. Lorsque le malik prit conscience de son échec, il ne vit qu’une issue : se rendre auprès du sultan.

  • 519 Ilgin, au Sud-Est d’Akşehir.
  • 520 Le système de l’iqtâ, institué dans l’empire musulman à partir du IX° siècle, est une concession d (...)

318Soudain, on apprit que le cortège du sultan avait franchi les frontières de Sivas avec d’innombrables troupes et était arrivé à Erzindjân. Contraint et forcé, le malik se rendit alors, avec quelques hommes de sa garde du corps, à la rencontre du sultan pour l’accueillir, sans avoir apprêté ni présents, ni cadeaux. Sur le chemin, il rencontra les grands émirs qui se hâtèrent de l’embrasser, lui témoignant la chaleur de leur cœur et le dépêchèrent avec le sahib Ḍiyâ al-Dîn auprès du sultan. Le sultan ne dit mot de ce qui avait été rapporté à son sujet. Au contraire, il le traita de façon aimable, lui attribua Akşehir, dans la province de Konya, ainsi que Âb-i-germ519 comme fief iqṭâ‘520. Puis, il l’envoya à Akşehir, accompagné de ses propres pages et des vétérans de l’armée.

319Le malik ҅Alâ al-Dîn Dâûdshâh était auréolé de diverses disciplines scientifiques et particulièrement d’astronomie et maîtrisait au mieux les chapitres de la logique, de la physique et de la métaphysique. Il était aussi fin connaisseur de la mathématique. Telle l’eau limpide qui coule, il récitait des poèmes. En ces jours, il envoya un quatrain au sultan.

  • 521 Cf. AS p. 358. De même Houtsma, Recueil III p. 389.
  • 522 Allusion à l’attribution du fief Âb-i-germ (eau chaude) - Cf. AS p. 358.

Ô roi, grâce à toi521 le cœur de tes ennemis souffre,
Devant toi le visage de ton ennemi est jaune de peur.
Est-il juste et raisonnable que moi, qui connais cent maux,
J’obtienne dans ton empire de l’eau chaude522 et du pain froid ?

320À cause de la relation funeste qu’il entretenait avec de mauvais amis, à cause de commensaux nuisibles et de compagnons ignorants, il avait exposé sa vieille principauté au vent mauvais.

321Mais revenons à notre sujet !

  • 523 Cf. AS p. 359.
  • 524 Il est fait allusion à Gijaṭuddîn Kaihosrau III et à Gijaṭuddîn Mas ҅ûd II.
  • 525 AS p. 359 n’indique pas le nom et laisse un blanc. Mais, cf. Houtsma, Recueil III p. 359.
  • 526 Pour Erzindjâni il y a in AS p. 359 : Ṭuġrâ’î.

322Le lendemain, le roi entra dans la ville avec l’aide de Dieu et de l’armée. Lorsque les territoires d’Erzindjân furent livrés au sultan et nettoyés523, il les attribua au malik Ghiyât al-Dîn Kay-Khusraw, le grand-père des sultans de notre époque524, auprès de qui il dépêcha Mubâriz al-Dîn Ertöküsh en tant qu’atabeg et attribua à tous deux beaucoup de trésors et des troupes innombrables. Comme l’illustre âme du sultan était troublée à cause de Kâmil et des fils de ҅Âdil, il attribua au malik ҅Izz al-Dîn, arrière petit-fils du malik ҅Âdil, la succession au trône et demanda aux émirs de prêter serment. Mais il attribua le pays de Syrie au malik Rukn al-Dîn525 qui descendait de la princesse ҅Âdila. Niẓâm al-Dîn Aḥmad Erzindjâni526 improvisa un quatrain sur cette attribution :

  • 527 Jeu de mots avec Šâm = Soir = Syrie.
  • 528 Cf. AS p. 359.

Pour l’amour de la Syrie527 tu as illuminé le matin.
Comme tu as établi la coutume d’Alexandre le Grand,
Au soleil tu as attribué la bannière royale,
Et des coutumes de la grande royauté tu as fait la loi528.

  • 529 Şarkî (Şebin) Karahisar. Cf. EI : ḳara Ḥiṣâr. MB : L’ancienne Colonia. Cette ville se situe en Arm (...)

323Lorsque le sultan en eut fini avec cette importante affaire qu’était Erzindjân et avec le blocus des forteresses, il ordonna à l’armée : « Allez à Erzurum et à Kôġônîya529 afin que nous constations quelle route vont emprunter le malik Rukn al-Dîn Djahânshâh et le malik Mużaffar al-Dîn Muḥammad, et comment ils vont se comporter envers nous. »

  • 530 Plusieurs provinces étaient déjà tombées dans la main du sultan, AS p. 360.
  • 531 Malik Ruknuddîn offrit sa totale soumission avec toutes les conséquences, AS p. 360.

324Lorsque le malik Rukn al-Dîn apprit que les troupes530 approchaient, il vint à leur rencontre, marchant du pas lourd d’un sujet au coeur modeste et fit apporter à l’armée de nombreux présents. Il dépêcha l’un de ses émirs qui apporta au sultan un trésor ainsi que le message suivant : « Je ne suis qu’un serviteur désemparé. Si l’assassin d’Erzindjân s’est montré rebelle, il a bien trouvé sa punition et son châtiment. Je resterai à votre service aussi longtemps que je vivrai et je ferai courir le cheval de la sincérité sur le chemin de l’amour qui mène au sultan. Je garde espoir que le sultan récite ce verset (Coran, VI, 164) à propos de mon caractère : “Nul ne portera le fardeau d’un autre” et que, à cause du péché de Dâûdshâh531, il ne me punira pas, moi, son serviteur qui n’ai pas péché. »

325Lorsque l’émissaire arriva auprès du sultan, il lui fit part oralement du message et lui offrit les présents. Le sultan, dans sa grande magnanimité, accorda à Rukn al-Dîn toutes les faveurs de ce monde et, comme il le souhaitait, lui attribua Erzurum. Puis, le sultan donna l’ordre selon lequel l’armée ne devait pas se livrer au pillage dans la province de Rukn al-Dîn, ni y ramasser du butin.

La conquête de Kôġônîya et la destitution du malik Muzaffar al-Dîn532

  • 532 Muẓaffaruddîn Muḥammad, AS p. 361.
  • 533 L’atabeg Mubârizuddîn Ertoquš, AS p. 361.
  • 534 Şarkî (Şebin) Karahisar.
  • 535 Cf. AS p. 362 et Houtsma, Recueil III p. 394.
  • 536 Cf. Taeschner, Wegenetz II p. 26.
  • 537 Cf. Ramsay p. 311 sqq et l’index. Centre militaire à l’époque byzantine, aujourd’hui Efsûs dans la (...)
  • 538 Cf. EI : Aṣḥâb al-Kahf et Taeschner, Wegenetz II p. 40.
  • 539 Il s’agit d’un rejeton de la dynastie des Mengüǧek oġullary, Muẓaffaruddîn Muḥammad b. Behrâmšâh. (...)

326Le sultan ordonna que l’atabeg Ertöküsh533 se mît en route avec une puissante armée pour aller faire le siège de Kôġônîya534 et prendre cette forteresse par la paix ou par la force. Lorsque l’atabeg Ertöküsh arriva le premier jour devant la forteresse, des combats violents eurent lieu et beaucoup de gens, d’occupants de la forteresse et d’assiégeants furent tués. Le malik craignit des tiraillements au sein de la forteresse et donc une issue défavorable, bien qu’il disposât d’innombrables provisions et que des citernes pareilles à des mers roulant leurs flots eussent été aménagées. C’est pourquoi il dépêcha un émissaire auprès de l’atabeg afin qu’il intercédât auprès du sultan et que le sultan lui attribuât en compensation de la perte de la forteresse un fief iqṭâ‘ dans l’empire-bien-gardé. L’atabeg envoya des messages au sultan qui s’en réjouit et s’informa sur l’ampleur du bon sens et des capacités du malik Mużaffar al-Dîn, à qui, en compensation de Kôġônîya, il attribua Rammân535 et Nahr Kâlî536 qui se trouve dans le territoire de Syrie, et aussi Arabissos537 qui est le lieu d’origine des Sept Dormants et le siège du Daqiyânûs538. Il lui attribua encore Kirşehir-La-Bien-Gardée comme fief iqṭâ‘, exempté d’impôts et de charges. On rédigea à ce propos un contrat et un décret de nomination que le sultan fit parvenir à Mużaffar al-Dîn539 et à ses trois fils, Fakhr al-Dîn Sulaymân, ҅Izz al-Dîn Siyâvush, Nâṣir al-Dîn Bahrâmshâh, par des émissaires qui leur apportèrent aussi de précieux vêtements honorifiques.

  • 540 Il se rendit tout d’abord auprès du sultan pour faire le baisemain, AS p. 362.

327Lorsque Mużaffar al-Dîn vit le titre de nomination et le contrat, il fut soulagé et se réjouit. Il libéra la forteresse et, le cœur joyeux540, se rendit à Kirşehir-La-Bien-Gardée où il passa le reste de sa vie en toute quiétude. Il est vrai qu’il refusa la demande en fiançailles faite par le prince Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw avec l’une de ses filles et dit : « Le prince est infâme et son esprit est dérangé. Il n’est pas digne de devenir le gendre de notre dynastie. » Comme on respectait et honorait le malik, le sultan n’exigea même pas qu’on le réprimandât, mais plutôt qu’on lui présentât des excuses.

  • 541 ‘Alâ’uddîn Kaiqobâd Ier la libéra ensuite.

328Observant le droit de la charia, la fille innocente du malik fut conduite au harem du sultan541. Après sa mort, ses fils furent bien considérés par les sultans de Rûm.

Le sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] dépêche Ghiyât al-Dîn Kay-Khusraw pour exercer la souveraineté sur Erzindjân

  • 542 Artaxerxes Longimanus, roi de Perse de la Maison des Achéménides.
  • 543 Shapûr Ier, roi de Perse, de la Maison des Sassanides.
  • 544 Émissaires de la cour du calife, d’Azerbaïdjan, de Syrie et d’Égypte, AS p. 364.
  • 545 Tout d’abord à Kayseri et à Qobâdîya, AS p. 364.

329Lorsque le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier en eut terminé avec la conquête des forteresses, il tourna bride pour se rendre à Sivas-La-Bien-Gardée. Il donna l’ordre à Mubâriz al-Dîn Ertöküsh de faire les préparatifs afin que Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw pût y exercer la souveraineté. Il se rendit dans l’arsenal et, avec l’approbation de Nadjm al-Dîn aṭ-Ṭûsî, on prépara les armes nécessaires que l’on rassembla. Si Behmen542 et Shapûr543 avaient pu ressusciter d’entre les morts, d’étonnement et de honte ils se seraient mordus les doigts en voyant la nature de ces armes. Lorsque les armes furent rassemblées et apprêtées, sous d’heureux ascendants, il se mit en marche avec d’innombrables troupes vers ces territoires. Lorsqu’ils arrivèrent dans ces territoires, le malik pressa le pas, prit place sur le siège honorifique du bonheur, étendit le tapis de la justice et de la compassion et honora tous les gens en les traitant aimablement. Lorsque le sultan apprit comment le malik traitait ses sujets avec bonté, il doubla les subsides pour sa personne bénie. Après que Ghiyâth al-Dîn fut entré à Erzindjân, le sultan resta encore quelque temps (à Sivas) pour répondre aux émissaires venus des divers territoires du monde544. Puis, il partit pour Qubâdhabâd, Antalya et Alanya où il séjourna du début de l’automne jusqu’en avril545.

Le cadi Mudjîr al-Dîn Ṭâhir b. ‘Omar al-Khwârizmî se présente en tant qu’émissaire du sultan Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh

  • 546 Dans le texte il y a devant sulṭân encore le mot šahîd qui désigne, comme on le sait, non seulemen (...)
  • 547 Ǧalâluddîn Manguberti, le dernier Ḫvârezmšâh (1220-1231 ap. J.-C.). Cf. EI et Zambaur p. 209.
  • 548 Il était bien membre de l’organisation de la futuwwa. Cf. Taeschner, Futuwwabünde.
  • 549 « Prince de la fidélité ».
  • 550 Cf. AS p. 138 et Houtsma, Recueil III p. 401.

330Lorsque le sultan546 Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh547 b. ҅Alâ al-Dîn Muḥammad b. Takash fut défait sur les frontières de l’Inde par l’armée des Mongols et tomba dans les tourbillons de l’Indus, dont il se sauva, Wafâ Malik, qui faisait auparavant partie des fityâns ordinaires548 de ce territoire, implora pour lui-même encore plus la faveur du sultan qu’il avait servi de façon louable. C’est pourquoi on lui attribua le surnom de Wafâ Malik549 ainsi que la souveraineté sur ce territoire. Le sultan arriva dans la ville de Maragha avec quelques troupes qui avaient été battues, qui avaient pris la fuite et s’étaient ralliées à lui. Depuis Maragha, il dépêcha le qâḍî’l-quḍât Mudjîr al-Dîn, qui faisait partie des plus éminents imams du Khwârezm, qui était célèbre pour sa connaissance de la dogmatique. On partageait aussi son avis dans les autres disciplines scientifiques. Il le dépêcha auprès du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh, pour établir des liens d’amitié, ce qui était extrêmement important pour lui. Il lui fit porter la lettre qui avait été rédigée par Shihâb al-Dîn Kôsevî550 :

  • 551 Cf. Uzinçarşılı, Medhal p. 146.

Tout d’abord voici mes propos élogieux : Je Vous salue, je Vous comble de louanges, je Vous adresse les souhaits nécessaires à Votre salut ! Puisse le zéphyr faire prendre conscience à Votre coeur de la pureté de la foi, de la constance de notre intention, des liens d’amour que nous voulons resserrer et de la maison de l’unité que nous voulons bâtir ! Puisse en cet instant l’auteur de cette prière trouver la marque de faveur auprès de l’illustre Majesté551, du puissant Sultan digne de l’époque de Djem et d’Alexandre. Que l’auteur de cette prière trouve aussi auprès de l’illustre Majesté du puissant Sultan, d’҅Alâ’ al-Dînyâ wa’d-dîn, du Pôle de l’Islam et des Musulmans, du Ciel des magnifiques qualités, du Soleil du Tout-Puissant, de l’Ombre de Dieu dans ces mondes, de la Fierté de la famille des Seldjoukides, du Roi des rois et des sultans, du Burhân (la preuve) du Souverain des Croyants – que le Sultan garde Sa majesté et soit un protecteur grâce à la protection que lui accordent les rois. Qu’il trouve aussi les marques de faveur, afin qu’il prenne part au bonheur d’être avec Vous et partager le souhait d’une future rencontre bienfaisante. Et que tout ceci puisse se réaliser et durer sous l’aile protectrice d’un destin heureux. Toute cette prière est si vaste que le calame, aussi affûté et agile soit-il, ne peut la présenter par la simple écriture, car l’écriture ne sert à rien tant qu’elle ne porte pas de fruits. Si le destin et le cours du temps changeants nous ont empéché d’échanger des lettres et de dépêcher des émissaires, aujourd’hui, en cette époque de la séparation, il ne reste plus aux amis que la consolation. Il est donc nécessaire qu’à présent nous nous efforcions de déchirer le voile du désaccord et de notre mésentente, afin que nous ouvrions la porte de l’amitié et de l’unité et que Vous et moi prononcions cette maxime : “Si tu es vainqueur, sois fidèle à l’amour que te porte un homme libre car il y a peu d’hommes libres en ce monde.” Si pour louer Dieu et Sa bonté et faire alliance, c’est devoir se soumettre, moi à Vous ou Vous à moi, la voie est ouverte qui mène à la guerre et au combat. C’est pourquoi il est nécessaire que nous soyons d’accord sur tout ce qui concerne la religion et notre communauté. Et l’homme le plus digne de ton amour et de ton amitié est celui qui est d’accord avec tout ce qui concerne ta religion et ta communauté. Parmi les souverains de l’Occident, c’est Votre illustre Majesté – puisse-t-Elle rester illustre – qui est le Protecteur de la Marche frontière et Celui qui vaincra l’incroyance et l’athéisme. Mais, dans les territoires d’Orient, c’est encore nous qui éteignons le feu des infidèles par l’épée limpide comme l’eau. Si, malgré les nombreuses particularités qui relient notre race, nous n’ouvrons pas la voie à des échanges amicaux, si nous ne nous engageons pas sur la voie de l’unité et si nous ne sommes pas unis pour en récolter les avantages et chasser les inconvénients,

Avec quelle sorte d’hommes pourrions-nous nous lier d’amitié,
Et quelle terre devrions-nous parcourir, le cœur empli de nostalgie ?

  • 552 AS p. 369.
  • 553 Nâ’ib. Cf. Uzinçarşılı, Medhal p. 99, note1 et p. 101 sq.
  • 554 A Kayseri, AS p. 370.

331Cette lettre est écrite depuis la ville de Maragha – puisse Dieu la rendre florissante – où se trouvent actuellement les étendards – puissent-ils être parés du bonheur de la victoire et du succès ! Elle est écrite par la bonté et la faveur de Dieu dans la dernière décade de joumada II – puisse cette période être pour Votre illustre Majesté le commencement du bonheur et l’aube de la joie. La situation de l’empire et les évènements qui ont lieu dans Votre pays méritent mille louanges et témoignent de l’heureuse faveur ainsi que du bonheur toujours plus grand que Votre illustre Majesté dispense – qu’Elle demeure illustre ! Les conditions du bonheur et les conditions effectives de la souveraineté sur le monde reposent sur la concordance de nos opinions, sur la puissance de la cohésion de notre communauté, sur l’obéissance due aux grands rois, sur notre lien avec les grands Khâns, sur le maintien des possessions dont nous avons hérité et que nous avons acquises et sur notre attitude monothéiste envers le nom de Dieu. Alors que nos étendards étaient absents de ces pays, une longue et large terre a été conquise par nos serviteurs dans les territoires de l’Inde et tous nos souhaits et tous nos projets ont eu pour seul but de nous venger des ennemis de notre religion et de guérir les cœurs des partisans de l’islam. Et nous sommes certains que Votre illustre Majesté – puisse-t-Elle demeurer illustre – se réjouira de la brillante et nouvelle situation de notre souveraineté et de notre empire, où les paysans et les artisans peuvent vivre en paix. En tant que partenaire, nous partagerons chaque instant de bonheur que nous pourrons offrir à Votre Majesté. À l’occasion de l’exposé de la situation552, nous avons entendu la plus noble Personnalité du monde, le Juriste, le Pilier de la souveraineté, le Protecteur de notre communauté, de la vérité et de notre religion, l’Honneur de l’islam et des musulmans, le Grand Savant de notre époque, la Finesse d’esprit de notre époque, la Fierté du Khwârezm et du Khorassan, le Prince des secrétaires d’état553, le Cadi des cadis des pays, le Père des rois et des sultans, le Ṭâhir – que Dieu lui conserve sa capacité et lui accorde son aide ! – qui est Celui qui peut relier les grands de ce monde, qui est la Quintessence des hommes célèbres et qui fait partie des anciens notables de la cour et des piliers de l’état – puissent-ils vivre éternellement ! – Lui, dont la compétence dans la maîtrise des affaires les plus grandes est reconnue, sera envoyé en cette cour, où Il sera accueilli de façon extraordinaire et familière. Par Sa langue il apportera des messages qui ouvriront la voie à nos conversations amicales, qui chasseront de nos coeurs la poussière de la méconnaissance de chacun d’entre nous ainsi que notre désaccord et qui témoigneront de la dimension de notre sincérité dont Il est parfaitement informé. Il considère qu’il est nécessaire de déchirer le voile qui nous sépare, de chasser la méconnaissance de chacun d’entre nous et d’ouvrir la porte du consensus et de l’unité, de sorte que l’échange d’émissaires et les requêtes de nos ambassadeurs puissent avoir lieu dans les meilleurs délais. Votre illustre Majesté voudra bien prêter avec bienveillance l’oreille à ses paroles qui ont été toujours rapportées aux rois et aux sultans et considérer que tout ce qu’il dit ainsi que son message émanent de nous. Il Vous présentera clairement et de vive voix nos souhaits ainsi que la façon dont nous menons nos campagnes ». Ainsi [Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh] dépêcha-t-il le [cadi Mudjîr al-Dîn Ṭâhir] auprès du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]554.

  • 555 Atabeg de Fârs, de la dynastie des Salġurides, mort le 18/05/1260 ap. J.-C. Cf. EI : Abû Bekr b. S (...)

332Le sultan l’honora grandement, faisant de lui son compagnon lors de sa promenade à cheval et déchira le voile de la méconnaissance de chacun d’eux. Afin de nouer des liens de parenté et matrimoniaux, il lui vint alors à l’esprit que l’on devait donner au malik Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw pour épouse une princesse du harem du sultan Djalâl al-Dîn, qui lui avait été offerte par la sœur de l’atabeg Abû Bakr b. Sa ҅d555, seigneur de Chiraz. Le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier donna, dans une lettre, la réponse suivante que Madjd al-Dîn Tughrâî Asadâbâdî avait rédigée :

  • 556 Ṣâḥib qirân. Cf. EI : Ṣâḥib qirân.
  • 557 Les Pléiades. Nom des sept filles d’Atlas, que Zeus métamorphosa en étoiles pour les soustraire au (...)
  • 558 Surnom du célèbre juriste musulman Abû Ḥanîfa. Cf. EI : Abû Ḥanîfa.
  • 559 Cf. la variante in AS p. 373.

Comme Dieu – Il est saint et sublime – a décrété et indiqué qu’il fallait réunir de somptueux joyaux et des actes merveilleux et extraordinaires dans le cœur et dans l’esprit de la Grande Majesté du puissant Sultan, du puissant Souverain, du Seigneur des fils d’Adam, du Deuxième Alexandre, du Seigneur de l’heureuse conjonction556 du monde, Djalâl ad-dunyâ wa’d-dîn, de la Gloire de l’Islam et des Musulmans, de Celui qui ravive la justice dans les mondes, la Manifestation de la vérité qui apporte des preuves, le Roi des Rois et des Sultans – que Dieu fasse se multiplier la descendance de Sa Majesté et lui fasse vivre dans les deux mondes ses espoirs et qu’Il détourne le mauvais œil de sa perfection par l’intercession de Muḥammad et sa famille – et que par la grâce de Dieu les preuves d’une totale faveur et une grande générosité ayant été serties dans l’éclat de la certitude, Il (le Sultan Djalâl al-Dîn) nous a bien indiqué par son souhait – selon la maxime “Celui qui nie que Dieu ne rassemble pas le monde dans une unité, n’appartient pas à Dieu” – que Sa Cour demande la réconciliation et la faveur de notre amitié. Cette réconciliation représentera le point essentiel pour dominer le monde et la condition de notre succès. Ainsi, les preuves et les actes d’amour, la faveur et la bienveillance à notre égard pourraient-t-ils être totalement attribués à Sa généreuse Majesté, non, plutôt à ce Paradis du bonheur. S’Il ne nous accorde pas Sa faveur, que ne le ferait-il à Son peuple ? Conformément à ces indications, Il a ouvert la voie de la correspondance grâce à l’intercession de l’homme sincère et s’est emparé de l’étendard qui nous amènera à respecter et à conforter les bases de notre amitié. Il ajouta la maxime : “Les chevaux arabes ne se laissent pas arrêter avant d’être arrivés”. Lorsque cette sublime lettre, qui nous a comblés de satisfaction et de fierté, nous est parvenue, l’amitié qui se dissimule sous nos côtes et dans notre poitrine couvait dans notre cœur, et la langue de flamme, brûlante de nostalgie, s’éleva jusqu’à Sorayâ557. Ô, en ces temps écoulés, pourquoi n’y a-t-il pas eu un jour où nos tentes ne fussent dressées à côté de Vos tentes ! Depuis que l’on entend sans cesse parler du cortège des étendards victorieux qui se vengent de ces maudits infidèles et qui apaisent le cœur des gens de notre religion, notre souhait d’établir des relations amicales s’est affermi, car la grande Majesté du puissant Sultan, qui est mû par de nobles intentions, a pris connaissance des bonnes nouvelles concernant cette noble intention et les souhaits apportant le bonheur. D’heure en heure, notre désir s’accroissait avec audace de voir se mettre en place une correspondance. Mais le Sultan n’ignore pas que l’Homme sincère que Vous êtes, est en guerre contre les quatre points cardinaux, sous la menace de l’épée, hiver comme été. C’est ce que Votre Grande Majesté a exprimé dans Sa noble lettre. C’est aussi un prétexte suffisant pour que l’on nous ait devancé par ce courrier demandant de nouer d’étroites relations. Et, le second prétexte est que Dieu – Il est puissant – Vous ait accordé la grâce d’avoir été le premier à nous écrire et ainsi de Vous être distingué. En conséquence, ces gages d’amitié et de faveur ont parlé à notre cœur. Nous opposer maintenant à la raison de notre cœur serait une entreprise hasardeuse. Comme Dieu a permis que nous établissions des contacts amicaux, Vous serez donc à l’avenir sans cesse dérangé par nos lettres. Dans notre pays-bien-gardé est arrivé Mudjîr ad-daula wa’d-dîn, la grande Personnalité du monde, le Protecteur de l’Islam et des Musulmans, Celui qui apporte son aide aux rois et aux sultans, l’Éclat de la puissance qui assujettit, la lumière de la communauté resplendissante, l’Élu du puissant Califat, le Roi des Rois, le Nâ’îb, l’Exemple pour les grands et les dignitaires, le Nu ҅mân558 de notre temps, le plus Grand parmi les grands du Khwârezm et du Khorassan, la Fierté du monde, le Ṭâhir – Dieu fasse que Son autorité perdure et que Son savoir soit Son vrai compagnon ! – et Il nous a transmis par sa bouche les nobles messages. De Sa main, nous acceptons les nombreuses marques de faveur qui contiennent en germe la pureté de la foi. Et, pendant ces quelques jours, où Il a séjourné auprès de nous, Il a ravi les cœurs en dépeignant les nobles qualités du Sultan et Il a affermi les âmes par ces marques de faveur royales. Mais on a donné pour mission à l’émir Sipehsalâr Ṣalâḥ al-Dîn de Vous apporter notre réponse. Nous espérons que, lorsqu’il lui sera permis de se présenter à Votre illustre Majesté, Vous accorderez Votre confiance à tout ce qu’il dira et présentera, que Vous apprécierez le discours de cet homme sincère, afin que Vous puissiez consolider les bases de cette cordialité que Vous avez initiée en vue d’un échange d’opinions et d’une correspondance continue, et, selon la maxime : “Si dans ce que tu vois il y a de la grâce, alors Dieu t’aura fait bien grandir559”, et que cet homme sincère fasse preuve de constance sur la voie du service et atteigne la voie qui conduit à la relation ! Salutations.

  • 560 Ahlat, sur la côte Nord-Ouest du Lac de Van.
  • 561 Ǧalâluddîn, AS p. 373.

333Lorsque le cadi Mudjîr al-Dîn arriva à Sivas, il fut atteint d’une maladie mortelle et, à cause de ses souffrances, il prit congé du palais du monde éphémère. Ṣalâḥ al-Dîn se chargea d’apporter les présents et les dons et vint dans le territoire d’Ahlat560 au moment où le sultan561 s’apprêtait à assiéger cette place.

Des émissaires du sultan Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh se présente pour la deuxième fois

  • 562 Ṭaštdâr ou Ibrîqdâr est une fonction bien connue à la Cour des Grands Seldjoukides. Le détenteur d (...)
  • 563 AS p. 374.

334Le Sultan Djalâl al-Dîn chargea le malik Djamâl al-Dîn Farûkh, le tashtdâr562, qui avait fait partie des favoris de son père, et aussi Djamâl al-Dîn Sâvdji et Nadjm al-Dîn Abû Bakr Djamî, d’apporter la réponse à l’ambassade de Ṣalâḥ al-Dîn. Il nomma deux émirs parmi les grands émirs du Khwârezm qu’il chargea d’apporter les présents dont il disposait à cette époque et qui étaient entreposés dans le trésor et dans l’arsenal. Il leur dit comment rendre les honneurs au rang de sultan et leur précisa qu’ils devraient faire preuve d’une politesse raffinée envers son rang563.

335Conformément à l’ordre qu’ils avaient reçu, ils atteignirent les frontières du pays de Rûm où le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier séjournait (alors) à Alanya. Des guides les conduisirent dans la montagne où ils traversèrent des défilés aux chemins difficiles. Puis, ils franchirent un paysage de rochers si dangereux que même l’aigle n’aurait songé à le franchir dans son sommeil. Ils firent avertir le sultan de leur arrivée prochaine. Le sultan ordonna que quelques grands émirs se rendissent avec des chevaux à leur rencontre pour les accueillir et les faire séjourner en un lieu agréable.

  • 564 MB : en persan : nilfam.
  • 565 Kamâluddîn, AS p. 375.

336Cinq jours durant on s’occupa d’eux. On leur fit écouter de la musique et les gobelets s’entrechoquèrent, afin qu’ils pussent oublier la poussière du voyage et se remettre de ce voyage épuisant et plein de dangers. Le sixième jour, lorsque le roi éclatant de soleil sortit du dôme indigo564, le sultan ordonna à Kamâl Kâmyâr565 et à Żahîr al-Dîn l’Interprète de se rendre auprès de ses hôtes, de leur demander comment ils se portaient, de leur témoigner son estime, de les interroger sur les difficultés de leur voyage dues à la négligence de leurs guides, et de les inviter à venir auprès du sultan.

  • 566 Le Sultan fit demander à Ẓahiruddîn de s’enquérir de leur santé. (Il ne le fait donc pas lui-même  (...)

337Lorsqu’ils arrivèrent au palais du sultan, ils furent saisis d’étonnement et d’admiration malgré leur suffisance et la conscience de leur propre valeur. Décontenancés, ils mirent front à terre. Le sultan se releva quelque peu de son siège, pour leur témoigner sa faveur566. Alors, ils lui présentèrent la lettre et transmirent leur message. Après avoir rempli leur mission, ils regagnèrent leurs quartiers. Pendant une semaine on leur fit preuve d’amabilité et d’honneurs. Le huitième jour, le sultan ordonna que l’on apprêtât le festin et que l’on allât les inviter. Selon la tradition de Djemşîd, il prit place sur le trône d’or, orné de joyaux, que l’on avait érigé pour recevoir en audience les grands ambassadeurs. Il se coiffa de la couronne kayqubâdhique et, après avoir loué le seigneur des mondes et adressé des bénédictions à la tombe du Seigneur des Prophètes, il dit aux ambassadeurs :

  • 567 Hadith qui est imprécis. Cf. Sujûṭî, al-Ǧâmi’ p. 132.
  • 568 In AS p. 378 le passage manque, comme la plupart des passages que l’on devait remplir ultérieureme (...)
  • 569 Le père du sultan Ǧalâluddîn Ḫvârezmšâh.
  • 570 Ceci doit être lu conformément à AS p. 380 et Oġuznâme, f. 236, 11.

338« Dites au sultan Djalâl al-Dîn, au combattant pour la foi, que l’ami sincère que je suis, est prêt à le servir de maintes manières et relatez-lui que la chaleur du chaudron qui nous pousse à le rejoindre au lieu de la halte, où nous nous rencontrerons, est chaque jour plus vive et est pareille à ses sentiments de bienveillance. Assurez-le de notre plus grand souhait et aussi de la quintessence de nos pensées, et que le sultan vienne passer plusieurs jours dans les campagnes de Rûm pour se promener, se reposer et faire reposer les chevaux des troupes et les mulets de ses serviteurs, après que l’épée de la vengeance, qui aura exterminé les adversaires en Abkhazie, aura regagné son fourreau et que loin de lui sera sa sublime pensée de vouloir conquérir le territoire de Tiflîs. Alors, après notre séparation pourrait suivre une rencontre. Et même si le calice de la puissance de cet ami sincère est peut-être trop petit pour satisfaire cette haute personnalité, nous serons tout de même prêt à le servir. Comme il s’est avéré que, dans ce cas précis, le sultan Djalâl al-Dîn est tombé dans le piège de la tromperie préparé par des gens malveillants alors qu’il se proposait d’assiéger la coupole de l’islam d’Ahlat, il semble que son projet ne soit pas compatible avec la raison humaine. Conformément à l’ordre : “Ordonne ce que tu approuves et interdis ce que tu désapprouves567”, j’attire son attention sur le fait qu’il vaudrait mieux que nous empruntions avec l’armée des Tatares la voie de la bonne intelligence et que le sultan, si possible, frappe à la porte de la discussion pacifique. Nous allons envoyer des émissaires au ilkhân568 et nous devrons demander pardon pour le salut de tous les musulmans à cause de la précipitation dont a fait preuve le défunt sultan ҅Alâ al-Dîn Muḥammad569 pour quitter ce monde – que Dieu illumine sa tombe ! Alors nous pourrions espérer éteindre la braise du malheur par la douceur de nos propos et par le don d’argent. Que le sultan sache que nous mettrons sans aucun doute la théorie en pratique. Et, comme le puissant sultan sera partie prenante dans cette affaire, il semble tout indiqué de faire parvenir ces propos à son illustre oreille. Si le sultan fait de l’achèvement de son grand œuvre le fondement de sa propre existence, qu’il ôte de son esprit l’intention de faire couler le sang des Arméniens et d’occuper ces territoires et ces lieux. Qu’il fasse retirer ses troupes, qu’il les conduise à Arrân et qu’il envoie à l’armée des Mongols des émissaires afin de demander un armistice et la paix. Il voudra bien s’obliger à ne pénétrer en aucune manière dans le pays des musulmans, que ce soit par hostilité ou par vengeance, ce qui serait en soi digne de reproches et qui ne pourrait que conduire au malheur. Il pourrait alors se libérer du déclin qui l’assaille et ne pas devoir manger le pain du déclin. Pour ma part, je ne refuserai, autant que possible, ni les joyaux, ni l’or, ni l’argent, ni d’autres services. Si, écoutant la parole de gens jaloux, le sultan devait se fermer à ces conseils, qu’il considère que ceux-ci étaient nécessaires, ne serait-ce que pour le salut de la communauté des musulmans et pour la souveraineté sur le monde. Nous voudrions donc réciter ce verset du Coran (XLIX, 9) : “Si deux groupes de croyants se combattent, rétablissez la paix entre eux. Si l’un d’entre eux se rebelle encore contre l’autre, luttez contre celui qui se rebelle, jusqu’à ce qu’il s’incline devant l’Ordre de Dieu. S’il s’incline, établissez entre eux la concorde avec justice” et considérez comme juste de faire ce qui est utile et de rejeter ce qui est nuisible. Même si un évènement malheureux devait se produire, nous aurions au moins accompli le devoir que Dieu le Sublime nous avait confié et nous nous en aurions donné la peine570. Et, si le visage de la victoire devait finalement apparaître derrière le rideau de l’Invisible, c’est ce que nous souhaitons. Et celui qui commence est plus fort ».

  • 571 Cf AS p. 380 et aussi Oġuznâme, f. 236, 17.
  • 572 Cf. AS p. 380 et Oġuznâme, f. 236, 1. Il faudrait traduire par « message à délivrer ». Cf. Firûzâb (...)

339Lorsque les émissaires se présentèrent pour prendre congé, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier ordonna à Altunabeh, le tshashnegîr, de lui rapporter la réponse et donc de faire les préparatifs nécessaires pour le voyage571. Porteur des exhortations572, il ne devrait pas s’arrêter, ne serait-ce qu’une minute derrière la montagne. Puis, il ordonna que mille cavaliers courageux se distinguant par leur haute stature, par la force de leur corps et par la beauté de leur visage accompagnassent Altunabeh. Lorsque tout et tous furent prêts, ils se mirent en route, détournant leur joue de l’illustre roi.

340Lorsque le campement aux tentes bien alignées fut dressé, on fit savoir au sultan Djalâl al-Dîn Kwârizmshâh que des émissaires venus du pays de Rûm étaient entrés [dans le pays] avec une armée bien équipée. Alors, le sultan ordonna aux grands émirs du Khwârezm et aux héros de la guerre, de se rendre avec les chevaux de la garde du corps au-devant [d’Altunabeh] afin de l’accueillir. Conformément à l’ordre qu’ils avaient reçu, ils accueillirent l’émir Shams al-Dîn Altunabeh et ils ne manquèrent pas de lui rendre les honneurs. Un peu plus tard, arriva la suite des émissaires avec ses chargements, ses chameaux, ses mulets, ses ustensiles, ses tentes, ses fourneaux et ses enclos et aussi avec deux cent chameaux qui tiraient les charriots contenant le trésor, les ustensiles de cuisine, les tentes d’apparat et celles destinées à partager la boisson. Et cent mulets portaient des dinars d’or, des vêtements honorifiques de cour et des objets en or. Tous les Khwârizmiens s’étonnèrent alors et louèrent le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier :

« Il est vrai ! Ce padischah qui choie ses serviteurs
Mérite bien un royaume ! »

341Avant d’arriver dans le territoire d’Ahlat, l’émir Shams al-Dîn simula la goutte. Il s’était enduit le corps d’un faux onguent et s’était assis sur une chaise à porteurs, afin qu’arrivé auprès du sultan, on lui pardonnât de ne pas mettre front à terre. Le lendemain le sultan Djalâl al-Dîn fit venir à lui les chefs de l’armée du Khwârezm et fit orner et décorer la salle d’audiences de la plus délicate façon. Fakhr al-Dîn ҅Alî Sharaf al-Mulk Khwârizmî détenait certes la fonction de vizir, mais lors de ces journées, où il accueillit Altunabeh, il remplaçait le trésorier et, la massue à l’épaule, il recevait les questions et les réponses données par les émissaires. Voilà que l’on amena Shams al-Dîn assis sur sa chaise. Lorsqu’il arriva dans la salle d’accueil, il présenta ses excuses car il ne pouvait pas baiser le sol. On le lui pardonna. Alors, il exécuta le baisemain et remit la lettre du sultan. Après avoir rempli son devoir d’émissaire et s’être retiré dans sa tente, il fit venir les émirs du Khwârezm, fit apprêter un festin royal. Les émirs du Khwârezm s’étonnèrent devant cette abondance, cette richesse et cette magnificence. Ainsi, furent-ils occupés pendant un mois à rien faire d’autre que des promenades à cheval, qu’écouter le son des instruments à cordes et que boire le vin qui faisait du bien au corps.

342Un jour le sultan Djalâl al-Dîn dit à ses grands dignitaires : « Jusqu’à ce jour nous n’avons pas fait acte de politesse ni témoigné notre amabilité envers l’émissaire de Rûm. C’est pourquoi je suis d’avis que nous organisions un festin pendant lequel il nous faudra le traiter aimablement. » Mais tous dirent d’une même voix : « Ils ont tellement d’ustensiles pour apprêter un festin qu’un souverain n’en disposera pas d’un dixième au cours de sa vie. Et ils ont des mets qui font du bien au corps et du vin d’un rouge rubis qui chasse le chagrin. Il nous faut faire attention à notre honneur et il ne convient pas de semer les graines de cette tentation. »

343Comme le séjour du tshashnegîr se prolongeait indéfiniment, le sultan ҅Alâ al-Dîn considéra son séjour d’un mauvais œil. Il dépêcha Kamâl al-Dîn Kâmyâr avec des coursiers, afin qu’il lui fît part précisément des circonstances. Lorsque Kamâl al-Dîn fut arrivé auprès du sultan Djalâl al-Dîn et qu’il eut frappé à toutes les portes, il ne fut pas à même de savourer un seul geste de paix dans les discours. Il obtint d’accéder à la cour et demanda que l’on mît fin à l’ambassade. Le sultan répondit à cette demande et, concernant Ahlat, donna des réponses qui manquaient de franchise et qui étaient un salmigondis de choses futiles.

  • 573 Dans cette sorte d’inventions quand on les énumère,
    Rien n’est bon, ni pour l’arc ni pour les flèc (...)

Dans cette espèce de trouvailles mensongères et de fausses histoires,
Quand on les compte, elles ne sont bois ni pour arc ni pour flèches573 !

  • 574 Ancien français bagues = bagages.

344« Si la poussière de la mauvaise humeur venait à se poser sur le cœur du sultan à cause de cette tentative d’intercession, puisse cette poussière être aussitôt dissipée par l’eau des excuses que nous apporterons. Mais vous, retournez chez vous en bonne santé et témoignez de ma sincère volonté de servir. Nos émissaires vous suivront bientôt, vous apportant des documents concernant le contrat ainsi qu’une réponse détaillée à votre ambassade ». L’émir Shams al-Dîn et l’émir Kamâl al-Dîn firent leurs adieux au sultan et se mirent rapidement en route. Après avoir ramené leurs bagues574 depuis le campement des Khwârizmiens jusque dans la steppe et qu’ils eurent voyagé pendant deux jours, ils abandonnèrent leur suite et se hâtèrent, ainsi allégés, de rejoindre le palais du sultanat de ҅Alâ al-Dîn. Sur leur chemin, à Erzurum, ils virent Rukn al-Dîn Djahânshâh. Ils lui dirent de ne pas fréquenter ces ennemis qui se faisaient passer pour amis et de ne point se départir de l’amitié et de la sympathie portées au sultan. Il s’y engagea aussi. Ils n’avaient pas encore atteint Erzindjân qu’il s’était rallié au sultan Djalâl al-Dîn et l’incitait à se mettre en marche contre l’empire de Rûm.

  • 575 Ayoubide, Cf. EI : al-Malik al- Kâmil I.
  • 576 Il s’agit du čâšnîgîr émir Mubârizuddîn Čavly, du kondestabl Asaduddîn, connu sous le nom de Ayâz- (...)
  • 577 ‘Ala’uddin Kaiqobâd Ier avait pour épouse une soeur du malik Kâmil et du malik Ašraf.
  • 578 Ville de Mésopotamie entre Edesse et Ra’s al-҅Ain, Cf. EI.
  • 579 Le malik Ašraf était passé par Ḥarrân et annonça au sultan son arrivée, sur quoi le sultan se hâta (...)

345Lorsque le sultan eut appris ces évènements, il se prépara à résister et à combattre et il dépêcha Kamâl al-Dîn Kâmyâr afin de convoquer le malik Kâmil575 et les autres fils de ҅Adil. En outre, il ordonna que, par précaution, dix mille cavaliers conduits par le tshashnegîr, par le kondestabl, par Mubâriz al-Dîn ҅Isâ et par Nûr al-Dîn Kemaḫî576 se rendissent dans le territoire d’Erzindjân, où ils devraient contrôler les défilés. Lorsque Kamâl al-Dîn Kâmyâr arriva auprès du malik Kâmil et d’Ashraf, ces derniers tergiversèrent dans un premier temps, ne donnant pas de réponses claires. Les réprimandant, Kamâl al-Dîn délia sa langue et dit : « Si, dans cette circonstance, vous n’apportez pas votre appui, il ne sera pas nécessaire d’avoir des remords ni de grincer des dents, si demain – que Dieu nous en préserve ! – un malheur arrive et si vous voyez le harem du sultan577 entre les mains d’étrangers. » Ces paroles leur coupèrent le souffle. Ils tombèrent aussitôt d’accord et levèrent des troupes. Puis, le malik Kâmil se rendit jusqu’à Ḥarrân578 avec une puissante armée. Lorsqu’il fut à Ḥarrân, des émissaires arrivèrent depuis l’Égypte. Ils lui relatèrent que les Francs avaient débarqué sur la côte avec plus de cent mille cavaliers et qu’ils se mettaient en route pour combattre les musulmans. Le malik Kâmil fit prestement demi-tour et envoya au sultan une lettre d’excuses. Lorsqu’il arriva, le Créateur sublime lui accorda la victoire et il anéantit les infidèles. Mais il dépêcha le malik Ahsraf, le malik Djawâd, le malik Ghâzî, le malik Mughîth et le malik ҅Azîz auprès du sultan579.

Le sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] accueille le malik Ashraf. Leur rencontre. Dieu le Sublime, aie pitié de ces deux hommes !

346Pour loger le malik Ashraf le sultan ordonna que l’on dressât dans une prairie, sur la rive du ruisseau, un palais haut comme une montagne dont la tour de guet devrait saisir le ciel d’étonnement. Il ordonna aussi que l’on aménageât une salle pour le trésor, une salle pour les tapis, une salle pour les ustensiles de cuisine, une salle pour le vin et une cuisine équipée d’un immense trésor que sont ses ustensiles en or dignes d’un souverain. Le sultan alla lui-même accueillir son hôte. Lorsque le baldaquin du sultan fut en vue, le malik Ashraf descendit de cheval et s’approcha du roi avec respect. Lorsqu’ils furent tout près l’un de l’autre et que le sultan vit le malik Ashraf s’approcher à pied, il descendit aussi de cheval. Le malik Ashraf mit plusieurs fois front à terre. Puis, ils remontèrent à cheval après s’être donné l’accolade. Le sultan lui rendant hommage, s’exprima ainsi : « Le malik m’a fait l’honneur de venir et de m’honorer de sa présence. Il faut espérer que sa venue, qui est utile, et que les bénédictions qu’offrent ses étendards magnifieront encore plus notre palais. » Le malik descendit à nouveau de cheval et mit à nouveau front à terre. Le sultan ordonna que l’on présentât un mulet à la robe gris clair, aux sabots légers et paré de tout son harnachement. Le malik remonta à cheval et ils engagèrent la conversation, l’émir Kamâl al-Dîn faisant l’interprète. Arrivés dans la prairie, le sultan ordonna que les grands dignitaires de l’état accompagnassent le malik dans la tente où l’on allait le servir. Le malik pénétra dans la tente. Tant de choses succulentes y avaient été servies que ses yeux s’écarquillèrent d’avidité. Puis, lorsqu’il quitta le festin et se dirigea vers sa chambre, il comprit d’après l’aménagement digne d’un sultan qu’il s’agissait d’un lieu de repos royal, avec ses cuvettes, ses aiguières en or, ses braséros, avec ses baignoires de voyage et avec ses pages au visage de soleil et à la chevelure parfumée au musc. Comme s’il chantait mille langues, il adressa des louanges au roi du monde. La fatigue du voyage le décida de prendre un bain. Puis, il se rendit nonchalamment dans la salle de réception et fit venir ses frères, les princes. Alors, arrivèrent les échansons qui apportèrent le nécessaire pour le festin et pour boire à souhait. Ce n’est que lorsque le vin pur se fit sentir dans le cerveau des convives et que les têtes joyeuses tombèrent de sommeil que les commensaux pensèrent à se séparer.

347Lorsque le lendemain les peintres du Tout-Puissant firent apparaître sur le voile du ciel les broderies du soleil serties d’or, le malik Ashraf et les autres princes se mirent en route et arrivèrent à la cour. Le sultan, sur son cheval, sortit du campement où se reposait la cour. Alors ils descendirent de cheval. Le sultan leur témoigna sa faveur et s’adressa à eux. Il présenta des excuses, pensant que, lors de leur arrivée, on ne les avait pas assez honorés. Ashraf descendit à nouveau de cheval et le sultan ordonna qu’on lui amenât un destrier de la garde du corps et il l’enfourcha. Le sultan fit preuve de mille faveurs à son égard et lui offrit des vêtements honorifiques, des présents, des titres et lui témoigna son respect. Puis il manda le malik Ashraf avec ses frères, le fit asseoir à ses côtés. Le temps était venu de boire le vin délicieux dans des coupes que l’on se passe de main en main. Lorsque le vin fit son effet, le sultan alla se reposer et permit au vizir de faire apporter au malik Ashraf, dès que celui-ci se dirigerait vers ses quartiers, la tente de la cour avec tous les ustensiles nécessaires pour un festin, ainsi qu’un précieux vêtement honorifique royal et un cheval rapide comme le vent, paré de tout son harnachement. Il lui permit aussi de faire preuve de faveur envers les frères du malik Ashraf afin que l’on se souvînt d’eux pour l’éternité. Celui, à qui les ordres furent donnés, les exécuta.

  • 580 Cf. note 196.

348Lorsque le lendemain les boutons des roses pourpres commencèrent à s’ouvrir parmi le jardin d’un bleu foncé, le sultan décida d’aller en la ville. Alors que l’on approchait de la porte de la ville, le malik descendit de cheval et jeta sur son épaule la chabraque du sultan580. Tous les autres princes de Syrie descendirent de même de cheval, se rendirent sur la lice auprès de l’étrier du sultan qu’ils accompagnèrent.

  • 581 Cf. note 422.

349Le sultan ayant eu envie de jouer au polo581, le malik Ashraf descendait de cheval toutes les fois que le sultan lâchait son maillet par mégarde et il essuyait la poussière de ce maillet avec une extrême prévenance. Puis, ayant déposé un baiser sur le maillet, il le remettait au sultan. Alors on avançait le cheval du sultan. Le malik baisait le sol et se remettait en selle.

L’expédition du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier], du malik Ashraf et des troupes – toujours – victorieuses582 à Yasitchimen pour combattre le sultan Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh

  • 582 De Sivas, AS p. 391.
  • 583 Ruknuddîn Ǧihânšâh.
  • 584 Coran, LXVIII, 42, La Pléiade, Gallimard, 1967 : « Le Jour où les jambes seront mises à nu », D. M (...)
  • 585 D’après l’aimable communication de Erich Bräunlich cette citation est moins tirée de la littératur (...)

350Le lendemain, lorsque le matin sincère apparut derrière l’horizon de l’Orient et que le Khosraw des planètes tira du fourreau son épée polie afin d’aller conquérir le monde, le roulement des timbales se fit entendre depuis le campement de la cour. Sous d’heureux auspices et en ce jour favorable le baldaquin-qui-illumine- le-monde s’ébranla. En une semaine le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier se rendit de Sivas à Akşehir avec ses nombreuses troupes. Lorsque le sultan Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh apprit que le sultan, le malik Ashraf, les autres princes et les rebelles du pays étaient entrés dans la plaine d’Akşehir avec leurs célèbres armées, il manda le seigneur d’Erzurum583 et lui présenta la situation. Ce dernier répondit : « À mon avis, nous devons nous positionner avant que cette armée n’atteigne Yasitchimen. Si l’on peut prendre cette place, la victoire et le succès se hâteront de franchir le seuil de ton palais. » Le sultan, envoûté par les paroles du seigneur d’Erzurum, se précipita tel le vent vers Yasitchimen. Le matin ils atteignirent la montagne de Yasitchimen et se mirent en quête d’eau et de fourrage. Lorsque les troupes qui étaient allées protéger les Marches frontières d’Erzindjân et surveiller les cols apprirent l’approche des étendards du sultanat et des princes de Syrie, elles rejoignirent le sultan. L’émir Mubâriz al-Dîn Čavly, avec l’accord des autres émirs, lança, en guise d’avant-garde, mille cavaliers sur la crête de la montagne. Lorsque la nuit tomba et que l’avant-garde était déjà éloignée de l’armée, les cavaliers se positionnèrent jusqu’au petit matin sur le sommet de la montagne. Le matin, ils se retrouvèrent au beau milieu de l’armée ennemie, si bien qu’une troupe de 100 000 cavaliers, qui étaient au service du Khwârîzmshâh, les encercla. Alors le combat dévoila son tibia584 (c’est-à-dire que le combat s’intensifia) ainsi que la méchanceté de son être et il avait en tête de faire couler le sang à flots585. Même si le Khwârizmien obtenait toujours plus d’appui et même si les troupes du sultan n’obtenaient aucun soutien et étaient peu nombreuses, elles combattirent âprement et firent boire le breuvage mortel à deux fois plus de soldats qu’elles n’en avaient elles-mêmes. Lorsque les carquois furent finalement vides et, que dans les coffres, il n’y eut plus de pointes de flèches, les cavaliers [du sultan ҅Alâ al-Dîn] furent contraints de descendre de leurs montures et de tirer l’épée pour se battre au corps à corps. Un grand nombre fut tué et pourfendu. On s’empara de quelques uns qui furent fait prisonniers. Lorsque les émirs, prisonniers de guerre, furent amenés devant le Khwârizmshâh, il ordonna que l’on fixât un carcan sur leur nuque jusqu’à ce que l’on connût l’issue du combat et le vainqueur. Puis, il manda le seigneur d’Erzurum et s’entretint avec lui sur la résistance de ce petit groupe. Le seigneur répondit : « Ces cavaliers représentaient tout le soutien de l’armée de Rûm. Comme par la grâce de Dieu ils ont été battus et se sont enfuis, comme ils ont été anéantis, demain, le pays de Rûm appartiendra au sultan Djalâl-al Dîn. »

351Quelques rares hommes qui revinrent du combat sains et saufs et qui connaissaient le chemin, rejoignirent l’armée du roi et relatèrent les évènements en détails. Le sultan ҅Alâ al-Dîn fit mander le malik Ashraf et (lui) esquissa la situation telle qu’il pouvait se la représenter. Le malik ne se laissa pas déconcerter par ces propos, fit montre d’une fermeté inébranlable et égale à celle d’une montagne et dit : « L’armée qui, dans un premier temps fut battue, renouera peu à peu avec le succès. Le chagrin ne doit pas assaillir le cœur du sultan, car par la grâce de Dieu et par la puissance du destin on pourra donner à cette troupe belliqueuse la réponse qui conviendra. »

L’avancée des étendards – toujours – victorieux du sultanat et la défaite de l’avant-garde Khwârizmienne

352Le lendemain, il envoya sur le front les troupes arabes avec un imposant groupe d’hommes dont la réputation n’était plus à faire. Le Khwârizmien avait à nouveau désigné une section de l’armée magnifique et resplendissante afin de se porter en avant et de récolter des nouvelles [du front]. Arrivés au milieu d’une prairie, les cavaliers voulurent descendre de cheval pour s’établir sur la rive d’un ruisseau. Soudain, l’avant-garde du sultan surgit et une mer d’épées commença à déferler. Sous l’affrontement et l’entrechoc des deux sections les crânes furent fracassés sous leurs casques et les corps déchirés sous leurs armures, telles les pistaches sous le pilon du mortier. Lorsque dans l’obscurité de la poussière le jour au corps blanc se transforma en une nuit noire, les étoiles des pointes de lances et les météores des pointes de flèches se mirent à produire des étincelles. Enfin la victoire montra son visage et l’armée khwârizmienne fit demi-tour. Alors, les guerriers de ce combat, tels des démons, poursuivirent dans un vacarme assourdissant ces fils de femmes désséchées et ils noyèrent sous la cascade des épées brillantes tous ceux qu’ils trouvaient, (Coran, VII, 119) : « Ils se retirèrent humiliés. » Lorsque le champ de bataille, qui ressemblait à la mer roulant des fleuves de sang jaillissant de leur cou fut nettoyé de ce qui restait des corps des ennemis et qu’ils disposèrent de l’eau et du fourrage, ils dépêchèrent un cavalier au campement du souverain afin qu’il annonçât la défaite de l’ennemi, la fuite de l’armée et les prises de fourrage et d’eau. Ils demandèrent aussi que l’étrier du sultan voulût bien les rejoindre. Alors, ils démontèrent la tente de cour et hissèrent les étendards. Puis l’armée, telle une montagne d’airain, se mit en marche et on dressa la tente du souverain sur cette prairie. Alors, le Khwârizmshâh apprit cette nouvelle. La sérénité abandonna son coeur et il se mit à faire des reproches au seigneur d’Erzurum.

La nouvelle défaite de l’avant-garde du Khwârizmien

  • 586 In Dictionnaire du Coran, Mohammad Ali Amir-Moezzi, Robert Laffont, p. 71 : « ... dès le début du (...)

353Le lendemain, beaucoup de troupes des deux camps se mirent en marche pour former leur avant-garde. Toute la nuit elles parcoururent les montagnes et la steppe. Lorsque l’armée indienne se fut à nouveau retirée et que le Khosraw des étoiles apparut sur le champ de bataille sous le cinquième climat, les deux troupes [ennemies] s’aperçurent soudain et se mirent en ordre de bataille. Ce furent les Khwârizmiens qui attaquèrent les premiers. Les pointes de flèches se plantèrent, tel le chagrin, dans les corps des dignitaires et des hommes. Grâce à l’aide apportée par les plumes de l’aigle ils firent jaillir de tous côtés les flèches à la pointe fine ou large, pareilles à des émissaires se hâtant, si bien que l’on fît entendre aux ennemis agiles et aux cavaliers de cette lice la tension de la corde de l’arc bandé ainsi que celle des bras des guerriers à la voix tonitruante. L’armée du roi fit preuve, lors de tous ces affrontements, de la solidité inébranlable des montagnes Ṯahlân et Ḥirâ586. Puis lorsque le déchaînement de la tempête se fut calmé, ils se ruèrent sur eux, tels les coups funestes du destin, tirant les fines lames des épées de leur fourreau et brandissant les hampes des javelots. Ils abattirent tous ceux qu’ils rencontrèrent. Puis, sur la vaste lice de cette bataille, ils jouèrent à la balle avec toutes les têtes de ces nombreux guerriers et de joie lancèrent leur coiffe vers le ciel. Ainsi le destin des Khwârizmiens s’était-il transformé en malheur, leur guerre en guerriers défaits et leur attaque en fuite. Des cavaliers et des soldats tombaient sans cesse à terre, résignés à [répondre à] la plus haute Volonté et les yeux pleins de larmes, car la vie les quittait. Etonné et impuissant, l’Ange de la mort planait au-dessus de l’afflux des âmes des guerriers tombés au combat. Tel le cœur des amants l’air fut agité par l’armée des âmes mortes qui, dans ce carnage, quittaient les corps des hommes venus d’Occident et d’Orient.

354Louant le Tout-puissant, l’armée du sultan rassembla de riches butins sur ce champ de bataille où elle demeura. On envoya un émissaire pour informer le roi des rois sur la situation. Le sultan ayant glissé ses pieds dans les étriers, l’armée-toujours-victorieuse adressa un chant de louanges au Créateur et s’ébranla. Ils arrivèrent sous d’heureux auspices au campement du roi conquérant-du-monde, que l’on avait dressé sur le champ de bataille où les Khwârizmiens avaient laissé leur vie.

355L’étonnement et le chagrin eurent tôt fait de donner une forte fièvre au Khwârizmshâh. Il se consumait telle la bougie posée au-dessus d’un cœur brûlant et attribuait aux mauvais conseils, que lui avait soufflés le seigneur d’Erzurum, ces évènements malheureux, les mesures inappropriées qu’il avait prises et son terrible malheur. Le seigneur d’Erzurum lui présenta secrètement ce conseil : « Empare-toi des hommes et des chefs qui ont cherché leur salut dans la fuite et qui sont arrivés ici, livre-les à l’épée du jugement, ôte-leur l’âme afin que ceux qui ont survécu puissent demeurer lors du combat pareils à la montagne inébranlable et puissent empêcher l’ennemi d’avancer. Et ce verset (Coran, XXXIII, 26) : “Il a jeté l’effroi dans leurs cœurs” sera alors leur prière. »

356Alors, de colère, il fit sortir sept cents hommes innocents des rangs de son armée et les fit décapiter sur le billot. À cause des paroles de ce flatteur, il assuma cette ignominie, cette méchanceté, ce forfait et cette bassesse qui le poursuivirent jusqu’au Jour du Jugement Dernier et firent de lui son plus grand ennemi.

Pour la troisième fois l’avant-garde du Khwârizmshâh fuit devant l’avant-garde du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]

  • 587 On ne peut guère attribuer une signification historique à ce passage car les différents mots sembl (...)

357Le lendemain, lorsque le roi des planètes baisa le sol au seuil de la porte du roi du monde selon la tradition suivie par ses serviteurs, et que lors du rassemblement des troupes du dragon de la guerre il déploya sur le champ de bataille de l’horizon la bannière aux couleurs pourpre et jaune, toutes les armées se mirent en marche. Et le padischah conquérant-du-monde, vint sur son noble coursier rapide comme le vent dans cette plaine qui réjouit les cœurs. Les troupes d’appoint et les troupes régulières587, qui arrivaient, furent surprises par la chaleur lourde, et l’air que les héros respiraient séchait leur bouche. Tous recherchaient l’eau ; ils recherchaient les sources et les ruisseaux qui coulaient sur cette steppe. Le sultan, qui, dans une intention guerrière, avait à jamais étanché la soif [de ses soldats] en offrant la boisson de la générosité, ne rechercha pas l’eau ni l’humidité des sols, mais se rendit au sommet d’une montagne plus grande que la magnanimité et l’affabilité dont on pouvait témoigner et laissa son regard parcourir les alentours. Sur toutes les plaines et dans toutes les vallées il vit la marée de tentes de l’armée ennemie et les soldats pullulaient telles des fourmis et des sauterelles. Une section de guerriers chevronnés attaqua les ennemis, suivis par quelque mille cavaliers. Il se produisit une immense mêlée et un bain de sang coula. Et, si le voile de l’obscurité ne l’avait empêché, aucun soldat des deux camps ne serait encore en vie. Bref, chaque section revint sur son campement. Et pendant la nuit les guerriers s’occupèrent à prendre des mesures et à faire des préparatifs en vue du combat. Ils affûtèrent la pointe de leurs javelots et aiguisèrent la lame de leurs épées, en attente des rayons du soleil. Cette nuit-là, le sultan prit les dispositions nécessaires. Après avoir fait ses ablutions rituelles, il adressa depuis son lieu de prière de ferventes prières au Tout-Puissant, et, communiant avec Dieu omniprésent, il s’écria : « Ô Dieu, montre-Toi ! », et implora Son aide.

L’affrontement des deux armées. La défaite du sultan Djalâl al-Dîn Khwârizmshâh. Le seigneur d’Erzurum et son frère sont faits prisonniers

  • 588 10 août 1230 ap. J.-C. In AS p. 403 sont indiqués le jour de la semaine, le jour du mois et le moi (...)
  • 589 Cf. AS p. 403.
  • 590 Il faut naturellement lire : gardand.

358Ce samedi du 28 ramadan de l’an 627588, alors que la lèvre de l’aube se faisait rieuse, que la joue du soleil se faisait éclatante, le sultan ordonna que toutes les troupes en armes se missent en marche et en ordre de bataille. Il fallait déterminer quelle serait l’aile gauche, l’aile droite, le centre et l’arrière-garde. Les lions du combat devraient agir au mépris de la mort et, aussitôt que la distance entre eux et l’ennemi aurait diminué, par exemple lorsqu’ils se seraient trouvés à proximité du campement, ils devraient attaquer conformément au verset du Coran (LIII, 9) : « Il était à une distance de deux portées d’arc – ou moins encore » et exécuter ce qui avait été déterminé et ordonné. Aussitôt, le son du roulement des tambours monta jusqu’à l’oreille de l’ange Gabriel. Et les emblèmes des bannières entamèrent un dialogue avec la lune et l’étoile Capella. Les lions ornant les bannières se mirent à trembler, comme le cœur de l’homme avide bat devant une pièce d’argent. Alors, le souverain enfourcha son coursier capable de traverser une mer. Du côté de l’ennemi on avait aussi remarquablement formé les rangs. Des troupes innombrables – plus de 100 000 – étaient en ordre de bataille. Le malik Ashraf vint auprès du sultan et dit : « Si le sultan chevauchait aujourd’hui un mulet plutôt qu’un coursier et si l’on attachait ce mulet à un cordage589, chaque renard de cette armée courageuse se transformerait en dix lions et avec ce renfort, ils vaincraient nos ennemis et chasseraient nos adversaires590. »

359Alors, on amena le mulet et le sultan l’enfourcha. Lorsque les rangs furent formés et que la bataille était sur le point de s’engager, le Khwârizmshâh se rendit sur une hauteur et jeta un regard sur cette mer noire de guerriers-toujours-victorieux. Alors, de chagrin, il poussa un profond soupir et dit : « Si cette armée était mienne et si avec cette mer de guerriers j’avais affronté l’armée des Tatares, je lui aurais ôté le souffle de vie et j’aurais abreuvé les plantes de cette terre avec les flots du sang de ces chiens maléfiques. » Puis, versant des larmes, il se rendit au centre de ses propres troupes. Sur ce, le malik Ashraf et Kamâl al-Dîn Kâmyâr, tels des lions attaquèrent, rejetèrent l’aile droite sur l’aile gauche qu’ils acculèrent à l’entrée d’une vallée qui n’offrait ni la possibilité de s’enfuir ni de se battre. Le Khwârizmshâh ne se préoccupa plus de donner des coups, mais se hâta de rejoindre ses bannières dont il détacha les emblèmes, les queues et les houppes qu’il attacha à sa selle. Dans sa fuite il chevaucha jour et nuit, tantôt lentement, tantôt avec empressement. Les troupes arabes rassemblèrent le butin. Les guerriers de Rûm, alignés sur ce champ de bataille, poursuivirent leurs ennemis lentement mais, sûrement et soudain, se jetèrent sur le seigneur d’Erzurum et aperçurent auprès de lui son honorable frère, son jumeau. Les guerriers s’emparèrent des deux hommes qu’ils amenèrent auprès du roi du monde. Honteux, le seigneur d’Erzurum se prosterna au pied du souverain. Le sultan ne lui infligea pas la peine de mort, le confia à quelques émirs qui le surveillèrent bien, mais ne manquèrent pas de l’honorer. Ainsi fut-il en ce début de journée un prince qui retrouvait la joie et, en fin de journée un prisonnier de guerre.

360Puis, le sultan se rendit en son campement. Le malik Ashraf s’avança vers l’étrier du souverain, la chabraque sur l’épaule. Le sultan, le monde et tout le monde s’étonnèrent de sa prévenance extraordinaire. Le sultan ne manqua pas de lui pardonner son attitude et lui témoigna son amitié. Lorsque le sultan eut rejoint son campement, le malik Ashraf se rendit dans sa tente après avoir baisé le sol. Le sultan quitta sa tente pour rejoindre le lieu de prière, où il avait l’habitude de dialoguer avec le Seigneur, se prosterna sur son tapis de prière, remercia et loua le Seigneur de Justice.

Les étendards du sultanat se mettent en marche pour aller conquérir Erzurum. La prise d’Erzurum par la main du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]

  • 591 Il est fait allusion à la fête de Šeker Bairam (al-‘id aṣ-ṣaġîr) qui est célébrée le 1er sawwal et (...)
  • 592 Iç beyza et diş beyza, grandes boucles intérieures et extérieures de la Tuǧra, in Calligraphies ot (...)
  • 593 Cf. AS p. 408.

361Le lendemain, lorsque le grand roi des étoiles inférieures et l’empereur des astres supérieurs commença son voyage dans les phases du jour, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier, le malik Ashraf et ses frères, se mirent en marche pour aller conquérir Erzurum. Sur le chemin, le roi apprit qu’une section de l’armée des Khwârizmiens, qui fuyait devant les guerriers de Rûm, avait pénétré la veille dans une gorge profonde et, de frayeur et sous l’assaut qu’elle subissait, elle s’était précipitée dans cet abîme avec armes et chevaux. Le sultan permit à une section de l’armée victorieuse de se rendre dans cette vallée et d’y faire des recherches. Lorsque les troupes furent arrivées sur le terrain, toutes les âmes avaient quitté les corps et avaient rejoint le lieu où elle pourrait à nouveau se venger. Les guerriers ramenèrent à l’arsenal du sultanat tout ce qu’il restait des fourniments et des provisions. Le lendemain, la fête591 du bonheur souleva de sa lèvre souriante le voile de son visage qui illumine le monde et le croissant de la nouvelle lune, telles les boucles de la tughra592 du sultanat, se montra dans un coin du ciel. Tôt le matin les grands dignitaires de Syrie se rendirent à la cour de l’empereur de l’humanité. Le sultan quitta son trône, prit le malik Ahsraf par la main et l’invita à prendre place auprès de lui sur le tapis que l’on avait déployé au pied du trône. Après qu’ils eurent savouré les boissons et que la suite du sultan eut défilé dans toute sa splendeur lors de ce jour de fête, ils enfourchèrent leur coursier. Puis, les athlètes firent sur la lice des tours d’adresse et exécutèrent des figures équestres. Puis, ils se rendirent au lieu de prière où ils firent la prière adressée à Dieu. Les aumônes, telles les gouttes de pluie, tombèrent dans la main des mendiants. Puis, on se retrouva à la cour du sultan, autour des mets. Puis, lorsque chacun eut quitté le festin et eut rejoint sa tente, le sultan fit apporter au malik Ashraf et aux autres princes dix vêtements royaux honorifiques et dix chevaux et les invita à partager le festin qui illumine le monde. Les courageux commensaux vidèrent de lourds gobelets, car il y avait longtemps que l’on n’avait plus fait de libations593.

362Le lendemain ils arrivèrent sur le territoire d’Erzurum. Les émirs, qui se trouvaient dans la ville, fermèrent les portes et ouvrirent la voie de la résistance. Le sultan ordonna : « Qu’un fonctionnaire, dont le discours vous donnera confiance, entre dans la ville et, par la bouche du malik, invite les habitants à suivre la voie de la soumission et vous fasse part de la menace proférée par notre cour, conformément à la promesse de ce verset (Coran, XIV, 7) : “mon châtiment sera terrible”. »

363Conformément à l’ordre donné par le sultan, le malik dépêcha dans la ville un courtisan qui lui était proche, ainsi que l’un de ses émirs, afin qu’ils conduisissent tout le monde avec fermeté sur la voie de la droiture. Ils se soumettraient à cet ordre qui exigeait obéissance, à condition que l’on n’attentât pas à la vie du malik, à celle de son frère et à celle des autres émirs et que l’on oubliât le passé. Conformément à leur demande, le sultan prononça un serment qu’il fit écrire. Il leur fit parvenir ce document porteur d’un contrat et de l’accord passé. Après qu’ils eurent lu ce document, Humâm al-Dîn Djândâr et les autres dignitaires sortirent de la ville et vinrent auprès du sultan. Puis, on porta la bannière dans la ville.

  • 594 der Braune : cheval à la robe baie, la queue et la crinière noire, in Wahrig, Deutsches Wörterbuch(...)
  • 595 Le Seigneur d’Erzurum, AS p. 410.
  • 596 Iqṭâ҅.
  • 597 Aujourd’hui un village entre Kayseri et Aksaray. Cf. Işiltan, Aḳserâyî p. 61, note 3.
  • 598 Et ils quittèrent l’Arménie, AS p. 410. À l’origine c’était le territoire de Derbend, au Nord-Est, (...)

364Le lendemain, le sultan, telle la pleine lune qui brille, enfourcha son coursier594 et le malik Ashraf ainsi que ses autres frères marchaient à côté de l’étrier du plus grand souverain. Lorsque le sultan fut entré dans son palais, le malik Ashraf et ses frères se rangèrent en ligne. Le sultan, après être descendu de cheval, resta quelque temps sur le pas de la porte du vestibule. Puis, il prit le malik Ashraf par la main et se rendit dans sa chambre privée où tous deux terminèrent cette journée en goûtant les plaisirs de la vie. Alors qu’ils étaient ivres, le malik Ashraf intercéda en faveur du malik Rukn al-Dîn595. Le sultan lui prêta une oreille attentive et bienveillante, lui attribua un précieux vêtement honorifique et lui permit le baisemain. Puis, faisant preuve de miséricorde, il lui attribua encore Aksaray et ses territoires d’alentour et il attribua à son frère le fief596 d’Eyüphisar597. Puis, une section de l’armée partit pour Ahlat. Lorsque les gouverneurs du sultan Djalâl al-Dîn Kwârizmshâh eurent vent de ce malheur, ils quittèrent la ville et se dirigèrent vers Arrân598.

  • 599 Oltu, à l’Ouest de Kars, environ 42° de longitude est et environ. 41° de latitude nord.
  • 600 Manšûr.
  • 601 Šamsuddîn Altynbe, AS p. 411.
  • 602 Le passage est trouble. In AS p. 411 ceci est écrit en vers.
  • 603 Il accompagna Malik Ašraf et ses frères qui poursuivirent ensuite leur route avec le čâšnîgîr Šams (...)
  • 604 Les lettres d’état portées dans la note du Muḫtaṣar p. 178 sqq se trouvent aussi in AS p. 412 sqq. (...)

365Un mois plus tard, le sultan ordonna au malik Ashraf qu’il s’occupât du territoire d’Arménie et qu’il plaçât Oltu599 et les nombreux châteaux de Géorgie sous la souveraineté du dîvân du malik Ashraf. Le malik Ashraf baisa la main du sultan et le pria de lui délivrer le diplôme d’investiture sur les fiefs d’Arménie et d’Oltu. Le sultan s’étonna d’une telle modestie et fit rédiger le diplôme d’investiture sur ces fiefs600. Par précaution, il dépêcha l’émir tshashnegîr601 avec 5 000 cavaliers à Ahlat afin qu’il se mît au service du malik. Il prit avec le malik Ashraf des dispositions602 telles qu’il n’en faut pour remplir le vase du pouvoir d’un quelconque sultan qui offre un présent. En effet, un dixième de ces dispositions aurait suffi. Pour prendre congé, le sultan les accompagna603 sur une grande distance avec son baldaquin et sa bannière. À son retour au palais, il y séjourna encore une semaine pour régler l’affaire des châteaux et d’autres bâtiments et ordonna aussi d’écrire des lettres604 annonçant sa victoire et destinées aux pays d’alentour. Ses souhaits accomplis, le sultan revint à Kayseri.

Le crime commis par le commandant de la forteresse d’Alanya et son châtiment

  • 605 Lettre rédigée par les amîn et les nai’ib (umanâ’ we nuwwâb). AS p. 416.
  • 606 À la différence du passage in Muḫtaṣar, AS p. 416 relate le fait que le commandant d’Alanya voulai (...)
  • 607 Mulûk-i-sawâḥil.
  • 608 Puis, le sultan se rendit à Qobâdâbâd. Les émirs venus des différents territoires lui apportèrent (...)

366Entre-temps, une lettre605 arriva soudain d’Alanya : « Si le sultan du monde ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier ne se hâte pas de venir présenter ses étriers, les rênes de la souveraineté sur Alanya vont glisser dans la main des serviteurs du sultanat. Le commandant de la forteresse – son corps devrait déjà pendre à la potence ! – a un penchant pour l’athéisme et veut livrer606 la forteresse aux Chypriotes. Le sultan fut surpris par ce discours, en fut consterné et dit : « J’ai choisi ce misérable coquin que j’ai placé au-dessus des chefs de guerre et des chefs militaires des Marches et voilà qu’il fait preuve d’une infidélité inexcusable. C’est très étrange. » Aussitôt, le sultan enfourcha le mulet à la robe baie et, accompagné par quelques dignitaires, arriva en trois jours à Alanya. Il fit comme si de rien n’était, mais il s’informait secrètement sur cette affaire. Lorsqu’il s’avéra que le commandant était un menteur et un traître, que lors de la confrontation les imams et les ḥâfiz témoignèrent contre lui et qu’il se confirma que l’accusation reposait sur la stricte vérité, le sultan ordonna aussitôt, pour l’exemple, que l’on écorchât le corps du commandant et que l’on amenât ce corps supplicié sur la tour où l’on devait le suspendre, comme la punition l’exigeait. Et tous ceux qui avaient partagé son opinion furent soumis au même procédé. Lorsque les seigneurs de la côte607 eurent appris cette punition exemplaire, ils firent parvenir au plus tôt l’impôt et le tribut au détenteur de la couronne et du trône. Pendant deux mois le sultan organisa tantôt des festins royaux, tantôt des réjouissances. Puis, quittant Alanya, il se rendit à Antalya où il passa encore quarante jours608 et ordonna que les troupes-toujours-victorieuses se reposassent pendant un an dans leurs foyers.

L’expédition de l’avant-garde mongole jusqu’à Sivas-la-bien-gardée – Dieu le Sublime, protège cette ville !

  • 609 Ahmet Temir m’indique aimablement qu’il faut lire : Čormaġun. Ahmet Temir indique aussi les autres (...)
  • 610 Ce ribâṭ s’appelait tout d’abord caravansérail-i-Iṣfahânî et ensuite ribâṭ-i-Kamâl al-Dîn Aḥmad b. (...)

367En l’an 629 (qui débute le 29/10/1231 apr. J.-C.) une section de l’armée des Mongols, sous le commandement du noyan Djurmâghûn609, fit une expédition dans le territoire de Sivas, jusqu’au ribâṭ Puser-i-Râḥat610.

368Ils tuèrent beaucoup de gens et d’animaux de bâs et de monte, firent des prisonniers, des esclaves et se livrèrent au pillage. Lorsque le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier apprit cette nouvelle dont il s’indigna, il ordonna à Kamâl al-Dîn Kâmyâr de se mettre en marche avec les troupes levées parmi les soldats des environs (serviteurs et gardes du palais), équipées de matériel de guerre et fournies en provisions. Avec suffisamment d’habileté et de bon sens ces troupes devraient tenter d’étouffer cet incendie. L’émir Kamâl al-Dîn se mit donc en marche avec cette nombreuse armée.

  • 611 Čavly, AS p. 419.
  • 612 Ṭarafdâr.
  • 613 Cf. AS p. 419.
  • 614 Derbend-i-Yûnus.
  • 615 Rusûdân, AS p. 420.

369Lorsqu’il arriva à Sivas, l’avant-garde des Mongols s’était déjà retirée. Les troupes du sultan les pourchassèrent jusqu’à Erzurum, où Kamâl al-Dîn Kâmyâr demanda conseil à l’émir Mubâriz al-Dîn611, le tshashnegîr, qui était commandant de la région612. Celui-ci répondit que l’on ne devait pas pourchasser l’armée des Mongols car elle s’était retirée. Alors Kamâl al-Dîn Kamyâr séjourna quelque temps à Erzurum613. Des éclaireurs informèrent Kamâl al-Dîn que les Mongols s’étaient remis en marche depuis leur base, avaient passé le défilé de Yûnus614 et avaient atteint Mughân. Et, entre-temps, l’armée mongole avait reçu des renforts. Voilà pourquoi ils dirent : « Il n’est pas de mise de battre en retraite lorsque l’on a pas achevé sa mission. Si les Mongols sont entrés dans l’empire de notre souverain, c’est que la princesse de Géorgie615 n’est pas étrangère à leur entreprise. » Sous ce prétexte, les troupes du sultan se mirent en marche pour affronter la princesse.

L’entrée des troupes du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] dans le territoire de Géorgie et la prise de quelques forteresses par la main du malik al-҅Umarâ Kamâl al-Dîn Kâmyâr

  • 616 L’émir Mubârizuddîn Čavly, AS p. 420.
  • 617 Des mercenaires, AS p. 420.

370L’émir Kamâl al-Dîn et le tshashnegîr616 préparèrent les engins de siège. Ils ne se limitèrent pas à incorporer les fantassins venus des autres pays d’alentour. Ils firent appel à 5 000 autres fantassins617 et entrèrent avec toute cette nombreuse armée dans le pays de Géorgie. En tirant l’épée qui fait couler le sang, ils s’emparèrent en l’espace de trois semaines de trente châteaux, dont les créneaux avaient pour compagne l’étoile Samâk et dont les fondations rivalisaient avec le poisson Samak, qui porte la terre. Avec leur lourde massue et leur épée tranchante ils semèrent le désarroi dans la vie des Géorgiens. Ainsi, en cette année, les troupes du sultan virent-elles s’accomplir en pays d’Abkhazie la promesse de ce verset (Coran, XLVIII, 20) : « Dieu vous promet un butin abondant dont vous vous emparerez. »

371Puis, de là, les troupes se dirigèrent vers la forteresse de Khâkh. Grâce aux engins de siège et aux épées cinglantes, les troupes du sultan connurent encore le succès.

  • 618 La population soumise au siège dépêcha un moine pour négocier avec Kamâluddin Kâmyâr la reddition (...)

372Puis, ils firent boire aux gens de la forteresse de Nakhâkh le même breuvage et, en les lapidant et en tirant des flèches taillées dans le bois du peuplier argenté, ils réduisirent leur vaste monde à la taille d’un œil de fourmi618.

Rusudan, princesse d’Abkhazie, se soumet et cherche par l’intercession du malik al-҅Umarâ à nouer une relation matrimoniale auprès du palais du sultanat

  • 619 L’armée des Mongols étant entrée dans l’empire, AS p. 422.
  • 620 Ceci me semble relever de la maladresse du rédacteur de l’épitomé pour rendre le texte original ré (...)

373Lorsque Rusudan, princesse d’Abkhazie, eut appris que les troupes du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier étaient entrées dans les forteresses et les châteaux situés sur les frontières de son empire, et que les sabots des coursiers des guerriers de l’empire de Rûm, pressés de conquérir le monde, y avaient commis des ravages, elle ne connut ni trêve ni repos. Après avoir fait tourner les flèches du destin pour chercher conseil, elle pensa qu’il valait mieux franchir la porte de l’amitié et de la paix. Alors, elle établit la voie de la correspondance avec l’émir Kamâl al-Dîn Kâmyâr, demanda pardon pour la ruse qu’elle attribua à ses émirs619, lui fit parvenir de nombreux présents et déclara : « Je vénère le souverain, je lui obéirai et exécuterai tous ses ordres. Puissent nos forfaits être punis avec indulgence et ne pas être réparés par la destruction de mes pays620. Puisse le souverain ne pas considérer notre accablement comme inévitable car magnanimité et sollicitude sont les qualités de son cœur. Nous attendons que le malik al-҅Umarâ nous témoigne sa bienveillance, épargne les territoires qui nous restent et qu’il fasse part à la sublime cour du sultanat de notre demande de réconciliation. Dès que le sultan verra les preuves de notre bonne volonté, puisse-t-il nous conforter dans notre désir en nouant une relation matrimoniale et en établissant des rapports de parenté. Comme nous pouvons le constater, nos pays sont voisins. Aussi nous vient-il à l’esprit de faire entrer notre charmante enfant – qui est née des reins de Seldjouk et qui descend de David – dans la chambre nuptiale du prince de l’islam Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw. » Le malik al-҅Umarâ, dans sa grande sagesse, répondit au souhait de la princesse et rappela ses troupes. Puis, il fit part au sultan de la conquête de trente à quarante châteaux solides et bien connus. Il lui relata aussi que des jeunes gens avaient été fait prisonniers, que des biens et du bétail avaient été rassemblés comme butin et que l’armée possédait en abondance tout ce qui lui fallait.

  • 621 Cf. AS p. 423. Afin de répondre à l’oreille turque, le rédacteur de l’épitomé a été amené à employ (...)
  • 622 Cf. AS p. 423.
  • 623 Puis le sultan se rendit à Qobâdâbâd, puis à Antalya et à Alanya et revint finalement à Kayseri, A (...)

374Depuis que le sultan avait ordonné à ses troupes de poursuivre les Mongols, il n’avait plus le cœur à festoyer ni à organiser des réjouissances621 et attendait des nouvelles favorables622. Mais, apprenant ces nouvelles, il ordonna d’apprêter le festin et d’inviter ses compagnons de fête. La lettre de réponse ornée de l’illustre tughra du sultan et destinée à l’émir Kamâl al-Dîn fut rédigée pour le remercier de ses hauts faits et de ses services louables. En outre, elle portait l’ordre suivant : « Donnez aux soldats la permission de revenir en leur foyer, considérez que nous acceptons le projet matrimonial de la princesse et ne permettez plus à l’avenir à l’armée de commettre des abus dans le pays d’Abkhazie. » L’émir Kamâl al-Dîn convoqua les émirs et leur fit part des ordres contenus dans le firman. Puis, il ordonna que les troupes se missent en marche. Lorsqu’il eut atteint Erzindjân, il donna congé aux troupes. Lui-même se hâta de rejoindre la résidence du sultanat623, où il reçut des marques d’honneur et des preuves de générosité comme personne n’en avait jamais reçues.

Les troupes du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier] se dirigent vers l’Arménie. Le territoire d’Ahlat et les autres régions d’Arménie sont libérés et rattachés aux autres territoires – bien – gardés de l’Empire

  • 624 Ville principale du district en Diyâr Rabî ҅a. Cf. EI : Sindjâr.
  • 625 Selon Houtsma la lecture est incertaine. Cf. AS p. 425 et Oġuznâme, f. 261. HLP : Lieu imaginaire, (...)
  • 626 Et avaient fait des territoires de Melazkerd (sic !) et d’autres territoires (sic !) le refuge d’a (...)
  • 627 Il faut lire : gardand.
  • 628 Aḫlât, cf. EI. [MB : Khilat]

375Lorsque le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier apprit que les pays d’Arménie étaient devenus des territoires misérables et que le malik Ashraf, dans son désir de connaître une douce vie s’était retiré de Sindjar624 et avait séjourné à Damas, où il menait joyeuse vie dans le kiosque de Hert625, si bien que le vent des pays d’Arménie ne caressait plus son esprit et l’armée des Mongols faisait sans cesse des incursions dans ces pays626, faisant prisonniers et esclaves les sujets qui y étaient encore présents, et les soldats khwârizmiens erraient dans ces pays627 et étaient des voleurs de grand chemin – il donna l’ordre à Kamâl al-Dîn Kamyâr de se rendre avec toutes ses troupes dans ces régions et d’annexer les pays d’Arménie, de Ahlat628 et de Bitlis, jusqu’aux campagnes de Tiflis.

  • 629 Après être passé par Kayseri, Sivas, Erzindjân et Erzurum, AS p. 426.
  • 630 Par exemple à Bitlis, à Van, à d’autres villes, AS p. 126.
  • 631 Le ṣâḥib (dîvân), le pervâneh et le mustaufî, AS p. 427.
  • 632 In Muḫtaṣar, Manuscrit de la Bibliothèque Nationale, Paris, Supplément persan 1536, Cf. Blochet, C (...)

376Conformément à l’ordre donné par le sultan, l’émir Kamâl al-Dîn se rendit dans ces régions avec toutes ses troupes. Lorsqu’il arriva à Ahlat629, il trouva ce lieu telle une maison où il n’y a pas un seul clou de girofle. Quelques notables qui vivaient encore là, vinrent l’accueillir. Ils ne pouvaient proférer des paroles, ne pouvaient poser des questions ni donner de réponses. Ils portèrent la bannière du sultan en la ville et lui jurèrent fidélité. Ils firent dire la khuṭba qu’ils dédièrent au sultan. Puis l’armée se retira de la ville et dressa son campement sur les rives du lac. Sous le commandement des émirs d’autres sections des troupes se rendirent dans toutes les régions environnantes630. Ainsi, toutes les provinces d’Arménie furent-elles soumises grâce au bonheur rayonnant du sultan. Puis, l’émir Kamâl al-Dîn fit part à la cour du sultan de la conquête des territoires d’Arménie et décrivit la situation des districts qui avaient été détruits, désertés ou qui étaient encore habités. Puis le sultan, le cœur empli de joie, fit rédiger un firman adressé à l’émir Kamâl al-Dîn et aux autres émirs qui avaient eu la responsabilité du commandement des troupes, afin de les remercier pour leurs services rendus sous le signe du bonheur et pour leurs actions qui méritaient encore plus de faveur. Puis il donna une somme d’argent au sahib Ḍiyâ al-Dîn Qara-Arslân, au mustawfî Sa ҅d al-Dîn Ardabîlî et au pervâneh Tâdj al-Dîn, fils du cadi Sharaf, afin qu’ils se rendissent à Ahlat et en Arménie et s’occupassent de ces pays, qu’ils nommassent les fonctionnaires des finances et fissent la liste des personnes tuées ou disparues. Et l’émir Kamâl al-Dîn devrait se rendre à Erzurum pour y attendre les ordres. Lorsqu’ils631 arrivèrent en ces pays, l’émir Kamâl al-Dîn considéra qu’il avait besoin de chaux pour reconstruire les bâtiments des châteaux. Il y avait dans les territoires de Khôtôrdjûr632 un gisement de calcaire exploitable et du bois de chauffage. L’émir Kamâl al-Dîn ordonna que chaque émir construisît plusieurs fours qu’ils devraient allumer. En l’espace de deux à trois jours ils eurent brûlé le calcaire dans mille fours et transporté [la chaux] par chameaux et mulets sur les lieux où elle était nécessaire. Lorsque Kamâl al-Dîn eut terminé ce travail nécessaire et qu’il s’en fut retourné à Erzurum, un firman lui parvint, précisant son rappel à la cour ainsi que le renvoi des troupes dans leurs foyers. Il renvoya aussitôt les troupes et se rendit à la cour.

  • 633 Cf. Koprülüzade, Bizans p. 242.
  • 634 Cf. Koprülüzade, ebenda.
  • 635 Amlâk.
  • 636 ‘Aqârât.
  • 637 Aujourd’hui Tatvan sur le Lac de Van.

377Lorsque le sahib Ḍiyâ al-Dîn, le pervâneh Tâdj al-Dîn et le mustawfi Sa ҅d al-Dîn eurent atteint le territoire d’Ahlat avec mille cavaliers de la garde633 et les soldats de la garde du corps634, ils (y) mirent en place l’administration (le dîvân). Ils délimitèrent toutes les propriétés – biens fonciers635 et immobiliers636 – et demandèrent aux paysans et aux grands propriétaires terriens de regagner leurs terres et leurs étangs. Ils leur distribuèrent des graines, des semences et du bétail et prévirent les impôts. Puis, ils nommèrent les commandants des châteaux et fixèrent les recettes et les dépenses. Lorsque ces mesures furent connues dans le territoire de Géorgie et d’Arrân, toutes les personnes qui avaient été chassées ou dont la famille avait été dispersée, revinrent en leur village. Ainsi, le pays fut-il reconstruit très rapidement. On attribua à Sinân al-Dîn Qâymâz le commandement des troupes de ces pays. Ce dernier était un émir courageux et avait toutes les qualités pour commander. Il apprit que Qîrkhân, à la tête d’une section de l’armée khwârizmienne, avait dressé son campement à Ṭâṭvân637 et que le pays n’était plus sûr à cause de cette occupation nuisible. Mais, le sultan l’avait autorisé à se soumettre à la cour.

  • 638 Ḫâtûn.

378Un jour, Sinân al-Dîn Qâymâz disparut, accompagné d’un seul serviteur et d’un jeune cavalier qui faisait partie du cercle des émirs. Il s’était mis en chemin pour se rendre à Ṭâṭvân. Arrivé en vue de Ṭâṭvân, il rencontra par hasard un soldat de l’armée des Khwârizmiens et lui dit : « Va et informe le khân que Qâymâz aimerait être reçu en audience. Il est venu sans son arc et son carquois. Si cela lui était permis, il souhaiterait être introduit. » Entendant les propos rapportés par le soldat, Qîrkhân s’en étonna et dépêcha auprès de Sinân al-Dîn Qâymâz l’un des serviteurs, qui avait été jadis en relation [avec Sinân al-Dîn Qâymâz], afin de constater si tout cela était vrai ou non. Lorsqu’il s’avéra qu’il s’agissait bien de Sinân al-Dîn Qâymâz, Qîrkhân alla l’accueillir, accompagné d’un chambellan. Lorsque l’entrevue eut pris fin et que l’on eut échangé mille amabilités, l’émir Sinân al-Dîn demanda la permission de se rendre auprès de l’épouse638 de Qîrkhân, la salua, lui posa des questions sur ces temps difficiles et la consola. Puis il retourna auprès de Qîrkhân. Pour prendre du repos il demanda qu’on lui servît un repas. On lui apporta tout ce dont on disposait. Après avoir pris son repas, Sinân al-Dîn sortit son Coran de l’étui, posa la main sur son Coran et jura : « Les émirs du sultanat n’ont aucune mauvaise pensée envers Qîrkhân et les autres émirs du Khwârezm. Ils n’en auront aucune et ils feront tout pour que vous puissiez trouver un refuge et un lieu de séjour fixe au lieu de vivre cette errance funeste. Voilà pourquoi le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier a ordonné au sahib de vous conduire dans la voie de l’obéissance. Si cet avis vous paraît acceptable, il est nécessaire que Qîrkhân et tous les émirs du Khwârezm prêtent serment afin de collaborer en secret ou ouvertement avec le sultan. »

  • 639 Cf. AS p. 430. Cf. Oġuznâme, f. 264, 4 sqq. Ahmet Temir, dans un courrier qu’il m’a adressé, aurai (...)
  • 640 À Kayseri.

379Qîrkhân, Barakat et Ylan Nughu-Khân, Sârû-Khân, Kushlu-Sangum639 et les autres émirs vinrent tous ensemble prêter serment. Puis, on offrit le vin. Après que plusieurs coupes eurent passé de main en main, Sinân al-Dîn présenta ses excuses et demanda la permission de s’en retourner, afin qu’il pût informer le sahib et les autres émirs du serment qui avait été prêté. Il décréta que les [Khwârizmiens] devraient se mettre le lendemain matin en selle, partir, et se rendre dans les jardins de la ville640, afin que les émirs et les dignitaires de l’état pussent organiser leur accueil et que les accords nécessaires pussent être déterminés et conclus. Lorsque Sinân al-Dîn Qâymâz entra dans la ville, la prière de l’après-midi était terminée et les membres du dîvân s’étaient mis en colère contre lui. Le sahib lui demanda quelles étaient les raisons de sa disparition. Il relata les évènements et tous louèrent sa grande habileté et son courage. Le sahib ordonna alors que l’on apprêtât un grand festin.

  • 641 Auparavant, le matin, le pervâneh et Sinânuddîn avaient quitté la ville et s’étaient rendus auprès (...)

380Le lendemain, lorsque le pommeau du soleil apparut sur la cime des montagnes de l’Orient et que bientôt le soleil brilla au zénith, Qîrkhân et les autres émirs du Khwârezm arrivèrent dans les alentours de la ville. Le pervâneh Tâdj al-Dîn, Sinân al-Dîn Qâymâz et les autres émirs vinrent les accueillir. On se reposa dans un jardin et on servit les mets qui avaient été préparés. Après que l’on se fut bien reposé, le pervâneh Tâdj al-Dîn demanda [aux Khwârizmiens] de renouveler leur serment. Qîrkhân et les autres émirs le renouvelèrent selon la tradition orale, si bien que la confiance s’installa dans le cœur du pervâneh et des autres émirs. Pendant la nuit le pervâneh se rendit en la ville et fit part des importants accords qu’il avait parachevés et conclus. Le sahib ordonna que l’on apprêtât le double des mets que l’on avait servis la veille. Le lendemain, le sahib, dans toute sa magnificence, quitta la ville avec sa nombreuse et brillante suite641. Lorsque l’on annonça à Qîrkhân l’arrivée du cortège du sahib, il vint l’accueillir et tous deux s’embrassèrent. Le sultan témoigna à Qîrkhân de ses sincères amabilités et ils se reposèrent dans un jardin. Le sahib consolida le contrat passé et l’alliance conclue avec Qîrkhân en prêtant serment et lui attribua, ainsi qu’aux autres chefs de l’armée, toutes les terres d’Erzurum et présenta ses excuses de devoir se limiter pour l’instant au don de ces terres. « Dès que je serai auprès du sultan, nous fixerons tout cela définitivement. » Puis, il se rendit en la ville. Et, conformément aux diplômes du sultan dont il disposait, des diplômes d’attribution des fiefs furent rédigés au nom de chacun des émirs du Khwârezm. Le lendemain, il fit apporter à Qîrkhân les diplômes d’attribution des fiefs ainsi que trois cents vêtements honorifiques choisis selon le rang des Khwârizmiens qui se rendirent le lendemain avec toute leur suite à Erzurum.

L’expédition des Mongols contre les Khwârizmiens et comment ceux-ci sont taillés en pièces

  • 642 Cf. Muḫtaṣar, Manuscrit de la Bibliothèque Nationale, Paris, Supplément persan 1536, Cf. Blochet, (...)
  • 643 Aussi bien in AS p. 433 que in Oġuznâme, f. 266, 9, il s’agit de la belle-mère de Qîrḫân.
  • 644 Cf. aussi Oġuznâme, f. 266, 9 et AS p. 433.
  • 645  Après avoir pris conseil auprès du pervâneh Tâǧuddîn, du mustaufî Sa ҅duddîn et des autres fonctio (...)

381Lorsque les Khwârizmiens eurent quitté le territoire d’Ahlat, qu’ils se furent rendus à Erzurum, ils atteignirent Tûghtâb642, où ils trouvèrent une prairie pareille à un jardin du Paradis. Charmés et séduits par l’herbe épaisse et par le gras pâturage, ils descendirent de cheval qu’ils dessellèrent, se défirent de leur baudrier, posèrent leur tête sur le coussin du repos et s’endormirent mollement. Soudain, surgissant d’une vallée, l’armée des Mongols les surprit et offrit à nombre d’entre eux ses épées en guise de nourriture. Seuls ceux, à qui le destin accorda un délai, sauvèrent leur vie. En groupes ou isolés, les Khwârizmiens errèrent par monts et par vaux, mais, avant le crépuscule les Mongols eurent tôt fait de les exterminer. Avec leurs épées, dont l’acier bleu gris était tâché de sang, les Mongols arrivèrent devant la porte d’Ahlat. Toute la nuit durant, les cavaliers et les scribes qui se trouvaient dans la ville avaient veillé par prudence et s’étaient armés pour le combat. Un matin, l’armée des Mongols avait soudainement disparu, mais avait laissé sur place son feu de camp qui flamboyait. Le sahib fit sortir de la ville plusieurs cavaliers afin d’évaluer la situation. Ils examinèrent les lieux inquiétants, les coins, les recoins et les pâtures. Ils ne trouvèrent aucune trace des Mongols. Soudain, une vieille femme se glissa hors de la fente d’un mur et courut vers les cavaliers qui la conduisirent auprès du sahib. C’était la mère643 de Qîrkhân. Elle dit : « Dans la plaine de Tûghtâb644 nous avons été plongés dans le sommeil. Soudain, sept cents hommes de l’armée des Mongols, vêtus de leur cuirasse, nous assaillirent. En six jours ils s’étaient hâtés de venir depuis Mughân jusqu’ici. Ceux qui ne dormaient pas et avaient un coursier eurent la vie sauve et s’enfuirent par monts ou par vaux. Ils s’emparèrent de moi et me conduisirent là où les cavaliers (me) trouvèrent. Je fis de l’obscurité de la nuit le voile de ma vertu et je me réfugiai dans la fente d’un mur. Et j’ignore ce qu’il est advenu des Khwârizmiens. » Le sahib dit : « Que quatre mille Khwârizmiens aient été vaincus par sept cents Tatares, serait une ignominie ». La vieille femme répondit : « Si vous jetez une coiffe de Mongol sous les sabots des chevaux de mille cavaliers Khwârizmiens, ceux-ci s’envoleront comme un essaim. C’est ainsi que, face aux Mongols, l’effroi saisit le cœur des Khwârizmiens. » Le sahib fut consterné par le discours de cette hyène et dit645 : « Avant que les Mongols n’envoient des éclaireurs et ne commencent le siège de la ville, nous devrions nous rendre à Erzurum. » Ils mirent en toute hâte de l’ordre dans les affaires de l’empire, prirent du fourrage pour quatre jours et arrivèrent à Erzurum.

  • 646 Dans les montagnes d’Erzurum et dans le territoire d’Erzindjân, AS p. 434.

382Puis des messagers, venus des quatre directions, apportèrent la nouvelle, selon laquelle quelques troupes de l’armée khwârizmienne avait été taillées en pièces, chacune dans son coin646. Le sahib envoya des émissaires afin de réunir ces messagers qui vinrent et relatèrent ce qui s’était passé. Le sahib les traita avec grande amabilité et dit : « Nous espérons que, grâce au rayonnement de la puissance du sultan, aucun autre malheur ne vous atteindra et que ce dernier malheur mettra un point final à tous vos maux ». Et, à tous il donna des vêtements et de l’argent. Le cœur joyeux, ils se rendirent à Kayseri. Lorsqu’ils furent arrivés à la cour du sultanat, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier loua les nobles services et la justesse de la pensée du vizir et traita les Khwârizmiens avec amabilité.

  • 647 Cf. AS p. 435 : (sic !) et Oġuznâme, f. 267, 10 sqq.

383Il attribua les fiefs d’Erzindjân à Qîrkhân, d’Amasya à Barakat, de Larenda à Kushlu-Sangum et de Niǧde à Ylan Nughukhân647.

Le malik Kâmil rassemble des troupes pour combattre l’Empire de Rûm. Battu et misérable, il revient au Caire

  • 648 Qui débute le 18/10/1232 ap. J.-C.
  • 649 Coran XXXIV, 15-17, La Pléiade, Gallimard, 1967 : « Il y avait dans leur contrée (= lieu d’habitat (...)
  • 650 Dans l’édition de Houtsma, il faut naturellement ajouter ici un iḍâfet.
  • 651 Cf. AS p. 437, Oġuznâme, f. 267, 13 et EI.
  • 652 Jeu de mot avec « nîl » = bleu foncé. Le bleu est aussi la couleur du deuil. [Cf. « Couleurs », in (...)

384En l’an 630648, le malik Kâmil, inconscient et par pure insolence, ne se satisfaisait ni de posséder l’Égypte ni de sa souveraineté sur le Yémen. Bien au contraire, il voulait aussi annexer le pays de Rûm, en remplaçant la parenté et l’amitié par la cruauté et en voulant renier cette relation. Tel Pharaon, il récitait ce verset (Coran, LXXIX, 23) : « Il rassembla alors ses hommes ; il fit une proclamation » et donna un ordre selon lequel, tel le torrent ҅Arim649, ses frères et les troupes devaient attaquer l’empire de Rûm. L’attaque devait réussir et lui-même devait prendre place sur le trône avant que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier n’en prît connaissance. Le campement, où se tenait la cour du sultan, fut aussitôt averti de ce projet. Lorsque le sultan prit conscience des intentions650 de Kâmil, son âme en fut tout agitée et il dit : « Comme son envie de souveraineté est insolente et l’a conduit à dire, tel Pharaon651 (Coran, XLIII, 51) : “Le royaume d’Égypte ne m’appartient-il pas ?”, comme il s’éloigne de la prière de l’amitié et que sous l’emprise de Satan il a l’intention de combattre notre famille, il faut espérer qu’il sera vaincu aussi vite que possible et qu’il rentrera en Égypte. Afin de laver son crime, dans lequel il s’obstine, il devra fuir jusqu’en Égypte et, faisant le deuil de la Syrie, il devra plonger son vêtement dans le Nil (aux eaux d’un bleu foncé = de la couleur du deuil652). »

385Aussitôt le sultan ordonna à Kamâl al-Dîn Kâmyâr de se rendre sans délai avec les troupes, qui se trouvaient précisément à la cour, au défilé de Aqtsheh Derbene, de s’y fixer et de ne pas manquer d’être vigilant et de faire preuve de prudence, ce dont le sultan ne doutait pas. La suite du sultan le rejoindrait.

  • 653 Et des troupes des gouverneurs des frontières (ûǧî), des Géorgiens, des Francs et des Russes, AS p (...)
  • 654 « L’armée des Abyssiniens », c’est-à-dire : les forces obscures de la nuit, et « les troupes de Ch (...)

386Kamâl al-Dîn se mit en route avec les émirs et les chefs de guerre et arriva au défilé. Avec des pierres et des troncs d’arbres il fit ériger un bastion dans lequel il positionna des soldats. Deux ou trois jours plus tard, le sultan arriva, accompagné de nombreuses troupes, de Qîrkhân, des émirs de Rûm et du Khwârezm653. D’innombrables équipements et provisions furent apportés. Comme l’armée des Abyssiniens, effrayée, s’était enfuie devant les troupes de Chine et du Khotan654, les Khwârizmiens et les soldats de Rûm s’avancèrent chaque jour un peu plus hors des défilés pour combattre les soldats de Syrie. Ils blessèrent et tuèrent beaucoup d’hommes. Grâce à l’intervention divine ils ne subirent pas de pertes qu’aurait pu leur infliger l’armée des Syriens. Le sultan eut au bout des lèvres ce verset (Coran, XXXVII, 173) : « et notre armée sera victorieuse ». Un matin, il ordonna que toute l’armée affrontât l’armée syrienne et que cet affrontement trouvât son dénouement par l’arbitrage de l’épée. Toute la nuit les soldats firent des préparatifs. À l’aube, lorsque le chef de guerre des planètes eut enfourché son cheval pie, il le mit au galop, tirant son sabre éclatant sur la lice de l’horizon oriental. Alors, le sultan mit lui-même son armure. Tous les grands émirs se parèrent aussi de fer et allèrent affronter l’ennemi. Pendant un certain temps ils étanchèrent la soif de leurs épées dans les artères de leurs ennemis. Le combat n’avait pas encore fait se poser ni s’envoler la victoire et le guerrier n’avait pas encore arraché au vaincu la balle de la victoire qu’ils virent un cavalier s’approcher, qui mit front à terre et dit : « Tôt ce matin, le malik Kâmil et ses frères se sont mis en route pour rejoindre la Syrie. » Le sultan se réjouit d’entendre cette bonne nouvelle.

  • 655 Cf. AS p. 439 (sic !) et Oġuznâme, f. 268, 17 et f. 269, 1. Franz Taeschner m’indique qu’il s’agit (...)
  • 656 C’est-à-dire : perdre le fourreau après avoir perdu l’épée. Dans des situations dangereuses, c’est (...)
  • 657 Dans le territoire de Malatya, nommée jadis Adiamân. Cf. EI : Adiamân.

387D’un commun accord, les Égyptiens avaient souhaité passer par Dûzakh Dereh et par Badjnik655. Cependant les troupes-toujours-victorieuses gardaient ces deux défilés. Lorsque les Égyptiens y arrivèrent, et qu’il leur fut impossible de faire une brèche dans la forteresse dont ils voulaient s’emparer, tout décontenancés ils prononcèrent cette maxime : « Il est plus rusé de prendre la fuite avec l’épée dans son fourreau »656 et prirent le chemin pour Ḥiṣn Manṣûr657. Lorsqu’ils y arrivèrent, ils incendièrent le château et détruisirent la forteresse. Craignant la fougue de l’armée-toujours-victorieuse, les ennemis se mirent en route pour rejoindre l’Égypte et Le Caire. (Coran XXXIII, 25) : « Dieu a épargné aux croyants le combat. »

Les princes de Syrie et Sham al-Dîn Ṣawâb en guerre contre les troupes du sultan. Ils seront défaits, puis assiegés, dans la forteresse de Harput

  • 658 Ḫartburt. [MB : Khapert].
  • 659 Muruwwa.
  • 660 Za ҅im ad-dâr.
  • 661 Et le ḫâdim / l’eunuque du harem du malik Kâmil, AS p. 440.

388Lorsque le malik Kâmil, vaincu, eut quitté l’empire de Rûm, le malik de Harput658, consterné, se rendit auprès du malik Kâmil, avec qui il avait noué des relations amicales et qui était de ses amis pendant son règne, et dit : « Par amitié pour Vous, j’ai fait du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier mon ennemi. Il Vous incombe donc, pour des raisons de chevalerie659, de porter une attention toute particulière à ma principauté. » Le malik Kâmil dépêcha aussitôt le malik de Ḥamât [Hama], le malik de Ḥims [Homs] et l’émir Shams al-Dîn Ṣawâb – qui était l’administrateur660 de sa maison661 et à qui il accordait toute sa confiance – ainsi que cinq mille cavaliers pour défendre Harput.

  • 662 Le čašnîgîr Mubârizuddîn Čavly et le toġrulḫaṣṣ, page du sultan, le puser-i-sirkeǧi et le čašnîgîr(...)
  • 663 Badruddîn Yâqût, l’amîr-dâd, AS p. 440.
  • 664 Cf. Muhtasar, Bibliothèque Nationale, Paris, Supplément persan, 1536 et Blochet, Catalogue I, p. 1 (...)
  • 665 L’émir čašnîgîr Mubârizuddîn Čavly et le čašnîgîr Šamsuddîn Altynbe firent une halte en attendant (...)
  • 666 Â Kamâluddîn Kâmyâr, AS p. 440.
  • 667 Lorsque les messagers virent que Kamâluddîn Kâmyâr temporisait, ils firent demi-tour et s’adressèr (...)
  • 668 Sa ҅duddîn Köpek vint depuis l’aile gauche et le puser-i-sirkeǧi de l’aile droite, AS p. 441.
  • 669 De Harput, AS p. 441.

389Lorsque le malik Kâmil battit en retraite, le sultan, qui était arrivé à Malatya, fit appeler les troupes qui avaient eu pour mission de garder les défilés, et leur ordonna de jeter un pont sur l’Euphrate. Puis toutes les troupes franchirent le fleuve et arrivèrent dans la plaine de Harput où les princes de Syrie et le malik de Harput avaient érigé leur campement au pied d’une colline et s’étaient préparés [au combat]. Mubâriz al-Dîn Čavly662, Bahrâmshâh Djandâr, Yâqût663, l’amîr-dâd et les autres dignitaires donnèrent l’ordre à l’aile droite et à l’aile gauche de se mettre en ordre de combat et de prendre position. Jusqu’à l’heure de midi, les soldats se tinrent en rangs serrés. Aucun d’entre eux ne bougeait car ils attendaient l’émir Kamâl al-Dîn. Mais, l’émir Kamâl al-Dîn apprit que les princes de Syrie, qui se rendaient à Buḥaira664, avaient l’intention d’attaquer. Alors, par précaution, il y conduisit les troupes. Lorsqu’il arriva à Buḥaira et qu’il n’aperçut l’ombre de l’armée syrienne, il se dirigea vers Harput665. Les deux tshashnegîr lui666 dépêchèrent un messager. Le message n’indiquait pas qu’il fallût se hâter. Lorsque le messager vit que l’on temporisait667 pour envoyer du renfort, il cria haut et fort : « Les troupes de Syrie ont pris la fuite et l’armée de Rûm, qui les affrontait, a amassé un butin innombrable ! » Alors, cinq mille cavaliers avides de s’emparer d’une part du butin, rejoignirent le tshashnegîr Čavly et le tshahnegîr Altunabeh. Lorsque les guerriers en rangs serrés virent que des troupes venaient en renfort, ils se lancèrent dans une attaque. Mais, les Syriens esquivèrent. Alors Tâdj al-Dîn Pervâneh, fils du cadi Sharaf, venu de Niǧde, les assaillit et Sa ҅d al-Dîn Köpek passa de l’aile gauche à l’aile droite668 et ils battirent l’armée syrienne à plate couture. Il y eut chez les Syriens de nombreux morts, tandis que du côté des vainqueurs il n’y eut aucune victime, outre un Franc. Les vainqueurs firent sept cents Syriens prisonniers qu’ils envoyèrent dans l’avant-cour du conquérant-du-monde. Les Syriens établirent leur campement sur la colline de Harput et les soldats de Rûm regagnèrent leur campement. Le lendemain, Kamâl al-Dîn Kâmyâr arriva avec toute l’armée. Lorsque du haut de la colline les Syriens aperçurent l’aigle du baldaquin-conquérant-du-monde, craignant pour leur vie, ils se précipitèrent à demi-mort de frayeur dans la forteresse669. L’armée de Rûm entra dans la ville sans incident et les soldats pillèrent, déchirèrent les voiles et brûlèrent les maisons. Le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier résidait à Malatya, attendant le messager de la joie qui devait annoncer la prise [de Harput].

Il est nécessaire d’insérer ici le récit sur la mère et le père – l’émir Nâṣir al-Dîn, émir de la chancellerie de la Tughra (Dîvân-I-Ṭuġrâ) – Du rédacteur de l’original de cet épitomé (Muḫtaṣar)

  • 670 Cf. « Magie » in Dictionnaire du Coran, M. A. Amir-Moezzi, Robert Laffont, 2007.

390Sa mère, Bîbî, l’astrologue, qui était la fille de Kamâl al-Dîn Semnânî, directeur de l’École Juridique chaféite de Nishapur, et du côté maternel la petite-fille de Muḥammad Yaḥyâ, avait acquis de parfaites aptitudes en matière d’astrologie. Parce qu’elle avait dans l’horoscope la « flèche de l’invisible670 », ses prédictions coïncidaient la plupart du temps avec le jugement de Dieu et avec la prédestination. À l’époque où Kamâl al-Dîn Kâmyâr était parvenu avec l’ambassade jusqu’aux portes d’Ahlat pour rencontrer le sultan Djalâl al-Dîn (Mangubertî), il la vit parmi les proches du sultan et fut d’avis qu’elle était une personne à qui l’on pouvait se fier quant à ses prédictions astrologiques. Lorsque (Kamâl al-Dîn Kâmyâr) revint à la cour du sultanat, au cours de la conversation il rapporta au mieux cette anecdote unique en son genre. Lorsque le sultan Djalâl al-Dîn connut devant les portes d’Amîd quelques malheurs que lui infligea l’armée des Mongols, cette femme et son époux furent conduits à Damas. Lorsque le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier apprit cela, il dépêcha un émissaire auprès du malik Ahsraf, le priant de lui confier ces deux personnes. Le malik Ashraf les laissa partir au pays de Rûm, après leur avoir accordé des marques de faveur. Puis, lorsque l’armée partit pour Harput, l’astrologue Bîbî prédit qu’un tel jour et à telle heure arriverait le messager annonçant la victoire. Le sultan ne pensait qu’à ce jour, attendant à cette heure l’arrivée du messager. Soudain, des messagers arrivèrent, apportant la nouvelle : Dieu n’avait pas prêté assistance aux troupes de Syrie qui cherchaient refuge à Harput et dès que les étendards se mettraient en marche pour rejoindre Harput, la conquête de la forteresse se ferait sans avoir à tirer l’épée. Comme cette prédiction se réalisa, le sultan crut davantage aux aptitudes de l’astrologue Bîbî, si bien qu’il la fît mander par ses serviteurs. Lorsqu’elle entra, le sultan dit : « La prédiction de Bîbî Ḫâtûn coïncida avec celle de Dieu. »

  • 671 Jusqu’alors il détenait la fonction de mušrif, d’administrateur ou d’intendant du farrâšḫane-i-ḫâṣ (...)
  • 672 C. Schefer indique : Le prince qui portait le surnom de Nau Mussulman était Alâ Eddin Mohammed, fi (...)

391On para Bîbî d’un vêtement honorifique digne du sultan qui ordonna qu’elle présentât les souhaits qui lui tenaient à cœur. Alors elle demanda qu’un poste de secrétaire à la cour du sultanat fût attribué à son époux Madj al-Dîn Muḥammad, l’interprète, qui faisait partie671 des sayyid de Gûr-i-surkh et des notables de Djurdjân. On le lui accorda aussitôt. Ainsi son époux eut-il constamment l’honneur, à la cour, comme lors de voyages, d’être aux côtés du sultan et de recevoir des marques de faveur royales. Dans l’activité qu’il exerçait dans cet état, il connut une considération telle qu’il n’y avait pas meilleur secrétaire pour rédiger les ambassades destinées à Bagdad, à la Syrie, aux Khwârizmiens et à ҅Alâ al-Dîn Naw-Musulmân672 et pour être l’ambassadeur auprès des camps de la cour (orduhâ des Mongols). En chaabane de l’an 670 (mars 1272 apr. J.-C.) il rejoignit le Créateur.

392Revenons maintenant à notre sujet !

  • 673 Le sultan, s’informant, apprit que les princes et émirs syriens dont les noms suivent, se trouvaie (...)
  • 674 Par ailleurs, les provisions vinrent à manquer car le seigneur de Harput n’avait pas pris les disp (...)
  • 675 Cf. AS p. 444.

393Le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier ordonna de faire sonner les trompettes de la joie. Le lendemain, la suite du sultan se rendit à Harput673. Dix huit engins de siège furent disposés qui projetèrent des boulets de pierres sans interruption sur la forteresse, si bien que les assiégés virent leur temps et leur espace de vie se rétrécir674. Par ailleurs, le destin fit bien les choses : dans la cuisine du malik de Harput on avait suspendu dans le four un agneau pour le faire rôtir et que l’on devait servir au malik et aux princes de Syrie. Soudain, le maître de cuisine entra et annonça qu’un boulet était tombé sur le four et qu’il avait projeté sur le sol l’agneau réduit en lambeaux. Le malik de Ḥamât, qui était un homme avisé, dit : « Loin de nous la pensée de nous opposer à des gens à qui la chance sourit675. À mon avis, l’un d’entre nous doit se rendre auprès du sultan et poser sa main sur la bordure du vêtement de sa magnanimité. Il se pourrait alors qu’il nous accorde la vie sauve. »

394Recevant l’approbation de tous, le malik de Ḥamât, qui avait suggéré cela, se rendit auprès du sultan. On lui fit l’honneur de l’écouter avec bienveillance et son intercession trouverait un écho favorable, à condition que les princes et les émirs de Syrie n’emportassent la moindre chose hors de la forteresse et se contentassent d’avoir la vie sauve. Puis, on rédigea le document de grâce portant ces conditions. Cependant les boulets continuèrent à tomber de la même façon qu’auparavant sur la forteresse.

  • 676 A l’heure de la prière de l’après-midi. Cf. Oġuznâme, folio 271, 10.
  • 677 Ceci est peu compréhensible. Cf. AS p. 446.

395Le lendemain, lorsque les rubans des bannières du sultan des pays d’Orient commencèrent à voleter au-dessus des créneaux couleur turquoise de ce château bleu, de hauts cris poussés par les assiégés s’élevèrent par delà les créneaux pour demander grâce et pour que l’on hissât la bannière (du sultan). Le garde du corps (khâṣṣ) Toghrul apporta la bannière sur la tour du château et la hissa. À l’intérieur et à l’extérieur du château le son des trompettes de la joie monta jusqu’à l’oreille des planètes. Les émirs et les princes de Syrie sortirent du château et dressèrent leur campement en un lieu que leur avaient indiqué les mehmândârân. Le sultan fit parvenir à chacun d’entre eux, et selon son rang, un vêtement honorifique et ordonna qu’ils fussent présents à l’heure de la deuxième prière676 au festin-qui-réjouit-le-monde. Tous les émirs et les princes vinrent parés de leur vêtement honorifique et savourèrent les mets et les boissons les plus digestes. Seul Shams al-Dîn Ṣawâb, n’accorda pas un seul regard à son vêtement honorifique et, lors du festin, ne toucha pas au pain. Le sultan se mit en grande colère à cause de sa mauvaise volonté et de son orgueil et dit à l’émir Kamâl al-Dîn : « Il ne s’est pas paré de notre vêtement royal noir677 et n’a pas mangé le pain. » Kamâl al-Dîn répondit : « Il a mangé avec ses deux mains et il est repu. » Entendant cette plaisanterie, le sultan sourit. Le lendemain, on informa les troupes que celui qui vendrait des animaux de bât aux Syriens ne recevrait comme punition rien d’autre que la décapitation et la pendaison. Ce traitement indigne était dû au comportement déplacé de Ṣawâb. Le lendemain il fut permis aux Syriens de partir et ils rentrèrent dans leur pays. Comme Ṣawâb avait une forte constitution due à un surpoids et n’avait pas de forces pour aller à pied, ses serviteurs le portèrent chacun à son tour sur un bouclier géorgien afin de l’amener dans le territoire de Syrie.

  • 678 On fit l’inventaire des biens, AS p. 446.
  • 679 En passant par Malatya, AS p. 116.
  • 680 Šarâbsâlâr. Faḫruddîn Âyâz. Lui et Kamâluddîn Kamyâr passent pour être déjà morts (raḥimahumâ’llâh(...)

396Lorsque la permission de partir fut donnée aux Syriens, les intendants et les hauts fonctionnaires du sultan se rendirent au château et effectuèrent les travaux678. Puis, le sultan se rendit à Kayseri679 et chargea Kamâl al-Dîn Kâmyâr et l’échanson Âyâz680 de purifier les princes qu’il avait eus de la reine ҅Âdilîya et de procéder à la circoncision selon la tradition des sultans. Lui-même partit prendre ses quartiers d’hiver à Antalya et à Alanya.

La conquête de Ḥarrân, Ruhâ et Raqqa, de leurs environs et des territoires leur appartenant

  • 681 Pour mûj et ḫamîr cf. Steinglass p. 1350a : mûyi khamir : Bahâri ‘Ajam ajoute et explique que les (...)
  • 682 Le malik al-umarâ’ Kamâluddîn se rend alors auprès du sultan, lui relate les évènements et reçoit (...)

397Lorsque, sur l’ordre divin, le cortège du roi des étoiles quitta la constellation du poisson pour se rendre sur la prairie de la constellation du bélier et que, par son art, il enveloppa les sommets des montagnes d’une parure et d’un voile, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier quitta Antalya et Alanya pour se rendre à Kayseri, où les troupes étaient rassemblées. Il ordonna à l’émir Kamâl al-Dîn et aux autres grands dignitaires de l’état de mettre l’armée en ordre de marche avec toute l’énergie nécessaire pour aller conquérir Ḥarrân, Ruhâ et Raqqa, ainsi que les territoires leur appartenant et faire des cités et des châteaux de ҅Âdil et Kâmil le lieu de campement des gazelles et le refuge des chèvres sauvages et des outardes. Tel l’éclair foudroyant, le malik al-҅Umarâ Kamâl al-Dîn se mit en route avec 50 000 cavaliers. Lorsqu’il arriva dans cette région, on positionna les catapultes. Les créneaux de la forteresse de Ḥarrân avaient beau rivaliser avec les tours des étoiles et refuser de nommer le mont Qâf, et les vaguelettes dans les douves avaient beau ébranler le cœur de la mer d’Oman, les assauts successifs et ininterrompus et les boulets tirés par les catapultes qui tombaient sur toutes les salles et les chambres, firent trembler les occupants de la forteresse qui, par devoir, firent preuve de patience pendant deux mois. Mais, lorsqu’ils ne purent plus avaler l’amertume de la patience contenue dans le calice et que dans la ville les troupes géorgiennes et franques se comportèrent de façon indécente envers les harems des musulmans, ils implorèrent le pardon pour mettre fin à ce malheur et pour sauver leur vie. Ils dépêchèrent donc les notables auprès du malik al-҅Umarâ et convinrent de ne rien emporter hors de la forteresse, hormis leurs enfants et leurs femmes. Aussi sortirent-ils facilement de la forteresse nus, telle une gousse d’ail épluchée et tel un cheveu qui perce à travers la pâte681. Puis les soldats hissèrent la bannière tout là-haut. Seuls les émirs se rendirent dans la forteresse, consignèrent dans les livres des comptes les biens et les trésors incommensurables, apposèrent les scellés sur les caisses et les portes des maisons et relatèrent tout cela au sultan. Après avoir loué les actes des émirs, le sultan ordonna que l’on prît toutes les précautions pour transférer les richesses au trésor impérial, qu’on laissât dans la forteresse ce qui avait été inventorié et qui était nécessaire, et que le reste, qui pourrait avoir une certaine valeur, fût envoyé à Malatya-La-Bien-Gardée, que l’on réparât les brèches faites dans la forteresse et que, après exécution du souhait du sultan, l’on se mît en route pour rejoindre la cour682.

398Après que le malik al-҅Umarâ et les troupes eurent quitté la forteresse de Ḥarrân, des émissaires venus de Malatya arrivèrent soudainement à la cour, annonçant que le malik Kâmil était revenu à Ḥarrân, qu’il avait fait le siège de la forteresse et avait repris celle-ci. Ils dirent qu’il avait enfermé les gardiens du château, la garnison et les intendants dans des sacs, qu’il les avait chargés sur des chameaux et expédiés en Égypte et qu’il les tenait durablement prisonniers. Bien que le sultan, entendant cette nouvelle, fût soucieux, il récita cependant : « Ainsi une journée de combat se termine-telle en notre faveur, et une journée de combat en notre défaveur » et dit : « Reprendre Ḥarrân, n’est pas une priorité. Je pense qu’il vaut mieux que vous vous mettiez en marche pour aller assiéger Amîd. » Kamâl al-Dîn Kâmyâr répondit : « L’ordre donné appartient au padischah. Si les troupes-toujours-victorieuses allaient combattre les forteresses du ciel, elles en précipiteraient facilement les tours au plus profond de la terre. Mais comme Amîd est une ville dont la muraille est une montagne de marbre qu’aucun sultan n’a pu conquérir en combattant ou en en faisant le siège, nous ne réussirons pas facilement à la conquérir. Mais, je suppose que l’on pourrait la conquérir d’ici trois ans en brûlant la première année les récoltes, en chassant les troupeaux et en faisant prisonniers les paysans et les grands propriétaires terriens que l’on précipiterait dans la misère. La deuxième année, on empêcherait la livraison des provisions et du ravitaillement. La troisième année, il se pourrait qu’ils implorent la grâce et qu’ils livrent la ville. »

  • 683 La suite, qui manque in Muḫtaṣar, est à lire in AS p. 450.

399Le sultan, ayant écouté cet avis, renonça à assiéger Amîd dont il repoussa le siège683. Cependant, à tout instant et de façon détournée, il faisait allusion à Amîd et en parlait à la ronde.

Le Pervâneh Tâdj al-Dîn entreprend le siège d’Amîd et s’en retourne déçu

  • 684 Zi ҅âmat-i-ǧujûš.

400Un jour, alors qu’il buvait le vin avec le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier et qu’il trouvait que ce dernier avait le cœur joyeux, le pervâneh Tâdj al-Dîn, fils du cadi Sharaf al-Dîn Erzindjânî, – ayant l’intention de faire venir plus de chalands sur son marché et voulant dénigrer les marchandises qui faisaient l’honneur de Kamâl al-Dîn Kâmyâr et que les habitants du monde enviaient – dit : « Si le sultan permet à son serviteur d’aller à Amîd avec la vieille armée et les Khwârizmiens, peut-être parviendra-t-il en six mois, peut-être moins, [à prendre Amîd]. » Le sultan, lui confiant cette entreprise, lui accorda une distinction. Il lui attribua le haut commandement684 et permit aux troupes, conduites par le pervâneh et équipées du matériel de guerre, de se mettre en marche.

  • 685 Composée de Turcs, de Francs et d’Allemands (ez Türk u Firenk u Almân), AS p. 451. [MB et HLP : Il (...)
  • 686 L’unité de poids canonique mann prédominait vraisemblablement chez les Seldjoukides de Rûm et pesa (...)

401Arrivé à Amîd, le pervâneh s’employa un certain temps à en faire le siège. Cependant, le succès ne pointait pas. Qîrkhân et les autres émirs khwârizmiens envahirent ces pays car leur cœur était empli de ressentiment – envers le malik Ġâzî, Badr al-Dîn Lu’lu’ et envers le malik Manṣûr, seigneur de Mardin – à cause du sultan Djalâl al-Dîn. En effet, ces derniers n’avaient pas fait preuve de bon vouloir lorsque Djalâl al-Dîn avait trouvé refuge auprès d’eux. Jusqu’aux portes de Sindjâr ils tuèrent, s’emparèrent des esclaves, pillèrent, incendièrent et se livrèrent à la destruction. On fit part à la cour du sultanat de cette situation, (mais) le sultan n’était préoccupé que par la prise d’Amîd. Il dépêcha le sâhib Shams al-Dîn al-Isfahânî à la tête d’une autre armée685, pourvue d’argent et équipée d’un matériel de guerre incommensurable. Les boulets de fer destinés aux catapultes, d’un poids de un mann686, de trois mann et de cinq mann, furent chargés sur des chameaux. Mais, même le sahib, ne put conquérir Amîd et craignit la colère de la cour du sultan. Comme si l’affaire concernant Amîd était terminée, le sahib présenta à la cour la situation ainsi : la prise d’Amîd était sur le point de réussir lorsque l’hiver arriva soudainement, si bien que les troupes perdirent de leur ardeur pour entreprendre le combat. C’est pourquoi ils eurent la permission de dissoudre l’armée et de se retirer. Mais le sultan dit : « L’an prochain, je m’occuperai moi-même de cette affaire importante, afin d’obtenir le succès. » Lorsque les émirs arrivèrent auprès du sultan, il ne leur fit aucun reproche et oublia ce qui s’était passé.

L’arrivée des émissaires venus du campement de la cour des Mongols auprès du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier]

402L’émir Shams al-Dîn ҅Umar Qazwînî a raconté ceci :

  • 687 Bargostân a pour origine le mot moyen-perse kost qui signifie la côte. Il a donné en persan le mot (...)
  • 688 In AS p. 453, il y a un blanc. Dans le Oġuznâme, f. 275, 13 : Ogotay Ḫân.
  • 689 Cf. AS p. 454.
  • 690 Cf. AS p. 455 (sic !) et Oġuznâme, f. 276, 16.
  • 691 Cf. AS p. 454 (sic !) et Oġuznâme, f. 276, 3. Le Muḫtaṣar semble proposer une faute d’écriture ou d (...)
  • 692 Païza. Cf. Zenker I, 174 : « Diplôme royal (le pai chinois, une plaque en or, qui permet à son déte (...)
  • 693 Yarligh est un terme utilisé par l’historiographie russe concernant les décrets du khân de l’empire (...)

403« Le temps passant, je quittai mon ancien pays qui était le lieu où l’on m’avait coupé le cordon ombilical et où ma famille était rassemblée et je devins marchand. Lorsque j’arrivai à Erzurum et que je vis que le calme et l’aisance régnaient dans cette ville, j’y séjournai quelque temps et j’acquis une fortune. Soudain je me décidai à fabriquer des armures687, et je devins joaillier en travaillant les pierres précieuses de toutes les couleurs. Puis je me dis : “Ces objets sont dignes du trésor du grand seigneur des Mongols688”. Je fis sceller mon cheval et je me mis en route pour rejoindre la cour du grand seigneur. Arrivé à la cour, les affaires marchèrent bien et le commerce fut florissant. Lors de la vente le grand seigneur était présent et me demanda : “D’où viens-tu ?” Je répondis : “Du pays de Rûm”. Il dit : “Ce pays est bien dans les mains du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier ?” Je répondis : “Oui” Il dit : “De quelle façon gouverne-t-il ?” Je répondis : “Il gouverne de telle façon que le grand seigneur l’approuverait et il n’a pas son pareil en terre d’islam. Sa droiture et sa raison sont parfaites, son empire est florissant, sa fortune est grande et ses sujets sont heureux.” Il dit : “Il serait insensé de ne pas accorder notre assistance à un tel souverain, de ne pas lui faire savoir689 qu’il veuille bien conclure une alliance avec nous et que son empire et ses sujets doivent continuer à vivre dans le bien-être. Si je te dépêchais auprès de lui, afin que tu lui apportes une ambassade, irais-tu ?” J’argumentai ainsi : “Je suis un commerçant qui ne possède pas toutes les connaissances d’un ambassadeur nécessaires et subtiles pour une telle mission. Il est possible que, sans m’en rendre compte, je commette quelque indélicatesse que l’on me reprochera.” Il dit : “Comme notre regard s’est porté sur toi et comme nous t’avons choisi pour une telle mission, Dieu te mettra sur la langue ce qu’il est bon de dire aux hommes.” Puis le grand seigneur me dépêcha en 633 (qui débute le 16 septembre 1235) depuis Sebze Ordu690 auprès du sultan, accompagné par deux fonctionnaires mongols, Tudaun et Urumtay691. Je lui apportai un diplôme692 d’or et d’argent avec un yarligh693 portant ceci :

Copie du Yarligh qui parvint au sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier

  • 694 AS p. 454 et Oġuznâme, f. 276, 13. Cf. AS p. 455 et Oġuznâme, f. 276, 13/14.

Que le souverain, le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier, qui juge et agit selon l’équité, veuille bien savoir ceci : nous avons entendu l’appel du bien que tu mets à gouverner et à traiter tes sujets, nous avons aussi entendu que les populations sont satisfaites de toi, et nous acquiesçons à cela. Nous t’avons accordé des marques de faveur et avons souhaité que tu puisses continuer à exercer ta souveraineté avec constance, dans le contentement et la satisfaction. Comme Dieu, le Sublime, nous a fait grand et puissant, et comme Il a offert à notre dynastie la surface de la terre où tu passes sur un chemin qui t’est permis, il nous a semblé nécessaire, de Vous indiquer notre point de vue et Vous inviter à prendre le chemin de l’alliance que nous voulons sceller et à suivre la voie de la soumission. Comme nous venons d’indiquer notre point de vue, puissions-nous ne pas en arriver à ce que notre armée envahisse694 le pays de ceux qui ne veulent pas sceller d’alliance et qui ne veulent pas se soumettre. Puisse notre armée ne pas en arriver à les tuer, à faire de leurs femmes et de leurs enfants des esclaves, à piller et à détruire leurs biens et à leur infliger le malheur.

  • 695 La neuvième année du cycle du bestiaire. Cf. Radloff, Wörterbuch IV, 1781, et Kurat, Uluǧ Muhammed (...)

Écrit en l’an Bîčîn (du singe)695.

  • 696 La lecture me parer douteuse. Dans le Oġuznâme, f. 277, 7 on ne mentionne ni la Kunya ni la ville d (...)

404Puis, je me mis en route. Après avoir déroulé la liste des routes des pays, j’arrivai dans l’empire de Rûm. Lorsque j’arrivai à Kayseri, le sultan séjournait alors à Alanya. Mubâriz al-Dîn Čavly dépêcha un émissaire qui présenta au sultan notre affaire. On nous retint à Kayseri jusqu’au printemps. Après sa promenade à cheval, [Mubâriz al-Dîn] se présentait tous les jours devant le dîvân pour nous voir et nous porter grande attention. Lorsque le visage du printemps se fit riant, le sultan quitta Alanya pour rejoindre Kayseri. Il nous fit venir auprès de lui et nous témoigna sa considération. Lorsque je lui remis la lettre portant l’ordre donné (yarligh), il se dressa et le lut. Lorsqu’il eut quitté son trône et qu’il me fit venir dans son cabinet privé, sans que mes deux fonctionnaires mongols m’accompagnassent, les premières paroles que je lui entendis dire furent : “Remercié soit le Créateur car l’émissaire, élu de Dieu, qui est arrivé ici auprès de Nous, est un musulman qui a été fait puissant par Dieu et qui Nous a (aussi) fait puissant et s’est souvenu de (Nous).” Puis il dit : “Ce que je te demande, tu devras l’exprimer car ce sera un aveu de nature religieuse.” Je répondis : “Tout ce que je sais, je l’exprimerai naturellement, sans omettre quoi que ce soit.” Il dit : “Dès que nous serons devenus des alliés (êl), ils convoiteront notre empire.” Je répondis : “Que Dieu nous en préserve ! Faire alliance (êlî) avec eux signifierait simplement que chaque année une ambassade (êlčî) aille chez l’ilkhan, qu’on lui apporte quelques fragments de ces vêtements qui moisissent dans les magasins, qu’on lui amène quelques uns de ces chevaux vieillissant dans les enclos et les écuries et qu’on lui offre quelques [onces] de cet or qui dort sous la terre. Ainsi leur ressemblerait-on par l’image que l’on donnerait de nous.” Le sultan accepta les conditions de l’alliance (êlî) et donna des ordres en conséquence. On prépara donc des présents, des dons et des spécialités de Rûm. Soudain, le 3 chawwal de l’an 634 (30 mai 1237 ap. J.-C.), (le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier) rejoignit Dieu et son fils Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II monta sur le trône. Il me dépêcha des fonctionnaires et (me fit dire) : “Mon père t’a parlé comme à un frère et je t’appellerai ‘mon père’. Moi aussi, je vais prendre le chemin qui conduit à l’alliance (êlî) et à la soumission.” Par l’intermédiaire de Fakhr al-Dîn, fils de Djabr-i-Miṣrî, il fit parvenir à Malatya696 les présents que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier avait ordonné de préparer.

  • 697 Le titre et le nom du khân des Mongols manquent in Muḫtaṣar et constamment in AS. In Oġuznâme on in (...)
  • 698 Cf. AS p. 456 (sic !) et Oġuznâme f. 277, 14. Cf. Zenker (en turc oriental : destin funeste, déclin (...)
  • 699 Cf. AS p. 456 (sic !) et Oġuznâme, f. 277, 16. Cf. Ǧuwainî II p. 216.

405Lorsque l’on arriva au pays du Khorassan, les hérétiques nous assaillirent avec leurs nombreuses troupes et nous acculèrent sur le Gird Kûh (la montagne de Dâmġân). Et pendant trois mois et dix jours nous y fûmes retenus prisonniers. Lorsque le khân697 apprit la nouvelle nous concernant, le noyan Djurmâghûn fut dépêché pour nous délivrer de leur main. Lorsque nous arrivâmes auprès du khân, et que nous lui firent part du traitement honorifique qu’on lui réservait, de l’acceptation des conditions de l’alliance, des présents à apprêter et de la mort du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier, il dit trois fois : “Qyran, Qyran, Qyran698” et accepta avec bienveillance les conditions de l’alliance (êlî) entérinées par Ghiyâth al-Dîn. L’ordre me fut alors donné de me rendre dans le pays de Rûm, où je devais exercer la fonction d’inspecteur (bâsqâq)699. Lorsque j’arrivai en Irak, le noyan Baydjû se trouvait déjà au Köseh-Dâgh, défiant Ghiyât al-Dîn et la situation avait ainsi évolué. »

La mort du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier

  • 700 al- Mustanṣir billâh, calife abbasside qui régna de 1226 -1242 ap. J.-C. Cf. EI : al-Mustanṣir bill (...)
  • 701 Šamsuddîn Altynbe, AS p. 458.
  • 702 Le sultan se préparait à mener une expédition contre la Syrie, AS p. 459.

406Alors que le soleil des mérites et de la grandeur du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier brillait de tous ses feux sur la souveraineté que le sultan exerçait sur le monde et sur le bonheur, ou plutôt : alors que le soleil se heurtait au mur du déclin, alors que les puissants de ce monde posaient leur front sur les écrits portant les ordres du sultan, alors que le sultan, en raison de l’héritage qu’il reçut de ses oncles paternels, partageait la souveraineté avec le seigneur des croyants Mustanṣir700, alors que l’on adressait la parole au sultan ayant le titre de sultan-i-a ҅ẓam et de qasîm-i-mu’aẓẓam, le sultan rassembla ses troupes à Kayseri afin de marcher sur la Syrie car le malik Kâmil avait répandu la poussière du chagrin sur son illustre âme. Et pour remplacer le sharabsalâr Fakhr al-Dîn Ayas, qui avait été le meilleur des gardes du corps et qui avait rejoint Dieu, il confia à Qîrkhân la tâche de garder Sivas et d’en prendre soin. Pour exercer la régence sur Erzindjân, il nomma à nouveau le malik Ghiyâth al-Dîn et désigna le tshashnegîr Altunabeh701 pour exercer sur son état la fonction d’atabeg et de malik al-҅Umarâ. Et, il désigna le malik ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân pour lui succéder sur le trône et revêtir la dignité de sultan de Rûm. Il contraignit alors tous les émirs à l’obéissance, si bien que tous posèrent leur main dans celle du sultan pour exprimer qu’ils le reconnaissaient comme tel et ils lui prêtèrent serment d’amitié et d’approbation, que ce soit par sympathie ou par crainte702.

  • 703 Cf. AS p. 459 et Oguzname, f. 27.
  • 704 Après resulân un blanc. Dans la marge il y a ‘Qa’ân. Donc étaient présents : les émissaires de l’il (...)

407Lorsque le nouveau croissant de lune du mois de chawwal de l’an 634 (le 28 mai 1237 apr. J.-C.) devint visible, des troupes se rassemblèrent dans la plaine de Mašhadîya. Elles étaient si nombreuses que l’on ne pouvait les compter. Les soldats se rassemblèrent sur la lice et chacun faisait montre de ses capacités particulières. Puis ils libérèrent la lice et le sultan jouta avec son javelot contre Djalâl al-Dîn Qaratây, mais ce dernier para les coups avec sa massue d’acier. Ils jouèrent plusieurs fois à ce jeu. Puis, le sultan se rendit dans sa tente royale703 supportée par trois mâts et tous deux firent la prière. Puis, on apprêta le festin, puis on desservit. Le troisième jour du mois de chawwal le sultan ordonna que tous les ambassadeurs, qui avaient été présents704 à Kayseri, vinssent participer au festin. Les émirs et les hauts personnages de la cour du sultan et les dignitaires vinrent aussi. On apporta les ustensiles pour le festin et les voix des musiciens, qui connaissaient de belles mélodies, retentirent. Les échansons aux mollets d’argent, parés de leur ceinture d’or, commencèrent, tels des cyprès se balançant au vent, à aller et venir autour des commensaux. Le son de la flûte envoûtante retentit :

Prenez votre part de bien-être et de plaisirs
Car tout aura une fin, même si l’échéance est lointaine.

408Mais, l’oiseau de malheur au chant rauque et plaintif entonna de sa voix horrible ce chant...

  • 705 Cf. Lane p. 1303 b.

Combien d’hommes nos yeux ont-ils vus
Qui mélangeaient le vin à l’eau claire ?!
Un matin ils furent dispersés705
Et ainsi le destin est-il un état qui succède à un autre état.

  • 706 Ǧalaluddîn Qaraṭay, AS p. 462.
  • 707 Le 31 mai était un dimanche. La date indiquée in Muḫtaṣar ne l’est pas in AS p. 462.

409... qui parvint aux oreilles des commensaux qui savouraient le vin de leur gobelet. Soudain le préposé aux cuisines apporta une volaille rôtie et farcie aux lentilles, encore chaude, et la découpa devant le sultan. Le sultan en apprécia quelques morceaux. Quelques instants plus tard, le comportement de son illustre personne changea soudain. Les hôtes, bouleversés, partirent chacun de leur côté. Le sultan, qui se sentait fort mal et fiévreux, se rendit à cheval et à grand-peine en son château de Kayqubâdhiya, où il ne put s’empêcher de vomir. Alors, il dit à Qaratây706 : « C’est ma fin. Il faut faire venir Kamâl al-Dîn Kâmyâr, afin que je lui indique mes dernières volontés. » Les serviteurs du sultan se hâtèrent d’aller le chercher. C’était l’heure de la prière de la nuit lorsqu’il arriva à la cour. Le sultan avait du mal à parler. Quels que fussent les gestes ou les signes du sultan, l’émir Kamâl al-Dîn ne les comprenait pas. Il s’en revint rapidement dans ses foyers. Ce fut dans la nuit de dimanche à lundi, du 4 chawwal 634707, que le sultan quitta le palais de Kayqubâdhiya pour rejoindre le Paradis. Deux jours plus tard, on transporta son corps à Konya et on le déposa auprès de ses pères et de ses ancêtres.

410À cause de cette séparation, le cœur de l’éclair s’enflamma et l’œil du nuage se remplit d’eau. Dès ce jour, les affaires de l’empire et du peuple connurent le déclin et le désarroi. Et l’ordre qui était bien établi se rompit telles les perles d’une chaîne. Et par une coïncidence étrange, le malik Kâmil et le malik Ashraf furent appelés durant ces jours dans l’au-delà, eux, qui dans leur for intérieur, nourrirent toujours l’envie de conduire l’empire de Rûm, envie qu’ils avaient toujours tenu cachée. La situation des pays de Rûm bascula dans le désarroi, et, dans ces pays jadis si agréables, qui étaient devenus un asile pour les étrangers et un refuge pour les faibles, aucun breuvage digeste ne coula dans les gosiers sans que mille fleuves de sang n’eussent jailli des cœurs et des âmes.

Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II ibn ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier s’empare du trône708

  • 708 À ce titre est ajoutée la date suivante : lundi, 5 sawwal 634 de l’Hégire, soit le lundi 1er juin 1 (...)
  • 709 Superviseur des domaines et des fondations pieuses. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 87.
  • 710 Cf. AS p. 464 et Oġuznâme, f. 281, 1.

411Lorsque le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier eut dressé la tente de l’âme à l’ombre de la miséricorde divine et se fut rendu dans les jardins du Paradis des délices, on fit part au malik Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw du mauvais état de santé du sultan. Le malik envoya en toute hâte des émissaires auprès de chaque grand émir de l’état, dont il exigea qu’ils lui témoignassent leur amitié et leur faveur. Ainsi, obtint-il obéissance et approbation auprès du tshashnegîr Shams al-Dîn Altunabeh, du pervâneh Tâdj al-Dîn, fils du cadi Sharaf, du ustâdh-dâr709 Djamâl al-Dîn Farûkh710, de Sa ҅d al-Dîn Köpek et de Żahîr al-Dîn Daula, fils du Géorgien (Gurdjî).

  • 711 Ḥusâmuddîn Qyrḫân, AS p. 464.
  • 712 L’émir Šamsuddîn Altynbe, qui était devenu atabeg, AS p. 465.
  • 713 ҅Alâ’uddîn Kaiqobâd Ier , AS p. 465.

412Le lendemain, l’émir Kamâl al-Dîn, Husâm al-Dîn Qaymarî, Qîrkhân711 et les autres émirs, qui n’avaient pas encore appris la mort du sultan, allaient et venaient à cheval sur la place. Ils virent Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw ainsi que les émirs qui avaient répondu à son appel. Sur leur monture aux naseaux écumant, ils arrivaient de Kayqubâdhiya, se hâtant de venir en la ville. Ils se rendirent aussitôt au palais du sultanat et, apercevant la foule qui rendait hommage à Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw, ils lui jurèrent aussi amitié et respect. Le tshashnegîr Altunabeh712 et le précepteur Djamâl al-Dîn Farûkh prirent le sultan par la main et le firent asseoir sur le trône. Puis, ils baisèrent sa main et firent des dons de joyeux événements. Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II ordonna aussitôt de libérer tous les prisonniers du cachot et de fermer les portes de la ville à double tour. Lorsque Husâm al-Dîn Qaymarî apprit que les émirs avaient intronisé Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw, malgré leur accord et le contrat qu’ils avaient passé avec le sultan713, il se mit en colère et dit à l’émir Kamâl al-Dîn et à Qîrkhân : « Le malik ҅Izz al-Dîn Qilidj-Arslân est à Kayqubâdhiya. Nous devrions respecter le contrat passé avec feu le sultan, introniser ҅Izz al-Dîn Qilidj Arslân et passer par le fil de l’épée ceux qui s’y opposeraient. L’armée est avec nous et nous avons sous la main le successeur au trône. Jamais une telle ignominie ne devrait nous accabler et en faisant le siège de la ville, nous tuerons dans l’œuf les souhaits de ceux qui sont du côté de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw et qui résisteront. »

413Qîrkhân partagea l’avis de Qaymarî. Kamâl al-Dîn Kâmyâr hésita et tergiversa. Soudain, la nouvelle suivante parvint de la ville à Kamâl al-Dîn : « L’affaire est plus avancée que vous ne le croyez. Ceux qui se sont empressés de venir ici ont préservé leur vie et leurs biens. Ceux qui persistent à s’opposer au vent qui souffle en faveur du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II ne seront pas guéris de leur blessure en s’oignant de l’onguent du remords. »

  • 714 Cf. note 420.
  • 715 Ḥusâmuddîn Qyrḫân, Ḥusâmuddîn Qaymarî et Kamâluddin Kâmyâr, AS p. 466.

414L’émir Kamâl al-Dîn n’accorda pas attention à ces propos. Jusqu’à l’heure de la prière de l’après-midi ils flânèrent aux alentours de la plaine de Mashhad714. Lorsqu’ils virent que leur hésitation et leur mauvaise humeur ne servaient à rien et que l’on ne pouvait imaginer ajouter quoi que ce soit à la décision divine (Coran, II, 247) : « Dieu donne sa royauté à qui il veut », les trois émirs715 se rendirent en la ville et félicitèrent le sultan d’avoir accédé au sultanat. Le pervâneh Tâdj al-Dîn s’empressa d’accueillir l’émir Kamâl al-Dîn afin qu’il prêtât serment, que ce dernier refusa et prit le Livre saint, s’approcha du trône et prêta serment avec une éloquence telle que tous les dignitaires et les gens lettrés, qui ce jour-là étaient présents, s’en étonnèrent. Puis, ce fut au tour de Qîrkhân, de Qaymarî et des autres princes de prêter serment. Ainsi reconnut-on que le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II était paré de la souveraineté. Des firmans, couronnés par la tughrâ : « La royauté appartient à Dieu » furent alors envoyés dans les territoires et les prisonniers furent libérés.

L’arrestation de Qîrkhân. La fuite en Syrie de l’armée Khwârizmienne

415Sa ҅d al-Dîn Köpek se mit à faire des actions répréhensibles à cause de son mauvais caractère et de son mauvais esprit. Auprès du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II il calomnia Qîrkhân qui faisait partie des grands émirs de l’armée khwârizmienne, argumentant ainsi : « Il va s’éloigner de toi. Et s’il quitte ce pays pour se rendre en un autre, il va soulever tes ennemis car il a connaissance du nombre de tes troupes, du nombre et de la nature de tes possessions. À mon avis, vous devez l’arrêter, afin que les autres émirs, par crainte et par effroi, demeurent sur la voie de la loyauté et ne nourrissent pas l’intention de quitter cette cour. »

  • 716 Zamandos. Cf. note 419. Cf. aussi AS p. 468 et Oġuznâme, f. 283, 5. Cf. Ramsay, index : Zamandos.
  • 717 Saifuddaula Ertoquš. Cf. AS p. 468 et Oġuznâme, f. 283, 12 sqq.
  • 718 Subâshî, Cf. Oġuznâme, même passage, f. 283, 13.
  • 719 La signification de la phrase piš giriften doit être comprise comme un turcisme. Cela correspond au (...)
  • 720 Lorsque les Ḫvarizmiens eurent appris l’arrivée des troupes du sultan, ils dépêchèrent un émissaire (...)

416Par incompréhension et par manque d’expérience, qui sont l’apanage des enfants et des jeunes gens, le sultan donna l’ordre d’aller le chercher et de le retenir dans la mosquée du palais. On le ramena, enchaîné, pendant la nuit dans la forteresse de Zamando716 où il succomba à une maladie. Lorsque les autres émirs apprirent cela, ils prirent la fuite. Des troubles et de l’agitation ébranlèrent l’empire de Rûm car on pillait et volait dans ce pays. Le sultan demanda à Kamâl al-Dîn Kâmyâr de veiller à ce qu’ils revinssent. Il se mit donc en route avec des troupes et arriva à Malatya. Il dépêcha alors à Harput Ertöküsh717, qui était gouverneur militaire718 de Malatya, afin qu’il recherchât les Khwârizmiens qui avaient franchi l’Euphrate après être passés par Arabkir. Ertöküsh et Sayf al-Dîn Bayrâm, le subâshî de Harput, retinrent les Khwârizmiens719. Ceux-ci dépêchèrent un émissaire apportant le message suivant720 :

« Après notre incessante errance nous avions trouvé le repos et le bonheur à l’ombre de feu le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier. Lorsque ce dernier eut rejoint Dieu, vous avez emprisonné notre chef Qîrkhân, qui était innocent. C’est donc par crainte que nous avions renoncé au service que nous exercions auprès de cette dynastie et que nous sommes partis dans le monde pour y chercher notre pain quotidien. Maintenant, le mieux serait que vous vous en retourniez et que vous ne nous contraignissiez pas à ce que nous nous opposions à respecter la bienséance que l’on doit à un hôte. »

  • 721 « Bairâm » in AS p. 469 et Oġuznâme, f. 283, 10.
  • 722 Pour rejoindre Kayseri, AS p. 470.
  • 723 Le sultan resta un certain temps à Kayseri. Puis, comme le faisait feu le sultan, il alla prendre s (...)

417Par fierté et par orgueil, Ertöküsh et Sayf al-Dîn Bayrâm ne suivirent pas ce conseil. Au contraire, ils engagèrent le combat. Lors de la bataille, la dépouille de Shams al-Dîn Bayrâm (Sayf al-Dîn Bayrâm)721 fut réduite en miettes destinées à la dent des loups, Sayf al-Dîn Daula Ertöküsh fut fait prisonnier et les khwârizmiens rassemblèrent d’innombrables chevaux comme butin. Sans s’arrêter plus longtemps, ils se rendirent dans le pays de Syrie et s’emparèrent des principautés de Ḥârran, Ruhâ, Raqqa, Sarûdj et d’autres places. Lorsque Kamâl al-Dîn Kâmyâr eut appris la défaite de l’armée, la chouette du chagrin s’abattit sur lui et fit son nid dans son cœur et dans son âme. Il ne lui avait pas été donné la force d’avancer ni de reculer. Il fut obligé d’ordonner la retraite722 et relata les évènements. Grâce à cet évènement, ce maudit Köpek put ouvrir de larges brèches qui ébranlèrent l’illustre maison de l’émir Kamâl al-Dîn et, comme je l’écrirai plus tard, il parvint secrètement à goûter et à faire goûter à beaucoup d’autres émirs le breuvage de la mort723.

Köpek entreprend de tuer les grands dignitaires de l’empire de Rûm

  • 724 Je complète le passage en référence à AS p. 470. Jazyǧyoġlu ‘Ali a dû même avoir sous les yeux un t (...)
  • 725 Je complète ici le texte par AS p. 470.

418Comme Shams al-Dîn Altunabeh avait dit724 à l’occasion : « Il faut éloigner ce chien de la cour, sinon il contaminera beaucoup d’entre nous qu’aucun onguent ne pourra guérir725. » La peur et la crainte s’étaient emparées de Köpek, d’autant que Kamâl al-Dîn Kâmyâr avait jadis empêché cette contamination.

  • 726 Nišân.
  • 727 Je lis ainsi en me référant à AS p. 471 et au Oġuznâme, f. 284, 15.
  • 728 Je lis ainsi d’après AS p. 471.
  • 729 Engûrîye.
  • 730 Iqṭâ‘.
  • 731 Cf. AS p. 471.

419Alors que les émirs étaient absents, Köpek saisit la bonne occasion pour remplir le calice de la colère du sultan Ghiyât al-Dîn Kay-Khusraw II en calomniant l’atabeg Altunabeh. Mais, dans cette affaire, le pervâneh Tâdj al-Dîn [lui] resta fidèle. Un jour, alors que le dîvân du sultanat était paré de la présence des dignitaires de l’état et que Shams al-Dîn Altunabeh portait la tughrâ726 sur les écrits de l’état, apparurent le pervâneh Tâdj al-Dîn et Köpek qui venaient de servir le sultan. Köpek, ayant à son doigt l’anneau portant le sceau du sultan, entra précipitamment, se saisit de la barbe blanche de Shams al-Dîn Altunabeh qu’il fit tomber de son siège et qu’il confia à un garde du corps afin qu’il allât l’exécuter. Personne n’eut le courage de s’enquérir du pourquoi et du comment de cette affaire. Le sahib Shams al-Dîn Isfahânî dit à Kamâl al-Dîn Kâmyâr : « Si nous ne trouvons pas un remède à cette affaire, Köpek sera encore plus insolent et sa mauvaise conduite contaminera d’autres émirs. Il faut empêcher cette exécution. » Kamâl al-Dîn trouva quelques excuses727 et déconseilla au sahib, pour son propre bien, de s’exprimer. L’insolence de Köpek devint une affaire de tous les jours. Plus tard, il considéra qu’il devait se comporter autrement728 envers le pervâneh Tâdj al-Dîn. Il fit secrètement et ouvertement tout son possible pour réduire à néant l’existence de Tâdj al-Dîn. Pour cette raison l’émir Tâdj al-Dîn se retira, demanda son congé et se rendit à Ankara729 qui était son fief militaire730, où il laissa le temps s’écouler731 et ce qu’il fit, ce fut de savourer le vin et de faire le bien pour les notables et les petites gens.

La princesse ҅Adilîya est tuée et ses fils, ҅Izz al-Dîn Qilidj – Arslân et Rukn al-Dîn sont faits prisonniers

  • 732 Dâr ul-ḥiṣn.
  • 733 Ustâd ad-Dâr, AS p. 473.
  • 734 Cf. AS p. 472 et Oġuznâme, f. 285, 10.

420Lorsque le sultan Printemps eut brandi les étendards de la joie et que les troupes des herbes odoriférantes eurent dressé les tentes rouges sang dans la steppe au parfum de musc, le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II quitta Antalya pour se rendre à Kayseri et donna l’ordre à Köpek de séparer les princes de leur mère, la princesse ҅Adilîya. Conformément à cet ordre, Köpek fit conduire la princesse dans la ville732 fortifiée d’Ankara, où, quelque temps plus tard, elle fut étranglée avec une corde d’arc. Un peu plus tard, les princes furent conduits à Burghlu733, où ils avaient été emprisonnés à l’époque où le sultan Ghiyâth al-Dîn eut pour fils ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs, né de la Bardûlîya734, Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân, né de l’esclave grecque, et҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh, né de la princesse géorgienne. En présence de ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs, le sultan confia la dignité d’atabeg à Mubâriz al-Dîn Armaganshâh, lui ordonnant de tuer les frères du sultan. Mais, il était un homme bon et hésita à les tuer. Et certains disent qu’il a tué deux serviteurs et, comme preuve, il les fit présenter au sultan. Mais, un grand nombre de gens pensent qu’il les fit tuer. Bref, rien n’est prouvé.

Köpek tue le Pervâneh Tâdj al-Dîn – Dieu, le Sublime, aie pitié de lui !

421On informa Köpek que le pervâneh Tâdj al-Dîn, venu à Akşehir, avait mis dans sa couche une musicienne faisant partie du chœur des chanteuses du prince de Harput, sans qu’elle ne lui fût vendue. Aussitôt, après avoir appris cela, Köpek demanda aux juristes et aux juges l’expertise juridique suivante : « Quelle punition applique-t-on selon le droit religieux à celui qui pratique la luxure avec une femme du harem, et particulièrement lorsque cela se produit dans la maison de son bienfaiteur ? » Ils lui indiquèrent le résultat de l’expertise juridique : « La lapidation ». Lors d’une audience confidentielle, Köpek fit part de cette sentence au sultan et dit : « Si vous faites preuve d’indulgence, les serviteurs se comporteront de manière insolente et se permettront des abus lorsqu’ils s’occuperont de vos fils. » Sous l’influence du vin, le sultan se décida rapidement à faire exécuter le pervâneh et attribua à Köpek l’anneau portant le sceau, afin qu’il fît exécuter la sentence selon la charia. On rédigea même un firman.

  • 735 Que le passage qui suit soit une déclaration de Köpek relève du Oġuznâme, folio 286, 14 sqq et de A (...)
  • 736 « Le troisième poème des Cinq Trésors de Nezâmî date de 1188. Il a pour thème une histoire qui étai (...)
  • 737 Cf. « Couleurs » in Dictionnaire du Coran, Mohammed Ali Amir-Moezzi, Robert Laffont, 2007 :
    « Du fa (...)

422Tel l’éclair foudroyant et tel le torrent impétueux, Köpek atteignit Ankara en deux jours et, quittant la poussière de la rue, se rendit directement au palais du sultan. Il fit venir le pervâneh Tâdj al-Dîn, les émirs et les imams de la ville et leur fit entendre l’ordre porté sur le firman. Il fit aussitôt enchaîner le pervâneh et s’occupa pendant plusieurs jours de l’inventaire de ses biens. Lorsqu’il eut terminé, il le fit conduire sur la place d’Ankara. Et il fit enterrer jusqu’au nombril cet émir qui était si aimable que le soleil luisant, jaloux de son visage rayonnant, préférait se cacher derrière le rideau du nuage, et que la planète Mercure, jalouse de son écriture et de sa rhétorique, se mordait le doigt de l’envie, et que celui qui avait une âme, n’aurait eu à cœur de frapper sa poitrine douce comme le jasmin avec un pétale de rose. Il ordonna au bas peuple de le lapider afin de faire monter sa douce âme au plus haut Paradis. Puis, il fit apporter tout son argent et ses bijoux au trésor. Après qu’il eut commis ces trois bains de sang et puisque personne ne montrait aversion et désapprobation, il connut une telle considération que la plupart des émirs, par crainte ou par attirance, se décidèrent à lui témoigner leur sympathie et leur loyauté. Et, les grands dignitaires qui le craignaient, ne trouvaient plus le doux sommeil dans leurs yeux scrutant le monde. Köpek avait l’habitude de raconter735 que sa mère Shehnâz Khâtûn faisait partie des filles des notables de Konya et que Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw, le père de ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh, avait été séduit par ses deux boucles de cheveux tressées et par sa beauté qui n’avait pas de pareille – et même une Laylâ serait devenue triste comme Madjnoûn736 à cause de l’attrait que provoquait cette beauté. C’est en secret qu’on conduisait régulièrement Shehnâz Khâtûn auprès du sultan et qu’on la reconduisait avec politesse et honneurs. Mais personne, hormis sa grand-mère n’a su cela. Puis, continuait Köpek, lorsqu’on eut conduit sa mère fiancée dans la maison de son père, elle était déjà enceinte de deux mois et c’est par ruse qu’elle se fit passer pour vierge. Et c’est sa grand-mère qui, par une extraordinaire astuce, parvint à faire croire qu’elle était tombée enceinte lors de la nuit que savourèrent les deux fiancés. Au bout de sept mois, « je vins au monde », (dit-il), afin que par ce récit trompeur on en vînt à croire qu’il avait du sang seldjoukide. Il trompa le sultan, l’amenant à faire repeindre son baldaquin noir en bleu737, afin que la rumeur parvînt à l’illustre calife, selon laquelle le sultan de Rûm avait honte de l’emblème de la dynastie des Abbassides et que, par bassesse, il avait fait disparaître de son baldaquin la couleur [noire de cette dynastie]. Il voulait ainsi pouvoir faire de ce prétexte l’étai de son excuse, si par la flèche de sa fausseté il venait à atteindre son but.

La conquête de Samosate par Köpek

  • 738 Samosata, aujourd’hui Samsat, contrôle la route entre Maraş et la Syrie. Cf. Ramsay p. 279 et EI : (...)

423En s’appropriant la puissance et en faisant des conquêtes, Sa ҅d al-Dîn Köpek voulait imprégner dans le cœur des Syriens crainte et effroi. C’est pourquoi il envoya les armées de Rûm dans les régions de Syrie et assiégea Samosate738. Les princes, qui résidaient là et qui n’avaient pas la force de résister, demandèrent grâce et envoyèrent à Köpek le message suivant :

  • 739 Cf AS p. 476 et Oġuznâme, f. 287, 5. MB et HLP : Allusion probable à la relique de la vraie Croix.
  • 740 AS p. 473, masîḥîyân fait partie de ces partisans du Messie, les Farang, les Rûs, les Naṣârâ (in (...)

« Nous savons que personne n’a la force de combattre la puissance du souverain. La résistance que nous avons opposée pendant ces quelques jours était due à notre destin qui apparaissait sombre et funeste. Si le malik al-҅Umarâ épargne nos vies, s’il nous restitue la croix aṣ-Ṣalbôt739, sous la protection de laquelle se plaçaient nos ancêtres dans cette forteresse et que les chrétiens740 venaient adorer, ce qui contribuait à nos ressources, et si l’on ne commet aucune violence sur nos femmes et sur nos enfants, nous livrerons la forteresse. »

  • 741 Le 14 juillet 1238 qui était cependant à l’époque le mercredi 16.

424Köpek considéra qu’il fallait accéder à leur requête. Il interdit à l’armée de livrer bataille et rédigea un serment donnant des assurances qu’il envoya [aux princes]. Aussitôt les princes quittèrent la forteresse, emportant leurs biens et avoirs. Alors, on hissa la bannière le vendredi de dhou al-q ҅ida 635741. Ainsi, la conquête de Samosate et celle de beaucoup d’autres forteresses se firent-elles en très peu de temps. C’est ainsi que Köpek devint encore plus puissant et plus grande encore fut la crainte qu’il inspira. Malgré ce mauvais état d’esprit et malgré ce comportement insupportable dont il faisait montre à l’égard des grands dignitaires, il était unique en son genre pour s’occuper de ses sujets et pour appliquer la justice. Dans sa générosité, il soulevait des vagues plus hautes que celles de la mer et il faisait tomber plus de pluie que ne le faisait les nuages. Et malgré sa nature digne de celle d’une panthère, il était telle une rose lorsqu’il festoyait en privé avec ses amis et ses commensaux. Voici donc l’un de ses nombreux et étranges actes de justice : Un jour, lors d’une de ses campagnes, l’un des chameaux de bât pénétra dans le champ ensemencé d’un paysan. Le paysan vint se plaindre jusqu’à la porte de la tente de Köpek, qui ordonna aussitôt que l’on arrêtât le propriétaire de ce chameau. Cet ordre fit le tour du camp. Cependant, personne n’eut le courage d’avouer que ce chameau lui appartenait. Comme on ne put déterminer qui était le propriétaire du chameau, il ordonna que l’on pendît le chameau à un peuplier blanc qui avait poussé au bord de ce champ ensemencé. Même si le regard de quelqu’un, qui passait sur la route, se posait sur un objet perdu, personne n’avait l’audace de le ramasser. On préférait dire aux gens chargés de récolter les objets perdus qu’ils devaient les déposer devant la porte du vestibule du palais du sultan. Quand il s’agissait de vêtements ou de quelque chose de similaire, on les suspendait sur des cordes de tente et quand il s’agissait d’animaux, on en prenait le plus grand soin. Et des crieurs passaient parmi les soldats et criaient : « Qui a perdu cet objet ? » Le propriétaire, entendant cela, attestait alors que cet objet lui appartenait et l’emportait.

Köpek arrête Qaymarî et Kamâl al-Dîn Kâmyâr – Dieu le Sublime, aie pitié de ces deux hommes !

  • 742 Mesure de poids Cf. note (686).
  • 743 Cf. AS p. 478.
  • 744 Kaballa au Nord-Ouest de Konya. Cf. Ramsey, pp. 171 et 359 et Tomaschek, p. 103. Cf. Wittek, Topony (...)

425Lorsque Köpek, après avoir conquis la forteresse de Samosate, fut revenu, il accusa Ḥusâm al-Dîn Qaymarî d’avoir commis un délit, le retint enchaîné au palais du sultan à Malatya-La-Bien-Gardée et confisqua ses nombreux biens destinés au souverain. Il lui accorda journellement une ration d’un demi-mann742 de viande, deux mann de pains et trois dirhams743 pour se nourrir. Lorsqu’il fut arrivé à Konya, il condamna Kamâl al-Dîn Kâmyâr à souffrir le pire des martyres malgré ses nombreux traits de caractère empreints de qualités et malgré ses vertus qui méritaient le respect. Il ordonna qu’on l’enfermât au plus profond de la forteresse de Kavala744, il faisait partie des grands hommes de cette époque ainsi que des excellents hommes du siècle. Il était de ceux qui avaient acquis leurs connaissances auprès de Niżâm al-Dîn Ḥaṣîrî. Il était de ceux qui, en matière de philosophie, avaient tiré profit de l’enseignement de Shihâb al-Dîn al-Suhrawardî maqtûl. Parmi tous les vers qu’il avait composés lors de ces fameuses joutes oratoires avec le philosophe Shihâb al-Dîn, en voici quelques-uns qui répondirent aux vers de al-Suhrawardî :

Ô compagnon, n’as-tu pas vu les météores monter dans le ciel ?
Ils ont enflammé les cœurs, puis s’y sont cachés.
Leur éclat a agité notre âme, lorsque, venant de loin, ils nous atteignirent.
Ils crachèrent le feu et disparurent (à nouveau) à notre vue,
Et ils se détournèrent et parcoururent la nuit.

Ô compagnon, ne vois- tu pas du cœur de l’émir Kâmyâr
Surgir de vifs éclairs
Qui, lorsqu’ils apparurent, déchirant le ciel, étonnèrent les esprits ?
Ils ont frappé, ils ont anéanti, ils ont tout illuminé et se sont éteints.
Ils rayonnèrent, apparurent, se retirèrent et disparurent.

Le sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II] tue Köpek, ce qui apaise le cœur des hommes

  • 745 L’amîr-djândâr Ḥusâmuddîn Qaraǧa, gouverneur militaire de Sivas, AS p. 480.

426Alors que la haine qui bouillonnait dans le cœur de Köpek se propageait, que les dards de l’éclair produits par les sévères punitions frappaient et que la violence destructrice de Köpek incendiait à tout instant la moisson de la vie des gens, le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II était préoccupé de voir ses grands dignitaires s’éloigner de lui. Il devint méfiant car Köpek venait lui rendre visite, l’épée en bandoulière. Il dépêcha l’un de ses gardes du corps à Sivas, auprès de l’âmîr-djândâr Qaradjâ745, apportant le message suivant : « Köpek a fait tomber les uns après les autres les piliers du sultanat et maintenant il a l’audace d’apparaître l’épée en bandoulière lors de l’audience privée. Nous sommes extrêmement préoccupé par sa audace et sa prétention. » Il demanda à l’amîr- djandâr Qaradjâ de venir aussi vite que possible afin de trouver avec lui une issue à cette affaire.

  • 746 L’amîr-djândâr était le commandant de la garde à cheval du palais. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 88.
  • 747 L’amîr-҅alam était le porteur de l’étendard du sultan et faisait partie des petits émirs. Cf. Uzunç (...)
  • 748 L’inspecteur des finances et de l’administration. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 47 et 106.
  • 749 Taštḫâne. Cf. note 562.
  • 750 Ḫizâne-i-ḫaṣṣ.
  • 751 Détenteur de la fonction de niyâbat-i-salṭanat ou niyâbat al-ḥaḍra. – Le nâ’ib-i-salṭanat devait s’ (...)

427Accompagné de ce messager, Qaradjâ se rendit à Qubâdhabâd, auprès du sultan, mais il lui dépêcha tout d’abord son propre serviteur pour lui annoncer son arrivée. La nuit, il entra inopinément dans l’appartement de Sa ҅d al-Dîn Köpek qui ne craignait personne, hormis l’amîr-djândâr. Lorsque Köpek l’aperçut, il lui demanda : « Es-tu venu rendre visite au sultan du monde ? ». Il répondit : « Aurais-je l’audace de rendre visite au sultan sans la permission du malik al-҅Umarâ et de me considérer comme l’un de ses proches ? Désormais, je reconnais que la majesté du malik al-҅Umarâ est mon refuge et ma protection. » C’est avec ce genre de tromperie et de simulation qu’il embobina ce maudit Köpek, qui, ayant maintenant l’esprit tranquille, fit apprêter un festin et tous deux y trouvèrent leur plaisir. Le lendemain, Köpek conduisit l’amîr-djândâr auprès du sultan. Il se présenta tout d’abord seul et informa le sultan de la venue de Qaradjâ. Puis il alla le chercher et le laissa aller baiser la main du sultan. Plus tard, l’amîr-madjlis et le sultan convinrent que, dès que Köpek assisterait au festin, le sultan boirait à la santé de l’amîr-djândâr (Qaradjâ)746, et que celui-ci, après avoir levé son verre en l’honneur du sultan, devrait quitter les lieux, prenant pour prétexte qu’il devait s’absenter. Puis, Qaradjâ devrait guetter la sortie de Köpek et, dès que ce dernier serait sorti, on devrait lui plonger l’épée dans le corps et délivrer le monde de cette plaie. Ainsi, l’amîr-djândâr quitta-t-il la salle du festin après avoir déclaré qu’il devait s’absenter et alla guetter Köpek dans le vestibule. Lorsque Köpek sortit, l’amîr-djândâr se tenait debout, prêt à lui rendre les honneurs. Et, lorsque Köpek eut passé devant lui, il voulut lui briser le crâne par un coup de massue, mais il le frappa sur l’épaule. Köpek s’accrocha au cou de l’amîr-djândâr. Ṭoġan, l’amîr-҅alam747, tira son épée et frappa Köpek derrière le genou. Craignant la mort, Köpek se rua dans la cave à vin du sultan. Lorsque les échansons le virent tout couvert de sang, ils se jetèrent sur lui, le frappèrent avec leur couteau, leur épée et leur gourdin et précipitèrent son âme salie et son maudit esprit libérés de leur enveloppe au plus profond de l’enfer. Après que l’on eut expédié son âme en enfer, le sultan ordonna que l’on pendît son corps impur en un lieu élevé, afin que cela servît d’exemple aux personnes raisonnables. On mit ses membres brisés dans une cage en fer que l’on suspendit à une potence, à laquelle le sultan ҅Alâ al-Dîn, à l’instigation malveillante de Köpek, avait fait pendre jadis le mushrif748 de Qubâdhabâd, nommé Kamâl. Le cadavre du mushrif resta là, pendu, jusqu’au moment où le sultan éprouva du remords. Bien que la parenté de Kamâl demandât avec insistance de pouvoir dépendre le corps, le sultan ҅Alâ al-Dîn ne le permit pas et donna l’ordre de ne pas le dépendre tant que l’on n’aurait pas trouvé quelqu’un qui eût voulu prendre sa place. À présent, les parents de Kamâl ont dépendu le cadavre desséché et l’ont enterré. Ce fut là l’un des actes délicats que l’on raconte à propos du sultan ҅Alâ al-Dîn. Lorsque l’on eut suspendu la cage à la potence, afin que le peuple accouru vît le corps de Köpek réduit en morceaux, la cage tomba soudainement et tua quelqu’un. Le sultan (Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II) dit : « Son âme maudite agit encore dans ce monde ! » Après qu’il eut réglé cette importante affaire, il fit revenir Djalâl al-Dîn Qaratây que Köpek avait relégué au coin de la destitution, lui témoigna de sa bienveillance et lui confia la chambre des ustensiles et de la vaisselle749, ainsi que la chambre du trésor privé750. Au poste de nâ’ib751, il nomma le sahib Shams al-Dîn, dont le palimpseste ne contenait plus la mention de sa destitution ni la mention du vizirat confié au sahib Muhadhdhab al-Dîn.

L’arrivée à Kayseri du dais de la princesse de Géorgie. L’accomplissement du contrat de mariage et la nuit de noces

  • 752 Cf. le chapitre : ‘Rusudan, princesse d’Abkhazie se soumet...’
  • 753 Cf. AS p. 483 : dans le pays d’Abkhazie.
  • 754 La reine de Saba apparaît dans Le Coran, XXVII, 23 et la tradition musulmane lui donne le nom de «  (...)
  • 755 HLP : En persan, il existe deux termes khar, âne de bât, et olâq, utilisé ici, âne de monte.
  • 756 Čatr. Cf. p. 145, note (a) et Uzunçarşılı, Medhal, p. 76-78.

428Comme il a été écrit752 on a déjà signalé que Kamâl al-Dîn Kâmyâr avait entrepris l’expédition contre le territoire de Géorgie, – dont Rusudan était la princesse –, que des émissaires lui furent dépêchés, qu’il était question d’établir une parenté par voie de mariage, que le prince Ghiyâth al-Dîn avait été convoité comme mari et que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier consentait à cette alliance. Quand ce fut au tour de Ghiyâth al-Dîn d’accéder au sultanat, il demanda de régler cette affaire à Shihâb al-Dîn Mustawfî Kirmânî, qui n’avait pas son pareil dans ce monde éphémère quant à la finesse d’esprit. Lorsqu’il arriva là-bas753 tout avait déjà été réglé. Il y séjourna encore quelques jours afin de mettre de l’ordre dans quelques affaires inachevées. Puis, sous d’heureux auspices, il se mit au service du dais de la Bilqis754 de cette époque, afin de servir le sultan, tel Salomon. Lorsqu’il arriva à Erzindjân, il dépêcha un émissaire monté sur un âne (Buraq755) qui devait apporter l’heureuse nouvelle annonçant l’arrivée du dais de la Dame du monde. Le sultan ordonna que tous les chefs de l’armée qui se trouvaient sur la route suivie par la princesse l’accueillissent avec honneur et ne manquassent pas de se comporter aimablement. Le sultan vint avec son baldaquin756 à Kayseri-La-Bien-Gardée, organisa le festin et, lorsque les étoiles scintillantes et les astres annonçant la nuit brillèrent telles des lampes, le sultan se rendit majestueusement dans la chambre des noces, à l’écart du monde. Il aperçut sur un trône une lune et, allongée sur une couche, une femme prometteuse de bonheur et apprêtée. Ses bras enlacèrent cette femme unique en son temps et il accéda au plaisir de son cœur.

Le sultan [Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II] s’efforce d’offrir aux Khwârizmiens l’opportunité de revenir

  • 757 Cf. note 716.
  • 758 Ils avaient envahi les régions de Ḥarrân, Ruhâ, Sarûǧ, Raqqa, Ra’s al-҅Ain et leurs environs, AS p. (...)
  • 759 Cf. AS p. 485. MB et HLP : Il s’agit du dyar mudar, aujourd’hui région à cheval entre la Turquie et (...)
  • 760 Peder-i-bende Maǧduddîn Terǧumânrâ : il dépêcha mon père Maǧduddîn Terǧumân. À l’époque du sultan ‘ (...)
  • 761 Cette signification est justifiée in AS p. 486 et in Oġuznâme, f. 293, 10.
  • 762 En 954 de l’Hégire, shâh Ismâ ҅îl II, de la dynastie des Séfévides, hésite à frapper des motifs des (...)
  • 763 Celles qui s’étaient jointes à eux, venant des régions de Syrie, de Širaz, d’Égypte et de Ḥiǧaz. (L (...)

429Auparavant, on avait déjà mentionné que Qîrkhân avait été conduit, enchaîné, à Zamando757 à cause de cet infâme Köpek et qu’alors les autres émirs du Khwârezm s’étaient rendus dans les régions de Syrie758. Et les princes de Syrie, de Diyarbakır, de Rabî ҅a, de Mḍr759 et de Mésopotamie craignaient sans cesse d’être envahis, attaqués et agressés par surprise. On faisait apporter de nombreux présents, chargés sur des mulets, à la tente de chaque khân, mais chacun s’abstenait d’attaquer, faisant serments et promesses. Cependant, de temps en temps, ils avaient mené des attaques sur les frontières et les caravanes ne pouvaient circuler. Lorsqu’on rapporta cela à la cour du sultan, il leur dépêcha l’interprète Madj al-Dîn qui, à l’époque du sultan Djalâl al-Dîn, avait entretenu avec eux des relations amicales760 et les fit inviter à revenir dans l’empire de Rûm, leur promettant des faveurs et répondant à leurs souhaits. Lorsque Madj al-Dîn arriva auprès d’eux, il demanda qu’on l’écoutât favorablement au nom du sultan. C’est ainsi que, couverts des vêtements honorifiques dignes du sultan, ils mirent front à terre et baisèrent les sabots des chevaux. Le lendemain, ils se rassemblèrent à nouveau, firent venir les émissaires et dirent : « Nous nous sommes éloignés à cause de l’incident avec Qîrkhân et, lors de notre migration, nous avons été contraints de combattre les émirs qui étaient venus nous demander de renoncer à notre décision et nous leur avons causé du désagrément. Aujourd’hui nous sommes encore dans l’embarras d’avoir fait un faux pas. Après ces nombreux écarts761, nous devrions donc poser le pied sur le tapis de ce palais ! Mais nous considérons que ces pays, que nous avons conquis et qui nous appartiennent, font partie intégrante de l’empire du sultan. Si, par un diplôme du sultanat, vous nous les attribuez comme fiefs, nous les administrerons et nous sacrifierons notre vie face à tout ennemi que vous nous indiquerez et, lors de la khotba, et de la frappe des monnaies762 nous graverons le nom du sultan et nous ne permettrons naturellement pas que nos troupes763 agressent l’empire du sultan. »

430On prit une décision quant à tout cela et l’on modifia la khotba. On offrit des monnaies au sultan. Il accueillit favorablement cette décision.

Les princes de Syrie supplient la cour du sultanat de leur prêter assistance. L’armée des Khwârizmiens en fuite est battue et se tourne vers la cour (de Bagdad), havre de paix

  • 764 Cf. AS p. 487 et Oġuznâme, f. 293, 12.
  • 765 Cf. AS p. 487.
  • 766 Qui était gouverneur de Malatya, AS p. 487.
  • 767 Cf. AS p. 488 et Oġuznâme, f. 294, 5 (sic !) – Birecik dans le vilayet de Urfa. Cf. EI : Bîre. [Sa (...)
  • 768 Les Ḥvarizmiens qui avaient appris par des éclaireurs l’approche des troupes coalisées, AS p. 486.

431Pendant un certain temps les Khwârizmiens se montrèrent empressés de respecter le serment passé avec le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II ainsi que les promesses qu’ils lui avaient faites. Cependant, poussés par la duperie du démon et par la tromperie du diable, ils s’éloignèrent de la voie de l’obéissance. Poussés par les diables séduisant l’humanité, ils s’engagèrent sur la voie de l’ingratitude et de la révolte. Ils firent de l’oubli764 de leur devoir l’étendard de la désobéissance et considérèrent qu’il était juste de voler les gens, de les chasser et de les dépouiller. Les princes de Syrie s’unirent afin de faire voler la horde des Khwârizmiens en éclats765 et de perturber leur discours. Pour leur réputation, ils demandèrent assistance à la cour du sultanat. Alors, sur ordre du souverain, trois mille cavaliers, commandés par l’interprète Żahîr al-Dîn Manṣûr766, venus de Harput, d’Elbistan et de Maraş, villes qui jouxtent le territoire de Syrie, furent désignés pour prêter assistance aux Syriens et leur apporter leur aide. En sept jours, ils arrivèrent à Alep, accompagnés par le seigneur d’Alep qui avait fait jeter un pont et avait fait préparé le nécessaire pour faire passer l’armée. De là ils se rendirent à Bîre767. Ils rejoignirent alors le prince Manṣûr, seigneur de Ḥimṣ [Homs], qui fut chargé de conduire les troupes syriennes. Et, brandissant le succès, dépliant les ailes de l’intimidation et ouvrant les ailes du courage, tels des dragons menaçants ils se ruèrent sur les Khwârizmiens. Ces derniers768 s’étaient mis auparavant en ordre de bataille, positionnant en première ligne les seigneurs des épées et les seigneurs porte-sabres. Deux étapes au-delà de Ra’s al-҅Ayn, les troupes aperçurent un groupe de Khwârizmiens sur le sommet d’une colline.

432Des cavaliers courageux et aguerris affrontèrent ces Khwârizmiens qui, déconcertés, s’agitèrent tel le mercure. L’entrechoc des vagues de cette mer de guerriers éteignit le flambeau et la poussière soulevée par les sabots légers comme le vent fit du jour la nuit. Le danger était que les Syriens, à cause de la pression fatale que leur faisait subir les Khwârizmiens, dussent quitter ignominieusement le champ de bataille. Alors, Żahîr al-Dîn attaqua soudain le flanc des Khwârizmiens et obtint la victoire, les laissant chercher leur salut dans la fuite. Dans cette fuite effrénée certains se retrouvèrent dans les environs de Bagdad et le Protecteur des croyants, Mustanṣir, les honora et les accueillit avec bienveillance. Pendant la bataille d’innombrables provisions et du butin étaient tombés aux mains des deux armées, aux mains de l’armée syrienne et aux mains de l’armée de Rûm.

  • 769 Cf. AS p. 489 (sic !) et Oġuznâme, f. 294, 10.
  • 770 Cf. AS p. 490 (sic !) et Oġuznâme, f. 295, 1.

433Shihâb al-Dîn Zenderî769, jadis munshî’ à la cour de Djalâl al-Dîn, qui à cette époque exerçait la fonction de vizir auprès du khân Barakat, était devenu le nâ’ib de la forteresse de Ḥarrân. Lorsqu’il apprit la défaite de son seigneur, il pensa : « Il passera en tout cas du côté des Seldjoukides et devra entrer dans le rang des serviteurs de cet état. Si je livre maintenant cette forteresse au sultan de Rûm, je devrai sans doute rentrer dans le rang et, de honte, je ne pourrai plus regarder Barakat dans les yeux. » Entre-temps le malik Manṣûr avait promis secrètement à Shihâb al-Dîn Zenderî et à Djamâl al-Dîn Habsh770 Hamadânî de leur attribuer des émirats qui les satisferaient et les rendraient riches. Ainsi dressa-t-on inopinément la bannière du malik Nâṣir, seigneur d’Alep, au sommet de la forteresse et on formula haut et fort des souhaits de bénédiction en son nom. Par respect pour la prédestination, Żahîr al-Dîn et les autres émirs de Rûm ne commentèrent pas cette situation, restèrent groupés pendant quelques jours encore, puis chacun partit dans une autre direction.

La conquête d’Amîd par la main des serviteurs du sultanat

434Lorsque les émirs de Rûm se furent séparés des troupes de Syrie et eurent rejoint leurs tentes, ils dirent : « Comme les émirs de Syrie se sont emparés de Ḥarrân par ruse, ce serait une ignominie si nous rentrions avec cette nombreuse troupe sans avoir agi. La meilleure chose à faire dans l’immédiat, serait que nous partions pour Amîd. Il se peut que le Seigneur nous offre le succès. »

  • 771 Cf. AS p. 491.
  • 772 (a) Cf. AS p. 491 (Yûtâš ? sic !) et Oġuznâme, f. 295, 4.
  • 773 La forteresse d’Amîd n’était ni bien fournie en troupes et en provisions ni bien équipée en matérie (...)
  • 774 De même in AS p. 492 et Oġuznâme, f. 295, 15.
  • 775 Cf. AS p. 492 et Oġuznâme, f. 296, 2.
  • 776 Bâb al-mâ’. Allusion à la porte intérieure de la forteresse s’ouvrant sur le Tigre, appelée aussi O (...)
  • 777 Faḫruddîn b. Dînârî, AS p. 493.

435Ils écrivirent en ce sens une lettre destinée à la cour du sultanat, demandant un soutien par l’envoi de troupes et d’équipements. Pour répondre à cette mission, le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II désigna aussitôt comme chefs de toutes les troupes de la province du Dânishmend771 le tshashnegîr Čavly, le tshashnegîr Tavtash772 et le subâshî de Niksar. Il ordonna qu’ils se missent en marche en toute hâte. En peu de jours ils se joignirent aux autres troupes et commencèrent le siège773. Un jour, dans la chaleur accablante de midi, Fakhr al-Dîn ibn Dînârî774, commandant des tribus kurdes, se montra sur la muraille. Nâṣir al-Dîn Arslân b. Qymaz, nâ’ib de Żahîr al-Dîn, s’approcha de lui, le salua et dit : « Par Dieu, pendant combien de temps encore faudra-t-il supporter cette peine en vain775 ? L’émir Żahîr al-Dîn aurait maintes choses à te dire. » Il répondit : « À l’heure de la prière de l’après-midi je vous enverrai par la Porte de l’eau776 un homme de confiance qui aura telle silhouette et telle apparence, afin qu’il écoute ce que Żahîr al-Dîn daignera dire et me le relatera. » À l’heure convenue, un personnage vêtu tel un mendiant sortit par la dite porte. Nâṣir al-Dîn s’empara de lui et le conduisit auprès de Żahîr al-Dîn qui fit éloigner les indésirables et dit : « Les gens sensés savent certainement que le sultan, grâce à ses possessions, à ses gens, à sa magnificence et à sa force, a plus de pouvoir que tous les princes des pays. (En conséquence) il n’éprouve pas le besoin de s’emparer de cette forteresse. Cependant vous devez bien comprendre que les troupes sont venues ici et qu’elles ne se retireront pas tant que leur souhait ne sera pas exaucé. Si l’émir Fakhr al-Dîn777 fait hisser le drapeau de sa raison sur le sommet de la grandeur et sur les créneaux de l’honneur et livre la ville aux serviteurs de l’état du sultanat, avant que quelqu’un d’autre ne le fasse avant lui, je m’engage à tout faire auprès de la cour du sultanat pour qu’aboutissent tous les souhaits qu’il formulera. »

436Et il accorda cinquante dinars à ce personnage.

437Lorsque l’émissaire eut relaté cela à Fakhr al-Dîn, celui-ci se réjouit et se mit à faire des préparatifs en conséquence. Le lendemain l’émissaire revint, apportant la réponse suivante :

« Il n’y a pas d’autres moyens que celui de mettre le feu à la porte de fer du premier mur de l’enceinte de la ville, et dès que cela sera fait et que le feu aura fait son oeuvre, je jetterai par delà le mur le cordage de la catapulte avec lequel je hisserai les guerriers sur le mur de la ville, afin que la conquête puisse se réaliser. La condition étant que l’émir Żahîr al-Dîn ne contrevienne pas à l’engagement qu’il prendra. »

438L’émir Żahîr al-Dîn, posant sa main sur le Coran, prêta aussitôt serment et indiqua qu’il n’essaierait en aucune manière de contrevenir à l’accord, qu’il exaucerait les souhaits avec grande attention et qu’il ferait parvenir au malik Ṣâliḥ, qui se trouvait à Ḥiṣn-Kayfâ, 400 000 dirhams comme gage.

  • 778 Mubârizuddîn Čavly, AS p. 494.
  • 779 Cf. AS p. 495 et Oġuznâme, f. 297, 9.
  • 780 Le terme allemand Eröffnung signifie aussi : conquête.
  • 781 Cf.1S p. 495 pour le complément.
  • 782 L’émir Nâṣiruddîn Arslân, AS p. 495.

439Lorsque l’émissaire revint en la ville et relata tout ce qu’il avait entendu, Ibn Dînârî le renvoya et lui dit : « Ils doivent remettre les 400 000 dirhams que tu placeras dans des coffres que tu scelleras, et puis tu t’en reviendras. » Et il le renvoya. Lorsque l’émissaire arriva et présenta sa mission à l’émir Żahîr al-Dîn, ce dernier se rendit auprès de Čavly778 et lui relata l’affaire. Ils firent venir tous les émirs et chacun d’eux apporta tout ce qu’il possédait en objets d’or et d’argent qui furent présentés à l’émissaire. L’émissaire mit ces objets dans des coffres qu’il scella et s’en revint. Le lendemain, les guerriers apportèrent des fagots de sarments de vignes qu’ils placèrent devant la porte de la ville. On avait beau tenter d’empêcher cela en tirant des flèches et en projetant des boulets qui tombaient telle la grêle depuis le haut de la muraille, rien n’y faisait. Lorsque la porte fut totalement couverte de sarments, les hommes habiles, chargés de projeter le naphte, firent monter la fumée des sarments jusqu’aux sphères célestes. Le feu consuma la porte et les plaques de fer fondirent et tombèrent. Puis, lorsque le voile de l’obscurité enveloppa la ville, Ibn Dînârî fit dérouler le cordage le long de l’enceinte, afin que les valeureux guerriers pussent montrer leur mépris de la mort et accéder à la tour. Une dispute éclata parmi les guerriers, car chacun voulait être le premier à se ruer sur la muraille779, et ils se battirent les uns contre les autres. Les gardiens, qui étaient sur les autres tours, s’emparèrent de flambeaux afin de deviner les raisons de ce tumulte. Ils aperçurent les cordages des catapultes qui pendaient le long de la tour et des courtines dont la garde avait été attribuée au fils de Dînârî. Ils comprirent que la fidélité était détournée en trahison. En cette nuit, les guerriers se retirèrent sans avoir vaincu. Le lendemain, les notables de la ville se rassemblèrent et dirent : « Ibn Dînârî, en qui nous avions mis toute notre confiance pour qu’il garde la ville, a choisi de rompre avec nous et nous ne sommes pas à même de nous emparer de lui pour le punir. Le plus raisonnable serait que nous livrions nous-mêmes la forteresse, afin que ce verset (Coran, XXXII, 29) : “Le jour de la victoire780, la foi de ceux qui auront été incrédules auparavant leur sera inutile ; ils n’auront rien à attendre” ne soit pas le reflet de notre situation. Ils dépêchèrent deux ou trois hommes sur la muraille de la ville pour crier781 : « Faites venir à nous, à la porte de l’eau, Nâṣir al-Dîn782, le nâ’ib du malik al-҅Umarâ ! » Nâṣir al-Dîn vint à eux.

  • 783 Cf. AS p. 495 (sic !) et Oġuznâme, f. 298, 4.
  • 784 Il s’agit d’un grade militaire. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 449, 450, 454, 455.
  • 785 L’émir Ẓahîruddîn, subâshî de Malatya – l’émir Sinânuddîn Yâqût, subâshî de Harput – et l’émir Husâ (...)
  • 786 Allusion aux forteresses du territoire d’Amîd. Cf. AS p. 496 et Oġuznâme, f. 298, 8.
  • 787 Les seigneurs de Mayyâfâriqîn, de Mardin, de Ǧazîra, de Mossoul et de Ḥiṣn Kaifa renouvelèrent alor (...)
  • 788 Le texte in AS p. 497 est abrégé dans le Muḫtaṣar.

440Le juge de la ville et Nadjm al-Dîn ibn al-Ḥubair al-Ḥârr783, de même que le muqaddam784 Dja ҅far, l’artilleur, et les autres notables se présentèrent et dirent : « Tu devrais te donner la peine d’adresser un salut aux émirs, afin qu’ils nous rejoignent ici quelques instants. » Comme les émirs785 assistaient à cet échange, ils quittèrent le haut de la muraille, entrouvrirent la porte, donnèrent l’accolade aux émirs et leur serrèrent la main. Après un échange, l’émir Żahîr al-Dîn s’engagea à répondre à leur attente, faisant mille serments divers afin de les rassurer. Ainsi les deux partis tombèrent-ils d’accord. Le lendemain, chaque émir entra dans la ville avec ses troupes et ses étendards. Puis, tous hissèrent leurs drapeaux sur la muraille d’Amîd et crièrent haut et fort la bonne nouvelle. Puis, ils se rendirent dans le bâtiment du gouvernement et les hommes, chacun à son tour, durent prêter serment d’amitié au sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II. Les commandants des autres forteresses786 se hâtèrent de rejoindre les dignitaires, leur remirent les clefs ainsi que la liste des provisions, des équipements et de l’argent. Un émissaire se mit alors en route pour apporter au sultan l’heureuse ambassade. Le sultan ordonna de rédiger un document célébrant la victoire, et des firmans destinés aux émirs787 furent rédigés, louant leurs hauts faits. En outre, il fut ordonné que les émirs prissent dans ces régions toutes les mesures qu’ils jugeraient nécessaires, sans que l’on leur demandât d’où venait cet ordre et sans que l’on posât de questions, car ils y étaient habilités par la distinction788 que le palais leur avait conférée. La fonction de gouverneur militaire d’Amîd fut alors attribuée à Mubâriz al-Dîn ҅Isâ, garde du corps.

L’apparition de Bâbâ Isḥâq, l’hérétique. Son flambeau apportant le malheur s’éteignit

  • 789 Cf. AS p. 498 et Oġuznâme, f. 299, 1. [MB : Kafarsûd].
  • 790 Cf. note 738.
  • 791 Il faudrait se demander si l’on ne devrait pas vraiment traduire ainsi que je le fais : « se firen (...)
  • 792 Cf. AS p. 499. [MB : Ces pratiques magiques peuvent rappeler l’origine chamanique de ces personnag (...)
  • 793 Cf. AS p. 500 et Oġuznâme, f. 300, 17.
  • 794 Cf. AS p. 500 et Oġuznâme, f. 300, 8.
  • 795 Allusion à la population qui ne vit pas en ville et qui est nomade ou semi-nomade.
  • 796 Cf. AS p. 500 et Oġuznâme, f. 300, 15.
  • 797 Nommé Ḫurremšâh, AS p. 501. Cf. note (168).
  • 798 Le ḥâǧǧî Mubârizuddîn Armaġânšâh qui se distinguait dans les pays de Rûm par toutes sortes de vert (...)
  • 799 Naǧmuddîn Bahrâmšâh, AS p. 502.
  • 800 Le fils du Géorgien Ẓahîruddîn, AS p. 502.
  • 801 Cf. AS p. 502 et Oġuznâme, f. 302, 4.

441Selon une langue digne de confiance, la tradition veut que Bâbâ Isḥâq soit originaire du territoire de Kafarsud789 qui fait partie du district de la forteresse de Samosate790. On disait que, dès sa plus tendre jeunesse, il n’avait en tête que de sillonner le pays afin de rassembler des disciples et qu’il faisait preuve d’habileté lors de ses tours de passe-passe et de magie. Il prêchait constamment parmi les tribus de Turcs ignorants qui écoutaient les tromperies d’un juriste insensé et celles d’un mufti qui voulaient faire d’eux des incrédules et ils y adhéraient. Il avait un œil d’où perlaient sans cesse des larmes, un cœur plaintif et un corps qui ne le portait pas. Le temps passant et beaucoup de gens s’étant tournés vers lui, devenant ses disciples et des séides, il craignit que la lampe de ses mensonges ne brillât plus s’il se fâchait avec ces nombreux partisans. C’est pourquoi, il disparut soudainement, quittant son peuple. Après un certain temps sa voix retentit dans certains villages aux alentours d’Amasya. Dans le village où il avait été tout d’abord berger, il y avait fait preuve d’honneur et de piété et il n’acceptait quoi que ce fût de personne, se contentant de son pain quotidien. Grâce à son comportement pieux, il acquit une telle considération auprès des femmes et des hommes que ceux-ci se firent prendre dans les rêts de sa croyance791. Lorsque le cœur de quelqu’un était perturbé par le chagrin et l’affliction et qu’un malentendu se produisait entre époux et épouse, aussitôt que ceux-ci s’adressaient à lui, il leur faisait parvenir un talisman et, aussitôt, tout devenait bien-être. Lorsque ses partisans furent nombreux, il quitta le village, créa un ermitage sur une colline près du village et s’adonna à la macération792 et à la piété. Il ne permettait à personne de venir lui rendre visite, hormis à quelques disciples. Il paraissait avoir renoncé totalement à se nourrir, à boire et il semblait supporter la faim et la soif. Il envoyait ses disciples partout, chez les tribus turques et chez les tribus d’autres peuples, et même chez les Khwârizmiens qui séjournaient en Syrie. Dans ses messages il vilipendait le changement de vie du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II qui, visiblement, s’était mis à boire et s’adonnait à des actes interdits. Ainsi rassembla-t-il autour de lui le peuple par ses tromperies793. Lorsque furent installés entre lui et le cœur des gens l’amour et la sympathie, il dépêcha un disciple à Kafarsud et un autre à Maraş, auxquels il fit dire ceci : « Tel mois, tel jour, donnez l’ordre à nos sincères partisans qu’ils se mettent en selle pour aller conquérir le pays. Avec ceux qui entendront notre nom et avec ceux qui se montreront nos amis en soumettant les corrompus, sachez partager le butin et la richesse. Et ne manquez pas de tuer ceux qui résisteront, n’ayez aucun scrupule. » Ces deux disciples794 hérétiques se rendirent, conformément à l’indication de ce cheikh qui s’égarait, dans ces deux territoires et claironnèrent à la ronde la conduite du sultan parmi les tribus et les clans des Turcs795. Ceux-ci s’étant déjà équipés pour faire la guerre voici plusieurs années, attendaient le signal propice. Lorsque cet appel leur parvint, telles des fourmis et des sauterelles, ils se mirent en mouvement et, au jour convenu, ils furent pris d’une extrême agitation. Ils incendièrent tout d’abord le village où ils étaient nés et se répandirent dans les régions du monde796, telle la fumée noire. Et, conformément à l’ordre de ce maudit, ils épargnaient ceux qui se ralliaient à leur prêche et n’hésitaient pas à tuer ceux qui refusaient de les écouter. Mużaffar al-Dîn, fils de ҅Alîshîr, rassembla les troupes et alla affronter ces Turcs. Les deux troupes s’affrontèrent violemment. Finalement, Muzaffar al-Dîn subit la défaite et son étendard et de son tambour tombèrent entre les mains de l’ennemi. Muzaffar al-Dîn se rendit à Malatya, leva cette fois encore des troupes, rassembla une foule de Kurdes et de Germyâns qu’il conduisit à la bataille. À nouveau, ils subirent la défaite. Lorsque ces Turcs furent vainqueurs pour la deuxième fois, ils devinrent audacieux, insolents, menant des actions belliqueuses jusqu’aux environs de Sivas. Les habitants de Sivas se regroupèrent et voulurent les repousser. Cependant, ils vainquirent aussi l’armée de Sivas qui s’enfuit et tuèrent l’ikdîshbâshî797 et d’autres notables. Dans cette bataille, ils rassemblèrent comme butin beaucoup d’équipements, si bien qu’on put les voir parés de bijoux. Puis ils se mirent en marche sur Tokat et Amasya. Tous ceux qui leur résistaient, tournaient les talons, désemparés. Leur insolant orgueil s’évanouit soudain. Mais, les Turcomans de cette région leur apportèrent leur appui. Lorsqu’ils arrivèrent à Amasya, le flambeau de la peur saisit tout le monde. Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II, apprenant cette nouvelle, par précaution avait trouvé refuge sur l’île de Qubâdhabâd et dépêcha dans cette région le ḥâdjdjî Armagânshâh798 qui était commandant des troupes d’Amasya. Lorsque celui-ci arriva à Amasya, il alla chercher dans son ermitage le Bâbâ Isḥâq et ses disciples qui l’avaient rejoint et les fit suspendre à une tour. Et il engagea la bataille avec son armée. Il y eut de violents combats entre eux. Finalement, les rebelles élevèrent Armagânshâh au rang de martyr. On avait beau dire à ces égarés : « On a crucifié celui que vous suivez », rien n’y faisait. « Le Bâbâ est l’envoyé de Dieu ! », disaient-ils et se jetaient sur les épées, « tels les papillons dans la flamme et les oies dans les brisants. » Depuis Qubâdhabâd, le sultan dépêcha des estafettes porteuses de messages urgents afin de rassembler les troupes qui avaient été envoyées dans la région d’Erzerum pour garder la frontière. Ces troupes se hâtèrent de rejoindre Sivas où on leur distribua les équipements pour la guerre. Puis elles arrivèrent à Kayseri après une nuit et un jour de marche. Les rebelles s’étaient rassemblés dans la province de Kirşehir, dans la plaine de Mâlîye. Le djândâr799 Bahrâmshâh, le fils du gurdjî800 ainsi que Fardakhlâ801, chef des Francs, formèrent l’avant-garde et les grands émirs suivirent avec les troupes lourdement armées. Soudain, on apprit que les rebelles avaient l’intention de se mettre le lendemain en ordre de bataille. L’ordre fut donné aux émirs de l’avant-garde de ne pas rechercher les rebelles, si ceux-ci ne se montraient pas, et de faire une halte. Le lendemain, les troupes se mirent en armes et attendirent l’autre armée chargée d’apporter le ravitaillement et l’équipement. Soudain, on aperçut les rebelles sur une colline. Sur leurs chevaux, ils vinrent affronter les troupes du sultan. Les Francs, en première ligne, résistèrent et ni les épées ni les flèches des rebelles ne les firent reculer. Les rebelles firent demi-tour, hésitèrent un instant et se ruèrent à nouveau sur les troupes du sultan qui leur prodiguèrent des coups de lourdes massues et de sabres effilés en guise de remèdes pour leur cerveau pourri. Et, lors d’une attaque meurtrière, ils abattirent 4000 hommes parmi les rebelles. Certains rebelles cherchèrent refuge derrière leur chariot et auprès de leurs femmes et de leurs enfants. Cachés derrière des ballots et armés d’arcs puissants, ces rebelles clouaient par leurs flèches les hommes au tronc des arbres. Mais, les troupes surgirent de toutes parts, soulevèrent la bâche de la cachette des rebelles et les firent fuir et disperser. Puis, les épées impitoyables se déchaînèrent, faisant couler dans une plaine un fleuve, tel Djayhûn, chargé du sang de ces gens qui avaient suivi ce démon. On ne fit preuve de clémence. On n’épargna ni les jeunes, ni les vieux. Lorsque le gros de l’armée s’ébranla, les émirs de l’avant-garde avaient déjà réglé l’affaire. On n’avait épargné personne, hormis les enfants âgés de deux ou trois ans. On dépêcha aussitôt des émissaires à la cour du sultanat. On se partagea les femmes, les enfants, les biens et les équipements des rebelles, après que l’on en eut mis de côté le Khoms (le cinquième du butin) destiné au trésor de l’état. Les troupes regagnèrent alors leurs foyers, conformément à l’ordre donné, et les émirs rejoignirent la cour du sultanat.

En faisant rayonner le baldaquin conquérant-du-monde, le sultan s’assure d’arracher la principauté de Mayyâfâriqîn du poing usurpateur du malik Ghâzî

  • 802 HLP : Il y a dans le texte persan une annexe : Hâmûn pour la grande plaine, Djayhûn pour le fleuve (...)
  • 803 Ǧazîra.
  • 804 al-Malik al-Muẓaffar Šihâbaddinn Ǧazî b. al-‘Âdil. Ayoubide de Majjâfariqîn (617-642 de l’Hégire / (...)
  • 805 Cf. AS p. 506.
  • 806 In AS p. 506 et Oġuznâme, f. 303, 10 : Kermân. Cependant cf. AS p. 506, 17 et 507, (sic !), p. 507 (...)
  • 807 Maǧanîq we ‘arrâdât. [MB : Mangonneaux].
  • 808 al-Malik al-Mu’aẓẓam Tûrânšâh b. aṣ-Ṣâliḥ, Ayoubide de Ḥiṣn Kaifa (635-648 h. / 1237-1250). Cf. Ḫa (...)
  • 809 Il renforça les rangs par des Turcs originaires du Ḥvarezm et de Germyân, AS p. 506.
  • 810 Sur l’aile droite il y avait les troupes de Mossoul et de Malatya et sur l’aile gauche Shudjâ ҅al- (...)
  • 811 MB : le maintien du va (et) permettrait de distinguer les Turcs et les Germyâns, les seconds étant (...)
  • 812 Cf. AS p. 507 et Oġuznâme, f. 304, 10.
  • 813 Son intendant.

442Lorsque les pays et les empires que le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qûbâdh Ier avait ardemment convoités, furent soumis à Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II et que les princes fiers eurent posé leur front sur le texte de son firman, sa fierté et son arrogance l’amenèrent à faire rayonner le baldaquin-toujours-victorieux802, tel que l’avaient fait ses nobles oncles. Selon la coutume bien établie chez les sultans de Rûm, leur baldaquin ne pouvait rayonner tant que l’on ne serait pas devenu seigneur de la principauté de Mayyâfâriqîn et que l’on n’aurait pas maîtrisé ce pays rebelle. Le sultan décida de rassembler les troupes à Kayseri-La-Bien-Gardée. Mais, il rechercha l’appui du seigneur d’Alep, des princes de Mossoul, de Mardin et de Mésopotamie803. Cependant on avait déjà prévenu le malik Ghâzî804 qui, faisant preuve de grande sagacité, s’était mis à amasser des provisions. Il appela les Khwârizmiens qui s’était repliés à Bagdad après la bataille de Ra’s al-҅Ayn et avaient cherché refuge auprès de l’amabilité du calife Mustanṣir billâh. Leur chef était le neveu du sultan Djalâl al-Dîn805 qui, venant de Chiraz, vint les rejoindre avec ses troupes bien armées et rallia les Turcs de Germyân806 dont il obtint la docilité par des promesses et de l’argent. Il fit remplir d’eau les douves de la forteresse, consolider le mur d’enceinte de la ville, fit préparer les catapultes et les balistes807 et s’équipa pour le combat. Lorsque les troupes de Rûm arrivèrent dans le territoire d’Amîd et que l’armée de Syrie, conduite par le malik Mu’aẓẓam808, les rejoignirent, conformément à l’ordre reçu elles se mirent en marche sur Mayyâfâriqîn. Lorsqu’elles atteignirent cette ville, elles se positionnèrent tout autour. Chaque jour eurent lieu des affrontements. Soudain, une pluie s’abattit si violemment que les tentes des troupes de Rûm et de Syrie furent inondées et se retrouvèrent plongées dans un marécage. Un jour, le malik Ghâzî, ayant l’intention de combattre, ordonna que l’on se mît en ordre de bataille809. Les troupes de Rûm se mirent en selle et avertirent les troupes de Syrie810. Sur l’aile droite il y avait les Khwârizmiens qui déstabilisèrent l’aile droite de l’armée de Rûm, composée de troupes de la province de Dânishmend, et la firent reculer jusqu’à son campement. Mais lors de l’affrontement avec les troupes de Mossoul et de Malatya qui étaient positionnées à l’aile droite de l’armée du sultan, leur aile gauche formée de Turcs et de Germyâns811, fut rejetée jusqu’à la limite des douves de la forteresse où se déversa un torrent de sang au lieu de se remplir d’eau. Soudain, un homme portant une lourde armure et pointant sa lance jaillit du centre de l’armée du malik Ghâzî et se précipita sur les Rûms. L’écuyer de l’interprète Żahîr al-Dîn, nommé Demirtash, lui fit face et, lui assénant un seul coup, le désarçonna. Aussitôt, un cavalier de l’armée du Ghâzî vint le remettre en selle et lui-même se retrouva à pied. Demirtash le fit monter sur la croupe de son cheval et l’amena au centre de l’armée, auprès du malik Mu’aẓẓam et de Čavly. Le malik Mu’aẓẓam voulut l’avoir auprès de lui. Mubâriz al-Dîn dit : « Qu’on le laisse auprès du malik ! » Le malik Mu’aẓẓam lui attribua aussitôt un vêtement honorifique, le remit en selle, le conduisit à son aile et, avec mansuétude, lui demanda comment il se portait812. Après un long entretien, il le laissa rejoindre l’armée du Ghâzî. Au moment où le cavalier arriva au camp du Ghâzî, les Khwârizmiens avaient rejoint leurs tentes et le feu du combat s’était peu à peu éteint. Plus tard le juge et plusieurs notables, envoyés par le Ghâzî, apportèrent une missive. Lors de la conversation, alors qu’on l’interrogeait, le malik Mu’aẓẓam dit : « C’est certain, le cavalier qui a été désarçonné était le malik Ghâzî et celui qui fut fait prisonnier était son ustâdh-dâr813. » Voici la quintessence de la missive :

  • 814 Cf. AS p. 508 et Oġuznâme, f. 305, 13.

« Le malik adresse son salut à chacun et fait dire ceci : “J’ai toujours porté à l’oreille de mon âme l’anneau de la sincérité. Mon frère Muẓaffar al-Dîn Ahsraf avait manifestement porté sur son épaule la chabraque du sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier et, moi, je me considère ici, dans ce petit territoire, comme serviteur de cet (illustre) Seuil. Le fait qu’il fasse rayonner le baldaquin-toujours-victorieux, afin de rendre malade tant de cœurs dont il veut s’emparer par ressentiment814, ne ferait que naître une mauvaise réputation pour l’éternité. Pour l’amour de Dieu, oubliez cette idée et n’enviez pas la Maison d’un derviche à cause de la fausse idée que vous vous en faites et à cause d’un accord injuste. Sinon, je sacrifierai ma vie à cause de cette ancienne Maison”. »

  • 815 Le terme qâḍî utilisé deux fois in Muḫtaṣar, p. 233, 22, doit être naturellement corrigé en ġâzî c (...)
  • 816 En deux jours de marche, AS p. 509.
  • 817 Le ċâšnîgîr émir Mubârizuddîn Čavly, le pervâneh Walîyuddîn, le ustâd ad-dâr Ǧamâluddîn Farruḫ Lâl (...)

443Entre-temps, la résidence du calife intima l’ordre au puissant sultan, au malik Mu’aẓẓam ainsi qu’aux autres chefs des sections, qui étaient venus faire le siège de Mayyâfâriqîn, de cesser les combats et de lever le siège. Le malik Mu’aẓẓam fut donc amené à établir de bonnes relations avec le malik Ghâzî et convainquit les émirs d’arrêter les combats pour cette année. Comme les émirs avaient été contrariés par la pluie incessante, ils approuvèrent l’offre de paix du Ghâzî815 qui, comme il le souhaitait, fit prêter serment à chacun. Puis, les émissaires du malik Mu’aẓẓam et les émirs du sultan se rendirent en la ville et le malik Ghazî exigea qu’il prêtât serment. Le lendemain, les troupes levèrent le camp et partirent816 pour Amîd où l’on apprêta un festin royal en l’honneur du Malik Mu’aẓẓam. Le lendemain l’on se sépara. Celui-ci partit pour la Syrie, ceux-là pour Malatya817.

Des signes de faiblesse apparaissent dans le pays de Rûm

  • 818 Cf. note 609. [Noyan est un titre militaire mongol équivalent au titre persan d’amîr-tûmân, comman (...)
  • 819 Garde du corps. Cf. Spuler, Mongolen p. 274.
  • 820 Houtsma propose ici d’ajouter : yarligh. Cependant ce mot ou un terme correspondant ne sont ni in (...)
  • 821 Cf. AS p. 514 (sic !) et Oġuznâme, f. 308, 6. [MB : Peut-être le prénom slave Stanko. Il y avait e (...)
  • 822 Il faut privilégier la lecture duwainî. Cf. AS p. 514 (ici šaraf pour mušrif). Oġuznâme, f. 308, 9 (...)
  • 823 Le commandant de la place, le chef de la police. Cf. Oġuznâme, f. 308, 9.

444Le début du relâchement et l’apparition des signes de faiblesse s’expliquent ainsi : le noyan Djurmâghûn818 avait à l’esprit d’obtenir des succès. En fait, quelque temps plus tard arriva auprès de Baydjû un qurči819, envoyé comme émissaire par la cour du khân et ayant été nommé820 chef de guerre et commandant en chef. Pour son propre compte, il souhaitait apporter la nouveauté auprès de la dynastie-qui-soumet-le monde. Il sélectionna trente mille guerriers aguerris parmi les cavaliers tatars et marcha sur Erzurum où l’on mit en service les catapultes et les balistes positionnées tout autour de l’enceinte de la ville. Nuit et jour, tel le tonnerre, les boulets s’abattirent sans cesse, annonçant le malheur inéluctable. Le gouverneur militaire, Sinân al-Dîn Yâqût et Istankôs821, le chef des soldats francs, firent une sortie à la tête d’une puissante troupe et leurs actions furent héroïques. Et, si le mushrif Duwainî822, qui était le shiḥneh823 de la ville, n’avait pas été une crapule et n’avait pas trahi, il est bien possible que l’armée mongole se fût retirée de la ville à cause de l’hiver qui arrivait et des milliers d’enfants auraient ainsi échappé aux coups portés par les épées des Mongols. Mais ce piètre Duwainî qui nourrissait en son âme de la haine envers le gouverneur militaire, fit porter secrètement une lettre à Baydjû, dont voici le contenu :

« Si l’on épargne ma vie et celle de mes partisans, je hisserai vos guerriers sur la tour dont j’ai la garde, afin qu’ils descendent [dans la ville] et fassent sauter les verrous de la porte avec leurs massues. »

  • 824 Cf. AS p. 515 (sic !) et Oġuznâme, f. 308, 10.

445Baydjû écrivit une lettre répondant à la demande de Duwainî qui, dans la nuit propice, hissa sur la tour deux cents hommes en armes, courageux. Ceux-ci se hâtèrent d’aller briser les verrous de la porte. C’est ainsi que l’armée des Mongols entra dans la ville. On en fit part à l’émir Sinân al-Dîn et à Istankôs824 qui se ruèrent avec des troupes jusqu’à cette porte et firent régner l’épée ruisselante de sang jusqu’à l’aube. Mais, le matin les Mongols étaient déjà dans la ville et le malheur aussi. Les femmes-bien-gardées du harem devinrent dans la main de chacun de ces intrus des esclaves et les chers enfants se roulèrent dans la poussière de l’humiliation. Et plus personne n’eut la possibilité de prendre la fuite et ne put trouver refuge auprès de qui que ce fût. Le soleil s’assombrit derrière la chaleur émise par les épées qui s’entrechoquaient et le reflet de la lune perdit de sa clarté sous les soupirs de ceux qui imploraient de l’aide. Lorsque les Mongols eurent assez volé et pillé, ils se mirent à rassembler des prisonniers. Ils emmenèrent de force, hors des maisons, les hommes, les femmes, les enfants, grands et petits et se les répartirent. Et ils laissèrent en vie ceux qui pouvaient servir à quelque chose et donnèrent les autres en pâture aux épées et à la mort qui les broya. Ils emmenèrent de force hors de la ville l’émir Sinân al-Dîn Yâqût et son fils, les mains liées et tête nue et ils amassèrent sur la place les parures et les objets en or de l’émir. Baydjû dit : « Tu avais une grande fortune. Pourquoi n’as-tu pas recruté de soldats, l’argent blanc étant réservé pour les jours noirs ? » Il répondit : « Comme cet argent t’était destiné, comment aurais-je pu l’utiliser ? ». Baydjû ordonna que l’on exécutât son fils devant lui. Puis, ils en finirent aussi avec lui. Puis, chargés de trésors incommensurables, ils prirent la direction de Mughân. Entre-temps, les troupes du sultan étaient arrivées à Erzindjân. Lorsque l’on apprit qu’Erzurum avait été prise et que personne n’avait été épargné dans cette région, on fit aussitôt part de cette tragique nouvelle à la cour du sultanat. La stupeur et la consternation s’étaient glissées dans l’âme du sultan Giyâth al-Dîn Kay-Khusraw II. Il ordonna aux troupes de revenir au pays et aux émirs de se présenter sans exception à la cour afin de débattre ensemble sur les dispositions à prendre.

La bataille menée par le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II contre l’armée des Mongols au Köseh-Dagh825

  • 825 Le titre du chapitre indique la date de l’évènement : le jeudi du 11 muharram 641 de l’Hégire – AS(...)
  • 826 Cf. AS p. 518.
  • 827 Manšûr.

446La quintessence des pensées des grands dignitaires de l’état à la cour du sultanat était la suivante : il fallait appeler à l’aide les princes des pays et tout d’abord dépêcher des émissaires auprès du malik Ghâzî, lui présenter des excuses à cause de l’attaque sur Mayyâfâriqîn, lui envoyer sans tarder826 un diplôme signé par le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II, signifiant qu’Ahlat, qui était possession de son frère Ashraf, lui était offerte, dépêcher en Syrie le sahib Shams al-Dîn Isfâhanî porteur d’un trésor, afin de demander l’appui de troupes et envoyer un autre trésor au seigneur de Sis, afin qu’il recrutât des troupes franques en plus du contingent prévu par le contrat. Conformément à cette pensée, on envoya au malik Ghâzî 10 000 dinars en pièces frappées au nom de ҅Alâ al-Dîn, 100 000 dirhams ainsi que le diplôme827 attribuant Ahlat au malik Ghâzî.

  • 828 Pour lever 20 000 hommes, AS p. 518.
  • 829 Herakleia fut aussi promise au seigneur de Sis, AS p. 518.

447On mandata le sahib Shams al-Dîn pour apporter en Syrie828 100 000 dinars et des milliers de dirhems et une somme similaire au seigneur de Sis829. Tous les émissaires devaient faire part du même message :

« Dieu garde que l’on ne commette pas un oubli dans cette affaire ! Dès que l’on ne maîtrise plus cette affaire et que l’empire s’effondre, il ne sert à rien de se mordre les lèvres et de se tordre les mains. Si le malheur frappe notre état, il est certain qu’ils nous pendront en peu de temps au collier du mépris et de la soumission. »

  • 830 Qadîmî.
  • 831 Le terme qarârî signifie : des troupes qui sont levées sur la base d’un contrat et qui font partie (...)
  • 832 Chambellan. Cf. Oġuznâme, f. 312, 8 : odabašı. [HLP : La lecture dans Houtsma, p. 237, des trois n (...)
  • 833 Cf. AS p. 521 : (sic !) et Oġuznâme, f. 312, 8.
  • 834 Cf. AS p. 521.
  • 835 Naḫčevân, Nakhitchevan, aujourd’hui République autonome d’Azerbaïdjan, dans le Caucase.

448Lorsque le malik Ghâzî eut lu le diplôme lui attribuant Ahlat et que l’argent fut amené dans son trésor, il dit : « J’entends et j’obéis » et il commença à distribuer les sommes d’argent et à rassembler des hommes. Lorsque le sahib Shams al-Dîn fut arrivé en Syrie, il fit humer aux plus pauvres des guerriers la richesse de cette principauté et le seigneur de Sis prit en considération le bien fondé de la soumission. Alors, de tous les horizons des émissaires arrivèrent à la cour du sultanat et le sultan arriva à Sivas au début du printemps avec 70 000 cavaliers formant le gros des troupes830 et avec des mercenaires, qui, conformément à l’ordre donné, s’étaient rassemblés avec femmes, enfants et leurs gens. Il y fit halte pendant un certain temps, afin que les troupes des environs pussent le rejoindre et que le malik Ghâzî, le sahib Shams al-Dîn et l’armée de Sis pussent arriver. Entre-temps arriva Nâṣir al-Dîn Fârsî venu de Syrie avec deux mille cavaliers recrutés par contrat831 et qui intervenaient chaque année pour rendre des services militaires. L’attente durant trop longtemps et des nouvelles arrivant constamment, indiquant que Baydjû était bien décidé à affronter le sultanat avec une armée, telles des nuées de sauterelles et des légions de fourmis qui avait été levée dans le Khorassan, en Irak, à Fars et à Kerman. Les grands dignitaires du sultanat, qui étaient bien avisés, ayant vécu des situations difficiles et qui connaissaient l’issue des choses, se mirent d’accord pour rester à Sivas, prétextant que du renfort allait arriver, car assurer ses arrières valait mieux que 50 000 cavaliers. Mais des jeunes gens inexpérimentés, qui n’avaient encore connu ni la guerre ni les champs de bataille, étaient contre cette prise de position. Niẓâm al-Dîn Suhrâb, fils de Muẓaffar al-Dîn, Sheblâsh (?) et le viṯâqbâshî832 Djurbat833 – puissent-ils récolter ce qu’ils méritent ! – se lamentèrent ainsi : « Sous prétexte de ne pas quitter nos maisons834, combien de temps ces tergiversations vont-elles durer ? Entre-temps les gens d’Erzindjân et d’Erzurum deviennent une pâture pour l’épée de la mort. Il nous faut aller affronter les Mongols jusqu’à Tabriz et au Nakhitchevan835 et que la bataille ait lieu là-bas ! La situation ne nous sera pas favorable, si par peur et par crainte nous ne sortions de Sivas que pour une journée de marche. » Le sultan Giyâth al-Dîn Kay-Khusraw II fut séduit par ce discours et ordonna que l’on se mît en marche le lendemain.

  • 836 Cf. l’ajout in AS p. 521 et Oġuznâme, f. 312, 15.
  • 837 Le prince arménien. AS p. 522 (sic !). Cf. Oġuznâme, f. 312, 13, donc le bailo de Sis. [it. Bailo, (...)
  • 838 D’après AS p. 522 : « Va arriver avec 3000 cavaliers (Arméniens et Francs) ». Cf. Oġuznâme, f. 312 (...)
  • 839 Sentence : tersâ tersende bâšed – Jeu de mots avec le verbe persan tersîden = avoir peur, craindre (...)

449Quatre-vingt mille cavaliers sipahis836 s’agitèrent, telle la mer, et se dirigèrent vers le Köseh-Dâgh qui mille fois avait causé des brûlures dans les cœurs. Lorsqu’ils y arrivèrent, ils trouvèrent de nombreuses prairies, des ruisseaux innombrables et des sites impossibles à prendre, si bien qu’aucun chemin ne se révélait praticable pour une armée étrangère, sauf en franchissant le col. Les soldats installèrent leur campement et attendirent chaque jour du renfort. Soudain, on apprit que Baydjû était entré avec 40 000 cavaliers dans la plaine d’Akşehir d’Erzindjân. Lorsque les gardes du corps du sultan apprirent cela, ils s’écrièrent, fous qu’ils étaient : « Belle proie que ces Mongols ! » Le sahib Muhaḏḏib al-Dîn et Żâhir al-Dîn Daula, fils du Géorgien, dirent : « Il ne faut pas se laisser déstabiliser par des nouvelles alarmistes et l’armée ne doit pas être inquiétée inutilement. Sur ce site nous sommes à l’abri d’une attaque de nuit par l’ennemi et c’est là un avantage très important. Et puis, nous avons appris que le tekfur837 va arriver838 avec trois mille Francs, ce qui devrait représenter un fort appui. » Le fils de Muẓaffar al-Dîn se mit à nouveau à proférer des insanités : « Le chrétien839 est par habitude craintif. Si l’on me donnait mille cavaliers francs j’irais affronter les Mongols – même si Dieu les assistait et Il est puissant ! – et je reviendrais vainqueur. »

  • 840 Cf. note précédente.

450Żâhir al-Dîn Daula répondit : « En une telle situation, alors que l’avenir de l’empire ne tient qu’à un fil, de telles paroles, dont la mauvaise odeur blesserait même le nez des hommes, pourraient provoquer par elles-mêmes la destruction de la Syrie et du pays de Rûm. C’est particulièrement en présence du sultan qu’il faudrait expier de telles paroles en faisant l’aumône. Le Créateur sublime ordonne : (Coran, III, 154) : “L’affaire tout entière appartient à Dieu”. Il faut tenir conseil avant l’assaut. Il n’y a pas de doute que je suis un tersâ840, je ne crains que Dieu. »

451Le fils de Muẓafar al-Dîn se mit à parler grossièrement sous l’effet du vin. Le sahib le blâma en conséquence, mais il lui répondit : « Il est vrai qu’à part compter et lire, tu n’es capable de rien d’autre. » Décontenancés et touchés, ils sortirent de la tente et se mirent à pleurer et à se lamenter sur le déclin de l’empire.

  • 841 Qui correspond au vendredi 26 juin 1243. Cette date indiquée dans le Muḫtaṣar n’est pas indiquée i (...)
  • 842 Dehlîz.

452Le lendemain était le vendredi 6 mouharram de l’an 641841. Le fils de Muẓaffar al-Dîn fit mettre les troupes en selle et les tambours et les timbales résonnèrent pour appeler au combat. Les émirs avaient beau être consternés par cette folie de la veille, ils avaient beau se hâter pour se rendre à la salle d’audience842 et protester, le fils de Muẓaffar al-Dîn se comportait tel un fou, proférant des injures. Disant adieu à la vie, le fils du Géorgien et le pervâneh Wâlî al-Dîn ainsi que Nâṣir al-Dîn Fârsî, très en colère, se glissèrent tels des serpents avec 3 000 Francs et Grecs dans ces gorges aux abîmes si profonds que les cerfs n’auraient pas osé y poser un sabot. Lorsque Baydjû leva les yeux et vit qu’ils descendaient du haut de leur position sûre, il se tourna vers les noyans et dit :

  • 843 Ce bait n’est pas authentifié par Houtsma en tant que tel. Je traduis d’après AS p. 524 et d’après (...)

Ceux-ci ne peuvent rien faire, sauf fuir.
Je vois déjà leur tête sous l’épée843.

  • 844 Cf. AS p. 525 (sic !) et Oġuznâme, f. 314, 13. Selon le Oġuznâme, le fils de la sulwe s’identifie (...)
  • 845 Cf. AS p. 525 et Oġuznâme, f. 314, 15.
  • 846 Le sens de ce passage est mieux indiqué par le contexte in AS p. 525. Cf. Oġuznâme, f.314, 4.
  • 847 Cf. AS p. 526.
  • 848 Cf. AS p. 526 (sic !) et Oġuznâme, f. 314, 11.
  • 849 Cf. AS p. 526 et Oġuznâme, f. 315, 8.
  • 850 Cf. AS p. 526 et Oġuznâme, f. 315, 9.
  • 851 Dans le texte du Muḫtaṣar sans doute omis. Tokat est ajouté d’après AS p. 526 ; Oġuznâme, f. 315, (...)
  • 852 Est ajouté d’après AS p. 526. Cf. Oġuznâme, f. 315, 9.
  • 853 Cf. AS p. 527 (sic !) et Oġuznâme, f. 315, 17
  • 854 Après deux ou trois jours, l’émir Mubârizuddîn arriva auprès du sultan qui lui attribua la dignité (...)

453Il nous faut patienter jusqu’à ce qu’ils soient entrés dans cette gorge peu praticable ». Lorsque l’avant-garde fut au fond de la gorge et que les troupes, dans la confusion régnante, ne purent ni en sortir, ni y entrer, tant les accès étaient encombrés, Baydjû, depuis sa position, se rua sur les guerriers. Lors de la première attaque, les troupes de Rûm combattirent avec tant de mordant que les chevaux se figèrent et que les troupes mongoles reculèrent. Les troupes de Rûm pensèrent alors que les Mongols s’étaient vraiment enfuis, crièrent haut et fort leur joie et dépêchèrent auprès du sultan une ambassade précisant que l’ennemi avait été vaincu. Cependant, Baydjû s’en revint et ordonna à ses troupes de décocher une pluie de flèches [sur les troupes de Rûm] qui furent ainsi toutes massacrées. Le fils de la sulwe844 baissa ses étendards jusqu’au sol, afin que l’on ne le remarquât pas et prit la fuite. Après qu’il eut longuement combattu en tirant l’épée et eut sauvé sa vie, Nâṣir al-Dîn Fârsî accompagné par quelques hommes, rejoignit le sultan. Ils étaient tête nue845. Et, soulevant le voile de la déférence, Nâṣir al-Dîn envoya à la figure du sultan ces mot durs : « Choisissez quelqu’un qui a l’idée, l’intelligence et des compagnons avisés pour aller conquérir le monde. Allez affronter l’ennemi, détruisez son empire et son peuple et répandez de la poussière sur la tête des musulmans et sur celle de toutes les communautés humaines ! » Puis, accompagné de ses gens, il prit le chemin conduisant à Alep. Lorsque le sultan vit que l’histoire de la défaite des Mongols846 avait pris une autre tournure, il cacha son visage dans son turban et pleura. Jusqu’à l’heure de la prière du soir il resta sur son cheval, s’occupant à envoyer à Tokat le harem du palais et plusieurs trésors précieux. Le tshashnegîr Čavly, qui avait réchappé à la bataille, arriva847 auprès du sultan. Le sultan dit : « Que faire maintenant848 ? » Il répondit : « Cette affaire est sortie de notre lèvre sèche et de nos yeux humides. Lorsque ce fut le temps de la réflexion, tu n’as pas daigné écouter le discours de tes serviteurs. À quoi pouvons-nous réfléchir encore ? » Le sultan dit : « Je te confie les rênes de l’empire. Fais ce que tu peux et dois, sans faiblir. » Puis, il se rendit dans sa tente. Après un certain temps849, il partit pour Tokat850 en passant par Lâbudhân851. À mi-chemin852, Fakhr al-Dîn Arslân-Doghmush et Shams al-Dîn Khâṣṣ-Oghuz ainsi que le tshashnegîr Sayf al-Dîn Turkerî853 modifièrent par prudence l’aspect des vêtements du sultan et puis, d’une seule traite, tous chevauchèrent à bride abattue jusqu’à Tokat854.

  • 855 A compléter d’après AS p. 527 et Oġuznâme, f. 315, 4.
  • 856 Cf. AS p. 527 et Oġuznâme, f. 315, 5.
  • 857 In AS p. 527 il y a un blanc, comme c’est l’habitude lorsque l’on parle des khân Mongols. Oġuznâme(...)
  • 858 Diplôme, document, décret.
  • 859 Un insigne d’or ou d’argent. On devait à son porteur obéissance et liberté de mouvement. Cf. Spule (...)
  • 860 Cf. AS p. 527 yarġû. Cf. Mongolen p. 381, Spuler.

454Après le départ du sultan, une section demeura en position sur les hauteurs de la montagne jusqu’à ce que deux tours de garde de nuit fussent accomplis. Lorsque les Mongols furent sur les hauteurs de la montagne et qu’ils virent partout des troupes assemblées, ils firent entendre un seul cri et allumèrent des feux. Mais ils n’avaient ni le courage d’entrer dans le campement du sultan, ni la force de retourner dans le leur. Et lorsque l’avant-garde855 de l’armée du sultan eut courageusement attendu en vain l’arrivée d’une aide venant de nulle part856, elle se replia sur son campement. L’avant-garde vit à même le sol les fourniments des soldats qui avaient fui. C’est pourquoi elle prit aussi la fuite. Au petit matin, lorsque les Mongols jetèrent un coup d’œil sur le campement du sultan et qu’ils virent que les tentes, les fourniments et des ustensiles étaient toujours en place, ils crurent que l’armée s’était peut-être retirée pour se cacher et préparer une embuscade. Pendant deux jours, ils firent le tour des tentes. Lorsqu’il se fut avéré que l’armée avait fui, ils pénétrèrent dans le campement, s’approprièrent d’innombrables biens et se dirigèrent vers Sivas. Après que les Mongols eurent fait une incursion dans le Khwârezm et que commença le malheur du sultan Muḥammad, le cadi de Sivas, grand savant Nadjm al-Dîn de Kirşehir, s’était trouvé là par hasard et avait pris contact avec le khân857. On lui avait attribué un yarligh858 et un païza859. Lors de sa réception, accompagné par la cour de justice860, il apporta des présents. Baydjû le reconnut et lorsqu’il présenta le yarligh et le païza, Baydjû posa un baiser sur le païza, le porta à son front et permit au cadi de se mouvoir librement dans la ville. On fit ouvrir la porte d’Erzindjân et on ferma les autres, si bien que seules quelques troupes purent entrer dans la ville pour s’adonner au pillage pendant trois jours. Le quatrième jour Baydjû ordonna que l’on fermât aussi la porte d’Erzindjân et que l’on cessât les exactions. Puis l’on se rendit à Kayseri.

La destruction de Kayseri. Les assiégés sont tués par la main des Tatars

  • 861 Responsable de la chambre des vêtements.
  • 862 Maliku ’z-Zuhhâd.

455Constatant la situation, la mère du sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II transféra son lieu du refuge de Kayseri à Sis. Le djâmedâr861 Samsam al-Dîn Qaymâz, roi des hommes pieux862, et Fakhr al-Dîn Ayas, le boiteux, fuyant le champ de bataille, s’étaient retrouvés à Kayseri et s’efforçaient de préparer les équipements en vue du siège qu’ils allaient subir ainsi que leur défense. Ils firent renforcer les tours et les courtines de la muraille.

  • 863 Là se trouvait le quartier des tanneurs, AS p. 528.
  • 864 Les Mongols sévissaient aussi dans les monts de Masǧid Baṭṭâl, AS p. 528.
  • 865 Nommé Ḥusâm, AS p. 529 et Oġuznâme, f. 316, 11.
  • 866 Cf. note 168 : Ikdîshhân.
  • 867 Faḫruddîn, AS p. 529.
  • 868 Qymaz, AS p. 529.
  • 869 L’intendant de l’armée. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 105.
  • 870 Cf. note 420
  • 871 En fin de chapitre on fait appel au ṣâḥib dîvân Ulug Inânǧ pour protéger le peuple, AS p. 531.

456Lorsque l’armée des Mongols arriva aux alentours de Kayseri, elle pilla, incendia, tua, noya et fit table rase de tout ce qu’elle trouva. Le lendemain, Baydjû, accompagné des noyans, fit à cheval le tour de la ville, fit positionner trois catapultes face à la tour de la porte de Sivas863 dont la solidité n’était mise en doute par personne. Les prisonniers et les porteurs de sacs de céréales furent contraints de tirer les catapultes jusqu’à leur emplacement. Des boulets furent projetés sans interruption pendant quinze jours. D’immenses brèches apparurent dans la façade de la tour864. Cependant, grâce aux nombreux butins qu’elle avait saisis, l’armée des Mongols avait l’intention de se retirer et de reporter la prise de la ville à l’année suivante. Mais le fils de Khâžük865, l’ikdîshbâshî866, dépêcha durant la nuit un émissaire auprès de Baydjû pour demander pardon. Le pardon lui ayant été accordé, il sortit cette même nuit de la ville, passant par les égouts, se rendit au camp des Mongols et donna tous les détails quant à la faiblesse et la force des assiégés. Lorsque les émirs prirent connaissance de cet évènement et virent que Baydjû traitait aimablement celui qui s’était lié d’amitié avec lui, Ayas867, le boiteux, qui était le subâshî de la ville, se rallia à lui. Outre Samsam al-Dîn868, il n’y avait personne dans la ville. Aussi Baydjû n’eut-il plus l’esprit de se retirer. Bien au contraire. Un jour, il ordonna que toute l’armée prît les armes. On plaça alors des échelles contre la façade de cette tour fragilisée par une brèche et les soldats les escaladèrent. Les soldats firent goûter le breuvage de la mort à ceux qu’ils rencontraient. Ils descendirent dans la ville dont ils brisèrent les verrous des portes. L’armée entière pénétra dans la ville. L’amîr-҅arid869 et toutes les troupes furent capturés et conduits dans la plaine de Mashhad870. Après que les Mongols eurent pillé et assassiné, ils incendièrent les maisons de la ville. Après en avoir terminé avec la ville et ses habitants, ils partirent et, sur la plaine de Mashhad firent des prisonniers, dont ils s’étaient auparavant emparés, des martyrs. Puis, ils se partagèrent les femmes et les enfants et prirent le chemin du retour. Et ils tuaient ceux qui, en route, étaient fatigués ou n’avaient plus de forces pour avancer871.

Le sahib Muhadhdhab al-Dîn se rend auprès de Baydjû. L’établissement de relations pacifiques

457Lorsque l’armée fut défaite, le sahib Muhadhdhab al-Dîn, fils du pervâneh, arriva par hasard dans la région d’Amasya. Il apprit que l’armée des Mongols s’était emparée de Kayseri après en avoir fait le siège. Il fit mander Fakhr al-Dîn, le cadi d’Amasya, et lui dit : « Comme la situation du sultanat est pitoyable à cause de la jeunesse et de l’ignorance du sultan Giyâth al-Dîn Kay-Khusraw II, et comme la mer du malheur qui avait frappé de ses vagues s’est maintenant quelque peu apaisée, il serait juste – nous subirions manifestement la malédiction de Dieu si l’on manquait de remettre de l’ordre dans cette situation – que nous nous débarrassions de la crainte qu’engendrent les conséquences de cette situation, que nous nous rapprochions des Mongols et que nous commencions à frapper à la porte de la paix et de la réconciliation, bien que la voie soit pavée de flèches et d’épées. »

  • 872 Le ṣâḥib Muhaḍḍibuddîn et le cadi Faḫruddîn, tous deux morts lors de la rédaction de l’épitomé, AS(...)
  • 873 Cf. note 609.
  • 874 M. Houtsma a visiblement oublié un sujet dans cette phrase et a ajouté entre parenthèses Allah (Di (...)

458Le cadi approuva cet avis et loua le sahib. Tous deux, d’un commun accord, apprêtèrent des présents de toutes sortes et, par la grâce de Dieu, posant le pied sur la voie de la crainte et de l’espoir, ils se mirent en route. Auparavant ils dépêchèrent des émissaires auprès du noyan Baydjû. Baydjû et les autres noyans s’étonnèrent de cette démarche et de cette audace. Le sahib et le cadi872 rencontrèrent Baydjû dans les Marches d’Erzurum. Ils se montrèrent prêts à le servir, firent preuve d’habileté pour obtenir sa bienveillance et sa bonne humeur. Baydjû fit montre de sa bienveillance pour les traiter aimablement et ainsi, jour après jour, parcoururent-ils avec l’armée mongole de longues distances. Lorsqu’ils arrivèrent à Mughân, au quartier général de Djurmâghûn873, Baydjû se rendit auprès de Djurmâghûn qui fit venir le sahib Muhadhdhab al-Dîn ainsi que le cadi Fakhr al-Dîn et leur demanda : « Quel est le motif de votre venue ? » Le sahib répondit : « Que l’illustre Créateur garde éternellement le puissant ilkhân ! Le noyan doit savoir ceci : Si un destin heureux874 vous a prêté cette fois assistance et vous a accordé la victoire sur le sultan de l’islam, il ne faut pas vous laisser aveugler. Comme vous l’avez appris, ce ne sont pas plus de trois mille cavaliers qui ont été tués dans cette guerre. Et un grand nombre de guerriers mongols ont tout de même péri. Et dans l’empire de Rûm plus de cent mille hommes équipés de la tête aux pieds et pourvus de matériel de guerre sont encore disponibles. La souveraineté sur le pays de Rûm ne peut être associée qu’aux sultans de la Maison de Seldjouk et seule l’obéissance à ces sultans offre la paix au cœur de leurs sujets. Si le noyan envisage d’obtenir la prérogative d’un ilkhân, la voie qu’il doit prendre est de se réconcilier avec le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II. Car vos grands ancêtres, qui ont pris jadis cette voie et vous ont légué la souveraineté, n’ont-ils pas dit qu’il faut tout faire pour satisfaire celui qui frappe à la porte de la paix et entre par la porte de l’impuissance ? Je viens d’annoncer ce qui permettra au noyan de trouver sa satisfaction et pourra servir au bien être de ses sujets. Si le noyan était d’un autre avis, qu’il prenne une décision. »

  • 875 Cf. AS p. 534 et Oġuznâme, f. 319, 9.
  • 876 Elî.
  • 877 Et des vêtements, AS p. 535.
  • 878 Juge suprême.
  • 879 Secrétaire d’état, fonctionnaire des ilkhâns (!), particulièrement chargé des affaires financières
  • 880 Cf. AS p. 535 (sic !) : tout est sans signes diacritiques !. Cf. Oġuznâme, f. 320, 14 sqq.

459Baydjû ayant écouté ces propos donna des instructions à la femme875 qui était l’interprète de Djurmâghûn afin qu’elle lui rapportât ces propos. Djurmâghûn les écouta. Comme il avait entendu parler des nobles qualités de feu le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh Ier et avait toujours souhaité que la souveraineté ne subît aucun désagrément, il approuva avec sincérité la proposition de paix et l’accepta avec bienveillance. Conformément au conseil de Djurmâghûn, Baydjû commença à poser les bases du pacte876 avec le sahib et dit : « Sur quelle valeur doit-on poser ces bases ? Que doit faire parvenir chaque année le roi de Rûm à l’ilkhân et aux noyans de l’armée ? » Le sahib quitta cette salle de réunion et s’entretint avec le cadi. Puis il établit une liste détaillée du tribut877 (or, chevaux, mulets, juments, vaches et moutons) qu’il fit parvenir au noyan avec la recommandation suivante : « Que chaque année vos émissaires viennent réclamer ce tribut et, après qu’on l’aura rassemblé, qu’ils vous l’apportent. » Baydjû donna son accord pour une partie du tribut et considéra que l’autre partie était insuffisante. Le sahib ajouta alors quelque chose à ce qui avait été écrit, si bien qu’il obtint la satisfaction de Baydjû. Puis, Baydjû fit mander le sahib et lui transmit l’heureux message confirmant l’exaucement de son souhait. Le sahib confirma le contrat et l’accord en portant sa main sur la bordure du deel de Baydjû et, avec l’approbation de tous les noyans il confirma les bases du pacte de paix. Puis il s’en revint avec l’amîr-kâbir878, avec Fakhr al-Dîn Bitikči879 et Bukhârî880 à la cour du sultanat et entreprit de colmater les brèches et de réparer les fissures du mur d’enceinte de Kayseri.

Le sahib Shams al-Dîn revient de Syrie et arrive à la cour du sultanat

  • 881 Des Ḥvarizmiens, des gens de Ba ҅lbek, des kifdjaks et des Kurdes, AS p. 535. [MB : La mention Ba (...)

460Lorsque le sahib Shams al-Dîn se fut rendu à Alep pour lever des troupes, il en rassembla une foule innombrable issue de diverses origines881 pour lesquelles il prévit six mois de subsistance et dont il souhaita fixer l’ordre de marche pour ce jour ou pour le lendemain. Mais on apprit soudain que l’armée avait été battue, que le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II s’était enfui et que tous les combattants avaient été massacrés. Par la force des choses, ces résolutions perdirent de leur signification et les cœurs des soldats se déchirèrent, pensant qu’ils devraient alors restituer les bons dirhems et les bons dinars. Grâce à un discours d’apaisement, le sahib Shams al-Dîn parvint à retenir une partie de ses soldats. Mais la plupart d’entre eux s’enfuirent dans toutes les directions avec l’argent dans leur bourse.

  • 882 Et la sœur (ve kerîme-i), AS p. 536.
  • 883 Cf. AS p. 536 et Oġuznâme, f. 321, 7.
  • 884 Les Genǧewi et les Germyâns, AS p. 537. Cf. Oguzname, f. 321, 9.
  • 885 Cf. AS p. 537 (sic !) et Oġuznâme, f. 321, 17.
  • 886 Après correction, ce passage incompréhensible dans Houtsma devient clair. Qu’il ne s’agisse pas ic (...)

461Les dignitaires et les notables de l’empire de Rûm, venus de Kayseri, de Malatya et d’autres territoires, passèrent par Sis et vinrent à Alep. Les Arméniens de Sis : que Dieu pourrisse leur situation et anéantisse ces hommes ! S’attaquèrent aux réfugiés de l’islam et arrêtèrent la mère882 du sultan. Finalement, ils les livrèrent même aux Mongols et insultèrent le Prophète – paix sur Lui ! Bref, on vit à Alep toute une assemblée de gens de Rûm. Alors arriva la nouvelle : le sultan était un rescapé de la bataille du Köseh-Dâgh, était arrivé sain et sauf à Konya, l’armée des Mongols avait pris le chemin de Mughân, le sahib Muhadhdhab al-Dîn avait rejoint les Mongols afin d’ouvrir les portes de la paix et les gens étaient descendus des alpages et sortis de leurs cachettes. Le sahib Shams al-Dîn et les autres grands dignitaires de Rûm décidèrent alors de leur retour. Mais Shams al-Dîn était très soucieux à cause du retard pris dans le recrutement883 des troupes, à cause du pouvoir que les envieux s’étaient entre-temps arrogé et aussi à cause des Kurdes et des tribus turques884 qui les guettaient sur les chemins. Il invita le malik Mas ҅ûd, seigneur d’Amîd, à l’accompagner et ils arrivèrent ensemble à Malatya. Le tshashnegîr Čavly se réjouit de l’arrivée du sahib (Shams al-Dîn), refusa que le malik Mas ҅ûd les accompagnât à cause de son mauvais esprit et de son aspect rebutant885 qui lui collait à la peau. Alors le sahib lui dépêcha, bon gré mal gré, Ḥusâm al-Dîn Tshoban886 de Malatya, porteur du message suivant :

  • 887 Et revienne en Syrie, AS p. 537.

« En ces jours règne dans le pays un état d’abattement et on ne peut pas dire quel visage se montrera sur le rideau de l’Invisible. Le mieux est que le malik s’en retourne887. Dès que le sahib sera arrivé auprès du sultan et qu’il lui aura présenté la situation, l’ordre sera donné par le sultanat de mander le malik auquel on attribuera un fief. »

  • 888 Mubârizuddîn Čavly, AS p. 538.
  • 889 Cf. AS p. 538.
  • 890 Car on n’avait pas de nouvelles sur la santé du ṣâḥib Muhaḍḍibuddîn et on ignorait où il se trouva (...)

462Lorsque le malik Mas ҅ûd apprit cette nouvelle, il éclata en de violents reproches et passant par Elbistan, regagna, honteux et triste, la Syrie. Mais le sahib se mit en route pour rejoindre la cour du sultan. Le tshashnegîr888 l’avait fait précéder d’émissaires889 pour annoncer son arrivée, faire part de la terreur et de l’effroi qu’il nourrissait et demander instamment qu’on lui accordât de la sollicitude. Lorsque le sahib Shams al-Dîn arriva au lieu de la halte d’Obruq, on lui présenta sa lettre de nomination au vizirat890 ainsi qu’un firman lui témoignant de la plus grande bienveillance. Après les avoir lus, il dit : « Bien que cela représente la perfection dans l’aimable traitement d’un serviteur, il ne serait pas acceptable dans ces conditions de donner l’ordre de destituer le sahib Muhadhdhab al-Dîn qui, pour le bien-être des musulmans, s’est exposé au poids de la peine et du désagrément. »

463Mais, lorsqu’il arriva à la cour, on lui donna tous les pouvoirs pour donner les ordres concernant toutes les affaires. Cependant, il ne s’immisça en aucun cas dans les affaires qui pouvaient faire partie de la mission du vizirat.

Le sahib Muhadhdhab al-Dîn revient à la cour du sultan après avoir rencontré le noyan Baydjû

  • 891 Cf. AS p. 539 et Oġuznâme, f. 322, 13.
  • 892 MB : adad, pluriel arabe de aded = nombre, somme, montant, total.
  • 893 Cf. AS p. 540 et Oġuznâme, f. 323, 2.

464Pendant ces évènements, des émissaires arrivèrent, portant l’heureuse nouvelle selon laquelle le sahib Muhadhdhab al-Dîn était arrivé et qu’il avait atteint son but. Puis, il se présenta lui-même à la cour du sultan et relata les tractations qui avaient eu lieu891. À tout instant, le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II lui rendait honneur et le louait tant et plus, si bien que son rang dépassa le sommet de la plus haute perfection et celui du pouvoir. Ce même jour la cour du sultanat lui fit parvenir la lettre l’élevant à la dignité de vizir et le sahib Shams al-Dîn reçut l’épée d’or de la dignité de nâ’ib. On attribua à tous deux de riches fiefs. Mais le sahib Muhadhdhab al-Dîn n’accepta qu’un fief d’un rapport de 40 000 ‘adad892 dont il ne prit pas possession893.

Le sahib Shams al-Dîn Isfâhanî, traversant la mer Khazare, se rend auprès de Ṣâyin Khân894

  • 894 Ṣâyin est le surnom de Bâtû Khân, cf. Ḫalil Edhem. DI p. 356 et 358 et Zambaur p. 244.
  • 895 Ce nom n’est pas dans le texte. In AS le nom n’est pas indiqué et il y a un blanc. Mais in Oġuznâm (...)
  • 896 Kipčak. Et soumis les princes des Russes, des Bulgares, des Bashkurdes [MB : il s’agit probablemen (...)
  • 897 Le sultan considéra qu’il était juste d’indiquer à Ṣâyin Khân que [le sultanat] était prêt à obéir (...)
  • 898 Il s’agit du père du rédacteur Ibn Bîbî ! AS p. 542 mentionne aussi cela clairement.
  • 899  - Indiqué en marge de AS p. 542 et dans le contexte du Oġuznâme, f. 324, 11. - Après qu’il eut tra (...)
  • 900 Ḫawâtîn, pluirel de ḫâtûn.
  • 901 AS p. 542 ajoute ‘arc’.
  • 902 Décret.
  • 903 Ḫakim, qui signifie vraisemblablement nâ’ib. Cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 102.
  • 904 Cf. AS p. 543.
  • 905 Qurǧy.
  • 906 Dans la note (a) est indiqué : « lecture douteuse », AS p. 543 (sic !). Cf. Oġuznâme, f. 324, 6. ( (...)
  • 907 Et de partir avec eux, AS p. 543.
  • 908 Cf. AS p. 543 et Oġuznâme, f. 324, 17. [MB : Sulaca, Karaöyük, villes connues ultérieurement comme (...)
  • 909 Puis, le sultan ordonna que l’on se préparât à entrer en campagne contre Sis et son seigneur (tekf (...)

465Lorsque le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II eut confié les rênes de l’administration à ces deux maîtres uniques et sages, tous deux furent d’avis de dépêcher des émissaires auprès de Ṣâyin Khân895 qui avait conquis par son épée étincelante les steppes de Qifdjâq896, et de faire reconstruire et relever – grâce à l’habileté du maître d’œuvre de la puissance de ce sultan-conquérant-du-monde – les fondations du sultanat qui avaient été fissurées par les fausses mesures qui avaient été prises. Lorsqu’ils firent part de leur avis à la cour du sultanat, et, après que leur avis eut trouvé éloges et acceptation, le choix du destin se porta sur l’un de ces deux grands dignitaires897. Comme le sahib Muhadhdhab al-Dîn n’avait pas encore fait tomber la poussière qui couvrit ses épaules lors de son voyage à Mughân, le sultan ordonna que l’on désignât pour cette mission le nâ’ib Shams al-Dîn qui mit aussitôt front à terre et obéit à l’ordre du sultan. Le sultan donna aux préfets du trésor des indications, stipulant que l’on accordât au na’ib Shams al-Dîn tout droit de disposer des trésors dont il aurait besoin. Le nâ’ib choisit tout ce qui seyait parmi les présents, parmi les magnifiques objets et parmi les pierres et bijoux précieux et se mit en route, accompagné par l’interprète Madjd al-Dîn Muḥammad898. Lorsqu’il arriva à la cour de Ṣâyin Khân899, il offrit les présents qui furent accueillis avec bienveillance et aussitôt distribués aux nobles dames900 et aux princes. Ce même jour le khân accorda aux trois hommes une audience et il leur témoigna tant de faveurs qu’ils furent enviés par l’humanité. Quelque temps plus tard il leur donna la permission de repartir, leur donna des carquois avec leurs étuis, des épées901, des caftans et des coiffes serties de pierres précieuses ainsi qu’un yarligh902 et, à la convenance du nâ’ib, il le fit gouverneur903 dans l’empire de Rûm. Et il rédigea un décret concernant tout cela. Il offrit des vêtements honorifiques aux autres émissaires904. Il demanda au garde du corps905 Sâiqsûn906 de lui faire part de la réponse907. Ils prirent congé et, passant par Chemakhi et Chirvan [en Azerbaïdjan], regagnèrent l’empire de Rûm. Le sultan se réjouit beaucoup de leur retour. Comme le sahib Muhadhdhab al-Dîn avait été rappelé par Dieu, le sultan envoya à l’émirat de Kirşehir le titre de nomination à la dignité de vizir, ce qui n’avait encore jamais été octroyé à l’un des vizirs de Rûm. Mais l’émir de Kirşehir montra de l’empressement pour recevoir l’honneur de servir. Même les villes, où il arrivait avec sa suite, rivalisaient pour manifester leur joie et le recevoir en grande pompe. Dans le village de Kara Öyük908, qui faisait partie du district d’Akşehir dans la province de Konya, il rencontra le sultan et relata en détails tous les évènements qui avaient eu lieu lors de son voyage aller et de son voyage retour. Lorsque le sultan apprit comment il avait présenté l’ambassade, comment il s’était engagé et comment il avait atteint son but, son âme s’apaisa de mille façons et il lui offrit une épée au fourreau d’or et ordonna qu’il pût sans scrupules trancher avec cette épée le corps de celui qui mépriserait son ordre909. Puis, accompagnés par les émissaires, ils rejoignirent Konya en grande pompe. À Konya, on permit aux émissaires de repartir, chargés de présents.

L’expédition du sahib Shams al-Dîn, des émirs910 et des troupes contre Sis

  • 910 Cf. AS p. 545 et Oġuznâme, f. 325, 7.
  • 911 Konya Ereǧlisi.
  • 912 Šarafuddîn Maḥmûd Erzindjânî, Saifuddîn Ṭorumṭay et le čâšnîgîr Sirâǧuddîn, AS p. 545.
  • 913 Cf. AS p. 546 et Oġuznâme, f. 326, 4.
  • 914 Il s’agit du ṣâḥib Šamsuddîn, AS p. 546.
  • 915 Mot à mot : « un évènement plus délicat que celui-ci ». Cf. Muḫtaṣar, manuscrit de la Bibliothèque (...)
  • 916 Et à rendre les châteaux qui [nous] ont été volés, AS p. 546.
  • 917 Cf. AS p. 546.

466Lorsque la nouvelle de la levée des troupes pour intervenir contre le pays des infidèles se fut répandue dans tout l’empire, les puissants et les faibles se surpassèrent pour exécuter cet ordre et, décidés à partir en guerre, ils se rassemblèrent à Konya-La-Bien-Gardée. Puis, le cœur endurci et bien déterminés, ils arrivèrent à Erâkliya911 où ils réduisirent le nombre de chariots portant les équipements et les nourritures. Puis, telles les vagues de la mer, ils pénétrèrent inopinément dans la plaine entourant les murailles de Tarse où ils positionnèrent les catapultes. Les grands émirs912 entreprirent avec de puissantes et nombreuses troupes des incursions dans les villages dévastés et déserts des Arméniens et capturaient tous ceux qu’ils trouvaient pour en faire des esclaves ou bien les envoyaient en enfer. Et ils brûlèrent les arbres ainsi que les champs et considérèrent qu’il ne fallait rien épargner. Les boulets projetés par les catapultes ouvrirent des brèches béantes sur les édifices et les palais de Tarse. Et, si les émirs avaient démontré leur puissance913, ne serait-ce qu’un jour, ils auraient été vainqueurs. Mais la jalousie inutile qui les animait ne fit rien pour l’aider914 et ils dirent : « C’est nous qui conquérons ce pays et c’est le sahib Shams al-Dîn qui en tirera gloire. » Soudain les nuages ouvrirent leurs vannes et il plut nuit et jour à torrents, si bien que toutes les troupes eurent le plus grand mal à circuler dans leur campement. De plus cet ordre venant de la cour fut donné au sahib : « Retirez-vous car quelque chose de très particulier s’est produit915. » Le sahib dit : « On ne peut pas s’arrêter à mi-chemin pour régler cette situation. À mon avis, vous devriez faire la paix avec ce chien galeux de tekfur et l’obliger à verser l’impôt kharâdj916. » Et afin que les autres émirs917 ne pussent apprendre cette affaire, pendant la nuit il dépêcha secrètement cette ambassade au tekfur :

  • 918 Cf. AS p. 546 et Oġuznâme, f. 326, 5.
  • 919 Au lieu de kardam il faut lire gardam.
  • 920 « Qu’il paie l’impôt ḫarâǧ et rende les châteaux qu’il [nous] a volés », AS p. 547.
  • 921 A vrai dire : « Qui s’est déposée dans le cœur du sultan. ».

« Je me suis toujours préoccupé de votre personne et plusieurs fois j’ai déconseillé au sultan ҅Alâ al-Dîn918 d’envahir votre royaume. Cette fois encore j’ai fait preuve de retenue. Mais la colère de la mer déferlait et les tempêtes de la morosité étaient violentes parce que vous vous êtes mal comporté lors de la défaite de l’armée au Köseh-Dâgh et parce que vous n’étiez pas enclin à présenter vos excuses. Aussi me suis-je lancé dans une campagne que j’ai conduite avec beaucoup de négligence et si je l’avais voulu, j’aurais réglé cette affaire en moins d’une heure919. Il n’y a pas de meilleure solution pour le tekfur que de présenter humblement ses excuses, de frapper à la porte de la paix920 et d’envoyer à notre trésor de nombreux présents, afin que je puisse être l’intercesseur et que je puisse dissiper la poussière de la morosité921. »

  • 922 Cf. AS p. 547 (sic !) et Oġuznâme, f. 327, 4 : Prâgene. Cf. Houtsma, Recueil IV, p. 250, note (a).
  • 923 Herakleia, aujourd’hui Eregli dans le vilayet de Konya.
  • 924 Le chapitre se termine par une prière adressée à Dieu, implorant la bénédiction pour le Bahâ’al-Is (...)

467Lorsque le tekfur eut pris connaissance de cette ambassade, il se réjouit et obéit. Il dépêcha un émissaire auprès des émirs pour demander pardon, livra aux serviteurs du sultanat la forteresse de Br’âganâ922 ainsi que d’autres forteresses, envoya des présents et s’acquitta de l’impôt kharâdj pour les temps passés et à venir. Les émirs et les troupes levèrent alors le camp et atteignirent Eregli923 grâce à mille stratégies bien menées. Mais beaucoup de chariots portant ballots et ustensiles s’embourbèrent. Lorsqu’ils arrivèrent à la cour, il y avait précisément sept jours que le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw II avait rejoint les champs de l’au-delà. Ils pleurèrent, portèrent le deuil et, trois jours plus tard, ils se rassemblèrent pour se concerter924.

Le sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II] est intronisé

  • 925 L’émir Šamsuddîn Ḫaṣṣ Oġuz, AS p. 549.
  • 926 Faḫruddîn Abû Bakr, pervâneh-i-҅aṭṭâr, AS p. 549.
  • 927 De même in AS p. 549 et Oġuznâme, f. 327, 18. On identifie généralement ce site à Ulu-Burlu d’aujo (...)
  • 928 Cf. AS p. 549.

468Le sahib Shams al-Dîn Muḥammad réfléchissait avec ses quatre compagnons – Djalâl al-Dîn Qaratây, Khâṣṣ-Oghuz925, l’amîr-djâmedâr Asad al-Dîn Rûzbeh et le pervâneh Fakhr al-Dîn Abû Bakr926 – pour savoir lequel parmi ces trois princes – ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs, Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân, ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh – devait être intronisé. Ils jugèrent que ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs dépassait ses deux autres frères par la beauté de son visage, par sa noble grandeur et par son haut degré de maturité. C’est pourquoi ils ne discutèrent pas plus longtemps, promirent de lui être fidèles et lui prêtèrent solennellement allégeance. Puis ils allèrent le chercher à la forteresse de Burghlu927 pour le conduire au village d’Altintaş, dans le district d’Akşehir, dans la province de Konya928.

  • 929 Cf. note 9
  • 930 Šamsuddîn Ḫaṣṣ Oġuz, AS p. 549.
  • 931 Comme niṭâr, le don pour l’intronisation. [MB : le don de joyeux avènement].

469Là, ils disposèrent deux sièges royaux, l’un à droite et l’autre à gauche du trône929 et destinèrent le siège de droite à Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân et le siège de gauche à ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh. Le sahib Shams al-Dîn et Khâṣṣ-Oghuz930 prirent le sultan par la main gauche et la main droite et le firent prendre place sur le trône conférant le pouvoir au souverain. Puis l’on distribua des dinars931. Puis, ils se mirent en route pour Konya et laissèrent le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II siéger sur le trône de ses illustres aïeux.

470[…]

Les raisons pour lesquelles le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II et Rukn al-Dîn sont en désaccord. Leur deuxième combat. La défaite de Rukn al-Dîn

  • 932 Cf. AS p. 608 et Oġuznâme, f. 350, 9.
  • 933 Selon AS p. 609 il faut introduire ici le nom de Ruknuddîn.
  • 934 Cf. AS p. 609.
  • 935 Sorte de chef cuisinier de la cour. Cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 92.

471Après que le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs eut envoyé son frère [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh II] auprès du khân932, il partit avec Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV pour Konya, où il vécut dans le luxe et l’opulence, vidant le trésor de l’état. Des hommes de peu de valeur purent même l’approcher et obtenir une distinction. Ce mode de vie, qui n’était pas habituel chez les sultans, n’était pas apprécié par les émirs et dans leur joie limpide apparaissait le trouble. Les oncles maternels du sultan, de confession grecque, se mêlèrent des affaires du sultanat et causèrent des difficultés au sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV933 qui occupait encore le trône avec son frère, selon l’accord passé entre l’émir Djalâl al-Dîn et l’ensemble des émirs. Les oncles du sultan se mirent en travers de sa route et tinrent des propos inconvenants. Un jour où le sultan Rukn al-Dîn s’était retiré, la tête penchée en avant, il prononça ces paroles : « Mais l’âme934, dès qu’elle sera trop pleine, s’épanchera : quittera les perles limpides comme l’eau qui observent le monde et coulera sur mes joues d’un rouge rubis ». Soudain entra le hawâydj-salâr935 qui s’apellait Kamâl al-Dîn et qui avait fait avec le sultan des voyages au Turkestan et lui avait témoigné beaucoup de fidélité. Il vit le sultan soucieux, pleurant et gémissant sur son sort. Il lui demanda : « Quel est le motif de ces pleurs et pourquoi ce visage change-t-il de couleur ? Si le sultan daignait me donner une explication, je pourrais peut-être, dans la mesure du possible, lui faire retrouver ses esprits. » Le sultan répondit à la question de Kamâl al-Dîn par ces vers :

« Le monde m’a trouvé dépouillé du vêtement de la joie
Et la roue du destin qui tourne, il m’a trouvé errant.
Chaque soir passant me vit affligé
Chaque matin riant me trouva en pleurs. »

  • 936 Cf. AS p. 610. [HLP : Vraisemblablement l’intendant].
  • 937 Nekîde/Niǧde, ville de Cappadoce méridionale.
  • 938 Cf. AS p. 611.
  • 939 Cf. AS p. 611, donc mot à mot : « d’aucun côté ».
  • 940 Cf. AS p. 611.
  • 941 Cf. AS p 611 et Oġuznâme, f. 351, 14.
  • 942 Lettre apportée à Kayseri, AS p. 612.

472Kamâl dit : « Moi, ton serviteur, j’ai eu une idée. À condition qu’aucun tiers ne vienne te porter conseil et que l’esprit du roi du monde consente à exécuter mon idée, je te la dévoilerai ». Le sultan dit : « Qu’il en soit ainsi. » Kamâl dit : « Si le sultan faisait apporter par moi -même, son serviteur, une lettre936 concernant cette situation à Nuṣrat al-Dîn, fils de Sinân al-Dîn Qâymâz, qui est le subâshî de Develi et qui a toujours été fidèle au roi et toujours bien intentionné, et aussi une lettre à l’amîr-҅ârid Samsam al-Dîn qui est aujourd’hui le subâshî de Kayseri – qui de ce fait est passé du zénith de la puissance au nadir de l’humiliation, parce que l’on lui a enlevé Niǧde937, qu’on lui a donné comme page un vagabond et qui se soucie de dire du mal du sultan ҅Izz al-Dîn et de ses oncles maternels – et si je rapportais la réponse à cette lettre aussi rapidemant que possible, ce serait là une sage mesure. » Conformément à l’avis de Kamâl, le sultan rédigea à l’intention de Samsam al-Dîn quelques lignes qui contenaient une partie de l’histoire de son chagrin et confia cette lettre à Kamâl. Kamâl revint six jours plus tard et voici la réponse : « Que le sultan se débrouille pour emprunter un quelconque chemin menant à Kayseri. Alors, dans la mesure du possible, les serviteurs feront tout pour mener cette affaire à bien. » Le sultan dit à Kamâl : « Comment faire pour sortir de Konya qui est un précipice de désagréments et un tourbillon de tourments ? » Kamâl répondit : « Il faut mettre quelques pages dignes de confiance au courant de cette affaire, afin qu’ils tiennent prêts les chevaux en un endroit précis en dehors de la ville. Le sultan devra alors endosser le vêtement élimé des pages de la chambre des provisions et je coifferai le sultan du grand plat de service dont le fond est pareil à celui d’une gamelle, comme celui que j’utilise chaque jour pour aller chercher les aliments938 au bazar. Ainsi, le visage béni du sultan Rukn al-Dîn demeurera-t-il caché aux yeux du peuple. Je précèderai le sultan qui devra absolument me suivre de très près et ne regarder ni à gauche, ni à droite939. Aussitôt arrivés à l’endroit convenu, nous nous mettrons en selle et, ayant confiance en la puissance du Créateur, nous chevaucherons toute la nuit940 et tiendrons une conversation nocturne avec les étoiles, si bien qu’au petit jour nous aurons laissé derrière nous les steppes d’Aksaray et atteindrons dans la pénombre le caravansérail du hodja Mas ҅ûd. Nos animaux devront alors souffler et de là, par monts et par vaux, nous atteindrons Develi941. » Le sultan approuva ce plan et ils agirent en conséquence. Lorsqu’ils arrivèrent à Develi, des messagers avertirent Nuṣrat al-Dîn qui vint aussitôt accueillir le sultan, descendit de cheval, baisa le sol et il lui fut permis de faire le baisemain. Il fit aussitôt apporter une lettre à Samsam al-Dîn Qaymâz942. L’émir Samsam al-Dîn ordonna que les troupes se missent en selle et il se mit en marche pour Develi. Sur le chemin, il rencontra par hasard les gens du sultan et de l’émir Nuṣrat al-Dîn. Il mit pied à terre, mit front à terre devant le roi, puis conduisit le sultan en grande pompe dans la ville de Kayseri. Il fit asseoir le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV sur le trône. Puis, il dépêcha des messagers dans les régions environnantes pour chercher à gagner la bienveillance des émirs qu’il invita à venir à Kayseri, où, en peu de temps, il en rassembla toute une foule.

  • 943 Cf. AS p. 262 et Oġuznâme, f. 352, 14.
  • 944 Cf. AS p. 612 et Oġuznâme, f. 352, 2.
  • 945 Âbilistân.
  • 946 In Muḫtaṣar sans points diacritiques. Cf. AS p. 613 (sic !) et Oġuznâme, f. 352, 5 (sic !).
  • 947 À Kayseri, AS p. 613.

473Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II eut pris connaissance de ce qui se passait, il fit poursuivre le beglerbeg Tavtash943, afin de lui ordonner de faire demi-tour. Mais ce dernier trouva le sultan qui était déjà arrivé à Kayseri et après le baisemain il lui dit ses quatre vérités. Le sultan se mit en colère, sauta de son trône pour lui ôter la vie. L’émir Samsam al-Dîn évita cela. Ils s’emparèrent de Tavtash et le conduisirent dans la grotte d’Öksüd944, dans les environs de Develi. Quelques jours plus tard ils le ramenèrent à Kayseri et lui firent prêter serment de se joindre au sultan Rukn al-Dîn. Puis, ils dépêchèrent des messagers afin d’appeler le subâshî d’Elbistan945 Falak al-Dîn Khalîl et Ḥusâm al-Dîn Bîdjâr946. Ceux-ci dirent : « J’entends et j’obéis » et se hâtèrent de venir à Konya pour se mettre au service du sultan Rukn al-Dîn947. Sur ce, des émirs de renom se joignirent aux troupes du sultan et se préparèrent pour se mettre en marche vers Konya avec une armée soudainement constituée. S’ils avaient fait cela aussitôt, leur souhait aurait été alors exaucé.

  • 948 Šamsuddîn Tavtaš, AS p. 613 (sic !).
  • 949 Ḫusâmuddîn Baiǧâr, AS p. 613.
  • 950 Fils du ṣâḥib Muhaḍḍibuddîn, AS p. 613.

474Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II apprit que le beglerbeg948 fut fait prisonnier et fut obligé de se joindre au sultan Rukn al-Dîn, il se mit en colère et devint soucieux. Entre-temps Falak al-Dîn Khalîl et Bîdjâr949 entreprirent avec un détachement de leurs troupes une expédition jusqu’au caravansérail de ҅Alâ al-Dîn qui se situe à un jour de marche d’Aksaray. Des gens se trouvaient là, qui faisaient partie d’une caravane de ce pays et qui opposèrent une résistance. Alors les troupes mirent le feu à la porte du caravansérail, l’incendièrent et tuèrent des gens. Cependant, ils laissèrent certains s’échapper après qu’ils leur eurent confisqué leurs biens. C’est alors que l’émir Mu ҅in al-Dîn Sulaymân950 et Khatîr al-Dîn, qui étaient du côté de Kayseri, arrivèrent à Konya pour négocier. Grâce à leur venue les roses de la joie s’ouvrirent pour le sultan et pour les grands dignitaires.

  • 951 MB : Tuz Gölü, grand lac salé entre Aksaray et Kirşehir ?
  • 952 Šaiḫ Ṣadruddîn, fils de Maǧduddîn Isḥâq, AS p. 613.
  • 953 Ḫartburt.
  • 954 Cf. AS p. 614 Ḥusâmuddîn et Oġuznâme, folio 353, 15.
  • 955 Cf. AS p. 614 et Oġuznâme, folio 353, 16.
  • 956 Ṣadruddîn Qutluġšîr, Zainuddîn ‘Alî Behâdur et Ǧamâluddîn Ḫorasânî, connu sous le nom de « renégat (...)

475Alors, le sahib ҅Izz al-Dîn ordonna que l’on sortît l’or des salles du trésor, que l’on recrutât des troupes et que l’on se mît en marche pour rejoindre le territoire de Tûz Aghatsh951, en passant par Kirşehir, afin d’aller combattre Rukn al-Dîn. On dépêcha alors auprès de son frère le sultan, le grand cheikh Ṣadr al-Dîn ibn Isḥâq952, accompagné par le nâzir mulk Humâm al-Dîn Shadbahr, afin d’aboutir à un accord écrit, précisant qu’il se contenterait dans ces conditions de Sivas, Malatya, Harput953 et Amîd, qu’il se débarrasserait de la poussière de son caractère inconciliable et qu’il reviendrait à de meilleures intentions. Samsam al-Dîn, Nuṣrat al-Dîn, Falak al-Dîn et Bîdjâr954 considérèrent que cela était insuffisant, dépêchèrent Djalâl al-Dîn Ḥabîb955, cadi de Kayseri, qui devait apporter la réponse et exigèrent que l’on ajoutât encore Kayseri et Kirşehir à la liste. Cependant, voici ce qu’il était arrivé au campement du sultan ҅Izz al-Dîn, dans la plaine d’Aḥmadḥiṣâr : ҅Alî Bahâdur, Djamâl al-Dîn Khurasânî956 et les autres émirs se lamentaient : « Pourquoi mendiez-vous à la ronde ? Ils attribuent cela d’autant plus à votre impuissance et à votre situation très embarrassante ?! S’ils se satisfont de ce que le sultan ҅Izz al-Dîn a accordé par faveur, alors c’est ce que nous voulons. Sinon il ne nous restera plus qu’à faire parler la langue des javelots contre eux. »

  • 957 Ǧalâluddîn Ḥabîb, AS p. 614 et Oġuznâme, f. 353, 10.
  • 958 Cf. AS p. 614.
  • 959 Cf. AS p. 615.

476Les conseillers du sultanat n’acquiescèrent pas à cet avis et c’est ainsi que le sultan renonça à Kayseri et à Kirşehir. Alors, on dépêcha à nouveau Humâm al-Dîn et le cadi Ḥabîb957, apportant cette décision, et l’on attendit, se demandant quelle serait la réponse. Soudain, apparurent les troupes du sultan Rukn al-Dîn. Bien que quelques troupes du sultan ҅Izz al-Dîn se fussent rendues dans leurs tentes – comme l’on attendait le nâzir mulk Humâm al-Dîn – et qu’elles eussent rangé leurs armes et dessellé leurs chevaux, elles se hâtèrent alors d’enfiler leur cuirasse et mirent leurs armes à la ceinture958. Alors, les deux armées se ruèrent au combat, tels des lions et des panthères. Nuṣrat al-Dîn, fils de Qaymâz, et Falak al-Dîn Khalîl attaquèrent par deux fois, mais les troupes du sultan ҅Izz al-Dîn tinrent bon. La troisième fois les troupes du sultan ҅Izz al-Dîn959 attaquèrent et en vinrent aux prises. ҅Alî Bahâdûr, sur l’aile gauche, les attaqua à cheval, désorganisa leurs lignes et fit couler un bain de sang. C’est alors que le cheval de Nuṣrat al-Dîn chuta et lui-même fut fait prisonnier. Falak al-Dîn Khalîl prit la fuite. Le fils de Quraysh alla chercher Samsam al-Dîn et l’amena, blessé, auprès du sultan. Les oncles du sultan le massacrèrent aussitôt ainsi que Nuṣrat al-Dîn.

  • 960 Ainsi que de Falakuddîn, AS p. 615.
  • 961 Ğausaq n’est pas, comme le pense Houtsma, un nom de lieu.
  • 962 Cf. AS p. 615.

477Rukn al-Din s’était porté vers Develi, afin de rejoindre Sis. Au premier lieu de la halte, des Turcomans le firent prisonnier et en informèrent le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II. Fakhr al-Dîn Arslân-Doghmush se rendit au lieu de la halte et ramena le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV à Kayseri, après lui avoir assuré qu’un accord et un serment d’amitié serait scellé. À Kayseri, le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II vint à sa rencontre pour l’accueillir. Lorsqu’ils se rencontrèrent, ҅Izz al-Dîn l’embrassa, pleura et dit : « Cet incident a surgi de l’âme noire de Nuṣrat et de Samsam960. Pour leur infamie ils ont trouvé la punition qu’ils méritaient. Mon cher frère ne doit plus nourrir le chagrin dans son illustre cœur. » Tenant des propos apaisés, ils se rendirent au palais de Kay-khusraw961. Il offrit ensuite au sultan Rukn al-Dîn un précieux vêtement honorifique, un cheval avec tout son harnachement et beaucoup d’or. Il lui fit choisir son lieu de séjour : Burghlu962 ou Amasya. Le sultan Rukn al-Dîn choisit Amasya. Ainsi, fut-il conduit en grande pompe avec une nombreuse suite à Amasya où il séjourna un certain temps, mais supporta mal le climat. On en informa le sultan ҅Izz al-Dîn et Rukn al-Dîn fut conduit d’Amasya à Burghlu où on l’installa confortablement.

La raison pour laquelle Baydjû pénètre pour la deuxième fois dans les pays de Rûm. Les événements qui se produisent en ces jours

  • 963 Cadi ‘Izzuddîn Muḥammad Šahîd Râzî, AS p. 616.
  • 964 Cadi ṣâḥib ‘Izzuddîn, AS p. 616.
  • 965 L’atabeg Ǧalâluddîn Qaraṭay, AS p. 616.
  • 966 Dont le beglerbeg Šamsuddîn Tavtâš et l’amîr-i-âḫur Faḫruddîn Arslândoġmuš, qui représentaient les (...)
  • 967 Cf. Oġuznâme, f. 354, 18. In AS, p. 616 est indiqué : Möngke Ḫân. Le nom du grand khân mongol ne d (...)
  • 968 Juge local, expert en matière de charia. Cf. Uzunçaršılı, Medhal p. 272.
  • 969Adad . Dirhem-i-sulṭânî, AS p. 617.
  • 970 Soyûrġamišî.
  • 971 Ainsi que les elçi [émissaires], AS p. 617.
  • 972 Avec Faḫruddîn Abul’l-Ḫairât ‘Ali on renvoya le Yarġûǧî TQTSUN et in Oġuznâme, f. 355, 12, on renv (...)
  • 973 Elçi.
  • 974 Yarġûǧî.
  • 975 Elçi.
  • 976 De Syrie, AS p. 618. [MB : de Bagdad].
  • 977 Cf. Oġuznâme, 355, 9 et AS p. 618.
  • 978 Les Turcs Aġaǧerî, AS p. 618. [MB : Tribu qui, à partir de l’Iran, vint s’installer, entre autres, (...)
  • 979 Ce nom figure in AS p. 618 et in Oġuznâme, f. 355, 12. Il en ressort les formes Ql ҅nda, Fl ҅nda e (...)
  • 980 In AS p. 618 encore un blanc lorsqu’il s’agit d’évoquer les Mongols. Cf. Oġuznâme, f. 355, 13.
  • 981 Konya, AS p. 618.
  • 982 Cf. AS p. 618 et Oġuznâme, f. 356, 2, donc Flġunda. [Cf. note 979].
  • 983 Venant des régions suivantes : des montagnes Bolgar (dans le Taurus) et de Karâdiye, AS p. 619 et (...)
  • 984 Grand chambellan.
  • 985 Ġulâmân-i-ḫâṣṣ.
  • 986 Cf. AS p. 620 (sic !) et Oġuznâme, f. 357, 1.
  • 987 Ḫân-i-Alâ’î.
  • 988 Lecture selon AS p. 621.
  • 989 Avec un groupe de Turcs, AS p. 621.
  • 990 Depuis ces pages et dans les pages suivantes, AS p. 621 sqq., le reste du chapitre est écrit sous (...)
  • 991 Un jeu de mots difficile à rendre : ḍakar, pl. ḍukûr = penis, sexe masculin, acier, épée d’acier.

478Lorsque le cadi sahib ҅Izz al-Dîn963 eut pris place sur le siège du vizirat, qu’il détint les clefs de l’autorité sur le pays ainsi que le pouvoir, qu’il vit que les émissaires du noyan Baydjû et d’autres noyans pénétraient sans cesse dans l’empire de Rûm et s’en retiraient et que l’on dépensait chaque année de fortes sommes pour les frais afférents à leurs incursions, le sahib964, Qaratây965 ainsi que d’autres émirs966 considérèrent qu’il était de bon aloi de faire part à l’ilkhân967 de cette situation, afin que l’on mît fin à ces actes arbitraires par un yarligh. On choisit alors pour cette mission le sahib Fakhr al-Dîn ҅Alî, qui était à cette époque hakîm-mamlakat968, et, outre les présents, on lui octroya 100 000 dirhams969 tirés des caisses de l’état pour couvrir les frais de son voyage et de sa mission. Lorsqu’il fut à la cour de l’ilkhân, qu’il eut présenté sa requête et qu’on lui eut dit que le sultan était mû par la sincérité, on lui témoigna une grande faveur970 et on établit un yarligh ainsi qu’un païza concernant la souveraineté du sultan dans le pays de Rûm ainsi que la mise à l’écart des émissaires du noyan Baydjû et des autres émirs. On interdit la levée de l’impôt pour laquelle on avait nommé Shams al-Dîn Qazwînî971. Puis, l’on renvoya les émissaires972 dans les pays de Rûm, accompagnés par des émissaires973 et de célèbres médiateurs974. Lorsque sur le chemin du retour ils arrivèrent auprès de Baydjû et lui relatèrent cette décision, ce dernier s’adressa à Fakhral-Dîn ҅Alî et dit : « Finalement on aurait dû laisser une porte ouverte sur l’empire de Rûm, afin que je puisse exercer un contrôle. Si vous voulez m’en exclure, votre devenir sera certainement funeste. » Sur ce, le nombre d’émissaires975 fut réduit et même lorsqu’ils venaient de temps en temps dans l’empire de Rûm, on ne leur accordait que peu de considération. Alors le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâus II savoura la vie et sa jeunesse. Le cadi sahib ҅Izz al-Dîn était bien installé sur le siège du pouvoir et le pays connaissait la paix. Des émissaires venus de la ville du califat976, de Mossoul, de Mardin, de l’empire romain d’Orient (Byzance) et de l’empire des Francs venaient sans cesse à la cour du sultanat, apportant des dons et des présents, puis repartaient. Mais à cause des Aghatsheris, dont le pays d’origine était la steppe et les forêts de Maraş, qui étaient des bandits de grands chemins, qui faisaient des razzias, pillaient les caravanes, faisaient des incursions dans les pays de Rûm, en Syrie et en Arménie, les émirs de l’état furent soucieux et consternés en leur cœur. Le cadi sahib ҅Izz al-Dîn et le beglerbeg Shams al-Dîn Tavtash977 entreprirent avec des troupes et des émirs de se défendre contre les Aghatsheris978. Ainsi vinrent-ils à Kayseri. À cette époque Djalâl al-Dîn Qaratây avait trépassé, alors que Fakhr al-Dîn Arslân-Doghmush et le sultan séjournaient à Antalya et à Qal ҅anda979. On chargea alors le puissant sahib amîr-dâd Fakh al-Dîn, d’accueillir la suite très puissante du khân980. Soudain, la nouvelle arriva selon laquelle le noyan Baydjû s’était mis en route vers ces contrées, accompagné de nombreuses troupes, de sa suite, de ses troupeaux, de ses femmes et de ses enfants. Son avant-garde avait déjà atteint Erzindjân. Apprenant cette nouvelle, quelques troupes qui s’étaient rendues dans la région d’Elbistan pour contrer les Aghatsheris, revinrent en toute hâte à Kayseri. Le baldaquin du sultan ҅Izz al-Dîn et l’armée se mirent sans tarder en marche pour rejoindre la capitale981. Alors, le sultan se rendit de Qal ҅anda982 à Konya. À cause de ce que projetait le noyan Baydjû, le sultan s’angoissa et se mit en colère. Les dignitaires de l’état devisèrent et décidèrent unanimement de dépêcher le pervâneh Niżâm al-Dîn Khurshîd auprès du noyan Baydjû, afin de mettre de l’ordre dans leurs relations. Nizâm al-Dîn devait s’en revenir après avoir appris quels étaient les projets et les intentions du noyan Baydjû. Lorsque Niżâm al-Dîn fut parti, le sultan entreprit de rassembler et de lever des troupes983. En quelques jours, de nombreuses troupes, issues des tribus turcomanes, ainsi que des unités très mobiles furent rassemblées dans les steppes et les déserts de Konya. Lorsque le sultan aperçut sa nombreuse armée, il dit : « Comme par la faveur du Très-Haut nous avons obtenu des hommes et du matériel de guerre, il est nécessaire que nous nous rendions au combat. » Beaucoup de soldats, qui n’avaient jamais été mêlés à un combat, soulevèrent par ignorance et folie la poussière de toutes les folies et incitèrent le sultan à partir au combat, afin d’en tirer profit. Entre-temps, le pervâneh Niżâm al-Dîn était revenu et indiqua que la sympathie dont faisait preuve Baydjû envers le sultan n’avait pas changé et si les émirs, nouvellement promus, devaient subir la défaite et fuir, c’était à eux de voir. Ainsi dissuada-t-il le sultan de mettre les troupes en ordre de combat, lui conseilla-t-il de donner satisfaction à ses hôtes et d’aller dans le sens du noyan Baydjû. Faisant patte de velours, il amena les notables inexpérimentés à suivre la juste voie. Lui-même s’en retourna auprès du noyan Baydjû, apportant des présents, des sommes d’argent ainsi que la nouvelle selon laquelle le sultan s’apprêtait à accueillir le noyan, et selon laquelle on avait donné à l’armée, équipée pour le combat, l’ordre de rejoindre ses quartiers d’hiver et d’été dans l’empire. Il se proposa d’avoir comme compagnon pour l’aider l’émir Mu ҅în al-Dîn Sulaymân, maliku’l-ḥudjdjâb984. Tous deux se mirent donc en route. Alors, les gardes du corps985 incitèrent tant le sultan à se rebeller et à combattre qu’il donna l’ordre, selon leurs souhaits, d’équiper l’armée et de partir au combat. Puis, il fit mander secrètement le beglerbeg Tavtash986 ainsi que Fakhr al-Dîn Arslân-Doghmush, leur dit des mots aimables et mit les troupes en ordre de marche sous leur commandement, bien que le cadi sahib ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II fût en fait le commandant en chef. Lui-même demeura à Konya en compagnie de quelques gardes du corps. Les gardes du corps envoyèrent des lettres faisant état de la malveillance des grands émirs. Comme de telles lettres affluaient et touchaient le cœur du sultan, celui-ci dit : « Dès que les troupes seront revenues du combat, ces vieux menteurs qui se trompent, connaîtront la punition qu’ils méritent. » Entendant cela, les grands dignitaires perdirent de leur assurance. Lorsqu’ils eurent atteint le caravansérail d‘Alâ al-Dîn987, l’armée mongole, déjà informée du rassemblement des troupes de Rûm, était arrivée à Aksaray. Les dignitaires de l’état dépêchèrent988 comme éclaireur le turcoman Shiḥna989 qui faisait partie de ces gens de basse condition. Une section de l’armée mongole, qui faisait partie des milliers de soldats du khwâdjeh-noyan, les affronta. Comme par la volonté de Dieu et par la prédestination, les deux armées s’affrontèrent990. Le turcoman Shiḥna et tous les Turcs furent tués. Les flèches, messagères de la mort, frappèrent au cœur les puissants et les faibles et se fichèrent dans leurs pupilles et au coin de leurs yeux, tel le regard dans les yeux et telle l’âme dans le foie. À cause du sang versé et jaillissant, les lames des épées991 ressemblaient à des femmes perdant leur sang. Les âmes étaient prêtes à quitter leur forme temporelle et leur lourde enveloppe terrestre. Dès que les âmes des hommes tombés au combat atteignaient le Paradis céleste, elles poussaient de profonds soupirs. Bien qu’il se plaignît de douleurs dans ses membres et dans ses pieds, le sahib ҅Izz al-Dîn, telles les montagnes Tahlân et Hira, résista sur ce champ de bataille apportant la mort et il disait déjà adieu à cette vie et aux plaisirs de cette vie. Il prenait patience. Les héros mongols l’assaillirent, tandis qu’il brandissait une hache de combat et que son cœur brûlait d’un feu guerrier. Il fit face et, dans le combat, de sa bouche sortait de la bave et il écumait de rage. Finalement il atteint le statut de martyr et le domaine du bonheur parfait. Ayant été blessés par les paroles de l’illustre sultan, les autres émirs, qui ne montrèrent dans le combat aucun fait d’armes remarquable et ne furent pas un exemple de bravoure face à la mort, virent là l’occasion de prendre la fuite, ce qu’ils ne manquèrent pas de faire, comme le font d’autres habituellement. Ils considérèrent qu’il leur était permis de briser la fidélité et de fuir en emportant la bannière. C’est ainsi que l’ennemi fut vainqueur et que les troupes du sultan devinrent la proie de jeunes hommes immatures.

La première émigration du sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II]. Son frère quitte la forteresse de Burghlu et est intronisé

  • 992 Ses troupes ont été défaites par les Mongols dans les environs d’Aksaray, AS p. 623.
  • 993 Šarâbsâlâr. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 91. Cf. AS p. 623 (sic !) et Oġuznâme, f. 358, 10.
  • 994 Cf. AS p. 623 et Oġuznâme, f. 358, 10.
  • 995 Le pont Aḥmad. In AS p. 623 et in Oġuznâme, f. 358, 11, la porte se nomme Aḥmadek.
  • 996 Majordome.
  • 997 Cf. AS p. 623 et Oġuznâme, f. 358, 12.
  • 998 Cf. AS p. 623. Cf. Felix Tauer, Ẓafarnâme, p. 462 b, in Les Manuscrits Persans Historiques de Stam (...)
  • 999 Ainsi que les oncles maternels du sultan ‘Izzuddîn, AS p. 623.
  • 1000 ) Ce fut l’émir Faḫruddîn Arslândoġmuš qui intronisa le sultan Ruknuddîn à Konya, AS p. 624.
  • 1001 Turc. Diminutif de cadi. In Muḫtaṣar, Manuscrit, Bibliothèque Nationale, Paris, supplément persan  (...)
  • 1002 Al-minnah lillâh.
  • 1003 Signe de sa prise de fonction.

479Lorsque le 23 ramadan 654 (14 octobre 1256 apr. J.-C.) l’armée du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II eut subi ce malheur992 et que le sultan fut informé de cette perte, il passa une nuit agitée et fut hors de lui-même. Le lendemain, accompagné par les occupants du harem, par l’échanson993 Husâm al-Dîn Akbash, par le kondestabl et son frère994, il quitta Konya, sortant par la porte Pûl-i-Aḥmad995, et se mit en route pour Antalya. Il laissa à Konya tout ce qu’il possédait. Le ustâdh-dâr996 Niẓâm al-Dîn ҅Alî b. Êlalmush997 avait réussi à s’enfuir du champ de bataille et à rejoindre Konya dont il exerça la surveillance, apaisa l’agitation provoquée par les runûd et s’occupa d’approvisionner les troupes mongoles998. Comme Arslân-Doghmush et un grand nombre de soldats de la garde du corps avaient échappé au bain de sang et s’étaient réfugiés dans la solide forteresse de Burghlu, les dignitaires du dîvân et de la cour999 les y rejoignirent. Comme le sultan ҅Izz al-Dîn s’était livré complètement à des gens de moindre valeur, comme il était las de suivre les affaires de l’état, de rédiger des documents, de s’occuper du tribunal public, de veiller au bien-être de ses sujets, son cœur nourrissait une grande fatigue. C’est pourquoi on libéra Rukn al-Dîn que l’on conduisit à Konya, où on l’intronisa1000. Lors de la session publique du tribunal, Shams al-Dîn Qâḍîdjaq1001 octroya aussitôt un firman au sultan, qui le lut, l’approuva en public y apposant la formule : « Selon la faveur de Dieu1002 » et rendit personnellement la justice pour quelques personnes opprimées. Après un ou deux jours, Qâḍîdjaq, devenu vizir, baisa la main du sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV et conduisit les affaires du vizirat pendant un mois. C’est alors qu’un état maladif l’emporta vers le Créateur. Pour lui succéder, on demanda au pervâneh Émir Niẓâm al-Dîn de conduire le vizirat. Il ne répondit pas à ce souhait, mais prit la fonction de nâ’ib. On confia la fonction de pervâneh à l’émir Mu ҅în al-Dîn Sulaymân. Tous deux baisèrent le même jour la main du sultan1003. Après avoir fait les préparatifs nécessaires pour rencontrer le noyan Baydjû, ils se mirent en route.

  • 1004 Dînâr-i-surḫ.
  • 1005 Oġuznâme f. 359, 12, ajoute : « qui s’appelle aujourd’hui Ṭoňûzlu ». Aujourd’hui : Denizli.

480Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn fut à Antalya, il fut accablé à cause de sa pauvreté et de ne plus avoir de biens. Un jour, il vit dans le mur du sérail d’Antalya une brèche de forme carrée qu’il ordonna d’agrandir. C’est alors qu’apparurent des trésors ainsi que des coffres scellés par du plomb remplis de milliers de dirhems d’argent qui avaient été frappés sous le règne de ҅Alâ al-Dîn. Il y avait aussi dix mille dinars or1004 et puis d’autres choses : des papiers, du bois d’aloès, d’ébène, de santal et bien d’autres choses encore. Le sultan distribua ce trésor à ses sujets et à ses serviteurs, apportant ainsi par les prières des personnes en souffrance un soutien à l’âme du défunt sultan ҅Alâ al-Dîn. Puis il se mit en route pour Lâdîq1005.

  • 1006 Cf. AS p. 625 (sic !) et Oġuznâme, f. 359, 14 (sic !). Un homme originaire de la lignée mongole Bî (...)
  • 1007 Ancien français : bagages.
  • 1008 Cf. AS p. 625 et Oġuznâme, f. 359, 10.
  • 1009  Cf. AS p. 625 et Oġuznâm, f. 359, 13.

481Lorsque le sultan Rukn al-Dîn fut arrivé auprès de Baydjû, ce dernier dépêcha son petit-fils Bîsûtây1006 ainsi que mille cavaliers à Antalya, pour aller y chercher le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II. N’y trouvant pas le sultan et comme on lui indiqua que ce dernier était parti pour Lâdîq, Bîsûtây se rendit à bride abattue à Lâdîq, d’où il dépêcha des émissaires portant un message précisant que « son père » convoquerait le sultan. Le mieux qu’il aurait à faire, serait de se présenter, même s’il n’avait aucun prétexte à formuler. Le sultan dit : « Mon frère aura bien appris auprès de mon père que les émirs se sont emparés pleinement de mon empire et de mon état. Ainsi cette rébellion et cette rupture de la relation père-fils doivent-elles leur être attribuées. Dès que je serai devant le noyan, j’avancerai cette excuse qu’il prendra certainement en compte. J’étais précisément en train de songer aux préparatifs nécessaires. Si mon frère prévoyait un ou deux jours de marche, je partirais avec mes provisions de voyage et mes bagues1007 que l’on est en train d’apprêter. » Alors, Bîsûtây1008 s’en retourna. Mais le sultan se rendit avec ses partisans et ses enfants au pays de Lascaris. Bîsûtây1009 regretta alors de s’en être retourné et dut entendre la réprimande de Baydjû. Lorsque Baydjû fut bien sûr que ҅Izz al-Dîn s’était éloigné, il multiplia les honneurs à rendre au sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV.

  • 1010 Der došaḫ kešîdend.

482Un jour, le sultan avait fait apprêter un grand festin en l’honneur du noyan Baydjû. Lors de ce festin, le nâ’ib Niẓâm al-Dîn Khurshîd tendit sur la pointe d’un couteau une poire pelée au khwâdjeh-noyan qui avait jadis vaincu l’armée. Lorsque le khwâdjeh-noyan eut mangé cette poire, des coliques soudaines le saisirent et il mourut. On accusa alors Niẓâm al-Dîn d’avoir offert une poire empoisonnée. On le crucifia1010 jusqu’à ce qu’il atteignît la miséricorde de Dieu par cette souffrance. Avant sa mort, il écrivit cependant ce quatrain tout empreint de sensibilité :

  • 1011 Littéralement : On fit de moi du bois = čûbîn. Allusion au nom de Behrâm-i-Čûbîn et au destin de c (...)

Comme le destin funeste a rempli mon cœur d’affliction,
Les larmes coulant de mes yeux sont devenues sang.
Lorsque Mars (Behrâm) fut dans la conjonction de Saturne
Le destin me saisit aussitôt au col et me cloua sur le bois1011.

  • 1012 Cf. AS p. 626 et Oġuznâme, f. 360, 9. Donc dans la région de Âb-i-germ = Ilgın.
  • 1013 Le contexte in AS p. 626 nous fait comprendre que Bâiǧû a exigé la destruction des murs extérieurs (...)

483Comme le séjour du sultan Rukn al-Dîn à Kızıl Viran1012 durait plus longtemps que prévu, que la saison d’hiver touchait à son terme et que le retour de Baydjû était proche, Baydjû obligea le sultan à démolir les hauts murs intérieurs et extérieurs de Konya, à l’exception des murs de la citadelle car ils entouraient les sépultures des anciens sultans. Tout le reste fut démoli1013.

  • 1014 Cf. AS p. 626 et Oġuznâme, f. 360, 3.
  • 1015 Il faisait partie des célèbres nâ’ib du malik al-Umarâ’ Šamsuddîn Tavtâš, AS p. 627.
  • 1016 Cf. AS p. 627.
  • 1017 Cf. AS p. 627 (sic !) et Oġuznâme, f. 360, 12.

484Puis il fut permis au sultan (Rukn al-Dîn) de revenir à Konya. (Baydjû) se mit en route pour Mughân. Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II eut appris avec certitude le retour du noyan Baydjû, il quitta le pays de Lascaris et revint dans le pays dont il avait hérité, et le sultan Rukn al-Dîn Qlidj-Arslân IV quitta Konya afin de rejoindre la cour de l’ilkhân1014. Lorsqu’il fut arrivé à Kayseri, on dépêcha Tâdj al-Dîn Erzindjânî, connu sous le surnom de Faqîr1015 ainsi que l’émissaire Żahîr al-Dîn afin qu’ils rattrapassent le sultan Rukn al-Dîn et que ce dernier fît en sorte de s’en retourner et d’accepter un consensus. On dépêcha aussi ҅Alî Bahâdûr afin qu’il rattrapât tous ces personnages. Les deux émissaires rattrapèrent le sultan à Kayseri. Le sultan, persistant dans sa décision, ne fit pas preuve de bonne volonté et avança toutes sortes de prétextes pour se faire excuser1016. Lorsque ҅Alî Bahâdur arriva à Kayseri, le sultan était déjà parti depuis un jour. Il put s’emparer1017 de moutons, de troupeaux et de quelques serviteurs de Rukn al-Dîn et revint à Konya.

Le sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II], venu du royaume de Lascaris, revient dans l’empire-bien-gardé

  • 1018 Je lis d’après AS p. 627 et Oġuznâme, f. 360, 15.
  • 1019 La 27° nuit du mois sacré de ramadan. Cf. EI : Ramaḍân. [CF. Dictionnaire du Coran, Mohammed Ali A (...)
  • 1020 Cf. Oġuznâme, f. 361, 3 et AS p. 627.
  • 1021 Cf. AS p. 627 et Oġuznâme, f. 361, 3.
  • 1022 Selon AS p. 627 et Oguzname, f. 361, 4.
  • 1023 D’autres partisans du sultan Ruknuddîn connurent le châtiment, AS p. 628.

485Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II sut qu’il n’y avait plus d’ennemis dans les territoires1018 de l’empire, il se mit en route pour rejoindre Konya. Les habitants de cette ville, qui espérait sa présence comme celle de Laylat al-Qadr1019, vinrent l’accueillir et le conduisirent en la ville en grande pompe. Ainsi monta-t-il encore une fois sur le trône. Bien qu’il se distinguât par sa clémence, à l’instigation de l’amîr-djândâr1020 il ordonna d’enchaîner Oġurlu1021, les notables de Niǧde ainsi que le fils du Seldjouqshâh qui avait obtenu la fonction de gouverneur militaire de Niǧde, car ils avaient répondu aux ordres du sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV1022. Il ordonna que tous fussent mis au carcan, puis conduits sur des chameaux par les rues de la ville et enfin exécutés1023.

  • 1024 In AS p. 628 il y a un blanc après ḫidmet. Cf. Oġuznâme, f. 361, 9.
  • 1025 Cf. AS p. 628 et Oġuznâme, f. 361, 1.
  • 1026 Cf. AS p. 628 (sic !) et Oġuznâme, f. 361, 3.
  • 1027 Cf. AS p. 629 (sic !) et Oġuznâme, f. 361 (sic !). Je dois la lecture Qadġân à Ahmet Temir.
  • 1028 Cf. AS p. 629 (sic !) et Oġuznâme, f. 361, 17. La forteresse lui avait été en fait confiée par les (...)
  • 1029 On avait confié Tokat à Šamsuddîn Tavtâš à condition que les troupes du sultan ‘Izzuddîn ne portas (...)
  • 1030 Cf. AS p. 629 (sic !) et Oġuznâme, f. 362, 7. Cf. Bibliothèque Nationale suppl. turc 1182. Cf. Muḫ (...)
  • 1031 Passage suivant, un blanc in AS p. 629. Oġuznâme, f. 362, 8 : « venant du Möngke Ḫan ».

486Lorsque le sultan Rukn al-Dîn fut arrivé à Hamadân auprès de l’ilkhân1024 et qu’on lui eut témoigné des marques de faveur royales, on lui accorda un yarligh de sultan précisant qu’il obtenait la fonction de sultan sur tous les pays et qu’il lui était permis de s’en retourner. Lorsqu’il fut à Erzindjân, l’hiver rigoureux était installé. C’est alors qu’il apprit que le sultan ҅Izz al-Dîn s’était emporté et qu’il recherchait l’affrontement pour obtenir la souveraineté sur le pays. Bon gré mal gré, il décida de séjourner à Erzindjân où ses serviteurs et ses partisans luttaient de toutes leurs forces contre la disette et la famine. Lorsque ce fut le printemps, le pervâneh Mu ҅în al-Dîn – qui était le pilier de son état et dont les gens, la cour, les fils et les partisans étaient retenus1025 dans la région de Tokat – rassembla environ mille cavaliers et, accompagné par Bayân1026, l’émir d’un millier de Mongols, se mit en route pour Tokat afin de délivrer ses fils et ses partisans. Au Yilduz-Dagh il affronta Shâhmalik. Après un violent combat l’armée du pervâneh fut battue et il s’en fallut de peu que lui-même connût un mauvais sort sur le champ de bataille. Mais Nadjm al-Dîn Farrukh, de la garde du corps du sultan Rukn al-Dîn, le remit en selle et le ramena auprès de guerriers qui s’enfuyaient vers Erzindjân. Le pervâneh ne trouvait pas le repos tant il était tourmenté par la haine et la colère. Il se rendit au camp de la cour du ilkhân et demanda l’aide des troupes. On le laissa partir, accompagné par ҅Alidjâq, par Qadghân1027 et par mille cavaliers afin de vaincre les opposants et les rebelles. Lorsque l’armée mongole fut à Erzindjân, ils se mirent en route pour aller conquérir les pays. Ainsi arrivèrent-ils à Niksâr dont ils obtinrent ce même jour la reddition. Les notables sortirent de la ville et apportèrent des présents, conduisirent cette même nuit le sultan en la ville à la lueur des chandelles et l’intronisèrent. Ce dernier confia aussitôt l’émirat de Niksâr au pervâneh, puis ils partirent pour Tokat. Mais, comme la forteresse avait été confiée au beglerbeg Tavtash1028 et que celui-ci résistait1029, on positionna les catapultes. Comme elles ne servaient à rien et que les provisions s’amenuisaient, ils abandonnèrent la prise de la ville. Indécis, ils demeurèrent dans les environs de Kâb, Zîle, Tâzîmôn et Qâzova1030 jusqu’à ce que le sahib Shams al-Dîn Tughrâî de l’ilkhân1031 arrivât et que le conflit trouvât une fin grâce à sa main habile et porteuse de bonheur.

La mort du sultan [҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh II] lors de son voyage vers le Turkestan. Le sahib Shams al-Dîn Maḥmud Tughrâî retrouve sa fonction de Vizir dans les Pays de Rûm. Les règles de la souveraineté sont fixées

  • 1032 ’Alâ’uddîn Qaiqobâd II était le fils du sultan Ġijaṭuddîn Kaiḫosrau II et de la princesse géorgien (...)
  • 1033 Cf. AS p. 630 et Oġuznâme, f. 362, 15.
  • 1034 Les gardes se mirent alors à chanter, vantant les vertus de la dynastie seldjoukide, AS p. 630.
  • 1035 Le texte in AS p. 630 est identique, à l’exception d’une variante. Cf. Oġuznâme, f. 362, 2.
  • 1036 Ḫvâǧe Badruddîn Muṣliḥ Lâlâ, AS p. 630.
  • 1037 En marge du manuscrit AS p. 630 est indiqué en dehors du ǧadwal : Möngke Ḫân.
  • 1038 Cf. AS p. 630 (sic !) et Oġuznâme, f. 362, 13.
  • 1039 Qu’il soit question du khân mongol, cela apparaît clairement in Oġuznâme, f. 362, 14. En marge du (...)
  • 1040 Cf. AS p. 631.

487Le sultan ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh II, qui, du côté maternel descendait de David1032 et du côté paternel des Seldjoukides, se mit en route sur l’ordre de son frère aîné, le sultan ҅Izz al-Dîn Kau-Kâûs II, afin de rejoindre la cour de l’ilkhân1033. Ayant suivi péniblement pendant des jours de nombreux sentiers dans le désert, il fit halte à un lieu du repos et, les deux tiers de la nuit étant passés, il s’adonna à la boisson et à la douce vie en compagnie de ses émirs et de ses compagnons. Puis, l’on se sépara et ҅Alâ al-Dîn Kay-Qubâdh II se retira dans son lieu de repos1034. Le lendemain, les émirs, selon la coutume, se rassemblèrent au quartier du sultanat. Ils remarquèrent que le sultan était en retard, ce qui était tout à fait inhabituel1035. Le lâlâ Muṣliḥ1036 entra dans le lieu de repos du sultan afin d’annoncer la présence du sahib et des émirs. Lorsqu’il en ressortit, on devina sur son visage les signes de la plus grande consternation car le sultan avait trépassé. On ne put déterminer la cause de ce malheur soudain. Lorsqu’ils furent arrivés auprès du khân mongol1037, celui-ci ordonna que l’on recherchât la cause de la mort du sultan et que, en aucun cas, l’on n’épargnât un traître. Cependant, on ne put rien prouver. Entre-temps des émissaires et des messagers de Baydjû étaient arrivés. Ils dirent que le souverain de Rûm, le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II, s’était emporté, que ses troupes avait affronté Baydjû Qurdjî1038 dans la plaine, près du caravansérail du sultan ҅Alâ al-Dîn qui se trouve dans les environs d’Aksaray, et que, finalement, elles avaient été battues. Lorsque le khân mongol1039 apprit cela, il attribua sans tarder au sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV la souveraineté sur Rûm, une souveraineté accordée par un yarligh et par un diplôme orné d’une tête de lion (païza)1040.

  • 1041 Cf. AS p. 631 et Oġuznâme, f. 362, 16.
  • 1042 Cf. AS p. 631. Donc Kâb, dans la région de Tokat. Cf. Oġuznâme, f. 363, 2.
  • 1043 Cf. AS p. 361 (sic !) et Oġuznâme, f. 363, 2.

488Lorsque le sahib Tughrâî fut arrivé auprès du khân1041 et lui eut conté tout ce qui était arrivé, le khân, prit intentionnellement des mains du sahib Tughrâî le yarligh et le diplôme (païza) qu’il fit déposer aux archives. Puis il demanda au sahib Tughrâî, après qu’il lui eut fait preuve d’honneurs, de se mettre en route au plus vite pour rejoindre l’empire de Rûm afin de ramener le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II. Lorsque le sahib Tughrâî fut arrivé dans la région de Kâb1042 auprès du sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV et auprès de ҅Alidjâq1043, on lui attribua Eyüphisar en plus de Kirşehir.

  • 1044 Venant de Konya, AS p. 631.
  • 1045 Cf. AS p. 631 (sic !) et Oġuznâme, f. 363, 7.
  • 1046 Voir titre in AS p. 631 et Oġuznâme, f. 363, 9.
  • 1047 Ici Ibn Bîbî parle de lui-même. Il dit que lui, le petit serviteur (bende-i-kemîne), a rédigé ces (...)

489Puis, avec l’accord de ҅Alidjâq et du sultan Rukn al-Dîn, on dépêcha des émissaires qui devaient inviter le sultan ҅Izz al-Dîn. Le sultan ҅Izz al-Dîn se rendit1044 à Aksaray et dépêcha le pervâneh Tâdj al-Dîn auprès du sultan Rukn al-Dîn, auprès de ҅Alidjâq et auprès de Qadghân1045, apportant la nouvelle selon laquelle il était arrivé. Le sultan Rukn al-Dîn lui dépêcha Sayf al-Dîn Taramtây qui lui apporta la réponse. Alors que ceci se passait, ҅Alidjâq nourrissait l’intention de combattre le sultan ҅Izz al-Dîn. Mais, sur l’ordre du ilkhân-conquérant-du-monde1046, le sahib Tughrâi l’en empêcha. Après que les émissaires n’eurent de cesse que d’aller et venir, l’affaire fut réglée d’un commun accord : l’empire devait être partagé équitablement entre les deux frères. Tout le territoire situé à l’Ouest du fleuve de Sivas (Halys / Kızıl Irmak) devait être administré par les nâ’ib du dîvân du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II. Le territoire situé à l’Est du fleuve devait être sous le gouvernement du sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV1047.

Les deux sultans se rendent au camp-tout-puissant de la Cour1048

  • 1048 Un blanc dans le titre qui est complété in AS p. 361, en haut et à droite du ǧadwal par : îlḫân.
  • 1049 Cette destination seulement in AS p. 632 et Oġuznâme, f. 363, 3.
  • 1050 Cf. note 692.
  • 1051 Cf. AS p. 632 et Oġuznâme, f. 363, 8.
  • 1052 Décrire la magnificence lors de l’accueil des deux sultans par l’îlḫân, implique que l’on cite aus (...)
  • 1053 Cf. AS p. 632.
  • 1054 1bališ or = 500 miṭqâl = 2,5 kg. Cf. Toǧan, Anadolunun iktisadî vaziyeti, p. 7.
  • 1055 Cf. AS p. 632 et Oġuznâme, f. 364, 6.
  • 1056 In Oġuznâme, f. 364, 6 sqq jusqu’au f. 365, 10 : un passage assez important a été inséré, où l’on (...)
  • 1057 Pour comprendre ceci, cf. AS p. 633.
  • 1058 ‘Ala’uddîn ‘Alî Kârî (sic !), AS p. 633.
  • 1059 Cf. AS p. 633 et Oġuznâme, f. 365, 10. Ahmet Temir pense que l’on pourrait peut-être lire : Ketebû (...)
  • 1060 Ṣâḥib Šamsuddîn Tuġrâ’î qui s’était occupé d’améliorer les relations entre les deux frères, AS p.  (...)
  • 1061 Cf. AS p. 633. Cf. Oġuznâme, f. 365, 1 : les deux vizirs sont nommés par le ḫân.
  • 1062 Selon AS p. 633 et Oġuznâme, f. 365, 3.
  • 1063 Cf. AS p. 633 et Oġuznâme, f. 635, 4.
  • 1064 Cf. AS p. 635 et Oġuznâme, f. 635, 10.
  • 1065 Cf. AS p. 635 et Oġuznâme, f. 365, 11.

490Lorsque les bases de la paix furent établies, les sultans rejoignirent l’un après l’autre le khân1049. Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II fut arrivé auprès du khân, l’expression de son visage ainsi que les informations qu’il apportait parvinrent à effacer ses péchés et ses crimes et à les faire excuser. L’ilkhân le combla de marques de faveur de toutes sortes et lui donna un païza1050 et un yarligh de khân mongol. Après quelques jours, comme le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV, le sahib Tughrâî ainsi que le pervâneh Mu ҅în al-Dîn étaient aussi arrivés auprès du khân1051, et que la bienveillance à l’égard du sultan eut retrouvé son lustre1052, les sultans ҅Izz al-Dîn et Rukn al-Dîn échangèrent l’accolade de la réconciliation1053 sur le camp-tout-puissant de la cour. Puis, dans cette résidence et sur l’ordre du grand seigneur ils se mirent à échanger des conversations et des entretiens. Les créatures du monde se réjouirent de voir la paix conclue par les deux frères. Conformément à l’accord que le sahib Tughrâî, ҅Alidjâq et le pervâneh avaient scellé quant au partage du territoire, le grand seigneur détermina le domaine de souveraineté qui leur revenait et ordonna que tous deux se rendissent à Tabriz et qu’ils s’occupassent de préparer l’expédition dont le but était de conquérir la Syrie et l’Égypte. Lorsque les sultans furent à Tabriz, ils n’y trouvèrent pas les moyens financiers. Ils reçurent de la caisse de l’état un prêt de quatre cents bâlish-or1054, si bien qu’ils purent apprêter leurs équipements, tel que cela était nécessaire. De Tabriz, ils partirent à la suite du khân1055 pour Alep. Lorsque le grand seigneur en eut terminé avec cette affaire1056 et que le cadi Muḥdj al-Dîn fut arrivé auprès du khân, apportant des présents et les clefs de Damas, offrant obéissance et soumission et demandant un gouverneur pour sa ville1057, la cour nomma à cette fonction ҅Alâ al-Dîn Kâzi1058. Lorsque les pays de Syrie se furent ainsi soumis à l’épée-conquérante-du-monde, le khân mit à la disposition de Kitbûġâ1059 5 000 cavaliers pour protéger ces pays. Lui-même, tenant les rênes-conquérantes-du-monde, se dirigea vers l’Azerbaïdjan. Il reprit à ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II le yarligh et le païza et les donna au sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV qu’il traita aimablement. Puis, il leur fut permis de retourner dans leur pays. Tous deux se réjouirent de se mettre en route pour les pays dont ils avaient hérité et prirent place sur le trône de la joie. Entre-temps, le sahib Tughrâî1060 était mort. Le sultan ҅Izz al-Dîn fit porter la fonction de vizirat sur le nâ’ib Fakhr al-Dîn ҅Alî, à qui il octroya le vêtement honorifique, l’écritoire du commandement et le rang de vizir. En revanche, le khân1061 envoya au sultan Rukn al-Dîn un yarligh précisant que la fonction de vizir était attribuée au pervâneh Émir Mu ҅în al-Dîn Sulaymân1062. Le khân exigea cependant du malik al-Umarâ’ wa’ṣ Ṣudûr Tâdj al-Dîn al-Mu ҅tazz, fils du cadi khwârizmien Mudjîr al-Dîn1063, d’être le dépositaire des ressources de la caisse de l’état (khâṣṣ). Les cœurs opprimés auraient presque retrouvé la paix et les âmes soucieuses leur sérénité, mais, à cause de vils et mauvais sujets, la méchanceté se glissait dans le cœur du pervâneh, si bien qu’il amenât ҅Alidjâq à écrire au khân1064 des lettres dans lesquelles il se plaignait du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II et prétendait que le sultan se rapprochait des Égyptiens et leur envoyait sans cesse des émissaires par la voie maritime1065. Au cas où le grand seigneur le permettrait, son sort serait vite réglé. Un firman fut rédigé concernant cette affaire. Conformément à l’ordre, le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV, les troupes de l’empire et le pervâneh se mirent en route pour Konya.

Le sultan [҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II] se réfugie une nouvelle fois auprès de l’empereur byzantin

  • 1066 Cf. AS p. 635 et Oġuznâme, f. 366, 1.
  • 1067 Cf. AS p. 636 et Oġuznâme, f. 366, 8.

491Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II eut quitté le khân1066, qu’il fut de retour à Konya et qu’il se fut reposé quelque temps de la fatigue du voyage, il s’exprima ainsi auprès du sahib Fakhr al-Dîn : « Bien qu’entre Nous et le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV, qui est Notre frère bien aimé, une relation ait été nouée, Nous sommes très inquiet quant au jeu d’intrigues du pervâneh Mu ҅în al-Dîn. Si, pour empêcher Nos opposants de Nous nuire et ainsi de les mettre à l’écart, Nous décidions de Nous rendre à nouveau auprès du khân1067, cela n’aurait que de grands avantages. »

  • 1068 Cf. AS p. 636 et Oġuznâme, f. 366, 13.
  • 1069 Cf. AS p. 637 (sic !) et Oġuznâme, f. 366, 9. Ahmet Temir me communique aimablement que Tüklûk, no (...)
  • 1070 Cf. AS p. 637 et Oġuznâme, f. 366, 9.
  • 1071 Cf. AS p. 637 et Oġuznâme, f.366, 10.
  • 1072 Cf. AS p. 637 (sic !) et Oġuznâme, f. 366, 11.
  • 1073 Cf. AS p. 637 et Oġuznâme, f. 366, 12.
  • 1074 Et contre le sultan Ruknuddîn, AS p. 637.
  • 1075 Et du sultan Ruknuddîn, AS p. 637.
  • 1076 Le sultan ‘Izzuddîn avait tout d’abord dépêché le kondeṣṭabl auprès du basileus afin de lui demand (...)
  • 1077 Cf. AS p. 637, grec : ҡατεργoν.
  • 1078 Avec sa mère et son fils. – In AS p. 637 : la vocalisation laisse à penser à un double waladân, do (...)
  • 1079 De même in AS p. 637.
  • 1080 De même in AS p. 637.

492Le sahib Fakhr al-Dîn approuva cet avis. L’on apprêta donc des présents et l’on établit le camp du sultan au lieu de la halte de Rûzbeh. Puis le sultan fixa le moment du départ selon le bon vouloir des astrologues1068. Mais, lorsque le sultan Rukn al-Dîn, le pervâneh et l’armée mongole apparurent à Aksaray et que l’on apprit qu’ils nourrissaient des intentions hostiles, le sultan ҅Izz al-Dîn leur dépêcha le sahib Fakhr al-Dîn afin de s’informer sur la situation et de régler cette affaire. Mais le sultan ҅Izz al-Dîn préparait sa fuite et n’attendait plus que de savoir ce qui allait se passer. Il apprit que, lorsque Fakhr al-Dîn était arrivé chez les Mongols, on lui avait confié le vizirat, et que les Mongols étaient aussi bien décidés à éteindre le dernier souffle du sultanat et étaient déjà tout proches. Le sultan partit aussitôt avec ses gens et sa famille pour Antalya. Deux jours plus tard, l’armée mongole et le sultan Rukn al-Dîn entrèrent à Konya, confisquèrent les biens du sultan destinés au grand seigneur et firent main basse sur tout ce qui se trouvait dans le trésor de l’état. Ils confièrent tout cela à Tukluk Bakhshsi1069 et à Bahâ al-Dîn Shâhânshâh qui étaient venus exprès du camp de la cour du khân1070. Puis, ҅Alidjâq dressa son campement d’hiver dans la province d’Akşehir, au village de Karahüyük1071 et le sultan dressa le sien au village d’Altıntaş1072. Mais, les troupes mongoles faisaient des incursions de tous côtés. ҅Alî Bahâdur avait rassemblé des troupes à Sivrihisâr1073 et voulut entreprendre, de nuit, une attaque contre les troupes mongoles1074. Dans la nuit, il s’égara et, au matin, l’avant-garde de l’armée mongole1075 lui faisait face. Ils informèrent le gros de leur armée, et engagèrent un violent combat. ҅Alî Bahâdûr dut finalement fuir et parvint à atteindre les Marches frontières. Le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II perdit alors tout espoir d’obtenir une issue favorable et s’embarqua1076 sur la galère (Qadirga1077) qu’il avait fait armer, et vogua avec ses enfants et ses femmes1078 vers Constantinople1079, pour se rendre auprès de l’empereur1080.

  • 1081 ҅Alî Bahâdûr ainsi que l’amîr-akhûr Oġurlu avaient levé des troupes dans la région de Konya, non l (...)
  • 1082 Il y avait entre autres ҅Alî Bahâdûr et Kîr Kadîd, fonctionnaire de la cour du sultan, échanson et (...)

493L’empereur byzantin (le malik ar-Rûm) lui rendit d’extraordinaires marques d’honneur et, tout le jour, ils savourèrent la douce vie. Même ҅Alî Bahâdur, venu des Marches frontières (ûdj)1081, vint avec une poignée de ses partisans à Constantinople auprès du sultan. L’empereur le traita aimablement. Quelques fois, Bahâdur mit même en fuite des ennemis de l’empereur et accomplit des actes héroïques. À cette occasion, il reçut des vêtements honorifiques. Une nuit, alors que la coupe passait de main en main, de nombreuses gens1082, dont la cervelle embrumée ne supportait pas la stabilité du pouvoir, dirent à l’illustre sultan : « Comme le vieil empire du sultan lui a été dérobé et comme il a trouvé ici de nombreux partisans – Dieu soit loué –, ne serait-il pas temps d’écarter l’empereur lors d’une promenade à cheval et de transférer la souveraineté dans les mains de l’illustre sultan ? »

  • 1083 Et al-҅Ainî ainsi que ҅Iqd al-Ǧumân étaient les oncles de ҅Îzzudîn (les frères de sa mère), cités (...)
  • 1084 Cf. AS p. 639.
  • 1085 Après quelques jours, le basileus fit enfermer le sultan, sa mère et ses deux fils (Ġijâṭuddîn Mas (...)
  • 1086 Ṣâyin est le surnom de Bâtû. Cf. Spuler, Goldene Horde p. 32. – On peut supposer qu’Ibn Bîbî s’ima (...)
  • 1087 Cf. AS p. 639 (sic !) et Oġuznâme, f. 368, 12.
  • 1088 Cf. AS p. 639 et Oġuznâme, f. 368, 14.

494Kîr Kadîd1083, qui était l’échanson du sultan, fit parvenir aux oreilles de l’empereur cette sentence, conformément au proverbe : « Le sang que l’on veut faire couler ne fait pas dire au visiteur que l’on est chez soi ». Sous un prétexte quelconque1084, l’empereur fit inviter dans sa maison le téméraire amir-akhûr Behâdur Oġurlu ainsi que ҅Ali Bahâdur et les fit emprisonner. Il dépêcha des gardes aux portes de la maison du sultan et de sa mère. Puis, il enferma le sultan avec toute sa parenté dans une forteresse1085. Puis, il fit aveugler l’amîr-akhûr et tuer ҅Alî Bahâdur. Dans la mesure où ils rejoignirent la communauté chrétienne, les gens de la suite du sultan furent graciés, tandis que les autres subirent une punition exemplaire et connurent la prison. Le sublime Créateur incita Ṣâyin khân1086 à dépêcher une puissante armée pour délivrer le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II. Ce fut un hasard si, cette année-là, le gel fit que l’eau du Danube1087 devint glace et toute l’armée put franchir le fleuve. Le sultan fut délivré de sa prison et tous partirent pour rejoindre Berkh-Khân1088.

  • 1089 Cf. AS p. 639 et Oġuznâme, f. 368, 16.
  • 1090 Cf. AS p. 639 (sic !) et Oġuznâme, f. 368, 2. Selon le Oġuznâme : Ṣolġât, en Crimée et Ṣuġdâq. Sôl (...)
  • 1091 Il s’ensuit une bénédiction adressée à Uluġ Inânǧ Ṣâḥib Dîvân Abu’l-Ma ҅âlî҅Aṭâ Malik. AS p. 640.

495Lorsque le sultan arriva auprès du khân1089, on lui témoigna toutes sortes d’aimables attentions et on lui octroya comme fiefs les provinces de Sôlkhâd et de Sûtâq1090. Cependant, de méchantes gens rapportèrent à la mère du sultan que ce dernier avait subi, lors de son voyage, d’horribles épreuves. De chagrin, elle se jeta du haut du palais et trouva la mort. Lorsque le sultan apprit ce qui était arrivé à sa mère, qu’il apprit que ses deux fils et sa sœur étaient prisonniers de l’empereur byzantin, il fut très soucieux. Cependant, il persistait à penser : « après le malheur la joie ». La fin de cette histoire sera relatée dans un prochain chapitre1091.

Le gouvernement du sultan [Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV] et son parcours de vie

  • 1092 Peut-être faut-il lire ‘six’. On ne peut pas rétablir ici le texte car l’auteur de l’épitomé résum (...)
  • 1093 Ce chiffre nous laisse supposer qu’il s’agit d’un arc de six ‘mann’. Le ‘mann’ équivalant à 833 gr (...)
  • 1094 AS p. 642 est encore plus clair : « Et il transmit la plus grande partie de l’empire de Rûm sous f (...)
  • 1095 Cf. Muḫtaṣar, manuscrit, Bibliothèque Nationale, Paris, Supplément persan 1536. Cf. Blochet, Catal (...)
  • 1096 Il était préfet de l’arsenal, de la chambre des armes et lors de certaines fêtes il portait l’arme (...)
  • 1097 La traduction libre de cette phrase indique qu’il s’agit bien du regard porté par Dieu.
  • 1098 Šâhmalik fit dans un premier temps partie des partisans du sultan ‘Izzuddîn. Pour sa propre sécuri (...)
  • 1099 Cf. AS p. 643 (sic !) et Oġuznâme, f. 369, 13. Aujourd’hui Vezirköprü, au Nord-Ouest d’Amasya, au (...)

496Le défunt sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV était unique en ce monde quant au fait de distribuer l’or et de réaliser des hauts faits héroïques. Il possédait un arc pesant soixante ‘mann’1092 et une massue pesant neuf ‘mann’1093. Il détestait véritablement la vulgarité et la bassesse. En ces jours de son gouvernement, la grande partie du territoire de l’empire était devenue une propriété foncière qu’il avait transmise aux gens avec des diplômes relevant de la jurisprudence de la charia1094. Bref, alors qu’il eut pris place sur le trône à Konya, que le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II se fut rendu à Constantinople, ҅Alî Bahâdur et l’amîr-akhûr Oġurlu levèrent d’importantes troupes venues de tout le pays et s’avancèrent pour assiéger Konya. Le pervâneh Mu ҅în al-Dîn, aidé par quelques Mongols, lui fit vivre, ainsi qu’à Oġurlu, au caravansérail d’Altunabeh, la grande solitude et le malheur. Et ceux, qui avaient suivi son appel, goûtèrent au breuvage de l’exécution. Il fit enchaîner et conduire au château de ҅Alidjâq les personnalités remarquables ainsi que les fonctionnaires qui s’étaient vantés d’avoir la sympathie du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II, tels le mustawfî Nadjib al-Dîn, le mushrif-mulk Qiwâm al-Dîn, le cadi Djalâl al-Dîn Sivriḥiṣârî, juge de l’armée (kadiasker), le garde du corps Sayf al-Dîn Qayabe1095, Karîm al-Dîn ҅Alîshîr, l’amîr-silâh1096 Badr al-Dîn Göhertash et le ustâdh-dâr Amîn al-Dîn Yâqût, afin que tous connussent l’état du martyre. Lorsque cette bande, contrairement au droit, eut été conduite au lieu de l’exécution, ҅Alidjâq reçut en rêve une réprimande si sévère adressée par le monde surnaturel que, pris d’effroi, il se réveilla et vit une lumière surnaturelle flottant au-dessus de la dernière demeure de ces morts qui avaient été pardonnés par Dieu1097. Bouleversé, il prononça envers le pervâneh des paroles courroucées. Lorsque cette affaire concernant ҅Ali Bahâdur fut terminée, Shâhmalik1098 fomenta une révolte et se retrancha dans le château de Kedâġra1099.

  • 1100 Cf. AS p. 643 et Oġuznâme, f. 369, 13.
  • 1101 Cf. AS p. 643 et Oġuznâme, f. 369, 16.
  • 1102 De même AS p. 643 et Oġuznâme, f. 369, 16.
  • 1103 Mulkîya.
  • 1104 Lâ ilâha illa’llâh.
  • 1105 Le rédacteur Ibn Bîbî relate ici qu’il avait été lui-même chargé de rédiger l’acte de donation, AS(...)

497Après que le pervâneh1100 l’eut assiégé, il l’incita à se rendre, lui assurant le pardon et lui promettant de signer un traité. Cependant, le pervâneh lui fit connaître une mort héroïque par la main des Mongols. Puis, il se rendit auprès du khân1101 et obtint un yarligh lui permettant de prendre Sinope dont s’était emparé le seigneur de Trébizonde1102 qui tenait cette ville sous son joug. Le siège dura deux ans. Lorsque le pervâneh eut pris la ville de Sinope, il demanda à l’illustre sultanat de la lui accorder en propriété1103. Comme le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV ne prononçait jamais le mot ‘non’, excepté lorsqu’il prononçait la formule de confession1104, le pervâneh obtint aussitôt ce qu’il avait toujours voulu1105.

Les causes de l’incident au cours duquel le sultan [Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV] perdit la vie

  • 1106 Cf. AS p. 644.
  • 1107 Cf. AS p. 644, de même, puis un blanc.

498Avant que la partie du territoire du sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II ne fût mise à la disposition du dîvân du sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV, le pervâneh Mu ҅în al-Dîn se concerta, lors d’un entretien, avec son proche entourage sur le fait de savoir comment on pouvait ajouter cette moitié du territoire de l’empire à cette autre moitié. Le fils du khatîb, Sharaf Mas ҅ûd, qui faisait partie de ses munshî, dit : « Pour que ce souhait aboutisse, puisse le puissant seigneur daigner m’accorder la fonction de gouverneur militaire (serleshker) de Niǧde. » Le pervâneh, voyant là un signe favorable, accepta. Tout en nourrissant de l’espoir, Sharaf Mas ҅ûd1106 se mit à propager les calomnies que l’on avait inventées à propos du sultan ҅Izz al-Dîn, et s’affaira beaucoup dans des allées et venues, jusqu’à ce que ҅Alidjâq obtînt du khân1107 la permission d’aller s’emparer du sultan ҅Izz al-Dîn.

  • 1108 D’après AS p. 644 il faut modifier le texte. Le Oġuznâme, f. 370, 9 conforte cette lecture.
  • 1109 Cf. AS p. 645
  • 1110 Pour niṣâb voir EI, zakât. Il s’agit là d’une exagération due à la rhétorique.

499Lorsque le sultan ҅Izz al-Dîn Kay-Kâus II, innocent, craignant la sévérité du grand seigneur, eut préféré partir à l’étranger, et qu’il eut à nouveau trouvé refuge auprès de Lascaris, l’on accorda au fils du khatîb, conformément à la promesse donnée, la fonction de gouverneur militaire (serleshker) de Niǧde. Par cette distinction son rang s’éleva depuis la poussière de la terre jusqu’aux Pléiades et depuis le poisson terrestre jusqu’à la constellation du poisson. Après plusieurs années, le réservoir de ses capacités et le calice de son pouvoir devinrent incapables d’assurer le bien-être et le bonheur. Mais, comme il avait atteint un rang qui ne lui seyait pas et comme il avait une fonction qu’il ne méritait pas, il dépassa les bornes de sa fonction. C’est ainsi que ses discours et ses faits et gestes ne correspondirent plus ni à son origine ni à sa famille du côté maternel et du côté paternel1108. Les notables du pays, désapprouvant ses actions et cherchant un remède à y apporter, se plaignaient sans cesse et faisaient part de leurs soucis. Quels que fussent les firmans qui étaient promulgués par la cour du sultan, lui demandant de tout faire afin qu’il eût moins d’opposants, il n’obéit cependant pas et continua à suivre la voie de l’obstination et de l’entêtement. Par amour pour le pervâneh, le sultan ne disait rien. Une nuit, dans sa chambre privée, le sultan s’exprima ainsi envers les compagnons et partisans du pervâneh : « Il faut reprendre Niǧde au Sharaf Mas ҅ûd ». Et, une autre fois, regrettant d’avoir accordé Sinope comme possession, il aurait dit : « Un serviteur peut-il vraiment demander à un souverain de lui offrir une ville ? Le pervâneh et ses partisans tiennent serré entre leurs dents notre pays dont nous avons hérité ; ils nous1109 méprisent et ne nous laissent pas prendre la moindre part de la propriété soumise à l’impôt que doivent les pauvres1110. Si cela continue ainsi, nous n’aurons bientôt plus notre mot à dire dans ce pays. Le mieux serait que nous nous rendions auprès du grand seigneur et que nous lui contions la suprématie qu’exercent sur nous ceux qui nous accablent ainsi que le peu de valeur d’un ordre écrit. »

  • 1111 Yarġûǧiyân.

500Ces ingrats rapportèrent ces paroles mot pour mot au fils du khatîb. Comme ses faits et gestes habituels n’étaient que de semer le trouble, de calomnier et de ruser, sous prétexte de vouloir rencontrer encore ses fils, il demanda la permission de se rendre à son domicile, à Tokat, où il harcela le pervâneh. Chaque jour, ils se rendaient tous les deux dans la steppe et ils réfléchirent jusqu’à ce qu’ils convinrent finalement d’ôter la vie au sultan, avec l’assentiment des Mongols. Le lendemain, le pervâneh fit apprêter de nombreux présents destinés à tous les juges1111 mongols et aux commandants, et les fit apporter par Sharaf. Il envoya une missive :

  • 1112 Cf. AS p. 646 (sic !).

« Comme le sultan va s’allier aux Syriens et déclencher une révolte et comme je voudrais l’en empêcher, il a l’intention de nous écarter. Dès qu’il m’aura tué, il lèvera des troupes pour vous éliminer. Avant qu’il ne mette sa théorie en pratique, si vous étiez en mesure de régler cette affaire1112, cela serait une excellente chose. »

  • 1113 Cf. Houtsma, Recueil IV, AS p. 646 et Oġuznâme, f. 371, 12 – Comme me le signale aimablement Ahmet (...)
  • 1114 Le yarġûǧî Bâinâl, ami du pervâneh, avait été détourné du droit chemin par les nombreux présents q (...)
  • 1115 Cf. AS p. 646 (sic !) et Oġuznâme, f. 371, 16.
  • 1116 Turkân-i-uǧreḫvâr.

501La plupart des commandants mongols ne prirent pas cette affaire en considération. Bâinâl1113, l’ami1114 du pervâneh, incita les commandants mongols à se mettre en marche sur Aksaray afin d’examiner la situation. Le pervâneh se mit en route pour Aksaray avec ses propres troupes, avec l’armée de Niǧde et les hommes du fils du hodja1115 qui faisait partie de ces mercenaires turcs1116 inconnus et de basse condition, et que le pervâneh avait fait promouvoir en ayant accordé son amitié aux indignes et sa faveur aux incapables. Puis, on dépêcha un émissaire à Konya afin de mander le sultan Rukn al-Dîn Qilidj-Arslân IV, car un yarligh avait été apparemment promulgué par le sultan concernant une très importante et délicate affaire. La présence du sultan était donc nécessaire, afin d’entendre cette résolution. Le sultan quitta alors Konya pour se rendre à Aksaray.

  • 1117 Cf. AS p. 647.

502Le jour où le sultan arriva auprès d’eux, Tâdj al-Dîn Mu ҅tâzz offrit un festin. Lors de ce banquet le sultan but tant et plus. Lorsque la force du vin agit et que le voile de la retenue se leva, les commandants mongols enroulèrent la corde de la réprimande autour du sultan et le houspillèrent ainsi : « Pour quel motif veux-tu ôter la vie au pervâneh ? Que n’a-t-il pas fait à ton service pour que tu nourrisses de telles pensées abominables1117 ? » Le sultan répondit : « J’ignore tout de cette affaire dont parlent les émirs. Je n’ai jamais prononcé quoi que ce soit à ce sujet, que j’aie été dans un état normal ou d’ébriété. Si les émirs voulaient bien considérer qu’un examen précis de cette affaire est opportun, ils verraient que celui qui a rapporté ces paroles devrait avoir honte. » Ils répondirent : « Si cette histoire n’avait pas été rapportée plusieurs fois, cette affaire n’aurait pas pris tant d’ampleur. Si tu nous livres ces gens à l’esprit funeste qui ont manigancé jusqu’à être déloyaux, nous les condamnerons à mort. Alors, le sultan retrouverait facilement sa liberté. Mais, si tu te rends coupable d’omission, nous ne ferons preuve ni d’égard pour toi ni d’amitié. » Le sultan dit : « Je vais y réfléchir. Demain, je donnerai une explication aux émirs. »

  • 1118 Qui correspond au mercredi 10 février 1266 ap. J.-C., à l’époque au 15 juillet. La date exacte man (...)
  • 1119 Nîmče.
  • 1120 Cf. AS p. 649.
  • 1121 Cf. Muḫtaṣar, Manuscrit, Bibliothèque Nationale, Paris, Supplément persan 1536. Cf. Blochet, Catal (...)

503Sur ce, le festin prit fin. Le mercredi 2 joumada I de l’an 6641118, le sultan sortit de la ville. Ce jour là, ce fut au sultan d’offrir un festin. Jusqu’au petit déjeuner, il parla de chasse avec les émirs. Les troupes mongoles avaient pris les armes et se tenaient à proximité du sultan. Lorsqu’il eut rejoint ses quartiers, il invita les Mongols. Alors, on servit le festin, puis on débarrassa et les échansons servirent le vin. Dans la tente où ils étaient assis, le sultan fut pris d’un malaise à cause de la foule et de la forte chaleur. Il confia sa tunique1119 à son vestiarite. Les émirs virent que le sultan portait plusieurs poignards à la ceinture. Pour les voir de plus près, ils les tirèrent l’un après l’autre hors de leur fourreau et se mirent à nouveau à lui adresser des reproches : « Hier nous avions convenu que tu nous livrerais les calomniateurs du pervâneh. Tu ne l’as pas fait. » Il présenta des excuses qu’ils ne voulurent pas considérer. Pendant cette conversation, ils mêlèrent du poison à son vin. Lorsqu’il eut bu, son état physique changea radicalement après un laps de temps. Lorsque le poison coula dans ses veines et qu’alors1120 le désarroi s’empara de son esprit, il sortit et alla uriner. Puis, il demanda que l’on avançât son cheval, se mit en selle et prit la direction de la ville. Mais, ils le poursuivirent et le ramenèrent. Après un certain temps, les commandants mongols sortirent avec le pervâneh. Les deux fils du khatîb, Ḍiyâ et Sharaf, restèrent dans la tente avec quelques Mongols. Puis, ils baissèrent le rideau de la tente, poussèrent de grands cris1121 et donnèrent des coups de pied à ce sultan qu’ils méprisaient. Il avait beau gémir et se plaindre, il ne trouva ni pitié ni compassion. Finalement, à l’aide d’une corde d’arc ils envoyèrent son âme au Paradis. Après avoir commis ce meurtre, les Mongols rejoignirent leurs quartiers d’hiver et les grands dignitaires se rendirent en toute hâte à Konya.

Le sultanat de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw [III] b. Qilidj-Arslân [IV]

  • 1122 Le ṣâḥib Faḫruddîn ‘Alî et le pervâneh émir Mu ҅înuddîn Sulaimân, AS p. 650.
  • 1123 Manâšîr.

504Lorsque les dignitaires furent arrivés à Konya, ils intronisèrent le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw III qui avait été abandonné en tant qu’orphelin à l’âge de deux ans et demi par son père. Ils lui jurèrent amitié et attachement. Le sahib et le pervâneh1122, qui se soutenaient mutuellement, assumèrent la conduite des affaires de l’état. Tel le rejet de la plante sur la rive de la rivière limpide, le sultan grandit et fut éduqué dans le cocon de l’éducation qu’ils lui donnèrent. Pendant un certain temps il illustra les diplômes1123 et les firmans à l’aide d’un pochoir en bois. Lorsqu’il devint un jeune homme et qu’il fit ses premiers pas dans le domaine de la compréhension des choses et dans la mémorisation des noms, l’on fit venir un précepteur qui devait l’instruire.

505[…]

506[Nous avons choisi, dans cette anthologie, pour la période qui va de l’avènement de Kay-Khusraw III jusqu’à la fin du sultanat seldjoukide, de suivre le récit de Kerîmüddîn Mahmûd Aksarâyî, qui est contemporain des événements de la fin du xiiie siècle et des premières décennies du xive siècle. La traduction de la chronique de cet auteur sera l’objet d’un deuxième volume chez le même éditeur.]

Notes

1 L’Epitomé, L’Abrégé, le Mukhtaṣar, cf. l’introduction rédigée par Herbert W. Duda.

2 Celui qui aide la communauté et la religion.

3 In Muḫtaṣar on lit : Yaḥyâ. Mais cf. aussi l’introduction.

4 MB : Selon Duda, il s’agit d’un « public intéressé et cultivé » et non pas d’une « assemblée de Aḫî ». Ceci n’est pas certain vu l’importance des Aḫî en Anatolie.

5 Charles Schefer (1820-1898) est un orientaliste, écrivain, traducteur, historien et géographe français. Il nous a donné la traduction de quelques chapitres du Muḫtaṣar in Recueil de textes et de traductions publié par les Professeurs des Langues Orientales Vivantes, tome 1er, Paris, Imprimerie Nationale, Ernest Leroux, éditeur, M DCCC LXXXIX. Nous citerons ci-après quelques extraits de Nassir Eddin Yahia, quelques chapitres de l’abrégé du Seldjouq Namèh, ainsi que les notes portées par C. Schefer.

6 Jeu de mots : šahr – šahriyâr.

7 HLP : adjectif minûčihr : paradisiaque, céleste. [C. Schefer indique : « Mon fils Keykhosrau, dont la beauté rappelle celle de Menoutchehr, est orné de toutes les vertus royales. » Menoutchehr est le petit-fils de Féridoun, in Chah Nameh, Firdoussi.]

8 Cf. Coran, XIII, 3 : « Il y a placé des montagnes… » ; Coran, XVI, 15 : « Il a jeté sur la terre des montagnes comme des piliers – afin qu’elle ne branle pas et vous non plus » ; Coran, XXI, 31 : « Nous avons placé sur la terre des montagnes comme des piliers afin qu’elle ne branle pas et les hommes non plus… » ; Coran, XXXI, 10 : « Il a jeté sur la terre des montagnes comme des piliers afin qu’elle ne branle pas et vous non plus… ». Cf. D. Masson, sourate XIII, note 3-1. : rawāsiyā : litt. celles qui sont immobiles, fixées solidement dans le sol, in Le Coran, La Pléiade, Gallimard, 1967… On trouvera dans la suite du texte cette idée de force inébranlable qui pousse les guerriers à ne pas faiblir et les forteresses à exprimer leur solidité… Des citations extraites de l’édition ci-dessus nommée seront données au cours du texte et dans les notes ci-après.

9 Coran, LVI, 8-9 : « Les compagnons de la droite ! – Qui sont donc les compagnons de la droite ? – Les compagnons de la gauche ! – Qui sont donc les compagnons de la gauche ? ».

10 Ce chapitre se termine in AS p. 21 par une bénédiction adressée à ‘Ala’uddin ‘Atâ Malik Ǧuwainî, qui a ici pour titulature ‘Ala’ad-dunyâ wa ’d-daula wa ’l-haqq wa ’d-din... abu ’l-ma’âli Qutluġ Înanġ Oġurlu Uluġ Ṣâḥib Dîvân. – La date indiquée ici dans le Muḫtaṣar n’est pas portée in AS (=Kitâbu ’l-Awâmiri ’l-‘Alâ’îya fi’l-Umûri ’l-‘Alâ’îya, manuscrit Istanbul, Aya Sofya n° 2985.

11 Malik Mu ‘izzuddîn Qaiṣaršâh, AS p. 22.

12 Malik Muḥjiddîn Mas‘ûdšâh, AS p. 22. L’énumération des autres territoires ainsi que leurs souverains cités dans le Muḫtaṣar ne figure pas in AS.

13 Cf. AS p. 22 et Houtsma, Recueil III, p. 11, 15. Burġlu que, généralement, on associe aujourd’hui à Ulu-Burlu, l’ancienne Apollonia-Sozopolis. Mais voir aussi Wittek, Toponymie, p. 49. [C. Schefer indique : « Le nom de cette ville est également écrit par Beha Eddin et Ibn el-Athir : Chems Eddin Dimichky cite Bourly parmi les villes de l’Asie Mineure ; Aboulféda fait mention des montagnes de Toghourlou, que je crois être, par suite d’une erreur de copiste, le nom de Bourghoulou. Aboulféda nous apprend que les montagnes de Toghourlou étaient occupées par des Turcomans, dont les tentes s’élevaient au nombre de 200 000. Les écrivains byzantins nous apprennent que Keykhosrau reçut en apanage de son père les provinces de Lycaonie et de Paphlagonie. Bourghoulou, appelée aujourd’hui Bourlou, se trouve dans la province de Karamanie et dans le district d’Hamid, qui dans l’Antiquité formaient la Lycaonie ».]

14 MB : Dans les coutumes turco-mongoles, le chef, même lorsqu’il donne en apanage une partie de son territoire, garde la suprématie par rapport à ses descendants qui restent des seigneurs subalternes soumis à leur père, qui a le titre de « bey principal (Ulu Bey) ».

15 C. Schefer indique : Kilidj Arslan mourut le 15 du mois de chaban 588 h. (26 août 1192) à Qoniah. Il avait accompagné son fils Ghyas Eddin Keykhosrau au siège d’Aqsera. Se sentant malade, il était revenu dans sa capitale. L’auteur d’une histoire des Seldjoukides composée pour un prince de cette dynastie, Alâ Eddin, fils de Suleyman Chah, prétend que Kilidj Arslan fut empoisonné. Keykhosrau monta sur le trône le 1er Ramazan, quinze jours après la mort de son père.

16 Ruknuddin Sulaimânšâh, AS p. 31.

17 Cette date in Muḫtaṣar ne figure pas in AS p. 31.

18 C. Schefer indique : « Melik Roukn Eddin expédia en toute hâte des courriers pour rassembler ses troupes et celles de ses alliés et de ses confédérés. » Roukn Eddin Suleyman Chah ne marcha contre Qoniah qu’après la mort de son frère Qouthb Eddin et après s’être emparé de Sivas, de Césarée et d’Aqsera ».

19 C. Schefer indique : Toqat, dans l’elayet actuel de Sivas, est l’ancienne Comana Pontica.

20 Pour éviter des difficultés à l’empire, Ruknuddîn passa à l’acte et quelques uns de ses frères, princes et émirs le rejoignirent, AS, p. 31. [C. Schefer indique : La ville d’Aqsera, fondée par Kilidj Arslan, est située dans le district de Nigdeh].

21 Les Iḫwân se trouvant à Konya et les jeunes hommes (barnapîsegân), donc les Fityân, étaient décidés à résister. Cependant les commandants des troupes tentèrent de sceller un compromis, AS p. 32. [Texte de C. Schefer : « Tous les jours, depuis le matin jusqu’au soir, soixante mille archers se mesuraient avec les soldats de Roukn Eddin et défendaient les approches des jardins et des vergers qui entouraient la ville. Quatre mois s’écoulèrent ainsi. Les jeunes gens(a) de Qoniah se réunirent alors et tinrent conseil. « Nous continuerons, dirent-ils, à faire tous nos efforts pour sauvegarder l’honneur du sultan Ghyas Eddin ; tant qu’il nous restera un souffle de vie, nous maintiendrons les engagements qui nous lient à sa personne et nous resterons fidèles à nos serments ». Mais les notables et les personnages influents de la ville dont les avis étaient écoutés dans les conseils des princes envoyèrent un délégué auprès de Melik Roukn Eddin et le chargèrent d’une lettre conçue en ces termes : ‘Vous êtes l’un et l’autre les fils de notre souverain, et notre devoir, à nous qui sommes vos serviteurs, est de maintenir votre honneur intact. Si Melik Roukn Eddin consent à respecter les dispositions prises par le sultan Kilidj Arslan à l’égard de son frère et s’il observe scrupuleusement l’engagement qu’il aura souscrit, s’il met fin aux hostilités et lève le siège de la ville, nous lui offrirons à titre d’indemnité et pour le rembourser de ses frais de guerre, cinq cent mille pièces d’or, trois cents pièces de soie de Constantinople de toutes qualités, deux cents coupons de drap d’or, trois mille coupons de drap de tous genres(b), dix mille aunes de toile de lin, trois cents chevaux, trois cents chameaux, deux cents mulets et dix mille moutons. Nous sommes prêts à réunir tout ce que nous venons d’énumérer et à en faire la remise au trésor, aux écuries et aux cuisines du prince. Mais, si le but du prince est de dépouiller Ghyas Eddin du pouvoir souverain, qu’il jure de respecter sa vie et celle de ses fils, de lui laisser ses trésors et de ne point inquiéter ses partisans, ses adhérents et ses serviteurs, afin qu’en s’éloignant de Qoniah avec ses richesses, ses bagages et les gens de sa maison, il puisse se rendre dans telle contrée qu’il lui plaira de choisir. Nous le ferons accompagner par trois mille hommes de pied qui lui serviront d’escorte et le guideront jusqu’à la frontière. Nous ouvrirons alors la porte de la ville, et le sultan comblé des bénédictions divines prendra place sur le trône’. Ces dernières propositions furent agréées par Roukn Eddin qui donna l’ordre de rédiger sur-le-champ l’acte contenant son serment et l’engagement d’observer les clauses stipulées ». (a) Les jeunes gens des villes de l’Asie Mineure formaient des associations religieuses : cf. Ibn Batouta : Voyages et périples, in Voyageurs Arabes, p. 639-640, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1995. (b) Le texte turc porte un mot qui signifie la quantité d’étoffe nécessaire pour faire un vêtement et plus spécialement des chausses].

22 Cette date ne figure pas in AS p. 36.

23 Laodikeia, nommée Combusta dans l’Antiquité, se trouve à 40 km au nord de Konya. MB : Curieusement, Ibn Bîbî tente d’expliquer l’appellation antique de Laodicée-La-Brûlée, qu’il connaît sous sa forme turco-persane Lâdiq-e suxte, par une anecdote contemporaine de l’auteur, où la ville aurait été brûlée par le sultan.

24 C’est-à-dire le Rupenide Léon II, roi d’Arménie (1187-1199). Cf. Dédéyan, Histoire du peuple arménien, Privat, Toulouse, 2007.

25 C. Schefer indique : Léon II succéda en 1185 à son frère Rupen, qui s’était retiré dans le couvent de Drazara, près d’Anazarbe. Léon avait établi sa résidence dans la ville de Sis rebâtie par ses soins. Il fut couronné roi d’Arménie à Tarsous le 6 janvier 1198 par Conrad de Wittelspach, archevêque de Mayence. Il mourut le 2 mai 1219.

26 Seigneur d’Elbistan, AS p. 40.

27 Le malik Mu‘izzudîn Qayṣaršâh a reçu Malatya de son père, Qylyǧ-Arslân II. C. Schefer indique : Imad Eddin nous apprend qu’en l’année 587 (1191), Mouizz Eddin Qaïcer Chah se réfugia en Syrie auprès de Saladin pour échapper à la colère de son père. Saladin lui accorda la main de la fille de Melik el-Adil avec une dot de cent mille dinars. Il put, grâce à l’intervention de Saladin, retourner à Malathia. Il fut chassé de cette ville en 597 (1201) par son frère Roukn Eddin Suleyman Chah et contraint de chercher un asile à la Cour de Melik el-Adil, qui lui accorda la principauté de Roha (Edesse). Lorsque Ghyas Eddin Keykhosrau remonta sur le trône, Mouizz Eddin se rendit à Qoniah pour réclamer la restitution de Malathia. Elle lui fut refusée, et il retourna à Edesse, (Ibn el-Athir, t. XII, p. 111).

28 Nuuwâb we ḫuġġâb.

29 Malik ‘Adil, Ayyoubide, émir d’Alep.

30 Ḥizânedârân.

31 Le rédacteur de l’épitomé fait ici preuve de confusion. La forme adoptée ici s’appuie sur AS p. 44

32 ҅Alî, AS p. 44

33 Le Ziyaride Šams al- Ma ‘alî Abu’l-Ḥasan Qâbûs b. Wašmgîr. Cf. EI : Ḳâbûs.

34 Amîd / Diyarbakır.

35 L’Artukide Nâṣiraddîn Maḥmûd b. Muḥammad, al-Malik aṣ-Ṣâliḥ (597-619 de l’Hégire / 1200-1222). Cf. E. de Zambaur, Manuel de généalogie et de chronologie pour l’histoire de l’islam, p. 228 Hannovre, 1927. [C. Schefer indique : Melik Essalih Nedjm Eddin Eyyoub avait reçu de son père Melik el-Kamil les principautés d’Amid et de Hisn Keyfa. Il avait épousé une fille de Kilidj Arslan, puis une femme du harem du khalife Nasir lidin illah. Cette dernière, qui joua un rôle considérable en Egypte sous le règne de Melik Essalih et après la mort de Touranchâh, portait le nom de Chedjer Eddourr et le kounyèh d’Oumn Khalil, à cause d’un fils portant ce nom qui mourut en bas âge.]

36 Plus tard elle sera l’épouse du calife abbasside Nâṣir, AS p. 45.

37 Sur le lac de Van, sur la côte nord-ouest ; province de Bitlis.

38 Il s’agit de ‘Izz al-Dîn Balabân (603-604/ 1206-1207). Cf. Zambaur p. 229. [‘Izzaddîn Balabân gouverne le beylik d’Ahlat (nord-ouest du lac de Van)]. [Schefer indique : L’Emir Boulban, un des esclaves de Chah Ermen Seïf Eddin Bektimour ibn Sekman, s’était emparé de la ville et du territoire d’Akhlath après le meurtre de Choudja Eddin Qoutlough, atabek du jeune prince Bektimour.]

39 Allusion à la futuwwa qui constitue un idéal d’homme libre, fidèle, vertueux, courageux et protégeant les faibles.

40 Le Coran, LXXXIX, 6-8 : « N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a traité les ‘Ad et ‘Iram, la ville à la colonne - une ville telle que jamais on n’en créa de semblable, dans aucun pays ? ».Cf. note 120.

41 Ǧânît ou Gânîk, sur la côte sud de la Mer Noire. Cf. Ǧuwainî III p. 490 sqq et EI : Djânîk. Pour Ibn Bîbî Ǧânit signifie « Pontus », donc le Nord de l’Asie Mineure. Malgré le caractère légendaire de ce récit, il est fort possible que le sultan soit arrivé par mégarde à la ville génoise de Kaffa et qu’il s’y soit embarqué sur un bateau génois qui n’a pas fait escale à Constantinople et a conduit le sultan vers l’Ouest. A tort, les historiens comme Müneġġimbašy considèrent comme invraisemblable le fait que Ġijâṭuddîn Kaiḫosrau ait commencé son voyage sur les rives de la Mer Noire. Müneġġimbašy le fait partir pour Byzance depuis la Syrie. Cf. Turgal p. 22. [C. Schefer indique : La province de Djanit (aujourd’hui Djanik), le Pontius Polemoniacus des Anciens, fait aujourd’hui partie de l’eyalet de Trébizonde. Elle a pour chef-lieu la ville de Samsoun (Amyssus), située sur la côte de la Mer Noire].

42 MB et HLP indiquent que C. Schefer et W. Duda ont compris à tort qu’il s’agit du Maghreb et des Berbères. Il faut comprendre « Magrib » comme étant l’Ouest, opposé à « Mashreq », l’Est. MB : la géographie montre sans hésitation que le sultan, s’embarquant sur la côte de la Mer Noire (province pontique de Djanik), ayant l’intention de se rendre à Constantinople, fut surpris par une tempête qui drossa sa flotte sur la côte occidentale de la Mer Noire (Maghreb), où il rencontra des princes barbares, et non berbères, probablement des Valaques ou des Bulgares.

43 MB : Le sultan n’entra donc pas en contact avec les princes des Berbères (AS, p. 51), mais avec les princes des Barbares.

44 Amîr al-Mu’minîn ‘Abd al-Mu’min cf. AS p. 51 et Houtsma, Recueil III p. 37,18. Il s’agit de l’Almohade Muḥammad an-Nâṣir lidînillâh (595-610 /1199-1213). Cf. Ḫalîl Edhem, DI (Dûwel-i-islâmiye p. 51 et Zambaur p. 73. Ibn Bîbî se trompe d’époque et nomme comme souverain du Maghreb le représentant le plus connu de la dynastie Almohade, ‘Abd al-Mu’min b. ‘Alî (524-558 / 1130-1163) qui, en 517 de l’Hégire, prit le titre de Amîr al-Muslimîn. [C. Schefer indique : Le khalife Abd el-Moumin était mort en 558 (1163), et le prince qui régnait sur l’Espagne musulmane, le Maghreb et l’Ifriqiya, depuis 595 (1198, était son arrière petit-fils, l’émir Nasir ibn Yakoub ben Youssouf ben Abd el-Moumin.]

45 Alexis III Ange, empereur byzantin (1195-1203).

46 Aṣḥâb-i-dîvân.

47 Ǧamegi. MB : de game : habit, vêtement, pièce d’étoffe.

48 Schefer indique : en langue franque.

49 Ahl-i-dîvân.

50 Cf. « Khosrow et Chîrîn », in Les cinq poèmes de Nezâmî, folio 58v, édition Anthèse, Bibliothèque Nationale de France, 1995 : « [Le roi décrocha au lion], comme d’un arc bandé, son dur poing sur l’oreille. Il le frappa si fort qu’il l’assomma, ce lion ».

51 Qilidj- Arslân II (1156-1192). En 1186 / 87, Qilidj- Arslân, âgé et fatigué, partage son royaume entre ses dix fils et son plus jeune frère Sandjarshâh.

52 Alp-Arslân (1063-1072) ; Malik-Shâh Ier (1107-1116).

53 MB : les mots traduits par lice (meydan) et tournoi (djang) sont plus généraux en persan, signifiant : place et combat. Mais il est vrai, que, historiquement, les compétitions d’origine occidentale, où des cavaliers s’affrontaient en champ clos, s’introduisirent à la cour de Byzance dès l’époque d’Emmanuel Comnène (milieu du 12° siècle). Cf. L. Bréhier, Vie et mort de Byzance, vol. 1, Paris 1946, p. 269.

54 MB : sunb-i har-Isa (le sabot de l’âne de Jésus). Dans la littérature turque et persane du Moyen Âge, pour se moquer des chrétiens, les auteurs les représentent, prononçant leur serment, en invoquant le sabot de l’âne de Jésus, Cf. I. Melikoff, La geste de Melik Danishmend, vol. 1, Paris, 1960, p. 382.

55 MB et HLP : C’est probablement une allusion à la consommation du vin, liée au sang chez les chrétiens.

56 Après que Constantinople fut passée aux mains des Francs, des mouvements d’indépendance eurent lieu (fin 12°, début 13° siècle), fomentés par des gouverneurs semi-indépendants (de Philadelphie, de Paphlagonie, du plateau du Méandre...) dont les plus importants furent Manuel Maurozome, Théodore Mangaphas et Sabbas Asedenos. [C. Schefer indique : Mafrazoum est le nom défiguré de Manuel Mavrozomes qui disputa l’empire à Théodore Lascaris. Cf. Nicetae Choniatae Acominati historia, Paris, 1647, p. 403 et p. 404].

57 MB : comprendre ici César comme un titre de Cour. Cf. J.C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963 – 1210), Paris, 1990, p. 146 : ce personnage, lié à la famille Comnène, avait la dignité de César et contrôlait la haute vallée du Méandre.

58 MB : La localisation de cette « île » (jazire) doit se trouver dans les territoires que contrôlait le beau-père de Kay-Khusraw, Maurozome, dans les régions des garnds lacs de Pisidie, probablement le lac de Beyșehir, sur lequel se trouvent des îles fortifiées, selon les chroniqueurs byzantins de l’époque : Kinnames et Nicétas Choniate.

59 Les fils de Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw Ier.

60 C. Schefer indique : le titre de sultan qahir (le sultan victorieux) avait été conféré à Roukn Eddin Suleyman Chah par le calife Nasir lidin illah Aboul Abbas Ahmed.

61 C. Schefer indique : Ibn el-Athir prétend, au contraire, que Roukn Eddin professait des opinions entachées d’incrédulité.

62 Théodore Lascaris Ier, 1204-1222, n’était pas du tout empereur à l’époque de Ruknuddin Sulaimânšâh.

63 Imām al-Kalām.

64 Célèbre poète de cour, mort en 1201. Cf. Browne LHP II, A Literary History of Persia, p. 412 sqq London-Cambridge, 1906-1930.

65 Allusion à un célèbre poème persan dans lequel l’aigle touché par une flèche ornée de plumes se plaint de son destin. Ceci est une communication de M. Afšâr. HLP : Ici, Ibn Bîbî joue sur les deux vocables mâst (yaourt) et mâst (nous-est).

66 Cf. AS p. 65 : « Le Sultan ordonna que l’on donnât à la vieille femme 1000 dirhams comme récompense. Ainsi dans sa vie quotidienne aura-t-elle plus de facilités pour vivre. » [C. Schefer indique : Le récit de cet acte de cruelle justice que des historiens occidentaux ont attribué à Mahomet II a été inséré textuellement par Kemal Pacha Zâdeh dans le 1° livre de son ‘Nigaristan’. Cet auteur a également copié mot pour mot la fin malheureuse de l’expédition de Roukn Eddin en Géorgie.]

67 Cf. AS p. 67.

68 Cf. AS p. 68 et p. 69.

69 Seigneur d’Erzincan (563 ?- 622 /1168-1225). Cf. Ḫalîl Edhem, DI p. 224 sqq et EI (Enzyklopaedie des Islam) : Mengüček. [C. Schefer indique : Fakhr Eddin Behram Chah était le petit-fils de l’émir Mangoudjik, auquel le sultan Alp Arslan vait accordé en 464 (1071) le gouvernement des provinces d’Erzindjan et de Kemakh.

70 Il s’agit du célèbre poète qui écrivait en persan. Il a passé la majeure partie de sa vie à Genge, en Azerbaidjan. Il est mort en 1203. Cf. Duda, FS (Ferhâd und Schîrîn. Die literarische Geschichte eines persischen Sagenstoffes, Prag-Paris-Leipzig, 1933)) p. 11 où l’on trouve une étude sur Niẓâmî et aussi Heft Peiker, ein romantisches Epos des Niẓâmî Genǧe’î, édité par H. Ritter et J. Rypka, Prague-Paris-Leipzig 1934 (MAOr vol. III).

71 Ca. 590-598 / 1194-1201/02. Cf. Zambaur p. 145.

72 C. Schefer indique : La dynastie des Saliqy qui posséda la seigneurie d’Erzen-Erroum ou Erzeroum, ne compte que trois princes : l’émir Saliq, son fils Melik Mohammed et Melik Alâ Eddin, qui fut privé de son gouvernement en 598 (1201).

73 C. Schefer indique : Le traducteur turc nous apprend que l’armée de Roukn Eddin Suleyman Chah était formée de contingents fournis par des tribus kurdes et les tribus turcomanes des Gay et des Salor.

74 C. Schefer indique : on peut consulter sur l’expédition de Roukn Eddin en Géorgie L’histoire de la Géorgie depuis l’Antiquité jusqu’au XIX siècle, traduite par M. Brosset, Saint-Pétersbourg, 1849, t. I, p. 456-463.

75 La date manque in AS p. 74.

76 Le chapitre se termine par des bénédictions adressées à Uluġ Înânǧ Ṣâḥib Dîvân (‘Ala’uddin ‘Aṭâ Malik Ǧuwainî), AS p. 75.

77 MB : Il s’agit probablement d’un membre de la célèbre famille arménienne des Tornik passé aux Seldjoukides, cf. Jcl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990, p. 59 – 60. (Cf. AS p. 75 (sic !). In Konya I, 11 p. 693, on lit : Nuh Alp, Emir Mend eve Türink. – cf. Houtsma, Recueil III p. 61, 15. Tornik remonte peut-être au nom grec Topvixnc.)

78 Dans l’Ouest de l’Asie Mineure. [C. Schefer indique : Isparta dépendait au XIII° siècle de la province d’Anthalia, qui s’étend le long de la côte méditerranéenne : elle est aujourd’hui le chef-lieu du district de Hamid.]

79 AS, p. 76 ‘Ermen’.

80 Le Dânišmend Niẓâmuddîn Yaġybasân, ca 550-562 / 1155-1166, cf. Zambaur p. 146 (selon Ḫalîl Edhem, DI, p. 222 : 537-560 / 1142-1164).

81 C. Schefer indique : Ces trois frères étaient les chefs et commandants des guerriers de la tribu des Oudj. » La tribu turcomane des Oudj était répandue dans toute l’Asie Mineure. L’armée de Frédéric Barberousse rencontra à son entrée en Asie Mineure les Turcomans Oudj qui pillèrent les fourniments des Allemands et les inquiétèrent dans leur marche depuis Qoniah jusqu’aux frontières de la Cilicie. Cf. ‘Géographie d’Aboulféda’, trad. De St. Guyard, 2° partie, p. 134, Ibn el-Athir, t. XII, p. 38 et p. 203, et la lettre du Catholicos arménien résidant à Qalaat Erroum, insérée par Beha Eddin dans son Histoire de Saladin, éd. De Schullens, Leyde, 1755, p. 120-123.

82 Bagues : ancien français = paquets, bagages.

83 Théodore I Lascaris. C. Schefer indique : Théodore Lascaris passa en Asie Mineure après la prise de Constantinople par les Croisés. Il porta d’abord le titre de despote et se fit proclamer empereur à Nicée en 1206.

84 C. Schefer indique : Khonas ou Khonaz, patrie de l’historien Nicétas Acominatus, est l’ancienne ville de Colosses, dont les ruines se voient à l’est de Denizly, au pied du Baba Dagh, l’ancien mont Cadmus. Constantin Porphyrogénète nous apprend qu’il existait à Khonas une église célèbre dédiée à l’archange Saint-Michel, in ‘de thematibus’, C. Porphyrogénète, Bonn, 1840, p. 24.

85 En fait, Zakarîjâ’ avait trouvé parmi les dignitaires du basileus des gens qui ne toléraient pas qu’il s’enfuît avec les deux Princes, mais voulaient quand même favoriser leur fuite, AS pp.81-82.

86 Le sultan ne s’était pas encore rendu à Konya, AS p. 83.

87 Cette date n’est pas mentionnée in AS p. 84.

88 C. Schefer indique : Littéralement : « Les habitants de Qoniah, apprenant l’arrivée du Sultan, accordèrent la harpe des subterfuges sur la note de la fidélité à l’égard du fils du sultan Roukn Eddn Suleyman Chah, et ils mirent de côté le qanoun de la paix. »

89 C. Schefer indique : Ghyas Eddin Keykhosrau essuya d’abord un échec devant Qoniah et fut obligé de se réfugier à Okrum, petit bourg des environs de cette ville. La révolte des habitants d’Aqsera, qui chassèrent leur gouverneur et reconnurent l’autorité de Ghyas Eddin, détermina les habitants de Qonyah à capituler, (Ibn el-Athir, t. XII, p. 131).

90 Geste de soumission et d’humilité.

91 Au Nord-Ouest de Konya. Cf. Ramsey, p. 171 et p. 359 et Tomaschek, p. 103. Cf. aussi Wittek, Toponymie p. 25.

92 C. Schefer indique : Izz Eddin Kilidj Arslan fut gardé prisonnier dans le château de Cavaleh jusqu’à sa mort.

93 C. Schefer indique : Il s’agit dans ce passage des associations religieuses dont les membres prenaient le nom de frères et sur lesquelles, comme je l’ai fait remarquer plus haut, Ibn Batouta a donné quelques détails dans le récit de son voyage en Asie Mineure. MB : Madj al-Dîn Isḥâq était le père de Sadr al-Dîn Qonevî, qui est à l’origine d’une très célèbre école mystique issue du cheikh andalou Ibn Arabî. Cf. Cahen, Bibliographie de l’introduction, supra p. 215.

94 Rukn al-Dîn Sulaymân II Shâh (1197-1204), puis ‘Izz al-Dîn Qilidj-Arslân Arslan III (1204-1205), écartés du pouvoir.

95 Cf. note 42.

96 Je traduis d’après AS p. 92. HLP : La lecture de « pays des Allemands » par H.W. Duda, qui traduit d’après AS p. 92, est erronée, al-amân signifiant en persan : là où l’on se trouve en sécurité.

97 Uluburlu / Burghlu, fief de Mavrozome dans la région d’Isparta.

98 Cf. AS p. 92.

99 Cf. AS p. 92 (sic !). Kılıslı Rıf’at fait allusion aux étincelles produites par le lancer des pions du jeu de nerd. Ziyâd est à vrai dire une sorte de jeu de nerd. Cf. aussi Vullers II. De même in Konya I, 12 p. 724 : « nerdiziyad gibi (bir nevi tavla oyunu) perişan buldum ». Si la lecture de « zinâd » est exacte, « nerd » pourrait signifier « souche d’arbre » et indiquer que l’écrivain compare l’état de l’empire à une souche d’arbre moisie dans laquelle le feu naissant produit de la chaleur et des crépitements.

100 HLP : C’est-à-dire « vient tout affaire cessante ».

101 Chaque jour le sultan recevait les plaignants en son château en présence des cadis et des imams et rendait justice. Jusqu’au milieu du règne du sultan ‘Ala’uddin Kaiqobad I, les sultans de Rum avaient pour coutume de jeûner le lundi et le jeudi et de se présenter sur le lieu où justice devait être rendu, afin d’y entendre toutes les plaintes. Les plaignants confiaient leurs cas relevant de la charia au cadi et faisaient traiter par le Ashab Divan les affaires concernant le droit d’usage, les affaires à caractère financier et les procédures. Une fois par an le sultan se rendait au tribunal relevant de la charia et veillait à ce que le cadi procédât avec justice sans se préoccuper de la présence du sultan. A la fin de cette journée le sultan retournait en son palais et couvrait le cadi d’honneurs et de récompenses. Mais lorsque ‘Ala’uddin Kaiqobad I eut vaincu le sultan Gazi Galaluddin Hvarezmshah dans la plaine de Jasycimen (dans le territoire d’Erzincan) et aussi Malik Kamil près de Aqce Derbend (dans le territoire d’Elbistan) et que ses obligations gouvernementales se multiplièrent, il confia aux émirs de l’état et aux grands dignitaires du sultanat les obligations ci-dessus nommées, AS p. 93.

102 Abu’l-Laiṭ Naṣr b. Muḥammad b. Aḥmad b. Ibrâhîm as-Samarqandî, juriste et théologien hanéfite du 10° siècle ap. J.C. Cf. EI : Abu ‘l-Laiṯh. [C. Schefer indique : L’imam Aboul Leïs Nasr ibn Mohammed Samarqandy est l’auteur du célèbre ouvrage intitulé : L’admonestation adressée aux négligents. L’imam Aboul Leïs mourut en 375 (985).

103 MB : Ghiyâth al-Dîn avait participé à Constantinople aux cérémonies chrétiennes, ce qui faisait dire à certains qu’il était chrétien. Il avait épousé en 1203 la fille de Manuel Maurozome, courtisan à la Cour d’Alexis III Ange.

104 Alexandrie.

105 Après le sac de Constantinople (4° Croisade, 1204), Antalya est gouvernée par le condottiere italien Aldobrandini. Cf. le traité partitio terrarum imperii Romanie, signé fin septembre-début octobre 1204 par le doge de Venise Dandolo et 12 chefs croisés (dont Boniface de Monferrat (Royaume de Thessalonique) et Baudouin de Flandre (empereur de l’empire latin de Constantinople). Cf. la Frankokratia, la Latinokratia et la Venetokratia. [C. Schefer indique : Nicétas nous apprend qu’Anthalia était au pouvoir d’un Italien élevé en Grèce, nommé Aldobrandini].

106 ‘Ayyârmerdi. Cf. Hartmann, As-Sulamî, p. 191 et Köprülü, Origines, p. 102, 104, 108, 110.

107 Cf. AS, p. 98. Homonyme de l’Artukide de Mardin, Ḥusammudîn Yûlûq Arslân b. Îl-Gâzî (1184- ca.1200). CF. Zambaur p. 228 et Ḫalîl Edhem, DI, p. 240.

108 Ou goupillon, ou masse d’armes.

109 Muḫtaṣar (sic !). Cf. Houtsma, Recueil III, p. 85, 10 et AS, p. 99 (sic !). Cf. Konya I, 12, p. 728 « Ertokuş » et aussi Turan, Vakfiyeler II, p. 415 sqq.

110 Cette date mentionnée in Muḫtaṣar p. 35 n’est pas indiquée in AS p. 99. [C. Schefer indique : Selon Ibn el-Athir, Anthalia capitula le 3 du mois de chaban (5 mars). Ghyas Eddin avait inutilement assiégé la ville, qui avait reçu un secours de Chypre, et était retourné à Qoniah, après avoir laissé dans les montagnes un corps de troupes chargé d’empêcher le ravitaillement d’Anthalia. Averti de la détresse des habitants qui voulaient se rendre et désiraient voir les Francs évacuer la ville, Ghyas Eddin quitta Qoniah, et à son arrivée à Anthalia, il reçut la soumission de la population grecque. Les Francs se réfugièrent dans le château et y furent massacrés jusqu’au dernier. (El-Kamil fit tarikh, t. XII, p. 167).]

111 On songe évidemment à Düden Başı sur la route d’Antalya à Isparta. Je remercie Franz Taeschner pour cette indication in Wegenetz, p. 37.

112 Aḫmaş-i-ḫâṣṣ.

113 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au ṣâḥib dîvân. AS, p. 101.

114 Théodore I Lascaris, empereur de Nicée, 1204-1222. [Après le sac de Constantinople (4° Croisade, 1204, l’empire byzantin se scinde en trois états : le despotat d’Épire, l’empire de Trébizonde et l’empire de Nicée gouverné par Théodore I Lascaris qui, craignant la puissance de Kay-Khusraw Ier, s’allie à l’empire latin de Constantinople et à Léon I, Roi de Petite-Arménie. Lascaris bat les Turcs à Antioche du Méandre en juin 1211, puis battu par les Latins, il annexe en 1214 une bande de terre le long de la Mer Noire, au détriment des Comnène de Trébizonde].

115 Cf. chapitre : Les jours de la souveraineté de ‘Izz al-Dîn Qilidj-Arslân, fils de Rukn al-Dîn Sulaymanshâh II : « Lorsque [le sultan Ghiyâth al-Dîn Ier] arriva à Iznik, le basileus le retint pour lui signifier ceci : ‘Sous serment j’ai passé un contrat avec Rukn al-Dîn, le fils du sultan. Aussi je ne peux permettre que le sultan continue sa route pour se rendre dans son empire’ ».

116 Proverbe, Cf. Freytag, Proverbia II, p. 932, n° 105.

117 Vers de Mutanabbî, Cf. Mutannabî p. 533. Voir aussi le commentaire de Jazyǧy, Beyrouth 1305, celui de ‘Ukbarî, Le Caire, 1355 p. 1/288. Cité chez ‘Abd Al-Qâhir b. ‘Abd ar-Raḥmân Al-Ǧurǧânî, éd. Ritter, Istanbul 1954 p. 245. (Je remercie H. Ritter pour la traduction en allemand et pour la note).

118 Philadelphie en Lydie. [C. Schefer indique : Alacheher, l’ancienne Philadelphia, non loin du Qouzou Tchay (le Codamus), fait partie de la province d’Aïdin.]

119 Parmi les diverses troupes de Lascaris on dénombre les Rûmî, les Almân, les Qyfǧâq, et les Alains.

120 Šaddâd est, selon la tradition musulmane, un roi de ce peuple yéménite, préislamique, célèbre par ses monuments imposants, ses aqueducs et ses jardins fabuleux d’Irem. Cf. Qâmûs al-A’lâm IV p. 2844. [Le Coran, LXXXIX, 6-26 : « N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a traité les ‘Ad et ’Iram, la ville à la colonne – une ville telle que jamais on n’en créa de semblable, dans aucun pays – et les Thamoud qui creusèrent le roc dans la vallée [pour en faire des demeures] et Pharaon, avec ses épieux [s’agit-il d’armes ou d’instruments de supplice (pals ou poteaux) ou encore de piliers de tente comme en Sourate 78,7 ?] ; enfin tous ceux qui, dans le monde, étaient rebelles et multipliaient les scandales ? Ton Seigneur abattit sur eux le fouet du châtiment... Quand la terre sera réduite en poudre, quand ton Seigneur viendra ainsi que les Anges... : ce Jour-là, on amènera la Géhenne ; ce Jour-là, l’homme se souviendra... Ce Jour-là, nul ne châtiera comme Dieu châtie... ». Cf. note 40].

121 MB : Il s’agirait de la transcription en caractères persans /K/, /n/, /d/, /o/, /s/, du grec κνυώδnς (teigneux).

122 C. Schefer indique : Selon l’auteur d’une histoire des Seldjoukides que j’ai déjà citée, la bataille dans laquelle Keykhosrau perdit la vie eut lieu le 23 du mois de Dhou’lhiddjeh 607 (7 juin 1211).] MB : Au bord du fleuve Méandre, près de la ville d’Antioche.

123 Goutteur, préposé aux cuisines. Cf. Björkman, Staatskanzlei, p. 99, 111.

124 Cf. Konya I, 12 p. 732 : Aybe. [C. Schefer indique : l’écuyer Inèh.]

125 La date portée in Muḫtaṣar ne figure pas in AS p. 99.

126 Nuṣratuddîn al-Ḥasan b. Ibrâhîm, AS p. 112.

127 Hatem ibn Abdellah ibn Sa’ad at-Ta’i. Ce poète arabe est le père de Odai ibn Hatem et de Safana bint Hatem, compagnon de Mahomet. Issu de la tribu des Ta’i, sa grande générosité a fait de lui une icône dans la culture arabe. Plusieurs expressions font références à lui, comme « Plus généreux que Hatem ».

128 Feridun (ou Feraydun), dans la mythologie de l’ancien Iran, était le héros destiné à renverser Zohak, un roi malfaisant parfois considéré comme la personnification du terrifiant monstre Azhi Dahaka. Feridun est assimilé à Thraetaona dieu de la guerre et du feu qu’il apporta aux hommes.

129 Se référant à al-Sahrastânî (467-548 h. /1074-1153), les Mazdakites pensaient que Dieu dans le ciel était assis sur un trône, comme le fait Khosrau sur terre. Le Kitâb al-Milal wa n-niḥal a été écrit par al-Sahrastânî au Khorassan vers 521 h. / 1127 du temps du sultan seldjoukide Sandjar dont al-Sahrastânî fut le nâ’ib et confident. Cf. traduction Daniel Gimaret et Guy Monnot, Livre des Religions, Paris, Unesco / Louvain, Peeters, 1986.

130 Sur la route de Kayseri – Sivas, près de Šarkiṣla, Cf. Taeschner, Wegenetz I, p. 182, tableau 23.

131 Cf. note (24). Cf. Morgan, Histoire du peuple arménien, Paris-Nancy, 1919.

132 Pour pervâneh Vullers, I, donne la signification suivante : Decretum sive mandatum regium... et apud Selgukidas Asiae minoris ‘primus regis minister’ animadvertit Quatremère in Hist. du Sult. Maml. I, 2, 57, note 69. --- Uzunçarşılı, Medhal p. 104 désigne le pervâneh comme haut fonctionnaire, qui a pour charge de surveiller les fiefs et leur attribution. Il est aussi celui qui rédige le Livre (arazi defteri), ibid. p. 127 - Lorsque l’empire seldjoukide de Rûm passa sous la domination des Ilkhans, le poste de pervaneh semble avoir pris de l’importance. Outre la dignité et la considération dont jouissait le pervaneh, les Ilkhans étaient particulièrement intéressés par les revenus provenant du pays de Rûm. Ainsi Ḫalîl Edhem put-il expliquer que le pervâneh ou pervâneǧi faisait partie des plus grands dignitaires de l’état seldjoukide de Rûm, qu’il avait la fonction de haut commissaire des Ilkhans, à l’époque où l’empire seldjoukide de Rûm était dominé par les Ilkhans. Cf. Ḫalîl Edhem, Kitâbeler p. 653.

133 Cf. AS p. 115 ; Houtsma, Recueil III, p. 100, 12.

134 Aussi in AS p. 115, Houtsma, Recueil III p. 100, 13 ‘grand maître des écuries’. Cf. Björkman, Staatskanzlei p. 99, 111, 141, 153, 168.

135 Aussi in AS p. 115 ; Houtsma, Recueil III p. 110, 12.

136 Échanson. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 90. Selon Björkman, Staatskanzlei p. 99 ‘superviseur des médecins’. Aussi maître des cérémonies et des audiences. Cf. EI : amîr-madjlis.

137 Hâkim et Šiḥne, Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 277.

138 Destârče.

139 Dizdâr.

140 Unité de poids qui varie, selon les dires, de ca. 386 à ca. 694g.

141 Develi Karahisar, ca. 65 km au Sud de Kayseri, AS, p. 118.

142 Partisans de l’organisation des sociétés héréditaires citadines, les ҅Ayyâr, Fityân et Aḫi qui pratiquent la futuwwa. Cf. Köprülü, Origines p. 104, 108, 109.

143 Forteresse en Cilicie, près de Tarse. Cf. Houtsma, Recueil III p. 106, 17.

144 L’ancienne capitale du Royaume de Cilicie-Arménie, 65 km au Nord-est d’Adana.

145 Forteresse dans le Nord de la Syrie, sur le Nahr Sâgûr, au Nord d’Alep (Tell Bâshir).

146 Les Ḫôǧa (Ḫvâǧe), les personnalités de haut rang, les notables (a ‘yân) et les Aḫi. AS p. 120.

147 Entre Sultanhan et Konya.

148 Sâlâr.

149 Dînâr-i-surḫ.

150 AS p. 126 fait suivre le nom par : Raḥimahu’llâh.

151 Il s’agit du titre donné autrefois à un haut fonctionnaire de justice ou à un juriste, comme ce sera le cas plus tard chez les Qaraqoyunlu et les Aqqoyunlu, Cf.Uzunçarşılı, Medhal p. 302.

152 « Trésorier général ». In Houtsma, Recueil III, p. 109 se trouve une indication sur cette fonction. Le texte de Houtsma est confus, le nom de Niẓamuddîn Erzinǧânî n’apparaissant pas, Šams-i-Ṭabasî ayant lui-même composé le qaṣîde pour lequel il fut récompensé par la nomination au titre d’amîr-҅ ârid. Cf. aussi Uzunçarşılı, Medhal, p. 105.

153 Dans le texte : « der ǧawâb », ce qui devrait être plutôt : « der naẓira ». Sur ces deux concepts cf. Gibb, HOP (History of Ottoman Poetry), 6 volumes, Londres, 1900-09. In AS p. 126 sqq se trouve le qaṣîde de Niẓamuddîn Aḥmad Erzinǧânî. Cf. aussi ‘Aufî, Lubâb II, p. 309-310.

154 Poète persan de Herat, du cercle de Niẓâm ul-Mulk (1018-1092 ap. J.C.), Cf. Daulatšâh p. 161 sqq.

155 Le calife abbasside an-Nâṣir lidîni’Ilâh Abu’l-‘Abbâs Aḥmad (1180-1225 ap. J.C.), célèbre par ses efforts de réformer l’organisation de la futuwwa dont il tenta de tirer profit politiquement. Cf. Kahle, Futuwwa-Bündnisse p. 112 sqq.

156 Sur le concept de la muruwwa voir Taeschner, Sufismus, p. 47 sqq. [« La futuwwa ou « pacte d’honneur », « gens d’honneur » peut être mise en regard de l’ancienne vertu arabe, de la muruwwa. Elle tire son étymologie de fatâ (pl. fityân) « jeune homme » Si la muruwwa est la vertu virile de l’homme mûr, la futuwwa est la vertu de la jeunesse. La futuwwa ne saurait être tout uniment assimilée à une ‘chevalerie’… Il s’agit bien plutôt, à l’origine, d’un phénomène ‘contestataire’ de la jeunesse arabo- et irano-musulmane. Liens de compagnonnage et pacte d’honneur cependant n’en furent jamais absents… Tandis que la vieille muruwwa bédouine n’intervient qu’assez rarement dans les traités d’éthique, le dynamisme de la futuwwa attirera bien des esprits », in Les hommes de l’Islam, approche des mentalités, p. 163 sqq., Louis Gardet, éditions Complexe, Librairie Hachette, 1977… Louis. Gardet étudie dans ces pages les rapports des fityân avec les métiers, puis les accords de la futuwwa avec les soufis].

157 Théodore Ier Lascaris.

158 Fonctionnaire de la cour, préside la cuisine.

159 Cf. AS p. 130 et Houtsma, Recueil III, p. 111, 1.

160 Ghiyâth al-Dîn mort lors de la bataille contre Théodore Ier Lascaris à Antioche du Méandre et élevé au rang de martyr en l’an 608 (qui débute le 15 / 06/ 1211).

161 Cf. le chapitre : « Le sultan Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw part se battre pour la foi en pays de Rûm. Il y est élevé au rang de martyr ».

162 Zaradâane. Cf. Björkman, Staatskanzlei, p. 99 et Uzunçarşılı, Medhal, p. 37 et 89.

163 Amîr-djândâr. Cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 88.

164 Cf. Houtsma, Recueil, p. 116, 9.

165 Čauš, cf. Uzunçaršılı, Medhal p. 92.

166 Enterré à Ankara, Cf. Konya 2 (1937) p. 838, note 1.

167 Ces émirs sont particulièrement appréciés comme chefs des gardes-frontières. On souligne leur générosité et leur prédilection pour les savants. On mentionne aussi qu’ils firent des jeunes gens, qu’ils avaient ramenés des pays ennemis (dâru ҅l-ḥarb), des dignitaires et qu’aujourd’hui encore la plupart des émirs de renom du pays de Rûm sont les descendants de ces jeunes gens (ġulâmân), AS p. 138.

168 Ikdîshhân. – Ikdîsh désigne un eunuque ou un animal castré, mais désigne aussi l’enfant né de parents dont l’un est issu d’une race étrangère ou d’un peuple étranger. La tradition relève le titre d’ikdîsh Bâshî ou d’amîr-akadish, ce qui semble indiquer qu’il y ait pu avoir une troupe qui aurait été composée de métis ou de renégats. Uzunçarsili suppose que l’ikdîsh Bâshî ait pu être le commandant d’une troupe de métis, voire d’une troupe qui aurait été levée par le biais du Devshirme (enlèvement d’enfants). Il nous indique un certain Ikdîsh Bâshî (Muḥtaṣar p. 242) qui était sans doute un Arménien. Cf. Uzunçaršılı, Medhal, p. 115 sqq.

169 La distribution publique de pièces de monnaie lancées dans la foule.

170 Konya, AS, p. 140.

171 Bataille de Khaybar ou de la Tranchée, ou du Fossé, ou des Coalisés. La Bataille de Khaybar ou Khaïbar a opposé, lors de la septième année de l’Hégire (628-629), Mahomet et ses fidèles aux Juifs vivant dans l’oasis de Khaybar, située à 150 kilomètres de Yathrib, actuelle Médine. La ville était assez riche, bien fortifiée et majoritairement peuplée de Juifs avant cette expédition, qui devint le symbole de la victoire musulmane sur les Juifs. Cf. Le Coran, XXXIII, 60- 73, sourate ‘ Les Factions’ qui prophétise le déroulement et l’issue de la bataille de Khaybar. La Pléiade, Gallimard, traduction D. Masson, 2002.

172 Cerceau et couronne, termes de fauconnerie.

173 Ḥakimî.

174 Rûzbeh, [la plaine fortunée].

175 Les Byzantins.

176 MB et HLP précisent que Houtsma indique in Recueil IV : « ... préoccupés à cause de la présence des Varangues. ».

177 MB indique : « Probablement les Lusignan de Chypre ».

178 Cf. AS p. 143.

179 Jets, terme de fauconnerie.

180 Ellibâšiyân. AS p. 145. Houtsma, Recueil, III p. 128, 1. Cf. aussi Uzunçaršılı, Medhal p. 111.

181 AS p. 146.

182 Gouverneur militaire. Cf. Houtsma, Recueil III, p. 128, 9 sübašylyġy.

183 Ḥâṣṣ.

184 Dîvân-i-a‘lâ.

185 Iqṭâ‘ât.

186 Fatḥnâme.

187 Cf. le roman de Khosrow et Chîrîn in Les cinq poèmes de Nezâmî, folio 58v, éd. Anthèse, Bibliothèque Nationale de France p. 21, 1995 : « Le roi avait la tête alourdie par l’ivresse. Un lion survint soudain, tout empli de colère… Le roi, dans son ivresse, se jeta sur le lion, n’ayant que sa tunique, sans bouclier, ni sabre… Il le frappa si fort qu’il l’assomma, ce lion. Depuis, lors des festins, les rois portent l’épée... » L’histoire que raconte Nezâmî, et qui a sa source en partie dans des récits liés aux ruines du « Château de Chîrîn » et aux bas-reliefs de Bisotoûn, sur la route menant de Bagdad à Hamadân (Ecbatane), avait déjà été utilisée par plusieurs auteurs arabes. Elle avait été également déjà assez brièvement contée par Ferdowsî dans sa grande épopée du Livre des Rois, en persan (Livre des Rois, éd. et trad. Jules Mohl, Paris 1878, t. VII, p. 4-355). Herbert Duda avait donné à Prague en 1933 une traduction allemande partielle du roman (épisode de Farhâd et Chirin).

188 AS p. 147. Il s’agit d’Alexis Ier Comnène, empereur de Trébizonde (1204-1222). Cf. Lehmann, Nachrichten, p. 45.

189 Zaradḥane-i-ḥâṣṣ. Cf. Uzunçarsili, Medhal, p. 89.

190 Ûlâq.

191 « Capella n’est pas seulement l’étoile la plus brillante de la constellation du cocher (d’où son autre nom aurigae), c’est encore une des plus éclatantes de notre ciel boréal... Dans les plus anciennes descriptions grecques, la constellation du cocher est représentée par un cocher sans voiture accompagné d’une chèvre et de deux chevreaux. », SAO/NASA, Astrophysics Data System, M. Duflot, Astronomie, vol. 68 p. 143, 1954, LAstr.68.143D. Le Moyen Âge vit naître l’âge d’or de l’astronomie pour la civilisation musulmane, depuis les travaux d’Al-Battani au IX° siècle jusqu’au point culminant que représentèrent les Tables sultaniennes d’Oulough Beg – entre autres astronomes de Samarcande (milieu du XV° siècle).

192 Murruwwa.

193 Sanǧaq-i-Sulṭânrâ ḥvâstend.

194 D’après l’époque, le 15 juillet. Houtsma, Recueil III p. 136. Cette date est la même in AS p. 152.

195 Nôṭârân. Vraisemblablement les rédacteurs du département grec de la chancellerie d’état.

196 Les mamelouks avaient encore pour habitude que, lors de festivités, les porte-étriers (rikâbdâr) fassent voler dans leurs mains une chabraque brodée d’or, preuve de leur haut rang. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 328.

197 In AS p. 154 on apprend qu’il s’agit de marchands (ḥvâǧeǧân) qui possédaient « biens et richesses » et qui étaient « dotés d’un riche capital ».

198 Ḫaṣṣ. Cf. Houtsma, Recueil III, p. 138, 13.

199 MB : Cuma cami est un nom donné aux églises transformées en mosquées jusqu’à l’époque ottomane, cf. à Thessalonique l’église Acheiropoietos.

200 La chaire prévue pour le prêche (ḫuṭba).

201 Serlešker. Cf. Houtsma, Recueil, p. 139, 1 sübašylyǧy.

202 Malik Ashraf Muẓaffaraddîn Mûsâ. Ayyoubide de Majjâfâriqîn, 607-617 / 1210-1220. Cf. Ḫalîl Edhem, DI p. 97 et Zambaur p. 98.

203 Šarwâl-i-futuwwa. Cf. AS p. 155 (sic !).

204 Šarwâl. Cf. AS p. 156.

205 Kitâb-i-futuwwa. In AS p. 156-158 se trouve la lettre d’investiture du calife Aḥmad an-Nâṣir lidîni’Ilâh rédigée en arabe et attribuée à ‘Izzuddîn Malik Bilâd ar-Rûm, Abu’l- Muẓaffar Kaikâûs b. Kaiḥosrau b. Qylyǧ Arslân, qui aura pour titulature : ‘Izzuddin, Amîr al-umarâ, Malik Mulûk al-Ḫawâṣṣ, Înânǧ Bilgâ Qutlu Ḫiv (sic !) Âġâ Beg. Le calife nous dit que ‘Izzuddîn sollicitait l’investiture avec les insignes de la futuwwa et qu’il avait eu comme envoyé et représentant (wakîl) le šaiḫ Maǧduddîn Isḥâq b. Yûsuf b. ҅Ali. À la mort de ce šaiḫ, son fils Muhammad aurait tout fait pour obtenir l’investiture de wakîl. Cette lettre fut écrite en ramadan de l’an 608 (qui commence le 06/02/1212).

206 Cf. AS p. 158 (sic !). Pour mailâ’, Cf. Steingass : mailâ’ « a mode of rolling the sash round the turban ». Cf. aussi Houtsma, Recueil III, p. 140, 14. [Boutheina Ben Hassine, Maître-Assistante, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Sousse : « Les califes Abassides ont adopté le noir comme couleur du pouvoir. La symbolique de cette couleur est liée au Prophète qui était le neveu d’al‘Abbâs, aïeul des Abbassides. Ces derniers [y] puisaient leur légitimité religieuse et historique et leur idéologie du pouvoir. L’étendard noir du Prophète (ou des Abbassides) a gagné du terrain. Du Khorasan, il a conquis tout l’empire islamique. Le vêtement noir devenait l’habit du calife, de ses fonctionnaires et militaires. Mais aussi toute la population devait mettre cette couleur comme signe de soumission à l’Etat et à l’idéologie abbasside. Les ennemis des Abbassides, Shîtes, Alaouites ou partisans des Omeyades etc… ont marqué leur refus du pouvoir et de l’idéologie abbasside par l’adoption d’une autre couleur verte ou blanche. L’avènement des Fatimides avec l’obligation de porter le vert correspondait à la date de la mort politique des Abbasides… Michel Pastoureau, historien médiéviste et spécialiste de la symbolique des couleurs, précise que la couleur noire est mise en avant comme symbolique d’une force de vie, d’une force créatrice et d’une lumière née… Si les Abbassides se sont approprié cette couleur sobre, c’est qu’ils considéraient que le noir, ayant appartenu au Prophète, leur revient de droit… La coiffe du Prophète ‘imâma était noire (au moment de la conquête de La Mecque en l’an 8 de l’Hégire). Les étendards / bannières râyât, symboles de la victoire militaire du Prophète face aux mécréants de sa propre tribu Quraysh, étaient également noirs ». Voir l’article intégral sur : http://www.yumpu.com.../la-symbolique-du-noir-chez-les-abbassides.]

207 Durrâ’a. Cette robe fendue jusqu’à la région du cœur, avec boutons et boutonnières, était tout d’abord le vêtement porté par les vizirs, mais aussi par les califes abbassides. Cf. Dozy, Vêtements, p. 177 sqq.

208 Mešfû‘ bemiqra‘a. Monsieur Necati Lugal m’a éclairé sur l’usage du mešfû ‘be selon Ibn Bîbî, et je l’en remercie. Miqra‘a signifie fouet, bâton, massue et tout instrument qui permet la flagellation. Cf. Firûzâbâdî II p. 645. Ici le fouet est une indication symbolique du devoir du sultan, c’est-à-dire le devoir de punir le non respect de la charia.

209 Le chapitre se termine par des louanges adressées au Šâḥib Dîvân (‘Aṭa Malik Ǧuwainî) et par le souhait que la Maison seldjoukide retrouve son éclat, AS p. 160.

210 HLP : Difficulté de lecture entre Khanjar band et Khanjar-e bid.

211 C’est-à-dire le soleil.

212 Khotan (ou Hotan) est une ville de la région autonome du Xinjiang en Chine. C’est une ville-oasis située entre Yarkand (Shache) et Minfeng sur la branche de la route de la soie qui contournait le désert du Taklamakan par le sud.

213 Weinhumpen von zehn Men Inhalt. Inhalt = contenance. Or, Duda note en annexe p. 348 in Muḫtaṣar : men = mann (?). Men : unité de mesure « about fourty and eighty pounds » in Dictionnaire ottoman Redhouse.

214 Sortant des signes du zodiaque sagittaire et poissons.

215 Cf. AS p. 162 (sic !). Houtsma, Recueil III p. 142, 5. Selon Hasan Fehmi Turgal, Yabanlı Pazar, tel qu’il le lit, doit se trouver dans les environs de Kayseri et a dû être un marché important qui est aussi mentionné dans le Mesnevi de Djalâl ad-Dîn Rûmi. Cf. Konya 2 (1938), p. 939, note 2. Peut-être s’agit-il aujourd’hui de la Nahiye de Pazarviran dans la Kaza Pinarbaşı qui est célèbre aujourd’hui encore pour ses marchés aux chevaux. Cf.A.C, Kayseri p. 89 et 95.

216 Umarâ’-i-halwat.

217 AS p. 162 Muḥaṣṣilân-i-wuǧûh-i-ḫarâǧ.

218 Léon II, 1187- 1196, puis roi Léon I (1196-1219), roi de Petite-Arménie. Cf. notes 24 et 131. Cf. aussi Morgan, Histoire du peuple arménien.

219 CF. AS p. 163. Houtsma, Recueil III p. 143, 10. Cf. aussi Konya 2 (1938) p. 940 Kuşi Dere et Gökeri. Franz Taeschner indique Körkün Su, dans le vallon duquel conduit un embranchement de la route. Cet embranchement conduit depuis Akköprü à Develi Karahısar en suivant le vallon jusqu’en amont du Körkün Su. Cf. Taeschner, Wegenetz I p. 144.

220 Cf. Houtsma, Recueil III p. 143, 20 et AS p. 164 (sic !). Konya 2 (1938) p. 940 Čincin.

221 Cf. AS p. 164 (sic !). – Houtsma, Recueil III p. 143, 20.

222 Bien que dans la suite du texte on cite la forteresse de Kânǧîn, le do (deux) surprend dans ce passage. On trouve pourtant ce do aussi in AS p. 164. Dans Houtsma, Recueil III, p. 143, 21 sqq, on ne cite dans ce passage qu’une forteresse. Mais comme il n’est pas exclu que le rédacteur ait en vue une deuxième forteresse, il faut abandonner le do.

223 Nuwwâb-i-Dîvân.

224 Cf. AS p. 165 (sic !). Houtsma, Recueil III, p. 144, 21.

225 Amîr-madjlis : maître des cérémonies. Cf. Cahen, p. 183, 200 : Mubâriz al-Dîn Bahrâmshâh.

226 Cf. Houtsma, Recueil III p. 145, 16.

227 Umarâ-ṭalâya.

228 Basilios.

229 D’après la communication du Prof. Dr. Nerses Akinian, Ôshîn était jadis un nom arménien très courant. Quant au nom Nôshîn que l’on trouvera plus bas dans le texte ; HLP : Il pourrait être le diminutif de Anushiravân (l’âme immortelle), sachant que les Arméniens portent à l’occasion des noms persans.

230 Selon Dr. Akinian, ḳondeṣṭabl signifiait à l’époque : général en chef.

231 Pâlheng.

232 A cette époque la considération portée à un amîr-madjlis était plus grande que celle portée à un amir al-umarâ, AS p. 167.

233 Au Moyen Âge la relation vivant – mort fut intensifiée. Par la proximité des cimetières, l’incorporation des morts dans la communauté des vivants mit au premier plan la question de l’intercession et aussi de la communication spirituelle avec les morts. Les morts, pensait-on, pouvaient intercéder pour les vivants et les vivants pour les morts. Ainsi se trouvait-on avec les morts dans une communauté sociale. Des fondations assuraient au défunt que les vivants ne les oubliaient pas. A Cluny, par exemple, on pratiquait activement la « Totenmemoria / Mémoire des morts. » La construction d’églises offrait à son donateur l’assurance que l’on ne l’oublierait pas. Les morts étaient couchés sur des listes (Libri Vitae). La fête de la Toussaint, issue de Cluny, honorait tous les morts. Au Moyen Age, le devoir de s’accommoder avec la mort détermina aussi la poésie des Minnesänger / trouvères allemands, par exemple dans Der arme Heinrich, 92-96.713-724 de Hartmann von Aue, dans Frau Welt de Walther von der Vogelweide. La mort rappelait à chacun de mépriser le monde et de s’en détourner, ce que conseillaient les opuscules De contemptu mundi. La proximité de la mort et de la vie s’accentuait dans le pressentiment de la mort et dans les représentations de la mort proche. Les défunts étaient les annonciateurs de sa propre mort et on pensait pouvoir reconnaître les présages de la mort. Les Saints, par leurs reliques, pouvaient participer au salut des vivants. Les sépultures des Princes régnants garantissaient la présence du salut royal. La conception antique du sommeil (par exemple Honorius Augustodunensis : PL 172, 1081C) s’est traduite dans la légende des Septs Dormants. Par la légende de Saint-Martin la belle mort devint un modèle. Elisabeth von Thüringen fut le modèle d’une mort paisible et heureuse. Hildegard von Bingen fut désignée par un signe céleste (Vita Hildegardis), in Theologische Realenzyklopädie, Technik- Transzendenz, volume 33, p. 608, 2002, Dr. Albrecht Döhnert, Horst Balz, de Gruyter, Berlin, New York.

234 Le chapitre se termine à nouveau par une bénédiction adressée au ṣâḫib dîvân Înânǧ Uluǧ Uġurlu, AS p. 168.

235 Sis / Kozan, province d’Adana, dans l’ancienne Cilicie.

236 Cf. le passage in AS p. 169-170.

237 Amîr-dawât.

238 Le sultan passa l’hiver à Antalya qu’il quitta au printemps pour se rendre à Kayseri. Ce chapitre se termine par des souhaits bénis adressés au mécène d’Ibn Bîbî, AS p. 171 sqq.

239 Formule tirée de deux hadith. Cf. Sujûṭî, al-Ǧâmi‘ I p. 324 et Ibn al-Athîr II p. 22.

240 Die Schar = la bande, du germanique bandwa, étendard.

241 Cf. Harems, mythe et réalité, p. 97-105, Altan Gokalp, Ouest France, 2008.

242 Ṣadr Qâḍî.

243 Gedük, sur la route Kayseri – Sivas, près de Ṣarkiṣla. Cf. AS p. 175.

244 L’émir Saifuddin Ajbe, le čâšnîgîr, Zainuddîn Bišara, Bahâ’uddin Qutluǧa et Mubârizuddîn Čavly, AS p. 175.

245 Amṣâr, HLP : Pluriel de mesr (grande ville).

246 HLP : Manifestement, Ibn Bîbî s’inspire de la qaṣîde numéro 184, Anvari, qui loue Nasseredin Taher, petit-fils de Nizam al-Mulk ainsi que son palais et son jardin de Mansuriye : « Le bassin couleur indigo, fait d’une terre imprégnée de parfum et décoré de mosaïques au motif de coraux, est tel le ciel qui avait pris place au sein de la terre ».

247 Originaire de Lahore en Inde.

248 Calife abbasside, fils de Hârûn ar-Rašid (règne 813-833 ap. J-C.)

249 Hadit. Cf. Sujûṭî, al-Ǧami ҅ I p. 333.

250 Les hommes chargés d’apporter les présents.

251 Cf. AS p. 180. Armaxa entre Sivas et Kayseri ? Cf. Houtsma, Recueil III p. 160, 5. Franz Taeschner m’indique : Ermaning sur la route Niksar-Erzincan. Cf. Taeschner, Wegenetz p. 15, note1 et planche 41.

252 Traduction selon AS p. 180. Cf. aussi Houtsma, Recueil III p. 161, 6 : « Elles trouvèrent soudainement dans les chaussures un trésor inestimable » (à vrai dire les pieds de leur souverain rutilants et pareils à de l’argent).

253 Malik Żâhir Ġâzî b. Ṣalâḥaddîn, Ayyoubide, mort en 1216.

254 Malik Ašraf Muẓaraffaraddîn Mûsâ, Ayyoubide de Mayyâfâriqîn, 607-617 H. / 1210-1220 ap. J-C.). Cf. Ḫalîl Edhem, DI et Zambaur p. 98.

255 Ṣâḥib Maǧduddîn Âni, Malik al-Umarâ’ Saifuddîn Ajbe, Zainuddin Bišâra et Mubârizuddîn Čavly, AS p. 182.

256 Cf. AS p. 183 où le passage est quelque peu différent. Cf. aussi Houtsma, Recueil III, p. 164 sqq.

257 La traduction du texte se base sur AS p. 184.

258 Vers de Sa’d b. Našib ; cf. Ḥamâsa p. 32 et Ẓakarîjâ’, Šarḥ, 1° partie, p. 37. [In Hamâsa, recueil par Abû Temmam, traduit par Friedrich Rückert in Buch der Heldenlieder, OLMS, Lied Nr.11].

259 « Celui qui, entre ses yeux, scelle sa résolution,
Ne considère pas les conséquences de son acte ».
Friedrich Rückert, poète romantique allemand (1788-1866), professeur de langues orientales, traduisit en allemand des poésies indiennes, arabes et persanes.

260 Cf. AS p. 185.

261 Lešker-i-qadîm.

262 Umarâ’-i-ûǧ.

263 Cf. AS p. 185 (sic !) et note 215.

264 Cf. p. 186. Houtsma, Recueil III, p. 167, 6.

265 Sur la route Kayseri-Alep on tombe sur le Merziman çayı ou Merziman suyu. Merziman est sans doute une déformation de Merzbân. Je remercie Franz Taeschner pour cette indication. Cf. Taeschner, Wegenetz II pp. 33 et 35, note 1.

266 Franz Taeschner m’indique que l’Araban čayi se trouve sur la route Kayseri-Alep. Cf. Taeschner, Wegenetz, II, p. 35, note 1.

267 Forteresse au nord de la Syrie près de Nahr Sâgûr, au Nord d’Alep. Cf. Tell Bâshir. MB : le Turbessel des Croisés.

268 L’amîr-‘ârid s’occupa de l’ordre de marche et donc de l’ordre de bataille, AS p. 186.

269 Iqṭâ‘î.

270 Cf. AS p. 188 et Houtsma, Recueil III p. 170, 10. Jadis ville dans la partie Nord-Est de la plaine d’Elbistan. Il y a encore aujourd’hui un village nommé Hunû. CF. Is.A. : Elbistan.

271 Le sultan ordonna au nuwwâb d’Elbistan et Malatya d’envoyer aussitôt des vivres et des équipements à la forteresse de Bâshir, AS p. 188.

272 Les souverains de Syrie entretenaient un vaste réseau d’informateurs, particulièrement dans le pays de Rûm où ils demandaient aux dignitaires et aux notables de leur relater ce qui se passait au sein du dîvân et à la cour, avec pour récompense force promesses et attentions, AS p. 189.

273 Cf. AS p. 189.

274 Cf. Freytag, Proverbia III, 248.

275 Émir Mubârizuddîn Bahrâmshâh, AS p. 19.

276 Cf. AS p. 191 et Houtsma, Recueil III p. 174, 17.

277 Cf. AS p. 191 et Houtsma, Recueil III p. 174, 21. MB : Troupe de cinquante hommes.

278 La supposition de Houtsma – cf. Muḫtaṣar p. 79, 19 – n’est pas confirmée in AS. Il vaut mieux lire en s’appuyant sur AS p. 194.

279 Cf. AS p. 195.

280 Tell Bâshir, Merzbân et Ru ҅bân, AS p. 191.

281 Cf. AS p. 195.

282 Umara’-i-Mâfarida (Cf. Dozy II p. 251b, donc pas : « Müfârede » comme l’indique Uzunçarşılı, Medhal p. 109). – Cf AS p. 196 : « Les émirs des troupes du palais et des gardes du corps. » Concernant les troupes du palais et les gardes du corps de la cour seldjoukide, composée d’étrangers, de prisonniers de guerre et d’esclaves, cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 109-111.

283 « Les magiciens, ou bien un rêve, révélèrent au roi despote Nemrod la naissance d’un enfant qui allait rejeter sa religion et subvertir son pouvoir... Lorsqu’Abraham devint adulte, son opposition aux dieux du paganisme fut signalée à Nemrod qui convoqua le fauteur de troubles. (A leur rencontre est associé le verset coranique 258 de la sourate 2)... Nemrod décida de faire brûler vif son adversaire et fit installer une fournaise. Celle-ci dégageait toutefois une chaleur telle que personne ne pouvait s’en approcher pour y jeter Abraham », in : Dictionnaire du Coran, Mohammad Ali Amir-Moezzi, Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études, Bouquins, Robert Laffont, 2007.

284 Dâr aš-šifâ’.

285 HLP : « Il [le sultan] ordonna que l’on inscrivît [le quatrain] sur la porte du mausolée dont il avait ordonné la construction dans l’hôpital-bien-gardé », in Houtsma, Recueil IV. (Le quatrain fut en effet gravé sur la porte du mausolée que le sultan ‘Izzuddîn Kaikâûs Ier avait fait érigé à l’intérieur de l’hôpital et comme élément de la structure de l’hôpital à Sivas lors de son règne (607- 617 h. / 1210-1220 ap. J. C.). Jazyǧyoġlu Alî confirme que l’hôpital a bien été construit par ‘Izzuddîn Kaikâûs Ier. Cf. AS p. 199 et Houtsma, Recueil III p. 183, 13 sqq. Les indications sur la medersa Ṣifaiye d’aujourd’hui, érigée comme hôpital et centre d’études médicales à Sivas par le sultan ‘Izzuddin Kaikaus I en l’an 614 h. - qui débute le 10 avril 1217 - sont confirmées par la découverte épigraphique. Cf. Siwas Šehri p. 101 sqq.)

286 Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au souverain (dont le nom ne figure pas), AS p. 200.

287 La date n’est pas indiquée in AS p. 200, mais est authentifiée grâce à une inscription. Cf. Siwas Šehri p. 102.

288 Selon AS p. 200.

289 Ṣâḥib est le titre donné à un vizir, à un grand vizir dont le titre Ṣâḥib-i-a ҅ẓam est souvent exprimé sous le titre ṣâḥib. Il préside le dîvân et est responsable en tout premier lieu des affaires de l’état. Cf. Uzunçarşılı, Medhal, p. 95 sq.

290 Cf. AS p. 200 et Houtsma, Recueil III p. 184, 19.

291 Le ṭuġrâ’i préside la chancellerie appelée dîvân-i-ṭuġrâ. Il lui incombait de rédiger les documents officiels du sultan. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 105 sq.

292 Mercure a été un messager des Dieux. Il est aussi, un dieu psychopompe, qui conduit les âmes récemment décédées dans l’au-delà.

293 MB : Roshdi Rashed (dir.), Histoire des sciences arabes. Astronomie, théorique et appliquée, vol. 1, Seuil, 1997, p. 17, sqq.

294 Ceci n’est confirmé ni in AS p. 202 ni chez Houtsma, Recueil III, p. 186.

295 Allemand : Basilienkraut = basilic, du grec basilikos = royal. Le basilic sacré, ou tulsi, était réservé, dans la Grèce antique, à la famille souveraine, ce qui lui valut le nom de "herbe royale".

296 Intendant de l’armée, Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 105.

297 Munšî-i-ḥâṣṣ.

298 Sünnetlü.

299 Sûrâḫân, AS p. 202.

300 Lorsque, sur le chemin conduisant à Aksaray, accompagnés par le sultan ‘Izzuddîn, on parvint depuis le lieu de la halte Sünnetlü au village de Sûrâḫân, le sultan demanda à ses commensaux que chacun écrivît un quatrain dans lequel ces deux noms de lieu devaient apparaître, AS p. 202.

301 À l’Ouest de Şebin Karahisar, au Nord du Kelkit Irmak. Aujourd’hui appelé aussi Koyul Hisar. Cf. Is. A.

302 Ce qui correspond à amîr al-umarâ, c’est-à-dire à beglerbeg. Cf. Uzunçarşılı, Medhal p. 108.

303 Mulâzimân.

304 L’amîr-madjlis Mubârizuddîn Bahrâmshâh et le malik al-Umarâ’ Saifuddîn Ajbe, le čâsnîgîr, cf. AS p. 204.

305 Cf. Houtsma, Recueil III p. 189, 16 et AS p. 205 (sic !).

306 Himma. Cf. Jacob, Bektaschi p. 94, note 2.

307 Maḥabba.

308 Il est fait allusion au célèbre mystique et théologien musulman Šihâbuddîn abû Ḥafṣ ‘Omar b. ‘Abdallâh as-Suhravardî, mort en 632 de l’Hégire (qui débute le 29 septembre). CF. EI : al-Suhrawardî.

309 Ġusl et wuḍû’.

310 Le malik al-Umarâ’ Saifuddîn, AS p. 206.

311 Cf. AS p. 206.

312 Grand palefrenier.

313 Cf. note 284.

314 Le Coran, II, 248, La Pléiade, traduc. D. Masson, note 248, 1 p. 798-799 : « ce mot qui marque une certaine présence de Dieu en un lieu, provient de la racine s-k-n qui signifie habiter ou se tenir dans un lieu, se reposer ».

315 Les émirs se coiffèrent de la Kulâh (bonnet) portée de travers et se vêtirent d’un surcot blanc, AS p. 210. MB et HLP : La couleur bleu foncé ou bleu mongol est liée au pouvoir impérial, cf. Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans, Albin Michel, 1995, p. 125.

316 On envoya des dignitaires de la cour dans chaque ville où l’on organisa des cérémonies pour rendre hommage et honorer le défunt sultan. Les émirs et les nuwwâb des différents territoires vinrent à Sivas, apportant des cadeaux pour honorer le défunt sultan, AS p. 210.

317 Où il devait s’occuper des affaires des Marches frontières, dépêcher des émissaires en Syrie et rapporter des nouvelles, AS p. 212.

318 Ce passage manque in AS p. 213 et in Houtsma, Recueil III p. 198.

319 Ribâṭ.

320 A ҅yân, Igdišân et Iḫwân, AS p. 214.

321 Niṭâr.

322 Un caravanserail se trouve dans le village d’Obruk, à 74 km de Konya, sur la route Aksaray – Konya.

323 Coran, XXXV, 34, D. Masson, note 34 - 1 : « D’après l’Apocalypse (VII, 17, XXI, 4) les élus seront consolés : ‘Dieu essuiera toute larme de leurs yeux’ et ils célèbreront les louanges de Dieu (VII, 9-12, etc.) ».

324 Cf. AS p. 215 (sic !) et Houtsma, Recueil III p. 200, 20. Passage incertain, peut-être s’agit-il de deux personnes.

325 Romains et Russes (Rûmî we Rûs), AS p. 212.

326 Gurgîn, en ancien persan : verkâ signifie loup.

327 Héros du Shâhnâme.

328 Les dignitaires de l’empire, tels Malik al-Umarâ’ Husâmuddîn Amîr Čoban et Malik al-Umarâ’ Saifuddîn Amîr Qyzyl apportent des cadeaux à Konya. Les autres bey des Marches (umarâ’-i-ûǧ) envoient des moutons, des chevaux, des chameaux et des esclaves. Le sultan les invite tous au festin, au tournoi et renouvelle les titres de nomination. Le chapitre se termine par une bénédiction adressée au mécène du rédacteur, AS p. 220 sq.

329 Alexandre le Grand. [Celui qui possède deux cornes, c’est-à-dire : Alexandre Le Grand (Iskandar). – On sait que la corne est considérée, chez les Sémites, comme le symbole de la puissance. – Le récit contenu dans les versets 83 – 98 est à comparer avec les légendes concernant Alexandre Le Grand, conservées sous les noms du pseudo-Callisthène et de Jacques de Sarouj, in Le Coran, La Pléiade, Gallimard, 1967, D. Masson, note 83 p. 8770. Cf. in Dictionnaire du Coran, Robert Laffont, 2007, p. 218-221 : Dhû L-Qarnayn].

330 Dans les louanges faites au sultan ‘Ala’uddîn Kaiqobâd Ier, le rédacteur ajoute des louanges pour le ṣaḥib dîvân Uluġ Înanġ (‘Ala’uddîn Ǧuwainî), AS p. 222.

331 Ibn Bîbî précise que ce paragraphe est de al-‘Utbî (mort en1036 ou 1040) dans son œuvre Ṭa’rîḫ-i-Yamînî, AS p. 223.

332 Turcs de Russie, cousins des Tatars.

333 « L’itinéraire dans le Fars... De Ma’oun à Welasgherd, ville dont le nom s’écrit aussi Welaskerd, 1 journée. ‘Quoique peu considérable en étendue, cette ville est très florissante et très peuplée.’ C’est là qu’on prend la route qui conduit à Hormuz... Cette ville est généralement indiquée, sur les cartes, sous le nom de Welasgherd », in Recueil de Voyages et de Mémoires, publié par la Société de Géographie, Paris, chez Arthus Bertrand, Librairie de la Société, 1836, Tome cinquième, 7° section, p. 427. HLP : En persan, on lit Lâshkard ou Velâshgard qui correspond à la ville de Kerman.

334 MB : Probablement le pays des Turcs Kiptchak, au Nord de la Mer Noire.

335 Maḥmûd de Ġazna qui régna de 999 à 1030 après JC.

336 Qâbûs b. Vašmgîr, Šams al- Ma ҅âlî Abu’l-Ḥasan, Ziyaride, prince de Ǧurǧân et de Ṭabaristân qui régna de 976 à 1012 après J.C. Cf. EI.

337 Kim iyâ-ye saâdat, un épitomé persan de l’œuvre Iḥyâ ‘ulûm ad-dîn du célèbre penseur musulman et théologien al-Ġazzâlî, mort en 1112. Cf. EI.

338 Le célèbre ministre (mort en 1092) des sultans seldjoukides Alp-Arslân et Malikshâh. Cf. EI.

339 Cf. note 99.

340 À raison, le rédacteur de l’épitomé ne semble considérer que comme figure de rhétorique le fait que les seigneurs de Syrie, Diyarbakır, Rabî ҅a, Mossoul, Ǧazîra, Yemen, Ṭâ’if, Damas et Sis faisaient renouveler chaque année leurs attributions et firmans, comme on peut le lire in AS, p. 228 sq.

341 Le célèbre mystique musulman Bâyazîd al-Bisṭâmî (mort en 875 ou 877/878 ap. J.-C.), cf. EI.

342 Célèbre mystique musulman (mort en 910 ap. J.-C.), cf. EI.

343 En allemand, Lotosblume (fleur de lotus) : dans l’Orient ancien, symbole de la pureté et de la beauté, in Deutsches Wörterbuch, Wahrig, Bertelsmann, 1978.

344 Cf. Ritter, Philologika IX p. 37.

345 Iḫwân we fityân-i-Qônya, AS p. 230.

346 Cf. note 308.

347 Cf. Dozy II, p. 149 b.

348 MB : sur ce personnage cf. Encyclopédie de l’islam, 2° éd., III, p. 1010-1011. Ibrâhîm b. Adham (mort en 776 ou 783 ap. J.-C.), célèbre ascète musulman, qui, suppose-t-on, a pris part à la guerre contre Byzance.

349 AS p. 231 complète cette phrase : donc renoncer à la vie terrestre.

350 Cf. Le Coran VII, 172.

351 Le Coran, La Pléiade, D. Masson, XXXVII, 164, note 1 : litt. : ‘connue’. Ce sont les anges qui parlent.

352 Allusion au hadith, d’après Ibn ‘Adî, cf. al-Manawî p. 68.

353 Cf. note 208.

354 Miqraḍkârî : H. Ritter attire mon attention sur un ouvrage qui est en mesure de nous éclairer sur ce terme. Il s’agit du Fûtüwwetnâme de ar-Raḍawî dont le manuscrit se trouve à la Bibliothèque Selîm Aġa à Üsküdar, Collection Émir Ḫôǧa Kemânkeš n° 491, couverture cartonnée, 15,5 cm x 10,5 cm, 7 lignes par page, 100 folios, écriture naskhi, non daté (16° siècle). Le folio 10 porte la dédicace au sultan Suleimân b. Selîm b. Bâyezîd. Les prières introductives écrites en persan se terminent en folio 25, 2 : bismillah. De même revêtir la ḫirqa de l’irâda (de la communauté, des disciples), AS p. 233.

355 L’émir Ǧalâluddîn Qaraṭay et Maliku’z-Zu ҅amâ’ Naǧmuddîn Abu’l-Qâsim-i-Ṭûsî, AS p. 133.

356 ‘Adad.

357 Dînâr-i-zer-i-sulṭânî.

358 Unité de poids. Cf. Encyclopédie de l’Islam : mithḳâl, et Hinz, MaBe, p. 1 sq..

359 Lors du séjour à Malatya du šaiḥ Šihâbuddîn as-Suhravardî, arriva, venu de Bagdad, ‘Abdallâh b. Muḥammad b. Šâhvâr ar-Râzi Naǧmaddîn Dâye qui rédigea pour ‘Ala’uddîn Kaiqobâd Ier son ouvrage Mirṣâd al-‘Ibâd (Cf. Brockelmann, GAL1, I p. 448 et Suppl. I p. 803 sq). Le šaiḥ Šihâbuddîn as-Suhravardî lut cet ouvrage et en fit un récit élogieux qu’il confia à Naǧmaddîn Dâye qui poursuivit sa route pour Konya et qui offrit au sultan son propre ouvrage ainsi que le récit. Le sultan se rendit ensuite à Kayseri. Revenu à Bagdad, Šihâbuddîn as-Suhravardî raconte qu’il a été bien accueilli en pays de Rûm et exprime la bienveillance du calife envers le sultan ‘Ala’uddin Kaiqobâd. Cette bienveillance trouvera écho dans l’expression des faveurs annuelles accordées par le calife, AS p. 234.

360 Les relations entre la bouteille et la coupe se faisaient de plus en plus fréquentes. On disait habituellement à son hôte : ṣafâ kardîd.

361 In AS p. 235 : mot à mot : « bien que le vin ne fût pas la condition préalable à... »

362 Il s’agit, sous le surnom de Âyâs-i-Maǧnûn, du célèbre kondestabl Asaduddîn qui avait déjà été au service du sultan Ġiyâṭuddîn Kaiḫosrau, et de l’émir Mubârizzuddîn Ertoquš, AS p. 236.

363 Cf. AS p. 236, Houtsma, Recueil III p. 227 note (a) et Is.A. : Alâiye. [En 1221, `Alâ’ uddin Kaiqobâd assiège la forteresse de Kalonoros (future Alanya) détenue par Kîr Farîd].

364 « La ville d’Al- Alaya que nous avons citée est importante, elle est située sur le bord de la mer et est habitée par des Turcomans. Elle sert d’escale aux marchands du Caire, d’Alexandrie et de Syrie. On y trouve beaucoup de bois qu’on exporte vers Alexandrie, Damiette et de là, vers toute l’Egypte. Une citadelle se dresse sur la partie haute, superbe et inexpugnable : elle a été édifiée par l’illustre sultan ‘Ala’ ad-dîn ar-Rûmî »… « On voit [à Antalya] de nombreux vergers qui produisent des fruits succulents et des abricots superbes appelés qamar ad-dîn (lune de la religion) ; leur noyau contient une amande douce. On fait sécher ces abricots et on les exporte en Égypte où ils sont considérés comme une rareté »… « Dans la ville même [Aqsarâ]… on fabrique des tapis qui portent le nom d’Aqsarâ : ils sont en laine, n’ont pas leur pareil dans le monde et sont exportés en Syrie, en Égypte, en Irak, en Inde, en Chine et dans les pays des Turcs », in Voyageurs arabes, Ibn Battuta, Voyages et périples, p. 633, 634, 644, La Pléiade, Gallimard, 1995.

365 La constellation.

366 Le sultan quitta Kayseri passa par Aksaray et vint à Konya, AS p. 237.

367 Les monts de l’Elburz (4 000m) forment une ligne entre la plaine iranienne et les régions côtières de la Mer Caspienne.

368 Cf. Houtsma, Recueil III p. 234. Un autre exemple, selon lequel les guerriers, lors du combat, ont l’impression que les blocs de marbre projetés ressemblent à des concombres dévalant la pente (Ecballium officinale) (cf. Steinglass), n’est pas convaincant dans le contexte.

369 Kîr / Kyr = seigneur. MB et HLP : On pourrait supposer qu’il y a ici un jeu de mot dépréciatif concernant des personnages byzantins qui rapproche le terme grec kyr (seigneur) du terme persan kir signifiant le membre viril.

370 Cf. AS p. 243 sq. Les mots précédents cette phrase in Muḫtaṣar sont un ajout du rédacteur de l’épitomé qui a été motivé par la suite du texte in AS p. 244. Cf. Houtsma, Recueil III p. 238, 15 sq.

371 Cf. AS p. 244 (sic !) et Houtsma, Recueil III p. 239, 6.

372 Selon le droit musulman (ber wafq-i-amr-i-muḥammadî) il donna au sultan l’une de ses filles (fâra’id-i-karâ’im-i-û), AS p. 247.

373 Astronomie : Point de la sphère céleste vers lequel semble se diriger un ensemble d’étoiles.

374 Franz Taeschner m’indique : Alara çayı, à l’ouest d’Alanya. Ce cours d’eau coupe la route menant à Beyşehir et sur lequel de trouve le Han Alara mentionné par Kurt Erdmann. Cf. Erdmann Karavansaray, p. 6.

375 C’est, selon la cosmologie musulmane, le nom des montagnes entourant le monde terrestre. Cf. EI : ḳâf.

376 Kîr Farîd était seigneur de la forteresse de Kalonoros (Alanya).

377 Après un certain temps le sultan quitta Antalya pour se rendre dans sa résidence (Konya), AS p. 252.

378 AS p. 253 ajoute :
[Cependant elle n’avait pas d’enceinte digne d’elle,
Même si de sa tête elle avait touché le ciel,
Comme elle était dans la nuit un joyau brillant,
Elle n’avait pas besoin de soleil].

379 Nuwwâb-i-ḫâṣṣ.

380 Ḫâṣṣe.

381 Cf. AS p. 256.

382 Mihmândârân-i- ḫâṣṣ.

383 Umarâ-i-Kîbâr.

384 Cf. AS p. 257.

385 Ṣofya.

386 Farrâšân.

387 Le sultan se coiffa aussi du tur