Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

L’histoire des Seldjoukides d’Ibn Bîbî

Préface de Herbert W. Duda

Herbert W. Duda

Texte intégral

1C’est alors qu’il dirigeait le Département de l’Institut archéologique allemand d’Istanbul que Martin Schede a eu pour projet de rendre accessible au monde scientifique l’œuvre d’Ibn Bîbî.

2Après avoir passé mon habilitation en mai 1932 à l’université de Leipzig, Martin Schede m’a chargé de mener à bien ce projet. En tant que directeur du Département d’Istanbul il m’accorda un contrat ainsi que l’hospitalité pendant mes études d’épigraphie à Istanbul, dont la bibliothèque, fondée par lui-même, fut pour mes travaux fort utile avec son fonds sur l’islam et la civilisation islamique.

3Si je me dois de remercier Martin Schede, je ne peux que remercier aussi son successeur, Kurt Bittel, Directeur de l’Institut archéologique allemand d’Istanbul, qui a repris ce projet avec grand intérêt et m’a accordé la même hospitalité que son prédécesseur. C’est donc à cet Institut que j’achevai dans ses grandes lignes la traduction du Muḫtaṣar de l’œuvre d’Ibn Bîbî en octobre 1938.

4Jusqu’à l’achèvement du présent ouvrage, qui fut imprimé en 1957, beaucoup de temps s’écoula. Ceci est dû au fait que je fus nommé à Bresłau/Wroclaw en 1936, puis à Sofia en 1940, puis à Vienne en 1943. Mes missions, la guerre et l’après-guerre me firent remettre à plus tard la poursuite de mes travaux sur Ibn Bîbî. J’espère que ce retard a, à maints égards, favorisé mon étude. Lors de travaux philologiques il faut en effet prendre du recul afin de pouvoir vérifier à nouveau ces travaux avec objectivité, ce que je fis.

5Le temps si long que je mis à rédiger cet ouvrage me permit de discuter sur certains points avec des spécialistes que je remercie : Messieurs P. Nerses Akinian, Kilisli Rif ҅at Bilge, Erich Bräunlich (†), Necati Lugal, Hellmut Ritter, Franz Taeschner et Ahmet Temir. Je me dois de remercier particulièrement Paul Witteck qui m’a proposé de corriger mon texte et ainsi de l’améliorer. Alors que mon ouvrage était sous presse, l’occasion se présenta de travailler sur quelques passages persans avec M. Manūčehr Afšār-Ḥasanlu, originaire de Perse et qui connaît la langue allemande. Je me fis expliquer quelques idiomes. Je lui dois mes remerciements. Mon épouse m’aida lors de la lecture-correction. Je la remercie aussi de m’avoir encouragé sans cesse à reprendre mes travaux. Je remercie également l’éditeur Ejnar Munksgaard qui a accepté mon ouvrage et a ainsi montré qu’il y a encore au Danemark de vrais éditeurs audacieux. L’éditeur répondit à mon souhait de confier mon ouvrage à l’imprimerie Adolf Holzhausen Successeurs, en Autriche, que je remercie pour la mise en page et l’impression.

6Vienne, en décembre 1958

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search