Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Reportatio de la questio disputata de mendicitate. De Bonaventure par un étudiant favorable a l'opponens : Guillaume de Saint-Amour

Texte intégral

1(PARIS, DECEMBRE 1255)

2(Paris, Bibl. nat., ms. lat. 15850, fol. 2-4)

3En décembre 1255, après trois autres joutes mensuelles contre Bonaventure, probablement chacun en ses locaux, Guillaume vint brusquement porter la contradiction dans l'école même du jeune franciscain. La dispute ordinaire se transforme ainsi en une sorte de quodlibet inattendu ; seul l'unique sujet est prévu, comme dans une dispute simple. L'assistance, certainement partagée, est houleuse, car Guillaume amena sans doute quelques-uns des siens parmi les étudiants de Bonaventure, au couvent des Cordeliers. De cette séance nous restent trois manuscrits :

4- Cambridge, Corpus Christi College, 103, fol. 95a-105a.

5xvème siècle, parch., 213 ff., 125/90 cm, 2 col. (52 à 54 L). Recueil systématique où quelques textes de la polémique du xiiième siècle sont enchâssés dans des écrits du XIVème : ceux de Wycliff et Richard Fitzralph contre les Mendiants. - Cf. catalogue James (112), t. I, p. 198-201. Au xvème siècle, la dispute oubliée fait écrire : "hanc questionem nullus habet Parisius preter unum uel duos ; circa huius acquisitionem multum laboraui". Mais surtout l'étudiant reportateur au xiiième siècle était du parti de Bonaventure : "hanc questionem determinauit magister Bonus euentus, de ordine fratrum minorum secundum quod a quodam clerico potuit reportari".

6- Firenz, Medica Laurenziana, Plt. 36 dextr., 12, fol. 124 r°-129 v°.

  • 1 Bonaventuriana quedam selecta dans Bibliotheca franciscana scholastica Medii Aevi, t. 8 (1934), pp (...)
  • 2 Cf. aussi Bonaventure, Opera omnia, éd. QUARACCHI, t. V, p. XXIV-XXVII et 134-49 où il est déclaré (...)

7xivème siècle, parch., 230/150 cm (justif. 160/100 cm) ; 1.1., 44 à la page. Recueil systématique sur la pauvreté évangélique et les polémiques à ce sujet. Provient de Santa-Croce, le couvent des Mineurs à Florence. Notre texte en a été édité par F. Delorme1, sous le titre : Quaestio reportata de mendicitate cum annotationibus Guilelmi de Sancto Amore2.

8- Paris, Bibl. nat., ms. lat. 15850, fol. 2-4.

9Fin du xiiième siècle, parch., 300/190 cm. Reliure gros cuir sur ais de bois ; à l'intérieur, restes d'un vieux cuir losangé aux fers froids ; traces de fermoir (base des pattes et clous) ; la refabrication de la reliure date de 1944. Coté auparavant 732 et antérieurement Sorbonne 669.

101 r : hic liber est magistri N. de Barro ducis (écr. xiiième siècle) ;

111 v : in hoc uolumine continentur questiones collecte de diuersis quolibet (v.g. Henri de Gand et Godefroid de Fontaines) ex legato magistri Nich(ola)i de Barro ducis domui pauperum magistrorum de Sorbon(a) in theologia studentium s(umma) precii x librarum.

12Il y a 325 fol. (fol. 1 r°, note d'archiviste, collée, indiquant les blancs et les mutilés), mais les 5 premiers sont très à part : 2 col. à 66 1. ; des sigles, simples traits en forme de potence, séparent les paragraphes, objections et réponses. Ces 5 fol. sont marqués par un grand pli commun vertical, inexistant par la suite. L'écriture en est petite, 1 mm2 à la lettre, voire un peu moins ; alors que la suite quoique diverse est toujours notoirement plus grosse, 2 et 3 mm2. Surtout cette écriture est sensiblement plus ancienne. Ce n'est nullement le brouillon même de l'étudiant mais une copie aux lettres régulières faites directement sur les notes de l'étudiant reportateur et qui pourrait dater du milieu même du siècle, très près de l'événement. Œuvre de séculier défavorable aux Mendiants, elle est restée naturellement privée ou même cachée après la condamnation de Guillaume et de ses "libelles" (octobre 1256). A la fin du siècle, calme revenu, un maître de la Sorbonne, Nicolas de Bar-le-Duc, a pu joindre ces feuillets à un manuscrit où il recueillait systématiquement les quodlibeta de ses collègues séculiers de la Faculté de Théologie.

13Ces manuscrits sont désignés respectivement par les lettres C, F et P. Nous avons strictement respecté les majuscules irrégulières, l'orthographe et la ponctuation du texte, traduisant seulement par un point-virgule le coma du manuscrit. Nous laissons de côté les cavillationes (deum, dominum, quia, quoniam) qui différencient les textes. Généralement C a des chiffres arabes, F et P des chiffres romains.

14Les mots placés dans le manuscrit en marge ont été rétablis par nous entre parenthèses à la place appropriée. Nous indiquons entre crochets les articulations de l'argumentation et tout ce que nous avons ajouté au texte pour en faciliter l'intelligence.

Notes

1 Bonaventuriana quedam selecta dans Bibliotheca franciscana scholastica Medii Aevi, t. 8 (1934), pp. 328-356.

2 Cf. aussi Bonaventure, Opera omnia, éd. QUARACCHI, t. V, p. XXIV-XXVII et 134-49 où il est déclaré par erreur, p. XXVI, que cette reportatio est l'original. Un original de la main de l'auteur-auditeur est peu vraisemblable et ce n'est certes pas le meilleur texte, le plus proche de l'événement vivant ; il est même remanié et corrompu.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter