Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Saint Thomas et l’histoire

 | 
Michel-Marie Dufeil

B. Guillaume de Saint-Amour l’Universite le xiiième siècle

Un universitaire parisien réactionnaire vers 1250 : Guillaume de Saint-Amour

Texte intégral

  • 1 GLORIEUX, Le conflit de 1252-1257, dans Recherches de théologie ancienne et médiévale (sera noté R (...)
  • 2 Et. GILSON, La philosophie du Moyen Age, Paris, p. 551.
  • 3 Ch.-V. LANGLOIS, dans LAVISSE, Histoire de France, t. III, Paris, 11, pp. 383-4.
  • 4 E. BERGER, Saint Louis et Innocent IV.
  • 5 "De mandato domini regis paratam semver habent ad nutum suum multitudinem armatorum " écrivent les (...)
  • 6 C.U.P., 282 et 289, juin-juillet 1256.
  • 7 H. LUCAS, Rutebeuf, poèmes concernant l'Université de Paris.
  • 8 Dictionnaire des lettres françaises, t. I, col. 360. Enciclopedia Cattolica, t. 6, col. 1266.
  • 9 DU BOULAY, Historia universitatis parisiensis, t. III, 1666 ; DUBARLE, Histoire de l'Université de (...)
  • 10 C.U.P.,n° 314, 9 août 1257.
  • 11 Dès le début de son attaque, en février 1252, il fait décider l'exclusion des maîtres réguliers du (...)
  • 12 M.M. DUFEIL, Guillaume de Saint-Amour, p. 358.
  • 13 C.U.P., n°200 à 368.
  • 14 GLORIEUX, Contre Geraldinos, dans R.T.A.M., t. 5 et 6 (1933 et 1934) pp. 5-41.
  • 15 Id., Studia Gratiana, t. 2 (1954), pp. 621-42.
  • 16 C.U.P., t. II, n° 798-799 ; J. KOCH, Der Prozess gegen J. de Polliaco, dans R.T.A.M., t. 5 (1933), (...)
  • 17 P.A. GWYNN s.j., FITZRALPH, Studies, t. 22 (1932) à 26 (1937).
  • 18 J.P. CAMUS, L'antimoine, 1632 ; GUILLAUME de SAINT-AMOUR, Opéra omnia (sera noté Op.) édition illé (...)

1Tout le monde, chez les médiévistes, connaît Guillaume de Saint-Amour1. Surréel et bacchique, ce nom mystique ne passe inaperçu ni des amateurs de concepts2 ni des historiens de la praxis3. D'autant que ce professeur de la Faculté de théologie de Paris se débattit comme un beau diable pendant une dizaine d'années, et jusqu'à Rome, contre les Mendiants. Même les narrations chronologiques des événements politiques4 rencontrent ce nom, car le roi Louis IX fut entraîné à mater les désordres5, voire à prendre parti dans la polémique qui agitait l'Université6. L'exactitude historique est toujours un peu abîmée dans les obiter dicta7 que chaque auteur consacre à ce sujet et même les plus récents articles de dictionnaires8 laissent fort à désirer. On admet traditionnellement dans l'Université le bon droit du vaincu9, car Guillaume survécut dix ans, banni dans son village natal, et privé par le pape Alexandre IV de ses offices et benéfices10. Sa fougue11 n'avait pas suffi à forcer la victoire dans ce premier grand assaut général contre les nouveaux Ordres qui prélude à une querelle de plusieurs siècles, fertile en escarmouches pendant les trêves12 et féconde, une fois par génération, en sévères affrontements : 1252-5913, 1268-7114, 129015, 132216, 134917, 163218 par exemple.

  • 19 G. LE BRAS. Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, Paris, 1972, pp. 91-93, 256, (...)
  • 20 C.U.P., n° 200 et 219.
  • 21 Tout le De periculis novissimorum temporum, œuvre essentielle et centrale de Guillaume datée de 12 (...)
  • 22 C.U.P., n° 200 : "fidei periculum immineat ". C.U.P., n° 243. "Sapit sententiam joachim ", in ripo (...)
  • 23 Même supposées, C.U.P., n° 243.
  • 24 Ennemi de toute logique en théologie, Guillaume en reproche l'introduction aux maîtres Mendiants ; (...)
  • 25 Disputes de l'hiver 1255 : De quantitate eleemosyne (Op., pp. 73-80) ; De valido mendicante (ibid.(...)
  • 26 C.U.P., n° 216.
  • 27 GUILLAUME de SAINT-AMOUR, Collectiones (Op., pp. 459-62).
  • 28 Cf. note 20.
  • 29 C.U.P., n° 35 ; cf. n° 34 à 44.
  • 30 MANSI, Amplissima collectio conciliorum, t. 24, pp. 96-97, c. 23.
  • 31 G. WILDIG, Scholars and Friars, dans Macmillan's Magazine, t. 30 (1874), pp. 511-20. Cf. ici notes (...)
  • 32 L'archéologie du savoir, pp. 220, 231, 234, 245, 268, etc.

2Guillaume, chanoine et maître en théologie, rameutait les hargnes du bas clergé contre les nouveaux quêteurs privilégiés19 autant que celles des universitaires contre des concurrents hardis20. Il attaquait tout chez les Mendiants, leur esprit21, leurs doctrines22, leurs tendances23, leurs méthodes24, leur droit à mendier25, à confesser26, à bâtir27, à enseigner28. Il attaquait à vrai dire leur existence. Ces nouvelles "religions" n'ont jamais paru très catholiques au clergé installé ; Honorius III, présentant les Mineurs à Barthélémy de Chartres, évêque de Paris, insiste et les déclare expressément bonos catholicos29. En 1274, au second concile de Lyon, l'épiscopat demande la suppression des nouveaux ordres et obtient celle des plus petites familles30. Sous Philippe le Bel, les Templiers, au xvième siècle chez les Réformés, au xvème siècle avec les Jésuites et depuis la Révolution dite française jusqu'à la crise de l'école vers 1880, court un thème semblable qui fait prendre pour "moderne" tout adversaire des religieux31 Or, sans même appeler Foucault à l'aide32, l'historien sait qu'il convient de douter de ces orthogénèses, faciles, et que ces séries linéaires simples sont souvent controversées ou abusives. Même si Guillaume de Saint-Amour est parfois considéré comme un ancêtre, ce dont on le crédite n'est souvent qu'une récurrence suspecte.

3A l'examen en effet, Guillaume apparaît un passéiste nanti, doté d'une méthode routinière pour promouvoir un traditionalisme avéré.

I.- Un passéiste nanti

A.- Richesses

  • 33 C.U.P., n° 344 et ici nate 10.
  • 34 M. PERROD, Guillaume de Saint-Amour, p. 175.
  • 35 C.U.P., n° 174.
  • 36 Ibid., n° 122 et 175 ; FARAL, Responsiones, dans Archives d'histoire doctrinale et littéraire du M (...)
  • 37 Comme tous les maîtres. Même les abbés et évêques de province forment par leurs pied-à-terre un To (...)

41.- Le cas. - Nanti, Guillaume le fut. Sa fortune de maître en renom fut sciée à la base par les sentences pontificales sanctionnant son échec et le privant de ses bénéfices33. Or, une bonne décennie plus tard, elle reste coquette comme en témoigne son testament34 : trois domaines, des serviteurs, des livres, des ustensiles, une fondation d'hôpital, un anniversaire, diverses dotations en liquide, des rentes, des calices pour les curés et un don pour rhabiller les chemins. Au temps de sa splendeur, une cure35, deux canonicats à Beauvais et à Mâcon36 et certainement une maison à Paris37, lui faisaient un appréciable train de vie.

  • 38 De periculis, ch. 12 (Op., p. 53) ; De quantitate elemosine, resp. 5 et ad 3 (Op., p. 78). Repris (...)
  • 39 Il est d'un certain Julianus Pomerius et soutient la communauté des biens probablement en visant l (...)
  • 40 Matth. 10, v. 9 ; Marc 6, v. 8 ; 11, v. 11 ; Luc 7, v. 36 ; 9, v. 48 ; 11, v. 37 ; 14, v. 9 ; 16, (...)
  • 41 De periculis et De quantitate elemosine (Op., pp. 53 et 78).
  • 42 De periculis, ch. 13 et C.U.P., n° 259 à 262.

52.- Les principes. - Mais surtout il affirme vigoureusement et par principe que les ecclésiastiques doivent être riches : expedit Ecclesie facultates possideri38. Ce canon, attribué à un certain Prosper, n'est pas seulement historiquement suspect39, sa signification véritable est à peu près inverse de celle que lui demande Guillaume par douce sollicitation : facultates veut dire moyens financiers ; les églises doivent avoir des ressources. Cet authentique réalisme n'affirme nullement que les clercs doivent jouir du luxe ou même de l'aisance, ce que contredit directement l'Évangile40. C'est pourtant ainsi que Guillaume l'utilise contre les Mendiants41. En pleine réaction contre le capitalisme européen naissant au contraire, tout ce qu'il y a de jeune et de sain dans l'Église organise, depuis deux générations au moins, les mouvements de pauvreté volontaire. Quitte d'ailleurs à reconnaître, séparément, la vocation des marchands. Prétendre hérétiques42 les Dominicains qu'on accuse fréquemment d'inquisition et d'horrible orthodoxie, paraît d'ailleurs aberrant.

B.- Situations acquises

  • 43 Burkh MATHIS, Die Privilegien des F ranziskanerordens, 1928.
  • 44 R.M. HUBER, Documented History of the Franciscan Order, 1944.
  • 45 Ex. : Archivum Franciscanum Historicum, t. 47 (1954), pp. 241-92.
  • 46 C.U.P., n° 38 ; cf. n° 34 et 35.
  • 47 De periculis, ch. 2 et 14, signe 11 (Op., pp. 24 et suiv. et 60).

61.- Clergé séculier. - C'est que les nouveaux ordres étaient bardés de privilèges43 par les papes qui en faisaient les agents non seulement de la réforme et de la prédication mais encore de la centralisation44. Les Mendiants s'installaient dans les villes et passaient dans les villages en célébrant, quêtant, prêchant, confessant, ramassant dons, aumônes, legs et fructueuses sépultures45. Le clergé, notoirement nombreux en ce temps, y perdait l'affection et l'argent de bien des fidèles qui choisissaient de soutenir par priorité les plus dynamiques, les plus "spirituels" et les plus pauvres des religieux46. Guillaume, chanoine et recteur de Granville quoiqu'il ne fut pas prêtre, prit hargneusement la défense des curés et des chapitres lésés par ce manque à gagner47.

  • 48 H. LIPPENS, Archivum francisc, histor., t. 47 (1954), pp. 241-92 ; M.D. CHENU, Saint Thomas et la (...)
  • 49 16, c. 4 : "Monachus non docentis sed dolentis habet officium " (FRIEDBERG, op. cit., t. I, p. 762 (...)
  • 50 Il tolère seulement l'abandon des biens "cum proposito intrandi in monasterium" (De quantitate ele (...)

72.- Coutumes anciennes et procédés désuets. - Les Mendiants, en effet, amenaient un véritable droit nouveau48 et partant discuté. Devant ce phénomène plus évangélique et plus récent, Guillaume prend le parti des choses et des êtres installés. Pour lui, biffant des siècles d'histoire, le religieux est un pénitent laïc primitif qui n'a rien à dire ni à faire dans l'Église49. Il ne peut même y avoir d'autres religieux à ses yeux que les moines50. Insoucieux des situations neuves, des allures de son siècle, Guillaume ne veut d'autres procédés que ceux déjà tombés en désuétude.

II- Méthode routinière

A.- Refus d'Aristote

  • 51 Sans souci de la traditionnelle distinction entre philosophi et philosophantes cf. Et. GILSON, A.H (...)
  • 52 De periculis, ch. 14, signe 39 (Op, p. 71).
  • 53 Apparemment bons et célèbres par leur science, "apparentes bonos… semper uacantes studio literarum (...)
  • 54 Seul maître cité par Guillaume de Saint-Amour (De quantitate elemosine, Op., 76) et pour s'y référ (...)
  • 55 C.U.P., n° 132 à 162.

81.- Aussi devant l'invasion, depuis un siècle inquiétante et massive, des idées et réflexions dialectiques en théologie51, au lieu de marquer anxiété ou prudence, Guillaume fonce droit vers l'anathème jeté aux rationibus logicis52. Ceux qui les emploient justement le plus et le mieux en son temps sont, à son plaisir, les maîtres Mendiants53. Son inimitié à leur égard en est renforcée et présente ainsi un visage cohérent. Toutefois Guillaume d'Auxerre, dont Saint-Amour fut probablement l'élève54, avait été chargé par Grégoire IX d'expurger Aristote55.

  • 56 Malgré une erreur de GRABMANN (Sitzungsberichte Bayerischen Akad. Philol, Philos, und Historische (...)

92.- Notre Guillaume n'est donc pas très bien inspiré en refusant de son siècle cette "modernité" qu'il savait inéluctable. D'ailleurs, si l'équipe de Guillaume d'Auxerre ne fit rien et si le travail de baptiser le péripatétisme fut effectivement assuré par les Dominicains, n'est-ce pas aussi par incapacité ? Guillaume de Saint-Amour a peut-être choisi d'écrire comme autrefois, mais, prévenu d'une mutation en cours, n'a, plus probablement, pas pu la suivre et encore moins la diriger56.

B.- Sclérose

  • 57 Exemple : De periculis, ch. 2 (Op., pp. 23-24) ; à partir de Apoc, 20, v. 7, un passage de 86 mots (...)
  • 58 Thomas d'Aquin et Bonaventure utilisent la suite chronologique des livres de la Bible. Par contre, (...)
  • 59 Dans ses questions disputées du printemps 1256, éditées à tort mais traditionnellement à la suite (...)

101.- D'autorité. - Au moment même où ses jeunes adversaires raffinent leurs méthodes de travail et d'exposition tout en augmentant considérablement les connaissances, Guillaume étale les florilèges éprouvés, de ces péricopes qui servaient d'argument classique, voire lassant, depuis des siècles57. De plus, il se refuse à tout rangement rationnel, ordo bien simple pourtant58. Il magnifie le plus vieillot, le plus dangereux, le plus artificiel des "sens" de l'Ecriture, le sens "spirituel" alors que Thomas d'Aquin, en rupture avec le symbolisme littéraire, découvre qu'on ne peut raisonner à partir de là59.

  • 60 L'enfilade baroque de citations en trompe-l'œil n'aboutit jamais à un corps de discussion doctrina (...)
  • 61 C.U.P., n° 231, 256, 273.
  • 62 Voir par exemple un "respondeo" de Thomas d'Aquin, avant même la riche et célèbre Somme, de 1256 m (...)

112.- Par fermeture. - Enfin, entre les auctoritates citées en lancinante catastrophe en tête d'une question, par poignées de trente objections, et les autres, de la même farine qui - en queue de question conformément à toute scolastique - répondent et déterminent l'opinion à suivre, Guillaume ne place aucun corps doctrinal de sa plume ; les textes parlent seuls60. Malheureusement, les maîtres dominicains et franciscains qu'il persécute avec tant de vigueur, jusqu'à la contrainte physique61, ont développé, dans la ligne d'Abélard et du Lombard, la réflexion au-delà du commentaire et construisent des responsiones de leur main, au cœur de leurs articles62 Ces denses paragraphes, dont on peut bien penser ce que l'on veut sur le fond, n'en sont pas moins les ancêtres de l'essai. La pensée, et pas seulement philosophique, de tout l'âge moderne part de là, décrochée des auteurs anciens. Guillaume se bloquait dans une méthode éculée. Dans cette querelle des anciens et des modernes de 1250, il mène un violent et inutile combat d'arrière-garde. La dialectique convient mieux aux commerçants et aux Mendiants urbains qu'aux "féodalités" ecclésiastiques.

III.- Traditionalisme avéré

A.- Censure

  • 63 C.U.P., n° 230.
  • 64 GLORIEUX, Répertoire des maîtres en théologie, t. I, p. 238, tableaux ; II, Val des Ecoliers, Mont (...)
  • 65 Cf. n. ici, 12 à 18. A. MICHEL, Décrets de Trente, pp. 62-63.
  • 66 DENZINGER, Enchiridion, 317, 458, 614, 781, 1311, 1581.
  • 67 Alexandre IV joua le progrès contre Guillaume de Saint-Amour en affirmant en 1256 : au lieu de cha (...)
  • 68 Il prônait le numerus clausus des chaires de la Faculté aux dépens des religieux, C.U.P., n° 200, (...)
  • 69 C.U.P., n° 29 (1219), 121 (1238) et 143 (1245) laissent apparaitre un système vénal de locations d (...)

12Si Guillaume censure ainsi tout développement, c'est bien pour interdire aux religieux d'enseigner63, ce qui échoua platement jusqu'à l'abus inverse. On assiste, dans les années suivantes, à une marée de religieux sur les chaires universitaires, y compris venus d'ordres minces ou à vocation rurale64. Son attaque inefficace donna à ses adversaires une victoire excessive qui encombra l'Europe aux xixème-xvème siècles jusqu'à Trente 65 et jusqu'au xviiième siècle66, voire jusqu'aux crises laïques du xixème siècle. Guillaume n'est l'ancêtre d'aucun Kulturkampf, mais, à l'inverse, un gêneur qui retarda et obéra comme d'une tare, la prise en charge neutre et publique de l'enseignement67. Robert de Sorbon, comme lui maître séculier, fut plus efficace en obtenant du roi, et de tout le monde, la fondation d'un collège propre aux étudiants séculiers. Guillaume est négatif, Robert positif. Guillaume n'a ni pensé ni fait la Sorbonne mais proposé un repli malthusien68 vers les lucratives69 locations de chaires des anciennes écoles cathédrales, plus ou moins soufflées. Il retarde sur l'esprit de son temps, il est comme une résistance romane au surgissement gothique.

B.- "Finimondisme"

  • 70 De periculis, ch. 8, 9, 10 par exemple (Op., pp. 37-44).
  • 71 Thomas d'Aquin, dans sa riposte de l'été 1256 le Contra impugnantes traite Guillaume de joachimite (...)
  • 72 De periculis, ch. 11. Comme la conclusion du Contra impugnantes de Thomas d'Aquin, la solennelle A (...)
  • 73 Celui même qui s'était tant exercé dans la gent monastique après l'échec carolingien et avant les (...)
  • 74 C.U.P.,n°8, p. 323.
  • 75 Plus un mot de cela après le mellifluent De Antichristo de Nicolas de Lisieux (éd. MARTENE et DURA (...)

13Comme un tympan s'obstrue par le jugement dernier qu'il porte en diaphragme, Guillaume s'aveugle, les yeux fixés sur la fin du monde70. Traumatisé par le joachimisme dont il est pénétré tout en l'abhorrant, il annonce en cas de victoire des Mendiants, le début des douleurs terminales71. Cet "en cas" est une incohérence : invoquer saint Paul pour annoncer la conflagration dernière interdit en effet d'affirmer qu'à mieux agir, on repousserait la catastrophe. Pensée excessivement originale et inconséquente : la fin du monde ne peut être conditionnelle selon la Bible72. On reconnaît d'autre part, dans ce misonéisme pessimiste, un cléricalisme désuet et de médiocre aloi73. Chrétien de Beauvais, l'un des proches de Guillaume et terne à souhait, fut même suspecté de millénarisme74. Cette antique rêverie passera difficilement pour progressiste. Les disciples de Guillaume se rendirent compte de leur mauvais cas et rompirent le combat sur ce point, chez lui fondamental, pour reprendre plus tard une guerilla plus prudente75.

  • 76 Maître en théologie de Paris, C.U.P., n° 230, 256, p. 294 et suiv.
  • 77 Du 1er mai 1256, Op., pp. 491-506.
  • 78 "Subsannauit populus", écrit Matthieu Paris, Chronica maior, 5, 599. C.U.P., n° 273, où le maître (...)
  • 79 Le sermon Si quis diligit part sur l'évangile du jour, la Pentecôte 1256, puis, sans plus de souci (...)
  • 80 C.U.P., n° 314 : "omnem docendi ac predicandi auctoritate apostolica perpetua interdicimus faculta (...)
  • 81 Oeuvres complètes, éd. FARAL et BASTIN, t. I, pp. 49-50 (médiocres ap-préciations générales), pp. (...)
  • 82 Conversion certaine puisqu'au bout de sept ans (1256-1263) de quarantaine pour excommunication, Ré (...)
  • 83 Rutebeuf a longtemps plaint avec cœur le banni qu'il appelait son père.
  • 84 De periculis, c. 2, Op., pp. 23-27, cf. ici note 49.
  • 85 Comparer C.U.P., n ° 256 et 270.
  • 86 De periculis, ch. 8, Op., 37 et suiv. et C.U.P., n° 273.

14L'homme ne peut bien entendu se ramener à cette colère née autant de l'âpre lutte que d'un tempérament irascible. Il avait conquis les plus hauts titres universitaires d'un siècle exigeant76 et prononcé quelques sermons emportés dont l'un même est solidement composé77. Il fut un entraîneur d'hommes78, un tribun passionné79 et un indomptable qu'il fallut faire taire pour avoir la paix80. Tout un pan de l'œuvre de Rutebeuf81 le défend, des années durant avant que le poète ne se convertisse82, et lui donne sa dimension sympathique83 Il ne faut simplement pas en faire, par une orthogenèse abusive, l'ancêtre "moderne" des mythes de Philippe le Bel ou de Voltaire. Guillaume de Saint-Amour donne au contraire, en somme, une définition exhaustive du réactionnaire : il ignore le passé en prenant pour thème le moine laïc des origines84 ; il manque de flair du présent en refusant la maîtrise à Thomas d'Aquin85 ; il manque de pénétration de l'avenir en annonçant la fin du monde pour 126086 Le réactionnaire est celui qui n'a pas le sens de l'histoire.

Notes

1 GLORIEUX, Le conflit de 1252-1257, dans Recherches de théologie ancienne et médiévale (sera noté R.T.A.M) t. 24 (1957), pp. 364-72.

2 Et. GILSON, La philosophie du Moyen Age, Paris, p. 551.

3 Ch.-V. LANGLOIS, dans LAVISSE, Histoire de France, t. III, Paris, 11, pp. 383-4.

4 E. BERGER, Saint Louis et Innocent IV.

5 "De mandato domini regis paratam semver habent ad nutum suum multitudinem armatorum " écrivent les maîtres séculiers des Mendiants, leurs adversaires, le 2 octobre 1255 (Chartularium universitatis parisiensis, éd. DENIFLE et CHATELAIN, t.1, p. 294, n 256 ; sera noté désormais C.U.P. suivi du n° et t. I sauf contre-indication).

6 C.U.P., 282 et 289, juin-juillet 1256.

7 H. LUCAS, Rutebeuf, poèmes concernant l'Université de Paris.

8 Dictionnaire des lettres françaises, t. I, col. 360. Enciclopedia Cattolica, t. 6, col. 1266.

9 DU BOULAY, Historia universitatis parisiensis, t. III, 1666 ; DUBARLE, Histoire de l'Université de Paris, 1829.
Actes du 95ème Congrès nat. des sociétés savantes, Philol. et histoire, t. I, pp. 239-274.

10 C.U.P.,n° 314, 9 août 1257.

11 Dès le début de son attaque, en février 1252, il fait décider l'exclusion des maîtres réguliers du consortium universitaire (C.U.P., 200). Toute son œuvre violente, est d'un riche "irascible " (au sens scolastique).

12 M.M. DUFEIL, Guillaume de Saint-Amour, p. 358.

13 C.U.P., n°200 à 368.

14 GLORIEUX, Contre Geraldinos, dans R.T.A.M., t. 5 et 6 (1933 et 1934) pp. 5-41.

15 Id., Studia Gratiana, t. 2 (1954), pp. 621-42.

16 C.U.P., t. II, n° 798-799 ; J. KOCH, Der Prozess gegen J. de Polliaco, dans R.T.A.M., t. 5 (1933), pp. 391-422.

17 P.A. GWYNN s.j., FITZRALPH, Studies, t. 22 (1932) à 26 (1937).

18 J.P. CAMUS, L'antimoine, 1632 ; GUILLAUME de SAINT-AMOUR, Opéra omnia (sera noté Op.) édition illégale par un universitaire anonyme en 1632 aussi, punie par le conseil du roi. Cf. Ch. CHESNEAU, Yves de Paris.

19 G. LE BRAS. Institutions ecclésiastiques de la Chrétienté médiévale, Paris, 1972, pp. 91-93, 256, 427.

20 C.U.P., n° 200 et 219.

21 Tout le De periculis novissimorum temporum, œuvre essentielle et centrale de Guillaume datée de 1256, à la canicule de la polémique (Op., pp. 17-72, en attendant l'édition critique en préparation), particulièrement le ch. 13 (pp. 53-56).

22 C.U.P., n° 200 : "fidei periculum immineat ". C.U.P., n° 243. "Sapit sententiam joachim ", in riposte au De mendicitate de Bonaventure (Opéra omnia, éd. QUARACHI, t. 5, viii-xii) en décembre 1255.

23 Même supposées, C.U.P., n° 243.

24 Ennemi de toute logique en théologie, Guillaume en reproche l'introduction aux maîtres Mendiants ; cf. suite ici même.

25 Disputes de l'hiver 1255 : De quantitate eleemosyne (Op., pp. 73-80) ; De valido mendicante (ibid., pp. 80-89) ; De mendicitate, contre Bonaventure, note précédente et Bibl. nat. lat., ms. lat. 15850, fol. 2-4.

26 C.U.P., n° 216.

27 GUILLAUME de SAINT-AMOUR, Collectiones (Op., pp. 459-62).

28 Cf. note 20.

29 C.U.P., n° 35 ; cf. n° 34 à 44.

30 MANSI, Amplissima collectio conciliorum, t. 24, pp. 96-97, c. 23.

31 G. WILDIG, Scholars and Friars, dans Macmillan's Magazine, t. 30 (1874), pp. 511-20. Cf. ici notes 3, 8, 9 ou l'article Guill. de Saint-Amour, dans Grande Encyclopédie.

32 L'archéologie du savoir, pp. 220, 231, 234, 245, 268, etc.

33 C.U.P., n° 344 et ici nate 10.

34 M. PERROD, Guillaume de Saint-Amour, p. 175.

35 C.U.P., n° 174.

36 Ibid., n° 122 et 175 ; FARAL, Responsiones, dans Archives d'histoire doctrinale et littéraire du Moyen Age (sera noté A.H.D.), t. 18 (1951), pp. 340-45.

37 Comme tous les maîtres. Même les abbés et évêques de province forment par leurs pied-à-terre un Tout-Paris ecclésiastique dans le quartier de l'Université au xiiième siècle (FRDSDMANN, Paris, pp. 257, 267, 271 ; BERTY et TISSERAND, Topographie du vieux Paris). On ignore où, car il dut vendre d'urgence en 1257 (C.U.P., n° 344). Serait-ce celle que revend en 1261 un jeune chanoine du même chapitre de Mâcon ? (FRIEDMANN, Paris, pp. 419-21). Ce Guillaume de Mâcon, futur évêque d'Amiens, reprit la même querelle contre les Mendiants et aurait pu, dans sa jeunesse, servir de prête-nom au vieux lutteur qui s'en était procuré un à Beauvais (C.U.P., n° 344).

38 De periculis, ch. 12 (Op., p. 53) ; De quantitate elemosine, resp. 5 et ad 3 (Op., p. 78). Repris par Thomas d'Aquin, Contra impugnantes (riposte polémique à Guillaume), éd. FRETTE, coll. Vivès, t. 29, p. 461 et plus tard au sed contra de 2a 2e, q. 188, a. 7.

39 Il est d'un certain Julianus Pomerius et soutient la communauté des biens probablement en visant les chanoines réguliers ; cf. 12 q. 1, c. 16 Videntes et De Consecratione, c. 9 Nemo ecclesiam (FRBEDBERG, Corpus, I, 682-83 et 1296).

40 Matth. 10, v. 9 ; Marc 6, v. 8 ; 11, v. 11 ; Luc 7, v. 36 ; 9, v. 48 ; 11, v. 37 ; 14, v. 9 ; 16, v. 9 ; 19, v. 5 ; loh. 4, v. 7.

41 De periculis et De quantitate elemosine (Op., pp. 53 et 78).

42 De periculis, ch. 13 et C.U.P., n° 259 à 262.

43 Burkh MATHIS, Die Privilegien des F ranziskanerordens, 1928.

44 R.M. HUBER, Documented History of the Franciscan Order, 1944.

45 Ex. : Archivum Franciscanum Historicum, t. 47 (1954), pp. 241-92.

46 C.U.P., n° 38 ; cf. n° 34 et 35.

47 De periculis, ch. 2 et 14, signe 11 (Op., pp. 24 et suiv. et 60).

48 H. LIPPENS, Archivum francisc, histor., t. 47 (1954), pp. 241-92 ; M.D. CHENU, Saint Thomas et la théologie, p. 11.

49 16, c. 4 : "Monachus non docentis sed dolentis habet officium " (FRIEDBERG, op. cit., t. I, p. 762) ; tiré de saint Jérôme, Adversus Vigilantium (P.L., t. 23, col. 351 b). Voir aussi toute la Causa 16 du Decretum. De periculis, ch. 2 (Op., pp. 23-25 et 27).

50 Il tolère seulement l'abandon des biens "cum proposito intrandi in monasterium" (De quantitate elemosine, resp., Op., p. 77).

51 Sans souci de la traditionnelle distinction entre philosophi et philosophantes cf. Et. GILSON, A.H.D., t. 19 (1952), pp. 135-40, G. POST, ibid. t. 21 (1954), pp. 135-38 ; P. MICHAUD-QUENTIN et M. LEMOINE, ibid., t. 35 (1969), p. 17-22.

52 De periculis, ch. 14, signe 39 (Op, p. 71).

53 Apparemment bons et célèbres par leur science, "apparentes bonos… semper uacantes studio literarum", ibid., ch. 13 (Op., p. 54).

54 Seul maître cité par Guillaume de Saint-Amour (De quantitate elemosine, Op., 76) et pour s'y référer ("respondeo secundum…). Il en recopie aussi une glose relativement rare sur Tharsis (Guill. d'Auxerre, Summa Aurea, éd. 1500, fol. 27 v° ; GUILL de SAINT-AMOUR, De periculis, ch. 14, signe 37 Op., 70-71).

55 C.U.P., n° 132 à 162.

56 Malgré une erreur de GRABMANN (Sitzungsberichte Bayerischen Akad. Philol, Philos, und Historische Klasse, t. 5 (1928), pp. 51-62), Guillaume n'a pas écrit de commentaire des Analytiques d'Aristote (Barcelone, ms. Corona de Aragon, Ripoll 109, fol. 187-253). Ces Commentaires, en effet, citent Gilles de Rome dont le Commentaire est d'au moins trente ans plus tard.

57 Exemple : De periculis, ch. 2 (Op., pp. 23-24) ; à partir de Apoc, 20, v. 7, un passage de 86 mots dont 40 seulement sont verbes, substantifs ou adjectifs fait revenir 12 fois le mot reducere ou sa famille.

58 Thomas d'Aquin et Bonaventure utilisent la suite chronologique des livres de la Bible. Par contre, dans le De quantitate elemosine par exemple, Guillaume enfile au début 15 péricopes où Matthieu revient au début, au milieu, à la fin tandis que Luc encadre Actes et Epîtres et que Marc, en tête, accompagne les Psaumes.

59 Dans ses questions disputées du printemps 1256, éditées à tort mais traditionnellement à la suite du Quodlibet 7 (Vivès, t. 15, 513a - ad lum et 513b - ad 4um). En sens inverse, De periculis, ch. 2 (Op., 26-27), où la hiérarchie céleste donne l'ordre juridique de l'Église. Cf. Guill. d'Auxerre (RIBAILLER, Dict. de spiritualité, t. 6 (1967), p. 1196).

60 L'enfilade baroque de citations en trompe-l'œil n'aboutit jamais à un corps de discussion doctrinale. Au "Respondeo dicendum " les maîtres Mendiants développent leur pensée ; Guillaume passe directement à la troisième partie de tout article scolastique, la réponse aux objections : "Respondeo dicendum sine prejudicio ad primum…" (De quantitate elemosine, Op., 85).

61 C.U.P., n° 231, 256, 273.

62 Voir par exemple un "respondeo" de Thomas d'Aquin, avant même la riche et célèbre Somme, de 1256 même : éd. Vivès, t. 15, col. 512-25.

63 C.U.P., n° 230.

64 GLORIEUX, Répertoire des maîtres en théologie, t. I, p. 238, tableaux ; II, Val des Ecoliers, Mont-Saint-Eloi. FRIEDMANN, Paris, pp. 263-75 ; combien de couvents et collèges ne réussirent jamais à obtenir une chaire.

65 Cf. n. ici, 12 à 18. A. MICHEL, Décrets de Trente, pp. 62-63.

66 DENZINGER, Enchiridion, 317, 458, 614, 781, 1311, 1581.

67 Alexandre IV joua le progrès contre Guillaume de Saint-Amour en affirmant en 1256 : au lieu de chasser les Mendiants, on devrait accepter dans les écoles non catholiques et juifs, C.U.P., p. 280.

68 Il prônait le numerus clausus des chaires de la Faculté aux dépens des religieux, C.U.P., n° 200, 230.

69 C.U.P., n° 29 (1219), 121 (1238) et 143 (1245) laissent apparaitre un système vénal de locations de chaires et d'exclusion pour raréfier, et durcir le marché.

70 De periculis, ch. 8, 9, 10 par exemple (Op., pp. 37-44).

71 Thomas d'Aquin, dans sa riposte de l'été 1256 le Contra impugnantes traite Guillaume de joachimite (Vivès, t. 29, c. 47-49, 112a et suiv.).

72 De periculis, ch. 11. Comme la conclusion du Contra impugnantes de Thomas d'Aquin, la solennelle Arenga de la bulle Romanus pontifex (5 octobre 1256, C.U.P., n° 288) par laquelle le pape abattit finalement Guillaume de Saint-Amour, roule entièrement sur le sens de l'histoire (cursus, tempus, etc.).

73 Celui même qui s'était tant exercé dans la gent monastique après l'échec carolingien et avant les progrès des dernières générations et que résume l'exclamation célèbre : "pessima nouitas ".

74 C.U.P.,n°8, p. 323.

75 Plus un mot de cela après le mellifluent De Antichristo de Nicolas de Lisieux (éd. MARTENE et DURAND, Amplissima Collectio, t. 9, pp. 1273-1446.

76 Maître en théologie de Paris, C.U.P., n° 230, 256, p. 294 et suiv.

77 Du 1er mai 1256, Op., pp. 491-506.

78 "Subsannauit populus", écrit Matthieu Paris, Chronica maior, 5, 599. C.U.P., n° 273, où le maître général des Dominicains raconte le siège du couvent par les jeunes étudiants au printemps 1256, montre l'influence de Guillaume sur les siens. Une indéniable emprise sur le consortium des maîtres est impliquée aussi par C.U.P., n° 200, 230, 256.

79 Le sermon Si quis diligit part sur l'évangile du jour, la Pentecôte 1256, puis, sans plus de souci du theuma de l'amour divin, pourtant annoncé, s'emporte contre les frères et griffe raidement le roi au passage (éd. S. CLASEN, Kirchengeschichtlische Studien, 1941, p. 84 et suiv.).

80 C.U.P., n° 314 : "omnem docendi ac predicandi auctoritate apostolica perpetua interdicimus facultatem ita quod nec docere alicubi nec unquam alicui clero uel populo sine ipsius sedis permissione de cetero audeas predicare".

81 Oeuvres complètes, éd. FARAL et BASTIN, t. I, pp. 49-50 (médiocres ap-préciations générales), pp. 242, 256, 260, 299, etc.

82 Conversion certaine puisqu'au bout de sept ans (1256-1263) de quarantaine pour excommunication, Réginald, évêque de Paris lui commande et fait jouer le Miracle de Théophile (FARAL op. cit., II, pp. 167-203) où le v. 404 évoque ce septennat de péché. Le roi qui l'a précédemment réduit au silence et à la misère lui commande en 1264 après pénitence une chanson de croisade (Ibid., pp. 431-434).

83 Rutebeuf a longtemps plaint avec cœur le banni qu'il appelait son père.

84 De periculis, c. 2, Op., pp. 23-27, cf. ici note 49.

85 Comparer C.U.P., n ° 256 et 270.

86 De periculis, ch. 8, Op., 37 et suiv. et C.U.P., n° 273.

© Presses universitaires de Provence, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter