Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

Les Seldjoukides de Rûm

Les Seldjoukides de Rûm

Texte intégral

La conquête et l’installation des Turcs en Anatolie au xie-xiiie siècle/ve-viie (Hégire), vue générale et périodisation

1En pénétrant en Anatolie au milieu du xie-ve siècle, les Sedljoukides, après leur émergence et leur essor en monde irano-arabe, entrent dans le domaine traditionnel de la romanité orientale, autrement dit de l’empire byzantin. Après la bataille de Mantzikert en 1071 de notre ère / 403 de l’Hégire, les Turcs s’y installent à demeure, devenant ainsi l’appendice le plus occidental de l’expansion seldjoukide, tout en élaborant localement des entités politiques dont la plus durable fut le sultanat de Konya ou de Rûm, appelé à survivre plus d’un siècle à l’État Grand-Seldjoukide de Perse, soit jusqu’au début du xive/viiie. La dénomination de « Pays de Rûm » (Diyâr-e Rûm), utilisée par les sources musulmanes du temps, simple calque du terme latino-grec « Romanie » (Romania, Rhômania), exprimait chez les contemporains une conscience certaine de la spécificité de l’espace nouvellement occupé par les Turcs et de celui restant à conquérir, soit l’ensemble de l’assise territoriale byzantine. Alors que leurs cousins orientaux s’iranisent ou s’arabisent rapidement, les Turcs d’Asie mineure, tout en s’affirmant aux xiie/vie et xiiie/viie siècles, dans leur fraction citadine, de culture persane, préservent solidement leur identité chez les Turcomans nomades ou semi-nomades en particulier, ce qui va provoquer la progressive mutation de l’Anatolie byzantine en une région largement turcophone et musulmane, que les chroniques occidentales appelleront dès le dernier quart du xiie/vie siècle « Turquie » (Turchia). En outre, par leur position avancée de marche musulmane aux confins d’un empire chrétien, réputé redoutable pour sa vitalité militaire, au moins jusqu’à la bataille de Myrioképhalon (1176/572), les Turcs d’Asie mineure assurent avec zèle la guerre sainte contre leurs voisins « infidèles » de l’ouest, et, à ce titre, sont les premiers musulmans à subir le choc des croisades terrestres qui cherchent entre la fin du xie/ve siècle et la fin du xiie/vie à se frayer un chemin vers la Syrie, à travers les domaines des émirs turcs d’Anatolie. La conquête de la péninsule micrasiatique par les Turcs se fit en plusieurs étapes : entre la bataille de Mantzikert et l’apparition dans la région des soldats de la première croisade (1071/463-1097/490), l’Asie mineure, sur toute son étendue, d’Arménie à la mer Égée et à la Propontide, est parcourue, plutôt qu’occupée uniformément par différents chefs turcs. Ce sont souvent des cadets seldjoukides, nominalement sujets de leurs cousins de Perse, mais ayant des visées personnelles sur le pays conquis par eux, comme la famille de Qutlumush fondatrice du sultanat seldjoukide de Nicée / Iznik. Ces émirs turcs intervenant comme mercenaires engagés par les prétendants byzantins, qui se disputent le trône impérial, échappent rapidement à l’autorité de leurs employeurs, commeTzakhas/Tchaka, devenu le maître éphémère de Smyrne/Izmir et d’une partie de l’Égée grâce à sa flotte. Il y a aussi des beys indépendants des Seldjoukides et conquérant de larges zones pour leur propre compte, comme les Dânishmendides (1095/488-1178/573), qui furent les rivaux des Seldjoukides pour la possession d’une partie de l’Anatolie.

2La prise de Nicée, puis la victoire des croisés à Dorylée en 1097/490 contre les forces coalisées du sultan seldjoukide Qilidj-Arslân Ier et de l’émir Dânishmend, suivie de la contre-attaque byzantine, menée par la dynastie militaire des Comnène, obligent les Seldjoukides à choisir comme nouvelle capitale la ville de Konya en Anatolie centrale, faisant ainsi du plateau intérieur le centre de gravité durable de leur domination. C’est à partir de ce glacis qu’ils vont mener leurs attaques, non seulement contre les zones chrétiennes de la péninsule (provinces occidentales redevenues byzantines, Cilicie arménienne, régions pontiques) et contre les Francs de Syrie et de Haute-Mésopotamie, mais aussi contre les émirs turco-anatoliens rivaux : Dânishmendides de Cappadoce septentrionale, Mangûdjakides d’Erzindjân, Saltukides d’Erzurum, annexés définitivement au sultanat de Konya dans la première moitié du xiiie/viie siècle.

3Malgré les troubles turcomans des années 1185/580 et la grave querelle de succession entre les fils de Qilidj-Arslân II, l’État seldjoukide de Rûm a su décourager par deux fois toute tentative ultérieure de traversée anatolienne de la part des croisés (1147-1148/542 : échec de l’expédition anatolienne de Conrad III et de Louis VII ; 1190/586 : débandade de l’armée allemande après la mort accidentelle de Frédéric Barberousse) et a pu mettre Byzance hors-jeu en Asie par la victoire de Myrioképhalon. Le sultanat de Konya recueille ainsi, à la fin du xiie/vie siècle, le fruit des deux longs règnes de Mas ‘ûd 1er (1116-1155/509-549) et de Qilidj-Arslân II (1155-1192/550-588).

4L’État unitaire qui s’est ainsi formé, devient la pièce majeure de l’équilibre anatolien par les relations plutôt pacifiques que les sultans de Konya entretiennent avec leurs voisins, les Grecs de l’Empire Lascaride de Nicée issu du démembrement du domaine byzantin, après l’installation à Constantinople en 1204/600, des soldats de la quatrième croisade. Pendant les quarante premières années du xiiie/viie le siècle, qui correspondent aux règnes de Kay-Kaûs 1er (1211-1220/608-617), de Kay-Qubâdh 1er (1220-1237/617-634) et de Kay-Khusraw II (1237-1246/634-643), le sultanat seldjoukide de Rûm est à son apogée. Alliant efficacité militaire (victoire de la coalition Seldjoukide-Ayyûbide contre le Khwârizmshâh en 1231/628, puis succès de Kay-Qubâdh contre les Ayyûbides en 1233/630), dynamisme économique et rayonnement culturel, le sultanat de Konya est considéré comme l’un des États musulmans les plus puissants du Proche-Orient, jusqu’à ce que deux événements viennent ébranler gravement son pouvoir. C’est tout d’abord, en 1240/638, la révolte turcomane des Bâbâî, et surtout la défaite de Köseh-Dâgh / Köse Dâğ face aux Mongols, le 26 juin 1243, qui fait de l’État seldjoukide un vassal de ces derniers. La deuxième moitié du xiiie/viie siècle verra, malgré les efforts de quelques fortes personnalités comme le ministre Mu ҅ în al-Dîn / Mu ҅ îneddîn, dit le Pervâneh, (exécuté par les Mongols en 1277/676), une mise en sujétion de plus en plus étroite du sultan vis-à-vis de l’Ilkhân (gouverneur) mongol et de ses successeurs, tandis que les Turcomans profitent de l’affaissement du pouvoir central pour se rendre indépendants et se constituer en entités régionales, les Beylik (émirats). Ces derniers vont dominer la partie centrale et occidentale de l’Asie mineure au xive/viiie siècle, et c’est dans des conditions obscures que disparait le dernier souverain seldjoukide de Rûm au début du xive/viiie siècle.

5Mais l’héritage politique du premier sultanat turc en Anatolie sera repris et agrandi par les émirats turcomans qui, au début du xive siècle, conquièrent les dernières provinces byzantines d’Asie et passent dans les Balkans, « pays de Rûm européen » ou « Roumélie », qui deviennent le champ d’expansion privilégié du plus dynamique d’entre eux, l’émirat ottoman.

Les étapes de l’implantation seldjoukide en Anatolie

Les débuts de la pénétration turque dans l’Asie arméno-grecque

6Au début du xie/ve siècle, l’Empire byzantin, sous l’impulsion de la dynastie macédonienne et de son souverain le plus énergique, Basile II (976-1025), est une puissance en pleine extension territoriale. Non contents d’avoir écrasé les Bulgares dans les Balkans et consolidé l’Italie byzantine, les empereurs grecs annexent entre 1020 et 1060 les différentes principautés arméniennes qui se disputent l’héritage des Bagratides. Cette prise en main d’Arménie a pour Byzance un effet largement négatif : tout en agrandissant démesurément sa frontière orientale, l’Empire grec désorganise les capacités de défense régionales, par exemple en remplaçant par un impôt le service de protection des frontières qui incombait jusque-là aux populations locales, et surtout en s’aliénant les Arméniens par une politique religieuse maladroite, visant à ramener de force l’Église grégorienne dans le giron du patriarcat grec. En outre, le gouvernement central, entre les mains des bureaucrates et des fonctionnaires civils de la capitale favorisés en particulier par Constantin IX (1042-1055), puis par les empereurs de la famille Doukas, est hostile à la noblesse militaire de province et a tendance à négliger l’armée et les questions de défense, au moment où les premiers escadrons turcs font leur apparition aux frontières de l’Empire.

7C’est en 1040/440 qu’a lieu la première expédition turque de conséquence en territoire impérial, suivie de beaucoup d’autres, soit dirigées par le sultan seldjoukide Tughrul Beg en personne (1054/446), soit par des membres de sa famille (campagne d’un de ses neveux vers 1056/450). L’Arménie subit de constants pillages et la grande ville de Sivas est saccagée en 1059-60/451-52.

8Le successeur de Tughrul, Alp Arslân, enlève Ani en 1064-65/456-57, tandis que le dernier prince arménien indépendant cède son patrimoine de Kars à Byzance. En 1067-68/459-60, un officier seldjoukide, agissant pour son propre compte, pousse au cœur même du territoire byzantin d’Asie, atteignant Césarée / Kayseri, Néocésarée / Niksar et Amorion. L’aggravation de la menace turque provoque le retour en force du parti militaire byzantin qui s’empare du pouvoir en 1067 en la personne du général Romain Diogène. Celui-ci recrute hâtivement une armée, nombreuse mais composite, et tente d’intercepter les différents groupes turcs qui, par des razzias de plus en plus audacieuses, pillent la péninsule anatolienne, atteignant même la haute vallée du Méandre en 1070/462. Alp-Arslân occupé par les affaires syro-égyptiennes, apprend, à Alep que Romain Diogène, à la tête d’une énorme armée byzantine, a pénétré en Arménie pour récupérer les places-fortes conquises un peu auparavant par le sultan, en particulier la ville de Mantzikert. Le souverain turc se porte à la hâte au-devant des Byzantins qu’il affronte devant Mantzikert, en août 1071/463. La mauvaise entente entre éléments grecs et arméniens, la défection de quelques contingents turcs de l’armée impériale, mais surtout la vieille tactique nomade du recul simulé et de l’embuscade qui s’ensuit, ont raison des Byzantins qui sont écrasés, tandis que le basileus tombe entre les mains du sultan. Alp-Arslân, plus préoccupé pour l’heure par l’unification du monde musulman que par la conquête de l’Anatolie, n’exploita pas véritablement sa victoire et relâcha Romain Diogène contre tribut. Mais, désormais, les provinces asiatiques de l’Empire se trouvaient à la merci des irréguliers turcomans qui, non seulement poussèrent impunément leurs razzias très loin vers l’ouest, mais furent employés par les prétendants byzantins qui se disputèrent le pouvoir après l’éviction de Romain Diogène (automne 1071).

La première implantation turque en Anatolie, de la bataille de Mantzikert à la première croisade

9Les deux successseurs de Diogène, Michel VII Doukas (1071-1078) et Nicéphore Botaniatès (1078-1081), puis le prétendant Mélissénos, et enfin Alexis Comnène, au pouvoir à partir de 1081, n’hésitent pas à utiliser les services des différents chefs turcs présents dans la région, selon une habitude byzantine d’utilisation militaire des peuples de la steppe, d’ailleurs bien antérieure à l’invasion seldjoukide : ainsi Michel VII fait-il appel à Artuq, l’ancêtre de la dynastie Artuqide du Diyâr Bakr ; puis il dispute à ses compétiteurs, Botaniatès et Mélissénos, l’aide de Soliman, fils de Qutlumush, cousin du sultan seldjoukide de Perse, Malik-Shâh. À la fin de 1080/473, c’est Mélissénos qui obtient le concours de Soliman et l’installe en garnison à Nicée d’où, à la mort de son employeur, le prétendant au trône byzantin vainqueur, Alexis Ier Comnène (1081-1118), ne pourra plus le déloger. Le nouvel empereur dut s’accommoder, tout près de Constantinople, d’une présence turque durable qu’il continua à utiliser dans le cadre du mercenariat. Quant à Malik-Shâh qui voyait sans plaisir l’émancipation de Soliman, il tenta en vain de se le faire livrer. Désormais, le maître de Nicée va se considérer comme sultan, titre que le calife ne reconnaîtra aux souverains de Rûm qu’au xiie siècle, alors qu’Alexis Ier, dans l’espoir probable d’attiser les rivalités entre seldjoukides rivaux, s’empressa de l’entériner.

10Tandis que Soliman constitue une première entité musulmane permanente dans l’ouest byzantin, d’autres chefs turcs font de même un peu partout en Anatolie : ancien mercenaire de Botaniatès, Tzakhas / Tchaka se fit chef de pirates et créa un émirat autour de Smyrne, constituant une flotte et cherchant même à s’emparer de Constantinople par mer. Ce n’est qu’en 1093/486 que les Byzantins parviendront à l’éliminer grâce à l’aide de Qilidj-Arslân Ier, fils de Soliman de Nicée. Vers la même époque, on entend parler pour la première fois d’un chef turcoman, nommé Dânishmend, qui instaure progressivement son autorité sur une zone autour de Sivas et de la Cappadoce. La dynastie des Dânishmendides sera la principale rivale turco-anatolienne des Seldjoukides de Rûm jusqu’au milieu du xiie siècle. Lorsqu’après une période de troubles dus à la disparition de Soliman (1086/478-79) parti en Syrie occuper Antioche, son fils Qilidj-Arslân 1er récupère son patrimoine en 1092/485. La volonté d’expansion du nouveau souverain va se heurter à celle de l’émir Dânishmend à propos de la possession de Mélitène / Malatya, noeud routier et stratégique entre l’Anatolie et la Haute-Mésopotamie, laquelle est gouvernée par l’Arménien Gabriel. Pour contrecarrer les visées de Dânishmend sur la place, Qilidj-Arslân y met le siège. Tandis qu’il est ainsi occupé loin de sa capitale, les troupes de la première croisade, transportées sur la rive asiatique de la Propontide par les soins d’Alexis Comnène, mettent le siège devant Nicée qui tombe le 26 juin 1097/490. À marche forcée, le sultan, appuyé par Dânishmend, avec qui il s’est réconcilié pour la circonstance, revient vers l’Anatolie occidentale pour intercepter l’armée franque. Mais les deux chefs turcs sont mis en déroute par les occidentaux dans la plaine de Dorylée le 1er juillet 1097.

11Ce premier choc frontal entre Francs et Turcs, qui devait être suivi de beaucoup d’autres en Anatolie comme en Syrie, ne fut pas sans profit pour les seconds malgré leur défaite. Instruit par l’expérience, Qilidj-Arslân adopta la tactique de la terre brûlée, sans plus affronter directement les croisés. C’est ainsi qu’une deuxième vague de croisés, constituée de Lombards et de Franco-Bavarois, harcelée par les Turcomans, fut encerclée et détruite en Anatolie centrale entre juillet et septembre 1101/494. Malik Ghâzî Gümüshtekin, fils et successeur de Dânishmend à partir de 1104/497, réussit même à s’emparer d’un des principaux chefs croisés, Bohémond d’Antioche, dans un coup de main près de Malatya en 1110/ 504. Malgré cette reprise turque après Dorylée, Qilidj-Arslân n’en avait pas moins dû abandonner l’ouest anatolien et se replier sur le plateau central avec Konya pour capitale. De là, il intervint dans les affaires de Syrie comme avait fait son père et, comme lui, y fut tué dans une bataille en 1107/500.

12À cette date, on peut dresser un premier bilan de l’implantation turque en Asie mineure. La première vague de peuplement est arrivée à son terme et il n’y en aura plus de conséquente jusqu’à l’invasion mongole au xiiie/viie siècle. Les Turcomans installés sur le sol anatolien dépendent de princes comme les Seldjoukides ou les Dânishmendides sans qu’il y ait nécessairement entre eux et leurs princes de lien organique bien précis. La plupart d’entre eux restent des pasteurs semi-nomades, l’agriculture demeurant entre les mains de ceux des indigènes chrétiens qui n’ont pas fui vers le territoire byzantin. Les Turcomans restent tournés vers la frontière byzantine, zone des marches (ûdj), où l’attrait du pillage et l’idéologie de la guerre sainte des guerriers ghâzî (combattants de la Foi) peuvent se donner libre cours.

Le sultanat seldjoukide de Konya et ses compétiteurs au xiie/vie siècle

13Après quelques péripéties dynastiques, le fils de Qilidj-Arslân, Shâhânshâh, exerce le pouvoir à Konya à partir de 1109/502 et reprend la guerre contre Byzance. Les Turcomans poussent à nouveau leurs razzias aussi loin dans l’ouest que les Dardanelles ou Adramytion / Edremit sur la mer Égée (1113/506). Alexis Comnène, qui tente de mener une politique de récupération systématique de l’Asie mineure occidentale, riposte en attaquant les places-fortes seldjoukides du plateau intérieur, (Dorylée, Polybotos, Philomelion), et mettant le sultan en déroute. Shâhânshâh demande la paix et se reconnaît vassal de l’empereur, mais ne tarde pas à être détrôné par son frère Mas ‘ûd, qui est appuyé par les Turcomans (1116/509). Les longs règnes de Jean 1er Comnène (1118-1143) et de Mas ҅ûd (1116-1155/509-550) sont marqués par une accentuation de la politique de reconquête byzantine, en particulier en direction du sud-est anatolien et des confins syriens (Cilicie, Antioche), ainsi que par une première partie de règne difficile pour Mas’ûd, mis en difficulté par la révolte de son frère ҅Arab (1125-1126/519-520) et par le dynamisme du Dânishmendide Gümüshtekin qui devient le personnage le plus puissant de l’Anatolie. Ce dernier fait figure de protecteur de Mas ҅ûd et l’aide à reprendre son trône ; il intervient contre Trébizonde et les émirs Mangûdjaqides ; il recueille le frère de Jean Comnène révolté contre Byzance, fait payer tribut à la Cilicie arménienne et élimine Bohémond II d’Antioche (1129- 1131/523-525). En 1135/529, peu avant la mort de Gümüshtekin, le calife l’investit officiellement comme souverain des « pays du Nord », honneur obtenu peut-être pour avoir fait face en 1132-1133 à une attaque de l’empereur grec au cœur même du territoire dânishmendide (Kastamonu, Amasya, Gangres / Çankırı). Muhammad, fils de Gümüshtekin, au côté de Mas ҅ûd, harcelle Jean Comnène pendant son expédition en Cilicie et en Syrie (1137-1138) mais meurt prématurément entre 1140/534 et 1142/536.

14Profitant des querelles intestines entre épigones dânishmendides, Mas ҅ûd redevient l’arbitre de l’Anatolie turque, enlevant à ces derniers d’importantes places comme Ankara. Côté grec, la mort de Jean Comnène (1143), n’interrompt pas la pression byzantine qui s’intensifie avec le nouvel empereur, Manuel Ier (1143-1180), lequel s’allie aux Dânishmendides contre Mas ҅ûd qu’il relance jusqu’à Konya en 1146/540, sans parvenir cependant à détruire l’armée seldjoukide. Les opérations sont stoppées par l’annonce de l’arrivée en territoire byzantin des troupes franco-allemandes de la deuxième croisade. Dès lors, les alliances se renversent et Manuel, officiellement allié des Francs, excite en sous-main Mas ҅ûd, le poussant à entraver la marche des croisés à travers l’Anatolie. Les Allemands de Conrad III sont assaillis par les Turcs dans la région de Dorylée (octobre 1147/542) et perdent les neuf dixièmes de leurs effectifs, tandis que plus prudemment, le roi de France Louis VII décide d’éviter le plateau central et de gagner la Syrie en restant sur le territoire byzantin. Il n’en est pas moins durement harcelé par les Turcs et doit s’embarquer précipitamment à Attaleia /Antalya, abandonnant à son sort une partie de son armée (février 1148/542). Une nouvelle fois le verrou turc avait fonctionné, empêchant toute armée franque d’importance de parvenir en Syrie par voie terrestre. En paix avec les Grecs, Mas ҅ûd se tourne contre les Francs de Syrie du Nord avec l’aide du zenghîde Nûr al-Dîn / Nûreddîn d’Alep. Tandis que ce dernier inflige au prince d’Antioche Raymond une sévère défaite, Mas ҅ûd occupe Maraş et intervient sur les confins syriens (1149/544). Puis les deux alliés se partagent les possessions franques de l’Euphrate. Mas ҅ûd s’empare de ҅Ayn-Tâb / Gaziantep, obtient la soumission du maître turc de Malatya, envahit la Cilicie arménienne à la demande de son allié Manuel Comnène, affirmant partout sa volonté d’intervention, avant finalement de mourir en 1155/550.

15Son fils, Qilidj-Arslân II, accède au pouvoir, après avoir eu à démêler les conflits habituels de succession avec l’aide de Nûr al-Dîn / Nûreddîn, trop heureux de voir le Seldjoukide de Rûm quitter la Syrie. Avec Byzance, les rapports se détériorent à partir du moment où Manuel, pour mettre fin aux incessants raids turcomans en terre impériale et profitant des dissensions entre Seldjoukides et Dânishmendides, ainsi que du refroidissement des relations de Konya avec les Zenghîdes, mène une expédition punitive d’envergure contre le territoire de Qilidj-Arslân (hiver 1160-1161/556). Ce dernier négocie alors, promettant de respecter désormais la frontière grecque et de restituer les villes prises. Il accepte même de se rendre en personne à Constantinople pour sceller le nouvel accord byzantino-turc. Il y est reçu avec faste et y demeure presque trois mois qui sont occupés en riches banquets et jeux publics somptueux (1162/557). Le sultan, désormais tranquille sur son front occidental, se consacre à la lutte contre les Dânishmendides. Entre 1164/559 et 1169/564, il dépossède divers émirs anatoliens dont certains font appel à Nûr al-Dîn / Nûreddîn qui, après la conquête de l’Égypte qui l’accaparait, peut à nouveau s’occuper des affaires du nord à partir de 1171/566. Avec l’aide de ses vassaux, Artukides et Arméniens de Cilicie, le Zenghîde entreprend une campagne en Anatolie qui aboutit à un compromis avec Qilidj-Arslân, lequel accepte de rétrocéder une partie de ses conquêtes sur les émirs turcs d’Asie mineure (1173/566). À Byzance, l’accord intervenu entre le Seldjoukide et le Zenghîde inquiétait. Manuel demanda et obtint de Qilidj-Arslân un renouvellement du traité de paix turco-grec, en appuyant sa requête par une marche armée vers la frontière. Enhardi par l’attitude souple du sultan de Konya et surtout par la mort du puissant Nûr al-Dîn / Nûreddîn (1174/569), l’empereur exige la restitution des villes promises par le traité de Constantinople de 1162/557. Aux atermoiements du seldjoukide, le basileus répond par le rassemblement d’une énorme armée qu’il lance en direction de Konya au printemps1176/572. Mais ayant imprudemment engagé ses troupes dans les étroits défilés de Myrioképhalon aux sources du Méandre, il subit une défaite écrasante et la plus grande partie de son armée est détruite. Ce désastre, qui fait pendant à celui de Mantzikert un siècle plus tôt, ne modifia pas immédiatement la situation anatolienne, le sultan s’étant contenté d’un tribut et du démantèlement de quelques forts byzantins de la frontière. Mais l’événement signifiait en fait l’élimination définitive de Byzance en Anatolie centrale et l’intensification des raids turcomans vers l’ouest que Manuel avait espéré interrompre. Dès 1177/572 et, dans les années qui suivent, des razzias turcomanes sont signalées jusqu’à la mer Égée et à la Bithynie, ainsi que vers la Lycie et la Pamphylie. Tranquille de ce côté, le sultan réintervient dans les affaires orientales, éliminant les Dânishmendides, occupant Malatya, se heurtant en Syrie au nouvel homme fort du Proche- Orient musulman, Saladin, avec lequel il doit composer (1179 /574). La mort de Manuel Comnène et la période trouble qui s’ensuit, renforcent les positions seldjoukides sur leur flanc occidental et assurent l’impunité des expéditions ghâzî qui permettent la conquête de places importantes comme Kotyaeion / Kütahya et Sozopolis / Uluburlu. Les opposants grecs au dernier empereur Comnène, Andronic Ier (1183-1185), n’hésitent pas, quant à eux, à appeler des Turcs en renfort, selon une coutume bien ancrée à Byzance. Les dernières années du long règne de Qilidj-Arslân II semblent donc marquées par un renforcement et une unification de l’État de Konya au détriment de Byzance et des autres émirs turcs d’Anatolie. Mais l’édification d’un État turc unitaire et centralisé au milieu de l’Asie mineure et dans sa partie centrale va être freinée par trois événements : une révolte nomade (1185-1187/580-582) que l’on connaît mal, mais qui fut probablement assez grave. Cette révolte montre la turbulence et la constante tendance centrifuge des Turcomans toujours rétifs à une administration de tutelle sédentaire et citadine, laquelle n’en avait pas fini avec les tribus, comme nous le verrons, une cinquantaine d’années plus tard. Deuxièmement, le vieux sultan décide vers la même époque de partager le sultanat en onze parts qu’il attribue à ses fils ainsi qu’à un de ses frères et à un neveu. Cette étonnante pluri-délégation de pouvoir, peut-être décidée pour faciliter la surveillance des Turcomans, entraîna en fait des conflits familiaux qui remirent en cause l’unité du sultanat. Un des fils du souverain, Quṭb al-Dîn / Quṭbeddîn, avec l’aide des Turcomans, s’empare de Konya et du gouvernement paternel (1189-1190/585-586). C’est à ce moment que se situe le troisième événement important de cette période de troubles : l’arrivée dans la zone du contingent allemand de la troisième croisade sous la direction de Frédéric Barberousse.

16L’empereur germanique, vieux rival du basileus byzantin, était en contact diplomatique avec Qilidj-Arslân depuis longtemps. Il avait envoyé une ambassade pour préparer son passage à travers les domaines du sultan, ce qui lui avait été accordé. Mais le vieux Qilidj-Arslân, qui n’avait plus prise sur les Turcomans des marches (ûdj) ni sur son co-souverain Quṭb al-Dîn / Quṭbeddîn, ne put empêcher ces derniers d’attaquer Frédéric pendant sa marche vers Konya. Les Allemands ripostèrent en investissant et en pillant la capitale seldjoukide (mai 1190/586) avant de repartir vers les Portes de Cilicie. Qilidj-Arslân s’enfuit de Konya qu’il laisse entre les mains de Quṭb al-Dîn / Quṭbeddîn et obtient contre ce dernier l’appui de son autre fils Ghiyâth al-Dîn Kay-Khusraw / Ghiyâtheddîn Kay-Khusraw, grâce auquel il récupère sa capitale. Il reconnaît Kay-Khusraw comme son successeur avant de mourir après 36 ans de règne, en 1192/588.

17Le nouveau sultan ne parvient pas à se faire admettre par ses frères. L’un d’entre eux, Rukn al-Dîn / Rukneddîn l’expulse de Konya en 1197/593 et rétablit l’unité du sultanat qui s’agrandit grâce à l’annexion des possessions des Saltukides d’Erzurum. Kay- Khusraw s’enfuit auprès d’Alexis III Ange à Constantinople, dont il est chassé en même temps que son protecteur, par les Italo-Flamands de la quatrième croisade qui s’empare de Byzance en 1204, mettant fin à l’Empire grec unitaire. Kay- Khusraw, réfugié chez son beau-père, le seigneur byzantin Maurozome, entreprend de reconquérir Konya dont il s’empare en 1205/601. Malgré cette longue crise de succession de la fin du xiie/vie siècle, le sultanat de Rûm, non seulement n’a pas perdu son unité, mais renforcé par l’éclatement de son principal rival occidental l’Empire byzantin, amorce, à l’orée du xiiie/viie siècle, une période de prospérité sans précédent qui va en faire sous les trois successeurs de Kay-Khusraw, l’État le plus dynamique de la région.

18Le xiie/vie siècle fut donc une période capitale de pérénisation du pouvoir seldjoukide en Anatolie. Au moins depuis Myrioképhalon (1176), les Turcs se sentent définitivement installés dans le pays des « Rûmî-Byzantins ». Bien que la population non-musulmane soit très nombreuse en territoire seldjoukide, le sultanat commence à se turquifier et à s’islamiser. Pour les observateurs extérieurs à la région, le « Pays de Rûm » est déjà ressenti comme le pays des Turcs, la Turchia des chroniqueurs de la troisième croisade, et même les Byzantins, pourtant stricts conservateurs des toponymes antiques, désignent dès le xiie siècle certains lieux de leurs domaines récemment perdus par leur nom turc, l’ancienne appellation grecque étant déjà oubliée d’eux.

L’essor du sultanat de Konya jusqu’aux Mongols

19Rétabli sur son trône, Kay-Khusraw se livra à une intense activité extérieure, significative du rapide rétablissement de l’équilibre politico-militaire du sultanat, intervenant depuis Erzurum et la Mer Noire jusqu’en Cilicie et, avec moins de succès, contre les ambitions des Ayyûbides. Avec Théodore Lascaris, le nouveau maître byzantin de l’Asie mineure occidentale, qui tient sa cour à Nicée, Kay-Khusraw conclut d’abord un accord qui lui permet, libéré sur ce front, de s’étendre vers la côte méridionale de l’Anatolie et de s’emparer du grand port d’Antalya, débouché naturel de l’Anatolie intérieure sur la Méditerranée. Ce fut une des raisons de la rupture avec Lascaris, rupture provoquée aussi par les habituelles incursions turcomanes en territoire grec et par les droits sur l’héritage asiatique de Byzance, qu’Alexis III, réfugié à Konya et protégé du sultan, prétend disputer au souverain de Nicée. L’affrontement gréco-seldjoukide a lieu près d’Antioche du Méandre en 1211/607-8. La bataille est indécise, mais le sultan, ayant trouvé la mort, les Turcs se retirent. L’un des trois fils du souverain défunt, Kay-Kâûs, réussit à écarter ses frères et va régner jusqu’en 1220/617. Avec les Lascarides, une paix quasi-constante s’instaure désormais, le sultan étant plus intéressé par une extension de ses débouchés maritimes en Méditerranée et en Mer Noire, ainsi que par les affaires syriennes, que par une lutte contre le petit État gréco-asiatique bien défendu sur ses frontières orientales. Depuis Antalya, des rapports commerciaux sont noués avec les Lusignan de Chypre. Au nord, la prise de Sinope (1214/611) ouvre aux Seldjoukides pour la première fois un débouché sur la Mer Noire, coupant de plus les possessions de Lascaris du petit État grec de Trébizonde, créé par des cadets de la famille impériale des Comnène. Entre 1216 et 1218, le sultan mène plusieurs campagnes contre Léon 1er de Cilicie, tout en intervenant parallèlement dans les affaires des Ayyûbides de Syrie. Il meurt pendant les préparatifs d’une campagne au-delà de l’Euphrate. Avec Alâ al-Din Kay-Qubâdh / Alâeddîn Kay-Qubâdh son successeur, le prestige du sultan de Rûm est à son zénith. Le calife investit officiellement de la possession du pays de Rûm un souverain que les sources du temps présentent comme un homme d’État talentueux, cultivé et soucieux de consolider et d’agrandir ses territoires. Par la prise de Kalonoros / Kalon Oros en 1221/618, il élargit son débouché méditerranéen. La ville, rebaptisée ҅Alâya d’après le nom du sultan (la moderne Alanya), devient la résidence d’hiver de la cour seldjoukide. À l’autre extrémité de l’Anatolie, depuis Sinope, le sultanat étend ses activités jusqu’en Crimée où il entre en compétition avec Trébizonde, héritière de la tutelle byzantine dans cette région, où il établit un protectorat partiel pour quelques années (vers 1225/622). Intervenant contre les Artukides du Diyâr Bakr et contre les Ayyûbides de Syrie, Kay-Qubâdh annexe les possessions des Mangûdjakides d’Erzindjân (1228-625). Vers 1220/623 apparaissent en Anatolie les contingents avancés du Khwârizmshâh, Djalâl al-Dîn / Djalâleddîn Mangubertî. Ce personnage, fuyant les Mongols, s’était constitué un empire en Iran occidental. Il tourne ses ambitions vers la région du lac de Van et s’empare d’Ahlat vers 1229/626, tandis que les principaux vassaux seldjoukides d’Anatolie orientale lui rendent hommage. L’affrontement entre Kay-Qubâdh et le Khwârizmshâh devient vite inévitable. Une coalition entre Kay-Qubâdh et les Ayyûbides, qui, en Syrie, avaient à souffrir des Khwârizmiens, se forma et rencontra l’armée du Khwârizmshâh à Yasitchimen / Yaşıçimen, près d’Erzîdjân, le 25 ramadhân 628/29 juillet 1231. Après trois jours de durs combats, les Khwârizmiens sont vaincus et leur chef s’enfuit jusqu’en Azerbaïdjan. Le prestige qu’apporta cette victoire aux coalisés fut considérable et Kay-Qubâdh en profita pour intervenir en Géorgie qui était l’alliée des Khwârizmiens.

20Puis, une rivalité de zone d’influence ayant surgi entre Ayyûbides et Seldjoukides, les premiers durent finalement se retirer en Syrie sans espoir de retour (1233/630), tandis que Kay-Qubâdh occupait provisoirement Harran, Edesse/Urfa et tout le Diyâr Mudâr jusqu’à Raqqa. Kay-Qubâdh, maître incontesté de toute l’Anatolie, de l’Égée méridionale à l’Arménie et au Tigre, est ainsi au sommet de sa puissance. Mais la menace mongole, qui avait poussé le Khwârizmshâh vers l’ouest, commence à se faire sentir sur les confins anatoliens, et une ambassade du Grand Khân vient à Konya demander le versement d’un tribut annuel, quelque temps avant la mort de Kay-Qubâdh survenue le 31 mai 1237/4 shawwal 634. Ce sont les Grands Émirs, de plus en plus puissants à la cour de Konya, qui, choisissant parmi les trois fils de Kay-Qubâdh, Kay-Khusraw II (l237/634-1246/643) le mettent sur le trône. Le plus influent d’entre les émirs, Köpek intervint avec succès dans les dissensions ayyûbides en Syrie, avant d’être assassiné par le sultan et les autres émirs, inquiets de ses ambitions (1239/637). Kay-Khusraw participe à une campagne contre les Ayyûbides qui est couronnée par l’annexion d’Amîd / Diyarbakır par le Seldjoukide (1241/633). Kay-Khusraw consolide donc la suprématie des Seldjoukides sur l’Anatolie et ses confins syriens, et semble bien plus puissant que son père, lorsqu’une révolte turcomane beaucoup plus grave que celle survenue à la fin du règne de Qilidj-Arslân II, éclate dans toute l’Asie mineure centrale, d’Amasya et de Tokat jusqu’au Taurus. C’est la deuxième en date d’une série de révoltes contre le pouvoir centrale des tribus turcomanes encadrées par des derviches hétérodoxes (appelés en Anatolie selon les cas, Baba, Kalender, Torlak etc.), révoltes qui s’amplifieront à l’époque ottomane. Cette insurrection appelée « révolte des Bâbâî » se développa sous la direction de Bâbâ Ilyâs-i Khorasânî et de Bâbâ Isḥâk / Ishâq dans une vaste zone allant du Taurus à Amasya (vers 1240/638). Battue par deux fois, l’armée du sultan mit deux ans à juguler le mouvement grâce en particulier à l’efficacité des mercenaires francs. Au même moment, les armées mongoles de Baydjû attaquaient Erzurum (1243/640) d’où elles envahirent l’Asie mineure. Rassemblant en hâte troupes et alliés. Kay-Khusraw se porta vers le défilé de Köseh-Dâgh / Köse Dâğ, près d’Erzindjân, pour arrêter les envahisseurs. Appliquant contre les Seldjoukides la tactique de la fuite simulée, qui avait jadis fait le succès de ces derniers contre Francs et Byzantins, le chef mongol écrasa l’armée de Kay-Khusraw le 6 muharram 641/26 juin 1243, portant au sultanat de Rûm un coup dont il ne devait pas se relever.

Le fonctionnement de l’État seldjoukide de Rûm à son apogée

21Malgré les sévères luttes armées et les déprédations nomades du siècle précédent, la première moitié du xiiie/viie siècle anatolien apparaît comme une époque de prospérité économique et de bon fonctionnement des rouages de l’État, dans un contexte social et culturel relativement équilibré. Si l’aire pastorale, avec l’arrivée des éleveurs turcomans, s’est souvent agrandie largement au détriment des terres cultivées, elle n’a pas interrompu pour autant l’activité agricole que les souverains de Konya encouragent. Les sultans, par exemple, attirent dans leurs domaines, avec succès de l’aveu même des sources byzantines, des villageois grecs en leur offrant des terres et des avantages fiscaux. Les voyageurs arabes et occidentaux qui passent par le sultanat dans la première partie du xiiie/viie siècle, décrivent généralement un pays riche en cultures comme en activités pastorales, exploitations minières (alun, argent, fer) et industrie textile. Le commerce, stimulé par le rattachement de l’Anatolie au vaste marché de l’aire islamique, ainsi que par la désorganisation de la concurrence byzantine après 1204, s’intensifie par voie terrestre ainsi que le montre le réseau serré de caravansérails du xiiie siècle, encore visible de nos jours sur le plateau intérieur. Le commerce maritime, quant à lui, se fait à partir des ports de Sinope vers la Crimée et la Russie, et d’Antalya vers Chypre et l’Égypte. Le système seldjoukide des poids et mesures et la monnaie combinent héritages arabo-persan et byzantin. Composite est aussi le système de propriété, mêlant la distinction tranchée entre bien public et propriété privée qui est celle de Byzance comme de l’Islam classique, avec l’idée de propriété collective à l’usage du groupe, qui correspond à la tradition tribale d’Asie centrale. Le système des iqtâ‘ ou concession des revenus fiscaux d’une portion du domaine public à des particuliers, n’entama jamais les droits de l’État qui restaient forts, les bénéficiaires pouvant se voir retirer à tout moment leur concession. Même la pratique musulmane classique des waqf ou donation inaliénable au profit d’institutions pieuses, ne semble pas se généraliser en Asie Mineure avant l’époque mongole. On connaît, en Rûm les terminologies fiscales traditionnelles de kharâdj, impôt foncier et de djizya, impôt sur les personnes appliqué aux non musulmans, mais l’utilisation des deux termes est, semble-t-il, souvent interchangeable dans l’État seldjoukide du xiiie/viie siècle.

22L’occupation urbaine du pays, après la période de désorganisation de la conquête turque, reste peu changée. Si les Seldjoukides ne fondent pas de villes importantes, ils s’emploient à entretenir et à développer les vieilles métropoles en leur possession qui gardent souvent leurs noms anciens (Césarée/Kaisareia/Kayseri, Sevasteia/Sivas etc.) et une partie de leur population indigène, mêlée à la nouvelle élite dirigeante musulmane, (gouverneurs et chefs de garnisons, cadis, etc.). Deux catégories spécifiques des nouvelles conditions de la vie urbaine sont les ikdîsh / iğdiş et les akhî. Les premiers sont issus d’unions islamo-chrétiennes et sont organisés en milices urbaines qui tiennent un rôle administratif assez large (maintien de l’ordre, perception des impôts urbains). Les seconds, artisans organisés en confréries et liés entre eux par une sorte de code mystico-professionnel destiné à un vaste développement en monde ottoman et désigné par le nom de futuwwa / fütüvvet, forment un groupe social très cohérent, uni par une solidarité morale, assurant aussi bien un service d’accueil et de bienfaisance que des fonctions de défense de la cité, qui les amèneront ultérieurement, en cas de vide politique, à gouverner telle ou telle ville anatolienne, comme Ankara dans la première moitié du xive/viiie siècle.

23En ce qui concerne le pouvoir central, le sultan est assisté de plusieurs hauts dignitaires dont on ne connaît pas toujours avec certitude les tâches précises ou l’évolution fonctionnelle : le nâ’îb est le lieutenant du souverain, sans qu’on sache si cela est occasionnel ou permanent ; le pervâneh transmet les messages personnels du prince. Différents personnages portent des titres persans, arabes ou même latino-byzantins connus par ailleurs (l’amîr-djândâr ou chef de la Garde, l’amîr-҅alam ou porte-drapeau, le kondestabl / connétable etc.). La dignité d’atabeg n’a pas la même place en Rûm qu’elle a chez les Seldjoukides d’Iran ou d’Irak, pas plus que le vizir, titre attesté dès la fin du xie/ve siècle, mais dont les pouvoirs ne sont pas très importants avant l’époque mongole. Le beglerbeg ou ispahsalâr a des fonctions essentiellement militaires ; peut-être est-il chargé du contrôle général des beys turcomans. L’armée utilise à la fois des pratiques turcomanes, islamiques et byzantines : une cavalerie et une archerie de type tribal, l’utilisation militaire des esclaves (mamelouks surtout turcs ailleurs mais plutôt grecs en Rûm) d’inspiration musulmane. On emploie massivement des mercenaires présents dans toutes les batailles de l’histoire du sultanat de Konya : Francs, Géorgiens, Grecs, Pauliciens. Jusqu’aux Mongols, l’État de Konya est très centralisé et les délégations de pouvoir accordées aux gouverneurs de provinces sont précaires et révocables. Les relations entre le centre et la périphérie sont liées aux rapports fluctuants des Turcomans avec l’administration sultanienne d’une part, et, d’autre part, à la constitution d’apanages pour les princes de la famille régnante. Cette formule s’étant avérée à l’usage porteuse d’autonomies trop marquées, fut remplacée, à partir de Kay-Kâûs Ier, par une gestion plus directe des provinces.

24Du point de vue des activités intellectuelles et culturelles l’Anatolie musulmane, qui était restée au xiie/vie siècle une région de marche sous-encadrée (le premier établissement d’enseignement, madrasa, n’est fondé qu’en 1193/589 à Kayseri), va connaître un très grand essor au xiiie/viie siècle avec l’arrivée et le séjour durable en Rûm de fortes personnalités venues des antipodes du monde musulman, tels le cheikh andalou Muḥî al-Dîn Ibn Arabî / Muḥîeddîn Ibn Arabî et le grand mystique et poète persan du Khorassan, Djalâl al-Dîn Rûmî / Djalâleddîn Rûmî, qui vont marquer de leur empreinte les élites politiques et religieuses de leur temps et des générations suivantes. Les activités artistiques connaissent un essor très grand dont témoigne encore aujourd’hui le riche patrimoine architectural de Turquie centrale et orientale, mosquées, couvents, palais ou mausolées finement décorés de faïences aux couleurs délicates d’inspiration iranienne. On constate même un dernier essor de l’art pictural byzantin en Cappadoce seldjoukide. État prospère, le sultanat de Konya n’est cependant pas exempt de graves tensions sociales et de carences politiques dont surent profiter Turcomans et Mongols. La double pression que ces derniers exercèrent sur le pouvoir seldjoukide provoqua l’affaiblissement irréversible du sultanat au cours de la deuxième moitié du xiiie/viie siècle et sa disparition au début du siècle suivant.

Le gouvernement des Mongols et la dissolution du sultanat de Rûm

25Aux lendemains de leur victoire de Köseh-Dâgh / Köse Dâğ, les Mongols ne manifestant pas le désir d’administrer directement leur nouvelle conquête – excentrée par rapport à leurs préoccupations du moment – le sultanat seldjoukide obtint un statut de vassalité qui lui permit, contre paiement de tribut, de garder son autonomie.

26Cette situation dura une trentaine d’années pendant lesquelles les rênes du gouvernement seront entre les mains de ministres aux fortes personnalités.

27Le premier fut le vizir Shams al-Dîn al-Isfahânî / Shamseddîn al-Isfahânî qui, à la mort de Kay-Kusraw II (1246/643), met sur le trône ҅Izz al-Dîn Kay-Kâûs II / ҅Izzeddîn Kay-Kâûs II, âgé de onze ans, place ses amis personnels aux postes-clés de l’État et gouverne non sans mal au nom du nouveau sultan. Mais il est finalement éliminé par les émirs mécontents (mars 1249/dhûl-hidjdja 646). Le pouvoir passe alors entre les mains de Djalâl al-Dîn Qaratây / Djalâleddîn Qaratây, affranchi d’origine chrétienne. Homme d’État habile, il lutte contre les Turcomans, entretient de bons rapports avec le califat et joue un rôle actif de mécène et de constructeur d’édifices publics raffinés (madrasa, khân). Il mourut en 1254/652.

28Le sultan ҅Izz al-Dîn / ҅Izzeddîn entraîné par les partisans de la rupture avec les Mongols, engage contre ceux-ci une lutte armée qui se termine par une défaite écrasante en 1256/654. ҅Izz al-Dîn / ҅Izzeddîn, en fuite chez les Byzantins, les partisans de l’entente avec les Mongols mettent Rukn al-Dîn / Rukneddîn, le frère du sultan, sur le trône et parviennent à négocier le départ des vainqueurs. Un retour en force de ҅Izz al-Din avec l’aide des Byzantins lui rend Konya en 1257/655. Finalement les deux frères acceptent de se partager l’Anatolie seldjoukide, ҅Izz al-Dîn régnant à l’ouest du fleuve Kızıl Irmak et Rukn al-Dîn à l’est. Après la prise de Bagdad (1258/656) leur suzerain mongol Hülagü entérina l’accord et ordonna aux deux sultans de participer à ses côtés à la conquête de la Haute-Mésopotamie et de la Syrie.

29Alors que Rukn al-Dîn / Rukneddîn et son vizir, le Pervaneh Mu ҅în al-Dîn Sulaymân / Mu ҅îneddîn Sulaymân, plus proches géographiquement des Mongols, se montrent de zélés vassaux, ҅Izz al-Dîn / ҅Izzeddîn rechigne à payer tribut et intrigue contre les Mongols avec Byzance et l’Égypte de Baybars. Une armée mongole, à laquelle se joignent Rukn al-Dîn / Rukneddîn et le Pervâneh, le met en fuite.

30Il se réfugie à Constantinople que vient de récupérer sur les Francs Michel VIII Paléologue, lequel, jadis exilé à Konya, y avait été l’obligé du sultan et avait commandé les troupes chrétiennes de l’armée seldjoukide. Entré en possession de Konya en ramadhân 659/août 1261, Rukn al-Dîn / Rukneddîn lutte avec l’aide des Mongols contre les Turcomans qui s’émancipent de plus en plus. C’est à cette époque que l’on entend parler pour la première fois d’un important chef turcoman nommé Qaraman, l’éponyme de la dynastie qaramanide, appelée à jouer un grand rôle en Anatolie centrale pendant deux siècles. Vers 663/1265, Rukn al-Dîn / Rukneddîn qui a tendance à mener sa propre politique contre son puissant ministre, est éliminé par lui et remplacé par son fils enfant Kay-Khusraw III, au nom duquel le Pervâneh inaugure un véritable règne personnel qui va durer jusqu’à sa mort en 676/1277.

31Dans un premier temps, le régent tente de s’émanciper au maximum de ses protecteurs mongols par une politique d’ouverture en direction de l’Égypte mamelouke. Tout en restant officiellement l’homme des Mongols, il encourage en sous-main Baybars contre eux et leurs alliés arméniens de Cilicie. En 675/1277, le souverain égyptien appuyé par les émirs anti-mongols d’Anatolie, mène une offensive sur Elbistan, où il culbute l’armée mongole dans les rangs desquels, pris à son propre double jeu, le Pervâneh combat. Après s’être proclamé nouveau sultan de Rûm à Kayseri, Baybars, très éloigné de ses bases et craignant un retour en force de l’Ilkhân mongol Abagha, évacue l’Anatolie, tandis que les alliés turcomans de l’Égyptien, Qaraman et Menteşe, profitant du désordre provoqué par la défaite du parti mongol, s’emparent de Konya qu’ils livrent au pillage. Ils y établissent un gouvernement fantoche qui, par ignorance du persan ou opposition à l’ancienne administration iranophone, rédige - innovation linguistique suggestive - ses proclamations officielles en turc, langue de la grande majorité des musulmans d’Anatolie. L’Ilkhân Abagha, lui-même, vient rétablir l’ordre, faisant exécuter en nombre Turcomans et émirs pro-Égyptiens. Quant au Pervâneh, sa politique sinueuse le fit considérer comme un complice de Baybars et il fut exécuté par les Mongols en rabî’a al awal 676/août 1277.

32La mort du Pervâneh, qui avait tenté, en louvoyant entre Égypte et Mongols, de préserver l’autonomie seldjoukide, marque un alourdissement de la tutelle mongole sur le sultanat de Rûm. Les Mongols récupèrent sur les Turcomans Konya et l’ensemble de l’Anatolie seldjoukide, et réorganisent les rouages de l’État sous leur étroit contrôle. À partir de 665/1286, le sultan Mas ҅ ûd II qui a réussi, après une longue querelle de succession, à occuper seul le trône de Konya, doit faire face à- la turbulence les divers clans turcomans : Qaraman, Eşref, Germyân, qu’il tente de contenir avec l’appui des Mongols. Pour les ramener à l’obéissance, le pouvoir mongolo-seldjoukide mène plusieurs expéditions vigoureuses, s’emparant de Larenda, capitale de Qaraman en 1292/691 et poussant vers les ûdj d’Anatolie occidentale et jusqu’à Denizli dans la vallée du Méandre, sans arriver à mettre au pas les tribus turcomanes.

33En même temps que se resserre la mainmise mongole sur un sultanat de Konya en pleine déliquescence, le pouvoir des Ilkhâns lui-même se fissure de l’intérieur ; les différents gouverneurs mongols de Rûm ont tendance à prendre de la distance vis-à-vis de leur propre autorité centrale et à devenir indépendants, tout en se turquifiant de plus en plus à la fin du xiiie/viie siècle et au début du xive/viiie. Différents chefs mongols, en rupture plus ou moins ouverte avec l’administration ilkhânide, se disputent ce qui reste de pouvoir en Anatolie. Quelques personnalités émergent comme Tchoban qui exerce l’autorité sous la tutelle théorique de l’Ilkhân Oldjaytû, mais en fait pour son propre compte et celui de son fils Timurtash lequel assure le gouvernement de Rûm jusqu’à sa mort en 1327/728. Le vide laissé par l’anarchie mongole et la disparition du sultanat seldjoukide (en la personne de son dernier représentant Mas ҅ûd II) accélèrent l’émancipation des groupes turcomans (beylik) qui se constituent en entités politiques indépendantes. En Anatolie occidentale, ces groupes s’agrandissent au détriment de ce qui reste de l’Asie byzantine, tandis qu’ils réoccupent l’espace seldjoukide d’Anatolie centrale. Konya, désormais sans maître seldjoukide devient la capitale qaramanide dès l’époque de Timurtash.

34À l’époque mongole, l’évolution intérieure du sultanat de Rûm se caractérise par plusieurs phénomènes : le pays se modifie ethniquement par l’arrivée massive d’une nouvelle vague de Turcs d’Asie centrale qui fait reculer de manière sensible les zones cultivées au profit des terrains de pâture pour leurs troupeaux. Les paysans indigènes, comme les citadins, pactisent souvent avec les nouveaux venus pour éviter la ruine des terroirs agricoles dont ils vivent. De plus, l’incorporation de l’Asie mineure seldjoukide à l’aire mongole, introduit certaines influences extrême-orientales (tentative d’introduction du papier-monnaie comme en Chine, nouveaux impôts d’origine mongole etc...). Les villes continuent, dans l’ensemble, à se développer, particulièrement les métropoles provinciales comme Sivas, Kayseri ou Aksaray. Les groupements akhi y tiennent un rôle de plus en plus actif comme en témoigne le voyageur arabe Ibn Battûta en 1332-1334/733-734. L’influence iranienne croît car le personnel au service des Mongols vient souvent de Perse, ce qui n’empêche pas le turc anatolien d’accéder au rang de langue administrative dans certaines cours turcomanes et de langue littéraire un peu partout, avec des personnages aux contours historiques un peu flous mais dont l’influence fut particulièrement durable, comme le barde (âşık) Yunus Emre ou le grand mystique Haci Bektâş.

Bilan

35Les Turcs, d’Anatolie eurent entre le xie/ve et le xive/viiie siècle (et au-delà) une originalité essentielle par rapport à leurs cousins d’Iran ou de la zone arabe. Leur importance ne fut pas celle d’une caste militaire superposée à une ancienne et dense population indigène majoritairement de religion musulmane et de vieille culture arabo-persane. Dans le pays « romain », au sein d’une population qui fut longtemps largement chrétienne, grecque ou arménienne – d’après Guillaume de Rubrouck, au milieu du xiiie siècle, il n’y avait en Asie mineure qu’un Turc pour dix non-musulmans) –, les Turcs musulmans n’avaient pas de raisons culturelles et religieuses de se fondre aux locaux comme ce put être le cas en Syrie ou ailleurs. De plus, les conditions climatiques et la plus faible densité d’occupation du territoire rendaient l’Anatolie intérieure attirante pour les pasteurs originaires d’Asie centrale, qu’étaient les Turcs. Ils s’y installèrent donc par vagues de peuplement avec biens, familles et système socio-économique importé d’Asie centrale et, dès que les Byzantins se furent révélés incapables de les contenir ou de les vassaliser, ils s’établirent à demeure un peu partout dans la péninsule. La fraction iranisée et urbanisée d’entre eux forma l’élite dirigeante du sultanat seldjoukide, tandis que les autres, les Turcomans, restaient peu perméables aux influences extérieures, ne s’hellénisant pas plus qu’ils ne s’iranisèrent ou se mongolisèrent, formant un élément turc compact qui finit par l’emporter sur tout le monde, empire byzantin, sultanat seldjoukide et Mongols, tout en turquifiant et islamisant largement la péninsule anatolienne. Entre le xie/ve et le xiiie/viie siècle, les Turcs avaient donc su créer en Asie byzantine, d’une part, un première État turco-islamique durable, et, d’autre part, des zones d’implantation tribale, les deux fonctionnant selon les moments en accord ou en opposition. La disparition du premier, si elle entraîna l’émancipation des secondes, provoqua aussi leur mutation interne : en effet, les émirats/beylik du xive/viiie siècle en « s’étatisant » rapidement, poursuivirent et prolongèrent l’expérience des Seldjoukides de Konya, tout en la turquifiant et en déplaçant leur centre de gravité toujours plus à l’ouest, en direction de l’Europe égéenne et balkanique.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search