Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

Bibliographie

Texte intégral

Sur l’origine des Seldjoukides de Rûm et leur développement en monde non-anatolien, on se reportera à la bibliographie du chapitre concernant les Seldjoukides de la Cambridge History of Islam et la Cambridge History of Iran qui y sont cités ; consulter aussi les articles thématiques concernant l’Anatolie dans l’Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Brill, Leiden-Paris, 1991 sqq. Les problèmes de toponymies multiples, grecque, arménienne, islamique, turque moderne, qui rendent difficiles les localisations des faits décrits, ne peuvent être résolus que par recours à des travaux anciens W. M. Ramsay, The Historical Geography of Asia Minor, Londres, 1890, réimpr. Amsterdam, 1962, ou régionaux, Tabulae imperii byzantini, éd. Hild et Restle, Vienne 1981 sqq., sans oublier les études de L. Robert et X. de Planhol in Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’Archéologie d’Istanbul et également An historical Atlas of Islam, éd. W. C. Brice, Leiden, 1981. Voir aussi Cl. Mutafian et E. Van Lauwe, Atlas historique de l’Arménie-Proche-Orient et Sud-Caucase, Paris, 2001.

L’ouvrage de base pour l’Anatolie turque des xie-xiiie siècles est celui de Cl. Cahen, Pré-ottoman Turkey, Londres, 1968 ; édition française mise à jour et enrichie de notes, Istanbul/Paris, 1988. Il faut y ajouter l’ensemble des articles du même sur l’Asie mineure pré-ottomane dont une partie est regroupée dans le recueil Turcobyzantina et Oriens christianus « Variorum Reprints », Londres, 1974, et Itinéraires d’Orient-Hommages à Claude Cahen, « Res Orientales », Paris, 1994. Pour replacer la conquête turque dans le cadre général des Histoires byzantine et arménienne, G. Ostrogorsky, Histoire de l’État byzantin, Paris, 1969 ; J. C. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990 ; A. Savvidès, Byzantium in the Near East : its Relations with the Seljuk Sultanate of Rum in Asia Minor, the Armenias of Cilicie and the Mongols (1192-1237), Thessalonique, 1981 ; M. Angold A Byzantine Government in Exile, Government and Society under the Laskarids of Nicaea (1204- 1261), Oxford, 1975 ; G. Dédéyan, Histoire du peuple arméniens, Toulouse, 2007 ; The Cilician Kingdom of Armenia, éd. T. Boase, Edimbourg-Londres, 1978 ; voir aussi La chronique attribuée au Connétable Smbat, éd. G. Dédéyan1 Paris, 1980.

Sur l’ensemble de la période 1071-1453, il faut consulter désormais The Cambridge History of Turkey, éd. K. Fleet, vol. I, Cambridge, 2009 (ci-après CHT2009 ; également l’ouvrage collectif Les Seldjoukides d’Anatolie, sous la direct. de G. Leiser, Mésogeios, 25-26 (2005) (ci-après SA, 2005).

Les problèmes de l’implantation turque et de l’islamisation de l’Asie mineure sont étudiés du point de vue de la « déhellénisation », d’une manière très complète par Sp. Vryonis, The Decline of Medieval Hellenism in Asia Minor and the Process of lslamisation from the Eleventh through the Fifteenth Century, Berkeley/Los Angeles/ Londres, 1971 (et le compte rendu de Cahen in International Journal of Middle East Studies, 1972). Du même, un recueil d’articles complémentaires, Byzantina kai Metabyzantina, Malibu, 1981. Y rajouter les deux études d’O. Turan « L’lslamisation dans la Turquie du Moyen Age », et « Les souverains Seldjoukides et leurs sujets non musulmans », Studia Islamica, X, 1959, et I, 1953.

Sur les relations byzantino-turques, M. Balivet, Romanie byzantine et Pays de Rûm turc-Histoire d’un espace d’imbrication gréco-turc, Istanbul, 1994 ; du même, Les Turcs au Moyen Âge des Croisades aux Ottomans, Istanbul, 2002 ; du même, Mélanges byzantins, seldjoukides et ottomans, Istanbul, 2005. Voir également A. Savvides, « Some major Seljuk, Persian and Ottoman sources regarding Byzantine-Seljuk relations (A bibliographical survey) », dans SA, 2005. Sur les rapports arméno-seldjoukides, G. Dédéyan, Les Arméniens entre Grecs, Musulmans et Croisés, 2 vol., Lisbonne, 2003. Sur les Syriaques et les Turcs à l’époque des Croisades, E. I. Yousif, Les Syriaques racontent les Croisades, Paris, 2006. Sur l’époque mongole, Ch. Melville, « Anatolia under the Mongols », dans CHT, 2009.

Plusieurs sources concernant l’Histoire des Seldjoukides de Rûm et autres émirs turcs d’Anatolie peuvent être abordées en traduction, ce qui est toujours très instructif ; ainsi la chronique d’Ibn Bîbî, objet de ce volume, écrite en persan vers 1280, traduite ici en français après une traduction allemande par H. Duda, Die Seltschukengeschichte des Ibn Bîbî, Copenhague, 1959 ; et d’un style plus hagiographique ou épique, mais très utile pour saisir l’ambiance socio-religieuse de l’époque, la vie de Mevlânâ Djalâleddîn Rûmî, fondateur des « Derviches Tourneurs », par Aflâkî, Les Saints des Derviches Tourneurs, trad. CL Huart, Paris, 1918-1922, rééd. 1978 ; aussi Le Geste de Melik, Dânishmend, trad. Irène Mélikoff, Paris, 1960. La lecture des sources arabes, syriaques, arméniennes et byzantines traduites, concernant les Turcs anatoliens apporte un précieux complément d’informations ; une liste en est fournie par Cahen, La Turquie pré-ottomane, p. 350 sq. ; le même auteur est à consulter pour les rapports des croisés avec les Seldjoukides et les autres princes turcs de la région, dans son Orient et occident au temps des Croisades, Paris, 1983 ; il faut voir aussi ce qui concerne les Turcs anatoliens dans les Histoires générales des Croisades de J. Prawer, Paris, 1969-1970, réed. Paris, 2001 ; St. Runciman, Cambridge, 1952-1954, (trad. française, Paris, 1998) et K. Setton, Madison/Wisconsin 1955 sq.

Pour la société seldjoukide et son fonctionnement, on doit toujours se référer aux études thématiques de Cahen, sur les institutions (article « Iqtâ » dans l’Encycl. Islam 2 ; « La tughra seldjuqide », Journal asiatique (1945) ; sur la vie économique, « Le commerce anatolien au début du xiiie », Mélanges L. Halphen, 1951 ; « L’alun avant Phocée », Revue d’Histoire économique et sociale XLI, n° 4, 1963) ; sur les catégories sociales, « Sur les traces des premiers Akhis », Mélanges Köprülül, 1953 ; sur le nomadisme, « Les Tribus turques d’Asie occidentale pendant la période seldjuqide », Wiener Zeitschrift für die Kunde des Morgenlandes, 1952 ; sur les mouvements mystiques, « Bâbâ Ishâq, Bâbâ Ilyas, Hadjdjî Bektash et quelques autres », Turcica, 1, 1970, etc.

Sur tous ces thèmes abordés par Cahen, il faut ajouter les études d’O. Turan, « Le droit terrien sous les Seldjukides de Turquie », Revue des Études Islamiques, 1948 ; Irène Beldiceanu-Steinherr, « Fiscalité et formes de possession de la terre arable dans l’Anatolie pré-ottomane », Journal of Economic and Socia1 History of the Orient 19/ III, 1976 ; du même auteur, « Deux villes de l’Anatolie pré-ottomane », Revue des Études Islamiques, hors-série 5, 1973 ; M. Balard, La Romanie génoise, Paris, 1978. Sur les questions monétaires, N. Oikonomidès, « Les Danishmendides entre Byzance, Bagdad et le sultanat d’Iconium », Revue numismatique, 25, 1983. Le phénomène nomade médiéval est étudié par R.P. Lindner, Nomads and Ottomans in Medieval Anatolia, Bloomington, 1983, et plus récemment, dans CHT, 2009 ; l’économie anatolienne par K. FLeet in CHT, 2009.

Sur le mouvement des Bâbâ turcomans, A.Y. Ocak, La révolte de Baba Resul ou la formation de l’Hétérodoxie musulmane en Anatolie, Ankara, 1989 ; du même « Quelques remarques sur le rôle des derviches Kalenderis », Journal of Ottoman Studies 3, 1982 ; et aussi, I. Melikoff, « Les Babas turcomans », Actes du 1er séminaire international de Mevlanâ, Ankara, 1973 ; F. Köprülü, « Les origines du Bektashisme », Actes du 1er Congrès international d’Histoire des religions, Paris, 1925 ; J. Deny, « Sary Saltyq et le nom de la ville de Babadaghi » Mélanges Émile Picot Paris, 1913 et A. Decei, « Le problème de la colonisation des Turcs seldjoukides dans la Dobroudja au xiiie siècle », Tarih Araştirmaları Dergisi 6, Ankara, 1968, et aussi P. Wittek, « Yazîjîoghlu ‘Ali on the Christian Turks of the Dobruja », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 14, 1952. Sur la fûtûwwa, les articles de A. Gölpınarlı, « Les Organisations de la fûtûvvet dans les pays musulmans et turcs », Revue de la Faculté des Sciences économiques d’Istanbul, 1949-1950, et J.C. Vadet, « La futuwwa, morale professionnelle ou morale mystique ? », Rev. Et. Isl., 1978, ainsi que F. Taeschner, « Futuwwa », Encycl. Isl.

L’essor de la vie intellectuelle, religieuse et littéraire de Konya au temps seldjoukide doit être approchée par la contribution de A.Y. Ocak dans CHT, 2009, et dans ses deux recueils d’articles, Perspectives and Reflections on Religious and Cultural Life in Medieval Anatolia, Istanbul, 2012, et L’autre visage de l’Islam dans l’Histoire sociale de Turquie, Istanbul, 2013. À consulter aussi la trad.anglaise par G. Leiser de l’ouvrage de M.F. Köprülü, Islam in Anatolia after the Turkish Invasion (Prolegomena), Salt Lake City, 1993. Voir aussi E.S. Wolper, « Understanding the public face of piety : philanthropy and architecture in late Seljuk Anatolia », dans SA, 2005.

Les œuvres de Djalâleddîn Rûmî et de ses successeurs sont en partie traduites en français : le Mathnawi, édité par Eva de Vitray-Meyerovitch et D. Mortazavi, 1990 ; la première a également édité du même auteur, les Odes mystiques, Paris, 1973 ; Le Livre du Dedans, Paris, 1976 ; les Lettres, Paris, 1990 ; de Sultan Veled, fils de Rûmî, Maître et disciple, Paris, 1982 ; on dispose aussi des Roubâ’yât de Rûmî, trad. A. Hâlet Tchelebi, Paris, 1978 ; voir également l’étude de J. During, Musique et Extase en Islam, Paris, 1988, et P. Burguière et R. Mantran, « Quelques vers grecs du xiiie siècle en caractères arabes », Byzantion, 22, 1952. Sur le séjour de Ibn Arabî dans le sultanat de Konya, Claude Addas, Ibn Arabî ou la quête du Soufre rouge, Paris, 1989 ; sur les disciples anatoliens de Ibn Arabî, W. Chittick, « The Five Divine Presences : from al-Qûnawî to al-Qaysari », Muslim World 1982, 80, 2. Pour une vision d’ensemble de la première littérature turque d’Anatolie, A. Bombaci, Histoire de la Littérature turque, Paris, 1968 ; et la traduction d’extraits du premier grand poète turc d’Anatolie, Yunus Emre, Le livre de l’Amour sublime, trad. D. Halbout du Taney et P. Seghers, Paris, 1987 ; également G. Dino, La montagne d’en face, poème des derviches turcs anatoliens, Paris, 1986.

Sur l’Art seldjukide en Asie mineure, A. Gabriel, Monuments turcs d’Anatolie, Paris, 1931-1934 ; B. Ünsal, Turkish Islamic Architecture in Seljuk and ottoman times, Londres, 1970 ; « The Art of Iran and Anatolia. Colloquies on Art and Archaelogy » in Asia 4, Londres, 1974 ; The Art and architecture of Turkey, éd. E. Akurgal, Fribourg, 1980 ; J. P. Roux, « Le décor animé du caravansérail de Karatay en Anatolie », Syria 1972 ; R. N. Unal, « Monuments islamiques pré-ottomans de la ville de Bayburt », Rev. Et. Isl. 1972. Voir aussi S. Redford, « A grammar of Rûm Seljuk ornament » dans SA, 2005. Sur les rapports entre arts byzantin et islamique, M. Ecochard, « Filiation de monuments grecs byzantins et islamiques », Bibliothèque d’études islamiques, 1977. Sur le dernier essor byzantin de la Cappadoce seldjoukide, N. et M. Thierry, Nouvelles églises rupestres de Cappadoce, Paris, 1963 ; N. Thierry, Haut Moyen Âge en Cappadoce, I, 1983 ; II, 1990 ; C. Jolivet-Lévy, La Cappadoce, Mémoire de Byzance, Paris, 1997. Une description de l’Histoire et des monuments de Konya dans M. Balivet, Konya, la ville des derviches tourneurs, Paris, 2001.

Voir désormais : D. Korobeinikov, 2014, Byzantium and the Turks in the Thirteenth century, Oxford, Oxford University Press ; A.C.S. Peacok Bruno De Nicola and Sara Nur Yıldız, 2015, Islam and Christianity in Medieval Anatolia, Farnham, Ashgate ; A.C.S. Peacok and Sara Nur Yıldız, 2013, The Seljuks of Anatolia, Court And Society In The Medieval Middle East, Londres, I. B. Tauris ; R. Shukurov, The byzantine Turks 1204-1461, Brill, Leiden-Boston, 2016.

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search