Version classiqueVersion mobile

Les Turcs seldjoukides d’Anatolie. XIe-XIVe siècle. Vol. 1 Les sources persanes Ibn Bîbî

Préface

Michel Balivet, Homa Lessan Pezechki et René Mounier

Texte intégral

1L’ouvrage ici présenté qui comprendra deux volumes, a pour objectif de mettre à la portée d’un public cultivé un certain nombre d’extraits des principales sources concernant l’État turc des Seldjoukides d’Anatolie. Cette civilisation de culture persane, dirigée par une oligarchie militaire turque, qui régnait sur une population largement grecque, arménienne, syriaque et kurde, s’est implantée dès le xie siècle et jusqu’au début de xive siècle en Asie-Mineure, ancienne province-pivot de l’Empire byzantin, laquelle devint ainsi la première « Turquie », élargie et consolidée ultérieurement par les Ottomans.

2Ce monde culturel seldjoukide d’Anatolie est essentiellement connu du grand public par son art brillant, annexe la plus occidentale de l’art persan et centre asiatique, dont il reste de nombreux vestiges en Turquie, depuis Konya, la capitale du sultanat, jusqu’à Erzurum, aux marches de l’Azerbaïdjan. L’autre référence bien connue concernant le monde seldjoukide de Konya, est la présence du très célèbre mystique Mevlâna Djalâl al-Dîn Rûmî, fondateur des « derviches tourneurs ».

3En revanche, les sources musulmanes rapportant l’histoire événementielle de cet espace turco-anatolien médiéval, sont beaucoup moins connues, bien que particulièrement riches de phénomènes majeurs, comme le reflux de l’Empire byzantin vers l’Europe et la brusque émergence du mouvement pan-européen de la Croisade. Ces deux processus furent, en effet, étroitement liés à l’invasion des Seldjoukides qui, en quelques années, dans la deuxième moitié du xie siècle, s’installèrent en maîtres depuis la rive asiatique du Bosphore jusqu’à Jérusalem.

4Bien que le sultanat de Konya fût un État créé et animé par des Turcs, régnant sur des populations très diverses, nomades turcophones, kurdes, chrétiens byzantins, arméniens et syriaques, la langue officielle administrative et culturelle des Seldjoukides fut le persan, langue qui domine largement la production écrite de cette époque. C’est pourtant cet État turc très iranisé culturellement qui, comme le dit l’un des meilleurs spécialistes des Seldjoukides d’Asie-Mineure, Claude Cahen, dans un ouvrage devenu classique, La Turquie Pré-Ottomane, fit du plateau central de la péninsule anatolienne, une nouvelle entité ethno-linguistique originale que les chroniqueurs allemands de la IIIe croisade désignaient déjà, à la fin du xiie siècle, par le terme de « Turquie » (Turchia).

5Sur cette « Turquie pré-ottomane », la source persane la plus étoffée est l’ouvrage d’Ibn Bîbî qui couvre la période de l’apogée puis de la décadence du sultanat (fin xiie – début du xive siècle). Nous avons donc choisi de consacrer un volume entier à de larges extraits de cet auteur, en réutilisant la traduction allemande de H.W. Duda (1958), traduite en français, avec un retour très précis et systématique au texte persan – que l’on trouvera en fin d’ouvrage – et avec certains ajouts originaux et d’importantes révisions. Nous avons également gardé les notes et la bibliographie de H. Duda en les complétant ou en les rectifiant à l’occasion.

6Cette traduction est précédée d’un chapitre destiné à brosser le contexte historique et culturel de l’Anatolie turque des xie-xiiie siècles, avec une bibliographie très détaillée et récente sur le monde seldjoukide d’Asie-Mineure, ainsi que des cartes et des généalogies.

7Le deuxième volume sera une anthologie plus éclectique qui présentera à la fois des extraits d’autres auteurs persans (Aksarayî, Aflâkî), turcs (Yazidjizâde ҅Alî, Ârif ҅Alî de Tokat) et arabes (Ibn al-Athîr, ҅Imâd al-Dîn al-Isfahânî) avec, en contrepoint indispensable, quelques morceaux choisis chez des chroniqueurs chrétiens de première importance comme Anne Comnène et Nicétas Choniate pour Byzance, Mathieu d’Édesse pour les Arméniens, Michel le Syrien pour les Syriaques et Guillaume de Tyr et autres pour les Latins.

8Le choix délibéré de réaliser une anthologie de textes vient de notre conviction que, pédagogiquement, un florilège de sources est un moyen essentiel d’initiation aux témoignages textuels directs, en dehors de quoi il n’y a pas de véritable analyse historique. Pour avoir utilisé avec un grand profit dans nos cours d’histoire et civilisation des mondes turcs et iraniens des anthologies devenues classiques comme Les chroniques arabes des Croisades de Francesco Gabrieli ou l’Anthologie de la littérature persane d’Henri Massé, nous pouvons témoigner du goût « d’en savoir plus » que provoque ce genre d’ouvrages chez des étudiants « généralistes » intéressés culturellement par le Proche-Orient, et qui n’hésitent pas ensuite à s’engager dans l’apprentissage direct des langues dites « orientales », comme le persan, le turc ou l’arabe.

9La reproduction du texte persan de l’Histoire d’Ibn Bîbî en annexe du premier volume, fera de ce livre un outil utile pour une initiation au persan historique médiéval, ce qui ne sera pas, nous l’espérons, le moindre de ses avantages. De plus, le double regard porté ici sur l’histoire turque à travers des textes de langue persane devrait contribuer à montrer l’étroite complémentarité de deux cultures au Moyen Âge comme à l’époque ottomane, ainsi qu’en témoigne un auteur turc de la fin du xive siècle en écrivant : « Mon pays est turc, mon savoir est turc et ma langue est le persan (Ilüm Türk ü bilüm Türl ü dilüm Tat) ».

© Presses universitaires de Provence, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search